Page 1

SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 2

N°9 JAN.-FEV. 2009

Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

& Recherche-Entreprises : gagnant-gagnant

& Sem@for77 : le très haut débit attire les professionnels

& Développement durable : une priorité du LREP

“Intégrer un pôle de compétitivité pour avancer plus vite.” Pascal Combécal, Directeur de Fehr Technologies www.seine-et-marne-invest.com


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 3

Instantané Seine-et-Marne par Yann Piriou

Maisonément – Sénart : un nouveau concept de pôle commercial.

Sommaire Actualité 04

Dossier “Recherche-Entreprises : gagnant-gagnant” 07

• Aéropôle - Pépinière d’entreprises de Roissy-Charles de Gaulle : Décollage réussi à l’international • Cap-parrainage : 26 cadres se mobilisent pour le retour à l’emploi de Rmistes • Réseau à très haut débit Sem@for77 : L’atout gagnant pour Cocktail Scandinave • Le développement durable : Une opportunité de développement à saisir • Actualités – agenda • Actualités – en pratique

• Recherche partenariale : un paysage en pleine ébullition • Pôles de compétitivité : boosters de projets • Interview de Pascal Combécal, Directeur de Fehr Technologies à Vernou-la-Celle-sur-Seine • Provocateur de rencontres, stimulateur de projets • Interview de Marc Weckstein, Direction Recherche & Développement de l’Institut Carnot CSTB

Enjeux 11

Success stories 14

• Matière grise Le Laboratoire Régional de l’Est Parisien • Quartier d’affaires Marne et Chantereine en ordre de marche • À la carte L’apprentissage : une formule attractive

• Kompan à Dammarie-lès-Lys : l’aire de jeux dans l’air du temps • SGT à Champs-sur-Marne : R&D : la stratégie gagnante de SGT Pour plus de renseignements : p.montin@seine-et-marne-invest.com


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 4

Janvier - Février 2009 Trajectoires

03

Édito

La recherche, un axe de progrès Par Gérard Eude, Président de Seine-et-Marne Développement ermettez-moi tout d’abord de vous présenter au nom de l’équipe de “Seine-et-Marne Développement” ainsi que de tous les collaborateurs de “Trajectoires” tous mes vœux pour cette nouvelle année. Malgré les difficultés, je souhaite aux entreprises et à leurs salariés de poursuivre leurs objectifs, porteurs de développement économique pour notre territoire. Dans le contexte de crise économique exceptionnelle que nous vivons, il devient urgent de faciliter l’accès à l’information du dirigeant d’entreprise pour qu’il puisse améliorer son analyse et anticiper sur ses plans d’actions. De même, il est aussi nécessaire, pour des structures d’accompagnement comme les nôtres, de pouvoir aller au devant des entreprises qui rencontrent des difficultés, qui sont, dans la plupart des cas, surmontables, si elles sont identifiées à temps. J’ai souhaité, pour ce neuvième numéro, que l’on mette en valeur un aspect nouveau de notre activité, celui de l’accès des petites et moyennes entreprises seine-et-marnaises aux résultats de recherche et développement. On pense en effet souvent que les programmes de recherche menés dans les universités, dans les grandes écoles ou dans les instituts nationaux, sont uniquement destinés aux grandes entreprises. Cela a pu être le cas dans le passé, mais ces structures s’ouvrent désormais très largement aux projets des entreprises de toutes tailles. Il ne s’agit pas de nier ici l’existence de différences “culturelles” que l’on peut

P

“Aujourd’hui, les structures de recherche s’ouvrent largement aux entreprises de toutes tailles.”

encore rencontrer ; le temps de l’entreprise n’est souvent pas le même que celui du chercheur. Mais aujourd’hui, des structures de recherche ayant pour objet d’encourager les petites et moyennes entreprises à participer à des programmes de recherche et d’innovation existent ; je pense en particulier aux instituts “Carnot” et aux “pôles de compétitivité”. Dans cette perspective, Seine-et-Marne Développement a mis en ligne “Techneo 77”, l’annuaire des compétences technologiques à destination des entreprises de Seine-et-Marne. Au-delà des discours et incantations, la mise en œuvre de ce projet constitue une étape supplémentaire dans la mise en réseau des acteurs du développement économique seine-et-marnais.

D Vous souhaitez nous faire part de vos réalisations, projets : Contact : p.montin@seine-et-marne-invest.com

Tableau de bord BILAN DE L’ACTIVITÉ “IMPLANTATION” DE SEINEET-MARNE DÉVELOPPEMENT

INDICE DE DYNAMISME ÉCONOMIQUE : 2,26 Pour 1 entreprise qui disparaît, 2 et ¼ se créent (ou pour 4 entreprises qui disparaissent, 9 se créent.) Septembre 2008 (sur un an courant)

EXPORTATIONS 3E TRIMESTRE 2008 EN SEINE-ET-MARNE :

ÉVOLUTION DE L’EMPLOI SALARIÉ :

Évolution trimestrielle en milliard d’euros :

Sur un an 30/06/2007 - 30/06/2008 Au 30 juin 2008 : SEINE-ET-MARNE : 1,2 % Industrie -2,0 % Construction +2,1 % Tertiaire +1,9 %

4

1,9

2

1,9

1,8

1,7

3e tri 07

4e tri 07

1er tri 08

2e tri 08

3e tri 08

2

Au 30 novembre 2008 953 dossiers en cours 39 implantations 1 203 emplois concernés

Évolution de l’indice au 3e trimestre :

0

4

Source : Direction interrégionale des douanes

1,9

2,1

1,7

1,9

1,8

2004

2005

2006

2007

2008

2

Source : Seine-et-Marne Développement 0

Source : INSEE - Traitement Seine-et-Marne Développement

ÎLE-DE-FRANCE : Industrie Construction Tertiaire Source : GARP

1,6 % -2,7 % +3,4 % +2,1 %


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 5

04

Actualités

Aéropôle – Pépinière d’entreprises de Roissy-CDG : Décollage réussi à l’international La stratégie à l’international d’Aéropôle, la pépinière d’entreprises de Roissy-Charles de Gaulle, s’avère payante puisque trois sociétés étrangères s’y sont installées ces derniers mois. Quelques bureaux restent disponibles, mais il faudra faire vite car l’offre ne manque pas d’atouts. Où, mieux qu’à l’Aéropôle, une entreprise étrangère désireuse de prendre pied sur le marché français pourrait s’implanter ? “Nulle part”, répond sans hésitation Valérie Frémont, la directrice de cette pépinière d’entreprises idéalement placée au cœur du site aéroportuaire de Roissy-Charles de Gaulle et à moins de trois heures de toutes les capitales européennes. “Nous proposons une formule d’accueil très souple qui permet par exemple à une société étrangère de disposer de nos locaux et services durant quelques mois, le temps de confirmer

sa volonté d’implantation en France. De la même façon, une fois sa candidature acceptée, un jeune entrepreneur peut s’installer avant même d’avoir achevé les démarches inhérentes à la création d’entreprise.” Visiblement, la formule répond aux attentes puisque trois sociétés européennes – la britannique EHR (commercialisation d’équipements pour restaurants), la brésilienne Beraca (produits pour l’industrie cosmétique) et dernièrement l’allemande Ewifoam (produits pour les sols) ont déjà rejoint la pépinière (22 résidents et une

cinquantaine d’emplois). Cinq bureaux restent disponibles. Peut-être trouveront-ils preneurs lors du Salon des Entrepreneurs à Paris (début février au Palais des Congrès) : l’Aéropôle y participe depuis plusieurs années, sur le stand de Seine-et-Marne Développement. Une stratégie payante, d’ailleurs, puisque concrétisée en 2008 par la mise en contact avec deux futurs résidents, dont l’anglais EHR.

