Page 1

SHOOTING mag www.magshooting.com

N°19

Juillet 2011

Les Interviews Modèles Photographes 10 minutes avec... Julie Borde Le Portrait du mois Pascal Duchène

Coup de Coeur

Martial Lenoir Technique Photo Imperfections, lʼoutil pièce Juridique Je photographie tout, tout, tout…et je diffuse…

L’univers de la photo, de part et d’autre de l’objectif...


Création de bijoux Univers apocalyptique, mythologie guerrière, érotisme fantastique, Steeve Grandjean aborde des nouveaux territoires. Scrimshaw, gravure, couteaux, incrustation, bijoux, accessoires de mode. Tout est affaire de passion, de précision et d’imagination bien trempée. Steeve est également un artisan d’art qui met son savoir-faire et son inventivité au service de ses clients.

Modèle : Camille Blanco Photographe : Olivier Merzoug Créateur Bijoux : Steeve Grandjean

www.steevegrandjean.com


Modèle : Camille Blanco Photographe : Olivier Merzoug Créateur Bijoux : Steeve Grandjean


Dans ce numéro

Eva Lesalon Directrice & Rédactrice en Chef www.evalesalonphotographies.book.fr Olivier Merzoug Directeur Artistique, Photographe & Rédacteur Rubrique Technique www.oliviermerzoug.com Florent Vassogne Rédacteur Carnet Photo & Correcteur www.efelo.book.fr Olivier Barré Rédacteur Rubrique Juridique http://bolivier4.free.fr Sophia Mézières Rédactrice Rubrique Astrologue Conseil http://sophiamezieres.over-blog.com

www.magshooting.com


SHOOTINGMAG Juillet 2011

SOMMAIRE N°19 - JUILLET 2011 Edito Chers lecteurs, à l'heure où je tape ces mots sur mon clavier, nous sommes le premier jour de l'été. Qui dit été, dit soleil, jolies plages de sable fin ou de galets (au choix), petites robes, maillots de bain, vacances et bien entendu de belles images. Oui, je vous l'accorde, nous faisons aussi de belles images l'hiver, chez Shooting mag. De belles images publiées sur le magazine, mais également sur notre page fan. Shooting n'oublie pas ses fans, vous êtes plus de 7000 à poster vos images, vos liens. Soyez assurés que nous prenons soin de tout regarder. Chaque mois, outre vos candidatures spontanées, c'est sur notre page fan que nous faisons nos sélections. Continuez donc à nous envoyer vos travaux ! Il ne me reste plus qu'à vous laisser découvrir ce nouveau numéro. Toute notre équipe remercie les artistes ayant participé à ce numéro. Quant à moi, je tenais juste à embrasser mon équipe sans qui Shooting mag ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui. Eva Lesalon Directrice & Rédactrice en Chef

Coup de Coeur : Martial Lenoir

Coup de Coeur : Martial Lenoir

10 minutes avec : Julie Borde

07

05 07

17 25

39 47 51

55 61

65 68

Edito : Eva Lesalon, Rédactrice en Chef

Technique Photo : Imperfection, l’outil pièce Droits et devoirs du photographe Portrait du mois : Pascal Duchène

Rubrique d’Eva

Jeune Talent : Pauline Hardouin Carnets Photos : Under worlds Reportage du Mois : Vincent Effe Photoscope

Toute reproduction des textes, photos, graphismes publiés dans ce magazine est interdite. Les documents transmis impliquent l'accord de l'auteur pour publication. Nous ne sommes pas tenus responsables du contenu des informations publiées dans ce numéro.


SHOOTINGMAG Juillet 2011

COUP DE CŒUR Interview par Eva Lesalon Directrice & Rédactrice en Chef www.evales alonphotographi es.book.fr

Martial Lenoir

Photographe - www.martialenoir.book.fr Bonjour Martial. Pouvezvous nous parler un peu de votre parcours ? J’y suis venu tard, et totalement par hasard. J’ai trouvé le vieux boitier de mon père dans le garage pour mes 30 ans, et ça m’a intrigué, alors que je n’avais jamais fait de photo de ma vie, même pas avec un compact. J’ai donc lu des traités de photo indigestes, et fait plein d’essais ratés. Après un an de frustration, je suis entré dans une école où j’ai rencontré Marc Picot et Marc Bruhat, les 2 tireurs de Newton, qui m’ont encouragé dans le noir et blanc. Puis, en sortant, je

suis allé au studio Daguerre au sein duquel j’ai été pris pendant 3 ans en tant qu’assistant. Ensuite, j’ai oscillé entre les grands bonheurs photographiques et les moments où je mettais l’appareil dans la cave, mais ça serait un peu long à conter. Jusqu’à quelques succès récents qui m’ont reboosté, et permis de répondre à cette interview aujourd’hui. Quel a été votre premier boîtier ? Celui que mon père utilisait dans les années 70, un Fujica FT 605, mais la vraie découverte, ça a été peu de temps après le moyen format, sous la

forme d’un RZ67, une véritable usine à gaz, qui depuis ne m’a plus quitté. Même si, je le confesse aujourd’hui, j’ai tendance à glisser vers le numérique.


3


SHOOTINGMAG Juillet 2011

Martial Lenoir Photographe

www.martialenoir.book.fr

Vous êtes spécialisé dans la photo humaniste . Avez-vous déjà envisager un autre domaine ? Humaniste, je ne sais pas si c’est le mot qui convient, car ce ne sont pas les gens qui m’intéressent vraiment, mais plutôt les personnages. Ce qu’ils ont à l’intérieur, ce qu’ils voudraient être, ou ce qu’ils sont vraiment. J’ai toujours fait du portrait, même si l’on me prête plutôt des tendances mode, car je crée des histoires autour de mon modèle. Les autres types de photos ne m’intéressent pas vraiment et je ne me balade jamais avec mon appareil (trop lourd). Quand je fais une image, c’est que je l’ai décidée avant, et qu’elle ne sera influencée que par la personne qui est devant l’objectif. Vos photos sont pour la plupart réalisées en exterieus ? Quel est l’avantage de ce choix ? J’ai fait beaucoup de studio au début quand je travaillais à Daguerre, mais cela devient vite répétitif et castrateur. Et puis c’est long à installer. L’avantage de la lumière naturelle, c’est que quelqu’un (je ne veux pas savoir qui), l’a déjà posée, et qu’elle est toujours différente. C’est mon coté partisan du moindre effort et pragmatique.

Une fois la photo réalisée il y a un travail de retouche. Quel logiciel utilisez vous ? Comme tout le monde : Photoshop. Mais je suis nul en retouche, cela ne m’intéresse pas. Je me suis formé dans le milieu argentique, et mon prof me disait toujours : «  si tu passes plus de 20 min à retoucher ton image, c’est qu’elle est ratée ». Je m’y suis toujours tenu. Où puisez vous votre inspiration ? J’ai grandi dans une librairie. Je suppose que la plupart des histoires que je raconte viennent de là, même si je ne m’en rends pas toujours compte. Et puis il y a le cinéma que je dévore, et la peinture, qui est pour moi l’art suprême.


SHOOTINGMAG Juillet 2011

D’après vous, quelles sont les qualités qui sont demandées pour être un bon photographe ? Comme disait Oscar Wilde : « il faut assez d’humilité pour apprendre, assez d’orgueil pour avancer ». Quoi que souvent j’envie les gens qui avancent sans se poser de questions. Et puis il faut de la patience, et de la pugnacité je crois.

présenter son travail, à faire acte de présence lors d'une telle manifestation, pensez qu'il est dans la logique des choses que ce dernier soit rémunéré ?

