Page 1

Numéro 25 Octobre 2013 GRATUIT

R uge Blanc

Reims - Toulouse

Sur l’élan de Monaco

Le Magazine officiel

Fournier

“Pas de complexe à avoir”

C’est bon pour le moral... Dans un Fauteuil Gaëtan COURTET


EDIT N°25

REIMS Palmarès

Frustré et conFiant On a beau être invaincu depuis huit journées, on a beau progresser au classement et se maintenir dans les dix premiers, on a beau réaliser un grand match contre Monaco, on se sent tout de même frustrés tant on a le sentiment qu’il suffirait d’un tout petit rien pour que le sourire mièvre se transforme en un sourire éclatant. Et j’ai le sentiment qu’il ne s’agit que d’un problème de confiance. Nos joueurs doivent avoir conscience de ce qu’ils sont capables de faire pour pouvoir le répéter à chaque match et le faire durer plus longtemps au cours des rencontres. Une confiance qui leur permettra aussi de transformer en buts toutes les occasions qu’ils se créent. Moi, j’ai confiance en eux, je sais qu’ils peuvent atteindre ce cap là, mais je sais aussi qu’ils ont besoin de tous, de leurs supporters qui ont été merveilleux lors de la rencontre face à Monaco mais aussi de toutes les institutions locales et régionales. Reims est dans la lumière. Reims, son club, sa ville mais aussi toute la Champagne Ardenne sont devenus un phare que tout le monde regarde grâce aux performances des joueurs et de leurs cadres. Ils ont besoin d’une reconnaissance légitime pour continuer à aller de l’avant. Pour qu’ils engrangent cette confiance indispensable. Pour que Delaune s’enflamme encore, pour que nous ne soyons plus frustrés. Didier Perrin

Fournisseurs oFFicieLs :

L1 : 6 fois Champion en 1949, 1953, 1955, 1958,1960 & 1962 L2 : Champion en 1966 Coupe de France : Double Vainqueur

en 1950 & 1958 Coupes d’Europe : 2 fois finalistes de

la C1 en 1956 & 1959

sommaire P4-5 Reims-Monaco Rencontre avec le leader &6 du championnat P8&10 Valenciennes : quelques secondes de trop

P12-13

Résultats, Classements & Statistiques du jour P14&20 Match Côté Reims Côté Toulouse

P22 Rétro Toulouse P18-19 Poster P24 Vie du club

P26 Vu des loges P30-32 Supporters

Partenaires oFFicieLs :

Magazine officiel du Stade de Reims, édité à 20 000 exemplaires par R&B MAG et le Stade de Reims. RCS N°794658898. 28, rue Pierre Curie 08 000 Charleville-Mézières. ISSN: en cours. Directeur de la publication:

Caillot. Président : Christian Chardon. Rédaction, conception : R&B MAG. Commercialisation : 2P.COM MEDIA GROUP. Comptabilité : Audrey Petitpas. Directrice artistique : Estelle Baudelot. Publicité : 03 Mag Jean-Pierre 26 77 58 00. Distribution : Fréderic Bencheman. Imprimé en france par LEONCE DEPREZ. Crédits photos : Y. Pageot, F. Poidevin, JC.Sikorsynski, V. Lapauw, X. Le Rouge & Blanc est une marque déposée pour la France.

&B

Ce magazine est protégé par la loi du 11 mars 1957 sur la propriété artistique. Dépôt légal: À parution. Reproduction même partielle strictement inderdite. L’éditeur n’est pas responsable des éventuelles erreurs, le magazine décline toutes responsabilités pour les photos, textes et prix des annonces publicitaires, qui n’engagent que la responsabilité des annonceurs.


Reims – Monaco 1-1

But de Devaux dès la 4ème minute du match.

Standing ovation Un stade debout applaudissant à tout rompre a salué la fin de la rencontre Reims-Monaco au cours de laquelle, nos Rouge et Blanc ont bousculé le leader du championnat. Le résultat nul a un goût d’inachevé, mais cette rencontre, au delà du plan comptable aura une incidence importante sur la fin de la saison. Une note, 13,88, exceptionnelle pour ce match, trois joueurs rémois, Devaux, Fortès et Ayité au tableau d’honneur de Canal +, des commentaires flatteurs de l’Equipe (“Monaco trouve à qui parler et aurait pu s’incliner si les Rémois avaient eu un peu plus de réussite...”, ou du Parisien (“Une séduisante équipe de Reims...”, pour la première fois depuis qu’il est revenu en Ligue 1, le Stade de Reims a été salué par la presse nationale. Faute d’avoir pris les

4

R uge Blanc Magazine officiel

Falcao n’aura pas marqué. Pas plus que Rivière du reste. Les deux buteurs attitrés de Monaco sont restés muets. La faute à Agassa, Devaux ( encore lui) Weber et les autres...

trois points de la victoire, ce qui n’aurait pas été un scandale, le Stade de Reims va donc capitaliser une grosse dose de reconnaissance de la part du monde du football qui n’avait jusque là que considération pour son passé. Le présent paraissant anecdotique. Les joueurs aussi vont pouvoir engranger une belle dose de confiance. Réitérer une aussi grosse performance contre le leader du championnat au budget très nettement supérieur à celui du Stade, ne peut-être un hasard après la performance réalisée la saison dernière face au PSG, autre monstre du championnat. C’est la confirmation de la qualité de l’état d’esprit et de la motivation de tout un groupe. C’est aussi très encourageant pour Hubert Fournier, dont la qualité du travail a comme par miracle été soudai-

nement reconnue. Ce qui peut permettre d’être optimiste sur la fin de la saison, mais aussi pour les années à venir. Sur la pelouse en engageant un pressing physique très haut, les joueurs rémois ont empêché les Monégasques de développer leur jeu habituel. Une parade qui pourrait du reste inspirer d’autres équipes qui, dans les semaines à venir auront à contrer les attaques monégasques. Il n’aura manqué qu’un brin de réussite pour que le coup soit parfait. La dernière satisfaction aura été la joie exprimée par le public à la fin de la rencontre. “Il n’y a pas que le résultat. C’est beaucoup de bonheur à prendre” disait Jean-Pierre Caillot avant la rencontre. La standing ovation de fin de partie lui a donné raison.


Le grand match

de Devaux

1

Un but, un poteau, une transversale, un arbitre peu généreux pour eux et peut-être trop pour leur adversaire... les Rouge et Blanc sont passés très très près d’un nouvel exploit à Delaune.

2 3 4

Les Rémois attaquent la rencontre pied au plancher. Turan lance De Préville qui tente sa chance des 25 m. Une minute plus tard, à la 4e, récupération de Atar qui donne à Turan en retrait (ph1). Centre. Devaux se glisse entre deux défenseurs et place une magnifique tête plongeante (ph2). Le ballon file dans le coin droit du but monégasque. Subasic est battu (ph3). Reims pousse toujours. Monaco joue en contre. A la 13e, M. Bastien siffle une faute peu évidente sur Moutinho à 25 m à gauche des buts d’Agassa. Le n°8 de Monaco le frappe. Poteau rentrant, but. Reims ne baisse pas les bras. Et continue à harceler des Monégasques qui ont du mal à aligner trois passes consécutives. 23ème : Devaux tout près du doublé. Passe de Atar en retrait. Tir missile du n°6 rémois (ph4). Subasic dévie la balle sur son poteau (ph5). La fin de la première période est de la même veine. Mais, à la reprise Monaco tente de conserver davantage le ballon. 63ème. Nouvelle grosse occasion rémoise. Ayité lancé dans la profondeur frappe violemment (ph6). Mais le ballon fracasse la transversale alors que Subasic était battu (ph7). Deux minutes plus tard, De Préville est écroulé dans la surface par Kondogbia. Le stade gronde. De Préville et Fofana réclament le penalty (ph8). M. Bastien ne bronche pas. Tout au long de la partie, et jusqu’à la fin de la rencontre les Rémois par Krychowiak, Ayité encore, De Préville de nouveau, Weber ont des occasions nettes. La dernière allant à Fortès à la 90ème.

