Page 1

SEMBEQ MAGAZINE HIVER 2016 - n°7

FOR mER au moyen du coaching

NUMÉRO 2 DE 3 SUR LES PRINCIPES FONDATEURS DU SÉMINAIRE


TABLE DES MATIÈRES

Mot du directeur P.3 | Nouvelles P.4 Le coaching à SEMBEQ P.6 | Comment coacher P.8 Leçons d'un coach avec 33 ans d'expérience P.12 Les origines du coaching P.14 Témoignages sur le coaching P.16 Microprogrammes P.18 | Coaching au féminin P.19 Liste de cours P.20 | Cours spéciaux P.21 Vous pouvez contribuer ! P.22

Nous rêvons de contribuer à bâtir une province solidaire à travers un mouvement de l’Évangile qui engendre des conversions personnelles, des communautés en mission, une société de plus en plus juste et le renouvellement de la culture dans le Québec et la francophonie.

2

FORMER AU MOYEN DU COACHING


MOT DU DIRECTEUR Dieu m’a grandement béni. Très tôt dans ma vie chrétienne, il a placé sur mon chemin des hommes de Dieu ayant choisi de s’investir en moi pour me transmettre le bon dépôt de la foi. Certains sont venus m’offrir leur coaching alors que d’autres ont répondu à la demande que je leur avais faite. Ces hommes ont formé en moi une compréhension juste de la marche avec Dieu et de l’œuvre du ministère. Quelle bénédiction que toutes ces heures à les écouter, les suivre, les observer, les questionner et prier avec eux ! Durant ma propre formation, j’ai développé la ferme conviction que la préparation pour le ministère implique nécessairement une formation scolaire, mais qu’elle doit être complétée par une relation de coaching. Cette dernière consiste en la transmission des connaissances et de l’expérience d’un ouvrier à un autre. À SEMBEQ, nous sommes d’ailleurs convaincus que ce principe vient des Écritures et se voit autant chez les leaders de l’Ancien Testament que ceux du Nouveau Testament, dont font partie les deux plus grands modèles : Paul et son propre modèle, Jésus lui-même. Nous sommes persuadés que le coaching joue un rôle primordial dans la formation d’ouvriers passionnés pour Dieu et son troupeau. C’est pour cette raison que nous avons consacré cette édition de notre magazine à ce sujet. Découvrez, au fil de votre lecture, des gens qui pratiquent le coaching au quotidien. En plus d’être un outil essentiel à la préparation d’un ouvrier efficace au ministère, le coaching constitue, selon nous, un moyen naturel pour l’Église d’accroître le nombre de ses leaders. C’est en effet au sein du corps vivant de Christ, son Église, que Dieu appelle ses ouvriers, et c’est là que ces derniers peuvent jouir d’une formation personnelle et pratique qui les qualifie pour le ministère et les dispose à se reproduire. ­L’effet multiplicateur, dernier thème complétant la série sur les fondements de notre séminaire, sera d’ailleurs le sujet du prochain numéro à paraître au printemps 2017. Bonne lecture !

François Turcotte Directeur général MAGAZINE SEMBEQ - HIVER 2016, n°7

3


NOUVELLES moyen d’optimiser les apprentissages théologiques et pratiques. Il m’offre l’avantage de me consacrer à temps plein aux études tout en maximisant ma formation pratique au sein de l’Église locale, en tenant compte de ses besoins. Quelles sont tes ambitions de ministère ?

NOUVEL ÉTUDIANT DU ­PROGRAMME IMMERSION : RICHARD ST-PIERRE Pourquoi as-tu choisi le parcours Immersion ? À l’Église Oasis, nous avons choisi d’aller de l’avant avec le parcours Immersion parce que d’après nous, il constitue le meilleur

Bien qu’il soit trop tôt pour confirmer dans quel ministère je voudrais m’investir, je pense que Dieu m’a donné un fardeau pour la formation de disciples. Mon cœur s’incline particulièrement vers ceux qui feront partie de la prochaine génération d’ouvriers et de leaders au Québec. Le passage des Écritures qui définit le mieux cet appel de Dieu sur ma vie demeure 2 Timothée 2.2. Ce dernier a d’ailleurs motivé mon choix du parcours Immersion et me garde centré, durant ma formation, sur l’importance de bien maîtriser tout ce que j’apprends afin de pouvoir le transmettre à d’autres.

Quels défis ton nouvel engagement entraîne-t-il ? Le passage d’un format d’études à cinq mois consécutifs par année vers des études à temps plein entraîne beaucoup de nouveaux défis dans le domaine familial et personnel. Les défis financiers sont aussi considérables et peuvent rapidement devenir un sujet de découragement. Mais Dieu, qui s’est montré présent depuis le début du processus en 2013, m’a donné une assu­ rance profonde qu’il appuie notre projet de formation et qu’il continuera de le faire. C’est pourquoi nous avons entrepris des démarches pour trouver des partenaires qui nous soutiendront et nous aideront à traverser ces quatre années de formation, à atteindre nos objectifs financiers familiaux et à continuer à investir pour le Royaume dans cette terre missionnaire qu’est le Québec.

AJOUT D’ÉTUDIANTS À LA ­COHORTE DELTA C’est avec joie que nous avons vu, cet automne, s’ajouter près d’une dizaine de nouveaux cohortistes à la cohorte Delta, débutée en janvier dernier. Dieu continue d’envoyer des ouvriers dans sa moisson et nous sommes grandement bénis de voir des hommes et des femmes se lever pour répondre à son appel. Nous ne savons pas ce que le Seigneur a en réserve pour eux, mais nous nous réjouissons d’avance des œuvres de sa grâce. C’est en celui qui a fondé les cieux et la terre que nous plaçons notre espérance !

4

FORMER AU MOYEN DU COACHING


COLLOQUE SUR LES ORIGINES En tant que séminaire théologique au service de nos Églises, SEMBEQ planifie, pour le 30 septembre 2017, un colloque sur l’interprétation de Genèse 1-3, qui s’adressera spécifiquement aux leaders et étudiants. Nos quatre invités de renommée internationale, experts et auteurs d’ouvrages sur les origines, défendront les non négociables théologiques. Nous cherche­ rons à mieux comprendre les différentes interprétations de ces passages, afin que chaque participant puisse cheminer dans sa prise de position sur ce sujet.

PROCESSUS D’OBTENTION D’UNE ACCRÉDITATION Nous sommes toujours dans l’attente de la réponse du Ministère de l’Éducation du Québec à notre demande d’obtention d’une accréditation par l’entremise du Northwest Baptist Seminary. La reconnaissance de nos diplômes serait un atout majeur pour SEMBEQ et nos étudiants. Joignez vos prières aux nôtres pour demander à Dieu une réponse favorable du gouvernement cet automne.

ENTRÉE EN FONCTION DU ­NOUVEAU DIRECTEUR GÉNÉRAL Le 14 octobre dernier, nous avons eu le privilège de rassembler collègues, partenaires, amis et famille pour souligner officiellement l’entrée en poste de François Turcotte comme directeur général de SEMBEQ. Plusieurs ont témoigné de la grâce de Dieu qui a guidé sa route et son investissement pour le Royaume dans plusieurs contextes. Nous avons aussi honoré François Picard, alors qu’il passe le bâton pour prendre le rôle de directeur du coaching. PROGRAMME IMMERSION Nous sommes heureux d’annoncer que nous travaillons actuellement au développement d’une nouvelle version du parcours Immersion. Nous allons y ajouter une nouvelle option de formation.

