Page 1

N°7 SEPT.-OCT. 2008

Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

& Industrie : le nouveau souffle seine-et-marnais

& France-Japon : Le Conseil général en première ligne

& Artisanat : Opération “Qualité globale”

“Investir, c’est la clé du succès” Christophe Marlin, PDG d’Eurofarad

www.seine-et-marne-invest.com


Instantané Seine-et-Marne par Yann Piriou

Puits de pétrole sur la D209 à proximité de Provins.

Sommaire Actualité 04

Dossier “Industrie : le nouveau souffle seine-et-marnais” 07

• Équipement thermique : le groupe Viessmann s’implante à Lieusaint • France-Japon : le Conseil général de Seine-et-Marne en première ligne • Club de la logistique : faciliter les relations partenaires • Opération “Qualité Globale” : accompagner les entreprises artisanales • Actualités – agenda • Actualités – en pratique

• Tradition industrielle et richesses naturelles • Industrie : je mute donc je suis • Interview de Frédéric Seguin-Henri, PDG d’ADR à Thomery • L’industrie s’exporte plutôt bien, merci ! • Interview de Christophe Malrin, PDG d’Eurofarad, sur le site de Lagny-sur-Marne

Enjeux 11

Success stories 14

• Matière grise L’IUT de Sénart Fontainebleau • Quartier d’affaires Darvault accueille la 1ère plateforme logistique végétalisée • À la carte Transports interurbains : toujours plus !

• AFI à Lognes : AFI passe au web 2.0 • L’entreprise Houlès, à Noisy-sur-École : Un succès de fil en aiguille Pour plus de renseignements : smdev@seine-et-marne-invest.com ou 01 64 14 19 00


Septembre - Octobre 2008 Trajectoires

03

Edito

Les rendez-vous de l’automne Par Vincent Eblé, Président du Conseil général de Seine-et-Marne et Gérard Eude, Président de Seine-et-Marne Développement a crise économique que nous traversons se répercute sur les entreprises de notre territoire. Ralentissement des commandes, investissement en panne, embauches reportées sont autant de signes qui nous alertent et qui nous mobilisent dans la mise en œuvre de nos politiques. En effet, si nous ne pouvons pas influer sur les données macro-économiques, nous pouvons, par notre action locale, améliorer le cadre dans lequel les entreprises évoluent. C’est le cas, par exemple, lorsque le Conseil général investit dans le haut débit pour desservir les zones d’activités économiques du département. Plusieurs grands rendez-vous forment l’actualité de cet automne. Tous auront des répercussions directes sur notre territoire. Fort de l’avis favorable de l’enquête publique, le schéma directeur de l’Île-de-France va être voté à la rentrée après un long travail d’élaboration mené par le Conseil régional en concertation avec l’ensemble de ses partenaires. L’État y apportera, en dernier ressort, ses arbitrages. Nous verrons ainsi comment l’économie seine-et-marnaise pourra en tirer parti et si le rééquilibrage à “l’est” toujours annoncé s’inscrira enfin dans la réalité. Le Conseil général prend également l'initiative de faire mieux entendre la voix et les intérêts de la Seine-et-Marne dans le débat en cours sur l'avenir de la métropole francilienne, à travers une table ronde réunissant les principaux acteurs concernés qui se tiendra le 13 octobre. L’aménagement du “ pôle de Roissy ” sera aussi un rendez-vous important de cet automne avec la remise au Président de la République du rapport confié à Jacques Dermagne, président du Conseil Économique

L

Tous les grands rendez-vous de cet automne auront des répercussions directes sur notre territoire. et Social. Le secteur de “Roissy” constitue un pôle d’attractivité prioritaire pour le développement économique de la Seine-et-Marne. Le Conseil général y investit massivement depuis plusieurs années. L’État et la Région doivent faire de même notamment dans le développement des transports en commun. Face à ces grands enjeux, nous aurons pour notre part le souci de continuer à mieux vous informer. “Trajectoires” a passé le cap de sa première année, et vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire. L’enquête de lectorat que nous avons menée montre que vous souhaitez être informés des actualités économiques de votre territoire et que vous appréciez les témoignages des entreprises présentées dans chaque numéro. Information économique et proximité sont les deux ambitions que nous poursuivons à travers ce magazine. Enfin, comme tout bon “produit” suscite l’émulation, nous sommes très heureux de saluer la naissance de “Mag-éco” la nouvelle publication de la CCI 77.

D Vous souhaitez nous faire part de vos réalisations, projets : Contact : smdev@seine-et-marne-invest.com

Tableau de bord BILAN DE L’ACTIVITÉ “IMPLANTATION” DE SEINE-ETMARNE DÉVELOPPEMENT

ÉVOLUTION DU TAUX DE CRÉATION D’ENTREPRISES EN SEINE-ET-MARNE EN 2007 12 10

8.7 %

9.2 %

9.8 %

11.4 %

ÉVOLUTION TRIMESTRIELLE DU CHÔMAGE EN SEINE-ET-MARNE EN 2007

Au 30 juin 2008 : 685 dossiers en cours 21 implantations 405 emplois concernés

6

6

4

4

2

2

Source : Seine-et-Marne Développement

Source : INSEE janvier 2008

0

2005

2006

5,4 %

10 8

2004

Au 30 juin 2008 : SEINE-ET-MARNE :

12

8

0

TAUX DE CHÔMAGE MARS 2008

2007

6.5 %

6.2 %

6.0 %

1

2

3

Source : INSEE

5.6 %

4

ÎLE-DE-FRANCE : 6,6 % FRANCE MÉTROPOLITAINE : 7,2 % Source : INSEE


04

Actualités

Équipement thermique : le groupe Viessmann s’implante à Lieusaint

© Viessmann

Début 2010, Viessmann ouvrira une nouvelle agence de cinquante salariés à Lieusaint. Le groupe allemand, l’un des leaders mondiaux en matériel de chauffage, n’en n’est pas à son coup d’essai en France puisqu’il y compte déjà huit agences.

L’agence de Lieusaint proposera également de la formation.

Chaudières, pompes à chaleurs, capteurs solaires, brûleurs, ballons d’eau chaude… Le groupe allemand Viessmann, l’un des leaders mondiaux en matière d’équipement thermique, multiplie les implantations à l’international. À son actif, des usines ouvertes en Allemagne, en France, au Canada, en Pologne et en Chine,

des structures commerciales en Allemagne et dans 36 autres pays ainsi que 122 agences dans le monde. Déjà implanté en Seine-et-Marne, à Combs-la-Ville, le groupe compte déménager à Lieusaint début 2010. À l’origine de cette décision, la volonté d’externaliser son activité logistique. Si l’agence de Combs-la-Ville offre en

effet une grande capacité de stockage, celle de Lieusaint sera recentrée exclusivement sur le service à la clientèle : professionnels installateurs de chauffage, bureaux d’études et décideurs (communes, bailleurs sociaux, promoteurs…). Les cinquante salariés de l’agence s’occuperont de la prise de commande, du conseil mais également

de la formation théorique et technique. À cet effet, le site de Lieusaint disposera d’une salle dédiée et d’une plateforme équipée de matériel en fonctionnement.

D

www.viessmann.fr

France-Japon : le Conseil général de Seine-et-Marne en première ligne

© Élodie Quilleré.

Les Premières Rencontres de la coopération décentralisée franco-japonaise organisées à Nancy auront lieu les 27 et 28 octobre 2008. La Seine-et-Marne y jouera l’un des premiers rôles.

