Issuu on Google+

  Magazine d’information de la Ville de Saint-Denis - NUMERO 03 - Août 2009 - www.saintdenis.re

VIVE LA RENTRÉE !!!


SOMMAIRE RÉAGISSEZ !

Envoyez-nous vos réactions : communication@saintdenis.re

4- DOSSIER Le Projet Educatif Global

11- DÉVELOPPEMENT SPORTIF Daniel Narcisse, citoyen d’Honneur Jubilés - Des légendes honorées !

13- DÉVELOPPEMENT LOCAL David Cadet, passionné de démocratie

14- DEVELOPPEMENT DURABLE Brigade Verte, pour améliorer le cadre de vie

15- DEVELOPPEMENT URBAIN Une nouvelle passerelle dans le Bas-de-la-Rivière

16- ACTUALITÉS Le passeport biométrique arrive !

17- VIE PUBLIQUE Citoyens d’honneur Maxime Assaby, un humaniste convaincu…

19- VIE MUNICIPALE Oui pour la vie ! L’amour au détour d’un accident Les diamants brillent pour l’éternité

20- TRIBUNES 22- ACTUALITÉS Retour en images

24- SAINT-DENIS BOUGE Agenda

EN COUVERTURE : scène de vie scolaire

DIRECTION DE LA COMMUNICATION Directeur de publication : Joël Périgaud - Rédacteur en chef : Laurent Médéa Rédacteurs : Alix Dijoux, Fabrice François - Photographe : Gaël Ayan - PAO : Fabrice Combes Dépôt légal septembre 2009. Imprimé à 70 000 exemplaires. N°ISSN en cours

2

Mairie de Saint-Denis 1 rue Pasteur 97 400 st-Denis tel : 0262 40 03 02 fax : 0262 40 07 66


ÉDITORIAL ÉCRIVEZ-MOI :

g.annette@saintdenis.re

Construire les Réunionnais de demain VOUS LE VERREZ DANS CE TROISIÈME NU-

Nous avons l’ambition de réunir autour de

MÉRO DE « ICI SAINT-DENIS », une large part

l’enfant, avec l’école et les familles, l’ensemble

est faite au Projet Educatif Global (PEG).

des acteurs pour faire de l’école le pivot de

C’est pour nous la priorité des priorités, non

cette Haute Qualité Éducative (HQE) qui nous

que le reste soit quantité négligeable, mais en

tient tant à cœur.

ces temps difficiles, nous devons faire des

Pour rompre la chaîne de l’exclusion, ces rela-

choix, et c’est le choix de l’avenir que nous

tions confiantes doivent réhabiliter la fonc-

faisons.

tion parentale et redonner à chacun l’estime de

Nous voulons pour Saint-Denis, et au-delà pour

soi indispensable à la construction individuelle.

notre Ile, des Réunionnais dignes, responsables,

Le développement durable passe d’abord par le

décomplexés, entreprenants, polyglottes et ou-

développement humain et notre responsabilité

verts sur le monde.

à nous, politiques, est de préparer le monde

Cet enjeu là, c’est maintenant qu’il nous faut

nouveau que nous laisserons à nos enfants et

le préparer.

de préparer nos enfants à assumer les respon-

Seule l’Éducation Nationale ne pourra gagner

sabilités qui seront les leurs avec fierté et am-

ce pari, car il va bien au-delà de l’école.

bition.

GILBERT ANNETTE

Maire de Saint-Denis

3


DOSSIER

Sur les chemins d’une école ambitieuse Le Projet Educatif Global de Saint-Denis (PEG) vise à amener l’excellence et la qualité aux 18 517 écoliers, qui fréquentent les 85 établissements scolaires de la commune. Ce dispositif fixe les grands choix de la politique éducative de la Ville.

Les jeunes ont toutes les cartes en main pour réussir.

LES GRANDES ORIENTATIONS DU PEG expriment la volonté politique de donner à chaque enfant les moyens indispensables de construire sa personnalité et son autonomie par l’éducation. Les diverses actions municipales proposées aux jeunes enfants de la Ville débouchent sur un épanouissement personnel des enfants, tout en développant citoyenneté, civisme et vivre ensemble. Ces citoyens de demain auront tous les atouts pour devenir pleinement responsables de leur avenir professionnel et familial. Parce que l’avenir de notre société repose en partie sur le renouvellement et l’équilibre des générations, la mise en œuvre

4

d’une politique scolaire ambitieuse est un axe incontournable pour la collectivité dionysienne. I Le PEG stimule également la mobilisa-

« Pour réussir l’avenir de chaque enfant dionysien, la Ville s’engage à leur côté ». tion de tous les acteurs et aboutira à une dynamique de l’ensemble, pour une véritable équité sociale dans toutes les écoles du territoire communal.

L’offre déployée collectivement dans l’intérêt du développement des enfants dans tous les quartiers de la Ville de Saint-Denis s’annonce à la mesure des attentes de la communauté éducative. Pour réussir l’avenir de chaque enfant dionysien, la Ville de Saint-Denis s’engage à ses côtés par une politique de proximité durablement gravée au cœur de l’école républicaine. I ENGLISH AT SCHOOL « DO YOU LIKE LETCHEE ? » « YES, I DO » répondent en chœur les enfants. S’initier de façon ludique, dès le plus jeune âge aux joies anglophones, est désormais une réalité qui tient sans conteste la route


DOSSIER Apprentissage

L’anglais à l’école maternelle, une réalité qui fonctionne.

dans les écoles de Saint-Denis. Dans certaines classes de grande section et cours préparatoires, la méthode d’apprentissage a fait ses preuves. Dès lors, deux fois par semaine sur le temps scolaire, un binôme étudiant agréé par l’Université de La Réunion fait découvrir aux petits élèves les bases de la langue anglaise. Les enfants concernés se sont vite pris au jeu sur les huit écoles de la commune. Entre chansonnettes et mini-jeux d’éveil, nos marmailles baignent aujourd’hui dans un second univers où l’anglais est roi. Et les progrès réalisés dans la langue de Shakespeare sont déjà immenses. Au détour de quelques tournures rapidement assimilées - pour commencer à s’exprimer et à se faire comprendre entre petits camarades de classe – « l’Anglais découverte » va faire un pas de géant au sein des écoles dionysiennes puisqu’une généralisation à l’ensemble des grandes sections est prévue. L’approche pédagogique ne porte d’ailleurs pas uniquement sur la langue. Car au-delà des mots, ce n’est sûrement pas une activité de substitution mais c’est

avant tout l’immersion dans une autre culture enrichissante pour l’avenir de chaque enfant. Un passeport pour pouvoir sereinement s’ouvrir sur le monde et parler peut-être couramment l’anglais dès 16 ans. A terme en 2014, l’initiative du « Plan Anglais Parlé » sera élargie à toutes les écoles maternelles et primaires de Saint-Denis. Quant aux jeunes ayant participé à l’apprentissage british, ils continuent l’aventure… I L’APPRENTISSAGE AU CŒUR DU DISPOSITIF TOUJOURS À LA RECHERCHE DE SAVOIRS et d’apprentissages variés, les jeunes Dionysiens s’émancipent au travers d’une scolarité, tournée aujourd’hui vers le succès personnel de chaque élève. Pour compléter l’enseignement dispensé par l’Education Nationale, la Ville met en place une politique éducative ambitieuse. L’éducation, la priorité de la collectivité est aujourd’hui cimentée autour d’actions pédagogiques pérennes. L’anglais dès la maternelle, l’équilibre alimentaire, le goût, les saveurs ainsi que la

pratique de la natation font partie de ces chantiers initiés dans le but de bâtir l’école solidaire de demain visant la réussite pour tous. L’effort financier engagé sur le bâti scolaire, la réhabilitation des sanitaires, l’étanchéité, la réfection de préaux ou d’aires de jeux extérieures ou les remplacements des postes informatiques s’ajoutent également au programme éducatif global mis en place par la municipalité. En mettant l’humain ainsi au centre de toutes ses préoccupations d’éducation, la Ville accompagne ses enfants pour les placer véritablement sur les chemins du succès scolaire. Favoriser l’éducation plurielle, la culture dans la diversité, l’accès aux connaissances, développer les pratiques sportives et enseigner à chacun des comportements plus responsables, sont donc les principaux objectifs de ce projet pédagogique ambitieux au cœur d’une école citoyenne. A travers cette ambition, la volonté municipale est claire : apporter à chaque enfant, quels que soient son milieu et son quartier, les outils de découverte pédagogique qui favoriseront son épanouissement. I

5


DOSSIER Rencontre

Ericka Bareigts « La réussite individuelle de chaque enfant est l’objectif affiché de la politique volontariste menée par la collectivité dans ce domaine »

L’éducation des enfants, une priorité de la mandature.

