Issuu on Google+

Association ElefantAsia

2008

rapport annuel


RAPPORT MORAL

Personnel au Laos Siège de l’association

Adresse au Laos

ElefantAsia 22, rue de l’Arcade 75008 Paris info@elefantasia.org www.elefantasia.org

ElefantAsia c/o National Animal Health Centre Ban Khounta, Po Box 3804 Vientiane, RDP Laos Tel : +(856-21)252058 info@elefantasia.org

Gilles MAURER Chargé des programmes Mob: +856-20-541-87-30 Email : gilles@elefantasia.org

Sébastien DUFFILLOT Chargé des programmes Mob: +856-20-502-53-26 Email : info@elefantasia.org Melle. Nitthaphone Sivanthong Secrétaire Tel: +856-21-252-058

Composition du bureau pour l’exercice 2008 Président Norin CHAI Responsable vétérinaire Muséum National d’Histoire Naturelle 57 rue Cuvier 75005 PARIS Tel dir. 01 40 79 48 99 Trésorier Michel ROSSE 10, rue des Nonnains d’Hyères 75004 Paris

Dr. Hanh Choundara Coordinateur des programmes Mob: +856-20-241-10-63

M. Phouang Singnam Responsable de la clinique mobile

Secrétaire Violaine VUIBERT 5, rue de Crussol 75011 Paris Mob: 06.11.05.21.58

Melle. Vatsana Chanthavong Assistante vétérinaire

Melle. Ingrid SUTER (volontaire) Responsable de la Communication Mob: +856-20-7981698 Email : conservation@elefantasia.org

Melle. Florence LABATUT ‘bénévole) Vétérinaire Mob: +856-20-618-19-72 Email : florence@elefantasia.org

p2


RAPPORT

ANNUEL

2008-

ASSOCIATION

ELEFANTASIA

Le mot du Président 2008 a été l’année du renforcement de nos capacités d’action au Laos. Après une période de mise en place et d’investissements, le programme de soins vétérinaires pour les éléphants du Laos a véritablement décollé en 2008. La clinique mobile a atteint sa vitesse de croisière, en terme de nombre de missions de terrain. Ainsi, l’équipe d’ElefantAsia a effectué 336 visites médicales gratuites cette année. Des améliorations ont été apportées comme la fourniture systématique d’un kit de premiers soins (financés par RSPCA, Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals) à chaque éléphant et la formation à l’utilisation de son contenu. Le recrutement d’une assistante vétérinaire, Melle Vathsana Chanthavong, a été un élément décisif dans l’augmentation de l’efficacité de la clinique mobile. Enfin, la présence de deux vétérinaires français, Fanny Cohen et Christophe Bonnefont, pendant 6 mois auprès du personnel laotien de la clinique a contribué à la rationalisation des opérations. L’achat de médicaments et le coût des missions de terrain est donc devenu, comme on pouvait s’y attendre, un des postes les plus importants du budget de l’association. Les autres projets on été poursuivis en 2008, comme

l’édition de matériel pédagogique, l’installation d’un centre de ressources à Luang Prabang (“la Maison de l’Eléphant”) ou encore le site internet d’ElefantAsia qui reçoit un nombre de visites croissant. De nouveaux projets ont vu le jour, comme le montage d’un squelette complet d’éléphant au centre de ressources ou le début d’un cycle de librairies mobiles en éléphant qui apporte aux enfants scolarisés dans des villages reculés, des livres à dos d’éléphant ! Une Newsletter intitulée “Tusker Times” a aussi vu le jour sous l’impulsion de notre nouvelle responsable de la communication, Ingrid Suter. Vous pouvez vous y abonner via le site internet. On ne s’ennuie donc pas à ElefantAsia et à mesure que les projets se multiplient, la taille de l’équipe grossit. Nous commençons à être à l’étroit dans nos petits bureaux du Centre National de Santé Animale à Vientiane. Nous avons formulé une demande auprès de nos autorités de tutelle pour engager l’agrandissement de nos bureaux. Le Festival de l’éléphant a été reconduit après le succès de l’an dernier. Cette année, ce sont près de 50.000 personnes qui se sont rendues à Paklay pour assister aux parades et diverses activités pachydermiques. Les médias s’intéressent aussi de plus en plus aux programmes menés par ElefantAsia au Laos. Ainsi, plusieurs documentaires ont été réalisés en 2008 par ARTE et TV5 notamment. Bonne lecture à tous, adhérents, donateurs, volontaires, et internautes qui suivez la progression de l’association.

Norin Chai, Président

p3


RAPPORT MORAL

Rappel

TITRE DU PROGRAMME : Programme de conservation de l’éléphant au Laos PAYS : République Populaire Démocratique Lao LOCALISATION GEOGRAPHIQUE DU PROJET Province de Sayaboury (soins vétérinaires), couverture nationale (campagne de sensibilisation). BENEFICIAIRES : Eléphants sauvages et domestiques, cornacs, vétérinaires laotiens. RESUME DU PROJET : L’objectif du programme est de développer les conditions d’une cohabitation durable entre l’homme et l’éléphant d’Asie en proposant aux populations laotiennes des solutions alternatives pour valoriser ce patrimoine naturel et culturel menacé. Le programme s’attache à : • Sensibiliser les communautés rurales à la conservation de l’éléphant et de son habitat à travers la réalisation et la diffusion de matériel éducatif et d’une campagne d’information nationale; • Améliorer la situation sanitaire des éléphants domestiques afin de sécuriser les revenus des familles de cornacs. Le programme fournit des formations vétérinaires spécialisées et administre une clinique vétérinaire mobile d’intervention ; • Développer des activités économiques alternatives au travail dans le bûcheronnage pour les éléphants et leurs cornacs. BUDGET 2008: 100 000 Euros CO-FINANCEURS : Fonds Français pour l’Environnement Mondial, U.S. Fish & Wildlife Service (Asian Elephant Conservation Fund), Dotations de Solidarité Nord/Sud, Fondation 30 millions d’amis, Elephants Umbrella Fund, RSPCA, International Elephant Fondation, Ford Environment Grants, Association ElefantAsia. p4


