Page 1

Vivre écolo à la maison

Les guides de l'écologie pratique Tome

1


Avant-propos Consommer mieux, vivre mieux ! Cette ambition, consoGlobe la partage sur internet avec des centaines de milliers de membres depuis 2005 déjà. Multi-facettes et grand public, consoGlobe.com est l’un des sites pionniers d’une nouvelle consommation, plus responsable, plus solidaire, et répondant au bien-être de chacun. Au fil du temps, un corpus exceptionnel de contenus destinés à aider le citoyen et le consommateur dans sa vie quotidienne s’est constitué. Des centaines d’articles, de fiches pratiques, de bons plans, de bonnes résolutions sont à la disposition de tous sur le site. Ce livre est un condensé des meilleurs articles consacrés à l’habitat et retravaillés spécialement pour cette édition. Consommer mieux, c’est avant tout consommer différemment : parfois moins, souvent fait maison, mais toujours en connaissance de cause, c’est-à-dire bien informé. La collection des Guides de l’écologie pratique est là pour vous aider : à comprendre ce qui a changé dans notre environnement, à moins gâcher, à mettre plus d’écologie dans notre vie, et à faire aussi des économies ! Pour finalement vivre mieux.

Bonne lecture

Ce Guide de l’écologie pratique a été réalisé à partir des contenus du site consoGlobe.com. Ils ont été rédigés par l’équipe de rédaction de consoGlobe, notamment Pauline Raul et Elwina Podevin, puis éditorialisés et mis à jour par Emmanuelle Couturier. Merci à Claire Masset pour sa mise en page originale et son aide.


Sommaire Chapitre 1 : L’ENTRÉE

p.6

Le chauffage L’éclairage La boîte aux lettres

Chapitre 2 : LA CUISINE

p.17

L’électroménager La cuisson Le lavage Les déchets

Chapitre 3 : L’ARMOIRE ÉCOLOGIQUE

p.30

Les produits d'entretien écolo Les insecticides bio

Chapitre 4 : LA BUANDERIE Le lavage du linge Le repassage 3

| Les guides de l’écologie pratique

p.36


Chapitre 5 : LE SALON

p. 46

Le mobilier Les plantes La télévision La console de jeux La cheminée

Chapitre 6 : LE BUREAU

p.58

L’ordinateur L’imprimante Le téléphone

Chapitre 7 : LA CHAMBRE

p.66

Les revêtements de sols Les murs La literie

Chapitre 8 : LA SALLE DE BAIN

p. 71

La douche et le bain Les toilettes

Chapitre 9 : LE GARAGE

p. 76

La voiture Les outils de bricolage

Les 10 astuces « Récup’ »

p.80 N° 1 : VIVRE ÉCOLO À LA MAISON |

4


L’entrée

Chapitre 1

Quoi de plus agréable que de rentrer à la maison après une longue journée de labeur ! Pousser la porte d’entrée, allumer la lumière, remonter le thermostat pour chauffer la maison avant de poser ses affaires et de commencer à se détendre… Dès l’entrée, les gestes pour économiser l’énergie sont très faciles, et surtout très efficaces.

1. Le chauffage

viez-v sa

?

s ou

Le

Le chauffage des logements et celui de l’eau sanitaire sont responsables de 65 % et de 12 % de la consommation d’énergie des ménages. Pour réduire ces postes de consommation, on peut investir dans une chaudière aux énergies fossiles (fioul, gaz, propane) plus performante, mais (surtout) dans des équipements utilisant les énergies renouvelables :

solaire, thermique, biomasse (dont le bois énergie), pompe à chaleur. La plupart de ces équipements bénéficient du crédit d’impôt Développement Durable et d’un taux réduit de TVA à 5,5 %. Et il est possible aussi de bénéficier de ces aides pour une production d’électricité à partir d’énergies renouvelables.

En attendant, si vous n’avez pas encore abandonné les énergies fossiles (fioul, gaz…), pas de panique ! Sachez d’abord que le chauffage le plus écolo est celui… qu’on n’utilise pas ! Et pour commencer des économies de chauffage, rien ne vaut une bonne isolation du toit, des murs et des fenêtres. Chauffe qui peut !

L’isolation : la plus naturelle possible Une bonne isolation préserve au mieux des nuisances sonores et des changements de température. La laine de verre et le polystyrène, qui peuvent être toxiques, sont à proscrire. La ouate de cellulose, le lin, le liège, la laine de mouton ou encore le chanvre bio sont des isolants naturels de plus en plus faciles à trouver en magasin. Ils ont de nombreux avantages, dont ceux d’éviter les réactions allergiques et de mieux résister aux attaques des rongeurs. Pour une garantie de performance, optez pour des produits isolants certifiés ACERMI et des produits d’isolation certifiés NF ou CSTBat.