Une campagne de financement se poursuit pour soutenir notre nouveau directeur général et la croissance de ­SEMBEQ. Réjouissez-vous avec nous ! Priez Dieu qu’il inspire un engagement à participer financièrement à cette œuvre au Québec. (Détails à la page 23)

La version actuelle mène à une Maîtrise en Études pastorales (M.E.P.). Nous travaillons à élaborer une version qui mènera à un Baccalauréat en Études théologiques (B.E.T.). Cela nous permettra de mieux servir nos Églises en rendant ce parcours accessible à un plus grand nombre d’étudiants.

Écrivez à registraire@sembeq.qc.ca pour avoir plus d’informations.

MAGAZINE SEMBEQ - HIVER 2016, n°7

5


LE COACHING « UNE SIMPLE TENDANCE ? LE COACHING EST À LA MODE : COACH DE SPORT, COACH DE VIE… S’AGIT-IL D’UN NOUVEAU CONCEPT ? EST-IL BIBLIQUE ? »

Le coaching représente l’une des distinctions majeures de notre séminaire. Examinons en quoi il consiste à SEMBEQ. UNE ÉGLISE INTENTIONNELLE La tâche est grande dans un champ missionnaire qui crie son besoin urgent d’ouvriers. Enflammée par son désir d’expansion de l’Évangile, l’Église locale doit se donner comme mission, en plus de la formation de disciples, la formation d’une relève et son envoi (cycle paulinien). L’Église a-t-elle un fardeau pour que Dieu envoie des ouvriers ? « Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson » (Matthieu 9.38). Chacun de nos étudiants provient d’une Église ayant déjà une vision, une intention, un plan ou un désir de le former. Nous y voyons une continuité naturelle du leader­ ship parmi les saints, la reconnaissance d’un potentiel. L’étudiant ne répond pas à un appel individuel désincarné de l’Église locale, le corps du Christ. « Pendant qu’ils servaient le Seigneur dans leur ministère et qu’ils jeûnaient, le Saint-Esprit dit : mettez-moi à part Barnabas et Saul pour l’œuvre à laquelle je les ai appelés. » (Actes 13.2) L’intentionnalité de l’Église, du conseil des anciens ou du pasteur à s’investir en croyant que Dieu appelle cette personne est fondamentale. Le ministère ne s’adresse pas à certains croyants plus « saints » que les autres. Chaque membre de chaque Église se trouve déjà dans le ministère et chacun reçoit le mandat de faire de toutes nations des disciples (Matthieu 28). Chacun, sans distinction, a reçu un don du Saint-Esprit (1 Pierre 4.10) et la grâce de servir notre Seigneur dans son Royaume, (1 Corinthiens 12). Le corps reconnait certains comme des leaders-serviteurs, des modèles à suivre. Ces derniers se distinguent comme de potentiels anciens (pasteurs) parce qu’ils dirigent leur « maison » (1 Timothée 3.10), donnent une direction, exercent une

6

FORMER AU MOYEN DU COACHING

influence spirituelle et dégagent « l ’odeur » de la personne de Christ. À SEMBEQ, nos étudiants sont donc engagés dans leur Église locale à proclamer Christ et à faire des disciples. DES FORMATEURS ­INTENTIONNELS « SEMBEQ se préoccupe bien plus de l’intention des formateurs que du nombre de ses étudiants ou diplômés. Le coaching est primordial. » Nous voulons des coachs empreints de la passion de se reproduire, qui saisissent toutes les occasions d’être accompagnés par un protégé. Paul ne demeure-t-il pas l’un des meilleurs modèles de coach ? En 2 Timothée, nous le voyons exercer son ministère en équipe et former son protégé intentionnellement pour l’Évangile, sachant qu’il ne pourrait pas toujours être là. SEMBEQ désire des coachs intentionnels, qui reconnaissent leur rôle de formateur et savent susciter l’émulation et la réflexion. Ils sont capables d’exposer leurs protégés à des défis graduels et les évaluer honnêtement. L’objectif du coaching est de qualifier un protégé afin que l’Église le reconnaisse comme leader-ancien. UNE FORMATION DU CŒUR Jésus entretenait une relation privilégiée, personnelle et intime avec les douze apôtres qu’il formait à devenir les piliers, les fondements de son Église. Il les réunissait, les instruisait, leur servait de modèle, exerçait son ministère avec eux et les mettait à la tâche, pour ensuite les évaluer. À travers une relation de plus en plus personnelle, il leur ouvrait son cœur et leur faisait connaître sa raison d’être : « Mon Père m’a envoyé… » De même, l’apôtre Paul appelait Timothée son « fils bien-aimé » et lui expliquait le motif de sa formation, l’Évangile. Le coach désire que son protégé réussisse encore mieux que lui et puisse éventuellement le remplacer. Une formation du cœur inclut prière, confession,

repentance, réconciliation, confrontation, pleurs, joie, fermeté, douceur, et une bonne dose d’amour. Nous formons des hommes épris de la croix de Jésus, prêts à souffrir et à renoncer à tout pour l’Évangile. « Souffre avec moi, comme un bon soldat de Jésus Christ. » (2 Timothée 2.3) À travers les différentes situations qui surviennent dans le ministère, c’est la croix qui fait la différence entre les serviteurs de Dieu : l’humilité et la capacité de mourir à soi-même. La croix doit absolument se trouver au centre de la relation entre un coach et son protégé.

SEMBEQ est outillé pour accompagner les Églises et pasteurs qui en font la demande. Notre défi actuel est de former des pasteurs-coachs. Nous offrons des cours de coaching, tant pour les femmes que pour les hommes, et des tuteurs encadrent les relations entre coachs et étudiants. Les démarches de formation du cœur/ carac­tère (DFC) et les guides d’apprentissage pratique (GAP) sont des moyens utilisés dans le coaching pour permettre aux étudiants de progresser dans la maturité de leur caractère et de leur service dans l’Église locale. Ces outils permettent aux formateurs et aux coachs de mesurer et de faciliter l’apprentissage pratique de leurs protégés. Si nous voulons que Dieu envoie des ouvriers dans la moisson, demandons-lui de susciter • une vision urgente de la perdition des gens et du besoin de l’Évangile dans le monde (famille, parenté, milieu de travail, ville, province, pays…) ; • un désir profond que Dieu sauve, un cri du cœur : « Seigneur, envoie ! » ; • un engagement de l’Église, le corps de Christ, à s’investir pour être une pépinière d’ouvriers ;


À SEMBEQ • des anciens et leaders enflammés, prêts à passer le bâton, qui s’investissent à faire des disciples de Christ et à équiper le corps pour faire l’œuvre du ministère, qui vivent des relations de coaching ;

L’HISTORIQUE DU COACHING À SEMBEQ

• des formateurs qui acceptent d’être coachés, qui se collent à d’autres hommes de Dieu. Le jour du Seigneur est proche ! Mobilisons-nous, que l’armée de Christ se lève !

MA TÂCHE COMME ­DIRECTEUR DU COACHING En chaque professeur ou formateur devrait se trouver cette pensée : « Qui est mon coach ? À qui suis-je redevable ? Qui examine mon ministère ? En qui suis-je en train de me reproduire ? » Ma nouvelle tâche à SEMBEQ consiste à coordonner et à superviser l’ensemble du coaching. J’ai besoin de vos prières ! Je planifie de rencontrer les Églises qui en feront la demande pour établir des plans de formation et accompagner les anciens dans l’intégration de la formation dans leur ministère.