5 6 7

8


Reims – Monaco

Les grands duels

1

La tactique mise en place par Hubert Fournier consistait à presser haut les Monégasques et à leur imposer des duels physiques incessants. Les joueurs ont parfaitement répondu aux consignes. Extraits...

2

Agassa face à Moutinho (ph 1) : le portier rémois a une fois de plus été magnifique devant ses buts. Il a même dégoûté Falcao qu’on a vu se prendre la tête à deux mains. Ayité dans ses œuvres (ph2). L’un des hommes du match. Comme Fortès, il a donné le tournis à ses défenseurs et gagné un grand nombre de ses mano à mano. Ses frappes auraient pu connaître un meilleur sort. Conté (ph3), impeccable au marquage sur l’homme. Du vrai beau boulot. Fortès (ph4). Provocateur, insaisissable... Il nous avait dit sur le fauteuil vouloir faire danser les défenseurs. Il l’a fait. Aurait pu emporter la mise à la 90ème. Krycho devant (ph5), Krycho derrière, Krycho au milieu. Si on a peu vu Falcao, Krycho doit y être pour quelque chose. Il a même eu son occasion au second poteau... Tacalfred (ph6). Capitaine exemplaire, il a tout donné en défense et initié de belles attaques. Un super beau match. Comme celui de Weber (ph7), qui, lui aussi, s’est créé son occasion de la tête. Sa reprise est passée au ras de la transversale. Et derrière, il a muselé Rivière.

3

4

6

R uge Blanc Magazine officiel

5 6

7


Valenciennes – Reims 1-1 cure toujours des situations dangereuses. Mais pour faire mieux que des nuls, il faudra un jour les concrétiser. A Valenciennes, le Stade a d’abord joué sur ses points forts. Maîtres de leur sujet en première période face à des Nordistes très timides, ils ont su prendre l’avantage à la demi-heure sur un beau coup de tête d’Oniangue. Jusqu’à la pause, ils ont ensuite tenu le match à leur main.

Agassa fait le job Dans le Nord, Agassa a encore réalisé plusieurs parades décisives.

Rageant... Face à une lanterne rouge pas très à l’aise dans son stade du Hainaut, les Rémois ont frôlé l’exploit d’une deuxième victoire à l’extérieur en concédant un but à quelques secondes de la fin du temps réglementaire. Ils restent tout de même dans la première partie du tableau. Ce que l’on avait pu constater à Rennes, Lyon ou Bordeaux s’est confirmé à Valenciennes : le Stade de Reims à l’extérieur, c’est du solide. D’abord derrière : un gardien qui sort toujours des parades décisives, une charnière Tacalfred-Weber très complémentaire et ne verse pas dans la fioriture, des latéraux agressifs (que ce soit Mandi, Glombard, Signorino ou Turan) dans le bon sens du terme sur leurs visvis et qui portent le danger chez l’adversaire dès que possible. Au milieu ensuite : l’activité des Krychowiak, Devaux, Onian-

8

R uge Blanc Magazine officiel

Oniangue a trouvé le chemin des filets pour la première fois en Ligue 1.

gue et Albaek, chacun avec ses qualités propres, perturbe considérablement les offensives adverses. Face à ce double mur, qui vaut au Stade d’être la quatrième défense du championnat, force est de constater qu’à ce jour, aucune équipe n’a facilement trouvé la solution. Cette base, bien mise en place par Hubert Fournier, est un précieux viatique pour qui veut voyager loin dans une Ligue 1 qui reste très fermée. Mais elle ne peut porter tous les matches sur ses épaules si l’efficacité (et un brin de réussite) ne sont pas au rendez-vous en attaque. Car il est clair que l’animation offensive, elle, est encore en chantier. Pas vraiment surprenant dans la mesure où, outre le fait que cela reste le plus difficile à mettre en place, les nouveaux venus sont encore en phase d’intégration. Le point positif est que Reims, même à l’extérieur, se pro-

En seconde période, VA s’est logiquement réveillé. Les Rémois, plus à la peine, ont peu à peu perdu le contrôle du match, jusqu’à être mis en difficulté à plusieurs reprises. Heureusement, Agassa a fait le nécessaire lors des temps forts nordistes. Mais ayant manqué quelques opportunités de faire le break, les Rouge et Blanc se sont vu cruellement rattraper sur le fil à l’orée du temps additionnel. Une inattention qui coûte deux points, frustrante pour le coach : «Si on veut avoir plus d’ambitions dans ce championnat, il faut être capable de gagner ce genre de rencontre. Ca montre aussi nos limites. On avait la possibilité de faire l’écart avec un concurrent pour le maintien, c’est un premier match charnière mal négocié.» Si la déception affleurait dans les rangs stadistes à l’issue de la rencontre, le bilan d’ensemble reste plus que satisfaisant : le point pris dans le Nord permet aux Rémois de pointer à la 8e place ex aequo, en n’ayant concédé qu’une seule défaite. Alors qu’un quart (ou presque) du championnat est joué, voilà de quoi rester optimiste en attendant le réveil des attaquants.


s

AVANT ou APRÈS MATCH

Il Gusto

Le Balto

«Cuisine traditionnelle Italienne réalisée par un Chef Italien avec des produits arrivant directement d’Italie. Vins d’exception exclusivement Italiens et du Champagne évidemment pour fêter les Victoires du Stade. Privatisation possible les jours de match.»

L’incontournable tabac-presse de Reims, et dépositaire du Rouge et Blanc, accueille depuis 15 ans les amis du Stade de Reims.

Du Lundi au Vendredi midi de 12h à 14h30, le soir de 19h à 21h30 sauf Vendredi et Samedi jusqu’à 22h30. Fermé le Mardi soir, Samedi midi et Dimanche.

Ouvert tous les jours sauf le dimanche de 7h à 20h

48, rue Dieu Lumière - REIMS 03 26 36 00 50 / 07 86 48 15 90

22 rue de Mars - REIMS 03 26 40 57 11

Pizza Sarda

La Table des Halles

Dans une ambiance tamisée, vous appréciez un dîner aux chandelles. Spécialités Italiennes et pizzas cuites au feu de bois vous régaleront tous les jours midi et soir. Pizza et pâtes à emporter .