D

www.aeropole-roissy.com

Retrouvez l’Aéropôle sur le stand 212 du Salon des Entrepreneurs.

Cap-parrainage : 26 cadres se mobilisent pour le retour à l’emploi de Rmistes Il y a tout juste un an le dispositif “Cap-parrainage” démarrait avec succès dans le Nord de la Seine-et-Marne. Aujourd’hui, quatorze entreprises du Sud du département se lancent à leur tour dans cette aventure humaine et sociale passionnante.


© Élodie Quilleré.

Quatorze entreprises se mobilisent.

Dans quelques semaines, Lyne Balochard rencontrera pour la première fois le filleul qu’Initiatives 77 lui a proposé dans le cadre de l’opération “Cap-parrainage”. La responsable des approvisionnements de la société Picard Surgelés, comme quatre de ses collègues, a accepté cet engagement volontaire et bénévole avec la conviction de pouvoir se rendre utile. “Recrutant régulièrement des

collaborateurs, je suis toujours étonnée de voir combien des candidats pourtant valables ne savent pas «se vendre». C’est sur ce point, notamment, que j’aiderai le bénéficiaire du RMI que j’accompagnerai et conseillerai dans ses démarches de retour à l’emploi.” 25 autres binômes cadre/demandeur d’emploi ont été constitués grâce à la mobilisation de 14 entreprises

seine-et-marnaises (Corning, Ed. LVA, Brioches Pasquier, Truffaut…). “À la demande du Conseil général, nous étendons au Sud du département la formule qui fonctionne avec succès à Val d’Europe depuis un an (cf. Trajectoires n° 5), détaille Stéphanie Dubreuil, d’Initiatives 77. Ici, pour la première année, l’objectif sera d’accompagner 60 bénéficiaires et ayant-droits du RMI vers un emploi

durable ou une formation qualifiante. Le Réseau Nord nous montre le chemin. Depuis sa création, il affiche un taux de réussite de 67 %, bien supérieur aux 50 à 60 % enregistrés en général par cette méthode.”

D

Stéphanie Dubreuil, Initiatives 77 - 01 64 87 45 70.


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 6

Janvier - Février 2009 Trajectoires

05

Actualités

Réseau à très haut débit Sem@for77 : L’atout gagnant pour Cocktail Scandinave Le nouveau réseau haut débit en fibre optique, financé par le Conseil général sur toute la Seine-et-Marne, a été déterminant dans le choix d’implantation de Cocktail Scandinave. Le siège social et l’entrepôt de stockage de cette société spécialisée dans le mobilier en pin se situent désormais à Saint-FargeauPonthierry, avec plus de 100 emplois à la clé. L’implantation récente de Cocktail Scandinave à Saint-Fargeau-Ponthierry, sur 24 000 m2 de bureaux et d’entrepôts de la ZAC de l’Europe, doit beaucoup au déploiement du réseau Internet à très haut débit par fibre optique par le Conseil général de Seine-et-Marne. La société envisageait le transfert de son siège social et de son entrepôt de stockage de meubles en pin et d’objets de décoration destinés aux dix magasins qu’elle compte en France. Jusqu’alors basée dans l’Essonne, elle avait présélectionné cinq sites. À l’heure des ultimes arbitrages,

de l’aveu même de ses dirigeants, c’est le raccordement imminent de Saint-Fargeau-Ponthierry au réseau Sem@for77 qui a définitivement fait pencher la balance en faveur du site seine-et-marnais. Cet outil flambant neuf et performant répond parfaitement à ses besoins de communication et d’échange de données sécurisées, sûres, avantageuses et très rapides, avec ses fournisseurs en Europe du Nord, ses prestataires de service et son réseau de distribution.

D

EN BREF… IE 77 : premiers résultats Porté par le Conseil général, Seine-et-Marne Développement et Aménagement77, IE77 est né il y a 2 ans. Sa mission : pérenniser les entreprises seine-et-marnaises, notamment en les assistant dans leur recherche de locaux. Première réalisation : le nouveau siège social de NCH France, entreprise spécialisée dans les produits de maintenance, à Provins.

Desserts à Meaux La Romainville, qui fabrique et distribue depuis 1949 des desserts familiaux et festifs à prix doux, vient de s’installer à Meaux. La société compte aujourd’hui 235 salariés répartis entre ses 21 magasins français et son nouveau magasin meldois.

l.benko@seine-et-marne.invest.com Cocktail Scandinave convaincu par le très haut débit.

Observer pour décider

Le développement durable : Une opportunité de développement à saisir Un collectif d’entreprises seine-et-marnaises, accompagné par Seine-et-Marne Développement et l’ADEME, agit depuis deux ans pour intégrer le développement durable dans sa stratégie. Le 22 janvier prochain, six d’entre elles témoigneront du chemin parcouru et engageront leurs clients et fournisseurs à les imiter. Le développement durable : ça marche! C’est le message optimiste que six entreprises seine-et-marnaises délivreront le 22 janvier à leurs clients et fournisseurs réunis à l’Espace SaintJean à Melun. Loin de considérer le développement durable comme une contrainte, elles en ont fait au contraire une opportunité et un avantage concurrentiel. “Mais les effets de leur stratégie ne joueront à plein que si, en amont et en aval, leurs partenaires s’inscrivent dans la même dynamique, explique JeanMichel Martin, chargé de mission à Seine-et-Marne Développement. D’où leur initiative de partager leurs réussites, leurs questions aussi, avec ceux et celles qui les accompagnent au quotidien.” Les six entreprises invitantes figurent parmi les toutes premières à avoir répondu favorablement, début 2007, à l’invitation de Seine-et-Marne Développement et de l’ADEME de

créer un collectif. Rejointes depuis par une dizaine d’autres sociétés, elles se réunissent régulièrement pour partager leurs expériences et avancer. De natures et de tailles très diverses, ADR (mécanique de précision), BancTec (systèmes de traitement de documents), la Fonderie Roger (fonderie sous pression), Remoiville (électricité industrielle), Saussine (entreprise générale du bâtiment) et la Société de transport fluvial Fouquier témoigneront le 22 janvier de leurs premières réussites et initiatives individuelles et/ou collectives : le recrutement partagé d’un coordinateur “développement durable”, le lancement d’un plan de déplacement des salariés ou la rénovation et l’extension de locaux économes en énergie.

D

jm.martin@seine-et-marne-invest.com

Dernières publications de l’Observatoire économique de Seine-et-Marne Développement sur www.seine-et-marneinvest.com, rubrique Observatoire économique. Vous y trouverez notamment des informations sur les 3 pôles touristiques seine-etmarnais, la récupération et le traitement des déchets, la pharmacie et les matériels médicaux et chirurgicaux et, bien sûr, tous les indicateurs économiques.

