Page 1

trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:56

Page 2

trajectoires Entreprendre

et réussir en Seine-et-Marne

La Seine-et-Marne joue groupée Bâtiment Descartes + : un projet qui déborde d’énergie Green Vallée : un projet phare du Cluster Ville Durable

«Le Répertoire des compétences aide les sociétés à s’inscrire dans le tissu local.» François Barbier, directeur de BORNUP

N°14 FÉVRIER MARS 2010


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:56

Page 3

instantané Seine-et-Marne par Yann Piriou

Pierre de lune ? Chou transgénique ? Homme invisible ? Ni l’un ni l’autre : Greffon osseux Biobank, servant de base à la réparation orthopédique et stomatologique à Presles-en-brie. www.biobank.fr

sommaire actualités 04 • Carrefour des Possibles : les TIC s’exposent • Bâtiment Descartes + : un projet qui déborde d’énergie • Le Salon des entrepreneurs • PVI présente ses bus électriques nouvelle génération

dossier 07 «LA SEINE-ET-MARNE JOUE GROUPÉE» • Faire vivre une communauté d’entrepreneurs • Interview de Jean-Pierre Ganne, président de Socomate International à Crécy-la-Chapelle • Un partenaire à chaque étape de la vie de l’entreprise • Nouveau Répertoire, enrichi en contacts ! • Interview de François Barbier, créateur de BORNUP à Fontainebleau

enjeux 11

success stories 14

vos contacts : Patricia Montin p.montin@smd77.com

• Matière grise MAI : la nouvelle tête chercheuse d’EDF • Quartier d’affaires Green Vallée : un projet phare du Cluster Ville Durable • À la carte Écoconstruction : la Seine-et-Marne bâtit l’avenir

• JPB Système à Brie-Comte-Robert Un défi technique et humain • SEF Industrie à Fontenay-Trésigny La PME qui a tout d’une grande

EN COUVERTURE : FRANÇOIS BARBIER, directeur de BORNUP. Retrouvez son interview en page 10.

Isabelle Cabrol i.cabrol@smd77.com


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:56

Page 4

Février-Mars 2010 Trajectoires

point de vue

03

«Préparons la sortie de crise» PAR GÉRARD EUDE, PRÉSIDENT DE SEINE-ET-MARNE DÉVELOPPEMENT, VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL DE SEINE-ET-MARNE

A

u nom des administrateurs et des collaborateurs de Seineet-Marne Développement, permettez-moi tout d’abord de vous présenter tous mes vœux pour cette nouvelle année. Malgré les difficultés conjoncturelles, je souhaite aux entreprises et à leurs salariés de poursuivre leurs objectifs porteurs de développement économique.

Dans la période de crise économique et sociale que nous traversons, le Conseil général a décidé d’adapter ses politiques pour offrir aux acteurs économiques et aux territoires du département des dispositifs améliorant leur compétitivité dans une perspective de sortie de crise. Compte tenu des incertitudes budgétaires et en particulier des conséquences inquiétantes de la suppression prévue de la taxe professionnelle, ces dispositifs sont toutefois mis en place à titre expérimental pour l’année 2010.

«Le Conseil général adapte ses politiques pour offrir des dispositifs améliorant la compétitivité des acteurs économiques, dans une perspective de sortie de crise.»

Les objectifs poursuivis s’inscrivent dans les trois axes stratégiques de la politique économique du Conseil général : renforcer l’attractivité économique du territoire, améliorer la compétitivité des entreprises et agir pour l’emploi. Ce sont donc les actions d’attractivité qui ont été privilégiées et, pour les aides aux entreprises, celles qui préparent l’avenir et le développement d’emplois. Certains principes sont de même réaffirmés : des critères d’éco ou de socio conditionnalité pourront être mis en place pour encourager l’insertion de publics en difficulté ou la protection de l’environnement. D’une manière générale, cette révision a été menée dans le souci de réduire les aides financières directes aux entreprises au profit de projets collectifs, plus structurants pour le territoire. L’ensemble a été construit à budget constant par reconversion de dispositifs existants. Ainsi, un «fonds attractivité» est créé pour répondre au financement de dossiers structurants relevant du développement économique ainsi qu’au financement départemental des «pactes pour l’emploi et le développement économique» créés par la Région. Les dispositifs d’accompagnement à l’innovation et aux projets des pôles de compétitivité sont renforcés en cohérence avec les nouveaux règlements de la Région. Enfin, un nouveau dispositif baptisé «e-transformation» a été créé pour répondre au développement des usages numériques dans les entreprises du département.

Seine-et-Marne Développement a contribué à l‘élaboration de ces politiques et participera activement à leur mise en œuvre. De même, pour être plus proche des préoccupations des entreprises, l’agence a modernisé ses outils de communication… Cette nouvelle maquette de Trajectoires en est un élément important qui permettra d’accorder plus de place à la valorisation de vos expériences.

g.eude@smd77.com

tableau de bord LES T.I.C EN SEINE-ET-MARNE : 5 091 emplois 1,6 % de l’emploi total 2 404 établissements Retrouvez l’intégralité des éléments dans la publication les T.I.C, une filière économique en Seine-et-Marne, sur www.seine-et-marne-invest.com Source : Seine-et-Marne Développement

BILAN DE L’ACTIVITÉ «IMPLANTATION» DE SEINE-ET-MARNE DÉVELOPPEMENT Au 31 décembre 2009 : 564 dossiers en cours 94 implantations 1 115 emplois créés ou maintenus Source : Seine-et-Marne Développement

LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D’ASSURANCE EN SEINE-ET-MARNE : 7 215 emplois 2,2 % de l’emploi total 2 527 établissements Retrouvez l’intégralité des éléments dans la publication les activités financières et d’assurance, une filière économique en Seine-et-Marne, sur www.seine-et-marne-invest.com Source : Seine-et-Marne Développement

FONDS EXPORT 2009 41 dossiers de soutien financier pour les opérations suivantes : - Participation à un salon à l’international en individuel ou en collectif - Mission économique / Organisation de rendez-vous - Étude de marché - Diagnostic export - Homologation de produits Source : Seine-et-Marne Développement


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:56

Page 5

actualités FOCUS SUR LES Cervonline : Messages à tous vents SOCCER (Service Online de Communication Centralisée en Réseau) permet de fabriquer des messages personnalisés, sponsorisables et diffusables à volonté sur tout canal de communication web (mail, IM, RSS...) ou mobile (SMS, MMS, vocal...) dans la langue du destinataire et dans le monde entier. www.cervonline.com -----------------------------------------

-----------------------------------------

Le premier Carrefour des Possibles en Seine-et-Marne.

