Page 1


Ex-schizo


Å’dipe La Plume

Ex-schizo Tome VII/VIII


© Œdipe La Plume – 2018 Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays. L’auteur est seul propriétaire des droits et responsable du contenu de ce livre.


ŒDIPE PAULINE Psychologue clinicienne PASCAL Docteur en philosophie et en psychopathologie MATHILDE Chef de service assistante sociale SERVICE D’ACCOMPAGNEMENT À LA VIE SOCIALE DÉSIRÉE Psychiatre psychanalyste Médecin traitant LA JOIE DE VIVRE VISITES DE SITES SEXY Je suis un homme avec une libido normale ! Ce qui signifie que j’aime reluquer les jolies jeunes filles sexy, partout où elles sont : chez moi, dans la rue, le métro, la piscine, la plage, la télévision, le cinéma… et même à La Joie de vivre et au SAVS ! Quand toutes elles me provoquent sexuellement, du fait de leur beauté érotique, j’apprécie d’avoir du désir sexuel pour elles ! C’est évidemment toujours très agréable ! Le problème, alors, c’est que mes envies ne peuvent jamais aboutir… en tous les cas pas tout de suite, et jamais vraiment avec elles… sauf à les fantasmer ! C’est donc toujours un plaisir associé à une souffrance ! Comme je l’ai déjà expliqué par ailleurs, il y a alors ceux qui se contrôlent et ceux qui ne se contrôlent pas ! Mais ce n’est pas mon problème ! J’ai remarqué qu’il me faut tous les jours ma petite dose d’érotisme : 5 à 10 minutes, au grand maximum, de visites de sites sexy, quotidiennes ! Plus, ça ne m’intéresse pas ! Ça ne me fait alors plus aucun effet ! Et heureusement ! Pourtant, n’y a-t-il pas bien des hommes comme des femmes, qui se shootent bel et bien avec ces vidéos érotiques en y passant même toute la journée, et qui même ne s’en sortent jamais ? Je ne suis pas d’accord avec certains usagers du SAVS qui prétendent à propos de ces sites sexy : « C’est dégueulasse, je ne regarde plus ! » Moi, au contraire, je trouve que les jeunes filles y sont jeunes, belles, érotiques, etc. qu’elles ont une anatomie très séduisante (les poils sont toujours rasés), qu’elles font bien l’amour dans les 11


règles de l’art… et même avec le sourire ! Par contre, les messieurs, eux, sont toujours vieux, et leur grosse bite ne m’intéresse pas ! Mais vite, au bout de deux ou trois visions (gratuites) de 4 à 5 minutes, j’en ai marre… et à la place, par exemple, je joue aux échecs contre l’ordinateur ! Je me pose quand même des questions à propos de tous ceux et celles (dont ma femme) qui trouvent que ces sites sexy sont « dégueulasses » et pour certains usagers du SAVS, je me demande : « Sont-ils des eunuques, des homosexuels… est-ce le résultat de leur éducation, voire de leurs médicaments psy ? Quel mal peut-il y avoir à reluquer des jolies jeunes filles sexy ? », etc. ŒDIPE

12


EXTRAIT DU SITE HTTP://SITE.STRASS-SYNDICAT.ORG/ QUAND LE TRAVAIL DU SEXE TIENT COLLOQUE AU SÉNAT ET DÉNONCE LES EFFETS PERVERS DE LA PÉNALISATION DES CLIENTS Alors que la commission spéciale sénatoriale s’apprête à conclure ses travaux sur la proposition de loi Prostitution, les travailleurs Sont du sexe et les associations de santé tenaient colloque jeudi 12 juin au Sénat pour en dénoncer les effets pervers. Il semble encore nécessaire de le rappeler : le travail du sexe n’est pas illégal en France. Pourtant, si la prostitution n’est pas directement pénalisée, tous les moyens de l’exercer le sont : le délit de racolage public institué il y a plus de 10 ans en est le parfait exemple. Or les mesures proposées dans cette proposition de loi entretiennent cette approche répressive. En considérant les personnes uniformément comme des victimes, elles proposent une réponse homogène et essentiellement pénale à un phénomène pluriel, complexe et hétérogène. Elles contribuent ainsi à précariser les personnes qui se prostituent, les condamnant à la clandestinité et les exposant à des risques pour leur santé et leur sécurité. C’est exactement ce qu’ont dénoncé au cours de ce colloque non seulement les travailleurSEs du sexe, mais aussi des sociologues, juristes, chercheurSEs, médecins, psychiatres et associations de santé. PÉNALISATION : LA FAUSSE BONNE IDÉE POUR LUTTER CONTRE LA TRAITE Ainsi, pour Maitre Anne Bouillon, avocate, « les institutions judiciaires et policières ne pourront être des passerelles pertinentes pour la sortie de la prostitution ». Elle dénonçait déjà les « effets catastrophiques du délit de racolage », or pour elle « la pénalisation du client ne fait que déplacer la focale répressive » sans apporter aucune solution à celles et ceux qui souhaitent sortir de la prostitution. Elle prédit « l’effet boomerang de la pénalisation du client ». 13


UNE LOI GUIDÉE PAR UNE MÉCONNAISSANCE MANIFESTE DE L’ACTIVITÉ PROSTITUTIONNELLE Pour Lilian Mathieu, sociologue au CNRS, les partisans de cette loi ont une vision fausse et condescendante du travail du sexe. Il dénonce cette volonté de faire le bien des personnes sans prendre la peine de leur demander leur avis : « les aspects répressifs se coulent toujours dans un discours humaniste ». Les prostituées sont systématiquement perçues comme de « jeunes femmes innocentes, naïves et crédules », poursuit-il, forcément victimes de « traumatismes ». Du fait de cette « dimension psychiatrique », il ne serait pas nécessaire de les consulter. Cette vision surannée conduit aux mesures contre-productives présentées dans ce projet de loi. En effet, en considérant de manière arbitraire que 80 % de la prostitution relève de la traite, le législateur reste sourd aux rapports démontrant l’absence de chiffres fiables et aux observations faites dans les autres pays occidentaux. Car loin de cette vision victimaire, la prostitution – ou plutôt LES prostitutionS, reflètent des réalités multiples. Pour exemple, les travailleurSEs du sexe migrantEs ne sont pas uniformément victimes de la traite. A. Lan, travailleuse du sexe d’origine chinoise et Téodora, ex-travailleuse du sexe d’origine roumaine, ont toujours assumé le choix de cette activité, hors du joug des réseaux. Téodora glisse même lors de son intervention : « Je me suis sentie plus exploitée en travaillant au noir dans un institut qu’à travailler dans la rue. » Mais elle constate sur le terrain les conséquences de la loi, que beaucoup croient déjà en application. Selon ses anciennes collègues, les clients sont plus méfiants, plus rares, plus déterminés et des tentatives d’extorsion commencent déjà à apparaître. L’EXEMPLE SUÉDOIS, OU LA MISE EN SCÈNE DE L’ABOLITION Pye Jakobson, travailleuse du sexe en Suède pendant 26 ans, décrit les réelles conséquences de la pénalisation en Suède. Les clients menacés de sanctions pénales, « refusent désormais de donner toutes informations les concernant ». Ils donnent rendez14


vous aux prostituées dans le métro ou dans des lieux isolés, sans leur dire à l’avance où ils vont les emmener. Autant de risques supplémentaires encourus par les personnes qui se prostituent. Quant aux personnes propriétaires de leur logement qui par souci de sécurité tenteraient de recevoir leurs clients à domicile, elles risquent tout bonnement d’être privées de leur droit de propriété et jetées à la rue. Les personnes prostituées, « présupposées mentalement instables », sont ainsi à la merci du bon vouloir des juges. Cette abolition à la suédoise se traduit en réalité par plus de clandestinité, de risques et de précarité pour les travailleurSEs du sexe. Alors qu’Amnesty International et Human Rights Watch dénoncent l’hypocrisie du système suédois, aucune étude sérieuse n’a été menée par les pouvoirs publics pour en mesurer les effets délétères. La Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH) s’est d’ailleurs récemment prononcée contre la pénalisation du client. Dans un avis rendu le 22 mai 2014, elle salue la proposition d’abrogation du délit de racolage public et « se félicite de l’attention toute particulière portée à la traite des êtres humains dans la proposition de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel ». Mais bien qu’elle adhère aux mesures d’accompagnement administratif et social des personnes en situation de prostitution, la CNCDH rappelle que ces mesures doivent s’inscrire dans une politique plus globale qui ne doit pas se limiter qu’à un parcours de sortie de la prostitution. Nous, associations de santé et de travailleur(se)s du sexe, dénonçons cette proposition de loi contraire à la santé et à la dignité des personnes. Nous appelons les parlementaires à abroger urgemment le délit de racolage public, et à refuser la pénalisation des clients. Nous demandons une véritable politique de lutte contre le travail forcé, la servitude, l’esclavage et la traite, et une réelle prise en compte de la parole et des besoins des personnes concernées. C’est en écoutant les besoins des personnes qui se prostituent que nous parviendrons à sortir d’une vision erronée de la prostitution et à leur apporter des solutions concrètes et durables. […] 15


MANIFESTE CONTRE LA PÉNALISATION DES PROSTITUÉES ET DE LEURS CLIENTS Quelles que soient nos opinions sur la prostitution, nos organisations sont unanimes pour affirmer que les prostituées ne doivent pas être pénalisées. Pour cela, le délit de racolage public doit être abrogé au plus vite et sans conditions. Nous sommes également unanimes à considérer que la pénalisation des clients ne fera pas disparaitre la prostitution, mais accentuera la précarisation des prostituées en les forçant à davantage de clandestinité, et en les éloignant des associations de soutien et de santé communautaire, et des structures de soins, de dépistage et de prévention. Isolées les unes des autres, les prostituées seront davantage exposé-es à des risques de violences, d’exploitation, et à des contaminations au VIH sida et IST. Cette mesure va renforcer le statut d’inadapté-e social-e des prostituées, statut stigmatisant qui doit être supprimé. Considérer que les prostitué-es doivent être traité-es comme des mineur-es sans capacité d’exprimer leur consentement, les place dans une catégorie de citoyennes à part, favorise le stigma et les pratiques de discriminations. Au contraire, nous voulons qu’elles et ils soient protégés par le droit commun. Nous, organisations signataires de ce manifeste, demandons l’abrogation immédiate du délit de racolage public et nous opposons à toute pénalisation des clients des prostitué-es, sous quelque forme qu’elle soit. PROSTITUTION : LA COMMISSION NATIONALE CONSULTATIVE DES DROITS DE L’HOMME SE PRONONCE CONTRE LA PÉNALISATION DES CLIENTS Communiqué – 28 mai 2014 Hier, la CNCDH a rendu public son avis sur la proposition de loi contre le système prostitutionnel. Nous accueillons favorablement cet avis puisqu’il se prononce très clairement contre le délit de racolage public et contre la pénalisation des clients des 16


prostituées, dont nous avons constamment rappelé les conséquences néfastes sur leur santé et leur précarisation. Concernant la pénalisation des clients, la CNCDH fait valoir que celle-ci « relèguerait les personnes prostituées vers des lieux plus reculés et donc plus dangereux ». Le pouvoir de « négociation » avec les clients et de choix du client seraient diminués ; les acteurs médico-sociaux auraient plus de difficultés à accéder aux personnes ». Une telle disposition, si elle était appliquée, « induirait donc des stratégies de contournement qui ne seraient pas sans grave incidence sur la santé et les droits des personnes prostituées », poursuit la Commission. Concernant le délit de racolage public, mis en place en 2003 et dont nous rappelons qu’il n’a toujours pas été abrogé, la Commission ne mâche pas ses mots : « cette tendance à “l’invisibilité”, ou à la moindre visibilité, de la prostitution a contribué à la dégradation de l’état de santé des personnes prostituées et des conditions d’exercice de leur activité. Elle a accru la relégation et l’isolement des personnes prostituées en raison de la clandestinité qu’elle a induite, et les a rendues plus vulnérables face aux violences. » La Commission pointe par ailleurs « le retard pris par la France dans l’accompagnement et le suivi des personnes prostituées afin de leur assurer l’accès effectif aux droits », et regrette que la proposition de loi discutée en ce moment au Parlement « ne contienne pas plus de dispositions garantissant aux personnes prostituées des droits identiques à ceux du reste de la population. » Nos organisations saluent les recommandations de la CNCDH en faveur de l’application du droit commun et contre des dispositifs spécifiques à la prostitution. Il est en effet essentiel de distinguer, comme le fait la CNCDH, la prostitution de la traite des êtres humains, et de prendre en compte la question de l’exploitation et du travail forcé dans l’ensemble des secteurs économiques concernés, et non uniquement comme prétexte afin de pénaliser le travail sexuel. « La CNCDH insiste, dans un souci de cohérence, sur la nécessité d’étendre ces mesures à toute forme 17


d’exploitation, domestique, économique, et non uniquement sexuelle. » Nous encourageons vivement les parlementaires à prendre en compte cet avis dans leur réflexion et à rejeter eux et elles aussi, la pénalisation des clients et le délit de racolage public. […] Œdipe LA PLUME

18


« ÇA NE SERT À RIEN QUE TU CROISES LE FER AVEC CES PSYS QUI SE REGARDENT LE NOMBRIL ! »* (AVIS DE L’ANCIEN PRÉSIDENT DU GROUPE INFORMATION ASILES – LOUIS VERTU – À LA SUITE DE MES COMMENTAIRES CENSURÉS SUR LE FORUM DU COLLECTIF DES 39) […] « Le Collectif des 39 n’a toujours pas renoncé à son opposition à toute judiciarisation des hospitalisations psychiatriques sous contrainte. Les dirigeants d'ADVOCACY, du CRPA, de l'HUMAPSY et du PCF n'ont toujours pas informé leurs adhérents que leur partenaire pratiquait la censure des commentaires des victimes d'abus sur son forum. Pourquoi cette compromission avec cet abuseur et cette tromperie à l'égard des adhérents ? Sur ce blog vous trouverez des extraits de mon livre Ma schizophrénie racontée..., des commentaires que m’a censurés (mais je ne suis pas le seul bien sûr à ce sujet) sur son forum le Collectif des 39, et un communiqué du GIA en rapport avec le problème des abus psychiatriques pour lesquels la France est toujours le pays d’Europe le plus condamné sur cette question. » […] ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

19


MENSONGES PCF SUR LA PROSTITUTION* Le plus vieux métier du monde ne sera-t-il pas un bien toujours nécessaire même sous le communisme ? Pour l'Humanité les prostituées sont des victimes et les clients des criminels. Pour le Syndicat du Travail Sexuel la prostitution est un bien qui sera toujours nécessaire. Les malades, handicapés, timides, névrosés, obsédés, schizos, solitaires, anormaux, bloqués, pauvres types, etc. peuvent-ils être satisfaits autrement qu'avec ces femmes ? Payer une pute n'est-ce pas pour ceux-ci comme payer un médecin, une infirmière, une psychologue, etc. ? Où est la violence dans ce rapport humain comme le prétend l'Humanité ? Sur ce blog vous trouverez des extraits de mon livre Ma schizophrénie racontée... et des commentaires que m'a censurés (mais je ne suis pas le seul bien sûr à ce sujet) sur son forum l’Humanité en rapport avec la prostitution et ses clients. Pourquoi le PCF voit dans l'argent de la violence alors que Freud y voit de l'amour ? Parce qu'il affabule délibérément pour se refaire une virginité face à son déclin historique en espérant ainsi piper les voix des électrices naïves ! Son journal l’Humanité n’écrit-il pas actuellement que : “Les clients de prostituées sont des criminels !” comme il écrivait autrefois à propos de la contraception : “Les bourgeoises sont des vicieuses !” ou à propos de la révolution ouvrière hongroise : “Budapest est un complot fasciste !”, etc. ? Autrement dit il persiste et signe dans ses mensonges et son hypocrisie mais aussi entérine son déclin irrémédiable voire fatal pour lequel il est incapable de faire son autocritique véritable ! ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

20


« LES FÉMINISTES MENTENT-ELLES DÉLIBÉRÉMENT OU SONT-ELLES DES MYTHOMANES ? »* […] « Le viol n'a rien à voir avec une domination historique des hommes sur les femmes mais est en rapport avec une structure mentale perverse acquise lors de la petite enfance. Envoyer en prison des malades psy qui n'y seront pas soignés et récidiveront à quoi ça sert ? Dire que les femmes ne font pas d'effet sexy sur les violeurs et que le rapport sexuel n'est pour eux que secondaire et n'a que pour but d’humilier celles-ci n’est qu'un mensonge et celui-ci une aubaine pour les féministes. Sur ce blog vous trouverez des extraits de mon livre Ma schizophrénie racontée... en rapport avec les mensonges féministes sur le viol. » […] ŒDIPE *extrait de l’un des anciens blogs

21


« ÉCRIRE EST UN SIGNE DE DÉSÉQUILIBRE VOTRE MARI A BESOIN D'ÊTRE PROTÉGÉ ! »* Avis du médecin chef de l'Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris à ma femme par téléphone sans ne m’avoir jamais vu ni jamais examiné suite à un signalement pour “désordre, dangerosité, délire mais sans persécuteur”, etc. fait par un professeur en psychiatrie sans m’avoir jamais vu ni jamais examiné. Ce diagnostic de 2008 ne s'est jamais révélé juste jusqu'a toujours actuellement en 2014. Sur ce blog vous trouverez des extraits de mon livre Ma schizophrénie racontée… en rapport avec cette affaire. Celle-ci est suspendue pour l'instant en attendant, d'une part que je puisse me payer un jour un avocat spécialisé dans le droit médical (il faut notamment vérifier le délai de prescription dans le cas entre autres d'une plainte au pénal par exemple pour “abus de faiblesse sur personne vulnérable”, etc., mais par contre il n'y a pas de délai de prescription quelle que soit la plainte à l'Ordre des médecins comme indiqué sur son site), d'autre part que ma femme ne soit plus traumatisée (elle a des crises de panique au cours desquelles elle voit la police se présentant à notre domicile pour m'emmener manu militari à l'hôpital psychiatrique pour le restant de mes jours). ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

22


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR ASSISTANAT SEXUEL ET PROSTITUTION EXISTERONT SOUS LE COMMUNISME (SI ON Y ARRIVE) ! En France l'assistanat sexuel est considéré comme de la prostitution et le psy qui recommanderait un(e) assistant(e) sexuel(le) ou même un(e) escort girl ou un escort boy à l'un(e) de ses client(e)s serait alors considéré soit comme proxénète soit comme complice de proxénète. Les pays où les assistant(e)s sexuel(les) et les escorts girls ou escorts boys sont recommandé(e)s légalement aux handicapé(e)s par les psys sont actuellement à ma connaissance les suivants : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, la Hollande, Israël, les USA (me semble-t-il) et peut-être d’autres pays encore car je n’ai pas trouvé de liste exhaustive à ce sujet sur Internet pour le monde entier. Les deux principaux pays pionniers à ce sujet en Europe sont la Suisse et la Hollande : les assistant(e)s sexuel(le)s doivent suivre une formation et doivent ensuite exercer dans les milieux paramédicaux, sociaux et médico-sociaux. Les prestations sont entièrement remboursées par la Sécurité Sociale en Hollande mais en revanche ne le sont pas du tout en Suisse (tarif de 100 à 150 € la prestation) ; mais les psys de ces deux pays peuvent aussi recommander légalement des escorts girls ou des escorts boys même sans formation : le tarif est celui d'une prestation trouvée sur Internet et n’est pas remboursée. Aux USA les célèbres sexologues Master et Johnson (divorcés sur leurs vieux jours) recommandaient eux les rapports sexuels avec des psychologues femmes (en réalité de jeunes prostituées sexy) pour soigner les impuissants. Ils étaient tous toujours guéris par celles-ci. Mais dès qu'ils retournaient auprès de leurs épouses légitimes c'était à nouveau toujours le fiasco complet pour celles-ci à ce sujet. Prenons l’exemple de la schizophrénie : avant leur première crise psychotique les malades souffrent souvent – à l’insu de leur 23


entourage et même de leurs parents quand ils vivent toujours chez eux – déjà de névrose obsessionnelle grave se traduisant par un blocage sexuel et affectif dans leurs relations avec le sexe opposé. En ce sens la schizophrénie n’est pas une maladie psy ayant pour cause des anomalies génétiques mais ayant à voir avec l’éducation (forclusion du "Sein-de-la-Mère" et forclusion du "Nom-du-Père") dans la toute petite enfance. Ils (elles) ne peuvent pratiquer que la sexualité du solitaire (masturbation) et/ou que la sexualité payante (prostitution) si toutefois leurs médicaments psy le leur permettent (impuissance, frigidité). 3 % seulement des schizophrènes sont mariés et 1 % seulement ont des enfants. Pour eux (elles) les prestations sexuelles de la part d’assistant(e)s sexuel(le)s remboursées par la Sécurité Sociale aussi en France seraient, à mon avis, enfin les bienvenues, ne seraitce que parce que leur grave blocage psychologique ne leur permet justement pas d’avoir des rapports sexuels avec des gens dits "normaux" de leur entourage. Elles leur permettraient d’avoir un minimum de vie sexuelle satisfaisante, de renoncer aux tentatives de suicide, de trouver enfin un équilibre psychologique, d’aboutir soit à une rémission importante de leur maladie, soit même pour certain(e)s à la guérison complète de celleci. Mais qui pense sérieusement à leur bonheur véritable ? Le plus vieux métier du monde, à mon avis, existera toujours, même sous le communisme (si on y arrive), tout simplement parce qu’il est un bien nécessaire pour des millions voire des milliards d’insatisfaits dont notamment les handicapé(e)s ! Il y en aura toujours même sous le communisme ! Sous celui-ci (si on y arrive), du fait d’une éducation toujours différente en quelque chose pour chacun, il y aura toujours des différences psychologiques malgré tout entre tous (toutes) dans le domaine de la sexualité, de l’amour, du bonheur... Certain(e)s connaîtrons alors l’amour judéo-chrétien dans la fidélité réciproque à vie comme les gens dits "normaux" le connaissent déjà actuellement mais bien d’autres ne connaîtront alors jamais ni les relations sexuelles ni les relations sentimentales comme par exemple beaucoup de malades psychiatriques ne les connaissent toujours pas déjà actuellement. Ce sont ces pauvres types ou ces pauvres femmes handicapé(e)s que même par exemple Lutte Ouvrière désire voir punir par la loi car pour celui-ci entre autres se servir de l’argent pour faire l’amour ce serait soi-disant alors un acte 24


criminel. Contrairement à ce que s’imagine par exemple LO la disparition de l’oppression sociale (si on arrive un jour au communisme) si elle fera sans doute disparaître le malheur matériel (crises économiques, guerres, famines, etc.) ne fera en rien du tout disparaître le malheur psychologique résultant des maladies psychiatriques ! Ont-elles à voir avec l’exploitation de l’homme par l’homme ? Celles-ci ont, à mon avis, pour cause entre autres "la répression des pulsions sexuelles" par les parents dans la petite enfance sur laquelle "la civilisation s’est bâtie" (si toutefois j’ai bien compris Freud à ce sujet). Or cette "répression des pulsions sexuelles" par les parents dans la petite enfance existera toujours quelle que soit la disparition de l’oppression sociale sous le communisme (si on y arrive) … Il en résulte actuellement et il en résultera toujours qu’il n’y a pas et qu’il n’y aura jamais d’éducation parfaite dans la petite enfance et donc qu’il y a actuellement et qu’il y aura toujours des maladies mentales à l’âge adulte. Or toutes ces gens qui souffriront même sous le communisme (si on y arrive) de toutes sortes de ces maladies psychiatriques telles que nous les connaissons déjà actuellement caractérisées par une impossibilité à avoir notamment des relations sexuelles et sentimentales avec des gens dits "normaux" de leur entourage, pour se soulager de leurs insatisfactions ou de leurs souffrances sexuelles n’auront-ils pas eux (elles) aussi alors recours aux prestations des assistant(e)s sexuel(le)s et des prostitué(e)s qui leur seront proposées pour leur bien-être voire pour l’avenir de leur santé psychologique ? Mais y aura-t-il sous le communisme (si on y arrive) alors bien des candidat(e)s aux professions d’assistant(e)s sexuel(le)s et de prostitué(e)s ? professions pour lesquelles par exemple LO entre autres désire en interdire l’exercice grâce notamment à la punition des clients éventuels à la suite de la loi ? N’y a-t-il pas déjà bien des femmes même communistes – Internet leur permettant des relations sexuelles toujours plus faciles surtout si elles sont jeunes, sexy, sympathiques, etc. – qui ne veulent pas ou plus du tout du bonheur communiste sous sa forme judéo-chrétienne d’autrefois : l’amour monogamique dans le cadre de la fidélité réciproque à vie ? Et d’après ma nouvelle psy actuelle le mariage n’a-t-il pas été inventé que pour se protéger avant tout des maladies vénériennes ? Bien de ces femmes mêmes communistes ne préfèrentelles pas déjà notamment grâce à Internet les rapports sexuels multiples et faciles exactement comme en ont déjà aussi 25


actuellement par exemple les prostituées ? Ne leur vient-il pas alors de rajouter au plaisir des relations sexuelles multiples et faciles le plaisir de gagner de l’argent ou leur vie facilement aussi à la façon des prostituées ? Et ne sont-elles pas avec bien d’autres, toujours de plus en plus nombreuses à se comporter ainsi sexuellement et financièrement ? Il ne faut pas croire que le communisme (si on y arrive) ce sera alors le même amour monogamique parfait et idéal dans le cadre de la fidélité réciproque à vie pour tout le monde comme le revendiquent par exemple les dirigeant(e)s actuel(le)s du PCF (si toutefois je les ai bien compris(es) à la suite de leurs articles dans l'Humanité ou suite à leur passage à la télévision réclamant la pénalisation des client(e)s de prostitué(e)s). Je crois à la fin possible voire probable de l’oppression sociale caractérisée par l’exploitation de l’homme par l’homme (et d’où résultent les crises économiques, les guerres, les famines, etc.). Mais l’exploitation de l’homme par l’homme c’est une chose et la répression des pulsions sexuelles dans la petite enfance par les parents c’en est une autre. Il ne faut pas tout mélanger ! Pour paraphraser Trotski qui a dit : "le marxisme c’est ce qui manque à la psychanalyse" j’ajouterai : "La psychanalyse c’est ce qui manque à Lutte Ouvrière" ! Et que penser de cette phrase de Freud valable à mon avis aussi pour les schizophrènes : "être guéri c’est être capable d’aimer et de travailler" ? Mais encore de cette réflexion d’un ancien responsable du secteur culture du comité central du PCF (j’ai oublié son nom mais il avait écrit alors le fameux livre : "La faucille, le marteau et le divan") ayant donné sa démission de celui-ci (vers 1982) après de très longues années de dévouement à son parti : "Le PCF est une religion car il est le prophète annonçant l’arrivée du bonheur !" ? ŒDIPE

26


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR PROSTITUTION : REMERCIEMENTS En France l'assistanat sexuel est considéré comme de la prostitution et le psy qui recommanderait un(e) assistant(e) sexuel(le) ou même un(e) escort girl ou un escort boy à l'un(e) de ses client(e)s serait alors considéré soit comme proxénète soit comme complice de proxénète. Les pays où les assistant(e)s sexuel(les) et les escorts girls ou escorts boys sont recommandé(e)s légalement aux handicapé(e)s par les psys sont actuellement à ma connaissance les suivants : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, la Hollande, Israël, les USA (me semble-t-il) et peut-être d’autres pays encore car je n’ai pas trouvé de liste exhaustive à ce sujet sur Internet pour le monde entier. Les deux principaux pays pionniers à ce sujet en Europe sont la Suisse et la Hollande : les assistant(e)s sexuel(le)s doivent suivre une formation et doivent ensuite exercer dans les milieux paramédicaux, sociaux et médico-sociaux. Les prestations sont entièrement remboursées par la Sécurité Sociale en Hollande mais en revanche ne le sont pas du tout en Suisse (tarif de 100 à 150 € la prestation) ; mais les psys de ces deux pays peuvent aussi recommander légalement des escorts girls ou des escorts boys même sans formation : le tarif est celui d'une prestation trouvée sur Internet et n’est pas remboursée. Aux USA les célèbres sexologues Master et Johnson (divorcés sur leurs vieux jours) recommandaient eux les rapports sexuels avec des psychologues femmes (en réalité de jeunes prostituées sexy) pour soigner les impuissants. Ils étaient tous toujours guéris par celles-ci. Mais dès qu'ils retournaient auprès de leurs épouses légitimes c'était à nouveau toujours le fiasco complet pour celles-ci à ce sujet. Prenons l’exemple de la schizophrénie : avant leur première crise psychotique les malades souffrent souvent – à l’insu de leur entourage et même de leurs parents quand ils vivent toujours 27


chez eux – déjà de névrose obsessionnelle grave se traduisant par un blocage sexuel et affectif dans leurs relations avec le sexe opposé. En ce sens la schizophrénie n’est pas une maladie psy ayant pour cause des anomalies génétiques mais ayant à voir avec l’éducation (forclusion du "Sein-de-la-Mère" et forclusion du "Nom-du-Père") dans la toute petite enfance. Ils (elles) ne peuvent pratiquer que la sexualité du solitaire (masturbation) et/ou que la sexualité payante (prostitution) si toutefois leurs médicaments psy le leur permettent (impuissance, frigidité). 3 % seulement des schizophrènes sont mariés et 1 % seulement ont des enfants. Pour eux (elles) les prestations sexuelles de la part d’assistant(e)s sexuel(le)s remboursées par la Sécurité Sociale aussi en France seraient, à mon avis, enfin les bienvenues, ne seraitce que parce que leur grave blocage psychologique ne leur permet justement pas d’avoir des rapports sexuels avec des gens dits "normaux" de leur entourage. Elles leur permettraient d’avoir un minimum de vie sexuelle satisfaisante, de renoncer aux tentatives de suicide, de trouver enfin un équilibre psychologique, d’aboutir soit à une rémission importante de leur maladie, soit même pour certain(e)s à la guérison complète de celleci. Mais qui pense sérieusement à leur bonheur véritable ? Le plus vieux métier du monde, à mon avis, existera toujours, même sous le communisme (si on y arrive), tout simplement parce qu’il est un bien nécessaire pour des millions voire des milliards d’insatisfaits dont notamment les handicapé(e)s ! Il y en aura toujours même sous le communisme ! Sous celui-ci (si on y arrive), du fait d’une éducation toujours différente en quelque chose pour chacun, il y aura toujours des différences psychologiques malgré tout entre tous (toutes) dans le domaine de la sexualité, de l’amour, du bonheur... Certain(e)s connaîtrons alors l’amour judéo-chrétien dans la fidélité réciproque à vie comme les gens dits "normaux" le connaissent déjà actuellement mais bien d’autres ne connaîtront alors jamais ni les relations sexuelles ni les relations sentimentales comme par exemple beaucoup de malades psychiatriques ne les connaissent toujours pas déjà actuellement. Ce sont ces pauvres types ou ces pauvres femmes handicapé(e)s que même par exemple Lutte Ouvrière désire voir punir par la loi car pour celui-ci entre autres se servir de l’argent pour faire l’amour ce serait soi-disant alors un acte criminel. Contrairement à ce que s’imagine par exemple LO la 28


disparition de l’oppression sociale (si on arrive un jour au communisme) si elle fera sans doute disparaître le malheur matériel (crises économiques, guerres, famines, etc.) ne fera en rien du tout disparaître le malheur psychologique résultant des maladies psychiatriques ! Ont-elles à voir avec l’exploitation de l’homme par l’homme ? Celles-ci ont, à mon avis, pour cause entre autres "la répression des pulsions sexuelles" par les parents dans la petite enfance sur laquelle "la civilisation s’est bâtie" (si toutefois j’ai bien compris Freud à ce sujet). Or cette "répression des pulsions sexuelles" par les parents dans la petite enfance existera toujours quelle que soit la disparition de l’oppression sociale sous le communisme (si on y arrive) … Il en résulte actuellement et il en résultera toujours qu’il n’y a pas et qu’il n’y aura jamais d’éducation parfaite dans la petite enfance et donc qu’il y a actuellement et qu’il y aura toujours des maladies mentales à l’âge adulte. Or toutes ces gens qui souffriront même sous le communisme (si on y arrive) de toutes sortes de ces maladies psychiatriques telles que nous les connaissons déjà actuellement caractérisées par une impossibilité à avoir notamment des relations sexuelles et sentimentales avec des gens dits "normaux" de leur entourage, pour se soulager de leurs insatisfactions ou de leurs souffrances sexuelles n’auront-ils pas eux (elles) aussi alors recours aux prestations des assistant(e)s sexuel(le)s et des prostitué(e)s qui leur seront proposées pour leur bien-être voire pour l’avenir de leur santé psychologique ? Mais y aura-t-il sous le communisme (si on y arrive) alors bien des candidat(e)s aux professions d’assistant(e)s sexuel(le)s et de prostitué(e)s ? professions pour lesquelles par exemple LO entre autres désire en interdire l’exercice grâce notamment à la punition des clients éventuels à la suite de la loi ? N’y a-t-il pas déjà bien des femmes même communistes – Internet leur permettant des relations sexuelles toujours plus faciles surtout si elles sont jeunes, sexy, sympathiques, etc. – qui ne veulent pas ou plus du tout du bonheur communiste sous sa forme judéo-chrétienne d’autrefois : l’amour monogamique dans le cadre de la fidélité réciproque à vie ? Et d’après ma nouvelle psy actuelle le mariage n’a-t-il pas été inventé que pour se protéger avant tout des maladies vénériennes ? Bien de ces femmes mêmes communistes ne préfèrentelles pas déjà notamment grâce à Internet les rapports sexuels multiples et faciles exactement comme en ont déjà aussi actuellement par exemple les prostituées ? Ne leur vient-il pas alors de 29


rajouter au plaisir des relations sexuelles multiples et faciles le plaisir de gagner de l’argent ou leur vie facilement aussi à la façon des prostituées ? Et ne sont-elles pas avec bien d’autres, toujours de plus en plus nombreuses à se comporter ainsi sexuellement et financièrement ? Il ne faut pas croire que le communisme (si on y arrive) ce sera alors le même amour monogamique parfait et idéal dans le cadre de la fidélité réciproque à vie pour tout le monde comme le revendiquent par exemple les dirigeant(e)s actuel(le)s du PCF (si toutefois je les ai bien compris(es) à la suite de leurs articles dans l'Humanité ou suite à leur passage à la télévision réclamant la pénalisation des client(e)s de prostitué(e)s). Je crois à la fin possible voire probable de l’oppression sociale caractérisée par l’exploitation de l’homme par l’homme (et d’où résultent les crises économiques, les guerres, les famines, etc.). Mais l’exploitation de l’homme par l’homme c’est une chose et la répression des pulsions sexuelles dans la petite enfance par les parents c’en est une autre. Il ne faut pas tout mélanger ! Pour paraphraser Trotski qui a dit : "le marxisme c’est ce qui manque à la psychanalyse" j’ajouterai : "La psychanalyse c’est ce qui manque à Lutte Ouvrière" ! Et que penser de cette phrase de Freud valable à mon avis aussi pour les schizophrènes : "être guéri c’est être capable d’aimer et de travailler" ? Mais encore de cette réflexion d’un ancien responsable du secteur culture du comité central du PCF (j’ai oublié son nom mais il avait écrit alors le fameux livre : "La faucille, le marteau et le divan") ayant donné sa démission de celui-ci (vers 1982) après de très longues années de dévouement à son parti : "Le PCF est une religion car il est le prophète annonçant l’arrivée du bonheur !" ? ŒDIPE

30


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE : « LE PROBLÈME AVEC LE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL APPLIQUÉ À LA SCHIZOPHRÉNIE » Un schizophrène sur deux d’après le site du Dr Alain Bottéro (La question de la guérison des schizophrénies) ou deux sur dix d’après le site du Pr Camille Lampion (Solidarité-réhabilitation) guérissent. C’est beaucoup pour une maladie qui passe pour être avant tout chronique. Le problème dans cette histoire de la guérison des schizophrénies, à mon avis, c’est celui-ci : que faut-il entendre par le mot guérison ? Est-ce l’arrêt des médicaments psy sans jamais de rechute ? Mais ne peut-on pas être porteur de la schizophrénie même si l’on ne présente jamais aucun symptôme de celle-ci après l’arrêt des médicaments psy ? Pour que les crises se manifestent il faut, à mon avis, un problème psychologique à l’âge adulte qui provoque une déstructuration de la personnalité du fait de l’existence d’une structure psychotique acquise lors de la petite enfance chez le malade. Je ne crois pas à l’explication par les anomalies génétiques car bien des schizophrènes ne sont pas porteur de celles-ci et bien des gens qui les portent effectivement ne seront jamais schizophrènes ! Les médicaments psy ne font que suspendre la maladie et tous ceux qui se considèrent guéris de celle-ci déclarent toujours qu’en réalité s’ils ont pu se passer un jour de ceux-ci ce n’est en réalité que grâce à des facteurs humains (une rencontre amoureuse par exemple). Si la schizophrénie a des causes psychologiques dans la petite enfance la guérison de celle-ci ne peut être que des causes psychologiques à l’âge adulte ! De toute façon, d’une part aucun laboratoire ne vous dira qu’on peut guérir de la schizophrénie sans jamais de rechute ne serait-ce que parce que cela leur permet ainsi de gagner toujours plus de fric, d’autre part aucun psy (sauf exception rarissime) ne vous dira un jour que vous êtres guéri de la schizophrénie : car comment prouver que suite même à une évolution positive de la personnalité du malade l’élément déclenchant la crise ne provoquera pas à nouveau

31


celle-ci ? Il n’y a pas de recette pour guérir de la schizophrénie même si ceux qui en guérissent sont nombreux ! ŒDIPE

32


COMMENTAIRE DÉPOSࣽÉ SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE : « CE QUE DIT CE BLOG » Pour des propos un peu similaires en quelque chose aux vôtres adressés à un directeur d’hôpital pour ma part son professeur en psychiatrie m’a alors signalé comme « désordonné, délirant, dangereux, mais sans persécuteur… », Etc. à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris sans ne m’avoir jamais vu ni jamais examiné. Quant au médecin chef de celle-ci il a dit exactement ceci par téléphone à ma femme : « Écrire est un signe de déséquilibre votre mari a besoin d’être protégé ! » sans ne m’avoir jamais vu ni jamais examiné non plus. Ces diagnostics faits en 2008 ne se sont toujours jamais révélés justes jusqu’à toujours actuellement en 2014 ! Je fais partie de la classe moyenne proche des SMICARDS et suis loin de la gauche CAVIAR si bien que je n’ai jamais eu les moyens de pouvoir me payer un avocat pour porter plainte au pénal contre mes abuseurs ! Et maintenant il y a peut-être prescription pour cette affaire ! Quant à l’Ordre des médecins il ne m’a jamais répondu à aucun de mes courriers même envoyés par lettre recommandée avec accusé de réception, par fax ou par Internet… Toute vérité n’est pas bonne à dire… mais je me bats malgré tout grâce à mon livre… ŒDIPE

33


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LES POLITICARDS PUTOPHOBES SONT-ILS DES EXPERTS CRÉDIBLES EN PROSTITUTION ? Sur www.mediapart.fr les putophobes qui s’y expriment me parais-sent trop nombreux alors que les prostituées elles-mêmes et/ou leurs clients eux-mêmes qui s’y expriment elles et eux aussi ne me paraissent que pas assez nombreux ! Alors que les sondages d’opinions révèlent que la grande majorité des Françaises et des Français sont toujours soit pour le maintien de leur modèle prostitutionnel traditionnel tel qu’il existe toujours actuellement soit pour le maintien de celui-ci mais avec des améliorations telles qu’elles existent depuis maintenant longtemps dans certains de nos pays voisins. Ces putophobes refusent toute discussion avec les prostituées et/ou avec leurs clients, veulent décider seuls de la vie de celles-ci et de ceux-ci, et bien sûr parlent à leur place et affabulent à leur sujet. C’est pourquoi ancien client PCF de jeunes prostituées sexy (actuellement je me considère enfin guéri de ma schizophrénie paranoïde et me déclare enfin parfaitement heureux même si mon mariage n’est toujours pas consommé depuis maintenant plus de 41 ans : il s’agit d’un record du monde pour les raisons déjà expliquées dans mon livre) j’ai eu l’idée du présent billet pour porter une nouvelle contradiction à ces putophobes avec les arguments de celles-ci. Je ne parle pas à leur place et n’affabule pas à mon tour à leur sujet comme le font ceux-ci même si je soutiens toujours ardemment celles-ci dans l’exercice de leur charmante profession ! Je ne fais que reproduire certains de leurs avis que j’ai trouvés sur certains de leurs sites et qu’à mon avis beaucoup de lecteurs de www.mediapart.fr n’ont jamais eu connaissance s’ils ne lisent toujours que celui-ci. J’y ajoute les avis (en résumé) de mon ancien neuropsychiatre psychothérapeute de 1965 à 1973, de ma nouvelle psychiatre actuelle depuis 2013, de moi-même personnellement (en résumé), et en P.-S. pour rappel l’avis de la philosophe Élisabeth Badinter (il s’agit d’une interview de celle-ci par une journaliste du Monde) sur ce sujet très chaud de la prostitution. 34


EXTRAIT DU SITE WWW.LALTIPLANO.FR/FIERES-DETRE-PUTES.PDF Non, nous n’avons pas de proxénètes. Non, nous n’avons pas été violées dans notre enfance, ni par la suite. Non, nous ne sommes pas toxicomanes. Non, nous n’avons jamais été forcées de nous prostituer. Non, nous n’avons pas d’angoisse post-traumatique. Non, nous ne sommes pas malheureuses. Oui, nous avons une vie sentimentale. Oui, nous avons des amies et des amants. Oui, nous sommes engagées dans la lutte contre les discriminations. Oui, nous exerçons un métier stigmatisé. Oui, nous avons choisi ce métier. Oui, nous voulons les mêmes droits que tous les citoyens de ce pays. EXTRAIT DU SITE HTTP://SITE.STRASS-SYNDICAT.ORG Se prostituer n'est peut-être pas une source d’épanouissement total Non en effet. Le travail sexuel est un travail. Il ne s’exerce pas, la plupart du temps, “juste par plaisir”, ni n’est “une source d’épanouissement total”. Mais en quoi le travail en tant que tel, qu’il soit sexuel ou non, serait-il une source d’épanouissement total ? Il n’y a que contre le travail sexuel qu’on exige des travailleurSEs de prendre du plaisir dans leur travail et de s’y 35


épanouir totalement. Pour nous, le débat devrait se concentrer sur nos conditions de travail, avant de nous expliquer que notre travail serait mal et qu’il ne faudrait pas l’exercer. Nous exigeons que l’on respecte les décisions que nous avons prises dans notre vie d’exercer ce travail plutôt qu’un autre (ou en plus d’un autre), que ces décisions soient jugées mauvaises ou non, ce sont les nôtres. Comparaison avec esclavage Le travail consenti est différent du travail forcé. Quand bien même ce travail est sexuel, nous avons encore la capacité d’exprimer notre consentement et de savoir quand nous sommes des esclaves ou non. Consentement de la personne non nécessaire quand la dignité humaine est en jeu Nous aimerions que notre dignité humaine soit considérée par nous-mêmes et comme le résultat de nos propres décisions et non un concept imposé par qui que ce soit pour nous dire ce que nous devons faire ou pas de notre corps. Est-ce qu’au nom de la liberté on peut admettre que vous scindiez complètement votre personne ? Cette question porte un jugement moral sur ce qu’est notre personne. Nous ne pensons pas que l’activité sexuelle, même sous forme de travail, scinde une personne. Cette considération est insultante. Vous faites de votre corps un objet ! À moins de considérer que tout travail fasse de toutE travailleurSE un objet, nous refusons d’être considéréEs de cette façon. Nous ne sommes pas des objets. Nous sommes des travailleurs et travailleuses. Nous sommes capables d’intelligence et de prendre des décisions d’adultes, même quand ces décisions sont difficiles à prendre. Est-ce qu’un sujet peut être coupé en petits morceaux, votre corps est une machine, est un objet qui vous est extérieur. 36


Encore des considérations insultantes sur nous-mêmes et notre corps que nous refusons. Ça détruit leur estime d’elles-mêmes ! Ce qui détruit notre estime, c’est surtout le stigma, les discours et représentations méprisantes, véhiculées contre nous, pas l’exercice de notre travail en tant que tel. Nous continuerons à lutter pour refuser la honte qu’on veut nous imposer. Il n’y a rien de honteux à être travailleurSE du sexe. C’est en cela, au contraire, que nous revendiquons notre fierté et que nous nous réapproprions les insultes contre nous. Nous sommes fières d’être putes. Si vous aviez eu une autre solution ? Encore une fois, cette question n’est pas posée aux autres travailleurs pour leur dire qu’ils feraient mieux de faire autre chose. Évidemment, n’importe quel travailleur à qui on proposerait ”une autre solution”, sous-entendu meilleure que le travail qu’il exerce actuellement, dirait qu’il préférerait cette autre solution. C’est une question tronquée qui a pour effet de nier notre capacité à prendre des décisions en tant qu’adultes. Pourquoi être contre la pénalisation des clients ? Les besoins des hommes ou le viol des chèvres ? Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles la pénalisation des clients est un projet dangereux pour tous les travailleurs et travailleuses du sexe, que ce soit en matière de santé, de sécurité, de baisse des revenus, de clandestinité accrue ou de stigma. Mais non, la réponse apportée fut celle des besoins sexuels des clients, et du risque de viol si nous ne sommes pas là. Nous considérons cet argument comme mauvais, car nous ne sommes pas là pour empêcher les viols. Le viol est une question de domination, de violences et de pouvoir. Nous vendons le plaisir, de la sexualité entre adultes consentants. Nous ne sommes pas des substituts au viol. Les hommes peuvent toujours se masturber quand ils ne trouvent pas de partenaires sexuelLEs consentantEs, prostituéEs ou non. Nos clients ne sont pas des violeurs, car ils 37


respectent nos conditions et notre consentement. Un homme qui ne les respecterait pas n’est pas/plus un client, tout comme un braqueur de banque n’est pas un client de cette banque. Les prostituées, un mal nécessaire ? Nous ne sommes pas un mal nécessaire, mais un bien nécessaire. Non pas pour répondre à des besoins irrépressibles, mais parce que nous contribuons au bien être sexuel de beaucoup de personnes, majoritairement des hommes, mais aussi femmes ou trans. Quelle image peut-on avoir des hommes ? Le travail sexuel peut très bien dégrader tout comme améliorer l’image que nous avons des hommes car nous accédons à leur intime et qu’avec nous ils livrent des choses qu’ils ne se sentent pas toujours capables d’exprimer avec d’autres. Les hommes ne sont pas naturellement mauvais, ni naturellement bons. Nous exigeons : Que les journalistes invitent des représentants du STRASS pour parler de notre travail plutôt que de faux experts en communication qui ne font toujours que véhiculer les mêmes clichés. AVIS DE MON ANCIEN NEUROPSYCHIATRE PSYCHOTHÉRAPEUTE DE 1965 À 1973 : “La prostitution c’est nécessaire ! […] Il ne faut pas croire au mythe de l’absence de jouissance chez les prostituées !” AVIS DE MA NOUVELLE PSYCHIATRE ACTUELLE DEPUIS 2013 : “La prostitution c’est utile ! […] Beaucoup d’hommes commencent de cette façon ! […] « Le plus vieux métier du monde existera toujours ! Le PCF n’est pas dans la réalité !”

38


MON AVIS PERSONNEL : “Faire bander et jouir les hommes c’est le meilleur soin psy à tout point de vue pour la plupart des névrosés, solitaires, bloqués, schizos, handicapés, obsédés, pauvres types etc. ! D’autant plus qu’ils ne peuvent avoir de relations sexuelles et sentimentales avec d’autres femmes que justement des prostituées… Cela en raison bien souvent d’une faille au niveau symbolique dans leur inconscient acquise lors leur petite enfance (forclusion du Sein-de-la-Mère et du Nom-du-Père) se traduisant à l’âge adulte par une faille dans la parole à l’égard du sexe opposé ! Pour eux payer celles-ci c’est comme payer un médecin, une infirmière, une psychologue… Les médicaments psy suspendent les maladies psy et seule une relation humaine peut guérir de cellesci. Mais la simple compassion du psy peut-elle suffire à ce sujet ? C’est pourquoi la plupart de ceux-ci recommandent à de nombreux de leurs névrosés, solitaires, bloqués, schizos, handicapés, obsédés, pauvres types, etc. de consulter en plus d’eux-mêmes de nombreuses prostituées… L’argent n’est pas alors de la violence comme l’affabule le PCF pour piper les voix des électrices face à son déclin historique mais en réalité de l’amour comme le pensait Freud... Si j’ai pu rencontrer l’amour et la femme de ma vie ce n’est (pour des raisons déjà expliquées aussi dans mon livre) en réalité que suite à mes rapports sexuels et sentimentaux avec de jeunes prostituées sexy. Faire bander et jouir les hommes n’est-ce pas le plus beau métier du monde ? et surtout quand il s’agit bien souvent d’apporter ainsi bien du bonheur aux plus malades et aux plus malheureux d’entre eux ? La loi pénalisant les clients de prostituées votée en décembre 2013 par le PCF entre autres n’est-elle pas alors en réalité qu’un recul de civilisation ? La prostitution n’est-elle pas comme le disent les prostituées elles-mêmes sur certains de leurs sites un bien nécessaire ? Et j’ajouterai : pour cette raison ne devra-t-elle pas exister même sous le communisme (si on y arrive) ?” ŒDIPE P.-S. : pour rappel pour lire l’interview de la philosophe Élisabeth Badinter au journal le Monde cliquez sur le lien suivant : […] 39


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR APRÈS LA DISPARITION DES PROSTITUÉES QUE DEVIENDRONT LEURS CLIENTS ? Jusqu’ici je n’ai pas vu beaucoup de féministes s’inquiéter pour l’avenir de ceux-ci ! N’ont-elles pas un compte à régler non seulement avec eux mais en réalité avec tous les hommes ? Et d’autant plus qu’elles pensent que tout désir sexuel chez ceuxci est toujours très facilement répressible à leur avis ! En réalité les hommes sont plus facilement déséquilibrés par l’abstinence voire par la masturbation que les femmes ! Sinon y aurait-il autant de troubles mentaux et autant de viols chez ceux-ci ? Pour les féministes le viol résulte de la domination historique des hommes sur les femmes… Mais pour elles acheter un acte sexuel c’est aussi un viol ! Et pour les “zéromachos” la meilleure solution au problème de la prostitution et du viol pour tous les hommes c’est alors d’après eux soi-disant le plaisir solitaire dans les W. C… Mais qui sont ces clients de prostituées souvent qualifiés par les féministes de “pauvres types” ? Ce sont tous ces hommes qui ayant un trouble difficile à surmonter de la parole avec les femmes se servent alors à la place de celle-ci de l’argent comme moyen de communication alors sans aucun problème pour aboutir très facilement avec celles-ci ! Ne leur suffit-il pas de demander aux prostituées : “C’est combien ?” et l’affaire n’estelle pas aussitôt conclue ? Après la disparition de la prostitution les troubles mentaux et les viols chez les hommes ne s’accroîtront-ils pas alors considérablement ? Et les “pauvres types” ne seront-ils pas alors toujours plus nombreux à accroître ainsi la clientèle de nombreux nouveaux psys ? Car qui peut prétendre que ceux-ci guérissent tous les malades mentaux et tous les violeurs toujours complètement et définitivement ? Ni les médicaments ni la simple compassion ne peuvent jamais y suffire pour cela ! Pour guérir en psychiatrie cela suppose toujours une relation humaine... qu’on ne trouve jamais dans le cabinet du psy… Seuls la sexualité et l’amour peuvent alors être vraiment efficaces ! Mais quand on a un trouble de la parole difficile à surmonter comment faire alors qu’on veut malgré tout aboutir ? “La violence de la femme est dans ses charmes !” a dit Jean-Jacques Rousseau ! Ne fait-elle pas toujours tout ce qu’il faut pour exciter et exacerber toujours plus la sexualité des hommes jusqu’à 40


ce que celle-ci craque tôt ou tard ? Une société idéale adviendraelle un jour où tous les problèmes sexuels et sentimentaux seront enfin solutionnés ? ŒDIPE

41


C’EST LA SEXUALITÉ AVEC DES JEUNES PROSTITUÉES SEXY QUI M’A TIRÉ D’AFFAIRE DE MA SCHIZOPHRENIE !* Les médicaments psy n'agissent que sur les effets de la maladie psy pas sur les causes de celle-ci ! La simple compassion d’un psy vis-à-vis d'un malade psy peut-elle alors suffire pour le guérir ? C’est pourquoi les psys soutiennent toujours les schizophrènes qui leur confient avoir régulièrement des rapports sexuels avec de jeunes prostitué(e)s sexy. La plupart de ceux-ci souffrent d’un blocage psychologique vis-à-vis du sexe opposé ne leur permettant pas d’adresser normalement la parole à celui-ci. Il s'agit d'une faille au niveau symbolique dans leur inconscient acquise lors de leur petite enfance du fait de la forclusion du Sein-de-la-Mère et du Nom-du-Père et demeurée toujours ouverte dans celui-ci à l’âge adulte. Celle-ci se traduit alors par une faille dans la parole vis-à-vis du sexe opposé. C’est la sexualité avec des jeunes prostituées sexy qui m’a tiré d’affaire de ma schizophrénie ! Alors débloqué psychologiquement par celles-ci j’ai pu enfin rencontrer la femme de ma vie ! ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

42


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM SUITE À L’ARTICE : « DU FOU AU COLLÈGUE DE TRAVAIL » Les pairs aidants du fait qu’ils ont beaucoup souffert sont certainement plus capables d’amour vis-à-vis des autres psychiatrisés eux aussi souffrants que bien souvent des psys qui euxmêmes n’ont souvent jamais souffert et en réalité n’ont fait souvent médecine que pour la carrière, les honneurs, l’argent… Quant aux médicaments psy ils ne font toujours que suspendre la maladie psy ! Ils n’agissent que sur les effets de celle-ci et pas sur leurs causes ! L’amour c’est tout le contraire… et lui seul peut guérir ! Œdipe LA PLUME

43


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR CENSURE À L’HUMANITÉ MAIS LIBERTÉ À MEDIAPART J’ai découvert hier sur Internet l’article de Mina Kaci du 12 octobre 2014 « Rosen Hircher relance le débat sur l’abolition de la prostitution » du journal l’Humanité et j’ai voulu alors déposer à mon tour sur le forum de celui-ci le commentaire que vous trouverez en P.-S. au présent message ! Mais quelle ne fut pas une nouvelle fois ma surprise : mon identifiant était une nouvelle fois encore bloqué ! autrement dit j’étais une nouvelle fois censuré et une nouvelle fois sur le thème de la prostitution ! Si le PCF croit que face à son déclin historique à la place du débat contradictoire le mieux c’est de censurer les commentaires de ses lecteurs, à mes yeux, il ne fait alors qu’aggraver son cas… et son déclin historique. Je ne prétends pas lorsque je dépose des commentaires peu importe d’ailleurs le site concerné que je dis alors la vérité ! Je ne prétends alors que je ne dis en réalité que MA vérité laquelle est bien sûr toujours susceptible de changement en fonction justement du débat contradictoire que j’ai alors avec les autres internautes ! La vérité de chacun c’est bien sûr toujours selon l’expérience de chacun ! Il est loisible au journal l’Humanité de me répondre au présent billet que ce soit en public sur le forum de www.mediapart.fr ou que ce soit en privé à schizo.infos@gmail. com ! Œdipe LA PLUME Ancien militant PCF (1965-2004) Ancien secrétaire de la Cellule du CRÉDIT EXPERT DE PARIS* P.-S. : voici le contenu intégral du texte que m’a censuré hier le journal l’Humanité : « En ne se prostituant qu’une seule fois par jour au tarif de seulement 50 € la passe une prostituée libre gagne 1 500 € mensuels ! Ce n’est certainement pas en votant comme l’a fait le PCF une loi qui n’octroie que seulement 360 € mensuels pour vivre 44


aux prostituées qui abandonneraient leur charmante profession qu’ainsi on lutte contre la prostitution voire contre le proxénétisme ! À ce tarif n’est-ce pas alors au contraire les encourager à se prostituer toujours plus voire à se rechercher des proxénètes toujours plus ? C’est la violence des charmes féminins qui fait que bien des hommes faibles succombent alors à la tentation de jeunes prostituées sexy… Mais pourquoi l’argent des hommes estil alors pour le PCF de la prétendue violence ? Quand une femme paie un gynécologue, un sexologue, un psychologue, etc. le PCF prétend-il alors que l’argent de celle-ci pour remercier ceux-ci de leurs soins ou de leurs services ce serait ainsi de la prétendue violence ? Qui fait chanter l’autre au cours d’une passe entre un client et une prostituée ? L’homme qui a été plumé n’est-il pas alors lui la véritable victime de la violence des charmes féminins et certainement pas alors la jeune prostituée sexy ? Et où est la prétendue traite des prostituées de la part de leurs clients ? Ceux-ci dictent-ils leurs conditions à celles-ci sous prétexte qu’ils paient comme le prétend le PCF ? C’est mal connaître les prostituées à ce sujet ! Et qui ne travaille jamais pour manger ? Qui a la liberté à ce sujet ? Les lecteurs du journal l’Humanité ? Où est l’esclavage quand elles jouissent de petits jeunes de 15-18 ans ? Tous les deux ne sont-ils pas alors entièrement consentants ? Mais encore une fois qui alors abuse de l’autre éventuellement ? Celle qui propose ses charmes ou celui qui donne son argent en échange ? En mai 1968 les révolutionnaires ne disaient-ils pas : “Mon corps m’appartient !” ? Quant à moi mon cerveau n’appartient plus depuis maintenant longtemps au PCF ! » *pseudonyme

45


SUIS-JE ENFIN UN « SCHIZOPHRÈNE GUÉRI » OU NE SUIS-JE TOUJOURS QU'UN « SCHIZOPHRÈNE MALADE » ?* Je ne peux toujours pas trancher entre la maladie qui serait enfin terminée et la maladie qui continuerait toujours ! Comment faire pour savoir si ma structure mentale psychotique de ma petite enfance a complètement disparu au profit d’une structure mentale parfaitement saine à l’âge adulte ? Je sens bien que j’ai beaucoup évolué depuis le début de ma schizophrénie dont les crises remontent maintenant à 1966 ! Car même lorsque je ne prends plus aucun antipsychotique même sur des très longues périodes je vais alors beaucoup mieux ainsi et je ne constate alors aucun indice de rechute ! Il n’existe aucun examen médical (prise de sang, radiographie, etc.) ni aucun test psychologique (taches d’encre, monde imaginaire, etc.) permettant de prédire l’avenir d’un schizophrène ni de prédire l’avenir même d’une personne parfaitement saine d’esprit ! Mon vécu et mon ressenti depuis environ 2005 c’est que je suis d’une part enfin complétement et définitivement guéri de ma schizophrénie, d’autre part que je suis enfin parfaitement heureux ! Mais toutefois comme on peut être porteur d’une maladie mentale même sans ne souffrir jamais d’aucun symptôme ou d'aucun trouble apparent je reste toujours très prudent et actuellement je prends donc malgré tout le sixième de la dose d’antipsychotique recommandée par le laboratoire qui le fabrique ! Je ne souffre alors d’aucun effet indésirable ! ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

46


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR SORTIR DE LA PROSTITUTION GRÂCE AU PCF ? QUELLE LANGUE DE BOIS ! LE DROIT DE SE PROSTITUER C’EST LE DROIT DE MANGER ! Une femme SDF qui crève de faim n’a-t-elle pas le droit comme tous les autres travailleurs de se vendre pour pouvoir subsister ? L’idée actuelle du PCF c’est qu’en pénalisant les clients de prostituées le plus vieux métier du monde (non conforme à sa conception de l’amour et du bonheur communiste) devrait ainsi enfin disparaître un jour ou l’autre ! Peut-il rappeler où en était le SMIC, la minimum vieillesse, l'allocation adulte handicapé, le RMI, etc. lorsqu'il était dans le gouvernement qu'il a toujours soutenu jusqu'en 2002 ? La solution que le PCF a trouvée pour solutionner le problème de la prostitution d’après la loi qu’il a votée en décembre 2013 à ce sujet ne consiste qu’à octroyer une pension que de seulement 360 € mensuels aux professionnelles qui abandonneraient leur métier ! Mais comment à ce tarif sortir de la prostitution ? Que peut-on manger avec une pension que de seulement 360 € mensuels ? Au contraire n’est-ce pas encourager ainsi toujours plus le recours à celle-ci ? Et qu’a fait le PCF lorsqu’il était dans le gouvernement qu’il a toujours soutenu jusqu’en 2002 contre le proxénétisme ? Il existait déjà des lois pour lutter contre celui-ci mais comme toujours actuellement elles n’étaient déjà pas appliquées pour des raisons d’économies budgétaires… L’avantage de la loi de pénalisation des clients de prostituées votée en décembre 2013 par le PCF c’est qu’au contraire grâce à l’argent des amendes qu’elle permettra alors d’engranger cela fera de nouvelles bonnes rentrées d’argent budgétaires… Il y a actuellement déjà cinq millions de demandeurs d’emplois et d’après la télévision il devrait y en avoir encore deux millions de plus en 2020 du fait que de nouveaux robots toujours plus perfectionnés vont encore remplacer bien des ouvriers dans les usines et bien des employés dans les bureaux ! Si les prostituées doivent choisir entre ne toucher qu'une pension que de seulement 360 € mensuels ou replonger dans la prostitution avec l’aide éventuellement de proxénètes que croyez-vous qu’elles feront alors ? Œdipe LA PLUME 47


Œdipe LA PLUME Madame Mathilde GAIE Chef de service assistante sociale SERVICE D’ACCOMPAGNEMENT À LA VIE SOCIALE LA JOIE DE VIVRE Le 25 octobre 2014, Bonjour Madame, Je me rappelle au bon souvenir des usagers et du personnel du SAVS dont vous êtes la chef et vous prie de leur transmettre les photos que vous trouverez en pièces jointes au présent message en leur donnant de mes nouvelles de votre choix. Il n’y pas de secret à mon sujet du moment que les informations ne sont communiquées qu’à l’intérieur de La Joie de vivre et seulement qu’à ses usagers et à son personnel. Je me tiens à la disposition de tous pour répondre à toutes les questions éventuelles. Recevez, Madame, mon souvenir le meilleur. Œdipe LA PLUME

48


Œdipe LA PLUME Madame Mathilde GAIE Chef de service assistante sociale SERVICE D’ACCOMPAGNEMENT À LA VIE SOCIALE LA JOIE DE VIVRE Le 28 octobre 2014, Bonjour Madame, Je considère actuellement que je n’ai pas ou plus à vous écrire même pour de très courtes informations à mon sujet ou pas. En effet vous n’avez jamais été demandeur ni de mes courriels ni de discussions avec moi et de toute façon même un jour je mourrai ce qui sera alors une fin inévitable à tout ! Je vous écrivais pour les raisons indiquées dans l’introduction de mon livre qui vient de prendre désormais le titre de « Écrits d’un schizo » auxquelles je puis à celles-ci rajouter actuellement le « manque à être » de Lacan ! Autrement dit le besoin de se sentir humain en allant vers les autres ce qui était aussi de l’amour visà-vis d’autrui ! Mais jamais non plus vous n’avez été demandeur de celui-ci vis-à-vis de moi ! Si dans l’avenir vous souhaiteriez avoir des informations à mon sujet ou pas il faudra soit que vous les cherchiez sur Internet si toutefois elles existeront alors vraiment soit que vous m’écriviez pour avoir celles-ci ! Mais rien à mon tour ne m’obligera forcément à vous répondre alors ! Je garde globalement un bon souvenir de La Joie de vivre et de son SAVS. S’il y a lieu je recommanderai ceux-ci ne serait-ce que parce que dans mon esprit « le privé c’est quand même mieux que le public » ! Recevez, Madame, mon souvenir le meilleur. Œdipe LA PLUME

49


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR SUITE AU COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DES 39 : « LES 39 ORGANISENT UN MEETING DE RÉSISTANCE » LA CENSURE DU COLLECTIF DES 39 SERT À CACHER QUOI AUX PSYCHIATRISÉS ET AUX CONFRÈRES ? (COMMENTAIRE CENSURÉ) Vous ne manquez pas de culot et n‘êtes pas du tout gênés de proposer une politique de meilleurs soins psychiatriques alors que vous êtes incapables de vous autocritiquer au sujet de vos propres abus psychiatriques sur votre site ! Ceux-ci cacheraientils vos abus et ceux de vos confrères à l’hôpital ? Je suis toujours systématiquement censuré sur votre site du Collectif des 39 dès que je veux y déposer des commentaires alors que pour exactement les mêmes commentaires déposés sur le site de www.mediapart.fr je ne le suis pas ! Voulez-vous que je vous rappelle ceux-ci éventuellement ? Œdipe LA PLUME COMMUNIQUÉ DU GROUPE INFORMATION ASILES WWW.GROUPEINFOASILES.ORG Suite à un échange de correspondances entre le « Collectif des 39 » et notre adhérent, Œdipe La Chaise, le GIA tient à préciser que les termes employés par ce dernier, lui sont propres et n’impliquent en rien le GIA. Il n’en demeure pas moins que la censure du forum des « 39 » ne fait que confirmer leur mépris envers les usagers qui n’ont pas été conviés à envoyer des représentants dans leur collectif. Œdipe La Chaise, quelles que soient les formes d'expression qu’il emploie, pointe un certain nombre de pratiques bien réelles et de vérités. Il est plus facile pour le « Collectif des 39 » de censurer au nom d’une fausse notion juridique de diffamation, que de répondre d’une manière argumentée. 50


Cette censure ne peut en aucun cas museler l’expression des psychiatrisés au sujet de leur vécu et de la souffrance institutionnelle subie, ni museler la dénonciation des atteintes liberticides dont ils sont victimes. Le refus toujours actuel et persistant du « Collectif des 39 » de se soumettre au contrôle d’un juge judiciaire, droit que vient de reconnaître le Conseil constitutionnel, qui s’impose à tous n’est plus discutable, démontre bien leur souci de garder leur hégémonie et de conserver leurs pouvoirs quant à l’atteinte aux droits fondamentaux et aux libertés individuelles sur les psychiatrisés. Non messieurs les censeurs, vous n’imposerez pas le silence aux psychiatrisés qui ont encore la force de vous dire non et de dénoncer les pratiques en cours. Le 3 janvier 2011, Le bureau du GIA

51


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « LES 39 ORGANISENT UN MEETING DE RÉSISTANCE » Excusez-moi, mais je ne comprends pas très bien le sens véritable de votre phrase : « La citadelle assiégée de la psychanalyse ne se rendra pas sans avoir encore un peu pourri la vie des autres. » Pouvez-vous me préciser davantage votre pensée ou me faire part de votre expérience à ce sujet ? Savez-vous qu'il y a de nombreux psychanalystes ou de nombreux psychiatres soutenant la « révolution psychanalytique » au Collectif des 39 même s'ils ne la pratiquent pas personnellement car exerçant essentiellement à l'hôpital public ? Et qu'est-ce que « cette évolution des connaissances scientifiques en psychiatrie » que vous évoquez auparavant dans votre commentaire ? Le tout médicament et les Thérapies Cognitives Comportementales ? Ou autre chose encore ? Pouvez-vous être aussi un peu plus clair à ce sujet ? Quant à « résister » je suis d'accord moi aussi avec le Collectif des 39 mais pourquoi reste-t-il toujours coi lorsqu'on lui fait remarquer : « Les caisses sont vides même pour la santé et la psychiatrie ! La priorité c'est la dette gravissime de l'État à rembourser aux banquiers ! » ? Pourquoi le Collectif des 39 ne réclame-t-il pas avec d'autres que l'on annule enfin celle-ci ? D'ailleurs « Ce n'est pas aux pauvres de payer la dette des riches ! » (Nathalie Arthaud porte-parole de Lutte Ouvrière) Œdipe LA PLUME

52


BILLET DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR AU SUJET DE L’ARTICLE : « LES 39 ORGANISENT UN MEETING DE RÉSISTANCE » MA VÉRITÉ SUR LES 39 PSYS CENSURÉE PAR MEDIAPART Je soussigné, au risque d’être poursuivi en justice pour diffamation par les 39 psys, certifie sur l’honneur la véracité de tous les faits rapportés dans mon commentaire récent intitulé « La censure du Collectif des 39 sert à cacher quoi aux psychiatrisés et aux confrères ? » qui faisait suite au billet de ceux-ci sur Mediapart intitulé « Les 39 organisent un meeting de résistance ». Celui-ci est lisible en P.-S. au présent billet sauf en cas bien sûr de nouvelle censure. Mediapart avait-il le droit légalement de me censurer ? Non ! car cette censure n’était juridiquement valable que si j’avais accepté et signé aussi bien les conditions générales d’utilisation que la charte de son forum ce qu’il ne m’a justement jamais réclamé par écrit jusqu’ici ! Car sinon que dit la jurisprudence à ce sujet ? Ceci : « Un forum est un lieu de libre discussion c’est-à-dire que toute censure y est interdite. » ! Y avait-il diffamation de ma part ? Oui ! car (à ma connaissance et en résumé) la loi dit ceci : « La diffamation consiste à porter atteinte à la réputation d’une personne physique ou morale même si l’on dit la vérité sur celleci. » Mais la loi précise (toujours à ma connaissance et en résumé) ceci : « Le coupable peut être blanchi voire peut réclamer des dommages et intérêts à la partie adverse s’il peut prouver qu’il a dit la vérité, s’il est sincère et de bonne foi, s’il a donné un droit de réponse, s’il a agi pour le bien public », etc. Était-ce le rôle de Mediapart de me juger comme diffamateur au sujet de mes accusations de censure (cachant des abus à 53


l'hôpital ?) sur son site à l’encontre des 39 psys alors que ceux-ci avaient un droit de réponse sur son forum ? Mediapart s’est substitué à la justice dont la loi dit entre autres ceci : « Nul n’a le droit de faire justice soi-même ! » et « Nul n’est censé ignoré la loi. » Comment se passait autrefois et se passe actuellement ma censure sur le forum des 39 psys ? Celui-ci autrefois grâce mon adresse IP me censurait jusqu’à l’image de son site sur mon écran à mon domicile et actuellement grâce toujours à mon adresse IP m’envoie un message d’erreur dès que j’y dépose un commentaire peu importe quel qu’il soit. Pourquoi ce changement ? Parce que j’ai déménagé et ai donc aussi en même temps changé d’adresse IP. Il n’y a bien sûr dans mes commentaires que j’ai déposés autrefois sur le forum des 39 psys jamais eu ni insultes, ni menaces, ni racisme, ni pédopornographie, etc. Ceux-ci sont tous actuellement lisibles dans mon livre « Ma schizophrénie racontée… » gratuit sur mes blogs et mon forum « Guérir de la schizophrénie ? C’est possible ! » en rapport avec celui-ci et chez Google Play. Œdipe LA PLUME […]

54


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR AU SUJET DE L’ARTICLE : « LES 39 ORGANISENT UN MEETING DE RÉSISTANCE » Je ne suis qu’un psychiatrisé en lutte et une victime d’abus qui n’a fait que des études commerciales (comptabilité) secondaires et qui n’a jamais eu le baccalauréat. De mon expérience avec les 39 psys autrefois sur leur forum où je n’ai jamais cessé d’être systématiquement censuré (à mon avis tout à fait illégalement), il me revient souvent ces propos du président (décédé) du Groupe Informations Asiles à ce sujet : « Ça ne sert à rien que tu croises le fer avec ces psys qui se regardent le nombril ! Tu ne les feras pas changer d’avis ! Ce qu’ils veulent c’est décider seuls de la vie des autres sans avoir jamais de compte à rendre à qui que ce soit ! » Ils réclament sans cesse toujours plus de meilleurs soins, une meilleure hospitalité, etc. mais par contre ne veulent jamais regarder les abus alors qu’ils sont toujours en progression exponentielle malgré l’intervention du juge à partir de maintenant 12 jours. Comment peut-on se dire meilleur psy que les autres quand on cache à ses propres patients la vérité sur les abus en psychiatrie et pire quand on refuse même d’en discuter avec ceux-ci (voir le site des 39 psys où il n’y a jamais de discussions de psys avec des psychiatrisés mais que des discussions entre psys ; il n’y a eu que récemment un article du président du CRPA sur un internement abusif à Nice mais alors aucun des 39 psys n’est intervenu pour le commenter, j’ai voulu moi-même déposer un commentaire, mais j’ai été aussitôt censuré…). Mais quels sont les arguments de ces 39 psys (si je me trompe je les prie de me porter la contradiction sur ce forum de Mediapart) lorsque sur leur site ils en discutent un peu entre eux ? Ceci (je cite bien sûr de mémoire) : « Les abus en psychiatrie ça n’existe pas […] Les soi-disant victimes d’abus ne sont en réalité que de grands délirants paranoïaques procéduriers […] Les malades ont déjà beaucoup de droits ce n’est pas la peine pour eux qu’ils en aient toujours plus […] Le juge et l’expert n’ont jamais le temps de bien faire leur travail d’où les erreurs judiciaires au profit des plaignants […] Il ne faut jamais arrêter le processus thérapeutique de ceux-ci […] », etc. Bref, ou bien ils sont complètement incompétents au sujet des problèmes que soulèvent leur métier 55


de psy, ou bien ce ne sont que des menteurs et des hypocrites… voire des imposteurs. J’attends leurs explications puisqu’ils ont posté leur billet sur un forum où l’on est censé chercher la vérité au travers justement des échanges épistolaires… et non pas au travers de la censure ! Œdipe LA PLUME

56


BILLET DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR AU SUJET DE L’ARTICLE : "LES 39 ORGANISENT UN MEETING DE RÉSISTANCE" EXEMPLE D’ABUS PSYCHIATRIQUE CENSURÉ SUR LE FORUM DU COLLECTIF DES 39 PSYS MAIS PAR SUR CELUI DE MEDIAPART LORSQUE JE L’AVAIS DÉPOSÉ Le présent billet n’est en réalité qu’un témoignage en matière d’abus psychiatrique trop long en nombre de caractères autorisés pour être présenté comme commentaire suite à l’article des 39 psys : "Le Collectif des 39 organise un meeting de résistance" sur www.mediapart.fr. Il n’a que pour but d’illustrer mes propos contenus dans tous mes commentaires sur le forum de www.mediapart.fr au sujet de la censure (illégale à mon avis et je peux expliquer pourquoi si on me le demande) des commentaires des psychiatrisés en lutte et des victimes d’abus sur le forum du Collectif des 39. HISTOIRE DE FOUS… MAIS, HÉLAS, HISTOIRE VRAIE ! Étudiant en 4e année de médecine, un jeune homme a un léger malaise (difficultés respiratoires passagères) en gare de Versailles Rive Droite, le 18 novembre 2012. Un employé SNCF croit utile d’appeler les pompiers. Se sentant mieux et tout à fait apte à diagnostiquer son état, le jeune homme leur dit poliment qu’il refuse de les suivre. Alors ils appellent la police qui « convainc » le jeune homme de se laisser emmener à l’hôpital du Chesnay, au service des urgences. Comme il est toujours gentil et calme, il ne sera pas menotté pendant le trajet. Un médecin l’y reçoit, le sédate (= lui administre un ‘calmant’ très puissant) et le fait contentionner (= attacher) sans autre forme de procès. Le jeune homme ignore combien de temps il restera attaché. Il se retrouve à l’hôpital psychiatrique de Clermont de l’Oise, de triste renommée, où son admission administrative est datée du 19 novembre, avec le statut légal d’hospitalisation à la demande d’un tiers en urgence (HDTU) (article L3212-3 du Code de Santé Publique). Demande d’un tiers ? Qu’est-ce à dire ? Le médecin 57


qui a accueilli le jeune homme au service des urgences de l’hôpital du Chesnay et l’a expédié à Clermont de l’Oise téléphone le 19 novembre 2013, vers 19 h, à la mère du jeune homme pour lui annoncer que son fils unique a eu un malaise et qu’elle doit signer d’urgence un papier pour qu’il soit soigné. La mère reçoit un choc en apprenant cette nouvelle, en outre, elle est très faible, atteinte d’une très grave maladie et marche très difficilement, avec une béquille. Elle explique qu’étant malade et n’ayant pas de voiture, elle ne peut se rendre, dans la nuit, de son domicile, une commune située loin du Chesnay, auprès de celui qui se présente comme soignant son fils. Celui-ci lui ordonne alors d’aller immédiatement au commissariat de sa commune pour y signer le papier en question qu’il va communiquer à la police. La mère, affolée, obtempère. Au commissariat, elle est priée de s’asseoir en salle d’attente… Un long moment après, on lui apporte une feuille à signer, simple formalité pour le bien de son fils, lui dit-on. Épuisée, apeurée, morte d’inquiétude, elle signe et s’en retourne chez elle. Ce n’est que plus tard qu’elle apprendra qu’elle a signé une hospitalisation à la demande d’un tiers condamnant son fils à être enfermé sans son consentement dans un hôpital psychiatrique… Le jeune homme, à Clermont de l’Oise, explique qu’il va bien, qu’il s’agit d’une erreur. Il n’est pas entendu. Étant lui-même du métier (en 4e année de médecine, tout de même !), il se soumet complaisamment aux ordres de ses (presque !) collègues médecins qui lui promettent qu’après règlement de formalités administratives, ils le laisseront rentrer chez lui… Naïf, il les croit. Eux, par contre, ne croient pas du tout ce qu’il leur explique, ni qu’il est étudiant en médecine… Au quinzième jour, comme la loi l’impose, une audience auprès d’un juge des libertés et de la détention (JLD) a lieu à son sujet au tribunal de Beauvais : les médecins ne le laissent pas assister physiquement à l’audience, mais l’obligent à communiquer avec le juge depuis l’hôpital, par visio-conférence… Il ignore totalement la législation et ses droits qui ne lui ont pas été notifiés et se conforme complaisamment à l’attitude que les médecins lui ont ordonné d’adopter, à savoir ne pas contester son hospitalisation sans consentement car, lui ont-ils dit, s’il contestait, cela compliquerait et retarderait les formalités pour sa sortie imminente selon eux. Le jeune homme, toujours naïf (entre collègues, tout de même !) et à l’esprit positif, les a crus, une fois de plus, et se dit qu’en attendant, il va profiter de 58


cet enfermement forcé provisoire pour observer le fonctionnement d’un service de psychiatrie ! Quand ils daignent enfin vérifier qu’il est bien étudiant en 4e année de médecine, les psychiatres ne changent pas pour autant d’avis : ils l’ont étiqueté une fois pour toutes schizophrène (si, si, rien que ça !), prétendant qu’il a des hallucinations… Tout cela basé seulement sur ce que ce médecin de l’hôpital du Chesnay leur a transmis à partir de dires des pompiers. Et ils vont tout faire pour convaincre le jeune homme de renoncer aux études de médecine, le décrétant incapable de les mener à terme… Ils le mettent sous un traitement antipsychotique qui lui provoque une fatigue intense, perturbe son élocution, l’empêche de se concentrer et de lire et, en quelques semaines, le fera grossir de 14 kilos. Il verra très rarement un médecin (plus de deux semaines* peuvent passer sans que l’un d’eux s’adresse à lui… sans l’écouter !). Les mois passent dans cet hôpital où la télévision est branchée par les infirmiers à longueur de journées et au maximum de décibels, avec les programmes les plus débiles. Quand un patient tente de l’éteindre, aussitôt un infirmier vient la rallumer… Les partiels de fin décembre sont définitivement perdus pour notre jeune homme qui passe Noël toujours entre quatre murs… Ayant enfin compris que les médecins lui ont menti et ne le laisseront pas sortir, il élabore un plan d’évasion qu’il parvient à mettre à exécution le 22 janvier 2013. Il est déclaré en fugue et recherché par toutes les polices de France… Vivant toujours caché, il s’adresse au tribunal de Beauvais pour demander une mainlevée de la mesure d’hospitalisation sans consentement et prend contact le 15 mars avec l’association Groupe Information Asiles (GIA) qui défend les droits des psychiatrisés. Le juge des libertés et de la détention (JLD), lors d’une première audience, ordonne une expertise psychiatrique. Toujours caché, le jeune homme prend rendez-vous au centre hospitalier de Peronne avec l’expert psychiatre désigné par le juge. Lundi 25 mars a lieu la seconde audience au Tribunal de Grande Instance de Beauvais à laquelle j’assiste en tant qu’amie, car j’ai accompagné la mère du jeune homme en train (pour elle, voyage éprouvant de plusieurs heures depuis son domicile). Son fils nous a rejointes ainsi qu’un autre membre du GIA désigné personne de confiance par le jeune homme. Dix minutes avant l’heure annoncée pour l’audience, alors que nous sommes tous dans le couloir devant la salle 59


prévue, trois infirmiers (dont un cadre) en blouse blanche et un ambulancier musclé font irruption et marchent vers nous, hautains et menaçants… Nous sommes choqués, bouleversés, la tension est énorme. Finalement, nous arrivons à parlementer, ils n’appellent pas les gendarmes et l’avocat commis d’office rappelle que la loi fait droit au jeune homme d’être présent à l’audience publique qui commence enfin. La juge des libertés et de la détention (JLD) et l’avocat commis d’office sont consciencieux et font correctement leur travail. La JLD comme la procureure harcèlent le jeune homme de remarques, de questions et lisent devant nous les certificats médicaux conjoints de deux psychiatres de Clermont de l’Oise qui attestent de la psychose du mandant. Ces certificats sont datés du 6 mars 2013, alors que le jeune homme était déjà en fugue depuis un mois et demi… Eh oui, la loi autorise des psychiatres à établir des certificats médicaux sans voir le patient… Le jeune homme répond à toutes les questions avec intelligence et calme, il ne tombe pas dans les nombreuses provocations ni dans les pièges tendus… Le compterendu de l’expertise psychiatrique arrive par fax in extremis juste avant la fin de l’audience (la JLD avait dû relancer plusieurs fois le matin même le psychiatre expert pour qu’il l’envoie et, indécise, elle était bien embêtée de ne pas l’avoir en main !) : aucun blabla abscons, mais au contraire une seule phrase claire disant que ce jeune homme ne présente aucune pathologie mentale aliénante et ne nécessite aucune hospitalisation sans consentement. Ouf ! La JLD est soulagée, nous aussi, et elle prononce aussitôt la mainlevée immédiate de la mesure d’HDTU. "Vous êtes libre", dit-elle en souriant au jeune homme… La voix de la procureure s’élève, grinçante : "Non, Madame la juge, ce jeune homme n’est pas libre ! Vous avez omis que le procureur de la République peut faire appel dans les six heures après notification de votre ordonnance et que tant que ce délai n’est pas écoulé, la mesure d’HDTU court toujours !" La JLD fait amende honorable et se tournant vers elle, demande aimablement à la procureure : "Faites-vous appel de ma décision ?" La procureure ne peut réprimer un sourire glacial quand elle répond : "Je vais réfléchir ! Quand vous nous aurez notifié votre décision, j’aurai six heures pour y réfléchir ! Infirmiers, saisissez cet homme et emmenez-le à Clermont de l’Oise !" La juge, prise de court, assure alors le jeune homme que, dès qu’elle aura fini ses audiences de la matinée, elle rédigera aussitôt et transmettra la 60


notification de son ordonnance de mainlevée afin de ne pas retarder davantage le délai d’attente de la décision de la procureure… Le jeune homme se laisse emmener calmement afin d’éviter l’intervention de la gendarmerie… Nous sommes effondrés… Le soir tard, la mère apprendra par l’avocat que la procureure a fait appel… Le jeune homme est enfermé à Clermont de l’Oise, il est obligé d’avaler des psychotropes (en solution liquide, devant les infirmiers, afin de l’empêcher de recracher, sinon c’est l’injection forcée et la contention…). Heureusement, nous (sa mère, une famille amie, le membre du GIA personne de confiance et moi) avons l’autorisation de lui téléphoner… L’audience en Cour d’Appel est programmée pour le vendredi 5 avril prochain à 11 heures à Amiens. D’ores et déjà une nouvelle expertise psychiatrique a été demandée par le tribunal et a eu lieu ce vendredi matin 29 mars… par le même expert que précédemment, à Péronne ! Oralement, il a dit au jeune homme qu’il confirmait son diagnostic de la semaine précédente : aucune pathologie mentale aliénante et aucun besoin de traitement ou hospitalisation sans consentement. Le jeune homme l’a prié de dire cela aux infirmiers qui assuraient son transport et l’expert a obtempéré volontiers : les infirmiers ont ricané… De retour à Clermont de l’Oise, le jeune homme doit subir à nouveau le traitement psychotrope et le mépris des ‘soignants’… Lors de l’audience du 5 avril à la Cour d’Appel d’Amiens à laquelle j’assiste avec d’autres ami-e-s du jeune homme et de sa mère et d’autres membres du GIA, au vu du rapport très détaillé de la seconde expertise psychiatrique, l’avocat général, la présidente de la Chambre et l’avocat de la défense sont unanimes en faveur de la mainlevée de l’HDTU. La présidente l’ordonne donc et déclare au jeune homme qu’il est libre. Précisons que les infirmiers de Clermont de l’Oise ont amené le jeune homme avec retard à Amiens, qu’à la fin de l’audience, ils ont tenté d’exiger que le jeune homme reparte quand même avec eux "puisque l’ayant emmené, ils devaient le ramener" (sic, quel argument !!), et comme la présidente leur dit qu’ils auraient aussi un papier attestant de la libération du jeune homme, ils réclamèrent à nouveau qu’il les suive "puisqu’il avait ses affaires encore à l’hôpital"… Un ami du jeune homme s’est interposé, se déclarant disposé à aller à sa place, plus tard, à Clermont de l’Oise, régler cette question des affaires. La présidente, dit que cette cuisine interne ne regardait en rien la Cour d’Appel et que le jeune 61


homme ferait ce qu’il voulait. Inutile de vous dire que le jeune homme s’est bien gardé de repartir avec les infirmiers… La présidente et la greffière rédigeront l’ordonnance de mainlevée dans la foulée et la remettront en main propre au jeune homme une demi-heure plus tard… Nous sortons du Palais de Justice tous ensemble, cette fois : la mère, le fils et les proches… Pourquoi ne mentionné-je pas l’identité du jeune homme et de sa mère ? Parce que nous voulons l’aider à reprendre ses études s’il le désire. Si sa faculté de médecine apprenait qu’il a été psychiatrisé avec un diagnostic de schizophrénie, psychose hallucinatoire ou autres inepties, il ne pourrait vraisemblablement plus y obtenir son diplôme. L’hôpital de Clermont de l’Oise n’a toujours pas daigné répondre à la demande en bonne et due forme de son dossier médical envoyée par le jeune homme il y a plusieurs semaines. Cela entrave, on pourrait même dire sabote les démarches procédurales complexes, longues et coûteuses (avec quel argent ? lui et sa mère sont très pauvres) qu’il lui faudra entamer pour tenter de faire annuler sur le fond l’HDTU qu’il a subie. Le résultat favorable de ces procédures n’est pas garanti. En attendant, il restera fiché dans les commissariats de police, les gendarmeries, les préfectures et auprès des procureurs de la République d’au moins plusieurs départements, voire dans toute la France, comme un aliéné ayant été hospitalisé sans consentement… Sa vie, son avenir sont gravement oblitérés… Nicole MAILLARD, Membre du Groupe Information Asiles Et de l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, Lundi 8 avril 2013 *L’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) a calculé que l’absentéisme des médecins psychiatres de Clermont de l’Oise, pourtant dûment rémunérés, provoquait la perte de l’équivalent de 24 postes sur les 126,1 postes pourvus en 2009.

