Page 1

6

La Semaine de l’Allier du jeudi 13 octobre 2011

Le dossier Les Célestins

Un luxe dédié au bien-être Le luxe, c’est le côté pile des Célestins, le bien-être son côté face. Dans l’hôtel 4 étoiles, l’un ne va pas sans l’autre. Et dans ce luxe-là, les clients peuvent passer la journée en peignoir et sandales. VICHY

Vichy, on a pris l’habitude de tourner la tête du côté des Célestins à chaque fois qu’on passe devant la façade, tant il est commun d’y trouver une ou deux voitures de luxe. Il faut dire qu’ici, les clients ont les moyens de leurs exigences. Alors à l’hôtel, l’équipe de la directrice Danielle Lagrange, est à pied d’œuvre.

CP : Fabrice Vallon/Compagnie de Vichy

À

« Ici les clients peuvent avoir une vraie rupture avec leur quotidien »

Le cocooning n’est pas un vain mot dans cet établissement où on

Un bagagiste est mis à disposition des clients dès leur arrivée dans l’hôtel : un luxe rare mais si efficace ! peut passer toute la journée en peignoir. Parce qu’ici, le luxe n’est jamais « bling-bling ». Aux Célestins, la clientèle se repose, elle n’est pas-là pour jouer les m’as-tu-vu... même si parfois ce sont ces mêmes personnes qui font tinter le son de leurs devises étrangères de façon plus grossière dans les stations huppées que sont Cannes ou Courchevel. « Ici les clients ne sont pas dans le caprice, ils sont dans l’exigence. » Les étrangers, ce sont 20 à 30% de la clientèle. « Nous avons beaucoup de Russes, mais aussi des Suisses, des personnes du Moyen

Orient, la famille royale du Maroc, des gens du Qatar... Ces clients viennent chercher ici une vraie douceur de vivre qui règne dans Vichy. » La motivation de cette clientèle se répartit selon trois critères : le spa pour 40% d’entre elle, les loisirs de tourisme puis les séminaires professionnels. Avoir un bel hôtel c’est bien. Mais pour plaire à ces clients, le personnel est sur le front. Et ce, dans bien des registres plus habituels dans les palaces. « Dès l’arrivée des clients, un bagagiste est mis à leur disposition, ainsi qu’un voiturier. Mais même dans le luxe, on

peut toujours mieux faire. « Ce qu’il nous manque ce sont des concierges, regrette Danielle Lagrange. Même si nous avons toujours quelqu’un de disponible pour aller chercher un journal en langue étrangère. » D’ailleurs, c’est dans la presse féminine et de bon goût et sur la toile d’internet que le Vichy Spa Les Célestins se fait connaître. Et pour cela chaque étoile compte. La direction a déposé un dossier pour candidater à la nouvelle classification 4 étoiles... Voire plus si affinité. C. D.

Le cadre des parcs d’Allier est idyllique pour se ressourcer.

CP : Fabrice Vallon/Compagnie de Vichy

« Ici, les clients ne sont pas dans le caprice, ils sont dans l’exigence »

CP : Roberts Klimovicks/Compagnie de Vichy

Ici, les 4 étoiles, c’est historique et géographique. Imaginez un peu un hôtel moderne et de standing niché à 50 mètres des boutiques du centre-ville et dont la terrasse donne dans les parcs d’Allier. « Être à côté de tout, cela fait le bonheur de nos clients. » Et ce bonheur trouve ses raisons ailleurs que dans la géographie. L’hôtel de 131 chambres et le Spa situé en face ont été construits en 1993, avec la vision d’un hôtel moderne et de luxe, sous l’influence du thermalisme qui a pris aujourd’hui un virage beaucoup, beaucoup plus glamour. « L’intérêt des Célestins, c’est que ce n’est pas un hôtel avec un spa, les deux sont indissociables l’un de l’autre. » D’ailleurs, une passerelle aérienne relie les deux constructions. « Ici, nos clients peuvent avoir une vraie rupture avec le quotidien, faire un vrai break. »

Une chambre de luxe à l’effigie de la pastille de Vichy.

Le Vichy thermal Spa est l’outil indispensable des Célestins.

Aletti Palace

Un siècle d’hôtellerie dans le luxe et la tradition VICHY

u La porte tambour en bois ne trahit par le caractère de l’AletiPalace et ne dénote pas en face de l’Opéra. Construit en 1905, à une époque où l’activité de l’hôtellerie de luxe était foisonnante à Vichy, c’est sur cette authenticité que mise aujourd’hui l’établissement. « Son âme, c’est la différence de l’Aletti. » Pour la chargée des relations clients Limia Chelghoum, il n’y a aucune hésitation. Pour avoir confirmation, il suffit de pousser la porte d’entrée. « On se rend tout de suite compte de son passé, de son histoire. » Les 1000 m2 du volume du hall, ses lustres, ses moulures, ses deux escaliers lui donnent cette élégance héritée de l’influence Belle Époque de la cité thermale. Un peu plus loin, le bar de style anglais, avec ses vitraux et ses boiseries anciennes d’origine confinent un peu plus l’ambiance feutrée. Et pourtant. « la signification des 4 étoiles, est davantage dans le sens du service que dans l’infrastructure. » Depuis 1992, les importants travaux de rénovation des deux nouveaux co-gérants Nabil Al Hussaini et Abud Isred, le mot d’ordre de l’hôtel c’est « faire en sorte que chaque client se sente unique. » 80% de la fréquentation

est une clientèle d’affaires. « Des groupes que nous démarchons nousmême et qui réalisent leur séminaire dans nos salles de réunions ». Et ces clients sont fidèles, comme Michelin, la CGT, la Macif... Pour ces personnes, « on leur réserve un accueil personnalisé. Cela commence par les appeler par leur nom. Et puis on tâche de se souvenir de leurs habitudes. » Concrètement, cela se traduit par des efforts du personnel. « Ce sont des petites attentions qui ne laissent pas indifférent. Comme par exemple, que le serveur du bar apporte les amuses bouche que le client affectionne. » Les chambres sont spacieuses : 35 m2 minimum.

Esprit de famille Dans ces conditions, avoir du personnel qui est fidèle, cela aide. « Ici, le personnel est fidèle et reste en moyenne 10 ans. Entre le personnel, il règne un esprit de famille. » Face à la nouvelle classification des hôtels, l’Aletti a déjà réagi. Son dossier est rempli et envoyé pour demander les 4 étoiles, nouvelle classification. « C’est une bonne chose cette nouvelle classification, cela permet de clarifier les choses sur le plan international. On va gagner en lisibilité par rapport à la clientèle étrangère, notamment avec les procédés de réservation en ligne. » C. D.

L’âme de l’Aletti transperce dans le cachet et les volumes du hall.

Les salles de bains sont elles aussi grandes et confortables.

p6  

La Semaine de l’Allier du jeudi 13octobre 2011 6 «Ici,les clients ne sont pas dans le caprice,ils sont dans l’exigence» Esprit de famille CP...