Issuu on Google+


Retrouvez tous nos articles, livres et formations ainsi que toute notre actualité sur notre site Internet. Vous pourrez également lire des extraits de tous nos livres, vous abonner et recevoir notre lettre d’information ainsi qu'acheter directement les versions PDF enrichis des livres qui vous intéressent. Pour recevoir nos articles positifs toutes les semaines abonnez-vous ici : http://eepurl.com/5LAQ Pour visiter ma page auteur sur Amazon rendez-vous ici : http://www.amazon.fr/Mohamed-MOURAS/e/B006PWP7FA

Publié par : Mohamed MOURAS Copyright 2013 Tous Droits Réservés www.SemeUnActe.com Développement Personnel et Professionnel www.SimpleDad.fr Paternité et Vie de Couple www.iShift.fr Cours d’Anglais pour Cadres et Dirigeants Tous Droits Réservés. Ce document et ses illustrations, en partie et/ou dans sa globalité, ne peut être republié, remis en forme et/ou redistribué de quelque manière que ce soit et/ou pour quelque motif que ce soit sans l’accord, préalable et écrit, de Mohamed MOURAS.


Déjà Parus chez le même auteur

Visitez notre boutique Amazon en cliquant ici : Boutique Amazon Mohamed SemeUnActe


Sommaire •

Déjà paru chez le même auteur

Introduction Dans deux ans… Comment utiliser ce livre ? (+ téléchargement gratuit des fiches de suivi) Vous voir à travers leurs yeux Partie 1 : Les signaux d’une motivation en berne • • • •

L’instant le plus noir précède toujours le lever du soleil Qui définit votre mérite ? Où renouveler votre énergie quand vous en avez besoin Comment réagir quand tout semble vous accabler

Partie 2 : Les erreurs habituelles en termes de motivation • • • •

Mektub Débarrassez-vous des habitudes anti-motivation La procrastination n’est pas une si mauvaise idée après tout Vos obsessions peuvent être une aide précieuse

Partie 3 : Comment vous prendre en main dès le matin • • •

Injectez-vous la motivation de semer un acte Se motiver c’est se prendre en main au saut du lit Inhabituels mais utiles, des conseils qui marchent

Partie 4 : Restez motivé tout au long de la journée • •

Faites à autrui… 4 étapes pour gérer vos projets en restant au top de votre motivation

Partie 5 : Comment terminer sa journée en beauté • • •

Oui, vous pouvez finir votre journée en beauté Votre cerveau ne différencie pas la réalité du virtuel, sachez en profiter Deux exercices fabuleux, deux fois par semaine

Conclusion Le mot le plus important de ce livre L’ennemi de votre motivation •

Extrait gratuit Tome 1 Edition Logique de Comment Se Motiver et Avoir Cette Satanée Volonté


• • •

Remerciements Mentions Légales L’auteur

Ceci est un extrait gratuit. Vous pouvez téléchargez la totalité des Tomes 1 et 2 pour moins que le prix d’un sandwich ici : http://goo.gl/wkF5I


Introduction Dans deux ans, vous récolterez les premiers vrais fruits de vos efforts. Dans cinq ans, vous serez au top de votre art ! Et non, je ne parle pas uniquement de peinture, de musique ou d’écriture. Seth Godin a fait du marketing un art. Steve Jobs a fait de la technologie un art. Mark Zuckerberg (Facebook) a fait de la perte de temps un art. Aurez-vous besoin d’attendre deux ans après la lecture de ce livre pour récolter vos premiers fruits ? Non, car je parle de fruits significatifs, dans deux ans votre vie sera radicalement différente. Mais elle pourrait déjà être très différente dans deux semaines. Mais reprenons depuis le début. Nous n’allons pas déroger à la tradition : commençons donc par une simple question. Cette question sera le fil conducteur de ce livre. C’est la question à laquelle nous allons tenter de répondre pendant toute la durée du livre :


