Page 1

Retrouvez-nous sur jeunes-socialistes95.fr

EN M UVEMENT Le journal du MJS Val d’Oise, numéro 15 Janvier-Février-Mars 2013

Val d’Oise

Dossier

Lutte contre l’extrême droite : les jeunes socialistes mobilisés Actualité

Emploi des jeunes : la gauche agit ! Interview

Bruno Brisebarre, président de la FCPE 95 En campagne

Le mariage pour tous, c’est maintenant


L’édito

Faire réussir la gauche

C

e nouveau numéro du journal des jeunes socialistes du Val d’Oise vient ponctuer un premier trimestre 2013 actif pour le MJS. Alors que la situation économique et sociale du pays et en conséquence de notre département est toujours difficile, les attentes de nos concitoyens envers le gouvernement sont légitimement fortes. Légitimement car dix années d’un pouvoir de droite qui n’a rien épargné aux classes populaires et aux classes moyennes qui constituent la majorité sociale ont accentué le besoin de volontarisme politique pour apporter des réponses progressistes à la crise. Dans ce contexte où le PS comme le MJS doivent trouver leur place au sein d’une majorité de gauche aux affaires, le rôle des jeunes socialistes ne peut se limiter à faire la promotion des avancées issues de l’action gouvernementale. Il nous revient de ne pas nous restreindre au soutien, par ailleurs indispensable, de cette action mais d’être également les relais des attentes de notre génération comme nous l’avons été tout au long des campagnes électorales de 2012. D’assumer notre exigence vis-à-vis de la majorité à laquelle nous appartenons, parce que les défis qui sont devant nous l’exigent. Parce que contribuer à faire réussir la gauche c’est à notre niveau la maintenir en lien permanent avec les aspirations de notre camp social. Parce que nous savons qu’en cas d’échec c’est la droite extrême qui est en embuscade. Dès l’année prochaine, nous devrons nous battre pour ne pas voir des communes tomber aux mains du FN seul ou allié à l’UMP. Préparer les échéances de 2014 passe ainsi également pour

le MJS par un travail de fond sur les manières de combattre un FN dont la nature agressivement réactionnaire n’a jamais changé. Notre fédération y a contribué en analysant la situation de l’extrême droite sur le territoire valdoisien, analyse dont vous retrouverez l’essentiel dans ces pages. Nous lançons maintenant une grande campagne pour démasquer le FN et révéler auprès d’un maximum de jeunes le caractère rétrograde de ses propositions qui détérioreraient de manière dramatique les conditions de vie des Français si elles venaient à être mises en œuvre. On trouvera également ici la trace de plusieurs grands combats que nous avons mené ces derniers mois, de la bataille en faveur du mariage pour tous au nom de l’égalité des droits à la dynamique impulsée au niveau des jeunes socialistes européens par la campagne commune Rise up. Bruno Brisebarre, président de la FCPE 95, revient également pour nous sur l’actualité éducative. C’est la première d’une série d’interviews qui témoigne de l’ouverture de ce journal à la société en mouvement sans laquelle la gauche politique ne peut connaitre de succès dans la durée. Souhaitons qu’en 2013 toujours plus de jeunes portent les valeurs socialistes au sein du MJS, c’est ainsi que nous contribuerons à faire réussir la gauche ! Bonne lecture !

Léo Moreau Animateur Fédéral des Jeunes Socialistes

En mouvement Numéro 15 Janvier-Février-Mars 2013

Sommaire L’édito p. 2 Faire réussir la gauche Actualité p. 3 Pour l’emploi des jeunes, la gauche agit Dossier Lutte contre l’extrême droite : les jeunes socialistes mobilisés

Europe

p. 4

p. 7

Retour sur l’événement Rise up à Bruxelles

En campagne

p. 8

Interview Bruno Brisebarre, président de la FCPE 95

p. 9

Mariage pour tous

Agenda

p. 10

Contact et adhésion

p. 10

En couverture, les jeunes socialistes s’engagent contre l’extrème droite : visuel de la campage “démasquons le Front national”.