62


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR AU SUJET DE L’ARTICLE : « LES 39 ORGANISENT UN MEETING DE RÉSISTANCE » « ON NE GUÉRIT PAS GRÂCE À LA PSYCHANALYSE COMME ON GUÉRIT GRÂCE AUX ANTIBIOTIQUES ! » Il est bien évident dans le domaine de la psychologie lorsque des psychanalystes disent par exemple : « l’enfant a besoin d’amour pour se construire » « l’homosexualité est due à un attachement excessif de l’enfant à son parent de sexe opposé lors du complexe d’Œdipe si bien qu’à l’âge adulte il renonce à toutes les personnes de sexe opposé au sien » « lorsque le Père intervient en position symbolique la crise psychotique se déclenche », etc. il n’y a alors aucune possibilité de vérification de ces hypothèses par une expérience reproductible comme en chimie et/ou en physique. Pour la schizophrénie, il n’y a jamais de preuve de guérison même si le malade ne prend plus aucun médicament et même et s’il ne présente plus aucun trouble ou symptôme sans jamais de rechute même jusqu’à sa mort. Même des maladies biologiques peuvent exister sans aucun trouble ou symptôme apparent comme par exemple l’hypertension artérielle, un début de SIDA, de cancer, de diabète, etc. Dans le cas de la schizophrénie aucun examen médical (prise de sang, radiographie, etc.) ni aucun test psychologique (taches d’encre, monde imaginaire, etc.) ne peut prédire l’avenir de qui que ce soit même en parfaite santé psy. Ce qui compte à mon avis dans le domaine de la psychologie voire de la psychanalyse c’est avant tout l’amour et le bon sens pas les preuves qui n’existent pas. « On ne guérit pas grâce à la psychanalyse comme on guérit grâce aux antibiotiques. » (avis d’un ancien président de l’Association Psychanalytique Internationale, autrefois dans l’Express, me semble-t-il) Œdipe LA PLUME 63


MESSAGE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « LES 39 ORGANISENT UN MEETING DE RÉSISTANCE » Œdipe LA PLUME COLLECTIF DES 39 POUVEZ-VOUS LEVER LA CENSURE DONT JE SUIS VICTIME SUR VOTRE FORUM ? Bonjour, Je vous communique mon pseudo OEDIPE SCHIZO GUERI ce qui vous permettra de retrouver mon adresse IP dont vous vous servez pour me censurer. Je ne peux pas vous écrire à votre mél actuel car celui-ci me retourne alors tous mes courriels comme « non délivrés ». Si vous ne tenez pas à lever cette censure pouvez-vous me justifier celle-ci ? D’avance je vous remercie pour votre réponse. Bien cordialement à vous, Œdipe LA PLUME P.-S. : le message que je reçois lorsque vous me censurez est le suivant : 404 - Not Found

64


LA GUÉRISON DE LA SCHIZOPHRÉNIE EST INVÉRIFIABLE SCIENTIFIQUEMENT !* C’est l’une des conclusions à laquelle aboutit mon témoignage sur la schizophrénie et sa guérison dans la dernière version de mon livre. J’en ai donc tenu compte dans la nouvelle quatrième de couverture de celui-ci laquelle est maintenant devenue la suivante : « L’auteur se considère enfin guéri de sa schizophrénie car ce sont son vécu et son ressenti qui sont ainsi et qui perdurent ainsi depuis maintenant de longues années. Il ne peut pas prouver scientifiquement sa guérison car il n’existe aucun examen médical (radiographie, prise de sang, etc.) ni test psychologique (taches d’encre, monde imaginaire, etc.) permettant de vérifier scientifiquement qu’il a abouti enfin à celle-ci. Il se déclare aussi enfin heureux car ce sont son vécu et son ressenti qui sont aussi ainsi et qui perdurent aussi ainsi depuis maintenant de longues années. Il ne peut pas prouver non plus scientifiquement son bonheur car il n’existe pas non plus aucun examen médical ni test psychologique permettant de vérifier scientifiquement qu’il a abouti enfin à celui-ci. Il vous invite malgré tout à lire l'histoire de sa schizophrénie et de sa guérison invérifiable scientifiquement au travers de ses écrits (sept tomes tous pour adultes) adressés autrefois à des responsables politiques, à des dirigeants d’associations de psychiatrisés en lutte, à ses psys, etc. Il espère ainsi être utile avant tout aux schizos. » En général ce ne sont toujours que les malades qui se prétendent guéris de la schizophrénie. Quant aux psys qui eux aussi prétendent qu’on peut en guérir comme par exemple le Dr Alain Bottéro† (voir son article sur Internet : « La question de la guérison des schizophrénies » ils ne précisent jamais ce qu’ils entendent réellement par le mot « guérison » : s’agit-il d’une « guérison » sous médicaments ou au contraire suite à l’arrêt de ceuxci ? Quant au Pr Camille Lampion (je suis passé dans la même émission que lui sur France 2 le 20 novembre 2004 à savoir « Mieux comprendre la schizophrénie »), lui, prétend dans un article sur Internet que deux schizophrènes sur 10 qui arrêtent leurs médicaments ne rechutent jamais mais (me semble-t-il me souvenir) ne parle pas pour autant de « guérison » pour ceux-ci ! 65


À mon avis un malade peut se considérer enfin guéri de sa schizophrénie voire son psy aussi peut considérer aussi certaines choses ou certains faits de la même façon, mais personne actuellement après l’arrêt complet des médicaments ne peut déclarer scientifiquement que le malade n’est plus porteur soit de sa structure mentale psychotique acquise lors de sa petite enfance (thèse ancienne de Lacan) soit de ses anomalies génétiques (thèse actuelle à laquelle je ne crois pas personnellement). La disparition des symptômes avec ou sans médicaments ce n’est pas toujours la disparition de la maladie (hypertension artérielle, diabète, début de SIDA, de cancer, voire schizophrénie, etc.) alors que le malade peut bel et bien se considérer comme guéri car tel est justement bel et bien son vécu et son ressenti à ce sujet. Ce qui pose bien sûr le problème suivant : faut-il alors arrêter ou pas les médicaments ? et qui doit décider de cet arrêt ou pas de ceux-ci ? Le malade qui ne fait plus confiance à son médecin ou celui-ci qui n’est pas voyante et a peur d’une rechute toujours imprévisible ? Œdipe LA PLUME

66


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR L’UNAFAM NE FAIT-ELLE PAS BEAUCOUP DE MAL ? L’idée de ce billet m’est venue suite aux deux articles déposés par une schizophrène auteure du site BLOGSCHIZO http:/ /blog schizo.wordpress.com. Je vous invite à les lire avant de lire mon propre billet ci-dessous afin de mieux comprendre les raisons de celui-ci en cliquant sur les deux liens suivants : Quand l’UNAFAM lutte contre la stigmatisation… Après tout ce que j’ai fait pour toi ! Je vous rappelle que je suis soit schizophrène soit ancien schizophrène ! Autrefois j’écrivais par Internet à l’UNAFAM à son siège national pour lui faire part de quelques-unes de mes réflexions telles que par exemple celles-ci : « Vous dites que vous avez la preuve que la schizophrénie a à voir quelque chose avec la génétique parce que dans une même famille dans 10 % des cas un autre frère ou une autre sœur sont eux aussi schizophrènes ou le deviendront eux aussi mais ne savez-vous pas que dans une même famille il y a quelque chose de plus commun encore entre frères et sœurs que la génétique à savoir l’éducation des parents ? » « 3 % des schizophrènes seulement sont mariés et 1 % seulement ont des enfants ! Si c’était la génétique qui expliquerait la schizophrénie il ne devrait plus y avoir beaucoup de schizophrènes or il y en a au contraire toujours plus ! » Comment me répondait alors L’UNAFAM ? par toujours la même réponse suivante sur Internet : « message détruit sans avoir été lu » ! C’est alors que n’ai-je pas répondu à mon tour à l’UNAFAM par courrier ordinaire demeuré bien sûr sans réponse ceci : « C’est ça votre façon d’aimer les schizophrènes ? Je plains vos enfants d’avoir des parents comme les vôtres ! » ? Je me rappelle aussi qu’une autre fois je lui avais communiqué mes conclusions personnelles (suite à mon travail sur moi-même et avec mes psys) sur les causes de la schizophrénie qui était celles-ci à mon avis : « C’est l’inconscient des parents qui est la cause infantile de la schizophrénie de leur enfant à l’adolescence ou au début de l’âge adulte ! […] Paranoïa des parents = schizophrénie des enfants ! » Une autre fois encore je lui ai demandé ceci : « Pourquoi parmi vos chercheurs n’y a-til toujours que des psychiatres biologistes et jamais aucun psy67


chiatre psychanalyste ? » Je n’ai jamais eu aucune réponse ayant pour but de m’aider moi-même ou ayant pour but d’aider d’autres schizophrènes à aucun de mes courriels que je lui ai adressés autrefois sauf une fois une adhérente (parce qu’elle avait lu mon message adressé à l’UNAFAM que j’avais déposé aussi sur mon blog de l’époque) m’a répondu ceci : « Contrairement à ce que vous pensez des études très sérieuses existent concernant les modifications génétiques. Vous trouverez en pièces jointes et sur les liens ci-dessous des renseignements qui vous permettront de le voir par vous-même. En fait, il s'agit d’une prédisposition génétique sur le chromosome 22. Cette fragilité va faciliter l’émergence de la maladie dont les causes sont multifactorielles. […] Ne commettez pas la même erreur que Lacan ! […] Ce que la psychanalyse a fait sans l’ombre d’un remords pour toutes les familles qu’elle a détruites irrémédiablement alors même que dans la plupart des cas, les parents, père et mère, sont la seule ressource possible au quotidien pour aider celui ou celle qui est malade ! […] » Une ancienne adhérente de l’UNAFAM ayant elle rendue sa carte car très déçue par son association et que j’avais rencontrée autrefois à mon hôpital privé psychiatrique de jour, m’a fait, elle, remarquer par contre ceci : « L’UNAFAM roule pour les ministres de droite comme de gauche car ceux-ci accordent des subventions en échange d’un soutien au gouvernement de ceux-ci qui en réalité ne fait toujours que desservir par sa politique aussi bien les intérêts véritables des schizophrènes que les intérêts véritables de leurs parents ! » ? Œdipe LA PLUME

68


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR DIFFAMATION LÉGITIME POUR LE BIEN PUBLIC EN PSYCHIATRIE Je soussigné dans le présent billet déposé sur le site du Club de www.mediapart.fr ainsi que dans mes messages déposés sur mes blogs et sur mon forum et ainsi que dans mes articles de mon livre à paraître certifie sur l’honneur révéler la vérité sur les abus en psychiatrie dont j’ai été victime aussi bien de la part du Pr Michael Le Grand (psychiatre spécialiste des thérapies cognitives comportementales à l’Hôpital Eugen Bleuler) que de la part du Dr Désirée Jupon (chef de service des consultations à l’Hôpital privé psychiatrique de jour La Joie de vivre) sa comparse et sa complice. En cas de plainte malgré tout pour diffamation contre moi de la part de ceux-ci il appartiendra à la justice de trancher pour savoir si je suis sincère, de bonne foi et dans mon droit véritable en publiant le présent billet dans le Club du site de www.mediapart.fr. Mon but n’étant pas de nuire à mes abuseurs je n’utilise toujours partout au sujet de ceux-ci et de leurs hôpitaux que des pseudonymes. Je me réserve bien sûr la possibilité dans l’avenir si toutefois mon futur avocat me le conseille de déposer le même présent billet actuel sur le site de www.maveritesur.com/ mais cette fois en réalité avec les coordonnées véritables de mes abuseurs et de leurs hôpitaux. Œdipe LA PLUME Madame le docteur Désirée JUPON Le 18 novembre 2014, Madame, Je désire contribuer par la présente diffamation légitime pour le bien public en psychiatrie à la lutte pour en finir avec les abus dans ce domaine de la santé. Pour cela je me permets de vous rappeler certains faits qui sont les suivants : 69


Le Pr M. L. psychiatre spécialiste des thérapies cognitives comportementales à l’Hôpital Eugen Bleuler a abusé de moi en rédigeant en 2008 un certificat médical délibérément mensonger par lequel j’étais "désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur", etc. pour le médecin chef de l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris. Pour cela il ne m’a jamais vu ni jamais examiné. Son but à mon avis était de me faire cesser d’écrire à des directeurs d’hôpitaux parisiens au sujet de la "dégradation des soins, des services, de la relation médecinmalade", etc. dans ceux-ci. Dans mon dossier médical que j’ai mis trois ans à obtenir suite à un recours pour excès de pouvoir par-devant le tribunal administratif il était entre autres noté par le médecin chef du CMP Eugen Bleuler que j’ai vu deux fois suite à la convocation obligatoire de la préfecture de police de Paris ceci : "propos délirants", "courriers délirants", "téléphoné au Dr D. J. : nous l’hospitaliserons", etc. Ce certificat ne s’est jamais révélé juste jusqu’à toujours actuellement en 2014. Cette pratique très fréquente en matière d’abus psychiatriques qui consiste en France à faire des certificats médicaux sans n’avoir jamais vu ni jamais examiné le soidisant "malade" (en réalité quelqu’un qui dérange quelqu’un d’autre) est parfaitement légale aux yeux de la loi française. Toutefois elle est régulièrement déconseillée dans ses bulletins à tous les médecins par l’Ordre de ceux-ci pour des raisons déontologiques. J’ajoute que pour le droit français tout le monde a le droit de mentir partout où il veut (c’est-à-dire aussi pourquoi pas même dans un certificat médical circonstancié) sauf devant les tribunaux mais que par contre pour l’Ordre des médecins aucun de ceux-ci n’a jamais le droit de mentir dans aucun certificat médical quel qu’il soit pour des raisons aussi déontologiques. Le Pr M. L. a refusé aussi bien l’expertise psychiatrique amiable que je lui ai proposée afin de nous départager aussi bien sur le diagnostic de "désordre" et de "délire" que sur le pronostic de "dangerosité". J’ajoute encore qu’il a refusé de me recevoir avec la personne de confiance prévue par loi à ce sujet (dans mon cas j’avais désigné mon épouse) et les représentants des associations d’usagers en psychiatrie. Il ne m’a jamais donné les raisons (inavouables et honteuses à mon avis) pour lesquelles il a fait à mon encontre un certificat médical sans ne m’avoir jamais vu ni jamais examiné avec un diagnostic et un pronostic délibérément 70


mensonger. Il ne s’est bien sûr pas davantage excusé non plus. Je me suis plains plusieurs fois par lettre recommandée avec accusé de réception, fax, Internet à l’Ordre des médecins de cet abus (autorisé par la loi française mais déconseillé par l’Ordre des médecins je le rappelle) du Pr L. L à mon encontre mais il ne m’a jamais répondu à ce sujet. J’avais porté plainte contre le Pr M. L. pour "calomnies ou diffamation" au pénal mais ensuite j’ai retiré celle-ci car je n’avais pas les moyens de me payer un avocat spécialisé (je suis très proche des SMICARDS et très loin de la gauche CAVIAR et ainsi je dépasse le plafond de ce qu’a prévu la loi pour le bénéfice de l’aide juridictionnelle) et de toute façon le délai de la prescription pour "calomnies ou diffamation" qui n’est que de trois mois est maintenant largement dépassé. Dans l’avenir je compte malgré tout porter plainte pour "abus de faiblesse sur personne vulnérable" si toutefois dans ce cas le délai de la prescription n’est pas non plus alors dépassé et si toutefois mon futur avocat me recommande ce genre de motif pour la plainte que je désire déposer. Je vous rappelle que vous avez été aussi bien mon médecin spécialiste en psychiatrie que mon médecin traitant à l’époque de cette dénonciation calomnieuse ou diffamatoire justifiée par un certificat médical délibérément mensonger. Vous êtes d’ailleurs mieux informée sur cette affaire d’abus légal pour la justice française mais toutefois déconseillé par l’Ordre des médecins pour des raisons déontologiques que moi-même je ne le suis véritablement à ce sujet. Je vous demande donc d’intervenir dans celle-ci pour enfin me soutenir contre ce professeur délibérément abuseur conformément à la définition du "bon" médecin telle qu’elle est exposée sur son site par l’Ordre des médecins. D’après celui-ci un "bon" médecin c’est celui qui est à la fois "dévoué" et "loyal" et notamment fait toujours passer l’intérêt personnel de son malade avant aussi bien le sien propre que celui de son service, de son hôpital, de ses confrères, etc. Toutefois toujours d’après l’Ordre des médecins "le médecin a un devoir de solidarité face à l’adversité" c’est-à-dire face par exemple au malade qui comme moi accuse l’un de vos confrères voire vousmême d’abus psychiatrique. Je vous présente ci-dessous trois exemples parmi tant d’autres de la malhonnête à ce sujet de l’Ordre des médecins lequel blanchit les coupables et noircit les victimes ! 71


Affaire de "L’homme à la rose" : Dans celle-ci qui a duré de 1981 à 2001 il s’agissait d’un internement d’office de 5 ans en section de force à l’Hôpital psychiatrique du Minaret suite au fait qu’un jeune homme de vingt ans qui s’était caché toute une nuit dans les W.-C. du Parc des Princes avait ensuite voulu le lendemain après-midi offrir une rose à François Mitterrand en débordant le service de sécurité de celui-ci. Son idée à ce jeune "fou" d’amour du président de la République était de se faire remarquer par la télévision pour trouver du travail sur les plateaux de celle-ci (c’est ce qu’il m’avait expliqué lui-même en 2002). Mais le médecin traitant qui a ensuite communiqué le dossier médical de ce jeune "fou" d’amour du président de la République au médecin militant du Groupe Information Asiles (www.groupeinfoasiles.org : une association spécialisée dans les abus en psychiatrie) a alors été condamné à six mois de suspension d’exercice de la médecine par l’Ordre des médecins car il savait qu’en communiquant ainsi le dossier médical de son "patient" à l’un de ses confrères que celuici allait alors servir à un procès. "L’homme à la rose" a finalement malgré tout gagné son procès (qui a duré de 1981 à 2001, je le rappelle) grâce aussi bien au Groupe Information Asiles qu’à la célèbre avocate de celui-ci Maître Eugénie Bravour. Il a été indemnisé de 22 000 000 d’anciens francs sur lesquels il a reversé 6 000 000 d’anciens francs à celle-ci m’avait-il expliqué toujours en 2002. Affaire du « Pape de la sexologie » : Dans celle-ci un célèbre gynécologue aurait abusé et/ou aurait violé, d’après la presse de l’époque, des dizaines voire des centaines de ses patientes pendant des dizaines d’années. Il a été confondu, toujours d’après la presse de l’époque, suite à la visite à son cabinet privé d’un couple de gendarmes dont la femme avait un prétendu dysfonctionnement sexuel. Cela n’a pas empêché l’Ordre des médecins de l’époque de ne le condamner qu’à seulement un mois de suspension d’exercice de la médecine et encore ce ne fut pas parce qu’il avait tenté de violer la femme gendarme qui l’avait consulté mais parce qu’il n’avait pas respecté le secret médical en confiant son problème judi72


ciaire à son épouse… laquelle l’a alors soutenu pour essayer de tout cacher… Affaire Œdipe La Plume : J’ai demandé il y a environ un an et demi la communication de la copie intégrale de mon dossier médical que j’ai à l’Ordre des médecins comprenant aussi bien mes propres courriers à celui-ci que ceux des médecins qui ont communiqué avec l’Ordre des médecins au sujet de mes plaintes à leur encontre. Je m’étais en effet aperçu en consultant mes dossiers médicaux dans divers hôpitaux que certains de mes abuseurs avaient effectivement écrit à celui-ci mais que contrairement à ce que celuici raconte sur son site il ne communique pas en réalité ensuite aux victimes d’abus les courriers de ceux-ci. J’ai donc porté plainte auprès de la CADA à ce sujet mais en réalité ne peux pas faire un recours pour excès de pouvoir par-devant le tribunal administratif car suite à mon déménagement de Paris j’ai perdu tous les accusés de réception de mes courriers adressés à l’Ordre des médecins quelle qu’en soit la forme : lettre recommandée, fax, Internet… Pour un médecin traitant qui respecte parfaitement la loi de l’époque sur la transmission du dossier médical de son patient à son confrère médecin militant d’une association de psychiatrisés en lutte c’est six mois de suspension d’exercice de la médecine mais par contre pour un médecin qui lui a fait au moins une tentative de viol sur une femme ce n’est qu’un mois de suspension d’exercice de la médecine pour violation du secret médical visà-vis de son épouse. Je vous demande de me faire une bonne fois pour toutes le certificat médical circonstancié que je n’ai toujours jamais cessé de vous réclamer et que je n’ai toujours pas reçu de votre part en me donnant à votre tour votre avis aussi bien sur le diagnostic de "désordre et délire" que sur le pronostic de "dangerosité", etc. du Pr M. L. D’ailleurs dans son certificat médical de 2008 celuici n’écrit-il pas que celui-ci n'est valable que sous réserve de l’avis d’un autre spécialiste qui me verrait personnellement et qui pourrait alors donner un avis différent ! Je ne comprends pas que m’ayant vu pendant 10 ans souvent même tous les huit jours 73


vous ne m’ayez même pas de vive voix jamais fait le moindre reproche ni jamais fait le moindre diagnostic ou pronostic quels qu’ils soient au sujet de mon état santé psychiatrique en rapport avec mes courriers à vous-même. Je vous rappelle que je vous ai adressé ceux-ci de 2002 à 2012 et que le Pr M. L., lui, n’a reçu en réalité qu’une copie de ceux-ci qu’en 2008 pendant six mois. Vous êtes donc à mon avis mieux placée que lui pour faire un diagnostic et un pronostic psychiatrique à mon sujet. Je vous demande de me faire un certificat médical comme je vous l’ai toujours déjà demandé autrefois c’est-à-dire valable aussi bien pour une punition en justice que pour des sanctions à l’Ordre des médecins. Bien sûr ce n’est pas une obligation pour moi de m’en servir de cette façon car rien ne m’y oblige alors effectivement et avant tout ce certificat médical doit avoir pour but entre autres aussi bien de m’aider du point de vue psychologique que de rétablir la confiance entre nous. Tout cela dit je vous interdis malgré tout de communiquer avec le Pr M. L. et son équipe quoi que ce soit à mon sujet et à lui-même et à son équipe je leur interdis de communiquer quoi que ce soit à mon sujet avec vous. C’est une exigence que le malade est en droit de faire valoir à tout médecin conformément à ce que prévoit la loi à ce sujet en cas de problème avec celui-ci ou avec des confrères. Je vous rappelle qu’un certificat médical circonstancié doit d’abord rappelé pourquoi il est demandé qu’ensuite il doit répondre à la ou les questions soulevées par le demandeur, et que finalement il doit conclure. Vous trouverez des exemples de ceux-ci dans le début du tome I de mon livre (à paraître prochainement) qui avaient été faits spontanément pour m’aider par le Pr D. W. (ancien professeur en psychiatrie et ancien président de l’Association Psychanalytique Internationale) lorsqu’il s’est aperçu que mon médecin chef du travail (un professeur en neurologie) me voulait du mal. Celui-ci d’une part faisait la chasse aux malades et aux arrêts de travail pour remercier son employeur d’avoir embauché son fils handicapé moteur comme "emploi réservé", d’autre part pratiquait à l’occasion des examens médicaux des employés le détournement de clientèle systématique de ceux-ci vers son cabinet médical privé… Vous êtes libre du contenu du certificat médical circonstancié que je vous demande et qui n’est donc pas du tout un certificat de complaisance qui peut très bien éventuellement se retourner contre moi. Par contre vous n’êtes pas libre de ne pas me faire ce certificat (surtout au prétexte que 74


cela vous arrangerait personnellement vis-à-vis de votre confrère abuseur) que je vous réclame sans cesse depuis maintenant belle lurette ! En effet votre refus ne correspondrait pas alors à la définition du "bon" médecin telle qu’elle est indiquée sur son site par l’Ordre des médecins. Je me permets aussi de vous faire remarquer que je ne suis pas dupe d’une part que le Pr M. L. luimême adresse ses malades après les internements dans son hôpital public psychiatrique à votre hôpital privé psychiatrique de jour notamment à son Service d’accompagnement à la vie sociale dont vous êtes d’ailleurs le superviseur et d’autre part que vousmême adressez à votre tour des malades à l’hôpital public psychiatrique du Pr M. L. lorsque ceux-ci sont en crise. Tous les deux vous avez donc un intérêt commun à vous soutenir dans cette histoire d’abus à mon encontre dont je me défends malgré tout ne vous en déplaise vivement ! Je vous prie de bien vouloir me répondre pour le certificat médical circonstancié concernant l’abus dont à mon avis j’ai bel et bien été victime de la part du Pr M. L. par lettre recommandée avec accusé de réception à mon nouveau domicile dont je garde l’adresse secrète pour le grand public mais que vous connaissez toutefois très bien depuis environ maintenant un an et demi. Vous avez aussi un droit de réponse sur tous mes blogs et forum et en particulier sur le site du Club de www.mediapart.fr où j’accorde aussi à n’importe quel membre du corps médical (dont bien sûr aussi le Pr M. L.) un droit de réponse au présent billet même en révélant éventuellement des éléments de mon dossier médical. Mais j’interdis à quiconque de révéler mes nom et prénom et adresse véritables. Les nouvelles de ma femme et de moi-même au point de santé psychiatrique sont les suivantes : Celle-ci autrefois pendant quatre ans (2008-2012) ne cessait jamais plusieurs fois par jour de fantasmer que la police se présentait à notre domicile et m’emmenait de force en prison psychiatrique pour le restant de mes jours… Mais dans ce lieu que nous gardons secret pour le grand public elle n’a plus enfin ni phobies ni crises de panique en rapport avec mon affaire comme autrefois à Paris. 75


Quant à moi comme vous le savez sans doute ma nouvelle psychiatre actuelle m’a déclaré déjà plusieurs fois récemment : « Écrire est très thérapeutique ! » mais aussi : « Vous pouvez vous considérer guéri de votre psychose ! » Toutefois comme vous le savez sans doute aussi pour des raisons indiquées dans mon livre ou sur mes blogs et forum je préfère prendre malgré tout encore le sixième de la dose d’antipsychotique recommandée par les laboratoires pharmaceutiques en matière de schizophrénie et cela pour une durée indéterminée. Je vous rappelle que vous-même pendant plusieurs années ne m’aviez prescrit alors qu’un sixième de cette dose d’antipsychotique recommandée en matière de schizophrénie par les laboratoires pharmaceutiques. Et même qu’un jour me m’aviez pas dit ceci : "Vous pouvez arrêter votre antipsychotique mais alors il faudrait que vous veniez me voir plus souvent pour discuter !" Je vous remercie de ne m’avoir jamais fait ingurgiter le tout chimique des hôpitaux psychiatriques publics avec 15 séances de thérapie cognitive comportementale comme prétendue panacée. En résumé j’accuse le Pr M. L. d’abus psychiatrique à mon égard (les courriers que j’avais adressés autrefois au Pr M. L. pendant six mois en 2008 sont tous intégralement reproduits dans mon livre à paraître bientôt) et quant à vous je vous accuse d’être aussi bien son comparse que son complice. Vous ne pouvez pas nier que délibérément vous avez trahi ma confiance pour soutenir celui-ci. Recevez, Madame, mon souvenir le meilleur. Œdipe LA PLUME

76


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR SUITE À LA RÉPONSE D’UN VISITEUR AU BILLET DU 27 NOVEMBRE 2014 DE SCHIZO GUÉRI : « SCHIZOPHRÉNIE : OÙ EST LA RECHUTE TANT ANNONCÉE ? » C’est en voulant solutionner mes problèmes psychologiques en rapport avec ma “tension sexuelle” (c’est votre expression, je le rappelle) avec l’aide de mon neuropsychiatre psychothérapeute de l’époque (futur professeur en psychiatrie et futur président de l’Association Psychanalytique Internationale) que celui-ci a fait alors une faute professionnelle lourde en me donnant un conseil pour essayer de surmonter ceux-ci et celle-ci avec une jeune collègue de bureau de six ans mon aînée dont j’étais follement amoureux. Ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle a alors évolué en schizophrénie paranoïde pour laquelle il a alors fallu m’hospitaliser d’urgence deux fois pour trois mois en tout en psychiatrie en 1966-1967. Actuellement (2014) quelle que soit ma “tension sexuelle” (c’est votre expression, je le rappelle encore une fois) je n’ai alors aucune difficulté à solutionner les problèmes psychologiques qui en résultent même si je ne prends alors qu’un sixième de la dose d’antipsychotique recommandée par les laboratoires pharmaceutiques en matière de schizophrénie voire même si je ne prends alors rien du tout ! À mon avis la schizophrénie est due à une faille au niveau symbolique dans l’inconscient (le père notamment ne s’y inscrit pas) acquise lors du complexe d’Œdipe qui se traduira à l’âge adulte par une faille dans le langage sexuel à l’égard du sexe opposé autrement dit par un blocage psychologique à l’égard de celui-ci. Pour guérir de la schizophrénie cela n’est donc possible que grâce à une relation humaine qui guérisse la structure mentale psychotique infantile mais qui perdure toujours à l’âge adulte. “La violence de la femme est dans ses charmes !” a dit Jean-Jacques Rousseau (1712-1778). Vous remarquerez que dans le mot “violence” de cette phrase il y a bien alors le mot “viol”. En l’occurrence (minijupe, corsage bâillant, maillot de bain, string, etc.) il s’agit bien alors d’un viol féminin à l’égard des hommes car alors l’image sexy du corps féminin 77


s’incruste vite et vivement dans le cerveau des hommes et ensuite alors bien souvent… bonjour les dégâts pour eux-mêmes comme pour les femmes. Il n’y a d’ailleurs que les féministes pour affirmer que le corps féminin, la silhouette féminine, etc. n’a en réalité jamais aucun effet sexy sur aucun violeur quel qu’il soit et qu’elles peuvent et doivent donc ainsi continuer à libérer toujours plus leurs charmes féminins sexuels ! Le viol comme conséquence de l'effet des femmes sur les hommes n’est qu’un exemple parmi d’autres de leurs dégâts sur ceux-ci voire sur elles-mêmes en échange et en retour ! Pour ma part ce fut la schizophrénie paranoïde… parce que j’avais une structure mentale psychotique alors que les violeurs eux c’est parce qu’ils ont une structure mentale perverse (elle aussi acquise lors du complexe d’Œdipe mais pour d’autres raisons que celles de la schizophrénie). Si J’ai mis des photos de filles en maillot de bain aussi bien sur mes blogs que sur mon forum c’est en réalité pour illustrer mon livre dans lequel j’explique entre autres que les médicaments suspendent la schizophrénie mais ne la guérissent pas ! Ce sont la sexualité avec de jeunes prostituées sexy et l’amour de ma femme qui m’ont le plus aidé à guérir de ma schizophrénie ! Œdipe LA PLUME

78


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR FAUT-IL AVOIR SA CARTE AU PARTI GUIDE POUR TROUVERENFIN LE BONHEUR VOIRE POUR FAIRE CELUI DES AUTRES ? Le communisme est-il une religion ? Oui si on considère que les partis actuels qui représentent celui-ci se comportent comme le prophète annonçant l’arrivée du bonheur ! Or celui-ci est-il possible ? Le bonheur matériel suite à la fin de l’oppression sociale ? sans doute ! Mais le bonheur psychologique ? n’y aura-t-il pas toujours sous le communisme des maladies mentales (dans la mesure où il n’y aura jamais d’éducation parfaite dans la petite enfance et qu’ainsi il y aura toujours des névroses, des psychoses, des perversions, etc. à l’âge adulte), des chagrins d’amour, des adultères, etc. ? Toutefois ceux-ci ne seront-ils pas mieux solutionnés sous le communisme qu’alors actuellement sous le capitalisme ? Lorsque Freud a dit ou écrit : « dans la paranoïa les pulsions homosexuelles se transforment en pulsions sociales » il pensait entre autres aux curés du christianisme mais ce qui est certainement vrai pour ceux-ci n’est-il pas aussi certainement vrai également pour les curés du communisme ? En ce sens militer n’est-ce pas boiter psychologiquement ? Car n’estce pas alors en rapport avec une structure mentale psychopathologique même si l’exploitation de l’homme par l’homme est une réalité qu’il faut bien combattre en quelque chose ! Pour ma part j’ai été au PCF de 1965 à 2004 puis j’ai été sympathisant de Lutte Ouvrière jusqu’en 2013 et actuellement s’il fallait voter je m'abstiendrai. LO ne me convient pas non plus car pour moi ce qui fait le bonheur c’est la façon dont on gère sa vie privée. Pour LO ce qui fait le bonheur c’est l’activité militante pour laquelle il faut sacrifier (presque) toute sa vie privée (ne pas se marier, ne pas avoir d’enfant, refuser la promotion dans son travail, etc.). Or pour paraphraser Freud qui avait dit : « La grande musique je suis incapable d’en jouir ! » ne lui ai-je pas souvent dit à ce sujet : « La politique je ne suis pas ou plus capable d’en jouir ! » ? Je suis guéri aussi bien de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentielle sexuelle (1962-1972) que de ma schizophrénie paranoïde (1966-2004) et je n’ai pas ou plus besoin d’avoir une carte au parti guide quel qu'il soit pour trouver enfin le bonheur ! 79


Ni même non plus pour faire le bonheur des autres ! Et puisque malgré tout il faut se battre je me bats maintenant seul dans mon coin grâce à Internet ! Œdipe LA PLUME

80


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE BLOG HTTP/://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE : LA MALADIE CHRONIQUE EST UN LUXE Chère Lana, Oui continuer à vivre même gravement malade alors qu’on aurait dû justement mourir suite à une maladie grave peut être considéré comme un luxe. Mais de quel luxe s’agit-il exactement ? Celui qui dans les histoires de schizophrénie consiste à ingurgiter souvent le tout chimique se traduisant par de l’impotence, de l’invalidité, etc., bref de toute façon une souffrance grave, pour celui qui survit alors péniblement ? Mieux ne vaut-il pas que la vie soit courte mais bonne ? J’ai réussi à me tirer d’affaire de ma schizophrénie paranoïde bien que je ne puisse pas prouver scientifiquement que j’en suis effectivement guéri. Cela n’est qu’un vécu et un ressenti qui perdure maintenant depuis environ dix ans ! Je ne prends plus qu’un sixième de la dose d’aripiprazole recommandée par le laboratoire qui le fabrique soit même je ne prends rien du tout ! Ça fait donc environ dix ans maintenant que moi et mon entourage ne voyons pas du tout venir le moindre indice de rechute dans la schizophrénie ! Je me déclare ainsi aussi enfin parfaitement heureux ! À quoi tient ma guérison ou tout au moins à ce qui ressemble à celle-ci ? Je n’ai qu’un seul mot unique pour qualifier celle-ci : « la chance » ! Bien sûr celle-ci a une explication : le travail, la sexualité, l’amour, le militantisme, la philosophie, l’environnement et mon livre… Au sujet de celui-ci il est maintenant lisible sous un autre titre et même gratuitement sur mon nouveau blog qui s’intitule : « Le blog schizophrénie de schizo guéri » et qui est à l’URL suivante : http://le-blog-schizophrenie-de-schizo-gueri.blog spot. com. Je te souhaite à ton tour de te considérer enfin guérie et de te déclarer enfin parfaitement heureuse ! Bien cordialement à toi, Œdipe LA PLUME 81


Si « tous les schizophrènes sont loin de vivre gravement malades… » comme vous le dîtes si bien et si vite sans aucune preuve à l’appui quel est l’intérêt alors d’en parler même à la télévision et surtout sur un site comme le vôtre dont le thème est souvent les effets indésirables des médicaments psychotropes que ceux-ci ingurgitent. Par « impotent » j’ai voulu faire allusion à l’état déplorable et lamentable où j’ai été moi-même physiquement et psychiquement pendant 7 ans (1966-1973) avant que je ne rencontre ma future femme qui m’a fait alors arrêter tous mes médicaments psychotropes d’un coup prétextant qu’elle était dans la médecine et qu’elle s’y connaissait… En réalité j’ai quand même repris ceux-ci six mois plus tard car un neuropsychiatre consulté alors pour un problème de couple que j’avais avec ma femme m’avait alors déclaré : « Si tu ne reprends pas tes médicaments c’est sûr que tu vas rechuter ! » (Il me tutoyait car nous étions tous les deux alors au PCF.) D’après mes connaissances venant aussi bien des psychiatres que des malades la schizophrénie même avec les progrès des nouveaux médicaments en matière d’effets indésirables reste actuellement la maladie la plus invalidante psychiquement chez le jeune adulte… Par exemple quand de 1966 à 1973 j’allais travailler c’était toujours avec des idées suicidaires dues à l’effet dépresseur des neuroleptiques de l’époque (qui existe toujours chez certains antipsychotiques actuels) et à peine arrivé à mon travail je m’effondrai alors sur mon bureau pris par une crise de narcolepsie due elle aussi à l’effet dépresseur des neuroleptiques (qui existe toujours, je le rappelle). Mon employeur ne m’a gardé que parce qu’il y était obligé par la convention collective qui prévoyait une clause de protection du licenciement éventuel à ce sujet lorsque ses employés étaient titularisés après un an de stage suite à un concours… Tant mieux pour vous si tout ce que l’on raconte sur les effets indésirables des médicaments pour la schizophrénie ne vous concerne pas et vous permet malgré tout de vivre bien votre maladie… comme M et Mme « tout le monde » ! Mais c’est bien la première fois que j’entends dire et surtout venant d’un(e) schizophrène que « tous les schizophrènes sont loin de vivre gravement malades… » … car dans ce cas pourquoi dit-on tout le contraire même à la télévision et pourquoi avez-vous vous-même un site pour en parler ? Œdipe LA PLUME 82


La mode ne consiste-t-elle pas depuis quelque temps à dire que : « Tous les schizophrènes sont loin d’être gravement malades car ils peuvent (soi-disant) enfin bien vivre leur maladie psychiatrique du fait que les antipsychotiques actuels n’ont plus les gros effets indésirables des anciens neuroleptiques d’autrefois ! » ? Et dans l’émission où j’étais passé il y a environ dix ans maintenant sur France 2 : « Savoir Plus Santé : mieux comprendre la schizophrénie », le Pr C. L. n’avait-il pas même déclaré à ce sujet : « Les schizophrènes peuvent travailler et avoir une vie amoureuse ! » ? La schizophrénie de chacun est toujours différente en quelque chose de la schizophrénie des autres. Chaque schizophrène a d’ailleurs une personnalité différente toujours aussi de celle des autres. Et quant aux effets indésirables des antipsychotiques j’ai remarqué qu’ils étaient tous supportés différemment selon aussi chacun. Par exemple sous (olanzapine 10 je suis dépressif et suicidaire (mais sans être impuissant sexuellement), sous rispéridone 4 j’ai des angoisses terribles (et je suis impuissant sexuellement), alors que bien des schizophrènes à mon ancien Service d’accompagnement à la vie sociale m’ont déclaré eux parfaitement supporter ces deux médicaments aux mêmes doses pourtant que moi mais sans alors aucun problème quel qu’il soit ! En réalité je ne supporte que l’aripiprazole pour lequel justement mon ancienne psychiatre psychanalyste ne voulait guère prescrire celui-ci à aucun schizophrène quel qu’il soit car disait-elle : « Il est trop anxiogène et trop stimulant et il faut toujours le corriger soit avec des tranquillisants soit avec des neuroleptiques sédatifs ! » Et quel que soit le dosage que je prenne l’aripiprazole : 2 ½ mg, 5 mg, 10 mg, 15 ou même 20 mg (la dose recommandée pour le traitement en ambulatoire est de 15 mg et la dose maximum recommandée pour le traitement à l’hôpital est de 30 mg) et même si je ne prends plus rien du tout alors je ne constate jamais aucune différence et je supporte à chaque fois la situation qui en résulte toujours très bien du point de vue du bien-être ! Comprenne qui pourra ! Mais les statistiques au sujet de la schizophrénie et de son traitement c’est quoi au juste actuellement ? Ceci : « 15 % seulement des schizophrènes travaillent ! 3 % seulement sont mariés ! 1 % seulement ont des enfants ! 75 % rechutent dans le délai d’un an après l’arrêt de leurs médicaments ! Un schizophrène sur deux fait au moins une tentative de suicide dans sa vie et un sur six en meurt toujours ! » Je ne crois donc pas que « tous les schizophrè83


nes sont loin d’être gravement malades » et considère même que la phrase du Pr C. L. au cours de l’émission de télévision dans laquelle je suis passé aussi pour évoquer la schizophrénie et son traitement n’est donc juste qu’exceptionnellement même encore actuellement ! Œdipe LA PLUME Bonsoir Satyneh, Suite à tes commentaires concernant certains de mes propos sur ce site de http://blogschizo.wordpress.com je vais te répondre en te disant les choses telles qu’elles me viennent et sans doute dans le désordre et sans lien apparent entre elles. Le dysfonctionnement chimique au niveau des neurotransmetteurs dans le cerveau des schizophrènes surtout lors de leurs crises psychotiques j’y crois et d’autant plus que pour cela il y a des preuves scientifiques à l’appui : grâce à certains examens très poussés utilisant les produits radioactifs comme marqueurs on peut voir de cette façon beaucoup de choses. Et même comment agissent les médicaments sur les sites vers lesquels ces neurotransmetteurs y déposent leurs messages. On en déduit alors où les nouvelles molécules à découvrir devront agir pour être plus efficaces par exemple sur les effets indésirables des médicaments. Autrefois tous les neuroleptiques agissaient sur tous les récepteurs D alors qu’actuellement tous les antipsychotiques n’agissent plus seulement que sur les récepteurs D2 et en plus on rajoute à ces molécules maintenant de la sérotonine qui est un produit chimique très efficace contre l’état dépressif… Mais ce dysfonctionnement chimique au niveau des neurotransmetteurs dans le cerveau des schizophrènes surtout lors de leurs crises psychotiques n’est à mon avis que la conséquence de problèmes psychologiques actuels qui ont réactivé en réalité des problèmes psychologiques de la petite enfance… Ce serait en quelque sorte un phénomène que l’on pourrait peut-être qualifier pourquoi pas de « psychosomatique » : ainsi ne dit-on pas de quelqu’un qui fait une colère qu’il a une montée d’adrénaline ou ne dit-on pas aussi de quelqu’un qui fait des diarrhées que c’est parce qu’il est angoissé, etc. Donc pour moi les dérèglements chimiques dans le cerveau ont bien souvent avant tout de réelles causes psycholo84


giques… même inconscientes. La petite enfance laisse des traces dans l’inconscient et pourquoi pas justement des traces chimiques dans les neurones ? 3 % seulement des schizophrènes sont mariés… ce n’est quand même pas moi qui aie inventé cette statistique laquelle est sans doute vérifiable en quelque chose si l’on connaît quelques schizophrènes autour de soi… qui resteront toujours célibataires. Ça veut dire que ce qui est grave pour ceux-ci dans leur maladie c’est qu’ils ont une faille dans la parole qui les empêche de communiquer avec le sexe opposé à cause d’un blocage psychologique (c’est vrai surtout pour le garçon qui doit faire du “baratin” et révéler son “statut social” et beaucoup moins vrai pour la fille qui elle fait le premier pas vers le sexe opposé avant tout grâce à la présentation de ses charmes). Cette faille dans la parole surtout chez le garçon vient en réalité d’une faille au niveau symbolique dans l’inconscient acquise lors de la petite enfance lors d’un complexe d’Œdipe qui n’a pas bien commencé et s’est ensuite mal poursuivi… Le garçon (je ne connais pas le problème pour la fille car je suis un homme) est fusionnel avec sa mère, laquelle jouit du phallus que celui-ci est devenu pour elle, le père n’a pas sa place entre eux, etc. Je t’invite à ce sujet à lire l’article : “La forclusion du Nom du Père” sur le site de http://psychiatri infirmiere.free.fr en cliquant sur le lien suivant (en espérant qu’il fonctionnera) : forclusion nom pere par lacan, theorie formation psychologie. Je crois aux explications de Lacan car mes découvertes sur moi-même corroborent les découvertes de celui-ci autrefois sur ses malades de Sainte-Anne… C’est très grave d’avoir une maladie se traduisant notamment par le fait d’être bloqué psychologiquement (avec des obsessions sexuelles) à l’égard du sexe opposé quand on veut aboutir effectivement avec celui-ci et c’est donc à mon avis essentiellement pour cela que seulement 3 % des schizophrènes sont mariés… En plus du handicap psychique il y a donc aussi le handicap social ! En ce qui concerne l’émission de France 2 « Savoir Plus Santé : mieux comprendre la schizophrénie » où je suis passé le 20 novembre 2004 (un samedi après-midi) sous le nom de « … 59 ans » en réalité France Télévisions n’a plus de CD de disponibles à la vente sur son site… 85


Enfin en P.-S. au présent message je te communique le texte d’un billet que j’ai déposé avant-hier sur le forum de www.mediapart.fr et qui s’intitule « Les raisons de la guérison de ma schizophrénie ». J’espère qu’il t’intéressera et bien d’autres visiteurs de ce site. Bien cordialement à toi, Œdipe LA PLUME

86


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LES RAISONS DE LA GUÉRISON DE MA SCHIZOPHRÉNIE Les médicaments suspendent les crises psychotiques de la schizophrénie mais ne guérissent jamais de celle-ci. C’est grâce aux prestations sexuelles de jeunes prostituées sexy de 1965 à 1972 que d’une part j’ai abouti ainsi à la guérison de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle et également à une importante rémission de ma schizophrénie paranoïde, d’autre part que j’ai pu enfin rencontrer ainsi enfin débloqué psychologiquement l’amour et la femme de ma vie. Celleci à mon avis de par son amour véritable a toujours été et est toujours actuellement mon « tuteur de résilience » (expression de Boris Cyrulnik). Mais sans le travail, sans le militantisme, sans la philosophie, sans mes écrits à mon ancienne psychiatre psychanalyste et à mon ancienne assistante sociale (2002-2012), sans mon environnement actuel jamais non plus je n’aurais pu guérir à mon avis enfin complètement et définitivement de ma schizophrénie paranoïde. Ce n’est donc qu’une relation humaine qui peut guérir de la schizophrénie. Ma guérison ne correspond en réalité qu’à un vécu et à un ressenti qui perdure maintenant depuis environ dix ans (2004-2014). Je prends soit un sixième de la dose d’antipsychotique recommandée par le laboratoire qui fabrique l’aripiprazole soit même je ne prends rien du tout. Et ni moi ni mon entourage ni ma nouvelle psychiatre actuelle ne voyons pour autant venir ainsi le moindre indice de rechute dans la schizophrénie. Il n’existe pas de tests psychologiques permettant d’une part de constater que ma structure psychotique n’existe pas ou plus d’autre part de prédire mon avenir psychiatrique. Je consulte ma nouvelle psychiatre actuelle non pas comme une thérapeute mais en réalité comme une amie qui me supervise un peu comme les psychanalystes se font eux aussi régulièrement supervisés. En tous les cas je ne peux – guéri ou pas – que constater que je suis très content et heureux de la vie que je mène et du personnage que je suis ! Et mon bonheur parfait ne fait que perdurer sans cesse ! Et pourtant bien des spécialistes de la schizophrénie ne m’ont-ils pas souvent déclaré : “Si vous ne prenez pas vos médicaments c’est sûr que vous allez rechuter !” ? 87


Ces raisons de la guérison de ma schizophrénie sont en réalité davantage explicitées au travers des articles de mon livre dont nombreux de ceux-ci seront reproduits prochainement sur mes nouveaux blogs actuellement tous en construction. Vous trouverez la liste de ceux-ci en P.-S. au présent billet. Pour suivre la mise à jour de ceux-ci à chaque fois que j’y dépose un nouvel article il vous suffit d’indiquer votre adresse e-mail (dont je ne peux pas avoir connaissance) dans la fenêtre « Flow by Email » prévue pour cela sur les blogs de Blogger de Google. Pour l’instant mes nouveaux blogs actuellement en construction ne comportent en général qu’un ou deux articles en attendant que bien d’autres y soient déposés à leur tour dans l’avenir (il me faudra sans doute plusieurs mois pour cela). Je me tiens à la disposition de tous les internautes aussi bien sur ce blog chez www.mediapart.fr que sur les miens chez Blogger de Google pour répondre aux questions éventuelles de ceux-ci. Il est clair dans mes explications de ma guérison (que je ne peux pas prouver par des tests psychologiques, je le rappelle) que celles-ci n’ont rien à voir avec les explications des généticiens. Ceux-ci d’ailleurs ne peuvent rien prouver médicalement non plus suite à l’examen de leurs statistiques… Ils font dire à mon avis n’importe quoi à celles-ci ! Et ne voient-ils pas en réalité dans celles-ci que la projection de leur propre inconscient ? Œdipe LA PLUME […]

88


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR RÉPONSE À UN OBSÉDÉ DE LA NORME SEXUELLE PS/PCF Pourquoi toujours ce besoin morbide de dicter aux autres sans cesse ce que doit être leur propre vie sexuelle ? Ceux-ci sont-ils des enfants ou des malades mentaux ayant besoin de votre tutelle ? Voire de celle du Parti guide ? S’il y a violence, souffrance, etc. la plainte ne devrait-elle pas venir des personnes concernées par cela elles-mêmes ? Vous parlez entre autres à la place des prostituées pour ainsi leur faire dire des choses que (presque) aucune ne demande ou ne réclame jamais ! Et si c’étaient celles-ci qui vous dictaient à leur tour ce que doit être votre propre vie sexuelle alors que vous ne leur demandez rien ni ne vous plaignez de rien ? Que leur diriez-vous ? N’êtes-vous pas raciste à l’égard des prostituées et de leurs clients comme certains étaient racistes autrefois à l’égard des juifs et des communistes ? Qu’est-ce que ça peut vous faire ce que je fais de ma vie sexuelle dans la mesure où je ne m’occupe pas de la vôtre ? Et si à mon tour je vous accusais de violence et de souffrance à l’égard d’autrui alors que je n’en ai jamais aucune preuve ni jamais reçu aucune plainte à ce sujet ? mises à part les interprétations et les projections de mon inconscient morbide sur votre propre vie sexuelle ? Œdipe LA PLUME

89


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR L’ORDRE DES MÉDECINS ? UN ABUSEUR JAMAIS PUNI ! Dans le droit français, à ma connaissance, la diffamation consiste à porter atteinte à la réputation d’une personne physique ou morale même si le diffamateur dit bel et bien la vérité au sujet de celle-ci. Toutefois il peut être blanchi par la justice s’il est sincère, de bonne foi et peut prouver cette vérité. J’ai bel et bien été victime d’abus de la part de l’Ordre des médecins et je m’en explique ci-dessous. Même si comme me l’a fait savoir ma nouvelle psychiatre actuelle au sujet d’une ex-compagne d’un certain président de la République “Le cerveau a besoin de se venger” pour ma part ce qui me guide dans la présente diffamation légitime contre l’Ordre des médecins pour le bien public et pour en finir avec les abus de toutes sortes de celui-ci à l’égard des victimes d’abus c’est de révéler certains abus dont j’ai été moi-même aussi bel et bien victime de la part de celui-ci. La loi déclare “Nul n’est censé ignoré la loi” et “Nul n’a le droit de faire justice soi-même” : pour prouver que je ne cherche pas à nuire à l’Ordre des médecin mais en réalité que je cherche à ce qu’il fasse enfin son travail comme il le devrait c’est-à-dire conformément à la loi et au Code de déontologie médicale qu’à mon avis il ne respecte pas dans ce billet pour cette affaire je n’utiliserai que des pseudonymes et atteste sur l’honneur que je dis bel et bien la vérité au sujet de celle-ci. Les abus de l’Ordre des médecins sont souvent dénoncés soit sur Internet soit par la télévision. Celle-ci a notamment évoqué récemment les deux abus gravissimes suivants à mon avis entre autres : • lorsque les bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (CMU) portent plainte pour un refus de soin de la part de spécialistes (dont 42 % de psychiatres d’après Que choisir santé) l’Ordre des médecins donne toujours raison aux abuseurs qui ne respectent pas la loi prévue à ce sujet… 90


• lorsque les femmes violées par des gynécologues voire par des psychiatres portent plainte contre ceux-ci l’Ordre des médecins soit fait alors tout son possible pour que la victime renonce à celle-ci contre ceux-ci soit de toute façon ne prononce qu’une sanction toujours la plus laxiste possible contre ces criminels… Pour ma part pour toutes mes plaintes que j’ai déposées à l’encontre de psychiatres (dont des professeurs) pour différentes raisons de toutes sortes auprès de l’Ordre des médecins la plupart de celles-ci n’ont jamais reçu la suite qu’elles auraient dû normalement comporter aussi bien conformément à la loi, au Code de déontologie médicale, qu’aux déclarations de celui-ci lui-même sur son propre site. Je cite ci-dessous celles pour lesquelles aucune réponse ne m’a jamais été faite par celui-ci à moi-même bien qu’elles aient été toutes adressées toujours soit par fax soit par lettre recommandée avec accusé de réception soit par Internet avec accusé de réception aussi (j’ai bien reçu toujours tout ceux-ci). • 2003 : plainte contre le Pr Driss Watson (ancien professeur en psychiatrie et ancien président de l’Association psychanalytique Internationale) pour non-respect du secret médical et professionnel vis-à-vis de mon médecin chef du travail : celui-ci lui avait demandé en 1967 des renseignements médicaux (dont je n’ai eu connaissance qu’en 2002) soi-disant dans le but de m’aider dans mon travail et j’avais alors autorisé le Pr D. W. à communiquer ceux-ci à celui-ci. Mais le Pr D. W. ne m’a pas alors révélé par avance le contenu véritable de ces renseignements. Et pour cause car il écrivait entre autres à mon sujet : voleur, obsédé sexuel, psychotique, traitement suspendu car il n’y a pas d’espoir pour ce malade, etc. Je ne doute pas que le Pr D. W. ait agi ainsi dans le but de m’aider réellement comme il l’a expliqué plus tard dans une lettre à l’Ordre des médecins suite à ma plainte à celui-ci. Mais en réalité il aurait dû me demander auparavant si à mon avis ce genre de renseignements n’était pas susceptible de me nuire et toujours aussi à mon avis pourquoi réellement ce médecin chef du travail demandait justement ceux-ci. Il est ainsi coupable aussi bien de négligence que d’imprudence. La suite de cette affaire est expliquée dans mon livre (avec l’échange de correspondances entre les médecins concer91


nés) mais l’Ordre des médecins n’a pris aucune sanction ni contre le Pr D. W. Quant au médecin chef du travail professeur en neurologie il a ensuite violé à son tour le secret médical en communiquant à mon chef du personnel aussi bien les renseignements que lui avait adressé le Pr D. W. que ceux d’une expertise psychiatrique amiable qu’il avait aussi réclamée à mon encontre en me faisant croire une nouvelle fois qu’ainsi c’était bien sûr pour mon bien… Naïf que j’étais ! D’après ce que m’a expliqué l’assistante sociale chef lorsque j’ai été ensuite mis en préretraite à ma demande pour cela à l’âge de 52 ans en 1997 celui-ci faisait la chasse aux arrêts de travail avant tout pour ainsi remercier son employeur d’avoir embauché son fils handicapé moteur depuis sa naissance comme « emploi réservé ». J’ajoute que ce médecin chef du travail professeur en neurologie de l’avis de tous les syndicats pratiquait le détournement de clientèle systématique vers son cabinet privé de certains malades à l’occasion justement des examens médicaux de ceux-ci qu’il faisait au service médical de l’employeur ce qui est bien sûr formellement interdit par la loi… • 2009 : nombreuses plaintes contre le Pr Michael Legrand de moi-même auprès de l’Ordre des médecins dont notamment les deux suivantes : ➢ d’une part il a certifié que j’étais “désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur”, etc. (cela en 2008 ne s’est jamais révélé juste jusqu’à toujours actuellement en 2014) auprès de l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris sans ne m’avoir jamais vu ni jamais examiné… ➢ d’autre part il a échangé des renseignements médicaux à mon sujet aussi bien avec son praticien hospitalier à son CMP qu’avec des médecins à l’extérieur de son hôpital psychiatrique alors que j’avais interdit tout échange de renseignements médicaux entre eux tous comme le permet la loi sur le dossier médical à ce sujet… J’ajoute que mon ancienne psychiatre psychanalyste, le Dr Désirée Jupon, qui était aussi mon médecin traitant à cette époque n’a jamais voulu me faire un certificat médical soit contredisant soit soutenant l'avis du Pr M. L. dans son certificat 92


médical pour l'Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris… alors qu’elle m’a suivi régulièrement de 2002 à 2012 et qu’elle ne m’avait jamais alors signalé le moindre problème psychiatrique quel qu’il soit. Cela ne correspond pas à mon avis à la définition du “bon” médecin “dévoué” et “loyal” telle qu’elle est indiquée par l’Ordre des médecins lui-même sur son site… C’est très grave aussi bien que des médecins violent le secret médical voire qu’un autre refuse de faire un certificat médical parce que cela l’arrange personnellement aussi bien par mensonge que par hypocrisie vis-à-vis de son propre patient victime des abus de l’un de ses propres confrères psychiatre. Celui-ci d’ailleurs ne lui envoie-t-il pas de nombreux malades au Service d'accompagnement à la vie sociale de son hôpital psychiatrique privé de jour dont elle est justement le superviseur médical de celui-ci ? Or lorsque j’alerte l’Ordre des médecins au ce sujet de tout cela il ne daigne jamais répondre à aucun de mes courriers (envoyés soit par fax, soit par lettre recommandée ou soit par Internet avec toujours un accusé de réception, je le rappelle) ? Refuser de défendre son propre malade au profit de son propre confrère abuseur de celui-ci est-ce bien beau de la part d'une psychiatre psychanalyste chef de service des consultations dans son hôpital psychiatrique privé de jour ? Mais que font aussi bien le directeur médical que le directeur général de son établissement ? Ceux-ci se sont en réalité tous les deux retournés bel et bien contre moi et la soutiennent toujours effectivement aussi bien par amitié personnelle que par confraternité professionnelle... L'Ordre des médecins n'écrit-il pas d'ailleurs sur son site : « Les médecins se doivent solidarité face à l'adversité" ? l'adversaire était bien sûr toujours le malade victime d'abus à l'occasion de ses soins... L’Ordre des médecins ne m’a toujours pas adressé depuis environ un an et demi mon dossier médical en rapport avec mes abuseurs dont notamment bien sûr lui-même : pour cela je sais parfaitement ce qu’il faut faire : d’abord une plainte à la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) puis une plainte pour excès de pouvoir par-devant le tribunal administratif. Le problème c’est qu’au cours de mon déménagement il y a maintenant deux ans de Paris sur la Rivera française j’ai en 93


réalité perdu tous les accusés de réception de tous mes envois à celui-ci. Toutes les personnes physiques ou morales qui se considèrent concernées par le présent billet ont bien sûr un véritable droit de réponse sur ce blog. Je les délie toutes pour cela du secret médical et professionnel sauf pour mes nom, prénom et adresse véritables. Œdipe LA PLUME

94


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR POURQUOI LES PSYS NE GUÉRISSENT PAS DE LA SCHIZOPHRÉNIE ? Je vous présente en P.-S. au présent message les liens vers mes nouveaux blogs remplaçant et annulant tous les précédents. Ceux-ci n’ont tous qu’un seul et même article dont le texte ne devrait pas changer dans l’avenir. Pourquoi je fais tant de blogs ? Parce que j’aime ça ! c’est comme peindre ou chanter pour moi ! Je reprends la correction et la révision de mon livre lequel est toujours en vente actuellement chez Google Play et le sera aussi prochainement chez www.bod.fr. Pour l’instant il n’y a que la quatrième de couverture et l’introduction qui ont été modifiées. Pourquoi je mets toujours une image de jolie fille sur la première de couverture de chacun des sept tomes de mon livre ? C’est parce que comme déjà expliqué par ailleurs seule une relation humaine (sexuelle, sentimentale, etc.) peut guérir de la schizophrénie. C’est la condition la plus importante bien qu’il en faille d’autres aussi à mon avis pour cela : l’analyse, le transfert, le travail, la philosophie, le militantisme, l’environnement, etc. Pourquoi les psys ne guérissent pas de la schizophrénie ? Parce que la simple compassion pour un schizophrène ne peut y suffire ! Il faut en réalité pour cela une véritable relation de couple impossible avec un psy ! Le problème pour nombre de schizophrènes (en tous les cas pour les garçons) c’est qu’ils ne peuvent pas aboutir à celle-ci du fait d’un très gros blocage psychologique qui est si grave que même la psychothérapie avec un psy ne peut pas en général en venir à bout. Pour ma part comme déjà expliqué aussi par ailleurs ce ne sont en réalité que les jeunes prostituées sexy qui m’ont débloqué psychologiquement de mes problèmes relationnels avec les autres jeunes femmes. J’espère que mon livre révisé et corrigé ou pas sera utile à nombre de ceux-ci voire aux psys eux-mêmes, etc. Œdipe LA PLUME […] 95


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR MA VÉRITÉ SUR LA SCHIZOPHRÉNIE CENSURÉE PAR ALLODOCTEURS DE FRANCE 5 Je me permets de communiquer aux lecteurs de www.media part.fr ci-dessous trois messages que j’ai déposés récemment sous le pseudo de Schizo guéri sur le forum schizophrénie d’Allodocteurs de France 5. Les deux premiers ont été censurés ce matin le troisième lui n’est pas censuré à l’heure où j’écris ces lignes. Premier message Je le résume car je ne l’ai pas conservé en mémoire d’ordinateur. Il s’agissait d’une réponse à une certaine Dyliya étudiante en psychologie préparant un master et dans lequel d’abord je lui expliquai que je me tenais à sa disposition pour servir de témoin éventuel à son mémoire sur le thème de la schizophrénie et ensuite je lui communiquai le contenu de mon billet intitulé “Pourquoi les psys ne guérissent pas de la schizophrénie“ déposé hier sur mon blog chez www.mediapart.fr. Deuxième message Le texte intégral de celui-ci que j’ai conservé en mémoire d’ordinateur est réellement le suivant : Je me tiens aussi bien à la disposition de Dyliya que de Lilirose pour les “aider” à ma façon dans la mesure où je le peux peut-être pour solutionner en quelque chose le problème que chacune d’elles expose sur ce forum. Je me considère enfin guéri de ma schizophrénie et me déclare enfin heureux. Mais je consulte toujours ma nouvelle psychiatre actuelle laquelle m’a dit il y a quelque temps : “Vous pouvez vous considérer guéri de votre psychose !” Je ne prends qu’un sixième de la dose d’aripi-prazole (antipsychotique) recommandée dans le domaine de la schizophrénie par le laboratoire qui le fabrique voire je ne prends rien du tout, cela depuis dix ans. Je n’ai jamais vu venir et mon entourage non plus depuis dix ans au moins le moindre indice de 96


rechute. Je suis d’accord avec Yesmite pour son explication de la schizophrénie par le “stade du miroir” bien que cette explication à elle seule à mon avis ne suffise pas. Lacan avait dit à ce sujet entre autres : “Les schizophrènes n’ont pas dépassé le stade du miroir !” Mes découvertes sur moi-même corroborent ce que Lacan a découvert sur ses malades de Sainte-Anne. Toutefois à son explication par “la forclusion du Nom-du-Père” et à celle par le “stade du miroir” j’ai rajouté pour moi-même l’explication par “la forclusion du Sein-de-la-Mère”. Je ne peux pas bien sûr sur ce forum en raconter beaucoup plus sur les raisons véritables de la “guérison” de ma schizophrénie. Pour cela je ne peux bien sûr que vous renvoyer à mon livre en vente actuellement chez Google Play et dans l’avenir chez Bod. Au prix où je vends mon livre à savoir 0,79 € chacun des 7 tomes chez Google Play je ne pense pas qu’on puisse m’accuser d’un bien grand enrichissement personnel ! L’argent ne m’intéresse pas ce que je souhaite c’est d’être utile aux autres à commencer aux schizophrènes eux-mêmes. Troisième message Le texte intégral de celui-ci non censuré à l’heure où j’écris ces lignes est le suivant : Je suis victime d'une censure systématique sur votre forum dès que je réponds aux messages de certains participants à celuici en évoquant le contenu de mon livre GUÉRISON DE MA SCHIZOPHRÉNIE pour essayer de leur rendre peut-être service en quelque chose. En conséquence je préfère ne pas "travailler" avec vous. Qu'est-ce que je vous ai fait ? Toute vérité n'est sans doute pas bonne à dire de ma part au sujet des soins et de ma guérison dans le domaine de la schizophrénie. Mon livre évoque les abus dont j'ai été victime de la part de certains de vos confrères psy, ma guérison de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle et l'importante rémission de ma schizophrénie paranoïde grâce aux prestations de jeunes prostituées sexy, avant de guérir définitivement et complètement grâce à l'amour véritable de ma femme. C'est ça (et bien d'autres choses encore) qui vous dérange et qu'il ne faut surtout pas que les participants voire vos confrères apprennent en lisant mes réponses à leurs messages sur votre forum ? Une prompte réponse 97


de votre part m'obligerait c'est la moindre des corrections surtout de la part de soi-disant médecins. Allodocteurs de France 5 dispose bien sûr d’un droit de réponse au présent billet sur ce blog. Œdipe LA PLUME

98


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE FORUM WWW.ALLODOCTEURS.FR/ALLO-DOCTEURS.ASP À LA SUITE DE L’ARTICLE : SCHIZOPHRÉNIE : CENSURE SUR LE FORUM D’ALLODOCTEURS DE FRANCE 5 Je ne donne aucune leçon à qui que ce soit dans mon livre. Je suis de bonne foi et sincère et veux le bien public dans le domaine de la schizophrénie et de sa guérison entre autres. Je fais donc par de mon expérience à ce sujet dans celui-ci. Je n'ai pas été victime d'un abus de la part d'un être humain comme vous le dîtes si bien. J'ai en réalité été victime de nombreux abus de la part de nombreux monstres… C'est tout à fait différent… Ceuxci d'ailleurs ne m'ont jamais présenté la moindre explication ni la moindre excuse ou regret pour tout le mal qu'ils m'ont fait et même continue de me faire à ce sujet. Mais je ne condamne pas pour autant tout le corps médical comme vous le prétendez faussement. Voici par exemple ce que j'écris dans mon livre au sujet de ma nouvelle psychiatre actuelle (que je vois une fois tous les 15 jours depuis février 2013) : « Avis déposé sur le site Google + du Dr Éva Dévote (psychiatre) : Je remercie Madame le Docteur Éva Dévote pour ses bons soins et services. Je me considère enfin complètement et définitivement guéri de ma maladie gravissime prétendue chronique. Je la consulte toujours mais non plus comme une thérapeute mais en réalité maintenant comme une amie. Cela me permet de parfaire ainsi mon équilibre psychologique. Je vous la recommande vivement. Œdipe LA PLUME ». Vous affabulez donc n'importe quoi aussi bien aussi bien au sujet de moi-même que de mon livre ! L'avez-vous lu ? Tant mieux pour vous si en tant que médecin vous vous croyez supérieur aussi bien en intelligence qu'en qualités humaines… Œdipe LA PLUME P.-S. : je me permets de continuer de me défendre face à vos propos insultants. Vous écrivez : « Avoir guéri de votre maladie psychiatrique ne vous permet pas d'arborer un pseudo prosélytisme et de vous poser en donneur de leçon. Que dois-je retenir de quelqu'un qui généralise sa situation et en tire des conclusions 99


infondées ? » Je ne généralise pas ma situation car si vous aviez lu mon livre vous sauriez que mon ancienne psychologue de mon ancien Service d'accompagnement à la vie sociale ne m'a-t-elle pas fait remarquer un jour : « Votre parcours est unique ! » ? J'écris dans mon livre : « J'ai guéri de la schizophrénie grâce au travail, à la sexualité, à l'amour, au militantisme, à la philosophie, à mon environnement et à mon livre ! » Dans l'amour j'y mets aussi bien la sexualité avec de jeunes prostituées sexy de 1962 à 1972, le transfert épistolaire que j'ai liquidé sur mon ancienne psychiatre psychanalyste et sur mon ancienne assistante sociale de 2002 à 2012, l'amour véritable de ma femme depuis 1973 jusqu'à toujours actuellement en 2014, etc. En quoi cette conclusion constitue-t-elle du prosélytisme et est-elle infondée ? Bien sûr je ne peux pas la prouver par une expérience reproductible comme en chimie et/ou en physique ! Mais face à cela quels arguments avez-vous à m'opposer pour me porter la contradiction ? La censure et l'affabulation ? Je vous conseille aussi bien de lire mon livre que de revoir vos connaissances en psychiatrie ! Quant à mes propos censurés sur ce forum au sujet de la grève des médecins malgré ce que vous m'avez raconté à ce sujet je les maintiens. Je me permets de vous les présenter en résumé d'une autre façon afin que vous les compreniez peut-être un peu mieux : « Je suis pour les augmentations de pouvoir d'achat mais à condition de commencer d'abord par ceux qui en ont vraiment le plus besoin à savoir par exemple ceux qui sont au RSA ou au SMIC. Les généralistes eux gagnent cinq à six fois plus et les spécialistes bien plus encore… que ceux-ci. Alors de quoi vous plaignez-vous ? que les dépassements d'honoraires ne sont pas assez nombreux et élevés ? La médecine ne devrait pas être une question d'argent mais avant tout une question d'amour ! » Œdipe LA PLUME

100


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR UN FORUM SCHIZOPHRÉNIE À FUIR : ALLODOCTEURS DE FRANCE 5 J’ai voulu discuter de la schizophrénie et de sa guérison sur le Forum schizophrénie d’Allodocteurs de France 5 mais aussitôt je n’ai presque jamais cessé d’y être systématiquement censuré. Est-ce parce que mon livre évoque les abus dont j’ai été victime de la part de confrères de médecins de ce site (dont des professeurs), le fait que j’ai guéri de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle grâce à de jeunes prostituées sexy, qu’elles ont provoqué une importante rémission de ma schizophrénie paranoïde, que j’ai fait un transfert épistolaire sur mon ancienne psychiatre psychanalyste et sur mon ancienne assistante sociale et que je l’ai liquidé, que j’ai définitivement et complètement guéri de cette schizophrénie paranoïde grâce à l’amour véritable de ma femme, etc. je n’en sais rien. Le webmaster de ce forum me censure presque systématiquement mais toujours sans aucune explication à ce sujet même quand je le lui demande. Vous trouverez dans mon livre à paraître prochainement (actuellement je l’ai retiré de la vente pour l’améliorer) la totalité des messages censurés (sauf le premier que je n’ai pas gardé en mémoire d’ordinateur) dans leur intégralité. Allodocteurs possède bien sûr un droit de réponse sur le présent blog chez www.mediapart.fr. Je conseille aux schizophrènes qui cherchent à discuter entre eux de fuir ce forum schizophrénie d’Allodocteurs de France 5. À mon avis il y a beaucoup mieux et notamment : http://blogschizo.wordpress.com et www.mediapart.fr. Ci-dessous le dernier commentaire de moi-même censuré par Allodocteurs sur son forum schizophrénie de France 5. Je me tiens bien sûr à la disposition de tous les internautes pour répondre à leurs questions éventuelles. Œdipe LA PLUME

101


Œdipe LA PLUME WEBMASTER ALLODOCTEURS DE FRANCE 5 Bonjour, Je ne comprends pas cette censure systématique dont je suis victime sur votre forum. Celui-ci d’après la loi est un lieu de libre débat c’est-à-dire qu’en principe toute censure y est interdite. Mais sauf justement si l’on prévoit un modérateur pour cela ! Pouvez-vous m’expliquer ce qui ne vous convient pas dans le dernier commentaire suivant que vous venez à son tour de me censurer : « Schizo Guéri à Emjy : Regrettez-vous vos écrits à mon égard sur ce forum au sujet de mon livre et qui sont pour partie les suivants : “personnellement j'ai contacté les gestionnaires de ce site (c'est une possibilité donnée en bas de page en cliquant sur 'nous contacter') afin que soient supprimés les blogs (et autres posts) que vous mettiez car ils étaient visiblement à but lucratif (vendre votre livre) et pas pour une aide a et/ou témoignage en rapport avec une demande spécifique d'un des blogueurs de ce site allodocteurs“. Ce genre de diffamation est passible d’une amende de plusieurs milliers d’euros assortis de dommages et intérêts de plusieurs milliers d’euros, d’autre part ce genre d’abus auprès d’un webmaster est lui aussi passible d’une amende de plusieurs milliers d’euros assortis de dommages et intérêts de plusieurs milliers d’euros. Mon livre n’est vendu que 0,79 € chacun des 7 tomes et je ne touche que 52 % de ce prix moins les taxes. Google Play peut témoigner que je lui ai bien demandé à plusieurs reprises de ne vendre mon livre qu’au prix de 0 (zéro) € lui précisant d’ailleurs que ce qui m’intéressait n’était pas de gagner de l’argent mais de rendre effectivement service. Google Play a dû bien sûr conserver mes courriels que je lui ai adressés à ce sujet. C’est lui qui a prétexté que mon livre étant pour adultes (bien qu’il n’y ait aucune image pornographique dans celui-ci) je devais le vendre au minimum au prix de 1 (un) USD (dollar américain) soit 0,79 €. Cela afin d’obliger les internautes à se servir de leur carte bancaire ce qui permet alors de vérifier leur majorité légale. Je vous demande encore une 102


fois : regrettez-vous vos écrits à mon égard sur ce forum au sujet de mon livre ? Schizo Guéri » Tous mes propos dans tous mes commentaires sur votre forum sont parfaitement licites aux yeux de la loi française à ce sujet. En particulier dans ceux-ci il n’y a jamais ni grossièretés, ni insultes, ni menaces, ni racisme, ni pédopornographie, ni atteinte à la vie privée, etc. Alors pourquoi ce besoin morbide de me censurer ? Je me permets de vous demander aussi : avez-vous lu mon livre ? quelle formation en psychiatrie avez-vous ? Je suis suivi par une psychiatre avec laquelle je n’ai jamais de problème et il n’y a que sur votre forum que j’ai ceux-ci. Une prompte réponse de votre part m’obligerait et d’avance je vous en remercie. Croyez à mes sentiments les meilleurs. Œdipe LA PLUME

103


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR « ON NE SE PROSTITUE JAMAIS LIBREMENT ! » ? Bonsoir, Je vous remercie pour votre réponse qui a retenu toute mon attention. En réalité j’ai toujours voté PCF de 1966 (date de ma majorité légale pour cela) jusqu’à 2004 (date à laquelle j’ai compris que l’unité entre dirigeants de gauche n’était qu’une tromperie et que de toute façon les élections n’ont jamais fait les révolutions) et ensuite jusqu’à presque 2013 pour LO. Ce qui m’a amené à ne plus voter pour LO c’est effectivement sa soi-disant position sur l’homosexualité que j’avais trouvée sur Internet mais qui ne venait pas de son site officiel mais aussi sa position sur la prostitution que j’ai lue (mais que je n’ai peut-être pas comprise) dans son journal, et c’est tout ! Je suis très content et heureux de la position officielle que vous m’apprenez sur l’homosexualité de LO et il n’y a pas lieu que je revienne sur celle-ci. Je vous communique ci-dessous en résumé ma position sur la prostitution pour laquelle je vous prie s’il y a lieu à votre avis de me porter la contradiction. Les putophobes ne disent-ils pas souvent : “On ne se prostitue jamais librement !” ? Je leur réponds : “Mais quel est le travailleur qui vend sa force de travail toujours librement ? En ce sens tous les travailleurs ne sont-ils pas tous que des prostitué(e)s ?” Tous les travailleurs travaillent pour manger et tous les travailleurs mangent pour travailler ! Mais que se passe-t-il pour une femme qui désire manger mais ne trouve pas alors de travail pour cela ? La loi votée en décembre 2013 pénalisant les clients de prostituées n’accorde-t-elle pas à celles-ci (si j’ai bien compris le PCF lui-même qui a voté cette loi) qu’environ 360 € mensuels d’allocation pour qu’elles changent de métier ? À ce tarif de 360 € mensuels pour vivre alors qu'il y a déjà cinq millions de demandeurs d'emploi en France n’est-ce pas justement en104


courager non seulement le recours à la prostitution mais même aussi le recours au proxénétisme ? LE DROIT DE SE PROSTITUER C’EST LE DROIT DE MANGER ! Je ne me crois pas psychorigide c’est-à-dire que je suis capable de changer de comportement si par exemple à la suite d’explications on me démontre que je suis même en quelque chose dans l’erreur. Bien cordialement à vous, Œdipe LA PLUME

105


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR CRITIQUE DE LA PUTOPHOBIE DE LUTTE OUVRIÈRE Je suis sympathisant de Lutte Ouvrière sauf au sujet de sa position sur la prostitution que je viens de relire encore une fois en consultant les archives de son site à l’adresse : www.lutteouvriere.org. Or, cette position m’empêche toujours actuellement de pouvoir continuer à voter pour celui-ci car je ne la trouve pas juste. Les textes que j’ai relus une nouvelle fois sont les suivants : « Loi sur la pénalisation des clients : on n'en a pas fini avec l'esclavage de la prostitution », « Prostitution : une barbarie à l'image de la société », « Un débat sur la prostitution qui fait peu de cas des victimes », « La plus vieille hypocrisie du monde ». J’ai été autrefois client de jeunes prostituées sexy (19651972) et je n’arrive toujours pas à réaliser le prétendu mal que soi-disant je leur aurais fait (2015). Pour moi avoir un rapport sexuel avec une femme qui me propose ses charmes contre mon argent ce n’est pas du tout de la violence ou abuser d’elle mais en réalité échanger un ou des services réciproques. Du côté de la prostituée celui-ci étant de pouvoir manger à sa faim alors qu’elle souffre à ce sujet et de mon côté celui-ci étant de m’assouvir sexuellement alors que je souffre à ce sujet. Où est le mal ? La (presque) majorité des prostituées ne réclament (presque) jamais de changer leur métier pour un autre. Ce ne sont essentiellement toujours que les communistes et les féministes qui parlent toujours systématiquement à leur place et leur font dire des choses qu’elles n’ont (presque) jamais dites. Il suffit de regarder leurs sites pour cela (cliquez sur les liens suivants : [PDF] FIÈRES D'ÊTRE PUTES - L'Altiplano STRASS - Syndicat du Travail Sexuel) voire de les écouter à la télévision dans les reportages spécialisés à leur sujet. LO ne donne aucune explication sur les raisons qui font que les lois déjà existantes pour lutter efficacement contre le proxénétisme ne sont en réalité jamais appliquées et ne réclame pas 106


à ma connaissance leur application véritable. Il s’en prend en réalité aux clients de prostituées. Il fait l’omerta aussi sur les sites où les vieilles mémés proposent leur argent pour forniquer avec des jeunes gens. Là, aucune communiste, aucune féministe, etc. ne parle jamais de violence ! Finalement sur la prostitution je partage l’avis d’Élisabeth Badinter contre lequel d’ailleurs LO n’a jamais rien dit à son encontre. Et pour cause ! Il n’aurait aucun argument valable dans un débat contradictoire à opposer à cette grande philosophe ! Pour rappel pour lire l’avis de celle-ci sur la prostitution cliquez sur le lien suivant : L'État n'a pas à légiférer sur l'activité sexuelle des individus. Après réflexions je ne peux donc pas ou plus continuer à voter pour LO ! Œdipe LA PLUME Ancien secrétaire de la Cellule PCF du CRÉDIT EXPERT DE PARIS P.-S. : ma nouvelle psychiatre actuelle m’a dit un jour au sujet de la prostitution : “Le PCF n’est pas dans la réalité !” Autrement dit cela ne veut-il pas dire pour moi qui ai milité justement au PCF de 1965 à 2004 avant de sympathiser ensuite pour LO que la structure mentale de ses dirigeants voire de ses militants ne serait-elle pas pour eux aussi en rapport avec une psychose de type paranoïaque ? Freud n’avait-il pas dit au sujet de cette psychose : « Dans la paranoïa les pulsions homosexuelles se transforment en pulsions sociales ! » ? À ce sujet il faisait entre autres allusion aux curés et aux bonnes sœurs du christianisme ! Mais ce qui est vrai pour ceux-ci n’est-il pas vrai aussi pour les curés et bonnes sœurs du communisme ? Et d’autant plus par exemple qu’à la fête de LO où il prétend qu’il n’y a jamais aucune censure à sa librairie je n’y ai jamais vu aucun livre de Freud que l’on aurait pu discuter publiquement ! Pourtant Trotski n’avait-il pas dit : “Le marxisme c’est ce qui manque à la psychanalyse !” ? Comme je l’ai écrit souvent à LO : “La psychanalyse c’est ce qui manque à LO !” Pourquoi n’ai-je jamais reçu la moindre réponse sur ce sujet de sa part ? Serait-il autiste ? 107


P.-S. : LO et le PCF ont bien sûr un droit de réponse sur ce présent blog chez www.mediapart.fr.

