Page 1


8 400 fans qui nous suivent 4 000 lecteurs par numĂŠro

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 2


Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 3


CONCOURS SHOOTING MAG

Thème du mois : Photo de Nuit Pascal Delens www.pascaldelens.com contact@pascaldelens.com Merci aux participants et rendez-vous au prochain concours... alors c’est quoi comme thème pour le mois prochain ?

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 4


CONCOURS SHOOTING MAG NOUVEAU Le gagnant de chaque concours gagnera une page de publicité de format A4 dans Shooting Mag en cet emplamcenent Pascal gagne une page de publicité format A4 dans notre prochain magazine Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 5


DANS CE NUMERO

couverture réalisée par Da Cancaro Manuel Eva LESALON Directrice et Rédactice en chef http://evalesalon.4ormat.com Florent VASSOGNE Rédacteur et Correcteur www.efelo.book.fr Paul-André PIERRON Rédacteur Matériel www.pixeleditionphoto.fr Sophia MEZIERES Rédactrice Astrologue Conseil http://sophia-mezieres.overblog.com Jérôme RETRU Rédacteur Technique Photo www.jerome-retru.com Olivier BARRE Rédacteur www.barre-olivier.com http://barreolivier.4ormat.com

www.magshooting.com


SOMMAIRE

N° 24 DECEMBRE 2011

EDITO Pour notre numéro de fin d’année nous avons souhaité aborder le sujet du vol d’image. En effet, vous êtes malheureusement de plus en plus nombreux à être victimes de ce fléau. Cette fin d’année méritait également un gentil petit coup de gueule (La Rubrique d’Eva). Notre rédactrice en chef s’est inspirée de vos mails envoyés tout au long de l’année à la rédac pour dire tout fort ce que vous tous pensez tout bas. Elle est en quelque sorte votre porte-parole. Enfin, pour finir l’année en beauté, nos interviews photographes ainsi que de belles découvertes que nous avons plaisir à vous présenter. On se retrouve l’an prochain pour un nouveau numéro ?

Coup de Coeur : Marc Dubord......................p06

SOMMAIRE Edito ................................................................................. Page 07 Coup de Coeur ................................................................ Page 08 10 minutes avec ................................................................. Page 18 Technique Photo ............................................................. Page 27

Toute notre équipe vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année ! Artistiquement,

Portrait du Mois ................................................................. Page 33 Carnets Photos ................................................................. Page 48 Rubrique d’Eva ................................................................ Page 53

L’équipe de Shooting mag !

Le matériel ......................................................................... Page 63 Droits et Devoirs. ............................................................. Page 71 Jeune Talent ....................................................................... Page 80 Reportage du Mois ........................................................... Page 90 L’invité du Mois ................................................................ Page 100 Photoscope ..................................................................... Page 114

Toute reproduction des textes, photos, graphismes publiés dans ce magazine est interdite. Les documents transmis impliquent l’accord de l’auteur pour publication. Nous ne sommes pas tenus responsables du contenu des informations publiées dans ce numéro.

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 7


Coup d e C oeu r Eva Lesalon Directrice et Rédactrice en chef

M a r c D u b o r d Photographe - Retoucheur - Bonjour Marc, photographe c’est

ton métier ou bien est-ce un hobby pour toi ? Photographe, c’est mon métier et mon hobby parce que je l’ai choisi après avoir fait d’autres choses professionnellement. - Parle-moi un peu de ton parcours. Ouh là ! Enfant j’étais ... Bon, je vais passer quelques étapes là. Athlète de haut niveau et éducateur sportif de formation je suis devenu ensuite chef de projet associatif, formateur, coordinateur de formation, puis directeur de centre de formation professionnelle et, enfin, retoucheur

d’image et photographe. Voilà en gros ! Au final, je suis passé de plein de muscles à plein de muscles au repos ! - Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de la photo ? Le plaisir de figer l’instantané, de rencontrer des gens, de raconter des histoires, de créer des rêves en réalité ! De remplacer mes maigres compétences de peintre par des images enfin dignes de ce que je voulais faire… Enfin presque ! - As-tu un photographe de prédilection ?

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 8


Il y en a plein mais s’il ne devait en rester qu’un, ce serait WitKin. - Quel type de photos aimes ou aimerais-tu faire ? J’aime tous les styles de photos !

- Quel matériel utilises-tu ? Un vieux 6/6 Rolleiflex, un EOS 5 donné par un pote, quelques polaroids dont un 190, d’autres trucs anciens achetés dans des braderies et mon ordinateur poussif à pédales pour faire tourner Toshop !

J’aimerais faire : - Des nus puissants et forts faits avec rien (la nudité), un truc qui parle, qui génère une émotion et un sentiment qui bouleversent.

- D’après toi, quelles sont les qualités qui sont demandées pour être un bon photographe ?

- De beaux portraits.

Humilité et respect des autres… Courage et persévérance… Volonté et engagement, etc.

- Des images de groupes avec pleins de décors, de fringues de ouf et de makeup coiffure déjantés mais il faut que je me calme là !

- Serais-tu prêt à travailler gratuitement en échange de publicité ?

- Comment se passe une séance photo avec toi ? Comme ça peut… Comme ça veut… Mais naturellement, je pense entre café, clope, cuisine et véranda ! - Comment modèles ?

sélectionnes-tu

Cela dépend pour qui, pour quoi et pourquoi. Si demain on me demande de donner des images pour une cause juste, faut voir. Quand l’idée est bonne, on fait des fois des gestes un peu fous ! - Comment gères-tu ton activité de photographe vis-à-vis de tes proches ?

tes

Je ne sélectionne pas trop ! Enfin si, mais je ne sais pas comment. Pas sur le physique, pas sur l’allure. Au feeling et parfois au porte-monnaie, il faut bien que je mange aussi, comme tout le monde ! Disons que l’on doit un peu sélectionner dans le cadre de projets professionnels, moins pour des projets personnels et pas du tout pour des projets autres !

Avec eux et pour eux, disons que mes proches participent. Matëo, mon fils, pose. Bob, mon chien, aussi. Isabelle participe comme makeup, styliste, et assure la coordination sur de gros shoots. Bref, j’ai de la chance. - La photographie est-elle pour toi une sorte de thérapie ? Euh attends, je m’allonge. Cela m’étonnerait, mais je dois appeler mon psy pour lui demander… Disons qu’il y a surement un peu de ça pour

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 13


une toute petite part, mais vu certaines productions, il faut impérativement me réserver une chambre en hôpital psychiatrique, à l’isolement !

part, ça m’étonnerait. Enfin, on est jamais sur de rien en fait, mais je n’en ai pas conscience… Alors, c’est grave docteur ?

Disons que je crois que comme dans tout, la création a une part psychologique. Mais de thérapie, pour ma

- Oui Marc, c’est grave (rire).

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 14


h t t p : / / w w w. m a r c d u b o r d . c o m h t t p : / / r e t o u c h e u r. n e t

Coup d e C oeu r

- Quel a été le moment le plus embarrassant depuis que tu pratiques la photographie ?

plouc.

Une panne d’appareil, un oubli de pile, un oubli de carte le jour où il ne faut pas, ou bien encore le truc genre tu shootes, tu shootes, et tu dis “ ah excuse, j’ai oublié de mettre une carte mémoire (rire). “

Une maison !

- Si tu étais invisible une journée, quelle serait la première chose que tu ferais ?

- Quel est ton achat le plus cher ?

- Ta maison brûle, quel objet sauvestu en premier ? Je ne sais pas ! Curieusement surement mon sac et les clefs de bagnole (rire) ! - Merci,

M’habiller ! Histoire que les gens ne se cognent pas sans cesse sur moi ! - Qu’est ce que tu aimes le moins chez toi ? Mes blagues à deux balles de vieux ! Mon sens subtil de l’habillement genre Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 17


10 M i n u tes a v ec . . .

Eva Lesalon Directrice et Rédactrice en chef

V l a d Va n d e r k e l e n P h o t o g r a p h e - w w w. v l a d v d k . b e - Bonjour, photographe c’est ton métier ou bien est-ce un hobby pour toi ?

C’est mon métier.

Quand j’étais jeune, mon père prenait constamment la famille en photo. Un jour, j’ai voulu essayé et depuis, je ne quitte plus mon appareil photo.

- Parle-moi un peu de ton parcours.

- As-tu un photographe de prédilection ?

J’ai commencé la photographie en 2006 en intégrant l’IN.RA.CI (école basée à Bruxelles). Je suis sorti diplômé en 2009 en tant que photographe. Depuis, je ne cesse de faire des photos et de faire plaisir aux gens en leur offrant du souvenir et du plaisir via mes clichés.

Il y en a une qui m’inspire énormément depuis que j’ai commencé la photo, c’est Antonella Arismendi.

- Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de la photo ?

- Quel type de photos aimes ou aimerais-tu faire ?

J’aime énormément le contact avec les gens, j’ai besoin de le concrétiser en photo avec une interaction qui se passe avec le modèle.

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 18


J’adore le portrait et j’aime de plus en plus m’investir davantage sur des mises en scène.

- Comment gères-tu ton activité de photographe vis-à-vis de tes proches ?

- Comment se passe une séance photo avec toi ?

Assez bien, je distingue le boulot professionnel et la famille.

Beaucoup de fun, on se marre beaucoup. Je sais ce que je veux, je discute avec la/le modèle pour savoir si ce que je fais lui convient et on continue jusqu’à ce que la séance se termine. Un shooting est vraiment une partie de plaisir !

- La photographie est-elle pour toi une sorte de thérapie ?

- Comment modèles ?

sélectionnes-tu

tes

Mon choix est fort simple, j’ai une idée bien précise en tête et je la concrétise en faisant un casting de la personne qui conviendrait le mieux pour la séance.

Oh que oui, c’est un pur instant de bonheur, c’est le pied. Je n’échangerais ça pour rien au monde ! - Quel a été le moment le plus embarrassant depuis que tu pratiques la photographie ?

Les personnes irrespectueuses qui insultent les modèles et amies qui posent durant la séance dans les espaces publiques.

- Quel matériel utilises-tu ?

- Si tu étais invisible une journée, quelle serait la première chose que tu ferais ?

Un Canon EOS 50D avec le 50 mm 1.4 CANON.

J’irais suivre Annie Liebovitz pour apprendre sur son travail.

- D’après toi, quelles sont les qualités qui sont demandées pour être un bon photographe ?

- Qu’est ce que tu aimes le moins chez toi ?

Anticiper et être attentif. Mais le plus important : être toujours joyeux et communiquer le sourire aux autres. C’est vraiment ce qui permet de capter le naturel chez les gens, de les détendre pour tirer le meilleur de la séance. - Serais-tu prêt à travailler gratuitement en échange de publicité ?

