Page 1

trajectoires Entreprendre

N°23

NOVEMBRE DÉCEMBRE 2011

et réussir en Seine-et-Marne

Immobilier d’entreprise La Seine-et-Marne, une adresse de plus en plus convoitÉE Télécentres la Seine-et-Marne interroge les entreprises L’université se mobilise pour la création d’entreprise

En Seine-et-Marne, le foncier immédiatement disponible est très recherché —

Franck Bouchaud Directeur du Développement économique et de l’emploi à la Communauté d’agglomération Marne et Chantereine


instantané Seine-et-Marne par Yann PIRIOU

Le Bambou - un choix écologique.

sommaire ACTUALITÉS

DOSSIER

trajectoires

trajectoires Entreprendre

NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2011 — n°23

N°23

NOVEMBRE DÉCEMBRE 2011

et réussir en Seine-et-Marne

IMMOBILIER D’ENTREPRISE LA SEINE-ET-MARNE, UNE ADRESSE DE PLUS EN PLUS CONVOITÉE TÉLÉCENTRES LA SEINE-ET-MARNE INTERROGE LES ENTREPRISES L’UNIVERSITÉ SE MOBILISE POUR LA CRÉATION D’ENTREPRISE

ENJEUX

EN SEINE-ET-MARNE, LE FONCIER IMMÉDIATEMENT DISPONIBLE EST TRÈS RECHERCHÉ

success stories

FRANCK BOUCHAUD DIRECTEUR DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET DE L’EMPLOI À LA COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION MARNE ET CHANTEREINE

PAGE 04

PAGE 07

PAGE 11

PAGE 14

• Réseau Entreprendre Sud Île-de-France • Seine-et-Marne Développement soutient la filière des éco-activités • Une éolienne à Bussy-SaintMartin • PME Finance : un nouvel outil pour les PME • Les Trophées de l’International • Des nouveautés sur le site covoiturage77.fr • L’Université se mobilise pour la création d’entreprise • Pasquier accélère la cadence • Télécentres : la Seine-et-Marne interroge les entreprises

IMMOBILIER D’ENTREPRISE LA SEINE-ET-MARNE une adresse de plus en plus convoitée

• Matière Grise Le Cnam à Melun : un accélérateur de carrière • Quartier d’affaires Le Parc de Germenoy joue la carte de la proximité • à la carte Haut Débit : La Seine-et-Marne mise sur les THD Zones

• Bonny Paris à Gretz-Armainvilliers Le back office de la gastronomie parisienne • SAS France à évry-gregy-sur-Yerres Un leader mondial du progiciel

• Une attractivité cultivée et plébiscitée • Demandez les programmes ! • Interview de Franck Bouchaud, Directeur du Développement économique et de l’emploi à la Communauté d’agglomération Marne et Chantereine • La Seine-et-Marne joue collectif • Interview de Grégory Vix, Directeur commercial d’ALSEI

SMD77_TRAJ23-2.indd 1

17/10/11 17:15

En couverture Franck Bouchaud Directeur du Développement économique et de l’emploi à la Communauté d’agglomération Marne et Chantereine Retrouvez son interview en page 09

vos contacts : Patricia Montin p.montin@smd77.com

Isabelle Cabrol i.cabrol@smd77.com

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2011 — 03

point de vue

MULTIPLIER LES STIMULATEURS D'ACTIVITÉS Par Vincent Éblé, Sénateur, Président du Conseil général de Seine-et-Marne et Gérard Eude, Président de Seine-et-Marne Développement

D

ans une situation économique très incertaine, comment notre territoire peut-il “tirer son épingle du jeu” et proposer une offre économique attractive capable d’attirer des investisseurs et surtout de séduire les entreprises qui pourront s’y développer ? Cette nouvelle édition de “Trajectoires” nous permet de revenir sur le sujet de l’attractivité de la Seine-et-Marne en Île-de-France.

À l’aide des données dont nous disposons grâce à l’Observatoire de l’Immobilier d’Entreprise animé par Seine-et-Marne Développement, nous pouvons tirer les premiers enseignements sur le premier semestre de cette année, avant le nouvel épisode critique de cet été. Si le nombre de transactions observées y a sensiblement augmenté par rapport à la même période de 2010, la taille moyenne des locaux commercialisés a, en revanche, diminué dans tous les segments de marché (bureaux, locaux d’activité, entrepôts, commerces…).

Certes quelques transactions emblématiques viennent contredire cette tendance, comme OCÉ France, 8 000 m² de bureaux à Montevrain ou EURODEP, 36 000 m² à Mitry, mais près de 80 % du marché des bureaux se rapporte à des surfaces inférieures à 200 m². Dans ces conditions, les trois territoires “locomotives” du développement économique seine-et-marnais, Roissy, Marne-la-Vallée et Sénart-Melun, peinent à mobiliser les investisseurs tertiaires dans un marché vitrifié par les espoirs du Grand Paris. Le report du projet  “Green Vallée” à la cité Descartes à Marne-la-Vallée est emblématique de cette tendance attentiste chez les investisseurs institutionnels.   Dans cet environnement économique morose, les initiatives prises par le Conseil général pour stimuler l’attractivité du territoire prennent toute leur valeur. Le développement du très haut débit, le soutien à la création d’un réseau de télécentres, l’appel à projets du “fonds attractivité” sont d’autant d’actions qui améliorent l’offre économique du département.   La mobilisation d’acteurs multiples autour de projets structurants va également valoriser les projets seine-et-marnais. Le récent feu vert autour du projet de gare TGV à Sénart en est une bonne illustration. L’ensemble des forces politiques et économiques s’étaient mobilisées au printemps pour défendre ce projet.   La nouvelle mise en révision du schéma directeur d’Île-de-France doit enfin nous mobiliser dans les prochaines semaines pour démontrer à l’état et à la Région que le développement économique et la création d’emplois constituent le préalable indispensable à l’implantation de nouvelles populations.

Les initiatives prises par le Conseil général pour stimuler l’attractivité du territoire prennent toute leur valeur.

g.eude@smd77.com

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

tableau de bord BILAN DE L’ACTIVITÉ “IMPLANTATION” DE SEINE-ET-MARNE DÉVELOPPEMENT Au 30 septembre 2011

200 dossiers en cours 41 implantations 271 emplois concernés Source : Seine-et-Marne Développement

évolution de l’emploi en 2010 Au 30 septembre 2011

Seine-et-Marne : + 1 % Île-de-France : + 0,7 % France métropolitaine : + 0,8 % Source : Pôle Emploi Service

Les industries agroalimentaires en Seine-et-Marne c’est :

5 758 emplois 2 % de l’emploi total 802 établissements Retrouvez l’intégralité des éléments dans la publication les industries agroalimentaires en Seine-et-Marne sur : www.seine-et-marne-invest.com/Invest/ Ressources/Etudes sectorielles/Industrie Les futures publications à paraître sur notre site : L’activité touristique - Le transport et la logistique Les activités financières et d’assurances. Vous pourrez également trouver les études "Intercommunalités et zones d'activités” sur notre site Internet : www.seine-et-marne-invest.com/Invest/ Ressources/Etudes territoriales Source : Seine-et-Marne Développement


actualités

Réseau Entreprendre Sud Île-de-France Créée il y a 12 ans, l’association qui accompagne les créateurs et repreneurs d’entreprise est implantée à Lieusaint. “Pour créer des emplois il faut créer des employeurs.” Tel était le credo d’André Mulliez lorsqu’il a lancé il y a 25 ans, le réseau Entreprendre, un dispositif d’aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise à potentiel de création d’emplois. Aujourd’hui, le réseau rassemble 9 000 chefs d’entreprise, tous bénévoles et a participé à plus de 50 000 créations d’emplois. Une belle réussite à laquelle le réseau Sud Île-de-France, dirigé par Marc Montagnon, fait plus qu’apporter sa pierre. L’association, créée il y a 12 ans à Fontainebleau-Avon et qui a déménagé l’an passé à Lieusaint, a déjà accompagné 150 entreprises en Seine-et-Marne et ainsi contribué à la création de quelque 3 000 emplois.