ERICKA BAREIGTS, DEUXIEME ADJOINTE - DELEGUEE AU PROJET EDUCATIF GLOBAL COMMENT LA VILLE A-T-ELLE FAIT DE L’ÉDUCATION L’UNE DE SES PRINCIPALES PRIORITÉS MUNICIPALES,TOUT EN LAISSANT À L’ÉCOLE RÉPUBLICAINE SA MISSION PREMIÈRE D’INSTRUCTION ? « Nous souhaitons offrir aux enfants, aux parents et aux enseignants les meilleures conditions d’apprentissage, d’encadrement, d’épanouissement et de travail. Notre objectif est d’offrir des actions concertées pour que s’opère une véritable continuité de l’action éducative entre l’école maternelle, le périscolaire et l’extrascolaire. Des liaisons efficaces entre les services et les professionnels, dans le respect des compétences de tout un chacun doivent émerger de ce chantier pédagogique. Cette politique permettra d’instaurer une véritable cohésion

6

d’ensemble et un réel esprit d’équipe pour développer toutes les compétences et talents de nos jeunes dionysiens au sein des écoles ». La jeune élue dynamique, consciente du rôle prépondérant de l’école pour l’avenir de chaque enfant dionysien a fait le pari

« La petite enfance, un moment fort pour un développement épanoui des enfants en milieu scolaire ». d’épanouir cette jeunesse plurielle des quartiers « en faisant de l’éducation, du sport ainsi que des pratiques artistiques et des loisirs périscolaires de véritables tremplins vers les chemins d’une réussite scolaire où

l’excellence pour tous serait vécue au quotidien ». Parce que ces jeunes sont les futurs acteurs et le devenir de notre organisation sociale, la municipalité veut que ce Projet Educatif Global devienne l’outil référent phare de tous les acteurs éducatifs sur le terrain. « À ce titre, la Ville est à l’origine de la création d’un comité de pilotage réunissant la CAF, l’Eduction Nationale, les représentants de la Politique de la Ville, la Direction de la Jeunesse et des Sports, l’Université de la Réunion, la DRAC, la DRASS et l’ensemble des associations de parents d’élèves, qui a pour objectif d’améliorer les dispositifs existants en plaçant l’enfant au cœur de toutes les actions ». Ceci, afin de mettre en cohérence toutes les actions menées à destination des enfants et des jeunes avec les objectifs éducatifs d’épanouissement scolaire voulus par la collectivité.


DOSSIER

RÉAGISSEZ !

Envoyez-nous vos réactions : communication@saintdenis.re

La politique scolaire de la municipalité veut accompagner durablement la jeunesse.

Dès lors favoriser l’autonomie, la responsabilisation, la création et l’expression ou encore développer la pensée originale dans un environnement favorable permet d’accroître les compétences personnelles de chaque élève. « Nous voulons faire de la période de la petite enfance un moment fort pour un développement épanoui des enfants en milieu scolaire. Dans cet état d’esprit, nous souhaitons une scolarisation dès deux ans et demi des jeunes enfants. Car c’est dès le plus jeune âge que s’acquièrent les fondamentaux de leur éducation… Nous avons voulu pour cette année scolaire augmenter le nombre de lits couchettes dans les écoles maternelles. Nous voulons ainsi favoriser au mieux la phase de récupération. Ce temps de repos nécessaire placera les enfants dans les meilleures conditions qui soient pour pouvoir apprendre ». Ericka Bareigts tient à souligner « la création de huit micro-crèches halte-garderie » sur la commune. A terme, le projet est de construire une vingtaine de structures de ce genre notamment en essayant de les adosser aux

écoles des hauts pour éviter que les classes se vident. Pour l’heure, les investissements atteignent les 3 714 422 € jusqu’en 2010. Dans le cadre du contrat de coopération communale, le Département prendra en charge 2,5 millions d’euros du coût. « Nous avons la simple et unique ambition pour nos enfants dionysiens de ne pas nous limiter à leur apprendre à écrire et à compter » souligne également Ericka Bareigts. Et l’adjointe de poursuivre son engagement sans mâcher ses mots. « La Ville ne se contente pas seulement de fournir les bâtiments et le matériel scolaire, elle a choisi d’apporter sa pierre à l’édifice éducatif et pédagogique d’une école fière de ses valeurs. Bien sûr, chacun conserve son domaine de compétences, nous ne sommes pas là pour remplacer les enseignants, ni pour remettre en cause ce qu’ils font mais pour apporter notre contribution citoyenne à l’éveil intellectuel et culturel de tous les enfants de nos quartiers. » « L’éducation est une priorité de notre mandature. Surtout à l’heure où le gouvernement applique une politique dure.

À Saint-Denis, ce sont dix classes qui vont être supprimées à la rentrée alors que les effectifs vont augmenter. Nous refusons ouvertement la privatisation des petites classes et leur remplacement par les Jardins d’Eveil qui ne visent ni plus ni moins qu’à la suppression à terme des écoles maternelles ». Chaque fois que l’enfant dionysien ouvre les portes de la connaissance scolaire ou des loisirs périscolaires ce doit être l’occasion pour nous de promouvoir l’égalité des chances… I

Les chiffres clés de la rentrée 2009-2010 • 85 écoles • 67 points de cuisson • 1200 agents • 4600000 € - Budget annuel pour la restauration des enfants, • 5200000 € - Budget annuel de subventions aux associations intervenant dans le milieu scolaire, • 3190000 € - Budget annuel travaux de rénovation/entretien du bâti • 2236 lits couchettes pour les petites sections de Saint-Denis • 3 398 mobiliers d’un montant global de 290000 € (tables, bancs, chaises, bureaux) répartis dans les établissements primaires • 125 postes informatiques supplémentaires

Direction Projet Educatif Global 12 rue de l’Europe - La Trinité Montgaillard - 97 400 SAINT-DENIS Tél. : 0262 30 86 00 - Fax : 0262 30 86 58 Horaires d’ouverture : Du lundi au jeudi : 8 h 00 - 16 h 00 Le vendredi : 8 h 00 – 11 h 00

7


DOSSIER

Les grands chefs à la cantine ! Laetitia - 9 ans

petits secrets qui mettront, à coup sûr l’eau à la bouche de nos enfants. Qui a dit que les repas de la cantine ne sont pas bons ? I

UN PLAN SANTE ALIMENTATION EN MARCHE Samuel Thomas de “Chez Sam Traiteur” se félicite d’une telle initiative.