La Seine-et-Marne récompensée Le bâtiment Coliposte (MoissyCramayel) présenté par ProLogis, a reçu le 1er prix de la catégorie “immeuble logistique” au grand prix du SIMI 2008 (le Salon de l’Immobilier d’Entreprise qui s’est tenu en décembre dernier à Paris).

Seine-et-Marne’up

Le développement durable – ça marche !

L’appel à projets PM’up récompense les PME et PMI franciliennes dont les projets de développement répondent le mieux aux priorités économiques de la région. Parmi les 183 lauréats de l’appel, 33 sont seine-et-marnais. Résultats : www.iledefrance.fr


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 7

06

Actualités - agenda 22 Janvier Journée du développement durable Quand il y va de l’avenir de la planète, on ne garde pas pour soi des stratégies gagnantes. Six entreprises seine-etmarnaises inviteront leurs clients et fournisseurs à découvrir et partager les actions menées avec succès depuis deux ans pour intégrer le développement durable dans leur fonctionnement et leur production. Elles appartiennent, avec neuf autres sociétés, au collectif mis en place par Seine-et-Marne Développement. Exposés et échanges en matinée à l’Espace Saint-Jean de Melun. Pour en savoir + : Jean-Michel Martin - 01 64 14 19 18

3 Février Création d’entreprise Mode d’emploi Aéropôle, la pépinière d’entreprises de l’Aéroport Paris-Roissy Charles de Gaulle, organise dans ses locaux, en partenariat avec Seine-et-Marne

Développement, une conférence sur le thème “Essaimage, aide à la création d’entreprises aux salariés… Mode d’emploi”. Objectif : favoriser la mise en place de cellules d’aide à la création d’activité et d’accompagnement des salariés dans leurs projets de création d’entreprise. Pour en savoir + : Élodie Quilleré - 01 60 42 88 91

4 et 5 Février Salon des Entrepreneurs, Paris Seine-et-Marne Développement, la CCI Seine-et-Marne et les quatre pépinières d’entreprises du département – “Entreprendre à Sénart”, “Aéropôle”, “Pays de Fontainebleau Entreprises” et “Pépinière d’entreprises innovantes et de haute technologie de Marne-la-Vallée” – accueilleront ensemble les candidats à la création d’entreprise, lors du prochain Salon des Entrepreneurs, les 4 et 5 février au Palais des Congrès (Paris). Le but de la rencontre est de mettre en

valeur l’offre globale et les nombreux atouts du territoire seine-et-marnais. Pour en savoir + : Berta Lechartier - 01 64 14 19 22

7 Février L’Université Paris-Est ouvre ses portes Journées portes ouvertes, à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée le samedi 7 février de 9h30 à 17h00, Bâtiment Copernic. Pour tout savoir sur les formations et les débouchés et échanger en direct avec les enseignants : www.univ-mlv.fr et au SIO : 01 60 95 74 74

machine à bois et des composants) et le Salon des ÉNergies Renouvelables (ENR). Quatre salons pleins de potentiel réunis sur un seul site du 25 au 28 février : Eurexpo Lyon. Un rendez-vous auquel Seine-et-Marne Développement sera naturellement présent pour promouvoir son territoire auprès des porteurs de projets de développement durable. Un dispositif opérationnel y sera mis en place pour prospecter les entreprises et identifier les projets d’implantation. Pour en savoir + : Jean-Michel Martin - 01 64 14 19 18

D

www.seine-et-marne-invest.com

25 au 28 Février 4 salons et un territoire Eneo (salon des énergies, du confort climatique et de l’eau), Bluebat (salon performance du bâtiment et construction durable), Solutions Bois (salon du bois dans la construction, de la

Actualités - en pratique L’offre immobilière L’Île-de-France Aides européennes seine-et-marnaise à la carte mode d’emploi en temps réel L’IAURIF est mort ! Vive l’IAU ! Fastidieuses, les démarches à accomEn matière d’offre immobilière, l’actualisation permanente des informations est primordiale. Partant de ce principe, Seine-et-Marne Développement a optimisé sa base de données immobilière et foncière (plus de 1 000 biens professionnels classés par secteurs géographiques et par types) sur son site www.implantation77.fr, la rendant plus rapide et plus pratique à la fois. Depuis le 1er janvier, les collectivités locales et les opérateurs immobiliers y disposent ainsi d’un accès direct aux offres qu’ils mettent en ligne. Ils peuvent les corriger ou les supprimer à tout instant. Pour l’internaute, c’est l’assurance de disposer en temps réel d’une offre parfaitement fiable d’implantations sur le territoire seine-etmarnais.

D

www.implantation77.com

Le changement de nom de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme – Île-de-France se traduit aussi par une nouvelle adresse Internet. Un lien existe depuis l’ancien www.iaurif.org, mais autant pianoter directement www.iau-idf.fr pour accéder au serveur bien connu des collectivités locales. Élus et techniciens y trouveront le détail des missions et compétences de l’IAU dans divers domaines : l’aménagement du territoire, l’environnement, les déplacements, l’économie, les TIC… Outre la mise en ligne d’études téléchargeables gratuitement, il propose toutes sortes de cartes interactives, par exemple, consacrées aux projets de transports en commun ou aux zones d’activités économiques.

plir pour postuler à des aides de l’Union européenne dans le cadre de ses politiques de cohésion économique et sociale ? Pas avec ce site de la Préfecture de la région Île-deFrance qui éclaire simplement sur les programmes en cours et les modalités d’attribution de subventions aux projets de développement en Île-deFrance. Sont notamment concernées, pour le Fonds Européen de DÉveloppement Régional (FEDER), les initiatives favorisant la R&D, l’usage des TIC, les économies d’énergie ou les actions collectives de diffusion de l’innovation... 100 % des gagnants (entreprises, collectivités locales, etc.) auront tenté leur chance ! 700 millions d’euros seront ainsi alloués entre 2007 et 2013.

D

D

www.iau-idf.fr

www.europeidf.fr

Le site Internet www.iau-idf.fr

Le site Internet www.europeidf.fr


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 8

Janvier - Février 2009 Trajectoires

Dossier

Recherche-Entreprises : gagnant-gagnant Innovation, compétitivité, création d’emplois… Les entreprises seine-et-marnaises qui coopèrent avec les nombreux laboratoires du département gagnent sur tous les plans. Mais concrètement, pourquoi et comment contacter un laboratoire de recherche ? Quelles entreprises sont concernées ? Comment s’y retrouver dans le monde complexe de la recherche, des pôles de compétitivité ou des labels ? Quel rôle y jouent le Conseil général et Seine-et-Marne Développement ? Autant de questions auxquelles s’efforce de répondre ce dossier.

En haut, Fehr Technologies à Vernou-la-Celle-sur-Seine. En bas, le laboratoire Géosciences de “Mines Paristech”, partenaire de Fehr Technologies dans le projet TRACI du pôle de compétitivité Advancity.

07


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 9

08

Dossier Recherche-Entreprises : gagnant-gagnant

Recherche partenariale : un paysage en pleine ébullition Depuis 4 ans, les structures et les initiatives se multiplient pour faciliter et encourager les partenariats entre le monde de la recherche et celui des entreprises. Tour d’horizon.

