Page 1

trajectoires Entreprendre

N°28

Novembre décembre 2012

et réussir en Seine-et-Marne

Grand Paris Un événement international sur la ville durable à la Cité Descartes

e-transformation77 version 4

DigitalL77 la marque de l’innovation numérique

DOSSIER

L’AVENIR DE PARIS-CDG SE JOUE EN SEINE-ET-MARNE FRANCK GOLDNADEL DIRECTEUR DE L’AÉROPORT PARIS-CHARLES DE GAULLE


instantané Seine-et-Marne par Yann PIRIOU

Escalier situé au niveau de la charpente du toit et menant au dôme du château de Vaux le Vicomte.

sommaire ACTUALITÉS

DOSSIER

trajectoires

trajectoires Entreprendre

NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012 — n°28

VERSION 4

DIGITALL77 LA MARQUE DE L’INNOVATION NUMÉRIQUE

ENJEUX

STORY TELLING

DOSSIER

L’AVENIR DE PARIS-CDG SE JOUE EN SEINE-ET-MARNE FRANCK GOLDNADEL DIRECTEUR DE L’AÉROPORT PARIS-CHARLES DE GAULLE

PAGE 07

PAGE 11

PAGE 14

• La Seine-et-Marne joue collectif au Salon de l’immobilier d’entreprise • Ludendo, une implantation durable à Serris • La Seine-et-Marne éligible aux prêts de la SOFIRED • Sustainable City Solutions by Pollutec • Grand Paris – un événement international sur la Ville Durable à la Cité Descartes • e-transformation77 version 4 • Initiatives Télécentres 77 sur Internet • Opération Sénart Éco-Énergie • Digitall77, la marque de l'innovation numérique

L’AVENIR DE PARISCHARLES DE GAULLE SE JOUE EN SEINE-ETMARNE

• Matière grise L’IFIS à Val d’Europe •Parc d’activités économiques Le Parc d’activités des “Prés d’Andy”joue la carte des PME artisanales • à la carte Les entreprises seine-etmarnaises s’engagent pour le développement durable

• Château de Vaux le Vicomte Une PME unique, qui a l’histoire en héritage • Agrana Fruit France Plus de fruits, moins de sucre

02 — trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012

NOVEMBRE DÉCEMBRE 2012

e-TRANSFORMATION77

PAGE 04

• Paris-Charles de Gaulle futur numéro 1 en Europe ? • L’avenir immobilier d’Aéroports de Paris en Seine-et-Marne • Interview de Vincent Gollain, Coordinateur d’Hubstart Paris® à l’Agence régionale de développement d’île-de-France • La plateforme pousse à l’Est • Un emplacement stratégique pour les entreprises seine-etmarnaises • Interview de Brigitte Herbomez, Directrice générale de Wim Bosman France, à Mitry-Mory

N°28

et réussir en Seine-et-Marne

GRAND PARIS UN ÉVÉNEMENT INTERNATIONAL SUR LA VILLE DURABLE À LA CITÉ DESCARTES

En couverture FRANCK GOLDNADEL DIRECTEUR DE L’AÉROPORT PARIS-CHARLES DE GAULLE

vos contacts : Patricia Montin p.montin@smd77.com

Isabelle Cabrol i.cabrol@smd77.com

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


point de vue

Le développement de “Paris-Charles de Gaulle” passe désormais par la Seine-et-Marne Par Vincent Éblé, SÉNATEUR, Président du Conseil général de Seine-et-Marne et Gérard Eude, Président de Seine-et-Marne Développement

D 

epuis son origine, le développement de la plateforme aéroportuaire de Paris-Charles de Gaulle est un sujet qui ne laisse pas les décideurs seine-et-marnais indifférents. Tour à tour méfiante, envieuse, calculatrice, mais aussi passive et inorganisée, la Seine-et-Marne a regardé grandir l’aéroport en voisine attentive et trop discrète. Sa vision étant d’abord foncière, les projets ont émergé ailleurs, dans des territoires plus structurés et mieux desservis par les infrastructures routières et ferrées. Si l’on examine le bilan de la plateforme elle-même, 15 000 Seine-et-Marnais y travaillent pourtant, soit sensiblement le même palmarès que le Val d’Oise... L’attractivité de ce territoire protéiforme est désormais au premier rang de l’Île-de-France. Au total, on estime en effet que les entreprises de la plateforme produisent plus de 10 % de la richesse de la région. Grâce à la qualité de ses infrastructures de transport et à ses capacités d’accueil d’entreprises à forte valeur ajoutée, l’aéroport est devenu un pôle majeur de développement économique international. à l’intersection des trois départements, avec ses 750 entreprises et ses 86 000 salariés, il est facteur d’attractivité et de croissance économique pour l’Île-de-France tout entière. Préserver ce potentiel économique est essentiel. Cette nécessité implique d’être davantage attentifs aux préoccupations des entreprises, en particulier des PME qui forment la densité du tissu économique. Un grand nombre de ces entreprises étant aujourd’hui au cœur de la compétition mondiale, nous devons les accompagner pour renforcer leur compétitivité, en particulier sur les marchés de l’exportation. Leur implantation étant très souvent liée à la présence de l’activité aéroportuaire en raison de l’internationalisation de leurs marchés, il nous faut optimiser leurs conditions d’accueil par une offre compétitive. En Seine-et-Marne, dans cette optique, les communes de Mitry-Mory, Compans, le Mesnil-Amelot, Saint-Mard et Moussy-le-Neuf ont développé des zones d’activités qui se sont commercialisées avec succès dans des activités de service aéroportuaire ou de logistique. Des offres de locaux viennent progressivement compléter cette offre foncière. Mais beaucoup reste à faire pour améliorer notre compétitivité... C’est pourquoi le Conseil général de Seine-et-Marne s’est mobilisé depuis plusieurs années dans une politique plus volontariste d’aménagement de ce territoire. Le récent rapprochement avec l’établissement public de la Plaine de France en est un témoin. De même que la future gare du Mesnil-Amelot, dans le projet de transport du Grand Paris. Sa réalisation sera la démonstration concrète de la part grandissante prise par notre département dans le développement de la métropole. Le contournement “Est” de l’aéroport par la Francilienne sera sans nul doute un atout déterminant pour le renforcement de l’Île-de-France dans la compétition entre les métropoles européennes.

g.eude@smd77.com

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

Nous devons accompagner les PME d’Île-de-France pour renforcer leur compétitivité sur les marchés de l’exportation.

tableau de bord BILAN DE L’ACTIVITÉ “IMPLANTATION” DE SEINE-ET-MARNE DÉVELOPPEMENT au 30/09/2012

289 dossiers en cours 37 implantations 283 emplois maintenus ou créés Source : Seine-et-Marne Développement

Le programme THD-Zone, les zones d’activités Très Haut Débit c’est :

55

zones d’activités équipées et ouvertes à la commercialisation fin septembre 2012

31 zones de plus programmées en 2013 8 659 établissements Liste des THD-Zone et calendrier des réunions d’information : http://www.thd-zone.com/dsps/view/departement-de-la-seine-et-marne-depts-77-et-91# Contact Stéphane Ferrini Sem@for77 - 01 60 33 44 52

Afile 77 a vingt ans. “Trajectoires” souhaite un très bel anniversaire à cette association Seine-et-Marnaise.