Comment sélectionnez vous vos modèles ? Au début, c’était simple. C’était celles qui voulaient bien, et elles n’étaient pas nombreuses. Aujourd’hui, en toute fausse modestie, j’ai beaucoup de demandes, et comme je ne suis pas très organisé, cela se fait suivant les disponibilités, le feeling, et la motivation. Et puis suivant les sujets que je traite, je ne recherche pas le même type de modèle. Par exemple, pour les garçonnes, c’est simple, il faut des petits seins. Pour la loge, je prends toutes les filles avec les cheveux roux, ça fonctionne très bien. Et puis après, j’aime bien retravailler avec les modèles avec lesquels je me sens à l’aise (un peu comme tout le monde je pense).

Seriez vous prêt a travailler gratuitement pour des agences de mannequins en échange de publicité ? Que pensez vous de ces banques d'images qui vendent nos photographies à 0.14 cts pièce ? Lorsqu'un photographe est invité à exposer et

Je vais essayer de répondre à toutes les questions d’argent, sujet sur lequel je ne suis pas fort. Je n’ai jamais pensé que la photo pourrait me rapporter un jour de l’argent, et je n’ai jamais laissé cela m’envahir. D’un coté, je ne paye pas mes modèles, sauf si l’on me fait une commande payée, ce qui est très rare. De l’autre, je n’ai jamais fait payer un modèle pour faire un book. Je ne mets pas mes photos en banque d’images car cela ne m’intéresse pas, et je ne pense pas non plus que mes images les intéressent. Je fais les images dont j’ai envie, et je me bats pour garder cette liberté. Le jour où je devrai faire des images qui ne me plaisent pas, je pense que je remettrai le boitier au placard, et je ferai autre chose. Je n’ai pas vraiment de leçon à donner aux autres, tout au plus des conseils si jamais ils en veulent, car de mon coté j’en ai bien besoin. Merci Martial Eva Lesalon - Shooting Mag


CLASS MODELʼS AGENCY recrute sur Lille et Paris mannequins femmes et hommes pour défilés, shootings mais aussi des hôtesses et hôtes dʼaccueil pour salons congrès , séminaires , animations commerciales...Nous faire parvenir vos photos récentes , format JPG et dʼexcellentes qualités ! Nous sommes en partenariat sur Lille avec les photographes : EVA LESALON et MANUELE DA CANCARO de Lille que nous vous conseillons pour la qualité de leur travail ! http://www.evalesalon-photographies.book.fr contact@classmodelsagency.com


SHOOTINGMAG Juillet 2011

10 MINUTES AVEC... Julie Borde Interview par

Eva Lesalon Directrice & Rédactrice en Chef www.evales alonphotographi es.book.fr

Julie Borde

Photographe - www.julimaia.book.fr Bonjour Julie. Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de la photo ? Je ne sais pas vraiment mais j'ai toujours été attirée par le "monde de l'image", qu'elle soit télévisuelle, cinématographique ou sur papier glacé.

elle ne manque pas non plus d'humour!

Quel type de photos aimes ou aimerais-tu faire ? Personnellement, j'ai un petit faible pour le noir et blanc qui est intemporel et me permet, dans les clichés "mode", de Ce qui me plaît surtout, revisiter les styles rétros c’est l'idée d'un média que j’adore. Cela dit, universel qui permet de j'aime explorer tous les raconter une histoire sans As-tu un photographe de styles, tous les sujets, prédilection ? mots, faire passer une surtout s'ils tournent Robert Doisneau, Richard autour de l'homme au émotion, véhiculer une Avedon ou encore David idée, une opinion sans sens large du terme. Mais avoir nécessairement à la Lachapelle sont pour moi je suis de plus en plus des maîtres incontestés verbaliser et qui, malgré attirée par la photographie tout, génère des réactions, qui brillent aussi bien par publicitaire et pense dans leur regard singulier que souvent très différentes un avenir proche tenter ma par leur engagement d'un individu à l'autre. chance dans ce domaine "social" à travers une d'apparence plus "froide". vision souvent critique du monde. Généralement,


SHOOTINGMAG Juillet 2011

Julie Borde

Photographe www.julimaia.book.fr

Comment se passe une séance photo avec toi ? Concernant le déroulement d'une séance, mon but premier est de mettre mon ou mes modèles à l'aise. C'est pourquoi j'aime démarrer avec une petite conversation autour d'un café avant de passer aux choses sérieuses. J'aime la spontanéité et le naturel chez un modèle, aussi je privilégie généralement les personnes ayant peu voire pas du tout d'expérience dans ce domaine. Je shoote en lumière naturelle avec mon EOS 5D Mark 2, généralement à mon domicile et parfois dans les locaux de l'agence Enjoy Models Marseille pour laquelle je travaille également. J'utilise mon unique objectif, un 24/105 qui me permet de couvrir une plage assez large, très utile pour passer du book au mariage sans avoir nécessairement à investir, pour le moment, dans une batterie d'objectifs très couteux. Pour en revenir à mes "méthodes" de travail, je n'hésite pas à guider mon modèle tout au long de la séance, ce qui me semble essentiel pour l'aider à donner le meilleur de lui-même. Je prends le temps de le rassurer car, des mariés aux mannequins, chacun est, à un moment donné, en proie aux doutes quant à son image et

ses complexes personnels. J'attache énormément d'importance au fait de créer un lien sincère et amical avec les personnes avec lesquelles je travaille, et n'en suis que plus satisfaite lorsque cela se ressent à travers mes images. La photographie est-elle pour toi une sorte de thérapie ? Cela dit,le monde de la photo reste assez froid,et je regrette qu'autant de photographes, même les jeunes refusent le plus souvent ne serait-ce que de donner un conseil,quand ils ne tentent pas carrément de décourager les nouveaux venus ou photographes aspirants,je parle hélas en connaissance de cause. Je trouve aussi très injuste le fait d'être constamment sollicitée pour travailler "bénévolement" (au sens hypocrite du terme) sous prétexte qu'on est une femme,jeune,qui met en avant la qualité de son travail contrairement à certains mâles de la profession plus vendeurs que photographes qui préfèrent se vanter de la taille de leur objectif et paraissent pourtant plus convaincants aux yeux de beaucoup.J'estime que quand le travail est de qualité et parle de lui même, il est ridicule d'appâter le client avec des termes techniques incompréhensibles. Si l'habit ne fait pas le moine,ce n'est pas non plus l'outil qui fait le travail.


SHOOTINGMAG Juillet 2011 Si subitement, comme par magie, le monde de la photographie venait à disparaître de la surface de la Terre, que ferais-tu pour pallier à ce manque ? Si le monde de la photo venait à disparaître, je me tournerais sans doute vers un milieu en rapport avec la communication, idéalement celui de la pub ou du cinéma. Comment te vois-tu dans dix ans ? Enfin, dans dix ans, je ne sais pas si la profession existera toujours (rire) et je ne sais pas où je serai. Mais l'essentiel serait que je n'y sois pas seule et toujours avec cette possibilité de partager mon regard avec un public, je l'espère, de plus en plus large. Merci, Eva Lesalon - Shooting Mag


Photo : Olivier Merzoug / Modèle : Camille


SHOOTINGMAG Juillet 2011

TECHNIQUE PHOTO Olivier Merzoug Directeur Artistique, Photographe & Rédacteur Rubrique Technique www.olivier merzoug.co m

Imperfections, l’outil pièce... Il existe plusieurs méthodes pour supprimer les imperfections dʼun visage ou des présences de traces sur le corps. Les outils de “Correcteurs de tons directs”, “Correcteurs” et “Pièces” fonctionnent de la même manière mais chacun avec sa spécialité. Ce type de correction fonctionne par copie ou clonage dʼune zone vers une autre tout en préservant les ombres et la texture de la zone corrigée.