Comment motiver l’artiste qui est en vous à exprimer ce qu’elle/il a de meilleur ? Bien entendu, il y a d’autres interrogations qui vont en découler comme : • Comment réveiller la créativité qui sommeille au fond de votre être ? • Est-ce que faire fonctionner son cerveau droit ressemble à faire fonctionner son cerveau gauche ? • Est-ce que la créativité n’est qu’affaire de cerveau d’ailleurs ? Toutes ces questions sont légitimes et nous allons travailler ensemble pour trouver le moyen de monter au top de notre art. Autant vous l’avouer, ce livre a été plus difficile à écrire que le Tome 1 car ce n’est pas la manière naturelle dont j’écris. Je suis plutôt quelqu’un de cérébral, pas forcément scientifique mais j’aime les « jeux de


cerveaux ».

J’aime

observer,

quantifier,

relater,

déterminer, augmenter, diminuer… bref, même si mon sujet

de

prédilection

reste

l’humain,

j’aime

les

expériences dont je peux évaluer les tenants et les aboutissants. Du coup, l’évidence s’est imposée d’elle-même Tout le monde ne fonctionne pas de manière aussi rigoureuse concernant son développement. Et si moimême, j’avais omis une manière de me développer qui m'aurait été tout aussi bénéfique ? Je me suis donc mis en quête de nouvelles manières d’évoluer. Des manières toujours simples et basées sur un questionnement approfondi mais en y mêlant des jeux, des exercices plus sympathiques à faire. Des activités d’enfants qui en apparence n’apportent pas forcément quelque chose de concret sur l’instant. Mais après-tout, j’ai exploré tous ces aspects dans le premier tome. Mon avis est que si vous ne trouvez pas de


manière d’aller plus loin dans votre développement, autant changer radicalement de méthode. Comme d’habitude le changement fut bénéfique. Il m’a permis de comprendre quelque chose de fondamental. Créer est un processus spirituel avant d’être un processus mental Je ne m’en suis jamais caché et je préfère le dire d’emblée car je sais que certaines personnes préféreront lire l’extrait gratuit avant d’aller plus loin. Je les comprends, je fais pareil. Si mes mots vous offusquent, arrêtez-vous ici : oui un certain vocabulaire spirituel est présent dans le livre, pas religieux, simplement spirituel. Je suis croyant et musulman. Ceci étant dit de manière claire, je vous demande de ne pas vous arrêter aux étiquettes et au vocabulaire. C’est bien simple d’ailleurs, je n’utilise même pas des mots comme Dieu ou religion car pour moi, nous venons


tous du même berceau et nous allons tous vers la même destination. Le rappeur Shurik’n du groupe I AM écrivait : « on finit tous de la même façon, on tend la main aux anges ! ». Même si vous ne croyez pas aux Anges, vous devez avouez que l’image est belle. Cette courte digression sur la spiritualité est pour moi cruciale car au fil de mes recherches sur la créativité, j’ai fini par comprendre qu’on ne crée pas qu’avec son cerveau. On ne crée pas qu’en s’aidant de la logique pure. C’est un aspect mais ce n’est pas le seul. Qu’est-ce qui intervient dans le processus de création ? Je pense sincèrement que nous sommes tous ici cocréateur de ce que j’ai décidé d’appeler dans ce livre L’Artiste ! Créer est notre état naturel. C’est l’état dans lequel nous avons baigné durant toute notre enfance. Nous ne savions pas que nous étions des créateurs et créatrices mais cela ne nous empêchait nullement de créer des mondes, des


univers, des amis, des parents, des situations. Notre imagination dépassait de loin notre intelligence ! Mais un jour, tout est devenu plus compliqué. J’attribue volontiers à l’école cette complication soudaine. L’école est un système fantastique pour celle et celui qui savent y jouer. Si vous en trouvez rapidement les clés, vous pourrez évoluer et devenir la personne que vous le souhaitez. Mais

