Page 1

trajectoires Entreprendre

N°17 SEPT. OCT. 2010

et réussir en Seine-et-Marne

LA SEINE-ET-MARNE JOUE GAGNANTE À L’INTERNATIONAL CRÉA77 : PRENEZ DATE LA SEINE-ET-MARNE FAIT SON CINÉMA

Une Équipe de France unie dans l’export. — Charlotte Louys Déléguée régionale d’Ubifrance pour l’Île-de-France animatrice en Seine-et-Marne de l’Équipe de France à l’export.


instantané Seine-et-Marne par Yann Piriou

La conception “classique” des équipements tertiaires revisitée par l’originalité du nouveau siège de la Société MARCHESINI à Saint-Mesmes.

sommaire ACTUALITÉS

DOSSIER

trajectoires

SEPTEMBRE-OCTOBRE 2010 — n°17 ENJEUX

success stories

PAGE 04

PAGE 07

PAGE 11

PAGE 14

• CRÉA77 : prenez date ! • Sénart Entreprises : business et convivialité • Marne-la-Vallée Descartes Développement prend son essor • E-transformation77 affiche ses projets • La Seine-et-Marne fait son cinéma • L’ACESS : Au service des entrepreneurs

“La Seine-et-Marne joue gagnante à l’international”

•M  atière grise Le CRI : au “cœur” du progrès informatique • Quartier d’affaires Carré Haussmann : la quadrature du cercle • À la carte Les services aux entreprises vus par l’Observatoire Économique de Seine-etMarne Développement

• Dvai à Tournan-en-Brie : Un succès inoxydable • Simpoe à Torcy : Des ambitions non simulées

• L’export : la solution anti-crise ! • Interview de Jean-Luc Morizur, Gérant de la SARL Média & Broadcast Technologies (Magny-le-Hongre) • Le Fonds Export en appui •Interview de Charlotte Louys, Déléguée régionale d’Ubifrance pour l’Île-de-France Est, animatrice en Seine-et-Marne de l’Équipe de France à l’export. • Des VIE en appui • Le 7 décembre, passeports pour l’export

En couverture Charlotte Louys Déléguée régionale d’Ubifrance pour l’Île-de-France, animatrice en Seine-et-Marne de l’Équipe de France à L’export. Retrouvez son interview en page 10.

vos contacts : Patricia Montin p.montin@smd77.com

Isabelle Cabrol i.cabrol@smd77.com

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


trajectoires septembre-octobre 2010 — 03

point de vue

“L’ouverture internationale : une chance pour la Seine-et-Marne” PaR Gérard eude, Président de Seine-et-Marne Développement, VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL DE SEINE-ET-MARNE

N

ous avons choisi de consacrer le dossier de ce numéro aux échanges économiques internationaux et à leur rôle dans l’économie de notre département. Quelle place pour l’exportation ? Quels circuits de soutien aux entreprises qui souhaitent franchir les frontières ? Quelle attractivité internationale pour le territoire ?

De tous temps, les échanges économiques ont structuré la Seine-et-Marne et les villes de Meaux, Provins et Lagny évoquent encore les foires du Moyen-Âge où les marchandises s’échangeaient entre le nord et le sud de l’Europe. Aujourd’hui, le commerce international est mondialisé et l’on croise sur la Seine ou à proximité de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle des conteneurs en provenance du monde entier. Les grandes bases logistiques ont remplacé les foires d’autrefois, mais la logique d’échanges commerciaux est la même et notre territoire y conserve toute sa place.

www.seine-et-marne-invest.com Source : Seine-et-Marne Développement

Bilan de l’activité “Implantation” de Seine-et-Marne Développement 560 dossiers en cours 18 implantations 148 emplois concernés Source : Seine-et-Marne Développement

Exportations seine-et-marnaises en 2009

Les 10 premiers produits exportés par la Seine-et-Marne en 2009 – Valeurs brutes en milliers d’Euros

2 000 000

1 500 000

114 967 Ordinateurs et équipements périphériques

109 668

127 169 119 928

210 011

Articles d'habillement

500 000

240 802 232 155 223 415

1 000 000

2 296 129 2 208 087

Source : Seine-et-Marne Développement

Coutellerie, outillage, quincaillerie et ouvrages divers en métaux

Verre et articles en verre

Matériel électrique

Produits chimiques divers

Machines et équipements d'usage général

0 Parfums, cosmétiques et produits d’entretien

Quatrième département d’Île-de-France, la Seine-et-Marne exporte dans le monde entier plus de 7 milliards d’euros de marchandises par an.

Ainsi, chaque année, une dizaine d’entreprises étrangères s’implantent et viennent rejoindre les 450 entreprises à capitaux étrangers installées en Seine-et-Marne. Parmi celles-ci, Disneyland Paris® bien entendu mais aussi Nestlé, Honda ou Yamaha Musique… et tant d’autres aux noms moins évocateurs.

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

Retrouvez l’intégralité des éléments dans la rubrique : Observatoire Économique / Études sectorielles / Autres activités tertiaires / Une filière économique en Seine-etMarne / Les Activités Immobilières

Au 30 juin 2010

Chaque année, Seine-et-Marne Développement accompagne une cinquantaine de petites et moyennes entreprises du département à l’exportation. Au-delà du “coup de pouce” financier qui facilite les choses, ces opérations permettent de valider et d’ouvrir de nouveaux marchés dans la durée et ainsi d’encourager la compétitivité de nos entreprises. Pour l’agence, ces opérations à l’international ont aussi pour objet de prospecter de nouvelles entreprises étrangères pour venir s’installer dans notre département. Ces opérations de prospection se font en particulier sur les filières clés de l’économie seine-et-marnaise ; éco-activités et ville durable, contenus numériques, aéronautique et industrie mécanique.

g.eude@smd77.com

5 268 emplois 1,6 % de l'emploi total 2 295 établissements

Produits pharmaceutiques

À l’inverse, les importateurs sont des entreprises commerciales qui distribuent en France des produits de grande consommation. Parmi celles-ci de grandes enseignes qui ont leur siège social en Seine-et-Marne comme “Leader Price, BUT ou Conforama”. Vous pouvez retrouver toutes les données chiffrées sur notre site : www.seine-et-marne-invest.com.

Les activités immobilières en Seine-et-Marne c'est :

Produits de la construction aéronautique et spatiale

Quatrième des huit départements d’Île-de-France (direction des douanes 2009), la Seine-et-Marne exporte dans le monde entier plus de 7 milliards d’euros de marchandises par an. Les pays de destination sont d’abord les pays de l’Union Européenne puis l’Amérique et l’Asie. L’Afrique et le Proche Orient sont les destinations qui progressent le plus. Les grands exportateurs seine-et-marnais sont des industriels liés à l’agriculture et à l’agroalimentaire mais aussi à l’aéronautique et aux produits pharmaceutiques et cosmétiques.

tableau de bord


actualités

Créa77 : prenez date ! L’outil d’aide à l’accompagnement pour les partenaires et porteurs de projets a fait peau neuve ! Son point fort : l’agenda ultra complet des événements à ne pas rater en Seine-et-Marne. “En plus de savoir qui fait quoi, on sait maintenant quand, comment et où”. C’est ainsi que Berta Lechartier, chargée de mission à Seine-et-Marne-Développement, présente le site Internet CRÉA77. L’internaute n’y trouvera pas seulement à télécharger le guide traditionnel d’aide à la création d’entreprise mais aussi – et c’est la nouveauté – un calendrier clair et exhaustif de tous les événements seine-et-marnais du mois en cours et des suivants. Renseignée directement par le réseau de partenaires (Chambres consulaires – CCI77 et CMA –, Afile77, Boutique de Gestion, Pépinières d’entreprises, Maisons de l’Emploi, etc.), la présentation des événements offre aussi l’avantage de l’interactivité : tout porteur de projet qui veut assister à un colloque, petit-déjeuner ou une réunion d’information, peut s’inscrire directement via le site. Le site Crea77 sera mis en ligne courant septembre Renseignements : 01 64 14 19 22 ou b.lechartier@seine-et-marne-invest.com

École des Ponts ParisTech – Cité Descartes.