Commençons par lʼoutil “Correcteur de tons directs”, idéal pour supprimer des boutons ou nettoyer le teint dʼun visage par exemple. Cet outil se trouve dans le groupe dʼoutils Correcteurs dans la barre dʼoutils. Une fois notre image ouverte, on ajoute un nouveau calque séparé, on veillera que lʼoption « Echantillonner tous les calques » soit cochée dans la barre dʼoptions. En zoomant sur la zone contenant les imperfections, on resélectionne lʼoutil “Correcteur de tons

directs”. Augmentons la taille du pinceau de sorte quʼil soit légèrement plus large que le bouton à corriger et cliquons directement sur ce dernier.


Photo : Olivier Merzoug / Modèle : Camille


SHOOTINGMAG Juillet 2011

Olivier Merzoug Photographe

www.oliviermerzoug.com

Photo : Olivier Merzoug / Modèle : Camille

En un instant, le bouton disparait. Cʼest extrêmement simple. Photoshop fait correspondre les informations de duplication avec les valeurs et la texture des pixels environnants les plus proches. Lʼoption Créer une texture vaut dʼêtre essayée si les résultats ne sont pas convaincants. Quand lʼoutil “Correction de tons directs” nʼest pas assez efficace, on fera appel à lʼoutil “Correcteur” qui nous donnera plus de contrôle sur le clonage de zone. Commençons par effacer le calque séparé en le jetant à la corbeille. Avec cet outil, on va pouvoir choisir la zone de peau sans défaut qui servira de point de source. Ajoutons un nouveau calque, sélectionnons lʼoutil “Correcteur”.

devons corriger. Cliquons pour définir le point source. Il ne reste plus quʼà masquer lʼimperfection en cliquant simplement dessus. Il est important de comprendre quʼil faut redéfinir le point source pour chaque zone à corriger. Le ”Correcteur” dispose de plusieurs modes dont certains peuvent se révéler très utiles. La plupart du temps, on utilisera le mode normal. Le mode “Remplacer” a les mêmes vertus que le “Tampon de duplication”. Pour dissimuler les parties foncées dʼune imperfection, nous utiliserons le mode “Eclaircir” et inversement pour les zones claires, nous utiliserons le mode “Obscurcir”.

Enfin, pour couvrir des zones plus larges dʼimperfections, nous nous servirons de lʼoutil On va, comme précédemment, ajuster la taille du “Pièce”. Il est également dans le groupe des outils Correcteur afin quʼil corresponde à celle du bouton “Correcteur”. Cet outil fonctionne par duplication mais cette fois on placera lʼoutil près du défaut sur une imperfection dʼune zone définie par sans le chevaucher en appuyant sur la touche sélection. Il faut appuyer sur la barre espace du “alt”. Au moment du relâchement de la touche clavier et faire glisser lʼimage de sorte que le “alt””, le pointeur se change en une croix inscrite défaut apparaisse sur la zone à couvrir. dans un cercle. Cʼest le point de duplication, il doit être placé sur une zone claire de la peau, dʼombre et de texture semblables à la zone que nous


Photo : Olivier Merzoug / Modèle : Camille


SHOOTINGMAG Juillet 2011

Il ne faut pas oublier de cocher “Destination” dans la barre dʼoptions pour indiquer au logiciel de copier la zone sélectionnée à lʼemplacement de destination. Repérons une zone de peau claire près du défaut et, à lʼaide de lʼoutil “Pièce”, traçons une sélection à peine plus large que l'imperfection. Cliquons sur la sélection puis faisons la glisser sur le défaut. Une fois le bouton de la souris relâchée, la tache est recouverte et corrigée. Avec un peu de temps et patience, vous obtiendrez un teint lisse et parfait tout en gardant la texture de peau. A vous de jouer maintenant !!! Olivier Merzoug Directeur Artistique,Photographe & Rédacteur Rubrique Technique www.oliviermerzoug.com

Photo : Olivier Merzoug / Modèle : Camille

Photo : Olivier Merzoug / Modèle : Camille


Cliquez-ici pour rĂŠserver votre sĂŠance : info@oliviermerzoug.com


MODE // EDITO


Photo : Olivier Merzoug / Modèle : Cassandre


MODE // EDITO


Photo : Olivier Merzoug / Modèle : Cassandre


MODE // EDITO


Photo : Olivier Merzoug / Modèle : Cassandre


SHOOTINGMAG Juillet 2011

JURIDIQUE Olivier Barré Rédacteur Rubrique Juridique http:// bolivier4.free .fr

Droits et Devoirs du Photographe public ou privé ? Existe-t-il un règlement ? Vais-je provoquer des troubles si j’exploite mes photos. Le jour ou des propriétaires vous demandent des autorisations pour photographier des biens visibles de la rue, rappelez vous de l’arrêt de la Cour de cassation du 7 mai Avec cet article, je termine 2004 : « Le propriétaire le cycle intitulé « Je d’une chose ne dispose photographie tout, tout, pas d’un droit exclusif sur tout… » avec un article sur l’image de celle-ci… Il la diffusion des peut toutefois s’opposer à photographies. J’avais l’utilisation de cette image conclu l’article précédant par un tiers lorsqu’elle lui avec ceci : cause un trouble moral ».

Je photographie tout, tout, tout…et je diffuse…

« Faites vos photos en vous posant quelques questions de bon sens : suis-je dans un domaine

La rue nous offre un endroit très agréable pour réaliser des photos… Mais

attendre que toutes les personnes soient rentrées chez elles, cela est très difficile et la rue perd tout son charme. Et oui, ceux sont les êtres humains qui font le charme d’une photo de rue. Donc, comme l’article précédant, puis-je tout photographier quand je me promène dans la rue ? Vais-je avoir des problèmes avec les photos que je vais réaliser des personnes qui s’y promènent ?


SHOOTINGMAG Juillet 2011 En tant que photographe, je vous dis : Faites la photo ! Réfléchissez plus tard ! Une occasion de faire une photo qui regroupe un cadrage, une ambiance et un événement spécifique au moment où vous passez est rare et ne se renouvèlera pas ! Pas de retour marche arrière pour la refaire. Donc, faites la photo.

pour savoir ce que vous faites. Un petit conseil : discutez avec elle et partagez votre photo. Ne brusquez pas les gens avec votre « armephotographique ». Si une personne vous demande le droit d’auteur, et bien le droit d’auteur, c’est le votre, pas le sien (voir les anciens numéros de Shooting Mag). Si elle vous demande le droit à l’image… Pourquoi ? Il n’y a aucun droit En tant que photographe, je vous dis : Faites la à l’image quand vous prenez une photographie. Il photo ! Réfléchissez plus tard ! Une occasion de y a droit à l’image quand vous allez utiliser et faire une photo qui regroupe un cadrage, une diffuser cette photo donc « un petit bonjour et ambiance et un événement spécifique au moment laissez couler ». On ne peut vous obliger à effacer où vous passez est rare et ne se renouvèlera pas ! votre carte mémoire. Pas de retour marche arrière pour la refaire. Donc, faites la photo. Vous avez le droit de photographier des personnes se trouvant sur le domaine public Il n’y a aucun texte de loi disant ce que nous SAUF si cette personne vous fait signe pouvons faire ou pas, tout est basé sur la ouvertement qu’elle ne veut pas se faire prendre jurisprudence donc tout peut changer demain… A en photo. Le geste est sans équivoque et je vous vous de rester connecté à l’actualité juridique. Je conseille de respecter son choix car on rentre vous conseille le blog http://droit-etdans le respect de la vie personnelle. Il y aura photographie.over-blog.com de Joëlle Verbrugge d’autres occasions de faire des photos. qui nous informe des dernières jurisprudences dans ce domaine. Revenons à notre rue, vous réalisez des photos de passants et des personnes viennent vous voir