Si c’est physique je dirais mon nez, sinon si c’est une aptitude… Je suis un peu trop impulsif, j’adore le contact et parfois ça peut gêner les modèles quand elles sont timides. Mais ça s’arrange toujours à la fin. - Quel est ton achat le plus cher ?

Mon matériel actuel.

Non, plus maintenant. Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 21


- Ta maison brûle, quel objet sauves-tu en premier ?

Aucun objet, les personnes qui s’y trouvent seulement. Merci,

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 26

w w w. v l a d v d k . b e

Vlad Vanderkelen

10 M i n u tes a v ec . . .


T e chn i que P ho to s

Jérôme Retru Rédacteur Technique

D e l a c o u l e u r. . . ...au noir et blanc w w w. j e r o m e - r e t r u . c o m Comment convertir une image en Noir et Blanc dans Photoshop sans perdre sur la qualité de l’image couleur. Si vous souhaitez convertir une image couleur en noir et blanc, il est déconseillé de passer par la commande : « désaturation » outil simple mais qui dénature votre image et dans certains cas fait perdre tout le modelé de celleci sans possibilité de récupération. Je vous conseille donc une autre méthode guère plus compliquée mais surtout beaucoup plus « sympathique » quand au rendu final. Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 27


Ouvrez votre image dans Photoshop. Dupliquez l’image dans la palette des calques. Il portera le nom de « Arrière plan copie »

Ensuite, choisissez dans les calques de réglages (icône bas de palette des calques) le calque de réglage portant le nom de « Noir et blanc ».

Il ne vous reste plus qu’à jouer sur les curseurs de la palette des couleurs pour adapter votre noir et blanc et lui donner le rendu que vous souhaitez.

Une fois cette opération effectuée, vous pouvez jouer sur l’opacité de votre calque N&B pour trouver une éventuelle proposition dite « intermédiaire » entre la « pleine » couleur et le noir et blanc. Ici, à titre d’exemple, j’ai choisi de vous monter une image avec une opacité de 50% Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 28


Une fois ce choix définit, vous pourrez aplatir votre calque pour alléger votre image. Ou bien, poursuivre vos travaux en ajoutant par exemple un vignetage à votre image afin de guider la lecture de celle-ci. Afin de ne pas perdre les étapes précédentes, dans ce cas, je vous propose de ne pas aplatir votre image mais plutôt de créer une « nouvelle base de départ » tout en conservant le travail déjà effectué. Pour ce faire, CTRL+MAJ+ALT+E (PC) ou MAJ+ALT+CMD+E (MAC) afin d’établir ce regroupement de calques sans rien écraser. Ensuite, dans les filtres proposés par Photoshop, il faudra sélectionner l’option correction d’objectif / déformation. Puis dans la boite de dialogue qui s’ouvrira à vous, il faudra vous rendre sur la ligne « vignette ». Vous trouverez alors deux petits curseurs qui vous permettront de définir aussi bien la quantité que la force du vignetage que vous souhaitez adopter. A ce stade, il n’appartient plus qu’à vous de régler l’effet sur votre cliché. Enfin, après validation, vous pourrez gérer l’effet du vignetage en jouant sur l’opacité du claque comme nous l’avons fait plus haut avec la couleur.

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 29


www.jerome-retru.com

Jérôme Retru

T e chn i que P ho to s

Voilà à vous de jouer avec images… faites nous de belles propositions pour remplir shooting mag avec des Noirs et blancs du plus bel effet.

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 31


Por t rai t d u Mois Eva Lesalon Directrice et Rédactrice en chef

Remy Perthuisot P h o t o g r a p h e - h t t p : / / w w w. r e m y p e r t h u i s o t . c o m

- Bonjour Remy, photographe c’est ton métier ou bien est-ce un hobby pour toi ? Bonjour Eva, la photographie est maintenant mon métier depuis quelques années, mais c’est avant tout une passion. J’ai la très grande chance de pouvoir vivre d’une passion. - Parle- moi un peu de ton parcours. Il est, je pense, comme un certain nombre de personnes que j’ai pu rencontrer dans ce métier, assez particulier. Du point de vue de mes études, j’ai fait un double cursus : sciences et sciences humaines. J’ai surtout « poussé » le

côté sciences humaines. J’ai plusieurs diplômes en histoire de l’art contemporaine et je suis spécialisé en histoire de la photographie. D’un point de vue « pratique », comme la photographie était une passion, qu’à aucun moment d’ailleurs je n’imaginais exercer comme métier, je me suis formé de manière autodidacte. Mais j’ai toujours côtoyé des photographes, soit des amis en école, soit en club ou encore dans le milieu artistique parisien durant mes études. Ces rencontres m’ont beaucoup apporté d’un point de vue technique.

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 33


- Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de la photo ? C’est une très longue histoire. Quand j’étais tout petit, j’aimais beaucoup dessiner et peindre. Les arts ont toujours été une passion. Ils sont le meilleur moyen que je connaisse de s’ouvrir l’esprit à d’autres choses, d’autres cultures, d’autres manières de voir le monde, de le comprendre et de le percevoir. Chaque œuvre raconte une histoire, grande ou petite. C’est quelque chose qui m’a toujours fasciné et qui me fascine encore. Si bien qu’enfant, je me suis dit que j’aimerais bien, moi aussi, un jour, être capable de raconter des histoires. C’est pour des raisons économiques que je ne me suis mis que tardivement à la photo : à la fin du lycée, après avoir travaillé tout un été pour acheter un appareil (argentique à l’époque, c’était dans les années 90). Et là, c’est le coup de foudre, j’ai l’impression que d’un coup, écrire et raconter des histoires me paraissait beaucoup plus simple avec ce médium. Mais, comme je le disais précédemment, pas avec l’envie d’en faire un métier. Une passion ça me suffisait. Il y a quelques années, j’ai eu la chance d’être repéré suite à certains travaux sur les sports artistiques et quelques portraits, et j’ai décidé, devant l’afflux de commandes, de passer le cap et d’en faire un métier. J’ai beaucoup travaillé depuis et je travaille encore beaucoup pour affiner mes modes d’expression, ma tech-


nique, la cohérence de mes travaux personnels... - As-tu un photographe de prédilection ? Pas vraiment. Il y a des artistes que j’aime beaucoup, mais ils sont vraiment nombreux, et pas que des photographes. J’aurais bien du mal à citer un artiste en particulier tant il y en a que j’adore, toutes époques confondues, même si je suis avant tout plus porté sur le XIXe et le XXe. - Quel type de photos aimes ou aimerais-tu faire ? Les portraits, les mises en scène en premier lieu. Mais dernièrement, à travers un certain nombre de rencontres, je me suis beaucoup rapproché du milieu de la danse, c’est aussi quelque chose qui me fascine depuis très longtemps. J’ai

quelques projets en cours et j’aimerais beaucoup développer le rapport à cet art, aux gestes dansés et à l’expression corporelle dans mes travaux. - Comment se passe une séance photo avec toi ? Et bien, ça se passe très bien ! Sans rire, en général c’est un très bon moment d’échanges et de partage. Une séance photo est souvent synonyme de fous rires, de bavardages. Je pars du principe que si tout le monde se sent bien, comprend et partage le projet, est mis en confiance, les images que l’on fera ne peuvent être que réussies. Je prépare en amont les modèles généralement. On se rencontre pour discuter et on fait une petite séance test. Quand il s’agit de commandes avec des personnes que je ne connais pas, dans un lieu inconnu et à une heure donnée, j’essaie quand même de prendre le temps d’instaurer ce dialogue,


d’écouter, d’expliquer comment je fonctionne et de prendre en compte le ressenti de mes interlocuteurs. C’est important. - Comment modèles ?

sélectionnes-tu

tes

Pour les commandes pros, il n’y a pas forcément le choix. Mais je vais répondre pour mes projets personnels. Dans beaucoup de choses que je fais, j’aime prendre le temps, si bien que lorsque que je rencontre des modèles avec qui je me sens bien, et qu’il y a un vrai partage, de vrais échanges, j’ai tendance à travailler très longtemps avec. Une complicité s’installe, un partage de sensibilité, des idées, et petit à petit les projets et les portraits gagnent en profondeur. Au début, je travaillais avec des amies, puis des amies d’amies, ou des recommandations. Parfois, quand j’ai un coup de cœur ou que le profil est très intéressant, je réponds à des demandes que l’on m’envoie et si le test et le contact sont concluants, une collaboration démarre. Très rarement, il m’arrive aussi de contacter directement certaines personnes, parce qu’un détail, une phrase, une série d’images me plaît plus qu’une autre, ou parce que j’ai une idée précise en tête, que la personne ait d’ailleurs de l’expérience ou non. J’en profite d’ailleurs pour remercier ceux qui m’entourent et avec qui je travaille ou bien j’ai travaillé. Chaque rencontre aboutie m’a toujours apporté et m’apporte son petit lot d’expériences

enrichissantes. De la même manière, on pourrait me demander comment je choisis mes maquilleuses, les stylistes pour les projets artistiques, les coiffeuses etc. Je fonctionne toujours pareil : partage et sensibilité avant tout. Merci à tout ces gens qui me côtoient dans mon travail et merci aux modèles proches qui sont maintenant avant tout des amies, mon assistante et ceux qui soutiennent certains projets. - Quel matériel utilises-tu ? Des boîtiers Canon essentiellement (5D / 7D) et des objectifs série L. Ce n’est vraiment pas par fanatisme envers une marque mais parce quand on commence avec une marque, économiquement ce n’est pas forcément évident de tout changer d’un coup. Et je suis assez satisfait de mes outils. Pour l’argentique - je m’y remets de temps en temps avec plaisir – j’utilise une chambre Lubitel 6x6, un vieux reflex Canon ainsi qu’un un vieux Vivitar et des objectifs fixes. J’ai des projets polaroids pour plus tard, avec un appareil que j’ai redécouvert dans mes placards. Et du point de vue logiciel : Photoshop et Lightroom. - D’après toi, quelles sont les qualités qui sont demandées pour être un bon photographe ? La patience, le travail, un esprit d’ouverture (sans jeu de mot), un très bon sens de l’observation, une grande sensibilité aux choses et aux gens et pour les portraitistes une vraie bonne dose de psychologie et de respect.


- Serais-tu prêt à travailler gratuitement en échange de publicité ? Il m’arrive régulièrement de le faire oui. - Comment gères-tu ton activité de photographe vis-à-vis de tes proches ?

Très bien. - La photographie est-elle pour toi une sorte de thérapie ?

