Page 1

““

JANVIER 2014, N O 1

Newsletter Le mot du président Chers amis, voici une nouvelle initiative du Stade Français Olympique de Courbevoie : une lettre de liaison avec nos adhérents. Notre club a connu un énorme développement au cours des dernières années, le nombre de membres a littéralement explosé, et nous sommes aujourd’hui une communauté de 1300 personnes, ancrée dans le tissu socioculturel de notre ville. Les activités de notre club sont de plus en plus variées, du loisir à la compétition, de l’école de natation à l’aquagym. Nous espérons que cette lettre d’information nous aidera à mieux nous connaître et à mieux resserrer les liens

entre les membres du club. Elle ne peut fonctionner qu’avec la collaboration de tous. L’équipe sera heureuse de donner la parole à tous ceux qui ont envie de nous aider à raconter le quotidien de notre club. Nous serions particulièrement heureux d’accueillir des jeunes journalistes en herbe. Contacteznous à l’adresse e-mail SFOCnewsletter@gmail.com. L’équipe du SFOC vous souhaite une bonne lecture du premier numéro de la Newsletter et une excellente année 2014, à vous et à vos familles. M ARC M AILLOT

Prenez un bon départ, nagez en 2014 avec brio et trouvez plein d’amis et de bonheur au bout c (photos Mitch Troyas 2013)

1


““

JANVIER 2014, N O 1

Newsletter

Speedo, notre nouvel équipementier Dans ce numéro: Speedo, notre nouvel équipementier 2 Un peu d’histoire

2

Zoom sur le groupe élite de retour des Championnats de France 4 Interview champion France

d’un de 5

Le début de saison en bref 8

Vous l’avez sûrement remarqué : notre nouveau partenaire Speedo, numéro 1 mondial de l’équipement de natation, a redécoré notre local que nous appelons familièrement depuis toujours « l’aquarium » ! Pour plus d’informations sur les commandes de matériel Speedo à prix préférentiels, cliquez ici.

Un peu d’histoire par B AUDOUIN FAUCK ciens clubs omnisports de la capitale qui a vu le jour en 1883) et la ville de Courbevoie, pour la pratique de la natation. Ce rapprochement a pu se faire grâce à la passion pour notre sport de deux

Le SFOC, Stade Français Olympique Courbevoie, est la section natation du Stade Français. Il a été créé en 1973 à l’initiative de deux personnes, qui ont su unir le Stade Français (un des plus an-

2


““

JANVIER 2014, N O 1

Newsletter hommes : Alex Ferenczy et Pierre Marot. A l’époque, le Stade Français était l’un des meilleurs clubs de France mais nous n’avions pas de piscine. La ville de Courbevoie avait, par contre, de très belles installations toutes neuves et pas d’équipe. Cela a donné le Stade Français Olympique Courbevoie. Alex Ferenczy, (1909 – 1986), a été le moteur, le concepteur et le liant intergénérationnel de ce club. D’abord avec la section natation du Stade Français dont il a pris la direction en 1962, qui devint par la suite le SFOC. En 2013, 40 ans après sa création, c’est grâce à l’empreinte qu’Alex Ferenczy a laissé auprès de ses nageurs que le SFOC a pu perdurer et est à nouveau au premier plan des clubs français. Cet entraîneur talentueux, au palmarès étoffé en natation et en water polo, fit de la section natation du Stade Français l’un des tous premiers clubs français et permit l’épanouissement d’une pléiade de champions. Au-delà de ses compétences unanimement reconnues par ses pairs, Alex Ferenczy avait un don. Une extraordinaire chaleur humaine qu’il accompagnait d’un abord parfois bourru et de propos imagés qui résonnent encore dans nos oreilles. Il savait accompagner chacune de ses ouailles, les grands champions, les moins bons,les anonymes. . . pour en tirer le meilleur.

On dirait en langage marketing d’aujourd’hui qu’il faisait du « One to One » . Il savait deviner et comprendre les petites déceptions, les chagrins de chacun. Il savait aussi écouter et redonner confiance en faisant la part des choses, notamment en ne privilégiant jamais le sport au détriment des études. Il savait aussi être rude et fixer les objectifs. Il considérait son métier comme un sacerdoce et était payé en retour par un attachement indéfectible de ses nageurs. Il a grandement honoré son métier et armé pour la vie des générations de nageurs qui se souviennent de lui avec émotion. Aujourd’hui la relève est assurée, les valeurs se perpétuent et nous sommes fiers de nos équipes et de leur état d’esprit. Tous ont œuvré à ce renouveau et nous adressons un satisfecit particulier au pool d’entraîneurs et de leur responsable qui contribuent chaque jour à ce succès. Cette section a aujourd’hui 40 ans. Son palmarès est élogieux : 114 titres de Champion de France, 8 titres de Champion de France interclubs, 33 records de France, 4 records d’Europe, 1 record du Monde, 206 internationaux, 12 sélectionnés olympiques.