La Seine-et-Marne et la province de Hyogo : un partenariat fructueux.

Depuis une vingtaine d’années, le Conseil général de Seine-et-Marne entretient avec la province japonaise de Hyogo un fructueux partenariat, mobilisant à la fois chefs d’entreprises et étudiants du Supérieur. Objectif affiché : faciliter et encourager les échanges économiques et les investissements. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que le Département ait été désigné pour animer l’un des trois ateliers des Premières Rencontres de la coopération décentralisée franco-japonaise. Cette manifestation, qui se tiendra à Nancy les 27 et 28 octobre 2008, est organisée dans le cadre du 150ème anniversaire des relations franco-japonaises. Autour du thème des évolutions sociales, elle aidera à la prise en compte, dans la conduite de l’action publique locale, des mutations

sociales, y compris démographiques. En tant qu’acteur des pôles de compétitivité – comme Advancity, sur la ville, l’habitat et la mobilité ou Astech, pôle de compétitivité aérospatial – la Seine-et-Marne prendra aussi part à l’atelier sur le développement économique. L’occasion pour les deux pays d’apprendre davantage l’un de l’autre. Côté japonais, on se montre très intéressé par les dispositifs français d’accueil des jeunes enfants en crèche. La France aura, elle, à cœur de prendre des leçons de modernité auprès de ces villes nippones contraintes, par une complexité géographique et une forte activité sismique, à toujours plus d’innovations techniques.

D

e.quillere@seine-et-marne-invest.com


Septembre - Octobre 2008 Trajectoires

05

Actualités

Club de la logistique : faciliter les relations partenaires

EN BREF… Val d’Europe à l’honneur

Avec plus de 6,6 millions de m2 de surfaces de stockage non agricoles réalisées sur les trente dernières années, l’activité logistique connaît, en Seine-et-Marne, une très forte expansion. Expansion de mieux en mieux maîtrisée, puisqu’elle s’accompagne désormais systématiquement de réflexions en amont, de logisticiens, d’universitaires et d’élus.

Xiao Ming Liu chez Seine-et-Marne Développement.

Portée par la mondialisation, la logistique connaît une croissance constante. En Seine-et-Marne, elle constitue même un secteur-clé de l’économie. Or, cette activité, aussi porteuse soit-elle, ne fait pas toujours l’unanimité parmi les riverains, incommodés par le bruit des camions et leurs trajets incessants. Soucieux de pacifier la cohabitation, le Conseil général a initié la création d’un Club de la logistique de Seineet-Marne, destiné à faciliter les relations entre logisticiens, institutionnels et élus. Ce club, qui se réunit tous les deux mois, a mis en place un groupe de travail pour préfigurer le

schéma logistique départemental et donc l’implantation de nouvelles activités logistiques prenant désormais très largement en compte leur impact sur l’environnement, le tissu urbain et l’habitat. Deux professeurs de l’École des Ponts, Michel Savy et Michel Fender, animent ce groupe de travail, assistés d’une doctorante chinoise, Xiao Ming Liu. Cette dernière a intégré Seine-et-Marne Développement pour 3 ans dans le cadre d’une convention industrielle de formation (Cifre).

D

chine@seine-et-marne-invest.com

Opération “Qualité Globale” : accompagner les entreprises artisanales Depuis janvier 2008, les Chambres de Métiers et de l’Artisanat de Seine-et-Marne, avec le concours financier de Seine-et-Marne Développement et de la DRIRE, ont lancé l’opération “Qualité Globale”, à destination des entreprises artisanales du département. Dans le secteur de l’artisanat, les chefs d’entreprises sont confrontés au quotidien dans leur activité aux mêmes problématiques que les dirigeants de PME : que faire pour augmenter mes marges ? Comment motiver et fidéliser mes salariés ? La gestion de mes déchets est-elle conforme ? Ma démarche commerciale est-elle adaptée ?... À devoir répondre à tant de questions et maîtriser tant de compétences, le patron de TPE, isolé, peut vite perdre pied. L’opération “Qualité Globale” est destinée à lui donner un second souffle. Les Chambres de Métiers et de l’Artisanat de Seine-et-Marne, Seine-et-Marne Développement et la DRIRE ont mis en place en janvier dernier un accompagnement entièrement dévolu à l’amélioration de l’entreprise. Pour une somme allant de 300 à 600 euros, la TPE peut intégrer un dispositif de suivi qui se déroule en deux grandes phases.

Le 29 mai dernier à Stockholm, Val d’Europe s’est vu décerner la prestigieuse récompense “ Award for Excellence ” par l’Urban Land Institute. Cette distinction emblématique met à l’honneur l’ensemble du projet de coeur de ville de Val d’Europe, pour son urbanisme responsable et sa qualité de vie.

Seine-et-Marne Développement a déménagé Seine-et-Marne Développement vient d’intégrer de nouveaux locaux situés au 66 rue de Belle Ombre à Melun. L’agence a cependant conservé les mêmes coordonnées postales et téléphoniques.

Un nouveau président pour Eurodisney Le nouveau président d’Eurodisney s’appelle Philippe Gas. Après ses études de droit à l’Université de Paris Assas, ce Français âgé de 44 ans a rejoint Disney en 1991. Depuis 2006, il occupait la fonction de vice-président des ressources humaines pour Walt Disney Parks and Resorts.

La “ WakeStation ” récompensée Chaque année, Seine-et-Marne Développement parraine l’un des trois prix dotés de 10 000 euros, décernés à l’issue du concours Polystart. En juin dernier, c’est Jean Gabriel Estève qui a été distingué pour son projet de WakeStation, un simulateur permettant la pratique du ski nautique en milieu urbain à partir d’une technologie innovante.

Des pôles de compétitivité bien notés À Trilport, Euro Commerce Service, l’un des artisans bénéficiaires de l’opération.

Dans un premier temps, un conseiller de la Chambre de Métiers se rend dans l’entreprise afin de réaliser un diagnostic global et de mettre ainsi à jour ses points forts et ses points d’effort. La seconde étape se présente sous la forme de modules de formation collectifs complétés par un accompagnement individualisé.

À l’issue de ce parcours, l’entreprise, aidée par ses conseillers et formateurs, doit être parvenue à élaborer une véritable stratégie de développement, à maîtriser les ressources et assurer sa pérennité.

D

www.cm-montereau.fr www.cm77-meaux.fr

Suite à l’audit d’évaluation des 71 pôles de compétitivité français par le Boston Consulting Group, les trois pôles auxquels adhère la Seine-et-Marne (Advancity, Astech et Cap digital) ont été classés parmi les 39 pôles ayant atteint leurs objectifs.