Nous avons commencé à utiliser l’expression « coaching » avec la mise en place des cohortes. Mais ce principe, qui vient des Écritures, avait déjà inspiré notre fondateur Jacques Alexa­nian, qui désire tellement, encore aujourd’hui, que le Québec voie le règne de Dieu en expansion. Ce pionnier, pasteur et visionnaire, avait mis en place le modèle des Serviteurs en Formation (SEF), une formation dans l’Église nécessitant le coaching d’un pasteur-formateur. Plusieurs d’entre nous avons d’ailleurs été SEF avant d’être pasteurs. Le principe, basé sur 2 Timothée 2.2, consistait pour le pasteur à faire « goûter » le ministère à un membre s’étant engagé à donner un an pour être formé, par la foi. Cette initiative provenait d’une volonté de mettre à l’œuvre et en mouvement des hommes passionnés pour l’Évangile en les jumelant à des leaders-serviteurs. Dans ce modèle, le pasteur s’engageait à encadrer un « Timothée » en utilisant les ressources offertes par SEMBEQ pour qu’il soit formé tout en servant et en gagnant des âmes à Christ. Des rencontres hebdomadaires avaient lieu pour planifier et évaluer les apprentissages. La formation suivait le modèle de Jésus, qui a appelé des disciples à le suivre et leur a confié des tâches qu’ils pouvaient effectuer avec le Maître tout en ayant une relation p ­ rivilégiée et exclusive.

François Picard est un homme de terrain, un berger prenant soin des âmes et aimant s’occuper des gens qui souffrent. Le coaching est devenu, pour lui, un style de vie. Ayant lui-même appris de son coach Richard Houle, il a partagé son cœur avec plusieurs « Timothée », dont Nicholas Cotnoir, qu’il a installé à son Église, et François Turcotte, qui vient de le remplacer comme directeur général de SEMBEQ.

François Picard MAGAZINE SEMBEQ - HIVER 2016, n°7

7


OACHER W COMMENT CO La formation des leaders dans l’Église n’est pas réservée seulement à la formation des futurs pasteurs. Le coaching s’adresse à tous ceux et celles qui désirent grandir dans leurs dons et devenir plus efficaces dans leur service. D’après mon expérience, les leaders ne sont pas formés en groupes. Le plus souvent, c’est à travers une relation de coaching sous la direction du Saint-Esprit. La Bible fait état de plusieurs modèles : Moïse et Josué, Jéthro et Moïse, Élie et Élisée, Barnabas avec Paul et Jean-Marc ainsi que Paul avec Timothée et Tite. Qui choisir comme coach ?

Il faudra aussi clarifier la fréquence des rencontres, les attentes mutuelles, ainsi que les domaines ou ministères dans lesquels le protégé désire être formé. Il serait risqué d’imposer au protégé un programme

La transparence du coach autant que celle du protégé est essentielle. Elle permet de franches discussions, l’honnêteté, le respect mutuel, tout en bâtissant la confiance et en évitant de nombreux conflits. Cette transparence proviendra autant du protégé pour communiquer ses victoires, ses craintes, ses défis, ses frustrations et déceptions, que du coach pour partager ses victoires, ses faiblesses et ses erreurs passées et présentes. Le protégé devrait suivre la direction du coach. D’une part, le coach ne devrait jamais se sentir menacé par des questions de clarification de la part du protégé ni même par des objections qui surgiraient en cours de route. La soumission du protégé n’est pas une soumission aveugle. D’autre part, le fait de toujours contester les conseils et les recommandations du coach peut devenir insoutenable et intolérable dans le processus de formation et dans une relation coach/protégé.

COMMENT COACHER

La recherche d’un coach devrait se faire premièrement dans la prière. Dans cette recherche, il faut se rappeler que personne n’est parfait et qu’aucun coach ne réunira toutes les qualités recherchées. Cependant, certains indicateurs aideront à mieux discerner vers qui s’approcher. Le futur coach sera premièrement une personne qui vit ce qu’il prêche et pour qui le développement spirituel est une priorité. Il possèdera les dons, l’expérience et les aptitudes que le protégé désire développer dans sa propre vie. Il sera digne de confiance et respecté par son entourage. Il devra être facile d’approche, disposé à s’impliquer dans la vie d’un protégé et capable d’écouter plus que de parler et conseiller. Il sera aussi transparent, capable d’enseigner autant par ses défaites que par ses succès. Comment commencer une relation de coaching ?

Dans le coaching, la relation fait toute la différence. Non seulement le coach a besoin de mieux vous connaître, mais vous avez aussi besoin de bien le connaître. Il faudra peut-être quelques rencontres avant de devenir plus à l’aise l’un envers l’autre. 8

Pour vous aider dans ces premières étapes du coaching, SEMBEQ a développé des outils qui permettent au coach d’apprendre à connaître son protégé plus rapidement. Ces deux documents sont : Stratégie d’évaluation des compétences, des connaissances et du caractère, et Stratégie pour mieux connaître le protégé 1.

FORMER AU MOYEN DU COACHING

avec lequel il ne serait pas à l’aise et pour lequel il n’a ni aspiration ni appel, afin de ne susciter aucune frustration chez l’un ou l’autre. En collaboration avec le protégé, un plan d’action sera élaboré pour clarifier la direction et les différentes démarches que le protégé fera au cours des mois et années à venir. Périodiquement, il faudra revenir sur ce plan d’action afin de s’assurer qu’on avance dans la direction choisie. Certains non négociables durant le coaching Cette démarche a besoin d’être baignée dans la prière. Paul priait nuit et jour pour Timothée (2 Tm 1.3). Jésus priait pour les douze. Il a prié aussi pour Pierre, afin que sa foi ne défaille pas lorsqu’il allait être mis à l’épreuve. Des changements significatifs dans la vie du protégé nécessitent une intercession soutenue.

L’accessibilité du coach et du protégé est essentielle. Le fait que le coach soit facile à joindre et qu’il se rende accessible et disponible, autant dans son emploi du temps que par son intérêt envers le protégé, donne à ce dernier le sentiment d’être important aux yeux du coach. Par contre, un protégé non disponible ou qui néglige ses rencontres et ses obligations, menace fortement la relation avec son coach, démontrant un manque d’intérêt et de sérieux, deux attitudes nécessaires à la continuité d’une telle relation.


OACHER W COMMENT COA Fin d’une relation de coaching Il arrive que le coaching parvienne à son terme. Voici une liste non exhaustive de circonstances qui pourraient amener le coach ou le protégé à interrompre cette forme de relation. • Les objectifs de formation du protégé sont atteints, celui-ci étant parvenu à un certain niveau d’autonomie. • Les buts du protégé deviennent irréalistes, dépassant ce que le coach peut faire ou encore ce que le protégé lui-même peut accomplir. • Le coach se sent dépassé par les besoins du protégé et doit le référer à une autre ressource. • Le coach et le protégé vivent des conflits répétitifs et la relation se détériore graduellement. • La vision de la formation et/ou du ministère du coach et de son protégé divergent, rendant impossible la continuation de la relation. • L’emploi du temps du coach ne lui permet plus de poursuivre cette relation. • Le protégé manque de disponibilité et de motivation et ne fournit pas les efforts requis pour poursuivre le coaching. Pour approfondir le sujet du coaching, SEMBEQ offre les cours Gérer sa vie et Coaching ainsi que Coaching au féminin ; et propose aussi des lectures complémentaires dans le coin du coach de notre site web.

