Page 1


Ex-schizo


Å’dipe La Plume

Ex-schizo Tome VI/VIII


© Œdipe La Plume – 2018 Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays. L’auteur est seul propriétaire des droits et responsable du contenu de ce livre.


ŒDIPE PAULINE Psychologue clinicienne PASCAL Docteur en philosophie et en psychopathologie MATHILDE Chef de service assistante sociale SERVICE D’ACCOMPAGNEMENT À LA VIE SOCIALE DÉSIRÉE Psychiatre psychanalyste Médecin traitant Monsieur Fantin PRIEUR Directeur LA JOIE DE VIVRE QUE CACHE MON « DÉLIRE DE L’ÉCRITURE » ? Le Pr Michael Le Grand a écrit dans son signalement qu’il a fait à Monsieur le préfet de police de Paris, que j’étais : « désordonné, dangereux, délirant, mais sans persécuteur », etc. Quant à son lèche-bottes, le Dr Denis Le Beau, lui, il a écrit plusieurs fois dans mon dossier médical (que j’ai mis trois ans à obtenir suite à un recours pour excès de pouvoir par-devant le tribunal administratif alors qu’il soutenait sans cesse qu’il m’avait bien sûr tout communiqué) : « ses courriers sont délirants », et une fois il a écrit encore : « Nous l’hospitaliserons… » Pour ma part, je ne vois pas du tout où seraient « mon désordre, ma dangerosité, mes délires », etc. Mais n’ai-je pas des antécédents de schizophrénie ? Quant au Dr Désirée Jupon (je la cite de mémoire), ne m’a-t-elle pas dit, à ce sujet : « En France, on est libre d’écrire autant qu’on veut à qui que ce soit du moment qu’il n’y a ni grossièretés ni menaces ! Et les courriers ça n’a jamais tué ni volé ! » Je vous rappelle que le Pr M. L. recevait un double des courriers que j’adressais au Dr D. J. ! Mais que cache mon « délire » de l'écriture ? Rien de psychopathologique à mon avis ! Ni névrose ni psychose ! Simplement je pensais que le contenu de mes écrits intéresserait aussi le Pr M. L. : n’y évoquais-je pas la psychiatrie, la sexologie, etc. ? Et autrefois n’écrivais-je pas au Pr Driss Watson (ancien président de l’Association Psychanalyti11


que Internationale) ? Et ne me répondait-il pas (certains de ses courriers sont dans mon livre) ? Et quand aussi j’écrivais au Pr Iouri Petrof, ne me répondait-il pas, lui aussi ? Et même si je lui écrivais trois fois par jour, ne me répondait-il pas trois fois par jour ? Ne me disait-il pas à ce sujet : « J’ai appris la dactylographie grâce au cours du soir de Pigier ; et quand on a un secrétariat bien organisé on doit répondre à ses malades ; mais si certains de mes confrères apprenaient ce que je fais, ils seraient scandalisés ! » Mes courriers ont dérangé le Pr M. L. et le Dr D. L. un peu comme autrefois les juifs dérangeaient certains allemands ! Et ils ont réagi un peu de la même façon : sauf qu’à la place du STALAG allemand, ils m’ont menacé du GOULAG français ! Et si pendant la Seconde Guerre mondiale je leur avais reproché la mise à mort de milliers de malades mentaux par le froid et la famine, ne m’au-raient-ils pas alors dénoncé à la police de Pétain ? Ces fliquiâtres ne sont ni des médecins ni des psychiatres ! Ce ne sont que des fonctionnaires de police zélés au service de « l’État pouvoir organisé d’une classe en vue de l’oppression d’une autre classe ! » (Marx) Leur idée, lorsqu’ils étaient étudiants en médecine, n’était-elle pas : « la carrière, les honneurs, l’argent + rencontrer une collègue en mal d’amour » ? En tous les cas, puisqu’ils prétendent que je suis « désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur », etc. pourquoi refusentils de m’expliquer par-devant ma femme, les représentants des usagers, des syndicats, des partis politiques, voire le procureur de la République, etc. où sont mes délires ? Quand on délire on ment car les fantasmes ne correspondent plus alors à la réalité ! Pourquoi refusent-ils de me rappeler ceux-ci ? Non en réalité, je les ai dérangés comme les juifs eux aussi déjà dérangeaient et même ils dérangeaient déjà beaucoup de psychiatres ! Mais qu’y avait-il dans mes courriers de si dérangeant ? « La dégradation des soins, des services, de la relation médecin malade, etc. avec quelques exemples précis et personnels à l’appui ? » Quand on est professeur voire simple docteur à l’hôpital public mieux ne vaut-il pas pour sa carrière, ses honneurs, son argent, ses conquêtes féminines, etc. lécher les bottes du directeur ? Lequel luimême à son tour lèche, pour les mêmes raisons, celles d’un certain président de la République ? Celui-ci n’a-t-il pas déclaré notamment : « Les hôpitaux n’ont pas besoin d’argent ! » ? En tous les cas, je vous remercie, Pauline, Mathilde, Désirée, Pascal, 12


François, etc. de ne vous êtes jamais opposés au fait de recevoir mes courriers ! Cela m’a permis de vaincre complètement ma schizophrénie (mais bien sûr je ne peux pas le prouver) ! ŒDIPE

13


ŒDIPE PAULINE Psychologue clinicienne PASCAL Docteur en philosophie et en psychopathologie MATHILDE Chef de service assistante sociale SERVICE D’ACCOMPAGNEMENT À LA VIE SOCIALE DÉSIRÉE Psychiatre psychanalyste Médecin traitant Monsieur Fantin PRIEUR Directeur LA JOIE DE VIVRE COMBIEN Y A-T-IL D’INTERNEMENTS ABUSIFS EN FRANCE ? Le 12 mai 2004, la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale a rejeté la création d'une commission d'enquête destinée à comprendre la progression des internements forcés ! Sans doute ne voulait-elle pas que l’on sache la vérité sur celle-ci : l’augmentation considérable des internements abusifs ! La France reste toujours, d’une part le pays d’Europe le plus condamné, depuis des dizaines d’années, par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, pour ses abus psychiatriques, d’autre part le dernier pays d’Europe à refuser la judiciarisation immédiate des hospitalisations sous contrainte ! Au cours de l’année 2010, 1 600 procès environ pour internements abusifs ont été intentés contre des établissements psychiatriques en France. Et voici comment l’éditeur du livre « Asiles de la honte ! », en 2001, présentait la quatrième de couverture de celui-ci, à ce sujet : « Selon un rapport officiel, plus de 40 % des personnes internées en psychiatrie n'ont rien à y faire ! Or, chacun de nous peut en être la victime. En effet, il est trop facile de faire interner un tiers, ce qui autorise les abus et permet de couvrir toutes les turpitudes : argent, sexe, pouvoir... Les histoires que nous conte 14


Pascal Colombani sont bouleversantes, inimaginables, implacables... Pourtant, ce sont bien celles d'hommes et de femmes, à notre époque, en France... Il faut dire aussi que la psychiatrie est un marché qui rapporte : plus de cinquante milliards de francs par an ! Il y a là de quoi susciter quelques convoitises... et oublier au passage les droits de l'Homme... et de l'enfance... Il y a donc urgence à changer la loi et les conditions de l'internement. Ces milliers de vies brisées ne sont plus tolérables, maintenant que nous savons ce qui se passe dans ces Asiles de la honte ! Éditions Carnot. « Biographie : Pascal Colombani est journaliste indépendant. Après le scandale des cartes bancaires, il s'est intéressé à la psychiatrie. Un an d'enquête pour rencontrer des victimes d'internement abusif, leurs proches, des associations de défense, des avocats, des policiers, des infirmiers... Un résultat accablant, dans cet univers clos où la folie n'est pas toujours de mise ! » La première phrase de cette quatrième de couverture de ce livre « Asiles de la honte » : « Selon un rapport officiel, plus de 40 % des personnes internées en psychiatrie n’ont rien à y faire ! » n’est-elle pas choquante ? 40 % n’est-ce pas énorme, très exagéré ? En réalité, maintenant que je sais : • pourquoi il y a tant d’internements abusifs en France : à savoir on est en général interné abusivement quand on dérange (l’administration, la police, l’employeur, la famille, les psychiatres, etc...) ; • comment sont rédigés les certificats médicaux illégaux (je vous cite [de mémoire] un exemple parmi tant d’autres rapporté il y a quelques mois par le magazine VSD : « Je soussigné certifie que Mme… ne peut pas consentir aux soins. Son état de santé nécessite son hospitalisation d’urgence car elle est en péril imminent ! » C’est tout ce que circonstanciait le généraliste auteur de ce certificat médical pour justifier l’hospitalisation sous contrainte. Il a été condamné à une amende de 2 000 €, le praticien hospitalier à une amende de 5 000 €, et l’hôpital psy à 15


verser 8 000 € de dommages et intérêts à la plaignante [je cite encore de mémoire]. Celle-ci avait été internée par son mari qui avait relaté des faits imaginaires à son généraliste ! Et celui-ci lui avait rédigé ce certificat médical d’hospitalisation sous contrainte, sans jamais avoir ni vu ni examiné sa femme, ce qui est bien sûr tout à fait illégal. • je me dis que le chiffre de plus 40 % de personnes internées en psychiatrie alors qu’elles n’ont rien à y faire n’est sans doute pas si invraisemblable que cela ! Bravo les psys ! Je ne peux pas vous en dire beaucoup plus sur cette réalité des internements psychiatriques abusifs dont la France est bel et bien la championne européenne ! Je n’ai jamais été interné abusivement à mon avis, mais j’ai malgré tout été victime de certains autres abus psy, bien qu’étant réellement malade psy, que je vous cite pour votre gouverne (la liste n’est pas exhaustive) : 1967 : le Pr Driss Watson a communiqué par écrit des renseignements médicaux tels que : névrosé obsessionnel, structure psychotique, voleur, incurable, etc. à mon médecin chef du travail – un neurologue – parce que celui-ci lui avait demandé par écrit ce genre de renseignements médicaux : mais ce qu’a fait le Pr D. W. est tout à fait contraire au Code de déontologie médicale qui prévoit qu’avant toute communication de renseignements médicaux à un confrère, ceux–ci doivent d’abord être communiqués au malade et l’avis de celui-ci demandé pour qu’il puisse éventuellement s’opposer à ce genre de communication ! Vis-à-vis du médecin chef du travail, le Pr D. W. a violé le secret professionnel, mais vis-à-vis de moi-même, il m’a toujours opposé le secret médical pour cette communication. 35 ans plus tard, ayant enfin eu connaissance des écrits du Pr D. W. à mon médecin chef du travail, je me suis plaint à l’Ordre des médecins, lequel n’a jamais donné la suite qu’il convient ! 1968 : suite aux renseignements médicaux communiqués par le Pr D. W. à mon médecin-chef du travail, celui-ci me reprochait d’avoir fait une fausse déclaration d’état de santé préalablement à mon embauche et refusait que je sois payé à plein traitement pour les deux hospitalisations d’environ 3 mois pour schizophré16


nie, conformément à la convention collective. J’ai alors contesté qu’il y avait un lien entre ma névrose obsessionnelle d’avant mon embauche et ma schizophrénie d’après celle-ci ! Il y a donc eu expertise psychiatrique amiable à ce sujet laquelle a conclu que j’étais de bonne foi dans cette affaire mais que le Pr D. W. avait tort de prétendre qu’il n’y avait pas de lien entre mes obsessions d’avant l’embauche et les crises psychotiques d’après. Quoi qu’il en soit dans cette affaire qui se retournait quand même finalement contre le médecin chef du travail, celui-ci m’a demandé alors que je le délie du secret médical vis-à-vis de mon chef du personnel : soi-disant qu’ainsi il me défendrait auprès de celuici ! N’est-ce pas ça aussi un abus ? Car ne lui a-t-il pas lu ainsi toute l’expertise amiable lui communiquant son interprétation de celle-ci à son avantage ? N’est-ce pas aussi une violation du secret médical ? Et en quoi le chef du personnel avait-il besoin de savoir que j’étais aussi bien obsédé sexuel que schizophrène ? Je me suis plaint à l’Ordre des médecins 35 ans plus tard, lequel n’a jamais donné la suite qu’il convient ! 2008 : à la suite d’une demande d’avis de satisfaction de certains hôpitaux parisiens soit à la sortie de leurs services soit sur leur site Internet, je communique quelques réflexions à ce sujet à leurs professeurs et directeurs ! Mais six mois plus tard je suis alors signalé par le Pr psy Michael Le Grand comme « désordonné, dangereux, délirant, mais sans persécuteur », etc. à Monsieur le préfet de police de Paris. Dans mes courriers mes réflexions n’étaient pas bien méchantes, et jamais il n’y a eu des grossièretés et/ou des menaces ! Simplement, j’avais rapporté une « dégradation des soins, des services, de la relation médecinmalade », etc. dans certains de ces hôpitaux ! Le diagnostic pour Monsieur le préfet de police de Paris, d’une part avait été fait sans ne m’avoir jamais vu ni sans ne m’avoir jamais examiné, ce qui est tout à fait illégal, d’autre part celui-ci était un mensonge et une diffamation délibérés ! 2008 : j’avais demandé au Pr M. L. et à son acolyte de son CMP, le Dr Denis Le Beau, de ne plus se communiquer entre eux tout renseignement médical quel qu’il soit sous quelque forme que ce soit (écrite, verbale, Internet, etc.) : la loi sur la communication du dossier médical de 2002 prévoit qu’alors cette 17


réclamation du malade doit être respectée ! Bien sûr, ils ont violé entre eux le secret médical, et pour cause ! De plus je n’ai pu avoir mon dossier médical au CMP qu’au bout d’une procédure pour excès de pouvoir auprès du tribunal administratif qui a duré 3 ans (alors que d’après la loi de 2002, j’aurais dû avoir mon dossier médical au plus tard dans un délai de 8 jours, les consultations remontant à moins de 5 ans) ! Je rappelle que cette liste des abus dont j’ai été victime, bien qu’étant réellement malade psy, n’est pas exhaustive ! Par exemple, je n’ai jamais pu obtenir mes dossiers médicaux des hôpitaux Sigmund Freud, Saint-Saturnin, La Sérénité, etc. toujours que pour partie seulement ! Lorsque je leur fais alors remarquer qu’un jugement en Cour de cassation de 1997 stipule notamment : « Le malade a droit à une vérité complète sur son état de santé et ne pas la savoir est un préjudice justifiant une indemnisation. », ils me répondent tous de leur faire un procès ! Parfois l’avocat est obligatoire même par-devant le tribunal administratif (si par exemple on demande un dédommagement), et bien sûr je n’ai pas les moyens de m’en payer un. Je dirai donc que ce chiffre de plus de 40 % de personnes internées en psychiatrie alors qu’elles n’ont rien à y faire n’est sans doute pas ou plus, maintenant que j’y ai réfléchi, ni si énorme ni si exagéré ! Il est normal quand on sait ce qui se passe bel et bien en psychiatrie ! Et n’est-ce pas ce qui encombre les hôpitaux, les hospitalisations sous contrainte passant de 35 000 environ en 1993 à plus de 80 000 environ actuellement ! Bravo les psys ! Bien cordialement à vous, ŒDIPE

18


EXTRAIT DU FORUM HTTP://MON.PSYCHOLOGIES.COM FAIRE L’AMOUR FAIT-IL LE BONHEUR ? Freud a dit : « Le bonheur pour la plupart des gens c’est d’avoir des rapports sexuels ! », « Le bonheur est une chose impossible ! », « La psychanalyse ne fait pas le bonheur ! », « Votre grande misère névrotique j’en ferai un petit malheur ordinaire ! », etc. Quant à moi, ne dis-je pas souvent : « Mieux vaut être malade et heureux qu’être en bonne santé et malheureux ! », « Au mieux les médicaments suppriment le malheur, jamais ils ne font le bonheur ! », « La philosophie m’a aidé à guérir ! », etc. ? Le bonheur parfait est-il possible ? Oui ! Car n’estce pas justement mon ressenti et cela ne perdure-t-il pas depuis très longtemps ! PEUT-ON NE PAS/PLUS FAIRE L’AMOUR ET LE VIVRE BIEN ? Oui, mais ce n’est pas donné à tout le monde ! Que faire pour être parfaitement heureux, surtout si on ne fait pas/plus l’amour, voire jamais ? Je n’en sais rien ! Ma femme, après 38 ans ½ de mariage non consommé, fait toujours du vaginisme pour lequel soit elle refuse les soins soit elle ne persévère pas dans ceux-ci ! Et moi je suis toujours porteur d’une schizophrénie paranoïde depuis au moins 45 ans ! Elle se déclare « très heureuse » et moi « parfaitement heureux » ! Ça paraît extraordinaire, invraisemblable ! Mais c’est comme ça ! ŒDIPE

19


Œdipe LA PLUME PERSONNEL MÉDICOSOCIAL LA JOIE DE VIVRE ANTIPSYCHOTIQUES = DIABÈTE, HÉPATITES, ACCIDENTS VASCULAIRES CÉRÉBRAUX… Tous les antipsychotiques actuels (olanzapine, rispéridone, aripiprazole, etc.) sont signalés par le dictionnaire VIDAL comme provoquant (dans quelle mesure ? chez tous les patients ?) un début de diabète, une stéatose hépatique, des accidents vasculaires cérébraux, etc. parmi les principaux risques indésirables. Déjà sous pimozide 1 (antipsychotique : 2 comprimés) et mirtazapine 15 (antidépresseur : 1 comprimé), j’avais une hépatite notable constatée régulièrement à l’échographie. J’avais celleci, me semble-t-il, déjà il y a 15 ou 20 ans, voire plus, à cause sans doute des neuroleptiques. J’ai supprimé la mirtazapine 15 (antidépresseur : 1 comprimé) et à la place du pimozide 1 (antipsychotique : 2 comprimés) je ne prends que de l’aripiprazole 10 (antipsychotique : 2 comprimés : la dosse recommandée est de 15 mg et la dose maximum de 30 mg) et ainsi je ne constate plus aucun effet indésirable, mise à part une soif que je gère mieux qu’avec les autres médicaments psy ! Le dictionnaire VIDAL signale pour l’aripiprazole : inflammation du foie et du pancréas, autrement dit, ce que j’ai déjà : à savoir une stéatose hépatique et pancréatique. Cela ne se traduit pour l’instant par aucun trouble au niveau de la conscience, de la vigilance, voire du Parfait Bonheur. Le problème c’est pour dans 10 ou 20 ans (si toutefois je suis toujours en vie) d’après mon gastroentérologue bien que je n’ai pas compris de quel problème précis il s’agisse ! Quoi qu’il en soit ce n’est pas logique et normal de vivre avec un foie et un pancréas bien trop gras ! Je pense que si je diminuais ma dose d’antipsychotique je ferai diminuer aussi mon excès de graisse au foie et au pancréas ! L’idéal pour cela serait de ne plus prendre du tout d’aripiprazole ! Mais j’ai peur car je ne peux pas prédire l’avenir ! Je me considère enfin parfaitement heureux et enfin complètement guéri, mais la Sécurité dite Sociale, elle, me considère toujours en affection de longue durée puisque je prends toujours un grand médicament régulièrement ! De plus 20


l’aripiprazole contribue peut-être à mon bonheur parfait actuel : peut-être me permet-il de mieux gérer ma sensibilité, mon émotivité, mes sentiments, etc. Ainsi la vie n’est-elle pas plus facile, plus belle, etc. ? Et est-ce pire de prendre l’aripiprazole que de fumer ou de boire ? Et ceux qui fument et/ou qui boivent ne coûtent-ils pas bien plus cher que je ne coûte, moi, à la Sécurité dite Sociale ? Il y a aussi avec l’aripiprazole un risque de diabète, d’AVC, etc. J’ai donc, à mon avis, tout intérêt à diminuer mon dosage d’aripiprazole car je diminue ainsi tous les risques indésirables à venir ! J’espère que dans l’avenir je ne prendrai plus que de l’aripiprazole 5 (antipsychotique : 1 comprimé), puisque je ne prenais sans problème autrefois que de l’olanzapine 2 ½ (antipsychotique : ½ comprimé du 5) ou que du pimozide 1 (antipsychotique : 2 comprimés) ! Ne serai-je pas ainsi encore plus heureux ? Je ne peux faire cela que progressivement ! Et avec votre avis ! Œdipe LA PLUME

21


ÊTRE AMOUREUX C’EST QUOI ? ÊTRE HEUREUX EST-CE FACILE ? Être amoureux n’est qu’une crise œdipienne qu’il faut dépasser ! Ça fait toujours beaucoup souffrir, en général ce n’est jamais réciproque, et même dans un couple marié, ça ne dure au maximum que 3 ans, d’après les spécialistes de la chimie du cerveau. Il y a, dans un couple, ensuite, d’autres formes d’amour bien supérieures à l’état amoureux. Celui-ci n’est avant tout qu’un excès de libido, ça rend malade, on croit penser à autrui, et en réalité on ne pense qu’à satisfaire ses pulsions érotiques ! Bien sûr cet état amoureux peut se renouveler souvent dans la vie que l’on soit marié ou non ! Il est bien évident qu’en amour, la souffrance fait partie du bonheur, et qu’inversement le bonheur fait partie de la souffrance ! Le problème n’est-il pas : comment arriver à bien assumer et à bien gérer tout cela ? Être heureux, est-ce facile ? Œdipe LA PLUME

22


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM HTTP://MON.PSYCHOLOGIES.COM LE SEXE DANS LE COUPLE : ACCESSOIRE OU PRIMORDIAL ? Dans un couple le sexe n’est pas le plus important pour être très heureux voire parfaitement heureux ! En réalité c’est la relation sentimentale à condition qu’elle soit très bonne ! Je rappelle que mon ménage a ainsi battu le record du monde des mariages non consommés à savoir actuellement 38 ans ½ ! Ma femme se déclare « très heureuse » et moi je me déclare « parfaitement heureux » ! Que demander de plus ? Œdipe LA PLUME

23


COMMENTAIRE POUR LE COMITÉ DE LECTURE HTTP://ZENEDEN.BLOGSPOT.COM SUIS-JE MALADE ? SUIS-JE GUÉRI ? Il y a quand même des psychiatrisés qui arrivent tôt ou tard à se tirer d’affaire, alors que pourtant ils ont bel et bien connu pendant de très longues années : l’angoisse, les obsessions, les crises psychotiques, les insomnies, les effets indésirables des tranquillisants, somnifères, neuroleptiques, antidépresseurs, normothymiques, etc. et à ce sujet je suis loin d’être le seul. Actuellement je me déclare « guéri », alors que je suis sous aripiprazole 5 (antipsychotique : 1 comprimé par jour) ! C’est que je n’ai plus aucun trouble ni symptôme dû aussi bien à la maladie psy qu’au médicament psy ! Enfin ne suis-je pas maintenant comme tous les autres qui ne sont pas, eux, malades psy ? voire ne vais-je pas même mieux qu’eux ? Alors c’est quoi être malade ? et c’est quoi être guéri ? Œdipe LA PLUME

24


EXTRAIT DU FORUM WWW.PSYCHOLOGIES.COM J’AI PEUR ! J’ai peur de rechuter pour le cas où j’arrêterai le seul médicament psy que je prends à dose moyenne l’aripiprazole 10 (antipsychotique : : 1 comprimé par jour), alors que je suis porteur d’une schizophrénie ! Je me crois complètement guéri, mais je ne peux pas le prouver scientifiquement, et en aucun cas je ne peux prédire l’avenir avec certitude ! Ne dit-on pas à ce sujet, que tous les schizophrènes sont toujours imprévisibles ? qu’on ne peut jamais savoir qui rechutera et qui ne rechutera pas ? que l’arrêt des médicaments psy n’est toujours qu’une loterie ? que de toute façon la schizophrénie est toujours inguérissable ? La même histoire d’amour, m’a conduit deux fois, il y a 45 ans en urgence, en tout pour environ 3 mois, pour une femme que je n’avais même jamais embrassée, à l’hôpital psychiatrique ! À ma sortie, mon neuropsychiatre psychothérapeute de l’époque, ne m’avait-il pas dit : « Dès fois on dit : “Aimer, aimer à la folie !”, c’est justement ce qui vous est arrivé ! » ? Je pensais alors que plus jamais je ne pourrai aimer une autre femme ! Et j’ai accepté les neuroleptiques, ce même psy m’ayant déclaré notamment : « Il faudra les prendre à vie, on pourra les diminuer, mais il faudra toujours en garder un minimum ! » Sauf que 45 ans plus tard j’ai enfin compris les causes psychologiques de ma schizophrénie : j’ai rejeté la castration au moment du complexe d’Œdipe car je ne digérais pas ou plus mes parents : ma mère et moi étions fusionnels, j’étais devenu son phallus et elle jouissait de moi, mon père était absent et n’avait pas sa place entre nous deux, et en plus il faisait le clown ! Je n’ai donc pas pu le prendre comme modèle, ce qui m’aurait permis au début de l’âge adulte de savoir séduire les jeunes femmes ! Je souffrais même d’un gros blocage psychologique et d’obsessions sexuelles vis-à-vis de celles-ci ! Et c’est l’intervention d’un autre psy, qui me suivait aussi parallèlement à mon neuropsychiatre psychothérapeute, me donnant un conseil suite à la déclaration d’amour que j’avais faite à ma collègue de bureau (elle avait 27 ans et moi j’en avais 21) dont j’étais follement amoureux, à savoir : « C’est une réussite, mais elle ne peut pas tomber dans vos bras, comme ça, tout 25


d’un coup, tout de suite, sauf si ça fait deux ans qu’elle attend ! Écrivez-lui donc un petit mot avec des fleurs en lui parlant de vos sentiments profonds et invitez-la au restaurant ! », qui m'a alors provoqué un choc affectif ! Or n’ai-je pas lu, sur le site de Psychiatrie infirmière*, à l’article « La forclusion du Nom-duPère », à propos de la schizophrénie et des explications de Lacan à ce sujet, ceci : « Lorsque le père intervient en position symbolique la psychose se déclenche ! » ? Et ce n’est que vers l’âge de 60 ans que j’ai commencé à comprendre pourquoi il en était ainsi après de très longues réflexions ! C’est aussi vers cet âge que j’ai découvert sur moi, ce que j’appelle, pour paraphraser Lacan : « La forclusion du Sein-de-la-Mère » : déjà à ma naissance j’avais rejeté ma mère (elle avait en réalité un désir de mort sur moi qu’elle ne m’a révélé que lorsque je fus devenu adulte). Bref, au moment du complexe d’Œdipe j’ai vomi mes parents, mais au début de l’âge adulte, suite au choc de l’intervention de l’un de mes psys en position symbolique, ils me sont alors revenus, dans la réalité, de l’extérieur, comme persécuteurs ! Il en est résulté d’avoir compris tout cela (qui n’est qu’un résumé), que j’ai pu alors arrêter complètement tous les tranquillisants et tous les somnifères et que j’ai pu diminuer considérablement mes doses d’antipsychotiques ! J’ingurgitais le tout régulièrement à des doses faramineuses depuis des dizaines d’années ! Le problème, 6 ans plus tard, est donc : puis-je arrêter l’aripiprazole 10 (antipsychotique : 1 comprimé par jour) complètement à son tour, et d’autant plus que comme pour tous les antipsychotiques, d’une part je souffre déjà d’une stéatose hépatique notable, d’autre part qu’il y a aussi un risque de diabète et même d’AVC ? J’ai peur, et même très peur : « Et si jamais mes crises psychotiques d’autrefois revenaient ? », me dis-je ! Et d’ailleurs ne diton pas que la schizophrénie est chronique, génétique, chimique, qu’on n’en guérit jamais, etc. ? Je demanderai prochainement l’avis de ma psychiatre psychanalyste à ce sujet ! Mais bien sûr l’avis des autres schizophrènes et des autres psys m’intéresse aussi ! Œdipe LA PLUME *http://psychiatriinfirmiere.free.fr 26


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLOG HTTP://ZENEDEN.BLOGSPOT.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE « PESSIMISTE » D’INGRID ET AUX COMMENTAIRES SUR PESSIMISTE ? OPTIMISTE ? PHILOSOPHE ! J’ai écrit sur mon blog PHILOSOPHE MAIS EN LUTTE : « Le communisme, pour moi, c'est un monde meilleur ! », « Tôt ou tard, les prolétaires comprendront que ce système capitaliste dans lequel ils vivent dans le monde entier, n'a aucun avenir ! Alors, consciemment, ils exigeront le passage au communisme ! D'une étincelle dans un coin voire partout dans le monde, jaillira la flamme qui l'embrasera ! Quand et comment cela se fera-t-il ? Nul ne peut le prédire ! », etc. Je cite sur mon blog PHILOSOPHE MAIS EN LUTTE, d’une part cet écrit d’Arlette Laguiller : « Les révolutionnaires ne sont pas plus capables que les autres de prévoir les révolutions, mais ils savent qu'elles sont possibles, et ils se préparent à cette éventualité. C'est en cela, précisément, qu'ils sont des révolutionnaires. », d’autre part cette phrase de Nathalie Arthaud : « Les élections n’ont jamais fait les révolutions ! » Que peuvent donc à ce sujet nous apporter les élections de 2012 ? Rien à mon avis ! Aucun changement ! Grâce à cellesci peut-on espérer mieux que ce qu’ont déjà fait le PS, le PCF ou la droite pendant 21 ans (1981-2002) ? Le PS n’avait-il pas promis de « CHANGER LA VIE » et le PCF de « CHANGER DE CAP » ? Or, qu’avons-nous vu de tout cela pendant 21 ans ? L’enfer, le martyre, la galère, le malheur, etc. pour des millions de travailleurs ! Lesquels, désespérés en 2002, se sont jetés dans les bras de l’extrême droite et de Le Pen, puis en 2007 dans ceux de la droite et de Sarkozy ! Peut-on faire confiance à nouveau à la gauche ? Non, elle nous ment encore une fois ! Mais comment en est-on arrivé là ? C’est qu’à mon avis la responsabilité en incombe notamment au PCF qui a appelé à voter PS et François Mitterrand en 1981, ce qui était alors, à mon avis, une erreur manifeste ! Mais le PCF faisait croire alors que le socialisme était possible en France grâce aux élections ! Que des urnes pouvaient sortir la révolution ! On connaît le résultat, par exemple dans le domaine de la santé : de 1988 à 2002 plus de 50 000 lits en psychiatrie et plus de 20 000 infirmières en psychiatrie ont été supprimés ! Et les psychiatres et les assistantes sociales ne disaient27


ils pas alors aux psychiatrisés : « Vous n’êtes pas suffisamment malade pour qu’on vous garde à l’hôpital ! D’ailleurs l’hôpital ce n’est pas l’hôtel ! Et de toute façon on vous donne le numéro du SAMU social ! » ? Ainsi des milliers de psychiatrisés se sont-ils retrouvés SDF sans aucun soin ni suivi ! Et cela perdure bien sûr toujours actuellement ! Et tout a été comme ça pendant 21 ans, et pas seulement dans le domaine de la santé ! Comme déjà dit, c’était l’enfer, le martyre, la galère, le malheur, etc. ! Le 19 novembre 1946, interviewé dans le « Time », Maurice Thorez, secrétaire général du PCF, exposait avec une grande « franchise » le nouveau cours bourgeois pris par son parti à la Libération, mais il allait plus loin en « théorisant » la trahison du PCF, et en présentant cette « théorie » comme un « enrichissement » du marxisme. Il expliquait notamment que grâce aux élections, différemment des Soviétiques, le socialisme adviendrait en France ! Cette thèse est-elle encore plausible actuellement ? C’est ce que voudrait nous faire croire toujours le PCF ! En effet, ne prétend-il pas toujours obtenir le changement pour les travailleurs grâce à des ministres communistes dans un gouvernement socialiste ? Mais que ce soit en 1936, 1945, 1981 et 1997 est-il encore utile de faire un bilan pour démontrer sa trahison totale ? Que faut-il faire alors ? Avant tout un communisme mondial ! Et d’autant plus qu’à chaque fois qu’un parti communiste a pris le pouvoir où que ce soit dans le monde, ne fut-ce pas toujours que la dictature sur les travailleurs au nom du pouvoir aux travailleurs ! Pourquoi ? Tant que le communisme est isolé dans un pays pris à part, il faut alors lutter aussi bien contre les ennemis intérieurs que contre les ennemis extérieurs qui souhaitent tous évidemment restaurer le régime capitaliste ! Or à chaque fois qu’il y a dictature n’y a-t-il pas en même temps nombre d’excès et d’injustices ? Marx avait bien prévu la « dictature du prolétariat », mais n’avait-il pas écrit avant : « Prolétaires de tous les pays unissez-vous ! » ? Sa « dictature » ne voulait signifier que la destruction de la police et de l’armée (ce qui n’avait pas été le cas au Chili d’Allende par exemple), la bourgeoisie ne quittant jamais le pouvoir de bon gré et ne cherchant toujours qu’à le restaurer ! Je ne suis donc ni pessimiste : je crois que la révolution communiste mondiale surviendra un jour ou l’autre, ni optimiste : je ne crois pas que l’élection présidentielle et les élections législatives de 2012 apporteront quelque change28


ment pour les travailleurs ! Je suis philosophe : c’est-à-dire résigné mais sans amertume ! Œdipe LA PLUME

29


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM MERCI LANA POUR VOS ARTICLES SUR LES PAIRS-AIDANTS ! Je partage bien évidemment l’esprit de vos articles ! J’ai moi-même été pair-aidant, puisque j’ai été écoutant téléphonique bénévole pour la FNAPSY de 1999 à 2001 (si toutefois ma mémoire est bonne) d’abord au Fil Retrouvé puis aux Neveux de Rameau ! À ma connaissance, la présidente Mme Claire Fontaine comme les usagers, ont toujours été très contents de mes services ! Mais actuellement, je suis un peu vieux pour reprendre du service, et il ne faut pas que ce soit toujours les mêmes qui fassent toujours la même chose à ce sujet ! Les réactions des deux infirmiers psy (l’un de FO, l’autre de SUD), prouvent bien, pour moi qui suis ancien schizophrène (enfin complètement guéri) qu’ils ne sont que de très mauvais infirmiers psy : eux aussi, comme certains mauvais psys, ne voient que par le tout médicament ! Or ce qui fait justement le soin en psychiatrie, en réalité, et est tout aussi important que celui-ci, c’est bel et bien la relation humaine ! Et bien sûr ces deux infirmiers psy (l’un de FO, l’autre de SUD), ce qu’ils craignent c’est d’être dépassé à ce sujet ! Qui peut mieux comprendre un schizophrène qu’un autre schizophrène, par exemple ? Savoir le vécu de la maladie psy sur le plan de la sensibilité, des émotions, des sentiments, etc. n’est-ce pas très essentiel, pour aider voire soigner les autres ? Le Dr Jean-Marc Cool (ancien chef de clinique à l’Hôpital Saint-Augustin), lors d’un cours pour la formation des militants de la FNAPSY, ne nous avait-il pas dit en 2000 (si toutefois ma mémoire est bonne) : « La schizophrénie est un excès de sensibilité, qui n’est anormale que statistiquement ! » ? Or cette sensibilité, que n’ont pas les gens dits « normaux », aussi bien à l’égard d’eux-mêmes que des autres, ces deux infirmiers psy sont-ils si sûrs que cela, eux, de l’avoir ? Mais finalement, c’est quoi leur métier dont ils se plaignent qu’ils sont si mal payés : obéir aux ordres et distribuer des médicaments ? Or,

30


justement les pairs-aidants, eux, ne peuvent-ils pas faire beaucoup mieux ? Encore une fois, merci Lana, pour vos articles ! Ĺ’DIPE

31


LA SCHIZOPHRÉNIE EST-ELLE UNE MALADIE ? Je n’en suis plus si sûr que cela, maintenant que je m’en estime enfin complètement guéri ! Les antipsychiatres des années 1960-1970, eux, ne le pensaient pas ! Ils disaient que c’est une expérience enrichissante, avantageuse, etc. (si mes souvenirs sont bons de leurs écrits), mais en tous les cas, jamais une maladie ! Et d’ailleurs souffrir et/ou être heureux, c’est quoi ? Par exemple une femme qui accouche souffre physiquement, mais est-elle malade ? Une personne qui a un chagrin d’amour souffre psychiquement, mais est-elle malade ? Et une personne heureuse, est-ce aussi une maladie ? Qu’est-ce que la maladie, et qu’est-ce que la santé ? La schizophrénie ressemble beaucoup à ce que nous vivons lorsque nous rêvons ! Nous vient-il de dire que nos rêves, et même nos cauchemars la nuit, sont des maladies ? Cela ne nous paraît-il pas normal aussi bien de rêver que de cauchemarder ? Le Dr Jean-Marc Cool (ancien chef de clinique à l’Hôpital Saint-Augustin) à un cours de formation des militants de la FNAPSY ne nous avait-il pas dit un jour (vers 2000), à ce sujet, aussi bien : « La schizophrénie est un excès de sensibilité qui n’est anormal que statistiquement ! » ? que : « Depuis que je suis psychiatre, je n'ai jamais rencontré un seul cas de maladie mentale, jamais un seul cas de schizophrénie, etc. ! Je n’ai toujours rencontré que de la souffrance humaine ! » ? Or, pourquoi cette souffrance voire ce bonheur, seraient-ils psychopathologiques ? Parce que les délires, les hallucinations, les troubles de l’humeur, etc. seraient, suite à cet excès de sensibilité, un dérèglement grave du cerveau ? Le « malade » n’est-il pas alors dangereux pour lui-même et pour autrui ? ne faut-il pas le protéger et les autres aussi de lui-même ? Les antipsychiatres prétendaient, eux, que si on laisse se dérouler le processus de dissociation naturellement mais dans un contexte adéquat qui convient beaucoup mieux qu'à l'hôpital psy (comme pour Mary Barnes : cf. son livre « Un voyage à travers la folie », Les Empêcheurs de penser en rond, vers les années 1960-1970, épuisé), alors la fin de celui-ci ne sera qu’une synthèse heureuse ! C’est possible ! Mais le voyage de Mary Barnes dans son caca et son pipi (avec lesquels elle faisait des tableaux en permanence et elle en vendait même beaucoup, ce qui lui permettait de payer ainsi l’Institution où elle était hébergée) a quand même duré cinq ans ! 32


Ensuite des films ont été tournés et des pièces de théâtre jouées dans le monde entier pour évoquer ce cas de bienheureux dénouement naturel ! Le problème dans nos sociétés actuelles c’est que les soi-disant « fous » dérangent beaucoup et tout le monde (la famille, l’employeur, l’administration, la police, les psychiatres, etc.) ! La France, à ce sujet, n’est-elle pas la championne d’Europe des internements abusifs ? Et quelques semaines en hôpital psy plus un traitement médicamenteux psy à suivre même à vie, ne coûtent-ils pas moins cher aux yeux de la Sécurité dite Sociale que de faire suivre des processus naturels dans une communauté, et surtout comme celle de Kingsley Hall (là où vécut Mary Barnes 5 ans après avoir fait délibérément elle-même le choix de s’arrêter de travailler pour vivre et évoluer dans son caca et son pipi grâce à la peinture, etc.) ! Ce n’est pas chez nous à La Sérénité, Sigmund Freud, Eugen Bleuler, etc. que l’on se livre à ce genre de « soins », considérés maintenant comme complètement dépassés ! Un antipsychotique ça casse rapidement le délire mais est-on alors guéri ? Non répondent les psys, il ne suspend que les troubles psy, et si on l’arrête, c’est toujours la rechute assurée ! Mais encore une fois, avoir des délires, des hallucinations, des troubles de l’humeur, etc. pourquoi faut-il toujours le considérer comme des troubles et/ou une maladie psy ? Parce que si on « traitait » autrement la folie, ça dérangerait plus l’entourage et ça coûterait plus cher à la Sécurité dite Sociale ? Œdipe LA PLUME

33


Œdipe LA PLUME DÉSIRÉE Psychiatre psychanalyste Médecin traitant LA JOIE DE VIVRE Paris, le 19 décembre 2011, Chère Madame, Vous m’aviez fixé ma dose d’aripiprazole (antipsychotique) à 7 ½ mg par jour. J’ai préféré la diminuer à 5 mg, car j’avais l’impression qu’à 7 ½ mg c’était encore trop fort ! Je dors actuellement 6 h par nuit au lieu de 4 auparavant ! Ma soif a diminué bien qu’elle existe toujours un peu (on n’a jamais pu trancher entre le diabète insipide et la potomanie). Je me considère toujours enfin complètement guéri de ma maladie psy ! Mais je ne peux pas le prouver scientifiquement ni prouver que mon avenir sera sans rechutes si j’arrête l’aripiprazole 5 ! On ne peut pas démontrer scientifiquement le contraire non plus : à savoir que je suis toujours malade psy et que l’avenir ne sera que des rechutes si je ne prends plus l’aripiprazole 5 ! Je me déclare toujours enfin parfaitement heureux aussi bien du personnage que je suis que de la vie que je mène ! Si nous arrêtons un jour ou l’autre l’aripiprazole 5, ce ne sera donc que suite à un ressenti et à une intime conviction aussi bien de ma part que de la vôtre ! Bien cordialement à vous, Œdipe LA PLUME 34


JE ME SENS AGRESSÉ PAR LES MENSONGES POLITIQUES DE LA TELEVISION, L’IMAGE DE LA FEMME MODERNE DANS LES MÉDIAS, LE MANQUE D’HUMANITÉ DES MEDECINS, ETC. MENSONGES POLITIQUES La télévision ne nous présente qu’une seule opposition comme solution de rechange à la droite et à Sarkozy, à savoir la gauche et Hollande alors que pendant 21 ans (1981-2002), celleci même avec le PCF, n’a jamais rien fait contre les patrons, les bourgeois, les capitalistes, etc. ! Pour moi, pendant toute cette époque socialo-communiste-libérale, ça n’a toujours été, en réalité, que l’enfer, le martyre, la galère, le malheur, etc. ! Puisje espérer mieux avec le PS et Hollande après 2012, quoique la droite et Sarkozy puisse retourner la situation ? Non ! Déjà en 2007 le programme de Royal était vide : aucune augmentation du SMIC supérieure à l’augmentation de l’inflation, les mêmes recettes et les mêmes dépenses dans le budget de l’État que Sarkozy, si bien que celui-ci n’a pas eu grand mal à l’emporter face à celle-ci ! Une nouvelle fois grâce au mensonge Sarkozy peut l’emporter face à Hollande même si celui-ci n’est aussi qu’un menteur ! La télévision nous manipule en nous faisant croire que ces deux personnages s’opposeraient : en réalité, Hollande est d’accord pour continuer la politique de Sarkozy ! Comme Sarkozy était d’accord pour continuer la politique de Mitterrand ! Bref, quel que ce soit le vainqueur de l’élection présidentielle que ce fût en 1981, 1988, 1995, 2002, 2007 ou que ce soit en 2012, le vrai vainqueur ce ne fut ou ce n’est toujours à chaque fois que les patrons, les bourgeois, les capitalistes, etc. ! La télévision prétend qu’elle ne peut pas donner plus la parole à des petits partis politiques car ils ne sont pas représentatifs par leur score de la majorité des électeurs ! Mais, en réalité c’est elle qui fait la pluie et le beau temps pendant 5 ans à ce sujet ! Si la gauche et Hollande sont présentés par la télévision comme la solution de rechange qui s’opposerait à la droite et à Sarkozy alors qu’elle ne roule que pour les mêmes patrons, bourgeois, capitalistes, etc. croyez-vous que ce soit dans quel but, sinon que celui de toujours mieux nous tromper ? Et est-ce un hasard si l’extrême droite et Le Pen, eux aussi, passent souvent à la télévision ? et l’extrême gauche et Besancenot et Arthaud, eux, pratiquement 35


jamais ? Or, ce harcèlement pour nous faire croire qu’il y aurait grâce à la gauche et à Hollande une solution de rechange à la droite et à Sarkozy, n’est-ce pas, de la part de la télévision, que m’agresser en permanence ? L’IMAGE DE LA FEMME MODERNE DANS LES MÉDIAS C’est toujours l’image de la femme la plus déshabillée possible ! Est-ce un hasard ? Bien sûr ça fait vendre ! Mais la femme et son image ne sont-elles pas ou plus alors qu’à leur tour ellesmêmes que des marchandises qui se vendent et qui s’achètent ? Est-ce un progrès de civilisation ? Et les hommes ont-ils besoin en permanence de visionner sur Internet, à la télévision, dans les magazines, dans la rue, etc. des femmes qui ne font toujours que les exciter toujours plus sexuellement ? Cela ne leur prend-il pas une énergie qui lorsqu’ils rentrent chez eux le soir, fait qu’ils ont alors des troubles sexuels et psy de toutes sortes : éjaculation rapide (on ne doit plus dire précoce), impuissance, etc. ? Et d’autant plus qu’au bureau les femmes ne sont-elles pas aussi toutes toujours le plus déshabillées possible ? Et les attentats à la pudeur et les viols n’ont-ils vraiment rien à voir avec toute cette ambiance permanente d’excitation sexuelle ? Pour diminuer ceux-ci j’avais pensé qu’alors le voile ou la burqa pouvait être un petit antidote ! Mais toutes les féministes s’y opposent ! Bien sûr ces prisons vestimentaires pour les femmes, ça me répugne toujours dès que je les aperçois… et je détourne alors mon regard ! N’est-ce pas justement l’effet escompté par la religion ? Je me sens agressé aussi bien par les charmes de la minijupe et du corsage bâillant que par le repoussoir du voile ou de la burqa ! Ce n’est pas toujours facile à gérer ! Mais les femmes le comprennent-elles ? Les femmes occidentales ne pensent-elles pas toujours qu’à une seule et même chose : faire toujours un effet sexy maximum sur les hommes ? Et Internet, la télévision, les magazines, la rue, etc. ne les excitent-ils pas toujours plus en ce sens ? Mais veulent-elles un retour en arrière ? C’est toujours plus de striptease du matin jusqu’au soir partout où sont les hommes ! Ceux-ci n’en ont-ils pas marre, n’en souffrent-ils pas ? ne sontils pas déstabilisés ? n’ont-ils besoin que de ça ? ne doivent-ils penser qu’à ça ? Je me sens réellement agressé à ce sujet par les médias en permanence ! La solution ? Une société où la femme 36


et son image ne soient plus des marchandises et avec une bonne éducation sexuelle dès la maternelle ! MANQUE D’HUMANITÉ DES MÉDECINS Et en particulier de ceux de la psychiatrie prétendue relationnelle et humaniste, aussi bizarre que cela puisse paraître ! Par exemple, le « Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire » pardevant défend la liberté et les droits de l’homme des psychiatrisés à propos de la loi sur la contrainte de soin à domicile, mais par-derrière ne s’oppose-t-il pas à la judiciarisation des hospitalisations sous contrainte à l’hôpital public ou en clinique privée ? N’est-ce pas que mensonge et hypocrisie de sa part toujours à ce sujet ? Ne sait-il pas que 1 600 procès environ ont été intentés contre les établissements psychiatriques en 2010 ? Et en général suite à des escroqueries de médecins ou de psychiatres pour diffamation dans leurs certificats médicaux délibérément illégaux ? Comment peut-il soutenir alors qu’il ne faut pas interrompre le processus thérapeutique grâce à l’expert et au juge (cf. entre autres l’article de Roland Gori, psychologue et psychanalyste, sur le site du « Collectif des 39 », il y a environ un an) ? Mais même sans parler d’abus manifestes, n’ai-je pas remarqué que la méthode de la plupart des psys en psychiatrie prétendue relationnelle et humaniste, n’était-ce pas bien souvent que de la manipulation par le mensonge et/ou par l’hypocrisie ? Cela dans le but d’obtenir un prétendu résultat thérapeutique ! Mais si le psychanalyste demande à l’analysant de ne pas mentir, pourquoi, lui, le devrait-il bien au contraire ? S’il n’y a pas entre eux un minimum de franchise, alors, à mon avis, les résultats thérapeutiques ne sont pas possibles ! Là encore je me sens agressé ! Œdipe LA PLUME

37


RÉPONSE À L’ARTICLE DE L’HUMANITÉ : « S'INSCRIRE ET VOTER LA BONNE RÉSOLUTION AVANT 2012 » « IL FAUT QUE ÇA CHANGE ? » En 1981 le PS avait un programme « CHANGER LA VIE » et le PCF avait un programme « CHANGER DE CAP » ! Je vous ai fait confiance croyant que des urnes allait sortir la RÉVOLUTION ! Ce ne fut pendant 21 ans (dont deux fois avec le PCF) que l’enfer, le martyre, la galère, le malheur, etc. Croyez-vous que les travailleurs ne se rappellent plus qu’ils ont été bel et bien trompés ? En avez-vous tiré les leçons ? Le PCF recommence avec MÉLENCHON les mêmes mensonges qu’avec MITTERRAND ! Et ce fut rapidement : l’inflation, la désindexation des salaires sur les prix, le fameux forfait hospitalier (Jack Ralite, ministre PCF, avait peur que les pauvres ne s’installent à l’hôpital public comme les riches, eux, s’installent en clinique privée), l’augmentation des impôts, la création de la CSG, les licenciements massifs, etc. Puis de 1988 à 2002 ce fut le surendettement des ménages, la suppression de 50 000 lits en psychiatrie et de 20 000 infirmières en psychiatrie ! Et les assistantes sociales et les psychiatres ne disaient-ils pas aux psychiatrisés : « Vous n’êtes pas suffisamment malade pour qu’on vous garde à l’hôpital ! D’ailleurs l’hôpital ce n’est pas l’hôtel ! De toute façon on vous donne le numéro du SAMU social ! » ? Des milliers d’entre eux ne se sont-ils pas alors retrouvés SDF sans aucun soin ni suivi ? Il y a eu aussi les privatisations… Et à combien en étaient grâce à la gauche le SMIC, le minimum vieillesse, l’allocation adulte handicapé, etc. en 2002 ? Si bien que les travailleurs se sont d’abord jetés dans les bras de LE PEN puis dans ceux de SARKOZY ! Et celui-ci n’a fait que continuer le sale boulot déjà commencé par le PS et le PCF en 1981 en disant notamment : « Je fais les réformes qu’aurait dû faire la gauche et qu’elle n’a jamais osé faire ! » À chaque fois que celle-ci a été au pouvoir elle n’a que toujours trahi les travailleurs ! et même en 1936 et en 1945 puisque ceux-ci, tirant les leçons, ont choisi librement de voter à droite ! C’est qu’en réalité le bilan n’était pas bon du tout pour eux, et qu’ils ont enfin réalisé avoir été bel et bien trompés ! Ne comptez pas sur moi 38


pour voter PCF au premier tour de l’élection présidentielle de 2012 : rien n’indique que celui-ci a réellement tiré les leçons de son passé peu glorieux et que son déclin historique ne continue pas toujours irrémédiablement ! Il lui était loisible aussi bien en 1981 qu’en 1997, d’une part de ne pas mentir aux travailleurs sur la politique de droite dure qu’il ferait avec le PS, d’autre part de faire une autre politique réellement de gauche avec celui-ci ! Or la politique du PCF au gouvernement, n’a toujours été par ses conséquences qu’une politique toujours pire que celle de la droite ! À quoi ses strapontins ministériels lui ont-ils servi ? En quoi le PS a-t-il avec son programme « CHANGER LA VIE » changé la vie des travailleurs ? en quoi le PCF a-t-il avec son programme « CHANGER DE CAP » changé l’orientation de la société ? etc. Je n’ai plus confiance ! En 1968 ne disait-on pas : « Élections : piège à cons ! » ? Et depuis toujours l’extrême gauche dont actuellement Nathalie ARTHAUD notamment ne dit-elle pas : « Les élections n’ont jamais fait les révolutions ! » ? Contrairement à ce que vous écrivez, SARKOZY n’a pas peur du bulletin de gauche : au contraire c’est même sa solution de rechange, comme en 1981 MITTERRAND a été la solution de rechange de GISCARD D’ESTAING ! Ainsi que la victoire soit de droite ou qu’elle soit de gauche, n’est-ce pas toujours les mêmes gens riches, les mêmes bourgeois, les mêmes grands patrons, les mêmes gros capitalistes, etc. qui sont toujours bel et bien gagnants ? Et grâce à la gauche ceux-ci ne font-ils pas passer contre les travailleurs des mesures qui sont plus difficiles à faire passer grâce à la droite ? Encore une fois l’HUMANITÉ trompe délibérément les travailleurs ! Œdipe LA PLUME Militant de base du PCF de 1965 à 2004 Ancien secrétaire de la cellule PCF du CRÉDIT EXPERT DE PARIS Sympathisant de LUTTE OUVRIERE

