Page 1

trajectoires Entreprendre

N°31

juin-juillet août 2013

et réussir en Seine-et-Marne

Championnat régional des mini-entreprises : la Seine-et-Marne distinguée Brainstorming puissance 77 ESS 77 récidive !

DOSSIER

sénart a 40 ans, l'âge de la maturité ! SOPHIE FAGART-MAIGNE, RESPONSABLE MONTAGE D'OPÉRATIONS immochan région ÎLE-DE-FRANCE


instantané Seine-et-Marne par Yann PIRIOU

Le Manège Carré Sénart de retour à Sénart du 5 juin au 13 juillet.

sommaire ACTUALITÉS

DOSSIER

trajectoires

juin-juillet-août 2013 — n°31 ENJEUX

STORY TELLING

PAGE 04

PAGE 07

PAGE 11

PAGE 14

• Greencity et Futur en Seine • Brainstorming puissance 77 • La "Charte des artisans passionnés" • Alpha Direct Services choisit Moissy-Cramayel • ESS 77 récidive ! • 7 èmeappel à projets PM'up • Championnat régional des mini-entreprises : la Seine-et-Marne distinguée • Les Val’Entrepreneurs à l’honneur

SENART A 40 ANS, L’ÂGE DE LA MATURITÉ !

• Matière grise L’ICAM Paris-Sénart : Une école d’ingénieurs de renom choisit le carré Sénart pour implanter son nouveau campus •Parc d’activités économiques Le park de Ferrières-en-Brie • à la carte Télécentres : La Seine-etMarne tisse sa toile !

• Petit Jour De la Cour de récré à la cour des grands • DMS Au cœur du son immersif

• Sénart a tenu toutes ses promesses ! • Interview de Malik Benrejdal, co-fondateurd’I@D • Un développement au carré ! • Des ambitions estampillées “Grand Paris” • Interview de Dominique Paul, Directeur de la logistique à l’UGAP, la centrale d’achat public à Savigny -Le-Temple

02 — trajectoires juin-juillet-août 2013

En couverture SOPHIE FAGART-MAIGNE RESPONSABLE MONTAGE D'OPÉRATIONS - immochan région ÎLE-DE-FRANCE

vos contacts : Patricia Montin p.montin@smd77.com

Isabelle Cabrol i.cabrol@smd77.com

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


point de vue

S'INSCRIRE DANS LA STRATÉGIE RÉGIONALE DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

tableau de bord BILAN DE L’ACTIVITÉ “IMPLANTATION” DE SEINE-ET-MARNE DÉVELOPPEMENT au 31/05/2013

Par Vincent Éblé, SÉNATEUR, Président du Conseil général de Seine-et-Marne et Gérard Eude, Président de Seine-et-Marne Développement

L 

e dossier de ce trente et unième numéro de Trajectoires fait le point sur le développement de la ville nouvelle de Sénart, laquelle célèbre cette année son quarantième printemps. Bon anniversaire donc à Sénart, à ses dirigeants et ses entreprises, qui, depuis 1973, patiemment, malgré les crises économiques successives, ont su construire la réalité d’un territoire qui porte désormais la marque “SÉNART GRAND PARIS SUD”.

L’assemblée générale de Seine-et-Marne Développement, qui s’est réunie tout récemment, nous donne l’occasion d’évoquer les travaux que le Conseil général va mener dans les prochains mois, de faire le bilan de sa politique de développement économique et de tracer ses futurs objectifs. Ce travail s’effectue dans un contexte extrêmement tendu. La persistance de la crise frappe désormais l’ensemble des acteurs économiques seine-et-marnais, au-delà des seules fonctions industrielles. En toute logique, cette crise économique a des répercussions directes sur les ressources du Département et donc sur ses politiques. La nouvelle étape de la décentralisation qui débute sa phase parlementaire aura des conséquences en termes d’organisation territoriale. Si le rôle de chef de file de la Région dans le développement économique et la création des métropoles sont à souligner, celui du département reste décisif dans la mise en oeuvre de ses politiques. Malgré ces incertitudes, Seine-etMarne Développement a fait naître de nouveaux projets qui répondent à ses objectifs stratégiques ; s’inscrire dans la stratégie régionale de développement économique, nouer des partenariats avec les intercommunalités du territoire, encourager l’innovation et les nouveaux usages en particulier par l'expérimentation, favoriser l'émergence de nouveaux réseaux.

23 implantations 253 emplois maintenus ou créés 310 fiches actives Source : Seine-et-Marne Développement

Première destination touristique d’Europe :

Disneyland® Paris a battu son record de fréquentation en 2012. Le programme du 20e anniversaire a dopé les activités touristiques et la fréquentation des parcs et hôtels. Avec 16 millions de visites en 2012, Disneyland® Paris est la destination touristique la plus visitée en Europe et le premier tour opérateur en France en nombre de clients. En 2012, 52 % des visiteurs venaient de France, 13 % du Royaume-Uni, 12 % du Benelux (Belgique, PaysBas et Luxembourg), 9 % d’Espagne, 3 % d’Italie, 3 % d’Allemagne et 8 % du reste du monde. 5 800 chambres d’hôtels et un taux d’occupation toujours élevé : 84 % (87,10 % en 2011) (plus de 8 000 chambres avec les hôtels partenaires). Source : Disneyland®Paris

Malgré ces incertitudes, Seine-etMarne Développement a fait naître de nouveaux projets qui répondent à ses objectifs stratégiques.

Le lancement du projet “Initiatives télécentres 77” illustre ainsi cette volonté d’innovation et d’expérimentation autour des nouvelles formes de travail, voire d’accès à la santé et aux formations. La formalisation du projet à travers l’association IT77 permet d’associer de nombreux partenaires – parmi lesquels les intercommunalités les plus importantes du département. La construction du “pacte sud” avec la Région et les 9 intercommunalités du sud de la Seine-et-Marne relève de la même ambition. Le plan d’action autour duquel sera conclu le pacte comprend aussi un nombre important d’opérations impliquant directement l’activité de l’agence. Enfin, lancée au mois d’octobre 2012 , la marque “DIGITALL 77” rassemble désormais sous une même bannière les différentes initiatives menées en Seine-et-Marne pour encourager le développement des usages numériques. Cette marque fondée avec la CCI 77 correspond au souhait des élus des deux organismes de mutualiser leurs moyens pour une meilleure efficacité au service des entreprises seine-et-marnaises. Sur tous les fronts, la Seine-et-Marne innove et propose l’avenir.

Top 5 des sites Touristiques les plus fréquentés en 2012 (hors Disneyland® Paris et la Vallée Village)

01 / Château de Fontainebleau

451 975

02 / Vaux le Vicomte

260 000

03 / Parc des félins

252 000

04/ Provins Visites du Patrimoine 05 / Sea Life Source : seine-et-marne tourisme

Top 10 des événements 2012 en nombre de visiteurs 01 / Compétitions équestres et manifestations – Grand Parquet Fontainebleau 02 / La Légende des chevaliers – Provins

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

350 000 88 409

03 / Les Aigles des remparts – Provins

74 309

04 / Les Médiévales de Provins

70 000

05 / La foire internationale aux fromages et aux vins – Coulommiers

60 000

06 / Festival Montereau Confluences

44 000

07 / Au temps des remparts – Provins

20 773

08 / Vaux le Vicomte fête Noël

20 225

09 / 2e édition du Festival de l’histoire de l'art Château de Fontainebleau 10 / Festival départemental Dépayz’Arts

g.eude@smd77.com

218 276 276 000

18 000 18 000

Source : seine-et-marne tourisme

trajectoires juin-juillet-août 2013 — 03


actualités

Y NCIT E E R G 17-18 3 OCTO À

BRE

201

S ARTE LÉE L DESC CITÉ NE-LA-VA R A M IS R A P

Greencity et Futur en Seine Dans le cadre du festival mondial de l’innovation numérique, Greencity et Seine-et-Marne Développement proposent un atelier sur les “smart grids” dans la construction durable. Quelques mois avant Greencity 2013, le rendez-vous des grands acteurs de la Ville durable en Île-de-France organisé les 17 et 18 octobre prochains à Paris Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne Développement propose, lors du festival Futur en Seine, un atelier sur les "smart grids” dans la construction durable. Futur en Seine est le festival mondial créé par Cap Digital pour présenter chaque année les dernières innovations numériques françaises et internationales aux professionnels comme au grand public. À l’initiative de l’Agence Régionale de Développement (ARD) Paris Île-deFrance, en partenariat avec Advancity, CapDigital, Mov’eo, Greencity et Seine-et-Marne Développement, cette journée sera plus particulièrement consacrée aux enjeux et aux projets de R&D concernant les villes

intelligentes sur le thème “Comment la R&D améliore la durabilité et la qualité de vie dans les Smarts Cities ?” Organisé au 104 (Paris), l’événement rassemblera des représentants de villes et de métropoles, des start-Ups et des PME, des grands groupes et des laboratoires français et étrangers. Un des ateliers, directement assuré par Greencity et l’agence économique du Conseil général de Seine-et-Marne, sera plus précisément consacré aux “Smart grids for building”, ces petits composants électriques et électroniques de plus en plus utilisés pour visualiser les informations disponibles sur la vie des bâtiments et leurs usages. Entrée libre et gratuite. + d'infos : www.paris.region.com/smartcity et 01 64 14 55 30 e.quillere@smd77.com

