Issuu on Google+


Cher public actuel et futur, Les Saisons culturelles se suivent mais ne se ressemblent pas ! Chaque spectacle est une nouvelle rencontre : rencontre artistique, rencontre intellectuelle, rencontre humaine. Cette volonté commune de se frotter à l’inconnu nous permet de réinventer un dialogue avec nous-mêmes et avec les autres. Une nouveauté : les sujets présentés en conférence seront approfondis par des visites sur le terrain, en présence du conférencier. Une constante à notre action culturelle : le rythme très dense des manifestations, le même esprit, la même dynamique que les précédentes Saisons. Un atout : la complémentarité de notre programmation avec celle de nos partenaires : la Bibliothèque Municipale lors de ses p’tits déj’ dédicaces et ses apéros-lecture, la MJC et ses concerts de chanson française, Comparses & Sons et leurs concerts de musiques actuelles…

Une richesse : Venelles réunit ainsi des propositions culturelles particulièrement diversifiées. Elles sont décrites au fil des pages de cette plaquette pour vous guider dans le choix de vos spectacles. Des liens : nous poursuivons notre échange avec vous à travers la rubrique « Avis de l’équipe culture ». Ces avis vous font découvrir ce que nous avons aimé, les raisons qui nous ont incitées à choisir ces spectacles. Des rendez-vous réguliers, des rencontres à chaque fois différentes. Retrouvez-nous sur notre site, www.venelles.fr/culture. Alors, à très vite,

Anne Flore de Valence, Directrice des Affaires Culturelles L’équipe Venelles Culture :

Annick Osimani, Priscillia Diana, Fabien Morand Et l’équipe de choc des bénévoles : Arnaud, Etienne, Kathleen, Nicole, Romain, Thibault et tous les autres…


Chères Venelloises, chers Venellois, L’importance donnée à l’art et à la culture, à Venelles, traduit notre volonté de donner aux choses de l’esprit leur vraie place dans notre collectivité. Un enjeu fondamental de civilisation. « Le poète est un monde enfermé dans un homme » écrivait Victor Hugo. Les artistes nous donnent des pistes... à nous d’approfondir leurs investigations et leurs recherches. Notre large programmation, très variée, de qualité et orientée vers tous les publics, participe au rayonnement de notre village. C’est une réelle culture de proximité que mène le Service Municipal Venelles Culture, en collaboration étroite avec la Bibliothèque Municipale, les équipes enseignantes, la MJC et Comparses & Sons.

Jean-Pierre Saez

Rendre plus accessible la culture et partager de nouvelles expériences, c’est rapprocher les citoyens et renforcer la démocratie de partage ! Alors, bonne Saison culturelle à tous !

Jean-Pierre Babuleaud

Maire de Venelles Vice-Président de la Communauté du Pays d’Aix Délégué à l’environnement et au développement durable

Adjoint, délégué aux affaires scolaires et culturelles


Calendrier

6

Conférences et visites

68

Ouverture de Saison

10

Expositions

82

Théâtre

18

Bibliothèque

88

Jeune Public

96

Guide du Public

102

Musique

Service Culture Chanson française Musiques actuelles

42

58 66

P’tits déj’ dédicaces Apéros-lecture Heures du conte

90 92 94


CONCERT MJC OUVERTURE DE SAISON EXPOSITION INTERACTIVE P’TITS DeJ’ DÉDICACES

Vendredi 03 Sam 18 et dim 19 du 22/09 au 03/10 Samedi 25

p.60 p.10 p.84 p.90

Joyet et Miravette de concert - à 20h30, Salle des Fêtes Les Arts dans le Parc - Parc des sports Destination Tunisie - L’Omnibus, Voûte Chabaud Pierre Magnan - à 9h30, Bibliothèque

CONCERT MJC Samedi 02 CONFÉRENCE Jeudi 07 LECTURE-CONCERT MUSIQUE DE CHAMBRE CINÉ-CONCERT VISITE INSOLITE APÉROS-LECTURE

Vendredi 08 Dimanche 10 Vendredi 15 Samedi 16 Mardi 19

HEURE DU CONTE Mercredi 20 CONCERT C&S Samedi 23

p.60 Fred Bobin - à 20h30, Salle des Fêtes p.70 La difficile naissance de la Préhistoire au XIXe siècle par Raphaël Orgeolet - à 20h30, Salle des Fêtes p.20 Les dieux du stade - Cie La Naïve - à 20h30, Salle des Fêtes p.44 Agevole Trio - Piano-Violon-Violoncelle - à 17h, Église p.22 P’tit Ciné-concert 2 - Philharmonique de la Roquette - à 20h30, Salle des Fêtes p.71 Musée de Quinson - par Raphaël Orgeolet - départ à 13h30 p.92 Bibliothèque en fête - Au temps des Balkans - Cie Kta Imagin’airlines à 20h, Salle des Fêtes p.94 Escales en Russie - Sylvie Viéville - à 16h, Salle d’animation de la Bibliothèque p.66 Musiques actuelles - à 21h, Salle des Fêtes


CONFÉRENCE Jeudi 04 VISITE DÉCOUVERTE Samedi 06 CONCERT MJC THÉÂTRE MUSICAL CONCERT C&S EXPOSITION PHOTOS APÉROS-LECTURE HEURE DU CONTE P’TITS DeJ’ DÉDICACES MUSIQUE DU MONDE

Samedi 06 Vendredi 19 Samedi 20 du 20 au 28 Mardi 23 Mercredi 24 Samedi 27 Dimanche 28

EXPOSITION MARIONNETTES du 01 au 17 CONFÉRENCE Jeudi 02 THÉÂTRE D’OMBRES/MARIONNETTES Vendredi 10 MUSIQUE DU MONDE Dimanche 12

p.72 Archéologie à Marseille : la redécouverte progressive d’une cité grecque par Jean-Christophe Sourisseau - à 20h30, Salle des Fêtes p.73 Musée d’Histoire de Marseille et Jardin des Vestiges par Jean-Christophe Sourisseau - départ à 13h30 p.61 Evelyne Gallet - à 20h30, Salle des Fêtes p.24 Immenses et minuscules - Atelier du possible - à 20h30, Salle des Fêtes p.66 Musiques actuelles - à 21h, Salle des Fêtes p.85 Nomade’s land - Photographes d’Ailleurs et d’Ici, Voûte Chabaud p.92 À l’école du monde - Kristelle Savoye - à 20h, Bibliothèque p.94 Taptap le loup - Layla Darwiche - à 16h, Salle d’animation de la Bibliothèque p.90 Bernard Friot - à 9h30, Bibliothèque p.46 Concert De fiesta con Tchoune - à 17h, Voûte Chabaud

p.86 Théâtre d’ombres et Marionnettes d’Asie, Voûte Chabaud p.74 Épouses et courtisanes à la cour du Grand Moghol - par Yves Porter à 20h30, Salle des Fêtes p.26 La légende du Prince Rama - Cie L’ombre chinoise - à 20h30, Salle des Fêtes p.48 Musique des heures et des saisons - Duo Saaj - à 17h, Église


Samedi 08 Vendredi 14 Vendredi 21 Samedi 90 Samedi 22

p.61 p.50 p.28 p.90 p.66

Rémo Gary - à 20h30, Salle des Fêtes Vœux du Maire - Quintette à vent de Marseille & Big Band - 19h, Halle des Sports Cœur à prendre - Cocktail Théâtre/Edmonde Franchi - à 20h30, Salle des Fêtes Jean d’Aillon - à 9h30, Bibliothèque Musiques actuelles - à 21h, Salle des Fêtes

CONFÉRENCE THÉÂTRE/MAGIE CONCERT MJC HEURE DU CONTE THÉÂTRE CLASSIQUE MUSIQUE BAROQUE CONCERT C&S

Jeudi 03 Vendredi 04 Samedi 05 Mercredi 09 Vendredi 11 Dimanche 13 Samedi 19

p.75 p.30 p.62 p.94 p.32 p.52 p.66

La curiosité et le goût pour l’Antique à la Renaissance - M. Vasselin - 20h30, S. des Fêtes Concert insolite - Cie Jour de Rêve - à 20h30, Salle des Fêtes Entre 2 Caisses - à 20h30, Salle des Fêtes Mmm ! Petits contes à croquer - Julien Labouche - à 16h, Salle d’animation de la Bibliothèque La disgrâce de Jean-Sébastien Bach - Cie Serge Barbuscia - à 20h30, Salle des Fêtes Récital de lieder et piano-forte - N. Cherachova, M. Zanetti - à 17h, Église Musiques actuelles - à 21h, Salle des Fêtes

APÉRO-LECTURE HEURE DU CONTE CONFÉRENCE THÉÂTRE ADULTE CONCERT MJC VISITE DÉCOUVERTE POLYPHONIES CORSES P’TITS DeJ’ DÉDICACES CONCERT C&S

Mardi 08 Mercredi 09 Jeudi 10 Vendredi 11 Samedi 12 Samedi 19 Dimanche 20 Samedi 26 Samedi 26

p.93 p.94 p.76 p.34 p.62 p.77 p.54 p.90 p.66

Paroles de femmes - Cie Fragments - à 20h, Bibliothèque Histoires d’êtres ensemble - Giulia Ronchi - à 16h, Salle d’animation de la Bibliothèque Quartier Mazarin : 100 ans de construction - par Pascal Duverger - à 20h30, Salle des Fêtes Le Frichti de Fatou - Cie Tombés du ciel - à 20h30, Salle des Fêtes Sourigues - à 20h30, Salle des Fêtes Le Quartier Mazarin à Aix-en-Provence - par Pascal Duverger - départ à 13h30 Nouveau programme - Ensemble Barbara Furtuna - à 17h, Église Jean-Paul Delfino - à 9h30, Bibliothèque Musiques actuelles - à 21h, Salle des Fêtes

CONCERT MJC MUSIQUE THÉÂTRE P’TITS DeJ’ DÉDICACES CONCERT C&S


EXPO ART CONTEMPORAIN CONCERT MJC CONFÉRENCE THÉÂTRE VISITE INSOLITE HEURE DU CONTE CONCERT C&S

du 01 au 17 Samedi 02 Jeudi 07 Vendredi 08 Samedi 09 Mercredi 13 Samedi 16

p.87 p.63 p.78 p.36 p.79 p.95 p.66

La Joconde est dans l’escalier - Artesens, Voûte Chabaud Manu Galure en trio - à 20h30, Salle des Fêtes L’art roman provençal - par Andréas Hartmann-Virnich - 20h30, Salle des Fêtes Les contes de la petite fille moche - Cie La Traverscène - 20h30, Salle des Fêtes L’art roman provençal : Visite en Arles - par Andréas Hartmann - départ à 9h30 Secrets d’eau - Isabelle Lobet-Piron - à 16h, Salle d’animation de la Bibliothèque Musiques actuelles - à 21h, Salle des Fêtes

CONFÉRENCE CONCERT MJC VISITE INSOLITE fête du livre/THÉÂTRE DE RUE P’TITS DeJ’ DÉDICACES CONCERT C&S

Jeudi 05 Samedi 07 Samedi 14 Vendredi 20 Samedi 21 Samedi 21

p.80 p.64 p.81 p.38 p.91 p.66

Yves Esquieu - L’architecture gothique - à 20h30, Salle des Fêtes Plateau partagé : Usthiax/Coko - à 20h30, Salle des Fêtes Le gothique dans le Midi : églises d’Avignon - départ à 9h30 La pêche aux canards - Cie Les bonimenteurs - à 16h45, École des Cabassols Susie Morgenstern - à 9h30, Bibliothèque Musiques actuelles - à 21h, Salle des Fêtes

APÉRO-LECTURE CONCERT MJC CONCERT LYRICO-DÉJANTÉ P’TITS DeJ’ DÉDICACES HUMOUR

p.93 Mardi 07 Samedi 11 p.64 Vendredi 17 p.56 sous-réserve p.91 Vendredi 01 p.40

Escales Balade contée - Sylvie Viéville - à 18h, départ Bibliothèque Philippe Forcioli - à 20h30, Salle des Fêtes Opéra Molotov - Duo Heiting-Soucasse - à 21h, Théâtre de Verdure, Esplanade Cézanne Katherine Pancol - à 9h30, Bibliothèque Ali Bougheraba - Ali au pays des merveilles - 21h, Théâtre de Verdure, Esplanade Cézanne


Les Arts dans le Parc, un mini-festival des arts de la rue, renouvelé chaque année. Nous défendons des spectacles atypiques, souhaitons faire sortir le théâtre des salles afin que le rapport entre les artistes et le public soit différent : le public est un partenaire de jeu et peut, de par sa présence, influencer le spectacle au moment où il se joue. Nous vous proposons un spectacle vivant singulier où le spectaculaire est avant tout dans l’émotion, le rire et la convivialité. Que ce week-end soit à l’image de la Saison culturelle que nous vous proposons : l’occasion de rencontres et d’échanges dans un métissage des disciplines artistiques !