108


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE : « LE TERRORISME N’EST PAS UNE MALADIE MENTALE ! » COMMENT SORTIR DE LA MERDE ? L’un de mes anciens psys lorsqu’il est devenu expert en psychiatrie au civil (au pénal il a refusé car cela lui aurait pris trop de temps : il faut aller visiter les gens dans les prisons, etc.) en plus de continuer à toujours soigner ses malades psy m’a alors déclaré : « On dit souvent : “Il faut être fou pour tuer !” C’est complètement faux ! […] Il y a tous les jours dans la rue des millions de gens qui sont délirants mais qu’on n’interne pas parce qu’ils ne sont pas dangereux ! » Quant à Boris Cyrulnik il a déclaré un jour à la télévision à propos des bourreaux de la deuxième guerre mondiale ceci (je cite bien sûr de mémoire) : « La psychiatrie n’explique pas les monstres ! Ceux-ci sont anormalement normaux ! C’est l’amour du chef qui les fait obéir et tout accepter ! » À ma connaissance tous les bourreaux à la fin de la deuxième guerre mondiale ont été reconnus par le tribunal spécialement créé à l’époque pour les juger parfaitement sains d’esprit et cela sans aucune circonstance atténuante. Quant au monde actuel c’est bien vrai qu’on est dans la merde et le problème actuel c’est : comment en sortir ? Œdipe LA PLUME

109


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LUTTE OUVRIÈRE EST-IL UNE SECTE ? L’EXPÉRIENCE D’UN SYMPATHISANT ! Ce billet est une réponse à un commentaire d’un militant de LO suite à mon billet intitulé "Critique de la putophobie de Lutte Ouvrière" publié sur mon ancien blog autrefois chez Mediapart. À chaque fois que j’ai eu un doute sur une information concernant LO j’ai alors toujours aussitôt écrit à celui-ci lui communiquant mon opinion ou lui posant bien des questions à l’adresse qu’il recommande sur son site à ce sujet à savoir : contact@lutteouvriere.org. Malheureusement depuis 10 ans que je lui écris régulièrement celui-ci ne m’a (presque) jamais répondu quoi que ce soit sur n’importe quel sujet que ce soit ! J’ai bien eu parfois la visite à mon domicile à Paris d’un de ses responsables – un certain Jacques – que j’avais beaucoup apprécié pour discuter avec moi mais lorsque j’ai effectivement donné mon adhésion à LO en 2004 je n’ai été en réalité mis ensuite en contact ni avec aucune cellule de LO ni avec aucun autre militant de LO que luimême. Ce n’était pas très intéressant de rester dans une association où je ne pouvais y discuter qu’avec lui-même même si encore une fois je l’appréciais beaucoup ! Ensuite j’ai redemandé en 2012 mon adhésion à LO plusieurs fois par écrit et même directement à Nathalie Arthaud, toujours par Internet, bien sûr à toujours la même adresse à savoir : contact@lutteouvriere.org ! Malheureusement je n’ai jamais eu la moindre réponse à ce sujet ! Bref j’ai bel et bien l’impression que je suis malgré mes sympathies pour LO indésirable en quelque chose chez lui ! Quoi exactement je n’en sais rien ! En tous les cas à chaque fois que ce fameux Jacques me visitait il y a quelque chose qui toujours me sautait aux yeux au moins en apparence : il n’était pas du tout ”sectaire” alors que la principale accusation portée à LO sur Internet c’est justement soi-disant qu’il serait une “secte” et même une secte prétendue pire que toutes les autres ! Quoi qu’il en soit compte tenu de tous mes nombreux courriels adressés à LO et toujours tous demeurés sans réponse ce qui me vient c’est de me dire maintenant ceci : “LO c’est 110


l’Ours polaire !” ou “LO est autiste !” Actuellement j’ai déménagé sur la Rivera française dans un lieu que je garde secret et de toute façon je ne peux plus en rien du tout militer dans aucune association car j’ai à m’occuper avant tout de ma femme très gravement malade. Et en plus compte tenu de mon expérience dans bien d’autres associations (celles contre les abus en psychiatrie dont je ne cite pas leur nom pour ne pas leur faire du mal), je me dis : “Les associations ce n’est pas ou plus pour moi !” Œdipe LA PLUME

111


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR « LE CERVEAU A BESOIN DE SE VENGER ! » Cette pensée « le cerveau a besoin de se venger » n’est pas du tout de moi mais de ma nouvelle psychiatre actuelle qui me l’avait fait savoir lors d’une discussion venant de moi au sujet de l’ex-compagne d’un certain président de la République au sujet du livre de celle-ci dans lequel il semblerait qu’elle règle son compte à son ex-compagnon parce que celui-ci l’a ou l’aurait trahie dans le domaine de l’amour ! Mais au cours des tueries récentes les terroristes n’ont-ils pas évoqué eux aussi justement le besoin de se venger pour justifier celles-ci ? Mais se venger de quoi ? Aussi bien de notre esclavagisme d’autrefois que de notre colonialisme toujours actuel dans certains pays d’Afrique où nous n’y ferions la guerre d’après ceux-ci que pour y défendre les « intérêts des exploiteurs français » ! Ne me vient-il pas à ce sujet certains souvenirs anciens pouvant expliquer justement ce besoin de vengeance de certaines gens de ces pays ? À l’Assemblée nationale en 1834 le général Bugeaud n’a-t-il pas déclaré à propos de l’Algérie : « Nous devons nous emparer des meilleures terres quels qu’en soient les propriétaires ! » ? À Sidi Ferruch (une jolie station balnéaire à 20 km à l’ouest d’Alger) en 1964 lors de mes vacances avec Loisirs et Vacances de la Jeunesse quelle n’a pas été pas notre surprise de découvrir en arrivant tous ensemble sur la magnifique plage une pancarte datant forcément pour nous du temps de l’Algérie française avec l’inscription suivante : « PLAGE INTERDITE AUX CHIENS ET AUX ARABES » ? En 1968 à l’hôpital psychiatrique de la Sérénité un ancien légionnaire n’avait-il pas raconté à table aux autres malades : « Il n’y avait pas que la gégène (un appareil provoquant d’horribles souffrance grâce à l’électricité et qui pouvait se brancher aussi bien sur le sexe des hommes que sur le sexe des femmes et transportable partout grâce à une batterie qu’il suffisait de recharger) dont on pouvait se servir pour faire parler les fellaghas ! Moi mon rôle c’était de leur casser les “couilles” à coups de marteau ! ? » D’autres souvenirs me viennent encore mais cette fois pour dénoncer au contraire les tortures des révolutionnaires algériens : « Quand ils attrapaient un soldat français ils l’attachaient à un arbre, lui coupaient les “couilles”, les leur mettaient dans la 112


bouche… et le laissaient ainsi mourir ! » « Quand ils attrapaient une française ils lui découpaient les seins vivants ! » Je crois que tous ces faits ont été bel et bien vrais autrefois ! Pour autant si je fais le bilan de cette guerre (pour laquelle il y a eu 50 000 morts du côté français et 1 million de « martyrs » du côté des révolutionnaires) pour moi il est négatif ! Les exploiteurs français ont été virés mais ont été remplacés pour moi par des exploiteurs algériens ! Et ça été comme ça à mon avis pour toutes les révolutions qu’il y a toujours eues jusqu’à toujours actuellement ! À chaque fois celles-ci n’ont-elles pas été trahies en quelque chose voire complètement ? Que faire alors ? Marx n’a jamais écrit que pour aboutir au communisme il fallait égorger les bourgeois ! Ce que j’ai compris de lui c’est entre autres : « Prolétaires de tous les pays unissez-vous ! » C’est donc la conscience qui devrait faire les révolutions et aboutir au communisme ! Pour ma part la barbarie ne me vient pas actuellement pour changer le monde ! Je lutte seul dans mon coin grâce à Internet ! Œdipe LA PLUME

113


Œdipe LA PLUME Madame le Docteur Désirée JUPON Chef de service des consultations LA JOIE DE VIVRE Le 19 janvier 2015, Bonjour Madame, Je vous rappelle encore une fois que votre refus persistant depuis au moins 2012 de ne pas me faire le certificat médical circonstancié que je vous ai toujours réclamé régulièrement depuis cette date au sujet de l’affaire qui m’oppose au Pr Michael Le Grand ne correspond pas à la définition du « bon médecin dévoué et loyal » telle que celle-ci est indiquée pour exercer la médecine par l’Ordre des médecins. Je vous demande à nouveau de me communiquer votre avis au sujet de cette affaire qui m’oppose au Pr Michael Le Grand sous la forme d’un certificat médical réellement circonstancié soutenant ou s’opposant à l’avis de celui-ci dans son certificat médical du 17 juillet 2008. Pour rappel vous trouverez celui-ci et vos certificats en P.-S. Le Pr Michael Le Grand précise d’ailleurs clairement dans ce certificat médical du 17 juillet 2008 que celui-ci n’est en réalité rédigé par lui-même que « sous réserve d’un avis qui pourrait être différent de la part d’un clinicien qui rencontrerait directement cette personne ». Or le clinicien que je rencontrais directement à l’époque de ce certificat médical c’était justement vous-même aussi bien en tant que spécialiste psychiatrique que médecin traitant. Et d’ailleurs ne receviez-vous pas justement l’orignal de ces courriers que j’adressais en double à vos confrères spécialistes ou directeurs d’hôpitaux ? Le thème de ceuxci n’était-il pas notamment : « la dégradation des soins, des services, de la relation médecin-malade », etc. dans certains hôpitaux parisiens ? Or l’OSH soit à la sortie de ses services soit sur son site Internet ne demandait-elle pas justement l’avis par écrit de ses usagers au sujet de leurs soins, services, relation médecinmalade, etc. ? Et à l’Hôpital Sainte-Clotilde où exerçait alors le 114


Pr Michael Le Grand n’y avait-il pas justement à l’époque à ce sujet des affiches sur presque tous les murs avertissant ainsi les malades : « en cas d’agression physique ou verbale nous portons plainte aussitôt » ? J’ai bien reçu de votre part autrefois votre certificat médical du 21 mai 2013 à mon nouveau domicile actuel ce dont je vous remercie encore une fois. Mais celui-ci n’est en rien du tout circonstancié comme je vous l’avais demandé explicitement car il ne fait aucune allusion au diagnostic gravissime de « désordre, dangerosité, délire », etc. du Pr Michael Le Grand dans son certificat médical du 18 juillet 2008 pour l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris. Pour moi le diagnostic et le pronostic à mon sujet de celui-ci en rapport avec mes courriers adressés à ses confrères spécialistes ou directeurs d’hôpitaux ne se sont toujours pas révélés justes jusqu’à toujours actuellement en 2015 ! Et pour cause car à mon avis ils étaient délibérément mensongers et n’avaient que pour but réel que de me faire cesser d’écrire à ses confrères spécialistes ou directeurs d’hôpitaux. Celui-ci prétend que j’étais dans mes courriers soi-disant « désordonné, dangereux, délirant », etc. ? Ne peut-il pas par conséquent me citer quelques passages de ceux-ci qui lui ont fait venir alors son diagnostic et son pronostic de « désordre, dangerosité, délire », etc. justifiant son certificat médical de signalement à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris à mon encontre ? Dès le début de mon traitement psychothérapique en 1962 j’ai toujours alors régulièrement écrit à bien des psychiatres dont entre autres le Pr Driss Watson (autrefois président de l’Association Psychanalytique Internationale), le Pr Iouri Petrof, etc. Tous me répondaient alors toujours plus ou moins et j’ai même reproduit certaines de leurs réponses dans mon livre à paraître prochainement. Mais aucun d’eux ne m’a alors signalé que j’étais « désordonné, dangereux, délirant », etc. Mais ne me rencontraient-ils pas alors directement tandis que le Pr Michael Le Grand lui n’a pas été gêné du tout de faire un certificat médical à mon encontre sans ne m’avoir jamais vu ni jamais examiné ! Pourtant dans les bulletins de l’Ordre des médecins que reçoit aussi le Pr Michael Le Grand n’était-il pas indiqué que cette façon 115


d’agir est en réalité une faute lourde professionnelle avec en général de très graves conséquences pour les malades ? Si je n’ai pas de réponse ou pas de réponse satisfaisante de votre part dans les meilleurs délais à ce que je vous demande à nouveau explicitement dans le présent courriel alors je porterai plainte contre vous à l’Ordre des médecins. Pour cela je lui communiquerai l’intégralité du dossier de l’affaire qui m’oppose à vous et lui demanderai votre radiation à vie de l’exercice de la médecine. Le motif avancé comme déjà précisé en tête du présent courriel sera que vous ne vous comportez pas avec moi en « bon médecin dévoué et loyal » et qu’à ce titre vous il n’y a donc pas lieu que vous exerciez la médecine. Je ne me fais pas d’illusion sur le jugement de l’Ordre des médecins à votre sujet : il ne fait toujours que blanchir les coupables et que toujours noircir les victimes d’abus de toutes sortes de ses confrères ! Il discrédite ainsi tous les bons médecins qui en ont marre eux aussi des abus de celui-ci également. Pour cette raison si son jugement alors ne me satisfait pas je déposerai le dossier intégral de l’affaire qui m’oppose à vous sur le site de www.maveritesur.com ! Il s’agit d’un site d’avocats où les victimes d’abus de toutes sortes peuvent s’y exprimer librement mais à condition de s’engager à ne dire que la stricte vérité sur celui-ci. Ensuite il me sera toujours possible grâce à un avocat spécialisé de porter plainte contre l’Ordre des médecins et vous-même d’abord par-devant le Conseil d’État puis la Cour de cassation et enfin bien sûr par-devant La Cour européenne des droits de l’homme. Je vous rappelle que comme le permet la loi sur le dossier médical je vous ai interdit il y a quelque temps toute communication réciproque de renseignements médicaux me concernant entre vous et le Pr Michael Le Grand et son équipe. Mon but n’est que de contribuer par mes plaintes à ce qu’il y ait ainsi enfin moins d’abus voire pas du tout en psychiatrie en France. Celle-ci est toujours actuellement le pays d’’Europe le plus condamné par la Cour européenne des droits de l’homme pour ses abus en psychiatrie. 116


Quant à ma nouvelle psychiatre actuelle laquelle je ne la consulte plus actuellement que comme une amie personnelle celle-ci ne m’a-t-elle pas déjà déclaré à plusieurs reprises au sujet de mon affaire justement avec vous-même et le Pr Michael Le Grand : « Écrire est très thérapeutique ! » mais aussi : « Vous pouvez vous considérer guéri de votre psychose ! » ? Ne croyez pas que le temps travaille pour vous. En réalité je prends du temps pour mieux faire ainsi ma procédure à votre encontre ! Attention à ne payer cher ensuite cette illusion ! Recevez, Madame, mon souvenir le meilleur. Œdipe LA PLUME

117


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LA LIBERTÉ D’EXPRESSION SUR LES FORUMS D'INTERNET EXISTE-T-ELLE ? Un jour que j’avais été depuis plusieurs semaines systématiquement censuré par le modérateur du forum de www.collectifpsychiatrie.fr parce que dans mes commentaires j’y évoquais aussi bien les internements abusifs que les droits des victimes d’abus* j’avais demandé à deux juristes quelle était la loi à propos de la censure des propos parfaitement licites par les modérateurs sur Internet, ceux-ci m’ont alors répondu ceci : « Un forum est un lieu de libre débat c’est-à-dire qu’en principe toute censure y est interdite ! » « Un forum internet est un endroit privé. En y postant un message, vous vous engagez à respecter le règlement dudit forum et vous en acceptez la modération. Si vous n’acceptez pas ces deux points, vous ne postez pas sur le forum. »** Mais pourquoi le responsable d’un site prévoit-il la modération sur le forum de celui-ci des commentaires alors que la loi prévoit qu’en cas par exemple de grossièretés, de racisme, de menaces, d’atteintes à la vie privée, de pédopornographie, etc. le modérateur de celui-ci a alors un droit obligatoire de censure sinon il risque lui-même d’être à son tour aussi poursuivi en justice ? C’est que mon expérience sur le site de www.humanite.fr par exemple m’a montré qu’ainsi en supprimant systématiquement les messages qui ne conviennent pas (par exemple par leur vérité) à la direction de ce journal il manipule ainsi ses lecteurs pour leur faire croire qu’après véritable débat sur son forum la plupart de ses visiteurs sont alors pratiquement tous entièrement d’accord avec ce que celui-ci a écrit. Ce qui dans mon cas n’était bien sûr que systématiquement un mensonge à ce sujet. 118


Bref un modérateur en général ça ne sert pas surtout à faire respecter la loi par exemple en matière de respect de la vie privée des internautes mais surtout à faire croire que ceux-ci sont presque toujours d’accord avec la politique du site qu’ils visitent ! Ils ne servent donc en général qu’à mentir, manipuler, tromper les visiteurs ! Et c’est comme ça pratiquement sur tous les sites Internet où il y a un forum ! Mais est-ce grâce à la censure qu’on peut arriver à la vérité que l’on recherche lorsqu’on discute sur tout forum quel qu’il soit ? Or celle-ci s’en aperçoit toujours forcément ? Le résultat c’est que des millions de gens en France sur Internet s’autocensurent eux-mêmes systématiquement sur des milliers de forums auxquels ils ont affaire plutôt que d’être ensuite complètement et systématiquement censurés par les modérateurs ! C’est ça la liberté d’expression sur Internet actuellement en France ? Il n’y a pas forcément une censure officielle de l’État mais bien en réalité une censure privée laquelle en général roule bien souvent systématiquement pour celui-ci ! Mais pour en finir avec cette réelle atteinte aux libertés et aux droits de l’homme que peut-on faire ? Il faudrait sans doute changer la loi ! Qui en aura le courage ? Œdipe LA PLUME *voir tous mes commentaires censurés par le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire sur son forum autrefois et même encore récemment dans mon livre à paraître prochainement : “Guérison de ma schizophrénie”. **site d’avocats en ligne : www.legavox.fr

119


Œdipe LA PLUME Madame le Docteur Désirée JUPON LA JOIE DE VIVRE Le 26 janvier 2015, Madame, Depuis au moins deux ans vous refusez toujours implicitement de me communiquer votre avis circonstancié au sujet des troubles mentaux constatés en 2008 sans ne m’avoir jamais vu ni jamais examiné par le Pr Michael Le Grand psychiatre à l'Hôpital Eugen Bleuler) alors qu’à l’époque du certificat médical de celuici me signalant comme "désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur", etc. vous étiez alors aussi bien mon médecin psychiatre que mon médecin traitant parfaitement au courant des faits que celui-ci me reprochait alors. Je vous prie de bien vouloir me communiquer dans les meilleurs délais les raisons qui font que vous ne pouvez jamais guère me donner la suite qu’il convient à ma demande d’avis circonstancié à ce sujet. Vous étiez ce confrère qui me rencontrait directement autrefois à l’époque des troubles constatés sans ne m’avoir jamais vu jamais ni jamais examiné par le Pr Michael Le Grand. Votre avis devrait servir, d’une part à mon équilibre psychologique, d’autre part à porter plainte contre le Pr Michael Le Grand à l’Ordre des médecins. En cas de refus une plainte sera bel et bien déposée à l’Ordre des médecins à votre encontre. Celui-ci vous demandera alors des explications que vous serez tenue de lui communiquer et qu’il me communiquera ensuite à son tour. Faute de quoi il prendra des sanctions professionnelles contre vous. Recevez, Madame, mon souvenir le meilleur. Œdipe LA PLUME

120


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE : JE ME SUIS FAIT À L’IDÉE QUE C’ÉTAIT POUR LA VIE… Merci de raconter votre histoire de schizophrénie et de délires sur ce blog car cela m’aide en quelque chose même si je me considère maintenant guéri de celle-ci et de ceux-ci dont j’ai beaucoup soufferts moi aussi. Je croyais que grâce à télépathie je pouvais alors communiquer avec la femme que j’aimais et quant aux voix que j’entendais je croyais qu’elles avaient pour but de me délivrer de mon emprisonnement policier, militaire et politique (j’étais alors interné en psychiatrie dans un lieu sordide) … et comme vous aussi plus tard je me suis mis aussi à raconter alors mon histoire de schizophrénie et de délires en écrivant beaucoup sur des blogs. Quand j’évoque ce que je viens de vous dire à ma nouvelle psychiatre actuelle celle-ci ne me répond-elle pas alors : “Vous pouvez vous considérer guéri de votre psychose car vous critiquez votre délire et vous n’y adhérez pas ! […] Écrire est très thérapeutique !” ? Je ne considère pas toutefois comme vous que j’ai pour autant une épée de Damoclès audessus de ma tête si j’arrêtais alors mon traitement médicamenteux (un sixième de la dose en ambulatoire d’aripiprazole recommandée par le laboratoire qui le fabrique) car à chaque fois que j’ai arrêté celui-ci même sur de longues périodes (bien que ce ne fut pas souvent) ni moi ni mon entourage n’ont jamais vu apparaître alors le moindre indice de rechute dans la schizophrénie ! Toutefois comment faire pour prédire malgré tout mon avenir surtout qu’à mon avis on ne peut jamais prouver effectivement la guérison d’une schizophrénie (il n’existe ni examen médical : prise de sang, radiographie, ni test psychologique : taches d’encre, monde imaginaire, etc. pour cela) ? Il n’y a que mon vécu et mon ressenti sur une période de maintenant dix ans à la dose d’un sixième de celle en ambulatoire d’aripiprazole recommandée par le laboratoire qui le fabrique qui me font alors venir que je suis bel et bien guéri en quelque chose voire complètement et définitivement de ma schizophrénie ! Mais comment prouver que l’on n’a plus soit une structure mentale psychotique (hypothèse de Lacan) soit qu’on n’a plus des anomalies 121


génétiques (hypothèse actuelle mais toujours non vérifiée à mon avis) ? C’est impossible ! Pour moi être guéri de la schizophrénie ce n’est pas ne plus prendre aucun antipsychotique mais comme déjà dit dans un commentaire précédent “être content et heureux de la vie qu’on mène et du personnage que l’on est” ! Ce qui compte est-ce d’être malade ou pas ou d’être heureux ou pas ? Et comme le dirait l’ex-présidente de la FNAPSY : “Il faut avoir une vie vivable !” Œdipe LA PLUME Je ne me considère enfin complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie et ne me déclare enfin parfaitement heureux que parce que tel est justement mon vécu et mon ressenti à ce sujet. On n’a pas tous la même vie et le bonheur n’est pas la même chose pour tout le monde ! Il y a des gens qui sont malheureux partout où ils sont comme il y a des gens qui sont heureux partout où ils sont aussi ! Quant aux bas et hauts de la vie j’en ai bien sûr aussi à commencer par ma femme que je risque de perdre prématurément compte tenu de sa maladie gravissime ! De plus le monde n’est pas beau avec toutes ces guerres, ces terrorismes, ces famines, ces catastrophes naturelles, ces maladies, la pollution, le réchauffement climatique, etc. Malgré tout encore une fois je me sens ainsi enfin complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie et me sens aussi ainsi enfin parfaitement heureux ! Je n’ai pas toujours été comme ça ! Comprenne qui pourra enfin à ce sujet ! Œdipe LA PLUME

122


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR CONTRE LA JUSTICE QUI TUE ET CONTRE LA JUSTICE QUI PUNIT ŒDIPE Dr … Pr … Psychiatres À quoi sert la peine de mort que ce soit en Chine ou aux USA ? Celle-ci ne tue-t-elle pas d’ailleurs bien des innocents quel que ce soit le pays où on la pratique effectivement ? À quoi sert la prison en France ? 65 % des délinquants et des criminels récidivent toujours et parmi ces derniers ce sont les violeurs qui récidivent le moins : à savoir seulement 5 % d’entre eux à ma connaissance ! Il est certain comme le dirait ma nouvelle psychiatre actuelle que lorsqu’on est victime d’une agression ou d’un abus peu importe quel qu’il soit la réaction du cerveau de tout le monde c’est alors de se venger effectivement ! Et cela notamment grâce à la justice ! Mais ce besoin de vengeance à l’occasion d’une agression ou d’un abus dont on est victime est-ce alors une bonne pensée voire une bonne pulsion ? L’homme est autant capable d’amour que de haine ! L’amour à mon avis correspond au besoin de construire quelque chose avec autrui dans un but de bonheur ! La haine, elle, à mon avis, correspond au besoin de détruire quelque chose dans un but de malheur ! Dois-je à mon tour succomber à cette pensée ou à cette pulsion ? C’est pourquoi je renonce à cette idée qui me trotte depuis environ deux ans au moins mais que j’ai bel et bien toujours retardée de vous assigner par-devant votre Conseil départemental de l’Ordre des médecins ! Vous resterez ainsi impunis ! Est-ce juste ? Je n’en sais rien ! Je ne crois pas à la justice ! Je crois que le monde restera toujours inégal et injuste même si celui-ci arrive un jour au communisme ! À ce sujet je crois malgré tout que la solution à tous les problèmes actuels voire futurs est bien quand même l’accomplissement de la fameuse phrase de Marx : “Prolétaires de tous les pays unissez-vous !” Mais pourquoi cela ne s’est-il pas jamais fait jusqu’ici ? pour des raisons en rapport aussi bien avec 123


la psychologie individuelle qu’avec la psychanalyse et qui n’ont rien à voir en réalité aussi bien ni avec la psychologie collective ni qu’avec le marxisme ! Que faut-il faire malgré tout en attendant éventuellement que ce vœu toujours resté pieu pour l’instant de Marx ne s’accomplisse effectivement pour changer quelque chose à toutes les injustices et inégalités qu’il y a toujours actuellement dans ce monde de fous de toutes sortes me semble-t-il ? Vraiment je n’en sais rien ! Car si l’on est attaqué et que l’on ne se défend pas où aboutit-on effectivement ? Vraiment je n’en sais rien non plus ! Quoi qu’il en soit ce qui me vient c’est qu’il faut plus d’amour dans ce monde et chercher surtout à y abolir la vengeance ou la haine vis-à-vis d’autrui ! C’est pourquoi encore une fois je renonce à vous assigner par-devant votre Conseil départemental de l’Ordre des médecins ! Œdipe LA PLUME

124


SEXOTHÉRAPIE DE MA SCHIZOPHRÉNIE* Les médicaments psy n'agissent que sur les effets de la maladie psy pas sur les causes de celle-ci ! La simple compassion d’un psy vis-à-vis d'un malade psy peut-elle alors suffire pour le guérir ? C’est pourquoi les psys soutiennent toujours les schizophrènes qui leur confient avoir régulièrement des rapports sexuels avec de jeunes prostitué(e)s sexy. La plupart de ceux-ci souffrent d’un blocage psychologique vis-à-vis du sexe opposé ne leur permettant pas d’adresser normalement la parole à celui-ci. Il s'agit d'une faille au niveau symbolique dans leur inconscient acquise lors de leur petite enfance du fait de la forclusion du Sein-de-la-Mère et du Nom-du-Père et demeurée toujours ouverte dans celui-ci à l’âge adulte. Celle-ci se traduit alors par une faille dans la parole vis-à-vis du sexe opposé. Les jeunes prostituées sexy auxquelles j'ai eu régulièrement affaire (au début au rythme d'une fois par semaine en 1965 et à la fin au rythme d'une fois tous les trois mois en 1972) m'ont bel et bien guéri de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle et m'ont bel et bien provoqué une importante rémission de ma schizophrénie paranoïde. En me débloquant psychologiquement elles m'ont alors ainsi permis de rencontrer enfin la femme de ma vie. C'est l'amour véritable de celle-ci de 1973 jusqu'à toujours actuellement en 2015 qui m'a ensuite enfin permis de guérir complètement et définitivement de ma schizophrénie paranoïde vers 2004. Après cette date j'ai pu enfin me sevrer de tous mes tranquillisants et somnifères que je prenais malgré tout à des doses faramineuses depuis 1962, puis j'ai supprimé complètement mon antidépresseur que je prenais à une dose moyenne depuis 1981, et depuis 2008 je ne prends plus qu'un sixième de la dose en ambulatoire d'un seul antipsychotique que je prenais depuis 1965 sous forme alors de plusieurs neuroleptiques pris toujours à des doses faramineuses, voire même je ne prends rien du tout. Dès lors compte tenu de cette expérience heureuse au point de vue santé psychologique avec ces jeunes prostituées sexy et qui a donc permis la suite encore plus heureuse toujours au point de vue santé psychologique avec ma femme ne puis-je pas recommander ces charmantes profession125


nelles du sexe à bien d'autres schizophrènes voire à bien d'autres malades de toutes sortes, aux handicapés, aux timides, aux bloqués, aux solitaires, aux névrosés, aux psychotiques, aux pervers, etc. aussi bien pour les soigner, les guérir que faire au moins pour partie leur bonheur ? Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

126


PSYCHANALYSE DE MA SCHIZOPHRÉNIE* La psychanalyse de l’auteur de ce blog a commencé en 1962 et elle a toujours été aussi bien verbale qu’épistolaire jusqu’à toujours actuellement. Bien qu’il n’ait été allongé sur le divan qu’un an au rythme de seulement une séance par semaine (19651966) les entretiens qu’il a eus en face à face et ce qu’il avait à dire à ses psys par écrit se sont effectivement traduits d’une part par les mêmes phénomènes de transfert que ceux dans une vraie cure-type psychanalytique et d’autre part après la liquidation de son transfert épistolaire à son avis par une guérison complète et définitive qui perdure toujours réellement. Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

127


CHIMIOTHÉRAPIE DE MA SCHIZOPHRÉNIE* La chimiothérapie de l’auteur de ce blog pour sa schizophrénie a d’abord commencé en 1962 sous la forme de tranquillisants et de somnifères mais seulement qu’exceptionnellement à cette époque. Cela parce qu’à l’âge de 17 ans il souffrait déjà d’insomnies graves dont il se soulageait pour partie à sa façon en se masturbant jusqu’à deux ou trois fois par nuit. Auparavant en 1961 il avait été arrêté par la police pour avoir volé à l’étalage d’une librairie des livres sur la méthode Ogino et des températures, etc. Le juge (une femme) décida alors une expertise psychiatrique laquelle conclut à “une névrose obsessionnelle et des indices de paranoïa nécessitant une psychothérapie”. Œdipe La Plume (pseudonyme) dit Schizo Guéri commença celle-ci sous la forme d’un psychodrame avec le Dr Driss Watson** (futur professeur à la faculté de médecine et futur président de l’Association Psychanalytique Internationale) à l’Hôpital Sigmund Freud** à Paris. Mais les troubles psychiques de celui-ci ne s’arrangeant toujours pas le Dr D. W. décida alors qu’une psychothérapie individuelle de soutien serait associée pour lui au psychodrame. Celle-ci dura trois ans avec plusieurs étudiants du Pr D. W. qui exerçaient dans cet hôpital psychiatrique avant tout pour devenir eux aussi psychiatres. Mais malgré le psychodrame (qui ne dura en réalité que deux ans seulement) associé à la psychothérapie individuelle de soutien (qui, elle, dura trois ans en tout jusqu’en 1966) Œ. L. ne voyait toujours alors sans cesse que des aggravations de son état de santé psychologique ! Toutes cellesci ne les signalait-il pas toujours aussi bien verbalement à chaque séance de psychothérapie individuelle de soutien chaque semaine que presque tous les jours par courriers intempestifs aussi bien au Dr D. W. qu’à ses étudiants ? Mais ceux-ci ne tenaient jamais compte en réalité de ce qu’il rapportait ainsi presque en permanence au sujet de ses aggravations véritables de son état de santé psychologique ! Bien au contraire la dernière assistante du Pr D. W. à laquelle il eut affaire de 1964 à 1966 ne lui répliquait-elle pas à chaque séance de psychothérapie individuelle de soutien chaque semaine à ce sujet : ”En réalité vous allez très bien ! Vous n’êtes qu’un menteur, un tricheur, un simulateur ! Et vous n’avez pas besoin du tout d’une psychothérapie !”, etc. Malheureusement suite aussi bien à un choc affectif grave provoqué par une jeune collègue de travail de six ans son aînée dont 128


il était follement amoureux qu’à une faute professionnelle lourde du Dr D. W., la névrose obsessionnelle et les indices de paranoïa d’Œ. L. évoluèrent alors en schizophrénie paranoïde nécessitant deux hospitalisations psychiatriques graves en urgence à l’Hôpital Saint-Saturnin** (autrefois dans la Seine-et-Oise et actuellement dans les Yvelines) d’environ trois mois en tout en 1966-1967. Voilà en résumé pour le début de sa chimiothérapie. Pour ceux que l’histoire de celle-ci intéresse davantage le mieux est d’en lire la suite dans le livre de l’auteur de ce blog “Guérison de ma schizophrénie” à paraître prochainement chez Google Play. Œ. L. se considère actuellement complètement et définitivement guéri de sa schizophrénie et se déclare enfin parfaitement heureux à la retraite avec sa femme dans un lieu qu’ils gardent secret. Malgré tout il est suivi par une nouvelle psychiatre laquelle ne constate toujours aucun délire dans sa relation avec elle. Il ne prend qu’un sixième de la dose d’antipsychotique recommandée en ambulatoire par le laboratoire qui le fabrique, voire même rien du tout. Et depuis environ dix ans de cette façon ni lui ni son entourage n'ont jamais vu venir le moindre indice de rechute dans sa schizophrénie. L’histoire de la chimiothérapie de sa schizophrénie pourrait très brièvement se conclure ainsi à son avis : “Les médicaments ne font que suspendre les crises psychotiques ! Au mieux ils suppriment le malheur jamais ils ne font le bonheur ! Seule une relation humaine peut guérir de la schizophrénie !” Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs **pseudonyme

129


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLO HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE : « COMMENT NE PAS ÊTRE UN MÉDECIN CONNARD » QUEL MONDE DE MERDE ET DE FOUS ! À mon avis quel que soit le geste ou l’acte s’il est fait sans le consentement du patient ou de la patiente c’est toujours alors un viol donc un crime actuellement puni sévèrement par la loi prévue à ce sujet (celle-ci ne dit-elle pas (je cite de mémoire ) : « toute pénétration dans quelque partie que ce soit du corps sans le consentement de l’intéressé(e) est un viol » ! Le problème c’est qu’on est à une époque où il y a énormément de crimes et de délits de toutes sortes et que malgré les peines de prison de plus en plus sévères il y a toujours malgré tout de plus en plus de ceux-ci ! Que faire et où va-t-on ? Je suis aussi bien contre la justice qui tue que contre la justice qui punit ! Car celle-ci à mon avis d’une part n’existe pas d’autre part n’a que pour but de satisfaire les besoins du cerveau en matière de haine et de vengeance ! Ce que pour ma part je n’apprécie pas du tout de la part de mon propre cerveau éventuellement ! Dieu d’après la religion est amour et ne punit pas ! Je ne crois pas en Dieu mais ne pense pas que le monde de punitions que les humains ont bel été bien créé à l’égard d’eux-mêmes soit alors un monde bien humain et bien intelligent ! Quand on pense qu’actuellement dans les prisons il y a au moins 8 % de schizophrènes est-ce une façon bien intelligente et humaine, d’une part de les soigner, d’autre part de les empêcher alors de récidiver ? Et quand on sait aussi que 65 % des délinquants et criminels quand ils sortent de prison récidivent toujours systématiquement mais que ce sont les violeurs qui récidivent justement le moins à savoir seulement 5 % de ceux-ci mais que pourtant ce sont de ceux-ci dont on parle le plus et qu’on stigmatise le plus… Bref d’une part je ne comprends pas du tout ce monde aussi bien de merde que de fous ! Et je ne comprends pas du tout ce que je suis venu y faire car à ce sujet je n’ai jamais reçu de bien grandes explications ! Quant à celles du fils de Dieu qui nous aurait visité en son temps surtout pour racheter tous nos péchés de toutes sortes… pour ma part cellesci ne me paraissent pas du tout crédibles ! Certains ne disent-ils 130


pas qu’en réalité celui-ci n’était qu’un imposteur ? voire qu’un schizophrène ? Œdipe LA PLUME

131


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE : “SCHIZOPHRÉNIE ET PRISE DE POIDS : UNE NOUVELLE EXPLICATION” L’OLANZAPINE (ANTIPSYCHOTIQUE) : UNE ESCROQUERIE MONDIALE ? C’est sûr que l’olanzapine fait énormément grossir tous ceux qui l’ingurgitent et donne souvent le diabète. D’ailleurs aux USA à ce sujet le laboratoire Lilly qui le fabrique a alors indemnisé fortement des milliers de malades avant que les procès intentés par ceux-ci n’aboutissent par-devant la justice (voir à ce sujet le journal Libération en son temps). Sous Olanzapine à la dose de 10 mg j’ai pesé autrefois jusqu’à 104 kg alors que sous aripiprazole à la dose de 5 mg je ne pèse actuellement plus que 86 kg (pour 1,85 m). Mais l’olanzapine a bien d’autres inconvénients : à la dose de 10 mg je suis suicidaire à cause de son effet dépresseur et j’ai aussi des crises de narcolepsie qui ont été constatées grâce à cinq électroencéphalogrammes de 20 minutes espacés d’une heure chacun passés dans la journée à l’Hôpital Azig Mamadou à Paris (service d’exploration du sommeil) en 2004. À la dose de 5 mg je vais quand même mieux et ne suis alors que seulement très ralenti et très somnolent. Et à la dose 2 ½ mg (la moitié du 5 qu’il suffit de couper en deux avec un couteau car à cette dose ce médicament n’a pas reçu son autorisation de mise sur le marché en France), je vais très bien. Dans mon livre j’ai consacré plusieurs articles à l’olanzapine et j’ai même d’un part titré l’un d’eux : “L’olanzapine (antipsychotique) : une escroquerie mondiale ?”, d’autre part dans un autre article j’ai demandé le retrait du marché de l’olanzapine 10 en ambulatoire à l’AFSSAPS (autrefois l’Agence française de sécuritaire sanitaire des produits de santé). Celle-ci m’a alors répondu (voir mon livre) que les effets indésirables non mentionnés dans le dictionnaire Vidal que je constatais sur moi étaient toujours réellement possibles ! Mais qu’a-t-elle fait alors pour autant ? rien du tout ! Elle maintient donc toujours la vente de ce produit à mon avis d’un très mauvais rapport qualité/prix et n’a toujours pas non 132


plus indiqué dans le Vidal (ce qui est contraire à la loi prévue à ce sujet) les effets nuisibles gravissimes de celui-ci que je lui avais signalés autrefois à son sujet. Enfin il faut savoir que d’après le dictionnaire Vidal tous les antipsychotiques (rispéridone, olanzapine, aripiprazole, etc.) sont susceptibles de provoquer un jour ou l’autre le diabète, que ceux-ci sont contre-indiqués dans les histoires de démences séniles (maladie d’Alzheimer, etc.) car des accidents vasculaires cérébraux mortels ont été alors plus souvent constatés chez les vieux malades qui le prenaient à l'hôpital que chez les volontaires du même âge qui eux ne prenaient en réalité qu’un placebo à leur domicile, etc. Œdipe LA PLUME

133


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.HUMANITE.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « LES ÉLUS FRANÇAIS DOIVENT SE MONTRER À LA HAUTEUR DANS LA LUTTE CONTRE LA PROSTITUTION » Si soi-disant la prostitution est un mal que faudrait-il faire logiquement pour que celle-ci disparaisse ? Plutôt que d’interdire aux hommes de payer pour des prestations sexuelles ne vaudraitil pas mieux, si le PCF n’était pas menteur et hypocrite à ce sujet, interdire aux femmes de vendre des prestations sexuelles à ceux-ci ? Celui-ci à ce sujet ne fait que parler toujours à la place des prostituées auxquelles il leur fait dire toujours des choses qu’elles n’ont (presque) jamais dites ! En particulier que soi-disant elles souhaiteraient toutes la disparition de leur profession ! En réalité elles ne souhaitent (presque) toutes que l’amélioration de leurs conditions de travail et la disparition réelle du proxénétisme ! Le droit de se prostituer c’est le droit pour tout travailleur sexuel ou pas de manger ! C’est à chacun de se construire sa morale la meilleure ! Pour ma part à ce sujet, je n’ai toujours pas besoin, à mon avis, de la tutelle du PCF ! Qu’il s’occupe de son déclin historique pas de mon sexe ou de mes fesses ! Malgré les arguments du PCF contre la prostitution que je lis régulièrement dans son journal sur Internet je continue malgré tout de penser que celle-ci est un bien nécessaire ! D’une part pour les femmes qui ne peuvent pas faire autrement actuellement pour manger d’autre part pour les hommes qui ne peuvent pas faire autrement actuellement pour trouver un équilibre psychologique. Remarquons d’ailleurs que dans l’Humanité aucun psy n’a jamais argué quoi que ce soit contre la prostitution ! À mon avis les putophobes ne sont avant tout que des malades, des névrosés, des pervers, etc. inconscients des soins psychiatriques dont ils ont réellement besoin ! Œdipe LA PLUME

134


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.HUMANITÉ.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « LE PROCÈS CARLTON A RETOURNÉ L’OPINION » "Il y a urgence, ce procès le démontre, déclare l’interviewée de l’article ci-dessus, à inscrire dans la loi l’interdiction de solliciter une femme pour avoir des relations sexuelles moyennant finance." Mais pourquoi les féministes ne proposent-elles pas d’inscrire de toute urgence dans la loi d’interdire aux femmes de proposer des relations sexuelles moyennant finance aux hommes ? N’y a-t-il pas beaucoup de mensonges et d’hypocrisie de la part de ces féministes vis-à-vis de ceux-ci ? Je comprends que celles-ci aient en permanence un compte à régler systématiquement avec ceux-ci ! À mon avis dans la prostitution il n’y a que peu de violence de la part des clients et bien souvent beaucoup de violence par contre de la part de certaines prostituées pour soutirer à ceux-ci le maximum de leur argent ! Qu’est-ce qui prouve que la parole de certaines de celles-ci qui n’hésitent pas à faire chanter les clients grâce au marchandage de leurs charmes et de leurs prestations sexuelles est bel et bien toujours parole d’évangile ? Et qu’est-ce qui prouve que la parole de certaines féministes est toujours elle aussi parole d’évangile ? Comme me l’a fait remarquer ma femme : "Dans cette affaire il ne s’agit que de prostituées qui ne pensaient qu’à plumer leur victime en se faisant accorder par le tribunal de substantiels dommages et intérêts ! Pour cela elles ont aussi bien versé des larmes de crocodile qu’affabulé que DSK n’était en réalité qu’un violeur !" Je ne partage en rien l’avis de l’Humanité sur la prostitution car il existe déjà des lois depuis des dizaines d’années qui permettent de lutter très efficacement contre le proxénétisme ! Alors pourquoi une loi supplémentaire mais cette fois directement contre les clients de prostituées eux-mêmes alors qu’il suffirait d’appliquer les lois déjà existantes ? Je partage cependant l’avis d’Élisabeth Badinter qui dans une longue interview pour le Monde intitulée : "L’État n’a pas à légiférer sur l’activité sexuelle des individus" a notamment déclaré entre autres ceci : "Je ressens cette volonté de punir les clients comme une déclaration de haine à la sexualité masculine. Il y a une tentative d'aligner la sexualité masculine sur la sexualité féminine, même 135


si celle-ci est en train de changer. Ces femmes qui veulent pénaliser le pénis décrivent la sexualité masculine comme dominatrice et violente. Elles ont une vision stéréotypée très négative et moralisante que je récuse." Ces féministes quant à moi m’apparaissent comme des névrosées voire des perverses ayant un besoin malsain de nuire à tous les hommes quels qu’ils soient ! Tout ce que raconte l’Humanité au sujet de la prostitution ne m’apparait d’ailleurs que comme mensonge et hypocrisie évidents ! Par exemple il cite des témoignages de prostituées (une petite minorité dont d’ailleurs on ne peut jamais vérifier l’exactitude de leurs propos mais qu’il faut toujours croire avec certitude) qui déclarent vivre très mal leur métier mais pourquoi ne cite-t-il jamais les témoignages de celles (la grande majorité) qui déclarent, elles, le vivre très bien ? Pourquoi refuse-t-il de discuter avec celles-ci ? Ne sont-elles pas aussi des travailleuses en lutte notamment pour garder leur emploi ? Et même ne manifestent-elles pas à ce sujet jusque dans la rue ? Comme le dirait encore ma femme : "Tous les métiers ont leurs inconvénients celui de prostituée aussi !" Mais pour rappel pourquoi le PCF ne propose-t-il pas d’inscrire de toute urgence dans la loi d’interdire aux femmes de proposer des relations sexuelles moyennant finance aux hommes ? Ne serait-ce pas alors un peu moins menteur et hypocrite à l’égard de ses électeurs masculins ? Mais la haine féministe ne peut-elle pas aveugler même bien des journalistes communistes ? Œdipe LA PLUME

136


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.LIBERATION.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : ADIEU À LA PÉNALISATION DES CLIENTS DE PROSTITUÉES ? (COMMENTAIRE CENSURÉ) Cet article ci-dessus a beaucoup de bon sens et je partage entièrement l’avis de son auteure. La question que je me pose est la suivante : « Pourquoi toujours s’en prendre à des hommes qui souffrent sexuellement et psychiquement qui ne font que succomber à la tentation sexuelle alors que dans la prostitution l’agression sexuelle vient avant tout des femmes de par la violence de leurs charmes sexy ? » Autrement dit : « La coupable est-ce celle qui provoque la tentation (Ève) ou le coupable estce celui qui y succombe (Adam) ? » Je ne comprends pas comment la loi peut prétendre abolir la prostitution alors que les femmes qui se prostituent c’est en général d’abord parce qu’elles n’ont pas de travail et n’ont pas de quoi manger ! Il y a déjà 5 000 000 de demandeurs d’emploi actuellement en France et que propose-t-on aux prostituées pour qu’elles retrouvent dans ces conditions un autre emploi ? La loi prévoit à ce sujet une allocation de 330 € mensuels alors que le tarif d’une passe actuellement va de 50 € sur le trottoir à 500 € grâce à Internet ? D’ailleurs les prostituées demandent-elles l’abolition de leur profession ? La plupart ne demandent que l’amélioration de leurs conditions de travail et la disparition réelle du proxénétisme ! Et d’ailleurs se déshabiller, faire une fellation, recevoir un cunnilingus, faire jouir, voire jouir soi-même (quand il s’agit de beaux jeunes gens à dépuceler par exemple, etc.) est-ce un métier si difficile que cela ? et ne rapporte-t-il pas vite et gros ? Ces jeunes femmes bien libérées sexuellement ne déclarent-elles pas par exemple sur leur site syndical : « Se prostituer ce n’est pas pire que de vider des poulets à la chaîne huit heures par jour ! » ? Mais dans quel but interdire la prostitution ? J’ai l’impression que chez les féministes cela est en rapport avec la nécessité psychologique dans leur inconscient ou leur cerveau de castrer tous les hommes quels qu’ils soient pour leur faire toujours le plus de mal possible ! Car leur histoire de violence des hommes vis-à-des 137


prostituées n’est qu’une réalité psychique dans leur tête qui ne correspond en rien à la réalité matérielle des faits ! En quoi l’argent par exemple est-ce de la violence lorsque vous payer les services d’un médecin, d’une infirmière, d’une psychologue, etc. ? et pour Freud l’argent n’est-il pas à son avis le symbole de l’amour dans la relation analysé/analysant ? Et pourquoi n’en serait-il pas de même dans la relation sexuelle femme/homme justement de la prostitution ? Œdipe LA PLUME

138


RÉPONSE À MME MARISOL TOURAINE SUITE À SON INTERVIEW À METRONEWS INTITULÉE : « LE SEXISME N'A PAS DISPARU » SUR SON BLOG À L'ADRESSE : WWW.MARISOLTOURAINE.FR Bonjour Madame, J’apprécie tout ce que vous dites actuellement au sujet du tiers payant que le PS veut rendre obligatoire de par la loi à tous les médecins ! Toutefois à toutes les prochaines élections je sanctionnerai malgré tout le PS en m’abstenant car je ne partage pas du tout l’avis de ses députées féministes sur la prostitution. Mon avis sur ce sujet est en réalité le même que celui du Syndical du travail sexuel que je vous rappelle en P-S. Croyez, Madame, à mes sentiments les meilleurs. LA PLUME APPEL À MANIFESTATION CONTRE LA PÉNALISATION DES PROSTITUÉES ET DE LEURS CLIENTS Les 30 et 31 mars prochains, le Sénat discutera la proposition de loi de « lutte contre le système prostitutionnel » déjà votée par l’Assemblée en décembre 2013. Si la commission spéciale du Sénat chargée d’examiner la loi avant sa discussion a retiré les articles 16 et 17 visant à pénaliser les clients de prostituées, cette mesure pourrait notamment revenir lors de la discussion via des amendements. Nous rappelons donc que toute mesure de pénalisation, directe ou indirecte, de l’exercice de la prostitution, ne fait que fragiliser les prostituées et n’apporte aucune réponse aux problèmes qu’elles peuvent rencontrer (précarité, exploitation, violences, traite). La pénalisation des clients est notamment dénoncée par l’ONUSIDA, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 139


la Commission Nationale Consultative pour les Droits de l’Homme (CNCDH), et l’ensemble des organisations de prostituées, de santé communautaire avec les prostituées, ou de lutte contre le sida, parce qu’elle les isole, les précarise, accroit leur insécurité, et augmente les risques sanitaires auxquels elles et ils font face. Le débat sur la pénalisation des clients, de plus, détourne l’attention de ce qui devrait pourtant rassembler toutes les forces progressistes et féministes, à savoir aider les prostituées à améliorer leurs conditions de vie et de travail, impliquant la possibilité d’arrêter la prostitution pour celles et ceux qui le souhaitent. La vulnérabilité des prostituées aux violences et à l’exploitation ne sera pas combattue par des mesures punitives et policières, mais par des mesures sociales, lesquelles sont justement les grandes absentes de cette proposition de loi. Plutôt qu’un conditionnement des (maigres) aides sociales à l’arrêt de la prostitution, plutôt qu’un conditionnement de l’abrogation du délit de racolage à la pénalisation des clients, et plutôt que des titres de séjour précaires, nous défendons l’accès aux droits dans le respect du parcours et des décisions des personnes, des régularisations qui permettent l’accès à la justice pour les victimes de violences ou d’exploitation, et l’abrogation immédiate du délit de racolage et des arrêtés municipaux interdisant l’espace public aux prostituées. Nous appelons donc à manifester contre cette proposition de loi, contre la pénalisation des clients, et pour le respect des droits des prostituées. À PARIS : samedi 28 mars, 14H à PIGALLE. À TOULOUSE : vendredi 27 mars, 17H Place Belfort Premiers signataires : Acceptess-T, Act up-Paris, Act up-SudOuest, AIDES, Les Amis du Bus des Femmes, Cabiria, La Clique : Le Collectif Féministe & Djendeur de l’EHESS, Collectif 8 mars pour touTEs, Collectif des Femmes de Strasbourg-Saint Denis, Djendeur Terroristas, Entr’actes, Femmes en Lutte 93, Grisélidis, I.P.P.O., OCML Voie Prolétarienne, Riposte Radicale, STRASSSyndicat du Travail Sexuel, Syndicat de la Magistrature. 140


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.ALLODOCTEURS.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : SCHIZOPHRÉNIE : POURQUOI EST-IL IMPORTANT DE POURSUIVRE LE TRAITEMENT ? Quand vous dites « beaucoup de malades arrêtent le traitement car ils vont mieux » je ne suis pas du tout d’accord avec vous car tous ne reçoivent-ils pas des explications de la part de leur psychiatre pour qu’ils continuent justement de bien prendre celui-ci et même à vie ! Sous des molécules telles que : halopéridol, lévomépromazine, olanzapine, etc. les malades ne vont soi-disant mieux que parce que leurs troubles psy ont réellement disparu, mais malgré tout ils sont alors toujours tous pires moralement qu’avant leur maladie du fait de l’effet dépresseur de celles-ci. Elles peuvent même conduire des malades à la tentative de suicide (j’ai appris cela lors d’un colloque sur la schizophrénie organisé en 2001 par un journal de psychiatrie et alors que j’y participais à la tribune comme représentant d’une association d’usagers en psychiatrie). C’est parce qu’un schizophrène a évolué psychologiquement pour différentes raisons (psychothérapie, sexualité, amour, etc.) qu’il en résulte alors que les causes psychologiques ayant déclenché sa maladie psy n’auront plus sur lui le même effet de crise psychotique qu’autrefois. Que je ne prenne qu’un sixième de la dose d’aripiprazole recommandée en ambulatoire par le laboratoire qui le fabrique en matière de schizophrénie, voire que je ne prenne rien du tout, ni moi ni mon entourage ne voient alors apparaître le moindre indice de rechute ! Je me fais suivre malgré tout par une psychiatre mais ne la consulte plus comme une thérapeute mais en réalité maintenant comme une amie. Celle-ci ne constate aucun délire dans ma relation avec elle depuis que je la consulte (2013) jusqu’à toujours actuellement (2015). Ma maladie avait été d’abord diagnostiquée en 1962 sous la forme d’une névrose obsessionnelle avec des indices de paranoïa mais malgré les traitements médicamenteux et psychothérapiques elle avait ensuite évolué en 1966 en schizophrénie paranoïde. En tout j’ai eu 16 hospitalisations en psychiatrie dont la dernière en 2000 en clinique privée pour dysthymie. Cela fait dix ans que je ne prends soit presque rien soit 141


plus rien du tout et que ni moi ni mon entourage ne constatent alors le moindre indice de rechute dans la schizophrénie. Je suis marié maintenant depuis plus de 40 ans et c’est l’amour véritable de ma femme qui est à mon avis bel et bien la cause véritable de ma guérison ! Je ne crois pas aux explications par les anomalies génétiques de la schizophrénie mais en réalité crois que ce sont des causes psychologiques à l’âge adulte en rapport avec des causes psychologiques dans la petite enfance qui expliquent bel et bien les crises de celle-ci ! Quand une association de parents de schizophrènes écrit sur son site « après l’arrêt de leur traitement 75 % des schizophrènes rechutent dans le délai d’un an » ça fait quand même malgré tout 25 % de schizophrènes qui ne rechutent pas dans de ce délai voire même (c’est de notoriété publique) beaucoup d’entre eux ne rechuteront plus du tout jusqu’à leur mort naturelle. Le problème pour les psychiatres c’est qu’aucun d’entre eux ne peut répondre actuellement à la question : « Quel est le schizophrène qui rechutera et quel est le schizophrène qui ne rechutera pas ? » si bien qu’ils recommandent à tous les malades de bien suivre leur traitement ! Comme ça ils ne prennent pas de risques et se considèrent ainsi couverts des plaintes éventuelles des malades eux-mêmes et/ou de leur famille. Œdipe LA PLUME

142


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE : “J’ARRÊTE DE VOULOIR QUE ÇA S’ARRÊTE” FAUT-IL CROIRE À LA GUÉRISON POSSIBLE DE LA SCHIZOPHRÉNIE ? J’ai écrit un livre qui s’intitule “Guérison de ma schizophrénie” dans lequel en conclusion je considère que je suis enfin complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie et déclare que je suis enfin parfaitement heureux car c’est bel et bien ainsi mon ressenti depuis maintenant environ dix ans ! Cela que je prenne qu’un sixième de la dose en ambulatoire d’antipsychotique recommandée par le laboratoire qui le fabrique, voire rien du tout ! Mais j’ai retiré le livre de la vente car celui-ci n’étant soutenu par aucun psy, aucun schizophrène, aucun média, aucune association de psychiatrisés en lutte, etc., et au contraire me faisant même agresser aussi bien par des psys que par des malades (comme par exemple sur le site schizophrénie d’Allodocteurs de France 5) le résultat c’est que celui-ci ne s’est pas du tout vendu comme je l’avais espéré même s’il était alors d’un prix très modique ! Actuellement les psys comme les malades ne croient pas du tout à la guérison possible de la schizophrénie et je les comprends parfaitement à ce sujet ! Et ne serait-ce comme je l’ai écrit aussi dans mon livre parce que nul ne peut prouver actuellement scientifiquement la guérison de celle-ci ! Car on peut parfaitement ne pas en souffrir et en être malgré tout porteur pourquoi pas ! La guérison de la schizophrénie ce n’est pas la guérison de la grippe ! Pour me déclarer enfin parfaitement heureux il a fallu que j’attende quand même environ 40 ans pour cela ! Et maintenant cela perdure depuis environ 10 ans ! Être heureux sans médicament et sur une longue période est-ce pour autant être bel et bien guéri de la schizophrénie ? Mon ressenti me dit donc que oui mais la science elle me dit donc que ce n’est pas prouvé ! Mais à mon avis pour un schizophrène ce qui compte ce n’est pas de se dire guéri mais avant tout de se dire heureux et que ça perdure ainsi si possible jusqu’à sa mort naturelle ! Œdipe LA PLUME 143


Œdipe LA PLUME ADVOCACY, CRPA, FNAPSY, GIA, SCHIZO OUI ! UNAFAM Bonjour, Je vous autorise la reproduction, si cela vous intéresse, de l’article en pièce jointe au présent message, à condition de m’informer de sa publication effective et que ce soit le texte intégral de celui-ci qui soit effectivement publié, sur votre site ou dans votre presse. Je me tiens à votre disposition pour répondre à vos critiques ou à vos questions éventuelles. Bien cordialement à vous, Œdipe LA PLUME « CERTAINS PSYS ONT BEAUCOUP DE CONNAISSANCES MAIS NE COMPRENNENT RIEN À LA VIE ! » Mon livre ‘Guérison de ma schizophrénie” a été un échec éditorial (pendant deux mois) et c’est pourquoi je l’ai ensuite retiré de la vente. Mises à part quelques personnes anonymes (qui ne m’ont d’ailleurs pas décliné non plus ce qu’elles faisaient dans la vie) sur le site du Club de Mediapart, aucun psy, aucun schizophrène, aucune association d’usagers en psychiatrie, etc. ne m’a déclaré soutenir celui-ci même pour partie ou en quelque chose ! Il y a de l’omerta, de la censure, de la haine, etc., à mon avis, au sujet de ce livre ! Mais pourquoi ? L’explication pour ma nouvelle psychiatre actuelle (depuis 2013) serait alors la suivante au moins pour certains de ses confrères : “Certains psys ont beaucoup de connaissances mais ne comprennent rien à la vie !” Quand j’écris dans mon livre, sur mes blogs ou sur mon forum : “les prostituées en me débloquant psychologiquement m’ont guéri de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle et provoqué une importante rémission de ma schizophrénie paranoïde et ensuite c’est l’amour véritable de ma 144


femme pendant plus de 40 ans qui m’a guéri enfin complètement et définitivement de celle-ci”, ça ne doit pas passer, effectivement, dans la tête de certains psys ! Mais aussi, à mon avis, dans celle de certains schizophrènes, dans celle de certains dirigeants d’associations d’usagers en psychiatrie, etc… Mais il y a aussi dans mon livre ma vérité sur les abus dont j’ai été victime à l’occasion de mes soins en psychiatrie et ça non plus ça ne doit pas effectivement passer dans la tête de certains psys qui se retournent alors hypocritement et malhonnêtement contre moi… Et que mon ancienne psychiatre psychanalyste et mon ancienne assistante sociale aient accepté pendant dix ans tous les jours de recevoir mes courriels dans lesquels j’appliquais la méthode de Freud “laisser venir librement ses pensées et faire des associations d’idées” ne dérange-t-il pas aussi certains de leurs confrères ? En réalité ma guérison résulte de tout un ensemble : le travail, la sexualité, l’amour (dont le transfert sur mon ancienne psychiatre psychanalyste et sur mon ancienne assistante sociale), le militantisme, la philosophie, l’environnement, mon livre, etc. Je conçois que pour certains psys, certains schizophrènes, certains dirigeants d’associations d’usagers en psychiatrie, etc., bref tous ceux qui ne croient pas que ce sont des problèmes psychologiques à l’âge adulte en rapport avec des problèmes psychologiques lors de la petite enfance qui sont bel et bien la cause de la schizophrénie, ça ne passe pas alors dans leur tête ! J’ai donc déposé mon livre “Guérison de ma schizophrénie” sur mon forum en cours de construction pour plusieurs mois : “Un avenir zen est-il possible pour les schizophrènes ?” à l’adresse : http://avenir-zen.forumactif.org pour qu’il y soit lisible et discutable pour toutes les gens qui, malgré l’omerta, la censure, la haine, etc. à son sujet, seraient intéressés peut-être pour partie ou en quelque chose par celui-ci ! Œdipe LA PLUME 145


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE LIVRE D'OR DU BLOG WWW.CATHERINE-MEYER.COM/PSYCHANALYSTE « LE TRANSFERT ET SA LIQUIDATION ONT ÉTÉ INDISPENSABLES POUR ABOUTIR A LA GUÉRISON DE MA SCHIZOPHRÉNIE ! » Je défends la psychothérapie et la psychanalyse car elles m’ont aidé pour guérir de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle et de ma schizophrénie paranoïde… Mes premiers soins psy ont commencé en 1962 et actuellement j’ai toujours des entretiens avec une nouvelle psychiatre qui me servent à parfaire ma guérison que je considère enfin complète et définitive… Bien sûr plus de 50 ans de soins psy ça peut paraître un peu trop long ! Mais l’enjeu n’en valait-il pas la chandelle même si je n’ai jamais vraiment cru que ceux-ci pourraient aboutir un jour à de très bons résultats thérapeutiques ! En fait bien des psys eux-mêmes considèrent que la schizophrénie est une maladie chronique autrement dit qui ne se guérit jamais malgré les médicaments qu’il faut prendre en théorie toute sa vie ! Je considère que le transfert que j’ai fait aussi bien sur mon ancienne psychiatre psychanalyste que sur mon ancienne assistante sociale et finalement sa liquidation toujours sur cellesci, ont été indispensables parmi d’autres facteurs (le travail, la sexualité, l’amour, le militantisme, la philosophie, l’environnement, mon livre, etc.) pour pouvoir aboutir enfin un jour à ma guérison complète et définitive et à mon bonheur que je déclare parfait ! Œdipe LA PLUME

146


Œdipe LA PLUME Monsieur le directeur du journal l’Humanité Monsieur le secrétaire national du PCF Le 24 mars 2015, Messieurs, Je suis victime d’une censure systématique sur tous vos forums respectifs (dont même aussi celui de PCF santé) alors que tous mes propos sur ceux-ci y sont toujours parfaitement licites et que vous n’avez pourtant sans cesse à la bouche que les mots de vérité, liberté, démocratie, etc. Je vous rappelle deux commentaires (le premier ancien, le second récent) parmi tant d’autres censurés sur vos forums : MENSONGES PCF SUR LA PROSTITUTION Le plus vieux métier du monde ne sera-t-il pas un bien toujours nécessaire même sous le communisme ? Pour l'Humanité les prostituées sont des victimes et les clients des criminels. Pour le Syndicat du Travail Sexuel la prostitution est un bien qui sera toujours nécessaire. Les malades, handicapés, timides, névrosés, obsédés, schizos, solitaires, anormaux, bloqués, pauvres types, etc. peuvent-ils être satisfaits autrement qu'avec ces femmes ? Payer une prostituée n'est-ce pas pour ceux-ci comme payer un médecin, une infirmière, une psychologue, etc. ? Où est la violence dans ce rapport humain comme le prétend l'Humanité ? Pourquoi le PCF voit-il dans l'argent de la violence alors que Freud, lui, y voit de l'amour ? Parce qu'il affabule délibérément pour se refaire une virginité face à son déclin historique en espérant ainsi piper les voix des électrices naïves ! Son journal l’Humanité n’écrit-il pas actuellement que : “Les clients de prostituées sont des criminels !” comme il écrivait autrefois à propos de la contraception : “Les bourgeoises sont des vicieuses !” ? ou à propos de la révolution ouvrière hongroise : “Budapest est un complot fasciste !” ? Autrement dit il persiste et signe dans ses mensonges et son hypocrisie mais aussi entérine son déclin 147


irrémédiable voire fatal pour lequel il est incapable de faire son autocritique véritable ! ŒDIPE

148


JE NE VOTE PLUS POUR UN PCF QUI SOUTIENT DES IMPOSTEURS ! COMMUNIQUÉ DU GROUPE INFORMATION ASILES Suite à un échange de correspondances entre le “Collectif des 39” et notre adhérent, Œdipe La Chaise, le GIA tient à préciser que les termes employés par ce dernier, lui sont propres et n’impliquent en rien le GIA. Il n’en demeure pas moins que la censure du forum des “39” ne fait que confirmer leur mépris envers les usagers qui n’ont pas été conviés à envoyer des représentants dans leur collectif. Œdipe La Chaise, quelles que soient les formes d'expression qu’il emploie, pointe un certain nombre de pratiques bien réelles et de vérités. Il est plus facile pour le “Collectif des 39” de censurer au nom d’une fausse notion juridique de diffamation, que de répondre d’une manière argumentée. Cette censure ne peut en aucun cas museler l’expression des psychiatrisés au sujet de leur vécu et de la souffrance institutionnelle subie, ni museler la dénonciation des atteintes liberticides dont ils sont victimes. Le refus toujours actuel et persistant du “Collectif des 39” de se soumettre au contrôle d’un juge judiciaire, droit que vient de reconnaître le Conseil constitutionnel, qui s’impose à tous n’est plus discutable, démontre bien leur souci de garder leur hégémonie et de conserver leurs pouvoirs quant à l’atteinte aux droits fondamentaux et aux libertés individuelles sur les psychiatrisés. Non messieurs les censeurs, vous n’imposerez pas le silence aux psychiatrisés qui ont encore la force de vous dire non et de dénoncer les pratiques en cours. Le 3/01/2011, Le bureau du GIA

149


Je me permets de vous demander, moi qui ait été autrefois militant de base du PCF (1965-2004) dont secrétaire de cellule d’entreprise quelques années en fin de “carrière” au Crédit Expert de Paris*, ceci : « Croyez-vous que c’est en persistant dans la censure et le refus de la contradiction sur vos forums respectifs (dont même aussi celui de PCF santé) que je revoterai pour vous ? » Une prompte réponse de votre part m’obligerait et d’avance je vous en remercie. Recevez, Messieurs, mes salutations. Œdipe LA PLUME P.-S. : le présent courriel est déposé sur Internet sous le titre : “Censure sur les forums de l’Humanité et du PCF” et vos réponses éventuelles y seront ensuite rajoutées si je les reçois effectivement ! *pseudonyme

150


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.HUMANITE.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « PROSTITUTION LE SÉNAT “RACOLE” DIX ANS EN ARRIÈRE » JE NE VOTERAI PLUS POUR LE PCF ! J’ai bien lu votre article ci-dessus sur la prostitution et ne peux que constater que vous n’évoluez toujours pas sur ce sujet d’actualité si bien que je vous confirme que je ne peux pas ou plus voter pour vous. Ce que vous décrivez dans les rapports prostituées/clients n’est pas le reflet de la vérité, et n’est pas confirmé par la majorité des prostituées qui s’expriment même à visage caché ou sous un pseudonyme dans les médias. La femme, comme me l’a fait remarquer un jour une infirmière en psychiatrie, est le symbole de l’amour et des soins et je ne vois pas en quoi l’argent serait alors une violence même éventuellement à l’égard de celle-ci ! Au contraire ! Les hommes qui consultent les prostituées, en général sont bloqués du point de vue la communication, ils ont alors des troubles sexuels aussi bien que psychiques qui font qu’ils ne peuvent guère avoir de relations sexuelles et sentimentales avec d’autres femmes ! Quand vous souffrez vous aussi physiquement, psychiquement, sexuellement, etc. et que vous consultez un médecin, un kinésithérapeute, une infirmière, une gynécologue, une psychologue, un sexologue, etc. l’argent que vous leur donnez à cette occasion est-il alors le symbole de votre violence vis-à-vis de ceux-ci ou un remerciement en échange de leurs bons services médicaux ? Si violence il y a dans la prostitution elle ne vient en réalité que des prostituées parce que ce sont des femmes sexy et qu’alors elles se servent de leurs charmes pour agresser, escroquer, plumer leurs clients… La violence que vous prêtez aux hommes dans leurs rapports avec celles-ci n’est peut-être que votre propre violence vis-à-vis de ceux-ci que vous leur attribuez en la projetant inconsciemment sur eux ! Il est possible que vos arguments putophobes ne soient peut-être que les symptômes de votre propre maladie psychiatrique ! et que le besoin de militer ne soit aussi que le besoin de vous soigner mentalement ! En ce sens quand militer est en rapport avec une névrose, une psychose, une perversion, etc. n’est-ce pas en réalité boiter en quelque 151


chose ? Remarquons qu’à la fête de l’Humanité il n’y a que peu de livres de Freud de proposés aux visiteurs et qu’à la fête de Lutte Ouvrière ceux-ci y sont même toujours systématiquement censurés ! Qu’est-ce que ça veut dire ? Ces visiteurs ont-ils besoin de la tutelle du parti guide quel qu’il soit pour savoir ce qu’ils doivent lire ou faire dans leur vie de tous les jours ? Vous évoquez les réseaux mafieux pour dire qu’il faut libérer les prostituées (la grande majorité sont des étrangères expliquez-vous pour cela) de ceux-ci ! Mais tout patron n’est-il pas un proxénète dans le cadre d’un réseau lui aussi mafieux quand vous lui vendez votre force de travail grâce à vos muscles, à votre cerveau, à vos nerfs, etc. ? Bref, je ne peux pas ou plus voter pour des politicards affabulateurs, diffamateurs, etc. et qui ne sont peut-être avant tout que des malades mentaux qui s’ignorent et pire voire refusent les soins psy ! Œdipe LA PLUME

152


MA VÉRITÉ SUR LA PROSTITUTION CENSURÉE PAR L’HUMANITÉ ET LE PCF ! Œdipe LA PLUME Monsieur le directeur du journal l’Humanité Monsieur le secrétaire national du PCF Bonjour Messieurs, Je ne suis pas dupe que mes commentaires parfaitement licites au regard de la loi française sur la liberté d’expression ont bel et bien été censurés par vos soins sur votre forum de l’Humanité. Vous avez ainsi trahi le peu de confiance qu’il me restait encore malgré tout aussi bien dans votre journal que dans le PCF ! Ne comptez pas sur moi pour lire à nouveau votre journal ou pour voter à nouveau pour le PCF ! En P-S au présent message à toutes fins utiles et pour votre gouverne vous trouverez pour rappel mes commentaires censurés. Ceux-ci seront déposés prochainement sur Internet sous le titre : "Ma vérité sur la prostitution censurée par l’Humanité et le PCF !" Recevez, Messieurs mes salutations. Œdipe LA PLUME Le PCF n’a toujours pas compris que la grande majorité des Français(e)s ne partageaient pas, eux, les arguments putophobes des dirigeant(e)s et des député(e)s féministes de celui-ci ! La pénalisation des clients de prostitué(e)s est dénoncée par la majorité de ceux-ci d’après tous les instituts de sondage mais aussi par l’ONUSIDA, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la Commission Nationale Consultative pour les Droits de l’Homme (CNCDH), etc. ! Quant à déclarer comme les dirigeant(e)s et les député(e)s PCF qu’il y a de la violence de la part des hommes dans leurs rapports sexuels avec des prostituées qu’en saventils ? Tiennent-ils la chandelle ? Et quand ce sont des femmes qui paient (voir leurs sites sur Internet) pour aboutir sexuellement avec des hommes pourquoi ces dirigeant(e)s et ces député(e)s PCF ne parlent-ils jamais alors de violence ? La haine de tous ces 153


féministes hommes ou femmes à l’égard de la sexualité masculine n’est-elle pas en réalité un trouble mental très en profondeur et pour lequel Freud n’a-t-il pas dit : “Dans la paranoïa les pulsions homosexuelles se transforment en pulsions sociales !” ? Mais quelle est la culture psy de ces dirigeant(e)s et de ces député(e)s PCF ? Quelles études ont-ils faites à ce sujet ? Sont-ils capables d'un travail sur eux-mêmes ? d'évolution personnelle ? Remarquons que même dans l’Humanité aucun psy du PCF n'a jamais soutenu les arguments putophobes de ceux-ci ! ŒDIPE Je comprends que vous considériez les prostituées comme des victimes même si celles-ci dans leur grande majorité ne se considèrent pas ainsi, ne réclament pas comme vous leur faites dire à tort l’abolition de leur profession, mais en réalité que l’amélioration de leurs conditions de travail et la disparition du proxénétisme ! Tant que cette loi de “pénalisation du pénis” dont vous rêvez n’est toujours pas définitivement votée il n’y a pas lieu comme vous le faites aussi à tort de parler actuellement d’une culpabilité juridique à ce sujet que ce soit pour les clients ou que ce soit pour les prostituées elles-mêmes qui n’existe toujours pas ! Sans doute faites-vous allusion en réalité à la culpabilité morale au sujet de la prostitution ! Celle-ci est question de lieu et de temps en rapport avec la vie que chacun mène et le personnage qu’il est ! La Suède que vous avez autrefois citée en exemple comme modèle à suivre dans le domaine de la “pénalisation du pénis” reconnaît maintenant son erreur gravissime et compte bien revenir en arrière dès que possible ! La Hollande, elle, considère que les prestations sexuelles des prostituées sont d’excellents soins psychiatriques et même sa Sécurité sociale rembourse celles-ci à 100 % de son tarif jusqu’à deux rapports sexuels par mois pour les malades (hommes ou femmes) qui après contrôle médical ont réellement besoin de “ça” pour trouver ainsi un bon équilibre psychologique. Bref vous ne comprenez rien à la vie des hommes et des femmes de notre époque même si vous êtes dirigeant(e)s ou député(e)s PCF et vous servez aussi d’Internet ! ŒDIPE 154


Sans clients pas de prostituées ? mais alors que deviendraient-elles avec une allocation mensuelle PCF de seulement 330 € du fait de la loi pour soi-disant changer de métier dans un pays où il y a déjà 6 000 000 de demandeurs d’emplois ? et quel CV peuvent-elles alors communiquer à leur nouvel employeur ? stripteaseuse ou hôtesse d’accueil à Pigalle ? escort girl ou travailleuse sexuelle sur Internet ? En réalité c’est sans prostituées qu’il n’y aurait plus de clients ! Mais les prestations sexuelles des prostituées ne permettent-elles pas à des milliers de timides, névrosés, bloqués, immatures, anormaux, pauvres types, pervers, schizos, solitaires, dépressifs, etc. de trouver grâce à celles-ci enfin un bon équilibre psychologique ? et ceux-ci peuvent-ils d’ailleurs avoir des relations sexuelles avec d’autres femmes que des prostituées ? non car justement ils ont tous un trouble de la communication dû soit à leurs problèmes psychologiques soit à leurs problèmes sociaux ! Quant aux prostituées avec une allocation mensuelle PCF de seulement 330 € de par la loi n’est-ce pas les encourager ainsi à avoir toujours plus alors recours à la prostitution et pire au proxénétisme ? Zéromacho ne comprend rien du tout aussi bien aux problèmes psychologiques des prostituées qu’aux problèmes psychologiques des clients de celles-ci ! Il refuse de discuter avec elles ; leur fait dire des choses que (la plupart) n’ont jamais dites, et en particulier qu’elles souhaitent changer de métier alors qu’elles ne demandent que l’amélioration de leurs conditions de travail et la disparition du proxénétisme ; les traite même de “malades mentales”, etc. ! Il refuse aussi de discuter avec eux ; les traite même de “violeurs, criminels”, etc. ! La sexualité avec les prostituées c’est bien souvent le seul plaisir qui reste dans la vie avant la tentative de suicide à bien des malheureux de toutes sortes qui souffrent psychiquement ! Bref la façon de Zéromacho d’aider les prostituées c’est de leur recommander de crever de faim et sa façon d’aider les clients de celles-ci c’est de leur recommander la masturbation ! Est-ce bien intelligent pour des militants PCF soi-disant révolutionnaires ? Zéromacho est une honte pour le PCF ! ŒDIPE Aucun de vous deux ci-dessus ne répondez à ma question : une femme à notre époque peut-elle vivre avec une allocation mensuelle PCF de 330 € du fait de la loi en attendant qu’elle se retrouve un autre métier que la prostitution et alors qu’il y a 155


environ 6 000 000 de demandeurs d’emplois ? Et vous rappelezvous à combien en étaient le RMI, le Minimum vieillesse, l’Allocation adulte handicapé, le SMIC en 2002 après 5 ans de participation communiste à un gouvernement qu’il n’a jamais cessé de soutenir ? Bref, avec une allocation mensuelle PCF de 330 € de par la loi en attendant de retrouver un autre métier que la prostitution, le PCF fait non seulement le lit du proxénétisme mais aussi le lit de l’extrême droite ! Les Français(e)s ne voient jamais venir le changement que promet le PCF ! Qu’il soit au gouvernement ou pas il n’arrive jamais à rien sauf à jeter les Français(e)s dans les bras de Le Pen ! ŒDIPE L’Humanité prétend qu’il y aurait de la violence dans les rapports prostituées/clients ne serait-ce qu’à cause de l’argent qui ferait que ceux-ci pourraient dicter à celles-ci n’importe quoi et tout ce qu’ils veulent ! Actuellement les prostituées peuvent s’exprimer librement aussi bien en passant à visage caché ou découvert à la télévision ou en s’exprimant avec ou sans pseudonyme grâce à Internet voire grâce à leur syndicat ! Et que disentelles alors ? Une minorité dans l’Humanité : “Je vis très mal mon métier !” La grande majorité dans (presque) tous les autres médias : “J’aime la relation avec le client !" "J’aime ça !” Je suis pour la liberté entre adultes consentants et crois que lorsque même les prostituées qui ont un proxénète déclarent qu’elles veulent garder leur profession mais en améliorant leurs conditions de travail elles sont sincères et de bonne foi et certainement pas toutes des enfants et des malades mentales ! L’Humanité serait-il diffamateur aussi bien à l’égard de la majorité des prostituées que de leurs clients ? Voici la réponse de ma nouvelle psychiatre actuelle à ce sujet : “Le plus vieux métier du monde existera toujours […] Le PCF n’est pas dans la réalité […] Les prostituées devraient être remboursées par la Sécurité sociale car il y a de très nombreux hommes qu’on ne peut pas décoincer autrement que grâce à elles !” ŒDIPE Je vous remercie pour votre conseil indispensable ! Mais quelle expérience avez-vous de la prostitution et de la psychia156


trie ? Sachez que ça fait longtemps que je ne suis plus sous la tutelle du parti guide ! ŒDIPE Je lis régulièrement l’Humanité en tant qu’ex-militant PCF de 1965 à 2004 (dont autrefois aussi secrétaire de cellule d’entreprise en fin de “carrière”) mais ne lis pas que celui-ci bien sûr ! Je constate sur le sujet de la prostitution qu’aucun psychiatre qu’il soit d’obédience psychanalytique ou pas n’y écrit jamais quoi que ce soit actuellement pour soutenir les arguments putophobes de ses journalistes, des dirigeant(e)s et des élu(e)s PCF ! Comment expliquez-vous cela à votre avis ? ŒDIPE "Les hommes ne sont pas plus dans une sexualité pulsionnelle que les femmes" écrit le cinéaste dans l’article ci-dessus ! Quand on est cinéaste on n’est ni psychanalyste, ni psychologue, ni psychiatre, ni sexologue, ni médecin… À chacun son métier ! Or tout ce que disent ceux-ci dans les médias ne contredit-il pas complètement les propos de ce cinéaste avant tout putophobe me semble-t-il ? Et en particulier ceux-ci n'expliquent-ils pas entre autres (par exemple à la télévision) ceci : "Le désir sexuel est beaucoup plus fort chez les hommes que chez les femmes en revanche chez celles-ci c’est l’orgasme qui est beaucoup plus fort que chez ceux-ci ! D’une part c’est l’hormone du désir – la testostérone – qui provoque celui-ci aussi bien chez les hommes que chez femmes mais chez ceux-ci en réalité elle est toujours beaucoup plus dosée que chez celles-ci ! D’autre part les terminaisons nerveuses du clitoris sont beaucoup plus nombreuses que les terminaisons nerveuses du pénis !" etc. Quant à mon ancienne psychiatre psychanalyste ne m’a-t-elle pas dit aussi à ce sujet ceci : "Si ce sont 95 % des hommes qui violent et seulement 5 % des femmes qui violent c’est bien parce qu’il y une différence hormonale entre les deux sexes !" Bref, l’Humanité donne beaucoup la parole à des névrosés, des pervers, etc. qui se croient supérieurs à tout le monde et pas beaucoup voire pas du tout à de vrais chercheurs ou à de vrais spécialistes du problème ! ŒDIPE 157


“Osons la masturbation plutôt que les prostituées !” a écrit autrefois Zéromacho dans l’Humanité (soutenu me semble-t-il par les dirigeant(e)s et élu(e)s PCF lesquel(le)s n’ont toujours pas désapprouvé cette phrase) ! Mais savez-vous que pour les psys, d’une part : “Préférer la masturbation aux rapports sexuels c’est psychopathologique sauf quand on ne peut pas faire autrement dans notre type de société !” ? et que d’autre part : “Se masturber en se regardant dans une glace c’est psychopathologique car c’est faire l’amour avec soi-même !” ? À mon avis ce que recommande Zéromacho est bon pour les curés et les bonnes sœurs mais certainement par pour moi et pour bien d’autres et ne ferait-il pas bien de consulter en psychiatrie voire de se faire soigner avant de donner des mauvais conseils qu'il peut se garder pour lui ? ŒDIPE Nombreuses sont les prostituées qui choisissent librement de continuer le métier de prostituée pour les avantages du métier dont entre autres celui de ne pas crever de faim, sortir de leur condition de boniche ou de la classe ouvrière ! Jusqu’ici seuls leurs clients leurs donnent de quoi manger à leur faim ou améliorer leur sort ! Et combien leur donnent à ce sujet de par la loi qu’ils ont voté en décembre 2013 les féministes et les communistes pour soi-disant qu’elles changent de métier ? 330 € mensuels ! Quelle hypocrisie ! ŒDIPE

158


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE FORUM WWW.HUMANITE.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : “PROSTITUTION. À L’OMBRE DES ALCÔVES PATRIARCALES – LE SÉNAT CRIMINALISE LES PROSTITUÉES ET DÉRESPONSABILISE LES CLIENTS” PÉNALISATION DU PÉNIS : LA HAINE DE LA SEXUALITÉ MASCULINE ? (COMMENTAIRE CENSURÉ) “Quel est ce métier prétendument libre qu’on ne souhaiterait jamais pour les nôtres ?” écrivez-vous dans votre article cidessus. Pour ma part je considère comme l’éminente philosophe Élisabeth Badinter* que ce métier effectivement libre pour bien des femmes à notre époque et surtout grâce à l’arrivée d’Internet devrait devenir un métier comme les autres ! D’une part parce qu’il n’y a pas de sot métier pour manger à sa faim et que de toute façon tout travailleur quel qu’il soit se prostitue toujours lorsqu’il vend sa force de travail (nerfs, muscles, cerveau, etc.) à un patron capitaliste (autrement dit à un proxénète) lequel fait toujours partie de ce qu’on peut appeler un réseau mafieux capitaliste. D’autre part parce que bien des femmes actuellement rejettent le bonheur monogamique à un moment ou à un autre de leur vie et choisissent provisoirement souvent en attendant mieux pour elles le bonheur adultérin grâce notamment à l’arrivée d’Internet ! Je ne vois que trois raisons pour lesquelles vous écrivez : “on ne souhaiterait jamais ce métier pour les nôtres” ! Soit c’est mal d’avoir des rapports sexuels adultérins, soit c’est mal de gagner sa vie grâce à des prestations sexuelles, soit les conditions de travail sont inacceptables ! Pour les deux premières raisons que je viens d’envisager É. B. répond ceci : “Toutes les femmes n'ont pas le même rapport à leur corps. Dans certaines conditions, la prostitution est difficile à vivre, mais il y a des femmes pour lesquelles ce n'est pas aussi destructeur qu'on le dit. Je regrette qu'on n'entende pas davantage les prostituées. Elles seules sont habilitées à parler. Mais quand l'une affirme : "Je le fais librement", on dit qu'elle ment et qu'elle 159


couvre son proxénète. Ce sont les seuls êtres humains qui n'ont pas le droit à la parole.”* Quant à moi je fais remarquer ceci : “Avec les plans-cul, les rencontres sans lendemain, etc. grâce à Internet de nombreuses femmes comme de nombreux hommes d’après les témoignages de celles-ci et de ceux-ci à la télévision ont souvent jusqu’à cinq à six rapports sexuels multiples gratuits par semaine ! Je considère cela pour ma part comme une forme de prostitution bénévole dans le but de trouver comme dans la prostitution payante le même genre de plaisir et de bonheur sexuel ! Dès lors où va-t-on ? je n’en sais rien ! mais c’est de plus en plus comme ça grâce à l’arrivée d’Internet ! Et pour moi cette nouvelle prostitution bénévole c’est exactement la même chose sur le plan sexuel et sentimental que la prostitution payante d’autrefois ou toujours actuelle ! Je ne suis pas du tout contre cela car tout le monde a des moments dans sa vie actuellement où on ne peut avoir ni rapports sexuels ni relations sentimentales autrement que grâce à l’arrivée d’Internet et cela en attendant de pouvoir rencontrer un jour l’amour de sa vie ou l’homme ou la femme de sa vie !” Pour la troisième raison que j’ai envisagée les prostituées répondent elles-mêmes ceci : “Se prostituer n’est pas pire que de vider des poulets à la chaîne huit heures par jour !“ Et pour ma part j’ajoute : “Il n’y a pas plus de maladies mentales et de suicides chez les prostituées que chez les professeurs de l’Éducation nationale, les employés de France Télécom, etc. sinon cela se saurait vite par les médias !” Ma position actuelle sur la prostitution est donc la suivante : “Le parti guide n’a pas à intervenir dans la vie sexuelle d’adultes consentants sauf si l’un des deux éventuellement a à se plaindre de l’autre ! D’ailleurs en matière de vie privée et sexuelle a-t-on vraiment toujours besoin de la tutelle de celui-ci même à ce sujet ? les adhérents ne peuvent-ils pas se faire une opinion par eux-mêmes sans avoir toujours besoin d’un dirigeant comme référent personnel ? ceux-ci sont-ils des enfants voire des malades mentaux sur ce sujet comme sur bien d’autres ?” Mais pourquoi alors le PCF (mais aussi le PS, LO, etc.) eux interviennent-ils jusque même dans le domaine de la vie privée et sexuelle de leurs adhérents alors que d’une part les prostituées ne demandent (presque) jamais rien à celui-ci (ni non plus au PS, à LO, etc.) d’autre part que le PCF (mais aussi le PS, LO, etc.) refusent absolument de discuter avec celles-ci et surtout même avec leur syndicat ? Je partage à ce sujet l’avis d’É. B. qui est le suivant : 160


“Je ressens cette volonté de punir les clients comme une déclaration de haine à la sexualité masculine. Il y a une tentative d'aligner la sexualité masculine sur la sexualité féminine, même si celle-ci est en train de changer. Ces femmes qui veulent pénaliser le pénis décrivent la sexualité masculine comme dominatrice et violente. Elles ont une vision stéréotypée très négative et moralisante que je récuse. […] Sous prétexte de lutter contre les réseaux, c'est la prostitution qu'on veut anéantir. L'État n'a pas à légiférer sur l'activité sexuelle des individus, à dire ce qui est bien ou mal. Où commence et où finit la prostitution ? Combien de femmes ou d'hommes sont en couple pour l'argent ? Personne ne songe à aller y voir. On ne parle jamais de la prostitution masculine. Il y a aussi une misère sexuelle féminine et des femmes qui font appel à des prostitués. Il n'est plus alors question de domination masculine dénoncée par les auteurs de la loi. […] Je voudrais tellement qu'on arrête de traiter les prostituées comme des rebuts de l'humanité. Un certain discours bien-pensant ne peut que les enfoncer davantage dans l'humiliation.”* Œdipe LA PLUME *interview au journal le Monde intitulée : Prostitution : “L’État n’a pas à légiférer sur l’activité sexuelle des individus” du 19/11/2013 mise à jour le 29/11/2013, propos recueillis par Gaëlle Dupont.