LE GOUT A TOUTES LES SAUCES DANS LE CADRE DE LA SEMAINE DU GOÛT DU 21 AU 26 JUIN, plusieurs grands chefs de l’île, Eric Lavalle, du restaurant « Le Bongo » au Tampon, Romily Dominique du Grand Hôtel du Lagon, Samuel Thomas de « Chez Sam Traiteur » et Jean-Claude Cléret du restaurant saint-pierrois « Le Harim’s » ont accepté de livrer leurs petits secrets culinaires aux 10 cantinières de l’école Gabriel Macé. Au programme des réjouissances de table, de délicieux menus présentés de façon gastronomique ont été servis à l’heure du déjeuner. Concoctés entièrement avec les produits ordinaires des stocks, les succulents achards de légumes et juteuses crevettes épicées, les tendres filets de poulet au pesto agrémentés de chouchous au basilic et les magnifiques bananes rôties aux agrumes ne sont pas restés longtemps dans les assiettes de nos marmailles. L’opération baptisée « Un chef à la cantine » a permis aux 300 élèves de connaître une autre façon de goûter à la

8

traditionnelle cuisine de la cantine, avec une dose de saveurs en plus. Un véritable succès au fil des plats qui ont défilé durant cette semaine gustative et gourmande. Une formule attrayante qui a ravi les palais et aiguisé à coup sûr l’appétit de tous les enfants demi-pensionnaires. La démarche innovante engagée par la Ville se fait en partenariat sur cinq ans, avec l’association des chefs cuisiniers « Le Cercle Epicurien » et le Club de la Restauration Réunionnaise/UMIH. Ce rendezvous des papilles se répètera deux fois par an. La prochaine opération grandeur nature est programmée au mois de novembre prochain dans une nouvelle école de la commune. Une opération qui ne restera pas sans lendemain puisque nos cantinières au contact de ces grands chefs ont acquis des savoirs précieux pour améliorer l’ordinaire. Cette initiative sera suivie en octobre du déplacement de ces mêmes cantinières dans les cuisines des grands chefs pour découvrir à leur tour les

LA RENTRÉE SCOLAIRE 2 009 a permis de lancer en interne dans les écoles le « Plan Santé Alimentation » de la Ville de Saint-Denis. Les services communaux ont établi un diagnostic précis des denrées alimentaires. Les viennoiseries, et autres produits à haute teneur en sucre, ont été enlevés de tous les appels d’offres au profit des fruits et légumes frais. Dans notre mode de vie, l‘aspect éducatif du repas est peut-être trop souvent mis de côté. Pourtant, susciter l’intérêt chez les jeunes enfants est primordial puisqu’ils peuvent acquérir très tôt des notions simples sur les principaux aliments, en même temps qu’un comportement alimentaire sain. Car les habitudes alimentaires s’apprennent dès le plus jeune âge notamment en misant sur une plus grande diversité des entrées avec salade et légumes variés au menu. Il est donc essentiel de débuter l’éducation nutritionnelle quand les comportements et les attitudes n’ont pas encore été totalement établis.


DOSSIER Quand éducation rime avec détente…

Des jeunes dionysiens heureux de leurs vacances à la Saline au Centre Jacques Tessier.

Laurent et son fils Brian, une fine équipe.

L’école joue donc un rôle d’importance dans l’éveil au goût chez les élèves et doit contribuer à leur faire connaître les effets de l’alimentation sur leur santé. I

des enfants ne partaient pas en vacances, la Ville de Saint-Denis a décidé de changer complètement la donne vacances en y consacrant 1 million d’euros… Avec un programme à la hauteur des attentes des petits et des grands, les sourires étaient donc sur toutes lèvres. Entre kapla, bowling, trampoline, escrime, haltérophilie, escrime, boxe, self-défense, trampoline, poneys, tennis, V.T.T, karting et rollers, cinéma, moring, aquarelle, théâtre, mozaïque, ateliers d’anglais, sculpture et chant choral, chacun a pu s’en donner à cœur joie dans les 21 écoles mises à leur disposition pour l’occasion. Une troisième édition haute en émotions qui a ravi une jeunesse dionysienne qui souhaitait avant tout se défouler au travers d’un large choix d’activités culturelles et sportives. Bref, de jolies vacances entre camarades de jeu… I

L’IMPORTANCE DE LA PAUSE MERIDIENNE DÉTENTE La municipalité souhaite que la pause méridienne fasse partie intégrante du projet éducatif de chaque groupe scolaire de la Ville. Car le temps du midi est également un moment d’éveil qui peut atteindre deux heures. L’enfant doit forcément souffler en raison du rythme soutenu des heures de classe, tout en participant à des activités agréables et éducatives. Le personnel intervenant doit être le maillon essentiel de cette chaîne de détente.

Aussi des éducateurs sportifs proposent différents ateliers sport (boxe, karaté, pelote basque) qui contribuent à l’épanouissement de l’enfant en milieu scolaire. Le yoga sera également au programme de cette pause méridienne pour 135 enfants de CM1 et CM2. Durant ces instants propices à recharger à fond les batteries, chacun s’exprime librement et continue à apprendre les règles de la vie en collectivité tout en s’amusant... I

VACANCES LES BONS PLANS VACANCES Des milliers d’enfants participants à l’opération « Les Bons Plans Vacances » initiée par la municipalité entre le 15 juillet et le 12 août, voilà donc le décor ludique planté pour des vacances réussies en plein hiver austral. Partant du constat qu’à La Réunion, 70 %

Les Bons Plans Vacances ont permis de s’initier aux joies de la danse.

Luidji - 12 ans

9


DOSSIER

Un outil de savoir Le savoir se transmet par les livres. La nouvelle médiathèque intercommunale de SainteSuzanne « Aimé-Césaire », inaugurée le mercredi 12 août en est la parfaite illustration. L’établissement flambant neuf de 1 800 m2 à l’entrée de la commune ne passe pas inaperçu.

Selon Ericka Bareigts “Césaire l’aurait sûrement aimée…”

HORAIRES D’OUVERTURE

Du lundi au samedi de 10 h 00 à 18 h 00 et le jeudi de 12 h 00 à 18 h 00 Un espace où la culture s’apprivoise…

S’ÉTENDANT SUR DEUX NIVEAUX avec 45 000 documents disponibles, l’édifice imposant, qui s’apprête à devenir un haut lieu culturel et éducatif de toute la région Nord, a coûté six millions d’euros répartis entre Etat, Région et CINOR. La présidente de la communauté intercommunale du Nord, Ericka Bareigts a officiellement donné vie à cette grande maison qui amène désormais la culture au plus près de chaque foyer.

10

« Il n’y aura pas de développement de La Réunion sans des efforts pour l’éducation, pour la lecture » a affirmé dans son discours inaugural Ericka Bareigts. Lecture, musique, cinéma, multimédia, chacun y trouve donc son plaisir une fois la porte de la médiathèque franchie. Et comme l’a suggéré Ericka Bareigts, « Césaire l’aurait sûrement aimée »… I

TARIF ABONNEMENT

Pour les résidents sur le secteur de la CINOR Jusqu’à 18 ans : 6 euros/an Adultes : 12 euros/an Etudiants : 8 euros/an Pour les non-résidents du secteur de la CINOR 15 euros/an Pour les personnes bénéficiant des minimas sociaux, chômeurs de la CINOR : GRATUIT


DÉVELOPPEMENT SPORTIF

Daniel Narcisse citoyen d’honneur Le Dionysien Daniel Narcisse, pur produit du handball « péï », a toujours illuminé les compétitions mondiales du haut de ses 1,89 m. L’arrière gauche d’exception, surnommé « Air France » dans le milieu, déjà Chevalier d’honneur en 2001 a été cette fois-ci décoré le 20 juin dernier du titre de Citoyen d’honneur de la Ville de Saint-Denis pour son parcours exemplaire sur les parquets du monde entier.

Emu, le champion olympique de Pékin n’oubliera jamais cette journée.

