Page 1

Boulleret

dicrim

2011 Commune de Document d’Information Communale sur les Risques Majeurs

mouvements inondation lente de terrain liés inondation rapide à la sécheresse

transport de marchandises dangereuses

unité nucléaire

tempêtes fréquentes

Document à conserver


sommaire éditeur : Mairie de Boulleret Directeur de publication : J.L. Billaut Rédaction : B. Buffet, A. Raimbault, H. Chopineau, S. Bertin

les risques d’inondations

Création et impression : JMI - 18240 Boulleret - 02 48 72 32 25

les risques climatiques

Crédit photographique : mairie de Boulleret, journal de Gien, M. Picardeau, JMI

pages 4 à 9

pages 10 et 11

les risques nucléaires

Tirage : 850 exemplaires Distribution : La Poste

le transport de matières dangereuses

Contact : Mairie de Boulleret - 02 48 72 31 15 mail : mairie.de.boulleret@wanadoo.fr site : www.boulleret.fr

pages 12 et 13

page 14 à 16

les retraits ou gonflements d’argile pages 17 à 19

2

Opération financée par la Région centre, EP Loire, Dreal, et Plan Loire Réalisé avec le concours de : la Maison de Loire du Cher.


le mot du maire Nous gardons tous en mémoire les dégâts de la tempête de 1999, des crues de Loire de 2003 et de la canicule de 2003 avec ses 15.000 décès recensés en France. Régulièrement, les médias nous informent des comportements excessifs de la nature : grêle, pluies violentes et abondantes, records de froid ou de chaleur et leurs conséquences sur les populations et les animaux… à ces risques naturels s’ajoutent les risques technologiques liés à l’implantation, à proximité de notre village, d’installations classées, mais aussi du passage de transports de matières dangereuses. « Connaître les risques, c’est mieux les maîtriser ». La prévention face à ces risques commence par l’information pour que chacun puisse prendre conscience des dangers, les anticiper par des mesures préventives, adapter son comportement et faire face rationnellement le cas échéant. C’est l’objet de ce DICRIM : Document d’Information Communale sur les Risques Majeurs, rendu obligatoire par le décret 90-918 du 11 octobre 1990 et par la loi du 30 juin 2003 instituant l’obligation d’information du citoyen sur les risques naturels ou technologiques auxquels il est susceptible d’être exposé. Prenez le temps de le lire. Conservez-le à portée de main ! facile d’accès, simple, concis et pratique, ce guide est un véritable outil de sensibilisation, vous pouvez aussi le consulter sur le site internet de la commune.

Je vous souhaite bonne lecture !

Le Maire Jean-Louis BILLAUT

3


Les marques de crues : une mémoire gravée dans la pierre.

La Loire est un torrent et, lorsqu’elle se met en colère, elle détruit tout. Ce n’est pas l’homme qui domptera la Loire, mais la Loire qui domptera l’homme. Imbart de la Tour, La Loire - 1900

Marque de la crue de 1846, à la ferme équestre de Sort.

L E S R I S Q U E S D ’ I N O N D AT I O N S qu’est-ce qu’une inondation ?

● une remontée de la nappe phréatique avec ou sans phénomène artésien ● un ruissellement violent en Une inondation est une tout milieu, rural ou urbain submersion plus ou moins ● une stagnation des eaux rapide d’une zone, avec des pluviales hauteurs d’eau variables. ● des passages par dessus les Elle peut se traduire par digues (surverses) ● un débordement de grande ● des ruptures de digues ampleur du cours d’eau (passages en brèches) ● des perforations des parois des digues (passages par renards) ● des remontées par les affluents (passages en remous)

4

et à boulleret ?