Représentations : 14h30, 16h30 / Durée : 25’

2 athlètes survoltés, un arbitre fantaisiste, une rencontre exceptionnelle lors d’un match amical organisé par la Fédération Internationale de Tennis de Cirque… Sur un central improvisé, tirs de massues et revers de jonglages se succèdent sur des rythmes effrénés. Puissance et agilité, suspens et coups bas : sur le court se retrouvent le toucher de Mc Enroe, la hargne de Connors, l’humour de Lendl… Que du beau jeu !!

Représentations : 15h, 17h / Durée : 30’

À ma droite Tony, clown en costume de dompteur de fauves, à ma gauche les Sonimaux, des sons qu’il a capturés et dressés ! Aussi invisibles que bavards, ces drôles de bêtes sonores investissent un à un le spectacle et vont devoir exécuter d’incroyables numéros d’acrobaties sonores dans l’esprit des grands numéros de dressage traditionnel, sous la direction fantasque d’un Tony se démenant tant bien que mal dans son monde imaginaire. Bluffant !


Représentations : 14h30, 16h30 / Durée : 1h

Foire festive et fantasmagorique où nous croisons d’improbables personnages, forains d’un autre temps : Crève la voyante au sourire indéchiffrable, Prune l’enfant du pavé, Jimmy le taciturne, Achille le graveur, Prosper derrière son stand de tir, Raoul voix puissante et langue de miel, Mme Jeanne redoutable femme à barbe et patronne à la main de fer… Une préfiguration de l’univers que ces circassiens développent dans leur spectacle présenté sous chapiteau dimanche : le cabaret Affabulatoir !

Représentation : 15h30 / Durée : 1H

C’est de la jonglerie, mais c’est surtout un personnage : il parle, crie, interpelle le public, improvise à la moindre occasion… Le style débridé fait exploser les limites du genre. Il nous entraîne, nous manipule, et nous emmène avec lui pour 1 heure de rire… ! Un charisme inégalé, un sens du rythme, de la scène et du public.


Représentation : 17h30 / Durée : 1h

Pour se reposer de cette folle journée, retrouvons le conteur Lamine Diagne, sous une tente, au milieu de notre pinède. Il nous propose une création originale inspirée des contes de Tunisie et accompagnée du chant des tisseuses berbères et des paysages sonores recueillis en Tunisie par L’Omnibus. En prolongement de l’exposition interactive «Destination Tunisie» présentée à la Voûte Chabaud (p.84)

Représentation : 15h / Durée : 1h

Cirque de l’instant présent : un balai pour trapèze, un piano à queue acrobate qui prend vie, d’innombrables moutons, étrange frégate… La piste se dévoile… des milliers de moutons la dévalent. Dirk et Fien nous révèlent toute leur fantaisie et leurs rêves. La spontanéité du théâtre de rue, la puissance du cirque Un spectacle sans mot… qui laisse sans voix.


Représentation : 16h15 / Durée : 1h15

Représentation : 17h30 / Durée : 1h15

Afin de nous plonger dans une ambiance décalée, inclassable dans le temps ou l’espace, à la fois rétro, futuriste et onirique, des baraques foraines à l’ancienne sont proposées et alimentées par la gouaille des bonimenteurs : jeu de massacre, tirage de la roue de l’infortune, concours de planter de pinces, des jeux en bois, des jeux de stratégie, de force ou d’adresse et autres curiosités…. C’est un plongeon dans un univers romanesque et poétique, sans époque ni pays, avec ses règles déréglées et d’inhabituelles habitudes, qui nous écarte du quotidien, juste le temps d’oublier le temps…

L’Affabulatoir’ : un monde imaginaire et fantastique, où tout est possible et rien n’est certain. Sous le chapiteau où nous retrouvons tous les personnages réunis sur la piste, une ambiance désuète et poussiéreuse. Dans cet espace hors du temps, un patron toujours absent tire les ficelles d’un spectacle à la fois sensible et grotesque. En cirque, en poésie, en musique et en chanson, les numéros s’enchaînent : virevoltent les jongleurs, la fragile trapéziste, le musicien fou … Ils nous révèlent leur talent, leur force ou leur adresse. Et peu à peu découvrent leurs failles, leurs joies ou leurs amours, leurs peines, leurs passions, les liens complexes qui les unissent, le fragile équilibre de cette étrange famille.


un magicien se cache parmi nous ! Il va nous jouer des tours, plus impressionnants les uns que les autres.

Nous le retrouverons sur scène dans un concert insolite le 4 février (p.30-31)

Dans le parc, derrière un banc, au pied d’un pin, parte z à la recherche des livres qui seront déposés dans la ville par la bibliothèque. Si vous en trouvez un, vous pourrez l’accu eillir chez vous, le lire puis le relâcher où bon vous semblera. Il suffira de vous connecter sur le site http://www.voguentleshistoires.com/index.html pour indiquer l’endroit où vous le déposerez et suivre son parcours. Le bookcrossing est une communauté de lecteurs qui veut faire du monde une bibliothèque en partageant les livres qu’ils ont aimés.

Alors, n’hésitez pas : lisez, enregistrez, relâchez !

Samedi dès 14h30 et Dimanche dès 15h

Nos bibliothécaires seront là pour vous accueillir dans un coin lecture, pour ceux qui auront envie de se poser, avec des lectrices par-ci par-là pour les plus petits, en collaboration avec l’association Lis-relie.


14h30 – 14h55  15h00 – 15h30  14h30 – 15h30  14h30 – 15h30  15h30 – 16h30  16h30 – 16h55  17h00 – 17h30  16h30 – 17h30  16h30 – 18h30  17h30 – 18h30 

Tennis Le dompteur de Sonimaux Saynètes foraines Close-up (déambulations magie) Riez sans modération Tennis Le dompteur de Sonimaux Saynètes foraines Close-up (déambulations magie) Destination Tunisie : Om al Hikaya

15h00 – 16h00  Le carrousel des moutons 15h00 – 17H30  Close-up (déambulations magie)

16h15 – 17h30  Baraques foraines

17h30 – 18h45  Le cabaret Affabulatoir’


Faire l’expérience du théâtre, c’est frémir, trembler avec les comédiens, c’est sourire et rire, c’est faire un voyage dans le temps, dans les idées, dans le rêve ou la réalité. C’est prendre le temps de s’arrêter pour s’évader, pour découvrir des mondes nouveaux. C’est parfois fermer les yeux pour mieux écouter… La rencontre avec les artistes et les œuvres (théâtre, musique, danse…) participe à notre construction en tant qu’être qui pense, imagine, désire, crée… Cette rencontre donne surtout toute sa place à l’imaginaire et aux rêves. C’est à de multiples rencontres que nous vous convions. Nous vous avons choisi des pièces de théâtre très éclectiques afin de répondre aux goûts des uns et des autres. Vivons ensemble des moments de découverte, d’éblouissement, de partage, de convivialité et d’enrichissement !


Dans le cadre d’une tournée communautaire de la CPA

D’après les textes de François Bégaudeau, Paul Fournel, Claude Confortès, Jean-Michel Ribes et Yvan Andouard. Dans cette lecture-concert, les comédiens de la Compagnie La Naïve accompagnés du duo de jazz Antonio Valdes et Philippe Troïsi slaloment autour d’un florilège de textes dont les thèmes sont le sport et les sportifs et leur rendent hommage. Ces personnages étonnants shootent, boxent, pédalent, driblent, slaloment, lobent… Ils disent la joie de dépasser ses limites ou la cruauté de la solitude. Ils évoquent les magouilles financières ou médicales, les joies du collectif et les angoisses du sprint final. Entre la reconnaissance et la satisfaction, pointent aussi ces moments de doutes, de déprimes solitaires…

Tour à tour drôle et émouvante, poignante et tellement humaine, cette lecture-concert nous livre en textes, en jazz et en swing ce que les athlètes ne disent jamais devant les caméras : leurs doutes, leurs peines, leurs joies simples, le dopage, le sport business… Nous continuons à suivre le travail de création de cette compagnie. On leur fait confiance !

Durée : 1h15

PLaces limitées. Réservation indispensable.


Distribution : textes et chant : Patrick Henri, Hervé Pezière, Jean-Charles Raymond

guitare et chant : Philippe Toïsi / saxo, luth, clarinette, cajon : Antonio Valdes

Photos : Cie La Naïve

Conseil Régional PACA, Conseil Général du Vaucluse, Ville de Pertuis


Dans le cadre d’une tournée communautaire de la CPA

Le Philharmonique de la Roquette, ce sont 3 musiciens qui illustrent par leur musique des films d’animation. Avec leurs compositions musicales, mélange d’acoustique et d’électronique, ils mettent en valeur l’univers singulier de chaque film, les scénarios, les images, les mouvements des personnages… Pour ce ciné-concert, ils ont travaillé directement avec des réalisateurs pour créer des films originaux conçus pour être mis en musique en live. Les autres courts-métrages sont le reflet de la création actuelle en matière de films d’animation. Durée : 45’

Au théâtre, ce sont les comédiens qui font vivre et ressortir un texte. Dans ce ciné-concert, la rencontre entre les films d’animation et la musique actuelle offre au cinéma une dimension de spectacle vivant. Nous apprécions particulièrement cette compagnie et suivons son travail de création de grand qualité depuis plusieurs saisons déjà. PLaces limitées. Réservation indispensable.


Batterie, bruitages, programmation : Julien Kamoun / Claviers, machine à bruiter : Laurent Bernard Contrebasse, voix : Maryse Gattegno / Bruitage,sono : Emmanuel Duchemin

Photos : Nathalie Goriou & David Fauci (portrait)

Conseil Régional PACA, Conseil Général des Bouches-du-Rhône, Ville d’Arles


Texte de Dominique Duby.

Les comédiennes sont 4 clochardes célestes, qui parcourent le monde avec leur bric-à-brac : carriole, fauteuil roulant, instruments de musique… Le texte de Dominique Duby et les chansons empruntées aussi bien aux répertoires de la chanson française qu’à des chants traditionnels du Burundi disent l’enfance bafouée. L’enfance exploitée, l’enfance martyrisée, d’Amérique du Sud en Asie, en passant par chez nous. Durée : 1h05 En prolongement de l’exposition Nomade’s Land (p. 85) et de l’Apéro-lecture À l’école du monde (p.92).

Les comédiennes nous font partager avec leur sensibilité particulière des instants de vie. Un spectacle particulièrement touchant qui mêle poésie et réflexion autour du respect des droits de l’Enfant.