Se chauffer au bois Le gaz ou le fioul sont habituellement utilisés pour chauffer les maisons. Mais ils ne sont pas renouvelables et dégagent d’importantes quantités de CO2, sans compter l’augmentation de leur prix... Le bois est ainsi une alternative à ces sources fossiles dont on entend de plus en plus parler pour le chauffage des logements.

5

| Les guides de l’écologie pratique


Pour une maison sur deux, le bois est en France une source de chauffage accessoire ou principale. Et la cheminée n’est pas le seul endroit où il peut crépiter. D’autres systèmes à conception moderne présentent un rendement nettement plus intéressant que le feu ouvert, qui n’a environ que 10 % de rendement : • les inserts ou les foyers fermés (70 à 85 %), • les chaudières à bûches (70 à 85 %), à plaquettes (75 à 85 %) ou à granulés (75 à 90 %). Ils peuvent être utilisés comme chauffage individuel ou d’appoint ou être la source d’énergie principale d’un chauffage central (chaudières et poêles-chaudières).

 LES POÊLES ET LES INSERTS Pour un chauffage d’appoint ou pour chauffer une résidence secondaire, un insert, un foyer fermé ou un poêle, s’installent de la même manière : • si la cheminée est déjà installée, un insert peut y être ajouté. • s’il n’y a pas de cheminée, un foyer fermé ou un poêle de conception moderne qui permettra une réduction des dépenses de chauffage peuvent être installés. Ces appareils indépendants nécessitent des vérifications et un entretien régulier : décendrage, nettoyage des vitres, des grilles et de la hotte. Les conduits de cheminées doivent être ramonés au moins 2 fois par an.

 LES CHAUDIÈRES Une chaudière à bûche, à plaquettes ou à granulés, peut être reliée au chauffage central, et même au ballon d’eau chaude sanitaire pour chauffer la maison. Elle se caractérise par son tirage, c’est-à-dire son mode de combustion et la manière dont il est admis dans le foyer. • Chaudières à tirage naturel : elles sont plus ou moins efficaces selon la technique de combustion. Les chaudières à combustion horizontale ou - mieux encore - à combustion inversée ont un rendement supérieur à celles à combustion montante de qualité médiocre. • Chaudières à "turbo" : plus récentes, elles offrent un meilleur rendement que les précédentes grâce à leur turbine. • Chaudières à plaquettes ou à granulés : elles sont plus faciles d’utilisation car, avec un combustible stocké dans un silo, leur alimentation est programmée et automatique. Son rendement peut atteindre 90 %, soit l’équivalent d’une chaudière à fioul !  Le label de référence pour les chaudières : FLAMME VERTE.

viez-v sa

?

s ou

Le

Pour l’installation, rien de mieux qu’un professionnel compétent enregistré à la chambre des métiers de votre département.

220 kg de pellets = 0,7 stère de bûches = 1m3 apparent de plaquettes = 100 litres de fioul = 1000 kWh.

N° 1 : VIVRE ÉCOLO À LA MAISON |

6


4 7

5 8

6 Le bois, une énergie renouvelable ?

9

conseils pour bien choisir son bois à brûler

Le bois est considéré comme une énergie renouvelable tant que le volume de bois prélevé ne dépasse pas l’accroissement de la forêt. En France, l’accroissement naturel de nos forêts représente un volume de 103 millions de mètres cubes par an dont une partie est récoltée par l’exploitation forestière. Deuxième énergie renouvelable derrière l’hydraulique, le bois fournit ainsi 9 millions de TEP (tonnes équivalent pétrole), soit 4 % de la production totale d’énergie française. L’utilisation de cette énergie pour le chauffage permet de diviser les émissions de CO2 par 12 par rapport au fioul, et par 6 par rapport au gaz.

Les performances de la chaudière ou l’encrassement du poêle vont directement dépendre du bois choisi :  Au niveau des essences de bois, les feuillus durs (chêne, hêtre, frêne, charme) sont les plus appréciés. Les feuillus tendres ou résineux (épicéa, sapin, saule...) brûlent plus vite mais se dégradent rapidement s’ils sont mal stockés.

14

!

11

12

 Évitez la combustion de bois souillés récupérés qui contiennent de nombreux produits toxiques et corrosifs (peinture...).

1 2

 Évitez la combustion de bois humides : elle libère des substances polluantes, fournit 2 fois moins d’énergie qu’avec un bois sec et rend vos appareils moins performants. Stockez vos bûches ou stères à l’abri de l’humidité (sous un abri bûcher ou sous une bâche par exemple) pendant environ 2 ans avant utilisation.

5

4

 N’achetez jamais le bois au poids, car s’il est humide, non content de chauffer moins bien que le bois sec, il est aussi beaucoup plus lourd ! Achetez-le au volume (l’unité est le stère). Attention ! Un stère de bois coupé en un mètre occupe un volume supérieur (un mètre cube) à un stère coupé en 0,33 mètre (0, 7 m3). Mais on vend aussi le bois au mètre cube.

