Page 1

LE CONFORT DES ANIMAUX EXEMPLES DU TERRAIN PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA

1


Préambule

Table des matières

Tout bon détenteur se soucie de bien soigner ses animaux, de les choyer et de les détenir aussi convenablement que possible afin qu’ils se sentent bien et sains. Et quand les animaux vont bien, le détenteur se porte bien!

Bovins

3-7

Porcs

8-13

Poules

14-17

Chèvres

18-20

Moutons

21-22

L’étable la plus adaptée et la détention en libre parcours pratiquée sur les plus grands espaces possibles ne sont bénéfiques aux animaux que si elles sont le fait d’une personne connaissant les animaux et attentive à leurs besoins. Cette personne et des détails – qui n’en sont souvent présents qu’au premier coup d’œil – à l’étable influent de façon déterminante sur le confort des animaux. Pour la PSA, Michael Götz, docteur en agronomie et journaliste spécialisé, a rendu visite à des détenteurs de toute la Suisse désireux d’innover en mettant en place des solutions intéressantes en matière de confort animal. La présente brochure richement illustrée est le fruit de ces multiples expériences réunies par des gens de terrain. Elle inclut de nombreux conseils pratiques et des propositions concrètes sur le confort des animaux. Je vous souhaite beaucoup de plaisir à cette lecture. Hansuli Huber, Dr ing. agr. Responsable de services spécialisés auprès de la PSA

Editeur Protection Suisse des Animaux PSA Dornacherstrasse 101 Case postale 461 4008 Bâle Tél. 061 365 99 99 Fax 061 365 99 90 sts@tierschutz.com www.protection-animaux.com Auteur Michael Götz, Dr ing. agr. LBB Landwirtschaftliche Bauberatung GmbH Säntisstrasse 2a, 9034 Eggersriet Tél. 071 877 22 29 migoetz@paus.ch www.goetz-beratungen.ch Photographies Michael Götz (en l’absence d’autres indications)

2

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA


POUR QUE VOS

ANIMAUX AIENT

MOINS DE DÉMANGEAISONS

Photo 2: Brosse à gratter autopivotante dans la cour d’exercice: les vaches apprécient les massages d’une brosse à gratter. Les boules de poils y adhérant en sont la meilleure preuve. autres et rechercher les brosses à grat-

Photo 1: Brosses à gratter au pâturage: la marque d’une production maison.

ter mises à disposition. Elles cherchent d’abord les brosses automatiques, préfé-

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA

Des brosses à gratter appréciées

rées aux brosses rigides fixées sur des bras

Il faut bien soigner ses vaches surtout

lement voir à quel point elles apprécient

lorsqu’elles changent de pelage. Dans la

les massages de leur épiderme. A l’achat

nature, elles se grattent contre les arbres

d’une brosse autopivotante, il faut veiller

et se lèchent mutuellement. Tandis qu’en

à ce que celle-ci ait été testée et agréée par

stabulation entravée le détenteur doit se

la Société allemande d’agriculture (DLG

charger d’une grande partie des soins du

selon l’abréviation allemande). Il importe

pelage, ce travail est superflu en stabula-

notamment que la brosse s’immobilise en

tion libre. En effet, avec ce mode de garde,

cas de fortes sollicitations ou change de

les vaches peuvent se lécher les unes les

direction afin d’éviter les accidents.

horizontaux et verticaux. On peut littéra-

3


Photo 3: Un box de repos bien conçu donne à la vache une place suffisante pour se lever sans obstacle. Photo 5: Les vaches aiment la lumière et l’air frais.

Photo 4: Un matelas de paille bien entretenu reste la meilleure solution.

L’importance d’une couche moelleuse

les matelas de paille. Totalisant une heure

les processus vitaux et la psyché. Les bo-

et demie par vache et année, la charge en

vins se sentent à l’aise dans des étables à

travail un peu plus importante liée au ma-

front ouvert en hiver également. Ils sup-

telas de paille en vaut la peine, ce d’autant

portent bien les températures inférieures

plus que pendant cette heure et demie

à zéro dans la mesure où ils sont protégés

l’agriculteur peut observer ses animaux.

du vent et de l’humidité. Les filets anti-

A côté d’une surface de repos souple, suf-

vent et les parois moulées (appelées éga-

fisamment de place pour que les vaches

lement spaceboard) placés au bon endroit

puissent balancer leur tête en se relevant

sont des auxiliaires aussi pratiques que

et une barre de nuque flexible font partie

simples.

du confort de la place de repos.

La chaleur de l’été est plus gênante pour les vaches. Souvent, elles ne sont

Fraîcheur et clarté avant tout

pas en mesure de dissiper suffisamment

Des vaches séjournant dans des étables

l’importante quantité de chaleur corpo-

claires et bien aérées donnent plus de lait

relle engendrée par la production du lait.

vu que l’air frais et la lumière stimulent

L’accumulation de chaleur dans le corps

Des essais menés en Suisse et à l’étranger ont montré que lorsqu’on les laissait choisir entre différents revêtements de sol, les bovins préféraient nettement les couches souples plutôt que dures. Basé à Tänikon, le Centre spécialisé dans la détention convenable (ZTHT) a testé de nombreuses couches; quelques-unes ont été autorisées pour le programme SST (systèmes de stabulation particulièrement respectueux des animaux). «Un matelas de paille bien entretenu reste cependant toujours la meilleure solution», lance Monika Siebenhaar du ZTHT. Ce n’est pas par hasard que les bovins optent plutôt pour des couches recouvertes de litière, car les autres couches testées ont régulièrement provoqué plus de croûtes et de blessures aux jarrets que

4

Photo 6: De gros ventilateurs rafraîchissent l’étable en été.

