Page 1

Support-tic_layout-12-2011_V3_Mise en page 1 23/01/12 09:02 Page1

SUPPORT

Numéro 10 • Janvier 2012

IGRETEC Service TIC | Av. Georges Lemaître | 6041 Charleroi | 071 348 423 | Info@ebusiness.igretec.be | http://www.ebusiness.igretec.be

L’actualité des technologies de l’information et de la communication

EDITO

Le cloud computing au cœur des TIC de demain Introduction Le Cloud Computing, c'est-àdire littéralement "l'informatique dans les nuages", est aujourd'hui un concept fondamental pour comprendre l'évolution des TIC. Il consiste à déplacer sur des serveurs distants, "dans les nuages", des

Dans ce numéro Edito Le cloud computing au cœur des TIC de demain 1 SaaS Miroir aux alouettes ou réelle opportunité 3 SaaS Nouvelles opportunités… 4 Java Déploiement pour Internet 5 Online emmène les PME… 6 Les PME Belges sont-elles prêtes pour le Cloud Computing

8

SaaS Au service de la gouvernance de l’information 10 La logithèque Une boîte à outils logiciels spécialement dédiée aux PME 12

données, applications ou services informatiques traditionnellement localisés sur les serveurs locaux d'une entreprise ou sur les ordinateurs individuels. Les utilisateurs ou les entreprises ne gèrent plus directement leurs serveurs informatiques, mais peuvent accéder de manière évolutive à de nombreux services en ligne, sans devoir gérer l'infrastructure sous-jacente, souvent complexe. De facto, le Web devient ainsi la plateforme de l'économie numérique.

services pouvant être utilisés plus facilement, leurs possibilités s'en trouvent multipliées. Parmi les exemples les plus connus, on peut citer les applications de bureautique Google Docs. ➜ Infrastructure as a Service (IaaS). Egalement appelé "Hardware as a Service" (HaaS), le modèle IaaS consiste à mettre à disposition une infrastructure informatique (par exemple pour le stockage des données). L'ap-

Un concept global et différentes déclinaisons Le Cloud recouvre des réalités multiples que l'on peut décomposer en trois niveaux de virtualisation des ressources informatiques, avec comme point commun le fait qu'elles soient offertes en ligne, comme de simples commodités: ➜ Software as a Service André BLAVIER (SaaS). Le SaaS consiste à Expert responsable mettre à disposition des applidu pôle Communication et Portail Web cations. Les applications ou Agence Wallonne des Télécommunications


Support-tic_layout-12-2011_V3_Mise en page 1 23/01/12 09:02 Page2

plication de stockage Dropbox est une illustration "grand public" de ce modèle"L'application de stockage Dropbox est une illustration "grand public" de ce modèle. Avec iCloud, Apple propose quant à lui de gérer l'ensemble de ses ressources musicales à distance, chaque nouveau morceau stocké étant directement disponible pour tous les terminaux de l'utilisateur. ➜ Platform as a Service (PaaS). Le PaaS vise à proposer une plateforme de développement, d'hébergement et d'exécution (par exemple un framework de développement Web et des interfaces de programmation (API). Microsoft propose ainsi sa plateforme Azure sur laquelle les développeurs vont produire et exploiter leurs applications. Cette logique de plateforme est intimement liée aux mashups, c'est-à-dire des services en ligne construits par l'assemblage de services préexistants "exposés" sur le Web via des API (Application Programming Interface). L'un des exemples les plus connus de ce modèle de développement est sans doute Google Maps. Google offre la ressource de cartographie et de géolocalisation, et toute entreprise et organisation peut y amener ses propres services et donc sa valeur ajoutée en se concentrant sur son métier et son expertise. On verra se développer des écosystèmes d'API vers lesquelles migreront naturellement les services en ligne.

Un outils de productivité pour les PME Le Cloud Computing représente un enjeu stratégique pour les PME dont on connaît l'importance au sein du tissu économique de la Wallonie. Dans le passé, seules les grandes entreprises pouvaient mettre en œuvre des applications sophistiquées de grande envergure (ERP, CRM, etc.), dont le développement, la maintenance et la mise à jour sont très

« Les utilisateurs ou les entreprises ne gèrent plus directement leurs serveurs informatiques, mais peuvent accéder de manière évolutive à de nombreux services en ligne, sans devoir gérer l'infrastructure sous-jacente… » coûteux et nécessitent des ressources humaines spécialisées. Une grande partie des capacités, des fonctionnalités et des usages de ces applications sera désormais à la portée des PME, les plaçant de facto sur un pied d'égalité avec les grandes entreprises mondiales. Les PME peuvent en effet désormais "consommer", à leur échelle et en fonction de leurs besoins spécifiques, des services TIC qui étaient auparavant réservés aux grands comptes. Les PME qui connaissent une croissance rapide arrivent rapidement à un point de rupture où elles ont soudainement besoin de monter en puissance au niveau de leurs ressources et infrastructure IT. C'est une période de risque car cela implique des dépenses importantes et immédiates, alors que l'augmentation du chiffre d'affaires sera progressive dans le temps. Avec les services de type "cloud computing", l'entreprise peut investir plus graduellement, au fur et à mesure de sa croissance. Le cloud computing peut donc avoir un effet égalisateur très important pour les PME et les nouvelles entreprises. Mais le Cloud Computing ne se limite pas à un changement de modèle dans la consommation des services TIC. Au niveau de l'organisation globale de nos sociétés, nous allons voir émerger un modèle au sein duquel la plupart des secteurs d'activités seront organisés sur base d'infrastructures de Clouds publics, privés ou hybrides, en fonction des besoins et de la nature des activités couvertes. Microsoft, Google, IBM, Cisco, Amazon, Apple, et d'autres encore, proposent d'ores et déjà des infrastructures de Cloud Computing sur lesquelles vont s'organiser les évolutions numériques de nos activités. André BLAVIER, Webmanager à l’agence wallonne des télécommunications

2

Support TIC N° 10 | Décembre 2011


Support-tic_layout-12-2011_V3_Mise en page 1 23/01/12 09:02 Page3

SAAS: MIROIR AUX ALOUETTES OU RÉELLE OPPORTUNITÉ ?

