Page 1

Année scolaire 2012/ 2013 NOM : CLOUPET Prénom : Rémi Diplôme préparé : Bac pro Production Graphique Nom établissement : SEPR

DOSSIER TRAVAIL PERSONNEL ECRIT Prévention Santé Environnement

Entreprise d’accueil : Quick Flock Dates de la PFMP du 26 Novembre au 21 Décembre 2012


SOMMAIRE : paginé (Page n°2) I.

INTRODUCTION: 1 PAGE

1.1.

IDENTIFICATION DE LA STRUCTURE/ENTREPRISE

1.2.

ACTIVITÉS DE L’ENTREPRISE

1.3.

PRÉSENTATION DU SERVICE

1.4.

PRÉSENTATION DU TUTEUR

II. IDENTIFICATION D’UN RISQUE PROFESSIONNEL ET DE SES EFFETS 2.1.

PRÉSENTATION D’UNE SITUATION PROFESSIONNELLE VÉCUE LORS DE LA PFMP

2.1.1. DESCRIPTION DU POSTE DE TRAVAIL 2.1.2. LISTE DES PRINCIPALES ACTIVITÉS RÉALISÉES 2.2.

MON PROFIL

2.3.

IDENTIFICATION DES PRINCIPAUX DANGERS ET CHOIX D’UN RISQUE

2.4.

IDENTIFICATION DES EFFETS PHYSIOPATHOLOGIQUES

2.5.

IDENTIFICATION DES EFFETS SUR L’ENTREPRISE

III. MISE EN OEUVRE D’UNE DEMARCHE D’ANALYSE 3.1.

CHOIX DE LA MÉTHODE ET JUSTIFICATION

3.2.

MISE EN ŒUVRE DE L’APPROCHE PAR LES RISQUES OU PAR LE TRAVAIL (À PRÉCISER)

3.2.1. ANALYSE DU RISQUE 3.2.2. ESTIMATION DU RISQUE/ HYPOTHÈSES POSÉES (À PRÉCISER) 3.2.3. EVALUATION DU RISQUE / VALIDATION DES HYPOTHÈSES (À PRÉCISER) IV. PROPOSITION DE MESURES DE PREVENTION 4.1.

LES MESURES DE PRÉVENTION EXISTANTES

4.2.

HIÉRARCHISATION DES MESURES SELON TROIS NIVEAUX

4.3.

PROPOSITION DE MESURES DE PRÉVENTION SUPPLÉMENTAIRES

4.4.

LES ACTEURS DE PRÉVENTION DANS L’ENTREPRISE

4.5.

LA RÉGLEMENTATION RELATIVE AU RISQUE IDENTIFIÉ

Parties II. III. IV : 8 PAGES V. CONCLUSION :1 PAGE ANNEXES : limitées à 5 se situent sur les pages suivantes (pertinentes, exploitées, numérotées avec un renvoi dans le texte


QUICK FLOCK Historique de l’entreprise L’entreprise Quick Flock est une petite entreprise située à Saint-Priest dans la zone industrielle. Elle exerce son activité depuis 1988. C’est une entreprise familiale et très conviviale.

Secteur d’activité L’entreprise Quick Flock est une entreprise de sérigraphie principalement. Ils se chargent du flocage de maillots ou T-shirts (et bien d’autres supports) et de l’impression d’affiches ou d’adhésif pour vitrine ou véhicule. L’entreprise dispose aussi d’un secteur broderie qui lui permet de compléter sont activité.

Clients L’entreprise Quick Flock exerce son activité en majeur partie dans le domaine du sport, ses employés travaillent pour des clubs sportifs de tous niveaux. Leur travail peut aller d’une série de maillot pour l’équipe de l’olympique lyonnais à une série de T-shirt pour un club sportif d’enfants. Ils travaillent aussi pour des enseignes locales, en imprimant des adhésifs destinés aux vitrines ou aux véhicules ou même pour des particuliers désirant organisés une fête ou un rassemblement avec des T-shirt à leur effigie.

Service prépresse Le service dans lequel je me trouvais, était le service prépresse de l’entreprise. Dans ce service, la mission principale de l’opérateur prépresse n’est autre que de « redessiner » des logos déjà existants afin de les rendre viables pour être imprimés en sérigraphie ou broder en broderie. L’opérateur prépresse s’occupe également de l’impression sur presse numérique pour des tirages tels que des banderoles ou des panneaux publicitaires. La particularité de ce service par rapport à celui des autres entreprises, est que l’opérateur prépresse s’occupe aussi de la pose des panneaux ou des adhésifs sur véhicule.