Carrefour des Possibles : les TIC s’exposent

ERDENET : Plateforme éducative temps réel Basé sur l’interaction enseignant/ apprenant, ERDENET développe une solution inédite d’exploitation pédagogique de la vidéo. Les contenus vidéo et documents associés sont disponibles sous forme de parcours de progression ou de découverte. La plateforme permet un suivi personnalisé. www.erdenet.fr

Ils sont tous innovants. Tous liés aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Tous porteurs de promesses et de potentiel de marché. Qui ? Les dix projets présentés durant la soirée du 20 octobre dernier. Très appréciée des participants, cette rencontre a permis à dix porteurs de projets (jeunes créateurs d’entreprises, laboratoires, associations, étudiants, etc.) de prendre la parole pour présenter et détailler leurs idées. Le tout devant des élus et des acteurs socio-économiques susceptibles de les accompagner dans leur mise en œuvre. «Après les lourds investissements du Conseil général pour alimenter le département en haut débit et généraliser la fibre optique, il s’agit maintenant de donner du contenu, d’apporter aux entreprises et aux Seine-et-Marnais des services qui aient du sens. Nous voulons diffuser la culture de l’innovation numérique dans le département tout en aidant à la création d’entreprise», précise Gérard Eude, Président de Seine-et-Marne Développement, à l’initiative du projet. Découvrez ci-contre les 10 projets de ce premier Carrefour des Possibles en Seine-et-Marne.

-----------------------------------------

Jamespot : Le web temps réel de vos centres d’intérêts ! En plus de connecter les personnes qui partagent les mêmes centres d’intérêt, ce service de réseau social permet de publier ce qu’on trouve intéressant sur le Net et d’alerter son réseau en un clic. www.jamespot.com -----------------------------------------

MEDIATAGS : Plateforme nationale de contenu local Dédiée aux métiers du tourisme, du commerce de proximité, du marketing et de la presse locale, cette plateforme collaborative permet de faire converger les données locales issues de la télévision, de la presse écrite privée et/ou institutionnelle. m.panza@lynkware.com -----------------------------------------

EXPODURABLE : Salon virtuel du développement durable ! Articulé autour de 14 halls thématiques et d’un espace pédagogique, Expodurable permet d’identifier des acteurs et événements du développement durable près de chez soi. Une interaction avec les exposants et les collectivités est possible grâce au web 2.0 et à des applications Smartphone. expodurable.com

Service Sémantique (SERSEM) : L’info rapide et pertinente Porté par l’association Marne-la-Vallée Numérique, ce projet offre aux collectivités territoriales une solution intégrée de recherche d’information. Objectifs : mieux comprendre les interrogations des usagers, y répondre de façon pertinente et conviviale et faire gagner du temps aux administrateurs et aux usagers. www.mlvnumerique.org

-----------------------------------------

-----------------------------------------

-----------------------------------------

Ce sont près de 150 personnes qui étaient réunies au musée Safran de Réau à l’occasion du premier Carrefour des Possibles en Seine-et-Marne. Dix projets innovants issus de l’univers numérique y ont été présentés.

HANDIBOT : Robots peintres pour personnes handicapées Handibot permet la réalisation de robots peintres pour les personnes atteintes d’un handicap moteur et/ou mental. L’utilisateur pourra ainsi dépasser son handicap et conserver, voire étendre, son activité créatrice et artistique. www.handibot.fr

FAASCAPE : Entre producteurs et consommateurs de logiciels libres Vous avez un projet innovant mais peu de moyens pour le réaliser ? Plateforme d’intermédiation, Faascape met en ligne un catalogue de web services opérationnels, simples d’installation et à faible coût. Les clients sont facturés à l’usage et les développeurs, rémunérés en fonction du succès de leur service. www.faascape.org

© XÓLO

© P.Montin – Seine-et-Marne Développement

Code 361 : Aménage-moi un territoire Immeuble, quartier, ville… Pré repérage du lieu à aménager, analyse visuelle des résultats… En 361 photos et questions, cet outil collaboratif, inspiré du jeu de Go, offre aux aménageurs et citoyens, un regard différent sur le territoire. www.fibergeneration.com

© Handiboot

10 PROJETS

XÓLO : Cartographie de ses différents «soi» numériques À l’heure où l’internaute laisse de plus en plus de traces de lui et de ses actions sur le web, XÓLO permet à l’usager de créer, cartographier visualiser et mieux comprendre l’ensemble de ses visages numériques. www.mmmaria.com


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:56

Page 6

Février-Mars 2010 Trajectoires

actualités

05

© Descartes + – Perspective sw Thierry Roche ENPC

LE BÂTIMENT DESCARTES + SERA : - labellisé HQE - basse consommation 2005 - à énergie positive

Bâtiment Descartes + : un projet qui déborde d’énergie Il produira plus d’énergie qu’il n’en consommera. C’est l’ambitieux pari affiché par l’équipe d’architectes retenue pour la construction du bâtiment Descartes +. Un édifice exemplaire qui verra le jour en 2012 au sein du pôle scientifique et technique de la Cité Descartes. Cellules photovoltaïques, pompes à chaleur sur nappe, freecooling par plancher rayonnant, récupération et épuration naturelle des eaux pluviales, sondes géothermiques verticales et jardin suspendu central pour voir éclore les échanges. À Champs-sur-Marne, le bâtiment Descartes +, qui accueillera 1 200 étudiants et chercheurs du pôle Paris Est, concentre ce qui se fait de mieux en matière de construction durable. Résultat : une consommation de 30 kW/m2/an au lieu de 250 kW/m2/an pour un bâtiment du même type. Mieux, ce futur bâtiment HQE®, dont l’École des Ponts ParisTech est maître d’ouvrage, est déjà aux normes européennes en vigueur en… 2020 ! Retenu par un jury pluridisciplinaire, ce projet de l’atelier Thierry Roche et Associés accueillera notamment des équipements de recherche à vocation internationale. Parmi eux : le laboratoire des Ponts et Chaussées, l’INRETS (Institut National de Recherche sur les Transports et la Sécurité) et le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment). Ses points forts : une surface de 5 000 m2 répartis sur 5 niveaux, 1 salle de réalité virtuelle (pour projection en 3D) qui n’existe aujourd’hui qu’à Sofia Antipolis, et des équipements High Tech pour la modélisation et la simulation des bâtiments très basse consommation ou à énergie positive. Ce projet de 22,5 millions d’euros qui allie le beau, le fonctionnel et le durable, est notamment financé par la Région, l’École des Ponts ParisTech et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Reste à attendre 2012 pour l’admirer. s.dutartre@smd77.com


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:56

Page 7

actualités

Le Salon des entrepreneurs Événement national regroupant des créateurs, repreneurs et dirigeants d’entreprises, le Salon des entrepreneurs se tiendra les 3 et 4 février prochains au Palais des Congrès à Paris. Pour la onzième année consécutive, la Seine-et-Marne y montrera, preuves en mains, son dynamisme en matière de création d’entreprise.