PORTRAIT DE SES DÉBUTS PROMETTEURS À JOINVILLE SPORTS, à ses premiers pas réussis à Chambéry avant un exil en Allemagne de quelques années et un retour aux sources dans sa Savoie d’adoption, en passant par la confirmation suprême de Pékin 2008, Daniel Narcisse a toujours fait preuve d’une grande volonté à gravir les échelons. Daniel Narcisse prononça une phrase symbolique, glissée comme un remerciement à tous les Réunionnais au cours de cette sobre cérémonie protocolaire. « Aux Jeux Olympiques, j’ai vraiment joué avec le cœur et c’est grâce à tout ce que j’ai eu dans ce cœur pendant mon enfance que j’y suis arrivé ». I

Emmanuel, Nathan et Liam

RETOUR AUX SOURCES AVANT DES VACANCES BIEN MÉRITÉES DANS L’ÎLE auprès des siens, Daniel Narcisse a participé à l’hommage sportif rendu à son dalon Patrick Cazal pour son jubilé. L’attachant joueur n’a pas non plus oublié ses racines dionysiennes.

La preuve, le handballeur a fait une visite amicale au petit tournoi de Champ Fleuri organisé expressément en son honneur par la Ville le 20 juin. Les jeunes pousses des clubs du chef-lieu, HBCED, Joinville Lasours, Château-Morange, HBF Saint-Denis, La Montagne et Jeunesse 2 000 étaient de la fête pour célébrer, comme il se doit, leur brillant aîné. Souriant et ouvert à toute la marmaille qui voulait l’approcher, Daniel Narcisse s’est prêté gentiment aux nombreuses sollicitations entre simples dédicaces et séances photos improvisées. Unanimement, la jeune relève ne cessait de mettre en lumière « ce champion disponible et aimable ». Un exemple à suivre pour toute cette génération qui elle aussi veut décrocher la lune olympique. I

11


DÉVELOPPEMENT SPORTIF

Jubilés Des légendes honorées ! Leurs noms sont à jamais gravés dans le patrimoine sportif international. Sur les parquets ou sur les pelouses du monde entier, Patrick Cazal le handballeur dionysien natif de Château Morange, génial gaucher, champion du monde en 2001 à Bercy et Didier Agathe l’indéboulonnable footballeur saintpierrois aux six années passées sous le maillot légendaire des Glasgow Celtics, ont mené avec panache leurs carrières professionnelles dans l’hexagone. Aujourd’hui à l’heure de raccrocher définitivement leur tenue de scène, les deux illustres retraités peuvent désormais savourer un repos bien mérité. Leur dernière sortie au Petit Stade de l’Est a été grandiose.

“Papat le bombardier” toujours aussi efficace dans les airs…

TOUS LEURS CÉLÈBRES DALONS AVAIENT DONC FAIT LE DÉPLACEMENT pour fêter leur « der des ders » le 24 et 27 juin derniers dans un stade en ébullition. L’enceinte Jean Ivoula a grondé de plaisir sous les coups d’éclats d’une pléiade de stars continentales et locales venus expressément pour l’occasion saluer le parcours sportif exemplaire de nos deux héros locaux. Pas moins de neuf champions du monde ont évolué sous nos yeux. Les merveilleux artistes de hand comme Jackson Richardson, Daniel Narcisse, Oli-

12

vier Girault, Nicolas Karabatic, Thierry Omeyer ont brillé par des performances de haute volée, fidèles à leur stature de Champions. Les joueurs étoilés du ballon rond Samuel Eto’o, Guillaume Hoarau, Laurent Robert, Ashley Cole malgré un déluge tombé du ciel, ont rendu une copie copieusement arrosée pour les aficionados de quelques dribbles d’exception, ou autres passements de jambes déroutants l’adversaire pour une rencontre séduisante et spectaculaire. Entre les larmes d’émotion de Papat, les cris de joie et les ovations d’une foule

Didier Agathe à la manœuvre…

comblée, un spectacle de qualité était au rendez-vous. I PAROLE DE SPECTATEURS: “Nou lé la pou nos champions”…

L’association Sours Perkisyon…


DÉVELOPPEMENT LOCAL

Conseil des Secteurs

Passionné de démocratie PAROLE DE CONSEILLER DE SECTEUR : “Comme la Marianne la femme est le pilier du Monde”…

Rencontre entre habitants, confrontation des idées, propositions de projets pour la collectivité, concertation et réflexion partagée, les conseillers de secteur font vivre la démocratie au cœur de leur quartier. Rencontre avec un citoyen bénévole et actif qui veut s’investir à fond dans la vie de sa cité. En tout état de cause, le parfait exemple d’une démocratie de proximité ! David Cadet

DAVID CADET, 37 ANS, FORMATEUR EN ÉCONOMIE et président du conseil de secteur de la Bretagne à ses heures citoyennes, mise véritablement sur ce lieu de libre expression. Là où selon lui « s’exprime et s’écoute la volonté populaire pour accompagner durablement la Ville dans son développement futur ». « Les projets d’aménagement du quartier, la vie de ce dernier ou encore l’amélioration de son environnement local sont débattus au cours de ces réunions quasi mensuelles » indique David Cadet. Une formule participative, entre écologie, valorisation du patrimoine humain et autres activités à mettre en place pour les habitants, qui plaît forcément à ce démocrate dans l’âme, pour comme il le dit si bien, « appuyer davantage les souhaits formulés par les habitants sur le terrain ». Force de propositions et d’animations dans les quartiers, le rôle citoyen de ces 18 Conseils de Secteur a tout de suite sé-

duit ce natif du quartier de La Bretagne qui a frappé à la porte de cette structure sans hésiter une seule seconde. « C’est bien de donner la parole à la population. C’est un moyen de placer la décision entre les mains de chaque habitant désormais responsable. Faire parler la base pour récolter directement la réalité du ter-

“Aujourd’hui on peut réellement définir ensemble l’avenir de notre quartier dans l’intérêt général de tous”. rain aboutira à des projets véritablement conformes aux attentes populaires » tient encore à souligner ce passionné qui avoue

au passage « être fier de son utopisme pour une société plus harmonieuse ». « Les décideurs ont bien compris qu’ils doivent tenir compte des préoccupations et attentes du terrain » poursuit David Cadet qui s’investit à fond dans sa mission de démocratie de proximité, conscient que les conseils de secteur n’en sont qu’aux fondations et que la phase de construction débutera réellement dans quelques mois. La participation des habitants est bel et bien en ordre de marche, en complément de l’action publique municipale. « Une petite contribution pour l’habitant », mais pour David Cadet, « certainement un grand pas pour la démocratie ». I HORAIRE DE LA MAIRIE ANNEXE

Lundi à jeudi : 8 h 00 - 16 h 00 Vendredi : 8 h 00 - 11 h 00 Tel. : 0262 52 52 23 Site internet : cds.saintdenis.re

13


DEVELOPPEMENT DURABLE

Brigade Verte pour améliorer le cadre de vie En fonctionnement depuis le début de l’année, ils sont huit policiers municipaux à composer la brigade verte financée conjointement avec La CINOR. Leur chasse gardée, la protection de l’Environnement sur l’ensemble territoire communal. Pour lutter efficacement contre les dépôts sauvages, carcasses de voitures abandonnées, nuisances sonores ou olfactives, ils patrouillent dans les quartiers chaque jour. Zoom. CES AGENTS DE LA POLICE MUNICIPALE sont des remparts pour lutter sur le terrain contre les incivilités citoyennes. L’abandon sur la voie publique de véhicules en épave, voitures hors d’usage, déchets ménagers, cadavres d’animaux ou toute autre pollution font partie de leur mission première. Cette unité spécifique de la police municipale de Saint-Denis sillonne les rues afin de faire respecter la réglementation et les procédures en matière d’hygiène, de salubrité et de protection de l’environnement. Un champ d’action très large qui vise à améliorer le cadre de vie de tous les riverains dionysiens. Traquer les pollutions, les dépôts sauvages, ces policiers municipaux sont toujours à l’affût du moindre dérapage civique sur le terrain. Toutefois les flags de propriétaires malveillants ne sont pas nombreux dans les rues et puis avant de verbaliser à hauteur de 1 500 €, notamment pour des véhi-