Brainstorming puissance 77 Vous avez une idée ? Vous démarrez un projet ? Vous caressez un rêve avec quelques proches ? Partagez-les ! Peu importe qu’ils soient financièrement modestes ou de plus grande ampleur, matériels ou immatériels, encore conceptuels ou déjà bien concrets. L’essentiel est que ces initiatives contribuent à faire avancer une Seine-et-Marne moderne, innovante, désireuse d’imaginer et de construire son propre modèle de développement. Il convient toutefois que vos idées soient reproductibles et, bien sûr, qu’elles soient fidèles à l’esprit du Projet de Territoire. En 2012, un premier appel à initiatives avait déjà permis de présenter 35 idées et actions proposées, dans le magazine du Conseil général de Seine-et-Marne, sur son site internet et auprès de la presse locale et spécialisée. Depuis, certaines ont avancé, tels la création d’un télécentre à Val d’Europe, le développement d’un bus électrique à recharge rapide ou la réalisation d’une maison à énergie positive. Avec ce second appel, le Conseil général espère identifier, encourager et labelliser de nouvelles initiatives exemplaires sur le territoire de Seine-et-Marne, dans des domaines comme l’accessibilité aux services, les nouveaux usages numériques, la cohabitation ville/nature, l’attractivité touristique, les nouvelles formes

04 — trajectoires juin-juillet-août 2013

© CG77/yannpiriou.com

L’avenir de la Seine-et-Marne est l’affaire de tous. Citoyens, associations, entreprises et collectivités peuvent participer à l’appel à initiatives lancé par le Conseil général pour enrichir son Projet de Territoire.

L'éco-quartier de l'Eau vive à Lieusaint est l'une des premières initiatives labélisées “Projet départemental de territoire."

de mobilité, les conditions du bien vivre ensemble... Pour être candidat, il suffit de télécharger le dossier de l’appel à initiatives sur le site du Conseil général (http://www.seine-et-marne.fr/appel-a-initiatives) et de le déposer au plus tard le 28 septembre 2013. En savoir plus : appelinitiativesPDT@cg77.fr trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


© Gérard Halary

La “Charte des artisans passionnés”

Les 3 premiers de la catégorie Tradition – Mrs Dardour, Guérin et Monchaussé. © Maison de la Boulangerie

La Chambre professionnelle des artisans boulangers de Seine-et-Marne lance une charte qualité. Comment se démarquer durablement de la boulangerie pâtisserie industrielle ? C'est afin de répondre à cette question et d'assurer ainsi la pérennité de son artisanat que la Maison de la Boulangerie Pâtisserie de Seine-et-Marne (MBPSM) lançait, en avril dernier, sa “charte des artisans passionnés”. Véritable cahier des charges, elle compte neuf points qui sont autant de critères à respecter : “Je confectionne mon pain, ma viennoiserie et ma pâtisserie artisanalement” ; “Je respecte le jour de fermeture obligatoire” ou encore “Je m’engage dans une démarche moins de sel”. Ce “label de confiance et de compétence”, scellé par un contrat signé entre la MBPSM et le professionnel, sera repérable à la fois par les acteurs de la filière et le consommateur grâce à une affiche et un logo “artisan passionné” annuel. L'objectif de la chambre professionnelle : donner aux 410 entreprises artisanales de Seine-et-Marne la possibilité d'imposer une référence auprès du public en réalisant des actes formalisés, respectueux d'une déontologie professionnelle, tant au niveau de la fabrication des produits que des valeurs du métier. p.montin@smd77.com

Prologis park chanteloup – Moissy-Cramayel.

Alpha Direct Services choisit Moissy-Cramayel L’un des leaders français des prestations de services au E-Commerce vient d’ouvrir 30 000 m² dédiés aux solutions logistiques proposées aux marchands du site Price Minister. 200 emplois seront créés d’ici deux ans. Alpha Direct Services vient de conclure avec Prologis la location d’une plateforme de 30 000 m² à MoissyCramayel. La société spécialisée dans les prestations de services sur les marchés du E-Commerce pourra ainsi proposer aux marchands de Price Minister - qui appartient comme elle au groupe japonais Rakuten - de réaliser pour leur compte le stockage des produits, la préparation des commandes et les expéditions. Son offre très complète peut couvrir toutes les étapes de la chaine logistique, de la prise

d’ordre jusqu’à la gestion des retours. Le choix de ce site, complémentaire de ceux que la société possède déjà à Beauvais et Evreux, est guidé par la volonté d’Alpha Direct Services de prendre pied en Île-deFrance. “Moissy-Cramayel nous offre tout à la fois la proximité avec Paris, l’accès rapide aux autoroutes A5 et A6 ainsi que la proximité avec de grandes plateformes de transports, notamment Coliposte et Colis Privés”, indique la société. Dans un premier temps, dès ce mois de juin, le site fonctionnera avec une quarantaine de salariés, mais la société programme, dans les deux prochaines années, la création de 200 emplois de façon à pouvoir traiter en BtoC plusieurs millions de colis par an. l.benko@smd77.com

ESS 77 récidive ! l’économie

sociale et solidaire

seine-et-marne.fr

L’Agenda 21 du Conseil général de Seine-et-Marne s’emploie à combiner développement durable et économie sociale et solidaire (ESS). Les structures porteuses des valeurs de l’ESS sont invitées à participer à un appel à projets doté de 500 000 €.

Le succès remporté en 2012 par son premier appel à projets dédié à l’Économie Sociale et Solidaire trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

a conforté le Conseil général de Seine-et-Marne dans sa volonté d’encourager le démarrage et le développement d’initiatives économiques solidaires, innovantes, socialement responsables et génératrices d’emplois. Distingués parmi 51 candidats, 17 lauréats s’étaient alors partagés les 500 000 € versés par le département. Il récidive donc cette année en invitant les entreprises seine-et-marnaises dont les valeurs et le fonctionnement s’inspirent de l’ESS, à concourir aux côtés des associations, des SCOP ou des fondations. Toutes ont jusqu’au 28 juin pour faire acte de candidature en téléchargeant un dossier sur www.seine-et-marne.fr. “Nous donnerons priorité cette année aux secteurs d’activités identifiés comme prioritaires dans notre projet de territoire”,

annonce Kysia Dorizon, chargée de mission au Conseil général, citant notamment les usages numériques, l’éco-construction et les éco-matériaux, les déchets et leur réemploi, les énergies renouvelables, la mobilité durable, l’agriculture bio et les circuits courts de distribution, le tourisme ou les services aux entreprises et aux salariés. Sélectionnés en novembre prochain à l’occasion du Mois de l’économie Sociale et Solidaire, les projets lauréats seront soutenus à hauteur de 50 % de leur coût HT et dans la limite de 50 000 €. + d'infos : kysia dorizon, tél : 01 64 14 55 30 kysia.dorizon@cg77.fr b.lechartier@smd77.com

trajectoires juin-juillet-août 2013 — 05


actualités

7ème Appel à projets PM'up

en bref…

La Région île-de-France lance son septième appel à projets PM'up, à destination des PME-PMI à fort potentiel.