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA


exerce une incidence négative sur la performance laitière. Aussi ne devrait-on pas renoncer à une isolation thermique même dans les étables simples. Installer par exemple une sous-toiture en bois de 60 à 80 mm d’épaisseur s’avère tout à fait indiqué. Un tel dispositif empêche en outre la formation d’eau de condensation sur le toit. De gros ventilateurs, une orientation est-ouest de l’étable et la présence de dispositifs dispensant de l’ombre peuvent réduire la chaleur estivale et contribuer au bien-être des animaux.

Manger en toute tranquillité Des vaches au pâturage ne se dérangent pas mutuellement lorsqu’elles se nourrissent, car elles ont suffisamment d’espace et peuvent s’éviter. Il en va tout autrement sur l’aire d’affourragement de la stabulation où elles doivent se côtoyer. Elles n’y disposent pas de la distance individuelle minimale innée qu’elles respectent normalement les unes par rapport aux autres. Plus d’une vache de rang inférieur choisirait donc volontiers un autre endroit plus éloigné si elle en avait la possibilité. Elle

Photo 7: Les systèmes à palissades, aussi appelés systèmes suédois, conviennent également bien aux vaches à cornes.

peut le faire dans une certaine mesure s’il y a davantage de places d’affourragement que d’animaux. Les cornadis auto-

Avec les palissades, aussi appelées grilles

bloquants empêchent que des vaches do-

de Suède, elles ne doivent que relever un

minantes chassent celles de rang inférieur

peu la tête pour que les cornes passent au-

de la place d’affourragement.

dessus de la grille.

Des meurtrissures sur le cou des va-

En règle générale, une vache boit du-

ches indiquent que quelque chose clo-

rant environ une à deux minutes et ab-

che avec le cornadis ou la distribution

sorbe entre 10 et 30 litres d’eau dans ce

de fourrage. Des arrêtes pourraient faire

laps de temps. La réalimentation en eau

saillie, la barre de nuque pourrait être trop

du bassin doit donc être de 10 à 15 li-

basse – ou les animaux n’ont pas un ac-

tres à la minute au moins. L’auge pro-

cès aisé à la nourriture. Le fond de la crè-

posant une réserve d’eau importante est

che devrait être au minimum 15 cm plus

la mieux adaptée. Les vaches préfèrent

haut que l’endroit où les vaches se tien-

l’eau tempérée à 15° C. Elles n’absorbent

nent, et le fourrage devrait se trouver le

qu’à contrecœur une eau de moins de 6°

plus près possible du cornadis. Des barres

C. L’eau froide ne fait pas que leur ôter de

automatisées repoussant le fourrage et des

l’énergie, mais peut aussi, suivant les cir-

bords de crèche relevables peuvent être

constances, provoquer des gonflements,

d’un grand secours lorsque la main-d’œu-

des coliques et des diarrhées. Des abreu-

vre est limitée.

voirs chauffants empêchent non seule-

Les systèmes à grillage incliné ne

ment l’eau de geler en hiver, mais garan-

sont pas adaptés pour les vaches à cor-

tissent encore une consommation suffi-

nes vu qu’elles doivent fortement tordre

sante de liquide et la production laitière

la tête pour entrer et sortir du cornadis.

habituelle.

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA

Photo 8: Les vaches boivent jusqu’à 30 litres d’eau à la minute et préfèrent l’eau tempérée.

5


gés. Si les râteliers mettaient de l’ensilage d’herbe à disposition, la consommation de fourrage de base y était même accrue. Mais pour que les animaux aient librement accès au râtelier, ils doivent pouvoir profiter de suffisamment d’espace. Pour les vaches d’une hauteur au garrot de 135 ± 5 cm, la nouvelle Ordonnance sur la protection des animaux prescrit des places d’affourragement de 3,2 m de profondeur au moins. 4 m au minimum sont indiqués si une place d’affourragement n’est pas disponible pour chaque vache. Le type de râtelier joue aussi un grand rôle. Les râteliers à palissades conviennent mieux que les râteliers en V parce que ces derniers occasionnent des pertes de fourrage importantes. Afin de protéger le fourrage de la pluie, la toiture devrait assurer une protection dépassant d’un peu le râtelier.