L

e « cloud computing » et plus particulièrement le SaaS est une solution portée aux nues dans tous les médias. Tout le monde en parle, c’est la voie royale à suivre et LA solution idéale à tous nos problèmes d’informatique. Cerise sur le gâteau : c’est bon marché. Oui, mais. Est-ce vraiment la bonne solution pour mon entreprise ?

Vous êtes peut-être à la croisée des chemins, votre infrastructure est vieillissante et vous devriez réinvestir, mais dans quoi ? Dans du matériel physique (serveurs, stockage, backup), des licences, de l’installation, de la maintenance ? Alors pourquoi ne pas déléguer cette charge à un partenaire et intégrateur historique et régional. Investir ou louer? L’un des grands principes du « SaaS» est de ne plus être propriétaire, mais bien uniquement locataire de l’infrastructure, incluant hardware, software et services. Plus besoin de se soucier du comment des choses, on se concentre sur le pourquoi. Le Belge a une brique dans le ventre et préfère investir que louer. C’est correct, mais achetez-vous encore vos véhicules de société ? L’informatique n’a pas la stabilité d’une brique. L’amortissement d’une infrastructure se fait en 3 à 4 ans si les besoins de l’entreprise n’évoluent pas.

données ou développements internes) ? Sans aucun doute une grande majorité. Or, le SaaS n’a de sens ou n’est réellement efficace que si toutes vos applications peuvent être hébergées,  « Il n’y a rien de plus inconfortable que d’être assis entre deux chaises ». Quel est l’intérêt de devoir maintenir une infrastructure locale pour n’en externaliser que la partie la plus commode ? Il faudra donc pouvoir porter vers le SaaS des applications qui ne sont pas standard. Ces applications n’étant évidemment pas développées pour le SaaS, il faudra pouvoir en maîtriser la publication, c’est clairement là que votre partenaire régional pourra vous aider. Le choix du partenaire Sur base des quelques points développés précédemment, il apparaît clairement que le choix du partenaire devra s’envisager d’une manière globale, que ce dernier devra jouer le rôle d’intégrateur plutôt que de simple fournisseur. Il devra être capable de :

L’informatique de Papa, merci

◆ Fournir une liste des commodités à un prix marché ;

Aujourd’hui, vos jeunes employés arrivent avec des réflexes et des besoins (portables, Smartphones, tablettes) qui ne peuvent être adressés par une infrastructure lourde et figée.

◆ Fournir les plateformes nécessaires pour héberger d’autres applications ;

Comment répondre au besoin d’instantané ? Nous concevons de moins en moins de devoir attendre une réponse et le GSM ne suffit plus.

◆ Préparer et effectuer la migration vers le SaaS.

Il s’agit de rendre possible et accessible un mode de travail flexible et répondant aux demandes du marché et des utilisateurs. Ce que l’on oublie de dire En dehors des produits dits de commodité comme l’email ou la suite office, combien d’entre vous utilisent d’autres applications « métier » (comptabilité, base de

◆ Intégrer et maintenir ces dernières ;

S’arrêter à ce niveau démontre déjà une certaine maturité de sa part, mais pourra sembler encore insuffisant aux yeux du client. Car il ne faudra pas ignorer l’utilisateur final et son infrastructure locale (PC, portable, imprimante, réseau local, connexion à internet). Le partenaire recherché sera donc très probablement « régional », afin de pouvoir apporter ce type de services de proximité dans de bonnes conditions de réactivité et de disponibilité.

Support TIC N° 10 | Décembre 2011

3


Support-tic_layout-12-2011_V3_Mise en page 1 23/01/12 09:02 Page4

Concrètement Avec déjà plus de 5 ans d’expérience, le data centre de SYSTEMAT compte à son actif de nombreux projets réussis. Que ce soit pour des TPME ou pour des clients plus importants, nous réussissons à publier des applications toujours plus spécifiques dans tous les secteurs d’activités. Par exemple ◆ Une vieille application caisse en Visual Basic pour deux magasins de distribution de vêtements professionnels. Résultat : un partage direct des informations de stock tout en garantissant la pérennité de l’application. ◆ Une application lourde d’ingénierie dans l’installation d’éoliennes. Résultat : une mobilité internationale via une simple connexion internet.

◆ Quels que soient vos besoins, SYSTEMAT s’appuiera sur une solution mutualisée afin de garantir un prix compétitif pour une solution solide et sécurisée. En conclusion La quête du meilleur prix pour une commodité ne doit pas vous faire oublier l’essentiel. Le SaaS, c’est confier à un partenaire un outil de travail primordial pour votre entreprise. Le choix de ce dernier devra donc répondre à une liste de critères dont le prix n’est finalement qu’un aspect. Si vous cherchez à vous libérer des contraintes d’une infrastructure classique et que la flexibilité de vos utilisateurs et l’agilité de votre entreprise sont un virage que vous voulez prendre, n’hésitez pas à confier votre projet à SYSTEMAT. Pierre Engels Systemat

◆ L’infrastructure complète d’une usine produisant sur plusieurs sites européens. Résultat : une délégation complète pour un coût fixe.

