Issuu on Google+

Numéro 12 Janvier 2013 GRATUIT

Reims - Toulouse

Une nouvelle dynamique

Retrouver le sourire Hommage

à Georges Lech

Mercato

Le poster

Diego

+ Interview flash

Un nouveau buteur au Stade


Accédez aux pouvoirs naturels de l’eau

Reims Spas - Spas de nage - Saunas

EDIT N°12

REIMS Palmarès

Union sacrée

L1 : 6 fois Champion en 1949, 1953, 1955, 1958,1960 & 1962

La situation est sérieuse mais pas dramatique. Il faut être lucide mais rester serein, et surtout, serrer les rangs. Certes nous avons souffert de décisions arbitrales. Sans entrer dans la polémique, il est clair que M. Rainville, à lui tout seul, nous coûte quatre points. C’est une réalité. Mais il reste que nous n’avons pas gagné depuis treize matches malgré tous les efforts déployés et la volonté de forcer le destin. Et ça aussi c’est une réalité qui ne concerne que nous. Il nous faut donc gagner un match, pour récupérer trois points indispensables et renverser la tendance. Les joueurs le savent, le staff en est convaincu, le club persuadé, les supporters mobilisés. Tout ceux qui composent et aiment le Stade de Reims sont déterminés à tirer dans le même sens. Le mercato d’hiver, qui est terminé pour nous, c’est passé comme nous le souhaitions. Ceux qui n’avaient pas assez de temps de jeu sont allés en prendre ailleurs. Et nous avons recruté deux joueurs, un gardien et un attaquant, qui vont donner d’autres solutions à l’équipe. On savait que cette première saison en Ligue 1 ne serait pas facile. On sait aujourd’hui qu’elle est difficile. Mais pas impossible, loin s’en faut. Il nous faut l’union sacrée. La solidarité sans faille qui doit se manifester sur le terrain et en dehors devrait avoir raison de cette dépression. Après la pluie, vient le beau temps. Jean Pierre Caillot

L2 : Champion en 1966 Coupe de France : Double Vainqueur

en 1950 & 1958 Coupes d’Europe : 2 fois finalistes de

la C1 en 1956 & 1959

sommaire P6&8

Les mains du diable

P10-11

Résultats Classements & Statistiques

P14 Fournier : “ Ce qui importe, c’est le Stade de Reims” P22 - 24 Toulouse

Story

P30 Les Rois du Stade P34 La dédicace de Grzegorz Krychowiak

1 Ter rue Jacques Murgier - 51100 REIMS CONTACT

03.26.40.92.90

ParTenaires oFFicieLs dU sTade de reims :

Magazine officiel du Stade de Reims, édité à 20 000 exemplaires par 2P.com Media Group, et le Stade de Reims. RCS N°512057928.16, rue Gabriel Voisin 51 100 Reims. ISSN: en cours. Directeur de la publication: Jean-Pierre Caillot. Co-gérants : Gérard Peyrefiche et Philippe Pétard. Rédaction, conception, commercialisation : 2Pcom Media Group. Comptabilité : Audrey Petitpas. Directrice artistique : Estelle Baudelot. Publicité : 03 26 77 58 00. Distribution : Fréderic Bencheman. Imprimé par les Nouvelles Imprimeries Champenoises. Crédits photos : Y.Pageot, F.Poidevin, Jean Claude Sikorsynski, X. Le Rouge & Blanc est une marque déposée pour la France. Ce magazine est protégé par la loi du 11 mars 1957 sur la propriété artistique. Dépôt légal: À parution Reproduction même partielle strictement inderdite. L’éditeur n’est pas responsable des éventuelles erreurs, le magazine décline toutes responsabilités pour les photos, textes et prix des annonces publicitaires, qui n’engagent que la responsabilité des annonceurs.


Reims – Bastia

1 2

La

Joie et tristesse. Les Bastiais viennent d’assommer les Rémois. Mandi ne peut cacher sa détresse.

Le match des occasions manquées

n° de licence d’entrepreneur de spectacle TL1 1040695

Reims (19 points) avait l’occasion à Delaune de rattraper Bastia (22 points) et même de le dépasser à la différence de buts et ainsi de conquérir la 14e place du classement avec 3 points d’avance sur le premier relégable mais aussi sur Sochaux, son prochain adversaire. Reims a eu largement les occasions pour marquer des buts et gagner ce match qui lui aurait fait retrouver le chemin du succès qui le fuit depuis le mois d’octobre et le 3-1 contre Nice. Hélas... “Je ne sais pas si nous avons déjà eu autant d’occasions franches dans un match. Et on ne marque qu’une fois. Contrairement à nos adversaires, on fait preuve d’une inefficacité record. On est en manque de points, en manque de confiance, ça devient compli-

qué...” Après la rencontre, à chaud, Hubert Fournier ne cachait pas sa déception et livrait avec lucidité, ses premiers analyses. Tant d’occasions vendangées...

Rapide constat Sans montrer du doigt qui que ce soit, si on fait un rapide constat, on mesure le gâchis. Fortès qui perd son face à face devant Landreau à la I5e ; Courtet qui se retrouver seul face au gardien Bastiais à quatre reprises, à partir de la 17e minutes, et ne va réussir à concrétiser qu’à la 64e, suite à un raté de Fauvergue qui manquera une seconde occasion quatre minutes plus tard; Krychowiak qui à la

Soirée des Chansonniers S pé

ciale Pierre Dac

SAMEDI 2 FÉVRIER 2013 à 20H30

ESPACE PIERRE DAC - CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE 4

R uge Blanc Magazine officiel

26e voit son tir buté contre Modeste posté devant Landreau ; ou encore Diego dont le tir rase le poteau droit bastiais etc... Les Rémois auront eu ce dimanche après midi l’art de se compliquer le match mais aussi de crisper leur avenir. Car sur l’ensemble du match, il est clair qu’ils méritaient mieux et surtout pas de se retrouver dans le “grouppetto des 19 points” qui se battent pour fuir la place de premier relégable. “Il ne faut pas paniquer, car ce sont les équipes qui resteront sereines qui réussiront à s’en sortir commentait Hubert Fournier. On le savait avant le début de la saison. On s’est préparé à ces difficultés. Bastia était un match important, mais on ne refait pas un match”.

"Pierre Dac - Le Parti d’en rire" par le THÉÂTRE DES 2 ÂNES avec Aurélien Noël, Jacques Pessis et Virginie Visconti et mise en scène par Jacques Mailhot et Jean Roucas

RENSEIGNEMENTS ET BILLETERIE Office de tourisme | 03 26 65 17 89

TARIF UNIQUE 25€


L’effet

Landreau

1 Le premier face à face de la 15e minute. Fortès tente de dribbler Landreau pour marquer dans un but vide. Mais le gardien fait le bon choix, se couche sur sa droite et dévie le ballon.

Face à face Landreau/Courtet

2

3

Dans les face à face entre gardien et attaquant il y a deux ingrédients : la réussite de l’un et la poisse de l’autre. Pour Reims-Bastia Mickaël Landreau étrennait ses gants corses et sa présence dans les buts du SC Bastia a été déterminante. Y a-t-il eu un effet Landreau qui a pesé sur les attaquants rémois? Courtet s’en défend! Mais sauf une fois, l’ex-Lillois a toujours remporté ses duels... Et son premier succès face à Fortès a pu être déterminant.