Aire d’exercice extérieure attrayante Au pâturage, les vaches et le jeune bétail sont en perpétuel mouvement. Le mouvement, l’air frais et la stimulation que représente l’exposition aux aléas climatiques favorisent la digestion et la condition physique, et donc la santé des animaux. Mais il n’est pas toujours possible de laisser le bétail au pâturage sous nos latitudes. La cour d’exercice est bienvenue en pareils cas. Pour que les animaux utilisent la cour d’exercice, il faut l’aménager de manière attrayante, par exemple en l’équipant d’un râtelier garni de foin ou d’ensilage; on peut aussi mettre de la paille à la disposition des vaches taries. Des essais menés par la Station de recherche Agroscope ART de Tänikon ont montré que les animaux ont séjourné deux fois plus longtemps sur la cour d’exercice lorsqu’ils y étaient également affourra-

6

Photos 9 et 10: Les râteliers garnis de foin, d’ensilage ou de paille rendent la cour d’exercice plus attrayante pour les animaux. (Photo 9: F. Nydegger, Agroscope Reckenholz-Tänikon ART, photo 10: R. Gnädinger, Agridea, Lindau)

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA


Stalle de traitement: un auxiliaire capital La détention de vaches et de bovins dans des stabulations libres va de pair avec des exigences plus élevées liées à une stalle de traitement. Usuelles par le passé, les simples stalles de soins des onglons conviennent pour les vaches laitières qui ont l’habitude de côtoyer l’homme, sont faciles à mener et calmes, mais pas pour les vaches mères et les bovins au pâturage et à l’alpage. Pour ces vaches et bovins, il faut des stalles de traitement spéciales qui permettent de prévenir au mieux les blessures à l’homme et à l’animal. Une stalle de traitement adaptée est conçue de telle manière que les animaux ne puissent ni s’échapper ni se blesser et de sorte que l’on parvienne malgré tout aux différentes parties de leur corps, par exemple pour couper les onglons, faire une prise de sang au niveau du cou, soigner une tétine ou même procéder à une césarienne. Les tubes et les parties latérales de cette stalle devraient pouvoir être démontés sans faire usage de la force. Le pire qui puisse se produire dans une

Photos 11 et 12: Il ne faut pas que les bovins se blessent ni ne puissent s’échapper. Les différentes parties du corps devraient être accessibles sans danger pour la personne prodiguant les soins.

stalle de traitement, c’est la chute d’une bête. Les plaques à disposer comme une coque autour du ventre de l’animal aident à prévenir de telles chutes. Mais un sol donnant une bonne assise au «patient» joue un rôle capital également. Les animaux ont moins peur de la stalle de traitement s’ils ont pu la découvrir au préalable. Il est possible par exemple de la placer entre l’aire de repos et la place d’affourragement, ce qui les oblige à la traverser pour aller s’alimenter. Avec les animaux que la stalle rend craintifs, il peut s’avérer utile de les y étriller ou de leur proposer des aliments dont ils raffolent pour qu’ils associent des expériences positives à ce lieu. Des cloisons pivotantes, autrement dit des grands panneaux, aident à conduire calmement les vaches et les bovins à la stalle de traitement.

Photo 13: Des barrières pivotantes aident à mener les animaux avec calme et en toute sécurité dans la stalle de traitement.

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA

7


POUR LA BONNE SANTE DE VOS

PORCS

Photos 1 et 2: Une douche ou une vaporisation d’eau en fines gouttelettes ont un effet identique à la transpiration.

8

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA


Photo 4: Vaporiser de l’eau rafraîchit plutôt l’air que directement l’animal.

Photo 3: Les porcs ne peuvent pas transpirer. Ils se vautrent dans la fange pour se rafraîchir.

Photos 5 et 6: Tendus au-dessus de l’aire extérieure, des filets dispensent de l’ombre et préviennent les coups de soleil.

Ombrage et douche Les chaudes journées d’été, les porcs recherchent les endroits ombragés. Des filets pare-soleil tendus au-dessus de l’aire d’exercice ou en plein champ font l’effet d’un parasol et protègent les animaux des coups de soleil. Dans la nature, les porcs se vautrent dans leur bauge les jours de grande chaleur. En fait, ils ne peuvent pas transpirer. Pour des porcs se vautrant dans leur bauge, l’effet de rafraîchissement est similaire, puisque l’eau s’évapore sur leur peau. Il est impossible d’installer une bauge dans la porcherie, mais on peut doucher les animaux, à savoir les asperger. Ce n’est pas un luxe, mais une aide aussi simple qu’efficace les jours où le mercure prend l’ascenseur! Les porcs qui ont pu se rafraîchir se tiennent plus tranquilles et ont plus d’appétit que les animaux souffrant de la chaleur. Une douche fait aussi du bien aux truies allaitantes et à celles en chaleur, car elles produisent une quantité de chaleur particulièrement importante. Pour économiser l’eau, on peut aussi la vaporiser. Mais suivant la finesse de la vapeur, l’eau ne rafraîchit pas directement les porcs mais l’air, ce qui engendre un taux d’humidité de l’air plus élevé.