EN BREF… Cuisine «toquée» À la tête du Relais des Saveurs de Vernou-la-Celle, Florian Coignée a été désigné «Jeune Talent 2010 Île-de-France» et s’est vu remettre «Trois Toques» par le Guide Gault Millau. www.relais-des-saveurs.com -----------------------------------------

Pas question de manquer à l’appel de la plus importante manifestation nationale dédiée à l’entreprenariat. Cette année encore, la Seine-et-Marne y tient un stand (N° 208 niveau 2), sur lequel elle a convié les quatre pépinières du département. L’occasion idéale pour s’inscrire à la demi-journée intitulée «les rendez-vous de la création», qui se tiendra en février sur quatre sites stratégiques : Marne-la-Vallée, Paris-Charles de Gaulle, Sénart et Fontainebleau. Cette manifestation doit permettre aux créateurs de rencontrer dans les pépinières d’entreprises, gratuitement et individuellement, des banquiers, assureurs, experts-comptables et autres spécialistes à même de répondre à leurs interrogations quel que soit l’état d’avancement de leurs projets.

NOUVEAU SITE POUR L’AFPA : - 1 000 offres de formation - inscriptions en ligne - outils d’auto-évaluation : www.idf.afpa.fr -----------------------------------------

b.lechartier@smd77.com

--------------------------------------------------------------------------------------------

PVI présente ses bus électriques nouvelle génération OREOS 2X et OREOS 4X. Derrière ces sigles, les deux derniers nés de PVI, société spécialisée dans les véhicules électriques située à Gretz-Armainvilliers. Dans le cadre de la semaine de la mobilité, elle a présenté ces bus électriques nouvelle génération (le 15 septembre dernier), au musée Safran de Réau.

L’Insead toujours en tête Selon le dernier classement de Forbes, l’Insead conserve sa position de leader des MBA non américains. Basée à Fontainebleau, la célèbre Business School devance l’IMD, la London Business School et l’IE Madrid. -----------------------------------------

Bâtiments durables Leader de l’optique de sécurité, Hologram Industrie étend son site de Bussy-Saint-Georges avec un nouveau bâtiment de 2 000 m² aux normes HQE®. -----------------------------------------

Dupligrafic imprime en vert À Marne-la-Vallée, Dupligrafic devient le premier reprographe imprimeur numérique français à recevoir la certification environnementale ISO 14001.

© PVI

-----------------------------------------

PVI, une PME de 200 personnes, est loin d’être une novice dans le domaine des transports à énergie alternative. Sous la marque Gepebus, c’est elle qui a livré plus de 90 % des autobus électriques circulant en France. Avec l’OREOS 2X et l’OREOS 4X, elle lance deux modèles qui devraient asseoir son leadership. Le 2X, un minibus de 7,28 mètres, offre 22 places – dont 13 assises. Le 4X est un véritable autobus de 9,31 mètres, avec 47 places dont 25 assises. Les deux offrent une autonomie en service de 120 km sans recharge.

Paris Est : rapprochements gagnants ! L’École des Ponts PariTech et l’École des ingénieurs de la Ville de Paris (EIVP) mettent en commun leur savoir-faire en génie urbain et développement durable des métropoles pour proposer des formations uniques en Europe. Un partenariat renforcé par l’entrée de l’EIVP dans le pôle de recherche et d’enseignement supérieur Université Paris Est, dont l’École des Ponts PariTech est membre fondateur.


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:56

Page 8

Février-Mars 2010 Trajectoires

07

dossier

La Seine-et-Marne

joue groupée Une nouvelle stratégie, une nouvelle identité visuelle, de nouveaux outils… 2010 démarre sur les chapeaux de roues pour Seine-et-Marne Développement qui affirme clairement sa volonté de créer et d’animer une véritable communauté des entrepreneurs. L’agence économique du Département entend mieux accompagner les entreprises à toutes les étapes de leur développement et les placer au cœur d’un réseau de compétences qui les aidera à relever les défis qui les attendent.

Seine-et-Marne Développement promeut le dynamisme du territoire en déployant toutes les synergies possibles entre ses acteurs économiques, tant publics que privés.


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:56

Page 9

dossier

Faire vivre une communauté d’entrepreneurs Seine-et-Marne Développement déploie en ce début d’année une nouvelle stratégie et de nouveaux outils pour faire vivre la communauté des entrepreneurs de Seine-et-Marne. Objectifs : rapprocher les hommes et créer un environnement favorable au développement économique.

interview

LE NOUVEAU LOGO Cinq anneaux interconnectés et contenus dans un sixième : le nouveau logotype de Seine-et-Marne Développement affiche clairement la couleur – et la volonté de décloisonner au maximum l’institution. Le message est clair : c’est bien ensemble, unis dans une même dynamique, que travaillent les pôles d’expertise : création, implantation, développement, innovation et exportation.

Jean-Pierre Ganne

A

lors que la crise n’a pas encore dit son dernier mot et que la concurrence reste plus vive que jamais entre les territoires, Seine-et-Marne Développement a décidé de muscler son dispositif d’accompagnement des entrepreneurs et de le faire savoir. Cette décision repose sur un constat : «À tous les stades de leur création et de leur développement, les entreprises expriment le besoin d’être épaulées, conseillées, soutenues, observe François-Xavier Deflou, le directeur de Seine-et-Marne Développement. Certes, les outils existent et donnent généralement satisfaction. Mais les entrepreneurs seineet-marnais nous disent ne pas toujours savoir où les trouver ni comment les utiliser. Ce qu’ils demandent, c’est donc à la fois plus de lien, plus de proximité et plus de disponibilité. C’est exactement ce que nous avons voulu faire...» Un message reçu 5 sur 5. Outre une modernisation de ses outils d’information et de communication (voir ci-contre), Seine-et-Marne Développement a décidé d’enrichir encore sa boîte à outils, notamment en créant un tout nouveau support présentant de façon synthétique et globale son offre de services dans un évident souci de décloisonnement. La philosophie de cette évolution tient en un mot : réseau. Une notion tout à fait primordiale dans un département aussi vaste que la Seine-et-Marne : parce qu’on n’innove pas et qu’on n’exporte pas tout seul, l’objectif fixé était que personne, dorénavant, ne puisse se sentir isolé.

«La Seine-et-Marne est vaste, les bassins d’emplois multiples. Notre réseau doit effacer les distances et les barrières qui freinent notre développement.» François Xavier Deflou, Directeur de Seine-et-Marne Développement

Pour ce faire, trois cibles ont particulièrement été retenues par Seine-et-Marne Développement : les acteurs de la création, les entreprises innovantes et les nouveaux usages numériques. «Cela rejoint parfaitement notre volonté de rapprocher les gens, d’effacer les distances et de fournir une information fiable, car actualisée et enrichie en temps réel», conclut François-Xavier Deflou.

«Une aide à l’exportation indispensable.»

