Page 1

SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 2

N°13 OCTOBRE NOVEMBRE 2009

Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

&Seine-et-Marne : l’attraction terrestre

&Seine-et-Marne en projets : la Seine-et-Marne se fait entendre

&Les énergies renouvelables à Roissy-en-Brie

“Il faut tirer profit du dynamisme de Roissy” Marc Lhermitte Associé (Partner) Ernst & Young Advisory www.seine-et-marne-invest.com


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 3

© P.Loison/CG77

Instantané Seine-et-Marne

Futur Data Center d’une grande banque française à Sénart.

Sommaire Actualités 04

Dossier “Seine-et-Marne : l’attraction terrestre” 07

• “Seine-et-Marne en projets” : La Seine-et-Marne se fait entendre ! • Seine-et-Marne Développement au CEATEC : Objectif Japon ! • Pollutec, une belle carte à jouer pour la Seine-et-Marne • Prix de la créativité d’entreprises : un sacré coup de pouce • Actualités – agenda • Actualités – en pratique

• Projets tous azimuts • Valoriser et faire savoir • Interview de Marc Lhermitte, associé (partner) Ernst & Young Advisory • Offres : ça bouge avec BOUGI ! • Interview d’Alexis Plançon, consultant chez Kéops

Enjeux 11

Success stories 14

• Matière grise CEREVE + LGUEH = LEESU • Quartier d’affaires Les énergies renouvelables à Roissy-en-Brie • À la carte La Seine-et-Marne, une terre pour entreprendre

• Bysoft à Melun : De Melun à Shanghai • Lorentz à Esbly : Marche avant toute !

Pour plus de renseignements : p.montin@seine-et-marne-invest.com


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 4

Octobre - Novembre 2009 Trajectoires

Édito Partageons notre projet pour la Seine-et-Marne Par Gérard Eude, Président de Seine-et-Marne Développement

M

algré quelques signaux positifs, la crise économique se répercute sur les entreprises seine-et-marnaises. Ralentissement des commandes, investissements en panne, embauches reportées... sont autant de signes qui nous alertent et nous mobilisent dans la mise en œuvre de nos politiques. Si les collectivités locales ne peuvent ni influer sur les données macro-économiques, ni intervenir directement dans la trésorerie des entreprises, elles peuvent en revanche améliorer le cadre dans lequel ces entreprises évoluent. C’est par exemple le cas lorsque le Conseil général investit dans le haut débit pour desservir nos zones d’activités économiques. Les grands rendez-vous qui forment l’actualité de cet automne – schéma directeur de l’Île-de-France, “Grand Paris”, projet de réforme des collectivités locales... – auront tous des répercussions directes sur notre département. Nous verrons comment notre économie pourra trouver sa place en Île-de-France et comment les identités du territoire pourront se développer. Ne nous le cachons pas, le phénomène de métropolisation de l’Île-de-France nous pose la question de la définition de notre “projet”. Prenons garde à ce que cette compétition mondiale des métropoles – Paris est-elle plus attractive que Londres, Singapour, ou Shanghai ? – ne se joue sur le dos des Franciliens, en particulier ceux de la deuxième couronne, contraints, pour des raisons économiques, à se loger dans des communes de plus en plus éloignées de leur lieu de travail. Notre compétition à nous n’est pas celle de la concentration, mais celle d’un développement économique équilibré, au service du territoire et de ses habitants, dans une logique durable. Dans cet esprit, nous continuerons à agir pour renforcer l’attractivité et améliorer la compétitivité.

“Un « projet de territoire » pour offrir une vision partagée de l’avenir du département.” Les atouts économiques du département doivent être mieux valorisés pour attirer des entreprises. Ainsi, la plateforme aéroportuaire de Roissy et les territoires de Marne-la-Vallée et de Sénart-Melun Val de Seine doivent être structurés pour optimiser leur attractivité. Nous devons par ailleurs exploiter les particularités de chaque intercommunalité du département pour leur permettre à toutes de trouver leur place. Il nous faut de même mettre en valeur notre forte compétitivité dans le cadre de certaines fonctions dites “supports” – BTP, tourisme d’affaires, logistique, médico-social – essentielles au bon fonctionnement de la métropole. Face à ces grands enjeux, Le Conseil général vient d’initier la définition d’un “projet de territoire” pour offrir une vision partagée de l’avenir du département. D’ici la fin 2009, les élus locaux de toutes tendances, les syndicats, le monde associatif, mais aussi les entreprises et la population seine-et-marnaise seront associés à la définition de ce projet. Je vous engage à y participer pour qu’ensemble nous puissions mieux défendre les intérêts de la Seine-et-Marne.

DVous souhaitez nous faire part de vos réalisations, projets : Contact : p.montin@seine-et-marne-invest.com

Tableau de bord BILAN DE L’ACTIVITÉ “IMPLANTATION” DE SEINEET-MARNE DÉVELOPPEMENT

INDICE DE DYNAMISME ÉCONOMIQUE : 1,55

TAUX DE CHÔMAGE

Pour 1 entreprise qui disparaît, 1 et ½ se crée (sur un an courant de juillet 2008 à juin 2009)

Au 31 mars 2009

Évolution de l’indice au 2e trimestre :

Au 31 juillet 2009 530 dossiers en cours 52 implantations 701 emplois concernés

SEINE-ET-MARNE :

6,6 % ÎLE-DE-FRANCE : 7,4 % FRANCE MÉTROPOLITAINE : 8,7% Évolution mars 2007-2008 SEINE-ET-MARNE : 1,2 point ÎLE-DE-FRANCE : 0,8 point

LE TOURISME EN SEINE-ET-MARNE, C’EST 35 931 emplois 11 % de l’emploi total 7 021 établissements Retrouvez l’intégralité des éléments dans la publication “Les services aux entreprises, une filière économique en Seine-et-Marne”, sur www.seine-et-marne-invest.com

Source : Seine-et-Marne Développement

Source : Seine-et-Marne Développement Source : INSEE - Traitement Seine-et-Marne Développement

Source : Pôle Emploi Services

03


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 5

04

Actualités

“Seine-et-Marne en projets” : La Seine-et-Marne se fait entendre ! Grand Paris, Paris Métropole, Schéma directeur d’Île-de-France… la métropole francilienne est actuellement au cœur de nombreux projets. Le Conseil général saisit cette opportunité pour lancer une grande consultation baptisée “Seine-et-Marne en projets”. Objectif : dégager ensemble une vision partagée du département. Initiée en septembre par la réunion des élus de Seine-et-Marne (collectivités de toutes tailles et tous horizons politiques confondus), “Seine-etMarne en projets” c’est d’abord une grande concertation qui se déroulera d’octobre à décembre : 8 réunions publiques, 4 ateliers thématiques, un site Internet participatif… qui contribueront à enrichir la construction de la “Seine-et-Marne en projets”. Cette consultation sera complétée par les travaux d’une “commission des forces vives”, qui regroupera notamment tous les acteurs économiques – chambres consulaires, grandes entreprises, syndicats professionnels… – du Département.