Gilles Lapierre

Durant sa carrière d’infirmier, Gilles a été coordonnateur des soins infirmiers pendant dix ans à temps complet et neuf ans à temps partiel. Il a donc formé de nombreuses infirmières sur le terrain. Comme directeur et président du camp Patmos, il a aussi coaché, pendant cinq ans, une équipe de travail et coordonné les activités du camp. Pasteur de l’Église de l’Est de Montréal de 1993 à 2008, il a formé et coaché plusieurs personnes, dont son successeur. Il a été coordonnateur du coaching pour SEMBEQ de 2002 à 2008.

Pour avoir accès à ces documents, consultez : 1

www.sembeq.qc.ca/coin-du-coach.html.

MAGAZINE SEMBEQ - HIVER 2016, n°7

9


LIVRE

RECOMMANDÉ par Daniel Henderson

L’ESSENTIEL DANS L’ÉGLISE COLIN MARSHALL ET TONY PAYNE 25,95 $

Mark Dever est un homme qui emploie rarement des superlatifs. Lorsqu’il le fait, le sujet revêt d’emblée un certain intérêt. Aussi, il a capté mon attention quand je l’ai entendu dire que L’essentiel dans l’Église était le meilleur livre qu’il avait lu sur la nature du ministère de l’Église ! La métaphore qui sert de thème au livre est celle d’un treillis et d’une vigne. Nous savons tous que le treillis supporte la vigne qui y pousse. Dans ce livre, l’image est employée pour comparer le travail administratif dans l’Église (le treillis) à celui qui consiste à faire des disciples, à évangéliser pour que plusieurs entrent dans le royaume, et à former et équiper des leaders. La tâche fondamentale de tout ministère chrétien consiste à prêcher l’Évangile de Jésus-Christ, dans la puissance de l’Esprit de Dieu, et à voir des personnes se convertir, changer, et grandir en maturité dans cet Évangile. Malheureusement, plusieurs Églises s’enlisent dans l’élaboration et l’entretien du treillis à tel point qu’elles négligent la vigne. Pour toutes sortes de raisons, l’enjolivement du treillis empiète constamment sur le soin de la vigne. Selon Marshall et Payne, la plupart des Églises chrétiennes ont besoin de réévaluer de façon radicale leur compréhension du ministère chrétien. Elles doivent revenir aux fondements pour comprendre les objectifs du ministère, apprendre son fonctionnement et renouveler leur vision du rôle qu’elles sont appelées à y exercer. Les auteurs soutiennent que les structures ne font pas croître le ministère. Pas plus d’ailleurs que le treillis ne fait croître la vigne. Ainsi, la plupart des Églises doivent effectuer un virage conscient qui consiste à délaisser la création et le maintien de structures et à s’orienter vers la formation de disciples de Christ qui seront à leur tour des formateurs de disciples. Ils proposent une liste de onze changements de mentalité nécessaires aux Églises qui nous amène à conclure que tout chrétien est un ouvrier de la vigne. Il s’agit d’un ouvrage essentiel pour tous ceux qui se passionnent pour l’Évangile et souhaitent le voir prendre racine et produire des disciples !

10

FORMER AU MOYEN DU COACHING


SEMBEQ a vraiment à cœur les ouvriers du Québec, ainsi que les Églises où ils œuvrent. Cette retraite a été entièrement conçue dans le but de servir l’Église locale en aidant à stimuler l’engagement au ministère des membres et des leaders invités. Si vous voulez plus d’information, faites vite et contactez Sylvain Paradis: s.paradis@sembeq.qc.ca Priez pour toutes les personnes présentes, afin que Dieu parle à leur coeur et qu’il leur montre de quelle manière il veut les diriger...

un pas plus loin RETRAITE ET CONFÉRENCE 20-21 JANVIER 2017 RELAIS GOUVERNEUR ST-JEAN-SUR-RICHELIEU


LEÇONS D’UN COACH AVEC 33 ANS D’EXPÉRIENCE

On m’a demandé de partager quelquesunes des leçons apprises au cours des trente-trois années où j’ai fait du coaching auprès d’hommes d’affaires et de pasteurs. À vrai dire, il me semble que j’ai appris davantage de mes échecs que des réussites que Dieu m’a donné de connaître. Voici donc quelques-unes des leçons fondamentales que j’ai découvertes au fil des ans et qui m’ont aidé dans mon coaching :

1

L’Évangile est le moteur qui actionne tout. Tout comme nous entamons la vie chrétienne par la foi et la repentance en Christ, nous continuons à la vivre de la même manière (voir Romains 6.11-13).

2

Bien qu’ils soient utiles, les plans d’action et les astucieuses stratégies de changement ne pourront jamais remplacer le « renouvellement de l’intelligence » et les habitudes transformées (Romains 12.2) 12

FORMER AU MOYEN DU COACHING

qui émanent de la contemplation consciente des merveilleuses compassions de l’Évangile (Romains 12.1) ! Il existe deux façons extraordinaires de le faire. Chaque jour, demandons-nous : 1.

Qu’est-ce que je mérite  (Ép 2.3, Rm 1.32a)

2. Qu’ai-je reçu ? (1 Tm 1.15-16a)

3

Ce sont souvent les pasteurs et les personnes les plus fidèles de l’Église qui reçoivent le moins d’attention. Cependant, il est essentiel d’offrir du coaching à ces individus, parce qu’ils sont des agents multiplicateurs.

4

N’essayez pas de démêler et de comprendre tous les problèmes du passé. Amenez plutôt les gens à délaisser leur sombre passé et à se tourner vers un avenir rempli de grâce (par exemple, Jésus et la femme au puits Jn 4.17-18).

5

Nous découvrons à quel point les gens sont vraiment déterminés à changer quand nous leur confions de petites tâches (Lc 16.10). Ces petites tâches permettent de reconnaître très rapidement ceux qui perdent leur temps.

6

Nous ne pouvons donner que ce que nous avons. Si mon propre bout de bois n’est pas allumé, il ne pourra jamais être employé pour en allumer d’autres. Pour ce faire, je dois vivre ce que j’enseigne.

7

Jésus faisait preuve d’une sagesse parfaite, enseignait avec une parfaite exactitude et dans la plénitude la plus totale du Saint-Esprit et néanmoins, les gens ont rejeté ses paroles. L’échec sur le plan du coaching ne dépend pas toujours d’un manque de sagesse ou de perspicacité de notre part.


8

Apprenez à aborder différemment le péché occasionnel (l’épisode isolé) et le péché habituel (un comportement typique), car ils produisent un effet très différent sur l’âme.

9

Faites humblement part de vos « observations » concernant les choses que vous voyez. Gardez-vous d’émettre par orgueil des « conclusions » trop hâtives (c’est-à-dire des jugements). Posez toujours beaucoup de questions (Pr 18.13). Voilà une vérité clé pour la vie conjugale !

10

C’est plus facile de faire avancer une embarcation qui a le vent dans les voiles que de ramer par ses propres forces. Ainsi, le Saint-Esprit est absolument essentiel au coaching !

11

L’apprentissage de la sagesse est essentiel à la maturité de la foi. La vie n’est pas un simple code de conduite qui permet de trancher entre blanc et noir. Elle comporte de nombreuses zones grises qui requièrent une attention particulière, pleine de sagesse (et de prière). C’est le cas notamment dans les relations interpersonnelles.