Quelques acteurs de la recherche partenariale en Seine-et-Marne • Côté entreprises… 7 pôles de compétitivité en Île-de-France (voir p. 9) dont 3 auxquels la Seine-et-Marne a adhéré : Cap digital (Industrie numérique), Advancity (“Ville et Mobilité Durables”) et ASTech Paris Région (Aéronautique et Spatial) 4 autres pôles franciliens System@tic (Logiciels et systèmes complexes), Mov’eo (Automobile), Medicen (Santé) et Finance Innovation • Côté organismes de recherche… 4 Instituts Carnot ARMINES (MINES Paristech), Institut Carnot/CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) VITRES (ESIEE – Université Paris-Est Marne-la-Vallée, LCPC, École des Ponts) INRETS (Institut National de la REcherche sur les Transports et leur Sécurité.) • Côté étudiants et chercheurs… Services d’Activités Industrielles et Commerciales (SAIC) de l’Université Marne-la-Vallée

D D D

www.competitivite.gouv.fr www.instituts-carnot.eu

www.univ-mvl.fr

epuis longtemps, les grandes entreprises s’associent à des structures de recherche pour booster leur technologie et leur compétitivité. Plusieurs laboratoires seineet-marnais, dont ceux des Ponts, développent chez nous cette tradition de partenariat. Deux événements récents ont encore stimulé la recherche partenariale. D’abord l’entrée en scène des PME dans les pôles de compétitivité labellisés en 2005 et 2007 (voir p. 9). Ensuite, la création d’interfaces qui provoquent, facilitent et fluidifient les relations entre les mondes de l’entreprise et de la recherche. Outre le travail de Seine-et-Marne Développement (voir p. 10), plusieurs acteurs traduisent cette nouvelle culture de coopération.

D

Paris-Est mise sur la coopération recherche-entreprises Au printemps 2007 est née la nouvelle Université Paris-Est. Sa vocation : devenir, avec ses 45 000 étudiants, un Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES) reconnu en France et dans le monde entier. Ses deux fondateurs – l’École des Ponts et l’Université de Marne-la-Vallée – ont progressivement été rejoints par l’École Supérieure d’Ingénieurs en Électronique et Électrotechnique (ESIEE), le Laboratoire Central des Ponts et Chaussées (LCPC), l’Université Paris XII (Créteil Val-deMarne) et d’autres membres associés.1 Selon Yves Lichtenberger, Président du PRES Paris-Est, les bénéfices pour la Seine-et-Marne sont multiples : “Pour les chercheurs, c’est un espace de coopération et d’innovation plus grand, avec davantage de synergies et de visibilité. Pour les étudiants, c’est le gage d’une image d’excellence et d’une plus grande valorisation de leur diplôme.” 2

L’Université de Marne-la-Vallée, fondatrice avec l’École des Ponts, de l’Université Paris-Est.

Côté entreprises, la proximité de ce PRES reconnu au plan international est une aubaine. Reste à faciliter les rapports entre deux mondes aux espaces-temps, aux contraintes et aux langages parfois différents. C’est justement l’une des missions que vient de se voir confier Pascal Janots par le PRES de Paris-Est. “À travers le SAIC (Services d’Activités Industrielles et Commerciales) que je dirige, nous aidons déjà les entreprises et les chercheurs à s’entendre sur des contrats de collaboration. La centaine de projets scientifiques développés depuis 2006 concerne autant les sciences dures (mathématiques, physique…) que les sciences humaines (gestion, urbanisme…). Exemples : un travail de calcul de structures de feu dans les tunnels, de l’imagerie virtuelle dans la ville, une recherche sur la profession de chirurgien ou un recensement des pétitions françaises depuis la Révolution.”

Le succès des Instituts Carnot en Seine-et-Marne “Institut Carnot” est un label octroyé à des organismes de recherche qui tissent des partenariats avec les PME et l’Industrie pour favoriser le transfert de technologie. “Ce label présente plusieurs avantages : la reconnaissance des efforts entrepris, la visibilité de notre travail, le partage d’expérience avec les autres Instituts Carnot et le soutien financier accordé par l’Agence Nationale pour la Recherche”, remarque Marc Weckstein, de l’Institut Carnot CSTB (voir interview p. 10). Sur 33 structures françaises ayant reçu le précieux label en 2006 et 2007, 4 sont en Seine-et-Marne et travaillent autour des problématiques de l’urbanisme, du transport, et du développement durable. Fierté pour le département, cette concentration de matière grise est aussi, pour les entreprises seine-et-marnaises, un beau vivier à exploiter...

Notez encore qu’au sein de Paris-Est, plusieurs structures mettent en contact chercheurs, doctorants et entreprises (PME et grands groupes) via des offres de stages, de thèses ou d’emplois (www.univ-paris-est.fr).

1. École vétérinaire de Maison Alfort, Institut Louis Lumière, INA (Institut National de l’Audiovisuel), pôle de compétitivité Advancity, CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment), INRETS (Institut National de la REcherche sur les Transports et leur Sécurité), EAVT (École d’Architecture de la Ville et des Territoires). 2. Source : Seine-et-Marne Magazine de mai 2007.

© EPA Sénart Communication – Y. PIRIOU

DÉCRYPTAGE


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 10

Janvier - Février 2009 Trajectoires

09

Dossier Recherche-Entreprises : gagnant-gagnant

Chaîne de numérisation des données existantes - BancTec à Noisiel.

Pôles de compétitivité : boosters de projets Ils font partie du quotidien de dizaines d’entreprises seine-et-marnaises, petites ou grandes. Mais auxquelles s’adressent-ils ? Comment fonctionnent-ils ? Quel rôle y joue la Seine-et-Marne ? Précisions.

’un côté, une recherche appliquée qui gagne du terrain. De l’autre, des entreprises confrontées à un environnement mobile, qui exige d’innover vite pour monter en gamme et en compétitivité. Entre les deux, des besoins de financements souvent conséquents... Dans ce contexte, l’idée de monter des espaces collaboratifs entre laboratoires, grands groupes et PME, autour de thèmes d’activités donnés, avec des moyens financiers amplifiés, s’imposait d’elle-même. C’est tout le sens des 71 pôles de compétitivité français labellisés par l’État en 2005 puis 2007. Leur mission : faire grandir des projets porteurs de compétitivité, d’emplois et de croissance. En Seine-et-Marne, c’est le cas d’une vingtaine de projets, déjà soutenus par

D

le Conseil général, dans des secteurs très variés, parmi lesquels la conception de nouveaux condensateurs (au sein du pôle aéronautique ASTech), une chaîne de dématérialisation du patrimoine (au sein du pôle numérique Cap digital), des travaux de géolocalisation, des véhicules hybrides et une logistique urbaine et durable (au sein d’Advancity). Accès facile aux pôles Bonne nouvelle : pas besoin d’être super technologique ni d’être un grand groupe pour accéder à ces pôles de compétitivité. Il suffit d’être une PME et de travailler dans la thématique de l’un des 3 pôles auxquels adhère la Seine-et-Marne (plus largement, des 7 pôles franciliens. Voir liste p. 8). Ensuite, la démarche est

simple : contacter les chargés de mission de ces pôles, convenir d’une première rencontre pour se présenter mutuellement et identifier, avec les comités scientifiques et industriels du pôle, les projets porteurs de nouveaux marchés auxquels l’entreprise pourrait contribuer. Mais pour quel bénéfice ? “Intégrer ces pôles fait considérablement gagner en temps et en compétitivité. Les entreprises seine-etmarnaises le comprennent. Progressivement, les PME se débarrassent de leurs complexes et vont à la rencontre des organismes de recherche, se réjouit Sonia Dutartre, directrice adjointe de Seine-et-Marne Développement. Plus de 3,5 millions d’euros ont été votés par le Conseil général pour accompagner des projets de très grande qualité.” Une nouvelle ère commence...