ATF Gaia reçoit le Trophée Achats RSE Allianz 2013 Allianz France a remis son Trophée Achats RSE Allianz 2013 à ATF Gaia, récompensant son engagement résolu en matière de Responsabilité Sociale et Environnementale. Le 26 mars dernier, lors de la troisième Journée des Achats – une manifestation organisée chaque année par Allianz France – ATF Gaia a été récompensée. Installée à Moissy-Cramayel, présente auprès d’Allianz depuis 2003, ATF Gaia a été distinguée parmi une centaine de fournisseurs en compétition, pour son service de vente en ligne PC Privé. Ce service, assuré par des travailleurs handicapés, met à disposition des salariés du matériel informatique reconditionné à un prix attractif. ATF Gaia intervient plus largement dans le cycle de vie des équipements informatiques et télécoms professionnels, du maintien en conditions opérationnelles jusqu'au recyclage par le réemploi, tout en respectant l'environnement et en favorisant l'accès à l'emploi des personnes en situation de handicap.

PM’up

Le 15 mai dernier, la Région Île-de-France lançait son septième appel à projets PM'up. Ce dispositif s'adresse aux PME franciliennes de 5 à 250 salariés, dotées d'un chiffre d'affaires inférieur à 50 M€ et souhaitant mettre en œuvre un plan de développement ambitieux. Il les accompagne dans leur développement, en leur apportant un soutien financier et un appui technique. Les lauréats bénéficient pendant trois ans d'une subvention pouvant atteindre 250 k€, d'un accompagnement personnalisé par un conseiller de la Région ainsi que d'un réseau de plus de 600 entreprises et partenaires. Les cinq secteurs d’activités ciblés sont :

Vous êtes une PME implantée en Île-de-France ? Vous souhaitez mettre en œuvre un plan de développement ambitieux et responsable ?

La Région ÎLe-de-FRance soutient vos PRojets

www.iledefrance.fr

les éco-activités portant sur les pollutions environnementales ; la création numérique et digitale ; les hautes technologies ; la mécanique, les matériaux et la performance industrielle ; les innovations sociales. Après diagnostic, un jury composé de personnalités qualifiées sélectionne les projets ayant le meilleur potentiel en termes de création de valeur et d'emploi, d'innovation, de développement international ou de développement durable.

Les entreprises intéressées ont jusqu'au 11 juillet pour déposer leur candidature, sur la page dédiée du site www.iledefrance.fr l.benko@smd77.com

Championnat régional des mini-entreprises : la Seine-et-Marne distinguée Le 22 mai dernier, au championnat régional des mini-entreprises, quatre candidats seine-etmarnais se distinguaient. L’une d'entre elles représentera l'Île-de-France au championnat national. Près d'un prix sur trois. C'est le beau score obtenu par les candidats seine-et-marnais lors du dernier championnat régional des mini-entreprises à Evry, puisqu'ils ont remporté cinq des seize prix mis en jeu. La Mini-Entreprise BIONEUR du CFA CMA 77 de Saint-Germain-Laval, qui commercialise des croissants et chouquettes bio est repartie avec le titre de Vice-Championne dans la catégorie collège. NOVANI du collège Erik Satie de Mitry-Mory a remporté, avec son accroche béquille, le premier prix mobilité et le premier

prix Entreprendre Autrement catégorie collège. La MiniEntreprise REPOSE TOI du Lycée Simone Signoret annexe Villepatour de Presles-en-Brie a, elle, décroché le premier prix de l'innovation avec ses places assises en supermarché. Quant à COACH'N GO, du CFA UTEC d'Emerainville lauréat du Prix Seine-et-Marne Développement au 4e championnat départemental, qui propose du coaching à destination des jeunes sportifs, elle a obtenu le premier prix catégorie Post Bac et représentera l'Île-de-France au championnat national, qui se tiendra les 5 et 6 juillet prochains à la Cité des Sciences et de l'Industrie à Paris. b.lechartier@smd77.com

Les Val’ Entrepreneurs à l’honneur Du 15 mai au 31 juillet 2013 Informations et modalités d’inscriptions : www.valmaubuee.fr 06 75 65 44 02

3e édition

ConCours

Val’entrepreneurs

appel à Candidature entreprises de moins de 50 salariés

20 000 € à partager 4 Catégories Solidaire Écologiquement responsable À fort potentiel Entreprise de moins de 3 ans dans l’une des 3 catégories

La 3e édition du concours Val’Entrepreneurs entend promouvoir la vocation économique et le développement durable au Val Maubuée. Les PME de son territoire peuvent s’y inscrire jusqu’au 15 juillet prochain. Le SAN du Val Maubuée avait initié le concours Val’Entrepreneurs en 2009. La Communauté d’agglomération qui lui a succédé le 1er janvier dernier reprend logiquement le flambeau afin de soutenir et valoriser les entreprises de son territoire. Aux trois catégories déjà existantes – “Solidaire”, “écologiquement responsable” et “Fort potentiel” - vient s’ajouter une quatrième pour l’édition 2013 : “Moins de 3 ans”. Cette nouveauté vise à ne pas exclure de la compétition les jeunes pousses très prometteuses qui n’ont pas eu suffisamment de temps pour faire leurs preuves. Les quatre lauréats se verront remettre un prix de 5 000 €, agrémenté d’une adhésion gratuite d’un an à l’association des chefs d’entreprises de Marne-la-Vallée. Les entreprises de moins de 50 salariés intéressées ont jusqu’au 15 juillet pour renvoyer le dossier d’inscription téléchargeable sur le site www.valmaubuee.fr r.nouat@smd77.com

06 — trajectoires juin-juillet-août 2013

Sénart = GRAND PARIS SUD Le SAN de Sénart et ses partenaires lancent la marque SÉNART GRAND PARIS SUD. Tout est parti d'un constat : le décalage entre la réalité du territoire de Sénart et son image perçue par les entreprises. Malgré un centre qui se développe à la vitesse grand V et un espace en pleine transformation, l'agglomération est encore trop souvent perçue comme étant loin des centres de décision, bien plus loin qu'elle ne l'est en réalité. Or, ce décalage n'incite pas les entreprises à venir s'installer sur un territoire pourtant particulièrement dynamique. D'où l'idée du SAN de Sénart de réunir l'ensemble de ses partenaires publics et privés afin d'améliorer la notoriété de Sénart auprès des décideurs et des entreprises susceptibles de venir s'y installer. Autour de la table : l'EPA Sénart, Seine-et-Marne Développement, l'UPEC, Seine-et-Marne Tourisme, Snecma Safran, l'hôtel Clarion Suite ou encore les grands centres commerciaux Carré Sénart et Bois Sénart-Maisonément. Chargée d'imaginer une marque de territoire, l'agence beaurepaire a proposé la signature Sénart Grand Paris Sud. Parce qu’elle permet de situer géographiquement Sénart. Mais aussi parce que sa sobriété la rend facilement compatible avec la signature de chacun des acteurs du territoire. Présentée début juin, à l'occasion du colloque sur les quarante ans de Sénart, elle sera déclinée dès la rentrée prochaine sur divers outils de communication.

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


Sénart a 40 ans, l’âge de la maturité ! En quatre décennies, pourtant marquées par des crises économiques successives, une poignée de villages ruraux s’est muée en une ville nouvelle désormais puissante, mais toujours largement ouverte sur la nature. Avec son Contrat de Développement Territorial, Sénart enclenche aujourd’hui une nouvelle dynamique, intègre le Grand Paris et s’affirme comme l’incontournable entrée Sud-Est de la métropole capitale.

© EPA SÉNART Communication / L. Descloux

© EPA SÉNART Communication / Y. Piriou

DOSSIER

En haut : Image aérienne du Carré Sénart. En bas : IUT Sénart Fontainebleau – Campus de Sénart.

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

trajectoires juin-juillet-août 2013 — 07


DOSSIER

Une forte croissance économique

Maisonément : le premier “Retail Park” français entièrement dédié à la décoration, l’ameublement et l’équipement de toutes les pièces de la maison.

Sénart a tenu toutes ses promesses ! En l’espace de 40 ans, une ville nouvelle est sortie de terre, à la campagne mais bien connectée à Paris par l’A5 et la Francilienne. 30 000 logements ont déjà été construits pour 100 000 nouveaux habitants et une quinzaine de parcs d’activités ont été aménagés pour accueillir quelque 3 000 entreprises et 40 000 emplois. Qui dit mieux ?