RAPPORT

ANNUEL

2008-

ASSOCIATION

ELEFANTASIA

I. Principaux acquis et resultats obtenus en 2008

1.1 Sensibilisation et contribution à la préservation de A noter aussi l’ouverture de la “Maison de l’Eléphant”, l’environnement mondial un centre de ressources consacré à l’éléphant d’Asie et installé à Luang Prabang, la capitale culturelle et L’éléphant est considéré comme une « espèce-clé » ayant touristique du Laos. la capacité de façonner et modifier son habitat, jouant un rôle pivot dans la structure de son écosystème. De plus, la popularité et l’image positive que l’éléphant véhicule au sein de la population locale et mondiale sont un atout précieux dans le cadre d’une stratégie de conservation. Vénéré partout en Asie et cher aux cœurs des orientaux comme des occidentaux, l’éléphant est le porte-parole idéal pour sensibiliser les populations à la protection de la biodiversité et des écosystèmes mondiaux. La campagne de sensibilisation orchestrée par ElefantAsia en 2007-2008 a obtenu des résultats au-delà des prévisions, tant au niveau national qu’international. La qualité des publications d’ElefantAsia a été plébiscitée par le public et les ONG qui ont participé à leur distribution sur le terrain. Le Festival de l’éléphant a également joué un rôle moteur dans la campagne de sensibilisation et suscité un très fort intérêt de la part de la population, des médias et des décideurs. La presse écrite et audiovisuelle a largement relayé l’information et diffusé des messages forts en faveur de la protection de l’éléphant et de son habitat. Une très large majorité du pays a été sensibilisée aux risques d’extinction des éléphants mais il est cependant difficile d’évaluer l’impact réel de la campagne de sensibilisation sur les pratiques environnementales des populations-cibles. Il convient enfin de noter que les plus hautes autorités de l’état laotien ont participé à cette deuxième édition du festival et ont, à cette occasion, délivré des messages en faveur de la protection de l’espèce. Enfin, de nombreux reportages (magazine, presse, documentaires audiovisuels) ont présenté les programmes menés par ElefantAsia au Laos, et ont ainsi permis de sensibiliser le public international.

1.2 Contribution à l’amélioration des conditions sanitaires des éléphants Le programme d’appui aux soins vétérinaires des éléphants domestiques de la province de Sayaboury mené par ElefantAsia depuis octobre 2006 a permis d’améliorer les conditions sanitaires du cheptel de la province, sécurisant ainsi les revenus générés par le travail des éléphants. Les équipes vétérinaires ont sillonné la province à l’occasion de nombreuses missions de terrain pour fournir des soins gratuits et dispenser des formations vétérinaires. Le programme a permis de confirmer que la situation sanitaire globale des éléphants domestiques du Laos est satisfaisante mais qu’elle se dégrade. Ainsi un effort important a été consenti pour former les vétérinaires lao ainsi que les cornacs aux soins élémentaires. Un cursus théorique et pratique a été élaboré et dispensé aux cornacs lors des missions de l’Unité Mobile dans chaque district. Enfin un manuel de soins a été édité et est distribué aux cornacs. L’année 2008 a permis de finaliser les activités suivantes : • Recensement des éléphants domestiques de la province de Sayaboury; • Formations vétérinaires; • Mise en place d’une clinique mobile vétérinaire; • Formation des cornacs aux soins vétérinaires de base et rédaction d’un manuel de soins primaires. • Soins gratuits et distribution de kis de premiers secours

p5


RAPPORT MORAL

de l’association. Le prochain Festival sera organisé dans un troisième district, ce qui ne facilitera pas le processus de capitalisation des autorités locales ! Les services vétérinaires se sont également largement impliqués dans le programme. Plusieurs fonctionnaires ont été formés et participent à l’ensemble des missions sur le terrain. Enfin, les cornacs se sont également impliqués dans les activités du projet. Plus de 80% des éléphants et cornacs de la province ont participé aux réunions de formation et aux visites de l’unité mobile. Les cornacs sont demandeurs de conseils et d’assistance auprès des fonctionnaires formés par le projet. Les cornacs du district de Hongsa ont montré une forte volonté de s’organiser au sein d’un collectif. Ils font face aujourd’hui à des problèmes nouveaux et communs à tous : perte des connaissances traditionnelles et absence de médecine vétérinaire moderne, dévalorisation du métier, avenir économique incertain dû à la diminution des quotas de bois, taux de reproduction en forte chute, manque de concertation entre cornacs, etc. Le projet a permis d’organiser plusieurs ateliers participatifs pour évoquer ces questions et discuter de l’établissement d’une association professionnelle. L’enregistrement légal d’une telle association a malheureusement souffert d’un vide juridique qui sera comblé par la promulgation du décret sur les associations de droit local au Laos.

1.3 Développement économique et social local La contribution au développement économique et social des familles de cornacs et des populations de la province de Sayaboury fait partie intégrante de nos objectifs. Dans le domaine économique, une expérience pilote de randonnées à dos d’éléphant a été développée à Hongsa, en partenariat avec une agence de tourisme locale. Cette activité, bien que marginale au niveau de la province, a démontré que le tourisme permettait d’assurer des revenus décents aux cornacs tout en préservant l’environnement et les traditions d’élevage de l’éléphant. Enfin, le Festival de l’éléphant a permis de générer des revenus substantiels pour la population locale. Le district de Paklay a évalué les retombées économiques à 1,5 millions de dollars. Ces retombées économiques sont à comparer avec le budget d’organisation du festival qui s’élève à 60.000 USD seulement. Le succès populaire et l’importance des retombées économiques du festival garantissent sa durabilité. 1.4 Implication des partenaires et des populations Le projet a mobilisé différents partenaires selon les activités. Concernant l’organisation du Festival, l’appropriation de cette activité par les autorités locales a été totale. Ainsi un comité d’organisation de près de 90 personnes, principalement des fonctionnaires, soutenu par l’équipe d’ElefantAsia s’est investit dans la préparation de l’événement. Le succès de la première édition a permis d’inscrire durablement cet événement dans le calendrier culturel laotien. Au fur et à mesure, les autorités locales se sont impliquées davantage et ont élargi l’éventail de leurs responsabilités. Cependant il convient de souligner que les autorités ne sont pas encore autonomes notamment à cause de leur manque d’expérience. En effet, le Festival a été organisé dans 2 districts différents, obligeant ElefantAsia à multiplier la formation des personnels. D’autre part, des domaines tels que la communication, les médias et le sponsoring nécessitent toujours l’assistance