Vous recherchez une table conviviale pour déjeuner ou dîner. La Table des Halles est l’endroit idéal. Séverine et Patrick vous feront découvrir leur carte élaborée par le Chef Sébastien. Les spécialités : la salade au lard, les ris et rognons de veau, entrecôte black angus, et les poissons selon arrivage ! Lundi midi et du mardi au samedi soir de 12h à 14h et de 19h à 23h

Ouvert le samedi et jour de match jusqu’à 23H. Ouvert 7 jours sur 7. (Entre la cathédrale et la basilique)

58 Rue Gambetta - REIMS - 03 26 85 57 55

23, rue de Mars - REIMS - 03 26 35 25 96

AVANT ou APRÈS MATCH


Valenciennes – Reims en images

Quelques secondes de trop... Si l’entame de match a été plutôt favorable aux Valenciennois (deux corners en dix minutes), leur flamme s’est rapidement éteinte. Les Rémois ont ensuite mis le pied sur le ballon, le faisant tourner en essayant de trouver la faille. Première alerte à la 21e minute sur un tir de De Préville dans la surface, trop écrasé pour inquiéter Penneteau.

1

2

10

R uge Blanc Magazine officiel

Sept minutes plus tard, Oniangue reprend en ciseau un ballon qui traînait aux dix mètres. Son tir passe de peu au-dessus de la cage. A la demi-heure, corner pour Reims, tiré par Ayité. Oniangue, complètement démarqué, place sa tête hors de portée du gardien nordiste et ouvre le score. Krycho avait suivi au cas où... (ph1). Une minute plus tard, Agassa se met déjà en évidence en détournant en corner (les locaux en obtiendront vingt-deux !) un tir de Nguette. Le Stade contrôle le match et se montre dangereux par Weber sur un nouveau corner d’Ayité (33e). Les joueurs de Daniel Sanchez rentrent au vestiaire sous les sifflets du Hainaut. Le premier quart d’heure de la seconde période est compliqué pour les Champenois, qui reculent et concèdent corner sur corner. Peu après l’heure de jeu, Agassa sort en une minute (63e) deux arrêts de grande classe face à Dossevi, le meilleur Valenciennois sur le terrain. Idem aux 68e et 69e, sur une tête de Le Tallec puis un tir de Doumbia ! (ph2) Reims desserre peu à peu l’étau. Courtet (ph3), entré en jeu à la place de Charbonnier une minute plus tôt, place une bonne reprise du gauche qui rase le poteau de Penneteau (75e). Nouvelle succession de corners pour VA, qui ne donne rien. A trois minutes de la fin, une belle talonnade de Ghilas (ph4) trouve Albaek dans la surface. Le tir en pivot du Danois (ph5) frise le montant gauche du goal nordiste. A quinze secondes du terme, faute d’inattention de la défense stadiste sur le côté gauche. Melikson sert Dossevi esseulé qui s’infiltre et centre. La reprise à bout portant d’Enza Yamissi fait mouche (ph6) et scelle le match nul.

3

4 5

6


Résultats Classements

RCS Statistiques

Ligue 1 / 8ème journée RENNES - NANTES 1-3 ST-ETIENNE - BASTIA 2-2 AJACCIO - MONTPELLIER 1-1 EVIAN - BORDEAUX 1-1 SOCHAUX - VALENCIENNES 2-0

1-1 2-0 0-2 0-0 1-0

REIMS - MONACO PSG - TOULOUSE LORIENT- MARSEILLE LYON - LILLE NICE - GUINGAMP

Classement 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

MONACO PARIS SG MARSEILLE LILLE NICE NANTES SAINT-ETIENNE RENNES LYON REIMS MONTPELLIER BASTIA EVIAN TG TOULOUSE GUINGAMP AJACCIO BORDEAUX LORIENT SOCHAUX VALENCIENNES

Pts

J.

G.

N.

P.

p.

c.

Diff.

18 18 17 14 14 13 13 12 11 11 9 9 9 9 8 7 7 7 5 3

8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8 8

5 5 5 4 4 4 4 3 3 2 1 2 2 2 2 1 1 2 1 1

3 3 2 2 2 1 1 3 2 5 6 3 3 3 2 4 4 1 2 0

0 0 1 2 2 3 3 2 3 1 1 3 3 3 4 3 3 5 5 7

14 12 12 8 11 11 11 8 9 7 7 5 11 10 10 9 11 11 14 14

4 4 5 4 9 8 9 7 7 5 11 10 14 10 10 9 11 11 14 14

+10 +8 +7 +4 +2 +3 +2 +1 +5 +1 -2 -3 -4 -4 0 -3 -4 -5 -8 -10

Buteurs 1) Falcao (Monaco) : 7 buts 2) Bérigaud (Evian), Rivière (Monaco) : 6 buts 4) Cvitanich (Nice) : 5 buts 5) Yatabaré (Guingamp), Djordjevic (Nantes), Cavani (PSG), Oliveira (Rennes) : 4 buts 9) Diabaté (Bordeaux), Aboubakar (Lorient), Lacazette (Lyon), Gignac, Payet (Marseille), Cabella (Montpellier, Hamouma (St-Etienne), Braithwaite (Toulouse) : 3 buts 17) Bruno (Bastia), Saivet (Bordeaux), Kalou, Roux (Lille), Gourcuff, Grenier (Lyon), Lucas Mendes (Marseille), Montano, Tiéné (Montpellier), Ibrahimovic (PSG), Kadir (Rennes), Corgnet (St-Etienne), Bakambu, Contout (Sochaux), Melikson (Valenciennes): 2 buts 30) (...) Albaek, De Préville, Devaux, Fortes, Glombard, Krychowiak (Reims) (...) : 1 but

Passeurs 1) Barbosa (Evian), Grenier (Lyon), Valbuena (Marseille), Moutinho (Monaco), Brüls (Nice), Ibrahimovic (PSG) : 3 passes 7) Cavalli (Ajaccio), Palmieri (Bastia), Wass (Evian), Lemaître (Guingamp), Jouffre (Lorient), Benzia, Gourcuff (Lyon), Kurzawa (Monaco), Cissokho, Nicolita (Nantes), Makoun (Rennes), Hamouma (St-Etienne), Aurier (Toulouse) : 2 passes 20) (...) Atar, Ayité, Courtet, Oniangue, Turan (Reims) (...) : 1 passe

Reims - Monaco : 1-1 (1-1) Dimanche 29 septembre au stade Auguste-Delaune Spectateurs : 20 032 / Arbitre : M. Bastien Buts : Devaux (4e) pour Reims. Moutinho (13e) pour Monaco. Avertissements : Weber (80e), Turan (85e) pour Reims. Ocampos (23e) pour Monaco. Expulsion : Turan (86e) pour Reims. Reims : Agassa - Conte (Fofana, 50e), Tacalfred (cap), Weber, Turan - Oniangue, Krychowiak, Devaux - Fortes, De Préville (Charbonnier, 80e), Atar (Ayité, 36e). Entraîneur : Hubert Fournier. Monaco : Subasic - Fabinho, Carvalho, Abidal, Kurzawa Ocampos, Obbadi, Moutinho, Ferreira Carrasco (Rodriguez, 67e) - Rivière (Kondogbia, 54e), Falcao. Entraîneur : Claudio Ranieri.

