Page 1


G7HJ7F9KA9A69FG

virtual design

by Jam44 & 635

Photo-montages by Jérémy Cormerais, (Jam44) & Julien Dervillé, (635)


G7HJ7F9KA9A69FG

virtual design

by Jam44 & 635


CLASSEMENTS • SCOOTER S1 1 154 AMROUCHY 2 197 LUCQUIN 3 306 PEREZ 4 307 HUGON

10.362 10.463

S2A 1 51 2 28 3 175 4 236 5 329 6 305

BECRET TREMEAU NEAULT PEREZ COQUELLE SERAPHINE

8.994 9.731 10.519 10.694 11.591 12.416

S2B 1 63 2 78 3 203 4 257 5 77 6 314 7 323 8 235 9 155 10 292

SAHUGUEDE MORICEAU CHARRAN POISSON RICHARD CHENOT TERMEVIERE DESCARGUES CRYEAUX BRD

8.750 9.001 9.066 9.078 9.230 9.413 9.455 9.474 9.588 9.603

S2C 1 170 2 256 3 193 4 114 5 172 6 128 7 194 8 262 9 229 10 227

KULCAK MASSIOT SENEGON FALCOU LARELLE BROUAZIN CARL GAUTHIER BURGAUD QUENDOUZI

8.337 8.400 8.488 8.675 8.765 8.767 8.777 8.783 8.897 8.942

S3 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

CHENOURY DE MECCHI PAWLIK GREAU BENARD FORTUME GERBIER DAHEJ RIGAL LOMBARDE

8.179 8.746 8.791 8.943 8.988 8.993 9.009 9.012 9.030 9.161

283 287 140 73 242 320 196 237 159 132

S4 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

153 65 137 146 139 119 202 105 217 90

AMROUICHY SF Nico LEBOEUF DRAPERI SIMON CROHEM HOUY MAXISCOOT CHIRAT BRD ROMAIN

7.657 7.813 8.174 8.226 8.266 8.292 8.353 8.459 8.553 8.596

S5 1 2 3 4 5 6 7

270 109 291 241 275 313 239

BAPP’S TFF AUBERD BRD DELDOSSI ILLEGAL TIGER LAFON AYENSA

8.056 8.429 8.468 9.018 9.044 9.183 9.322

S6 1 2 3 4 5

173 32 112 135 108

LARELLE BOUTROUILLE CORRE CABARET DURAND

8.303 8.318 8.592 8.638 9.242

S7 1 2 3 4 5 6 7

207 JEAN 69 BRD FABIEN 19 DUCERF 318 DUTEIN 222 LACROIX 158 BERTHET 192 LUSSEAU

BCA 1 106

MAXISCOOT

• MECABOITE M1 1 24 WANTELLET 2 93 CHALUMEAU

7.609 8.204 8.227 8.263 8.882 9.256 9.327 6.570

9.872 11.508

M2 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

115 74 148 183 29 53 13 20 271 156

FALCOU FALCOU BENDLEU BASTIAN FN FL BRIAN DESPEYROUX MOUCHARD MARGUERY PIN ROUX

8.776 9.007 9.215 9.263 9.277 9.301 9.312 9.337 9.346 9.509

M3 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

268 39 23 110 67 269 54 85 102 302

ARBION CATINAT LAMI LEUANS PANETIER MVT M3 SCOOT VIGNAUD DUMAS JOYOU

8.679 8.722 8.826 8.986 8.987 9.032 9.069 9.218 9.233 9.332

M4 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

286 48 208 169 71 60 50 218 57 124

PERONNEAU AVISSE RATIER ILLEGAL TIGER MERCIE AZAIS BECRET CHIRAT NOVAIS GUETAUD

8.656 8.752 8.762 8.845 8.991 9.018 9.078 9.128 9.198 9.218

M5 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

113 201 265 118 267 198 129 200 31 10

CAMIN HUFFSCHMITT STROMB FABBRO ARBION PLANCHE BLANCHARD HUFFSCHMITT VIVES THIBAULT

8.114 8.483 8.564 8.625 8.650 8.677 8.692 8.807 8.821 8.823

RETROUVEZ TOUS LES CLASSEMENTS SUR LE NOUVEAU SITE DE LA TORCHEUR TEAM ::: www.torcheur-team.net :::