Afile 77 en 3 chiffres sur la seule année 2011 c’est :

682

porteurs de projets ou chefs d’entreprise accueillis

653 entreprises accompagnées et/ou financées 344 emplois créés www.afile77.org

Indice de dynamisme un an courant de juillet 2011 à juin 2012 2,2 : pour 1 entreprise qui disparaît, plus de 2 se créent évolution de l’indice au 2ème trimestre

2012 2011 2010 2009 2008

2,2 2,3 2,6 1,5 1,7

Source INSEE – Traitement Seine-et-Marne Développement

trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012 — 03


actualités

Au Simi, 360° sur l’immobilier d’entreprise en Seine-et-Marne

La Seine-et-Marne joue collectif au Salon de l’immobilier d’entreprise Les territoires seine-et-marnais exposeront ensemble au Salon professionnel de l’immobilier d’entreprise du 5 au 7 décembre prochains. à l’initiative de l’agence économique du Conseil général de Seine-etMarne, sept territoires et l’opérateur départemental Aménagement 77 feront stand commun au prochain salon professionnel de l’immobilier d’entreprise (SIMI) qui se tiendra au Palais des Congrès, Porte Maillot à Paris, du 5 au 7 décembre. Seine-et-Marne Développement a conçu un espace de 70 m2 permettant d’offrir aux investisseurs et opérateurs potentiels une vision globale et dynamique des opportunités à saisir dans le département. Au cas par cas, Hubstart Paris®, les SAN Val Maubuée, du Val d’Europe et Sénart, la Communauté d’agglomération du Pays de Meaux et les communautés de communes de

la Brie des Templiers et du Pays de la Goële et du Multien pourront accueillir des prospects et organiser des présentations personnalisées des projets et offres disponibles sur leur territoire. Durant le salon, le cabinet GEMOFIS présentera l’étude réalisée pour Seine-et-Marne Développement sur l’immobilier d’entreprise en Seine-et-Marne. Véritable “carte d’identité” de chaque typologie d’actifs - bureaux, locaux d’activités et entrepôts - selon différents critères qui déterminent le marché de l’offre en immobilier d’entreprise, cette étude va renforcer les travaux de l’Observatoire départemental de l’immobilier d’entreprise (obie). Pour rappel, le SIMI a accueilli l'an dernier plus de 22 000 visiteurs sur 3 jours et près de 450 exposants. d.rozenberg@smd77.com

Ludendo, une implantation durable à Serris Le Groupe Ludendo implante son futur siège opérationnel à Serris. Le Groupe Ludendo, l’un des leaders européens du commerce spécialisé en jeux et jouets (La Grande Récré, Starjouet...), vient de poser la première pierre de son futur siège opérationnel, dans le parc d’entreprises du Val d’Europe développé par Euro Disney SCA. L’ensemble est construit par le groupe GA. La livraison est prévue en avril 2013. Situé dans un parc arboré de 2,5 hectares, le futur siège sera implanté au sein du quartier du Prieuré, à Serris. L’ensemble, d’une superficie totale de 6 242 m² comprendra trois bâtiments distincts : • Un immeuble de bureaux HQE sur 3 niveaux, labellisé BBC. Il intégrera l’ensemble de la technologie GAPEO (Gestion technique centralisée) développée par GA : pompe à chaleur réversible, double-baies triple vitrage avec

04 — trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012

protection solaire active et luminaires fluo-compacts à cellule photométrique. • Un bâtiment intégrant la restauration et un espace de détente. • Un bâtiment comprenant une salle multi-activités et l’école de formation du Groupe. Le projet prévoit également l’implantation, sur le toit du bâtiment principal, d’une centrale de production d’énergie photovoltaïque dont l’énergie produite sera réinjectée sur le réseau électrique. Conçu comme un véritable campus tertiaire, le siège opérationnel du Groupe Ludendo devrait totaliser, à terme, près de 20 000 m² de surface de bureaux. e.greuzat@smd77.com

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


La Seine-et-Marne éligible aux prêts de la SOFIRED

La société anonyme créée par l’état pour accompagner les territoires concernés, comme la Seine-et-Marne, par la fermeture de sites militaires, octroie des prêts participatifs aux entreprises en développement. Une première entreprise seine-et-marnaise vient de bénéficier d’un prêt participatif de la SOFIRED, la Société de financement pour la réforme et le développement créée par l’état pour accompagner les territoires impactés par la fermeture de sites militaires et soutenir l’emploi. La SETA, une entreprise de travaux publics du Châtelet en Brie, s’est ainsi vue accorder un prêt de 0,4 M€ sur 7 ans sans garantie ni assurance au taux de 6 %, pour financer un projet de développement susceptible de créer une dizaine de postes dans les prochaines années. Tous les secteurs d’activités sont éligibles à ces prêts participatifs d’un montant maximum de 750 000 € pour sauvegarder ou développer de l’emploi dans un délai de trois ans. Les dossiers de candidature sont traités par la SOFIRED sous 5 semaines. En 2011, elle a ainsi financé 23 projets, pour un montant de 10 M€, dans les 71 départements concernés par ce dispositif. En savoir plus : Gaël Bielecki 01 44 11 75 88 - gael.bielecki@sofired.fr

Sustainable City Solutions by Pollutec Pour sa journée d’ouverture, le salon Pollutec présente les Sustainable city solutions. Pollutec 2012, dont le thème à l’honneur cette année est la ville durable, se tient du 27 au 30 novembre, à Lyon. Dès sa journée d’ouverture, il présentera une série de tables rondes destinées à faire le point sur les meilleures solutions de mise en œuvre d’une ville durable : les Sustainable city solutions. Au programme, les conférences “S’adapter à l’existant”, “Nécessité de co-concevoir la ville de demain” ou encore “Financer la ville durable et associer les citoyens à sa gestion”... Parmi les organisateurs, l’Ademe, le pôle de compétitivités ADVANCITY sur la ville durable et les écotechnologies urbaines, aux côtés des pôles rhône alpins AXELERRA et TENERRDIS. Au cours de cette journée, des collectivités locales, des experts et des opérateurs internationaux partageront donc leurs expériences et leurs savoir-faire de pointe en matière de gestion de l’eau, des déchets, des sols, des énergies et des transports. à noter : la journée du 28 sera consacrée à des visites de sites de RhôneAlpes particulièrement innovants dans ces différents domaines. e.quillere@smd77.com s.dutartre@smd77.com

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

Cité Descartes

Grand Paris – un événement international sur la Ville Durable à la Cité Descartes Le Grand Paris durable de demain s’imagine à Champs-sur-Marne. Le Cluster Descartes a été retenu à cet effet par la DIRECCTE Île-de-France, notamment pour faire de “Green City” un événement international qui fera référence. La candidature de l’Agence Marne-la-Vallée Descartes Développement, déposée conjointement avec Seine-etMarne Développement, a été retenue par l’état (DIRECCTE) pour son récent appel à projets sur le thème “émergence et développement des clusters économiques du Grand Paris”. Objectif : financer des actions concrètes associant un volet économique et un volet emploi pour faire émerger ces clusters. Le projet de Descartes Développement et de ses partenaires (Seine-et-Marne Développement, l’EPAMarne, le SAN du Val Maubuée, la CCI 77 ou le PRESS Université Paris Est) du cluster dédié à la Ville Durable s’articule autour de deux axes : un axe ressources humaines pour les chantiers du Grand Paris, et un second sur l’organisation de l’événement structurant qui doit étoffer le volet économique du cluster Ville Durable. Le cluster, pôle d’excellence du Grand Paris, souhaite profiter de l’expérience de la manifestation tenue en 2011 lors de la clôture de l’année 2 du Grenelle de l’Environnement, l’enrichir en contenu scientifique, et l’ouvrir davantage aux grands groupes et aux PME. + d’infos : www.descartesdeveloppement.fr s.dutartre@smd77.com

e -transformation77 version 4

Visselect à Chelles - ©Visselect

Dix entreprises favorisant le développement de nouveaux usages numériques seront bientôt accompagnées par le Conseil général dans le cadre de son appel à candidatures annuel e-transformation77. Lauréate du 1er appel à projets e-transformation en 2010, la société Visselect (Chelles) a bénéficié à l’époque d’un coup de pouce conjoint de Seine-et-Marne Développement, du Département de Seine-et-Marne et de la Région Île-de-France pour se doter d’un logiciel

de gestion de son entrepôt. “Nous avions la nécessité d’optimiser le traitement des commandes de vis, boulons et autres rivets figurant parmi nos 30 000 références et de mieux assurer leur traçabilité, exigée par nos clients des secteurs aéronautiques, ferroviaires ou des télécommunications”, résume Grégory Calles, le jeune dirigeant de l’entreprise familiale créée par ses parents en 1962. Région et Département avaient respectivement subventionné à hauteur de 15 000 € cet investissement de 79 200 €. Désormais seul le Département gère et dote le fonds “e-transformation77”, et Seine-et-Marne Développement a clôturé en septembre le 4e appel à projets, toujours destiné à susciter et développer de nouveaux usages des TIC, synonymes de création d’emplois et de services au tissu économique et à la population. Les projets retenus se verront verser une subvention de 50 % du montant du projet dans la limite de 30 000 €.