Président de Socomate International à Crécy-la-Chapelle

TRAJECTOIRES Quoi de neuf ? À vous de juger ! La nouvelle maquette du magazine bimestriel de Seine-et-Marne Développement, vous la tenez entre vos mains... À noter, outre un léger restylage, la disparition de la page «Agenda», mais c’est pour la bonne cause ! Elle sera désormais traitée sur le site afin de «coller» parfaitement à l’actualité. Dans Trajectoires, la page gagnée va ainsi permettre de traiter les actus les plus durables. LE SITE INTERNET Dans quelques mois, l’actuel site institutionnel de l’agence économique du Conseil général cédera la place à un site portail plus pratique – avec un accès optimisé à tous les services offerts aux entrepreneurs – et beaucoup plus ouvert sur tous ceux – hommes, entreprises, services et institutions – qui forment la communauté des entrepreneurs seine-et-marnais.

Votre entreprise a régulièrement fait appel à Seine-et-Marne Développement ces dernières années. Dans quel but ? J-P.G. : Spécialisée dans le contrôle non destructif de la matière, notre entreprise commercialise des solutions électroniques ultrasonores qu’il nous faut faire connaître à l’international puisque notre activité s’effectue pour près de 90 % à l’exportation. Cela génère des coûts très importants – de l’ordre de 100 à 120 000 euros par an – que nous ne pourrions pas assumer seuls. Grâce à Seine-et-Marne Développement, nous pouvons faire plus et mieux. Concrètement, quelle aide avez-vous reçu ? J-P.G. : Nous bénéficions chaque année d’un accompagnement à l’export de Seineet-Marne Développement. Cette année, il nous permettra par exemple d’exposer dans les meilleures conditions à un congrès qui se tiendra à Moscou. En 2008, il avait déjà pris en charge une partie d’une importante mission en Chine comprenant un congrès mondial à Shanghai et des rencontres avec trois distributeurs susceptibles de vendre nos produits. Avez-vous fait affaire avec eux ? J-P.G. : Oui, pour deux d’entre eux. Ces rencontres sont indispensables. Nous n’aurions eu aucune chance en attendant tranquillement à Crécy-la-Chapelle ! Mais il faut être patient et persévérant. Une précédente mission au Brésil n’a porté ses fruits que plusieurs années plus tard. D’où l’importance de sans cesse occuper le terrain. En 2009, nous avons fait l’équivalent de deux tours du monde pour visiter tous nos partenaires.


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:56

Page 10

Février-Mars 2010 Trajectoires

Vous continuerez donc à solliciter cette aide à l’Export ? J-P.G. : Bien entendu. Nous ambitionnons de travailler davantage sur le marché américain et de renforcer nos positions en Asie ou en Amérique du Sud. Dans le même temps, nous poursuivons notre effort d’innovation avec la mise au point de nouvelles générations de solutions. Ces deux démarches vont de pair. Seine-et-Marne Développement vous a-t-elle accompagné dans d’autres étapes du développement de l’entreprise ? J-P.G. : Oui. Outre notre présence dans le Répertoire des compétences, nous avons aussi sollicité l’agence pour l’obtention d’une subvention lorsque nous avons doublé la superficie de nos locaux, il y a deux ans. Et si, malheureusement, nous ne remplissions pas tous les critères nécessaires, elle nous a tout de même aidés en nous mettant en contact avec le maître d’œuvre qui a piloté le chantier. + d’infos : www.socomate.com

Un partenaire à chaque étape de la vie de l’entreprise

Couverture de la plaquette «Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne».

Les ressources de Seine-et-Marne Développement sont multiples et insuffisamment exploitées par les entrepreneurs qui en ignorent parfois l’existence. C’est pourquoi l’agence économique du Département promeut à leur attention une nouvelle plaquette de présentation de son offre.

D

epuis sa création en 1981, Seine-et-Marne Développement a fait de l’accompagnement global des entrepreneurs son credo, avec trois priorités : informer, animer et conseiller. Certes, la vingtaine de collaborateurs de l’agence ont chacun leur spécialité dans l’implantation ou la création d’entreprise, l’aide à l’exportation ou à l’innovation. Mais ils veillent à créer des passerelles entre ces différents pôles de compétence pour proposer aux centaines d’entrepreneurs qu’ils rencontrent chaque année une gamme de services aussi complète que possible. «Pour autant, reconnaît Patricia Montin, chargée de mission communication à Seine-et-Marne Développement, cette richesse reste à ce jour insuffisamment connue et exploitée. Les entreprises nous sollicitent le plus souvent sur une thématique précise et s’en tiennent là.» Pour les aider, l’agence vient de créer une plaquette.

«Nous venons d’éditer une plaquette pour éclairer les entreprises de façon transversale sur l’ensemble de notre offre.» Patricia Montin, chargée de mission communication à Seine-et-Marne Développement

Volontairement synthétique, pour permettre au lecteur d’appréhender d’un seul coup d’œil toutes les ressources disponibles, ce document rappelle, contacts à l’appui, les savoir-faire de Seine-et-Marne Développement en matière de création d’entreprise, d’implantation, de développement durable, de financement, d’innovation, d’exportation et d’investissement dans les TIC. La plaquette «Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne» met également en avant les outils disponibles, tels le Répertoire des compétences (voir page 10) ou le «Guide du créateur d’entreprise en Seine-et-Marne». Disponible sur simple demande, ou téléchargeable sur le site Internet de Seine-et-Marne Développement, ce document mérite donc de figurer en bonne place sur le bureau de tous les entrepreneurs seine-et-marnais. Avant même parfois d’avoir formulé une demande, ils trouveront le bon contact pour la satisfaire !

p.montin@smd77.com

09


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:56

Page 11

dossier interview

Nouveau Répertoire, enrichi en contacts ! LE RÉPERTOIRE EN CHIFFRES : 679 entreprises étaient répertoriées fin 2009. C’est 38 % de plus qu’un an auparavant. L’industrie arrive en tête des secteurs d’activités les plus représentés avec 181 entreprises, loin devant le conseil et l’assistance (147), la construction (72), les services opérationnels (69) et le commerce (64). La fréquentation des espaces entreprises est en progression constante. En décembre 2009, ils ont par exemple été consultées par 4265 visiteurs différents pour un total de 11 725 visites.

Dans quelques mois, une nouvelle version du Répertoire des compétences va voir le jour, élargie à tous les acteurs – publics et privés – de la sphère économique départementale. Une communauté enrichie donc, source de contacts toujours plus fructueux.

«Le Répertoire des compétences favorise les échanges intra Seine-et-Marne.» François Barbier Créateur de BORNUP à Fontainebleau.

A

vant la fin de l’année, l’actuel Répertoire des compétences créé en 2007 sur le site Internet de Seine-et-Marne Développement laissera la place à une nouvelle version beaucoup plus ambitieuse puisqu’elle regroupera les entrepreneurs au sens large, c’est-à-dire tous les acteurs économiques, qui s’y retrouveront pour communiquer et collaborer. «La principale évolution tient à l’accueil au sein de la Communauté, non plus seulement des seules entreprises, mais de tous les acteurs contribuant au développement économique du territoire, explique Chantal Etédali, chargée de mission - Observatoire économique à Seine-et-Marne Développement. Porteurs de projet, structures d’accompagnement, institutions, tous pourront dialoguer avec les entreprises, voire disposer d’espaces collaboratifs privés pour partager des ressources et mener des projets communs.»