Distribution : Isabelle Desmero, Dominique Duby, Tamara Nicot, Pauline Chavane ou Raphaëlle Grini-Arnal Mise en scène : Bernard Colmet Musiques originales : Gilles Maugenest Décor : Annette Fastnacht Costumes : Karine Dubois

Photos : Bruno Vion

Conseil Régional PACA, Conseil Général des Bouches-du-Rhône, Ville de Saint-Cannat, Ville de Rognes, Comité d’Établissement des cheminots PACA


Conte Indien, d’après le poème de Valmiki : Le Ramayana Il était une fois… un prince, une princesse, un singe guerrier à queue de lion et bien sûr, un démon. Associant danse, masques, conte et théâtre d’ombres, ce spectacle revisite le texte sacré du Ramayana, tout en y apportant une vision contemporaine. Durée : 50’

LA PROVENCE Humour et émotion, situations joyeuses et graves sont au rendez-vous. En prolongement de la conférence Épouses et courtisanes à la cour du Grand Moghol (p. 74), de l’exposition Théâtre d’ombres et marionnettes d’Asie (p.86) et du concert Musique des heures et des saisons (p.48-49). Séances scolaires : Jeudi 9 à 10h, 13h45, 15h15 et Vendredi 10, à 13h45, 15h15

Portés par une esthétique d’une grande finesse, nous sommes plongés dans l’univers onirique et magique de ce conte légendaire indien. La mise en scène privilégie les ambiances visuelles, sonores, olfactives et sensitives. Il s’en dégage une atmosphère particulièrement poétique et sereine. Un petit bijou !


Photos : Aline Tyranowicz

Adaptation, mise en scène et distribution : Carole Errante, Eric Meslay Construction et graphisme : Eric Meslay Costumes : Nassa Fontrier Marionnettes du Théâtre d’ombre : Compagnie Suchart Subsin, Bang Nang Talung Lumière et son : Eric Meslay, Aline Tyranowicz

Théâtre de Fos-sur-mer


Texte d’Edmonde Franchi

Avec Edmonde Franchi - Mise en scène : Gabriel Cinque - Régie : Frédéric Pau Une femme, la cinquantaine, seule, dans un café/dancing, « Le juke-box café », son QG comme elle dit. C’est là qu’elle donne rendez-vous aux hommes dans l’espoir d’une relation amicale « et plus si affinité ». Des hommes, pas toujours à la hauteur, elle en a rencontrés… surtout depuis que sa voisine Georgette l’a initiée aux rencontres via internet. Néanmoins, son coeur reste à prendre… Durée : 1h

LA MARSEILLAISE - Un solo désopilant, entre tendresse et férocité….  LA PROVENCE - Edmonde Franchi offre une nouvelle bouffée d’humanité, drôle et attendrie… L’écriture est subtile, la comédienne jongle habilement entre humour et émotion.

Edmonde Franchi, sur un ton humoristique et gai, aborde avec subtilité et élégance la difficulté d’être seule, de rencontrer quelqu’un. La justesse de son jeu nous fait passer du rire aux larmes. Drôle et émouvant.


Photos : Max Minniti

Conseil Général des Bouches-du-Rhône , Ville de Marseille


Dans l’ombre d’une fosse d’orchestre, un musicien installe son matériel : un pupitre, une clarinette, des partitions... Tandis que le concert commence, ses instruments se rebellent, se dérobent et manifestent leur logique propre : impertinente et surréaliste. Au rythme de la musique, les incidents dérapent en catastrophes. Durée : 50’

TÉLÉRAMA - Sa magie est décoiffante. Rarissime. LIBÉRATION - Un illusionniste plein d’humour qui revisite le genre avec un vrai sens du show. Conception, réalisation et interprétation : Guillaume Vallée Sur une idée de : François Cervantès Mise en scène : Yvo Mentenz, Thierry Heinderickx Création sonore : Jean-Philippe Barrios Créations accessoires : Guillaume Vallée, David Certano Lumières : Raphaël Verley

Séances scolaires : Jeudi 3 Février à 10h et 14h30 et Vendredi 4 à 14h30

Quand la magie rencontre le théâtre... Loin des spectacles traditionnels, le comédien revisite le genre avec fantaisie et poésie. La magie se mêle avec humour au récit touchant de ce concertiste affolé. Au-delà de la curiosité suscitée par ce tourbillon d’illusions, ce spectacle visuel et musical laisse véritablement place à l’émerveillement.


Photos : Aliette Cosset

CDC des Pennes Mirabeau, Ville de Venelles


D’après le roman de Jean-François Robin (Prix de l’Académie Française 2002) « Ma musique n’est pas une monnaie d’échange. Mon oeuvre est faite pour le bonheur de tous les hommes, pas pour le plaisir d’un seul, fût-il prince.» (J-S. Bach) À 32 ans, célèbre dans l’Europe entière, Jean-Sébastien Bach est mis aux arrêts par le Prince de Weimar. Que s’est-il passé pendant ses 27 jours de détention ? Durée : 1h15

LE DAUPHINÉ - La pièce n’est pas sombre, elle est grave ; entrainée par la fougue du jeune compositeur, sur les ailes de sa foi, elle chante des lendemains où la musique, où l’art en général, aura toute sa place et assurera la liberté de l’homme face aux exigences du pouvoir.  LA MARSEILLAISE - La mise en scène de Serge Barbuscia est à la fois sobre, subtile et efficace. Tout cela baigne dans la musique et constitue un spectacle intelligent et très séduisant…  En prolongement du Récital de lieder et piano-forte à l’église de Venelles, Dimanche 13 février, 17h (p.52-53)

Théâtre épuré, mise en scène classique, texte et décor très contemporains. Bach incarne l’écriture, la création, il écrit pour se révéler, pour l’univers, pour Dieu. Bach résiste, s’entête, refusant de céder aux injonctions d’un ‘despote’... Il reste dans cette prison improvisée un homme libre... Serviteur génial de sa musique, il ne veut pas devenir un valet qui écrit «sur mesure» ou sur ordre ! Il combat contre l’obscurantisme et lutte pour une création sans contrainte et sans compromis. Avec la fougue et l’impertinence de sa jeunesse et de son talent, le compositeur nous renvoie à une réflexion des plus modernes sur les rapports complexes entre l’artiste et le pouvoir.


Photos : Djouadou Amar

Mise en scène : Serge Barbuscia Distribution : Nicolas Allwright, Fabien Audusseau Fabrice Lebert et la soprano Aurélie Barbuscia Costumes : Annick Serret Scénographie : Bruno Aimetti Conception sonore : Fredéric Grémeaux Création lumières : Sébastien Lebert

SACD, Conseil Régional PACA, DRAC PACA


Texte de Faïza Kaddour

Le regard nourri des 2 cultures maghrébine et occidentale, Fatou raconte sa vie depuis son bled en Algérie jusqu’à Paris. Entre la tradition, les règles de conduite au douar et les combats du planning familial parisien, elle essaye de comprendre, de s’affirmer et de s’affranchir en tant que femme. Durée : 1h35

LE FIGARO - Une perle rare, un princesse insolente et sensuelle. ELLE - Ce récit tour à tour touchant et ironique aborde sans fausse pudeur les thèmes de l’érotisme du corps et du plaisir féminin.  Mise en scène : Jean-François Toulouse Scénographie : Eric Charbeau et Philippe Casaban Distribution: Faïza Kaddour, Agnès Doherty (contrebasse et violoncelle)

En prolongement de l’apéro-lecture Paroles de femmes (p.93)

Un voyage initiatique qui parle à la fois du Maghreb, des femmes et de la sexualité. Comédienne et musicienne se rencontrent, dialoguent. Conflits intérieurs, souvenirs, secrets intimes, convictions et doutes deviennent autant de variations musicales. Un véritable hymne à la tolérance et à la connaissance, pétillant d’humour et de saveurs… Attention, thème sensible, la sexualité est abordée sans tabou.


Photos : Compagnie Tombés du Ciel

Ministère de la Recherche, Conseil Régional Aquitaine, Conseil Général de Gironde, Le T.N.T, l’IDDAC, Office Artistique de la Région Aquitaine, Centre National du Théâtre; Ville de Floirac.


Texte de Julien Daillère Loin des contes de fées et des mondes idéalisés, 7 enfants, incarnés par un comédien, nous parlent de leurs complexes, peurs et angoisses, autour desquels ils ont organisé leur quotidien. Dans une ambiance cour de récréation, chacun se livre à sa manière : la petite fille moche, la première de la classe, la cancre, l’efféminé, le turbulent, la petite malgache adoptée et l’enfant dont le papa est au chômage. Durée : 1h05

TÉLÉRAMA - Bouleversant, cruel, pétri d’humour... Fabuleux ! LE FIGARO - Un spectacle cathartique d’une grande sensibilité. FIGARO MADAME - Cruel et drôlissime. L’EXPRESS - Une rencontre bouleversante et drôle. PSYCHOLOGIES - Un monologue savoureux à voir en famille. Séance scolaire : Vendredi 8 Avril à 14h30

Cette galerie de portraits d’enfants est troublante de justesse : 7 enfants, 7 masques blancs aux tempéraments dessinés d’un coup de crayon noir, prennent vie. À la fois tendre et cruel, ce spectacle nous emmène avec humour et émotion dans l’univers doux-amer de l’enfance, avec ses joies, ses déceptions et ses railleries. Le regard des enfants est sans concession. Sur le monde. Sur les adultes. Sur leurs propres failles. Quand les enfants prennent la parole, ils révèlent le monde des adultes à lui-même.


Mise en scène : Patricia Koseleff avec la participation de Rémy Cortési Distribution : Julien Daillère Lumière : Mathieu Courtaillier Musique : Julie Austruy Voix off Frédérique Robert, Patricia Koseleff, Christel Charles-Donatien, Myriam Bouznad

Photos : Aurélie Champ

Décor : Mioko Tanaka assistée de Pierre Nounberg Masques et costumes : Rémy Cortési, Jay Kyro

Conseil Général des Hauts-de-Seine, Ville d’Issy-les-Moulineaux, l’Atelier d’en face, Théâtre Daniel Sorano de Vincennes, Salle Jacques Brel de Champs-sur-Marne


La Fête du Livre ouvrira un nouveau chapitre avec le lancement de sa 7ème édition : projet à l’initiative d’un enseignant, cet événement n’a cessé de s’étoffer au fil des Saisons. Il est le fruit d’un partenariat réussi entre les écoles, la Bibliothèque Municipale, la Librairie Vents du Sud, l’association Lis-Relie et le Service Venelles Culture. À cette occasion, les écoliers venellois auront le privilège de rencontrer les auteurs des livres étudiés en classe et de partager avec eux un moment chaleureux et créatif. À partir de 16h45, la cour de l’école des Cabassols prend des allures de salon du livre avec un pôle dédié aux dédicaces des auteurs, de nombreux ateliers ainsi qu’un spectacle : La pêche aux canards par la Compagnie des Bonimenteurs. Oyez, oyez, le Service Municipal Venelles Culture vous donne rendez-vous sur un stand de pêche aux canards pas comme les autres... Une roulotte s’installe sur le pavé, se déplie et laisse apparaître des petits canards flottant sur l’eau. Quoi de plus banal ! Et pourtant… Ici, la pêche est animée par des bonimenteurs bien en verve. Et puis, quand il a suffisamment de points, l’enfant ne ga-

gne pas un jouet en plastique made in Taiwan, ni un collier en fausses perles. Commence alors pour lui un nouveau voyage. À l’intérieur de la pêche aux canards, dans ce petit chapiteau intime et coloré, les comédiens lui racontent une histoire. Ces lots impalpables dont les enfants garderont un souvenir qui restera à jamais gravé dans leur mémoire.

Mercredi 18 mai :

Lecture à la Bibliothèque pour les tout-petits, par l’association Lis-Relie (p.95)

Jeudi 19 mai : Remise des Prix des Rallyes Lectures par la Bibliothèque

Vendredi 20 mai :

Dans les écoles, rencontre des auteurs avec les classes puis Fête à l’école des Cabassols à partir de 16h45 et spectacle « La Pêche aux canards ».


La Communauté française de Belgique, la Région Wallone

L’action « Commun’Auteurs », mise en place par la mission Lecture Publique de la Communauté du Pays d’Aix, participe activement à cet événement. Elle offre à chaque élève de CE2, CM1 et CM2, l’ouvrage sur lequel ils ont travaillé. Elle finance aussi les rencontres de ces jeunes lecteurs avec les auteurs qu’ils ont étudiés.