C’est un des grand mythes de l’histoire de l’art ça : est-ce que l’art est une thérapie, un moyen de stabiliser, d’équilibrer ou de consolider quelque chose ? Ou bien tout son contraire, un moyen de chercher à rompre l’équilibre juste-

ment, de plonger encore plus profondément à la recherches de ses craintes de ses obsessions, de mettre à mal sa propre capacité de perception et de réflexion ? Un peu des deux selon les moments je pense. - Quel a été le moment le plus embarrassant depuis que tu pratiques la photographie ?

J’ai réussi à oublier mon boîtier pour une séance chez une amie styliste un jour. J’avais tout le reste, mais pas de boîtier. Ça ne fait pas très sérieux sur le coup ! - Si tu étais invisible une journée, quelle serait la première chose que tu ferais ?

Chercher un moyen de redevenir visi-

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 41


ble pour ne pas faire peur aux gens que j’aime. - Qu’est ce que tu aimes le moins chez toi ?

Mon sens du rangement. - Quel est ton achat le plus cher ?

Sans doute du matériel photo… - Ta maison brûle, quel objet sauves-tu en premier ?

Contre toute attente, ma guitare ! Merci,

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 46

h t t p : / / w w w. r e m y p e r t h u i s o t . c o m

Remy Perthuisot

Por t rai t d u Mois


Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 47


C ar n et s P ho to s

Florent Vassogne Rédacteur & Correcteur

Chapitre XIII

Le passé a de l’avenir Quitte à paraître un tantinet nostalgique, j’avais évoqué la fois dernière, ce retour aux sources opéré par la création photographique actuelle, tant du point de vue technique, que du point de vue de l’inspiration.

Réflexion parfaitement applicable en arts. La chose n’est donc pas étonnante en photographie. Nous le vivons également en musique ou l’époque actuelle – par manque d’inspiration ? - aime à puiser au risque de s’user dans ses références passées.

L’esprit « vintage » n’a jamais été autant présent parmi la nouvelle génération de jeunes photographes, dont Shooting vous offre, mois après mois, quelques portraits. Pourquoi de jeunes photographes, âgés parfois de moins de 20 ans, s’identifient-ils à ce point à un univers graphique baigné d’une ambiance fleurant bon l’esprit libertaire des sixties, du refus de tout code graphique académique, et d’une certaine nonchalance emprunte de rêverie ?

L’affaire est probablement plus complexe qu’il n’y paraît. L’explosion des réseaux sociaux, véritables vecteurs de ces nouvelles créations, va de pair avec l’expression d’une individualité à fleur de peau, ou plus exactement une exaltation du « Je », du « Moi » créatif. Chacun veut crier et exposer au monde son univers personnel, sa vision, forcément différente, de celle du voisin. S’exposer…

Comme le disait Anaxagore, bien avant Lavoisier, « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau. »

Avec les dangers qui vont avec dans cette mondialisation des idées, au risque de s’y dissoudre corps et biens. Les idéaux des uns, côtoient les cau-

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 48


chemars imagés des autres, mais tous expriment un violent rejet du code, du dogme, et portent aux nues un certain exotisme teinté de fantastique, parfois morbide, souvent porteur de rêves. Tout ceci porte un nom. Syndrome d’une société qui ne croit plus guère en son avenir et dont les sentiments sont exacerbés… Tel que l’ont vécu les artistes du XIXème. Le romantisme.

Toute cette jeune génération de créateurs est profondément romantique. Au sens premier du terme. Il ne s’agit pas ici de fleur bleue… Mais d’un cri existentiel qui ne trouve guère d’écho dans notre société pré-apocalyptique. Tendons leur une oreille attentive. Allez donc faire un petit tour sur la page de Panic-prOne par exemple, où la magie de la jeune (16 ans !) Auriane

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 50


illustre parfaitement l’esprit créatif de cette nouvelle génération. http://www.facebook.com/pages/Panic-pr0ne/279095269546 Assez logiquement, cet esprit Romantique 2.0, côtoie merveilleusement bien ce que j’évoquais la dernière fois sur le plan de la technique photo elle-même. Un retour aux sources, ou bien une in-

souciance totale vis-à-vis du matériel… Les compacts, voire smartphones, deviennent hautement créatifs au nez et à la barbe des mastodontes sur-pixellisés des studios… Seule compte la photo finale, peu importe les voies empruntées. Ce refus, parfois violent, de la surtechnicité aliénante de nos appareils s’accompagne également de

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 51


l’exhumation de procédés ancestraux remis au goût du jour. Tapotez « sténopé » ou « pinhole camera » dans votre moteur favori et vous serez surpris par la popularité grandissante de cette « vieille » technique photographique. Un petit tour par http://diyphotography.net/ vous montrera également que la photographie est une vraie ruche qui fourmille (pardonnez moi ce jeu de mots) d’idées où le fait-maison est roi. Bref, nous sommes tous des romantiques. Avec des envies de révolution dans les yeux… mais du désespoir dans le cœur.

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 52

http://www.efelo.book.fr

Florent Vassogne

C ar n et s P ho to s


R ub ri q ue d’E v a Eva Lesalon Directrice et Rédactrice en chef

Le social network... ...et ses tribulations Bon puisque nous sommes tous sur Facebook, parlons un peu de Facebook. Je vous vois venir de loin… Oui, oui, vous là bas ! Ne me dites pas que vous n’y êtes pas car tout le monde est sur Facebook. Même ceux qui ne l’aiment pas !

Les amis, vous n’allez pas en croire vos oreilles ! On voit de tout ! Il y a ceux qui annoncent gagner de l’argent avec les petites agences de Province. Ben ils ont bien de la chance car on sait bien que rares sont les agences qui paient encore de nos jours.

Pourquoi y reste-t-on dans ce cas, si on n’aime pas ce réseau dit “ social “ ? Et qui dit social dit “ relations humaines “. Et je dois dire que les relations humaines chez les photographes, ce n’est pas très jojo.

Ah des photographes elles en veulent les agences, mais en collaborations uniquement ! Ce qui signifie que vous pouvez piocher dans leurs rayons toutes les mannequins que vous souhaitez, vous leur faites des photos gratos et puis c’est tout. Ah non j’oubliais : estimez-vous heureux, cela vous fait de la pub !

Alors que peut-on voir sur les pages des photographes et de ceux qui ont écrit à côté de leur nom “ photographe “ parce qu’ils ont acheté un reflex ?

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 53


On trouve aussi énormément (et même plus j’vous dis !) d’international photographers. Bon sur ce coup là, je ne dirai rien car moi-même domiciliée à Lille, j’ai 15 km à faire avec mes modèles pour shooter à l’étranger. Et puis Facebook étant mondial hein, on devrait tous préciser que nous sommes « international ». En anglais, bien entendu, car c’est la langue universelle bien que je dois l’admettre, avec le mal que l’on se donne pour décrypter certains statuts, on devrait dans un premier temps essayer de réviser notre propre langue. Il y a aussi ceux qui crament toutes leurs photos et parfois scalpent les têtes de ces pauvres mannequins (qui

pourtant ont un cerveau) mais certifient réaliser des tests d’agences et ramasser du fric avec ça... Ok, c’est génial, mais je veux bien que l’on me donne le nom de l’agence qui paie pour de telles bouses. Moi aussi j’veux de la tune ! Allez, à ceux là, on va leur demander gentiment de cesser de nous prendre pour des cons. Vous êtes bien mignons mais renseignez-vous auprès des vrais professionnels, ils vous expliqueront ce qu’est un test d’agence.

On comprend bien qu’avoir une centaine de “ j’aime “ sur une photo c’est bon pour l’égo mais dites-vous que c’est meilleur pour l’orgueil d’avoir peu de j’aime de la part de professionnels plutôt qu’une centaine de gens

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 54


médiocres dont le niveau est tout aussi minable.

d’endroits... Qui n’existent pas. Bon, on n’a peut être pas bien cherché non plus, mais quand les responsables des Ensuite, il y a les chanceux qui ont salles vous affirment haut et fort n’avoir une liste interminable de “ commandes jamais entendu parler de la dite exposid’édito “ de la part de magazines web tion on se sent ... Comment dire ? Con. gratuits (donc avec zéro budget). Sur ce coup là, avec les collègues, on a Oh et puis j’oubliais ceux qui ont un aussi cherché à comprendre. Ben oui agenda encore plus rempli que celui de quoi, nous aussi à la rédac de Shooting Demarchelier (que j’adore entre autres) mag on aimerait vous payer pour des mais qui trouvent malgré tout le temps éditos. Alors tenez vous bien, on a eu d’être sur FB 20h sur 24. Ahhh mais beau chercher, tout retourner dans tous c’est parce qu’ils ont des assistants ? les sens... Y a pas de sousous à la clé, il Ok, ok, autant pour moi. n’y a que du bluff. Mais pour eux c’est Bien entendu, sur FB, tout le monde stratégique. Ah bon ? (ou presque) s’inspire de Vogue ou de En fouillant bien dans les fins fonds Elle, donc tout le monde (ou presque) de Facebook, on trouve également fait les mêmes photos. Comme dirait des gens qui ont exposé dans plein l’autre “ tout ce que je fais, mon âne Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 60


le refait “. Mais c’est de l’art et eux ne sont que des artistes incompris… Les pauvres. Trop dure la vie d’artiste n’est ce pas ? Ceci dit on se marre bien quand même avec tout ça, c’est déjà une bonne chose non ? Et je tiens à vous rassurer, il y a quand même sur ce fabuleux réseau des gens vrais, qui font des photographies à tomber par terre ! Fort heureusement et c’est pour ces raisons là que l’on reste sur FB. Tout n’est pas négatif. Et n’allez pas vous imaginer que je ne vous aime pas car bien au contraire : je vous adore mes amis !

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 61

http://evalesalon.4ormat.com

Eva Lesalon

R ub ri q ue d’E v a


Votre publicité sur Shooting-Mag ! Communiquer sur le magazine , c’est une visibilité auprès de modèles, photographes (amateurs et professionnels), stylistes et toutes autres personnes dans le monde de la photographie.