14

Georges-MarieLowinsky, brigadier-chef principal, mise avant tout sur la prévention.

cules laissés à l’abandon, la brigade verte préfère plutôt passer par la voie de la prévention contre tout nouveau contrevenant pris la main dans le sac. Comme l’explique Georges Lowinsky, brigadier-chef principal, la répression est le

Avant tout, la présence des policiers municipaux est préventive, pédagogique et éducative.

dernier recours pour que le message environnemental soit compris par la population dans son ensemble. « Avant d’être répressive, la présence des policiers municipaux sur le terrain est avant tout préventive, pédagogique et éducative. Face à une infraction, priorité est donnée à la conciliation, mais la répression est malheureusement parfois inévitable » En 2009, sur les 947 épaves signalées, 608 procédures ont été traitées et seulement 11 procès-verbaux ont été enregistrés. Leur travail de fourmi au quotidien contribue aujourd’hui aux pas de géant effectués sur le terrain pour une Ville Propre. I

Prise de vue… et marquage des épaves sur la scène des délits…


DEVELOPPEMENT URBAIN CENTRE-VILLE

Bientôt une nouvelle passerelle L’ouvrage d’art métallique, composé de deux arcs porteurs et d’un tablier suspendu surplombe désormais le lit du Bas de la Rivière depuis le 21 juillet. Une passerelle piétonne verra également le jour en septembre prochain et viendra compléter définitivement ce chantier d’envergure.

Un ouvrage d’art exceptionnel.

DANS LE CADRE D’UN PROGRAMME D’AMÉNAGEMENT du quartier du Basde-la-Rivière, la Ville en partenariat avec le Conseil Général s’est donnée les moyens d’acquérir un outil architectural performant. Les nombreux riverains qui franchissent le cours d’eau pour rejoindre l’autre bord peuvent se rassurer. Les piétons pourront prochainement traverser la rivière sans danger, et ce, en empruntant la nouvelle passerelle qui reliera le quai Est au quai Ouest. Les habitants des deux rives auront donc à leur disposition un ouvrage de franchissement, flambant neuf qui assurera un confort et une sécurité optimale aux nombreux usagers du site. Les collégiens et autres passants ne traverseront plus par les berges avoisinantes surtout en temps de fortes intempéries ou d’importantes crues. D’un aspect moderne, la passerelle pourra également être fréquentée par les élèves du nouveau collège Jules Reydellet désirant se rendre au Stade de La Redoute, par les nombreux habitants du quartier souhaitant aller à l’église de la Délivrance ou encore par les Dionysiens de La Petite-Ile voulant rejoindre le centre-ville.

Un chantier qui facilitera la vie aux milliers de riverains.

Les deux arcs de la future passerelle, éclairée interdite aux motos et vélos, pèsent près de 20 tonnes et résistent à des possibles conditions cycloniques sur zone. I

DONNÉES TECHNIQUES • Portée: 55,20 mètres • Longueur du tablier: 57,60 mètres • Largeur du tablier: entre 4,5 et 2,3 mètres • Diamètre des arcs: 50 centimètres • Poids des arcs: 18 tonnes • Poids du tablier: 27 tonnes • Platelage de bois • Béton pour fondation: 130 m3 • Coût de la construction:1,1 million d’euros

Rivière s’élève à 9,1 millions d’euros avec une prise en charge à hauteur de 30 % par la municipalité, soit 2,7 millions d’euros. L’Europe par le biais du FEDER et l’État déboursera les 6,3 millions d’euros restants. A terme, deux berges seront aménagées avec des arbres et des bancs implantés au cœur d’une aire de promenade piétonne et cycliste. Un lieu de vie convivial trouvera toute sa place dans ce nouvel emplacement, destiné à supporter de possibles aléas climatiques. Bien entendu l’insertion des jeunes du quartier dans la réalisation de ce chantier ne sera pas oubliée. I

TRAVAUX D’ENDIGUEMENT LES TRAVAUX DE PROTECTION CONTRE LES CRUES DE LA RIVIÈRE SAINTDENIS ont débuté au mois d’avril et s’échelonneront sur une durée d’un an et demi à deux ans en fonction des conditions climatiques. Cette opération d’endiguement, destinée à protéger les habitations du Bas-de-la-

Des travaux nécessaires…

15


ACTUALITES

Le Passeport biométrique arrive ! Le nouveau passeport biométrique est désormais délivrable par le service municipal des Affaires Règlementaires à l’ancien Hôtel de Ville. Un précieux sésame qui débarque avec plus de sécurité.

Toujours à la pointe du progrès.

Les nouvelles règles du mariage PLUS D’EXAMENS DE SANTÉ POUR SE PASSER LA BAGUE AU DOIGT. Mais le mariage implique maintenant l’obligation de se présenter devant un officier d’Etat Civil pour un entretien avec les futurs époux. Un entretien qui peut se dérouler de façon commune ou séparée selon les cas. Dès lors, cette audition importante va conditionner la publication des précieux bans officiels. Cette nouveauté du cérémonial du mariage, peu encore répandue dans les ha-

16

Avant de se dire OUI !!!

bitudes réunionnaises a été mise en place pour lutter contre le mariage simulé ou arrangé. Les futurs époux doivent être absolument entendus en personne et ne peuvent en aucun cas, être assistés ni représentés. I

LE DOCUMENT OFFICIEL CONTIENT désormais une photo et des empreintes digitales numérisées de son détenteur. La présence du demandeur est également requise pour l’enregistrement et la remise du titre. Ce nouveau passeport coûtera 89 € pour les personnes majeures, 45 € pour un mineur de 15 ans et plus et 20 € pour les moins de 15 ans. Cette fiscalité est minorée d’un euro lorsque le demandeur fournit lui-même deux photographies d’identité conformes aux normes en vigueur. Attention! Les passeports en cours de validité demeurent valables, et ce, jusqu’à leur péremption. C’est aussi le cas des inscriptions d’enfants qui y figurent. Il n’est donc nullement nécessaire de demander leur renouvellement par anticipation. Le service des Affaires Règlementaires s’est donc doté du matériel électronique nécessaire à la prise des empreintes digitales (quatre doigts de chaque main) des personnes demandant un passeport. Il a de plus à sa disposition un appareil photographique numérique pour recueillir l’image du visage du demandeur qui le désire (il sera toujours possible de réaliser des photos d’identité chez un photographe professionnel, à condition que soient respectées les normes préalablement fixées). I HORAIRES D’OUVERTURE

Ancien Hôtel de Ville Du lundi au jeudi : 8 h 00 - 16 h 00 Le vendredi de 8 h 00 - 11 h 00 Tel. : 0262 40 04 42


VIE PUBLIQUE

Citoyens d’honneur Solennel. En ce jour symbolique de la Fête Nationale du 14 juillet dans le grand salon de l’ancien Hôtel de Ville, c’est l’effervescence et l’émotion. Caméras et photographes entourent les heureux et émus nominés, Maire, et autres nombreux invités conviés à participer à la cérémonie.

Des humanistes au grand cœur honorés par la municipalité.