12

Le changement peut être généré de façon puissante par des rencontres individuelles (1 Th 2.12), mais en fin de compte, il doit être vécu avec les autres, en communauté. Sur le plan spirituel, nous avons tous un angle mort que nous ne pouvons pas percevoir dans le miroir de la Parole. Nous avons besoin des autres pour nous montrer ce que nous ne pouvons discerner (à la fois les péchés cachés et la grâce cachée). Sans l’Église locale, le coaching est voué à l’échec.

13

L’aspect pratique et spécifique est vital, mais nous ne devons pas négliger la théologie, qui enclenche toute véritable application. Autrement, nous récolterons une spiritualité anorexique, axée sur des rendements élevés (application) qui exigent très peu d’investissement (se nourrir de la vérité). La théologie est un autre mot pour vérité, et la vérité est ce qui nous conduit à Christ (Jn 5.39) ! Se centrer exclusivement sur la pratique et négliger la théologie qui la génère équivaut à négliger Christ en soulignant uniquement la responsabilité qui nous incombe de changer.

14

La vérité, l’amour et la puissance : ces trois éléments combinés sont indispensables pour réussir. Le coaching axé uniquement sur la vérité donne une bonne direction, mais peut devenir impersonnel (c’est le programme et non pas les véritables besoins qui dictent le processus). Le coaching relationnel d’autre part manifeste beaucoup d’intérêt, mais éventuellement, le processus est retardé par le manque de direction. Enfin, le coaching axé seulement sur la puissance transmet des expériences qui ne peuvent être vérifiées par les Écritures et qui sont trompeuses et décevantes. Mais ces trois éléments combinés peuvent transformer des vies ! (Ép 4.15 ; Mt 22.29 ; 1 Co 4.20).

1 5 Le véritable problème est rarement

celui que les gens perçoivent. Les Écritures, la prière et les questions sages peuvent mener à la source du problème (Jr 17.9).

Tim Kerr

Tim Kerr a passé la moitié de sa vie en Asie ( i l a été élevé en Inde et a travaillé 12 ans à l’implantation d’Églises au Japon ). Durant 33 ans, il a été coach auprès de pasteurs et d’hommes d’affaires en plaçant un accent particulier sur le renouvellement spirituel personnel. Il a été implanteur d’Églises et pasteur pendant 24 ans. Tim et Joanne ont quatre enfants âgés de 22 à 28 ans.

MAGAZINE SEMBEQ - HIVER 2016, n°7

13


LES ORIGINES DU COACHING Le coaching est-il uniquement le produit de notre époque ou existait-il sous une autre forme dans le passé ?

Alors qu’il était présent informellement dès les débuts de SEMBEQ, le coaching a pris une forme nettement plus organisée et soutenue depuis 15 ans. Dans notre société, cette discipline a réellement pris son envol dans les années 1980, mais son origine remonte beaucoup plus loin. Certains ont vu Socrate comme l’ancêtre du coaching 1. Le philosophe invite son interlocuteur à réfléchir afin de mieux agir 2. De même, dans la mythologie grecque, Mentor est le précepteur de Télémaque, fils d’Ulysse. Ulysse confie l’éducation de son fils à son ami Mentor dans une relation de coach/protégé. Étymologiquement, le mot « coach » est un dérivé du mot hongrois « kocsi » 3 qui signifie « voiture transportant des voyageurs », ou calèche. Le mot « kocsi » vient en fait du nom du village de Hongrie où il a été construit. La « coche » fut conçue pendant le règne du roi Matthias Corvinus (1458-90) pour transporter le roi et des membres importants de son gouvernement 4. Le cocher accompagne les voyageurs d’un point A à un point B 5. Denis Bridoux croit aussi que l’influence de ce concept de transport sur la discipline 14

FORMER AU MOYEN DU COACHING

du coaching contemporain provient d’une fable de Jean de la Fontaine « Le coche et la mouche », dans laquelle une mouche faisait réfléchir un cheval qui peinait à tirer sa calèche au sommet d’une colline. Bridoux spécifiera de même que « dans les universités d’Oxford et de Cambridge, le terme cox s’applique à la personne qui dirige et donne le rythme à une équipe d’aviron. Sa sonorité est très proche de « coach » 6. On comprendra alors pourquoi l’Oxford English Dictionary définit le verbe to coax comme le fait de « persuader, exhorter en douceur » s’approchant ainsi du coaching d’aujourd’hui. Le terme instructor/trainer a d’abord été associé en 1830 par l’Université d’Oxford à un tuteur privé chargé d’accompagner un étudiant à un examen 7. Le titre « coach » est utilisé clairement pour la première fois dans son sens contemporain vers les années 1880 et il est alors associé à l’entraineur d’une équipe sportive. L’Ameri­ can Football Coaching Association sera fondée en 1922 8. À ce moment, l’usage de ce mot est réservé presque exclusivement au domaine du sport.

L’idée contemporaine du coach fit vraiment son apparition durant la révolution industrielle, période au cours de laquelle se produisirent plusieurs bouleversements technologiques et scientifiques. Les recherches en psychologie se sont alors multipliées. Puis, dans les années 1960, avec le développement des droits des travailleurs, les relations employeurs/employés ont changé. Ainsi, il devient plus important de prendre soin des relations avec son personnel et de voir à sa formation. Bien que cette discipline soit relativement récente, le concept, quant à lui, semble vieux comme le monde. En particulier si nous simplifions la notion du coaching pour le définir comme un accompagnement où un individu en écoute un autre parler dans le but d’aider son interlocuteur 9. Les relations d’entraide entre les hommes ont pris plusieurs formes, en passant de celle d’un enseignant et de son disciple, au simple fait d’avoir une oreille pour partager nos réflexions ou nos fardeaux. Vikky Brock, dans son excellente recherche sur l’histoire du coaching, affirme qu’il s’est développé


lentement et qu’il est l’enfant aux parents multiples 10. Cette discipline a été influencée par plusieurs autres pour finalement devenir une discipline plus distincte des siècles plus tard 11. Toujours selon Brock, le coaching est à la fois une approche multidisciplinaire et un phénomène social. L’auteure identifie neuf racines primaires ayant influencé l’émergence du coaching : l’éducation, la psychothérapie, les études en communication, le mouvement d’entraide, la théorie des systèmes sociaux, la motivation sportive, les théories du développement de l’adulte, le mouvement holistique, la gestion et le leadership 12.

Si, le terme « coaching » a souvent été associé au domaine du sport et si sa pratique a rapidement fait ses preuves, cette discipline s’est aussi développée dans le monde des affaires, dans les milieux universitaire, artistique, personnel et ecclésiastique. La Worldwide Association of Business Coaches affirme que « l’industrie du coaching dans le milieu des affaires est devenue l’un des services professionnels qui progresse le plus rapidement aux États-Unis et au Canada. Dans de nombreux pays, la prolifération de programmes de formation et d’accréditation similaires dans le domaine du coaching des cadres supérieurs, des gens d’affaires et des dirigeants d’entrepris-

es constitue un environnement idéal pour la NABC 13. » Si vous utilisez une concordance, vous ne trouverez pas dans la Bible le mot « coaching ». Cependant, nous y trouvons des concepts et des exemples de relations qui démontrent des principes similaires, comme la « formation de disciples ». L’homme n’a pas inventé cette discipline : elle était pratiquée sous d’autres noms. Ainsi, que ce soit au travers l’histoire ou la Bible, Dieu utilise le coaching comme un outil indispensable pour notre croissance et la formation des leader.