Marne-la-Vallée Descartes dÉveloppement prend son essor

© Serge Lamirand

Marne-la-Vallée Descartes Développement, c’est l’agence économique du Cluster Ville Durable à Marne-la-Vallée, lequel fait partie des huit pôles d'excellence du Grand Paris révélés par le Président de la République il y a quelques mois.

Sénart Entreprises : business et convivialité Créer des liens, mieux se connaître et organiser des manifestations susceptibles de stimuler l'activité de chaque membre. Telle est la raison d'être de Sénart Entreprises. Sénart Entreprises regroupe très logiquement des chefs d'entreprises – ils y sont une centaine – mais aussi des aménageurs, des collectivités locales et différents partenaires publics impliqués dans le développement économique du territoire de Sénart. Les avantages qui les attirent sont nombreux : une meilleure compréhension mutuelle, une notoriété et une réactivité optimisées, une intégration efficace dans le tissu local et de nombreux services proposés par l'association et ses partenaires, dont la Maison de l'Emploi et de la Formation. Parmi ces prestations, notons l'organisation de multiples manifestations (petits-déjeuners thématiques, dîners-conférences, speed business meeting...), l'aide au recrutement (notamment de stagiaires, en lien avec l'IUT de Sénart et le CEFOP) et un accès privilégié à l'information locale et régionale. Sans oublier la détente et la convivialité symbolisées par les nombreux événements (barbecue annuel, défis sportifs...) qui dépassent le strict cadre du business. Prochain dîner-débat : le 16 septembre, au Clarion. Thème : “Crise et déficit : quelle fiscalité pour demain ?”. Animé par Gilles Carrez, rapporteur de la Commission des finances à l'Assemblée nationale.

Conçue pour fédérer ses acteurs et promouvoir leur territoire, l’agence a pour membres fondateurs le SAN du Val Maubuée (instigateur de cette initiative), l'EPA Marne, la CCI Seine-et-Marne, le Pôle de Recherche et d'Enseignement Supérieur (PRES) Paris Est, le Conseil général de Seine-et-Marne et Seine-et-Marne Développement. “Les membres de l’agence travaillent ensemble pour contractualiser sur des objectifs et des projets concrets. Parmi les premiers chantiers, la relance et le redéploiement de l'incubateur Polystart, créé en 2000, qui s’adresse à des porteurs de projet étudiants, anciens étudiants, chercheurs et personnel administratif des établissements d’enseignement supérieur de la Cité Descartes. Dans un premier temps, l’ambition est de le voir accompagner 10 à 20 projets”, explique Sonia Dutartre, Directrice adjointe de Seineet-Marne Développement, un partenaire privilégié de Marne-la-Vallée Descartes Développement. + d'infos : www.valmaubuee.fr – Rubrique Économie Développement – 01 60 37 23 55

+ d'infos : www.senartentreprises.fr – Serge Lamirand : 06 76 75 14 92 trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


trajectoires trajectoires septembre-octobre septembre-octobre 2010 2010 — 05 —5

e-transformation77 affiche ses projets E-transformation77, c’est un dispositif accompagnant le développement des usages numériques dans les PME et TPE (moins de 250 salariés) du département. Les entreprises qui désirent en bénéficier ont toutes répondu à un appel à projets et bénéficié d’un diagnostic pris en charge par Seine-et-Marne Développement. Parmi les 11 entreprises lauréates, 10 recevront une aide de 30 000 € (maxi) accordée par la Région et le Conseil général.

Les 11 entreprises lauréates du premier appel à projets • CERVONLINE. Cet expert des contenus et services en ligne de BussySaint-Martin initie un nouveau service totalement individualisé de livraison. • DROUET PRD (futur PANIRECORD). Ce constructeur de machines pour la boulangerie artisanale de Beaumont du Gâtinais va mettre en place un Progiciel de gestion intégré. • PLANÈTE COMPOSANTS et SERVICES. Spécialisée dans les composants électroniques, cette entreprise de Champs-sur-Marne va déployer une plate-forme numérique de croissance. • RELIABLE BELT CONVEYOR. Spécialiste des équipements lourds de manutention, cette entreprise implantée à Champs-sur-Marne va créer son site Internet. • SARL TERRÉNERGIE. Ce fabricant de biocombustibles de Vulaines-lèsProvins va créer son site Internet. • SAS BARRE. Cette entreprise de mécanique de précision aéronautique, nucléaire et spatiale implantée à Brie-Comte-Robert va mettre en place un outil de gestion de l’ordonnancement et créer un site Internet intégrant un suivi de l’état d’avancement des commandes pour ses clients. • SEISQUARE. Cet expert en gestion des ressources naturelles veut installer, depuis son siège à Avon, un système de visiophonie fiable, convivial et rapide. • SYNAPSE INGÉNIERIE. Pour ce Bureau d'études en bâtiment de Champs-sur-Marne, un projet global de transformation de l’entreprise et de son système d’information est programmé. • THOMMEN MÉDICAL SARL. Ce négociant en fournitures dentaires de Sucy-en-Brie va déployer une plate-forme d'échanges en visiophonie Haute Définition. • TVSUD77. Cet opérateur de contenu audiovisuel et multimédia provinois veut relier ses trois sites seine-et-marnais en haut débit. • VISSELECT. Ce commerçant de gros en quincaillerie pour industriels implanté à Chelles veut déployer un nouveau système de gestion des entrepôts.

+ d'infos : c.etedali@smd77.com

Le deuxième appel à projets e-transformation77 sera ouvert du 15 septembre au 15 novembre 2010.

