Issuu on Google+

     

Dossier de Presse    

06 Mai 2009    

INAUGURATION DE LA SALLE DE LECTURE DU SERVICE HISTORIQUE DE LA DEFENSE.


Sommaire     Le Service historique de la défense....................................................................... 3  Des installations modernes pour les archives de Vincennes................... 5  Donations prestigieuses : les archives de Jean Lartéguy ......................... 7  Mieux consulter les archives de la défense ...................................................... 9  Faits et chiffres ............................................................................................................... 11  Le château de Vincennes........................................................................................... 12 

  Contact presse :  Commandant Antoine Boulant  + 33 (0)1 41 93 20 33  antoine.boulant@defense.gouv.fr  ‐ 2 ‐ 


Le Service historique de la défense   Le service historique de la Défense (SHD) est le centre d’archives du ministère de la Défense. Il est  aussi  à  la  tête  de  bibliothèques  spécialisées  parmi  les  plus  riches  de  France.  Au  titre  de  ses  missions, il contribue de plus aux travaux relatifs à l’histoire de la défense et gère la symbolique  militaire.  Implanté  principalement  à  Vincennes  et  Châtellerault,  il  déploie  des  antennes  à  Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort, Toulon, Caen, Le Blanc et Fontainebleau. Au début de l’année  2012, le bureau central des archives militaires de Pau lui sera rattaché.     

Créé  le  1er  janvier  2005  dans  le  cadre  de  la  réforme  de  lʹÉtat,  c’est  un  service  à  compétence  nationale  rattaché  à  la  direction  de  la  mémoire,  du  patrimoine  et  des  archives  (DMPA),  lʹune  des  directions  du  secrétariat  général  pour  lʹadministration  (SGA)  du  ministère  de  la  Défense.  Il  est  issu  de  la  fusion  des  quatre  services  historiques de lʹarmée de Terre, de la Marine, de lʹAir et de la Gendarmerie nationale,  et du centre des archives de lʹarmement et du personnel de Châtellerault.  Un centre d’archives  Le  SHD  contrôle,  collecte,  classe,  conserve,  communique  au  public  et  valorise  les  archives produites par le ministère  de  la  Défense et les organismes qui en relèvent.  Avec plus de 300 km  linéaires d’archives et des  collections  qui remontent  au  XVIIe  siècle, le SHD compte parmi les plus importants centres dʹarchives de France. Il est  l’acteur majeur de la modernisation de la fonction archives au sein du ministère de la  défense, au sein duquel il met en place une politique de records management et pilote  la mise en place de l’archivage électronique, notamment sur les théâtres d’opérations,  avec le déploiement d’une plate‐forme d’archivage opérationnel en Afghanistan.   

  Contact presse :  Commandant Antoine Boulant  + 33 (0)1 41 93 20 33  antoine.boulant@defense.gouv.fr  ‐ 3 ‐ 


Un réseau de bibliothèques  Bibliothèques dʹétude et de recherche ouvertes au public, les bibliothèques du SHD  réunissent  plus  de  900  000  volumes  imprimés  (ouvrages  et  périodiques),  auxquels  sʹajoutent quelques milliers de manuscrits.  Un centre d’expertise en histoire militaire  Indissociable de la connaissance des fonds d’archives, la recherche historique menée  au  SHD  se  décline  essentiellement  dans  trois  domaines  :  l’histoire  des  opérations,  dans  le  cadre  de  l’aide  au  commandement  et  de  l’enseignement  dans  les  écoles  militaires ;  la  justification  du  droit  des  personnes,  par  le  travail  mené  sur  la  qualification  des  unités  combattantes  et  sur  la  gestion  des  statuts  particuliers  (déportés,  résistants  pensionnés,  etc.) ;  l’histoire  des  organismes  et  des  unités  du  ministère de la défense.  Un conservatoire des traditions militaires  En matière de symbolique militaire, le rôle joué par le SHD est double. Il instruit les  demandes d’homologation d’insignes formulées par les unités et constitue, conserve  et  valorise  une  collection  de  référence  d’insignes,  emblèmes,  drapeaux,  tapes  de  bouche, fanions et autres objets de tradition.   

  Contact presse :  Commandant Antoine Boulant  + 33 (0)1 41 93 20 33  antoine.boulant@defense.gouv.fr  ‐ 4 ‐ 


Des installations modernes pour les archives de Vincennes   Le service historique de la défense inaugure deux nouvelles installations dont la livraison marque  un temps fort dans le processus de rationalisation et de modernisation entamé depuis 2005, année  de sa création. Il s’agit d’une salle de lecture de 75 places destinée à la consultation des collections  par le grand public, et de magasins destinés au stockage d’archives. 