Tir de Diego

Tir de Diego à l’entrée des 18m. Là encore Landreau semble battu. Mais le ballon rase l’extérieur de son poteau droit.

Que ce soit en l’air, à gauche ou à droite de ses buts, ou sur la pelouse, Landreau a toujours remporté ses duels avec Courtet.

4

6 But de Mandi

7

Sauf une fois à la 64e minute, lorsque le meilleur buteur rémois fit trembler les filets. Landreau n’a pu que constater

68e : Centre de Fortès...

5

La joie des supporters est de courte durée. Le rémois est signalé hors jeu.

...Occasion de Fauvergue La balle file devant la ligne du but bastiaise. Courtet trop loin ne peut reprendre mais Fauvergue arrive, lancé. Landreau semble devoir être battu. Mais Fauvergue glisse et rate le ballon

5


Sochaux – Reims :

1 0

d’arbitrage de M. Rainville allait encore en ajouter une dose.

Jeux de mains, jeux de vilains

Les Rémois ( ici Ramaré, Ghilas et Krychowiak) tentent de dire à l’arbitre que Poujol a marqué de la main. Mais M. Rainville ne veut rien entendre et désigne le rond central.

Ramaré abdique, Krychowiak et Ghilas essaient encore, mais M. Rainville, sourire aux lèvres et satisfait de lui, retourne au centre du terrain.

Les mains du diable Cette défaite-là ne ressemble à nulle autre et risque de rester dans l’histoire. Le but sochalien validé par l’arbitre a été marqué de la main tout autant que l’avait été celui de Maradona contre l’Angleterre (La main de Dieu) en quart de final de la Coupe du Monde 1986 dans le stade Aztèque de Mexico ou celui de William Gallas contre l’Irlande lors du match retour des barrages qualificatifs pour la Coupe du Monde 2010 consécutif à une passe décisive de Patrick Henry (La main de la grenouille) qui avait contrôlé le ballon de la main. Et une autre main tout aussi flagrante commise dans sa surface de réparation n’a pas donné lieu au penalty incontestable en faveur des Rouge et Blanc, qui s’imposait. L’injustice s’est multipliée par deux ! M. Nicolas Rainville l’arbitre de Sochaux-Reims (déjà l’un des plus contesté

6

R uge Blanc Magazine officiel

de la Ligue 1), qui avait déjà été très tendancieux lors de Bastia-Reims, match de la 2e journée du championnat, où il avait exclu 2 Rémois, fait jouer 95 minutes et siffler un penalty contre Reims, va donc rejoindre dans les annales M. Ali Bennaceur celui d’Argentine-Angleterre et M. Martin Hansson qui arbitrait France – Irlande au Stade de France. Le match nul méritoire d’Evian T.G. À Gerland face à Lyon (0 – 0) permettant aux Hauts Savoyards de quitter la 18e place, pour la 16e avec 20 points, avait encore davantage dramatisé la rencontre entre Sochaliens et Rémois à Bonal. Sochaux avait en effet remplacé Evian à la place du premier relégable, juste derrière Reims (17e), à égalité de points (19) qui ne devançait son adversaire du jour qu’au bénéfice de la différence de buts. Les erreurs calamiteuses

Au Stade Bonal, grâce à l’arbitre, on a donné une nouvelle explication au proverbe “Jeux de mains, jeux de vilains”, qui puisait son origine dans le jeu de paume très en vogue à la Cour de France que les nobles fortunés jouaient avec des raquettes alors que les “vilains”, les pauvres, jouaient à mains nues. 15e minute : Placide, lors d’une belle envolée, a détourné un tir sochalien en corner. Le coup de pied de coin est frappé par Dias devant la cage remoise. Ni Krychowiak ni Placide ne peuvent jouer ce ballon qui rebondit jusqu’au deuxième poteau où se trouve Poujol marqué par Glombard. “Si je n’ai pas manifesté ma joie, a très honnêtement expliqué Loïc Poujol, c’est que j’étais certain que l’arbitre allait siffler faute. Le ballon avait roulé sur mon bras et j’ai marqué du point”. Et pourtant, M. Rainville désigne le rond central... déclenchant la joie sochalienne. 49e minute : Ghilas ouvre sur Glombard seul à droite. Centre. Peybernes qui se trouve à l’évidence dans sa surface dévie la balle de la main. “M. Rainville va pour montrer le point de penalty puis se ravise car son assistant lui indique le contraire raconte Aïssa Mandi. C’est pas possible !” Quand les faits de jeu sont aussi déterminants que devient le jeu lui même. Que deviennent d’autres actions tendancieuses, comme celle de David Sauget à la demie-heure de jeu sur un centre de Ramaré, quand l’arbitrage fait tant pencher la balance...


Sochaux – Reims Les photos de l’injustice Ph 1 : Le ballon vient d’entrer dans le but de Placide. Au centre, Loïc Poujol ne lève pas encore les bras en signe de victoire, comme le capitaine Peybernes, n°17 du reste. Au contraire de Privat le n°9, qui fait l’intox à l’arbitre ce que lui reproche Tacalfred n°22. Glombard qui était aux premières loges lève le bras en signe de contestation. Ph 2 : Privat continue à manifesté sa joie, rejoint par le n°22 sochalien. Mais Peybernes est toujours imperturbable. Tacalfred et Placide essaient eux d’alerter le juge de touche. Ph 3 : Les joueurs rémois, se ruent à la poursuite de l’arbitre pour lui expliquer que Poujol à marquer de la main. Mandi en fait le geste vers la ligne de touche alors que Ramaré manifeste son incompréhension. Ph 4 : Mandi, face à M. Rainville montre joint le geste à la parole pour dénoncer la main du sochalien. M. Rainville semble ne pas comprendre. Ph 5 : Tacalfred, Ghilas, Ramaré et Krychowiak ont pris la relève du latéral droit rémois. Ils ne rencontreront pas davantage l’écoute de M. Rainville. Dès la 15e minute la rencontre a basculé sur une injustice. Et ce n’est pas fini puisqu’à la 49e M. Rainville refusera de siffler un penalty pour une faute de main sochalienne évidente dans leur surface de réparation. Reims battu sur deux coups pas francs se retrouve relégable.

1

2

8

R uge Blanc Magazine officiel

3

4

5


Résultats Classements

RCS Statistiques

Ligue1 / 20ème journée EVIAN - BREST MONTPELLIER - LORIENT NANCY - LILLE NICE - VALENCIENNES PSG - AJACCIO

REIMS - BASTIA RENNES - BORDEAUX ST-ETIENNE - TOULOUSE SOCHAUX - MARSEILLE TROYES - LYON

0-2 2-0 2-2 5-0 0-0

1-2 0-2 2-2 3-1 1-2

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

EN FÉR C

RE

E

E

DIF

Classement

l 03 2000 22 30

M BOUR

LYON PARIS SG MARSEILLE BORDEAUX NICE RENNES LORIENT LILLE MONTPELLIER VALENCIENNES SAINT-ETIENNE TOULOUSE BASTIA BREST AJACCIO AC REIMS SOCHAUX EVIAN TG TROYES NANCY

Pts

J.

G.

N.

P.

p.

c.

Diff.