Vous réalisez une photographie de personnes en groupe ou une personne seule qui est le sujet principal de votre photographie. La situation est amusante, attendrissante, cocasse. Cette personne est reconnaissable sur votre photo et les premières questions à vous poser : puis-je la diffuser ? Dois-je demander une autorisation à cette personne ? Merci la jurisprudence… La cour d’appel de Paris a rendu un jugement le 5 novembre 2011 qui nous aide dans notre démarche d’auteur. « Ceux qui créent, interprètent, diffusent ou exposent une œuvre d’art contribuent à l’échange d’idées et d’opinions indispensables à une société démocratique ». Le droit à l’image passe donc en second plan par rapport à la liberté d’expression d’un auteur. MAIS ATTENTION, la diffusion de cette photographie ne doit pas porter atteinte à la dignité de la personne photographiée. Si vous faites cela, attendez-vous à de gros problèmes car les tribunaux ne seront pas tendres avec vous. Tout est affaire de bon sens et de respect d’autrui. Le critère est donc l’expression artistique et cela reste un critère subjectif que le magistrat aura à interpréter. La meilleure chose est de vous présenter, de discuter, de montrer votre photo, de récupérer les coordonnées de la personne et de lui envoyer une autorisation et la photographie. Cela vous fera gagner du temps et vous fera passer des nuits paisibles. Concernant les enfants, je vous dirai attention à vous. Les règles sont les même que pour les adultes (en théorie) mais prenez des précautions supplémentaires et soyez prudents. Tous les parents protègent leurs enfants. Et avec la conjoncture actuelle, faites très attention à vous quand vous désirez prendre des photographies, vous êtes en terrain marécageux… Personnellement, je passe mon chemin.


SHOOTINGMAG Juillet 2011

Maintenant que vous avez des photos de rue, avec des personnes, des bâtiments, des œuvres d’arts, de la publicité, etc. représentés dessus, que pouvez-vous faire avec ? Il y a deux catégories. La diffusion à titre « photographe amateur » et la diffusion à titre « d’œuvre d’auteur prévue à la vente ». Dans ce dernier cas, il vous faut les autorisations de toutes les personnes, propriétaires, auteurs d’œuvres, etc. On revient à la communication. Discuter avec les gens, les propriétaires et auteurs, expliquer votre projet et offrez-leur la photographie que vous désirez exploiter financièrement. Généralement, la réponse est oui et l’autorisation est signée sinon cela n’est pas grave car vous vous serez épargnés de gros problèmes futurs, vous aurez d’autres occasions et d’autres rencontres. Les autorisations ne valent pas pour les éléments entrant dans la théorie de l’arrière plan. Je retourne voir le blog de Joëlle pour une petite explication : « Cette théorie dite "de l'arrière plan", que certains nomment également "exception d'utilisation accessoire" (voir à ce sujet l'excellent article de Ch. Geiger, "Liberté de l'image et droit d'auteur", Legicom n° 34, page 65, 2005/2 et multiples références citées)  est une pure création jurisprudentielle, saluée et admise par la doctrine nonobstant l'absence totale de fondement légal. » Direction le blob de Joëlle pour une explication juridique… http://droit-et-photographie.over-blog.com/ article-la-theorie-de-l-arriere-plan-44162167.html Concernant la diffusion de photographie de rue à des fins amateurs donc sans exploitation commerciale, il n’y a qu’une chose à savoir : si

vous exposez une photographie, allez-vous occasionner un trouble moral quelconque pour les personnes représentées ou les biens représentés ? Si la réponse est non, allez-y, exposez, diffusez à titre gratuit. Si la réponse est oui, demandez une autorisation. En cas de problème lors d’une exposition avec des personnes se reconnaissant sur la photographie ou reconnaissant leur bien, vous êtes totalement couvert. En effet, si on vient vous demander un dédommagement pour une photo exposée, vous expliquez que vous ne faites pas de bénéfice avec cette photo et donc vous retombez dans le domaine de la liberté d’expression. Si la personne s’entête dans sa démarche, expliquez-lui qu’elle a le droit de porter plainte et qu’elle devra faire LA PREUVE d’un trouble moral provoqué par l’exposition de cette photographie auprès du tribunal. Si cette photographie ne porte pas atteinte à la personne, si le titre de l’œuvre ne porte pas préjudice à cette personne… Où se trouve le trouble moral de la photographie ? Je conclue cet article par ceci. Faites-vous plaisir en réalisant des photos de rue. Diffusez les à titre amateur, exposez les, faites les vivre. MAIS soyez respectueux des personnes figurant sur vos clichés et discutez de votre passion avec les passants, c’est dingue les rencontres que l’on peut réaliser avec un simple sourire, un simple bonjour et les autorisations que l’on peut récupérer par la suite. Source : Joëlle Verbrugge http://droit-et-photographie.over-blog.com

Olivier Barré www.barre-olivier.com www.bolivier4.book.fr


CONCOURS SHOOTING MAG

Gagnant du mois Photographe : Bertrand NOËL Jeune autodidacte de 30 ans, je me considère comme un photographe qui appréhende l'image de manières multiples. Pratiquant très tôt la photographie et la retouche numérique en parallèle de mes études de cinéma mon univers puise aujourd'hui mes principales références esthétiques dans les films et dans la peinture. Dans mes photos, on retrouve souvent les mêmes ambiances, les mêmes références. J'aime la géométrie, les éclairages travaillés, les matières et la mise en scène.


SHOOTINGMAG Juillet 2011

PORTRAIT DU MOIS

Pascal Duchène Photographe - www.duchene-photo.com Photographe c’est ton métier ou bien est-ce un hobby pour toi ? Jusqu'à présent, j'ai toujours pratiqué la photographie par passion , répondant toutefois à quelques commandes sans pour autant qu'il s'agisse de mon métier principal. Mais j'ai depuis peu l'ambition d'en vivre et de développer cette activité avec plus de sérieux. Cette année, je pars m'installer à Montréal dans cette optique.... Parle-moi un peu de ton parcours. Après des études littéraires et un Bac 3 langues, j'ai emprunté la voie de l'université jusqu'en master de philosophie. J'ai commencé à m'intéresser à la photographie en même temps que les études sont devenues synonyme d'ennui si

bien qu'au final, je ne faisais que passer à la fac, un Leica CL autour du cou, occupant la totalité de la journée à sillonner les rues et friches industrielles de ma ville à la recherche d'ambiances, de décors pour un éventuel shoot ! Au départ, seules les ambiances saisies sur le vif m'intéressaient; les scènes de rue, les portraits volés, puis après une première tentative de mise en scène avec ma copine de l'époque, j'ai très vite réalisé que j'aimais contrôler les paramètres de ma photographie, placer le modèle, gérer le choix des vêtements, les attitudes, la précision du cadrage. Dès lors, j'ai totalement cessé toute activité photographique ne rentrant pas dans le cadre : modèle/photographe.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de la photo ? En fait, j'ai été attiré très tard par la photographie, vers l'âge de 20 ans, très certainement influencé par un de mes amis qui traînait en permanence avec un boitier en bandoulière. Dans un vide grenier, j'ai dégotté un vieux Praktica. Au bout d'un mois, j'avais un agrandisseur dans la salle de bain et je tirais mes premières épreuves, mes premiers nus. Par hasard, un jour dans une librairie, j'ai feuilleté un ouvrage de Dahmane, intitulé : "dressed nude". Les clichés étaient fous, très audacieux et tout cela m'a vraiment décidé à sortir dehors en ballade avec un modèle à la recherche d'ambiances particulières.