SAINT-DENIS A ÉLEVÉ CINQ PERSONNALITÉS AU RANG DE CITOYEN D’HONNEUR, en présence, notamment de leurs proches, connaissances et amis. Ces citoyens méritants ont œuvré toute leur vie « à apporter leur pierre à l’édifice » dans les domaines économiques, sociaux et associatifs. Une distinction qui leur va aujourd’hui droit au cœur et qui récompense une vie bien remplie au service d’autrui. Ces citoyens ont réellement fait honneur aux couleurs de la Ville… THÉRÈSE BAILLIF:présidente d’honneur de l’AFAR (Association des Femmes Actuelles de La Réunion) et l’AMAFAR (Association des Maisons Familiales de LA Réunion), cofondatrice et présidente du CEVIF (Collectif pour l’élimination des violences Intrafamiliales) défend corps et âme depuis maintes années la cause féminine sur le département. Chevalier de la Légion d’honneur, égale-

ment officier de l’Ordre National du Mérite, la retraitée de l’ONF déborde d’une grande vitalité pour se mettre en permanence à l’écoute des autres LOUIS CHANE-LIAT: fondateur historique de l’usine Adélis et membre de l’Association pour le Développement de la Culture Chinoise. C’est grâce à cette structure que le public réunionnais découvre régulièrement des troupes de chanteurs, de danseurs et d’acrobates en provenance de Chine. Le patriarche de la diaspora chinoise a également introduit la pratique du Kung-Fu sur l’île. JUSTINE EDMOND : Présidente de l’Association de Coopération Humanitaire, elle fut la première réunionnaise à décrocher le CAP national de préparatrice en pharmacie. L’ACH compte aujourd’hui 400 adhérents et 200 entreprises partenaires. L’association reconnue d’utilité publique en 2001 est toujours aux côtés des plus dé-

munis de la Réunion, de Madagascar et du Sénégal en proie à de graves difficultés. GÉRARD LAURET : L’infatigable Président de l’association d’Entraide aux Lépreux et aux familles, ancien instituteur et directeur d’école de La Montagne a consacré toute son existence à aider les malades de la lèpre sur l’île. L’association, dont il a repris les rênes en 1975, se charge de la réinsertion des victimes potentielles mais également de l’aide aux familles dans le besoin. DOCTEUR FIROZE KOYTCHA : il a sorti de terre l’association sanitaire Karane. Ce chirurgien reconnu par ses pairs a également réalisé la toute première greffe de rein sur le département. Ce visionnaire au grand cœur intervient avec son association auprès des populations en proie aux difficultés sur la Grande Ile, en Inde et aux Comores. I

17


VIE PUBLIQUE

Maxime Assaby, un humaniste convaincu… Dans son quartier d’adoption du Bas de la Rivière, l’élu ne passe jamais inaperçu. Figure emblématique de l’artisan au travail, Maxime Assaby, 63 ans, est toujours coiffé d’une bonne humeur. Ses convictions humanistes et son combat pour le développement humain sont ses priorités municipales. « AGIR,TOUJOURS AGIR » dans le sens de l’intérêt commun en toute transparence, la philosophie de l’élu est marquée comme un chemin directeur à suivre pas à pas. « Pour que chacun puisse se sentir à l’aise », l’ancien coiffeur tend l’oreille, discute ouvertement et explique les choix municipaux à une population plurielle, conquise par cette méthode de terrain. « Je m’engage à fond dans les dossiers et je recherche la meilleure solution pour faire avancer concrètement les choses » précise-t-il. Maxime Assaby, conseiller municipal délégué au quartier du Bas la Rivière et à l’artisanat, vice-président de la CINOR, se fait toujours un point d’honneur « à placer l’homme au cœur de son action politique ». Sa politique de proximité consiste « à aider son concitoyen à s’épanouir dans son environnement local ». « Je suis en quelque sorte prédisposé à être proche des autres et à les écouter au

Le contact humain, sa politique de terrain.

18

L’homme public ne ménage pas sa tâche pour rendre service.

quotidien. La coiffure a toujours été synonyme de rencontres et par conséquent d’un enrichissement permanent de tous les instants. Aujourd’hui l’expérience communale est une véritable école de la vie. La proximité avec la population vous donne la possibilité d’être au courant de tous ses problèmes. Vous entrez de plein front dans les difficultés de tout un chacun » précise le conseiller. En fait, son bonheur ne tient qu’à une chose très simple : « aider les gens à résoudre leurs petits et grands tracas et leur offrir un projet concerté de mieux vivre ensemble ». Maxime Assaby accompagne toujours avec la même passion les travaux qui vont s’opérer sur son secteur.

La réhabilitation de l’Église de la Délivrance, la création prochaine d’une Maison des associations sur le quartier pour fédérer toutes les énergies et la délocalisation de la Bibliothèque de la Petite Ile pour placer la culture au cœur du Bas de La Rivière - seront des chantiers que l’artisan suivra avec attention. I

Maxime ASSABY

Tel. : 0262 21 66 25 GSM : 0692 91 10 90 m.assaby@saintdenis.re HORAIRES D’AUDIENCE

Mairie annexe de Petite-Ile Mercredi après midi Samedi matin


VIE MUNICIPALE Cédric Talassia, un dalon s’en est allé… LE MARDI 14 JUILLET À L’AUBE, ce jeune du Chaudron, âgé de 28 ans est parti.

Oui pour la vie !

Fauché sur la route, Cédric Talassia, passionné de ballon rond, employé communal et milieu défensif de l’AS Chaudron laisse derrière lui amis et famille dans une grande tristesse. Personnage entier et droit, Cédric Talassia brillera toujours dans les cœurs de ceux qui l’ont côtoyé.

L’amour au détour d’un accident

Entre eux, l’amour est toujours aussi fort.

France et Raymond Salimina se sont dits oui pour la première fois le 16 août 1949. Une éternité déjà mais l’amour entre nos deux tourtereaux a toujours été fidèle au rendez-vous. Pour cet ancien marin pêcheur et son épouse, leurs noces de diamant sont la suite logique de soixante longues et joyeuses années de bonheur en famille.

Cinq enfants sont ainsi nés de leur mariage. Aujourd’hui on peut dénombrer pas moins de 35 petits-enfants, quinze arrière-petits enfants et deux arrière-arrière-petits-enfants. Dans leur quartier de Sainte-Clotilde, la fête en leur honneur a été somptueuse. I

Les diamants brillent pour l’éternité Jeudi 30 juillet 2009 ENTRE EMILE ET ANDRÉE GROS, l’amour se lit toujours dans les cœurs de nos deux tourtereaux. Après 60 ans de vie amoureuse débutée sous le ciel malgache de Diego Suarez, le couple de dionysien coule des jours heureux à Saint-Denis. Accro de bridge, Andrée a souhaité partager son intense émotion avec ses amies du Club de Saint Jacques. Malheureusement Emile n’a pas pu faire le déplacement, victime de problèmes de santé passagers qui ont nécessité un repos complet… I

Une haie d’honneur pour saluer les mariés.

Les sentiments peuvent parfois se déclarer dans une situation peu commune. Ludovia Mabrouck, policière municipale à Saint-Denis sécurise les lieux d’un accident de la route. Pour parer à toute complication médicale, voilà que débarque sur les lieux Guillaume Dedieu, médecin pour soigner les blessés légers de la banale collision. De rapides mots échangés pour faire un point rapide de la situation d’urgence et chacun s’affaire à sa tâche. Pourtant quelques mois plus tard le 1er août 2009, nos deux acteurs ont troqué leur costume journalier de travail pour revêtir celui d’heureux mariés rayonnant de bonheur partagé la main dans la main. Une histoire de conte de fées saluée par la haie d’honneur protocolaire de collègues policiers municipaux qui ont voulu à leur manière célébrer cette merveilleuse union. I

19


TRIBUNES Les Dionysiens en toute confiance Semer l’argent devant la fenêtre des pauvres. La municipalité de Saint-Denis s’est encore donnée en spectacle dans la rubrique du gaspillage. La presse et l’opinion publique locale se sont émues des dysfonctionnements de la SEM (Société d’Economie Mixte) Sport « Dionysport » créée dans la précipitation, la confusion voire l’incompétence. COMBIEN ONT COÛTÉ LES MANIFESTATIONS ? Quel est le prix réel en incluant la mobilisation des services de la Ville ? Personne ne le sait au juste. Mais tout le monde sait que c’est beaucoup, et c’est même beaucoup trop par les temps actuels de difficulté des ménages et des associations de Saint-Denis. Ce qui est injuste, voire immoral, c’est de mettre beaucoup d’argent du contribuable dans des manifestations de prestige, sans aucune retombée durable pour les Dionysiens. Pour quels bénéfices ?