p6


RAPPORT

ANNUEL

2008-

ASSOCIATION

ELEFANTASIA

II. Résultats obtenus en 2008

ONG participant à l’opération. Avec près de 50 journalistes étrangers présents chaque année, le festival jouit d’une couverture médiatique internationale qui contribuera, nous le souhaitons, au succès des éditions à venir. Télécharger la revue de presse du festival : http://www.elefantasia.org/docs/mydwnld/LECAP/ review festival.pdf Visiter le site officiel du festival : http://festival.elefantasia.org

2.1. Education à l’environnement Sensibiliser les communautés rurales et le grand public aux enjeux et aux bénéfices écologiques, sociaux et économiques liés à la conservation de l’éléphant et de son habitat. Le programme d’éducation à l’environnement a débuté en janvier 2006 et s’est poursuivi jusqu’en 2008. Le Festival de l’éléphant Suite au succès rencontré Su lors de la première édition lor du Festival de l’Eléphant organisé à Hongsa en org 2007, les autorités locales 20 ont souhaité renouveler on l’expérience. Un nouveau l’ex Festival a donc été organisé Fes en 2008 dans le district de Paklay, au sud de la province de Sayaboury. pro 50.000 visiteurs sont 50 venus admirer près de 70 ven éléphants et participer aux élé activités. Il est à noter qu’au delà de sa portée médiatique, l’événement fut aussi un succès économique pour les districts d’accueil. Le festival a permis de délivrer un message fort sur l’urgence de protéger l’éléphant, symbole culturel national et espèce en danger, tant à l’état sauvage qu’à l’état domestique. Pendant quelques jours par an, l’éléphant se transforme en puissant vecteur de communication pour la conservation de la faune et de la flore de la région et du pays. Les activités du festival comprennent : un défilé d’éléphants, l’élection de l’éléphant de l’année (mâle et femelle), une cérémonie traditionnelle de Baci d’éléphants, la reconstitution d’un dressage d’éléphanteau, un musée de l’éléphant en plein air, des spectacles, concerts et conférences et un circuit éducatif à travers les stands des

La Bibliothèque Mobile en Eléphant ElefantAsia et l’association Big Brother Mouse ont entrepris l’organisation conjointe de Bibliothèques moElephant Mobile Library biles à dos d’éléphant & Book Parties au Laos. Ainsi, nous acheminons des livres illustrés aux enfants des écoles des districts les plus reculés de la province de Sayaboury. Dans chaque village, nous établissons un fonds de livres au sein de l’école (80 ouvrages en moyenne) et nous organisons des activités ludo-éducatives en plein air pendant lesquelles les élèves reçoivent chacun un livre (souvent leur premier livre !) Ce projet a pu voir le jour grâce au soutien financier de l’ambassade des Etats-Unis au Laos. Mae Dok, l’éléphante de l’association est sollicitée pour transporter les livres aux enfants. 6 missions ont été organisées en 2008 et nous prévoyons d’étendre la couverture géographique des Bibliothèques Mobiles à la province de Vientiane en 2009.

p7


RAPPORT MORAL

Livret pour les enfants ElefantAsia a réalisé et diffusé un livre sur l’éléphant destiné aux élèves de classes primaires du Laos. Les rubriques du livre comprennent une histoire originale illustrée (“l’éléphant, ami de kèo”), un jeu de l’oie (un poster et ses questions/réponses) et des pages thématiques sur la conservation de l’éléphant. Des groupes de travail et un comité éditorial rassemblant plusieurs ONGs et des représentants du Ministère de la Culture et du Département des Forêts ont été mis en place. Le premier tirage a été imprimé en septembre 2008 à 1000 exemplaires et a été entièrement distribué dans les régions touchées par les conflits hommes-éléphants. Conscients de l’impact limité que peut avoir une publication sans une distribution ciblée et accompagnée d’activités éducatives, nous avons invité plusieurs ONGs actives dans le domaine de l’éducation ou de la conservation à devenir partie prenante du projet, depuis sa conception jusqu’à la distribution.

Ainsi l’organisation Big Brother Mouse (http://www. bigbrothermouse.com/) distribue ce livre à Luang Prabang et Sayaboury, dans le cadre des “fêtes du livre” itinérantes qu’elle organise dans les districts les plus reculés, où les écoliers n’ont généralement pas accès aux livres. WWF et WCS ont distribué ce livre respectivement dans les provinces de Champassak, Attopeu, Sekong pour les premiers et Khammouane pour les seconds. L’ONG “A Room to Read” les distribue dans la province de Vientiane tandis que “Shanti Volunteers”, une ONG japonaise, a couvert la province de Samneua. ElefantAsia diffuse les livres à l’occasion du festival de l’éléphant et lors des missions de terrain de sa clinique mobile pour éléphants. Ingrid Suter, volontaire australienne chargée de la communication à ElefantAsia a été chargée de l’étude d’impact de la diffusion du livre et des affiches et a dressé la carte des écoles des districts ayant reçu les livres et les affiches. Télécharger la version complète du livre ici : http://www. elefantasia.org/docs/mydwnld/LECAP/book.pdf Télécharger le poster “Jeu de l’éléphant” ici : http://www. elefantasia.org/docs/mydwnld/LECAP/game.pdf Télécharger les minutes de l’atelier ici : http://www. elefantasia.org/docs/mydwnld/LECAP/minutes.pdf p8