GLOSSAIRE Recherche appliquée : activité qui, à l’inverse de la recherche fondamentale, vise à trouver des applications concrètes dans la société. Laboratoires de recherche : travaillent sur les problématiques technologiques non encore résolues ou non inventées. L’objectif du chercheur est de publier les résultats de sa recherche. Centre de compétences technologiques : soutien aux entreprises pour leur proposer des technologies déjà opérationnelles.

Interview “ Intégrer un pôle de compétitivité nous permet d’avancer plus vite, de travailler mieux et de développer nos marchés.”

Pascal Combécal Directeur de Fehr Technologies à Vernou-la-Celle-sur-Seine

D

www.fehr-technologies.com

Quel est votre rôle au sein du pôle de compétitivité Advancity ? P.C. : Nous avons été sollicités par le Groupe Solétanche Bachy pour collaborer au projet TRACI qui regroupe notamment le Laboratoire des Mines et le bureau d’études EGIS. Notre rôle : concevoir, dans le cadre de constructions souterraines, des murs compatibles avec la profondeur et les nouveaux procédés de forage à l’étude au sein de TRACI. L’enjeu : des chantiers moins longs,

moins coûteux et plus respectueux de l’environnement. Quel intérêt de participer à ce type de projet ? P.C. : Chez Fehr, nous favorisons l’innovation permanente et cherchons toujours à évoluer. Intégrer un pôle de compétitivité nous permet d’avancer plus vite, de travailler mieux et de développer nos marchés. Sous réserve de bien cadrer le contrat de partenariat, il y a tout à gagner.

Que pensez-vous de l’accompagnement et de l’aide du Conseil général pour soutenir les participants aux pôles ? P.C. : Cela nous a encouragés dans ce projet pour, à terme, conquérir de nouveaux marchés, et nous a obligés à des méthodes, une formalisation à laquelle les PME ne sont pas toujours habituées.


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 11

10

Dossier Recherche-Entreprises : gagnant-gagnant

Institut Carnot ARMINES.

FOCUS SUR L’AIDE À L’INNOVATION La Seine-et-Marne est le seul département francilien à proposer un Fonds départemental à l’innovation. Sont concernées : les entreprises seine-et-marnaises qui ont recours à des centres de compétences technologiques (quand la technologie existe déjà) ou des laboratoires de recherche (quand elle est à inventer). Montant : jusqu’à 50 % du montant de la prestation externe (par entreprise et par an).

D

as.calais@seine-et-marne-invest.com

Missionnée par le Conseil général pour stimuler l’économie seine-et-marnaise, Seine-et-Marne Développement travaille notamment à faciliter les partenariats entre la recherche et les entreprises, pour soutenir ces dernières dans leur besoin d’innover. Avec cet objectif constant : rester au top de la compétitivité. uand une PME veut innover mais se trouve confrontée à un problème technique, que faire ? Réponse : entrer en contact avec un laboratoire ou un organisme de recherche. Encore faut-il connaître leur existence et leurs compétences. Pour améliorer l’accessibilité de ces structures de recherche, Seine-etMarne Développement a mis au point un nouvel outil, en ligne depuis ce mois-ci. Son nom : Techneo 77. Sa fonction : présenter, à travers des fiches simples, et via des mots-clé, les domaines de compétences des 70 équipes de recherche recensées. “L’enjeu est de créer du lien pour améliorer le niveau d’innovation des PME du département. En complément de cet outil numérique, un guide pratique de la recherche partenariale va bientôt être proposé”, explique AnneSophie Calais, chargée de mission innovation à Seine-et-Marne Développement.

Q

Provoquer le contact direct Rien ne vaut une vraie rencontre pour tisser des liens. Seine-et-Marne Développement intensifie donc depuis un an les mises en réseau. Objectif : permettre aux entreprises seine-et-

© PRD – photo Tristan Deschamps

© Castorama

Provocateur de rencontres, stimulateur de projets

Institut Carnot CSTB à Champs-sur-Marne.

marnaises d’entrer en contact direct avec les pôles de compétitivité et les laboratoires. “Les Rencontres Professionnelles de l’Innovation, organisées en mars et octobre dernier, avec Advancity, Cap digital et ASTech, en partenariat avec la DRIRE et la CCI Seine-et-Marne, ont déjà permis de faire éclore plusieurs projets concrets.” Financements plus efficaces pour projets innovants Depuis deux ans, les montants alloués à l’innovation des entreprises, même celles qui évoluent dans des milieux peu technologiques, ont

considérablement évolué. “Nous faisions peu de choses auparavant en direction de la recherche et de l’innovation. Nos aides étaient saupoudrées, donc sans réelle efficacité, reconnaît Gérard Eude, Président de Seine-etMarne Développement. Aujourd’hui, le soutien à l’innovation et aux pôles de compétitivité figure parmi nos lignes budgétaires. Quant au travail de mise en réseau, il commence incontestablement à porter ses fruits”.

D

www.seine-et-marne-invest.com

Interview “ Le CSTB travaille depuis longtemps avec différents partenaires socioéconomiques. ”

Marc Weckstein Direction Recherche & Développement de l’Institut Carnot CSTB

Qu’est-ce que l’Institut Carnot CSTB ? M.W. : Cet institut de recherche qui comprend 800 personnes, dont 550 à Champs-sur-Marne, est au cœur des enjeux du bâtiment et de son cadre urbain. Il conseille également la puissance publique en matière de construction. Nous travaillons par exemple dans les domaines de l’efficacité énergétique, des matériaux innovants ou du confort acoustique.

Travaillez-vous en lien avec des entreprises ? M.W. : La coopération est inscrite dans les gènes du CSTB qui collabore depuis toujours avec les professionnels de la construction, les collectivités territoriales, etc. Le fait d’avoir obtenu le label Institut Carnot officialise et reconnaît les efforts entrepris dans ce domaine et nous permet des partages d’expérience toujours enrichissants.


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 12

Janvier - Février 2009 Trajectoires

11

Enjeux Matière grise

Le Laboratoire Régional de l’Est Parisien La mise en œuvre du Grenelle de l’environnement intéresse déjà le Laboratoire Régional de l’Est Parisien (LREP) qui va renforcer ses activités liées au développement durable. Dans cette optique, il se penche plus particulièrement sur l’audit énergétique des bâtiments publics et leur rénovation. manation du Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire, le Laboratoire des Ponts et Chaussées de l’Est Parisien va progressivement investir, c’est logique, le champ de l’efficacité énergétique des bâtiments publics. C’est d’ailleurs à cet axe fort d’études et de recherches qu’ont été affectés deux ingénieurs nouvellement recrutés. Ces renforts sont une nouvelle preuve de l’importance d’un laboratoire comptant déjà 130 personnes, dont 30 ingénieurs et 40 techniciens supérieurs.