En terme de développement économique, deux questions structureront notamment les débats : 1. Comment faire en sorte que les pôles d’excellence (Marne-la-Vallée, Roissy, Sénart-Villaroche…), sources de richesses et d’emplois qualifiés, profitent davantage à toute la Seineet-Marne ? Comment insérer durablement ces pôles dans la dynamique de la métropole ? 2. Comment mieux tirer parti des ressources seine-et-marnaises et

transformer, par exemple, des activités dépréciées (logistique, traitement des déchets, extraction de matériaux…) en éco-activités innovantes ? Après synthèse (de janvier à mars), le Conseil général dévoilera au public les orientations et grands projets lancés sur le territoire. À moyen et long termes, fort de cette vision partagée, il compte mieux faire entendre, à l’extérieur, les intérêts du département. Forum de discussion sur www.seine-et-marne-en-projets.fr

D

Thèmes, modalités, dates et lieux des réunions publiques et ateliers thématiques : www.seine-et-marne.fr Pour s’exprimer : www.seine-et-marne-en-projets.fr

Seine-et-Marne Développement au CEATEC : Objectif Japon !

© www.ceatec.com

Du 6 au 10 octobre 2009, le CEATEC, la “Mecque” des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC), s’installe à Tokyo. Seine-et-Marne Développement, qui fera le déplacement, a signé pour l’occasion un partenariat avec ses homologues de la Seine-Saint-Denis et des Hauts-de-Seine, ainsi qu’avec l’Agence Régionale de Développement Paris Île-de-France (ARD).

CEATEC, JAPAN, Édition 2008.

Au Japon, Seine-et-Marne Développement n’est pas en terre étrangère. Depuis maintenant près de vingt ans, le Conseil général tisse patiemment

des liens avec la province de Hyôgo (dont la capitale est Kobé). Par ailleurs, de nombreuses firmes nipponnes telles que Honda, Yamaha Music et Minolta sont déjà installées en Seine-et-Marne. C’est donc tout naturellement que Seine-et-Marne Développement a décidé de se rendre au salon CEATEC qui se tient à Tokyo du 6 au 10 octobre 2009. Un salon incontournable en Asie pour tout ce qui a trait aux nouvelles technologies de l’information et de la communication : casting international, 200000 visiteurs, 3000 exposants et une pléiade de PME et de grands groupes dont beaucoup sont de nationalité coréenne ou japonaise. Pour l’occasion, la Seine-et-Marne a décidé d’unir ses forces à celles de l’ARD de Paris Île-de-France et des agences économiques de la Seine-Saint-Denis et

des Hauts-de-Seine, en signant un partenariat. Sous la bannière “Paris région”, les trois départements franciliens tiendront un stand en commun et ont missionné une société chargée d’organiser des rendez-vous avec des entreprises intéressées par une implantation en Île-de-France. Les représentants de Seine-et-Marne Développement profiteront de leur présence au Japon pour se rendre à Kobé afin d’y rencontrer des entreprises porteuses de projets de développement sur la France et entretenir les liens privilégiés déjà tissés avec cette ville et sa province.

D

e.quillere@seine-et-marne-invest.com


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 6

Octobre - Novembre 2009 Trajectoires

05

Actualités

EN BREF…

Pollutec, une belle carte à jouer pour la Seine-et-Marne

Seine-et-Marne Développement… durable

Traitement des pollutions, développement durable, énergies et changement climatique... du 1er au 4 décembre, les professionnels de l’environnement tiennent salon. L’occasion pour notre département de mettre en avant ses compétences et son expérience dans le secteur des éco-activités. Pollutec, c’est, rassemblés autour des enjeux environnementaux et économiques d’aujourd’hui et de demain, près de 40 000 décideurs et prescripteurs de l’industrie, du bâtiment, du secteur tertiaire et des collectivités locales. Donc le rendez-vous immanquable des éco-activités. Seine-etMarne Développement et la CCI Seine-et-Marne, réunis en partenariat, y font stand commun depuis trois ans. À leurs côtés, cinq entreprises seine-et-marnaises qu’ils souhaitent mettre en avant. Sélectionnées pour leur fort potentiel de développement dans le secteur des éco-activités, elles profitent de la bannière départementale pour gagner en visibilité et rencontrer leurs futurs clients. Pour Seine-et-Marne Développement et la CCI Seine-et-Marne, le salon est aussi le terrain idéal pour faire de la prospection et susciter de nouvelles

Tout savoir sur l’actu économique Visite de l’entreprise Yprema à Emerainville, programmée le jeudi 3 décembre 2009.

implantations. Seine-et-Marne Développement organise traditionnellement une conférence dont le thème, cette année, porte sur l’écologie industrielle – ou comment les déchets de l’un peuvent être les ressources de l’autre. À l’issue de la conférence, des bus seront affrétés pour une visite d’Yprema, entreprise seine-et-marnaise

spécialisée dans l’écologie industrielle en travaux publics, qui récupère des matériaux de déconstruction afin, notamment, de les utiliser pour la fabrication d’enrobés pour les routes.

D

Télécom Réseaux Services en pointe

C’est le 19 novembre que sera remis le prix de la créativité d’entreprises, récompensant des porteurs de projet ou des entreprises créées depuis moins de trois ans. Initié par la Maison de l’Emploi de Sénart, il associe cette année l’ensemble des maisons de l’emploi du département. Seine-et-Marne Développement est partenaire de cette édition. grâce à une adhésion à Dialogue Sénart Val de Seine, partenaire du concours. Fabrice Gauthey, créateur de Candises, entreprise de conception et réalisation en sucre Candi basée à Samoreau, s’est fait connaître grâce à son prix auprès du grand public et notamment des professionnels seine-et-marnais de la restauration. Quant à Sonia Henry, âgée de tout juste 21 ans, plus jeune lauréate depuis la création du concours en 2006, qui portait le projet de création d’un institut de beauté sur la commune de Donnemarie-Dontilly, elle a ouvert son salon en janvier dernier.

L’Observatoire économique de Seine-et-Marne Développement vous invite à découvrir ses analyses et les grands chiffres départementaux de l’agriculture, du tourisme et de l’immobilier dans sa nouvelle collection “une filière économique en Seine-et-Marne”. www.seine-et-marne-invest.com, rubrique Observatoire économique.

jm.martin@seine-et-marne-invest.com

Prix de la créativité d’entreprises : un sacré coup de pouce

3000 euros, un accompagnement personnalisé ainsi qu’une invitation à un speed business organisé par Sénart Entreprises. C’est ce qu’ont gagné l’année dernière les lauréats du prix de la créativité d’entreprises. Un coup de pouce bienvenu qui a permis à ces jeunes entrepreneurs de passer à la vitesse supérieure. Christelle Sanchez, gérante de La Courte Echelle, société de services à la personne melunaise spécialisée dans le domaine des enfants, a ainsi pu financer son matériel informatique et être accompagnée dans la gestion et la fidélisation de ses salariés,

Seine-et-Marne Développement anime un nouveau groupe de travail pour aider les PME-PMI du territoire à saisir toutes les opportunités du développement durable. Au programme : contexte, stratégies, collaborations éventuelles, aides, services existants… Après les rencontres individuelles de septembre, la première réunion collective se déroulera le 15 octobre. jm.martin@ seine-et-marne-invest.com

Jusqu’au 15 octobre pour participer au concours 2009.