41 39 38 32 32 32 31 30 29 29 28 27 25 24 20

20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20 20

12 11 12 7 8 10 8 7 8 8 7 7 7 7 5

5 6 2 11 8 2 7 9 5 5 7 6 4 3 7

3 3 6 2 4 8 5 4 7 7 6 7 9 10 8

35 36 25 23 31 29 32 26 31 31 26 27 28 22 21

18 12 23 14 26 26 31 20 24 29 16 22 42 28 29

+17 +24 +2 +9 +5 +3 +1 +6 +7 +2 +10 +5 -14 -6 -8

19 19 13 12

20 20 20 20

5 5 2 1

4 4 7 9

11 11 11 10

20 22 21 17

30 34 39 35

-10 -12 -18 18

Buteurs

Reims - Bastia : 1-2 (0-1)

1.Ibrahimovic (PSG) : 18 buts 2. Cvitanich : 12 buts 3. Gomis (Lyon) : 11 buts 4. Modeste (Bastia), Ben Yedder (Toulouse) : 9 buts 6. Gouffran (Bordeaux), Ben Basat (Brest), Féret (Rennes), Aubameyang (St-Etienne) : 8 buts 10. Payet, Roux (Lille), Aliadière (Lorient), Alessandrini (Rennes), Nivet (Troyes) : 7 buts 15. Barbosa, Khlifa (Evian), Traoré (Lorient), Lisandro (Lyon), Gignac (Marseille), Belhanda, Camara (Montpellier), Courtet (Reims), Erding, Pitroipa (Rennes), Kadir (Valenciennes) : 6 buts 26. Saivet (Bordeaux), Bastos (Lyon), A. Ayew, J. Ayew (Marseille), Cabella (Montpellier), Bauthéac (Nice), Gameiro (PSG), Privat (Sochaux), Le Tallec, Pujol (Valenciennes) : 5 buts 36. Belgazhouani, Mutu (Ajaccio), Obraniak (Bordeaux), Corgnet (Lorient), Hamouma, Mollo (StEtienne), Bakambu (Sochaux), Rivière (Toulouse) : 4 buts

Achetez en ligne sur norauto.fr *Voir modalités et conditions de remboursement auprès d’un conseiller en magasin. **Prix les plus bas toute l’année sur les pneus, freins, échappement, amortisseurs. Pneus : Hors montage, équilibrage et valve. Hors jantes. Photo non contractuelle. Amortisseurs, freins, échappement : Hors pose. Hors ressorts. Voir liste d’affectation auprès d’un conseiller en magasin.

NORAUTO REIMS NEUVILLETTE

NORAUTO DIZY EPERNAY

03 26 77 82 62

03 26 55 95 45

NORAUTO CORMONTREUIL (REIMS)

NORAUTO CHÂLONS EN CHAMPAGNE

 03 26 82 48 62

03 26 26 26 75

Passeurs 1. Payet (Lille), Malbranque (Lyon) : 7 passes 3. Aliadière (Lorient), Valbuena (Marseille), Danic (Valenciennes) : 6 passes. 6. Khazri (Bastia), Ménez, Pastore (PSG), Mollo (Nancy/St-Etienne), Didot (Toulouse): 5 passes 11. Rothen (Bastia), Lesoimier (Brest), Bérigaud, Sagbo (Evian), Traoré (Lorient), Bauthéac (Nice), Nene (PSG), Alessandrini, Erding (Rennes), Aubameyang, Cohade (St-Etienne), Boudebouz (Sochaux), Kadir (Valenciennes) : 4 passes 23. Diarra (Ajaccio), Ben Khalfallah, Jussié, Obraniak, Trémoulinas (Bordeaux), Grenier (Lyon), Fanni (Marseille), Cabella, Utaka (Montpellier), Kolodziejczak (Nice), Ibrahimovic, Maxwell (PSG), Devaux (Reims), Pitroipa (Rennes), Tabanou (Toulouse), Le Tallec (Valenciennes) : 3 passes

Dimanche 15 janvier au stade Auguste-Delaune Spectateurs : 13 029 Arbitre : M. Buquet Buts : Ilan (21e), Thauvin (48e) pour Bastia. Courtet (64e) pour Reims. Avertissements : Krychowiak (35e), Ca (36e) pour Reims. Palmieri (13e), Angoula (36e), Sablé (39e), Marque (92e) pour Bastia. Reims : Agassa - Mandi, Tacalfred (cap) (Fauvergue, 55e), Weber, Signorino (Diego, 46e) - Krychowiak, Ca - Fortès, Devaux (Ramaré, 67e), Souaré - Courtet. Entraîneur : Hubert Fournier. Bastia : Landreau - Angoula (Cioni, 84e), Marchal, Choplin, Palmieri - Sablé, Rothen - Maoulida (Marque, 66e), Ilan, Thauvin Modeste. Entraîneur : Frédéric Hantz.

Télé / La Ligue 1 en direct

22ème journée 23ème journée 24ème journée Vendredi 25 janvier

Vendredi 1er février

Vendredi 8 février

20h30 : (Be In Sport 1) Valenciennes - Lyon

20h30 : (Canal +) Toulouse - PSG

20 heures : (Be In Sport 1) PSG - Bastia

Samedi 26 janvier

Samedi 2 février

Samedi 9 février

17 heures :(Canal +) Rennes - Marseille 20 heures : (Be In Sport 1) Multiplex

17 heures : (Canal +) Lorient - Rennes 20 heures : (Be In Sport 1) Multiplex

17 heures : (Canal +) St-Etienne - Montpellier 20 heures : (Be In Sport 1) Multiplex

Dimanche 27 janvier

Dimanche 3 février

Dimanche 10 février

14 heures : (Be In Sport 1) St-Etienne - Bastia 17 heures : (Be In Sport 1) Nice - Bordeaux 21 heures : (Canal +) PSG - Lille

14 heures : (Be In Sport 1) Ajaccio - Lyon 17 heures : (Be In Sport 1) Montpellier - Reims 21 heures : (Canal +) Marseille - Nancy

14 heures : (Be In Sport 1) Evian - Marseille 17 heures : (Be In Sport 1) Rennes - Toulouse 21 heures : (Canal + / Be In Sport 1) Lyon - Lille


RCS

Résultats Classements

Statistiques

Ligue1 / 21ème journée LYON - EVIAN MARSEILLE - MONTPELLIER AJACCIO - VALENCIENNES BREST - ST-ETIENNE LORIENT- TROYES

SOCHAUX - REIMS TOULOUSE - NANCY BASTIA - RENNES LILLE - NICE BORDEAUX - PSG

0-0 3-2 1-1 0-1 3-2

1-0 2-1 0-2 0-2 0-1

Classement 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

PARIS SG LYON MARSEILLE NICE RENNES LORIENT BORDEAUX SAINT-ETIENNE TOULOUSE LILLE VALENCIENNES MONTPELLIER BASTIA BREST SOCHAUX AJACCIO EVIAN TG REIMS TROYES NANCY

Pts

J.

G.

N.

P.

p.

c.

Diff.