Télévision : LA L1 EN DIRECT 10e journée Vendredi 18 octobre - 20h30 : Nice - Marseille (BeIn Sport 1 - Canal +) - 20h30 : Reims - Toulouse (BeIn Sport 4) Samedi 19 octobre - 17 heures : PSG - Bastia - 20 heures : Multiplex (BeIn Sport 1) Dimanche 20 octobre - 14 heures : Sochaux - Monaco (BeIn Sport 1) - 17 heures : St-Etienne - Lorient (BeIn Sport 1) - 21 heures : Lyon - Bordeaux (Canal +)

11e journée

12e journée

Vendredi 25 octobre - 20h30 : Nantes - Lille (Beinsport 1)

Vendredi 1er novembre - 20h30 : PSG - Lorient (Beinsport 1)

Samedi 26 octobre - 17 heures : Marseille - Reims (Canal +) - 20 heures : Multiplex (Beinsport 1)

Samedi 2 novembre - 17 heures : Rennes - Marseille (Canal +) - 20 heures : Multiplex (Beinsport 1)

Dimanche 27 octobre - 14 heures : Bordeaux - Montpellier (Beinsport 1) - 17 heures : Monaco - Lyon (Beinsport 1 - Canal +) - 21 heures : St-Etienne - PSG (Canal +)

Dimanche 3 novembre - 14 heures : Nice - Bordeaux (Beinsport 1) - 17 heures : Montpellier - Nantes (Beinsport 1) - 20 heures : Lille - Monaco (Canal +)


e

mbre ent

e

lex

bre

Résultats Classements

RCS Statistiques

Ligue 1 / 9ème journée

BASTIA - LORIENT MONACO - ST-ETIENNE GUINGAMP - RENNES LILLE - AJACCIO NANTES - EVIAN

TOULOUSE - NICE VALENCIENNES - REIMS MONTPELLIER - LYON BORDEAUX - SOCHAUX MARSEILLE - PSG

4-1 2-1 2-0 3-0 3-0

1-0 1-1 5-1 4-1 1-2

Classement 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

MONACO PARIS SG LILLE MARSEILLE NANTES NICE SAINT-ETIENNE MONTPELLIER REIMS BASTIA RENNES TOULOUSE GUINGAMP LYON BORDEAUX EVIAN TG AJACCIO LORIENT SOCHAUX VALENCIENNES

Pts

J.

G.

N.

P.

p.

c.

Diff.

21 21 17 17 16 14 13 12 12 12 12 12 11 11 10 9 7 7 5 4

9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9 9

6 6 5 5 5 4 4 2 2 3 3 3 3 3 2 2 1 2 1 1

3 3 2 2 1 2 1 6 6 3 3 3 2 2 4 3 4 1 2 1

0 0 2 2 3 3 4 1 1 3 3 3 4 4 3 4 4 6 6 7

16 14 11 13 14 11 12 14 7 11 8 7 12 12 1 10 6 7 7 5

5 5 4 7 8 10 11 12 6 11 9 10 10 12 12 17 12 15 18 15

+11 +9 +7 +6 +6 +1 +1 +2 +1 0 -1 -3 +2 +1 -1 -7 -6 -8 -11 -10

Buteurs

Valenciennes - Reims : 1-1 (0-1)

1) Falcao (Monaco) : 7 buts 2) Bérigaud (Evian), Rivière (Monaco), Djordjevic (Nantes) : 6 buts 5) Diabaté (Bordeaux), Yatabaré (Guingamp), Cabella (Montpellier), Cvitanich (Nice) : 5 buts 10) Lacazette (Lyon), Montano (Montpellier), Cavani, (PSG), Oliveira (Rennes), Hamouma (StEtienne), Contout (Sochaux) : 4 buts 14) Saivet (Bordeaux), Kalou (Lille), Aboubakar (Lorient), Gignac, Payet (Marseille), Ibrahimovic (PSG), Braithwaite (Toulouse) : 3 buts 22) Boudebouz, Bruno, Khazri, Romaric (Bastia), Roux (Lille), Gourcuff, Grenier (Lyon), A. Ayew, Lucas Mendes (Marseille), Tiéné (Montpellier), Maxwell (PSG), Kadir (Rennes), Corgnet (StEtienne), Bakambu (Sochaux), Ben Yedder (Toulouse), Melikson (Valenciennes) : 2 buts 30) (...) Albaek, De Préville, Devaux, Fortes, Glombard, Krychowiak, Oniangue (Reims) (...) : 1 but

Samedi 5 octobre au stade du Hainaut Spectateurs : 20 330 Arbitre : M. Bien Buts : Oniangue (30e) pour Reims. Enza Yamissi (90e) pour Valenciennes. Avertissements : Oniangue (92e) pour Reims. Chitu (93e) pour Valenciennes.

Passeurs 1) Ibrahimovic (PSG) : 4 passes 2) Barbosa (Evian), Grenier (Lyon), Valbuena (Marseille), Moutinho, Rodriguez (Monaco), Brüls (Nice) : 3 passes 8) Cavalli (Ajaccio), Palmieri (Bastia), Rolan (Bordeaux), Wass (Evian), Atik (Guingamp), Martin (Lille), Jouffre (Lorient), Benzia, Gourcuff (Lyon), Kurzawa (Monaco), Cabella, Sanson (Montpellier), Cissokho, Gakpé, Nicolita (Nantes), Bauthéac (Nice), Ayité (Reims), Hamouma (StEtienne), Aurier (Toulouse) : 2 passes 20) (...) Atar, Courtet, Oniangue, Turan (Reims) (...) : 1 passe

Valenciennes : Penneteau (cap) - Lala, Rose, Kagelmacher, Néry - Doumbia - Enza Yamissi, Melikson - Dossevi, Nguette (Chitu, 86e), Bahebeck (Le Tallec, 67e). Entraîneur : Daniel Sanchez. Reims : Agassa - Mandi, Tacalfred (cap), Weber, Signorino Devaux, Krychowiak (Albaek, 67e), Oniangue - Ayité (Ghilas, 83e), Charbonnier (Courtet, 74e), De Préville. Entraîneur : Hubert Fournier.

Calendrier

10e journée 11e journée 12e journée Vendredi 25 octobre Nantes - Lille

Vendredi 1er novembre PSG - Lorient

Samedi 19 octobre PSG - Bastia Ajaccio - Nantes Evian - Guingamp Montpellier - Lille Rennes - Valenciennes

Samedi 26 octobre Marseille - Reims Bastia - Nice Guingamp - Ajaccio Lorient - Sochaux Toulouse - Rennes Valenciennes - Evian

Samedi 2 novembre Rennes - Marseille Ajaccio - Valenciennes Evian - Toulouse Lyon - Guingamp Reims - Bastia Sochaux - St-Etienne

Dimanche 20 octobre Sochaux - Monaco St-Etienne - Lorient Lyon - Bordeaux

Dimanche 27 octobre Bordeaux - Montpellier Monaco - Lyon St-Etienne - PSG

Dimanche 3 novembre Nice - Bordeaux Montpellier - Nantes Lille - Monaco

Vendredi 18 octobre Nice - Marseille Reims - Toulouse


MATCH du jo ur le

Reims – Toulouse : Objectif victoire Reims accueille Toulouse pour cette 10ème journée qui marquera l’heure des premiers comptes sérieux. L’adversaire est à portée, mais ce n’est pas joué d’avance... Revoilà les Rouge et Blanc dans leur pré carré de Delaune après leur magnifique match face à Monaco qui doit encore trotter dans les têtes des supporters présents. Ne pas les décevoir après les avoir enchantés, c’est déjà une obligation de résultat. La venue de Toulouse en est une autre. Et pour au moins deux raisons: la première est d’ordre comptable. Toulouse est 12ème au classement avec 12 points. Reims est 9ème avec 12 points également, et ne devance son adversaire du jour que de 4 buts au goal average (+1 Reims ; -3 Toulouse). La différence est ténue et il serait de bon ton de rajouter trois longueurs d’écart. La seconde est plus psychologique. Après avoir aligné six matches nuls il serait temps de renouer avec la victoire, même si certains de ces résultats (à Montpellier, face à Monaco et à Valenciennes) ne sont pas des contreperformances. Il ne faudrait pas retomber dans une spirale, quelle qu’elle soit (celle