Intégrateur et opérateur de services IT, Télécom Réseaux Services (Croissy-Beaubourg) annonce un CA consolidé de 10,43 M€ pour le 1er trimestre 2009-2010 clos au 30 juin 2009. Une progression de 7,5 % essentiellement liée à une croissance externe. Avec son cahier de commandes prometteur et ses perspectives internationales (notamment à Shanghai), le groupe seine-et-marnais devrait poursuivre sur sa lancée. www.trservices.fr

Le Centre francilien de l’innovation déménage

Pour participer au concours 2009, les dossiers de candidature et le règlement sont téléchargeables du 1er septembre au 15 octobre 2009 sur www.mdefsenart.fr

D

b.lechartier@seine-et-marne-invest.com

Depuis cet été, le Centre francilien de l’innovation qui vise à promouvoir, développer et soutenir les projets d’innovation technologique portés par les PME, est installé au Passage de l’Innovation – 74, rue du Faubourg Saint-Antoine, 75012 Paris. 0 810 012 074 contact@innovation-idf.org www.innovation-idf.org


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 7

06

Actualités - agenda 20 octobre Les TIC de demain au Carrefour des Possibles Le 1er “Carrefour des Possibles” de Seine-et-Marne se déroulera le 20 octobre à 18h30 au Musée SAFRAN, à Réau. Le Conseil général de Seine-et-Marne, à l’initiative de cette opération, lui a fixé pour objectif de diffuser la culture de l’innovation numérique dans le département pour multiplier et diversifier les usages et les contenus des TIC – voire aider à la création d’entreprises. Dix créateurs, entrepreneurs ou associations présenteront leurs projets devant des élus et des acteurs socio-économiques susceptibles de les mettre en œuvre.

20 au 23 octobre Cap sur la Pologne Seine-et-Marne Développement et la CCI Seine-et-Marne organisent une mission d’affaires

“Aéronautique“ en Pologne, principalement dans la région de Rzeszow, riche d’une quarantaine d’entreprises du secteur.

22 octobre Cession et reprise d’entreprises mode d’emploi Le Réseau “Transmettre & Reprendre une entreprise en Seine-et-Marne” tiendra sa “soirée de la transmission & reprise” le 22 octobre de 16h à 21h, place des Métiers à Emerainville. Ce Forum permettra aux cédants et aux candidats à la reprise d’entreprises de s’informer sur tous les aspects d’une cession. Pour en savoir + : Corinne De Oliveira 01 74 60 51 56

23 octobre Des aides pour innover En partenariat avec le Réseau

Innovation 77, Seine-et-Marne Développement interviendra lors d’une conférence sur le thème “Accompagner l’innovation de l’entreprise, quelles aides pour quels projets ?” le 23 octobre à 14h, place des Métiers à Emerainville. Cette conférence, destinée aux dirigeants d’entreprises de Seine-et-Marne, s’inscrit dans le cadre des Journées de l’Innovation et de l’Intelligence Économique (J2IE) mises en place par la CCI.

19 novembre Salon “Handicap et emploi” Le Salon “Handicap et Emploi” en Seine-et-Marne aura lieu le jeudi 19 novembre au Gymnase de Magny Le Hongre – Val d’Europe. Au programme : forum de l’emploi, conférences et ateliers. Pour en savoir + : De gré Diversité – Essia Ben Hassine, 01 60 37 84 19

21 octobre 17 novembre 16 décembre Le Réseau de l’innovation 77 à votre rencontre Les prochaines permanences du Réseau de l’innovation 77 se tiendront : • les 21 octobre et 16 décembre, à la Pépinière d'entreprises innovantes de Champs-sur-Marne – 1, rue Albert Einstein, • le 17 novembre à Melun dans les locaux de la CCI Seine-et-Marne – 38, rue Bancel. Réservation obligatoire : Stéphane Beauvais, 06 73 49 16 00, stephane.beauvais@innovation-idf.org

D D

p.montin@seine-et-marne.invest.com

www.seine-et-marne.invest.com

Actualités - en pratique “Financer sa boîte” ASTech Paris Un atelier pour en Île-de-France Région à la carte ! l’économie solidaire Fin août, 84 investisseurs, 245 sociétés, 17 porteurs de projets et 7 conseils avaient déjà rejoint la plateforme francilienne “Financer sa boîte”, un nouveau service d’OSEO Capital PME et de la Région Île-de-France. Objectif : rapprocher l’offre et la demande en Île-de-France pour favoriser la mise en relation entre PME, porteurs de projets et investisseurs potentiels. Selon son activité et ses attentes, l’internaute optera pour l’une ou l’autre de la quinzaine de communautés franciliennes déjà constituées : CDC entreprises, SYSTEM@TIC PARISREGION, P3MIL, INVESTnet Îlede-France, Centre Francilien de l’Innovation… “Financer sa boîte” permet de soumettre un dossier, de postuler ou de s’inscrire selon les critères de chacune de ces communautés.

D www.cfi.plateformefrancilienne.com

Deux nouvelles cartes enrichissent Econovista, la carte interactive économique de l’Île-de-France. La première – “Aéronautique-Spatial-Défense” en Île-de-France – est dédiée au pôle de compétitivité ASTEch Paris Région. Elle constitue une aide précieuse pour repérer les entreprises, les centres de R&D, les bureaux d’études ou les centres de formation du 1er bassin d’emploi français de l’aéronautique, de l’espace et des systèmes embarqués (100000 emplois). Une carte papier développée avec le Port Autonome de Paris est également disponible. Elle présente les principales plateformes multimodales du P.A.P. Ce document, comme la carte économique de la région Île-deFrance, est disponible gratuitement sur simple demande à l’adresse : econovista@paris-region.com

Concept étroitement lié au développement durable, l’économie sociale et solidaire réunit les entreprises, coopératives et associations dont la finalité est d’abord tournée vers la plus-value sociale ou environnementale. Elle se décline en particulier autour des concepts de commerce équitable, d’insertion par l’activité économique (IAE) ou d’AMAP (circuits courts entre producteurs agricoles et consommateurs). À l’intention des professionnels de ce secteur, des porteurs de projets et des collectivités, l’Atelier Île-de-France a créé un centre de ressources régional de l’Économie sociale et solidaire. Sur son site figurent notamment un annuaire de l’offre d’accompagnement, un fonds documentaire, un espace emploi, un agenda, une newsletter.

D www.econovista.com

D www.atelier-idf.org

Page d’accueil du site www.atelier-idf.org


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 8

Octobre - Novembre 2009 Trajectoires

Dossier

l’attraction terrestre Si le contexte économique reste encore tendu, les entreprises continuent de s’implanter et d’investir en Seine-et-Marne. Atouts géostratégiques du département, dynamisme de ses pôles, variété de l’offre foncière et immobilière, charme de son cadre naturel, prix raisonnables, accompagnement des acteurs locaux… les paramètres qui structurent l’attractivité seine-et-marnaise sont multiples. Tout comme les moyens de la faire connaître. Enquête.