LE SAAS :

DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LES UTILISATEURS ET POUR LES LOGICIELS

L

e SaaS est une manière différente de consommer un logiciel, et grâce à l’évolution des technologies Internet et notamment du cloud computing, l’offre s’étoffe et la demande augmente. De nouvelles possibilités pour les logiciels existants Le SaaS n’est pas uniquement une affaire de nouveaux logiciels. Dans notre catalogue de logiciels comptables, des offres SaaS sont venues s’ajouter aux licences clas-

◆ sauvegarde et protection des données à charge du fournisseur ; ◆ diminution globale des coûts d’utilisation. Mais ce n’est pas tout, le SaaS permet aussi d’augmenter le potentiel de ces logiciels. En effet, grâce au SaaS, les fiduciaires peuvent par exemple permettre à leurs clients d’accéder à leurs propres données comptables. Et cela, sans devoir s’inquiéter de la compatibilité de leur matériel informatique ou de la version du logiciel dont ils disposent.

siques. Chaque concepteur à sa propre formule SaaS. Popsy propose une mise à disposition de son logiciel au travers d’une plateforme Internet sécurisée, tandis que Winbooks a choisi de développer spécifiquement pour le SaaS une version full web de son logiciel appelée Winbooks On Web. Quelles que soient les solutions techniques retenues, les avantages biens connus du SaaS sont au rendezvous : ◆ accès au logiciel à partir d’une connexion Internet ; ◆ utilisation sur n’importe quelle machine, sans installation ;

4

Le SaaS comme opportunité de développement de nouveaux logiciels Si le SaaS permet de booster l’offre de logiciels existants, il offre un formidable potentiel pour les nouveaux logiciels. Et ce, tant au niveau des fonctionnalités proposées aux utilisateurs qu’au niveau des opportunités commerciales. Bien entendu, cela implique d’intégrer la notion de SaaS dès le début de la conception du produit, afin d’en exploiter au mieux les possibilités, mais aussi afin d’étendre le périmètre fonctionnel du logiciel au-delà de ce que pourrait offrir une version classique installée sur un PC.

Support TIC N° 10 | Décembre 2011


Support-tic_layout-12-2011_V3_Mise en page 1 23/01/12 09:02 Page5

Un bon exemple est notre logiciel de gestion de sinistres et de contrats d’assurances GEISICA. Lors de l’élaboration du cahier des charges, nous avons dès le départ voulu que ce logiciel soit développé de manière à être disponible sous différentes formules de licence. Licence classique, à installer chez le client qui souhaite avoir la maîtrise complète de ses données ; mais aussi SaaS, pour celui qui souhaite pouvoir utiliser ou tester l’application sans se préoccuper des contraintes techniques. Avoir la possibilité de proposer notre logiciel en SaaS est aussi important au niveau commercial. En effet, pour avoir la possibilité d’intéresser un maximum de clients, il est important que : ◆ les pré-requis techniques ne soient pas un frein à la vente auprès des petites structures ne disposant pas d’un environnement informatique évolué ◆ le logiciel puisse convenir à toute taille d’entreprise ◆ le logiciel puisse être vendu plus facilement hors de nos frontières Cette réflexion fondamentale sur les formules de licence, nous a amené à proposer en plus, une solution intermédiaire que nous appelons « all-in ». Celle-ci donne la possibilité au client qui le souhaite, d’externaliser l’infrastructure technique nécessaire au fonctionnement du logiciel (comme en SaaS), mais dans un environne-

ment qui lui est dédié. De cette manière nous pouvons combiner les avantages des 2 formules, comme par exemple celle de pouvoir bénéficier d’une personnalisation du logiciel avec d’éventuels développements de fonctions spécifiques dans un environnement technique externalisé. D’un point de vue purement fonctionnel, la plateforme technique full web choisie pour répondre aux besoins du SaaS, nous a permis de proposer des fonctions qu’il aurait été plus complexe et couteux à mettre en place autrement. L’accès à l’entièreté d’un dossier (rapports, courriers, photos, vidéos, …) en réunion d’expertise, en extérieur à l’aide d’une connexion 3G, en est un exemple. L’avenir du logiciel En finalité, l’approche de conception imposée par le SaaS, outre le fait d’offrir une grande souplesse d’utilisation au client, nous offre plus de souplesse de commercialisation du produit. De plus, si on prend en considération l’évolution des statistiques de trafic de données sur les réseaux mobiles, il y fort à parier que le SaaS est promis à un bel avenir. Benoît Lebrun Comase Info

LE DÉPLOIEMENT DE LOGICIELS EN JAVA SUR INTERNET nternet a aussi révolutionné le développement de logiciels. Auparavant, le développeur arrêtait une version stable, la gravait sur CD-Rom, impossible à modifier. Désormais, un logiciel peut être diffusé sur le web, et corrigé à tout moment.