Photo 7: Il faut aussi protéger du soleil les porcs en libre parcours. (Photo: C. Sciarra)

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA

9


Photos 8 et 9: Les truies peuvent fouir la terre sur une aire à cet effet et ne manquent pas d’occupation. (Photo 9: Agroscope Reckenholz-Tänikon ART)

Des occupations multiples

ils sont actifs pendant un bon tiers de la

nement à disposition de la paille fraîche

«Les porcs dorment toute la journée et

journée, fouillant la terre, mâchant des ra-

dans le box, les restes de la crèche de l’éta-

ne se lèvent que lorsqu’il s’agit de man-

cines et partant à la découverte de leur en-

ble ou des brindilles fraîches et laisser de

ger.» Voilà ce que pense peut-être l’un ou

vironnement avec leur groin.

temps à temps les animaux sur une aire

l’autre agriculteur. Mais quiconque ob-

Une poignée de paille lancée sur le

d’exercice extérieure en conditions na-

serve ses animaux aura tôt fait de remar-

fond du box ou disposée dans un râte-

turelles où ils pourront s’adonner à leur

quer que c’est totalement faux. Les porcs

lier aux mailles serrées peut remplir l’exi-

activité de fouissement. Dans ces condi-

cherchent des activités correspondant à

gence minimale de la législation sur la

tions, les porcs ne se mordent la queue

leur comportement inné. On s’en aper-

protection des animaux, mais ne satis-

que dans des cas exceptionnels. Et les ul-

çoit à guetter des cochons domestiques

fait en aucune manière l’énorme besoin

cères d’estomac des truies stressées de-

détenus dans un enclos naturel. Malgré

de mouvement inné des porcs. Confort si-

vraient se faire plus rares.

une alimentation couvrant leurs besoins,

gnifie en l’occurrence mettre quotidien-

Photo 10: Distributeur automatique réclamant la participation active des animaux: s’ils veulent manger, ils doivent presser un levier à plusieurs reprises. (Photo: K. Drawer)

Photo 11: Les râteliers garnis de paille sont des solutions minimales insatisfaisantes.

10

Photo 12: Pour les truies, des râteliers garnis de foin ou d’ensilage conviennent mieux, vu que, comme dans la nature, elles doivent se mettre en quête active de leur nourriture et sont récompensées de leurs efforts par une friandise.

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA


Manger ensemble Les porcs font presque tout ensemble naturellement. Ils dorment ensemble, mangent ensemble, cherchent ensemble de la nourriture et bien d’autres choses encore. En revanche, en se nourrissant à une station de distribution automatique, ils ne peuvent plus manger ensemble, mais uniquement les uns après les autres. Cela peut provoquer du stress, des altercations, des blessures et, suivant les circonstances, des

Photo 13: Les porcs se grattent volontiers contre un tronc dressé à cet effet. (Photo: Hansruedi Sommer)

morts aussi. Animé d’un esprit pratique, un agriculteur a construit un appareil d’alimentation liquide qui permet de nourrir toutes les truies en même temps. Chacune mange dans une auge dotée de panneaux de protection à hauteur de garrot tandis que l’aliment coule lentement. La truie n’a donc pas intérêt à quitter sa place et à chercher à concurrencer sa voisine. Ce mode de faire ne permet pas d’alimenter chaque truie de façon adaptée, individuellement, comme dans le cas de l’alimentation individuelle automatisée. Mais on

Photo 14: On se préoccupait du confort des porcs voilà un siècle déjà. (Dessin tiré de: Illustrierte Landwirtschaftliche Zeitschrift Berlin, année 1905, n°28)

peut remédier à cette lacune en constituant des groupes d’animaux au poids à peu près identique. L’alimentation par ruissellement existe

Photos 15 et 16: Alimentation liquide: à chaque place d’alimentation, une pompe distribue les aliments uniquement à la vitesse à laquelle les animaux peuvent l’absorber.

depuis assez longtemps pour l’alimentation sèche. Dans ce cas, l’aliment est pro-

Arbre à gratter

posé seulement à la vitesse à laquelle les

Les porcs aussi aiment se gratter. Mais

truies peuvent le manger. Une alimenta-

ils ne peuvent pas plier leur corps et, par

tion dure environ dix minutes. Pour nom-

exemple, se gratter la tête avec leur patte

bre de détenteurs, il est plus agréable d’ob-

arrière comme le font les chiens, les chats,

server les animaux à ce moment dans la

les chèvres et même les vaches. Ils doivent

porcherie plutôt que de contrôler par l’in-

donc se frotter contre un objet, contre un

formatique si chaque truie a mangé sa

arbre ou un objet rugueux par exemple,

ration. Ils ont ici l’animal tout entier et

dans la porcherie. Un arbre à gratter pre-

son environnement sous les yeux et re-

nant la forme de deux traverses, une ho-

çoivent une foison d’informations en peu

rizontale et une verticale, le tout en posi-

de temps.

Photo 17: L’alimentation par ruissellement fonctionne sur le même principe, mais avec des aliments secs. L’auge est préalablement remplie d’eau. Le détenteur a une bonne vue d’ensemble de ses animaux.

tion légèrement inclinée, ou la forme de deux brosses convient parfaitement. Avec ces dispositifs, les porcs peuvent se gratter sur les côtés et dans le dos. Cela leur est bénéfique, contribue à leurs soins corporels et stimule leur circulation sanguine.

