Page 116

FM30maq:Layout 1

27/07/10

19:38

Page 116

Les carnets de voyage de Kathereen Abhervé >>

6

6 et 8. Les Pages et les Chantres en concert à la Chapelle royale. 7. Une quinte de violon de l'ensemble des 24 violons du Roi. © CMBV, Jacques Postel Versailles et la musique Outre sa passion pour le théâtre, Louis XIV était grand amateur de musique et de danse. Il avait appris à danser et à jouer de la guitare. N'était-il pas considéré comme le meilleur danseur du royaume ? Il devient rapidement le centre des ballets que l'on composait pour lui. Danser était une projection de l'image royale dans sa perfection. Puis à 32 ans, le roi s'arrêta de danser et se passionna pour l'opéra. Il suivra l'élaboration de tous les opéras de Jean-Baptiste Lully, de la conception aux représentations qui seront données dans des théâtres temporaires improvisés. Lorsque l'on voulait représenter un grand opéra avec une machinerie compliquée et de nombreux figurants, on construisait dans le manège de la www.expatria-cum-patria.ch

Grande Écurie une salle provisoire que l'on démolissait après la fête. Les autres spectacles étaient donnés dans des théâtres de verdure construits dans le parc. Louis XIV avait pourtant projeté la construction d'un vrai théâtre qui faute d'argent ne se réalisera pas. L'opéra royal sera construit en 1770 par Gabriel, l'architecte de Louis XV, pour le mariage du Dauphin et de l’archiduchesse MarieAntoinette. Il n'est pas un moment de la vie versaillaise qui ne soit prétexte à entendre de la musique. Elle fait partie intégrante de la vie quotidienne des princes : concerts réguliers, bals, chasse à courre, intermèdes symphoniques les jours de grand couvert, messes interprétées par les cinquante choristes et cinquante instrumentistes de la Chambre. Le moindre événement donne lieu à une création musicale commandée spécialement pour l'occasion (guérison du roi, victoire, retour de la guerre, mariage, naissance et décès d'un souverain ou de l'un de ses proches) à des compositeurs comme Charpentier, Delalande, Lully, Marais, Couperin ou Rameau. Plusieurs grandes institutions sont sollicitées comme la Chapelle qui joue quotidiennement, la Chambre pratiquement tous les jours, La Grande bande des vingtquatre violons et les petits violons accompagnent bals et festins, renforcés si besoin par les vents et percussions de l’Écurie. Plus tard toute la famille de Louis XV, excepté lui-même, cultivera l'amour de la musique. La reine et ses filles étaient d'excellentes musiciennes. Dès son arrivée à la Cour de France, Marie-Antoinette qui jouait de

FRANCEMAGAZINE N°30 116 AUTOMNE 2010

No 30 France Magazine  

Le Magazine des Français établis hors de France N° 30 - Automne 2010

No 30 France Magazine  

Le Magazine des Français établis hors de France N° 30 - Automne 2010