Issuu on Google+

Seconde partie :

AmÊnager la ville en transformant en boulevard l’autoroute (A35) qui la traverse.

04.07.2013

1


Le constat: • l’agglomération traversée par l’autoroute A35 est soumise à d’inquiétantes pollutions mettant en péril la santé des habitants, • chaque entité de la Cus se développe en fonction de ses propres prospectives, en particulier en direction de l’Ouest, accentuant encore le besoin en réseaux et équipements, • des projets de développement voient le jour dans différents secteurs de la ville, sans que leurs desseins à long terme soient connus et clairement énoncés: • l’axe Heyritz – Kehl, • le Parc des Expositions, • le quartier d’affaires du Wacken, • le développement des transports en commun sans projection sur les décennies à venir.

04.07.2013

2


Objectifs à l’échelle de la capitale européenne: Unifier la ville en: •

transformant l’autoroute A35 en boulevard, réduisant ainsi la pollution qu’elle engendre,

aménageant les terrains ainsi libérés, en liaison avec les quartiers limitrophes, afin de constituer une continuité,

développant le réseau des transports en commun et les adaptant à cette nouvelle urbanisation,

ouvrant la gare centrale sur l’Ouest de la ville, la rendant traversante,

créant et confortant les espaces verts dans la ville.

04.07.2013

3


La pollution et ses conséquences 1 : La pollution atmosphérique conduit chaque année à la mort prématurée de plus de 40.000 personnes en France. Les autorités sanitaires, le corps médical et les services de santé de l’Etat, des études européennes, considèrent que 225 décès prématurés ont lieu dans ces circonstances à Mulhouse et Strasbourg. L’Institut de veille sanitaire considère que le nombre de 3.000 décès annuels pourraient être évités par l’amélioration de la qualité de l’air dans les 9 principales villes françaises (Strasbourg est la 7ième). Les pathologies observées sont : la morbidité et la mortalité cardio-vasculaire ; les pathologies d’irritation des voies aériennes supérieures : pharyngites, trachéites, toux chroniques de plus en plus de patients ; asthme en particulier chez les enfants et les personnes âgées et les cancers (OMS). Au total, ce sont 8 mois d’espérance de vie que la pollution de l’air retire à ces citadins. Le Centre international de recherche sur le cancer de Lyon (OMS) a décidé le classement des particules fines en cancérogènes certains. 04.07.2013

4


La pollution et ses conséquences 2: « L’Etat a jusqu’ici toujours été dans le déni de l’impact sanitaire de nos comportements, exemples : l’amiante, les pesticides, aujourd’hui l’usage des moteurs diésel (Corinne Lepage, ancienne Ministre de l’Environnement) » « Ce n’est pas un sujet de recette fiscale, c’est un problème de santé publique. Il y a aujourd’hui 40.000 décès prématurés chaque année liés à la pollution atmosphérique. C’est le problème du diésel (Delphine Batho, ancienne Ministre de l’environnement) » « Les résultats de toutes les enquêtes scientifiques ne laissent planer aucun doute, ce n’est plus une hypothèse, c’est une certitude. Les liens entre les microparticules et la survenue de cancers ont été démontrés. … L’interdiction du diésel dans les grandes villes est non seulement un impératif sanitaire et moral, mais il est aussi politique et juridique. (Jean-Marie Le Guen, Adjoint au Maire de Paris, en charge de la santé, Député, Médecin – à Libération 13 septembre 2012) » 04.07.2013

5


La pollution et ses conséquences 3

L’indice pm10 observé le 19 juin 2013 à Strasbourg*

04.07.2013 ASPA = Association pour la surveillance de l’air et de la pollution atmosphérique en Alsace

6


L’approche de l’aménagement lié à la suppression de l’autoroute consiste à: • cerner l’emprise actuelle de l’A35 et de ses abords (talus de remblaiement, emprise des échangeurs et de leurs accès, ponts et les divers ouvrages accompagnant son fonctionnement …), • envisager le transfert de la partie basse de la gare centrale, faiblement utilisée aujourd’hui, aux abords de la gare de marchandises et du Marché Gare (MIN), • prévoir un développement possible d’activités en extension de la Plaine des Bouchers, au Sud de la gare du Neudorf, • cerner les terrains aménageables qui permettront une liaison effective avec les quartiers Ouest, Sud et Nord de la ville,