du match nul étant moins dramatique que celle de la défaite), car l’expérience de l’an dernier montre combien il est difficile d’en sortir. Il n’ y a pas lieu, pour le moment de tirer le signal d’alarme. Monaco a été un match référence qui va donner de l’élan à l’équipe. A Valenciennes, elle a payé en seconde mi-temps les efforts consentis face au joueurs de la Principauté. Mais elle va revenir fraîche et dispose à Delaune après la mini-trêve. Les Toulousains ne seront pas des adversaires faciles. Loin de leur base, ils se sont inclinés trois fois, à Valenciennes (3-0), sûrement le bon exemple à suivre, à Bastia (2-1) et à Paris (2-0). Ils ont aussi réalisé quelques perfs, à Monaco où ils ont fait match nul 0 – 0, et surtout en allant gagner à SaintEtienne 2-1. Chez eux ils se sont aussi pas mal comportés en faisant un nul face à Marseille, (1 – 1) et en battant Lorient (1-0).Les joueurs rémois n’ignorent rien de l’enjeu et des qualités de leur adversaire du jour. Ils sont capables en usant de leurs armes d’état d’esprit et d’envie de remporter ce match et qui sait de retrouver la réussite qu’il faut pour marquer des buts.

Équipe probable

1: 2: 3: 4: 5: 6: 7: 8: 9: 10 11 12 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 27 28 29 30 40

ATAR 9 ONIANGUE 8

KRYCHOWIAK 4

AGASSA 16

Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro

Entraîneur Hubert Fournier

SIGNORINO 3

WEBER 25

Numéros des joueurs

COURTET 18

TACALFRED 22 DEVAUX 6 MANDI 23 14

DE PRÉVILLE 12

Sur le banc : PLACIDE 30, FOFANA 2, TURAN 15, CA 21, ALBAEK 17, AYITÉ 20, CHARBONNIER 14

R uge Blanc Magazine officiel

Jérémy MALHERBE Mohamed FOFANA Franck SIGNORINO Grzegorz KRYCHOWIAK Kamel GHILAS Antoine DEVAUX Odaïr FORTES Prince ONIANGUE Eliran ATAR : Quentin PEREIRA : Rigonato Rodrigues DIEGO : Nicolas de PREVILLE : Gaëtan CHARBONNIER : Atila TURAN : Kossi AGASSA : Mads ALBAEK : Gaëtan COURTET : Alexi PEUGET : Floyd AYITE : Bocundji CA : Mickael TACALFRED : Aissa MANDI : Florent GHISOLFI : Anthony WEBER : Christopher GLOMBARD : Antoine CONTÉ : Bilel OUALI : Johny PLACIDE : Sacha BASTIEN


L’analyse du coach

Hubert Fournier : “Pas de complexe à avoir”

Rouge & Blanc :

Depuis Rennes, 1ere journée, votre équipe ne perd plus. Mais depuis votre victoire à Gerland, 3ème journée, votre équipe ne gagne plus. Que pensez – vous de ces six nuls consécutifs ?

Hubert Fournier : C’est un peu mitigé. C’est d’abord un constat de solidité, mais aussi celui qu’il manque quelque chose qui fasse que les résultats soient des victoires. C’est surtout la confirmation qu’il y a encore pas mal de choses à travailler. On s’y emploie.

R&B :

Il y a des scores de parité qui sont des contre performances et d’autres qui sont assimilables à des victoires. Si on les reprend un par un, pouvez vous livrer vos sentiments : Nantes ? ; Montpellier ? ; Guingamp ; Bordeaux ? ; Monaco ; Valenciennes?

16

H. F. : C’est vrai... Nantes : Quand on voit le comportement de Nantes et qu’on revoit le match que les deux équipes ont disputé, on se dit que c’est un point de gagné. Montpellier : Là, c’est clairement deux points de perdus. On a les occasions pour marquer et faire autre chose que de marquer un point. Malheureusement... Guingamp : Le point de parité est normal. On ne peut pas faire beaucoup mieux, mais

R uge Blanc Magazine officiel

ce n’est pas une contre performance. Guingamp a du talent et le montre dans ce championnat. Il suffit de voir les résultats obtenus depuis. Bordeaux : je mettrais ce match dans la même catégorie que celui à Valenciennes. Ce sont des matches sur lesquels on peut nourrir des regrets. Des matches où nous étions capables d’aller chercher mieux mais lors desquels nous avons aussi montré une certaine fragilité, surtout en seconde mi-temps. Monaco ! Un match particulier qu’avec un peu de réussite on peut emporter. Mais le nul est logique car eux aussi ont eu des occasions.

R&B :

Voici Toulouse, un concurrent direct, à Delaune. Une bonne occasion de retrouver le chemin de la victoire ? H. F. : Oui, mais je ne considère pas que Toulouse est dans la même catégorie que nous en terme de budget et d’effectif. C’est un adversaire coriace, qui n’est pas l’idéal pour briguer une relance et 3 points. Mais on sera là pour ça. Quand on a été capables de faire un grand match contre Monaco, il n’y a pas de complexe à avoir.

R&B :

Ce match est disputé après une mini trêve de deux semaines. C’est un bien ou un mal ?

H. F. : C’est comme ça, on verra ! Et c’est pareil pour les deux équipes. Je n’ai pas vraiment de réponse...

R&B :

Revenons sur votre match face à Monaco. C’est un virage important dans votre saison, le match référence que vous attendiez ? H. F. : Oui, ça y ressemble bien qu’un match référence, c’est un match gagné.

Mais sur ce qu’on a montré... Mais c’est en tous cas le match le plus abouti.

R&B : Pour la première fois, le

Stade de Reims à eu droit aux éloges des télés et de la presse nationale. C’est important ?

H. F. : Oui, ça crédibilise notre présence dans ce championnat. Ca fait prendre aussi conscience aux joueurs qu’ils ont des qualités et qu’on peut avoir un peu plus d’ambition que l’an dernier. La question est de pouvoir reproduire la performance le plus souvent possible.

R&B :

Certains commentateurs sportifs ont estimé que les joueurs avaient à merveille reproduit les consignes que vous leur donniez à l’entraînement. C’est juste ? H. F. : Disons qu’on avait étudié le jeu de Monaco et qu’on avait fixé un cadre... Mais on le fait avant chaque rencontre pour toutes les équipes. Mais on n’a pas toujours la même réussite.

R&B :

Au lendemain de la rencontre, vous avez été l’invité phare de Canal +. C’est une reconnaissance du travail fourni ? H. F. : Non, non, j’ai pas l’impression...

R&B :

Chaque joueur a son rituel après un but. Après le sien on a vu Devaux se chatouiller le dessous du nez avec l’index... Un geste, à la UNE de notre journal, repris du reste par Charbonnier. Vous en connaissez la signification ? H. F. : Ah non, je n’ai pas d’explication. C’est leur petit truc à eux. Et j’espère le voir le plus souvent.