L’inondation peut être engendrée soit par le débordement de la LOIRE seule, soit par le débordement de la rivière du Moulin Neuf seule, ou bien par la combinaison des deux. La Loire a connu sa plus grande crue en 1866, la plus spectaculaire et la plus dévastatrice, où l’eau aurait atteint les 6,20 et 6,60 m sur l’échelle de Cosne sur Loire, et a rejoint le Canal latéral à la Loire. Des marques de crues ont d’ailleurs été gravées dans la pierre : à Rognon, chez M. Forest « l’eau arrivait au niveau de la cheminée » (crue de septembre 1866), sur le pignon du cellier, en face de chez lui (crue d’octobre 1866), et à Sort, sur les pierres de chaque côté de la porte du logis de la ferme équestre (1846). Une crue de cette ampleur a, chaque année, une probabilité d’apparition d’environ 1%. La notion de risque, bien présente à l’esprit de nos ancêtres, a peu à peu été oubliée même si de temps à autres, la Loire nous rafraîchit la mémoire. La crue de décembre 2003 nous a fait une démonstration convaincante et aura vraiment marqué nos esprits.


inondations p ar la L oire La Loire connaît 3 types de crue : ● Les crues d’origine «océanique» Ces crues, comme celle en 1910, sont les plus fréquentes. Elles font suite à d’importantes pluies généralisées sur le bassin. Ces fronts pluvieux proviennent de l’Ouest. ● Les crues d’origine «cévenole» ou méditerranéennes. Elles résultent de précipitations orageuses très soutenues et très brutales sur l’amont du bassin de la Loire. La crue de 2003 était une crue d’origine cévenole. ● Les crues mixtes La combinaison d’une crue cévenole et d’une crue océanique provoque un phénomène de grande ampleur. Les inondations catastrophiques d’octobre 1846, juin 1856 et septembre 1866 résultaient de crues mixtes.

D’après les repères de crues inventoriées sur les maisons, il semble que le fleuve ne soit passé derrière les digues et n’a envahi notre val qu’en trois occasions, lors des crues de 1846, 1856 et 1866. Dans les trois cas, l’eau a pénétré soit en passant par dessus les digues, soit par une remontée d’eau, soit par des brèches ouvertes. Ces inondations ont bien entendu laissé des traces et de nombreuses habitations citées en portent les marques.

Le val de Loire, crue de décembre 2003.

pour convaincre Nos ancêtres ont connu la crue de période de retour de 170 ans, type 1856-1866 : 6,20-6,60 m à l’échelle de Cosne sur Loire. ATTENTION ! Le risque de rupture de la levée est important : l'ensemble du val inondable est alors concerné. Calvaire dans le bois de Cavignon, entre Rognon et Champfleury, érigé à la mémoire de M. Seguin, qui après avoir sauvé des habitants de Rognon, a chaviré avec son embarcation et s’est noyé.

5


les mesures de prévention et de protection - Loire ● surveillance et entretien des digues (DDT- état) ● prise en compte des zones inondables dans le Plan Local d’Urbanisme (Mairie) ● collaboration avec les Pompiers, la Préfecture, la Gendarmerie, la DDT et le Conseil Général ● mise en place du Plan Communal de Sauvegarde : déclenchement au seuil d’alerte (Mairie). ● Le barrage de Villerest, près de Roanne, est le seul à pouvoir écrêter les crues. Il peut diminuer les plus grosses crues de 40 cm environ, à l’échelle de Cosne sur Loire. Ce fut le cas en 2003. Mise en place du P P R : plan de prévention des risques. ● Il fait connaître les zones à risques et définit les mesures pour réduire les risques encourus. ● Il prévoit l’information préventive des citoyens, la protection par les collectivités et l’État des lieux habités, les plans de secours et d’évacuation. ● Il règlemente l’occupation des sols, tient compte des risques naturels dans l’aménagement, la construction et la gestion des territoires.

6

Cartographie de la crue de période de retour de 170 ans, type 1856-1866. source : équipe pluridisciplinaire PLGN/IGN

Marque de la crue de 1866, située à Rognon, sur le pignon d’un cellier, altitude 143,89 cm.

0

0.5 1

2.5

estimation des hauteurs d’eau en m


inondations p ar la ri v i è re du m oulin neu f Les inondations de plaine La rivière sort de son lit mineur lentement et peut inonder la plaine pendant une période relativement longue. La rivière occupe son lit moyen et éventuellement son lit majeur. Les crues des rivières torrentielles et des torrents Lorsque des précipitations intenses tombent sur tout un bassin versant, les eaux ruissellent et se concentrent rapidement dans le cours d'eau : d'où des crues brutales et violentes dans les torrents et les rivières torrentielles. Le lit du cours d'eau est en général rapidement colmaté par le dépôt de sédiments, et des bois morts peuvent former des barrages appelés embâcles. Lorsqu'ils viennent à céder, ils libèrent une énorme vague, qui peut être mortelle.