04.07.2013

7


Emprise d’amÊnagement

04.07.2013

8


L’emprise de ces terrains permet: • de relier plus étroitement les quartiers Ouest et Nord au centre de l’agglomération, • le déplacement de la « gare basse » vers la Gare de marchandises et le Marché gare, • l’aménagement de ces terrains permet la construction d’une nouvelle gare traversante, enfin adaptée au TGV qui dessert Strasbourg capitale européenne, accueillant 14 millions de voyageurs chaque année ,

• de réaliser un parc central autour des anciennes fortifications en liaison avec le parc naturel urbain de la Montagne Verte et de celui du Heyritz, • De renforcer les activités de la Plaine des Bouchers en les étendant aux abords de la gare du Neuhof.

04.07.2013

9


Objectifs d’aménagement

04.07.2013

10


Rendre la gare de Strasbourg traversante comme d’autres gares europÊennes

Strasbourg

Lisbonne

04.07.2013

Cologne

Madrid

11


Une emprise pour un projet à long terme L’emprise d’aménagement que nous retenons est à priori ample. Elle autorise une évolution de la ville étagée sur plusieurs décennies. Elle porte sur une superficie de l’ordre de 450 hectares. Les aléas que rencontrera nécessairement une réalisation de ce type, conduiront à en affiner les contours et la surface. Il est intéressant de mettre, en regard de cette hypothèse d’évolution de la ville, celle qu’elle a connue à partir des années 1870, lors du rattachement des territoires de l’Alsace et de la Moselle à l’Empire allemand. Jean-Geoffroy Conrath a été chargé d’élaborer un plan d’extension de Strasbourg en 1880. C’est la réalisation de ce plan, celui des quartiers de la Neustadt, qui est aujourd’hui célébrée, et que la ville souhaite faire inscrire au patrimoine mondial de l’Unesco. La concrétisation de ce plan s’est étalée sur plus d’une quarantaine d’années. 04.07.2013

12


Les rĂŠalisations successives du plan Conrath de 1880 Ă  1920

04.07.2013

13


Plan Conrath – emprise d’aménagement envisagée

04.07.2013

14


Le tracé du nouveau boulevard: une emprise pour un projet à long terme L’emplacement de ce boulevard doit permettre: • pendant le temps de sa réalisation de maintenir l’autoroute en service, • l’urbanisation de part et d’autre des anciens remparts, • le raccordement à l’Ouest sur l’emprise de l’A 350, au Nord à l’avenue Herrenschmidt, et au Sud à la route du Rhin, • le raccordement à l’ancien tracé de l’autoroute par deux bretelles au Nord, l’une franchissant la gare de marchandises, la seconde se raccordant depuis l’autoroute à la place de Haguenau,

• au Nord, au Sud et à l’Ouest les différents tronçons autoroutiers sont déclassés depuis leur raccordement à la voirie primaire contournant l’agglomération. Ils servent en priorité aux transports de rabattement.

04.07.2013

15


04.07.2013

16


Nouvelles emprises d’aménagement Le tracé de ce boulevard permet à l’Ouest de la gare centrale d’irriguer différentes emprises d’aménagement destinées à: 1. la construction de logements, d’équipements et des diverses activités, 2. la réalisation, contre la gare, d’un secteur qui pourrait être plus particulièrement destiné à un « quartier d’affaires – branché TGV » 3. Un nouveau secteur d’activités au Sud, contre l’emprise de la gare du Neudorf, en extension de la Plaine des Bouchers, 4. au Nord, à l’aménagement, en liaison avec la Gare de Marchandises et du Marché Gare, de nouveaux faisceaux ferrés en remplacement de ceux de l’ancienne « Gare Basse ».

04.07.2013

17


04.07.2013

18


Création d’un parc central Parmi les différentes emprises d’aménagement une part importante devrait être destinée à la réalisation d’un parc central, englobant les anciens remparts.