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA

11


au comportement instinctif de la truie de

élevées et un bon état de santé non sans

se séparer du groupe. La loge pourrait être

faire également remarquer que la loge de-

appelée «salle de mise bas ou d’accouche-

mande relativement peu de travail.

ment» pour les truies, vu que leurs parois montent jusqu’au plafond. Pour ses in-

Une couche souple

venteurs, les frères Hertach, la loge imite

Lors des années quatre-vingt du siècle

l’effet de sous-bois et offre une «sphère

dernier, l’éthologiste suisse Alex Stolba a

privée» à la truie. Les parois sont par

observé des porcs domestiques dans un

ailleurs des remparts contre les agents in-

enclos en conditions naturelles, en Ecosse,

fectieux, et les loges sont nettoyables sans

et comparé leur comportement à celui de

que l’eau de lavage et les saletés ne par-

sangliers. Il a noté que les porcs domes-

viennent dans les loges voisines.

tiques, à l’image de leurs ancêtres sauva-

Depuis le couloir d’alimentation, on

ges, faisaient des nids de groupe et que les

parvient à observer l’auge, la place de re-

truies d’un certain âge surtout rembour-

pos de la truie et le nid des porcelets. Les

raient ces derniers avec des branchettes

truies reçoivent leur nourriture dans le

et des touffes d’herbes sèches. Dans neuf

compartiment chaud, mais hors du nid.

cas sur dix, les nids étaient établis dans

Comme les truies doivent passer par l’aire

des endroits pour le moins protégés sur

d’exercice pour aller se nourrir, elles y

un côté par un épais sous-bois. De toute

Mise bas à couvert

font leurs déjections liquides et solides et

évidence, les animaux privilégiaient des

Les sangliers et les cochons domestiques

maintiennent l’aire de repos en bon état de

lieux desquels ils avaient une vue d’en-

détenus en plein air se séparent du trou-

propreté. «Etendre de la litière sur l’aire de

semble de leur enclos. Si on tire un paral-

peau pour la mise bas et recherchent un

repos réjouit tout ce petit monde», lâche

lèle avec la détention pratique en porche-

lieu protégé, si possible hors de vue, mais

Res Hertach. Protégée par une licence, la

leur permettant d’observer des ennemis

loge des frères Hertach a été intégrée dans

potentiels. Suivant les conditions météo-

plusieurs exploitations de Suisse. Les ac-

rologiques, les porcelets restent plusieurs

teurs de terrain signalent des prestations

Photo 18: Couloir de porcherie avec loges alphanest des deux côtés.

jours voire quelques semaines au nid, jusqu’au moment où leur mère leur fait intégrer le troupeau. Le nid dit alphanest tente de satisfaire

Photo 19: Le nid alphanest fait office de «salle d’accouchement» où la truie profite d’une sphère privée.

Photo 20: Des porcelets sevrés sur une épaisse litière dans une porcherie à front ouvert.

Photo 21: Truies sur litière profonde d’une porcherie à front ouvert.

12

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA


Photo 22: Des porcelets de différentes portées se reposent ensemble dans un nid.

rie, on peut tirer la conclusion que le nid doit offrir des matériaux souples comme de la paille ou du roseau de Chine, que la place de repos doit être abritée des courants d’air et doit donner aux animaux une perspective dégagée sur le couloir de service.

Repos en commun Après quelques jours ou semaines, les laies et les truies domestiques détenues en liberté conduisent leurs marcassins ou porcelets du nid au troupeau. Les relations entre la mère et les petits se sont renforcées durant cet intervalle. Les porcelets reconnaissent leur mère et savent dans

Photos 23 et 24: Caisses à porcelets chauffées disposées en fer à cheval. Sol en dur entre les caisses, caillebotis à l’arrière.

quel endroit ils peuvent la téter sans être dérangés. Dans le troupeau, les porcelets se mélangent avec ceux d’autres portées et se reposent parfois dans des nids de groupe de grande dimension. Des caisses chauffées et isolées fournissent aux porcelets sevrés l’aire de repos commune qu’il leur faut. Le marché propose des lampes ou des plaques thermiques qui ne chauffent que lorsque davantage de chaleur est requise. Il est ainsi possible d’économiser du courant. Les caisses chaudes ne doivent toutefois pas conduire les détenteurs à priver les porcelets de paille ou d’un matériau adapté leur fournissant une occupation. Il est judicieux de disposer les caisses en forme de fer à cheval: le distributeur automatique est placé sur le sol entre les caisses et, derrière elles, l’aire de déjections sur des caillebotis. Une rainure à déjections de quatre centimètres de large au plus, disposée le long des parois, dans laquelle le détenteur peut facilement repousser les déjections, s’avère des plus

Photo 25: Les déjections tombent dans la canalisation par une rainure ad hoc de 4 cm au plus longeant la paroi.

pratiques. Des grilles rabattables vers le haut, nettoyables depuis dessous, sont un atout sous l’angle de l’hygiène. Un tel équipement permet aussi d’éliminer sans gros efforts les œufs de mouches collés dessous la grille et dans le canal d’évacuation inondable.