Janvier - Février - Mars 2013 Numéro 15

actualité

3

Pour l’emploi des jeunes, la gauche agit ! François Hollande l’avait annoncé durant sa campagne : la priorité de l’action du gouvernement doit se porter se porter sur la jeunesse. Preuve en est faite avec les emplois d’avenir et les contrats de générations, deux des mesures les plus emblématiques.

A

lors que la France et l’Europe sont chaque jour un peu plus touchées par le chômage de masse, la situation est encore plus préoccupante chez les jeunes. Le taux de chômage atteint dans notre pays 23% chez les 18-24 ans (et même 50% dans certains quartiers populaires). Face à ce fléau, le gouvernement a décidé d’agir de façon rapide, logique et juste. Après 10 ans de casse, il fallait des mesures qui soient bien plus que des effets d’annonce, mises en avant durant la campagne. C’est le cas de la première d’entre elles : le contrat de génération. Face au chômage des jeunes, la gauche agit : la jeunesse est bien une priorité de l’action gouvernementale

Cette mesure concerne les deux catégories les plus touchées par le chômage : les jeunes et les seniors. En maintenant dans l’emploi un senior de plus de 57 ans pour qu’il transmette son expérience et ses connaissances à un jeune de moins de 26 ans (embauché avec un CDI à la clé), l’entreprise percevra une prime en fonction de sa taille pour avoir permis cette création d’emploi. Le but est de créer 500 000 emplois sur 5 ans. La deuxième mesure phare concerne les emplois d’avenir. Une catégorie de jeunes encore plus touchée par la crise est celle des jeunes peu qualifiés vivant dans nos zones rurales ou nos quartiers populaires. Trouver un emploi stable relève pour eux

Des jeunes signent les premiers emplois d’avenir, en présence de Jean-Marc Ayrault et de ses ministres

du parcours du combattant. Le but de cette mesure est de leur offrir une première expérience professionnelle à temps plein, en CDI ou pour 3 ans, dans des emplois à forte utilité sociale ou environnementale, tout en leur apportant une formation qualifiante. Encore une fois, cette mesure a pour but de remettre de la justice sociale dans des zones stigmatisées et traumatisées par 10 ans de droite. Le but est de

créer 150 000 emplois d’avenir. Le MJS aura dans ce contexte un rôle décisif de relais entre les jeunes et le gouvernement pour relayer au cours du quinquennat d’autres attentes telles que l’augmentation régulière du SMIC ou le bénéfice du RSA pour les moins de 25 ans afin que la promesse de François Hollande soit tenue : « faire que les jeunes vivent mieux en 2017 qu’en 2012 » !

Charles Duchêne

Les premiers emplois d’avenir valdoisiens Les conventions des premiers emplois d’avenir ont été signées dans le Val d’Oise : les collectivités gérées par la gauche sont les premières à agir. Citons par exemple la Communauté d’agglomération de CergyPontoise (notre photo) ou la ville de Taverny qui n’ont pas tardé à mettre en place le dispositif avec plusieurs recrutements. Les jeunes socialistes se félicitent de cette action et se font le relais sur le terrain de ces actions concrètes en faveur de l’emploi des jeunes.


Janvier - Février - Mars 2013 Numéro 15

DOSSIER

4

Lutte contre l’extrême droite : les jeunes socialistes mobilisés La montée des populismes en Europe dans un contexte de crise ainsi que les mutations en cours dans les partis nationalistes et xénophobes ont de quoi inquiéter. En France, Marine Le Pen a opté elle aussi pour une stratégie de dédiabolisation. Avec une nouvelle campagne “démasquons le FN”, le MJS s’adapte à cette situation nouvelle pour mieux lutter contre les thèses frontistes.

L’extrême droite dans le Val d’Oise Quel est le visage de l’extrême droite dans le Val d’Oise ? Quel est son poids politique ? Le MJS analyse son impact sur le territoire afin d’adopter la bonne stratégie.