39


RÉPONSE À L’ARTICLE DE L’HUMANITÉ « SOYONS TOUTES ET TOUS FÉMINISTES » SUIS-JE MACHO ? Pour diminuer voire éradiquer les viols (qui sont en progression exponentielle) il faudrait en connaître les causes : bien sûr pour les féministes, ceux-ci, c’est toujours de la faute des hommes, jamais de celle des femmes ! Pourtant celles-ci ne fontelles pas toujours plus de striptease devant ceux-ci tous les jours, du matin jusqu’au soir, partout où ils sont ? Celles-ci n’agressentelles pas sexuellement les hommes par leur minijupe, leur corsage bâillant, etc. ? Chacune ne tente-t-elle pas sa chance ainsi pour trouver l’homme, l’amour de sa vie ? N’est-ce pas alors agréable érotiquement pour ceux-ci ? En réalité, cela ne les faitil pas souffrir ? Et n’y a-t-il pas alors ceux qui supportent et ceux qui ne supportent pas ? La sexualité des hommes ce n’est pas la sexualité des femmes ! Ceux-ci doivent toujours se contrôler en toute circonstance ! Ils n’ont jamais le droit à la moindre erreur ! Et une minute d’égarement ne peut-il pas alors leur coûter 20 ans de prison ? Ont-ils besoin d’être excités sexuellement tous les jours, du matin jusqu’au soir, partout où ils sont ? Quand on va au bureau est-ce pour travailler ou est-ce pour fantasmer sur les femmes ? Cela ne prend-il pas une énergie qui se traduit notamment par des troubles psy et sexuels tels que : éjaculation rapide (on ne doit plus dire précoce), impuissance, etc. ? Et les femmes ne cherchent-elles pas alors des relations extra-conjugales ? N’y a-t-il pas trop de sexualité à notre époque ? Est-ce vraiment un progrès de civilisation ? Et pourquoi ne demande-ton jamais aux femmes de se contrôler sexuellement et pourquoi ne le demande-t-on toujours qu’aux hommes ? Comme me l’a dit le Dr psy Jean-Marc Cool (ancien chef de clinique à l’Hôpital Saint-Augustin) : « Les femmes ne se rendent pas toujours compte de l’effet qu’elles font sur les hommes ! Pour les violeurs la prison ne sert à rien ! » Il faut bien sûr empêcher les violeurs de récidiver ! Sont-ils des monstres parce qu’ils ont eu un désir sexuel qu’ils n’ont pas contrôlé ? À ce sujet les féministes ne disent-elles pas : « Violer n’a rien à voir avec la sexualité : c’est la haine des femmes qui aboutit au viol ! » ? Que les femmes soient en minijupe, en pantalon, en burqa, etc. n’y aura-t-il pas en 40


réalité toujours des viols tant que celles-ci auront toujours malgré tout une silhouette sexy ? La solution ? Une société où la femme et son image ne soient plus des marchandises et avec une bonne éducation sexuelle dès la maternelle ! Œdipe LA PLUME

41


Œdipe LA PLUME ENCORE FÉMINISTES VIOL ET PROSTITUTION : QUEL AVENIR ? Paris, le 5 janvier 2012, Mesdames, Messieurs, Moi aussi je suis pour que disparaisse aussi bien le viol que la prostitution ! Le viol : aucune femme n’apprécie d’être agressée sexuellement, aucun homme ne souhaite être pervers sexuel ! La prostitution : personne n’envie que sa fille devienne prostituée et que son fils devienne proxénète ! Je pense comme vous que la solution à ces problèmes se trouve dans une société où la femme et son image ne soient plus des marchandises et avec une bonne éducation sexuelle dès la maternelle ! Toutefois, je ne partage pas, moi qui suis un homme, les avis de certaines féministes aussi bien sur le viol que sur la prostitution, à savoir : LE VIOL Je n’ai pas lu encore ce qu’écrit votre site à ce sujet ; je n’ai eu en réalité qu’un débat sur ce thème sur le site de www.mediapart.fr : les féministes m’y soutenaient que ceux-ci n’avaient rien à voir avec la sexualité, qu’ils ne relevaient que de la haine des hommes à l’égard des femmes ! C’est peut-être vrai exceptionnellement ! Mais je crois surtout que beaucoup d’hommes deviennent très méchants lorsque les femmes leur refusent des rapports sexuels ! Et c’est à mon avis de ce refus que résulterait la haine de celles-ci : pas l’inverse ! Et quand je demande à ces féministes : « Que proposez-vous pour diminuer voire éradiquer les viols ? », ne restent-elles pas toujours coites ! Car si c’est bel et bien l’excitation sexuelle des hommes qui est en cause, peut-on demander aux femmes et à ces féministes, surtout actuellement, de faire moins d’effet sexy sur ceux-ci ? La minijupe, le corsage bâillant, etc. ne sont-ils pas des agressions-provocations sexuelles permanentes et légales vis-à-vis des hommes ? Chaque femme ne tente-t-elle pas ainsi sa chance pour se trouver l'homme, l'amour de sa vie ? Pourquoi demande-t-on 42


aux hommes de se contrôler toujours quelles que soient les circonstances, et les femmes, ne leur demande-t-on jamais de se contrôler, quelles que soient celles-ci ? Là se cache la cause des violences masculines y compris notamment les coups et blessures (bien sûr inadmissibles, mais on ne demande jamais comment les femmes s'y prennent-elles pour déstabiliser à tout prix par des agressions verbales nerveusement les hommes : j'en sais quelque chose, ma belle-mère d'abord caractérielle et délirante paranoïaque puis alzhemérienne, n'a-t-elle pas vécu plus de 30 ans sous mon toit ?) ! LA PROSTITUTION Je ne suis pas d’accord avec deux de vos arguments : • « Ce n’est pas moral de vendre son vagin, son corps, ses charmes, etc. pour survivre économiquement ! » Mais quand n’importe quel salarié signe un contrat de travail avec n’importe quel employeur (quel que soit le régime : capitaliste, socialiste, communiste, etc.), n’est-ce pas toujours pour se prostituer économiquement : tout travailleur ne vend-il pas à son patron ses muscles, ses nerfs, son cerveau, etc. Et n’en résulte-t-il pas aussi de l’argent au moment de la paie ? • « Payer pour ça, c’est nul ! » C’est peut-être vrai pour certains ! Mais le bonheur est-il la même chose pour tout le monde ? Je vous prie de lire mon témoignage ci-dessous extrait de mon livre « Schizoréflexions… » : ne suis-je pas sincère dans ce que je raconte ? à savoir : [...] Je passai, en janvier 1973, une petite annonce dans un journal féminin ! Si bien que je me suis marié, à l’âge de presque vingt-huit ans, le […] 1973 ! Depuis un an, j’étais enfin débloqué, sentimentalement et affectivement, grâce comme déjà dit, aux jeunes prostituées, que je fréquentais plus ou moins régulièrement, depuis juillet 1965 ! Jamais elles ne me refusèrent, baisers en profondeur (sauf la première jeune femme), mots gentils, 43


conversations amicales, stripteases (sauf la première jeune femme pour son soutien-gorge noir), caresses, fellations, orgasmes, empathie, sentiments, amour, etc. ! Et n’était-ce pas réciproque ? Ne suffisait-il pas de payer et de se plaire ensemble ? Ne passions-nous pas ainsi de bons moments ? Mes rêves, n’aboutissaient-ils pas toujours ? N’étais-je pas heureux, bien soulagé, comblé ? Toutes ne faisaient-elles pas toujours l’amour dans les « règles de l’art » ? Mais combien dois-je, à toutes ces très jeunes, sexy, gentilles, mignonnes et très sympathiques prostituées, pour leur « Service médical effectivement rendu » ? N’est-ce pas tellement cher, que je ne pourrai jamais leur régler toute ma dette ? En effet, la santé – même psy – a-telle un prix ? est-elle monnayable ? Ne sont-ce pas leurs baisers en profondeur, mots gentils, conversations amicales, stripteases, caresses, fellations, orgasmes, empathie, sentiments, amour, etc. qui ont fait que mes psys et moi, a posteriori, considérons que je suis très bien tiré d’affaire ? Le fait que je doive prendre toujours un peu de médicaments psy n’est-il pas que très secondaire ? Leur dosage n’a-t-il pas été, de toute façon, très amoindri ? L’efficacité de ce genre de drogues psy (tranquillisants, antidépresseurs, hypnotiques, neuroleptiques, antipsychotiques, normothymiques, etc.) ne résulte, à mon avis, que de leur effet « camisole » chimique sur les troubles psy ! Agissent-elles sur leurs causes véritables psy infantiles et/ou sexuelles ? Jamais ! Changent-elles la personnalité et/ou l’être humain ? Jamais ! Avec ces camisoles chimiques, quelle évolution et/ou quelle transformation le psychiatrisé peut-il sérieusement espérer ? Non seulement, il ne redevient jamais ce qu’il était auparavant, mais en plus, il est surtout somnolent, abruti, plein de troubles cognitifs (attention, mémoire, etc.) ! Son employeur peut-il alors continuer à le garder ? Les jeunes prostituées, n’est-ce pas mieux, que toutes ces drogues psy, aussi sophistiquées soient-elles ? Bien sûr, il ne faut jamais les arrêter complètement… en tous les cas, certainement pas dans les histoires de schizophrénie ! Prendre peu de médicaments psy, ne signifie pas qu’il ne faille plus en prendre du tout ! Ces jeunes femmes ne m’ont-elles pas été très psychothérapiques même s’il m’a fallu attendre pour aboutir à de très bons résultats médicaux psy, environ sept ans (19651972) ? La disparition de tous mes troubles de ma névrose obsessionnelle grave et de certains de ceux de ma schizophrénie paranoïde ne résulte-t-elle pas du transfert sexuel et amoureux 44


réciproque qu’il y a eu dès la première fois et qui a perduré jusqu’à la dernière entre ces jolies jeunes femmes sexy et moi ? Sinon, comment expliquer mon évolution et/ou ma transformation psy ? Pour soigner ou tout au moins aider les névrosés, les psychotiques, les pervers, les psychopathes, les obsédés, les violeurs, les paranoïaques, les dépressifs, les bipolaires, les schizophrènes, etc. le mieux n’est-il pas que des jolies jeunes femmes sexy – et les professionnelles y voient-elles un inconvénient du moment qu’elles sont très bien payées pour cela ? – les satisfassent durablement, sexuellement et affectivement ? Quitte à ce qu’ils en discutent ensuite avec leur psy ? Ce qui soulève une bonne question : qu’est-ce qui fait que le malade psy change, voire guérit ? Est-ce un traitement médicamenteux psy ou une relation humaine psy, voire les deux ? Ces jolies jeunes femmes sexy n’ont-elles pas toujours une silhouette, un corps de rêve, etc. pour tous les jeunes gens ? Ne sont-elles pas aussi toujours très gentilles, très sympathiques ? Et, comme toutes les autres jeunes femmes, ne sont-elles pas très sentimentales, très amoureuses, etc. dès qu’elles rencontrent un homme, voire des hommes qui leur plaisent vraiment ? Bref, n’ont-elles pas un charme physique, une psychologie agréable, etc. ? Ne font-elles pas le bonheur de bien des hommes ? Ce qui m’a réussi, ne peutil pas réussir à bien d’autres ? La prostitution ne serait-elle pas une médecine d’avenir, voire la panacée ? Ne dit-on pas que c’est le plus vieux du monde ? Mais, faire bander et jouir les hommes, n’est-ce pas surtout le plus beau ? Que pensent de la prostitution les grands sexologues (de Freud à Tordjman) ? Ils ne contestent pas que des exploiteurs fassent travailler sexuellement bien des femmes pour en soutirer de l’argent ! Mais toutefois, ils ajoutent : « La prostitution est une perversion féminine qui n’a pas d’équivalent dans les mêmes conditions chez l’homme ! » Ne manifestent-elles pas dans la rue, régulièrement, réclamant leur droit à exercer librement leur charmante profession ? Où est l’esclavage quand elles n’ont pas ou plus de proxénètes ? N’aimentelles pas ce qu’elles font ? Ne sont-elles pas comme les autres femmes ? Lorsqu’une femme se marie (ou est excitée sexuellement et sentimentalement), n’est-ce pas parce qu’auparavant elle a pris en considération toujours le statut social de l’homme (est-il médecin, cadre, ingénieur, PDG, etc. ?) auquel elle a affaire et pas forcément sa beauté physique et/ou morale ? Les adolescentes, elles, ne fantasment-elles pas qu’elles sont amou45


reuses et se marieront avec un homme riche ? Cependant lorsqu’un homme se marie (ou est excité sexuellement et sentimentalement) n’est-ce pas parce qu’auparavant il a pris en considération toujours la beauté physique et/ou morale de la femme, et pas forcément son compte en banque ? Les adolescents, eux, ne fantasment-ils pas qu’ils sont amoureux et se marieront avec une jolie jeune fille sexy, mais qu’en attendant, ils sont d’accord pour payer ? La prostitution n’est-elle pas dans la nature féminine, comme les attentats à la pudeur et les viols sont dans la nature masculine ? N’est-ce pas, tout simplement, la nature qui parle, chez les hommes comme chez les femmes ? Les hormones et les fantasmes ne sont, en tous les cas, pas du tout les mêmes chez celles-ci et ceux-là ! Dans un couple, il est rare que le scénario de l’un aille avec celui de l’autre ! Quant à la pornographie sur Internet, il y a actuellement deux thèses : celle des féministes et celle des psychologues et sexologues (hommes ou femmes qui passent souvent à la télévision) ! Les féministes prétendent que lorsque les hommes regardent des vidéos pornographiques, aussitôt ça les excite, leur monte à la tête, ont finalement toujours une grande sensation de manque, n’en peuvent plus, et lorsqu’ils sont ensuite dans la rue ou le métro, passent à l’acte, attentent à la pudeur et/ou violent ! Les psychologues et sexologues (en tous les cas ceux ou celles qui passent souvent à la télévision) soutiennent, eux et elles, que ce n’est pas vrai du tout ! Ces vidéos pornographiques, au contraire, protègeraient les femmes ! Elles serviraient à ces voyeurs (mais il y en a qui sont aussi des femmes) de médicaments psy les calmant ou soulageant d’une souffrance psy ! Leur mal-être, en réalité, disparaîtrait lorsqu’ils visionnent ces jolies jeunes filles sexy à poil, bien libérées sexuellement, se livrant à toutes sortes d’ébats sexuels et amoureux ! Et ils n’agresseraient pas ou plus alors les femmes ! Mais, qu’en penseraient Sigmund Freud, Mélanie Klein, Jacques Lacan, Françoise Dolto, Masters et Johnson, etc. ? N’expliquaient-ils pas les troubles psy par des sentiments et une sexualité mal vécus et/ou mal résolus, lors de la petite enfance ? L’Œdipe ne détermine-t-il pas l’avenir de tout être humain, homme ou femme ? [...]

46


Faut-il criminaliser le client pour soi-disant lutter contre les proxénètes comme le réclament certaines féministes (pas sur votre site) ou faut-il éradiquer la misère économique des femmes ? Quant à la misère sexuelle des hommes, est-ce le problème des féministes ? N’ont-elles pas surtout un compte à régler avec ceux-ci ? Celui-ci est-ce de leur faute ou est-ce de la faute de la société dans laquelle nous vivons tous ? Mais si les femmes n'agressaient pas ou plus et ne provoquaient pas ou plus sexuellement par leurs charmes (minijupe, corsage bâillant, etc.) les hommes, ne serait-ce pas alors le meilleur moyen pour diminuer voire éradiquer les viols et la prostitution ? Les hommes ont-ils besoin toujours d'être excités sexuellement (minijupe, corsage bâillant, etc.), tous les jours du matin jusqu'au soir, partout où ils sont, y compris même au bureau : y va-t-on pour travailler ou pour fantasmer sur les femmes ? Si la femme et son image sont bel et bien des marchandises, les femmes modernes n'en rajoutent-elles pas malgré tout toujours une couche, une dose, etc. elles-mêmes vis-à-vis des hommes ? Et trop de sexe ne nuit-il pas aux hommes comme aux femmes ? Je vous saurais gré de me faire connaître les réflexions et commentaires que vous aura inspirés mon présent courriel ! Je les déposerai sur mon blog ! Croyez, Mesdames, Messieurs, à mes sentiments les meilleurs. Œdipe LA PLUME P.-S. : le site www.contreleviol.fr prétend que les violeurs ne choisissent pas les femmes dont ils abusent en fonction de leur tenue vestimentaire ! Mais pour bander et jouir ne faut-il pas toujours un minimum d'excitation sexuelle ? Les fantasmes des hommes ne sont-ils pas toujours exacerbés par la silhouette sexy des femmes qu'elles soient en minijupe, en pantalon, en burqa, etc. ? Ce qui les excite le plus c'est toujours bien sûr dans la rue ou le métro la femme en minijupe, corsage bâillant, etc. ou sur Internet la femme qui fait du striptease voire l'amour dans les règles de l'art, comme d'ailleurs tous les hommes quels qu'ils soient ! Mais dans la réalité ce n'est pas toujours possible pour les violeurs de jouir de la femme qui les a bel et bien tout de 47


suite vraiment excités ! Car ne faut-il pas qu'ils tiennent compte alors du risque de se faire prendre ? Si bien que s'ils ne peuvent pas violer une femme en minijupe, corsage bâillant, etc. qui les excite bel et bien, ils vont tout simplement en violer une autre, même si celle-ci n'est qu'en pantalon, en burqa, etc. ! Quand on ne peut pas avoir ce dont on rêve, ne faut-il pas se rabattre sur autre chose ? Et une femme n'est-ce pas toujours une femme ?

48


MESSAGE DÉPOSÉ SUR LE SITE HTTP://ENCOREFEMINISTES.FREE.FR RÊVE DE MACHO Je souhaite que toutes les femmes cessent de violenter tous les hommes par leurs charmes partout où ils sont ! Ne pensentils qu’à ça ? N’ont-ils besoin que de ça ? Je souhaite que les femmes ne déstabilisent plus leur conjoint nerveusement en les agressant d’injures, d’insultes, etc. dès qu’elles le peuvent ! que cessent aussi leurs agressions physiques : un homme ne meurt-il pas tous les 14 jours suite aux coups et blessures de sa femme ? Je souhaite que les femmes n’en rajoutent pas elles-mêmes une couche, une dose, etc. à la marchandisation d’elles-mêmes et de leur image ! Je souhaite un monde meilleur pour tout le monde ! Œdipe LA PLUME

49


Œdipe LA PLUME CONTRE LE VIOL Mes vérités sur le viol Paris, le 7 janvier 2012, Mesdames, Messieurs, Moi aussi je suis contre le viol et j’ai même signé votre pétition à ce sujet ! Toutefois je ne partage pas certains de vos arguments sur votre site contre celui-ci, qui sont les suivants : « Ce sont surtout les filles provocantes, aguicheuses qui sont violées. Faux, ce ne sont pas la tenue ou le comportement d’une femme qui provoque le viol ; c’est le violeur qui est coupable. Les victimes de viol sont très souvent culpabilisées ou ressentent de la honte. C’est une inversion des responsabilités. Ce n’est pas à la victime d’être transformée en accusée. Par ailleurs, les victimes de viol sont très diverses : âge, apparence, origine sociale, etc. Le viol concerne tous les milieux, toutes les cultures. » À l’origine du viol il y a toujours une excitation sexuelle, sinon le rapport sexuel ne serait pas possible ! Tant que les femmes auront toujours une silhouette sexy, qu’elles soient en minijupe, en pantalon, en burqa, etc. il y aura toujours des viols, car cela ne fera toujours qu’exacerber les fantasmes des hommes ! Le coupable est-ce celle qui provoque le désir sexuel ou celui qui succombe à la tentation ? Ne dit-on pas souvent de bien des femmes qu’elles ne sont bel et bien que des « pousse au crime » ? « Le viol est provoqué par la testostérone. Faux, ce n’est pas un comportement naturel, mais culturel. Le viol repose sur le mythe d’une sexualité masculine « irrépressible » et « incontrôlable ». Une sexualité « conquérante » est fortement légitimée dans notre société pour les hommes, tandis que l’expression du désir féminin est limitée et encadrée par plusieurs formes de réprobation sociale. Certains croient que le viol serait jugulé par 50


la prostitution. Or les pays qui ont autorisé et réglementé la prostitution (Allemagne, Pays-Bas) n’ont pas vu baisser le nombre de viols. » Les derniers traitements chimiques mis au point aussi bien pour les violeurs que pour les pédophiles, en cours d’expérimentation, reposent sur le fait qu’ils diminuent tous le désir sexuel ! Celui-ci étant faible les violeurs et les pédophiles n’ont alors plus aucun mal à gérer leur libido. Actuellement il n’y a que zéro récidive (d’après la télévision) ! Lorsque dans les pays du nord de l’Europe et en Suisse vers les années 1960-1970 la prostitution et la pornographie ont été recommandées jusque dans les hôpitaux publics, d’une part bien sûr grâce à des prostitué(e)s, d’autre part aussi grâce à des assistant(e)s sexuel(le)s (pourquoi les malades et les handicapé(e)s n’auraient-ils (elles) pas droit eux (elles) aussi au bonheur ?), l'effet escompté a été obtenu : il y a eu une diminution considérable des délits et crimes sexuels ! « Les violeurs sont tous des psychopathes. Faux, il n’existe pas de profil-type de violeur. Les viols ne sont pas spécialement le fait de psychopathes, d’alcooliques, d’anormaux ou d’obsédés sexuels. Au contraire, ils sont souvent commis par des hommes parfaitement intégrés socialement, parfois même au-dessus de tout soupçon. » Bien sûr il n’y a pas besoin d’être psychopathe pour violer ! Tous les hommes sont violeurs dès que les circonstances le permettent et s’ils ont l’idée qu’ils ne se feront pas prendre ! Mais dans la réalité sont violeurs les pervers narcissiques avec un taux de testostérone normal ou élevé ! Et ce n’est pas parce qu’on est bien intégré socialement que l’on n’est pas pour autant un psychopathe ! « Le viol est le résultat de la misère sexuelle. Faux, cela n’a rien à voir. Ainsi, les femmes qui n’ont pas de vie sexuelle et en éprouvent de la frustration ne s’autorisent pas pour autant à violer un homme pour satisfaire leurs besoins sexuels. Il s’agit bien d’une tolérance sociale dans un sens et non dans l’autre. »

51


Les féministes n’en ont rien à fiche de la misère sexuelle des hommes et bien sûr racontent n’importent quoi à ce sujet ! Le problème c’est la souffrance ! Il y a ceux qui supportent et ceux qui ne supportent pas ! La sexualité des hommes est à fleur de peau, celle des femmes passe davantage par la tête ! C’est la même hormone (la testostérone) qui provoque le désir sexuel aussi bien chez les hommes que chez les femmes ! Mais chez elles, elle est très faiblement dosée par rapport à chez eux ! Il en résulte que le désir sexuel est plus fort chez ceux-ci que chez celles-là ! Cependant chez les femmes l’orgasme est bien plus fort car le clitoris a bien plus de terminaisons nerveuses que le gland des hommes ! Je vous saurais gré de me porter la contradiction et je déposerai bien sûr celle-ci sur mon blog ! Croyez, Mesdames, Messieurs, à mes sentiments les meilleurs. Œdipe LA PLUME

52


FÉÉMINISTES = SEXISTES ? Je lis sur le site www.contreleviol.fr : « Le viol est l’expression d’une volonté de contrôle et d’emprise sur les corps des femmes. » « Le viol repose sur le mythe d’une sexualité “irrépressible” et “incontrôlable”. » Mais qu’en savent en réalité ces femmes mêmes si elles ont été bel et bien violées ? Ce ne sont que des élucubrations jamais vérifiées par une expérience reproductible comme en chimie et/ou en physique ! C’est peut-être parfois vrai ! Mais peut-on généraliser ? Et si la sexualité (au moins celle des hommes) est si facile que ça à réprimer et à contrôler par ceux-ci pourquoi y a-t-il alors tant de viols et même toujours plus ? Le pouvoir des hommes sur les femmes n’a rien à voir, à mon avis, avec les rapports sexuels ! Et c’est plutôt les femmes qui ont en réalité un pouvoir sur les hommes dans ce domaine ! Ce n’est pas la classe des hommes qui opprime la classe des femmes ! C’est une question d’individu quelle que soit sa classe sociale, qui désire être bien satisfait, soulagé, passer un bon moment, etc. tout simplement, à mon avis ! Bien sûr c’est pervers car c’est alors organiser avec une femme une relation nuisible à celle-ci, et vécue en général sans culpabilité ! Et c’est très traumatisant pour les violées ! Mais je ne vois pas (ai-je mal cherché ?) sur le site www.contreleviol.fr ce qu’il propose pour que les violeurs ne récidivent pas ! Il dit par contre : « Les violeurs ne sont pas tous des psychopathes ! » Mais là aussi ces violées qu’en savent-elles ? Ce ne sont encore que des élucubrations non vérifiées par une expérience reproductible comme en chimie et/ou en physique ! C’est aussi peut-être parfois vrai, mais peuton encore généraliser ? Et bien sûr cela sous-entend que si les violeurs ne sont pas des « malades psy », alors il faut les punir par de la prison, voire même par de la prison psy à perpète ! Or la privation de liberté ne les fait ni jamais réfléchir ni jamais évoluer, aussi longue soit-elle ! Mais que faire si l’on souhaite qu’il n’y ait jamais la moindre récidive ? Je ne vois actuellement que la castration chimique à vie ! Ils auraient ainsi leur liberté et pourraient avoir des soins psychothérapiques, bien que toujours actuellement aucun psy ne soit formé à ceux-ci ! On castre bien les malades mentaux (les hommes peuvent avoir une érection mais pas d’éjaculation, les femmes sont frigides et leurs règles sont coupées) aussi bien avec les antipsychotiques qu’avec les 53


antidépresseurs (ce fut mon cas pendant quelque temps) ! Et comment faire avec tous les violeurs potentiels ? Par exemple : DSK en était-il un ? Si j’étais juré mon intime conviction serait qu’il est bel et bien coupable ! Mais aucun fait matériel ne peut le prouver ! Et même en France où la soi-disant violée passe une expertise psy ayant pour but de déterminer si elle n’affabule pas, combien 10 ou 15 ans plus tard ne reconnaissent-elles pas enfin : « J’ai menti à la police, au juge, à l’expert, au tribunal ! », etc. ? Et même récemment un enfant de 9 ans à l’époque du prétendu viol n’a-t-il pas fait mettre son grand-père en prison, ne reconnaissant qu’il avait menti qu’environ 10 ans plus tard ? Et que n’ai-je pas vu à la télévision ? Un reportage sur les femmes accusant à tort leur conjoint de viol, alors qu’elles ne désiraient le rapport sexuel que pour l'envoyer 20 ans ou plus en prison ! Il y avait dans cette émission de présentée notamment une brigade de quelques femmes flics à la préfecture de police de Paris spécialisée dans ce genre de prétendus viols par le conjoint ! Et ce n'était pas le cas d'une femme en particulier mais le cas de cinq ou six au moins (leur visage était caché) ! Je me rappelle que par exemple la femme flic demande à l'une des soi-disant « violées » : « Comment s’y est-il pris pour vous violer ? » Réponse : « Il me tenait les bras au-dessus de la tête ! » La femme flic lui rétorque aussitôt : « Comment a-t-il fait alors pour vous pénétrer ? » Si j’ai bien compris le site www.contreleviol.fr (je résume) : d’une part les « charmes féminins n’ont rien à voir avec le fait d’être violée », d’autre part « Les hommes violent pour contrôler le corps de la femme, certainement pas par désir d’en jouir ! » Toute l’idée de ce site c’est de dire aux femmes : « Les hommes sont une classe sociale qui opprime la classe sociale des femmes ! C’est dans leur culture ! Leur nature ne les pousse jamais à violer ! Jamais les femmes ne sont violées parce qu’elles ont fait un effet sexy sur ceux-ci ! » Ce genre d’arguments n’estce pas sexiste ? Œdipe LA PLUME

54


PROTHÈSES MAMMAIRES ET EFFET SUR LES HOMMES La femme et son image ne sont que des marchandises dans notre société capitaliste ! On dit que tout se monnaie sauf qu’on ne le peut pas pour la liberté et l’amour ! Que d’ailleurs ceux-ci sont comme la santé, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas de prix ! Personne n’est dupe que se faire charcuter chirurgicalement et/ou faire des régimes amaigrissants souvent en se ruinant, cela n’a bien évidemment que pour but de la part des femmes que de faire un effet sexy sur les hommes ! Ce qui prouve bien l'importance qu’elles accordent dans notre société au bonheur sexuel et amoureux... Et qu’elles sont d’accord aussi pour payer cher pour aboutir à celui-ci ! Œdipe LA PLUME

55


EXTRAIT DU FORUM WWW.HUMANITE.FR VIOLER C’EST DANS LA CULTURE DES HOMMES ? Je ne crois pas du tout que violer c’est dans la culture des hommes de notre société ! Ce sont de nombreuses féministes qui soutiennent cela ! Mais pourquoi ? Elles prétendent que vers l’époque de la communauté primitive il y aurait eu alors un complot des hommes contre les femmes et que ceux-ci auraient pris alors le pouvoir sur celles-là ! Actuellement, ils seraient toujours dominants sur les femmes, et ce qui est vrai politiquement le serait aussi sexuellement ! Qu’est-ce cela cache en réalité ? Ceci : si les femmes ont des problèmes (sexuels, etc.) il faut avant tout qu’elles s’en prennent aux hommes puisqu’ils ont soidisant le pouvoir aussi bien politique que sexuel ! Et surtout sur aucun site Internet relatif au viol et à la prostitution, je ne n’y ai vu qu’il fallait que les femmes s’en prennent avant tout aux gens riches, aux gros bourgeois, aux grands capitalistes, etc. (quel que soit leur sexe ; par exemple : la milliardaire Liliane Bettencourt n’est-elle pas une femme ?) ! Non il faut qu’elles s’en prennent aux hommes ! Qu’elles règlent leur compte à eux ! Jamais au capitalisme ! Mais en quoi le militant PCF ou LO qui travaille à la chaîne chez Renault ou PSA a-t-il un pouvoir aussi bien politique que sexuel sur sa compagne ? C’est une erreur de jugement ou de la diffamation de la part des féministes ! Et celles-ci de préciser : « Quelle que soit la société il y a partout des violeurs ! » Mais cherchons bien la cause des viols : supposons comme le prétendent ces féministes que ce ne soit pas le fait que les femmes excitent les hommes sexuellement qui en serait à l’origine ! Mais disent-elles : « C’est la façon dont les hommes se représentent l’image de la femme et qui résulte de la culture de leur société à eux ! » Mais qui met ces images publicitaires sexy, pornographiques sur Internet, etc. dans la tête de ceux-ci ? Les militants PCF ou LO ou les gens riches, les gros bourgeois, les grands capitalistes ? Ne font-ils pas du fric avec tout et n’importe quoi : aussi bien la drogue, le trafic des animaux, des armes, etc. que même la misère, la guerre, le terrorisme, etc. ? et bien sûr aussi bien avec la marchandisation de la femme et de son image ? Tout cet ensemble ne contribue-t-il pas à opprimer les femmes 56


comme les hommes ? n’en résulte-t-il pas le viol et la prostitution ? Mais encore une fois : en quoi le militant PCF ou LO qui travaille à la chaîne chez Renault ou PSA a-t-il un pouvoir aussi bien politique que sexuel sur sa compagne ? Et c’est sa culture qui ferait que lui aussi serait soi-disant un violeur ? Non violer, n’existe que dans la nature des hommes à mentalité rétrograde et qui n’ont pas évolué ! Et on ne peut pas dire comme de nombreuses féministes : « Quelle que soit la société il y a partout des violeurs ! » Ça fait 38 ans ½ que je suis marié par exemple et que mon mariage n’est toujours pas consommé (c’est un record du monde) : ma femme, d'une part est asexuelle, d'autre part souffre d’un vaginisme pour lequel soit elle refuse les soins soit elle ne persévère pas dans ceux-ci ! Je considère ce refus de soins ou ce manque de persévérance dans ceux-ci, comme faisant partie de son trouble, de sa maladie, etc. ! Elle se déclare « très heureuse » et moi je me déclare « parfaitement heureux » ! Que demander de plus ? C’est qu’en réalité la relation sentimentale est malgré tout très bonne entre nous deux, même si nous n’avons jamais eu de rapports sexuels ! Où est dans mon histoire, pour les féministes, ma domination politique et sexuelle sur ma femme qui résulterait de ma prétendue culture d’homme ? Le discours de celles-ci ne tient pas du tout ! Il n’a que pour but de détourner les travailleuses et les travailleurs de la lutte de classe ! C’est soit une erreur de jugement soit de la diffamation ! Œdipe LA PLUME

57


LES HOMMES PEUVENT-ILS SE CONTROLER SEXUELLEMENT ? Les féministes prétendent (si toutefois j’ai bien compris en résumé ce qu’elles écrivent sur certains de leur site) ceci : « Tous les hommes peuvent se contrôler très facilement ! S’ils violent si souvent c’est à cause de leur culture d’hommes à laquelle ils tiennent pour les privilèges : notamment contrôler le corps des femmes ! Les viols sont toujours prémédités et jamais ce ne sont les charmes féminins qui sont la cause réelle de ceux-ci ! Cette culture des hommes vient des hommes eux-mêmes car ils ont depuis l’Antiquité le pouvoir politique sur les femmes ! Ainsi abusent-ils d’elles ! » Malheureusement le pouvoir politique actuel ne vient pas que des hommes : la milliardaire Liliane Bettencourt n’y est-elle pas aussi pour quelque chose dans celui-ci ? Les valeurs de la classe ouvrière ne sont pas celles de la bourgeoisie ! Chez les prolétaires la priorité n’est-elle pas à l’amour de son conjoint et de ses enfants ? Chez les capitalistes n’est-elle pas à l’amour de l’argent et des cours en bourse ? Quant à dire aussi toujours de la part des féministes sur certains de leur site : « Tous les violeurs ne sont pas des psychopathes ! » c’est vrai en théorie : on peut même dire que tous les hommes ne sont que des violeurs dès que les circonstances le permettent et s’ils ont l’idée alors qu’ils ne se feront pas prendre ! Mais ça c’est leur nature d’origine ! Pas leur vraie culture lorsqu’ils ont évolué ! Dans la pratique les violeurs ne sont surtout que des pervers narcissiques avec un taux de testostérone normal ou élevé d'après les recherches que j’ai faites à ce sujet ! Ça veut dire qu’ils sont obsédés sexuels, qu’ils organisent avec les femmes une relation nuisible à celles-ci et qu’ils la vivent sans culpabilité ! Mais cela tient-il à une culture d’hommes ? Non ! Je renvoie toutes les féministes à ce sujet au site Psychiatrie infirmière*, lequel je l’espère éclairera enfin un peu leur lanterne ! Pour celui-ci cela tient au complexe d’Œdipe, lequel ne se passe jamais de la même façon pour tout le monde ! Ces pervers narcissiques avec un taux de testostérone normal ou élevé peuvent-ils s’opposer à leurs pulsions de viol ? Apparemment non ! Et même ils recommencent après 15 ans de prison alors qu’ils savent très bien que s’ils recommencent et se font prendre à nouveau, c’est pour eux la prison à perpète ! En tous les cas la prison ne les fait jamais ni 58


réfléchir ni jamais évoluer ! Et les soins psy alors ? Seule la chimiothérapie est efficace actuellement ! Pourquoi n’est-elle pas obligatoire alors qu’on n’hésite pas à la prescrire aux malades psy (hommes et femmes) pendant des dizaines d’années ? Je n’en sais rien ! Mais en quoi ces pervers narcissiques avec un taux de testostérone élevé auraient une culture d’hommes ? Qu’est-ce que ça veut dire d’ailleurs une « culture d’hommes » ? En réalité ils ont été élevés et éduqués dans leur petite enfance dans des circonstances qui n’étaient pas du tout idéales pour bénéficier à l’âge adulte d’une bonne santé psy ! Celles-ci sont rappelées par le site Psychiatrie infirmière auquel je renvoie toutes les féministes encore une fois ! Est-ce à dire qu’il n’y aura pas bientôt une société sans violeurs ? J’en doute vu justement le comportement des féministes sur certains de leur site : elles ne font qu’encourager les femmes à exciter les hommes sexuellement puisqu’elles prétendent justement que les charmes de celles-ci n’y sont pour rien du tout dans les histoires de viols ! Mais ceuxci il y en a toujours plus : 5 000 plaintes pour viols de déposées pour une estimation de 20 000 viols réels il y a 30 ans contre 20 000 plaintes pour viols de déposées pour une estimation de 80 000 viols réels actuellement ! Or que s’est-il passé entre temps ? Essentiellement la libération sexuelle des femmes qui s’est traduite par le fait que maintenant celles-ci sont toujours de plus en plus déshabillées devant les hommes, tous les jours du matin jusqu’au soir, partout où ils sont ! Les féministes disent : « Dans la culture des hommes il y a la façon dont ceux-ci se représentent l’image de la femme, et en particulier que le corps de celles-ci est à leur disposition ! » Mais n’ajoutent-elles pas : « Il faut punir toujours plus les hommes ! » ? Malheureusement on les punit toujours plus mais il y a aussi toujours plus de viols ! Certaines malgré tout proposent l’éducation sexuelle ! Mais vu l’état de notre système d’enseignement actuel (il y a de moins en moins de personnels), ne savent-elles pas que ce n’est pas réaliste ? Que peut-on faire alors pour changer les mentalités rétrogrades perverses ? Mise à part la chimiothérapie il n’y a pas d’autres soins psy réellement efficaces actuellement ! Peut-on demander aux femmes et aux féministes de ne plus se libérer sexuellement face à ceux-ci ? Quand elles excitent tous les hommes autour d’elles, elles excitent aussi tous les violeurs potentiels ! Et d’après certains sites féministes sur les viols au 59


moins une fois dans sa vie, une femme sur dix, subira une tentative de viol ! Un progrès malgré tout, à mon avis, serait une société où la femme et son image ne soient plus des marchandises et avec une bonne éducation sexuelle dès la maternelle ! Je ne vois que cette solution ! Œdipe LA PLUME *http://psychiatriinfirmiere.free.fr

60


EXTRAIT DU FORUM WWW.HUMANITE.FR SOUFFRIR OU VIOLER ? Il m’est souvent venu lorsque dans la rue, le métro, au bureau, etc. les jeunes femmes sexy m’agressent et me provoquent sexuellement (minijupe, corsage bâillant, joli maquillage, beau rouge à lèvres, corps de rêve, etc.) de réagir aussitôt par du plaisir, du bonheur, etc. dans les yeux, le sexe, la tête… Mes fantasmes sont alors d’embrasser, de caresser, voire de jouir, etc. mais jamais, en retour et en échange, de violer celles-ci ! Cela suppose alors de préméditer son crime en leur mettant un couteau sous la gorge, un révolver sur la tempe, etc. (j’ai compris cela grâce à la télévision) ! N’est-ce pas odieux ? Il ne m’est jamais venu d’avoir des rapports sexuels forcés : je n’ai toujours souhaité que les femmes que je désire me désirent elles aussi et participent avec moi librement à de bons ébats sexuels et amoureux ne se terminant toujours que par un excellent orgasme, un très bon soulagement, etc. pour elles comme pour moi ! Sinon à quoi ça ressemble un rapport sexuel forcé ? Quelques femmes violées reconnaissent qu’elles ont bel et bien joui du violeur, mais ce n’est certainement pas fréquent… En général elles ne sont surtout que très traumatisées… À ce sujet y a quelque chose de vraiment scandaleux en France : le préjudice psychologique n’est que très peu indemnisé, même s’il y a SIDA ! N’est-ce pas une façon pour la justice de nier les faits et de dire alors aux violées : « Il ne s’est rien passé ou presque rien ! » ? Une forte indemnisation ne serait-ce pas mieux que des peines de prison qui n’empêchent pas les récidives ? Mais ne serait-ce pas alors encourager certaines femmes à se déclarer violées alors que ce ne serait pas vrai du tout ? Pour moi, forcer une femme, même aussi jeune, aussi jolie, aussi sexy, etc. soit-elle, ne serait-ce pas comme faire l’amour avec un morceau de bois, une morte ? Une femme qui ne participe pas avec moi à son plaisir et au mien, ça ne m’a jamais intéressé ! Ça me répugne ! Je veux qu’elle jouisse, qu’elle ait du plaisir, du bonheur, etc. Bien sûr quand les hommes sont agressés et provoqués sexuellement (minijupe, etc.) dans la rue, etc. après d’abord le plaisir des yeux, du sexe, de la tête, etc. ensuite il y a une souffrance et même une très 61


grande souffrance… Car ça ne peut pas aboutir (en tous les cas jamais tout de suite) avec celle que l’on désire alors sexuellement ! Les hommes ensuite soit se masturbent s’ils sont célibataires soit ont des rapports sexuels avec leur femme s’ils sont mariés ! En tous les cas si l’agression-provocation sexuelle féminine est très forte et que le désir sexuel masculin, lui, n’est que jamais satisfait... la souffrance pour certains hommes est alors terrible ! Il y a alors ceux qui supportent et ceux qui ne supportent pas ! Ceux qui violent et ceux qui ne violent pas ! Mais, n’y a-t-il pas aussi un certain plaisir, un certain bonheur malgré tout à être capable de se maîtriser, de se contrôler, face aux agressions-provocations sexuelles féminines ? Dans un couple les rapports sexuels ne sont pas toujours possibles à vie : il y a des maladies telles que le cancer qui font que les rapports sexuels ne sont pas ou plus possibles pour le conjoint malade, soit que son désir sexuel a alors disparu, soit que c’est même le tuer (dans les cardiopathies par exemple), etc. Mais alors se maîtriser, se contrôler, et en particulier ne pas tromper son mari ou sa femme en commettant des adultères, n’est-ce pas lui apporter du plaisir, du bonheur, malgré tout ? On peut souffrir du fait aussi bien d’agressions-provocations sexuelles féminines (minijupe, etc.) dans la rue, etc. que de l’absence de rapports sexuels dans un couple ! Mais dans le premier cas, se maîtriser, se contrôler, plutôt que violer, dans le second, rester fidèle plutôt que tromper, sont pour moi la meilleure solution ! Cela ne fait-il pas ainsi mon bonheur, voire mon bonheur parfait ? Œdipe LA PLUME

62


RÉPONSE À L’ARTICLE DE L’HUMANITÉ « SOYONS TOUTES ET TOUS FÉMINISTES » MACHO OU FÉMINISTE ? J’ai consulté le Larousse de poche 2009, et voici ce qu’il donne comme définition des mots « macho » et « féministe » : MACHO : homme persuadé de sa supériorité sur les femmes ; phallocrate ; FÉMINISTE : partisan à étendre les droits de la femme, à améliorer sa situation dans la société. À la lecture de ces deux définitions, je me déclare plutôt féministe que macho ! Toutefois je ne partage pas l’idéologie féministe quand, à mon avis, elle se traduit par une manipulation délibérée, une erreur de jugement ou de la diffamation, etc. En voici deux exemples : VIOLENCES CONJUGALES Les féministes ne signalent jamais qu’un homme meurt tous les 14 jours suite aux coups et blessures de sa compagne ! Ni même comment ça se passe lorsque c’est celle-ci qui est tuée : à savoir qu’elle n’est jamais gênée d’abreuver d’injures, d’insultes, etc. son conjoint, cherchant à tout prix à le déstabiliser : c’est alors qu’il arrive un moment où il voudrait bien calmer celle-ci, ne se contrôle pas, lui donne même une claque… et cela suffit pour tuer (crise cardiaque) ? VIOLS Les féministes prétendent : « Le viol est l’expression d’une volonté de contrôle et d’emprise sur le corps des femmes ! » Mais avant tout les hommes ne violent-ils pas parce qu’ils sont excités sexuellement par les charmes féminins, souffrent physiquement et psychiquement, ne se contrôlent pas ou plus… ? Et pour jouir d’une femme s’ils recourent alors à la force, le résultat n’est-il pas bien sûr une emprise, un contrôle, etc. sur le corps féminin ? Mais pourquoi les féministes nient-elles toujours que les hommes ont bel et bien été excités sexuellement par les charmes féminins 63


avant de violer ? N’est-ce pas une erreur de jugement ou de la diffamation ? Je me crois plutôt féministe que macho : ne suis-je pas pour la disparition du viol, de la prostitution, etc. ? Œdipe LA PLUME

64


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.HUMANITE.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE SUR L’ANCIEN MINISTRE PCF JACK RALITE JACK RALITE NE M’INTÉRESSE PAS ! Je n’ai pas lu votre article sur Jacques Ralite car ce personnage ne m’intéresse pas du tout bien que je l’ai écouté régulièrement faire son discours d’accueil aux joueurs d’échecs chaque année au tournoi d’Aubervilliers en tant qu’arbitre officiel FSGT ! Pour moi il n’est que le symbole de la bourgeoisie communiste que je rejette ! Je me souviendrai de lui et l’histoire aussi comme l’inventeur du fameux « forfait hospitalier » en 1983 ! N’avait-il pas peur que les pauvres ne s’installent à l’hôpital public comme les riches, eux, s’installent en clinique privée ? C’est ça son « communisme à visage humain » ? Et c’est quoi son bilan en tant que ministre de la santé de l’époque visà-vis des travailleurs ? Qu’a-t-il changé pour eux ? Cet homme comme bien d’autres dirigeants PCF n’a servi qu’à créer des illusions dans les masses populaires et à les tromper ! Œdipe LA PLUME Ancien secrétaire de la cellule PCF du CRÉDIT EXPERT DE PARIS

65


EXPLICATIONS AUX FÉMINISTES C’est tout simplement le désir sexuel des hommes pour les femmes, exacerbé par les agressions-provocations sexuelles permanentes et légales de celles-ci (minijupe, corsage bâillant, etc.) que certains ne contrôlent pas légalement qui font les viols ! La tenue vestimentaire joue toujours un rôle dans ceuxci : mais quand les violeurs ne peuvent pas agresser sexuellement à leur tour une femme en minijupe, corsage bâillant, etc. car alors ils risquent de se faire prendre, c’est alors une femme en pantalon, en burqa, etc. sur laquelle ils se rabattent et qu’ils violent ! Pourquoi les femmes ne violent-elles pas les hommes ? D’une part l’hormone du désir (qui est la même dans les deux sexes) est beaucoup plus faiblement dosée chez elles que chez eux, d’autre part celles-ci ont bien du mal à se faire pénétrer si elles ne sont pas très sexy et n’arrivent pas ou plus à faire bander les hommes ! Pour qu’une femme viole un homme il faut donc qu’elle soit « baisable » par celui-ci ! L’inverse n’est pas vrai : un homme n’a pas besoin d’être « baisable » pour violer une femme ! La sexualité des hommes ce n’est pas la sexualité des femmes ! Celle des hommes est à fleur de peau, celle des femmes passe davantage par la tête ! Ce qui déclenche le plus ou exacerbe le plus le désir sexuel chez eux, c'est la vue des hanches féminines ! Les femmes, elles, ce qui déclenche le plus ou exacerbe le plus le désir sexuel chez elles, c’est le statut social de l’homme (est-il médecin, ingénieur, cadre, PDG, etc. ?). Elles peuvent avoir des orgasmes multiples et successifs ce qui n’est pas le cas des hommes ! Leur orgasme est beaucoup plus fort que celui des hommes car les terminaisons nerveuses du clitoris sont bien plus nombreuses que celles du gland de ceux-ci ! D’après une émission sur France 3 sur la génétique qui a duré plus de deux heures il y a quelques mois, commentée par une savante française, la conclusion a été : « Les hommes sont neuroprogrammés pour l’adultère, les femmes, elles, sont neuroprogrammées pour la prostitution. » Je pense que c’était vrai autrefois, mais qu’actuellement chez les hommes comme chez les femmes, la culture s’oppose beaucoup plus à la nature ! La marchandisation de la femme et de son image ne résulte pas de la culture des hommes ! C’est la société capitaliste qui a besoin de faire du fric avec tout et n’importe quoi ! Cependant les femmes, elles, 66


participent à cette marchandisation d’elles-mêmes et de leur image : n’en rajoutent-elles pas toujours plus une couche, une dose, etc. pour se payer des tenues vestimentaires affriolantes, des régimes amincissants, des opérations de chirurgie esthétique, etc. et tout ça pour faire toujours plus d’effet sexy sur les hommes ! Et ne lisent-elles pas des magazines féminins, ne regardent-elles pas des émissions de télévision sur le sexe, etc. qui les encouragent beaucoup en ce sens ? Ce n’est pas la culture des hommes qui fait les violeurs, mais en réalité le complexe d’Œdipe et le taux normal ou élevé de testostérone ! Les traitements chimiques sur ceux-ci sont efficaces (mais pas la psychothérapie), car ils diminuent alors leur désir sexuel (c’est vrai aussi pour les pédophiles) : ainsi ils n’ont plus aucun mal alors à gérer leur libido ! Pourquoi la castration chimique n’est-elle pas obligatoire à vie pour les violeurs alors qu’on la pratique provisoirement sur des malades mentaux volontaires ? Je n’en sais rien ! La culture des hommes, d’une part ne dépend pas d’eux mais de la société dans laquelle ils vivent (et où il y aussi actuellement la milliardaire Liliane Bettencourt), d’autre part s’ils contrôlent le corps féminin quand ils violent, en réalité ce n’est pas du tout leur but ! Ce n’est qu’un moyen ! Le but c’est de jouir de la femme ! Et la cause des viols, je le rappelle encore une fois, est la suivante : les violeurs succombent à la tentation illégalement suite aux agressions-provocations sexuelles féminines permanentes et légales (minijupe, corsage bâillant, etc.) ! Qui est victime ? Qui est coupable ? Comme me l’a dit un jour (je le répète souvent) le Dr psy Jean-Marc Cool (ancien chef de clinique à l’Hôpital Saint-Augustin) à un cours de formation des militants de la FNAPSY : « Les femmes ne se rendent pas toujours compte de l’effet qu’elles font sur les hommes ! Pour les violeurs la prison ne sert à rien ! » Œdipe LA PLUME