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA

13


eil, e de sol Absenc vétérinaire e du présenc

POUR QUE

POULES

LES SOIENT VRAIMENT HEUREUSES

Photo 1: Cette aire recouverte de sable est protégée pour que les poules puissent se baigner dans du sable sec.

sibles. Mais souvent les poulaillers sont peu exposés à cette lumière, car le verre filtre les rayons de la lumière naturelle. Aussi les poules devraient-elles pou-

Bains de soleil et de poussière indispensables

voir s’ébattre à l’extérieur comme tous

Prendre des bains de soleil et de poussière

de poussière débarrassent les poules de

est un comportement inné chez les poules

la graisse excédentaire et des particules

et beaucoup d’autres espèces d’oiseaux.

cutanées. Ce comportement les protège

Cela leur fait du bien et stimule leur santé.

des parasites gênants tels les poux des

Il faut dire que la lumière naturelle du

oiseaux et les acariens et leur confère un

soleil est importante pour la synthèse de

plumage sain.

les autres animaux de rente. Les bains

Photos 2 et 3: Tout ce qu’il faut pour un bain de sable, c’est de la litière en suffisance ou de la terre sèche.

la vitamine D, et donc pour la croissance et la solidité des os. Les rayons UV de la lumière du soleil tuent les bactéries nui-

14

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA


Des nids attrayants Les poules pondent volontiers dans un nid aussi moelleux que protégé. Mais les pondoirs du marché ne sont pas toujours vraiment souples. La plupart sont recouverts de matelas artificiels ressemblant à un tapis herbeux ou de coques de plastique à partir desquelles les œufs descendent vers un tapis roulant. Il en va autrement avec les nids à litière: ils sont remplis de dix bons centimètres de balle de sarrasin, d’épeautre ou d’avoine. Par le passé, il fallait ramasser les œufs à la main dans les nids à litière, mais il existe aujourd’hui des nids de ce type entièrement automatisés. Avec ces systèmes, un tapis roulant conduit les œufs et la litière sur une grille

Photo 5: Oeufs et litière parviennent dans l’antichambre. La litière tombe à travers une grille et repartira vers les nids.

jusqu’à l’antichambre où les œufs sont séparés de la litière. Celle-ci retourne dans les nids.

Repos perché

Les poules préfèrent nettement la li-

Comme les poules sauvages et les races

tière à tous les autres supports. Dans les

pondeuses, les poulets de chair commen-

poulaillers dotés de pondoirs à litière, un

cent à l’âge de deux semaines environ à

œuf est de ce fait rarement pondu au mau-

chercher des endroits de repos surélevés.

vais endroit pour autant que les nids et les

Mais c’est de l’élevage que, pour eux, dé-

autres aménagements d’étable aient été

pend la possibilité de grimper sur des per-

correctement disposés. Les poules peuvent

choirs. Les hybrides à croissance rapide ne

véritablement «s’enfoncer» dans la litière

sont souvent pas en mesure de se tenir en

tendre – comme elles le font dans la na-

équilibre sur des perchoirs, vu les muscles

ture dans une terre meuble, dans l’herbe

de leur poitrine développés à l’excès par

ou le feuillage – bref, un nid véritablement confortable.

Photo 4: Les poules pondent volontiers leurs œufs dans une litière souple comme cette balle d’épeautre. (Photo: Hansuli Huber, PSA)

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA

Photos 6 et 7: Des hybrides à croissance rapide (comme la ligne Ross) se tiennent volontiers sur des plateformes surélevées.

15


Un libre parcours sûr Les poules profitant d’une aire d’exercice

Photo 10: Aire à climat extérieur pour poules pondeuses avec litière, perchoirs, bac à sable et abreuvoirs.

extérieure couverte, à savoir d’une aire à climat extérieur, ou d’un pré, se donnent

Photos 8 et 9: Des poulets de chair à croissance lente, comme les poules Sasso, accèdent sans problème à des perchoirs. (Photos: Lukas Vock)

davantage de mouvement et peuvent ex-

gées des oiseaux de proie. Des arbres, des

primer toute la gamme de leurs compor-

buissons ou des structures artificielles leur

tements innés. Au contraire de ce qui se

offrent une protection et des endroits om-

passe dans une garde permanente en pou-

bragés les jours très ensoleillés. Il est utile

lailler, les animaux sont ici bien moins

de placer des structures naturelles ou ar-

exposés à la poussière et aux gaz nocifs.

tificielles de sorte que, dans l’abri qu’elles

En contrepartie, ils profitent des stimuli

dispensent, les animaux puissent partir en

du climat et de la lumière du soleil.

exploration et utiliser toute la pâture. La

Mais pour que les poules utilisent l’aire à climat extérieur et le pré, il faut que ces

plupart des animaux séjournent au pré le matin et le soir.

lieux soient aménagés de façon attrayante pour elles. Si on place, devant la sortie, des graines dans la litière de l’aire à cli-

l’élevage. Plus ils prennent de l’âge et plus

mat extérieur, les poules sont très impa-

cet exercice leur est difficile. Pour eux, des

tientes d’aller y gratter. Des bacs à sable

plateformes surélevées sont des éléments

pour les bains de poussière, des perchoirs

de substitution bienvenus pour se repo-

et des abreuvoirs ont aussi pour effet de

ser perché. Ces plateformes conviennent

les attirer à l’extérieur. Dans l’aire à cli-

pour la majorité des poulets de chair suis-

mat extérieur, les animaux sont protégés

ses usuels. Les races ou hybrides de chair

de la pluie, de la neige et d’un ensoleille-

à croissance lente atteignant leur poids

ment trop intense.