c’est

aussi

un

système

qui

standardise

l’apprentissage. L’école demande d’apprendre de sa manière et pas d’une autre. Autrement dit assis et silencieux la plupart du temps. Forcément le muscle qui se développe le plus dans cette position… oui vous l’avez compris : c’est le cerveau ! Que faire de son corps ? Je n’ai absolument aucune preuve de ce que je vais avancer mais la plupart des lectrices et des lecteurs


auront

un

sentiment

de

vérité

en

lisant

la

phrase suivante : La flamme de l’imagination devient de moins en moins vive à force d’être assis. Je n’ai pas de preuves scientifiques à apporter à cette assertion, c’est juste un ressenti. Qu’en pensez-vous ? Prenez le temps de relire cette phrase et d’y réfléchir quelques secondes. • Peut-on réfléchir en bougeant ? • Peut-on apprendre en se servant de ses sens et pas seulement de son cerveau ? • Peut-on faire renaitre l’imagination en faisant renaitre notre émerveillement ? Je pense sincèrement que oui. J’ai d’ailleurs une petite anecdote au sujet d’une institutrice qui avait attribué deux bureaux à un enfant de CM1 trop turbulent. L’enfant à changé du jour au lendemain du fait de


l’autorisation qui lui avait été donné d’apprendre… en bougeant ! Comment utiliser ce livre ? Comme d’habitude dans mes livres, vous allez retrouver un grand nombre d’exercices ci-dessous. Ce seront, pour certains, des exercices différents de ceux que vous avez l’habitude

de

lire

sur

mon

blog

principal

SemeUnActe.com et pour cause, j’essaie réellement de faire quelque chose de différent ici. Je n’irai pas jusqu’à dire que je réinvente la roue mais j’essaie sincèrement d’explorer quelque chose de neuf pour moi et pour toutes celles et ceux qui veulent évoluer différemment. Même si toutes les activités et tous les exercices sont bien intégrés dans ce livre, pour une question de facilité et de praticité, vous pouvez directement les télécharger gratuitement sous formes de fiches de suivi imprimables en cliquant ici : http://eepurl.com/xuQC5


Je vous invite à consigner toutes les fiches de suivi téléchargées dans un classeur ou un cahier que vous pourrez consulter à loisir. Le but est d’avoir un chemin en temps réel de vos progrès. Car, oui, la simple lecture de ce livre ne suffira pas… vraiment désolé, n’allez pas commenter des âneries sur Amazon juste après la lecture, vous aurez l’air stupide. C’est le travail et les efforts que vous allez mettre dans vos introspections et dans les activités qui fera la différence. Peut-être aussi qu’une ou deux relectures de temps à autre vous aideront à vous regarder comme un être changeant, un processus qui a débuté mais qui est loin d’être figé. Le classeur vous aidera aussi, je l’espère, à vous voir au travers des yeux de celles et ceux qui vous aiment et qui croient en vous.


Vous voir à travers leurs yeux. Il existe un moteur pour n’importe quelle vie. Cette puissance ne s’est jamais démentie et nous y avons tous puisé notre première motivation lorsque nous étions enfants. Mais cette source a fini par se tarir. Cependant elle ne s’est pas mise à refuser de nous abreuver du jour au lendemain, non. Disons plutôt que nous avons pris l’habitude de refuser de nous y plonger. Cette source n’est autre que les yeux de ceux qui nous aiment, ceux que nous savons être là pour nous, même et surtout dans les pires moments. Pour certains il s’agira de la mère, pour d’autres de leur conjoint ou conjointe, pour d’autres encore, ce seront les yeux de leurs enfants. Peu importe qui sera l’heureux élu mais apprendre à se voir non pas au travers de nos propres yeux mais au travers des leurs est une fantastique machine à progrès. Si vous avez des enfants, vous le savez. Si vous avez des nièces, des neveux ou n’importe qui de moins de 2 ans dans votre entourage vous le savez. Le moindre rototo après la fin d’un bon repas donne lieu à des félicitations