67


SCHIZOPHRÉNIE : GUÉRI OU COMME GUÉRI ? Je me déclare enfin parfaitement heureux et enfin comme complètement et définitivement guéri ! Mais je ne peux ni prouver ni démontrer ni l’un ni l’autre ! C’est une question de ressenti et d’intime conviction ! Je n’ai aucun trouble psy dû aussi bien à la maladie psy qu’au médicament psy que je prends toujours malgré tout (antipsychotique : aripiprazole 2 ½ : ½ comprimé du 5 le matin par jour). Je ne prends que le sixième de la dose recommandée (15 mg) dans les cas de schizophrénie. Pour l’instant je ne m’énerve pas du tout et je ne vois toujours pas du tout le moindre indice de crise psychotique. Si j’ai pu il y a environ 6 ans ½ supprimer complètement et définitivement tous les tranquillisants et somnifères et diminuer considérablement ma dose d’antipsychotique (olanzapine 10 : 1 comprimé le soir par jour), je l’attribue au fait d’avoir compris les causes psychologiques de ma maladie psy, bien que je ne puisse ni le prouver ni le démontrer. Ce qui est certain, c’est que je suis guéri à peut-être 90 % voire 99 % ! Mais peut-on être guéri un jour à 100 % ? C’est difficile même pour les gens qui n’ont jamais présenté de troubles psy ! Ne sont-ils pas porteurs de quelque maladie psy même s’ils ne le savent pas et même si elle ne se manifeste pas par des symptômes psy ? C’est parce que j’ai un doute au sujet de ma guérison à 100 % du fait que je ne possède pas toutes les explications des causes de ma maladie psy (il y aurait aussi une part de génétique, de chimique, etc.) et que donc je ne peux pas prévoir l’avenir avec une certitude absolue, que je suis méfiant et que je prends toujours encore le sixième de la dose d’antipsychotique recommandée pour la schizophrénie ! Mais ce qui est certain c’est que je suis enfin parfaitement heureux et enfin comme complètement et définitivement guéri ! Ne suis-je pas même plus heureux et ne vais-je pas même mieux que la plupart des gens dits « normaux » ? Je ne pourrai jamais savoir si je suis complètement et définitivement réellement guéri même si pour cela j’arrêtais complètement et définitivement mon médicament psy : même s’il n’y pas de rechute alors pendant 10, 20 ans ou plus, qu’est-ce qui prouve qu’il n’y en aura pas après ? de plus en matière de schizophrénie aucun examen biologique ne permet de la constater et aucun examen psychologique ne permet d'en prévoir l’avenir ! Œdipe LA PLUME 68


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM « TOUTE UNE HISTOIRE FRANCE 2 » HTTP://TOUTE-UNE-HISTOIRE.FRANC2.FR À LA SUITE DU MESSAGE : « DOIT-ON FORCEMENT FAIRE APPEL À UN PSY POUR SE SORTIR D’UN VIOL OU D’UN INCESTE OU PEUT-ON S'EN SORTIR SANS ? » Ça dépend si traumatisme psy il y a eu et des conséquences psy s’il y en a ! J’ai bien vu à télévision des femmes violées confier que leur viol s’était très bien passé et qu’elles avaient même parfaitement joui de leur violeur ! Mais ça reste exceptionnel ! En général elles ont été très traumatisées psychologiquement et les conséquences psy sont terribles ! Dans les histoires d’inceste je n’ai jamais vu à la télévision de victimes confier qu’elles avaient bien vécu celui-ci ! Là aussi les conséquences psy sont en général terribles ! Et le pire toujours d’après ce que j’ai vu à la télévision c’est pour les garçons « violés » par leur mère ! À mon avis c’est pire que pour les filles violées par leur père… bien que tout reste toujours relatif pour chacun(e) ! Pour les garçons leur viol ne peut jamais d’ailleurs aller par-devant la cour d’assises : la définition du viol dans le droit français c’est que la victime doit avoir été pénétrée ! Or les garçons ne sont pas pénétrés, c’est eux, au contraire qui pénètrent leur mère ! Ce n’est donc pas un crime ! Ce n’est qu’un délit qui ne va jamais plus loin que le tribunal correctionnel ! C’est la télévision « Les dossiers de l’écran » qui m’a appris que le viol pouvait être réellement traumatisant ! Avant j’en plaisantais comme tous les hommes ! Ne disent-ils pas toujours souvent : « Si elles se font violer c’est parce qu’elles le veulent bien ! » ? Œdipe LA PLUME

69


MESSAGE DÉPOSÉ SUR LE FORUM « TOUTE UNE HISTOIRE FRANCE 2 » HTTP://TOUTE-UNE-HISTOIRE.FRANCE2.FR À QUOI SERT LA MINIJUPE ? (MESSAGE CENSURÉ) Cette question est peut-être malvenue voire saugrenue, mais je voudrais bien que quelques jeunes femmes sexy qui la mettent couramment me donnent franchement leurs explications à ce sujet ! Personnellement, moi qui suis un homme de 66 ans ½, je vous donne ma réaction physique et psychologique, toujours la même depuis l'âge de 17 ans lorsqu'elle a été alors inventée par une Anglaise en 1962, face à celle-ci : ÇA ME PREND FORT DANS LE SEXE ET ÇA ME MONTE VITE À LA TÊTE ! N’est-ce pas bien ça toujours l’effet sexy que vous escomptez Mesdemoiselles, Mesdames sur les jeunes gens voire tous les hommes, à chaque fois que vous la mettez ? Ne peut-on pas alors considérer que n'est-elle pas un moyen moderne et efficace d'agresser-provoquer sexuellement ceux-ci ? Je ne suis peut-être pas très intelligent, mais toutes vos explications, Mesdemoiselles, Mesdames, sont les bienvenues ! Quelle idée avez-vous vraiment dans la tête lorsque vous mettez une MINIJUPE ? Œdipe LA PLUME

70


RÉPONSE À L’ARTICLE DE L’HUMANITÉ : « AUTORISATION DE DÉLIRER AU CENTRE ANTONIN-ARTAUD » DÉFENDEZ-VOUS LES PSYCHIATRISÉS VICTIMES D’ABUS ? SOUTENEZ-VOUS LE LOBBY ET LA MAFIA DES PSYS ? Je suis d’accord avec l’esprit de votre article « Autorisation de délirer au centre Antonin-Artaud » car moi aussi je suis contre le tout médicament psy ! Je suis au contraire pour le minimum de médicaments psy et plus de psychiatrie relationnelle et humaniste qu’il n’y a pas ou plus dans les hôpitaux psy et les CMP ! Souvent au travers de diverses interviews de membres du « Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire » vous présentez ceux-ci comme ce qu’il y a de mieux actuellement en matière de psychiatrie, car justement eux sont contre le tout médicament psy et pour qu’il y ait plus de psychiatrie relationnelle et humaniste partout en France ! Mais sachez, qu’à mon avis et je ne suis pas le seul, que ces membres du « Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire », ne sont en réalité que les pires (ou presque) de tous les psychiatres qu’il y a actuellement en France ! Car si pardevant ils sont contre la contrainte de soins psy à domicile, parderrière ils sont contre la judiciarisation des hospitalisations psy sous contrainte ! Ce qui signifie qu’ils ne défendent pas alors le psychiatrisé quand il est soit victime d’une faute médicale lourde, soit d’un délit médical gravissime, etc. et qu’ils soutiennent alors leur confrère généraliste ou psychiatre poursuivi en justice ! Autrement dit dès qu’il faut choisir entre un psychiatrisé victime d’une faute ou d’un délit médical et innocent ou un généraliste ou un psychiatre qui a fait une faute ou un délit médical et coupable, ils choisissent toujours leur confrère véreux, délinquant, malfrat, criminel… ! Ainsi Roland Gori, psychologue et psychanalyste, n’écrivait-il pas sur le site du « Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire » il y a environ un peu plus d’un an (je le cite de mémoire) pour justifier l’opposition de celui-ci à la judiciarisation des hospitalisations sous contrainte, ceci : « Faire intervenir le juge et l’expert psy dans les histoires d’hospitalisations sous contrainte psy, c’est en réalité arrêter le processus thérapeutique ! » ? Ne veut-il pas faire croire ainsi que si des soi71


disant psychiatrisés à tort réclament la fin de leur hospitalisation sous contrainte psy prétendue abusive, ce n’est que parce qu'en réalité ils ne sont bien sûr, tous, que de vrais et grands paranoïaques délirants procéduriers ? Mais pourquoi continuer ce fameux processus thérapeutique, si le psychiatrisé a été interné à tort suite à une faute ou à un délit médical, et s’il est d’ailleurs reconnu par l’expert psy et le juge comme justement en excellente santé psy ? Que cachent cette haine, ces mensonges, cette hypocrisie, diffamation, etc. de la part du « Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire » aussi bien contre le juge, leur confrère expert psy, que contre les psychiatrisés victimes d’abus ? Je rappelle qu’en 2010, 1 600 procès environ ont été intentés contre les établissements psychiatriques en France pour internements abusifs ! Et que comme l’a dit Me Eugénie Bravour pardevant le Conseil constitutionnel : « Un malade mental a moins de droits qu’un criminel et même qu’un criminel malade mental ! » Il n’a même pas les droits par exemple d’un violeur ! Ces membres du « Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire », à mon avis, ne sont donc pas mieux que leurs autres confrères psy tout biologistes, sur le plan relationnel et humain ! À ce sujet je vous communique ci-dessous, l’avis déposé sur mon blog par un internaute, lui aussi victime d’abus psy, sous le titre : « Collectif des 39 : les pires de tous ! », à savoir : Bleiz TAGNOUS ŒDIPE Les membres du « Collectif des 39 » – « la Nuit Sécuritaire » – sont (presque) les pires de tous ! Ils sont CONTRE le pouvoir tout puissant des « Préfets » et de l'État. Soit les HO = 13 % des hospitalisations sous contrainte – MAIS, ils n'ont rien contre les HDT soit = 87 % des HSC, car dans le cas de ces HDT, ils ont absolument TOUS les pouvoirs entre leurs mains. Ces médicastes sont évidemment totalement favorables à tous les « soins » intermédiaires, pour ceux qui en ont besoin, de façon dite « libre » et/ou volontaire – qui bien souvent est, en 72


réalité, imposée de façon autoritaire et plus ou moins contrainte. Ils sont totalement dépassés : ils n'ont toujours pas compris que la décision du Conseil constitutionnel s'impose à tous, et en premier lieu au Gouvernement ! Et accessoirement, à ses démembrements = représentants étatiques, et autres sous-fifres, que sont ses fonctionnaires et ses agents, même médicaux. Ils ne savent même pas ce qu'est le Conseil constitutionnel, la plus haute Juridiction en France. Qui, a priori, est assez peu « sarkozyste » en ce moment… Ce qu'ils souhaitent, c'est conserver leurs extraordinaires pouvoirs – hors normes – et sans aucun contrôle, d'aucune sorte. Ils sont CONTRE les prétendus abus des « cliniques psy privées », soi-disant favorisés par les réformes en cours (pur fantasme aujourd'hui), mais OUBLIENT de dire que les abus actuels sont bel et bien le fait des magnifiques « Hôpitaux Publics » et de leurs employés – médecins psy – fonctionnaires de la « Fonction Publique hospitalière », totalement irresponsables ! Ce qu'ils souhaiteraient (dans l'idéal) c'est revenir à la loi de 1838 – Louis-Philipparde. Soit deux siècles en arrière… ! Avouons, que comme progressisme et modernisme, on fait mieux ! En fait, ils sont POUR qu'absolument RIEN ne change depuis 1838 : tout est parfait ! Pour ce Collectif – hétéroclite – des 39, il n'y a JAMAIS aucun « abus » ! Effectivement, ils font absolument ce qu'ils veulent – sans aucune forme de contrôle extérieur – dont ils ont horreur… ! Qu'ont-ils donc à cacher ? Qu'il y ait besoin ou non que le Conseil constitutionnel intervienne, est une question largement dépassée : IL EST INTERVENU ! POINT FINAL ! C'est un fait qu'il est inutile de nier ! Sauf à faire un gros « déni de réalité » ! Ou à être atteint d'une perte de repère spatio-temporelle ! Et, que cela leur plaise ou non, cela s'impose, à eux, comme au Gouvernement ! 73


Pour moi aussi, ils sont pires que des IMPOSTEURS et de parfaite mauvaise foi ! Et en toute connaissance de cause ! Sans excuse aucune ! Bleiz TAGNOUS Défendez-vous les psychiatrisés victimes d’abus ? Sou-tenezvous le lobby et la mafia des psys ? Pourquoi n’y a-t-il toujours dans l’Humanité que l’avis des dirigeants d’associations de malades psy qui lèchent les bottes des ministres de droite et/ou de gauche et jamais l’avis des dirigeants d’associations de psychiatrisés en lutte qui défendent les victimes d’abus psy ? Œdipe LA PLUME Ancien secrétaire de la cellule PCF du CRÉDIT EXPERT DE PARIS

74


LES FEMMES PEUVENT-ELLES SE CONTROLER SEXUELLEMENT ? C’est difficile ! Que celles-ci soient en minijupe, en pantalon, en burqa, etc. elles ne pourront jamais cacher leurs hanches féminines, et ce sont bel et bien celles-ci, d’après les sexologues, qui exciteraient le plus sexuellement les hommes ! Bien sûr la tenue vestimentaire joue toujours un rôle dans les viols ! Mais en réalité si un pervers narcissique ne peut pas violer une femme en minijupe, corsage bâillant, etc. parce qu’il a peur de se faire prendre, ne va-t-il pas toujours se rabattre sur une autre femme en pantalon, en burqa, etc. avec laquelle il n'aura plus peur de se faire prendre ? Il y a un bien, à mon avis, un profil type du violeur : c’est le pervers narcissique (voir le site http://psychiatriinfirmiere. free.fr au sujet de celui-ci) avec un taux de testostérone normal ou élevé ! C’est alors sa nature qui en fera un violeur car il est incapable d’évoluer et d’avoir une culture ! En théorie, il y aura toujours des viols tant qu’il y aura des pervers narcissiques avec un taux de testostérone normal ou élevé ! Dans la pratique peut-on demander aux femmes de contrôler leur effet sexy qu’elles font sur tous les hommes ? C’est impossible ! Une femme est toujours une femme, et notamment avec des hanches féminines qui excitent toujours particulièrement les hommes, qu’elle soit en minijupe, en pantalon, en burqa, etc. ! Ce n’est pas la culture des hommes qui fait la marchandisation de la femme et de son image : c’est la société capitaliste qui vend alors plus facilement toutes ses marchandises dès qu’elles sont associées à la femme et à son image ! Actuellement pour soigner les violeurs (mais aussi les pédophiles) il n’y a que la chimiothérapie qui est efficace : celle-ci fait alors baisser leur désir sexuel et alors ils n’ont plus aucun mal à gérer ainsi leur libido ! Il n’y a actuellement qu’en Russie que la castration chimique est obligatoire à vie, à moins que le violeur ne préfère à la place la prison. Mais un monde sans marchandisation de la femme et de son image et avec une bonne éducation sexuelle dès la maternelle, ne serait-ce pas déjà un monde meilleur ? ŒDIPE 75


MESSAGE DÉPOSÉ SUR LE FORUM « TOUTE UNE HISTOIRE FRANCE 2 » HTTP://TOUTE-UNE-HISTOIRE.FRANCE2.FR SITES SEXY : POUR OU CONTRE ? (MESSAGE CENSURÉ) Je propose comme sujet d’une prochaine émission de TOUTE UNE HISTOIRE : « SITES SEXY : POUR OU CONTRE ? » Le mot sexe n’est-il pas le mot le plus tapé sur Internet dans le monde entier et plus de 50 % des enfants de moins de 11 ans en France, n’ontils pas déjà visité des sites sexy ? Le problème pour ceux-ci, c’est bien sûr : est-ce que ces visites leur font du mal ou est-ce qu’elles leur font du bien ? Quant à moi, ce qui m’intéresse dans ces sites sexy que je ne visionne qu’environ 10 à 15 minutes toujours qu’exceptionnellement, c’est bien sûr de reluquer de jolies jeunes filles sexy ! Ne font-elles pas du striptease et l’amour dans les règles de l’art et même avec le sourire ? N’est-ce pas très beau ce qu’elles font et ne sont-elles pas toutes très sympathiques ? Ça me prend fort dans le sexe et ça me monte vite à la tête ! Ne sont-elles pas des professionnelles ? Toutefois au bout d’un certain temps pas très long, je me lasse, car n’est-ce pas toujours la même chose à chaque vidéo sexy et sur n’importe quel site sexy ? Des sexologues et des psys (hommes et femmes) se sont déjà exprimés à la télévision sur ce sujet des vidéos sexy que ces sites sexy proposent à leurs visiteurs sur Internet ! Ils prétendent que celles-ci ne servent en réalité que de médicament psy aux voyeurs (qui sont souvent aussi des femmes), que ça les calme, les soulage, etc. d’une souffrance sexuelle et/ou psy, etc. ! et que les femmes seraient alors mieux protégées ainsi des agressions sexuelles dans la rue : une fois calmés, soulagés, etc. ces voyeurs ne les attenteraient pas ou plus à la pudeur et/ou ne les violeraient pas ou plus ! En réalité, ces sites sexy, personne n’est dupe qu’ils cachent bel et bien une nouvelle forme de prostitution, en général d’étudiantes, à domicile : les clients (mais il y a aussi des clientes) sont d’abord alléchés gratuitement puis on leur propose des visites sexy chez eux payantes ! Ne prennent-elles pas ainsi de 300 à 1 000 € de l’heure ? L’une d’elles pour un footballeur professionnel qui gagnait 800 000 € par mois ne s’est-elle pas déplacée de France jusqu’à l’hôtel de 76


celui-ci en Allemagne lui prenant 2 000 € par nuit ? et n’étaitelle pas mineure de 18 ans au moment des faits ? n’a-t-elle pas déclaré aux médias qu’elle ne se considérait pas comme « prostituée » et que de toute façon elle n’avait d’ailleurs jamais eu de proxénète ? mais qu’elle désirait dans l’avenir ouvrir un salon de soins esthétiques ? Ce ne sont ni les ouvriers ni les employés au SMIC qui peuvent se payer ce genre de jolies jeunes filles sexy, bien qu’il ait toujours existé de jeunes prostituées sexy même pour les pauvres aussi ! Quel sera l’avenir de cette prostitution à domicile grâce à Internet ? Faut-il pour lutter efficacement contre le soi-disant proxénétisme criminaliser enfin le client comme le proposent les féministes ? Comment attraper celui-ci ? en lui saisissant son portable, son ordinateur, etc. ? Mais ces prostituées en quoi sont-elles si utiles ? pourquoi ont-elles tant de succès auprès des hommes ? Comme l’a dit Michel Galabru (89 ans) au 20 h de France 2 (je le cite de mémoire) : « Les hommes ont besoin de cette forme d’expression ! Punir le client ne sera qu’un nouvel échec ! » Quant à mon psy que j’avais à l’âge de 20 ans (en 1965), lui, ne me disait-il pas : « La prostitution c’est nécessaire ! » ? Remarquons que si 10 % des hommes reconnaissent avoir payé au moins une fois dans leur vie une femme pour aboutir à du plaisir sexuel avec elle, par contre ½ % des femmes seulement reconnaissent avoir payé au moins une fois dans leur vie un homme pour aboutir à du plaisir sexuel avec lui ! Des questions de la part de TOUTE UNE HISTOIRE aux sexologues et/ou aux psys lors de cette émission « SITES SEXY : POUR OU CONTRE ? », ne pourraient-elles pas être les suivantes, par exemple : « Le contrôle parental est-il utile et efficace ? », « Les visiteurs sont-ils des psychopathes ? », « Faut-il interdire ces sites sexy ? », etc. ? J’ignore si le sujet que je vous propose n’aurait pas déjà été évoqué ! Dans ce cas, ne faudrait-il pas y revenir ? Merci de bien vouloir réfléchir à ma proposition ! ŒDIPE

77


MESSAGE DÉPOSÉ SUR LE FORUM HTTP://TOUTE-UNE-HISTOIRE.FRANCE2.FR VAGINISME Je vous propose une émission sur le vaginisme ! C’est l’impossibilité pour la femme lors de son dépucelage de consommer son rapport sexuel et surtout d’en jouir suite à la vive douleur physique provoquée par la contracture involontaire des muscles du tiers externe de son vagin, même s’il est parfaitement lubrifié ! C’est un mauvais réflexe dû à la peur consciente voire inconsciente ! C’est le cas notamment de ma femme, mais celle-ci en réalité n’a jamais été demanderesse de soins ! Soit elle s’est toujours opposée à ceux-ci soit elle n’a jamais persévéré dans ceux-ci ! Elle a malgré tout été examinée par une gynécologue psychologue sexologue du Planning familial huit ans (me semblet-il) après notre mariage qui m’a déclaré un jour que j’étais seul avec elle : « J’ai examiné votre femme, elle est absolument normale physiquement ! Je lui recommanderai une psychothérapie analytique mais qui ne sera faite ni par moi ni par mon mari psychanalyste ! » Quant à son généraliste, lui, il m’avait déjà dit un mois après notre mariage : « Votre femme est plus malade que vous ! Ou bien ça s’arrange dans les 6 mois, ou bien dans 5 ans, dans 10 ans, etc. ce sera toujours pareil ! Vous pouvez vivre ainsi mais alors c’est souffrir ! » En réalité ma femme n’a jamais « souffert » psychologiquement de son vaginisme ! Elle se trouve très bien comme elle est et déclare même : « Je suis très heureuse ! » Quant à moi, je déclare : « Je suis parfaitement heureux ! » Comment est-ce possible ? C’est que tout simplement la relation sentimentale est excellente entre nous deux ! Dès lors que demander de plus ? Je vous propose cette émission sur le vaginisme, non pas pour moi, mais pour les 5 à 10 % de Français(e)s dont le mariage n’est toujours pas consommé même après 10 ans de mariage ! Cela ne pourrait-il pas les aider ? J’ai bien sûr vite compris pour ma femme qu’elle était immature sur les questions sexuelles ! Je m’en étais d’ailleurs très bien aperçu lorsque nous avons vécu quatre mois en couple déjà avant de nous marier ! Elle ne souhaitait pas être dépucelée tout de suite car elle prétextait alors sa religion catholique ! Quant à moi je pensais qu’elle évoluerait grâce à moi ! Et s’il fallait éventuelle78


ment la soigner, eh bien j’attendrai, tout simplement, me disaisje ! Les causes du vaginisme sont toujours l’éducation ! Les traitements sont : la gynécologie : la méthode anglaise : la femme doit se mettre elle-même dans son vagin des bougies de plus en plus grosses et elle doit les garder jusqu’à même 24 heures, les thérapies cognitives comportementales, les psychothérapies, la psychanalyse, etc. Pour ma femme j’avais pensé que le fait que sa mère vive sous notre toit, dans la chambre d’à côté de la nôtre, cela pouvait bel et bien jouer un rôle dans son vaginisme ! En réalité, même quand celle-ci fut décédée après plus de trente ans de vie commune avec nous, il n’y a jamais eu le moindre changement de comportement sexuel de la part de ma femme ! Elle a bien suivi deux psychothérapies de deux ans chacune à dix ans d’intervalle, mais, dans son esprit, cela n’avait pas pour but d’améliorer sa vie sexuelle ! Elle pensait qu’en acceptant un traitement psy, cela lui ferait gagner du temps pour sauver éventuellement son ménage l En réalité elle lutte pour ne pas avoir de rapports sexuels même avec son mari ! C’est aberrant mais c’est comme ça ! Dans le lit son clitoris fonctionne mais c’est tout ! Jamais de sa part je n’ai reçu la moindre caresse, le moindre attouchement, etc. Alors que de ma part dans ce domaine j’ai toujours été très généreux à son égard ! En particulier elle raffole de mes cunnilingus ! Mais en retour et en échange, elle n’a aucune idée ni de ce que c’est que d’être mariée ni non plus même de ce que c’est que d’avoir un homme dans son lit ! Et au lieu de se prêter à mes avances, ne lit-elle pas Femme actuelle, Paris Match, etc. ou ne regarde-t-elle pas la télévision ? Elle a un blocage de l’imaginaire qui se traduit au moment de la pénétration vaginale par une peur et un blocage physique ! C’est un trouble psychosomatique ! Ce n’est bien sûr pas facile pour un homme de vivre ainsi et même de rester fidèle ainsi ! Les fantasmes d’adultère ne me manquent pas ! Mais je me suis toujours opposé à tout passage à l’acte dans ce domaine ! Si cette émission sur le vaginisme que je vous propose a lieu un jour, malheureusement, je ne pourrai pas y venir : j’ai déjà évoqué ce projet un peu avec ma femme, mais elle a honte et même me menace : « Si tu y vas même à visage caché, ce n’est pas la peine que tu rentres à la maison ! », me répond-elle en colère ! Je ne lui en veux pas ! Je la comprends ! Actuellement nous avons battu le record du monde des mariages non consommés soit 38 79


ans ½ ! Autrefois il n’était que de 24 ans (je l’avais appris par la télévision sur TF1), et ma femme et moi en étions alors déjà à 28 ! Qui dit mieux ? ŒDIPE

80


RÉPONSES AUX COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE FORUM « TOUTE UNE HISTOIRE FRANCE 2 » HTTP://TOUTE-UNE-HISTOIRE.FRANCE2.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE « VAGINISME » Merci pour vos réponses ! Je crois aussi que le vaginisme ce n’est pas que la peur de la première fois, mais en réalité une appréhension générale qui dans le cas de ma femme perdure toujours ! Le problème d’après ce que j’ai compris suite à mes lectures d’Internet et à la vision d’émissions de télévision, c’est qu’il s’agit d’un trouble psy toujours très difficile à surmonter ! Il y a celles alors qui se battent… et d’autres comme ma femme qui ne font rien ! Je lui pardonne ! Je me dis que ça fait partie de son trouble et de sa maladie psy qui sont comme ça ! Et ça ne nous empêche pas de nous aimer même si chez elle ce ne sont que des sentiments et jamais de passage à l’acte ! Je ne crois pas que ma femme soit égoïste, car pour tout ce qui n’est pas sexe, elle est toujours particulièrement altruiste et sociale ! Je crois plutôt qu’elle a vraiment un manque de maturité d’esprit sur cette question précise des rapports sexuels, et que c’est vraiment en rapport avec son éducation. Quant à la méthode anglaise, moi qui suis un homme, je trouve aussi que c’est très barbare… et même d’un autre siècle ! Je me dis que jusqu’ici ma femme et moi avons eu beaucoup de chance, elle pour son cancer du sein, et moi pour ma schizophrénie paranoïde, notamment ! Ne vaut-il pas mieux être malade et heureux, plutôt qu’être en bonne santé et malheureux ? Pour les plus gros problèmes de couple comme avoir un emploi, etc. nous sommes tirés d’affaire car enfin à la retraite ! ŒDIPE Je crois que ma femme fait un rejet du sexe de l'homme ! Une espèce de forclusion comme dirait Lacan ! Sauf qu'à part une dépression elle n'a jamais été psychotique... en tous les cas pas comme moi ! Encore une fois merci pour vos réponses ! ŒDIPE 81


ŒDIPE ULYSSE Étudiant en psychologie du travail SERVICE D’ACCOMPAGNEMENT À LA VIE SOCIALE LA JOIE DE VIVRE Paris, le 22 janvier 2012, Cher Ulysse, Je me permets de vous rappeler qu’il y a environ 1 an ½ je vous avais prêté le livre : « Un voyage à travers la folie » de Mary Barnes aux éditions « Les empêcheurs de penser en rond » en vous précisant de prendre le temps que vous désirez pour le lire, mais de me le rendre ! Il y a d’autres livres que j’ai bel et bien donnés à d’autres personnes au SAVS (au personnel comme aux usagers), et ceux-là, bien sûr, je ne leur réclamerai jamais ! Mais vous m’aviez dit que ce livre vous intéressait beaucoup, s’agissant du cas le plus célèbre de guérison grâce à l’antipsychiatrie, relaté par la malade psy elle-même. Ensuite elle n’aurait plus souffert d’après elle de schizophrénie ! En réalité, d’après son antipsychiatre (aussi célèbre qu’elle), elle aurait fait malgré tout quand même une rechute par la suite ! Elle n’a jamais voulu prendre de neuroleptiques lesquels existaient pourtant déjà à cette époque ! Elle n’a été soignée que par la vie en communauté, trois séances de psychothérapie par semaine avec son antipsychiatre (aussi célèbre qu’elle, je le rappelle) et grâce à la peinture ! Elle faisait de très beaux tableaux avec même son pipi et son caca (dans lesquels elle évoluait et vivait presque en permanence), exposait ceux-ci dans des galeries célèbres et les vendait très bien dans le monde entier, ce qui lui permettait de payer les frais de l’Institution qui l’hébergeait, à savoir : Kingsley Hall ! C’était elle-même qui avait réclamé à se soigner et à vivre ainsi, dans le but justement de guérir ! Elle était infirmière, avait arrêté son travail et souhaité son « voyage à travers la folie » qui a alors duré 5 ans ! Je désirerai maintenant donner ce livre à Désirée pour qu’elle le lise et en discuter avec elle ! Avez-vous enfin terminé de le lire ? Je vous avais bien précisé que je tenais à le récupérer car il n’était plus réédité depuis très longtemps, et que l’exemplaire que j’avais, je ne l’avais eu que par www. 82


amazon.fr d’occasion ! Du point de vue psychiatrique et philosophique ce livre était très important pour moi… et pour d’autres ! J’avais espéré qu’après sa lecture par vous-même que nous en aurions discuté tous ensemble éventuellement ! Si vous avez terminé de lire ce livre et si vous le possédez toujours, pouvez-vous me le rendre SVP ? Cela de la façon qui vous convient le mieux : soit sur rendez-vous au SAVS, soit en le donnant vous-même à Désirée de ma part ! Elle n’a pas besoin ensuite de me le rendre ! Je le lui donne ! Bien cordialement à vous, ŒDIPE

83


ŒDIPE PAULINE Psychologue clinicienne PASCAL Docteur en philosophie et en psychopathologie MATHILDE Chef de service assistance sociale SERVICE D’ACCOMPAGNEMENT À LA VIE SOCIALE DÉSIRÉE Psychiatre psychanalyste Médecin traitant Superviseur LA JOIE DE VIVRE Paris, le 4 février 2012, Cher(e)s ami(e)s, Je propose que vous discutiez au Café philosophique de deux phrases qui sont de moi ! La première vous la connaissez déjà, la seconde je ne vous l’ai jamais communiquée ! Ce sont les suivantes : « Au mieux les médicaments suppriment le malheur jamais ils ne font le bonheur ! » « L’amour c’est souffrir, mais dans un couple ce qui fait le bonheur c’est la fidélité ! » Je vous souhaite une bonne continuation. Bien cordialement à vous, ŒDIPE

84


ŒDIPE PAULINE Psychologue clinicienne MATHILDE Chef de service assistante sociale SERVICE D’ACCOMPAGNEMENT À LA VIE SOCIALE DÉSIRÉE Psychiatre psychanalyste Médecin traitant Superviseur LA JOIE DE VIVRE RÉFLEXIONS… Paris, le 5 février 2012, Chères amies, J’ai dit à ma femme récemment : « Les psys ont les mêmes problèmes de couple que nous et ils ne les solutionnent pas mieux que nous ! » Elle m’a répondu alors : « Oui, c’est vrai ! Et pourtant, ils savent tout ! » Sur le site de www.psychologies.com un internaute a écrit un jour : « L’amour ça ne va pas de soi ! » Je lui répondrai aujourd’hui : « Même quand ça va de soi, l’amour n’est pas chose facile ! » Pour le sujet que j’ai suggéré au directeur de La Joie de vivre, à savoir : « Abus psy : quelle formation pour les psys ? » comme cela ferait intervenir non seulement des psys, des dirigeants et des adhérents d’associations psy, des avocats, etc. si cela a lieu peut-être sous la forme d’une grande conférence, ne pourrait-elle pas s’intituler aussi : « La parole aux usagers ! » ou « Peut-on discuter avec les psys ? » ! Bien cordialement à vous, ŒDIPE 85


ŒDIPE DÉSIRÉE Psychiatre psychanalyste ULYSSE Étudiant en psychologie du travail SERVICE D’ACCOMPAGNEMENT À LA VIE SOCIALE LA JOIE DE VIVRE Paris, le 6 février 2012, Chère Désirée, Vous m’avez dit : « Le Dr Denis Le Beau n’est pas votre ennemi ! » C’est à mon avis le discours de tous les interneurs abusifs ! Ne disent-ils pas tous : « Je vous interne, prescris des médicaments psy, etc. pour votre bien ! Je suis votre ami ! Je veux vous protéger de vous-même dans votre intérêt ! Vous ne savez pas ce qui est bon pour vous ! » ? Croyez-moi que cette tarte à la crème je la connais ! Trouvez-vous normal que des « spécialistes » puissent décider ainsi seuls de nos vies ? Et même sans n'avoir jamais de compte à rendre à qui que ce soit comme le demande toujours le « Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire » ? La France reste toujours depuis des dizaines d'années le pays d'Europe le plus condamné pour ses atteintes aux droits de l'homme en matière d'abus psychiatriques ! Il est actuellement le dernier pays d'Europe à refuser la judiciarisation immédiate des hospitalisations sous contrainte ! Et tout ça, vous trouvez que c'est « normal » ? Ça ne vous met pas un peu la puce à l'oreille ? Bien cordialement à vous, ŒDIPE Cher Ulysse, Je vous remercie d’avoir donné le livre que je vous ai réclamé à Désirée. J’espère qu’on aura l’occasion de se revoir. Bien amicalement à vous, ŒDIPE 86


RÉPONSE À L’ARTICLE DE L’HUMANITÉ : « POURQUOI FAUT-IL PÉNALISER LE CLIENT ? UN SYSTÈME CRIMINEL » DE MARTINE BILLARD, MARIE GEORGE BUFFET (DÉPUTÉES), LAURENCE COHEN, BRIGITTE GONTHIER-MAURIN (SÉNATRICES) TÉMOIGNAGE D’UN ANCIEN CLIENT PCF DE JEUNES PROSTITUÉES SEXY J’ai bien lu votre article et moi qui suis un ancien client PCF de ces charmantes jeunes professionnelles sexy, il me vient que vous n’avez jamais rien compris au problème, si problème il y a ! Je juge votre « morale » très judéo-chrétienne et même psychopathologique ! Je ne vois pas en quoi votre morale serait supérieure à celle de ces travailleuses qui d’ailleurs manifestent même souvent dans la rue pour revendiquer leur droit à exercer librement leur charmante profession ! Où est l’esclavage lorsqu’il n’y a pas ou plus de proxénète ? Et toutes ces jeunes étudiantes (en médecine, philosophie, etc.) qui se dérangent avec zèle et dévouement au domicile du client pour 300 € à 1 000 € de l’heure grâce à Internet, si à mon tour je leur faisais de la morale, ne leur dirai-je pas : « Pourquoi ne gardez-vous pas vos fesses propres en étant ouvrière à la chaîne à l’usine ou en étant simple gratte papier dans un bureau ? comme d’ailleurs le font justement des millions de petites gens ! » ? Ces étudiantes, quand elles passent à la télévision, ne se plaignent jamais de leur prostitution qu’elles disent assumer toujours parfaitement dans les règles de l’art, sauf à dire : « Une heure c’est long ! » Et que pensait mon ancien psychiatre psychothérapeute (années 19651972) de la prostitution (il était ancien spécialiste psy sur les porte-avions français) ? Ceci : « La prostitution c’est nécessaire ! […] Et il ne faut pas croire au mythe de l’absence de jouissance chez les prostituées ! » Et de temps en temps il demandait à voir mon sexe pour vérifier qu’il n’y avait pas sur le gland un chancre syphilitique… Je suis pour la disparition de la prostitution (mais aussi du viol) mais pas du tout pour des raisons de morale judéochrétienne et psychopathologique… ! Simplement si j’avais une fille je ne me vois pas lui suggérer de faire des études pour 87


qu’elle devienne prostituée et si j’avais un fils je ne me vois pas lui suggérer de faire des études pour qu’il devienne proxénète… Quant à dire : « Ce n’est pas moral de vendre son vagin, son corps, ses charmes, etc. pour de l’argent ! », que faites-vous vous-même tous les jours quand vous travaillez, y compris à l’Humanité ? Ne vendez-vous pas vos muscles, vos nerfs, votre cerveau, etc. aussi révolutionnaires soyez-vous, en échange d’argent de la part de votre patron aussi communiste soit-il ? Autrement dit vous vous prostituez vous aussi (les hommes comme les femmes) parce que vous ne pouvez pas faire autrement pour vivre, voire pour survivre ! Vous trouvez ça normal quand il s’agit de vos muscles, de vos nerfs, de votre cerveau… mais vous ne trouvez pas ça normal du tout dès qu’il s’agit du vagin, du corps, des charmes, etc. des travailleuses ? Quelle est la différence ? Seriez-vous névrosé(e), psychotique, voire pervers(e) ? Votre patron ne peut-on pas le considérer aussi comme un proxénète ? et vous-même comme un(e) criminel(le) car n’entretenez-vous pas vous aussi ainsi un système d’exploitation et d’oppression des êtres humains en vendant vos muscles, vos nerfs, votre cerveau, etc. à un patron ? Et comment se fait-il que dans votre journal vous ne donniez jamais la parole à ces travailleuses à qui finalement vous leur retirer le pain de la bouche ? On vous interdirait de travailler au nom de la morale prolétarienne parce que votre emploi entretient le système capitaliste qui ne fait alors de votre force de travail (physique, nerveuse, cérébrale, sexuelle, etc.) qu’une marchandise, que diriez-vous ? Et que disent ces travailleuses quand elles passent à la télévision ? Ceci : « […] Je suis enfin tirée d’affaire de ma condition de boniche ! Je gagne ma vie mieux qu’un cadre supérieur ! […] Le plus gros proxénète c’est l’État car il nous prend énormément d’impôts ! […] Je gagne en une soirée ce que je gagnerai en travaillant un mois au bureau ou à l’usine ! […] La prostitution c’est la libération matérielle, spirituelle, sexuelle, etc. des femmes ! […] Et quand on est prostituée on n’a pas besoin de se lever de bonne heure pour aller travailler ! […] », etc. Et qu’a dit la dernière travailleuse qui a été interviewée au 20 h par France 2 dans une « maison » de Bruxelles, récemment ? Ceci : « J’ai essayé de changer de métier ! Mais je ne peux pas ! J’aime ça avec mes clients ! Et j’aime la relation que j’ai avec eux ! » ? De quel droit vous croyez-vous d’une civilisation supérieure (communiste ?) quand vous prétendez que votre morale marxiste (en réalité judéo-chrétienne et 88


psychopathologique, je vous le rappelle, à mon avis) est soi-disant supérieure à celle de ces travailleuses ? Pour votre gouverne je vous signale que mon mariage n’est toujours pas consommé depuis 38 ans ½ (c’est un record du monde), que la fidélité est réciproque dans mon couple, et que j’ai été longtemps secrétaire de la cellule PCF du Crédit Expert de Paris ! Et tous les handicapé(e)s et tous les malades psy ou non qui ne peuvent jamais avoir de relations sexuelles du fait aussi bien de leur solitude que de leur stigmatisation, y pensez-vous ? Quand dans les années 1960-1970 la prostitution a été introduite avec la pornographie jusque dans les hôpitaux publics grâce bien sûr à des prostitué(e)s mais aussi grâce à des assistant(e)s sexuel(le)s dans les pays du nord de l’Europe et en Suisse, aussitôt l’effet escompté a été obtenu : les délits et crimes sexuels ont alors considérablement diminué ! Je vous communique en P.-S. au présent commentaire un extrait de mon livre « Schizoréflexions… » qui sera prochainement sur Internet à titre gracieux ! J’y évoque justement mon expérience des jeunes prostituées sexy de 1965 à 1972 en tant que jeune client PCF, et notamment leurs soins psy très efficaces qu’elles m’ont prodigués (comment ça se passait), leurs résultats thérapeutiques psy sur moi (quels symptômes ou troubles psy ont alors disparu), l’avis de mes psys à ce sujet, etc. Elles m’ont aussi bien guéri de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle (diagnostic de l’expert neuropsychiatre psychanalyste près le juge des enfants en 1962) que tiré pour partie d’affaire de ma schizophrénie paranoïde (survenue en 1966 et ayant nécessité deux hospitalisations en psy en urgence pour une durée totale d’environ trois mois, suite à un choc affectif grave) ! Plutôt que de criminaliser le client voire les malades psy, mieux ne vaudrait-il pas davantage pourchasser et punir les proxénètes quand ils existent ? et plutôt que de faire la morale aussi bien aux travailleuses qu’à leurs clients, ne feriez-vous pas mieux de vous faire soigner en psy ? Œdipe LA PLUME Ancien secrétaire de la cellule PCF du CRÉDIT EXPERT DE PARIS P.-S. : extrait de mon livre : 89


[...] Je passai, en janvier 1973, une petite annonce dans un journal féminin ! Si bien que je me suis marié, à l’âge de presque vingt-huit ans, le […] 1973 ! Depuis un an, j’étais enfin débloqué, sentimentalement et affectivement, grâce comme déjà dit, aux jeunes prostituées que je fréquentais plus ou moins régulièrement depuis juillet 1965 ! Jamais elles ne me refusèrent, baisers en profondeur (sauf la première jeune femme), mots gentils, conversations amicales, stripteases (sauf la première jeune femme pour son soutien-gorge noir), caresses, fellations, orgasmes, empathie, sentiments, amour, etc. ! Et n’était-ce pas réciproque ? Ne suffisait-il pas de payer et de se plaire ensemble ? Ne passions-nous pas ainsi de bons moments ? Mes rêves, n’aboutissaient-ils pas toujours ? N’étais-je pas heureux, bien soulagé, comblé ? Toutes ne faisaient-elles pas toujours l’amour dans les « règles de l’art » ? Mais combien dois-je, à toutes ces très jeunes, sexy, gentilles, mignonnes et très sympathiques prostituées, pour leur « Service médical effectivement rendu » ? N’est-ce pas tellement cher, que je ne pourrai jamais leur régler toute ma dette ? En effet, la santé – même psy – a-telle un prix ? est-elle monnayable ? Ne sont-ce pas leurs baisers en profondeur, mots gentils, conversations amicales, stripteases, caresses, fellations, orgasmes, empathie, sentiments, amour, etc. qui ont fait que mes psys et moi, a posteriori, considérons que je suis très bien tiré d’affaire ? Le fait que je doive prendre toujours un peu de médicaments psy n’est-il pas que très secondaire ? Leur dosage n’a-t-il pas été, de toute façon, très amoindri ? L’efficacité de ce genre de drogues psy (tranquillisants, antidépresseurs, hypnotiques, neuroleptiques, antipsychotiques, normothymiques, etc.) ne résulte, à mon avis, que de leur effet « camisole » chimique sur les troubles psy ! Agissent-elles sur leurs causes véritables psy infantiles et/ou sexuelles ? Jamais ! Changent-elles la personnalité et/ou l’être humain ? Jamais ! Avec ces camisoles chimiques, quelle évolution et/ou quelle transformation le psychiatrisé peut-il sérieusement espérer ? Non seulement, il ne redevient jamais ce qu’il était auparavant, mais en plus, il est surtout somnolent, abruti, plein de troubles cognitifs (attention, mémoire, etc.) ! Son employeur peut-il alors continuer à le garder ? Les jeunes prostituées, n’est-ce pas mieux que toutes ces drogues psy, aussi sophistiquées soient-elles ? Bien 90


sûr, il ne faut jamais les arrêter complètement… en tous les cas, certainement pas dans les histoires de schizophrénie ! Prendre peu de médicaments psy, ne signifie pas qu’il ne faille plus en prendre du tout ! Ces jeunes femmes ne m’ont-elles pas été très psychothérapiques même s’il m’a fallu attendre pour aboutir à de très bons résultats médicaux psy, environ sept ans (19651972) ? La disparition de tous mes troubles de ma névrose obsessionnelle grave et de certains de ceux de ma schizophrénie paranoïde, ne résulte-t-elle pas du transfert sexuel et amoureux réciproque, qu’il y a eu dès la première fois et qui a perduré jusqu’à la dernière, entre ces jolies jeunes femmes sexy et moi ? Sinon, comment expliquer mon évolution et/ou ma transformation psy ? Pour soigner ou tout au moins aider les névrosés, les psychotiques, les pervers, les psychopathes, les obsédés, les violeurs, les paranoïaques, les dépressifs, les bipolaires, les schizophrènes, etc. le mieux n’est-il pas que des jolies jeunes femmes sexy – et les professionnelles y voient-elles un inconvénient du moment qu’elles sont très bien payées pour cela ? – les satisfassent durablement, sexuellement et affectivement ? Quitte à ce qu’ils en discutent ensuite avec leur psy ? Ce qui soulève une bonne question : qu’est-ce qui fait que le malade psy change, voire guérit ? Est-ce un traitement médicamenteux psy ou une relation humaine psy, voire les deux ? Ces jolies jeunes femmes sexy n’ont-elles pas toujours une silhouette, un corps de rêve, etc. pour tous les jeunes gens ? Ne sont-elles pas aussi toujours très gentilles, très sympathiques ? Et, comme toutes les autres jeunes femmes, ne sont-elles pas très sentimentales, très amoureuses, etc. dès qu’elles rencontrent un homme, voire des hommes qui leur plaisent vraiment ? Bref, n’ont-elles pas un charme physique, une psychologie agréable, etc. ? Ne font-elles pas le bonheur de bien des hommes ? Ce qui m’a réussi, ne peutil pas réussir à bien d’autres ? La prostitution ne serait-elle pas une médecine d’avenir, voire la panacée ? Ne dit-on pas que c’est le plus vieux du monde ? Mais, faire bander et jouir les hommes, n’est-ce pas surtout le plus beau ? Que pensent de la prostitution les grands sexologues (de Freud à Tordjman) ? Ils ne contestent pas que des exploiteurs fassent travailler sexuellement bien des femmes pour en soutirer de l’argent ! Mais toutefois ils ajoutent : « La prostitution est une perversion féminine qui n’a pas d’équivalent dans les mêmes conditions chez l’homme ! » Ne manifestent-elles pas dans la rue, régulièrement, réclamant leur droit à 91


exercer librement leur charmante profession ? Où est l’esclavage quand elles n’ont pas ou plus de proxénètes ? N’aiment-elles pas ce qu’elles font ? Ne sont-elles pas comme les autres femmes ? Lorsqu’une femme se marie (ou est excitée sexuellement et sentimentalement), n’est-ce pas parce qu’auparavant elle a pris en considération toujours le statut social de l’homme (est-il médecin, cadre, ingénieur, PDG, etc. ?) auquel elle a affaire et pas forcément sa beauté physique et/ou morale ? Les adolescentes, elles, ne fantasment-elles pas qu’elles sont amoureuses et se marieront avec un homme riche ? Cependant lorsqu’un homme se marie (ou est excité sexuellement et sentimentalement) n’estce pas parce qu’auparavant il a pris en considération toujours la beauté physique et/ou morale de la femme, et pas forcément son compte en banque ? Les adolescents, eux, ne fantasment-ils pas qu’ils sont amoureux et se marieront avec une jolie jeune fille sexy, mais qu’en attendant, ils sont d’accord pour payer ? La prostitution n’est-elle pas dans la nature féminine, comme les attentats à la pudeur et les viols sont dans la nature masculine ? N’est-ce pas, tout simplement, la nature qui parle, chez les hommes comme chez les femmes ? Les hormones et les fantasmes ne sont, en tous les cas, pas du tout les mêmes chez celles-ci et ceux-là ! Dans un couple, il est rare que le scénario de l’un aille avec celui de l’autre ! Quant à la pornographie sur Internet, il y a actuellement deux thèses : celle des féministes et celle des psychologues et sexologues (hommes ou femmes qui passent souvent à la télévision) ! Les féministes prétendent que lorsque les hommes regardent des vidéos pornographiques, aussitôt ça les excite, leur monte à la tête, ont finalement toujours une grande sensation de manque, n’en peuvent plus, et lorsqu’ils sont ensuite dans la rue ou le métro, passent à l’acte, attentent à la pudeur et/ou violent ! Les psychologues et sexologues (en tous les cas ceux ou celles qui passent souvent à la télévision) soutiennent, eux et elles, que ce n’est pas vrai du tout ! Ces vidéos pornographiques, au contraire, protègeraient les femmes ! Elles serviraient à ces voyeurs (mais il y en a qui sont aussi des femmes) de médicaments psy les calmant ou soulageant d’une souffrance psy ! Leur mal-être, en réalité, disparaîtrait lorsqu’ils visionnent ces jolies jeunes filles sexy à poil, bien libérées sexuellement, se livrant à toutes sortes d’ébats sexuels et amoureux ! Et ils n’agresseraient pas ou plus alors les femmes ! Mais, qu’en penseraient Sigmund Freud, Mélanie Klein, Jacques Lacan, 92


Françoise Dolto, Masters et Johnson, etc. ? N’expliquaient-ils pas les troubles psy par des sentiments et une sexualité mal vécus et/ou mal résolus, lors de la petite enfance ? L’Œdipe ne détermine-t-il pas l’avenir de tout être humain, homme ou femme ? [...] Œdipe LA PLUME P.-S. : Michel Galabru (89 ans) a dit au 20 h de France 2 récemment : « Les hommes ont besoin de cette forme d’expression ! Cette loi ne sera qu’un nouvel échec ! » P.-S. : la prostitution de rue a considérablement disparu au profit bien sûr de la prostitution sur Internet mais aussi à cause de la loi contre le racolage passif inventée par Sarkozy, mais pas pour lutter contre la prostitution, en réalité, pour renvoyer ces travailleuses à l’étranger ! Croyez-vous qu’elles soient mieux dans leur pays d’origine crevant de faim plutôt que dans le nôtre se prostituant mais avec un bon train de vie ? P.-S. : du statut de cadre supérieur ces travailleuses vont se retrouver au statut de RMIste ! Bravo pour des communistes qui luttent soi-disant contre la précarité et le chômage ! et surtout soi-disant contre le chômage des jeunes ! Et bien souvent n’ontelles pas des enfants en bas âge (dont elles s’occupent très bien) ? P.-S. : les prostituées demandent la disparition du proxénétisme quand il existe ! Pas celle de la prostitution qu’elle désire toujours exercer librement ! Et ne pourraient-elles pas vous dire : « Occupez-vous de vos fesses, pas des nôtres ! » ? P.-S. : comment attraperez-vous les « criminels » ? Les travailleuses seront-elles toutes surveillées et suivies par des inspecteurs de police ? un huissier de justice constatera-t-il que « le lit est chaud » (comme autrefois dans les histoires d’adultère), saisira-t-on le portable, l’ordinateur, etc. ?