Le grand tifo déployé sur toute la longueur de la tribune Jonquet ne manquait pas de références. A droite en le regardant, il affichait le visage de Jean Dujardin, interprète de l’agent secret héros d’OSS 117, Hubert Bonnisseur de la Bath, qui dans le second volet de la saga, “Rio ne répond plus” affirmait en parlant de sa patrie : “ La France, et pas n’importe quelle France, celle du général De Gaulle...”. Une réplique détournée en l’honneur du club et de son passé glorieux. Sur la gauche, se trouvait le visage de Louise Monot, qui tenait le rôle de Dolorès Koulechov, espionne du Mossad, qui luttait au côté d’Hubert B.B. à Rio.


MATCH du jo ur le

Martin Braithwaite, la recrue danoise du Téfécé, a déjà marqué trois buts cette saison.

Une équipe en progression Les départs de deux pièces maîtresses (Capoue et Tabanou) à l’intersaison, combiné à un recrutement effectué sur le tard, ont pu faire craindre le pire aux supporters du Téfécé. Sans doute sont-ils quelque peu rassurés. Chantôme et surtout le Danois Braithwaite (3 buts) ont été de bons choix et, après neuf journées, Toulouse occupe une onzième place (en fait 8e ex aequo avec 12 points, en compagnie de Montpellier, Reims, Bastia et Rennes) assez conforme à ses moyens.

Manque d’efficacité L’équipe d’Alain Casanova affiche un bilan équilibré trois victoires, trois nuls, trois défaites). A noter que ces trois défaites ont toutes été concédées à l’extérieur (Valenciennes, Bastia, PSG) ainsi que huit des dix buts encaissés à ce jour. En revanche, les Toulousains sont allés prendre un point à Monaco, et trois à Saint-

Etienne. Preuve que les Violets peuvent être à l’aise loin de leurs bases, ce dont les Rémois devront se méfier. Selon le coach, malgré des résultats en dents de scie, l’équipe est en progression. La victoire face à Nice a fait du bien à un groupe enfin au complet : «J’avais prévenu les joueurs que c’était un petit tournant de la saison. Il fallait confirmer notre redressement en s’imposant.» Ce que les Toulousains ont fait avec la manière, avec en prime le deuxième but de la saison de Ben Yedder. Le petit feu follet du TFC est certes moins en vue qu’il y a un an à pareille époque, mais son réveil pourrait tirer vers le haut une équipe qui, comme Reims, manque pour l’instant d’efficacité (0,77 but par match de moyenne). La saison dernière Reims - Toulouse : 1-1. Buts : Capoue (57e) pour Toulouse. Krychowiak (74e) pour Reims.

Équipe probable

Entraîneur Alain Casanova

AKPA AKPRO 4

ABDENNOUR 23

AHAMADA 30

SPAJIC 15

CHANTÔME 6 BRAITHWAITE 7

AGUILAR 21

AURIER 19

BEN YEDDER 10

DIDOT 8

SYLLA 5

20

Sur le banc : BEN BASAT 9, NINKOV 24, ZEBINA 11, BLONDEL, REGATTIN 17, SIRIEIX 14

R uge Blanc Magazine officiel

Numéros des joueurs Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro Numéro

1: 4: 5: 6: 7: 8: 9: 10 11 12 14 15 16 17 18 19 20 21 23 24 25 26 27 28 29 30

Marc VIDAL Jean-Daniel AKPA AKPRO Issiaga SYLLA Clément CHANTÔME Martin BRAITHWAITE Etienne DIDOT Eden BEN BASAT : Wissam BEN YEDDER : Jonathan ZEBINA : Mickaël FIRMIN : Pantxi SIRIEX : Uros SPAJIC : Olivier BLONDEL : Adrien REGATTIN : Oscar TREJO : Serge AURIER : Steeve YAGO : Abel AGUILAR : Ali ABDENNOUR : Pavle NINKOV : Gaël VENA : Zaniou SANA : Amadou SOUKOUNA : Mihai ROMAN : François MOUBANDJE : Ali AHAMADA


Les joueurs de légende Robert Pintenat (1948 - 2008)

Dominique Arribagé (1971)

Formé en juniors par le TFC, Arribagé reste à ce jour le joueur ayant disputé le plus grand nombre de matchs pour les Violets (321). Après des débuts en pro de 1992 à 1998, suivi de plusieurs saisons sous les couleurs du Stade Rennais, il reviendra à Toulouse de 2004 à 2008. Il laisse aux supporters le souvenir d’un solide défenseur au jeu de tête performant.

Attaquant prolifique en D1 avec le Red Star puis Sochaux, l’ancien international (3 capes) arrive à Toulouse en fin de carrière. Il y joue de 1979 à 1983, décrochant un titre de champion de France de D2 (1982) et deux titres de meilleur buteur. Il reste aujourd’hui celui qui a marqué le plus de buts pour le TFC (75).

Gérald Passi (1964) Formé à Montpellier, ce milieu de terrain international (11 sélections, 2 buts) est resté à Toulouse de 1985 à 1990, où sa technique et son efficacité devant le but l’ont révélé à la France entière à l’occasion des deux campagnes européennes du TFC en 1986 et 1987 (dont la fameuse élimination du Naples de Maradona).

22

R uge Blanc Magazine officiel

Alberto Marcico (1960)

Elu meilleur joueur du championnat argentin en 1984, Marcico arrive au TFC l’année suivante. Jusqu’en 1992, ce milieu de terrain offensif y disputera 227 matches et marquera 64 buts, son style sud-américain laissant un inoubliable souvenir aux supporters violets dont il est resté l’idole. International à seize reprises, il terminera sa carrière pro au pays (Boca Juniors de 1992 à 1995).

Christophe Revault (1972) L’ancien portier du HAC et du PSG a joué 217 matches pour le TFC entre 2000 et 2006. Outre ses performances sportives, il restera à jamais dans le coeur des supporters pour être resté au club lorsque celui-ci a été rétrogradé en National (2001). Cette fidélité sera récompensée par une remontée immédiate puis un titre de champion de France de L2 et un trophée du meilleur joueur de L2 en 2003.


Vie du club

Tout sourire au Stade

Kamel a le sourire...

… Et les chinois sont comblés

Kamel Ghilas est tout sourire et bien dans le groupe. Avant Monaco, on le voit ici avec les jeunes garçons, porteurs du maillot du Stade de Reims, qui ont escorté les joueurs monégasques lors de leur entrée sur le terrain (ph1). Kamel a ensuite fait sa première apparition en

Ligue 1 cette saison à Valenciennes, en remplaçant Floyd Ayité à la 83e minute. L’Algérien s’est notamment signalé par une belle talonnade dans la surface pour Mads Albaek, dont le tir est passé tout près de la cage de Penneteau.

… Glombard et Diego aussi...

Comme promis par M. Wu, l’ancien capitaine de l’équipe nationale chinoise, Fan Zhi Yl, est arrivé à Reims. Il est même venu accompagné de deux autres joueurs techniciens, Liu Yue et Liu Hong Tao (ph) avec lesquels ils assistent aux entraînements des pros et des sections du club en devenir. Fan Zhi Yl a été un grand joueur, de 87 à 2006, dont 4 ans en Angleterre, avant de devenir entraîneur.

