Page 1

0

#

3


-002-


Shelter is a quarterly zine about emerging art(ists) dealing with mediums as diverse as the society we are currently living in. This Zine is curated by Aliha Thalien & translated by Lea Oval. Marie Bourdin manages Shelter on the web. For advertising, requests or to be published in shelter, please, send an email at shelterzine(at)gmail(dot) com

-003-


III

‘On est tous ego’

serge uzzan

-004-


The self

Alain Marciano 028

Alma Haser 060

Anat Tessler 102

Anna Marcell 096

Inserire Filippino 070

Mira Heo 042

Jennifer Muir 100

Juan Sebastian Martinez Trujillo 092

Polina Poludkina 080

Sophie Fontaine 010 Lola Miche 020

Jordan Cassagne 038

-005-


‘I am the subject I know best’ ‘Soy el motivo que mejor conozco’ frida kahlo

-006-


«Je suis le motif que je connais le mieux» Frida KAHLO

-007-


SAUVER

PROTÉGER

ÉDUQUER

URGENCE TYPHON PHILIPPINES Plus de 5 millions d'enfants ont besoin d’aide immédiatement

Les équipes de l’UNICEF viennent en aide aux plus de 5 millions d’enfants affectés par les conséquences du typhon. Eau potable, matériel médical d’urgence et compléments nutritionnels : aidez l’UNICEF à assurer la survie de ces enfants.

Comment faire un don ? - Par chèque bancaire libellé à l’ordre de :

Unicef France – Urgence Typhon Philippines – BP600 – 75006 PARIS Flashez ce code pour faire un don

- En ligne dès maintenant sur www.unicef.fr/urgence - Par téléphone : 0969 368 468 (don par CB)

Votre don sera immédiatement affecté à l’urgence Typhon affectant les Philippines. Si toutefois les besoins venaient à être couverts, l’Unicef se réserve le droit d’affecter votre don à une autre urgence faisant partie de ses priorités.


VOL NO 3

LES A R T I S T E S


SO PH IE FO NT AI NE

-010-


Nancy, France -011-


-012-


-014-


-015-


-016-


-017-


-018-


-019-


-020-


UN CAFE CON LOLA Interview Marie Bourdin - Tatoos Lola - Pictures Aliha Thalien

Comment t’es venue cette passion pour les tatouages ? L : Je ne dirai pas que c’est une passion mais plutôt un passetemps. J’ai commencé à me tatouer moi-même un peu par hasard chez des amis qui faisaient du stick and poke dans des conditions pas très hygiéniques. J’ai continué après par déviation du dessin et grâce à l’aide d’amis tatoueurs qui m’ont appris les gestes de base. Est-ce que tu ne tatoues que toi ou tu exerces ça comme un véritable métier ? Ce n’est pas mon métier même si j’en fais de temps en temps à des amis aussi, cela reste une activité secondaire. Je suis loin d’être artiste tatoueur à vrai dire.

-021-


-022-


-023-


Lequel a été le premier ?

Pourquoi te tatouer toi-même ?

Sur mon index gauche, une pseudorose.

Je pense que je fais ça, tout comme on As-tu une préférence pour l’un de peut se faire un t-shirt ou se fabriquer tes tatouages ? un meuble. Parce que c’est plus original, ça occupe et même si le résulNon, ils ont tous marqué un moment tat n’est pas toujours incroyable, on même si le moment était banal et je a un sentiment de satisfaction et de les apprécie tous. fierté quand on l’a fait soi-même que l’on n’a pas nécessairement quand on passe en caisse dans un magasin. Que pourrais-tu dire pour définir le Aussi par cette sensation d’adrénaline processus du self-tattoo ? (préparaqu’on ressent comme quand on fait tion, tatouage en lui-même, etc) une connerie quand on est gamin et qu’on a peur de se faire prendre. Ca vient sur un coup de tête ou une idée de dessin subite si je sais que j’ai plusieurs heures de libres. Je prends Depuis quand le fais-tu ? pas mal de temps durant le tatouage car je ne suis pas pressée et généralePresque deux ans. ment je regarde des films en même temps. Je suis plus décontractée aussi du coup quand c’est sur moi-même Combien de tatouages tu as ? car je n’ai pas la pression de savoir si le résultat va plaire ou pas, ou si je Six. suis en train de faire trop mal. Après le reste est similaire à un tatouage fait sur quelqu’un d’autre.