et des embrassades et bien sur personne n’aurait l’idée de demander : « mais c’est totalement écœurant pourquoi le féliciter ? » Ce sentiment, on ne peut plus normal, est poussé par l’Amour, un amour tel que même les choses anormales deviennent normales voire même brillantes. L’Amour de nos mères, de nos conjoints, de notre famille ne s’éteint jamais. En grandissant il prend d’autres formes. La fierté d’avoir eu tel ou tel diplôme ou l’amour d’une mère auquel s’ajoute plus tard celui d’une autre femme ou d’un autre homme. Cet amour, nous le lisons dans les yeux de nos proches mais au final nous ne nous y abreuvons plus de la même manière. Pourquoi ? Parce que nous avons fini par mettre en route la pire des machines que nous ayons à notre portée pour détruire notre motivation intrinsèque comme extrinsèque… Cette machine s’appelle jugement.


La machine à jugement est un fantastique démotivateur. Son atout principal ? N’avoir (en apparence) rien à voir avec la motivation ou la démotivation. Et pourtant ! Juger quelqu’un, c’est prendre du temps pour trouver des points à juger chez autrui. Autrement dit, cela revient à vous détourner de ce que vous avez à faire pour prendre le temps de penser de manière négative à propos d’un autre individu. Ne vous leurrez pas ! Ressasser le négatif est une autre manière de procrastiner pour éviter de faire ce que vous avez à faire. Et je ne vous parle même pas de l’énergie négative que cela dégage… et qui finit invariablement par toucher le cœur de celui qui l’émet avant toute chose. Bien évidemment le jugement prend la plupart du temps une forme qui ne nous fait courir aucun risque, en apparence du moins, car tous les psychologues vous le diront :


Lorsque nous jugeons nous ne faisons que pointer chez l’autre les défauts que nous avons peur de retrouver en nous-mêmes. Cette peur est parfois fondée mais souvent elle ne l’est pas. Notre regard sur nous-mêmes est la plupart du temps erroné. Il ne part pas des meilleurs sentiments. Nous nous jugeons ordinairement du point de vue d’un autre. De là peut naitre un grand manque de motivation du fait du sentiment de ne pas être « à la hauteur ». Dans ce cas il n’est absolument pas anormal de se trouver « trop ceci » ou « pas assez cela ». Nous sommes tous différents et il y a une raison à cela. Nous n’avons pas les mêmes buts sur cette terre, mais aussi et surtout la mission que l’on affecte à l’un ne sera jamais en parfaite adéquation avec celle du voisin. Il y a bien sûr des responsabilités qui nous feront paraitre plus nobles ou plus riches intérieurement et/ou


extérieurement. Mais le fait est qu’on ne peut pas prendre le casque d’un autre et se plaindre qu’il soit trop grand ou trop petit. J’ai eu moi-même durant des années de fantastiques doutes sur moi-même. Pire ! En fait je ne croyais pas en moi et refusais de voir ce que ma femme voyait pourtant si clairement. J’étais constamment frappé par sa capacité à ne jamais me juger peu importe le comportement idiot et malhonnête que je vous pouvais avoir envers elle, moimême ou encore le monde. Elle ne paraissait jamais changer en elle l’image du mari idéal qu’elle était certaine d’avoir trouvé. Des années durant

un

tel

comportement

me

fut

totalement

incompréhensible et bien sûr il arriva ce qui devait arriver dans ces moments là. Au lieu de m’ouvrir à l’amour de cette merveilleuse femme, j’ai commencé à ne plus voir que ma propre laideur intérieure et plus du tout l’homme intelligent et créatif qu’elle voyait. Je me répétais : « elle est amoureuse, elle est aveuglée voila tout ». Plus ses yeux me regardaient amoureusement plus


je finissais par me dire que je ne méritais rien de tout cela… jusqu’à commencer à me voir à travers ses yeux. Activité - Prenez votre cahier / classeur : Le côté négatif Avez-vous des personnes à qui vous avez pensé en lisant cette partie ? Des personnes bonnes comme des personnes mauvaises. Je vous propose de commencer à en parler librement dans votre cahier/classeur. • Commencez par noter 3 personnes qui ont vraiment influencé négativement votre estime de vous créative lorsque vous n’étiez encore qu’un(e) enfant Il peut s’agir de votre prof de dessin ou de musique mais cela peut-être aussi l’un de vos parents ou un inconnu qui vous a fait une remarque acerbe. Limitez-vous à 3 personnes pour le moment.