06

Actualités - agenda 10 septembre Voyage d’étude à Amsterdam Le 10 septembre prochain, Seine-etMarne Développement participera à un voyage d’étude à Amsterdam, organisé par l’Agence Régionale de Développement et Datagora. Au programme : la visite de l’aéroport et une rencontre avec l’AAA (Amsterdam Airport Area), une association partenariale qui assure la promotion du territoire élargi de la zone aéroportuaire. L’objectif est à la fois de suivre les bonnes pratiques de cette région-clé et de mieux juger sur place quelles sont nos armes dans le cadre de la concurrence européenne.

toute l’Europe pour inciter chacun d’entre nous à choisir les transports durables. Sous l’égide du Conseil général, les entreprises et les collectivités locales sont invitées à réfléchir, tester ou adopter des mesures en leur faveur. Durant toute la semaine, avec la complicité des transporteurs, les 12 lignes de Seine-et-Marne Express seront gratuites : l’occasion de prouver par l’exemple que bouger autrement est possible chaque jour. Pour en savoir + : www.seine-et-marne.fr

notamment prévues sur l’alternance, les métiers de l’environnement, la grande distribution ou les services à la personne. Pour en savoir + : www.rencontresemploi.com/programme.htm

7 octobre Soirée des Business Angels seine-et-marnais

“Accompagnateurs” des jeunes créateurs d’entreprises seine-et-marnais, les Business Angels se réuniront le mardi 7 octobre à 17h30 au Musée Aéronautique et Spatial du Groupe Safran à Moissy-Cramayel. En parteLes Rencontres pour l’Emploi nariat avec Seine-et-Marne DévelopSeine-et-Marne Développement s’as- pement. socie à nouveau aux Rencontres pour Pour en savoir + : l’Emploi , le jeudi 2 octobre de 13h00 www.clubinvest77.com/content/5/66 à 19h00, au Centrex de Lognes. Avec, pour cette 16ème édition, un même Semaine européenne de la mobilité objectif : le contact direct entre ceux Cette année encore, la Seine-et-Marne qui recrutent et ceux qui cherchent Alger Industries participera activement à la semaine de un travail ou des perspectives de La Chambre de Commerce et la mobilité organisée pour la 6e fois dans changement. Des conférences sont d’Industrie de Seine-et-Marne

2 octobre

Du 16 au 22 septembre

Du 15 au 18octobre

organise un stand collectif au coeur du Pavillon France de Alger Industries. Ce salon professionnel international est une plateforme idéale pour les opérateurs industriels qui souhaitent faire connaître et valoriser leurs procédés, produits et services sur les marchés nord africains. Pour en savoir + : www.cci77.cci.fr

27 et 28 octobre 1ères Rencontres de la coopération décentralisée franco-japonaise Dans le cadre du 150e anniversaire des relations franco-japonaises, les Premières Rencontres de la coopération décentralisée franco-japonaise se tiendront à Nancy les 27 et 28 octobre. La Seine-et-Marne y animera un atelier.

D D

p.montin@seine-et-marne-invest.com

www.seine-et-marne-invest.com

Actualités - en pratique Le site des citoyens

Un temps “d’advance”

PME et formation

Vous êtes porteur de projet, chercheur, acteur d’une collectivité territoriale investi dans l’économie sociale et solidaire ? Ou bien simple Francilien intéressé par cette thématique citoyenne ? C’est à vous qu’est dédié le www.atelier-idf.org, le site du Centre de ressource régional de l’économie sociale et solidaire. Porté par le Conseil régional, financé, entre autres, par le Conseil général, ce portail offre une foule d’informations utiles. Pour gagner du temps, mais aussi gagner en connaissance, en lisibilité, en efficacité : adresses utiles, dates à retenir, actualités, concours, acteurs remarquables... 175 structures qui oeuvrent dans les domaines de l’économie citoyenne, de la solidarité, de l’environnement, de l’emploi ou de la formation sont déjà adhérentes de l’Atelier. Toutes profitent d’une mise en réseau et d’une visibilité uniques. À quand votre tour ?

Récemment rebaptisé Advancity, le pôle de compétitivité seine-et-marnais “Ville et Mobilité Durables” propose un nouveau site Internet. Vous y saurez tout sur la mission de ce pôle, les projets en cours, les adhérents (entreprises, collectivités territoriales, établissements d’enseignement supérieur et de recherche). Sans oublier des zooms et des liens toujours très riches sur l’actualité de la ville durable ! De l’appel à candidature du club Innov’it au rendez-vous “France durable à Stockholm” (19 et 20 novembre 2008) en passant par le compte-rendu du dernier déjeuner thématique ou l’annonce des prochaines tables rondes… toute entreprise qui s’intéresse aux problématiques du développement durable trouvera ici de quoi nourrir ses projets, son agenda... et sa curiosité !

Votre entreprise comprend moins de 50 salariés ? Elle est adhérente ou non d’OPCALIA, l’un des plus importants organismes collecteurs agréés ? Alors procurez-vous le Guide 2008 des formations collectives. En 44 pages, vous saurez tout sur les 53 formations proposées dans la bureautique, la PAO, la comptabilité, la gestion, les ressources humaines, le management, le commercial, la communication ou la logistique.

D

www.atelier-idf.org 01 40 38 40 38

À noter : Compte-tenu de la durée des stages proposés (1 à 3 jours), un salarié peut utiliser tout ou partie de son DIF (Droit Individuel à la Formation) sous réserve de l’accord de son employeur sur le choix de l’action et les modalités de déroulement de la formation.

Pour obtenir ce guide :

D

www.advancity.eu

D

www.opcalia-idf.com 01 44 06 07 86 ou 01 44 06 07 67

Le site Internet www.atelier-idf.org


Septembre - Octobre 2008 Trajectoires

Dossier

Industrie: le nouveau souffle seine-et-marnais Nouveaux métiers, nouvelles organisations, bond des exportations, puissance de l’innovation… En Seine-et-Marne, non seulement l’industrie est encore bien présente, mais elle a plutôt tendance à se redynamiser. Stimulatrice d’investissements, génératrice d’emplois tertiaires, et porteuse de savoir-faire, elle constitue un secteur économique éminemment stratégique qu’en toute logique, Seine-et-Marne Développement accompagne activement. Avec la certitude que, riche d’un glorieux passé, l’industrie seine-et-marnaise a surtout un très bel avenir...

En haut : la chocolaterie Nestlé France à Noisiel. En bas : un moteur SNECMA (usine de Villaroche).

07


08

Dossier Industrie : le nouveau souffle seine-et-marnais

Tradition industrielle et richesses naturelles L’entreprise BBGR à Provins.

À RETENIR Pour soutenir l’Industrie dans le département, Seine-et-Marne Développement, l’agence économique du Conseil général, propose différents dispositifs d’aide. Parmi eux : • Création et implantation : conseil et accompagnement, financements, formation, implantation, exonérations, mesures fiscales, administratives et financières. • Innovation : financement de projets innovants, aides au conseil technologique et à la propriété industrielle, aides au recrutement pour les projets de recherche et développement, aides fiscales et sociales. • Export : aide à la mise en place d’une stratégie et d’un développement export, diagnostic export, études de marché et accompagnement dans le processus de définition des pays cibles, organisation de rendez-vous à l’étranger, participation à des salons à l’étranger… Plus d’infos sur l’export : www. 77international.fr Pour en savoir davantage sur toutes les aides :

