Page 1

Graminées ornementales et plus…

1

XXX

EDEN


PLANTES SOUS LA LOUPE

La passion exclusive de Lianne Pot : les jardins de prairie C’est à De Wilp que tout a commencé. En 1994, Lianne Pot s’y était mise à jardiner et elle y avait découvert la beauté des graminées ondulantes. « Avec deux jeunes enfants, nous avions échangé la ville de Leeuwarden contre la campagne. Pas trop loin néanmoins car mon mari et moi, nous y travaillions. Dans ce village de Groningue, tout contre la limite de la Frise, nous avions trouvé le calme et l’espace. Au moment de l’aménagement de notre jardin, j’avais tout de suite été séduite par les graminées ornementales. J’avais suivi une formation professionnelle et je rêvais de créer une pépinière et des jardins. » En 2000, Lianne’s Siergrassen était lancée. Depuis cette année, beaucoup de choses se sont passées. Déjà pendant sa formation de « professionnel indépendant petites plantes » à Friedriksoord, Lianne Pot avait commencé à cultiver des graminées ornementales et à ouvrir son jardin au public. Ses premiers projets pour des propriétaires de jardins datent de cette époque. En 2006, la spécialiste avait rassemblé tellement d’espèces et de cultivars que l’Association royale des Cultures de Boskoop lui avait décerné la mention « collection néerlandaise de plantes - graminées ornementales ». La famille des graminées (les poacées) est tributaire du vent pour sa pollinisation. Et c’est là que les inflorescences décoratives interviennent. L’amour des graminées a vite été suivi d’une passion exclusive pour les jardins de prairie. « En 2007, j’avais visité le Hermannshof de Cassian Schmidt à Weinheim (près de Heidelberg) et différents jardins à Hanovre. J’y avais trouvé des idées pour un jardin de prairie et j’avais réalisé les premières associations avec des vivaces

Photos 1 Dans un jardin en prairie, les graminées d’ornement jouent les premiers rôles. Les variétés sont nombreuses et présentent chacune leur forme caractéristique, comme le Carex ‘muskingumensis’ qu’on retrouve dans les prairies (humides) d’origine. Le cultivar ‘Little Midge’ reste bas. 2 Dès le début de l’aménagement de son jardin, Lianne Pot fut captivée par les herbes vaporeuses.

Texte et photos: Julia Voskuil

2 au milieu du jardin des graminées. J’avais été charmée par la beauté des plantes de prairie et leur simplicité apparente, mais aussi par l’idée sous-jacente de durabilité. Une telle communauté de plantes soigneusement composée n’est pas seulement très colorée, elle est aussi fort peu envahie par des mauvaises herbes et elle n’a pas besoin d’engrais ni d’apport d’eau. Écologique, durable, facile à entretenir et… fabuleuse toute l’année ! En 2008, pendant nos vacances en famille, nous avions visité plusieurs prairies authentiques en Amérique du Nord. J’avais été immédiatement séduite. Traduire cette atmosphère en un concept de jardin pour l’Europe occidentale deviendrait ma passion absolue. Avec un teacher, j’avais découvert plusieurs territoires nord-américains pour y regarder et étudier les prairies authentiques. Je voulais savoir comment les graminées et les plantes de prairie cohabitent dans leur aire d’origine, quelles graminées poussent où et comment elles se comportent quand elles sont associées à d’autres plantes. Pour produire une atmosphère comparable, il fallait commencer par chercher des graminées ornementales et des plantes de prairie, convenant au climat d’Europe occidentale. ». Lianne Pot était très impatiente de convertir l’inspiration accumulée en un plan de jardin.