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


actualités

La Seine-et-Marne fait son cinéma

Le 28 juin dernier, était officiellement présenté, à Datagora-Roissy, le film À l’est de Paris, la Seine-et-Marne : un outil moderne et efficace entièrement dédié à la promotion du département. À l’est de Paris, la Seine-et-Marne… Ce film au titre en forme de clin d’œil hollywoodien (À l’Est d’Eden, d’Elia Kazan), est coproduit par Seine-et-Marne Développement et la CCI Seine-et-Marne. D’une durée de quatre minutes, il présente le département de façon très illustrée et vivante. Ce court-métrage met particulièrement en valeur les filières porteuses soutenues par les Pôles de compétitivité dans lesquels la Seine-et-Marne est très engagée : les éco-activités (avec Advancity), l’aéronautique (avec Astech) et les usages numériques (avec Cap Digital). Le film présente également les atouts des pôles territoriaux comme ceux de Roissy, Sénart et Marne-la-Vallée qui s’inscrivent dans un vaste projet de développement du territoire. À l’est de Paris, la Seine-et-Marne s’adresse avant tout aux investisseurs potentiels, c’est-àdire à tous les acteurs publics et privés susceptibles de participer au développement économique du département, entreprises françaises et étrangères à forte valeur ajoutée cherchant à s’implanter en région francilienne. Véritable vitrine de l’attractivité seine-et-marnaise, il est également destiné à accompagner Seine-et-Marne Développement et la CCI Seineet-Marne dans toutes leurs actions de promotion internationale. Il a d’ailleurs, dans ce but, été réalisé en sept langues : allemand, anglais, chinois, espagnol, français, italien et japonais. De plus, la multiplicité de ses formats, adaptés aux NTIC, incluant notamment une version iphone, devrait lui assurer une large diffusion. Pour le visionner : www.seine-et-marne-invest.com

L’ACESS : Au service des entrepreneurs

© Céline Dabel

Depuis 2004, l’ACESS accueille et soutient les entreprises, artisans, commerçants, professions libérales, industriels sous le parrainage des institutions patronales et commerciales du sud de la Seine-et-Marne. “Là où tout le monde parle de la crise, nous nous tournons vers l'avenir et l'action”. Ainsi s’exprime Claude Testard, président de l’Association des Chefs d’Entreprise du Sud Seine-et-Marne. Afin de soutenir ses adhérents dans leur développement, l’ACESS multiplie les initiatives : échanges interentreprises, rendez-vous à vocation commerciale, développement des partenariats, lien entre les entreprises et les institutions, etc… Après les petits-déjeuners débats mensuels, l’association a innové en juin dernier en organisant pour la première fois une soirée barbecue sur le thème du “Développement du réseau”. Cinquante chefs d'entreprises se sont ainsi retrouvés autour d'un dîner convivial au Château de Graville. Au menu : discussions, divertissements et échanges tant professionnels qu'amicaux. Pour cette nouvelle année, l’ACESS a déjà en tête plusieurs thèmes : “Comment gérer les ressources humaines dans une TPE-PME”, “Comment optimiser la rémunération du chef d'entreprise”, “La protection sociale du chef d'entreprise”, “Comment se présenter efficacement en 3 min” ou encore “Comment gérer sa trésorerie ?” + d'infos : www.acess77.com

en bref… Rencontres pour l’Emploi Le 14 octobre prochain se tiendront à Lognes les “18e Rencontres pour l’Emploi à Marne-LaVallée”. Comme chaque année, Seine-et-Marne Développement, en partenariat avec les principaux acteurs de la création d’entreprise du Nord Seine-et-Marne, accueillera les porteurs de projets en quête d’informations et de conseils.

“Handicap et Emploi” Le 16 novembre prochain se tiendra le salon “Handicap et Emploi” à Magny-le-Hongre, gymnase de la rue de la Sourde. Destiné à sensibiliser et informer, l’événement s’adresse aux travailleurs handicapés, au grand public et à tout recruteur potentiel. Une cinquantaine d’exposants, dont au moins 25 structures recruteuses, devraient être au rendez-vous.

“Financer sa boîte” Les entreprises franciliennes désireuses d’ouvrir leur capital peuvent se faire labelliser par la communauté “Seine-et-Marne Développement” présente sur la plateforme “financer sa boîte”. Elles entrent ainsi en relation avec un réseau d’investisseurs potentiels. www.financersaboite.capitalpme.oseo.fr

www.promobilite.fr Comment améliorer l’accès d’un lieu de travail à ses salariés ? Grâce à un PDE (Plan de Déplacement d’Entreprise). Lancé en avril, www.promobilite.fr est un outil précieux pour un bon PDE en Île-de-France.

“Coaching – le monde des possibles” “Invitation au coaching - le monde des possibles” est un roman d’entreprise qui ouvre au lecteur les perspectives de l’accompagnement personnel et professionnel. Avant de se consacrer au coaching, Isabelle Vitte-Blanchard a réalisé l’essentiel de sa carrière professionnelle en Seine-et-Marne et est installée à Provins. Éditions E.M.S Collections Pratiques.

Changement d’adresse Seine-et-Marne Développement s’assure une présence optimale sur le département grâce à des bureaux répartis entre Melun et Serris. Ces derniers, situés auparavant au sein du Parc d'Entreprise Val d'Europe, se trouvent désormais au 24/26 cours du Danube, toujours à Serris. Contact : 01 75 05 61 40 trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


DOSSIER

trajectoires septembre-octobre 2010 — 07

LA Seine-et-Marne joue gagnante à l’international

Quand la morosité économique ambiante grippe la croissance sur le marché intérieur français, partir tenter sa chance à l’international peut être une stratégie payante... à condition qu’elle soit rigoureusement menée. Bien accompagnées, les PME/PMI seine-et-marnaises sont de plus en plus nombreuses à s’y essayer avec succès. Parti de loin, le département figure désormais dans le peloton de tête des départements exportateurs d’Île-de-France et le Fonds export participe activement de cette dynamique.

en haut : Le A380 – plus gros porteur commercial au monde – décolle chaque jour de Paris-Charles de Gaulle vers New York. en bas : Le Conseil général de Seine-et-Marne a lié un partenariat économique et culturel très étroit avec la Préfecture du Hyogo et sa capitale Kobé.


DOSSIER

Les bons chiffres de 2009

L’export : la solution anti-crise ! Depuis une dizaine d’années, Seine-et-Marne Développement a fait de l’accompagnement à l’export des PME/PMI l’une de ses priorités. PME/PMI qui, tout comme de grands groupes, valorisent désormais leur savoir-faire et leurs innovations... et y croient de plus en plus !

Il faut aussi prévoir une minutieuse préparation, une stratégie précise, des financements suffisants – “les aides adéquates existent en France”– et une planification très claire. “Sans oublier, pour le chef d’entreprise, beaucoup de patience et de motivation”.

o

En matière d’exportation comme d’innovation, pour éviter les chausse-trappes, rien ne vaut le partage d’expérience. C’est tout l’objet du Club du commerce extérieur 77 qui compte une centaine d’adhérents dont une trentaine d’actifs bien décidés à guider les candidats à l’export. “Les grands groupes se débrouillent très bien tous seuls. Notre priorité va plutôt aux PME/PMI qui structurent l’économie de la Seine-et-Marne. Elles disposent d’un extraordinaire potentiel de savoir-faire et d’innovation encore sous-exploité. Il faut croire en leurs chances car elles sont bien réelles.”

bjectif atteint ! Au classement des départements exportateurs franciliens, la Seine-et-Marne s’est classée au 4e rang en 2009 (voir ci-contre) – performance d’autant plus remarquable qu’elle figurait en queue de peloton il y a dix ans. C’est à la fois le résultat d’une prise de conscience des PME/PMI et la récompense d’une stratégie collective bien menée. Loïc Gauthier, Président du club du commerce extérieur au MÉDEF 77, met aussi en avant la structuration réussie du réseau d’accompagnement des entreprises. “Culturellement, la France a encore beaucoup de retard : la petite taille de nos PME/PMI ne favorise pas leurs ambitions à l’international. Mais coté positif, le maquis des aides et des outils s’est bien éclairci”. Témoins, selon lui, le Fonds Export mis en place par Seine-et-Marne Développement (voir page 9) et, plus récemment, la constitution de l’Équipe de France à l’export (voir page 10) qui constitue un trait d’union entre tous les acteurs de l’aide à l’exportation. Il ne minimise pas les difficultés pour autant. “Rien n’est pire que de partir précipitamment. Pour réussir il y a un certain nombre de critères à réunir et un plan à respecter sous peine de graves désillusions”, précise Loïc Gauthier. Disposer d’un bon produit est ainsi une condition nécessaire, mais pas suffisante.

