Issuu on Google+

Association Skateboard Attitude PrĂŠsente


Projet de dEveloppement: 2012/2013

Avant-propos: L'origine de la notion de « sports extrêmes » daterait des années 1950 dans une phrase attribuée traditionnellement au romancier américain Ernest Hemingway : « Il y a seulement trois sports : la tauromachie, la course automobile et l'alpinisme ; tous les autres ne sont rien que des jeux d'enfants . » L'implication de cette phrase est de reconnaitre explicitement le risque d'être tué en pratiquant certains sports, et donc la nécessité de les classer à part des autres. Cette notion de sport extrême a évolué au fil du temps et de nos jours elle s’est considérablement assouplie. Un « sport extrême » est donc un terme populaire désignant une activité sportive particulièrement dangereuse pouvant exposer à des blessures graves en cas d'erreurs dans son exercice. Ces sports peuvent se pratiquer sur mer, dans le ciel ou sur terre. Ils impliquent souvent vitesse, hauteur, engagement physique, ainsi qu'un matériel spécifique.

CONTEXTE : Les skateparks jouissent à l’heure actuelle d’une grande popularité. Mais, vu l’inves-tissement que nécessite une telle installation, beaucoup de communes renoncent à s’équiper. Or, dans la mesure où les jeunes ne disposent pas d’un endroit spécifique situé près de leur domicile, ils auront tendance à utiliser les routes, les escaliers… ,mettant ainsi en danger leur propre sécurité, ainsi que celle des autres usagers. C’est le 25 Avril 2008 que trois passionnés de sports extrêmes donne naissance à la « Skateboard Attitude ». Notre association à pour but de développer le skateboard en Couserans en sollicitant financièrement et matériellement les municipalités pour la construction d’un skatepark plus adapté.


PROJET SKATEPARK Comment devient-on pratiquant ? Il serait prétentieux d’énoncer toutes les raisons tant elles peuvent être différentes et variées. Tout d’abord, on ne naît pas pratiquant ! On le devient par choix et par envie. Il y a, bien évidemment, la recherche de sensations fortes, d’adrénaline, de repousser ses limites. Pourtant, tous les pratiquants n’aspirent pas à ces raisons liées au besoin de se surpasser physiquement. Il y a aussi une demande de changement ; d’originalité ; d’esprit d’équipe (sans forcément faire allusion à l’esprit d’équipe sportive) ; des envies de se différencier et d’exister autrement que sous la forme la plus connue du sportif bien sage. Il n’est qu’à noter l’évolution de nos disciplines en commençant par étudier comment à évolué le « look » du pratiquant. Il est très facile, pour des initiés, de reconnaître un pratiquant même sans sa « board » (skateboard) ou son « bike » (son bmx). Savoir reconnaître un pratiquant c’est aussi s’intéresser à ses besoins. Et l’une des attentes fondamentales c’est de pouvoir se renouveler.

PrEsentation des inititiateurs du projet : Le skatepark de Saint-Girons a vu ces dernières années se diversifier les disciples, en effet le skateboard étant à l’origine le sport le plus répandu on peut remarquer un bon nombre de BMX et plus récemment encore des trottinettes. Le nombre de pratiquant croissant d’année en année nous lançons le projet d’agrandissement du skatepark de Saint-


Girons. L’association « Skateboard Attitude » prenant contact avec toutes les personnes intéressées, à essayé de créer un projet le plus complet possible répondant aux demandes de tous les pratiquants, dans les normes, permettant aux parents d’accompagner leurs enfants dans un cadre des plus agréable possible.

Descriptif et objectif du projet : Notre projet a pour but de refaire le skatepark de Saint-Girons en reprenant à zero tout ce qui a été fait jusqu’à présent de façon à occuper tout l’espace disponible et le rendre accessible à tous les niveaux de pratiques. (expert, confirmé, perfectionnement et débutant). Pour ce faire, nous avons pris contact avec une entreprise de création de skatepark “CONSTRUCTO” qui depuis de nombreuses années maintenant contruit et rénove un grand nombre de skatepark en Europe. Voici leur site internet:

http://www.constructo.fr/

Cependant notre projet n’a pas seulement pour but de refaire le skatepark, mais aussi de rendre le lieu plus accueillant en mettant à disposition des bancs pour les parents et les pratiquants, un abris, des éclairages, un panneau d’affichage permettant aux personnes qui le souhaitent d’afficher des petites annonces, vente de materiel, évenements, competitions … Il s’agit donc ici d’objectifs à long terme.