EDEN

31


1

Un jardin de prairie Ce rêve est devenu réalité quand un terrain de 3500 m² a pu être acheté. La créatrice a élaboré un projet avec de grandes cases pour des graminées et des vivaces, entrecoupées de sentiers sinueux pour admirer les plantes de près. Pour chaque ensemble, elle a conçu des associations différentes de plantes : pour petit jardin, combinaisons de couleurs, prairie « véritable », prairies de graminées moyennes et de grandes graminées avec des couleurs par saison, prairie en parterre et association avec des graminées particulières. Trois spécialistes ont collaboré aux plans : Michael King, Jan Spruyt et le propriétaire de la pépinière Lageschaar. En 2009, un assortiment unique de graminées ornementales et de vivaces a été planté. Environ 12.000 exemplaires de formes et de périodes de floraison différentes ont été réunis tout au long de la saison de croissance. Des annuelles, des bisannuelles et des plantes bulbeuses se révèlent adéquates et séduisantes pour prolonger les saisons. En peu de temps, des mariages captivants se sont produits. Aujourd’hui, quatre ans plus tard, le jardin de prairie est stabilisé. Toutes ses parties embellissent chaque année car certaines espèces - comme Perovskia - se multiplient et se ressèment spontanément. Le jardin de prairie est devenu ce que Lianne Pot espérait : fleuri du début du printemps à une bonne partie de l’hiver, une expérience sans cesse changeante. Un large éventail de possibilités est présenté : en groupes ou drifts, selon la couleur et la taille. Pour limiter les mauvais-

32

EDEN

es herbes et éviter le dessèchement du sol, une couche de 9 cm de pierre de lave a été utilisée. Un entretien minimal constitue en effet un point de départ important pour un jardin de prairie. « Ce système est efficace pour un jardin de prairie, pas pour des plantes individuelles. Dans mon jardin de prairie, j’ai aussi prévu des différences de hauteur, ce qui le rend plus intéressant. Des premiers jours du printemps jusqu’à une bonne partie de l’hiver, il reste esthétique. Toutes les plantes entrent dans le cadre des différents concepts que j’ai élaborés. L’attrait de ce genre de plantation mixte consiste en la longévité de la structure et en l’équilibre obtenu par une

4


2 3 5 gestion efficace. Les conditions de croissance d’une « moyenne prairie » et d’une « haute prairie » dans des états comme le Missouri, le Dakota du Sud, le Nebraska, le Wisconsin et le Kansas, sont similaires à celles du climat de l’Europe occidentale. Les communautés de plantes sont robustes et apprécient un sol assez riche et un climat venteux avec des températures basses en hiver et hautes en été. Un jardin demande un supplément de couleurs et tout l’art réside dans l’assemblage des graminées appropriées avec des vivaces vigoureuses et colorées pour évoquer l’allure d’une prairie. Le concept “prairie américaine” qui sert d’exemple dans cet article est le plus conforme à la situation naturelle. Le mélange varié de plantes constitue une importante source de nourriture pour les abeilles et les bourdons. Les papillons aussi s’en régalent. » Photos 1 Un jardin prairie se colore à mesure que l’été avance (au premier plan, de gauche à droite : Sedum ‘Matrona’, Imperata cylindrica ‘Red Baron’ et un plant de Rudbeckia hirta ‘Autumn Colors’). 2 L’assortiment d’Aster offre de nombreuses possibilités de combinaisons magnifiques, comme celle d’Aster ‘Coombe Fishacre ‘ avec la graminée d’Asie orientale Calamagrostis brachytricha, de 80 à 120 cm de haut. 3 Même passé leur pic de floraison, les jardins en prairie montrent encore leurs couleurs ( à l’avant-plan : Liatris spicata, derrière : l’herbe droite Panicum virgatum ‘Heavy Metal’). 4 Les Rudbeckia fulgida var. Deamii et Miscanthus sinensis ‘Ferner Osten’ attirent les regards en été et en automne. 5 Au printemps, les graminées sont encore basses, et les vivaces telles que les lupins (Lupinus ‘My Castle ‘) et les géraniums précoces (Geranium ‘Sandrine’) se chargent d’apporter de la couleur. Les bulbes résistants et naturalisés (comme Ornithogalum pyramidale) se montrent aussi en mai et en juin.

EDEN

XXX


Photos 1 Bordant le jardin en prairie, le recouvrement en pierre de lave de 9 cm d’épaisseur est encore visible. Il limite la croissance des mauvaises herbes et la déshydratation du sol. Au premier plan, Luzula pilosa ‘Igle’ suivi de Calamagrostis brachytricha. 2 La collection de plantes néerlandaise – section ‘Graminées ornementales’ donne un aperçu du vaste assortiment disponible au jardin. 3 Gaura lindheimeri ‘Whirling Butterflies’, espèce indigène d’Amérique du Nord, a une longue période de floraison et se mêle bient à l’herbe de prairie Sporobulus heterolepis, au premier plan.