L’aide qu’elle offre est multiforme. Elle couvre d’abord l’attribution de prêts d’honneur à la personne, allant de 15 000 à 50 000 euros, sur 5 ans, sans intérêts ni garantie. À ce prêt s’ajoute un accompagnement individuel par un chef d’entreprise plus aguerri et un accompagnement collectif via des réunions rassemblant régulièrement tous les lauréats d’une même promotion. Enfin, le dispositif est complété par une aide à l’intégration dans les réseaux économiques locaux. Dans son action, l’association est soutenue par Seine-et-Marne Développement qui a notamment contribué à la constitution et à la consolidation de son fonds de prêt d’honneur. b.lechartier@smd77.com

Seine-et-Marne Développement soutient la filière des éco-activités

L'espace Région île-de-France à Pollutec Lyon 2010.

des enjeux environnementaux et énergétiques”, au sein de l’espace francilien “Greendustry”. Elle animera le 1er décembre une table ronde intitulée “écoconstruction : les ambitions seine-et-marnaises”, en référence à une thématique du projet de territoire du département pour lequel elle pilote une étude, et proposera aux visiteurs du salon un “business tour” seine-et-marnais pour découvrir des entreprises et des réalisations dans ce domaine. h.chenard@smd77.com

© Ipe sas

En juillet dernier, Seine-et-Marne Développement prenait part au lancement du plan filière des éco-activités en Île-de-France, GREENDUSTRY. Piloté par le pôle de compétitivité, ADVANCITY, la filière a pour objectif la mise en place d’un plan d’actions à destination des PME, des domaines de l’eau, des déchets, des énergies nouvelles, de la gestion de l’énergie ou des TIC appliquées à l’environnement. Les actions sont mises en œuvre par les CCI sur les thèmes de l’international, la promotion, la formation, le financement, avec l’objectif de fédérer autour des PME les acteurs locaux, telles que les agences de développement déjà fortement engagées dans le soutien aux éco-activités. Dans ce contexte Seine-et-Marne Développement a participé en octobre dernier au salon Pollutec Maroc à Casablanca avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de Seine-et-Marne et Marne-la-Vallée Descartes Développement. L’agence y a promu les compétences du département en matière de ville durable, en mettant notamment en avant le Cluster Descartes. Du 29 novembre au 2 décembre, elle sera également présente sur le salon Pollutec à Villepinte, “le salon des solutions d’avenir au service

© SMD / H. Chenard

Partie prenante du lancement de Greendustry, la nouvelle éco-filière du Conseil régional d’Île-de-France, Seine-et-Marne Développement participe à Pollutec Paris, où elle anime une table ronde “éco-construction, les ambitions seine-et-marnaises”.

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2011 — 05

PME Finance : un nouvel outil pour les PME

Une éolienne à Bussy-Saint-Martin

Fondée en avril 2010, l’association PME Finance réunit entrepreneurs et investisseurs.

contact@pmefinance.org

© Atto Ingénierie / ONG blueEnergy

Ce n’est ni une association professionnelle, ni un lobby de plus. Jean Rognetta a créé PME Finance en avril 2010 avec une idée bien précise : permettre à des entrepreneurs de partager leurs savoirs et expériences sur les règles du jeu du financement des entreprises. Ces règles qui changent en permanence au gré des nouvelles mesures législatives, mais surtout pour cause de crise. L’association ne dépend d’aucun organisme et vit des cotisations de ses membres, au nombre de 150 : 40 % d’entrepreneurs, 30 % d’investisseurs et 30  % de professions gravitant autour de l’investissement (avocats, conseillers financiers, etc). Parmi les thèmes abordés au cours des dernières rencontres : “Comment redynamiser le financement des PME” et “Le financement à l’international d’une PME”. Prochaine thématique  : “Partager avec le politique”, un sujet que PME Finance maîtrise bien puisqu’elle a créé un observatoire destiné à fixer des repères statistiques concernant l’impact sur les PME des mesures législatives relatives à leur financement.

En août dernier, le bureau d'étude ALTO Ingénierie et l’ONG blueEnergy ont joint leurs efforts pour construire une éolienne à Bussy-Saint-Martin. Durant la semaine du 22 au 26 août dernier, une douzaine de salariés d’ALTO Ingénierie, un bureau d'étude installé à BussySaint-Martin spécialiste du bâtiment durable, se sont livrés à une séance de mécano grandeur nature, joignant leurs efforts pour construire une éolienne. À l’origine de ce projet singulier, le soutien apporté par le bureau d'étude depuis 2009 à blueEnergy, une ONG qui a pour vocation d’améliorer les conditions de vie dans les villages isolés des pays en développement. Pour leur fournir des services essentiels, notamment l’électricité, elle met en œuvre des techniques adaptées au contexte local et respectueuses de l’environnement. Tout le portrait de l’éolienne Piggott, conçue pour pouvoir être fabriquée de façon artisanale. C’est cette même éolienne Piggott qui a été construite par ALTO Ingénierie, avec l’aide des bénévoles de blueEnergy. Ce projet commun présentait un vif intérêt pour les deux partenaires : pour ALTO Ingénierie, montrer aux architectes et maîtres d’ouvrage la pertinence du petit éolien, mais aussi promouvoir un but pédagogique à l'attention des écoles environnantes ; pour blueEnergy, sensibiliser le public en lui montrant grandeur nature les éoliennes qu’il installe, notamment au Nicaragua. L’éolienne, perchée sur son mat de 18 mètres, aura fonctionné une journée. Soigneusement démontée, elle attend désormais son permis de construire définitif. À terme, elle fournira une partie de la consommation d’électricité d’ALTO Ingénierie et permettra de mettre en avant les énergies nouvelles dans une ZAC. h.chenard@smd77.com

Des nouveautés sur le site covoiturage77.fr Lancé en 2009, le site covoiturage77 offre, depuis septembre, une nouvelle version, plus complète et plus réactive. Alertes mail, liens Facebook, flux RSS (mise à jour en direct)… Depuis début septembre, 00 d e 10 une nouvelle version du s u l P rits insc déjà site covoiturage77.fr est en ligne, encore plus riche et attractive que la précédente. Ce site à destination du grand public et des salariés de Seine-et-Marne, a été créé en 2009 par le Conseil général. Son objectif : proposer aux volontaires de se regrouper pour effectuer des trajets du domicile au travail ou des sorties culturelles et à thèmes. La plateforme a d’ores et déjà permis la mutualisation d’offres et de demandes de quatorze entreprises et administrations, dont la communauté des salariés du Conseil général. De plus, le site permet d’avoir accès à l’ensemble des trajets proposés sur la plateforme départementale 123envoiture.com, sur laquelle, mi-2011, plus de 1 000 Seine-et-Marnais étaient déjà inscrits. + d’infos : www.covoiturage77.fr LEXE

AU REF

ER ÉPLAC

SE D ODE COMM PLUS CONVIVIALE U PL S ONOMIQU O C É OL PLUS PLUS ÉC

POUR

nais

ar et-M

seine-

sur le

site

e77.fr urag us ? covoit et vo

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

Du 1er septembre au 18 novembre 2011 ont lieu les Trophées de l'International, destinés à distinguer les entreprises seine-et-marnaises performantes à l’export.

