Page 1

20

NUMÉRO VINGT

ÉTÉ

LYON – FRANCE

ÉTÉ • 2013

2013

EGOLAREVUE

20

X X

• www.ego-larevue.com


Édito

Le futur, c’est aujourd’hui Hé oui, vous avez le 20e numéro en mains ! Ce chiffre 20 nous a d’abord impressionnées. Nous étions fiers et jeunes. Fiers, d’être déjà dans notre 6e année d’existence, qualité tenue, toujours vaillants et appréciés sur la place : merci, chers lecteurs, c’est d’abord pour vous que nous travaillons. Jeunes aussi, et l’avenir devant nous. Alors, après avoir pensé à un “best of” – un peu narcissique et prématuré, attendons le 100e ! –, nous avons choisi de consacrer un long dossier, “question d’époque”, à Lyon et la ville de demain. Sujet sérieux, certes, mais qui ouvre sur les modes de vivre, de bouger et d’habiter qui se profilent déjà à Lyon, jamais en retard pour être en avance. Car au fil de cette recherche, nous avons compris un changement fondamental : le futur, c’est aujourd’hui, à cause de l’accélération des avancées technologiques et de l’adoption très rapide de ces dernières. On parle maintenant de prospective du présent. Alors ça, la prospective du présent, je connais, j’en fais tous les jours. Avec EGOLAREVUE d’abord, pour le choix des sujets et le plaisir des lecteurs, voyez dans ce numéro nos propositions d’embarquement immédiat, de châteaux en jardins remarquables, de destinations étrangères en découvertes citadines, de Relais et Châteaux en campings insolites. Quant à nos sélections de musiques, lectures, sorties estivales, elles sont à consommer sans tarder. Avec EGOLAREVUE encore, pour vous convaincre – chers annonceurs, et souvent plus que cela – que c’est justement dans ce support que vous serez le mieux représentés, redécouverts, appréciés. Sans parler des projets de la rentrée, du côté des réseaux sociaux en particulier. Et dans ma vie aussi, je manie la prospective du présent, pas vous ? Saisir les bons moments qui s’annoncent, en susciter d’autres, voici le début de la recettte. Avec la dose d’humour et la bonne humeur indispensables pour résister à la morosité ambiante, du soleil et le petit rosé en terrasse. Oui, j’y crois ! Bon été ! Éloïse Girault Meneuse de revue

EGOLAREVUE  20

3


sommaire

le choix d’EGO  08 EGO c’est nous  20 question d’époque

Lyon, la ville demain : et après ?  22

des hauts et des bas Le juke-box de Marine  38

NUMÉRO

Un phare dans le rétro  42

embarquement immédiat

Les 10+1 choses à faire à Montpellier  46 Crillon-le-Brave, l’enclave des Alpes  49 Poussez les portes du Vieux Lyon  50 Hej ! de Copenhague  52 À 6 heures de Lyon, Dubaï  56 À vous la vie de Château  60 Choisir son camp  66 Jardins remarquables, la preuve par trois  70

SOM MAIRE

20

all men

gourmandises  76 mur du son

Rétro-futuristes  87

mon libraire m’a dit

La sélection de La Librairie du Cours  88

notez, sortez !  90

4

EGOLAREVUE  20


le choix d’EGO

le choix d’EGO Estelle Coppens, Hélène Leclerc, Fanny Pincanon  •  Shopping Betty Barth, Anakia Bouzidi, Audrey Pointet

Le Mama à Lyon

NEWS

Après Paris, Marseille et récemment Istanbul, le Mama Shelter arrive (enfin) à Lyon dans le quartier populaire et en devenir de Jean-Macé. “C’est le brassage des cultures et le côté cosmopolite qui nous a tout de suite plu” explique Serge Trigano, co-fondateur de l’établissement avec Cyril Aouizerate. C’est bien sûr Philippe Starck qui a entièrement pensé et designé l’hôtel disséminant çà et là quelques clins d’œil à la capitale des gaules, surprise… Les chambres, mélangeant touches de vert pastel, béton brut et carrelage, sont sobres et de taille raisonnable (de 18 à 22 m2) au profit d’une literie de belle qualité ou d’écrans Apple. Le restaurant, quant à lui, en met plein la vue : immense bar au-dessus duquel flottent des guirlandes de bouées en plastique, tables de cantine en bois, chaises Tolix et coin salon cosy (meublé par RBC). Pour dormir, boire un verre, bruncher ou dîner, l’abri de la mama se revendique comme lieu de vie et de passage, pourquoi ne pas aller y faire un tour.   FP

© Francis Amiand

Mama Shelter 13, rue Domer  •  Lyon 7e  •  Tél. 0825 00 62 62 www.mamashelter.com

La lingerie made in Rhône-Alpes n’est pas morte ! Pour faire face à la demande, Assia Lingerie, une marque lyonnaise fondée en 2000 par une autodidacte inspirée, vient d’ouvrir sa première boutique, dans le 6e arrondissement. Broderies savantes, résilles arachnéennes, effets lamés ingénieux, composent un style aux accents orientaux. La créatrice Assia aimant “sculpter la nudité”, elle travaille avec trois corsetières de l’atelier de Haute-Loire Marjoris et tisse un projet de lignes exclusives avec les Atelières (ex-Lejaby).  EC

© DR

Savoir faire dans la dentelle SHOPPING

Caruso transforme subtilement la chaussure en véritable bijou, de quoi orner vos pieds des plus belles parures. Chez Victoire.

© DR

MODE

© DR

6

EGOLAREVUE  20

Assia lingerie 6, quai du Général-Sarrail  •  Lyon 6e  Tél. 04 72 45 58 18

SHOPPING

Laissez-vous séduire par les boucles d’oreilles Tom Binns aux couleurs estivales et étincelantes. Sur www.tombinnsdesign.com


le choix d’EGO

« Captur » moi

NEWS

si tu peux

Renault lance son premier crossover urbain, au nom évocateur : la Captur. Un design élégant et félin, aux formes douces et à la personnalité forte, pour cette nouvelle voiture à mi-chemin entre le SUV, le monospace et la berline. Confort, maniabilité, faible consommation et personnalisation avec une peinture bi-ton, ce nouveau modèle a de quoi séduire et démontre la volonté du constructeur français de développer des modèles design, à la pointe de la technologie. À noter l’application Ebook Renault Captur pour tablettes et smartphones qui permet de découvrir, étape par étape, la conception du véhicule  FP

© DR

À partir de 15 500 euros www.renault.fr

Quand la tapisserie secoue les puces

SHOPPING

NEWS

© DR

L’Ornemaniste 65, rue Salomon-Reinach  •  Lyon 7e  •  Tél. 06 37 04 38 23 www.lornemaniste.com

SHOPPING © DR

Emmanuelle Dartet est à l’origine de cette adresse à double entrée. Côté cour, tapissiergarnisseur de formation, elle exerce un art ancestral qu’elle a choisi d’inscrire dans une vision plus globale de la décoration. Côté jardin, l’ancienne gérante du restaurant brocante Le Petit design chine des antiquités vintage et industrielles qu’elle restaure d’une main légère : casier de tri postal, suspension d’usine, céramiques… Conceptrice de mobilier, Emmanuelle Dartet exposera bientôt sa première collection. Sur place, vous trouverez aussi des objets de designers invités, du conseil en aménagement et une aide logistique à la rénovation.   EC

Irié wash, une eau de toilette qui vous accompagne tout au long de la journée. Chez CJB

Du mercredi au vendredi, de 14 à 19 h.

MODE

Mode : Femmes et enfants d’abord Sortie de l’imagination de deux stylistes, en 1995, Nice Things est une griffe espagnole en cours de déploiement dans l’Hexagone. Les tenues pour femmes, filles et bébés se caractérisent par des couleurs guillerettes, des imprimés sautillants : carreaux, pois, rayures et motifs plus olé-olé. Chaque collection abrite quelques pièces fortes, susceptibles d’agrémenter le vestiaire féminin, quel que soit l’âge de sa propriétaire. Avis aux parents : les lignes pour bambins sont très réussies  EC © DR © DR

Nice Things 2, rue de Sèze  •  Lyon 6e  •  Tél. 04 72 83 59 03 23, rue Auguste-Comte  •  Lyon 2e  •  Tél. 04 78 82 36 64

EGOLAREVUE  20

7


le choix d’EGO

le choix d’EGO NEWS

Nouveaux cycles… Charlotte et Anthony, un ardent usager du vélo, ont chipé l’idée de ce cyclo-atelier-café aux Anglais, lors d’un voyage outre-Manche. L’entrée de leur ambassade de la culture vélo se fait par la partie gourmande : thé Betjeman & Barton, café Voisin, jus de fruit artisanal. Les gâteaux sont fournis par Guillemette, restauratrice et blogueuse avertie. La partie boutique-atelier met en scène les bicyclettes belges Achielle au look rétro, celles d’Arcade Cycle, des accessoires pratiques : casques, cadenas, sièges d’enfant, panoplie anti-pluie, ou plus design. Brooks, le fin du fin de la sellerie anglaise, permet d’offrir un supplément de confort à son postérieur. La Bicycletterie dispense des conseils en customisation, en équipement et s’occupe des réparations. Adresse hautement sympathique.   EC

© Loïc Benoit

La Bicycletterie 16, rue Romarin  •  Lyon 1er  •  Tél. 04 37 92 04 96

© DR

Lyon-Manhattan

Un vent d’été chez Solis

© DR

NEWS

Nouveautés chez Solis pour l’été : on craque pour la ligne “Play” de Comme des Garçons avec ses t-shirts, sweats, converses colorés et unisexes, pour aimer la mode sans se prendre au sérieux. À noter également l’arrivée de quelques pièces Maison Martin Margiela jouant sur les volumes et les matières, à la coupe parfaite ainsi que les très belles bougies IUNX.  FP

Pierre-Jacques Brivet, nouveau propriétaire du marché de la mode vintage, impose sa vision internationale. La formule made in Lyon du marché s’exporte aux États-Unis. Début juin 2014, la première édition new-yorkaise de l’événement se tiendra en plein Manhattan, dans un lieu encore tenu secret. On assiste ainsi à la naissance d’un label   •EC SHOPPING

8

EGOLAREVUE  20

© DR

Solis 6, quai Jules-Courmont  •  Lyon 2e  •  Tél. 04 72 40 93 27

Incontournables chez les stars, les lunettes Thierry Lasry ne cessent de nous surprendre avec toujours plus d’originalité à chaque collection. Chez Nagabbo.


le choix d’EGO

Petite nouvelle

Le bon coup de pédale

© F. Picanon

Nouveau sport tendance, l’aquabiking, fraîchement débarqué d’Italie, a déjà séduit le tout-Paris et arrive petit à petit à Lyon. Mais pédaler sous l’eau à quoi ça sert ? Sport facile à pratiquer l’aquabiking permet d’éliminer la cellulite et de se dessiner des abdos de rêve tout en restant doux pour nos articulations. En gros on élimine sans trop se fatiguer, de quoi ravir les paresseuses que nous sommes ! Plus d’excuse, entre deux rendez-vous ou après une séance de shopping on file pédaler dans le tout nouveau Centre Waterbike, tranquillement installée dans sa cabine individuelle à écouter un peu de musique ou à regarder la télé. Et après l’effort, les effets visibles dès 5 séances apportent le réconfort. FP Centre Waterbike 22, quai Jean-Moulin  •  Lyon 2e Tél. 04 78 82 65 36 lyonpresquile.waterbike.fr

© F. Picanon

NEWS

MODE

Ouverte depuis le mois de mai, la nouvelle boutique Graphiti Homme de la galerie du Sofitel offre une sélection de vêtements, chaussures et accessoires dans un style à la fois élégant et décontracté. On y retrouve la marque Brunello Cucinelli déjà best-seller de la boutique femme, les souliers français entièrement faits à la main Gérard Séné ainsi que Loro Piana le “Hermès italien”. Pour l’été, notre coup de cœur se porte sans hésiter sur les jeans Jacob Cohen aux couleurs menthe givrée, rouge ou bleu pastel à marier avec des baskets Hogan ou une paire de Tod’s en daim.

•FP

Graphiti Homme Galerie du Sofitel  •  20, quai Gailleton  •  Lyon 2e Tél. 04 72 77 87 90

Due by Maurizio, ou l’Italie sublimée

Vous serez d’abord accueillis avec l’accent du pays, puis conduits jusqu’à une magnifique terrasse arborée et pleine de charme, indevinable de la rue. Vous êtes ailleurs, et ce voyage ne fait que commencer… Chef renommé, Maurizio Bullano et son fils Nicolas travaillent chaque plat avec finesse pour vous offrir le meilleur du terroir italien : de la magie dans chaque bouchée, une explosion de textures et de goûts, l’incomparable saveur de produits choisis avec soin, tout droit venus d’Italie… Ici, tout est fait maison et la fraicheur de l’assiette régale tout autant les papilles que les yeux. Non, vous ne rêvez pas : vous êtes bien ailleurs, très loin, dans ce petit coin d’Italie. Service voiturier tous les soirs

www.mauriziobullano.com 8, rue Jouffroy-d’Abbans Lyon 9e

Tél. 04 72 38 26 43

om

© DR

du lundi au vendredi : midi et soir, samedi : soir

zo

EGOLAREVUE  20

9


le choix d’EGO

© DR

le choix d’EGO

Le Studio Phare de Dominique Bernard communiquer en toute sobriété Ne cherchez pas son bureau dans le quartier des affaires, car c’est dans un immeuble du 6e arrondissement et dans un appartement que se cache le Studio Phare de Dominique Bernard. Installé depuis quatre ans dans la capitale des gones, il n’a pas pour autant oublié ses racines bordelaises où il a gardé une partie de sa clientèle. Discret dans la vie, il l’est aussi dans ses créations graphiques. Il a sa propre influence et joue la carte de la sobriété en misant sur la qualité. Dominique Bernard travaille avec trois photographes et des graphistes indépendants pour plusieurs marques : Elsa Lee, Glove Story, GS Club, le Groupe Confiance et tout récemment Pizza Paï, qui comptent sur lui pour briller.  HL

Studio Phare 121, rue Vauban  •  Lyon 6e  •  Tél. 04 78 52 63 57  •  studio-phare.com

© DR

NEWS

NEWS

Homonyme À la rédaction, on craque pour les meubles Ego Paris parce qu’ils portent le même nom que nous, mais pas seulement. Pour la petite histoire, cette jeune marque a été créée en 2004 par trois frères, non pas à Paris, mais au cœur du Beaujolais, tous les meubles sont d’ailleurs exclusivement de fabrication française. La petite entreprise familiale s’est maintenant bien développée et propose du mobilier extérieur au design élégant et épuré avec une gamme pouvant offrir jusqu’à 300 combinaisons de couleurs et de matières. Pour le printemps/été, la collection Kama s’enrichit d’une desserte verticale polyvalente et ultra maniable, parfaite pour apporter ses boissons fraiches dans le jardin et les siroter depuis sa chaise longue !  FP Ego Paris ZI du Bois-Baron  •  Belleville-sur-Saône  •  Tél. 04 74 65 08 54 points de vente sur : www.egoparis.com

SHOPPING

NEWS

Après avoir habillé les lyonnais de ses vêtements éthiques et écologiques (en coton bio et matières recyclées), Origeen continue de chouchouter les hommes avec son nouvel espace coiffure et barbier. Pour votre t-shirt ou votre barbe optez pour la coupe parfaite !  FP

Origeen 28, rue du Palais-Grillet  •  Lyon 2e  •  Tél. 09 54 69 24 10

10

EGOLAREVUE  20

© DR

Envie d’une coupe ? Les Rivieras font leur retour dans l’esprit fifties originel, avec simplicité et élégance.


le choix d’EGO

le choix d’EGO SHOPPING

© DR

Cinq Mondes décline une nouvelle gamme de gels douche délicatement parfumés pour un vrai moment de bien-être.

NEWS

© DR

© DR

Happy Birthday ! AU BORD DE L’EAU

Au bord de l’eau

Chemin du Pontet  •  Décines

Tél. 04 78 49 02 39 www.aubordelo.fr

Lejaby Couture,

om

Le bruit des vagues, le soleil, une légère brise, Au bord de l’Eau est un véritable jardin d’Eden. Pas besoin d’aller jusqu’à Cannes pour déguster un bon petit plat sur une sublime terrasse, les pieds dans l’eau, un verre de rosé bien frais à la main sous le soleil ! Au bord de l’Eau est tout près de Décines et propose plus d’une vingtaine de références de vin, vous n’avez plus qu’à faire votre choix ! Rien de mieux pour vous échapper de la routine et vous accorder un moment de plaisir.

zo

EGOLAREVUE souhaite un très bon anniversaire à deux monuments de la gastronomie lyonnaise : la Brasserie des Brotteaux qui fête en 2013 ses 100 ans, un siècle et toujours aucune ride. Ainsi que l’artisan chocolatier Bernachon qui souffle ses 60 bougies et continue de nous ravir avec ses orangettes et ses éclairs fondants à souhait.   FP

Brasserie des Brotteaux 1, place Jules-Ferry  •  Lyon 6e  •  Tél. 04 72 74 03 98

Bernachon 42, cours Franklin-Roosevelt  •  Lyon 6e  •  Tél. 04 78 24 37 98

Arthus-Bertrand choisit Lyon pour sa 6e boutique MODE

MODE

© leblogdartlex

12

EGOLAREVUE  20

Avec sa nouvelle collection corsetterie et bain, la ligne haut de gamme Lejaby Couture (Maison Lejaby) a voulu rendre hommage aux belles matières et au savoir-faire unique de ses petites mains. Dentelle de Calais, broderies, incrustations, nœuds… pour des ensembles romantiques, glamour et à la petite touche rétro. Un travail magnifique entièrement fait main et réalisé par Les Atelières à Villeurbanne. Coup de cœur pour le modèle “Matinée”, rose poudré et ultra féminin. Essayage sur rendez-vous uniquement.  FP

maisonlejabycouture.com

© DR

un savoir-faire d’excellence

Après Paris, Bordeaux et Lille, c’est à Lyon que la maison Arthus-Bertrand a ouvert sa sixième boutique. Située entre les Célestins et les Jacobins, les amateurs de la marque, qui existe depuis 1803, ne s’y tromperont pas. Parquet clair, vitrines en acier bruni : la boutique de 80 m2 se veut à la fois chaleureuse et luxueuse. On y retrouve les trois corps de métiers qui fondent le savoir-faire de cette maison : les décorations, les médailles et la bijouterie. Arthus-Bertand, c’est une touche de modernité avec ses Berlingots fluos et une ligne plus intemporelle comme le très graphique bracelet “Onde”  HL

Arthus-Bertrand 15, rue des Archers  •  Lyon 2e  •  Tél. 04 78 38 20 78 www.arthus-bertand.com


le choix d’EGO

le choix d’EGO NEWS

NEWS

HOP !

la compagnie low cost Made in France a débarqué à Lyon

À siroter

On connaissait Easy Jet et Ryanair, les poids lourds du marché du voyage low cost. Voici le petit dernier arrivé dans la course aux vols à bas coûts. Elle s’appelle HOP ! cette compagnie créée par Air France qui a décidé d’aller taquiner la concurrence. Depuis Lyon, la France et l’Europe sont maintenant à portée de main et de toutes les bourses. Les prix s’envolent à partir de 55 euros l’aller pour les offres basiques. Alors, qu’attendez-vous pour faire une échappée belle à Barcelone, Rome, Prague, Venise, Milan ou bien Brest, Rennes, Bordeaux, Biarritz ?  HL hop.fr

Pas de faute d’orthographe, Sireau est une marque originaire du Vaucluse qui a inventé le concept des sirops prêts à boire. Plus besoin de rajouter d’eau, elle est déjà dedans, malin non ? Parfums menthe et grenadine, frais pour l’été.  FP

www.sireauboisson.fr

Basique pour l’été MODE

NEWS

© DR

YOUPI !