L

es derniers résultats électoraux des cantonales de 2011 jusqu’aux législatives de 2012 auront été l’occasion de constater que l’extrême droite obtient ses scores les plus significatifs dans l’est valdoisien, pour le vote urbain et périurbain, et dans le Vexin

pour le vote rural. Certes, le FN n’aura pas réussi à maintenir des candidats au second tour des législatives, mais la porosité entre électorats UMP et FN a de quoi inquiéter. Parmi les figures locales du FN, Alexandre Simonnot est sans

conteste la principale ; secrétaire départemental et membre des instances nationales, il est conseiller municipal de Taverny depuis 2008. Il s’est notamment fait connaître en 2006 avec l’affaire du préservatif géant (installé par la municipalité PS de Taverny dans le


Janvier - Février - Mars 2013 Numéro 15 cadre de la journée de lutte contre le SIDA) qu’il déchira, pour laquelle il a été condamné. Participant à la manifestation du 13 janvier contre le projet de loi d’ouverture du mariage aux couples de même sexe, il parle « d’une abomination contre-nature qui vise à détruire la famille, cellule de base de toute nation ». Justement, en parlant de famille, celle de Simonnot lui sert de réserve de candidats aux élections dans les territoires non couverts par le FN.

Alexandre Simonnot, secrétaire départemental du FN Val d’Oise

À ses côtés, son secrétaire départemental adjoint, Christian Malacain, a été décoré en novembre

DOSSIER dernier de la flamme d’honneur des mains de Jean-Marie Le Pen. Enfin, évoquons les cas d’Huguette François, candidate aux législatives pour le parti de Carl Lang, et surtout de Jérémy Thebault, ex-responsable du FNJ 95 (disparu depuis lors), partisan d’une ligne plus dure que celle d’un FN devenu trop tiède à son goût. Bien qu’il soit toujours compliqué d’extrapoler sur des scrutins locaux à venir les résultats obtenus aux dernières cantonales et surtout aux présidentielles et aux législatives, on peut estimer que le FN, à condition qu’il soit en capacité d’y déposer des listes, a un potentiel de résultats dans quelques villages peu peuplés où il arrive en tête au premier tour de la présidentielle de 2012. C’est ainsi le cas par exemple de Saint-Clairsur-Epte (34,31 % pour Le Pen à la présidentielle), Epiais-les-Louvres (35,19 %), Vaudherland (52,78 %) ou encore de petites villes telles que Survilliers (26,02 % juste derrière François Hollande). Reste encore une fois le risque

5 réel d’une alliance entre droite et extrême droite dans les villes moyennes, en vue de conserver ou d’enlever une mairie si cela peut renforcer leur assise électorale locale. Pas une seul ville pour le FN lors des municpales de 2014, voila l’objectif des jeunes socialistes du Val d’Oise !

Le FN 95 ne développe que peu d’argumentaires locaux, et se contente d’exploiter les thématiques classiques du FN. Le secrétaire départemental produit ainsi régulièrement des communiqués de presse antiimmigration, sécuritaires, voire islamophobes. En revanche, dans les zones rurales et périurbaines du Vexin français, c’est sur la déshérence des services publics et le sentiment d’abandon ou de relégation que le FN s’appuie.

Axel Calvet

Faire reculer le vote FN chez les jeunes : un enjeu majeur pour les jeunes socialistes Fort du travail d’analyse sociologique et politique effectué sur le département, le MJS peut désormais poursuivre la lutte contre le FN, avec pour objectif de faire reculer le vote d’extrême droite chez les jeunes.

L

e nécessaire combat que la gauche mène contre l’extrême-droite a trop souvent été caricatural par le passé, en particulier lorsqu’il s’articulait autour de la dénonciation du FN sur un plan purement moral. Le MJS a bien assimilé l’inefficacité de cette posture : à la stigmatisation morale de l’électeur frontiste doit succéder un tournant plus concret dans notre lutte contre l’extrème-

droite. S’ils doivent persister dans la dénonciation des propos ou des actes racistes et xénophobes, de la disparition du cordon sanitaire républicain quand la droite et l’extrème droite se rapprochent dangereusement, les jeunes socialistes ne peuvent en rester là pour faire reculer le vote frontiste. Nous ne serons efficaces que si nous sommes en capacité de répondre aux mutations en cours

au FN, notamment pour faire face à un discours qui a pris depuis peu un pseudo « tournant social ». S’il est redoutable électoralement, ce nouvel habillage du FN n’est qu’un leurre une fois le discours décrypté. Nous devons en effet rappeller que, lorsque le FN s’auto-proclame défenseur des classes populaires au point que certains en viennent à penser que ce parti serait