INTERNATIONAL

UVE LE NO

Les Trophées de l’International Trophées de l’International 2011 Seine-et-Marne

Désireux de s’impliquer toujours davantage dans le développement à l’international des entreprises du département, la Chambre de Commerce et d’Industrie Date limite de dépôt de Seine-et-Marne et ses partenaires du commerce Catégories des candidatures : > Primo exportateur 18 novembre 2011 extérieur organisent les Trophées de l’International > exportateur Confirmé de Seine-et-Marne, du 1er septembre au 18 novembre 2011. Les entreprises peuvent concourir dans deux Dossier de candidature et règlement sur catégories : la catégorie Primo Exportateur qui www.seineetmarne.cci.fr s’adresse aux entreprises ayant réussi ou engagé une démarche exemplaire pour se développer à l’international depuis au moins 1 an ; la catégorie Exportateur Confirmé qui s’adresse, elle, aux entreprises ayant des résultats probants et une forte progression à l’international depuis au moins 3 ans. Parmi les nombreux prix offerts, celui remis par Seine-et-Marne Développement au lauréat de la catégorie Primo Exportateur, consistera en une participation à un salon ou à une mission export. Les Trophées seront remis lors du Forum International de Seine-et-Marne, le 6 décembre 2011 à Émerainville. Les dossiers de candidature sont à retourner au plus tard le 18 novembre. Ils sont disponibles sur www.seineetmarne.cci.fr ou auprès de Corinne De Oliveira. + d’infos : Corinne De Oliveira 01 74 60 51 56 corinne.oliveira@seineetmarne.cci.fr


en bref…

actualités

L’Université se mobilise pour la création d’entreprise

SMC dans le Top 50 mondial des entreprises les plus innovantes SMC Corporation, l’expert mondial en pneumatique et solutions d’automatisation pour l’industrie dont la filiale française est basée à Bussy-Saint-Georges (77), fait cette année une entrée remarquée dans le Top 50 mondial des entreprises les plus innovantes. Le célèbre classement “World’s Most Innovative Companies” du magazine Forbes salue la performance du groupe nippon (classé 49e) qui lance chaque année plus de 50 produits ou améliorations de produits. SMC est présente en France depuis 1988 où elle compte 142 collaborateurs.

En partenariat avec :

«Tous créatifs!»

“Tous créatifs”, c’est le nom de la journée consacrée à l'entrepreneuriat étudiant, organisée le 17 novembre dans le cadre des 20 ans de l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée. “Stimuler l’esprit d’entreprendre”. Tel est l’objectif de la journée “Tous créatifs” qui se tiendra à l’IUT de Champs-sur-Marne le 17 novembre à partir de 10h00. Programmé dans le cadre des 20 ans de l’Université de Paris-Est Marne-la-Vallée, l’événement est organisé par le PRES Université Paris-Est et Marne-la-Vallée Descartes développement, l’agence de développement économique de la cité Descartes. La matinée, au cours de laquelle se succèderont des témoignages d’étudiants créateurs et d’enseignants-chercheurs, s’articulera autour de thèmes tels que : “la créativité des méthodes pédagogiques en entrepreneuriat” et “comment concilier études et projets de création d’entreprise ?”. L’après-midi sera à la fois plus ludique et plus pratique avec un parcours composé de quatre stands : “Trouver la bonne idée”, “Avoir une idée et convaincre”, “Rendre l’idée viable” et “Installer l’entreprise sur un territoire”.

Pasquier accélère la cadence

ETUDIANTS ENSEIGNANTS-CHERCHEURS VENEZ PRESENTER VOTRE PROJET DEVANT UN PARTERRE DE PROFESSIONNELS

IUT DE CHAMPS-SUR-MARNE

Informations : http://www.incubateur-descartes.com

Seine-et-Marne Développement, présent sur ce dernier stand aux côtés d’autres partenaires institutionnels, y proposera son Guide du créateur d’entreprise en Seine-et-Marne. Enfin, la journée s’achèvera sur des témoignages de créateurs d’entreprise qui ont bénéficié de l’appui des structures territoriales comme l’incubateur Descartes et le pôle de compétitivité Advancity. www.descartesdeveloppement.fr

Télécentres : la Seine-et-Marne interroge les entreprises Quel est l’avenir des télécentres en France ? Peut-on imaginer leur mise en réseau ? Quelles sont les attentes et les besoins des entreprises ? Seine-et-Marne Développement étudie la pertinence économique d’une solution encore peu utilisée dans l’hexagone.

D’ici 4 ans, l’usine Pasquier du Châtelet-en-Brie augmentera de 25 à 50 % sa production de petits pains. Les Brioches Pasquier procèdent à l’extension de leur usine du Châtelet-en-Brie. En 2012/2013 puis 2014/2015, les 5 000 m² supplémentaires permettront d’ajouter deux lignes de production aux cinq actuelles. à la clé, une augmentation des effectifs de l’usine, via le recrutement d’une vingtaine de personnes sur des postes de boulangers, de pilotes de machine ou encore de pilotes d’emballage. Le site du Châtelet-en-Brie, l’un des cinq de la division “brioches” du groupe, produit actuellement 2 millions de petits pains par jour, principalement destinés à l’Île-de-France et au marché britannique. l.benko@smd77.com

Seine-et-Marne Développement, l’agence économique du Conseil général, vient de confier au cabinet LBMG Worklabs le soin de réaliser une étude de marché consacrée aux télécentres – des bureaux regroupant plusieurs postes dédiés aux professionnels usagers du télétravail. Cette initiative – la première du genre en France – vise à mesurer les attentes des entreprises qui exploitent ou s’intéressent à cette pratique en vogue aux Pays-Bas ou aux USA. Elle illustre la volonté de la Seine-et-Marne de faire émerger un réseau de télécentres urbains tirant profit du réseau internet haut débit déployé sur l’ensemble de son territoire (voir notre rubrique “à la Carte”). Outre 25 grandes entreprises (Areva, Atos, Cap Gemini, Dassault, IBM, SFR, Siemens, Vivendi…), plusieurs centaines de PME et de travailleurs indépendants seront interrogés via le sondage en ligne relayé par neo-nomade.com ou ze-village.net. Les premiers résultats seront connus avant la fin de l’année.

ATF Gaia maîtrise son impact environnemental ATF Gaia à Moissy Cramayel, a reçu en juillet l’autorisation d’exercer en tant qu’Installation Classée pour la Protection de l’Environnement (ICPE). La société, spécialisée dans la gestion et le reconditionnement des équipements informatiques et télécoms professionnels en fin de vie, connaît une forte croissance : 6,4 M€ de CA en 2010, + 14 %. Après avoir renforcé ses procédures de gestion des risques de pollution, elle travaille à la mise en place d’un Système de Management Environnemental (SME) satisfaisant la norme ISO 14001. Certification attendue début 2012.

Maintenance globale ESO IDF ABME a inauguré en mai dernier ses nouveaux locaux à Roissy-en-Brie. La filiale de LEROY SOMER spécialisée dans la réparation de systèmes d’entraînement a fait le choix stratégique de rester dans la commune seine-et-marnaise qui l’a accueillie en 2000. Forte de 13 salariés, cette PME dispose dorénavant, dans la zone industrielle des 50 Arpents, de tout l’espace et les moyens nécessaires pour poursuivre son développement notamment un pont roulant de 4 tonnes, une cabine de peinture et des étuves neuves. Elle prévoit le recrutement d’un commercial et d’un bobinier.

s.dutartre@smd77.com

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


DOSSIER

trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2011 — 07

IMMOBILIER D’ENTREPRISE

Des espaces généreux, des infrastructures au top, une offre variée et appréciée des investisseurs, un accompagnement compétent, une rentabilité assurée : la Seine-et-Marne et ses territoires affichent une attractivité remarquable... et de plus en plus remarquée. Au prochain Salon de l’immobilier d’entreprise (SIMI), du 30 novembre au 2 décembre, ces atouts leur permettront d’accélérer l’implantation de nouvelles entreprises avec, à la clé, la création d’emplois et de richesses.

© EPA Sénart communication

© Disney - DTACC

LA SEINE-ET-MARNE, UNE ADRESSE DE PLUS EN PLUS CONVOITéE

En haut : L'immeuble Bellini à Val d'Europe totalise 23 000 m2 de bureaux. Dédié aux grands comptes, il est tout particulièrement adapté à l'accueil de services de rayonnement national ou international, du type centre de formation ou centrale d'achats. En bas : L'un des points forts de la Seine-et-Marne, mis en avant par les professionnels, la performance des infrastructures comme ici à Sénart.