Mon tuteur Ce service prépresse était composé d’une seule personne : ma tutrice. En effet, Sandrine Moras, est la seule personne qui compose ce service. Elle dispose d’une formation d’un an en infographie et s’occupe donc de toute la partie prépresse avant d’envoyer le travail aux sérigraphes. Âgée d’une trentaine d’années, elle est la fille du directeur : Jean Moras et la nièce de son associé.

3


Identification du risque professionnel Description d’une situation Lors de mon stage chez Quick Flock, il m’est arriver lorsque je n’avais pas de travail en PAO, que j’aille dans le service sérigraphie pour aider à la récupération des textiles flockés (T-shirts, Maillots, Sac, etc..) après leur passage dans un tunnel de séchage. Pour illustrer ceci, veuillez vous référez à l’annexe 1. Mon travail consistais donc à attendre que la sérigraphe ai fini de « flocker » (Déposer de l’encre) le textile et qu’elle le place dans le tunnel de séchage. Une fois cela fais, je devais attendre que le textile ai fini de passer à travers ce même tunnel pour le récupérer, le plier et le ranger dans des cartons. Tout cela en étant debout et ce pendant plusieurs heures.

Rémi Cloupet Homme 16 ans 1m75 57 kg

Tunnel de séchage

-Récupérer le textile -Plier le textile -Ranger le textile dans des cartons

-Atelier -Bruyant -Chaleur -Odeur d’encre

Identification des dangers et choix d’un risque Lorsque j’effectuais ces tâches, j’ai pu identifier trois dangers différents : - Le tunnel de séchage Il chauffe le textile à très haute température afin qu’il sèche rapidement -

4

Ma posture Je restais debout pendant plusieurs heures en pliant du textile et en le rangeant dans des cartons, ce qui m’obligeais a me baisser.


-

Le bruit L’environnement dans lequel je travaillais était remplie de machine assez bruyantes, dont une très bruyante : la brodeuse.

D’après ces deux dangers, je choisis de prendre le premier danger, qui engendrerais un risque de brûlure.

Identifications des effets physiopathologiques La manipulation du textile directement en sortie de tunnel, peut engendrer sur l’opérateur un risque de brûlure important. En effet, pour plus de rapidité, l’opérateur risque de prendre le textile alors qu’il est encore dans le tunnel. Ce tunnel chauffant à une température très élevée risquerais d’entrainer de sévères brûlures sur l’opérateur. Ces brûlures pourraient donc l’empêcher de continuer son activité temporairement ou même définitivement.

Identifications des effets sur l’entreprise Un problème comme celui-ci engendrerais sur l’entreprise un effet néfaste sur la productivité de celle-ci dans le sens où si il n’y a plus personnes en sortie de four, le textile tomberais. Le flockage aurais donc plus de chance de se retirer si il est mal sécher et l’entreprise perdrais un temps considérable à faire plier et ranger le textile par le sérigraphe qui devra attendre que sa série d’impression se finisse pour pouvoir effectuer ces tâches. L’entreprise devra donc embaucher une nouvelle personne pour remplacer l’ancien opérateur pendant toute la durée de sa convalescence. Cela impliquerais donc une perte d’argent. En plus de cela, l’opérateur blessé recevra de l’entreprise des indemnités journalières ce qui coutera de nouveau de l’argent à l’entreprise, en plus d’une perte de temps.

Mise en œuvre d’une démarche d’analyse Choix de la méthode Pour le cas présent, je choisirais la méthode de l’approche par le risque car l’objectif de cette méthode et de rendre les conditions de travail plus sûres afin de limiter les risques pour l’opérateur alors que l’approche par le travail est basée sur de l’ergonomie et comment améliorer les conditions de travail. Cela aurais pu être le cas si j’avais décider de prendre le danger lié à ma posture.

5


Mise en œuvre de l’approche par les risques L’approche par les risques se décompose en trois étapes : - Analyse du risque - Estimation du risque - Evaluation du risque Analyse du risque L’opérateur, en l’occurrence moi (Rémi Cloupet) travaille à la réception du tunnel de séchage et pour gagner du temps, récupère le textile avant qu’il ne soit totalement sorti du tunnel de séchage. Au bout d’une demi heure de ce travail, la main de l’opérateur touche la source de chaleur du tunnel et se brûle grièvement la main.