Janvier - Février - Mars 2013 Numéro 15

DOSSIER

6

devenu un parti ouvrier, les faits démontrent rigoureusement le contraire. En faisant un retour sur ses prises de positions passées et actuelles, on comprend que jamais le FN n’a été du côté du peuple : parti de l’inégalité de par l’histoire de son courant politique, il n’a jamais défendu une seule fois dans la rue les droits des salariés, les retraites par répartition ou l’augmentation des salaires ! Au lieu de vous emmerder à lire tout Sartre, achetez Minute, pour moins de dix balles vous avez à la fois La Nausée et Les Mains sales” Pierre Desproges

Prenant appui sur les ravages causés par la mondialisation néolibérale, le FN version Marine Le Pen pointe les disfonctionnements du système mais ne donne aucune solution opérationelle pour inventer un nouveau modèle économique : toutes ses propositions (sortie de l’euro et de l’Union européenne, salaire parental pour que les mères restent au foyer, immigration zéro, préférence nationale...) sont au mieux inapplicables, au pire mettraient le pays dans une situation de régression absolue. C’est bien à la gauche d’incarner l’alternative, et plus les pistes qu’elles dessinera proposeront

Table ronde des Jeunes socialistes lors de la Convention Nationale du 16 février, en présence notamment du journaliste Edwy Plenel de Médiapart

une offre clivante, notamment pour faire face aux politiques d’austérité menées en Europe, plus elle parviendra à repolitiser le débat politique et à faire reculer le vote FN. Les jeunes socialistes doivent également offrir une place de choix dans leur réflexion à l’aménagement du territoire. En effet, plus un territoire et son environnement sont délaissés moins les jeunes ont de perspectives et de possibilité de se projeter vers l’avenir. C’est pourquoi il est crucial de s’adresser

aux jeunes habituellement peu touchés par le discours politique. Trop nombreux sont ceux qui sont enclins à basculer dans un vote protestataire qui ne leur apportera aucune amélioration de leurs conditions d’existence, et c’est bien l’action du MJS auprès des jeunes actifs ou des lycéens professionnels qui leur permettra d’être sensibles aux questions d’autonomie de la jeunesse et d’égalité : ils y trouveront alors des raisons d’espérer et de s’engager.

Sébastien Fontagneu

Démasquons le FN, la nouvelle campagne du MJS La Convention Nationale “Décrypter, mobiliser, combattre : les Jeunes Socialistes s’engagent contre l’extrême droite” qui s’est tenue à Montreuil le 16 février dernier a permis au MJS de réfléchir à la manière dont il conçoit la lutte contre le FN. Avec la participation de sociologues, de politologues et d’intellectuels mais aussi d’anciens présidents du MJS, les jeunes socialistes sont parvenus à affiner leur analyse sur les mutations et les permanences du principal parti d’extrême droite. Cette convention nationale débouche sur une campagne de terrain que les jeunes socialistes du Val d’Oise portent dans le département. Retrouvez les débats de la Convention Nationale (tables rondes, discours) et la campagne sur le site internet du MJS : www.jeunes-socialistes.fr/combattrelefn/


Janvier - Février - Mars 2013 Numéro 15

EUROPE

7

Retour sur l’événement Rise up à Bruxelles : un point de départ pour construire l’Europe de demain Les 15 et 16 décembre 2012 s’est tenu le grand rassemblement de la campagne Rise up menée par les jeunes socialiste européens. Loin d’être un événement de clôture, il s’agit bel et bien du commencement d’un mobilisation d’ampleur. Le rassemblement des jeunes socialistes européens à Bruxelles pour couronner la campagne Rise Up fut un grand moment où l’utile et l’agréable ont pu s’accorder. L’occasion de se rencontrer entre jeunes socialistes européens devrait se présenter plus souvent, car les échanges de points de vue et de stratégies politiques sont toujours bénéfiques pour la gauche. L’ambiance générale fut conviviale, et lors des tables rondes nous avons analysé et débattu autour des grandes lignes politiques de l’Union Européenne notamment sur les stratégies de politique économique.

grassement les actionnaires. « Réduire le temps de travail pour créer de l’emploi », avec un représentant du collectif Roosevelt 2012, portait sur un combat historique du monde ouvrier, la réduction du temps de travail. Cette dernière permet un meilleur partage du travail disponible, ce qui emporte à la fois la création d’emplois, de la sécurité et de l’efficacité dans le travail, mais aussi la conciliation entre vies professionnelle et familiale.