La Seine-et-Marne compte parmi les départements franciliens les plus dynamiques à l’international. En matière d’exportation, elle se situe ainsi au 4e rang francilien derrière Paris, le Val d’Oise et les Hautsde-Seine (8 milliards d’euros — soit 14 % des exportations régionales et 2,31 des exportations nationales). Le premier trimestre 2010 est même particulièrement encourageant avec une hausse de 40 % sur la même période en 2009. Les importations, un critère moins valorisé que les exportations, constituent un révélateur tout aussi essentiel du dynamisme d’un territoire – notamment parce qu’elles traduisent la vitalité d’entreprises qui achètent matières premières et produits manufacturés à l’étranger pour les transformer et/ou les revendre. Or, là encore, la Seine-et-Marne tire son épingle du jeu : elle figure au 2e rang, juste derrière Paris, avec 16,64 milliards d’euros (1), soit 15,6 % des importations franciliennes et 4,11 % des importations nationales. Par ailleurs, sur les deux premières familles de produits exportés et importés – les produits pharmaceutiques et les produits aéronautiques et spatiaux –, le département affiche une balance nettement excédentaire de 421 M€ pour les premiers et de 485 M€ pour les seconds. Enfin, le podium des premiers pays clients et fournisseurs de la Seine-et-Marne est resté inchangé en 2009. Le département poursuit ses relations privilégiées avec les USA (1er client et 3e fournisseur) et avec l’Allemagne (2e client devant le Royaume-Uni et 1er fournisseur devant la Chine). (1) Statistiques de la Direction des Douanes hors militaire pour la période d’un an allant du 2e trimestre 2009 au 1er trimestre 2010.

La société GIC à Faremoutiers au salon Labelexpo en Belgique (Fonds Export 09/2009) .

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


trajectoires septembre-octobre 2010 — 09

interview

“Seine-et-Marne Développement nous a aidés à structurer notre offre .” Jean-Luc Morizur Gérant de la SARL Média & Broadcast Technologies (Magny-le-Hongre)

Deux ans à peine après sa création en 2005, votre entreprise se positionnait déjà à l’international. Quelles étaient vos motivations ? J-L. M. : D’abord la volonté d’accélérer la croissance de notre entreprise, spécialisée dans l’édition de logiciels techniques pour les chaînes de télévision et de radio, en allant chercher ailleurs les parts de marchés qui n’existaient pas encore en France. Ensuite le souhait d’améliorer notre visibilité sur ce secteur ultra-concurrentiel à l’échelle mondiale : en exposant sur des grands salons étrangers par exemple, nous renforçons notre image y compris auprès de nos clients français. En quoi le Fonds Export vous a-t-il facilité la tâche ? J-L. M. : Au début, nous avons travaillé sur des opportunités portées à notre connaissance par le bouche-à-oreille professionnel. Mais même si des résultats ont été obtenus, notamment en Russie et au Liban, nous avions conscience que notre démarche restait perfectible. En résumé, nous vendions des projets, alors que nos clients voulaient acheter des produits. Grâce à une aide de Seine-et-Marne Développement et d’OSÉO, mais aussi au réseau des CCI et Ubifrance, c’est la structure même de notre offre que nous avons améliorée à travers la mise en place de lignes de produits bien identifiables. Par deux fois aussi, Seine-etMarne Développement nous a versé une aide pour exposer au salon d’Amsterdam. Après trois ans d’efforts et d’investissements, le retour est-il satisfaisant ? J-L. M. : Oui, sans aucune hésitation. Nous comptons déjà une dizaine de clients en Europe, en Afrique du Nord ou au Moyen-Orient. Ils pèsent pour plus de 30 % sur notre chiffre d’affaires (2,2 M€) et nous ont déjà permis de recruter une douzaine de collaborateurs.

Le bon réflexe : 77international.fr 83 pays et leurs marchés sont présents sur le site www.77international.fr dédié aux entreprises du département pour les informer et leurs offrir des services export (veille sectorielle, liste de contacts, problématiques de transports…).

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

Le fonds export en appui élodie quilleré et son équipe.

Le Japon Partenaire privilégié Curieusement, le Japon ne figure pas encore dans le Top 10 des pays clients des entreprises seine-et-marnaises. Cela deviendra peut-être le cas dans quelques années grâce au partenariat économique et culturel très étroit noué de longue date avec la Préfecture du Hyogo et sa capitale Kobé. Outre l’organisation, une mission économique tous les deux ans, Seine-et-Marne Développement accueille chaque année dans ses murs une assistante japonaise qui facilite gratuitement les contacts et démarches des entreprises : traduction, assistance à la rédaction de plaquettes ou de pages web, accueil de délégations, organisation de voyages, etc. Contact : Élodie Quilleré 01 75 05 61 44 e.quillere@smd77.com

Tenter sa chance à l’international coûte cher et nécessite une stratégie minutieuse. Seine-et-Marne Développement soutient financièrement les entreprises dans ce processus.

E

n 2009, Seine-et-Marne Développement a consacré 200 000 € au Fonds Export. 36 entreprises – des PME/PMI à 95 % – ont ainsi été épaulées à tous les stades de leur stratégie internationale. Pour certaines, une première étape a consisté à suivre une formation/information personnalisée de deux jours pour se familiariser avec les techniques export. Assurée par l’Office Technique d’Étude et de Coopération Internationale, cette prestation est prise en charge à 100 % par Seine-et-Marne Développement. Objectif : jeter les bases d’une stratégie et d’un développement hors de nos frontières. Les autres bénéficiaires, plus avancés dans leur réflexion et leur parcours, ont reçu des aides financières non négligeables pour établir un diagnostic export (50 % de la dépense, aide plafonnée à 10 000 €), réaliser une étude de marché (50 % 10 000 €), organiser des rendez-vous (6 000 € maximum) ou encore participer à un salon à l’étranger (8 000 € maximum). “Ces aides se veulent avant tout incitatives pour encourager les petites et moyennes entreprises à se lancer, détaille Élodie Quilleré, chargée de mission, responsable de l’international à Seine-et-Marne Développement. Quand nous les rencontrons, nous insistons sur la nécessité de ne pas partir à l’aveuglette, mais de bâtir au contraire une stratégie sur le long terme et de bien se préparer.” Philippe Tissot, avec sa double casquette de chef d’une entreprise exportatrice à 95 % (1) et de Vice-président du comité seine-et-marnais des conseillers du commerce extérieur, insiste sur ce dernier point. “Les aides sont formidables, mais ne solutionnent pas tout. Rien ne remplacera jamais la volonté sans faille du dirigeant. Ne nous y trompons pas : exporter est difficile. Cela nécessite une préparation minutieuse, par exemple pour mettre en place un bon second quand on part à l’étranger, sous peine de mauvaise surprise au retour !” (1) EIE Global (Fontainebleau), gestion et exécution de programmes de salons internationaux pour les entreprises, 22 salariés, 2,5 M€ de CA.


interview

DOSSIER Des VIE en appui

Baptiste Rochette, actuellement “VIE” au Cambodge pour l’entreprise TSO

“Une Équipe de France unie dans l’export” Charlotte Louys Déléguée régionale d’Ubifrance pour l’Île-de-France Est, animatrice en Seine-et-Marne de l’Équipe de France à l’export.