161


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE FORUM WWW.HUMANITE.FR COMMENTAIRE CENSURÉ : LA CENSURE SUR LE FORUM DE L’HUMANITÉ ÇA SUFFIT ! VOIR MON « FORUM AVENIR ZEN SCHIZOPHRÉNIE » À CE SUJET ! Œdipe LA PLUME COMMENTAIRE NON CENSURÉ : Par-devant l'Humanité donne la parole à ses lecteurs parderrière il la censure ! J'ai beaucoup de choses à dire quel que soit le sujet mais puisque je suis indésirable sur son forum pour sa direction comme pour le parti guide à votre avis que dois-je faire ? m'abstenir de le lire ? de voter PCF ? Œdipe LA PLUME

162


GUÉRISON DE MA SCHIZOPHRÉNIE* La schizophrénie est une maladie grave qui fait peur à juste titre aussi bien aux psys, aux malades, qu’à leur famille, etc. 15 % seulement des schizophrènes travaillent, 3 % seulement sont mariés, 1 % seulement ont des enfants ; 75 % rechutent après l'arrêt de leur traitement dans le délai d'un an ; un schizophrène sur deux fait au moins une tentative de suicide dans sa vie et un sur six en meurt toujours ; peu ou pas soignés les malades peuvent alors effectivement voler, violer, tuer, etc. ; la sexualité des schizophrènes c'est quoi ? la masturbation et les prostitué(e)s ! mais bien souvent les garçons sont impuissants et les filles, elles, sont frigides du fait des effets indésirables de leur traitement médicamenteux. En général mieux vaut ne pas dire que l'on est soi-même porteur de la schizophrénie ou que l'on a un enfant porteur de la schizophrénie et surtout à notre époque où même les journalistes de la télévision stigmatisent les schizophrènes à la suite de certains de leurs crimes et délits même si ceux-ci ne restent toujours que très rarissimes. La guérison de celle-ci d’après la plupart des psychiatres est toujours quasiment impossible. Or l’auteur se considère complètement et définitivement guéri de sa schizophrénie ! D’une part soit il ne prend qu’un sixième de la dose en ambulatoire d’antipsychotique (aripiprazole) recommandée par le laboratoire qui le fabrique soit il ne prend même rien du tout sans jamais qu’il ne voit venir et son entourage ne voit venir non plus le moindre indice de rechute dans sa schizophrénie ! D’autre part son vécu et son ressenti c’est qu’il est enfin parfaitement heureux depuis environ dix ans que cette situation perdure ainsi ! Mais il n’existe aucun examen médical (radiographie, prise de sang, etc.) ni aucun test psychologique (tache d’encre, monde imaginaire, etc.) permettant de prédire l’avenir psychologique même d’une personne parfaitement saine d’esprit ! Aussi préfère-t-il en accord avec sa nouvelle psychiatre actuelle poursuivre malgré tout ses soins psychiatriques même s’il n’en a peut-être en réalité pas du tout besoin ! Mais comment le savoir ? Il a pensé que pour expliquer ce qu’il faut bien appeler malgré tout une guérison en quelque chose le mieux c’était qu’il reproduise (presque) tous ses nombreux écrits (le plus souvent des courriels adressés à des responsables politiques, à des dirigeants d’associations d’usagers en psychiatrie, à ses psys, etc.) en rapport avec sa maladie dans ce livre en sept tomes tous pour adultes. Il se déclare content et 163


heureux de la vie qu’il mène et aussi du personnage qu’il est enfin devenu. Son livre n’a pour but pour lui que le bien public dans le domaine de la schizophrénie et de sa guérison. Il est sincère, de bonne foi ! Œdipe LA PLUME

164


ŒDIPE DÉSIRÉE, PAULINE, MATHILDE, ETC. Bonjour Mesdames, J’ai renoncé à porter plainte au pénal aussi bien contre le Dr M. L. que contre son complice le Dr D. J. car je suis contre la justice qui punit et surtout suite à un besoin de se venger du cerveau humain ! Et d’ailleurs même pour une plainte pour “abus de faiblesse sur personne vulnérable” il est possible qui y ait maintenant prescription. Par contre il n’y a jamais de prescription à l’Ordre des médecins mais pour les mêmes raisons : ne pas donner suite à un besoin de se venger du cerveau humain je n’ai pas porté plainte à celui-ci non plus ! Toutefois je reste choqué par le fait que le Dr D. J. ait fait le choix de soutenir un médecin véreux plutôt que de soutenir son propre malade victime de celui-ci ! Mais depuis le début de cette affaire jusqu’à toujours actuellement je ne suis pas dupe qu’elle n’est pas la seule du tout à avoir fait ce choix indigne d’un personnel médical. Recevez, Mesdames, mon souvenir le meilleur. ŒDIPE

165


ŒDIPE DÉSIRÉE, PAULINE, MATHILDE LA JOIE DE VIVRE Bonjour Mesdames, Je vous remercie pour vos bons soins et services d’autrefois dans votre établissement et notamment à son SAVS. Mais le problème c’est que ceux-ci ont été accompagnés d’abus divers venant essentiellement du Dr D. J. À cette occasion pour ne pas la désavouer elle a été alors, à mon avis, soutenue aussi bien par des subalternes que des supérieurs hiérarchiques par hypocrisie, camaraderie, amitié, confraternité (notamment votre directeur médical et votre directeur général), etc. L’abus essentiel a consisté à soutenir un professeur en psychiatrie, un certain M. L., en me refusant ensuite le certificat médical circonstancié soit s’opposant soit soutenant celui-ci dans ses déclarations de « désordre, dangerosité, délire mais sans persécuteur », etc. qu’il a rédigé à mon encontre et destiné à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris dans le but certainement de me faire cesser de lui écrire ! Cela m’aurait permis en retrouvant une certaine confiance dans celle-ci de sortir au moins pour partie du traumatisme sur moi de cette affaire choquante. Je lui ai pardonné mais ne constate pas pour autant qu’elle en soit pour autant bien reconnaissante ! Quant à ses complices quels qu’ils soient qui la soutiennent dans ses abus divers à mon encontre sont-ils mieux que celle-ci sur le plan humain ? J’en doute ! changeront-ils eux un jour ? j’en doute aussi ! Quoi qu’il en soit ça fait longtemps que j’ai compris que des humains pouvaient être pire que des animaux ! Je n’ai jamais constaté chez ceux-ci de mensonges, d’hypocrisie, de besoin de nuire, de vengeance, de soutenir des congénères délinquants, criminels, etc. et bien au contraire n’ai toujours constaté chez ceux-ci que toujours les meilleurs sentiments ! Chacun est comme il est et il y a ceux qui désirent changer et s’améliorer et il y a aussi ceux qui se trouvent bien comme ils sont et ne désirent pas changer. Le monde est inégal et injuste et à ce sujet que puis-je faire ? Je n’éprouve plus comme avant le besoin d’écrire qui était pour partie un besoin d’aller vers autrui ! C’est-à-dire une forme d’amour ! Je suis très content et heureux de la vie que je mène actuellement 166


et du personnage que je suis enfin devenu ! En n’écrivant pas ou que très peu on ne se fait bien sûr pas ou plus alors d’ennemis éventuels ou alors que très peu ! Actuellement je n’ai plus que trois blogs aux adresses suivantes : http://schizoreflexions. blogspot.com, http://libido-d-un-schizo.blogspot.com et http: //sexytherapie.onlc.fr ! Je vous invite à les visiter si toutefois vous vous intéressez toujours à ce que je vous ai écrit autrefois ou si toutefois vous vous intéressez toujours à ce que je peux vous écrire malgré tout encore. J’ai supprimé le blog chez www.psychologies.com car celui-ci m’a censuré du message sur son forum que vous trouverez en P.-S. au présent courriel alors que pourtant à mon avis il était parfaitement licite aux yeux de la loi française sur Internet. J’espère que d’autres usagers de votre établissement et notamment à son SAVS profitent eux aussi à leur tour de vos bons soins et services mais cette fois sans aucun abus ! Recevez, Mesdames, mon souvenir le meilleur. ŒDIPE P. S. : texte du message censuré sur le forum de www.psychologies.com par son webmaster à mon avis ni très intelligent ni très psychologue : LA VIRGINITÉ DE MA FEMME ET NOTRE MARIAGE NON CONSOMMÉ : 41 ANS ½ C’EST LE RECORD DU MONDE ACTUELLEMENT ! QUI DIT MIEUX ? Ma femme et moi avons battu le record du monde connu actuellement des mariages non consommés et nous en sommes maintenant à 41 ans ½ de virginité féminine constatée médicalement. Un mois après notre mariage le généraliste de ma femme m’avait déclaré au sujet de celle-ci un jour que j’étais seul avec lui : “Votre femme a un trouble très en profondeur et elle est plus malade que vous ! Soit ça s’arrange dans les six mois soit dans cinq ans, dans dix ans, etc. ce sera toujours pareil ! Vous pouvez continuer à vivre ainsi mais c’est souffrir ou vous pouvez annuler votre mariage !” Par-devant ma femme et moi ce même généraliste quelque temps plus tard a dit alors à celle-ci : “Vous n’avez aucune excuse ! Voulez-vous qu’on vous psychanalyse dix 167


ans ?” Ma femme n’a alors rien répondu du tout à celui-ci. Trois ans plus tard, la présidente du Planning familial de l’époque a déclaré en conclusion de notre consultation avec elle à celle-ci : “Ça dépend de votre désir de changement et je ne crois pas comme vous le pensez que vous ayez des varices au vagin ! Je téléphonerai à la jeune gynécologue psychologue sexologue que je vous recommande pour lui dire qu’il faut absolument qu’elle vous examine !” Celle-ci m’a déclaré un jour alors que j’étais seul en consultation avec elle : “J’ai examiné votre femme, elle est absolument normale physiquement et je lui recommanderai une psychothérapie analytique mais qui ne sera faite ni par moi ni par mon mari psychanalyste !” En réalité ma femme n’a jamais été demandeuse de soins voire même les a toujours refusés quels qu’ils soient pour son “problème” ! Quant à moi je me déclare malgré tout parfaitement heureux et ne cherche toujours ni à annuler notre mariage non consommé ni à divorcer de ma femme ! Je me dis : “L’amour c’est souffrir mais ce qui fait le bonheur dans un couple c’est la fidélité !” Je raconte dans mon livre SCHIZORÉFLEXIONS que vous pouvez lire sur le site www.psychologies.com l’histoire de la virginité de ma femme et de notre mariage non consommé. Mon blog chez www.psychologies.com s’intitule : LA SEXYTHÉRAPIE ESTELLE UN SOIN PSYCHIATRIQUE ? est à l’adresse suivante : http:// blogs.psychologies.com/la-sexytherapie-est-elle-un-soin - psychiatrique/. Mais la virginité de ma femme et notre mariage non consommé n’est pas le thème principal de mon livre SCHIZORÉFLEXIONS qui est l’histoire de ma schizophrénie et de sa guérison. ŒDIPE

168


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE : « UN SCHIZOPHRÈNE PEUT-IL VIVRE SEUL ? » La plupart des schizophrènes vivent seuls ! 3 % seulement sont mariés et 1 % seulement ont des enfants. C’est bien connu que les garçons sont souvent impuissants et les filles souvent frigides du fait de leur traitement médicamenteux ! Est-ce cela qui les empêche de rencontrer l’amour de leur vie ? Paraît-il que les garçons pratiquent la masturbation et/ou consultent les prostituées quand leur traitement médicamenteux le leur permet malgré tout ! Et les filles comment font-elles ? De nombreux psys prétendent que les garçons comme les filles souffrent d’un gros blocage psychologique à l’égard du sexe opposé ne leur permettant pas d’être à l’aise dans le domaine du langage sexuel et amoureux ! De plus je me rappelle d’une phrase du Dr Jean-Luc Roëlandt à la télévision soit en 2002 lors de l’émission qui s’intitulait “Pas si fou que ça” ou soit en 2004 lors de l’émission qui s’intitulait “Mieux comprendre la schizophrénie” de Savoir Plus Santé sur France 2 (dans laquelle je suis passé sous le nom de « … 59 ans ») où il disait entre autres ceci : “Les neuroleptiques gomment tout ce qui fait le bonheur et en particulier la vie amoureuse !” Il est bien évident que si avant leur maladie les schizophrènes sont déjà bloqués psychologiquement par une névrose et que si ensuite ils sont à nouveau bloqués par les neuroleptiques (ceux-ci agissent sur tout ce qui est sentiment, sexualité, sensibilité, etc. et c’est ce qui fait alors que les malades peuvent gérer mieux ainsi leur vie en quelque chose), tout cela ne les aide certainement pas beaucoup à rencontrer l’amour et à avoir des relations sexuelles et donc à ne pas ou ne plus vivre complètement esseulé(e)s ! Mais qui évoque aussi bien la solitude que la sexualité des schizophrènes ? Celles-ci ne sont-elles pas un sujet encore plus tabou que la vie en couple et la sexualité des gens dits normaux ? Œdipe LA PLUME 169


Œdipe LA PLUME CONTRE LE VIOL OSEZ LE FÉMINISME ETC. Bonjour Mesdames, Je vous communique ci-dessous mon avis sur le problème du viol suite à certains arguments que vous présentez sur vos sites respectifs pour expliquer celui-ci. Je remarque que sur ceux-ci il n’y a guère la possibilité de discuter de ce que vous présentez comme des vérités indiscutables. Je me tiens à votre disposition pour répondre à vos questions éventuelles si je ne suis pas assez clair dans ma réponse que je vous fais ci-dessous. Une réponse de votre part m’obligerait et d’avance je vous en remercie. Recevez, Mesdames, mes salutations. Œdipe LA PLUME Je suis contre le viol et violer ne m'est jamais venu. Mais je n'apprécie pas les mensonges des féministes à ce sujet ou au sujet aussi de la prostitution (voir mon blog : http://blog-schizogueri-3.blogspot.com), etc. Le viol n'a rien à voir ni avec une domination historique des hommes sur les femmes ni avec la culture de ceux-ci. Il est en rapport avec une structure mentale perverse acquise lors d’un complexe d’Œdipe qui s’est mal passé et s’est mal résolu ensuite sexuellement à l’âge adulte. Envoyer en prison des malades psy qui n'y seront pas soignés et récidiveront à quoi ça sert sinon qu’à satisfaire un besoin de vengeance du cerveau ? Dire que les femmes ne font pas d'effet sexy sur les violeurs et que le rapport sexuel n'est pour eux que secondaire et n'a que pour but d'humilier celles-ci, n'est qu'une affabulation sexuelle ! Celle-ci n’a bien sûr que pour but que de continuer à exciter voire à provoquer sexuellement tous les hommes du matin jusqu’au soir partout où ils sont sans aucune culpabilité visà-vis de ceux-ci. Pour les féministes, le corps féminin, sa silhouette, la minijupe, le corsage bâillant, le monokini, le string, la nudité complète, etc. tout cela n’est en réalité sans aucun effet sexy sur le cerveau des violeurs ! Et quand ceux-ci préten170


dentqu'ils ont des désirs sexuels irrépressibles et incontrôlables ce ne sont bien sûr pour celles-ci tous que des menteurs et des hypocrites ! Est-ce en faisant toujours plus de striptease devant tous les hommes du matin jusqu'au soir partout où ils sont (va-ton au bureau pour travailler ou pour fantasmer sexuellement sur les femmes ?) que l'on lutte contre le viol ? La présidente† du Mouvement de libération de la femme ne déclarait-elle pas autrefois : “Les femmes doivent libérer toujours plus leur corps !” ? Mais dans quel but sinon que celui d’exciter voire de provoquer toujours plus sexuellement du matin jusqu’au soir partout où ils sont tous les hommes (comme le recommande les magazines féminins) ? Or ceux-ci sont-ils toujours demandeurs de ces excitations et provocations sexuelles féminines et surtout féministes de toutes sortes ? Celles-ci ne peuvent-elles pas les perturber au point qu’ils aient alors des troubles du comportement de toutes sortes ? peuvent-ils s’opposer à toutes ces agressions sexuelles légales (car la vente de toilettes féminines ne permet-elle pas de faire alors bien du profit aux capitalistes ?) qui ne sont en réalité que de véritables viols lorsque l’image de la femme sexy s’incruste dans leur cerveau voire les fait bel et bien bander ? Sont-ce eux-mêmes qui sont responsables de l’effet de ces provocations dans leur cerveau ? où sont-ce les femmes et surtout les féministes elles-mêmes ? Et n’y a-t-il pas alors ceux qui supportent et se contrôlent et ceux qui ne supportent pas et ne se contrôlent pas ? Dans ces conditions n'est-ce pas la libération sexuelle des femmes depuis 30 ans qui est la cause de l'augmentation exponentielle des viols ? Le viol n'a rien à voir avec l'oppression sociale et ne disparaîtra pas avec celle-ci ! Il y aura toujours des violeurs même sous le communisme si toutefois on arrive un jour à celui-ci. Il n'y aura jamais d'éducation parfaite dans la petite enfance et il en résultera ainsi toujours des pathologies mentales (névroses, psychoses, perversions) non résolues sexuellement à l'âge adulte ! Mais que peuvent cacher tous ces mensonges féministes au sujet du viol ou que ce soit même aussi au sujet de la prostitution, etc. ? Essentiellement une revendication phallique autrement dit ce que Freud appelait autrefois l’“envie du pénis” ! Petites filles ne fantasment-elles pas que si elles n’ont pas le même sexe que les garçons c’est parce que leur mère les a punies mais que malgré tout celui-ci repoussera quand même pour qu’elles soient enfin à égalité avec ceux-ci dans l’avenir ? Autrement-dit elles-mêmes ont aussi un complexe 171


d’Œdipe qui s’est mal passé et ensuite s’est mal résolu aussi sexuellement à l’âge adulte ! Il n’y a qu’une seule solution pour qu’il y ait enfin moins de viols : c’est que toutes les femmes cessent d’exciter voire de provoquer sexuellement tous les hommes du matin jusqu’au soir partout où ils sont ! Or ne s’y opposentelles pas toutes toujours systématiquement ? Œdipe LA PLUME

172


OSEZ LE FÉMINISME Œdipe LA PLUME Très sérieusement : comment osez-vous écrire une chose pareille ? OSEZ LE FÉMINISME

173


Œdipe LA PLUME OSEZ LE FÉMINISME Bonjour Madame, Je vous remercie pour votre réponse même si elle est brève et n’explique en rien en quoi mes explications du viol et des revendications féministes seraient éventuellement des mensonges. Si tel est le cas à votre avis pouvez-vous me le démontrer par des arguments scientifiques ? Si je connais certainement mieux que les féministes elles-mêmes les sujets du viol, de la prostitution, du féminisme, etc. ce n’est que parce que je suis en réalité suivi depuis 52 ans environ en psychiatrie. Je suis désolé de vous avoir choquée mais je croyais que vous étiez au courant des arguments de votre site et des autres sites féministes à l’encontre des violeurs ou des clients de prostituées quand ceux-ci expliquent à leur façon imaginaire les raisons véritables du viol ou de la prostitution ! Je discute bien sûr de ces sujets avec ma nouvelle psychiatre actuelle ! Celle- ci m’a déclaré aussi bien : “Je ne constate aucun délire dans votre relation avec moi !“ que : “Vous pouvez vous considérer guéri de votre psychose !” Quant à l’avis de celle-ci sur le viol ou la prostitution elle partage avec moi bien de mes arguments que je vous ai communiqués précédemment sur ces sujets ! Si vous ne connaissez rien à la psychiatrie, voire à la psychanalyse et prétendez malgré tout lutter aussi bien contre le viol que contre la prostitution, n’êtes-vous pas alors aveugle de bien des choses très sérieuses ? Recevez, Madame, mes salutations. Œdipe LA PLUME

174


POURQUOI JE NE VOTE PLUS POUR LUTTE OUVRIÈRE ?* Je ne doute pas que le fait de jouir de la politique apporte bien du bonheur aux militants de LO ! Mais je préfère jouir de ma vie privée même si LO ne recommande ni le mariage ni les enfants ! Ses sites Internet sont complètement nuls : ce ne sont que la reproduction automatique sans aucune contribution personnelle des discours des dirigeants de LO ! Pour ceux-ci avant de voter éventuellement pour eux j’aurais bien aimé connaître leur biographie personnelle et s’ils sont heureux aussi dans leur vie privée. N’est-ce pas celle-ci qui fait le bonheur et certainement pas la vie publique même sous forme de militantisme politique pour la plupart des gens ? Les dirigeants de LO n’ont-ils pas justement des leçons à donner à ce sujet puisque le but du communisme n’est-ce pas avant tout le paradis sur terre ? Ce qui est vrai à propos des curés du christianisme à savoir : “dans la paranoïa les pulsions homosexuelles se transforment en pulsions sociales” (Sigmund Freud) n’est-il pas vrai aussi pour les curés du communisme ? Ai-je besoin pour trouver le bonheur ou faire celui des autres de prendre ma carte et de militer à LO ? N’a-t-il pas raison de dire que vie militante et vie privée ne vont pas ensemble et qu’il faut en réalité faire un choix entre les deux ? et même en renonçant au mariage et aux enfants ? Mais toute l’humanité souffrante peut-il le suivre ainsi ? Bref pour paraphraser Sigmund Freud qui a dit : “La grande musique je suis incapable d’en jouir !” je réponds à LO lorsqu’il me propose le bonheur de sa vie militante : “La politique je ne suis pas ou plus capable d’en jouir !” Quant à me dire : “Je vote malgré tout pour lui et il fera alors ce qui est bon pour moi !” je ne lui fais pas ou plus confiance en rien à ce sujet ! Jamais dans son journal il ne parle des problèmes de la vie sexuelle et amoureuse bref de la vie privée ! Sauf il fait parfois allusion au viol et à la prostitution ! Mais je ne suis pas d’accord avec lui pour expliquer ceux-ci par l’oppression sociale capitaliste plutôt que par les problèmes psychologiques adultes en rapport avec ceux de la petite enfance ! Je ne peux pas faire confiance à des dirigeant(e)s politiques à ce point aveugles par manque de culture sur des sujets tels que la psychiatrie, la psychanalyse, etc. Tout ne s’explique pas par l’exploitation de l’homme par l’homme et je n’apprécie pas qu’à sa fête LO n’y expose jamais les œuvres de Sigmund Freud ! Je n’accepte pas ou plus sa façon de voir bien des choses et donc je ne 175


vote pas ou plus pour lui et encore moins ne lui demande pas ou plus mon adhésion ! ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

176


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR AVIS DE MA PSYCHIATRE SUR LES FÉMINISTES J’ai discuté une nouvelle fois du viol et de la prostitution avec ma nouvelle psychiatre actuelle et à cette occasion je lui ai demandé qu’elle me confirme une nouvelle fois son avis sur les féministes. Celui-ci (en résumé) est le suivant (je cite bien sûr de mémoire) : “Les féministes ont une revendication phallique c’est-à-dire qu’elles veulent ce qu’elles n’auront jamais ! C’est ce que Freud appelait autrefois “l’envie du pénis“ ! Les femmes qui sont bien dans leur tête acceptent leur castration aiment les hommes et veulent recevoir leur pénis tandis que les féministes qui, elles, sont très mal dans leur tête n’acceptent pas leur castration, haïssent les hommes et veulent les détruire tous !” À mon avis cette haine des hommes que ce soit au sujet de la “prohibition de la prostitution” ou des “causes véritables du viol” est particulièrement visible chez les dirigeantes communistes et notamment au travers respectivement de leur journal l’Humanité ou de leur hebdomadaire Lutte Ouvrière. Le journal du PCF est malgré tout plus intelligent que l’hebdomadaire de LO en matière de sexualité et d’amour, alors que l’hebdomadaire de LO est lui plus intelligent que le journal du PCF en matière de lutte des classes et de révolution. Autrefois j’ai pu acheter à la Fête de l’Humanité le livre de mon ancien neuropsychiatre (1973-1978) intitulé : “Le divan et le prolétaire” ou les livres d’autres anciens psys du PCF tel celui intitulé : “Pour une critique marxiste de la théorie psychanalytique”. Par contre à la fête de LO je n’y ai jamais rien trouvé ni sur Freud ni sur la psychanalyse ! Pour paraphraser Trotski qui avait dit : “Le marxisme c’est ce qui manque à psychanalyse !” ne puis-je pas dire : “La psychanalyse c’est ce qui manque à LO !” ? Remarquons que depuis longtemps aucun psy n’écrit plus dans l’Humanité ou ne soutient le PCF. Le résultat de tout cela c’est que maintenant je 177


m’abstiens toujours à toutes les élections. Je ne vote ni pour des malades mentaux ni pour des malades sexuels ! ŒDIPE

178


EXTRAIAT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LA PROSTITUTION OU LA MASTURBATION ? L’AVIS DES PSYS ET D’UN EX-CLIENT ! L’auteur (dont je ne veux pas citer le nom) d’un billet (dont je ne veux pas citer le titre) vient de fermer les commentaires sur celui-ci alors que l’un des sujets de celui-ci m’intéresse. Je continue malgré tout ma discussion avez lui et d’autres abonnés du Club de Mediapart grâce à ce nouveau billet. Sur celui-ci vous trouverez d’abord le dernier commentaire que je voulais déposer sur son billet mais ne l'ai donc pas pu puis les trois précédents commentaires qui eux ont bien été déposés sur celui-ci (cela pour la gouverne de mes visiteurs). ŒDIPE DERNIER COMMENTAIRE INDÉPOSABLE : La camisole chimique suspend les troubles mais ne guérit pas. Seule une relation humaine le peut et notamment pour cela la sexualité et l’amour. La simple compassion d’un psy pour son malade à ce sujet n’est pas suffisante. La principale cause des tentatives de suicide chez les schizophrènes (un sur six en meurt, je vous le rappelle) est l’effet dépresseur des neuroleptiques voir des antipsychotiques sur leur moral et non pas la maladie psy elle-même. C’est pourquoi beaucoup arrêtent leur traitement mais il y a alors 75 % de rechutes dans le délai d’un an ! Avec ces médicaments psy en général il est bien sûr aussi impossible de travailler… et il faut alors mettre le malade en invalidité…. Je ne prétends pas que les prostitué(e)s sont la panacée pour guérir tous les schizophrènes et bien d’autres malades psy systématiquement… Mais les psys ne recommandent jamais la masturbation à leurs malades quand ils peuvent à la place de celle-ci avoir des relations sexuelles (voire sentimentales) même avec des prostitué(e)s ! Préférer la masturbation aux rapports sexuels (même avec des prostitué(e)s) c’est à leur avis alors une forme de psychopathologie… le pire étant de se masturber en se regardant dans une glace car disent-ils alors : “c’est faire l’amour 179


avec soi-même” ! Quant à dire alors comme vous que les clients de prostituées ne sont en réalité que des criminels et des violeurs… ce n’est certainement pas l’avis des prostituées ellesmêmes ! Et pourquoi vouloir la disparition de la prostitution quand c’est effectivement un bien nécessaire ? Est-ce vous ou leurs clients qui leur donnez à manger ? Et est-ce l’allocation du PS et du PCF de 330 € mensuels prévue par la loi sur la “pénalisation du pénis” qui peut alors les motiver pour leur faire abandonner leur charmante profession… ? Au contraire n’est-ce pas les encourager à avoir encore plus recours à celle-ci et pire au proxénétisme ? Mais savez-vous comment s’appelle en psychiatrie la maladie des gens qui comme vous se croient supérieurs, distribuent des leçons, ont un jugement complètement faux, la conviction inébranlable d’avoir toujours raison, une morale psychorigide, se croient toujours en bonne santé psy, refusent toujours les soins quels qu'ils soient, etc. ? MES TROIS PRÉCÉDENTS COMMENTAIRES DÉPOSÉS : L’introspection, l’autocritique, l’autoanalyse sont bien sûr indispensables pour tous ceux qui veulent changer en mieux ! Mais certains malades psychiatriques ne le peuvent pas malgré toute leur bonne volonté et même avec l’aide pour cela de leur psychiatre, psychothérapeute, psychologue, psychanalyste, etc. si bien que ma nouvelle psychiatre actuelle ne m’a-t-elle pas dit à ce sujet : ”La prostitution est très thérapeutique et devrait être remboursée par la Sécurité sociale […] Certains hommes on ne peut pas les décoincer autrement !” Quant aux violeurs contrairement à ce que pensent les féministes tous les hommes qui ont un désir sexuel envers une femme ne sont pas toujours des violeurs ! Lacan avait dit : “Ne devient pas fou qui veut !” et moi je dirai même : “Ne devient pas violeur qui veut !” Celui-ci est incapable de se mettre à la place d’autrui car pour lui l’autre n’existe pas ! Cela résulte non pas d’une domination historique des hommes sur les femmes ou d’une culture des hommes comme l’affabulent les féministes mais d’une structure mentale perverse acquise lors de la petite enfance (voir à ce sujet le site : http://psychiatriinfirmiere.free.fr à l’article : Perversion et structure perverse). Vos vœux pour que chacun change en mieux à mon avis ne s’adressent qu’aux gens qui peuvent changer… en ce sens ce ne sont que des vœux pieux pour les violeurs… 180


Sur ceux-ci même ni la prison ni la psychothérapie ne sont efficaces… Est-ce leur faute s’ils sont des "monstres" ? Ils ne sont que ce que la famille et la société ont fait d’eux ! Je ne comprends pas votre violence à l’égard des clients de prostituées, de cellesci, des violeurs ! Ces derniers sont aussi des êtres humains aussi violeurs soient-ils ! et surtout aussi malades psychiatriques soient-ils ! Ne pouvez-vous pas faire un effort pour vous changer enfin en mieux à ce sujet ? Voir éventuellement mon blog sur le thème du viol à l'adresse : http://blog-schizo-gueri-4.blogspot. com. ŒDIPE Par-devant au travers de vos conseils en matière de comportement sexuel vous arguez sans cesse l’amour alors que par-derrière vos critiques à l’égard des clients de prostituées, de cellesci, des violeurs, ne cachent en réalité que toujours de la haine c’est-à-dire de la violence à l’égard de ceux-ci. Comme le dirait le Dr Yves Roumajon (ancien expert près les tribunaux qui m’a personnellement expertisé en 1973) à la télévision dans les années 1980 à propos des violeurs : “Les criminels sexuels sont très perturbés sexuellement !” Actuellement au bout de 15 ans de prison (en réalité sans aucun soin psychiatrique) ceux-ci doivent subir alors une nouvelle expertise psychiatrique dans le but de soi-disant déterminer si du point de vue de la “science” actuelle à ce sujet il y a malgré tout un risque probable de récidive ! Croyez-vous que si ni la prison pendant 15 ans ni la psychothérapie après celle-ci sont complètement inefficaces que ce sont alors vos conseils aux "mecs" pour ne pas violer qui seront enfin la panacée dans ce domaine ? Quant aux clients de prostituées bien souvent ce sont bel et bien aussi des malades psychiatriques bien qu’il y en ait alors de toutes sortes : schizophrènes, timides, bloqués, névrosés, obsédés, solitaires, handicapés, etc. Ce sont des “pauvres types” (expression de l’hebdomadaire de Lutte Ouvrière au sujet de ceux-ci) qui ne peuvent pas avoir en réalité de relations sexuelles avec d’autres femmes que justement des prostituées et alors que celles-ci leur sont indispensables soit pour trouver un bon équilibre psychologique soit pour bien garder celui-ci ! Tant mieux pour vous si vous faites partie des privilégiés qui ont eu la possibilité suite à une bonne éducation et grâce à un bon milieu social de pouvoir bénéficier de rapports sexuels 181


et de l’amour dits “normaux” ! Mais pourquoi ce besoin de retirer aux schizophrènes, timides, bloqués, névrosés, obsédés, solitaires, handicapés, etc. bref à tous ces anormaux et “pauvres types” (comme le dit si bien Lutte ouvrière dans son hebdomadaire) ce peu de plaisir ou de bonheur qu’ils peuvent avoir malgré leur maladie gravissime grâce justement aux prostituées ? (un schizophrène sur deux fait au moins une tentative de suicide dans sa vie et un sur six en meurt, etc.). Comme toutes les féministes (même si vous êtes pourtant un homme) vous avez un besoin inconscient de détruire tous ceux qui ont un pénis et pour cela vous aussi vous commencez consciemment par les plus faibles, les plus malheureux, etc. C’est ça votre intelligence et votre amour pour changer les gens en mieux dans le domaine sexuel ? N’avez-vous pas honte ? ŒDIPE Mon expérience de plus de 52 ans de psychiatrie en tant que schizophrène ou ex-schizophrène me fait dire actuellement qu’on ne change pas les malades psychiatriques (névrosés, psychotiques, pervers, etc.) que ce soit grâce à des conseils, des menaces, ni même que ce soit grâce à des textes de loi comme celui sur la prostitution voté entre autres par le PS et le PCF en décembre 2013 par leurs députés à l’Assemblée nationale ! Où va-t-on avec des représentants du “peuple” aussi incompétents ? Pour ma part tout ce qu’ont gagné aussi bien le PCF que Lutte Ouvrière face à leur déclin historique en soutenant cette loi c’est que je m’abstiens maintenant de voter à toutes les élections ! Quant aux ZÉROMACHO ils ne sont tous pour moi que ZÉROCULTURE et que tous TOUJOURS PLUS D’ÂNERIES vis-à-vis de tous les pauvres types et autres malheureux quels qu’ils soient (voir par exemple l’article de l’Humanité pour les soutenir intitulé : “Abolition de la prostitution : Les hommes ne sont pas plus dans une sexualité pulsionnelle que les femmes” ; pour ceux qui me le demanderaient je peux leur expliquer où sont les erreurs médicales et scientifiques dans cet article et le fameux livre qu'il recommande : “Osons la masturbation“ soutenu aussi par le PCF) ! Aucun psy depuis longtemps n’écrit plus d’ailleurs dans l’Humanité ! Cependant je partage entièrement l’avis d’Élisabeth Badinter – éminente philosophe – dans son interview au Monde intitulée “L’État n’a pas à légiférer sur l’activité sexuelle des indivi182


dus” et que chacun peut lire ou relire en cliquant sur le lien suivant : Prostitution : "L'Etat n'a pas à légiférer sur l ... - Le Monde ŒDIPE

183


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR PROSTITUTION : PÉNALISER LE PÉNIS POUR ABOLIR LE PROXÉNÉTISME ? J’ai appris grâce au Monde (et non pas grâce à Mediapart ni grâce à la télévision) que la loi de décembre 2013 sur la “pénalisation du pénis” repasserait le l2 juin 2015 à l’Assemblée nationale pour être votée peut-être avec succès alors que le Sénat avait récemment en grande partie pourtant rejetée celle-ci. Pourquoi a-t-on besoin d’une nouvelle loi contre soi-disant le proxénétisme alors qu’il existe déjà des lois votées autrefois à ce sujet et qu’elles restent toujours inappliquées ? Par exemple la police possède la liste de tous les proxénètes hôteliers mais qu’attend-elle pour les attraper ? Pour Internet qu’attend-elle pour bloquer les sites de proxénètes alors qu’elle bloque les sites de terroristes ? Ouvrons ici une parenthèse : j’ai reçu de la part d’un abonné (dont je ne veux pas dire le nom) du Club de Mediapart le message privé suivant suite à mon dernier billet intitulé : “La prostitution ou la masturbation ? L’avis des psys et d’un ex-client !” : “Les femmes ne sont pas des trous. On ne se sert pas des trois trous à louer ou à prendre tel quel pour assouvir un besoin. On essaye de séduire. Je connais des schizos qui ont été suicidaires : ils ne vont pas aux putes ! Ils sont sous médocs et parviennent à vivre seuls sans travail (alloc).” Le “trou” que ce putophobe féministe prête aux clients de prostituées dans leur façon de voir les femmes et de faire l’amour avec celles-ci n’est en réalité que ce qu’il a lui-même dans sa tête pour toutes les femmes et qu’il projette sur ceuxci. J’ai pour ma part en tant qu’ex-client schizophrène (19651972) de celles-ci une autre façon de considérer les femmes que celui-ci : les prostituées étaient et sont toujours pour moi le symbole de l’amour et des soins et je les consultais et les payais comme si je consultais et payais alors un médecin, une infirmière, une psychologue, une sexologue, voire même une assis184


tante sociale, etc. ! Quant aux schizos que soi-disant il connaît et qui soi-disant ne vont pas aux putes même s’ils sont suicidaires chacun n’est-il pas libre – ne lui en déplaise – de gérer sa vie privée comme bon lui semble du moment qu’il ne fait pas de mal à autrui ! Or même les prostituées qui ont un proxénète ne disent (presque) jamais (soit à visage découvert ou non à la télévision soit avec un pseudo ou non sur leur site internet, etc.) comme ce putophobe féministe que leurs clients ne sont tous en réalité que des criminels et des violeurs ! Le crime et le viol que celuici prête aux clients de prostituées dans leur façon de voir les femmes et de faire l’amour avec celles-ci n’est en réalité encore une fois que ce qu’il a lui-même dans sa tête pour toutes les femmes et qu’il projette sur ceux-ci. “On essaie de séduire !” précise celui-ci ! C’est là l’erreur et la méconnaissance réelle chez lui du problème ! Les schizos (mais aussi les timides, les bloqués, les névrosés, les solitaires, les handicapés, etc.) ont en réalité bien souvent un blocage sexuel et psychologique qui fait qu’en réalité même grâce à une psychothérapie, une psychanalyse, etc. ils restent souvent toute leur vie sans jamais même pouvoir dire le moindre mot voire le moindre compliment, etc. au sexe opposé quand ils sont par exemple amoureux ! Comme me l’a dit récemment ma nouvelle psychiatre actuelle : “Les prostituées sont très thérapeutiques et devraient être remboursées par la Sécurité sociale ! Certains hommes on ne peut pas les décoincer autrement !” Tous les schizophrènes, les timides, les bloqués, les névrosés, les solitaires, les handicapés, etc. ne peuvent pas être bien sûr clients de prostituées car pour cela il faut de l’argent et donc souvent pour cette raison il faut travailler ! 15 % seulement des schizophrènes travaillent, 3 % seulement sont mariés et 1 % seulement ont des enfants ! Si j’étais la bête immonde que ce putophobe féministe imagine que je suis parce que je défends aussi bien les prostituées que leurs clients aurais-je pu vivre avec ma femme depuis plus de 42 ans sans aucun rapport sexuel avec celle-ci depuis que je la connais et cela dans la fidélité réciproque ? Il s’agit d’un record du monde en matière de mariage non consommé ! Quant à savoir si je me masturbe ou pas cela le regarde-t-il même s’il prêche au travers de ses normes personnelles sans cesse la masturbation ? Mais fermons la parenthèse : je reviens sur la “pénalisation du pénis” pour laquelle la loi doit repasser à ce sujet le 12 juin 185


2015 à l’Assemblée nationale, et réponds à la question : pourquoi je pense (comme le Syndicat du travail sexuel, etc.) que la prostitution est effectivement un bien nécessaire ? Pour les hommes elle est nécessaire pour ceux qui sont en situation de détresse psychique du fait notamment de leur grande misère sexuelle : tout le monde avec un peu de jugeote (sauf les putophobes féministes) peut comprendre cela ! Je ne développerai donc pas plus ici cet argument ! Pour les femmes elle est nécessaire pour celles qui sont en situation de détresse psychique du fait notamment de leur grande misère matérielle : tout le monde avec un peu de jugeote (sauf les putophobes féministes) peut comprendre aussi cela ! Je ne développerai donc pas plus non plus cet argument ! Cette loi sur la pénalisation du pénis cache par-derrière ce qu’elle ne veut pas dire par-devant : faire croire qu’il faut abolir la prostitution pour faire abolir le proxénétisme ! Ce n’est bien sûr que pur mensonge et hypocrisie et les auteures de celle-ci n’ont-elles pas été contraintes de reconnaître à ce sujet plusieurs fois : ”La prostitution ne disparaîtra pas mais ça responsabilisera les clients ! Et même quand on attrapera ceux-ci ils seront alors forcés de par la loi de suivre un stage de sensibilisation à la vérité sur la prostitution permettant alors de bien les rééduquer !” À quel bourrage de crâne ne faut-il pas s’attendre surtout venant de la part du PS, du PCF, voire de l’extrême gauche, etc. à ce sujet ? Il s’agit de s’en prendre plus aux clients de prostituées qu’en réalité aux proxénètes (lesquels n’ont pas de sexe car les maquerelles ça existe aussi) ! J’ai déjà donné l’explication de ma nouvelle psychiatre actuelle à ce sujet dans un précédent billet mais je la rappelle encore une fois, car pour ma part, je la juge très intelligente : “Les féministes ont une revendication phallique c’est-à-dire qu’elles veulent ce qu’elles n’auront jamais ! C’est ce que Freud 186


appelait autrefois “l’envie du pénis“ ! Les femmes qui sont bien dans leur tête acceptent leur castration aiment les hommes et veulent recevoir leur pénis tandis que les féministes qui, elles, sont très mal dans leur tête n'acceptent pas leur castration, haïssent les hommes et veulent les détruire tous !” Lorsque ce sont des vielles mémés sur Internet qui sollicitent – et elles sont de plus en plus nombreuses – des rapports sexuels moyennant finance auprès de jeunes gens y compris de jeunes puceaux, alors pourquoi aucune socialiste, aucune communiste, aucune féministe, etc. ne prend alors la parole pour dénoncer le prétendu crime ou le prétendu viol aussi à l’égard de ceux-ci ? Mais toujours sur Internet la télévision n’a-t-elle pas fait remarquer que la prostitution y était devenue maintenant de plus en plus bénévole si l’on peut dire ainsi ? C’est-à-dire que des jeunes gens de plus en plus nombreux et des jeunes filles de plus en nombreuses ont même jusqu’à cinq à six rapports sexuels avec des partenaires différents cela gratuitement et par semaine grâce à des sites de rencontres spécialisés pour cela ? Le PS, le PCF, l’extrême gauche, les féministes, etc. peuvent-ils me donner leur avis sur ce nouveau phénomène et ce qu’ils comptent faire éventuellement ? Car on ne va certainement pas dans le sens de que ce souhaitent par exemple les dirigeants judéo-chrétiens du PS, du PCF, etc. ! Ce billet n’avait que pour but de me rappeler et éventuellement de rappeler aussi à d’autres, quelle était ma position sur le problème de la “pénalisation du pénis” avant le vote peut-être avec succès de la loi sur la “pénalisation du pénis” prochainement le 12 juin 2015. Mais où va-t-on avec tous ces inconscients qui s'occupent sans qu'on ne le leur demande aussi bien de notre vie privée que sexuelle ? ŒDIPE

187


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LES PROSTITUÉES SONT-ELLES DES MENTEUSES ET DES MALADES MENTALES QU’IL FAUT PROTÉGER D’ELLES-MÊMES ? En voulant répondre à l’auteur (dont je ne veux pas citer le nom) d’un billet (dont je ne veux pas citer le titre) je ne me suis pas aperçu tout de suite qu’il en avait fermé les commentaires. Je vous communique donc ci-dessous le texte de ma réponse sous la forme de ce nouveau billet. Je suis aussi bien contre la justice qui tue que contre la justice qui punit ! Celle-ci n’existe que pour satisfaire le besoin de vengeance du cerveau chez les victimes ! Je ne crois pas à la justice comme je ne crois pas à la psychiatrie ! Que faut-il faire ? Je n’en sais rien ! Je suis contre faire souffrir même les bourreaux ! Ceux-ci ne sont pas responsables du personnage qu’ils sont devenus et qui résultent de ce que la famille et la société ont accouché pour eux ! Ils ne peuvent pas changer quelle que soit la punition et/ou quels que soient les traitements psychiatriques (médicaments, psychothérapie, etc.) ! Plus on punit plus j’ai l’impression qu’il y a de criminels et de récidivistes ! Le problème des violeurs c’est qu’ils sont incapables de se mettre à la place des autres parce que pour eux l’autre n’existe pas ! Que faire pour eux aussi ? La prison psy à vie ? Mais que faire alors de tous les violeurs potentiels que l’on ne connaît pas encore et qui tôt ou tard deviendront des violeurs réels ? Je crois qu’un monde meilleur est possible ! mais qu’il n’y aura jamais de monde parfait ! Quant à la prostitution elle ne résulte pas seulement que de la misère matérielle des femmes ! Toutes celles qui sont en situation de détresse psychique du fait de leur misère matérielle ne deviennent pas forcément toutes des prostituées ! Celles-ci disent en général qu’elles ont fait librement le choix du métier de prostituée pour ses avantages vers l’âge de 17 ans ! Pourquoi ne pas les croire et dire qu’elles ne sont toutes à ce sujet que des menteuses et des malades mentales qu’il faut protéger d’elles-mêmes ? En réalité il y a des femmes qui ne veulent pas de la monogamie catholique ou communiste ! Elles disent avoir choisi délibérément dès leur adolescence les rapports sexuels 188


avec des partenaires multiples ! Ce qui est certain c’est que le bonheur n’est pas la même chose pour tout le monde ! Pour certains c’est la vie de famille, pour d’autres c’est de vivre par rapport au sexe et à l’argent, etc. Qui a raison ? Vous me disiez que les clients de prostituées ne cherchent qu’à assouvir leurs pulsions au travers des trois trous de celles-ci ! Même quand on est amoureux de sa femme ne cherche-t-on pas à assouvir celles-ci aussi au travers de ces trois trous ? Je vous rappelle ce que disent bien des prostituées quand elles passent à la télévision à visage même découvert (par exemple lors de l’émission vie privée/vie publique) : “J’ai essayé de changer de métier, mais je n’ai pas pu continuer le nouveau ! J’aime la relation avec le client ! J’aime ça ! et oui je jouis !” Encore une fois sont-elles forcément des menteuses ou des malades mentales qu’il faut protéger d’elles-mêmes lorsqu’elles parlent ainsi ? Je ne le crois pas ! Je crois qu’à partir du moment où dans une relation sexuelle l’homme et la femme sont chacun des adultes consentants (et surtout suite à une sollicitation féminine) et qu’il n’y alors aucun des deux qui ne se plaint de l’autre, l’État ou le parti, etc. n’a pas intervenir là-dedans ! Et quand il le fait comme actuellement c’est toujours bien sûr pour accuser les hommes de tous les maux et plaindre les malheureuses prétendues victimes féminines ! Pourquoi ? parce que les féministes ont un compte à régler avec tous les hommes pour des raisons que je vous ai déjà expliquées par ailleurs et que je ne vous rappelle pas ici et qui n’ont rien à voir avec la prétendue vérité qu’elles racontent au sujet de la prostitution ! Je crois que même sous le communisme si on y arrive il y aura toujours des femmes qui préféreront les rapports sexuels avec de multiples partenaires plutôt que des rapports sexuels monogamiques dans la fidélité réciproque et qu’à certaines il leur viendra toujours d’en faire alors leur profession ! ŒDIPE

189


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR FAUT-IL INTERDIRE LES SITES SEXY ? Les psys disent que ce sont les vidéos sexy qui font l’éducation sexuelle des adolescent(e)s de notre époque et que cela leur est, à leur avis, très nuisible ! Certains sites par exemple montrent des jeunes filles d’environ 18 ans se faisant, après cunnilingus et fellation incontournables, agréablement et en douceur bien dépuceler dans le bonheur idéal et parfait en ½ heure à 1 heure ½ grâce à des hommes d’environ 30 ans toujours très expérimentés à ce sujet !* Faut-il bloquer ces sites sexy comme on bloque déjà les sites terroristes ? Pourquoi pas ? Mais qu’attend-on alors à ce sujet ? que les proxénètes fassent ainsi toujours plus de fric sur le dos des voyeurs ? Les psys sont-ils dans l’erreur ? Certains d'eux prétendent que ces vidéos sexy, d’une part sont un médicament sans danger calmant la souffrance de certains malades psy, d’autre part qu’elles protégeraient même ainsi les femmes des agressions sexuelles car ceux-ci ne passeraient pas ou plus alors à l’acte ! Mais tous, à ma connaissance, soutiennent que celles-ci sont toujours très nuisibles pour tous les adolescent(e)s ! Les psys sont une référence pour moi bien que j’ai connu parmi eux pas mal d’escrocs et d’abuseurs de toutes sortes dans le domaine des soins psy ! Peut-on aussi en matière d'éducation sexuelle faire confiance aux féministes ? Celles-ci ne sont-elles pas des névrosées très mal dans leur tête ayant toujours un compte à régler avec tous les hommes, un besoin sans cesse de les détruire tous, revendiquant toujours ainsi ce qu’elles n’auront jamais ? (Freud n’appelait-il pas cela chez ses clientes “l’envie du pénis” ?) Et les catholiques voire les communistes peut-on leur faire confiance toujours aussi dans ce domaine psy ? Sont-ils alors mieux que les autres ? 190


Quoi qu’il en soit je demande à tous ce qu’à votre avis il faudrait faire ou peut-être ne pas faire à ce sujet ! Il existe bien sur Internet le fameux “contrôle parental” mais tout le monde sait très bien qu’il est en réalité complètement inefficace y compris même déjà pour les prépubères ! Il y a quelques années j’avais suggéré sur le site de www.psychologies.com une pétition nationale réclamant l’interdiction de tous les sites sexy ! Aucun internaute ne m’a jamais répondu quoi que ce soit à ce sujet ! Où va-t-on ? ŒDIPE *Pour vous permettre éventuellement de vérifier que je ne mens pas dans ma description (en résumé) de ces dépucelages réels qu’on peut considérer alors comme étant en direct pour les voyeurs de ceux-ci, tapez dans le moteur de recherche de Google le mot “dépucelage“ (et non pas le mot “dépuceler”) ! Apparaissent alors une vingtaine de sites sexy dont certains ne sont même pas signalés comme étant “pour adultes” et proposant la vision de dépucelages réels tous parfaitement réussis dans les règles de l’art à ce sujet ! Ces visions sexy (y compris de l’hymen intact et du sang sur le sexe de l’homme) sont proposées gratuitement ! Après celles-ci ces sites de dépucelages réels proposent ce qu’ils appellent eux-mêmes des “plans-cul” ! Pour certains de ceux-ci il est précisé dans les conditions générales d’utilisation qu’il ne doit y avoir alors aucun règlement financier entre les futurs partenaires sexuels et/ou amoureux ! C’est ce que j’appelle la “prostitution bénévole” laquelle se développe de plus en plus sur Internet surtout chez les jeunes gens et les jeunes filles d’après la télévision ! Pour certains autres de ceux-ci par contre il est demandé un règlement financier (mais sans carte bancaire autrement dit en espèces) au futur(e) client(e) après qu’il (elle) ait choisi sur catalogue son ou sa futur(e) partenaire sexuel(l)e et/ou amoureu(se)x qui lui convient le mieux ! Bien sûr si vous ne désirez pas reluquer ou mater ces dépucelages réels nul ne vous oblige à visiter les sites de ceux-ci !

191


P- S. : si ces sites sexy sont considérés comme nuisibles pour les adolescent(e)s ne peut-on pas considérer qu’ils peuvent l’être aussi pour les adultes ?

192


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR EN RÉPONSE À D’AUTRES COMMENTAIRES À LA SUITE DE L’ARTICLE : L’AVIS DE MA PSYCHIATRE SUR LES FÉMINISTES En psychiatrie les cas particuliers renvoient à un cas général, par exemple pour les névroses à un complexe d’Œdipe qui a mal commencé et qui ensuite s’est mal passé. Il est évident que la population féministe a un compte à régler avec tous les hommes et un besoin de les détruire tous pour tous ceux ou toutes celles qui côtoient ce genre de femmes revendiquant avant tout ce qu’elles n’auront jamais. Le bon sens ça existe chez les psys et cela d’autant plus que c’est leur métier à ce sujet ! Quant à mes blogs chez Blogger s’ils n’ont pour l’instant que peu de pages c’est parce que comme je l’ai expliqué sur ceux-ci je n’ai pas le temps pour l’instant pour y déposer de nombreux extraits de mon livre. Pour cela il faut que j’attende d’avoir terminé la rédaction et la correction de celui-ci au plus tard fin 2016 (sauf cas de force majeure : maladie, accident, décès). Je ne prétends pas être un grand écrivain ! Je cherche à être utile dans le domaine de la schizophrénie et d’abord à être utile aux schizophrènes euxmêmes ? Est-ce une utopie ? Je n’en sais rien pour l’instant et ne le saurai peut-être jamais ! ŒDIPE Ce n’est pas parce que ma psychiatre actuelle ne partage pas votre avis qu’elle ne devrait pas exercer son métier. Je connais les études qu’ont faites tous mes psys lesquels partageaient eux aussi autrefois le même avis que ma psychiatre actuelle. Je suis au courant de tout le cursus aussi bien en sciences biologiques qu’en sciences psychologiques que celle-ci a fait et peux même vous dire qu’au concours de l’internat autrefois à Paris elle a été reçue 34e sur plusieurs milliers de candidat(e)s ! Et vous êtes-vous psy et qu’elles études supérieures avez-vous faites pour vous permettre de lui donner des leçons ? Dans la prostitution il n’y a pas de domination de la part du client ! L’argent, de la violence ? Non, pour Freud, c’est de l’amour ! Quant 193


au viol il ne résulte pas d’une domination non plus des hommes sur les femmes mais d’une structure mentale perverse acquise lors de la petite enfance ! Ce que les féministes prennent pour de la vérité et à laquelle elles croient dur n’est que mensonges et tromperies à l’égard d’elles-mêmes ! Elles sont inconscientes des causes véritables de leur agressivité vis-à-vis des hommes et il n’y a qu’une chose qui compte pour elles : agresser ceux-ci, les détruire… Pour cela actuellement elles s’en prennent aux plus faibles et aux plus malheureux d’entre eux à savoir les clients de prostituées… en espérant que de par la loi elles pourront en les castrant leur faire ainsi le plus de mal possible, les détruire au maximum… J’ai une bonne relation avec ma psychiatre actuelle comme j’ai toujours eu aussi une bonne relation avec la plupart de ses prédécesseurs psys ! Elle a obtenu d’ailleurs avec moi d’excellents résultats thérapeutiques… Je vous conseille de visiter le site : http://psychiatriinfirmiere.free. fr à l'article « Perversion et structure perverse ». ŒDIPE Vous êtes avant tout obsédée par cette histoire de soi-disant "domination des hommes" qui est pour vous peut-être une réalité dans votre inconscient mais pas chez toutes les femmes et ni chez ma psychiatre ni chez ma femme, etc. Leur réalité à elles n'est pas la vôtre ! ŒDIPE Je suis désolé je ne discute pas ou plus avec quelqu'un qui ne connaît pas le sujet et raconte n'importe quoi ! Vous ne m'accompagnez pas aux consultations avec celle-ci (comme c'est le cas d'ailleurs de ma femme qui elle non plus ne partage votre avis féministe) ! Ma psychiatre ne m'endoctrine pas idéologiquement elle répond avec bon sens grâce à son expérience du sujet aux questions que je lui pose souvent pour ma gouverne. ŒDIPE Les mensonges, l’hypocrisie, la diffamation, les insultes, tout et n’importe quoi de la part des féministes toujours dans un 194


seul et même but : blesser les hommes autant que faire se peut, leur faire le maximum de mal, les déstabiliser, etc. ne sont que des agressions barbares et odieuses, indignes de femmes intelligentes et capables d’empathie, auxquelles je ne donnerai pas la suite qu’elles espèrent à ce sujet… Libres à celles-ci de continuer à faire tous leurs dégâts ailleurs… sur moi ça ne marche pas ! ŒDIPE

195


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « LUTTE CONTRE LE SYSTÈME PROSTITUTIONNEL OU LES EFFETS DÉLÉTÈRES DE CETTE LOI » “LA PROSTITUTION EST UN BIEN NÉCESSAIRE !” (AVIS DU SYNDICAT DU TRAVAIL SEXUEL) “La prostitution c’est nécessaire ! […] Il ne faut pas croire au mythe de l’absence de jouissance chez les prostituées !” (avis de mon ancien neuropsychiatre psychothérapeute de 1965 à 1973) “La prostitution c’est utile… beaucoup d’hommes commencent de cette façon ! […] Les prostituées devraient être remboursées par la Sécurité sociale car il y a des hommes qu'on ne peut pas décoincer autrement ! […] La prostitution c’est très thérapeutique ! […] Le plus vieux métier du monde existera toujours ! [….] Le PCF n’est pas dans la réalité ! […] Les féministes ont une revendication phallique c’est-à-dire qu’elles veulent ce qu’elles n’auront jamais ! C’est ce que Freud appelait autrefois “l’envie du pénis“ ! Les femmes qui sont bien dans leur tête acceptent leur castration aiment les hommes et veulent recevoir leur pénis tandis que les féministes qui, elles, sont très mal dans leur tête n'acceptent pas leur castration, haïssent les hommes et veulent les détruire tous ! (avis de ma nouvelle psychiatre actuelle depuis 2013 jusqu’à toujours actuellement en 2015) “La vente d'un individu n'est pas comparable à la prostitution, qui est une mise à disposition de son corps à des fins sexuelles, que l'on peut accepter ou refuser dès lors que l'on n'est pas prisonnière d'un réseau. […] Je ressens cette volonté de punir les clients comme une déclaration de haine à la sexualité masculine. Il y a une tentative d'aligner la sexualité masculine sur la sexualité féminine, même si celle-ci est en train de changer. Ces femmes qui veulent pénaliser le pénis décrivent la sexualité masculine comme dominatrice et violente. Elles ont une vision stéréotypée très négative et moralisante que je récuse. […]” (Élisabeth Badinter interview au journal le Monde intitulée : « Prostitution : l’État n’a pas à légiférer sur l’activité sexuelle des individus », 196


du 19/11/2013 mise à jour le 29/11/2013) « La prostitution est un bien nécessaire ! » (avis du Syndicat du Travail Sexuel). ŒDIPE Pour lire d’autres textes en rapport avec le sujet de ce commentaire cliquez sur les liens suivants : La prostitution ou la masturbation ? L'avis des psys et d'un exclient ! [PDF]FIÈRES D'ÊTRE PUTES - L'Altiplano Strass Syndicat du travail sexuel L'État n'a pas à légiférer sur l'activité sexuelle ... - Le Monde

197


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR “LA PROSTITUTION EST UN BIEN NÉCESSAIRE !” (AVIS DU SYNDICAT DU TRAVAIL SEXUEL) Extrait du livre pour adultes « Schizo guéri » à paraître en numérique gratuitement en plus de 3 000 pages et en 10 tomes vers fin 2017. D’autres articles de mon livre sont aussi en rapport avec le problème de la prostitution, je ne peux pas bien sûr les reproduire tous sur le site de www.mediapart.fr. Ce billet est la reproduction de mes commentaires que j’avais déposés à la suite d’un billet alors intitulé "Prostitution : pour la pénalisation des clients" dont je ne me rappelle plus l’auteur, sur le site de www.mediapart.fr 1ER COMMENTAIRE Pour savoir la vérité sur la prostitution faut-il faire confiance à des politicards en mal de résultats électoraux ? le mieux n’estil pas de s’adresser aux travailleuses sexuelles elles-mêmes et à leurs clients ou ex-clients eux-mêmes à ce sujet ? La Suède compte renoncer à son système antiprostitutionnel parce qu’il n’a fait jusqu’ici qu’accroître toujours plus le proxénétisme notamment en le déplaçant ailleurs (par exemple sur de grands paquebots dans les eaux internationales, Internet, etc.) et compte revenir à l’ancien système prostitutionnel qu’il regrette maintenant (information de la télévision). Quant à supprimer la prostitution en supprimant ses clients n’est-ce pas comme supprimer le capitalisme en supprimant ses travailleurs ? Et quant à offrir 330 € mensuels d’après la loi votée par le PS et le PCF aux travailleuses sexuelles pour qu’elles choisissent librement un autre métier alors qu’il y a en France déjà 5 000 000 de demandeurs d’emploi et alors qu’il suffit de faire une passe à 100 € (avec ou sans patron) par jour pour gagner au moins le SMIC mensuel n’est-ce pas se payer la tête de celles-ci ? Enfin s’il y avait plus de troubles mentaux chez les travailleuses sexuelles que chez les autres travailleurs et notamment à l’Éducation 198


nationale ou à France-Télécom (pour les suicides) ça se saurait vite depuis longtemps ! Cliquez sur les liens suivants : www.laltiplano.fr/fieres-detre-putes.pdf http://site.strass-syndicat.org/ Extrait du site "Fières d’être putes" : Non, nous n’avons pas de proxénètes. Non, nous n’avons pas été violées dans notre enfance, ni par la suite. Non, nous ne sommes pas toxicomanes. Non, nous n’avons jamais été forcées de nous prostituer. Non, nous n’avons pas d’angoisse post-traumatique. Non, nous ne sommes pas malheureuses. Oui, nous avons une vie sentimentale. Oui, nous avons des amies et des amants. Oui, nous sommes engagées dans la lutte contre les discriminations. Oui, nous exerçons un métier stigmatisé. Oui, nous avons choisi ce métier. Oui, nous voulons les mêmes droits que tous les citoyens de ce pays. Extrait du site "Syndicat du Travail Sexuel" : Prostitution : la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme se prononce CONTRE la pénalisation des clients Communiqué – 28 mai 2014 : hier, la CNCDH a rendu public son avis sur la proposition de loi contre le système prostitutionnel. Nous accueillons favorablement cet avis puisqu’il se prononce très clairement contre le délit de racolage public et contre la pénalisation des clients des prostituées, dont nous avons constamment rappelé les conséquences néfastes sur leur santé et leur précarisation. […] Extrait du blog (fermé) "Mensonges PCF sur la prostitution" Pour le PCF les travailleuses sont des victimes et les clients des criminels alors que pour le Syndicat du Travail Sexuel la prostitution est un bien nécessaire. Ces hommes n'ont-ils pas des 199


besoins qu'ils ne peuvent pas satisfaire autrement qu'avec ces femmes (handicap, solitude, timidité, etc.) ? Payer une travailleuse sexuelle n'est-ce pas comme payer un médecin, une infirmière, une psychologue, etc. ? Où est la violence dans ce rapport humain ? Œdipe LA PLUME 2E COMMENTAIRE Tous les travailleurs sont des esclaves salariés et pas seulement les travailleuses sexuelles ! Quant aux troubles psy qu'elles peuvent avoir éventuellement rien ne prouve qu'ils soient en rapport avec leur charmante profession ! J'ai souffert de schizophrénie c'est pire que les troubles psy que vous décrivez pour cellesci ! Et si je m'étais prostitué (pourquoi pas puisque je me prostituais déjà avec mon patron banquier pour manger à ma faim) vous auriez bien sûr argué que cette maladie terrible était en rapport avec mon travail sexuel ! C'est trop facile de raconter n'importe quoi ! Et quand on veut tuer son chien ne dit-on pas qu'il a la rage ? Œdipe LA PLUME 3E COMMENTAIRE Et vous-même qui me semble-t-il n’êtes ni prostituée ni proxénète ni client en quoi êtes-vous représentatif de l’avis des prostituées sur leur profession ? Ne parlez-vous pas à leur place ? mais dans quel but ? Les faire crever de faim est-ce mieux pour elles que d’avoir des troubles psy soi-disant en rapport avec leur profession ? Œdipe LA PLUME 4E COMMENTAIRE Quand le PCF était au pouvoir (je me rappelle surtout de lui car j'en ai été militant de base de 1965 à 2004) il existait déjà des lois efficaces pour lutter contre le proxénétisme. Celles-ci ne sont toujours pas appliquées au prétexte pour le PS qu'il n’y a 200


toujours pas actuellement les moyens financiers pour cela. Le PCF ne critique toujours pas le PS à ce sujet ! Les travailleuses sexuelles demandent la disparition du proxénétisme pas la disparition de leur profession ! J'ai l'impression que pour vous se prostituer grâce à ses charmes sexuels pour manger à sa faim est un problème moral alors que le fait que des milliards de travailleurs se prostituent eux grâce à leur cerveau, leurs nerfs, leurs muscles, etc. pour manger aussi à leur faim ce ne serait pas immoral ! Ne sont-ils pas victimes de la part des patrons de la même exploitation que les travailleuses sexuelles de la part des proxénètes ? Pouvez-vous m'expliquer où est la différence ? Et quand le Syndicat du Travail Sexuel affirme : "La prostitution est un bien nécessaire !" (pour les clients comme pour les travailleuses sexuelles) que lui rétorquez-vous ? Prendre l'argent aux pauvres et malades pour le donner une fois de plus aux riches et en bonne santé pour lutter enfin contre le proxénétisme ça ferait bien sûr un nouveau scandale de plus ! Quant aux féministes la pénalisation du pénis des hommes n'est-ce pas pour elles une aubaine pour se venger de la soi-disant domination historique de ceux-ci sur les femmes et régler leur compte enfin à ceux-ci ? En réalité ce n'est pas aux proxénètes que vous vous en prenez mais aux malheureux malades, handicapés, solitaires, timides, obsédés, bloqués, schizos, etc. qui eux souffrent déjà beaucoup psychiquement en plus de souffrir déjà beaucoup sexuellement et pour qui se payer une travailleuse sexuelle est le seul plaisir qui leur reste souvent dans la vie avant la tentative de suicide ! Et avec cette pension de 330 € mensuels que vous accordez aux travailleuses sexuelles pour qu'elles renoncent à leurs clients soi-disant criminels croyez-vous qu'elles iront consulter un psy de longues années pour solutionner leurs soi-disant troubles psy ? N'avezvous pas peur plutôt des tentatives de suicides chez elles aussi à cette occasion ? Que pensez-vous aussi de cet avis de Mme Élisabeth Badinter – éminente philosophe – sur la prostitution : "L’État n’a pas à légiférer sur l’activité sexuelle des individus !" (voir son interview au journal le Monde en cliquant sur le lien suivant : L'Etat n'a pas à légiférer sur l'activité sexuelle ... - Le Monde) ? Œdipe LA PLUME

201


5E COMMENTAIRE Les commentaires des trois derniers visiteurs de ce billet me font venir ceci : le corps humain n’est-il pas une marchandise pour les médecins, les infirmières, les psychologues, etc. et leurs malades. ? et pourquoi pas pour les travailleuses sexuelles et leurs clients aussi ? Ce qu’elles font : soulager la souffrance psychique et sexuelle notamment chez des malheureux malades, handicapés, solitaires, timides, obsédés, bloqués, schizos, etc. n’est-ce pas justement le même genre de soins qu’en psychiatrie surtout ? Vient-il alors de dire que les clients de celle-ci sont des criminels du fait qu’ils paient pour être en meilleure santé psy ? C’est la même chose à mon avis pour la prostitution ! Et pour Freud la femme n’est-elle pas le symbole des soins et l’argent le symbole de l’amour ? les travailleuses sexuelles ne déclarentelles pas souvent : "Je n’ai pas de proxénète et le plus gros proxénète c’est l’État car il nous prend énormément d’impôts !" ? 6E COMMENTAIRE

Œdipe LA PLUME

Si vous n'êtes ni prostituée ni client et ne savez que ce qui se passe entre eux que suite à votre imagination morbide alors au moins n'insultez pas ceux-ci ! Je vous communique ci-dessous un extrait de mon livre "Le brûlot d’une ex-schizo" et j'espère qu'il vous fera alors réfléchir un peu plus intelligemment sur le sujet : Je remercie les filles de joie pour leurs bienfaits sur ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle et sur ma schizophrénie paranoïde. En me débloquant sexuellement et sentimentalement elles m'ont permis de rencontrer enfin l'amour et la femme de ma vie. Je témoigne au travers de mes courriers à mes psys, à des responsables politiques, à des dirigeants d’associations de psychiatrisés en lutte, etc. dans mon livre des bienfaits de la prostitution sur ma santé psy. Les hommes ont besoin de ça et les filles de joie ne leur apportentelles pas ainsi un bon équilibre psy ? Ces travailleuses que disentelles ? "J’ai commencé librement à l’âge de 17 ans pour les avantages du métier !" "Lorsqu’on est prostituée il n’y a pas besoin de se lever de bonne heure pour aller travailler !" "Je n’ai pas de 202


proxénète et le plus gros maquereau c’est l’État car il nous prend énormément d’impôts !" "Je gagne en une nuit ce que je gagnerai en travaillant au bureau ou à l’usine en un mois !" "J’aime la relation avec le client !" "J’aime ça !" ? Les psys, eux, que disentils : "La prostitution c’est nécessaire !" "Il ne faut pas croire au mythe de l’absence de jouissance chez les prostituées !" ? Et moi que puis-je ajouter : "Il ne faut pas croire au mythe de l’absence de sentiments chez les jeunes prostituées vis-à-vis de leurs jeunes clients et surtout lorsque ceux-ci sont puceaux !" ? Le bonheur n’est pas la même chose pour tout le monde ! Certaines femmes ne sont heureuses que lorsqu’elles ont de nombreux rapports sexuels adultérins satisfaisants ! L’amour du sexe ne les empêche pas d'être capables de toutes les autres formes d’amour ! Quant à la fidélité existe-t-elle actuellement ? Un couple sur deux divorce en France et la durée moyenne de la vie d’un couple n’est que de 13 ans toujours en France ! Rien ne prouve que les relations de couple soient enfin un jour caractérisées par une véritable monogamie dans la fidélité réciproque ! Chacun doit être libre d’organiser sa vie comme bon lui semble du moment qu’il n’organise pas avec autrui une relation qui lui est nuisible ! Bien sûr dans de nombreux couples – dont le mien – la fidélité c’est le bonheur, même si à mon avis l’amour c’est souffrir (mon mariage n’est toujours pas consommé ; il s'agit d’ailleurs d'un record du monde à ce sujet : plus de 40 ans actuellement) ! Mais je n’impose pas comme les chrétiens ou les marxistes ma façon de voir ainsi aux autres ! Je suis contre la pénalisation des clients de prostituées au prétexte que si cellesci prêtent volontairement leur corps, leur sexe, leurs charmes, etc. contre de l’argent ce serait alors un crime de la part de ceux-ci ! Mais pourquoi ces chrétiens et ces marxistes ne demandent-ils jamais leur avis à ces travailleuses elles-mêmes sur ce sujet qui les concerne elles-mêmes ? Ne décident-ils pas tout seuls de ce qui est bon pour la morale, la santé, le bonheur, etc. de celles-ci ? Mais de quel droit se croient-ils moralement supérieurs à ce point ? Et eux-mêmes quand ils travaillent ne prêtentils pas aussi leur corps contre de l’argent et notamment leurs muscles, leur cerveau, leurs nerfs, etc. ? La morale aussi bien chrétienne que marxiste à ce sujet n’est plus qu’une morale rétrograde et dépassée ! Prêter son corps à autrui afin que celui-ci en dispose et en jouisse sexuellement contre de l’argent est-ce 203


d’ailleurs un sot métier et même le pire ? Sot certainement pas ! Œdipe LA PLUME 7E COMMENTAIRE J’arrête là au moins pour le moment ma discussion sur le thème du billet ci-dessus. J’ai en effet à terminer la correction de mon livre “Schizo guéri”. Remarquons qu’aucune représentante officielle des travailleuses sexuelles ni que peu de clients de celles-ci ne se sont exprimés ici. Je comprends leurs réticences face aux agressions ignobles dont celles-ci et ceux-ci sont victimes de la part des putophobes. Œdipe LA PLUME

204


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LES PLANS-CUL GRATUITS DES SITES DE RENCONTRES DÉTOURNENT DÉJÀ LA LOI ANTI-PROSTITUTION 2015 Le règlement de ces sites dans leurs conditions générales d’utilisation prévoit que tout règlement financier est interdit entre les participant(e)s. Mais qu’est-ce qui me fait alors penser que toutes les participantes auxquelles j’ai eu affaire aujourd’hui ne sont pratiquement toutes que des prostituées ? D’abord parce que ce sont elles qui me sollicitent actuellement alors qu’autrefois sur ces mêmes sites c’étaient les hommes qui sollicitaient les femmes ! Celles-ci sont toujours très jeunes : entre 18 et 35 ans ! Il est évident que le désir tel que celui de « rencontre sérieuse » qu’elles affichent sur leur profil n’a rien à voir avec la réalité ! Elles présentent des photos d’elles-mêmes faisant des fellations ou ayant des rapports sexuels même avec plusieurs partenaires, etc. ! Aucune femme de 50 à 80 ans n’existe sur ces sites alors que j’ai pourtant affiché dans mon profil que j’avais 69 ans ! Aucune non plus ne m’a demandé mon statut social ! Le langage qu’avaient toutes ces jeunes femmes sexy à mon égard n’était toujours que sans aucune équivoque : elles vous expliquent toutes tout de suite en vous tutoyant qu’elles veulent – parce que vous habitez près de chez elles – tout de suite un bon “plan-cul” au lieu qui vous arrange ! Mais si vous leur demandez : “Est-ce que je dois payer ou pas pour cela ?” elles vous répondent alors toutes par exemple : “Qu’estce que c’est que cette histoire ?” (car la conversation s’affiche sur votre écran et un cyber policier pourrait déjà éventuellement la recopier en vertu de la loi prostitution même si le décret d’application de celle-ci n’est pas encore voté actuellement). Bref n’importe quel homme ayant un peu de jugeote comprend tout de suite que sur ces sites de rencontres par-devant les “planscul” sont tous toujours gratuits mais que par derrière chez toutes ces jeunes femmes sexy qui veulent aboutir sexuellement avec vous c’est alors toujours payant pour ceux-ci ! Ces sites vous donnent aussi de prétendus conseils pour éviter toutes les sortes d’escroqueries qu’il peut y avoir dans le domaine des rencontres sexuelles sur Internet ! Quelle hypocrisie ! Dans l’avenir les clients de prostituées devront bien sûr se demander à chaque fois 205


qu’ils seront sollicités par celles-ci sur Internet si bien sûr ils n’ont pas affaire à la place à une cyber policière ! Mais alors au lieu de demander à leurs clients de payer toujours avant le rapport sexuel celles-ci dans l’avenir pour les rassurer ne leur demanderont-elles pas de payer seulement après celui-ci ? Cette loi prostitution (elle n’interdit pas aux femmes de solliciter de l’argent en échange de leurs rapports sexuels mais interdit aux hommes de solliciter des rapports sexuels en échange de leur argent) créera plus de nouveaux problèmes qu’elle n’en solutionnera d’anciens ! C’est une loi votée avant tout par des menteurs et des hypocrites et cela tout à fait en connaissance de cause et délibérément ! Où va-t-on ? ŒDIPE

206


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR PROSTITUTION : LE PCF N’A RIEN COMPRIS À SON DÉCLIN ! Le procès que font actuellement sans aucun scrupule l’Humanité et le PCF aux clients de prostituées et aux prostituées elles-mêmes n’est, pour moi, à mon avis qu’un procès truqué (du point de vue de la morale et des arguments) de la même façon qu’étaient déjà bel et bien truqués (du point de vue de la morale et des arguments) autrefois les procès staliniens qu’ils soutenaient alors aussi déjà sans aucun scrupule ! Et de la même façon et pour les mêmes raisons (la psychorigidité mentale et l’erreur d’analyse) qu’autrefois lorsque l’Humanité écrivait à propos de la contraception “LES BOURGEOISES SONT DES VICIEUSES” ou qu’autrefois aussi il écrivait à propos de la révolution ouvrière hongroise “BUDAPEST EST UN COMPLOT FASCISTE”, celui-ci écrit actuellement “LES CLIENTS DE PROSTITUÉES SONT DES CRIMINELS” ! Le PCF n’a rien compris aux raisons véritables (sa fausse morale et ses vrais mensonges) de son déclin historique qui risque fort bien de continuer ainsi à lui coûter cher dans cette voie pas très intelligente à ce sujet ! ŒDIPE

207


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR CONTRE LE VIOL, LA VÉRITÉ, À MON AVIS, C’EST QUOI ? Toutes les femmes peuvent se faire violer. Il ne faut pas croire comme le racontent les féministes que la minijupe, le corsage bâillant, le monokini, le string, voire la nudité complète féminine sont sans effet sexuel sur les violeurs. C'est un mensonge et celui-ci une aubaine pour les féministes dont la présidente (décédée) du Mouvement de Libération de la Femme (MLF) déclarait autrefois : "Les femmes doivent libérer toujours plus leur corps !" Mais dans quel but sinon celui d'exciter toujours plus sexuellement les hommes ? Est-ce comme cela que l'on lutte contre le viol ? et les hommes sont-ils tous toujours demandeurs d'excitations sexuelles féminines du matin jusqu'au soir et partout où ils sont ? va-t-on au bureau pour travailler ou pour fantasmer sexuellement sur les femmes ? Si les plus sexy ne sont pas les plus violées ce n'est que parce que les circonstances ne permettent pas alors aux violeurs d'aboutir sexuellement par la force et des menaces avec celles-ci sans un certain risque alors pour eux-mêmes ! Ils ne font que déplacer alors leur excitation sexuelle sur des femmes moins érotiques s'il y a lieu ! Il ne faut pas croire non plus comme le racontent aussi toujours les féministes que tous les hommes qui ont un désir sexuel pour une femme sont toujours tous des violeurs ! C'est bien sûr encore un mensonge de plus et celui-ci une aubaine de plus pour celles-ci pour tromper tous ceux et toutes celles qui se posent des questions sur le viol. Les violeurs sont des pervers du point de vue psychiatrique. Ils sont incapables de se mettre à la place des autres et pour eux en réalité les autres n’existent pas. "Ils sont très perturbés sexuellement !" (avis du Dr Yves Roumajon, expert près les tribunaux, à la télévision). Ni la prison ni la psychothérapie ne sont efficaces sur ceux-ci ! Seuls les médicaments en atténuant leur désir peuvent leur permettre ainsi de mieux gérer effectivement alors leur libido ! Mais ceux-ci ont alors de gros effets secondaires insupportables (d'après la télévision). "Les femmes ne se rendent pas toujours compte de l'effet qu'elles font sur les hommes ! Pour les violeurs la prison ne sert à rien !" (avis de mon ancien psychiatre - ancien chef de clinique - en 1999 lors d'un cours de formation des militants d'une association d'usagers 208


en psychiatrie). Il n'y aurait qu'une seule solution en théorie pour diminuer le nombre des viols toujours en accroissement exponentiel depuis le début du mouvement de libération de la femme, ce serait que les femmes excitent moins sexuellement d'une façon ou d'une autre les hommes ! Mais bien sûr en pratique les féministes (et surtout elles) rejettent complètement cette solution, déclarant : "Les hommes doivent toujours se contrôler partout en toutes circonstances !" Mais pourquoi ce ne serait pas à leur tour aux femmes aussi de se contrôler enfin face à ceux-ci et en commençant par faire moins d'effet sexy sur eux ! Encore une fois les hommes ne sont pas toujours tous demandeurs des excitations sexuelles provoquées aussi bien par le corps féminin que par sa toilette dans la rue, le métro, sur la plage, etc. La minijupe, le corsage bâillant, le monokini, le string, la nudité complète féminine font souvent bander les hommes malgré eux et alors ne peut-on pas dire qu'il s'agit ainsi bel et bien d'un viol même s'il ne se passe que par la vue ? Comme me l'a dit un psy à ce sujet : "La sexualité des hommes ce n'est pas la sexualité des femmes et inversement la sexualité des femmes ce n'est pas la sexualité des hommes !" ŒDIPE

209


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE DE LANA : « EN FAIT, JE SUIS NUANCÉE » Bonjour Moamah, Votre fille n’est peut-être pas comme vous le croyez dans le déni de sa maladie ! Mais que dit-elle ou qu’explique-t-elle au sujet de celle-ci vous ne le dîtes pas ! Il existe des guérisons spontanées de la schizophrénie : j’ai appris cela, d’une part au cours de l’émission “Savoir Plus Santé : Mieux comprendre la schizophrénie” dans laquelle je suis passé sur France 2 le 20 novembre 2004 (me semble-t-il me rappeler) sous le nom de « … 59 ans » et où le Pr Camille Lampion de l’Hôpital Sainte-Madeleine à Marseille avait déclaré : “10 à 15 % des crises après la sortie de l’hôpital sont sans suite !”, d’autre part le médecin-militant du Groupe Informations Asiles (GIA), elle, m’avait déclaré : “Il existe des rémissions spontanées de la schizophrénie !” mais sans plus d’explications ! Il se peut que le vécu et le ressenti de votre fille ce soit par exemple qu’elle est guérie et qu’elle va très bien ! Et cela peut perdurer peut-être toute sa vie ainsi ensuite pourquoi pas ? Mais toutefois il faut savoir que lorsqu’un schizophrène se considère alors ainsi guéri c’est bien malheureusement souvent le début de la rechute ! Cela se traduit notamment par un léger état d’excitation et d’euphorie et alors dans la vie tout semble parfaitement vous réussir ! Cela s’appelle de l’hypomanie que j’appelle en réalité (parce que j’ai réellement vécu cela moi aussi une fois) : “l’illusion du bonheur” ! Et alors ensuite au bout d’un certain temps plus ou moins long c’est alors le passage à la dépression effective ! Le problème pour la schizophrénie c’est que l’on ne peut jamais prévoir l’avenir des malades que ce soit la guérison ou 210


que ce soit la rechute ! Les statistiques révèlent que 75 % des schizophrènes rechutent dans le délai d’un an après l’arrêt de leur traitement ! Et bien sûr ils peuvent alors voler, violer, tuer, se suicider… Dès lors que faire ? Je n’en sais rien ! Car si votre fille reprend ses médicaments, d’une part ne pouvant peut-être pas ou plus travailler, d’autre part ceux-ci ayant un effet dépresseur sur le moral pouvant même la faire aboutir à la tentative de suicide, ne deviendra-t-elle pas alors une chronique sans jamais aucun espoir de se tirer d’affaire avant sa mort naturelle sur ses vieux jours ? Pour bien des psys, la solution, en réalité est toujours très simple : ils ne se cassent pas la tête et conseillent systématiquement la reprise de tous les médicaments aux mêmes dosages qu’avant la rechute ! Les seuls malades qui sont guéris de la schizophrénie ce ne sont en réalité que ceux qui se déclarent eux-mêmes guéris et se sont révoltés un jour ou l’autre contre leur psy, ont arrêté tout leur traitement en général d’un coup, et finalement n’ont malgré tout jamais rechuté avant leur mort naturelle ! Chaque schizophrénie est différente et chaque schizophrène est différent ! La vie est inégale et injuste pour tous ! Je crois comprendre votre fille ayant eu (ou ayant toujours ?) moi-même sa maladie et ayant arrêté parfois mon traitement ! Actuellement je ne prends que le sixième de la dose en ambulatoire d’antipsychotique (aripiprazole) recommandée en matière de schizophrénie par le laboratoire qui le fabrique ! Mais à chaque fois (sauf une seule où je suis passé à l’hypomanie bénigne et ensuite à la dépression bénigne) lorsque j’ai arrêté mon traitement même sur de longues périodes, je n’ai jamais vu et mon entourage n’a jamais vu non plus alors apparaître le moindre indice de rechute dans ma schizophrénie !

211


Je n’ai qu’un seul mot pour expliquer ma “guérison” : c’est que j’ai eu vraiment beaucoup de “CHANCE” à ce sujet ! même si celle-ci a bien des explications que je suis capable de donner moi-même (voir mon livre “Le brûlot d’un ex-schizo”). Je comprends votre peur de la rechute pour votre fille ! Nul ne peut dire, ni elle-même, ni vous-même, ni les psys, etc. si elle a ainsi tort ou raison à ce sujet ! Seul l’avenir pourra le dire ! Et dans le domaine de la schizophrénie lorsqu’on arrête son traitement celui-ci n’est plus alors qu’une loterie : on peut aussi bien tout perdre qu’aussi bien tout gagner ! et au loto il n’y a que peu de gros gagnants ! Je vous souhaite, Moamah, bon courage et bonne chance pour votre fille ! ŒDIPE P. S. : je ne consulte plus ma nouvelle psychiatre que je vois depuis 2013 tous les quinze jours comme une thérapeute mais actuellement comme une amie (à sa consultation nous nous serrons la main mais ailleurs partout en privé nous nous embrassons). Je fais moi-même mon traitement et fixe moi-même mes rendez-vous après discussion et en accord avec elle. Elle prescrit l’aripiprazole à petite dose aussi aux étudiants en médecine comme stimulant.

212


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LES POLITICARDS SONT-ILS DES MALADES MENTAUX ? C’est une question que j’ai posée à ma nouvelle psychiatre actuelle laquelle m’a alors répondu aussitôt : “Ce sont des mégalos, ils veulent marquer l’histoire ! […] Les partis politiques, quelle catastrophe !” Quant à moi à chaque fois que je pense à eux il me vient pour expliquer les raisons de leur ambition personnelle, de leur comportement malsain, etc. les qualificatifs tels que : obsédé, paranoïaque, pervers, névrosé, délirant, etc. J’ai cherché dans les livres ou sur les sites de psychiatrie la définition de ces mots, et à mon avis, celle-ci leur colle à tous quels qu’ils soient très bien ! Et je ne peux que me dire qu’ils ne sont tous en vérité ainsi que de grands malades psychiatriques ! Le pire c’est que tous ces politicards sont tôt ou tard appelés à nous gouverner jusque même dans notre vie privée voire sexuelle et que je considère que maintenant ça fait beaucoup trop longtemps qu’ils nous font vraiment beaucoup trop de mal ! Bien sûr on ne peut pas expliquer l’ambition personnelle, le comportement malsain, etc. d’un politicard, etc. que par la psychologie, la psychanalyse, etc. La classe sociale à laquelle il appartient explique elle aussi surement beaucoup de choses aussi à ce sujet ! Staline n’était-il pas d’origine pauvre de par ses parents ? Hitler son père n’était-il pas peintre et sa mère n'était-elle pas une prostituée juive ? Mais politiquement ont-ils servi les pauvres, les petites gens ? Mais n'a-t-on pas dit souvent pour l'un comme pour l'autre qu'ils étaient des "paranoïaques" ? Actuellement je suis écœuré par le spectacle que donnent de leur personnage tous les dirigeants politiques de tous les partis politiques quels qu’ils soient ! Si bien que depuis 2014 maintenant je m’abstiens à toutes les élections ! Est-ce la bonne solution ? Je n’en sais rien ! Seul l’avenir me le dira peut-être un jour ! ŒDIPE 213


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR ABUS PSYCHIATRIQUES : HONTE À L’ORDRE DES MÉDECINS ! Cela fait maintenant plus d’une dizaine d’années que je soumets des affaires d’abus psychiatriques dont je suis victime dont aussi bien des histoires de violation du secret médical qu’une histoire de signalement pour “désordre, dangerosité, délire mais sans persécuteur”, etc. fait sans ne m’avoir jamais vu ni jamais examiné à ce sujet à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris. Tous ces abus ont été commis par de grands professeurs en psychiatrie que tout le monde connaît ! Est-ce la raison pour laquelle l’Ordre des médecins ne répond jamais à toutes mes plaintes à l’égard de ceux-ci faites toujours soit par lettre recommandée avec accusé de réception soit par fax ? Vous trouverez dans mon livre “Le brûlot d’un ex-schizo” tous les courriers auxquels il n’a jamais donné suite ! Mes plaintes y étaient normalement formulées et j’étais toujours sincère et de bonne foi ! Quel recours ai-je contre l’Ordre des médecins pour l’obliger à faire son travail ? Paraît-il qu’il faudrait que je porte plainte contre lui par-devant le Conseil d’État ! Mais cela suppose de prendre un avocat et je n’ai ni argent pour payer celui-ci ni non plus droit à l’aide juridictionnelle pour payer celui-ci ! Je pense que je ne suis pas le seul dans ce cas vis-à-vis de l’Ordre des médecins ! En P.-S. au présent billet vous trouverez ce que j’ai écrit sur l'un de mes blogs chez Blogger en rapport avec les abus psychiatriques et qui fait une brève allusion aux méthodes qu’utilise celui-ci pour absoudre ses confrères coupables ! Il lui est bien sûr loisible de faire valoir son droit de réponse au présent billet sur ce blog ! ŒDIPE Extrait du blog : “Le brûlot d’un ex-schizo… (5) Extraits sur les abus psy” (cliquez sur le lien suivant : http://blog-schizogueri-5.blogspot.com) : 214


“Dans les histoires d’internements psychiatriques abusifs c’est toute l’équipe médicale soutenue même par le directeur de l'hôpital qui ment délibérément mais toujours avec le sourire aussi bien au malade lui-même, à la famille, à la presse, aux médias, etc. En général par confraternité pour défendre un confrère ami véreux plutôt que le psychiatrisé à tort lui-même ! Et bien sûr celle-ci interdit aussi bien la communication du dossier médical à la victime de l'abus que la visite de celui-ci par son avocat à son lit à l'hôpital. "Les malades mentaux ont moins de droits qu'un criminel !" (plaidoirie par-devant le Conseil Constitutionnel en 2010). Quant à l'Ordre des médecins, n'écrit-il pas sur son site : "Les médecins se doivent solidarité face à l'adversité !" c'est-à-dire qu'ils se doivent solidarité sous peine de sanction disciplinaire face aux victimes d'abus de toutes sortes de leurs confrères ! Ainsi dans l'affaire de "L'homme à la rose" gagnée en justice 20 ans plus tard par celui-ci l'Ordre des médecins avait condamné le médecin traitant à six mois de suspension d'exercice de la médecine parce qu'il savait que la transmission du dossier médical (faite tout à fait légalement) au médecin militant du Groupe Information Asiles allait servir à un procès (information de Philippe Bernardet à moi-même autrefois par écrit) ! Pour en savoir plus sur cette affaire célèbre voir les associations de psychiatrisés en lutte.”

215


QUE PENSEZ-VOUS DE CETTE VIDÉO PSY EXTRAITE DU SITE HTTP://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM ?* Cliquez sur le lien ci-dessous pour voir une vidéo de quatre minutes tournée à Maison Blanche suite au livre : "Pour des usagers de la psychiatrie acteurs de leur propre vie" : https://blogschizo.wordpress.com/2015/06/29/pour-des-usagers-de-la-psychiatrie-acteurs-de-leur-propre-vie/ MON COMMENTAIRE : En théorie tout ce qui est raconté par les acteurs de la vidéo ci-dessus est parfaitement vrai ! En pratique ceux-ci ne sont pas dans la réalité et leurs racontars ne resteront toujours que des vœux pieux ! Tout le monde sait très bien qu’il y a actuellement environ 6 000 000 de demandeurs d’emplois et il m’étonnerait beaucoup que tout gouvernement de gauche ou de droite quel qu’il soit, d’une part fasse voter des lois pour que les malades mentaux soient embauchés en priorité, d’autre part qu’il trouve de l’argent pour financer ces lois ayant pour but l’insertion de ceux-ci. Actuellement 15 % seulement des schizophrènes travaillent en général grâce à des emplois réservés payés souvent au SMIC ! Dans mon travail autrefois (j’étais employé de banque) j’étais aussi bien suicidaire du fait de l’effet dépresseur des neuroleptiques sur mon moral, que pris tous les jours par des crises de narcolepsie pour lesquelles je m’effondrais sur mon bureau à cause de l’endormissement provoqué aussi par ceux-ci. J’ai l’impression que les acteurs de cette vidéo planent er rêvent beaucoup ! Voire même qu’ils ne connaissent pas le sujet et qu’ils ne prennent les malades mentaux en réalité que pour des abrutis ! Et où trouver de l’argent pour créer ces fameux emplois prioritaires pour ceux-ci ? Tous les gouvernements de gauche ou de droite ne font-ils pas tous des économies sur le dos des malades ? On prend aux pauvres et malades et on donne aux riches et en bonne santé ! Pourquoi ça changerait ? ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs 216


DE MA NÉVROSE OBSESSIONNELLE GRAVE À LA GUÉRISON DE MA SCHIZOPHRÉNIE PARANOÏDE* Ce sont les prestations sexuelles des jeunes prostituées sexy (1965-1972), à mon avis, qui m’ont aussi bien guéri de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle que provoqué une importante rémission de ma schizophrénie paranoïde (1962-1972). Ensuite, enfin débloqué psychologiquement grâce à celles-ci, j’ai pu enfin rencontrer l’amour et la femme de ma vie (de 1973 à toujours actuellement en 2015), laquelle à mon avis, par son amour véritable, m’a alors guéri complètement et définitivement de ma schizophrénie paranoïde. D’autres facteurs sont intervenus dans ma guérison de ma schizophrénie tels que le travail, le militantisme, la philosophie, l’environnement et mon livre. Mais s’il n’y avait pas eu à l’origine ces prestations sexuelles des jeunes prostituées sexy en aucun cas je n’aurais pu rencontrer ensuite ma future femme ! C’est pourquoi je ne peux que recommander à notre époque d’Internet aussi bien aux jeunes gens qu’aux jeunes filles qui ont de gros problèmes psychologiques en rapport avec leur sexualité qui les travaille plus ou moins, et en particulier à tous ceux et toutes celles qui souffrent d’un gros blocage psychologique les fameux plans-cul gratuits des sites de rencontres ! Les relations sexuelles donnent un bon équilibre psychologique ! Bien sûr il faut se méfier de certains escrocs qui dans ces plans-cul gratuits peuvent n'être en réalité que des prostitué(e)s véritables ! Les conditions générales d’utilisation des plans-cul des sites de rencontres interdisent en général tout règlement financier pour des prestations sexuelles ! Tous les jeunes gens et jeunes filles majeurs qui ont Internet ont bien sûr déjà vu bien des vidéos sexy mais je leur propose à mon tour en P.-S. au présent message aussi quelques photos sexy à regarder pour leur plaisir car à mon avis elles sont vraiment très belles ! Elles m'ont toutes été offertes gratuitement par l’hébergeur de ce site : www.onlc.fr. Enfin pour ceux qui voudraient en savoir plus éventuellement sur les raisons de la guérison complète et définitive de ma schizophrénie depuis maintenant une dizaine d'années, je ne peux 217


que les inviter soit à lire gratuitement mon livre pour adultes « Le brûlot d'un ex-schizo » sur ce blog, soit à acheter celui-ci gratuitement chez Google Play. Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

218


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « PARLONS SEXUALITÉ AVEC NOS ENFANTS ! » D’après les féministes les attentats à la pudeur et les viols seraient en progression exponentielle et toujours de la faute des hommes ! Il est certain que nombre de ceux-ci solutionnent certains de leurs problèmes psychologiques et sexuels par des débordements et/ou des violences vis-à-vis des femmes ! Le problème c’est que qu’elle que soit l’éducation sexuelle que l’on reçoive aussi bonne soit-elle il y aura toujours des malades mentaux et sexuels et cela du fait souvent d’une petite enfance qui s’est en réalité mal passée en quelque chose quoique le veuillent les parents aussi instruits et cultivés soient-ils ! Quelle éducation sexuelle proposent les féministes ? La présidente† du Mouvement de Libération de la Femme ne disait-elle pas : “Les femmes doivent libérer toujours plus leur corps !“ ? Mais pour quoi faire sinon que pour exciter toujours plus sexuellement tous les hommes du matin jusqu’au soir partout où ils sont ? Mais que faire pour qu'il y ait moins d'attentats à la pudeur et de viols ? “Les femmes ne se rendent pas toujours compte de l’effet qu’elles font sur les hommes ! Pour les violeurs la prison ne sert à rien !” m’a expliqué un jour l’un de mes anciens psys ! Il faudrait que celles-ci d’une façon ou d’une autre fassent quelque chose pour exciter moins voire pas du tout les hommes partout où ils sont autour d'elles ! Or, actuellement aucune d’elles, et surtout pas les féministes, ne le veulent ! Et comme à notre époque féministe tout est toujours de la faute des hommes quel que le soit le problème mais surtout s’il est sexuel, pourquoi celles-ci ne profiteraientelles pas de la situation pour continuer à mentir et à être hypocrites toujours plus sur ce sujet ? Œdipe LA PLUME

219


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE : « NOUS NE SOMMES PAS DES EXCEPTIONS » MERCI LANA POUR VOTRE INTELLIGENCE ET VOTRE HUMANISME Je visite plus ou moins régulièrement les sites d’associations d’usagers en psychiatrie et Lana vous êtes bien la première en tant que femme, à ma connaissance, sur un site aussi d’usagers en psychiatrie, mais certainement plus intelligent et plus humain que tous les autres en matière de schizophrénie, à oser faire allusion aux travailleurs et travailleuses du sexe et surtout pour écrire à leur sujet ceci : « […] J’ai pensé aux travailleuses et travailleurs du sexe. Quand ils se réunissent en syndicat, quand ils disent choisir leur travail en connaissance de cause, quand ils demandent des droits et dénoncent la criminalisation de leurs activités, on leur répond : “Vous êtes une exception. Vous n’êtes pas représentatifs.” Leur parole est audible quand s’ils disent vouloir sortir de la prostitution. Leur parole n’est audible que quand elle est confisquée, par les associations abolitionnistes la plupart du temps. Eux, ils ne savent pas ce qui est bon pour eux. […] » Je me sens soutenu, je ne suis pas ou plus tout seul dans mon coin, sur Internet, en tant qu’ex-adhérent de ces associations d’usagers en psychiatrie qui font toutes comme si leurs adhérents n’avaient pas de sexualité ou que celle-ci n’aurait rien à voir dans leurs troubles psy, etc., pour évoquer les injustices qui frappent depuis au moins la loi qui vient d’être votée contre eux, ces travailleurs et travailleuses ! Lana, vous me donnez du baume au cœur ! ŒDIPE 220


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM MON AVIS ACTUEL SUR L’ARIPIPRAZOLE (ANTIPSYCHOTIQUE) ŒDIPE AUBIN Je connais bien l’aripipiprazole à tous les dosages entre 2 ½ et 20 mg pour le prendre ainsi depuis longtemps ! Or quel que soit le dosage de celui-ci j’en suis toujours très content et très heureux ! Et en particulier il me stimule bien intellectuellement même à toute petite dose ! Je n’ai jamais été une larve en quoi que ce soit avec l’aripipiprazole et bien au contraire j’ai toujours eu l’impression avec lui d’avoir en réalité un “tigre dans mon moteur” comme le disait autrefois la publicité de l’essence “Esso” ! Mais d’autres médicaments (somnifères, tranquillisants, normothymiques, etc.) ne seraient-ils pas associés à votre prise d’aripiprazole et à quels dosages ? et savez-vous qu’à partir d’un mélange de trois médicaments psychotropes nul ne peut savoir à l’avance ce que ça va faire ! J’ajoute que même pour un seul médicament psychotrope (et surtout pour les neuroleptiques et les antipsychotiques) les effets indésirables (pour moi il n’y en a jamais eu aucun quel que soit le dosage sous aripiprazole) ne sont jamais les mêmes selon chacun ! Ainsi sous olanzapine 10 (antipsychotique) je suis suicidaire avec des crises de narcolepsie (je suis obligé de m’allonger sur le lit et alors je m’endors aussitôt) plusieurs fois par jour alors que d’autres schizophrènes qui eux prennent des doses bien supérieures (15 à 20 mg) m’ont raconté toujours le supporter très bien sans aucun problème ! La dose de 20 mg d’aripiprazole est une dose hospitalière (la dose maximum étant alors de 30 mg), la dose de 10 mg est une dose ambulatoire et la dose de 5 mg en réalité sert par exemple à passer de 15 à 20 mg ou autre chose ! Mon expérience des neuroleptiques et des antipsychotiques c’est qu’en général les psychiatres n’y connaissent rien du tout en matière d’effets indésirables et qu’ils font alors souvent n’importe quoi ! Cela parce qu’ils ne les ont jamais essayés sur eux-mêmes et qu’ils font confiance alors aux racontars des laboratoires à ce sujet. Je vous conseille (je ne suis pas 221


psychiatre bien sûr mais j’ai une expérience de schizophrène qui a pris l’aripiprazole à presque tous les dosages) de diminuer votre dosage d’aripiprazole mais à condition que vous n’ayez plus besoin qu’aucun autre médicament psychotrope (somnifère, tranquillisant, normothymique, etc.) n’y soit associé ! Sinon ceux-ci annihilent complètement tous les effets bénéfiques de l’aripiprazole ! Avec ma nouvelle psychiatre actuelle je fais toujours mon traitement moi-même et fixe mes rendez-vous moi-même après discussion et accord avec elle ! Mon traitement actuel est de 5 mg d’aripiprazole sans y associer depuis environ dix ans aucun somnifère, tranquillisant, normothymique, etc. ! Mon ressenti est alors que je suis très content et heureux aussi bien de la vie que je mène que du personnage que suis ! Et même si j’arrête complètement ce traitement (plusieurs mois) il ne se passe rien du tout ! C’est exactement alors comme si je continuais à prendre l’aripiprazole 5 ou 2 ½ ! Je ne consulte plus ma nouvelle psychiatre actuelle comme une thérapeute mais maintenant comme une amie ! En 2013, lorsque j’ai commencé à la consulter ne m’avait-elle pas déjà aussi bien déclaré : ”Écrire est très thérapeutique !” que : “Vous pouvez vous considérer guéri de votre psychose !” ? Enfin si je conseille souvent aux schizophrènes de diminuer le dosage de leur neuroleptique ou antipsychotique par contre je ne leur conseille jamais d’arrêter ceux-ci complètement et définitivement car on peut être alors toujours porteur de la schizophrénie mais sans le savoir car sans aucun symptôme en réalité de celle-ci ! Et il n’existe aucun examen médical (prise de sang, radiographie, etc.) ni test psychologique (taches d’encre, monde imaginaire, etc.) permettant de prédire l’avenir d’une personne même parfaitement saine d’esprit ! Et quand je déclare à ma nouvelle psychiatre actuelle : “Je ne peux pas prouver que je suis guéri de ma schizophrénie même si je n’en présente aucun symptôme !” ne me répond-elle pas alors : “Pour le cancer c’est la même chose !” ? ŒDIPE

222


EXTRAIT DU BLOG WWW.BLOGSCHIZO.WORPRESS.COM MON AVIS SUR LES FORUMS SCHIZOPHRÉNIE ŒDIPE LANA Il n’y a en réalité Lana que sur votre blog de http://blog schizo.word press.com qu’on peut aussi bien y trouver des articles intelligents et humains que participer à des discussions aussi bien intelligentes qu’humaines ! Avez-vous Lana déjà essayé de discuter sur des forums schizophrénie tels que les suivants (cliquez sur les liens pour visiter éventuellement ceux-ci) ? www.allodocteurs.fr www.atoute.org www.psychologies.com http://forum.doctissimo.fr/ www.collectifpsychiatrie.fr www.france2.fr/emissions/toute-une-histoire https://humapsy.wordpress.com Le niveau mental des modérateurs y est particulièrement bas ! Pourquoi ? Je n’en sais rien ! Mais c’est un fait ! Et surtout, Lana, compte tenu du contenu de vos écrits habituels sur votre propre blog de http://blogschizo.wordpress.com si vous les écriviez sur ces forums que je viens de citer, croyez-moi que vous n’y seriez en réalité pas libre de vos écrits longtemps, car en réalité vous y seriez alors systématiquement censurée ! Essayez, vous verrez que je ne mens pas ! Sur le forum de « Toute-une-histoire » j’y avais suggéré autrefois les deux thèmes de discussions suivants (car à l’époque la réponse aux questions que je me posais sur ceux-ci n’était pas alors encore si évidente que cela pour moi) : « À quoi sert la minijupe ? » et « Pour ou contre les sites sexy ? ». Eh bien aussitôt le modérateur a alors effacé ces deux questions du forum de « Toute-une-histoire » de France2 ! 223


Vous aviez Lana participé fin 2010 et début 2011 à la discussion sur le forum du Collectif des 39 au sujet de la décision du Conseil constitutionnel de prévoir de par la loi qu’au bout d’un délai de quinze jours le juge donnerait désormais son avis sur la légalité des hospitalisations sous contrainte en psychiatrie (votre photo, votre pseudo de Laurence et vos commentaires figurent toujours sur la page de ce sujet sur le forum du « Collectif des 39 ») ! Mais ne vous rappelez-vous pas que (presque) tous les visiteurs de celui-ci dès qu’ils soutenaient dans leurs commentaires cette décision du Conseil constitutionnel étaient aussitôt alors systématiquement censurés ? Ce contre quoi je m’étais alors révolté sur le forum et mes commentaires ont été aussitôt à leur tour tous eux aussi alors systématiquement censurés sur celui-ci ! Le Groupe Information Asiles est alors intervenu en publiant le communiqué suivant (il s’agit du texte intégral) : COMMUNIQUÉ DU GROUPE INFORMATION ASILES (GIA) Suite à un échange de correspondances entre le « Collectif des 39 » et notre adhérent, Œdipe LA PLUME*, le GIA tient à préciser que les termes employés par ce dernier, lui sont propres et n’impliquent en rien le GIA. Il n’en demeure pas moins que la censure du forum des « 39 » ne fait que confirmer leur mépris envers les usagers qui n’ont pas été conviés à envoyer des représentants dans leur collectif. Œdipe La Plume, quelles que soient les formes d'expression qu’il emploie, pointe un certain nombre de pratiques bien réelles et de vérités. Il est plus facile pour le « Collectif des 39 » de censurer au nom d’une fausse notion juridique de diffamation, que de répondre d’une manière argumentée. Cette censure ne peut en aucun cas museler l’expression des psychiatrisés au sujet de leur vécu et de la souffrance institutionnelle subie, ni museler la dénonciation des atteintes liberticides dont ils sont victimes. Le refus toujours actuel et persistant du « Collectif des 39 » de se soumettre au contrôle d’un juge judiciaire, droit que vient de reconnaître le Conseil constitutionnel, qui s’impose à tous n’est plus discutable, démontre bien leur souci de garder leur hégémonie et de conserver leurs pouvoirs quant à l’atteinte aux 224


droits fondamentaux et aux libertés individuelles sur les psychiatrisés. Non messieurs les censeurs, vous n’imposerez pas le silence aux psychiatrisés qui ont encore la force de vous dire non et de dénoncer les pratiques en cours. Le 3 janvier 2011, Le bureau du GIA *celui-ci n’est plus adhérent d’aucun parti politique depuis fin 2004 et d’aucune association d’usagers en psychiatrie depuis fin 2014 (NDLR). Ni Advocacy ni le CRPA ni l’Humapsy ni la FNAPSY ni l’UNAFAM, etc. qui sont aussi censés être des associations de défense des psychiatrisés en lutte et/ou de défense des victimes d’abus en psychiatrie n’ont jamais dénoncé ces abus de ce Collectif des 39 qui se prétend mieux que ses confrères dans la défense des intérêts des usagers en psychiatrie ! Quel mensonge et quelle hypocrisie ! La couleur politique n’est certainement pas une garantie de qualités humaines ! Pour quiconque veut s’exprimer librement sur Internet le mieux c’est de faire alors comme vous l’avez fait vous-même Lana : créer son propre blog ou forum ! ŒDIPE P. -S. : il me vient que sur le forum schizophrénie de "Touteune-histoire" suite à la reproduction de la quatrième de couverture de mon livre pour discussion éventuelle du thème de celuici, qu'une participante m'a alors répondu ceci : « Je suis contre la peine de mort sauf pour les schizophrènes ! » P.-S. : sur la plupart des forums (schizophrénie ou pas) il est en général interdit d’y reproduire par exemple les références d’un livre auquel vous faites allusion pour en discuter éventuellement car c’est interdit par les conditions générales d’utilisation de celui-ci qui considèrent qu’il s’agit d’une publicité.