C'est avec fierté, à l’heure où nous imprimons, que nous apprenons que l’agence Sienne Design (NOTRE agence) fait partie des 5 lauréats Lyon Shop Design pour l’élaboration et la communication de Louis M by Roland Drieux avec l'agence Drive Design. Citons également : Lucien et la Cocotte Cie  •  Commerçant : Frédéric Marteau  •  Architecte-designer : Stéphane Marteau (espace Gaia architectures) Hervé Guitaut (agence Caracas) Halles 9  •  Commerçants : Philippe Gauvreau, Frédéric Fass Architecte-Designer : Hervé Moreau et Erik Zebrand Nicolas Fafiotte couture  •  commerçant : Nicolas Fafiotte  •  Architecte-Designer : Richard Bagur The Royal Racer  •  Commerçant : Pierre Bonnet Architecte-Designer : Hervé Moreau

14

EGOLAREVUE  20

2Point1 est une marque “business fair” basée à Lyon, avec un concept unique : pour un t-shirt acheté, un autre est offert à un enfant dans le besoin. Éthique et chic que demander de mieux. En plus de sa ligne trendy, 2Point1 s’est associé à Remi Casado, designer du Village des Créateurs, pour développer une collection capsule de marinières. Avec la Black Qwehli, le jeune créateur réinvente les codes de ce basique façon crevette du Mozambique.  FP

2Point1 À Lyon, en vente chez : Plus By ABS, Sample et Place to Be. www.2point1.fr


le choix d’EGO

le choix d’EGO

Les Puces,

nouvelle formule NEWS

NEWS

© DR

Réservé aux femmes

Après un suspense haletant, c’est Jacques Chalvin (Espace Double Mixte) qui a racheté les Puces du Canal. Au programme : extension et développement. Une plaine de jeux pour enfants, “Crazy Puces”, ouvrira dès le mois de septembre pour le plaisir des bambins de 3 à 12 ans, et aussi un village de containers qui permettra d’accueillir davantage de marchands. Enfin, un bâtiment annexe de 3000 m2 sera dédié, dès 2014, à l’organisation de salons et ventes aux enchères. À noter que M. Chalvin souhaite également étendre les horaires d’ouverture au dimanche après-midi voire même au samedi.   FP

Depuis le début de l’année, Mini Store 6e Avenue offre à ses clientes de faire partie du Ladies Mini Club. Chic un club de filles, mais pour quoi faire ? Des avantages pratiques : réductions, prêts de véhicules, essais découvertes de nouveaux modèles ainsi que l’organisation d’événements réservés aux femmes : soirées cocktails, after work, partenariats, expositions…   •FP 6e Avenue 82, boulevard Marius-Vivier-Merle  •  Lyon 3e  •  Tél. 04 78 63 55 66 www.6avenue.fr

Puces du Canal 1, rue du Canal  •  Villeurbanne  •  Tél. 04 72 04 65 65 www.pucesducanal.com

SHOPPING

© DR

Le spa Skin & Sens propose désormais les soins Dr. Hauschka®, rituels uniques à base de plantes médicinales, pour un voyage des sens.

Le Plein Sud

© DR

Et si la chaleur du Sud n’était qu’à quelques pas ? Au Plein sud, pas de doute, l’été vous réserve la part belle : siroter un verre entre amis, s’autoriser un afterwork digne d’une soirée de vacances, ou tout simplement prendre un bain de soleil… Son élégante terrasse en rue piétonne fait du Plein Sud l’endroit incontournable. Fan de ballon rond ? Ici, tous les matchs de l’OL sont retransmis en direct. Au comptoir, Manu et son staff vous concocteront leurs plus belles spécialités de cocktails… jusqu’au bout de la nuit ! Ambiance branchée et décontractée assurée.

SHOPPING

Sanoflore a créé Sublimes baies rouges, rehausseur de teint qui allie des extraits naturels et un parfum frais et pétillant, effet bonne mine et teint lumineux assurés.

16

EGOLAREVUE  20

Le Plein Sud

3, rue Tupin  •  Lyon 2e

Tél. 04 78 42 52 62

om

© DR

Ouvert toute l’année de 11 h – 3 h (en 7/7 j de mai à octobre)

zo


© DR

© DR

le choix d’EGO

CREAM

Issone,

DIY : Où personnaliser ses T-shirts cet été ?

au-delà de la coiffure

Ouverte depuis l’été 2012, la petite boutique Cream est devenue une adresse incontournable du DIY. Le concept : des t-shirts aux coupes tendances dans des matières respectueuses de l’environnement, personnalisables directement sur place avec ses propres dessins, photos, phrases ou avec les œuvres griffées par des artistes et designers. Une manière originale de se distinguer en créant son t-shirt en fonction de ses envies. Tous les deux mois, de nouveaux créatifs (graphistes, photographes, illustrateurs, peintres, coloristes) proposent une collection de 10 modèles exclusifs. Pour l’occasion, des vernissages sont régulièrement organisés à la boutique afin de présenter les œuvres de ces artistes. Jusqu’ici, quinze d’entre eux ont déjà rejoint l’aventure en s’exprimant sur un nouveau support : le t-shirt. Parmi eux : Birdy Kids, Rézine ou encore les Petites Culottes d’Hippolyte. En plus de la personnalisation de t-shirts, Cream propose également l’impression de stickers et du carrelage personnalisable, idéal pour une déco unique ou pour des cadeaux qui sortent de l’ordinaire.

Ça commence par un échange dans un lieu étonnant, caché des regards derrière une intemporelle façade intérieure. Couleur, type de cheveu, mode et style de vie, morphologie et carnation… tout est étudié pour des services personnalisés et de qualité. Chez Issone, on privilégie votre bien-être à tous les niveaux : des coupes uniques, des colorations bio sur mesure mariant épices et huiles essentielles, mais aussi des « escapades esthétiques » pour sublimer votre être tout entier. Des soins du visage, comme le réhaussement de cils pour ouvrir le regard, aux soins du corps, avec une séance de modelage, en passant par une manucure semi-permanente, soyez sûr que votre passage chez Issone vous réserve un pur moment de relaxation.

Cream

Issone, atelier de coiffure

Tél. 09 80 52 66 19 info@cream-workshop.com creamtshirtshop.com zo

om

38, rue Sergent-Blandan Lyon 1er

2, rue d’Auvergne Lyon 2e

Tél. 04 78 60 30 23 contact@issone.fr

om

zo

EGOLAREVUE  20

17


EGO c’est nous !

Photos Didier Michalet et Karen Firdmann, DMKF


Publi-reportage

RÉHOME L’IMAGINATION SANS LIMITE

1

Les travaux de rénovation se transforment trop souvent en véritable cauchemar : délais non tenus, devis inflationnistes, prestataires aux abonnés absents, approximations dans la mise en œuvre. Résultat : les finances et les nerfs sont soumis à rude épreuve. Lionel Lévy, fondateur de l’entreprise réHome, évolue depuis 15 ans dans le monde de l’aménagement d’intérieurs, dont il ne connaît que trop bien les travers. En entrepreneur passionné et décidé, son ambition est de fournir des solutions pour l’habitat et de la tranquillité pour l’esprit…

© Cathy Dubois

Cet homme, qui aime réinventer les intérieurs, ne s’avoue jamais vaincu. Pour relever les nombreux défis qui se posent lors d’un chantier, avec son fidèle associé Joseph Caschera, il s’est constitué une équipe technique, exclusivement attachée à réHome : architectes DPLG, décorateurs, graphistes et artisans, qui, à son image, s’ingénient à résoudre chaque problème. Parce que RéHome maîtrise toutes les étapes de l’exécution de vos travaux, l’entreprise est en mesure de garantir ses devis, assumant rigoureusement toute « mauvaise surprise » qui surgirait en cours de chantier.

> 1 / Restructuration et aménagement d’un intérieur privé. 2 / Projet d’aménagement global de cuisine en 3D. 3 / Porte d’entrée réalisée sur mesure.


Publi-reportage

AGENCEMENT• • HOME STAGING VALORISERRÉNOVATION VOTRE HABITAT

DES UNIVERS ÉLÉGANTS, ULTRA CONTEMPORAINS, AÉRÉS, QUI CULTIVENT LE BIEN-ÊTRE ET L’HARMONIE

2

6

Quel que soit l’exercice – aménagement d’une boutique, d’un restaurant, de bureaux, rénovation d’appartement, de maison - réHome s’applique à tirer la substantifique moelle de chaque lieu en proposant du sur mesure. Dans sa constante recherche de perfection, réHome dispose désormais de sa propre ébénisterie, qui réalise directement et spécialement pour vous, des cuisines ou du mobilier personnalisés. Lionel Lévy, unique interlocuteur, gère les projets de A à Z, de la première esquisse à leur réalisation finale. Réactif, attentif aux détails et aux finitions, il veille au bon suivi du chantier, étape délicate mais cruciale pour la réussite des travaux. De plus, dès l’avant-projet, réHome propose des vues de plan en 3D, en couleur, dont l’exceptionnel réalisme permet de visualiser son nouveau cadre de vie, comme sur une photo, avant même le moindre coup de marteau. Finies les angoisses, les erreurs de compréhension ou de jugement ! Avec réHome, donnez un nouveau souffle à votre habitat, tout en restant zen. > RéHome intervient partout en France et hors Hexagone (Suisse, Italie, Espagne… )

3

www.rehome.fr Redonnez un nouveau souffle à votre habitat RÉNOVATION / HOME STAGING / JARDIN PARTENAIRE EXCLUSIF

302 route d’Alix, 69380 Chatillon d’Azergues Tél. 06 08 56 88 85 > lionel@rehome.fr N° Vert 0 800 300 144

www.feuillazur.com


question d’époque

22

EGOLAREVUE  20


question d’époque

Lyon, la ville demain : et après ? Conception et rédaction Estelle Coppens

Un homme sur deux est désormais un urbain. D’ici 2050, la part de la population mondiale habitant en ville devrait atteindre 70 %. Face à l’urbanisation des sociétés, la cité devient le théâtre de nouveaux enjeux : comment construire la ville de demain pour vivre mieux et de manière moins polluante dans des milieux urbains qui se densifient ? Lyon, qui joue les figures de proue de ces “smart cities” à l’échelle européenne, a lancé des dizaines de projets expérimentaux dont plusieurs visent à répondre aux “objectifs 3 x 20” que se sont fixé une soixantaine de grandes villes d’Europe : réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre, de 20 % la consommation énergétique et porter à 20 % la proportion des énergies renouvelables dans sa consommation totale d’énergie.

© Luc Schuiten

Derrière les expressions de “ville intelligente”, de “ville du futur” ou de “ville de demain” se profile le rêve d’une ville optimisée, gérée en temps réel, proposant des services adaptés, quasi à la carte, à des habitants dont elle connaît intimement les pratiques. Cette ville innove pour nous faire consommer moins d’énergie (p. 26), nous rendre la vie plus facile (p. 28), modifier nos façons de nous déplacer et de livrer les marchandises (p. 30 et 32). Elle se veut plus participative en ce qu’elle dialogue en permanence avec ses citoyens – sur l’état du trafic, la disponibilité de places de parking, la courbe de sa consommation en énergie… Cette ville du futur crée cependant de nouveaux besoins de régulation, d’autant que – selon Gilles Pinson, politiste – les nouvelles technologies de l’information et applications numériques entraînent des formes de délégation de services publics aux entreprises, le développement de leurs services devançant ceux de l’offre publique (p. 24 et 25). À cette marche en avant, basée sur toujours plus de croissance, de technologies, nous avons voulu, en contrepoint, confronter la vision de l’architecte Luc Schuiten. Pour lui, l’homme du xxiie siècle serait bien inspiré de reconnecter sa nature biologique profonde dans des villes devenues agricoles grâce à leurs plus petites dimensions (p. 34 et 36). Et si l’écrivain Alphonse Allais avait vu juste quand il affirmait, avec un clin d’œil, qu’il “faudrait construire les villes à la campagne car l’air y est plus pur”…

EGOLAREVUE  20

23


Lyon la ville demain : et après ?

“La conception actuelle du futur s’intéresse à ce qui va changer et, c’est récent, à ce qui ne va pas changer”

Gilles Pinson est politiste, professeur de sciences politiques à Sciences-Po Lyon et chercheur au laboratoire Triangle. Co-rédacteur en chef de la revue électronique “Métropoles”, il est l’un des membres fondateurs du laboratoire d’excellence IMU1 “ Intelligences des mondes urbains”.

24

EGOLAREVUE  20

Notre vision du futur a-t-elle changé face à l'accélération technologique ?

Quels sont les principaux enjeux de la ville de demain ?

Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, on accordait à la technologie le pouvoir de chambouler de fond en comble la manière de vivre la ville. La conception actuelle du futur s’intéresse à ce qui va changer et, c’est récent, à ce qui ne va pas changer. Les sociétés modernes sont en outre devenues beaucoup plus modestes quant à leurs capacités de prévision et d’anticipation et intègrent la notion de risque dans leur planification. Cette nouvelle prise en compte des incertitudes prémunit de l’illusion que la nature et le futur sont maîtrisables, notamment par les technologies.

Il y a bien sûr l’enjeu environnemental. Avec ce paradoxe que la ville est vue à la fois comme responsable de la plupart des pollutions et, pour certains, comme une solution aux problèmes écologiques grâce à la concentration offerte : la ville compacte, dense, rendrait possible la création de dispositifs de collecte de données permettant d’ajuster la consommation des ressources énergétiques, notamment, l’offre des services urbains, une meilleure exploitation des infrastructures via l’étude des pratiques. Cependant, le mouvement de reconquête des villes et de leur centre est de plus en plus sélectif. Il attire les élites, de grands opérateurs immobiliers, des fonds de pension qui réalisent des investissements, comme dans le cas du quartier Grolée, ce qui attise la spéculation immobilière. Le processus de spécialisation sociale et politique de l’espace urbain est en marche, mécaniquement alimenté par l’accroissement des inégalités socio-économiques.

Dans la ville de demain, quelle importance auront les technologies ? Difficile à dire, mais on peut penser que les technologies qui changeront vraiment la vie en ville seront sans doute discrètes et pas nécessairement celles dont on parle le plus aujourd’hui : la réalité augmentée, les applications des nanotechnologies, etc. C’est d’ailleurs pour ça que la volonté des gouvernements de piloter la recherche en l’orientant vers des technologies jugées porteuses est condamnée à l’échec, car prévoir les révolutions scientifiques et technologiques est impossible. Pour paraphraser un physicien, “sans théorie de la relativité pas de GPS”. Si Einstein avait été contraint par un gouvernement à mettre au point un GPS, il n’aurait pas débouché sur cette théorie.

D’autres enjeux se dégagent-ils selon vous ? La manière dont s’administrent les métropoles est très anti-démocratique. Avec le développement de l’urbanisation, les pouvoirs des communautés urbaines s’étendent. Or les membres de ces assemblées n’ont pas été élus au suffrage universel direct. Les politiques menées à cet échelon, négociées à huis clos, le plus souvent, manquent de transparence. Même avec les récentes lois2, les hommes forts de la gouvernance métropolitaine resteront les maires et la technostructure intercommunale.


Lyon la ville demain : et après ?

“On vit une époque où l’on réhabilite et réinvente l’urbanité” Les grandes entreprises semblent devenir des acteurs urbains incontournables. Est-ce un bien ou un mal ? Cela a toujours été le cas, en particulier en France où elles gèrent depuis longtemps les services urbains de base (eau, déchets, transports, etc.). Mais en face, les collectivités avaient conservé une expertise leur permettant de discuter avec elles. Désormais, les collectivités sont moins armées pour négocier avec ces entreprises qui urbanisent leurs stratégies (la ville du futur, la ville intelligente) et dont elles connaissent moins les métiers et les intentions. Le Grand Lyon saura-t-il tenir tête à Cisco et Siemens comme il l’a fait avec Veolia et Suez ?

La crainte d’un Big Brother numérique est-elle justifiée ? En ce moment, la question des données que génère un certain nombre de pratiques urbaines3 fait débat. Bientôt tous les aspects de la vie pratique du citadin seront connus. Comment les collectivités locales parviendront-elles à protéger ces nouvelles données rendues exploitables grâce aux innovations des départements R & D de grands groupes ? Il faut réaliser que ces gisements de données numériques sur les usagers et donc sur les consommateurs sont devenues une source de valeur pour ces mêmes entreprises sur la base desquelles elles pourraient à terme développer des infrastructures et des services très rémunérateurs.

N’existe-t-il pas des partenariats public-privé sans marché de dupes ?

Pour continuer sur une note plus légère, la ville de demain sera-t-elle ludique ?

Les partenariats public-privé existent mais, pour l’heure, ils ont été rarement à l’avantage du public. Signés par des gouvernements et des villes dont les finances sont au plus mal, ils permettent de continuer à réaliser des équipements sans que la population n’ait à en supporter la charge financière, du moins pour l’essentiel et au moment de l’inauguration. Le coût de ces équipements se reporte sur l’élu, la collectivité, qui, contractuellement, sera contrainte de racheter l’équipement au prix fort 15 ou 20 ans plus tard. Il s’agit donc d’un mécanisme assez pervers. Une coopération vertueuse est possible, mais elle implique des gouvernements urbains et métropolitains armés en expertise pour négocier avec les grands groupes privés. Le pouvoir, l’argent et l’expertise sont en train de basculer de l’État, du public, vers les multinationales. Les grandes villes sont par excellence le lieu où s’exprime ce basculement.

On assiste à la “festivalisation” des villes. À l’ère de la ville post-industrielle, les cités sont autant en compétition pour la consommation que pour la production. Dans la consommation figurent les loisirs. L’espace public se recompose autour de pôles de consommation, à l’image du projet de réhabilitation du grand Hôtel-Dieu. Là encore, on cible une frange de la population qui a des goûts, un pouvoir d’achat bien particuliers. On développe une vision unique de la ville qui anticipe des attentes présupposées de pacification, de propreté alors que la ville a toujours été un lieu de saleté, de frottement, de hasard, propice aux rencontres. Donc, pour répondre à votre question, la ville de demain sera ludique, mais sans doute qu’elle ne le sera pas pour tous…

La ville du futur offre-t-elle tout de même des perspectives positives ? Bien sûr ! On peut penser que l’on vit une époque où l’on réinvente, où l’on réhabilite l’urbanité. C’est important surtout dans un vieux pays rural et pétainiste comme la France, où ni la ville, ni la densité et la diversité qu’elle implique n’ont jamais eu bonne presse. Les Français sont peut-être en train de s’urbaniser culturellement, c’est-à-dire de devenir plus tolérants, plus ouverts au pluralisme culturel et politique, plus démocrates aussi. C’est dans les villes que se dessinent des pratiques sociales et politiques nouvelles. L’avenir y sera peutêtre fait d’un renouveau participatif.

1. IMU est un dispositif de recherche et d’expérimentation multidisciplinaire sur les villes qui croise les intelligences des chercheurs, des praticiens et des acteurs socio-économiques. 2. Ces lois prévoient que les conseillers municipaux représentant leur commune au sein des assemblées intercommunales soient “fléchés” sur les listes électorales des municipales de 2014. 3. Notamment celles liées aux transports, grâce aux puces RFID contenues dans les cartes de métro ou de Velov’ et à la consommation d’énergie via les compteurs intelligents

EGOLAREVUE  20

25


Lyon la ville demain : et après ?

1 européenne à Confluence re

© Cyril Thomas Bouygues Immobilier

Le projet Lyon Smart Community expérimente la ville durable

Le projet Hikari, dont les travaux ont débuté, est notamment composé de trois bâtiments : Higashi (Est) immeuble de bureaux, situé à l’angle du cours Charlemagne. Face à la place nautique, Minami (Sud) accueillera des logements tandis que Nishi (Ouest), qui borde la voie ferrée, sera à usage mixte.

Lyon Smart Community est une expérimentation grandeur nature menée par le Grand Lyon en partenariat avec NEDO1, agence japonaise de soutien à l’innovation analogue à l’Ademe2. Elle repose sur l’idée de mise en réseaux de différents acteurs et sur l’économie d’énergie grâce aux nouvelles technologies. L’expérience se déroule à Confluence, vitrine lyonnaise de la ville de demain, et a pour ambiEn 2011, 15 % du budget de 1,25 milliard d'euros tion de faire du quartier la référence de NEDO étaient destinés à des projets coopératifs en européenne en matière d'efficacité dehors du Japon. L’agence apporte 50 millions d'euros dans énergétique. l’escarcelle budgétaire d’Hikari. NEDO a estimé que Confluence

Pourquoi le NEDO ?

avait le pedigree d’un bon terrain d’expérimentation : premier Trois bâtiments intelligents quartier durable WWF, reconnaissance comme éco-quartier par pour 2015 le ministère de l'Écologie et du développement durable, etc. En 2015, face à la place nautiLe volet “énergie positive” bénéficie de l’apport des technoque, s’élèveront trois bâtiments à logies japonaises avancées, sous la coordination de Toshiba, énergie positive baptisés “Hikari” fournisseur des principaux systèmes énergétiques. (lumière en japonais). Leurs façades 22 des 30 partenaires fédérés autour du Lyon Smart ondulantes et leurs toits seront parés City sont des entreprises françaises.

de panneaux photovoltaïques3. L’ensemble produisant un total de 476 MWh, soit l’équivalent de la consommation de 160 foyers. Si Hikari fait franchir une étape importante, c’est que l’énergie non consommée par les bureaux le week-end servira aux logements et celle non consommée le jour par les ménages sera rebasculée sur le réseau. L’idée est d’étendre le principe à l’échelle du quartier, qui vise la neutralité énergétique en 2030.