c.etedali@smd77.com

trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012 — 05


actualités

Initiatives Télécentres 77 sur internet

Née le 28 avril dernier, l’association IT 77 a désormais son site Internet. L’association IT 77 (Initiatives Télécentres 77) a désormais son site Internet. Mis en ligne en septembre, il doit informer sur les projets de télécentres en cours dans le département. Son espace “membre” doit

Opération Sénart Éco-Énergie Le San de Sénart lance l’opération Sénart ÉcoÉnergie, à destination des entreprises. Dans le cadre de son Plan Climat, le Syndicat d’Agglomération Nouvelle (San) de Sénart a lancé l’opération Sénart éco-énergie, visant à aider les entreprises implantées sur le territoire de Sénart à mieux appréhender toutes les questions liées à la performance énergétique de leur bâti et aux solutions d’amélioration. L’objectif est en effet de permettre à 12 entreprises volontaires d’identifier les principaux postes consommateurs d’énergie, afin de mettre en œuvre des solutions adaptées pour réduire leurs factures énergétiques et accroître ainsi leur compétitivité. Proposée par le San et mise en œuvre par Bureau Véritas, Sénart écoénergie comprend une campagne d’instrumentation et de mesure sur site, une analyse et une restitution à l’entreprise des données recueillies, deux journées de formation d’un “correspondant énergie” afin de pérenniser la démarche dans l’entreprise et enfin, un accompagnement technique par Bureau Véritas, pendant un an, pour la mise en œuvre des préconisations retenues par l’entreprise. Pour l’entreprise, le coût de l’opération est de 400 € HT (pour une prestation évaluée à 3 000 € HT, le complément étant pris en charge par le San et ses partenaires). En savoir plus sur l’opération et inscriptions : Laura Levasseur – 01.64.13.18.08 l.levasseur@san-senart.fr + d’infos sur le Plan Climat de Sénart : www.planclimat-senart.com

06 — trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012

en bref… En décembre 2011, le Département a voté la mise en œuvre d’une politique en faveur du tourisme pour tous, par ailleurs au cœur des orientations du schéma départemental du tourisme. Afin de favoriser le développement d’une offre accessible à tous ( jeunes, familles, groupes, personnes en situation de fragilité économique...), Seine-et-Marne Tourisme s’est mobilisé pour : • f avoriser l’émergence d’équipements dédiés sur le territoire • consolider le réseau des acteurs. Afin de faire le point sur l’actualité du dossier avec les acteurs du territoire, le Conseil général et SMT organiseront un séminaire le 24 janvier prochain. Pour tout renseignement contacter SMT : Julie Girard 01 60 39 60 39.

permettre aux adhérents de l’association – porteurs de projets, entreprises, collectivités – de mutualiser leurs réflexions autour du travail à distance en télécentre ou en co-working. Objectif : créer et animer un réseau de télécentres inter-opérables (c’est-à-dire d’un niveau d’équipements et de qualité équivalent) et suffisamment dense pour que les usagers n’aient jamais plus de 20mn à parcourir et ce, même en zone rurale. Il existe aujourd’hui 16 projets de télécentres en Seine-et-Marne. Les premiers devraient ouvrir début 2013. Les entreprises intéressées peuvent dores et déjà entrer en contact avec l’association afin de lui communiquer leurs besoins, tant en termes de nombre de places que de localisation. + d’infos : www.it77.fr Contact : as.calais@it77.fr

Digitall77, la marque de l’innovation numérique

Dans le cadre du programme THD-Zone, le Conseil général et Sem@for77, son délégataire, déploient la fibre optique dans les Zones d’Activités. Ils connectent ainsi les entreprises au Très Haut Débit, qui leur ouvre tous les services à valeur ajoutée facteurs de compétitivité : accès Internet Très Haut Débit, Téléphonie sur IP, visioconférence, hébergement, sauvegarde de données, PRA (Plan de Reprise d’Activités)… + d’infos : Stéphane Ferrini, Sem@for77, 01 60 33 44 52. http://www.thd-zone.com/dsps/view/ departement-de-la-seine-et-marnedepts-77-et-91

La Seine-et-Marne renforce son image de territoire numérique innovant en créant la marque Digitall77 à l’initiative de Seine-et-Marne Développement et de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Seine-et-Marne.

Seine-et-Marne Développement, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Seine-et-Marne et leurs partenaires ont présenté Digitall77, leur nouvelle marque commune, le 25 octobre dernier dans les nouveaux locaux de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Seine-et-Marne, à Serris, à l’occasion du rendez-vous “Ensemble, pensons numérique !” Cette marque commune a pour objectif de mieux repérer toutes les initiatives portées en Seine-etMarne par les différents acteurs du numérique pour détecter, développer et promouvoir les usages des technologies de l'information et de la communication dans le département tout en renforçant l’image innovante de la Seine-et-Marne en la matière. Le 25 octobre, Bertrand Caparroy, 1er vice-président du Conseil général chargé des territoires ruraux, des réseaux numériques et du développement des nouveaux usages a également présenté le nouveau Fonds d’innovation numérique sur l’expérimentation (FINE) ouvert aux communes, à leurs regroupements, aux syndicats mixtes et aux associations pour leurs projets liés par exemple aux usages de télémédecine, à l’utilisation de procédés de “réalité augmentée” dans la valorisation du patrimoine, ou de services favorisant le maintien des personnes âgées à domicile.

Les rencontres de la Création et Reprise d’Entreprise 2012 Un projet de création d’entreprise ? Vous ne savez pas à qui vous adresser ? Participez aux “Rencontres de la Création et Reprise d’Entreprise” le 29 novembre 2012 à Meaux. Une nouvelle fois encore, la CCI s’associe à la Communauté d’Agglomération de Meaux, à la Maison de l’Emploi et de la Formation Nord-Est 77, au Pôle Emploi et à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Seine-etMarne pour organiser ces rencontres qui se tiendront à la Maison de l’Économie et de l’Emploi à Meaux, le jeudi 29 novembre, de 9h30 à 17h30 . Venez rencontrer des professionnels qui vous conseilleront dans vos démarches de création ou de reprise d’entreprise. Inscriptions sur : www.seineetmarne.cci.fr/

c.etedali@smd77.com

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


DOSSIER

© Aéroports de Paris − CAMBON Sylvain

L’AVENIR DE PARISCHARLES DE GAULLE SE JOUE EN SEINE-ET-MARNE

2ème aéroport d’Europe, acteur mondial majeur du trafic aérien et du fret, l’aéroport ParisCharles de Gaulle constitue le cœur d’un pôle d’activités dont le dynamisme irrigue la région tout entière. Sa croissance programmée passe aujourd'hui nécessairement par la Seine-et-Marne.