É

Philippe Jérôme, le directeur du laboratoire, voit dans cette nouvelle orientation, qui s’ajoute aux activités “routières” traditionnelles de la structure (voir l’encadré ci-contre), “une réponse logique et rapide au Grenelle de l’environnement et à l’engagement de l’État de procéder sans délai à un audit énergétique des bâtiments publics. Dans les années à venir, des milliers de bâtiments seront concernés par cette mesure qui porte sur l’analyse de l’existant, bien sûr, mais aussi et surtout, sur la mise en œuvre de solutions innovantes et économes de rénovation. Par ailleurs, notre savoir-faire en matière de matériaux et de métrologie peut aussi amener le laboratoire à se positionner dans le champ du bâtiment. Notre intention est de développer ces nouvelles compétences pour accompagner les services de l’État dans la rénovation de son patrimoine. Le laboratoire se tiendra également à la disposition des collectivités locales appelées à prescrire ces bilans, par exemple pour les accompagner dans l’élaboration des cahiers des charges, le suivi et l’analyse. Un retour d’expérience devra ensuite s’opérer pour valider les investissements consentis. ”

Philippe Jérôme, le directeur du laboratoire.

Au service de l’État, des collectivités et des entreprises LREP à Vaux-le-Pénil.

Adhésion à Advancity Son positionnement sur cette nouvelle thématique a, entre autres, conduit le LREP à adhérer récemment à Advancity, l’ex pôle de compétitivité Ville et Mobilité Durables d’Île-deFrance. “Nos programmes de recherche rejoindront naturellement certains des sujets que nous explorons déjà pour le compte de l’État, comme par exemple ceux en rapport avec les risques naturels liés au contexte géologique spécifique de l’Île-de-France.” Un autre programme, commandé par le Conseil général de Seine-et-Marne, participe aussi de cette nouvelle prise en compte des exigences du développement durable. “Nos ingénieurs et techniciens étudient les nouveaux produits routiers qui pourraient se substituer aux enrobés traditionnels,

Créé en 1970, le Laboratoire Régional de l’Est Parisien fonctionne comme son alter ego de l’Ouest et les quinze centres des Ponts et Chaussées répartis en France. Il compte parmi les partenaires privilégiés des services de l’État, des collectivités territoriales et des entreprises pour les questions relatives à l’aménagement et la gestion des territoires, ainsi qu’aux infrastructures et aux réseaux de transports. Il réalise 8 millions d’euros de chiffre d’affaires en assurant des prestations (études, expertises, assistance aux maîtres d’ouvrage et aux maîtres d’œuvres) et en développant une activité de recherche, principalement pour le compte de l’État. dont la production s’avère dorénavant trop gourmande en énergie, et génère donc des émissions de gaz à effet de serre trop importantes. Le Département, en charge d’un important réseau routier, nous a demandé de valider l’intérêt environnemental des solutions innovantes et d’en vérifier la durabilité. Un nouveau matériau, s’il doit être renouvelé ou entretenu trop rapidement, pourrait au final constituer une fausse économie, tant pour la planète que pour les finances de la

collectivité.” De la même façon, ce sont parfois les entreprises elles-mêmes, telles la société seine-et-marnaise Wiame, qui font appel au laboratoire sur des sujets de R&D spécifiques. Elles trouvent en LREP un partenaire apte à jouer pleinement ce rôle de soutien.

lrep.dreif@equipement.gouv.fr


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 13

12

Enjeux Quartier d’affaires

Marne et Chantereine en ordre de marche Idéalement placé à Chelles, à proximité immédiate du RER E, le Chilpéric, un immeuble flambant neuf de bureaux et de commerces, accueille ses premiers résidents au 1er janvier. Ce programme de qualité parachève la requalification du centre-ville d’une commune en pleine expansion.

helles et sa nouvelle gare RER, son nouveau marché, son nouvel Hôtel des impôts, sa nouvelle gare routière, ses 300 commerces de proximité. Il ne manquait plus, sur cette belle carte postale, qu’une offre attrayante de locaux d’entreprises. C’est chose faite avec l’ouverture au 1er janvier du Chilpéric. Cet important programme immobilier est idéalement situé à 50 mètres du RER, à proximité d’un centre administratif et d’un parc public de 5 hectares. Dans le cadre de la requalification du centre-ville rendue nécessaire par le développement de l’attractivité de la commune, la ville a vendu une parcelle au promoteur Europe Expansion avec mission d’édifier un bâtiment d’activités à vocation mixte. Ce dernier associe donc 1200 m2 de surfaces commerciales en rez-de-chaussée et 3136 m2 de bureaux sur trois niveaux. Aujourd’hui, l’immeuble est achevé. Il a été acquis par la Caisse de retraite des notaires qui a fait le choix de l’affecter uniquement à la location. Le niveau raisonnable des loyers – sur la base de 180 euros HT/HC le m2 – devrait permettre une commercialisation rapide. Dans l’esprit de ses concepteurs, ce produit se destine à l’accueil de sièges sociaux ou d’activités de type back office, conseil, formation et services. Plusieurs lots (300 m2 minimum pour les bureaux, 250 m2 pour les commerces) ont d’ores et déjà trouvé preneurs et les signatures de baux sont imminentes, notamment en rez-de-chaussée, avec les installations de la Caixa Banque et d’un cabinet de radiologie.

C

Jean-Paul Bégué, Vice-président en charge du Développement Économique et de l’Emploi à la Communauté de communes Marne et Chantereine – transformée en Communauté d’agglomération au 1er janvier 2009 – ne doute pas du succès du programme. “Il répond aux nombreux besoins de locaux d’entreprises enregistrés dans

LE CHILPÉRIC EN CHIFFRES

© Epamarne / Eric Morency 2006

4 336 m2 Surface du programme : 1 200 m2 de commerces en rez-de-chaussée et 3 136 m2 de bureaux sur trois niveaux.

180 euros le m2 Prix hors taxe et hors charges du loyer annuel.

50 m

Le Chilpéric accueille ses premiers résidents depuis le 1er janvier.

Distance séparant le Chilpéric de la gare RER/SNCF.

15 minutes Temps de trajet en train pour rejoindre la gare de l’Est. Via le RER E, la gare du Nord est à 20 minutes et Saint-Lazare à 25 minutes.

19 Numéro de la ligne de bus qui relie Chelles à RoissyCharles de Gaulle en une demi-heure.

ET EN DATES 1999 Mise en service du RER E. 2007 Nouvelle gare RER.

La Communauté de communes de Marne et Chantereine.

cette frange Ouest de la Seine-et-Marne, tant sur l’axe du RER E que sur la ligne SNCF Paris/Meaux. Immédiatement disponibles, les bureaux du Chilpéric intéresseront particulièrement les sociétés ayant un besoin urgent d’implantation. Il s’agit d’une première étape. D’ici 4 à 5 ans, la SEM Chelles Avenir prévoit la construction de deux

immeubles supplémentaires, développant un total de 10 000 m2 dans la Zone d’Aménagement Concerté(ZAC), située dans l’environnement immédiat du Chilpéric, en plein cœur de la ville.”