42 42 41 35 35 34 32 31 30 30 30 29 25 24 22 21 20 19 13 12

21 21 21 21 21 21 21 21 21 21 21 21 21 21 21 21 21 21 21 21

12 12 13 9 11 9 7 8 8 7 8 8 7 7 6 5 5 4 2 1

6 6 2 8 2 7 11 7 6 9 6 5 4 3 4 8 5 7 7 9

3 3 6 4 8 5 3 6 7 5 7 8 10 11 11 8 11 10 12 11

37 35 28 33 31 35 23 27 29 26 32 33 28 22 21 22 22 17 23 18

12 18 25 26 26 33 15 16 23 22 30 27 44 29 30 30 34 23 42 37

+25 +17 +3 +7 +5 +2 +8 +11 +6 +4 +2 +6 -16 -7 -9 -8 -12 -6 -19 -19

Buteurs

Sochaux - Reims : 1-0 (1-0)

1. Ibrahimovic (PSG) : 19 buts / 2. Cvitanich : 12 buts 3. Gomis (Lyon) : 11 buts 4. Modeste (Bastia), Ben Yedder (Toulouse) : 9 buts 6. Gouffran (Bordeaux), Ben Basat (Brest), Alessandrini, Féret (Rennes), Aubameyang (St-Etienne) : 8 buts 11. Payet, Roux (Lille), Aliadière (Lorient), Gignac (Marseille), Erding (Rennes), Nivet (Troyes) : 7 buts 17. Barbosa, Khlifa (Evian), Traoré (Lorient), Lisandro (Lyon), A. Ayew (Marseille), J. Ayew (Marseille), Belhanda, Camara (Montpellier), Courtet (Reims), Pitroipa (Rennes), Kadir (Valenciennes) : 6 buts 28. Mutu (Ajaccio), Saivet (Bordeaux), Bastos (Lyon), Cabella (Montpellier), Bauthéac (Nice), Gameiro (PSG), Privat (Sochaux), Le Tallec, Pujol (Valenciennes) : 5 buts 37. Belgazhouani (Ajaccio), Obraniak (Bordeaux), Corgnet (Lorient), Herrera, Utaka (Montpellier), Brandao, Hamouma, Mollo (St-Etienne), Bakambu (Sochaux), Rivière (Toulouse), Camus (Troyes) : 4 buts

Samedi 19 janvier au stade Bonal Spectateurs : 8 843 Arbitre : M. Rainville But : Poujol (15e) pour Sochaux. Avertissements : Glombard (38e), Ghilas (45e), Toudic (87e) pour Reims. Peybernes (49e) pour Sochaux.

Passeurs

urnée

er

Sport 1)

r

+) ellier Sport 1)

vrier

Sport 1) Sport 1) +/

1. Payet (Lille), Malbranque (Lyon) : 7 passes 3. Aliadière (Lorient), Valbuena (Marseille), Mollo (Nancy/St-Etienne), Danic (Valenciennes) : 6 passes 7. Khazri (Bastia), Cabella (Montpellier), Bauthéac (Nice), Ménez, Pastore (PSG), Didot (Toulouse) : 5 passes 13. Rothen (Bastia), Lesoimier (Brest), Bérigaud, Sagbo (Evian), Traoré (Lorient), Utaka (Montpellier), Nene (PSG), Alessandrini, Erding (Rennes), Aubameyang, Cohade (St-Etienne), Boudebouz (Sochaux), Kadir (Valenciennes) : 4 passes 26. Diarra (Ajaccio), Ben Khalfallah, Jussié, Obraniak, Trémoulinas (Bordeaux), Grenier (Lyon), Barton, Fanni (Marseille), Kolodziejczak (Nice), Ibrahimovic, Maxwell (PSG), Devaux (Reims), Pitroipa (Rennes), Aurier, Tabanou (Toulouse), Dossevi, Le Tallec (Valenciennes) : 3 passes

22

ème

Sochaux : Pouplin - Corchia, Peybernes, Poujol, Sauget (cap) Dias, Carlao (Kanté, 67e) - Bakambu (Contout, 86e), Roudet, Mikari - Privat (Butin, 63e). Entraîneur : Eric Hély. Reims : Placide - Glombard, Tacalfred (cap), Weber, Mandi Krychowiak, Ca (devaux, 77e) - Fortès, Ramaré (Fauvergue, 68e), Souaré - Ghilas (Toudic, 61e). Entraîneur : Hubert Fournier.

Calendrier journée 23ème journée

24ème journée

Vendredi 25 janvier Valenciennes - Lyon

Vendredi 1er février Toulouse - PSG

Vendredi 8 février PSG - Bastia

Samedi 26 janvier Evian - Ajaccio Montpellier - Sochaux Nancy - Lorient Reims - Toulouse Rennes - Marseille Troyes - Brest

Samedi 2 février Lorient - Rennes Bastia - Evian Bordeaux - Valenciennes Brest - Nice Lille - Troyes Sochaux - St-Etienne

Samedi 9 février St-Etienne - Montpellier Ajaccio - Bordeaux Nancy - Reims Nice - Lorient Troyes - Sochaux Valenciennes - Brest

Dimanche 27 janvier St-Etienne - Bastia Nice - Bordeaux PSG - Lille

Dimanche 3 février Ajaccio - Lyon Montpellier - Reims Marseille - Nancy

Dimanche 10 février Evian - Marseille Rennes - Toulouse Lyon - Lille


STADE DE REIMS - TOULOUSE le

MATCH du jour

Numéros des joueurs Numéro 1 : Johan LIEBUS Numéro 2 : Mohamed FOFANA Numéro 3 : Franck SIGNORINO Numéro 4 : Grzegorz KRYCHOWIAK

Retrouver le sourire

Numéro 5 : Kamel GHILAS Numéro 6 : Antoine DEVAUX

Le match aller à Toulouse, qui s’était soldé sur un match nul 1-1, reste l’une des grandes satisfactions de la première moitié du championnat des Rouge et Blanc. Le système de jeu élaboré alors, face à une équipe qui pointait à la 5e place et qui sait tenir le ballon, leur avait permis de mener au score jusqu’à la dernière minute du temps réglementaire. On avait pensé qu’avec un peu plus d’audace et de réussite, les Rémois qui venait juste d’enregistrer leur premier succès face à Sochaux, auraient pu engranger les 3 points de la victoire. On ignorait, en ce temps, que ce succès à l’extérieur qui les avait fuit de si peu, continuerait à la fuir 4 mois plus tard.

Le rival idéal Aujourd’hui, Toulouse est à Delaune où la victoire se fait aussi désirer. Et on se dit, que le 9e du championnat pourrait bien être le rival idéal pour se relancer à condition bien sûr de retrouver les

vertus de solidarité et de constance qui avaient autorisé tous les espoirs en septembre dernier. Les Stadistes doivent à tous prix chasser de leurs esprits les doutes qui les assaillent et retrouver la sérénité et la confiance qui les habitaient lorsque justement ils avaient défié les Toulousains sur leur pelouse. Les joueurs de la ville rose reste sur une victoire à domicile face à Nancy (2-1) consécutive à un nul (2-2) à Geoffroy Guichard. Il ne faut pas s’attendre à recevoir une équipe tiraillée par les doutes. C’est donc sans compter sur la faiblesse de l’adversaire mais en puisant dans leurs propres forces que les joueurs du Stade de Reims pourront remporter ce succès dont ils ont tant besoin. Non seulement parce qu’il il leur ferait oublier les injustices de l’arbitrage à Bonal, et sur le plan comptable car il leur permettrait probablement de quitter la zone rouge des relégables. Mais aussi et peut être surtout au plan moral. Il est grand temps que le sourire illumine de nouveau les visages des Rouge et Blanc.