Vue extérieure des terminaux de Paris−Charles de Gaulle

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012 — 07


DOSSIER

© Aéroports de Paris − LAFONTAN, Mikaël et SEIGNETTE, Olivier

L’avenir immobilier d’Aéroports de Paris en Seine-et-Marne En Seine-et-Marne, Aéroports de Paris possède d’importantes réserves foncières encore disponibles. Aéroports de Paris détient plus de 190 hectares de réserves foncières, dont une bonne partie en Seine-et-Marne, sur les communes de Mauregard, le MesnilAmelot, Compans et Mitry-Mory. En tête d’affiche, une zone de plus de 70 hectares située à cheval sur les deux dernières et dont le plan d’urbanisme a déjà été validé par les mairies. Au programme de ce vaste espace, trois vocations complémentaires. Primo, l’accueil d’activités logistiques à forte valeur ajoutée – avec notamment la livraison, dès 2013, d’un entrepôt de 20 000 m2 pour Aelia, leader du commerce duty-free. Secundo, le développement d’un business park destiné aux entreprises industrielles. Tertio, l’aménagement d’une zone de retail (commerce de détail) dont la desserte, donc l’attractivité, sera encore optimisée une fois le bouclage de la francilienne achevé. De taille plus modeste, les autres réserves foncières seront obligatoirement occupées par des sociétés en lien avec l’aéronautique, donc spécialisées par exemple dans la maintenance aéroportuaire ou le catering (restauration en vol).

Situé sur Le Mesnil-Amelot et Mitry-Mory et d’une capacité d’accueil de 7,8 millions de passagers annuels, le S4 permet de renforcer le hub d’Air France et offre aux passagers 6 000 m² de surfaces commerciales (boutiques, bars & restaurants) ainsi que 25 000 m² dédiés aux salles d’embarquement.

Paris-Charles de Gaulle futur numEro 1 en Europe ? Dans un secteur toujours plus concurrentiel, l’aéroport Paris-Charles de Gaulle ambitionne de devenir leader européen, devant l’aéroport londonien d’Heathrow. Sa nouvelle stratégie de développement passe par la Seine-et-Marne.

S 

eptième plateforme mondiale et deuxième européenne en termes de passagers (61 millions de passagers en 2011), première en Europe en matière de fret et de cargos... l’aéroport ParisCharles de Gaulle est aujourd’hui un acteur majeur du trafic aérien mondial. Mais cette position flatteuse est loin d’être immuable. “Nous sommes en concurrence” prévient Franck Goldnadel, directeur de l’aéroport. “30 % de notre activité concerne des passagers en correspondance. Or ces passagers-là peuvent décider, du jour au lendemain, d’en choisir une autre, s’ils trouvent mieux ailleurs en matière de confort et d’efficacité”. D’où la nécessité, pour Paris-Charles de Gaulle, de continuer à se développer et à s’améliorer. “Notre objectif : tenir la corde et devenir, si possible, la première plateforme internationale en Europe – donc dépasser l’aéroport londonien d’Heathrow”. Cette ambition passe désormais incontestablement par la Seine-et-Marne, grâce notamment à l’ouverture en juin dernier, sur les communes de Mitry-Mory et du Mesnil-Amelot, du Terminal S4, qui augmente de 8 millions de passagers par an la Vue intérieure de la nouvelle jetée du Terminal 2E, Paris−Charles de Gaulle

capacité de la plateforme, et au lancement d’un vaste plan de développement commercial. Une façon pour Aéroports de Paris de valoriser ses réserves immobilières disponibles et de continuer à produire de l’activité autour de l’aéroport. “Paris-Charles de Gaulle génère 86 000 emplois directs et induit au total près de 250 000 emplois au sein de l’aéroport lui-même et à proximité, avec de nombreuses activités liées au transport aérien : entrepôts de fret et de stockage, maintenance aéroportuaire, etc.”. La collaboration entre l’aéroport et la Seine-et-Marne a donc une forte incidence sur le développement économique, l’urbanisme et l’emploi. 15 % des salariés qui travaillent directement sur la plateforme habitent d’ailleurs le département. “Nous avons des relations très proches avec la Seineet-Marne”, confirme Franck Goldnadel. “Nous venons notamment de signer une convention partenariale qui vise à intensifier notre coopération dans les domaines du développement économique, de l’insertion professionnelle, du transport et de la gestion de l’eau...”

Résidence des salariés de la plateforme Paris-CDG

17,5 %

17,2 %

2,3 % 3% 4,4 %

15,4 %

5,6 % 6,3 % 14,3 %

15 %

Seine-Saint-Denis Seine-et-Marne Oise Val d’Oise Paris Val-de-Marne Hauts-de-Seine Essonne Yvelines Autres départements

© Aéroports de Paris − STROPPA, Philippe − Studio Pons

08 — trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


© aéroports de paris − luider, emile − La company

interview

Vincent Gollain Coordinateur d’Hubstart Paris® à l’Agence régionale de développement d’île-de-France

3 ans après la création d’Hubstart Paris®, quel bilan tirez-vous de cette union d’une vingtaine d’acteurs publics et privés du Grand Roissy ? V. G. : Il est très positif. Entraîné par le dynamisme des 2 aéroports Paris-Charles de Gaulle ( 7e aéroport mondial) et ParisLe Bourget ( 1er aéroport européen d’affaires), le Grand Roissy est l’un des principaux pôles de croissance et de création d’emplois de la région Île-de-France. Tous les partenaires, réunis pour la plupart dès la création en 2009, sont maintenant rassemblés autour d’une démarche commune pour promouvoir ce territoire qui bénéficie d’un accès privilégié aux plus grands marchés mondiaux. Cela se concrétise par une trentaine d’actions de promotion et de prospection à l’international.

“Hubstart Paris® promeut à l'international un pôle générant 250 000 emplois.” Quelles sont à vos yeux les actions les plus prometteuses ? V. G. : Probablement l’accord que nous avons passé avec la place aéroportuaire d’Atlanta – laquelle se classe au 1er rang mondial pour le nombre de passagers. Outre de classiques actions de promotion commune, nous allons créer un fléchage de façon à ce que les entreprises de nos territoires respectifs, envisageant de nouvelles implantations, privilégient systématiquement le territoire partenaire. Un accueil et un accompagnement leur seront proposés à cet effet. Hubstart Paris® vient par ailleurs d’être retenu par l’état, dans le cadre d’un appel à projets du Grand Paris, pour la réalisation d’une maquette interactive du Grand Roissy et d’une application Smartphone valorisant un large bouquet de services. Avez-vous des priorités à court terme ? V. G. : Certes. D’une part nous doter d’un outil opérationnel, fruit de la fusion entre Datagora, le centre de ressources de la place aéroportuaire, et la pépinière d’entreprises Aéropole. D’autre part, accélérer le rapprochement avec le réseau d’affaires Aérotropolis Europe. trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

Passerelles d’embarquement, Terminal 2E, Paris−Charles de Gaulle

La plateforme pousse à l’Est La Seine-et-Marne est appelée à jouer un rôle majeur dans le développement économique de la plateforme aéroportuaire et du Grand Roissy. Les territoires s’organisent pour l’accueil de nouvelles entreprises. uand des entreprises de premier ordre, telles CSP ou Goodrich (voir page 10) décident de s’installer au plus près de Paris-Charles de Gaulle avec la volonté de pouvoir se développer, un critère guide principalement leurs recherches : le potentiel de développement. Force est de reconnaître que, de ce point de vue, la Seine-et-Marne ne manque pas d’ambition. Les communautés de communes de la Plaine de France (8 communes, 12 000 habitants) et du Pays de la Goële et du Multien (12 communes, 28 260 habitants), sont en première ligne avec deux programmes de taille équivalente – autour de 70 hectares chacun – pour un gain total espéré de plus de 5 000 emplois. Le Parc d’activités de la Goële situé à Saint-Mard (aménageur Rhea) est en cours de commercialisation, avec un premier bâtiment qui a trouvé preneur sur un des lots des 33 ha que Goodman a acquis. Ce parc d’activités est idéalement situé à 9km de l’aéroport, au pied de la RN2, à proximité de l’A104, l’A1, l’A3 et la RN3. L’objectif global est de partager le parc en plusieurs espaces dédiés : logistique, PME-PMI, services, commerces et restauration/hôtellerie. La Plaine de France table sur 3 500 emplois Sur le territoire de la Plaine de France, c’est la ZAC de la Chapelle de Guivry (aménageur Nexity), au Mesnil-Amelot,

qui capte tous les regards. Située à la sortie immédiate de l’aéroport, à l’Est de la plateforme, cette ZAC doit bénéficier de l’arrivée de la gare terminus du Grand Paris Express. En continuité avec les équipements hôteliers et de loisirs existants, un véritable centre de vie de 21 000 m² pourrait accueillir au cœur de la zone le siège de la Communauté de Communes et la Maison pour l’Emploi. La partie nord sera plutôt réservée aux activités industrielles et logistiques, la partie sud étant dédiée aux PME-PMI. Au total, 43 ha seront cessibles.