D

r.nouat@marne-et-chantereine.fr

1er janvier 2009 • Installation des premières entreprises. • La Communauté de communes de Marne et Chantereine se transforme en Communauté d’agglomération. Elle regroupe 4 communes (Brou-sur-Chantereine, Chelles, Courtry et Vaires-surMarne) pour 70 000 habitants et 2 500 entreprises.


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 14

Janvier - Février 2009 Trajectoires

13

Enjeux À la carte

L’apprentissage : une formule attractive Un cursus théorique de qualité doublé d’une première expérience professionnelle font le succès de l’apprentissage. Les CFA (Centres de Formation des Apprentis) offrent aux entreprises l’opportunité de participer à la formation de leurs futurs salariés.

LES POINTS FORTS Les jeunes répondent présent Les apprentis sont 8 750 en Seine-et Marne, soit 12,5 % du nombre total des apprentis franciliens. Sur les 5 niveaux que compte l’apprentissage (le niveau I correspondant à un Master/Bac + 5 avec titre d'ingénieur), les niveaux V et IV représentent 72 % des apprentis seine-et-marnais. Suivent les niveaux III (16 %) et I/II (12 %).

1 Ocquerre

1 1

1 Chelles

7

Congis-sur-Therouanne

1 Saint-Thibaultdes-vignes Chanteloup 1 4

ChampsVairessur-Marne sur-Marne

6

7 Meaux

Noisiel

1

1

3

1

BussyEmerainville Croissy- Saint-Georges Serris Beaubourg

Coulommiers

1 Chailly-en-Brie

2

1

Lieusaint

2

3

2

Nangis

Provins

Melun Savigny-le-Temple

3

2

1

Dammarie-les-lys

1

Vaux-le-Pénil Forges

1 1

Saint-Germain-Laval

2

Livry-sur-Seine

2

Avon

Montereau-Fault-Yonne

Fontainebleau

Les entreprises jouent le jeu La Seine-et-Marne est dans le peloton de tête des départements franciliens pour le taux de pénétration de l’apprentissage (4,5 %), loin devant Paris (1,8 %) ou le Val de Marne (2,7 %). 2 684 entreprises seine-et marnaises sur 59 698 (base INSEE 2006) ont signé au moins un contrat d’apprentissage en 2006/2007, pour un total de 4 069 contrats (ce qui représente une moyenne de 1,5 contrat par entreprise concernée). Par ailleurs, 10 % des contrats d’apprentissage signés en Île-de-France le sont en Seine-et-Marne. L’offre est variée Le département compte 61 centres de formation des apprentis sur son territoire. Ils proposent des formations préparant à des centaines de métiers dans tous les secteurs.

2

D

Souppes-sur-loing

2 Nombre de CFA par ville Source : Guide de l’apprentissage 2008 – Région Île-de-France

www.cfarif.net/apprentissage


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 15

14

Success stories Kompan à Dammarie-lès-Lys Kompan, c’est quoi ? 23,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2007 (+ 18 % par rapport à 2006)

17 filiales ou partenaires de distribution et une représentation dans plus de 40 pays

4 sites de production : Pays-Bas, Danemark, République tchèque et Australie

14 000 m2 de superficie à Dammarie-lès-Lys

30 000 aires de jeux Kompan en France

Les dates 1981 : création de la filiale française 2008 : 62 salariés en France Denis Felter, Directeur général de Kompan France.

Kompan : l’aire de jeux dans l’air du temps Leader européen dans l’installation et la maintenance d’aires de jeux, Kompan met sa créativité au service des tout-petits, des enfants, des adolescents et même, désormais, des plus grands. Objectif : contribuer à l’épanouissement physique et au lien social. Denis Felter, en visite au Danemark, regarde par une fenêtre et c’est la révélation. Il est capté, sidéré, séduit par ces aires de jeux intelligentes et colorées où les enfants jouent, échangent et rient. Il entre en contact avec les deux fondateurs danois de la société Kompan : un artiste peintre et un homme d’affaires de génie. Le courant passe et la filiale française est créée. 27 ans plus tard, ce lorrain enthousiaste est à la tête de Kompan France et de ses 62 salariés. Installé à Dammarie-lès-Lys, où il a trouvé le cadre naturel et les 14 000 m2 nécessaires à ses stocks et son immense show-room, Denis Felter apprécie l’environnement seine-et-marnais.

“Les aires de jeux sont de plus en plus ludiques, s’adressent à un public élargi et deviennent des lieux de décloisonnement et de rencontre.” Denis Felter, Directeur général de Kompan France.

“Je retrouve ici, à l’échelle d’un département, toutes les caractéristiques du marché français avec ses villes nouvelles et ses villages”, sourit-il. L’évolution de Kompan France a effectivement suivi un marché qui a beaucoup évolué en 30 ans. “D’abord réservées aux 3-6 ans, les premières aires de jeux visent surtout, dans les années 50 et 60, à satisfaire un besoin de se dépenser : grimper, se balancer, glisser... Avec l’urbanisation des banlieues, l’explosion des jeux virtuels, la croissance des familles monoparentales, les aires de jeux dépassent le seul épanouissement physique. Elles sont de plus en plus ludiques, s’adressent à un public élargi et deviennent des lieux de décloisonnement et de rencontre”, explique le dirigeant de Kompan France. Depuis 10 ans, l’offre produits de l’entreprise seine-et-marnaise s’est étoffée, en lien avec les travaux de l’Institut Kompan qui rassemble des spécialistes internationaux de l’enfance. Elle s’adresse aujourd’hui aux tout-petits (équipement des crèches publiques et crèches d’entreprise), aux adultes (espaces de “détente active”, équipements de fitness à ciel ouvert) et aux adolescents (surfaces multisports, blocs d’escalade, pyramides de corde...). Pour ces derniers, “génération oubliée” selon le dirigeant de Kompan, l’entreprise teste actuellement la mise en place de

nouvelles aires de jeux interactives avec électronique, lumières, scoring et challenges à accomplir. Une mini révolution dans l’ère des aires… Au-delà d’une écoute constante des besoins du marché, le succès de Kompan France réside aussi dans la force d’une maintenance et d’un service après-vente qui mobilisent un tiers des salariés. Car la France affiche les règles de sécurité parmi les plus draconiennes au monde. Il n’empêche. On y trouve aujourd’hui près de 200 000 aires de jeux et le marché reste prometteur : au-delà des espaces publics (écoles, parcs…), les aires de jeux investissent peu à peu les aires d’autoroutes, les campings ou les galeries marchandes. Certes il y a des baisses saisonnières (automne et hiver) et les périodes post-électorales où les aires de jeux – encore majoritairement votées et financées par les élus – apparaissent moins fortement dans les enjeux locaux. “Mais chaque matin, nous sommes heureux de nous lever pour travailler dans ce secteur d’activité”, conclut Denis Felter.