Pour faire plaisir à quelques sportifs visiteurs millionnaires qui n’ont que peu d’attache ou peu de respect pour La Réunion, affirment amèrement certains. Alors que dans le même temps, les associations de Saint-Denis sont privées de soutien municipal, que les animateurs de quartier et les bénévoles sur les terrains de sport chaque jour, sous la pluie ou le soleil, voient leurs maigres moyens diminuer. Les actions de cette SEM gaspilleuse découragent les associations et insultent l’avenir.

Tous les Dionysiens n’oublieront pas que nous avons proposé une autre politique : créer une SEM de la Solidarité. Les objectifs étaient de soutenir les associations de quartier, notamment pour rendre durables l’emploi précaire de centaines d’employés des associations, licenciés depuis ou sous la menace permanente de licenciements. Notre ambition pour Saint-Denis est bien différente. Nous en avons encore la preuve.

Saint-Denis Solidaire Pour le respect de l’engagement envers les Dionysiens et la majorité municipale TRADITIONNELLEMENT, LES VACANCES D’HIVER SONT RÉPUTÉES POUR ÊTRE CALMES. Est-ce ce manque d’actualité hormis la grippe A qui a conduit les médias à s’intéresser à certains élus de notre groupe ? Cette considération aurait pu être flatteuse si elle s’était attachée au travail, souvent remarquable, de nos élus et non pas comme ce fut le cas à des « ladi lafé » et autres ragots sur la vie privée de nos édiles. Quoi qu’il en soit ces manœuvres, qui se sont avérées vaines car infondées, n’ont en aucune façon entamé l’engagement qui est le nôtre. En mars 2008, nous avons construit cette union autour d’un projet ambitieux pour la cité, à l’opposé de ce qui avait été fait depuis 8 ans. Une majorité de nos concitoyens l’a d’ailleurs bien compris, si

20

l’on en juge le satisfecit du dernier sondage d’opinion. Quelles que soient les difficultés présentes ou à venir, nous ne renoncerons certainement pas si facilement à aller au bout de notre engagement. Et tant qu’il y aura une volonté partagée de respecter ce pacte pour Saint-Denis, nous continuerons à agir dans l’intérêt des Dionysiens.


TRIBUNES Saint-Denis Pour Tous LA VILLE DE SAINT-DENIS A CRÉÉ AVEC UN CERTAIN NOMBRE DE PARTENAIRES une Société d’Economie Mixte nommée Dionysports afin de structurer son action en faveur du sport et des sportifs réunionnais de très haut niveau pouvant servir d’exemple à notre jeunesse. Nous faisons suite en cela à notre engagement en faveur du développement humain, dont la pierre angulaire reste notre Projet Educatif Global, et à notre volonté de développer un « Saint-Denis, ville phare » en matière sportive en visant l’excellence. La SEM Dionysports a ainsi été créée notamment pour tenir compte des évolutions du monde sportif et des enseignements d’expériences précédentes. Son action s’articule autour de trois axes complémentaires qui participeront à l’émergence de cette excellence sportive : - l’organisation d’événements sportifs de grande envergure - la création d’une académie des sports - la facilitation des carrières de sportifs notamment par une meilleure reconversion locale. La création d’une SEM a été dictée par la volonté de la Ville, d’une part, de construire un partenariat étroit avec des compétences diverses, y compris les grands sportifs réunionnais, et d’autre part ne pas s’exposer directement en terme financier. La création de Dionysports a été en cela un succès. Nous comptons de nombreux partenaires locaux dont de nombreux sportifs reconnus au sein du capital de 300 000 € de la société. Conformément à la décision du Conseil Municipal du 21 février 2009, la Mairie détient 50 % du capital de la société pour un montant de 150 000 €. Ainsi, il ne s’agit nullement d’une simple dépense mais bien d’un investissement à long terme. Nous n’avons pas voulu renouveler l’expérience menée par nos prédécesseurs qui

pour faire plaisir à quelques élus et proches s’étaient lancés dans la « superproduction » de l’Opéra de Carmen en régie directe par le service culturel au Stade de l’Est en juin 2007. Cette manifestation que beaucoup de monde a déjà oubliée aura coûté un surcoût de plus de 400 000 € au Festival des Voix du Monde financé directement par la commune pour un total de 715 869,53 €. Cette manifestation avait aussi permis au maire de l’époque de distribuer 2 250 billets gratuits pour 4 000 entrée payantes à quelques jours des élections législatives de 2007 auxquelles il était candidat. C’est parce que nous refusons ce type d’opérations que nous avons créé la SEM Dionysports avec nos partenaires. En effet, cette création implique une plus grande clarté de gestion (un élu de l’opposition siège au Conseil d’Administration) et représente un engagement dans le temps. Certes, l’organisation par la SEM Dionysports des jubilés conjoints de Patrick Cazal et de Didier Agathe a connu un succès mitigé. La SEM Dionysports a dû faire face à des embûches et péripéties de toutes sortes inhérentes à des premières opérations de cette envergure, y compris une météo exceptionnellement mauvaise à cette période. Le Conseil d’Administration de la SEM aura à faire le bilan et à prendre les décisions nécessaires pour la suite. Pour notre part, le contrat est bien en grande partie rempli. Nous avons honoré dans leur capitale ces Réunionnais champions de France (et d’Ecosse) champions d’Europe, du Monde et champions Olympiques ; et réuni pour la première fois ceux qui nous représentent magistralement sur la planète Sport. Ainsi, il s’agit de bouleverser les représentations mentales, en permettant à nos marmailles (1 500 jeunes licenciés des clubs dionysiens ont été invités) de

« toucher du doigt » le modèle, autrement qu’à travers le « petit écran ». C’est aussi ainsi que nous concevons nos missions d’hommes et de femmes politiques responsables qui veulent bâtir de jeunes réunionnais et réunionnaises de haut niveau. Les retombées médiatiques n’ont pas manqué au niveau local mais aussi national, y compris dans le magazine du journal L’Equipe, premier quotidien français du sport, avec un reportage de plusieurs pages sur nos handballeurs et footballeurs pays au milieu d’enfants ou de paysages réunionnais. Les journalistes présents ont souligné comme il se doit la très belle opportunité offerte par ces manifestations de voir pour la première fois à la Réunion deux sélections entièrement constituées de notre élite « kréopolitaine » professionnelle donner une excellente réplique à tous ces grands joueurs internationaux. Quelle fierté pour les Réunionnais ! Deux équipes sont nées et cela laisse présager la possibilité de belles joutes sur notre sol contre d’autres équipes dans les années à venir. Malgré les difficultés accentuées par les délais courts de mise en œuvre, nous n’avons pas à rougir du bilan de ces manifestations. Nous travaillons dès à présent à la réussite de l’ensemble de notre projet. Il s’agit bien de mettre en œuvre avec l’ensemble des partenaires qui partagent notre vision une politique ambitieuse pour ouvrir une nouvelle étape du sport de très haut niveau à La Réunion et s’assurer que cela ne se fera pas au détriment du sport en club et du sport pour tous. Cette réussite au niveau sportif pourra aussi être utilisée dans d’autres domaines qu’ils soient économiques, intellectuels ou artistiques.