D

www.seine-et-marne-invest.com

La Seine-et-Marne n’est pas le département d’une seule industrie. Depuis toujours, elle abrite au contraire des activités multiformes, liées à la richesse de la terre, des sous-sols, des infrastructures fluviales, routières puis aéroportuaires... Résultat : son tissu industriel tire plutôt bien son épingle du jeu. es atouts historiques de la Seineet-Marne ? La Seine et la Marne justement, et tous les cours d’eaux. Ils fournissent aux moulins l’énergie hydraulique et facilitent le transport. Dès le 18e siècle, l’industrie se déploie donc dans les vallées. Premières activités : les produits minéraux, sable, calcaire, gypse… sans compter la meulière de Jouarre, l’argile de Provins ou le verre de la vallée du Loing. Plus tard, surprise, on découvre du pétrole dans les sous-sols briards. La raffinerie de Grandpuits entre donc en service dès 1966. Au plus fort de sa carrière, elle fournira 25% de la production nationale. Aujourd’hui détenu par Total, le site est toujours actif. Mais bien sûr, la Seine-et-Marne n’a pas que des sous-sols. Sa terre est riche. Son savoir-faire agricole ne l’est pas moins. Ce n’est pas un hasard si, en 1824, Antoine Brutus Menier rachète à Noisiel un ancien moulin pour y fonder la première chocolaterie du monde. C’est là, dans le bâtiment splendide qu’il fera construire, que seront élaborés les process industriels les plus innovants de la firme, tandis qu’autour se construiront une immense ferme et une cité ouvrière. Un site industriel qui allie efficacité économique, politique, sociale et qualité esthétique. Ici, en effet, l’industrie peut stimuler l’architecture : la chocolaterie, siège de Nestlé France depuis 1996, est à ce titre emblématique. Récemment restaurée, l’usine des papiers peints Leroy de Saint-Fargeau-Ponthierry en constitue un exemple tout aussi probant.

L

Tradition et diversification Si les process industriels ont considérablement évolué, les activités historiques demeurent dynamiques. La moitié de la production francilienne de gypse vient toujours de Seine-et-Marne. De même, le verre reste encore une force du département. “Trois des plus grands verriers du monde sont en Seine-et-Marne,

L’entreprise Corning à Bagneaux-sur-Loing.

observe François-Xavier Deflou, Directeur de Seine-et-Marne Développement : Corning à Bagneaux-surLoing, Essilor à Provins et Hoya à Marne-la-Vallée”. Quant à l’agroalimentaire, il continue d’être bien représenté notamment avec Nestlé à Noisiel et les Brioches Pasquier au Châtelet-en-Brie. Bien sûr, d’autres activités se sont développées. Aux produits minéraux (9% de l’emploi salarié en Seine-et-Marne en 2005) se sont ajoutés la métallurgie et la transformation des métaux (15%) ainsi que les équipements mécaniques (13%). Saviez-vous à ce propos que le métro de Paris a été fabriqué à Champagne-surSeine ? Saviez-vous également que Frisquet, dont les chaudières sont mondialement réputées, a choisi d’installer son siège à Meaux ? Quant au secteur des composants électriques et électroniques (12 %), il est toujours dynamique. Rappelons que les 3/4 de la production francilienne de silice industrielle, matériau de base de l’électronique, proviennent de Seine-etMarne. On citera enfin les imprimeries ou la cosmétique qui, au siècle dernier, ont investi

le département. L’imprimerie Québécor à Ocquerre (600 salariés) et les laboratoires cosmétiques René Guinot (Dammarie-lès-Lys) en témoignent. Indicateurs de bonne santé En Seine-et-Marne comme ailleurs, la part des emplois dans l’Industrie décroît. Mais le département résiste bien. Il a fallu compter avec les restructurations et les fermetures brutales chez SKF, Nina Ricci ou ABB qui ont fait le choix de la délocalisation. “Les PME, elles, ont compris qu’elles profitent ici d’un savoirfaire exceptionnel, d’un foncier accessible, d’un cadre de travail et d’infrastructures exemplaires”, souligne Gérard Eude, Vice-président du Conseil général en charge du développement économique, de la recherche et de l’emploi. Résultat : 9% des établissements seineet-marnais appartiennent aujourd’hui à l’Industrie (contre 8 % en moyenne francilienne). Ces derniers créent 20% des richesses (contre 15%) et emploient 19% des effectifs salariés (contre 14%). Autant de bons indicateurs qui pourraient se voir conforter par les mutations en cours dans le département.


Septembre - Octobre 2008 Trajectoires

09

Disney©

Dossier Industrie : le nouveau souffle seine-et-marnais

Le parc de Walt Disney Studios®

Industrie : je mute donc je suis Face à la concurrence mondiale, deux attitudes pour l’Industrie. Fermer, se délocaliser, céder ses outils de production. Ou changer de culture, de métiers, d’organisation. La Seine-et-Marne a choisi son camp. Avec, en tête, deux impératifs : investir et imaginer. a Seine-et-Marne a su attirer de grands noms de la logistique depuis plusieurs années. Coût raisonnable du foncier, infrastructures routières et aéroportuaires y ont beaucoup contribué. Or, ce métier évolue aujourd’hui vers un service plus global. “ La logistique, ce ne sont plus seulement des hangars, confirme François-Xavier Deflou, Directeur de Seine-et-Marne Développement. Aujourd’hui, des entreprises comme Techdata, à Bussy-Saint-Georges, inventent la logistique informatique. Ils reçoivent, assemblent, adaptent les langues des logiciels en fonction des destinations ”. Autre industrie nouvelle : les métiers liés à l’aéroport de Roissy Charles-deGaulle, premier aéroport européen en terme de trafic – comme le catering (restauration des passagers) ou la sécurité...

L

Avec Eurodisney, le tourisme s’est lui aussi industrialisé. Quand on accueille 14 millions de visiteurs chaque année, il faut imaginer des modes opératoires de masse et investir lourdement. L’industrie du contenu numérique commence aussi à faire parler d’elle. Outre les films fabriqués à Disney, de nombreuses entreprises seine-etmarnaises (Moviken à Marne-la-Vallée, Lexis Numérique à Champs-surMarne…) participent, à travers le pôle de compétitivité Cap digital, à cette aventure du numérique à grande échelle. Il existe enfin de formidables opportunités industrielles autour du développement durable. Nouvelles organisations La Seine-et-Marne accueille bien entendu de grands groupes industriels comme la SNECMA à Réau, Suez ou

Veolia. C’est aussi une terre d’accueil de PME. Souples, réactives, imaginatives, elles ont les moyens de s’y épanouir. De même que les grands groupes fusionnent, les PME préfèrent parfois s’unir. Fédérées autour d’un projet, elles offrent alors aux clients de l’industrie des solutions globales et intelligentes (voir témoignage d’ADR ci-après). Une démarche qui permet à de petites structures de réussir là où de grands groupes avaient échoué. Ce riche tissu industriel explique pourquoi les salariés spécialisés dans ce domaine sont très prisés dans tout le département : ils y bénéficient donc en toute logique d’un taux de chômage particulièrement bas.

D

L’INDUSTRIE EN CHIFFRES 21% des richesses économiques C’est ce que crée l’industrie en Seine-et-Marne (contre 15 % en Île-de-France)

19 % C’est le poids de l’effectif industriel en Seine-et-Marne (contre 14 % en Île-de-France)

4 429 C’est le nombre d’établissements industriels implantés en Seine-et-Marne en 2008. Parmi eux, 77 appartiennent au secteur de l’aéronautique

www.seine-et-marne-invest.com (rubrique Observatoire économique)

Interview “Former des alliances pour proposer aux clients des solutions globales”

Frédéric Seguin-Henri PDG d’ADR à Thomery

D

www.adr.fr

Quelle est l’activité d’ADR ? F.S.-H. : Notre métier historique est le roulement à billes. Pour la Défense, l’Aéronautique, le Spatial, le Médical et d’une façon générale, la Haute Technologie. Mais aujourd’hui, nous évoluons vers le métier d’équipementier et irons probablement demain vers le métier de sous-systémier. Dans un secteur industriel très concurrentiel, quelles clés pour résister ? F.S.-H. : Il n’y a pas de recette miracle.