-028-


AL AIN M AR CIA NO Montpellier, France

-029-


-030-


-031-


-032-


-033-


-034-


-035-


-036-


-037-


JO ‘C ST ON ER

-038-


-039-

Paris, France


When it comes to capturing my self portraiture, it’s all about being in the moment at that particular time. Anna Marcell

-040-


Portfolio(s)

M H

I

E

R

A O


-044-


-045-


Who are you and what do you do in your life ? I’m Mira Heo, 31 years old. I am a photographer, that’s my job and hobby.

When did you start taking pictures ? And, when did you start shooting selfies ? I started that in 2005. Selfies were started in 2007.

What is or what are the main difference(s) between taking photos of a model and photos of yourself ? Actually... Selfies are the easiest way for something I want to show.

Do you believe that taking pictures as a photographer but also as a model can change the way people can look at you ? I think.. I don’t care about that.. -046-


How do you manage your photo sets ? actually I shoot someone or me on a whim. I don’t have some plan for my work usually. And I use a tripod for self portrait. Why photography ? There is no word. But poetic. Is there an artist or a masterpiece that inspires your work ? Bernardo Bertolucci, Wong Karwai, Cindy Sherman, Araki Nobuyoshi... -048-


-049-


-050-


-051-


-053-


-056-


-057-


-058-


.

-059-


alma by haser


-061-


-062-


-063-


Studying Photography at University is a great motivator. There is always someone to create work for, and get feedback from. But when you leave, you are faced with a big fat gaping hole of nothingness. When I graduated my mind was blank and all I really wanted to do was travel, to catch up on all the adventures I felt as if I had missed out on while studying. Traveling is a passion of mine. Everywhere I go, and everyone I meet, inspires a story, an idea and a potential photograph, but I am also aware that I use it as an excuse to escape from whatever it is that I should be doing. So it was that after three months of traveling through Europe and two months working in a pub I couldn’t motivate myself to create a body of work or even take a single photograph. I had a creative block. I had returned home to live with my parents, in Bradford on Avon, a place that seemed to me to suffer from small town syndrome, with a population mainly consisting of children and pensioners. I felt so uninspired; I couldn’t see anyone I could use as models for the images I had locked in my mind. It wasn’t until I was left truly on my own that

I realised I had to stop making excuses. My mother and stepfather went on holiday, leaving me to “houseand-dog-sit” their newly built modern house. Still unfurnished, the house was a perfect blank canvas for me to experiment in. I set up my tripod and camera and found objects in unopened boxes. I began to play, using myself as the model for those photographs I had been thinking about. It turned out that I was the only one holding myself back and that I was the only one who could unblock my creativity. The Home Alone series of self-portraits that resulted from those experiments taught me that there should never be an excuse for not creating images. It is  important  to just get on with work and to make it for yourself. In October 2011, I packed my bags and moved to London. A whole world of potential models and interesting people opened up to me. Taking the pictures for the Home Alone  series  had given me the confidence to ask people to sit for me. I felt as if I knew better what I wanted from models, and I knew how to give them directions to get the photographs I wanted.

-064-


I still use myself by making self-portraits when I want to experiment with new ideas for projects. Now that I am in the “real world� away from the support of University, it is important for me to create work for myself. I am my own teacher.

-065-


-066-


‘I am my own teacher’

© Text & photographs by Alma Haser

-067-


La série du Je.

Je ne sais pas Je penses donc je suis Je te detestes Je ... Tu Je de societé Je sens bon Je t’aime Je suis occupée Ego sum Je suis chez moi

-068-

Propos reccueillis, Paris, France.


-070-


IN SER IRE FLO PPI NO

Rimini, Italy


-072-


-073-


-074-


-75-


-076-


-077-


-078-


«Loin de tout narcissime, c’est davantage un moment particulier, un état d’esprit ou même un lieu particulier que je fige dans le temps par ce biais. Il y a quelque chose de l’ordre de l’intime qui se joue, une expression et un pan de soi que l’on offre» Sophie Fontaine

-079-


CH IN ESE POR TR AIT

Polina Poludkina Moscow, Russia

-080-


-081-


-084-


-085-


-086-


-087-


-088-


If I were ...an artist I would be Mark Rothko in a Russian way. I think it would be a crazy mixture. ...a masterpiece or a work of art , I would be a part of abstract art of Pollock in the great mood and Rauschenberg’s collage in my everyday condition. ...a color, I would be ultramarine in contrast with white, or grey; I love grey. ....a literatury or fiction hero, I would be (I want to be) Govard Rorck from  The Fountainhead (Ayn Rand) ...a place, I would be a forest in a mountain, or milky Way ...a religion, I would be something about love and peace ...a woman, I would be me, but more wiser ...a man, I would be me with a male sex organ ...a state of mind, I would be a wild calm.