93


P.-S. : quand une étudiante gagne 1 000 € de l’heure (elles sont des milliers), croyez-vous qu’elle soit exploitée au même titre qu’un SMICard à l’usine ou au bureau ? P.-S. : pourquoi voulez-vous décider seul(e)s de la vie de ces travailleuses ? P.-S. : chacun n’est-il pas libre d’organiser sa vie comme bon lui semble ? P.-S. : quand vous écrivez : « De quoi parle-t-on quand un rapport entre individus est tarifé, quand le plaisir de l’un repose sur la docilité de l’autre, quand l’un commande et l’autre exécute, quand les fantasmes de celui qui paye dictent les règles ? » n’est-ce pas exactement la même chose même dans votre travail « libre » à l’Humanité ? Sauf qu’au lieu de vous servir de votre vagin, de votre corps, de vos charmes, etc. ne vous servez-vous pas de vos muscles, de vos nerfs, de votre cerveau, etc. ? ne les vendez-vous pas ? n’entrenez-vous pas vous ainsi un système d’exploitation criminel ? P.-S. : le rapport sexuel entre la travailleuse et son client n’a rien à voir avec ce que vous décrivez dans votre article, à savoir : violent, bestial, exploiteur, etc. Ce sont des soins psy entre une jeune et jolie infirmière-assistante sociale-psychologue sympathique et sexy et un « malade » psy souffrant sexuellement, physiquement, psychiquement, etc. Il y a toujours beaucoup d’amour entre eux contrairement à ce que vous rapporte : c’est avant tout un contact humain d’égale à égal, entre elle qui propose un service (comme l’Humanité rend ou croit rendre service à ses lecteurs) et lui qui la remercie (comme les lecteurs de l’Humanité le remercient en le payant). Pour son bon pansement, son excellent baume, bref son vrai travail, etc. la jeune et jolie infirmière-assistante sociale-psychologue sympathique et sexy, tout comme à l’hôpital public ou en libéral, fait alors un acte médical ou médicosocial qui est tarifé ! Celles-ci sont bel et bien exploitées quand elles ont un patron, mais leur viendrait-il de dire que ce sont leurs malades psy qui sont la cause de leur exploitation criminelle ? Pour Freud l’argent qui circule entre le psychanalyste et son analysant, en réalité, n’est que le symbole de l’amour ! Et pour tous les hommes et a fortiori pour les clients 94


de « prostituées », la femme n’est-elle pas toujours que le symbole de l’amour et des soins ? Ce que vous décrivez dans votre article relève de la diffamation pas de la vérité ! Vous êtes comme les canuts de Lyon en 1831 qui ont cassé les machines plutôt que de s’en prendre aux capitalistes ! Les hommes ne sont pas responsables du malheur des femmes ! C’est le capitalisme (dont la milliardaire Liliane Bettencourt) qui, lui, l’est réellement ! En quoi les infirmières, les assistantes sociales, les psychologues, etc. sont-elles violentées, abusées, etc. par leur client et son argent ? Toute peine ne mérite-t-elle pas salaire ? En quoi le malade psy est-il alors un criminel ? Il entretient ainsi le capitalisme, mais n’a-t-il pas besoin de soins psy ? P.-S. : la prostitution ne disparaîtra qu’avec la disparition de la misère matérielle des femmes et qu’avec la disparition de la misère sexuelle des hommes ! P.-S. : la sexualité des hommes ce n’est pas la sexualité des femmes ! P.-S. : les féministes ne sont-elles pas des femmes psychologiquement fragiles ? P.-S. : « Il n’y a pas de sots métiers, il n’y a que de sottes gens ! »

95


RÉPONSE À L’ARTICLE DE L’HUMANITÉ : « POURQUOI FAUT-IL PÉNALISER LE CLIENT ? UN SYSTÈME CRIMINEL » DE MARTINE BILLARD, MARIE GEORGE BUFFET (DÉPUTÉES), LAURENCE COHEN, BRIGITTE GONTHIER-MAURIN (SÉNATRICES) OBJECTION Je vous comprends de la façon suivante : « Les prostituées ne sont pas libres : elles sont victimes de leurs clients criminels car ceux-ci entretiennent alors avec elles des relations sexuelles tarifées en échange de leur corps qui n’est pas une marchandise ! Il faut donc pénaliser ceux-ci et ainsi la prostitution disparaîtra et avec elle aussi le proxénétisme ! » Je suis pour un monde sans prostitution (ni viol), mais il ne me vient pas de l’imposer par la force de la loi aux autres au nom d’une morale que je prétendrais supérieure à celles des autres et qui devrait être obligatoire pour tout le monde sous peine de sanctions pénales ! Je ne me permets pas de décider seul de la vie des autres aussi mauvaise, aussi moche, aussi malheureuse, aussi peu libre, etc. soit celleci ! Je considère que chacun(e) est libre d’organiser sa vie comme il le veut du moment qu’il ne fait pas de mal à autrui ! Je ne crois pas que le bonheur soit la même chose pour tout le monde ! « Les prostituées se font du mal à elles-mêmes quand elles défendent le système prostituteur et leurs clients criminels ! Elles sont dangereuses pour elles-mêmes et il faut les protéger contre elles-mêmes ! Même chose pour leurs clients : ils ne sont pas conscients qu’ils sont dangereux pour eux-mêmes ! Nous devons aussi les protéger par la force de la loi ! Et nous ferons ainsi à toutes et à tous un vrai bonheur, un monde meilleur, etc. qu’ils ne peuvent pas concevoir actuellement ! » Mais ces femmes ne sont toujours pas d’accord avec vous à ce sujet malgré tout : que leur corps soit une marchandise ou non, qu’elles soient libres ou non, elles s’en fichent complètement, et elles ne vous demandent strictement rien en ce sens ; elles ne vous demandent que la suppression du proxénétisme et pour cela de ne pas vous en prendre par la force de la loi à leurs clients soi-disant criminels ! Quant à ces hommes, eux, puisque vous les menacez 96


d’amende voire de prison, ne solutionneront-ils pas alors leur problème sexuel en allant toujours plus visionner les jeunes prostituées sexy sur les sites Internet spécialisés à ce sujet ? Et quand elles ajoutent : « Votre loi ne sera qu’un nouvel échec car les hommes auront toujours besoin de ça pour leur équilibre psy ! Gardez votre liberté et votre bonheur communiste pour vous ! », qu’avez-vous à leur objecter ? Vos valeurs vous paraissent supérieures à celles des prostituées et de leurs clients ? Elles et eux ont le droit de penser autrement que comme vous, d’avoir une autre vie que la vôtre, etc. et aussi de se croire avec des valeurs supérieures aux vôtres ! Et de quel droit vous permettez-vous de vous ingérer dans la vie intime, sexuelle, privée, etc. de millions de français(e)s pour la régenter à ce point de par la force de la loi jusqu’à même leur domicile et dans leur lit ? Parce que vous êtes députées ou sénatrices PCF ? Mais vos concitoyen(ne)s vous demandent-elles (ils) vraiment de vous occuper à ce point de leurs histoires de fesses ? Ne votent-elles (ils) pas plutôt pour vous pour que vous augmentiez leurs salaires, leurs pensions, l’allocation adulte handicapé, le RSA, etc. ? Où en étiez-vous à ce sujet en 2002 après 21 ans de socialo-communisme-libéral (1981-2002) ? Quelles leçons avez-vous tirées de votre échec et de votre déclin historique ? Le sexe est-ce si important que ça ? Je suis pour la disparition de la prostitution ! Mais pas obligatoirement de par la force de la loi ! Ce n’est qu’une illusion et pas très intelligent ! Il faut que ce soit librement accepté et librement consenti par les professionnelles elles-mêmes et par les clients eux-mêmes, suite à une évolution psy personnelle ! Les méthodes autoritaires et les menaces, ça ne passe jamais et surtout venant de communistes qui ont décliné et échoué pendant 21 ans (1981-2002) pour tout ce qui était de « changer la vie » voire de « changer de cap » ! Prenons l’exemple du viol autre domaine sexuel dans lequel l’Humanité ou le PCF recommande notamment aussi la punition : il y a 30 ans il y avait 5 000 plaintes de déposées pour viols pour une estimation de 20 000 viols réels, par an ; actuellement il y a 20 000 plaintes de déposées pour viols pour une estimation de 80 000 viols réels, par an ; on n’a jamais autant puni depuis 30 ans ! Et ça n’empêche pas que les viols sont toujours en augmentation exponentielle ! C’est donc que les menaces et la prison ne sont pas la solution miracle, voire pas la solution du tout, bien qu’il faille faire quelque chose pour ne pas que les violeurs récidivent sans cesse ! Ce sera pareil avec 97


votre loi pénalisant les clients de prostituées : par exemple en Suède il y a 50 % de moins de prostitution de rue, mais maintenant les clients se déplacent jusque sur de grands paquebots transformés en bordel flottant dans les eaux internationales ! Comment lutter contre le désir sexuel ? Vous n’y arriverez jamais, parce que c’est la nature qui parle ! La culture peut s’y opposer ! Mais jamais les menaces ou la punition ne sont alors efficaces ! Je n’ai pas la solution à ce problème de la prostitution, si toutefois c’en est un ! Exactement comme pour le viol il y en aura toujours plus ! Pourquoi ? Que s’est-il passé essentiellement depuis 30 ans sinon la libération sexuelle des femmes ? Celles-ci sont de plus en plus à poil du matin jusqu’au soir devant tous les hommes partout où ils sont (va-t-on au bureau pour travailler ou pour fantasmer sur les femmes ?) et à cela ne faut-il pas rajouter l’image de la femme dans les médias qui, elle, du matin jusqu’au soir et partout devant tous les hommes est toujours elle aussi à poil ! Comment voulez-vous que ceux-ci s’y retrouvent au travers de toutes les excitations féminines dont ils sont sans cesse victimes ? Et Freud lui-même à son époque où ce genre de problème sexuel devait déjà apparaître, qu’y comprenait-il lui-même ? N’a-t-il pas dit : « Ça fait 30 ans que j’étudie la psychologie féminine et je ne comprends toujours pas ce que veulent les femmes ! » ? Les hommes ont-ils besoin d’être excités sexuellement sans arrêt du matin jusqu’au soir partout où ils sont ? Ne pensent-ils qu’à ça ? N’ont-ils besoin que de ça ? Est-ce bon pour eux ? Dans ces conditions la prostitution de la part de jeunes étudiantes sexy grâce à Internet et jusqu’au domicile du client n’est-elle pas une aubaine et surtout un bon filon ? Mais que proposez-vous aux prostituées à qui vous leur retirez finalement le pain de la bouche comme reconversion valable ? Et pourquoi celles-ci vous dérangent-elles tant que ça ? Que vous ontelles fait ? Je n’apprécie ni vos explications ni vos méthodes staliniennes ! Elles ne solutionneront rien, bien au contraire ! Œdipe LA PLUME Ancien secrétaire de la cellule PCF du CRÉDIT EXPERT DE PARIS

98


RÉPONSE À L’ARTICLE DE L’HUMANITÉ : « POURQUOI FAUT-IL PÉNALISER LE CLIENT ? UN SYSTÈME CRIMINEL » DE MARTINE BILLARD, MARIE GEORGE BUFFET (DÉPUTÉES), LAURENCE COHEN, BRIGITTE GONTHIER-MAURIN (SÉNATRICES) BLANCHIMENT DES FEMMES ET CRIMINALISATION DES HOMMES Je suis sensible à toutes les inégalités et à toutes les injustices et celles en rapport avec les problèmes des femmes m’intéressent aussi ! Toutefois, à ce sujet, je trouve que certaines féministes poussent le bouchon un peu loin en criminalisant toujours plus les hommes dans leurs rapports sexuels avec les femmes ! Car si l’on y réfléchit bien dans ces histoires qui est vraiment coupable ? Les femmes qui provoquent sexuellement les hommes (minijupe, corsage bâillant, etc.) ou les hommes qui succombent alors à la tentation ? Et y aurait-il des viols ou de la prostitution si les femmes n’excitaient pas toujours sexuellement les hommes ? N’est-ce pas leur nature, leur corps, leurs charmes, etc. qui font de l’effet même à leur insu sur ceux-ci ? Mais que peuvent-elles y faire ? Pour cette raison on ne leur demande jamais de se contrôler face aux hommes ! Tandis que les hommes – qui ne font jamais d’effet sexy en minipantalon sur les femmes alors qu’elles font toujours un effet sexy en minijupe sur ceux-ci – c’est tout le contraire : on leur demande toujours de se contrôler, en toutes circonstances et partout où ils sont face aux femmes ! Contrôler les effets de son corps en pratique ce n’est pas possible, mais contrôler les pensées de sa tête en théorie c’est possible ! Il en résulte que les femmes sont toujours blanchies et que les hommes, eux, sont toujours criminalisés ! Je suis bien sûr pour que la prostitution et le viol disparaissent ! Mais pas par des menaces et des punitions ! Je ne crois pas à l’efficacité de celles-ci ! J’aurais préféré quelque chose (mais quoi ?) facilitant, encourageant, etc. l’évolution personnelle des deux sexes ! Je vous demande d’y réfléchir ! Œdipe LA PLUME 99


ŒDIPE DÉSIRÉE Mélodie (mon petit bébé, mon troisième enfant, ma petite chatte) est décédée hier matin à 7 h 25 précises d’un AVC dans les bras de sa maman ! Elle avait 19 ans en âge humain et 92 ans en âge chat ! Nous avons beaucoup pleuré ! Nous avons fait venir les pompes funèbres à domicile et nous avons accompagné Mélodie au taxi félin qui était venu la chercher une dernière fois, toujours en pleurant ! La facture de 210 € nous parviendra avec le certificat d’incinération prochainement ! Nous avons donné 20 € à l’ordonnateur pour son service ! Il était très humain ! L’incinération aura lieu à la fin de cette semaine à Nogent sur Marne (94130) et ensuite les cendres seront dispersées (nous ne serons pas là) au cimetière animalier de Villepinte (93420) ! En attendant Mélodie est actuellement en chambre froide dans le 13e à Paris ! Si vous avez un jour le même problème que nous, je pourrai alors vous donner l’adresse de ces pompes funèbres pour chats et chiens ! Mieux vaut passer par elles ! Notre vétérinaire, lui, nous aurait pris 500 € ! Mes parents, ma belle-mère (qui a vécu plus de 30 ans sous mon toit), eux, sont décédés aussi (mon père le 14 décembre 2000, ma belle-mère le 30 juin 2006 et ma mère le 24 décembre 2006, respectivement à l’âge de 93 ans ½, 96 ans ½ et 97 ans ¼). Mes parents se sont séparés un peu après la mise à la retraite de mon père à l’âge de 65 ans, mais sans divorcer car ils n’en avaient pas les moyens financiers ! D’après ce que je sais de leur histoire quand ils se sont connus vers 1933 dans un bal pour travailleurs immigrés à Paris, ils étaient réellement amoureux l’un de l’autre ! C’est ma mère qui a alors hébergé mon père alors qu’il était SDF ! Ils ont eu un premier enfant en 1935 ce qui n’a pas empêché mon père d’être volontaire dans les Brigades Internationales en 1937 en Espagne où il a été alors grièvement blessé à l’artère fémorale de la jambe droite (les brancardiers sont intervenus aussitôt, ils savaient ce qu’il fallait faire et lui ont ainsi sauvé la vie). Malheureusement, quand mon père est revenu en France (la République espagnole lui avait fait un passeport pour le remercier, et ainsi il a pu régulariser tous ses papiers en France), il avait d’après ma mère terriblement changé du point de vue du caractère ! Il était très coléreux et insupportable ! Ils se sont ensuite mariés en 1939 ! 100


Je suis né en […] et mon petit frère en […]. Ma mère a subi 6 avortements volontaires illégaux après ma naissance et 2 autres volontaires et illégaux aussi après la naissance de mon petit frère ! Ella avait eu aussi une fausse couche avant la naissance de mon grand frère en tombant de bicyclette ! J’aurais souhaité qu’ils ne se séparent pas ! Mais leur vie était devenue invivable entre eux du fait d’une paranoïa réciproque (mon père étant pire que ma mère) ! Ils ont été plus heureux séparés que s’ils étaient restés ensemble ! Je n’ai jamais souffert de cette séparation ! Ils ont bien sûr beaucoup souffert de la solitude et mon père pire que ma mère ! Tous les deux sont morts d’un AVC ! Quant à ma belle-mère elle est décédée d’une anorexie de deux mois, suite à son Alzheimer ! J’avais il y a trois jours l’intention de vous faire voir trois photos de Mélodie alors que bien sûr je ne pouvais prévoir son décès hier matin ! Je vous montrerai aussi une photo de sa maman et de son papa lorsqu’ils étaient jeunes, un mois environ après leur mariage ! Si vous êtes d’accord ! ŒDIPE

101


MA PERSONNALITÉ A CONSIDÉRABLEMENT CHANGÉ ! JE NE SUIS PLUS DU TOUT LE MÊME HOMME ! Le résultat de la sexothérapie pendant 7 ans : 1965-1972 (cf. mon livre) et de la psychothérapie pendant 50 ans : 1962-2012 (cf. mon livre), c’est que ma personnalité a considérablement changé ! Notamment autrefois j’avais un gros blocage de l’imaginaire sur le plan sexuel et sentimental qui s’est complètement estompé et depuis longtemps je n’ai plus de mal du tout à libérer des fantasmes érotiques pour séduire une jolie jeune femme sexy ! C’est agréable de vivre ainsi ! Je me déclare enfin parfaitement heureux et enfin comme complètement guéri ! Mais quand je donne sur Internet sur des sites spécialisés psy mes arguments freudiens et lacaniens pour expliquer que suite à un gros travail psy sur moi-même pendant 50 ans, ma personnalité a bel et bien changé, s’est transformée, que je suis enfin tiré d’affaire de ma schizophrénie, etc. aucun psychiatrisé, aucun schizophrène, etc. ne me croit ! « Vos explications sont foutoir ! », « Vous êtes vraiment très malade psy ! », etc. ne font que me rétorquer toujours ceux-ci ! Bien sûr je ne peux pas prouver d’une part que j’ai bel et bien changé, etc. d’autre part que ce que j’explique à ce sujet est bel est bien la vérité ! Il y a sur Internet aussi bien de la part des psychiatrisés, des schizophrènes, etc. que même des psys eux-mêmes un rejet, un refus, etc. presque total des explications de mon livre à ce sujet ! Et il y a même de la part de psys de sites psy de l’agressivité, de la malveillance, etc. à mon égard : notamment censure de mes messages et bannissement de leur site, presque toujours chez tous, tôt ou tard ! C’est ça la liberté et les droits de l’homme pour ces psys ? Mais comment expliquer mon changement, ma transformation, etc. autrement que par la sexothérapie et que par la psychothérapie, essentiellement ? Ce ne sont certainement pas les médicaments psy qui m’ont changé psychologiquement, car ceux-ci n’agissent toujours que sur les effets des troubles psy, jamais sur leur cause (sexuelle, infantile, etc.) ! Au contraire ceux-ci bloquent sexuellement et sentimentalement, pratiquement toujours ! Si ce n’est pas la sexothérapie et la psychothérapie qui m’ont bel et bien changé, transformé, etc. c’est quoi alors ? Le fait de travailler, de n’être plus chez mes parents, d’avoir un logement personnel, d’y avoir fait même venir une femme, etc. ? Oui bien sûr, ça 102


compte tout ça aussi ! Mais pour faire venir une femme dans mon lit, cela ne supposait-t-il pas d’avoir été déjà débloqué un peu sexuellement et sentimentalement auparavant ? Je continue d’ailleurs tous les jours de changer, je me découvre, je me surprends, etc. et c’est même très agréable ! C’est toujours plus de plaisir, de bonheur, etc. ainsi pour moi ! Et comment expliquer que je ne prenne plus que le sixième de la dose recommandée d’antipsychotique (celle-ci étant de 15 mg d’aripiprazole par jour, et la dose maximum recommandée d’aripiprazole par jour, étant elle, de 30 mg) en matière de schizophrénie ? que je me sente parfaitement zen ainsi ? que je ne voie pas le moindre indice de début de rechute, etc. ? C’est très étonnant ! Il n’y a bien sûr aucun avantage à supprimer ce sixième de la dose recommandée d’antipsychotique pour la schizophrénie, puisque grâce à celle-ci peut-être ou sans doute, je me déclare enfin parfaitement heureux, enfin comme complètement et définitivement guéri ! Et même si je restais 20, 30 ans, etc. sans ne prendre jamais le moindre médicament psy, qu’est-ce qui me prouverait qu’alors je serai ainsi complètement et définitivement bel et bien guéri ? C’est comme dans les histoires de cancer quand on a été opéré et qu’apparemment tout va très bien ou bien mieux : qu’est-ce qui vous prouve alors que dans 20, 30 ans, etc. qu’il n’y aura plus jamais la moindre récidive ? Qu’en pensez-vous ? ŒDIPE

103


LA VIE N’EST-ELLE PAS QU’UNE TRAGÉDIE ? Pour paraphraser Freud qui a dit : « Ça fait 30 ans que j’étudie la psychologie féminine, et je n’ai toujours pas compris ce que veulent les femmes ! », je dirai : « Ça fait 66 ans ½ que j’étudie le monde et la vie et je n’ai toujours pas compris le but de l’Univers ! » Ni la religion, ni la science, ni la philosophie, etc. ne peuvent actuellement répondre valablement à la question : « Pourquoi le monde et la vie existent ? Comment est-ce possible ? » On peut avoir aussi bien du malheur que du bonheur, mais de toute façon, la vie ne se termine toujours que par la mort ! et n’est-ce pas une certitude aussi bien pour la religion, la science, la philosophie, que pour moi ? À supposer qu’il y ait un créateur de l’Univers et de la vie, ce qui est contestable car on peut aussi bien concevoir qu’il n’y a jamais eu de création et que tout existe et évolue en se suffisant à lui-même depuis toujours, si son idée à l’origine était l’amour et le bonheur, il n’a certainement pas atteint jusqu’ici son but sur Terre et pour tout le monde ! La religion nous console en nous disant que si nous nous comportons bien dans ce monde, alors nous serons ensuite récompensés par l’amour et le bonheur éternel dans un autre monde ! Personne ne peut prouver que c’est faux et personne ne peut prouver que c’est vrai ! Mais tout comme Freud, pour ma part, je dirai (je le cite de mémoire) : « La vie après la mort ne m’intéresse pas ! » Je lutte à ma façon pour un monde meilleur ! Beaucoup de gens ne disent-ils pas : « La vie est une tartine de merde et chaque jour j’en mange un petit bout ! » ? Et en particulier n’est-ce pas vrai pour la grande majorité des schizophrènes ? Un sur deux ne fait-il pas au moins une fois dans sa vie une tentative de suicide et un sur six n’en meurt-il pas ? « Le sens de la vie c’est de la vivre ! » a dit un philosophe ! Le problème malgré tout c’est : « Comment changer la vie pour les gens qui souffrent sur cette maudite planète de la malnutrition, des maladies, de la guerre ? » etc. ! Le sens de la vie n’a toujours été que pour moi : « Prendre aux riches et en bonne santé pour donner aux pauvres et malades ! » C’est une éthique que j’ai donnée à mon existence ! L’Univers est-il une idée qui se réalise ? Dieu, s’il existe, pourquoi fait-il tant de mystères ? Pourquoi ne revoit-il pas sa copie ? Les explications de son fils à la suite de sa visite sur Terre ne sont ni plausibles ni exhaustives actuellement ! Pourquoi Dieu ne s’oppose-t-il jamais au mal ? « Le 104


libéralisme, c’est le renard libre dans le poulailler libre ! » a dit un philosophe ! C’est ça l’idée de Dieu ? Je ne comprends pas ce monde dans lequel nous vivons ! N’est-il pas absurde ? Et la vie n'est-elle pas qu’une tragédie ? ŒDIPE

105


EXTRAIT DU FORUM WWW.HUMANITE.FR « LA PSYCHANALYSE EST-ELLE EN DANGER ? » RÉPONSE AUX ENTRETIENS CROISÉS : POURQUOI LE DÉCLIN DE LA PSYCHANALYSE ? Ces entretiens croisés de l’Humanité sur le thème « La psychanalyse est-elle en danger ? » pose, à mon avis, le problème « Pourquoi le déclin de la psychanalyse ? » Ma réponse sera la suivante : « Le déclin de la psychanalyse n’a en réalité que les mêmes raisons que le déclin du marxisme en France, à savoir : les mensonges et l’hypocrisie soit à l’égard des travailleurs soit à l’égard des psychiatrisés ! » Rappelons ce qu’écrivait pour les travailleurs en 1956 l’Humanité : à propos des événements de Hongrie : « Budapest est un complot fasciste ! » (alors que l’on sait maintenant que c’était une révolution ouvrière) ; à propos de la contraception : « Les bourgeoises sont des vicieuses ! » (alors que l’on sait maintenant que les dirigeants communistes français de l’époque ne voulaient pas de celle-ci car plus il y aurait ainsi de petits prolétaires plus la révolution serait enfin facile à faire), etc. Et rappelons ce qu’écrivait pour les psychiatrisés il y a un peu plus d'un an le « Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire » sur son site (son webmaster m’a censuré celui-ci sur mon écran jusqu’à même mon domicile donc je ne peux plus le visionner chez moi actuellement), en résumé : « Les internés psy soi-disant abusifs ne sont que de grands délirants paranoïaques procéduriers ! “Il ne faut jamais arrêter le processus thérapeutique !“ (Mots textuels de Roland Gori : peut-il me soutenir le contraire ?) Lorsque des jugements leur sont favorables ce n’est que suite à une erreur judiciaire car le juge et l’expert n’ont jamais le temps de bien faire leur travail ! », etc. (Si ce que je viens d’écrire n’est pas le résumé objectif des écrits du « Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire » sur son site, je le prie de me porter la contradiction d’urgence sur le site de www.humanite.fr !) J’ai alors répondu plusieurs fois à ces menteurs et hypocrites, sans grossièretés ni menaces, mais à chaque fois j’ai toujours été censuré, puis même finalement banni de leur site au prétexte que je diffamais toute la profession médicale ! Tous mes articles censurés ont été lisibles dans mon livre « Schizoré106


flexions » actuellement épuisé ! Ils reparaitront n’en déplaise aussi au « Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire » dans trois mois dans mon nouveau livre « Courriers du cœur à ma psychiatre psychanalyste » (environ 3 000 pages en 7 tomes) ! Chacun pourra ainsi juger sur pièces quels ont été exactement mes propos à l’égard de ce site psy, et qui était réellement le diffamateur ! Mais déjà les lecteurs de l’Humanité peuvent visiter l’un de mes blogs actuels intitulé : « En finir avec les abus psy » où ils pourront y lire notamment les deux articles suivants : « Le collectif des 39 : les (presque) pires de tous ! » et « Le collectif des 39 : Moscou-sur-Seine ? » Ce que racontent les psys de ces entretiens croisés de l’Humanité est à mon avis assez vrai ! Malheureusement ils occultent tous une autre réalité encore plus vraie : les mensonges et l’hypocrisie des psys à l’égard des psychiatrisés et surtout des psychiatrisés victimes d'abus ! Dans ces conditions, comment voulez-vous que la psychanalyse ne décline pas ? et de la même façon que le marxisme ? J’ajoute : • les médias ne rapportent-ils pas régulièrement depuis une dizaine d’années des histoires de médecins, infirmiers et surtout psys, violeurs à l’hôpital ? • Élisabeth Roudinesco n’a-t-elle pas écrit autrefois dans l’Humanité dans un article sur Lacan et la relation psychanalystes-client(e)s : « En France il y a 3 % de dérapages et aux USA c’est 11 % ! » [Par « dérapages », il faut bien sûr comprendre « rapports sexuels » !] ? Ces chiffres sont actuellement confirmés par de nombreux spécialistes du sujet ! Si É. R. renie ce qu’elle a écrit je suis d’accord pour me déranger au siège de l’Humanité et rechercher dans ses archives cet article : je m’en rappelle très bien ! Et j’ai le temps pour cela : je suis à la retraite ! • l’Humanité consacre beaucoup d’interviews aux représentants du « Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire » lequel s’oppose à la judiciarisation des hospitalisations sous contrainte ! Je ne suis pas contre celles-ci car le sujet est gravissime ! Mais pourquoi l’Humanité ne rappelle pas ou plus que le PCF a fait deux propositions de loi (l’une en 1997 l’autre en 2007) justifiant justement cette judiciarisation des hospitalisations sous contrainte ? Prend-il maintenant parti pour le lobby et la mafia des 107


psys contre les psychiatrisés et surtout contre les psychiatrisés victimes d’abus ? Trouve-t-il normal maintenant que des psys décident tout seuls de la vie des autres sans qu’ils n’aient de comptes à rendre à qui que ce soit ? C’est ça le communisme à visage humain ? Lénine n’a-t-il pas dit : « La vérité est toujours révolutionnaire ! » ? Œdipe LA PLUME Ancien secrétaire de la cellule PCF du CRÉDIT EXPERT DE PARIS *J’ai failli être interné d’office pour les mêmes raisons que le Soljenitsyne de droite qui dans un courrier avait critiqué l’armée soviétique (pendant la Seconde Guerre mondiale) : à savoir des courriers adressés à un directeur d’hôpital et à un professeur en psychiatrie leur disant en résumé : d’une part : « Votre hôpital est devenu le symbole de la dégradation des soins, des services, de la relation médecin-malade », etc. d’autre part : « Sarkozy a dit à la télévision : “L’hôpital n’a pas besoin d’argent !” », etc. !

108


TUERIES DE TOULOUSE ET MONTAUBAN RÉPONSE À NATHALIE ARTHAUD PEUT-ÊTRE SUIS-JE VRAIMENT FOU ? Moi qui ai une expérience gravissime de la maladie mentale (j’ai failli tuer le veilleur de nuit à la suite d’une hallucination à l’hôpital psychiatrique en 1966 : voir mon livre à paraître prochainement), je ne peux qu’être d’accord avec toi lorsque tu déclares que la tuerie de Toulouse et de Montauban est l’œuvre d’un psychopathe ! En revanche je ne suis pas d’accord avec toi quand tu déclares aussi (me semble-t-il me rappeler) : « De toute façon il aurait tué malgré tout parce qu’il est psychopathe ! » C’est un raccourci un peu simpliste ! De mon expérience je peux te dire ceci : « Le monde extérieur a une grande influence malgré tout sur le contenu des délires, hallucinations, persécutions », etc. Donc quand on vit dans un monde où les relations humaines sont très bonnes, pas agressives, pas stressantes, etc. il en résulte quand même un très bon équilibre psy même y compris pour les psychopathes ! Et alors contrairement à ce que tu crois ils ne tuent pas ou plus ! Je pense que ce qui a surtout contribué à la tuerie de Toulouse et Montauban c’est bel et bien l’intervention française en Afghanistan ! Même si celle-ci ne se traduit pas par les mêmes réactions chez tout le monde ! Je ne suis pas du tout surpris que chez un délirant qui, d’une part n’a aucune sensibilité, d’autre part raisonne faussement, les tueries (de femmes et d’enfants notamment suite à nos bombardements de nombreux villages par notre aviation) ce soient traduites en retour par des tueries d’innocents en France ! Tu me diras que je suis peut-être vraiment fou : mais pour moi l’intervention française en Afghanistan c’est comme l’intervention allemande en France ! Œdipe LA PLUME

109


TUERIES DE TOULOUSE ET MONTAUBAN RÉPONSE À NATHALIE ARTHAUD (SUITE) FAUT-IL ÊTRE FOU POUR TUER ? J’ai bien regardé et écouté, Nathalie, ta prestation sur BFM et j’en suis très satisfait, très content et très heureux ! Une nouvelle fois a été abordé le thème de la tuerie de Toulouse et Montauban ! À ce sujet le souvenir d’une phrase d’un expert au civil près les tribunaux (que j’appelle Hervé Cruche dans mon livre) m’est revenue ! Il m’avait dit ceci en consultation avec lui : « Il n’y a pas besoin d’être fou pour tuer ! » et d’ajouter : « Il y a des millions de gens tous les jours dans la rue qui sont délirants mais qu’on n’interne pas parce qu’ils ne sont pas dangereux ! » Je te passe les explications qu’il m’avait alors données pour justifier ces deux phrases ! Mais quand tu dis toujours : « Tuer des enfants innocents ne peut être que l’œuvre d’un psychopathe ! », pourquoi alors ne te vient-il pas : « Mais les militaires français quand ils tuent eux aussi des enfants innocents – par exemple en bombardant des villages avec leurs avions –, ne sontils pas eux aussi des psychopathes ? » Demande-toi bien : « Pourquoi cette pensée ne m’est-elle pas venue devant les caméras de la télévision ? » Pour ma part, moi qui il y a quelques jours pensais encore comme toi sur ce sujet, ne me dis-je pas maintenant : « Je ne vois pas pourquoi quand il s’agit de tuer des enfants innocents à Toulouse il faudrait être psychopathe et pourquoi quand il s’agit de tuer des enfants innocents en Afghanistan, il ne le faudrait pas ! » J’ajoute encore ceci pour ta gouverne (et la mienne) : tous les grands criminels nazis de la Seconde Guerre mondiale ont été reconnus par les experts neuropsychiatres de l’époque comme parfaitement sains d’esprit et responsables ! Et le Dr Boris Cyrulnik – le spécialiste du problème de la résilience – n’a-t-il pas dit à ce sujet il y a quelque temps à la télévision : « Je m’étais intéressé à la psychiatrie parce que je pensais qu’elle pouvait expliquer les monstres ! En réalité je reconnais maintenant que je me suis complètement trompé ! Pour moi les criminels nazis étaient anormalement normaux ! » Que voulait dire B. C. par l’expression « anormalement normaux » ? Je ne peux pas te l’expliquer dans le présent message car ce serait quand même peut-être un peu long ! Je te renvoie à ce sujet à 110


son émission si tu peux la revoir grâce à Internet ou à ses livres ! Mais crois-tu aussi que pour exploiter les travailleurs il faut être fou ? Œdipe LA PLUME

111


Œdipe LA PLUME Monsieur Michael LE GRAND Professeur en psychiatrie Monsieur Denis LE BEAU Praticien hospitalier Madame la directrice CMP EUGEN BLEULER HÔPITAL EUGEN BLEULER Paris, le 26 mars 2012, Madame, Messieurs, J’ai reproduit intégralement dans mon livre « Courriers du cœur à ma psychiatre psychanalyste » vos courriers à moi-même ou à des tiers me concernant. Je peux les supprimer immédiatement si ces reproductions ne sont pas conformes à la loi. Mais pour cela je vous prie de bien vouloir me citer les textes légaux relatifs à ce sujet. Je vous rappelle qu’aussi bien pour votre CMP, votre hôpital que pour tous vos médecins, je n’utilise toujours dans mon livre que des pseudonymes. Une réponse de votre part par retour du courrier m’obligerait. Recevez, Madame, Messieurs, mes salutations. Œdipe LA PLUME

112


Œdipe LA PLUME Monsieur le préfet INFIRMERIE PSYCHIATRIQUE PRÉFECTURE DE POLICE DE PARIS Paris, le 27 mars 2012, Monsieur, J’ai reproduit intégralement dans mon livre « Courriers du cœur à ma psychiatre psychanalyste » vos courriers à moi-même ou à des tiers me concernant. Je peux les supprimer immédiatement si ces reproductions ne sont pas conformes à la loi. Mais pour cela je vous prie de bien vouloir me citer les textes légaux relatifs à ce sujet. Je vous rappelle qu’aussi bien pour votre personnel médical qu’administratif je n’utilise toujours dans mon livre que des pseudonymes. Je vous demande aussi : « Quelles suites pénales avez-vous données pour vous-même à mon affaire ? Je vous rappelle que vous avez été, à mon avis, délibérément escroqué par le Pr Michael Le Grand : d’une part son certificat médical était illégal car il ne m’a jamais vu ni jamais examiné, d’autre part son diagnostic et/ou son pronostic de désordre, de dangerosité, de délire, etc. n’était qu’une faute gravissime car jusqu’ici il ne s’est jamais révélé juste ! Mais c’est sur moi que vous avez fait planer la menace d’un internement d’office pas sur lui ! Pourquoi n’avez-vous pas fait saisir mon dossier médical d’une part pour vérifier les interprétations du Pr M. L. par vous-même, d’autre part pour demander l’avis d’un expert psy ? À la suite de nombreuses interventions de la CADA et à un recours pour excès de pouvoir par-devant le tribunal administratif, j’ai pu obtenir enfin la copie de mon dossier médical à mon CMP au bout de trois ans au lieu de seulement huit jours comme prévu par la loi de 2002 à ce sujet ! Ça ne vous met pas un peu la puce à l’oreille ? Vous êtes soit naïf soit complice ! »

113


Une réponse de votre part par retour du courrier m’obligerait. Recevez, Monsieur, mes salutations. Œdipe LA PLUME

114


Œdipe LA PLUME Madame le Docteur Désirée JUPON Psychiatre psychanalyste Chef de service Monsieur Fantin PRIEUR Directeur LA JOIE DE VIVRE ASSOCIATION DES USAGERS DE LA JOIE DE VIVRE Paris, le 3 avril 2012, Cher(e)s ami(e)s, L’idée m’est enfin (me semble-t-il) venue, je ne sais ni trop pourquoi ni trop comment, de créer une Association des usagers de La Joie de vivre. Son objectif et ses statuts seraient à discuter entre usagers et bien sûr, pour ma part, bien que je souhaite que cette association d’usagers soit indépendante de tout le personnel médicosocial et administratif de tout La Joie de vivre, je désirerai malgré tout quand même avoir votre avis, collaboration, etc. vos conseils, suggestions, etc. à ce sujet ! J’ai créé un blog (provisoire) qui s’intitule Association des usagers de La Joie de vivre où y figurera le présent courriel avec éventuellement votre réponse à celui-ci ! Créer une association d’usagers en psychiatrie et surtout d’un hôpital psy de jour aussi particulier que La Joie de vivre prendra certainement plusieurs longs mois, voire plusieurs longues années ! Je ne me fais pas d’illusions à ce sujet ! Mais l’enjeu n’en vaut-il pas la chandelle ? Et d’abord pour les usagers et les futurs usagers de La Joie de vivre eux-mêmes ! Je vous prie, si après réflexion et discussion entre vous, vous soutenez en quelque chose mon idée de ce projet, de bien vouloir la faire connaître autour de vous et notamment auprès des usagers de La Joie de vivre ! Et s’ils sont alors intéressés par celleci de leur suggérer de bien vouloir me contacter à mon e-mail ! Quand l’idée sera suffisamment avancée (pas avant quelques longs mois, voire quelques longues années, je le rappelle) peutêtre les usagers pourraient-ils alors avoir un local au siège de La Joie de vivre où ils pourraient se réunir de temps en temps ? Ne pourrions-nous pas aussi avoir un blog avec un forum (le tout 115


définitif) où nous pourrions alors échanger entre nous en plus des réunions de temps en temps au siège de l’association ? Je vous demande de réfléchir à mon idée et de me faire savoir ce que vous en pensez ! D’avance, je vous en remercie. Je vous souhaite une bonne continuation. Bien cordialement à vous, ŒDIPE

116


Œdipe LA PLUME Madame le Docteur Désirée JUPON Psychiatre psychanalyste Chef de service Monsieur Fantin PRIEUR Directeur LA JOIE DE VIVRE PSYCHOTHÉRAPIE INSTITUTIONNELLE ET REPRÉSENTATION DES USAGERS Paris, le 4 avril 2012, Cher(e)s ami(e)s, Je ne sais pas pourquoi j’aimerai participer plus à la vie de votre établissement ! Or à ce sujet je suis très déçu par ce que vous y appelez la « psychothérapie institutionnelle » ! Je ne vois pas beaucoup en quoi les représentants de votre établissement viennent vers moi ou vers les autres usagers quelle qu’en soit la forme : verbale, écrite, Internet, etc. Ce n’est que toujours moi et que peut-être les autres usagers qui vont toujours vers vous, mais jamais le contraire ! Remarquons que cette légende communiste aussi bien de la psychothérapie institutionnelle que d’ailleurs aussi du secteur n’a depuis toujours été partout en France qu’un remarquable échec ! Et pour cause : il n’y a jamais eu l’argent pour cela ! J’ai bien vu sur votre site « Association La Joie de vivre » que parmi vos partenaires il y a bien les représentants des usagers dont notamment l’UNAFAM, LA FNAPSY, ADVOCACY, etc. Sachez que prochainement le GROUPE INFORMATION ASILES va probablement être considéré par le gouvernement comme une association représentative aussi des usagers ! Pour cela il ne lui suffit que de revoir ses statuts jugés jusqu’ici comme antidémocratiques par le ministère de la Santé. Toutefois le GIA est jugé par le gouvernement comme représentant des usagers lorsqu’il s’agit de demander un avis sur les textes de loi ! Et c’est ainsi que le GIA a pu obtenir dans la dernière loi relative aux soins psy que 117


pour toute hospitalisation psy il doit y avoir maintenant obligatoirement un examen somatique à l’admission du malade psy ! Dans votre établissement on ne voit pas beaucoup comment y contacter les représentants des usagers ! J’ai bien aperçu une affiche en son temps à l’annexe : il y avait me semble-t-il les noms des représentants de l’UNAFAM et de la FNAPSY ! Mais aucun numéro de téléphone, aucune adresse postale ou Internet où les contacter ! Et la dernière fois que je suis allé à l’annexe, l’affiche elle-même avait complètement disparu ! Quant à votre siège social ou autrefois dans vos SAVS je n’ai jamais eu l’occasion de voir des affiches à ce sujet. Pourriez-vous me communiquer les coordonnées de vos représentants des usagers ? D’avance je vous en remercie. Croyez, cher(e)s ami(e)s, à mes sentiments les meilleurs. Œdipe LA PLUME P.-S. : à mon avis la psychothérapie institutionnelle ne s’arrête pas avec les soins psy ! Elle engage le soignant (qui peut très bien autre aussi même une femme de ménage) bien plus loin !

118


Œdipe LA PLUME OLEG (responsable LO qui connaît Arlette LAGUILLER et qui discute parfois avec moi à mon domicile mais dont j’ignore le nom de famille et qui m’avait déjà autrefois proposé l’adhésion à LO) Nathalie ARTHAUD Porte-parole LUTTE OUVRIERE DEMANDE D’ADHÉSION Paris, le 5 avril 2012, Cher(e)s Camarades, Je demande mon adhésion à LO mais vous préviens que je ne pourrai (avant le décès de ma femme si toutefois elle décède avant moi) y payer qu’une cotisation mensuelle de 10 € ! Ce n’est pas grand-chose, mais dans mon ménage je suis sous tutelle (au sens figuré) de ma femme et c’est elle qui décide de ce que devient mon argent ! Nous sommes organisés comme ça depuis 38 ans ½ et je ne peux toujours pas changer les choses ! Pour cette cotisation de 10 € (si vous l’acceptez) je tiens à la payer soit par chèque bancaire soit par virement automatique mensuel à votre compte bancaire ! Mon revenu mensuel est de 2 300 € et celui de ma femme de 1 700 € ! Notre loyer mensuel (charges comprises) est de 1 100 € ! Notre surendettement à la Banque de France est de 800 € mensuels et se termine en avril 2013 ! Nous devons prévoir un surloyer portant notre loyer à 1 700 € mensuels (charges comprises) pour janvier 2013 ! Les raisons de ma demande d’adhésion sont les suivantes : • je suis parfaitement heureux dans cet enfer capitaliste, colonialiste, fasciste, stalinien, impérialiste, etc. mais je crois que si j’avais enfin des contacts avec les camarades de LO de mon arrondissement à l’occasion de leurs réunions de cellule notamment, ceux-ci me permettraient d’améliorer malgré tout quand même ce bonheur parfait ! Bien sûr je ne suis pas très 119


heureux que ma femme souffre d’un cancer et moi d’une schizophrénie ni non plus qu’il y a la guerre, le terrorisme, la famine, les maladies graves, etc. partout dans le monde, mais mon ressenti c’est malgré tout que je suis quand même parfaitement heureux ! • je suis bien sûr entièrement d’accord avec tout ce que vous écrivez dans votre journal ou dans Lutte de classe auxquels je suis abonné ; je m’engage bien sûr à respecter vos statuts ; je n’ai pas encore lu ceux-ci car je ne les ai pas trouvés sur votre site ! • je ne pourrai pas aller aux manifestations, vendre LO à la sortie du métro, faire du porte à porte, etc. car j’ai 66 ans ½ et je marche déjà (sauf dans mon logement) avec une canne ; je ne peux que participer à des réunions de cellule dans mon arrondissement ! • je suis ancien militant PCF de 1965 à 2004 ; je ne tiens pas à prendre de responsabilités à LO ; personne ne m’a aidé à quitter le PCF et à aller vers LO ! Cela ne tient qu’à un travail sur moi-même strictement personnel ! • ma femme a voté d’abord pour Arlette (elle m’écoute à ce sujet) mais ensuite pour Sarkozy ; elle est croyante et croit beaucoup aux bondieuseries ! • j’ai écrit un livre « Courriers du cœur à ma psychiatre psychanalyste » environ 3 000 pages en 7 tomes qui sera publié aussi bien sur papier que sur Internet au plus tard dans six mois ! • j’ai plus de vingt blogs tous en rapport avec la schizophrénie mais certains de ceux-ci (peu nombreux) sont aussi en rapport avec la politique ; pour visiter tous ceux-ci le mieux est d’aller à la fin de la page d’accueil de mon blog principal « Courriers du cœur à ma psychiatre psychanalyste » et de cliquer sur « voir mon profil complet » ! • certains médias sont au courant que j’ai battu le record du monde des mariages non consommés : celui-ci n’était autrefois que 24 ans et je l’ai actuellement porté à 38 ans ½ ! 120


Je me tiens à votre disposition pour répondre à vos questions et pour une nouvelle visite d’Oleg ou de quelqu’un d’autre de vos militant(e)s à mon domicile ! Mais je préférerai me déranger à votre local politique de mon arrondissement dont je ne connais pas l’adresse ! Enfin j’ai une suggestion à vous faire aussi bien pour les dons que pour les cotisations : ne pourriez-vous pas communiquer au grand public le numéro de votre compte en banque où l’on pourrait faire des virements automatiques mensuels pour une durée indéterminée, plutôt qu’une adresse postale où l’on adresse des chèques mais seulement qu’exceptionnellement ? Une prompte réponse de votre part m’obligerait et d’avance je vous en remercie. Croyez, cher(e)s Camarades, à mes sentiments les meilleurs. Œdipe LA PLUME

121


ŒDIPE OLEG […] Il y a ce que je peux faire et ce que je ne peux pas faire ! Je suis traumatisé par ce que j’ai vécu au PCF pendant 39 ans (1965-2004) : je me suis sacrifié en temps, en carrière, en argent, etc. pour aboutir au déclin presque total du PCF que tu sais. Je ne suis plus du tout en état psychologiquement de recommencer ce que j’ai fait pendant ces 39 ans ! Je suis mort, anéanti, etc. à cette idée, même si celle-ci aboutirait cette fois peut-être à un succès ! En 1965 nous étions une trentaine de militants à la cellule du CEP. En 1997 lorsque je l’ai quittée à l’âge de 52 ans pour ma préretraite (le CEP était déjà en faillite) nous n’étions plus que trois ! J’étais alors depuis quelques années secrétaire de cellule ! Mais je n’étais toujours que le seul à distribuer des tracts une fois par semaine à l’entrée du personnel et de la clientèle (c’était la même entrée) de 8 h à 9 h 30 ; et je vendais aussi une fois par semaine l’Humanité Dimanche dans les mêmes conditions, mais quand même cette fois en criant le plus fort possible ! Et j’étais gravement malade psy ! Tout ça, je ne peux plus du tout psychologiquement le recommencer pour LO : je suis trop choqué ! Et de toute façon ma santé physique ne me permet plus d’avoir ce genre d’activité (pour tenir comme autrefois à distribuer des tracts ou vendre un journal pendant 1 h 30, faire du porte à porte, coller des affiches, etc. il me faudrait une canne). Je ne peux participer qu’à des réunions de cellule ! J’attache de l’importance à celles-ci car les bons contacts humains, la bonne camaraderie, l’amitié, etc. s’il y en a, c’est ce qui donne un bon équilibre psy, voire du bonheur ! Et c’est au cours des discussions que l’on apprend alors les arguments qu’il faut avoir pour ensuite pouvoir convaincre politiquement son entourage (même si pour l’instant je n’ai que ma femme) ! Quant à ma cotisation je ne peux pour l’instant que donner que 10 € mensuels ! Mais à la fin de l’année je peux quand même faire un don (par exemple 100 € comme en 2011) ! Je tiens à apporter ma pierre à LO mais tiens aussi à avoir une vie enfin pépère sur mes vieux jours ! […] ŒDIPE 122


ŒDIPE OLEG […] J’ai bien lu ce soir sur Internet un certain nombre d’articles sur le thème « LO est une secte ! » Toutes ces histoires abominables de contrôle par la hiérarchie de la vie privée d’adhérents fragiles ne me surprennent pas beaucoup ! C’est comme ça dans tous les partis politiques et même au PCF les secrétaires de cellule se mêlent aussi de la vie privée des militants ! Il y aura toujours des paranoïaques voire des pervers de toutes sortes partout et même peut-être toujours à LO ! Ce sont des gens qui ont compris par exemple « la lutte de classe », « l’exploitation de l’homme par l’homme », etc. et qui prétendent notamment que ce sont ces explications qui motivent véritablement leur militantisme ! Soit ! Mais comme je te l’ai déjà dit : « Je ne fais pas de la politique toute ma vie ! Car la politique je suis incapable d’en jouir ! » Car on peut en jouir psychiquement comme on peut jouir d’une femme ou d’un homme physiquement ! Cela s’appelle une « névrose obsessionnelle » ! Et ne peut-on pas aussi comparer le militantisme marxiste au militantisme chrétien ? On sait que ce dernier ne repose essentiellement que sur la paranoïa ! Le « malade » lutte contre ses pulsions homosexuelles qui le harcèlent souvent inconsciemment ! Il en résulte un conflit psychique qui se traduit par des troubles du caractère, des délires de persécution, de revendication, etc. Et le fait d’avoir consciemment une vie religieuse ou politique valorisante lui permet alors de mieux supporter inconsciemment ses pulsions homosexuelles ! Même les troubles restent inconscients car alors non vécus comme un indice de maladie psy ! Chacun trouve son bonheur là où il le peut ! Et pourquoi pas dans la déviation ou la perversion sexuelle à caractère religieux ou politique ? Et le tout en prétextant que l’on milite pour soulager l’humanité souffrante, aboutir au paradis au Ciel ou sur Terre ! Alors qu’il ne s’agit que de se soulager de son problème homosexuel souvent inconscient ! Il y a alors des gens qui raisonnent mal, font des fautes de jugement, etc. et vont même jusqu’à manipuler la vie privée d’autrui ! Pourquoi à ce sujet LO serait-il différent des autres ? Militer, c’est souvent boiter ! La religion ou la politique ne servent plus alors que de béquilles pour ne pas s’effondrer ! Tous les homosexuels ne sont pas paranoïaques, mais tous les paranoïaques se défendent d’être homosexuels ! Cela prend alors la forme de la religion ou 123


de la politique ! Bref, dans la paranoïa, les pulsions homosexuelles se transforment en pulsions sociales ! […] ŒDIPE