Shooting Mag c’est

Mais aussi

* Une équipe de 6 personnes

* Plus de 8 500 fans sur Facebook

* Un magazine en ligne en libre lecture

* Plus de 10 000 pages lues par mois

* Un site internet se développant

*Plus de 3 500 visiteurs par mois

*Plus de 4 000 lecteurs pour chaque numéro

* Un concours mensuel

Pour toutes informations compémentaires ,

shooting.annonceur@gmail.com ou sur le site internet

www.magshooting.com •

62

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 62


Le Ma té r ie l Paul Pierron Rédacteur Matériel

Ce mois-ci vous n’aurez pas les comparatifs promis suite à un incident technique, mais j’ai vite rebondi sur une actualité haute en couleurs, ce qui, j’avoue, nous change un peu ! Je vous présente le nouveau navire amiral de chez CANON, à savoir sa majesté l’EOS-1Dx. Revirement de situation chez les rouges : arrêt de la courses aux pixels. En effet, CANON démontre que ce n’est pas la quantité de mégapixels qui fait un appareil d’exception. Une copie revue et corrigée des deux modèles phares du constructeur réunis en un seul et unique appareil. Quelle sera la réponse de NIKON dans le futur ? J’aborde rapidement le SONY alpha 77, la nouvelle bombe équipée d’un capteur APSC de 24.3 mégapixels et doté d’un viseur électronique ! Sony fait le choix délibéré d’une technique qui ne plaira pas à tous le monde ... Il n’en demeure pas moins que l’appareil est tout à fait à la hauteur du CANON 7D, la référence du moment ! Nous verrons aussi le nouveau POLAROID GL30 né de la collaboration de la marque avec Lady Gaga, un futur SX70 ? On peut dors et déjà dire que la machine est superbe et tendance, mais qu’en est-il du fameux rendu pola sur les

imprimantes dédiées ? Apparemment le département commercial assure une réelle évolution sur le système zéro Ink. Du côté de chez NIKON nous reluquerons la bonne affaire du moment, le NIKKOR AF-S 50 mm f/1,8G, un objectif très alléchant et ce qui ne gâche rien, abordable et ayant des performances optiques de premier choix ! A la suite un coup d’œil sur le bébé de chez CANON qui devrait faire frémir EPSON sur le terrain ou il règne en maître, la nouvelle imprimante PIXMA Pro 1, un monstre de technicité qui devrait ravir les amoureux de l’image sur beaux papiers ! Du côté technologie, LYTRO ou la concrétisation d’un projet totalement futuriste, bilan mitigé, mais attention, ils n’en sont qu’à leur premier coup d’essai ! Pour finir, le carnet de l’occasion argentique, avec un appareil confidentiel mais qui vaut vraiment le détour, le CANON EOS RT et en clôture de la rubrique, le nouveau film KODAK Professionnal PORTRA 400.

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 63


Du lourd : Le CANON EOS1-DX La famille Canon EOS-1D était coupée en deux : les “1D”, sportifs, à la définition raisonnable et au capteur 19x28 mm, et les “1Ds”, plus orientés studio, moins vifs mais proposant les capteurs 24x36 mm, les plus définis du format. Changement d’orientation : le nouvel EOS1DX propose la rapidité de l’un et le capteur 24x36 de l’autre.

Canon et Nikon étaient d’accord : le marché pro se divise en deux. D’un côté, les utilisateurs qui font de la reprographie, de la photo de décoration, du mariage, qui ont besoin de la plus grande définition possible ; pour eux, les EOS-1Ds Mk II (21 Mpx) et D3X (24 Mpx).

De l’autre côté, les reporters et photographes sportifs, qui ont besoin de ramener des documents en toute circonstance, même de nuit, et avec la plus haute rafale possible. Pour eux, les EOS-1D Mk IV (10 im/s) et D3s (9 im/s) étaient les outils idéaux, photographiant jusqu’à 102 400 ISO. Canon fusionne pourtant les deux lignées, avec le nouvel EOS-1DX.

qui lui offre la détection de visages, pour la première fois sur un appareil à visée optique. Elle est couplée au système autofocus, qui grimpe à 61 collimateurs dont 41 en croix : c’est là encore une grosse avancée, Canon prenant la main sur le système Nikon, référence depuis la sortie du... D300 ! Le système autofocus retrouve en outre tous les modes avancés vus sur l’EOS 7D (choix de la taille des zones, groupement de collimateurs, suivi plus ou moins rapide), avec enfin, un menu dédié et des réglages un peu plus clairs !

Celui-ci se contente de 18 Mpx, ce qui ne manquera pas de perturber les possesseurs d’EOS-1Ds Mk III... et de réjouir ceux d’EOS 5D Mk II : avec ses 21 Mpx, leur boî- L’ergonomie évolue également tier aura donc plus de pixels que le dans le bon sens, les boutons pernouveau reflex pro de la marque ! sonnalisés de la face avant et le joystick de la face arrière étant déPour le reste, l’EOS-1DX offre de sormais dédoublés sur la poignée nombreuses avancées par rapport verticale, facilitant l’utilisation en au 1D Mk IV. La première est donc portrait. Les menus ont été prole capteur 24x36 mm, qui pourra fondément revus pour devenir décevoir les photographes sportifs plus clairs, et le viseur affiche plus (sur un stade, le coefficient 1,3x d’informations en surimpression. était un avantage) mais réjouira les Il faut également noter l’arrivée reporters, qui retrouveront leurs de fonctions réseaux directement grands-angles. Le nouveau capteur intégrées : si les modules Wi-Fi et gagne logiquement en sensibili- GPS sont toujours en options, un té, passant à 51200 ISO en plage port RJ45 permet de connecter dinormale, avec extension possible rectement l’EOS-1DX par Etherjusqu’à 204 800 ISO ! net, pour envoyer les images vers l’ordinateur ou directement sur un La rafale y gagne aussi, avec 12 im- serveur FTP, mais aussi pour pilotages par seconde en pleine défini- er le boîtier : un EOS-1DX pourra tion, avec autofocus et mesure de ainsi piloter jusqu’à dix autres aplumière continus. Canon se replace pareils, synchronisés sur lui, pour ainsi face à... l’Alpha 77 ! et des offrir des déclenchements simulpointes à 14 i/s en Jpeg, mise au tanés et photographier une même point et exposition étant alors bloquées sur la première image. Pour améliorer le suivi, Canon adopte enfin un système plus avancé (le 1D Mk IV était fort rustique à ce niveau) : la cellule de mesure de lumière fonctionne en couleurs, sur 252 zones, avec une définition totale de 100 000 points


scène sous différents angles. Enfin, la vidéo est au rendez-vous, en Full HD à 24, 25 ou 30 images par seconde : c’était déjà le cas sur l’EOS 1D Mk IV. Petite précision qu’apprécieront certains monteurs : on pourra choisir une compression image par image ou une compression par flux, cette dernière permettant d’obtenir des fichiers plus petits mais demandant plus de puissance pour décompresser et monter les vidéos obtenues. En

décevante. Après tout, c’est toujours utile pour déboucher un contre-jour sans sortir un gros flash cobra, ou pour piloter des flashes esclaves sans acheter un transGlobalement, ce nouvel appareil metteur dédié… fait donc mieux que se replacer dans la course au reflex sportif Le tarif de l’EOS 1DX n’a pas été de référence : il prend une bonne annoncé, l’appareil ne sera disavance sur le D3s. Reste, pour ma ponible qu’en mars... part, un petit regret : l’absence de flash intégré, habituelle sur ce type de boîtier, mais toujours un peu revanche, l’EOS-1DX n’a qu’un micro mono : il faudra passer par le mini-jack pour adopter un micro externe stéréo...

La révolution : le SONY alpha 77 passe par une certaine prise de ris- mais les photographes experts ques et le nouvel Alpha 77 en est la sont exigeants et pointilleux. Se parfaite illustration. laisseront-ils séduire par autre chose qu’une visée optique claire ? Avec l’Alpha 77, Sony mise toujours sur la technologie de Pour allécher les photographes qui miroir translucide (l’Alpha 77 en demandent toujours plus, Sony n’est donc plus un reflex...) in- introduit avec l’Alpha 77 un tout troduite sur les Alpha 33 et 55 nouveau capteur APS-C qui atteint avec plusieurs conséquences : la définition record de 24,3 Mpx ! - un autofocus à corrélation En outre, la cadence rafale est ande phase rapide disponible à noncée à 12 i/s avec autofocus et Le marché des reflex experts la fois en photo et en vidéo. mesure de l’exposition. La vidéo est en pleine mutation avec une - une cadence rafale élevée (plus n’est pas en reste avec un mode restructuration des forces en de mouvements de miroir). HDTV 1080 à 50 et 25p. présence. Olympus semble se désintéresser du marché reflex Sony profite également de ce au profit de sa gamme Micro changement technique pour utilis4/3 et si Pentax reste une valeur er un viseur électronique en lieu et sûre, la gamme de la marque se place de la visée optique habituellelimite aujourd’hui à 2 modèles ment présente sur les reflex experts. (l’excellent K-5 et le K-r). Depuis le rachat de Konica-Minolta, Sony Avec une dalle Oled XGA préest sans doute la marque qui innove cise (1024x768 pixels), un grosle plus pour contrer l’hégémonie sissement important et une visée de Canon et Nikon. L’innovation 100%, ce viseur pourrait plaire, Le pari de Sony est-il réussi ?

People : le Polaroid GL30 by Lady Gaga ! Polaroid a présenté un nouveau concept d’appareil photo numérique instantané lors du récent CES2011 de Las Vegas. Retour sur une annonce prometteuse pour les fans de la photo instantanée. On ne présente plus Polaroid dont les appareils photo à tirage instantané et

autres films mythiques ont fait les beaux jours de la seconde moitié du 20ème siècle et de quelques photographes spécialistes de cette technique.

me le film Kodachrome), malgré que « The Impossible Project » relance désormais la production des films.

Polaroid ne souhaite pourtant Néanmoins le Polaroid version ar- pas en rester là puisque la firme gentique est mort et enterré (com- a présenté, lors du CES2011, son


tirage photo brillant, il est recouvert d’une couche protectrice résistant à l’humidité et à l’eau. Grâce à l’apport du numérique, le Polaroid GL30 propose différentes options pour agrémenter les photos de bordures ou leur appliquer des filtres particuliers afin de créer des images inédites. Une photo Polaroid avec le GL30 sera donc tout aussi particulière que pouvait l’imprimante GL10, permet donc l’être une photo Polaroid avec la de délivrer instantanément un ti- technologie précédente. rage d’origine numérique sur une mini-imprimante.

tout nouveau concept numérique, le Polaroid GL30 et l’imprimante Polaroid GL10. Le Polaroid GL30 est un appareil photo numérique qui utilise la technologie de Zink Imaging dénommée Zink Zero Ink Celle-ci utilise un papier blanc inTechnology. Le GL30, couplé à cluant des cristaux cyan, jaune et magenta. La feuille est blanche au départ, et l’imprimante génère le tirage photo en chauffant les cristaux du papier. On est proche du concept de sublimation thermique. Le tirage résultant ressemble à un

Objectif : le Nikkor AF-S 50 mm f/1,8G Nikon poursuit la mise à jour de sa gamme d’optiques fixes en proposant une nouvelle version du vénérable 50 mm f/1,8D qui reste toutefois au catalogue.