• Choisissez une des personnes que vous avez définie comme influenceur négatif et racontez dans les détails une scène dont vous vous souvenez. N’importe quelle scène fera l’affaire car il y a fort à parier que vous vous rappelez de toute façon de LA scène. N’hésitez pas sur les détails. Pour les plus doués en dessin, n’hésitez pas à dessiner la scène et ce que vous auriez aimé faire à la personne. Si vous êtes comme moi, contentez-vous de barrer la page au crayon rouge, froissez-là, marchez dessus, pétez dessus, bref c’est entre vous et votre imagination ! • Ecrivez une lettre à cette personne en faisant comme si vous étiez toujours cet enfant blessé Dites les choses simplement, comme vous auriez aimé les dire à ce moment-là. Aucun style à avoir puisque ce n’est pas destiné à être lu par qui que ce soit… même si la tentation d’envoyer la lettre, sera forcément très grande.


Partie 1 Les signaux d’une motivation en berne


L’instant le plus noir précède toujours le lever du soleil Puis elle me frappa (l’expression… pas ma femme) : Il faut que j’arrive à me voir à travers ses yeux « à elle ». Bien entendu je savais très bien par où commencer : les doutes ! Le doute est un ennemi extrêmement puissant dans nos sociétés occidentales. Il l’est ici plus encore qu’en

Orient

car,

ici,

douter

est

une

preuve

d’intelligence. Le problème est qu’il y a des bons doutes et des mauvais. Et douter de soi-même n’est bénéfique que jusqu’à un certain point. Passé une certaine marge de sécurité, il devient un frein comme aucun autre. Ma femme n’a jamais douté de moi, même et surtout dans les moments difficiles. Je devais donc trouver le moyen de passer outre mon propre regard, cela n’a pas été facile mais j’ai pourtant reçu de l’aide de grandes personnes et aujourd’hui je ne peux que remercier toutes


celles et ceux que j’appelle mes guides. En particulier dans ce cas précis, Gemina. Gemina tenait à l’époque une boutique de pierres semiprécieuses dans la jolie ville de Metz en Moselle. J’adorais y passer des heures. Cette dame est une extraterrestre dans ce monde. Elle choisit consciemment de ne voir que ce qui lui est agréable. Ce n’est pas une hippie, loin de là. Elle vit, elle s’enrichit mais à coté de cela, elle voit toutes les circonstances avec le regard de la compassion et jamais celui du jugement. J’ai pour habitude de dire que Gemina m’a fait gagner dix ans en me délivrant cette simple phrase : Ce que vous faites et comment vous l’avez fait n’est pas le problème puisque ce devait être fait exactement de la manière dont vous l’avez fait. Personne n’est coupable, tout le monde est responsable. Cette formule élémentaire m’a affranchi de ce dont j’avais terriblement peur. Je me disais a l’époque que peu


importe ce que je pouvais faire, de toute façon « j’allais merder ». Les doutes m’assaillaient avant même de faire quoi que ce soit dans la direction de ce que je convoitais. En conséquence, je ne faisais rien du tout ! La motivation du début n’était alors même pas d’actualité… il n’y en avait pas du tout. En effaçant le jugement de ma personne, j’ai pu remarquer que j’effaçais le jugement des autres. En étant plus indulgent avec moi-même, je le devenais chaque jour un peu plus avec les êtres qui m’entouraient. J’ai pu donc doucement mais sûrement me reconnecter au regard bienfaiteur des gens qui m’aiment. Une nouvelle motivation naquit, pas seulement basée sur ma propre force mais sur celle que les gens m’attribuent. Retrouvez votre source créatrice extérieure ! Et il y a une chose que vous devez comprendre, la source extérieure n’est que l’aspect apparent de votre source intérieure. Quelque part au fond de vous, vous connaissez votre vraie valeur. C’est parce que le regard