Des tables rondes et des échanges d’une grande qualité Le débat « Investissons dans l’économie réelle, une nécessité citoyenne et populaire » en présence de Marie Arena, sénatrice PS (belge) et ex-ministre fédérale a embrayé d’entrée sur l’adoption de la taxe sur les transactions financières et le long combat idéologique mené face aux conservateurs européens. Mais le combat continue, puisque les lobbies font tout pour réduire la portée de la future réglementation Bâle III sur le secteur bancaire, ce qui fait écho à notre propre débat sur la séparation des banques de dépôt et des banques d’affaires. La relocalisation des industries était au centre des débats. Car si le dogme libre-échangiste veut nous faire croire que l’externalisation de la production permet de garantir un prix bas pour le consommateur, elle permet surtout de rémunérer

Les jeunes socialistes européens, à l’issue du meeting Rise up

En réalité, le chômage endémique aidant, cette question pourrait faire maintenant l’objet d’un relatif consensus . Roosevelt 2012 suggère d’inciter les entreprises à réduire le temps de travail à temps plein et à embaucher davantage, en échange de réductions proportionnelles de cotisations patronales ; cette l’opération ne coûterait pas un centime aux finances publiques. « Demain l’Europe fédérale » a permis aux jeunes socialistes de réfléchir sur la question des institutions communautaires en compagnie de députés européens. Le débat institutionnel est en effet trop souvent pollué par la confusion qui est faite entre les

politiques menées par l’Union Européenne d’une part et l’idée européenne en elle même d’autre part. Bien que les politiques d’austérité mettent à mal les solidarités et que la crise fragilise l’idéal européen, la reponsabilité des socialistes est de ne pas négliger les pistes qui permettront d’appronfondir la démocratie européenne et de donner un véritable rôle d’acteur au citoyen européen. Une rupture s’impose avec une pratique trop technocratique de l’Europe, qui sous couvert d’arguments techniques dicte en réalité des politiques qui ne répondent pas aux enjeux de la crise. C’est bien une Europe démocratique et politique qui doit émerger, avec comme pilier un Parlement européen réellement en capacité de jouer son rôle. Pour finir, nous avons clôturé avec un grand meeting pour rappeler l’importance de la campange que nous avons mené. La motivation et la volonté de changement autour des valeurs de gauche était enivrante et prometteuse pour l’avenir !

Axel Calvet, Sébastien Fontagneu, Djeamson Pierre-Louis

Une délégation française très présente Les jeunes socialistes français étaient présents en nombre à Bruxelles. Avec l’ambition d’offrir à cette campagne de réels débouchés, le président du MJS Thierry Marchal-Beck a affirmé l’ambition de poursuivre l’effort de coordination européenne des jeunes socialistes.


Janvier - Février - Mars 2013 Numéro 15

EN campagne

8

Le mariage pour tous, c’est maintenant ! Les jeunes socialistes ont mené campagne dans le département pour soutenir le projet de loi du gouvernement, porté par la Garde des Sceaux Christiane Taubira. En se rendant à la manifestation parisienne et en partant à la rencontre des jeunes, le MJS a pu mesurer l’attente que suscitait cet engagement fort de la gauche.

P

romesse phare de François Hollande lors de l’élection présidentielle, c’est dès la rentrée que les Jeunes Socialistes sont partis en campagne en faveur de l’égalité en allant défendre l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples homosexuels ! La manifestation organisée à Paris le 27 janvier dernier a été un grand succès réunissant près de 400 000 personnes. C’est donc avec la plus grande joie que nous avons appris, le 12 février dernier, que nos mois de campagne s’étaient soldés par l’adoption du texte à l’Assemblée nationale, après plus de dix jours de durs combats oratoires avec les députés de l’opposition. Ainsi, l’article 1er de la loi, qui a fait l’objet de plus de 5 000 propositions de modification par les députés UMP, dispose que “Le mariage est contracté par deux

personnes de sexe différent ou de même sexe”.