Cela fait maintenant 18 mois que l’Équipe de France à l’export est opérationnelle en Seine-et-Marne. Son bilan est-il positif ? c.l. : C’est aux entreprises de le dire. Mais je crois pouvoir affirmer qu’elles sont globalement satisfaites. Auparavant, leurs interlocuteurs étaient nombreux et pas toujours bien identifiés. Aujourd’hui, en s’adressant à l’Équipe de France à l’export, elles ont face à elles des acteurs coordonnés entre eux pour préparer et réussir leurs développements à l’international et disposent d’un ensemble d’outils et services complémentaires. Concrètement, qui forme cette équipe et comment travaille-t-elle ? c.l. : Il y a d’abord les titulaires de l’Équipe nationale : Ubifrance bien sûr, qui anime le dispositif, la CCI Seine-et-Marne et les CCI françaises à l’étranger, la Coface, OSÉO, les conseillers du commerce extérieur de la France. S’y ajoutent, à l’échelle départementale, des acteurs locaux incontournables tels que Seine-et-Marne Développement. L’objectif commun est d’appréhender toutes les facettes d’une stratégie à l’international : la première approche des marchés internationaux sécurisée et accompagnée par Ubifrance et 1 000 collaborateurs à l’étranger, l’assurance prospection (Coface), le financement (OSÉO) ou le conseil et l’accompagnement. Une fois par mois, sous la houlette de la CCI Seine-et-Marne, nous nous réunissons tous ensemble autour d’une permanence de l’international et recevons pendant une heure les chefs d’entreprises qui le souhaitent. Une fois par an, nous participons au Forum de l’International organisé par la CCI (voir encadré). Il favorise les contacts avec des experts en un seul lieu. Cette formule connaît un grand succès. Au total, notre objectif est d’accompagner une centaine de PME/PMI par an. Avec la crise, les entreprises sont-elles plus motivées à tenter leur chance sur des marchés étrangers ? c.l. : Motivées, oui. Mais leurs craintes demeurent – ce qui explique pourquoi elles restent encore peu nombreuses à se lancer dans l’aventure. Aller à l’international, c’est cher, compliqué, forcément un peu risqué et cela demande beaucoup de temps et d’énergie. Il y a des pièges à éviter : produits mal protégés, mauvaise appréciation d’un marché ou de la concurrence, méconnaissance culturelle du pays-cible… Notre but est donc de les informer, de les rassurer et de les accompagner dans la durée en menant une nécessaire démarche qualitative : un marché gagné n’a pas grand intérêt s’il ne s’inscrit pas dans la durée !

Pour asseoir ses positions à l’export, TSO, une société chelloise de pose, rénovation et électrification des voies ferrées (900 salariés, 140 M€ de CA) s’appuie régulièrement sur le Volontariat International en Entreprise (VIE) qui lui offre la possibilité de missionner des jeunes de 18 à 28 ans à l’étranger. “Actuellement, nous employons quatre volontaires, tous au Cambodge, où nous réhabilitons le réseau ferroviaire, explique Claude Petit, le Directeur Export. Certes, cette solution est économique, grâce à des exonérations de charges qui nous permettent d’être compétitifs sur certains appels d’offres aux marges très réduites. Mais, à nos yeux, son

véritable intérêt réside surtout dans l’opportunité qu’elle nous offre de détecter et de former nos futurs collaborateurs. Nous l’avons toujours beaucoup utilisée, y compris dans ses versions précédentes, la Coopération puis le Volontariat du Service National”. De fait, ces jeunes, choisis par les entreprises avec l’aide d’Ubifrance pour des missions d’une durée modulable de 6 à 24 mois, sont ensuite embauchés par elles dans plus de 70 % des cas. Le VIE leur permet de faire leurs preuves dans des tâches très diverses allant de l’étude de marché à la prospection en passant par l’accompagnement d’un chantier, la création d’une antenne ou l’animation d’un réseau de distribution.

Contact : Les conseillers VIE d’Ubifrance, 0810 659 659 (prix d’un appel local)

Le 7 décembre, passeports pour l’export La CCI Seine-et-Marne et ses partenaires (Ubifrance, Seine-et-Marne Développement, la Coface, écoles de

commerce international…) réuniront le 7 décembre prochain à Émerainville — sur le site Place des Métiers — une trentaine d’experts pays (incollables sur tel ou tel pays en particulier) et de nombreux autres spécialistes pour informer et guider les entreprises intéressées par un développement à l’export. La journée s’organise autour de rendez-vous personnalisés, d’ateliers techniques et de conférences par marché. En 2009, cette manifestation avait rassemblé plus de 100 entreprises seine-et-marnaises.

Pour en savoir plus : www.seineetmarne.cci.fr – Rubrique Agenda International

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


trajectoires septembre-octobre 2010 — 11

enjeux

matière grise

Le CRI : au “cœur” du progrès informatique Installé depuis plus de quarante ans à Fontainebleau, le CRI est à la pointe de la recherche en informatique. Menés sous l’autorité de “Mines ParisTech”, ses travaux sont particulièrement précieux pour les industriels qui recherchent des ordinateurs toujours plus rapides et puissants.

u

n petit immeuble de trois étages, sept enseignants chercheurs, six ingénieurs et administratifs, six doctorants, une centaine d’étudiants... et une quantité d’ordinateurs proprement astronomique ! Nous sommes à Fontainebleau, au Centre de Recherche en Informatique (CRI), laboratoire qui officie depuis plus de quarante ans, sous l’autorité de l’École des Mines de Paris – aujourd’hui renommée Mines ParisTech. Au cœur de son activité, le système PIPS, pour “Paralléliseur Interprocédural de Programmes Scientifiques”, appellation quelque peu obscure qui désigne tout simplement l’avenir de l’informatique. Des ordinateurs multiprocesseurs “Avant, on parvenait à fabriquer des ordinateurs de plus en plus puissants pour le même prix”, explique Robert Mahl, diplômé de Polytechnique et des Mines, qui dirige le CRI depuis 1993 et s’apprête à passer le relais à son adjoint François Irigoin. “Sauf qu’aujourd’hui, on ne peut plus miniaturiser davantage l’électronique. Sur des circuits intégrés trop miniaturisés, l’électron ne passe plus.” La solution pour remédier à cette stagnation ? La fabrication d’ordinateurs équipés de plusieurs cœurs, c’est-à-dire de plusieurs unités centrales. Faire fonctionner des processeurs en parallèle Deux cœurs, mille, un million… il n’y a alors plus de limite. Reste encore à faire fonctionner des programmes informatiques de plus en plus compliqués sur des ordinateurs qui ont plusieurs cœurs, de façon à accélérer l’exécution des programmes. “Pour parvenir à cette décomposition intelligente des programmes en fonction des cœurs disponibles, décrypte Robert Mahl, il faut procéder à une analyse très fine des programmes, de façon à obtenir que ces cœurs puissent fonctionner en parallèle, c’est-à-dire simultanément.”

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

Robert Mahl et François Irigoin – Dirigeants du CRI.