J 

oyeux anniversaire Sénart ! Le 25 avril dernier, la ville nouvelle a dignement célébré ses 40 ans, en inaugurant au Carré, l’Espace l’exposition interactive “Sénart se met en scène”. L’initiative de l’établissement Public d’Aménagement (EPA) entend non pas mesurer le chemin parcouru, “mais nous projeter résolument dans l’avenir”, résume son Directeur général Bruno Depresle. Un avenir immédiat puisque y sont présentés tous les grands projets et équipements structurants qui assureront, demain, le développement de Sénart : le futur théâtre, le nouveau Campus d’ingénieurs, le projet de gare TGV, l’Ecopôle, la ligne TZen 2, les nouveaux quartiers de logements et d’activités… Pour accueillir cette exposition, quel meilleur écrin que le Carré Sénart ? Il symbolise par excellence (voir p.9) le dynamisme et le souci d’équilibre qui ont guidé, depuis 1973, la très forte croissance d’une ville nouvelle érigée à la campagne. “Préserver notre qualité de vie était indispensable, se souvient aujourd’hui Jean-Jacques Fournier, à l’époque jeune maire de Moissy-Cramayel. Initialement, pour nous, élus des petites communes, cette création n’était pas une bonne nouvelle. Nous craignions d’y perdre notre autonomie et de voir nos projets remis en cause”. Le fait est que l’EPA – bras armé de l’Etat pour conduire ce programme à marche forcée - a été tout puissant dans un premier temps. “Mais peu à peu, un certain équilibre a été trouvé, qui prévaut encore aujourd’hui”, analyse Jean-Jacques Fournier, Président du Syndicat d’Agglomération Nouvelle (SAN) Sénart Ville Nouvelle depuis 1975. Quoi qu’il en soit, rien n’aurait pu se faire sans ce partenariat – exigeant, mais fructueux. SAN et EPA ont parfois des priorités, donc des calendriers sensiblement différents – le développement économique pour l’un, le logement pour l’autre – et, en toute logique, les discussions sont parfois serrées. “L’EPA est un établissement public à caractère industriel et commercial,

08 — trajectoires juin-juillet-août 2013

observe Jean-Jacques Fournier. Il a des obligations de résultats qui l’amènent parfois à aller plus vite que ne le souhaitent les élus. En sens inverse, l’EPA prend en compte notre désir de préserver un environnement exceptionnel qui fait aujourd’hui notre force”. Une fois les règles du jeu clairement établies et acceptées par tous, rien ne pouvait freiner un développement dont Bruno Depresle souligne la cadence très soutenue. “Dans les 4 autres villes nouvelles imaginées à la fin des années 60 par le Général de Gaulle et Paul Delouvrier pour mettre un terme à l’urbanisation anarchique de la région parisienne, ce rythme s’est progressivement ralenti. Ici, il perdure et nous disposons encore de 3 000 ha de réserves foncières maîtrisées pour l’alimenter.” Deux scénarios prévalent actuellement selon que Sénart décrochera ou pas la gare TGV qui lui semblait promise avant que l’état ne soit obligé de prioriser ses prochains investissements. “Si la gare TGV est confirmée, nous prévoyons 1 500 créations d’emplois et 1 200 constructions de logements par an jusqu’en 2027”, résume Bruno Depresle. “Même si nous devons patienter un peu, nous obtiendrons cette gare tôt ou tard, assure Jean-Jacques Fournier. Mais l’essentiel est déjà acquis puisque l’arbitrage en faveur de Sénart pour une interconnexion Sud des LGV en Île-de-France nous vaut déjà d’être reconnus comme la porte d’entrée SudEst de la Région Capitale”. Désignée parmi les dernières bénéficiaires d’un Contrat de Développement Territorial (CDT) du Grand Paris, elle sera en effet l’une des premières à parapher le précieux document qui lui assurera quelques belles années de croissance supplémentaires.

Afin d’assurer à ses nouveaux habitants les emplois qui leur éviterait de trop longs trajets quotidiens – donc éviter de devenir une cité dortoir de l’agglomération parisienne – Sénart devait impérativement mener en parallèle son essor démographique et son développement économique. Michel Bisson personnalise cet enjeu depuis quelques années. Tout à la fois Président du Conseil d’administration de l’EPA, 1er Vice-Président du SAN et Président de la Maison de l’Emploi et de la Formation de Sénart, le Maire de Lieusaint met en musique la stratégie économique arrêtée il y a 6 ans. “Notre politique se fonde sur trois priorités. D’abord nous forger une identité différenciée valorisant nos points forts : les éco-activités, l’innovation logistique ou l’aéronautique. Ensuite, stimuler notre tissu endogène en accompagnant au mieux les entreprises de notre territoire, notamment au travers d’outils comme la Maison de l’Emploi et de la Formation ou les clubs de l’innovation logistique et des éco-activités. Enfin, ancrer Sénart dans des dynamiques d’innovation en rapprochant nos entreprises des établissements d’enseignement supérieur, en favorisant l’éclosion de nouvelles formations, en faisant fonctionner un incubateur et en adhérant à des pôles de compétitivité ou d’excellence (Advancity, Réseau PEXE…).” Pour développer l'économie, Michel Bisson parie sur la formation supérieure et imagine un modèle nouveau : le pôle des sciences de l'ingénieur mariant le public (upec) et le privé (Icam). Il se félicite du soutien de poids en la personne de Gérard EUDE permettant ainsi la mobilisation d'autres financements publics. Les résultats ? Ils sont déjà au rendez-vous : Sénart affiche des taux de croissance qui font bien des envieux. Avec plus de 1 000 emplois créés par an, le ratio des emplois sur les actifs est passé de 0,60 à 0,74% en moins de 10 ans.

Immochan réinvestit dans Maisonément Très présent à Bois Sénart depuis l’ouverture d’un hyper en 1977, le groupe Auchan continue d’investir. Témoin de la restructuration partielle du “Retail Park” Maisonément a été créé en 2007 (63,5 M€) à parts égales avec Klépierre. “La réorganisation des espaces commerciaux du site vont nous permettre d’accueillir en 2014, sur 7 000 m2, la jardinerie qui faisait encore défaut à cet ensemble dédié à la décoration, à l’ameublement et à l’équipement de la maison”, annonce Sophie Fagart, Responsable Montage d'Opérations Île-deFrance. L’heureuse élue s’appelle Botanic, une enseigne savoyarde encore peu implantée en Île-de-France. 35 emplois seront créés à l’ouverture. Par ailleurs, toujours à Bois Sénart, Immochan accueille dès ce mois de juin, le premier Z5 francilien. Z comme Zinedine Zidane. Dans les locaux d’un ancien Leroy Merlin, la franchise du champion du monde 1998 développe un concept mêlant futsal (6 terrains), fitness, danse et bien-être. trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


interview

Malik Benrejdal co-fondateur d’ I@D

à la rentrée prochaine, votre société I@D rejoindra le Carré Sénart. Pourquoi ce déménagement ? M. B. : Notre entreprise est née il y a cinq ans dans un pavillon à Seine-Port. Puis nous avons pris des bureaux à Cesson la Forêt. Mais notre croissance est telle qu’il nous fallait à nouveau déménager. Sénart nous paraissait tout indiqué. Or, le Carré en constitue le poumon. Notre choix était donc naturel. Quelles équipes de l’entreprise serontelles concernées ? M. B. : Notre force est d’abord constituée par les quelque 1 600 mandataires immobiliers à domicile que nous avons mis en réseau dans toute la France. Nous en recrutons 500 de plus chaque année. De ce point de vue, l’ouverture à venir du Théâtre de Sénart nous intéresse car nous organisons régulièrement des conventions d’affaires. Au Carré Haussman 3, sur les 1 200 m2 que nous acquérons, nous installerons notre siège social et les 40 salariés de notre plateforme administrative et technologique.

“Le Carré est le poumon économique de Sénart. Son accessibilité est parfaite et il offre une gamme de services très riche à l’entreprise et à ses salariés.” Dans un environnement concurrentiel, quels atouts ont permis à Sénart d’emporter votre décision ? M. B. : Principalement son emplacement stratégique grâce à l’A5, à la Francilienne et au RER. Nous espérons aussi que la gare TGV permettant une interconnexion LGV se fera bien comme prévu. Nos agents nous rejoindront alors très facilement. Je citerai encore une future connexion au réseau départemental internet à haut débit et la volonté d’offrir à nos salariés un environnement de qualité conciliant une nature très présente et de nombreux services, commerces et loisirs. trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

I@D a choisi le Carré Haussman 3 pour installer son siège social.

Un développement

au Carré !