RAPPORT

ANNUEL

2008-

ASSOCIATION

ELEFANTASIA

Jeu de 3 affiches éducatives sur l’éléphant Les trois affiches de 40 x 60 cm ont été imprimées à 1000 exemplaires chacune et ont été distribuées auprès des populations cible (les écoles et villages situés dans ou à proximité des réserves naturelles et des zones de peuplement d’éléphants sauvages). Les trois thèmes illustrés par les affiches sont : • La biologie de l’éléphant et son environnement • Le rôle de l’éléphant dans la culture lao • La protection de l’habitat de l’éléphant sauvage La clinique vétérinaire mobile Télécharger les 3 affiches ici : http://www.elefantasia.org/ docs/mydwnld/LECAP/posters.pdf

Nous avons équipé un véhicule tout terrain (transformé en clinique mobile pour éléphants) et avons recruté et formé le vétérinaire qui effectue les missions (M. 2.2. Soins vétérinaires Phouang Singngam) ainsi que son assistante (Melle. Objectif : Améliorer l’état sanitaire des éléphants doVatsana Chanthavong). Une antenne du programme mestiques de la province de Sayaboury afin de sécuriser vétérinaire d’ElefantAsia existe donc à Sayaboury, au sein et développer les revenus des familles de cornacs du départment de l’élevage de la province et au coeur de la population d’éléphants domestiques du Laos. ElefantAsia soutient le département de l’élevage de Un petit bureau a été équipé d’un réfrigérateur portable, la province de Sayaboury à travers un programme pour garder les médicaments, et d’un ordinateur. Nous y de formation de ses personnels et la fourniture d’une stockons également le matériel médical, les kits de soins, assistance technique. les manuels vétérinaires et le fichier médical.

p9


RAPPORT MORAL

L’objectif du programme, outre la fourniture de soins vétérinaires, est de renforcer les compétences des vétérinaires de la province. La nature “itinérante” de la clinique mobile nous permet également de rester en contact régulier avec les communautés de cornacs, de connaître leurs besoins et d’identifier à la fois les foyers épidémiologiques et les potentiels de reproduction. Les résultats obtenus par l’Unité Mobile Vétérinaire sont prometteurs. En effet, les cornacs sont fortement demandeurs de conseils et des formations dispensées sur le terrain par l’équipe vétérinaire d’ElefantAsia. A ce jour, l’Unité Mobile a couvert l’ensemble des districts de la province de Sayaboury et a pu enregistrer et fournir des soins à plus de 330 éléphants (sur un total de 434 têtes dans la province). Ces résultats ont pu être atteints notamment grâce à l’embauche d’une assistante pour seconder le vétérinaire de l’Unité Mobile.

De plus, 2 volontaires vétérinaires français, Dr. Fanny Cohen et Dr. Christophe Bonnefont, ont rejoint ElefantAsia pour une mission de 6 mois (de décembre 2007 à mai 2008) pour renforcer les capacités de l’équipe vétérinaire (asepsie, sédation, parasitologie en particulier), et mettre en place un système de suivi médical des éléphants et de gestion des stocks de médicaments. Formations des vétérinaires Les 2 vétérinaires français qui ont rejoint l’Unité Mobile en 2008 ont préalablement suivi une formation spécialisée à Lampang, au Thai Elephant Conservation Centre (TECC), un organisme public de renommée internationale. Cette collaboration entre ElefantAsia et le TECC avait été initiée en 2007 à l’occasion de la formation de 5 fonctionnaires lao du département de

p 10


RAPPORT

l’élevage. Suite à un accord avec le TECC, ElefantAsia, ne paye plus pour la formation de ses personnels. Seuls les frais de transport et de subsistance sont pris en charge par l’association. Au terme de ces formations en Thaïlande, les vétérinaires du programme ont pu à leur tour former les vétérinaires des districts de Sayaboury. Ainsi, 22 fonctionnaires venant des 10 districts de la province ont participé à l’atelier organisé par ElefantAsia du 13 au 25 novembre 2008. Les sujets abordés comprenaient principalement :

ANNUEL

2008-

ASSOCIATION

ELEFANTASIA

Melle Chanthavong s’adresse aux fonctionnaires pendant l’atelier

• • • • • •

Les obligations légales liées à la gestion des éléphants domestiques (déplacements, ventes) Les procédures d’enregistrement, L’établissement de statistiques annuelles, Le mode de fonctionnement et la coopération avec l’unité mobile lors de ses missions sur le terrain Les soins spécifiques destinés aux éléphants Les enjeux à l’avenir (la reproduction...)

Cliniquemobilevétérinaire:MISSIONSDETERRAIN ElefantAsia/LaoNationalAnimalHealthCentre

Datesdelamission Début

Fin

Nombred'éléphantsvisités Nombredejours District

2007 01/08/2007

10/08/2007

Paklay

65

10

20/09/2007 22/10/2007

27/09/2007 28/10/2007

Hongsa Thongmixay

23 20

8 7

24/12/2007

28/12/2007

Ngneun

16

5

124

30

2008 14/01/2008

15/01/2008

Sayaboury

2

2

24/01/2008

02/02/2008

Phieng

76

10

10/02/2008

18/02/2008

Paklay(festival)

53

9

25/02/2008

29/02/2008

Sayaboury

15

5

01/03/2008

01/03/2008

Vientiane(Thoulakomzoo)

2

1

05/03/2008

06/03/2008

LuangPrabang(elephantcamps)

16

2

08/03/2008

12/03/2008

Hongsa

9

5

20/03/2008

27/03/2008

KentaoBoten

15

7

01/04/2008

04/04/2008

Champassak

28

4

04/04/2008

07/04/2008

Khop&Sienghone

12

4

13/05/2008

17/05/2008

Thongmixay

22

5

26/11/2008

29/11/2008

Sayaboury

27

4

01/12/2008

05/12/2008

Phieng

45

5

19/12/2008

26/12/2008

Champassak

14

8

336

71

Enregistrement et missions de terrain de l’Unité Mobile Vétérinaire en 2008. Moyenne de 4,6 éléphants traités par jour de mission de la clinique mobile p 11