Texte d’Ali Bougheraba et de Didier Landucci

Un spectacle pour enfants ? Non. Une fable contemporaine inspirée du quartier du Panier ! Dans ce « pays » où Ali a grandi, les cultures et les dialectes se croisent et se mélangent, les odeurs d’épices orientales côtoient celles des sauces italiennes… Ali campe une palette de personnages pittoresques : ses camarades de classe, ses profs, ses voisins, le concierge, les « bobos » nouvellement installés…

Distribution : Ali Bougheraba / Mise en scène : Didier Landucci Musique : Grégory Cosenza et Anne Morata du Groupe Phosphène Décor : Frédéric Azeau / Création Lumière : Yvan Bonnin Production : Boulègue Production

Durée : 1h20

LA PROVENCE - Un jeune comédien qui devrait être très bientôt au hit-parade des grands du rire. Ali Bougheraba campe des personnages truculents, croqués avec une acuité malicieuse et un humour absolument réjouissant. LA MARSEILLAISE -  Pour son coup d’essai, c’est un coup de maître. Frais, subtil, original, décalé et déjanté. Ce solo-là est abouti, précis, moderne, irrésistiblement drôle. Le tout avec une belle sensibilité.

Ali nous livre avec un humour décapant les codes et coutumes de son quartier, à la manière d’un guide expérimenté. C’est avec tendresse, fraîcheur, malice et poésie qu’Ali nous fait découvrir son pays merveilleux.


Photos : Jean Revendito


De la musique romantique ou russe, flamenca ou gitane, indienne avec sitar et tablas, classico-jazz avec un quintette à vent et un jazz-band, baroque avec un piano-forte, polyphonique corse, ou encore lyrico-déjantée ! Tout un programme ! Des concerts de musiques très différentes, mais avec une constante : la qualité, en nous appuyant sur des artistes et des ensembles instrumentaux régionaux. Une ouverture qui s’amplifie avec les concerts de chanson française proposés par la MJC et de musiques actuelles par les Comparses et Sons. Une programmation qui ainsi recouvre une très large palette. Il y en a pour tous les goûts et pour tous les publics. Laissons-nous prendre par ces voix époustouflantes, ces rythmes, ces sensations et ces atmosphères !


Robert SCHUMANN (1810-1856) :

Dimitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975) :

5 pièces dans le ton populaire pour violoncelle et piano opus 102

Trio pour piano, violon et violoncelle n°2 en mi mineur opus 67

Frédéric CHOPIN (1810-1849) :

Durée : 1h30

Schumann fait dialoguer pour la 1ère fois un instrument à cordes et le piano, utilisant des rythmes de danse qui apportent la touche folklorique souhaitée.

Ce Trio (1944) a vu le jour durant les années de guerre. Ses mélodies pures et obsédantes évoquent le lyrisme des chants traditionnels russes.

Polonaise fantaisie en La bémol opus 61

Cette pièce, contemporaine d’un épisode douloureux dans la vie du compositeur (rupture de Chopin et de George Sand) paraît comme un reflet de ses sentiments et de ses désillusions. Robert SCHUMANN (1810-1856) :

Sonate n°1 pour violon et piano en la mineur opus 105

Très imprégné du timbre de l’alto, Schumann fait sonner le violon dans une tessiture souvent grave : œuvre d’une expression passionnée…

L’Agevole Trio (aniennement Trio Una Corda) fête avec la ferveur et la complicité qu’on lui connaît le bicentenaire de la naissance de Chopin et Schumann. Musique romantique, passionnée, fougueuse, fiévreuse qui nous transporte. L’œuvre de Chostakovitch, très rythmée, est particulièrement forte et puissante.


Photos  : Jean Barak

Piano : Michel Leduc Violon : Christophe Ladrette Violoncelle : Joëlle Ladrette


Dans le cadre d’une tournée communautaire de la CPA

Le chanteur gitan Tchoune, fondateur du groupe Tchanelas, s’entoure d’amis, musiciens et danseurs triés sur le volet de l’énergie et du talent, et nous prépare une fête inoubliable. Issu de la pure tradition gitane, cet artiste est particulièrement reconnaissable par son timbre de voix cassée et sa précision rythmique. Au programme ? Du Flamenco bien sûr, mais aussi de la Rumba Catalane, des chants d’Amérique latine, et peutêtre aussi quelques perles venus de Corse, de Provence ou du Maghreb... Les surprises, la convivialité et la passion flamenca seront au rendez-vous. Et les mélodies chantées ce soir-là ne nous quitteront pas de sitôt... Durée : 1h15

ARCADE PACA - Tchoune a su puiser dans ses racines et se nourrir de ses nombreux voyages pour donner une saveur particulière à sa musique en produisant un flamenco-fusion à la guitare entre tradition et modernité.

Savant mélange entre le cante jondo et la rumba, ce chanteur enflammé nous fait partager avec une énergie communicative la chaleur et la sensibilité du flamenco-fusion. Une invitation familiale à voyager au cœur des rythmes tziganes.

En prolongement de l’exposition Nomade’s Land (p.85) PLaces limitées. Réservation indispensable.


Photos : Jean Barak

Tchoune : chant Flamenco La Sandi : danse Didier Lubrano : guitare flamenca Bruno Allary : guitare / mandole / saz Martial Paoli : piano


En prolongement de la conférence Épouses et courtisanes à la cour du Grand Moghol (p.74), de l’exposition Théâtre d’ombres et marionnettes d’Asie (p.86) et du spectacle La légende du Prince Rama (p.26-27).

Ce concert propose de découvrir la musique traditionnelle de l’Inde du Nord à travers 2 instruments emblématiques : le sitar et les tablas, tous 2 remarquables par leurs immenses possibilités musicales. La musique indienne n’existe que dans le présent, elle ignore la partition. Chaque concert est une création où le musicien est son propre compositeur et s’abandonne complètement à l’inspiration.

Ce duo sensible tisse un lien entre les cultures à travers un concert coloré, propice au rêve et à l’évasion. La grande richesse des sonorités interpelle le spectateur et l’invite à voyager au cœur de cette « musique du sentiment ».

LA PROVENCE - La qualité, l’originalité et l’émotion ont fait de ce concert un réel moment de bonheur et de quiétude.  LA TRIBUNE - Ce duo authentique présente une musique raffinée qui laisse le spectateur sous le charme. PARIS-NORMANDIE - Deux artistes d’exception : une musique très intérieure à la grande dimension spirituelle, alliée à une virtuosité et un excellent contact avec le public.

Ponctuellement, les musiciens apportent un éclairage nouveau en commentant leurs créations. Le concert prend dès lors une toute autre dimension. De ce concert se dégagent sérénité et convivialité.

Durée : 1h15 Sitar : Sylvie Hiély Tablas : Laurent Gherzi


Cette réunion musicale autour d’un quintette à vent professionnel et d’un big band amateur pour jouer des pièces originales contemporaines et une pièce inspirée des musiques de films de Walt Disney est une Première.

- Grands airs du Répertoire par le Quintette à vent - Concerto pour quintette à vent et Big Band de Nicolas Folmer (3 Mouvements : Be-Bop / Ballade / Latin-Jazz) - Swing avec le Big Band d’Aix en Provence

Elle permet de mettre en perspective les parcours de chacun : d’un côté l’ouverture vers la musique professionnelle et ses exigences, de l’autre le retour aux sources de l’expérience musicale partagée avec un big band. L’association d’une formation classique et d’une formation de jazz. Ce rassemblement redonne tout son sens à la démarche musicale qui permet de rapprocher des publics différents, avec des cultures variées, dans un même esprit de découverte et d’ouverture. Durée : 1h

Cette approche fait écho à notre souhait de rendre plus accessible la culture et de partager de nouvelles aventures artistiques. Sortons des sentiers battus avec ce concert et innovons. C’est une Première !


Dans l’Allemagne du Siècle des Lumières, le piano-forte ou hammerklavier est le nouvel instrument emblématique de l’émergence d’une nouvelle sensibilité en même temps que le vecteur d’un profond changement stylistique qui conduit de l’ère baroque à la période classique. Si Johann Sebastian Bach fait alors figure de pionnier en jouant et possédant un piano-forte, ses quatre fils feront de cet instrument le medium préféré de leur riche inventivité et élaboreront le nouveau langage musical qui deviendra le style classique. Ce concert illustre cette période de transition au travers d’oeuvres vocales et instrumentales de Carl Philipp Emmanuel Bach, Joseph Haydn et Ludwig van Beethoven. Durée : 1h30 Soprano : Monique Zanetti Piano-forte : Natalia Cherachova

Première partie : Lieder de Carl Philipp Emmanuel Bach et Ludwig van Beethoven Seconde partie : Haydn et les muses britanniques

Une occasion inespérée d’entendre sous les doigts d’une artiste inspirée, Natalia Cherachova, un instrument rare aux sonorités douces, vibrantes, témoignage d’une époque en pleine évolution. Le talent de Monique Zanetti se marie admirablement avec ce style, grâce à une subtile complicité entre ces 2 artistes.


Ce parcours à travers différentes facettes du chant insulaire est tour à tour intimiste et puissant, sensuel et viril. Les chanteurs nous livrent un répertoire profondément enraciné dans une terre, source d’inspiration, mais aussi résolument tourné vers ce siècle qui commence, une tradition toujours en mouvement refusant de se laisser enfermer. Le tour de chant s’appuie sur le sacré, indissociable de la polyphonie corse, dont le dénuement et la sincérité touche à ce que nous avons de plus intime, pour aller chercher au fil des chants une légèreté et une fraîcheur inédite.

Seconda : Jean-Philippe Guissani Bassu, contracantu : André Dominici Bassu : Maxime Merlandi Terza : Jean-Pierre Marchetti SALLE GAVEAU (PARIS) - L’ensemble Barbara Furtuna est profond, dense, pudique, dramatique, presque intimiste. Et de là, d’autant plus saisissant que ces 4 hommes s’imposent en douceur, aussi bons diseurs que chanteurs, aussi bons musiciens qu’acteurs délicats, attentifs, liés entre eux par une gestuelle sobre. THÉÂTRE DE LA VILLE (PARIS) - Dans un silence plus profond que jamais, nos corps, après avoir été portés par ces voix, retrouvent leur densité et se révèlent aussi pesants qu’au sortir de l’océan. Mais nos âmes ont été délivrées et nous éprouvons le sentiment d’avoir plongé dans l’abîme pour nous rapprocher des cimes… 

Durée : 1h30

L’émotion est présente tout au long de ce voyage musical et se décline en une multitude de sentiments. Les 4 chanteurs racontent leur histoire et nous font vibrer tout au long du récital, partageant leur aventure humaine qui réveille parfois en nous des sensations oubliées. Nous continuons à suivre ces 4 artistes dont le travail de création est sans cesse en renouvellement.


Photos : François Balestrière


Après le succès de leur spectacle « Bizet était une femme » reçu en septembre 2009 dans le cadre de l’ouverture de Saison, Cathy et Jonathan reviennent en force. Ils nous livrent un savant cocktail musical en puisant dans toutes les musiques qui les touchent : l’opéra (bien sûr), la musique classique symphonique (à 2), le jazz (évidemment) mais également d’autres courants (plus populaires) tels que la soul, le rap, la variété. Allant jusqu’au bout de leur délire, nos 2 protagonistes incarnent des ersatz de présentateurs télé (trop sympas) et font participer très activement le public à des exercices de relaxation, des quizz, une minute de l’injustice faite à un compositeur… Bref à la fin, tout le monde s’aime... et l’opéra devient à la portée de tous ! Durée : 1h15

LA PROVENCE - Plus de 1h15 de folie, avec des artistes qui conjuguent leur talent et partagent, dans un enthousiasme contagieux, l’amour du spectacle et le plaisir de faire de la bonne musique. ZIBELINE - Au cours de ce spectacle au rythme endiablé, les 2 artistes se donnent la réplique avec une verve, un brio, un talent époustouflants […] .

Cathy et Jonathan nous plongent littéralement dans l’univers du lyrico-déjanté-allumé-surprenant ce qui ne nous empêche pas d’être touchés par des moments méditatifs et d’être pris par l’émotion.