SHOOTINGMAG Juillet 2011

As-tu un photographe de prédilection ? Difficile de choisir un seul photographe parmi ceux dont les images m'ont marqué. j'en choisirais donc deux : Paolo Roversi pour la puissance de son travail au polaroid et la manière très personnelle qu'il a de faire poser ses modèles ainsi que Richard Avedon, l'inventeur de la photo de mode telle qu'on la connait aujourd'hui, le portraitiste par excellence qui, à mon sens, influence encore le travail de bien des photographes. Quel type de photos aimes ou aimerais-tu faire ? J'aime faire des photographies bien cadrées, mettant en scène des femmes charismatiques, pleines de leurs forces et de leurs faiblesses, le tout baigné d'une lumière adéquate qui rende l'image hypnotisante. Je n'aime pas le hasard dans la photographie, en tout cas, pas dans les miennes. Bien sûr, j'aimerais faire plus de nus car cette discipline est tellement difficile à maîtriser qu'en faire occasionnellement c'est prendre le risque de vraiment se planter. Un beau nu, ça reste magique à mes yeux et ça donne toujours une photographie dont on se souvient.

Comment se passe une séance photo avec toi ? Pour commencer, ça ne se passe qu'avec moi ! Jamais d'assistant, pas de coiffeur ni maquilleur. Mes rudiments de make-up me permettent en général d'apprêter le modèle comme je le souhaite. J'ai besoin de calme et d'une interaction directe avec le modèle sans diversion aux alentours.

Pour le reste, une séance dure de deux à quatre heures pendant lesquelles nous travaillons ensemble sur une dizaine de poses différentes en lumière continue ou naturelle si le lieu s'y prête. Je shoote en général deux rouleaux de 12 poses par séance; je dispose donc au total d'un peu plus de 20 négatifs exposés. Chaque prise de vue nécessite une concentration du modèle ainsi qu'une compréhension précise de la pose à effectuer ainsi que de l'orientation à donner au visage. Il m'arrive souvent de mimer la pose à adopter par le modèle afin qu'elle puisse se placer adéquatement dans le cadre et correspondre ainsi à l'idée photographique qu'elle m'évoquait. Tout cela nécessite une attention de chaque instant car aucun recadrage ni retouche ne sauraient être effectués. Un négatif insatisfaisant est un négatif qui restera non développé car j'aime cette idée que rien n'est gagné d'avance, qu'il faudra sacrifier des choses et que la qualité de la photographie se détermine à la prise de vue et pas à posteriori, tranquille, assis à un bureau. Comment sélectionnes-tu tes modèles ? En général, lorsqu'il s'agit d'une recherche personnelle autour d'un thème précis, je ne me presse pas et j'attends de rencontrer le profil qui me permettra de traduire cette idée avec le plus de fidélité. J'ai ainsi des scènes à l'esprit qui dorment depuis quelque temps à défaut d'avoir trouvé la fille ou le couple aux critères idéaux pour ce projet. On me reproche souvent le côté " calibré" de mes modèles lesquelles sont fines, toniques et la plupart du temps élancées mais c'est ainsi, j'ai besoin d'une certaine tension, d'une énergie que ces silhouettes élastiques me permettent d'obtenir. J'aime que la light file sur un corps, rencontrant quelques arrêtes et glissant sur de grands segments marquant des lignes de fuite. Quel matériel utilises-tu ? Je n'aime pas trop parler de matériel peut-être parce que j'utilise le même depuis des années : un Hasselblad 500 cm, deux dos à 12, un dos Pola, un 80 mm et un 150 mm. Je n'utilise pas de cellule mais j'ai besoin parfois d'un petit boîtier Leica R 4 pour prendre quelques mesures et régler mon blad. Pour le reste, un déclencheur souple, un trépied et un bon vieil halogène 500 W pour la light. Côté labo, je tire sur un Durst M605 avec deux optiques différentes et j'utilise la gamme de chimie et papier Ilford.


SHOOTINGMAG Juillet 2011 Comment gères-tu ton activité de photographe vis-à-vis de tes proches ? J'avoue dans la mesure du possible ne pas me soucier de l'environnement familial ou relationnel préférant m'isoler dans ma pratique photographique en évitant au maximum les interférences. J'aime garder le contrôle et rester maître à bord. Le soutien des proches peut certes apporter une énergie profitable. Cependant, il faut garder ses convictions propres et maintenir son objectif quitte à s'éloigner de ce qu'on peut attendre de toi. La photographie reste une pratique très égoïste à mon sens. La photographie est-elle pour toi une sorte de thérapie ? Lorsqu'on se jette dans une passion corps et âme, on s'immerge dans une source de bien être, de satisfaction mais aussi de complications particulières qu'on ne trouve pas ailleurs. On réalise des choses bonnes ou mauvaises mais toujours dans un univers qui nous appartient et c'est en cela, selon moi, qu'une passion est réellement intéressante dans la construction identitaire. Mes photographies parlent de moi, racontent ce que j'aime, ce en quoi je crois. Il n'y a rien d'anodin dans les poses adoptées par mes modèles et encore moins dans la manière dont je vais mettre en scène un couple. Cela raconte des choses ... Ceci dit, je n'ai pas vraiment besoin de photographier pour me sentir mieux mais plutôt pour faire de meilleures photographies, prendre une revanche sur la précédente séance.

As-tu un coup de gueule, un message à faire passer, quelque chose qui te tient à cœur ? Non, je n'ai jamais trop de choses à revendiquer dans ce domaine, j'espère juste trouver encore de la chimie, du papier et des rouleaux puis rencontrer encore longtemps des gens qui savent faire la différence entre un tirage manuel unique et un fichier numérique édité en série par simple lancement d'impression… Merci, Eva Lesalon - Shooting Mag


Photo : Eva Lesalon / Modèle : Justine


SHOOTINGMAG Juillet 2011

RUBRIQUE D’ÉVA Eva Lesalon Directrice & Rédactrice en Chef www.evales alonphotographi es.book.fr

Photo : Eva Lesalon / Modèle : Raphaelle

C'est quoi ce Bordel ? Nous sommes dimanche, je suis tranquillement installée dans mon canapé, pc sur les genoux. Je dois écrire ma rubrique pour Shooting mais je ne suis pas inspirée. Et puis, il faut dire que mon amoureux étant absent, j'en profite un peu pour regarder des émissions que je m'empêche de regarder quand il est là (ben oui, un peu d'amour propre quand même). Donc " l'amour est dans le pré " est une des raisons qui m'empêchent un peu de me concentrer sur mon article. Je

navigue aussi sur Facebook à la recherche d'inspiration, histoire d'avoir bonne conscience et c'est là que je me dis " mais c'est quoi ce bordel ? ". D'où sortent toutes ces petites jeunes photographes ?! Elles ont entre 15 et 22 ans et dégainent des photos ! Des trucs de oufs (fous pour ceux qui ne comprennent pas le verlan). Sérieusement, moi ça me fait flipper. Y a une grande école qui a lâché sa promo d'un coup ou quoi ? Non

même pas… Elles sont autodidactes ! Purée, j'ai besoin d'une pause là... Ah ça vous fait rire vous ? On a tout intérêt à s'accrocher nous, les vieux. Ces demoiselles n'hésitent pas à sauter le pas pour s'inscrire à la chambre des métiers et elles ont bien raison, elles ont des commandes. Pas comme tout le monde hein ? Vous vous sentez visés ? Bah rassurezvous, ce n'est pas toujours tout rose chez moi non plus, mon banquier pourra vous le confirmer.