©

Epa Sénart Communication

©

ALSEI

Seine-et-Marne :

En haut : programme INNOVESPACE Val d’Europe 2. En bas : opération “Les bureaux du lac” à Savigny-le-Temple.

07


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 9

08

Dossier Seine-et-Marne : l’attraction terrestre

LES CHIFFRES CLÉS Demandes d’implantation (Statistiques réalisées sur l’analyse des 800 dernières demandes d’implantation reçues par Seine-et-Marne Développement) 45 % des entreprises souhaitent s’implanter à Marne-la-Vallée ou sa proximité immédiate. 73 % sont à la recherche d’une offre immobilière, 1/3 recherchent des bureaux, 1/3 des entrepôts, 1/3 des locaux d’activités. Pour 64 %, ces demandes concernent des locaux à louer. Surfaces les plus convoitées : moins de 500 m2 pour plus de 50 % des locaux d’activités et plus de 90 % des bureaux.

Les transactions du 1er semestre 2009 126 transactions - 278 740 m2 (superficie totale des transactions) : 50 % des locations concernent des locaux d’activités et 38 % des bureaux ; 86 % concernent la location et 85 % une demande dans l’ancien. 65 € à 300 € : fourchette de prix moyen HT du m2 pour les bureaux, en location.

esoin de petits bureaux en pépinière, d’un entrepôt de plus de 30000 m² à haute efficacité énergétique, d’un site visible depuis l’autoroute, d’une architecture atypique et ancienne ? Grâce à sa superficie et à l’action résolue des acteurs territoriaux décidés à y multiplier les emplois, la Seine-et-Marne répond toujours présent : elle offre une réserve foncière et immobilière tout à fait remarquable en Île-de-France. Premier pôle d’attraction : Marne-laVallée. “Les infrastructures autoroutières comme l’A4, la récente interconnexion du TGV à Chessy, la qualité de l’environnement, le panel de services et l’image internationale du secteur sont les principaux facteurs qui séduisent à Marne-la-Vallée, et notamment au Val d’Europe”, souligne Jean-Marie Jacquet, directeur de CB Richard Ellis pour l’Est parisien. Pour autant, des secteurs plus éloignés de Paris attirent eux aussi des entreprises. C’est le cas de Rebais, par exemple, où OKAI Distribution (30 emplois) vient d’acquérir 17 500 m2. Si la sélection est d’abord géographique, l’accès aux transports est un autre critère clé. In fine, particulièrement dans le contexte actuel, c’est le prix qui arbitre le choix final. Or, ces prix se stabilisent, voire baissent légèrement depuis deux ans – et restent donc très compétitifs par rapport à d’autres départements franciliens.

B

allemandes qui trouvent ici des axes de transports pertinents. Ce que recherchent les acquéreurs : des bureaux (à partir de 10 m2), de grands entrepôts (à partir de 10 000 m2), des locaux d’activités mixtes (avec un mix bureaux et unité de production)… Les besoins varient donc, avec une mobilité plus marquée chez les PME (qui cherchent à s’agrandir ou se restructurer) que chez les grands groupes qui, traditionnellement, bougent peu en période incertaine. Autre tendance forte : un goût de plus en plus prononcé pour le surmesure, certaines entreprises n’hésitant pas à investir sur le foncier grâce au coût du crédit, dans le cadre d’une réflexion patrimoniale, pour faire bâtir elles-mêmes le nid idéal. “Certes, il y a une demande croissante pour les moyennes et petites surfaces (jusque 300 m2) à acheter, mais les transactions s’opèrent finalement, pour l’essentiel, sur de la location. Réalisme oblige”, remarque Christophe Longour, Directeur associé de Century 21 CERIM à VertSaint-Denis. Cette suprématie de la

location sur l’achat serait-elle un reflet de la crise actuelle ? “Peut-être, commente Christophe Longour, mais dans l’immobilier d’entreprises, en vente ou location, nous n’observons pourtant aucune crise sur Sénart, Melun, Pringy ou BrieComte-Robert où nous opérons. Vu le ralentissement des programmes immobiliers, il est même possible que l’offre soit déficitaire d’ici 2 ans.” Qu’est ce qui incite précisément les promoteurs, décideurs et financeurs de ces programmes, à investir en Seine-et-Marne ? “C’est un département dynamique auquel nous croyons beaucoup, lance Benoit Colin, directeur de la commercialisation pour le Groupe Fulton, promoteur et investisseur au plan national. Si la crise nous incite à maîtriser nos développements, nos projets s’y poursuivent, avec un effort particulier sur le clé en main.” Autant de raisons qui incitent à l’optimisme donc. Pour en être convaincu, allez donc faire un tour au Salon de l’immobilier d’entreprises en décembre (encadré p. 10). Sur le pavillon Seine-et-Marne, bien sûr !

Toutes les offres pour toutes les demandes

Dans leur ensemble, les “commercialisateurs” – qui vendent les biens bâtis ou fonciers aux entreprises – s’accordent sur le “caractère endogène du marché”. Traduction : les 2/3 des entreprises qui s’installent viennent de Seine-et-Marne ou des départements proches comme la Seine-SaintDenis et le Val-de-Marne. L’autre tiers est en provenance de Paris, de la province et de l’étranger – avec un intérêt très marqué des entreprises

Disney

Gare TGV-Eurostar – Marne-la-Vallée/Chessy

Les terres seine-et-marnaises continuent d’attirer les investissements des entreprises. Si Marne-la-Vallée reste une locomotive pour près de la moitié des demandes, l’ensemble du département est concerné par les projets. Tour d’horizon.

©

© tibo.org

Projets tous azimuts

2 000 m2 disponibles – Immeuble Antarès – Val d'Europe


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 10

Octobre - Novembre 2009 Trajectoires

09

Dossier Seine-et-Marne : l’attraction terrestre

Entrepôt classe A de 38 000 m2 à louer à Vert-Saint-Denis – Sénart.

Valoriser et faire savoir Pour être choisi, encore faut-il être connu. Seine-et-Marne Développement a donc développé une stratégie en deux temps pour informer entreprises et promoteurs, et travailler en intelligence avec les principaux acteurs du territoire. Acte 1 : Prospection

L’approche par filières – notamment par thèmes des trois pôles de compétitivité auxquels adhère le département – est le tout premier levier. “Les salons facilitent la rencontre directe des dirigeants. Au plan international, ils permettent d’approcher des entreprises étrangères intéressées par le marché français”, observe Lydie Benko, chargée de mission investissements et implantations chez Seine-etMarne Développement. “Nous avons connu l’Écopôle de Sénart lors d’un salon Pollutec, confirme Anouck Colson, responsable du développement de Solarwall, fabricant canadien spécialisé dans l’énergie solaire. Depuis juin, nous sommes installés à Moissy-Cramayel. Une localisation proche de Paris et à proximité de la gare qui autorise des

synergies avec d’autres entreprises impliquées ici dans le développement durable.” Deuxième levier : le marketing de masse, qui vise à récolter les projets d’implantation et à promouvoir l’image du département. Cibles prioritaires : les 1,5 million de responsables d’entreprises de plus de 20 salariés, installés en région parisienne, Bretagne, Nord, Alsace et sillon rhodanien. Une démarche plus offensive et très efficace : “en avril, un e-mailing envoyé à 110 000 destinataires a généré 234 contacts, lesquels ont débouché sur 35 demandes d’implantation actuellement en cours de traitement”, confirme Lydie Benko. Acte 2 : Synergie

demande d’implantation, l’agence la qualifie et la répertorie dans sa base de données Bibop, un espace auquel les collectivités du département ont accès. Selon les territoires demandés, celles-ci peuvent donc se mettre en contact direct avec les entreprises, qui gagnent en réactivité et en proximité. En 2008, le SAN du Val Maubuée a ainsi implanté 8 entreprises figurant sur Bipop. Résultats de ces efforts : depuis 2001, 743 entreprises se sont implantées ou ont ré-emménagé en Seine-et-Marne, créant ou maintenant ainsi 16 699 emplois sur le territoire. Car l’enjeu est aussi là : continuer d’afficher l’un des taux de chômage les plus bas de France.