Marque d’inondation, maison aux Fouchards.

témoignage Yves Lièvre, un habitant des Fouchards nous raconte :

« La rivière est sortie 2 fois de son lit en 30 ans. Le 23 mai 1986, suite à des pluies incessantes et diluviennes durant 4 jours, la rivière a envahi mon habitation qui se situe à une centaine de mètres de celle-ci. La rivière devenue torrent en seulement 4 heures a fait trembler le petit pont en amont. Elle a même rejoint le Canal latéral à la Loire. J’ai relevé au moins 50 cm d’eau sur le mur de mon garage. J’ai, fort heureusement, été très réactif pour installer un calfeutrage avec des planches afin d’éviter que l’eau entre dans la maison. Seulement 4 cm d’eau se sont infiltrés alors que mes voisins déploraient de voir environ 1 m d’eau dans leur habitation. Cette crue fut brutale en raison de précipitations intenses emportant avec elles résidus et branchages et s’écoulant difficilement dans la conduite qui passe sous le canal. »

Quand une innocente petite rivière se révèle menaçante…

7


inondations p ar la L oire , la  les mesures de prévention et de protection - rivière du Moulin Neuf

les bons réflexes

● P P R : le plan de prévention des risques est en cours. ● entretien des lits et des berges des cours d’eau de la commune (Mairie et riverains) ● prise en compte des zones inondables dans le Plan Local d’Urbanisme (Mairie)

avant

inondations p ar le c anal lat é ral à la loire Le canal présente un risque de rupture de berges, mais ce risque est très peu prévisible.

les mesures de prévention et de protection - canal latéral à la loire ● Surveillance et entretien des berges par les Voies Navigables de France.

8

● informez-vous sur votre contrat d’assurance : prise en compte des frais d’assèchement, nettoyage... ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

● ●

fermez portes, fenêtres et aérations montez ou surélevez les meubles et l’électroménager ouvrez toutes les portes intérieures du domicile laissez la porte d’entrée fermée mais non verrouillée mettez les produits toxiques au sec faites une réserve d’eau potable et d’aliments disposez d’un poste de radio portable avec piles, de bougies, d’une lampe de poche, d’allumettes, de sacs poubelle, de réchaud de camping prévoyez les moyens d’évacuation et d’hébergement mettez les animaux à l’abri conservez les papiers administratifs, l’argent, les médicaments les effets personnels, les objets de valeur à l’étage prévoyez des vêtements chauds et des bottes prévoyez des couvertures et un chauffage d’appoint prévoyez une trousse d’urgence évacuez les véhicules vers une zone non inondable coupez les différentes alimentations - électricité : débranchez tous les appareils avant l’arrivée de l’eau - chaudière : coupez l’alimentation de fuel ou de gaz au niveau de la citerne et vérifiez l’arrêt de tous les robinets - gaz : fermez le robinet d’alimentation générale - eau potable : fermez l’alimentation en eau seulement si l’on vous informe d’un risque de pollution téléphone : sauf si la prise risque d’être inondée, gardez l’appareil branché vérifiez l’amarrage des cuves de fioul et de gaz.


ri v i è re du m oulin neu f ou le c anal lat é ral à la loire pendant

● écoutez la radio pour connaître les consignes à suivre ● ne tentez pas de rejoindre vos proches ou d’aller chercher vos enfants à l’école : ils y sont en sécurité ● libérez les lignes téléphoniques pour les secours ● ne consommez pas l’eau du robinet sans l’avis des services compétents ● ne vous engagez pas en zone inondée ● évacuez les lieux dès que cela vous est demandé même si la zone n’est pas encore inondée.

après

ne touchez pas les câbles tombés à terre attendez l’ordre des autorités pour réintégrer votre maison aérez et désinfectez les pièces inondées chauffez dès que possible rétablissez l’électricité : uniquement après intervention d’un professionnel et sur une installation sèche ● circulez avec prudence : chaussées boueuses, affaissements... ● déclarez les dégâts aux compagnies d’assurances après évaluation avec des professionnels compétents (catastrophes naturelles), prenez des photos, évaluez les dommages, leur nature et estimez leur valeur. ● ● ● ● ●

pour vous informer

La crue du 24 mars 1988.

www.vigicrues.ecologie.gouv.fr/ 08.25.15.02.85 France Bleu Berry Sud 103.2 Mhz France Inter 94.9 FM GEDICOM, automate d’alerte vous avertira. Alerte également par porte à porte si besoin.

les points de regroupement Le Foyer Rural Le complexe Sportif

Si vous ne rejoignez pas ces lieux après une demande d’évacuation, prévenez la Mairie.