Le CRI et la diffusion du droit Depuis une dizaine d’années, le CRI œuvre à la diffusion du droit français. Quel lien entre le droit et les programmes informatiques étudiés habituellement par les chercheurs du CRI ? Le langage. L’expression du droit français est ici formalisée sous .xml, c’est-à-dire sous un langage informatique spécialisé. Le CRI a ainsi participé à la mise en place de la DILA (pour Direction de l’Information Légale et Administrative) et développé un site web (droit.org) dont l’objectif est la diffusion du droit auprès du grand public.

D’où le terme de “Paralléliseur Interprocédural”, au centre des travaux du CRI. “Le programme est décomposé en fragments qui sont implantés sur différents cœurs, continue Robert Mahl. L’objectif de nos travaux est donc de faire en sorte que l’ordinateur puisse réaliser lui-même sa propre décomposition des tâches sur différents cœurs.” Des entreprises très intéressées Cette visée rejoint évidemment les préoccupations des industriels qui cherchent toujours à accélérer la vitesse de leurs programmes. Le laboratoire travaille notamment avec des entreprises comme Thalès, EDF et Sagem. En 1982, des professeurs et étudiants du CRI ont d’ailleurs quitté le nid pour créer leur propre entreprise, Morpho Systems, spécialisée dans les systèmes de reconnaissance des empreintes digitales. Un véritable coup de maître pour cette poignée de chercheurs devenus chefs d’entreprise. L’aventure se conclut sur une très belle transaction avec le rachat de Morpho Systems par Sagem, en 1993. Une expérience réussie qui a fini de convaincre les membres du CRI qu’ils pouvaient devenir des acteurs incontournables du secteur de la haute technologie. Aujourd’hui, le centre mène ainsi une forte activité de valorisation de ses travaux de recherche grâce à la collaboration avec la start-up HPC Project, dont l’un des acteurs-clés, Ronan Keryell, est un ancien chercheur du CRI. Il est notamment épaulé par une ancienne doctorante du CRI, Béatrice Creusillet, et un nouveau doctorant, Mehdi Amini. De quoi assurer au CRI un avenir doré.


enjeux

Quartier d’affaires

Carré Haussmann : la quadrature du cercle Récemment mis en location, les bureaux du Carré Haussmann, au centre de Sénart, ont déjà quasiment tous trouvé preneurs. Clés du succès : des baux plus courts + des prestations à la carte + un environnement hyper qualitatif = la quadrature du cercle.

L

ouer avec un bail court, et dans un environnement haut de gamme, ces petites et moyennes surfaces qui constituent le gros des demandes locatives. Il suffisait d’y penser, Sénart l’a fait. “56 % des demandes de location concernent des surfaces inférieures à 100 m2. Or, l’offre en ce domaine est à la fois rare, vieillissante et mal adaptée, explique Michel Raynaud, Président des Bureaux de Sénart. Avec l’EPA de Sénart, nous avons donc réfléchi à une offre de petites surfaces, dans un immeuble haut de gamme, géographiquement et architecturalement proche du Clarion, dernière grande réalisation emblématique du secteur.” L’intuition était bonne. Pour preuve, la commercialisation de Carré Haussmann était quasi bouclée à plusieurs semaines de l’ouverture.

Carré Haussmann propose un niveau de prestation comparable à ce qui se fait à Paris ou Issy-les-Moulineaux. Michel Raynaud, Président des Bureaux de Sénart

Au bonheur des professions libérales Parmi les entreprises installées, souvent venues des villes voisines, beaucoup de professions libérales (conseil aux entreprises, experts comptables, bureaux d’études, consultants…) et diverses activités informatiques (éditeurs de logiciel, jeux en ligne…). “Pour les entrepreneurs, aujourd’hui confrontés à un contexte économique fluctuant, la souplesse que nous proposons a été décisive“, commente Michel Raynaud. Contrairement au bail commercial classique (3 ans obligatoires et préavis de 6 mois), Carré Haussmann propose effectivement des baux précaires de 24 mois, avec possibilité de renouveler ou se désengager par un préavis de 3 mois. “Nos clients voient aussi l’opportunité de créer des synergies au sein du site. Cela a d’ailleurs commencé. Un des locataires m’a demandé un conseil pour choisir un expert comptable : nous l’avons mis en contact... avec son futur voisin“, sourit Michel Raynaud.

en chiffres…

Côté transport, situation quasi idéale : parking gratuit pour les locataires — beaucoup de professions libérales se déplacent en voiture — avec un accès facile depuis l’A5, la Francilienne ou l’A6. Ceux qui préfèrent les transports en commun sont servis avec la mise en service du Tzen. Ce bus ultra moderne en site propre, mettra, à partir de 2011, la gare de MoissyCramayel (RER D) à 8 minutes du Carré. Un environnement sur mesure Autre atout décisif : la présence toute proche du centre commercial de Carré Sénart (20 millions de visiteurs par an), la qualité de son cadre paysager et tous les loisirs (bowling, cinémas, restaurants…). Les professions libérales, qui reçoivent beaucoup de clients dans leurs bureaux, apprécient également la qualité de la finition extérieure et intérieure. Et de ce côté, rien effectivement n’a été laissé au hasard : isolation phonique performante, climatisation sophistiquée, mobilier et décoration haut de gamme. La palette de services associés, proposés en option, finit de convaincre les hésitants. Au programme : locations de meubles design, accueil de visiteurs, assistance standard, mise sous plis, télécopie, reliure de documents, location de salles de réunions et de matériel… Last but not least : l’écoute et la réactivité. “Une personne sera sur place en permanence pour répondre aux attentes des locataires. Si l’un d’entre eux veut voir évoluer sa surface, nous nous efforcerons d’être le plus réactif possible. Nous pourrons d’ailleurs compter sur un deuxième immeuble de 4 000 m² qui devrait prochainement jouxter Carré Haussmann“, annonce Michel Raynaud. À Sénart, décidément, l’immobilier d’entreprise ne connaît pas la crise. www.carre-haussmann.fr – 01 64 13 01 61

3 611 m2 SHON

 partir de 190 € HT et À hors charges/an pour un bail précaire

 partir de 170 € HT et À hors charges/an pour un bail longue durée

Charges : 29 € / mois + taxes foncières

 niveaux avec des 3 superficies de 16, 21, 24, 40 ou plus de 40 m2

 8 locations au rez2 de-chaussée (surfaces moyennes de 21 m2) organisées en centre d’affaires

1 4 locations au 1er étage (de 30 à 140 m2)

14 locations au 2e étage

 minutes de la gare de 8 Moissy-Cramayel (à partir du 1er semestre 2011)

 00 à 220 emplois 2 sur place

Sénart : 10 communes, 2 700 entreprises, 13 parcs d’activités et 36 600 emplois

… et EN DATES Début 2009 :

Lancement de la construction Septembre 2010 :