Lorsque Seine-et-Marne Développement reçoit d’une entreprise une

La Seine-et-Marne au SIMI 2009 Pour tout savoir sur les opportunités immobilières et foncières de Seine-et-Marne, rendez-vous sur le pavillon seine-et-marnais (stand B64 – Niveau 1) du 2 au 4 décembre au SIMI (Salon de l’immobilier d’entreprises). Seront présents : Seine-et-Marne Développement, Aménagement 77, Epa Sénart, “Hubstar Paris”, les intercommunalités Melun Val de Seine, Pays de Meaux, les Deux-Fleuves, Brie des Templiers et Val Maubuée.

D

l.benko @seine-et-marne.invest.com

Interview “Tirer profit du dynamisme de Roissy.”

Marc Lhermitte Associé (Partner) Ernst & Young Advisory.

D

www.ey.com

Pourquoi renforcer la présence de la Seine-et-Marne sur Paris-Charles-de-Gaulle ? M.L. : Parce que c’est le premier pôle créateur d’emplois d’Île-de-France. Comme le département, qui représente le tiers de sa superficie, en subit une part des nuisances, il est logique qu’il en tire aussi avantage. C’est l’objectif du diagnostic stratégique que nous a commandé Seineet-Marne Développement.

Quel est le potentiel immobilier et foncier ? M.L. : Sur les 750 hectares seine-etmarnais(1), 83 % sont encore à bâtir et 12 % sont occupés par des plateformes logistiques. L’idée est de développer les activités tertiaires supérieures comme dans le Val d’Oise et la Seine-Saint-Denis. Quelles sont les priorités ? M.L. : Dans la mesure où 85 % des

salariés de Roissy, en horaires décalés, prennent leur véhicule personnel, il faut poursuivre l’effort sur les infrastructures routières, comme le contournement nord, la récente ouverture à l’est ou les travaux de desserte sur la N2. Mais il faut aussi repenser les transports en commun. La prolongation prévue du RER B est un premier pas concret qui pourrait attirer de nouveaux programmes immobiliers. C’est d’autant plus important que les secteurs placés sur les deux autres départements arrivent à saturation. (1) Source : IAU.


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 11

10

Dossier Seine-et-Marne : l’attraction terrestre

Offres : ça bouge avec BOUGI ! BOUGI pour BOUrse de Gestion Immobilière. Intérêt : rassembler sur un site Internet unique l’essentiel des offres foncières et immobilières du département et valoriser l’attractivité seine-et-marnaise. Un nouvel outil qui devient progressivement indispensable.

LES CHIFFRES CLÉS… … du site www.implantation77.com •

954 offres immobilières et foncières à destination des entreprises

162 demandes de contact depuis la mise en ligne fin mars 2009, dont : 32 % pour Roissy/Meaux, 30 % pour Marne-la-Vallée, 20 % pour Sénart – Melun, 18% pour le Sud Seine-et-Marne.

27 visites par jour en moyenne

11,3 pages vues en moyenne par chaque visiteur

Nature des offres représentées Bureaux : 27 % (la moitié sur le secteur de Marne-la-Vallée) Entrepôts : 20 % Locaux d’activités : 37 % Terrains : 11 %, le reste étant les centres d’affaires et les pépinières.

our le Conseil général, désireux de valoriser l’attractivité économique de son territoire, la question était d’offrir aux entreprises une vue globale des opportunités immobilières du département. Imaginée par Seine-et-Marne Développement, la réponse consiste à rassembler sur un même site Internet les offres des plus grands opérateurs immobiliers et fonciers. Ces derniers ont d’ailleurs été étroitement associés à la conception de BOUGI (BOUrse de Gestion Immobilière) devenue opérationnelle en mars dernier. De fait, Arthur Loyd, BNP Paribas, Real Estate, CBRE, Century 21, Cerim, DTZ Jean Thouard, Entrepôt on Line, Jones Lang Lassalle, Kéops, Nai Néolis ou Orpi Entreprises y publient aujourd’hui leurs offres. Sans oublier les opérateurs immobiliers (Aménagement 77, Epamarne, Epa Sénart) et les collectivités locales qui ont également la possibilité de faire connaître toutes leurs opportunités aux visiteurs.

P

Acticentre : programme de locaux mixtes au cœur de la ZI Nord de Meaux.

superficie, achat ou location, etc. – l’utilisateur a directement accès à une sélection d’offres présentées de façon synthétique. Si un bien l’intéresse, il peut télécharger la fiche complète. Il y trouve évidemment des données “classiques” (superficie, proximité des moyens de transport, conditions financières…), mais aussi 1 000 offres en un clic des paramètres plus atypiques : hauteur Grâce à un moteur de recherche, et sous plafond, climatisation, qualité de selon des critères prédéfinis – secteur l’isolation, type d’éclairage, nature de géographique, nature des locaux, l’activité précédente… Des “détails”

qui peuvent avoir leur importance. Si l’entreprise souhaite en savoir plus ou visiter le lieu, il lui reste à demander la mise en contact direct avec le “commercialisateur” chargé de louer ou vendre les biens. BOUGI est donc pratique, interactif, complet, rapide et gratuit. Autant de raisons pour aller découvrir le millier d’offres qui y figurent actuellement.

D

www.implantation77.com

Interview “Un bel outil pour chercher un bien et connaître la réalité du marché.”

Alexis Plançon Consultant chez Kéops, commercialisation de biens immobiliers d’entreprises.

D

www.keops.fr

Pourquoi mettre vos offres en ligne sur BOUGI ? A.P. : Pour augmenter la visibilité de nos annonces – environ 200 actuellement. C’est d’autant plus pratique que, grâce à une nouvelle “passerelle”, chaque création ou mise à jour de fiche sur le site Internet de Kéops se répercute automatiquement sur BOUGI.

Comment ce site est-il né ? A.P. : Dans le partenariat et la concertation. Nous avons apprécié la dynamique de Seine-et-Marne Développement qui nous a invités à faire des tests avant le lancement. Résultat : une vraie logique et une grande précision dans les offres – que j’ai pu vérifier en tant qu’utilisateur, lorsque je cherchais un bien à Collégien pour l’un de nos clients.