9


la c ani c ule

On parle de canicule lorsque de fortes chaleurs persistent sur plusieurs jours et lorsqu’une température nocturne élevée ne permet pas un sommeil réparateur.

Les personnes les plus vulnérables lors d’une canicule sont : ● Les personnes âgées, ● Les personnes handicapées, ● Les nourrissons, les enfants de moins de 4 ans.

L E S R I S Q U E S C L I M AT I Q U E S pour convaincre

Nous gardons en mémoire la canicule de 1976 qui débuta en mai et dura jusqu’à mi-septembre. On ne relèvera dans notre région que 1 à 2 mm de pluie en juin. Doublée d’une chaleur caniculaire, cette sécheresse aura fait des ravages : prés grillés, rivières taries… Plus récemment dans l’été 2003, des records de température ont été enregistrés sur le secteur (38° à l’ombre) et se sont prolongés sur plusieurs jours.

les mesures de prévention et de protection

10

La commune de Boulleret assure, à leur demande, le recensement des personnes vulnérables. Une cellule de veille est activée en situation de canicule. Les inscriptions se font en Mairie.

les bons réflexes

● passez au moins 3 heures par jour dans un endroit frais ● rafraîchissez-vous, mouillezvous le corps plusieurs fois par jour ● buvez fréquemment et abondamment, même sans soif ● évitez de sortir aux heures chaudes ou de rester en plein soleil ● fermez vos volets pendant la journée ● n’hésitez pas à aider vos voisins et connaissances ou à demander de l’aide.

l a te m p ê te e t l e s ora g es

La tempête est un phénomène atmosphérique, incontrôlable, qui déplace sur un territoire des masses d’air circulant à très grande vitesse : plus de 90 km/h. Elle peut être accompagnée d’orages, de pluies ou de grêles intenses. Le risque réside dans l’éventualité de projectiles divers (toitures, cheminées, infrastructures métalliques…), de chutes d’arbres, de chutes de réseaux aériens (électricité, téléphone).


pour convaincre

les bons réflexes

On peut se souvenir ● des tempêtes Luther et Martin de décembre 1999 dont la vitesse du vent était de 130 km/h. 88 français y auront laissé leur vie et 270 millions d’arbres auront été détruits ● de la tempête d’août 2008 avec des vents atteignant en rafale près de 120 km/h ● de la tempête de février 2009 : des rafales de vent dans la nuit avec des pointes de l’ordre de 100 à 130 km/h.

avant

les mesures de prévention Une surveillance météorologique est effectuée deux fois par jour par Météo-France. Les services de la Préfecture sont mis en alerte, si nécessaire, par la Protection civile. Le Préfet communique au Maire l’état d’alerte pour qu’il active les moyens communaux. Pluie diluvienne au rond-point du centre-bourg de Boulleret.

● rangez les objets exposés au vent, gagnez un abri en dur, fermez les portes et volets ● abritez-vous hors des zones boisées ● informez-vous du niveau d’alerte, des messages météo, de l’état des routes ● pour les agriculteurs, rentrez votre bétail et vos matériels agricoles.

pendant

● débranchez les appareils électriques et antennes de télévision ● évitez de téléphoner ● évitez les déplacements et toute activité extérieure

après

● évaluez les dangers immédiats ● ne touchez pas aux fils électriques ou téléphoniques tombés à terre ● méfiez-vous des objets prêts à tomber : antennes, tuiles, tôles… ● signalez aux autorités les dangers, arbres, branches pouvant s’abattre ● soyez patients, respectez les priorités des services de secours ● évaluez les dégâts et effectuez vos déclarations à votre assureur et à la Mairie.

pour vous informer

Canicule info service 0 800 06 66 66 www.sante-sports.gouv.fr/canicule-et-chaleurs extremes www.meteofrance.com/vigilance www.inforoute18.fr - 0800 15 15 18 www.bison-fute.equipement.gouv.fr - 0800 100 200 GEDICOM automate d’alerte vous avertira.