26

EGOLAREVUE  20

Parallèlement, une flotte de 30 véhicules électriques partagés entre entreprises (usagers du jour) et habitants (usagers de loisirs) alimentés, eux aussi, par le biais de l’énergie produite par des systèmes photovoltaïques, commencera à rouler cet automne. 6 stations et 33 bornes de recharge à la clef. En outre, 275 logements sociaux de la Cité Perrache, en bord de Rhône, feront l’objet d’une éco-rénovation et seront équipés de compteurs intelligents : système de mesure, d’analyse, d’affichage et de suivi de la consommation d’électricité, de gaz et d’eau, en temps réel pour les résidents comme les partenaires d’Hikari. Les informations énergétiques recueillies pour l’ensemble de cette expérimentation seront traitées par un outil de pilotage et de gestion global.

1. NEDO Japon : New Energy and industrial Technology Development Organization. 2. Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. 3. Les immeubles seront également alimentés en énergie par une centrale de cogénération à base de colza provenant de la région.


>> smart fortwo à partir de

169 €

TTC

/mois** sans apport

Vos distributeurs agréés smart >> Ecully - Rond-point le Pérollier - 04 72 18 00 18 >> Nouveau à Saint-Fons (Mercedes-Benz) - 65, bld Lucien Sampaix - 04 78 78 50 78 >> Villefranche/saône (Mercedes-Benz) - Avenue de L’Europe - 04 74 60 49 49 www.smartlyon.fr ou ecoute@daimler.fr

smartlyon

Fabriquée en France

*Une autre idée de la vie. **En Location Longue Durée. Exemple : Pour une smart fortwo 45 kw mhd pure avec boite softip au prix tarif remisé du 03/01/2013, proposée en Location Longue Durée sur 37 mois avec 37 loyers mensuels de 169 €TTC***. Frais de dossier 138 €TTC inclus dans le 1er loyer. Modèle présenté : Pour une smart fortwo coupé 52 kw mhd passion équipée du Pack Confort au prix tarif remisé 03/01/2013, en LLD sur 37 mois avec 37 loyers mensuels de 241 €TTC***. Frais de dossier 195 €TTC inclus dans le 1er loyer. ***Hors assurances facultatives et pour 45000 km maximum. Offre valable pour toute commande entre le 02/04/2013 et le 28/06/2013 et livraison avant le 30/09/2013, sous réserve d’acceptation du dossier par Mercedes-Benz Financial Services France S.A. – 9, rue de Chaponval – 78870 Bailly. RCS Versailles 304 974 249, N° ORIAS 07009177. Consommations de la smart fortwo (cycles urbain/extra-urbain/mixte en l/100 km) : 3,3 à 6,5/3,3 à

4,4/3,3 à 5,2. Emissions de CO2 (g/km) : 86 à 120.


Lyon la ville demain : et après ?

Les robots,

© AFJV

des créatures de moins en moins artificielles

Il s’agit d’un point tournant dans l’histoire de la robotique : avec l’émergence de la notion de robotique de service à la personne, les robots s’apprêteraient à mettre le boulon hors des chaînes de production industrielle et des laboratoires pour rallier les foyers et évoluer parmi les hommes. À l’horizon 2020, il est probable que les robots, qu’importe leur physionomie, commenceront à jouer un rôle important : dans nos foyers (robots domestiques) – comme l’illustre la série Real Humans1 diffusée sur Arte –, auprès de personnes âgées ou handicapées (robots d’assistance ou d’aide à l’autonomie), auprès des enfants (robots ludiques et éducatifs), dans nos villes (robots dans les services urbains). Pour le Japon, pays en pointe, le sujet constitue un enjeu de société lié au maintien des personnes âgées à domicile. D’après la Japenese Robotics Association, le secteur devrait atteindre la barre des 35 milliards de dollars en 2025, au niveau international. Syrobo, le syndicat français de la robotique, basé à Lyon, estime que le périmètre du marché hexagonal franchira les 500 millions d’US$ d’ici 2017. L’interconnexion des univers virtuels avec des objets physiques démultiplie le champ des applications de la robotique, créant de nouveaux usages potentiels. Dans un avenir rapproché, les robots seront connectés à des ordinateurs, à Internet, à des objets communicants, à des systèmes intelligents, décuplant

28

EGOLAREVUE  20

leurs capacités à interagir avec leur environnement, à prendre des décisions, notamment via la myriade de capteurs dont ils seront bardés. En diversifiant leurs interventions, ces concentrés de mécanique, d’électronique et d’informatique sont appelés à devenir un produit de grande consommation. Les villes représentent le théâtre privilégié de cette révolution. Avec Robopolis Studio, Awabot, le salon InnoRobo, entre autres, Lyon présente de nombreux atouts grâce à la présence d’acteurs engagés, à l’instar d’un Bruno Bonnell, entrepreneur et spécialiste du monde numérique et de la robotique. Ce Lyonnais croit aussi à l’émergence de robots de type “assistant personnel”, qui pourraient ressembler à nos Smartphones, en plus malins. Bien installés dans notre poche, ceux-ci seraient capables de communiquer entre eux lors d’une réunion pour transmettre aux participants le contact de personnes dont il est question ou des documents nécessaires se rapportant aux discussions. Dans le domaine de l’aide à l’autonomie, ces assistants sauraient relever celui qui a fait une chute, le réconforter et appeler les secours. Vivement demain !

1. La série met en scène des hubots (“Human robots”) ressemblant à s’y méprendre aux êtres humains qu’ils remplacent dans les tâches domestiques. Mais ils rêvent d’autre chose.


T

E N A

C S O P

ICI R T A

DES

A

LLO I A C

èm

N

2,

e ru

G

as

r pa

d

A

n

é dr C

on

(C

c

E

t ep

LE

D

I ST

o éc

r

N

S)

io at

n

2

YO ran L - iF

u -S

iv

ce

-

e

et

l te Et

ra

:

04

e ng

r

T

72

40

23

92


Lyon la ville demain : et après ?

Transport et déplacements : des marchandises et des hommes

À Lyon, des camions électriques pour les livraisons “du dernier km” Tous les jours, des camions sillonnent la capitale des Gaules, avec dans leur ventre de quoi satisfaire nos envies et nos besoins pluriels de citadins. Le transport de marchandises en ville appartient à la “logistique urbaine1”. En parallèle de l’affinage de l’offre en transports collectifs, les pouvoirs locaux s’attachent à réduire le nombre de véhicules de livraison et à faire se déplacer les produits de manière plus écologique. Objectif pour 2020 : rabattre de 20 % les émissions de CO2 générées par le transport de marchandises. “Pendant longtemps, on a cherché à bannir les camions de la ville, en installant les centres de distribution où les livreurs chargent leurs palettes à une trentaine de kilomètres du centreville” analyse Michèle Patier, chercheuse associée au Laboratoire d’économie des transports (LET). Résultat : beaucoup de poids lourds en ville, des chargements peu optimisés à cause de l’éloignement des points de livraisons, avec à la clef des trajets inutiles, coûteux pour les entreprises. Désormais, on réintroduit des espaces logistiques urbains (ELU) en centre-ville. Ces sites intermédiaires de regroupement de marchandises acheminées de la périphérie vers le centre par de gros véhicules permettent de limiter les allées et venues des camions dans la cité et de confier la livraison “au dernier kilomètre” à des transporteurs spécialisés non polluants, type triporteurs ou petits véhicules électriques. Le parking LPA des Cordeliers abrite depuis 2012 un ELU de 1000 m2. Un second ELU est attendu à la Part-Dieu. “Ce type de solutions est convaincant pour les marchandises de luxe, mais soulève des inquiétudes”, reconnaît Michèle Vullien, vice-présidente chargée des déplacements et de la mobilité au Grand Lyon. Les entreprises redoutent une perte d’autonomie et la coupure avec leurs clients. “Le but est de fournir une aide au décollage pour favoriser les pratiques vertueuses et faire en sorte que la logistique urbaine devienne un facteur de compétitivité pour les entreprises et d’attractivité pour le territoire.”

30

EGOLAREVUE  20

Certaines villes, à l’instar de Zurich, examinent la piste du tramfret, qui peut reposer sur la mixité marchandises-voyageurs ou la réservation de certains passages de tramway à la livraison de marchandises. Lyon commence à s’intéresser à cette option, “alors qu’on sensibilise les élus depuis 15 ans sur ce sujet et que l’on vient de finir les travaux du tramway à Lyon ! s’agace Michèle Patier. Côté Confluence, même topo : “Il est regrettable quand on a l’opportunité de partir de zéro de ne pas avoir intégré dès le départ les problématiques de livraison”, fait remarquer la chercheuse. Berlin n’a pas commis la même erreur quand il s’est agi de bâtir le nouveau quartier d’Alexanderplatz. Avant toute chose, les sous-sols ont été aménagés en véritable décalque du quartier sous terre. Ils possèdent leurs rues, leurs adresses et alimentent, souvent via de simples monte-charge, les commerces situés au-dessus. Paris est également en pointe sur la logistique urbaine, notamment avec la plateforme logistique multimodale du métro Châtelet, où les habitants peuvent retirer les produits commandés à distance dans une vaste consigne numérisée. Pour les flux du BTP, Lyon s’inspire de Londres qui a réussi à mettre en place un centre de consolidation des livraisons de matériaux. Grâce à ce concentrateur doté d’un système de livraison “juste à temps”, plus besoin de stockage, ce qui réduit l’emprise d’un chantier. À Lyon, le port Édouard-Herriot pourrait bien remplir cet office.

1. Celle-ci comprend en plus de l’approvisionnement des commerces, les livraisons à domicile (en hausse avec la progression de l’e-commerce), la collecte des ordures ménagères, la distribution du courrier, les flux des chantiers du BTP, etc.


Lyon la ville demain : et après ?

Transport et déplacements : des marchandises et des hommes

Optimod’Lyon : les plans de métro, bus et tram ont du souci à se faire… La ville de demain est par essence mobile, ses habitants sont nomades, mais la cité ne veut plus être captive du trafic. Les initiatives vont donc dans le sens du désengorgement automobile “en organisant les flux de personnes et de marchandises”. Dans un contexte de contraintes budgétaires, environnementales et spatiales, il est devenu indispensable d’utiliser au mieux les infrastructures existantes, dans le temps et dans l’espace, et de relier entre eux les différents réseaux de transport. La Communauté urbaine s’apprête ainsi à lancer un projet de recherche et de développement baptisé Optimod, soit un assistant à la mobilité et à la prise de décision d’un nouveau genre. Car selon Bruno Faivre d’Arcier, chercheur spécialiste des transports collectifs au Laboratoire d’économie des transports, Lyon est l’agglomération française la mieux pourvue en offre de transports collectifs. Revers de la médaille, la complexité des trajets associant plusieurs modes de déplacement (bus + tram ou métro + Vélo’V) en décourage plus d’un, faute d’informations globales disponibles. Une application sur Smartphone prévue pour la fin de l’année devrait contribuer à améliorer le tableau.

32

EGOLAREVUE  20

Optimod rassemblera ainsi l’ensemble des données du réseau de transports : SNCF, TCL, Vélo’v, Auto-partage. Hop ! On précise le point de départ et le point d’arrivée pour être conseillé sur le meilleur itinéraire à emprunter, sachant que les durées de parcours seront calculées en temps réel selon l’état du trafic à l’instant T. Objectif : battre en brèche les temps d’attente subis, fluidifier la circulation pour, in fine, améliorer la qualité de l’air entre Rhône et Saône. Ce service gratuit permettra, par exemple, de connaître le temps d’attente à un arrêt, le nombre de places de parking souterrain libres à proximité du point d’arrivée, et sera suffisamment malin pour prédire les caprices de la circulation une heure à l’avance. Un homme averti en vaut deux… Le Grand Lyon précise qu’il s’agit d’une première mondiale. Le dispositif devrait rapidement s’étendre à d’autres villes européennes. À terme, l’expérimentation débouchera sur une plateforme d’informations intégrant l’ensemble des données mobilité du territoire (topologie des réseaux, temps théorique, temps réel, temps à H + une heure, qualité de l’air…), qui rendra à son tour possibles d’autres expérimentations autour des services ITS (système de transport intelligent) innovants pour les particuliers se déplaçant dans l’agglomération et pour les professionnels du fret.


www.renault.fr

RENAULT CAPTUR. VIVEZ L’INSTANT.

SYSTÈME MULTIMÉDIA CONNECTÉ R-LINK (1) NOUVELLE BOÎTE EDC À DOUBLE EMBRAYAGE BANQUETTE ARRIÈRE COULISSANTE

PERSONNALISATION EXTÉRIEURE ET INTÉRIEURE (1) CARTE DE DÉMARRAGE MAINS-LIBRES (1) ■ CAMÉRA DE RECUL (2) ■ VOLUME DE COFFRE DE 377 DM3 À 1 235 DM3 ■ 27 LITRES DE RANGEMENTS INTÉRIEURS ■

(1)

CHANGEONS DE VIE CHANGEONS L’AUTOMOBILE

(1) En option selon version. (2) Banquette arrière rabattue. Consommations mixtes min/max (l/100 km) : 3,7/5,4. Émissions de CO 2 min/max (g/km) : 96/125. Consommation et émissions homologuées. RENAULT QUALIT Y MADE : la qualité par Renault.

LYON EST 52, av. de Böhlen (Sortie Décines-Meyzieu)

Vaulx-en-Velin 04 72 35 30 30

LYON SUD 364, route de Vienne Lyon Vénissieux 04 78 77 78 77

LYON NORD 93, rue Marietton Lyon 9e Vaise 04 72 20 72 20

LYON RILLIEUX 110, rue du Companet (av. de l’hippodrome)

Rillieux la Pape 04 72 01 36 36

LYON OUEST 27, Av. des Aqueducs de Beaunant Ste Foy les Lyon 04 72 39 76 76 Lieu dit Beauversant - CD 42 St Genis Laval - 04 72 66 37 38


© Luc Schuiten

Lyon la ville demain : et après ?

DESSINE-MOI LA VILLE DE DEMAIN © Max Tomasenelli

De quoi les villes sont-elles malades selon vous ?

Architecte belge, Luc Schuiten est l’un des premiers à s’être intéressé à l’écologie dans les années 70. Dessinateur de talent, auteur de plusieurs livres, il propose sans relâche des visions différentes de ce que pourraient être les villes. Dans ces visions protéiformes de la ville du futur, la nature est la matrice qui, en se superposant aux bâtiments, ramène la vie au cœur de la cité et réanime ses habitants.

34

EGOLAREVUE  20

Elles sont malades d’avoir pensé que la nature était leur principal ennemi et de s’être attaché à l’éradiquer dans une large mesure, sans chercher à composer avec le vivant. Voilà pourquoi nous éprouvons autant de difficultés à retrouver nos repères dans un environnement qui est la négation de ce que nous sommes, des êtres biologiques par essence. Sans la nature, nous ne pouvons pas vivre. Sur le plan de l’équilibre, nous le payons très cher.

Vous reliez les formes urbaines actuelles à l’explosion des dépressions ? Absolument. En nous coupant du sol nourricier, nous nous sommes coupés de nos racines, et nous nous sentons très mal. Dans les villes d’aujourd’hui, il manque ce regard revitalisant par lequel on comprend que l’on appartient à un monde extrêmement vaste, merveilleux. Déconnecté, on est déboussolé et l’on dépérit. Il faut retrouver ces éléments essentiels à notre équilibre : l’air, l’eau, la terre, les odeurs, l’horizon, le sens du vent…

Pour se démarquer, les métropoles multiplient les “bâtiments signature” conçus par une poignée d’architectes internationaux. N’est-ce pas contradictoire ? Notre époque est très attirée par ce qui est fort, marquant, et par ce qui a des effets rapides. S’est ainsi développée une architecture de la publicité qui attire le regard en fabriquant des objets design. Dans ce courant, on se préoccupe peu de savoir si ces bâtiments s’insèrent harmonieusement dans leur environnement, si leurs occupants s’y sentent bien. Pour moi, une habitation est un macro vêtement. Vêtu de matières naturelles, on respire. Prenez du synthétique et l’on transpire, on ne sent pas à l’aise. C’est la même chose quand on construit une boîte en métal et en verre qui ne respire pas, mais à cause des dimensions, on est moins attentif au déséquilibre susceptible d’être engendré par l’absence d’échange entre intérieur et extérieur.


Lyon la ville demain : et après ?

“Une ville où un enfant n’a pas sa place, ce n’est pas possible, mais ce sont les villes dans lesquelles nous vivons encore” ... Pourtant, ces grandes villes développent un discours sur la qualité de vie… Oui, il y a un espoir. La conception d’une ville essentiellement minérale a vécu. Un nombre grandissant de personnes se rend compte qu’il s’agit d’une erreur fondamentale, le pic de cette erreur correspondant aux années 60. Désormais, on cherche à réduire l’importance de la voiture en ville et grâce à l’espace gagné sur les routes, on réintroduit de la verdure, des zones piétonnes.

N’est-il pas agaçant, voire réducteur, d’être si souvent rangé dans la case des utopistes ? Tout dépend de ce que l’on entend par “utopie”. Pour moi, l’utopie, c’est simplement ce qui n’a pas encore été expérimenté. Des utopies, on en a réalisé de plus folles, l’envoi d’une fusée sur la lune, par exemple. Pourquoi cela a-t-il été possible ? Parce que l’on pris des décisions, mobilisé les moyens nécessaires. Les utopies que je propose sont certainement plus raisonnables et faciles à réaliser.

Quelles villes se rapprochent le plus de votre idée de la ville idéale ? Fribourg, en Allemagne, plus précisément le quartier Vauban qui a pris le parti de bannir l’automobile. Ce centre urbain offre une qualité de vie qu’on ne retrouve pas ailleurs. Cela dit, de nombreuses villes françaises avancent dans cette direction. À Lyon, les quais de Rhône ont fait l’objet d’un travail magnifique.

Quel regard portez-vous sur Confluence ? Quelque chose d’intéressant est en marche, en particulier dans les aménagements réalisés pour que le fleuve et la terre s’imbriquent. Mais c’est aussi là que

36

EGOLAREVUE  20

sévit le plus l’architecture objet, dans une juxtaposition de boîtes métalliques plus avides de provoquer l’étonnement que d’assurer le bien-être des personnes qu’elles abritent. Or pour moi, une habitation est quelque chose qui entre dans l’ordinaire, qui sert à exprimer qui l’on est. Au xixe siècle, chaque logement reflétait le caractère de son habitant, d’un lieu. À Confluence, je perçois surtout les projections d’ego des architectes…

Les décideurs sont-ils trop frileux dans le choix des grands projets urbains ? Les décideurs sont le reflet de la société. Ils changeront quand ils sentiront que la population réclame autre chose. Bien que lent, le mouvement favorable à davantage de nature en ville prend de l’ampleur : la rénovation des rives de fleuves, le développement de jardins urbains, de zones piétonnes, tout ce qui se passe aujourd’hui n’aurait pas pu avoir lieu il y a 15 ans. Et quand des aménagements réinjectent du vert dans les cités, les habitants applaudissent. Je travaille en ce moment à un projet pour São Paulo qui vise à réintroduire une partie de la forêt atlantique qui existait à cet emplacement il y a encore 100 ans.

Vos visions peuvent-elles s’incarner ? Pour le moment, nous allons dans ce senslà. Nous avons été très loin dans notre dépendance au pétrole, allant chercher nourriture et produits essentiels à des milliers de kilomètres. Le jour où une telle chose sera devenue trop coûteuse, voire impossible, on sera obligé de trouver les produits de première nécessité dans notre environnement immédiat. Et ce sera une grande chance, qui fera beaucoup gagner en douceur de vivre.