=bhYfj]Yk

5fbUiX6]XU`ch AUbU[YfXY`U Afin de mieux connaître les professionnels qui vous entourent, Scootercrew.tv fera chaque mois, une interview d’un professionnel du monde de la petite cylindrée. Par Gaëtan SACHY – SC.TV • SCTV : Bonjour Arnaud. Présente nous ta société, de son début jusqu’à aujourd’hui… Arnaud Bidalot : Bonjour Gaëtan ! BIDALOT Technologies est une entreprise familiale, qui a été créée en 1988 par mon père Jean BIDALOT. Alors qu’il était Directeur des recherches et développements motorisés chez MBK, une maladie neuromusculaire (myasthénie) s’est déclarée, ce qui l’a obligé à changer radicalement de mode travail et de mode de vie. Après avoir démissionné de son poste chez MBK, il a naturellement créé sa société, dans un premier temps pour continuer des études pour le compte de MBK, puis de PEUGEOT Motocycles, et ensuite développer et fabriquer des kits de compétition pour les véhicules de ces marques. Dès lors, BIDALOT Technologies s’est rapidement développé, en proposant des machines compétitions-client pour les jeunes férus de course, puis petit à petit en déclinant ces produits vers des produits plus typés route et usage quotidien. Depuis sa création, les pièces moteur (ou motos) développées par BIDALOT Technologies ont gagné une centaine de titres de champion de France (toutes disciplines et cylindrées confondues), ainsi que quelques titres de Champion d’Europe et 2 titres de vice- Champion du monde. Il s’agit d’un palmarès unique dans notre métier. Tu l’auras compris, cette culture de la course est ancrée dans les gênes de notre société, et c’est cette énorme expérience acquise sur tous les circuits (vitesse, SuperMotard, cross…) que nous mettons à disposition de nos clients, au travers des produits que nous commercialisons. • SCTV : Présente nous tes produits ? A.B : Nos produits sont exclusivement des produits de tuning moteur, tels que pots d’échappements, hauts moteurs, vilebrequins, variateur, etc… Ils sont répartis en plusieurs gammes : - Gamme adaptable : produits conformes

au Code de la route, de meilleure qualité que les pièces d’origine, utilisables tous les jours légalement sur la voie publique. - Gamme Racing : Produit à des destinations des compétiteurs, désirant un matériel performant pour s’éclater sur circuit uniquement. - Gamme Racing Factory : Dernière gamme à avoir vu le jour, l’idée de cette gamme est de proposer des produits “plug and play’’, c’est-à-dire, “tu montes, ça marche !’’. Elle regroupe ce que nous savons faire de mieux en terme de pièces High end. Pour runners ou pilotes expérimentés uniquement. • SCTV : Combien de personnes travaillent avec toi ? A.B : Comme je te le disais en préambule, BIDALOT Technologies est une entreprise familiale. Notre volonté a toujours été de rester une équipe à taille humaine : pas plus de 10 personnes ! Actuellement, nous sommes 7 personnes : - Jean, mon père, qui est toujours actif, est toujours chef d’orchestre. - Laurence, ma sœur, est en charge de toute la partie commerciale au quotidien, relation clients, traitement des commandes, logistique, etc… - Patricia, qui s’occupe de toute la comptabilité - Alain, qui est magasinier, et traite toutes les commandes - Mathieu, qui est à l’atelier - Pantxua, qui est dessinateur, est très polyvalent : atelier, R&D, magasin, etc… - et moi-même, qui est un peu partout : R&D, atelier, relations fournisseurs, suivants des fabrications, etc… Tu vois, on n’est pas nombreux, ce qui étonne toujours beaucoup de monde. Les gens se demandent souvent : « Comment font ils tout çà en étant si peu ? ». La réponse est simple : on se relève les manches, et on fait, c’est tout ! • SCTV : En quoi consiste ton métier ? A.B : Mon métier consiste à partir d’un cahier des charges précis, en fonction de demandes de marché, pour arriver à un produit fini. Donc, partant d’une feuille blanche, tu dois penser, créer, dessiner un nouveau produit. Nous fabriquons ensuite en interne le(s) prototype(s), que nous faisons évoluer jusqu’à atteindre le résultat escompté, par de nombreux tests sur banc d’essai ou sur route. Une fois le proto abouti, nous entrons en