D

www.kompan.com


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 16

Janvier - Février 2009 Trajectoires

15

Success stories SGT à Champs-sur-Marne

R&D : la stratégie gagnante de SGT À l’heure où les chaînes de télévision investissent dans le tout numérique, où les modes de diffusion se multiplient sur le net et sur les mobiles, SGT, éditeur de logiciels dédiés au broadcast basé à Champs-sur-Marne, offre une solution pleine de promesses. En remportant, en septembre dernier, le prestigieux prix de l’innovation décerné par le magazine Broadcast Engineering, référence incontestée en la matière, la société SGT a réussi un coup de maître qui n’est pas passé inaperçu dans le petit monde des professionnels du secteur. Deux ans après son arrivée à la tête de la société, quelques mois seulement après le lancement d’un ambitieux programme de développement, Philippe Hauguel voit sa stratégie récompensée... et peut nourrir de sérieux espoirs pour les mois et les années à venir. “Quand j’ai pris la direction de la société fin 2005, elle disposait de trois logiciels distincts que j’ai souhaité réunir dans une solution globale à l’intention des chaînes de télévision et des producteurs de programmes audiovisuels. Encore fallait-il se faire une idée très précise des besoins exprimés par les professionnels. Une de mes premières décisions a donc consisté à engager une démarche de recherche et développement symbolisée par notre adhésion à Cap digital, le pôle de compétitivité francilien dédié à l’industrie du numérique. En deux ans, deux millions d’euros ont été investis en R&D, une fonction marketing produit a été créée et des recrutements ont été opérés pour combler nos besoins en différents domaines.” Aujourd’hui, le résultat est là, plébiscité par la presse spécialisée, avec le logiciel VEDA qui offre un ensemble de solutions très novatrices, configurable à la demande et capable de gérer tous les flux générés par l’acquisition d’images, leur montage, la post-production, le stockage, l’archivage ou la diffusion. “Nous sommes les seuls à pouvoir proposer aujourd’hui une gestion complète de la chaîne vidéo”, fait valoir Philippe Hauguel qui compte sur cet atout pour se démarquer de la concurrence norvégienne, allemande, anglaise ou américaine. Objectif : devenir rapidement le leader du marché en Europe. Dans l’attente de la future loi sur l’audiovisuel qui devrait permettre la relance du marché français

Philippe Hauguel, Président de SGT.

“À mon arrivée dans l’entreprise, une de mes premières décisions a consisté à engager une démarche de recherche et développement.” Philippe Hauguel, Président de SGT. une fois précisées les nouvelles règles du jeu entre télévisions publique et privée, SGT réalise pour l’instant l’essentiel de son développement à l’international. “Il y a deux ans, l’export représentait 40 % de nos commandes. Il dépassera cette année les 65 %. Nous comptons parmi nos clients plus de 300 chaînes TV dans le monde et profitons de l’extraordinaire dynamisme du secteur, notamment en Europe de l’Est. D’une part en raison de la dématérialisation croissante de la chaîne vidéo, et d’autre part avec l’explosion des nouveaux supports de diffusion sur Internet ou sur téléphones mobiles. Par ailleurs, nous nous montrons extrêmement réactifs aux attentes du marché. Nous commercialisons actuellement la version 10 et nous lançons une nouvelle version majeure tous les 12 mois.”

D

www.sgt.fr/index_fr.php

SGT, en chiffres 72 salariés 9 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2007

65 % des commandes à l’export

650 m2 de locaux sur la commune de Champs-sur-Marne

Quelques références clients : Canal +, France Télévisions, M6, TF1, TV5 Monde, AUC, BeTV, EPTV, LRT, Prof-Media, RTL, RTK, SWR

Les dates 1990 : création de la société Fin 2005 : reprise par Philippe Hauguel 2007 : lancement du programme d’innovation VEDA 2008 : soutien d’OSEO et commercialisation de VEDA, récompensé par le magazine Broadcast Engineering


SetM_09.qxd:SetM_08

9/01/09

11:42

Page 1

77 c’est eux

77 c’est eux, c’est une collection de portraits renouvelée à chaque parution. Des acteurs économiques de tous horizons, public comme privé, jeunes et moins jeunes, artisans locaux, entrepreneurs internationaux... tous unis par leur confiance dans l’avenir de la Seine-et-Marne.

Alain Anthony

Marie-Claire Bouchet

Jérôme Carniato

Directeur de Régus Paris Val d’Europe

Responsable du développement d’Ex@services à Champs-sur-Marne

Chargé de mission création et reprise d’entreprises à la “Maison de l’Emploi Melun Val de Seine”

“Les personnes handicapées que nous fédérons effectuent diverses missions. Cela va du conseil juridique à la traduction russe, en passant par l’infographie ou le secrétariat médical.”

“Depuis sa création il y a un an, la Maison de l’Emploi développe des outils et actions pour faciliter le parcours des créateurs et repreneurs d’entreprises du Val de Seine.”

Marie-Christine Combes

Richard Renaud

Valérie Lopes

Responsable de l’insertion professionnelle à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée

PDG de Renaud Lasers à Saint-Pierre-lès-Nemours

Associée dans l’entreprise Les Artisans du Bronze à Montereau-Fault-Yonne

“Depuis cinq ans, nous proposons aux entreprises du Val d’Europe des solutions flexibles d’espaces de travail pour accompagner leur développement.”

“Sur notre site, les entreprises seine-et-marnaises peuvent déposer leurs offres de stages. Un moyen pour elles de découvrir les talents de demain.”

“Nous sommes spécialistes des lasers YAG pour la soudure, le découpage, le marquage et le perçage, avec un projet innovant sur le soudage de panneaux solaires thermiques.”

Philippe Tissot

Sylvie Van Eenoo

Benjamin Warr

Dirigeant de EIE Global et nouveau Conseiller du Commerce Extérieur de la France

Responsable Qualité Sécurité Environnement chez Hoya Lens France à Emerainville

Senior Research Fellow, Sustainability Group du INSEAD Social Innovation Centre

“Je me tiens bénévolement à la dispositions des entreprises seines-et-marnaises qui veulent se développer à l’international. Mon entreprise aussi est passée par là.”

“Après nos certifications Qualité (Iso 9 001), Environnement (Iso 1 4 001) et Sécurité (OH S AS 18001), nous élaborons avec Seine-et-Marne Développement notre démarche globale de développement durable.”

“Au sein de l’INSEAD, nous utilisons des modélisations pour étudier l’impact économique et écologique des différentes options énergétiques à disposition des entreprises.”

“Mon frère Éric et moi sommes nés à MontereauFault-Yonne. C’est ici que nous voulions créer notre entreprise. Bien connaître son environnement est un atout pour réussir.”

Trajectoires est édité par Seine-et-Marne Développement, agence pour le développement économique du Conseil général de Seine-et-Marne • Directeur de la publication Gérard Eude • Comité de rédaction François-Xavier Deflou, Dominique Marinov • Rédacteur en chef Patricia Montin • Journalistes Carole Galland et Emmanuel de Lestrade • Réalisation agencebeaurepaire.com • Photos yannpiriou.com • Hôtel du Département 77010 Melun Cedex • Contact p.montin@seine-et-marne-invest.com • www.seine-et-marne-invest.com • Imprimeur Printed and Co 77500 Chelles • Imprimé sur du papier recyclé Cyclus couché print • N°ISSN 1958-8372.

Trajectoires n°9  

Trajectoires n°9

Advertisement