1

BROCK, Vikki G. Sourcebook of Coaching History, [Format Kindle], United States, s.n. 2012, emplacement 855. HEVIN, Bernard et Jane TURNER. Tout savoir sur le coaching, Paris, Bréal, 2010), p. 12. 3 [http://www.britannica.com/EBchecked/topic/122816/coach]. 4 BRIDOUX, Denis. « Talents-Coach », dans L’Histoire Du Coaching : Première Partie, consulté le 16 novembre 2013, [http://www.talents-coach.com/coaching/l-histoire-du-coaching-premiere-partie.html]. 5 « Coaching : Origine, Définition, Étapes, Modalités », consulté le 16 novembre 2013, [http://www.coach-pnl.fr/definition-coaching.html]. 6 BRIDOUX, Denis. « Talents-Coach », dans L’Histoire Du Coaching : Première Partie. 7 MORRISON, Mike, « History of Coaching - A True Insight into Coaching », | RAPIDBI consulté le 16 novembre 2013, [http://rapidbi.com/history-of-coaching-a-true-insight-into-coaching/. 8 « AFCA HISTORY », consulté le 16 novembre 2013, [http://www.afca.com/article/article.php?id=3]. 9 Ibid. 10 BROCK, Sourcebook of Coaching History, [Format Kindle], emp. 765. 11 Ibid. [Format Kindle], emp. 794. 12 Ibid. [Format Kindle], emp. 895. 13 [http://www.wabccoaches.com/about/history.htm]. (Traduction libre). 2

Louis Bourque

Louis Bourque pratique le coaching de façon intuitive depuis plus de vingt ans. Il a coaché une dizaine d’ouvriers durant cette période. En 2012, il a entrepris un Doctorat en ministère (D. Min.) en leadership et sa thèse porte sur le coaching des coachs d’expérience.

MAGAZINE SEMBEQ - HIVER 2016, n°7

15


TÉMOIGNAGE DE DOMINICK KING Dominick a 28 ans, il est pasteur en formation responsable de la jeunesse et des jeunes adultes à l'Église Le Sentier, à G ­ atineau. Il est marié à Kim depuis 7 ans et ils ont trois enfants : Mathis, Aurélie et Xavier. Il poursuit ses études en théologie avec SEMBEQ.

La première fois qu’on m’a parlé du coaching, j’étais chrétien depuis environ deux ans et j’avais à peu près 15 ans. Je peux alors dire que le coaching est venu tôt dans mon cheminement et qu’il a pris plusieurs formes au fil des ans. Tout a commencé au moment où j’ai partagé à celui qui devien­ drait mon coach jusqu’à l’âge de 23 ans que j’avais le désir d’être un modèle pour mes amis de la jeunesse qui n’étaient pas encore chrétiens. J’ai commencé à être coaché peu de temps après, et je le suis encore aujour­ d’hui. Les raisons pour lesquelles le coaching est essentiel dans ma vie depuis ce temps et jusqu’à aujourd’hui sont nombreuses. Tout d’abord, j’ai vraiment besoin de me rendre redevable à quelqu’un pour m’aider à grandir dans les domaines plus difficiles de ma vie. J’ai besoin de quelqu’un à qui je donne la permission de me reprendre, de me questionner : quelqu’un à qui je peux rendre des comptes à tout moment. Comme le coaching a presque toujours

16

FORMER AU MOYEN DU COACHING

eu pour objectif de me former pour le leadership dans l’Église, cette relation m’a permis d’apprendre de personnes plus expérimentées qui m’ont aidé à grandir dans différents domaines du ministère. Dans ce sens, j’ai eu plusieurs coach qui m’ont accompagné dans des visites pastorales, aidé à préparer des prédications, à célébrer des mariages, à animer le repas du Seigneur et encore plus… Pour moi, c’est une bénédiction de savoir qu’il y a toujours une porte où je peux aller frapper quand j’ai besoin de conseils, quand je « bloque » dans une situation ou que j’ai besoin de faire valider mes réflexions ou décisions pour le ministère. Le coaching est aussi très important parce que quelqu’un se reproduit dans ma vie. Depuis que je suis jeune, je regarde ceux qui ont été mes coachs comme des modèles. Je veux ressembler à mon coach, je veux regarder comment il agit avec sa femme, comment il élève ses enfants, je veux le voir dans sa relation avec Dieu, je veux observer comment il traite les gens autour de lui. J’ai besoin d’apprendre et de

grandir. La vie chrétienne ne se vit certainement pas seul. Mon coach est celui qui est toujours là, il est une des personnes dans ma vie qui m’aident à ressembler de plus en plus à Jésus. Assez tôt, j’ai donc eu envie de redonner à des plus jeunes ce qu’on m’avait donné. J’ai tellement vu les bienfaits du coaching dans ma vie, que c’était simplement logique de faire la même chose pour une plus jeune génération. J’aime vraiment accompagner les jeunes hommes dans leur cheminement. J’aime les aider à ressembler à Christ et à répondre à leur appel d’homme de Dieu. Je rêve de voir chacun d’entre eux s’épanouir là où Dieu le veut. À mon tour, par la grâce de Dieu, je veux être un modèle dans tous les aspects de ma vie, je veux leur offrir l’occasion de se rendre redevables et accompagner les jeunes pour qu’ils grandissent dans le ministère.


TÉMOIGNAGE D'ALEXANDRE MARQUIS Alexandre est marié à Cynthia et père de quatre jeunes enfants. Il est pasteur à l'Église de l'Espoir de Longueuil et travaille avec SEMBEQ afin de former des ouvriers pour l'œuvre de l'Évangile au Québec. Il poursuit également des études au doctorat en ­spiritualité biblique au Southern Baptist Theological Seminary à Louisville au Kentucky.

Pourquoi le coaching personnel a-t-il été indispensable dans ma formation pour le ministère pastoral ? Il y a plusieurs raisons pour lesquelles le coaching a été indispensable pour ma formation comme pasteur. La principale est que je suis persuadé que c’est le modèle de formation présenté dans les Écritures. Et pour l’avoir vécu, je suis convaincu qu’il est le modèle par excellence. En écrivant à Timothée, l’apôtre Paul nous présente le genre de relation qu’il avait avec son protégé. Il lui dit : « Pour toi, tu as suivi de près mon enseignement, ma conduite, mes projets, ma foi, ma douceur, mon amour, ma constance, mes persécutions, mes souffrances » (2 Tm 3.10-11). À travers cette description, il est possible de constater que Timothée n’était pas un témoin à distance du ministère de l’apôtre, mais qu’il était un étudiant aux premières loges. En le suivant ainsi, il avait accès à la vie personnelle et au ministère de son coach. Aujourd’hui, avec une grande reconnaissance au Seigneur, je peux dire qu’en