L’aéroport Paris-Charles de Gaulle en Seine-et-Marne c’est : •5  0 % de la surface aéroportuaire • 4 communes d’emprise sur 7 : Mauregard, Le Mesnil-Amelot, Mitry-Mory, Compans • 5 terminaux (T1, T2E, T2F, T2G, T3) et 2 satellites de dernière génération : S3, S4 • L e futur Terminal 4, sur l’emprise de Mauregard • D e nombreuses entreprises : Servair, Air Fuel, Base Handling, Connecting Bag Service, ICTS France, Lufthansa, SwissPort… • D es emplois pour les Seine-etMarnais : 15,4 % des salariés de la plateforme Paris-CDG résident dans le département.

trajectoires septembre-octobre 2012 — 09


interview

DOSSIER

Brigitte Herbomez Directrice généralE de Wim Bosman France, à Mitry-Mory

CSP (Centres Spécialités Pharmaceutiques) a choisi Moussy-le-Neuf pour implanter son entreprise.

Un emplacement stratégique pour les entreprises seine-et-marnaises La proximité de la plateforme aéroportuaire de Roissy constitue un atout maître pour de nombreuses entreprises seine-et-marnaises tous business confondus. La preuve par deux...

E 

n choisissant de s’implanter à Moussyle-Neuf en 1991, CSP (Centre Spécialités Pharmaceutiques) avait eu raison de voir grand. La société grignote peu à peu son foncier (180 000 m2) pour construire les locaux nécessaires à son développement. Sur 60 000 m2 de bâtiments, elle dispose déjà d’une capacité de stockage impressionnante (72 000 palettes) qu’il lui faudra encore augmenter dès l’année prochaine. “à peine achevée, en juillet dernier, la création d’une chambre froide à - 21° de 900 m3, nous préparons maintenant l’extension prévue en 2013 : 1 400 m2 supplémentaires pour un nouvel espace de préparation de commande de produits sensibles en chambre froide (+2°C / +8°C.)”, annonce Jean-Paul Pihen, le Directeur général en charge du développement du groupe international de préparation et de distribution pharmaceutiques. Les effectifs sont à l’avenant. Une centaine de personnes a été recrutée ces cinq dernières années et 450 salariés travaillent actuellement sur le site. Comptant déjà parmi les plus grands centres en Europe, CSP n’oublie jamais de mettre en avant son positionnement stratégique à une poignée de kilomètres de Paris-Charles de Gaulle. “Dans notre métier, c’est capital quand on doit

10 — trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012

livrer en direct, dans les délais les plus brefs et dans le monde entier, de la Chine au Brésil, des produits sensibles de laboratoires prestigieux (Pfizer, Novartis…) insiste JeanPaul Pihen. Notre statut de Commissionnaire en douane simplifie de ce point de vue considérablement notre travail”. UTC Aerospace Systems au plus près de ses clients Plus évident encore est le lien qui relie l’usine Goodrich (groupe récemment racheté par UTC et rebaptisé UTC Aerospace Systems) du Mesnil-Amelot à la plateforme aéroportuaire. Cette société internationale compte parmi les leaders mondiaux dans son métier : la fourniture et la réparation d’une multitude de pièces d’avions, des trains d’atterrissage aux sièges de pilotes, en passant par les toboggans d’évacuation. “à vol d’oiseau, nous sommes à 200 m de l’aéroport” explique Joël Haldemann, son Viceprésident pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. “Nous ne réparons pas, sauf exception, les avions sur place, mais c’est la proximité d’une plateforme logistique de premier plan et de l’un de nos principaux clients – Air France KLM - qui nous a fait choisir le Mesnil-Amelot en 1992. Les compagnies aériennes détestent que leurs avions restent longtemps immobilisés et nous devons donc pouvoir les dépanner dans des délais record. Où, mieux qu’à Roissy, serions-nous en mesure d’expédier dans l’heure des pièces en Turquie ou en Irlande ? En 2004, nous avons d’ailleurs décidé d’investir 20 M€ dans l’achat de nos propres locaux (6 000 m2)”.

Votre groupe a opté pour une implantation à Mitry-Mory il y a tout juste 10 ans. L’expérience valide ce choix ? B. H. : Absolument. La proximité de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle figurait au 1er rang de nos motivations. Suivaient la connexion avec le réseau autoroutier et l’assurance de pouvoir recruter sur place un personnel qualifié. Sur notre site, toutes les langues européennes sont représentées. Nous voulions aussi investir dans nos propres locaux et le foncier disponible en Seineet-Marne convenait parfaitement à nos besoins. Nous avons d’ailleurs pu construire 2 350 m2 supplémentaires l’an dernier et disposons à présent de 8 750 m2.

“Nous voulions investir dans des locaux et lES OPPORTUNITÉS SUR MITRY-MORY convenaiENt parfaitement à nos besoins.” Votre activité transports étant essentiellement routière, en quoi la proximité de l’aéroport estelle si importante ? B. H. : Wim Bosman est une société hollandaise du groupe international Mainfreight, dont le siège est en Nouvelle-Zélande. Nos bureaux sont aux quatre coins du monde et il n’est pas un jour sans que nous ne recevions un client ou un partenaire. Nos échanges permanents avec la Chine, l’Amérique du Sud, l’Australie ou l’Europe de l’Est nécessitaient que nous nous implantions sur un territoire parfaitement et efficacement desservi. trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


enjeux

matière grise

L’IFIS à Val d’Europe Dès sa création, l’IFIS a été pensé pour proposer des formations conçues autour de professions, plutôt que des formations mono disciplinaires. Christian Bourret, directeur de l’Institut Francilien d’Ingénierie des Services

Créé en 1997, partie intégrante de l’Université ParisEst Marne-le-Vallée, l’Institut Francilien d’Ingénierie des Services (IFIS) est situé à Val d’Europe. Il offre des formations pluridisciplinaires, conçues autour des notions de service et de territoire. Particulièrement bien intégré dans le tissu économique local, il assure à ses étudiants une remarquable insertion professionnelle.