-090-


-091-


-092-


Juan Sebastian Martinez Trujillo

Cali, Colombia

-093-


-094-


-095-


-096-


Brooklyn, USA

anna mar cell -097-


-098-


-099-


United Kingdom

-0100-


JE NN IF ER MU IR

-101-


ANAT

-102-


TESS LER

Tel Aviv, Israel

-103-


-104-


-105-


-106-


-107-


-0108-


Just shell of shadows

Â

In this hall Those humans have never been facial features [clear] Just shell of Shadows Protected Impenetrable. Am I? I’ve never been a part of this humming Foreign [On the margins of life]

-110-


-111-


LES A R T I S T E S

Sophie Fontaine http://www.flickr.com/photos/sowildfontaine/ Lola Alain Marciano http://www.flickr.com/photos/alainmarciano/ Jo’C Stoner Mira Heo http://heomira.com Alma Haser http://haser.org Inserire Floppino http://www.flickr.com/photos/inserirefloppino/ Polina Poludkina http://pollychydes.tumblr.com Juan Sebastian Martinez Trujillo http://behance.net/sebastianmartinez Anna Marcell www.annamarcell.com Jennifer Muir http://www.platypusradio.wordpress.com/ Anat Tessler http://alice-e.tumblr.com/

-112-


Merci UNICEF Les Volcans 105 rue du Faubourg Poissonnière 75009 Paris Maryam Borrull

-113-


Un cafe con lola, interwiewed by Marie Bourdin SZ : How did you became so passionate about tatoos ? I won’t say that it is a passion, but more like a hobby. I have started to tattoo myself at friends’ a bit by chance. They were doing stick and poke in unhygienic condition. And I continued afterwards, through drawing and thanks to the help of my tattooists friends, who

TRA DUC TIO NS

taught me basics gestures. Do you only tattoo yourself or do you also practice it as your profession ? It is not my profession, even if I sometimes do it for my friends from time to time, it remains a secondary activity. But to tell you the truth I’m far from being a tattoo artist. Why do you tattoo yourself ? I think I do it as one can make a t-shirt or build a furniture. Because it’s more original, it is making me busy and even if the result is not always amazing, you still have a feeling of satisfaction or pride because you did it yourself and that you did not bought it in a store. And you also feel this adrenaline sensation that you have when just did something stupidly wrong when you are a child and that you are afraid to get caught. Since when do you do it ? Almost 2 years. How many tattoo do you have ? Six. -114-


Which was your first ? On my left index, a pseudo-rose. Do you have a favorite tattoo ? No they all marked a moment of my life, even if it is a trivial moment, I am fond of all of them. How could you define the process of self-tattoo ? (preparation, the tattoo in itself...) It comes on the spur of the moment or on a sudden idea of a drawing if I know I have several hours free. I take a lot of time for making the tattoo because I’m in no hurry and I usually watch film at the same time. I am more at-ease if I do it on myself because then I don’t have the pressure of whether the result is gonna be liked or not, or if I’m not hurting too much the person. But the rest is similar to the process of tattooing someone else.

«Quand il s’agit de capter mon auto-portrait, tout repose sur le fait d’être dans l’instant de ce moment particulier» Anna Marcell

-115-


Interwiew with Mira Heo Qui es tu et que fais tu dans la vie ? Je suis Mira Heo, j’ai 31 ans. Je suis photographe, c’est mon travail et mon passe-temps. Quand as tu commencé la photographie ? Et quand as tu commencé à te prendre toi-même en photo ? J’ai commencé en 2005. Les auto-portraits ont été commencés en 2007. Pour toi, quelle est ou quelles sont la ou les principale(s) difference(s) entre prendre des photographies d’un modèle et des photographies de toi-même ? à vrai dire... Les autoportraits sont le meilleur moyen pour moi de montrer ce que je veux. Est-ce que tu penses que prendre des photos en tant que photographe mais aussi en tant que modèle peut changer la vision que les autres ont de toi ? Je pense. Je ne m’en préoccupe pas. Comment est-ce que tu organises tes prises de vue? En fait, je prends quelqu’un ou moi en photos sur un coup de tête. Je ne prépare pas vraiment mon travail en avance. Et j’utilise un pied pour mes auto-portraits. Pourquoi la photographie ? Il n’y a pas de mot. à part poétique. -116-