Photos : Aliette Cosset

Textes et chant : Cathy Heiting Piano : Jonathan Soucasse Mise en scène : André Lévêque


Orfèvre de la plume et de la note, Bernard Joyet, après avoir été chanteur fantaisiste, a donné à la chanteuse Juliette quelques chansons superbes et interprète à présent ses propres oeuvres : des discordes délicieuses, des planisphères minuscules, des promesses intenables, des miniatures sarcastiques, toute une poésie ciselée à l’extrême. Joyet a le verbe pulpeux, la rime sensuelle, l’alexandrin gourmand... Joyet n’est pas seulement un auteur : c’est aussi et surtout une «bête de scène» qui occupe toute la scène et ça déménage ! On passe de l’émotion intense à l’humour décapant, du rigoureux récital à la comédie débridée, du Pierrot lunaire au pitre délirant, du rire aux larmes et toutes les générations s’y retrouvent. La pianiste Nathalie Miravette, qui signe les arrangements et plusieurs musiques, ajoute une dimension scénique par sa virtuosité et sa présence espiègle et complice.

Faisant corps avec sa Gretsch électrique, au son tour à tour chaud et tranchant, Frédéric Bobin pratique un folksong à la française, qui traduit à la fois son goût pour la chanson made in France et son amour du folk-rock anglo-saxon. Il chante les losers magnifiques, la solitude urbaine, le blues moderne, ironise sur nos amours perdues, s’amuse de nos contradictions… Un univers humaniste, souvent parsemé de clins d’oeil littéraires et cinématographiques, où se mêlent histoires intimistes et chroniques sociales. L’art de Bobin tient dans cette alchimie : folk-rock et chanson à texte.


Evelyne Gallet est une fille qui chante. Sans minauder ni broncher. Une tatouée, une vraie. Sur des textes (gratinés) de Patrick Font ou encore de Matthieu Côte, elle joue avec le public qui en redemande. Cette rouquine a un petit truc en plus : une belle dose d’autodérision, ainsi qu’une approche tendre et décalée des choses. Jonglant entre candeur, timidité et fière impétuosité, Evelyne Gallet affiche des sentiments complexes avec une rare aisance. Sa guitare et son verbe écrasent les sujets. Une avalanche de mots qui cognent et caressent, bref, du talent et puis voilà ! Evelyne Gallet c’est comme une vieille copine qui débarque un soir avec sa bouteille de blanc sous le bras pour vous remonter le moral, vous faire rire, et quand la bouteille est vide, se confie un peu et vous fait rougir les yeux...

« Rémo Gary : calme et tempête à la fois. Parler de Gary c’est déjà prendre conscience de sa propre infirmité, de son handicap de vocabulaire et de sens. Que pouvons-nous écrire sur ce type qui magnifie le verbe, fait s’entrechoquer les mots, les cogne, les tord et les essore, leur fait rendre gorge, pisser leur jus ? Rémo Gary est chanteur. Enchanté. Son art, c’est les mots, la façon de les agencer puis de les dire. Bien sûr que vous ne le connaissez pas, ou alors c’est le hasard. Il est un des plus grands de la chanson, À l’ombre du succès, dans une antichambre où ce tisseur de mots fait tapisserie. Il est calme et tempête, il est la météo du verbe. De nos amours, de nos révoltes, de notre triste ou belle condition, ça dépend. Il est charpentier, à bâtir des arches de Noé dans lequel, 2 par 2, les mots trouvent refuge et, câlins et coquins, se reproduisent. C’est rien de tenter de dire qui est Gary, il faut le voir et s’embarquer avec lui. À l’instar des Allain Leprest, Christian Paccoud, Anne Sylvestre et autres du même tonneau, il vous sera indispensable. » Michel Kemper.


Entre 2 Caisses présente son nouveau spectacle, avec un répertoire rénové de chansons sur mesure, écrites par le groupe et par d’autres. La palette est large : Allain Leprest, Loïc Lantoine, Volo, les Wriggles, Romain Bouteille, Hervé Peyrard, Gérard Morel, Claude Semal, Montbruno, et même le romancier Denis Lachaud. On découvre un son plus dense et plus percutant, et la surprise voluptueuse d’une clarinette basse. Entre 2 Caisses, c’est toujours une chanson qui ne se refuse rien, qui ne s’interdit rien, qui prouve une fois de plus qu’on peut juxtaposer la poésie d’un Leprest, l’humour d’un Morel, la tendresse d’un Lantoine et le cynisme d’un Bouteille, et en faire un grand moment de chanson. Un vrai moment de bonheur.

Drôle et cruel ! Sourigues est la terreur des lexiques, le tortionnaire des dictionnaires, l’amant de la litote, le réveil des linguistes et l’enchanteur des curieux. Son répertoire donne la part belle aux jeux de mots. La prouesse tient au fait qu’il donne du sens à l’entrelacs de blagues qui aboutit à des chansons magnifiques. Les aphorismes se bousculent au coin des morceaux et l’intelligence est sans cesse sollicitée pour suivre une pensée farfelue et agitée. Il traque dans des recoins de banalité, des preuves flagrantes de la grandeur et de la misère du genre humain.


Provocateur rigolard ou poète expressionniste inspiré, Manu Galure enfile les costumes et les styles avec une aisance et une jubilation rare, qu’il partage sans compter. Les racines plongées profondément aux origines de la chanson, il s’en nourrit pour faire éclore les fleurs vénéneuses qu’il nous sert avec désinvolture, bousculant des codes assez maîtrisés pour qu’on sente à la fois chez lui le respect et l’impertinence.

Manu Galure revient aujourd’hui avec un nouveau spectacle en trio. Il y a dans cette nouvelle mouture une envie d’énergie, de création, de liberté qui, sans rompre entièrement avec la tradition du cabaret, charrie des couleurs plus rock, plus arrangées, plus étonnantes aussi. S’il ne s’économise pas, il ne nous ménage pas non plus : de la claque cruelle aux chatouilles pas vraiment innocentes, il se joue de nous… et on en redemande !


«(...) on découvre aussi Usthiax, chanson française avec des textes qui ne se regardent, enfin, pas le nombril.» Le Monde Bien que dans la continuité de bleu palpitant (2008), l’opus à venir sera définitivement plus rock, plus provoc’, plus sale et plus solaire. Usthiax y convie guitares électriques et rythmiques cinglantes, guitares acoustiques dénaturées, harmonies pop et textes ciselés. Et comme pour ses disques précédents sur lesquels nous pouvions entendre un CharlElie ou un Rodolphe Burger, un invité de marque se glissera parmi ses notes et ses mots. Mais son nom reste encore confidentiel...

Coko est tombé dans la marmite des mots très tôt, comme attiré irrésistiblement par la chanson. Celle de son temps (Juliette, Renaud, ou Loïc Lantoine), mais aussi celle de Ray Ventura, Marianne Oswald, Yvette Guilbert ou Jean Villard-Gilles. Hors norme, vous ne parviendrez pas à le caser ici ou là. S’il hérite indiscutablement de la tradition des chansonniers du XIXème et XXème siècles, sa gouaille et sa rage s’inscrivent au présent, bousculent, voire dérangent.

Armé de son accordéon aux multiples influences, Coko interroge et invente, le tout avec humour et poésie. Une finesse d’écriture, un vrai travail musical : un spectacle de ceux qui laissent des traces. 

Des colères d’ange, des tendresses de païen, des étreintes d’homme, les chansons de Philippe Forcioli lui ressemblent, fières et câlines, emportées et fraternelles. Ce chanteur-là est fait en oeil pointu, en barbe rugueuse, en âme bleu Vierge. Pour la voix, il a pris le roc roulant, le bois du cep, le vent qui caresse les braises, et on sait de qui il est familier : Delteil, Brassens, Cadou, saint François, que des hauteurs, que des beautés.  Sur scène, il chante, dit, offre le bienfait rare d’une langue vivante, passionnée, célébrante, vraie, il dépasse tout ordinaire et toute habitude. Ce qu’il donne à voir et à entendre, c’est ce qu’on aimerait ne jamais avoir perdu de vue : la hardiesse, la gaieté, la pureté, la vigueur. La vérité aussi... 


Photos : Delphine Pincet


Comparses et Sons est une des rares associations à proposer une programmation musiques actuelles régulière sur le Pays d’Aix dans des conditions professionnelles, tant pour les artistes que pour le public. L’association met un point d’honneur à bâtir une programmation éclectique tout au long de l’année et à soigner l’accueil du public. La Salle des Fêtes en configuration concert debout permet une intimité et une proximité entre les artistes et le public que d’autres salles de concert pourraient envier à Venelles. Permettre la découverte et la rencontre entre public et musiciens et de favoriser le lien social autour d’un lieu de diffusion offrant une vitrine pour la création musicale ancrée dans le local au sens noble. Les musiques actuelles encore appelées musiques amplifiées, comme le rock, le reggae, le hip-hop, les musiques du monde, les musiques électroniques, la chanson…

Depuis le début, il leur est apparu essentiel d’assurer la découverte, la diffusion et l’accompagnement d’artistes émergents et alternatifs : servir les musiciens professionnels ou en passe de le devenir, leur donner un espace d’expression dans des conditions professionnelles et mêler cette scène locale à des artistes nationaux et internationaux, afin d’encourager le partage et le métissage. En bref, les Comparses & Sons riment avec inspiration, créativité, originalité, qualité. N’hésitez donc pas à venir pousser les portes de la Salle des Fêtes pour assister aux concerts. Retrouvez le programme de la Saison sur www.myspace. com/comparsesetsons.

les samedis, à partir de 21h 23 octobre, 20 novembre, 22 janvier, 19 février, 26 mars, 16 avril, et 21 mai.


Nous avons voulu donner un nouveau souffle à notre cycle de conférences d’Histoire de l’art dont le succès se confirme chaque année. Cette Saison, nous proposons d’illustrer les sujets présentés en conférence par des visites sur le terrain. Comment est perçue et présentée la Préhistoire aujourd’hui à travers le musée de Quinson ? Où en sont les dernières découvertes archéologiques de la Marseille grecque ? Que nous apprennent les plus fins détails des hôtels particuliers du quartier Mazarin d’Aix-en-Provence ? Quelles sont les spécificités de l’art roman provençal et quels messages nous adressent les monuments romans majeurs en Arles ? Qu’est ce qui caractérise l’art gothique dans le Midi ? Suivons avec ardeur, enthousiasme et élan les pas de nos conférenciers passionnés qu’ils soient archéologues ou architectes du Patrimoine !


Raphaël Orgeolet, Professeur agrégé, Département d’Histoire de l’Art et d’Archéologie La Préhistoire est une jeune fille, qui n’a pas encore 2 siècles. Ce n’est en effet qu’au milieu du XIXème siècle qu’elle vint au monde, après une gestation qui doit beaucoup aux sciences naturelles. Elle ne pouvait jusque-là s’appuyer sur une archéologie encore trop balbutiante, tandis que les vérités de l’Église constituaient autant de verrous inviolables. Les découvertes de Darwin, qui mettent à mal le dogme de la Création, et les travaux des géologues, qui remontent considérablement l’âge de la Terre, permettent finalement à la Préhistoire de s’affirmer comme une science, au terme d’un débat très disputé. L’ouverture de ce nouveau champ des savoirs fascine, en ce qu’il montre à l’Homme ses propres origines, et tous s’en emparent : la Préhistoire devient un champ de bataille scientifique, intellectuel, politique et religieux, mais aussi populaire, comme le montrent les nombreuses gravures qui évoquent la « vie des premiers hommes ».


Après l’évocation lors de la conférence de la difficile naissance de la Préhistoire au XIXes, ainsi que l’engouement populaire qu’elle suscita et la façon dont celle-ci s’empara des imaginations, la visite du Musée de la Préhistoire des gorges du Verdon est l’occasion à la fois de prendre directement contact avec la période et de comprendre comment elle est aujourd’hui perçue et explorée. La visite, qui s’étendra sur une demi-journée, tentera de porter un regard critique aux collections du musée, à leur présentation et à leur mise en scène, ainsi qu’au « village préhistorique » voisin, reconstitué à proximité du Verdon. Les Visites sont ouvertes à tous, même à ceux qui n’ont pas assisté aux conférences.