RAPPORT MORAL

Les missions de l’unité mobile vétérinaire Fin 2008, la clinique mobile avait effectué 14 missions représentant près de 71 jours passés sur le terrain et 336 visites médicales réalisées (voir tableau page précédent). Ces missions ont permis de faire un bilan de compétences des vétérinaires de la province, une évaluation sanitaire des éléphants domestiques des 10 districts de Sayaboury, un début de recensement et l’enregistrement systématique des éléphants traités. L’équipe a dispensé des formations aux soins de base et remis des kits de premiers soins aux cornacs. Présentation d’une mission type de la clinique mobile vétérinaire :

par bus accompagnée par l’assistante vétérinaire, (basée à Vientiane, mais qui acompagne toutes les missions de terrain de la clinique mobile). E - Préparation du véhicule, des documents administratifs, des formulaires d’enregistrement et du matériel médical. F- La mission débute par une visite auprès des services vétérinaires du district concerné afin de réunir les dernières informations nécessaires à la mission et évaluer les besoins au niveau du district. G - Les cornacs du district sont invités à une formation d’une demi-journée. Cette formation théorique et pratique vise à compléter leurs connaissances traditionnelles par une formation à l’utilisation et au dosage des produits contenus dans le kit de soins. Cette réunion permet également d’identifier les cornacs des éléphants potentiellement reproducteurs. H – La mission sur le terrain dure plusieurs jours en fonction du nombre d’éléphants. Les éléphants sont enregistrés et des soins sont prodigués si nécessaire. Un complément de formation pratique est alors donné aux cornacs. I – Au retour de la mission, un rapport est établi qui reprend les données générales de la mission, ainsi qu’un dossier médical pour chaque éléphant visité.

A - Le responsable vétérinaire de l’unité mobile contacte le responsable du bureau de l’élevage du district cible. Il informe celui-ci de la date de la mission et lui demande d’informer les cornacs travaillant dans le district de la venue de la clinique mobile à la date prévue. B - Le responsable du bureau de l’élevage du district confirme la présence des cornacs et de leurs éléphants et précise le lieu et la date. C - Le responsable vétérinaire du programme prépare son budget, sa commande de médicaments et sa proposition d’ordre de mission au bureau du Programme à Vientiane. D - Après accord, la commande est envoyée à Sayaboury p 12




RAPPORT

ANNUEL

2008-

ASSOCIATION

ELEFANTASIA





p 13


RAPPORT MORAL

Le Manuel du Cornac

2.3. Alternatives économiques et sociales

Le Manuel du Cornac Lao est la traduction et l’adaptation au contexte lao d’une publication de la F.A.O (Food and Agriculture Organization - Nations Unies) produite en coopération avec l’Institut National de l’Eléphant de Thailande (Forest Industry Organization). IIl aborde de nombreux sujets relatifs à l’élevage d’éléphants en captivité. Ainsi le cycle de vie de l’animal, les aspects sanitaires et juridiques de son utilisation dans le débardage ou dans des camps touristiques, le détail de son alimentation, ses pathologies et leurs symptômes ou encore les médicaments disponibles au Laos sont décrits dans l’ouvrage. L’adaptation du manuel au contexte lao a fait l’objet d’un long travail d‘analyse des contenus et de la forme à donner à l’ouvrage pour une utilisation effective sur le terrain. De nombreux aménagements ont ainsi été décidés allant du format du manuel à l’ajout d’illustrations en passant par l’écriture de nouveaux chapitres. Le temps consacré par ElefantAsia à la production du manuel a largement dépassé les prévisions mais le résultat est là : une publication de qualité prête à être distribuée aux cornacs, aux propriétaires d’éléphants et aux professionnels employés dans les camps touristiques. Une version abrégée a été réalisée et insérée dans les kits de premiers secours offerts aux cornacs lors des visites vétérinaires de la clinique mobile. Cet extrait du manuel décrit essentiellement les traitements les plus fréquents (nettoyage de plaies, désinfection, injections, vermifugage, curetage d’abcès) que le cornac peut avoir à effectuer et dresse la liste et la posologie des produits et équipements livrés dans le kit. Le Manuel du Cornac est tiré à 1000 exemplaires.

Objectif : Développer des activités économiques alternatives autour de l’éléphant afin de valoriser ce patrimoine naturel et culturel et assurer la pérennité du projet Le programme a permis de développer des activités touristiques notamment par la mise en place de randonnées à dos d’éléphant et l’organisation des deux premiers Festivals de l’Eléphant à Hongsa et à Paklay. Le festival fut un succès en terme de fréquentation et de retombées médiatiques (50.000 visiteurs et de nombreux articles dans les médias internationaux. Une revue de presse est consultable sur notre site internet).Il fut aussi un grand succès sur le plan économique avec des retombées estimées à plus d’un million de dollars. A la demande des autorités locales et de l’Administration Nationale du Tourisme, le Festival de l’Eléphant sera reconduit l’année prochaine. Le Festival de l’Eléphant est devenu un événement annuel incontournable du calendrier festif et culturel laotien. La couverture médiatique dont il bénéficie contribue largement à la promotion du Laos en tant que destination touristique. Le tourisme lié à l’éléphant ne peut qu’en bénéficier. Notons que l’organisation de la seconde édition du festival a été financée uniquement par des contributions locales (sponsoring).

p 14


RAPPORT

« La Maison de l’Eléphant » à Luang Prabang. Initialement prévue à Hongsa, ElefantAsia a finalement ouvert la « Maison de l’Eléphant » à Luang Prabang en avril 2008. Cet espace culturel et associatif est, d’une part, la vitrine des actions menées par ElefantAsia et d’autres ONG impliquées dans la protection de l’éléphant au Laos ; d’autre part, il présente une information trilingue traitant de l’éléphant sous trois angles : Culture, Biologie et Conservation. Un centre de ressources comprenant une bibliothèque et une vidéothèque est à la disposition des visiteurs souhaitant accéder à une documentation plus détaillée. Les visiteurs peuvent également acheter produits artisanaux et souvenirs dans la boutique de ce petit musée. Les profits ainsi générés sont affectés au financement d’actions de conservation de l’éléphant, et en particulier de l’Unité Mobile de Soins Vétérinaires pour Eléphants mise en place par l’association. Ainsi, la Maison de l’Eléphant contribue-t-elle directement à la sauvegarde des derniers éléphants du Laos tout en s’intégrant parfaitement à la mission d’information de l’association. Télécharger les 27 panneaux éducatifs: http://www.elefantasia.org/docs/mydwnld/LECAP/ boards.pdf Télécharger la brochure “tout sur l’éléphant d’Asie” ici : http://www.elefantasia.org/docs/mydwnld/LECAP/ leaflet.pdf Télécharger la brochure “Maison de l’Eléphant” ici : http://www.elefantasia.org/docs/mydwnld/LECAP/ presentation.pdf