Au niveau de la formule optique, le 50 mm f/1,8G intègre un nouvel élément asphérique pour améliorer la qualité optique. L’optique dispose désormais d’une motorisation ultrasonique pour une mise au

point rapide et silencieuse. Celle-ci autorise également le fonctionnement de l’optique sur les boîtiers d’entrée de gamme qui ne dispose pas de la motorisation interne. De quoi transformer cette optique en petit télé lumineux sur un capteur APS-C (DX) idéal pour le portrait par exemple. Le 50 mm AF-S 50 mm f/1,8G est livré dans une belle boîte qui contient à la fois l’optique elle-même, mais également un étui souple et un pare-soleil. Ce qui frappe au premier coup d’œil, ce sont les dimensions de la nouvelle mouture : celle-ci a pris de l’embonpoint par rapport à l’AF-D. L’insertion d’un nouvel élément asphérique et surtout la motorisation ultrasonique en sont surement les responsables. Au final et avec le pare-soleil, le 50 mm

AF-S f/1,8G est nettement moins discret que son grand frère ! Le niveau de finition est très correct et on appréciera quelques détails comme la bague de mise au point un peu plus large que sur le précédent modèle ou encore la présence du joint d’étanchéité au niveau de la baïonnette pour limiter les intrusions de poussières et d’humidité dans la chambre reflex. Attention toutefois, l’optique n’est pas tout temps et il conviendra de protéger l’optique en cas de pluie. La mise au point ne fait pas varier les dimensions de l’optique et il est possible d’installer un filtre polarisant circulaire sur l’optique, le pas de vis ne bougeant pas pendant la mise au point. L’optique possède une échelle des distances pour la mise au point à l’hyperfocale. Toutefois, l’échelle


de profondeur de champ est très - Belle finition et joint d’étanchéité petite (uniquement f/16) et au final au niveau de la baïonnette difficile à exploiter. - Fonctionne avec les reflex sans motorisation interne Points forts: - Peu sensible au flare - Qualité optique exceptionnelle à - Retouche manuelle du point perf/4 manente - Excellente qualité d’image sur Points faibles: toute la plage d’ouverture - Motorisation ultrasonique silen- -Vignetage marqué à f/1,8 et f/2 cieuse - Distorsion en barillet visible

- Hyperfocale difficile à utiliser - Manque d’homogénéité à f/1,8 et f/2 - Pas de gain au niveau de l’autofocus en terme de réactivité Prix moyen constaté : entre 200 et 230 euros, c’est une très bonne affaire.

Imprimante : la Canon Pixma Pro 1 NJ’attendais depuis longtemps que Canon se “réveille” pour venir concurrencer Epson sur le terrain de l’impression professionnelle. C’est chose faîte avec la Pixma Pro 1 et ses 12 cartouches d’encre.

Les encres utilisées sont pigmentaires (Lucia) et la Canon Pro 1 intègre désormais une cartouche Chroma Optimizer pour limiter le bronzing, un équivalent au Gloss Optimizer d’Epson. Le Chroma Optimizer pourra également être utilisé pour ajouter des signatures comme un filigrane. Les cartouches proposent désormais une contenance de 36 ml, soit environ 2,5x plus que les cartouches de la Pro 9500 Mark II. Les cartouches d’encre disposent d’une plaquette vibrante qui permet d’homogénéiser l’encre avant l’impression. Reste le prix de celle ci, à 35 euros la cartouche, le plein revient à 420 euros... Les cartouches d’encre sont désormais déportées sur les côtés de l’imprimante. L’encre circule jusqu’à la tête via une série de tuyaux. On a donc pas à réaliser de purge de l’encre ce qui entraîne à la

fois une perte de temps et d’encre. Le nouveau système permet une impression plus rapide. Canon annonce un temps d’impression de 3 minutes pour un A3+ couleur contre 8 minutes pour la Pro 9500 Mk II. Canon annonce également un nouveau système baptisé OIG System censé améliorer le rendu des tirages. Côté connexion, la Pixma Pro 1 propose une liaison Ethernet (10/100) pour un travail en réseau et un port USB 2 pour le travail en local. On dispose également d’accessoires pour imprimer sur CD/DVD. Canon livre une nouvelle version de son plug-in d’impression et celui-ci est désormais compatible avec Adobe Lightroom 2.7/3, Photoshop et bien sûr DPP. Ce logiciel permet de regrouper toutes les options d’impression et permet de mettre

facilement en page une série d’images pour réaliser une planche contact ou optimiser l’espace sur la feuille. L’imprimante est également livrée avec Colour Management Tool Pro qui permet de créer des profils ICC. La Pro 1 accepte du papier à fort grammage (350 g/ m2) et jusqu’à 0,6 mm d’épaisseur. On trouvera aussi 47 profils pour les papiers les plus courants de chez Canon, Hahnemühle, ou Ilford. Canon revient sur le marché de l’impression professionnelle et vient contester l’hégémonie d’Epson, ce qui est une bonne nouvelle. Je regrette toutefois l’absence de la connexion Wi-Fi mais surtout celle d’accessoires pour une impression en rouleau afin d’améliorer la productivité ou tirer des images en grandes largeurs.


Retour vers le futur: LYTRO 2ème partie C’est le buzz photo du mois : un appareil photo plénoptique, commercialisé pour la première fois à un tarif raisonnable. L’intérêt ? La possibilité de faire la mise au point sur l’ordinateur, bien après la prise de vue.

Les appareils photo projettent l’univers (en trois dimensions) sur une surface plane (le capteur). Le problème, c’est que les objectifs créent une image en trois dimensions (l’image d’un sujet), qui réunit tous les rayons lumineux partis du sujet, et qui est plus ou moins éloignée de l’objectif selon la distance du sujet. Il faut donc faire une mise au point, c’est-àdire choisir quel plan de l’univers sera projeté sur le capteur ; les objets situés devant ou derrière ce plan auront une image floue. Il y a pourtant une solution : enregistrer non pas la lumière percutant le capteur, mais les rayons lumineux eux-mêmes, avec leur direction d’arrivée. On peut donc calculer l’endroit où tous les rayons partis d’un même objet se croisent, autrement dit l’endroit où se forme l’image de cet objet ; ainsi, on peut reconstituer une vraie “image 3D” de l’univers, et le logiciel peut développer cette image avec une netteté complète, du premier plan jusqu’à l’horizon : la profondeur de champ est ainsi infinie.

Il peut aussi faire une mise au point a posteriori, en décidant que le “plan image” sera à tel endroit et que les objets plus ou moins proches seront flous : on obtient alors la même image que si l’on avait utilisé un appareil classique, mais on peut changer la mise au point à volonté. Le seul problème, c’est qu’il faut enregistrer plusieurs rayons pour chaque point du sujet photographié : c’est l’intersection de ces rayons qui permet de calculer l’image. Les appareils utilisant ces technologies, dits “plénoptiques”, utilisent donc des capteurs de très haute définition, pour fournir des images finales de définition médiocre. Pis, l’utilisation de tels capteurs, avec les aménagements nécessaires, entraîne un coût prohibitif qui réserve les appareils plénoptiques à des utilisations marginales. Ce n’est plus le cas, avec les appareils Lytro. Ceux-ci sont des appareils plénoptiques assez classiques, capturant 11 millions de rayons lumineux. Ils sont équipés d’un zoom 8x (focales équivalentes à 35-280 mm), avec une ouverture constante à f/2. La définition des images obtenues est un grand mystère, même si Lytro annonce au moins 1080 pixels de côté, permettant de supposer que la définition finale serait de l’ordre du mégapixel. Ça peut paraître extrêmement peu, mais les utilisateurs ciblés par Lytro sont plus susceptibles de partager leurs œuvres sur Facebook que d’en faire des tirages d’exposition... En effet, Lytro ne s’adresse résolument pas au technicien. L’approche stylistique est dé-

libérément minimaliste : l’appareil est un tube carré, avec un objectif à un bout et un écran tactile à l’autre. L’approche philosophique semble assez restrictive, notamment avec le logiciel de publication envoyant les images sur le site de Lytro : c’est uniquement à partir de celui-ci que l’utilisateur pourra partager son image... Les commandes sont lancées aux États-Unis uniquement, et Lytro prévient que les appareils ne seront pas expédiés avant début 2012. En outre, il faut disposer d’un Mac pour importer et éditer les images, même si le logiciel devrait à terme avoir une version Windows. La version 8 Go, enregistrant 350 images, coûte 399 dollars, et la version 16 Go (750 images) monte à 499 $, et aucune information sur l’éventuelle disponibilité en Europe n’a été donnée.


Imprimante : la Canon Pixma Pro 1 d’une saturation exceptionnelle des couleurs sur une large gamme de conditions d’éclairage. INTERETS : Le nouveau film PORTRA 400 est le choix idéal pour prendre des photos de mode et de portrait, des photos représentant la nature ou lors d’un voyage et des photographies en extérieur, où tout se passe Le nouveau PORTRA 400 est le très vite ou lorsqu’ il est imposfilm négatif couleur à sensibilité sible de contrôler l’éclairage. élevée présentant le grain le plus fin au monde. Le nouveau film PORTRA 400 remplace les produits KOAvec une sensibilité ISO 400 réeDAK PROFESSIONAL PORlle, ce film permet d’obtenir des TRA 400NC et 400VC. tons chair impressionnants en plus

- Le film négatif couleur à sensibilité élevée présentant le grain le plus fin au monde - Idéal pour la numérisation Incroyable capacité d’agrandissement à partir d’un négatif de 35 mm - Tons chair beaux et naturels et une reproduction des couleurs excellente Netteté optimisée - Bords distincts, détails fins


www.pixeleditionphoto.fr

Paul-André Pierron

Le Ma té r ie l

Occasion : le CANON EOS RT L’EOS RT est un reflex spécialisé doté d’un miroir fixe semitransparent. Contrairement à un reflex standard dont le miroir remonte lors de l’exposition, le miroir de l’EOS RT est immobile, ce qui permet un retard au déclenchement réduit à seulement 0,008 seconde. L’EOS RT offre ainsi aux photographes la possibilité de suivre les objets en “temps réel” et est, de ce fait, un reflex particulièrement adapté à la photographie de sport et de nature. C’est le petit frère du EOS 1N RS et il peut être considéré comme l’héritier du Canon Pellix. Lors de la prise de photos au flash, le coup de flash est vu dans le viseur. On voit tout de suite si la personne a fermé les yeux pendant la photo.