Jean-Christophe Sourisseau Maître de conférences en Histoire de l’art et archéologie de l’Antiquité classique Quand, vers 600 av. J.-C., une poignée de Grecs orientaux venus de la lointaine Phocée a posé le pied dans la calanque du Vieux-Port, ils n’imaginaient probablement pas la destinée de l’établissement qu’ils fondaient aux confins du monde connu. Pourtant, il a fallu des années de recherche opiniâtre pour que la mémoire de ces premiers colons, pourtant chantée par de nombreux auteurs antiques (Aristote, Strabon, César, etc.), s’incarne dans un quelconque vestige archéologique. Marseille, « ville antique sans antiquités » écrivait Joseph Méry vers 1860… Désespérant… La découverte en 1913 du fameux « mur de Crinas » et le développement de l’archéologie depuis l’après-guerre a complètement modifié nos connaissances. C’est donc à la redécouverte progressive de cette cité grecque d’Occident que sera consacrée cette conférence.


Le musée d’Histoire de Marseille a pour vocation la conservation et la présentation des collections archéologiques marseillaises. La visite des espaces consacrés à l’Antiquité permet de se faire une idée des découvertes archéologiques effectuées dans la cité phocéenne depuis le XIXe s., jusqu’aux opérations les plus récentes. On retiendra, parmi d’autres, des pièces exceptionnelles comme le grand chapiteau ionique, témoin de la splendeur des grands sanctuaires grecs de la fin de l’archaïsme, les stèles de la rue Négrel, petites réalisations votives d’origine grecque orientale ou les épaves cousues de la Place Jules-Verne. Mais le musée d’Histoire est aussi un musée de site installé aux abords des vestiges des fouilles de la Bourse. La visite se poursuivra donc par un cheminement dans cet espace qui fut le secteur des fortifications et de tombes exceptionnelles de la cité grecque ainsi que de la corne du port aménagée à l’époque romaine.

Les Visites sont ouvertes à tous, même à ceux qui n’ont pas assisté aux conférences.


Yves Porter, Maître de conférences au Département d’Histoire de l’Art de l’Université de Provence Nûr-Jahân, Mumtâz-Mahal, Jodh-Bhai sont les noms d’épouses célèbres des Grands Moghols. Ces femmes, parfois très puissantes, exerçaient leur influence depuis le harem. On doit à leur pouvoir financier ou affectif quelques chefs-d’œuvre de l’architecture indienne, dont le célèbre Tâj Mahal. Pourtant, contrairement à leurs augustes époux, ces femmes ne sont connues que par des portraits idéalisés. À côté des épouses royales et des reines mères, vit une cohorte de concubines ou de courtisanes, ces dernières déployant, outre leurs charmes, de nombreux talents comme la poésie, la musique ou la danse, que la miniature moghole nous donne à voir à profusion. Le cinéma de Bollywood a récupéré à son tour ces thèmes féminins, les transcrivant tantôt dans de grandes fresques « historiques », tantôt dans des fantaisies dramatiques.

Dans le prolongement du spectacle La légende du Prince Rama (p.26-27), de l’exposition Théâtre d’ombres et marionnettes d’Asie (p.86) et du concert Musique des heures et des saisons (p.48-49).


Martine Vasselin, Maître de conférences au Département d’Histoire de l’Art de l’Université de Provence En écho aux conférences sur l’archéologie, celle-ci sera consacrée aux rencontres entre les artistes et amateurs des XVe et XVIe siècles et les monuments, objets et représentations antiques. L’invention du paysage de ruines, les carnets de notes graphiques de voyages, les recueils de dessins d’atelier, les entreprises de gravures des merveilles de Rome pour les pèlerins et les «touristes», l’exploration des salles romaines enfouies, la fascination pour les médailles, les sarcophages et les nudités statuaires comme pour les vestiges des temples, des thermes et des palais ont suscité le goût des collections, des mises en scène d’antiques dans des jardins, de l’érudition historique et de la recréation imaginaire de Rome, de ses dieux, de ses héros et de ses fastes politiques et guerriers. La civilisation antique est réappropriée et réinvestie par les hommes de la Renaissance et leur sert de miroir et d’idéal nostalgique.


Lorsqu’en 1646, le jeune roi Louis XIV autorise l’archevêque Michel Mazarin à agrandir Aix-en-Provence par le sud, les contours de ce que nous appelons aujourd’hui la vieille ville sont tracés. Cette extension des remparts protège le bourg Saint-Jean et le Monastère des Carmélites, mais elle délimite surtout de vastes prairies converties en terrain à bâtir sur près de 20 hectares. En examinant les plans établis en 1646 pour implanter les murs et les voies, et celui de Louis Cundier dans la seconde moitié du XVIIe s., on voit comment les terrains se vendirent et se construisirent. Le plan qu’Esprit Devoux a tracé en 1753 ne comporte plus aucune parcelle libre, la physionomie générale du quartier Mazarin est sensiblement celle que nous lui connaissons en ce début de XXIè siècle.

Photo : Jean-claude Carbonne

Pascal Duverger, Architecte du Patrimoine

Une quarantaine de monuments historiques y sont présents, hôtels, églises, fontaines, qui témoignent de cette période d’intense activité et constituent non seulement un répertoire architectural remarquable, mais aussi un modèle d’extension urbaine.


La visite se déroule de façon géographique et chronologique, d’est en ouest, et comporte des étapes telles que SaintJean de Malte, les hôtels d’Espagnet, de Boisgelin, de Caumont…, mais aussi la fontaine des 4 Dauphins, l’entrée du Cours Mirabeau et la fontaine de la Rotonde. Les Visites sont ouvertes à tous, même à ceux qui n’ont pas assisté aux conférences.

Photo : Jean-claude Carbonne

(Ci-dessous, morceau du PLan Cudier de 1680)


Andreas Hartmann-Virnich, Professeur d’Histoire de l’Art et d’Archéologie médiévale à l’Université de Provence L’art roman provençal est souvent associé à l’image patrimoniale d’une région dont le nom, réminiscence de la période romaine, est synonyme d’un lien particulier avec l’héritage antique. Loin de se limiter à la seule sculpture monumentale, l’inspiration antique dans l’architecture romane méridionale se manifeste dans les formes d’une architecture qui renoue à la fois avec les grands monuments du Haut Empire et avec ceux des premiers temps chrétiens. La référence à ces époques est en effet intimement liée à une époque de réformes où l’Eglise tente de retrouver ou de restaurer l’authenticité première et de défendre sa place de choix dans la société féodale naissante. Les monuments magnifiques issus de ce mouvement : cathédrales, prieurés et monastères nous adressent un message autant spirituel que culturel et politique, que notre conférence tentera d’aborder au-delà du plaisir de la découverte d’une remarquable richesse artistique.


Pour illustrer la conférence, nous partirons à la découverte des monuments romans majeurs d’Arles et de ses environs : la cathédrale Saint-Trophime d’Arles et l’abbatiale de Saint-Gilles-du-Gard, dédiées à 2 saints illustres vénérés jadis par les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, l’abbaye de Montmajour, fleuron de l’architecture monastique méridionale et la chapelle SaintGabriel sur les contreforts des Alpilles, ornée d’une des plus belles façades romanes antiquisantes de la Provence rhodanienne. Les Visites sont ouvertes à tous, même à ceux qui n’ont pas assisté aux conférences.


Yves Esquieu, Professeur d’Histoire de l’Art et archéologie médiévale à l’Université de Provence Il est de coutume d’opposer l’art gothique à l’art roman. Sur quoi repose cette distinction ? L’architecture gothique est-elle un style ou un système constructif ? L’architecture gothique repose d’abord sur un ensemble de techniques : l’usage de la croisée d’ogives pour le voûtement, celui de l’arc-boutant pour l’équilibre des voûtes. On montre actuellement que ces constructions n’ont été possibles que grâce à d’importants renforts métalliques, donc à des innovations techniques dans l’art de travailler le fer. L’architecture gothique est aussi une esthétique. La recherche de la verticalité ne fait que prolonger une tendance bien présente dans l’architecture romane. Cette architecture se distingue par sa grande élégance, sa luminosité, le triomphe des vides sur les pleins, une dissolution des masses et des dessins linéaires de surface, véritable calligraphie.


église des Templiers (sous réserve), églises St-Didier et St-Agricol, église de Montfavet. Aperçu extérieur de livrées cardinalices. Le gothique est un art de la France du Nord, plus spécialement de l’Ile-de-France. Le Midi ne l’a accepté que tardivement et, en général, sous des formes bien différentes. L’art roman est resté longtemps en faveur. L’architecture gothique du Midi comprend en fait deux ensembles : d’abord une formule architecturale spécifiquement méridionale qui offre peu de points communs avec le gothique du Nord. Ce sont la Catalogne et le Languedoc qui en offrent les plus beaux exemples. Avignon présente plusieurs exemples de gothique méridional de qualité, au premier rang desquels les églises de Saint-Didier et de Montfavet pour les nefs uniques, de Saint-Agricol pour des espaces tripartites. Le second ensemble s’inspire davantage des formes du gothique du Nord. En Provence, la manière du Nord, mêlée cependant d’habitudes méridionales, est représentée par la basilique de Saint-Maximin, les Templiers d’Avignon et Saint-Jean-deMalte à Aix. Les Visites sont ouvertes à tous, même à ceux qui n’ont pas assisté aux conférences.


Partons en voyage ! Immergeons-nous dans la vie quotidienne des habitants d’un village berbère tunisien, à travers une exposition interactive de l’Omnibus : photos, sons, film, modules manipulables… Suivons le nomadisme des gitans et des touaregs, et en particulier le quotidien des enfants… Découvrons ces marionnettes d’Asie, créatures magiques, passerelles entre les hommes et les divinités qui nous transmettent les récits populaires ou sacrés… Appréhendons l’art contemporain à travers les représentations du corps par différents artistes grâce aux installations tactiles, sonores et ludiques d’Artesens… Que toutes ces expositions nous fassent rêver et découvrir d’autres mondes, d’autres cultures, d’autres représentations du corps !


Dans le cadre d’une tournée communautaire de la CPA

Nous embarquons avec l’association L’Omnibus pour le sud de la Tunisie avec un voyage en trois étapes : Une exposition visuelle et sonore nous présente le quotidien des gens. Entre photographies en noir et blanc et bande sonore faite de chants et de conversations, laissons-nous transporter dans l’ambiance du village ! Un court-métrage nous fait suivre Hedi, instituteur, qui nous ouvre les portes de l’hospitalité… Un espace de jeu interactif et ludique clôt l’exposition : actionnons des molettes, décrochons des écouteurs, regardons dans des objectifs... Images, sons, objets, textures, détails, légendes...

Photo : Compagnie L’Omnibus

En prolongement de l’exposition, le conte Om al hikaya est présenté sous une tente, lors de l’Ouverture de Saison les Arts dans le Parc, le samedi 18 septembre à 17h30 (p.14). Exposition ouverte les mercredis, samedis et dimanches. Vernissage Vendredi 24 Septembre, à 18h.

Ce voyage sensoriel nous propose de découvrir le quotidien à Bou Saad et de nous interroger sur la place de chacun. Bon voyage !


Dans le cadre d’une tournée communautaire de la CPA

Après « Voyages en Amériques Latines », l’exposition de cette Saison nous emmène à la rencontre des peuples nomades. L’association « Photographes d’Ailleurs et d’Ici » redonne visibilité à des peuples oubliés, dont la raison d’être était le nomadisme, en mettant l’accent sur le quotidien des enfants. A priori, les Gitans et les Touaregs n’ont rien de commun, si ce n’est qu’ils sont - avec les Massaï - les derniers nomades. Leur sédentarisation en cours est quasi achevée. Marina Obradovic est une grande voyageuse, photographe et peintre, elle photographie les gitans des pays de l’Est. Jean Barak, quant à lui, nous donne rendez-vous à Djanet sur les traces du « Targui qui attendait la pluie », pendant la Sebeiba, la rencontre annuelle des Touaregs du Grand Erg Occidental.

En prolongement du spectacle musical Immenses et minuscules (p.2425), du concert Fiesta con Tchoune (p.46) et de l’apéro-lecture À l’école du monde (p.92) Soutiens : Le Sémaphore Exposition ouverte les mercredis, samedis et dimanches. Vernissage Samedi 20 Novembre, à 17h.