11


être exposé ou ingérer des particules ou des aérosols Le risque nucléaire relève radioactifs. d’un évènement accidentel Le risque nucléaire majeur pouvant produire apparaît en cas d’accident ● une situation d’irradiation : conduisant à la fusion être exposé à des rayonnements du cœur du réacteur d’une ● ou de contamination : centrale nucléaire.

et à boulleret ? Notre commune est concernée par le Plan Particulier de la Centrale Nucléaire de Production électrique de Belleville.

Pas de signal d’alerte à Boulleret : signal d’alerte aux alentours de la centrale nucléaire.

graphies/MEDD-DPPR

qu’est-ce que le risque nucleaire ?

L E S R I S Q U E S nu c l é aires pour convaincre

Pour mesurer le niveau d’un accident nucléaire, une échelle de référence a été créée par l’Agence internationale de l’Energie atomique de Vienne. Elle porte le nom d’échelle INES et comporte 7 niveaux de gravité. Le niveau le plus élevé, le niveau 7, correspond à l’accident de Tchernobyl. En France, le plus grave accident, celui de Saint Laurent des Eaux en 1980 se situait au niveau 4.

les mesures de prévention et de protection

12

EDF met en place un Plan d’Urgence Interne qui définit l’organisation des moyens de secours sur le site face à un accident, classique ou nucléaire. Le Préfet, en liaison avec l’exploitant EDF, établit un Plan Particulier d’Intervention qui prévoit la protection des populations et de l’environnement.

les bons réflexes avant

VOUS SEREZ ALERTÉS : 1 - Par les véhicules d’alerte des pompiers qui passeront sur les voies publiques et diffuseront un message 2 - Par la radio : France Inter FM - 94.9 Radio Bleu Berry-Sud 103.2 Radio Nohain - 93.6 3 - Par la télévision : France 3 Ile de France-Centre


le préfet peut vous demander de : 1 - vous mettre a l’abri ● mettez-vous dans un bâtiment clos, ne restez pas dans un véhicule ● fermez soigneusement portes et fenêtres ● arrêtez les ventilations mécaniques et les chauffages à combustion dans l’habitation et ● écoutez la radio et la télévision ● laissez libre le réseau téléphonique pour les urgences ● laissez vos enfants à l’école, ils seront à l’abri dans leur établissement scolaire et pris en charge par leurs enseignants. Si vous êtes agriculteur, vous devez aussi : ● maintenir à l’abri les animaux dans des locaux fermés avec des aliments pré-conditionnés ● les laisser au pré s’ils sont éloignés de la ferme.

Pendant ce temps, vous pouvez : ● boire l’eau du robinet ou des boissons conditionnées en bouteille, en briques y compris le lait ● manger les provisions entreposées à l’intérieur du domicile avant l’accident. 2 - évacuer ● rassemblez vos affaires indispensables dans un sac bien fermé : vêtements, chaussures, affaires de toilette, affaires de nuit, médicaments, papiers (identité, sécurité sociale), argent liquide, chèques, bijoux… ● coupez le gaz, l’électricité et l’eau ● emmenez vos animaux familiers ● fermez les volets, les fenêtres et les portes à clé ● des autocars, qu’il vous est vivement conseillé d’utiliser, viendront vous prendre à proximité de votre domicile, aux points de regroupements prévus dans votre commune

● si vos enfants sont à l’école, ils seront conduits dans le même centre de regroupement* que vous, vous les retrouverez à cet endroit ● si vous prenez votre véhicule personnel, suivez strictement les itinéraires indiqués, vous ne pourrez pas compter sur les stations-service. 3 - prendre de l’iode Le comprimé d’iode évite à l’iode radioactif de se fixer sur la glande thyroïde. Le comprimé est à dissoudre dans une boisson : eau, lait ou jus de fruit. ● adulte : homme et femme, femme enceinte, enfant de + 12 ans ► 2 comprimés ● enfant : de 3 à 12 ans ►  1  comprimé ● nourrisson : jusqu’à 36 mois ► ½ comprimé ● nouveau-né : moins d’1mois ► ¼ de comp. ● animaux domestiques ► ½ comprimé

Les comprimés vous sont distribués gratuitement, dans les pharmacies installées dans le périmètre de 10 km autour de la Centrale de Belleville.