Comme tous les EOS de cette époque, il est sensible aux fuites de graisse sur les lames de l’obturateur. Cela est dû à un défaut de conception, car la mécanique de l’obturateur est séparée des lames par de la mousse qui se dégrade avec le temps. Cette panne n’est pas irréparable. Elle se produit le plus souvent par temps chaud. Il suffit de nettoyer régulièrement les lames avec un coton tige trempé dans de l’alcool à 90°. L’EOS RT fait parti des appareils rares et mythiques, les prix allant sur les sites spécialisés de 80 à 180 euros boitier nu, en parfait état. C’est un appareil agréable et extrêmement véloce, attention au mode rafale qui avale la pellicule sans que l’on s’en rende

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 70

compte ! Année de fabrication: 1989 Monture: Baïonnette Canon EF Obturateur à rideaux métalliques, B, 1s à 1/2000eme. Synchro X au 1/125eme Modes d’expositions: Manuel, priorité vitesse et diaphragme, programmes. Alimentation: Lithium 2CR5 6 volts Poids: 660g


Dr oi t s & Dev o ir s

Olivier Barré Rédacteur Juridique

A u O ns aev ocl éom aup rh ost o g r !a p h i e Internet devient un outil très utile pour les photographes. Nous pouvons, par l’intermédiaire de divers sites internet spécialisés ou en créant son propre site, présenter son travail photographique. Mais, comme dans la vie réelle, rode sur la toile des personnes mal intentionnées qui désirent faire de l’argent avec votre sueur. Le jour où vous vous retrouvez nezà-nez avec une de vos photographies dans une revue, un panneau de publicité et tout autre support, mais également sur le site d’une tierce personne, vous allez tomber de haut, voir de très haut. On vous a volé une photographie. Il ne vous reste plus qu’à pleurer et maudire la terre entière...

Allez, je vous rassure. Vous allez pouvoir faire valoir vos droits mais soyez patients et persévérants car vous allez en avoir besoin cependant cela vaut la peine de vous engager dans la voie de la procédure judiciaire. Ce que dit la loi La loi confère automatiquement le droit d’auteur sur les photos du photographe (Code de la propriété intellectuelle Art L.112-2). Aucun dépôt n’est obligatoire pour faire valoir ce droit. Mais dans la vie réelle, il se peut que cela ne soit pas suffisant. Et le jour où vous allez tomber sur un vol, vous allez devoir le prouver (Art 1315 du Code Civil : “Celui qui réclame l’exécution d’une

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 71


obligation doit la prouver.”). Prenez votre courage à deux mains et prouvez que votre photo a été volée. Gardez à l’esprit que vous devez apporter la preuve que cette photo est à vous et que la partie adverse devra prouver qu’elle a été libérée pour pouvoir utiliser cette photographie (Art 1315 du Code Civil).

raphie. Sans oublier de travailler en format RAW, qui est le nouveau négatif des photographies. Lors de votre travail photographique, gardez tous vos fichiers de travail *.PSD ou le fichier d’historique LR. Tout cela a pour objectif de demander à la partie adverse ces éléments qu’elle devra produire pour montrer que c’est son travail... Or c’est vous qui avez tous ces éléments donc... CQFD.

Protégez votre travail numérique Encore plus Il ne sert à rien de mettre sur Internet des photos 2000x3000 en 300 dpi. C’est le meilleur moyen de se faire voler ses petites images. Un simple 600x800 en 72 dpi est largement suffisant et n’oubliez pas de signer votre œuvre. Un système de signature invisible peut également être mis en place. De plus, à la prise de vue où à l’importation des photos, mettez à jour vos métadonnées dans chaque photog-

Nous n’allons pas en rester là car lors d’un travail photographique, vous allez effectuer des dizaines de clichés sur le sujet. Il vous suffira de sortir les planches contacts de votre série, d’identifier le fichier que l’on vous a volé et de produire les fichiers RAW correspondants. Pour réaliser ce travail photographique, vous avez peut-être eu des frais de réservation, maquillage

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 72


ou autre prouvant que la photographie est la résultante de tout ce que vous avez mis en place pour la réaliser... Donc apportez vos factures, preuves et même les photos du OFF ou les films du backstage. A vous de prouver la fraude En version papier, récupérez un exemplaire voir plusieurs pour la procédure judicaire et apportez au juge et à la partie adverse la preuve de la fraude. Pour une publication en ligne, soyez malin. Etablissez d’abord la fraude et seulement après, envoyez votre mise en demeure. Pour cela, faites une impression papier des pages où apparait votre photographie avec toutes les indications concernant l’adresse du site et la date. Récupérez votre photo en la téléchargeant

SANS la modifier, sans oublier de faire (si vous le désirez) un constat par huissier. Pour une affiche, effectuez des photos de cette affiche. Trouvez des témoins, établissez des attestations et photographiez-les avec la preuve. Sans oublier de faire intervenir un huissier pour effectuer un constat. A ce niveau, passez à l’étape suivante qui est la mise en demeure. Pour une publication sur internet, vous devez savoir précisément ce que vous désirez. Soit le paiement du montant dû par la cession des droits, soit le retrait de la photo et l’indemnisation du préjudice subit. Pour une version réelle, vous n’avez que la possibilité de réclamer le montant lié à la cession des droits d’auteur pour l’utilisation faite de la photo.

Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 73


www.barre-olivier.com

Olivier Barré

Dr oi t s & Dev o ir s

- L’action civile qui est plus onéreuse Une fois votre décision prise et le chif- mais vous maitrisez la procédure. frage effectué, adressez votre mise en demeure vous-même ou par un avo- Pour conclure cat. Et conservez une copie des documents que vous allez émettre dans cette Comme à chaque fois, je vous conprocédure. Donnez un délai précis à seille de vous précipiter sur le site de votre interlocuteur pour vous répondre. Joëlle Verbrugge et sur les deux numéros de Compétence Photo N°14 de La suite janvier/février et N° 15 de mars/avril 2010 dans lesquels vous retrouverez Sans réponse dans le délai imparti, des exemples précis et toutes les inforvous prenez la direction des tribunaux. mations concernant l’établissement de Assignez le contrefacteur devant la ju- la preuve du droit de paternité sur une ridiction compétente. A ce niveau vous photographie. avez deux chemins possibles : - L’action pénale pour contrefaçon (Art L 335-2 du CPI), la procédure est longue et le travail d’enquête est effectué par le parquet qui peut classer le dossier. Photos : Rencontre Chez Elle(s) Shooting Mag - DECEMBRE 2011 - 77


Jeu n e T a l en t Eva Lesalon Directrice et Rédactrice en chef

Robin Galiegue h t t p s : / / w w w. f a c e b o o k . c o m / r b n . g a l i e g u e - Bonjour Robin, quel âge as-tu ? Bonjour, j’ai 16 ans - Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de la photo ? J’ai toujours été intéressé par la mode, surtout par les photos et images que je voyais. Voulant contribuer à ce « monde », je m’y suis mis sérieusement et je me suis découvert une passion énorme pour la photo. - As-tu un photographe de prédilection ? Sans hésiter, Patrick Demarchelier ou Terry Richardson et leurs idées com-

plètement folles, toujours dans l’air du temps. Je pense à Demarchelier par exemple. Il a beau faire ce travail depuis longtemps, il sait toujours se renouveler. - Quel type de photos aimes ou aimerais-tu faire ? J’aimerais faire des photos mode totalement décalées avec un budget qui puisse me donner l’occasion de m’exprimer totalement et toujours explorer différents thèmes ! Je rêve d’avoir la possibilité de voyager, de naviguer entre des zones rurales et urbaines me permettant d’avoir plus facilement de nouvelles idées et surtout des clichés toujours plus intéressants.

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 80


- Comment se passe une séance photo avec toi ? J’essaye de mettre à l’aise les modèles, que je ne connais pas, au maximum, en discutant avec elles de tout et de rien. J’ai des amies qui maquillent et qui coiffent quand il y a une réelle nécessité ou une idée particulière que je ne saurais reproduire moi-même. On ne manque jamais un fou rire avec mes idées parfois incompréhensibles. - Quel matériel utilises-tu ? Je suis plutôt Canon, avec un EOS 500D, et comme objectifs un 50 mm f/1.4 USM, et un 18-135mm. - En photographie, comme en peinture, il y a des règles. Penses-tu qu’il faille absolument les respecter ?

Evidemment il y a des règles, mais les détourner est bien plus amusant à mon goût. Chacun a ses perspectives dans la photographie, j’ai les miennes. Dans la photo, je cherche à ce que l’on ressente mon intention et ma sensibilité tout simplement. - La photographie est-elle pour toi une sorte de thérapie ? La photo me détend, me transporte… Je rentre dans mon monde, un univers que j’essaye de partager avec les autres. - Ta famille t’encourage-t-elle à poursuivre dans cette voie ? Oui beaucoup, je leur montre régulièrement ce que je fais, et elle me pousse à faire de mon mieux, à explorer de nouveaux horizons. Bien qu’eux (comme moi, même si ce n’est pas tou-

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 84


jours le cas) privilégient mes études avant la photo. - As-tu un coup de gueule, un message à faire passer, quelque chose qui te tient à cœur ? Je voudrais remercier ma famille, mes amies et vous, d’avoir eu la possibilité de m’exprimer librement et de m’encourager. - Merci beaucoup Robin

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 89

http://evalesalon.4ormat.com

Eva Lesalon

Jeu n e T a l en t


Reportage du Mois Eva Lesalon Directrice et Rédactrice en chef

Basile CORNILLEAU h t t p : / / w w w. f l i c k r. c o m / p h o t o s / b a s i l e - c o r n i l l e a u

“ Basile Cornilleau est un voyageur. Il aime découvrir le monde, ici et ailleurs. Avec un regard frais et épuré, ses photos au cadrage d’une évidente qualité révèlent sans trucage, le détail d’un instant poétique, des paysages mis en émoi, la beauté attirante d’une perspective affirmée... Sans tomber dans l’imagerie folklorique stéréotypée, son “coup d’oeil” qui a la générosité de la discrétion, porte calmement aux êtres et aux choses une attention émerveillée. Avec un sens graphique très sûr, une approche souvent minimaliste pouvant aller jusqu’à l’abstraction, ses compositions dans leur construction saisie sur le vif, laissent percer le plaisir de la rencontre. C’est là. C’est vu. Bien vu ! “

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 90


Bonjour Basile, photographe c’est ton métier ou bien est-ce un hobby pour toi ?