I

Java propose deux techniques de déploiement : 1. L'applet 2. Java Web Start L'applet est un programme encadré par une page web. Il s'exécute à l'intérieur de celle-ci. Java Web Start permet de diffuser un logiciel par Internet. Le logiciel est démarré depuis un lien d'une page web. Dans les deux cas, le client utilise toujours la dernière version offerte par le serveur. L'applet et l'application Java Web Start n'ont pas accès au système (disque dur, réseau) du client sans son autorisation. Java est totalement portable. Il s'exécute par l'intermédiaire d'une machine virtuelle qui uniformise le support d'exécution pour tous les systèmes d'exploitation (Linux, Unix, Windows, Mac, ...) Nul besoin donc d'acquérir1 la dernière version de Windows pour exécuter un logiciel Java. Java détecte la langue de l'utilisateur selon ses paramètres régionaux. Les expressions du logiciel sont stockées dans des fichiers externes dans chaque

langue. Plus besoin de spécifier la version linguistique lors de l'achat du CD Rom. Un logiciel déployé par Internet n'est en général pas vendu, mais loué à l'usage. Le SAAS est une notion commerciale : Software As A Service. L'utilisateur paie le logiciel à l'usage (Pay As You Go). Plus besoin d'acquérir des licences CLUF2. Le logiciel fonctionne comme une carte GSM prépayée, qui s'épuise à l'usage. La non-utilisation du logiciel ne coûte rien, contrairement à un abonnement annuel. Internet permet une diffusion instantanée du logiciel à l'échelle mondiale. Le logiciel évolue en temps réel. Plus de n° de version ni de mises à jour à diffuser. Le développeur peut toujours corriger un bug ou ajouter une fonctionnalité. C'est ainsi que nous proposons une applet didactique sur http://www.sogedima.be/java

Support TIC N° 10 | Décembre 2011

Christian Mascart Gérant Sogedima Sprl

5


Support-tic_layout-12-2011_V3_Mise en page 1 23/01/12 09:02 Page6

1

ONLINE EMMÈNE LES PME

DANS LE MONDE DES GRANDES ENTREPRISES

L

e secteur des PME en Belgique voit l'avenir avec optimisme. C’est ce qui ressort d'une enquête indépendante que Microsoft a mené auprès des dirigeants d'entreprises dans toute l'Europe. Si les prévisions de 7% d’entre eux restent négatives, environ 20 % des dirigeants, soit une personne sur cinq, s’attend à une croissance dans les 18 prochains mois. Un quart des entreprises belges envisage d’engager du personnel et 17 % d’entre elles souhaiterait investir dans l'infrastructure ou dans de nouvelles technologies. Des résultats pour le moins surprenants dans une économie dominée par des messages de crise.

Un certain nombre de facteurs jouent probablement un rôle dans cette approche positive. Le secteur des PME constitue dans notre pays l'épine dorsale de l'économie contribuant à plus de 50 % du PNB. Elles créent deuxtiers de l'emploi en Europe. Les PME sentent également qu'elles ne fonctionnent plus uniquement localement, mais qu’elles rivalisent aussi avec leurs collègues de l'ensemble de l'Union européenne et même au-delà. Elles doivent donc sortir plus fortes de la bataille afin d’être en mesure de recruter et conserver leurs clients. Un troisième facteur demeure sans doute le cloud computing. Par le biais de son utilisation, les petites et moyennes entreprises bénéficient maintenant des technologies d’information réservées auparavant aux grandes entreprises. Le Cloud computing, le traitement des données, applications et programmes en ligne ne nécessite aucun investissement matériel. Il requiert juste l’acquisition d’un abonnement, et cela uniquement pour les employés qu’il faut impliquer. Ces moyens sont maintenant accessibles à tous et plus particulièrement au secteur des PME. Office 365 fut lancé l’an dernier. Office 365 est une solution de productivité qui fonctionne entièrement en ligne. Elle comprend Office 2010, Exchange Online, Lync Online et Sharepoint online. Avec Office Professional Plus, tout le monde a accès au package Office le plus vaste constitué d’applications connues telles que Outlook, Word, Excel, Powerpoint et OneNote, le bloc-notes électronique. Chacun peut ainsi envoyer des mails, des documents Word et des feuilles de calculs à tout le monde. Tous peuvent visualiser ces documents, les déplacer ou encore les modifier facilement via Office WebApps, les applications online d’Office. Lync est une application de communication qui permet de voir qui de nos collègues est en ligne et disponible. Lync peut téléphoner, faire des vidéo

6

conférences, conserver et travailler ensemble sur des documents. Etant donné que tout se passe via Internet, le coût en est dérisoire. Cette application permet aussi aux employés d’être connectés en permanence avec leur entreprise, où qu’ils soient, associant ainsi efficacité et flexibilité, ouvrant ainsi les portes à une organisation flexible du travail pour n’importe quelle organisation. Il est aussi facile d’enregistrer les documents sur Sharepoint afin de les partager. L’ensemble de ces applications est disponible pour un prix moyen de 5,25 € par utilisateur, par mois. C'est aussi le grand atout du package. Une PME n'a pas besoin d'investir davantage dans des serveurs de stockage de données ou dans l’envoi du courrier. L’achat de licences Office n'est également plus nécessaire, ce qui s’avère utile lorsqu’une PME souhaite engager temporairement certains employés. Il existe encore bien d’autres applications utiles disponibles en ligne. Beaucoup de PME redoutent la mise en place d’un parc de PC’s, de peur de devoir développer un département IT qui en assurerait son fonctionnement. C’est pourquoi Microsoft a commercialisé Windows Intune, récemment mis à niveau dans une deuxième version. Windows Intune est un portail en ligne qui donne le statut global de votre parc de pc’s. En ce qui concerne la gestion, Windows Intune gère pour tous les pc’s les services packs et mises à jour régulières et nécessaires. La Microsoft Malware Protection est également envoyée de la même manière. Elle assure les updates et les polices de sécurité les plus récents, même pour les pc’s en dehors du réseau de l’entreprise. Windows Intune est également proactif en matière de surveillance de PC’s afin que les attaques potentielles soient détectées à temps.