Il faut créer de la valeur ajoutée pour le client. Le marché réclamant de plus en plus un interlocuteur unique pour plusieurs prestations, c’est une prestation globale que nous devons lui offrir. Il faut donc former des alliances, enclencher des synergies pour proposer aux clients des solutions globales, et développer ainsi des compétences en management de projet multi-technologique (mécatronique…), donc souvent multi-société (groupement de PME), voire multi-culturel.

Dans un tel contexte, l’industrie seine-et-marnaise est-elle suffisamment armée ? F.S.-H. : Nous avons ici un beau cadre de travail, un bon tissu de PME et le Conseil général qui, via Seine-etMarne Développement, nous accompagne bien. C’est notamment grâce à leur aide que nous nous sommes lancés dans de nouveaux recrutements. Ce sont aussi des aiguillons efficaces pour accélérer nos actions sur le développement durable.


10

Dossier Économie : le nouveau souffle seine-et-marnais

L’industrie s’exporte plutôt bien, merci !

LES CHIFFRES CLÉS Classement Grâce à une Industrie bien accompagnée, notamment par Seine-et-Marne Développement, la Seine-et-Marne s’est hissée de la 8ème à la 4ème place des départements franciliens exportateurs en 5 ans. Le top des produits exportés à partir de Seine-et-Marne 1er : moteurs d’avions (SNECMA) 2e : produits agricoles et alimentaires (Nestlé, Céréal Partners France, Glencore Céréales France…) 3e : parfums et cosmétiques (Fareva, Laboratoire René Guinot et Marie Cohr, Laboratoires Galéniques Vernin…) Destinations des exportations seine-et-marnaises 58 % vers l’Europe 29 % vers l’Amérique

Pour progresser, l’industrie doit sans cesse investir, innover et exporter. Les entreprises seine-et-marnaises l’ont bien compris. La preuve par l’exemple.

arler d’export et d’industrie en Seine-et-Marne, c’est immanquablement penser à SNECMA. Implantée depuis 1945 à Villaroche, la société du Groupe SAFRAN est à la fois la première entreprise industrielle du département, son premier employeur industriel et son premier exportateur. Elle emploie directement 3 000 personnes. Mais avec les PME, ce sont bel et bien 5 000 salariés qui gravitent autour du géant aérospatial de Villaroche. Traduction de cette puissance : la récente labellisation d’Astech, pôle de compétitivité francilien spécialisé dans l’aviation d’affaires, le transport spatial et la propulsion. Le “made in Seine-et-Marne” ne s’arrête pas là. Toutes les entreprises qui innovent tiennent une place de choix sur le marché international. Exemple parmi d’autres : Hologram Industries, leader européen de l’hologramme à Bussy-Saint-Georges. En investissant dans une technologie de plus en plus sophistiquée, l’entreprise décroche de gros appels d’offres lancés par les États étrangers et réalise 80 % de son chiffre à l’export. Autre illustration : Caplain, leader dans les matériels des métiers de bouche (notamment boulangerie-pâtisserie),

P

© Éric Drouin - SNECMA

Hologram Industries à Bussy-Saint-Georges.

SNECMA - groupe SAFRAN, vue aérienne du site de Villaroche.

qui, à partir de Brie-Comte-Robert, exporte vers plus de 85 pays plus de 70% de sa production. Grâce à des entreprises de cette trempe, la Seine-et-Marne gagne des places au classement des départements franciliens exportateurs. En 5 ans seulement, elle est ainsi passée du 8e au 4e rang. Ce n’est pas le fruit du hasard. “ Depuis plusieurs années, nous renforçons notre accompagnement auprès des entreprises industrielles : aide à l’implantation, aide à l’export,

aide à l’innovation. Parce que l’Industrie génère beaucoup d’emplois tertiaires, parce qu’elle fixe le volume global des investissements, nous concentrons nos efforts sur ce secteur ”, commente Gérard Eude, Vice-président du Conseil général en charge du développement économique, de la recherche et de l’emploi.

D

www.77international.fr

Interview “Nous exportons 35 % de notre production” Comment se porte Eurofarad ? C. M. : Plutôt bien. Le chiffre d’affaires et les résultats sont en progression constante et nous construisons actuellement un nouveau site à Chanteloupen-Brie avec de nouveaux engagements en termes environnementaux.

Christophe Malrin PDG d’Eurofarad (Interview, sur le site de Lagny-sur-Marne)

Comment expliquez-vous ce succès ? C. M. : Nous évoluons dans le secteur des composants électroniques pour les marchés de haute technologie (aéronautique, pétrole, etc.). Dans ce secteur concurrentiel, il faut une vraie qualité

de service. Nous investissons donc en permanence dans l’outil industriel, la technologie et les personnes. Quelles perspectives ? C. M. : Continuer de conjuguer croissance interne et croissance externe. La stratégie d’acquisition de la holding à laquelle nous appartenons nous permet d’élargir en permanence notre offre.

D

www.eurofarad.com


Septembre - Octobre 2008 Trajectoires

11

Enjeux Matière grise

L’IUT de Sénart Fontainebleau Un emploi pour chaque étudiant. L’objectif de l’IUT de Sénart Fontainebleau est clair : s’assurer que chaque étudiant trouve un travail à la fin de ses études. C’est dans ce but qu’il ouvre de plus en plus ses cursus à l’apprentissage et à la formation continue, dans un dialogue permanent avec les entreprises implantées dans le département. ecruter votre apprenti en une soirée ”, voilà ce que promettait en juin dernier l’IUT de Sénart Fontainebleau aux entreprises conviées dans ses locaux. Ce slogan aux allures de “ speed dating ” a fait mouche puisqu’une quarantaine de recruteurs ont fait le déplacement, avec des profils de postes et des offres sous le bras. C’est que l’apprentissage a de plus en plus de succès et ce, aussi bien chez les patrons que chez les étudiants. L’IUT de Sénart Fontainebleau, dont les premières formations ont été créées en 1988 et qui existe comme unité autonome depuis 1998, est loin d’être en retard sur le mouvement : 8 de ses 16 licences professionnelles ainsi que la totalité de ses 7 DUT peuvent être préparés en apprentissage, la plupart étant ouverts à la formation continue. Résultat, en 2007-2008, sur ses 2100 étudiants, 500 sont apprentis et 230 en formation continue.