“D 

epuis sa naissance, en 1989, l’université Paris-Est Marne-la-Vallée a fait le choix de conjuguer recherche et professionnalisation. L’IFIS est aujourd’hui l’un des fers de lance de cette volonté”. Christian Bourret est directeur de l’Institut Francilien d’Ingénierie des Services, ouvert aux étudiants titulaires d’un DUT, d’un BTS ou d’une deuxième année de licence. “Dès la création, en 1997, explique-t-il, l’idée était de proposer des formations conçues autour de professions, plutôt que des formations mono disciplinaires”. Information et communication, Santé, Protection et économie sociale, Management et ingénierie des services aux entreprises, Qualité, Tourisme : les cinq départements composant l’IFIS reflètent ce parti pris. Au cœur de l’IFIS, l’ingénierie Au cœur de son enseignement, la notion d’ingénierie. “C’est-à-dire la capacité de mobiliser des savoirs dans plusieurs disciplines pour parvenir à construire un projet” éclaire Claudie Meyer, enseignante chercheur en gestion et responsable des formations du département Management et ingénierie des services. “Par exemple, dans ce département, les étudiants suivent des enseignements fondamentaux de management de projet, comptabilité, finance, ressources humaines ou marketing, mais également des enseignements appliqués aux métiers de l’immobilier (maintenance, gestion des patrimoines, gestion des baux) ou de l’informatique (bases de données, technologies internet, ERP)”. trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

Netis et le projet de co-working à l’IFIS Entre leur formation en entreprise et leurs cours à l’IFIS, les étudiants du département Management et ingénierie des services se croisaient à peine. Résultat, pas le temps de faire connaissance, de partager, de construire quelque chose ensemble. D’où l’idée de l’association Netis, portée par des étudiants et l’Université, d’inaugurer cette rentrée un espace de co-working modulable, convivial, équipé en matériel informatique et connexions très haut débit, propice au partage d’expérience et au montage de projets en commun. L’aménagement et l’équipement de cet espace de 80 m2 seront cofinancés par l’Université et la Région Île-de-France, car le projet a été retenu dans le cadre de l’appel à projets régional sur les télécentres et co-working en 2012. L’IFIS a également adhéré à Initiatives Télécentres 77, l’association réseau de télécentres et de co-working en Seineet-Marne, et participe activement à la dynamique de réflexion qui y est menée sur les usages numériques et les nouveaux modes de travail en tiers-lieux.

De gauche à droite, Christian Bourret, Directeur de l’IFIS, Claudie Meyer, Maître de conférences en Sciences de gestion et responsable du département Management et ingénierie des services et Nathalie Fabry, Maître de conférences HDR en Sciences économiques et directrice adjointe de l’IFIS, responsable du département Tourisme.

Des étudiants opérationnels Professionnalisation oblige, les étudiants de l’IFIS partagent leur emploi du temps entre les cours et le monde du travail. “Avec au moins six mois en jours cumulés en entreprise, ils deviennent plus vite matures” constate Claudie Meyer. “De plus, ils sont tout de suite opérationnels”. Opérationnels à court terme bien sûr mais pas uniquement. “En tourisme, étaye Nathalie Fabry, directrice adjointe de l’IFIS, nous demandons à nos étudiants d’asseoir leur carrière sur le long terme. C’est-à-dire : connaître leur métier, avoir eu une expérience à l’international et détenir les clefs de compréhension du monde dans lequel ils évoluent”. Résultat, un excellent taux d’insertion professionnelle avec, ces deux dernières années, 90 % des anciens élèves de l’Institut en CDI, 6 mois après leur soutenance de mémoire. Un ancrage dans le territoire Pour conserver cette belle efficacité, la collaboration avec les acteurs économiques locaux est primordiale. Parmi ces partenaires privilégiés, des entreprises – Disney, l’UIMM, la RATP, Air France... – mais aussi des institutions telles que le Conseil général et le Conseil régional. “Une autre idée forte qui fédère l’IFIS, c’est l’idée de territoire, et plus précisément de service et de territoire” insiste Christian Bourret. “Prenez l’exemple de la santé. Depuis la loi HPST (Hôpital Patient Santé et Territoire), sa gestion est de plus en plus tournée vers la régionalisation et nous, nous travaillons depuis des années autour de cette notion de réseau de santé et sur l’économie sociale et solidaire”. Côté tourisme, l’IFIS n’est pas en reste puisqu’il participe activement au cluster de tourisme du Val d’Europe. “Nous contribuons, au sein de l’université, avec le SAN et Eurodisney, à faire du Val d’Europe un territoire d’excellence en matière de tourisme” conclut Nathalie Fabry, “preuve s’il en est que nous entrons bien en résonance avec notre territoire d’accueil”.

trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012 — 11


enjeux

PARC D’ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES

Le Parc d’activités des “Prés d’Andy”joue la carte des PME ARTISANALES

La Communauté d’Agglomération Melun Val-de-Seine aménage et commercialise, à Saint-Germain Laxis, un parc d’activités économiques pour une petite vingtaine de PME artisanales. 50 à 100 emplois y sont attendus. Les premières implantations devraient intervenir avant l’été 2013.

H

eureuses TPE et PME de Seine-et-Marne ! À la demande de la Communauté, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat départementale avait, il y a trois ans, recueilli leurs “vœux” immobiliers. La Communauté d’Agglomération Melun Val-de-Seine se charge aujourd’hui de les exaucer. “L’étude de la Chambre de Métiers indiquait clairement la difficulté des petites entreprises et des artisans à trouver des terrains dans notre secteur géographique où, d’ailleurs, leur taux d’implantation est faible par rapport à la moyenne départementale”, analyse Catherine Ousset, la responsable du développement économique de l’Agglomération melunaise. “Pour combler ce déficit, la collectivité territoriale a donc pris l’initiative de prolonger la zone artisanale déjà existante à Saint-Germain Laxis, en créant ce Parc d’activités économiques “Les Prés d’Andy” – du nom de la rue d’Andy qui traverse la commune – idéalement situé sur la RN 36, à deux minutes de l’entrée de l’A5”. Coût de l’investissement : 1,9 M€ HT, entièrement financés sur fonds propres. “Cette opération répond pleinement à la demande récurrente des artisans en recherche d’acquisition de terrains de petites surfaces pour développer leurs activités. Malheureusement peu d’offres

PARC D’ACTIVITÉS DES PRÈS DANDY

Les “Prés d’Andy” constituent une opportunité rare pour les entreprises artisanales qui trouvent difficilement ce type de surfaces à acheter Catherine Ousset, responsable du Développement économique à la Communauté d’agglomération Melun Val de Seine

existent sur ce marché”, insiste Lydie Benko, chargée de l’immobilier d’entreprise à l’agence de développement économique du Département. Les 17 parcelles commercialisées à un prix très raisonnable devraient donc trouver rapidement preneurs. Les quatre ou cinq premières entreprises devraient même s’engager avant la fin de l’année de façon à disposer de leurs locaux courant 2013. “Nous avons particulièrement soigné notre projet architectural, car ce Parc signe l’entrée dans Saint-Germain Laxis, souligne Catherine Ousset. Tous les permis de construire seront au préalable visés par l’architecte-conseil du programme”. Ici, la hauteur maximum sera de 10 m et le coefficient d’emprise aux sols ne devra pas excéder 0,60. Tous les bâtiments seront bardés dans un ton gris dont chaque résident pourra néanmoins choisir la tonalité. La Communauté d’agglomération, très soucieuse de la qualité d’un environnement et d’un cadre de vie bien préservés sur son territoire, veillera à la qualité de l’aménagement d’un site au contact direct avec le centre du village (600 habitants). Des entreprises invitées à coopérer Avec ce programme, la Communauté d’agglomération vise clairement les TPE, PME et entreprises artisanales. Elle exclut par avance toute activité logistique ou commerciale. Priorité sera donnée à la petite production, au façonnage ou au BTP. La proximité de la plateforme aéronautique de Melun / Villaroche, située à moins de 5 minutes, pourra d’ailleurs être un attrait supplémentaire pour des soustraitants. “Notre ambition est de réunir des entreprises qui auront envie de se connaître, de valoriser le site, voire de créer et gérer ensemble des services communs. Notre cahier des charges les obligera d’ailleurs à adhérer à une association syndicale libre, non pas pour prendre en charge le coût de fonctionnement des parties communes, que nous assumerons, mais, justement, pour mieux coopérer”, conclut Catherine Ousset.

l.benko@smd77.com

12 — trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012

En chiffres… • 30 450 m2 de superficie totale • 17 lots de 880 à 2 950 m2 pour des locaux à partir de 300 m2 • 70 € HT/m2 pour les surfaces inférieures à 1 099 m2, 60 € HT/m2 au-delà • 1,9 million d’euros d’investissement pour la Communauté d’agglomération Melun Val-de-Seine • à 8 km du centre-ville de Melun, de sa gare SNCF et du RER D • à 0,5 km du péage de l’A 65, connexion à la Francilienne et à la RN 136 • à 62 km de Paris • à 35 km de l’aéroport d’Orly, à 72 km de l’aéroport de ParisCharles de Gaulle