Pour exister, pour respirer, Sénart avait besoin d’un cœur. Elle a mieux : un Carré ! Ce programme immobilier très novateur a réussi, en l’espace de 10 ans, à donner à la Ville Nouvelle l’identité et la notoriété qui lui manquaient encore. Fin 1993. Sénart se voit in-extremis privé du Grand Stade qui lui avait été promis pour la Coupe du Monde 1998. La déception des élus de la Ville Nouvelle est à la mesure des

L’ICAM bientôt dans ses murs

La première promotion de l’ICAM Sénart (50 étudiants) a été recrutée à la rentrée dernière sans attendre les locaux que l’école d’ingénieurs a mis en chantier au cœur du Carré avec le soutien financier du SAN, du Département de Seine-et-Marne et de la Région Île-de-France. Un premier permis de construire de 25 000 m2 a été déposé pour réaliser 310 logements étudiants (10 000 m2), 11 000 m2 de bâtiments pour l’ICAM et 4 000 m2 de bureaux et de locaux en prévision de l’arrivée d’autres écoles. Dans un premier temps, 20 M€ vont être investis dans la réalisation de 150 logements étudiants (rentrée 2014) et 7 500 m2 de bâtiments d’études et de bureaux (rentrée 2015). D’ici 10 ans, l’école devrait accueillir quelque mille étudiants (voir notre rubrique Matière Grise p. 11). La montée en puissance de l’Université de Paris-Est Créteil (UPEC) se poursuit également. Le nombre de ses étudiants devrait doubler et dépasser le cap des 5 000 avant 2025. L’an prochain démarreront les travaux d’une bibliothèque universitaire (1 500 m²) suivis de la construction d’un nouveau bâtiment de 2 000 m2 destiné aux licences professionnelles.

bénéfices qu’ils espéraient tirer de ce grand équipement en termes de désenclavement, de développement économique et de notoriété. “Il fallait absolument rebondir se souvient aujourd’hui François Tirot, le Directeur de l’urbanisme et du paysage à l’EPA. Ma Direction générale m’a alors demandé de plancher sur un grand projet à même de donner un nouvel élan à Sénart. Deux objectifs devaient guider notre réflexion : mettre en réseau les communes de la Ville Nouvelle et réunir les conditions d’accueil sur un site central des grands équipements et services renforçant l’identité et le rayonnement de Sénart. Très vite, le concept du Carré s’est imposé.” Aujourd’hui, ce gigantesque Carré d’1,4 km de côté (soit 200 ha) s’est imposé comme le cœur, la vitrine, de Sénart... alors même que 30  % seulement du programme est réalisé. “Par contre, 80 % des aménagements sont achevés, explique François Tirot. C’est le secret de notre réussite : avant toute construction, nous avons installé un paysage, planté 10 000 arbres, creusé 2 canaux, implanté 21 km de liaisons cyclistes”. Tiré par une puissante locomotive – le centre commercial inauguré en 2002 sur 65 000 m2 – et de beaux équipements tels le Shopping Park, le plus grand bowling francilien et le complexe Gaumont (16 salles) le plus fréquenté de France, le Carré a également veillé à offrir une mixité d’usages. “L’heure viendra d’y faire des logements de qualité”, promet Jean-Jacques Fournier, le Président du SAN qui, pour l’heure, assigne au Carré une autre priorité : assurer à la collectivité les retombées économiques et fiscales dont elle a besoin pour poursuivre son développement. “Notre objectif initial portait sur 100 000 m2 de bureaux et 4 000 emplois. Nous avançons un peu moins rapidement que prévu, mais 30 000 m2 ont déjà été construits.” D’autres programmes sont d’ores-et-déjà sur les rails et les premiers chantiers liés à la création d’un Pôle des Sciences de l’Ingénieur autour de l’ICAM vont démarrer en fin d’année (voir notre encadré). Sans oublier le Théâtre (50 M€) livré en 2014 à la Scène Nationale de Sénart et, à moyen terme, une salle d’athlétisme d’une jauge suffisante pour accueillir des Championnats d’Europe.

trajectoires juin-juillet-août 2013 — 09


interview

© Donati et Associés

DOSSIER

Perspective des bâtiments de Fulton pour l’écopôle de Sénart.

Directeur de la Logistique à l’UGAP, la centrale d’achat public, Savigny-le-Temple

Des ambitions estampillées

“Grand Paris” En signant avant la fin de l’année le Contrat de Développement Territorial qui la liera au Grand Paris, Sénart s’affirme comme une porte d’entrée majeure de la métropole. Elle mise principalement sur l’innovation logistique et les éco-activités.

L 

’enquête publique préalable à la signature du Contrat de Développement Territorial qui liera Sénart à l’état et au Grand Paris avant la fin de l’année va bientôt être engagée. Tous les signataires potentiels (1) ont délibéré favorablement. Pour que ce dispositif innovant entre en vigueur, il ne reste plus qu’à attendre les conclusions du Commissaireenquêteur et leur prise en compte. Parmi les priorités retenues dans 70 fiches actions figurent le renforcement de l’accessibilité de la Ville Nouvelle. Cela passera par l’achèvement d’ici 5 ans du dernier tronçon du TZen 1 en site propre jusqu’à Corbeil, suivi de la mise en chantier du TZen 2 (Carré Sénart – Melun Gare). Programmé à l’horizon 2020, cet investissement de quelque 160 M€ est d’ores-et-déjà financé par l’état, la Région et le Département de Seine-et-Marne. Reste à améliorer très sensiblement le fonctionnement du RER D dont les élus pointent régulièrement les insuffisances. Un pôle d’excellence et d’innovation logistique Concernant le développement économique, deux grandes thématiques d’excellence ont été retenues. La première – l’innovation logistique – s’imposait : Sénart est l’un des pôles majeurs de la spécialité (1,8 million de m2 construits et 7 300 emplois). Le parc d’activités de l’A5 (130 ha cessibles) lui est totalement dédié. Après Bergerat Monnoyeur (Groupe Caterpilar), la Foncière Dentressangle vient de signer pour 90 000 m2 et PRD va lancer la commercialisation d’un bâtiment de 62 000 m2 livrable d’ici 18 mois. “Avec la création, fin 2013, d’un Club de l’innovation logistique, l’objectif est d’inscrire Sénart dans une logique de Cluster, pour promouvoir, par un partenariat étroit entre l’enseignement supérieur, les entreprises et les collectivités, de nouveaux débouchés dans la robotique, l’informatique ou la géolocalisation”, résume Frédéric Cavan, Directeur du développement économique de l’EPA. à Moissy-Cramayel, la société Balyo donne l’exemple en concevant des véhicules autoguidés destinés au transport de palettes (voir Trajectoires n° 30).

10 — trajectoires juin-juillet-août 2013

Dominique Paul,

Dans une Ville Nouvelle qui, par nature, doit beaucoup construire tout en veillant à protéger son environnement, les éco-activités s’imposaient tout aussi naturellement. Elles disposeront bientôt avec l’écopôle, site pilote de 73 ha inscrit dans la politique d’éco-région idéalement situé de part et d’autre de la Francilienne et à proximité du RER, sur les communes de Combs-la-Ville, Lieusaint et MoissyCramayel (voir notre encadré ci-contre). Ces deux thématiques feront très prochainement l’objet de formations supérieures dispensées par l’Université de Paris-Est Créteil (Master en logistique, licence en performance énergétique) ou l’Institut Catholique des Artset-Métiers qui a choisi pour son école sénartaise d’inscrire la construction de la ville et la gestion de la chaîne logistique parmi ses spécialisations de 4e et 5e année. Région Île-de-France, Conseils généraux de Seine-et-Marne et d’Essonne, SAN de Sénart Ville Nouvelle et de Sénart en Essonne et 12 communes.

(1)

Bientôt une pépinière d’entreprises à l’écopôle

Le SAN de Sénart va investir 4 millions d’euros ces deux prochaines années dans la construction d’une pépinière et d’un Hôtel d’entreprises dédiés aux éco-activités. “Ce sera le véritable coup d’envoi de notre écopôle”, annonce Michel Bisson, 1er vicePrésident du Syndicat d’Agglomération Nouvelle en charge de l’économie. Objectif : réunir dans une forte dynamique, relayée par un club des éco-activités, des entreprises investies dans des filières d’avenir telles que la performance énergétique, l’éco-construction, la gestion des flux ou la production d’énergies renouvelables. Début 2014, Helioprod Méthanisation ouvrira sur le site une unité de méthanisation destinée à produire l’énergie nécessaire à une population de 6 000 habitants. Attendue pour fin 2014, la pépinière d’entreprises comprendra, sur 2 300 m2, une trentaine de bureaux et une demi-douzaine de locaux d’activités. Elle accueillera aussi l’animateur de l’Ecopôle récemment recruté conjointement par l’EPA, le SAN et la Région.