3


““

JANVIER 2014, N O 1

Newsletter

Zoom sur le groupe élite de retour des Championnats de France en petit bassin (Dijon, 05-08/12/2013)

De gauche à droite : Olivier Sangaria, Talal Mrabet, Jonathan Richerol, Melvin Maillot, Taki Mrabet, Alicia Sarrand-Brixtel, Antoine Demerin, Joris Hustache, Malik Fall, Alice Boutant, Yann Quiertant, Nazim Belkhoudja, Emeric Pierre

Onze nageurs du SFOC représentaient le club aux Championnats de France Elite Hiver, le second objectif hivernal après les interclubs. 184 clubs et 655 nageurs ont participé à cette manifestation. Le club termine 9ème club au classement national, 2ème regional et 1er départemental. On compte 12 finales A, 7 finales B et un relais classé 8ème, mais surtout 4 medailles pour le SFOC : un titre de champion de France pour Taki au 400m 4N et trois médailles de bronze pour Alice au 200m dos, Joris au 200m dos et Malick au 50m brasse. Une mention également pour les finalistes Alicia, Yann et Melvin. Félicitations à nos nageurs. Plus de photos par ici ! et tous les résultats par là !

4


““

JANVIER 2014, N O 1

Newsletter Interview d’un champion de France

Ma famille est partie en Tunisie quand j’avais trois ans et j’ai appris à nager làbas. Bien après, je suis revenu en 2008 à 19 ans. Comment s’est passée ton arrivée en France ? J’ai commencé mes études à l’Université de Nanterre et j’étais licencié d’un club à Sarcelles. Puis à Nanterre j’ai rencontré une fille tunisienne qui m’a dit qu’il y avait un bon club de natation plus près. Donc je suis allé voir Olivier... et me voilà ! Tu te souviens de la première compétition importante où tu es allé ? Les Championnats Arabes des Jeunes. J’avais 13 ans. C’était en Jordanie. Je ne me souviens pas beaucoup de cette compétition. Mais c’est arrivé un peu par hasard : je ne me suis jamais dit que je voulais faire de la compétition, devenir comme tel ou tel champion... Pour tout dire, la première compétition qui m’a marqué c’était le Championnat du Monde Scolaire. J’avais 15 ans et j’ai terminé troisième derrière un anglais et un chinois. Cette troisième place m’a beaucoup motivé car j’ai compris que je pouvais gagner contre des nageurs qui avaient beaucoup plus de moyens que nous, en Tunisie. Tu sais, la Tunisie envoie toujours une toute petite déléga-

Il y a quelques jours, Taki a déboulé, sur mon invitation, dans la rédaction de la Newsletter du SFOC – c’est-à-dire dans ma cuisine - pour que je l’interviewe. Taki arrive, toujours souriant et toujours très poli. En écoutant de nouveau l’enregistrement de notre entretien je m’aperçois que nous avons passé 50 minutes à rigoler : pas facile de rendre compte de l’ambiance par écrit ! Salut Taki ! Félicitations pour ta première place au 400m 4N aux Championnats de France ! Merci. Commençons à partir du début. Tu as commencé à nager à quel âge ? 3 ans et demi/4 Taki Mrabet ans. Ça fait 20 ans. C’est beaucoup, non ? Mais tu n’es arrivé en France que récemment... Mais je suis né en France ! Regarde : Paris 17 ! (Il me montre son passeport en rigolant) Les gens ne me croient pas !

5


““

JANVIER 2014, N O 1

Newsletter tion de 3 ou 4 nageurs dans les compétitions. Quand je vois les délégations des États-Unis ou de la Chine, cela fait plaisir d’avoir des résultats avec de petits moyens. Combien d’habitants compte la Tunisie ? 11 millions ! C’est moins que Paris et sa région ! La Tunisie est un petit pays. En plus, je n’habitais même pas à Tunis. Je ne m’entraînais pas beaucoup. C’est à partir de 15 ans que j’ai commencé à m’entraîner 8/9 fois par semaine. J’ai quitté ma famille pour fréquenter un lycée pour jeunes athlètes à Tunis. J’habitais dans l’internat du lycée. La discipline était militaire : réveil à 5h40 tous les jours et petit déjeuner à 6h30. Nous avions cours de 10h à 16h, avec une petite pause pour manger et entraînement le matin jusqu’à 10h et de 16h a 18h. Après il y avait les devoirs. La première année loin de ma famille a été dure ! Puis, j’ai été Champion d’Afrique et donc j’ai quitté l’internat pour aller dans un centre d’élite. Taki (à gauche) avec ses frères. Talal, à droite, nage aussi au SFOC. Les chambres et la nourriture étaient bien meilleures ! Je suis resté à Tunis 5 ans en tout. Et après ?