Début de la location trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


enjeux

trajectoires septembre-octobre 2010 — 13

À LA CARTE MARNELA-VALLÉE

4 Mauregard

Dammartinen-Goële 7 Le Mesnil-Amelot

4 Champssur-Marne 1

1 Claye-Souilly

Paris

Saint-Thibaultdes-Vignes

Lizy-sur-Ourcq

2 Mitry-Mory

MEAUX

2 Émerainville

La Fertésous-Jouarre

1

1 Villevaudé Thorignysur-Marne 1 VairesChelles sur-Marne MARNELA-VALLÉE

Mareuil-lès-Meaux

1 Coulommiers

Tournanen-Brie GretzArmainvilliers

2 Servon

2 Lagnysur-Marne

1 Chessy

4 1 TORCY 1 Noisiel Collégien 5 Lognes

7 Croissy-Beaubourg

Rebais

Crécy-la-Chapelle

La-FertéGaucher

1 Roissy-en-Brie

PontaultCombault

3

1 Fontenay-Trésigny Rozay-en-Brie

3 Brie-Comte-Robert

VilliersSaint-Georges

1 Évry-Grégy-sur-Yerre Mormant SÉNART

2 Combs-la-Ville

PROVINS Nangis

MELUN VAL DE SEINE

2 Moissy-Cramayel

Le Châteleten-Brie Perthes-en-Gâtinais

DonnemarieDontilly

1 Samois-sur-Seine

2

FONTAINEBLEAU

1 Avon

SÉNART Bray-sur-Seine MontereauFault-Yonne

NOMBRE D’ÉTABLISSEMENTS SERVICES AUX ENTREPRISES

1 Vert-Saint-Denis

50 - 149

Moret-surLoing

150 - 299

La-Chapellela-Reine

300 - 449

MELUN VAL DE SEINE

450 - 599

2 Vaux-le-Pénil

600 - 801

NOMBRE D’ÉTABLISSEMENTS DE + DE 100 SALARIÉS 1 Château-Landon

4

MELUN Le Mée-sur-Seine

Nemours Lorrez-leBocage-Préaux

Savignyle-Temple

>

1 La Rochette

7

Sources : données INSEE - Traitement Seine-et-Marne Développement, 31 Mars 2010.

Les services aux entreprises vus par l’Observatoire Économique de Seine-et-Marne Développement Vraie mine d’informations sur le territoire, l’Observatoire économique de Seine-et-Marne Développement met à votre disposition des études thématiques sur son site. Publiée en juin 2009, celle-ci est consacrée aux services aux entreprises, l’un des premiers employeurs du département. En cinq ans, entre 2003 et 2007, l’emploi salarié dans les services aux entreprises (qui consistent à leur offrir des capacités techniques ou intellectuelles — hors TIC) a progressé de 20 % en Seine-et-Marne. Ce secteur a en effet dépassé la barre des 60 000 emplois dans quelque 9 000 établissements. Il représente désormais 19 % de l’emploi salarié du département... et progresse encore. Pour la seule année 2008, 1 398 établissements de services aux entreprises se sont implantés contre seulement 482 cessations d’activité et 114 délocalisations hors Seine-et-Marne.

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

Il en résulte un indice de dynamisme (2,35 %) supérieur à celui des autres établissements tous secteurs confondus. Géographiquement, les services aux entreprises couvrent l’ensemble du territoire de la Seine-et-Marne, même si les communes de Meaux, Melun, Fontainebleau et Chelles en concentrent une bonne part. c.etedali@smd77.com


success stories

DVAI dispose d’un grand parc de machines avec des capacités uniques en Europe de découpage et de formage de fonds bombés. Marie Julien, directrice générale de DVAI

dvai à tournan-en-brie

un succès inoxydable Acier inoxydable ou inox. Très utilisé dans l’industrie, ce matériau fait les beaux jours de DVAI, une société familiale basée à Tournan-en-Brie. Après un solide ancrage dans l’hexagone, l’entreprise s’attaque désormais à l’international.

A

groalimentaire, nucléaire, pétrochimie, cryogénie, chimie pharmacie, bâtiment, ouvrages d’art. Point commun ? L’utilisation de l’inox. Avec un marché aussi vaste, rien d’étonnant à ce que DVAI (pour découpe et vente d’acier inoxydable) n’ait cessé d’accroître son activité depuis sa création en 1989. “Au début, l’entreprise se résumait à deux commerciaux”, raconte Marie Julien, fille du fondateur de DVAI et aujourd’hui Directrice générale d’une entreprise qui compte une vingtaine de personnes. “Nous faisions du négoce de pièces découpées et de profilés en acier inoxydable. DVAI achetait et revendait à des assembleurs, des chaudronniers et des mécaniciens essentiellement.” Entre 1989 et 1994, DVAI, simple revendeur, prend la mesure des besoins en France et du fort potentiel du marché. À partir de 1994, la société décide donc de se lancer également dans la production. Elle investit d’abord dans un bâtiment industriel puis, en 1995, dans des machines et du stock. “C’est notre force par rapport à nos concurrents, assure Marie Julien. Nous avons un stock de plus de mille tonnes de tôle inox provenant d’aciéries européennes certifiées, ce qui nous permet de garantir à nos clients des délais courts et une bonne qualité.” Autre atout de taille, l’entreprise dispose d’un grand parc de machines avec des capacités uniques en Europe de découpage et de formage de fonds bombés. Courant 2000, DVAI se dote d’un service commercial mieux organisé et plus performant, afin de conquérir de nouveaux marchés, en s’orientant notamment vers le bâtiment et la pétrochimie. Entrée en 1997 dans l’entreprise, Marie Julien accompagne sa mutation. Ingénieur fraîchement diplômée de l’INPG, la jeune femme apprend le métier en passant par tous

DVAI, C’EST QUOI ? 4,6 M€ de CA en 2009 20 personnes • 800 clients différents facturés en 2009 •4  000 commandes livrées en 2009 • •

les dates 1989

Création de DVAI 1996

Investissement dans une machine plasma immergé et fraises scies 1998

Investissement dans des machines de fabrication de fonds bombés 1999

Investissement dans des machines de polissage de fonds et viroles 2002

Investissement dans des machines de découpe laser 2D et presse plieuse

Marie Julien, Directrice générale de DVAI.

les services : fabrication, programmation des machines puis partie commerciale. Cette formation interne est complétée par un cycle d’un an à HEC. “Je ne suis pas arrivée en me disant ça y est, je suis directrice générale et je m’installe derrière mon bureau. J’ai souhaité comprendre de l’intérieur le fonctionnement de DVAI avant d’apporter ma pierre.” Aujourd’hui, DVAI continue son essor, notamment grâce au marché du nucléaire, avec des centrales nouvelle génération EPR comme celles de Flammanville, qui font grimper les demandes d’inox. De plus, l’entreprise, qui jusqu’à maintenant centrait son travail de prospection sur la France, recherche désormais des cibles à l’export. Depuis cette année, elle multiplie ainsi les tournées à l’étranger : Belgique, Suisse, Allemagne, Italie, Grande-Bretagne, Tunisie… Et ce développement à l’international devrait s’accélérer avec l’embauche, dès la rentrée, d’un commercial trilingue français-anglais-allemand.

2011

Projet d’investissement dans une machine de découpe jet d’eau

www.dvai.fr

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


trajectoires septembre-octobre 2010 — 15

success stories

Notre idée est de rendre accessible des logiciels complexes, ouvrir aux ingénieurs et aux bureaux d’étude, des outils de simulation collaboratifs jusqu’ici réservés aux experts. Alain Dubois, Président de SIMPOE

simpoe à torcy

des ambitions non simulées Dans leur phase de conception, les nouveaux produits en plastique nécessitent souvent la réalisation de prototypes de moules. Pour optimiser cette étape, SIMPOE propose des logiciels de simulations d’injection plastique. Sur ce marché en expansion, la jeune entreprise de Torcy entend déployer ses ailes.