Photo : Marina Obradovic

À travers les images, la musique et la danse, l’exposition offre d’approcher ce qui reste toujours vivant dans la culture gitane, et ce qui se transmet. C’est l’occasion d’une réflexion sur le monde tel qu’il va et le devenir des peuples nomades, chassés par la sécheresse ou cernés par la civilisation industrielle.


En prolongement de la conférence Épouses et courtisanes à la cour du Grand Moghol (p.74), du spectacle La légende du Prince Rama (p.26-27) et du concert Musique des heures et des saisons (p.48-49).

Photo : Aline Tyranowicz

Ce voyage initiatique au coeur de l’Asie, berceau du théâtre d’ombres et des marionnettes, nous fait découvrir la magie de ces figurines populaires issues d’un art raffiné. De Birmanie et de Thaïlande, de brocart ou de velours vêtues, de Chine et du Japon, en bois ou en terre cuite, d’Inde ou d’Indonésie, ciselées dans le cuir ou modelées en papier mâché, de cour royale ou de rue, elles sont autant de passerelles entre les hommes et les divinités. Ces créatures magiques, révélatrices de mondes inconnus, détentrices de pouvoirs insoupçonnés, craintes et respectées comme des dieux, témoignent d’un patrimoine culturel en voie de disparition et perpétuent l’art du récit populaire ou sacré… Une scénographie appropriée permet de comprendre leurs modes de manipulation et d’appréhender le contexte culturel qui leur insuffle vie et mouvement. Vernissage Vendredi 3 décembre, à 18h. Exposition ouverte les mercredis, samedis et dimanches.

Cette exposition révèle la beauté et la diversité de ces figurines venues d’Asie et traduit toute la passion pour ces pays, ces peuples et cet art d’Éric Meslay, collectionneur parti à la rencontre des derniers grands maîtres marionnettistes et montreurs d’ombres traditionnels d’Asie. Magnifique et magique !


Dans le cadre d’une tournée communautaire de la CPA

La nouvelle création d’Artesens nous sensibilise à l’art contemporain à partir de notre patrimoine pictural et nous permet de comprendre les liens entre artistes de différentes époques, de la Renaissance jusqu’à l’art d’aujourd’hui. La thématique abordée ici porte principalement sur le corps humain. L’exposition présente des œuvres importantes depuis la Renaissance au XIXème siècle avec Léonard de Vinci, Raphaël, Michel-Ange, Le Gréco, Ingres, associées à des œuvres contemporaines de Duchamp, Picasso, Warhol, Rothko, Klein, Raysse, Basquiat, Garouste…

Photo : ARTESENS

Aucune œuvre originale n’est présentée dans l’exposition Exposition ouverte les mercredis, samedis et dimanches. Vernissage Vendredi 1er Avril, à 18h.

DRAC, Conseil Régional PACA, Conseil Général des Bouches-du-Rhône, Fondation BPPC

Avec une scénographie sobre et attractive, le parcours muséographique intègre des installations tactiles, sonores, ludiques, nous permettant d’être physiquement actifs dans la découverte des formes et des textures. Encore une belle réussite d’Artesens !


Cette année, la Bibliothèque Municipale propose des rencontres basées sur l’échange et la convivialité, pour tous les publics et tous les goûts. Rencontres autour de conteurs et de conteuses qui chatouilleront notre imaginaire ; rencontres d’auteurs connus et reconnus qui viendront dédicacer leurs ouvrages ; rencontres de l’autre enfin, à travers ses textes, sa culture ou son histoire... Autour d’un café-croissant ou d’un apéro, venez écouter, enrichir et partager ces moments chaleureux.


25 septembre

22 janvier 1

3

Originaire de Manosque, Pierre Magnan rencontre le succès à 56 ans avec la parution de son premier polar en 1976. Suivront de nombreux ouvrages qui tous font la part belle à sa Provence natale. Il vit aujourd’hui à Forcalquier et se considère comme « l’écrivain des pauvres », lui dont les ouvrages sont achetés principalement en poche ou lus dans les bibliothèques... Déjà parus : Le sang des Atrides, la Maison assassinée, l’Aube insolite, Chronique d’un château hanté...

Après un doctorat d’état en sciences économiques, Jean d’Aillon fait une grande partie de sa carrière à l’Université puis dans l’administration des Finances. Il vit aujourd’hui à Aix-en-Provence, théâtre de plusieurs de ses romans et se consacre à l’écriture de romans policiers autour de l’histoire de France. Déjà parus : la Guerre des Trois Henri, Marius Granet et le Trésor du Palais Comtal, L’Homme aux rubans noirs...

27 novembre

26 mars 2

Enseignant puis responsable du Bureau du livre de jeunesse de Francfort, il se consacre aujourd’hui à l’écriture de livres pour enfants et adolescents. À la recherche de nouvelles formes d’écriture, il s’inspire de la manière de raconter des enfants d’aujourd’hui et de leur imaginaire. Ses textes sont souvent adaptés au théâtre. Déjà parus : Histoires pressées, Nouvelles Histoires pressées, Amanda Chocolat... En prolongement du spectacle Tu m’écoutes ? (p.99)

4 Marseillais de naissance et Brésilien de coeur, Jean Paul Delfino vit à Aix-en-Provence. Romancier, journaliste et scénariste de téléfilms, passionné de musique brésilienne, il puisera son inspiration romanesque dans la découverte du Brésil et de Rio de Janeiro. Déjà parus : Corcovado, Dans l’ombre du condor, Samba triste, Zumbi...


2

21 mai 5 3

La plus américaine de nos auteurs français de littérature jeunesse ancre ses romans dans la vie quotidienne et parle avec humour et générosité de la famille, de l’amour, de l’école, des rencontres... Chaleureuse et attachante, elle transmet sa joie de vivre et d’écrire à tous ceux qui ont le bonheur de l’écouter. Déjà parus : Confession d’une grosse patate, Lettres d’amour de 0 à 10, La Sixième...

5

1

En prolongement de la Fête du livre (p.38-39)

sous réserve (date à confirmer) 6 Après des études littéraires, Katherine Pancol devient journaliste à Paris Match. De sa plume vive et alerte, elle a écrit de nombreux romans qui racontent avec générosité et réalisme les tourments intimes de femmes modernes. Elle s’impose désormais comme une de nos grandes romancières à succès. Déjà parus : Les Yeux jaunes des crocodiles, La Valse lente des tortues, Les Ecureuils de Central Park sont tristes le lundi, Un homme à distance…

4

6


23 novembre / Bibliothèque / Tout public 19 octobre / Salle des Fêtes / à partir de 10 ans

Bibliothèques en fête : Au temps des Balkans...

Dans le cadre de la journée internationale des droits de l’Enfant

L’aube se lève sur Sarajevo. L’alerte sonne, tout le monde s’engouffre dans la cave. Au son de la musique, l’Herzégovine médiévale apparaît, des histoires sont racontées.

Enseignante, Kristelle Savoye profite d’une année de disponibilité pour partir seule et à vélo à la rencontre des écoles du monde, entre découverte des autres et recherche de soi. Elle nous propose de partager son expérience, son émerveillement devant les paysages magnifiques, ses galères et les rencontres inoubliables qui ont jalonné son périple. Un diaporama illustrant deux des continents traversés accompagnera cette rencontre. À partager en famille !!!

Ce spectacle est construit à la manière des «Contes de la solitude» d’Ivo Andric : se croisent des mélodies traditionnelles et de la musique plus actuelle, des instruments classiques et d’autres plus improbables. L’univers sonore change, à l’image de Sarajevo. Distribution : Textes et musiques : Frédéric Blancot, François Escojido, Cyril Fayard Contes et chansons : Anne Deval Musique et sons : Jerémy Perrouin Instruments improbables, lumières, textes : Julien Tribout Exposition de photographies. Table thématique sur les Balkans. (Bibliothèque)

Du 1er au 30 novembre, Exposition Tous mes droits d’enfants. En prolongement du spectacle musical Immenses et minuscules (p.24-25) et de l’exposition Nomade’s Land (p.85).


8 mars / Bibliothèque / Ados-Adultes

7 juin, 18h / Départ de la Bibliothèque / Tout public

Dans le cadre de la journée de la Femme

C’est à l’ombre des pins que nous entraîne Sylvie Viéville, notre conteuse voyageuse. Dans l’odeur chaude de résine, pas à pas les contes cheminent et se dévoilent sur les sentiers, au détour des allées. Les feuillages frissonnent et chuchotent les secrets des arbres de la garrigue. La parole se glisse dans le chant des cigales et le murmure du vent pour resurgir... là où on ne l’attendait plus !

Lectures de textes écrits par des femmes célèbres d’Olympe de Gouges à Virginia Woolf. Elles mêlent la vie et l’écriture avec une belle énergie. Elles sont très célèbres ou moins, elles sont françaises ou étrangères. Elles écrivent. Des extraits de textes traversés par des rires, des colères, de l’amour et de la beauté. Du 1er au 30 mars, exposition Il était une fois... l’histoire des femmes  En prolongement du spectacle Le frichti de Fatou (p.34-35)

Prévoir un vêtement chaud, des chaussures confortables et un en-cas.

Chaque 1er vendredi du mois à 13h30 – La Campanella

En partenariat avec le CCAS, les bibliothécaires proposent à nos seniors des lectures buissonnières : après un temps de lecture à voix haute autour d’un thème, c’est l’occasion pour eux de partager et d’échanger leurs souvenirs ou leurs expériences. Ce temps de parole, dans un climat chaleureux et convivial, est devenu un rendez-vous très attendu. Virginia Woolf


20 octobre

9 février

À partir de 5 ans

Accompagnés de mélodies à la clarinette, cheminons sur la terre Russe, sous un ciel infini, à l’écoute de quelques histoires étonnantes et succulentes, puisées dans le répertoire de ce pays aux multiples légendes.

24 novembre

À partir de 4 ans

Dans cette histoire, il est question  d’une mémé, d’une petite fille et de pommes..., des pommes un peu spéciales. Dès que tu les croques, des histoires épicées envahissent ta bouche et viennent ravir tes oreilles. Chaque soir mémé et petite fille croquent à pleines dents dans ces fruits délicieux. Jusqu’au jour où le loup va interrompre leur festin d’histoires. 9 mars

À partir de 5 ans

Taptap n’est pas un loup ordinaire. Il est tout gentil, trop gentil ! À tel point que plus aucun loup ne veut chasser avec lui. De rencontres en aventures, Taptap va subir toutes les misères du monde, jusqu’au jour où, ayant mal partout, il se soignera en écoutant des contes. Dans cette histoire à tiroirs, qui mêle randonnée et conte merveilleux, chacun est libre de choisir son destin.

À partir de 5 ans

Des histoires qui interrogent les relations que l’on a avec les autres..., proches ou lointains, grands ou plus petits... qui racontent comment nos histoires de vie se croisent et s’entre-mêlent. Mais surtout des histoires prétextes pour se retrouver, être rassemblés, pour écouter avec plus d’oreilles et plus de coeur les mystères de l’âme humaine.


13 avril

À partir de 5 ans

C’est dans le secret du bruit d’une fontaine que vous entendrez peut-être rire les fées de l’eau, que vous apprendrez comment faire venir la pluie et pourquoi certaines rivières broient du noir. Enfin, vous accompagnerez le chercheur d’eau dans sa longue quête jusqu’au pied de la montagne sacrée.

Parce qu’il n’y a pas d’âge pour aimer la lecture, Michèle Riboud, de l’association Lis-Relie, propose aux plus jeunes de 6 mois à 3 ans de se familiariser avec l’objet livre en partageant un instant convivial et chaleureux autour d’histoires tendres, drôles ou quotidiennes...

1 mercredi par mois à 16h / Section Jeunesse de la Bibliothèque 20 octobre / 24 novembre / 15 décembre / 12 janvier 9 février / 9 mars

Chaque année, le rallye lecture est devenu le rendez-vous incontournable de nos écoliers. Chaque classe se voit proposer un choix de romans à lire dans un temps donné, à l’issue duquel les enfants seront classés et les meilleurs récompensés par des livres. Une manière ludique et astucieuse de les inciter à lire des romans et de développer le plaisir de la lecture.