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


DOSSIER

UNE ATTRACTIVITé CULTIVéE ET PLEBISCITéE Dans la concurrence très vive qui oppose les territoires pour attirer investisseurs et entreprises, la Seine-et-Marne jouit d’atouts incontestables qui expliquent son dynamisme économique. Classée en tête des départements français pour la création d’emploi, elle dispose de la 1ère offre foncière d’Île-de-France.

u’un territoire vante ses atouts pour attirer des entreprises et créer de l’emploi, quoi de plus normal ? Mais la crédibilité de ces atouts est bien plus forte encore quand ce sont les investisseurs qui les plébiscitent. La Seine-et-Marne peut à juste titre se féliciter des résultats de l’étude qu’elle confie chaque année au cabinet IPD pour mesurer son attractivité auprès des investisseurs et opérateurs de l’immobilier d’entreprise. Les entretiens effectués auprès d’une vingtaine d’entre eux sont en effet sans équivoque : le 77 est un numéro gagnant ! “Les professionnels mettent particulièrement en avant 4 points forts, résume Séverine Chance (IPD). Le premier réside dans la richesse et la diversité de l’offre seine-etmarnaise, bien au-delà du secteur logistique dont elle s’est faite une spécialité”. Aujourd’hui, chacun des territoires du département possède une belle offre de bureaux et de

locaux d’activités, plus performants en termes de création d’emploi et de richesse. Deuxième atout : la qualité de l’accompagnement, renforcée par la création récente d’un Observatoire de l’immobilier d’entreprises (cf. page 10). “Nous répondons ainsi à la demande des investisseurs qui souhaitaient disposer d’une plus grande visibilité de l’offre dans le département, explique François-Xavier Deflou, le Directeur général de Seine-et-Marne Développement.”

Une rentabilité performante Vient ensuite la performance des infrastructures qui font de la Seine-et-Marne un véritable carrefour : premier aéroport d’Europe, excellente connexion TGV, nombreux RER, Francilienne Est – ininterrompue contrairement à celle de l’Ouest, six autoroutes... “Les entreprises sont en prise directe avec toute la région, la France et l’Europe”, analyse FrançoisXavier Deflou qui met également en Le 1er bâtiment d'un ensemble innovant de trois immeubles de bureaux HQE aux facades de bambous à Sénart. avant le réseau haut débit déployé sur l’ensemble du département – une première – et connecté à toutes les zones d’activités économiques seine-et-marnaises. La rentabilité des investissements, enfin, est un gage de sécurité pour les opérateurs. Les programmes développés en Seine-et-Marne affichent d’excellentes performances, supérieures à celles de Paris intra-muros. Séverine Chance cite l’exemple de Prologis qui, pourtant fort d’un parc logistique de 670 000 m² sur le département, n’a plus guère que 5 000 m² à proposer. La remarque vaut aussi pour Euro Disney à Val d’Europe (cf. page 9). Tous les voyants sont donc au vert pour un territoire qui, pour autant, n’entend pas relâcher son effort. “L’étude d’IPD confirme que le développement durable devient un critère de choix incontournable pour les investisseurs et les entreprises. Nous y travaillons avec nos différents territoires qui ont bien pris la mesure de l’enjeu. Les efforts consentis, par exemple, à Sénart ou Val d’Europe pour aménager des espaces équilibrés et mixant les différentes fonctions montrent qu’une nouvelle génération de territoires durables est en train de naître en Seine-et-Marne”.

LES CHIFFRES CLéS DE L’IMMOBILIER D’ENTREPRISES EN SEINE-ET-MARNE •La Seine-et-Marne possède la 1ère offre foncière d’île-de-France avec un stock d’environ 900 ha à commercialiser – soit plus de 42 % des surfaces disponibles régionales. (Source IAU) • 750 000 m² de programmes immobiliers sont actuellement en cours. • Plusieurs rééquilibrages s’opèrent sur le marché des transactions dans l’immobilier d’entreprises. Rééquilibrage géographique : en 2010, le Grand Ouest du département représentait 81 % des transactions contre 99 % un an plus tôt. Sénart Melun (29 %) réduit son écart sur Marne-la-Vallée. Rééquilibrage de l’offre : la part du neuf passe de 17 % à 29 %. (Source : OBIE 77, analyse de 891 736 m² de surfaces commercialisées en 2010)

• En Seine-et-Marne, les entreprises bénéficient de loyers très attractifs. Le m² de bureau se loue en moyenne 91 € par an, contre 243 € ailleurs en Île-de-France hors Paris. La remarque vaut aussi pour les locaux industriels (62 € / 99 €) et les locaux commerciaux (170 € / 216 €). (Source IPD 2010)

• La rentabilité des investissements n’en est pas affectée pour autant. Le rendement global des actifs tertiaires seine-et-marnais se montait à 10,4 % en 2010, soit un point de plus qu’ailleurs en île-de-France hors Paris (9,3 %). La performance est particulièrement significative pour les bureaux (14,3 %) et les locaux commerciaux (12,1 %). (Source IPD 2010) • Le département se situe au 1er rang français pour la création d’emplois (+ 1,19 % contre 0,29 % en moyenne en France) et au 2e rang francilien pour la création d’entreprises (+ 18 %). Il affiche un fort dynamisme économique avec un indice de 2.3 : pour une entreprise qui disparaît... deux sont créées.

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2011 — 09

interview

“Le foncier immédiatement disponible est très recherché.” Franck Bouchaud Directeur du Développement économique et de l’emploi à la Communauté d’agglomération Marne et Chantereine

Comment jugez-vous la situation actuelle du marché de l’immobilier d’entreprise sur votre territoire ? F. B. : Globalement, nous sommes plutôt satisfaits. Malgré la crise, nous tirons notre épingle du jeu grâce à nos atouts : un foncier en développement, notre proximité de la 1ère couronne, un environnement de qualité et des dessertes performantes. J’en veux pour preuve les trois implantations d’entreprises décidées ces derniers mois sur deux de nos parcs d’activités. Quelle est votre offre immédiatement disponible à ce jour ? F. B. : Concernant le foncier, les deux parcs de la Tuilerie et de la Madeleine affichent quasiment complets. En termes de bureaux, il nous reste 3 000 m². Pour les locaux d’activité, nous avons un stock de 6 000 m², ce qui correspond à un semestre de commercialisation. Sur quels nouveaux programmes travaillez-vous ? F. B. : Nous lançons quatre nouveaux parcs d’activités pour un total d’environ 75 ha. Trois d’entre eux sont des opérations de reconversion sur des terrains libérés par EDF (Vaires-sur-Marne, 22 ha), la SNCF et RFF (Sud Triage à Chelles, 21 ha) et le CEA (Courtry, 18 ha). Cela représente plusieurs millions d’euros d’investissement engagés dans une logique d’aménagement de notre territoire et de participation au développement économique de la Seine-et-Marne.

Le Chilpéric à Chelles.

DEMANDEZ LES PROGRAMMES ! En Seine-et-Marne, les collectivités accélèrent la cadence et multiplient les lieux d’accueil dédiés aux investisseurs et aux entreprises. Partout, l’équation gagnante est la même : une offre de qualité fondée sur un environnement protégé, mixant les fonctions, des infrastructures performantes connectées sur Paris et l’étranger et, pour couronner le tout, des tarifs attractifs.

S 

’il fallait présenter tous les programmes immobiliers d’entreprises en cours ou à venir en tous les points du département... la totalité de ce numéro de Trajectoires n’y suffirait pas ! Les collectivités et les aménageurs ont entendu 5 sur 5 (voire 7 sur 7 !) le message des investisseurs et des entreprises qui ont fait du 77 un de leurs tous premiers choix d’implantations en île-de-France. Aussi mettent-ils actuellement les bouchées doubles pour mettre leur offre en adéquation avec la demande. “On sent clairement un attrait renouvelé dans le secteur du bureau, observe Alexandre Chirier, Directeur du Développement et du Marketing à EPAMARNE. Certains groupes ont la volonté de maintenir leur état major à Paris intra muros et de délocaliser le reste de leurs équipes dans un environnement de qualité, dynamique et offrant des dessertes performantes. C’est typiquement le cas de Val d’Europe, entraîné par Euro Disney (cf. notre encadré) ou de la Cité Descartes, au cœur du Cluster de la ville durable.” Un quartier d’affaires à la Gare de Melun Même son de cloche à Melun où un quartier d’affaires (55 000 m²) va être construit autour de la gare et connecté à un pôle d’échanges multimodal. “La Communauté d’agglomération de Melun Val de Seine veut pouvoir répondre à toutes les demandes, résume sa Directrice générale adjointe, Geneviève Varoqui. Nous ouvrons donc un parc d’activités de 3 ha à Saint-Germain-Laxis tout en étudiant l’opportunité de créer à Vaux-le-Pénil, une pépinière/hôtel d’entreprises et un immeuble dédié aux artisans.” Au Nord du département, c’est évidemment l’aéroport Paris Charles de Gaulle qui sert de locomotive, avec la création ou