Vous avez participé aux réflexions qui axent le futur Contrat de Développement Territorial sénartais sur l’innovation logistique. Qu’entendez-vous par là ? D. P. : La perception communément admise de la logistique est beaucoup trop réductrice. Il n’est plus seulement question d’entrepôts et de camions. La logistique, tout en restant une fonction indispensable au bon fonctionnement d’une entreprise, doit évoluer pour élargir ses domaines d’intervention et de compétence. C’est tout votre pari actuellement à l’UGAP. Êtes-vous en passe de le gagner ? D. P. : Absolument. Depuis une vingtaine d’années, avec la décentralisation, toute notre activité très saisonnière de commercialisation et de distribution de mobilier et d’équipements scolaires avait nettement diminué, menaçant notre site de Sénart. Il y avait urgence à trouver de nouveaux débouchés pour rentabiliser toute l’année un équipement important (14 000 m2) et pérenniser l’emploi de ses 24 salariés. Une première expérience réussie a consisté à stocker du matériel informatique acheté à l’UGAP par un client opérateur de santé et à lui livrer au fur-et-à-mesure de ses besoins. Puis la centrale d’achat a proposé en ligne des ordinateurs pré-configurés à bas prix avec la garantie d’une livraison en 5 jours. 8 000 pièces sont parties en 5 mois, générant un chiffre d’affaires de 100 000 € par semaine. Avez-vous d’autres pistes ? D. P. : Tout est possible dès lors que l’on

raisonne différemment dans nos process. Nous allons par exemple engager la commercialisation d’appareils de monitoring pour les établissements de santé, complétée par une formation en e-learning. Les TIC aussi élargissent notre horizon dans un département bien desservi en haut débit, car l’évolution de la logistique de distribution s’appuie sur la diminution des délais pour mieux accompagner le développement du commerce en ligne. trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


enjeux

matière grise

L'ICAM ParisSénart :

une école d'ingénieurs de renom choisit le Carré Sénart pour implanter son nouveau campus

Le choix de Sénart pour l'implantation de ce nouveau site n'a rien du hasard. D'une part il y a un soutien fort des pouvoirs publiques. De l'autre, l'accueil très favorable de l'UPEC. Jean-Pierre Pauwels, directeur adjoint de l'ICAM Paris-Sénart

Jean-Pierre Pauwels, directeur adjoint de l'ICAM Paris-Sénart.

Fondée il y a plus de cent ans à Lille, l'ICAM, école d'ingénieurs intégrée, n'était pas présente en Île-deFrance. Depuis la rentrée, c'est chose faite, avec un nouveau site à Sénart. L’implantation a été préparée en amont, en collaboration avec les acteurs locaux.

“L 

e lien de l'ICAM avec le monde industriel est très ancien, il remonte à sa création”. Jean-Pierre Pauwels, directeur adjoint de l'ICAM ParisSénart, inauguré à la rentrée 2012, sait de quoi il parle : il travaille depuis trente ans au sein de l'ICAM, groupe qui regroupe six écoles d'ingénieurs en France et trois sites à l'étranger : Pointe noire et Douala (en Afrique Centrale) et Chennai (en Inde). “La première école a été fondée à Lille en 1898 à la demande du patronat de la région”, retrace t-il. “Leur objectif était de disposer d'un pôle technique qui puisse former des cadres et responsables d'équipes sur le terrain, à l'époque, essentiellement dans le secteur textile”. Une collaboration avec le tissu industriel local qui ne s'est pas démentie depuis. Et le site de Sénart ne déroge pas à la règle : il propose à ses futurs ingénieurs quatre thématiques en adéquation avec les domaines d'activités les plus actifs du département seine-et-marnais : “bâtiment et ville durable” en lien avec le pôle de compétitivité Advancity, “santé et biotechnologie”, “logistique et supply chain” et “écologie industrielle et sociale”.

Main dans la main avec les acteurs locaux “Le choix de Sénart pour l'implantation de ce nouveau site n'a rien du hasard” continue Jean-Pierre Pauwels. “D'une part, il y a un soutien fort des pouvoirs publiques de Sénart et du Conseil général de Seine-et-Marne. De l'autre, l'accueil très favorable de l'Université Paristrajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

Une école, un credo Les initiales ICAM désignent l'Institut Catholique d'Arts et Métiers car le groupe a été créé il y a plus d'un siècle en collaboration avec les Jésuites. Ce compagnonnage, discret, se traduit aujourd'hui par une série de valeurs qui servent de colonne vertébrale à la formation des étudiants et à leur vie sur le campus, dans le respect des convictions personnelles de chacun. Dans l'ordre : la confiance, la liberté, la solidarité et la responsabilité.

Est Créteil et de son antenne de Sénart”. L'UPEC a ainsi mis à disposition de l'ICAM des locaux et a entamé une réflexion sur des actions pédagogiques et de recherche communes ainsi que sur des formations croisées. “Sans eux, nous n'aurions pas pu assurer cette première rentrée”. Car l'ICAM n'intégrera ses nouveaux locaux au coeur du Carré Sénart, qu'à la rentrée 2015 : 15 000 m 2 de bâtiments avec notamment, une résidence de 312 chambres, un projet immobilier ambitieux qui devrait accueillir, d'ici une dizaine d'années, un millier d'élèves, suivant des études d'ingénieurs ou une formation professionnelle de type CAP, Bac pro ou BTS. En attendant, en septembre dernier, l'école avait choisi de limiter sa première promotion à 23 élèves. Des promotions restreintes pour un encadrement optimal Un démarrage qui se fait donc en douceur. “On veut garantir un bon niveau de recrutement” décrypte Jean-Pierre Pauwels qui multiplie les forums d'orientations à destination des lycées de la région pour mieux faire connaître son établissement. “Et puis, nous voulons garantir un accompagnement personnalisé des élèves, par des enseignants disponibles, présents à plein temps dans nos locaux”. L'enseignement, généraliste de l'ICAM s'articule autour des sciences fondamentales et de disciplines plus appliquées comme la thermodynamique, la mécanique des fluides et l'électrotechnique, avec, et c'est une particularité de l'école, une place importante faite aux sciences humaines. Un cursus plébiscité par les entreprises. La preuve : au forum national de l'ICAM, organisé en avril dernier à Nantes, une trentaine d'entreprises avaient fait le déplacement. Et pas des moindres : L'Oréal, la SNCF, Colas, Unilevel, Safran ou encore Bonduelle. “L'industrie continue à recruter”, affirme Jean-Pierre Pauwels “et nos ingénieurs sont très appréciés”.

trajectoires juin-juillet-août 2013 — 11


enjeux

PARC D’ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES

Le Park de Ferrières en Brie Acteur majeur du développement de Ferrières-enBrie, Accelis Promotion poursuit la construction et la commercialisation du programme “Le Park” sur la ZAC du Bel Air. Deux bâtiments mixant locaux d’activités et bureaux sont déjà opérationnels et quasi complets. Le chantier du troisième, et avantdernier, démarre en juin.

E 

n septembre dernier Accelis Promotion et la municipalité de Ferrières-en-Brie ont inauguré le Crystal Paxton qui décline, sur 4 000 m2, un espace séminaire, un auditorium, des salles de réunion, un restaurant et un bowling. “Ce complexe est complémentaire de la résidence hôtelière de 232 lots que nous avions construite en 2007”, détaille Antoine Balcou, le responsable des programmes de la jeune société de promotion qui, depuis sa création, a tout misé sur le développement de Ferrières-en-Brie. à quelques centaines de mètres de la ZAC Bel Air, cet ensemble constitue un plus indéniable pour les entreprises qui peuvent y loger des clients et des collaborateurs ou organiser des formations, séminaires et autres rencontres. La même volonté de poursuivre la structuration de la zone se concrétisera prochainement par l’ouverture d’une crèche inter-entreprises de 50 berceaux. Sans oublier les 82 appartements livrés par Accelis Promotion

Notre programme du Park constitue, pour quelques mois seulement, une des dernières opportunités d’implantation sur la ZAC Bel Air de Ferrières-en-Brie. Khalil Khater, Président d’Accelis Promotion

En chiffres… • 18 000 m2 de terrain • 10 000 m2 SHON construits sur 4 bâtiments identiques • 3 200 m2 de bureaux divisibles en lots de 100 à 800 m² et 6 800 m² de locaux d’activités divisibles en lots de 320 m² minimum (dont 70 en mezzanine) • 9,5M€ d’investissement • 1 300 € (locaux d’activités) et 2 100 € (bureaux) le m2 à la vente et 85 € (locaux d’activités) et 150 € (bureaux) le m2/ an à la location (prix hors taxes, hors charges et hors frais de commercialisation) • 45 entreprises et 1300 emplois déjà implantés sur la ZAC Bel Air • à 800 m de l’échangeur 12 de l’A4 avec raccordement sur la RN 104 et l’A86 • à 25 Km de Paris • à 9 ‘ en bus de la Gare RER A de Bussy-StGeorges (Chatelet à 35’) • à 30 Km d’Orly et de Paris-CDG.