225


EXTRAIT DU FORUM WWW.INFIRMIERS.COM « TON TRAITEMENT SE COMPOSE DE QUELS MÉDICAMENTS ? » Depuis environ 3 ans je suis sous aripiprazole 5 sans aucune interruption. Auparavant pendant 5 ans j’ai été d’abord sous olanzapine 2 ½ environ 3 ans puis ensuite environ 2 ans sous aripiprazole 2 ½. Il m’est déjà autrefois arrivé d’interrompre plusieurs fois mon traitement, la première fois en 1973 à la demande de ma femme dès que je l’ai connue pendant six mois, ensuite la dernière fois en 2010 (peut-être) de moi-même pendant trois mois. En 1973 je prenais : pimozide 4 : 3 comprimés par jour + sulpiride 200 : 3 comprimés par jour + des tranquillisants et des somnifères ; en 2010 (peut-être) je ne prenais que : olanzapine 2,5 par jour sans aucun autre médicament psychotrope associé à celui-ci. Je ne me souviens pas quel que fut l’arrêt de mon traitement avoir constaté et mon entourage non plus alors le moindre indice de rechute dans ma schizophrénie (si toutefois ma mémoire est bonne). En tous les cas si j’ai bel et bien repris mon traitement comme toujours avant l’arrêt de celui-ci ce ne fut à chaque fois en réalité que parce que les psychiatres m’ont alors toujours fait beaucoup peur en me déclarant par exemple à ce sujet : « C’est sûr que tu vas rechuter ! » J’ai connu autrefois dans les associations de psychiatrisés en lutte de nombreux schizophrènes qui avaient arrêté leur traitement depuis de nombreuses années et qui n’avaient toujours pas rechuté. Dans l’émission où je suis passé le 20 novembre 2004 sur France 2 « Mieux comprendre la schizophrénie » sous le nom de « … 59 ans » le Pr Camille Lampion de l’Hôpital Sainte-Madeleine à Marseille a déclaré : « 10 à 15 % des schizophrènes ne font qu’une seule crise sans suite ! » Que voulait-il dire par « sans suite » ? sans doute « ne prenant plus son traitement » mais je n’en suis pas vraiment sûr ! Quoi qu’il en soit sur mon blog « Le brûlot d’un ex-schizo » en sept parties j’écris dans l’une d’elles pour expliquer ce que j’appelle « ma guérison » ceci : « J’ai guéri grâce au travail, à la sexualité, à l’amour, au militantisme, à la philosophie, à l’environnement et à mon livre ! » Vous remarquerez que la dose d’aripiprazole que je prends depuis 3 ans à savoir : 2 ½ mg par jour n’est en réalité que le sixième de celle recom226


mandée en ambulatoire par le laboratoire qui fabrique cet antipsychotique ! Et pourtant ni moi-même ni ma femme ni ma nouvelle psychiatre actuelle ne voyons toujours pas venir depuis trois ans le moindre indice de rechute dans ma schizophrénie ! Peuton parler alors que d’une simple rémission ? Non car personne qui me connaît (dont ma nouvelle psychiatre actuelle) ne croit qu’ainsi j’ai malgré tout une éventuelle possibilité de rechute dans ma schizophrénie ! Il s’agit donc pour moi bel et bien d’une guérison ! Mais comme je l’ai expliqué justement sur mon forum « Guérir de la schizophrénie : forum d’entraide et de solidarité » personne n’est jamais guéri même d’une angine à 100 % et cela d’après les médecins eux-mêmes. Je me sens depuis environ dix ans comme un « heureux miraculé » même s’il n’y a pas de chapitre « miracle » dans les manuels de psychiatrie. Remarquons que dans ceux-ci il n’y a pas non plus de chapitre « guérison » ! Je me permets de vous poser la question suivante : « Êtes-vous malade, en bonne santé, voire guérie ? » La réponse n’est-elle pas plus alors une question de considération personnelle qu’une question de considération médicale ou scientifique à ce sujet ? Et que devient la santé si la vie n’est en réalité qu'une « une maladie mortelle sexuellement transmissible !" ? Œdipe LA PLUME

227


POURQUOI J’AI PEUR DES HÔPITAUX ET DES PSYCHIATRES ? (TEXTE RÉVISÉ POUR LE CLUB DE WWW.MEDIAPART.FR) COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE BLOG HTTP://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE : « MOI AUSSI J’AI EU PEUR » J’ai eu en tout de novembre 1966 à octobre 2000 seize hospitalisations en psychiatrie. Les deux premières en 1966-1967 pour schizophrénie (diagnostic à la sortie en langage international) et la dernière en octobre 2000 pour dysthymie. Je me considère guéri depuis environ 2005 date à laquelle j’ai arrêté d’un coup et complètement tous mes tranquillisants et somnifères (contre l’avis de ma psychiatre psychanalyste de l’époque laquelle m’avait alors déclaré à ce sujet : “Vous n’y arriverez pas !”). J’ai considéré alors que si j’ai pu effectivement m’arrêter d’ingurgiter ce genre de “saloperies” que je prenais depuis 1962 c’est que j’avais solutionné pour partie voire en totalité tous mes problèmes psychologiques de l’âge adulte et tous ceux de ma petite enfance en rapport avec ma schizophrénie. Quelques années plus tard j’ai arrêté complètement aussi mais pas d’un coup mon antidépresseur que je prenais à une dose moyenne depuis 1981. Et vers 2008 je ne prenais plus qu’un sixième de la dose d’antipsychotique en ambulatoire recommandée en matière de schizophrénie par le laboratoire qui le fabrique ! Et si les hôpitaux me font bien peur actuellement c’est bien justement à cause des doses faramineuses de médicaments que l’on nous y fait ingurgiter éventuellement de force ! J’y ai toujours constaté aussi au fur et à mesure de mes seize hospitalisations de 1966 à 2000 ceci : l’amélioration de l’hôtellerie et la dégradation de la relation soignant/malade qui n’est plus du tout la même maintenant que celle d’autrefois ! Par exemple les infirmières ne discutent plus du tout avec les malades mis à part une minute même pas trois fois par jour pour leur tendre un verre d’eau avec des médicaments ; ou par exemple aussi les psychiatres ne vous reçoivent plus qu’une ou deux fois par semaine et seulement dix minutes… et pour faire quoi ? rien sinon que 228


pour vous obliger à prendre vos médicaments d’une façon ou d’une autre aux dosages faramineux qu’eux choisissent… soi-disant pour votre bien ! Ce qui me fait peur actuellement à l’hôpital c’est aussi bien le manque d’humanisme que l’incompétence du personnel dit soignant ! Et cela se traduit alors chez les malades par un grand malaise d’abandon si bien qu’ils ne pensent tous en réalité qu’à une seule et même chose : fuir l’hôpital ! D’ailleurs on sait tous comment on y entre, mais sait-on tous toujours ce qui s’y passe réellement ? (environ 12 500 décès par an suite à des fautes ou des erreurs médicales et environ 450 000 décès évités de justesse par an suite aussi à des fautes ou des erreurs médicales)… et sait-on tous toujours aussi comment alors on va vraiment en ressortir… Et quand on pense aussi à l’état de nos services d’urgences… lequel aussi s’est terriblement aggravé sur le plan humain… ce qui me vient souvent alors c’est de me demander : “Que fait-on de nos impôts pourtant toujours plus lourds ? au lieu de prendre aux riches et en bonne santé pour donner aux pauvres et malades ne prend-on pas en réalité aux pauvres et malades pour donner aux riches et en bonne santé ?” Les hôpitaux, les infirmiers, les psychiatres, etc. ne m’ont toujours aidé en réalité qu’à me mal soigner et jamais en réalité à bien me guérir ! Et pendant plus de quarante ans (1962-2005) la seule réussite dont ils puissent se réclamer ce n’est en réalité que d’avoir fait de moi un super chronique ! Ne guérissent d’ailleurs de la schizophrénie que les malades qui un jour ou l’autre se sont effectivement opposés à leur psychiatre ou se sont effectivement révoltés contre eux… Voir à ce sujet le livre : “Pour en finir avec la psychiatrie : des patients témoignent” de Nicole Maillard-Déchenans (membre du Groupe Information Asiles : www.groupeinfoasiles.org) aux Éditions Libertaires ! La conclusion que je tire de mon expérience des hôpitaux et de la psychiatrie c’est effectivement la suivante dans mon propre livre comme sur mon propre forum : “J’ai guéri de la schizophrénie grâce au travail, à la sexualité, à l’amour, au militantisme, à la philosophie, à l’environnement et à mon livre ! Et les psys à votre avis ? La médecine ne guérira jamais de la schizophrénie ! Seuls l’amour véritable et un bon contexte social le peuvent !” J’ai peur moi aussi des hôpitaux et des médecins ! Ils sont dangereux pour notre santé comme pour notre bonheur ! Et d’ailleurs ne pensent-ils pas toujours (presque) tous qu’à leur sacrosaint fric comme l’a bel et bien prouvé et démontré leur grève des nantis 229


pour s’enrichir toujours plus sur le dos des pauvres et des malades ? ŒDIPE […] C’est bien vrai qu’à l’hôpital public, les médecins, les infirmières, etc. n’adressent vraiment pas ou plus beaucoup la parole aux malheureux malades quels qu’ils soient ! Ce qui compte avant tout à notre époque n’est-ce pas de faire toujours le plus de fric possible même si c’est sur le dos des malades ? Et quand un laboratoire pharmaceutique met au point un nouveau médicament est-ce pour nous soigner ou pour faire du fric souvent grâce à des prix de vente sans rapport avec le coût véritable de celui-ci ? Et n’est-ce pas la même chose aussi pour les lunettes, les prothèses dentaires, auditives, etc. ? là aussi ne profite-t-on pas de la maladie pour faire aussi ainsi toujours plus de fric sur le dos des malades ? Le problème c’est que parler, discuter est un soin véritable en psychiatrie et souvent plus efficace que les médicaments mais que même parler, discuter, etc. est devenu lui aussi un luxe pour bien des malades ! Le tout chimique de l’hôpital public n’est-ce pas avant tout pour les pauvres alors que la psychanalyse avant tout n’est-elle pour les riches et surtout pour les riches qui ne travaillent pas ? Les médecins (que ce soit à l’hôpital ou que ce soit en privé) n’ont-ils pas deux paroles : l’une pour les pauvres et l’autre pour les riches ! et pourquoi ce n’est-ce pas la même ? pour ceci : quand on a du fric (par exemple pour payer des consultations privées à l’hôpital public) n’est-on pas alors mieux considéré par les médecins ? et ne prennent-ils pas alors de temps de vous parler, de vous expliquer, voire même de vous soigner ? ŒDIPE […]

230


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM (COMMENTAIRE CENSURÉ) ŒDIPE LANA Madame, Vous m’avez censuré sur votre blog un texte parfaitement légal aux yeux de ce que prévoit la loi française sur Internet en matière de liberté d’expression. Ne comptez pas sur moi pour revenir à nouveau revisiter votre blog ! Et surtout si ce que j’écris vous dérange à ce point ! Recevez, Madame, mon souvenir le meilleur. ŒDIPE

231


RÉSENTATION DU LIVRE POUR ADULTES « LE BRÛLOT D’UN EX-SCHIZO » PAR L’AUTEUR* Sans l'amour véritable de Chantal de 1973 jusqu'à toujours actuellement en 2015 jamais Œdipe n'aurait pu guérir complètement et définitivement de sa schizophrénie. 15 % seulement des schizophrènes travaillent ; 3 % seulement sont mariés ; 1 % seulement ont des enfants ; 75 % rechutent après l’arrêt de leur traitement dans le délai d’un an ; les crimes et délits sont rarissimes et le fait de malades peu ou pas soignés ; la sexualité des schizophrènes c’est quoi ? la masturbation et/ou les prostitué(e)s ! mais bien souvent les garçons sont impuissants et les filles, elles, sont frigides du fait de leur traitement médicamenteux ; un schizophrène sur deux fait au moins une tentative de suicide dans sa vie et un sur six en meurt ! Pourquoi cette omerta, cette censure, cette haine au sujet de mon livre "Le brûlot d'un ex-schizo" ? Seuls ma nouvelle psychiatre actuelle, Google Play et Google Livres soutiennent mon travail de rédaction et de correction en vue d’une nouvelle publication (gratuite) de mon livre. Avis de ma nouvelle psychiatre actuelle sur ma santé psy en 2013 : “Écrire est très thérapeutique ! […] Vous pouvez vous considérer guéri de votre psychose !” ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

232


LES CAUSES VÉRITABLES DE MA SCHIZOPHRÉNIE* Ce sont des problèmes sexuels et sentimentaux de l’âge adulte en rapport avec des problèmes sexuels et sentimentaux de la petite enfance qui ont été la cause principale à mon avis de ma schizophrénie. Photo ci-dessus : la jeune collègue de bureau de six ans mon aînée dont j'étais follement amoureux et avec laquelle j'ai eu à l'âge de 21 ans un choc affectif grave. Il en est résulté alors à mon avis mes deux crises psychotiques graves ayant nécessité deux hospitalisations en urgence en psychiatrie. Mais celles-ci n'étaient en réalité que la suite d'un autre choc psychologique survenu auparavant : une faute médicale lourde de la part de mon neuropsychiatre psychanalyste de l’époque qui en me donnant un conseil pour séduire celle-ci m’a alors rappelé symboliquement le père qui m’avait manqué psychologiquement au moment du complexe d’Œdipe ! C’est à mon avis aussi ainsi dans une certaine mesure que Lacan expliquait dans les années 1950-le passage à la crise psychotique de ses malades de Sainte-Anne. Voir l'article la “forclusion du Nom-duPère” sur le site de http:// psychiatriinfirmiere.free.fr en cliquant sur le lien suivant : « forclusion nom pere par lacan, theorie formation psychologie » pour en savoir plus à ce sujet. Mais j’ai découvert aussi sur moi ce que j’appelle pour paraphraser Lacan la “forclusion du Sein-de-la-Mère” (pour en savoir plus à ce sujet voir mon livre). ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

233


MON AVIS SUR LA PROSTITUTION* « La prostitution est bien nécessaire !" (avis du Syndicat du Travail Sexuel). « Il ne faut pas croire au mythe de l'absence de jouissance chez les prostituées ! » (avis de mon ancien neuropsychiatre psychothérapeute). « Les prostituées sont très thérapeutiques et devraient être remboursées par la Sécurité sociale ! » (avis de ma nouvelle psychiatre actuelle). Les jeunes prostituées sexy m’ont bel et bien guéri de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle et m'ont bel et bien provoqué une très importante rémission de ma schizophrénie paranoïde (1965-1972). En me débloquant psychologiquement elles m'ont permis de rencontrer enfin l’amour et la femme de ma vie. Je me considère enfin complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie et me déclare enfin parfaitement heureux ! "J'aime la relation avec le client ! J'aime ça ! et oui je jouis..." (témoignage à visage découvert d'une jeune prostituée à la télévision). ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

234


MON AVIS SUR LE VIOL « LA MINIJUPE EST UN APPEL AU VIOL ! » (AVIS DE NADINE DE ROTHSCHILD À LA TÉLÉVISION)* Le viol n'a rien à voir avec une domination historique des hommes sur les femmes mais est en rapport avec une structure mentale perverse acquise lors de la petite enfance. Voir l’article consacré à ce sujet par http://psychiatriinfirmiere.free.fr/ en cliquant sur le lien suivant : perversion structure perverse psychiatrie adulte pathologie ... Envoyer en prison des malades psychiatriques qui n'y seront pas soignés et récidiveront à quoi ça sert ? Dire que les femmes ne font pas d'effet sexy sur les violeurs et que le rapport sexuel n'est pour eux que secondaire et n'a que pour but d’humilier celles-ci n’est qu'un mensonge et celui-ci une aubaine pour les féministes. Et pour cause car celles-ci ne sontelles pas (presque) toutes obsédées par le besoin de libérer leurs charmes sexuels vis-à-vis des hommes ? Est-ce comme çela que l’on lutte contre le viol ? N’est-ce pas au contraire l’encourager ? Quelle hypocrisie vis-à-vis des hommes ! Ne sont-ils pas eux aussi victimes de violences de la part du sexe opposé et notamment de leur conjoint ? Ne meurt-il pas au moins un homme tous les quinze jours à la suite des coups et blessures de sa compagne ? Qui les plaint ? Personne et surtout pas les féministes (et ni le PCF, ni Lutte Ouvrière, etc. non plus) ! Celles-ci ne sont jamais bien dans leur tête ! Elles ont une revendication phallique et veulent ce qu'elles n'auront jamais : c’est la fameuse "envie du pénis" découverte par Sigmund Freud chez ses clientes de la bourgeoisie de Vienne. Cela se traduit à notre époque chez ces névrosées notamment par une action militante de gauche ou d'extrême gauche n'ayant toujours que pour but d'une façon ou d'une autre de détruire tous les hommes ! ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

235


LES ABUS DES PSYCHIATRES A L’OCCASION DE MES SOINS POUR MA SCHIZOPHRÉNIE* Dans les histoires d’internements psychiatriques abusifs c’est toute l’équipe médicale soutenue par le directeur de l'hôpital qui ment délibérément mais toujours avec le sourire aussi bien au malade lui-même, à la famille, à la presse, aux médias, etc. En général par confraternité pour défendre un confrère ami véreux plutôt que le psychiatrisé à tort lui-même ! Et bien sûr celle-ci interdit aussi bien la communication du dossier médical à la victime de l'abus que la visite de celui-ci par son avocat à son lit à l'hôpital. « Les malades mentaux ont moins de droits qu'un criminel ! » (plaidoirie par-devant le Conseil Constitutionnel en 2010). Quant à l'Ordre des médecins, n'écrit-il pas sur son site : « Les médecins se doivent solidarité face à l'adversité ! » c'est-à-dire qu'ils se doivent solidarité sous peine de sanction disciplinaire face aux victimes d'abus de toutes sortes des confrères ! Ainsi dans l'affaire de « L'homme à la rose » gagnée en justice 20 ans plus tard par celui-ci l'Ordre des médecins avait condamné le médecin traitant à six mois de suspension d'exercice de la médecine parce qu'il savait que la transmission du dossier médical (faite tout à fait légalement) au médecin militant du Groupe Information Asiles allait servir à un procès (information de Paul Baudet à moi-même autrefois par écrit) ! Pour en savoir plus sur cette affaire célèbre voir les associations de psychiatrisés en lutte. J'ai été adhérent avec des interruptions et parfois membre du bureau du GIA de 1989 à 2014 et ensuite n'ai pas renouvelé mon adhésion étant à mon avis mal considéré par certains dirigeants pour mes écrits psy que je leur adressais dans un but de discussion. J'ai été membre aussi d'Advocacy en 2013 duquel j'ai démissionné : les dirigeants ne discutaient jamais avec les adhérents et en tous les cas jamais avec moi malgré mes réclamations à ce sujet. Quant au CRPA il a refusé mon adhésion. ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs 236


MA VIE POLITIQUE ET SES RAPPORTS AVEC MA SCHIZOPHRÉNIE* « Dans la paranoïa les pulsions homosexuelles se transforment en pulsions sociales. » (avis de Freud). Mais ce qui est vrai pour ceux qui s'occupent de religion n'est-il pas vrai aussi pour ceux qui s'occupent de politique ? « Les féministes ont une revendication phallique c’est-à-dire qu’elles veulent ce qu’elles n’auront jamais ! C'est ce que Freud appelait l'envie du pénis ! » (avis de ma nouvelle psychiatre actuelle). J'ai été adhérent du PCF de 1965 à 2004 et sympathisant de Lutte Ouvrière jusqu'en 2013. ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

237


LES RAISONS DE LA GUÉRISON DE MA SCHIZOPHRÉNIE* J'ai guéri de ma schizophrénie grâce au travail, à la sexualité, à l’amour, au militantisme, à la philosophie, à l’environnement et à mon livre « Le brûlot d’un ex-schizo » ! Et les psys à votre avis ? La médecine ne guérira jamais de la schizophrénie ! Seuls l'amour véritable et un bon contexte social le peuvent ! […] Peut-on guérir de la schizophrénie grâce à la psychanalyse ? Il s’agit, grâce à celle-ci, de revivre les désirs sexuels et les sentiments amoureux infantiles vis-à-vis de ses parents qui étaient demeurés anachroniques et inconscients en les revivant et en les déplaçant sous forme de désirs sexuels et de sentiments amoureux conscients adultes vis-à-vis de son psychanalyste. C’est de cette façon que j’ai effectivement vécu ce que j’appelle ma “psychanalyse épistolaire” que j’ai faite avec mon ancienne psychiatre psychanalyste et mon ancienne assistante sociale de 2002 à 2012. Je les remercie encore une fois d’avoir accepté mes courriers à ce sujet (presque) tous les jours ! Dans mon livre “Le brûlot d’un ex-schizo” n’ai-je pas d’ailleurs écrit justement aussi à ce sujet : “En liquidant mon transfert j’ai liquidé ma schizophrénie !” ? Toutefois a posteriori je pense actuellement que si j’ai abouti ainsi à une guérison de celle-ci ce ne fut que pour une grande partie et que quant à ma guérison totale je la dois en réalité à l’amour véritable de ma femme en plus de cette “psychanalyse épistolaire”. Mais pourquoi la psychanalyse est-elle pratiquement impossible actuellement pour la plupart des schizophrènes ? C’est parce comme le disent la plupart des psychanalystes eux-mêmes : “Il faut que l’analysant travaille pour payer son analyste !” Or actuellement 15 % seulement des schizophrènes travaillent et en général que grâce à des emplois réservés à peine payés au SMIC ! Le père de la psychanalyse, Freud, aurait dit à Jung, sur le bateau qui les emmenait aux États-Unis : “Ils ne savent pas que je leur apporte la peste !” Celle-ci en est bien toujours une actuellement et surtout pour bien des parents de schizophrènes lesquels malgré tout ont réussi grâce à bien des mensonges sur les résultats de recherches génétiques mais qui

238


les arrangeaient moralement à la discréditer pratiquement complètement ! ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

239


SEULS L’AMOUR VÉRITABLE ET UN BON CONTEXTE SOCIAL PEUVENT GUÉRIR DE LA SCHIZOPHRÉNIE* [… ] Les jolies photo sexy (sur l’un de mes anciens sites) ne sont en réalité que des avatars censés représentés ce que je considère comme des soins psychiatriques de la part de jeunes prostituées sexy auxquelles j'ai eu affaire pour solutionner aussi bien mes problèmes sexuels que psychologiques de 1965 à 1972. Celles-ci ont abouti effectivement à la guérison de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle et provoqué effectivement une très importante rémission de ma schizophrénie paranoïde (1965-1972). Ces charmantes professionnelles du sexe m’ont bel et bien débloqué sexuellement et psychologiquement et permis ainsi de rencontrer l’amour et la femme de ma vie. Et c’est grâce réellement à l’amour véritable de celle-ci de 1973 jusqu’à toujours actuellement en 2015 si j’ai pu enfin guérir complètement et définitivement de ma schizophrénie et enfin aussi me déclarer parfaitement heureux. Mais ce ne furent pas seulement que les prestations sexuelles des jeunes prostituées sexy d’abord et l’amour véritable de ma femme ensuite qui m’ont effectivement guéri de toutes mes maladies et troubles psychiatriques, car d’autres facteurs sont aussi intervenus pour cela tels que le travail, le militantisme au PCF, la philosophie, l’environnement et mon livre ”Le brûlot d’un ex-schizo”. En exposant sur ce site de jolies photos sexy (en réalité des avatars comme déjà dit, je le rappelle) censées représentées ce que je considère comme des soins psychiatriques de la part de jeunes prostituées sexy, c’est une façon pour moi de les remercier de ceux-ci. Les relations sexuelles donnent un bon équilibre psychologique aussi bien aux gens dits « normaux » qu'aux malades psychiatriques et surtout même justement à ceux-ci pour des raisons que tout le monde peut comprendre. L'absence de celles-ci est au contraire bien souvent la cause de très nombreuses perturbations psychologiques car vivre ainsi n'est-ce pas justement vivre contre ce qu'a prévu la nature à ce sujet y compris pour les êtres humains ? Et si ces perturbations psychologiques sont alors trop fortes surtout lorsqu'elles sont associées à de forts problèmes 240


sentimentaux, alors chez certains malades psychiatriques c'est bien souvent le passage tôt ou tard à la crise psychotique. [… ] Enfin pour ceux qui voudraient en savoir plus éventuellement sur les raisons de ma guérison complète et définitive de ma schizophrénie depuis maintenant une dizaine d'années, je ne peux que les inviter soit à lire gratuitement mon livre pour adultes "Le brûlot d'un ex-schizo" sur ce site, soit à acheter celui-ci gratuitement chez Google Play. Le 26 juillet 2015, Œdipe LA PLUME

241


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.HUMANITE.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : BESOIN URGENT DE DONS ET DE PRÊTS POUR L’HUMANITÉ UN APPEL DE PATRICK LE HYARIC, DIRECTEUR DE L’HUMANITÉ Autrefois je n’avais confiance ni dans la droite ni dans l’extrême droite ! Actuellement je n’ai plus confiance ni dans la gauche ni dans l’extrême gauche ! Je m’abstiendrai bien sûr à toutes les prochaines élections ! À chaque fois que la gauche a été au pouvoir elle n’a fait toujours que décevoir les travailleurs. Par exemple au point de vue santé de 1988 à 2002 il y a eu plus de 50 000 lits et plus de 20 000 infirmières en psychiatrie de supprimés … Auparavant en 1983 Jack Ralite ministre PCF à la santé a fait voter le fameux forfait hospitalier qui existe toujours ! De quoi avait-il peur pour un communiste ? que les pauvres ne s’installent à l’hôpital public comme les riches s’installent eux dans les cliniques privées ! J’ai plus confiance dans l’extrême gauche que dans le PCF ! mais celle-ci tout comme le PCF et le PS à mon avis n’a rien compris au problème des prostituées et n’a en rien écouté celles-ci ni leurs clients ! Mais je ne tiens pas à rouvrir ce débat car peut-on discuter avec des gens qui par avance refusent justement de donner la parole à celles et ceux qui ne sont pas d'accord avec eux ? Ne comptez pas sur moi pour donner de l'argent à l'Humanité ! Je préfère le donner aux prostituées (même si je ne couche pas avec elles) à qui de par la loi vous leur avez retiré le pain de la bouche ! Vous avez sanctionné celles-ci à l'Assemblée nationale alors qu'il s'agissait des femmes les plus malheureuses de la classe ouvrière dont leur seul bonheur était justement leurs clients... À mon tour je vous sanctionne et notamment en m'abstenant à toutes les prochaines élections... Le 3 août 2015, Œdipe LA PLUME 242


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : STATISTIQUES JUDICIAIRES SUR LES HOSPITALISATIONS PSYCHIATRIQUES SANS CONSENTEMENT EN 2014 Ce que je constate c’est que de nombreux abus en psychiatrie résultent de certificats de complaisance rédigés à la demande d’un tiers dans les histoires de divorce, de conflits du travail, d’héritage, etc. Moi-même j’ai été victime d’un certificat de ce genre fait par un professeur en psychiatrie à la demande de certains de ses confrères et du directeur de son hôpital sans qu’il ne m’ait jamais vu ni jamais examiné… 7 ans plus tard aussi bien son diagnostic que son pronostic rédigés pourtant pour la police ne se sont jamais révélés justes… Il n’y a pas actuellement d’organisme de contrôle de la moralité des psychiatres ni même des psychanalystes… Et ceux-ci n’en veulent pas comme ils ne veulent pas non plus des juges ! Mais pourquoi n’y aurait-il pas chez les psys aussi bien des malades mentaux voire des pourris corrompus par l’argent ? et pourtant ne font-ils pas croire que s’ils s’occupent de malades et surtout de malades psy c’est justement parce qu’en réalité ils sont mieux moralement que les autres ? Heureusement qu’il y a maintenant des juges qui interviennent obligatoirement (me semble-t-il) au bout de douze jours d’hospitalisation sous contrainte… n’en déplaise au Collectif des 39 qui sur son site n’est toujours pas revenu sur son opposition systématique à ce que prévoit la loi à ce sujet… et continue toujours de censurer systématiquement les victimes d’abus dès qu’elles osent s’y exprimer un peu… Un bon livre que je conseille souvent au sujet de la psychiatrie et de ses abus est le suivant : “Pour en finir avec la psychiatrie : des patients témoignent” de Nicole Maillard Déchenans aux Éditions Libertaires. Le 4 août 2015, Œdipe LA PLUME 243


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : LES FÉMINISTES N'AIDENT PAS LES FEMMES MUSULMANES EN FRANCE EN SOUTENANT LES LOIS RACISTES Comme me l’a fait remarquer un jour ma femme : “Pour la religion catholique Marie autrefois portait aussi le voile !” À mon avis quelle que soit la religion pour celle-ci le rôle du voile est avant tout de dénaturer un peu la femme pour qu’elle ne fasse pas un effet trop sexy sur les hommes ! On sait en particulier que les féministes françaises se plaignent de l’accroissement exponentiel des viols ! Mais que font-elles contre cela ? Elles s’en prennent aux hommes ! Un peu moins d’excitation sexuelle de la part des femmes dans notre civilisation occidentale à caractère érotique voire pornographique en quoi serait-ce alors un mal pour les hommes ? Nadine de Rothschild n’a-t-elle pas dit à la télévision : “La minijupe est un appel au viol !” ? Je considère pour ma part que le voile (je ne suis pas croyant je n’ai même pas été baptisé) dans la mesure où il n’excite pas, n’exacerbe pas la libido des hommes est le bienvenu pour moi ! Le 5 août 2008, Œdipe LA PLUME

244


ŒDIPE PAULINE, DÉSIRÉE, MATHILDE, ETC. Bonjour cher(e)s ami(e)s, Contrairement à ce que vous vous imaginez toutes et tous depuis certains événements je n’ai jamais été votre ennemi, ne le suis toujours pas actuellement, et ne le serai jamais dans l’avenir ! Sinon ça ferait bien longtemps que vous auriez eu l’occasion de vous en apercevoir ! Croyez, cher(e)s ami(e)s, à mes sentiments les meilleurs. ŒDIPE

245


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR GUÉRIR DE LA SCHIZOPHRÉNIE : MON AVIS COMPTE TENU DE MON EXPÉRIENCE […] Ce sont le travail, la sexualité, l'amour, le militantisme, la philosophie, l'environnement et mon livre "Le brûlot d'un exschizo" qui m'ont guéri de ma schizophrénie ! Et les psys à votre avis ? Les médicaments et la compassion du psy suspendent la maladie mais ne la guérissent pas ! Jamais la médecine ne guérira de la schizophrénie ! Seuls l'amour véritable et un bon contexte social le peuvent ! Mais pourquoi bien que me considérant guéri de ma schizophrénie je continue de me faire suivre malgré tout toujours par une psy ? D’abord parce que celle-ci est devenue mon amie, ensuite parce que nul ne peut prévoir l’avenir psychiatrique de qui que ce soit même suite à des tests psychologiques qu’on lui a fait passer et dont les résultats sont pourtant très bons. De plus ma femme a toujours été pour moi le pilier véritable de ma santé mentale ! Elle a réparé quelque chose que mes deux parents avaient cassé en moi dans ma petite enfance dans le domaine de la sexualité et des sentiments vis-à-vis d’eux (forclusion du Sein-de-la-Mère et forclusion du Nom-du-Père) ! Bien sûr ils ne l’ont pas fait exprès et n’ont toujours voulu que mon plus grand bien ! Et surtout pour l’avenir je redoute le décès prématuré de ma femme ce qui pourrait se traduire alors pour moi par un choc suivi d’une décompensation ! Pour toutes ces raisons je préfère continuer à me faire suivre par mon amie psy ! […] ŒDIPE

246


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.ALLODOCTEURS.FR/ À LA SUITE DE L’ARTICLE : « PEUT-ON GUÉRIR DE LA SCHIZOPHRÉNIE ? » Ne sont actuellement déclarés guéris (en réalité que par euxmêmes) de la schizophrénie que les malades qui un jour ou l’autre (parce qu’ils ne supportent plus aussi bien les effets indésirables de leurs médicaments pris à des doses faramineuses que ce que leur raconte leur psychiatre au sujet de ceux-ci et de celles-ci) se sont radicalement opposés à celui-ci et cela sans jamais semble-t-il de rechute jusqu’à même leur mort naturelle ! C’est bien la preuve à mon à mon avis que des guérisons sont bel et bien possibles même si on peut considérer qu’on peut toujours être porteur d’une maladie même sans jamais avoir aucun des symptômes de celle-ci ! Ces guérisons ne sont pour la schizophrénie paraît-il pas rares du tout ! Pour ma part (je ne suis pas psychiatre mais toujours schizophrène ou ancien schizophrène : comment le savoir ?) je ne conseille jamais à tout malade qui a eu un jour ou l’autre le diagnostic de schizophrénie d’arrêter complètement et surtout d’un coup son antipsychotique ! Car comment faire pour prédire ce que sera ensuite l’avenir de celuici alors qu’aucun test psychologique ne peut permettre de prédire l’avenir psychiatrique de qui que ce soit même si les résultats à ceux-ci se sont révélés pourtant très bons ? En réalité prédire l’avenir d’un schizophrène alors qu’on ne pourra jamais savoir s’il est effectivement guéri ou pas n’est qu’une loterie très dangereuse ! Et à ce sujet les psys ont peur ! Le malade peut alors voler, violer, tuer, se suicider, etc. ! Le problème c’est qu’il y a des psychiatres qui même si l’état de santé de leur malade est très amélioré ne veulent jamais réduire pour autant leur dose d’antipsychotique ! J’ai été moi-même confronté à ce problème ! Alors qu’est-ce que j’ai fait ? Eh bien j’ai changé de psychiatre ! Et heureusement pour moi ! Mon expérience de ceux-ci m’a d’ailleurs montré que tous les psychiatres ne se valent pas même s’ils ont fait les mêmes études ! Il y en a même (ce fut toujours mon cas et même plusieurs fois) qui marquent sur leur plaque à l’entrée de leur cabinet “psychiatre psychothérapeute” mais qui ne reçoivent tous leurs malades qu’en même pas cinq 247


minutes chacun ! Comment est-ce possible ? Je n’en sais rien ! Je ne comprends pas ! Je ne peux que vous donner le conseil suivant à ce sujet si cela vous arrive effectivement un jour : parlez-en aussitôt à votre médecin traitant ! Ce sont ces psychiatres qui vous bourrent de toutes sortes de médicaments à des doses faramineuses et alors que bien sûr vous ne pouvez pas ainsi espérer avoir alors “une vie vivable”. Œdipe LA PLUME

248


BILLET DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR UN MONDE SANS VIOL N’EXISTERA JAMAIS ! Les féministes affirment que la cause des viols c’est la domination historique des hommes sur les femmes qui se traduit par des viols n’ayant que pour but principal d’humilier celles-ci et alors que le but sexuel de ceux-ci ne serait lui que secondaire ! Toutes les femmes ne partagent pas bien sûr cet avis ! L’une d’entre elles par exemple est allée jusqu’à déclarer un jour à la télévision : “La minijupe est un appel au viol !” (il s’agissait de Nadine de Rothschild) ! Quant aux infirmières psychiatriques elles déclarent sur leur site à l’adresse http://psychiatriinfirmiere.free.fr que pour elles le viol est en rapport avec une structure mentale perverse acquise lors de la petite enfance ! Quant à moi mon point de vue à mon tour est le suivant : La cause des viols ce n’est certainement pas tous les mensonges de toutes sortes que racontent les féministes à ce sujet et que tout le monde connaît et sur lesquels je ne reviendrai que sans doute que très peu dans ce billet ! Il n’y a pas de viols sans excitation sexuelle auparavant et surtout sans exacerbation de cette excitation sexuelle auparavant ! Jean-Jacques Rousseau n’avait-il pas déclaré lui aussi en son temps la même chose que Nadine de Rothschild a déclaré elle à notre époque à savoir : “la violence de la femme est dans ses charmes” ? Or dans le mot “violence” n’y a-t-il pas justement en réalité le mot “viol” ? Celui-ci se passe par la vue et ainsi est parfaitement légal ! N’y-ail pas alors ceux qui peuvent se contrôler et ceux qui ne le peuvent pas ? Les féministes prétendent, elles, à ce sujet, qu’en réalité aucun homme n’a jamais grand mal alors à se contrôler ! Mais qu’est-ce qu’elles en savent ? La sexualité des hommes ce n’est pas la sexualité des femmes d’après ce que j’ai compris aussi bien des sexologues à la télévision que de mes psys ! Et comme le dirait – contrairement toujours aux féministes – mon ancienne psychiatre psychanalyste : “Si 95 % des viols sont le fait des hommes et 5 % seulement le fait des femmes c’est bien parce qu’il y a une différence hormonale entre les deux sexes ! La testostérone, l’hormone du désir qui est la même chez les deux sexes, est beaucoup plus fortement dosée dans le sang des hom249


mes que dans le sang des femmes !” Cette psy m’avait aussi confié ceci : “Autrefois j’ai reçu des violeurs !” Bref que faudrait-il faire pour que le nombre des viols diminuent ? Il faudrait tout simplement moins d’excitations et moins d’exacerbations sexuelles de la libido des hommes de la part des femmes ! Est-ce réaliste ? Non ! La présidente† du Mouvement de Libération de la Femme ne disait-elle pas autrefois : “Les femmes doivent libérer toujours plus leur corps !” ? Le problème c’est que celles-ci en se libérant toujours plus sexuellement libère aussi en même temps toujours plus sexuellement les hommes ! Les féministes ne veulent se protéger ni du désir des hommes vis-à-vis d’elles ni de leur propre désir vis-à-vis d’eux grâce au voile ou à la burqa ! Ce n’est pas un progrès et je les comprends parfaitement ! N'est-ce pas toujours très important pour elles encouragées par les magazines féminins et les commerçants de toilettes toujours les plus érotiques possibles de faire toujours plus un effet sexy sur les hommes ? Le but n’est-il pas alors d’en faire craquer tôt ou tard un ou quelques-uns d’entre eux ! Tous les violeurs à mon avis (et contrairement à ce qu’affirment aussi les féministes aussi à ce sujet) ont à voir quelque chose avec la psychiatrie ! Le viol pour celle-ci n’a rien à voir avec une domination historique des hommes sur les femmes mais en réalité est en rapport avec une structure mentale perverse acquise lors de la petite enfance ! Le problème est alors le suivant : si les viols ont à voir avec des troubles ou des maladies psychiatriques dans la construction de la personnalité des futurs violeurs dans un autre société future, par exemple sous le communisme si on y arrive, ceux-ci et celles-ci ne disparaîtront-ils pas ! Les troubles ou les maladies psychiatriques ont à voir quant à leur genèse principalement avec la petite enfance et en réalité ensuite que secondairement seulement avec la société ! Même si à mon avis il y a toujours un rapport entre elles ! Plus précisément c’est quoi qui fait effectivement les maladies mentales ? C’est essentiellement la répression des pulsions sexuelles par les parents, le refoulement de celles-ci de la part de l’enfant lorsqu’il les supporte mal vis-à-vis d’eux pour trouver un équilibre psychologique, la forclusion du Sein-de-la-Mère, la forclusion du Nom-du-Père, etc. ! Lorsqu’il devra plus tard transformer ses pulsions sexuelles infantiles en pulsions sociales adultes, des névroses, des psychoses, des perversions (dont le viol notam250


ment), etc. pourront alors apparaître éventuellement s’il y a lieu ! Or il n’y aura jamais d’éducation parfaite quelle que soit la société aussi idéale soit-elle ! Un monde sans viol n’existera jamais car quelle que soit la société et son éducation il y aura malgré tout toujours des malades et des pervers ! ŒDIPE

251


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « UN MONDE SANS VIOL N’EXISTERA JAMAIS ! » […] « Les humains sont des générés par rapport aux animaux ! » (avis de ma psy). Malgré tout vive la minijupe ! C’est quand même plus agréable pour les hommes comme pour les femmes que la burqa ! Quant aux violeurs pour lesquels ni la prison ni la psychiatrie ne sont efficaces que faut-il en faire ? Le problème c’est qu’y aura toujours à ce sujet à mon avis des malades et des pervers ! […] Je suis d’accord avec vous mais le mot réprimer ne me convient pas même si je suis parfaitement conscient qu’il faut empêcher les violeurs ne continuer à nuire lorsqu’ils ont commis un crime. En prison actuellement un homme sur trois ou quatre est soit un délinquant soit un criminel sexuel ! 8 % des schizophrènes sont aussi actuellement en prison ! On ne peut pas chez des malades psychiatriques leur réprimer leurs troubles mentaux en tous les cas certainement pas grâce à la prison ! Celle-ci n’a jamais soigné qui que ce soit ! Et elle ne fait jamais non plus même pas réfléchir les violeurs ! La preuve toutes ces récidives au bout de même 15 ans de prison ! Faut-il alors la prison psychiatrique à perpétuité comme le propose l’Institut pour la Justice ? Quant à l’éducation à mon avis aussi elle ne peut être efficace que sur des jeunes en bonne santé ! Un trouble psy c’est quelque chose qui s’impose malgré lui à un névrosé, à un psychotique, à un pervers… Jusqu’ici par exemple aussi bien les paranoïaques que les pervers sont considérés comme incurables par la psychiatrie ! Encore une fois que faire des violeurs ? […]

252


J’ai été moi-même comme de nombreux autres malades psychiatriques (hommes ou femmes) moi aussi castré par des médicaments qui m’ont été prescrits sur simple ordonnance sans que l’on ne me prévienne à l’avance qu’ils auraient sur ma libido un effet d’anéjaculation. Contre cela on ne peut rien faire tant qu’on les prend. Chez les femmes ça les rend frigides et ça leur coupe les règles pendant toute la durée du traitement qui peut durer plusieurs années voire toute une vie. Je ne comprends pas qu’au nom de la liberté et des droits de l’homme on n’oblige pas les violeurs (au moins ceux qui sont récidivistes) à prendre ce genre de médicament castrateur alors que les psys ne sont pas gênés pour les prescrire couramment à tous les autres malades qui eux n’ont jamais été violeurs ! et sans même les avertir de ce qui les attend ! […] Quand une féministe comme la présidente† du Mouvement de Libération de la Femme déclare : “Les femmes doivent libérer toujours plus leur corps !” elle sait très qu’il y a de nombreux hommes qui sont faibles sexuellement et qui alors succomberont à la tentation. Ainsi à mon avis elle encourage aussi bien les femmes à se faire violer que les hommes à violer les femmes effectivement ! La preuve ? Ce n’est que depuis que date le Mouvement de Libération de la Femme que le nombre des viols connait une telle augmentation exponentielle qui d’ailleurs ne s’arrête plus ! Les mensonges et l’hypocrisie ça existe aussi de la part des féministes ! […] Pour mémoire je vous rappelle ci-dessus l'ancienne photo ! Où avez-vous vu un soutien-gorge et des jarretelles ? […] Vous me faites dire des choses que je n’ai jamais dites moimême et que vous projetez sur moi ! Ce n’est jamais moi qui ai dit que “La minijupe et le string sont un appel au viol !” (phrase véritable). C’est Nadine de Rothschild à la télévision ! C’est une 253


femme cultivée qui le dit pas un “macho” ou moi ! Je n’ai jamais dit non plus que les femmes étaient la cause des viols ! J’ai dit en réalité que c’est une excitation ou une exacerbation sexuelle de la libido des hommes qui précédait toujours tout rapport sexuel que ce soit avec un violeur ou pas ! Ce n’est pas une faute, à mon avis, de la part d’une femme que d’exciter sexuellement un homme ! Dans les viols bien sûr ce sont le corps et la toilette qui excitent mais il est certain que ce n’est pas volontaire alors de la part de bien des femmes vis-à-vis de bien des hommes ! Je comprends que les femmes veuillent choisir l’homme qu’elles désirent pour leurs rapports sexuels ou sentimentaux. Vous demandez aussi “Pourquoi la violence ?” en prétendant que je défends le viol à l’encontre des femmes ! Sachez que je vis avec ma femme depuis plus de 42 ans dans la fidélité réciproque, que notre mariage n’est toujours pas consommé, qu’il s’agit d’un record du monde, et que si j’étais un violeur ça se saurait certainement ! (je peux vous donner plus d’explications à ce sujet par messages privés si vous le demandez effectivement). […] J'en parle bien sûr ! Pour ma psy "Les féministes ont une revendication phallique ! C'est-à-dire qu'elles veulent ce qu'elles n'auront jamais ! C'est ce que Freud avait découvert chez ses clientes de la bourgeoisie de Vienne et qu'il appelait alors "l'envie du pénis"" ! […] C’est vrai que le viol est toujours très traumatisant ! Toutefois quand on voit le montant des indemnités versées aux plaignantes pour leur préjudice psychologique c’est en réalité comme si la justice estimait qu’il ne s’est rien passé du tout ou presque rien ! Quant à punir les violeurs qui ne sont que des malades psychiatriques (ce que contestent les féministes qui n’ont même jamais lu aucun livre de psychiatrie), pendant 15 ans en prison ils ne reçoivent aucun soin psy ! Ensuite ils ont une obligation de suivi psychiatrique pendant environ 10 mais aucun psy actuellement n’est formé pour soigner ce genre de malades psy ! Les psys reçoivent alors ceux-ci en cinq minutes mettent leur cachet sur un papier pour la justice pour certifier de la visite… Enfin 254


si vous aviez les symptômes de la grippe, de la tuberculose, du cancer, du sida, etc. trouveriez normal que l’on vous punisse de vos symptômes en vous mettant en prison ? En réalité les féministes ont un besoin de vengeance avec tous les hommes parce qu’elles-mêmes aussi sont des malades psy (je peux vous expliquer cela en échangeant des messages privés à ce sujet). […] Excusez-moi, je ne comprends pas très bien votre réponse car peut-être ne suis-je pas assez intelligent pour cela ! Je crois tout simplement à certaines explications ou interprétations de la psychiatrie, de la psychologie, de la psychanalyse ! Même si on ne peut pas les prouver scientifiquement par une expérience reproductrice comme en chimie et/ou physique ! Je crois au bon sens dans ce domaine ! […] Je ne crois pas du tout que beaucoup d’hommes considèrent réellement la femme comme un trou voire même trois trous (comme me l’a fait remarquer aussi un certain abonné du Club de Mediapart autrefois à propos la prostitution) ! Et certainement pas justement les violeurs, les clients de prostituées, tous les détraqués, les dérangés, les obsédés, les pervers, bref tous ces malades psychiatriques, qui ne sont en réalité que des malheureux, des miséreux, des défavorisés, des bloqués, etc. dans le domaine de la sexualité et de l’amour ! En réalité, la femme pour tous les hommes est toujours le symbole de l’amour et des soins ! Et ce sont cet amour et ces soins que tous ces malheureux malades psychiatriques de toutes sortes recherchent désespérément chez la femme ou les femmes, même si pour aboutir à cet amour et à ces soins dont ils rêvent tous réellement ils se croient alors obligés de faire appel à la violence… Bien sûr on peut toujours considérer alors que tous ces malades en réalité se font inconsciemment ou consciemment des illusions et que la femme à laquelle ils ont alors affaire pour leurs soins ou leur amour dont ils rêvent, n’est en réalité, qu’une illusion, un leurre, etc. En tous les cas ça marche bien ainsi car, toujours à mon avis, sinon il n’y aurait pas alors tant de violeurs ou de clients de prostituées… N’oublions pas que les féministes ne sont bien souvent 255


elles-mêmes aussi que des névrosées, etc. (la preuve leur façon d’agresser tous les hommes et de vouloir leur régler systématiquement leur compte à tous) et qu’au travers de leurs arguments elles ne font que projeter leur propre inconscient malade sur les violeurs, les clients de prostituées, etc. Quant à moi contrairement à elles je ne prétends pas détenir la vérité… Je ne fais seulement que rechercher celle-ci aussi bien en écrivant ou qu’en lisant des billets. Je suis sincère et de bonne fois même si je peux bien sûr comme tout le monde me tromper ce que je peux toujours reconnaître face à des arguments qui me paraissent alors intelligents et valables.

256


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR APRÈS LE DÉCLIN DU PCF, LA CHUTE DE LUTTE OUVRIÈRE ! Ce billet n’a que pour but que de relater brièvement mon expérience du PCF (où j’en ai été adhérent de 1965 à 2004 (dont secrétaire de la cellule du Crédit Expert de Paris environ de 1990 à 1997) et de Lutte Ouvrière (dont j’ai été adhérent deux ou trois mois fin 2004 puis sympathisant jusqu’à 2013) et d’expliquer pourquoi je suis maintenant abstentionniste à toutes les élections depuis 2014. J’ai quitté le PCF à cause du problème de l’unité avec les autres partis de gauche car j’ai estimé alors que celle-ci n’avait rien du tout de révolutionnaire et que ce qui était en réalité vraiment révolutionnaire c’était la vérité. Et quand alors Arlette Laguiller déclarait : “Les élections n’ont jamais fait les révolutions !” j’étais alors entièrement d’accord avec elle et le suis d’ailleurs toujours à ce sujet ! Actuellement le PCF est redevenu le premier parti politique de gauche en France, toutefois je ne pense pas qu’il retrouve pour autant un jour les 30 % qu’il avait en 1945 ou les 25 % qu’il avait aussi en 1965 ! Pourquoi ce déclin ? D’une part la tromperie sur le problème de l’unité (celle-ci n’a jamais abouti à aucun changement durable dans la vie des travailleurs mises à part la loi sur la pilule contraceptive, la loi sur le droit à l’avortement et la loi sur le droit à la pilule du lendemain pour les mineures), d’autre part les mensonges ignobles (à propos de la contraception : “Les bourgeoises sont des vicieuses !”, à propos de la révolution ouvrière hongroise : “Budapest est un complot fasciste !”, à propos de la prostitution : “Les clients de prostituées sont des criminels !”). Pourquoi toutes ces erreurs d’analyse pas très intelligentes ? tout le monde peut se tromper, mais il y a quelque chose qui a à voir à mon avis avec une morale psychorigide incapable d’évoluer et en rapport éventuellement avec une psychopathologie du militant à ce sujet. Dès que j’ai ensuite adhéré à LO quelque chose de pas normal du tout m’a alors choqué dont sur le coup je n’ai pas cherché à en demander des explications auprès de son visiteur (une fois 257


par mois) à mon domicile, un certain Oleg : j’étais soi-disant adhérent mais celui-ci ne m’avait fait signer alors aucun bulletin d’adhésion ni même fait lire les statuts de LO. De plus ce que je voulais c’était avoir des discussions politiques ou autres avec d’autres militants de LO et en particulier avec ceux de ma cellule mais en réalité Oleg ne me mettait jamais en contact avec les militants de celle-ci. Je ne comprenais pas le pourquoi de tout cela mais finalement au bout de trois mois j’en ai eu mare et n’ai pas continuer alors à payer ma cotisation mensuelle (que je réglais directement en espèces à Oleg) en prétextant que je n’avais plus les moyens de la payer. Ensuite à ma demande Oleg à continuer à me rendre visite environ tous les six mois jusqu’à sans doute 2012 ! Je l’ai toujours jugé comme quelqu’un de très intelligent, très sympathique, très cultivé, pas du tout sectaire (on sait que l’on reproche souvent à LO de n’être qu’une secte et tous les procès qu’il a intentés à ceux qui le disaient effectivement, celui-ci les a toujours tous perdus), etc. En particulier je lui avais demandé un jour : “Pourquoi le journal de LO n’évoque jamais les maladies psychiques, nerveuses, les problèmes de couple, etc. et il m’avait alors répondu : “C’est parce qu’on n’est pas spécialiste !” Et cette réponse m’avait alors parfaitement satisfait ! Vers 2012 j’ai demandé alors m’a réadhésion à LO, ma lettre à ce sujet (que vous trouverez dans mon livre) était adressée à sa nouvelle porte-parole à savoir : Nathalie Arthaud. Malgré plusieurs rappels que je lui ai faits alors jamais elle n’a daigné me répondre quoi que ce soit ! Ce qui me fait dire souvent toujours actuellement : “LO est autiste !” En 1995 celui-ci faisait alors 5 %, alors qu’actuellement il ne fait plus que 2 % (me semble-t-il). Pourquoi cette chute ? (je ne parle pas encore de déclin car je n’en suis pas encore sûr à ce sujet). C’est à mon avis à cause d’un certain nombre d’erreurs qui sont dans son fameux livre politique (que j’ai lu au moins trois fois) qu’il recommande à tous ses adhérents et sympathisants à savoir : “La véritable histoire de Lutte Ouvrière”. Je ne ferai qu’une critique au sujet de ce livre : le problème de la vie privée des militants. Le livre explique que pour qu’un militant soit le plus efficace possible pour la révolution, il ne faut surtout pas que celui-ci se marie, ait des enfants, fasse carrière, etc. car alors il ne lui reste vraiment pas assez de temps pour se consacrer à la révolution ! À mon avis c’est l’une des causes principales contrairement à ce que s’imagine LO à ce sujet, de sa chute depuis maintenant un 258


certain temps déjà assez long ! Le rêve de tout futur adhérent d’un parti en général c’est de pouvoir en réalité concilier ou rajouter sa vie militante à sa vie de famille ! Or ce que demande LO à tous ses militants dès qu’ils adhèrent à lui c’est justement d’après le livre déjà cité de tout sacrifier de sa vie privée et cela pour toute sa vie ! Or, à mon avis, avec un tel raisonnement, cela ne peut-il pas que faire fuir de LO la plupart de ses futurs adhérents ? Au sujet de celle-ci Nathalie Arthaud n’a-t-elle pas déclaré un jour : ”Évoquer sa vie privée n’est pas utile à la révolution !” ? Je ne suis pas du tout d’accord avec elle à ce sujet ! Pourquoi ? C’est que pour des millions de gens c’est justement la vie privée et comment on la gère qui fait effectivement le bonheur ! Or ceux-ci ce qu’ils veulent savoir c’est en quoi les militants de LO sont heureux dans leur vie privée et éventuellement s’ils y adhéraient quels conseils ou leçons leur donneraient-ils alors pour mieux gérer la leur ! Souvent d’ailleurs à ce sujet pour rire des partis de gauche ne dit-on pas : “Si tu veux trouver le bonheur il faut que tu prennes ta carte au parti !” ? Il est certain que de nombreux militants de LO sont heureux de leur vie militante et que ça leur suffit ainsi, mais dans la tête de ses futurs adhérents ou de ses électeurs potentiels, cette thèse ça ne passe pas ! Enfin voici pourquoi je suis devenu abstentionniste maintenant à toutes les élections : c’est l’affaire des prostituées et de la pénalisation du pénis ! Je ne donnerai à ce sujet que la brève explication suivante : retirer le pain de la bouche à ces femmes qui sont les plus malheureuses de la classe ouvrière et alors que pour la plupart d’entre elles leur seul bonheur c’est justement leurs clients (bien souvent eux aussi de la classe ouvrière) c’est indigne sur le plan humain ! LO aurait dû dire alors ce que me disait autrefois justement Oleg quand il me visitait, un peu déjà sur le même sujet, à savoir : “On n’est pas spécialiste !” Mon jugement actuel sur le PCF comme sur LO c’est qu’ils ont beaucoup de connaissances en politique mais qu’en réalité leurs dirigeants ne comprennent rien à la vie des petites gens ! ŒDIPE

259


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « LES VICTIMES DE LA JUSTICE » D’après mes connaissances juridiques trouvées sur Internet autrefois il ne me semble pas que vous ayez le droit même dans le pays de la liberté et des droits de l’homme d’écrire ce que vous avez écrit dans votre billet ci-dessus au sujet de la justice. Vous feriez bien de demander l’avis d’un avocat à ce sujet. Mais puisque vous parlez de justice je dois vous dire que moi aussi je suis victime d’une injustice qui à mon avis est très fréquente et qui est la suivante : “De la même façon qu’il y a une médecine à deux vitesses : l’une pour les pauvres l’autre pour les riches il y a aussi une justice à deux vitesses : l’une pour les pauvres l’autre pour les riches !” Je n’ai jamais pu avoir le droit à l’aide juridictionnelle parce que je dépasse le plafond autorisé. Pourtant ne suis-je pas plus proche des SMICARDS que de la gauche ou de la droite CAVIAR ? Et de la même façon qu’il y a des médecins auxquels j’ai toujours renoncé parce que n’avais pas les moyens de les payer jusqu’ici j’ai aussi toujours été obligé de renoncer à des avocats parce que je n’avais pas non plus les moyens de les payer. Œdipe LA PLUME

260


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DU BILLET DU COLLECTIF DES 39 « POUR UNE AUTRE POLITIQUE DE LA SANTÉ MENTALE EN FRANCE » UNE AUTRE POLITIQUE DE LA SANTÉ MENTALE ? RÉPONSE AU COLLECTIF DES 39 C’est bien de réclamer un changement de politique en matière de santé mentale pour améliorer aussi bien l’hospitalité que les soins en psychiatrie et pour cela j’ai toujours soutenu le Collectif des 39. Par contre là où je ne le soutiens pas c’est qu’il refuse toujours que les psychiatrisés en lutte et les victimes d’abus qui osent s’exprimer sur son forum ne soient pas ou plus toujours systématiquement censurés par son modérateur. D’une façon générale peu de malades psychiatriques s’expriment sur celui-ci et pour cause. Quant à moi malgré mes réclamations auprès du webmaster et de la direction du Collectif des 39 je suis à ce jour systématiquement censuré aussi sur son forum alors que pour les mêmes commentaires déposés sur le forum de www.mediapart.fr je n’y ai jamais été. Pouvez-vous m’expliquez cette censure vis-à-vis des psychiatrisés en lutte et des victimes d’abus ? Pourquoi par-devant vous leur donnez la parole alors que par derrière en réalité vous leur camisolez celle-ci ? Pour rappel ci-dessous le communiqué du Groupe Information Asiles (GIA : www.groupeinfoasiles.org) du 3 janvier 2011 toujours valable actuellement. Pouvez-vous me dire ce qui a changé en matière de censure vis-à-vis des psychiatrisés en lutte et des victimes d’abus sur son forum de la part du Collectif des 39 ? Avant de voir la paille qu’il y a dans l’œil du voisin ne pourriezvous pas regarder d’abord la poutre qu’il y a dans le vôtre ? Ou encore plutôt que de balayer devant la porte des autres ne pourriez-vous pas balayer d’abord devant la vôtre ? Tous les commentaires ou presque que m’a censurés sur son forum le Collectif des 39 ont été reproduits dans mon livre “Schizoréflexions – Témoignage sur la schizophrénie et sa guérison” http://www.schizogueri.onlc.fr dont certains (des psys ? des communistes ? des 261


féministes ? etc.) ont réussi à obtenir sa dépublication de deux sites grâce à des mensonges de toutes sortes. Œdipe LA PLUME

262


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « FÊTE DE L’HUMANITÉ » J’ai quelques mauvais souvenirs aussi bien de l’Humanité que du PCF. En particulier lorsque ceux-ci ont écrit ou dit autrefois : à propos de la contraception : “Les bourgeoises sont des vicieuses !” ; à propos de la révolution ouvrière hongroise : “Budapest est un complot fasciste !”, ou récemment : à propos de la prostitution : “Les clients de prostituées sont des criminels !” Ce genre d’arguments politiques me paraît résulter d’une morale psychorigide pour laquelle Freud n’a-t-il pas dit à son époque au sujet des curés et des bonnes sœurs : “Dans la paranoïa les pulsions homosexuelles se transforment en pulsions sociales !” ? Maintenant que j’ai quitté en tant que militant le PCF (19652004) et en tant que sympathisant Lutte Ouvrière (2005-2013) je ne peux que constater que tous mes troubles aussi bien de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle (1962-1972) et que tous mes troubles de ma schizophrénie paranoïde (1966-2004) ont complètement et définitivement disparu ! Militer c’est se servir d’une canne parce qu’on boîte pour des raisons psychopathologiques* ! Je ne conseille à personne ni de lire l’Humanité ni de prendre sa carte au PCF que ce soit pour trouver son bonheur ou que ce soit même pour faire celui des autres ! Œdipe LA PLUME *voir à ce sujet le livre (dont je ne me rappelle plus l’éditeur) du Dr Herbert Mulot (qui a été mon psy PCF de 1973 à 1978) : “Le divan et le prolétaire” dans lequel il y a un chapitre (me semble-t-il me rappeler) qui s’intitule : “Pour une psychopathologie du militant”. Ancien secrétaire de la Cellule du CRÉDIT EXPERT DE PARIS** (environ 1990-1997) […] 263


Je me considère guéri car c'est mon vécu et mon ressenti qui sont ainsi ! Je ne peux cependant pas le prouver médicalement car il n'existe pour cela aucun test psychologique permettant de le constater même si tous mes troubles et symptômes ont disparu. Cependant ce dont je suis sûr au moins pour moi c'est que je n'ai pas besoin d'un parti politique de gauche comme le PCF ou d'extrême gauche comme Lutte Ouvrière pour trouver mon bonheur ou faire celui des autres ! Je lutte à l'occasion seul dans mon coin comme beaucoup d'autres gens grâce à Internet ! […]

264


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « CLAUDE CABANES EST DÉCÉDÉ » Il y a probablement de nombreux grands militants et dirigeants humanistes au PCF. Mais le problème c’est à quoi finalement font-ils aboutir les travailleurs ? En 1981 ils promettaient aussi bien de changer de cap que de changer la vie de ceux-ci. Mais en 2002 ceux-ci ne se sont-ils pas jetés dans les bras de l’extrême droite n’ayant jamais vu venir ce fameux changement ? À qui la faute ? J’ai ma petite idée sur le sujet qui rejoint en quelque chose ce que pense aussi Lutte Ouvrière à ce sujet ! Mais celui-ci à son tour me semble-t-il est aussi maintenant en déclin ! Je n’ai ni confiance ni dans la droite et dans l’extrême droite ni non plus dans la gauche et l’extrême gauche. En conséquence depuis 2014 je m’abstiens à toutes les élections ! En 1966 j’avais appris dans une école élémentaire du PCF que pour avoir une action politique juste il fallait avoir une pensée juste d’où l’importance de l’étude de la philosophie pour le militant révolutionnaire ! Si la pensée du PCF était si juste que cela pourquoi n’about-il toujours qu’à jamais rien ou pire ? Œdipe LA PLUME

265


Œdipe LA PLUME Madame le Docteur Désirée JUPON Bonjour chère Madame, Pour le certificat médical circonstancié de témoignage que vous me refusez depuis bel lurette afin que cette affaire aboutisse effectivement j’ai consulté aussi bien l’Ordre des médecins que mes conseillers juridiques gratuits (qui sont les mêmes que les vôtres car comme vous j’ai moi aussi un compte en banque, une assurance, et suis adhérent d’une association de consommateurs). Il résulte de l’avis aussi bien de l’Ordre des médecins que de celui de mes conseillers juridiques que vous n’avez pas le droit de me refuser un certificat médical destiné aussi bien à la justice qu’à l’Ordre des médecins lui-même. Pour faire aboutir effectivement mon affaire (en ce qui vous concerne personnellement) par-devant celui-ci il n’y aura aucune difficulté alors pour moi et cela même sans aucun avocat à payer. En revanche pour le Pr M. L. (l’un de mes conseillers a pris contact avec la meilleure avocate en matière d’abus psychiatriques laquelle lui a fait savoir qu’elle avait lu mon livre), il faudrait cinq ans de procédure à l’Ordre des médecins et que je débourse pour cela 50 000 € en honoraires d’avocat. En réalité ce n’est pas moi qui ai eu affaire directement à ceux-ci mais ma femme elle-même. Et cela plusieurs fois à quinze jours d’intervalles le temps que ceux-ci se renseignent entre autres à votre sujet. C’est ainsi que nous avons appris d’une part que vous étiez très mal considérée par vos collègues et que d’autre part le poste de directeur médical dans votre hôpital ne vous avait pas été attribué. Recevez chère Madame mon souvenir le meilleur. Œdipe LA PLUME 266


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « VIAGRA ROSE. AMÈRE, LA PILULE » Je partage votre avis que le désir féminin a à voir principalement avec le psychologique et le social et secondairement avec le biologique. Toutefois je ne crois pas que lorsqu’une femme est frigide la cause en soit toujours pour autant le machisme ou la patriarchie de son conjoint. Dans un couple il y a des problèmes sexuels qui peuvent remonter aussi bien à des histoires de refoulement (Freud) que de forclusion (Lacan) en rapport avec l’éducation des deux parents. À ce sujet c’est un peu simpliste de dire comme le font certain(e)s mais pas vous (me semble-t-il) : “Il n’y a pas de femmes frigides il n’y a que des hommes qui ne savent pas s’y prendre !” Quant au désir masculin si la pilule bleue se vend si bien que ça ne serait-ce pas justement parce que le biologique joue chez eux dans cette histoire sexuelle un plus grand rôle que chez les femmes ? Si les hommes et les femmes c’étaient la même chose du point de vue des pulsions sexuelles (comme le prétendent en particulier les zéromachos) alors ne suffirait-il pas aux hommes de se mettre en minipantalon et en corsage bâillant devant les femmes pour faire un effet sexy sur celles-ci comme elles le font effectivement sur ceux-ci grâce à leur minijupe, leur corsage baîllant, etc. ? C’est vrai que les laboratoires sont souvent des menteurs en matière de médicaments pour faire du fric sur le dos de leurs client(e)s mais c’est vrai aussi à mon avis que les féministes ne disent pas non plus toujours la vérité en matière de problèmes sexuels pour de nombreuses raisons psychologiques qui les arrangent inconsciemment. Œdipe LA PLUME

267


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LE POUVOIR AUX FÉMINISTES, AUX COMMUNISTES ET À ZÉROMACHO ? Autrefois au sujet de la contraception, de l’avortement, de l’inégalité des salaires entre hommes et femmes, les féministes m’apparaissaient alors comme les femmes les plus intelligentes. Mais depuis que je connais maintenant leur position sur la prostitution (“Les clients de prostituées sont des criminels !”, etc.) et le viol (“Le viol ne résulte pas de l’effet des femmes sur les violeurs, mais de la domination historique des hommes sur les femmes !”, etc.) elles se sont complètement discréditées à mes yeux. Je voulais faire un nouveau billet ayant pour thème “Les prostituées guérissent-elles de la schizophrénie ?” mais avant de commencer celui-ci j’ai tapé dans le moteur de recherche de Google : “guérir grâce aux prostituées” et je suis alors tombé sur une interview d’une journaliste de RMC, une certaine Brigitte Lahaie, laquelle par ces arguments pour soutenir aussi bien les prostituées que leurs clients m’est apparue bien plus intelligente que n’importe quelle féministe ! Autrefois jamais remarqué toujours au sujet du soutien aussi bien aux prostituées qu’à leurs clients qu’Élisabeth Badinter, elle aussi, était de par ses arguments sur ce sujet, bien plus intelligente que n’importe quelle féministe ! Finalement j’ai renoncé à faire mon billet que j’avais donc intitulé “Les prostituées guérissent-elles de la schizophrénie ?” car j’ai considéré que sur le sujet de la prostitution, même si ces deux femmes ne font pas allusion à la schizophrénie, elles étaient bien plus intelligentes que moi-même dans leurs arguments pour défendre aussi bien les prostituées que leurs clients. Je communique donc en P.-S. au présent message deux liens sur lesquels cliquer pour voir les interviews de ces deux femmes à mon avis très cultivées, bien équilibrée, et surtout super-intelligentes. Quant à Zéromacho, lui, il marche complètement à côté de ses pompes et surtout avec son histoire de masturbation. Si celle-ci en solitaire et gratuite dans les W.-C. c’était mieux mentalement comme il le soutient que des rapports sexuels en couple et payants alors tous les psys ne recommanderaient-ils pas à bien de leurs client(e)s qui ont des problèmes psy plutôt celle-ci que 268


ceux-ci ? Zéromacho ne ferait-il pas mieux de consulter en psychiatrie plutôt que de s’enfoncer dans sa maladie mentale ? Je ne vote ni pour les socialistes ni pour les communistes ni pour l’extrême gauche à la suite de cette affaire de sexe que ceux-ci ont eux-mêmes provoquée avant tout dans un but électoral ! et maintenant je m’abstiens à toutes élections ! Je n’ai pas ou plus confiance dans ces gens-là ! J’ai trop peur que même si l’extrême gauche (dont je partage ses explications sur l’origine de la plus-value) arrivait au pouvoir que ce ne serait alors que la catastrophe irrémédiable sur le plan humain ! Je ne suis pas d’accord pour dire comme le fait celle-ci qu’aussi bien la prostitution que le viol disparaîtront sous le communisme car avec la disparition de l’oppression sociale disparaîtront alors tous les problèmes matériels et en même temps que ceux-ci aussi tous les problèmes psychologiques. C’est un mensonge soit par méconnaissance du problème soit dans un but de propagande politique. Je n’accepte pas ou plus cela venant de politicards se permettant de me donner des leçons de sexe alors qu’eux-mêmes si l’on regarde un peu leur vie privée en quoi est-elle mieux moralement que la mienne ? Œdipe LA PLUME P. S. : liens vers les interviews de Brigitte Lahaie et Élisabeth Badinter : Brigitte Lahaie : « Pénaliser les clients de prostituées va ... Prostitution : « L'Etat n'a pas à légiférer sur l'activité sexuelle ...

269


EXTRAIT DU BLOG WWW.BRIGITTELAHAIE.FR LES PROSTITUÉES SONT UN SOIN PSYCHIATRIQUE ! (MESSAGE CENSURÉ) Bonjour Madame, Je viens seulement maintenant (le 13/09/2015) de découvrir vos articles et interviews sur Internet soutenant aussi bien les prostituées que leurs clients. Sachez que je partage entièrement votre avis à ce sujet et cela par expérience personnelle de celuici comme je le raconte dans mon livre “Schizoréflexions”. Celuici vient d’être censuré par Google sur Internet pour non-conformité avec son règlement pour adultes sur le contenu des livres alors que pourtant celui-ci est parfaitement conforme à la loi française sur le contenu d’écrits sur Internet. J’ai voulu signer votre pétition grâce au lien que vous indiquez ci-dessus. Malheureusement celui-ci ne s’ouvre pas ou plus sur celle-ci mais en réalité sur d’autres articles de RMC. Comme je l’écris aussi sur mes blog, forum et site dont vous trouverez les adresses ci-dessous ce sont effectivement les prostituées qui m’ont aussi bien guéri de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle que provoqué une très importante rémission de ma schizophrénie paranoïde. Mais en plus j’ai aussi bien liquidé un transfert épistolaire sur mon ancienne psychiatre psychanalyste et sur mon ancienne assistante sociale que bénéficié d’un amour véritable de la part de ma femme depuis maintenant plus de 42 ans. Et il en est résulté que maintenant je me considère enfin complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie. Mais sans les jeunes prostituées sexy que j’ai connues pendant environ sept ans avant mon mariage jamais je n’aurai pu ensuite rencontrer l’amour et la femme de ma vie car à mon avis ce sont bien celles-ci qui m’ont débloqué psychologiquement de ma timidité gravissime autrefois vis-à-vis du sexe opposé. Je raconte tout cela aussi bien dans mon livre “Schizoréflexions” que dans mes blog, forum et site. Recevez, Madame, mes salutations respectueuses. Œdipe LA PLUME 270


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LES FORUMS WWW.MEDIAPART.FR WWW.COLLECTIFPSYCHIATRIE.FR/ À LA SUITE DE L’ARTICLE : « NON À LA CONTENTION » LES ABUS DU COLLECTIF DES 39 ET DE SES CONFRÈRES MESSAGE ADRESSÉ CE JOUR AU WEBMASTER DU COLLECTIF DES 39 : Commentaire déposé sur le site du Club de www.mediapart.fr suite à votre article "Non à la contention" et que je vous prie de déposer à votre tour aussi sur votre site suite à votre article "Non à la contention". Le rôle des psychiatres hospitaliers actuellement c’est de prescrire des médicaments, celui actuellement des infirmiers psychiatriques d’obéir à ceux-ci en faisant ingurgiter ces camisoles chimiques aux psychiatrisés même à ceux victimes d’internements abusifs pour lesquels la France est toujours la championne d’Europe depuis des dizaines d’années à ce sujet. Il n’y a plus rien du tout d’humain actuellement à l’hôpital psychiatrique et une fois qu’on y est rentré la première chose à laquelle on pense aussitôt c’est de le fuir ! J’ai une très grande confiance dans ma psychiatre actuelle que je vois tous les 15 jours en cabinet privé laquelle est devenue mon amie. Par contre je n’ai toujours pas confiance du tout dans le Collectif des 39 lequel n’est toujours pas revenu sur son site sur son opposition systématique au contrôle judiciaire des hospitalisations psychiatriques sous contrainte. Je n’ai pas confiance en lui non plus parce que son webmaster lorsqu’à chaque fois que je veux déposer un nouveau témoignage en matière d’abus psychiatrique sur son forum me censure toujours systématiquement à ce sujet. Pouvez-vous m’expliquez enfin ce que signifie cette comédie de la part du Collectif des 39 ? Sur son site d’ailleurs il n’y a que peu de psychiatrisés qui s’expriment et pour cause. Le Collectif des 39 fait aussi bien l’omerta sur ses abus (au moins ceux sur son 271


site ceux à l’hôpital je ne peux pas le prouver) que sur ceux de ses confrères. Ces abus qui résultent de l’amoralité ou de l’immoralité des psychiatres ont-ils quelque chose à voir avec ceux politiques que vous dénoncez venant du gouvernement actuel ? et ne devraient-ils pas être la priorité pour le Collectif des 39 aussi ? Je rappelle encore une fois que la France est toujours la championne d’Europe en matière d’abus psychiatriques y compris même pour ses condamnations dans ce domaine par-devant la Cour européenne des droits de l’homme. Pourquoi le Collectif des 39 ne fait-il jamais (ou presque) allusion sur son site aux abus venant de l’amoralité et de l’immoralité des psychiatres et dont sont réellement victimes en général des psychiatrisés à tort avant qu'ils ne soient ensuite réhabilités par la justice ? Faut-il que je lui rafraîchisse la mémoire avec quelques affaires passées ou actuelles ? Le 17 septembre 2015, Œdipe LA PLUME Exemple parmi tant d’autres d’un témoignage en matière d’abus psychiatrique censuré sur son forum par le Collectif des 39 (cliquez sur le lien ci-dessous) : 08/04/13 - Histoire de fous… mais, hélas, histoire vraie ! Comment un jeune homme, étudiant en 4e année de médecine, victime d'un léger malaise respiratoire passager, a été abusivement interné à l'hôpital psychiatrique de Clermont de l'Oise, de triste renommée. Ce témoignage ci-dessus est extrait du site du Groupe Information Asiles : www.groupeinfoasiles.org

272


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : COMMUNIQUÉ DE PRESSE LA SANGLE QUI ATTACHE TUE LE LIEN HUMAIN QUI SOIGNE « ON PREND AUX PAUVRES ET MALADES POUR DONNER AUX RICHES ET EN BONNE SANTÉ ! » Tout le monde sait très bien que l’on peut faire autrement en psychiatrie et notamment se passer de la contention ! Le problème c’est qu’il faut de l’argent pour cela ne serait-ce que pour qu’il y ait plus de personnels et les former ! En conséquence la santé n’a jamais été une priorité en France et c’est même sur celle-ci que l’on fait en réalité bien des économies de toutes sortes. On prend aux pauvres et malades pour donner aux riches et en bonne santé ! et tout le monde le sait très bien aussi ! Si le gouvernement vous dit en réponse à votre réclamation : "Dîtes-moi où je dois prendre l’argent pour vous satisfaire ?" que lui répondrez-vous ? J’ai ma réponse à cela bien sûr ! Mais je serai curieux d’avoir la vôtre auparavant ! À toutes fins utiles je rappelle que les gouvernements de droite comme de gauche de 1988 à 2002 ont supprimé plus de 50 000 lits et plus de 20 000 infirmières en psychiatrie ! et que les psychiatres comme les assistants sociales disaient (et même disent toujours) aux malheureux malades qui étaient (et sont même toujours) jetés à la rue : "Vous n'êtes pas suffisamment malade pour vous garde à l'hôpital ! D'ailleurs l'hôpital ce n'est pas l'hôtel ! Et de toute façon on vous donne le numéro du SAMU social !" Œdipe LA PLUME C’est vrai qu’autrefois la contention n’existait pas ! Alors que s’est-il passé pour qu’elle devienne la panacée ? La diminution de l’argent pour la santé et le discrédit sur la psychanalyse y sont certainement pour quelque chose à mon avis ! Il paraîtrait, d’une part que celle-ci et la psychopathologie ne sont plus enseignées aux étudiants, d’autre part que bientôt il y aura deux 273


fois plus de malades mentaux d’hospitalisés mais que par contre bientôt aussi le nombre de praticiens hospitaliers lui aura diminué de moitié ! Dans ces conditions : pas assez de moyens (Sarkozy n’a-t-il pas dit : “L’hôpital n’a pas besoin d’argent !” ? et Hollande, lui, n’avait-il pas promis à ce sujet entre autres : “Le changement c’est maintenant !” ?) et mauvaise formation à la psychiatrie faut-il être bien surpris des mauvais soins actuels et des abus dont tout le monde se plaint de plus en plus à l’hôpital public ? Mais encore une fois quand on vous dit : “Les caisses sont vides et on ne peut pas augmenter les impôts sans arrêt !” que répondez-vous alors ? Ce n’est certainement pas un amendement interdisant la contention qui fera qu'on trouvera de l'argent pour augmenter les recettes de l'État déjà très surendetté depuis des dizaines d'années et pouvoir alors ainsi contrer celle-ci effectivement (la France en 1981 était alors le pays le moins endetté du monde et ce sont ensuite les subventions au patronat pour "créer des emplois" qui ont fait notamment que celle-ci risque prochainement de sombrer dans la situation budgétaire de la Grèce actuelle) ! Œdipe LA PLUME

274


Œdipe LA PLUME Madame Désirée JUPON AFFAIRE ŒDIPE LA PLUME CONTRE MICHAEL LE GRAND ET DÉSIRÉE JUPON Le 25 septembre 2015, Madame, Je ne vous demande plus de témoigner pour moi au sujet de l’affaire qui m’oppose au Pr M. L. En effet puisque vous êtes à mon avis aussi bien son comparse que son complice, le contenu de votre témoignage ne serait-il pas alors en réalité qu’un certificat plein de mensonges et d’hypocrisie de toutes sortes ? Je n’ai bien sûr pas besoin de celui-ci pour comprendre ce qui s‘est passé de la part du Pr M. L. vis-à-vis de moi autrefois : il a fait un certificat de complaisance à la demande de certains de ses confrères et du directeur de l’Hôpital Sainte-Clotilde à qui j’adressais alors un double de mes courriers dont vous receviez l’original ! Il a fait alors un faux diagnostic et une erreur médicale délibérés de « désordre, dangerosité, délire », etc. dans le but de me faire taire ! Je vous rappelle que mes écrits avaient pour thème essentiellement alors : « la dégradation des soins, des services, de la relation médecin-malade », etc. dans les hôpitaux parisiens depuis environ 1981. Cela dérangeait l’administration et le bon fonctionnement des services de ceux-ci peutêtre mais en tous les cas ne résultait que de leur demande d’euxmêmes d’avis de satisfaction auprès des malades qui avaient eu affaire à ceux-ci. Quant à vous-même si je vous ai écrit pendant dix ans ce n’était que parce que vous étiez aussi bien que le sujet supposé savoir que le sujet supposé aider ! Mais mon intime conviction maintenant c’est qu’en réalité vous ressemblez beaucoup au Pr M. L. en matière de mensonges et d’hypocrisie ! En ce sens tous les deux, d’une part ne correspondez pas à la définition du bon médecin tel que défini par l’Ordre des médecins sur son site à savoir dévoué et loyal, d’autre part méritez bel et bien

275


d’être radiés à vie de l’exercice de la médecine par celui-ci. Toutefois au sujet de celui-ci je ne me fais guère d’illusions non plus. Recevez, Madame, mon souvenir le meilleur. Œdipe LA PLUME

276


Œdipe LA PLUME SERVICE JURIDIQUE DE L’HUMANITÉ QUEL RECOURS A-T-ON CONTRE L’ORDRE DES MÉDECINS S’IL REFUSE DE FAIRE SON TRAVAIL ? (MESSAGE SANS RÉPONSE) Celui-ci ne répond jamais à mes plaintes aussi bien pour violations du secret médical que pour abus psychiatriques même adressées par Lettre recommandée avec accusé de réception, fax ou Internet ! Cela sans doute par solidarité vis-à-vis de ses confrères et d’autant plus qu’elles concernent de grands professeurs en psychiatrie. Sur son site l’Ordre des médecins rappelle entre autres à ses confrères justement ceci : “Les médecins se doivent solidarité face à l’adversité.” C’est pour cette raison sans doute que celui-ci ne donne jamais la suite qu’il convient à mes plaintes quelles qu’elles soient, même si celles-ci sont parfaitement fondées ! Quel est mon recours pour obliger celui-ci à faire son travail même s’il n’y tient vraiment pas ? Œdipe LA PLUME

277


Œdipe LA PLUME Madame le Docteur Désirée JUPON PORTER PLAINTE À L’ORDRE DES MÉDECINS ?* Madame, Je suis toujours contre toute punition pénale contre qui que ce soit car je considère, d’une part que ça ne sert à rien vu que 65 % des délinquants et des criminels sont toujours récidivistes actuellement en France, d’autre part qu’il y a toujours quelque chose d’inhumain dans toute punition dans la mesure où les délinquants et les criminels ne sont ni responsables ni libres entièrement de leur personnage. La justice ne sert pas à faire justice mais uniquement à régler ses comptes et/ou à se venger bel et bien ! Celle-ci n’a jamais existé et n’existera jamais et restera toujours injuste en quelque chose quel que soit son jugement. Et même l’expert neuropsychiatre qui m’avait expertisé à ma demande en 1973 et avait conclu pour moi “il ne présente pas actuellement les symptômes pour lesquels il a suivi autrefois un traitement psychologique”, n’avait-il pas écrit au sujet des jeunes justiciables un livre qui s’intitulait alors “Ils ne sont pas nés délinquants” ? Il est possible que la loi et les jugements des tribunaux soient peut être dissuasifs sur des gens qui malgré tout ont peut être peur des punitions quelles qu’elles soient ! Je n’en sais rien ! L’Ordre des médecins de par ses décisions disciplinaires à l’encontre de ses confrères coupables de crimes et de délits en matière de soins gratuits, viols, certificats faits sans avoir vu le malade, etc. serait d’après la télévision toujours très laxiste avec ceux-ci alors qu’il serait très méchant pour les victimes de ceux-ci. Mon expérience de celui-ci au travers de toutes mes plaintes aussi bien pour violation du secret médical que pour un certificat médical me diagnostiquant “désordonné, dangereux, délirant”, etc. sans ne m’avoir jamais vu ni jamais examiné confirme effectivement les avis de la télévision sur le laxisme de celui-ci. 278