7

14

Outre la célèbre bûche utilisée pour tous les appareils et à des prix abordables, d’autres formes dérivées du bois peuvent également être utilisées telles que :  Les plaquettes : peu utilisées, faites de bois déchiqueté. Valeur énergétique : 2500 à 3900 kWh par tonne.

7

| Les guides de l’écologie pratique

6

8

9

!

11

 Il est inutile d’excéder la température de 50°C pour le chauffage de votre eau.

12

 Laissez les radiateurs de votre maison dégagés. Si vous mettez des meubles trop proches des sources de chaleur, ceux-ci vont absorber l’énergie.  Isolez les canalisations d’eau chaude dans des pièces non chauffées, comme le garage par exemple.  Nettoyez et purgez vos radiateurs tous les ans.

viez-v sa

?

s ou

 Les granulés (ou pellets) : cylindriques, ils sont produits par compression de sciure de bois. Aucun liant et aucun additif n’est nécessaire. Livrés en sacs de 15 ou 20 kg et en vrac par camion souffleur (environ 230 € la tonne), les pellets ont un pouvoir calorifique d’au moins 4800 kWh par tonne.

conseils pour faire des économies de chauffage faciles

 Faites entretenir votre chaudière annuellement par un professionnel : c’est 8 % à 12 % d’énergie consommée en moins !

Le

 Pensez au label NF Bois de chauffage qui garantit la qualité et la performance du bois.

3

Une chaudière doit être remplacée tous les 15 ans environ : ce sont des économies et moins de pollution (15 % de CO2 en moins pour une chaudière au gaz neuve).


Comment maximiser le chauffage ? Il existe aujourd’hui des produits très simples qui permettent de maximiser le chauffage des maisons quel qu’il soit.

1) LES SYSTÈMES DE RÉGULATION  le thermostat automatique placé dans une pièce de référence (le séjour par exemple) et qui agit sur votre système de chauffage. Une fois celui-ci bien réglé, vous ferez des économies. Idéal pour les logements à un seul niveau équipés de radiateurs.  la sonde extérieure qui mesure la température de dehors et permet à l’installation de chauffage de réagir avant que le logement n’ait eu le temps de se refroidir ou se réchauffer. Idéale pour les maisons à étage.  les robinets thermostatiques (certifiés NF) pour les radiateurs qui permettent de moduler le chauffage de chaque pièce en fonction de l’usage de celle-ci. Attention ! Ils ne doivent pas être dans la même pièce que le thermostat automatique.

2) LES PRODUITS ISOLANTS  La partie du mur derrière un radiateur reçoit autant de chaleur que l’intérieur de la pièce, mais n’en restitue qu’une partie. Pour réduire cette déperdition vers l’extérieur et augmenter le rendement de vos radiateurs, collez à l’arrière un film isolant thermoréfléchissant. Facile à installer car magnétique, il vous permet de faire jusqu’à 25 € d’économie par an sur le chauffage (prix indicatif : 20 € les 5 m par 50 cm).

viez-v sa

?

s ou

Le

 Pour réduire les déperditions de chauffage par les vitres et les portes, collez une simple bande de joint isolant en mousse de PVC de chaque côté de votre porte ou fenêtre. Une isolation facile qui permet d’économiser 11 euros par an sur la facture d’électricité avant d’envisager des travaux de rénovation plus lourds. (prix indicatif : 5,90 €).

Le Code de construction fixe la température moyenne des logements à 19°C. 16 à 17° suffisent pour les chambres durant la nuit. Sachez que passer de 20 à 19°C, c’est consommer près de 7 % d’énergie en moins !

N° 1 : VIVRE ÉCOLO À LA MAISON |

8


4

5

6

8

9

 Nettoyer vos radiateurs La poussière peut diminuer la performance de votre radiateur de 10 %. En nettoyant deux fois par an vos appareils de chauffage (convecteurs, radiateurs hydrauliques…), vous pourrez profiter d’une manière optimale de leur rendement. ATTENTION : prenez soin de couper l’alimentation électrique de vos radiateurs et d’attendre qu’ils soient froids avant de les nettoyer.

7

!

14

11

12

 Faciliter la diffusion de la chaleur Couvrir un radiateur ou placer un objet devant un canapé ou une armoire réduit l’efficacité de votre équipement. En dégageant l’espace qui l’entoure, vous profiterez pleinement de la chaleur diffusée par votre appareil de chauffage.