Numéro 7 : Odaïr FORTES Numéro 8 : Johann RAMARE Numéro 9 : Julien TOUDIC Numéro 10 : Floyd AYITE Numéro 11 : Diego RIGONATO RODRIGUES Numéro 12 : Nicolas DE PREVILLE Numéro 13: Nicolas FAUVERGUE Numéro 16 : Kossi AGASSA Numéro 18 : Gaëtan COURTET Numéro 19 : Alexi PEUGET Numéro 20 : Quentin PEREIRA Numéro 21 : Bocundji CA Numéro 22 : Mickaël TACALFRED Numéro 23 : Aïssa MANDI Numéro 24 : Florent GHISOLFI Numéro 25 : Anthony WEBER Numéro 26 : Pape SOUARE Numéro 27 : Christopher GLOMBARD Numéro 30 : Jérémy MALHERBE Numéro 40 : Johny PLACIDE

Équipe probable

Entraineur Hubert Fournier SOUARÉ 26

WEBER 25

PLACIDE 40

RAMARE 8

KRYCHOWIAK 4 TACALFRED 22

MANDI 23

12

DIEGO 11

COURTET 18

DEVAUX 6

FORTES 7

Sur le banc : LIEBUS 1 - SIGNORINO 3 - FAUVERGUE 13 - TOUDIC 9 - GHISOLFI 24 - GLOMBARD 27

R uge Blanc Magazine officiel


urs

AVANT ou APRÈS MATCH CH RUN B Samedis Tous les anches & Dim 10h-15h

Petit déjeuner Déjeuner Goûter Diner Brunch Epicerie fine Traiteur

68, place d’Erlon (à coté du Gaumont)

IGUES

D

AVANT ou APRÈS MATCH

Comme le Stade de Reims, Recrutez le spécialiste du modulaire sur-mesure Tous les passionnés de football le savent  : pour s’imposer durablement en Ligue 1, il faut travailler dans les meilleures conditions. Si comme le Stade de Reims vous avez des besoins définitifs ou temporaires, Jipé vous propose à la vente ou à la location des solutions modulaires sur mesure, rapides, économiques et surtout très esthétiques à découvrir sur

jipe.fr

Vestiaire, bureau, salle polyvalente, école, crèche, cantine, sanitaire... : Jipé est votre spécialiste de la construction modulaire haut de gamme.


L’analyse du coach

Hubert Fournier : “ Ce qui importe, c’est le Stade de Reims”

R&B :

Vous voilà face à Toulouse qui constitue plutôt un bon souvenir puisque vous aviez obtenu le nul sur leur pelouse. Comment appréhendezvous cette rencontre ? H.F. : Avec envie et détermination. Au match aller, on se fait égaliser à la dernière minute. C’est donc un résultat mitigé. Ce match contre Toulouse doit permettre de montrer qu’on a notre place dans ce championnat.

R&B : Le résultat est important

au plan comptable. Mais ne l’est-il pas davantage au plan du moral, de la confiance, deux secteurs qui semblent en péril et qu’il faut restaurer ?

Rouge & Blanc : Pour

le n°11 de Rouge et Blanc vous m’aviez répondu “non” lorsque je vous avais demandé si vous aviez un porte bonheur. Il est clair en tous cas que ce n’est pas M. Rainville. Cet arbitre, au total de ses deux prestations face à vous, à Bastia d’abord puis à Sochaux, vous aura fait très mal.

Hubert Fournier : Oui, Sur ces deux rencontres, les interventions de M. Rainville nous ont durement pénalisés, et outre l’aspect strictement comptable, cela change les regards sur l’équipe. Mais cela ne doit pas constituer une excuse à notre classement actuel. Dans un championnat, les faits d’arbitrage s’équilibrent sur l’ensemble de la saison. Dans quelques semaines, on verra si cela se vérifie pour nous.

voir leur abattement dans le vestiaire à Sochaux. L’injustice est toujours quelque chose qui choque. Perdre est toujours difficile à vivre. Mais dans ces conditions, cela fait encore plus mal.

R&B :

Compte tenu des absences, CAN ou blessures, vous aviez beaucoup innové à Sochaux. Vous en avez noté des enseignements ? H.F. : Il n’ y a pas eu grand monde de gagnant sur ce match. Ca n’a rien changé.

R&B :

R&B : Au delà de son effet im-

Vous êtes en position de relégable. C’est la première fois. Même après les deux premières journées alors que vous aviez 0 points, vous vous “sauviez” grâce à la différence de buts. C’est inquiétant, mais pas dramatique puisqu’il vous reste encore de nombreux matches pour redresser la barre.

H.F. : Bien sûr. Ca vient aggraver la situation. Les joueurs vivent ça comme une forme de fatalité, ils ont l’impression que le sort s’acharne sur eux. Il suffisait de

H.F. : C’est inquiétant, mais pas définitif. Nous avons encore de l’espoir. Il va falloir gagner les matches, en ayant un comportement plus ambitieux, plus dynamique sur le terrain pour ne pas subir la situation dans laquelle ont est.

médiat au plan comptable, ce type d’injustice marque un vestiaire ?

14

H.F. : Les deux à la fois. L’un est le corollaire de l’autre et vice versa. Si il n’y a pas de résultats, la confiance s’étiole et si la confiance s’étiole il n’y a pas de résultats.

R uge Blanc Magazine officiel

R&B :

Aller vous disposer de toutes vos armes pour ce match très important ? H.F. : Oui, pratiquement. Ca est suspendu. Agassa et Ayité sont à la CAN mais les blessés vont mieux.

R&B :

Les joueurs sont mobi-

lisés ?

H.F. : Oui, je les sens mobilisés. Du reste, sur le match de Sochaux, leur état d’esprit, leur mobilisation ne sont pas à mettre en cause.

R&B : Des rumeurs affirment

que vous êtes menacé dans vos fonctions. Vrai ou faux ?

H.F. : On est actuellement relégable. Une maxime circule dans notre corporation. Elle dit que “l’entraîneur qui gagne a toujours raison et que celui qui perd a toujours tord”. Notre travail se juge à travers nos résultats. C’est la fonction qui veut ça. Mais le sort de Fournier ou d’un joueur n’est pas essentiel. Ce qui importe, c’est le Stade de Reims. Le maintien en L1 de l’équipe est plus important que le sort d’une personne.


24


Le Mercato TopMercato.com Photo Icon Sport

Nicolas De Preville

Un nouveau buteur au Stade Lors de ce Marcato d’hiver, désormais clos pour le Stade de Reims, la cellule recrutement du club n’est pas restée inactive. Il y a eu l’arrivée de Johny Placide au début de mois de janvier. Il y a eu aussi des départs, ceux de Josué Balamandji qui portait le n°17, pour le Paris FC, de Yann Benedick, n°28 qui a rejoint Strasbourg, et de Khalid Sekkat n°15 qui a traversé la Méditerrannée pour gagner le Maroc où il jouera pour le Wydad Casablanca. Et puis lundi dernier, un attaquant en devenir, Nicolas De Preville, qui jouait à Istres, et dont le contrat expirait en juin 2014, a signé chez les Rouge et Blanc. Nicolas De Préville, 22 ans depuis le 8 janvier, 1m82, 77 kg, arrive au Stade de Reims en provenance du FC Istres. Ce jeune attaquant a franchi un cap à Istres depuis déjà plus d’un an, 7 buts l’an dernier et 5 buts depuis le début de cette saison de L2. Cela lui valait d’être convoité par plusieurs clubs de L1 (Reims et Lille, voir Nice et Saint-Etienne) et même par des clubs anglais de Premier League

(Blackpool et Crystal Palace). Mais il a su gardé les pieds sur terre : “convoité par la L1, c’est flatteur mais je ne me prends pas la tête. Je suis encore jeune. On verra le moment venu. Il sera temps d’y réfléchir”. Un saut dans l’élite en janvier n’était donc pas à exclure pour cet espoir du football français.