Quel type de ville réserve le futur ? Je pense que les villes auront une échelle inférieure à celle de notre époque, idéalement, de 200 000 à 300 000 habitants. Plus le nombre d’habitants dans un site aggloméré est important plus le nombre de problèmes qui engendrent l’agressivité, la délinquance augmente. Dans ces petites unités, il est plus aisé de nouer des liens de solidarité entre individus, de mutualiser les services. L’idée que les villes vont continuer à croître est la conséquence de la croyance que nos sociétés s’inscrivent dans un mouvement d’inflation permanente. Or dans la nature, les éléments croissent jusqu’à ce qu’ils périclitent. Il y a un début et une fin. Dès que la vie sera plus difficile, on assistera à un retour vers des agglomérations de taille plus modeste où chacun pourra s’assurer d’un minimum vital : un verger, un potager, une basse-cour…

C’est l’avènement d’une ville agricole ? Oui, en perdant des habitants, les cités pourront consacrer l’espace rendu disponible à une agriculture urbaine. La ville agricole est une adaptation à la ville que nous connaissons, elle se greffe à des structures existantes, par intégration du végétal. Les exemples de Brooklyn et de Détroit préfigurent ce courant. Certes, il s’agit d’une hypothèse de développement optimiste ; il en existe de moins optimistes, mais de celles-là on entend déjà beaucoup parler…


34 cours d’Herbouville 69004 lyon / TÊl. 04 78 28 50 82 / fax 04 78 27 25 03 / www.ambianceconcept.fr


des hauts et des bas

Le Juke-Box de Marine Photos et réalisation Marine Palayer-Scappaticci

01

02

03

04

05

07

08

09

01 Solaires Courrèges chez Nagabbo 02 Short Notify chez Marie-Grâce Franco 03 Ensemble chez Scotch and Soda 04 Petites sandales de filles Emma Go chez Des Petits Hauts

05 Chemisier et veste chez Scotch & Soda 06 Sandales en peau et perles Ash chez Street Connexion

07 Chaussures chez Sandro 08 Top chez Plein Sud 09 Short chez Des Petits Hauts

06

38

EGOLAREVUE  20


des hauts et des bas

01

02

03

05

06

07

09

10

11

04

08

01 sac Jérôme Dreyfuss

chez Marie-Grâce Franco

02 Blouson Barbara Bui chez Graphiti 03 Tee-shirt dos nu Kocca chez Street Connexion

04 So chic ! Petit pull Joseph chez Marie-Grâce Franco

05 Solaires Thierry Lasry chez Nagabbo 06 Petite bourse Lisbeth Dahl chez Des Petits Hauts

07 Sac et pochon en polyuréthane recyclé chez Skunk Funk

08 Escarpins Barbara Bui chez Graphiti 09 Ensemble chez Sandro 10 Chemise en soie Equipment et pantalon J Brand chez Marie-Grâce Franco

11 Blouson en cuir camouflage chez Plein Sud

EGOLAREVUE  20

39


des hauts et des bas

Le Juke-Box de Marine Photos et réalisation Marine Palayer-Scappaticci

01

02

03

04

05

06

08

09

10

01 Compensées vertigineuses en daim, Prada chez Pas de Printemps pour Marnie

02 Blouson Barbara Bui chez Graphiti 03 Chaussures Hudson

chez Street Connexion

04 Pantalon J Brand

chez Marie-Grâce Franco

05 Spectaculaires lunettes Prada chez Nagabbo

06 Boucles d'oreilles Love chez Des Petits Hauts

07 Robe Kocca et blouson en cuir

Oakwood chez Street Connexion

08 Blouson “vintage” chez Skunk Funk 09 Sac Jérôme Dreyfuss

chez Marie-Grâce Franco

10 Sac Sessùn chez Bonny

07

40

EGOLAREVUE  20


SUMMER FL WERS

13 rue Emile Zola, 69002 Lyon 04 78 37 43 77 / www.nagabbo.fr


all men

Un phare dans le rétro Mel Dreyfus

“On ne refait pas le passé !” mais on peut tout à fait le réinventer. Est-ce de la nostalgie, un ras-le-bol de la standardisation à outrance ou tout simplement la recherche du plaisir simple et authentique qui pousse les marques de motos à puiser dans leurs albums photos pour y (re) trouver l’inspiration du moment ? L’annonce de la sortie d’un modèle vintage fait, à chaque fois, l’effet d’une bombe comme si on cherchait à émouvoir plus qu’à surprendre. Certes, le marketing est passé par ici pour qu’une nouveauté ne se transforme pas en rogaton avant l’heure. Et oui, on n’est pas là que pour occuper le terrain médiatique de la presse spécialisée mais bien pour vendre. Les bécanes ne sont donc pas seulement belles, elles vibrent et font vibrer leur pilote au son des mégaphones à la pollution sonore parfaitement contrôlée. Allez, on oublie les nombreuses restrictions qui transforment nos routes en circuits guidés et ponctués par le chant des sirènes du tout sécuritaire pour enfourcher nos bêtes et tâter le bitume des départementales sinueuses de notre douce France… VROUMMMMM !!!!

Honda CB1100 Le roadster néo-rétro par excellence (japonaise). La filiation avec la fameuse “quatre pattes” est évidente, même le son “rond” a été reproduit, une prouesse ! Présentée ici dans sa version Darkness black metallic. www.moto.honda.fr

42

EGOLAREVUE  20


all men

Guzzi California Véritable exercice de style, la “Calif” reprend tout de même les codes de sa cousine. Le moteur et la partie cycle quasi inchangés depuis 1975 (!) ont été revus en profondeur. Bellissima machina ! McGregor est son ambassadeur. www.motoguzzi.fr

EGOLAREVUE  20

43


all men

Kawasaki W800 Dans sa livrée vert sombre métallisé. Digne héritière de la W1 de 66, elle en reprend les lignes sans en trahir les codes. Exercice délicat car la règlementation d’aujourd’hui n’autorise pas la fantaisie. Belle à croquer, elle séduit autant les bikers, les vrais, que les femmes… (je n’ai besoin de personne…). www.kawasaki.fr

44

EGOLAREVUE  20


embarquement immédiat

Les 10+1 choses à faire à Montpellier Hélène Leclerc

Premiers rayons de soleil et vous avez décidé de partir à Montpellier. Bonne idée ! Mais un conseil : oubliez votre voiture et circulez… à pied. Montpellier est une ville dans laquelle on se perd. Pas besoin d’un plan, laissez-vous aller à déambuler dans les différents quartiers mêlant patrimoine et modernité. Et surtout, suivez EGOLAREVUE et Montpellier n’aura (presque) plus de secrets pour vous !

© OT Montpellier – Marc Ginot

1

46

EGOLAREVUE  20


embarquement immédiat

© OT Montpellier – C. Escolano

4

5

5

1. Boire un verre place de la Comédie

C’est “the place to be”, quelle que soit l’heure de la journée pour s’installer en terrasse ou faire chauffer la carte bleue. L’alternative ? La place Jean-Jaurès où l’on vous promet une ambiance “caliente” les vendredis et samedis soir.

2. Flâner dans le quartier Saint-Roch et tomber sous le charme de boutiques indé.

3. Des adresses indispensables

Delaluce, le concept store de 100 m2, pour trouver l’objet tendance que vous ramènerez dans votre valise : vaisselle, parfums, bijoux, chaussures ou vêtements. Vous trouverez de tout ! Amoureux de la musique ? Arrêtez-vous chez Cosmic Groove pour dénicher le disque ou le vinyle dont vous avez toujours rêvé. Filez chez RBC pour refaire votre intérieur top design… vous trouverez du mobilier comme des luminaires, des modèles très tendance.

© DR

© OT Montpellier

3

4. S’arrêter devant l’université de médecine

C’est la plus ancienne faculté de médecine du monde occidental. Pour les plus curieux, il est possible de s’inscrire aux visites guidées pour découvrir le conservatoire d’anatomie, unique en France.

5. Envie de shopping ?

Direction l’Odyseum, qui regroupe 200 boutiques, un aquarium et un pôle loisirs. Pour s’y rendre, empruntez le tram, designé par Christian Lacroix et arrêtez-vous au terminus de la ligne 1.

6. Prendre un billet pour le musée Favre

Rénové récemment. Une nouvelle exposition ouvrira ses portes le 13 juillet : “Signac aux couleurs de l’eau”. À découvrir jusqu’au 27 octobre.

EGOLAREVUE  20

47


embarquement immédiat

7. Découvrir Port Marianne, le nouveau quartier hype

8

Son design center est signé Jean Nouvel, son restaurant le Mia by Pascal Sanchez est élu BIB Gourmand et, en plus, le quartier est investi par les plus grands architectes pour en faire le nouveau visage de la ville.

8. Entrer dans l’hôtel de ville, dit “le Cube”

Entièrement pensé et conçu par Jean Nouvel, encore lui, son architecture vaut le coup d’œil.

Empruntez votre deux-roues depuis la borne située derrière l’hôtel de ville. 10 km et quelques coups de pédales plus tard, vous voilà arrivés, les pieds dans l’eau… turquoise, prêts à y rester toute l’après-midi. L’alternative : opter pour la plage privée “Carré mer” des Frères Pourcel sur la commune de Palavas-lesFlots pour une ambiance Nikki beach à Saint-Tropez.

10. Manger au restaurant d’application du lycée hôtelier Georges-Frêche

Ce bâtiment vous étonnera tout autant puisqu’il a été dessiné par l’Italien Massimiliano Fuksas. Vous pouvez visiter l’entrée et surtout goûter aux mets préparés par les futurs chefs français. Deux cuisines vous attendent : alors, vous êtes plutôt brasserie ou cuisine gastronomique ?

+1. Dormir dans un 5 étoiles

© DR

Tout près : au domaine de la Verchant. Besoin de repos et loin du tumulte de la ville, voici l’adresse idéale. Ce domaine est situé à peine à 30 minutes de Montpellier. Ses chambres luxueuses et authentiques vous attendent… histoire de penser à vous, rien qu’à vous...

LES ADRESSES Où dormir ?

+1

Domaine de la Verchant 1, boulevard Philippe-Lamour 34170 Castelnau-le-Lez Tél. 04 67 07 26 00

© DR

Armé de votre smartphone, téléchargez l’application de l’Office de tourisme pour découvrir l’architecture de la ville avec trois circuits différents, des interviews des concepteurs...

Madame Klein 14, rue Sainte-Anne Montpellier  •  Tél. 04 67 91 06 99

Où manger ?

Cosmic Groove 1, rue Saint-Côme Montpellier  •  Tél. 04 67 66 46 18

Le MIA (Bib gourmand) 609, avenue Raymond-Dugrand Montpellier  •  Tél. 04 67 73 14 26 Le Carré Mer Plage des frères Pourcel  •  route de Maguelone  •  Palavas-les-Flots Tél. 04 67 42 06 96 Lycée hôtelier Georges-Frêche 401, rue Le Titien Montpellier  •  Tél. 04 67 13 05 05 Du lundi au vendredi 10h – 15h

48

EGOLAREVUE  20

De la Luce 2, rue Saint-Côme Montpellier  •  Tél. 04 67 06 90 75

Guest House le 4 étoiles 3, rue Delmas Montpellier  •  Tél. 04 67 02 47 69

Le Comptoir de l’Arc 2, rue de l’Hôtel de Ville Montpellier  •  Tél. 04 67 60 30 79

Le petit plus

faire les boutiques

RBC 609, avenue Raymond-Dugrand, quartier Port Marianne Montpellier  •  Tél. 04 67 02 40 24 Comment y aller ? En train, avec la nouvelle formule low cost de la SNCF : à partir de 15 euros l’aller depuis l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry.

© DR

9. Aller à la plage à vélo


embarquement immédiat

Crillon-le-Brave l’enclave des Alpes

Les ruelles étroites et pavées de Crillon-le-Brave rappellent, si besoin était, que le village a été sous domination romaine et, durant une bonne partie du Moyen-âge, un lieu de règne pour bon nombre de nobles provençaux. C’est d’ailleurs un valeureux général qui, sous Henri IV, a donné à cette bourgade des Monts du Vaucluse son dynamisme, sa prospérité et son nom. Il a fallu les 2 guerres du siècle précédent et ses conséquences désastreuses pour que Crillon perde de sa superbe mais c’était sans compter sur un chevalier des temps modernes, un anglo-canadien, fin connaisseur de la France. En 20 ans, Peter Chittick a fait de ce village en ruines un endroit magique où le raffinement le dispute à l’élégance. Le guide qu’il était porte des valeurs de convivialité, d’authenticité, de respect des matières et d’amour des gens que son nouveau directeur Sébastien Pilat (ex Ducasse) sait parfaitement relayer dans les moindres détails. “Relais et Châteaux” depuis 95 et forte d’une hôtellerie pensée en termes de bien-être et constamment entretenue, la jeune équipe en place s’est lancé comme challenge de pousser la gastronomie vers le haut… Serait-ce la vue imprenable sur le Ventoux qui donne l’envie de prendre de la hauteur ?

Ici, la gastronomie flirte avec les étoiles

Le chef, Jérôme Blanchet (photo), fraîchement débarqué du Negresco, rêve d’étoiles. La sienne se trouve certainement parmi celles qui, les nuits d’été, illuminent jalousement les collines environnantes jusqu’à la cime du Ventoux. Ici, l’accent n’est pas que dans les paroles chaleureuses du personnel de service mené de mains de maître par le jeune Morgan (tout juste 19 ans), il l’est également dans les plats proposés par le chef.

© Craig Miller

© DR

© Robert Leslie

Mel Dreyfus

On bannit les mots azote, molécule et virtuel pour se concentrer sur les papilles fortement sollicitées d’ailleurs. Les mélanges subtils et habiles composés d’ingrédients essentiellement locaux – les portraits des fournisseurs officiels exposés dans la salle de restaurant témoignent de ce partenariat fidèle – donnent un sens réel au mot gastronomie. Et que serait un bon repas sans un bon dessert ? La dernière recrue, jeune chef pâtissière de 23 ans, fait taire les mauvais penseurs, ceux qui tentent de faire croire que les mots douceur et sucrerie sont des blasphèmes. Les objectifs de ce splendide Relais et Châteaux 5 étoiles ne se limitent pas à l’obtention d’une première étoile fort méritée au demeurant. Un bistrot, le 40 K, verra le jour en mai prochain. Il se veut pourvoyeur de sens avec une cuisine d’autrefois faite de terroirs et savoureuse à souhait, le tout sous la férule d’un chef passionné. Côté bien-être, un centre de remise en forme ouvrira ses portes dans les prochains mois. Séjourner à l’Hôtel Crillon-le-Brave, c’est choisir entre 7 bâtiments de caractère. C’est aussi se croire, le temps d’instants précieux, les heureux héritiers d’un passé noble et authentique. Hôtel Crillon-le-Brave Rue de l’Église  •  84410 Crillon-le-Brave  •  Tél. 04 90 65 61 61 www.crillonlebrave.com

EGOLAREVUE  20

49


embarquement immédiat

Poussez les portes

du Vieux Lyon

© Nicolas Jaquet

Charlotte Pidou

Vous passez l’été à Lyon ? Profitez-en pour jouer les touristes et flâner dans le quartier le plus visité de la ville. Suivez l’itinéraire proposé par Nicolas Jacquet, historien de l’art et thésard en histoire de l’architecture, et appréciez le Vieux Lyon d’un œil neuf. Précieux conseil : cette balade se pratique le matin avant 11 h, quand les portes des immeubles s’ouvrent sans code. La discrétion est de mise, ce qui rend d’autant plus savoureuse cette excursion historico-pittoresque. Comptez plus ou moins 2 heures selon votre curiosité. Départ au 37 rue Saint-Jean, devant la Maison du Chamarier  1, intendant chargé de collecter l’impôt au xve siècle. Levez les yeux pour admirer la façade de cette noble maison et découvrez la cour intérieure aux lignes typiques du gothique flamboyant. En passant, regardez le jardin de la place de la Basoche et filez au 54 rue Saint-Jean pour la plus longue traboule de la ville ; elle traverse 4 immeubles par une succession de cours et débouche au 27 rue du Bœuf. Les parcelles étant étroites et longues, il était logique à l’époque de construire en enfilade, avec ces fameuses allées pour les allers et venues. Quant aux façades, elles étaient également garnies de fenêtres pour éclairer en profondeur.

50

EGOLAREVUE  20

Dans ce passage, on observe un concentré de l’urbanisme lyonnais au fil des siècles : des caves sans doute gallo-romaines, des maisons de marchand du xvie, des mélanges de styles roman et gothique, des garde-corps du xviiie… Descendez ensuite au 16 rue du Bœuf, devant la maison du Crible, personne chargée de prélever les impôts ! D’abord, un portail remarquable, sans doute conçu par l’architecte bolonais Serlio, puis la cour révèle la Tour rose  2, un grand escalier et un puits. Et ça traboule du 7 de la rue du Bœuf au 34 rue Saint-Jean puis du 27 rue Saint-Jean au 6 rue des Trois-Maries et du 5 rue des TroisMaries au 15 quai Romain-Rolland. Et ça repart du 17 quai RomainRolland au 9 rue des Trois-Maries. Ne faites pas tout au pas de course bien sûr : poussez les lourdes portes, observez les lignes, les reliefs, les sculptures, les détails et les balcons. Ces éléments racontent l’histoire du quartier qui, à la Renaissance, était une“Silicon Valley” avec l’artisanat, l’imprimerie, le commerce florissant, tandis que le secteur de la rue la Bombarde à Saint-Paul (à peu près) s’apparentait à une “City” hautement stratégique.


6

© Nicolas Jaquet

3

© Nicolas Jaquet

5

© Nicolas Jaquet

2

© Nicolas Jaquet

© Nicolas Jaquet

1

© Nicolas Jaquet

© Nicolas Jaquet

embarquement immédiat

4

7

Continuez de la place de la Baleine à la place du Gouvernement. Repassez pas la rue Saint-Jean pour ne pas manquer les dernières cours non réhabilitées au 5 et au 11   3. Des coins “dans leur jus” plutôt fascinants.

) Vous pouvez aussi effectuer cette promenade en partant de

Prenez la rue de la Fronde puis la charmante montée du Garillan qui débouche sur la montée Saint-Barthélémy. Pénétrez en silence au 17, traversez le hall de cette propriété privée pour arriver dans un mignon jardin avec kiosque, massif et même Blanche Neige. Un bout de Saint Barth’ puis redescendez par l’authentique ruelle Punaise  4, qui conduit rue Lainerie. Petit crochet au 3-5 montée du Change pour un coup d’œil sur cette cour d’ancienne auberge  5. Après quelques pas, entrez au 8 rue Juiverie pour contempler, dans la deuxième cour, la galerie Bullioud  6 conçue par Philibert Delorme avant qu’il ne devienne le grand architecte des rois de France. Traboulez au 5 rue Juiverie, marchez rue Lainerie, l’escalier vertigineux sans noyau au 10  7 vaut le détour puis passez place du Change, rue Soufflot pour gagner les musées Gadagne, admirez la cour avant de vous poser dans l’agréable jardin en hauteur.

) Pour en savoir plus, consultez le livre de Nicolas Jacquet Le guide

Fourvière. Prenez le funiculaire à Saint-Jean, descendez par le parc des Hauteurs et les jardins du Rosaire puis serpentez par les rues pavées.

du promeneur de Lyon et le site www.promeneurdelyon.com L’auteur organise des visites guidées sur demande.

EGOLAREVUE  20

51


embarquement immédiat

Hej !

de Copenhague Fanny Pincanon

52

EGOLAREVUE  20


embarquement immédiat

© Fanny Pincanon

2

© Fanny Pincanon

3

Croire que Copenhague se visite en quelques heures serait une erreur. La capitale danoise, plus vaste qu’il n’y paraît, regorge de lieux où il faut s’arrêter pour y ressentir le “hygge”, sentiment de bien-être et véritable philosophie de vie.

© Fanny Pincanon

Pourquoi ne pas commencer par les incontournables cartes postales comme le quartier de Nyhavn (1) avec ses charmantes maisons colorées, collées les unes aux autres le long du canal. Après un verre sur l’une des nombreuses terrasses, certes un peu plus chères qu’ailleurs, la balade continue le long du port où après une demi-heure de marche on aperçoit enfin la célèbre statue de la Petite Sirène (2) emblème de la ville. Au milieu du quartier aisé de Christianshavn, l’enclave utopiste Christiana (3) fait de la résistance mais plus pour très longtemps. Sorte de squat géant, elle regroupe une population de hippies, marginaux ou artisans et vaut le détour pour l’ambiance haute en couleurs qui y règne. Dans l’une des buvettes, demandez un smørrebrod, sandwich typique danois et une bière. Ville de contrastes, Copenhague mérite qu’on pousse un peu plus loin sa découverte. Le “quartier des bouchers”, en référence au Meatpacking new-yorkais,

1

s’est reconverti pour devenir ultra tendance avec des restaurants renommés où il faut réserver des semaines à l’avance et des clubs fréquentés par les noctambules avertis. Du côté de Nørrebro, une foule de boutiques de jeunes créateurs pointus, des galeries ainsi que de nombreux cafés branchés se sont installés. Il faut profiter du magnifique soleil scandinave pour une promenade en bateau ou à vélo, acheter un hot-dog à un vendeur ambulant et le manger dans le parc romantique de Frederiksberg. Et si la pluie s’en mêle, vous pourrez toujours vous tourner vers la vingtaine de musées de la ville, mode, design, peinture il y a l’embarras du choix. Après tout cela, il vous restera peut-être le temps de flâner dans cette ville très agréable où la qualité de vie reste l’une des meilleures au monde.