J’aurais voulu aller aux États-Unis mais je n’ai pas eu une note assez élevée au Toefl. Donc je suis venu en France. Depuis je suis resté en France, à part une année que j’ai passée à Barcelone, en Espagne. Qu’est-ce que tu penses quand tu nages ? Qu’est-ce qui te motive ? Pour cette dernière compétition j’étais fatigué. Je suis en train de terminer mes études, avec ma formation à l’INSEP en plus. J’ai essayé de ne pas partir à bloc et de bien nager du point de vue technique. Je me suis dit que j’avais déjà gagné des choses et que j’en gagnerai encore : je n’étais pas stressé. Et puis, il y a une chose qui m’a beaucoup motivé, et je ne le dis pas parce que j’en parle ici : c’est la première fois que je travaille et je me disais que ça me ferait très plaisir de revenir avec une médaille, vis-à-vis des personnes que je rencontre au SFOC, les adultes qui nagent le midi, ou bien les parents. J’ai pensé aux personnes que j’aurais vu en rentrant. Pour asseoir ton autorité ? Mais non ! ! (il éclate de rire...) Quand tu passes un examen, ça ne te fait pas plaisir de dire que tu l’as réussi en rentrant ? En fait, non. Mais visiblement nous ne sommes pas faits pareils... Et c’est moi qui pose les questions ! Pour tout dire, la dernière saison n’avait pas été très bonne : je n’ai pas bien

6


““

JANVIER 2014, N O 1

Newsletter

Et tu as le temps pour avoir une vie sociale ? Je n’aime pas aller en boîte, sortir toute la nuit... je vais souvent manger avec des copains, ou au cinéma : ça ne prend pas beaucoup de temps. Par exemple, nous avons dîné ensemble l’autre soir et j’ai passé une bonne soirée. Tu as fait des belles rencontres grâce au sport ? Oui. Presque tous mes amis sont des sportifs, pas seulement des nageurs : je connais beaucoup de personnes qui font de l’escrime, du karaté, des boxeurs... Partir avec l’équipe tunisienne est très agréable car ce sont tous des amis d’enfance. Et qu’est-ce que tu as appris grâce au sport ? A être ambitieux. Et à penser à l’avenir. Tu sais, quand je vais arrêter, il n’y aura ni le SFOC ni mon équipe de Tunisie pour m’aider : il faut que je compte sur moi-même. Est-ce que j’ai oublié de te poser une question importante ? Ou bien avonsnous parlé de choses que tu ne voudrais pas que je mentionne ? Est-ce que Zindine va écouter tout ça ?

nagé aux Championnats du Monde, par exemple. Puis, pendant les derniers mois j’ai vécu quelques situations au niveau de relations inter-personnelles qui m’ont déplues : j’avais vraiment envie de montrer que je pouvais ramener des résultats. Tu n’étais pas en forme l’an dernier ? Si, j’étais en forme, mais j’ai nagé moins bien que maintenant, alors que je suis fatigué. Des fois il suffit d’un petit truc énervant pour retrouver une verve inattendue ! (en rigolant...) Oui, j’avais raté le 200m 4N juste avant. Tu rebondis vite quand tu encaisses un mauvais coup ? On peut dire ça comme ça.... Les entrainements, l’université, le travail, . . . combien d’heures tu fais par semaine ? Alors, 9 entraînements par semaine plus 1 heure de musculation par jour... ça fait 24 heures par semaine. Plus combien d’heures de travail ? Entre le mercredi midi, le soir et le samedi... je fais une dizaine d’heures. Et combien d’heures de cours à l’université ? Uhhh ! Je ne compte pas comme ça... sinon j’ai peur !

Nous éclatons de rire... deux secondes plus tard Taki est reparti à toute allure, pressé !

7


““

JANVIER 2014, N O 1

Newsletter Le début de saison en bref (les liens « colorés » pointent vers le site web du club)

Pendant ce début d’année le SFOC a co-organisé un colloque, s’adressant principalement aux entraîneurs du département, avec l’intervention de Romain Barnier, entraîneur en chef de l’équipe de France. A l’occasion du Téléthon, le 6 décembre dernier une soirée a été organisée à la piscine avec le club de triathlon. avec des jeux et beaucoup de bonne humeur. Nous espérons vous voir nombreux aux initiatives similaires qui seront organisées dans le futur. Championnats d’Europe masters à Eindhoven Meeting de Cergy-Pontoise Stage de la Toussaint pour les groupes : espoir, compétition 1 et section sportive Championnats interclubs Bilan première journée poussins

Bilan des interclubs en R1 ainsi qu’en poule départementale Première session Garenne-Colombes

ENF

à

La

Championnats des Hauts de Seine Championnats régionaux Bilan du meeting de Massy

Les benjamins (12-13 ans) Interclubs benjamins plot 1 à Antony (21 octobre) Bilan challenge benjamins 1 (19 novembre) Challenge benjamins 2 (10 décembre) Benjamins qualifiés pour la finale (19 décembre)

Newsletter du Stade Francais Olympique Courbevoie m http://www.stadefrancaisnatation.com/ B SFOCnewsletter@gmail.com Rédactrice en chef : Lucia Di Vizio

8

Newsletter du SFOC No.1 - Janvier 2014  
Newsletter du SFOC No.1 - Janvier 2014  
Advertisement