Le chemin des filets La saison dernière, pour Istres, Nicolas De Preville avait trouvé le chemin des filets à 11 reprises en 42 matches. Cette saison, le jeune buteur ne s’est pas endormi sur ses lauriers : 6 buts en 17 rencontres. Son bilan était flatteur à Istres : depuis la saison 2009-2010, il avait joué 69 matches de L2 (43 fois comme titulaire), pour un temps de jeu de 4217 minutes, et marqué 12 buts dont 5 lors des matches allers de cette saison, et 4 matches de Coupe de la Ligue et marqué 1 but. Ce qui avait incité les recruteurs champenois à obtenir son

accord pendant la trêve hivernal pour qu’il puisse poursuivre son ascension à Reims, en France, plutôt que de tenter sa chance ailleurs dans l’hexagone ou au Royaume de Sa Majesté. Khalid Sekkat, marocain d’origine qui vient donc de retrouver son pays est originaire de Fès où il est né il y a 29 ans. Cette année, ce défenseur n’avait joué que 55 minutes, à l’extérieur, avec le Stade de Reims, alors que l’an dernier, en Ligue 2, il avait disputé 19 matches et donc joué pendant 1622 minutes entre le 7 juillet 2011 et le 30 juin 2012. Sekkat a été champion du Maroc Pro 1 avec le club de Botola en 2006 et 2010 et finaliste de la Ligue des Champions arabes en 2008 et 2009. Josué Balamandji, n°17, était aussi en manque de temps de jeu au Stade de Reims. Ce jeune et petit milieu de terrain, 1m65 pour 62 kilos, de 23 ans originaire de Centrafrique était arrivé à Reims en provenance de Villemonble Ligue 2 pour la saison 2011-2012. Il y a joué un seul match, et aucun cette demie saison de L1. Au Paris FC, en National, il a déjà joué 4 matches et même marqué 1 but. Yann Benedick, 1m76, 73 kg, a opté pour l’Alsace, et c’est un retour aux sources. Cet attaquant de 20 ans avait déjà porté les couleurs du Racing de Strasbourg en 2010 – 2011 en CFA et en CFA 2 et inscrit 13 buts en 22 matches, avant de venir à Reims, n°28, où il avait été victime la saison passée d’une grave blessure aux ligaments croisés, et où il est resté cantonné à l’équipe II, qui évolue en DH cette année. Le revoilà donc dans le maillot de son club formateur où il a été prêté par Reims jusqu’à la fin de la saison, et où il retrouvera aussi son ancien coach François Keller.

16

R uge Blanc Magazine officiel

Josué Balamandji

Yann Benedick

Khalid Sekkat


Entrée Adulte : 5 € Entrée 6-12 ans : 2,5 € Gratuit pour les moins de 6 ans Entrée + Spectacle Assis : 20 €


Rouge et Blanc : Tu as un porte bonheur ? Diego : Oui. Dieu et ma famille R&B : Un chiffre fétiche ? Diego : Non, je suis croyant... R&B : Une couleur préférée ? Diego : Le gris R&B : Tu es viande ou poisson ? Diego : Viande R&B : Mer ou montagne ? Diego : La mer, à Copacabana R&B : Blonde, brune ou rousse ? Diego: Blonde, comme ma femme R&B : Champagne, vin ou bière ? Diego : Champagne R&B : Ta voiture préférée ? Diego : La Lamborghini Gallardo R&B : Ta chanteuse ou ton chanteur favori ? Diego : Gustavo Lima...“Inventor dos amores” R&B : Et au cinéma ? Diego : Jim Carrey dans Bruce tout puissant R&B : Tu es hand, basket ou rugby ? Diego : Footvolley, sur la plage. R&B : Ton joueur préféré ? Diego : Les Brésiliens Ronaldo et Ronaldinho R&B : Tu as beaucoup d’amis sur Facebook ? Diego : Pas beaucoup, mon Facebook est familial R&B : Après le foot, tu feras quoi ? Diego : Architecte R&B : Tu viens d’avoir un enfant. Fille ou garçon ? Diego : Un petit garçon, Noah. Il est trop beau. C’est un cadeau de Dieu

L’interview flash de Diego Rigonato Rodrigues


le

MATCH du jour Wissam Ben Yedder, le petit prodige du Téfécé, fait déjà tourner les têtes de certains clubs européens.

Attention, client dangereux.. Plutôt brillant en début de saison (une seule défaite lors des dix premières journées) sous l’impulsion de son buteur de poche Ben Yedder, le Téfécé est depuis quelque peu rentré dans le rang. Il occupe actuellement la 9e place, en queue d’un peloton de huit clubs comptant certes plus de 30 points, mais loin derrière le trio de tête (Paris, Lyon, Marseille).

Une bonne dynamique La lutte pour l’Europe, parmi les objectifs du club, s’annonce serrée. Eliminé en Coupe de la Ligue, son bilan en championnat est devenu quelconque - huit victoires, six nuls et sept dé-

faites -, mais il faut relever que le TFC a entamé une petite série en ne perdant plus depuis trois matches. «Nous sommes dans une bonne dynamique, avec la volonté d’aller de l’avant en pratiquant un jeu placé de qualité», commente l’entraîneur Alain Casanova. Si, à domicile, les Toulousains ont laissé échappé dix points (un face à Reims au match aller), ils les ont bien compensés par les onze conquis à l’extérieur, avec trois victoires chez les mal classés Evian, Troyes et Nancy. Les Stadistes sont prévenus, même s’ils disposeront tout de même d’un petit avantage : trois jours avant leur confrontation, les Toulousains auront joué au Parc des Princes un 1/16e de finale de Coupe de France qui s’annonce compliqué.

Équipe probable

Entraineur Alain Casanova AKPA-AKPRO 4

YAGO 20

TABANOU 10

CAPOUE 29

RIVIERE 9

AHAMADA 30 AURIER 19

SIRIEIX 14

BRAATEN 25

DIDOT 8 M’BENGUE 12

20

Sur le banc : BEN YEDDER 7 - SYLLA 5 - ZEBINA 11 - NINKOV 24 - BANGRE 36

R uge Blanc Magazine officiel

Numéros des joueurs Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro

1: 4: 5: 7: 8: 9: 10 11 12 14 15 16 17 18 19 20 22 23 24 25 27 29 30 36

Marc VIDAL Jean-Daniel AKPA-AKPRO Issiaga SYLLA Wissam BEN YEDDER Etienne DIDOT Emmanuel RIVIERE : Franck TABANOU : Jonathan ZEBINA : Cheikh M’BENGUE : Pantxl SIRIEIX : Mickaël FIRMIN : Olivier BLONDEL : Adrien REGATTIN : Yannick AGUEMON : Serge AURIER : Steeve YAGO : Moussa SISSOKO : Aymen ABDENNOUR : Pavie NINKOV : Daniel BRAATEN : Yannick DJALO : Etienne CAPOUE : Ali AHAMADA : Cheikh Oumar BANGRE


le

MATCH du jour

Toulouse

Story

L’international argentin Beto Marcico, légende du Stadium.