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

l’extension de plusieurs parcs d’activités. à dix minutes de la plateforme aéroportuaire, sur le Parc d’activités de la Goële, Goodman a acquis 33 ha et prévoit de réaliser 140 000 m² de plateformes logistiques et d’activités, tandis que Rhéa va développer 70 ha mixtes (logistique, activité, commerces, hôtels, restauration). + d’infos : www.seine-et-marne.fr

Euro Disney met le turbo Quand il fêtera son 20e anniversaire, en 2012, Euro Disney pourra célébrer une double réussite. Celle du succès de ses parcs, bien sûr, avec quelque 15 millions de visiteurs annuels et 55 000 créations d’emplois. Mais aussi celle, moins visible mais tout aussi impressionnante, de son parc immobilier d’entreprises. Lancée en 2002, la stratégie du groupe s’est développée dans le centre de Val d’Europe et sur le Parc d’entreprises Paris Val d’Europe. En 10 ans, 138 000 m² de bureaux et de locaux d’activités sont déjà sortis de terre. Les excellents taux d’occupations obtenus (100 % dans le Parc et 96 % en ville) incitent le groupe à accélérer la cadence. “à échéance 2025, nous prévoyons la création de 820 000 m² supplémentaires”, annonce Christophe Giral, Directeur Immobilier - Euro Disney Associés S.C.A. Trois programmes sont en cours dans le centre urbain pour un total de 40 000 m² et le développement du Parc d’entreprises ne faiblit pas. Début 2012, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Seine-etMarne y installera 200 salariés sur 5 000 m². Nous ciblons les grands comptes auxquels nous proposons notre nouvelle solution : le Business Village, détaille Christophe Giral. “C’est pour eux l’opportunité de s’implanter dans des locaux qui leur ressemblent, offrant une flexibilité d’usage conjuguant travail et plaisir dans un environnement durable et animé.”


interview

DOSSIER

Grégory Vix Directeur commercial d’ALSEI Animateur de la commission “Locaux d’activités” au sein de l’OBIE 77

L'espace Seine-et-Marne au SIMI 2010.

LA SEINE-ET-MARNE JOUE COLLECTIF En première ligne pour accueillir les investisseurs et les entreprises souhaitant miser sur le département, Seine-et-Marne Développement s’est dotée d’outils performants et joue la carte du partenariat entre tous ses territoires.

D 

u 30 novembre au 2 décembre, au Simi, le Salon de l’immobilier d’entreprise (Paris), Seine-et-Marne Développement fera stand commun avec une dizaine de partenaires locaux (1). Objectif : valoriser les territoires et le dynamisme économique du département et faire découvrir aux investisseurs et aux entreprises en quête d’implantation une offre riche et diversifiée. “Inciter et aider des entreprises à s’implanter en Seine-et-Marne constitue notre cœur de métier, avant d’accompagner leur développement à l’international ou leur diversification, explique François-Xavier Deflou, le Directeur de l’agence économique. Nous avons beaucoup travaillé à notre attractivité, par exemple en entendant le message des opérateurs qui

BOUGI : L’OFFRE EN TEMPS RéEL SUR WWW.IMPLANTATION77.COM BOUGI, la Bourse de gestion immobilière créée par Seine-et-Marne Développement en partenariat avec 20 opérateurs et 16 collectivités, permet à toute entreprise désireuse de venir s’implanter dans le département de connaître en temps réel, 7 jours sur 7, l’offre disponible qui correspond à ses besoins. La base de données (www.implantation77.com) comprend déjà un millier de fiches réparties entre locaux d’activités (350), bureaux (307), entrepôts (249), terrains (116), centres d’affaires (9) ou pépinières (4). Fin 2012, elle donnera également accès à la carte des zones d’activités. La formule a visiblement séduit les candidats à l’implantation puisque BOUGI a enregistré 3 902 consultations, générant 186 demandes de contact, pour le seul 1er semestre 2011.

nous demandaient d’offrir une vision globale de l’offre sur notre territoire. La création de l’observatoire de l’immobilier d’entreprise et d’une bourse de gestion immobilière (cf. notre encadré) sont des réponses très concrètes”. Ces deux nouveaux outils facilitent la rencontre de l’offre et de la demande en indiquant, par secteur géographique, les mises sur le marché ou les stocks disponibles. Animé par Corinne RetaudBianchini (CCI 77), l’atelier “Immobilier commercial” va s’attacher, de façon partenariale, à mieux connaître la situation en centre-ville pour travailler en amont et, par exemple, faciliter les transmissions. “La CCI a déjà créé deux observatoires locaux à Montereau-Fault-Yonne et Fontainebleau. Deux autres suivront rapidement à Melun et Nemours”. 52 implantations accompagnées en 2010 Toutes les informations collectées par l’OBIE 77 alimentent les 5 chargés de mission de Seine-etMarne Développement qui se tiennent à la disposition des entreprises. En Seine-et-Marne, attractivité rime avec réactivité. “Notre intervention va bien au-delà de la simple présentation de terrains ou de locaux, détaille Lydie Benko, la responsable du service. Pour une entreprise étrangère désirant prendre pied en Île-de-France, cela peut aussi se traduire par un accompagnement dans les procédures administratives, l’aide au recrutement du dirigeant ou la présentation du territoire aux salariés.” Cet investissement porte ses fruits. En 2010, il a permis l’installation de 52 nouvelles entreprises (888 en 10 ans) et la création de 758 emplois sur 87 000 m². Ces dix dernières années, 19 350 emplois ont ainsi été créés ou maintenus, principalement dans les services à l’industrie (46 %), l’industrie (29 %) et la logistique (10 %). Aménagement 77, Hubstart Paris, Communauté d’Agglomération du Pays de Meaux, San du Val Maubuée, ville de Bussy-Saint-Georges, Communauté de Communes Brie des Templiers, Communauté de Communes de la Goële et du Multien, le San de Sénart et Seine-et-Marne Tourisme.

(1)

Quel bilan tirez-vous après 18 mois de fonctionnement de l’Observatoire Immobilier des entreprises de la Seine-et-Marne ? G.V. : La mise en place de L’OBIE en Seineet-Marne, a permis de fédérer collectivités locales, aménageurs, promoteurs, constructeurs et conseils en immobilier pour partager dorénavant leurs connaissances et leurs expériences de terrain afin de renforcer l’attractivité du département. Il en résulte pour chacun une meilleure connaissance du marché d’immobilier d’entreprise.

“L’observatoire est un réel atout pour mieux cerner les attentes des investisseurs et leur apporter des réponses concrètes.” Concrètement, comment travaillez-vous ? G.V. : Nous nous réunissons tous les trois ou quatre mois pour faire le point, voir les réussites et les échecs et en tirer les conséquences. à cette occasion, nous nous informons aussi sur l’environnement des entreprises, les “plus” qui peuvent faire pencher favorablement le choix d’un lieu d’implantation. Je pense par exemple au réseau Haut Débit ou au lancement du TZen. Quelles marges de progrès identifiezvous pour la Seine-et-Marne ? G.V. : Le département possède une belle offre immobilière et des infrastructures qu’il doit encore développer et valoriser. L’environnement, que j’évoquais précédemment, est primordial. Une société étrangère motivait récemment son choix d’implantation en évoquant la proximité du RER, de l’aéroport d’Orly et d’un hôtel de standing. Tous les détails comptent y compris la fiscalité, sur laquelle des disparités subsistent encore en Seine-etMarne.