Cap sur l’apprentissage En privilégiant ce type de cursus, l’IUT de Sénart Fontainebleau répond à sa vocation première : lorsque les collectivités locales ont décidé à la fin des années 80 de doter la Seine-etMarne d’établissements universitaires, elles ont confié à la double implantation de Sénart Fontainebleau le soin d’offrir une formation post-bac à caractère professionnalisant, adaptée au marché du travail. Mission accomplie : “Aujourd’hui, 99 % des étudiants qui choisissent la voie de l’apprentissage trouvent un emploi à la sortie ”, assure même Didier Nicolle, directeur de l’IUT. D’où l’enthousiasme des futurs actifs, malgré un rythme intense : un mi-temps en entreprise, un mi-temps à l’IUT, plus les devoirs à rendre... et les vacances qui passent à la trappe. Afin d’offrir toujours plus d’opportunités à ses étudiants, l’IUT de Sénart Fontainebleau mène un dialogue permanent avec les entreprises. Il

©IUT Sénart Fontainebleau

“R

Didier Nicole, directeur de l’IUT de Sénart Fontainebleau.

développe ainsi des partenariats avec des sociétés locales et des structures nationales qui le sollicitent pour former des collaborateurs. Une filière tertiaire attractive. Sa filière tertiaire, la plus importante, qui comprend à la fois les techniques de commercialisation, la comptabilité et la finance, la gestion des ressources humaines et la gestion de PME, est celle qui attire le plus de demandes de la part des recruteurs, banque et distribution en tête. Un apprenti peut ainsi suivre une formation dans le secteur bancaire avec LCL ou le Crédit Agricole, ou bien avec des entreprises de la distribution spécialisée comme Nature et Découverte et Séphora. Autre filière appréciée des recruteurs, le GIM (Génie Industriel et Maintenance). “Les SSII et les entreprises du secteur industriel sont particulièrement demandeuses, explique Didier Nicolle. Elles ont besoin de techniciens supérieurs mais sont confrontées à un manque de jeunes formés dans ces métiers.” L’IUT propose également des formations sur mesure pour les entreprises

Une nouvelle formation dans les métiers du bâtiment En partenariat avec la société Norisko, l’IUT de Sénart Fontainebleau proposera dès octobre un nouveau diplôme : un DU Chargé d’affaires dans les métiers du contrôle du bâtiment. Cette formation, proposée aux étudiants titulaires d’un DUT ou d’un BTS dans le secteur du bâtiment, permet d’obtenir un diplôme d’université (bac+3). Une nouveauté qui arrive au bon moment puisque dans cette branche d’activité, plus de 30 000 postes ont été créés en Île-de-France depuis 2005.

qui font appel à lui, dans le cadre du DIF (Droit Individuel à la Formation). Il assure par exemple tous les ans des modules de formation pour les salariés de la SNECMA, destinés à actualiser leurs compétences. Toujours dans le souci de coller au marché de l’emploi, l’IUT de Sénart Fontainebleau a récemment constitué un pôle regroupant l’ensemble des compétences utiles aux entreprises,

que ce soit pour développer l’apprentissage, la formation continue ou pour faire bénéficier les salariés des procédures de Validation des Acquis de l’Expérience (VAE). Aussi intéressant pour les étudiants que pour leurs futurs employeurs.

www.iutsf.com


12

Enjeux Quartier d’affaires

Darvault accueille la 1ère plateforme logistique végétalisée Jouxtant Nemours et longeant l’Autoroute du Soleil, le village de Darvault bénéficie d’un emplacement particulièrement stratégique. Aménagement 77 ne s’y est pas trompé en le choisissant pour l’implantation d’un ambitieux projet de plateforme logistique.

arvault, ses 848 habitants, son café-restaurant, son salon de coiffure et bientôt… son vaste parc logistique. Début 2009, ce village, idéalement placé sur l’axe majeur de l’A6, à 75 kilomètres de Paris, jouxtant Nemours et son bassin d’emploi, devient le théâtre d’un important chantier, sur le site dit du “Parc de la Pierre Levée ”. Au programme, 60 000 m2 de plateformes logistiques dont une première tranche de 25 000 m2 livrée dès le premier semestre 2009. Aux commandes, la société Faubourg Promotion, qui investit dans l’opération quelque 35 millions d’euros. Cette filiale du groupe Idec a répondu avec succès à un appel d’offres lancé en 2007 par Aménagement 77, l’aménageur public du département de Seine-et-Marne. À l’origine du projet, la volonté des institutions et des élus de développer l’activité de cette zone en misant sur un secteur particulièrement porteur. Mondialisation des échanges commerciaux oblige, la logistique connaît en effet une croissance constante et constitue même un secteur d’activité clé à forte valeur ajoutée, puisqu’en plus du stockage, elle englobe le plus souvent la préparation de commandes et l’assemblage. À terme, une fois les locaux loués, ce sont ainsi 300 à 400 emplois qui devraient être créés sur le site. Mais attention, pas question de négliger le cadre.

D

LE PARC LOGISTIQUE DE DARVAULT, EN CHIFFRES ET EN DATES : 848 C’est le nombre d’habitants de Darvault

60 000 m2 C’est la surface de logistique qui doit être construite La future plateforme logistique sur le site du “Parc de la Pierre Levée ”.

C’est la surface de la première tranche livrée au premier semestre 2009

35 millions d’euros C’est le montant de la somme investie par Faubourg Promotion sur le projet

300 à 400 C’est le nombre d’emplois qui devraient, à terme, être créés sur le site du Parc de la Pierre Levée

Le village de Darvault.

Une intégration réussie Le parc est conçu pour s’intégrer parfaitement au lieu. Plutôt qu’une construction d’un seul tenant, le projet retenu comprend trois bâtiments bien aérés : un premier édifice de 25000 m2, un second de 20 500 m2 et un troisième de 12 000 m2 à température dirigée, qui pourra donc être équipé en entrepôt frigorifique. De plus, la vocation initiale de Darvault, commune céréalière d’Île-de-France, confère au site une connotation verte à laquelle Faubourg Promotion

25 000 m2

compte bien rester fidèle en privilégiant des espaces soigneusement paysagés. “L’intégration à l’environnement est l’une des nos principales préoccupations, précise Marc Frappa, directeur général de Faubourg Promotion. Afin de fondre visuellement le parc dans le paysage, les façades donnant sur l’A6 seront entièrement végétalisées. Ce sera même l’un des premiers sites industriels construits avec un mur végétalisé.” Le village de Darvault est donc

définitivement une terre d’avenir. Pour preuve : dans les prochaines années, le parc logistique de la Pierre Levée devrait être complété par l’aménagement d’une zone d’activités d’une dizaine d’hectares destinée aux PME.

D

www.amenagement77.fr

2007 Faubourg Promotion remporte l’appel d’offres lancé par Aménagement 77 Début 2009 Lancement des travaux Second semestre 2010 Livraison de la dernière tranche


Septembre - Octobre 2008 Trajectoires

13

Enjeux A la carte

Transports interurbains : toujours plus ! La compétence des transports relève certes du STIF (Syndicat des Transports d’Île-de-France) présidé par le Président de la Région Île-deFrance, en lien avec la SNCF, la RATP ou OPTILE. Mais savez-vous que le Conseil général finance aussi certaines lignes régulières interurbaines pour faciliter la vie des Seine-et-Marnais ?

SEINE-ET-MARNE EXPRESS, ÇA (VOUS) BOUGE Etrépilly Lizy-sur-Ourcq Saint Soupplets Marcilly

Roissypôle CDG Meaux Nanteuil-lès-Meaux La Ferté-sous-Jouarre

Claye-Souilly Brou-surChantereine Vaires-sur-Marne

Chelles PARIS

Chessy

Serris

Saint-Denis-lès-Rebais

Torcy

Rebais

Coulommiers

Lognes

Boissy-le-Châtel

Mouroux

Pontault-Combault Pontcarré

Chailly-en-Brie

Ozoir-la-ferrière

La Ferté-Gaucher

Mauperthuis Lumigny-NeslesOrmeaux Chevry-Cossigny Fontenay-Trésigny Brie-Comte-Robert

Touquin Vaudoy-en-Brie Jouy-le-Châtel

Chaumes-en-Brie Verneuil-l’Étang

Lieusaint

Chenoise

Financé avec l’appui du STIF, intégralement mis en œuvre par le Conseil général, le réseau Seine-et-Marne Express propose désormais 12 lignes de cars interurbains (dont 10 labellisées Mobilien). Une offre (amplitudes, fréquences...) qui ne cesse de s’étoffer. Les deux lignes les plus récentes : • La ligne 16 “Lieusaint/MoissySerris Val d’Europe”, créée en janvier 2008 exploitée par SETRA et N’4 Mobilités, relie Lieusaint (et, dès septembre, le Carré Sénart) à Serris. • La ligne 67 exploitée par Marne-et-Morin, mise en service en septembre prochain, relie La Ferté-sous-Jouarre à Roissy CDG.