1

2

Un jardin de graminées ornementales Le jardin de graminées près de la maison a été le premier installé. La propriétaire explique : « De l’herbe à piétiner, tout le monde connaît et presque chaque jardin a une (petite) pelouse. Mais des herbes fleuries, avec le jeu du vent dans les chaumes, ces herbes-là sont fort différentes. Les graminées sont légères et aérées, elles bougent au moindre souffle et conservent leur attrait jusque tard dans la saison. Elles sont douces, demandent peu d’entretien et leur silhouette hivernale est magique. Elles se déclinent en un nombre incalculable de formes et de couleurs, dans toutes les nuances du vert, du jaune et du brun. Leur hauteur est variable, certaines fleurissent au printemps, d’autres en automne, plusieurs apprécient un sol humide, d’autres la sécheresse. Du fait de leur forme et de leur présence, elles s’accordent étonnamment bien aux jardins, pour différentes utilisations. » Alors que dans le jardin de prairie, l’espace et la magnificence dominent, le jardin de graminées est surtout intime. Des associations somptueuses ont été réalisées car c’est précisément en présence de vivaces fleuries que les graminées sont particulièrement à leur avantage.

XXX

EDEN

Entretien – Conseils de Jan Spruyt Une fois planté, un jardin en prairie ne requiert qu’un entretien limité, qu’il est néanmoins important d’effectuer correctement et aux bons moments. Le début de février s’impose si vous avez des bulbes à floraison printanière, sinon vous pouvez attendre jusqu’à la fin février. Février : tondre et composter les herbes, en ayant d’abord éliminé les (grandes) mauvaises herbes. Les mauvaises herbes à racine pivotante (par ex., le pissenlit) doivent être soigneusement retirées. Les mauvaises herbes telles que l’égopode, le tussilage, le liseron et le chiendent doivent être déterrées avant de rétablir la couche de recouvrement. Après 2 à 3 ans, certaines espèces de plantes des prairies peuvent s’être fortement propagées à certains endroits, de manière à ce qu’il faille les éclaircir quelque peu. Les engrais ne sont pas nécessaires, mais vous pouvez, tout au plus, y ajouter une mince couche de chaux tous les deux ans environs Mars : un contrôle mensuel des mauvaises herbes s’impose à partir du mois de mars, certainement dans une prairie récemment plantée. Un suivi régulier empêche le travail de s’accumuler. Août : alors que la prairie fleurit, certaines espèces auront besoin de soutien ou d’un peu d’élagage. La plantation d’une prairie plus mature se compose principalement d’espèces résistantes à l’opposé d’une plantation récente, car le sol, au fil des années, perd de sa richesse.

Collection néerlandaise de Plantes - Graminées Á côté du jardin des graminées ornementales, s’étend le jardin de collection avec des graminées plantées individuellement. La collection comprend environ 350 espèces et cultivars correctement nommés. Pour les amoureux des jardins, cette partie se révèle intéressante car les plantes en pleine terre dévoilent leurs caractéristiques. Ce n’est que quand elles ont acquis leur aspect définitif - en août, septembre - que leur incroyable diversité frappe. Des espèces et cultivars de Miscanthus dépassant la taille d’un homme, côtoient des formes basses et compactes comme Luzula pilosa ‘Igle’, qui évoque une boule verte.


La prairie américaine Ce concept (n° 14) est celui qui se rapproche le plus de la prairie nord-américaine. La plupart de plantes se trouvent dans la prairie d’origine, seul le rapport entre herbacées de prairie et autres plantes de prairie a été adapté pour obtenir un effet optimal. Ce concept correspond au plan du jardin de prairie portant le numéro 14, permettant de voir les plantations dans la réalité. Le 14 (et d’autres, voir site jardin de prairie) s’achète « prêt à l’emploi » pour € 238. Pour 10 m², toutes les plantes sont fournies (13 espèces, nombre exact), avec un schéma de plantation. Le concept 14 contient les vivaces, plantes fleuries et graminées suivantes, énumérées dans l’ordre, en commençant par le haut, à gauche. Vivaces: couleur fleur hauteur mois floraison Liatris pycnostachia violet 80 cm 7,8,9 Asclepias tuberosa orange 50 cm 7,8,9 Monarda fistulosa bleu violacé 90 cm 7,8 Pycnanthemum pilosum blanc 70 cm 6,7,8,9 Amsonia hubrechtii bleu clair 60 cm 6,7 Echinacea purpurea rouge violacé 80 cm 7,8,9 Helianthus occidentalis jaune clair 120 cm 8,9 Ratibida pinnata jaune 120 cm 7,8,9 Aster azureus bleu 100 cm 8,9,10