p 15

ANNUEL

2008-

ASSOCIATION

ELEFANTASIA


RAPPORT FINANCIER

de présentation des randonnées a été produit. Ce projet de randonnées a permis de montrer qu’il était possible de développer des activités de tourisme dans des zones reculées où vivent les éléphants et leurs cornacs et créer des revenus suffisants pour remplacer le débardage. Ainsi les randonnées ont généré près de 17.000 USD de revenus directs pour les cornacs pendant la saison 2008-2009. De même, un montant de 2.600 USD a été versé à l’unité mobile pour la saison 2008-2009 au titre du reversement au Fond de Solidarité du programme vétérinaire. Cependant cette activité reste marginale au niveau de l’ensemble de la population d’éléphants mais pourrait être développée dans différents sites ou districts de la province de Sayaboury.

Randonnées à dos d’éléphant Un projet pilote de randonnées à dos d’éléphant a été initié en partenariat avec la société de tourisme Green Discovery. ElefantAsia a réalisé l’étude de faisabilité, la communication et la promotion de ce produit. Le produit ainsi développé « Elephant Adventures » est géré et commercialisé par Green Discovery Laos. 5% du Chiffre d’Affaires sont reversés à l’Unité Mobile Vétérinaire pour financer ses missions sur le terrain. ElefantAsia a identifié plusieurs itinéraires de randonnée et formé une équipe de 5 cornacs-guides. Les randonnées à dos d’éléphant ont été promues auprès des agences de voyages basées au Laos et à l’étranger (France, Royaume Uni, Suisse, Belgique, Australie). Cinq agences de voyage proposaient ces circuits en 2008. Un dépliant p 16


RAPPORT

ANNUEL

2008-

ASSOCIATION

ELEFANTASIA

III. Enjeux à venir

3.1 Niveau de compétences et formation Le niveau de compétences des vétérinaires Lao ainsi que des cornacs reste encore insuffisant. L’apprentissage de la médecine vétérinaire moderne, même rudimentaire, est un processus long. En dépit des résultats obtenus par le programme, il convient de poursuivre les efforts en direction des vétérinaires lao par des formations spécialisées, complétées par une formation continue sur le terrain. De même, la formation des cornacs aux soins élémentaires nécessite du temps. L’Unité Mobile vétérinaire doit prolonger son action (soins, formation et enregistrement des éléphants) afin de renforcer et pérenniser les premiers résultats, encourageants, obtenus. 3.2 Relancer la reproduction Le programme a permis de mettre en lumière une nouvelle priorité : la disparition inéluctable de l’éléphant due à la très faible natalité. Ainsi il apparaît essentiel d’initier rapidement un programme d’incitation à la reproduction. Le Laos dénombre moins de 500 éléphants domestiques. Parmi ceux-ci, seules 10 femelles sont âgées de moins de 10 ans. Le taux de natalité est quasi nul. Cette disparition programmée des éléphants domestiques entraînera dans son sillage une extinction accélérée des populations sauvages. En effet, traditionnellement la capture d’éléphants sauvages a toujours suppléé la population domestique. Aujourd’hui l’attrait financier est fort, dans un pays peu développé comme le Laos, de capturer illégalement des éléphanteaux sauvages pour les revendre à l’étranger ou dans des exploitations de bois. Ces prélèvements sonneront le glas des derniers éléphants sauvages. Il est aujourd’hui largement reconnu que la sauvegarde des éléphants sauvages d’Asie va de pair avec le maintien d’une population domestique stable dont le rôle économique est important pour les communautés de cornacs.

Il est donc urgent de d’augmenter le nombre de naissances d’éléphants domestiques du Laos à travers une politique active d’incitation à la reproduction. Aujourd’hui, les freins à la reproduction sont de plusieurs ordres: 1 – des contraintes biologiques : la population est vieillissante et la fertilité diminue fortement. Après 30 ans une femelle nullipare a 80% de risques d’être stérile. 2 – des contraintes sociologiques qui vont de la méconnaissance des cornacs dans le domaine de la reproduction naturelle, la peur que la femelle soit blessée par le mâle, mais surtout l’absence de concertation entre les propriétaires de mâles et de femelles. 3 - des contraintes économiques qui sont généralement rédhibitoires pour les cornacs, telles que l’immobilisation

p 17


RAPPORT FINANCIER

du mâle et de la femelle pendant deux semaines avant l’accouplement; le coût de la saillie due au propriétaire du mâle et le manque à gagner pendant la longue période de gestation (22 mois) et l’allaitement, soit plus de 2 années au minimum. Le système d’incitation à la reproduction propose un ensemble de mesures répondant à ces contraintes. En amont, il convient d’initier une concertation entre les cornacs et proposer des formations. Des primes à la naissance sous forme de motoculteurs seront remises aux cornacs ainsi que la possibilité d’être employé dans un camp touristique agréé avant et après la naissance. L’objectif est d’atteindre une dizaine de gestations annuelles. Les mesures d’incitation à la reproduction permettront également de limiter l’attrait de la capture d’éléphants sauvages et de contrôler les naissances d’origine domestique. La capture illégale a un fort impact sur la sauvegarde des éléphants sauvages sachant que seulement un éléphant sur trois survit à sa capture. 3.3 Associations professionnelles et appropriation des actions par les bénéficiaires