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2011 — 11

enjeux

Avec ou sans le bac, les portes sont nombreuses. C'est ce que nous nous appliquons à prouver au quotidien. Laure Beauvilliers, Directrice de centre Marne-la-vallée et melun-Sénart

matière grise

Le Cnam à Melun : un accélérateur de carrière Depuis la rentrée, le Cnam s’est installé dans les locaux du lycée Saint-Aspais de Melun et propose des cours du soir. Économie, gestion, communication, droit, management, informatique ou encore ingénierie mathématique, le centre délivre des certifications et des diplômes de niveau bac à bac +4.

L 

orsque les gens poussent notre porte, ils sont toujours un peu déboussolés.” Laure Beauvilliers dirige le centre seine-et-marnais du Cnam, anciennement situé à Savigny-le-Temple et installé depuis la rentrée dans les locaux du lycée SaintAspais de Melun. Cnam, pour Conservatoire national des arts et métiers. “On est très connu mais on regroupe tellement de choses, c’est difficile de faire un choix parmi toutes nos formations.” Le centre de Melun propose ainsi des formations dans dix domaines : communication-langues étrangères, comptabilité-contrôle audit, culture-information-technique et société, économie-finance, management, informatique ou encore ingénierie mathématique. Dédramatiser le retour sur les bancs de l’école Mais la richesse de l’offre n’est pas seule en cause dans ces hésitations. L’enseignement du Cnam s’adresse à des personnes qui ont quitté l’école depuis parfois dix, quinze, vingt ans ou plus et appréhendent d’y retourner. Aussi, au Cnam, on ne dit pas “étudiant” mais “auditeur”, un vocabulaire tout sauf anodin. “Notre public est constitué d’adultes, d’où le terme “auditeurs”, explique Laure Beauvilliers. Nous ne pouvons pas proposer un enseignement scolaire, et notre rôle est de dédramatiser le fait de repartir sur les bancs de l’école.” Avec son équipe pédagogique, Laure Beauvilliers reçoit en entretien chacune des personnes qui souhaite s’inscrire à une formation et rassure sur l’accessibilité des diplômes.

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

La licence économie/ gestion : la plus plébiscitée Les “auditeurs“ déjà titulaires d’un bac +2 disposent d’un accès direct en troisième année avec seulement 5 modules et un niveau d’anglais à valider. Les spécialisations, au nombre de 3, comportent chacune 2 cours annuels : • Gestion de l’entreprise : finance d’entreprise et action commerciale internationale. • Commerce international : action commerciale internationale et géographie / économie du commerce international. • Finance : finance d’entreprise, gestion politique et financière puis finance d’entreprise, comptabilité financière et outils mathématiques.

Des diplômes accessibles à tous Car la crise amène des professionnels qui veulent retrouver un nouveau souffle et enrichir leur CV mais n’ont pas forcément la possibilité de faire de longues études, complexes et contraignantes. “Beaucoup de gens pensent que le Cnam est très élitiste, regrette Laure Beauvilliers. Traditionnellement on connait nos ingénieurs, nos diplômes finaux bac +4, mais on connaît moins notre formation initiale.” Le centre de Melun propose ainsi des licences et des masters généraux de type universitaire mais également des certificats de compétence accessibles à niveau bac. “Le but est de toucher toutes les populations”, insiste Laure Beauvilliers. Un certificat professionnel – la formation la plus courte – peut se préparer en un an, à raison de trois fois trois heures par semaine ou en un an et demi si le rythme est trop soutenu. Les cours du soir, souvent suivis après une longue journée de travail, prennent en compte les contraintes de fatigue et de stress. “Il faut que ce soit une bouffée d’air frais plutôt qu’une contrainte, tout en étant efficace.” Un enseignement orienté vers l’entreprise Les savoirs sont constamment mis en relation avec l’expérience des auditeurs par des enseignants passés à la fois par l’université et par le monde de l’entreprise : “Il s’agit de mettre en forme des choses qu’ils ont déjà travaillées, de mettre en exergue des savoirs qui sont cachés par l’expérience.” Car la mission de départ du Cnam est la promotion sociale. Et les tarifs pratiqués, particulièrement peu élevés, sont à l’image de cette ouverture. “Avec ou sans le bac, les portes sont nombreuses, conclut Laure Beauvilliers. C’est ce que nous nous appliquons à prouver au quotidien !” www.cnam-melunsenart.fr


enjeux

Quartier d’affaires

LE PARC DE GERMENOY JOUE LA CARTE DE LA PROXIMITÉ J’ai choisi de me positionner sur la niche des petits programmes à l’achat, en seconde couronne de la région parisienne.

En chiffres… • 3 immeubles R+1 indépendants de 727 m² Shon (bâtiment A et B) et 428 m² (bâtiment C) en R+1 sur une parcelle de 0,5 ha en phase 1

Thomas Watel, promoteur du Parc de Germenoy

À Vaux-le-Pénil – Melun Val de Seine, un secteur de la Seine-et-Marne en plein essor économique et démographique, le premier programme évolutif et attractif de Watel AM ne devrait pas manquer de séduire les PME locales désireuses d’acquérir leurs locaux.

P

our sa première opération depuis la création de Watel AM, Thomas Watel a misé sur la Seineet-Marne et sur un programme d’une taille volontairement raisonnable. Ce professionnel aguerri, qui a déjà une trentaine d’années à son actif dans l’immobilier d’entreprise (Auguste Thouard, Windsor, SEFRI-CIME), a soigneusement étudié un projet qu’il veut exemplaire et attractif. Son choix s’est porté sur une parcelle de 5 000 m² (avec option d’achat pour une extension) stratégiquement située dans le nouveau parc d’activités de la Croix Saint-Bernard, à l’entrée de Vaux-le-Pénil. “Le Parc de Germenoy jouxtera la zone industrielle de Melun/Vaux-le-Pénil qui accueille déjà 250 entreprises et 7 000 emplois.” Ces deux entités, auxquelles s’ajoute le Tertre Cherisy dédié à la logistique, forment dorénavant ensemble le Parc d’activités Vauxle-Pénil/Melun Val de Seine, impulsé par la Communauté d’agglomération Melun Val de Seine. “Des travaux importants de réaménagement des voies et des espaces urbains y ont été engagés et la création d’un pôle de services comme d’un plan de déplacements inter-entreprises sont à l’étude”, se réjouit le promoteur, qui y voit les preuves d’un dynamisme bien réel. Les chiffres lui donnent raison : Vauxle-Pénil figure en bonne place dans le top 20 des communes françaises (hors villes nouvelles) ayant connu la plus forte croissance démographique ces trente dernières années. Sa population, qui a augmenté de 157 % en ce laps de temps, dépasse aujourd’hui les 12 000 habitants. Fort de tous ces signes encourageants, Thomas Watel a imaginé un programme évolutif. La première phase comprend trois immeubles en R+1 pour un total de quelque

1 900 m² modulables. “Suivant les demandes, je peux vendre jusqu’à 14 lots, à partir de 95 m2. Pour satisfaire une demande de proximité, ils sont voués à devenir des bureaux et des locaux d’activités”. Le Parc de Germenoy ne devrait effectivement pas manquer d’intéresser PME, cabinets d’expertise comptable, sociétés de services ou organismes de formation dans un secteur de la Seine-et-Marne en pleine croissance. Si Thomas Watel a choisi de pratiquer des prix raisonnables, pour ces locaux commercialisés en vente en l’état futur d’achèvement (VEFA), le programme n’en est pas moins très qualitatif. “Ses mots-clés : la flexibilité et l’indépendance, la qualité architecturale et la qualité environnementale”, résume-t-il. Côté flexibilité et indépendance, ces lots modulables sont conçus comme autant de “villas d’entreprise” pouvant répondre aux besoins les plus variés, bénéficiant de leurs accès propres (piétons et livraisons) et de leurs places de parking personnelles. La configuration des plateaux sans poteau offre en outre une grande souplesse d’aménagement. La qualité architecturale est tout aussi visible, avec l’utilisation de matériaux pérennes (bois, brique, verre) et la recherche d’une esthétique originale se démarquant des traditionnelles “boîtes” en bardage métallique. Enfin, le promoteur n’a pas économisé sur les futures performances environnementales des immeubles, en se calant sur la réglementation thermique 2012, notamment via l’isolation extérieure ou l’éclairage économique renforcé par de larges surfaces vitrées ouvertes sur un environnement soigné. Autant d’atouts qui laissent espérer à Thomas Watel une commercialisation relativement rapide des trois bâtiments de la phase 1 et, pourquoi pas, le lancement de la phase 2 dans la foulée sur la parcelle mitoyenne. l.benko@smd77.com