ENTREPRISES PAR DOMAINES DE COMPÉTENCES

ENTREPRISES PAR SECTEURS D’ACTIVITÉS

Les annonces (emplois, partenariat, etc.) connaissent le même succès. En décembre 2009, les 69 annonces en ligne ont été consultées à 2 338 reprises. www.seine-et-marne-invest.com

Autre nouveauté très attendue par les entreprises : l’enrichissement des espaces mis en ligne. «Actuellement, résume Chantal Etédali, ils ne comprennent que du texte, avec un logo pour seule illustration. L’espace multimédia dont elles disposeront dans notre nouvel outil leur permettra d’y ajouter images et vidéo.» c.etedali@smd77.com

Votre entreprise figure dans le Répertoire des compétences depuis plus d’un an. Dans quel but ? F.B. : Ma principale motivation résidait dans la volonté de m’inscrire dans le tissu local pour promouvoir mon offre de bornes tactiles multimédia. C’est le cas puisque les statistiques de fréquentation fournies par Seine-et-Marne Développement indiquent que ma fiche est vue chaque mois en moyenne par une vingtaine de visiteurs. À moi de savoir les retenir. Je bénéficie ainsi indirectement de l’appartenance de Seine-et-Marne Développement à de multiples réseaux et de sa participation à de nombreuses initiatives comme le Carrefour des Possibles. Même quand on se positionne au national ou à l’international, le local est précieux pour trouver des fournisseurs ou des partenaires dont la proximité constituera un vrai atout. De votre côté, comment utilisez-vous les ressources du Répertoire ? F.B. : Il est très pratique pour identifier une entreprise ou mieux la connaître. Souvent, on ne dispose que d’un nom. On accède ainsi facilement à des informations plus détaillées : domaine d’activité, références, produits. C’est un gain de temps très appréciable. Vous avez également publié des petites annonces. F.B. : Oui, afin de me rendre plus visible, de muscler ma communication. De la même façon, je réactualise régulièrement ma fiche – c’est très simple et aussitôt pris en compte sur le site après validation par le webmaster de Seine-et-Marne Développement – pour tenir la communauté informée de mon actualité. Cela présente aussi l’avantage de figurer sur l’e-mailing. Pour ma part, je les conserve tous. Ils constituent une mine de renseignements et de contacts très précieuse.


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:56

Page 12

Février-Mars 2010 Trajectoires

enjeux

11

matière grise

MAI : la nouvelle tête chercheuse d’EDF Le 16 novembre dernier, EDF inaugurait les nouveaux laboratoires du Material Ageing Institute sur le site des Renardières, à Moret-sur-Loing. Fondé en janvier 2008, le MAI a pour vocation de fédérer les compétences autour du thème du vieillissement des matériaux dans les centrales électriques.

S

urveillez bien ce qui va être publié cette année dans Nature et Science, il y aura forcément des articles venant de chez nous !». Certes, Jan Van Der Lee, le directeur du Materials Ageing Institute, ne s’embarrasse pas de fausse modestie : le magazine Nature et la revue Science comptent parmi les publications scientifiques les plus réputées au monde... Mais il a toutes les raisons d’être optimiste. Créé il y a à peine plus de deux ans, le MAI attire déjà des chercheurs du monde entier, venus apprendre, échanger, réfléchir avec un objectif commun : anticiper le vieillissement des centrales nucléaires en augmentant, en toute sécurité, la durabilité des matériaux, des composants et des structures. «Dans une centrale nucléaire, les métaux sont en contact pendant longtemps avec de l’eau très chaude, sous très haute pression et en partie sous irradiation, explique Jan Van Der Lee. La plus grande partie de nos troupes travaille donc sur la corrosion et la compréhension de ce phénomène.»

Un champ de recherche très pointu mais particulièrement stratégique : si les centrales nucléaires ont actuellement une durée de vie de quarante ans, les scientifiques sont de plus en plus convaincus de pouvoir les faire durer au-delà, dans des conditions optimales. Aujourd’hui, ils parlent même de soixante ans. «Le MAI a été pensé et créé pour être un support scientifique de recherche sur le long terme pour les ingénieurs qui travaillent sur la durée de vie des centrales nucléaires», précise Jan Van Der Lee. Et qui de mieux qualifié qu’EDF pour piloter et démarrer cet ambitieux projet ? Avec 58 réacteurs en France, l’opérateur est de loin le premier exploitant de centrales nucléaires dans le monde : il possède, à ce titre, une expérience incomparable. Tout naturellement, c’est donc au sein de ses équipes qu’est né le MAI. Pour lui donner vie, EDF s’est associé à deux partenaires de taille : Electric Power Institute qui représente l’ensemble des exploitants des centrales aux États-Unis et Tokyo Electric Power Company, le premier électricien au Japon. Depuis novembre dernier, le MAI, dont les activités étaient jusque là dispersées sur des sites appartenant à chacun des trois partenaires, possède ses propres locaux à Moret-sur-Loing. Soit un bâtiment de 1 400 m², comprenant des laboratoires, des salles de réunions, des bureaux et un amphithéâtre. Le budget de fonctionnement de l’institut est aujourd’hui de 9 millions d’euros par an – un montant pris en charge à 50 % par EDF, dont sont issus la majorité des 80 chercheurs et techniciens travaillant pour le programme de recherche et développement du MAI. Ils sont rejoints sur place par des chercheurs étrangers, pour des séjours pouvant aller de quelques semaines à un an. «Notre volonté est de centraliser la recherche, d’être un lieu d’échange d’idées, et de rencontre entre experts mais également un lieu de formation : nous accueillons de nombreux thésards», ajoute Jean Van Der Lee. Une partie des études du MAI se fait ainsi en extérieur avec des partenaires scientifiques et académiques, comme les Mines de Paris, Polytechnique, l’École Nationale d’Arts et Métiers, la Michigan University et le MIT aux États-Unis, la Tokoku University au Japon et la Manchester University en Grande-Bretagne. L’avenir ? Le rayonnement du MAI devrait encore croître : depuis janvier, l’institut compte un nouveau partenaire, Kansai Electric Power Company, le deuxième exploitant du Japon. Des discussions sont de plus actuellement en cours avec des exploitants allemands ainsi qu’avec GDF Suez. + d’infos : www.themai.org

Jan Van Der Lee – Directeur

MAI sur le site des Renardières à Moret-sur-Loing

Le TITAN Le Titan est un outil clé du MAI. Ce microscope à 5 millions d’euros, dont il existe très peu d’exemplaires dans le monde, possède la plus grande résolution jamais atteinte puisqu’il permet d’observer un échantillon atome par atome. Extrêmement sensible, il se devait d’être installé le plus à l’abri possible des vibrations des voitures et des ondes électromagnétiques. L’emplacement idéal a été fixé au préalable et le bâtiment n’a été construit qu’ensuite, autour dudit emplacement. Il repose sur une dalle de béton de 6 m², dissociée de la dalle sur laquelle est construit le reste de l’édifice.