Photo : Eva Lesalon / Modèle : Gaelle


SHOOTINGMAG Juillet 2011 Photo : Eva Lesalon / Modèle : Justine

Photo : Eva Lesalon / Modèle : Raphaelle

Moi, j'dis qu'un p'tit coup de jeune ça fait pas de mal. Il faut juste espérer que ces charmantes demoiselles (oui parce qu'en plus, elles sont canons !) connaissent aussi l'aspect commercial du métier et ne vont pas brader les prix. On a assez d'emmerdes comme ça avec les banques d'images qui vendent des photos à 0.14 cts pièce, les grandes presses qui n'ont plus de budget et les grandes agences qui préfèrent les images dites " libres de droits ", sans oublier ceux qui veulent nous faire bosser gratos car on doit bien s'estimer heureuses qu'on nous fasse de la pub ! Bon allez, moi en attendant, je vais essayer de choper ces demoiselles pour les interviewer tant qu'elles sont encore accessibles ! Ah ben tiens, je l'ai mon article ! Eva Lesalon. Photos©EvaLesalon

Photo : Eva Lesalon / Modèle : Gaelle


SHOOTINGMAG Juillet 2011

JEUNE TALENT

Pauline Hardouin

Photographe - http://paulinehardouin.blogspot.com

Bonjour Pauline, quel âge astu ? Bonjour ! J'ai 16 ans. Parle-moi un peu de ton parcours. J'ai toujours apprécié la photographie. Je me souviens qu'étant plus petite, je prenais en cachette l'appareil photo numérique de ma mère, et que je photographiais à peu près tout ce que j'avais sous la main. Mais cela restait secret. Puis j'ai eu envie de « passer à la

vitesse supérieure » durant l'année de mes 13 ans. Puis j'ai demandé à mes parents de m'offrir un reflex pour mes 14 ans. Ce fut un Nikon D40. J'ai commencé par photographier l'une de mes meilleures amies Candice, et l'expérience nous a beaucoup plu ! J'ai ensuite publié mes quelques clichés sur Facebook, puis certaines personnes que je ne connaissais pas m'ont demandé de leur faire une séance photo. Depuis ces jours, je ne me suis plus jamais arrêtée ! Je réalise aujourd'hui des books, mais je mets aussi en place des projets personnels. J'ai aussi récemment eu la chance de photographier en backstage le Festival International de la Mode et de

la Photographie de la ville d'Hyères. Une expérience très enrichissante. Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire de la photo ? C'est venu comme ça, d'un coup. Je me suis dit « il faut que tu tentes le truc, ça a l'air sympa. » As-tu un photographe de prédilection ? En fait, j'en admire des tonnes, et de différents styles. Willy Ronis, Karl Lagerfeld, Paolo Roversi, Annie Leibovitz, Robert Doisneau... J'aime aussi beaucoup les photos de François-Régis Durand, le gagnant du concours SFR Jeunes Talents des Rencontres d'Arles de 2010.


SHOOTINGMAG Juillet 2011

Et enfin, de petit(e)s photographes dont pour m'acheter un autre boîtier ainsi la renommée n'est pas « mondiale », qu'un 50mm ! mais qui le mériteraient car leur talent est Comment gères-tu ton activité de fou ! photographe vis-à-vis de tes proches ? Quel type de photos aimes ou Mes proches sont très contents de me aimerais-tu faire ? J'aime principalement la photo de mode. voir évoluer dans le milieu de la Je porte aussi un grand intérêt au noir et photographie. Ils suivent mon parcours, m'encouragent, me font rencontrer des blanc. gens. Ils m'aident vraiment et me donnent Comment se passe une séance photo confiance. Ma mère m'a offert mon premier appareil photo, et mon père avec toi ? m'amène au Festival de la Photographie D'abord beaucoup de mails, des idées chaque été, à Arles. Mes amis, quant à qui fusent du côté de la personne qui va eux, sont adorables ! Ils me donnent des se retrouver devant l'objectif, mais aussi de mon côté. Des choix : lieux, stylisme, idées de shootings, me conseillent... ambiance, etc. Puis nous nous La photographie est-elle pour toi une retrouvons au lieu prévu le jour J. Le timing du shooting varie, mais en général sorte de thérapie ? La photographie me permet de m'évader. cela nous prend un après-midi. C'est l'occasion de confidences, d'échanges et Lorsque j'ai mon appareil dans les mains, j'oublie en général mes petits tracas et je de beaucoup de fous rires ! Après le me concentre sur ma passion. shooting, il ne me reste plus qu'à transférer mes photos sur mon ordinateur et d'en retoucher les couleurs à l'aide de lightroom.

Quel matériel utilises-tu ? Mon premier reflex, un Nikon D40 avec son objectif d'origine et un 70-300mm. Mais j'économise depuis quelques mois

J'ai aussi récemment eu la chance de photographier en backstage le Festival International de la Mode et de la Photographie de la ville d'Hyères. Une expérience très enrichissante..


SHOOTINGMAG Juillet 2011

Imaginons qu'une banque d'images comme Getty (pour ne citer qu'eux) te sollicite pour vendre tes clichés à moins d'1 euros. Ta réaction ? Je pense que je déclinerais, car je ne souhaite pas que mes photographies se retrouvent sur une banque d'images. As-tu un coup de gueule, un message à faire passer, quelque chose qui te tient à cœur ? Je souhaiterais juste (re)dire un grand bravo à Margaux, l'une de mes meilleures amies, dont j'ai réalisé les premières photos et qui se retrouve aujourd'hui égérie d'une marque de vêtements très connue !

Merci Pauline Eva Lesalon - Shooting Mag


Pink Spirit

A coeur ouvert II


SHOOTINGMAG Juillet 2011

CARNETSPHOTOS Florent Vassogne Rédacteur Carnet Photo & Correcteur www.efelo.b ook.fr

The Pink Lady

Chapitre IX Under Worlds

Une fois encore, j’avais envie de vous éloigner des sunlights des studios pour poursuivre notre balade dans le monde merveilleux et coloré qui s’agite sous nos pas empressés. Je ne reviendrai pas sur le fait que, pour l’amateur de sensations photographiques, la macrophotographie offre un panorama digne des meilleurs safaris, et ce, en poussant modestement la porte de son jardin. Tout est là, à portée d’objectif. Une fois l’objectif macro solidement amarré, concentrons-nous sur le sujet à photographier. Que prendre ? Les sujets ne manquent pas et on a vite

fait de s’y perdre et de se décourager. Votre ennemi numéro un sera le vent. La moindre brise prendra à notre échelle 1 :1 des allures de tornade.

réclame patience et concentration. Monde floral, monde minéral ou animal ? Lors d’une séance macro, j’aime particulièrement aborder les trois. Le moins Privilégiez donc un coin complexe, le monde plutôt abrité de ce côté-là. minéral permet de réaliser Ne dégainez pas tout de des clichés assez aisés suite. Posez-vous au dans la mesure où rien ne milieu d’un site qui vous bouge. Vous pouvez ainsi semble propice. vous concentrer sur l’essentiel (le cadrage, la Accroupissez-vous ou lumière, etc). allongez-vous. Et laissez la vie qui s’agite autour de vous peu à peu envahir votre champ de vision. S’imprégner et se fondre dans le milieu pour mieux déceler ce qui peut vous offrir un beau sujet photo. La macro se mérite, elle


So hairy lady


SHOOTINGMAG Juillet 2011

Dans un second temps, les fleurs ou toute autre composition végétale permettent de tenter des photos un peu plus techniques. C’est le moment idéal pour jouer avec le bokeh de votre objectif, c'est-à-dire le flou d’arrière plan qui sera d’autant plus marqué que votre diaphragme sera ouvert. La flore offre de magnifiques sujets graphiques où les couleurs rivalisent de poésie. Troisième temps, tournons-nous vers le monde animal. Quelque soit le nombre de pattes, qu’ils rampent ou qu’ils volent, votre environnement fourmille de petits mannequins qui n’attendent que vous ! Mais ces photos seront techniquement les plus difficiles à réussir pour deux raisons évidentes : vos sujets bougent et ont souvent peur de vous, d’autant que votre distance de mise au point minimum avoisine parfois à peine 3-4 cm. Selon votre objectif et dans la mesure où votre zone de netteté sera limitée, privilégiez la zone centrale pour faire votre mise au point, quitte à recadrer la photo ensuite. Certaines espèces sont de véritables défis à photographier ! Mais quel plaisir lorsque vous parviendrez à capter ces instants fugaces d’une vie invisible ! Pour conclure, juste un petit mot pour revenir sur l’excellent Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM. Moyennant d’amusants bricolages qui le transforment en nez de Pinocchio, il est tout à fait envisageable d’atteindre le rapport 4 :1 ! Pour cela, il faudra lui adjoindre 3 bagues allonge Kenko (12, 20 et 36 mm), entre le boîtier et l’objectif, puis