Place du projet dans l’offre globale de la commune : La modification du skatepark permettrait d’apporter à la commune un lieu rassembleur, un lieu de rencontres et d’expression, un aménagement complémentaire dans l’offre de loisir de la commune, de plus gros évenements touchant plus de personnes. En effet l’amménagemment actuel ne permet que de petites competitions n’apportant que peu de monde. La commune de Saint-Girons ferait parler d’elle car dans la region Midi-pyrénées elle serait l’une des seule à proposer un skatepark aussi complet. En effet les skatepark construit par l’entreprise constructo sont reconnu dans toute l’Europe et beaucoup de riders et de team font la tournée de ces parks curieux de voir à quoi ils ressemblent! Ces installations que propose cette entreprise sont unique et considérées par les sportifs les utilisants comme des oeuvres d’art! Lien internet de l’article et la video de la première competition de skate à Saint-Girons: http://www.ladepeche.fr/article/2011/10/27/1202278-une-premiere-competition.html http://www.youtube.com/watch?v=417aIncqX78


L’emplacement :

L’emplacement actuel du skatepark convient parfaitement car il est integré dans un ensemble de structure sportive (football, rugby, basketball…). Suffisament loin des habitations pour éviter tout problème de voisinage, mais suffisamment proche de la ville pour permettre au jeunes d’y venir par leurs propres moyens et d’être vue des autres car ces sports sont spectaculaires et demande du public…

Budget : Pour que le projet soit réalisable le budget envisageable est d’environs 80 000 euros. En effet pour pouvoir acceuillir une trentaines de riders sur le skatepark il nous faut une surface minimum acceptable ce qui explique cet investissement conséquent. Sachant qu’à SaintGirons et dans les petites communes alentours actuellement plus d’une trentaines de personne viennent y pratiquer leurs sports régulièrement, le skatepark n’étant pourtant pas atrayant et en mauvais état. Ayant contacté l’entreprise “CONSTRUCTO” il m’ont affirmé que rien n’était envisageable en dessous de cette somme. Le Skatepark actuel construit il y a 4 ans maintenant et dans lequel la commune y a investie environ 30 000 euros tombe en ruine, notre skatepark à meme était cité comme exemple sur un blog: http://skateparks-fabricants.blogspot.fr/2010_05_01_archive.html

Le skatepark en métal de Saint Girons se dégrade et devient dangereux


Voici un énième exemple d'un skatepark acheté a prix fort sans aucune concertation avec des pratiquants expérimentés. Résultat un skatepark moche, inadapté et dangereux qui part en morceaux au bout de quelques mois. Tout est a revoir ou plutôt a refaire en évitant cette fois de refaire appel a ce type d'entreprise de skateparks modulaires d'un autre temps afin d'éviter de gaspiller une fois de plus des milliers d'euros. Pourquoi ne pas investir une bonne fois pour toute certe, une somme trois fois plus importante mais dans un skatepark qui fera beaucoup plus d’heureux, qui fera la renommé de la commune dans le département en terme de “sport extreme” et qui surtout durera cinq voir six fois plus longtemps.

Ce qu’il faut aussi prendre en compte c’est le nombre de personne qu’un tel projet attirera. Beaucoup de jeunes vont se mettre à pratiquer ces sports en voyant l’installation mise à leurs disposition, comme c’est le cas actuellement à Saint-Gaudens ou énormément de jeunes se lance dans ces sports grace au skatepark qui vient d’y être construit (par “CONSTRUCTO” avec un budget d’environ 120 000 euros.). Un nombre important de “rider” demandent forcément un commerce distribuant du materiel spécifique à leurs attentes. On peut donc envisager l’ouverture dans les années à venir d’un magasin de sport extreme à Saint-Girons.