Support TIC N° 10 | Décembre 2011


Support-tic_layout-12-2011_V3_Mise en page 1 23/01/12 09:02 Page7

L'administrateur IT détient de cette manière une application qui lui permet de tenir à jour son inventaire de logiciels et licences. Enfin, il peut également résoudre les problèmes à distance. Via Windows Intune, l'ensemble de l’environnement PC peut être normalisé sur la version de Windows la plus adéquate, y compris sur la plus récente, Windows7. Durant toute la durée de l'abonnement les mises à niveaux de licences s’aligneront sur les systèmes d’exploitation les plus récents. Ce qui signifie que les mises à jour Windows 8 seront bientôt accessibles. Enfin, CRM 2011 est également disponible en ligne. Microsoft CRM 2011 est dynamique, ouvert, extensible et peut être entièrement intégré dans Office, sur le navigateur ou sur le smartphone. CRM en ligne utilise la présentation familière d’Outlook, y compris un ruban qui représente toutes les fonctionnalités

CRM. L'application peut être parfaitement adaptée à la fonction de la personne qui l’utilise et peut facilement être partagée avec d'autres, puisqu’elle se trouve sur la plate-forme Azure, le système d'exploitation Windows en ligne. Cette offre en ligne de Microsoft offre aux PME la possibilité d’avancer sur le marché au moyen de logiciels plus modernes qui, auparavant, étaient uniquement réservés aux grandes entreprises. Elle leur permet de rivaliser avec les autres à travers le monde grâce aux meilleurs logiciels disponibles et tout ça pour un coût mensuel fixe. Sans investissement, sans soucis. Il n'est pas étonnant que les petites et moyennes entreprises aient ainsi un regard optimiste sur l’avenir. André Huynen Manager, Secteur SME microsoft HYPERLINK www.microsoft.be/pme

Microsoft Office 365 pour les professionnels et les petites entreprises

Pourquoi Office 365 ? TRAVAILLEZ QUAND VOUS VOULEZ Restez opérationnel même en déplacement.

◆ Accédez à votre messagerie via un navigateur avec Outlook Web App, via Outlook sur PC ou Mac, ou encore depuis votre mobile.

◆ Travaillez à plusieurs, simultanément, sur un même document. UN LOOK PROFESSIONNEL Prenez de l’avance.

◆ Affichez et modifiez des documents en ligne avec les Office Web Apps via une large gamme de navigateurs (Internet Explorer®, Firefox, Safari) ou bien ouvrez vos documents avec Microsoft Office sur PC et Mac.

◆ Concevez facilement un site Web public au design professionnel, grâce à nos sites prêtà-l’emploi.

◆ Accédez à vos messages, contacts, calendrier et sites SharePoint® à partir d'équipements mobiles incluant les téléphones Windows® Phone, Nokia, Android, iPhone et BlackBerry.

◆ Communiquez avec vos clients via des outils de collaboration et de communication professionnels.

COLLABOREZ MIEUX Travaillez en équipe, même à distance.

◆ En quelques clics, organisez une réunion en ligne avec des collègues, des partenaires ou des clients, incluant audio, vidéo et partage d'écran. ◆ Créez des sites pour stocker vos documents importants, et partagez-les avec vos collègues, partenaires et clients. ◆ Partagez votre calendrier avec des collègues, des partenaires et des clients.

◆ Associez vos adresses email à votre propre nom de domaine.

◆ Concevez des documents vraiment professionnels à destination de vos clients. NE CHANGEZ PAS VOS HABITUDES Utilisez des outils Office qui vous sont familiers.

◆ Travaillez avec des programmes que vous connaissez comme Microsoft Outlook®, Word, Excel® et PowerPoint®. ◆ Gérez votre messagerie, votre calendrier et vos contacts avec Outlook et Exchange Online. ◆ Retrouvez l’interface connue de la suite Office, y compris dans les Office Web Apps.

◆ Partagez d'importantes informations métier, y compris des bases de données Access.

Support TIC N° 10 | Décembre 2011

www.office365.com www.microsoft.com

7


Support-tic_layout-12-2011_V3_Mise en page 1 23/01/12 09:02 Page8

2

LES PME BELGES

SONT-ELLES PRÊTES POUR LE CLOUD COMPUTING?

u mail au CRM en passant par la gestion de projet et la création de présentations, la plupart des applications nécessaires à la gestion efficace d’une entreprise disposent de versions en ligne accessibles à partir d’un simple navigateur (Firefox, Google Chrome, Internet Explorer, Safari, ).

D

Les avantages liés à l’utilisation de ces applications de Cloud Computing sont nombreux. Réduction des coûts

Amélioration de la productivité

La simplification de l’infrastructure informatique (moins de serveurs, moins de logiciels installés et moins de maintenance) se traduit rapidement pour l’entreprise par des économies substantielles.

En permettant un partage enfin efficace de l’information entre les membres de l’entreprise, l’utilisation des applications en ligne entraîne un accroissement de productivité notable.

A titre d’exemple, la mise en place de la solution Google Apps for Business en lieu et place d’une solution Microsoft Small Business Server peut permettre à une entreprise de 10 personnes de réaliser des économies entre 40 et 90% sur le matériel et les licences.

Le simple exemple de la rédaction d’un PV de réunion à laquelle participent 3 membres de l’entreprise (le patron, un commercial, un technicien) et un client est à ce titre particulièrement éclairant.