  La salle de lecture Louis XIV  Installée  au château de  Vincennes, dans  un bâtiment  prestigieux  du XVIIe  siècle,  le  pavillon  du  roi,  la  nouvelle  salle  de  lecture  offrira  75  places  au  public  désireux  de  consulter  des  documents  d’archives  ou  de  bibliothèque.  Elle  sera  officiellement  baptisée par le ministre salle Louis XIV,  du nom du roi sous le règne duquel se sont  constitués  le  dépôt  de  la  guerre  et  le  dépôt  des  cartes  et  plans,  premiers  dépôts  d’archives de l’armée de terre et de la marine, dont le service historique de la défense  est l’héritier.  Mis  aux  normes  ERP,  le  pavillon  du  roi  offrira  enfin  aux  lecteurs  du  service  historique de la défense des conditions de sécurité optimales et autorisera l’accès aux  personnes à mobilité réduite. La salle de lecture se compose d’une enfilade de trois  vastes  salons  de  réception  qui  ont  permis  de  définir  plusieurs  espaces  :  espace  de  consultation  des  inventaires,  d’accueil  et  de  conseil  personnalisé,  espace  de  consultation sur postes informatiques et microfilms, espace principal de consultation.  Par ailleurs, la consultation des archives par le public est étendue depuis le 4 avril au  samedi de 9h30 à 15h ; cette avancée à été rendue possible par un effort qu’il convient  de  souligner  de  la  part  du  personnel,  particulièrement  conscient  de  sa  mission  de  service public.   

  Contact presse :  Commandant Antoine Boulant  + 33 (0)1 41 93 20 33  antoine.boulant@defense.gouv.fr  ‐ 5 ‐ 


80 km linéaires de stockage  Les  nouveaux  magasins  d’archives  situés  dans  l’enceinte  militaire  du  Fort  Neuf  de  Vincennes, face au château. Il est prévu d’y transférer progressivement sur trois ans  l’équivalent de 56 km linéaires d’archives.  Aménagés dans un ancien  parking situé  sous la place d’armes  du  Fort  Neuf,  les 94  magasins  couvrent  plus  de  6000  m2  et  abritent  environ  80  kilomètres  linéaires  de  rayonnages  dans  les  meilleures  conditions  de  conservation.  Les  opérations  de  déménagement des archives débuteront à l’automne 2009 et se dérouleront sur trois  ans. Elles concerneront en 2009 les fonds de la gendarmerie actuellement conservés  dans des conditions précaires à Fontainebleau, ainsi que des archives de la marine et  de l’armée de l’air actuellement conservées au fort de Romainville.  

  Contact presse :  Commandant Antoine Boulant  + 33 (0)1 41 93 20 33  antoine.boulant@defense.gouv.fr  ‐ 6 ‐ 


Donations prestigieuses : les archives de Jean Lartéguy   Jean  Lartéguy  est  né  le  5  septembre  1920.  Passionné  d’histoire,  il  étudie  cette  discipline  à  l’université  de  Toulouse.  Après  sa  licence,  il  devient  secrétaire  de  l’historien  Joseph  Calmette.  La  Seconde  Guerre  mondiale  éclate ;  il  s’engage  dès  le  mois d’octobre 1939, et rejoint en qualité de 2e classe le 155e dépôt d’infanterie. Elève  aspirant de réserve en mai 1940, il est breveté chef de section deux mois plus tard. Il  choisit de rejoindre la France libre. Interné par deux fois en Espagne, mais déterminé  à poursuivre le combat, il s’évade et arrive à Casablanca en septembre 1943. Affecté  au  4e  régiment  de  tirailleurs  sénégalais  puis  dirigé  vers  l’école  d’aspirants  de  Cherchell,  il  est  nommé  aspirant  de  réserve  le  28  mars  1944.  Affecté  au  corps  léger  d’intervention dès le lendemain, il demande à intégrer les Commandos d’Afrique le  15 juillet 1944. A partir de cette date, Jean Lartéguy participe à toutes les opérations  de ce corps comme chef, dans la section déminage et explosifs. La guerre terminée, il  est  démobilisé  en  septembre  1945,  reçoit  le  titre  d’interné  résistant  puis  est  promu  sous‐lieutenant  en  décembre  1945  et  lieutenant  de  réserve  quatre  ans  plus  tard.  En  1951,  il  est  admis  à  servir  en  situation  d’activité  le  12  juin,  parmi  les  cadres  du  bataillon français de l’ONU en Corée. Blessé au cours de la bataille de Crèvecoeur, il  est démobilisé le 8 mai 1952. Capitaine de réserve le 28 mars 1956, il est cité deux fois  à l’ordre de la Brigade et une fois à l’ordre du Corps d’armée durant sa carrière. Il est  décoré  de  la  Croix  de  guerre  1939‐1945,  de  la  Croix  de  guerre  des  théâtres  d’opérations  extérieures,  de  la  Croix  de  combattant  volontaire  1939‐1945  et  de  la  Croix  de  combattant  volontaire  « Corée ».  Il  a  également  été  élevé  au  rang  de  chevalier de la Légion d’honneur en 1956.  Jean  Lartéguy  est  aussi  un  grand  reporter  qui  a  marqué  l’histoire  du  journalisme.  Correspondant de guerre depuis 1946, il reçoit le prix Albert Londres en 1955, alors  qu’il  travaille  pour  Paris‐Presse.  Son  œuvre  comporte  également  des  romans  et  des  essais  inspirés  de  ses  discussions  avec  les  populations  locales  durant  la  décolonisation et en Amérique Latine, au cours des guérillas. Les âmes errantes (1956),  