124


ŒDIPE LUTTE OUVRIERE MON AVIS SUR LA TARTE À LA CRÈME BIEN SERVIE DE LA PROSTITUTION ET DE LA PÉNALISATION DES CLIENTS […] Voici mon avis sur ce sujet chaud d’actualité, suite à une information que je ne vous communique que pour partie ci-dessous, et qui m’a été adressée par ma messagerie SFR : « Durant la campagne, François Hollande avait annoncé son intention de supprimer ce délit de racolage passif qui "conduit à repousser la prostitution dans des zones peu accessibles pour les associations". Quant à la pénalisation des clients, "la réflexion doit être ouverte", avait-il ajouté, expliquant que "disposer librement du corps d’une autre personne" contre paiement était "dans les textes internationaux une atteinte aux droits humains". » Disposer du corps d’un être humain contre finance peut-être effectivement considéré comme une atteinte aux droits humains même si la personne qui reçoit l’argent est consentante et n’est pas du tout de cet avis. Mais tout travailleur en échange de sa force de travail (muscles, nerfs, cerveau, etc.) n’est-il pas lui aussi entièrement acheté pour la marchandise humaine qu’il représente pour son patron capitaliste qui dispose ainsi alors complètement de lui contre finance ? Dans cette histoire on stigmatise avant tout d’abord les prostituées parce que leur marchandise force de travail est essentiellement le sexe, mais aussi les clients en les accusant d’être des criminels alors qu’ils ne font que succomber à la tentation de jeunes filles gentilles, mignonnes, sympathiques et sexy ! À mon avis ces clients avides de plaisir et de bonheur sexuel (mais aussi souvent en manque d’amour et/ou de contacts et de relations humaines satisfaisantes dans leur entourage) ne sont pas plus criminels que tous les grands patrons capitalistes, eux, avides de fric ! Or, pourquoi les féministes et la gauche voire l’extrême gauche ne proposentelles pas de pénaliser ceux-ci ? En réalité, les prostituées et les 125


clients ne sont devenus que les boucs émissaires de la société capitaliste, et cela avec la bénédiction des féministes (bourgeoises ?), de la gauche voire de l’extrême gauche ! Ainsi cellesci détournent les travailleurs d’une autre lutte particulièrement essentielle, et qui, elle, est censée libérer toute la société et pas seulement que les prostituées : la lutte de classe ! Les prostituées ne seront libérées de la prostitution que lorsque tous les travailleurs seront libérés du capitalisme ! […] ŒDIPE

126


ŒDIPE LUTTE OUVRIERE AFFAIRE BELKCACEM (MINISTRE DES DROITS DES FEMMES) […] Même les prostituées qui ont un proxénète ne demandent jamais la disparition de la prostitution ! Que ce soit lorsqu’elles parlent à la télévision ou que ce soit lorsqu’elles manifestent dans la rue pour faire valoir leur droit à l’exercice de leur charmante profession, ne disent-elles pas toutes : « Ça me libère de ma condition de boniche ! En une nuit je gagne ce que je gagnerai en travaillant un mois au bureau ou à l’usine… ! » Pendant qu’on parle de prostitution et de pénalisation des clients, on ne parle pas alors du pouvoir d’achat, des salaires et des pensions de misère, des conditions de travail, de la dégradation des soins, des services, de la relation médecin-malade à l’hôpital public, etc. « Interdire la prostitution ou interdire les licenciements ? abolir la prostitution ou abolir le capitalisme ? » tel est le vrai problème ! Et les prostituées ne sont-elles pas un soin psy pour bien des hommes qui ont besoin de ça pour leur équilibre et leur santé psy ? « Faire bander et jouir les hommes n’est-ce pas le plus beau métier du monde ? » Toutes les prostituées ne demandent avant tout que la disparition des proxénètes… autrement dit des capitalistes. En ce sens, oui, vraiment elles dérangent… et même beaucoup plus que les soi-disant révolutionnaires ! […] ŒDIPE

127


ŒDIPE LUTTE OUVRIERE […] Il n’y a jamais rien dans votre journal que je lis depuis maintenant 7 ans ½ chaque semaine sur la sexualité et l’amour comme si cela ne ferait pas le bonheur des gens dits normaux ! À la place comme bonheur vous ne proposez que de jouir de la politique et de l’activité militante à LO ! À mon avis c’est la vie privée, y compris même la vôtre – que vous ne tenez qu’à toujours cacher parce que soi-disant elle n’est pas utile à révéler à autrui pour faire la révolution – qui fait le bonheur individuel ! Et en particulier ce qui fait celui-ci, toujours à mon avis, c’est la façon personnelle dont chacun gère ses pensées et sa sexualité ! Vous ne proposez dans votre journal comme bonheur que toujours plus de fric et de droit à la paresse ! Est-ce bien intelligent même pour des curés et des bonnes sœurs du communisme ? Vous ne faîtes que parfois allusion au viol pour n’expliquer vite que c’est dégueulasse ! Je suis d’accord avec vous ! Mais pourquoi n’allez-vous pas plus loin et n’expliquez-vous pas ce que vous proposez pour qu’il n’y ait plus aucun violeur du tout et en particulier sous le futur paradis communiste ? Quant à la prostitution je ne me rappelle pas avoir lu quelque chose sur ce sujet de votre part quelle que soit votre presse ! Vous ne m’apparaissez donc tous et toutes que comme des déviants, des pervers, etc. un peu comme les curés catholiques ne sont bien souvent, eux, que des pédophiles souvent inconscients de leur homosexualité ! Il y a quelque chose de pas normal du tout à n’évoquer toujours dans votre journal comme bonheur que toujours plus de fric et de droit à la paresse et jamais l’amour et la sexualité ! Je vous demande de réfléchir un peu plus et un peu mieux sur le sujet ! Pour en revenir à la prostitution et à la pénalisation des clients, bien que cela ne soit pas ma tasse de thé, je vous soumets en pièces jointes quelques paroles de putes que je considère comme ayant beaucoup de bon sens ! Et en matière d’amour – sous toutes ses formes – n’en sont-elles pas bien plus capables que la plupart des femmes dites « normales » ? Je vous demande de bien vouloir me porter la contradiction ! […] ŒDIPE 128


ŒDIPE OLEG […] J’ai pris bonne note que notre rendez-vous à la suite de ma demande d’adhésion à LO était reporté à vendredi prochain 11 heures à mon domicile. Mais des questions me viennent à ce sujet car je ne connais que peu LO et surtout ses conditions pour y adhérer et y militer. Bien que je lise son journal je ne connais pas ses positions à l’égard du viol et de la prostitution et je ne sais pas si les adhérents ont vraiment le droit d’être en désaccord avec celles-ci. J’ai appris aussi que le lieu des réunions de cellule et le nom des participants à celles-ci étaient tenus secrets pour les militants qui n’avaient pas réussi auparavant à un examen suite à un stage de formation politique. Quant aux médias ils ne décrivent tous toujours LO que comme une secte très nuisible et particulièrement dangereuse. Je te demanderai de bien vouloir me donner des explications sur toutes ces informations pas très claires trouvées surtout sur Internet ! Il faudrait aussi que je lise les statuts que je n’ai jamais pu trouver sur le site de LO ! Et que finalement je signe un bulletin d’adhésion. Pour la cotisation de 10 € seulement pour le moment, ma femme me demande qu’elle soit payée par chèque bancaire afin qu’elle soit sûre ainsi qu’elle sera alors déductible du revenu imposable ! Ma demande d’adhésion à LO n’a pas pour but de changer le monde immédiatement ! Je ne souhaite qu’avoir des discussions avec d’autres militants de LO tout simplement ! Cela d’abord parce que je me sens appartenir à la même communauté révolutionnaire qu’eux-mêmes, ensuite parce que grâce aux échanges avec ceux-ci, je compte continuer à évoluer. […] ŒDIPE 129


ŒDIPE OLEG […] J’annule notre mon prochain rendez-vous car après réflexion je renonce à mon idée d’adhérer à LO. Je crois d’ailleurs que ça arrange bien celui-ci car il ne m’a jamais répondu à ce sujet. J’ai encore visité votre site ce matin : ce n’est comme depuis des lustres que toujours le même sujet à savoir, encore une fois : le bonheur c’est plus de fric et plus de droit de à la paresse et ce changement ne peut advenir que suite à une révolution mondiale ! Je suis d’accord avec vous au sujet de la révolution mondiale ! Et pas d’accord du tout avec vous au sujet de la façon dont vous vous représentez le bonheur ! Or si j’adhère à LO ne faudra-t-il pas que je me fasse curé ou bonne sœur du communisme à mon tour ? Et pour moi plus d’argent et plus de droit à la presse voire même plus de sexe (ce dont vous ne parlez pratiquement jamais), tout ça ne fait pas le bonheur même si ça y contribue. Pour moi, comme pour la majorité des travailleurs « Il n’y a pas de bonheur sans amour ! » Et je conteste la phrase d’Aragon « Il n’y a pas d’amour heureux ! » au moins à titre personnel ! Je vous rappelle que je me considère « enfin parfaitement heureux et enfin complètement et définitivement guéri » ! Cela veut dire aussi bien sûr : « Je suis parfaitement heureux en amour ! » Mais un parti comme LO qui ne propose que la solution des problèmes matériels des travailleurs pour faire leur bonheur ne m’intéresse pas ! Même si les problèmes psychologiques, sexuels, sentimentaux, etc. sont bien sûr souvent en rapport avec les problèmes de fric et de droit à la paresse ! Prétendre que résoudre ceux-ci ce serait alors suffisant pour enfin tout solutionner, je n’y ai jamais cru ! Et surtout dans le domaine de l’amour ! Bref votre lutte à votre façon ne m’intéresse pas ! […] ŒDIPE 130


ŒDIPE NATHALIE Porte-parole LUTTE OUVRIERE LETTRE OUVERTE à NATHALIE ARTHAUD DÉPOSÉE SUR LE SITE : WWW.LUTTE-OUVRIERE.ORG MA DEMANDE D’ADHÉSION À LO ET POURQUOI J’Y RENONCE Paris, le 28 juin 2012, Chère Camarade, J’ai fait une demande d’adhésion à LO avant l’élection présidentielle 2012 d’abord demeurée sans suite puis après réclamation, l’un de tes camarades – Oleg –, après les élections législatives, m’a contacté. Je suis ancien militant PCF (ancien secrétaire de la cellule du Crédit Expert de Paris) de 1965 à 2004 en désaccord avec celui-ci sur le plan de la stratégie politique : comme certains le disaient au cours des événements de mai 1968, je pense moi aussi : « Élections : piège à cons ! » et je ne crois pas comme Maurice Thorez, Georges Marchais, Robert Hue, Marie George Buffet, Pierre Laurent, etc. ni non plus comme Staline, Khrouchtchev, Brejnev, Gorbatchev, etc. à la victoire du socialisme dans un seul pays pris à part… Sinon : • d’une part c’est la dictature (car la bourgeoisie n’abandonne jamais le pouvoir de bon gré, elle tente toujours de le reprendre par tous les moyens, et pour se protéger de son retour éventuel le pouvoir des travailleurs prend inévitablement des mesures de rétorsion qui frappent alors injustement même les petites gens aussi) ; 131


• d’autre part c’est l’intervention étrangère (comme en URSS, en Indochine, en Algérie, à Cuba, en Irak, en Afghanistan, etc. même si certains de ces pays n’aspiraient pas forcément au socialisme). Je souhaite une révolution mondiale ! Je suis d’accord : • d’une part avec Arlette pour dire qu’une explosion sociale est inévitable mais qu’on ne peut pas prévoir quand se fera celleci ; • d’autre part avec votre ami Oleg (qui me visite parfois à mon domicile) pour dire que le passage au communisme se fera lorsque les prolétaires comprendront que le capitalisme est sans avenir ! Et Trotski dans son livre « La Révolution trahie » (1936) n’at-il pas eu raison d’écrire : « Soit Staline sera renversé par une révolution de gauche, soit il restaurera le capitalisme ! » ? Celuici n’était-il pas qu’un gros bourgeois pervers : tortures, camps de concentration, exécutions, etc. de millions de gens, etc. et pour son confort personnel ne profitait-il pas de rien moins de 15 datchas autour de Moscou ? Mais ne se déclarait-il pas « communiste » ? François Hollande, lui, se dit de « Gauche » ! Mais que ce soit avec lui ou avec Mélenchon, jamais il n’y aura le changement promis ! Seule la révolution mondiale pourra l’apporter ! C’est mon avis personnel ! Comme tu le vois, me semble-t-il, je suis en accord avec la stratégie politique de LO, et j’ai donc demandé mon adhésion à celui-ci ! Mais pourquoi j’y renonce maintenant ? Pour ceci : • dans votre journal que je lis depuis maintenant 7 ans ½ chaque semaine vous ne m’apparaissez pas comme un parti politique, mais en réalité que comme un syndicat défendant les travailleurs ! Le thème n’y est-il pas sans cesse : lutter pour les augmentations de salaire, la diminution du temps de travail, de 132


meilleures conditions de travail, etc. sans se faire d’illusions sur la gauche ? Je traduis cela comme une lutte essentiellement économique et pas du tout comme une lutte politique ! Car la politique ce n’est pas seulement qu’être « bifteckard » ! Et ce n’est pas parce que j’aurai plus de bifteck dans mon assiette avec aussi plus de temps pour le manger, que, pour autant, ce sera alors pour moi le bonheur… auquel aspire le communisme ! Jamais dans votre journal vous n’abordez le thème de ce qu’il y a dans la tête des travailleurs lorsqu’ils se représentent ce qui fait ou ferait leur bonheur : la sexualité, les sentiments, l’amour, la famille, etc. ! Pourquoi ? ai-je demandé un jour à Oleg ! Celui-ci m’a alors répondu : « On n’est pas spécialistes ! » Même sans être ceux-ci, n’avez-vous pas quand même un peu de jugeote, de bon sens, etc. pour évoquer malgré tout intelligemment un peu comment les travailleurs se représentent ce qui fait ou ferait leur bonheur ? Mais alors ce serait faire plus ou moins allusion à votre vie privée pour laquelle ne déclarez-vous pas sans cesse : « La faire savoir n’est pas utile à la révolution ! » ? Je ne suis d’accord avec vous que pour partie à ce sujet ! Car pour l’autre partie n’est-il pas au contraire utile que les travailleurs puissent se référer aux valeurs de la classe ouvrière, si toutefois vous les avez vraiment vous-même aussi ? Et Marx ne disait-il pas justement à ce sujet : « L’amour véritable n’existe que dans la classe ouvrière ! » ? Dans le même sens, bien qu’un peu différent, Trotski ne disait-il pas : « Ce qui manque à la psychanalyse c’est le marxisme ! » ? Tout ça, au moins, pourquoi ne l’évoquez-vous jamais vous qui prétendez avoir choisi « le camp des travailleurs » ? Parfois dans votre journal vous évoquez quand même la sexualité : par exemple au sujet du voile ou du viol, mais par contre vous ne l’évoquez jamais au sujet de la prostitution ! • pour le voile vous avez écrit par exemple : « Une révolutionnaire ne peut pas porter le voile ! » Mais vous n’avez pas vu le rapport entre le voile et la sexualité : celui-ci dans une société où même toutes les féministes reconnaissent qu’il y a trop de sexe autour de nous (l’image de la femme sexy est marchandisée partout autour de nous pour faire vendre toujours plus tout et n’importe quoi et surtout bien sûr le sexe sur Internet), faire alors un peu moins d’effet érotique sur tous les hommes autour de soi, n’est-ce pas un peu mieux ainsi dans leur tête et dans leur sexe pour ceux-ci ? Savez-vous par exemple ce que me disait 133


la présidente du Planning Familial dans les années 1970 ? Ceci : « La publicité pour les collants Dim ça peut prendre une énergie aux hommes qui les rend impuissants ! » ? Croyez-vous donc, Mesdames, qu’il soit toujours de bon escient, d’exciter sexuellement (minijupe, corsage bâillant, etc.) les hommes partout où ils sont du matin jusqu’au soir (va-t-on au bureau pour travailler ou pour fantasmer sur les femmes ?), même si c’est pour tenter ainsi votre chance de rencontrer l’homme et l’amour de votre vie ? Croyez-vous que les hommes n’aient toujours besoin que de ça ? qu’ils ne pensent toujours qu’à ça ? Mais ne les encouragez-vous pas en ce sens ? Ne rajoutez-vous pas sans cesse une couche, une dose, etc. d’érotisme à leur égard pour faire toujours plus d’effet sexy sur eux ? Dans une société occidentale caractérisée notamment par la pornographie (la majorité des prépubères ont déjà tout vu sur Internet), ne pensez-vous pas qu’un peu moins d’excitation, d’exacerbation, etc. sexuelle grâce au voile n’estil pas alors la bienvenue même si ce n’est pas très révolutionnaire de votre point de vue ? C’est ce qu’à mon avis, vous n’avez pas compris ! Cela dit, à titre personnel, j’apprécie la minijupe et la burqa me répugne ! Je suis moi aussi un chaud lapin ! Mais exciter sexuellement les hommes c’est aussi les faire souffrir ! • pour le viol, vous en parlez parfois pour dire vite que c’est dégueulasse ! Mais à chaque fois que je vous ai écrit pour vous demander comment vous comptez solutionner actuellement le problème, jamais vous ne m’avez répondu à ce sujet ! Vous n’expliquez pas non plus la cause des viols ! Est-ce comme le soutiennent certaines féministes sur certains sites Internet : « La culture des hommes ! » ? Mais ceux-ci ont-ils tous la même culture à ce sujet ? Sont-ils une classe sociale qui opprime la classe sociale des femmes ? Brièvement je vous donne ma réponse à ce sujet : « Ce ne sont essentiellement que les pervers narcissiques du fait, d’une part d’un complexe d’Œdipe qui s’est mal passé dans la petite enfance, d’autre part du fait d’un taux de testostérone normal ou élevé à l’âge adulte qui violent ! Le problème c’est qu’il y en a beaucoup et même toujours plus ! N’oublions pas que Freud avait distingué trois structures psychopathologiques : la névrose, la psychose et la perversion. Cela dit du fait de leurs origines animales tous les hommes ne sont-ils pas naturellement violeurs en quelque chose ? Et contrairement à ce que prétendent 134


les féministes, suite à une évolution (souvent personnelle), la culture ne s’oppose-t-elle pas alors à la nature ? » • pour la prostitution je ne me rappelle pas que vous en ayez parlé un jour ! Vous n’avez pas donné votre avis sur celleci à propos des déclarations de Mme la ministre des droits des femmes désirant d’après les médias « carrément supprimer complètement la prostitution en pénalisant les clients » ! Bref quand je regarde la télévision je suis considéré comme un adulte, mais quand je lis le journal de LO, je ne suis considéré que comme un enfant ! Je vous dispense de votre catéchisme marxiste ! Pour toutes ces raisons que je viens d’évoquer j’ai donc renoncé d’adhérer à LO ! Je conçois que sur ce genre de sujets vous manquiez aussi bien de spécialistes, de militants que d’argent ! Mais ne jamais les aborder ou si peu ou si mal, c’est vraiment malsain à notre époque ! Vous passez pour des névrosés, des psychopathes, des pervers, etc. ! Et quant à vos histoires d’augmentations de salaires, de réduction du temps de travail, de conditions de travail, etc. tout ça, pour moi, c’est avant tout très « bifteckard » ! Même si tout cela peut améliorer le bonheur des travailleurs, ce n’est pas comme ça du tout que ceux-ci se représentent ce qui fait ou ferait leur bonheur ! Quand Arlette dit par exemple : « On peut prendre sur les profits ! » c’est bien sûr très juste, mais comme je lui ai fait remarquer par écrit (je résume) : « Ça ne passe pas dans la tête des travailleurs car tu n’associes pas cette idée aux valeurs de l’amour, de la famille, etc. qui sont dans la classe ouvrière très importantes. Tu ne parles jamais de celles-ci dans ton journal ! Pourquoi ? L’argent pour l’argent c’est bon pour les capitalistes, pas pour les travailleurs ! » J’espère que vous avez ainsi compris pourquoi j’ai renoncé d’adhérer à LO ! Pour ma part ni le fric ni le sexe n’ont jamais fait mon bonheur ! L’amour, oui ! Croyez-vous que je sois différent des autres travailleurs ? Ce que je souhaiterai c’est discuter avec vos militants grâce à Internet ! Je me suis aperçu que ce n’était pas 135


possible ! Je ne souhaite pas qu’Oleg vienne à mon domicile discuter avec moi : la politique doit s’exprimer ailleurs et avant tout dans un lieu politique ! Or, celui-ci vous le tenez secret ! Mais de toute façon si les sujets n’y sont pas plus intéressants que les sujets que vous évoquez dans votre journal, vos discussions ne m’intéressent pas ! Bien cordialement à toi, ŒDIPE P.-S. : pour le pervers (ou la perverse) l’autre n’existe pas ! P.-S. : une femme qui pense : « En portant le voile je me dénature un peu mais j’espère que je n’excite pas sexuellement les hommes ! Je suis révoltée contre la civilisation du sexe à tout prix que ce soit dans la rue, au travail ou sur Internet ! Je manifeste avec le voile ma différence à ce sujet avec les femmes occidentales ! » est-ce si contre-révolutionnaire que cela ? est-ce un recul ou un progrès ? P.-S. : j’ai regardé quelques sites Internet de certains de vos militants. Ils ne font que reproduire l’avis de la direction de LO sans aucune réflexion personnelle ! Ils sont complètement nuls ! Ce qui intéresse les visiteurs éventuels cela peut être vos avis sur certains sujets, mais croyez-moi que ce qu’ils veulent savoir en réalité c’est la biographie de ces militants ! Votre vie publique c’est ce qui prend toute votre vie privée comme l’a expliqué Arlette en déclarant un jour : « La politique c’est toute ma vie ! » Mais comme je l’ai fait remarquer à Oleg dans un message précédent : « On peut jouir de la politique comme on jouit d’une femme ou d’un homme ! » Ça devient alors une déviation voire une perversion qui occupe effectivement toute la vie ! P.-S. : qu’est-ce c’est que ces accusations de secte et surtout de manipulation de la vie privée des adhérents que l’on trouve à l’encontre de LO sur Internet en tapant « Lutte ouvrière secte » ? Peux-tu t’expliquer car à mon avis c’est très grave ! P.-S. : et pourquoi dès qu’on vous critique il n’y a alors souvent qu’une seule réponse de votre part : le procès en 136


diffamation que vous perdez d’ailleurs toujours ! N’avez-vous pas d’autres arguments à faire valoir que ceux de la justice bourgeoise ? P.-S. : à la lecture régulière du journal de LO j’ai l’impression de n’avoir affaire qu’à des journalistes vieilles filles ou vieux garçons qui n’ont jamais connu l’amour ou la vie de couple ! Estce pour cela que vous ne devez pas en réalité parler de votre vie privée ? Cela dit chacun est libre d’organiser sa vie comme bon lui semble ! Et ne dit-on pas aussi : « Pour être heureux, vivons cachés ! » Le bonheur n’est pas la même chose pour tout le monde et chacun le trouve là où il le peut ! Même dans la politique ! Tu peux aussi me rétorquer comme les curés et les bonnes sœurs : « Se sacrifier pour soulager l’humanité souffrante est une forme supérieure d’amour ! » Je te rétorque à mon tour cette phrase de Freud à propos du christianisme (lequel dans son esprit ne reposait essentiellement que sur l’homosexualité paranoïaque souvent inconsciente : j’ai trouvé ça sur Internet mais où exactement je ne m’en rappelle plus) qui prouve bien qu’on ne milite pas toujours pour les raisons que l’on avance consciemment : « Quelle différence y a-t-il entre aimer un homme et aimer tous les hommes ? » P.-S. : je suis d’accord avec tes discours « politiques » à tes meetings.

137


ŒDIPE DÉSIRÉE […] La stéatose hépatique notable que j’avais peut-être depuis 10 ou 15 ans voire plus a maintenant complètement disparue suite sans aucun doute possible à l’arrêt complet de la mirtazapine 15 (antidépresseur : 1 à 2 comprimés par jour le soir) fin novembre 2011. Je tiens les résultats du laboratoire d’analyses médicales à votre disposition si vous désirez les voir. […] ŒDIPE

138


BILAN Depuis mes deux premières crises graves en 1966 ayant nécessité deux hospitalisations psy en urgence, j'ai quand même fait de gros progrès ! Cela ne tient d'abord qu'au fait que j'ai rencontré l'amour et la femme de ma vie et que cela notamment m'a permis de diminuer considérablement le nombre et le dosage des molécules que je prenais autrefois ! Mais si j'ai pu un jour amener une femme sous mon toit et dans mon lit cela ne tient ensuite qu'au fait que « je travaillais » ! Ainsi j'ai pu demander à l'assistante sociale de mon employeur un logement dans le cadre du 1 % de cotisation patronale (auparavant je vivais chez mes parents) ! Mon employeur ne m'avait gardé que parce que conformément à la convention collective, s'il me réformait pour raison de santé psy, d'une part il aurait dû me reconstituer ma retraite privée (à l'époque) et me la verser immédiatement, d'autre part il aurait dû me verser une pension d'invalidité égale à la moitié de mon salaire ! Comme il devait payer le tout immédiatement dès mon licenciement, il a préféré toujours reporter à l'échéance à plus tard, et c'est pourquoi il m'a gardé 32 ans ¼, alors que je n'étais pas du tout rentable ! En particulier soit j'étais pris de crises de narcolepsie et je m'effondrai sur mon bureau soit j'allai me coucher à l'infirmerie où je m'y endormais aussitôt au moins pour une demi-journée du fait des effets indésirables des médicaments psy que je prenais à des doses faramineuses ! 15 % des schizophrènes seulement travaillent, 3 % seulement sont mariés, 1 % seulement ont des enfants, 75 % rechutent après l'arrêt des médicaments psy dans le délai d'un an, un schizophrène sur deux fait au moins une tentative de suicide dans sa vie, un sur six en meurt, etc. ! Souvent je dis ou j'écris : « Au mieux les médicaments suppriment le malheur jamais ils ne font le bonheur ! » Je réalise maintenant que ne pas souffrir, c'est déjà bel et bien une forme de bonheur ! Et si seulement l'humanité entière pouvait ne pas ou ne plus souffrir ? Mais comment en suis-je arrivé à ce que je considère comme enfin une guérison complète et définitive et comme enfin un bonheur parfait ? Il m'aura fallu du temps : de […] (à ma naissance) à […] (à ma mise à la retraite), soit 60 ans ! Essentiellement, pendant tout ce temps, je n'ai toujours fait que me prendre la tête pour essayer de comprendre mes troubles et ma maladie psy ! Mais en réalité, au cours de ce combat, jamais je n'ai vraiment 139


cru que je pouvais aboutir à quelques bons résultats thérapeutiques psy ! Quel ne fut donc pas ma surprise, mon étonnement, etc. lorsqu'au bout de 60 ans de travail psy sur moi-même je me suis aperçu que je pouvais réduire considérablement ma dose d'antipsychotique et même supprimer complètement mon antidépresseur, sans qu'il n'y ait de rechute ? Comprendre les causes psychologiques de sa névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle puis celles de sa schizophrénie paranoïde, ce n'est vraiment pas évident du tout, même en lisant Freud et Lacan ! Car ce qui s'est passé dans la toute petite enfance (de la naissance à six ans) sur les plans sentimental et sexuel entre l'enfant et ses parents n'est jamais ni compréhensible ni concevable tout de suite ! Mais se poser des questions et y trouver ou non des réponses, n'est-ce pas faire de la philosophie ? Et n'est-ce pas elle – bien que les médicaments psy soient aussi très utiles – qui m'a fait aboutir enfin à ma guérison complète et définitive et enfin à mon bonheur parfait ? Pour cela il m'a fallu 60 ans (de ma naissance à ma mise à la retraite, je le rappelle) de travail psy, de réflexions, etc. sur moi-même ! Mais l'enjeu n'en valait-il pas la chandelle, même si je n'y ai jamais cru ? Je n'ai que peu décrit la douleur psychologique due aussi bien à la maladie psy qu'aux médicaments psy, dans le présent livre ! C'est qu'en réalité, c'était trop difficile, car peu exprimable ! Il n'y a pas de mots pour dire ces maux ! J'espère pourtant avoir montré que les médicaments psy rajoutent beaucoup de souffrance à beaucoup de souffrance ! J'ai compris les causes psychologiques adultes et infantiles de ma schizophrénie et leurs liens réciproques ! Et mon vécu et mon ressenti c'est que je suis enfin complètement et définitivement guéri et enfin parfaitement heureux ! Je suis guéri car lorsque je ne prends plus rien du tout (même sur de très longues périodes) il n'y a jamais de rechute ! Malgré tout j'ai un doute qui subsiste à ce sujet dans la mesure où aucun examen médical (prise de sang, radiographie, etc.), aucun test psychologique (taches d'encre, monde imaginaire, etc.), ne permet de constater que je ne suis plus porteur de la schizophrénie ou de prévoir l'avenir même si je suis sans aucun symptôme. Je prends à nouveau un sixième de la dose d’antipsychotique recommandée par les laboratoires pharmaceutiques en matière de schizophrénie et j’ai toujours des entretiens car guéri ou pas cela me réussit aussi 140


parfaitement de cette façon. Mon vécu et mon ressenti toujours – que j'arrête complètement mon antipsychotique même sur de très longues périodes ou que je n'en prenne comme actuellement qu’un sixième de la dose recommandée par les laboratoires pharmaceutiques – c'est que je suis toujours parfaitement sain d'esprit ! Dans ces deux cas, jamais je ne constate de troubles dus à la maladie ou de troubles dus au médicament ! N'est-ce pas l'idéal ? Philosophiquement, on n'est jamais complètement guéri car la vie n'est-elle pas une maladie mortelle sexuellement transmissible ? C'est-à-dire que sauf accident on meurt toujours de maladie que l'on porte en soi depuis sa conception. Si bien qu'en réalité on est toujours plus ou moins malade et/ou on est toujours plus ou moins guéri... en attendant la mort ! Et il n'y a jamais de retour à l'état de santé précédant la maladie ! Car même pour une angine on a changé en quelque chose d'une façon irréversible ! Psychologiquement, être guéri n'est-ce pas être heureux, avoir la joie de vivre, ou tout au moins avoir une vie vivable ? et cette définition de la guérison n'est-elle pas valable aussi bien pour le cancer que pour la schizophrénie, etc. ? Mais guérit-on de ceux-ci comme on guérit de la grippe ? Si je suis guéri de ma schizophrénie ce n'est en rien du tout grâce à mes psys ! Ont-ils conçu que ma guérison serait possible un jour ? Ils n'ont fait que me soigner et moi je me suis guéri moi-même grâce au travail, à la sexualité, à l’amour, au militantisme, à la philosophie, à l’environnement, à mon livre… Trois phrases de Freud me viennent : • « En psychanalyse on guérit grâce à l'intelligence et à l'amour ! » • « Votre grande misère hystérique j'en ferai un petit malheur banal ! » • « Être guéri c'est être capable d'aimer et de travailler ! » Être guéri de la schizophrénie c'est avoir la vie de Monsieur et Madame tout le monde sans gros problème ou importante 141


difficulté. Autrement dit c'est avoir la qualité de vie des gens en bonne santé ! Quant à la définition de la santé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), à savoir : « la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité », ne correspond-elle pas exactement à mon vécu et à mon ressenti en ce qui concerne justement ma propre santé ? Et cela ne perdure-til pas ainsi depuis huit ans maintenant ? Ne suis-je donc pas guéri ? Être guéri n’est-ce pas avoir une vie vivable ? Je n'ai pas changé le monde : il y a toujours des riches et en bonne santé et des pauvres et malades ! Mais je me suis changé moi-même : il y a quarante et un ans, en abandonnant ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle commencée dix ans auparavant, et il y a sept ans en abandonnant les résidus les plus pervers de ma schizophrénie paranoïde commencée trente-neuf ans auparavant ! Mais aussi, je crois que j'ai apporté du bonheur à mon entourage : ma belle-mère qui a vécu plus de trente ans sous mon toit, et ma femme que je connais depuis maintenant trente-neuf ans ! Et s'il le fallait je pourrai retravailler ! En changeant « Schizoréflexions » pour « Courriers du cœur à ma psychiatre psychanalyste et à mon assistante sociale », j'ai réalisé que mes courriers à Désirée et à Mathilde (ou à Mathilde et à Désirée, dans quel sens le mettre ?) n'étaient en réalité qu'un transfert amoureux cachant un trop plein de désirs érotiques infantiles à leur sujet. Ceux-ci ne s'adressaient pas vraiment à elles-mêmes mais à ma femme, substitut de ma mère à l'âge adulte, avec laquelle j'avais un problème sexuel : notre mariage non consommé pour lequel nous avons battu le record du monde : 39 ans ! Cela fut bien sûr toujours suivi d'un gros chagrin voire d'un deuil à leur égard ! J'ai reporté des sentiments favorables ou hostiles sur leur personne et correspondant à la répétition de situations infantiles et au jeu de structures anachroniques. En les liquidant j'ai liquidé ma schizophrénie ! Bien sûr la psychanalyse - que je n'ai connue qu'épistolairement à raison d'une lettre environ par jour de 1962 à 2012 - même en plus des médicaments psy et de la psychothérapie ça ne réussit pas sur tout le monde ! Je ne comprends toujours pas le sens de l'existence que ce soit celui de l'univers ou que ce soit celui de mon existence à 142


moi ! Quel est le but de la vie mis à part celui que l'on se donne en général dès l'adolescence ? Quel objectif poursuit l'univers ? « Le Parfait Bonheur ne consiste qu'à rendre les hommes heureux ! » a écrit Jean-Baptiste Rousseau (1671-1741) ; toute ma vie n'est-ce pas pour quoi j'ai lutté ainsi ? Le bonheur parfait est possible puisqu'enfin depuis un certain temps maintenant assez long qui perdure n'est-ce pas mon vécu, mon ressenti justement que je déclare pour moi ? Je m'explique plus celui-ci par des raisons psychologiques que par des raisons matérielles. C'est surtout le fait de parfaitement gérer toutes sortes de pensées, et surtout celles sexuelles, affectives, etc. qui me permet, à mon avis, d'accéder à ce qu'il faut bien que j'appelle un « paradis » ! Je ne crois pas à celui des catholiques : après la mort contempler Dieu pour l'éternité ! Je ne crois pas à celui des communistes non plus : la disparition de l'oppression sociale ! À mon avis celle-ci ne supprimera pas pour autant les névroses, psychoses, perversions, chagrins d'amour, adultères, haines, deuils, etc. Peut-être même, qu'au contraire, de nouveaux troubles psy et/ou de nouvelles maladies psy apparaîtront ! Il n'y aura jamais d'éducation parfaite donc il y aura toujours des troubles et/ou des maladies psy à l'âge adulte. On peut bien sûr arriver à parfaitement gérer toutes sortes de pensées (et surtout celles sexuelles, affectives, etc.) et se déclarer alors parfaitement heureux comme c'est mon cas déjà actuellement ! Mais pour cela ne m'a-t-il pas fallu 60 ans (de ma naissance à ma mise à la retraite) et grâce alors surtout à mes écrits ? Si bien que la chance que j'ai eue dans mon malheur, même sous le prétendu paradis communiste, à mon avis, bien des travailleurs, même s'il n'y aura plus de patrons, de bourgeois, de capitalistes, etc. ne l'auront, eux, jamais ! J'ajoute que, compte tenu de mon expérience de la psychothérapie voire de la psychanalyse, le bonheur, comme je l'ai déjà dit par ailleurs, c'est avant tout pour l'inconscient être fusionnel avec sa mère ! Comme c'est une chose quasiment impossible, il en résulte aussi que ce bonheur, ce paradis, est lui aussi quasiment impossible ! Je suis quand même arrivé à me tirer d'affaire de ce problème aussi ! Je crois que j'ai eu beaucoup de chance dans mon malheur et que celle-ci ne sera pas donnée à tout le monde même sous le prétendu paradis communiste ! Je crois qu'un monde sans classe sociale, une économie d'abondance, la paix, sont possibles si les travailleurs ne se trompent pas et luttent efficacement pour cela ! Mais cela n'empê143


chera pas qu'il y aura toujours des malheureux dans le domaine des sentiments, de la sexualité, de la vie de couple, etc. Et les maladies psy ne sont-elles pas des maladies d'amour ? Je ne crois pas à un univers parfait et radieux dans l'avenir. Il ne sera toujours qu'inégal et injuste, avant tout. Avec des heureux comme avec des malheureux ! Mais ne se tireront-ils pas mieux d'affaire sous le communisme que sous le capitalisme ? Le mot sexe est le mot le plus tapé dans Internet et les sites sexy sont ce qu'il y a de plus visités dans le monde entier ! Je préfère les jolies filles sexy dans la réalité pas en virtuel et je les apprécie donc surtout dans la rue, sur la plage, etc. Et j'aime ma femme qui n'est pas sur Internet ! Celui-ci serait paraît-il facteur de toujours plus de prostitution et de viols ! C'est possible ! Où va-t-on ? Les élections n'ont jamais fait les révolutions ! Quelle mesure de trop en France ou ailleurs provoquera l'explosion sociale qui embrasera le monde entier ? Si l'univers sera toujours inégal et injuste, un monde toujours meilleur ne sera-t-il pas lui possible, y compris même sur le plan sexuel et de l'amour, pour tout le monde ? Il correspond au rêve communiste ! Même les malheureux dans le domaine des sentiments, de la sexualité, de la vie de couple, etc. ne se tireront-ils pas alors mieux d'affaire ? Je ne pense pas que le communisme soit inéluctable ! Il faut que les travailleurs ne se trompent pas et luttent efficacement pour cela ! Alors il devrait être possible voire probable ! Mais comme l'a dit Trotski : « Si une énorme comète écrase toute la planète verra-t-on un jour le communisme ? » ! Le 30 juin 2012, Œdipe LA PLUME

144


ŒDIPE Militant GIA Hilda GENTIANE Médecin militant GIA Il résulte de mon expérience de la schizophrénie, que chez moi, elle faisait suite à un choc affectif à l’âge adulte renvoyant à un problème psychologique à l’âge infantile. Auparavant je souffrais d’une névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle, se traduisant par un gros blocage sexuel et sentimental et surtout par une grosse faille dans la parole vis-à-vis du sexe opposé. Je ne vois pas très bien le rapport ainsi avec un virus, des anomalies génétiques, des ventricules du cerveau, une matière grise anormaux, etc. Si je n’avais jamais souffert de névrose obsessionnelle il n’y aurait jamais eu non plus de terrain favorable psychologiquement à l’éclosion d’une schizophrénie. Toutefois, chez d’autres schizophrènes, il est possible que les causes de leur maladie psy soit quand même essentiellement biologiques. Mais il n’y a jamais eu de preuves vérifiées sérieusement en ce sens ! Il n’y a au mieux que des statistiques à qui ont fait dire n’importe quoi ! Car par exemple en matière d’anomalies génétiques il y a aussi bien des schizophrènes qui n’en ont jamais eues que des gens qui ne seront jamais schizophrènes alors qu’ils en ont beaucoup eues. En plus si le problème était une mauvaise hérédité, du fait que seulement 1 % des schizophrènes ont des enfants, il ne devrait pas y avoir toujours plus de schizophrénies. Les explications psychologiques ne sont jamais vérifiables scientifiquement, mais est-ce que ça veut dire qu’elles ne sont pas vraies pour autant ? La matière existe ! Mais l’esprit aussi ! Et ne dépendent-ils pas l’un de l’autre réciproquement ? Quant aux remèdes psychologiques pour la schizophrénie, il n’y a que la psychothérapie ou la psychanalyse en plus des médicaments psy. Actuellement celles-ci ne sont efficaces que sur peu de malades psy car il faut alors être suivi pendant des dizaines d’années et payer très cher les psys compétents. Pour cela il faut avoir de l’argent grâce à un travail, or seulement 15 % des schizophrènes ont un emploi actuellement. Et 42 % des 145


psys refusent la Couverture maladie universelle (CMU) d’après une enquête de Que choisir santé ! ŒDIPE

146


ŒDIPE LUTTE OUVRIERE […] Vous demandez lorsqu’on adhère chez vous à ce qu’alors on sacrifie toute sa vie privée (ne pas se marier, ne pas faire d’enfants, ne pas avoir de promotion au travail, etc.) au profit de votre vie politique. Sachez que je ne suis pas d’accord du tout avec cela ! Certes, pendant la Seconde Guerre mondiale des résistants ont sacrifié leur vie pour sauver celle des autres ! Mais c’était souvent alors pour sauver la vie de leur(s) enfant(s) ou de leur conjoint ! En quoi la vie des générations futures aurait-elle plus de valeur que la vie des générations actuelles ? Militer c’est ce qui ce qui fait votre plaisir, votre bonheur ! Mais ceux-ci sontils la même chose pour tout le monde ? Votre façon de considérer la vie de vos adhérents n’est pas très humaine ! […] ŒDIPE

147


ŒDIPE DÉSIRÉE EFFETS INDÉSIRABLES DE L’ARIPIPRAZOLE ET DE LA MIRTAZPINE […] À la suite de mes problèmes urinaires (le jet est tout à fait normal mais j’urine en plusieurs fois ce qui n’est pas normal du tout d’après mon urologue) j’ai passé une fibroscopie vésicale ce matin. Il en résulte que ma prostate est bien grosse mais ne présente aucun problème d’obstruction mécanique. Mes problèmes urinaires ont été attribués à l’aripiprazole 2 ½ antipsychotique : la dose minimum étant de 15 et la dose maximum étant de 30 pour la schizophrénie) : voir le dictionnaire Vidal à ce sujet. Pour l’instant il n’a été décidé ni opération ni médicament contre cela ! Mais toutefois, dans l’avenir je pourrai bien souffrir d’une rétention urinaire totale. Soit due à nouveau à une hypertrophie prostatique : il faudrait alors m’opérer une troisième fois, soit due en pire à l’aripiprazole 2 ½ : il faudrait alors que je me pose plusieurs fois par jour une sonde dans la vessie pour la vider ! C’est paraît-il choquant du point de vue de l’imagination mais dans la réalité ça se ferait très facilement ! À moins à la place de changer d’antipsychotique (mais tous les médicaments de cette famille ont cet effet indésirable) ou d’arrêter complètement la prise d’aripiprazole (ce que je ne souhaite pas avant un an). Je m’endors le soir vers minuit dans les 5 minutes qui suivent le coucher d’un sommeil très profond et je me réveille le matin vers 4 heures et ne peux plus alors me rendormir ! Ça ne me pose depuis six mois aucun problème dans la journée tout comme pour Margaret Thatcher, qui, elle aussi, ne dormait que 4 heures par nuit. Auparavant je prenais en plus de l’aripiprazole un antidépresseur sédatif : la mirtazapine 15, si bien qu’alors je dormais environ 7 à 8 heures voire 9 heures par nuit ! Mais je ne peux plus le prendre puisqu’il est responsable de ma stéatose hépatique (qui a disparu avec la suppression de ce médicament) depuis 15 ou 20 ans (autrefois j’ai pris aussi bien d’autres marques d’antidépresseurs). On ne sait pas si je me réveille vers 4 heures du matin parce que j’ai réellement besoin

148


d’uriner ou parce que je n’ai pas besoin vraiment de dormir plus surtout à mon âge avancé ! […] ŒDIPE

149


LES FEMMES POUSSENT-ELLES AU CRIME ? LES HOMMES SONT-ILS TOUS DES VIOLEURS ? Il est bien évident pour moi que la plupart des jeunes femmes ne cherchent qu’à faire un effet sexuel sur la plupart des jeunes gens, ne serait-ce que pour tenter de se dénicher, l’amour, l’homme de leur vie... Le problème alors c’est qu’elles excitent ainsi tous les hommes y compris les violeurs ! Et alors qu’elles ne souhaitent pas avoir des rapports sexuels et/ou sentimentaux ni avec tous les hommes, ni avec n’importe qui, etc. mais seulement avec l’homme qu’elles désirent et préfèrent… Je pense toujours qu’être violeur résulte d’un complexe d’Œdipe qui s’est mal passé dans la petite enfance (Freud distinguait trois structures psychopathologiques : la névrose, la psychose et la perversion), d’un taux de testostérone (l’hormone du désir) normal ou élevé à l’âge adulte (plus ce taux est fort plus les envies sexuelles sont alors insupportables), de l’ambiance de la société : si celle-ci est à la pornographie sans aucune éducation sexuelle des hommes, bien sûr ça n’arrange rien, etc. Je pense qu’à ce sujet les féministes soit se trompent soit mentent délibérément ! Quand elles disent notamment que la tenue vestimentaire de la femme n’y est pour rien dans les histoires de viol, et que celui-ci ne résulte que de la culture des hommes ! Je suis toujours très excité et très perturbé par les jeunes femmes sexy en minijupe et en corsage bâillant ! J’ai alors des sensations érotiques, des sentiments tendres, des pulsions sexuelles, etc. qui me viennent et me travaillent intellectuellement, alors que le voile ou la burqa me répugne et me font fuir ! Bref, il y a toujours pour moi, une souffrance sexuelle à voir, regarder, reluquer, mater, etc. une jolie jeune femme sexy… et alors qu’il y a toujours forcément quelque chose de plus fort que moi qui me pousse ainsi sexuellement vers elle… Il y a bien sûr aussi pour moi en même temps toujours du bonheur sexuel, à voir, regarder, reluquer, mater, etc. une jolie jeune femme sexy… Je suis sans rapport sexuel depuis 39 ans que je suis marié et je me déclare pourtant parfaitement heureux… Comment est-ce possible ? Tout simplement que même si mon excitation, ma perturbation par les jeunes femmes sexy est pourtant très forte, en réalité, je n’ai pas grand mal à parfaitement gérer malgré tout et quand même les fantasmes sexuels et sentimentaux qui me viennent alors… 150


Tout mon bonheur parfait ne réside que dans le fait que je gère parfaitement mes pensées ! Et pas seulement celles sexuelles et sentimentales… Et pour ce bonheur sexuel ou non je n’attends pas après un éventuel paradis catholique ou communiste… Mon bonheur sexuel ou non ne vient pas seulement de l’effet du monde extérieur, de la matière, etc. sur moi, mais tout autant de l’effet de moi-même aussi sur mes propres pensées, mon esprit… C’est assez complexe, mais à mon avis, je m’y retrouve toujours parfaitement ! Malheureusement ce n’est pas le cas de tout le monde et notamment des pervers… Mais ce n’est pas une prétendue culture des hommes qui ferait que ceux-ci violeraient… Celle-ci les féministes l’attribuent à tous les hommes parce qu’ils auraient tous un pouvoir politique et donc aussi sexuel dans notre société sur les femmes. Si c’était vrai, tous les hommes ne violeraient-ils pas systématiquement toutes les femmes ? C’est dans la nature des hommes de violer mais c’est au contraire justement leur culture qui s’y oppose. Le problème, à mon avis, c’est qu’il y aura toujours plus de viols : les femmes excitent toujours plus sexuellement les hommes dans une société caractérisée par la pornographie et où ceux-ci ne reçoivent aucune éducation sexuelle pour gérer les provocations sexuelles féminines (la jeune femme sexy en minijupe et corsage bâillant n‘apparaît-elle pas à ceux-ci comme mirobolante et irrésistible ?) : ils sont toujours plus perturbés et n’ont pas beaucoup la bonne solution à leur problème sexuel ! ŒDIPE

151


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLOG HTTP://CEPADULUXE.OVER-BLOG À LA SUITE DE L’ARTICLE « GUÉRIR DE LA SCHIZOPHRÉNIE : GUÉRISON OU RÉMISSION ? » […] Il y a de nombreux schizophrènes qui guérissent totalement ! La preuve ? Ce qu’a dit le Pr Camille Lampion de l’Hôpital SainteMadeleine à Marseille dans l’émission du 20 novembre 2004 sur France 2 « Mieux comprendre la schizophrénie », à savoir : « 15 % des schizophrènes ne font qu’une seule crise sans suite ! » Cela veut dire bien sûr dire qu’ils ont en réalité arrêté leur traitement médicamenteux psy à la suite de leur crise psy à leur sortie d’hôpital psy ! Et s’ils avaient écouté leur psy que se serait-passé ? Ils seraient restés impotents et invalides toute leur vie, n’auraient pas pu travailler, se marier, avoir d’enfants, etc. ! En réalité ce qui caractérise la schizophrénie c’est qu’elle est imprévisible et qu’elle n’est toujours qu’une loterie quant à son avenir… Le problème c’est que tous les schizophrènes ne rechutent pas après l’arrêt de leurs médicaments psy, mais que nul ne peut savoir à l’avance qui va rechuter ou pas ! 75 % des schizophrènes rechutent dans le délai d’un an après l’arrêt de leur traitement médicamenteux psy ! Mais au moins 15 % par contre ne rechutent jamais ! […] Œdipe LA PLUME

152


EXTRAIT DU FORUM WWW.LEGAVOX.FR Œdipe LA PLUME FORUM WWW.LEGAVOX.FR NOUVEAU CABINET D’AVOCATS PÉCIALISÉS LA CENSURE DES PROPOS PARFAITEMENT LICITES SUR LES FORUMS D’INTERNET PAR LES MODÉRATEURS EST-ELLE LÉGALE ? QUELLES SONT LES POSSIBILITÉS DE RECOURS ÉVENTUELLES ? La France est toujours le pays d’Europe le plus condamné en matière d’abus psychiatriques par la Cour européenne des droits de l’Homme et le dernier pays d’Europe a refusé la judiciarisation immédiate (c’est-à-dire dans les premiers jours) des hospitalisations sous contrainte. Le problème c’est que j’ai été aussi bien censuré que banni par de nombreux sites psy pour avoir déposé sur leurs forums des messages à ce sujet. Et même l’un d’eux vient de me censurer (sans me bannir) parce que je lui ai demandé qu’il rappelle à ses visiteurs la loi et la jurisprudence en matière de censure sur les forums d’Internet par les modérateurs ! C’est un comble ! Mais toute vérité est-elle toujours bonne à dire y compris sur les sites psy d’Internet ? Je vous demande de me répondre aux questions suivantes : les modérateurs sur les forums ont-ils le droit (en dehors des grossièretés, du racisme, des menaces, des atteintes à la vie privée, etc.) de censurer les propos parfaitement licites de leurs visiteurs ? Dans les conditions générales d’utilisation du forum le site a-t-il le droit de faire approuver et signer, d’une part une autorisation reconnaissant le droit d’être censuré par le modérateur pour ce qui est même parfaitement licite (en dehors des grossièretés, du racisme, des menaces, des atteintes à la vie privée, etc.), d’autre part une renonciation à recourir à toute poursuite judiciaire pour toute censure illégale contre le site ? M’autorisez-vous à reproduire (avec les mentions légales) votre réponse, d’une part sur mes blogs, d’autre part sur les forums de ces sites (au risque d’être à nouveau aussi bien censuré que banni) ? Le principe des forums y étant le libre débat toute censure (en dehors de ce que 153


j’ai déjà précisé ci-dessus) de propos parfaitement licites est illégale et passible de poursuites pénales, à mon avis ! Est-ce que je trompe ? Je vous remercie pour votre réponse éventuelle. Œdipe LA PLUME