-

Je suis agent de voyages depuis 6 ans. La photo est une passion assez récente. - Parle-moi un peu de ton parcours et de cette série photo. J’ai eu mon premier appareil numérique il y a environ 6-7 ans, ce qui correspond à mes débuts en tant qu’agent de voyages. J’ai donc, par la suite, pris pas mal de photos lors de mes voyages et vacances. En octobre 2010, à la veille d’un beau voyage en Malaisie, on m’a offert pour mon anniversaire mon premier reflex numérique (le seul appareil que je possède).

C’est vraiment depuis ce voyage que je me suis rendu compte que la photo était une “vraie” passion pour moi. Dès lors, j’ai bien évidement continuer à prendre des photos de voyages mais également des photos de “ tous les jours “car j’ai presque toujours mon appareil sur moi. Et ce n’est qu’à partir d’avril 2011 que je me suis investi à fond dans cette passion, avec la création de mon compte flickr puis page Facebook. Après cela, tout est allé très vite, grâce à internet, aux réseaux sociaux... J’ai eu de bons retours sur mes clichés, gagné quelques petits concours photos, ce qui m’a encouragé à “frapper à toutes les portes” avec comme devise “je n’ai rien à perdre”. J’ai donc envoyé plusieurs demandes de publications à divers magazines et sites de photos. Quelques unes ont été acceptées et, depuis peu, je suis exposé

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 93


et vendu chez Art Photo Lab : un grand honneur pour moi ! La série présentée est donc une sélection de plusieurs voyages.

photo est unique et différente. Et j’aimerais bien faire de la pose longue.

- Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de la photo ?

J’utilise un Nikon D5000 avec objectifs Nikkor 18-55mm, 55-200mm et un fixe 50mm.

A la base bien sûr, mes nombreux voyages puis, petit à petit, l’envie de faire partager mon regard. - As-tu un photographe de prédilection ? Aucun en particulier. Pour tout te dire, je connais très peu les photographes connus et reconnus mais également la photographie en générale. - Quel type de photos aimes ou aimerais-tu faire ? J’aime par dessus tout les photos épurées, minimales voir abstraites mais également les paysages, les scènes de vie, etc. Mais il m’arrive d’aimer d’autres types de photos car chaque

- Quel matériel utilises-tu ?

- D’après toi, quelles sont les qualités qui sont demandées pour être un bon photographe ? Qu’est-ce qu’un bon photographe ? Chaque personne a une vision différente de ce que l’on peut appeler être un bon photographe. Pour ma part, un “bon” photographe doit avoir simplement son propre regard sur ce qu’il photographie. Personnellement, je privilégie le sujet, le cadrage, la lumière, l’ambiance et l’atmosphère. La plupart de mes photos sont prises sur le vif, sans calcul ni technique particulière. De plus, je n’utilise (pour l’instant peut être) aucun logiciel de retouche ou autres.

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 94


Basile CORNILLEAU

http://www.flickr.com/photos/basile-cornilleau

Reportage du Mois

- Serais-tu prêt à travailler gratuitement en échange de publicité ?

Ma calvitie naissante (rire) !

Tout dépend du type de publicité.

- Quel est ton achat le plus cher ?

- Comment gères-tu ton activité de photographe vis-à-vis de tes proches ?

Ma voiture.

Tous mes proches sont au courant de ma passion et de mon investissement dans la photo. Mais je reconnais que cette passion prend pas mal de mon temps (en dehors de mon travail).

- Ta maison brûle, quel objet sauvestu en premier ? Bah du coup mon ordinateur portable car toutes mes photos sont dedans. - Merci

- Si tu étais invisible une journée, quelle serait la première chose que tu ferais ? Une journée ce n’est pas assez car j’aurais trop de choses à faire.

Retrouver également Basile sur Facebook :

- Qu’est ce que tu aimes le moins chez toi ?

https://www.facebook.com/pages/Basile-Cornilleau-Photographe/185861948132379

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 99


L’i n v i t é d u M o is Eva Lesalon Directrice et Rédactrice en chef

Christian Chaplin P h o g r a p h e - w w w. c h r i s t i a n c h a p l i n . f r - Bonjour Christian, photographe c’est ton métier ou bien est-ce un hobby pour toi ? Bonjour Eva, c’est mon métier à plein temps.

J’ai gagné du matériel photo et une reconnaissance qui a boosté mes envies secrètes. Après 2 ans d’auto-formation par la lecture et la pratique intensive, j’ai décidé que j’étais prêt pour vivre à 100% de la photo et devenir professionnel. Et je ne regrette pas ce choix.

- Parle- moi un peu de ton parcours. e suis rentré très tard dans la photo, un peu par hasard. J’ai toujours été passionné par l’Art et l’image, mais ce n’est que depuis 2007 que je pratique la photographie. A l’époque, je me suis lancé sans trop d’espoir dans un concours photo national pour la Fnac et j’ai obtenu le 1er prix à Toulouse, à ma grande surprise.

- Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de la photo ? Un jour je me suis aperçu que, même en me promenant dans la rue, alors que je n’avais pas mon appareil sur moi, je “cadrais” les gens que je croisais, je “composais” à l’oeil des photos imaginaires.

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 100


J’ai réalisé que c’était ça ma véritable vie et pas autre chose. Depuis, j’ai dû prendre au moins quelques millions de photos imaginaires, dans la rue... - As-tu un photographe de prédilection ? J’en ai plusieurs, mais par-dessus tout Peter Lindbergh, Doisneau, Willy Ronis mais également des photographes actuels qui émergent et qui me fascinent comme Julie de Waroquier par exemple (que vous avez publiée d’ailleurs cet été), dont la créativité est fantastique, ou Iwona Paczek, photographe et musicienne qui a un regard incroyable et un talent fou. - Quel type de photos aimes ou aimerais-tu faire ? Mon sujet favori est la femme, ou plutôt la Féminité avec un grand F. C’est en photographiant des femmes, jeunes ou moins jeunes, que je prends le plus

de plaisir dans ce métier. Je peux les mettre en scène de façon réaliste sous la forme de shootings mode, portraits, mais aussi de façon fantasmagorique et artistique dans des mises en images beaucoup plus travaillées et plus irréelles comme dans mes série Les Muses, Lost Bride in Wonderland ou A fleur d’Eau. Il y a chez les femmes cette fragilité, ces espoirs et ces doutes, il y a cette douceur et cette force que je retrouve à chaque fois. Ce que j’aime, c’est arriver, juste avant de débuter la séance avec l’une de mes modèles, à percevoir un peu de son “moi” intérieur afin de retranscrire au mieux sur les photos ce que j’ai pu cerner d’elle, même si c’est une vérité infime. Je photographie aussi les hommes évidemment.

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 104


- Comment se passe une séance photo avec toi ? De la façon la plus simple possible. J’essaie de faire en sorte que les gens se sentent bien avec moi et surtout en confiance. Que ce soit les modèles ou l’équipe, je veux que chacun se sente bien dans ses baskets, de manière à travailler dans une ambiance commune et dans un esprit créatif identique. Je suis directif, mais de manière très douce, j’accompagne mes modèles vers les poses ou les attitudes que j’ai en tête. Je suis assez perfectionniste, surtout sur mes projets personnels, pour lesquels j’ai une vision très précise de ce que je souhaite retrouver sur mes images. Le point essentiel est le respect mutuel entre les personnes lors du shooting. - Comment sélectionnes- tu tes modèles ?

Au feeling. C’est-à-dire qu’il faut que je ressente quelque-chose de spécial lorsque je vois le modèle sur photo pour la première fois. Il y a des visages pour lesquels j’ai des coups de cœur et dont je sais qu’il y a matière à faire du beau travail photographique. Pour la petite anecdote, l’une de mes modèles fétiches, je l’ai repérée dans un restaurant à Toulouse. Elle dinait à une table proche de la mienne, et son visage avait quelque-chose qui m’interpelait. Avant de partir, je lui ai laissé ma carte. Un mois plus tard, elle m’a contacté et depuis nous travaillons ensemble très souvent. J’ai laissé quelques fois ma carte comme ça dans la rue ou dans un


bar à des inconnues, qui me contactent ou pas. Je travaille beaucoup avec ma fille Candice (3 ans) car elle a un véritable don pour respecter l’esprit de mes mises en scènes, j’ai l’impression qu’elle sait ce que je veux avant que je ne lui demande. C’est une qualité que j’aime trouver chez un modèle.

Il faut savoir prendre le temps de regarder les choses ou les gens pour créer de belles compositions.

- Quel matériel utilises-tu ?

Du point de vue technique, il faut absolument apprivoiser la lumière, qu’elle soit naturelle ou artificielle, c’est elle qui donne tout son sens et toute sa vie à une photo. Ensuite, le plus important pour moi, c’est croire en ce qu’on fait et ne pas avoir peur de l’échec qui est un vrai moteur de progression. Avoir envie d’exprimer quelque-chose et de le faire en se renouvelant sans cesse.

Je dispose d’un boitier Nikon et de plusieurs objectifs dont des focales fixes.

- Serais-tu prêt à travailler gratuitement en échange de publicité ?

- D’après toi, quelles sont les qualités qui sont demandées pour être un bon photographe ?

Oui, il m’arrive de le faire, mais vraiment quand ça en vaut la peine. Par exemple, j’ai participé à des opérations humanitaires en utilisant mes photos ou mes compétences dans ce domaine,

La sélection d’un modèle, c’est une question de ressenti, avant tout critère de beauté au sens propre.

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 108


notamment pour l’association Rêves en 2009 (qui réalise les rêves des enfants malades), les enfants d’Haïti en 2010 et cette année au profit de la reconstruction du Japon en participant à une expo collective en Belgique. Plus professionnellement, si vraiment un projet d’échange me plait et correspond artistiquement à ma vision de la photo, pourquoi pas. - Comment gères-tu ton activité de photographe vis-à-vis de tes proches ? Disons que j’ai beaucoup de chance, car je partage ma vie avec la femme la plus patiente et la plus bienveillante au monde, face à ma frénésie créative. C’est elle qui me canalise et qui sait me faire redescendre sur Terre quand il le faut.

Ensuite, j’ai un cercle d’amis proches à qui j’aime faire partager mes projets, mes idées et dont les commentaires ou les avis me sont très précieux. - La photographie est-elle pour toi une sorte de thérapie ? Je ne sais pas si c’est une thérapie, mais une douce addiction, oui. - Quel a été le moment le plus embarrassant depuis que tu pratiques la photographie ? Pour l’instant, je n’ai vécu que des choses positives grâce à la photo, pas de mauvais souvenir. - Si tu étais invisible une journée, quelle serait la première chose que tu ferais ?