… Et en dates 2011

Obtention du permis d’aménager 2012

Travaux d’aménagement et de raccordement aux réseaux 2013

Construction des premiers locaux et installation des premières entreprises


49 ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES PAR PME & DD77

Etrépilly 6

Mitry-Mory 3 BussySaint-Martin

Noisiel

7

13

4

Champs sur-Marne

Quincy-Voisins

1

2

3 BussySaint-Georges

7 Ferrièresen-Brie

Émerainville

4

2

3

10

GretzArmainvilliers 17

Tournanen-Brie

6

6

15

11

Presles-en-Brie

Fontenay -Trésigny

19 Moissy-Cramayel

18

13 Lieusaint Réau 21 5

Pommeuse

LimogesFourches

Mormant

12

8

9 10

5

13

2

5 Le Châteleten-Brie

Hermé 7

4 Samoreau 11

Champagnesur-Seine 1

8

20

1

ARIPA S2i

13

LIR Packaging

2

ATES - MHZ

14

Nenuphar

3

CSC Environnement

15

Paris Lait

4

Ecobat77

16

Protexsur

5

Elcimaï

17

SA Kerbirio

6

Metal Control

18

SEF Industrie

7

NEW VISION Technologies

19

SPSI

8

Peintures Champenoises

20

Syneos

9

Saussine SA

21

Sylumis

10

Société Pépin

1

Agence LAECA

11

Thevenet SA

2

BancTec

12

Ty Braz

3

Bennes Services

13

Unicité Architecture

4

Buzz Media & Management

1

A.D.R

5

Centaure IDF

2

A&T Polyma

6

ECOCIVICOM SARL

3

AGRANA Fruit France

7

Ex@services

4

APS

8

Generalife

5

Autogyre

9

GS Maintenance

6

BONNY SAS

10

Remoiville

7

Ets VELLA (Groupe FUSCO)

11

Renaud Lasers

8

Fonderie Roger

12

Société du Château de Graville

9

FRIACTEC

13

Vitassistance

10

Hoya Lens France

1

Fouquier SFT

11

Les Étiquettes HAAS

2

Procars SA

12

LH Aviation

MontereauFaut-Yonne 9

1

Thomery 1 Grez-sur-Loing

Vernou-la-Cellesur-Seine 12

12 Saint-Pierrelès-Nemours 2

16

11

Nemours 9

Bougligny

SECTEURS D'ACTIVITÉ DES ENTREPRISES PARTICIPANTES Bâtiment - ingénierie

Services - commerces

Industries - manufactures

Transports

14 Egreville

10

8

À la Carte

Les entreprises seine-et-marnaises s’engagent pour le développement durable L’implication des entreprises pour le développement durable en Seine-et-Marne ne faiblit pas. Elles sont de plus en plus nombreuses à rejoindre le dispositif d’accompagnement créé à leur intention par l’agence économique du Conseil général. En cette rentrée d’octobre, huit nouvelles PME seine-et-marnaises s’engagent dans “PME et Développement Durable”, le programme d’accompagnement des entreprises du département au développement durable. Par souci de citoyenneté certainement, mais aussi avec la conviction que le développement durable peut être un formidable levier de compétitivité et d’innovation. Depuis la création du dispositif en 2007, une cinquantaine de sociétés,

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

très majoritairement issues des secteurs de l’industrie et des services à l’industrie bénéficient, parfois pendant plusieurs années, du soutien technique et financier de Seine-et-Marne Développement pour réussir avec un maximum d’efficacité l’intégration stratégique et pragmatique du développement durable dans leur cœur de métier. L’action, tout à la fois individuelle et collective, est totalement gratuite la 1ère année. Le succès de “PME et Développement Durable” permet aujourd’hui la constitution d’un réseau de partage d’expériences et de coopération. h.chenard@smd77.com

trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012 — 13


sTORY TELLING

Être né là, c’est une chance. Nous sommes responsables d’un joyau et nous avons le devoir de le transmettre aux générations futures. Jean-Charles de Vogüé, directeur commercial de Vaux le Vicomte

Château de vaux le vicomte :

Une PME unique, qui a l’histoire en héritage Inauguré en 1661 et situé sur la commune de Maincy, le château de Vaux le Vicomte, propriété de la famille Vogüé, est le plus grand monument privé de France. Au fil des ans et afin de financer son entretien, il s’est mué en une véritable PME.

5 

00 hectares clos de murs classés monument historique, 2 hectares de toiture, 33 hectares de jardins à la française... le château de Vaux le Vicomte est le plus grand monument privé de France. Construit sous la direction de Fouquet, chef-d’œuvre de l’architecture classique, il est pourtant passé à un fil de la destruction. à la fin du XIXème siècle, le domaine était laissé à l’abandon : des arbres avaient poussé dans les bassins, du maïs et du blé plantés dans les parterres de fleurs, les toitures étaient très abîmées, le mobilier avait disparu et les propriétaires envisageaient même de le démonter pour le vendre pièce par pièce. C’est alors qu’Alfred Sommier entre en scène. Cet entrepreneur, enrichi dans l’industrie sucrière, cherche une demeure à la mesure de sa réussite. Il visite Vaux le Vicomte et tombe immédiatement sous le charme. Devenu propriétaire, il décide d’utiliser sa fortune et son énergie à la restauration du château. Il lui en coûtera l’équivalent de 29 millions d’euros. Son fils Edme reprend le flambeau et s’attaque au jardin. à sa mort sans descendant, ce sont les enfants de sa sœur, mariée à un Vogüé, qui héritent. “Mon grand-père, Jean, l’a donné en cadeau de mariage à mon père,

14 — trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012

Vaux le Vicomte c’est quoi ? • 500 ha clos de murs, classés monument historique • 13 km d’enceinte • 2 ha de toiture • 33 ha de jardins à la française • 6 jardiniers • 75 employés équivalent temps plein

Les dates 1661

Inauguration du château 1875

Acquisition du château par Alfred Sommier 1968

Ouverture au public 1971

Tournage de La folie des grandeurs 1979

Tournage de Moonraker 2004

Mariage de l’héritière de l’empire Mittal 2007

Mariage de Tony Parker et Eva Longoria 2008

Tournage de MarieAntoinette

Jean-Charles de Vogüé, directeur commercial de Vaux le Vicomte

Patrice” retrace Jean-Charles de Vogüé, directeur commercial de Vaux le Vicomte, qui a grandi sur place. “N’étant pas aussi fortuné qu’Alfred Sommier, il a fait le choix, en 1968, de l’ouverture au public”. 44 ans plus tard, Vaux le Vicomte enregistre 280 000 visiteurs annuels. Avec 7 millions d’euros de chiffre d’affaires et 75 employés, il est même devenu une véritable PME, qui multiplie les cordes à son arc : restaurant, boutique, réceptions prestigieuses, séminaires, tournages, publicités. Autant de sources de revenus auxquelles s’ajoutent les subventions (DRAC, Conseil général...) et les dons des mécènes. Car entre les toitures, la restauration des bassins, des canalisations et autres statues, la facture avoisine chaque année le million d’euros. “Aujourd’hui, nous enregistrons encore un déficit annuel de 400 000 euros” regrette Jean-Charles de Vogüé. “Une des pistes pour parvenir à l’équilibre, c’est de développer le mécénat – qu’il vienne de particuliers grands donateurs ou de sociétés. Nous venons d’ailleurs d’embaucher un responsable du mécénat”. Vaux le Vicomte, vie de château ou mythe de Sisyphe ? “Pour moi, ça a d’abord été un poids” concède Jean-Charles de Vogüé qui a quitté son emploi dans le service marketing d’une multinationale et vient d’être rejoint par un de ses frères, ancien guide de haute montagne. “Mais être né là, c’est aussi une chance. Nous sommes responsables d’un joyau et nous avons le devoir de le transmettre aux générations futures”. + d’infos : www.vaux-le-vicomte.com trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


Agrana Fruit France, à Mitry-Mory :

plus de fruits, moins de sucre Implantée à Mitry-Mory, Agrana Fruit France est spécialisée dans les préparations de fruits. Filiale de l’autrichien Agrana, leader sur son marché destiné aux produits laitiers frais, elle mise à la fois sur la qualité et l’innovation.