phase de production, que nous soustraitons à des partenaires techniques extérieurs, qui travaillent avec les outillages de fabrication que nous leur fournissons, et qui sont notre propriété. A réception des pièces finies, nous les contrôlons unitairement, assurons les éventuelles finitions, et emballons les produits avant expédition chez nos clients. • SCTV : Quelles est ton parcours, niveau études ? A.B : Après un Bac C (équivalent à l’actuel Bac S option maths/physiques), j’ai obtenu à Pau un DUT Génie Thermique et Energie, dont la formation aborde de nombreuses disciplines nécessaires à la compréhension du fonctionnement d’un moteur (Transferts thermiques, Thermodynamique, Mécanique des fluides, Résistance des matériaux, etc..) que j’ai enchaîné à Toulouse par un autre DUT, option Gestion des Entreprises et Administration. Même si par goût, cette formation me passionnait moins que les formations techniques, je dois reconnaître que cela m’est bien utile aujourd’hui… • SCTV : Quelles sont les conditions de travail ? Les avantages et inconvénients… A.B : Tu sais, chez nous, c’est pas le bagne ! Premièrement, nous avons la chance d’habiter une belle région, en bord de mer et à 2 pas des montagnes pyrénéennes, avec l’Espagne de l’autre côté de la route. Cà va, il y a pire comme situation géographique… Plus sérieusement, même si il y a quelques petits inconvénients comme dans chaque métier, ils sont bien dérisoires par rapport au pied que je prends tous les jours, à vivre ma passion : le fait d’être dans une petite équipe t’oblige à être hyper polyvalent, ce qui fait que tu ne fais jamais la même chose. Pour ne pas sombrer dans la routine du quotidien, il n’y a pas mieux ! Un jour, je fais de l’administratif, le lendemain du commercial, pour passer à de la conception et du dessin (CAO/DAO), ou à tout travail d’atelier (tournage, fraisage, soudure, métrologie, montage moteurs, etc…) • SCTV : Quel est le profil, compétences et personnalités pour exercer ce métier ? A.B : Les compétences sont très nombreuses, puisqu’il faut être touche à tout : il faut maîtriser les différentes techni-


aUfeiY6]XU`chHYW\bc`c[]Y" ques d’usinage et de fabrication, afin de dessiner une pièce à la main ou en CAO/ DAO, qui sera techniquement réalisable (et non pas un pur délire d’ingénieur

parler de la partie gestion d’une entreprise… Tu vois donc que le champ d’application des compétences est extrêmement large. Il ne peut donc pas exister de formation type couvrant l’intégralité des compétences requises. Ne reste donc qu’une solution : avoir des bases solides, que tu complètes par toi-même, par ta propre expérience, en te relevant les manches. Il faut donc être passionné, motivé, déterminé, pugnace et ne jamais lâcher le morceau… Et surtout ne pas voir peur de travailler ! • SCTV : Quelles sont les motivations qui ton poussé à réaliser ce métier ? A.B : En fait, je me suis jamais posé cette question, puisque tout s’est fait naturellement. Depuis tout petit, j’ai été baigné dans le monde de la course. Tu vois, par exemple, je me souviens parfaitement du GP de Belgique 1983 (j’avais 8 ans) ou j’étais dans le stand assis à côté de Freddie Spencer (le Valentino Rossi de l’époque), que je dévisageais d’un regard admiratif, ou encore poussant une roue de moto jusqu’au camion Dunlop. Plus tard, à l’adolescence, j’ai comme tout le monde bricolé ma mobylette, qui était quand même trop souvent en panne !