bénéficiant de ce modèle biblique de formation pour le ministère, je n’ai pas appris ce que signifie être un bon pasteur ou un bon ouvrier dans le ministère seulement en lisant des bouquins, des articles ou des blogues. Je l’ai aussi appris de la façon biblique, par quelqu’un qui s’est ouvert à moi avec une grande transparence et que j’ai pu observer. J’ai eu un modèle à suivre, un modèle à imiter. Personnellement, j’ai eu le privilège d’être coaché par le pasteur de mon Église locale, Yanick Éthier. Même si je peux affirmer que plusieurs autres ouvriers dans le ministère de l’Évangile ont été (et continuent d’être) pour moi des modèles et même des mentors, personne n’a contribué à ma formation autant que celui avec qui je servais au quotidien dans le ministère, un compagnon d’œuvre qui avait appris avant moi ce que signifie servir le Seigneur en tant que pasteur. En suivant mon coach dans les réunions de conseil, les rencontres pastorales avec des gens de l’Église, l’évangélisation et le service à la communauté, en l’observant dans ses enseignements et au cours de nos

longues conversations, j’ai pu apprendre de lui de façon pratique. J’avais quelqu’un vers qui regarder pour savoir ce que c’est d’être un homme attaché à Dieu et à sa Parole, qui grandit comme époux et père de famille, qui aime passionnément l’Église du Seigneur et qui s’applique à en prendre soin. J’avais un modèle de sagesse de qui je pouvais m’inspirer dans certaines décisions ou orientations à prendre pour ma vie et pour le ministère. C’est vraiment difficile de retrouver une telle formation seulement dans des salles de classe ! Tout comme Timothée avait appris de Paul parce qu’il l’avait « suivi de près » durant son ministère, j’ai pu moi aussi vivre ce modèle biblique en « suivant de près » Yanick dans le ministère pastoral et apprendre de lui. Même si aujourd’hui la relation avec mon coach a changé quelque peu, par la grâce de Dieu j’ai le privilège de continuer de servir dans la même équipe pastorale et d’apprendre encore de lui.

MAGAZINE SEMBEQ - HIVER 2016, n°7

17


QUATRE COURS

SANS TRAVAUX

SANS LECTURES

QUATRE COURS

SANS TRAVAUX

SANS LECTURES

TARIF RÉDUIT

QUATRE COURS

SANS TRAVAUX

SANS LECTURES

MICROPROGRAMMES ICROPROGRAMME

ICROPROGRAMME

POUR FEMMES

LEADERSHIP

É VA N G I L E 3 6 0

Philo. chrétienne de la femme

L I - Intro. à l’Église et sa mission

L’Évangile ET LA MISSION

3-4 février et 31 avril - 1 mai

Février à juin

10-11 février et 24-25 mars

Vendredi soir et samedi

Un samedi par mois

Vendredi soir et samedi

Monique Saulnier

François Turcotte

Steve Cloutier

Bécancour

Québec

Locaux SEMBEQ

La femme dans son milieu de vie

L II - Le leader et son influence

24-25 février et 17-18 mars

Janvier à juin

Vendredi soir et samedi

Un samedi par mois

Monique Saulnier

Louis Bourque

Locaux SEMBEQ

Terrebonne

La femme dans son milieu de vie

L III - Le leader et son équipe

24-25 mars et 5-6 mai

Janvier à juin

Vendredi soir et samedi

Un samedi par mois

Monique Saulnier

Jean-Marie Fahmy

St-Georges-de-Beauce

Locaux SEMBEQ

ICROPROGRAMME

INSCRIVEZ-VOUS À WWW.SEMBEQ.QC.CA/INSCRIPTIONS


COACHING AU FÉMININ Monique Saulnier

Il y a sept ans, le cours de coaching au féminin était donné comme premier cours intensif dans le cadre de la Formation Priscille. Pour ma part, c’était la première fois que j’entendais parler du sujet. Tout au long de la formation donnée par Gilles Lapierre, je réalisais que sans le savoir, plusieurs femmes dans le passé avaient vécu quelques éléments du coaching, mais non d’une manière intentionnelle. Un jour ou l’autre, nous avons toutes reçu des conseils de la part d’une amie ou d’une parente concernant le ma­riage, la famille, etc., et nous avons reçu un suivi. C’était mon cas. Ce n’est que depuis 10 ans que le sujet est devenu actuel. Utilisé d’abord par les leaders sportifs et par les entreprises pour optimiser le travail et rendre les employés plus efficaces, il fut par la suite répandu à plusieurs sphères de la société. Le monde chrétien a aussi besoin de ce mode de formation pour répondre aux besoins de la personne que nous appelons « protégé ». Le coaching, c’est l’art de l’accompagnement. Depuis sept ans,

ce cours est donné aux femmes qui désirent faire un pas de plus pour grandir et réussir là où souvent elles avaient abandonné. Il n’est pas rare d’entendre des femmes affirmer : « J’ai suivi ce cours parce que je savais que j’avais besoin de changement dans ma vie, mais toute seule, j’étais découragée. »

Dieu sonder son cœur et cibler ce qu’il voulait changer dans sa vie. Les di­vers évènements survenus sur sa route lui ont donné des pistes pour une transformation du caractère. L’accompagnement lui a permis de recevoir de l’information, de la consolation dans les intempéries de la vie et du soutien pour faire face à l’adversité. C’est ainsi qu’elle Depuis 2009, plus de 80 femmes a pu méditer et mémoriser des ont suivi la formation qui se donne passages des Saintes Écritures, lire régulièrement à la fin du mois d’août. des livres pour trouver des réponses Il fait maintenant partie du microà ses besoins et parfois pleurer sur programme pour femmes. une épaule afin d’être encouragée. Comme le coaching touche deux Le coaching, c’est intentionnel et sphères, soit le côté pratique, par relationnel. Le coach est la personne un guide d’apprentissage pratique qui ouvre la voie vers la victoire en (GAP) et le côté intérieur, qui est accompagnant la personne « prola démarche de la formation du tégée » à réussir dans ses objectifs caractère (DFC), il remplit sa mission pour atteindre le but d’être de plus de transformation d’habitudes et en plus comme Christ. Le coaching d’attitudes. en vue du changement du caractère Permettez-moi de vous parler d’une étudiante du premier groupe Priscille. À ses débuts, il y a sept ans, elle a commencé à entreprendre des changements sur le plan d’actions pratiques. Plusieurs transformations ont vu le jour et continuent jusqu’à présent. Peu à peu, elle a laissé

est impossible sans la présence de Dieu, le Coach par excellence.

MAGAZINE SEMBEQ - HIVER 2016, n°7

19


LISTE DE COURS COURS 2016-2017

CRÉDITS

Leadership I - Introduction à l’Église et sa mission - MI

Février à juin

F. Turcotte

Québec

3,0

Apologétique

Janvier à juin

A. Farley

Shawinigan

3,0

Counseling et physiologie

Janvier à juin

M. Emlet

Shawinigan/Web

3,0

Application des Écritures en counseling biblique

Janvier à juin

M. Emlet

Web

3,0

Leadership II - Le leader et son influence - MI

Janvier à juin

L. Bourque

Mascouche

3,0

Lecture en grec biblique

Janvier à juin

B. Karleen

Web

3,0

Prédication biblique

Janvier à juin

N. Joseph

Rosemont

3,0

Counseling biblique III

3-4 févr. 17-18 mars, 21-22 avril

M. Caron

Granby

3,0

Philosophie chrétienne de la femme – MI

3-4 févr. et 31 avril - 1er mai

M. Saulnier

Bécancourt

1,5

Missiologie

10-11 févr. et 17-18 févr.