3

Concepts et vente de plantes Le concept du jardin de prairie peut être appliqué à plus petite échelle. Pour aider les jardiniers amateurs, Lianne Pot a conçu quelques exemples immédiatement réalisables pour 10 m². L’art consiste à réaliser un mélange enchanteur dans de bonnes proportions, avec un certain nombre de plantes dignes d’intérêt comme Vernonia. Parmi les plantes produisant de l’effet, il y a les monardes et les échinacées. La pépinière propose donc non seulement une sélection de graminées ornementales mais aussi des vivaces parfaites pour le résultat visé : les espèces déjà citées, mais aussi des Pygnanthemum, Liatris, Amorpha, Helianthus et Aster, entre autres. Des espèces particulières comme Ratibida ne se trouvent que rarement ou pas du tout ailleurs. Dans cet article, le concept « prairie américaine » est utilisé comme exemple. Dix autres ont été créés. Avant la fin de l’année, un concept pour la mi-ombre viendra s’y ajouter. Les différents concepts peuvent être expédiés. o

Graminées: Sporobolus heterolepis Panicum virgatum Sorghastrum nutans Andropogon gerardii

gris vert brun vert brun vert gris bleu

Bulbes (non fournies) Allium cernuum

rouge violacé 25-50 cm

75 cm 100 cm 200 cm 200 cm

7,8,9 7,8,9,10 8,9,10 8,9,10 5,6,7,8

Tout type de sol (rendu) accueillant Les prairies poussent en plein soleil, sur des sols (très) mouillés, humides, secs ou très secs. Les plantes de haute prairie conviennent à merveille pour l’Europe, sur un sol fertile et humifère, donc argileux ou limoneux. Les espèces de basse prairie sont préférables pour les sols plus pauvres. En principe, tous les types de sol sont bons. La majorité des plantes de prairie apprécient un terrain dégagé et un sol nutritif et humifère. Pour réussir à aménager un jardin de prairie, il est important que le sol ait une structure satisfaisante et soit bien drainé. Un mélange de sable et de limon en diverses proportions s’avère idéal. Une terre argileuse plus lourde est acceptable aussi pour autant que l’eau n’y stagne pas trop. Il est recommandé d’y ajouter du gros sable ou des gravillons et du compost. Un sol sablonneux pauvre peut être amélioré en y ajoutant un matériau organique comme du compost. Un peu de calcaire ne gêne pas. Un pH allant de 5,5 à 7 est très bien.

prairie américaine 14


1

2 Photos 1 Le jardin de collection et les graminées ornementales , près de la maison, sont côte à côte, séparés par une pergola très fleurie et une haute haie. 2, 3 Dans le jardin en prairie, on distingue plusieurs concepts de plantation, dont les panneaux indicateurs ludiques montrent la voie.

Infos - Pépinière de vivaces Jan Spruyt-Van der Jeugd : www.vasteplant.be (trilingue) - Hermannshof, Cassian Schmidt : www.sichtungsgarten-hermannshof.de (en DE)

36

EDEN

3 Lianne’s Siergrassen Jan Gosseswijk 3, NL-9367 TE De Wilp (province de Groningue) + 31 (0)594 644263 info@siergras.nl www.siergras.nl - www.prairietuin.nl (en NL, partie en EN) Pour jardiniers et professionnels : cours de jour et conférences, sur place ou ailleurs Ouverture: Pépinière, Jardin de graminées et Jardin de prairie 21 mars – 1er novembre 2012, (jeudi, vendredi et samedi, 9 - 17 h) Jardin de prairie 1er mai - 1er novembre 2012, € 3,50 par personne (chiens non admis)

Reportage in Les jardins d'Eden, Automne/Hiver 2012/2013  

Reportage in Les jardins d'Eden, Automne/Hiver 2012/2013

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you