d’abattage en huit semaines ou plus seu-

En libre parcours, le pré offre encore

lement, et employées le plus souvent dans

bien d’autres éléments faisant défaut dans

des élevages en libre parcours, se juchent

l’aire à climat extérieur: de l’herbe, des

sans problème sur des perchoirs comme le

vers, des insectes, la possibilité de se don-

font les jeunes poules pondeuses.

ner du mouvement et tout un éventail de stimuli et d’événements variés et changeants. Même si un pré peut sembler attrayant à nos yeux, il n’en comporte pas moins de nombreux dangers pour des poules. Pour qu’elles s’y sentent en sécurité, elles doivent notamment être proté-

16

Photo 11: Poulailler pour poulets de chair avec libre parcours. Les arbres et les buissons permettent aux poules de se cacher des oiseaux de proie et donnent du même coup un ombrage bienvenu.

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA


Photos 12 et 13: Des haies ou du roseau de Chine planté en ligne offrent aux poules une piste protégée pour accéder au pré.

Photo 14: Des structures artificielles comme ces filets pare-soleil sont aussi un abri pour les poules.

Photo 15: Du gravier grossier disposé devant les ouvertures du parc extérieur empêche que l’espace situé devant le poulailler devienne boueux.

Photo 16: Les poulaillers mobiles permettent de changer de prairie sans complication aucune.

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA

17


LA PLEINE SATISFACTION DE VOS

CHEVRES

Photo 1: Les chèvres dominantes s’adjugent volontiers les endroits les plus élevés. Abb. 1: Ranghohe Ziegen suchen sich gerne die höchsten Plätze aus.

Photo 2: Les chèvres ont plaisir à se jucher sur des souches d’arbre.

Photo 3: Des parois fermées offrent des endroits protégés aux chèvres de rang hiérarchique inférieur.

18

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA


Garder la vue d’ensemble Les chèvres détenues en troupeaux sur les alpages séjournent de préférence dans des endroits d’où elles ont une bonne vue d’ensemble des environs. Cela les aide à percevoir à temps les dangers et leur donnent un avantage en cas d’altercations ou si elles doivent prendre éventuellement la fuite. A l’étable également, les chèvres recherchent volontiers des lieux surélevés. A cette fin, on installera des souches ou des planches superposées contre les parois, composant une étagère surdimensionnée sur les rayons desquels les chèvres viendront s’installer, et où les individus de rang hiérarchique inférieur pourront dis-

Photo 4: Une étagère surdimensionnée donne des places de repos surélevées aux animaux à l’étable sans accaparer beaucoup d’espace.

paraître à la vue des dominants. Des parois pleines structurent l’étable et sont un gage de tranquillité.

Des chèvres folâtres Les chèvres, et tout particulièrement les chevreaux, aiment à jouer. Le jeu ne fait pas que favoriser le mouvement, mais en-

Photos 5 à 7: Les chèvres escaladent volontiers des souches et des pierres. (Photos 5 et 6: Conseil en détention animale adaptée, BAT, Christel Simantke)

core l’habileté et la cohabitation des animaux. Un environnement richement structuré, agrémenté de pierres, troncs ou buissons notamment, offre les meilleures conditions pour que ces animaux intelligents et folâtres y trouvent leur compte.

Photo 8: Les chèvres apprécient aussi manifestement d’être brossées. (Photo: Conseil en détention animale adaptée, BAT, Ralf Bussemas)

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA

19


Photo 9: Absence de cornadis: l’animal au centre n’a aucune chance d’accéder à la nourriture.

Photo 10: Des chèvres immobilisées par un cornadis ne peuvent pas se concurrencer mutuellement.

S’alimenter sans stress Les chèvres s’entendent bien au pacage parce qu’elles ont beaucoup de place et peuvent s’éviter mutuellement. Mais si on leur propose un aliment qu’elles affectionnent à l’étable, elles peuvent rapidement entrer en concurrence et se montrer agressives. Les dominantes repoussent les animaux de rang inférieur et se servent de leurs cornes comme d’une arme. Aussi faudrait-il absolument monter un cornadis sur l’aire d’affouragement immobilisant chaque animal pendant qu’il s’alimente. Des tôles de séparation supplémentaires, par exemple des planches dans l’aire d’affourragement, et de la place en suffisance, empêchent que les animaux coincés puissent se blesser mutuellement à coups de cornes.

Photos 11 et 12: En bois ou en métal, des plaques faisant écran empêchent que les chèvres mangent la nourriture de leurs voisines et se blessent à coups de cornes. (Photo 11: Agroscope Reckenholz-Tänikon ART)

20

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA


MOUTONS

VOS DOUX COMME DES AGNEAUX

Photos 1 et 2: En été, les moutons font la sieste sous des arbres ou sous des objets artificiels dispensant de l’ombre.