Est-ce qu’il y a un artiste ou une œuvre d’art qui t’inspire ? Bernardo Bertolucci, Wong Karwai, Cindy Sherman, Araki Nobuyoshi... Alma by Haser «Le fait d’étudier la photographie à l’université est une grande motivation. Il y a toujours quelqu’un pour qui on peut créer ou travailler et dont on peut avoir un retour. Mais quand on la quitte, on est face a un gigantesque, énorme vide de rien. Après que j’ai eu mon diplôme, mon esprit était vide et tout ce que je voulais faire était voyager et vivre plein d’aventure pour rattraper le temps passé, que j’avais « raté » en étudiant. Voyager est une de mes passion. Tous les endroits que je vois, les personnes que je rencontre m’inspirent une histoire, une idée et une photographie potentielles, mais je me rend bien compte que je l’utilisais comme une excuse pour échapper à ce que je devais vraiment faire. Donc après trois mois à voyager en Europe et deux mois passés à travailler dans un bar, je n’arrivais pas à me motiver pour créer, voir même de prendre ne serais-ce qu’une seule photographie. J’étais bloquée créativement. Je suis retournée à la maison, vivre avec mes parents à Bradford à Avon, un lieu qui me semblait souffrir du syndrôme de petite ville, avec une population surtout composée d’enfants et de retraités. J’étais vraiment sans inspiration ; je ne trouvais aucun modèle car personne ne correspondait aux images que j’avais bloquées dans mon esprit. C’est uniquement quand j’ai été vraiment seule que j’ai réalisé que je devais arrêter de m’inventer des excuses. Ma mère et mon beau-père sont partis en vacances et m’ont laissé leur maison, moderne toute récemment construite. Elle n’était pas encore meublée, la maison vide était, comme une toile vierge, parfaite pour que je puisse expérimenter dedans. J’ai installé mon pied et mon appareil photo et j’ai trouvé des objets dans des boites fermées. J’ai commencé à jouer; je me suis utilisée comme modèle pour les photographies auxquelles je pensais.. Et là, je me suis rendue compte que -117-


c’était uniquement moi qui me retenais et que j’étais la seule à pouvoir débloquer ma créativité. La série d’auto-portraits ‘Home alone’ est le résultat de ces expérimentations qui m’ont appris qu’il ne devrait jamais avoir de raison pour ne pas créer des images.C’est important de simplement s’y mettre et de le faire pour soi-même. En octobre 2011, j’ai fais mes bagages et je suis partie à Londres. Tout un monde de modèles potentiels et de personnes intéressantes s’est ouvert à moi. Prendre ces photos pour la série ‘Home alone’ m’avait donné confiance pour demander aux gens de poser pour moi. C’était comme si je savais mieux ce que j’attendais de mes modèles, et comment les diriger pour que je réalise les photographies que je voulais. Je continue à faire des auto-portraits quand je souhaite experimenter des nouvelles idées pour des projets. Maintenant que je suis dans le « vrai monde » loin du confort et du soutien de l’université, cela m’est important de créer des œuvres pour moi. Je suis mon propre professeur.»

«Beyond narcissism, it is more a particular moment, a state of mind or even a special place that I freeze in time through this mean. There is something in the order of an intimacy that is playing, an expression and a part of yourself that you offer» Sophie Fontaine

-118-


Portrait Chinois Polina Poludkina

Si j’étais... Un artiste, je serais Mark Rothko mais Russe. Je pense que ce serait un mélange dingue. Un chef d’œuvre ou une œuvre d’art, je serais une partie de l’art abstrait de Pollock quand je serais d’une très bonne humeur et les collages de Rauschenberg, pour tous les jours. Une couleur, je serais outremer en contraste avec du blanc, ou gris; j’adore le gris. Un héros de littérature ou de fiction, je serais (je veux être) Govard Rorck de La Source Vide (Ayn Rand) Une religion, j’en serais une sur l’amour et la paix. Une femme, je serais moi, mais avec plus de sagesse. Un homme, je serais moi mais avec un organe sexuel masculin. Un état d’esprit, je serais un grand calme.

-119-


-120-


Submit for the next issue of Shelter

- Eros #04 by mail at

shelterzine(at)gmail(dot)com before the 15th feb 2014

If you want to get a feature on the blog & for advertising, please, contact, M B . S H E LT ER Z I N E @ G M A I L . C O M shelterzine.tumblr.com http://facebook.com/shelterZine twitter : Shelter_Zine

-121-


Š Shelter Zine decembre-janvier-fevrier 2013/14

SHELTER #03 The Self  

dec - jan - feb 2013 2014

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you