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:56

Page 13

enjeux

quartier d’affaires

EN CHIFFRES : 150 000 m² Superficie totale du futur pôle tertiaire et commercial se décomposant comme suit : 124 000 m² Superficie des bureaux

Green Vallée, c’est le nom d’un programme immobilier de 150 000 m² au cœur de la Cité Descartes. Un projet à la fois ambitieux et innovant, axé sur le développement durable et destiné à redynamiser le marché de l’immobilier tertiaire au sein du très prometteur «Cluster Ville Durable».

F

aites l’expérience : promenez-vous en journée et en semaine aux abords de la Cité Descartes à Marne-laVallée : une véritable ruche. Réitérez l’expérience en soirée ou le week-end : l’endroit est totalement désert. «Déficit de commerces et de services de proximité», diagnostique Rodolphe Juge, adjoint à la direction du développement chez Epamarne, l’Établissement Public d’Aménagement de Marne-laVallée. «À l’heure du déjeuner, vous n’imaginez même pas la longueur de la file devant l’unique boulangerie du quartier.» Une carence à laquelle s’ajoute un déficit, depuis quinze ans, d’offres tertiaires qualitatives. Une situation d’autant plus malvenue que la Cité Descartes, avec ses 18 établissements d’enseignement supérieur, est le véritable cœur du Cluster Ville Durable, l’un des projets du Grand Paris. Un ambitieux projet de développement écono«L’ambition de Green mique, adossé à la recherche scientifique Vallée est de créer et technique, se posiun cadre de travail d’un tionnant comme le futur pôle mondial genre nouveau, alliant de référence de la vie professionnelle, loisirs, construction de la ville durable. activités culturelles Une fois ce sombre et lien social». tableau dressé, reste à inverser la tendance. Dorothée Oung, Présidente de Federal C’est dans ce but Development Europe qu’Epamarne a lancé en avril 2008 un appel à projet, portant sur un pôle tertiaire et commercial de 150 000 m², jouxtant la station «Noisy-Champs» du RER A. «Nous voulions lancer un programme qui tire le marché de l’immobilier tertiaire, explique Rodolphe Juge, une réalisation architecturale emblématique, pour que tout le monde identifie qu’à Descartes, on a du foncier à des coûts compétitifs.» C’est Federal Development qui remporte l’appel, avec son concept de «Green Vallée». «Aux États-Unis, la notion de cluster existe depuis plus de cinquante ans. Derrière chaque campus universitaire, il y a un groupement d’entreprises», rappelle Dorothée Oung, présidente de Federal Development Europe, structure française de la société d’investissements américaine. «C’est notamment notre expérience américaine qui a joué en notre faveur.»

© Arte Charpentier, EPA Marne, Agence TER

Green Vallée : un projet phare du Cluster Ville Durable

8 000 m² Superficie des commerces (ou activités en pied d’immeuble) 9 000 m² Superficie du pôle hôtelier 6 000 m² Superficie de la résidence hôtelière 1 000 m² Superficie de la «plateforme d’animation» 22 000 m² Superficie des espaces verts Un parking public de 200 places

Green Vallée, 150 000 m2 au cœur de la Cité Descartes.

850 arbres 2 000 mètres linéaires d’allées publiques 2 000 mètres linéaires d’allées privatives 300 mètres linéaires d’allées plantées classées … ET EN DATES : Avril 2008 Appel à projet lancé par Epamarne Février 2009 Epamarne et Federal Development Europe signent un accord contractuel 2010 Lancement d’un premier permis de construire 2011 Début du chantier de Green Vallée

À la recherche de grands projets d’aménagement en Europe, l’investisseur adhère pleinement à l’orientation développement durable du Cluster Ville Durable… Federal Development Europe a ainsi choisi les Nouveaux Constructeurs, promoteur reconnu pour son expérience dans l’Est parisien pour l’accompagner dans la mise en place d’un projet adapté au marché français. De ce partenariat est née l’équipe de maîtrise d’œuvre, composée du cabinet d’architecture Arte Charpentier, de SLH et de l’Agence Ter qui a créé toute l’organisation spatiale des espaces paysagers d’une surface de 30 000 m2. Dans tout projet immobilier, on pense d’abord aux immeubles, puis aux espaces verts. Ici, les bâtiments ont été pensés comme des éléments du paysage et un tiers de l’espace a été réservé à des aménagements paysagers. Autre originalité de la Green Vallée, la volonté revendiquée de créer du lien. «Pour être vraiment durable, il faut également l’être au niveau social», affirme Dorothée Oung. D’où un parc très innovant, inspiré du Chiswick Park aménagé dans l’ouest londonien autour du concept d’enjoy work. «Nous intégrerons des activités intérieures et extérieures, avec notamment un amphithéâtre de verdure, des terrains multisports et un bâtiment accueillant une plateforme d’animation et de services du parc.» Pendant leur pause déjeuner, les salariés pourront donc improviser un match de basket entre collègues, faire un peu de shopping ou encore assister à l’un des nombreux événements hebdomadaires organisés sur le site, à destination des entreprises et des habitants de la Cité Descartes : marché bio, cours de tai-chi, cinéma de plein air, etc. Un cadre de travail d’un genre nouveau pour l’un des futurs projets phare du Grand Paris. Début des travaux en 2011. r.juge@epamarne-epafrance.com


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:59

Page 14

Février-Mars 2010 Trajectoires

enjeux

13

à la carte

Écoconstruction : la Seine-et-Marne bâtit l’avenir

© Arte Charpentier, EPA Marne, Agence TER

L’heure n’est plus aux bonnes résolutions. Les exigences du développement durable obligent à reconsidérer définitivement choix des matériaux et techniques de construction. La Seine-et-Marne a anticipé ce virage en encourageant des initiatives qui préfigurent la constitution d’une filière.

Le ralentissement de la construction enregistré en France en 2009 cache une autre réalité plus optimiste : la forte croissance des travaux d’amélioration de l’habitat, de renforcement des performances énergétiques et d’entretien des bâtiments (31,6 % du marché du logement).