24

Avant la rencontre face à Monaco, Christopher Glombard et Diego étaient côte à côte sur le banc... hélas pas encore sur celui des remplaçants, première étape décisive à leur retour sur le terrain. Ils sont pour l’heure des spectateurs assidus et des supporters passionnés de leurs équipiers qu’ils devraient rejoindre bientôt. Christopher le premier du reste dont la guérison de la blessure est en

R uge Blanc Magazine officiel

excellente voie. Diego devra être plus patient. Il est sur le bon chemin. La phase de rééducation, massages, glace, mouvements etc..., qui se déroule chaque jour aux Thiolettes, aux mêmes heures que les entraînements, tout aussi bein partie que la phase purement chirurgicale. Il y a donc de bonnes raisons de croire que le Brésilien sera de retour après la trêve de fin d’année et en pleine forme.

Il vient à Reims en stage pour mieux connaître la formation des joueurs avait annoncé M. Wu. “Chez nous, on l’appelle Monsieur football. C’est un grand spécialiste du foot en Asie. Il sera mon ambassadeur ici, le plus souvent possible”. Les trois hommes prennent apparemment beaucoup de plaisir à leur mission.


Vu des loges

Super ambiance au restaurant des loges pour ce Monaco-Reims. Il y a des nuls qui contrarient et d’autres qui réconfortent. Celui obtenu face au club 5 étoiles de la Principauté, leader du championnat, est de ceux qui rendent heureux.

Patrick Bourson, M. Wu et Gabriel Péréa, c’est l’histoire d’une belle amitié (P. Bourson avait acheté il y a quatre ans le premier ascenseur Saneï en France) au service du Stade de Reims. Le patron, tout sourire, de la maison de champagne François Daumale a été l’homme de l’ombre qui a permis le rapprochement entre le club et l’industriel de Shangaï, pdg des ascenseurs Saneî, devenu le top partenaire du Stade de Reims.

Travail en soirée oblige, Noureddine, le chef d’orchestre de la brasserie Le Grand Café, vient à Delaune trop rarement à son goût. Ici en compagnie de Cédric Dahmani, du magasin Men in Black (passage Condorcet), ce grand amateur de football s’est d’ailleurs fait une vilaine entorse au genou en tentant un audacieux come-back sur le rectangle vert. Il arrive hélas un âge où il faut être raisonnable et admettre que la carrière est finie...

Patrick et Laurence Missa, les patrons du restaurant rémois Le Comptoir du Bœuf se sont régalés à l’occasion du match contre Monaco. Si Monsieur est un habitué, il s’ agissait d’une première à Delaune pour Madame son épouse. Ils ont particulièrement apprécié l’ambiance des tribunes et les performances d’Agassa et de Tacalfred.

26

R uge Blanc Magazine officiel

Eric et Philippe, les patrons de la brasserie l’Edito, avaient invité Daniel Guerlin. Bien connu des Rémois amateurs de livres, ce dernier venait pour la première fois à Delaune cette saison, mais est un supporter historique du Stade. Il se souvient d’avoir assisté, dans sa jeunesse, à de nombreux entraînements au Parc Pommery. Agé de 12 ans lorsque le Ballon d’Or 1958 est revenu au Stade l’année suivante, il conserve comme une relique une photo de lui avec Raymond Kopa.

Supporter de toujours du Stade de Reims (son épouse Eliane et lui sont abonnés depuis des années en Méano), le président du Conseil général de l’Aisne Yves Daudigny était invité en loge par le Groupe Frey. Enchanté de la performance des Rouge et Blanc contre Monaco, il s’est rappelé avec un brin de nostalgie qu’il était présent à Paris pour une finale de Coupe de France en 1977 et à Delaune le jour où Reims a été sacré champion de France pour la dernière fois, en 1962. A l’époque, il venait de Marle en train pour soutenir le Stade...


Vorsprung durch Technik

+ Attractive + Intense Nouvelle Audi A3 Berline. Un temps d’avance.

À partir de 279 €/ mois*

3 ans de Garantie inclus** Forfait Service Entretien inclus*** Location longue durée sur 36 mois. 1er loyer de 4 799 € et 35 loyers de 279 €. Offre valable du 01 août au 31 décembre 2013. *Exemple pour une Nouvelle Audi A3 Berline 1.6 TDI 105 ch BVM6 Attraction en location longue durée sur 36 mois et pour 45 000 km maximum, hors assurances facultatives. **Garantie 2 ans + 1 an de garantie additionnelle incluse. Offre réservée aux particuliers chez tous les Distributeurs présentant ce financement, sous réserve d’acceptation du dossier par Audi Bank GmbH – SARL de droit allemand – Capital 318 279 200 € - Succursale France : Paris Nord 2 - 22 avenue des Nations 93420 Villepinte - RCS Bobigny 451 618 904 - ORIAS : 08 040 267 (www.orias.fr). Modèle présenté : Nouvelle A3 Berline 1.6 TDI 105 ch BVM6 S line avec les options : peinture métallisée, phares à LED, sièges sport S et 1 an de garantie additionnelle. 1er loyer majoré de 4 799 € suivi de 35 loyers de 419 €. ***Forfait Service Entretien obligatoire souscrit auprès d’Opteven Services, SA au capital de 365 878 € - RCS Lyon B 333 375 426 siège social : 35-37, rue Guérin – 69100 Villeurbanne. Volkswagen Group France S.A. – RC Soissons B 602 025 538. Audi recommande Castrol EDGE Professional. Vorsprung durch Technik = L’avance par la technologie.

Consommations en cycle mixte (l/100 km) : 3,8. Rejets de CO2 (g/km) : 99.

Le Vignoble SAS Cité de l’Automobile - ZAC Croix-Blandin - rue Lena Bernstein - Reims A34 direction Charleville Mézières - sortie Croix-Blandin - Tél. 03 26 79 83 33


Le porte-bonheur

4

1

2

3 28

R uge Blanc Magazine officiel

L’an dernier, M. Wu avait donné le coup d’envoi du match de gala opposant le Stade de Reims au PSG. Et les Rouge et Blanc avaient triomphé de l’équipe parisienne grâce à un but de Grzegorz Krychowiak, marqué sur corner à la 65e minute, alors que Reims jouait en infériorité numérique. Depuis, M. Jianhua Wu est devenu le sponsor maillot du club. Et il est revenu à Reims pour le choc face à Monaco, avec un maillot frappé de mandarin qu’il portait lui-même (ph1) très confiant. Avant le coup d’envoi, il attendait son heure, sur “le banc” en compagnie de son associé français, M. Gabriel Péréa (ph2), avant de recevoir les derniers encouragements des présidents J.P. Caillot et D. Perrin (ph3). Car c’était encore lui qui allait donner le coup d’envoi du match (ph4) devant Falcao. Au bout de la rencontre, le Stade se contentait du point du match nul, ce qui n’était pas une petite performance. Au restaurant des loges, M. Wu , salué par Jean Pierre Caillot, recevait un jéroboam de champagne Veuve Cliquot (ph5)... ce qui amusait beaucoup son épouse (ph6).

5

6


Les supporters

4 1 5

2 Reims – Monaco s’annonçait être une fête en rouge et blanc. Et cela a été le cas. Un stade métamorphosé par les milliers de petits drapeaux rouges (ph1 et 2) donnait le ton de cette soirée pas comme les autres. Jonquet avait déployé d’entrée un tifo magnifique, Batteux multipliait les drapeaux (ph3). Les slogans résonnaient d’une tribune à l’autre et rebondissaient en écho. Les supporters adverses semblaient absents tant ils ressemblaient aux locaux (ph4). Et tous, les grands (ph5), les moyens (ph6) et les plus petits (ph7) affichaient un sourire radieux. Et miracle du sport, à la fin de la rencontre, il n’y en avait pas un pour regretter d’être venu tant la fête du foot avait été belle. C’est beau un stade en joie.