Des manchots en Ovalie

22

Si Toulouse est naturellement terre d’Ovalie (premier titre de champion de France en 1912), le ballon rond y a depuis longtemps droit de cité. En 1905 et 1906, le Stade olympique des étudiants toulousains atteint même les demi-finales du championnat de France. Il faudra pourtant attendre 1937 pour voir se créer dans la Ville Rose le premier club professionnel, baptisé Toulouse Football Club. Le «Téfécé» débute honorablement en D2 puis, juste avant la guerre (saison 1938-1939), termine le championnat de D1 à une flatteuse quatrième place. Après guerre, le parcours des Toulousains restera modeste, fluctuant entre D1 et D2, entre anonymat et coups d’éclat, comme cette première Coupe de France décrochée en 1957 face à Angers (6-3) après avoir éliminé le grand favori niçois en demi-finale. Les années 60 verront le Téfécé sombrer, jusqu’à disparaître après un inimaginable déménagement à... Saint-Ouen et une improbable fusion avec le Red Star en 1967!

R uge Blanc Magazine officiel

Il faudra trois ans pour revoir un club pro à Toulouse et une décennie avant que le Téfécé ne fasse de nouveau parler de lui au niveau national.

Un retour fulgurant A l’orée des années 80, sous l’impulsion de Pierre Cahuzac, qui vient de connaître la gloire avec le Sporting Club de Bastia, les Toulousains affichent leurs ambitions. Vice-champions de D2 en 1981, ils retrouvent l’élite la saison suivante. Des années dorées s’annoncent. Avec Daniel Jeandupeux puis Jacques Santini aux manettes, et des joueurs comme Tarantini, Domergue, Lopez, Bergeroo, Guy Lacombe, Marcico, Soler, Roussey et Stopyra, le Téfécé en vient à jouer les premiers rôles en D1 (4e en 1985-1986, 3e en 1986-1987). Il goûte aussi - sans grande réussite - aux joutes européennes. La décennie suivante sera plus difficile. Miné par les problèmes

financiers, le club fait l’ascenseur entre D1 et D2 avant d’être rétrogradé en National (2001) par la DNCG. Entraîné par Erick Mombaerts, le Téfécé entame alors un retour fulgurant au premier plan. Avec des joueurs comme Revault, Prunier et Fauré, les Toulousains reviennent dans l’élite en deux saisons (champion de D2 en 2003). Les années qui suivent sourient aux Violets, qui axent désormais leur politique sur la formation et le recrutement de joueurs plutôt méconnus mais de qualité : 3e du championnat en 2007, demifinaliste de la Coupe de France en 2009 et de la Coupe de la Ligue en 2010. Saison après saison, entraîné depuis 2008 par son ancien portier Alain Casanova, le Téfécé se rapproche des meilleurs clubs français. Ne manque plus qu’un trophée qui viendrait récompenser les efforts accomplis et rejoindre la Coupe de France 1957, qui doit se sentir un peu seule dans sa vitrine...


e 24


le

MATCH du jour

Toulouse

Story

Le grand exploit européen du TFC : Naples et Maradona éliminés au premier tour de la C3 1986-1987.

Dieu s’est arrêté au Stadium Le tirage au sort du premier tour de la Coupe de l’UEFA 1986-1987 aurait pu offrir au Téfécé l’Inter de Karl-Heinz Rumenigge ou le Barça de Gary Lineker. Mais pour sa première apparition sur la scène européenne, Toulouse va faire encore plus fort : c’est Maradona lui-même qui est annoncé au Stadium, à la tête d’un Napoli de légende qui remportera cette année-là son premier titre de champion d’Italie et son premier doublé. Avant d’accueillir Dieu, tout auréolé de son titre de champion du monde, les Toulousains doivent vivre l’enfer de San Paolo. Le 17 septembre,

24

R uge Blanc Magazine officiel

devant 85 000 spectateurs, les Français font très bonne figure.

La furia napolitaine Solides derrière et entreprenants devant, les Bergeroo, Tarantini, Durand, Passi, Marcico et Stopyra ne concèdent aux Italiens que le plus maigre des avantages (10, but de Carnevale à la 55e). Tous les espoirs sont permis pour le match retour. Dans un Stadium plein à craquer, les Toulousains marquent rapi-

dement (Stopyra, 15e) puis résistent à la furia napolitaine. Heureusement pour eux, ni à l’aller ni au retour, le Pibe de Oro n’a pas paru très concerné... Cela va se confirmer lors des tirs aux buts : le Téfécé mène 4-3 lorsque Maradona s’avance en cinquième tireur pour égaliser. Frappe trop facile du gauche, bien sûr, brossée vers le coin droit de Bergeroo. Mais le ballon frappe le poteau puis le gardien, sans pénétrer dans le but. Le Stadium explose et Dieu, effondré, se prend la tête à deux mains...


Une Grande Maison d’Aujourd’hui 4 rue Joseph Cugnot - 51500 Taissy - France Tel : (33) 3 26 77 50 10 - Fax : (33) 3 26 77 50 19 infos@thienot.com - www.thienot.com L’ A B U S D ’ A L C O O L E S T D A N G E R E U X P O U R L A S A N T É , À C O N S O M M E R AV E C M O D É R AT I O N


Les supporters Un rôle déterminant

Les couleurs sont hissées. Il faut qu’elles soient le plus haut possible.

C’est dans le besoin qu’on mesure ses amis dit-on souvent. En foot c’est pareil. C’est quand elle en a besoin qu’une équipe mesure la fidélité de ses supporters, tant il est vrai que voler au secours du succès est chose facile. Le Stade de Reims n’est pas au mieux c’est l’évidence. Pire, sa position de relégable peut fragiliser ses joueurs et donner des ailes à ses adversaires. Au cours des journées à venir, lors des match à domicile où il est encore plus impératif de prendre des points, le rôle des supporters va être essentiel. Ils peuvent être le douzième homme de la pelouse, ils peuvent galvaniser les énergies, transcender les talents porter leur équipe vers le succès. On dit aussi qu’il n’y a pas de grande équipe sans grands supporters. Les Rouge et Blanc ont confiance en les leur. Aujourd’hui, plus que jamais, il ne faut pas que les tribunes ménagent leurs encouragement. On est en Ligue 1, on veut y rester.

Les irréductibles étaient à Sochaux. Pas nombreux et gelés, mais ils étaient là !

Reims a cette année des supporters formidables qui n’ont pas trop compliqué le rôle des stadiers.

Enthousiasme, passion et bonne humeur, c’est le cocktail détonnant des supporters. 26

R uge Blanc Magazine officiel


Meilleur joueur du mois Groupement Officiel des supporters du Stade de Reims

Gaëtan Courtet a été élu meilleur joueur pour le mois de décembre par les supporters. Franck Signorino termine 2ème devant Kossi Agassa. Les adhérents du Groupement Officiel des Supporters du Stade de Reims ont désigné Gaëtan Courtet, Franck Signorino et Kossi Agassa parmi les 3 nommés pour l’élection du meilleur joueur du mois de décembre. Les supporters pouvaient voter sur le site parmi les 3 nommés pour désigner le classement du joueur le plus en vue durant ce dernier mois. Gaëtan Courtet, meilleur buteur rémois, a terminé en tête avec 41% des votes devant Franck Signorino qui a récolté 31% des votes. Enfin, Kossi Agassa termine 3ème avec 28% des votes. Le trophée lui a été remis lors d’un entraînement aux Thiolettes à Gaëtan Courtet.