Partage et collaboration Le fait que l’application et les données soient accessibles en ligne permet un partage aisé de l’information et la possibilité, pour ceux qui en ont la permission, d’accéder aux informations publiées et de les modifier. Une application telle que Google Documents permet de créer un document (un rapport d’activités, par exemple), de le partager avec les personnes concernées et de le modifier à plusieurs en temps réel, lors d’un conference call, chacun voyant apparaître à l’écran les modifications introduites par les autres participants au fur et à mesure où ceux-ci les tapent au clavier. ◆ Mobilité Les applications en ligne répondent aux impératifs des trois “A”: Anywhere, Anytime and Any device”. ◆ Anywhere La nécessité de pouvoir accéder à ses applications et données n’importe où. A partir de son domicile, chez un client, en déplacement à l’étranger, … ◆ Anytime La nécessité de pouvoir accéder à ses applications et données à tout moment. ◆ Any device La nécessité de pouvoir accéder à ses applications et données à partir de n’importe quel appareil. PC, Mac, tablette, smartphone.

8

Traditionnellement, lors d’une réunion une personne, note les minutes de la réunion. Après la fin de la réunion, elle met en forme ses notes et envoie le document par mail, en pièce jointe, aux différents participants pour approbation. Chacun reçoit sa copie et répond avec d’éventuelles remarques. La personne doit dès lors intégrer les remarques dans le document et renvoyer à chacun la nouvelle version du PV. Si l’un ou l’autre participant à encore des remarques, on est reparti pour un tour. Il n’est pas étonnant qu’il faille parfois 8 jours avant d’avoir la version définitive d’un simple PV de réunion. Avec une application de Cloud Computing telle que Google Documents ou Microsoft Office Web Apps, lors de la réunion, chacun peut utiliser son portable. Le commercial crée un document, le partage avec les autres. Les autres s’y connectent. Et au fur et à mesure de la réunion, on note les points à retenir. Chacun visualise en temps réel sur son portable ce qui est rédigé et peut réagir. A la fin de la réunion, chacun est d’accord avec le contenu du PV et on peut directement passer à la mise en oeuvre des décisions prises. Frilosité vis à vis du Cloud Pourtant, malgré ces avantages évidents, une étude réalisée par l’UNIZO1 auprès des PME montre qu’en 2011, moins de 15% des PME utilisent des outils de type “Cloud Computing”. Quelles sont les raisons de cette frilosité? ◆ La sécurité Pour nombre d’entrepreneurs, confier ses données au Cloud c’est ouvrir une brèche dans la sécurisation des données de l’entreprise. Si ces craintes peuvent être compréhensibles, elles

Support TIC N° 10 | Décembre 2011


Support-tic_layout-12-2011_V3_Mise en page 1 23/01/12 09:03 Page9

ne résistent pas à une analyse de la réalité. Bien souvent, les PME disposent de systèmes de sauvegardes de leurs données incomplets ou carrément défaillants. Dans la plupart des PME de moins de 10 personnes, une panne de serveur se solde par un minimum de 4 heures d’inaccessibilité à tout ou partie des données. A titre de comparaison, le Service Level Agreement de Google pour sa solution Google Apps for Business est de 99,9%. Cela signifie, en pratique, que Google garantit l’accessibilité à ses services 999 minutes sur mille. En réalité, en 2010, leur niveau de service fut de 99,984% !!! Les acteurs majeurs du Cloud (Google, Salesforce, Microsoft, …) répondent aux plus hauts standards de l’industrie en matière de sécurisation de leurs infrastructures. ◆ La confidentialité Confier mes données au Cloud c’est risquer de les voir apparaître sur Facebook ou lors d’une recherche sur Google. Cette idée est incroyablement répandue parmi les chefs d’entreprise. Pourtant, encore une fois, les solutions professionnelles proposées en ligne disposent de systèmes de sécurité qu’aucune PME n’a les moyens de mettre en place au niveau local. ◆ Le manque de ressources (budget, temps, personnel) Mettre en place une nouvelle solution, quelle qu’elle soit, réclame toujours, au minimum 2 des ressources suivantes: énergie, temps, budget, personnel. Constamment au four et au moulin, les dirigeants de PME ont beaucoup de mal à rompre le rythme soutenu de leurs journées pour faire le premier pas nécessaire à la mise en place de nouveaux processus de fonctionnement. ◆ L’ignorance des solutions proposées Mais un des points les plus étonnants qui explique la frilosité face aux solutions de Cloud Computing, c’est simplement que bon nombre de dirigeants de PME ne connaissent même pas ces solutions.

Si l’expression “Cloud computing” est connue, la réalité qu’elle recouvre reste trop souvent opaque. Les chefs d’entreprise ignorent purement et simplement les solutions qui sont à leurs disposition. Quelles solutions? Un accent particulier doit donc être mis pour promouvoir les outils de Cloud Computing auprès des entreprises. Cet effort doit venir à la fois du secteur public, du monde académique et des acteurs du secteur. Les initiatives intensives en la matière de Technofutur, de l’EFPME ou du Microsoft Innovation Center méritent d’être applaudies et encouragées le plus vivement qu’il soit. On peut conclure en citant Birger Steen (vice-président worldwide SMB et distribution channel chez Microsoft): Je pense que le Cloud Computing sera un changement intéressant, en particulier pour les petites entreprises. Dans le passé, seules les grandes entreprises pouvaient mettre oeuvre des applications sophistiquées de grande envergure (ERP, CRM, etc.), dont le développement, la maintenance et la mise à jour sont très couteux. Une grande partie des capacités, des fonctionnalités et des usages de ces applications est désormais à la portée des PME. On peut considérer que le cloud computing met les PME à ancrage plus local et les grandes entreprises mondiales sur un pied d'égalité. Les PME belges ont à portée de clic des outils inouïs pour améliorer leur fonctionnement, développer leur productivité, réduire leurs coûts, dynamiser leurs relations clients. Il serait vraiment regrettable qu’elles passent à côté. Olivier Loncin Gérant de Jalons sprl, spécialiste du Cloud Computing et Google Apps Authorized Reseler. www.jalons.be