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 12

Octobre - Novembre 2009 Trajectoires

11

Enjeux Matière grise

CEREVE + LGUEH = LEESU CEREVE, LGUEH. Derrière ces deux acronymes, deux fleurons de la recherche seine-et-marnaise qui œuvrent dans les domaines de l’environnement et de la ville. Début 2009, ils ont fusionné pour donner naissance au LEESU (Laboratoire Eau Environnement et Systèmes Urbains), nouvel acteur prometteur dans le domaine du développement durable.

ma droite, le Centre d’Enseignement et de Recherche Eau Ville Environnement, un laboratoire commun à l’École Nationale des Ponts et Chaussées, AgroParisTech et l’Université Paris XII-Val-de-Marne. À ma gauche, le Laboratoire de Génie Urbain Environnement et Habitat, dépendant jusqu’ici de l’Université de Marne-laVallée. D’un côté, un laboratoire qui travaille au progrès des connaissances sur l’eau en milieu urbain et tente de construire une cohérence d’ensemble, conciliant les besoins des activités humaines et la protection du milieu naturel. De l’autre, un laboratoire qui s’intéresse à la ville, aux projets d’aménagement urbain en intégrant la notion de développement durable. Le CEREVE et le LGUEH étaient faits pour s’entendre. Depuis 2005, leurs équipes collaboraient d’ailleurs régulièrement jusqu’à envisager de joindre plus durablement leurs forces. Depuis début 2009, c’est chose faite, dans le cadre plus général de la formation du PRES (Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur) “Université Paris-Est”, rassemblant l’Université de Marne-la-Vallée et l’Université Paris XII-Créteil. Le CEREVE et le LGUEH ont fusionné pour former le LEESU (Laboratoire Eau Environnement et Systèmes Urbains), fort d’une centaine de chercheurs.

À

vaillant avec des équipes plus anciennes et partagions déjà avec le CEREVE des thématiques très complémentaires”. Désormais, des équipes mixtes composées de chercheurs des deux anciens laboratoires, travaillent de concert au sein de la nouvelle structure, organisée autour de trois axes : le cycle de l’eau et

Les orientations scientifiques et stratégiques du LEESU sont structurées autour de trois axes • Le cycle de l’eau et des contaminants : regroupe l’hydrologie quantitative (la mesure des précipitations, les inondations) et l’hydrologie qualitative (les contaminations possibles). • Le fonctionnement d’ouvrages et de systèmes urbains : s’intéresse aux modes d’acheminement des flux d’eau dans les villes. • Les acteurs et les processus décisionnels : étudient la prise en compte des deux premiers axes dans le développement de la ville, avec une perspective “durable”. Cet axe fait appel aux sciences sociales et politiques. CEREVE – LGUEH : L’union fait la force.

Une fusion logique

“Nous intervenions déjà sur un champ commun – l’environnement – et un terrain commun – l’urbain, le périurbain”, rappelle Daniel Schertzer, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, chercheur au LEESU. “Cette fusion ne fait que renforcer notre collaboration”. Loin d’être imposé d’en haut, ce rapprochement a été réalisé à l’initiative des chercheurs. “Notre laboratoire, créé il y a huit ans, était relativement jeune, explique Youssef Diab, responsable du LGUEH. Nous avions besoin de passer à la vitesse supérieure en tra-

des contaminants, le fonctionnement des systèmes, les acteurs et les processus décisionnels (ou comment sont pris en compte les deux premiers axes). Sur le principe de “l’union fait la force”, le LEESU accumule les programmes d’envergure. À l’ordre du jour notamment, une dizaine de projets financés par l’Agence Nationale de la Recherche, la région Île-deFrance ou cofinancés par le Conseil général de Seine-et-Marne, dans le cadre des appels à projet du pôle

Advancity. Avec souvent des enjeux industriels internationaux, comme pour le projet TRACI, une approche novatrice pour l’industrialisation des tranchées couvertes en milieu urbain. Toujours avec le soutien d’Advancity, le laboratoire travaille sur la possible implantation d’un radar météorologique à “bande x” dans le but d’affiner l’observation des précipitations sur les villes d’Île-de-France et d’améliorer ainsi leur prévision, ainsi que celle des écoulements qui peuvent avoir lieu en surface et en sous-sol.

Enfin, les chercheurs planchent sur l’élargissement de l’OPUR (Observatoire des Polluants Urbains à Paris) en direction de Lyon et de Nantes. À peine éclos, le LEESU est donc promis à un bel avenir…

D D

charleux@cereve.enpc.fr

ydiab@univ-mlv.fr


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 13

12

Enjeux Quartier d’affaires

Les énergies renouvelables à Roissy-en-Brie Soucieuse de participer au développement économique de Roissy-en-Brie et de promouvoir les mutations environnementales qui s’imposent, une SCI transforme un immeuble d’activités en centre d’affaires dédié aux énergies renouvelables. Objectif : rayonner dans toute l’Île-de-France !

EN CHIFFRES… 1 300 m2 Superficie des bureaux et ateliers à louer, modulables à la demande. Air conditionné, pompe à chaleur et accès aux personnes handicapées.

5 300 m2 Superficie de toiture de quatre bâtiments, transformable en show room.

75 euros le m2 Prix du loyer annuel HT et hors charges avec possibilité d’exonération pendant 24 mois pour les entreprises apportant une plus-value au projet du centre. 1 300 m2 de bureaux et ateliers à louer au pied de la gare de Roissy-en-Brie.

Cherche entreprises spécialisées dans la conception et/ou la pose de panneaux photovoltaïques, désireuses de créer à Roissy-en-Brie le premier centre d’affaires français dédié à cette technologie. Possibilité de disposer d’un show room sur 5 300 m2 de toiture à équiper !” Voilà, résumée, la petite annonce que pourrait publier la SCI Nache pour attirer les futurs locataires de l’immeuble qu’elle commercialise actuellement.

Le projet est né il y a peu, quand les copropriétaires des quatre immeubles formant le Technipark de la Vallée confient à Fabrice Rozenwajn, représentant de la SCI Nache, propriétaire de l’un des bâtiments, le soin d’étudier la faisabilité de l’implantation de panneaux photovoltaïques sur leurs toits. Enthousiaste, ce dernier se rend en Allemagne, l’un des pays européens en pointe dans ce domaine. “Ce que j’ai vu m’a beaucoup impressionné. La France accuse un grave retard qu’il est

grand temps de rattraper avant d’être définitivement dépassé.” Rapidement, une idée germe dans son esprit : réunir sur un même site des entreprises spécialisées dans les énergies renouvelables en général et les panneaux photovoltaïques en particulier. “Il s’agira d’un centre ressources ouvert tout à la fois aux particuliers, aux entreprises et aux collectivités qui, de plus en plus nombreuses, souhaitent s’informer et s’équiper avec l’assurance d’un bon placement – puisque l’achat à bon prix par EDF de l’électricité produite est garanti 25 ans – doublé d’un geste éco citoyen.”

résidents du futur centre. “Nous recherchons principalement une ou plusieurs entreprises de couverture spécialisées dans la pose de panneaux photovoltaïques intégrés, des électriciens formés à ces technologies et des concepteurs ou des fabricants de modules.”