EGOLAREVUE  20

53


© DR

4

© DR

2

© Thomas Ibsen

© DR

1

© DR

embarquement immédiat

5

Où boire un verre

En faisant sa lessive À Copenhague tout est branché, design, cool… Un exemple ? Le Laundromat café sans hésiter (1 et 2). Un restaurant, bar et laverie où l’on vient pour dévorer un burger, déguster un excellent milkshake à la vanille, lire l’un des 4000 livres de la bibliothèque, jouer aux échecs… et, bien sûr, faire sa lessive. Un concept original et très convivial que l’on aimerait bien voir se développer à Lyon !

Rdv secret Si l’on vous met dans la confidence, prière de garder le secret car l’endroit n’est réservé qu’à quelques initiés triés sur le volet. Allez jusqu’à l’ambassade de Géorgie, montez au premier étage… Bienvenue au Ruby (4), l’un des bars à cocktails les plus cools de Copenhague. Ici les barmans mixent des boissons aux noms improbables. Sur 3 étages à l’ambiance club de gentlemen, on se love dans un confortable Chesterfield et on sirote un Darling Clementine sur des airs de musique jazzy.

© DR

Où manger

) Laundromat Café

Elmegade 15  •  København  •  Tél. (+45) 35 35 26 72 www.thelaundromatcafe.com

Bar à poisson Dans le “quartier des bouchers”, le Kødbyens Fiskebar (3), restaurant étoilé au Michelin, séduit tout de suite par sa déco post industrielle en béton, murs carrelés et aquarium géant. Quant à la carte, plats de poissons et fruits de mer se succèdent telles que les moules du Limfjord au cidre et aux herbes, véritable délice, suivies pour le dessert de la glace à la réglisse, argousier et chocolat blanc.

) Kødbyens Fiskebar

Flaesketorvet 100  •  Vesterbro  •  Tél. (+45) 32 15 56 56 www.fiskebaren.dk

) Ruby

Nybrogade 10  •  Strøget  •  Tél. (+45) 33 93 12 03 www.rby.dk

Où dormir La possibilité d’une île Installé sur une île artificielle, l’ultra moderne Copenhagen Island Hotel (5) interpelle par son cadre, son design et son total look en verre. Sauna, hammam, restaurant et suites avec vue sur l’eau et même la possibilité de réserver une chambre “allergy friendly”. Quand le luxe n’est plus un concept.

) Copenhagen Island Hotel

Kalvebodd Brygge 53  •  Tél. (+45) 33 38 96 00 www.copenhagenisland.com

54

3

EGOLAREVUE  20


© Fanny Pincanon

embarquement immédiat

1

À voir Histoire du design Comment se rendre à Copenhague, sans visiter un musée consacré au design ? Direction le Kunstindustrimuseet (1) (à vos souhaits !) installé dans un ancien hôpital datant de 1752. Outre son impressionnante collection dédiée aux arts décoratifs et présentant des pièces d’ameublement européennes et orientales, il offre une jolie sélection de meubles de designers danois tels que Jacobsen, bien sûr, mais aussi internationaux comme Eames. À noter son charmant café.

) Kunstindustrimuseet

© Rasmus Hansen

Bredgade 68  •  Kastellet  •  Tél. (+45) 33 18 56 56 www.designmuseum.dk

2

Pour les grands enfants Première destination touristique du Danemark, les jardins de Tivoli (2) offrent une parenthèse enchantée (ou kitsch selon l’humeur) au cœur de la ville. Manèges à sensations, petits restaurants, parterres fleuris, lacs où l’on peut faire du canot… De quoi distraire toute la famille. Les vendredis d’été, de nombreux groupes se produisent en plein air avec parfois quelques belles têtes d’affiche.

) Tivoli

© Fanny Pincanon

Vesterbrogade 3  •  Tél. (+45) 33 15 10 01 www.tivoli.dk

3

Château de conte de fées Pour profiter du soleil, direction Kongens Have, le plus ancien parc de Copenhague au centre duquel trône le Rosenborg Slot, fabuleux palais Renaissance datant de 1600 (3). Certaines de ses salles regorgent de mobilier et d’œuvres d’art de la collection royale et au sous-sol vous pourrez y admirer les Joyaux de la Couronne. Il paraît même que les carpes nageant dans les douves seraient aussi vieilles que Christian iv, le “roi soleil” danois.

Shopping Histoire de famille Ouvert il y a un peu plus d’un an, le B56 (4) est une jolie boutique tenue par Hanne et Stéphanie Gundelach, la mère et la fille, aussi blondes que férues de mode. Les créateurs scandinaves sont mis en avant et côtoient des marques telles que Opening Ceremony ou les frenchies de Milleneufcentquatrevingtquatre. Une sélection pointue et haut de gamme de vêtements, bijoux et accessoires pour femmes.

) B56

© DR

Bredgade 56  •  Kastellet  •  Tél. (+45) 33 11 33 96

4

EGOLAREVUE  20

55


embarquement immédiat

À 6 heures de Lyon, Dubaï

veut jouer la carte de l’ensoleillement permanent, mais aussi du sport et de la culture

© Braget Agency

Braget Agency

Depuis, les choses ont bien changé. Et quand on lève les yeux, du bord de la piscine (rafraîchie en été), le spectacle est tout simplement grandiose. Là où il n’y avait rien, les gratte-ciel ont poussé comme des champignons. On en voit quinze. Il y en a… 150 ! Monsieur Louis est sans doute le meilleur guide qui existe à Dubaï. “Une ville complètement bluffante, extravagante”, qui a accueilli l’année dernière plus de 8 millions de visiteurs, dont 150 000 Français. Et si tout le monde se presse aujourd’hui à Dubaï, c’est peut-être bien parce que la ville n’a pas de limite dans la démesure. On s’y presse pour voir l’aquarium géant répertorié Guinness Book ; pour dévaler les 2 pistes de ski construites à l’intérieur d’un centre commercial, “Mall of the Emirates”, où une vingtaine de pingouins font l’attraction ; pour bronzer sur les îles artificielles d’Atlantis The Palm, et bien sûr, pour l’ascension de la tour Burj Khalifa, la tour la plus haute du monde (828 mètres, deux fois la tour Eiffel) et ses 164 étages… Une tour qui porte un regard très condescendant sur les 600 gratte-ciel de la ville et qui attire des visiteurs du monde entier, venus pour déambuler dans le Dubaï Mall, l’un des plus vastes centres commerciaux du monde avec sa patinoire olympique ! La démesure dans toute sa splendeur. Mais cantonner Dubaï à ses extravagances serait terriblement injuste. La ville, dans un climat de sécurité optimal, veut jouer la carte de l’ensoleillement, du sport et de la culture. En témoignent le projet d’opéra, au design très futuriste, semblable à une dune qui se déplace ou encore la candidature des Émirats Arabes Unis à l’organisation de l’Exposition universelle de 2020, sur le thème “Connecter les esprits ; Construire le futur”. Une volonté de rassembler les peuples et de faire tomber les barrières des cultures. www.dubai.fr

56

EGOLAREVUE  20

© Braget Agency

Quand Olivier Louis, le directeur général du palace One & Only Royal Mirage a ouvert ce somptueux établissement à Dubaï, il y a 15 ans, il n’y avait, tout autour, que du sable et des chameaux en liberté.

En haut de la Tour Burj Khalifa


investir

intelligent

Publi-reportage

on connait des solutions plus efficaces pour préparer votre avenir

Les meiLLeures cLefs pour organiser sa succession repères

L'investissement Locatif seLon merity Créé en 2009 par Christophe Iafrate, Merity est un cabinet de conseil spécialisé en investissement locatif et patrimonial en Rhône-Alpes. Une équipe de trois personnes pour une structure à taille humaine qui revendique sa proximité avec le client et son approche familiale. Christophe a depuis longtemps délaissé sa cravate au profit de solutions innovantes, personnalisées, sans cesse à l’écoute de sa clientèle et toujours avec une pointe d’humour. Exit la mauvaise image dont souffre l’immobilier, chez Merity, service et accompagnement sont au centre de toutes les préoccupations. L’idée est d’offrir le conseil le plus précis, détaillé et déontologique possible : "apporter des solutions pour préparer sa retraite, baisser sa fiscalité ou optimiser son patrimoine en choisissant les bons investissements locatifs. Coller aux besoins des futurs acquéreurs, prendre en charge le suivi administratif des biens ou dénicher des prestations sur mesure… " Différentes missions auxquelles le cabinet répond au quotidien en faisant appel à des professionnels experts dans leur domaine afin d’assurer une sécurité totale et un accompagnement à ses clients. Mérite et simplicité, deux qualités à l’origine du nom de la société, que l’on retrouve dans la démarche de ses dirigeants : rendre accessible la défiscalisation par l’investissement locatif, une notion souvent trop complexe. Savoir faire, éthique et bonne humeur, tel est le credo du trio Merity.

Les droits de succession peuvent très vite devenir une contrainte pour l'héritier alors qu’aujourd'hui, il existe des solutions alternatives. Notre conseil : Organiser sa succession de son vivant, afin d’éviter des droits trop élevés mais aussi des conflits entre héritiers. Désormais, les tranches des barèmes de calcul pour les droits de succession, de donation ainsi que les divers abattements, seront indexés chaque année en fonction de l'inflation. Les couples vont maintenant pouvoir appréhender leur patrimoine non plus d'un point de vue strictement fiscal mais d'un point de vue civil et financier. Avec cette réforme, les époux et partenaires pacsés pourront donc recentrer leurs objectifs patrimoniaux sur les droits qu'ils veulent laisser à leur conjoint survivant tout en

60 rue montgolfier, 69006 LYON Tél. 04 26 03 05 65 Mail : contact@merity.fr

www.merity.fr

bénéficiant d’abattements intéressants. Second point : la Sarl de famille. Elle peut être une structure utile pour percevoir des bénéfices industriels et commerciaux sans avoir à s’acquitter des charges sociales, souvent plus lourdes que l'impôt sur le revenu. Elle offre la possibilité de se constituer un patrimoine conséquent que l’on pourra par la suite céder à ses ayants droits. Le recours à la SARL de famille permet d’éviter les droits de succession par le biais de cessions de parts progressives ou de démembrements (usufruit et nue-propriété). Investir en SARL de famille s’avère donc intéressant pour ceux qui souhaitent optimiser leur investissement sur les aspects de transmission, constitution, sécurisation du patrimoine et fiscalité.


© Braget Agency

3

2

© Braget Agency

1

© Braget Agency

© Braget Agency

© Braget Agency

embarquement immédiat

5

4

Se loger

Se restaurer

Dubaï propose une offre considérable d’hôtels, tous plus luxueux les uns que les autres. Le One & Only Royal Mirage (3 et 4), véritable palais arabe, a été construit au cœur d’un jardin de 25 ha, avec une vue à couper le souffle sur le Golfe Persique. Son spa a été élu meilleur spa de Dubaï en 2012.

Le célèbre restaurant japonais Zuma dans le quartier d’affaires ou encore le Buddha Bar dans la Marina.

www.oneandonlyresorts.com

Cinq vols hebdomadaires relient Lyon à Dubaï en 6 heures de vol les lundis, mardis, mercredis, vendredis et samedis (à partir de 508 € pour un aller/retour). Cette nouvelle liaison offre des correspondances vers bon nombre des 126 destinations desservies par Emirates depuis son hub de Dubaï.

Pour découvrir la magie du désert : Al Maha Desert Resort & Spa À environ 45 minutes de la ville, au cœur du désert, se niche une oasis luxuriante. Bienvenue pour un voyage bédouin inoubliable : couchers de soleil et panorama fabuleux, balade dans les dunes, rencontre avec la faune grâce à leur réserve. Et l’aventure a lieu dans un confort inouï, suites avec piscine privée, spa dernier cri… www.al-maha.com

Y aller, avec Emirates

www.emirates.fr

Contact Kuoni by Univairmer 14, rue de la Barre  •  Lyon 2e  •  Tél. 01 55 87 85 20

1 et 5 – Contraste, le port de Dubaï et la vieille ville 2 – La Tour Burj Khalifa

58

EGOLAREVUE  20


PHOTOGRAPHIES © CATHY DUBOIS

Ébénisterie contemporaine française

Repenser vos espaces, aménager et réaliser sur mesure vos aspirations et vos envies. Avec plus de 30 ans de savoir-faire artisanal, Cosi vous accompagne pour créer un lieu unique dans les moindres détails : votre intérieur. Cuisine, salle de bain, chambre ou dressing : nous réalisons pour vous un mobilier intemporel, authentique et minimaliste.

SHOWROOM 400 m2

10 cours Aristide Briand 69300 Caluire Quai du Rhône, face au parc de La Tête d’Or

Tél. 00 33 (0)4 78 08 84 34 Fax 00 33 (0)4 78 08 50 50

et Cuisines Cosi sont des marques de

contact@cosi-meubles.com www.cosi-meubles.com


embarquement immédiat

À vous

la vie de Château Claire Blanchard

Vous ne pouvez plus réfréner vos envies de grand air et de dépaysement ? Voici une pluie d’alibis à piocher dans 4 adresses de prestige pour vous égarer à moins de 2 h 30 de Lyon.

L’été est enfin là avec ses envies de fuir le bitume. Et si vous trompiez Lyon en goûtant au cadre somptueux d’un château ? L’important est de suivre ses instincts d’épicurien et d’apprécier la douce quiétude de ces lieux chargés d’histoire, souvent restaurés avant d’être transformés en lieux de plaisance pour que les hôtes jouissent du meilleur confort. Amateurs de nature, de belles pierres et de mets fins, tous les prétextes sont bons à l’escapade amoureuse, l’idéal étant d’allier une thématique à votre séjour pour le rendre palpitant et inédit.

Vault-de-Lugny en Bourgogne Un 5 étoiles au cœur du Morvan Dans ce grand parc de 40 hectares d’une beauté à couper le souffle, les animaux de la ferme du château – oies, paons, chevaux, moutons… – déambulent librement dans un cadre idyllique où le silence est roi. C’est dans cette nature qui évoque le Canada avec ses étangs et ses forêts que se situe ce château édifié entre le xiiie et le xviie siècles entouré de douves en eaux. Les chambres, au nombre de 15, offrent toutes des vues magnifiques sur le parc. Certaines disposent de cheminées grandioses, de baldaquins et de plafonds à la française d’une hauteur de 5 mètres. Une mention toute particulière à la chambre du Roy qui permet un accès direct, par une porte secrète, à la piscine intérieure. La cuisine, digne d’un restaurant étoilé, est l’œuvre du chef mauricien, Franco Bowanee. Il travaille les produits de région, les légumes et fruits du potager, les champignons du Morvan, en ajoutant à ses plats quelques touches subtiles d’épices de l’Ile Maurice et d’Asie. Avec Karina Laval, chef pâtissier, ils sont deux élèves très doués du grand chef mauricien Nizam Peero. Que faire dans les alentours ? Le paysage vallonné est particulièrement propice aux randonneurs à pied ou à vélo. Les amoureux de belles pierres iront visiter les abbayes de Flavigny, la basilique de Vézelay et l’abbaye de Fontenay, toutes classées monuments historiques. Une région propice également aux dégustations des meilleurs crus, à Chablis notamment.

) www.lugny.fr 11, rue du Château  •  89200 Vault-de-Lugny  •  Tél. 03 86 34 07 86 De 300 à 780 euros la nuit  •  À 2 h 25 de Lyon

60

EGOLAREVUE  20


© DR

embarquement immédiat

© DR

© DR

Saint-Saturnin en Auvergne L’expérience magique d’une chambre d’hôtes au Château royal “Notre projet de réhabilitation en chambre d’hôtes est né de cette volonté d’échange et de partage avec les clients.” Visite guidée du château, avec passage sur le chemin de ronde, le propriétaire se fait un plaisir de proposer à ses hôtes ce que ne peuvent faire les autres visiteurs. Outre le petit déjeuner de grande qualité servi dans la salle à manger voûtée, reconnaissable par sa cheminée et sa collection de cuivres, au château, pas de restauration, mais plusieurs adresses proposées parmi lesquelles La Gargouille à 1,5 km, auberge qui met à l’honneur la cuisine régionale. Bâtie sur une coulée de lave et classée monument historique avec ses douves, sa terrasse et sa cour d’honneur, cette bâtisse du Moyen-Âge a été construite par la famille de la Tour d’Auvergne au xiiie siècle. Cinq suites et chambres baptisées royalement (duchesse, suite Louis xiii…) occupent la partie la plus ancienne de cette demeure seigneuriale. Somptueusement décorées avec du mobilier d’époque, elles jouissent de vues merveilleuses et uniques sur la cour d’honneur, le parc ou le village et son église romane. “Avec ses lacs et ses volcans, la région est très attachante par la force de ses paysages et sa richesse patrimoniale est sans égal : 600 châteaux et des centaines d’églises extraordinaires ont été bâtis en Auvergne entre le xiie et le xviie siècles”, précise le maître des lieux, passionné. Une région qui parle aux passionnés de culture Le 11 juillet, Faust, d’Edmond Rostang, se jouera au château. L’été en Auvergne invite à l’évasion par les arts avec son florilège de festivals. Avec les enfants, vous visiterez le parc de loisirs Vulcania, le Musée national du Costume de scène à Moulins, et “Aventure Michelin” dédié à l’histoire du Groupe Michelin.

) www.chateaudesaintsaturnin.com Place de l’Ormeau  •  63450 Saint-Saturnin  •  Tél. 04 73 39 39 64 De 170 à 240 euros la nuit  •  À 2 h 10 de Lyon

EGOLAREVUE  20

61


embarquement immédiat

Amateurs d’air pur et de plaisirs gourmands, vous allez adorer cette halte reposante à 15 minutes de Genève où règne l’atmosphère particulière d’une belle demeure de famille restaurée au début du xixe siècle par le roi Charles x et reconvertie depuis en hôtelrestaurant de charme 4 étoiles. Fièrement tournée vers le lac Léman et la chaîne du Mont-Blanc, cette gentilhommière a été édifiée sur les vestiges d’un château du xie siècle. Offrez-vous le déjeuner sur la terrasse avec son panorama exceptionnel sur la chaîne du Mont-Blanc et le lac Léman. Si, de votre romantique chambre ou suite en toile de Jouy, vous n’avez pas cette vue, vous vous consolerez en admirant le Jura. Tout n’est que luxe, calme et volupté dans ce 4 étoiles. De grands chênes centenaires s’élèvent dans le somptueux parc de 22 hectares, qui accueille souvent des expositions d’art contemporain.

62

EGOLAREVUE  20

© DR © DR

© DR

© DR

Entre lac et montagnes Un cadre enchanteur au Château de Divonne

Autre attrait incontestable : une table renommée et signée du chef méditerranéen, Éric Manent, qui fut étoilé et n’a pas manqué d’ajouter à sa carte une sélection pointue de grands crus. Termes, golf, ski… what else ? Belle piscine turquoise chauffée l’été, vélos prêtés gracieusement, le temps est à la flânerie mais pas seulement : outre les activités nautiques du lac, on peut skier à la station Monts-Jura l’hiver, s’offrir un parcours au golf de Divonne (18 trous) ou une cure aux thermes. Un Casino pour clore cette belle journée ? www.chateau-divonne.com 115, rue des Bains  •  01 220 Divonne-les-Bains  •  Tél. 04 50 20 00 32 De 185 à 570 euros la nuit  •  À 2 h 30 de Lyon


embarquement immédiat

Château de Rochegude

© bruno preschesmisky

© DR

Un 4 étoiles où rêve et histoire sont inextricablement liés Au pays des cigales, dans le sud de la Drôme Provençale, la forteresse de Rochegude domine ses 10 hectares de parc où daims et biches s’ébattent en liberté. Construite sur un éperon rocheux au xiie siècle, elle a été détruite pendant les Guerres de religion avant d’être transformée en château de plaisance sous le règne de Louis xiv. Depuis, elle a conservé le même aspect. Des chambres spacieuses et confortables, on voit s’étendre à perte de vue les vignobles des Côtes-du-Rhône. Besoin de relaxation ? Vous y parviendrez aisément en flânant au bord de la piscine et, en un claquement de doigt, y dégusterez des en-cas de choix. Sous les voûtes de ce relais-château, masseuses et esthéticiennes vous prodiguent, au spa, les soins les plus doux. Une pause gastronomique ? Idéale dans ce lieu réputé pour sa truffe déclinée de façon inventive et agrémentée des grands vins de la région : Gigondas, Vacqueyras… Ou comment vous ressourcer dans un lieu unique qui mêle calme, nature, savoir-vivre à la française et culture. En famille ou à deux, que faire alentour ? Découvrez les vestiges romains de Vaison-le-Romaine, le pont du Gard, le pont d’Avignon et la Cité des Papes… Parmi les rendez-vous incontournables de l’été, les Chorégies d’Orange, festival d’art lyrique au Théâtre antique d’Orange, et le festival d’Avignon.