28

du reste une grande satisfaction de savoir que les supporters me récompensent alors que je n’ai pas pu jouer l’intégralité des matchs durant ce mois de décembre. Je les en remercie très chaleureusement et leur présente mes meilleurs voeux”. Son retour retour pourrait aider à mettre fin à cette série de match sans victoire. En tous cas Gaëtan l’espère. “Même si je n’ai pas la prétention de dire que je vais tout changer. Mais je vais peut-être apporter de la fraîcheur”. Gaëtan Courtet

Le classement du meilleur joueur de la saison : Joueurs 1 2 3 4

-

Kossi Agassa Grzegorz Krychowiak Aïssa Mandi Mickaël Tacalfred

6- Diego Rigonato

A Lorient, Gaétan Courtet a débloqué le compteur des attaquants qui n’avaient plus marqué depuis sa blessure. “C’est

8 - Christopher Glombard 9 - Bocundji Ca 10 - Pape Souaré

Magazine officiel

Août

Sept

10 6

6 10

Oct

Nov 6

Déc

4

Mars Totale

10

10

4

8 6

4

Fev

26 22 10 10

10

7 - Franck Signorino

Jan

4

6 10

5 - Gaëtan Courtet

Compteur débloqué

R uge Blanc

s’est très bien adapté au jeu de la Ligue 1. Jusqu’au mois d’octobre il a marqué quatre fois et réalisé un bon début de saison, à l’instar de son équipe. Il était du reste, avant les matches contre Bastia et Sochaux, le meilleur réalisateur rémois avec 5 buts. Et pourtant avec Fauvergue, Toudic et Ghilas, il y a de la concurrence... “J’avais à cœur de me hisser à un bon niveau et de marquer des buts. Continuer est d’ailleurs mon souhait le plus cher pour cette nouvelle année”.

6 4 4

4 4

4


le

MATCH contre

Vu des loges Les rois du Stade

Alexis et Jules 8 ans l’un et l’autre, copains inséparables qui jouent au foot dans la même équipe au club de Cormontreuil, ont encouragé tant que faire se pouvait les Rouge et Blanc contre Bastia. Juste avant, ils avaient tiré les Rois et le sort de la galette leur avait été favorable, à l’un comme à l’autre. Une fève photo de l’équipe pour Alexis et le ballon pour Jules.

Jean Pierre Caillot avait invité les représentants régionaux de la Fédération des Boulangers Pâtissiers partenaires de l’opération Galettes des Rois qui proposait une collection de fêves “Stade de Reims”. Dans la loge du Président de gauche à droite, en haut :M. Vivien, Grégory Piraux, le Président, Michel Defontaine et Fabrice Harvey du Stade de Reims ; en bas Karine Piraux, Josée Depart, Aline Schneider et Marie Teixeira

Christophe et Laurent Eggermann de Direct Télécom. Les deux frères fans des Rouge et Blanc sont partenaires d’une loge.

Daniel Nabet, Directeur régional de France Télécom Orange, sponsor de l’Agenda 2013 du Stade de Reims, ne voulait pas manquer le match de rentrée contre Bastia. Ici en comlpagnie de son épouse Catherine, de Didier Treutenaere directeur du Crous de Reims Champagne-Ardenne et de Xavier Albertini, avocat et Conseiller Régional.

30

R uge Blanc Magazine officiel

Gérard Robinet (Magnum), présent à chaque match, et Bertrand Ravignier du cabinet Mazars ont porté un toast au maintien du stade en L1.

Patrick et Séverine Tellier, un couple de restaurateurs heureux qui dirigent avec talent la Table des Halles près du Boulingrin et supportent avec ferveur le Stade de Reims.


Vie du club

Hommage à Georges Lech

Georges Lech à Bonal pour Sochaux – Reims

Quelques instants avant le début du match qui devait opposer leurs deux équipes, les présidents du Stade de Reims et du FC Sochaux-Montbéliard, Jean-Pierre Caillot et Alexandre Lacombe ont rendu hommage à l’un de leurs grands joueurs Georges Lech. L’un et l’autre lui ont remis le maillot de leur club floqué de son nom et du n°10 qui était le sien. L’attaquant porta en effet le maillot du FC SochauxMontbéliard de 1968 à 1972 et du Stade de Reims de 1972 à 1976. Puis, Georges Lech a été convié a donner le coup d’envoi fictif de cette rencontre de la 21e journée de Ligue 1. Et son cœur allait balancer de l’un à l’autre durant les 93 minutes de jeu. Lorsque Georges Lech, enfant des corons de Montigny, accompagnait son père au stade Félix-Bollaert, il ne savait pas que quelques années plus tard, il serait la vedette du RC Lens (il reste le 3e meilleur buteur du club avec 71 buts, juste derrière les intouchables Oudjani et Wisniewski, qui totalisent 93 buts).

Joueur surdoué et précoce

Jean-Pierre Caillot Président du Stade de Reims, et Alexandre Lacombe, Président du FC Sochaux-Montbéliard offrent le maillot de leur club floqué du nom de Lech avec le numéro qui était le sien lorsqu’il évoluait sous leur couleurs.

Et pour lequel à 17 ans et 4 mois, il ferait ses grands débuts en L1 à Marseille. Joueur surdoué et précoce, G. Lech découvrait ensuite, à 19 ans, l’Equipe de France avec laquelle il signera un bail de dix ans. Mais il n’aura pas la chance de participer à la grande aventure bleue de l’époque, la Coupe du Monde 1966. En 1968, le RC Lens descend en D2 et Georges Lech rejoint Sochaux avant de rejoindre Reims. Au cours de sa carrière, il a joué 379 matches de division 1 et y a marqué 117 buts. Clin d’oeil du destin, il a joué son dernier match sous les couleurs du Stade de Reims le 16 juin 1976. Et c’était contre Lens...

Sa fiche

32

Georges Lech se dirige vers le centre de la pelouse pour donner le coup d’envoi du match avec les maillots qu’il vient de recevoir.

R uge Blanc Magazine officiel

Date de naissance : 2 juin 1945 Lieu de naissance : Billy-Montigny (Pas-de-Calais) Poste occupé : attaquant Nombre de sélections en France A : 35 Nombre de buts marqués : 7 Premier match en sélection : France - Bulgarie (3-1), le 26 octobre 1963, à l’âge de 18 ans et 4 mois Premier but en sélection : France -Suisse (2-2, 31e), le 11 novembre 1963 Dernière sélection : le 3 mars 1973, France - Portugal (1-2) Clubs : Carabiniers Billy Montigny (1959 - 1962) RC Lens (1962-1968) FC Sochaux-Montbéliard (1968-1972) Stade de Reims (1972-1976) RC Epernay (1976 – 1977)


Grzegorz KRYCHOWIAK Milieu NĂŠ le 29 janvier 1990 1,86 m 85 kg

Autographe collector

34

R uge Blanc Magazine officiel



Rouge et Blanc - Magazine Officiel du Stade De Reims