Accompagné dans son projet par Seine-et-Marne Développement et la Ville de Roissy-en-Brie, Fabrice Rozenwajn envisage d’octroyer une franchise de loyer aux résidents apportant une plus-value technologique. Il est également prévu de réunir différentes autres compétences (droit, fiscalité, comptabilité, assurance, Progressivement libéré de ses rési- communication) à même d’épauler les dents, l’immeuble de la SCI Nache entreprises dans leur développement. entreprend actuellement une cure de rajeunissement pour réhabiliter et moderniser ses 1 300 m2 utiles (R + 1) et faire de sa toiture – ainsi que de fabrice@rozenwajn.fr celles des trois bâtiments voisins – un 06 86 92 94 64 show room mis à la disposition des

D

30 minutes Temps pour rejoindre Paris en RER. L’immeuble est situé à proximité immédiate de la gare de Roissyen-Brie.

… ET EN DATES Automne 2009 Pré-commercialisation du programme par la SCI Nache.

Janvier 2010 Installation des premiers résidents après réhabilitation et adaptation de la toiture pour l’implantation des panneaux solaires.


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 14

Octobre - Novembre 2009 Trajectoires

13

Enjeux À la carte

La Seine-et-Marne, une terre pour entreprendre La Seine-et-Marne compte près d’une cinquantaine de parcs d’activités de 50 hectares et plus sur son territoire. C’est un atout de taille pour attirer les entreprises et développer l’emploi.

UN RÉSERVOIR FONCIER En 2008, selon l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Île-de-France, la Seine-et-Marne disposait de 42 % de tout le foncier disponible en Île-de-France – soit 750 ha – ce qui la classe en tête de tous les départements de la région. Avec plus de 300 parcs d’activités, dont 46 d’une taille supérieure à 50 ha et dont 10 % de ces parcs offrent encore des espaces disponibles, elle est donc particulièrement bien placée pour accueillir des entreprises nouvelles et offrir à celles déjà implantées des solutions de développement. Dressée grâce à une enquête réalisée pour le compte de Seine-et-Marne Développement auprès des communes et intercommunalités du département, cette carte montre une nette prédominance en ce domaine de la partie ouest du département.

REQUALIFIER POUR MIEUX ATTIRER Six parcs seine-et-marnais (Nangis, Vaux le Pénil, Ozoir-laFerrière, Savigny-le-Temple, Torcy, Lagny-sur-Marne) bénéficient d’ores et déjà du dispositif départemental de requalification des zones d’activités mis en place par le Conseil général. Ce dispositif a pour vocation d’accompagner les collectivités locales dans la mise en œuvre de leur stratégie de développement économique, en contribuant à réhabiliter, requalifier et moderniser leur offre.

D

jm.martin@ seine-et-marne-invest.com


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 15

14

Success stories Bysoft à Melun Bysoft, c’est quoi ? 1,7 million d’euros de chiffre d’affaires

+ 800 % de croissance sur les cinq dernières années

Plus de 200 millions d’euros gérés sur ses plateformes e-business

Plus de 5 millions de visiteurs uniques par mois sur ses serveurs infogérés pour ses clients

30 collaborateurs

Les dates 1991 : Création de la SARL Bysoft 2003 : Reprise de Bysoft par Cyril Drouin Recentrage sur l’activité d’agence en architecture et ingénierie Internet

2007 : implantation à Shanghai Cyril Drouin, dirigeant de l’entreprise Bysoft.

Bysoft : de Melun à Shanghai Installée à Melun, Bysoft, une entreprise d’une trentaine de salariés, créée en 1991 et spécialisée dans l’Internet, aurait pu se contenter d’un destin modeste. C’était sans compter l’énergie et l’ambition de Cyril Drouin, son actuel directeur. Chez les Drouin, il y a d’abord le père, Claude, qui crée Bysoft en 1991, société de consulting spécialisée dans la télématique. Puis il y a le fils, Cyril, également ingénieur, sorti diplômé de l’ESIEA (École Supérieure d’Informatique Électronique Automatique) de Paris en 1995... et dont la voie semble toute tracée : rejoindre l’entreprise familiale. Mais Cyril Drouin aspire à visiter le vaste monde. Durant seize mois, dans le cadre du Service National, il fait sa coopération à Séoul, pour le poste d’expansion économique. Suivront quatre ans à Hong-Kong et un an en Chine, comme responsable informatique pour

“Lorsque j’ai repris Bysoft en 2003, j’avais une idée très précise du marché et des tendances.” Cyril Drouin, dirigeant de l’entreprise Bysoft.

toutes les missions économiques d’Asie, puis Accor, l’Armée de l’Air, le musée du Quai Branly comme directeur technique d’une start-up ou encore… la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Chine. Car revenu en Internet. France, Cyril Drouin n’en a pas oublié pour Avec l’éclatement de la bulle, Cyril Drouin rentre autant l’Asie. “Même si notre activité n’y a en France fin 2001 et passe une année chez Cap sérieusement démarré qu’en 2007, la première Gemini. “En fait, j’étais rentré pour reprendre implantation en Chine s’est faite presque tout de Bysoft, explique-t-il, mais j’avais besoin d’un an suite après mon arrivée chez Bysoft”, tient-il à pour organiser le passage de témoin”. En 2003, rappeler. c’est chose faite. “La première année, nous avons fait 160 000 euros de chiffre d’affaires, c’est-à- Aujourd’hui, la société dispose d’une équipe de dire rien, se souvient-il. En revanche, j’avais une quinze personnes à Shanghai, composée de idée très précise du marché et des tendances.” En quelques Français et de beaucoup de Chinois. 2004, le tout nouveau directeur associé recentre “Ma connaissance du pays et de la culture est un son entreprise sur une activité d’agence en archi- atout car la façon d’entrer sur un marché y est tecture et ingénierie Internet qui fabrique des très différente”. Un atout parmi beaucoup d’aulogiciels et des sites Internet. Dorénavant, Bysoft tres, tant Bysoft affiche une belle santé : avec une fournit des solutions à ses clients dans quatre croissance de 800 % de son chiffre d’affaires sur domaines : l’e-commerce (des sites d’e-commerce les cinq dernières années, elle annonce en 2008et des applications pour les gérer) ; des portails 2009 un chiffre d’affaires de 1,7 million d’euros Internet ; du développement sur mesure de logi- et vise les 5 millions d’ici cinq ans. ciels ; de l’hébergement et de l’infogérance (gestion et maintenance de l’informatique d’une entreprise). Cette stratégie porte ses fruits puisque bientôt, Bysoft peut s’enorgueillir de clients aussi www.bysoft.fr prestigieux que Danone, Office Dépôt, Bouygues,