Triolisme Automnal

visser (toujours à l’envers) notre bonnette Canon 250 D. L’autofocus continue de fonctionner, même s’il a tendance à devenir un peu capricieux. La photo intitulée « So hairy lady » a été prise avec ce dispositif. Vivement les vacances pour pouvoir tester cette combinaison de manière plus poussée ! Florent Vassogne pour Shooting Mag www.efelo.book.fr


SHOOTINGMAG Juillet 2011

REPORTAGE DU MOIS ©Vincent Effe / Gamma / Frontline Prd / SDIS25

Homeland security Photographe - Vincent Effe

et finalement très mal connue, sans jugement, ni contrainte, le combat quotidien d’hommes et de femmes qui livrent une guerre dans laquelle ils ne gagneront que des batailles. »

C’est en 2003 que la vie de Vincent Effe prend un tournant personnel qui le décide à se lancer comme professionnel de l’image. Il réalise son premier reportage en immersion durant 12 mois au sein de l’hôtel de police de Grenoble pour y effectuer une série de photos qui, aujourd’hui encore, pour certaines, font encore parler d’elles. « J’ai voulu montrer l’aspect humain d’une profession décriée par l’opinion publique

Véritable autodidacte, Vincent Effe a longuement réfléchi sur sa signature graphique qui lui est très particulière. Il a eu une révélation un jour, en regardant le chemin de sa vie professionnelle. Il interprète aujourd’hui le rendu de ses images de la manière suivante : « Mes photos sont toujours très sombres dans leurs teintes avec des contrastes très marqués. C’est une identification au noir qui s’approche de ma vie professionnelle et personnelle. Le noir est le symbole du secret et des milieux underground très

fermés que j’ai fréquentés par le passé et que je côtoie toujours plus ou moins’ » Fort de ses dix années d’expérience dans le domaine de la photographie dont cinq en tant que professionnel, Vincent Effe a développé une véritable spécialité dans la mise en œuvre d’images « one shot ». « Je me considère comme un photographe traditionnel dans un monde où le numérique a changé les habitudes de travail. Je préfère faire 10 bonnes photos plutôt que 100 hasardeuses. Cela implique une grande concentration, une maîtrise du sujet et d’être au bon endroit au bon moment. Cela minimise le facteur chance. On ne peut bien improviser que si l’on a bien préparé tous les paramètres. »


SHOOTINGMAG Juillet 2011

On retrouve également dans ses images une très forte proximité. Il aime les plans serrés, au plus proche du sujet.  Il s’approche (même s’il déteste cette comparaison par humilité) du style de Robert Capa qui disait « si la photo n’est pas bonne, c’est qu’elle n’est pas prise d’assez près ». Beaucoup de photographes utilisent cette célèbre phrase en introduction de leur portfolio, mais rares sont ceux qui appliquent cette règle sur le terrain. « J’utilise toujours des courtes focales! Je veux que le lecteur qui regarde mes images ne soit pas un simple spectateur de la scène mais un véritable acteur. Il doit avoir l’impression de rentrer dans l’image pour se sentir concerné et mieux comprendre le sujet.» Cette proximité lui permet également de mieux comprendre et ressentir la sensibilité de son sujet et donne encore plus de réalisme à ses images : «Je veux ressentir les mêmes choses que les personnages de mon sujet, au même moment. Ces sensations me donnent plus de force et me lient plus intensément avec les gens que je photographie. S’il faut franchir un mur, je ne le contourne pas mais le franchis avec eux. Ils m’identifient alors à l’un des leurs. C’est là qu’ils se livrent à moi et se laissent plus facilement photographier. C’est ce que j’appelle le « facteur psychologique d’intégration et de compréhension ».

©Vincent Effe / Gamma / Frontline Prd / SDIS25

PORTRAITS...HUMANISTES (extrait) Reportage réalisé pour l'agence GAMMA (Paris) et FRONTLINE PROD (Genève) dans le cadre du 10eme anniversaire des attentats du 11/09/2001. Ce reportage se dirige principalement sur un travail de portrait durant les diverses interventions (réelles) des soldats du feu. Elles ne comportent volontairement aucune description pour permettre aux lecteurs de traduire les expressions selon leur propre sensibilité. VINCENT EFFE Photographe "homeland security / civil strife" Membre des agences "In The Pictures", “Agence Gamma” et "Frontline Prod" http://vincent-effe.fr Fax: +33(0)9.72.23.93.45 contact@vincent-effe.fr

©Vincent Effe / Gamma / Frontline Prd / SDIS25


©Vincent Effe / Gamma / Frontline Prd / SDIS25

©Vincent Effe / Gamma / Frontline Prd / SDIS25


PHOTOSCOPE

Sophia Mézières Rédactrice Rubrique Astrologue Conseil http://sophiamezieres.overblog.com

Photo : Olivier Merzoug / Modèle : Emilie


SHOOTINGMAG Juillet 2011

AUTOUR DU ZODIAQUE ASTROLOGIE ET LANGAGE DES COULEURS - Juillet 2011

Bélier du 20 Mars au 20 Avril : Coup de projecteur sur un Uranus haut en couleur. Le climat de l’été s’annonce chaud. Le climat astral vient mettre en relief votre manière de penser. Evitez les désordres affectifs, les faux jugements, car nuisibles à votre état général. Soyez zen en portant de l’orange. Côté pro : Vous aurez le sens de l’action dans tout ce que vous entreprendrez. Mais certaines dissonances vous demandent de restructurer vos méthodes de travail. Le temps fera le reste. Côté cœur : C’est l’été et il ne passera pas inaperçu, car dès la Nouvelle Lune du 1er Juillet, il y aura un vent de renouveau qui soufflera dans votre vie.

Taureau du 20 Avril au 20 Mai : Avec Jupiter dans votre signe, c’est quasiment toujours un indice d’expansion et de richesse. Si vous

êtes créatif, vous rencontrerez une popularité artistique. Une rentrée d’argent peut se faire par le biais d’une tierce personne. Dans ce cas, vous risquez de prendre l’habitude de ne rien vous refuser. Les verts (espérance) vous iront à merveille. Côté pro : Avec l’aspect positif de Jupiter/Pluton, le temps du changement est venu et vous serez prêt à devenir un leader. Profitez du pouvoir de transformation de Pluton pour vivre vos rêves. Côté cœur : Avez-vous déjà fait une fixation sur une personne qui n’était pas bonne pour vous ? Si oui, c’est en partie grâce à la conjonction Vénus/Pluton, qui amènera la passion et l’obsession.

Gémeaux du 21 Mai au 21 Juin : Avec la planète Mars dans votre signe, l’activité cérébrale est ici très présente. Vous mariez admirablement l’action et l’intellect. Ce qui peut annoncer des joutes oratoires digne d’un championnat.