F

rançais d’origine chinoise, Alain Dubois, Président de SIMPOE, se définit lui-même comme citoyen du monde. Après l’Université américaine de Paris prolongée d’une année à l’ESSEC pour “franciser ses connaissances”, il accède dès 27 ans à de hautes responsabilités en Asie. Travaille ensuite à Taïwan, Hong-Kong, Montréal, en Angleterre et en Allemagne, où il perfectionne les six langues qu’il parle aujourd’hui couramment. Très tôt, il s’intéresse aux calculs de structure(1) et à la mécanique des fluides. Autant de talents qu’il mobilise pour fonder SIMPOE – l’équivalent phonétique de simple en anglais. Activités : les logiciels de simulation d’injection plastique permettant d’optimiser la conception des pièces plastiques, la réalisation des moules et la fabrication des pièces. Utilisateurs potentiels : les designers, ingénieurs en bureau d’études, moulistes et transformateurs dans les domaines de l’automobile, informatique, télécommunications, consumer (TV, vidéo, électroménager), médical, cosmétique et emballages.

“L’entreprise existait depuis 1995 à Taïwan. Après y avoir investi des fonds en 1998, j’ai ensuite racheté toutes les parts, puis installé la nouvelle maison mère à Torcy”, résume Alain Dubois. Jusqu’en 2009, la société se concentre sur la R&D. L’idée est simple : développer, standardiser, démocratiser et vulgariser l’accès à un produit jusqu’ici complexe, mais au cœur d’un marché fort prometteur. “Avec l’augmentation des prix du pétrole et du plastique qui en est dérivé, la phase de conception pèse de plus en plus lourd dans le développement des produits. Le moule d’un tableau de bord de Clio nécessite par exemple 460 K€. Quand il est mal conçu, le coût humain et financier est considérable. Notre logiciel évite tout type d’erreur grâce à la prévisualisation numérique, qui permet de valider les paramètres de température, de pression et les matériaux utilisés”, développe Alain Dubois. trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

SIMPOE, c’est  57 000 € de CA 8 dont 85 % à l’export • Objectif : + 50 %/an jusque 2014 • En France : 6 salariés à temps plein + une douzaine de temps partiels et freelance réguliers • 7 salariés dans la filiale de Taïwan • Deux directeurs des bureaux de vente, en Italie et en Allemagne • Membre de 2 pôles de compétitivité : Mov'eo (R&D Automobile et Transports publics) et SYSTEM@TIC (conception, réalisation et maîtrise des systèmes complexes) •

les dates 1995

Naissance de SIMPOE à Taïwan 1998

Investissement de fonds de la part d’Alain Dubois 2004

Rachat des parts de la société par Alain Dubois et installation à Torcy 2005-2009

Phase de Recherche et Développement

Alain Dubois, Président de SIMPOE.

Du centre de l’Europe, attaquer le monde Le Président passe la moitié de son temps à l’étranger. Une des raisons pour laquelle il a choisi Marne-la-Vallée. “J’aime le cadre, la proximité avec les aéroports de ParisCharles de Gaulle et Paris-Orly. Moi qui vais souvent en voiture à Francfort, je me sens ici au centre de l’Europe.” Côté perspectives, priorité à la commercialisation, notamment en Chine et au Japon. “La concurrence ne m’inquiète pas. Avec l’expérience, le carnet d’adresses et mes success stories antérieures, SIMPOE peut devenir incontournable. Cela suppose de poursuivre les partenariats stratégiques avec les grands noms de la Conception Assistée par Ordinateur (SIEMENS, Dassault Systems…). Mes concurrents pensaient que je ne tiendrais pas un an. Aujourd’hui, nous avons 5 ans et sommes prêts à devenir un acteur majeur sur le marché”, conclut Alain Dubois qui, pour le coup, ne simule pas ses ambitions. (1) Simulation numérique pour évaluer la solidité des pièces de métal, plastique ou bois sans avoir à faire de tests réels.

2010 - 2014

Développement commercial

www.simpoe.com


77 c’est eux

77 c’est eux, c’est une collection de portraits renouvelée à chaque parution. Des acteurs économiques de tous horizons, public comme privé, jeunes et moins jeunes, artisans locaux, entrepreneurs internationaux… tous unis par leur confiance dans l’avenir de la Seine-et-Marne.

Katarina Monnier

Pierre Perdriaud

“Dans le cadre de la coopération culturelle entre la Seine-et-Marne et Shanghai pendant l’exposition universelle, j’ai été la première artiste occidentale à exposer dans le célèbre jardinmusée Yuyuan.”

“Pour le façonnage des documents, nous proposons aux imprimeurs du monde entier une solution innovante, à forte valeur ajoutée et absolument unique.”

Artiste à Thomery

Jean-François Duchatelle Atelier de sculpture du Château de La Rochette

“En discutant avec les chefs d’entreprises, je crée une sculpture à mi-chemin du totem, du trophée et de l’œuvre d’art... qui matérialise l’essence de leur entreprise.”

Lionel Bridier

Bâtelier à Saint-Mammès “Nous exportons de l’orge de brasseries de Seine-et-Marne ; sa qualité est particulièrement appréciée des grandes malteries belges et néerlandaises.”

International development manager chez GIC à Faremoutiers

Ségolène de Penanster

Responsable du service développement économique de la Communauté de Communes de la Brie Nangissienne “Nous développons un projet de zone d’activités de 25 hectares pour des activités industrielles et artisanales ainsi qu’un projet d’hôtel d’entreprises.”

Laura Levasseur

Jean-Michel Martin

“Nous multiplions les visites d'entreprises afin d'apporter des réponses adaptées à leurs besoins et pérenniser ainsi leur ancrage sur notre territoire.”

“En nous intégrant à son programme de conservation des réserves naturelles « man and the biosphere », l’Unesco nous a donné pour mission d’œuvrer au développement durable.”

Hélène Chairay

Fred Segaud

Chargée de mission relations entreprises au SAN de Sénart

Créatrice de la chocolaterie Amstram, à Ozoir-la-Ferrière “Je fais découvrir à ma clientèle le savoir-faire et le talent des artisans de notre région en lui proposant des produits originaux et de haute qualité.”

Coordinateur de la réserve de biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais

Fondateur de Cervonline, à Bussy-Saint-Martin “Grâce à notre service en ligne « Soccer », nous pouvons paramétrer, pour une même information, des messages personnalisés et adaptés à chacun de nos abonnés.”

Trajectoires est édité par Seine-et-Marne Développement, agence pour le développement économique du Conseil général de Seine-et-Marne Directeur de la publication Gérard Eude • Comité de rédaction François-Xavier Deflou, Dominique Marinov • Rédacteur en chef Patricia Montin • Journalistes Carole Galland, Claire Judrin et Emmanuel de Lestrade • Réalisation agencebeaurepaire.com • Photos yannpiriou.com • Contact p.montin@smd77.com  • www.seine-et-marne-invest.com • Hôtel du Département 77010 Melun Cedex • Imprimeur Printed and Co 77500 Chelles • Imprimé sur du papier recyclé Cyclus couché print • N° ISSN 1958-8372.

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

Trajectoires N°17  

Entreprendre et reussir en seine et marne

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you