… Et en dates Juin 2010

Lancement du programme Décembre 2011

Livraison du bâtiment A

à la rentrée prochaine, eux-mêmes suivis par 90 maisons en 2014. Cette commune du secteur de Marne-la-Vallée comptera à terme 4000 habitants et 1300 emplois. Autant de logements, équipements et services, expliquent le succès de la ZAC qui se développe depuis une dizaine d’années sur des terrains maitrisés par EPAMARNE. “Nous lui achetons actuellement le dernier lot (9 000 m2) que nous avions réservé, de façon à engager avant l’été la construction du 3e et avant-dernier bâtiment de notre programme, résume Khalil Khater, le Président d’Accelis Promotion. La commercialisation répondant à nos attentes, nous tenons donc le rythme initialement prévu, à savoir la livraison d’un bâtiment par an. Le premier affiche déjà complet et le second en fera probablement autant avant la fin de l’année.” Locaux d’activités et bureaux modulables à la demande “Ce bâtiment C, comme ses deux jumeaux, et comme le D qui suivra probablement d’ici 18 mois, comprendra sur quelque 2 500 m2 des locaux d’activités avec 7 m de hauteur sous poutre, une mezzanine en rez-de-chaussée et des bureaux au 1er étage”, décrit Antoine Balcou. Chaque niveau, modulable en fonction des demandes, peut être divisé en 4 lots avec accès indépendant. Autre avantage : la possibilité pour les entreprises, d’acheter ou de louer. Beaucoup de sociétés locales ont saisi cette opportunité de devenir propriétaires sur une zone très recherchée où les opportunités se feront bientôt très rares. Témoins, les enseignes qui ont opté pour le Parc de Bel Air ces dernières années : Jeff de Bruges, Pylos Hubert Coup de Pates, Layer, Oxylane Decathlon (stockage et approvisionnement des magasins franciliens de l’enseigne sportive), Kuehne+Nagel, Cogerferm, Intégral Système… Fin 2013, la société Sunclear (produits plastiques semi-finis) y implantera, sur 30 500 m2 de plateforme et 3 000 m2 de bureaux, sa direction régionale et son pôle central de distribution pour la France et l’Italie. “En trois ans, une cinquantaine d’entreprises totalisant 1 300 emplois se sont déjà installées et 500 emplois supplémentaires sont espérés à court terme. Le Park C d’Accelis Promotion y contribuera !”

Janvier 2013

Livraison du bâtiment B Mars 2014

Livraison du bâtiment C

12 — trajectoires juin-juillet-août 2013

l.benko@smd77.com

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


Lizy-sur-Ourcq

Roissy Aéropole Trilport

Meaux

La Ferté-sous-Jouarre Chelles Val d’Europe

Val Maubuée

IFIS

Rebais

Digital Village Roissy-en-Brie

LES TÉLÉCENTRES EN PROJET EN SEINE-ET-MARNE

Pépinière de Sénart

Sénart Melun

TÉLÉCENTRE en activité

Pays-de-Seine

TÉLÉCENTRE : ouverture prévue en 2013

Fontainebleau

TÉLÉCENTRE en projet

Moret Seine-et-Loing

RÉSEAU DE FIBRE OPTIQUE sem@for 77

mise à jour mars 2013 Voulx

À la Carte

Télécentres : La Seine-et-Marne tisse sa toile ! Initiatives Télécentres77 est née il y a un an pour accompagner les projets de créations de télécentres en Seine-et-Marne. La dynamique est lancée et une offre de télécentres en réseau se constitue progressivement. Quatre nouveaux télécentres ouvriront au second semestre 2013 en Seineet-Marne : un à Fontainebleau, un à Trilport, et deux au Val d’Europe, un à Serris, et un coworking à l’IFIS, l’Institut Francilien d’Ingénierie des Services. Avec ceux de la pépinière Aéropole de Roissy et de Digital Village à Roissyen-Brie mis en service début 2013, cela portera à six le nombre de ces télécentres dans le département : la Seine-et-Marne est actuellement le territoire francilien leader dans la dynamique de développement d’une offre de lieux de travail à distance, dans une optique de compétitivité économique et de développement durable. Ces tiers-lieux proposent des postes de travail

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

et des services professionnels aux salariés, aux professions libérales, aux freelance et aux travailleurs nomades. Ils seront connectés au très haut débit grâce aux 1 500 km de fibre optique déployés à ce jour par le Conseil général de Seine-et-Marne, et fonctionneront en réseau. Une douzaine d’autres projets sont actuellement à l’étude. Leur ouverture permettra de créer un maillage de télécentres sur tout le territoire seine-et-marnais. C’est tout l’enjeu porté par l’association Initiatives Télécentres77, initiée par le Conseil général et Seine-et-Marne Développement. Elle rassemble déjà, un an après sa création, 43 membres parmi lesquels des collectivités, des aménageurs, l’Université Paris-Est IFIS, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Seineet-Marne et des grandes entreprises telles que CISCO, Orange, Régus, Sem@for77, SNCF et plus récemment, ALLIED, EMS-RATP. + d'infos : www.it77.fr

trajectoires juin-juillet-août 2013 — 13


sTORY TELLING Petit Jour à Saint-Fargeau-Ponthierry :

de la cour de récré à la cour des Grands Plutôt que de partir dans trop de directions, nous développons des gammes les plus larges et cohérentes possible. Daniel Lettmann, directeur général de Petit Jour

Daniel Lettmann, directeur général de Petit Jour.

Installée à Saint-Fargeau-Ponthierry, l'entreprise Petit Jour est spécialisée dans les jeux, jouets et objets pour enfants. Créée en 1977, elle cultive depuis près de quarante ans, des produits soignés, inspirés des plus grands succès de la littérature pour la jeunesse.

“N 

e cherchez pas Dora l'exploratrice, Bob l'éponge ou le dernier Disney. Nous préférons puiser dans la littérature”, affirme Daniel Lettmann, directeur général de Petit Jour, spécialisée dans les jeux, jouets et objets pour enfant. L'entreprise, installée depuis 1996 à Saint-Fargeau-Ponthierry, a été créée en 1977, d'abord sous le nom de Jeu d'Aujourd'hui, par son père, Thomas Lettmann. “Passionné de beaux jouets, il a d'abord centré son activité sur la diffusion de jouets en bois, allemands et finlandais”. Rapidement, sa petite équipe s'étoffe et s'installe dans les anciens Greniers à Grains de la Villette. Dès la fin des années 80, l'ancien publicitaire éprouve le besoin de créer ses propres gammes. Art de la table, bagagerie, papeterie, jeux éducatifs, peluche... l'entreprise développe alors des produits dérivés, inspirés de grands succès de la littérature enfantine. Et pas n'importe lesquels : Le Petit Prince, Barbapapa, Peter Rabbit ou encore Elmer. “On ne peut pas tout faire”, explique Daniel Lettmann. “Il faut que les illustrations nous conviennent, en terme de potentiel graphique, que les visuels soient transposables sur nos produits”. Démarchés quotidiennement, Petit Jour est même obligé de refuser de

14 — trajectoires juin-juillet-août 2013

Petit jour c’est quoi ? • 40 % du CA à l'export • Environ 2000 clients (chaînes de magasins spécialisés, librairies etc.) • Une vingtaine de collaborateurs (développement et conception, équipe commerciale et export, magasiniers, administratifs...)