Quand je lui écris même par lettre recommandée avec accusé de réception, fax, internet, pour lui signaler des faits répréhensibles selon le Code déontologie il ne me répond en général jamais à ce sujet. En tous les cas jusqu’ici il n’a (presque) jamais donné la suite qu’il convient à l’encontre de ses confrères coupables. N’encourage-t-il pas alors ses mauvais confrères à commettre toujours plus de crimes et de délits et en même temps ne discréditent-ils pas ses bons confrères qui eux montrent au contraire l’exemple à suivre ? Quoi qu’il en soit n’êtes-vous pas au courant par les médias de l’affaire Valérie Dubois ? À toutes fins utiles et pour votre gouverne je me permets de vous la rappeler en P.-S. au présent message grâce à un lien. Que la punition soit utile ou pas qu’elle soit dissuasive ou pas il n’y a aucun intérêt pour moi à porter plainte par-devant l’Ordre des médecins pour les faits que je reproche à votre confrère, le Pr Michael Le Grand* (lequel vous adresse sans cesse de nouveaux patients à soigner) qu’à vous-même car tous les deux de toute façon savez très bien que vous serez parfaitement blanchis automatiquement par celui-ci. Sachant cela votre confrère ne me fera jamais un certificat par lequel il reconnaît qu’il a fait à mon encontre un certificat de complaisance comportant un diagnostic délibérément mensonger sans ne m’avoir jamais vu ni jamais examiné et vousmême qui êtes le seul témoin véritable de cette affaire ne témoignerez jamais non plus en ma faveur. L’Ordre des médecins n’écrit-il pas d’ailleurs sur son site au sujet des plaintes de victimes d’abus à l’encontre de ses confrères : “les médecins se doivent solidarité face à l’adversité” ? Je ne serai ainsi jamais reconnu dans ce que j’ai eu à subir en tant que victime d’abus psychiatriques. Mon but n’est pas de punir ou pas mais de crever un abcès que tous les deux avez fait naître dans mon cerveau sur le plan humain suite au fait qu’en ne répondant jamais à mes demandes 279


d’explications vous ne vous comportez pas alors en bon médecin dévoué et loyal ce qui dans une certaine mesure me fait souffrir. Pour l’instant tous les deux vous avez réussi à échapper aussi bien à la justice pénale de l’État qu’à la justice disciplinaire de l’Ordre des médecins mais ne serez-vous pas rattrapés un jour par la justice de la vie ? Recevez, Madame, mon souvenir le meilleur. Le 3 novembre 2015, Œdipe LA PLUME Copie du présent courriel pour l’Ordre des Médecins et reproduction sur mon forum où quiconque est incriminé sur celuici a alors un droit de réponse conformément à ce que prévoit la loi à ce sujet. P.-S. : pour lire l’affaire Valérie Dubois (laquelle ressemble à la mienne à l’encontre du Professeur Michael Le Grand* et de vous-même en quelque chose) telle qu’elle est rapportée sur le site du CRPA, cliquez sur le lien suivant : http://goo.gl/xwOA8i ou http://psychiatrie.crpa.asso. fr/509. *pseudonyme

280


LES SCHIZOS ONT-ILS UNE LIBIDO ?* Je considère que les schizophrènes (hommes ou femmes) de plus de 18 ans ont réellement une sexualité et des sentiments d’adultes et certainement pas une sexualité et des sentiments d’enfants de cœur. Et cela même si ça ne se voit pas beaucoup par leur entourage dont même les parents ! Avant la crise un gros blocage psychologique les empêche alors presque toujours de communiquer sexuellement et sentimentalement avec le sexe opposé, et après la crise les neuroleptiques ou les antipsychotiques gomment, eux, tout ce qui fait le bonheur et en particulier la vie amoureuse. Dans ces conditions comment les schizophrènes (hommes ou femmes) de plus de 18 ans peuvent-ils faire pour construire un projet de vie avec une compagne ou un compagnon ? Un sur deux ne fait-il pas au moins une tentative de suicide dans sa vie et un six n’en meurt-il pas ? Je serais heureux que quelques visiteurs de ce blog me communiquent leur avis à ce sujet ! D’avance, je les en remercie. Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

281


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « VIE AFFECTIVE ET SEXUELLE CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES ATTENTION !!! » C’est aux handicapé(e)s de décider s’ils doivent continuer à trouver du plaisir voire de l’amour avec leur(s) assistant(e)s sexuel(le)s et non pas au PCF à leur place. Les handicapé(e)s sont des adultes qui ont eu une sexualité d’adultes et certainement pas d’enfants de cœur ! Je ne vois pourquoi on devrait les mettre sous tutelle de qui que ce soit pour savoir ce qu’ils doivent faire ou pas de leur sexualité voire de leurs sentiments. C’est à eux-mêmes après expérience(s) positive(s) ou négative(s) de décider eux-mêmes s’ils doivent continuer à trouver du plaisir voire de l’amour avec leur(s) assistant(e)s sexuel(le)s. Cette idée que la sexualité et les sentiments entre handicapé(e)s et assistant(e)s sexuel(le)s est forcément quelque chose de nuisible pour ceux-ci (celles-ci) ne vient-elle pas encore une fois du fameux parti guide en déclin historique irrémédiable voire fatal autrement dit encore une fois du PCF ? N’a-t-il pas besoin de se refaire une virginité ? Pour ma part au début de l’âge adulte j’ai eu affaire aux jeunes prostituées sexy et si je ne les avais pas connues jamais je n’aurais pu rencontrer enfin l’amour et la femme de ma vie ni non plus guérir enfin complètement et définitivement de ma schizophrénie paranoïde ! Mais pourquoi ? Voir à ce sujet mon livre “Schizo guéri” ! Œdipe LA PLUME

282


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LA VIE PRIVÉE VOIRE LA SEXUALITÉ N’ONT PAS ÊTRE SOUS LA TUTELLE DE L’ÉTAT VOIRE DU PARTI GUIDE (PS/PCF/LO, ETC.) Des partis politiques s’ingèrent jusque dans la vie privée de leur militant(e)s pour imposer à leurs adhérent(e)s ce que doivent être notamment leur sexualité et leurs sentiments pour que ceux-ci soient des militant(e)s irréprochables et cela même parfois sous peine d’exclusion de celui-ci. Je considère qu’entre adultes consentants comme le dirait à mon avis à juste titre Élisabeth Badinter (éminente philosophe) : “L’État n’a pas à légiférer sur l’activité sexuelle des individus.” Mon expérience des dirigeant(e)s des partis de gauche voire d’extrême gauche c’est qu’ils ont tous beaucoup de connaissances mais ne comprennent jamais rien à la vie des petites gens qu’ils sont pourtant censés représenter ou défendre. Et surtout ils n’ont rien compris au problème du bonheur ! Celui-ci ce serait l’amour monogamique dans la fidélité réciproque jusqu’à la fin de nos vieux jours ! Mais estce possible pour tout le monde ? Alors pourquoi pour tous ceux ou toutes celles qui ne peuvent pas rencontrer ou aboutir à cet amour idéal parce qu’ils (elles) sont bloqué(e)s psychologiquement et/ou socialement en venir même jusqu’à de par la loi à la pénalisation du pénis ? Cette loi fait-elle que tous ceux et toutes celles qui ne peuvent pas rencontrer l’amour idéal selon les normes de l’État le rencontrent ou y aboutissent malgré tout enfin ? Qu’a changé cette loi ? le pire du point de vue du bonheur aussi bien pour les malades, les handicapé(e)s, les solitaires, les schizos, les timides, les bloqué(e)s, les “pauvres types”, etc. que pour bien des femmes qui ne mangent plus à leur faim ! Le domaine de la vie sexuelle et sentimentale privée entre adultes consentants devrait être un lieu strictement interdit d’accès à tous les dirigeants de partis politiques et cela justement de par la loi elle-même et c’est ce qu’ils feraient bien tous de voter dans l’avenir ! L’histoire n’a-t-elle pas déjà démontré de la folie, de la pourriture, des troubles mentaux, etc. de ceux-ci lorsqu’ils ont à légiférer et au moins dans ce domaine de la vie sexuelle et

283


sentimentale privée chacun(e) ne devrait-il pas être protégé y compris des atteintes éventuelles de l’État ? Œdipe LA PLUME

284


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LA PSYCHANALYSE PEUT-ELLE ÊTRE UTILE AUX SCHIZOPHRÈNES ? C’est cette méthode thérapeutique : « laisser venir librement ses pensées et faire des associations d’idées » que j’ai eu justement l’idée d’appliquer à moi-même par écrit à condition qu’ils l’acceptent avec mes psys en plus de mes conversations thérapeutiques que j’avais déjà avec eux (1962-2012). Cela aussi bien suite à la lecture du livre de Pierre Daco « Les prodigieuses victoires de la psychologie moderne » édité dans les années 19601970 à 800 000 exemplaires aux éditions Marabout que suite aux conseils du Dr Driss Watson (futur professeur en psychiatrie et futur président de l’Association Psychanalytique Internationale lors de mes séances de psychodrame avec lui de 1962 à 1963). Sans la liquidation de mon transfert épistolaire (de type psychanalytique) qui s’était créé ainsi à l’occasion de mes soins avec mon ancienne psychiatre psychanalyste et à l’occasion de ses services avec mon ancienne assistante sociale jamais je n’aurais pu liquider complètement et définitivement ma schizophrénie paranoïde… Mais à propos de psychanalyse savez-vous pourquoi celle-ci est prétendue contre-indiquée pour la plupart des schizophrènes actuellement ? Ce n’est pas du tout pour des raisons thérapeutiques bien au contraire, mais en réalité uniquement pour des raisons strictement financières ! car comme le disent la plupart des psychanalystes eux-mêmes : “Il faut que l’analysant travaille pour payer son analyste !” Or actuellement 15 % seulement des schizophrènes travaillent et en général que grâce à des emplois réservés à peine payés au SMIC ! Le père de la psychanalyse, Freud, aurait dit à Jung, sur le bateau qui les emmenait aux États-Unis : “Ils ne savent pas que je leur apporte la peste !” Celle-ci en est bien une toujours actuellement et surtout pour bien des parents de schizophrènes lesquels malgré tout ont réussi grâce à bien des mensonges sur les résultats de recherches génétiques mais qui les arrangeaient hypocritement à la discréditer pratiquement complètement ! Toutefois sans les prestations sexuelles des jeunes prostituées sexy de 1965 à 1972 – comme déjà expliqué par ailleurs – ni sans l'amour véritable de Chantal de 1973 jusqu'à toujours actuellement en 2015 – comme déjà expliqué aussi par ailleurs – jamais je n'aurais pu guérir non plus 285


complètement et définitivement de ma schizophrénie… La guérison comme le bonheur, à mon avis, c'est un ensemble… Le 8 novembre 2015, Œdipe LA PLUME

286


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LA MAIN AUX FESSES : POURQUOI FAIRE ? D’après la télévision c’est aujourd’hui le jour de la lutte contre ce genre de harcèlement ! Je me demande, bien que je sois un homme, pourquoi nombre de ceux-ci font-ils ça ? Car à quoi cela peut-il effectivement aboutir surtout sexuellement pour eux ? Une psychologue à la télévision il y a quelque temps n’avaitelle pas dit à ce sujet : "Le but est de détruire les femmes !" ? C’est possible mais comment soigner voire guérir cela ? par la punition ? C’est comme la dirigeante du Planning Familial – une gynécologue obstétricienne – qui m’avait, elle, un jour, soulevé la question suivante : "Les violeurs sont-ils tous des malades ?" et d’y répondre alors elle-même de la façon suivante : "Le problème c’est que ça fait beaucoup de malades !" Si tel est effectivement le cas je me demande : qu’est-ce qu’être malade, quels sont les soins, et qu’est-ce que la guérison dans ce domaine ? Ce que j’imagine c’est que "les hommes qui font ça aux femmes" le font parce qu’ils ont un problème psychologique par rapport à leur propre sexualité et par rapport à la sexualité de celles-ci et qu'ils n’arrivent pas, au moins tant qu’ils ne sont pas rééduqués, soignés, voire guéris, à solutionner autrement celuici. Ce qui est certain pour les sexologues de la télévision comme pour mes propres psys c’est que les pulsions sexuelles des hommes ce n’est pas du tout la même chose que les pulsions sexuelles des femmes (il n’y a que le journal l’Humanité, les féministes et Zéromacho pour soutenir tout le contraire de cela). Ce qui expliquerait que les viols sont le fait des hommes à 95 % et seulement le fait des femmes à 5 % ! Je ne crois pas que les attentats à la pudeur et les viols résultent de l’oppression sociale telle que Marx l’a expliquée, mais qu’il y a de très nombreux hommes dont la petite enfance (complexe d’Œdipe notamment) s’est très mal passée et qu’il en 287


résulte ensuite pour ceux-ci des problèmes sexuels à l’âge adulte qu’ils ne solutionnent pas ou mal. Mais dans ce domaine même sous le communisme (si on y arrive), il m’étonnerait que l’éducation soit enfin parfaite si bien qu'à l'âge adulte il y aura toujours encore des pervers. Quoi qu’il en soit la main aux fesses ça indispose les femmes ! Rien que pour cela quelles que soient les excitations que l’on ressent à leur sujet mieux vaut faire un effort pour toujours se contrôler ! Œdipe LA PLUME

288


COMMENTAIRES DÊPOSÉS SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « LA MAIN AUX FESSES : POURQUOI FAIRE ? » Le problème c’est que le corps féminin, la silhouette des femmes (même en burqa) excitera toujours en quelque chose les hommes et qu’il y en aura ainsi toujours qui alors les attoucheront et/ou les violeront. Pour les féministes cela résulte de la domination historique des hommes sur les femmes mais pour les infirmières en psychiatrie (voire leur article "perversion et structure perverse" sur leur site à l’adresse http://psychiatriinfirmiere.free.fr cela résulte d’une perversion acquise lors de la petite enfance. Que faut-il faire pour protéger les femmes des agressions sexuelles masculines ? Je n’en sais rien ! Il m’étonnerait que la prison soit un soin qui change la culture des hommes (dans l’hypothèse féministe) ou la nature de ceux-ci (dans l’hypothèse psychiatrique). À mon avis du fait surtout qu’il n’y aura jamais ni éducation parfaite ni société parfaite (n’en déplaise aussi bien aux féministes qu’aux communistes) il y aura toujours des névrosés, des psychotiques, des pervers, etc. quel que soit alors le monde futur. Est-ce qu’une société communiste (si on y arrive) solutionnera mieux alors que la société capitaliste (actuelle) les problèmes sexuels ? Je ne crois pas que la disparition de l’oppression sociale fasse disparaître ceux-ci ! Marx était optimiste et Freud, lui, pessimiste quant à l’avenir de l’Humanité ! Lequel des deux a raison ? Œdipe LA PLUME Je pensais que dans les pays occidentaux c’était la libération des charmes féminins (minijupe, corsage bâillant, monokini, string, etc.) qui était la cause principale de l’augmentation des viols depuis justement les environs du début de la libération de la femme vers 1968. Vous me dîtes au contraire (me semble-t-il comprendre) que plus il y a d’interdits sexuels, comme dans les pays islamiques, plus justement les viols sont nombreux. Je veux

289


bien vous croire ! Peut-être ou sans doute m’étais-je trompé en quelque chose autrefois dans mes raisonnements sur ce sujet. Œdipe LA PLUME

290


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR PCF : BON VENT À VOTRE DÉCLIN HISTORIQUE ! Œdipe LA PLUME Clémentine AUTAIN Marie George BUFFET Mesdames, Clémentine a déclaré au Nouvel Obs : « Le viol résulte d’une domination historique des hommes sur les femmes ! » MarieGeorge elle a déclaré à la télévision : « Les clients de prostituées sont des criminels ! » Le viol : je suis toujours marié dans la fidélité réciproque depuis 1973 à une femme qui ne peut pas aboutir sexuellement car comme le dirait son généraliste que j’ai consulté un mois environ après notre mariage : “Votre femme est plus malade que vous ! Ou bien ça s’arrange dans les six mois ou bien dans cinq ans, dans dix ans, ce sera toujours pareil ! Vous pouvez soit annuler votre mariage dans un délai de trois mois soit continuer à vivre ainsi mais alors c’est souffrir !”, etc. Si c’était vrai comme le raconte Clémentine que le viol résulte d’une domination historique des hommes sur les femmes, je me permets alors de lui demander ceci : « Comment se fait-il que violer ne m’est jamais venu et même pas violer ma propre femme ? » Prostitution : je n’ai jamais sollicité aucune femme en lui faisant miroiter de l’argent pour aboutir avec elle sexuellement. Ce sont bien au contraire les femmes à la sortie de mon travail qui elles-mêmes m’aguichaient et me racolaient pour que je puisse aboutir sexuellement avec elles moyennant finance de ma part. Deux phrases célèbres me viennent à ce sujet : “La violence de la femme est dans ses charmes !” (Jean-Jacques Rousseau) et “L’argent c’est de l’amour !” (Sigmund Freud). Ces jeunes prostituées sexy que j’ai connues de 1965 à 1972 étaient indiscutablement consentantes puisque c’est elles-mêmes qui me 291


proposaient des rapports sexuels et non pas du tout l’inverse ! Il ne faut pas renverser les rôles Marie George ! Que ce soit en matière de viol ou de prostitution c’est la femme qui provoque la tentation et quant à l’homme lui il ne fait que succomber alors à celle-ci ! Dans cette histoire la femme est toujours disculpée car elle censée soi-disant ne pas pouvoir contrôler l’effet qu’elle fait alors sur l’homme, et quant à celuici il est toujours coupable car il est censé soi-disant toujours pouvoir se contrôler alors sexuellement vis-à-vis de celle-ci. Mais pourquoi quand vous parlez des hommes ne faites-vous jamais de différence entre eux, car croyez-vous vraiment comme vous le laissez entendre toutes les deux que ceux-ci ne sont toujours tous que des violeurs et des criminels ? Je considère que dans vos propos sur le viol et la prostitution dans les médias vous m’agressez ainsi à titre personnel car vous mélangez tous les hommes et les mettez tous dans le même sac. Avis de ma psy à propos du féminisme : “Les femmes qui sont bien dans leur tête acceptent leur castration. Les féministes, elles, veulent ce qu’elles n’auront jamais : à savoir le pénis des hommes !” C’est Freud qui le premier a évoqué ce trouble mental féminin dans les névroses de ses patientes de la bourgeoisie de Vienne. Il a appelé cela “l’envie du pénis” qui était le corollaire féminin de “l’angoisse de castration” masculine au moment du complexe d’Œdipe entre trois et cinq ans chez tous les petits enfants. Bon vent à votre déclin historique car depuis 2014 je m’abstiens à toutes les élections ! Recevez, Mesdames, mon souvenir le meilleur. Œdipe LA PLUME Ancien secrétaire de la cellule PCF du CRÉDIT EXPERT DE PARIS 292


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : DÉSIR LIBIDINAL ET RESPECT MAINTENU Pour tous les hommes y compris les violeurs et les clients de prostituées les femmes sont toutes toujours le symbole de l’amour et des soins ! Ceux qui violent ce sont en réalité des malades qui ont acquis leur perversion au cours de leur petite enfance (voir à ce sujet le site http://psychiatriinfirmiere.free.fr à l’article “perversion et structure perverse”), ils sont très perturbés sexuellement et pour eux la moindre excitation sexuelle leur fait alors péter les plombs, disjoncter, déraper… Ceux qui paient des femmes pour aboutir sexuellement ce sont aussi des malades incapables de communiquer ou même d’avoir des rapports sexuels avec d’autres femmes que des prostituées… Quant à celles-ci vous leur faites dire toujours des choses qui ne sont que les vôtres personnelles au sujet de la prostitution et non pas du tout les leurs en réalité sur la prostitution et je suis en mesure de vous le démontrer si vous me le demandez. Vous avez un gros problème par rapport au corps féminin et à la toilette des femmes et ça vous fait raisonner et écrire beaucoup sur le sujet… Mais comme le dirait ma propre psychiatre psychothérapeute : “Écrire est très thérapeutique !” Je vous souhaite un jour ou l’autre d’être enfin tiré d’affaire de ces obsessions qui vous harcèlent ! Œdipe LA PLUME

293


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « L’UNAFAM, LES PATIENTS ET LEURS PSYCHIATRES » L’ÉMANCIPATION DES PSYCHIATRISÉS DOIT ÊTRE L’ŒUVRE DES PSYCHIATRISÉS EUX-MÊMES ! Leurs associations doivent se passer de la tutelle des psys pour défendre leurs propres intérêts quels qu’ils soient et surtout s’ils sont victimes d’abus de toutes sortes de la part de ceux-ci ! J’ai eu depuis 1989 jusqu’à 2014 affaire à toutes les associations soit de psychiatrisés en lutte soit d’usagers en psychiatrie et aussi au Collectif des 39 lequel est le pire de tout en psychiatrie et cela pas seulement qu’à mon avis personnel. Je n’ai plus confiance dans les associations suivantes : UNAFAM, FNAPSY, ADVOCACY, HUMAPSY et donc même aussi dans le COLLECTIF DES 39 qui d’ailleurs est un collectif de psys et non pas de psychiatrisés. J’ai toujours confiance par contre aussi bien dans le GIA que dans le CRPA. Si vous êtes un jour ou l’autre victime d’abus (cela peut arriver à tout le monde même aux psys eux-mêmes) surtout ne faites même pas confiance à votre propre psy même si vous n’êtes pas victime de celui-ci mais en réalité de l’un de ses confrères ! Il ne vous défendra pas et même vous trahira ! Et d’ailleurs l’Ordre des médecins n’écrit-il pas lui-même sur son site : “Les médecins se doivent solidarité face à l’adversité !” Je rappelle encore une fois ce que j’ai déjà raconté par ailleurs autrefois sur le forum du Club de Mediapart et qui s’était réellement passé dans l’histoire de de “L’homme à la rose” (André Bitton ancien président du GIA et actuel président du CRPA connaît mieux que moi cette affaire et pourrait vous l’évoquer éventuellement) : “l’Ordre des médecins a condamné à six mois de suspension d’exercice de la médecine le médecin traitant qui avait transmis le dossier médical de la victime d’abus psychiatrique au médecin militant du GIA pour non confraternité parce qu’il savait 294


alors que celui-ci allait servir à un procès contre l’un de ses confrères”. Mais pourquoi par expérience je ne fais pas ou plus confiance du tout aux psys du Collectif des 39 ? C’est parce qu’à chaque fois que je leur rappelle qu’ils censurent systématiquement les psychiatrisés en lutte et les victimes d’abus sur son forum il reste coi dans sa réponse et persiste et signe pour continuer ce genre d’abus psy sur son propre forum. Je suis en mesure bien sûr de prouver matériellement ce que viens de vous raconter à ce sujet. Par-devant il se déclare contre les abus politiques dont sont victimes les psychiatrisés, mais par-derrière il n’évoque jamais les abus soit d’eux-mêmes sur leur propre forum ou soit ceux de ses confrères à l’hôpital. Depuis qu’existe le Collectif des 39 une affaire seulement présentée par André Bitton n’a pas elle été censurée sans doute parce que cela aurait fait un très grand scandale du fait de la notoriété de celui-ci (il s’agissait d’un internement abusif pour des raisons avant tout racistes à l’hôpital de…). Quoi qu’il en soit je vous rappelle l’avis du Collectif des 39 sur la judiciarisation des hospitalisations sous contrainte car à ma connaissance sur son site il n’est toujours pas revenu sur celui-ci : cliquez sur le lien suivant (en espérant qu’il fonctionnera) : Maintien en hospitalisation au delà de 15 jours ... - Mediapart SURTOUT EN CAS D’ABUS QUEL QU’IL SOIT NE FAITES JAMAIS CONFIANCE À AUCUN PSY QUEL QU’IL SOIT ! Le 12 novembre 2015, Œdipe LA PLUME

295


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « SEXE ET HANDICAP : POURQUOI CE DÉBAT ? » Lorsque vous discutez avec une féministe en général toute discussion est impossible car cela tourne vite à l’agression contre tous les hommes en général. Ces femmes ont une revendication phallique et veulent ce qu’elles n’auront jamais à savoir le pénis des hommes. Cela tient à leur complexe d’Œdipe d’après Freud (ou complexe d’Électre d’après Jung) qui s’est mal passé dans leur petite enfance et ensuite à l’âge adulte elles resteront toujours très mal dans leur tête. Ce refus de leur castration et en réalité leur désir d’être un homme, Freud avait appelé autrefois cela “l’envie du pénis”. Cela se traduit chez ces névrosées voire ces perverses par une activité militante en général bien sûr de gauche et putophobe. Et celles-ci s’en prennent même alors aux plus malheureux sur le plan sexuel : les handicapés, car faire souffrir toujours plus voire détruire complètement ceux-ci n'estil pas en réalité quelque chose de réjouissant pour celles-ci ? N'ont-elles pas toujours toutes un besoin de règlement de comptes, de vengeance, vis-à-vis de tous les hommes du fait toujours de leur haine de la sexualité de ceux-ci ? Œdipe LA PLUME

296


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.HUMANITE.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « AGRESSION DE MILITANTS COMMUNISTES PAR L'EXTRÊME-DROITE » Je ne suis pas du tout d’accord avec vous ! Le PCF tape bien sur les femmes, ne serait-ce que de par la loi qu’il a votée pénalisant le pénis et interdisant maintenant aux prostituées de manger à leur faim ! Résultat : il y a au moins toujours autant de prostitution sinon plus mais elle est devenue clandestine sans aucune hygiène et nuisible par la santé des prostituées. Du fait de cette loi de pénalisation du pénis le PCF tape aussi sur les hommes les plus malheureux de la classe ouvrière : les malades, les handicapés, les solitaires, les bloqués, les timides, les névrosés, les schizos, etc., bref tous ceux qui ne peuvent avoir des relations sexuelles qu’avec des prostituées seulement, cela parce qu’ils sont bloqués soit psychologiquement soit socialement. Le PCF affabule quand il prétend que l’argent c’est de la violence alors que pour Freud c’était au contraire de l’amour ! Pour les malades, les handicapés, les solitaires, les bloqués, les timides, les névrosés, les schizos, etc. payer une prostituée c’est comme payer un médecin, une psychologue, une infirmière, un psychiatre, etc. pour essayer d’aboutir enfin à une vie meilleure et à un bon équilibre mental ! Le PCF prive ainsi de par la loi les clients de prostituées du bonheur et de la santé que celles-ci pouvaient leur apporter autrefois ! Mais pourquoi ? Il y a une explication d’ordre psychanalytique à cela que je peux expliquer dans l’Humanité si toutefois celui-ci ou ses lecteurs me le demandaient ! Mais en quoi cette loi de pénalisation du pénis qui s’en prend par le ventre aux femmes les plus malheureuses de la classe ouvrière et par le sexe aux hommes les plus malheureux aussi de la classe ouvrière a-t-elle fait reculer le proxénétisme en quelque chose ? Au contraire plus celles-ci ont faim (par exemple du fait du chômage) plus ne pensent-elles pas justement avoir alors recours à la prostitution et pire au proxénétisme ? Celle loi votée par le PCF est complètement débile et est bien la preuve que celui-ci ne comprend rien du tout aux problèmes des petites gens et surtout qu’il n’est pas dans la réalité ! La bour297


geoisie communiste ça existe et surtout chez les dirigeants PCF voire même d’extrême gauche ! Œdipe LA PLUME […] P.-S. : Contrairement à ce que vous pensez les commentaires sur le forum de l'Humanité ne sont pas libres du tout et pour ma part j'y suis en général systématiquement censuré par son webmaster ce dont je me suis déjà plaint plusieurs fois avec de nombreux exemples à l'appui auprès aussi bien du directeur du journal l'Humanité que du secrétaire national du PCF lesquels bien sûr n'ont guère daigné me répondre. Vous pouvez retrouver quelques-uns des commentaires que m'a censurés l'Humanité dans mon livre "Schizo guéri" (auteur : Œdipe La Plume) à paraître au plus tard fin 2017 et dont un brouillon provisoire existe déjà sur Internet sur plusieurs sites ! Un forum est un lieu de libre discussion c'està-dire que toute censure y est interdite sauf celle obligatoire prévue par la loi par exemple en matière de racisme, pédopornographie, atteintes à la vie privée, grossièretés, menaces, etc. (avis d'un juriste en ligne auprès duquel je m'étais renseigné sur Internet). Mes propos sur le forum de l'Humanité ont été toujours parfaitement licites au regard de la loi française sur les publications sur Internet. En général ceux qui réclament la censure ce n'est que parce qu'en réalité ils n'ont aucun argument valable à opposer à leur contradicteur. C'est ça la liberté d'expression pour vous ? Moi j'appelle ça du stalinisme voire du fascisme ! Topaze* (ancien militant PCF de 1965 à 2004, sympathisant de Lutte Ouvrière de 2005 à 2013, ancien secrétaire de cellule PCF au Crédit Expert de Paris* vers 1990-1997). Œdipe LA PLUME *pseudonyme

298


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.HUMANITE.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « PROSTITUTION : LES CLIENTS TOTALEMENT DÉDOUANÉS » Actuellement il existe sur Internet des sites de plans-cul gratuits pour lesquels les conditions générales d’utilisation prévoient que toute transaction en argent entre les intéressé(e)s est interdite et que seule une cotisation (en général de seulement 1 € par jour) est en réalité à payer à l’hébergeur de ceux-ci ! La télévision, elle, a fait un reportage sur le sujet avec des interviews aussi bien de jeunes gens que de jeunes filles lesquel(le)s déclaraient avoir ainsi jusqu’à cinq à six partenaires sexuel(le)s différent(e)s par semaine ! Comptez-vous interdire cette nouvelle forme de prostitution vu le nombre de partenaires sexuels différents impliqués par celle-ci et même si elle est bénévole ? car n’est-elle pas non conforme alors en quelque chose à votre morale sexuelle officielle PCF ? Œdipe LA PLUME

299


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR PROSTITUTION : LA VIOLENCE DES MENSONGES DU PCF* J’aimerais que celui-ci me cite des exemples de violences sexuelles dont il dit avoir connaissance en matière de prostitution. À ce sujet le PCF n’a d’ailleurs qu’un seul argument actuellement à la bouche à savoir : “L’ARGENT” ! Mais comme on le sait aussi bien la gauche que l’extrême gauche refusent de discuter avec les prostituées elles-mêmes lesquelles (presque) toutes racontent tout le contraire dans les médias (à visage caché ou découvert) à savoir que ce sont bien elles qui font chanter les clients avec leurs charmes et certainement pas ceux-ci qui les font chanter même avec tout leur argent dont ils pourraient disposer ! D’ailleurs les clients de prostituées sont-ils tous si riches que cela ? ce ne sont à mon avis essentiellement que des malades, des handicapés, des schizos, des névrosés, des timides, des bloqués, des solitaires, etc. bref des gens qui ne sont pas du tout censés justement posséder une grande fortune pour faire chanter des femmes quelles qu’elles soient ! J’aimerais aussi que le PCF me dise en quoi il discute réellement avec les prostituées avant de prendre ses décisions pour soi-disant accompagner celles-ci ! Car celles-ci si on les écoute effectivement que ce soit à la télévision, sur leur site syndical, voire sur leurs sites privés, etc. ne réclament pour la plupart jamais en réalité la disparition de leur charmante profession ! Au contraire ne disent-elles pas (presque) toutes à ce sujet : “LA PROSTITUTION EST BIEN NÉCESSAIRE !” Où donc le PCF va-t-il chercher tout ce qu’il raconte comme mensonges délibérés aussi bien au sujet de celles-ci que de leurs clients ? Freud n’avait-il pas eu justement affaire autrefois à ce genre de mêmes menteuses que le PCF actuellement dans sa clientèle et celles-ci ne racontaient-elles pas qu’elles avaient été victimes de toutes sortes de violences sexuelles dans leur petite enfance de la part de leur propre père ? au début il y a cru lui-même aussi ! mais ensuite il a changé d’avis ne pouvant pas croire qu’il y ait tant de pères aussi violents sexuellement à l’égard de leurs petites filles ! Finalement on sait (sauf le PCF) qu’il a conclu que ses clientes avaient une revendication phallique qu’il a d’ailleurs appelée “l’envie du pénis” et qui était caractéristique des névroses féminines dont par exemple l’hysté300


rie (besoin de faire attirer l’attention sur soi). Je ne suis pas expert près les tribunaux mais ce que raconte le PCF sur les prostituées et leurs clients n’est-il pas justement du domaine à son tour de la revendication phallique voire de la névrose hystérique pour lui aussi ? En tous les cas tous ses mensonges délibérés ne corroborent en rien du tout mon expérience des jeunes prostituées sexy de 1965 à 1972 ni même ce que m’ont expliqué mes psys en plus de cinquante ans de psychiatrie que j’ai derrière moi avec eux. Plus aucun psy n’écrit quoi que ce soit d’ailleurs actuellement dans l’Humanité et pour cause car ne doit-il pas justement tous les faire fuir par ses outrances ? Le 25 novembre 2015, Œdipe LA PLUME *L’idée de ce billet et de son titre me sont venus à la suite de ma lecture de l’article de l’Humanité du jeudi 15 octobre 2015 intitulé « “Prostitution : les clients totalement dédouanés !” Communiqué de presse de Laurence Cohen et Brigitte GonthierMaurin, Sénatrices et membres de la commission spéciale ''prostitution'', à la suite de la deuxième lecture au Sénat de la PPL Prostitution. » Celles-ci possèdent bien sûr un droit de réponse que ce soit sur ce forum de Mediapart ou sur celui-ci de l’Humanité.

301


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR SCHIZOPHRÉNIE : RÉPONSE À ALLODOCTEURS Voici ce qu’écrit « Allodocteurs » dans son article intitulé : « Peut-on guérir de la schizophrénie ? » « On déclenche une schizophrénie. La schizophrénie est une maladie au même titre qu'un diabète, une maladie chronique au long cours. Cette maladie nécessite pour la plupart des patients un traitement au long cours. On peut ensuite rentrer en rémission, donc on ne parle pas de guérison. On parle de guérison quand on n'a plus besoin de traitement. La maladie est stabilisée. Généralement, il y a un premier épisode psychotique. Et la définition de schizophrénie, c'est quand le trouble dure plus de six mois. Il s'agit de la définition de la chronicité en psychiatrie. On sait que si le trouble dure plus de six mois, il y a de très grande chance qu'à l'arrêt du traitement, la personne rechute. Généralement on ne recommande pas d'arrêter le traitement si le diagnostic de schizophrénie est posé. Au contraire, on encourage les patients à bien prendre le traitement et ensuite à trouver la plus petite dose avec le moins d'effets secondaires possibles. Dans ce cas, les personnes peuvent vivre une vie tout à fait normale, travailler, avoir des amis, et vivre une vie épanouie. » Voici ma réponse à l’avis ci-dessus (je ne dépose pas celleci sur le site d’Allodocteurs car autrefois son webmaster [un étudiant en psychiatrie me semble-t-il] à la demande aussi bien d’usagers de son forum que de médecins même psychiatres me censurait systématiquement presque tous mes messages) : Non la schizophrénie n’est pas du tout pour moi une maladie au même titre que le diabète ! d’une part quant à ses causes à savoir : des problèmes psychologiques à l’âge adulte en rapport avec des problèmes psychologiques lors de la toute petite enfance (voir Freud, Lacan, Mélanie Klein, etc. à ce sujet), d’autre part quant à son évolution car contrairement aussi à ce que vous racontez la schizophrénie n’est pas chronique systématiquement pour bien des malades ! Actuellement un malade sur deux (d’après des statistiques fiables sur Internet) se baladent dans la nature sans aucun traitement du tout : et pourtant ils ne volent 302


pas, ne violent, pas, ne tuent pas, ne se suicident pas ! Je ne connais qu’un seul antipsychotique qui actuellement n’a aucun effet secondaire à toute petite dose (celui que l’on donne aux étudiants en médecine pour les stimuler lors de leur période de concours) c’est l’aripiprazole. Tous les autres antipsychotiques même eux aussi à toute petite dose ont de gros inconvénients tels que par exemple : rispéridone : impuissance, frigidité, anxiété, angoisses, etc., olanzapine : somnolence, effet dépresseur sur le moral, etc. Mais pourquoi des schizophrènes se déclarentils guéris, alors que la médecine, elle prétend que c’est impossible qu’il en soit effectivement ainsi ? Les médicaments et la simple compassion du psychiatre à eux seuls ne peuvent pas faire évoluer le malade de telle sorte pour qu’un jour ou l’autre la structure mentale psychotique de celui-ci disparaisse effectivement enfin ! Qu’est-ce qui peut alors malgré tout faire évoluer celui-ci vers une guérison complète et définitive ? essentiellement à mon avis la sexualité et l’amour véritable d’un compagnon ou d’une compagne ! Nombreux sont les schizophrènes qui témoignent de cette vérité à ce sujet ! Mais bien d’autres schizophrènes eux, par contre, restent tous des chroniques toute leur vie sans ne jamais arrêter d’ingurgiter des doses faramineuses de médicaments psychotropes jusqu’à même leur mort. Toutefois d’autres eux ne prennent plus comme vous le dites que seulement une toute petite dose de ceux-ci ce qui vous fait écrire en conclusion de votre avis : “Dans ce cas, les personnes peuvent vivre une vie tout à fait normale, travailler, avoir des amis, et vivre une vie épanouie.” Mais ne savez-vous pas que les statistiques sont toujours actuellement les suivantes pour l’ensemble des schizophrènes : “15 % des schizophrènes seulement travaillent ; 3 % seulement sont mariés ; 1 % seulement ont des enfants ; leur sexualité c’est quoi ? la masturbation et/ou les prostituées ! un sur deux fait au moins une tentative de suicide dans sa vie et un sur six en meurt ; etc.” ? donc dans le cas que vous rapportez celui-ci ne concerne pas la grande majorité des schizophrènes qui continuent toujours malgré tout leur traitement lourd pour leur maladie qui reste ainsi chronique. Mais pourquoi bien des schizophrènes ne peuvent connaître ni la sexualité ni l’amour qui les guériraient enfin complètement et définitivement ? le savez-vous au moins ? pourquoi cette omerta sur la sexualité des schizophrènes sur votre site ? C’est que, d’une part avant leur première crise psychotique ils souffraient déjà d’un blocage psychologique ne leur permettant pas le langage sexuel 303


et sentimental vis-à-vis du sexe opposé, d’autre part après leur crise psychotique les antipsychotiques (y compris l’aripiprazole) gomment tout ce qui fait le bonheur et en particulier la vie amoureuse… Et une vie sans sexualité ni amour véritable même si dans ce cas les schizophrènes ne prennent alors que peu de médicaments psychotropes pour vous qui êtes psychiatre, vous appelez ça : « vivre une vie tout à fait normale… épanouie » ? C’est une honte ! Le 6 décembre 2015, Œdipe LA PLUME

304


ŒDIPE HILDA Médecin militant GIA (MESSAGE SANS RÉPONSE) Bonjour Hilda, Fin 2014 je n’ai pas renouvelé mon adhésion au GIA considérant que je n’y étais désirable du point de vue de certains membres du bureau que pour que je ne paie que ma cotisation à celui-ci… Et que pour le reste je n’avais que le droit de me taire même si cela avait toujours un rapport avec la psychiatrie. Le GIA reste mon association préférée en matière de défense des psychiatrisés en lutte et pour cette raison je me permets de te demander si celui-ci est toujours bien vivant voire en bonne santé ! car sur son site s’il n’y a guère d’informations du tout à ce sujet ! D’avance je te remercie pour ta réponse. Bien cordialement à toi, ŒDIPE

305


EXTRAIT DU CLUB DE MEDIAPART WWW.MEDIAPART.FR VIDÉOS GRATUITES DE DÉPUCELAGE SEXY DE JEUNES PROSTITUÉES VIERGES SUR INTERNET (ARTICLE POUR ADULTES) J’ai découvert ces vidéos qui durent entre une demi-heure et une heure et où l’on peut reluquer ou mater aussi bien l’hymen intact de la jeune vierge, sa joie d’être enfin dépucelée, le sang sur le sexe du dépuceleur, etc. non pas en tapant le mot “sexe” ni même “dépuceler” mais en réalité le mot “dépucelage” dans Internet et me suis aperçu alors que ce que l’on y voit bel et bien n’est même pas protégé pour les enfants par un disclaimer annonçant que ces sites sont réellement pour “adultes”. La question suivante me vient alors : pour ou contre les sites sexy ? et quel est par exemple l’avis des abonnés du Club de Mediapart à ce sujet surtout s’ils ont eux-mêmes des enfants ou des adolescents ? Les féministes-communistes prétendent, d'une part que toute forme de prostitution (y compris donc ces vidéos pornographiques gratuites de dépucelage sexy de jeunes prostituées vierges) ce n’est jamais la liberté et toujours que de la violence de la part des clients à cause de leur argent qui corrompt et abuse effectivement de ces jeunes femmes soi-disant immatures ou malades mentales, d'autre part qu’en plus ces mêmes vidéos sont particulièrement nuisibles pour l’équilibre mental des enfants et des adolescent(e)s ! Ces arguments autrefois étaient soutenus par des psychologues à la télévision ce qui m’avait amené – dans la mesure où je peux faire confiance à des soi-disant spécialistes sans doute plus compétents que moi-même de par leur profession qui n’est pas la mienne sur ce sujet sensible – à envisager de faire une pétition nationale pour interdire les sites pornographiques sur Internet. Mais cette idée déposée sur le forum de www.psychologies.com il y a quelques années n’a eu pour résultat en réa306


lité qu’aucun(e) psychonaute ne m’a jamais communiqué le moindre avis quel qu'il soit sur ce sujet qui concerne pourtant bien des parents voire toute la société actuelle. Mais sur ce sujet aussi bien de la prostitution que de la pornographie sur Internet les abonnés de Mediapart ne peuvent-ils pas être un peu plus loquaces que les psychonautes dewww.psychologies.com ? Cela m’aiderait à mieux saisir ce problème que je me permets de soulever ainsi. Le 11 décembre 2015, Œdipe LA PLUME

307


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR GUÉRIR DE LA SCHIZOPHRÉNIE Actuellement bien des soi-disant “spécialistes” s’accordent pour dire soit que l’on ne connaît toujours pas les causes de celle-ci soit que celles-ci sont en réalité multifactorielles et notamment : la génétique, la chimie, la famille, la société, etc. sans ne pouvoir préciser quelle en est la cause la plus importante. Mais ce qui est à la mode surtout chez les parents de schizophrènes c’est avant tout de dire que la famille n’y est pour rien du tout dans la schizophrénie de leur enfant et pour cela ceux-ci sont soutenus par bien des soi-disant “spécialistes”. Exemples extraits d’un site Internet et d’un livre récent : Extrait du site : http://mens-sana.be : “Il est bien établi à présent et on peut donc affirmer avec force que, contrairement à ce qui a été soutenu pendant près d’un siècle, la maladie n’est due ni à des mauvais traitements pendant l’enfance, ni à une mère “schizophrénogène”, trop permissive ou, au contraire, trop autoritaire, ni à l’absence du père, ou au contraire, à son autorité excessive. Des conflits psychologiques, parentaux ou autres, au sein de la famille ne sont pas non plus responsables de la maladie. Rien n’autorise donc à accuser les parents d’un comportement fautif prétendument responsable de la maladie !” Extrait du livre : “Savoir pour guérir - La schizophrénie – La réponse du psy” : “La schizophrénie est une maladie complexe qui ne se laisse pas réduire à une sorte de “défaillance éducative” et on est encore loin de pouvoir expliquer réellement comment elle se déclenche.” 308


Cela va bien sûr à l’encontre de mon expérience et de mon histoire et de ce que j’ai pu constater et/ou découvrir sur moimême bien que comme je l’ai déjà dit autrefois sur Mediapart on ne puisse pas dans le domaine des causes psychologiques faire des expériences reproductibles comme en chimie et/ou en physique. L’explication des causes de la schizophrénie pour moi qui suis toujours schizophrène où qui ne suis qu’ancien schizophrène est bel et bien celle de Jacques Lacan que vous pouvez lire vous aussi en cliquant sur le lien suivant (site de Psychiatrie infirmière) : forclusion du nom du Père - Psychiatrie Infirmière Free. Bien sûr il ne suffit certainement pas de lire celle-ci ni même de la comprendre pour guérir effectivement de la schizophrénie. Je me déclare complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie mais certains soi-disant “spécialistes” (parents ou médecins) ne peuvent-ils pas très bien me rétorquer que je me trompe, voire que je mens délibérément ? Je suis sincère et de bonne foi et ne cherche avant tout que le bien public en psychiatrie pour toutes les gens concernés par la schizophrénie et sa guérison. On ne peut pas prouver scientifiquement la guérison de cette psychose car il faudrait alors prouver que la structure mentale psychotique a alors complètement et définitivement disparu. Or les tests actuels ne permettent que de constater que les troubles n’existent plus mais ne permettent pas de constater que la maladie, elle, n’existe plus, celle-ci pouvant restée éventuellement cachée. J’admets que je ne suis peut-être pas du tout guéri bien qu’on ne puisse pas me le prouver et bien que mon vécu et mon ressenti actuel c’est justement tout le contraire à savoir que je le suis effectivement. Comment ai-je fait pour aboutir après environ 40 de maladie à ce résultat ? Je l’ai déjà expliqué autrefois sur Mediapart et vous renvoie à mon livre où j’y ai reproduit mes billets sur celuici.

309


La définition d’Allodocteurs de la guérison de toute maladie est la suivante : “C’est lorsqu’on n’a plus besoin de médicaments !” Ce qui est faux car encore une fois on peut avoir une structure psychotique sans aucun trouble apparent ni besoin de médicaments et être malgré tout malade sans le savoir ! Je préfère celle de Freud au sujet de l’hystérie qui me paraît valable pour moi comme pour d’autres au sujet de la schizophrénie : “Être guéri c’est être capable d’aimer et de travailler.” Quant à moi j’ajouterai à cela : “Être guéri c’est être heureux !” Œdipe LA PLUME

310


EXTRAIT DU CLUB DE MEDIAPART WWW.MEDIAPART.FR L’ORDRE DES MÉDECINS DISCRÉDITE LES BONS CONFRÈRES Œdipe LA PLUME Madame le Docteur Désirée JUPON (psychiatre psychanalyste) […] Je crois (car je peux toujours changer d’avis dans l’avenir) que j’ai renoncé définitivement à vous faire punir par l’Ordre des médecins au sujet de votre complicité avec le Pr M. L. dans l’affaire qui m’oppose à celui-ci. Je suis contre toute punition pour qui que ce soit même si celle-ci fait parfois peut-être un peu réfléchir. De plus s’y on croit à l’efficacité de la punition celle que déciderait éventuellement l’Ordre des médecins à votre égard ne vous aiderait pas beaucoup à faire votre propre autocritique ! Cette punition ne serait alors au maximum que d’un mois de suspension d’exercice de la médecine alors que pour un médecin, qui, comme vous dans l’affaire qui m’oppose au Pr M. L., n’avez jamais été ni bon ni loyal avec moi, ce devrait être, à mon avis, pour que cela vous fasse peut-être un peu plus et un peu mieux réfléchir, la radiation à vie de l’exercice de votre profession de médecin... Et comme tous les mauvais médecins qui ont fait un délit par rapport à leurs devoirs tels qu’ils sont définis sur le site de l’Ordre des médecins, vous ne répondez bien sûr jamais à mes courriels de demande d’explications au sujet des faits que je vous reproche (en particulier ne pas me faire le certificat médical de témoignage que je vous réclame alors que vous étiez aussi bien mon spécialiste que mon médecin traitant au moment du certificat médical de complaisance fait à mon encontre par le Pr M. L. sans qu’il ne m’ait jamais vu ni jamais examiné)... Je n’ai bien sûr pas besoin de votre certificat médical pour comprendre que je n’étais en rien du tout au moment des faits que me reproche le Pr M. L. soi-disant “désordonné, dangereux, délirant”, etc. Je n’ai en réalité besoin de celui-ci que si je veux éventuellement attaquer au pénal et/ou par-devant l’Ordre des médecins celui-ci. Et là plutôt que de faire le choix de défendre votre malade conformément à la loi et 311


au Code de déontologie à ce sujet vous faites alors le choix de soutenir par votre refus implicite de ce certificat médical de témoignage que je vous demande votre confrère véreux ! Vous n’avez pas honte ne serait-ce que vis-à-vis de vous-même voire même vis-à-vis aussi de certains de vos propres confrères ? J’ai toutefois bien compris que toujours à ce sujet l’Ordre des médecins vous approuvait… Celui-ci d’ailleurs dans (presque) toutes les affaires que je lui ai soumises jusqu’à toujours actuellement n’a (presque) jamais respecté ni la loi ni le Code de déontologie à ce qu’il m’apparaît juridiquement… Il fait toujours tout son possible pour blanchir (presque) tous ses confrères ou tout au moins toujours retarder autant que faire se peut leur jugement... Ainsi il discrédite tous les bons médecins dévoués et loyaux, lesquels en ont plus que marre de celui-ci… J’ai tenu compte aussi dans ma décision de ne pas demander à ce que vous soyez punie par l’Ordre des médecins (même si ce ne serait que pour un mois maximum, je vous le rappelle) du fait qu’autrefois vous aviez été assez bon médecin en acceptant de recevoir tous mes courriels que je vous adressais alors (2002-2012) et qu’ainsi alors j’ai pu enfin aboutir à de (presque) parfaits résultats thérapeutiques… J’espère toutefois que si vous avez bien agi ainsi c’était alors par but réel de m’aider et non pas en réalité par mensonge et par hypocrisie au sujet de mes écrits que vous receviez alors… J’ai bien sûr un doute actuellement à ce sujet quand je vois depuis maintenant longtemps que vous ne cessez de me refuser implicitement de me faire le certificat médical de témoignage que je vous réclame à l’encontre du Pr M. L. et ne cessez de me refuser aussi de répondre à toutes mes demandes d’explications à ce sujet… Un mois maximum de suspension d’exercice de la médecine pour un médecin qui n’est ni bon ni loyal conformément à ce qu’écrit à ce sujet l’Ordre des médecins sur son site… ça vous ferait quoi ? un mois de vacances en plus et un mois d’impôts en moins à payer ! Je comprends ainsi parfaitement que vous persistiez dans votre refus de me faire ce certificat médical de témoignage à l’encontre de votre confrère véreux que je vous réclame conformément à ce que prévoient aussi bien la loi que le Code de déontologie eux-mêmes ! [...] Œdipe LA PLUME 312


Copie pour le Pr Michael Le Grand (psychiatre) et l’Ordre des mÊdecins

313


PSYCHIATRES ABUSEURS : L’OMERTA DE L’ORDRE DES MÉDECINS* À chaque fois que j’ai déposé ou réitéré une plainte à l’Ordre des médecins à l’encontre du Pr Michael Le Grand (soit pour violation du secret professionnel soit pour calomnies et diffamation) celui-ci n’y a jamais donné la suite qu’il convient telle qu’il décrit celle-ci sur son site suite au dépôt de celle-ci. L’Ordre des médecins n’a jamais répondu en quoi que ce soit à tous mes courriers que je lui ai adressés (par Lettre RAR, fax, Internet) au sujet des abus dont j’ai été victime de la part du Pr Michael Le Grand dans les termes de son certificat de signalement (en réalité un certificat de complaisance) de moi-même à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris. Tout (ou presque) ce qu’il a certifié dans celui-ci est complètement faux et pour cause car lorsqu’on fait un certificat de complaisance sans avoir jamais vu ni examiné le soi-disant malade ce n’est bien sûr que pour mentir. Puisque l’Ordre des médecins a toujours refusé de juger ce confrère je me permets de révéler au grand public le contenu de l’affaire qui m’oppose à celui-ci, cela pour le bien public en psychiatrie. L’Ordre des médecins d’après ce qu’il raconte sur son site a un pouvoir d’autosaisine dans n’importe quelle affaire quelle qu’elle soit mais bien sûr ne l’a jamais exercé à l’encontre du Pr Michael Le Grand. Il n’est jamais trop tard pour bien faire et je le prie à nouveau de s’autosaisir de celle-ci contre celui-ci. Suis-je dans mon droit en révélant les noms véritables de mes abuseurs ? je n’en sais rien ! Mais dans l’affaire DSK entre autres les journalistes eux n’ont jamais été inquiétés par la justice à ce sujet ! Je vous communique en P.-S. au présent billet les documents suivants : un extrait de ma lettre du 3 septembre 2008 dans laquelle j’interdisais au Pr Michael Le Grand d’entrer en contact avec ses confrères au sujet de ma santé, le certificat médical de complaisance par lequel il m’a signalé comme « désordonné, dangereux, délirant » à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris et enfin la liste de certains de mes articles en rapport avec l’affaire qui m’oppose à celui-ci telle qu’elle figure actuellement dans le brouillon de mon livre lisible sur le site de www.monbestseller.com en tapant l’expression « Schizo guéri » dans la fenêtre « Recherche » de celui-ci de

314


sa page d’accueil. Dans ce brouillon de mon livre les noms de mes abuseurs ne sont en réalité tous que des pseudonymes. Œdipe LA PLUME Copie pour le Pr Michael Le Grand le Dr Désirée Jupon et l’Ordre des médecins Ci-dessous pour partie pour le moment le dossier de l’affaire : La violation du secret médical a été la suivante : EXTRAIT DE MA LETTRE DU 3 SEPTEMBRE 2008 AU PR MICHAEL LE GRAND : « J’interdis à tout médecin de vos hôpitaux, jusqu’à nouvel avis contraire de ma part, de consulter mes dossiers médicaux, d’entrer en contact sous forme écrite, téléphonique, etc. bref d’échanger toute information médicale à mon sujet avec tout autre médecin, etc. Ne sont habilités à le faire que mes avocat(e)s, ma femme, les associations de malades, ma psy actuelle, les juges, les experts près les tribunaux et l’Ordre des médecins ! » Le secret médical demandé ci-dessus aux médecins concernés n’a jamais en réalité respecté entre eux. J’en possède bien sûr des preuves matérielles (échange de correspondances à mon sujet entre eux). J’ai porté plainte à l’Ordre des médecins en son temps mais il ne m’a jamais répondu à ce sujet. LE CERTIFICAT DE COMPLAISANCE COMPORTANT DES CALOMNIES ET DE LA DIFFAMATION A ÉTÉ LE SUIVANT : Pr Michael LE GRAND Dr Diégo MAGNAT* (médecin chef à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris) 315


Le 17 juillet 2008, Cher Collègue, Je me permets de vous informer de l’arrivée en nombre à Sainte-Clotilde de plusieurs courriers émanant de M. Œdipe La Plume* Il s’agit de courriers très longs, désordonnés, faisant état de propos et de préoccupations qui, sous réserve d’un avis qui pourrait être différent de la part d’un clinicien qui rencontrerait directement cette personne, me paraissent délirants. Ces courriers sont infiltrés de quelques allusions menaçantes sans que cependant ne soit désigné un persécuteur ou que ne soit fait état de l’imminence annoncée d’un passage à l’acte. Je tenais cependant à vous informer de cette situation qui m’apparaît concerner un patient dont je ne sais rien d’autre et en particulier pas s’il est pris en charge dans les structures psychiatriques de son secteur. Le directeur de Sainte-Clotilde* et l’OSH*, qui ont été également destinataires des courriers, se proposent d’informer la direction administrative de l’IPPP. Avec mes sentiments sincères et dévoués, Professeur Michael LE GRAND Commentaire de ma part : il n’y a pas seulement mensonge au sujet du « désordre, du délire et de la dangerosité » mais aussi au sujet du fait qu’il prétend qu’il ne connaît « rien de moi » alors que j’avais été suivi à son CMP de 1987 à 1990 puis en 2005 par les étudiants en formation de son hôpital psy. […] *extrait de l’un de mes anciens blogs

316


EXTRAIT DU CLUB DE MEDIAPART WWW.MEDIAPART.FR DOSSIERS MÉDICAUX BIDONS DE PÉDIATRES ABUSEURS : L’ORDRE DES MÉDECINS LES SANCTIONNERA-T-IL UN JOUR ? Je me permets de signaler une nouvelle fois la compromission de l’ordre des médecins avec toutes sortes de confrères abuseurs qu’il refuse de juger quand les victimes portent plainte contre ceux-ci. Extrait d’un courriel de moi-même adressé le 2 mai 2009 au monde, l’humanité, libération, lutte ouvrière, le quotidien du médecin, que choisir santé, tf1, france2, 3 et 5, canal +, etc. (extrait du brouillon de mon livre pour adultes “Schizo guéri” tome V page 82 que l’on peut lire chez www.monbestseller.com en cliquant “Schizo guéri” dans la fenêtre ”recherche” de la page d’accueil de celui-ci) : “Lorsque des fautes lourdes sont commises par le personnel médical dont des professeurs (décès d’enfants dans un grand hôpital parisien pour prématurés ?), souvent les parents ne sont pas dupes de ce qui s’est passé et portent plainte. Que font alors les professeurs ? Ils demandent à la secrétaire médicale (ma femme) de détruire le dossier médical et d’en refaire un autre ! Si bien que lorsque le procureur de la république et/ou l’ordre des médecins (ou leurs représentants) se présentent par-devant ces professeurs, pour saisir le fameux dossier médical, la secrétaire médicale (ma femme) leur communique, en réalité, le dossier médical “bidon” à la place du dossier médical véritable !” J’avais à cette époque déjà signalé ce genre d’abus plusieurs fois non seulement aux médias par internet mais aussi bien sûr au préfet de police de paris, au procureur de la république, et donc à l’ordre des médecins mais aucun d’entre eux n’a toujours pas jusqu’à actuellement convoqué ma femme ou moi-même pour en savoir plus sur cette escroquerie manifeste à l’égard des parents d’enfants (décédés ?) ! Et je leur avais alors pourtant bien signalé le nom de l’établissement que j’incriminais alors dans mon signalement des faits reprochés : à savoir l’Hôpital pour enfants de Paris (cet établissement actuellement n’existe 317


plus car il est tombé en faillite mais les pédiatres abuseurs, eux, courent toujours). Œdipe LA PLUME

318


Œdipe LA PLUME PAULINE et DÉSIRÉE Bonjour, Je réponds à une question de Pauline et à une réflexion de Désirée autrefois. Pauline m’avait demandé : « Pourquoi pensez-vous que le communisme est une religion ? C’est tout simplement parce qu’il est le prophète annonçant l’arrivée du bonheur même si ce n’est que sur terre et alors que celui-ci n’est toujours à mon avis en réalité qu’un bonheur impossible ! On pourra peut-être supprimer un jour les guerres, la famine, les maladies biologiques, etc. de la planète mais je ne crois pas par contre qu’on puisse un jour supprimer de celle-ci les maladies mentales, les chagrins d’amour, l’adultère, le deuil, etc. Or qu’ai-je remarqué sur moi au sujet de ce bonheur impossible qui devrait arriver un jour soit sous la forme du paradis au ciel pour les croyants soit sous la forme du paradis sur terre pour les communistes ? en réalité que pour l’inconscient le bonheur c’est être fusionnel avec sa mère ! Voilà à mon avis le but réel de toute religion dont aussi à mon avis de tout communisme. Désirée m’avait déclaré : « Le Dr Denis Le Beau n’est pas votre ennemi ! » S’opposer comme il l’a fait au fait que j’écrive alors que c’était, d’une part pour faire suite à une demande de l’hôpital lui-même pour savoir si ses malades étaient réellement satisfaits de ses soins et services, d’autre part parce qu’écrire selon la méthode de Freud (depuis l’âge de 17 ans) était un soin psy, prouve bien que celui-ci n’était vraiment pas très intelligent ni très psychologue, contrairement aux compliments que lui a faits par-devant les usagers du SAVS, Pauline Dans ses écrits au Pr Michael Le Grand il souhaitait aussi bien que ma dose d’antipsychotique soit considérablement augmentée, que mon internement d’office… Un psy aussi incompétent croyez-vous je puisse le considérer vraiment comme mon ami ? 319


Je vous souhaite à tous les deux une bonne continuation. Bien cordialement à vous, Œdipe LA PLUME

320


EXTRAIT DU CLUB DE MEDIAPART WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « COLOGNE : LES QUESTIONS QUI SE POSENT » LES FÉMINISTES PAR-DEVANT LUTTENT CONTRE LE VIOL MAIS PAR DERRIÈRE EN RÉALITÉ L’ENCOURAGENT ! En particulier lorsque la présidente du Mouvement de libération de la femme (actuellement décédée) recommandait autrefois : “Les femmes doivent libérer toujours plus leur corps !” Le meilleur moyen de ne pas se faire violer n’est-il pas de ne pas exacerber la sexualité des hommes car parmi ceux-ci n’y en-a-til pas justement qui sont alors très perturbés sexuellement et qui deviennent alors bel et bien des violeurs ? Envoyer ceux-ci en prison comme le recommandent toujours plus (presque) toutes les féministes ne sert à rien car celle-ci n’a jamais soigné qui que ce soit et au contraire a toujours détruit tout le monde et surtout n’a jamais empêché toutes les récidives que rapportent régulièrement les médias. Pour qu’il y ait moins de viols ce n’est toujours pas plus de prison même à perpète qu’il faut mais en réalité que les femmes excitent toujours moins la sexualité des hommes ! Ce qui est contraire ainsi à tous les principes féministes de libération de la femme. Le but réel des féministes c’est d’avoir ce qu’elles n’auront jamais à savoir le pénis des hommes (c’est Freud qui avait découvert cela autrefois chez ses patientes de la bourgeoise viennoise qui souffraient notamment d’hystérie et c’est cela qu’il avait appelé alors à juste titre à mon avis « l’envie du pénis »). Et dans leur esprit pour cela le mieux c’est de détruire tous les hommes en les envoyant tous en prison ! N’est-ce pas réellement du stalinisme ? Œdipe LA PLUME

321


EXTRAIT DU CLUB DE MEDIAPART WWW.MEDIAPART.FR TANT QU’IL Y AURA DES FEMMES… Pour moi, pour résumer sans doute définitivement ma position sur les violences sexuelles faites aux femmes, d’une part le viol n’a rien à voir avec une domination historique des hommes sur les femmes ou avec une quelconque autre patriarchie mais est en rapport avec une structure mentale perverse acquise lors de la petite enfance, d’autre part les violeurs n’ont jamais été ni soignés ni rééduqués voire guéris grâce à la prison. Tant qu’il y aura des femmes il y aura toujours des viols partout dans le monde que ce soit sous le capitalisme ou que ce soit même sous le communisme (si on y arrive un jour). Il y aura toujours des femmes qui feront toujours tout leur possible pour que les hommes succombent à la tentation ne serait-ce que dans le but par exemple de se dénicher l’amour ou l’homme de leur vie… Et il y aura toujours des hommes très faibles et très perturbés sexuellement qui succomberont toujours eux violemment à la tentation ne serait-ce que parce qu’ils ne voient pas alors d'autre solution pour aboutir sexuellement que la violence de leur perversion… Ce qu’a effectivement prévu la nature c’est que face au corps féminin, à la silhouette féminine, les hommes tous craquent tôt ou tard… Seules l’intelligence et la culture de ceux-ci peuvent s’opposer alors à cela à condition qu’ils soient alors tous en bonne santé mentale ! Je n’ai pas la solution au problème du viol car il n’y aura jamais à mon avis de société sans maladies ni troubles mentaux sauf que je le rappelle encore une fois, violer, pour ma part, ne m’est jamais venu ! Œdipe LA PLUME

322


Œdipe LA PLUME Monsieur le président, Monsieur le directeur général, Monsieur le directeur médical, etc. LA JOIE DE VIVRE Le 18 janvier 2016, Mesdames, Messieurs, Il me vient le contenu pour partie de certains de mes écrits au Dr Désirée Jupon avant que je ne cesse définitivement mes consultations avec celle-ci en 2012 à savoir : • « Les entretiens qui reposent sur le mensonge et l’hypocrisie ne m’intéressent pas ! » • « Vous n’êtes pas assez intéressante pour moi sur le plan humain ! » Depuis lors celle-ci n’a toujours pas changé de personnage à ce sujet. Je ne suis pas dupe que toute l’équipe qui entoure celle-ci (la direction de votre hôpital comme la direction du SAVS) pratique à mon égard la même attitude que celle-ci et la soutient. Tout cela n’est pas bien beau ! Je ne regrette pas du tout de vous avoir toutes et tous quittés. Recevez, Mesdames, Messieurs, mon souvenir le meilleur. Œdipe LA PLUME

323


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR VIOLENCES FÉMINISTES FAITES AUX HOMMES Violences physiques féministes faites aux hommes contre lesquelles nul ne peut s’opposer actuellement : Celles-ci consistent essentiellement à agresser sexuellement grâce à l’effet sexy du corps féminin et grâce en plus à l’effet sexy de la toilette féminine tous les hommes en permanence partout où ils sont. Jean-Jacques Rousseau ne disait-il pas déjà à son époque : “La violence de la femme est dans ses charmes !” ? Or dans le mot violence n’y a-t-il pas aussi le mot viol ? La présidente (actuellement décédée) du Mouvement de libération de la femme, elle, n’a-t-elle pas déclaré à notre époque : “Les femmes doivent libérer toujours plus leur corps !” ? Mais dans quel but sinon que celui de faire un effet toujours plus sexy sur tous les hommes ? “Les femmes ne se rendent pas toujours compte de l’effet qu’elles font sur les hommes ! Pour les violeurs la prison ne sert à rien !” m’a déclaré lors d’un cours de formation des militants d’une association d’usagers en psychiatrie, l’un de mes anciens psys. Une femme s’est plainte aujourd’hui à la télévision que dans le métro elle s’était alors assise en face d’un homme et qu’alors il a mis sa main jusque dans son slip et s’est alors longuement masturbé ainsi devant elle ! Exposer même rien que ses cuisses ou même rien que ses seins à la vue des hommes non seulement cela leur provoque à tous un puissant désir sexuel mais celui-ci peut alors aussi même provoquer chez certains une vive érection ! “Tout le plaisir est pour eux !” disent alors bien des féministes ! Je réponds ceci alors à celles-ci : “Pour ma part je ne suis pas du tout demandeur de ce genre de plaisir ; cela me provoque souvent une vive érection qui ne peut alors jamais aboutir sexuellement et cela tourne vite à la souffrance sexuelle et m’indispose alors énormément !” Cela d’ailleurs correspond à la définition du viol : une pénétration (le code pénal ne précise pas de quel genre de pénétration il peut s’agir pour cela : physique ou psychologique) non désirée dans le corps. C’est la femme elle-même (sous la forme d’une image sexy : ses jambes, ses seins, son visage, ses yeux, son sourire, ses cheveux, etc.) qui pénètre alors dans le cerveau et fait alors un effet réel sur le sexe ! On ne peut pas demander aux femmes dans notre 324


civilisation occidentale de s’interdire même de par la loi (en les mettant toutes en burqa comme dans certains pays islamistes) ce genre de provocation ! Tous les hommes sont obligés de subir toutes les violences du corps féminin et de la toilette féminine ! Que ça leur plaise ou non ! C’est un pouvoir qu’ont toujours eu les femmes sur tous les hommes ! Violences psychologiques féministes faites aux hommes contre lesquelles on peut s’opposer actuellement : Il s’agit essentiellement des mensonges féministes contre le viol et la prostitution. Je ne les citerai pas tous ici c’est impossible tellement il y en a sur ces deux sujets et je ne m’en tiendrai qu'aux deux suivants : “Le viol n’a rien à voir avec le désir sexuel des femmes et n’a en réalité que pour but d’humilier celles-ci !” Je ne vois pas pourquoi les femmes sexy feraient un effet érotique sur tous les hommes sauf justement sur les violeurs ! En réalité d’après les experts près les tribunaux qui ont à examiner ceux-ci “les criminels sexuels sont très perturbés sexuellement” (avis du Dr Yves Roumajon qui passait régulièrement à la télévision dans les années 1970-1980 ; il m’avait expertisé à ma demande – j’étais recommandé alors par mon généraliste – mais pas bien sûr pour une histoire de viol et avait conclu alors son expertise pour moi de la façon suivante : “Il ne présente pas actuellement les symptômes pour lesquels il a suivi autrefois un traitement psychologique.”) et c’est ça justement en réalité qui est bel est bien la cause de leurs viols ! C’est pourquoi à mon avis les féministes mentent aussi quand elles disent que les violeurs ne sont pas tous des malades psychiatriques : quand on est très perturbé sexuellement en général à mon avis c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas du tout du point de vue psychologique ! En réalité ce que veulent les féministes c’est avant tout punir tous les hommes ! “Les prostituées ne sont pas libres et leurs clients qui profitent d’elles ne sont que des criminels !” Si c’est vrai pourquoi celles-ci ne le déclarent-elles pas elles-mêmes quand on les interviewe ? En tous les cas quand on leur demande leur avis elles déclarent (presque) toutes : “Je veux continuer mon métier mais dans de meilleures conditions et si possible sans proxénète !” Voilà la vérité ! Ce à quoi les féministes répondent alors mais pas 325


à celles-ci directement : “Ces femmes sont des menteuses et/ou des malades mentales !” Là aussi le but des féministes c’est avant tout de punir de tous les hommes ! Mais pourquoi ce besoin féministe de faire tant de mal à tous les hommes ? Celles-ci ont une revendication phallique c’est-à-dire qu’elles veulent ce qu’elles n’auront jamais à savoir le “pénis des hommes” et c’est ce que d’ailleurs Freud avait appelé lui “l’envie du pénis”. À partir de là elles ont effectivement en permanence un compte à régler avec tous les hommes ! Pour cela il faut qu’elles les détruisent tous autant que faire se peut et pour cela la prison pour les violeurs et l’amende (le PS avait envisagé six mois de prison à ce sujet) pour les clients de prostituées sont déjà pour celles-ci un bon début encourageant avant tôt ou tard “la lutte finale” (beaucoup sont communistes). Œdipe LA PLUME P. S. : informations sur mon personnage : j’ai actuellement 70 ans ; j’ai milité au PCF de 1965 à 2004 où j’ai été secrétaire de la cellule du Crédit Expert de Paris* en fin de carrière (vers 1990-1997) ; j’ai été sympathisant de Lutte Ouvrière de 2004 à 2014 ; je ne vote plus ni pour le PCF ni pour LO et je ne révèle plus publiquement mes opinions politiques et en particulier si je m’abstiens ou pas à toutes les élections ; j’ai été client régulier de jeunes prostituées sexy de 1965 à 1972 ; celles-ci d’une part m’ont guéri de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle et provoqué une importante rémission de ma schizophrénie paranoïde d’autre part en me débloquant psychologiquement m’ont permis ainsi de rencontrer enfin l’amour et la femme de ma vie (1973) ; je suis marié sans enfant (mon mariage n’est pas consommé dans la fidélité réciproque : c’est un record du monde (actuellement 42 ans 1/2 alors que le précédent record à ce sujet annoncé par TF1 n'était que de 24 ans il y a environ quinze ans) ; le généraliste de ma femme m’a déclaré un mois après notre mariage : “Votre femme est plus malade que vous !”) *pseudonyme P. S. cliquez sur le lien suivant (pour voir mon précédent billet un peu sur le même sujet) : Tant qu'il y aura des femmes... 326


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR DÉLIT ET ERREUR MÉDICALE DU PR MICHAEL LE GRAND (PSYCHIATRE) ? Demande d’explications publiques à celui-ci au sujet de son certificat médical à mon avis de complaisance du 17 juillet 2008 pour l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris suite à son refus d’explications à moi-même en privé. Vous m’avez refusé d'une part ma demande d'expertise amiable pour nous départager sur votre diagnostic de "désordre, dangerosité, délire", etc. d'autre part de me recevoir avec les représentants des usagers et la personne de confiance (prévue par la loi du 4 mars 2002) pour me donner des explications que je suis en droit d'exiger de vous conformément au Code de la santé publique et au Code de déontologie médicale. Vous ne m’avez communiqué mon dossier médical qu’avec trois ans de retard suite à une plainte que j’avais déposée pour excès de pouvoir de vous-même par-devant le tribunal administratif. Ce n’est qu’à la réception seulement de celui-ci au travers des échanges de courriers entre confrères que je me suis alors aperçu que vous aviez violé le secret médical tel que je vous avais demandé de le garder dans ma lettre du 3 septembre 2008. Je vous rappelle un extrait de celle-ci au sujet de celui-ci qui est le suivant : "J’interdis à tout médecin de vos hôpitaux, jusqu’à nouvel avis contraire de ma part, de consulter mes dossiers médicaux, d’entrer en contact sous forme écrite, téléphonique, etc. bref d’échanger toute information médicale à mon sujet avec tout autre médecin, etc. Ne sont habilités à le faire que mes avocat(e)s, ma femme, les associations de malades, ma psy actuelle, les juges, les experts près les tribunaux et l’Ordre des médecins !" Je vous accuse de diffamation, d’abus de faiblesse sur personne vulnérable, de diagnostic délibérément mensonger, etc. dans le but de me faire taire suite à mes courriers en nombre à 327


la direction de votre hôpital qui avaient pour thème principal : "la dégradation des soins, des services, de la relation médecinmalade", etc. dans celui-ci et ailleurs. Ceux-ci n’étaient adressés à la direction de votre hôpital que parce que celle-ci réclamait alors des avis de satisfaction aussi bien à la sortie de ses services que sur Internet (cardiologie, urologie, chirurgie, psychiatrie, gériatrie, etc.). Les faits que je relatais à ce sujet n’étaient pas très graves (sauf un seul en rapport avec le décès de ma belle-mère qui faisait suite à mon avis à un refus de soins de la part du service de gériatrie de votre hôpital) et n’ont d’ailleurs jamais concerné votre service de psychiatrie lui-même que je n’ai connu qu’une fois seulement vers 1995 pour vous demander de m'adresser alors à l'un de vos confrères. Je vous rappelle que lors de notre discussion il vous est alors venu de me faire remarquer : "Les abus en psychiatrie ça n'existe pas citez-moi un seul exemple !" Je n'ai pas eu de mal alors à vous en citer un d'ailleurs célèbre, la France étant déjà alors (comme toujours actuellement) le pays d'Europe le plus condamné par la Cour européenne des droits de l'homme pour ses abus de toutes sortes en matière de psychiatrie. Dans la mesure où m’avez toujours refusé aussi bien ma demande d’expertise amiable que de me recevoir avec ma femme pour que je puisse avoir des explications conformément à ce que prévoient aussi bien le Code de la santé publique que le Code de déontologie médicale en privé sur les raisons qui ont fait que vous avez abouti à ce diagnostic de "désordre, dangerosité, délire", etc. à mon sujet, j’ai porté les accusations ci-dessus publiquement sur ce blog de www.mediapart.fr car j’espère que peut-être ainsi j’aurai alors enfin de celles-ci de votre part. Je me permets de vous faire remarquer que vos accusations de "désordre, dangerosité, délire", etc. dans votre certificat médical à mon avis de complaisance du 17 juillet 2008 que vous aviez rédigé alors sans ne m’avoir jamais vu ni jamais examiné depuis alors environ treize ans ne se sont en réalité jamais révélées justes jusqu’à toujours actuellement le 22 janvier 2016. Vous pouvez relire celui-ci ainsi que mes courriers à votre hôpital dans mon livre "Schizo guéri" lisible sur ce blog de chez www.mediapart.fr sur lequel je souhaite recevoir enfin vos explications. 328


Bien que me considérant complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie je vous signale que je me fais malgré tout suivre aussi bien par un nouveau généraliste que par une nouvelle psychiatre (laquelle m'a déclaré aussi bien "Écrire est très thérapeutique !" que "Vous pouvez vous considérer guéri de votre psychose !") pour des raisons humaines que j'espère vous comprendrez peut-être en lisant mon livre. Je vous considère comme un très mauvais psy ne correspondant pas du tout à la définition du bon médecin telle qu'elle est expliquée par l'Ordre de ceux-ci sur son site c'est-à-dire entre autres et notamment "dévoué et loyal". À mon avis si celui-ci était respectueux des victimes d'abus de ses confrères, ce dont je ne me fais guère d'illusions à ce sujet par expérience personnelle de celui-ci, il devrait s'autosaisir de cette affaire lamentable qui m'oppose à vous et vous radier à vie de l'exercice de la médecine. Le 22 janvier 2016, Œdipe LA PLUME P.-S. : pour lire le livre "Schizo guéri" cliquez sur le lien suivant : Schizo guéri pour adultes est lisible chez Mediapart | Blog ...

329


EXTRAIT DU FORUM DE MEDIAPART WWW.MEDIAPART.FR EN CAS D’ABUS EN PSYCHIATRIE POUR VOUS-MÊME OU POUR AUTRUI QUELLE ASSOCIATION PUIS-JE VOUS RECOMMANDER PAR EXPÉRIENCE ? Le GIA (www.groupeinfoasiles.org) semble mort, l’HUMAPSY (https://humapsy.wordpress.com/) me censurait autrefois systématiquement dès que j’évoquais sur son forum la censure du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire (www.collectifpsychiatrie.fr/) elle aussi sur son forum à l'égard des victimes d’abus en psychiatrie et quant à Advocacy (www.advocacy.fr) je l’ai quitté car ses dirigeants me refusaient toute discussion avec eux au sujet de leur soutien au Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire. Quant au CRPA (http://psychiatrie.crpa.asso.fr/), d'une part c’est l’association qui me paraît la plus valable actuellement du point de vue juridique, d'autre part sur son site actuellement le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire ne figure pas ou plus dans la liste de ses sites favoris. Le 6 février 2016, Œdipe LA PLUME […]

330


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR UN FORUM DE PSYS À BANNIR : LE COLLECTIF DES 39 Je ne visite que peu le forum du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire car en tant qu’(ex)usager en psychiatrie s’il fait beaucoup de politique pour la défense des intérêts de sa corporation, par contre il n’évoque jamais les abus en psychiatrie voire censure systématiquement les victimes d’abus. La principale violence en psychiatrie actuellement n’est-ce pas justement les internements abusifs ? La France à ce sujet ne bat-elle pas toujours le record d’Europe en matière de condamnations pour ses atteintes aux libertés et aux droits de l’homme par la Cour européenne des droits de l’homme ? Le Collectif des 39 est-il enfin revenu sur sa décision de s’opposer à toute intervention du juge dans les internements sous contrainte ? Sur son site il explique que pour savoir ce qu’il pense à ce sujet sur lequel il dit toujours réfléchir seuls les psys disposant d’un mot de passe pour cela peuvent s’informer ! Pour rappel en P.-S. la censure dont j’ai été moi-même l’objet sur ce site autrefois et qui d’ailleurs continue toujours malgré mes nombreuses réclamations auprès de son webmaster (un journaliste paraît-il) et l’avis d’un internaute membre d’une association de psychiatrisés en lutte sur celui-ci. Tout cela c’est de l’ancien me diront certains mais dans ce cas peuvent-ils me dire ce qui est nouveau ? Le 8 février 2016, Œdipe LA PLUME COMMUNIQUÉ DU GROUPE INFORMATION ASILES (GIA)* Suite à un échange de correspondances entre le « Collectif des 39 » et notre adhérent, Œdipe La Chaise**, le GIA tient à préciser que les termes employés par ce dernier, lui sont propres et n’impliquent en rien le GIA. Il n’en demeure pas moins que la censure du forum des « 39 » ne fait que confirmer leur mépris envers les usagers qui n’ont pas été conviés à envoyer des représentants dans leur collectif. 331


Œdipe La Chaise, quelles que soient les formes d'expression qu’il emploie, pointe un certain nombre de pratiques bien réelles et de vérités. Il est plus facile pour le « Collectif des 39 » de censurer au nom d’une fausse notion juridique de diffamation, que de répondre d’une manière argumentée. Cette censure ne peut en aucun cas museler l’expression des psychiatrisés au sujet de leur vécu et de la souffrance institutionnelle subie, ni museler la dénonciation des atteintes liberticides dont ils sont victimes. Le refus toujours actuel et persistant du « Collectif des 39 » de se soumettre au contrôle d’un juge judiciaire, droit que vient de reconnaître le Conseil constitutionnel, qui s’impose à tous n’est plus discutable, démontre bien leur souci de garder leur hégémonie et de conserver leurs pouvoirs quant à l’atteinte aux droits fondamentaux et aux libertés individuelles sur les psychiatrisés. Non messieurs les censeurs, vous n’imposerez pas le silence aux psychiatrisés qui ont encore la force de vous dire non et de dénoncer les pratiques en cours. Le 3 janvier 2011, Le bureau du GIA *j’ai été adhérent du GIA (avec des interruptions) dont parfois membre du bureau de 1989 à 2014 ; actuellement je ne suis membre d’aucune association quelle que soit l’objet de ses statuts. **pseudonyme de Œdipe La Plume autrefois Bleiz TAGNOUS Œdipe LA PLUME Les membres du « Collectif des 39 » – « la Nuit Sécuritaire » – sont (presque) les pires de tous !


Ils sont CONTRE le pouvoir tout puissant des « Préfets » et de l’État. Soit les HO = 13 % des hospitalisations sous contrainte – MAIS, ils n’ont rien contre les HDT soit = 87 % des HSC, car dans le cas de ces HDT, ils ont absolument TOUS les pouvoirs entre leurs mains. Ces médicastes sont évidemment totalement favorables à tous les « soins » intermédiaires, pour ceux qui en ont besoin, de façon dite « libre » et/ou volontaire – qui bien souvent est, en réalité, imposée de façon autoritaire et plus ou moins contrainte. Ils sont totalement dépassés : ils n’ont toujours pas compris que la décision du Conseil constitutionnel s’impose à tous, et en premier lieu au Gouvernement ! Et accessoirement, à ses démembrements = représentants étatiques, et autres sous-fifres, que sont ses fonctionnaires et ses agents, même médicaux. Ils ne savent même pas ce qu’est le Conseil constitutionnel, la plus haute juridiction en France. Qui, a priori, est assez peu « sarkozyste » en ce moment… Ce qu’ils souhaitent, c'est conserver leurs extraordinaires pouvoirs – hors normes – et sans aucun contrôle, d’aucune sorte. Ils sont CONTRE les prétendus abus des « cliniques psy privées », soi-disant favorisés par les réformes en cours (pur fantasme aujourd’hui), mais OUBLIENT de dire que les abus actuels sont bel et bien le fait des magnifiques « Hôpitaux Publics » et de leurs employés – médecins psy – fonctionnaires de la « Fonction Publique hospitalière », totalement irresponsables ! Ce qu’ils souhaiteraient (dans l’idéal) c’est revenir à la loi de 1838 – Louis-Philipparde. Soit deux siècles en arrière… ! Avouons, que comme progressisme et modernisme, on fait mieux ! En fait, ils sont POUR qu’absolument RIEN ne change depuis 1838 : tout est parfait ! Pour ce Collectif – hétéroclite – des 39, il n'y a JAMAIS aucun « abus » !