La société civile est quasi-inexistante au Laos. Depuis peu, il est toutefois possible de constituer une organisation socioprofessionnelle telle que le collectif des cornacs de Hongsa. En effet, le gouvernement vient de promulguer une nouvelle loi sur les associations de droit Lao. De plus le Ministère de l’Agriculture soutient fortement le développement des associations de producteurs. L’initiative devra être poursuivie et développée tout d’abord dans le district de Hongsa pour être ensuite étendue à l’ensemble de la province de Sayaboury. Cette association de cornacs permettra de poursuivre sur le long terme un nouveau programme d’incitation à la reproduction mais également de gérer et développer les initiatives pilotes de tourisme communautaire. ElefantAsia a mis en place un projet pilote dans le district de Hongsa et développe actuellement avec les cornacs du village de Viengkeo des ballades de courtes durées gérées directement par les cornacs. La demande de la part des professionnels du tourisme mais également des cornacs eux-mêmes est très forte pour développer des activités de tourismes écologiques et favoriser la reconversion des éléphants employés dans le débardage. REVUE DE PRESSE

Il nous apparaît essentiel de soutenir la mise en place effective d’associations de cornacs car le succès à long terme du programme dépendra de l’implication, de la coopération et de l’autonomisation de ses activités. Les populations d’éléphants domestiques peuvent jouer un rôle crucial dans la sauvegarde de l’espèce (réintroduction, désenclavement génétique, surveillance des cultures et des parcs nationaux, sensibilisation, etc.) Le travail d’ElefantAsia sur le terrain (missions vétérinaires; organisation du festival des éléphants; soutien au développement d’activités touristiques en éléphant) nous a permis de développer un réseau important parmi les cornacs de la province de Sayaboury. Ceux-ci ont pu être informés et sensibilisés sur les avantages qu’une organisation professionnelle pourrait leur amener.

La couverture médiatique a été une nouvelle fois importante en 2008, notons simplement 2 reportages diffusés sur ARTE (Les Nouveaux Paradis et Les Expéditions d’Arte). Retrouvez les différentes parutions dans les revues de presse ci-dessous : Téléchargez la REVUE DE PRESSE 2007-2009 (8 Mb – Document PDF) h t t p : / / w w w. e l e f a n t a s i a . o r g / I M G / p d f / P r e s s _ review_2007_-_2009.pdf

Téléchargez la REVUE DE PRESSE 2002-2007 (12 Mb – Document PDF) http://www.elefantasia.org/IMG/pdf/revue_presse_AFD.pdf

p 18


RAPPORT

ANNUEL

2008-

Rapport Financier Exercice 2008

p 19

ASSOCIATION

ELEFANTASIA


RAPPORT FINANCIER

IV. Rapport Financier. Exercice 2008

4.1. Remarques préliminaires Les fluctuations importantes des taux de change (entre l’euro, le dollar américain et le kip) ont engendré d’importantes variations dans les lignes budgétaires. Le taux euro/dollar a varié de 1,3 à 1,5 entre le début et la fin de l’année. En effet les principaux produits (subventions d’exploitation) sont libellés en dollar. La dépréciation du dollar par rapport à l’euro a donc eu pour conséquence de diminuer le montant des produits rapporté en euro. De la même façon, de nombreuses dépenses sont effectuées en dollars. Leur coût en euros s’en est trouvé diminué. Le reste des dépenses est effectué en kip. Or le dollar s’est également déprécié par rapport au kip, ce qui a engendré un surcoût pour l’association. La dévaluation du dollar par rapport à l’euro a induit des pertes de changes. Les dépenses indiquées dans ce rapport financier sont libellées en euros au taux de change réel à la date de la dépense. 4.2. Compte de Résultat Le montant total des produits s’élève à 94 769 euros, en augmentation de 5% par rapport à l’exercice 2007. Cette hausse est due en particulier à l’augmentation des contributions volontaires en nature et en particulier la mise à disposition gratuite de prestations. Il s’agit là du salaire (8250 euros annuel) versé par le gouvernement australien à une volontaire (Ingrid Suter, chargée du programme de sensibilisation et de la communication à ElefantAsia) dans le cadre du programme Australian Youth Ambassadors for Development. Les ventes de produits et prestations de services correspondent aux ventes de T-shirts à l’occasion du festival de l’éléphant, les livres et DVD de l’association ainsi que l’organisation d’une randonnée à dos d’éléphant. Cette année ce budget de 7 873 euros est en forte diminution par rapport aux 12 000 euros facturés en 2007. Le partenariat avec la Société Green Discovery pour développer les randonnées à dos d’éléphant à partir de 2008 permettra de verser une contribution aux programmes d’ElefantAsia à la fin de la saison, début 2009.

Les subventions d’exploitation représentent un total de 60 000 euros, soit 64% des ressources de l’association. Ce chiffre est en léger recul par rapport à l’année passée (moins 4 800 euros). Les financements octroyés les années précédentes par le Fonds Français pour l’Environnement Mondial ont été relayés par de nouveaux partenaires, en particulier RSPCA, ASEV et US Fish & Wildlife Service. Notons que ces subventions proviennent d’organismes privés principalement (entreprises et fondations) ainsi que 15 000 euros du gouvernement américain. Le total des charges 2008 s’élève à 97 818 euros. Les charges courantes représentent 77 568 euros et diminuent de 2 000 euros par rapport à 2008. Cette diminution est principalement due à la dépréciation du dollar américain par rapport à l’euro. Le poste achats a augmenté de 52% pour un montant de près de 13 000 euros. Cette forte augmentation correspond d’une part à l’achat de médicaments pour près de la moitié soit 5 287 euros. Il s’agit là bien entendu des soins gratuits fournis par l’Unité mobile au cours des nombreuses missions effectuées en 2008 ainsi que de la distribution de kits de premiers secours aux cornacs qui a débuté à la fin de l’année 2008. Le reste des achats correspondent principalement aux T-shirts produits et vendus à l’occasion du Festival de l’éléphant. Les Autres charges externes représentent 20% des dépenses, soit près de 21 000 euros. Elles diminuent de 32% par rapport à 2008. Cela est du une fois encore à la dépréciation du dollar. Les frais de missions, principalement l’unité mobile vétérinaire, représentent un budget de 6 000 euros. L’organisation du Festival de l’éléphant 2008 a engendré près de 8 000 euros de dépenses. Enfin l’impression du livret pour les écoliers ainsi que des brochures et affiches ont constitué un budget de 2 816 euros. Les charges de personnel représentent le principal poste de dépenses, soit 27% pour un montant de 28 886 euros. En dépit de l’embauche de personnel (2 volontaires vétérinaires et d’une chargée de relations avec les cornacs - traductrice) le montant total des salaires est en légère diminution car ceux-ci sont libellés et versés en dollar. L’exercice 2008 se clôture avec un léger déficit de 3 048 euros, couvert par le report à nouveau des exercices précédents. p 20