  Contact presse :  Commandant Antoine Boulant  + 33 (0)1 41 93 20 33  antoine.boulant@defense.gouv.fr  ‐ 7 ‐ 


Les mercenaires (1963), Les centurions (1963), Les prétoriens (1964), Les naufragés du soleil  (1978‐1982), constituent autant de titres connus de tous.  Les  archives  dont  Jean  Lartéguy  fait  don  au  SHD  permettront  aux  chercheurs  de  revivre la complexité de la Guerre froide et l’histoire de notre pays depuis la Seconde  Guerre  mondiale.  Elles  comprennent  de  nombreux  dossiers  documentaires  sur  de  grands thèmes d’actualité, dont la richesse témoigne du soin et de l’importance que  Jean Lartéguy accordait au recueil de ses informations. Les carnets manuscrits de ce  grand reporter constituent un autre aspect remarquable de ce fonds : il y consignait  en effet tous les événements dont il était le témoin. C’est ainsi que l’on peut revivre  heure  par  heure  le  voyage  en  Algérie  du  général  De  Gaulle  en  juin  1958,  au  lendemain de son investiture. 

  Contact presse :  Commandant Antoine Boulant  + 33 (0)1 41 93 20 33  antoine.boulant@defense.gouv.fr  ‐ 8 ‐ 


Mieux consulter les archives de la défense   Le  service  historique  de  la  défense  réunit  des  fonds  d’archives  d’une  exceptionnelle  richesse,  lesquels  constituent  une  source  de  tout  premier  ordre  pour  l’histoire  militaire  mais  également  culturelle,  diplomatique,  scientifique,  économique  et  sociale  de  la  France  et  de  nombreuses  nations.  Ils permettent également de retracer nombre de parcours individuels et intéressent donc  particulièrement les généalogistes. Ils sont à la disposition du public. 

  Des archives à la disposition du public  Les archives produites par le ministère de la défense et les organismes ou unités qui  en  relèvent  sont  des  archives  publiques  et  sont,    à  ce  titre,  librement  et  immédiatement  communicables,  à  l’exception  cependant  des  documents  engageant  des secrets protégés par la loi, pour lesquels il existe des délais spéciaux allant de 25  à 100 ans à compter de la date du document. Ainsi les documents engageant le secret  de  la  défense  nationale  ou  le  secret  de  la  vie  privée  ne  sont  communicables  qu’au  bout de 50 ans.  Les  archives  d’origine  privée  (entrés  par  dons,  legs  ou  dations)  se  voient  appliquer  les  conditions  de  consultation  définies  par  leur  propriétaire  au  moment  de  leur  remise au service historique de la défense.  Un service ouvert à tous  Les documents sont consultables sur place, dans les salles de lecture des archives et  des bibliothèques du service historique de la défense. Ces dernières sont ouvertes à  toute personne majeure, sur simple présentation dʹune carte de lecteur du SHD. Cette  carte est délivrée gratuitement.   

  Contact presse :  Commandant Antoine Boulant  + 33 (0)1 41 93 20 33  antoine.boulant@defense.gouv.fr  ‐ 9 ‐ 


Des documents numérisés consultables à distance  A  l’initiative  et  avec  le  soutien  de  la  direction  de  la  mémoire  du  patrimoine  et  des  archives,  le  SHD  a  fait  procéder  à  la  numérisation  des  fichiers  recensant  les  morts  pour  la  France  dont  il  est  le  détenteur,  ainsi  que  des  journaux  de  marche  et  d’opération et autres documents opérationnels de la Guerre 1914‐1918.    Le  tout  est  aujourd’hui  disponible  sur  le  site    Mémoire  des  hommes  (www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr).  Parallèlement, le SHD travaille à la numérisation de ses instruments de recherche et  notamment à celle des répertoires et fichiers alphabétiques permettant d’accéder aux  dossiers  individuels  qu’il  conserve  et  qui  figurent  parmi  les  documents  les  plus  demandés par  le public.  De nombreux instruments de recherche  sont  d’ores et déjà  consultables  sur  le  site  internent  du  SHD  (www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr).   