!), puis être capable d’en réaliser le prototype. Ensuite, il faut être capable d’assurer le suivi de fabrication avec des partenaires. Il faut donc de sérieuse notions de métallurgie, d’usinage, etc… A ces compétences techniques, il faut rajouter d’autres compétences plus générales, mais au moins aussi importantes : maintenant, il est nécessaire de parler plusieurs langues ( je suis trilingue français/anglais/espagnol) et de maîtriser correctement l’outil informatique. Sans

• SCTV : Sur quels projets travailles-tu, ou as-tu travaillé ? A.B : Les projets sur lesquels j’ai pu travaillé sont nombreux : études diverses pour le compte de PEUGEOT Motocycles ou MBK, pièces moteur pour 80cc de cross, bi-cylindre boxer 115cc refroidi par air pour motoriser des drones, fabrication complète de machines compétition-client de vitesse 50 et 80cc, prototype Supermotard 50cc sur base de Yamaha YZ 80, etc… Actuellement, nous sommes en train de finaliser la fabrication de notre nouvelle gamme 2010 Racing Factory, pour scoots et mécaboites : Nouveaux haut moteurs, nouveaux échappements, nouveaux allumages, etc… En parallèle, la gamme de produits Racing Classic pour moto de course de collection va être complétée. Nous assemblons actuellement les vilebrequins Bi-cylindre Yamaha TZ 350, et leurs cousins pour 4 cylindres Yamaha TZ 750, en plus de ceux pour Kreidler Van Veen. C’est sympa de travailler sur ce type de produits

très techniques, destinés à des motos d’exception. • SCTV : Quels sont tes projets pour l’avenir ? A.B : Les projets, nous en avons pas mal, à commencer comme je te le disais par la sortie d’une nouvelle gamme complète de pièces Racing Factory, pour scoots et mécaboites. Au-delà des pièces en elles même, nous allons développer le service auprès de nos clients : vente de pièces moteur préparées Label, aide à la mise au point par une plus grande implication dans l’assistance technique sur les épreuves de runs. Nous nous sommes rendus compte que les jeunes manquent souvent de conseils de montage ou de réglage. Ils achètent des produits n’étant pas forcément faits pour fonctionner ensemble, les font “préparer” par X ou Y, sont ensuite déçus des perfos obtenues. Le futur n’est donc pas pour nous la fabrication ou la vente de matériel, mais le service au client, et nous allons œuvrer dans ce sens. D’autre part, nous allons attaquer fin 2010 la mise en production et la commercialisation de moteurs complets spécifiques pour paramoteur, dans le cadre d’un programme de diversification, toujours dans le domaine de la motorisation 2 temps. Bref, tu vois, les projets ne manquent pas, on a de quoi s’occuper ! • SCTV : As-tu un conseil à donner aux étudiants qui souhaitent se diriger vers ce métier ? A.B : Croyez en vous, accrochez vous et ne baissez pas les bras. Le chemin est long et semé d’embûches, et même si il est difficile de se faire une place dans ce métier, si vous êtes vraiment motivés, n’hésitez pas, foncez. Vivre sa passion et surtout, vivre de sa passion est un plaisir immense, qui vaut bien quelques sacrifices. • SCTV : Le mot de la fin ? A.B : Les jeunes ont beaucoup de chance actuellement je trouve. Le développement incroyable des contests de runs, tant en quantité qu’en qualité, leur permet de s’éclater en toute sécurité avec leur machine dans des endroits prévus à cet effet. Alors, ne faites pas les cons sur la route, venez nous rejoindre sur les circuits. Vous allez voir, c’est top !


.SCTV Nr.7  

Digital 50cc Magazine

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you