* Points de regroupement à Boulleret : Place du Bourg Foyer Rural

pour vous informer France Bleu Berry Sud : 103.2 Mhz France Inter : 94.9 FM Par la télévision : France 3 Région Centre ou France 3 Bourgogne. GEDICOM automate d’alerte vous avertira.

13


et à Boulleret ?

La commune de Boulleret est exposée aux risques de transport de matières dangereuses du fait des transports routiers traversant la commune.

Le symbole du danger prépondérant de la matière, doit être apposé sur l’emballage.

L E S R I S Q U E S de trans p ort de m ati è res dan g ereuses qu’est-ce que le risque de transport de matières dangereuses ?

Ce risque peut survenir en cas d’accident impliquant ● une unité mobile : sur voie routière, ferroviaire, fluviale ou ● une canalisation transportant des matières dangereuses : toxique, radioactive, inflammable. Une matière dangereuse est une substance susceptible de présenter un danger grave pour l’homme et son environnement.

14

les dangers

● L’explosion déclenchée par un choc ou une étincelle sur des produits hautement inflammables ou explosifs. Elle peut blesser par onde de choc ou projection de débris, elle peut aussi souffler des constructions. ● L’incendie des produits pétroliers ou chimiques enflammés suite à l’accident. Outre la propagation de

l’incendie, ils peuvent également provoquer des fumées toxiques. ● La dispersion d’un produit, suite au renversement ou la rupture du container : les matières dangereuses vont se répandre dans l’air, sur le sol ou dans l’eau (rivière et nappe phréatique). La diffusion dans la nature de produits toxiques justifie le déclenchement d’une alerte.


pour convaincre Explosion d’un camion-citerne

Cercle de feu (jusqu’à 150 m) Onde de pression

Nuage de vapeur en feu Le nuage de vapeur en feu « saute » par dessus les toits : une personne derrière une maison sera en partie protégée de l’onde de pression, mais sera brûlée par les micro-goutelettes en feu qui retomberont sur elle.

Aire dans laquelle toute personne présente sera blessée mortellement par le feu et l’explosion. (surface circulaire autour du point d’incendie) Aire dans laquelle toute personne présente sera bléssée mortellement par le feu et l’explosion. (en dehors de l’aire circulaire, progression selon le vent) Surface en dehors du nuage, dans laquelle on observe de graves dommages à 10 % du bâti, 1 personne sur 50 dans les bâtiments sera blessée mortellement. Au-delà de 350 m, pas de blessure fatale.

les mesures de prévention et de protection Le Transport De Matières dangereuses (TDM) fait l’objet d’une réglementation encadrée et rigoureuse. Les véhicules transportant des matières dangereuses sont équipés de plaques permettant aux secours, en cas d’accident, d’adapter leur intervention. Ces plaques évoquent le type de danger, le type de produit et son niveau de dangerosité. Des interdictions pour les TMD d’emprunter la route départementale 13 (du PR34+619 au PR36+318) et la voie communale 1 au lieu-dit « Champ Cocheux », (arrêté du 20  Mars  2008), ont été mises en place afin d’assurer la protection du captage d’eau potable en respectant le périmètre de protection.

Les numéros d’identification du danger et de la matière.

15


L E S R I S Q U E S de trans p ort de m ati è res dan g ereuses

les bons réflexes

pendant

après

Vous êtes témoin de l’accident : ● donnez l’alerte ● indiquez le lieu précis, nom de rue et numéro, le nombre de victimes et le type de traumatisme ● donnez les numéros des plaques d’identification de produit et de danger apposées sur le véhicule ● ne déplacez pas les victimes, sauf incendie ● ne restez pas dans la zone de dégagement de fumées ou gaz toxiques, éloignez-vous en, si possible perpendiculairement au sens du vent.