154


EXTRAIT DU FORUM WWW.LEGAVOX.FR FORUM WWW.LEGAVOX.FR NOUVEAU CABINET D’AVOCATS SPÉCIALISÉS Œdipe LA PLUME Un forum internet est un endroit privé. En y postant un message, vous vous engagez à respecter le règlement du dit forum et vous en acceptez la modération. Si vous n’acceptez pas ces 2 points, vous ne postez pas sur le forum. WWW.LEGAVOX.FR

155


EXTRAIT DU FORUM WWW.LEGAVOX.FR Œdipe LA PLUME FORUM WW.W. LEGAVOX.FR NOUVEAU CABINET D’AVOCATS SPÉCIALISÉS CERTIFICAT MÉDICAL ILLÉGAL, FAUTE LOURDE MÉDICALE, ETC. (MESSAGE SANS RÉPONSE) Les hôpitaux publics parisiens, soit à la sortie des malades de leurs services (cardiologie, néphrologie, etc.), soit sur leur site Internet, etc. demandent toujours que ceux-ci leur donnent leur avis de satisfaction sur leurs séjours dans ceux-ci. C’est ce que j’ai fait en écrivant à des directeurs d’hôpitaux publics parisiens pour leur signaler (sans grossièreté ni menace) qu’à mon avis, je constatais, à propos de ceux-ci, depuis au moins environ 1981, une « dégradation des soins, des services, de la relation médecin-malade », etc. Ne recevant jamais de réponses de la part de ces hôpitaux publics parisiens au sujet de cette « dégradation des soins, des services, de la relation médecin-malade », etc. j’ai alors continué à leur écrire pendant environ six mois en nombre, leur donnant toujours plus d’exemples de toutes sortes à ce sujet ! C’est alors qu’au bout des six mois de courriers en nombre, j’ai été convoqué pour un examen psychiatrique obligatoire au Centre médico-psychologique de mon quartier suite à un signalement d’un professeur en psychiatrie de l’un de ces hôpitaux publics parisiens à Monsieur le préfet de police de Paris. Il lui écrivait entre autres à mon sujet : « Je me permets de vous informer de l’arrivée en nombre à Sainte-Clotilde de plusieurs courriers émanant de M. Œdipe La Plume. Il s’agit de courriers très longs, désordonnés, faisant état de propos et de préoccupations qui, sous réserve d’un avis qui pourrait être différent de la part d’un clinicien qui rencontrerait directement cette personne, me paraissent délirants. Ces courriers sont infiltrés de quelques allusions menaçantes sans que cependant ne soit désigné un persécuteur ou que ne soit fait état de l’imminence annoncée d’un passage à l’acte. Je tenais cependant à vous informer de cette 156


situation qui m’apparaît concerner un patient dont je ne sais rien d’autre et en particulier pas s’il est pris en charge dans les structures psychiatriques de son secteur. », etc. Pourquoi, d’une part ne m’a-t-il jamais demandé d’arrêter d’écrire aux directeurs d’hôpitaux, d’autre part ne m’a-t-il jamais convoqué pour me dire lui-même que j’avais besoin de soins psy supplémentaires à ceux que j’avais déjà ? Son diagnostic de « désordre, délire, dangerosité », etc. dans la mesure où il a été fait il y a quatre ans et qu’il ne s’est jamais révélé juste à ce sujet jusqu’ici, n’étaitil pas, en réalité, qu’une faute lourde médicale ? J’ai signalé tout cela à l’Ordre des médecins (par fax ou par LRAR) mais il ne m’a jamais répondu malgré mes réclamations ! Quel recours ai-je contre lui éventuellement ? Comment dois-je m’y prendre si je désire que ce professeur en psychiatrie soit puni pour « certificat médical illégal, faute lourde médicale, non-respect de la déontologie » ? Quelle chance ai-je de gagner cette affaire ? Je vous remercie pour votre réponse éventuelle ! Œdipe LA PLUME

157


EXTRAIT DU FORUM WWW.LEGAVOX.FR Œdipe LA PLUME FORUM WWW.LEGAVOX.FR NOUVEAU CABINET D’AVOCATS PÉCIALISÉS LA NUDITÉ DES PARENTS DEVANT LEURS ENFANTS EST-ELLE LÉGALE ? Bonjour, La loi interdit de montrer des images pornographiques à des mineurs de 18 ans et je me demande donc : la nudité des parents devant leurs enfants est-elle passible de poursuites pénales ? certains naturistes ont-ils le droit d’être en permanence tous nus devant leurs enfants sous le toit conjugal ? d’autres parents aux idées avancées elles aussi ont-ils le droit de prendre un bain avec leurs enfants ? que dit la loi à ce sujet ? quelle est la définition légale de la pornographie ? où commence-t-elle ? D’avance, je vous remercie pour votre réponse éventuelle. Œdipe LA PLUME

158


EXTRAIT DU FORUM WWW.LEGAVOX.FR FORUM WWW.LEGAVOX.FR NOUVEAU CABINET D’AVOCATS SÉCIALISÉS Œdipe LA PLUME Il ne faut pas confondre pornographie et nudité qui sont deux choses très différentes. La pornographie, c’est la représentation, souvent à caractère obscène, de la sexualité. Il ne suffit donc pas d’être nu pour représenter la sexualité... WWW.LEGAVOX.FR

159


EXTRAIT DU FORUM WWW.LEGAVOX.FR Œdipe LA PLUME FORUM WWW.LEGAVOX.FR NOUVEAU CABINET D’AVOCATS PÉCIALISÉS LA NUDITÉ DES PARENTS DEVANT LEURS ENFANTS : UN ATTENTAT À LA PUDEUR ? Bonjour, Suite à ma question « La nudité des parents devant leurs enfants est-elle légale ? » du 17/09/2012, et à votre réponse du 18/09/2012, il me vient que je ne suis pas du tout d’accord avec vos arguments. La nudité suffit (grâce ses différences anatomiques dont personne ne peut de toute façon jamais les cacher vraiment : par exemple les hanches, les seins, etc. chez les femmes) pour représenter la sexualité… Et même elle suffit aussi pour l’exacerber ! Car c’est la nature, le corps, la silhouette (sexy chez les femmes) qui parle alors à celui ou celle voire aux mineurs de 18 ans qui regardent ! Pour les psychologues la pornographie n’est indécente que dans la mesure où elle peut faire du mal psychologiquement aux mineurs de 18 ans ! Ce qui compte a dit Freud ce n’est pas la réalité matérielle mais la réalité psychique ! N’a-t-il pas expliqué que les enfants ont des fantasmes sexuels à l’égard de leurs parents même si ceux-ci ne les traumatisent pas sexuellement, qu’ils ne les supportent pas, qu’ils les refoulent, etc. et que cela se traduit à l’âge adulte par des névroses, des psychoses, des perversions, etc. ? Dire qu’il ne suffit pas d’être nu pour représenter la sexualité… est tout à fait contraire à ce j’ai compris de tous mes psys ! Et j’ajoute : « Non seulement la nudité suffit pour représenter la sexualité mais même elle suffit aussi pour l’exacerber ! » Rien ne protège-t-il actuellement les enfants juridiquement à ce sujet ? car comment constater voire évaluer les dommages qu’ils ont subis ? peuventils ester en justice ? leur faut-il l’autorisation des parents pour cela ? D’avance je vous remercie pour votre réponse éventuelle. Œdipe LA PLUME 160


EXTRAIT DU FORUM WWW.LEGAVOX.FR FORUM WWW.LEGAVOX.FR NOUVEAU CABINET D’AVOCATS SPÉCIALISÉS Œdipe LA PLUME Je vous renvoie à la définition légale de l’attentat à la pudeur et à la première condition, la volonté du coupable de porter une atteinte sexuelle sur la victime. Sans cette volonté, pas d’attentat à la pudeur. Donc un père qui traverse nu le couloir pour aller de la salle de bain à la chambre et est vu par un enfant ne commet pas d’attentat à la pudeur. WWW.LEGAVOX.FR

161


ŒDIPE MATHILDE et DÉSIRÉE […] Il n’y a pas lieu, à mon avis, ni actuellement ni dans l’avenir (même si ma femme décédait), que je retourne au SAVS même pour y retrouver de bons contacts et relations humaines, voire même pour lutter contre la solitude. En effet, je ne me sens pas actuellement malade psy, et je ne pense pas que dans l’avenir je m’y sente à nouveau. Le SAVS c’est, toujours à mon avis, pour des gens réellement en situation de souffrance psychique ce qui encore une fois n’est pas mon cas actuellement et ne devrait pas l’être dans l’avenir (même si ma femme décédait) non plus. Bien sûr en imagination je me rappelle les bons moments que j’y ai passés et cela me serre le cœur ! Car je ne peux pas retrouver ce que j’y ai laissé ou perdu en le quittant ! Et ça fait longtemps que je n’ai pas rencontré l’un de ses usagers dans la rue ! Ma santé psy n’a pas cessé de s’améliorer et je me suis bien reconstruit. Que demander de plus ? […] ŒDIPE

162


ŒDIPE MATHILDE et DÉSIRÉE […] Pouvez-vous adresser, si toutefois vous êtes d’accord, une documentation sur le SAVS de La Joie de vivre à ma nouvelle psychanalyste psychiatre Mme Marlène Violette en précisant éventuellement (ce n’est pas une obligation) que c’est de ma part ? En effet, aujourd’hui, je l’ai consultée et en fin d’entretien (au bout de 40 minutes), je lui ai demandé : « Que pensez-vous du SAVS du quartier ? » Or manifestement elle ne savait pas qu’il y avait un SAVS près de son cabinet et encore moins ce que signifie les initiales SAVS ! Je compte lui reparler du SAVS de La Joie de vivre les autres fois que je la reverrai. Pour l’instant elle part en vacances à la fin de cette semaine pour une longue période. Il ne me vient pas de lui parler de Michael Le Grand et/ou de Denis Le Beau : ces deux sinistres individus ne sont pas ma tasse de thé ! Bien sûr je ne peux pas dire de mal du SAVS ni de La Joie de vivre ! Bien au contraire ! Ce qui s’est passé avec M. L. et D. L. est le fait de ceux-ci, pas du SAVS ni de La Joie de vivre ! C’est leur psychiatrie et pour moi la vôtre est différente ! Et j’apprécie celle-ci toujours ! J’ai dit à Mme M. V. que je continuai toujours d’écrire un peu à mon ancienne psy Mme D. J. pour lui donner un peu de mes nouvelles. À elle-même je ne lui écris pas du tout ! Je préfère lui exposer de vive voix ce que j’ai à lui dire ! C’est un progrès me direz-vous ! Mais je n’éprouve pas de pulsion à lui écrire et en plus ça pourrait beaucoup l’indisposer ! […] ŒDIPE

163


LE PARADIS COMMUNISTE ?* TOUT VISITEUR DE CE BLOG QUI DÉSIRE ME PORTER LA CONTRADICTION PEUT Y DÉPOSER DES COMMENTAIRES ! Un site communiste féministe d’extrême gauche à propos du communisme, écrit : « La disparition de l’oppression sociale fera alors enfin disparaître toutes les autres formes d’oppression ! » Je crois qu’il veut dire ainsi qu’avec la fin de l’exploitation de l’homme par l’homme adviendra alors enfin la fin des névroses, psychoses, perversions, troubles sexuels (impuissance, frigidité, etc.), du viol, de la prostitution, de l’adultère, etc. ! Je ne crois pas que le communisme puisse apporter l’amour idéal et le bonheur parfait pour tout le monde ! Car les névroses, psychoses, perversions, le viol, la prostitution, l’adultère, etc. sont-ils réellement des formes d’oppression sociale ? Ces féministes prétendent que les abus sexuels ne résultent que de la culture des hommes ! Quant aux maladies psy elles prétendent que l’éducation étant alors enfin parfaite sous le communisme, celles-ci n’existeront plus ! Je ne m’en tiendrai dans ce qui suit qu’au viol et à la prostitution, car ce qui est vrai pour ceux-ci, le sera aussi forcément pour les maladies psy ! Le viol n’est que le fait de pervers narcissiques, c’est-à-dire d’hommes qui organisent avec les femmes une relation sexuelle nuisible à celles-ci et vécue sans culpabilité ! Freud ne disait-il pas que la perversion était l’une des trois structures psychopathologiques (en plus de la névrose et de la psychose) résultant de la construction de la personnalité pendant la petite enfance et notamment lors du complexe d’Œdipe ? C’est parce que celui-ci s’est mal passé** que certains hommes (voire certaines femmes) manifestent une personnalité perverse à l’âge adulte. Quant à la prostitution, que disent les professionnelles à la télévision ? « J’aime la relation avec mes clients ! » « J’aime ça ! » (Journal télévisé du 20 h sur France 2) « Quand on est prostituée il n’y a pas besoin de se lever de bonne heure pour aller travailler ! » (Vie privée-vie publique sur France 2) « Je gagne en une nuit en me prostituant ce que je gagnerai en un mois en travaillant au bureau ou à l’usine ! » (Les médias) « J’ai commencé librement à l’âge de 17 ans pour les avantages du métier ! » (Les médias) « Se prostituer n’est pas pire que de vider des poulets à la chaîne huit heures par jour ! » (Les médias) « Je n’ai pas de proxénète et le plus gros maque164


reau c’est l’État car il nous prend énormément d’impôts ! » « La prostitution est un bien nécessaire ! » (Les médias) Et les psys, eux, que disent-ils ? « Il ne faut pas croire au mythe de l’absence de jouissance chez les prostituées ! » Mais vendre son corps n’est-ce pas un crime pour certains ? Tout prolétaire qui vend actuellement sa force de travail à un capitaliste n’est qu’un prostitué qui a lui aussi besoin d’argent pour satisfaire ses besoins ! Et tout le monde ne travaillera-t-il pas toujours avec son corps (muscles, nerfs, cerveau, etc.) même s’il n’y aura plus de patrons, de bourgeois, de capitalistes, etc. sous le paradis communiste ? N’y a-t-il pas des femmes qui ont besoin sans cesse de rapports sexuels adultérins pour être satisfaites voire comblées ? Avec Internet est-ce bien difficile quand on est jeune et sexy ? Le bonheur n’évolue-t-il pas avec l’évolution de la société ? Estil le même aussi pour tout le monde ? L’amour du sexe empêchet-il les autres formes d’amour ? Et la fidélité existe-t-elle ? Un couple sur deux divorce actuellement en France ! La durée moyenne d’un couple en France n’est actuellement que de 13 ans ! Rien ne prouve que sous le communisme l’amour idéal et le bonheur parfait ce sera alors forcément la monogamie et la fidélité judéo-chrétienne ! Surtout qu’Internet n’existera-t-il pas toujours ? Bien des sociétés africaines, asiatiques, américaines du sud, etc. ne sont que polygames et que polyandres et les enfants n’y sont pas pour autant plus névrosés, psychotiques, pervers, etc. que dans celles européennes de l’ouest ou américaines du nord ! Et surtout les enfants y sont-ils ainsi plus malheureux ? Je ne vois pas dans les présentes explications où serait l’oppression sociale ! Je considère donc que les névroses, psychoses, perversions, troubles sexuels (impuissance, frigidité, etc.), le viol, la prostitution, l’adultère, etc. existeront toujours, voire seront toujours plus nombreux sous le communisme ! Tout cela ne m’empêche pas de lutter pour un monde meilleur, même si ce n’est qu’à ma façon et notamment grâce à Internet ! Une phrase (dont je me rappelle plus l’auteur et que je n’ai pas retrouvée sur Internet) me vient : « De chacun selon sa voie à chacun selon sa différence ! » Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs *cf. http://psychiatriinfirmiere.free.fr 165


WWW.LUTTE-OUVRIERE.ORG ?* PERSPICACE EN POLITIQUE MAIS PAS POUR LE RESTE ! J’ai beaucoup écrit à www.lutte-ouvriere.org autrefois et vous trouverez tous mes courriers à celui-ci dans mon livre GUÉRISON DE MA SCHIZOPHRÉNIE en 8 tomes (2 810 pages en tout). Bien que je fusse son adhérent potentiel, celui-ci n’a jamais beaucoup répondu à tous mes courriers. Ce qui me fait venir la question d’actualité : est-il une secte ? Mais avant de chercher à répondre à cette question, si toutefois c’est possible, je tiens à dire que j’ai toujours trouvé tous les écrits politiques de LO toujours très perspicaces et très intelligents ! Et d’autant plus que ses analyses et ses projections politiques, jusqu’ici, se sont toujours révélées justes ou vérifiées par le critère de la pratique ! Par contre sur le plan psychologique je suis déçu par ce que j’ai appris grâce notamment à Internet au moment où j’ai voulu y adhérer ! Suite aux questions que je lui ai alors posées je n’ai pas eu de réponses satisfaisantes et j’ai donc renoncé à réitérer ma demande d’adhésion à LO ! Le problème est alors : les accusations de secte ou de sectarisme à l’encontre de LO sont-elles fondées ? […] LO peut-il être, d’un côté très perspicace dans ses analyses politiques, d’un autre côté une mentalité particulièrement rétrograde en psychologie ? Pourquoi pas ! Quand par exemple il affirme que « Sous le communisme l’homosexualité disparaîtra tout naturellement parce que la bourgeoisie n’existera plus ! », c’est une faute de jugement ! L’exploitation n’est certainement pas la cause de l’homosexualité ! Et c’est contredire les explications psychanalytiques de Freud dont c’était justement le métier et le sens de toute sa vie que de réfléchir beaucoup sur l’homosexualité et sur bien d’autres choses psy ! Deux phrases me viennent au sujet du militantisme : « Dans la paranoïa les pulsions homosexuelles se transforment en pulsions sociales ! »** « Tous les homosexuels ne sont pas paranoïaques mais tous les paranoïaques se défendent d’être homosexuels ! »*** Bien sûr, cela n’a rien à voir avec les explications communistes telles que : « Je milite parce que j’ai compris l’exploitation de l’homme par 166


l’homme, la plus-value, la religion opium du peuple, l’État pouvoir organisé d’une classe en vue de l’oppression d’une autre classe », etc. Bien sûr, tout cela aussi est une réalité bel et bien vraie également ! Mais il n’empêche que bien des militants communistes, à mon avis, ne militent, d’une part que pour jouir de leur activité politique comme on jouit sexuellement d’un conjoint (ne disent-ils pas : « C’est toute ma vie ! » ?), etc. d’autre part pour ne pas délirer : leur morale les valorise et ainsi ils supportent mieux leurs pulsions homosexuelles contre lesquelles ils luttent inconsciemment ! Mais ce n’est pas mon rôle que d’avoir à soigner LO même si je cherche toujours à l’aider, à lui rendre service ! Ce n’est bien sûr pas donné à tout le monde que de voir son inconscient ! Et pour paraphraser Trotski qui disait : « Le marxisme c’est ce qui manque à la psychanalyse ! », je dirai à mon tour : « La psychanalyse c’est ce qui manque à LO ! » Mais ce n’est pas parce que nous avons tous besoin de sublimer nos pulsions animales et infantiles pour devenir adulte et humain que, d’une part l’exploitation de l’homme par l’homme n’existerait pas, d’autre part qu’un monde meilleur ne serait pas possible ! C’est pourquoi je lutte moi aussi ! ŒDIPE P.-S. : • il me serait agréable lorsque j’adresse des messages à contact@lutte-ouvriere.org qu’ils ne me soient pas retournés comme « indésirables » ; • il est loisible à LO de faire valoir son droit de réponse sur ce blog soit en y déposant des commentaires soit en m’écrivant à mon e-mail qu’il connaît très bien. *extrait de l’un de mes anciens blogs **cf. http://psychiatriinfirmiere.free.fr ***mon ancienne psychiatre psychanalyste

167


EXTRAIT DU FORUM WWW.COLLECTIFPSYCHIATRIE.FR LE COLLECTIF DES 39 CONTRE LA NUIT SÉCURITAIRE, DES SUPER SAVANTS INFINIMENT BONS ? (COMMENTAIRE CENSURÉ) Je n’ai jamais compris pourquoi des dirigeants d’associations et/ou de partis politiques défenseurs des psychiatrisés victimes d’abus (notamment d’internements arbitraires jugés ainsi par les tribunaux voire par la Cour européenne des droits de l’homme) ne font sans cesse que soutenir le fameux Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire ! N’ont-ils pas eux aussi ou leurs adhérents été victimes d’abus psy de la part de psys même psychologues et/ou psychanalystes ? ne connaissent-ils pas leur mentalité et leur psychologie véritables vis-à-vis des psychiatrisés ? Ne savent-ils pas que la plupart de ceux-ci ne sont que toujours très solidaires visà-vis de leurs confrères psys lorsqu’ils commettent des crimes et des délits vis-à-vis de leurs psychiatrisés ? Comment ces dirigeants d’associations et/ou de partis politiques peuvent-ils accepter voire encourager cela ? Bien sûr par-devant le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire défend toujours systématiquement tous les psychiatrisés quand ils sont victimes des abus du législateur et notamment dans les textes de loi comme celui de la loi du 5 juillet 2011 à propos du soin sans consentement en ambulatoire ! J’ai eu dans mes propres soins psy affaire à certains de ces psys membres du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire et je peux vous dire que par derrière ils ne défendent toujours que systématiquement leurs confrères psys même quand ceux-ci rédigent par exemple des certificats illégaux sans avoir jamais vu ni jamais examiné le soi-disant malade, en relatant des faits calomnieux et diffamatoires, en concluant à des diagnostics de délires et de dangerosité qui ne se révèlent jamais justes, etc. Quand des psys défendent par-devant les psychiatrisés mais qu’en réalité par derrière ils défendent leur lobby, leur business, leur mafia, voire leurs crimes, leurs délits (dont les internements abusifs : 1 600 procès sont intentés chaque année par des psychiatrisés à tort contre les établissements psy et presque tous sont gagnés contre ceux-ci) comment peut-on encore présenter ces psys du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire comme des avocats honnêtes, sincères, dévoués, pleins de qualités humaines 168


et/ou comme des super savants infiniment bons, etc. vis-à-vis des psychiatrisés ? Et de quel droit décident-ils seuls de notre vie sans avoir jamais de compte à rendre à qui que ce soit ? Ont-ils le droit de commettre des crimes et des délits mais pas celui d’avoir affaire à la police et à la justice ? Je ne sais pas si sur ce problème de la judiciarisation des hospitalisations sans consentement le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire a évolué car il me censure toujours son site sur mon écran à mon domicile pour que je ne puisse pas y lire tous leurs mensonges ! ainsi surtout je ne peux plus m’exprimer sur leur forum où d’ailleurs aussi j’ai été banni ! Vous trouverez tous les articles que le Collectif contre la nuit sécuritaire m’a censurés dans GUÉRISON DE MA SCHIZOPHRÉNIE ou dans ÉCRITS D’UN SCHIZO… ! Je ne présente ci-dessous que l’un d’entre eux, un communiqué de presse du Groupe Information Asiles, un courriel que j’ai reçu de la part d’un Internaute, et un courriel de moi-même à l’une de mes anciennes psychologues et à mon ancienne assistante sociale. J’y ajoute une affaire dont j’ai été victime de la part de l’ancien président de l’Association psychanalytique Internationale au début de ma vie adulte vers 1966-1967. Je lui ai mis un pseudo comme j’en ai mis un aussi pour tous les noms de personnes physiques et morales évoqués dans le présent article mis à part pour les noms en rapport avec le « Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire ». Vous trouverez grâce aux liens ci-dessous : • d’une part un article du fondateur du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire qui prétend qu’il faut toujours continuer le processus thérapeutique quelles que soient les raisons de l’hospitalisation (c’est-à-dire même si le psychiatrisé est victime par exemple d’un certificat médical illégal pour lequel il sera ensuite reconnu par le juge et l’expert comme en bonne santé psy et victime d’un abus parce qu’il dérangeait par exemple son entourage : son conjoint, son employeur, l’administration, les psys, la police, etc. et cela contre l’avis du médecin hospitalier qui est alors sommé d’expliquer pourquoi il soutient ses confrères malfrats et pourquoi il enfonce la victime) ; • d’autre part un article de psychologues qui dénoncent l’omerta sur les abus sexuels de certains de leurs confrères ou consœurs psy vis-à-vis de leurs client(e)s. 169


Je m’arrête là mais signale quand même que la télévision, elle, évoque des psys qui ont été punis par la justice pour avoir régulièrement violés des jeunes femmes sexy à l’hôpital public dans leur propre service psy ! Ceux-ci doivent-ils être blanchis et les victimes noircies par leurs confrères ? Il est bien sûr loisible à tous ceux que j’incrimine dans le présent article d’une part de faire valoir leur droit de réponse conformément à la loi, d’autre part de porter plainte contre moi pour diffamation. Quand on défend des confrères véreux n’est-ce pas parce qu’on est véreux soi-même ? Quant à l’Ordre des médecins a-t-il fait le serment d’Hippocrate ou le serment d’hypocrite ? Mieux vaut que les associations ou les partis politiques qui défendent les psychiatrisés se défendent en réfléchissant et en agissant par eux-mêmes plutôt que d’être sous la botte de psys quels qu’ils soient. C’est la vérité qui peut changer les choses voire qui est révolutionnaire pas l’unité avec des menteurs et des hypocrites. Car finalement ce sont ceux-ci qui manipulent bel et bien ceux-là ! Défendre les psychiatrisés c’est d’abord prendre parti pour eux lorsqu’ils sont victimes d’abord des psys euxmêmes ! tout le reste ensuite n’est que tromperie évidente ! Cliquez sur les liens suivants : blogs.mediapart.fr/.../maintien-en-hospitalisation-au-dela-de15-jours... Maintien en hospitalisation au-delà de 15 jours : contraire à la constitution. 29 novembre 2010 Par Fabrice Leroy www.hospitalisationsansconsentement.org/videos www.psyvig.com/default_page.php?menu=1046&page=34 ŒDIPE [...]

170


Œdipe LA PLUME Les militants de l'HUMAPSY Les responsables de l'HUMANITÉ Les dirigeants du PCF L’ÉMANCIPATION DES PSYCHIATRISÉS DOIT ÊTRE L’ŒUVRE DES PSYCHIATRISÉS EUX-MÊMES* ! ILS N’ONT PAS BESOIN DE LA TUTELLE DE PSYS CARRIÉRISTES, PARASITES, MENTEURS, HYPOCRITES, AVIDES DE FRIC, ETC. ! Je constate que vous léchez beaucoup les bottes de certains psys – le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire – lequel fait beaucoup de mal aux psychiatrisés à mon avis. Bien sûr vous n’êtes pas obligé d’avoir la même expérience que moi à ce sujet avec eux. En réalité vous léchez les bottes de ceux-ci car vous ne voulez pas vous les mettre à dos du point de vue adhésions et élections. Pour moi ce n’est pas l’unité avec des menteurs, des hypocrites, des malfrats de toutes sortes, etc. même si par-devant ils semblent défendre les psychiatrisés victimes de la droite, mais en réalité la vérité qui est révolutionnaire. Je comprends que pour vous toute vérité ne soit pas bonne à dire. Mais vos mensonges ne se sont-ils pas déjà traduits par le déclin du PCF ? Libres à vous de lécher les bottes à cette bourgeoisie psy mais au premier tour des élections je ne vote plus pour vous depuis très longtemps ! Je vous prie de visiter mes blogs et puisque mon avis est différent du vôtre sur le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire, de bien vouloir me porter la contradiction ! Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

171


FAUT-IL INTERDIRE LE MARIAGE AUX HOMOSEXUEL(LE)S, ASEXUEL(LE)S, TRANSSEXUEL(LE)S, PROSTITUE(E)S, SCHIZOPHRENES, ETC. ? Si je suis le raisonnement des catholiques et de bien des gens de droite, normalement je n’aurais jamais dû me marier car aussi bien l’asexualité et le vaginisme de ma femme que ma schizophrénie paranoïde sont contraires aux bonnes mœurs et la morale chrétienne et de droite. Pour ma femme ne savait-elle pas (bien qu’elle me l’ait caché !) qu’elle ne pouvait pas avoir de rapports sexuels avec moi compte tenu déjà de son expérience négative à ce sujet avec d’autres jeunes gens avant de me connaître (d’après sa mère) ? Pour moi ne disait-on pas déjà à l’époque où j’ai rencontré ma femme que ma maladie psy avait des causes génétiques et que dans l’intérêt des enfants mieux valait que je n’en fasse pas (je n’ai jamais caché ma maladie à ma femme !) ? L’un sachant qu’il ne ferait pas d’enfants et l’autre sachant qu’il ne mettrait au monde que des monstres ne fallait-il pas déjà nous interdire le mariage ? En réalité même les arguments juridiques des catholiques et de la droite ne sont plus valables à notre époque : c’est vrai que l’idée de mariage telle qu’elle est envisagée par le Code Napoléon ce n’est que pour justifier – tout comme la religion catholique – que le fait qu’il faut faire des enfants et pour cela à l’époque ce n’était que possible qu’entre hétérosexuels. Mais d’après ce que je vois dans les jugements actuels des tribunaux c’est que l’idée de mariage a évolué : pour ceux-ci c’est en réalité construire une relation et une communauté de vie si possible dans la fidélité mais toujours dans la durée ! Je ne vois pas du tout dans cette explication ce qui en exclurait les homosexuels. Dans une relation humaine qu’est-ce qui fait le bonheur : les relations sexuelles égoïstes ou l’amour à caractère altruiste ? Les deux sont importants et les premières bien souvent ne sont-elles pas d’ailleurs que la cerise sur le gâteau en plus ? Mais la vie est inégale et injuste pas seulement pour les pauvres et malades mais aussi même pour les riches et en bonne santé ! Si bien qu’on 172


n’a pas tous toujours la vie qu’on voudrait bien mener aussi bien sur le plan du travail, de la sexualité, des enfants, etc. On ne choisit ni de devenir asexuel, ni de devenir homosexuel, ni de devenir hétérosexuel, etc. Et parce qu’on n’est pas construit comme des animaux du point de vue des sentiments, de l’amour, des qualités humaines, je ne dirai pas comme Arlette Laguiller l’a dit un jour pour Lutte Ouvrière : « Les homosexuels ne sont quand même pas aussi normaux que les hétérosexuels ! » Comme le dirait Lacan à propos des êtres humains : « Il n’y a pas de rapport sexuel ! » Autrement dit ce qui fait l’amour humain ce n’est pas le caractère biologique sexué de l’homme ou sexué de la femme ! Les homosexuels sont autant capables que les autres de sentiments et d’amour entre eux voire avec les autres ! Ne sont-ils que des bêtes, des monstres, que des sous-hommes ou que des sous-femmes ? Alors pourquoi ne pas les laisser se marier si ça leur plait ainsi ? Quant à l’histoire des enfants adoptés qui deviendraient alors anormaux ce n’est qu’une contrevérité : les enfants d’homosexuels ne deviennent même pratiquement jamais homosexuels, etc. (si toutefois il fallait considérer que l’homosexualité c’est quelque chose d’anormal chez les humains : n’est-ce pas en réalité une autre forme d’amour différente mais elle aussi tout à fait normale ?). C’est d’ailleurs le même problème pour la polygamie et pour la polyandrie : les enfants des sociétés africaines, amazoniennes, asiatiques, etc. sont-ils plus névrosés, psychotiques, voire plus malheureux, etc. que ceux de nos sociétés judéo-chrétiennes caractérisées par la monogamie et la fidélité officielle ? Je ne suis pas contre le mariage des homosexuel(le)s, des asexuel-(le)s, des transsexuel(le)s, des prostitué(e)s, des schizophrènes, etc. : chacun doit pouvoir être libre d’organiser sa vie sexuelle et sentimentale comme bon lui semble du moment qu’il ne fait pas de mal à autrui et surtout s’il est capable d’amour de toutes sortes même très différentes. ŒDIPE

173


EXTRAIT DU FORUM HTTP://HUMANITE.FR VIOL : POURQUOI JE N’AI PAS ACHETÉ LE NOUVEL OBSERVATEUR ? J’ai bien lu le « Manifeste des 313 : je déclare avoir été violée », mais je n’ai pas donné de mon argent au Nouvel Observateur pour lire l’article d’Amandine Baroud à ce sujet. Car que m’apportera-t-il de plus sur les causes et la solution du problème du viol que les féministes n’aient pas déjà expliqué à leur façon des millions de fois notamment grâce à Internet ? Mais les viols il y en a malgré tout toujours plus… Expliquer que la cause de ceux-ci c’est la domination historique des hommes sur les femmes me paraît être une contre-vérité due soit à un mensonge, soit à une méconnaissance du problème, soit à un leurre, etc. Car si c’était vrai que tous les hommes dominent historiquement toutes les femmes ne seraient-ils pas tous alors des violeurs ? et n’aurais-je pas alors violé moi-même bien des femmes à commencer par celles bien sûr de mon entourage ? Voici deux extraits de ce que j’ai écrit à ce sujet dans mon livre : « Pour le viol je considère qu’il ne résulte pas de la culture des hommes du fait de leur pouvoir soi-disant sur les femmes dans une société dirigée par ceux-ci soi-disant contre elles. Mais de la structure mentale des pervers narcissiques caractérisée, d’une part par un complexe d’Œdipe qui s’est mal passé dans la petite enfance, d’autre part par un taux de testostérone normal ou élevé à l’âge adulte. Le pervers organise alors une relation nuisible à autrui et vécue sans culpabilité. » « Il ne faut pas confondre les obsédés sexuels et les pervers narcissiques. Les premiers ne passent jamais à l'acte alors que les seconds toujours. Dans les deux cas le cerveau est assiégé par des obsessions et il n'y a que peu de place pour la critique dans celui-ci. Les médias ne parlent pratiquement jamais de schizo174


phrènes violeurs. Et pour cause : ce ne sont pas des pervers mais que des obsédés. » Je ne vois pas dans ces deux explications ci-dessus qui ne sont d’ailleurs pas personnelles (voir le site Psychiatrie infirmière : http://psychiatriinfirmiere.free.fr à l’article : « Perversion et structure perverse ») où il y aurait de l’oppression sociale de la part de tous les hommes sur toutes les femmes ! Mais j’y vois cependant de la maladie psychiatrique ! C’est pourquoi je déclare que sous le prétendu paradis communiste auquel aspire Amandine Baroud il y a aura aussi des viols voire même toujours plus ! Je prétends que c’est la silhouette, le corps féminin, sa toilette, les minijupes, corsages bâillants, etc. lesquels s’adressent, parlent, etc. à tous les hommes mais involontairement s’adressent, parlent, etc. aussi à tous les pervers narcissiques qui est bel et bien la cause des viols ! L’idée féminine n’est-elle pas – pour se dénicher l’amour ou l’homme de sa vie – d’exciter, de provoquer, de violenter, etc. sentimentalement et/ou sexuellement tous les hommes jusqu’à ce que l’un d’eux (si possible celui de son choix et bien sûr pas un pervers narcissique) enfin craque, succombe, etc. aux charmes féminins ? Ce n’est pas donné à tous les hommes (ni à toutes les femmes) de savoir gérer ses désirs, pensées sexuelles, sentimentales, amoureuses, etc. ! Surtout quand le cerveau est complètement assiégé par ceux-ci et qu’il n’y alors que peu de place pour la critique dans celui-ci. C’est la libération sexuelle des femmes au travers de leurs toilettes sexy qui fait donc que les pervers narcissiques se libèrent à leur façon et à leur tour mais à la différence des autres hommes, eux, en agressant, en violant ! Bien sûr les féministes disent le contraire en arguant que ceux-ci ne violent pas toujours que des femmes en minijupe, corsage bâillant, etc. que leur libido n’est jamais excitée, provoquée, exacerbée par les charmes de celles-ci ! qu’en réalité ils veulent contrôler le corps féminin pour faire leur malheur, alors qu’elles veulent au contraire se libérer de celuici pour être heureuses. Pour le pervers l’autre n’existe pas !

175


Je n’ai pas lu l’article d’Amandine Baroud car s’il dénonce sûrement le fait que les viols il y en a toujours plus ne dit certainement pas la vérité ni quant aux causes ni quant aux solutions de ce très grave problème de société. Je comprends qu’ayant été agressée par un homme celle-ci ait alors un compte à régler avec tous les hommes et qu’il faille qu’elle en parle. La parole des femmes est-elle toujours parole d’évangile ? Certaines ne déclarent-elles pas : « Il est innocent et ne m’a pas violée. Je regrette d’avoir trompé les policiers, les juges, les experts, les jurés, etc. et de l’avoir envoyé pour 20 ans en prison. J’ai complètement brisé sa vie et je m’en veux maintenant ! » Dans une affaire récente même un enfant de 9 ans a lui aussi trompé tout le monde – mais involontairement par la faute des juges et des experts me semble-t-il – et ainsi son grand-père n’at-il pas déjà fait et ne fera-t-il pas encore de la prison pour rien du tout ? Amandine Baroud prétend aussi que les viols, d’une part ne sont commis surtout qu’en famille, d’autre part qu’ils ne sont toujours que le fait des hommes ! Mais n’y a-t-il pas une omerta pire sur les viols en maison de retraite et dans les hôpitaux (la télévision l’évoque de temps en temps) ? et n’y a-t-il pas des mamans qui violent leurs adolescents (j’ai vu un documentaire à la télévision fait par des psys à ce sujet : c’est aussi très fréquent et même pour les garçons c’est pire que pour les filles violées par leur papa) ? Avoir une structure mentale perverse c’est avoir une forme de maladie psy malheureusement très répandue et se traduisant par certains troubles du comportement dont notamment les viols ! Mais soigne-t-on les malades psy en leur faisant honte notamment au sujet de leur monstruosité sexuelle, en les punissant de prison ? La haine, le règlement de compte, la vengeance, etc. est-ce que ça guérit les malades psy ? Pourquoi les violeurs récidivent-ils si souvent ? N’est-ce pas parce qu’à nouveau leurs pulsions sexuelles sont excitées, provoquées, exacerbées, etc. comme déjà auparavant leur premier crime ? Et la minijupe, le corsage bâillant, etc. n’est-ce pas le début de ce qu’on voit en 176


mieux (ou en pire ?) sur Internet et qu’on appelle à juste titre la pornographie ? Il n’y a pas de solution à ce problème de viol ! Même sous le paradis communiste, d’une part il n’y aura jamais d’éducation parfaite dans la petite enfance et donc il y aura toujours des maladies psy à l’âge adulte dont celles se traduisant par certains troubles du comportement dont notamment les viols, d’autre part les femmes ne feront-elles pas encore plus de striptease qu’actuellement sous prétexte de toujours plus de libération sexuelle et sociale ? S’agissant du soin aux pervers, un chercheur avait présenté, il y a environ deux ans, à la télévision, un nouveau médicament psy qui était alors en cours d’essai et pour lequel, jusqu’alors, il n’y avait eu que zéro récidive, disait-il. Son principe expliquaitil était qu’il diminuait le désir sexuel insupportable en rapport avec le taux testostérone normal ou élevé et qu’ainsi les violeurs (y compris les pédophiles) n’avaient alors vraiment plus aucun problème du tout pour gérer leur libido ! Mais où en en sont les applications de ces essais pour les violeurs qui sortent de prison actuellement ? J’ignore si la télévision a évoqué à nouveau le problème ! Le PS et le PCF qui avaient promis le changement pour les travailleurs pendant 21 ans (1981-2002) ont eu ensuite besoin de trouver suite à leur déconfiture électorale un bouc émissaire pour expliquer pourquoi les gens se tournaient alors vers l’extrême droite : et pourquoi ne pas se servir des hommes contre les femmes pour cela ? si celles-ci ont des problèmes pires que ceux-là n’est-ce pas de leur faute à eux et pas bien sûr au PS et au PCF ? Mme Amandine Baroud et le PCF je vous souhaite de réussir enfin là où vous avez toujours échoué c’est-à-dire en politique. Vous n’avez rien compris à votre déclin historique caractérisé notamment par vos mensonges et votre hypocrisie aussi bien à l’égard de vos militants qu’à l’égard de tous les travailleurs. Pour votre gouverne et à toutes fins utiles je vous signale que les adolescents violés par leur mère ne peuvent jamais 177


porter leur affaire par-devant la cour d’assisses mais que toujours seulement par-devant le tribunal correctionnel ! En effet la définition du viol dans le Code pénal c’est toujours d’avoir été pénétré(e), autrement dit, une mère qui viole ce n’est pas un crime mais seulement qu’un attentat à la pudeur, car l’adolescent n’a pas dans cette circonstance, lui, été pénétré. Au contraire c’est même lui qui pénètre sa mère ! Dès lors n’est-ce pas lui le vrai coupable ? La victime est-elle celle qui provoque le désir (Ève) ou celui qui succombe à la tentation (Adam) ? qui pousse au crime ? Quand les féministes disent : « La tenue vestimentaire n’y est pour rien dans les histoires de viol ! » comment savent-elles mieux que ceux-ci ce qui se passe dans la tête des violeurs ? N’encouragentelles pas alors les femmes à exciter, à provoquer, à exacerber, etc. toujours plus la libido des hommes ? Et 20 ans de prison pour avoir perdu la tête 2 minutes n’est-ce pas cher payé ? Ne vaudrait-il pas mieux payer en argent pour dédommager correctement les victimes car ainsi cela ne ferait-il pas plus réfléchir tous les violeurs potentiels ? Les femmes ne sont jamais censées pouvoir contrôler les effets de leurs corps, de leur silhouette sexy, etc. sur les hommes sauf peut-être à se mettre en burqa ; par contre ceux-ci sont toujours censés pouvoir contrôler toutes leurs pensées et donc leurs conséquences éventuelles sur les femmes qu’ils côtoient. S’agissant de la minijupe les hommes demandent-ils à être excités sexuellement du soir au matin partout où ils sont (va-ton au bureau pour travailler ou pour fantasmer sur les femmes ?) par la vue des jambes et des cuisses sexy quand ce n’est pas en plus par la vue des seins plongeants sexy ? ne souffrent-ils pas alors ? Dans les années 1970 la présidente du Planning Familial me faisait remarquer souvent : « La publicité pour les collants Dim ça peut prendre une énergie aux hommes qui les rende impuissants. » En 1966, le Dr Driss Watson (futur professeur en psychiatrie à la faculté de médecine et futur président de l'Association Inter178


nationale de Psychanalyse), lui, au cours d'une séance de psychothérapie de soutien m'avait dit entre autres : « La sexualité des hommes est à fleur de peau tandis que celle des femmes passe davantage par la tête ! » En 2010, mon ancienne psychiatre psychanalyste (qui avait reçu autrefois des violeurs en consultation pour les suivre pour des raisons judicaires), elle, m'avait fait savoir : « Si 95 % des viols sont commis par des hommes et seulement 5 % par des femmes, c'est bien parce que cela est dû pour partie à une différence hormonale entre eux ! » Vers l'an 2000 un psychiatre ancien chef de clinique (à l'époque il passait souvent à la télévision), après un cours de formation qu'il venait de faire à des usagers en psychiatrie de l'association qu'il avait créée avec quelques-uns d'entre eux et où je militais aussi, ne m'a-t-il pas déclaré en me prenant à part et en me parlant entre quatre yeux : « Les femmes ne se rendent pas toujours compte de l'effet qu'elles font sur les hommes ! Pour les violeurs la prison ne sert à rien ! » Une phrase de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) me vient : « La violence de la femme est dans ses charmes ! » Et ce n'est pas parce que celle-ci se passe principalement par la vue chez elles que ce n'est pas vécu alors par bien des hommes dans la rue, le métro, la piscine, la plage, les magazines, le cinéma, Internet, etc. comme une agression, un viol, etc. leur provoquant un grave malaise et les déstabilisant à tous points de vue. N'est-ce pas la nature qui parle alors ainsi ? Le monde est inégal et injuste et pas seulement au point de vue argent, mais aussi au point de vue santé. C'est pourquoi nous ne réagissons pas forcément tous de la même façon face à tout ce que nous voyons autour de nous. Ce genre d'injustice existera toujours, y compris sous le communisme ! Toutefois je lutte moi aussi - mais à ma façon personnelle et pas à celle dictée par les dirigeants d'un parti politique - et notamment grâce à mes livres et à Internet pour aboutir enfin à un monde meilleur ! Qui peut me porter la contradiction ? 179


Amandine et le Nouvel Observateur ? Chiche ? Å’dipe LA PLUME

180


Œdipe LA PLUME Les responsables de L’HUMANITÉ et les dirigeants du PCF Cher(e)s Camarades, Je vous rappelle que j’ai été militant PCF de 1965 à 2004 dont plusieurs années secrétaire de la cellule du CRÉDIT EXPERT DE PARIS et que je ne partage pas actuellement votre façon de considérer aussi bien la prostitution que le viol (je suis bien sûr contre celui-ci). Pour la prostitution je considère que celle-ci est un bien nécessaire, que bien des prostituées choisissent ce métier librement pour leur plus grand bonheur à leur façon, qu’elles vendent bien leurs corps, leur sexe, leurs charmes, leur sympathie, leur amour, etc. à leurs clients comme tous les autres travailleurs eux vendent aussi leurs corps, leurs muscles, leurs nerfs, leur cerveau, etc. à leur patron capitaliste. Tout travailleur n’est toujours qu’un prostitué. Pour le viol je considère qu’il ne résulte pas de la culture des hommes du fait de leur pouvoir soi-disant sur les femmes dans une société dirigée par ceux-ci soi-disant contre elles. Mais de la structure mentale des pervers narcissiques caractérisée, d’une part par un complexe d’Œdipe qui s’est mal passé dans la petite enfance, d’autre part par un taux de testostérone normal ou élevé dans le sang à l’âge adulte. Le pervers organise alors une relation nuisible à autrui et vécue sans culpabilité. Je vous invite à visiter mes blogs (voire à lire LE BRÛLOT D’UN SCHIZO…) car j’y développe plus mes arguments ci-dessus et vous prie de me porter la contradiction. N’est-ce pas votre rôle de politiciens ? Je ne manquerai pas alors de faire figurer votre réponse intégrale aussi bien sur mes blogs que dans mon livre quels que soient vos arguments. Recevez, cher(e)s Camarades, mes fraternelles salutations. Œdipe LA PLUME 181


EXTRAIT DU FORUM HTTP://TEMPSREEL.NOUVELOBS.COM RÉPONSE SUR LE VIOL À MME A. P. DÉPOSÉE SUR MON BLOG J’ai essayé de vous répondre sur le site du Nouvel Observateur (Le Plus), mais il y a maintenant un problème technique permanent sur celui-ci qui se traduit par le fait qu’aussi bien votre message que ma réponse à celui-ci (ci-dessous) n’apparaissent plus sur mon écran. Je vous communique donc ma réponse sur mon présent blog en espérant que vous le regardez de temps en temps ! Je suis entièrement d’accord avec tout ce que vous me répondez. Mais pour moi, le problème du viol ce n’est pas qu’une question seulement de faire témoigner de nombreuses femmes ! Bien sûr le début de la rémission voire de la guérison quand on a été victime d’un abus c’est d’abord de s’exprimer soi-même à ce sujet par la parole ou l’écrit. Bien sûr un viol c’est extrêmement grave et il faut le dénoncer même publiquement. Le problème pour moi – et je suis très lourd car le sujet n’est pas facile pour moi et ce ne sont pas les féministes qui m’aident beaucoup à ce sujet – est le suivant : « Quelles sont les causes des viols et la solution pour qu’il n’y en ait moins voire aucun ? » Je vous rappelle que mon mariage n’est pas consommé depuis 39 ans (c’est un record du monde) ma femme étant aussi bien asexuelle que vaginique à mon avis. Soit elle refuse les soins soit elle ne persévère pas dans ceux-ci ! Je ne vois pas dans mon histoire où est ma domination masculine sur ma femme dont j’abuserai régulièrement notamment en la violant ! Elle se déclare très heureuse ainsi et moi je me déclare parfaitement heureux ainsi ! Que demander de plus ? Et pourtant nous sommes tous les deux malades : elle d’un cancer susceptible de récidiver moi d’une schizophrénie prétendue chronique ! Je me permets de vous poser la question puisque vous semblez d’accord pour discuter un peu avec moi : « Les violeurs à votre avis sont-ils des malades ? le cas échéant à quoi sert la prison ? et que proposez-vous pour qu’il y ait moins de viols voire aucun ? croyez-vous qu’un pervers soit 182


sensible à la honte, voire à des menaces ? est-ce une façon de soigner un malade ? » Œdipe LA PLUME

183


EXTRAIT DU FORUM HTTP://TEMPSREEL.NOUVELOBS.COM Œdipe LA PLUME ROSY À l’âge de 17 ans j’ai souffert d’une névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle se traduisant par un gros blocage de mon imaginaire et par des troubles du comportement lorsque je voulais adresser la parole aux jeunes filles de mon âge, et celle-ci a duré 10 ans. À l’âge de 21 ans j’ai voulu sortir de tous mes problèmes et difficultés avec les femmes et j’ai eu alors un choc affectif grave se traduisant par une évolution en schizophrénie paranoïde. Chacun dans ces histoires psy a été victime de quelque chose (je l’explique pour moi dans mon livre mais je n’en ai jamais voulu pour autant ni à mes parents ni à la société) et je suis d’accord avec vous pour dire que les violeurs, les pédophiles, etc. ne sont eux aussi bien sûr que des victimes… et pourquoi pas pour partie de leur mère eux aussi ? Le problème c’est les soins… ils ne sont pas faciles, il faut beaucoup de temps, voire de l’argent, et il faut trouver surtout le bon psy… N’est-ce pas ce dernier point le plus difficile ? Œdipe LA PLUME

184


EXTRAIT DU FORUM HTTP://HUMANITE.FR TOUS LES HOMMES SONT-ILS DES SALAUDS ET DES DÉGUEULASSES ? Je ne suis pas d’accord avec Amandine Baroud lorsque dans son « Manifeste des 313 : je déclare avoir été violée ! » elle affirme : « La cause des viols est la domination historique des hommes sur les femmes. » ! Pour elle (c’est comme ça que je l’ai comprise en lisant le Nouvel Observateur) : « Tous les hommes sont des salauds et des dégueulasses ! » En cette période de crise ne sont-ils pas en réalité que des boucs-émissaires facilement trouvés par certaines féministes « bourgeoises » pour faire un coup médiatique et espérer ainsi une meilleure carrière politique ? Le viol d'ailleurs n’est-il pas que le fait d’hommes ayant une structure mentale perverse résultant de leur éducation dans la petite enfance (voir à ce sujet le site : http://psychiatriinfirmiere.free.fr au chapitre : « Perversion et structure perverse ») ? Y aurait-il une classe sociale des hommes qui historiquement opprimerait une classe sociale des femmes ? Je n'y crois pas ! Et je me demande pourquoi Amandine Baroud me censure-t-elle systématiquement pour tout et pour rien (toujours dans le Nouvel Observateur) et même pour ma question suivante : « Pourquoi y a-t-il toujours plus de viols ? » ! Mes réflexions et mes questions pourquoi ne peut-elle jamais y répondre ? Tout le monde n'en profiterait-il pas ? Œdipe LA PLUME