333


Effectivement, ils font absolument ce qu’ils veulent – sans aucune forme de contrôle extérieur – dont ils ont horreur… ! Qu’ont-ils donc à cacher ? Qu’il y ait besoin ou non que le Conseil constitutionnel intervienne, est une question largement dépassée : IL EST INTERVENU ! POINT FINAL ! C’est un fait qu’il est inutile de nier ! Sauf à faire un gros « déni de réalité » ! Ou à être atteint d'une perte de repère spatio-temporelle ! Et, que cela leur plaise ou non, cela s’impose, à eux, comme au Gouvernement ! Pour moi aussi, ils sont pires que des IMPOSTEURS ! Et de parfaite mauvaise foi ! Et en toute connaissance de cause ! Sans excuse aucune ! Bleiz TAGNOUS

334


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « AGRESSIONS SEXUELLES DE COLOGNE : UN RENVERSEMENT RÉVÉLATEUR » SUIS-JE NORMAL OU ANORMAL ? J’ai bien vu votre article et pense comme vous que le viol n’est pas bien sûr que le privilège seulement de ce que l’extrême droite appelait autrefois mais appelle aussi d’après vous toujours actuellement « les races, les classes sociales, les cultures inférieures ». J’ai bien remarqué que vous aviez déjà écrit quelques livres sur le même sujet vu les titres de ceux-ci puisqu’ils évoquent « la domination masculine ». Mais à ce sujet je ne suis pas d’accord du tout avec vous pour plusieurs raisons ! D’abord c’est contraire à ce qu’enseigne à ce sujet la psychiatrie à savoir que le viol résulte d’une perversion acquise lors de la petite enfance suite notamment à un complexe d’Œdipe qui ne s’est pas passé alors comme il l’aurait dû pour qu’ensuite à l’âge adulte l’homme soit alors définitivement sans aucun trouble psychologique. Ensuite c’est contraire à ma réflexion et à mon expérience sur le sujet : pouvez-vous me prouver ou me démontrer qu’il existerait une classe sociale des hommes qui dominerait voire opprimerait une classe sociale des femmes ? Quand il y a domination ou oppression d’une femme par un homme ce n’est à mon avis alors que strictement individuel et ne résulte que de la psychologie personnelle du violeur. Même si les violeurs sont effectivement très nombreux malheureusement ! Dire comme les féministes que le viol résulte d’une domination ou d’une oppression historique des hommes sur les femmes cela devrait se traduire alors par le fait que tous les hommes alors sont tous effectivement des violeurs et donc que vous-même comme moi-même serions aussi des violeurs ! Or moi par exemple dans ma famille mon père n’a jamais du tout été soi-disant « patriarcal » comme le prétendent (presque) toutes les féministes à ce sujet pour réellement tous les hommes. Et ma mère était déjà féministe avant que n’existe bien plus tard le Mouvement de la libération de la femme. C’est toujours elle dans le ménage qui commandait son 335


mari voire ses trois enfants de sexe masculin, etc. Et elle souffrait bien de ce que Freud appelait à son époque « l’envie du pénis » et psychologiquement avait dans sa tête inconsciemment le sexe de l’homme, etc. ! Quant à moi dans mon couple actuel violer ou violenter ma femme pour aboutir sexuellement avec celle-ci ne m’est jamais encore venu jusqu’à toujours actuellement après plus de 42 ans de mariage non consommé (il s’agit d’un record du monde que j’ai déjà raconté autrefois dans divers articles pour le Club de Mediapart). Je ne vois vraiment pas où vous avez déniché ou trouvé dans la science cette domination voire cette oppression historique des hommes sur les femmes sinon que dans la tête de féministes particulièrement névrosées (comme c’était le cas justement à mon avis de ma mère autrefois : elle est actuellement décédée). Il y a bien des hommes qui profitent des femmes comme il y a aussi des femmes qui profitent des hommes même si ceux-ci sont nombreux et celles-ci nombreuses. En tous les cas violer ou violenter les femmes aussi bien de la part de mon père que moi-même violer ou violenter ma femme actuelle qui est donc toujours vierge malgré plus de 42 ans de mariage ça n’a jamais été comme vous le racontez et les féministes aussi dans ma prétendue culture d’homme. Soutenir comme le font celles-ci que les violeurs sont tous des gens parfaitement normaux du point de vue psychiatrique en particulier entre autres parce que ceux-ci sont particulièrement nombreux cela ne veut-il pas dire que mon père et moi-même ne serions alors que des anormaux rarissimes ou exceptionnels ? Le 14 février 2016, Œdipe LA PLUME

336


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « EN PRISON, IL Y A UNE PERTE DE LIBIDO CONSIDÉRABLE » CONTRE LA JUSTICE QUI TUE ET CONTRE LA JUSTICE QUI PUNIT ! Le sujet aussi bien de la sexualité en prison que celle de la sexualité en dehors de celle-ci m’intéresse personnellement mais c’est la première fois que je lis l’un de vos articles à ce sujet sur www.mediapart.fr car pour tous ceux précédents celui d’aujourd’hui je n’ai jamais trouvé le temps pour cela. Ce que je sais d’après les médias c’est qu’un détenu sur trois ou quatre en prison y est en réalité pour délit ou crime sexuel ! Or qui réclame essentiellement et avant tout des punitions qui ne servent à rien du point de vue rééducation ou soins psychologiques mais qui en réalité ne servent qu’à se venger soit à titre personnel soit à titre collectif, ne sont-ce pas justement toujours les féministes pour qui tous leurs problèmes sexuels ou autres ne résultent-ils pas toujours pour elles que d’une prétendue « domination historique des hommes sur les femmes » ? Et en général quand elles apprennent les condamnations pour délits ou crimes sexuels cela ne les réjouit-il pas voire ne les fait-il pas jouir ? C’est bien connu que la prison a pour qualité essentielle de détruire les hommes quels qu’ils soient ! Alors pourquoi demander toujours plus de prison voire la prison à perpète comme le réclame sans cesse les féministes ? Est-ce ça la solution alors qu’on sait très bien que beaucoup de détenus à leur sortie de prison récidiveront ? « La prison ne sert à rien ! » était le thème d’un livre intitulé « Ils ne sont pas nés délinquants ! » du Dr Yves Roumajon (expert près les tribunaux) dans les années 1970-1980 à propos des jeunes condamnés dont il avait pris sous sa charge personnelle de les « rééduquer » voire de les « soigner » ! Si même les spécialistes du sujet réclament eux d’autres solutions que la prison pour les délinquants (y compris sexuels) pourquoi les féministes, elles, demandent-elles au contraire toujours plus de punition ? En quoi sontelles plus que les psys des expertes du sujet ? Elles n’ont toutes que toujours à la bouche sans arrêt que les mêmes mots : 337


« domination historique des hommes sur les femmes et punition pour les délinquants et criminels sexuels » ! Manifestement elles ont un besoin réel de se venger de ceux-ci ! Mais plus on fait le choix de la punition plus n’y a-t-il pas ainsi et alors comme c’est le cas justement actuellement au contraire toujours plus d’attentats à la pudeur et de viols ? Alors pourquoi toujours persister dans cette voie et écouter ces féministes qui ne comprennent rien au sujet ? Je suis aussi bien contre la justice qui tue que contre la justice qui punit ! D’après les statistiques 65 % des détenus (tous délits et crimes confondus) récidivent ! Si la prison ne sert à rien n’est même pas dissuasive sur les futures récidives ne faut-il pas en finir avec celle-ci ? Encore une fois celle-ci ne sert surtout qu’à détruire les hommes (ou les femmes) et tout cela en réalité par besoin personnel du cerveau de chacun à se venger ! Mais est-ce alors bien intelligent ? Œdipe LA PLUME

338


EXTRAIT DU FORUM DE MEDIAPART WWW.MEDIAPART.FR SCHIZOPHRÉNIE : LES PROSTITUÉES À L’ORIGINE DE MA GUÉRISON « LES PROSTITUÉES C’EST COMME ÉCRIRE C’EST TRÈS THÉRAPEUTIQUE ! » (AVIS DE MA NOUVELLE PSYCHIATRE ACTUELLE) Bien sûr ça ne fait pas plaisir à toutes ces féministes névrosées qui haïssent la sexualité des hommes que les prostituées soient utiles à nombre de ceux-ci même si c’est effectivement pour les soigner voire les guérir de certains de leurs problèmes sexuels et/ou psychologiques. Mais si les prostituées n’avaient pas de clients – même toujours actuellement malgré la loi – qui donnerait alors à manger à celles-ci ? En ce sens les clients de prostituées ne sont-ils pas aussi à leur tour bien utiles à cellesci ? Les violents et les criminels ce ne sont pas eux mais toutes ces féministes névrosées qui elles croient pouvoir de par la loi retirer aussi bien le pain de la bouche à celles-ci que punir leurs clients ! Pour en savoir plus sur le sujet voir mon livre pour adultes « Schizo guéri » à paraitre prochainement et dont vous trouverez ses caractéristiques sur mon site à l’adresse : http://schizogueri.livehost.fr. Le 1er mars 2016, Œdipe LA PLUME

339


EXTRAIT DU FOURM DE MEDIAPART WWW.MEDIAPART.FR VIOL : LA PSYCHIATRE D’ALLODOCTEURS ABUSÉE PAR SA CULTURE FÉMINISTE MON AVIS SUR L’ARTICLE DE CELLE-CI : « VIOL : ENCORE TROP D'IDÉES REÇUES » Je suis d’accord pour plaindre les femmes violées mais ne suis pas d’accord pour dire que les viols viendraient d’une prétendue culture des hommes ou d’une culture du viol voire d’une domination historique des hommes sur les femmes ! Si c’était vrai tous les hommes devraient alors violer en permanence toutes les femmes autour d’eux et moi-même aussi en tant que profiteur de cette culture et dominateur patriarcal ne devrais-je pas moi aussi être à mon tour ainsi un violent, un criminel, un violeur ? Or justement je ne constate rien de tout cela en moi bien que mes parents étaient de la classe ouvrière, c’est-à-dire sans grande culture à me communiquer à l’adolescence ! D’ailleurs à ce sujet quelle information ou éducation sexuelle ai-je effectivement reçue de leur part ? strictement aucune ! C’est aussi ce même genre de contexte : le manque d’éducation et de culture d’après la psychiatre qui a rédigé l’article au titre ci-dessus qui ferait que soi-disant celui-ci aboutirait aux viols ! Or quels sont les faits que l’on peut me reprocher à moi comme à bien d’autres à ce sujet justement ? Ma femme est toujours vierge après plus de quarante-deux ans de mariage non consommé dans la fidélité réciproque ! C’est ça ma culture d’homme ou du viol voire ma domination sur ma femme ? Je suis assez en colère contre cet article minable et pitoyable que j’ai bien lu deux fois et qui ne solutionne en rien le problème du viol qui pour moi me paraît être le suivant actuellement : « Dans notre civilisation capitaliste et occidentale les femmes influencées par les médias qui roulent pour les marchands de lingerie féminine de toutes sortes pour qu’ils fassent ainsi toujours plus de fric sur le dos de celles-ci ne pensent (presque) toutes qu’à une seule et même chose : comment faire 340


pour exciter toujours plus sexuellement les hommes du matin jusqu’au soir partout où ils sont autour d’elles ? Il y a alors des hommes qui sont faibles et qui excédés par celles-ci ont des débordements et des hommes qui sont plus forts et qui par contre ne succombent pas à celles-ci ! Que viennent faire l’éducation et la culture là-dedans ? rien pour moi comme déjà expliqué auparavant ! Il n’y a qu’une solution pour qu’il y ait moins de viols dans l’avenir alors qu’il y en a toujours plus actuellement : ce serait de revenir en arrière et que les femmes alors excitent moins sexuellement les hommes ! Et une féministe ne m’a-t-elle pas répondu un jour sur le site de Mediapart à ce sujet : « Ne comptez pas sur moi pour me planquer derrière un voile ! » ? Ce que je comprends parfaitement et même partage. Quoique fassent les féministes il y aura toujours des viols et même toujours plus car ses causes véritables ne sont pas dans une prétendue culture d’hommes ou du viol ou un prétendu manque d’éducation sexuelle de ceux-ci voire une prétendue domination historique de ceux-ci sur les femmes. Elles ne sont en réalité que dans la faiblesse de certains hommes très perturbés sexuellement et sur laquelle (presque) toutes les femmes spéculent pour se dénicher l’amour ou l’homme de leur vie ! Le 2 mars 2016, Œdipe LA PLUME

341


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM/ À LA SUITE DE L’ARTICLE : « FAUDRAIT PAS QUE L’HP SOIT TROP ACCUEILLANT » L’hôpital public c’est là où j’ai reçu mes plus mauvais soins en psychiatrie (de 1973 à 1989) et le CMP c’est là où j’ai été victime de mes gros abus de la part des psychiatres (de 1990 à 2008). J’espère que je n’aurai plus jamais besoin de celui-ci dans le domaine psy surtout car la première chose à mon avis qui vient à tout malade hospitalisé actuellement en psy n’est-ce pas justement de le fuir ? Il n’y a rien d’humain à l’hôpital public quel que soit le domaine de la santé concerné mais c’est en psychiatrie qu’à mon avis tout est le pire ! Il y a deux raisons à la dégradation des soins, des services, de la relation médecin-malade, etc. que l’on constate depuis des dizaines d’années à l’hôpital public et surtout donc en psychiatrie : la première c’est : “L’hôpital n’a pas besoin d’argent !” (phrase de Nicolas Sarkozy) et la seconde c’est la réponse à la question : à quoi pensent les étudiants en médecine avant tout sinon qu’à la carrière, les honneurs, l’argent, rencontrer un(e) collègue en mal d’amour ? Et quand ils sont en grève c’est pour défendre les intérêts des malades comme ils le disent si bien ou n’est-ce pas plutôt pour se faire toujours plus de fric sur le dos de ceux-ci comme en réalité ils ne le disent jamais ? Ce qui fait l’essence de l’homme c’est le complexe d’Œdipe (loi du Père et de la prohibition de l’inceste) mais n’est-ce pas aussi la classe sociale à laquelle on appartient et les valeurs véritables de celle-ci ? Le 7 mars 2016, Œdipe LA PLUME

342


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM Œdipe LA PLUME LANA Merci pour votre réponse… Mon commentaire a tout simplement à voir avec la schizophrénie et sa guérison qui me semble être aussi le thème de votre blog schizo. Je comprends que je vous dérange mais vous n’êtes pas la seule sur le thème de la guérison de la schizophrénie… Les psys et même les associations d’usagers en psychiatrie voudraient elles aussi que je m’autocensure sur Internet… Mais si je ne peux pas éventuellement m’exprimer librement sur votre blog schizo je peux toujours le faire malgré tout maintenant sur mon propre forum… Le 10 mars 2016 Œdipe LA PLUME

343


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM Œdipe LA PLUME LANA Tous les psychiatrisés en lutte ou les victimes d'abus en psychiatrie ne regardent pas tous encore mon forum... Je pensais que le contenu de mon dernier commentaire pouvait intéresser aussi les visiteurs de votre blog schizo... Ce n'est pas le cas me dites-vous ! Merci aussi bien pour la censure ou l'autocensure sur votre blog schizo mais sachez aussi qu'il m'étonnerait que la plupart de vos visiteurs aient besoin d'être sous votre tutelle pour savoir ce qu'ils doivent lire ou pas sur Internet... Mon but c'était d'être utile tout simplement... et je ne vois pas pourquoi vous auriez seul le monopole à ce sujet... Je me suis fait bien des illusions aussi bien sur votre intelligence que sur vos qualités humaines. Je vois maintenant votre vrai visage qui est celui de la haine sans doute pour des raisons psychopathologiques. Ne comptez pas sur moi pour retourner sur votre blog schizo avant que vous ne soyez enfin effectivement guérie. Le 10 mars 2016, Œdipe LA PLUME

344


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM Œdipe LA PLUME LANA Je me suis fait bien des illusions aussi bien sur votre intelligence que sur vos qualités humaines. Je vois maintenant votre vrai visage qui est celui de la haine sans doute pour des raisons psychopathologiques. Ne comptez pas sur moi pour retourner sur votre SCHIZOBLOG avant que vous ne soyez enfin guérie. Le 10 mars 2016, Œdipe LA PLUME

345


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM Œdipe LA PLUME LANA Je ne vois pas en quoi vous avez pu constater que je faisais de la pub soit pour mon forum, mon livre, ou ma personne. Ce n’est pas parce que j’évoque ceux-ci sur votre blog schizo que mon but serait soit de gagner du fric soit de faire le culte de ma propre personnalité ! Ce n’est que le produit de votre imagination à mon sujet, imagination que je suis au regret moi de constater qu’elle est un peu morbide. Quant à votre guérison éventuelle elle sera exactement comme la mienne, elle, l’est déjà : c’est-à-dire qu’on ne pourra jamais la constater scientifiquement : des tests peuvent prouver que les troubles ont bel et bien disparu mais rien ne prouve alors que l’on n’est pas pour autant toujours porteur de la maladie. De plus les tests ne permettent jamais de prédire l’avenir même chez les gens déclarés “sains d’esprit” après qu’ils aient justement passés ceux-ci. Deux mois plus tard même des médecins qui les avaient brillamment réussis ont fait alors des bouffées délirantes. Le problème c’est : comment faire dans l’hypothèse soit des anomalies génétiques soit de la structure mentale psychotique (forclusion du Sein-de-laMère et forclusion du Nom-du-Père) pour démontrer que cellesci enfin n’existent plus du tout ? Il n’y a que votre vécu ou votre ressenti qui pourra vous indiquer si alors vous êtes effectivement guérie ou pas ! Quant à discuter avec vous je n’y vois pas d’inconvénient que vous soyez malade ou pas mais à condition de ne pas vous comporter à mon égard comme si vous aviez des troubles du caractère et/ou du comportement. En effet vous ne semblez pas beaucoup faire votre autocritique avant d’écrire ce que vous écrivez. Ça m’indispose et à mon tour je risque sous le coup de la colère de vous répondre agressivement. Il faut faire attention à ne pas croire à ce qu’on imagine sans preuve au sujet des gens que l’on rencontre aussi bien sur Internet qu’ailleurs. Car sinon ça devient du délire, des hallucinations, des visions, etc. qui peuvent faire du mal à soi comme aux autres. Œdipe LA PLUME 346


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLOG : HTTP://NONAUXBENZOS.SOSBLOG.FR POUR SE SEVRER DE SES TRANQUILLISANTS ET SOMNIFÈRES IL FAUT D’ABORD SE SEVRER DE SES PROBLÈMES PSYCHOLOGIQUES* Bonjour, Je soutiens le thème de votre blog même si je n’ai pas encore eu le temps de le visiter beaucoup. J’ai pris des tranquillisants et des somnifères pendant des dizaines d’années (plus de 40 ans) qui étaient associés aux antipsychotiques, antidépresseurs, normothymiques, etc. dans la mesure où ceux-ci ne suffisaient pas à vaincre par eux-mêmes aussi bien mes obsessions que mes insomnies. Pour se sevrer des tranquillisants et des somnifères contrairement à ce que vous racontez sur votre blog à mon avis il faut tous les arrêter complètement d’un coup et vouloir en découdre ainsi. On n’est bien sûr pas obligé alors de réussir du premier coup et il m’a fallu pour ma part plusieurs coups ainsi pour que ça réussisse alors enfin. Ma psychiatre psychanalyste en 2004 quand je lui ai fait part de mon désir de me sevrer de tous mes tranquillisants et somnifères que je prenais donc depuis plus de 40 ans, m’avait répondu alors tout simplement : « Vous n’y arriverez pas ! » Et elle m’avait prévenu : « Si vous arrêtez d’un coup vous risquez d’avoir ainsi des crises d’épilepsie ! » Mais l’expérience à de nombreuses reprises ne m’avait-elle justement montré qu’arrêter progressivement ces « saloperies » ainsi ça ne me réussissait jamais. Ça fait maintenant plus de dix ans que je n’ai jamais repris le moindre somnifère ou tranquillisant ! Comment tout cela a-t-il été possible alors que souffrais d’une prétendue maladie psychiatrique chronique depuis plus de 40 ans (une schizophrénie paranoïde commencée d’abord sous la forme d’une névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle) ? C’est que pour cela il a fallu que je résolve alors tous mes problèmes psychologiques en rapport avec ces deux maladies psychiatriques ! Je ne peux pas bien sûr dans ce bref message raconter aussi bien l’histoire de ma névrose que de ma psy347


chose et de leurs traitements ! Je résume celle-ci sur mon « Forum d’entraide adultes : libido et guérison des schizos » et plus complètement dans mon livre « Schizo guéri » à paraître prochainement soit chez un éditeur soit sur mon forum (on verra bien). Cependant pour les antidépresseurs, les neuroleptiques et les antipsychotiques, du fait du risque de passage à l’acte tels que : vol, viol, crime, suicide, etc. je ne conseille en réalité que seulement un sevrage progressif et surtout jamais d’arrêt total définitif : il faut toujours garder un petit minimum. Je vous soutiens car réussir à se sevrer des tranquillisants et somnifères même si ce n’est jamais facile ni automatique, c’est quand même ensuite être ainsi beaucoup plus heureux définitivement. Mais encore une fois je prétends que pour cela il faut avoir auparavant solutionné ses problèmes psychologiques quels qu’ils soient. Ce n’est jamais gagné d’avance ! Il faut essayer et réessayer plusieurs fois ! Il faut toujours vouloir en découdre et toujours persévérer ainsi. C’est un combat ! Bien cordialement à vous, Le 20 mars 2016, Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

348


MA SCHIZOPHRÉNIE ET SA GUÉRISON EN QUELQUES PHOTOS COMMENTÉES* C'est un choc affectif grave sur une personnalité immature au début de l'âge adulte qui a été la cause apparente de mes deux premières crises psychotiques graves. En réalité mes problèmes sexuels et affectifs de l'âge adulte étaient en rapport avec mes problèmes sexuels et affectifs de ma toute petite enfance. C'est l'intervention du Père en position symbolique (les conseils malencontreux d'un neuropsychiatre psychanalyste - futur professeur à la Faculté de médecine et futur président de l’Association Psychanalytique Internationale - afin que j'aboutisse sentimentalement voire sexuellement avec une jeune collègue de bureau de six ans mon aînée) qui à mon avis a bel et bien provoqué ces deux crises psychotiques graves. La forclusion du Sein-de-la-Mère (Œdipe La Plume) et la forclusion du Nomdu-Père (Jacques Lacan) expliquent bien à mon avis aussi bien les causes infantiles que celles du jeune adulte de ma schizophrénie paranoïde. C’est la liquidation de mon transfert épistolaire sur mon ancienne psychiatre psychanalyste et sur mon ancienne assistante sociale de 2002 à 2012 qui m’a permis de liquider complètement et définitivement ma schizophrénie. Toutefois sans les prestations sexuelles des jeunes prostituées sexy (1965-1972) lesquelles en me débloquant psychologiquement, d’une part m’ont guéri de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle (1962-1972) et m’ont provoqué une importante rémission de ma schizophrénie paranoïde (1966-2005), d’autre part m’ont permis de rencontrer enfin l’amour et la femme de ma vie (1973), jamais je n’aurai pu guérir non plus complètement et définitivement de ma schizophrénie. Mais sans l’amour véritable de celle-ci (1973 jusqu’à toujours actuellement en 2016) jamais ma structure mentale psychotique n'aurait pu complètement et définitivement disparaître. Le 21 mars 2016, Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs 349


CE SONT LA SEXUALITÉ ET L'AMOUR QUI M’ONT GUÉRI DE MA SCHIZOPHRÉNIE* C’est ma conclusion après 40 ans de lutte contre celle-ci et plus de dix ans de guérison de celle-ci et bien que mon ancienne psychologue de mon ancien Service d’accompagnement à la vie sociale (SAVS) m’ait fait remarquer un jour au sujet de mon histoire psy : “Votre parcours est unique !” 15 % seulement des schizophrènes travaillent ; 3 % seulement sont mariés ; 1 % seulement ont des enfants ; 75 % rechutent après l’arrêt de leur traitement dans le délai d’un an ; les crimes et délits ne sont que rarissimes et que le fait de malades peu ou pas soignés ; la sexualité des schizophrènes c’est quoi ? la masturbation et/ou les prostitué(e)s ! mais les garçons sont souvent impuissants et les filles, elles, souvent frigides du fait des effets indésirables de leur traitement médicamenteux ; avant leur maladie les schizophrènes ont souvent un gros blocage psychologique (timidité excessive) en rapport avec une névrose en général obsessionnelle et très grave si bien qu’ils sont incapables du langage sexuel et sentimental vis-à-vis du sexe opposé ; au cours de leur traitement médicamenteux recommandé en général à vie par les psychiatres les antipsychotiques gomment alors tout ce qui pourrait fait leur bonheur et en particulier la vie amoureuse ; un schizophrène sur deux fait au moins une tentative de suicide dans sa vie et un sur six en meurt ! J’ai réussi à guérir enfin complètement et définitivement de ma schizophrénie d’abord grâce à la sexualité avec de jeunes prostituées sexy (1965-1972) puis ensuite grâce à l’amour véritable de ma femme (1973 jusqu’à toujours actuellement en 2016). Je n’ai d’ailleurs connu justement celle-ci que grâce à celles-ci dans la mesure où avant d’avoir de bons rapports sexuels et sentimentaux avec celles-ci j’étais en réalité toujours systématiquement bloqué psychologiquement pour faire la cour et séduire toute femme. Mais la liquidation de mon transfert œdipien qui s’était créé à l’occasion de mes soins avec mon ancienne psychiatre psychanalyste et avec mon ancienne assistante sociale sur celles-ci m’a aussi tout autant aidé à guérir enfin complètement et définitivement de ma schizophrénie. 350


Ma guérison complète et définitive est donc en réalité un ensemble résultant de plusieurs facteurs en rapport avec un problème de libido mais que j’ai finalement toujours réussi à solutionner. Mon but maintenant que je suis guéri enfin de ma schizophrénie c’est qu’à mon tour moi aussi je guérisse ou aide à guérir de celle-ci toutes celles et tous ceux qui en souffrent et qui souhaitent en guérir. Je me considère enfin complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie depuis 2007. J’ai eu six ans et demi d’arrêts de travail et seize hospitalisations pour raison de santé psychiatrique en tout et c’est après un choc affectif grave que ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle (1962-1972) a alors évolué en schizophrénie paranoïde sous la forme de deux crises psychotiques graves en 1966. Ma dernière hospitalisation remonte elle à 2000. Ainsi de 1962 à 2004 je n’ai jamais cessé alors d’ingurgiter (sauf exceptions rarissimes) que toujours toutes sortes de tranquillisants, somnifères, antidépresseurs, normothymiques et antipsychotiques. De 2008 jusqu’à toujours actuellement en 2016 soit je n’ai rien pris comme antipsychotique soit n’ai pris qu’un sixième de la dose en ambulatoire recommandée de celui-ci par le laboratoire qui le fabrique et pourtant ni moi ni mes psys n’ont jamais vu apparaître pour autant le moindre indice de rechute dans ma schizophrénie d’autrefois. J’ai commencé à écrire à l’âge de 17 ans selon la méthode de Freud “laisser venir ses pensées librement et faire des associations d’idées” à mon psy de l’époque puis ai continué à écrire ainsi à d’autres de mes psys, etc. jusqu’à même ce jour. Dans mon livre de plus de 3 000 pages en huit tomes tous pour adultes, je communique l’essentiel de mes courriers à ceux-ci, lesquels n’ont pratiquement jamais répondu à aucun de ceux-ci. Ma nouvelle psychiatre actuelle m’a déclaré en 2013 : “La prostitution c’est comme écrire c’est très thérapeutique !” et même en 2014 : “Vous pouvez vous considérer guéri de votre psychose !” Pour moi la définition de la guérison n’est pas celle du site http://www.allodocteurs.fr/ qui déclare : “On est guéri 351


lorsque l’on n’a plus besoin de médicaments !” mais en réalité celle de Freud à savoir : “Être guéri c’est être capable d’aimer et de travailler !” et celle de moi-même à savoir : “Être guéri c’est être heureux !” Je ne conseille pas comme le font certains schizophrènes eux aussi effectivement guéris d’arrêter complètement même si c’est progressivement son antipsychotique. Je ne conseille que de réduire seulement le dosage de celui-ci jamais de l’arrêter complètement ! Et cela que si seulement on est surdosé et que si seulement les problèmes psychologiques qui sont en rapport avec la schizophrénie ont été eux effectivement complètement solutionnés sur une longue période. Cela se traduit alors par le fait que l’on peut réellement arriver alors à se sevrer enfin des somnifères, tranquillisants, antidépresseurs, normothymiques, etc. de toutes sortes que l’on prenait souvent depuis belle lurette… En effet, comment savoir par exemple dans l’hypothèse génétique de la schizophrénie que les anomalies des gènes n’existeraient plus du tout ou par exemple aussi dans l’hypothèse de la structure mentale psychotique que celle-ci n’existerait plus du tout elle non plus ? Si bien que c’est alors prendre un risque réel quant à l’avenir de son état de santé psychologique que d’arrêter complètement et même progressivement alors tout antipsychotique ! D’autant plus qu’actuellement il existe enfin au moins un de ceux-ci qui à ma connaissance à ce sujet à son dosage en ambulatoire recommandé par le laboratoire qui le fabrique, d’une part n’a alors chez qui que ce soit vraiment aucun effet indésirable du tout, d’autre part est considéré comme un bon stimulant pour les étudiants en médecine et comme un bon protecteur du cerveau pour les personnes âgées : il s’agit de l’aripiprazole. “Être guéri c’est être heureux !” cela que l’on prenne ou ne prenne pas de médicaments à mon avis. Quant à “Être guéri c’est être capable d’aimer et de travailler !” comme l’a dit Freud lui non plus ne précisait pas si alors c’était ainsi avec ou sans médicaments, bien qu’il n’existât pas d’antipsychotiques à son époque mais que seulement certaines drogues dangereuses telle par exemple que la cocaïne dont il s’est d’ailleurs servi à l’occasion aussi bien pour certains de ses malades que pour lui-même. 352


Mais sous somnifères, tranquillisants, normothymiques, antidépresseurs pris depuis de très longues années n’est-on pas avec ceux-ci surtout quand ils sont pris à de très fortes doses toujours très malheureux par leurs effets indésirables et n’eston pas ainsi alors complètement démoralisé jusqu’à même en être alors très suicidaire ? Les normothymiques et les antidépresseurs même si je suis arrivé à m’en passer complètement progressivement alors que je les ingurgitais régulièrement depuis plus de trente ans environ, je veux bien admettre pour ceux-ci que certains malades ne doivent pas s’en sevrer au risque de rechuter dans leurs troubles de l’humeur chroniques ! Mais les somnifères et les tranquillisants ? Mon ancienne psychiatre psychanalyste ne m’avait-elle pas dit à ce sujet en 2004 : “Vous n’y arriverez pas !” ? et pourtant depuis 2005 je n’ai jamais repris en quoi que ce soit d’aucun de ceux-ci ! Mais comment résoudre ses problèmes psychologiques qui sont en rapport avec la schizophrénie ? On peut se faire aider par des psys mais cela n’y suffit pas voire jamais ! Il faut une relation plus en profondeur sur le plan humain pour cela et ce furent alors comme je l’ai rapporté justement ci-dessus d’abord mes relations sexuelles avec les jeunes prostituées sexy puis ma relation amoureuse avec ma femme et enfin ma relation épistolaire qui s’était créée avec mon ancienne psychiatre psychanalyste et avec mon ancienne assistante sociale à l’occasion de mes soins avec celles-ci, qui m’ont permis enfin de guérir complètement et définitivement de ma schizophrénie depuis maintenant environ 2007. Ma relation médicale n’existe pratiquement plus avec ma nouvelle psychiatre actuelle car elle n’est plus du tout justifiée par une maladie psy et est remplacée actuellement par une relation avant tout amicale. Le 22 mars 2016, Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs 353


LES CAUSES DE MA SCHIZOPHRÉNIE ET LES RAISONS DE SA GUÉRISON* Pour résumer les causes de ma schizophrénie, celles-ci, à mon avis, sont aussi bien la « forclusion du Sein de la Mère » (pour comprendre cette expression voir mon livre) que la « forclusion du Nom-du-Père » (pour comprendre cette expression voir le site http://psychiatriinfirmiere.free.fr à l’article la “forclusion du Nom du Père”) lesquelles à l’âge adulte ne m’ont pas permis alors d’avoir une santé mentale définitivement saine si bien que suite à un choc affectif grave sur une personnalité immature il en est résulté alors deux crises psychotiques graves. Pour résumer les raisons de la guérison de ma schizophrénie, celles-ci, à mon avis, sont aussi bien le travail, la sexualité avec de jeunes prostituées sexy, le militantisme, la philosophie, l’environnement, la liquidation de mon transfert épistolaire œdipien sur mon ancienne psychiatre psychanalyste et sur mon ancienne assistante sociale, que l’amour véritable de ma femme depuis 1973. Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

354


Œdipe LA PLUME Madame le docteur Désirée JUPON Psychiatre et médecin traitant autrefois DERNIÈRE TENTATIVE DE CONCILIATION Madame, Je me permets de vous signaler que de l’avis de l’Ordre des médecins un certificat médical demandé par un patient ne peut être refusé à celui-ci que seulement dans des conditions précises. Celui-ci demandé dans le but de porter plainte auprès de la justice pénale ou de l’Ordre des médecins suite à un abus dont vous avez vous-même été directement témoin de la part de l’un de vos confrères psy et dont la victime de celui-ci est directement votre propre patient ne peut pas ainsi lui être refusé. Sauf à faire délibérément obstruction à l’action de la justice ou de l’Ordre des médecins. Malgré tout celui-ci peut vous condamner à six mois de suspension d’exercice de la médecine pour non confraternité vis-à-vis de votre confrère psy abuseur sachant que votre certificat médical même s’il est le reflet de la vérité est effectivement destiné à un procès contre celui-ci. C’est bien connu que l’Ordre des médecins ne respecte pas souvent lui-même ni la loi ni le Code de déontologie médicale à ce sujet. Mais si même d’après le droit français quiconque ou même un médecin voire l’Ordre a le droit de mentir autant que cela lui chante par son silence partout où il le veut il y a malgré tout un endroit où même mentir par son silence est interdit c’est par-devant la justice. Autrefois, vous m’aviez fait à ma demande le certificat médical suivant lequel était très laconique, non explicite et ne relatait pas votre diagnostic au sujet des faits que me reprochait votre confrère psy abuseur : Je soussignée, Docteur Désirée Jupon, docteur en médecine, psychiatre, praticien hospitalier, médecin chef de service à La Joie de vivre, certifie avoir suivi Monsieur Œdipe La Plume 355


du 23/08/2002 au 26/07/2012 pour une psychose schizophrénique de type schizophrénie paranoïde ayant évolué vers des troubles schizo-affectifs. Certificat établi à la demande de l’intéressé pour faire valoir ce que de droit. Certificat fait à Paris, le 21 mai 2013, Docteur Désirée JUPON Je vous prie de me refaire entièrement celui-ci en rappelant le fait que je vous ai adressé de 2002 à 2012 des courriers en nombre dont votre confrère psy abuseur a reçu une copie de ceux-ci pendant six mois de janvier à juillet 2008 environ. Le 17 juillet 2008 il a alors fait à la demande du directeur de son hôpital et de ses confrères un certificat de complaisance dans lequel il écrivait entre autres que j’étais pour lui « désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur », etc. « sous réserve de l’avis de l’un de ses confrères qui verrait directement ce patient ». Car en effet votre confrère psy abuseur ne m’avait jamais vu ni jamais examiné suite à ces courriers que je n’adressais d’ailleurs même pas directement à lui-même mais au directeur de son hôpital et à certains de ses confrères de celui-ci. En réalité il ne m’avait vu que dix minutes environ quinze ans auparavant parce que le directeur de son CMP m’avait alors déclaré plusieurs fois : « Le CMP ce n’est pas pour vous ! allez voir ailleurs ! ». Je l’avais donc consulté à son hôpital vers 1995 et il a été alors incapable de m’adresser à l’un de ses confrères psy. Je ne conteste pas les termes de votre certificat médical cidessus au sujet des diagnostics de « schizophrénie paranoïde » et de « troubles schizo-affectifs » mais celui-ci n’étant pas en réalité circonstancié je ne peux pas savoir si ceux-ci se rapportent et en quoi au diagnostic de « désordre, dangerosité, délire mais sans persécuteur », etc. de votre confrère à mon avis abuseur au sujet des courriers en nombre que j’ai adressés pendant six mois en 2008 au directeur de son hôpital et à certains de ses confrères de celui-ci. Et il me semble par exemple que le diagnostic de « troubles schizo-affectifs » se rapporte à l’aboulie que j’ai faite à cause parfois d’un surdosage de médicaments psychotropes par 356


vous-même de 2002 à 2004 et non pas à cette histoire de courriers en nombre. Je vous communique en P.-S. deux certificats médicaux effectivement circonstanciés de la part autrefois du Pr Driss Watson (ancien président de l’Association Psychanalytique Internationale) pour vous donner un exemple parmi d’autres de la façon dont ceux-ci doivent être rédigés pour défendre un malade victime de l’abus justement de l’un de ses confrères psy lui aussi. Bien sûr si vous tenez envers et contre tout à défendre votre confrère psy abuseur et envers et contre tout à ne pas m’aider psychologiquement moi la victime de celui-ci alors je serai obligé de conclure que vous aussi continuez à abuser de moi. J’en tirerai alors les leçons et adviendra ce qui vous adviendra au point de vue pénal pour vous-même comme pour votre confrère psy abuseur car bien sûr pour aboutir à une sanction judiciaire à votre encontre et contre votre confrère psy abuseur j’aurai pris un avocat spécialisé. J’ai toujours jusqu’ici recherché une solution à l’amiable que ce soit avec mon abuseur ou que ce soit avec vous-même jusqu’ici son complice envers et contre tout contre moi-même aussi. C’est à vous de réfléchir une dernière fois à ce sujet avant peut-être une action judiciaire qui n’a que trop attendue. Le but de ce certificat médical circonstancié que je vous demande à nouveau de me rédiger enfin est bien sûr de crever un abcès psychologique (que vous avez vous-même contribué par votre comportement non conforme à la définition du bon médecin « dévoué et loyal » tel qu’indiqué sur le site de l’Ordre des médecins à me créer) et non pas bien sûr forcément de punir votre confrère psy abuseur et/ou vous-même son complice. Recevez, Madame, mon souvenir le meilleur. Œdipe LA PLUME P.-S. : une copie du présent courriel est adressée aussi bien à votre confrère psy abuseur le Pr Michael Le Grand qu’à l’Ordre des médecins avant d’être adressée éventuellement au Procureur de la République. 357


Driss WATSON Psychanalyste Professeur en psychiatrie HÔPITAL SIGMUND FREUD Monsieur Œdipe LA PLUME Je soussigné, certifie avoir donné mes soins à M. Œdipe La Plume de manière régulière et suivie entre 1962 et 1965. En 1967, M. Œ. L. était revenu me voir, ayant présenté en 1966 des troubles qui l’avaient conduit à l’hôpital. À l’époque, il m’avait demandé un certificat attestant que les difficultés pour lesquelles il était venu me consulter entre novembre 1962 et 1965 ne pouvaient en rien laisser prévoir l’accident survenu en 1966. J’avais rédigé dans cet esprit un certificat précisant d’ailleurs que je ne lui avais donné aucune prescription médicamenteuse durant toute la période où il m’avait consulté et qu’il s’agissait seulement d’un traitement d’ordre psychologique. À sa demande, je peux aujourd’hui confirmer les termes de mon certificat de l’époque : les difficultés psychologiques pour lesquelles ce garçon était venu consulter en 1962 ne pouvaient pas être considérées comme une maladie mentale et que rien ne laissait prévoir l’apparition ultérieure de quelque trouble que ce soit. Certificat rédigé à la demande de l’intéressé et remis en mains propres. Fait à Paris, le 18 novembre 1976, Professeur D. WATSON Driss WATSON Psychanalyste Professeur en psychiatrie HÔPITAL SIGMUND FREUD Monsieur Œdipe LA PLUME Paris, le 29 septembre 1980, 358


Cher Monsieur, J’ai bien reçu votre lettre du 19 septembre dans laquelle vous me faites savoir que vous avez sollicité auprès du Dr Blandine Libertin une contre-expertise amiable. À cette occasion vous me rappelez les termes de mes propres certificats et je ne peux que vous confirmer ceux-ci. En 1962, vous êtes venu pour des troubles du comportement consulter dans le service du Pr Noa Adam. Nous avons considéré que ces troubles, ainsi que les manifestations de caractère qui leur étaient associées, étaient de nature névrotique. Vous avez raison de penser que tous les termes n’introduisent pas une différence de nature avec les difficultés psychologiques normales à l’adolescence et qu’ils signifient simplement que, dans votre cas, ces difficultés étaient un peu plus accentuées. C’est pourquoi nous vous avions conseillé une psychothérapie d’abord par le psychodrame, ensuite individuelle. Je confirme qu’à cette époque il n’était pas possible de prévoir l’apparition ultérieure des troubles dont vous avez souffert. Il me semble donc que votre bonne foi ne pouvait pas être mise en cause lorsque vous avez déclaré, lors de votre embauche en 1965, que vous ne présentiez pas de maladie mentale. On peut discuter après coup du lien possible entre vos difficultés psychologiques de l’adolescence et des troubles ultérieurs, ceci reste une question d’appréciation qui est de la responsabilité de l’expert. Bien entendu, vous êtes tout à fait libre de communiquer copie de cette lettre au Dr Blandine Libertin. Croyez, cher Monsieur, à mes sentiments les meilleurs. Professeur D. WATSON

359


PEINE DE MORT : ÉCHANGE ÉPISTOLAIRE AVEC LE FRONT NATIONAL Œdipe LA PLUME FRONT NATIONAL Le FN est-il toujours pour la peine de mort ? Je ne trouve pas son avis actuel sur ce sujet sur votre site ! Œdipe LA PLUME FRONT NATIONAL Œdipe LA PLUME Bonjour Œdipe, La présidente du FN et candidate à l'élection présidentielle y est favorable, le nouveau projet présidentiel de Marine paraîtra lors de la campagne. Merci de votre courriel et de votre soutien. Cordialement, LE FRONT NATIONAL Œdipe LA PLUME FRONT NATIONAL Ne comptez pas ou plus ou plus sur moi pour voter FN ! Je suis aussi bien contre la justice qui tue que contre la justice qui punit ! Œdipe LA PLUME 360


ŒDIPE CLAUDIE Secrétaire WWW.ADVOCACY.FR Bonjour Claudie, Je te remercie pour ta réponse. Je comprends que même avec des abuseurs sur leur forum (dans la mesure où aucun psychiatrisé ne s’y exprime tellement ceux-ci y sont toujours systématiquement censurés) certains pensent qu’il vaille mieux avoir malgré tout des rapports « amicaux ». Mais quant à moi avec ces gens-là, je préfère ne pas leur parler le langage du mensonge et de l’hypocrisie « amical » sachant que ce sont avant tout des abuseurs de psychiatrisés sur leur forum cachant sans doute leurs propres abus à l’hôpital psy. Et quand on est un abuseur c’est être alors un imposteur que de faire comme si on n’en était pas un. Sauf erreur de ma part la derrière fois que j’ai visité le site de www.advocacy.fr je n’y ai pas trouvé de lien vers le site du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire alors qu’il me semble (mais ma mémoire peut flancher) qu’il en existait bien un vers celui-ci autrefois. Peux-tu me dire – bien que tu n’y sois pas obligé – si je me trompe et éventuellement ce qui s’est passé à ce sujet ? Je n’ai aucune animosité particulière contre les dirigeants de www.advocacy.fr que je respecte notamment pour leurs qualités humaines. Si je me suis retiré de cette association à deux reprises bien que je sois entièrement d’accord avec tout le contenu de son site de l’époque (sauf le soutien « amical » de celleci au Collectif des 39 mais encore une fois ma mémoire peut flancher à ce sujet) c’est parce que malgré mes réclamations je n’ai jamais pu y être utile en quelque chose vis-à-vis de des autres adhérents. Je m’y suis retrouvé seul dans mon coin et personne n’est alors allé vers moi ! J’étais venu pour discuter mais je me suis vite aperçu que je ne pouvais seulement discuter qu’avec toi seul… qui justement à cette époque soutenait vivement le 361


Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire… Je soutiens moi aussi ce qu’il propose politiquement pour les psychiatrisés mais ça ne veut pas dire que je dois me taire « amicalement » au sujet de ses abus de censure chronique sur son forum… Et des psys qui par-devant donnent la parole aux psychiatrisés mais qui par-derrière la leur retirent à ton avis qu’en penseraient du point de vue psychothérapeutique aussi bien Sigmund Freud que Lucien Bonnafé ? Je ne suis actuellement adhérent d’aucune association politique ou d’usagers en psychiatrie. Et même si le montant de la cotisation est malgré tout modique je n’ai vraiment pas les moyens du tout actuellement de pouvoir leur régler celle-ci… et j’ajoute que ma femme est de plus en malade… Je me tiens à ta disposition pour répondre à tes questions éventuelles au sujet de mon livre et/ou de mon forum si toutefois tu t’intéresses à ceux-ci. Bien cordialement à toi, ŒDIPE P.-S. : pour parler d’autre chose : je viens d’avoir un échange épistolaire avec le Front National lequel m’a confirmé que Marine avait bien mis la peine de mort dans son programme pour la présidentielle. Je me suis alors permis de répondre ceci à mon correspondant du FN : « Ne comptez pas ou plus sur moi pour voter pour le FN ! Je suis aussi bien contre la justice qui tue que contre la justice qui punit ! »

362


AFFAIRE ŒDIPE LA PLUME CONTRE MICHAEL LE GRAND ET DÉSIRÉE JUPON Œdipe LA PLUME Monsieur le professeur Michael LE GRAND (psychiatre abuseur) Madame le docteur Désirée JUPON (psychiatre psychanalyste complice) Madame, Monsieur, Je ne déposerai plus de plaintes à l’Ordre des médecins et ne déposerai pas de plainte au pénal contre vous deux malgré les délits dont je vous accuse, pour au moins les trois raisons suivantes : • je n’ai pas les moyens de me payer un avocat spécialisé pour cela comme me le recommande effectivement mon conseiller juridique gratuit ; • ma femme serait à nouveau angoissée et pourrait être à nouveau prise par des crises de panique (pendant quatre ans jusqu’à notre déménagement sur la Riviera française elle n’a cessé plusieurs fois par jour d’être terrorisée à l’idée que la police pouvait se présenter à notre domicile, m’emmener manu militari afin de m’enfermer pour le restant de mes jours à l’hôpital psychiatrique) ; • je suis aussi bien contre la justice qui tue que contre la justice qui punit ; etc. Par contre ce que je ferai c’est un signalement à toutes fins utiles et pour leur gouverne aussi bien à Monsieur le procureur de la République de Paris qu’à Monsieur le préfet de police de Paris des délits que je vous reproche à tous les deux et que je ne vous rappelle pas ici car vous les connaissez bien. 363


Pour cela j’aurai bâti un dossier avec tous les courriers que je vous ai adressés à vous deux et à l’Ordre des médecins en leur faisant remarquer que la justice est à deux vitesses comme la médecine. J’ajouterai que je me tiens à la disposition des experts psychiatres près les tribunaux et que quant à l’Ordre des médecins il a bel et bien refusé de faire son travail pour ainsi soutenir des médecins véreux. Il m’étonnerait alors que vous soyez tous les deux inquiétés par une sanction pénale (amende ou prison) car d’une part il n’y pas ainsi de plaintes de déposées et de toute façon les prescriptions pour diffamation (trois mois), abus de faiblesse sur personne vulnérable (plusieurs années), certificat médical de complaisance fait sans avoir jamais vu ni jamais examiné le soi-disant « malade désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur » ( ? ), erreur de diagnostic et de pronostic ( ?), etc. seront ainsi dépassées ! En raison des crises de panique terribles que pourraient avoir à nouveau ma femme suite à ce signalement aussi bien à Monsieur le procureur de la République qu’à Monsieur le préfet de police de Paris, celui-ci ne leur sera adressé qu’après le décès de ma femme s’il survient bien sûr avant le mien. « Les gens qui échappent à la justice sont toujours rattrapés par la justice de la vie ! » (avis de ma nouvelle psychiatre actuelle) Recevez, Madame, Monsieur, mon souvenir le meilleur. Le 18 avril 2016, Œdipe LA PLUME P.-S. : copie pour l’Ordre mes médecins

364


EXTRAIT DU SITE WWW.ALLODOCTEURS.FR « EXISTE-T-IL UN TEST POUR DIAGNOSTIQUER LA SCHIZOPHRÉNIE ? » Un test tel le Rorschach permet de constater s’il y existe ou pas chez une personne les symptômes de la schizophrénie mais cela uniquement au moment où celle-ci passe alors celui-ci et en aucun cas même si les résultats sont alors très bons pour elle, il ne me permet alors en rien du tout de prévoir l’avenir. Le problème c’est qu’on peut être alors porteur de la schizophrénie même sans aucun symptôme apparent. Car aussi bien dans l’hypothèse génétique que dans celle de la structure psychotique il faut un élément déclenchant (en général un choc affectif) pour que la psychose se déclenche et se révèle alors ainsi. Ce sont surtout les malades qui se croient guéris parce qu’ils ont arrêté leur traitement médicamenteux et qui même sur une longue période ensuite ne voient plus apparaître de symptômes du tout qui doivent se méfier. Et à mon avis c’est vrai que souvent se croire guéri c’est alors en réalité le début de la rechute ! Dans l’hypothèse génétique il est évident qu’il n’y a pas de guérison ni grâce à la psychothérapie ni même grâce aux médicaments ! Dans l’hypothèse de la structure psychotique, qui est à mon avis mon cas mon cas personnel, je considère que celle-ci n’existe plus ! Cela parce que j’ai évolué grâce au travail, à la sexualité, au militantisme, à la philosophie, à l’environnement, à mes courriers à mon ancienne psychiatre psychanalyste et à mon ancienne assistante sociale pendant dix ans, à l'amour, à mon livre, etc. et qu’il en résulte maintenant que mon vécu et mon ressenti c’est que je ne suis pas ou plus malade du tout car tout simplement je ne souffre de rien du tout en quoi que ce soit. En plus pendant plus de dix ans je n’ai pris qu’un sixième de la dose en ambulatoire d’antipsychotique recommandée par le laboratoire qui le fabrique ou même rien du tout pendant de longues périodes et jamais moimême et mon entourage (dont mes psys) n’ont jamais vu venir alors le moindre indice de rechute dans ma schizophrénie d’autrefois. Mon ancienne psychologue de mon ancien Service d’accompagnement à la vie sociale (SAVS) au sujet de mon histoire psy ne m’a-t-elle pas déclaré d’ailleurs un jour ceci : “Votre parcours est unique !” ? Est-ce que cela voudrait dire que je suis un 365


cas unique de guérison de la schizophrénie ? Je ne le crois pas si je consulte Internet à ce sujet y compris même de l’avis de certains psys ! Mais alors ceux-ci n’indiquent-ils pas toujours que la guérison effective de celle-ci reste toujours quelque chose d’exceptionnel ? Quoi qu’il en soit je ne recommande jamais d’arrêter complètement un antipsychotique quel qu’il soit ! On peut le diminuer mais il ne faut jamais l’arrêter complètement par mesure de prudence ou de sécurité puisque l’on ne pourra jamais vraiment savoir si même sans symptômes sur une longue période on n’est pas toujours malgré tout porteur de la maladie ! Aucun test actuellement ne permet de prédire l’avenir de qui que ce soit aussi bien portant soit-il après même avoir passé un test tel le Rorschach, je le rappelle ! Œdipe LA PLUME

366


ERREUR ET DÉLIT DU DR… SUR LE FORUM SCHIZOPHRÉNIE WWW.ATOUTE.ORG* Sur www.atoute.org dont le modérateur est le Dr … j’avais déposé sur le forum schizophrénie de celui-ci le message suivant : Que pensez-vous de cette phrase qui est de moi : « Seuls la sexualité et l’amour peuvent guérir de la schizophrénie ! », bien que d’autres fois j’ai écrit aussi : « Seule une relation humaine peut guérir de la schizophrénie ! » ou encore « Seuls l’amour et un bon contexte social peuvent guérir de la schizophrénie ! » ? Tout cela bien sûr est en rapport avec mon expérience de la schizophrénie et de sa guérison ! Et j'ajoute aussi : « Jamais la médecine ne guérira de la schizophrénie ! » Voici ce que celui-ci m’a alors répondu au sujet de cette phrase, etc. : « Personnellement, je trouve que cette phrase est délirante, donc celui qui l'a écrite n'est pas vraiment guéri. » Et voici ce qu’à mon tour je lui ai répondu au sujet de sa réponse : « Merci pour le prétendu délire ! La psychopathologie et la psychanalyse ont disparu des études médicales en France ! Pouvez-vous me déclinez aussi bien quelle est votre expérience de la psychiatrie que des schizophrènes ? La France est toujours actuellement le pays d’Europe le plus condamné par la Cour européenne des droits de l'homme pour ses abus en psychiatrie ! Heureusement que maintenant le juge intervient obligatoirement dès douze jours d’hospitalisation sous contrainte en psychiatrie de par la loi ! et qu’il existe aussi des experts psychiatres près les tribunaux pour contredire leurs confrères abuseurs de toutes sortes ! Des médecins et des psys provocateurs et abuseurs ça existe même en France et ce n’est pas beau à voir ! » J’ai alors reçu le message suivant lorsque j’ai voulu retourner sur le forum schizophrénie de celui-ci : 367


Vous avez été exclu pour la raison suivante : Délire et publicité personnelle sur le forum Date à laquelle l'exclusion sera levée : Jamais Et sur le forum maintenant sous mon avatar il a tenu à y mettre la mention suivante : « Persona non grata : personnalité ou état psychologique susceptible de déstabiliser d'autres membres. » Que ma phrase « Seuls la sexualité et l’amour peuvent guérir de la schizophrénie ! », etc. soit « délirante » ou que je ne sois « pas vraiment guéri » comment peut-il me le prouver ou me le démontrer rien qu’à la lecture seulement de celle-ci ? son expérience de médecin sans doute me répondrait-il à ce sujet si je pouvais encore lui poser cette question sur son forum schizophrénie. Mon expérience d’ancien malade schizophrène va bien sûr complètement à l’encontre de son prétendu diagnostic de « délire » et de « pas vraiment guéri » ! Je considère qu’il s’agit d’une erreur médicale de sa part et qu’il n’a pas à délivrer des diagnostics sans m’avoir auparavant jamais vu ni jamais examiné directement pour cela. À supposer même que ce diagnostic public soit le reflet en quelque chose de la vérité il n’empêche que ce genre d’abus est illégal : on n’a pas le droit de diffamer même sous un pseudonyme (diffamer veut dire porter atteinte à la réputation d’une personne et il s’agit alors d’un délit même si l’on dit vérité à ce sujet : seuls les tribunaux sont en réalité habilités en France à faire des verdicts portant atteinte à la réputation d’une personne physique ou morale) et en plus révéler un diagnostic en public est une atteinte à la vie privée (même sous un pseudonyme). Normalement je suis en droit de porter plainte à l’encontre de ce Dr ... modérateur sur le site www.atoute.org aussi bien auprès de la Commission nationale informatique et libertés (CNIL), de l’Ordre des médecins (à qui d’ailleurs j’envoie une copie à celui-ci mais je ne me fais guère d’illusions sur celui-ci à ce sujet) et du procureur de la République. Cela suppose de prendre un avocat et de le payer et en attendant de toute façon le délinquant court toujours et continue même peut-être ses abus 368


auprès d’autres visiteurs de son forum schizophrénie de son site www.atoute.org. Le Dr… modérateur du forum schizophrénie du site www.atoute.org possède bien sûr un droit de réponse au présent message laquelle il peut la déposer dans la fenêtre « Laisser un commentaire » de celui-ci sur ce forum. Le 19 mai 2016, Œdipe LA PLUME

369


JAMAIS LA MÉDECINE NE GUÉRIRA DE LA SCHIZOPHRÉNIE* Seuls la sexualité et l’amour peuvent guérir de la schizophrénie ! Au mieux les médicaments suppriment le malheur jamais ils ne font le bonheur ! Ceux-ci suspendent les symptômes de la schizophrénie mais ne la guérissent pas ! Ils n’ont pas du tout le même effet du point de vue psychologique ni de la sexualité bien vécue avec une compagne ou un compagnon ni de l’amour véritable de la part de celle-ci ou de celui-ci dans une vie de couple heureuse de tous les jours ! Les médicaments psy, eux, ne sont en réalité que des camisoles qui n’agissent que sur les effets de la maladie psy et pas du tout sur les causes de celle-ci par l’intermédiaire des neurones ! La simple compassion d’un psy vis-àvis d’un malade psy peut-elle alors suffire pour le guérir ? C’est pourquoi les psys soutiennent toujours les schizophrènes qui leur confient avoir régulièrement des rapports sexuels avec de jeunes prostitué(e)s sexy. La plupart de ceux-ci souffrent d’un blocage psychologique vis-à-vis du sexe opposé ne leur permettant pas d’adresser normalement la parole à celui-ci. Il s’agit d’une faille au niveau symbolique dans leur inconscient acquise lors de leur petite enfance du fait de la forclusion du Sein-de-la-Mère et du Nom-du-Père et demeurée toujours ouverte dans celui-ci à l’âge adulte. Celle-ci se traduit alors par une faille dans la parole visà-vis du sexe opposé. Alors débloqué psychologiquement par celles-ci, pour ma part, j’ai pu enfin rencontrer la femme et l’amour de ma vie ! Les jeunes prostituées sexy auxquelles j’ai eu régulièrement affaire (au début au rythme d’une fois par semaine en 1965 et à la fin au rythme d’une fois tous les trois mois en 1972) m’ont bel et bien guéri de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle et m’ont bel et bien provoqué une importante rémission de ma schizophrénie paranoïde. C’est l’amour véritable de ma femme de 1973 jusqu’à toujours actuellement en 2016 qui m’a ensuite enfin permis de guérir complètement et définitivement de ma schizophrénie paranoïde vers 2004. Après cette date j’ai pu enfin me sevrer de tous mes tranquillisants et somnifères que je prenais malgré tout à des doses faramineuses depuis 1962, puis j’ai supprimé complètement mon antidépresseur que je prenais à une dose moyenne depuis 1981, et depuis 2008 je ne prends plus qu’un sixième de la dose en ambulatoire d’un seul antipsychotique, alors que je prenais depuis 1965 plusieurs neuroleptiques de toutes sortes à 370


toujours des doses faramineuses, voire même je ne prends plus rien du tout. Les prostituées ne m’ont guéri que pour partie de ma schizophrénie mais elles ont bel et bien été à l’origine de ce qui a permis finalement ma guérison complète et définitive de celle-ci. Toutefois d’autres facteurs aussi sont intervenus pour expliquer ma guérison complète et définitive de ma schizophrénie tels que : le travail (1965-1997), le militantisme au PCF (1965-2004), l’environnement (depuis 2013), mes écrits à mon ancienne psychiatre psychanalyste et à mon ancienne assistante sociale (2002-2012), mon livre, etc. Jamais la médecine ne guérira de la schizophrénie ! Le 20 mai 2015, Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

371


Œdipe LA PLUME Véronique R. WEBMASTER WWW.LES-SCHIZOPHRENIES.FR Le 25 mai 2016 Bonjour Madame, Je vous remercie pour votre message. Vous êtes le premier média depuis environ dix ans que mon livre est sur Internet sous des titres successifs différents et toujours avec le temps qui passe avec de nouvelles améliorations de celui-ci à vous intéresser à lui publiquement. Il ne sera sans doute jamais chez Amazon car mes éditeurs n’ont pas prévu cela. Il est vente actuellement en numérique chez Google Play Livres et sur papier chez Shopmybook. Celui-ci n’a jamais été soutenu par qui que ce soit pour plusieurs raisons : même des schizophrènes m’en veulent que je me déclare guéri de ma schizophrénie ; les dirigeants d’associations d’usagers en psychiatrie m’en veulent eux aussi parce qu’ils ont tous un compte à titre personnel à régler avec moi : en particulier ma franchise lorsque je leur écrivais régulièrement autrefois ; enfin les psys font eux l’omerta, la censure, le mensonge, etc. au sujet de mon livre parce que d’une part ils n’y sont pour rien (ou presque) dans ma guérison de ma schizophrénie et d’autre part surtout j’ai été victime de nombreux abus de toutes sortes de leur part (violation du secret médical, dénonciation diffamatoire auprès de l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris, etc. mais par contre je n’ai pas encore été interné abusivement par ceux-ci même s’ils m’en ont fait effectivement planer la menace sur ma tête) pour lesquels ils pratiquent entre eux systématiquement la confraternité… Je ne sais pas du tout quel genre d’article vous comptez faire au sujet de mon livre (quelle longueur par exemple) : quoi qu’il en soit je vous autorise la reproduction de quelques articles de 372


celui-ci ou de certaines parties de ceux-ci de votre choix. Je vous autorise aussi la reproduction intégrale de tout ce qu’il y a actuellement sur mon dernier blog que je viens de créer et qui s’intitule : « Guérir de la schizophrénie ? L’avis d’un schizophrène guéri ! » Celui-ci est à l’adresse actuelle : http://schizo-guerilivres.blogspot.com mais n’a pas été encore référencé par Google. Je conçois bien sûr que vous ne soyez pas et même pas du tout d’accord avec le contenu de mon livre et de ce blog. Je peux bien sûr vous envoyer une copie de mon livre pour adultes « Plume de schizo – De la crise à la guérison » par Internet à titre gracieux si vous voulez bien me communiquer pour cela votre adresse mail. La mienne est la suivante : guerir.de.la.schizophrenie@gmail.com. La version du livre que je vous adresserai aura quelques pages supplémentaires par rapport à la version actuelle car l’éditeur m’autorise à aller jusqu’à 550 pages maximum. Le livre pour adultes « Plume de schizo – De la crise à la guérison » est en réalité un extrait essentiellement consacré à ma schizophrénie et à sa guérison d’un autre livre en dix tomes actuellement qui lui s’intitule « Schizo guéri » et est paraître dans quelques mois toujours aussi chez Google Play Livres en numérique et chez Shopmybook sur papier. Je peux vous envoyer celui-ci par Internet aussi si vous voulez bien me le demander. Celui-ci fait plus de 3500 pages et évoque en plus de ma schizophrénie et sa guérison des sujets tels que : la politique, le viol, la prostitution, les abus en psychiatrie dont j’ai été victime, etc. Je ne vous autorise pas à reproduire pour le moment des articles ayant pour thème aussi bien le viol que les abus en psychiatrie dont j’ai été victime vu la méchanceté aussi bien de certaines féministes que de certains psys dont j’ai été victime autrefois déjà à cause de ceux-ci sur Internet. En plus les articles de ces sujets sont actuellement en cours de révision comme d’ailleurs tout le livre pour adultes entier « Schizo guéri ». J’ai visité pour l’instant qu’un peu votre site que j’ai apprécié en particulier ne serait-ce que le logo de celui-ci qui déclare à propos des schizophrénies : « Une maladie non incurable ! ». Je ne connaissais pas du tout celui-ci bien que je fasse souvent des recherches sur Internet pour trouver ce genre de site.

373


Je me tiens à votre disposition pour répondre à toutes vos questions éventuelles. Croyez, Madame, à mes sentiments les meilleurs. Œdipe LA PLUME

374


Œdipe LA PLUME Véronique R. WEBMASTER WWW.LES-SCHIZOPHRENIES.FR Le 26 mai 2016, Bonjour Madame, Je vous remercie pour votre message sympathique. Depuis dix ans que mon livre existe (sous des titres différents successifs) vous êtes bel et bien la seule personne jusqu’à toujours actuellement me déclarant vouloir faire un article pouvant être positif au sujet de celui-ci. De nombreux schizophrènes, de nombreux dirigeants d’associations d’usagers en psychiatrie (dont l’UNAFAM, la FNAPSY, le CRPA, le GIA, ADVOCACY), de nombreux psys (dont les plus grands) sont parfaitement au courant du contenu de celui-ci, mais, jamais eux, ils ne m’ont déclaré vouloir faire au sujet de celui-ci un article pouvant être positif au sujet de celui-ci. Mon ancienne psychiatre psychanalyste m’a déclaré autrefois : « Ce que vous avez écrit est compréhensible et à mon avis publiable ! » et quand à ma nouvelle psychiatre actuelle (depuis trois ans), elle m’a déclaré ceci : « Écrire est très thérapeutique ! […] Vous pouvez vous considérer guéri de votre psychose ! » Et même une autre fois par la suite elle m’a encore déclaré plus précisément ceci : « Les prostituées c’est comme écrire c’est très thérapeutique ! […] C’est très bien écrit et sans faute d’orthographe ! » Mes psys n’ont jamais été demandeurs de mes courriers bien sûr même si certains m’y répondaient régulièrement (dont les Prs Driss Watson et Iouri Petrof notamment). Actuellement je n’écris plus à aucun psy ni même à personne et préfère éviter les forums sur Internet vu la malveillance de leurs usagers. Je dois vous signaler qu’actuellement je suis sous une dose de 10 mg d’aripiprazole à ma demande auprès de ma nouvelle psychiatre actuelle mais que je me considère guéri de ma schizophrénie parce qu’entre autres pendant exactement 8 ans (de 2008 à toujours actuellement en 2016) je n’ai pris qu’un sixième 375


ou même rien du tout sur de longues périodes de la dose en ambulatoire d’antipsychotique recommandée par le laboratoire qui le fabrique (olanzapine 2 ½ ou aripiprazole 2 ½) pour des raisons qui n’ont rien à voir ni avec la schizophrénie ni même avec quoi que ce soit de pathologique de ma santé actuelle. Tout simplement ce médicament est un bon stimulant du cerveau (on le donne aux étudiants en médecine pendant leur période de préparation à leurs concours) et un bon protecteur du cerveau pour les personnes âgées. Il m’aide – mais aussi n’importe qui d’autre aussi à mon avis – à gérer plus facilement tous mes problèmes intellectuels quels qu’il soient et tout ce qui se passe dans ma vie de tous les jours (ma femme m’énerve beaucoup car elle a de nombreux problèmes de toutes sortes et cet antipsychotique m’aide alors à mieux ou à bien la supporter sans énervement ou dérapage à mon tour de ma part). J’ajoute encore que ma femme ayant été à mon avis le pilier de ma santé mentale depuis 1973 que je la connais j’ai peur qu’au cas où celle-ci décéderait prématurément (elle a eu un cancer du sein, etc.) je ne fasse alors une mauvaise réaction dépressive. Je prends donc cet antipsychotique à titre préventif éventuellement à ce sujet aussi. Il est possible bien sûr qu’en réalité je n’ai guère besoin ni maintenant ni dans l’avenir de celui-ci mais comment le savoir ? Quant aux psys ils ne peuvent jamais dire à un schizophrène même guéri de ne plus prendre quelque chose pour sa maladie psy car d’une part nul ne peut prévoir l’avenir à ce sujet, d’autre part cela serait certainement considéré aussi comme une faute professionnelle lourde par l’Ordre des médecins en cas de problème éventuel. Vous trouverez en pièces jointes au présent message aussi bien le brouillon provisoire du livre pour adultes « Schizo guéri » d’environ 3 500 pages en dix tomes en attendant la publication du texte définitif dans quelques mois de celui-ci dont je suis effectivement l’auteur que l’extrait de celui-ci consacré essentiellement à ma schizophrénie et à sa guérison déjà publié qui s’intitule donc « Plume de schizo – De la crise à la guérison ». Celuici je suis en train actuellement d’y rajouter une cinquantaine de pages, mon éditeur Shopmybook m’ayant signalé que je pouvais aller jusqu’à 550 pages maximum. Je vous adresse aussi des passages de mon livre pour adultes « Schizo guéri » que j’ai moimême autocensurés à la demande aussi bien de Google Play Livres que de www.calameo.com afin de respecter leur règle376


ment (chez ce dernier je suis toujours interdit de publication alors que chez Google Play Livres celui-ci est revenu sur sa décision à ce sujet). Dès que possible je vous adresserai la version définitive de « Plume de schizo » avec ses nouvelles pages supplémentaires. S’agissant des sujets sensibles tels que le viol ou les abus en psychiatrie dont j’ai été victime et qu’il vaut mieux compte tenu de la méchanceté de certain(e)s internautes malveillante(s) à propos de ceux-ci et à mon égard ne pas évoquer dans votre article, je vous demande d’y rajouter (je vous prie de m’en excuser, car ça beaucoup de sujets à éviter), celui de la virginité de ma femme et de notre mariage non consommé (dans la fidélité réciproque) depuis 1973 (il s’agit d’un record du monde). En effet bien que ma femme se déclare « très heureuse comme ça » et déclare même aussi à ce sujet : « Le mieux c’est que ça continue comme ça ! » malgré tout elle a une honte terrible de sa « difficulté » à aboutir sexuellement ! Mais soit elle refuse les soins à ce sujet soit elle ne persévère pas dans ceux-ci ! Par respect de ma femme et compte tenu de son agressivité éventuelle à mon égard par rapport à ce sujet je préférerai donc que vous ne fassiez pas allusion aussi à celui-ci dans votre article et d’avance je vous en remercie. Enfin je n’ai pas encore cliqué sur le lien que vous m’avez communiqué concernant votre biographie personnelle mais vous assure que je ne manquerai pas de le faire dans quelques minutes. Bien cordialement à vous, Œdipe LA PLUME

377


POURQUOI L'OMERTA ET LA CENSURE DES PSYS SUR LES LIVRES DE « SCHIZO GUÉRI » ?* Ce ne sont pas les psys qui m’ont recommandé aussi bien que je leur écrive presque tous les jours selon la méthode de Sigmund Freud (cela depuis l’âge de 17 ans jusqu'à celui de 70 ans) que d'avoir des relations sexuelles et sentimentales régulièrement avec de jeunes prostituées sexy… D'une part pour mes écrits à ceux-ci l'un d'eux m'a même signalé alors comme "désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur", etc. à l'Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris, d'autre part pour les jeunes prostituées sexy malgré tout même s'ils ne m'ont jamais recommandé à celles-ci en réalité ils m'ont quand même tous toujours soutenu pour que je continue mes rapports sexuels aussi longtemps que faire se peut si besoin et nécessaire avec celles-ci... Ensuite, enfin débloqué psychologiquement grâce effectivement à ces charmantes professionnelles, j'ai pu enfin rencontrer l'amour et la femme de ma vie. Et c’est grâce alors bel et bien à l’amour véritable de ma femme - et toujours pas grâce justement aux prétendus soins des psys - si j’ai pu guérir enfin complètement et définitivement de ma schizophrénie… Et cela perdure ainsi depuis maintenant plus de dix ans… Ils prétendent actuellement que le parcours familial n’y est pour rien du tout dans les causes de la schizophrénie ! Mais comment peuvent-ils affirmer cela alors qu'en général ils ne connaissent leurs malades qu'au travers seulement des médicaments qu'ils leur prescrivent ? Seuls les psychanalystes pourraient affirmer effectivement cela s'ils le constataient vraiment à leur tour ce qui n'est pratiquement jamais le cas même encore actuellement ! Pour ma part je considère qu'affirmer sans aucune vérification véritable que "le parcours familial n'y est pour rien du tout dans les causes de la schizophrénie" est en réalité une véritable escroquerie morale de la part de ces psys ! Alors pourquoi disent-ils une chose pareille ? Je n'en sais rien ! Mais certains parents de schizophrènes en retour et en échange soutiennent ces psys qui "soignent" effectivement leurs enfants ! Mais ce qui est encore plus grave peut-être c'est que ce sont des dirigeants d'associations de parents de malades psy qui colportent ce genre de pareils mensonges voire les développent auprès de leurs adhérents. En abusant ainsi de la crédulité de certains parents ceux-ci ne peuvent-ils pas alors engranger les nombreuses cotisations voire les dons substantiels de 378


ceux-ci ? La plupart des schizophrènes eux toutefois par expérience personnelle de leur propre histoire familiale ne croient pas du tout d'ailleurs à ce genre d'assertions par très intelligentes de la part de nombreux psys ou de dirigeants d'associations de parents de malades psy actuellement à ce sujet ! Pour ma part, je considère que c'est l'amour véritable de ma femme depuis 1973 jusqu'à toujours actuellement en 2016 qui a été effectivement réparateur de ce que mes parents avaient bel et bien cassé (involontairement) dans le domaine de ma libido dans ma toute petite enfance ! De plus les psys ont été coupables de nombreux abus de toutes sortes à mon encontre à l'occasion de leurs prétendus soins et même si cela ne s’est pas traduit par des internements abusifs ils m’en ont fait planer bel et bien la menace sur ma tête... Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

379


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SOUS RÉSERVE DE VALIDATION SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM QU’EST-CE QUE JE VOUS AI FAIT ? Lana, Vous signalez tous les livres psy qui paraissent mais depuis dix ans que mes livres en rapport avec ma schizophrénie et sa guérison existent jamais jusqu’à toujours actuellement vous ne les avez présentés vous-même aux visiteurs de votre blog comme vous le faîtes toujours pour tous les autres auteurs psy. Bien sûr ce n’est pas une obligation de votre part car c’est justement vous qui choisissez les livres psy que vous devez évoquer ou pas sur votre blog. J’ai bien compris malgré tout au travers de certains de vos propos que vous avez écrits à mon encontre autrefois sur celui-ci que vous aviez de l’animosité voire de la haine contre moi justement à cause du contenu de mes livres (ou de mes blogs) ! Qu’est-ce que je vous ai fait ? Pourriez-vous me le dire enfin avec un minimum de franchise ? Mais vous n’êtes pas la seule à vous comporter ainsi ! De nombreux psys aussi ! Mais eux je comprends pourquoi ! C’est parce que le contenu de mes livres (ou de mes blogs) remet en cause aussi bien leur savoir psychiatrique que leur pouvoir sur les psychiatrisés ! Mais vous c’est moins clair et en tous les cas par très intelligent ni très humain de la part d’une psychiatrisée qui prétend avoir des idées avancées pour le bienfait des autres psychiatrisé(e)s ! Vous vous comportez comme certains psys que justement vous vous permettez de critiquer ! Recevez, Lana, mes salutations. Œdipe LA PLUME P.-S. : pour votre gouverne je vous prie de cliquer sur les trois liens ci-dessous en espérant qu’ils fonctionneront et j’espère que vous n’aurez pas le culot une nouvelle fois de me censurer (je vous rappelle à ce sujet que tous mes commentaires déposés autrefois sur votre blog ont toujours été conformes à ce 380


que prévoit la loi française en matière de liberté d’expression sur Internet à ce sujet). […]

381


COMMENTAIRE CENSURÉ SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM RÉPONSE À LANA Je ne souhaite pas que mes commentaires ou les vôtres soient retirés de votre blog. Pour ma part je n’ai pas honte des miens malgré vos accusations qui ont certainement à voir avec votre schizophrénie. Voici un avis différent du vôtre que celui de CON, MÉGALO, PROCÉDURIER, etc. au sujet de mes livres. Vous le trouverez sur le site de www.monbestseller.com si vous vous inscrivez gratuitement sur celui-ci. C’est celui- ci : “C'est particulier comme livre sombre mais qui sonne juste.” Publié le 07 Juin 2016 […] “Ce que vous avez écrit dérange probablement. Vous mettez en doute des hommes qui ont des années d'études derrière eux attention donc forcément ils vous sont supérieurs... la bonne blague. Au lieu de se moquer ils devraient prendre la force de votre caractère vous qui apparemment avez réussi à vous en sortir ce qui n'est pas donné à tout le monde. Pour ma part je pense que vous ne devez pas vous laissez décourager et que vous devez être fier de ce que vous faites si vous le faites sincèrement. Bonne continuation !” Publié le 08 Juin 2016 […] Enfin je vous rappelle ci-dessous un commentaire que vous m’avez censuré ce matin et que je ne vois toujours pas sur votre blog. Je comprends que souhaitiez que l’on efface aussi bien mes commentaires que les vôtres. Mais encore une fois je n’ai pas honte de ce que j’écris, et même j’en suis fier et j’assume. Œdipe LA PLUME Rappel du message censuré Je n’ai jamais été agressif sur ce blog vis-à-vis d’aucun usager en psychiatrie quel qu’il soit ! En tous les cas pas en premier ! Je reconnais que je peux devenir agressif mais c’est uniquement parce qu’alors j’ai été moi-même agressé auparavant ! J’ai toujours été gentil avec Lana, et même je ne lui ai toujours fait que des compliments, alors qu’en retour et en échange elle ne cesse de m’en vouloir ! D’où ma question à elle directement : “Qu’estce que je vous ai fait ?” Réponse alors : “Vous êtes un CON, UN MÉGALO, UN PROCÉDURIER !”, etc. En réalité j’ai déjà aussi été 382


agressé sur d’autres blogs au sujet aussi de mes livres par notamment des infirmiers en psychiatrie. L’un d’entre eux par exemple m’avait accusé d’avoir fait le plagiat d’Alexandra Kollontaï (1872-1952 : ministre féministe soviétique sous Staline) au sujet de mon livre “Schizo guéri” ! Comment a-t-il fait pour trouver un tel mensonge dans le but évident de me nuire ? “La jalousie !” m’a alors répondu mon ancienne psychiatre de l’époque ! Ce qui est certain c’est que souvent je suis agressif vis-à-vis de certains psys dont j’ai été victime de leurs abus ! Depuis mes deux crises psychotiques en 1966 je n’ai pas souvenir que j’ai été agressif vis-à-vis de qui que ce soit même dans mes écrits au sens psychopathologique de ce mot à savoir : “organiser une relation nuisible à autrui vécue sans culpabilité”. J’aimerai bien à ce sujet que l’on me cite quelques passages de mes écrits sur ce blog ou ailleurs où j’aurais été agressif dans le but de nuire volontairement à autrui ! Au contraire je pense ou je m’efforce toujours de rendre service à autrui ! Tout paranoïaque dira bien sûr toujours envers et contre tout qu’il est malgré tout toujours agressé ! Pourquoi ? parce qu’il se croit persécuté alors que pourtant ce n’est pas vrai ! C’est pareil sur ce blog ou ailleurs ! Je comprends que lorsque j’évoque les causes de ma schizophrénie et les raisons de sa guérison Lana se sente agressée elle qui a écrit un jour sur celui-ci qu’elle ne croyait pas aux explications de Freud, Lacan, Mélanie Klein, etc. au sujet de la schizophrénie ! Mais j’ai des raisons de penser qu’alors tout l’UNAFAM et bien d’autres encore doivent se sentir agressés par moi à ce sujet ! Faut-il alors que je me taise voire que je sois censuré pour autant ? Quand certains psys – que soutient l’UNAFAM – affirment sans aucune vérification à ce sujet que “Le parcours familial n’explique pas les causes de la schizophrénie !” comment voulez-vous que moi qui connaît certainement mieux que ceux-ci mon histoire psy je ne me sente pas alors directement agressé par eux ? Tout le monde est agressé par tout le monde en ce sens à notre époque ! Que faire ? Je n’en sais rien ! Bien que me je considère enfin complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie et me déclare enfin parfaitement heureux parce que tel est mon vécu et mon ressenti depuis environ dix ans pendant lesquels je n’ai pris soit qu’un sixième de la dose en ambulatoire d’antipsychotique recommandée par le laboratoire qui le fabrique soit que je n’ai rien pris du tout pendant de longues périodes, je suis actuellement suivi en plus de ma nouvelle psychiatre psychothéra383


peute pour les entretiens par un généraliste qui me prescrit de l’aripiprazole 10 même si je n’en ai pas besoin à mon avis ! Mais qu'est-ce que cela me coûte de prendre un médicament qui d'une part est un bon stimulant pour les étudiants en médecine et un bon protecteur du cerveau pour les personnes âgées, d'autre part n'a strictement aucun effet indésirable sur moi actuellement ? rien ! et irai-je forcément mieux si je ne prenais plus du tout celui-ci ? non ! Œdipe LA PLUME

384


GUÉRISON DE MA SCHIZOPHRÉNIE : L’AVIS DE MON ANCIENNE PSYCHIATRE PSYCHOTHÉRAPEUTE (2013-2016) ET L’AVIS DE MON GÉNÉRALISTE ACTUEL (2016)* À la suite de mes demandes d’avis sur mon état de santé psychologique à mon ancienne psychiatre psychothérapeute (2013-2016) celle-ci m’a souvent fait alors les déclarations suivantes : […] « Écrire est très thérapeutique ! » […] « Les prostituées c’est comme écrire c’est très thérapeutique ! » […] « Vous avez la chance d’avoir une femme très intelligente ! » […] « Vous pouvez vous considérer guéri de votre psychose ! » […] Quant à mon généraliste actuel (2016) qui, lui, me suit actuellement à ma demande pour ma « schizophrénie » en attendant que je me trouve un autre nouveau psy, à la suite d’une demande d’avis de ma femme sur mon état de santé psychologique, il lui a fait alors la déclaration suivante : « Je ne considère pas votre mari comme un schizophrène ! » Bien sûr lorsque je communique ce genre d’avis notamment sur Internet j’ai aussitôt affaire à bien des gens malveillants de toutes sortes dont aussi bien des psys, des dirigeants d’associations d’usagers en psychiatrie, des schizophrènes eux-mêmes que voire même surtout des féministes ! Celles-ci ne pensent qu’à nuire aussi bien aux prostituées qu’à leurs clients car comme le dirait mon ancienne psychiatre psychothérapeute (2013-2016) autrefois à ce sujet : « Elles ont une revendication phallique et veulent ce qu’elles n’auront jamais ! [à savoir le pénis des hommes – NDLR] ». Quant à mes autres détracteurs cités avant les féministes elles-mêmes ce ne sont en réalité que tous ceux qui tiennent à cacher la vérité sur les abus en psychiatrie. Il n’est plus question pour moi que je m’exprime sur les sites de ces psys ou de ces malades psy dans la mesure où j’y suis considéré comme nuisibles pour leurs responsables comme pour leurs visiteurs. Mes deux principaux censeurs actuellement sont toujours les mêmes : www.collectifpsychiatrie.fr/ et https://humapsy.wordpress.com/. Pour rappel vous trouverez en P. S. au présent message un communiqué de presse du 3 janvier 2011 du 385


Groupe Information Asiles (GIA) en rapport avec cette censure dont je me plains toujours. Œdipe LA PLUME COMMUNIQUÉ DU GROUPE INFORMATION ASILES (GIA) Suite à un échange de correspondances entre le « Collectif des 39 » et notre adhérent, Œdipe La Chaise**, le GIA tient à préciser que les termes employés par ce dernier, lui sont propres et n’impliquent en rien le GIA. Il n’en demeure pas moins que la censure du forum des « 39 » ne fait que confirmer leur mépris envers les usagers qui n’ont pas été conviés à envoyer des représentants dans leur collectif. Œdipe La Chaise, quelles que soient les formes d'expression qu’il emploie, pointe un certain nombre de pratiques bien réelles et de vérités. Il est plus facile pour le « Collectif des 39 » de censurer au nom d’une fausse notion juridique de diffamation, que de répondre d’une manière argumentée. Cette censure ne peut en aucun cas museler l’expression des psychiatrisés au sujet de leur vécu et de la souffrance institutionnelle subie, ni museler la dénonciation des atteintes liberticides dont ils sont victimes. Le refus toujours actuel et persistant du « Collectif des 39 » de se soumettre au contrôle d’un juge judiciaire, droit que vient de reconnaître le Conseil constitutionnel, qui s’impose à tous n’est plus discutable, démontre bien leur souci de garder leur hégémonie et de conserver leurs pouvoirs quant à l’atteinte aux droits fondamentaux et aux libertés individuelles sur les psychiatrisés. Non messieurs les censeurs, vous n’imposerez pas le silence aux psychiatrisés qui ont encore la force de vous dire non et de dénoncer les pratiques en cours. Le 3 janvier 2011, Le bureau du GIA 386


*extrait de l’un de mes anciens blogs **pseudonyme de Œdipe La Plume

387


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE SITE WWW.LES-SCHIZOPHRENIES.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « OPEN DIALOGUE OU COMMENT LA SCHIZOPHRÉNIE A QUASIMENT ÉTÉ ÉRADIQUÉE DE LA FINLANDE » LES CAUSES, LE TRAITEMENT ET LA GUÉRISON DE LA SCHIZOPHRÉNIE CE N’EST PAS LA MÊME CHOSE POUR TOUT LE MONDE ! Si soi-disant en Finlande la schizophrénie a été éradiquée de ce pays ce ne peut être que parce que les conditions ou les circonstances ont fait que bel et bien les schizophrènes ont finalement été considérés comme guéris ou ont été effectivement guéris ce qui veut dire certainement capables de se débrouiller sans psy et sans médicament, à mon avis ! Comment est-ce possible alors que justement par exemple en France la plupart des psys considèrent que cette maladie est toujours chronique à vie et que les malades doivent toujours systématiquement prendre des neuroleptiques ou des antipsychotiques jusqu’à même leur mort ? Je suis d’accord avec l’auteure de ce site lorsqu’elle écrit dans son article sur celui-ci intitulé : « La psychoéducation : un livre qui aide » notamment ceci : « Il n’y a qu’une seule chose dont je ne suis pas d’accord dans ce qui est dit dans ce livre [“Savoir pour guérir : la schizophrénie” écrit par le Professeur Raymund Schwan, Professeur Pierre-Michel Llorca, Docteur Vincent Laprévote et Docteur Ludovic Samalin] : “La schizophrénie n’est pas due à une faute éducative, à une faiblesse de caractère ou à la pression de la société. Elle est avant tout une maladie durant laquelle le fonctionnement du cerveau est modifié.” (p. 77) et “Nous l’avons dit plus haut : il n’y a pas de faute familiale qui expliquerait la survenue de la maladie” (p. 46) » 388


Je ne pense pas compte tenu de la méthode choisie pour soigner leurs malades schizophrènes et des résultats obtenus pour ceux-ci par les psys finlandais que ceux-ci soient effectivement d’accord si on le leur demandait avec le point de vue cidessus sur les causes de la schizophrénie des quatre auteurs du livre à savoir que celle-ci n’a rien à voir avec la famille. Quoi qu’il en soit je voudrais attirer l’attention des lecteurs du présent commentaire sur le fait qu’il existe différentes définitions de la guérison selon chacun : • « On est guéri lorsqu’on a retrouvé l’état de santé précédent la maladie. » (Le Petit Larousse médical de poche). • « On est guéri lorsqu’on n’a plus besoin de médicaments ! » (le site Allodocteurs). • « On est guéri lorsqu’on est capable d’aimer et de travailler ! » (Sigmund Freud). • « On est guéri lorsqu’on est heureux que l’on prenne des médicaments ou pas ! » (définition de moi-même). Je me permets donc de poser la question suivante pour qu’on en discute éventuellement sur ce site : « La guérison de la schizophrénie, pour vous-même à titre personnel, c’est quoi ou ce serait quoi si toutefois celle-ci est possible ou serait possible éventuellement ? » Le 26 mai 2016, Œdipe LA PLUME

389


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE SITE WWW.LES-SCHIZOPHRENIES.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « SOIGNER L’ANXIÉTÉ ET LES ANGOISSES PAR LES PLANTES » CONTRE L’ANXIÉTÉ, LES OBSESSIONS, LES INSOMNIES REBELLES, ETC. LE MEILLEUR MÉDICAMENT NATUREL N’EST-IL PAS L’AMOUR VÉRITABLE D’UNE COMPAGNE OU D’UN COMPAGNON ? De 1962 à 2004 j’ai pris contre les troubles cités dessus aussi bien toutes sortes de benzodiazépines, de normothymiques, que toutes sortes de neuroleptiques sédatifs et d’antidépresseurs sédatifs, le tout à des doses toujours faramineuses ! Comment en étais-je arrivé là ? c’était mon histoire psychiatrique qui était comme ça et je ne peux pas la raconter ici tellement en réalité celle-ci fut très longue et très compliquée ! Mais c’est le cas aussi de beaucoup d’autre malades que moi ! À ma connaissance des dizaines de milliers voire peut-être même des centaines de milliers de malades psychiatriques ingurgitent chaque jour et/ou chaque soir actuellement en France toutes sortes de tranquillisants, somnifères, etc. à des doses incroyables ! Et la vérité c’est bel et bien que la grande majorité de ceux-ci ne se tirent jamais d’affaire de ce genre de malédiction ! sinon ça ferait belle lurette que les psys ou soi-même auraient trouvé la solution à ce problème majeur de notre époque et de notre civilisation actuelle ! Alors pourquoi moi j’ai pu réussir à me tirer d’affaire alors que des dizaines voire des centaines de milliers d’autres n’y sont eux jamais arrivés ? Franchement je n’en sais trop rien moimême mais je considère que j’ai eu de la « chance » ! Si j’étais croyant je dirais comme les curés à Lourdes : « C’est un clin d’œil de Dieu ! » Mais maintenant une chose est certaine pour moi : « Pour se sevrer de ses tranquillisants, somnifères, etc. il faut d’abord se sevrer de ses problèmes psychologiques ! » Sinon à mon avis ce n’est pas la peine et on ne va alors ensuite que de rechute en rechute… Ça fait plus de dix ans que je me considère ainsi enfin guéri de ma schizophrénie (depuis 1966 je n’ai d’ailleurs plus jamais refait la moindre crise psychotique) et que je 390


me déclare ainsi enfin parfaitement heureux ! Je suis réellement surpris et étonné d’en être arrivé là alors que je n’y avais jamais cru auparavant ! Ce qui me vient comme explication quant à ma « chance » c’est de me dire que de 1973 jusqu’à toujours actuellement en 2016 ma femme a été le pilier véritable de ma santé à tout point de vue ! L’amour véritable d’une compagne ou d’un compagnon est sans doute à mon avis un très bon voire le meilleur tranquillisant ou neuroleptique ou antidépresseur naturel ! mais pour cela il aura fallu au moins 40 ans d’amour quotidien de la part de celle-ci ! Ce n’est pas rien dans la vie d’un homme et surtout dans la vie d’un homme diagnostiqué « schizophrène » c’est-à-dire inguérissable ! Le 27 mai 2016, Œdipe LA PLUME

391


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE SITE WWW.LES-SCHIZOPHRENIES.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « SOIGNER L’ANXIÊTÉ ET LES ANGOISSES PAR LES PLANTES » OUI, L’AMOUR VÉRITABLE DE CHANTAL (MA FEMME) A ÉTÉ EFFECTIVEMENT RÉPARATEUR DES TARES ET DES BLESSURES DE MA TOUTE PETITE ENFANCE ! Ces tares et blessures n’ont pas été du tout volontaires de la part de mes deux parents lesquels ont toujours fait le maximum pour moi au point de vue santé et bien-être. Ils ne sont pas du tout coupables de celles-ci même s’ils ont bel et bien été, à mon avis, la cause véritable de celles-ci. Les causes des maladies mentales sont à mon avis les suivantes et ont à voir avec la petite enfance : • la répression des pulsions (par exemple pour dresser le petit enfant à manger correctement, à être propre ou pour qu’il ne se masturbe pas devant tout le monde, et cela qu’il soit garçon ou fille, etc.). • le refoulement des pulsions : au moment du complexe d’Œdipe le petit garçon ou la petite fille a des désirs sexuels et des fantasmes amoureux vis-à-vis de son parent de sexe opposé ; mais ceux-ci le perturbent et pour trouver un bon équilibre (le petit garçon a peur d’être castré par son père, la petite fille croit avoir été punie par sa mère parce qu’elle n’a pas ce qu’ont les garçons et elle a peur de perdre l’amour de son père ; et l’un comme l’autre veulent se marier avec son parent de sexe opposé, etc.) le petit enfant solutionne son problème sexuel et psychologique en le refoulant plus ou moins bien ; ainsi les parents s’inscrivent dans l’inconscient de leur petit enfant et le structure plus ou moins bien ce qui permettra à l’âge adulte à celui-ci le langage sexuel et sentimental vis-à-vis du sexe opposé. 392


• la forclusion du Nom-du-Père : la mère est fusionnelle avec son petit enfant ; le père n’a pas alors sa place entre eux pour les séparer ; leur petit enfant ne voit pas alors que sa mère a ainsi un manque qui est justement le père ; il est devenu d’ailleurs « le phallus de sa mère » qui a pris la place de celui-ci ; le nom du père n’est plus l’objet du désir sexuel de la mère car c’est le petit enfant qui joue ce rôle à la place de celui-ci auprès de sa mère ; le père étant psychologiquement absent il ne peut pas dire « non » au désir sexuel de son enfant pour sa mère ; celui-ci ne pourra pas prendre celui-là comme modèle pour à l’âge adulte pouvoir séduire alors les jeunes filles ou jeunes femmes ; cela va se traduire par une blocage de l’imaginaire chez l’adolescent ou le jeune adulte, et lorsque justement ce qui a manqué psychologiquement pendant le complexe d’Œdipe – le père - va intervenir en position symbolique (un professeur, un militant, un curé, etc.) dans une situation duelle (par exemple un jeune homme amoureux d’une jeune femme) la structure psychotique est choquée et la crise psychotique se déclenche ; en effet le père ayant été absent pendant le complexe d’Œdipe il ne s’est pas inscrit dans l’inconscient de son petit enfant, lequel n’a pas pu se structurer normalement, voire pas du tout ! À l’adolescence ou au début de l’âge adulte possédé par des désirs sexuels et des sentiments amoureux vis-à-vis du sexe opposé des émotions vont surgir et ce sont elles bien sûr qui vont réactiver le passé ! Comme vous le faites remarquer dans un autre article, et je suis entièrement d’accord avec vous, Véronique, ce sont celles-ci qui déclenchent effectivement les schizophrénies, même si à mon avis celles-ci peuvent aussi déclencher d’autres maladies psychiatriques sous d’autres formes encore. Tout cela est selon chacun et surtout selon le passé de chacun. Mais vous me demandiez dans votre réponse à mon commentaire ce qui m’a le plus aidé pour guérir de ma schizophrénie à savoir : les psys eux-mêmes ou ma femme elle-même ? Manifestement les psys m’ont aidé par certaines de leurs explications bien que celles ci-dessus ne sont pas vraiment de ceux-ci mais du site Psychiatrie infirmière et de ma lecture de Lacan, telles que je les ai comprises : c’est-à-dire en réalité à ma façon compte tenu de mon histoire psy à moi-même ! À l’occasion de mes soins avec mon ancienne psychiatre psychanalyste et des services de mon ancienne assistante sociale s’était créé un transfert psychanalytique qui vite a pris alors une forme épistolaire ; on ne 393


commande pas alors ses désirs et ses sentiments et au bout d’un certain temps je suis tombé amoureux successivement de ces deux femmes du milieu médico-social bien que pourtant cela ne m’empêchait pas pour autant d’aimer aussi toujours amoureusement ma propre femme ; en réalité je me suis vite aperçu qu’au travers de tout cela je répétai vis-à-vis de toutes celles-ci (dont y compris ma femme) la situation œdipienne de ma toute petite enfance : en particulier les désirs sexuels et amoureux d’autrefois vis-à-vis de ma propre mère ! Et c’est ainsi qu’ensuite grâce aussi bien à des sentiments qu’à des souvenirs qui se défoulaient j’ai pu reconstituer mon passé et finalement me reconstruire enfin complètement et définitivement de ma schizophrénie ! Bien sûr l’amour véritable de ma femme ce n’est pas l’amour des deux autres femmes qui lui n’était en réalité qu’une simple compassion. Je considère que malgré tout c’est l’amour véritable de celle-ci qui avant tout a bel et bien réparé ce que mes deux parents avaient cassé en moi dans de le domaine de ma libido infantile, mais je le rappelle tout à fait involontairement. Je pourrai en dire encore plus pour répondre à vos questions, Véronique, mais il faut bien une fin à cette réponse et donc au moins pour le moment je préfère m’arrêter là ! Sauf que je tiens à dire encore deux choses tout à fait différentes mais concernant malgré tout le même sujet. D’une part mon ancienne psychiatre psychanalyste m’a dit un jour ceci : « La génétique n’exclut pas la forclusion ! » D’autre part pour être honnête il faut bien que je rajoute encore ceci : « Sans les jeunes prostituées sexy que j’ai connues de 1965 à 1972 jamais je n’aurai pu guérir complètement et définitivement non plus de ma schizophrénie car en me débloquant psychologiquement, d’une part elles m’ont ainsi guéri de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle, d’autre part elles m’ont ainsi enfin permis de rencontrer la femme et l’amour de ma vie, à savoir Chantal ! Ce sont bien celles-ci qui sont effectivement à l’origine de ce qui a permis ma guérison complète et définitive de ma schizophrénie ! Et ce n’est pas parce que ces charmantes professionnelles ont des partenaires multiples qu’elles n’ont pas non plus un grand cœur et qu’elles ne sont pas capables non plus d’un grand amour pour tous ! » Œdipe LA PLUME 394