• 1 à 5 lots modulables pour les bâtiments A et B, 1 à 4 lots modulables pour le bâtiment C, à partir de 95 m² • 1 550 à 1 950 € HT le m² en fonction de la nature et de l’état de finition des locaux • 3,5 M€ d’investissement pour la phase 1 • À 2 km du centre de Melun • À 10 minutes de la gare SNCF/RER de Melun, desservie par 3 lignes d’autobus depuis le Parc d’activités • À 30 minutes de la Gare de Lyon en TER depuis la gare de Melun • À 5 minutes de l’A5 (raccordement à l’A104 et à l’A6) • À 30 minutes de l’aéroport d’Orly et à 1 heure de ParisCDG

… et En dates Juillet 2011

Dépôt du permis de construire Octobre 2011

Lancement de la commercialisation Mars 2012

Lancement du chantier de la phase 1 Fin 2012

Livraison de 1 ou 2 bâtiments

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


enjeux

trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2011 — 13

À LA CARTE

Paris CDG

Saint-Soupplets

Le Mesnil-Amelot

Poincy

Compans

MEAUX

Mitry-Mory

Quincy-Voisins

Réseau Sem@for77

Saint-Thibault-des-Vignes Bailly-Romainvilliers

TORCY Émerainville

1 THD ZONE 2011

Chessy

2 THD ZONES 2011

Bussy-St-Georges

3 THD ZONES 2011

Collégien Croissy-Beaubourg

Chevry-Cossigny

Châtres

Brie-Comte-Robert

BaillyRomainvilliers

Croissy-Beaubourg

Emerainville

A  rlington Business Park

Brie-Comte-Robert

ZI de la croix blanche • PA Tuboeuf

La Chapelle-laReine

Bussy-St-Georges

Orly

Lieusaint

Combs-la-Ville

Savigny-le-Temple

Moissy-Cramayel

MELUN

Réau Vert-Saint-Denis

FONTAINEBLEAU

Pariest

Val Bréon

Chevry-Cossigny Zone artisanale

ZAC Chapelle-la-Reine

Le Mesnil-Amelot

Gustave Eiffel

Châtres •

Polyparc

Place de la Gué

Lieusaint PROVINS

•P  arc d’activités PROVINS

du Levant

Nemours •

Rocher Vert

Poincy •

Poincy

Quincy-Voisins •

La Bonne Rencontre

Réau •

Villaroche

Saint-Soupplets •

Cinq Septembre

• ZA Sauvoy

Savigny-le-Temple

• L'Orée-de-Chevry

Meaux

• ZI ancienne

• ZI Nord

Collégien

• Les platanes

 t-Thibault-desS Vignes

Mitry-Mory

Vert-St-Denis

Combs-la-Ville

ZA de Mitry-Mory • ZAC de la Vilette

• Parisud

Moissy-Cramayel

Compans

L  es Portes de la Forêt

PA de la Feuchère • Parc de Compans •

PA de Savigny

Esplanade PA Vert-St-Denis

Chanteloup

• ZI Moissy-Cramayel • Zone artisanale

FONTAINEBLEAU La-Chapelle-la-Reine

Nemours

HAUT DÉBIT : LA SEINE-ET-MARNE MISE SUR LES THD ZONES La Seine-et-Marne et son délégataire Sem@for77 poursuivent le développement du réseau haut débit départemental en raccordant les entreprises à des tarifs plus avantageux. 216 zones d’activités économiques seine-et-marnaises bénéficient à ce jour d’un raccordement en fibre optique au réseau haut débit départemental. En 2010, un million d’euros environ a été investi par Sem@for77, “l’opérateur d’opérateurs” délégataire du Conseil général, pour équiper 33 nouvelles zones et faire bénéficier leurs entreprises résidentes de l’offre THD Zone. Ce tarif préférentiel comprend, pour l’entreprise, le raccordement en limite de propriété pour 500 €, soit une économie de plus de 1 000 €, et l’installation jusqu’au local télécom (sur devis auparavant). Libre à elle, ensuite, de choisir son fournisseur d’accès Internet, parmi la quinzaine d’opérateurs professionnels

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

partenaires de Sem@for77. En 2012, le Département poursuivra dans cette voie en rendant éligibles à cette offre une vingtaine de zones d’activités économiques supplémentaires. L’investissement (1 M€) sera financé par Sem@for77 (50 %), le Département (25 %) et la Région Île-de-France (25 %). Ce programme participe de l’extension permanente du réseau. Réseau qui, au rythme de 70 km supplémentaires par an en 2010 et 2011, dépasse aujourd’hui les 1 300 km. + d'infos : www.semafor77.fr


success stories

Maintenir notre activité à l’identique, c’était un combat commercial perdu d’avance. Pour continuer d’exister, il a fallu nous réinventer. Nathalie Bonny, directrice marketing et commerciale.

BONNY PARIS à Gretz-Armainvilliers

le back office de la gastronomie parisienne Depuis trois générations, la famille Bonny est spécialiste de la charcuterie embossée (les produits sous boyau, tels que les saucisses et le boudin). Aujourd’hui, avec un mode de cuisson innovant emprunté à la gastronomie, elle réinvente son activité et conquiert de nouveaux marchés.

à 

l’origine de l’entreprise Bonny, spécialiste des produits embossés haut-de-gamme, un simple atelier de charcutier, celui d’André Bonny, ouvert en 1934 à Saint-Maur-des-Fossés. Dans les années 70, le marché de Rungis connaît un formidable essor. L’atelier Bonny, devenu entreprise Bonny, saisit alors sa chance en devenant fournisseur des négociants de Rungis, passant de la vente de détail à l’activité demigros et déménageant en 1980 son activité dans des locaux plus vastes, en Seine-et-Marne. Après plusieurs virages (l’introduction en grandes et moyennes surfaces, la collaboration avec l’industrie de l’agroalimentaire…), l’entreprise traverse une zone de turbulences : la période est chahutée par la crise, le métier très concurrencé et les modes de consommation changent sans cesse. “Continuer notre activité à l’identique, c’était un combat commercial perdu d’avance” explique Nathalie Bonny, venue travailler aux côtés de son père depuis 1995. Après des études commerciales et marketing, la jeune femme se penche donc sur les nouvelles attentes du marché : la nutrition santé, le produit vrai, la traçabilité et l’innovation… Ensemble, ils mettent en place la cuisson lente à basse température à partir de viandes sélectionnées et de morceaux choisis de volaille, veau, agneau, bœuf et porc. Emprunté à la cuisine gastronomique, ce process garantit une durée de conservation longue, sans ajout d’additifs, ni de conservateurs et avec peu de sel, tout en conservant des qualités organoleptiques intactes. En 2010, l’entreprise Bonny devient Bonny Paris et se fixe pour cible la restauration gastronomique.

BONNY PARIS c’est quoi ? • Un CA de 11,2 millions d’euros • Une croissance de 5 % du CA entre 2010 et 2011 • 6500 m² d’atelier • 65 salariés

les dateS 1934

André Bonny ouvre un atelier de charcutier à Saint-Maur-des-Fossés 1967

Gérard Bonny crée une SA et passe en activité gros demi-gros 1980

Déménagement à Gretz-Armainvilliers 1995

Nathalie Bonny rejoint l’entreprise 2009

L’entreprise Bonny rebaptisée Bonny Paris. Cuisson lente basse température.

Nathalie Bonny, Directrice Marketing et Commerciale.