C’est donc une bataille majeure pour l”égalité des droits de tous qui a été gagnée ce jour là. En effet, depuis l’adoption du Pacte Civil de Solidarité Active par le gouvernement Jospin en novembre 1999, les droits des couples homosexuels étaient restés au statu quo puisque le PACS n’offre en aucun cas les mêmes garanties que le mariage ; l’exemple le plus frappant étant celui des droits de la famille. C’est donc une nouvelle fois les socialistes qui œuvrent pour l’égalité ! Le projet de loi ouvre, de plus, l’adoption à tous les couples. Cette disposition est, de loin, l’avancée la plus significative en faveur de

l’égalité des droits. Elle permet de fournir à des parents et enfants un véritable statut protecteur devant la loi, les parents n’étant plus démunis juridiquement et les enfants ne faisant plus face à des inégalités devant la loi. La notion de père et de mère est ainsi remplacée par la notion de parent à chaque fois qu’il s’agit d’un couple de même sexe. C’est donc une solution bienvenue pour tous ces parents qui n’avaient jusqu’alors aucun droit sur des enfants qu’ils avaient élevés mais avec lesquels ils n’étaient ni biologiquement ni légalement liés. Toutefois, le combat est loin d’être terminé. Le projet de loi doit maintenant passer devant le vote des sénateurs. Après la dureté des discours et la longueur des débats des députés, on peut se douter que nos sénateurs passeront de longues heures au Palais du Luxembourg pour défendre avec vigueur l’égalité.

Manon Comte

Pour en savoir plus... Retrouvez la vidéo du “Point Gouv” des jeunes socialistes avec Christiane Taubira sur le site web du MJS : www.jeunes-socialistes. fr/2013/03/point-gouv-avecchristiane-taubira/

Christiane Taubira a su porter avec force le projet de loi à l’Assemblée nationale, malgré l’obstruction parlementaire de la droite.


Janvier - Février - Mars 2013 Numéro 15

INTERVIEW

9

Bruno Brisebarre, président de la FCPE 95 : “Le désengagement du CG 95 est un scandale” En cette période de débat sur la refondation de l’école et les rythmes scolaires, En mouvement a souhaité rencontrer le président de la FCPE 95 afin de recueillir son point de vue. Peux-tu nous présenter en quelques mots la FCPE 95 et son activité ? La FCPE 95 est l’interlocuteur des pouvoirs publics (éducation nationale, Préfet, Conseil général...) du département sur les questions d’éducation. Elle est la fédération de parents d’élèves la plus importante au niveau national et départemental. Elle assure la formation et l’information des 220 conseils locaux et 3300 adhérents. Elle aide les parents à tous les niveaux de scolarité de la maternelle au lycée. Elle fait partie d’une fédération nationale où chaque conseil départemental est autonome. Nous sommes pour que les enfants soient au centre du système éducatif et que les politiques éducatives se fassent en fonction de leurs intérêts.

Bruno Brisebarre, en manifestation contre la politique du Conseil général du Val d’Oise.

contre la suppression du samedi matin. Le décret sur les rythmes scolaires a des défauts et des manques évidents : - Il réforme les rythmes sans réformer les programmes, sans toucher aux grandes vacances ni au zonage qui empêche l’alternance 7 semaines d’école, 2 semaines de vacances - Il confie une partie de la journée éducative aux collectivités locales ou territoriales, sans prendre en compte les disparités et avec une aide insuffisante et non reconduite l’année suivante - Il confirme le caractère non obligatoire d’une mise en place par les collectivités, et non obligatoire pour les élèves - Il infirme le principe de gratuité. Ce sont les seuls points critiques que la FCPE 95 peut et doit porter. Ils ne doivent pas masquer notre objectif premier : nous ne pouvons pas laisser nos enfants subir un rythme que nous dénonçons depuis le début, en s’appuyant sur les faiblesses du projet et subir ces rythmes aberrants pendant encore plusieurs années. Nous battons nous pour une application rapide de cette réforme tout en pesant et exigeant une réponse rapide et claire aux problèmes  énoncés plus haut.