“L 

’histoire d’Agrana Fruit France commence par un franc symbolique. Celui versé dans les années 1920 par le groupe COPPEE au gouvernement français en échange de 7000 hectares de terre. à charge pour lui de les nettoyer de tous les obus de la Première Guerre mondiale et de les rendre arables”. COPPEE décide d’y cultiver des betteraves, fonde la SIAS (Société Industrielle et Agricole de la Somme) et implante une usine sucrière à Mitry-Mory. En 2002, la SIAS, devenue multinationale et filiale de Pernod Ricard, est vendue à un fonds d’investissement, Butler Capital, qui la renomme ATYS avant de la céder en 2006 au groupe autrichien Agrana.

Agrana Fruit Mitry-Mory c’est quoi • 35 000 m2 de superficie terrain • 20 000 m2 de superficie bâtiments • 120 CDI • Une dizaine d’intérimaires • 33 000 tonnes de préparations livrées par an • 7 poids lourds affrétés chaque jour • 50 millions de CA

1920

Le groupe COPPEE acquiert 7 000 ha pour un franc symbolique SIAS démarre la production de préparations de fruits à Mitry-Mory 1982

SIAS achetée par PernodRicard 2002

SIAS rachetée par Butler Capital Partners et rebaptisée ATYS 2006

ATYS rachetée par AGRANA

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

Guillaume Delmon, directeur de l’usine pour Agrana Fruit

les dates

1965

Guillaume Delmon, directeur de l’usine de Mitry-Mory pour Agrana Fruit

Aujourd’hui, nous essayons de conquérir des parts de marchés dans la restauration rapide et misons sur le 100 % fruits, sans aucun additif.

“J’ai connu la fin d’ATYS et le début d’Agrana” relate Guillaume Delmon, directeur de l’usine de Mitry-Mory pour Agrana Fruit. “Pour le groupe, cette acquisition était essentielle dans sa stratégie de développement. Son activité amidon et bioéthanol, liée au cours des matières premières, était très fluctuante, son activité sucre déjà très performante. Quant à son activité fruit, jusque-là marginale, elle était le levier idéal pour doper sa croissance”. Agrana Fruit Mitry-Mory œuvre aujourd’hui aux côtés de 25 autres usines Agrana dans le monde, à raison de 33 000 tonnes de préparation de fruits par an. “60 % de fruits : fraise, framboise, pêche et griotte en tête” détaille Guillaume Delmon “20 % d’eau, 10 % de sucre et 10 % d’additifs”. Ces préparations prennent des aspects divers : purée de fruits par exemple pour les petits conditionnements à destination des enfants et des premiers âges et morceaux de fraises pour les yaourts riches en fruits, mélangés ou en sous-couche. Car 90 % de la production d’Agrana Fruit France est destinée à être incorporée à des yaourts. Tous les fabricants connus sont clients et distribuent leur production sous leur nom ou sous celui du distributeur. L’usine compte parmi ses clients tous les plus grands du secteur. Les 10 % restants de sa production sont destinés aux glaces, à la pâtisserie et à une petite activité food service (des coulis pour napper les glaces ou être incorporés aux milk-shake dans la restauration rapide). La production d’Agrana Fruit Mitry-Mory est destinée au Nord-Ouest de l’Europe (France, Pays-Bas, Angleterre, Norvège) et part dans des containers de 800 ou 400 litres. “Mais, de plus en plus, nous développons une gamme de produits expédiés dans des poches plastiques de un ou deux kilos, destinée à la restauration rapide” précise Guillaume Delmon qui compte ainsi conquérir de nouvelles parts de marché. “C’est vraiment là notre fer de lance d’aujourd’hui, ça et le 100 % fruits : des préparations sans additifs et avec de moins en moins de sucre, des produits de plus en plus naturels”. + d’infos : www.agrana.fr

trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2012 — 15


77 c’est eux, c’est une collection de portraits renouvelée à chaque parution. Des acteurs économiques de tous horizons, public comme privé, jeunes et moins jeunes, artisans locaux, entrepreneurs internationaux… tous unis par leur confiance dans l’avenir de la Seine-et-Marne.

77 c’est eux

Eugénie Vanlerberghe

Jean-Daniel Simon

Perlière d’Art, je façonne mes créations en verre de Murano et les destine aux particuliers (bijoux, déco d’intérieur...) ou aux professionnels de la mode.

Proches du terrain, nous conseillons les entreprises dans l’acquisition ou la location de locaux : bureaux, entrepôts, locaux d’activité industrielle.

Isabelle Feijan

Raphaël Houet

Fabienne Couton

Au cæur de l’économie sociale et solidaire, nous avons accompagné et/ou financé 100 associations et entreprises en 2011, aidant à créer ou soutenir 1 800 emplois.

Notre logiciel, le déclic zen, propose aux salariés des entreprises une relaxation devant l’ordinateur, à raison de 2 minutes toutes les 2 heures.

Valérie Bruneteau

Mickael PARANHOS

Nous aidons les entreprises du 77 dans le cadre du redressement productif, du conseil en matière de GPEC, de la formation des salariés en entreprise, etc.

La pépinière d’entreprises du Val d’Europe met tout en œuvre pour que les projets de créateurs d’entreprises deviennent de réels succès.

Créatrice des Perles d’Eugénie, à Moret-sur-Loing

Co-exploitante du potager San Martinois, Saint-Martin-en-Bière L’idée de notre petite entreprise : rendre accessible notre production au niveau local et démontrer qu’il est possible de faire une culture bio dans nos plaines.

Kunihisa Goto

Chef de cuisine du Restaurant L’Axel, à Fontainebleau Nouveaux à Fontainebleau, nous proposons une cuisine gastronomique française aux saveurs subtiles et raffinées, parsemée de légères touches japonaises.

Responble du secteur 77 chez Evolis, à Noisy-le-Grand

Responsable du pôle ESS d’Afile 77, Melun et Noisiel

Chargée de mission aux mutations économiques à la Direccte 77, Melun

Julie Molimard

Chargée de communication et d’animation du patrimoine aux 26 Couleurs, Ville de SaintFargeau-Ponthierry Aux 26 Couleurs, situées dans l’ancienne centrale électrique de l’usine de papiers peints Leroy, se rencontrent cinéma, spectacle vivant et patrimoine.

Dirigeante des Mains Libres, à Cesson

Chargé de mission à la pépinière du SAN de Val d’Europe

Trajectoires est édité par Seine-et-Marne Développement, agence pour le développement économique du Conseil général de Seine-et-Marne Directeur de la publication Gérard Eude • Comité de rédaction François-Xavier Deflou, Dominique Marinov • Rédacteur en chef Patricia Montin • Journalistes Claire Judrin et Emmanuel de Lestrade • Réalisation agencebeaurepaire.com • Photos yannpiriou.com • Contact p.montin@smd77.com  • www.seine-et-marne-invest.com • Hôtel du Département 77010 Melun Cedex • Imprimeur Printed and Co 77500 Chelles • Imprimé sur du papier recyclé Cyclus couché print • N° ISSN 1958-8372.

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

TRAJECTOIRES N°28  

TRAJECTOIRES N°28

Advertisement