185


EXTRAIT DU FORUM HTTP://HUMANITE.FR QUESTIONS À AMANDINE BAROUD C’est bien sûr très important de s’exprimer sur la souffrance, le drame, etc. que représente un viol pour une femme. Parler et/ou écrire n’est-ce pas thérapeutique surtout quand on a été gravement traumatisé(e) ? Mais je me permets de demander à Amandine Baroud : qu’est-ce qui vous fait penser que le viol résulte de la domination historique des hommes sur les femmes ? quelle est pour vous la solution au problème du viol : un changement de société qui changerait les hommes à ce sujet ? plus d’éducation sexuelle dès la maternelle ? interdire l’image du corps, du visage, du sourire, etc. de la femme ? interdire la minijupe ? rendre la burqa obligatoire ? interdire la pornographie notamment sur Internet ? punir de prison et d’amende les clients de prostituées ? qu’est-ce qui vous fait penser aussi que les charmes féminins et la provocation sexuelle féminine n’y sont pour rien du tout dans les histoires de viol ? que peut-on espérer de votre paradis communiste auquel vous aspirez en matière de viol ? pour qui recommandez-vous de voter ? les violeurs sont-ils ou non des malades psy ? le cas échéant comment les soigner ? pourquoi c’est si important pour vous de les punir à tout prix ? quel compte avez-vous à régler avec tous les hommes ? croyezvous vraiment qu’ils ne sont tous que des salauds et des dégueulasses ? car n’est-ce pas justement votre message ? Œdipe LA PLUME

186


EXTRAIT DU FORUM HTTP://HUMANITE.FR UNE FÉMINISTE SÉRIEUSE PEUT-ELLE ENFIN M'EXPLIQUER ? Le viol c’est toujours dégueulasse et le violeur lui n’est toujours qu’un salaud. Je comprends qu’on puisse penser que pour qu’il y ait moins de viols voire aucun la honte doit changer de camp. Mais ce genre de sinistre individu qui viole peut-il un jour ou l’autre avoir vraiment honte ? Je ne crois pas pour ma part à l’efficacité de celle-ci ! Quand on est amoral ou immoral que peut-elle y faire ? La cause des viols est-elle vraiment la domination historique des hommes sur les femmes ou n’est-elle pas plutôt le fait pour un homme d’avoir une structure mentale perverse résultant de son éducation ? Le problème c’est que ça fait alors beaucoup de malades psy ! Je ne vois pas la solution à ce problème psy car n’y aura-t-il pas toujours des névrosés, des psychotiques, des pervers, etc. quel que soit le régime ? Une féministe sérieuse pourrait-elle enfin m’expliquer : « Que faire en plus que de seulement faire honte pour qu’il y ait moins de viols ou aucun ? Pourquoi y a-t-il toujours plus de viols ? » Œdipe LA PLUME

187


EXTRAIT DU FORUM HTTP://HUMANITE.FR LES EXPLICATIONS FÉMINISTES DU VIOL SONT-ELLES LE REFLET DE LA VÉRITÉ ? Je crois que les prétendues causes suivantes du viol données par les féministes (bourgeoises ?) ne sont la vérité qu'exceptionnellement : • « [...] Le viol résulte de la domination historique des hommes sur les femmes. [...]" (Amandine Baroud politicienne apparentée au PCF dans le Nouvel Observateur) ; • « [...] Les violeurs procèdent d’une volonté de dominer, d’humilier, de s’approprier l’autre. […] Le viol n’est pas un problème de sexualité. […] C’est un moyen pour agresser, une arme pour prendre le pouvoir. […] Ils disent répondre à des besoins sexuels irrépressibles. C’est faux. », etc. (Nolwenn Weiler et Audrey Guiller, journalistes féministes dans Sud-Ouest) Mais quel est l’avantage pour ces féministes (bourgeoises ?) de telles explications ? Si ce n’est pas le désir sexuel des hommes mais un désir de domination qui est la cause des viols, alors les femmes ne sont-elles pas libres d’exciter, d’agresser, de provoquer, etc. ceux-ci autant que faire se peut ? Elles ne sont plus ainsi responsables de l’effet de leur corps sexy sur les hommes ! Et les minijupes, corsages bâillants, etc. étant sans effet toujours d’après elles sur les violeurs, il ne doit donc pas être bien difficile à tous les hommes de toujours pouvoir se contrôler partout ! Mais les jolies jeunes femmes sexy n’apparaissent-elles pas surtout aux jeunes gens en général aussi bien comme « mirobolantes » qu' « irrésistibles », etc. ? Ne disent-ils pas souvent alors à leur sujet : « Ce sont des pousse-au-crime ! » ? C’est pourquoi lorsque des violeurs déclarent qu’ils répondent aux minijupes, corsages bâillants, etc. par le viol, moi qui suis un homme qui me contrôle (mon mariage n’est pas consommé depuis 39 ans ma femme d’une part étant asexuelle d’autre part souffrant de vaginisme et soit elle refuse les soins soit elle ne persiste pas dans ceux-ci, je le rappelle), je crois à ce qu’ils racontent ! D’ailleurs dans quel intérêt mentiraient-ils ? Il me semble donc que sur ce 188


sujet des explications du viol, les féministes (bourgeoises ?) ne sont avant tout que des affabulatrices ! Dans quel intérêt ? Faire partout et toujours plus un effet sexy sur tous les hommes... évidemment ! N’attachent-elles pas d’ailleurs beaucoup d’importance à ce que tous les hommes regardent et apprécient leur jolie toilette et silhouette sexy ? Et les magazines féminins, les médias, etc. ne les encouragent-ils pas à porter toujours plus et mieux de super tenues extra courtes et jusqu’à même des dessous sexy super affriolants ? Mais pour quoi faire ? et maigrir aussi c’est pour quoi faire ? la santé seulement ? Les féministes soit mentent, soit connaissent mal le problème, soit sont victimes d’un leurre, etc. À mon avis, leurs explications du viol ne sont la vérité qu’exceptionnellement ! Œdipe LA PLUME

189


EXTRAIT DU FORUM HTTP://HUMANITE.FR SI LA HONTE CHANGE DE CAMP Y AURA-T-IL MOINS DE VIOLS ? Amandine Baroud recommande aux femmes de faire connaître au grand public leurs histoires de viol(s), d’une part pour qu’elles se libèrent par la parole et éventuellement guérissent de leur traumatisme, d’autre part pour que la honte change de camp et fasse ainsi diminuer considérablement le nombre des viols ! Elle ajoute : « Il faudrait une loi-cadre sur les violences pour ajuster la loi sur le plan juridique, mais aussi pour déployer des moyens humains, financiers, pour faire tout ce travail d'accompagnement de ceux qui ont à faire à des victimes de viols et pour mener le travail indispensable de pédagogie et d'éducation populaire ! » Qui ne peut pas être d’accord avec tout cela ? Essayons, on verra-bien ! Mais dois-je y croire ? Je rappelle que pour moi (et les psys) le viol n’a rien à voir avec une prétendue domination historique des hommes sur les femmes mais qu’en réalité il ne résulte que d’une structure mentale perverse acquise malencontreusement au cours de la petite enfance à la suite d’un complexe d’Œdipe qui s’est mal passé (cf. le site http://psychiatriinfirmiere.free.fr). Toujours pour moi, Il y aura toujours plus de viols (mais aussi plus de prostitution) quel que soit le régime y compris même sous le communisme pour des raisons de libération sexuelle féministe ! Pourront-elles mettre fin un jour à leur effet sexy sur les hommes ? Je n’y crois pas ! Et pour moi il y aura toujours des névrosés, des psychotiques, des pervers, etc. bien sûr quel que soit le régime aussi ! J’ajoute encore : que peut-faire réellement la honte sur des violeurs ? Œdipe LA PLUME

190


EXTRAIT DU FORUM HTTP://HUMANITE.FR VIOL : L’AVIS DES INFIRMIÈRES PSYCHIATRIQUES Les féministes quand elles déclarent : « Le viol n’a rien à voir avec la sexualité ! » « Le but des violeurs c’est de dominer la femme, de l’humilier », etc. ne décrivent-elles pas justement ceux-ci comme de véritables personnalités perverses ? Pour ma part je ne pense pas que cette volonté de domination, d’humiliation, etc. qui n’aurait rien à voir avec le véritable désir sexuel des hommes vis-à-vis des femmes, résulterait comme elles le déclarent aussi : « de la domination historique des hommes sur les femmes ». Quand elles déclarent cela c’est soit un mensonge, soit une méconnaissance du problème, soit un leurre, etc. Je vous communique ci-dessous l’avis du site http://psychiatriinfirmiere.free.fr au sujet de la perversion et de la structure perverse. Le mot viol ou violeur n’y est jamais écrit, car l’article est généraliste et décrit aussi sous le mot pervers d’autres formes de perversions que le viol. Mais tout le monde (et pourquoi pas les féministes aussi) comprend que la structure perverse cache une personnalité de violeur. Les infirmières psychiatriques, elles, expliquent la perversion et la structure perverse (donc le viol et le violeur à mon avis aussi) par la petite enfance et notamment par un complexe d’Œdipe qui s’est alors mal passé. Ne sont-elles pas des professionnelles ? et les féministes bien souvent ne sont-elles pas que des journalistes mal intentionnées et bourgeoises et ne cherchant qu’à faire un coup médiatique de plus ? Ce site http://psychiatriinfirmiere. free.fr autorise la reproduction intégrale de tous ses articles à condition de rappeler leurs mentions légales. C’est pourquoi je me permets de vous le communiquer ci-dessous. Vous verrez que les explications de la perversion et de la structure perverse des infirmières psychiatriques n’ont rien à voir avec celles des journalistes féministes bien souvent mal intentionnées et bourgeoises ! Œdipe LA PLUME

191


SCHIZORÉFLEXIONS* Mes réflexions avec ou sans mes psys au sujet de ma schizophrénie mais de bien d’autres choses aussi ont fait que j’ai cherché à me rappeler d’anciens souvenirs, et que n’y arrivant pas, en réalité, j’ai reporté sur ma psychiatre psychanalyste et mon assistante sociale des sentiments favorables ou hostiles. Ceux-ci ne correspondaient qu’à la répétition de situations infantiles et au jeu de structures anachroniques. En les liquidant j’ai liquidé ma schizophrénie. Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

192


GUÉRIR DE LA SCHIZOPHRÉNIE SUPPOSE UNE ÉVOLUTION* J’ai travaillé, quitté mes parents, me suis marié (en 1973), ai bénéficié presque toujours des meilleurs soins psy, etc. En 1962, je souffrais d’indices de paranoïa, d’une névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle, de troubles du caractère et du comportement de nature névrotique, d’insomnies rebelles, d’un équilibre mental très précaire, etc. Tout cela avait été constaté par une expertise psychiatrique faite à la demande du juge des enfants qui m’adressa à un neuropsychiatre psychanalyste à l’hôpital psy où je fus traité d’abord par le psychodrame (1962-1964) puis par une psychothérapie individuelle de soutien (1963-1966). Ce psy (futur professeur à la faculté de médecine et futur président de l’Association Psychanalytique Internationale) m’opposant le secret médical écrivit à mon médecin chef du travail en 1967 : « J’ai suspendu la psychothérapie de soutien quand mon assistante a dû quitter Paris car alors je n’espérais pas beaucoup mieux pour lui ! » Je n’ai découvert les termes de cette lettre qu’en 2002. En 1966 j’ai fait deux crises psychotiques graves nécessitant deux hospitalisations en urgence pour une durée totale d’environ trois mois. Pour la seconde, le psychiatre indiqua sur mon bulletin de sortie pour l’administration de l’hôpital : « Diagnostic à la sortie en langage international : SCHIZOPHRÉNIE ». J’ai eu en tout 6 ans ½ d’arrêts de travail pour raison de santé psy et seize hospitalisations psy. La dernière en 2000 en clinique privée pour « gens riches » (en réalité c’est ma mutuelle qui a payé tous les dépassements au tarif de la Sécurité Sociale). J’ai toujours considéré que ma schizophrénie ne résultait avant tout que de mon parcours familial et social, puisque j’avais déjà de gros problèmes psychologiques bien avant mes deux premières crises psychotiques graves.

193


Je ne prends plus du tout depuis 2005 tous les tranquillisants et tous les somnifères que je prenais toujours à des doses faramineuses depuis 1962. En 2004, lorsque j’évoquai à ma psychiatre psychanalyste l’idée de me sevrer de ceux-ci, ne me répondait-elle pas alors : « Vous n’y arriverez pas ! » ? Je ne prends plus du tout depuis 2011 l’antidépresseur que je prenais à une dose moyenne depuis 1981. Je n’ai jamais cru aux histoires d’anomalies génétiques pour expliquer mes deux premières crises psychotiques graves. D’une part de nombreux schizophrènes n’ont pas ces anomalies, d’autre part bien des gens qui les ont ne deviendront jamais schizophrènes. Par contre l’explication de Lacan : « Lorsque le père intervient en position symbolique la psychose se déclenche ! », elle, j’y ai toujours cru ! Ce que j’ai découvert sur moi (cf. mon livre) corrobore ce qu’il a découvert sur ses malades de Sainte-Anne (cf. ses cours). J’ai compris les causes psychologiques adultes (le choc affectif grave sur une personnalité immature sexuellement et sentimentalement) et infantiles (la forclusion du Sein-de-la-Mère et du Nom-du-Père) de ma schizophrénie et leurs liens réciproques (cf. mon livre) ! J’ai fait un transfert (envahissant et divisé) qui s’est essentiellement traduit par des courriels en nombre à ma psychiatre psychanalyste et à mon assistante sociale pendant dix ans qu’elles ont toujours accepté de recevoir. En le liquidant j’ai liquidé ma schizophrénie ! Je ne prends plus qu’un sixième de la dose d’antipsychotique recommandée par les laboratoires pharmaceutiques depuis 2008. J’ai malgré tout toujours peur ! Je me considère complètement et définitivement guéri. Je me déclare parfaitement heureux et ça perdure depuis 2005. Pour moi, je ne suis plus schizophrène ou porteur de la schizophrénie. 194


Œdipe LA PLUME P.-S. : • dans mon travail, soit j’allai à l’infirmerie m’allonger une matinée entière où je m’endormais aussitôt du fait d’une somnolence gravissime, soit je m’effondrai sur mon bureau pris par des crises de narcolepsie, le tout dû aux médicaments psy ; • ma belle-mère a vécu sous le toit conjugal plus de trente ans (elle souffrait de la paranoïa et de la maladie d’Alzheimer et est décédée en 2006). *extrait de l’un de mes anciens blogs

195


POURQUOI JE ME CONSIDÊRE GUÉRI DE MA SCHIZOPHRÉÉNIE ?* Je ne prends plus depuis 4 ans qu’un sixième de la dose d’antipsychotique recommandée par les laboratoires pharmaceutiques en matière de schizophrénie. C’est pourquoi je me considère enfin guéri de cette terrible maladie psy ! Et même complètement et définitivement car c’est mon vécu et mon ressenti ainsi ! Je me déclare parfaitement heureux et ça perdure depuis 2005 ! J’avais alors complètement supprimé tous mes tranquillisants et tous mes somnifères que je prenais à des doses faramineuses depuis 1962 ! Et c’est en 2011 que j’ai arrêté complètement aussi l’antidépresseur que je prenais à une dose moyenne depuis 1981 ! Mais être guéri qu’est-ce que ça veut dire ? Ce n’est qu’une question de considération ! Suis-je guéri parce que je ne présente pas de symptôme ? Et si je prends encore un peu de médicament n’est-ce pas parce que je suis toujours quand même malade ? Peut-on complètement et définitivement guérir ? La guérison de la schizophrénie est-ce la même chose que la guérison de la grippe ? Dans les deux cas pour moi être guéri c’est alors être parfaitement heureux ! Mais sans souffrir ne peut-on pas être malade malgré tout ? N’est-ce pas le cas dans l’hypertension artérielle ? Le ressenti de la personne ne peut-il pas être alors qu’elle va très bien ? Mais son tensiomètre ne peut-il pas lui indiquer que la maladie cardio-vasculaire existe ? Je me déclare parfaitement heureux mais qu’est-ce qui prouve que je ne suis pas porteur de la schizophrénie ? Il n’existe pas, d’une part d’examen biologique (prise de sang, radio, etc.) permettant de le constater, d’autre part de test psychologique permettant de prévoir l’avenir ! Alors que faire ? Depuis 7 ans, j’ai supprimé complètement tous mes tranquillisants et tous mes somnifères, depuis un an j’ai supprimé complètement mon antidépresseur, et depuis 4 ans je ne prends plus qu’un sixième de la dose d’antipsychotique recommandée par les laboratoires pharmaceutiques en matière de schizophrénie ! Mais puisque je vais parfaitement ainsi dois-je alors aller encore plus loin en supprimant complètement cette dernière molécule car n’est-elle pas que si peu dosée ? Me sert-elle à quelque chose en matière de schizophrénie ? Est-ce que cela prouverait que je serais complètement et définitivement guéri ? Suis-je sûr de tout au sujet de la chimie du cerveau et des neurones, des anomalies génétiques, de la

196


forclusion du Sein-de-la-Mère et du Nom-du-Père, de la situation de double contrainte, etc. ? Je suis prudent même si mon intime conviction c’est que je suis enfin complètement et définitivement guéri de la schizophrénie ! Je suis méfiant, une intime conviction, ce n’est pas une preuve ! Faut-il alors se fier à l’expérience des psys ? Ne sont-ils pas tous de super savants infiniment bons ? voire des dieux ? Ne savent-ils pas toujours mieux que nous tout ce qui est le meilleur pour notre santé et notre bonheur ? N’ont-ils pas la science infuse ? Et même ne décidentils pas de nos vies seuls sans avoir jamais de compte à rendre à qui que ce soit ? Même si selon certaines statistiques (cf. mon livre) un schizophrène sur cinq et selon d’autres statistiques (cf. mon livre) un schizophrène sur deux guérirait complètement et définitivement, comment prévoir qui rechutera et qui ne rechutera pas ? Aucun psy ne peut prendre le risque que son malade vole, tue, se suicide… Les seuls schizophrènes qui ont guéri ne sont toujours que ceux qui se sont un jour ou l’autre opposés réellement à leur psy ! Et même pour diminuer les traitements sans les arrêter complètement, il y a des psys qui ne sont jamais d’accord avec leur malade pour cela ! Il faut qu’il les mette devant le fait accompli ! qu’il leur désobéisse ! C’est ce que j’ai fait ! et cela m’a réussi depuis 7 ans ! « Suis-je complètement et définitivement guéri ? » Il y a deux réponses ! D’une part on n’est jamais complètement et définitivement guéri : d’abord de la vie elle-même car dès la conception on est condamné à mourir de maladie, ensuite même de la grippe car il n’y a jamais de retour exact à l’état précédent celle-ci ! D’autre part on est guéri quand on est content, heureux, etc. de la vie qu’on mène et du personnage que l’on est ! En ce sens ne suis-je pas enfin complètement et définitivement guéri ? Mon bonheur n’est-il pas parfait ? Et tout cela ne perdure-t-il pas ? Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

197


COURRIERS DU CŒUR À MA PSYCHIATRE PSYCHANALYSTE ET À MON ASSISTANTE SOCIALE* La légende raconte que Freud aurait découvert le transfert psychanalytique lorsque l’une de ses patientes, allongée sur le divan, se serait alors tout d’un coup relevée et jetée dans ses bras ! J’ai fait plusieurs transferts psychanalytiques amoureux vis-à-vis de diverses dames psy avec lesquelles j’ai été en psychothérapie pendant de très longues années. La dernière fois pendant 10 ans, ce fut sous une forme épistolaire. Je n’ai pris conscience que mes écrits quotidiens à celles-ci n’étaient qu’un débordement de trop plein de libido infantile anachronique que lorsque j’ai changé le titre de mon livre pour « Courriers du cœur à ma psychiatre psychanalyste et à mon assistante sociale ». Les amours impossibles – que ce soit en psychanalyse ou dans la vie courante – renvoient bien sûr à un autre amour infantile lui aussi impossible : le complexe d’Œdipe ! Si celui-ci n’est pas dépassé c’est souvent parce qu’il est associé à des refoulements (cf. Freud) ou à des forclusions (cf. Lacan). Ceux-ci se traduisent à l’âge adulte par toutes sortes de troubles psy tels que : névrose, psychose, perversion, etc. et dans un cas comme le mien surtout par un gros blocage sexuel et affectif vis-à-vis du sexe opposé. Mais finalement cet amour de transfert psychanalytique même s’il s’agit d’un amour impossible il faut bien y mettre fin un jour ou l’autre ! Ce n’est pas chose facile ! Mais j’y suis arrivé. Et en le liquidant j’ai liquidé ma schizophrénie ! Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

198


SCHIZOPHRÉNIE ET TRAVAIL* J’ai travaillé chez mon dernier employeur, le Crédit Expert de Paris, exactement 32 ans ¼ de l’âge de 19 ans à celui de 52 ans. Je n’ai jamais été heureux dans mon travail car, soit chaque matin j’allai m’allonger à l’infirmerie où je m’endormais aussitôt du fait d’une somnolence gravissime, soit je m’effondrai sur mon bureau où je m’endormais pris par des crises de narcolepsie, le tout dû aux médicaments psy. J’étais autorisé par le médecin du travail à venir une heure en retard le matin et à partir une heure à l’avance le soir. Jamais je n’ai pu – même en fin de carrière avec moins de médicaments psy et même avec la meilleure volonté du monde – faire le même rendement que mes collègues. Mon chef de bureau plusieurs fois a été tenté de faire un rapport au chef du personnel pour se plaindre de ma productivité insuffisante à son regard, mais c’est alors mon assistante sociale patronale qui l’en a dissuadé invoquant le fait que j’étais ralenti parce que je vérifiais beaucoup mon travail ! Je le vérifiais peutêtre beaucoup par conscience, mais en réalité j’étais très ralenti bel et bien par les médicaments psy ! Et au bout de trois blâmes du gouverneur j’aurais pu être licencié. Dans les années 1950, les syndicats du CEP s’étaient beaucoup battus (les grèves étaient parfois totales et duraient souvent trois semaines) et cela avait abouti à une bonne convention collective qui m’a toujours protégé de 1965 à 1997. En effet, elle prévoyait que si j’étais réformé pour raison de santé, alors mon employeur devait, d’une part reconstituer ma retraite privée (à l’époque) et me la verser immédiatement, d’autre part me payer une pension d’invalidité jusqu’à l’âge de ma retraite égale à la moitié de mon salaire. Comme il fallait qu’il paie tout cela aussitôt mon licenciement il a donc toujours reporté celui-ci à l’échéance à plus tard. Je ne conseille jamais aux schizophrènes de travailler s’ils peuvent faire autrement : par exemple s’ils touchent l’allocation adulte handicapé et s’ils sont propriétaires de leur logement, souvent ils peuvent alors se tirer d’affaire financièrement ! Sinon s’ils travaillent (voire aussi s’ils se marient), c’est pratiquement toujours rajouter des problèmes supplémentaires à ceux qu’ils ont déjà ! 15 % seulement des schizophrènes travaillent et bien souvent ce n’est que grâce alors à un emploi réservé (ce n’était pas mon cas). Mais savez-vous pourquoi on ne psychanalyse pas les 199


schizophrènes ? Lorsqu’on ne travaille pas on n’a que peu d’argent pour se payer une vraie psychanalyse faite par un vrai psychanalyste ! donc on ne se soigne que peu ou pas du tout ! et par conséquent on ne guérit que peu ou pas du tout… Et bien des psychanalystes ne disent-ils pas : « Il faut que l’analysant travaille pour payer son analyste ! » ? Œdipe LA PLUME P.-S. : j’ai fait la plus mauvaise « carrière » de toute ma promotion. J’ai commencé avec une note de 13 et je n’ai terminé qu’avec une note de 15 ½. À ce moment-là, la situation n’était pas bonne pour les actionnaires et ils ont alors proposé aux employés deux « charrettes » de départs anticipés à la retraite en échange d’un petit pécule et d’une petite pension jusqu’à l’âge de 60 ans. La première ce fut pour 600 employés et la seconde ce fut pour 200 employés. J’ai choisi de partir avec cette dernière car j’en remplissais alors les conditions ! Et heureusement ! Car ces deux « charrettes » ont été suivies d’un plan social avec de nombreux licenciements ! En fin de « carrière » mon chef de bureau écrivit à mon dossier administratif : « Les qualités humaines de M… sont incontestables. Malheureusement il est toujours malade. » 42 % des psys en France, d’après une enquête de Que choisir santé, refusent leurs soins aux bénéficiaires de la CMU. Pourtant beaucoup ne se réclament-ils pas de la « psychiatrie relationnelle et humaniste » ? Qu’est-ce que ça veut dire quand on prend des dépassements d’honoraires allant jusqu’à cinq ou six fois le tarif de la Sécurité Sociale ? Et certains chirurgiens (professeurs à l’hôpital public), ne prennent-ils pas, eux, jusqu’à 15 fois le tarif de la Sécurité Sociale pour leurs opérations ? Quand tous ces gens se plaignent à la télévision que leurs honoraires ne sont pas assez élevés, ont-ils un mot gentil pour les infirmières voire pour les malades ? Comme le dirait ma femme (ancienne secrétaire de professeur à l’Hôpital pour enfants de Paris) : « Ils ont le droit de manger du filet, mais dans leur esprit, les infirmières doivent se contenter des rognures ! » *extrait de l'un de mes anciens blogs 200


GUÉRIR DE LA SCHIZOPHRÉNIE DÉRANGE LES PSYS* Lorsque j’ai cité l’extrait suivant d’un livre du Pr Édouard Zarifian (je cite de mémoire) : « Au bout de trois ans dans les schizophrénies s’il n’y a pas eu de rechute il faut arrêter le traitement ! » à mon neuropsychiatre psychanalyste de l’époque, il m’a alors aussitôt répondu : « Je ne suis pas d’accord avec lui car c’est prendre un risque ! » Le problème dans les schizophrénies c’est que les malades sont tous toujours imprévisibles et a fortiori si on arrête leur traitement. On ne peut jamais savoir à l’avance qui rechutera et qui ne rechutera pas. Ce n’est qu’une loterie. La plupart des psys ne prennent donc aucun risque et en général conseillent la poursuite des médicaments jusqu’à la mort de leur patient. C’est pourquoi lorsqu’on leur fait savoir que des schizophrènes ont bel et bien arrêté leurs médicaments et qu’il ne s’est ensuite rien passé sauf qu’ils vont beaucoup mieux ainsi, vraiment ça les dérange et ils ne sont pas très heureux. Pour la plupart d’entre eux la schizophrénie est forcément toujours chronique et il ne peut jamais y avoir la moindre guérison ! Je ne conseille jamais aux schizophrènes, moi non plus, l’arrêt complet de leurs médicaments et surtout d’un coup. Car encore une fois, ce n’est qu’une loterie. Alors que doivent faire ceux-ci ? Ne sontils pas suicidaires notamment du fait des effets indésirables de leur camisole chimique : dépression, engourdissement, méchante fatigue, blocage de la pensée, impuissance, frigidité, etc. ? Comment faire pour avoir une autre qualité de vie, une vie vivable ? Je n’ai pas de recette. Les schizophrènes qui se sont tirés d’affaire ne sont toujours que ceux qui ont réussi à évoluer psychologiquement. Et leur parcours est alors différent selon chacun d’entre eux ! Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

201


SCHIZOPHRÉNIE ET FAMILLE* Trois ans après le début de ma schizophrénie comme je travaillais j’ai alors demandé à l’assistante sociale de mon employeur si elle ne pouvait pas me trouver un petit studio dans le cadre du 1 % de cotisation patronale. Car malgré ma maladie gravissime psy et mon traitement médicamenteux très lourd psy, j’espérais un jour malgré tout rencontrer une jolie jeune femme sexy qui devienne enfin la femme de ma vie. Elle m’a répondu : « Il faut que je téléphone à votre psychiatre pour savoir si c’est bon pour vous que vous viviez tout seul ! » Celui-ci lui a répondu : « Il ne faut pas qu’il reste chez ses parents, c’est très mauvais pour lui ! » Si je peux donner un conseil aux schizophrènes et à leurs parents c’est le suivant : « Il faut couper le cordon ombilical pour que l’enfant cherche par lui-même à être autonome ! » Il est le phallus de sa mère dont elle jouit. Ils sont fusionnels. Le père n’a pas sa place entre eux. Etc. Pour moi, c’est l’inconscient des parents qui est la cause infantile de la schizophrénie de leur enfant à l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

202


PEUT-ON GUÉRIR COMPLÈTEMENT DE LA SCHIZOPHRÉNIE ?* Beaucoup de schizophrènes (un sur cinq d’après certaines statistiques, un sur deux d’après d’autres statistiques : cf. mon livre) soit ont arrêté leur traitement soit ne prennent presque plus rien du tout de celui-ci sans jamais faire de rechute jusqu’à leur mort. Ils se déclarent alors complètement guéris et même aussi parfaitement heureux, comme c’est justement par exemple mon cas. Mais il n’y a jamais suite aux maladies quelles qu’elles soient (grippe, angine, diabète, cancer, schizophrénie, etc.) de retour à l’état de santé exact précédent celles-ci, quelle que soit la guérison. La vie n’est-elle pas qu’une maladie mortelle sexuellement transmissible ? Car sauf accident ne meurt-on pas toujours de maladie ? Si bien que cette notion de guérison complète si elle est valable dans la pratique lorsqu’on se sent content, heureux, libre, zen, etc. en théorie ne l’est pas au regard de la philosophie. On est toujours malade toute sa vie. Même si on ne s’en rend pas compte. Le problème alors est : faut-il toujours se soigner ? toujours écouter les médecins ? voire les psys ? Tout cela n’est-il pas qu’une question de considération personnelle ? N’apprend-on pas tous les jours par la télévision qu’il y a sans cesse toujours plus d’incompétents, d’escrocs, d’abuseurs de toutes sortes dans le domaine médical voire psy ? Ne sont-ils pas même incapables de se départager entre eux quant à savoir, d’une part quelles sont les causes de la schizophrénie, d’autre part quand faut-il arrêter les soins ? Le Pr Édouard Zarifian, dans l’un de ses livres, ne dit-il pas : « Au bout de trois ans dans les schizophrénies s’il n’y a pas eu de rechute il faut arrêter le traitement ! » ? Mais la plupart de ses confrères ne disent-ils pas qu’ils ne sont pas du tout d’accord avec lui et tout le contraire à ce sujet ? Comprenne qui pourra ! Dès lors que signifie la contrainte de soin prévue par la loi ? une atteinte à la liberté et aux droits de l’homme ? Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs 203


J’AI GUÉRI DE LA SCHIZOPHRÉNIE GRÂCE À LA MÉTHODE DE FREUD* Je me considère en effet guéri de cette terrible maladie psy car je ne prends plus depuis 4 ans qu’un sixième de la dose recommandée d’antipsychotique en matière de schizophrénie. Peut-être ne pourrais-je prendre que vraiment plus rien du tout ? Mais à quoi bon ? Même si on ne prend plus du tout de médicament est-ce la preuve que l’on n’est pas malade voire complètement guéri ? Même pour la grippe on ne revient jamais à l’état exact précédent la maladie ! Et depuis la conception, sauf accident, n’est-on pas toujours condamné à mourir de maladie ? Donc on n’est jamais complètement guéri mais toujours que plus ou moins malade ! Mais guérir de la schizophrénie est-ce comme guérir de la grippe ? Comme le dirait le Pr Driss Watson (ancien président de l’Association Psychanalytique Internationale) : « On ne guérit pas grâce à la psychanalyse comme on guérit grâce aux antibiotiques ! » En 2005 je me suis sevré complètement et d’un coup aussi bien de tous mes tranquillisants que de tous mes somnifères que je prenais toujours à des doses faramineuses depuis 1962 et j’ai diminué progressivement ma dose d’antipsychotique. De 2008 à actuellement je ne prenais plus qu’un sixième de la dose d’antipsychotique recommandée par les laboratoires pharmaceutiques en matière de schizophrénie, comme déjà dit. En 2011 j’ai supprimé complètement mon antidépresseur que je prenais à une dose moyenne depuis 1981. Aucun psy ne m’a jamais proposé de lui-même ce sevrage. Et ma psychiatre psychanalyste m’avait même dit pour celui-ci au sujet des tranquillisants et des somnifères plusieurs fois vers 2004 : « Vous n’y arriverez pas ! » J’y suis arrivé malgré tout car ce que n’avait pas vu celle-ci bien qu’elle me suivait alors régulièrement depuis 2002, c’est que j’avais en réalité solutionné tous mes problèmes psychologiques parce que j’avais bel et bien évolué et justement grâce à la méthode de Freud ! J’appliquai celle-ci aussi bien verbalement que par écrit avec mes psys depuis 1962. Je ne peux pas bien sûr en quelques lignes ici vous résumer mon livre qui fait plus de 2 800 pages en 8 tomes ! Sachez que je ne vois toujours

204


pas venir le moindre indice de rechute et que je me déclare toujours parfaitement heureux et que ça perdure ! Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

205


DU MARXISME À LA PSYCHANALYSE* Je me considère enfin complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie et me déclare enfin parfaitement heureux ! Comment est-ce possible ? La société dans laquelle les prochaines générations vivront fera-t-elle enfin le bonheur de tous comme le prétend le marxisme ? Mais la façon de gérer ses pensées ne peut-elle pas faire déjà le bonheur de bien des gens actuellement comme le prétend la psychanalyse ? Autrement dit mon livre LE BRÛLOT D'UN EX-SCHIZO ne pourrait-il pas avoir pour titre aussi : « DU MARXISME À LA PSYCHANALYSE » ? Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

206


ÉCRITS D’UN SCHIZO...* Ce sont mes écrits qui m’ont guéri de ma schizophrénie. Certainement pas les psys. Même si ceux-ci leur étaient adressés. Et quoique j’aie pu dire autrefois à ce sujet. Depuis 4 ans je ne prends plus qu’un sixième de la dose d’antipsychotique recommandée par les laboratoires pharmaceutiques. A posteriori je pense que tous mes psys n’ont fait que me mépriser et abuser de moi. Nombreux sont les psychiatrisés en lutte dans leurs associations dont le témoignage corrobore le mien. Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

207


GUÉRIT-ON DE LA SCHIZOPHRÉNIE COMME ON GUÉRIT DE LA GRIPPE ?* La grippe et la schizophrénie ce ne sont pas les mêmes choses bien que dans les deux cas on puisse malgré tout en mourir ! La première en pratique quand elle est soignée par des antibiotiques est toujours aiguë la seconde en théorie même si elle soignée par des antipsychotiques serait toujours chronique. Celle-ci se traduit par des symptômes surtout psychologiques celle-là se traduit par des symptômes surtout physiques. Mais dans certains cas au point de vue amélioration, n’y a-t-il pas des schizophrènes – et à mon avis c’est mon cas – pour lesquels on peut évoquer une guérison complète et définitive car ne se sentent-ils pas guéris de la schizophrénie comme s’ils se sentaient guéris de la grippe ? C’est alors qu’ils s’objectivent ainsi plus du tout malades, très contents, parfaitement heureux, libres, zens, etc. ! C’est pourquoi – et à mon avis c’est toujours mon cas – ils se déclarent alors complètement et définitivement guéris ! Et d’autant plus que pour beaucoup d’entre eux, contrairement au mythe auquel il ne faut – à mon avis – pas croire de la schizophrénie incurable leur bonheur parfait perdure même jusqu’à leur mort ! Dans mon livre LE BRÛLOT D’UN SCHIZO je cite notamment deux articles particulièrement sérieux : le premier du Pr Camille Lampion (je suis passé dans la même émission que lui sur France 2 à Savoir Plus Santé « Mieux comprendre la schizophrénie » sous le nom de « … 59 ans ») et le second dont l’auteur est anonyme mais qui a été publié par le Washington Post. Le premier prétend que deux schizophrènes sur 10 arrêtant leurs médicaments et le second qu’un malade sur deux arrêtant ses médicaments ne rechutent jamais et qu’ils ont alors tous ainsi une vie malgré tout parfaitement vivable, voire particulièrement heureuse ! C’est bien sûr tout à fait contraire au mythe auquel – comme déjà dit – il ne faut – à mon avis – pas croire de la schizophrénie incurable ! Mais prendre ou ne pas prendre des médicaments avoir ou ne pas avoir des entretiens doit-il être le critère de la guérison aussi bien pour la grippe que pour la schizophrénie ? La grippe est une maladie à cause physique : une infection par un microbe alors que pour moi la schizophrénie est une maladie à causes psychologiques à l’âge adulte en rapport avec des causes psychologiques dans la petite enfance. Pour expliquer celles-ci Lacan parle de « forclusion du Nom-du-Père » : celui-ci 208


revient de l’extérieur dans la réalité comme persécuteur ! Quant à moi pour expliquer celles-ci j’y rajoute aussi la « forclusion du Sein-de-la-Mère » (c’est une expression que j’ai inventée) : celui-ci aussi revient de l’extérieur dans la réalité comme persécuteur (dans mon cas personnel). Je crois que Lacan a raison lorsqu’il explique (c’est comme ça que je l’ai compris) : « Lorsque le père intervient en position symbolique la psychose se déclenche ! » Pourquoi ? Je ne peux pas tout expliquer dans ce modeste article et pour ce genre d’explications un peu compliquées je vous renvoie à mon livre où je les développe d’une façon plus exhaustive. Le problème dans la grippe c’est qu’une fois qu’on a terminé son traitement antibiotique on est sûr que le microbe est complètement mort tandis que dans la schizophrénie comment être sûr que les causes psychologiques infantiles sont complètement mortes elles aussi ? On ne peut pas le vérifier grâce à un thermomètre ! Sauf peut-être malgré tout celui de son bonheur et de sa qualité de vie ! Mais alors cela suppose d’avoir constaté une évolution aussi bien de son personnage que de l’existence que l’on mène ! Mais même dans ce cas comment être sûr que la structure psychotique a enfin complètement disparu ? On se sent beaucoup plus fort lorsqu’on a bien évolué et le risque que le père ne provoque alors une crise psychotique parce qu’il intervient en position symbolique n’existe que peu voire plus du tout ! Et d’ailleurs dans un cas comme le mien ne puis-je pas dire que si j’ai enfin un très bon équilibre psy n’estce pas parce que mes parents se sont réinscrits dans mon inconscient ? La forclusion est un rejet par le petit enfant de ceux-ci parce qu’il les a « vomis » ne les supportant pas, ne les « digérant » pas, etc. au cours notamment des complexes d’Œdipe et de castration, leur comportement n’étant pas alors conforme à ce qu’a prévu la nature à ce sujet. Notamment la mère et l’enfant sont fusionnels, celle-ci jouit du phallus qu’est devenu pour elle celui-ci, le père n’a pas sa place entre eux, etc. (voir mon livre). Mais revenons à l’âge adulte après la ou les crises psychotiques ! Comme il a été dit dans l’émission où je suis passé : « Les schizophrènes ont une peur terrible de la rechute ! » Je garde donc toujours celle-ci même si je me considère enfin complètement et définitivement guéri et même si je me déclare enfin parfaitement heureux ! Et même si tout cela perdure ! Je ne diminue pas ma dose d’un sixième de la dose d’antipsychotique prévue par les laboratoires pharmaceutiques dans les histoires de schizo209


phrénie ! Quand on se sent d’ailleurs comme guéri de la grippe, très content, parfaitement heureux, libre, zen, etc. que demander de plus ? et alors prendre ou ne pas prendre un médicament a-t-il vraiment encore un sens ? Sauf qu’ayant été tellement marqué par la maladie psy pendant des dizaines d’années qu’on peut toujours avoir malgré tout une peur terrible de la rechute ! Cela dit je connais personnellement bien des schizophrènes qui ont arrêté complètement leur traitement médicamenteux et qui n’ont jamais rechuté ! Mais eux aussi avaient tous réussi leur évolution ! Et tous – remarquons le bien – selon un parcours toujours différent pour chacun d’entre eux ! Il n’y a donc pas de recette pour guérir de la schizophrénie : c’est tout le contraire de la grippe où il ne suffit que de prendre des antibiotiques un temps relativement court ! Alors que dans la schizophrénie tout au contraire les antipsychotiques même pris sur de très longues années ne suffisent pas à eux seuls : ils ne font toujours que suspendre la maladie psy et jamais ils ne la guérissent ! Pour cela je n’ai toujours depuis 50 ans fait qu’appliquer la méthode de Freud : « Laisser venir librement ses pensées et faire des associations d’idées ! » Il en est ainsi résulté pendant 10 ans – exactement comme dans une vraie psychanalyse – que j’ai fait alors un transfert (des sentiments favorables ou hostiles mais toujours anachroniques car en réalité évocateurs de mon complexe d’Œdipe et de castration de ma petite enfance) aussi bien sur ma psychiatre psychanalyste que sur mon assistante sociale ! Et je prétends que c’est alors en liquidant celui-ci que j’ai enfin liquidé ma schizophrénie ! Quant à ma structure psychotique, à mon avis, elle n’existe plus du tout ! Ne me suis-je pas complètement reconstruit après avoir été complètement démoli par la maladie psy ? Bien sûr le fait d’avoir travaillé 33 ans et d’avoir rencontré l’amour et la femme de ma vie ont joué sûrement un rôle important dans mon évolution ! Comme le dirait le Pr Driss Watson (ancien président de l’Association Psychanalytique Internationale) : « On ne guérit pas grâce à la psychanalyse comme on guérit grâce aux antibiotiques ! » Et comme l’a dit Freud : « En psychanalyse on guérit grâce à l’intelligence et à l’amour ! »** Ce n’est pas du tout comme pour la grippe ! C’est même tout le contraire ! Œdipe LA PLUME 210


*extrait de l’un de mes anciens blogs ** Je n’ai pas pu vérifier que Freud est bien l’auteur de cette phrase ; c’est peut-être l’un de ses confrères en réalité ; mais peu importe : je pense qu’il aurait été volontiers d’accord avec celle-ci !

211


GUÉRISON DE MA SCHIZOPHRÉNIE : COMMENT ET POURQUOI ?* Œdipe La Plume (pseudonyme) a travaillé 33 ans. Il a eu 6 ans ½ d'arrêts de travail psy et 16 hospitalisations psy. Son bonheur est d'après lui enfin parfait. Il a maintenant de l'avis de sa femme, de son entourage, de lui-même, un très bon équilibre psy. Il se bat pour un monde meilleur à sa façon grâce entre autres à une association de psychiatrisés en lutte, à Internet, à ses livres, etc. Ses découvertes sur lui-même corroborent celles de Lacan sur ses malades de Sainte-Anne. Lors de la rémission de sa schizophrénie il a cru que sa psychiatre psychanalyste y était pour quelque chose dans le fait qu’il était ainsi beaucoup mieux et beaucoup plus tiré d’affaire. A posteriori il a conclu que celleci ne l'a en réalité que toujours méprisé et qu'elle n'a que toujours abusé de lui. N’acceptait-elle pas de recevoir tous ses écrits pour Internet ou pour son livre que par mensonge et que par hypocrisie ? Ses entretiens n’étaient-ils pas que toujours complètement nuls aussi ? Pour les tranquillisants et les somnifères qu’il ingurgitait à des doses faramineuses ne les a-t-il pas arrêtés complètement de lui-même contrairement à l’avis de celle-ci qui ne cessait de lui ressasser : « Vous n’y arriverez pas ! » ? Pour l’antidépresseur ne l’a-t-il pas arrêté complètement aussi en la mettant devant le fait accompli ? Pour l’antipsychotique ne l’a-t-il pas diminué jusqu’à n’en prendre plus qu’un sixième seulement de la dose recommandée par les laboratoires pharmaceutiques en matière de schizophrénie et cela en la mettant aussi devant le fait accompli ? Pourquoi l’idée d’un sevrage éventuel ne lui est-elle jamais venue d’elle-même ? Pendant toute la durée de toutes ses consultations ne lisait-elle pas tous ses très nombreux mails, toutes sortes de très nombreux rapports, comptes rendus, etc. plutôt que de s’intéresser vraiment à lui ? Ne le recevait-elle pas aussi en général avec plus d’une heure de retard parce qu’elle ne cessait à la place de papoter avec d’autres psys et/ou avec des secrétaires ? Pour ses problèmes graves (un certificat médical illégal rédigé par l’un de ses confrères psy sans l’avoir jamais ni vu ni jamais examiné, une faute lourde médicale de celui-ci car son diagnostic de désordre, dangerosité, délires au sujet de ses écrits qu’il lui adressait ne s’est jamais révélé juste, se traduisant par un signalement à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris) 212


pourquoi ne respectait-elle pas le Code de déontologie médicale ? Ne prévoit-il pas qu’elle doit toujours faire passer l’intérêt personnel de son patient avant le sien, celui de son service, de son hôpital, de ses confrères ? Etc. Pourtant, malgré tout cela, ne lui-a-t-il pas prêté toujours les meilleurs sentiments à son égard ? Mais en concluant son livre n’a-t-il pas saisi que s’il était enfin guéri ce n’était pas grâce à celle-ci mais que grâce à celuici ? Son livre en 9 tomes pour adultes éclaire et aide sur la schizophrénie, les soins, les abus, les associations de psychiatrisés en lutte, etc. Il paraîtra au plus tard en 2014 et sera alors lisible intégralement et gratuitement aussi bien sur Internet grâce à Google Livres que sur tablette grâce à Google Play. Œdipe LA PLUME *projet d’origine de la 4e couverture du livre Le brûlot d’un schizo mais abandonné car beaucoup trop long et impossible à résumer.

213


PEUT-ON PROUVER LA GUÉRISON D’UNE SCHIZOPHRÉNIE ?* On ne peut jamais prouver la guérison d’une schizophrénie pour la simple raison qu’il n’existe pour cela ni test biologique (analyse de sang, radio, etc.) ni test psychologique (monde imaginaire, taches d’encre, etc.) permettant de prévoir l’avenir. On peut faire des scanners et des IRM et statistiquement en déduire que si nombre de schizophrènes présentent des anomalies du système nerveux par rapport aux gens dits normaux, ce serait parce que celles-ci sont la cause de leur maladie psy. Mais en réalité bien des schizophrènes n’ont pas ces anomalies et souffrent malgré tout de délires, hallucinations, troubles de l’humeur, etc. et bien des gens dits normaux qui, eux, ont réellement celles-ci ne souffriront jamais de schizophrénie. Ce qui prouve bien qu’il y a de la psychologie dans les causes de cette terrible maladie psy. Je n’ai jamais eu connaissance qu’un psy de mon entourage ait un jour déclaré à l’un de ses schizophrènes : « Arrêtez vos médicaments car vous êtes enfin guéri ! » Pour deux raisons au moins : d’une part parce qu’il ne peut pas le savoir, d’autre part parce que nombre de schizophrènes rechutent après l’arrêt de leur traitement ! Pour le Pr Camille Lampion (cf. son site : http://solidarite-rehabilitation.org) deux malades sur dix qui arrêtent leurs médicaments ne rechutent jamais, et pour un autre professeur (cf. son article du Washington Post : « Guérir de la schizophrénie n’est pas rare ! » sur le site : http://blog schizo.wordpress.com sous le titre : « De l’espoir ! ») un malade sur deux ne rechuterait jamais après l’arrêt de ceux-ci ! La plupart des psys et des psychiatrisés ne croient pas en général à la possibilité de guérir les schizophrénies ! Alors comment faire si les médicaments psy sont par exemple la cause d’un syndrome dépressif avec idées suicidaires gâchant toute la vie au point qu’elle ne vaille vraiment plus la peine d’être vécue ? Il faut bien sûr diminuer le dosage de ceux-ci et cela certains psychiatres l’acceptent alors que d’autres, eux, ne l’acceptent pas (j’ai une expérience personnelle de cela et alors j’avais bien sûr changé de psychiatre). Mais ce que demandent bien des schizophrènes n’estce pas : « Quand serai-je enfin complètement guéri ? Quand ne prendrai-je plus aucun médicament ? » Je leur réponds alors de la façon suivante : « Ce qui compte n’est-ce pas d’être heureux qu’on soit malade ou pas ? et n’y a-t-il pas bien des gens en très bonne santé qui sont d’ailleurs très malheureux ? car ne peut-on 214


pas souffrir sans être malade comme on peut être malade sans souffrir ? Le plus important, n’est-il pas d’être un jour enfin content de la vie qu’on mène et du personnage que l’on est, bref d’être tout simplement enfin heureux ? » Mais le peut-on vraiment lorsqu’on est schizophrène ? Oui, suite à une évolution et c’est alors à chacun de faire son bilan ! Mais en faisant celui-ci n’y a-t-il pas toujours un risque d’erreurs ? Si bien sûr ! C’est pourquoi je ne descends pas au-dessous d’un sixième de la dose d’antipsychotique recommandée par les laboratoires pharmaceutiques en matière de schizophrénie associée à un entretien avec une psychanalyste psychiatre laquelle me surveille mais est toujours d’accord pour que je fasse mon traitement moi-même ! Je me déclare ainsi parfaitement heureux ! Que demander alors de plus que je sois malade ou pas ? Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs **cette expression est de la présidente la FNAPSY avec laquelle j’ai milité autrefois.