3

6 7

30

R uge Blanc Magazine officiel


vu d'ici


Supporters

Le jeu des pronostics Les supporters rémois ou monégasques d’un soir, se sont livrés au jeu du pronostics. Le résultat n’est pas si mal. Preuve qu’à Delaune on connaît le foot.

Venus de l’Oise, Julien (22 ans), Antoine (17 ans), Sandrine et Gilles étaient bien en rouge et blanc, mais pour encourager l’ASM. Ils voyaient une victoire aisée des Monégasques (3-1). Dommage... Comme ils sont aussi supporters de l’ASSE, ils reviendront cette saison à Delaune, mais tout de vert vêtus !

Encas rapide devant les baraques à frites pour Florian, 14 ans, Florentin, 9 ans, et leur papa Jean-François. A trois heures du coup d’envoi, les trois abonnés pronostiquaient un match nul. Bien vu ! Josette et Michel soutiennent le Stade depuis des lustres. Habitant Neufchâtel, ils s’installent tribune Jonquet pour profiter de l’ambiance. Michel était optimiste et voyait Reims gagner, Josette optant plutôt pour un nul. C’est Madame qui a eu raison !

Hélène, Gaël, Alexandre et Iris sont abonnés depuis le retour en Ligue 1. Ces jeunes Rémois séduits par le début de saison de leurs favoris, étaient très confiants, la majorité pronostiquant un match nul.

32

R uge Blanc Magazine officiel

Josiane, abonnée depuis 1999, vient de Provins (Seine-etMarne) pour s’installer en Méano et soutenir ses favoris. Avec son amie Josiane, une grande timide qui n’a pas voulu être sur la photo, elles avaient le résultat final en poche : 1-1. Qui a dit que ces dames ne connaissent rien au foot ?

Hugo, 11 ans, et son papa Mickaël, viennent de Châlons aussi souvent que possible, maillots floqués à leurs prénoms sur le dos, pour supporter les Rouge et Blanc. Ils sont incollables sur leurs favoris et prédisaient une victoire 1-0. Pas si loin de la vérité !


DÉCOUVREZ NOS SOLUTIONS POUR CRÉER VOTRE VITRINE OU VOTRE BOUTIQUE EN LIGNE.

0 890 90 90 90* - www.bplc.fr

*0,12 e TTC/mn - attente gratuite depuis un poste fixe, hors surcoût selon opérateur.

BPLC - 3 rue François de Curel - BP 40124 - 57021 Metz Cedex 1. SA coopérative de Banque Populaire à capital variable régie par les articles L 512-2 et suivants du Code Monétaire et Financier - 356 801 571 RCS Metz - Société de courtage et intermédiaire en assurance inscrite à l’ORIAS sous le N° 07 005 127.

ARTISANS, COMMERCANTS, SOYEZ LÀ OÙ VOS CLIENTS VOUS CHERCHENT !


Dans un fauteuil : Gaëtan Courtet, la passion d’un homme

A l’issue d’une rude séance imposée par Hubert Fournier en ce début de semaine sans match de compétition, c’est un Gaëtan Courtet un peu fatigué, mais souriant et disponible qui est venu s’installer dans le fauteuil de Rouge & Blanc. Rencontre avec un homme qui manie l’humour aussi bien que le ballon; avec un homme qui vit aujourd’hui de sa passion, mais veut surtout réaliser ses rêves de gosse. «Bien sûr, comme tout le monde, j’aime le cinéma (mais pas les films de sciencefiction !), la musique (le rap, le R&B et la variété française, pas trop le rock), mais je dois reconnaître que ma grande et vraie passion est tout simplement... le foot. C’est peut-être bizarre, car personne ne m’a poussé, mais je ne pense qu’à ça depuis que je suis gamin. Alors, devenir pro, c’est un rêve qui s’est réalisé. Mes premiers grands souvenirs de gosse, c’est la Coupe du Monde 1998 et l’Euro 2000. Des moments magiques qui n’ont pu que décupler cette passion.

Le sens du but 34

«J’ai débuté à 6 ans, dans le club de Lanester, une commune limitrophe de Lo-

R uge Blanc Magazine officiel

rient. A l’époque, j’étais plutôt milieu offensif qu’attaquant, mais je marquais déjà des buts. Et j’aimais déjà tirer fort ! Le sens du but, il me semble que très jeune, on l’a ou on ne l’a pas... Avec Lanester, on a gagné pas mal de tournois en petites catégories, notamment face aux équipes du FC Lorient. C’est comme ça que j’ai été repéré. J’ai été licencié chez les Merlus en benjamin 2e année puis j’ai intégré le centre de formation. C’était pratique pour moi car le soir, je pouvais rentrer à la maison. On y suivait aussi des cours, mes profs me disaient que j’avais des capacités. Je suis quand même allé jusqu’au bac, mais j’avoue que je n’avais que le foot en tête, j’étais concentré à 100% sur le ballon ! «J’ai régulièrement été surclassé jusqu’à arriver en CFA2. Là, j’ai marqué un temps d’arrêt. Pas vraiment parce que je n’avais pas le niveau technique ou physique, mais parce que mon jeu manquait sans doute de justesse. Puis je me suis amélioré jusqu’à devenir le meilleur buteur de tous les groupes de CFA2 confondus. C’était en 2008 je crois, ou en 2009. Mais j’étais toujours en contrat amateur, un peu déçu de ne rien voir venir de la part du FCL. J’ai joué six mois en CFA et puis le Stade de Reims est venu me chercher. Je crois qu’il me suivait depuis pas mal de temps. Là, je dois sincèrement remercier Monsieur Xavier Dablemont. Il a «mis sa chemise sur la table» - c’est l’expression exacte

qu’il a employée ! - pour que je sois recruté. Sans lui, je ne serais sans doute pas là où je suis aujourd’hui.

Zizou et les autres «Et aujourd’hui, mon but, c’est d’emmener le Stade le plus haut possible. A titre personnel, je veux confirmer la bonne saison de l’an dernier et marquer plus de buts si possible. Bon OK, c’est pas très bien parti (rires)... mais en foot, la roue tourne comme le ballon ! Jouer le haut du tableau avec Reims, ça peut arriver et ça serait super. Mais je ne me prends pas pour quelqu’un d’autre. Pour moi, tout en haut, il y a Zizou. Après, d’autres joueurs à mon poste m’ont beaucoup plu comme Pauleta, efficace et beau à voir jouer. En ce moment, il y a Falcao. Le sens du but, lui, il l’a ! «Je suis un peu le foot étranger, surtout la Ligue des Champions et les grands matches internationaux. Moins les championnats, mais j’apprécie la qualité de jeu que l’on peut voir en Espagne, très technique dans les petits espaces. C’est l’école lorientaise ! En Angleterre, l’intensité me plaît bien aussi, mais c’est plus physique, plus direct. Il faudrait que je prenne du coffre en haut pour aller y jouer ! Je prends d’ailleurs des cours d’anglais, mais bon, c’est pas pour être transféré en Premier League l’an prochain !»


Rouge blanc 25