Le spectacle vivant développe la part de rêve qu’a chaque enfant en lui, son imaginaire, son esprit critique, sa sensibilité artistique, sa capacité à se concentrer, à se projeter dans l’avenir. Les jeunes venellois conjuguent pédagogie et divertissement, plaisir et enrichissement, qualité d’écoute et attention. Ils savent maintenant se laisser pénétrer par un univers, une ambiance, une histoire, des sons, des couleurs, des timbres de voix… Telle est la démarche d’accompagnement et de sensibilisation artistique que nous menons en lien étroit avec les enseignants en direction du Jeune Public. Notre souhait : donner à tous le goût et le désir du spectacle !

Les écoliers de Venelles iront aussi voir dans un cadre scolaire des spectacles présentés le soir en « Tout Public ». Ils auront ainsi le plaisir « d’emmener leurs parents au spectacle » et de partager avec eux des moments d’émotion, d’évasion, de rêve et de poésie. Venez voir et découvrir avec eux le monde onirique de La légende du prince Rama (10 décembre), la rencontre de la magie avec le théâtre dans le Concert insolite (4 février) et le regard sans concession des enfants sur le monde dans Les contes de la petite fille moche (8 avril). Ils iront aussi voir les 4 expositions présentées à la Voûte Chabaud tout au long de l’année (p.82-87). Là encore, n’hésitez pas à y retourner avec eux : ils seront fiers de vous présenter l’exposition ! Nous vous attendons !


Dans le cadre d’une tournée communautaire de la CPA

Les thèmes développés dans ces histoires de Nasreddine sont au coeur de notre vie : l’image de soi, la représentation, le respect, les inégalités, la capacité à trouver des solutions aux problèmes, la sagesse, la confiance en soi, l’écoute… Et derrière chacune de ces histoires, se cache une sagesse simple comme la lumière. Elles pointent impitoyablement les comportements stupides, la vanité, les ridicules et les travers des tenants de l’ordre établi. Inlassablement, Nasreddine dénonce la sottise humaine en utilisant une arme unique et imparable : la dérision.

Projet artistique : Agnès Pétreau - Distribution : Agnès Pétreau, Brigitte Quittet - Son & lumière : Jocelyne Rodriguez Regard sur la mise en espace : Patricia Vignoli Durée : 1h - Soutiens : Conseil Général des Bouches-du-Rhône, Ville d’Aix

D’après les contes « La paire de chaussures » et « le marchand de fessées »

La paire de chaussures : Nicolas et Tina forment un couple, mais pas un couple comme les autres. Il s’agit d’une paire de chaussures. Un beau jour, une vendeuse les sort de leur boîte afin de les essayer à une dame. C’est le début des mésaventures pour ces 2 amoureux. Comment réussir à ne pas être séparés ? Le marchand de fessées : Saviez-vous que les fessées sont des créatures dont les ailes ressemblent fort à des mains et qu’elles sont vendues dans des magasins spécialisés ? Mais voilà, dans le pays où se passe notre histoire, les enfants ne font pas de bêtises. Les fessées s’ennuient et le marchand s’inquiète : comment faire pour occuper ses petites protégées ? Conception du projet et interprétation : Agnès Pétreau Chorégraphie : Anne Boyer - Décor : Marc Anquetil Durée : 1h - Soutiens : Conseil Général des Bouches-du-Rhône, Ville d’Aix

Dans la partition à 2 voix des 2 comédiennes, l’alternance de séries, les pauses et instants de réflexion, les suspensions, les pirouettes et cascades de fous rires et d’absurdités révèlent l’enseignement transmis par ce personnage attachant qu’est Nasreddine. Il s’impose dans la grande lignée de nos clowns et de nos bouffons.

Agnès Pétreau nous emmène avec talent sur les chemins de l’imaginaire et du fantastique propres à Pierre Gripari. Elle traduit, grâce à un visuel riche, toute la fantaisie de ces deux contes.


D’après Les Histoires pressées de Bernard Friot et en présence de l’auteur

Ce spectacle tricote quelques unes des fameuses Histoires pressées de Bernard Friot. Une institutrice à la voix stridente finit dans un bocal à poisson, un gamin de 6 ans fait de drôles de rencontres dans son réfrigérateur … Les 2 comédiennes jouent ici de leurs corps et de leurs fantaisies, de leurs voix et de leurs travestissements, pour plonger au coeur de l’enfance et passer en un clin d’oeil de Tante Isabelle au petit Benjamin ou au céleri du réfrigérateur… Conception : Judith Arsenault, Magali Jacquot Mise en scène : Jeanne Béziers Distribution : Judith Arsenault, Magali Jacquot Costumière, décoratrice : Sylvie Criqui Musique : Aksak, Les Brûlants… Durée : 55’ - Soutien : Communauté du Pays d’Aix En prolongement, Bernard Friot assurera une séance de dédicaces lors d’un P’tit dej de la Bibliothèque samedi 27 novembre (p.90).

Les histoires pressées choisies pour ce spectacle expriment avant tout les relations complexes entre les enfants et les adultes : parfois il s’agit de paroles étouffées, gardées en dedans, parfois ces paroles deviennent extravagantes, exubérantes. Chaque histoire révèle son univers poétique, fantastique, ou un zeste caustique tout en abordant des thèmes cruciaux comme la peur de l’abandon, l’incompréhension entre parents et enfants… Les enfants auront un échange avec l’auteur en amont et à l’issue du spectacle, après avoir travaillé en classe sur les Histoires Pressées.


Photo : Compagnie l’éléphant vert

La souris Cacahuète revient de ses périples lointains avec la conteuse Sylvie Viéville. Elles nous ramènent toutes 2 une foule d’histoires du Grand Nord et nous plongent avec délice, humour et fantaisie dans le temps de Noël. Distribution : Sylvie Viéville

Toujours aussi féérique avec notre conteuse voyageuse. Les enfants attendent avec impatience le retour de sa petite souris.

Sur le chemin menant au spectacle, les enfants rencontrent 2 dames de service. Elles décident de les accompagner à la recherche de la place de la représentation… Partagées entre « rester à sa place » et « ne pas tenir en place », les deux dames vont être, au fil de leurs rencontres mêlant réalité et imaginaire, spectatrices et actrices des difficultés, des plaisirs, des hésitations liées aux places que l’on occupe. Conseil Régional PACA, Conseil Général des Bouches-du-Rhône, Ville d’Arles

Durée : 35’ Collectif d’écriture : Fabienne Cohen, Elsa Cordier, Claire Madelénat Mise en scène et dialogues : Pierre Delosme Mise en musique et son : Stéphane Mazard, Pierre Delosme Distribution : Fabienne Cohen (danseuse), Claire Madelénat (comédienne)

Une invitation au plaisir du mouvement et de la mobilité : bien comprendre sa place, pour mieux s’en déplacer, avec souplesse et sans inquiétude…


Photo : P. Leïva

D’après Le Secret de Monsieur Nostoc de Patrice Seiler (librement inspiré) 2 danseurs évoluent dans un décor de bureau inspiré de «Playtime» de Jacques Tati. La gestuelle de chacun révèle sa personnalité : autant elle est rigoureuse, exacte et précise, autant lui est lunaire, aérien et désordonné… Petit à petit, par des surprises, des sourires, il va l’amener à plus de fantaisie et à sortir du cadre strict que les gestes de tous les jours peuvent nous imposer. Durée : 35’

Ce spectacle parle de la poésie qui naît du quotidien, de l’importance de laisser la place à l’imaginaire… et de se laisser pousser des ailes pour faire tomber les murs et élargir son horizon…

Chorégraphie : Christine Fricker Scénographie : Hélène Dattlero Création musicale : Julia Poggi Distribution : Julia Poggi, Anthony Deroche Voix off de Monsieur Biznesse : Olivier Reyre Costumes et accessoires : Mariline, Sommer Revest Conseil Général des Bouches-du-Rhône, Ville de Marseille, Théâtre de l’Olivier, Régie culturelle de Scènes et Cinés Ouest Provence.


Les différentes manifestations évoquées dans ce programme sont proposées par : le Service Municipal Venelles Culture, la Bibliothèque Municipale, la MJC et l’association Comparses & Sons. Les billets-réservations sont à prendre auprès de chaque organisateur de spectacles qui a une tarification propre.

TARIF A Théâtre / Musique

11€

9€

4€ / 3€

24€

21€

-

TARIF B Conférences

4€

3€

-

9€

-

-

TARIF C Visite découverte

22€

20€

18€

TARIF D Visite insolite

29€

27€

25€

Abonnement 3 spectacles Abonnement 3 conférences

Toutes nos manifestations sont programmées sous réserve de modifications. Tarif réduit : 18-25 ans, étudiants, + de 60 ans, demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA, handicapés, familles nombreuses, enseignants, professionnels du spectacle et après épuisement des abonnements sur présentation d’un justificatif. Tarif réduit pour les - de 18 ans : si un des parents a un abonnement Théâtre/Musique Venelles Culture. Ces abonnements peuvent être souscrits tout au long de la Saison 2010-2011 à l’accueil Venelles Culture et sont valables pour la Saison en cours.

Infos pratiques visites :

Départ de l’arrêt de bus de la poste Pour les visites découvertes : à 13h30 Pour les visites insolites : à 9h30. Prévoir un pique-nique pour la pause déjeuner. Retour à Venelles prévu à 18h30. La configuration des visites ne permet pas un accès aux personnes à mobilité réduite. Enfants à partir de 12 ans. Les animaux sont interdits.

Réservations pour les visites

Il est indispensable de réserver pour toute visite. Les billets sont à retirer la veille au plus tard. L’organisateur se réserve le droit d’annuler la visite si le nombre de participants est insuffisant.


Ouverture de la billetterie : 1er septembre Billetterie Venelles Culture : du lundi au vendredi de 9h à 12h Espèces / Chèque à l’ordre du Trésor Public / Carte Bleue

Par téléphone : 04 42 54 93 10

Toute réservation doit être confirmée dans les 48h par un règlement ou par un paiement à distance.

NOUVEAU - Carte Bleue par téléphone :

Le paiement par CB par téléphone est maintenant en service. Ce paiement à distance est sécurisé sous le contrôle du Trésor Public.

Par courrier : Chèque à l’ordre du Trésor Public.

Préciser date, nom de la manifestation,nombre de places avec la photocopie des justificatifs de réduction. Places à disposition à la billetterie ou à retirer le soir de la manifestation.

Sur place :

30 minutes avant les pièces de théâtre et les conférences, 1h avant les concerts à l’église. Les places ne sont pas numérotées. Pour le confort de tous, les spectacles débutent à l’heure. L’accès en salle pourra être refusé aux retardataires. Il est interdit d’enregistrer, filmer et photographier les spectacles. Les différents lieux sont accessibles aux personnes en fauteuil roulant ou à mobilité réduite. Merci de le signaler au moment de la réservation.

Entrée libre sur réservation

04 42 54 93 48

TARIF MJC

14€ / 10€*

04 42 54 71 70

TARIF C&S

5€**

Bibliothèque

sur place, le soir même

* : Adhérents MJC, demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA, familles nombreuses, étudiants, intermittents du spectacle et groupes de + de 10 personnes. L’adhésion à la MJC (20€) donne droit à un concert gratuit et les suivants au tarif réduit. Entrée gratuite pour les enfants de moins de 12 ans. ** : + 2€ d’adhésion annuelle à l’association Comparses & Sons.

Toutes ces informations et une présentation de chacune de nos manifestations sont sur le site www.venelles.fr/culture. N’hésitez pas à nous contacter par mail si vous souhaitez recevoir notre bulletin mensuel d’information à culture@venelles.fr

SERVICE VENELLES CULTURE Rue des Ecoles 13770 VENELLES Téléphone : 04 42 54 93 10 Fax : 04 42 54 93 08 e.mail : culture@venelles.fr



Venelles Culture 2010-2011