Les dates 1977

Création 1987

Début de la collaboration avec les ayants droit de Saint-Exupéry. 1996

La société quitte Paris pour Saint-Fargeau-Ponthierry 2005

Début de la collection Barbapapa 2006

Daniel Lettmann reprend la direction de la société 2009

Lancement de la gamme Arty Frog

nombreux partenariats. “Plutôt que de partir dans trop de directions, nous développons des gammes les plus larges et cohérentes possible”. Avec un positionnement plutôt haut-de-gamme, c'est donc en toute logique que Petit jour préfère, à la grande distribution, un réseau de vente sélectif : enseignes de puériculture, librairies pour enfants, magasins de jouets, d'art de la table, boutiques de musées, grands magasins parisiens. Forte de cette belle renommée, l'entreprise familiale a lancé en 2009 Arty Frog, une marque au sein de laquelle elle développe ses propres lignes, soit avec ses graphistes maison, soit avec des illustrateurs reconnus, comme Soledad Bravi et ses assiettes Princes, Princesses ou Terrasses parisiennes. A ce soin apporté au design, répond la qualité irréprochable des produits, fabriqués selon des critères drastiques, en Asie et en Europe Centrale. “Le marché est soumis à une règlementation très stricte. Une batterie de tests nous assure la conformité de chacun de nos produits”, assure Daniel Lettmann qui a rejoint l'entreprise familiale en 2006, abandonnant sa carrière d'avocat. “J'avais un lien sentimental fort avec Petit Jour. Quand j'ai compris que mon père voulait se retirer, je lui ai proposé de reprendre le flambeau”. Ce dernier contribue toujours activement au développement des nouvelles gammes, son fils s'occupant lui de la gestion quotidienne. Une collaboration des plus fructueuses puisque l'entreprise continue à se développer en conquérant des marchés particulièrement dynamiques comme la Grande-Bretagne et l'Allemagne. trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


DMS à Noisiel :

Au coeur du son IMMERSIF

Les trois fondamentaux de notre ADN : l'audio immersif 3D, l'innovation, la qualité. Hervé Roux, PDG de DMS

Hervé Roux, PDG de DMS.

Digital Media Solutions, toute jeune entreprise spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation de solutions audio 3D, connaît une croissance exponentielle depuis son lancement en 2009.

“N 

ous sommes vraiment au début d'un marché. Tout est à conquérir”. Hervé Roux est l'heureux PDG de DMS – pour Digital Media Solutions, une entreprise spécialisée dans le son immersif 3D qu'il a lui-même créée en septembre 2009. Un pari risqué sur un marché qui était alors tout juste balbutiant, mais Hervé Roux n'a pas manqué de bonnes fées. “La Chambre de Commerce et d’Industrie de Seine-et-Marne, Seine-et-Marne Développement, le CIC Est, Nord Seine-et-Marne Initiatives, la pépinière d'entreprises de Champs-sur-Marne...Tous ces acteurs nous ont permis de nous installer facilement”. Ancien ingénieur du son, passé par la direction ventes et marketing d'un des leaders de l'audio, Hervé Roux est d'abord seul à la manoeuvre, épaulé par un collaborateur en contrat de professionnalisation. Il commence par distribuer des technologies développées par d'autres afin de financer sa propre R&D, avant de monter en puissance après avoir convaincu quelques actionnaires. Rapidement, DMS enregistre ses premières commandes fermes, jouant sur trois activités complémentaires : le développement de technologies maison comme celle qui permet de faire écouter des contenus 3D dans un casque traditionnel, la vente de technologies 3D et de matériel aux intégrateurs de salles de cinéma et aux professionnels de trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

DMS c’est quoi ? • 36 salariés • 3 consultants • 60 % du personnel appartenant au département R&D • 1,2 millions d’euros de CA en 2011 • Un objectif de 200 % de croissance pour 2013 • 2 millions d'euros investis dans la R&D depuis la création de l’entreprise

les dates Septembre 2009

Création Décembre 2011

Trophée du primo exportateur de Seineet-Marne 2012

Dépôt des premiers brevets Avril 2013

Création de DMS Residential Avril 2013

Lauréat PM'up de la Région Île-de-France

l’audio comme des intégrateurs réalisant des home cinema et des studios mais aussi aux radios et aux télévisions. “Nous avons été les premiers à leur proposer des solutions audio 3D”, explique Hervé Roux qui détaille le principe du son immersif 3D. “Actuellement, le son provient de cinq à sept points de diffusion répartis sur un plan 2D. DMS rajoute à ce plan médian une ceinture de points de diffusion plus haute, une plus basse et plusieurs au plafond”. Résultat, deux ans et demi après sa création, DMS compte déjà trente-six salariés, trois consultants et une croissance à trois chiffres. “On sent une vraie envie des exploitants des grosses et moyennes salles d'aller vers ces technologies”. En France, DMS n'a pour l'instant équipé que deux cinémas (à La Défense et à Dorlisheim), mais l'entreprise multiplie les contrats à l'étranger : Rio de Janeiro, Madrid, Gênes, Hambourg, Düsseldorf ou encore Hollywood, avec le prestigieux Pacific Theater. Les deux autres activités de DMS ne sont pas en reste : côté licensing, “Nouvoson", un site de Radio France, propose une sélection d'oeuvres sonores en “3D" grâce à une technologie DMS. Quant à DMS Residential, filiale spécialisée dans l'équipement grand public, trois semaines tout juste après sa création en avril dernier, elle disposait déjà d'un distributeur référent dans pas moins de dix-neuf pays. “Toute l'équipe est par monts et par vaux” se réjouit Hervé Roux qui détaille déjà les prochaines étapes : l'ouverture d'un bureau aux Etats-Unis et l'internationalisation de sa production. + d’infos : www.dms-cinema.com

trajectoires juin-juillet-août 2013 — 15


77 c’est eux, c’est une collection de portraits renouvelée à chaque parution. Des acteurs économiques de tous horizons, public comme privé, jeunes et moins jeunes, artisans locaux, entrepreneurs internationaux… tous unis par leur confiance dans l’avenir de la Seine-et-Marne.

77 c’est eux

Fabrice David

Créateur d'Initial Soft, à Moissy-Cramayel Initial Soft développe des progiciels et applications sur smartphones et tablettes pour les PME/PMI afin d'optimiser leur organisation et communication.

Aguiah Lucrece

Gérante de Lulu Cuis'in, à Villenoy Ma cuisine du monde est une cuisine pour tout le monde, adaptée aux désirs et au budget de chaque client, qu'il soit professionnel ou particulier.

Thierry Dequirot

Gérant de la SARL Dequirot Charpente, à Chaintreaux Personnel qualifié, chêne choisi directement en scierie, technologies innovantes... pour nos charpentes, neuves ou rénovées, nous privilégions toujours la qualité.

Dianne Riboh

Jean-Luc Pizivin

Nous offrons aux entreprises des formations linguistiques personnalisées, adaptées à chaque apprenant et lui permettant d'être opérationnel à l'international.

Nous multiplions les actions pour ancrer les entreprises sur le territoire en proposant un accompagnement personnalisé de leurs projets de développement.

Yannick Dicquelou

Sylvette Hubert

Notre cartographie des emplois et des compétences s'adresse aux chercheurs d'emplois, aux salariés en reconversion professionnelle et aux entreprises.

Spécialisée dans l'affiche ancienne, je pratique la restauration de tout document ou oeuvre sur papier ainsi que leurs conservation et encadrement.

Diane Meunier

Salime Hassam

Spécialisée dans les voyages d’affaires, j’offre à mes clients un gain de temps dont ils ont besoin pour garantir l’efficacité dans leurs déplacements.

En insistant sur la formation continue, nous encourageons nos salariés à développer leurs compétences et valoriser leur expérience par l'obtention d'un diplôme reconnu.

Conseillère de la direction de FL&C, à Fontainebleau

Directeur adjoint de la Maison de l'emploi et de la formation de Sénart

Directrice de l'agence Corporate Travel, à Fontainebleau

Directeur du développement économique du SAN de Sénart

Artisan d'art, créatrice de l'Atelier du papier, à Dammartin-sur-Tigeaux

Manager Exploitation de Mc Donald's Est Parisien, à Bussy-Saint-Georges

Trajectoires est édité par Seine-et-Marne Développement, agence pour le développement économique du Conseil général de Seine-et-Marne Directeur de la publication Gérard Eude • Comité de rédaction François-Xavier Deflou, Dominique Marinov • Rédacteur en chef Patricia Montin • Journalistes Claire Judrin et Emmanuel de Lestrade • Réalisation agencebeaurepaire.com • Photos yannpiriou.com • Contact p.montin@smd77.com  • www.seine-et-marne-invest.com • Hôtel du Département 77010 Melun Cedex • Imprimeur Snell • Imprimé sur du papier recyclé Cyclus couché print • N° ISSN 1958-8372.

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

TRAJECTOIRES N°31  

TRAJECTOIRES N°31

Advertisement