© DR

) www.chateauderochegude.com Place du Château  •  26790 Rochegude  •  Tél. 04 75 97 21 10 De 245 à 550 euros la nuit  •  À 1 h 45 de Lyon

64

EGOLAREVUE  20


CRÉATION : CULT@BBOX.FR

AFRIQUE AFRIQUE DU SUD BOTSWANA CAP VERT ETHIOPIE KENYA MADAGASCAR MAROC MOZAMBIQUE NAMIBIE OUGANDA RWANDA TANZANIE ZAMBIE ZANZIBAR ZIMBABWE AMÉRIQUE DU NORD ALASKA CANADA ARCTIQUE CANADA EST CANADA HIVER CANADA OUEST ASIE BHOUTAN BIRMANIE CAMBODGE CHINE INDE DU NORD INDE DU SUD INDE HIMALAYA INDONESIE JAPON KAMTCHATKA KIRGHIZSTAN LAOS MALAISIE MALDIVES MONGOLIE NEPAL OUZBEKISTAN PHILIPPINES SRI LANKA THAILANDE TIBET VIETNAM EUROPE ARCTIQUE GROENLAND SPITZBERG ARMENIE FINLANDE ISLANDE ITALIE OCÉANIE NOUVELLE-ZELANDE POLYNESIE FRANCAISE VANUATU AMÉRIQUE LATINE ANTARCTIQUE ARGENTINE BELIZE BOLIVIE BRESIL CHILI COLOMBIE COSTA RICA CUBA EQUATEUR GALAPAGOS GUATEMALA MEXIQUE PANAMA PEROU VENEZUELA PROCHE & MOYEN-ORIENT EGYPTE IRAN JORDANIE LIBAN SULTANAT D'OMAN

LÀ OÙ VOUS MÈNENT VOS RÊVES

CRÉONS VOTRE VOYAGE SUR MESURE... Laissez libre cours à votre imagination. Quel que soit votre rêve - la richesse des rencontres, l’odeur de la terre humide après une pluie d’été, la découverte des derniers sanctuaires en pleine nature, les trésors culturels, le plaisir d’un spa dans la jungle - ce qui compte chez Continents Insolites, c'est de répondre à vos envies de voyageur exigeant, qui souhaite un service "sur mesure". Depuis plus de 35 ans, nous organisons vos voyages "cousumain", avec une approche d'artisan, où chaque détail est choisi avec vous pour correspondre le mieux à vos attentes et vos aspirations. Maison de voyages lyonnaise depuis 1999, Continents Insolites c'est une équipe de voyageurs passionnés par les destinations lointaines et insolites, mettant son expertise au service de vos rêves et de vos envies.

CONTINENTS INSOLITES | LYON

L'ATELIER I LYON 38 quai Arloing 69009 LYON Tél. +33 (0)4 72 53 24 90 lyon@insolites.com www.continentsinsolites.com

|

Venez nous rencontrer à l'Atelier Continents Insolites : c'est autour d'un café et confortablement installés dans un de nos canapés, que nous vous accueilleront. Un interlocuteur unique et spécialisé sera à votre écoute dès votre premier rendez-vous. Nous mettrons tout en œuvre pour concevoir et organiser votre voyage personnalisé afin de vous faire découvrir le monde tel que vous l’aimez. Ainsi, vous pourrez décider soigneusement de chaque hébergement, chaque visite et chaque activité. Choisissez vos dates et la durée de votre voyage et nous vous libérons des contraintes d'organisation. Un seul mot d'ordre : que vous preniez du plaisir entre amis, en amoureux, en famille ou bien juste tout seul, pour des moments rares et privilégiés... pour un voyage unique qui ne ressemble qu'à vous !

PARIS

|

BRUXELLES

|

MONTE CARLO


embarquement immédiat

Choisir son camp Estelle Coppens

Le camping nouvelle génération poursuit son développement amorcé il y deux ou trois ans. Son mot d’ordre : plus de confort en cultivant un lien direct avec la nature et moins de promiscuité avec ses congénères, de préférence. Cela se traduit par l’arrivée de tentes en toile et en bois, de constructions en dur (cabanes, cadoles, chalets) qui conservent l’esprit camping en étant moins spartiates. En fait, c’est un camping où l’on peut oublier sa tente, son matelas, son sac de couchage, ses chaises pliantes… mais pas son portefeuille. Bienvenue dans l’air de l’hôtellerie de plein air.

Camping œnologique Voilà une idée d’escapade pour ceux qui n’aiment guère prendre le large. À 25 kilomètres de Lyon, non loin de Villefranche-sur-Saône, le camping municipal d’Anse s’est inspiré des cadoles, abris traditionnels du vignoble du Beaujolais, pour mettre au point un concept d’œnolodge. Niveau de confort Ces cabanes en bois de 20 m2 avec toit de verdure profitent d’un spa privatif, d’une cuisine équipée, d’un lit king size et d’une cave à vins, avec carafe à décanter pour profiter des richesses du pays. Le confort qui règne ici n’a rien à envier aux hôtels. Piscine et tutti quanti sur place.

© lightfuel studio

© DR

) Œnolodges – Camping d’Anse Avenue Jean-Vacher  •  69480 Anse  •  Tél. 04 74 67 12 87 www.camping-beaujolais.com 160 euros les deux nuits (2/3 personnes). De 400 à 649 euros la sem.

66

EGOLAREVUE  20


© DR

© Daniel James

© Otto Kalkhoven

embarquement immédiat

Bonjour veaux, vaches, cochons, couvées

les vacances à la ferme Croisez séjour à la ferme et camping et vous obtiendrez le camping à la ferme. Cette formule séduit car les visiteurs conservent leur autonomie, tout en profitant des activités qui rythment la vie d’une ferme. En été : moissons, fabrication des fromages. Il existe cinq fermes labellisées “Un Lit au Pré” à travers la France, la plus voisine de Lyon étant celle des Champeaux, nichée dans un paysage de moyenne montagne. L’exploitation agricole en bio-dynamie s’épanouit sur 40 hectares, dans le Limousin, sur les contreforts du Massif central. Le Plateau des Millevaches, qui abrite plusieurs sources, offre un replat des plus propices aux balades à pied, à vélo ou à cheval, six chevaux d’agrément étant à disposition. Cette solide ferme en granit est tenue par Amélie et Thomas qui y vivent à l’année, entourés de leurs quatre enfants et d’une nature sauvage. Chaussez vos bottes de pluie et revivez la petite maison dans la prairie. Niveau de confort 45 m2 de bois massif et de toile costaude. Les abris possèdent une chambre parentale avec lit double mais pas l’électricité. Un poêle à bois central sert à cuisiner et à se chauffer. Ceci étant, la tente dispose de l’eau courante avec toilettes. Des douches individuelles

(avec eau chaude !) sont en libres accès, à côté de la ferme. Le cellier est une boutique regorgeant de produits de la ferme où faire ses emplettes. Idées d’activités En s’éloignant un peu des veaux, brebis, cochons et poules, on peut aller piquer une tête au Lac de Vassivières, tout proche. Le Centre international du Paysage de l’île de Vassivières présente les travaux de paysagistes réputés, tels que Gilles Clément ou Andy Goldsworthy. À 6 km, le joli clocher d’Eymoutiers, commune construite autour d’un monastère datant du xe siècle, s’élance vers l’azur. Une visite du musée du peintre Paul Rebeyrolles s’impose. Et pour que le retour aux sources soit complet, embarquez dans le train à vapeur Limoges-Ussel pour une traversée de la Vallée de la Vienne sur un pont en fer et un voyage dans le temps. Il fait escale en gare d’Eymoutiers. Marché le samedi matin.

) Un Lit au Pré –­La Ferme des Champeaux Les Champeaux  •  87120 Saint-Amand-le-Petit  •  Tél. 01 41 31 08 00 À partir de 315 euros la tente améliorée pour 3 nuitées, couettes moelleuses et draps compris. Chaque tente peut abriter 6 personnes dont un enfant de moins de 12 ans (lit clos).

EGOLAREVUE  20

67


Cabanes savoyardes complètement perchées

Yourtes et cabane forestière dans la Drôme

Pour les apercevoir, il faut lever la tête. Suspendues à 9 mètres de hauteur, deux cabanes flirtent avec les frondaisons d’épicéas. À cette altitude, le bruissement des feuilles et le chant des oiseaux semblent sur haut-parleurs. Poste d’observation unique pour assister au lever du soleil sur la chaîne des Aravis.

Cette cabane forestière de montagne (886 m d’altitude), construite dans les années 1930, servait aux ouvriers comme aux gardes des Eaux et Forêts, lors des chantiers de reboisement. La cabane des Gardes est située sur la commune de Barnave. Cependant, les campeurs passent la nuit sous trois yourtes de 4 lits, conçues par un artisan drômois, face à un paysage alpin grandiose.

Niveau de confort Chaque cabane est pourvue d’un lit double et d’un poêle à bois. Sur le plancher des vaches, devant le chalet où peuvent se prendre repas et douches, un bain scandinave attend son heure. Idées d’activités Plusieurs itinéraires de randonnée au départ du chalet des Écotagnes. La Clusaz et le Grand Bornand sont à 10 minutes de voiture. Pour les plaisirs aquatiques – ski nautique, wake board, plongée – direction le lac d’Annecy. Aussi tipis et chalet (deux chambres doubles).

) Les Écotagnes 74230 Les Villards-sur-Thônes  •  Tél. 06 70 02 10 14 www.ecotagnes.com 155 euros personne en demi-pension.

68

© OT pays Diois

© Jean-Marc Favre

© Charly Camatte

© Jean-Marc Favre

embarquement immédiat

EGOLAREVUE  20

Niveau de confort Équipement de la cabane avec terrasse : salle à manger, cuisine équipée, poêle à bois, douche et deux WC, sous véranda. Électricité photovoltaïque uniquement : pas de prise 220 volts disponible. Idées d’activités Randonnée, VTT, escalade, canoë, parcours aventure dans les arbres, équitation… Visite du village botanique de Barnave (plantes méditerranéennes). Dans un rayon de 20 km : Die, ville romaine et épiscopale. Village médiéval de Châtillon-en-Diois. Chaos rocheux du Claps de Luc-en-Diois. Gorges de la Roanne.

) Les Gardes 26310 Barnave Renseignements et réservation : Office de tourisme du Diois Tél. 04 75 22 03 03 Tarif à la nuitée pour l’ensemble du site (12 lits simples, draps non compris) : 135 euros


210x270_Mise en page 1 30/05/13 18:06 Page1

NOTRE MÉTIER : LA PRISE EN CHARGE COMPLÈTE DE VOTRE AMÉNAGEMENT DE BUREAU Cloisonnement • Faux plafond, Peinture, Sol Electricité, Câblage informatique • Plomberie, Climatisation Sécurité, Téléphonie • Audiovisuel, Multimédia Mobilier de bureau • Menuiserie cgeorges@roval-conseil.fr Christophe GEORGES - Catherine GALLE 12 B, rue François DEPERET - 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 06 23 38 58 59


embarquement immédiat

Jardins remarquables La preuve par trois

70

EGOLAREVUE  20

Charlotte Pidou


04 © Patrice Hauser

© Caroline Houal

03

02

01

© Patrice Hauser

embarquement immédiat

Rester sans voix en Haute-Savoie Buller au Jardin des Cimes

© Caroline Houal

Après une longue hibernation, le Jardin des Cimes (1 et 2) s’est refait une beauté. Premier bon point, ce bout de terrain de 3 hectares situé à 1000 mètres d’altitude s’ouvre sur le Mont-Blanc. Métamorphosé par des architectes paysagistes en un site à la fois onirique, touristique, culturel et pédagogique, il est bichonné par l’équipe de l’association éponyme. Une boucle d’environ 1 h 30 plonge le marcheur dans une course en montagne imaginaire. En franchissant différentes portes – de l’ombre, des anges, des miroirs… – celui-ci découvre les univers alpins et une joyeuse végétation. Massifs gonflés de fleurs, conifères, ruche vitrée, vergers, pelouses, terrasses en bois, potagers du monde avec plantes aromatiques et légumes : les sens en prennent plein la vue. Le cheminement est ponctué de panneaux, d’habillages sonores et de sculptures. Et des ateliers aux animations, en passant par le Café du Jardin qui cuisine les plantes et fleurs comestibles, on cultive ici le développement durable.

) Le jardin des Cimes 447, route du Docteur Davy  •  plateau d’Assy  •  Passy Tél. 04 50 53 44 75 www.jardindescimes.com Ouvert jusqu’au 6 octobre 10h-17 h 30 ou 18 h en juillet et août. Gratuit pour les moins de 4 ans, 3 euros pour les 4-16 ans, 6 euros.

Où dormir ? Ça ronronne pas mal La Féline Blanche (3 et 4) s’est lovée dans un vieux bâtiment rénové de Saint-Gervais. Cet hôtel-boutique comporte 9 chambres sobres et confortables et vue sur la chaîne des Aravis. Avec ceci ? Un petit-déjeuner royal.

) La Féline Blanche 138, rue du Mont-Blanc  •  Saint-Gervais-les-Bains (à 9 km de Passy)  •  Tél. 04 50 96 58 70 www.lafelineblanche.com De 69 à 125 euros par nuit 2 personnes petit-déjeuner 13 euros

Où swinguer ? Concerts à l’air pur Du 28 juillet au 4 août, prenez les remontées mécaniques ou le train à crémaillère de Chamonix pour écouter des pointures face à la Mer de glace ou sur les terrasses de l’Aiguille du Midi… La 4e édition du Cosmo Jazz Festival résonne dans les montagnes ! Bravo à André Manoukian pour cette belle idée. À 23 km de Passy www.cosmojazzfestival.com

EGOLAREVUE  20

71


embarquement immédiat

Toucher terre en Isère

© DR

Promenons-nous dans le Bois Marquis…

Sans portail ni clôtures, le Jardin du Bois Marquis se visite librement. Cet espace privé de 5,5 hectares est classé “Jardin remarquable” depuis 2010. Jolie palme qui salue 33 ans de travail d’un seul homme, Christian Peyron. “J’avais envie de faire un jardin intéressant toute l’année, dit simplement ce jardinier amateur. Cet hiver, j’ai fini d’étiqueter les arbres – plus de 3000 – et j’ai planté des variétés de lilas des Indes car je teste des espèces pour des horticulteurs et des pépiniéristes. J’aime beaucoup que le jardin serve de laboratoire où poussent des plantes méconnues.” En arpentant le chemin, le promeneur contemple bouleaux, prunus, érables à peau de serpent puis franchit le pont pour profiter du jardin d’hiver où s’épanouissent saules, magnolias, bambous, nyssas ou encore chênes, dont un, vénérable, de 300 ans. Une palette bigarrée révélatrice des chouchous de Christian : l’écorce des arbres et les feuillages. Son deuxième dada, ce sont les oiseaux. Ce bricoleur a construit une volière et un étang pour ses canards d’ornement. Il ouvre aussi son pré carré aux visiteurs et sur rendez-vous, il se transforme volontiers en guide vert.

) Le Jardin du Bois Marquis 7, rue des Contamines  •  38150 Vernioz  •  Tél. 06 08 99 02 01 www.lejardinduboismarquis.com

© Yves Traynard

Où se frotter aux us et coutumes ? Comme au bon vieux temps Le dimanche 25 août, la 17e Fête des battages et des vieux métiers anime Vernioz. Ça commence le matin par une salade d’anchois qui rassemble les anciens et se conclut par un feu d’artifice. Entre deux, tracteurs, jeux, outils et autres engins du siècle dernier s’exposent. Puis, place à la fanfare, aux démonstrations de battage et de métiers anciens, comme la fileuse de laine, le tonnelier ou le forgeron. battagevernioz.canalblog.com

72

EGOLAREVUE  20


embarquement immédiat

© DR

© Jardin zen Erik Borja

© Jardin zen Erik Borja

Ramener sa pomme dans la Drôme

Goûter à la quiétude au jardin zen d’Erik Borja

Artiste plasticien et sculpteur de formation, Erik Borja s’est pris de passion pour les jardins d’inspiration japonaise. Son concept de jardin de monastère a vu le jour en 1973 autour de sa résidence drômoise et continue aujourd’hui de s’étoffer et de s’embellir. Dans le plus grand respect des règles Feng Shui et de la tradition japonaise, il s’étend au sud et à l’est de la maison en une suite assez épatante de jardins : d’accueil, de méditation, de thé, méditerranéen, de promenade et du dragon. Ici une fontaine à ablution, là un pont de pierres, au bout trois chênes séculaires… L’eau, sous forme de cascades, de ruisseaux ou d’étangs est très présente et fusionne avec le végétal et le minéral. “Tous ces espaces sont d’abord des évocations de paysages, souligne Erik Borja. Ils ont un effet apaisant. Il y a beaucoup d’endroits où se poser pour profiter de ces tableaux. Le visiteur peut prendre le temps de regarder les variétés d’érables du Japon, de pruniers, pommiers et cerisiers à fleurs, les nombreux conifères ou encore les nymphéas sur l’étang du dragon.” À la fois contemplatif, ludique et méditatif, ce jardin sollicite les 5 sens.

) Le Jardin Zen 530, chemin du Jardin Zen  •  26600 Beaumont-Monteux  •  Tél. 04 75 07 32 27 www.erikborja.fr Gratuit pour les moins de15 ans, 8 euros. Lundi au vendredi 9h-12h, 13 h 30-17h, week-end 10h-12h, 13 h 30-17h.

Où faire d’1 pierre 2 coups ? À la Grand Maison Marielle et Luc se sont lancés avec enthousiasme dans leur projet de chambres et table d’hôtes et ça se voit : ils ont retapé une ancienne ferme pour en faire leur Grand Maison ; un lieu d’accueil avec du cachet et à l’esprit campagnard généreux. Des chambres style récup’ tout confort, un petit-déjeuner gourmand et une cuisine très Vercors avec noix, ravioles, truites, Saint-Félicien…

) Grand Maison Hameau Veyrand  •  38680 Auberives-en-Royans (à 36 km de Beaumont-Monteux)  •  Tél. 04 76 38 90 64 www.grandmaison.eu Chambre 49 à 74 euros – Table d’hôtes 12,50 à 20 euros.