D


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 16

Octobre - Novembre 2009 Trajectoires

15

Success stories Lorentz à Esbly

Lorentz : marche avant toute! Fondé il y a 35 ans dans la cave d’un pavillon, le Groupe Lorentz est progressivement devenu un sous-traitant reconnu et apprécié dans le secteur de l’usinage de précision. De grands groupes aéronautiques et médicaux lui confient la réalisation de pièces à haute valeur ajoutée. D’ici un à trois ans, le Groupe Lorentz prévoit d’acheter ou d’ouvrir un atelier en Suisse. Une stratégie qui ne manquera pas d’étonner dans une période où les donneurs d’ordres incitent plutôt leurs sous-traitants à délocaliser pour faire baisser le prix de revient des pièces fabriquées. Mais Frédéric Lorentz, le dirigeant de la société spécialisée dans l’usinage de précision, est sûr de son coup. Le marché suisse l’intéresse à plusieurs titres, notamment dans les secteurs du médical et de l’horlogerie de précision. “L’environnement économique en constante évolution oblige les petites entreprises comme la nôtre à consentir les efforts nécessaires pour s’adapter sous peine de disparaître.” Innovation et performance sont donc les maîtres mots de la stratégie adoptée il y a quelques années par le Groupe pour déceler des niches d’activités à haute rentabilité... et frapper aux bonnes portes. “C’est notre seule chance de nous en sortir. Depuis cinq ans, nous avons ainsi créé de toutes pièces notre activité médicale relative à la fabrication d’éléments pour les implants en titane”. Pari gagné : aujourd’hui, ce secteur représente un bon tiers du chiffre d’affaires de l’entreprise. Une égale clairvoyance, doublée d’un volontarisme sans faille, a guidé le fils du créateur du groupe Lorentz quand il s’est agit de décrocher le marché de la fourniture des alternateurs électriques de l’Airbus A380. La société seine-et-marnaise n’a pas lésiné pour gagner le droit de compter parmi les sous-traitants du consortium. “Dans un premier temps, nous avons acquis la société VH Numérique (Bornel, Oise) qui avait des atouts à faire valoir dans cette perspective, puis nous avons investi 600 000 euros dans une machine de haute précision pour concilier coûts et délais.” Le trou d’air enregistré il y a deux ans par le Consortium européen n’a pas facilité la

Frédéric Lorentz, dirigeant de l’entreprise Lorentz.

“Nous soufflons après plusieurs années de forts investissements. Mais dès que possible, nous reprendrons notre marche en avant.”

Le Groupe Lorentz, C’est quoi ?

Frédéric Lorentz, dirigeant de l’entreprise Lorentz.

de chiffre d’affaires en 2008

70 salariés 50 à Esbly et 20 sur le site de Bornel (Oise)

8 millions d’euros 20 % du chiffre d’affaires est réalisé à l’export

tâche de Frédéric Lorentz, mais aujourd’hui le programme a définitivement décollé et la fourniture des alternateurs va encore s’accélérer. Pour tenir la cadence, la société s’est structurée et organisée ces dernières années. Après l’achat de nombreuses machines à commande numérique – l’entreprise en compte à ce jour 47 –, l’agrandissement de ses deux sites de production (1,5 M€) et l’obtention de plusieurs certificats Qualité (QUALIFAS, ISO 9001 / EN 9100), la priorité est aujourd’hui à la réorganisation des services. “Une personne est désormais affectée à plein temps au suivi commercial d’une vingtaine de prospects et nous disposons d’une petite équipe de R&D pour accompagner nos clients dans la définition de leurs commandes. Sur ce point aussi, les choses ont bien changé ces dernières années. Nos donneurs d’ordres attendent dorénavant conseils et services.”

D

www.lorentz.fr

Les dates 1974 : Création de l’entreprise par Jean-Claude Lorentz 1983 : Son fils Frédéric le rejoint 2001 : Rachat de VH Numérique à Bornel (Oise)

2004 : Premiers pas dans le secteur médical

2007 : Extension des locaux sur les deux sites de production


SetM_013_def.qxd:SetM_13

7/10/09

10:07

Page 1

77 c’est eux

77 c’est eux, c’est une collection de portraits renouvelée à chaque parution. Des acteurs économiques de tous horizons, public comme privé, jeunes et moins jeunes, artisans locaux, entrepreneurs internationaux... tous unis par leur confiance dans l’avenir de la Seine-et-Marne.

Chantal Rimbert

Stéphane Bredillard

Marie-Cécile Billy

Consultante à l’APEC de Marne-la-Vallée

Développeur économique à la Communauté de communes Moret Seine-et-Loing

Secrétaire générale de la Communauté de communes de la Gerbe

“Notre territoire mise sur l’accueil de PME-PMI, notamment dans le secteur des technologies éco-innovantes, via un Pôle Matériaux nouvelle génération.”

“Nous avons investi à Poigny pour lancer l’aménagement d’une 4 e zone d’activités de plus de 30 000 m 2. Son ouverture interviendra fin 2010.”

Mauritz Quaak

Maria Djadjeva

Emmanuel Roussel

Codirigeant avec son frère Jacques Pierre, de “Bioenergie de la Brie” à Chaumes-en-Brie

Chargée d’affaires à IDFCAPITAL Paris

Fondateur et gérant de TV 77 à Provins et Bailly-Romainvilliers

“Depuis quelques mois, l’APEC accélère la mise en relation active des cadres et jeunes diplômés avec les entreprises qui recrutent en Seine-et-Marne.”

“Demain, les agriculteurs seront aussi des « énergiculteurs ». Fin 2009, nous exploiterons 1 600 m 2 de panneaux solaires sur les toits de notre ferme.”

“Notre fonds d’investissement renforce les fonds propres des PME franciliennes ayant un projet de postcréation, développement ou reprise d’entreprise.”

“Éditeur multicanal, TV 77 innove pour mettre ses programmes, notamment économiques, à la portée de tous sur le câble, la TNT, les téléphones mobiles et le web.”

Johanna Hellborg

Laurent Kourilsky

Daniela Najdanovic

Manager Développement Durable de l’INSEAD à Fontainebleau

Directeur de la Maison de l’emploi Nord-Est 77 à Meaux

Chargée de mission développement économique au SAN Val d’Europe à Marne-la-Vallée

“Business School for the World et pour la planète, l’INSEAD inscrit son action dans une logique de développement durable sur son campus de Fontainebleau.”

“Notre nouveau Comité Opérationnel Pour l’Emploi met en place six groupes de travail sur les implantations, l’appui aux employeurs ou l’alternance.”

“Le Syndicat d’agglomération nouvelle du Val d’Europe entend être une terre d’accueil et de réussite pour les petites comme pour les grandes entreprises.”

Trajectoires est édité par Seine-et-Marne Développement, agence pour le développement économique du Conseil général de Seine-et-Marne • Directeur de la publication Gérard Eude • Comité de rédaction François-Xavier Deflou, Dominique Marinov • Rédacteur en chef Patricia Montin • Journalistes Carole Galland, Claire Judrin et Emmanuel de Lestrade • Réalisation agencebeaurepaire.com • Photos yannpiriou.com • Hôtel du Département 77010 Melun Cedex • Contact p.montin@seine-et-marne-invest.com • www.seine-et-marne-invest.com • Imprimeur Printed and Co 77500 Chelles • Imprimé sur du papier recyclé Cyclus couché print • N°ISSN 1958-8372.

Trajectoires N°13  

la Seine-et-Marne se fait entendre & Les énergies renouvelables N°13 & Seine-et-Marne : Marc Lhermitte Associé (Partner) Ernst &...

Advertisement