21


Saint-Denis swingue pour la fête de la musique

RETOUR EN IMAGES

PLUS DE 300 GROUPES DE MUSIQUE ont rythmé avec un génial tempo cette fête de la musique. En famille, en solitaire ou en amoureux, les milliers de passants ont pu goûter aux joies de cet événement populaire. Une dernière sortie nocturne en apothéose après que la musique se soit invitée tout au long de la semaine à un tour de chauffe dans tous les quartiers de la commune.

Dimanche 21 juin 2009

LE TRADITIONNEL FEU D’ARTIFICE a illuminé la nuit dionysienne de toute sa splendeur. Enchanteur et féerique, le décor s’annonçait grandiose. Entre rosaces lumineuses, cascades en folie, volcans colorés, pluies d’étoiles merveilleuses, la magie visuelle et sonore a hypnotisé une foule venue nombreuse pour suivre ce spectacle haut en couleurs.

Fête de

Bellepierre

EXPOSITION DE TABLEAUX, de chapeaux ou d’objets artisanaux, confiseries, animations sportives et encore petit train pour les enfants et aire de jeux gonflables, les festivités de Bellepierre ont fait le plein d’émotions.

22


Aux couleurs du Guan Di

RETOUR EN IMAGES

Du 12 au 16 août

LA DIASPORA CHINOISE DE L’ÎLE A HONORÉ, avec faste le culte de Guan Di, héros légendaire de l’Empire du Milieu. La célébration de l’anniversaire de « Guan Di » a toujours véhiculé autour d’elle des valeurs universelles telles que la sincérité, la droiture, le courage, la grandeur, l’honneur et l’honnêteté. Entre un arc-en-ciel de couleurs, entre les mines de longévité et entre le bruissement des dragons lancés au beau milieu des salves de poudre pétaradantes, le spectacle autour du dieu guerrier a été grandiose. Et comme le disait si bien Confucius, « Entre les quatre mers, tous les hommes sont frères ».

Foyer Marthe Bidois

Samedi 18 juillet 2009

LA GRAMOUNE ÉTAIT UNE FIGURE EMBLÉMATIQUE de la Source. Marthe Bidois, partie trop tôt aimait tant aider les autres. Dès 1970, la passionnée animait le premier club du troisième âge de la ville. La municipalité a voulu rendre hommage à son œuvre humaniste en baptisant l’ancien foyer des personnes âgées, rue Jacob-de-Cordemoy au Chaudron par le nom de cette femme au grand cœur. Désormais « le foyer Marthe Bidois » accueillera notre troisième jeunesse en action avec de nombreuses activités au programme, comme le taî-chi, la danse, le théâtre et les cours de chant.

Fête Malgache

Vendredi 26 juin 2009 LA DIASPORA MALGACHE S’ÉTAIT DONNÉE rendez-vous dans une ambiance fraternelle sur le Barachois, et ce, malgré la présence d’une pluie fine. En ce jour de fête nationale malgache – indépendance acquise en 1962 - des artistes de la Grande Ile et artistes locaux ont célébré ce moment fort de rassemblement de toute une communauté. Jaojoby, la star du pays, a fait danser la foule jusqu’au bout de la nuit…

23


SAINT-DENIS BOUGE

Agenda MANIFESTATIONS

Samedi 24 octobre

Mercredi 23 septembre

>“Parcours dans la Ville”

>Sortie VTT

Samedi 5 septembre

Spectacle de la Compagne Yun Chane 16h00 : (Carré Piéton)

Vendredi 25 septembre

Dimanche 25 octobre

>Aérobic mensuel

> MARCHÉ DE NUIT 19h00 : Barachois

>“Parcours dans la Ville”

Samedi 19 et dimanche 20 septembre:

Spectacle de la Compagne Yun Chane 16h00 : Barachois

>Journées du Patrimoine >Expositions Ancien Hôtel de Ville (horaire d’ouverture habituel

Du lundi 26 octobre au samedi 31 octobre

sauf 19 et 20 septembre jusqu’à 19 h 00)

>Semaine créole

>Photos : Grandes figures du Maloya

Champ Fleuri

18h00: Champ Fleuri

Dimanche 27 septembre

>Coco Sports 9h00-16h00: Camélias/Vauban

>Trial Urbain Moto Barachois

Mercredi 30 septembre

(Famille Lélé, Rwa Kaf, Firmin Viry, Danyèl Waro, Gramoun Bébé) Rue de Paris

16 septembre au 4 octobre

MUSIQUE Dimanche 13 septembre

>Concert de Meddy Gerville 16h00 : Kiosk Barachois

>Objets Lontan

Du 17 septembre au 5 octobre

par Christian Kichenapanaïdou

>« Granmoun’ Lélé »

Du 18 septembre au 30 novembre

>

Restauration d’une toile de Ménardeau La Médiathèque

Vendredi 2 octobre:

>

Dimanche 11 octobre

11h00 : Square Labourdonnais avec le groupe mauricien “Qawallis Lallmohamed Idriss”.

Samedi 3 octobre

SPORT Vendredi 4 septembre

>Aérobic dans les quartiers

Samedi 17 octobre

>Fête du Dipavali 18h00: Rue de Paris - Avenue de la Victoire - Barachois

Sentier littoral

Mercredi 7 octobre

>Fête de l’Eid

16h00 : Kiosk Barachois

19h00 : Barachois

>Rando Vélo >Animation BMX

>Concert

>MARCHÉ DE NUIT

13h30-16h00: Piste Bicross

Dimanche 4 octobre

Dimanche 27 septembre

Dimanche 11 octobre

Journée internationale de la non violence

>Animation BMX

18h00: Stade St Bernard Nuit du Roller Barachois

>

13h30-16h00: Piste Bicross

>Relais de la Ville de Saint-Denis Mairie

Vendredi 16 octobre

>Aérobic dans les quartiers 18h00: Joinville

Mercredi 28 octobre

>Animation VTT - Comité sport adapté Vendredi 30 octobre

>Aérobic mensuel 18h00: Champ Fleuri

>Animation Roller Vélodrome

LES JOURNÉES DU PATRIMOINE C’est l’occasion d’aller à la rencontre des Quartiers, se laisser guider en visitant des sites qui ne demandent qu’à être découverts et pourquoi pas déguster des friandises traditionnelles… Bois de Nèfles Vendredi 18 septembre de 8 h 00 à 19 h 00 Salle Polyvalente • Exposition • Photos/projection du quartier • Contes d’ici et de l’Océan Indien • Dégustation, vente de bonbon lontan Le Moufia Dimanche 20 septembre de 9 h 00 à 17 h 00 Mairie Annexe • Exposition • Photos/projection du quartier • Dégustation et vente de bonbon lontan

Rue Mahatma Gandhi : • Brocante - spécial enfants et ados • Animation musicale De 9 h 00 à 12 h 00 Terrain de Foot - Mairie Annexe • Jeux lontan Bas-de-la-Rivière - Petite Ile Samedi 19 septembre de 9 h 00 à 20 h 00 Jardin Tikatsou - Espace Phoenix - Esplanade ascenseur panoramique - Place de la République Visite des sites : Verdun, La Redoute, le Mausolée, l’Abattoir, La Colline • Cuisine traditionnelle au feu de bois

• Animation musicale • Jeux lontan • Rallye base • Sobat koz • Stand sur la vie lontan • Exposition d’objets lontan La Montagne Saint-Bernard Dimanche 20 septembre de 9 h 00 à 18 h 00 Ancienne Léproserie • Exposition objets lontan • Promenade Conférence - Projection • Ateliers sur les métiers lontan • Chants et danses traditionnels • Cuisine traditionnelle au feu de bois • Dégustation et vente de gâteaux lontan.


Ici Sain-Denis