Dammartinen-Goële Trocy-en-Multien

Etrépilly

Ocquerre Mitry-Mory

Congis-sur-Thérouanne

MEAUX

Fresnes-sur-Marne

Laa F Fertéso sous-Jouarre

Claye-Souilly Trilport

Pour le seul secteur de l’amélioration énergétique dans l’habitat, les emplois (107 400) ont progressé de 12 % entre 2007 et 2008 sur le plan national. Des perspectives très intéressantes s’offrent à la Seine-et-Marne, à ses entreprises et ses centres de compétence qui ont su se positionner sur des marchés aussi divers que la Construction Haute Qualité Environnementale (HQE®), l’écoconception, la maîtrise des énergies, les énergies renouvelables ou l’utilisation d’agromatériaux. Toutes les composantes et étapes de la filière sont représentées, de l’extraction de matériaux écologiques à la déconstruction/ recyclage en passant par la recherche et l’innovation (Advancity, EDF R&D, Mines Paris Tech/ ISIGE) et la construction de nombreux écoquartiers.

DESCARTES +

La L ag gn ny ys y-s Lagny-sur-Marne

Champs -sur-Marne TORCY TOR TO RC

Montévrain Crécy-la-Chapelle

ALTO’SPHÈRE

Bussy Saint Martin

Emerainville

Coulommiers

A Advancity Bussy-Saint-Georges

Centre de formation et d’expérimentation Recherche et innovation La-Ferté-

Pôle de développement de la Gaucher filière (territoires pilotes) Tournanen-Brie

Éco-quartier Recyclage et déconstruction Extraction

Brie-ComteRobert

Rozayen-Brie

BATIRECO

Projet Village nature (Disneyland® Paris - Pierre & Vacances) ALTO'SPHÈRE : 1er bâtiment de bureau 100 % bois en Île-de-France

Mormant

DESCARTES + : bâtiment à énergie positive

Savignyle-Temple

PROVINS PROV R

Nangis

MELUN Le Châteleten-Brie DonnemarieDontilly Perthes

Mines ParisTech ISIGE Milly-la-Forêt

Bra B su Bray-sur-Seine

FONTAINEBLEAU EAU A AU M nter e uMontereauut-Y ut t nne Faut-Yonne

EDF R&D Écuelles

0 km

La-Chapellela-Reine

alesherbes

Nemours Lorrez-leBocage-Préaux

5 km

10 km


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:59

Page 15

success stories JPB SYSTEME, C’EST QUOI ?

JPB Système à Brie-Comte-Robert

2,3 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2008 +450 % de croissance sur les cinq dernières années Une équipe de 10 personnes

LES DATES 1995 : création de la société

Un défi technique et humain

2001 : JPB décroche son premier marché Février 2005 : suite à l’hospitalisation de son père, Damien Marc prend la direction de l’entreprise

Installée à Brie-Comte-Robert, JPB Système fabrique des écrous. Mais pas n’importe lesquels : des «écrous autofreinés». Soit une petite révolution dans le monde de l’aéronautique et un destin international pour cette modeste entreprise, 100 % familiale.

2007 : JPB intègre la gestion de production dans ses murs

T

out commence par un challenge. En 1993, au salon du Bourget, Jean-Pierre Marc, directeur de la société Barré, une usine de mécanique et d’outillage de précision, discute avec un client qui lui lance un défi : celui de parvenir à supprimer les fils frein sur les bouchons endoscopes de ses moteurs d’avion. Explications : à chaque étage du moteur, afin de permettre des passages endoscopiques pour voir à l’intérieur, des ouvertures sont ménagées, ouvertures obturées par des bouchons endoscopes. Pour éviter que ces derniers ne se dévissent pendant le vol, on utilise des fils frein torsadés, qui maintiennent ensemble le bouchon et le carter, ce qui signifie une opération longue et coûteuse. Jean-Pierre Marc, mécanicien de formation et inventeur autodidacte, fait aussitôt travailler sa matière grise. En observant un jouet de sa fille, un simple œuf en plastique se scindant en deux parties aux bords crantés, il trouve la solution : un «écrou autofreiné», aussitôt breveté sous le nom d’ELS, pour Easy Locking System. JPB Système est née. La toute nouvelle société s’installe à BrieComte-Robert, dans les locaux de la société Barré. Mais le succès escompté tarde à venir. «Pendant six ans, mon père a dépensé une énergie folle», se rappelle Damien Marc, aujourd’hui gérant de la société. «Il a finalement décidé d’aller frapper aux portes des plus grandes compagnies. Quand elles ont mesuré le gain de temps et d’argent que ça représentait, elles ont fait pression sur les avionneurs et les motoristes.»

«Aujourd’hui, nous sommes à la fois mobilisés par le défi technique et par l’enjeu humain, celui du passage de relais entre deux générations.» Damien Marc, dirigeant de JPB Système.

2009 : Damien Marc rachète les parts de Bernard Barré dans JPB qui devient 100 % familiale 2010 : ouverture d’une filiale aux États-Unis

Damien Marc, dirigeant de JPB Système.

En 2001, JPB décroche enfin un premier marché, sur le moteur CFM 56, le best-seller des moteurs d’avion. «Un véritable tour de force », commente aujourd’hui ce fils admiratif. En février 2005, suite à l’hospitalisation d’urgence de son père, le jeune homme, alors fraîchement diplômé de Polytech Nantes, se retrouve seul aux commandes de JPB. Avec Jean-Philippe Rouland, dessinateur technique des projets JPB, il relève le défi. Pendant un an, toutes ses journées se concluent au chevet de son père qui valide ses décisions, le rassure et passe le relais. Jean-Pierre Marc meurt en juillet 2006. «Il était parvenu à ce qu’il voulait, conclut Damien Marc, mettre sa famille à l’abri.» Aujourd’hui, suite au rachat des parts de Bernard Barré, JPB est une entreprise 100 % familiale, particulièrement bien portante comme l’atteste la liste de ses prestigieux clients : General Electric, Rolls Royce, Mitsubishi, ou encore l’ouverture imminente d’une filiale à Cincinatti. Assurant dignement la relève, son jeune gérant parie sur l’avenir avec, au programme, la conquête prochaine de nouveaux secteurs d’activité comme le nucléaire, l’automobile, la marine et la pétrochimie.

www.jpb-systeme.com


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

18/01/10

14:59

Page 16

Février-Mars 2010 Trajectoires

success stories

15

SEF industrie à Fontenay-Trésigny

La PME qui a tout d’une grande À Fontenay-Trésigny, une entreprise conçoit et fabrique des ensembles électroniques pour les plus grands comptes. En 17 ans d’existence, SEF Industrie a toujours su s’adapter aux évolutions du marché en misant sans discontinuer sur l’innovation et la R&D. Pari gagné !

SEF INDUSTRIE, C’EST QUOI ?