RAPPORT

ANNUEL

COMPTES DE CHARGES 2008

ASSOCIATION

70 -Ventes produits finis, prestations de services 616

Marchandises

6 205 1 667

Achats de médicaments

5 287

Prestations de Services

Achats de fournitures administratives

2 273

74 - Subventions d’exploitation

Achats de marchandises

5 124

État (Fonds Français pour l’Environnement Mondial) :

Variation de stock

ELEFANTASIA

COMPTES DE PRODUITS 2008

60 – Achats Achats de fournitures

2008-

-322

Région(s) : Département(s) :

61 - Services extérieurs

700

Locations

728

Organismes sociaux (à détailler) :

Entretien et réparation

461

Autres (précisez) :

Assurances

385

Subvention Etats (hors France)

15 062

Documentation, séminaires

370

Subvention fondations et organismes privés

29 272

62 - Autres services extérieurs

Subvention des festivals

15 084

Personnel extérieur à l'association

75 - Autres produits de gestion courante

Rémunérations intermédiaires et honoraires Frais de publicité

2 816 194

Foires et expositions

2 950

Publications & imprimés

2 816

Dons

270

Festival

2 009

Transports de biens et du personnel

1 204

Déplacements, missions et réceptions

6 080

Frais postaux et de télécommunication

Redevance et droits

4 011

Donations

1 010

Cotisation des membres

780

76 - Produits financiers

728

77 - Produits exceptionnels

664

78 - Reprise sur amort. et provisions

63 - Impôts et taxes Impôts et taxes sur Rémunérations Autres Impôts et taxes

524

64 - Charges de personnel Rémunérations du personnel Indemnités de mission Charges de sécurité sociale Formations

7 045 18 606 3 050 185

65 - Autres charges de gestion courante Subventions versées par l'association

6 486

66 - Charges financières Service bancaire

195

Pertes de change

784

67 - Charges exceptionnelles 68 - Dotation aux amortissements,

6 768

Provisions et engagements TOTAL DES CHARGES COURANTES

77 568

TOTAL DES PRODUITS COURANTS

86 - Emploi contrib. volontaires en nature

87 - Contributions volontaires en nature

Secours en nature

Bénévolat

Mise à dispo. gratuite des biens et prestations

8 250

Prestations en nature

Personnels bénévoles

12 000

Dons en nature

TOTAL DES CHARGES

97 818

TOTAL DES PRODUITS DEFICIT

74 519

12 000 8 250

94 769 3 048

EXCEDENT TOTAL GENERAL

97 818

TOTAL GENERAL p 21

97 818


RAPPORT FINANCIER

4.3. Bilan

4.4. En résumé

L’actif s’élève à 54 249 €. La valeur nette des immobilisations est de 14 877 euros. Une partie du matériel de l’association (véhicule et parc informatique) commence à vieillir et devra être remplacé l’année prochaine. Les disponibilités s’élèvent à 29 500 euros, en augmentation de 5 000 euros par rapport à l’exercice précédent. Le passif est constitué exclusivement de fonds propres, aucune dette n’étant contractée par l’association.

Pour la deuxième année consécutive, l’association connaît un léger déficit. Cette situation n’est cependant pas inquiétante car nous avons largement souffert des variations des taux de change. Le budget total de l’association continue de progresser, parallèlement au développement de nos activités pour atteindre près de 100 000 euros en 2008.

ACTIF Brut

PASSIF Amort.

Net

ACTIF IMMOBILISE Immobilisations corporelles

FONDS PROPRES 36 424

21 547

14 877

ACTIF CIRCULANT Stocks et en-cours

1 942

57 297

Résultat de l’exercice

- 3 048

TOTAL (I)

54 249

1 942

Créances à recevoir

7 333

VMP Disponibilités

Report à nouveau

DETTES Emprunts et dettes

29 500

29 500

Fournisseurs Autres dettes

Charges constatées d’avance

597

Produits constatés d’avance TOTAL (II)

TOTAL

67 866

21 547

54 249

TOTAL (I) + (II)

54 249

En 2008, nous avons pu, d’une part, contrôler les dépenses et, d’autre part, trouver de nouvelles subventions d’exploitation. Il s’agit pourtant de multiples contributions de faible montant (de 5 à 10 000 euros en moyenne) ce qui engendre beaucoup de travail de recherche de financement, d’administration et de suivi avec les donateurs. Il serait préférable de trouver un partenaire qui puisse apporter un financement plus conséquent, sur une ou plusieurs années. Cela permettrait de développer les activités de l’association, recruter et former du personnel et concentrer notre travail sur les actions de terrain. p 22


RAPPORT

ANNUEL

2008-

ASSOCIATION

ELEFANTASIA

Charges d’Exploitation 2008

21%

86 - Emploi contrib. volontaires en nature

7%

68 - Dotation aux amortissements,

1%

66 - Charges financières

7%

65 - Autres charges de gestion courante

30%

64 - Charges de personnel

1%

63 - Impôts et taxes

21%

61/62 - Autres charges externes

13%

60 - Achats

Produits d’Exploitation 2008

21%

87 - Contributions volontaires en nature

1%

76 - Produits financiers

6%

75 - Autres produits de gestion courante

63%

74 - Subventions d’exploitation

8%

70 - Ventes produits finis, prestations de services

p 23


Siège : 22, rue de l’Arcade, 75008 Paris Laos : National Animal Health Centre Ban Khounta Po Box 3804,Vientiane, RDP Laos info@elefantasia.org www.elefantasia.org


Rapport annuel 2008