de certaines personnes se connecte plus ou moins consciemment à cette partie que vous acceptez de recevoir leur amour, leur admiration ou tout autre sentiment positif. Et voila le plus beau : personne ne pourra jamais vous déposséder de votre propre fontaine. Il vous arrivera de l’oublier mais c’est à ce moment-là que vous vous rappellerez que tous les doutes ne sont pas forcément bons. Je vous invite sincèrement à faire l’exercice qui suit afin de générer une nouvelle motivation. Je sais pertinemment que les experts répètent qu’il n’est pas bon de laisser autrui dicter votre propre mérite et je suis d’accord avec cela. Mais pour un moment, plus ou moins long, vous voir au travers les yeux de celles et ceux qui vous aiment vous aidera à passer outre ce que vous croyez savoir de vous-même. Cela vous permettra de « démarrer la machine à motivation » et c’est bien le principal. Activité - Prenez votre cahier / classeur : Le côté positif


• Notez 3 personnes qui ont influencé positivement votre coté créatif ainsi que les phrases qu’elles vous disaient lorsque vous étiez enfant. Et cela même si vous n’y croyiez pas. Je n’accepte pas aisément les compliments, je vous comprendrai tout à fait si vous me dites que c’est aussi votre cas. Et pourtant ! 3 personnes vous ont fait sentir comme quelqu’un de capable, de créatif et de vraiment spécial, nommez-les. • Si vous avez du mal à accepter les compliments, retournez dans le temps pour trouver le moment où vous les acceptiez sans souci. Y a-t-il un moment dont vous vous souvenez particulièrement où vous avez commencé à ne plus accepter les compliments d’autrui, à vous sentir gêné lorsque quelqu’un vous prend la main pour un certain temps en vous regardant dans les yeux et en vous remerciant ?


Pour info, il y a deux manières de ne pas accepter un compliment. Soit vous vous remettez en question, une voix intérieure vous dit « tu sais très bien que tu n’es pas la femme/l’homme qu’il/elle décrit ». Soit vous doutez de la personne en face « elle/il dit ça par convention sociale, je suis sûr qu’il/elle n’en pense rien ». • Mettez les compliments que vous aurez retrouvés grâce à votre introspection par écrit séparément et scotchez-les dans un endroit voyant. Mes endroits : le frigo, mon écran d’ordinateur, la porte d’entrée, la glace dans ma salle de bain, sous mon bureau en verre. A vous d’être inventif ! • Sélectionner l’un des compliments en particulier, et décrivez pourquoi ce compliment est vraiment important pour vous. Soyez spécifique. C’est le moment où vous allez vraiment tenter de rentrer dans la peau de la personne qui vous a complimenté. Comment

en

est-elle

arrivée

à

vous

faire

ce


compliment ? Quel est le cheminement mental autant qu’émotionnel qui a fait qu’elle vous à dit ces mots ? • Ecrivez une lettre de remerciement à cette personne et envoyez-là à vous-même ou à votre mentor Je crois que c’est assez clair ! Personne n’est une île. Cette personne vous a fait le cadeau de ses yeux, à vous de lui prêter les vôtres en lui faisant savoir le bien qu’elle a pu faire.


Qui définit réellement votre mérite ?

Ceci est un extrait gratuit. Vous pouvez téléchargez la totalité des Tomes 1 et 2 pour moins que le prix d’un sandwich ici : http://goo.gl/wkF5I


Tome 2 Edition Créativité Comment Se Motiver et Avoir Cette Satanée Volonté