Guignes

Fontenailles

Melun

La chapelle-Gauthier Vaux-lePénil

Maison-Rouge-en-Brie Nangis

Sivry-Courtry Le Châtelet-en-Brie

Pamfou

Réseau Seine-et-Marne Express/Mobilien Ligne 1 - Rebais - Melun Ligne 16 - Lieusaint - Serris Val d’Europe Ligne 17 - La Ferté Gaucher - Chessy Ligne 18 - Meaux - Melun Ligne 19 - Torcy - Roissy CDG Ligne 20 - Meaux - Roissy CDG Ligne 34 - Château Landon - Melun Ligne 46 - Montereau - Melun Ligne 47 - Provins - Nangis - Melun Ligne 50 - Provins - Chessy Ligne 67 - CDG Roissypôle RER - La Ferté-sous-Jouarre Ligne 69 - Meaux SNCF - Serris Val d’Europe Communes et points d’arrêts desservis

Valence-en-Brie

Fontainebleau

Montereau-Fault-Yonne Grez-sur-Loing

Saint-Pierre-lès-Nemours

Nemours Bagneaux-sur-Loing

Souppes-sur-Loing

Château-Landon

Provins

QUAND IL N’Y A PLUS DE BUS... ALLOBUS ! Allobus, c’est la solution pour mieux desservir l’aéroport CDG lorsqu’il n’y a plus de bus. Ce dispositif, financé par le STIF et le Conseil général, sera mis en service à compter de septembre. Il sera exploité par les Courriers d’Île-de-France (CIF). Les communes concernées sont : Dammartin-enGoële / Longperrier / Le MesnilAmelot / Mitry-Mory / Othis / Villeparisis / Villeneuve-sousDammartin.

Cartographie : Département de Seine-et-Marne - SIG - Janvier 2008. Sources : Département de Seine-et-Marne - SIG - DT © IGN BDTOPO® N

0

2

4

6

8 km

Horaires, prix, trajets :

D

www.seine-et-marne.fr (rubrique Transports)


14

Success stories AFI AFI c’est quoi ? 49 salariés 3,2 millions de chiffre d’affaires en 2007 + 22 % de croissance du chiffre d’affaires entre 2005 et 2007

Les dates 1981 Création d’AFI. Début de la gamme gestion communale

1989 Sortie d’Afibyblos : gestion des bibliothèques municipales

2005 Reprise de l’entreprise par Arnaud Lelache

2007 Lancement des logiciels libres AFI opac 2.0 et AFI-GRH 2.0 (gestion de bibliothèque et gestion communale en web 2.0) Arnaud Lelache, Directeur Général d’AFI.

AFI passe au web 2.0 Créée en 1981 par Bernard Lelache, AFI (Agence Française Informatique), éditeur de logiciels de gestion installé à Lognes, est dirigée depuis 2005 par le fils benjamin, Arnaud. Avec son arrivée, l’entreprise familiale négocie le tournant de l’Internet collaboratif. “Dés 11 ans, je voulais devenir informaticien. Pour ma famille, il a toujours été clair que ce serait moi qui reprendrais l’entreprise.” Arnaud Lelache, actuel Directeur Général d’AFI, a huit ans en 1981, lorsque son père crée sa société. À l’époque, Bernard Lelache, ingénieur chimiste de formation, travaille chez un imprimeur et assiste aux débuts de l’informatisation des imprimés administratifs. Anticipant l’ouverture d’un vaste marché, il crée, avec ses propres économies, son entreprise d’informatique et lance une gamme de logiciels destinés aux mairies pour gérer les finances, les ressources humaines et les élections. Puis à partir de 1989, il s’attaque également à la gestion des bibliothèques. AFI prospère et

“Dés 11 ans, je voulais devenir informaticien. Pour ma famille, il a toujours été clair que ce serait moi qui reprendrais l’entreprise.” Arnaud Lelache, Directeur Général d’AFI

compte bientôt 49 salariés. La voie semble toute tracée pour Arnaud Lelache. Pourtant, au sortir de ses études d’ingénieur à Supélec, il choisit de ne pas rejoindre l’entreprise familiale : “ Je voulais faire carrière ailleurs , se souvient-il. J’avais envie de vivre ma propre expérience ”. En 2000, son père décide donc de vendre et recrute dans ce but une nouvelle équipe de direction chargée de faire le tour des concurrents. Mais l’opération provoque le départ de collaborateurs-clés et de clients historiques, ce qui compromet toute transaction. Bernard Lelache reprend donc les rênes, soucieux de maintenir à flot son entreprise jusqu’à son départ en retraite en 2005, date qui marque le retour du fils prodigue. Récemment diplômé du MBA d’HEC, Arnaud Lelache, désireux de créer sa propre société, réalise que la reprise de l’entreprise familiale constitue de loin le projet le plus intéressant. “ Je suis arrivé avec un vrai challenge à relever. Il y avait cinquante personnes démotivées. Il n’y avait plus de projection dans l’avenir. Le parc de clientèle avait certes été stabilisé mais on n’arrivait plus à progresser sur le marché ”. AFI était restée un petit éditeur généraliste là où les éditeurs spécialisés étaient devenus de trois à cinq fois plus gros. Le nouveau directeur général commence par

travailler sur l’image de la société et sa notoriété, en professionnalisant la charte graphique des applications et de la documentation commerciale. Dans une seconde phase, il repositionne l’offre de logiciels en s’inspirant des concepts du web 2.0, un Internet orienté vers des applications communicantes et la création de réseaux sociaux. Arnaud Lelache concentre ses efforts sur deux gammes en particulier : la gestion communale et la gamme bibliothèque. Et c’est avec cette dernière qu’il réalise son premier coup de maître. Fini le catalogue classique, au contenu austère et figé. AFI propose un portail communautaire, interactif et multimédia. Pari gagné : en 2007, l’entreprise multiplie par deux les commandes de logiciels pour bibliothèques et gagne ses galons d’éditeur innovant. Enfin, en 2008, AFI devient le premier éditeur du marché à proposer une gamme de logiciels de gestion communale sous licence libre en mode hébergé. Après un léger orage, l’entreprise familiale peut donc désormais afficher sans sourciller un objectif clair : devenir un acteur de référence du marché...