● enfermez-vous dans un bâtiment et calfeutrez les ouvertures, ventilations et aérations ● stoppez chauffage et ventilation (VMC) ● ne téléphonez pas. ● ne fumez pas ● n’allez pas chercher vos enfants à l’école. Les enseignants connaissent les consignes de sécurité. ● écoutez la radio pour connaître les consignes ● soyez prêts à évacuer les lieux à la demande des autorités. ● respectez les consignes données par les services de secours.

● aérez le local dans lequel vous étiez réfugiés. ● consultez un médecin en cas d’irritations. ● changez de vêtements si possible.

16

Exemples de symboles du danger prépondérant de la matière transportée.


et à Boulleret ? Un classement d’aléa existe, partant de « à priori nul », à « fort ». Sur notre village, il est observé des zones d’argile allant jusqu’à l’aléa « fort ». Les hameaux du Gravereau et de Ménétréau sont les plus concernés.

L E S R etraits ou g on f le m ents d ’ ar g ile La variation du taux d’humidité d’un sol argileux expose celuici à un phénomène de rétractation, principalement après une grande période de sécheresse. On observe à ce moment-là une évaporation de l’eau les deux premiers mètres, d’où le terme de « retrait des argiles » qui se dessine verticalement par un tassement, et horizontalement par l’ouverture de crevasses.

Normalement, le sol sous une maison est protégé de l’évaporation en période d’été, et il se maintient en équilibre hydrique, qui varie peu au cours de l’année, mais la canicule peut tout remettre en question. Les dégâts se manifestent principalement sur les façades de murs porteurs, touchant les angles, les bordures de portes et fenêtres.

Pour limiter les fissures sur une maison, un chaînage peut être mis en place, ce qui limitera leur évolution. La présence d’arbres, dont les racines pompent l’eau des sols pouvant aller jusqu’à 5 m de profondeur, accentue ce phénomène en augmentant l’épaisseur des zones asséchées.

17


pour convaincre Après la canicule de 2003, certaines habitations furent touchées comme vous pourrez le constater sur la photo 1 ci-contre. Les chaînages (photo 2) ont été posés récemment. Sur la troisième photo, le tassement du sol est visible, ayant entrainé l’écrasement partiel de la fosse toutes eaux de la maison.

2

Maison à Ménétréau

18

les mesures de prévention et de protection Nous sommes dans les 14 départements les plus touchés. Une cartographie de l’aléa a été mise en place afin de classer et de déterminer les zones les plus à risques.

1

3

Cartographie de l’aléa. source BRGM.


les bons réflexes avant

● identifiez le sol : en cas de doute, il est conseillé de faire procéder par un bureau d’études spécialisées, à une reconnaissance du sol avant la construction ; elle permet de déterminer les mesures à prendre pour réaliser en toute sécurité le projet, tout en tenant compte de cet aléa ● adaptez les fondations ● rigidifiez la structure et désolidarisez les bâtiments accolés ● évitez les variations localisées d’humidité ● éloignez les plantations d’arbres ● évitez les pompages à usage domestique à moins de 10 m de l’habitation ● éloignez les eaux de ruissellement : utilisez des réseaux lorsque c’est possible.

N ° utiles p our alerter POMPIERS : 18 112 pour les portables. N° européen des Secours : 112 POLICE ou Gendarmerie : 17 SAMU : 15 Mairie : 02 48 72 31 15 mairie.de.boulleret@wanadoo.fr www.boulleret.fr

p our se rensei g ner Météo-france : 0892 68 02 18 Radios : France Bleu Berry Sud 103.2 Mhz France Inter 94.9 FM www.vigicrues.ecologie.gouv.fr Par la télévision : France 3 Région Centre ou France 3 Bourgogne

GEDICOM pour vous informer www.argiles.fr www.prim.net

Automate d’alerte, déclenché par la commune ou la Communauté de Communes Haut Berry Val de Loire : il permet d’informer et d’alerter les habitants par téléphone et de manière ciblée, de l’imminence d’un risque majeur naturel ou accidentel (crue, tempête, verglas, canicule, etc.).

19


dicrim

2011

Document Ă conserver 20

Inondation du Val de Loire, fin janvier 2005.

DICRIM  

Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you