74

EGOLAREVUE  20


gourmandises

GOURMANDISES

© FAN_ArtyShoot

Estelle Coppens, Audrey Dupont, Hélène Leclerc, Françoise Malbosc, Fanny Pincanon, Romy Esther

Une des plus belles terrasses de la ville, la vue en plus

e

Il est des lieux capables de renaître de leurs cendres, tant la magie opère. Hors du tumulte de la ville et comme en apesanteur nous nous trouvons comme coupés du monde. Le Basilik est le restaurant du chef Sylvain Gonnet, que nous avions croisé chez la mère Brazier. Il reprend aujourd’hui les rennes de ce lieu en mettant à l’honneur une cuisine aux accents de basilic et donc d’été ! À goûter, les œufs à la neige au basilic et le mille-feuilles devenus en peu de temps les signatures de cette adresse. Nous allions d’abord là-haut pour le cadre, la vue, la terrasse… Gageons que très vite les bonnes recettes de Sylvain nous ferrons monter encore plus vite !  RE Restaurant Le Basilik 9, rue Pierre-Marion  •  Lyon 5e  •  Tél. 04 74 26 95 73

MISE AU VERRE... Laisser Lyon derrière. Après 20 minutes de trajet, s’attabler à la terrasse en bois de châtaignier, aménagée dans un esprit naturel et bordée d’un bassin. Cascade et piafs gazouillent pendant que des cosmos piquent un fard. Le chef Jean-Claude Marlhins a la fibre artistique, en plus de l’avoir gourmande et écologique ; généreux, il sert aussi à ses convives des expos, des concerts, entre un petit chou farci aux légumes, une tranche de morue fraîche juste saisie ou un confit de cochon fermier. Cave à vins gorgée de quelque 450 références. Plaisirs variés en perspective.  EC

Restaurant L’Alouette 38090 Bonnefamille  •  Tél. 04 78 40 06 08 – 06 08 31 78 69

76

EGOLAREVUE  20

© Sabine Serrad

a


gourmandises

Rappelez-vous notre reportage dans les coulisses de la cantine des Nuits de Fourvière en 2011. Plus besoin de d’être technicien ou artistes pour goûter ses “saveurs mélangées pour bipèdes” (SMB pour les non initiés, soit le nom de l’entreprise gestionnaire), car elle a repris ce printemps La petite table des Nuits. À mi-chemin entre le cœur névralgique des Nuits et Fourvière qui attire chaque jour son lot d’amateurs de vue panoramique. Une salle de 32 couverts (privatisable), une terrasse de 20 couverts, le nez dans les arbres, avec en fond, les accords des musiciens du Conservatoire, une équipe féminine, une cuisine gourmande à base de produits frais, locaux et de saison. Plutôt slow food. D’ailleurs, vous y trouverez un choix de produits de la Communauté du goût. Le jour de notre visite on a craqué pour une bourride de lotte et un fondant au chocolat accompagné d’un caramel salé, à s’en lécher les doigts.  FM

Plat du jour à 10,50 euros, formule trio à 17,50 euros. Pendant le festival, c’est ouvert 7 jours sur 7, midi et soir, ensuite du lundi au vendredi midi

© DR

© DR

La petite table des Nuits 2, place de l’Antiquaille  •  Lyon 5e  •  Tél. 04 78 36 68 92

© Guillaume Perret

e

POUR LES NUITS ET LES JOURS

CUISINE D’ARDÈCHE Ouvert depuis le mois de mars, Le Georgette propose une cuisine ardéchoise revisitée servie dans un décor de coffee shop des années 50. Si le mélange vous laisse perplexe, il ne faut pas hésiter à aller tester le velouté cévenol et ses éclats de châtaigne suivi du Mac Georgette et d’un délicieux sablé caramel à la marmelade de concombre et gingembre confit. Les puristes vont peut-être râler un peu (au début seulement) à la vue de ce menu anti traditionnel, mais la première bouchée aura vite fait de les dérider.  FP 

Le Georgette 25, quai Augagneur  •  Lyon 3e  •  Tél. 09 67 16 88 52

d

a

Cuisine et ambiance, Thou comme à la maison

C’est en 2006 que Stéphane et Nathalie Konig ont repris cet établissement situé à Bouligneux dans la Dombes. Pendant six mois, Stéphane, le chef, ne touchera pas à la carte, gardant ainsi le Bavarois de carpe ou la quenelle de volaille aux morilles, plats aériens et légers qui font la réputation du restaurant. Dans un nouveau cadre entièrement redécoré cet hiver, vous pourrez déguster, sans aucun remord, des grenouilles sur jonc, cuites dans un beurre AOC. Maître restaurateur depuis décembre dernier, Stéphane est un fou de son travail, allant même jusqu’à faire son pain lui-même. Le vin, la viande : tout est local et les clients aiment y revenir pour se sentir comme à la maison.  HL

Menus de 28 à 58 euros.

Restaurant Le Thou Le village  •  01 330 Bouligneux  •  Tél. 04 74 98 15 25

EGOLAREVUE  20

77


gourmandises

GOOD MOOD

b

Tout nouveau, le Moody’s Dinner Club a de quoi réveiller la minuscule rue Coysevox dans laquelle il s’est installé. Plusieurs concepts en un : restaurant midi et soir, café, bar, brunch… dans une déco rétro et ultra cosy, en bref tout ce qu’on aime ! Le soir, on déguste des déclinaisons de fromages, charcuterie, produits de campagne ou de la mer, préparées sur de grandes ardoises juste sous nos yeux, puis on se laisse tenter par un des délicieux cocktails de la carte pour prolonger la soirée. Coup de cœur pour la formule brunch sucrée du dimanche.  FP

a

Quand Léa vous envoûte

Laurence Ginet vous accueille de sa chaleureuse bienveillance dans la plus vieille maison de Lyon. Avec ses comparses Christian Têtedoie et Christian Morel, le trio de choc a repris l’affaire en janvier et conservé l’esprit des lieux : façon bistrot années 30 au rez-de-chaussée et ambiance 1900 à l’étage, jusqu’au rose des serviettes – la couleur fétiche de madame Léa. Pour ravir nos papilles, les produits phares tels que la salade lyonnaise sauce hareng avec ses croûtons aillés et œuf dur, l’incontournable saucisson chaud ou encore le chevreau façon mère Léa. Retour du gibier en septembre ! Dénicheuse d’excellents producteurs, Laurence, sommelière de son état, offre une carte des vins de qualité et s’applique à remettre au goût du jour de délicieux Beaujolais. AD

Formule déjeuner 18,50 euros. Menu à 29,50 euros.

La Voûte chez Léa 11, place Antonin-Gourju  •  Lyon 2e  •  Tél. 04 78 42 01 33

a

© Sabine Serrad

© DR

© DR

Moody’s Dinner Club 2, rue Coysevox  •  Lyon 1er  •  Tél. 04 78 39 83 34 www.themoodys.fr

FRANCE-BRÉSIL LE RETOUR C’est un natif São Paulo, Augusto Santos, qui illumine la rue Neuve. Son parcours est aussi métissé que sa cuisine : il quitte le Brésil pour l’Institut Bocuse, avant de rallier les brigades Troisgros, à Roanne. Grand admirateur de la culture et de la gastronomie italiennes, sa mère est une mamma, ce trentenaire franchit ensuite les Alpes et fait étape chez dal Pescatore, en Lombardie. C’est à Lyon qu’il décide de défendre les couleurs de la cuisine italienne, avec Stéphane Seixas, son associé. Chez Augusto, pâtes, gressins et foccacias sont faits maison. On pleure feue la formule du déjeuner à 18 euros qui était diabolique, le chef ayant choisi de se concentrer sur le service du soir (31 et 38 euros). La chasse à l’étoile est ouverte… EC 

Augusto 6, rue Neuve  •  Lyon 2e  •  Tél. 04 72 19 44 29

78

EGOLAREVUE  20


Restaurant chez Paul’O Chemin de la Traille Île de la Table Ronde 69390 Vernaison 04 78 46 06 47 paulorestaurant@orange.fr


gourmandises

Cantine bien cachée

b

Dans un quartier résidentiel, des frises et des frises de maisons. Soudain, l’œil averti tombe sur une terrasse couvée par des platanes, avec barbecue et bar d’été. Un vieux tracteur rouge veille sur une mer de tables en fer. Dans ce bistrot de quartier, Madame Fenet a nourri des générations de Lyonnais de tous poils. Après une trentaine d’années de bons et loyaux services, “Jeannette” a passé l’an dernier le flambeau à G. Cuilleron et S. Charbonnier. Le tandem a conservé le nom des lieux et l’attelage du déjeuner : un menu unique au prix rustique de 14 euros, entrée, plat, fromages, dessert, café et vin compris. Le soir et le week-end, les tarifs sortent le costume deux pièces. La carte d’été propulse, entre autres mets, un rôti, un porcelet grillé, des brochettes de gambas, le tout cuit au barbecue, à arroser de mojitos et caipirinha.  EC

© DR

Chez Fenet 128, Chemin Montray  •  Sainte-Foy-lès-Lyon  •  Tél. 04 78 59 29 86

a

Pour les gourmands uniquement

© DR

© DR

a

Kiozen le restaurant s’en va, l’épicerie fine arrive Ce restaurant japonais qui détone par son décor contemporain hermétique à tout folklore et par la cuisine bien-être qu’il pratique ne sera bientôt plus. Les lieux sont en vente. Mais la propriétaire a plus d’une baguette dans son sac : elle prévoit l’ouverture d’une épicerie fine nipponne, ceinture noire en produits santé, dans le carré d’Or. Y seront également enseignées les subtilités de la gastronomie du pays du Soleil Levant.  EC

Kiozen 14, rue Amboise  •  Lyon 2e  •  Tél. 04 72 61 58 81

Traiteur, pâtisserie et salon de thé, la Maison Charrié a plus d’une tarte à jouer ! Atout n° 1 : son immense terrasse calme et ensoleillée, encadrée de verdure, avec vue sur l’Hôtel-Dieu et Fourvière. Atout n° 2 : ses formules du midi à prix mini et aux accents libanais. Atout n° 3 : ses glaces et sorbets faits maison aux parfums originaux, fraise tagada, Malabar ou champagne, mais aussi ses brunchs du dimanche, ses délicieux macarons géants à la framboise, la jolie déco acidulée, la gentillesse de ses propriétaires…  FP

© DR

Maison Charrié 4, place Raspail  •  Lyon 7e  •  Tél. 04 37 66 43 46

80

EGOLAREVUE  20


gourmandises

b

M. Paul voit la vie en rose Petite virée au nord du Nord pour le groupe Bocuse, qui a repris les destinées de l’ancienne Auberge de Fond Rose, à Caluire. Et de cinq ! Olivier Bourrat, épaulé par quinze cuisiniers, orchestre le ballet de la vaste cuisine ouverte donnant sur la vaste salle. Les classiques de l’enseigne chaperonnent des spécialités autochtones “Fond Rose”, à l’image des noix de ris de veau rôties en cocotte ou du filet mignon de cochon rôti au thym. Pour trouver votre place au soleil, filez sur la terrasse de 120 couverts et fondez sur l’emballant menu du jour, avec deux ou trois plats de résistance.  EC

Formule jour : 21,30 euros. Menu jour : 24,90 euros. 7/7 J. © Matthieu Cellard

Auberge de Fond Rose 25, chemin de Fond-Rose  •  Caluire-et-Cuire  •  Tél. 04 78 29 34 61

Les 3C ou Café Comptoir Collonges, c’est le nouveau projet de Xavier Midroit qui n’en est pas à son coup d’essai. Changement de cap, puisque c’est au centre du village de Collonges que l’établissement est installé, mélangeant modernité et cuisine traditionnelle. Au menu : antipasti à l’italienne, dos de cabillaud, tartare de bœuf et frites maison, mais aussi un wok de crevettes sautées sans oublier une farandole de salades estivales pour ces dames ! Les jeudis et vendredis soirs, place à l’after work. Le concept ? C’est 17 euros la bouteille de rosé et en deux deux vous sirotez un verre, entre collègues sous la terrasse ombragée.  HL

Plat du jour : 10 euros du lundi au vendredi. Ouvert tous les jours sauf le dimanche soir et le mardi.

a

© DR

a

Les 3C, pour un after work sous la terrasse ombragée

1, 2, 3… Chorliet Traiteur reconnu depuis 1913 avec deux établissements à Lyon, Chorliet ouvre un nouveau restaurant pour le midi et salon de thé ensuite. Une déco épurée et design pensée en noir et blanc, qui séduit dès la porte franchie, tout comme le concept de ce “resto bistronomique”. Différentes formules sont proposées, sur place ou à emporter. On se laisse volontiers tenter par une salade de corail et gambas, un sandwich au cresson ou encore les quelinettes Bollywood, le tout agrémenté de délicieux desserts maison.  FP

Les 3C 4, place de la Tour  •  Collonges-au-Mont-d’Or  •  Tél. 04 72 53 36 48 www.les3crestaurant. fr

© DR

Chorliet 33, rue Mercière  •  Lyon 2e  •  Tél. 04 78 37 78 37  •  www.chorliet.com

82

EGOLAREVUE  20


gourmandises

© DR

a a © DR

On y chantera tout l’été

Exit le vert hors d’usage de la véranda et l’ambiance vieillotte du restau ! Patrice Chardon et ses complices, Mickaël Castaldo et Baptiste Collet, ont su dépoussiérer l’institution du Chantecler, tout en conservant le côté brasserie croix-roussienne, offrant une amplitude d’ouverture de 7 à 1 heure du matin. Avec 200 places en terrasse et une centaine à l’intérieur, un design et un mobilier revisités par Florent Egasse et une restauration plus moderne, la saison s’annonce belle ! On déguste ici une excellente escalope de veau milanaise (250 g, s’il vous plaît), de fraîches linguines ou encore de délicieuses moules frites. Pressés ? Le hamburger maison nous satisfera tout autant. Le plus : les after work ! Une vingtaine de cocktails proposés à la carte et d’appétissantes tapas pour éponger tout ça !  AD

Le paradis des “wichs” Marre de manger toujours le même panini ou sa voisine la salade au thon tous les midis ? Gourmix a la solution : une centaine de recettes de sandwichs et ici pas de banal jambon gruyère on vous le garantit ! Inutile de stresser à l’idée de ne pas pouvoir choisir parmi toutes les variétés, il suffit de jeter son dévolu sur plusieurs “mini’wichs” de les cocher sur la carte et le tour est joué. Chèvre tapenade, foie gras et confit d’oignons ou sucré aux spéculoos, tout chauds et sortis du four devant vos yeux, miam !  FP

Gourmix 22, rue de la Platière  •  Lyon 1er  •  Tél. 04 78 58 48 43

Café Chantecler 151, boulevard de la Croix-Rousse  •  Lyon 4e  •  Tél. 04 78 28 13 69

Le Clos de Chaponost,

a

la campagne à 30 minutes de Bellecour ! Envie d’un déjeuner terrasse, qui se termine par une tête dans une piscine ? EGOLAREVUE a déniché un petit coin de verdure à seulement 30 minutes de Lyon. Un arrêt au Clos de Chaponost pour découvrir ce restaurant qui propose une cuisine semi-gastronomique servie à l’abri des rayons UV ou sous la véranda, avec vue sur la piscine. Ouvert toute l’année, des produits frais y sont cuisinés : foie gras maison, grenouilles poissons ou viandes grillée et tartes maison pour terminer. Le menu du jour (du lundi au vendredi) est à 18 euros, bronzage compris !  HL

© DR

Menus de 21 à 48 euros. Ouvert toute l’année sauf le 1er mai.

84

EGOLAREVUE  20

Le Clos de Chaponost 6 B, avenue Paul-Doumer  •  Chaponost  •  Tél. 04 78 45 49 49


HaPPY CULTURE


happy culture

Rétro-futuristes

Hassen Djouad

C’est le numéro vingt et c’est l’occasion d’appuyer sur la touche pause du lecteur cd de la rédaction pour faire un point sur ce Mur du son. Voilà maintenant 18 numéros que l’Ego Team m’a ouvert les portes de son vestiaire pour que je puisse y poser mes enceintes. Quelques dizaines de chroniques plus tard, nous voilà donc encore ensemble pour sonoriser cette 20 e version de votre EGOLAREVUE. Des mots pour parler de musique, de la musique pour illustrer la vie et de la vie pour vous donner envie de nous lire ! Voilà le refrain idéal que cette rubrique essaye chaque trimestre de vous faire chanter ! Et en attendant que vous deveniez les princes du karaoké, ce symbolique numéro 20 vous propose une sélection de groupes que l’on ne présente plus et qui ont changé l’histoire. Chacun dans leur style, ils ont inventé leur avenir et renouvelé leur genre. Résultat : chacun de leur nouvel album donne le tempo et nous rapproche du futur. Le doigt appuyé sur la touche créativité, le temps qui passe n’a pas d’emprise sur eux. Une attitude que votre Mur du son essaye d’ériger en devise maison : dans la tendance mais pas que et surtout dans la bonne direction.

Daft Punk Random Access Memories

The Strokes Comedown Machine

Depeche Mode Delta Machine

Janvier 1997, la France croule sous les assauts sonores des Spice Girls, Gala et autres 2be3. La bande fm et la télé semblent s’être alors liguées pour nous mener tout droit vers un suicide collectif. On se rapproche de l’an 2000 et les perspectives de sortir du trou noir musical dans lequel résonnent l’eurodance et la simili-pop semblent s’éloigner. Heureusement la sortie d’un album va sonner la révolte d’une musique électronique de qualité capable de faire danser le monde entier sans se fourvoyer. Ce sursaut tient en deux mots : Daft Punk. Leur premier album Homework est un séisme qui va changer les règles de la house en particulier et de l’électro en général. Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo, en bons élèves, font si bien leurs devoirs que leur son donnera naissance à ce qui deviendra un genre à part entière : la French Touch. Ces deux génies anonymes car toujours affublés d’un casque de robot prennent alors une longueur d’avance qu’ils gardent à chaque nouvel album.

La parution du cinquième album des newyorkais mal coiffés est l’occasion de rappeler comment ce groupe a porté sur ses frêles épaules le destin d’un Rock qui, sans leur premier album Is this it ? paru en 2001, serait peut-être aujourd’hui uniquement écouté par des amateurs de promenades dominicales en Harley Davidson. Leur premier chef-d’œuvre a bel et bien été porteur d’une révélation pour les kids : leurs doigts peuvent servir à autre chose qu’à envoyer des textos ! En effet Julian Casablanca et sa bande ont démontré à toute une génération que leurs dix doigts pouvaient servir à tripoter les cordes d’une guitare branchée à un ampli à défaut de pouvoir ranger leur chambre. Depuis le rock est redevenu tendance, les groupes de jeunes surdoués se sont multipliés comme les amis Facebook et la relève est assurée. Mais la signature de ce groupe bien vivant et déjà mythique reste inimitable. Leurs sonorités parfois bancales, leurs productions parfois brouillonnes qui servent à merveille la voix éraillée de Julian, c’est le secret de longévité de ce groupe qui, malgré les années, incarne la candeur et l’espoir de toute une jeunesse bien décidée à écrire son avenir.

Les DM dans une rubrique qui parle d’avenir, ça sent le fan sur le retour trop content de profiter d’un nouvel album pour caser sa nostalgie des années new wave. Détrompez-vous ! Loin de moi l’idée de vous faire acheter un perfecto sur le Boncoin en fredonnant Just Can’t Get Enough ! Mais que vient faire le 13e album de cette vieille machine à tubes dans cette rubrique tournée vers l’avenir ? Et bien parce qu’un nouveau Depeche Mode c’est toujours un retour vers le futur ! Et nombre d’artistes d’aujourd’hui assument clairement l’importance des Depeche Mode dans la constitution de leur ADN musical. En trip hop (Kruder et Dofmeister), Rock (Placebo), Electro (The Hacker) ou même industriel (Nine Inch Nails), l’influence des DM est tentaculaire ! Après trois décennies marquées par moult cures de désintox et autres séjours en hôpital psychiatrique, l’araignée à trois têtes continue de tisser sa toile entre passé, présent et futur. Ce nouveau disque devrait à coup sûr prolonger ce fil que nos trois génies décolorés ont commencé à dérouler en cette année 1981.

EGOLAREVUE  20

87


happy culture

La sélection de

La Librairie du Cours Propos recueillis par Françoise Malbosc

Le temps libre de l’été, c’est souvent le temps de lire, de vivre des émotions par la lecture aussi. Voici les choix de la Librairie du Cours, quand lire n’est pas qu’un passe-temps, mais bien une expérience sensible.

La disparition de Jim Sullivan Tanguy Viel Les éditions de Minuit, mars 2013 Un roman à double entrée qui nous vaut deux récits. Dès le

début, le narrateur prévient :

il va écrire un roman américain avec les codes du genre. Ça se

passera à Detroit, Michigan, au volant d’une vieille Dodge ; le personnage principal, Dwayne Koster, sera un

universitaire, la cinquantaine, divorcé, détestant l’amant

de son ex femme ; il partira

à la recherche de Jim Sullivan,

chanteur des années 70 disparu

mystérieusement dans le désert californien… En même temps que nous suivons l’intrigue

du roman, nous participons à

l’aventure de l’écriture du livre, d’un livre, par un effet de mise en abyme. On pourrait être

dans un film américain, mais

le “je” s’impose quand il s’agit

d’interroger l’écriture du roman. Brillantes variations sur les

temps, humour, recul, Tanguy Viel fait de ce roman un jeu. N’hésitez pas à y entrer ! PRIX : 14 euros

Impurs

Chien d’aveugle

Écoute la pluie

Le roman du mariage

Jirô Taniguchi Casterman, mars 2013

Michèle Lesbre Sabine Wespieser éditeur, février 2013

Jeffrey Eugenides L’Olivier, janvier 2013

David Vann Éditions Gallmeister, mars 2013

Les enquêtes du limier T. 1

Vous n’avez pas encore lu David

Les fans de Taniguchi jubilent,

en 2010 pour Sukkwan Island ?

leur initiation, l’auteur nous

Vann, prix Médicis étranger

Impurs reste fidèle à l’univers

de ses deux précédents romans.