Mathieu/Karsh

Saint-Jérôme

1,5

L’Évangile et la mission - MI

10-11 févr. et 24-25 mars

S. Cloutier

SEMBEQ

1,5

La femme dans son milieu de vie - MI

24-25 févr. et 17-18 mars

M. Saulnier

SEMBEQ

1,5

Épître aux Hébreux

8-10 mars

J.-S. Morin

SEMBEQ

1,5

Histoire de la femme – Priscille groupe 2

16-18 mars

S. Gagné

SEMBEQ

1,5

La femme dans son milieu de vie - MI

24-25 mars et 5-6 mai

M. Saulnier

St-Georges

1,5

T-JTA

25 mars et 29 avril

B. Lavergne

Trois-Rivières

1,0

Atelier d’interprétation – Sagesse et poésie

16-18 mai

Fortier/Murphy

SEMBEQ

1,0

Titre à venir

29-31 mai

D. A. Carson

SEMBEQ

1,5

20

FORMER AU MOYEN DU COACHING

PROFESSEUR LIEU CRÉDITS


COURS SPÉCIAUX juives d’interprétation et de terrifiants passages d’avertissement aient contribué à ce silence. Pourtant, ce livre est l’un des plus importants et des plus fondamentaux du Nouveau Testament pour notre compréhension du passage entre l’ancienne et la nouvelle alliance. Ses implications pour notre théologie sont multiples. SEMBEQ est donc heureux d’offrir un cours sur l’Épître aux Hébreux l’hiver prochain en format intensif. Il s’agira certainement d’un cours passionnant.

ÉPÎTRE AUX HÉBREUX

Professeur : Jean-Sébastien Morin

« Toute Écriture est inspirée par Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour redresser, pour éduquer dans la justice » ( 2 Tm 3.16 ). Même si tout le monde reconnait la véracité de cette parole de l’apôtre Paul,

certains passages des Écritures sont nettement moins connus et prêchés dans nos Églises. L’Épître aux Hébreux en est un bon exemple. Il se peut que ses innombrables références à l’Ancien Testament, la présence de personnages mystérieux tels que Melchisédek, l’emploi de méthodes

ATELIERS D’INTERPRÉTATION ET DE PRÉDICATION Ateliers de formation continue Depuis maintenant quelques années, SEMBEQ offre des ateliers d’interprétation au cours desquels les participants sont invités à approfondir leur habileté exégétique dans un genre littéraire particulier. À partir de l’automne 2017, nous aurons la joie

d’ajouter des ateliers de prédication à notre programme, où les participants pourront développer et actualiser leurs compétences sur la communication d’un message. Ces ateliers visent deux auditoires en même temps. D’une part, ils font partie du parcours de formation des étudiants au

Dates : 8-10 mars 2017 Lieu : SEMBEQ

baccalauréat se destinant à la prédication de la Parole. Ils doivent en faire trois différents au cours de leurs études (trois ateliers d’interprétation et trois ateliers de prédication pour un total de six crédits). D’autre part, nous souhaitons voir des prédicateurs expérimentés se joindre aux groupes. Nous sommes convaincus que 1) leur présence bénéficiera aux plus jeunes prédicateurs et que 2) cela leur permettra de rafraîchir et d’approfondir leurs connaissances. Il s’agit d’une belle occasion de formation continue dans un domaine central du ministère pastoral et en même temps l’occasion de mettre à profit l’expérience acquise au fil des ans. Printemps 2017 | Atelier d’interprétation Sagesse et poésie ( 1,0 cr ) Professeurs : Pat Murphy et Janick Fortier Dates : 16-18 mai 2017 Lieu : SEMBEQ

MAGAZINE SEMBEQ - HIVER 2016, n°7

21


Vous pouvez ­contribuer au développement de leaders et à l’avancement de l’Évangile au Québec ! Jésus bâtit son Église au Québec, et les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Cette promesse de la Bible nous assure que le travail de SEMBEQ portera du fruit. Cependant, cette œuvre ne peut se produire sans le soutien de serviteurs fidèles. Dieu a choisi d’équiper des hommes et des femmes en leur confiant diverses aptitudes et ressources pour que s’accomplisse cette promesse. La tâche qui consiste à secourir les pécheurs, faire des disciples et implanter 22

FORMER AU MOYEN DU COACHING

des Églises peut être comparée au sau­ vetage d’un homme tombé au fond d’un puits. Au fond de cette fosse, des hommes et des femmes ont besoin d’être secourus. SEMBEQ a trouvé des hommes de foi, prêts à descendre pour les secourir, mais ils ne peuvent y arriver seuls. Chacun d’eux a besoin qu’un autre attache une corde autour de sa taille et le fasse descendre au fond du puits. Cette corde doit être maintenue fermement et fidèlement pour assurer le succès de l’opération.

Voulez-vous considérer tenir la corde pour cette tâche importante au Québec ? SEMBEQ travaille avec des hommes et des femmes qui sont prêts à s’investir euxmêmes dans cette mission de sauvetage, en annonçant l’Évangile, en faisant des disciples et en implantant des Églises. Mais ils ont besoin d’aide. Ils n’y parviendront pas seuls.


En cette fin d’année et en ce temps de Noël qui approche, nous faisons appel à vous; vous qui croyez à l’importance de former des ouvriers pour atteindre le Québec par l’Évangile. La passation du bâton de directeur général à François Turcotte et la croissance de SEMBEQ entraînent une augmentation de nos besoins financiers. Actuellement, le soutien du directeur général provient d’une part de dons spécifiques et d’autre part du fonds général. Notre objectif est de libérer le fonds général pour subvenir à la croissance de SEMBEQ tout en nous assurant que le soutien de François soit complet. Parallèlement, nous demandons à Dieu de gracieusement susciter au moins :

50 5

• nouveaux partenaires mensuels • partenaires augmentant leur soutien actuel • nouvelles Églises s’engageant à soutenir SEMBEQ • Églises augmentant leur soutien actuel

ENGAGEZ-VOUS À SOUTENIR SEMBEQ : • En reconnaissance pour François Turcotte, homme choisi par Dieu, un « Timothée » ayant pris la relève ; • En reconnaissance à Dieu pour l’œuvre au Québec et la contribution de SEMBEQ à cette œuvre ; • En une volonté d’être participants à la formation d’ouvriers pour le Royaume.

MAGAZINE SEMBEQ - HIVER 2016, n°7

23


9780, rue Sherbrooke Est Montréal (QC) Canada, H1L 6N6 514.337.2555 / / www.sembeq.qc.ca

JOIGNEZ-VOUS À NOUS

Suivez et partagez nos mises-à-jour SEMBEQ @SEMBEQ_ SEMBEQ sembeq_snap

POUR TOUTE QUESTION OU TOUT COMMENTAIRE

magazine@sembeq.qc.ca

POUR VOUS ABONNER À CE MAGAZINE

ÉQUIPE ÉDITORIALE NATHANAËL AUBUT Coordonateur des communications Éditeur en chef n.aubut@sembeq.qc.ca LOUISE DENNISS Traductrice et réviseure Réviseure l.denniss@sembeq.qc.ca LISE DIONNE Adjointe à la direction Rédactrice l.dionne@sembeq.qc.ca MAXIME GIROUX Coordonnateur du projet Magazine m.giroux@sembeq.qc.ca OSCAR HERNANDEZ Stratège en communications o.hernandez@sembeq.qc.ca BENOIT CÔTÉ Design Graphique

VERSION ÉLECTRONIQUE DISPONIBLE

issuu.com/sembeqmagazine

Hiver 2016, no.7 - Version Française  

Principe fondateur de SEMBEQ #2 : Le disciple est formé au moyen du coaching.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you