D

écembre 1993. Cinq ingénieurs et techniciens créent ensemble SEF Industrie. Vocation : concevoir, développer, fabriquer et distribuer des ensembles électroniques ou pièces de rechange à usage civil et militaire. En 1998, sous l’impulsion de Daniel Coubard, son nouveau Directeur Jean-Marc Ferrandez – Directeur général de SEF Industrie depuis 2008. général, l’entreprise est restructurée, la clientèle étoffée, la recherche et développement encouragée. Résultat : SEF Industrie remporte de beaux appels d’offres comme l’équipement en télécommunication des voies de TGV «Nous sommes un peu comme et de TER pour la signalisation des trains. Le premier marché de SEF Industrie demeure aujourd’hui le ferroviaire, avec des clients fidèles tels la SNCF ou la RATP. Autre domaine annexe : les systèmes d’informations voyageurs embarqués qui équiperont de plus en plus de matériels roulants. C’est le cas des bus et métros de la ville de Lyon qui a récemment sélectionné SEF Industrie. Mais elle aborde désormais d’autres marchés à travers des contrats avec EDF (équipements radio pour couper les lignes haute tension à distance) ou Eurotunnel. Cette diversification de la clientèle va naturellement de pair avec le développement de la gamme de produits. «Nous sommes ainsi présents sur le secteur de l’aéronautique (Dassault, EADS) et travaillons aussi pour la Direction de la route et de la mer. Par exemple, notre matériel évite de maintenir une présence humaine dans les phares : nous les équipons de balises radio qui transmettent toutes les données à terre», illustre Jean-Marc Ferrandez. Ces succès doivent beaucoup à l’opiniâtreté de l’entreprise qui investit 30 % de son chiffre d’affaires dans la Recherche et Développement. «Depuis quelques années, de toute évidence, les collectivités accompagnent mieux l’innovation. Quand nous avons construit nos nouveaux locaux dans la nouvelle zone industrielle de Fontenay-Trésigny, Seine-et-Marne Développement s’est portée garante du prêt accordé par OSEO.

le Phénix, nous renaissons après les épreuves.» Jean-Marc Ferrandez, Directeur général de SEF industrie.

L’agence économique du Conseil général nous accompagne aussi dans notre démarche interne de développement durable», souligne Jean-Marc Ferrandez. Délocaliser ? Pas question, explique-t-il. «Nous sommes bien en Seine-et-Marne, proches de l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle et ravis de l’arrêt TGV à Chessy». Aujourd’hui, SEF Industrie résiste plutôt bien à la crise. Directeur général depuis 2008, Jean-Marc Ferrandez cultive l’esprit familial qui irrigue depuis toujours la culture de l’entreprise. Pour autant, ses ambitions sont celles d’un grand Groupe et il formalise clairement les prochains jalons : «Continuer d’investir dans la Recherche et Développement, la locomotive de notre activité. Développer l’exportation, notamment vers les pays du Maghreb. Et surveiller les opportunités de croissance externe.» www.sefindustrie.fr

30 salariés, dont 10 en Recherche et Développement 3,4 millions d’euros de chiffre d’affaires dont 60 % sur le marché ferroviaire, 20 % en aéronautique et 20 % dans l’industrie. Sans oublier les 2 ou 3 % réalisés avec l’OTAN dont SEF Industrie est fournisseur agréé.

LES DATES 1993 : Création 2007 : Construction de nouveaux locaux à Fontenay-Trésigny 2008 : Lauréat de PM’up organisé par la Région Île-de-France 2008 : transformation de la S.A.R.L. en S.A.S.


trajectoires_14def.qxd:SetM_13

77 c’est eux

18/01/10

14:55

Page 1

77 c’est eux, c’est une collection de portraits renouvelée à chaque parution. Des acteurs économiques de tous horizons, public comme privé, jeunes et moins jeunes, artisans locaux, entrepreneurs internationaux... tous unis par leur confiance dans l’avenir de la Seine-et-Marne.

Philippe Douay

Estelle Forget

Vincent Bourchot

Créateur et animateur de www.entreprise.77.evous.fr à Avon «Créé il y a 2 ans, notre portail répond aux préoccupations des chefs d’entreprises et des décideurs en leur proposant des contenus adaptés à leurs secteurs d’activités et leurs métiers.»

Gérante de Staff Planète à Lésigny «Spécialisée dans le conseil, la formation et la communication (notamment audiovisuelle), Staff Planète accompagne collectivités et entreprises dans leurs démarches et stratégies de développement durable.»

Chargé de communication, Communauté de communes de la Brie des Templiers «À Coulommiers, nous avons investi dans la création d’une zone d’activités de 10 hectares à vocation artisanale, industrielle et tertiaire. Les premières implantations d’entreprises débuteront au premier trimestre 2010.»

Frédérique Humbert

Fabrice Peluso

Sonia Lefaut

Gérante et créatrice de www.elanreva.com à Tournan-en-Brie «Je propose aux entreprises et aux particuliers, par le biais d’Internet, des articles de papeterie de luxe et cadeaux d’affaires, du porte-clé en argent massif jusqu’au porte-cartes ou conférencier en cuir.»

Directeur de Peluglass à Guermantes «Nous réalisons des gravures et peintures sur verre, fournissons et mettons en œuvre tous types de produits verriers pour les particuliers et les professionnels.»

Directrice générale des services, Communauté de communes des Pays de Seine (Bois-le-Roi, Chartrettes, Fontaine-le-Port et Samois-sur-Seine) «Après avoir déployé une nouvelle signalétique sur nos zones d’activités et déroulé la fibre optique sur Chartrettes, nous travaillons avec Seine-et-Marne Développement pour rendre notre territoire plus attractif encore.»

Anne-Marie Nuyttens

Hervé Fillatre

Joëlle Gouigoux

Productrice de chanvre à Jouarre, Élue de la Chambre d’Agriculture «Dans le cadre de la mise en place d’une filière écoconstruction, nous produisons le chanvre, le transformerons bientôt, et commercialisons déjà ses produits dérivés.»

Patron du restaurant Le Maryland à Melun «Depuis 11 ans, mon bar-restaurant s’efforce d’offrir une belle et bonne assiette. Le tout dans un décor de bistrot moderne et une ambiance conviviale.»

Directrice de l’Agence Service Personnel à Melun «Membre du 1er réseau de conciergerie d’entreprise, l’antenne de Melun propose plus de 130 services du quotidien aux salariés sur leurs lieux de travail. Résultats : gain de temps et baisse du stress au travail.»

Trajectoires est édité par Seine-et-Marne Développement, agence pour le développement économique du Conseil général de Seine-et-Marne Directeur de la publication Gérard Eude • Comité de rédaction François-Xavier Deflou, Dominique Marinov • Rédacteur en chef Patricia Montin • Journalistes Carole Galland, Claire Judrin et Emmanuel de Lestrade • Réalisation agencebeaurepaire.com • Photos yannpiriou.com • Hôtel du Département 77010 Melun Cedex • Contact p.montin@smd77.com • www.seine-et-marne-invest.com • Imprimeur Printed and Co 77500 Chelles • Imprimé sur du papier recyclé Cyclus couché print • N° ISSN 1958-8372.

Trajectoires N°14  

Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne Bâtiment Descartes + : un projet qui déborde d’énergie Green Vallée : un projet phare du Cluster V...

Advertisement