D

www.afi.opac.2.0.free.fr


Septembre - Octobre 2008 Trajectoires

15

Success stories Houlès

Un succès de fil en aiguille Première entreprise européenne en passementerie d’ameublement, l’entreprise Houlès fête ses 80 ans cette année. Basée à Noisysur-École, elle jouit aujourd’hui d’une renommée internationale. Parcours d’une saga familiale. C’est une histoire de famille comme on en voit peu. Une histoire déjà inscrite sur quatre générations. 1928-1945 : Paris, quartier du Faubourg SaintAntoine. Félix Houlès et son fils André fondent une entreprise de décoration spécialisée dans la passementerie. Tout va bien jusqu’à la guerre : André est alors fait prisonnier et l’activité doit cesser. Mais à la libération, le commerce reprend de façon fulgurante. 1960 : une troisième génération arrive. Pierre et Suzanne Houlès donnent à l’entreprise sa dimension internationale. Quatre filiales naissent successivement : en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Italie et aux Etats-Unis. Les agents et points de distribution à travers le monde se multiplient. “ Notre renommée internationale doit aussi beaucoup à ma mère, Suzanne, qui dirigeait la création et se déplaçait beaucoup pour apprendre et s’inspirer ”, raconte Philippe Houlès, actuel dirigeant de l’entreprise.

Philippe Houlès, Directeur de l’entreprise Houlès.

“Après des périodes de décoration opulente, nous revenons à un certain minimalisme. À nous de nous adapter et de montrer notre modernité. ” Philippe Houlès, Directeur de l’entreprise Houlès.

En 1974, la société installe son site administratif en Seine-et-Marne, à Noisy-sur-École. “ Mes grands-parents y avaient leur maison de campagne, se souvient Philippe Houlès. Aujourd’hui, les cette entreprise et faire en sorte que les gens s’y employés apprécient le calme, la verdure et la sentent bien .” Ces valeurs d’écoute et de proximité expliquent l’impressionnante fidélité du sérénité des lieux ”. personnel à l’entreprise. 1996 : Philippe, fils de Pierre, prend la direction de l’entreprise tandis que sa sœur Catherine L’histoire va donc continuer de s’écrire en dirige la communication. Leur premier objectif : famille. Mais quand on se nomme Houlès, a-t-on développer l’activité autour de la passementerie, finalement vraiment le choix ? La réponse de la tringlerie et le tissu, et intensifier l’international, Philippe fuse : “ D’aussi loin que je me sounotamment en Europe de l’Est, en Chine, en Inde vienne, j’ai toujours voulu travailler chez Houlès. et en Russie. Deuxième priorité : l’image. Si l’en- Après mon école de commerce, j’ai d’abord fait treprise jouit d’un positionnement haut de autre chose pour voir comment c’était ailleurs. gamme (parmi ses clients, le roi de Thaïlande, Mon père était impatient mais il m’a laissé libre. Madonna ou encore Claudia Schiffer), elle est S’il y a contrainte, il n’y a pas de plaisir.” Et distribuée à travers un large réseau de distribu- ensuite ? Retour vers l’entreprise, bien sûr : elle teurs et propose une gamme de prix très variée. est dans les gènes de toute la famille. Qu’en est-il “Après des périodes de décoration opulente, nous des 10 enfants de la 5e génération ? “ Jamais nous revenons à un certain minimalisme. À nous de ne les obligerons mais si Houlès peut leur faire une place ce sera avec plaisir ”, sourit Philippe. nous adapter et de montrer notre modernité. ” Sans manquer d’ambition, l’arrière-petit-fils du fondateur a la tête sur les épaules. “Je ne veux pas www.houles.com laisser une empreinte particulière. Juste développer

D

Houlès c’est quoi? 25 millions d’euros de CA 170 salariés dont 50 à Noisy-sur-École où se trouve le centre administratif (direction générale, communication, commercial, marketing, ressources humaines, création…)

Une usine (7 000 m2) et une plateforme logistique (9 000 m2) à Saint-Etienne

Un show-room rue Saint-Nicolas à Paris

Les dates 1928 Création de Houlès par Félix et André Houlès

1974 Installation en Seine-et-Marne

1996 Philippe Houlès succède à son père

2008 80 ans de l’entreprise Houlès


77 c’est eux

77 c’est eux, c’est une collection de portraits renouvelée à chaque parution. Des acteurs économiques de tous horizons, public comme privé, jeunes et moins jeunes, artisans locaux, entrepreneurs internationaux... tous unis par leur confiance dans l’avenir de la Seine-et-Marne.

Yves Croso

Gwenaëlle Bigot

Lionel Becquart

Lieutenant colonel du SDIS, chargé de mission conseil et expertise des risques :

Chargée des relations entreprises pour l’IUT Sénart Fontainebleau :

Conseiller en reprise et transmission d’entreprise à la CCI de Seine-et-Marne :

“Avec nos partenaires, nous sensibilisons les entreprises aux différents risques. Les principales actions se concentrent sur la prévention des accidents du travail et des pollutions.”

“Nos formations sont élaborées en partenariat avec les entreprises seine-et-marnaises ; pour répondre au mieux aux besoins en recrutement du territoire.”

“Mon rôle : ouvrir aux entreprises existantes de formidables opportunités d’essor, en mettant en contact ceux qui cherchent à céder leur entreprise avec tous les repreneurs potentiels.”

Valérie Frémont

José Teixeira

Marie-Line Lemieux

Directrice d’Aéropole, pépinière d’entreprises de Roissy Charles-de-Gaulle :

Gérant de Axe Liberté à Buthiers, entreprise de transports adaptés :

Artiste mosaïque à Villeneuve-sur-Bellot :

“Aéropole offre aux jeunes entreprises un accompagnement et une aide au développement, au cœur d’une plateforme aéroportuaire connectée au monde entier.”

“Pouvoir se déplacer est une condition fondamentale de l’exercice de la liberté et de la citoyenneté. Nous promouvons une totale liberté d’accès aux transports pour les personnes dépendantes.”

Jean-Luc Roger

Virginie Cardaillac

David Rozenberg

Gérant de la Fonderie Roger à Égreville :

ingénieur d’études en relations internationales à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée :

Chargé de mission, Datagora à Roissy Charles-de-Gaulle :

“L’an dernier, grâce à nos programmes d’échanges, 120 de nos étudiants sont partis dans une quinzaine de pays, tels que le Danemark, les États-Unis ou Taïwan.”

“Au cœur du premier aéroport d’Europe et en liaison, notamment, avec Seine-et-Marne Développement, Datagora promeut l’attractivité du bassin aéroportuaire auprès d'investisseurs internationaux.”

“Nous fabriquons des pièces en alliage de zinc pour tous nos clients français, allemands, chinois ou turcs du bâtiment, de l’automobile ou des cosmétiques. Avec la souplesse des petites structures.”

“Internet nous permet à la fois de travailler dans un petit village où nous disposons d’un vaste atelier mais aussi de toucher une clientèle internationale.”

Trajectoires est édité par Seine-et-Marne Développement, agence pour le développement économique du Conseil général de Seine-et-Marne • Directeur de la publication Gérard Eude • Comité de rédaction François-Xavier Deflou, Dominique Marinov • Rédacteur en chef Patricia Montin • Journalistes Carole Galland et Claire Judrin • Réalisation agencebeaurepaire.com • Photos yannpiriou.com • Hôtel du Département 77010 Melun Cedex • Contact p.montin@seine-et-marne-invest.com • seine-et-marne-invest.com • Imprimeur Printed and Co 77500 Chelles • Imprimé sur du papier recyclé Cyclus couché print • N°ISSN 1958-8372.

Trajectoires n°7  

Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne SEPT.-OCT. 2008 Christophe Marlin, PDG d’Eurofarad

Advertisement