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE SITE WWW.LES-SCHIZOPHRENIES.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : TÉMOIGNAGE DE CHARLOTTE BOUVIER : GUÉRISON DE SA SCHIZOPHRÉNIE PEUT-ON GUÉRIR DE LA SCHIZOPHRÉNIE ? Bonjour Véronique, Dans le titre de votre article ci-dessus vous écrivez : « guérison de sa schizophrénie », or dans l’article lui-même la personne concernée par celui-ci ne dit-elle pas : « Je ne suis pas guérie, c’est juste que je ne suis plus malade, nuance ! » ? et à mon avis à cela elle a parfaitement raison ! Dans un autre commentaire sur ce site j’avais déjà indiqué qu’il y a plusieurs définitions du mot “guérison” et maintenant ne pourrait-on pas dire qu’il y en a encore une nouvelle de celle-ci surtout vraie pour la schizophrénie à savoir : « Ne plus se sentir malade ! » ? Quoiqu’encore cela peut se discuter car par exemple dans l’hypomanie qui est un léger d’excitation avec euphorie le malade vous déclarera qu’il n’est pas du tout malade parce qu’il se sent parfaitement content et heureux ainsi et cela même contre l’avis malgré tout de son psy ! En matière de schizophrénie il n’y a que les malades qui se déclarent en général guéris car pour les psys en théorie pour eux on ne peut jamais guérir d’une structure mentale psychotique ! on ne peut que seulement la soigner et l’améliorer ! Ceux-ci en général pour la définition de la guérison se réfèrent à la définition du Larousse médical à savoir : « retour à l’état précédent la maladie » ce qui pour les médecins est toujours une chose impossible car disent-ils alors : « Même une angine laisse toujours des traces sur lesquelles on ne pourra jamais revenir exactement à l’état précédent celle-ci !” Pour les médecins comme pour les psys j’en conclus donc que pour eux : « On est malade toute sa vie qu’elle que soit sa maladie ! » Un philosophe n’a-t-il pas dit d’ailleurs justement en ce sens un jour : « La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissi-

395


ble ! » ? ce qui pour moi signifie ceci : « On est malade toute notre vie car on est condamné à mort dès notre conception ! » Bien cordialement à vous, Œdipe LA PLUME

396


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE SITE WWW.LES-SCHIZOPHRENIES.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « L’ENTRÉE DANS LA PSYCHOSE EXPLIQUÉE PAR L’ÉPIGÉNÉTIQUE » « SI LES CAUSES DE LA SCHIZOPHRÉNIE ÉTAIENT GÉNÉTIQUES ON NE POURRAIT PAS LA SOIGNER ! » (AVIS DE MA NOUVELLE PSYCHIATRE ACTUELLE) Moi, ce que je vois pour ma schizophrénie, c’est qu’avant que celle-ci ne se déclenche suite à un choc affectif grave, j’avais déjà depuis au moins quatre ans une névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle pour laquelle j’ai même été réformé du service militaire. Je ne comprends pas que pour expliquer les crises psychotiques de la schizophrénie on n’évoque actuellement toujours que des causes biologiques comme si les causes psychologiques de celle-ci n’existaient pas voire jamais ! Ma nouvelle psy actuelle m’a dit encore récemment à ce sujet : « Si les causes de la schizophrénie étaient génétiques on ne pourrait pas la soigner ! » Si je n’avais pas solutionné mes problèmes psychologiques de l’âge adulte en rapport à mes problèmes psychologiques de ma toute petite enfance, à mon avis, jamais je n’aurais pu depuis maintenant plus de dix ans me considérer enfin complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie. Ce qui caractérisait ma névrose ayant précédé ma psychose c’était un « blocage de l’imaginaire » ne me permettant pas même au début de l’âge adulte d’adresser du tout la parole au sexe opposé ! Ce qui m’a guéri malgré tout de ma schizophrénie qui a suivi ma névrose obsessionnelle, à mon avis, ce sont aussi bien le travail, la sexualité, le militantisme, la philosophie, l’environnement, la liquidation de mon transfert épistolaire sur mon ancienne psychiatre psychanalyste et sur mon 397


ancienne assistante sociale, l’amour, etc. Si les causes de la schizophrénie sont soi-disant biologiques les raisons de ma guérison de celle-ci ont été elles incontestablement psychologiques. Je n’ai reçu à ce sujet aucune aide, aucun secours génétique ou épigénétique ! Je ne comprends rien du tout aux explications de la science moderne en matière de schizophrénie ! Les psys qui expliquent la schizophrénie par le biologique n’ont en général aucun résultat thérapeutique avec leurs malades (mis à part abrutir ceux-ci de médicaments et les chroniciser jusqu’à leur mort) alors que les psys qui expliquent celle-ci par le psychologique ont eux effectivement de bons résultats et pourtant la psychanalyse notamment est très discréditée actuellement ! Œdipe LA PLUME

398


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE SITE WWW.LES-SCHIZOPHRENIES.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « L’ENTRÉE DANS LA PSYCHOSE EXPLIQUÉE PAR L’ÉPIGÉNÉTIQUE » « LA SCHIZOPHRÉNIE EST UNE MALADIE DU STRESS ! » (AVIS D’UN INFIRMIER PSYCHIATRIQUE) Bonjour Véronique, J’ai bien lu l’article de votre site que vous m’avez recommandé dans votre réponse ci-dessus et dont je vous remercie vivement et effectivement les deux mots génétique et épigénétique ne signifient pas du tout la même chose. Quand on parle de génétique c’est pour faire allusion aux anomalies que l’on aurait découvertes sur les gènes des gens porteurs de la schizophrénie et qui existeraient déjà avant même notre naissance et quand on parle d’épigénétique c’est pour faire allusion aux émotions qui modifieraient notre ADN de notre vivant et pourraient ainsi déclencher chez certaines gens alors la schizophrénie. Il me vient que dans l’émission où j’étais passé sur France 2 le 20 novembre 2004 « Savoir Plus Santé : Mieux comprendre la schizophrénie » vers la fin de celle-ci un infirmier psychiatrique avait alors déclaré : « La schizophrénie est une maladie du stress ! » Tout le problème est alors de savoir pourquoi les uns sont vulnérables au stress et pourquoi les autres eux ne le sont pas ! Pour ma part ce que j’ai découvert suite à mon travail seul ou avec mes psys sur moi corrobore parfaitement ce que Jacques Lacan avait découvert sur ses malades de Sainte-Anne dans les années 1955-1957 et qu’il avait appelé alors : « La forclusion du Nom-du-Père ». Pour moi c’est l’une des explications principales de ma schizophrénie paranoïde l’autre explication tout aussi principale étant à mon avis également alors : « la forclusion du Sein-de-la-Mère » (c’est une expression que j’ai inventée pour paraphraser Jacques Lacan). Je ne comprends toujours pas que de grands professeurs en psychiatrie actuels en arrivent à écrire des choses telles que : « Le parcours familial n’a rien à voir dans les causes de la 399


schizophrénie ! » Qui pourrait m’expliquer comment la science actuelle de ceux-ci fait pour aboutir à de telles conclusions (soidisant) ? Pour ceux que la forclusion selon Jacques Lacan intéresse comme explication psychologique de la schizophrénie voir le site de « Psychiatrie infirmière » à l’article : « La forclusion du Nomdu-Père » (attention cela n’est pas du tout facile à comprendre). Bien cordialement à vous, Œdipe LA PLUME

400


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE SITE WWW.LES-SCHIZOPHRENIES.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « APRÈS TOUT, JE NE FAIS DE MAL À PERSONNE », UN ROMAN SUR LES CONDITIONS D’HOSPITALISATIONS « UN MALADE MENTAL A MOINS DE DROITS QU’UN CRIMINEL ! » (AVIS D’UN AVOCAT) Les plus mauvais soins que j’ai reçus en psychiatrie cela a toujours été à l’hôpital public et les plus gros abus dont j’ai été victime en psychiatrie cela a toujours été au CMP de celui-ci. Comme le disent certains psys eux-mêmes : « En psychiatrie mieux vaut toujours le privé ! » Mais des abus dans celui-ci j’en ai toutefois personnellement connus aussi ! Dans le public, d’une part les infirmières ne discutent plus du tout avec les malades : elles ne les voient plus qu’à peine deux minutes trois fois par jour pour leur tendre un verre d’eau avec des comprimés qui vont ensuite abrutir sans cesse ceux-ci, d’autre part les psys ne les reçoivent qu’à peine dix minutes deux fois par semaine pour modifier plus ou moins la médication mais malgré tout les malades resteront abrutis voire abandonnés. Dans le privé une escroquerie fréquente de la part des psychiatres consiste à mettre sur leur plaque à l’entrée de leur cabinet : « Psychiatre psychothérapeute » alors qu’ils ne vous recevront ensuite qu’en même pas cinq minutes et en plus vous prendront même un dépassement d’honoraire substantiel… Et ceux qui font ça le font systématiquement en général pour tous leurs malades psy… Mais dans le public comme dans le privé il y a surtout les internements abusifs… À ce sujet la France bat toujours le record d’Europe pour ses condamnations en matière d’abus en psychiatrie par la Cour européenne des droits de l’homme… Cela alors qu’il y a pourtant maintenant un juge judiciaire qui intervient au bout de douze jours d’hospitalisation sous contrainte… La France a d’ailleurs été le dernier pays d’Europe à prendre cette décision dont l’application se fait vraiment très mal par rapport à ce qui se fait dans bien d’autres pays à ce sujet : aux USA ou en Belgique en 401


cas d’abus signalé, le juge se déplace trois fois par semaine au chevet de la victime… En France je ne sais pas où on en est maintenant à ce sujet mais il y a quelque temps encore le juge ne voyait la victime que par vidéotransmission et quant à l’avocat je crois bien que le psychiatre abuseur a toujours le droit même encore actuellement de lui interdire de visiter son client précisément à son lit à l’hôpital psy… Comme l’a dit l’un des avocats au cours de sa plaidoirie par-devant le Conseil constitutionnel en 2010 pour faire en sorte qu’en France aussi les hospitalisations sous contrainte soient enfin judiciarisées : « Un malade mental a moins de droits qu’un criminel ! » Toutefois bien que la loi judiciarisant les hospitalisations sous contrainte ait été votée, cela ne décourage pas bien des psychiatres à faire toujours bien des internements abusifs car ce sont 8 % de ceux-ci qu’annulent actuellement les juges judiciaires par an en France. Ce à quoi ces mêmes psychiatres répondent alors : « Les internements abusifs ça n’existe pas ! Ce ne sont que des erreurs judiciaires dues au fait que le juge et l’expert n’ont jamais le temps de bien faire leur travail ! En réalité ce que nous constatons c’est qu’il n’y a toujours que beaucoup trop d’externements abusifs ! » Une question me vient : « La France est-elle le pays des droits de l’homme ? » et ma réponse sera : « Elle n’est certainement pas le pays des droits du malade hospitalisé et surtout en psychiatrie ! » Le 28 juin 2016, Œdipe LA PLUME

402


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE SITE WWW.LES-SCHIZOPHRENIES.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « UNE VIE POUR APPRIVOISER LA SCHIZOPHRÉNIE » MÊME À MON AVIS GUÉRI DE MA SCHIZOPHRÉNIE JE PRÉFÈRE MALGRÉ TOUT ME FAIRE SUIVRE PAR UNE PSY Cet article m’a impressionné bien que je sache que des histoires de ce genre soient fréquentes. Je me considère enfin complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie et me déclare enfin parfaitement heureux mais pour autant je demande toujours à être suivi à ce sujet par une psy car en réalité je ne suis pas guéri de la peur de cette maladie même si pourtant je n’y crois pas pour moi. Comprenne qui pourra ! Je ne recommande pas l’arrêt complet et définitif de l’antipsychotique car par exemple l’aripiprazole peut servir à bien d’autres choses qu’à la schizophrénie : celui-ci est prescrit aussi bien aux étudiants en médecine à faible dose pour les stimuler lors de leurs examens, qu’aux personnes âgées aussi à faible dose comme protecteur du cerveau, etc. Sur moi ce médicament quel que soit son dosage (2 ½ mg à 20 mg) n’a jamais d’effets indésirables quels qu’ils soient. En plus j’aime bien discuter avec les psys (surtout les femmes) car souvent je les juge alors très intelligents et parler avec eux me permet à mon avis de garder un bon équilibre alors que je n’ai en réalité que peu de contacts humains dans ma ville actuelle ce qui est considéré comme un facteur de dépression. Le 2 août 2016, Œdipe LA PLUME

403


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE SITE WWW.LES-SCHIZOPHRENIES.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « UNE VIE POUR APPRIVOISER LA SCHIZOPHRÉNIE » LA CHRONICITÉ DES SCHIZOPHRÈNES EST-ELLE UNE ESCROQUERIE DE LA PART DES PSYCHIATRES ? Œdipe LA PLUME Véronique R. Bonjour Véronique, Je vous demande votre réponse éventuelle (ce n’est pas une obligation) car celle-ci m’intéresse pour ma gouverne aux questions que je soulève dans le titre et à la fin de ce commentaire. Voici une réponse qui m’a été faite à ce sujet par Alain Battant* (celle-ci est un court extrait d’un échange épistolaire que j’ai eu avec celui-ci qui a été autrefois le président exclu d’une ancienne association de psychiatrisés en lutte et qui est actuellement le président fondateur d’une nouvelle association de psychiatrisés en lutte : voir mon livre “Schizo guéri” pour tout savoir à ce sujet) : […] Tu ne te rends pas compte de ce qu’est une personne schizophrène chronique qui ne fait guère que délirer dès que possible. J’en ai connues pour ma part à La Bienfaisance*. L’étiquette de schizophrène te concernant est une tromperie pure et simple. Tu as eu des accès hallucinatoires de type schizophrénique, à certains moments précis comme beaucoup de gens dans la population. Accès qui pouvaient se résorber sur médications neuroleptiques pendant quelques temps (environ trois mois de suite en baissant les doses progressivement). Puis ensuite, à toi de faire ! On t’a vendu ta chronicité en te disant que c’était le 404


seul moyen de ne pas rechuter : de prendre ces traitements neuroleptiques. C’était du baratin ! Nos diverses affaires le prouvent, comme la trajectoire de tas de gens dans la population française, qui ont eu adolescents et jeunes des problèmes graves, dont mentaux, lesquels se sont résorbés naturellement, sans plus ample chronicité… Pour ta part, on t’a intéressé à ta chronicité, et donc à des traitements à vie. Ce qui était une monstruosité ! Car à la fin ce genre de choses, c’est outre une aberration médicale, une monstruosité humaine, dans laquelle on joue, par psychotropes interposés, la déshumanisation des patients en atteignant en eux ce qu’il y a de plus sacré chez l’Homme (et qui nous différencie de l’animal) : l’intelligence ! Qu’est-ce que l’intelligence d’un individu quand elle est continûment rabotée et limée, voire carrément éliminée par des neuroleptiques puissants ? Plus rien pratiquement ! Les patients au long cours traités sous halopéridol, etc. sont de fait, déshumanisés ! […] Actuellement soit je ne prends plus aucun antipsychotique soit je ne prends que seulement un sixième de la dose en ambulatoire de celui-ci recommandée en matière de schizophrénie par le laboratoire qui le fabrique ce qui semblerait donner finalement raison à l’avis ci-dessus. Toutefois, je ne pense pas que se passer complètement de son antipsychotique ou que ne prendre celui-ci qu’à une dose infime soit pour autant donné à tous les schizophrènes avec la meilleure volonté du monde de la part de la plupart de ceux-ci. Une crise psychotique ce n’est pas une crise d’appendicite ! Dans la schizophrénie si la cause ce sont des anomalies génétiques alors la maladie est effectivement chronique et on ne pourrait pas alors la soigner d’après mon ancienne psychiatre psychothérapeute (2013-2016) et si la cause c’est une structure mentale psychotique alors la maladie est effectivement chronique aussi mais malgré tout à mon avis on peut aboutir alors à des rémissions. La bonne question n’est-elle pas alors la suivante : 405


Les schizophrènes doivent-ils consulter leur psychiatre jusqu’à même leur mort ? Bien cordialement à vous, Le 2 août 2016, Œdipe LA PLUME P.-S. : m’autorisez-vous la reproduction avec les mentions légales de votre réponse éventuelle (qui n’est pas facile je le conçois parfaitement) à mon commentaire ci-dessus dans une nouvelle édition revue et augmentée de mon livre actuel “Schizo guéri” à paraître dans quelques mois ?

406


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE SITE WWW.LES-SCHIZOPHRENIES.FR EN RÉPONSE À CELUI DE SCHIZO GUÉRI À LA SUITE DE L’ARTICLE : « UNE VIE POUR APPRIVOISER LA SCHIZOPHRÉNIE » LA CHRONICITÉ DES SCHIZOPHRÈNES EST-ELLE UNE ESCROQUERIE DE LA PART DES PSYCHIATRES ? Véronique R. Œdipe LA PLUME Bonjour Schizo Guéri, Je vous autorise la reproduction avec les mentions légales de ma réponse dans votre livre. Pour votre première question : « La chronicité des schizophrènes est-elle une escroquerie de la part des psychiatres ? », ma réponse sera la suivante : Je ne pense pas que ce soit volontaire de la part des psychiatres, car ils sont tous « surbookés », la clientèle, ce n’est pas ce qu’il leur manque. Il faudrait peut-être plutôt remettre en question les écoles et les laboratoires pharmaceutiques de mon point de vue. Quant à savoir si la schizophrénie est chronique, je pense qu’elle ne l’est pas dans tous les cas. Je connais un ami qui a connu la BDA (bouffée délirante aiguë), qui s’est retrouvé sous 1 000 mg d’amisulpiride (neuroleptique) et qui pourtant, ne prend plus aucun traitement psychotrope aujourd’hui. Il a su se sevrer à temps du neuroleptique. Je pense qu’on pourrait être nombreux dans ce cas, mais on nous a tellement vendu le risque de rechute en cas d’arrêt (même progressif) du médicament, que la peur est tellement forte, que cela engendre la rechute. 407


Cela étant, chaque cas est évidemment différent. Si l’exposition au stress est importante (comme dans la peur de la rechute, stress au boulot, conflits familiaux, etc.), on sait que le risque de rechute est plus forte, comme dans le cas des chocs émotifs. Les personnes (1 sur 4 en France) ayant souffert ou qui souffriront de troubles psychiques restent « fragiles » toute leur vie, dans le sens très sensible au stress. Le stress est vraiment l’ennemie n°1 pour toutes les personnes ayant déjà souffert de trouble psychique. Je dirais donc que la chronicité d’une maladie psychique et de certaines schizophrénies dépend du contexte dans laquelle la personne vit et surtout, comment celle-ci interprète son environnement. La façon dont nous ressentons les choses, les situations, les événements, dépend de notre perception et interprétation de ceux-ci. À la question dont vous me posez : « Les schizophrènes doivent-ils consulter un psychiatre jusqu’à même leur mort ? », je répondrais que non, pas forcément. Mon ami dont je parlais tout à l’heure ne consulte plus de psychiatre. Tout dépend comment on se sent, si on se sent capable de se gérer soi-même. Bien à vous, Le 4 août 2016, Véronique R.

408


« JE SUIS GUÉRI DE MA SCHIZOPHRÉNIE PARCE QUE JE SUIS HEUREUX ET QUE ÇA PERDURE AINSI MAINTENANT DEPUIS PLUS DE DIX ANS ! »* RÉPONSES PUBLIQUES À UN COURRIEL PRIVÉ D’UNE SCHIZOPHRÈNE Bonjour, Les infirmiers psychiatriques actuels n’ont plus aucune formation concernant leur spécialité depuis 1992 et vous en savez certainement beaucoup plus qu’eux sur le sujet de la schizophrénie. Autrefois celle-ci était de trois ans et la seule chose qu’on leur apprenne actuellement ce n’est que d’obéir aux ordres des psychiatres et quant à ceux-ci la seule chose qu’on leur apprenne pendant leur formation actuelle de quatre ans après leurs études de médecine générale ce n’est que de faire des prescriptions. Il n’existe ainsi par exemple plus en France de formation à la psychanalyse dans les études de médecine même psy. La meilleure définition du mot schizophrène que j’aie trouvée est celle de « Schizo anonyme » dans son opuscule : « Pas si fou ! »**, à savoir : « Est schizophrène celui qui a reçu le diagnostic de schizophrénie. » Quant à l’expression « bouffée délirante » elle est une invention française et n’existe pas aux USA où l’on ne parle en réalité que de « schizophrénie aigüe » ou de « schizophrénie chronique » et dans celle-ci les psys US y font entrer aussi la « paranoïa ». C’est important bien sûr de savoir pour sa propre gouverne et à toute fins utiles si l’on est malade ou pas, schizophrène ou pas ! Bien sûr on juge une maladie quant à ses symptômes pour faire un diagnostic. Mais dans le domaine de la schizophrénie que peut-on apprendre sérieusement de la part des psys à ce sujet ? que vous ne serez jamais guéri et qu’il faudra que vous ingurgitiez des médicaments jusqu’à même votre mort naturelle ? Pour ma part je ne connais guère de malades m’ayant révélé un jour que ce soit au sujet de leur bouffée délirante ou que ce soit au sujet de leur schizophrénie chronique : « Mon psychiatre m’a dit que j’étais guéri et que je n’ai plus besoin de médicaments ! » Aucun psy actuellement ne prend ce risque ! 409


Le diagnostic de guérison de la schizophrénie ne peut en réalité que venir que du schizophrène lui-même lorsqu’il s’est opposé à la prise des médicaments que son psychiatre lui recommande en lui disant par exemple comme à moi souvent autrefois : « Si vous ne prenez pas vos médicaments c’est sûr que vous allez rechuter ! » et que justement ensuite on ne voit jamais venir le moindre indice de rechute dans la schizophrénie quel que soit le temps qui passe ! Qu’est-ce que la santé, qu’est-ce que la maladie, qu’est-ce que la guérison, voire qu’est-ce que la bouffée délirante, qu’estce que la schizophrénie ? Avant toute discussion avec qui que ce soit il faudrait se mettre avant tout d’accord sur le sens de tous ces mots. Il existe bien des psys qui comme le Dr Alain Bottéro parlent de guérison ou qui comme le Pr Camille Lampion parlent de rétablissement au sujet de la schizophrénie mais si on les lit bien ceux-ci ne précisent jamais si alors cette guérison ou ce rétablissement c’est avec ou sans les médicaments. En matière de guérison de la schizophrénie pour ma part je retiens à ce sujet deux phrases de Freud bien que pour lui ce ne fut alors qu’au sujet des névroses et non pas des psychoses, à savoir : « Votre grand malheur hystérique j’en ferai un petit malheur banal ! » et « On est guéri lorsqu’on est capable d’aimer et de travailler ! » Et toujours pour ma part j’ajouterai : « Je suis guéri parce que je suis heureux et que ça perdure ainsi maintenant depuis plus de dix ans ! » Je m’arrête là car c’est déjà assez long et bien que je pourrais encore en rajouter beaucoup. Bien cordialement à vous, Le 26 août 2016, Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs **j’ai essayé de retrouver ce document sur Internet mais malheureusement je ne l’ai retrouvé qu’en italien. Il est possible 410


que celui-ci existe toujours en Français dans la rubrique « témoignages » du site du Groupe Information Asiles : www.groupeinfoasiles.org.

411


Œdipe LA PLUME Monsieur le préfet de police de Paris POLICE NATIONALE Le 28 août 2016, Monsieur, La loi n’interdisant ni de signaler à la Police nationale des délits même pour lesquels la victime refuse de porter plainte ni non plus de signaler ceux-ci à celle-ci par Internet, je vous informe dans les pages qui suivent de ce document, de deux délits dont j’ai bel et bien été victime mais pour lesquels je ne porte pas plainte pour des raisons que vous comprendrez en lisant les pages qui suivent de celui-ci. Il s’agit d’une part d’un délit de certificat de complaisance de la part du Pr Michael LE GRAND professeur en psychiatrie à l’Hôpital Eugen Bleuler à mon encontre et à cette occasion d’un délit de refus de témoignage faisant ainsi obstruction à la justice à ce sujet à mon encontre de la part du Dr Désirée JUPON psychiatre psychanalyste à l’Hôpital de La Joie de vivre. Je certifie sur l’honneur dans les pages qui suivent de ce document la véracité complète de ce que je rapporte aux internautes au sujet de ces deux délits de ces deux psychiatres abuseurs. Je me tiens à la disposition de la justice et des experts près les tribunaux à condition seulement que toutes les expertises soient alors entièrement gratuites pour moi. J’ai été suivi dès mon arrivée en 2013 à … pour ma schizophrénie (que je considère enfin complètement et définitivement guérie) par le Dr Éva Dévote jusqu’en mars 2016 puis actuellement depuis juillet 2016 par le Dr Prunelle Blondine. Mon généraliste qui me suit aussi pour ma schizophrénie à ... est toujours actuellement depuis 2013 le Dr Dany Archibon. Je me tiens aussi à votre disposition pour répondre à toutes vos questions éventuelles même par écrit. 412


Je vous prie de transmettre ce signalement à Monsieur le Procureur de la République de Paris et j’espère qu’il m’informera de la suite qu’il donnera à celui-ci même s’il n’y a pas de plainte de ma part. Recevez, Monsieur, mes salutations respectueuses. Œdipe LA PLUME ABUS DU PR MICHAEL LE GRAND ET DU DR DÉSIRÉE JUPON Œdipe LA PLUME Monsieur le Professeur Michael LE GRAND (psychiatre) Madame le Docteur Désirée JUPON (psychiatre psychanalyste) Madame, Monsieur, Je vous rappelle que tous les deux vous avez abusé à plusieurs reprises de moi de 2008 à toujours actuellement en 2016 et que vous ne m’avez jamais communiqué les explications que je vous ai demandées à plusieurs reprises à ce sujet, cela très régulièrement de 2008 à toujours actuellement. Je ne pourrai jamais avoir celles-ci en portant plainte contre vous deux aussi bien au pénal qu’à l’Ordre des médecins car je n’ai pas le droit à l’aide juridictionnelle (je dépasse un peu le plafond de ressources autorisé pour cela) d’autre part je n’ai pas les moyens financiers pour me payer un avocat (je fais partie de la classe moyenne proche du SMIC et loin de la gauche caviar), et j’ai donc malgré tout pour cela trouvé la solution qui consiste à mon tour en un délit à l’égard de vous deux : je révèle par le présent courriel qui sera reproduit pour le grand public sur mon blog vos abus à tous les deux à mon encontre en y associant à ce sujet vos coordonnées véritables (nom, prénom, etc.).

413


Il vous est loisible car vous en avez les moyens financiers de vous payer les avocats qu’il vous convient pour porter plainte à mon encontre au motif d’atteinte à votre réputation, à votre vie privée, etc. Mais la justice n’a-t-elle pas prévu que je peux malgré tout alors arguer devant celle-ci que je suis sincère, de bonne foi, que je ne dis que la stricte vérité au sujet de vos abus à tous les deux à mon égard, que j’agis pour le bien public en psychiatrie, et que je vous donne même un droit de réponse à tous les deux au présent courriel qui sera déposé sur mon blog pour que vous puissiez vous expliquer. Cela suppose que vous portiez plainte à mon encontre en justice au pénal : mais en aurez-vous alors le courage ? et d’autant plus d’une part que vous serez sans doute alors débouté, que vous aurez sans doute alors des dommages et intérêts à me payer et d’autre part que vous aurez même aussi à payer les frais d’avocat des associations de psychiatrisés en lutte qui se seront portées alors partie civile. Je ne vous rappelle en P.-S. que seulement quelques courriels et non pas tous pour le moment en rapport avec vos abus à tous les deux à mon égard et vous prie enfin de m’apporter vos explications que vous m’avez toujours refusées. N’est-ce pas important aussi bien pour votre réputation que pour votre vie privée que de pouvoir vous expliquer publiquement si pour vous deux mes accusations sont infondées ? Copie du présent courriel pour https://psychitrie.crpa. asso.fr/, www.groupeinfoasiles.org, www.advoacy.fr, www.lesschizophrenies.fr, l’Ordre des médecins, etc. J’autorise la reproduction du présent courriel à quiconque le désire mais à condition que ce soit toujours pour cela le texte intégral de celui-ci. Recevez, Madame, Monsieur, mes salutations. Le 28 août 2016, Œdipe LA PLUME 414


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR Diffamation légitime pour le bien public en psychiatrie Je soussigné dans le présent billet déposé sur le site du Club de www.mediapart.fr ainsi que dans mes messages déposés sur mes blogs et sur mon forum et ainsi que dans mes articles de mon livre à paraître certifie sur l’honneur révéler la vérité sur les abus en psychiatrie dont j’ai été victime aussi bien de la part du Pr Michael Le Grand (psychiatre spécialiste des thérapies cognitives comportementales à l’Hôpital Eugen Bleuler) que de la part du Dr Désirée Jupon (chef de service des consultations à l’Hôpital privé psychiatrique de jour de La Joie de vivre) sa comparse et sa complice. En cas de plainte malgré tout pour diffamation contre moi de la part de ceux-ci il appartiendra à la justice de trancher pour savoir si je suis sincère, de bonne foi et dans mon droit véritable en publiant le présent billet chez www.mediapart.fr. Œdipe LA PLUME Madame le Docteur Désirée JUPON Le 18 novembre 2014, Madame, Je désire contribuer par la présente diffamation légitime pour le bien public en psychiatrie à la lutte pour en finir avec les abus dans ce domaine de la santé. Pour cela je me permets de vous rappeler certains faits qui sont les suivants : Le Pr M. L. psychiatre spécialiste des thérapies cognitives comportementales à l’Hôpital Eugen Bleuler a abusé de moi en rédigeant en 2008 un certificat médical délibérément mensonger par lequel j’étais "désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur", etc. pour le médecin chef de l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris. Pour cela il ne m’a jamais vu ni jamais examiné. Son but à mon avis était de me faire 415


cesser d’écrire à des directeurs d’hôpitaux parisiens au sujet de la "dégradation des soins, des services, de la relation médecinmalade", etc. dans ceux-ci. Dans mon dossier médical que j’ai mis trois ans à obtenir à la suite d’un recours pour excès de pouvoir par-devant le tribunal administratif il était entre autres noté par le médecin chef du CMP Eugen Bleuler que j’ai vu deux fois à la suite de la convocation obligatoire de la préfecture de police de Paris ceci : "propos délirants", "courriers délirants", "téléphoné au Dr D. J. : nous l’hospitaliserons", etc. Ce certificat ne s’est jamais révélé juste jusqu’à toujours actuellement en 2014. Cette pratique très fréquente en matière d’abus psychiatriques qui consiste en France à faire des certificats médicaux sans n’avoir jamais vu ni jamais examiné le soidisant "malade" (en réalité quelqu’un qui dérange quelqu’un d’autre) est parfaitement légale aux yeux de la loi française. Toutefois elle est régulièrement déconseillée dans ses bulletins à tous les médecins par l’Ordre de ceux-ci pour des raisons déontologiques. J’ajoute que pour le droit français tout le monde a le droit de mentir partout où il veut (c’est-à-dire aussi pourquoi pas même dans un certificat médical circonstancié) sauf devant les tribunaux mais que par contre pour l’Ordre des médecins aucun de ceux-ci n’a jamais le droit de mentir dans aucun certificat médical quel qu’il soit pour des raisons aussi déontologiques. Le Pr M. L. a refusé aussi bien l’expertise psychiatrique amiable que je lui ai proposée afin de nous départager aussi bien sur le diagnostic de "désordre" et de "délire" que sur le pronostic de "dangerosité". J’ajoute encore qu’il a refusé de me recevoir avec la personne de confiance prévue par loi à ce sujet (dans mon cas j’avais désigné mon épouse) et les représentants des associations d’usagers en psychiatrie. Il ne m’a jamais donné les raisons (inavouables et honteuses à mon avis) pour lesquelles il a fait à mon encontre un certificat médical sans ne m’avoir jamais vu ni jamais examiné avec un diagnostic et un pronostic délibérément mensonger. Il ne s’est bien sûr pas davantage excusé non plus. Je me suis plains plusieurs fois par lettre recommandée avec accusé de réception, fax, Internet à l’Ordre des médecins de cet abus (autorisé par la loi française mais déconseillé par l’Ordre des médecins je le rappelle) du Pr M. L à mon encontre mais il ne m’a jamais répondu à ce sujet. J’avais porté plainte contre le Pr M. L. pour "calomnies ou diffamation" au pénal mais ensuite j’ai retiré celle-ci car je n’avais pas les moyens de me payer un 416


avocat spécialisé (je suis très proche des SMICARDS et très loin de la gauche CAVIAR et ainsi je dépasse le plafond de ce qu’a prévu la loi pour le bénéfice de l’aide juridictionnelle) et de toute façon le délai de la prescription pour "calomnies ou diffamation" qui n’est que de trois mois est maintenant largement dépassé. Dans l’avenir je compte malgré tout porter plainte pour "abus de faiblesse sur personne vulnérable" si toutefois dans ce cas le délai de la prescription n’est pas non plus alors dépassé et si toutefois mon futur avocat me recommande ce genre de motif pour la plainte que je désire déposer. Je vous rappelle que vous avez été aussi bien mon médecin spécialiste en psychiatrie que mon médecin traitant à l’époque de cette dénonciation calomnieuse ou diffamatoire justifiée par un certificat médical délibérément mensonger. Vous êtes d’ailleurs mieux informée sur cette affaire d’abus légal pour la justice française mais toutefois déconseillé par l’Ordre des médecins pour des raisons déontologiques que moi-même je ne le suis véritablement à ce sujet. Je vous demande donc d’intervenir dans celle-ci pour enfin me soutenir contre ce professeur délibérément abuseur conformément à la définition du "bon" médecin telle qu’elle est exposée sur son site par l’Ordre des médecins. D’après celui-ci un "bon" médecin c’est celui qui est à la fois "dévoué" et "loyal" et notamment fait toujours passer l’intérêt personnel de son malade avant aussi bien le sien propre que celui de son service, de son hôpital, de ses confrères, etc. Toutefois toujours d’après l’Ordre des médecins "le médecin a un devoir de solidarité face à l’adversité" c’est-à-dire face par exemple au malade qui comme moi accuse l’un de vos confrères voire vousmême d’abus psychiatrique. Je vous présente ci-dessous trois exemples parmi tant d’autres de la malhonnêteté à ce sujet de l’Ordre des médecins lequel blanchit les coupables et noircit les victimes ! Affaire de "L’homme à la rose" : Dans celle-ci qui a duré de 1981 à 2001 il s’agissait d’un internement d’office de 5 ans en section de force à l’Hôpital psychiatrique de Villejuif à la suite du fait qu’un jeune homme de vingt ans qui s’était caché toute une nuit dans les W.-C. du Parc des Princes avait ensuite voulu le lendemain après-midi offrir une rose à François Mitterrand en débordant le service de sécurité de 417


celui-ci. Son idée à ce jeune "fou" d’amour du président de la République était de se faire remarquer par la télévision pour trouver du travail sur les plateaux de celle-ci (c’est ce qu’il m’avait expliqué lui-même en 2002). Mais le médecin traitant qui a ensuite communiqué le dossier médical de ce jeune "fou" d’amour du président de la République au médecin militant du Groupe Information Asiles (www.groupeinfoasiles.org : une association spécialisée dans les abus en psychiatrie) a alors été condamné à six mois de suspension d’exercice de la médecine par l’Ordre des médecins car il savait qu’en communiquant ainsi le dossier médical de son "patient" à l’un de ses confrères que celuici allait alors servir à un procès. "L’homme à la rose" a finalement malgré tout gagné son procès (qui a duré de 1981 à 2001, je le rappelle) grâce aussi bien au Groupe Information Asiles qu’à la célèbre avocate de celui-ci Maître Corinne Vaillant. Il a été indemnisé de 22 000 000 d’anciens francs sur lesquels il a reversé 6 000 000 d’anciens francs à celle-ci m’avait-il expliqué toujours en 2002. Affaire du « Pape de la sexologie » : Dans celle-ci un célèbre gynécologue aurait abusé et/ou aurait violé, d’après la presse de l’époque, des dizaines voire des centaines de ses patientes pendant des dizaines d’années. Il a été confondu, toujours d’après la presse de l’époque, suite à la visite à son cabinet privé d’un couple de gendarmes dont la femme avait un prétendu dysfonctionnement sexuel. Cela n’a pas empêché l’Ordre des médecins de l’époque de ne le condamner qu’à seulement un mois de suspension d’exercice de la médecine et encore ce ne fut pas parce qu’il avait tenté de violer la femme gendarme qui l’avait consulté mais parce qu’il n’avait pas respecté le secret médical en confiant son problème judiciaire à son épouse… laquelle l’a alors soutenu pour essayer de tout cacher… Affaire Œdipe La Plume : J’ai demandé il y a environ un an et demi la communication de la copie intégrale de mon dossier médical que j’ai à l’Ordre des médecins comprenant aussi bien mes propres courriers à celui-ci que ceux des médecins qui ont communiqué avec l’Ordre des médecins au sujet de mes plaintes à leur encontre. Je 418


m’étais en effet aperçu en consultant mes dossiers médicaux dans divers hôpitaux que certains de mes abuseurs avaient effectivement écrit à celui-ci mais que contrairement à ce que celuici raconte sur son site il ne communique pas en réalité ensuite aux victimes d’abus les courriers de ceux-ci. J’ai donc porté plainte auprès de la CADA à ce sujet mais en réalité ne peux pas faire un recours pour excès de pouvoir par-devant le tribunal administratif car à la suite de mon déménagement de Paris j’ai perdu tous les accusés de réception de mes courriers adressés à l’Ordre des médecins quelle qu’en soit la forme : lettre recommandée, fax, Internet… Pour un médecin traitant qui respecte parfaitement la loi de l’époque sur la transmission du dossier médical de son patient à son confrère médecin militant d’une association de psychiatrisés en lutte c’est six mois de suspension d’exercice de la médecine mais cependant pour un médecin qui lui a fait au moins une tentative de viol sur une femme ce n’est qu’un mois de suspension d’exercice de la médecine pour violation du secret médical visà-vis de son épouse. Je vous demande de me faire une bonne fois pour toutes le certificat médical circonstancié que je n’ai toujours jamais cessé de vous réclamer et que je n’ai toujours pas reçu de votre part en me donnant à votre tour votre avis aussi bien sur le diagnostic de "désordre et délire" que sur le pronostic de "dangerosité", etc. du Pr M. L. D’ailleurs dans son certificat médical de 2008 celuici n’écrit-il pas que celui-ci n'est valable que sous réserve de l’avis d’un autre spécialiste qui me verrait personnellement et qui pourrait alors donner un avis différent ! Je ne comprends pas que m’ayant vu pendant 10 ans souvent même tous les huit jours vous ne m’ayez même pas de vive voix jamais fait le moindre reproche ni jamais fait le moindre diagnostic ou pronostic quels qu’ils soient au sujet de mon état santé psychiatrique en rapport avec mes courriers à vous-même. Je vous rappelle que je vous ai adressé ceux-ci de 2002 à 2012 et que le Pr M. L., lui, n’a reçu en réalité qu’une copie de ceux-ci qu’en 2008 pendant six mois. Vous êtes donc à mon avis mieux placée que lui pour faire un diagnostic et un pronostic psychiatrique à mon sujet. Je vous demande de me faire un certificat médical comme je vous l’ai toujours déjà demandé autrefois c’est-à-dire valable aussi bien pour une punition en justice que pour des sanctions à l’Ordre des 419


médecins. Bien sûr ce n’est pas une obligation pour moi de m’en servir de cette façon car rien ne m’y oblige alors effectivement et avant tout ce certificat médical doit avoir pour but entre autres aussi bien de m’aider du point de vue psychologique que de rétablir la confiance entre nous. Tout cela dit je vous interdis malgré tout de communiquer avec le Pr M. L. et son équipe quoi que ce soit à mon sujet et à lui-même et à son équipe je leur interdis de communiquer quoi que ce soit à mon sujet avec vous. C’est une exigence que le malade est en droit de faire valoir à tout médecin conformément à ce que prévoit la loi à ce sujet en cas de problème avec celui-ci ou avec des confrères. Je vous rappelle qu’un certificat médical circonstancié doit d’abord rappelé pourquoi il est demandé qu’ensuite il doit répondre à la ou les questions soulevées par le demandeur, et que finalement il doit conclure. Vous trouverez des exemples de ceux-ci dans le début du tome I de mon livre (à paraître prochainement) qui avaient été faits spontanément pour m’aider par le Pr D. W. (ancien professeur en psychiatrie et ancien président de l’Association Psychanalytique Internationale) lorsqu’il s’est aperçu que mon médecin chef du travail (un professeur en neurologie) me voulait du mal. Celui-ci d’une part faisait la chasse aux malades et aux arrêts de travail pour remercier son employeur d’avoir embauché son fils handicapé moteur comme "emploi réservé", d’autre part pratiquait à l’occasion des examens médicaux des employés le détournement de clientèle systématique de ceux-ci vers son cabinet médical privé… Vous êtes libre du contenu du certificat médical circonstancié que je vous demande et qui n’est donc pas du tout un certificat de complaisance qui peut très bien éventuellement se retourner contre moi. Cependant vous n’êtes pas libre de ne pas me faire ce certificat (surtout au prétexte que cela vous arrangerait personnellement vis-à-vis de votre confrère abuseur) que je vous réclame sans cesse depuis maintenant belle lurette ! En effet votre refus ne correspondrait pas alors à la définition du "bon" médecin telle qu’elle est indiquée sur son site par l’Ordre des médecins. Je me permets aussi de vous faire remarquer que je ne suis pas dupe d’une part que le Pr M. L. luimême adresse ses malades après les internements dans son hôpital public psychiatrique à votre hôpital privé psychiatrique de jour notamment à son Service d’accompagnement à la vie sociale (SAVS) dont vous êtes d’ailleurs le superviseur et d’autre part que vous-même adressez à votre tour des malades à l’hôpital public psychiatrique du Pr M. L. lorsque ceux-ci sont en crise. Tous 420


les deux vous avez donc un intérêt commun à vous soutenir dans cette histoire d’abus à mon encontre dont je me défends malgré tout ne vous en déplaise vivement ! Je vous prie de bien vouloir me répondre pour le certificat médical circonstancié concernant l’abus dont à mon avis j’ai bel et bien été victime de la part du Pr M. L. par lettre recommandée avec accusé de réception à mon nouveau domicile dont je garde l’adresse secrète pour le grand public mais que vous connaissez toutefois très bien depuis environ maintenant un an et demi. Vous avez aussi un droit de réponse sur tous mes blogs et forum et en particulier sur le site du Club de www.mediapart.fr où j’accorde aussi à n’importe quel membre du corps médical (dont bien sûr aussi le Pr M. L.) un droit de réponse au présent billet même en révélant éventuellement des éléments de mon dossier médical. Mais j’interdis à quiconque de révéler mes nom et prénom et adresse véritables. Les nouvelles de ma femme et de moi-même au point de santé psychiatrique sont les suivantes : Celle-ci autrefois pendant quatre ans (2008-2012) ne cessait jamais plusieurs fois par jour de fantasmer que la police se présentait à notre domicile et m’emmenait de force en prison psychiatrique pour le restant de mes jours… Mais dans ce lieu que nous gardons secret pour le grand public elle n’a plus enfin ni phobies ni crises de panique en rapport avec mon affaire comme autrefois à Paris. Quant à moi comme vous le savez sans doute ma nouvelle psychiatre actuelle m’a déclaré déjà plusieurs fois récemment : "Écrire est très thérapeutique !" mais aussi : "Vous pouvez vous considérer guéri de votre psychose !" Toutefois comme vous le savez sans doute aussi pour des raisons indiquées dans mon livre ou sur mes blogs et forum je préfère prendre malgré tout encore le sixième de la dose d’antipsychotique recommandée par les laboratoires pharmaceutiques en matière de schizophrénie et cela pour une durée indéterminée. Je vous rappelle que vous-même pendant plusieurs années ne m’aviez prescrit alors qu’un sixième de cette dose d’antipsychotique recommandée en matière de schizophrénie par les laboratoires pharmaceutiques. Et même qu’un jour me m’aviez pas dit ceci : "Vous pouvez arrêter votre 421


antipsychotique mais alors il faudrait que vous veniez me voir plus souvent pour discuter !" Je vous remercie de ne m’avoir jamais fait ingurgiter le tout chimique des hôpitaux psychiatriques publics avec 15 séances de thérapie cognitive comportementale comme prétendue panacée. En résumé j’accuse le Pr M. L. d’abus psychiatrique à mon égard (les courriers que j’avais adressés autrefois au Pr M. L. pendant six mois en 2008 sont tous intégralement reproduits dans mon livre à paraître bientôt) et quant à vous je vous accuse d’être aussi bien son comparse que son complice. Vous ne pouvez pas nier que délibérément vous avez trahi ma confiance pour soutenir celui-ci. Recevez, Madame, mon souvenir le meilleur. Œdipe LA PLUME EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR PSYCHIATRES ABUSEURS : L’OMERTA DE L’ORDRE DES MÉDECINS À chaque fois que j’ai déposé ou réitéré une plainte à l’Ordre des médecins à l’encontre du Pr Michael Le Grand (soit pour violation du secret professionnel soit pour calomnies et diffamation) celui-ci n’y a jamais donné la suite qu’il convient telle qu’il décrit celle-ci sur son site à la suite du dépôt de celle-ci. L’Ordre des médecins n’a jamais répondu en quoi que ce soit à tous mes courriers que je lui ai adressés (par Lettre RAR, fax, Internet) au sujet des abus dont j’ai été victime de la part du Pr Michael Le Grand dans les termes de son certificat de signalement (en réalité un certificat de complaisance) de moi-même à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris. Tout (ou presque) ce qu’il a certifié dans celui-ci est complètement faux et pour cause car lorsqu’on fait un certificat de complaisance sans avoir jamais vu ni jamais examiné le soi-disant malade ce n’est bien sûr que pour mentir. Puisque l’Ordre des médecins a toujours refusé de juger ce confrère je me permets de révéler au grand public le contenu de l’affaire qui m’oppose à celui-ci, cela pour le bien public en psychiatrie. L’Ordre des médecins 422


d’après ce qu’il raconte sur son site a un pouvoir d’autosaisine dans n’importe quelle affaire mais bien sûr ne l’a jamais exercé à l’encontre du Pr Michael Le Grand. Il n’est jamais trop tard pour bien faire et je le prie à nouveau de s’autosaisir de celle-ci contre celui-ci. Suis-je dans mon droit en révélant les noms véritables de mes abuseurs ? je n’en sais rien ! Mais dans l’affaire DSK entre autres les journalistes eux n’ont jamais été inquiétés par la justice à ce sujet ! Je vous communique en P.-S. au présent billet un extrait de ma lettre du 3 septembre 2008 dans laquelle j’interdisais au Pr Michael Le Grand d’entrer en contact avec ses confrères au sujet de ma santé et le certificat médical de complaisance par lequel il m’a signalé comme « désordonné, dangereux, délirant » à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris. Œdipe LA PLUME Copie pour le Pr Michael Le Grand, le Dr Désirée Jupon et l’Ordre des médecins *pseudonyme Ci-dessous pour partie pour le moment le dossier de l’affaire : La violation du secret médical a été la suivante : Extrait de ma lettre du 3 septembre 2008 au Pr Michael Le Grand : « J’interdis à tout médecin de vos hôpitaux, jusqu’à nouvel avis contraire de ma part, de consulter mes dossiers médicaux, d’entrer en contact sous forme écrite, téléphonique, etc. bref d’échanger toute information médicale à mon sujet avec tout autre médecin, etc. Ne sont habilités à le faire que mes avocat(e)s, ma femme, les associations de malades, ma psy actuelle, les juges, les experts près les tribunaux et l’Ordre des médecins ! » Le secret médical demandé ci-dessus aux médecins concernés n’a jamais en réalité respecté entre eux. J’en possède bien sûr des preuves matérielles (échange de correspondances à mon sujet entre eux). J’ai porté plainte à l’Ordre des médecins en son temps mais il ne m’a jamais répondu à ce sujet. 423


Le certificat de complaisance comportant comme diagnostic des calomnies et de la diffamation a été le suivant : Michael LE GRAND Professeur en psychiatrie HÔPITAL EUGEN BLEULER Diégo MAGNAT Médecin chef INFIRMERIE PSYCHIATRIQUE DE LA PRÉFECTURE DE POLICE DE PARIS Le 17 juillet 2008, Cher Collègue, Je me permets de vous informer de l’arrivée en nombre à Sainte-Clotilde de plusieurs courriers émanant de M. Œdipe La Plume Il s’agit de courriers très longs, désordonnés, faisant état de propos et de préoccupations qui, sous réserve d’un avis qui pourrait être différent de la part d’un clinicien qui rencontrerait directement cette personne, me paraissent délirants. Ces courriers sont infiltrés de quelques allusions menaçantes sans que cependant ne soit désigné un persécuteur ou que ne soit fait état de l’imminence annoncée d’un passage à l’acte. Je tenais cependant à vous informer de cette situation qui m’apparaît concerner un patient dont je ne sais rien d’autre et en particulier pas s’il est pris en charge dans les structures psychiatriques de son secteur. Le directeur de Sainte-Clotilde* et l’OSH*, qui ont été également destinataires des courriers, se proposent d’informer la direction administrative de l’IPPP. Avec mes sentiments sincères et dévoués, Professeur Michael LE GRAND 424


Commentaire de ma part : il n’y a pas seulement mensonge au sujet du « désordre, du délire et de la dangerosité » mais aussi au sujet du fait qu’il prétend qu’il ne connaît « rien de moi » alors que j’avais été suivi à son CMP de 1987 à 1990 puis en 2005 par les étudiants en formation de son hôpital psy. Œdipe LA PLUME Madame le Docteur Désirée JUPON Psychiatre et médecin traitant autrefois LA JOIE DE VIVRE DERNIÈRE TENTATIVE DE CONCILIATION Madame, Je me permets de vous signaler que de l’avis de l’Ordre des médecins un certificat médical demandé par un patient ne peut être refusé à celui-ci que seulement dans des conditions précises. Celui-ci demandé dans le but de porter plainte auprès de la justice pénale ou de l’Ordre des médecins suite à un abus dont vous avez vous-même été directement témoin de la part de l’un de vos confrères psy et dont la victime de celui-ci est directement votre propre patient ne peut pas ainsi lui être refusé. Sauf à faire délibérément obstruction à l’action de la justice ou de l’Ordre des médecins. Malgré tout celui-ci peut vous condamner à six mois de suspension d’exercice de la médecine pour non confraternité vis-à-vis de votre confrère psy abuseur sachant que votre certificat médical même s’il est le reflet de la vérité est effectivement destiné à un procès contre celui-ci. C’est bien connu que l’Ordre des médecins ne respecte pas souvent lui-même ni la loi ni le Code de déontologie médicale à ce sujet. Mais si même d’après le droit français quiconque ou même un médecin voire l’Ordre a le droit de mentir autant que cela lui chante par son silence partout où il le veut il y a malgré tout un endroit où même mentir par son silence est interdit c’est par-devant la justice. 425


Autrefois, vous m’aviez fait à ma demande le certificat médical suivant lequel était très laconique, non explicite et ne relatait pas votre diagnostic au sujet des faits que me reprochait votre confrère psy abuseur : « Je soussignée, Docteur Désirée Jupon, docteur en médecine, psychiatre, praticien hospitalier, médecin chef de service à La Joie de vivre, certifie avoir suivi Monsieur Œdipe La Plume du 23/08/2002 au 26/07/2012 pour une psychose schizophrénique de type schizophrénie paranoïde ayant évolué vers des troubles schizo-affectifs. « Certificat établi à la demande de l’intéressé pour faire valoir ce que de droit. « Certificat fait à Paris, le 21 mai 2013, « Docteur Désirée JUPON » Je vous prie de me refaire entièrement celui-ci en rappelant le fait que je vous ai adressé de 2002 à 2012 des courriers en nombre dont votre confrère psy abuseur a reçu une copie de ceux-ci pendant six mois de janvier à juillet 2008 environ. Le 17 juillet 2008 il a alors fait à la demande du directeur de son hôpital et de ses confrères un certificat de complaisance dans lequel il écrivait entre autres que j’étais pour lui « désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur », etc. « sous réserve de l’avis de l’un de ses confrères qui verrait directement ce patient ». Car en effet votre confrère psy abuseur ne m’avait jamais vu ni jamais examiné à la suite de ces courriers que je n’adressais d’ailleurs même pas directement à lui-même mais au directeur de son hôpital et à certains de ses confrères de celuici. En réalité il ne m’avait vu que dix minutes environ quinze ans auparavant parce que le directeur de son CMP m’avait alors déclaré plusieurs fois : « Le CMP ce n’est pas pour vous ! allez voir ailleurs ! ». Je l’avais donc consulté à son hôpital vers 1995 et il a été alors incapable de m’adresser à l’un de ses confrères psy. Je ne conteste pas les termes de votre certificat médical cidessus au sujet des diagnostics de « schizophrénie paranoïde » et 426


de « troubles schizo-affectifs » mais celui-ci n’étant pas en réalité circonstancié je ne peux pas savoir si ceux-ci se rapportent et en quoi au diagnostic de « désordre, dangerosité, délire mais sans persécuteur », etc. de votre confrère à mon avis abuseur au sujet des courriers en nombre que j’ai adressés pendant six mois en 2008 au directeur de son hôpital et à certains de ses confrères de celui-ci. Et il me semble par exemple que le diagnostic de « troubles schizo-affectifs » se rapporte à l’aboulie que j’ai faite à cause parfois d’un surdosage de médicaments psychotropes par vous-même de 2002 à 2004 et non pas à cette histoire de courriers en nombre. Je vous communique en P.-S. deux certificats médicaux effectivement circonstanciés de la part autrefois du Pr Driss Watson (ancien président de l’Association Psychanalytique Internationale) pour vous donner un exemple parmi d’autres de la façon dont ceux-ci doivent être rédigés pour défendre un malade victime de l’abus justement de l’un de ses confrères psy lui aussi. Bien sûr si vous tenez envers et contre tout à défendre votre confrère psy abuseur et envers et contre tout à ne pas m’aider psychologiquement moi la victime de celui-ci alors je serai obligé de conclure que vous aussi continuez à abuser de moi. J’en tirerai alors les leçons et adviendra ce qui vous adviendra au point de vue pénal pour vous-même comme pour votre confrère psy abuseur car bien sûr pour aboutir à une sanction judiciaire à votre encontre et contre votre confrère psy abuseur j’aurai pris un avocat spécialisé. J’ai toujours jusqu’ici recherché une solution à l’amiable que ce soit avec mon abuseur ou que ce soit avec vous-même jusqu’ici sa complice envers et contre tout contre moi-même aussi. C’est à vous de réfléchir une dernière fois à ce sujet avant peut-être une action judiciaire qui n’a que trop attendue. Le but de ce certificat médical circonstancié que je vous demande à nouveau de me rédiger enfin est bien sûr de crever un abcès psychologique (que vous avez vous-même contribué par votre comportement non conforme à la définition du bon médecin « dévoué et loyal » tel qu’indiqué sur le site de l’Ordre des

427


médecins à me créer) et non pas bien sûr forcément de punir votre confrère psy abuseur et/ou vous-même sa complice. Recevez, Madame, mon souvenir le meilleur. Œdipe LA PLUME EXTRAIT DU CLUB DE MEDIAPART WWW.MEDIAPART.FR DÉLIT ET ERREUR MÉDICALE DU PR MICHAEL LE GRAND (PSYCHIATRE) ? Demande d’explications publiques à celui-ci au sujet de son certificat médical à mon avis de complaisance du 17 juillet 2008 pour l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris à la suite de son refus d’explications à moi-même en privé. Vous m’avez refusé d'une part ma demande d'expertise amiable pour nous départager sur votre diagnostic de "désordre, dangerosité, délire", etc. d'autre part de me recevoir avec les représentants des usagers et la personne de confiance (prévue par la loi du 4 mars 2002) pour me donner des explications que je suis en droit d'exiger de vous conformément au Code de la santé publique et au Code de déontologie médicale. Vous ne m’avez communiqué mon dossier médical qu’avec trois ans de retard à la suite d’une plainte que j’avais déposée pour excès de pouvoir de vous-même par-devant le tribunal administratif. Ce n’est qu’à la réception seulement de celui-ci au travers des échanges de courriers entre confrères que je me suis alors aperçu que vous aviez violé le secret médical tel que je vous avais demandé de le garder dans ma lettre du 3 septembre 2008. Je vous rappelle un extrait de celle-ci au sujet de celui-ci qui est le suivant : « J’interdis à tout médecin de vos hôpitaux, jusqu’à nouvel avis contraire de ma part, de consulter mes dossiers médicaux, d’entrer en contact sous forme écrite, téléphonique, etc. bref d’échanger toute information médicale à mon sujet avec tout 428


autre médecin, etc. Ne sont habilités à le faire que mes avocat(e)s, ma femme, les associations de malades, ma psy actuelle, les juges, les experts près les tribunaux et l’Ordre des médecins ! » Je vous accuse de diffamation, d’abus de faiblesse sur personne vulnérable, de diagnostic délibérément mensonger, etc. dans le but de me faire taire à la suite de mes courriers en nombre à la direction de votre hôpital qui avaient pour thème principal : "la dégradation des soins, des services, de la relation médecin-malade", etc. dans celui-ci et ailleurs. Ceux-ci n’étaient adressés à la direction de votre hôpital que parce que celle-ci réclamait alors des avis de satisfaction aussi bien à la sortie de ses services que sur Internet (cardiologie, urologie, chirurgie, psychiatrie, gériatrie, etc.). Les faits que je relatais à ce sujet n’étaient pas très graves (sauf un seul en rapport avec le décès de ma belle-mère qui faisait suite à mon avis à un refus de soins de la part du service de gériatrie de votre hôpital) et n’ont d’ailleurs jamais concerné votre service de psychiatrie lui-même que je n’ai connu qu’une fois seulement vers 1995 pour vous demander de m'adresser alors à l'un de vos confrères. Je vous rappelle que lors de notre discussion il vous est alors venu de me faire remarquer : « Les abus en psychiatrie ça n'existe pas citez-moi un seul exemple ! » Je n'ai pas eu de mal alors à vous en citer un d'ailleurs célèbre, la France étant déjà alors (comme toujours actuellement) le pays d'Europe le plus condamné par la Cour européenne des droits de l'homme pour ses abus de toutes sortes en matière de psychiatrie. Dans la mesure où m’avez toujours refusé aussi bien ma demande d’expertise amiable que de me recevoir avec ma femme pour que je puisse avoir des explications conformément à ce que prévoient aussi bien le Code de la santé publique que le Code de déontologie médicale en privé sur les raisons qui ont fait que vous avez abouti à ce diagnostic de "désordre, dangerosité, délire", etc. à mon sujet, j’ai porté les accusations ci-dessus publiquement sur ce blog de www.mediapart.fr car j’espère que peut-être ainsi j’aurai alors enfin de celles-ci de votre part.

429


Je me permets de vous faire remarquer que vos accusations de "désordre, dangerosité, délire", etc. dans votre certificat médical à mon avis de complaisance du 17 juillet 2008 que vous aviez rédigé alors sans ne m’avoir jamais vu ni jamais examiné depuis alors environ treize ans ne se sont en réalité jamais révélées justes jusqu’à toujours actuellement le 22 janvier 2016. Vous pouvez relire celui-ci ainsi que mes courriers à votre hôpital dans mon livre « Schizo guéri » lisible sur ce blog de chez www. mediapart.fr sur lequel je souhaite recevoir enfin vos explications. Bien que me considérant complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie je vous signale que je me fais malgré tout suivre aussi bien par un nouveau généraliste que par une nouvelle psychiatre (laquelle m'a déclaré aussi bien "Écrire est très thérapeutique !" que "Vous pouvez vous considérer guéri de votre psychose !") pour des raisons humaines que j'espère vous comprendrez peut-être en lisant mon livre. Je vous considère comme un très mauvais psy ne correspondant pas du tout à la définition du bon médecin telle qu'elle est expliquée par l'Ordre de ceux-ci sur son site c'est-à-dire entre autres et notamment "dévoué et loyal". À mon avis si celui-ci était respectueux des victimes d'abus de ses confrères, ce dont je ne me fais guère d'illusions à ce sujet par expérience personnelle de celui-ci, il devrait s'autosaisir de cette affaire lamentable qui m'oppose à vous et vous radier à vie de l'exercice de la médecine. Le 22 janvier 2016, Œdipe LA PLUME

430


Œdipe LA PLUME LUTTE OUVRIÈRE LUTTE OUVRIÈRE : PAS VALABLE NI SUR LE PLAN HUMAIN NI SUR LE PLAN CULTUREL Le 29 août 2016, Bonjour cher(e)s Camarades, Vous écrivez dans Lutte Ouvrière : « Le burkini est, comme le voile, le signe d'une soumission imposée aux femmes, en vertu de prétextes religieux qui voudraient qu'elles se couvrent en toutes circonstances sauf devant leur mari, seigneur et maître. » Je ne suis pas d’accord avec votre avis ci-dessus : Le voile, la burka, le burkini, etc. à mon avis n’ont que pour but d’une part de protéger les femmes du désir des hommes, d’autre part que de protéger celles-ci de leur propre désir à elles vis-à-vis de ceux-ci. En ce sens les religions musulmane, catholique (dans laquelle Marie aussi autrefois était voilée), etc. sont certainement plus intelligentes que les religions communistes, que ce soit celle du PCF ou que ce soit celle de Lutte Ouvrière ! La plupart des hommes ne demandent certainement pas à être excités sexuellement du matin jusqu’au soir partout où ils sont et y compris même au travail par des femmes toujours en minijupe, corsage bâillant, string, etc. Cela bien sûr ne fait que les indisposer car si ces femmes pratiquement à poil toujours devant eux les excitent d’abord agréablement ensuite ça m’étonnerait qu’ils puissent aboutir sexuellement avec celles-ci sauf alors sous la forme d’un viol. Plus les femmes excitent les hommes plus n’y a-t-il pas alors de viols ? 431


Votre histoire de domination historique des hommes sur les femmes pour expliquer les agressions sexuelles de ceux-ci envers celles-ci ça ne tient pas ! Il n’y a qu’une seule forme actuellement d’oppression sociale : celles des capitalistes (quel que soit leur sexe) sur les travailleurs (quel que soit leur sexe). Il n’y a jamais eu d’oppression sexuelle de tous les hommes sur toutes les femmes, il n’y a au pire, à ce sujet, qu’une oppression individuelle. Je ne suis pas d’accord avec vous non plus sur le problème de la prostitution. J’ai bien lu tous vos articles sur ce sujet aussi d’actualité. Vous n’écrivez que des mensonges au sujet de la prétendue exploitation violente des prostituées par leurs clients. Ces femmes sont en réalité libres et consentantes et même celles aussi qui sont dans un réseau de proxénètes vous le diront en vous expliquant pourquoi si vous voulez bien toutefois le leur demander à ce sujet. Les prostituées ne sont pas pires exploitées que les autres travailleuses qui vendent elles aussi leur force de travail pour pouvoir manger à leur faim. Tout travail en régime capitaliste est une obligation à se prostituer envers un patron (homme ou femme) de la part de tout salarié (homme ou femme). Vous faites dire à ces travailleuses sexuelles des choses qu’elles n’ont jamais dites. Et en particulier qu’elles n’ont pas choisi ce métier librement et qu’elles veulent justement changer de celui-ci ! Ce n’est pas vrai du tout ! Elles ne demandent que l’amélioration de leurs conditions de travail, une cotisation pour avoir une retraite enfin décente, et la disparation des proxénètes. Et quand une femme propose ses charmes à un homme moyennant finance c’est d’abord elle qui va vers lui librement et délibérément et avec son propre consentement pour cela et certainement pas lui qui alors soi-disant profite de sa domination historique sur celle-ci et alors soi-disant la viole. D’une façon générale votre journal ne me paraît valable sur le plan humain et c’est pourquoi je ne vote plus pour vous quelles que soient les élections. Le thème de celui-ci ce n’est toujours que l’argent comme si ce n’était que ça le sens de la vie ou que ça qui ferait le bonheur. Je me déclare comme je vous l’ai déjà expliqué autrefois parfaitement heureux dans cet enfer capitaliste et n’attend pas 432


après Lutte Ouvrière ni pour faire mon bonheur ni celui des autres. Et vous avez même renié Trotski au sujet de la psychanalyse ! Celle-ci n’explique-t-elle pas justement votre féminisme (c’est-à-dire en réalité votre haine de la sexualité des hommes) par le fait que vous avez toutes à ce sujet une revendication phallique dans votre inconscient qui fait que vous n’aurez jamais ce que vous voulez à ce sujet : à savoir le sexe des hommes. Freud appelait cela « l’envie du pénis » et celle-ci était caractéristique de toutes ses clientes névrosées qui étaient très mal dans leur tête car n’acceptant pas d'après celui-ci inconsciemment leur castration. Non seulement vous n’êtes pas valables sur le plan humain mais surtout vous n’êtes avant tout que des femmes particulièrement incultes. Et la preuve à ce sujet c’est votre journal ! Recevez, cher(e)s, Camarades, mon souvenir le meilleur. Œdipe LA PLUME

433


GUÉRIR DE LA SCHIZOPHRÉNIE ? JAMAIS GRÂCE AUX PSYS !* Bonjour tout le monde ! Peut-on guérir de la schizophrénie ? Ma réponse, compte tenu d’environ 55 ans de soins psychiatriques commencés en 1962 pour une névrose obsessionnelle grave à forme essentielle sexuelle à l’âge de 17 ans et qui fut ensuite suivie en 1966 de deux crises psychotiques graves pour lesquelles j’ai eu le diagnostic (en langage international) de « schizophrénie » à l’âge de 21 ans, à la question ci-dessus, est actuellement la suivante : Jamais grâce aux psys ! Certains pourtant évoquent la « guérison » (Dr Alain Bottéro) ou le « rétablissement » (Pr Camille Lampion) mais en réalité ils ne précisent jamais si cette « guérison » ou ce « rétablissement » c’est avec ou sans les médicaments dont notamment l’antipsychotique. Le problème c’est que quand on parle de guérison et surtout dans le domaine de la schizophrénie (qui n’est pas celui de la grippe ou de l’angine) il faudrait s’entendre avant tout sur le sens de ce mot guérison. Pour ma part je retiendrai deux définitions de celle-ci la première de Freud et la seconde de moi-même : « On est guéri lorsqu’on est capable d’aimer et de travailler ! » (Freud) « On est guéri lorsqu’on est heureux que l’on prenne des médicaments ou pas ! » (moi-même) Je me considère enfin guéri de ma schizophrénie paranoïde depuis maintenant plus de 10 ans car, d’une part soit je ne 434


prends plus qu’un sixième de la dose en ambulatoire d’antipsychotique recommandée en matière de schizophrénie par le laboratoire qui le fabrique soit même je ne prends plus rien de celuici, d’autre part je me déclare enfin parfaitement heureux aussi bien de la nouvelle vie que je mène que du nouveau personnage que je suis devenu. Où est la rechute tant annoncée par les psys dont tous ne m’ont-ils pas toujours déclaré à ce sujet : « Si tu ne prends pas tes médicaments c’est sûr que tu vas rechuter ! » ? Et lorsque en 2004 j’ai fait part à ma psychiatre psychanalyste de mon désir de me sevrer de mes somnifères et de mes tranquillisants que je prenais à des doses faramineuses depuis plus de 40 ans, ne m’a-t-elle pas alors répondu aussitôt : « Vous n’y arriverez pas ! » ? Remarquons qu’à l’Hôpital Azig Mamadou, spécialisé dans les troubles du sommeil, l’assistante du Pr Joseph Noirot*, elle, ne m’avait-elle pas répondu à son tour à cette même demande aussi de sevrage de mes somnifères et de mes tranquillisants de ma part dont je lui avais fait part à elle aussi : « Vous devez bien comprendre que si ça fait plus de quarante ans que vous prenez des somnifères et des tranquillisants qu’en réalité on ne peut rien faire pour vous ! Voyez avec votre psychiatre psychanalyste ! » Or toutes les deux se sont bel et bien trompées quant à leur pronostic car ça fait maintenant plus de dix ans que je n’ai jamais repris le moindre comprimé de somnifère ou de tranquillisant ! Je ne suis pas le seul ancien schizophrène à me considérer enfin guéri de la schizophrénie même si sur Internet quand on tape grâce aux moteurs de recherche dans celui-ci : « Guérir de la schizophrénie » il n’y a à mon avis que peu de ceux-ci qui, d’une part se considèrent enfin guéris de celle-ci, d’autre part se déclarent enfin heureux ! En réalité c’est au Groupe Information Asiles (GIA) où j’ai milité de 1989 à 2014 (avec des interruptions et où j’ai été parfois aussi membre du bureau de celui-ci) que j’y ai rencontré le plus d’anciens schizophrènes se déclarant guéris de la schizophrénie dont l’un de ses anciens présidents lui-même. Voir ce que celui-ci a écrit au sujet de sa guérison dans le livre « Pour en finir avec la psychiatrie : des patients témoi435


gnent », à savoir entre autres notamment ceci (je résume de mémoire) : c’est à la suite de son procès contre ses psys abuseurs pour lesquels ceux-ci ont été condamnés à lui verser 12 000 € de dommages et intérêts, qu’alors ses hallucinations auditives ont bel et bien définitivement disparu… Mais qu’expliquent d'autres schizophrènes guéris de la schizophrénie ? ceci : c’est qu’à l’occasion d’une rencontre (avec un nouveau compagnon ou une nouvelle compagne), ils ont alors arrêté d’un coup les doses faramineuses de médicaments que d’ailleurs ils ne supportaient plus et qu’alors ensuite ils n'ont jamais vu venir pour autant le moindre indice de rechute dans la schizophrénie ! L’amour peut-il guérir de tout et tout le monde ? Bien sûr que non ! Mais sur certaines personnes n’est-ce pas le meilleur médicament ou remède ? Je n’ai jamais connu aucun psy aussi bien pour moi-même que pour d’autres qui aient ou auraient déclaré réellement entre quatre yeux à moi-même ou à ceux-ci : « Vous n’êtes pas ou plus malade ! ne prenez pas ou plus vos médicaments ! » Bien au contraire ne disent-pas tous en général ceci : « Prenez bien vos médicaments sinon c’est la rechute assurée ! » ? C’est peut-être vrai pour certains mais certainement pas vrai pour tous ! Alors que faire ? Comme je l’explique dans mon livre (qui a différents titres) : « Il n’y a pas de recette pour guérir de la schizophrénie ! » Ce qui est certain c’est que si j’avais cru aux thèses actuelles de certains grands professeurs soutenus par certaines associa-

436


tions aussi bien de malades que de parents jamais je n’aurai pu guérir. Croyez, toutes et tous, à mes sentiments les meilleurs. Le ler septembre 2016, Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

437


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE SITE WWW.LES-SCHIZOPHRENIES.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : ENTRAÎNEMENT DES HABILETÉS MÉTACOGNITIVES (EMC) POUR EMPÊCHER LA RECHUTE ! EXERCICES COGNITIFS ? NON MERCI ! Je ne crois pas que des exercices soient utiles lorsqu’on est un schizophrène qui de l’avis des psys doit ingurgiter des doses faramineuses de médicaments afin de ne pas ainsi rechuter jusqu’à même sa mort. Il me paraît très difficile de faire ceux-ci lorsqu’on est abruti par toutes sortes de “drogues” et de toute façon je ne crois pas alors à l’efficacité de ceux-ci sous fortes doses de celles-ci. Les exercices n’ont peut-être alors que pour but que de faire croire que bien que l’on prenne toujours ainsi des médicaments à vie on peut améliorer sérieusement malgré tout alors la qualité réelle de celle-ci ! Actuellement les véritables associations d’usagers en psychiatrie (pas celles qui parlent à la place des malades pour leur faire dire des choses que ceux-ci n’ont jamais réellement dites) face aux abus des psychiatres en matière de médicaments sont révoltées par la chronicisation de pratiquement tous les malades de ceux-ci ! On ne voit jamais de malades guéris de la schizophrénie dans les cabinets des psychiatres et pour cause ! Comment aurais-je pu guérir (je n’ai pas d’autres mots car c’est celui qui correspond le mieux à mon vécu et à mon ressenti à ce sujet) si j’avais en 2004 écouté ma psychiatre psychanalyste lorsque celle-ci m’a alors déclaré : “Vous n’y arriverez pas !” en réponse à mon désir de sevrage de mes somnifères, tranquillisants, antidépresseurs, normothymiques, antipsychotiques, etc. que je prenais pour certains depuis alors plus de quarante ans ? Quant à l’hôpital spécialisé (dans les troubles et les maladies du sommeil) où j’avais alors aussi fait part de ce même désir de sevrage de tous mes médicaments déjà cités, on m’y a alors répondu : “Vous comprenez bien que si ça fait plus de quarante ans que vous prenez des somnifères et des tranquillisants on ne peut rien faire pour vous à ce sujet ! Voyez avec votre psychiatre psychanalyste !” J’ai essayé non sans difficultés de me sevrer alors moi-même et maintenant 438


dix ans plus tard quel est le résultat ? Soit je ne prends plus rien comme médicament soit je ne prends plus qu’un sixième de la dose en ambulatoire recommandée en matière de schizophrénie par le laboratoire qui le fabrique ! Où est la rechute tant annoncée par les psys ? Par rapport à 2001 où mon quotient intellectuel n’était alors que de 119 en 2009 celui-ci était alors supérieur à 130 et le rapport médical du psychogériatre disait bien que cela ne pouvait être dû qu’à mon sevrage entièrement réussi (contre l’avis des psys, je le rappelle). Les exercices à mon avis c’est bien voire facile pour les gens qui sont en bonne santé mais certainement pas pour les gens qui prennent souvent lourdement des médicaments qui ont surtout pour fonction de ralentir leur pensée. Ce qui m’a permis d’être enfin à mon avis complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie c’est mon travail psychanalytique sur moi-même avec ou sans l’aide des psys. Pas des exercices à caractère cognitif (attention, mémoire, etc.) ! Et c’est alors qu’enfin sevré de tous mes problèmes psychologiques j’ai pu bien que plus de quarante ans plus tard enfin me sevrer (contre l’avis des psys, je le rappelle encore une fois) de tous mes médicaments psychotropes. Le 20 septembre 2016, Œdipe LA PLUME CHRONICISATION DES SCHIZOPHRÈNES : LES NOUVELLES EXPLICATIONS ET LES NOUVEAUX SOINS POUR LEUR MALADIE NE SONT-ILS PAS UNE NOUVELLE FAÇON DE S’ENRICHIR TOUJOURS PLUS SUR LE DOS DE CES MALHEUREUX ? Je prétends que les exercices visant à améliorer les problèmes cognitifs des schizophrènes ne sont qu’un leurre car, à mon avis, ils n’empêcheront pas la rechute tant que les problèmes psychologiques de ceux-ci ne seront pas eux en réalité solutionnés. Il n’y a que deux façons d’empêcher les rechutes : soit on prend des antipsychotiques à la dose adéquate jusqu’à même sa mort comme le recommandent justement les psychiatres, soit on résout ses problèmes psychologiques de l’âge adulte (une névrose précède toujours la psychose) en rapport avec ses problèmes psychologiques de la petite enfance (forclusion du Sein-de-la-Mère et forclusion du Nom-du-Père). Dans la 439


deuxième façon d’empêcher les rechutes cela suppose pour le malade comme pour le psy de croire aussi bien aux explications de Freud que de Lacan à ce sujet. Et même Lacan avait mis entre parenthèses sans jamais pouvoir en réalité y répondre sa réponse à sa question : “Une cure des psychoses est-elle possible ?” En réalité comme me l’a fait remarquer mon ancienne psychologue de mon ancien Service d’accompagnement à la vie sociale (SAVS) au sujet de mes résultats thérapeutiques : “Votre parcours est unique !” C’est-à-dire que je n’ai pas connaissance d’autres schizophrènes qui ont abouti à une guérison de leur maladie suite à un travail psychanalytique sur eux-mêmes ! Car aucun psy ne peut les aider à ce sujet du fait que la formation à la psychanalyse n’existe plus dans leurs études médicales ! Oui, je suis de l’ancienne génération c’est-à-dire de celle qui a vu se dégrader les soins aussi bien dans les hôpitaux publics que dans les cabinets privés et apparaitre de nouvelles explications telles que la génétique, etc., accompagnées de nouveaux soins tels que les TCC, etc., en matière de schizophrénie. Dans les hôpitaux de 1988 à 2002 plus de 50 000 lits et plus de 20 000 infirmières en psychiatrie ont été supprimés aussi bien par la droite que par la gauche et cette même politique se poursuit toujours ! Actuellement les séjours étant très courts dans ceuxci les malades ne sont plus protégés sur une période suffisamment longue des perturbations familiales et cela se traduit vite après leur sortie de ceux-ci et leur retour chez leurs parents par des rechutes. Ceux-ci découvrent alors que leurs enfants étaient en réalité abandonnés et abrutis à l’hôpital où ils ne voyaient que le psy qu’une fois par semaine que dix minutes seulement pour “le tout médicament” (expression d’Élisabeth Roudinesco qui parle à ce sujet aussi de “psychose chimique” quant aux effets alors de ce fameux “tout médicament”) et qu’ils resteront alors chroniques jusqu’à même leur mort d’après l’avis des psychiatres qui les suivent. Dans les cabinets privés j’ai découvert que de nombreux psys qui affichent pourtant à l’entrée de celuici sur leur plaque “psychiatre psychothérapeute”, eux, en réalité ne reçoivent leurs malades qu’en même pas cinq minutes maximum juste le temps de renouveler l’ancienne ordonnance et de prendre quand même un dépassement substantiel au tarif de la Sécurité dite sociale (même des professeurs font aussi cela). 440


Je ne crois pas pour ma part en matière de schizophrénie à une rechute possible dans celle-ci. Pourtant mes soins véritables qui eux m’ont bel et bien guéri de celle-ci n’ont rien eu à voir avec la psychiatrie dont par exemple des exercices cognitifs à ce sujet. En réalité comme je le raconte dans mes livres d’une part j’ai été débloqué psychologiquement de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle par de jeunes prostituées sexy (1965-1972) ce qui m’a permis ensuite de rencontrer enfin la femme de ma vie (1973 jusqu’à toujours actuellement en 2016) laquelle grâce à son amour véritable a pu parfaire ma guérison dont celles-ci étaient bel et bien à l’origine. Toutefois la liquidation de mon transfert épistolaire qui s’était créé à l’occasion de mes soins avec mon ancienne psychiatre psychanalyste et avec mon ancienne assistante sociale sur celles-ci (2002-2012) a contribué, à mon avis, tout autant à cette guérison que je considère enfin complète et définitive depuis maintenant plus de dix ans. Les conditions qui ont permis l’apparition de ma schizophrénie ne pouvant plus se reproduire actuellement je ne crois pas à des rechutes éventuellement toujours possibles pour celle-ci. Freud lui-même ou l’un de ses successeurs (je ne me rappelle plus exactement) a dit : “En psychanalyse on guérit grâce à l’intelligence et à l’amour !” En matière d’intelligence j’ai compris sur moi aussi bien ce que sont la forclusion du Sein-de-la-Mère et la forclusion du Nom-du-Père et en matière d’amour celui véritable de ma femme a été réparateur aussi bien des dégâts que des tares de la mauvaise éducation que j’ai subis de la part de mes deux parents. Tous les psys qui proposent des exercices cognitifs aux schizophrènes ne font jamais en réalité allusion avec eux dans leurs entretiens au parcours familial traumatisant de ceux-ci. Je suis conscient que ni l’intelligence ni l’amour ne peuvent guérir tous les schizophrènes ! Les nouvelles explications pour la schizophrénie autres que celles du parcours familial et les nouveaux soins pour celle-ci ne 441


sont à mon avis bel et bien qu’une escroquerie de charlatans professionnels. Les malades ne sont alors jamais guéris et bien sûr c’est ainsi une source alors de gros profits. Le 21 septembre 2016, Œdipe LA PLUME P.-S. : les neuroleptiques et les antipsychotiques ont tous un effet de ralentissement et surtout un effet dépresseur aussi bien sur la pensée que sur le moral voire la sexualité et les sentiments des schizophrènes mais pas toujours de la même façon chez tout le monde. Il y a ceux qui supportent et ceux qui ne supportent pas ! C’est pour les gros effets indésirables du “tout médicament” notamment à la sortie d’hôpital psychiatrique qu’à mon avis Élisabeth Roudinesco parle alors de “psychose chimique”. Quant au Dr Jean-Luc Roelandt soit dans l’émission où je suis passé avec lui et où il y avait aussi dans celle-ci le Pr Camille Lampion : “Mieux comprendre la schizophrénie” sur France 2 (20 novembre 2004) soit dans l’émission sur la schizophrénie et sur France 2 aussi de quelques années auparavant : “Pas si fou que ça !” dont il m’avait envoyé la cassette par la poste en 2005, celui-ci n’a-t-il pas déclaré alors ceci : “Les neuroleptiques gomment tout ce qui fait le bonheur et en particulier la vie amoureuse !” Je suis entièrement d’accord avec lui à ce sujet bien sûr par expérience personnelle de cela. Mais pour bien des schizophrènes avoir jusqu’à même sa mort une vie sans amour est-ce comme le prétendent certains psys (je peux citer les sources éventuellement) avoir alors “une vie normale” ? Dire une telle monstruosité à ce sujet moi j’appelle ça une “escroquerie morale” ! […] Bonjour Véronique, Autrefois les “erreurs” dont j’ai souffert c’étaient l’abrutissement, les crises de narcolepsie et le moral suicidaire dus à l’effet dépresseur des neuroleptiques sur moi-même et sauf à 442


réduire la dose alors de ceux-ci je ne vois pas comment les exercices cognitifs auraient pu m’aider contre cela. Actuellement soit que je ne prends plus rien comme médicament soit que je prends qu’un sixième seulement de la dose d’antipsychotique en ambulatoire recommandée en matière de schizophrénie par le laboratoire qui le fabrique je me déclare parfaitement heureux. Pour l’avenir je ne pense pas que je puisse aller encore mieux même avec ces exercices cognitifs. Bien cordialement à vous, Le 23 septembre 2016, Œdipe LA PLUME

443


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE « MON COMBAT POUR UNE PSYCHIATRIE HUMAINE » Beaucoup de congratulations d’un confrère vis-à-vis d’un autre ! C’est une spécialité de la médecine voire de la psychiatrie ! J’aimerais bien connaître l’avis de quelques patients de ses deux auteurs et si eux feraient les mêmes congratulations aussi vis-à-vis de leurs psys ! En général l’avis sur la psychiatrie des psychiatres n’est pas du tout le même que l’avis de leurs malades sur celle-ci ! J’espère que c’est vrai que ces deux auteurs sont des bons psys particulièrement humains malgré tous les abus de toutes sortes que l’on constate même toujours actuellement malgré la peur réelle du juge. Je ne partage pas l’avis ci-dessus sur le secteur : c’est encore un avis de psy pas de malade ! Pour ma part c’est dans les hôpitaux publics que j’y ai reçu les plus mauvais soins et dans leurs CMP que j’y ai connu leurs plus gros abus ! Je crois que bien des psys ont raison de déclarer à leurs malades : “En psychiatrie mieux vaut toujours le privé plutôt que le public !“ même si là aussi les psys font pourtant bien des abus aussi ! J’ai plus de 50 ans de psychiatrie derrière moi et je crois que celle-ci est devenue actuellement plus une médecine d’abus qu’une médecine de soins ! Mais au fait vous lisez beaucoup de livres de psys mais lisez pour autant des livres de vos malades vous aussi ? Avez-vous lu les miens par exemple ? que pensez des résultats thérapeutiques auxquels j’ai abouti certainement pas grâce ni aux médicaments ni à la compassion des psys ? et je vous le signale ou vous le rappelle à ce sujet : grâce aux jeunes prostituées sexy (1965-1972), à mes écrits (2002-2012 notamment), à l’amour véritable de ma femme (depuis 1973, etc.) ? Enfin avez-vous guéri jusqu’à au moins actuellement au moins un schizophrène ? et si oui comment et pourquoi ? […] Je suis agressif, outrancier, etc. et donc je suis un menteur ? D’autres auteurs ont déjà décrit soit la même chose que moi soit des choses pires que moi en matière aussi bien de mauvais 444


soins que d’abus en psychiatrie. Direz-vous à leur sujet qu’ils sont agressifs, outranciers, etc. et donc aussi des menteurs ? Pour votre gouverne et à tous fins utiles je vous invite à visiter les sites ci-dessous d’usagers en psychiatrie et de lire ce que racontent les victimes de mauvais soins ou d’abus dans leur rubrique « témoignages ». Vous verrez qu’en général ceux-ci sont pires que le mien ci-dessus ! Je vous invite aussi à lire les livres ci-dessous dont vous trouverez aussi l’un des miens intitulé « Schizo guéri ». […] On ne trouve bien sûr jamais de schizophrènes guéris dans les cabinets des psychiatres. On n’en trouve pas non plus ni à la FNAPSY ni à l’UNAFAM… Par contre j’en ai connus au GIA et au CRPA… “Être guéri c’est être capable d’aimer et de travailler !” (Freud) “Être guéri c’est être heureux !” (Schizo guéri) […] Je n'ai pas encore lu ce livre car je n'ai pas pour l'instant les moyens de me le payer. Il est possible que dans celui-ci les auteurs abordent le problème des abus de toutes sortes qu'il y a en psychiatrie mais le Dr Guy Baillon dans son article ne fait pas allusion à ceux-ci. D'ailleurs pour nombre de psys les abus en psychiatrie ça n'existe pas et ça n'a jamais existé. Je rappelle que la France bat toujours depuis des dizaines d'années le record d'Europe des condamnations en matière d'abus psychiatriques par la Cour Européenne des droits de l'homme. 445


[…] À propos du secteur il me vient une phrase du Pr Henri Baruk (1897-1999) qui est la suivante : « Je suis contre le secteur car ce n’est pas la liberté ! par exemple si votre voisin vous provoque et que vous lui donnez alors une gifle c’est aussitôt tout votre passé psychiatrique qui ressort ! » Le secteur c'est en réalité la surveillance et la psychiatrisation de la vie quotidienne ! N'est-ce pas justement de celles-ci que résultent la plupart des abus des hôpitaux et des CMP ? Et quant à dire que celui-ci a pour but d’être proche de la population pour que celle-ci puisse profiter des meilleurs soins psy tout près de chez elle, ce n’est bien sûr pas vrai du tout : quand deux fois dans les années 1987-1990 j’ai été hospitalisé en service dit “libre” alors que j’habitais Paris il a fallu pour cela que je prenne le métro, le train, l’autobus pour me rendre ainsi moi-même jusque dans l’Essonne pour cela dans une « prison psy » sordide. S’agissant du Collectif des 39 bien qu’au sujet de ma dénonciation de sa censure systématique des psychiatrisés en lutte et des victimes d’abus sur son forum l‘ancien président du Groupe Information Asiles (un certain Antoine … : je ne me rappelle plus de son nom de famille) m’ait déclaré un jour à ce sujet : “Ça ne sert à rien que tu croises le fer avec des psys qui se regardent le nombril : tu ne les feras pas changer d’avis !” malgré tout je continue toujours mon combat pour dire la vérité sur les abus psy réels de ces menteurs, hypocrites, imposteurs, etc. […] Je ne suis pas le seul à être en désaccord avec le Dr Guy Baillon au sujet du « secteur » entre autres. Cliquez sur le lien suivant : AU SECOURS ! ON VEUT « ASSASSINER » LE SECTEUR PSYCHIATRIQUE ? QU’IL CRÈVE ! 446


(commentaire d’un adhérent du GIA en réponse à un article publié par G. Baillon, psychiatre à la retraite) […] Œdipe LA PLUME

447


EX-SCHIZO - Tome VII/VIII - Pour adultes  

Témoignage sur la schizophrénie et sa guérison

EX-SCHIZO - Tome VII/VIII - Pour adultes  

Témoignage sur la schizophrénie et sa guérison

Advertisement