À ceci près que nous ne sommes plus dans les froids du Grand

Nord, mais dans la fournaise de la Californie centrale. C’est l’été 85, Galen, 22 ans, branché new age,

vit en huis clos avec sa mère qui

l’étouffe d’un amour oppressant

avec, pour seul dérivatif, les visites de sa tante et de sa cousine sexy, et celles qu’ils rendent à la riche grand-mère dont la mémoire

s’échappe. Quand la noirceur de

chaque personnage sera révélée au grand jour, rien ne pourra les

écarter de la folie et de l’explosion. “L’écriture est magnifique,

exceptionnelle, la description du

cadre naturel, sensuelle, visuelle, directe, avec une faculté à faire

monter la tension”, témoigne la libraire. Mais pourquoi lire un

roman aussi noir ? Peut-être pour la sensation physique que l’on

éprouve et se réjouir encore de la puissance de la lecture. PRIX : 23,10 euros

les novices pourront faire

embarque dans une nouvelle

série – Les enquêtes du limier –

adaptée d’un recueil de nouvelles de Itsura Inami. Ryüwan Taku est détective privé spécialisé

dans la recherche de chiens de race, il vit dans la montagne

avec son chien-loup. Une des

enquêtes l’envoie à la recherche d’un chien d’aveugle volé à

une jeune fille de 16 ans qui vit

prostrée depuis cette disparition. On pénètre alors le cercle peu

connu des chiens guides, éprouve l’intensité de la relation entre l’homme et l’animal au fil de

rencontres pleines d’humanité.

On commence aussi à connaître

le personnage du limier, c’est sûr, on aura envie d’en savoir plus. Et

toujours, la finesse et la précision du dessin, la simplicité et les

émotions sincères qui marquent

le style de Taniguchi. Et la lecture de droite à gauche comme tout manga qui se respecte ! PRIX : 12,95 euros

C’est la fin de journée, une jeune femme attend le métro pour

rejoindre en train son compagnon, photographe. Un vieil homme

lui sourit et se jette sur les rails. Expérience vécue. Cet élément

dramatique entraîne l’héroïne,

non plus vers Nantes, mais pour

une nuit d’errance dans Paris, sous l’orage. Au fil de sa déambulation

et de ses rencontres – des amis ou

des inconnus –, elle essaie de faire

partager son émotion et y parvient parfois comme lorsque ce danseur de tango inconnu lui confie :

“Pour moi, ce tango c’est comme cette pluie mais à l’intérieur de moi, vous comprenez ? – Oui, je crois que je comprends, ce soir

surtout. – À cause de l’orage ? –

Non…” S’adressant à l’homme qui l’attend, elle revisite les épisodes de leur histoire d’amour, pour tenter de comprendre ce qui

demeure et ce qui fuit. Ce texte court, mais dense, à l’écriture

limpide et musicale, qui parle de

Jeffrey Eugenides publie un roman tous les 10 ans. Celui-ci est donc le troisième depuis Virgin Suicides, paru en 1993 et adapté au cinéma par Sofia Coppola, et Middlesex, prix Pulitzer en 2003. Cela valait la peine d’attendre. Brown University, Rhode Island, 1982. Madeleine est en thèse, elle étudie la question du mariage dans la littérature anglaise. Elle se trouve au cœur d’un triangle amoureux entre Leonard, brillant scientifique maniaco-dépressif, qu’elle aime, et Mitchell, étudiant en théologie, persuadé qu’ils sont faits l’un pour l’autre. En un été, au moment de quitter la fac, ils vont devoir faire des choix décisifs, passer de l’adolescence à l’âge adulte. C’est le roman d’une génération, cultivée et idéaliste, un roman d’apprentissage au sujet universel : la relation amoureuse et sa construction sociale. PRIX : 24 euros

l’intime avec beaucoup de retenue, est une ode à la vie. PRIX : 14 euros

Il n’y avait pas de librairie dans le quartier de Montchat lorsque Emmanuelle Barbier-Maître a ouvert la Librairie du Cours, fin 2010. Rapidement, la librairie trouve sa place dans la vie du quartier et y contribue à l’animation culturelle. Librairie généraliste, elle accorde une large place à la littérature et dispose d’un beau rayon jeunesse tenu par Camille. La librairie aime, entre autres, faire connaître les petites maisons d’édition. La Librairie du Cours 83, cours du Docteur Long  •  Lyon 3e  •  Tél. 04 72 12 16 08  •  Du mardi au vendredi de 9 h 30 à 19 h 30 et le samedi de 9 h 30 à 13 h et de 15 h à 18 h 30. 88

EGOLAREVUE  20


notez sortez

Nicolas de Staël, Les Mâts, 1955 Huile sur toile, 195 x 130 cm Collection particulière © collection particulière © ADAGP, Paris 2013

notez, soRTEZ ! Hélène Leclerc, Françoise Malbosc, Charlotte Pidou, Fanny Pincanon

© Stofleth

13 JUIN –> 13 OCT

OPÉRA, SAISON 13-14 Vous êtes encore dans les temps, car la billetterie à l’unité est ouverte depuis le 11 juin seulement ! Serge Dorny présente cette saison sous le thème des “vérités qui dérangent” : ainsi les religieuses du Dialogue des Carmélites, Norma, Simon Boccanegra ou encore Peter Grimes. S’il reste fidèle à des metteurs en scène – Laurent Pelly avec la reprise des Contes d’Hoffmann et Le Comte Ory, une création, ou Yoshi Oida avec une nouvelle production de Peter Grimes –, il s’attache à d’autres pour la première fois : Christophe Honoré, le cinéaste, pour le Dialogue des Carmélites, ou encore David Bösch, jeune metteur en scène à succès en Allemagne, pour Simon Boccanegra. On attendra aussi les collaborations avec Musiques en scène et le festival Britten, pour célébrer son centenaire, dont Peter Grimes  FM

Opéra de Lyon Place de la Comédie  •  Lyon 1er  •  Tél. 04 69 85 54 54 • www.opera-lyon.com

1er SEPTEMBRE

Transatlantiques, traversées de légende De l’étiquette de bagage à l’affiche lithographique grand format, des plaquettes de luxe aux programmes de gala, des menus pour chiens aux journaux imprimés à bord, les grandes compagnies maritimes ont produit un flot d’imprimés très variés pour accompagner le développement de leurs activités. Outre ces imprimés, dont certaines affiches signées de grands artistes, le Musée de l’imprimerie a réuni des maquettes de paquebots, de la vaisselle et divers objets publicitaires. Et aussi, des animations et même une croisière transatlantique à gagner !  FM

90

EGOLAREVUE  20

à Aix-en-Provence et Marseille Cet été, on n’en finit pas de descendre vers le sud ! Conçue comme un diptyque, l’exposition réunit quelque 200 chefsd’œuvre de la peinture entre 1880 et 1950-1960. À partir de deux figures tutélaires de la modernité, Vincent Van Gogh et Paul Cézanne, les œuvres présentées cherchent à expliciter comment le Midi, au sens large, du nord de l’Espagne au nord de l’Italie, avec quelques incursions en Afrique du Nord, a été un fabuleux laboratoire pour l’élaboration de la modernité en peinture. “Je crois donc qu’encore après tout l’art nouveau est dans le Midi” écrivait Van Gogh. La conception de l’exposition en deux lieux permet de montrer la diversité des aspects. Un conseil, pensez au billet couplé !  FM

Musée Granet Place Saint-Jean de Malte  •  Aix-en-Provence  •  Tél. 04 42 52 88 32 Palais Longchamp 22, boulevard Longchamp  •  Marseille  •  Tél. 04 91 55 25 51 Tous les jours de 9h à 19h sauf le jeudi de 12h à 23h renseignements sur http://grandatelierdumidi.com

, JUSQU AU

Musée de l’imprimerie 13, rue de la Poulaillerie  •  Lyon 2e  •  Tél.04 78 37 65 98 www.imprimerie.lyon.fr

Le grand atelier du Midi,


OSEZ AGENCE DE COMMUNICATION /// PRINT + DIGITAL + ÉVÉNEMENT + OBJET /// SIENNEDESIGN.COM


notez sortez

notez, soRTEZ ! , JUSQU AU

31 JUILLET

Opéra, cirque, théâtre, danse et bien sûr musique, les Nuits de Fourvière ont le mérite d’être un festival sinon complet du moins pluridisciplinaire ! Après une ouverture très théâtrale signée Gwénaël Morin puis Patrick Pineau, cette 20e édition promet de belles surprises et des spectacles de qualité. À ne pas manquer le Cirque Plume du 28 juin au 1er août. Les amateurs de jazz bénéficieront de six soirées spéciales, avec, entre autres, le retour de Keith Jarret devenu un habitué du festival. Mais aussi : Sinéad O’Connor, M. et son nouvel album, Salif Keita, IAM, Archive, Patti Smith, Dead Can Dance… bref avec un tel programme “il y a des nuits que vous n’oublierez jamais”.  AD Retrouvez toute la programmation sur www.nuitsdefourviere.com

© Christophe Raynaud de Lage

Les Nuits de Fourvière

© DR

20 –> 26 JUIN © DR

La Sublime Revanche

14 JUIN –> 3 AOûT

Don Quijote de la Mancha prend possession du Fort de Bron Cette année, pour la 14e édition de la biennale du fort de Bron – un événement qui attire près de 15000 spectateurs chaque année – c’est une équipe espagnole qui prend les rennes en revisitant façon loufoque et baroque le chef d’œuvre de Miguel Cervantes : “Don Quichotte”. Cirque, parade de rue, commedia dell’arte, les artistes barcelonais, reconnus internationalement, donneront leur version de cette pièce, adaptée par Adrien Schvarzstein et Esteban Mazer à la direction musicale. On y va en famille.  HL Renseignements, réservations Tél. 04 72 37 92 93 et biennale-fort-de-bron.com

92

EGOLAREVUE  20

C’est l’alchimie superbe des bas résilles, des strass, des paillettes et des plumes en veux-tu en voilà ! C’est aussi un espace clinquant où se mêlent énergiquement théâtre, musique et chant. Où les situations cocasses font écho aux scènes décalées et où l’humour et la dérision défient la vie car la revue de music-hall est avant tout le lieu où la mort est refoulée. En 1973, après avoir été licenciées pour s’être syndiquées, huit danseuses décident de monter leur propre revue, au Soupirail, un cabaret parisien imaginaire. Au travers de leurs numéros, elles finiront par trouver, sinon leurs vraies personnalités, du moins leurs singularités. Car c’est précisément dans cet espace-temps où s’exprime une liberté extravagante, qu’on peut aussi être soi-même. Créé en 2004 au théâtre de la Renaissance par Camille Germser, et après s’être frotté au public parisien du xxe théâtre, le spectacle revient sur Lyon pour notre plus grand plaisir.   AD Les 20, 22, 24, 25 et 26 juin à 20 h Théâtre de la Croix Rousse Place Joannès-Ambre  •  Lyon 4e  •  Tél. 04 72 07 49 49 www.croix-rousse.com


? e c n re fé if d e d s a p z e y o v e n s u Vo C’est normal, elle ne se voit pas.

Soutenez-nous en faisant un don.

Contactez-nous au 04 8 68 11 11 Association L’ENFANT BLEU - ENFANCE MALTRAITÉE - 18 C, rue Songieu 69100 Villeurbanne Vos dons sont déductibles à hauteur de 66 %. Un don de 100 € ne vous coutera que 34 €. Nous comptons sur vous…

www.enfantbleulyon.fr

Crédits photo : © Andrey Arkusha - Création : Agence Esprit des Sens

Parce que la maltraitance n’a pas de visage. Parce que parler peut reconstruire une vie.


notez sortez

notez, soRTEZ !

28 JUIN –> 13 JUILLET Jazz à Vienne

© B. Théry

Blues, gospel, funk, Caraïbes, gipsy, french touch, jazz… C’est LE rendez-vous incontournable de l’été. Avec des concerts programmés de midi à 3 heures du matin, cette 33e édition promet encore une fois de nous faire chavirer. Si la programmation fait la part belle aux artistes de légende (Ben Harper, Kool and the Gang ou encore Santana), elle sait mettre en avant, grâce au RéZZo Focal Jazz à Vienne, une nouvelle génération de musiciens qui écrivent les partitions de demain, tels Guillaume Perret, José James, Chris Dave et Cécile McLorin Salvant. Le festival, qui a aussi pour vocation de découvrir de nouveaux talents, accueille cette année des artistes comme Olivier Gotti, Gérald Clayton ou encore Snarky Puppy. À noter, en ouverture et en accès libre : les 11es victoires du Jazz qui se tiendront le 28 juin à 20 h au Théâtre antique.   AD

Programmation, réservation sur www.jazzavienne.com

23 –> 28 JUILLET 5 JUILLET

En écho au festival de cirque “Les Utopistes” au Théâtre des Célestins, la compagnie Mpta profite d’une ouverture nocturne du musée des Beaux Arts (de 18 h à 22 h) pour investir les lieux le temps de quelques heures. Pendant que les visiteurs déambuleront de salle en salle, quatre artistes, Mathurin Bolze, Yohann Bourgeois, Dimitri Jourde et Line Tormoren, qui n’ont pas levé le voile sur les performances, proposeront une visite inédite des lieux. Vous ne verrez plus le musée de la même façon !   HL Renseignements, réservations Tél. 04 72 37 92 93 et biennale-fort-de-bron.com

© Frederic Montfort

Du cirque au musée des Beaux-Arts

Des légendes au milieu des stars montantes au

Paléo Festival Encore une fois, le Paléo Festival tient ses promesses avec une programmation beaucoup plus rock et électro que les éditions précédentes. Pendant cinq jours et en plein air, Neil Young, Santana, Blur, Arctic Monkeys, Nick Cave, The Smashing Pumpkins, Patrick Bruel,Phoenix, -M-, Tryo, Lou Doillon, Saez, Breakbot, Asaf Avidan, Keny Arkana, Sophie Hunger et bien d’autres artistes se partageront la scène de ce festival made in Suisse. À découvrir aussi, les spectacles de rues, le Village Découverte et l’humoriste chanteur Mickaël Grégorio. La nouveauté ? Seulement un quart de la programmation s’est déjà produit dans la Plaine de l’Asse. Avec ses quelque 23000 festivaliers chaque année, le Paléo est un festival d’été sur lequel il faut aussi compter.   HL

Tout sur la programmation sur www.paleo.ch

94

EGOLAREVUE  20


notez sortez

notez, soRTEZ !

, JUSQU AU

MARC DESGRANDCHAMPS À une heure et demi de Lyon, à peine plus, deux collectionneurs passionnés d’art contemporain, Claudine et Jean-Marc Salomon ont restauré un château du xvie siècle pour y installer leur fondation. Cette année, Marc Desgrandchamps occupe les murs. Reconnaissable à l’expression de ses silhouettes évanescentes et diaphanes ou encore à ses objets fragmentés, son travail promet une expérience visuelle qui interroge notre perception du monde et sa matérialité illusoire. Ces tableaux sont un lieu où quotidien et imaginaire se rencontrent. À l’image de certaines de ses figures hiératiques, le temps y est comme figé, suspendu. Prolongez la visite en vous promenant dans le parc de la fondation au pied des montagnes. Il abrite des sculptures d’artistes de renommée internationale.  AD

Fondation Salomon 191, route du Château  •  74 290 Alex  Tél. 04 50 02 87 52  •  www.fondation-salomon.com

© DR

©Annik Wetter – Marc Desgrandchamps, sans titre 2011, huile sur toile, dyptique, 200 x 300 cm

29 SEPT

29 JUIN –> 24 AOÛT Soirées félines avec Tennessee L’atmosphère orageuse du Mississippi enveloppe les Fêtes nocturnes de Grignan avec l’adaptation de “Chatte sur un toit brûlant” de Tennesse Williams. Claudia Stavisky met en scène la sensuelle Maggie et ses proches dans le décor grandiose du château de Madame de Sévigné. La troupe du théâtre des Célestins s’approprie ce huis clos familial qui décortique les manigances et les passions humaines ; il a valu à l’auteur américain le prix Pulitzer en 1955.  CP

Tél. 04 75 91 83 65  •  chateaux.ladrome.fr

Et encore

© Appolonio, Dinamica circalore

19 –> 22 juin

, Jusqu au 22 juillet

Dynamo, au Grand Palais, Un siècle de lumière et de mouvement dans l’art, 1913 – 2013. 150 artistes sur 3 700 m2. Ça vibre ! www.grandpalais.fr

96

EGOLAREVUE  20

Les invites, 12e édition. Le festival “pas pareil” : gratuit, urbain et décalé, participatif et qui transforme le centre-ville. Avec, cette année, la parade des Grandes Personnes de Boromo, des marionnettes géantes. www.invites.villeurbanne.fr

21 juin –> 24 novembre Modigliani et l’école de Paris à la Fondation Gianadda, en collaboration avec le centre Pompidou. C’est à Martigny, en Suisse. www.gianadda.ch

3 –> 12 juillet

Festival des 7 collines. Cirque, danse, performance, musique, cinéma dans une quinzaine de lieux de Saint-Étienne et son agglomération. www.festivaldes7collines.com

11 –> 14 juillet

Fêtes escales à Vénissieux. 4 jours de concerts et d’animations. Gratuit. Avec, le 14 juillet, l’incontournable “pique-nique républicain” et sa non moins incontournable dictée ! www.ville-venissieux.fr

12 –> 14 juillet

Musilac. À Aix-les-Bains. Rock, électro, découvertes. Sur 3 scènes cette année. www.musilac.com

24 & 25 août

Woodstower au Grand Parc de Miribel Jonage. Musique et arts de la rue. Pour le programme de la 15e édition, il faut attendre encore un peu. À pister sur woodstower.com


embarquement immédiat

EGOLAREVUE 114, quai Pierre-Scize  69005 Lyon Tél. 04 78 29 26 54 www.ego-larevue.com Directrice de la publication & rédactrice en chef Éloïse Girault eg@ego-larevue.com Tél. 06 77 12 11 11 Secrétariat de rédaction Françoise Malbosc fmalbosc.redaction@yahoo.fr Tél. 06 21 30 65 50 Publicité Éloïse Girault, tél. 06 77 12 11 11  –  eg@ego-larevue.com Sacha Legaly, tél. 06 58 76 58 41  –  sacha@ego-larevue.com Rédaction Betty Barth, Claire Blanchard, Anakia Bouzidi, Estelle Coppens, Hassen Djouad, Mel Dreyfus, Romy Esther, Hélène Leclerc, Nicolas Lutzius, Françoise Malbosc, Charlotte Pidou, Audrey Pointet, Fanny Pincanon.

Direction artistique Conception / Réalisation Sienne Design 56, av. Jean-Jaurès  69200 Vénissieux Tél. 04 72 90 87 87 Fax. 04 72 90 87 92 www.siennedesign.com Impression Imprimerie Chirat 42540 Saint-Just-la-Pendue Le papier Hannoart Silk a reçu l’homologation du FSC (Forest Stewarship Council). Le bois utilisé pour fabriquer ce papier est issu de forêts gérées de manière durable et équitable.

En septembre EGOLAREVUE , le site EN ATTENDANT, RETROUVEZ

EGOLAREVUE est une revue trimestrielle éditée par les Éditions Rosely Capital de 10 000 € RCS Lyon 500 646 039 ISSN 1964-8871 Numéro 19  printemps 2013 Dépôt légal  2013

EGOLAREVUE SUR FACEBOOK

www.facebook.com/EGOLAREVUE SUR TWITTER  https://twitter.com/egolarevue SUR PINTEREST  http://pinterest.com/egolarevue/

98

EGOLAREVUE  20

La reproduction même partielle des articles et illustrations publiés dans EGOLAREVUE est interdite

Production photos Didier Michalet & Karen Firdmann, DMKF Marine Palayer-Scappaticci


20

NUMÉRO VINGT

ÉTÉ

LYON – FRANCE

ÉTÉ • 2013

2013

EGOLAREVUE

20

X X

• www.ego-larevue.com

EGO LA REVUE n°20  

Hé oui, vous avez le 20e numéro en mains ! Ce chiffre 20 nous a d’abord impressionnées. Nous étions fiers et jeunes. Fiers, d’être déjà dans...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you