Votre tempérament sera ardent, combatif et franc. Difficulté avec un frère, usez de diplomatie. Les gris anthracite vous procureront un certain dynamisme dans vos contrats. Côté pro : Saturne vous donne de la mesure dans l’accomplissement de vos tâches. Rudesse, courage et fermeté, seront vos meilleurs alliés. Côté cœur : Il semblerait qu’on trouve un certain dédain dans toute sentimentalité. Cependant, Vénus boostera vos rencontres et plaisirs insolites.


SHOOTINGMAG Juillet 2011

Cancer

Vierge

du 21 Juin au 22 Juillet :

du 23 Août au 22 Septembre :

Happy Birthday amis de ce signe, le soleil est au zénith et nous sommes en saison estivale. Vous pourrez certainement souffler vos bougies en compagnie d’un quatuor de rêve, puisque actuellement en Cancer, se trouve Mercure. La Lune, le Soleil et prochainement Vénus, feront l’hommage de leurs faveurs. Les flashy roses et verts vous mettront en valeur. . Côté pro : L’intelligence et le sens pratique seront mis au service d’une nouveauté avec la capacité à innover. La chance sera avec vous. Côté cœur: la stabilité de votre vie amoureuse sera difficile, car une fatalité risque de venir secouer vos habitudes. Veuillez rester bien concentrés sur vos objectifs.

L’été est la saison que vous préférez et vous saurez vous mettre en valeur. Vous aurez l’audace de vous imposer, partout où vous serez l’invité d’honneur. Il est vrai que les configurations astrales positives en signe de Terre, vont vous offrir de quoi briller par le biais de votre réussite et de votre charisme. Misez sur les couleurs d’été. Côté pro : Vous serez à l’aise dans tous les métiers concernant le service et l’organisation. Vous avez le souci du détail. Vous pouvez faire pas mal de choses en restant assis. Côté cœur : Vous pourrez bénéficier d’un ciel astral clément dans vos affaires de cœur. Si vous avez quelques misères durant l’été, Jupiter se fera votre ami pour régler certaines tensions passagères.

Balance du 23 Septembre au 23 Octobre :

Lion 23 Juillet au 23 Août : A partir du 3 juillet, Mercure entrera dans votre signe et vous remplira le cœur de dignité et d’enthousiasme. Les ambitions seront présentes d’une manière créative. Vous vous exprimerez d’une manière colorée. Votre esprit sera influencé par la présence d’un Soleil qui rayonne en vous. Avec l’aspect positif que reçoit Mercure de Neptune, vous aurez l’inspiration. Les jaunes et mauves harmoniseront vos humeurs. Côté pro : Vous ferez des affaires partout où votre charisme naturel sera en lumière. Vous cultivez le goût de la représentativité théâtrale et vous ne pourrez pas rester longtemps comme simple exécutant. Côté cœur : On vous aime et on vous le dira. L’été sera placé en famille ou entre amis. Vous l’avez compris, l’été sera torride.

La planète Saturne dans votre signe (jusqu’en Octobre 2012) favorise votre constance. Cronos, Maître du Temps, vient donner son appui à un projet. La fermeté et le courage seront vos meilleurs atouts. Cet été, vous devrez composer avec l’aspect dynamique de Mars/Saturne, qui vous invitera à l’action et aux prises de décisions, faisant de ce fait avancer les choses. Le turquoise vous boostera. Côté pro : Vous aurez des capacités physiques très résistantes, avec une capacité à réagir quasi-immédiatement. Mais, il peut y avoir désaccord entre le désir, la volonté et la réalisation. Côté cœur : Une correspondance sentimentale agrémente votre été. Evitez de vous éparpiller si vous êtes en couple, car les dissonances de l’été pourront écourter une relation.

Scorpion du 23 Octobre au 22 Novembre : Grâce aux bienfaits de la conjonction Mars/Pluton, vous aurez la solidité pour mener de front tous vos projets. Vous puiserez vos ressources dans cet aspect, qui promet ambition et endurance en abondance. De nouveaux horizons s’offrent à vous que vous démarrerez avec intensité et détermination. Le rouge pourpre illuminera vos passions.

Côté pro : Les métiers de recherche et d’investigation vous colleront à la peau. Cet été, vous aurez le don de comprendre bien au-delà des apparences. Exploitez au mieux votre véritable passion. Côté cœur : Cet été, Vénus pimentera vos amours et vous rendra tendre et subtil. Vous vous lèverez toujours du bon pied sous un ciel merveilleux et amoureux.


Sagittaire SHOOTINGMAG Juillet 2011

du 22 Novembre au 21 Décembre : La planète Mars dynamise vos émotions : parfois contestataire, parfois combatif. Inutile de vous dire que vos énergies pourront monter et redescendre d’une manière vertigineuse. Votre esprit sera vif, taillé dans du roc. Ne cherchez pas la petite bête et prenez du détachement par rapport aux événements imprévus. Le noir sera de rigueur. Côté pro : Vous aurez des fourmis dans les pieds amis Sagittaires, car vous ne pourrez pas tenir en place. Vous travaillerez pour évoluer et vos ambitions seront débordantes. Côté cœur : Les désirs affectifs seront très présents. Votre tempérament sera en mode Feu, tourné vers les joies et plaisirs des sens, légers et éphémères.

Capricorne du 22 Décembre au 20 Janvier : Pluton dans votre signe représente les craintes profondes. L’été sera placé sous les grands changements. La Nouvelle Lune du 1er Juillet vous donnera l’impression que tout semble figé et

que rien ne va. Pourtant dès son éloignement, vous vous sentirez prêt à faire les améliorations qu’il faut pour avancer. Portez des couleurs claires. Côté pro : Vous devrez gravir les échelons de votre hiérarchie, pour ainsi élever votre position sociale. Vous serez méthodique dans la gestion de vos finances. Côté cœur : Des situations tourneront en votre faveur à condition d’éviter les doutes. Prudence avec votre égo qui pourrait vous attirer quelques fâcheries désobligeantes.

Verseau du 20 Janvier au 10 Février : Ne faites pas preuve d’impatience amis Verseau, surtout lorsque le changement est en marche. Ne brûlez pas toutes les étapes. Si vous rencontrez quelques problèmes, il faut miser sur le détachement et soyez optimistes. Vous aurez parfois envie de vous rebeller afin de faire bouger les choses qui stagnent. Le bleu de l’océan sera votre filtre d’amour. Côté pro : Vous disposerez d’une marge de manœuvre suffisante pour garder l’esprit libre. Vous serez passionnés par les nouvelles technologies.

Côté cœur : Vous ne trouverez pas facilement les mots pour déclarer votre flamme. Il semblerait que les tensions bloquent votre communication.

Poissons du 18 Février au 20 Mars : Neptune dans votre signe reçoit un aspect positif de Vénus. Pour les âmes artistiques, l’été sera placé sous un ciel d’inspiration musicale. Lorsque les deux sont en phase, vous pouvez être un Ange. Quoi qu’il en soit, vous aurez besoin d’un cadre bien structuré, car avec Neptune, vous aurez de quoi perdre pied facilement. Le vert et bleu seront idéaux pour plonger dans un océan d’amour. Côté pro : Evitez les réactions non réfléchies et cultivez la zen attitude. Restez concentrés sur vos objectifs et misez sur la stabilité. Côté cœur : Vos amours seront boostés et vous devrez emprunter les chemins du bonheur qui vous conduiront tout droit à la passion. Très bon été à toutes et à tous. A très vite…. Sophia

Photos©EvaLesalon

(R)reproduction interdite (C) copyright. Cet Horoscope vous est proposé par Sophia Mézières Astrologue Conseil à Besançon (S)http://sophia-mezieres.over-blog.com


Prochaine parution : Ao没t 2011

www.magshooting.com


Shooting 19  

L’univers de la photo, de part et d’autre de l’objectif. Professionnels de l’image ou amateurs éclairés, Shooting est votre magazine ! Chaqu...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you