L’opérateur va chercher le textile avant qu’il ne soit complètement sorti du tunnel

La main de l’opérateur touche la partie chaude du tunnel

Tunnel de séchage

Rémi Cloupet

Brûlures graves

6


Estimation du risque Nous sommes à la deuxième étape de l’approche par les risques. Dans le cas présent, nous allons estimer la probabilité d’apparition du risque afin de savoir si il est « très improbable », « improbable », « probable », ou « très probable ». Ceci grâce au schéma suivant :

On peut considérer que l’opérateur est exposé fréquemment et sur une longue durée au danger avec une probabilité élevée d’apparition d’un événement dangereux. Le dommage est donc classée dans la catégorie de probabilité d’apparition du dommage : « Très probable ». Dans un second ordre, nous allons estimer la gravité du dommage. Cette estimation se fait suivant ce que cela entraine pour l’opérateur : - Faible : Accident du travail ou Maladie professionnelle sans arrêt de travail - Moyen : Accident du travail ou Maladie professionnelle avec arrêt de travail - Grave : Accident du travail ou Maladie professionnelle entrainant une incapacité permanente partielle - Très grave : Accident du travail ou Maladie professionnelle entrainant la mort On peut donc classer ce dommage dans la catégorie « Grave » puisque l’opérateur étant grièvement brûlé, ne pourra plus se servir de sa main comme avant. Il sera handicapé et ne pourras pas continuer d’exercer cette activité.

7


Evaluation du risque La troisième étape de l’approche par les risques est l’évaluation du risque. Cette évaluation se fait par le biais d’un graphique croisant la probabilité d’occurrence et la la gravité du dommage. Cela se traduit selon ce diagramme :

Etant donné que l’on a établi durant l’estimation du risque que la probabilité d’apparition du dommage était très probable et que la gravité du dommage était grave, on dispose des deux paramètres nous permettant d’évaluer le risque. Ce risque est donc classé dans les risques de « Priorité 1 », c'est-à-dire dans la catégorie des risques où la réduction du risque est nécessaire et doit être immédiate.

Proposition de mesures de prévention Mesures déjà existantes Le tunnel de séchage sérigraphique dont dispose l’entreprise Quick Flock dispose actuellement d’un bouton de d’arrêt d’urgence sur le côté en entrée et en sortie de tunnel. Cependant, cela n’est pas suffisant et ne permet pas d’éviter les risques, mais tout au plus les réduire. La machine dispose aussi d’une note d’information en entrée et en sortie de tunnel décrivant les gestes à privilégier et les gestes à ne surtout pas reproduire. 8


Hiérarchisation des mesures Il existe trois types de mesures de prévention, la prévention intrinsèque, la protection collective et la protection individuelle. On peut donc classer les mesures déjà existantes dans ces trois catégories selon l’ordre suivant : -Prévention intrinsèque : Aucune mesure n’est appliqué. -Protection Collective : Bouton d’arrêt d’urgence. -Protection individuelle : Note d’information décrivant les gestes à faire et ne pas faire.

Mesures de prévention supplémentaires Dans le cas présent, la machine utilisées n’est pas assez protégée puisqu’un risque à une forte probabilité de faire son apparition. On peut donc imaginer des mesures de préventions visant à réduire les risques puisque dans notre cas, le supprimer serais impossible, ou bien un autre risque apparaitrais. Comme dans la partie précédente, je vais donc classer ces différentes mesures selon les trois niveaux de prévention cités plus haut (Intrinsèque, Collective et Individuelle). -Prévention intrinsèque : Installer un système de récupération du textile automatique pour éviter que ce soit l’opérateur qui le récupère. Ainsi on évite toutes brûlures pouvant être causée par l’imprudence de celui-ci -Protection Collective : Installer une sortie en fin de tunnel ajustable de manière à laisser passer uniquement le gabarit souhaité, afin d’éviter au maximum le passage des mains si l’objet à imprimer est fin. -Protection individuelle : L’opérateur dans l’état actuelle des choses ne dispose d’aucun élément de protection individuelle. Il faudrait donc qu’ils soit équiper de gants supportant de très hautes température afin d’éviter d’être brûlé. L’entreprise devrais aussi effectuer une formation pour toutes les personnes amenées à travailler dans leur entreprise, que ce soit pour une courte durée ou une durée indeterminée. Cette formation qui porterais sur l’utilisation appropriée de toutes les machines présentes dans l’entreprise afin de limiter les risques.

9


Conclusion Par l’intermédiaire de ce dossier, j’ai pu analyser de manière plus précise les risques auquel j’ai été exposé de manière répétitive durant ma période de formation en milieu professionnel. Je comprend mieux maintenant, les différentes mesures de prévention qu’il existe et dans quel cas elles s’appliquent. Cependant, certains points de ce dossier sont restés flous pour moi, comme la « Réglementation relative au risque identifié » que je n’ai d’ailleurs pas développer .

10


Annexe 1

Ceci est un long tunnel de sĂŠchage

11


Dossier PSE2  

Mon dossier de PSE

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you