Quelques références Google Apps: www.google.com/apps Microsoft Innovation Center: www.mic-belgique.be Salesforces (CRM): www.salesforce.com Mailchimp (emailing): www.mailchimp.com Wetransfer (transfert de fichiers): www.wetransfer.com iCloud: www.icloud.com

Support TIC N° 10 | Décembre 2011

9


Support-tic_layout-12-2011_V3_Mise en page 1 23/01/12 09:03 Page10

LE SAAS AU

SERVICE DE LA GOUVERNANCE DE L’INFORMATION ans un contexte d’explosion des volumes et de multiplication des sources de données, la croissance du nombre de documents créés ou reçus par les entreprises est exponentielle. Des secteurs d’information se retrouvent parfois incontrôlés ; des documents reliés peuvent être sauvés sur différents serveurs, PC ou Smartphones au sein de systèmes de gestion documentaire, de messageries, de réseaux sociaux ou d’applications métiers. La difficulté de maîtriser une telle masse d’informations est réelle.

D

Le manque de maîtrise augmente les risques tels que fuite, maigre apport de preuves en cas de litige, manque de traçabilité ou de validation avant diffusion. Les contraintes réglementaires se complexifient pour assurer cette maîtrise. La croissance du nombre de normalisations encourage les entreprises à repenser leur manière de fonctionner à cet égard.

◆ Des réglementations imposant aux organisations de mieux maîtriser les flux d’un point de vue traçabilité et intégrité

La maîtrise des flux d’information s’impose aux entreprises

La gouvernance de l’information est source de meilleure capacité d’anticipation et de réaction. Elle s’inscrit dans les politiques de prévention de litiges et se caractérise par le bon usage de l’information assuré par le contrôle interne. La gouvernance aide les responsables (au niveau exécutif ou au niveau métier) à apprécier les risques avec lesquels ils doivent composer.

L’information est un vecteur de développement du savoir et du savoir-faire. Elle se matérialise par les éléments constitutifs de son existence tels que sa forme, son contexte, son contenu,… La gouvernance est l’ensemble de lois, processus, réglementations,… influant la manière dont une entreprise est administrée. La gouvernance se réfère à un haut niveau de contrôle des politiques assurant la conformité des lignes de conduite. Une gouvernance rigoureuse est primordiale pour certifier la qualité des informations utilisées et partagées par l’entreprise. La gouvernance de l’information acquiert une légitimité grâce aux évolutions : ◆ Techniques permettant de gérer indépendamment des données et des documents

◆ Du marché et des clients de plus en plus exigeants, à l’égard de toute entreprise soucieuse de valoriser son image et de rester concurrentielle.

Un risque est un danger éventuel inhérent à une situation ou une activité. La gestion des risques renvoie à l’habileté de l’organisation à évaluer et maîtriser les risques qui pèsent sur ses actifs. Audelà de la possibilité de commettre et devoir réparer des infractions, le non-respect des règles peut altérer la relation client ou déstabiliser ses collaborateurs. Les entreprises sont amenées à s’assurer de la conformité de leurs décisions et responsabiliser ses différents acteurs. Ces décisions s’appuient sur les informations produites et échangées dans les espaces collaboratifs. Tout utilisateur devrait être responsable de son information et des outils qui lui sont nécessaires pour la manipuler. Non sensibilisé, il peut risquer d’altérer l’intégrité d’un document ou ne pas respecter la confidentialité. Dans ce contexte de croissance exponentielle de l’information, les entreprises cherchent une manière d’en simplifier la gouvernance, la gestion du risque et la conformité. Elles peuvent tirer profit de la technologie afin de minimiser la charge de travail manuel. En associant bonnes pratiques et nouvelles technologies, les entreprises permettent un accès perfor-

10

Support TIC N° 10 | Décembre 2011


Support-tic_layout-12-2011_V3_Mise en page 1 23/01/12 09:03 Page11

mant et sécurisé aux documents essentiels à leurs activités. Les TIC au service de la gouvernance de l’information Des outils intégrés assurent le niveau attendu de maîtrise de l’information, permettant de garantir : ◆ Archivage et disponibilité: les documents sont accessibles et peuvent être retrouvés  ◆ Intégrité: les documents sont exacts et entiers  ◆ Transparence et traçabilité: les versions successives de documents et les processus de validation sont disponibles. Une organisation sait quand et par qui l’information est créée, approuvée, modifiée, archivée,… 

lourdes infrastructures (installation, back-up,…), ne doivent plus nécessairement acheter de licences et peuvent payer l’utilisation en fonction d’une consommation effective. Les utilisateurs bénéficient d’Internet pour se connecter à leurs applications à tout moment et à partir de différents types de terminaux fixes ou mobiles. En optant pour le mode SAAS : ➜ Les éditeurs de logiciels ne développent plus de manière spécifique pour chaque client mais mutualisent l’expérience au bénéfice de tous les utilisateurs ➜ L’entreprise : ◆ réduit ses dépenses en investissement IT ◆ opte pour un hébergement sécurisé

◆ Sécurité et confidentialité : seules les personnes autorisées ont accès aux documents.