Le

viez-v sa

?

s ou

1 2

3

astuces pour améliorer la performance des radiateurs

Le chauffage électrique a un rendement énergétique très faible. Or près d’un ménage sur trois l’utilise ! Chaque kwh électrique consommé en période de chauffage produit 180 g de CO2, voir jusqu’à 260 g lors des hivers froids. Une chaudière au gaz émet elle 200 g de CO2 / kwh et une chaudière fuel 280 g.

2. L’éclairage En France, une famille dépense en moyenne près de 2 400 € par an pour s’éclairer, se chauffer et alimenter les appareils électroménagers. L’éclairage en représente 20 %, soit entre 400 et 600 KWh/an. Mais il est possible de réduire la facture de plus de moitié : en adoptant des réflexes simples et en se procurant des équipements adaptés.

Choisir les bonnes ampoules Les ampoules "classiques", à incandescence, vont laisser place entière en 2011 aux ampoules basse consommation (fluocompactes), écohalogènes ou Led. Les industriels ne cessent d’améliorer les performances des Led qui sont présentées comme les sources lumineuses du futur pour l’éclairage domestique. Mais aujourd’hui, ces ampoules économiques restent encore essentiellement réservées à un usage décoratif ou un éclairage d’appoint. Les fluocompactes, au contraire, peuvent remplacer les "classiques" quasiment partout, même s’il vaut mieux éviter de les placer dans les lieux de bref passage, comme le couloir, et/ou des pièces non chauffées. Pour remplacer vos anciennes ampoules, il existe 3 solutions à faible consommation énergétique, qui ont chacune leurs spécificités. En voici le tableau récapitulatif pour vous y repérer.

9

| Les guides de l’écologie pratique


LED (Light Emitting Diodes, ou diodes électroluminescentes)

HALOGÈNE Haute Efficacité ("Basse consommation")(4)

APPLICTION

Peut remplacer les ampoules classiques quasiment partout, mais à éviter dans des endroits non chauffés et/ou de passage (couloirs, lampes de bureau...).

Ambiance ( jardins, escaliers...). Idéale pour un éclairage ponctuel (chevet, veilleuse, guirlande…). Souvent encastrée, mais existe aussi avec des culots standards.

Peut remplacer les ampoules classiques quasiment partout. Idéale pour les allumages répétés (couloirs, toilettes...).

DURÉE

6 à 20 ans (1 ) soit 5 000 à 15 000 heures.

10 à 30 ans (1 ) soit 15 000 à 50 000 heures.

2 à 3 ans (1 ) soit 2 000 à 5 000 heures.

ECO

Jusqu’à 80 % (2).

Jusqu’à 90 % (2)

De 30 % à 50 % (2)

LES -

LES +

AMPOULE

FLUOCOMPACTE (basse consommation)

• Qualité de lumière proche de celle • La plus économe en énergie, d’une ampoule à incandescence. durée de vie la plus longue. • Existe désormais en lumière • Allumage instantané. chaude (voir emballage). • Insensibilité aux allumages répétés • Large choix de modèles et aux basses températures. (formes, tailles, culots). • Grande résistance aux chocs. • Compatibilité aux variateurs • Compatibilité aux variateurs ou minuteries limitée ou minuteries limitée à certains modèles. à certains modèles. • Contient de la vapeur de mercure : considérée comme déchet ménager dangereux à rapporter chez un revendeur une fois usagée (3). • Sensible au froid et aux allumages répétés.

• Ne peut pas encore remplacer les ampoules de fortes puissances (> 40 W). • IRC plus faible (70-80). • Contient des composants électroniques : à trier avec les déchets électriques.

• Excellente qualité de lumière (IRC 100) (5). • Allumage instantané. • Utilisation sur variateur. • Nombreuses formes et culots.

• La moins économe (classe énergétique C ou D pour la plupart) (4). • Émet beaucoup de chaleur. • Fragile. • Non recyclable (déchet ménager).

ÉQUIVALENCE AVEC UNE AMPOULE À INCANDESCENCE 40 W (VALEUR INDICATIVE MOYENNE)

8W

(1 ) (2) (3)

(4)

(5)

7-8 W

28 W

Sur la base de 3 heures d’allumage par jour, selon les modèles (voir emballage). Par rapport à une ampoule à incandescence de puissance équivalente. Les distributeurs sont obligés de collecter les ampoules basse conso usagées, dont le recyclage est réalisé par l’organisme Recylum. Ce type d’ampoules, de classe énergétique C ou D (voir B pour les meilleures), ne peut pas être considéré comme "à faible consommation énergétique" aujourd’hui ; de ce fait, consoGlobe a décidé de ne pas vous en proposer pour l’instant, privilégiant les modèles de classe A (ou B pour certains modèles à bulbe dont l’enveloppe de verre absorbe 30 % du flux lumineux). Indice de rendu de couleur (IRC).

N° 1 : VIVRE ÉCOLO À LA MAISON |

10

Vivre écolo à la maison  

183 astuces pour mieux vivre sa maison !

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you