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 109


J’irais m’incruster en douce chez Tim Burton pour le photographier et connaître ses nouveaux projets avant tout le monde. Ensuite j’ai une liste de plusieurs personnes chez qui je ferais la même chose si j’avais encore du temps. - Qu’est ce que tu aimes le moins chez toi ?

w w w. c h r i s t i a n c h a p l i n . f r

Christian Chaplin

L’i n v i t é d u M o is

mes “trop-pleins de tout”. - Ta maison brûle, quel objet sauves-tu en premier ? Après les gens que j’aime, ce serait sans hésitation, mon reflex, mon ordinateur et mon piano. - Merci

Je fais trop de choses à la fois, je ne sais pas doser mes envies de façon raisonnable. J’ai encore 10 ans dans ma tête. - Quel est ton achat le plus cher ? Mon piano rouge sur lequel je déverse

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 113


Phot o s c o p e Sophia Mézières Rédactrice Astrologue Conseil

AUTOUR DU ZODIAQUE ASTROLOGIE ET LANGAGE DES COULEURS - D é c e m b re 2 0 11

Bélier

du 20 Mars au 20 Avril : Vous deviendrez dieux et déesses de l’improvisation ce mois-ci. Avec Uranus/ Mercure en bon aspect, votre esprit sera fait de curiosité, tourné vers de nouveaux horizons. Votre fibre sociale et créative sera très développée. Vous aurez un impact direct sur l’environnement et sur vos proches également. Idées, échanges et contacts seront à l’ordre du jour. La fin d’année sera potentiellement excellente et vous devrez miser sur des couleurs flashs du rose au noir, et ce sera vous, l’étoile du Zodiaque, qui illuminera tout sur son passage.

Taureau

du 20 Avril au 20 Mai : Vous devrez vous mettre en scène et montrer ce dont vous êtes capable. Grâce à

votre planète Vénus, votre charme et votre beauté vont faire des ravages. Entre désir plaisir et amour velours, votre emploi du temps sera surchargé. Action et création, les chasseurs d’images, natifs de ce signe, n’auront qu’à mettre leurs talents en avant pour se faire reconnaitre. Vous l’aurez compris, un grand vent de séduction soufflera sur vos amours et personne n’osera vous faire front. Vous serez le challenger des astres. Les bleutés profonds seront mis en lumière.

Gémeaux du 21 Mai au 21 Juin :

Vous saurez mettre du pétillant dans vos envies et le ciel vous enverra de bon influx. Vous aurez le goût de l’improvisation qui vous poussera dans l’inconnu. Les retrouvailles et rapprochements seront

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 114


boostés par un Uranus/Mercure plutôt sympathique. Les vibrations de l’amour seront fortes et vous ne devrez pas perdre votre temps à déclarer votre flamme, car la communication risquerait trop de s’enflammer. Dès lors, cette situation aura comme conséquence de vous faire déraper. Votre vision des couleurs sera en mode multicolore.

Cancer

nelle. Les orangers et jaunes dorés seront à porter.

Vierge

du 23 Août au 22 Septembre :

Avec les dissonances de Mars dans votre signe vous travaillerez dur et cela partira un peu dans tous les sens. Heureusement que vous saurez garder le contrôle. Votre pouvoir d’action sera en mode lucidité et vous affirmerez votre personnalité dans de meilleures conditions. Une fin d’année qui s’annonce plutôt amoureuse, car le duo Mars/Vénus vous fera de l’œil, ce qui valorisera votre séduction. Vous l’aurez compris, Cupidon saura faire chavirer votre cœur dans un éclair de passion.

du 21 Juin au 22 Juillet : Votre cœur pourrait bien vous jouer les jeux interdits, surtout pour le premier décan de ce signe. Votre esprit sera en mode imaginatif et vous fantasmerez sur les inédits. La planète de l’amour jouera à cache-cache avec vos émotions et la période sera plutôt pique que cœur. Il faudra compter sur une fin d’année enthousiaste et un brin de folie soufflera sur vos amours. Vous devrez exclure le farniente du 23 Septembre au 23 Octobre : car il s’agira de bouger, de concrétiser et de prendre les devants. Les dorés paillettes Le cœur vous rappelle à la raison et vous de mauve ou de violet vous apporteront miserez sur la sécurité et sur l’équilibre. En effet, certains d’entre vous rechercheront sérénité et guérison. la stabilité dans leurs rapports. Contrats d’engagements professionnels ou officialisation d’une relation, voilà un cocktail astral fort sympathique qui devrait vous du 23 Juillet au 23 Août : Le ciel joue aux dés avec vos sentiments ravir. Pour d’autres, vous poursuivrez un qui semblent un peu tourmentés. Vous idéal sentimental en vain. Les aspects traverserez quelques petits accrocs de planétaires de votre planète Vénus, doncœur, qui pourraient venir titiller votre nent de la différence d’âge dans les renaffect et vos émotions. Une sensibilité à contres. Portez du noir sobre et very chic, fleur de peau n’est pas à exclure, gare aux c’est la couleur qui vous ira le mieux. dérapages et aux jalousies mal contrôlées. Certaines intolérances ne vous porteraient pas chance. Une rencontre importante pourrait venir révolutionner votre planète du 23 Octobre au 22 Novembre : Job. Soyez à l’affut de toute opportunité ou contact et développez votre fibre relation- Vous aurez envie de vous lâcher et ce sera votre course aux plaisirs. Vous aurez un Ce Photoscope vous est proposé par enthousiasme en mode actif. Il ne faudra Sophia Mézières pas vous demander de raisonner, car avec Astrologue Conseil Diplômée.

Balance

Lion

Scorpion

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 115


les fourmis que vous aurez dans les pieds, vous ne tiendrez pas en place. Vous serez persévérant en affichant clairement vos ambitions. Grâce à Mars/Pluton, vous gagnerez en assurance, car ce duo planétaire vous soutiendra. Afin d’harmoniser au mieux vos couleurs vibratoires, préférez les jaunes or au noir.

Sagitaire

du 22 Novembre au 21Décembre :

Joyeux anniversaire amis Sagittaires. Avec le Soleil et Mercure dans votre signe, on peut dire que les contrats, signatures et autres projets d’envergure seront à l’honneur. Une entente rayonnante créera un climat de jovialité et de bien-être. Vous saurez trouver les mots qu’il faut pour garder une complicité. Vos horizons s’élargissent et vous serez prêts à toutes les conquêtes, à toutes les escapades, pourvu que vous soyez avec l’être aimé. Le bleu Neptune sera votre meilleure couleur du mois.

Capricorne du 22 Décembre au 20 Janvier :

Avec Vénus et Pluton dans votre signe, on peut dire que côté cœur, les astres vous sourient. Les retours de flamme ou réconciliations amoureuses pourront se faire sous ce transit. C’est un mois moteur qui annonce une fin d’année avec des rebondissements importants. Avec Vénus/ Mars, vos émotions seront boostées. Vous viserez directement l’efficacité en évitant les pièges du passé. Quoi qu’il en soit, vous saurez faire face à l’essentiel. Mettez les chances de votre côté, en harmonisant vos tenues vestimentaires de marron et orange.

Verseau

du 20 Janvier au 10 Février :

C’est sur le plan relationnel, que le Trigone de Neptune dans votre signe à Saturne, résonnera le plus. Il pourrait même y avoir une réconciliation. Au travail, on aura besoin de vous, de vos conseils et de votre écoute. C’est le moment de partager vos idées ou de vous associer. Surtout ne faites pas cavalier seul. Côté cœur, vous serez comblés par un vent de liberté. A vous d’en profiter afin de pimenter votre duo. Vous pourrez vous projeter dans l’avenir sans avoir peur du lendemain. Vos couleurs du mois sont les verts et bleus.

Poisson

du 18 Février au 20 Mars :

Vous allez courir après le temps ce moisci, car les planètes semblent vouloir vous disperser sur tous les fronts. Vos humeurs seront en dents de scie, tantôt bien, tantôt mal. En cause, une susceptibilité à fleur de peau et vous pourriez bien faire l’effet d’un courant d’air. Evitez de piétiner sur une année 2011 bien agitée. Choisissez plutôt de vous rapprocher en douceur de ceux qui vous aiment, en leur accordant plus de temps. Pour positiver au mieux ces transits planétaires, portez les bleus, jaunes et or. Très bonnes fêtes de fin d’année à tous, à l’année prochaine.

(R)reproduction interdite (C) copyright. Cet Horoscope vous est proposé par Sophia Mézières Astrologue Conseil à Besançon (S)http://sophia-mezieres.over-blog.com

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 116


Si vous souhaitez être publié(e) dans le magazine, n’hésitez pas à nous envoyer votre candidature Avec : - vos coordonnées - votre présentation ( sous forme autobiographique en quelques lignes) - 4 photos format web - le ou les liens de votre ou vos sites Nous étudierons chaque dossier avec le plus grand intérêt. Votre candidature est à envoyer à : magshooting@gmail.com avec en objet : Candidature pour Publication Merci, l’équipe de Shooting Mag. Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 117


CONCOURS Décembre 2011 Thème du mois : Les courses de Noël Pour participer au concours : * Une photographie par participant format 1200x1600 en 72dpi * Chaque participant doit signer sa photo par une signature discrète. * Faire parvenir son nom, prénom, site internet et mail * Date d’envoi : du 01 au 15 du mois en cours. * Les votes seront ouverts du 15 jusqu’au 25 du mois en cours. * Le jury Shooting vote du 25 au 30 du mois parmi les 5 photos ayant reçues le plus de votes. * Envoi de votre photographie uniquement sur l’’email : shooting.olivier@gmail.com

La photo doit être jointe à un e-mail contentant le texte suivant : « Suite à ma participation au concours de Shooting, je confirme que j’accepte avec plaisir d’offrir à Shooting Mag les droits sur la photo jointe à ce message pour la publication sur le site www. magshooting.com ainsi que dans le Shooting Mag. J’attire votre attention sur le fait que cette cession, même si elle est faite gratuitement, est strictement réservée à Shooting Magazine et limitée à l’usage convenu. Aucune cession des fichiers ne pourra intervenir à un tiers sans mon accord. La photo est également protégée par le droit d’auteur et notamment par le droit moral dont est titulaire chaque photographe, et en vertu duquel son nom doit être apposé de façon visible sur ou à proximité de la photographie. » Merci de votre compréhension. Shooting n’étant pas responsable des photographies soumises au concours.

Merci, l’équipe de Shooting Mag.

Shooting Mag- DECEMBRE 2011 - 119


Prochaine parution : 01 Janvier 2012 N’oubliez pas notre blog : www.magshooting.com

Shooting N°24  

L’univers de la photo, de part et d’autre de l’objectif. Professionnels de l’image ou amateurs éclairés, Shooting est votre magazine ! Chaqu...