  Contact presse :  Commandant Antoine Boulant  + 33 (0)1 41 93 20 33  antoine.boulant@defense.gouv.fr  ‐ 10 ‐ 


Faits et chiffres     Les collections  300 km linéaires d’archives.  Près d’un million d’ouvrages.  Plus de 50 000 cartes et plans.  18 millions de photographies.    Le fonctionnement  10 implantations (Vincennes, Châtellerault, Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort,  Toulon, Caen, Le Blanc et Fontainebleau).  471 personnes (346 civils, 125 militaires).  Chef du service historique de la défense : général Gilles Robert.  Adjoint du chef du service historique de la défense : Catherine Oudin, conservateur  général du patrimoine.    Le public du service historique de la défense à Vincennes  Plus de 5000 lecteurs inscrits.  Plus de 20 000 séances de travail par an.  Plus de 50 000 documents communiqués par an. 

  Contact presse :  Commandant Antoine Boulant  + 33 (0)1 41 93 20 33  antoine.boulant@defense.gouv.fr  ‐ 11 ‐ 


Le château de Vincennes   Le  service  historique  de  la  défense  est  implanté  sur  le  site  prestigieux  du  château  de  Vincennes,  qui relève du  domaine du ministère de la défense. Ouvert au public, qui peut y visiter le donjon et  la  Sainte  Chapelle  (dont  la  réouverture  après  travaux  est  prévue  le  12  mai),  administrés  par  le  centre  des  monuments  nationaux,  ce  site  abrite  également  une  cinquantaine  de  km  d’archives  et  une vingtaine de km d’ouvrages de bibliothèques. 

  Le  château  de  Vincennes  constitue  aujourd’hui  le  plus  vaste  château  et  la  seule  résidence  d’un  souverain  du  Moyen  Âge  qui  subsiste  en  France.  Il  constitue  un  témoignage  exceptionnel  de  l’architecture  et  de  la  sculpture  des  années  1360‐1410.  Les  bâtiments  datent  pour  l’essentiel  du  XIVe  siècle,  avec  des  adjonctions  jusqu’au  XIXe  siècle.  Ils  sont  entourés  d’une  vaste  enceinte  fortifiée  longue  de  plus  de  1000  mètres.     Le donjon, haut de 50 mètres, est la plus haute construction de ce genre en Europe.  Construit entre 1361 et 1367, il est constitué de six étages surmontés d’une terrasse. Il  est entouré d’une enceinte monumentale. Le châtelet constitue l’entrée principale du  donjon.  L’enceinte  elle‐même  est  un  carré  de  50  mètres  de  côté  et  comporte  un  chemin de ronde couvert.     La Sainte Chapelle, dont la construction débuta vers 1390, fut inaugurée en 1552. Elle  était destinée à abriter une part des reliques du Christ. Marquant la transition entre le  gothique rayonnant et le gothique flamboyant, elle se compose d’un vaisseau unique,  d’un  chœur  et  d’une  abside.  Après  plusieurs  années  de  restauration,  la  chapelle  ouvre à nouveau ses portes au public le 1er mai 2009 dans le cadre d’une exposition  consacrée aux Icônes bulgares.   

  Contact presse :  Commandant Antoine Boulant  + 33 (0)1 41 93 20 33  antoine.boulant@defense.gouv.fr  ‐ 12 ‐ 


Le pavillon du Roi et le pavillon de la Reine furent édifiés par l’architecte Louis Le  Vau  sur  les  ordres  de  Louis  XIV  entre  1656  et  1658,  dans  la  perspective  de  faire  de  Vincennes  la  principale  résidence  du  monarque  et  avant  que  le  Roi  ne  s’installe  finalement à Versailles. Le style classique s’y affirme tout particulièrement.   La vocation militaire du château s’affirma à partir du XVIIIe siècle : siège temporaire  de  l’École  militaire,  place  forte  et  laboratoire  des  techniques  de  guerre,  le  château  devint peu à peu le centre de la politique de défense de la capitale. Le XIXe siècle vit  l’édification de bâtiments à usage militaire qui portent encore aujourd’hui le nom de  leur  affectation  d’origine :  pavillons  des  Armes,  du  Harnachement,  du  Génie,  des  Officiers,  ainsi  que  les  casemates  Nord‐Est  et  Nord‐Ouest.  Les  services  historiques  des armées s’y implantèrent progressivement à partir des années 1970.   

  Contact presse :  Commandant Antoine Boulant  + 33 (0)1 41 93 20 33  antoine.boulant@defense.gouv.fr  ‐ 13 ‐ 


Inauguration de la salle de lecture Louis XIV à Vincennes le 6 mai 2009