Eau et ombre

mum de deux litres d’eau par jour et par

Vu leur épaisse toison, les moutons ne

animal.

peuvent dissiper qu’à grand peine leur chaleur corporelle. Aussi souffrent-ils vite

Agneler sans perturbations

de la chaleur les journées d’été et cher-

Les brebis ressentent un besoin inné de

chent-ils des lieux ombragés ou s’éten-

se séparer du troupeau pour mettre bas

dent-ils sur le sol frais.

à l’instar des chèvres, des génisses et des

Si les moutons sont détenus la jour-

truies. Elles peuvent de cette manière

née au pâturage, il leur faut absolument

agneler sans être perturbées. On peut aussi

des objets naturels ou artificiels leur of-

répondre à ce besoin inné à l’étable en

frant de l’ombre. Ces animaux doivent en

plaçant les brebis dans une loge indivi-

outre toujours disposer d’eau en suffi-

duelle. Il faut le faire suffisamment tôt ce-

sance. Si la nourriture contient du liquide,

pendant et ne plus déplacer les brebis une

et en présence de rosée ou de pluie, ils

fois qu’elles ont perdu les eaux.

se débrouillent avec peu d’eau. Les chau-

La mère reconnaît son petit à l’odeur.

des journées d’été, les moutons ont néanmoins besoin eux aussi d’eau en abondance. Il faut alors compter avec un maxi-

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA

Comme elle peut lécher son agneau dans

Photo 3: Les moutons ont besoin d’eau en permanence.

la loge à cet effet en l’absence d’autres animaux, cet endroit permet de resser-

21


www.migros.ch MGB

Photo 4: Des loges d’agnelage séparées donnent la sécurité requise aux brebis et aux agneaux et stimulent les liens entre la mère et le petit.

rer les liens unissant la mère au petit. La loge devrait être maintenue en bon état de propreté et de la litière fraîche y être déposée.

Photos 5 à 7: Divers types de postes de soins des onglons. Les animaux devraient pouvoir être facilement immobilisés, avec ménagement et en toute sécurité, et les soins devraient pouvoir être prodigués debout par le détenteur. (Photo 7: Service consultatif et sanitaire pour petits ruminants, SSPR)

Soins aux onglons nécessaires Au pâturage ou à l’étable, les onglons

se servir d’un poste de soins des onglons

des moutons poussent plus vite qu’ils ne

pour mener ce travail à bien. Ce poste doit

s’usent, ce qui fait que la corne a ten-

immobiliser le mouton de manière qu’il

dance à s’enrouler. Cela peut provoquer

ne puisse ni se libérer ni se blesser et doit

des douleurs à la marche; des corps étran-

en outre faciliter le travail, ce qui signi-

gers peuvent s’insinuer dans les espaces

fie qu’on devrait pouvoir facilement met-

intercalaires et provoquer des infections.

tre le mouton en position couchée et tra-

Suivant le mode de garde, la corne ex-

vailler debout.

cédentaire des onglons doit être ôtée deux

Mais ces soins réclament non seule-

ou trois fois par an. On aura avantage à

ment une station ad hoc, mais encore des cloisons pour tenir les animaux ensemble et un couloir d’amenée avec une trappe facilitant la conduite de ces derniers à la queue leu leu vers la station. Il faut aussi suffisamment de lumière, car la personne donnant les soins doit voir nettement ce qu’elle fait. Comme on associe ce travail à un bain des onglons, une surface en dur sur laquelle ceux-ci peuvent sécher devrait être disponible.

Photo 8: Les cloisons devraient être aussi aveugles que possible et ne pas présenter de barres avec des coins contre lesquels les animaux coincés pourraient se briser les pattes.

22

Photo 9: Couloir d’amenée avec trappe: dans le couloir d’amenée, il faut veiller à ce que l’animal le plus lourd et le plus fort soit placé à l’arrière, car les animaux poussent vers l’arrière. Suivant les circonstances, un animal faible pourrait se faire écraser par les autres.

PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA

MGB


www.migros.ch MGB

TERRE D’HARMONIE

Ce symbole garantit une plus grande biodiversité et de meilleures conditions de vie pour les animaux de la ferme. L’agriculture respectueuse de l’environ­ nement permet de créer un espace vital naturel pour les plantes et les animaux rares. De notre collaboration avec les agriculteurs engagés d’IP­Suisse, les experts de la station ornithologique de Sempach et la Protection Suisse des Animaux PSA naissent des produits de qualité, à savourer en toute bonne conscience. Vous trouverez plus d’informations à l’adresse migros.ch/terrasuisse PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA

MGB09-10-005_TerraSuisse_Anzeige_ZS_210x297_f.indd 1

23

15.12.2009 14:14:06 Uhr


Le bien-être des animaux nous tient à coeur. Ainsi que celui de nos paysannes et paysans.

Votre Label depuis 20 ans IPS_Tierkonfort_210X144_V2.indd 2

13.01.10 16:23

Protection Suisse des Animaux PSA · Dornacherstrasse 101 · CH-4008 Bâle 24 PROTECTION SUISSE DES ANIMAUX PSA Tél. 061 365 99 99 · Fax 061 365 99 90 · sts@tierschutz.com · www.protection-animaux.com

Le confort des animaux  

Brochure "Le confort des animaux - Exemples du terrain"

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you