Les travaux A effectuer : Modules choisis : Il faut préconiser des petits modules pour les débutants ! VRAI ou FAUX ? Sachez que la notion de « Peur » et donc de la prise de risque sont quasi-inexistante chez l’enfant etl’adolescent. De ce fait, il développe plus rapidement son apprentissage et la découverte des modules. Par ailleurs, les pratiquants appliquent la technique du mimétisme ou de la rétro-propagationneuronale. En d’autres termes, nous reproduisons, inconsciemment, la gestuelle et la posture des pratiquants leaders (au sens confirmés ou professionnels). Une aide, au combien, précieuse, dans ces disciplines peu encadrées.


Il faut évitez les petits modules et optez pour des modules larges et hauts ! VRAI ou FAUX ? Connaissez-vous l’effet toboggan ? Voici son concept : plus votre module est large et haut, plus il offre de surface de glisse en cas de chute. Sachant que, comme pour une voiture, le pratiquant se déplace pendant sa chute, si votre module est trop petit, la chute finira sur l’enrobé et souvent à 90 ° par rapport au sol. Parce que votre module est large et haut, la pente du module va permettre d’amortir cette chute verticale en proposant au pratiquant un angle de chute incliné. En plus, la largeur du module rassurera le pratiquant qui se laissera tomber plus facilement dans la pente.

Il faut privilégier de bonnes largeurs pour les modules ! VRAI ou FAUX ?

Il est vrai que si vous lisez la norme AFNOR NF S 52-401, certains modules peuvent avoir de très petites largeurs « les fameux modules de découvertes ». Rappelez-vous que la norme est conçue par différents acteurs et notamment beaucoup de constructeurs de skateparks qui ont une rentabilité à atteindre. Il n’est donc pas difficile de comprendre que les réalités commerciales incitent plus d’un fabricant à vous expliquer cette norme comme elle l’arrange. Pour bien comprendre la réalité de la pratique et de ce besoin d’avoir des modules larges, prenons l’exemple suivant. Bon nombre de débutants exécutent rapidement leur première rotation horizontale (360°) en prenant leur appel en milieu d’éjecte. Il n’est pas rare de

constater que le débutant va se décaler lors de son saut. Avec la vitesse, un décalage de 10 centimètre au décollage peut engendrer un décalage à la réception de près d’un mètre à gauche comme à droite. Où pensez vous que qu’atterrira ce pratiquant ayant pris son appel au milieu d’une éjecte d’un module de 1.20 mètre de large ? Amplifions la chose, sachant qu’un bmx a un empattement de près d’1.50 mètre, prenons le même exemple et cherchons ensemble la largeur minimale pour permettre à notre débutant d’effectuer sans soucis sa rotation. Oui ! Vous calculer bien, ce module devrait avoir une largeur comprise entre 2.00 et 3.00 mètres de large. Ces décalages sont très fréquents pour les rollers et bmx. Merci, pour eux, d’anticiper ce risque en favorisant de bonnes largeurs.

Types de matériaux (béton, bois, acier, autres) Rappelez-vous que vous avez affaire à des sports et pratiques dites « urbaines », en d’autres termes, qui se nourrissent de l’esprit de vos rues, de vos places, de votre environnement urbain. Il vous faut donc intégrer cette idée pour comprendre à quel point le béton se rapproche de ce que recherche les riders.

Types de structures souhaitées : Un skatepark typé street, c’est à dire qui reproduirait au maximum le paysage urbain.


Remarques, apports, observations concernant le projet : Ce public pratiquant est, très souvent, assimilé à des causeurs de troubles et donc ne requerrant que peu de considération. Il est regrettable de le penser, car quand vous aurez fait plus amples connaissances avec vos pratiquants, vous noterez rapidement, leur envie de se responsabiliser et de s’impliquer dans la vie de la commune. Si vous cherchez des conseillers, n’ayez pas peur de baisser la tête et d’écouter ce jeune garçon qui s’évertue à vous donner le meilleur de lui-même.


Dossier Skatepark Saint-Girons