Page 1

Menton et sa région

nice-matin

Mercredi 24 août 2016

Une Saint-Bernard très politique à Castellar

Comme Gorbio ou Castellar, les villages de la Riviera française ont été nombreux à célébrer leur saint patron lors de fêtes populaires. L’occasion pour les élus de faire quelques opérations politiques

D

ans le Mentonnais, ça n’échappe plus à personne. C’est presque devenu un dicton, qui pourrait ressembler à ça: «A la Saint-Bernard, Huguette Layet se met en pétard ». Dimanche, la fête de Castellar a donc une nouvelle fois servi de tribune à Madame le maire. Histoire de lâcher, avec son franc-parler, quelques coups de gueule contre la politique de François Hollande. L’élue a ainsi dénoncé tour à tour les guerres menées en Irak et en Syrie « pour s’approprier les ressources» de ces pays, l’évacuation des «fidèles de l’église Sainte Rita, gazés une semaine après l’assassinat du père Hamel » ou encore la « déstructuration de notre société en l’isolant de ses racines».

Et la e circonscription?

Mais les festivités castellaroises ont surtout frappé par la présence de certains invités… politiques de l’est du département et même de Nice! Plus que se souvenir du géant de Clairvaux, la fête de la Saint-Bernard ne servirait-elle pas à nouer des alliances électorales? Ecartons d’emblée la présence de Philippe Rion, le maire de Castillon, qui, aux dernières nouvelles, était juste venu en voisin. Et passons au plus intéressant. Aux côtés de Madame le

A Gorbio, les annonces de Michel Isnard

Invités dimanche dernier dans sa ville par le maire de Castellar, Huguette Layet, Philippe Rion, maire de Castillon, Olivier Bettati, proche de Marion Maréchal-Le Pen, et Stéphane Cherki, maire d’Eze, étaient tous présents lors des festivités de (D.R.) la Saint Bernard. maire, tout sourire, se trouvait Olivier Bettati, l’ex-élu de Christian Estrosi, passé depuis du côté de Marine Le Pen. Il a d’ailleurs mené la liste de Marion Maréchal-Le Pen dans le département lors des dernières élections régionales. Et le bruit court qu’il pourrait être investi par le parti frontiste pour briguer la 4e circonscription aux prochaines élections législatives en mai 2017…

La présence de ce Niçois, dans le joli village de Castellar n’a, en tout cas, échappé à personne si on en croit les commentaires postés sur les réseaux sociaux. Mais Oliver Bettati préfère la prudence à toute annonce intempestive. « Je connais Huguette depuis longtemps, c’est une amie, glisse l’élu régional. C’est vrai qu’elle a des idées assez proches des miennes et de celles de Ma-

rion Maréchal-Le Pen, mais il n’y a pas d’accords entre nous pour les législatives ». L’autre homme aux côtés de Madame le maire, c’était Stéphane Cherki, l’édile d’Eze. Presque un habitué! Car ce n’est pas la première que le duo s’affiche. Et là aussi, les rumeurs d’ambitions nationales vont bon train. Surtout que Stéphane Cherki s’était déjà présenté en 2012 dans la 4e circonscription. Mais comme il y avait aussi,

« Tous les ans depuis que la République existe, le maire fait un discours à l’occasion de la Saint-Barthélemy, le patron du village». Dimanche dernier, Michel Isnard, le maire de Gorbio, entre la messe et le concours de boules, a donc assumé cette « tradition républicaine » en détaillant plusieurs projets sur lesquels allaient plancher ses équipes avant la fin de l’hiver (voir notre édition du  août). «Ça nous permet de détailler ce que l’on va faire dans les trois-quatre mois qui arrivent, alors que le discours de janvier, au moment de présenter les vœux aux habitants, met l’accent sur les projets qui auront lieu au cours de toute l’année», précise l’édile. En somme, une sorte de piqûre de rappel politique pour sortir de la torpeur estivale. Même chose dimanche à Moulinet. Pour la Saint-Bernard, Guy Bonvallet, le maire, s’est livré à cet exercice, listant devant ses administrés les différents chantiers en cours dans la commune (voir notre édition du  août). Parfois, la fête du saint patron peut aussi réserver son lot de surprises. À Gorbio, par exemple, Michel Isnard a profité du moment pour annoncer, un peu entre les lignes, sa candidature aux élections municipales de . Avec une mission, celle de mener à bien le projet de reconstruction des ruines sur les hauteurs du village, bloqué par le recours en justice d’un riverain mécontent. Et accomplir ainsi sa promesse de campagne de .

pour célébrer le saint patron de Castellar, Gilles Frasnetti, adjoint de Xavier Beck, le maire de Cap-d’Ail qui est lui d’ores et déjà investi par Les Républicains dans la fameuse 4e circo, les cartes ont légèrement tendance à se brouiller ! En tout cas, pour le moment, du côté du maire de Castellar, rien n’est acté. «Je ne sais pas encore ce que je ferai pour les prochaines législatives, lance-t-elle. Ce qui

est sûr, c’est que mon soutien ira au candidat qui correspond le mieux à mes idées. À partir de là, je suis ouverte à toutes les propositions…» Alors? Les rencontres de la Saint-Bernard ont-elles été fructueuses? Pour le savoir, rendez-vous l’année prochaine…

JULIE BAUDIN SIMON FONTVIEILLE jbaudin@nicematin.fr sfontvieille@nicematin.fr

Nice-matin * 2016 * Politique  

Sans conteste l'analyse politique de l'année 2016.

Nice-matin * 2016 * Politique  

Sans conteste l'analyse politique de l'année 2016.

Advertisement