“J’arrivais dans les cuisines des grands restaurants avec mes produits, ma poêle et ma plaque et je faisais ma démonstration” se souvient Nathalie Bonny. La viande goûteuse, fondante et prête à l’emploi, n’a plus besoin que d’être très brièvement poêlée. Un temps gagné précieux pour des restaurants qui, soucieux de maîtriser leurs coûts, réduisent au minimum la superficie des cuisines et le nombre de personnes aux fourneaux. “On a créé notre entreprise pour devenir l’atelier culinaire au service de la restauration parisienne, une sorte de back office aux portes de la capitale” explique Nathalie Bonny qui, à l’heure où son père s’apprête à lui confier les rênes de la société, récolte les premiers bénéfices de son audacieuse stratégie. Deux ans après leur lancement, les viandes cuites lentement à basse température, représentent en effet 50 % de son activité (la charcuterie haut de gamme représentant les 50 % restants) et sont achetées aussi bien par la restauration gastronomique que la restauration commerciale (les chaînes de restaurant), les charcutiers bouchers traiteurs et l’industrie. Déjà, Nathalie Bonny vise l’export, en prospectant l’Europe du Nord. “Ce sont de gros mangeurs de viande. Ils vont aimer nos produits !” www.bonnyparis.fr

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne


trajectoires NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2011 — 15

success stories

SAS est 100 % privée, détenue par son seul fondateur, ce qui lui permet de ne pas être soumise aux aléas et aux exigences de la Bourse. Édouard Fourcade, Directeur Général de SAS France.

SAS France à évry-Grégy-sur-Yerres

Un leader mondial du progiciel Installée sur le domaine de Grégy à Evry-Grégysur-Yerres, la filiale française de SAS, numéro un mondial du logiciel d’aide à la décision. Marketing ciblé, calcul de risque, traitement statistique, analyse de données… ses solutions sont présentes dans toutes les entreprises et les administrations.

U

n château précédé d’une vaste fontaine, un parc de 25 hectares, une serre, une orangerie… le domaine de Grégy a des allures d’hôtellerie quatre étoiles. Mais ne cherchez pas la réception : le site héberge le siège de SAS France, filiale française du groupe SAS, une multinationale américaine spécialisée dans le logiciel d’aide à la décision.“Dans la plupart des pays, plutôt que de nous installer dans des centres industriels ou d’affaires, nous investissons des lieux d’exception” explique édouard Fourcade, directeur général de SAS France. “L’entreprise s’est construite sur des valeurs humaines extrêmement fortes. Il faut dire qu’elle est 100 % privée, détenue par son seul fondateur, ce qui lui permet de ne pas être soumise aux aléas ni aux exigences de la Bourse”. SAS France s’est ainsi vu décerner les labels Top Employeurs et Best Workplaces qui distinguent la qualité des politiques de ressources humaines et le bien-être des salariés. Le confort et la quiétude des équipes comme recette du succès ? Ses 12 000 salariés dans le monde, sa présence dans 119 pays et ses 2,43 milliards de dollars de chiffre d’affaires sont en tout cas à verser au dossier.

SAS et SAS France c’est quoi ? SAS

• Société 100 % privée (détenue par son fondateur Jim Goodnight) • 12 000 salariés dans le monde • Présence dans 119 pays • 2,43 milliards de chiffre d’affaires

SAS fRANCE

• 300 collaborateurs en France • Un siège social installé sur un parc de 25 hectares en Seine-et-Marne

Les dates 1976

Création de SAS par Jim Goodnight 1983

à l’origine de cet empire, Dr Jim Goodnight, un universitaire de Caroline du Nord, spécialiste des statistiques. “Il concevait des modèles mathématiques pour couvrir les besoins du ministère de l’agriculture” retrace édouard Fourcade. Lancée en 1976, son entreprise se met à développer une grande diversité de logiciels qui ont tous pour point trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

Création de SAS France 1991

Installation du siège social de SAS France sur le domaine de Grégy.

Édouard Fourcade, Directeur Général de SAS France.

commun de faire des analyses statistiques sur des volumes d’information très importants. Parallèlement, un marché se développe de façon spectaculaire, celui des logiciels d’aide à la prise de décision rapide au sein des entreprises. Marché dont, très vite, SAS devient le leader. “Quand vous êtes, par exemple, une entreprise de télécom ou une banque et que vous avez une dizaine de millions de clients” explique édouard Fourcade, “arriver à trouver comment cibler de façon fine une clientèle précise sans l’irriter, c’est un enjeu considérable... qui demande des calculs phénoménaux”. Autres exemples d’usage des logiciels SAS, la détection des fraudes à l’assurance et à la carte bancaire, le calcul de risque financier, l’analyse des réseaux sociaux, l’élaboration et l’analyse de statistiques. “à l’Insee, ce sont près de 2000 personnes qui font du SAS du matin au soir” affirme édouard Fourcade, “sans compter la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, le ministère des Finances et une foule d’autres administrations”. Une belle réussite qui vient encore confirmer le credo du fondateur de SAS, Jim Goodnight : plus les salariés sont épanouis, plus les résultats sont bons ! www.sas.com/france


77 c’est eux

Damien Roucou

Fondateur d’Erdenet à Champs-sur-Marne

77 c’est eux, c’est une collection de portraits renouvelée à chaque parution. Des acteurs économiques de tous horizons, public comme privé, jeunes et moins jeunes, artisans locaux, entrepreneurs internationaux… tous unis par leur confiance dans l’avenir de la Seine-et-Marne.

Dominique Lannes (Miss Loulou)

Jean-Gabriel Estève

PDG de MADEAconcept à Limoges Fourches

Nous avons lancé Be-Learner.com, une plateforme éducative pour les collèges qui propose des vidéos d’apprentissage interactives et personnalisables.

Fondatrice de Boulevard Lannes Compagny à Saint-Augustin

Anne-Sophie Peron

Jean-Philippe Pelletier

Nicole Lecureux

Nous avons notamment lancé une étude du tissu commercial et artisanal afin d’évaluer les besoins et de mettre au point une stratégie pour le redynamiser.

Retransmissions en direct, films promotionnels, thermographie des villes… notre métier couvre tout ce qui est prise de vue et détection par avion et hélicoptère.

Notre métier : préconiser, commercialiser et développer la communication au travers d’espaces publicitaires dans la presse hebdomadaire régionale.

Thierry Ballard

Gaëlle Marceau

Arnaud Alacir

Nous nous attachons à révéler le potentiel des entreprises, à décliner leurs stratégies dans les agencements, les aménagements intérieurs et la décoration.

Nous octroyons des prêts d’honneur à 0 % aux créateurs ou repreneurs d’entreprise. En 2010, 61 prêts ont ainsi été accordés pour un total de 548 500 euros.

Agent de développement économique et touristique de la Communauté de Communes Gâtinais-Val de Loing

Gérant de Ballard Conseil à Combs-la-Ville Loin d’être de simples intermédiaires, nous réalisons nous-mêmes le marquage de nos objets publicitaires et en fabriquons certains, ce qui nous rend particulièrement réactifs.

Arts du clown contemporain, illusion, musique, objets… nos créations, à la fois simples et novatrices, s’adressent à tous, adultes comme enfants.

Directeur d’Aero-Sotravia, aérodrome de Melun-Villaroche

Dirigeante de Révélation Déco à Serris Val d’Europe

Nous fabriquons des structures pour la pratique du ski nautique ou du surf, en intérieur ou en extérieur, avec une volonté : démocratiser les sports de glisse.

Chef de publicité pour Hebdos communication à Melun

Président de Nord Seine-et-Marne Initiatives à Serris

Trajectoires est édité par Seine-et-Marne Développement, agence pour le développement économique du Conseil général de Seine-et-Marne Directeur de la publication Gérard Eude • Comité de rédaction François-Xavier Deflou, Dominique Marinov • Rédacteur en chef Patricia Montin • Journalistes Claire Judrin et Emmanuel de Lestrade • Réalisation agencebeaurepaire.com • Photos yannpiriou.com • Contact p.montin@smd77.com  • www.seine-et-marne-invest.com • Hôtel du Département 77010 Melun Cedex • Imprimeur Printed and Co 77500 Chelles • Imprimé sur du papier recyclé Cyclus couché print • N° ISSN 1958-8372.

trajectoires Entreprendre et réussir en Seine-et-Marne

TRAJECTOIRES N°23  

Magazine TRAJECTOIRES N°23

Advertisement