Quelle est l’approche des parents d’élèves concernant la réforme des rythmes scolaires dont l’application dans les communes fait souvent débat en ce moment ?

Depuis 2011, le Conseil général du Val d’Oise coupe dans ses budgets consacrés à l’éducation et à la jeunesse, de quelle manière se traduit concrètement cette situation pour les familles du département ?

En 2008, la FCPE a été une des rares organisations à avoir été

C’est un véritable massacre pour les familles et en particulier pour

celles qui sont les plus en difficulté. Le désengagement du Conseil général vis-à-vis de sa jeunesse est un vrai scandale. Il n’assume même pas cette politique : regardons ce qui s’est passé sur l’arrêt de la subvention de la carte Imagine’R dont le coût a doublé pour les familles, les crèches sont aussi concernées, les subventions pour les collèges ont aussi baissé, arrêt des forums des collèges. Ce sont les plus fragiles qui paient le prix le plus fort de cette politique de renoncement au profit d’actions de communication et de marketing. Comment la FCPE se positionne-t-elle par rapport au projet de loi de refondation de l’école de la République porté par Vincent Peillon et, plus largement, quels seront vos combats à venir ? Certes, ce projet de loi fait avancer les questions d’éducation mais il reste des points qui ne sont pas clairs ou qui sont contraires à nos revendications et puis il y a des questions qui ne sont pas abordées  comme les zones d’éducation prioritaire, la question des RASED, les questions de péréquation entre les territoires sans parler de la suppression de la loi Carle…

Propos recueillis par Léo Moreau

Agenda social Le MJS Val d’Oise prendra part au rassemblement du collectif départemental pour la Poste (Cergy-Pontoise) le 23 mars


Contact

10

Agenda • Lundi 18 mars : Atelier PS 95 sur l’éducation (Eaubonne, salle de l’Orangerie)

Qu’est-ce que le MJS ?

• Samedi 23 mars : rassemblement du collectif départemental pour la Poste (Cergy-Pontoise)

Le Mouvement des Jeunes Socialistes est un mouvement politique de jeunesse et d’éducation populaire. Autonomes du Parti Socialiste, présents partout en France, en métropole comme dans les Outremers, et sur tous les fronts, nous élisons nos représentants, nous construisons nos propositions et définissons nos actions.

• Samedi 23 mars : formation fédérale du MJS 95 sur les institutions, avec Emmanuel Maurel à Auverssur-Oise

Soutenir la gauche au pouvoir tout en poussant sur nos propositions, voilà notre rôle. Partage du temps de travail, mariage pour tous, droit de vote des étrangers, autonomie des jeunes, protection des biens communs, attestation de contrôle d’identité, libertés numériques, égalité des genres, 6ème République, révolution fiscale et écologique, nouveau modèle de développement, toutes ces propositions nous avons participé à les construire et nous mobilisons pour les mettre en œuvre.

• Lundi 1er avril : opération départementale de mobilisation contre le FN • Samedi 27 avril : festival départemental PIAF à Pierrelaye • 4 et 5 mai : Forum de la Génération changement • 23, 24 et 25 août : Universités d’été du PS et du MJS à La Rochelle

Nous souhaitons être l’un des porte-parole de la jeunesse auprès du gouvernement, de ses attentes, ses impatiences, ses exigences.

Renvoie ce coupon et rejoins le MJS Val d’Oise ! Mouvement des jeunes socialistes du Val d’Oise, 29 rue Francis Combe, 95000 Cergy Mail : mjsvaldoise.95@gmail.com

Retrouvez-nous sur notre blog fédéral : jeunes-socialistes95.fr

Suivez la page du MJS Val d’Oise : facebook.com/mjsvaldoise

Suivez le MJS 95 sur Twitter : @mjsvaldoise

□ □

Je veux recevoir chez moi En mouvement Je veux recevoir des infos sur le MJS

Nom : ....................................................................

Prénom : ......................................................

Adresse : ........................................................................................................................................ Code postal : ...................................................... Portable : .............................................................

Ville : ............................................................... Téléphone : ......................................................

Mail : ..............................................................................................................................................


En mouvement 15  

MJS Val d'Oise

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you