Ce parc est une nécessité pour le quartier Gare, qui en est fort dépourvu, ainsi que pour l’agrément des nouveaux quartiers à créer. La superficie envisagée pour ce parc pourrait être l’équivalent des parcs de l’Orangerie et des Contades réunis. Il serait l’aboutissement au centre de la ville du parc naturel urbain de la Montagne Verte, en cours de réalisation. Il devrait être relié au Heyritz.

04.07.2013

19


04.07.2013

20


Les transports en commun Deux nouvelles lignes de tram Le développement des lignes radiales du tramway est aujourd’hui bloqué par leur croisement place de l’Homme de Fer. Pour bien irriguer les grands équipements et la Neustadt, il conviendrait de créer : • une ligne circulaire intérieure. Cette ligne partant de la Gare centrale desservirait : le Nouvel Hôpital Civil, la CUS, la place du Marché du Neudorf, Aristide Briand, la Citadelle, Starlette, les avenues de la Forêt Noire et des Vosges en revenant à la Gare centrale. • Une nouvelle ligne irrigant les nouveaux quartiers créés, branchée sur la ligne circulaire intérieure à la hauteur de la Porte Blanche, empruntant le nouveau boulevard, la place de Haguenau, l’avenue Herrenschmidt jusqu’aux Rives de l’Aar rejoignant la ligne B en direction de Hoenheim. 04.07.2013

21


04.07.2013

22


Inscription d’un découpage parcellaire dans les emprises d’aménagement A ce stade de l’approche d’un nouvel aménagement il est intéressant de dessiner schématiquement un découpage parcellaire. Ce découpage permet facilement d’attribuer à tel ou tel îlot une ou plusieurs affectations. Il permet d’associer plusieurs îlots pour la réalisation d’équipements publics ou privés ; d’en retenir certains comme réserves foncières pour des aménagements ultérieurs. Il s’insert dans la ville existante.

Il permet également, en affectant des alignements aux constructions, d’établir une certaine continuité, et en jouant de la mitoyenneté entre les constructions de déterminer la nature et la qualité de l’espace public. Ce type d’organisation permet de déployer des rues, des avenues, des boulevards, des places et des squares, et même des impasses. Elle permet les rencontres, les frottements, la cohabitation de l’ensemble des flux qui irriguent la ville. Et ceci … « non pour faire la ville, mais produire effectivement de la fonction urbaine, pour qualifier le secret » (Jean-Christophe Bailly, La phrase urbaine). 04.07.2013

23


04.07.2013

24


L’insertion du nouveau quartier dans la ville

04.07.2013

25


04.07.2013

26


et en regard de la Neustadt

04.07.2013

27


04.07.2013

28


L’objet de l’étude que nous proposons, au-delà de la suppression de l’autoroute qui traverse la ville, est sa transformation profonde. Elle est la reconnaissance de son intégrité et par là, la naissance d’un nouveau quartier. Quartier espéré à son échelle, à l’image de cette ville cultivée, riche de ses apports successifs, et qui se propose de la faire évoluer avec son temps. Et qui nous l’espérons pourra se doter d’une architecture qui soit plus rayonnante que réfléchissante. Bien sûr, cette hypothèse doit être vérifiée, approfondie et ensuite nécessairement publiquement débattue. Son annonce provoquera des controverses, des polémiques, elle sera qualifiée d’utopique, de passéiste, voire d’irréaliste… Et il faudra bien, à l’issue du débat, qu’une décision soit prise et qu’elle soit portée. Il nous semble que la construction du tramway, qui a grandement requalifié la ville dans ses vingt dernières années, a aussi été « utopique » à son annonce, après une longue gestation. Et pourtant son succès aujourd’hui est bien la preuve d’une audace qu’il faut renouveler.

04.07.2013

29


L’ombre du clocher de la cathédrale ne suffit plus pour qualifier la ville. Pour affirmer son statut. Elle a été fracturée, meurtrie, et maintenant ses habitants sont menacés dans leur intégrité. Il convient de continuer, d’affirmer la construction de son statut de capitale européenne. Cette transformation, nous espérons avoir montré qu’elle est possible. Il faut maintenant reconnaître qu’elle est nécessaire.

Micha Andreieff, Michel Messelis, Strasbourg, juillet 2013 04.07.2013

30


13 07 04 comment changer la ville seconde partie