◆ peut bénéficier d’un déploiement quasi immédiat.

Des outils collaboratifs intégrés aident à maîtriser ses emails et ses documents en permettant de gérer leurs validations, suivi et classement. Ils sont utiles aux entreprises souhaitant sécuriser l’information envoyée aux clients ou partenaires.

Une politique de gouvernance combinée à l’utilisation d’un logiciel intégré de gestion documentaire :

Des modules intégrés gèrent :

◆ Orchestre personnes, processus et technologies

◆ Les flux d’approbations

◆ Favorise la collaboration et la mutualisation du savoir

◆ D’emails entrants et sortants

◆ Augmente la conformité aux règlements

◆ Liés aux procédures métiers

◆ Alerte tout responsable de l’existence de risques

◆ Le classement et le partage de documents capitaux pour l’entreprise ◆ Le routage des emails entrants vers les bonnes personnes.

◆ Garantit la qualité des données tout au long de leur cycle de vie.

Ces outils sont disponibles en mode SAAS. Les bénéficiaires des applications ne doivent plus gérer de

Support TIC N° 10 | Décembre 2011

Delphine HEUREUX Dynamics Flows www.dynamicflows.be

11


Support-tic_layout-12-2011_V3_Mise en page 1 23/01/12 09:03 Page12

Media wiki

la Joom

O ATI

N

S

GP i Eas y

mes FLU

U

ne boîte à outils logiciels spécialement créée et adaptée aux petites & moyennes entreprises afin de les aider dans la gestion de leur quotidien.

Big B

nt

Ajaxplore r

shop Presta

web

ress rdp Wo

it e

NFO X D’ I

ns

RM

Mo

Suite Applicative IGRETEC - TIC

LA LOGITHÈQUE

C’est dans le cadre de ses actions de sensibilisation, d’apprentissage et d’aide à l’intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC) qu’IGRETEC TIC propose ce nouveau projet pilote Ma communication dont l’objectif est d’accroître la qualité de la communication interne et externe des entreprises. Dans ce contexte, le Service TIC de l’intercommunale IGRETEC offre une bibliothèque, accessible via le Web, réunissant 9 logiciels pratiques, simples et gratuits facilitant la gestion, tant au niveau de la création de sites web, de la gestion de la communication que de la circulation des flux d’informations et ce en mettant en avant la règle des « anywhere - anytime - everywhere ». ton But lue

Mem oE ve

Zarafa

La Logithèque est actuellement composée de 9 logiciels qui offrent plusieurs fonctions : ◆ Création de sites web Pour maximiser la visibilité de vos produits & services ; toucher de nouveaux marchés ; vous distinguer de la concurrence… ◆ deux logiciels efficaces et personnalisables pour créer un site Internet : GP|Easy ou Joomla ◆ un outil pour gérer un site de commerce en ligne : Prestashop ◆ Gestion de la communication : Pour renforcer votre stratégie de communication; lister des contacts, attirer de nouveaux prospects ; … ◆ Un outil permettant, en un simple clic de souris, l’envoi d’un message vocal interactif et/ou textuel à tous les contacts de votre base de données clients ou prospects : Mémo Event ◆ un outil web 2.0 pour vos vidéos conférences : Big Blue Button ◆ Ou un logiciel de gestion de boites mails, contacts, agenda : Zarafa ◆ Circulation des flux d’information : Pour renforcer les dispositifs de collaboration et coordination interne et externe; partager des informations avec vos clients ; maitriser vos flux d’informations… ◆ deux logiciels pour échanger des infos ou gros dossiers facilement et rapidement avec vos fournisseurs ou clients sans rencontrer de problèmes  : Ajaxplorer ou Mediawiki

12

◆ un outil pour tenir un blog professionnel : WordPress Les avantages de La Logithèque … des solutions simples & efficaces pour booster le business. ◆ 9 outils en ligne et accessibles à partir de n’importe quel ordinateur ; ◆ Gratuité de l’hébergement et des produits de base ; ◆ Facilité d’utilisation ; ◆ Outils puissants et hautement professionnels (Joomla, WordPress pour ne citer qu’eux) ; ◆ Logiciels utilisables au quotidien pour les sociétés de tous secteurs d’activités ; ◆ En constante évolution : d’autres logiciels viendront se greffer au 9 premiers et ce, en fonction de l’évolution du marché et des besoins avérés des entrepreneurs rencontrés… « La Logithèque » a été présentée le 13 décembre dernier sur l’Aéropole de Gosselies, suite à ce séminaire, 9 ateliers pratiques en vue de la formation à ces outils sont planifiés de janvier à juin 2012. Vous souhaitez tester La logithèque ? Vous souhaitez connaitre le planning des Ateliers Pratiques 2012 ? Vous voulez vous former à l’un des logiciels ? http://logitheque.igretec.net/ dorothee.jacquet@igretec.be Cette initiative est subventionnée par le FEDER et la Région wallonne.

Support TIC N° 10 | Décembre 2011

Dorothée Jacquet IGRETEC - Service TIC

SUPPORT TIC n°10 "Software as a Service"  

Le Cloud Computing au coeur des TIC de demain... Le SAAS : illusion ou réelle opportunité pour les PME? Diverses outils en ligne mis en ava...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you