215


SEXUALITÉ D’UN SCHIZOPHRÈNE* Sur ce blog ne seront reproduits que quelques extraits à caractère exclusivement sexuel de mon livre LE BRÛLOT D'UN SCHIZO à paraître au plus tard en 2014. Celui-ci est la reprise et la suite de GUÉRISON DE MA SCHIZOPHRÉNIE qui reparaîtra bientôt sur Internet grâce à Google Livres et sur tablette grâce à Google Play. J'ai pensé que la lecture de quelques extraits à caractère exclusivement sexuel de mon livre servirait à d'autres schizophrènes. Ne sommes-nous pas, timides, bloqués, complexés, forclos, etc. déjà avant le début de la maladie ? Et que faire pour nous tirer d'affaire ? Les médicaments et les entretiens suffisent-ils ? Il n'y a pas de recette pour guérir de la schizophrénie ! C'est de chacun selon sa voie à chacun selon sa différence. J'applique depuis 1962 à l'âge de 17 ans où avait commencé ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle laquelle avait évolué en 1966 à l'âge de 21 ans en schizophrénie paranoïde la méthode de Freud. Celle-ci consiste à laisser venir librement ses pensées librement et à faire des associations d'idées. Mais cela suppose en général d'avoir la possibilité de se confier à quelqu'un. Soit verbalement soit par écrit. J'estime que je me suis guéri moi-même dans la mesure où mon ancienne psychiatre psychanalyste n'acceptait à mon avis de recevoir mes écrits que par mensonge et que par hypocrisie. Elle ne m'a jamais aidé dans mon travail sur moi-même car ses entretiens n'étaient toujours à mon avis que complètement nuls. Il y a dans la guérison de ma schizophrénie avant tout une grande part de : « Aidetoi le ciel t'aidera ! » Toutefois si mes écrits n'ont servi jusqu'ici qu'à moi-même, ne peuvent-ils pas servir maintenant à d'autres ? Pour les autres thèmes en rapport avec ma schizophrénie prière de voir LE BRÛLOT D'UN SCHIZO http://brulot-schizo75.blogspot. com ! Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

216


EXTRAIT DU FORUM WWW.LEGAVOX.FR Œdipe LA PLUME WWW.LEGAVOX.FR NOUVEAU CABINET D’AVOCATS SPÉCIALISÉS QUEL EST LE RECOURS ÉVENTUELLEMENT CONTRE L'ORDRE DES MÉDECINS POUR L’OBLIGER À FAIRE SON TRAVAIL ? […] J’ai été victime, d’une part d’un professeur en psychiatrie qui a fait un certificat médical illégal de signalement de « désordre, dangerosité, délires, mais sans persécuteur », etc. à la préfecture de police de Paris dans la mesure où il ne m’avait jamais vu ni jamais examiné (son diagnostic ne s’est d’ailleurs jamais révélé juste depuis 4 ans), d’autre part de ma psychiatre psychanalyste qui n’a pas respecté le Code de déontologie médicale dans la mesure où elle a fait passer son intérêt personnel, celui de son service, de son établissement, de ce professeur en psychiatrie, de ses confrères, etc. avant le mien. Je ne souhaite pas porter plainte contre ce professeur en psychiatrie car il me semble qu’il a évolué et qu’il reconnait pour partie au moins son délit et sa faute lourde médicale. Par contre je souhaite porter plainte contre ma psychiatre psychanalyste car, elle, au contraire, est toujours restée menteuse et hypocrite à mon égard concernant cette affaire avec ce professeur en psychiatrie. Celle-ci travaillant au moment des faits dans un hôpital psy privé de jour où dois-je porter plainte contre elle ? à l’Ordre des médecins ? au Ministère de la santé ? à l’Agence régionale d’hospitalisation ? etc. L’Ordre des médecins ne donne pas en général la suite qu’il convient aux plaintes des malades ! Celui-ci n’estil pas avant tout qu’un syndicat qui blanchit à chaque fois qu’il le peut ses confrères et à chaque fois qu’il le peut aussi noircit les victimes de ceux-ci ? A-t-il fait le serment d'Hippocrate ou le serment d'hypocrite ? Quel est éventuellement alors mon recours contre celui-ci pour l’obliger à faire son travail ? D’avance, je vous remercie pour votre réponse éventuelle. […] Œdipe LA PLUME 217


EXTRAIT DU FORUM WWW.LEGAVOX.FR WWW.LEGAVOX.FR NOUVEAU CABINET D’AVOCATS SPÉCIALISÉS Œdipe LA PLUME […] Pour porter plainte contre quelqu'un, il faut une infraction au code pénal et des preuves. Si la plainte n'aboutit pas, la personne peut se retourner contre vous. Une plainte se dépose dans un commissariat ou à la gendarmerie. […] LEGAVOX

218


Œdipe LA PLUME Madame la présidente CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE L’ORDRE DES MÉDECINS Paris, le 11 décembre 2012, Madame, J’ai à me plaindre de faits graves commis à mon encontre par Madame le Docteur Désirée Jupon mon ancienne psychiatre psychanalyste travaillant toujours (me semble-t-il) à La Joie de vivre comme chef de service des consultations. Vous trouverez la description (en résumé) de ces faits graves que je lui reproche dans la pièce jointe au présent message intitulée « Guérison de ma schizophrénie : pourquoi et comment ? » Je vous prie de lui adresser ce présent courriel ainsi que cette pièce jointe qui l’accompagne en lui demandant – conformément à votre Code de déontologie - qu’elle vous communique les explications que vous êtes en droit d’exiger d’elle suite à ma présente plainte. Je vous prie ensuite de me communiquer celles-ci. Si je vois alors que ses explications sont satisfaisantes, que ses aveux sont sincères, qu’elle regrette tout le mal qu’elle m’a fait suite à ses faits graves que je lui reproche, etc. alors je retirerai ma plainte. En pièce jointe, j’ajoute, pour votre gouverne, la quatrième de couverture en l’état actuel de mon livre « Le brûlot d’un schizo ». Je ne souhaite pas une réponse par courrier ordinaire ni non plus par lettre recommandée avec accusé de réception mais par Internet. D’avance je vous remercie de celle-ci. Recevez, Madame, mes salutations respectueuses. Œdipe LA PLUME

219


Œdipe LA PLUME Madame la présidente CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE L’ORDRE DES MÉDECINS Moscou-sur-Seine, le 17 décembre 2012, Madame, Je vous demande la communication à moi-même par lettre recommandée avec accusé de réception de l’intégralité de mes dossiers médicaux et administratifs à l’Ordre des médecins suite aux nombreuses affaires que je vous ai soumises autrefois et à l’affaire que je vous ai soumise récemment le tout conformément à la loi. Le tout est demeuré sans suite de votre part jusqu’à actuellement pour des raisons, à mon avis, de confraternité et de solidarité de votre part vis-à-vis de vos confrères véreux ou malfrats. Tous les courriers (que vous avez bien reçus mais que vous n’avez jamais daignés me communiquer pour cause de confraternité et de solidarité vis-à-vis de vos confrères véreux ou malfrats) des médecins suivants : Pr Driss Watson, Pr Michael Le Grand, Dr Denis Le Beau, Dr Désirée Jupon, etc. devront m’être communiqués sans exception. Tous les courriers de l’Ordre des médecins en rapport avec moi-même à ces médecins devront m’être communiqués sans exception aussi. Et tous mes propres courriers que je vous ai adressés devront m’être communiqués sans exception aussi. La personne de confiance prévue par la loi que je choisis dans toutes ces affaires citées ci-dessus est le représentant des usagers de www.advocacy.fr où je milite moi aussi. En cas de nouvelles infractions à la loi et au Code de déontologie de votre part des poursuites judiciaires seront intentées d’abord à l’administratif puis s’il y a lieu au pénal. Vous innocentez les coupables et pénalisez les victimes. Vous n’avez même pas honte ! Croyez-vous que ce soit bien intelligent de vous discréditer vous-même et de discréditer par la même occasion tout le corps médical ? Mon avocate éventuelle s’il y a lieu sera Maître Eugénie Bravour. Merci de respecter enfin vous-

220


même la loi et le code de déontologie. Une prompte réponse de votre part par LRAR de réception m’obligerait. Recevez, Madame, mes salutations. Œdipe LA PLUME P.-S. : les photocopies de ma carte nationale d’identité et d’une attestation de domicile vous parviendront séparément au présent courriel dans quelque temps. Les frais de photocopie au tarif prévu par la loi sont à ma charge. P.-S. : je vous demande aussi d’adresser le courriel ci-dessous à Mme le Dr Désirée Jupon en exigeant d’elle les explications qu’elle vous doit et qu’elle me doit au sujet de la plainte supplémentaire que je dépose contre elle ci-dessous, puis de me communiquer aussi celles-ci.

221


Œdipe LA PLUME Madame le Docteur Désirée JUPON Moscou-sur-Seine, le 17 août 2012, Madame, J’estime que vous êtes en contradiction avec l’article R.4127-35 du Code de la santé publique, lequel stipule : « Le médecin doit à la personne qu'il examine, qu'il soigne ou qu'il conseille une information loyale, claire et appropriée sur son état […] ». Vous ne me soignez plus depuis un certain temps mais malgré tout j’estime que je suis en droit d’exiger de vous que vous soyez toujours un médecin dévoué et attentionné à mon égard lorsque je vous demande un certificat médical circonstancié de diagnostic (et non de pronostic, je vous le rappelle) pour les 10 ans (2002-2012) auxquels j’ai eu affaire à vous au point de vue santé psy. Je ne porterai pas plainte contre le Pr Michael Le Grand au sujet de son signalement illégal (sans ne m’avoir jamais vu ni sans ne m’avoir jamais examiné) et de sa faute lourde médicale (son diagnostic de « désordre, dangerosité, délires », etc. ne s’est jamais en rien du tout révélé juste depuis 4 ans et vous le savez parfaitement). Il me semble jusqu’à preuve du contraire qu’il ait reconnu enfin, au moins pour partie, aussi bien son délit que son erreur de diagnostic. Je crois comprendre mieux actuellement ce qui s’est passé dans sa tête autrefois : un mensonge délibéré à la préfecture de police de Paris pour me faire peur afin que je cesse d’écrire enfin à certains de ses confrères sur ce qui ne va pas à mon avis dans leur service ou dans leur hôpital. Mais pourquoi ne m’a-t-il auparavant jamais convoqué à son cabinet à son hôpital pour me demander que je cesse enfin de d’écrire à ceux-ci et pour qu’on ait enfin une explication entre quatre yeux à ce sujet ? Je vous rappelle qu’il a toujours refusé de me recevoir en présence de la personne de confiance (à l’époque ma femme) et des représentants des usagers prévus par la loi et qu’il a toujours refusé aussi toute expertise psychiatrique amiable pour nous départager au sujet de son prétendu diagnostic. Quoiqu’il en soit à ma plainte à votre encontre d’il y a quelques jours je rajoute aussi la nouvelle plainte suivante : « Vous n’avez ni les qualités morales ni les qualités humaines 222


conformes aux règles et aux devoirs exigés des médecins par le Code de déontologie. » Je ne tiens pas à une confrontation verbale entre vous et moi à ce sujet à l’Ordre des médecins. D’une part parce que les paroles s’envolent, d’autre part parce que je reste toujours fragile malgré la guérison de ma schizophrénie. Par contre les écrits eux restent ! Donc je ne vois pas d’inconvénient à une confrontation épistolaire pour l’Ordre des médecins. Je vous rappelle que je ne vous ai en rien du tout demandé un certificat de complaisance puisque je vous ai laissé libre aussi bien de continuer à soutenir le Pr Michael Le Grand lui-même par derrière qu’aussi bien laissé libre de continuer à me soutenir moimême par-devant dans un certificat médical circonstancié. Je vous rappelle le certificat de celui-ci en P. J., extrait de mon livre (avec des pseudonymes) dont vous pouvez trouver maintenant le brouillon intégral de celui-ci sur tous mes blogs. Si d’une part votre réponse me donne satisfaction et si d’autre part vous êtes d’accord pour qu’elle soit publiée dans mon livre (sous votre pseudonyme), je passe l’éponge et je retirerai alors toutes mes plaintes actuelles à votre encontre. J’ajoute que je me réserve, le cas échéant, d’une part la possibilité de déposer celles-ci sur mes blogs, d’autre part de communiquer celles-ci aux médias (l’Humanité, Libération, le Canard enchaîné, Nervure, Santé mentale, le Monde, etc.). Je vous ai fait confiance, j’ai cru à vos meilleurs sentiments à mon égard pendant 10 ans, etc. mais finalement vous avez pris parti dans mon dos et contre moi pour un professeur qui a été véreux avec moi, qui m’a fait beaucoup de mal (dans mon ménage), etc. vous m’avez menti, vous m’avez trahi, vous m’avez pris pour un…, vous avez… dans mes bottes, etc. Je vous demande de vous expliquer sous peine de punition. Recevez, Madame, mes salutations. Œdipe LA PLUME P.-S. : pour l’Ordre des médecins : vous trouverez mes arguments à l’encontre du Pr Michael Le Grand auprès du procureur de la République à de nombreuses reprises dans mon livre (cherchez bien mais je ne suis pas sûr que le moteur de recherche marche bien dans cette édition). Je reproduirai vos réponses éventuelles dans mon livre sous des pseudonymes, sauf avis 223


contraire de votre part (conformément à la loi sur le copyright) qu’il faut que vous me signifiiez dans l’une de celles-ci. P.-S. : je vous rappelle que mes courriels aux professeurs et directeurs d’hôpitaux avaient pour thème : « la dégradation des soins, des services, de la relation médecin-malade à l’hôpital public », etc. Ils sont eux aussi – mais pas tous – dans mon livre. Le Dr Désirée Jupon en recevait toujours l’original et le Pr Michael Le Grand toujours un double ! P.-S. : défendre des médecins véreux, même par confraternité et par solidarité, n’est-ce pas bel et bien être soi-même véreux ? P.-S. : avis de ma femme (30 ans secrétaire médicale de professeur dans un grand hôpital parisien pour prématurés) : « Toute la culture médicale française ne repose toujours que sur les mensonges et l’hypocrisie vis-à-vis des malades. Il faudrait une médecine comme aux États-Unis c’est-à-dire un cabinet d’avocats à l’entrée de chaque hôpital ! Ça ferait réfléchir les médecins avant de faire une grosse connerie ou de mentir délibérément ! » P.-S. : je ne peux recevoir ni courriers ni coups de téléphone ni messages internet, etc. jusqu’au 8 janvier 2013 inclus car jusqu’à cette date et à partir de ce soir je suis en vacances loin de Paris. P. J. : certificat du Pr Michael Le Grand

224


MESSAGE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.LEGAVOX.FR NOUVEAU CABINET D’AVOCATS SPÉCIALISÉS QUELLE EST VOTRE EXPÉRIENCE DE L’ORDRE DES MÉDECINS ? La mienne est la suivante : Il ne s’agit que d‘un syndicat et d’avocats de médecins qui toujours innocentent leurs confrères coupables et toujours pénalisent les victimes d’abus et/ou de fautes de la part de ceux-ci ! Si à la lecture de ce que je viens d’écrire ci-dessus l’Ordre des médecins estime que je mens délibérément dans le but de lui nuire je souhaite qu’il porte plainte à mon encontre ! Je possède bien sûr les preuves d’infractions de celui-ci aussi bien à la loi qu’à son propre Code de déontologie : d’une part parce que j’ai eu affaire autrefois souvent à celui-ci et ai encore affaire à celui-ci actuellement, d’autre part parce que je milite dans une association de psychiatrisés en lutte où de nombreuses victimes de psys se sont plaintes du parti pris délibéré de celui-ci pour ses confrères véreux et/ou malfrats au nom de la confraternité et de la solidarité vis-à-vis d’eux et aux dépens des victimes d’abus et/ou de fautes de la part de ceuxci. Il est temps que le scandale éclate et d’ailleurs les médias ne prendront-ils pas la défense des malades victimes aussi bien des médecins que de son Ordre qui les défend par principe de confraternité et de solidarité. Celui-ci n’écrit-il pas d’ailleurs sur son site : « Les médecins se doivent solidarité dans l’adversité ! » ? L’adversaire étant bien sûr les malades victimes d’abus et/ou de fautes de leur part. Ma femme, qui, elle, a trente ans d’expérience comme secrétaire médicale de professeur dans un grand hôpital parisien pour prématurés ne m’a-telle pas déclaré un jour : « Toute la culture médicale française ne repose toujours que sur les mensonges et l’hypocrisie vis-à-vis des malades. Il faudrait une médecine comme aux États-Unis c’est-à-dire un cabinet d’avocats à l’entrée de chaque hôpital ! » Je confirme et signe : l’Ordre des médecins abuse des victimes d’abus et/ou de fautes de la part de ses confrères véreux et/ou malfrats ! Il est confraternel et solidaire dans l’adversité face aux malades victimes de leurs abus et/ou de leurs fautes. Il est temps que le scandale éclate ! Je lui transmets le présent courriel on verra bien s’il me répond (en général il ne répond jamais ni aux doléances ni aux plaintes même adressées par LRAR : si bien que celles-ci ne peuvent jamais ensuite aboutir contre leurs 225


confrères véreux et/ou malfrats) et le cas échéant on verra bien ce qu’il aura le culot éventuellement de m'expliquer voire de me menacer ! Œdipe LA PLUME

226


EXTRAIT DU FORUM WWW.LEGAVOX.FR RESPECT DE LA CONSTITUTION DANS LES HÔPITAUX PSYCHIATRIQUES ? Bonjour, Je milite dans une association de psychiatrisés en lutte. Je me demande comment faire respecter la Constitution (article 66) dans le domaine de la liberté d’aller et venir dans les services dits libres des hôpitaux psychiatriques. En effet la loi Évin de 1990 (celle actuelle je ne l’ai pas encore étudiée car je ne suis pas un dirigeant d’associations de psychiatrisés en lutte mais je ne suis en réalité qu’un simple adhérent de celles-ci) prévoyait qu’un malade psy en service dit libre avait les mêmes droits qu’un malade non psy dans un service de médecine générale ce qui avait pour conséquence en théorie que la liberté des malades psy en service dit libre devait être respectée. Bien sûr en pratique elle ne l’était jamais en général dans aucun hôpital psy. Actuellement les malades en service dit libre ne peuvent toujours pas avoir la liberté d’aller et venir en pratique comme dans un service de médecine générale ! Pouvez-vous me dire ce qui dit la dernière loi à ce sujet ? Y a-t-il quelque chose enfin de changé ? Sinon comment puis-je m’y prendre pour obliger les hôpitaux psy à respecter eux-mêmes l’article 66 de la Constitution ? C’est une idée un peu folle je le reconnais, mais je me la pose depuis longtemps ! Je l’ai déjà d’ailleurs posée à des dirigeants d’associations de psychiatrisés en lutte, mais jusqu’ici ils ne l’ont jamais prise en considération sérieusement ! Pourquoi ? Je ne l’ai jamais compris ! Que faudrait-il que je fasse pour que celle-ci soit à titre personnel soit à titre collectif aboutisse enfin du point de vue juridique ? Faut-il que je sois moi-même hospitalisé à nouveau en service dit libre ? que je fasse constater par exploit d’huissier que je n’ai pas alors ma liberté d’aller et venir ? fautil qu’ensuite je prenne un avocat pour qu’il dépose une QPC (question prioritaire de constitutionnalité) auprès du Conseil constitutionnel ? faut-il faire un procès par-devant le tribunal administratif pour atteinte aux libertés et aux droits de l’homme soit pour un hôpital psy en particulier (par exemple celui où je serai à nouveau hospitalisé en service dit libre) soit pour tous les 227


hôpitaux psy en général ? Avez-vous une autre idée pour faire aboutir cette idée un peu folle mais cherchant malgré tout à faire respecter les libertés et les droits de l’homme dans les services dit libres des hôpitaux psychiatriques conformément à la Constitution ? D’avance je vous remercie pour votre réponse. Bien cordialement à vous, Œdipe LA PLUME

228


EXTRAIT DU FORUM WWW.COLLECTIFPSYCHIATRIE.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE DU 25 FÉVRIER 2013 : « LE JUGE DES LIBERTÉS EN PSYCHIATRIE » DE MAÎTRE DOMINIQUE JOURDAIN (AVOCAT) LES PSYS SONT-ILS DES SAINTS ? VOIRE DES SAINS D’ESPRIT ? (COMMENTAIRE CENSURÉ) Les psys véreux, malfrats, délinquants, criminels à l’égard aussi bien des malades que des bienportants cela existe et en tant qu’avocat vous le savez parfaitement ! La preuve malgré tout pour ceux qui n’y croient toujours pas : voir aussi bien les témoignages de victimes d’abus, de délits, de crimes, de fautes, etc. que les jugements des tribunaux sur les sites d’Advocacy France, du Cercle de réflexion et de propositions d’action pour la psychiatrie (CRPA), du Groupe Information Asiles (GIA), de l’HUMAPSY, etc. Que disait autrefois le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire sur son site (ça fait longtemps que je ne l’ai pas visité et je ne sais donc pas s’il le dit toujours) au sujet de ces témoignages et de ces jugements (c’est comme ça que je l’avais compris en résumé et si à son avis je me trompe dans ma façon de le comprendre je le prie de bien vouloir me rectifier) ? « L’expert et le juge n’ont jamais le temps de bien faire leur travail et ils ne font que des erreurs médicales et judiciaires toujours ! Quant aux soi-disant victimes d’abus psy ce ne sont toujours que de grands paranoïaques procéduriers délirants dont il ne faut jamais interrompre le processus thérapeutique ! » La plupart des gens internés abusivement ne sont en général ni malades ni dangereux ! Mais ils dérangeaient l’administration, l’employeur, la police, la famille, le conjoint, les héritiers, les psys, etc. Un peu comme autrefois dans l’Allemagne nazie les juifs eux aussi dérangeaient… bien que ce n’était pas pour les mêmes raisons qu’actuellement certaines gens dérangent eux aussi en France… Et ça ne se fait pas qu’un médecin aille contre le certificat 229


médical aussi illégal et aussi calomnieux soit-il d’un confrère ! L’un d’eux ne m’avait jamais vu ni jamais examiné mais avait fait un signalement de « désordre, dangerosité, délires mais sans persécuteur », etc. à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris. Je m’étais inquiété par écrit de la « dégradation des soins, des services, de la relation médecin-malade », etc. dans les hôpitaux parisiens auprès de leur directeur. Ce certificat rédigé en 2008 ne s’est jamais révélé juste jusqu’à toujours actuellement ! Je ne n’ai pas été interné d’office car alors j’avais porté plainte auprès du Procureur de la République. Je ne vois pas pourquoi des psys véreux, malfrats, délinquants, criminels, ne devraient jamais, eux, avoir affaire à la justice ! De quel droit les psys se permettent-ils de décider tout seuls de la vie des autres sans jamais avoir de compte à rendre à qui que ce soit ? Sont-ils toujours des saints ? voire des sains d’esprit ? La France est toujours le pays d’Europe le plus condamné depuis des dizaines d’années par la Cour européenne des droits de l’homme pour ses abus en psychiatrie et est toujours le dernier pays d’Europe à refuser la judiciarisation immédiate (c’est-à-dire le jour même ou dans les premiers jours) des hospitalisations sous contrainte. Comme le dirait ma femme (ancienne secrétaire médicale de professeur dans un grand hôpital parisien pour prématurés) : « Toute la culture médicale française ne repose toujours que sur les mensonges et l’hypocrisie vis-à-vis du malade. Il faudrait une médecine comme aux États-Unis, c’est-à-dire un cabinet d’avocats à l’entrée de chaque hôpital ça ferait davantage réfléchir les médecins avant de faire des conneries ! » Œdipe LA PLUME P.-S. : je n’ai pu obtenir mon dossier médical dans mon affaire que suite, d’une part à une intervention plusieurs fois de la Commission d’accès aux dossiers administratifs (CADA), d’autre part à un recours pour excès de pouvoir par-devant le tribunal administratif, le tout au bout de 3 ans. C’est ça le dévouement des psys ? P.-S. : pourquoi le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire s’oppose-t-il toujours (me semble-t-il car encore une fois ça fait longtemps que je n’ai pas visité son site vu qu’il m’a censuré celui-ci jusqu’à même mon ordinateur à mon domicile) à la 230


judiciarisation des hospitalisations sous contrainte ? À mon avis pour ceci : n’est-il pas le représentant et le symbole des chefs de service des hôpitaux publics qui sont les principaux pourvoyeurs en France des abus psy de toutes sortes ? Or confraternité oblige ! C’est ça votre façon d’aimer les psychiatrisés ? P.-S. : me censurer venant surtout de la part de psys, n’estce pas stalinien, voire fasciste ? et pourquoi ne portez-vous pas plainte pour diffamation contre moi ? de quoi avez-vous peur ? de la justice ? P.-S. : je vous rappelle mon avis sur la médecine, la psychiatrie : « Ça pue la bourgeoise, ses méthodes, son GOULAG ! » Copie pour ADVOCACY, le CRPA, le GIA, l’HUMA-PSY, les médias. J’autorise ceux-ci à reproduire mon article ci-dessus à condition que ce soit le texte intégral.

231


Œdipe LA PLUME Madame la présidente CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE L’ORDRE DES MÉDECINS Le 23 février 2013, Madame, Je me désiste de ma plainte à l’encontre du Dr Désirée Jupon. Je connais la félicité avec ma femme dans un lieu secret et ne tiens pas à gâcher celle-ci en ayant affaire au monde du Dr D. J. dont je ne partage pas les valeurs et ne fais pas partie. Je souhaite au Dr D. J. à son tour de connaître la félicité. Recevez, Madame, mes salutations. Œdipe LA PLUME

232


LA MINIJUPE, LE CORSAGE BÂILLANT, ETC. NE SONT-ILS PAS UNE AGRESSION, UN VIOL, UN CRIME ÉROTIQUE VIS-À-VIS DES HOMMES ?* C’est en tous les cas comme ça que moi je vis les jeunes femmes sexy lorsqu'elles me font voir notamment leurs cuisses, leurs seins, etc. érotiques ! Car n’est-ce pas alors m’imposer contre mon gré souvent un désir sexuel voire sentimental que je ne souhaite pas toujours ? En ce sens c’est une effraction brutale et immédiate dans mon sexe, mon cerveau, mon inconscient, mon intimité que je ressens bel et bien comme une agression, un viol, un crime sexuel ! Bien sûr même si alors je suis très perturbé aussi bien par mes désirs, sentiments, émotions, etc. j’arrive heureusement pour moi à toujours me contrôler parfaitement. Mais est-ce le cas alors de tous les hommes ? N’y a-t-il pas ceux qui peuvent et ceux qui ne peuvent pas ? Et en particulier tous les violeurs ? Quand les féministes disent à ce sujet : « La tenue vestimentaire n’y est pour rien dans les viols ! » « Les violeurs disent tous qu’ils ont des désirs irrépressibles, or c’est faux ! » sont-elles dans la tête de ceux-ci pour savoir toujours mieux qu’eux-mêmes ce qui s’y passe très exactement ? Quel chemin prend une excitation sexuelle quand elle est exacerbée par une minijupe, un corsage bâillant, etc. ? À quoi celle-ci va-telle finalement aboutir ? Au sujet du viol et de ses explications à mon avis les féministes mentent délibérément ! Et pour cause : celles-ci ne veulent-elles pas faire comme toutes les autres femmes justement un effet sexy sur tous les hommes ? Mais bien sûr elles ne le diront jamais car alors ce serait reconnaître que la silhouette, le corps féminin est effectivement la cause des viols, est coupable alors de l’exacerbation du désir sexuel des hommes ! Ces féministes mentent aussi délibérément lorsqu’elles affirment que le viol résulte de la culture des hommes, du pouvoir historique des hommes sur les femmes, etc. En réalité ce sont au contraire les femmes qui ont bel et bien un pouvoir sexuel sur les hommes, et certainement pas le contraire : un homme en minipantalon et corsage bâillant que croyez-vous que cela fasse réellement comme effet sexy sur une femme ? Heureusement comme me l’a dit ma psychiatre actuelle « Toutes les femmes ne sont pas des féministes et tous les hommes ne sont pas des violeurs ! » Et n’est-elle pas d’accord avec moi pour dire que les viols ne sont en réalité que le fait de pervers narcissiques 233


c’est-à-dire d’hommes qui ne peuvent pas se mettre à la place des femmes du fait d’une petite enfance qui s’est mal passée ! Voir à ce sujet le site http://psychiatri infirmiere.free.fr au chapitre « Perversion et structure perverse ». La solution au problème du viol ? Il n’y en aura jamais ! Et d’autant plus qu’on ne reviendra pas en arrière : les femmes occidentales ne veulent pas de la burqa et je leur donne parfaitement raison à ce sujet ! Et il y aura toujours des viols même au paradis communiste : il n’y aura jamais d’éducation parfaite dans la petite enfance donc il y aura toujours des troubles du comportement, des maladies psychiatriques, etc. à l’âge adulte ! Et il y en aura même toujours plus à ce paradis : les féministes prétendant que la tenue vestimentaire n’y est pour rien dans les viols, ne font-elles pas qu’encourager toujours plus les femmes à se déshabiller toujours plus devant les hommes et cela partout où ils sont du matin jusqu’au soir ? Et même si ceux-ci ne sont pas toujours demandeurs du désir sexuel voire sentimental qui en résulte toujours pour eux ? Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

234


EXTRAIT DU FORUM WWW.PCF.FR UN DÉBAT PCF SUR LA PROSTITUTION ? CHICHE ? (MESSAGE CENSURÉ) Cher(e)s Camarades, Je souhaite apporter ma pierre à votre débat que vous semblez proposer sur le thème de la prostitution puisqu’en apparence des réponses sont possibles suite à vos articles sur ce sujet sur votre site PCF. J’espère que vous voudrez bien répondre à mes articles autrement que par l’omerta, le mensonge, l’hypocrisie, la censure, etc. Ceux-ci contredisent en effet les vôtres. Ils sont lisibles à différents endroits de mon livre Ma schizophrénie racontée… et sur mon blog Ma schizophrénie racontée… Croyez, cher(e)s Camarades, à mes sentiments les meilleurs. Œdipe LA PLUME

235


EXTRAIT DU FORUM WWW.PCF.FR RÉPONSE À L'ARTICLE DE LAURENCE COHEN : « ASSISTANTS SEXUELS POUR LES HANDICAPÉS NE PEUT PAS ÊTRE UN MÉTIER COMME LES AUTRES » LES DIRIGEANT(E)S PCF : DES GOUROUS D'UNE SECTE DE MASSE ? Bien des femmes et des hommes ne veulent pas du bonheur communiste que leur proposent les dirigeant(e)s PCF caractérisé par les valeurs de la classe ouvrière dont celles de l’amour et de la fidélité. De quel droit ceux-ci s’ingèrent-ils (elles) dans la vie privée par exemple des prostitué(e)s et de leurs client(e)s pour décider tout seul(e)s de ce que doit être la vie sexuelle de cellesci et de ceux-ci ? Même quand on est handicapé(e) a-t-on forcément besoin alors de la tutelle et du catéchisme des curés et des bonnes sœurs PCF pour savoir gérer soi-même sa vie privée et sexuelle ? N’est-ce pas à chaque handicapé(e) et à chaque prostitué(e) de décider chacun(e) comment doit-il (elle) organiser et gérer personnellement sa vie dans ce domaine ? Que vient faire là-dedans le PCF ? Lui fait-on remarquer par exemple que beaucoup de ses dirigeant(e)s au moins autrefois étaient souvent divorcé(e)s parce qu’ils (elles) avaient commis de nombreux adultères ? Je comprends que Mme L. C. apprécie la monogamie et la fidélité pour elle-même et moi-même c'est aussi le choix que j'ai fait puisque je suis marié de cette façon depuis plus de 40 ans. Mais le bonheur n'est pas la même chose pour tout le monde ! Les prostitué(e)s réclament-ils (elles) l'abolition de leur profession ? Ne déclarent-ils (elles) pas qu'ils (elles) aiment ça et la relation avec le client ? Ne manifestent-ils (elles) pas dans la rue pour ne pas disparaître ? La prostitution est un plaisir, la joie de vivre pour bien des professionnel(le)s ! 500 à 1 000 € pour les jeunes puceaux et bien plus pour les vieux cochons ? Elles jouissent, s'éclatent, voire pètent les plombs alors ! Et il y a des jeunes putes sexy et sympathiques même pour les plus pauvres aussi ! Y a-t-il besoin d'un proxénète pour se prostituer à notre époque et surtout grâce à Internet ? Les curés et bonnes sœurs PCF considèrent les client(e)s de prostitué(e)s comme des criminel(le)s ! 236


Moi qui ai été autrefois aussi un curé PCF mais qui suis maintenant un curé défroqué je considère depuis toujours que la prostitution est un bien nécessaire ! N'est-elle pas un soin psy d'avenir non seulement pour les handicapé(e)s physiques, mentaux, psychiques, etc. mais aussi pour bien des névrosé(e)s, des psychotiques, des pervers(es), etc. ? Or quoi de plus humain que de faire l'amour même si l'on paie pour ça ? La femme n'est-elle pas le symbole justement de l'amour et des soins ? Et pour Freud l'argent n'est-il pas justement le symbole de ceux-ci ? Je suis très déçu que des dirigeant(e)s PCF s'ingèrent jusque dans la vie privée et sexuelle de millions de gens pour la régenter à leur façon personnelle et en décidant eux (elles) tout seul(e)s de ce quoi doit être la vie privée et sexuelle de millions de leurs concitoyen(ne)s. Faire l'amour entre gens consentants est-ce vraiment faire du mal à autrui ? Quant à mon corps je dois être libre d'en faire ce que j'en veux car il n'appartient qu'à moi-même et certainement pas à l'État qui me violerait en m'imposant alors ce que je dois en faire ou ne dois pas en faire au nom de la loi ! Chacun doit être libre de vendre ou pas sa force de travail même sexuelle et chacun doit être libre d'acheter ou pas celle-ci ! L’amour et la fidélité sont des valeurs de la classe ouvrière qu’on ne retrouve pas dans d’autres couches ou classes sociales : ainsi certain(e)s privilégient la carrière, l’argent, les honneurs, les cours en bourse, etc. au détriment de la vie de famille, des enfants, etc. Mais des dirigeant(e)s PCF qui veulent décider tout seul(e)s de ce que doit être la vie privé et sexuelle de millions de leurs concitoyen(ne)s sans même leur demander leur avis personnel à ce sujet ne sont-ils (elles) pas alors que des gourous d'une secte de masse ? Œdipe LA PLUME Ancien secrétaire de la cellule PCF du CRÉDIT EXPERT DE PARIS (pseudonyme) P.-S. : autrefois ma secrétaire de section PCF me disait : « Je suis pour l'ouverture de bordels pour femmes ! » et ajoutait : « Une fois par jour pour tous les hommes c'est possible ! » J'espère qu'elle lira ces lignes, me reconnaîtra et confirmera son avis ! 237


EXTRAIT DU FORUM WWW.COLLECTIFPSYCHIATRIE.FR LE COLLECTIF DES 39 A-T-IL FAIT LE SERMENT D’HIPPOCRATE OU LE SERMENT D’HYPOCRITE ? (COMMENTAIRE CENSURÉ) Quand on est soi-disant toujours les meilleurs psys sur le plan humain on ne fait pas par-derrière en réalité toujours tout son possible pour empêcher les victimes d'abus psy de toutes sortes d'aller en justice contre les psys fautifs, malhonnêtes, véreux, malfrats, délinquants, criminels. Mais l'amour de ce collectif pour ses confrères ne passe-t-il pas toujours bien avant celui pour leurs psychiatrisés en lutte ou victimes d'abus psy ? Celui-ci ne s’oppose-t-il pas d’ailleurs à la loi sur le soin sans consentement en ambulatoire que pour mieux défendre sa mafia et toujours plus développer son lobby ? A-t-il fait le serment d’Hippocrate ou le serment d’hypocrite ? Il n’évoque pas sur son site les confrères fautifs, malhonnêtes, véreux, malfrats, délinquants, criminels exactement comme si ceux-ci n’existaient jamais ! Et ainsi il justifie sa censure permanente des psychiatrisés en lutte et des victimes d’abus psy aussi bien sur son forum que même sur votre écran (son webmaster peut connaître votre adresse IP) pour ne pas que vous puissiez le visionner (c’est mon cas toujours actuellement) au cas où vous lui porteriez la contradiction éventuellement. Ne fait-il pas sans cesse comme si tous les témoignages et tous les jugements des tribunaux que l’on peut trouver sur les sites des associations d’usagers en santé mentale en réalité soit n’existaient pas soit étaient diffamatoires à son avis ! Ne prétend-il pas, d’une part que ni le juge ni l’expert n’ont jamais le temps de bien faire leur travail, d’autre part que de toute façon tous les plaignants ne sont toujours que de grand délirants paranoïaques procéduriers dont il ne faut surtout ne jamais arrêter le processus thérapeutique ? Ce qui fait les bons soins en psychiatrie n’est-ce pas la qualité des relations humaines et dans cellesci les bons sentiments, voire l’amour véritable pour les psychiatrisés ? Quand on ment et est hypocrite à ce point comme ce collectif à l’égard des psychiatrisés en lutte et des victimes d’abus psy ne s’agit-il pas que d’une forme particulière de haine, de profond mépris de la part d’une classe sociale qui se croit 238


supérieure à l’égard des petites gens humbles ? Le personnel en nombre suffisant, de bons salaires, la réduction du temps de travail, la psychothérapie ou la psychanalyse et pas forcément toujours que le tout chimique, etc. qu’il réclame bien sûr ça compte beaucoup dans l’intérêt des psychiatrisés. Mais si ceux-ci n’ont affaire qu’à des psys, d’une part n’ayant que de bons sentiments que toujours pour leurs confrères, etc. et jamais ou pas forcément pour leurs psychiatrisés, d’autre part n’étant que toujours carriéristes, avides de fric, d’honneurs, de notoriété, de sexe, etc. comment peuvent-ils prétendre aboutir alors à de bons résultats thérapeutiques ? Pour guérir il faut avant tout que les psys soient capables d’amour à l’égard de leurs psychiatrisés ! Or, comme le dirait Marx : « L’amour véritable n’existe que dans la classe ouvrière ! » Ce collectif soi-disant super savant et infiniment bon ne peut-il pas répondre aux psychiatrisés de bonne foi qui déposent des commentaires sur son forum autrement qu’en criant à la prétendue diffamation et en les censurant ? Moscousur-Seine ? Quelle honte ! L’émancipation des psychiatrisés ne devrait-elle pas être que l’œuvre des psychiatrisés eux-mêmes ? Ceux-ci ont-ils vraiment besoin de la tutelle de ce collectif avant tout menteur, hypocrite, imposteur ? Ce qui fait l’essence de l’homme c’est, d’une part la petite enfance (loi du père et de la prohibition de l’inceste), d’autre part la classe sociale à laquelle on appartient ! Comme l’a écrit souvent l’Humanité : « Combien de psys viennent de la classe ouvrière ? » Toutefois faut-il mettre tous les psys dans le même sac de ce collectif avant tout menteur, hypocrite, imposteur ? Je ne le crois pas ! J’en ai rencontré deux récemment dont je suis très satisfait ! Il n’y a pas de morale universelle supérieure, il n’y a toujours qu’une morale de classe aussi individuelle soit-elle ! Selon que l’on naisse chez un médecin ou chez un ouvrier l’essence de l’enfant n’est-elle pas déjà pour l’avenir déterminée ? Et alors où est sa liberté ? Mais tout n’est-il toujours qu’une question de classe sociale ? Œdipe LA PLUME

239


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM IL N’Y A PAS DE RECETTE POUR GUÉRIR DE LA SCHIZOPHRÉNIE MAIS DES CHEMINS DIFFÉRENTS SELON CHACUN Œdipe LA PLUME SYRINE Bonsoir Syrine, Je crois que pour la guérison de la schizophrénie, c’est en réalité : « De chacun selon sa voie à sa chacun selon sa différence ! », Bref, il n’y pas de recette et il y a toutes sortes de chemins très différents qui mènent à la guérison. Mais, en général il arrive un moment de révolte contre son psy qui fait que le psychiatrisé n’est plus du tout d’accord avec celui-ci pour continuer à ingurgiter ses médicaments psy. L’UNAFAM prétend qu’alors 75 % des schizophrènes qui arrêtent leur traitement rechutent dans le délai d’un an. Le Pr Camille Lampion (je suis passé dans la même émission que lui sur France 2 « Savoir plus Santé : Mieux comprendre la schizophrénie » le 20 novembre 2004, lui, prétend qu’en cas d’arrêt des médicaments psy c’est la rechute assurée dans le délai d’un à deux ans. Cela fait quand même 25 % de schizophrènes qui ne rechutent pas dans le délai d’un an après l’arrêt de leur traitement pour l’UNAFAM. Quant au Pr C. L., lui, il signale quand même sur son site que deux malades sur dix ne rechutent jamais après l’arrêt de celui-ci. Ce qui a été décisif, à mon avis pour moi pour ma guérison, c’est d’avoir découvert un jour pourquoi j’avais peur de revoir mon ancienne psychiatre psychanalyste. Car à chaque fois que je lui demandais un rendez-vous peu de temps après je l’annulais toujours. Et en réfléchissant sur les fantasmes que j’avais vis-à-vis d’elle j’ai été amené à conclure de ceux-ci que j’avais peur d’être fusionnel avec ma mère ! Bien sûr il n’y a pas que ça qui compte pour faire une guérison. Mais auparavant, toujours dans mes fantasmes, j’imaginais tout le contraire de ce que j’ai donc découvert par la suite ! Et d’autant plus que j’avais toujours pensé depuis ma petite enfance que ma mère m’avait rejeté au profit de mon petit 240


frère et cela dès la naissance de celui-ci. En réalité, je ne peux pas tout raconter, sur tout ce qui a fait ma guérison. Car c’est tout un ensemble de diverses choses toutes aussi importantes les unes que les autres et qui sont liées. En P.-S. quelques liens vers des sites qui évoquent la guérison des schizophrènes. Je te suggère aussi de lire, le livre : « Pour en finir avec la psychiatrie – Des patients témoignent » dont je te communique aussi en P.-S. les coordonnées. Si tu connais déjà ces liens ou si tu as déjà lu ce livre, j’espère que ceux-ci seront utiles à d’autres qui nous lisent. Bien cordialement à toi, Œdipe LA PLUME P.-S. : […]

241


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM LES SCHIZOPHRÈNES SONT-ILS CAPABLES DE RÉFLEXION ET D’ÉVOLUTION ? Œdipe LA PLUME INFIRMIÈRE PSY Bonjour, Merci pour votre réponse. Pourquoi pensez-vous que les schizophrènes restent fragiles toute leur vie, qu’ils sont incapables de réflexion personnelle sur eux-mêmes, leur maladie, leurs médicaments, leur psy, les abus dont ils sont victimes, etc., d’évoluer, de se consolider et finalement d’avoir la même vie de tous les jours que vous-même ? Si le vécu et le ressenti du malade c’est à son avis qu’il n’a plus besoin de son traitement parce qu’il se sent complètement et définitivement guéri sans médicaments et que cela perdure depuis de longues années pourquoi devrait-il alors continuer à faire confiance à la science infuse des psys ? Les seuls schizophrènes guéris (il y en a entre 2 sur 10 et jusqu’à 1 sur 2 selon différentes statistiques) ne sont toujours que ceux, je vous le confirme encore une fois, qui se sont un jour ou l’autre opposés à leur psy. Et ce fut aussi mon cas. Dans l’émission où je suis passé le 20 novembre 2004 « Savoir Plus Santé : Mieux comprendre la schizophrénie » sous le nom de « … 59 ans », le Professeur Camille Lampion de l’Hôpital Sainte-Madeleine à Marseille n’a-t-il pas notamment confirmé ceci : « 10 à 15 % des schizophrènes ne font qu’une seule crise sans suite ! » Ça veut dire bien sûr que si à leur sortie d’hôpital psy ils avaient écouté leur psy, pendant 30 ans, 50 ans… ceux-ci n’auraient jamais pu travailler, se marier, avoir d’enfants, etc. du fait des effets indésirables de leur traitement ! Mais combien de schizophrènes abusés ne croient-ils pas ainsi à la science infuse de leur psy ? Combien ont une vie d’impotent, d’invalide, de suicidaire alors qu’ils auraient pu être content, heureux, zen ! Il y a 40 ans alors que j’avais arrêté complè242


tement mon traitement depuis environ six mois à la demande de ma femme (d’abord secrétaire médicale dans un grand laboratoire d’analyses médicales puis secrétaire médicale de professeur dans un grand hôpital pour prématurés), j’ai demandé à mon généraliste à ce qu’il m’adresse à un expert psy près les tribunaux pour avoir son diagnostic et son pronostic (il s’agissait de l’expert le plus célèbre de l’époque qui passait alors tous les jours à la télévision), et il m’a fait le certificat suivant : « Je soussignée certifie avoir examiné ce jour M… demeurant à… Il ne présente pas actuellement les symptômes pour lesquels il a suivi autrefois un traitement psychologique. » Et à ma question que je lui ai alors posée deux fois : « Qu’est-ce que je risque si je ne prends pas de médicaments ? », il m’a répondu alors deux fois : « Je ne suis pas devin ! » Il ne m’a en tous les cas même pas conseillé de reprendre mon traitement même à faible dose ! Qu’est-ce que ça veut dire à votre avis ? Bien cordialement à vous, Œdipe LA PLUME

243


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM Œdipe LA PLUME LANA Bravo Lana d’avoir réussi à vous tirer d’affaire ! Même si dans un précédent commentaire vous dites prendre encore un peu de médicament psy ! Mais qu’est-ce qui vous prouve que malgré tout vous n’êtes pas complètement et définitivement guérie de la schizophrénie ? N’avez-vous pas enfin une vie vivable ? N’avez-vous pas la qualité de vie de Monsieur et Madame tout le monde ? Est-ce grâce à la chimie ou à votre psychologie ? Mais la guérison c’est quoi au juste ? Ce n’est qu’une question de considération ! Et pour la schizophrénie n’est-ce pas le vécu et le ressenti du « malade » ? Si vous êtes heureuse n’est-ce pas ça qui compte et pas votre médicament ? Bien sûr comme le dirait le héros du film « Un homme d’exception » : « On est tous hanté par son passé ! » N’avez-vous pas peut-être une telle peur de la rechute que même si la science vous prouverait éventuellement que vous êtes complètement et définitivement guérie ne prendriez-vous pas malgré tout quand même votre médicament ? Aucun examen ne permet de prévoir l’avenir dans un sens comme dans l’autre ! C’est à chacun de voir selon ce qui lui convient le mieux et résultant de son évolution personnelle ! Et comme vous le dîtes et je suis d’accord avec vous : « Pourquoi obéirai-je aveuglément aux psys ? » Bien sûr on prescrivant des médicaments ils sont sûrs qu’ainsi il y aura moins de rechutes voire pas du tout ! Ceux-ci d’ailleurs ne sont-ils pas que des camisoles chimiques ? Ils agissent sur les effets de la maladie pas sur les causes. Mais ces prescripteurs tiennent-ils compte de notre évolution personnelle ? Nous écoutent-ils à ce sujet ? Moi non plus je ne mets pas tous les psys dans le même sac. Ainsi celle que j’ai actuellement me convient aussi bien pour le peu de médicament psy que je prends que pour les entretiens. Et celle que j’avais avant me convenait déjà aussi de la même façon. Mais si j’ai changé de psy ce n’est que parce que j’ai déménagé. Moi aussi si j’avais écouté certains psys où en serai-je actuellement ? Au cimetière comme déjà dit dans un précédent commentaire ! Œdipe LA PLUME 244


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM Œdipe LA PLUME LANA Vous n’avez pas à vous justifier de quoi que ce soit car bien sûr chacun est libre d’organiser sa vie privée comme bon lui semble du moment qu’il ne fait pas de mal à autrui et même s’il s’en fait à lui-même. Pour moi, tous ces médicaments (tranquillisants, somnifères, normothymiques, antidépresseurs, neuroleptiques, antipsychotiques, etc.) ne sont bel et bien que des camisoles chimiques dans la mesure où ils n’agissent que sur les effets et pas sur les causes des maladies psy. Je ne pense pas du tout que ceux-ci soient toujours quelque chose de mal. Sauf quand ils provoquent trop d’effets indésirables insupportables tels que : blocage de la pensée, idées suicidaires, impotence, invalidité, fatigue, etc. et qu’en réalité on peut soit les diminuer soit s’en passer complètement. C’est déjà souvent arrivé sur plusieurs longues périodes que je ne prenne vraiment plus du tout de ceuxci. Mais comme je l’ai dit dans l’émission de TV où je suis passé : « J’ai une peur terrible de la rechute ! » Pour deux raisons : d’une part même en très bonne santé sans médicaments sur une ou plusieurs longues périodes qu’est-ce qui prouve que je ne suis pas toujours malgré tout porteur de la maladie, d’autre part comment puis-je savoir tout ce qui se passe dans mon cerveau du point de vue génétique, chimique, psychologique, social, neuronal, etc. ? Mais quand on a eu un tel bouleversement psychique du point des délires, des hallucinations, des troubles de l’humeur, etc. comment ne plus du tout avoir encore peur que ça ne recommence même si on va très bien au point de vue santé sans médicaments sur une ou plusieurs longues périodes ? La peur est souvent quelque chose d’illogique, d’irrationnel, etc. Encore une fois comme le dirait le héros du film « Un homme d’exception » : « On est tous hanté par son passé ! » Je pensais à votre sujet que peut-être étiez-vous enfin complètement et définitivement guérie, que peut-être ne vous en rendez-vous pas compte vousmême, etc. mais que malgré tout peut-être vous aussi aviez toujours peur ! Dans la schizophrénie il y a des différences mais aussi 245


des ressemblances ! Excusez-moi de vous avoir éventuellement indisposée ou importunée ! Œdipe LA PLUME

246


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM Œdipe LA PLUME MAGALI Ne pas faire de procès aux médecins quand il ne s’agit que de fautes médicales involontaires j’accepte éventuellement ! Mais il y a des choses graves en psychiatrie que tu n’imagines pas. En particulier les certificats diffamatoires ou calomnieux de la part aussi bien de généralistes que de psychiatres sont choses courantes. Car les médecins comme n’importe quels autres citoyens ont parfaitement le droit en France de mentir y compris même dans un certificat médical. Il n’y a que devant les tribunaux qu’en France personne n’a le droit de mentir. J’ai été victime de ce genre d’abus et d’ailleurs je ne suis pas le seul. J’avais écrit quelques courriers à un directeur d’hôpital pour lui dire que « Je n’étais pas dupe que les affiches dans son hôpital du genre “si vous nous agressez physiquement ou verbalement nous portons plainte immédiatement” n’étaient que le symbole de la dégradation des soins, des services, de la relation médecin malade, etc. dans celui-ci », etc. et j’ai ensuite été signalé par son professeur en psychiatrie – qui ne m’avait jamais vu ni jamais examiné – comme « désordonné, délirant, dangereux mais sans persécuteur », etc. à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de Police de Paris. Tu connais peut-être mon histoire si tu as lu un peu le brouillon de mon livre. En France on est interné abusivement en général quand on commence à déranger l’administration, la famille, le conjoint, les héritiers, la police, l’employeur, les psys, etc. Et dans mon histoire ma psychiatre psychanalyste qui par-devant moi me défendait en réalité par-derrière défendait son confrère. Je ne peux pas tout raconter ici je développerai plus cette histoire de « solidarité des médecins face à l’adversité » (expression du site de l’Ordre de ceux-ci) autrement dit contre les malades, vers la fin de mon livre. Pour l’instant la rédaction de celui-ci n’est pas tout à fait terminée. J’avais porté plainte aussi bien au pénal qu’à l’Ordre contre ces deux psychiatres mais d’une part le parquet m’a répondu que « les faits ne sont pas punissables », d’autre part l’Ordre ne répond pas à mes courriers. J’ai renoncé à me battre aussi bien contre mon 247


calomniateur ou diffamateur que contre son compère ou complice car, d’une part je n’ai pas les moyens de me payer un avocat, d’autre part je ne tiens pas à avoir affaire à leur monde dont je ne partage pas les valeurs. De plus quand on est heureux pourquoi se créer des soucis ? Je connais bien d’autres histoires de certificats médicaux délibérément mensongers car j’ai milité (avec des interruptions) dans des associations de victimes d’abus psy de 1989 à 2012. Ce que je n’imaginais pas c’est que j’allais être un jour moi-même aussi victime à mon tour d’un abus psy ! Œdipe LA PLUME

248


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM Œdipe LA PLUME DONALD Chacun voit à sa fenêtre. Et ce n’est pas ma psy qui me conseille ABILILFY et à cette dose. C’est moi qui le réclame à la dose d’un sixième de celle recommandée par le laboratoire pour la schizophrénie. C’est moi qui fais mon traitement moi-même et moi qui décide aussi moi-même des rendez-vous avec elle. Je ne me sens pas malade donc je me considère guéri. Et je sais ce qu’est l’hypomanie et je constate que mon bonheur ce n’est pas cette petite agitation avec euphorie. Vous ne savez pas du tout pourquoi je réclame à ma psy de l’aripiprazole et à cette dose et vous imaginez des choses inexactes. S’agissant du mot stabilisé que vous avez utilisé dans un précédent commentaire je vous signale ce qu’a dit à ce sujet le Pr Camille lampion dans l’émission TV à laquelle je suis passé avec lui : « Ce mot va disparaître en psychiatrie car il ne veut rien dire : dans le coma n’est-on pas aussi stabilisé ? » C’est quoi être guéri de la grippe et c’est quoi être guéri de la schizophrénie ? Quel thermomètre faut-il ? Ma structure psychotique n’existe plus parce que je l’ai liquidée suite à la liquidation au bout de 10 ans de mon transfert épistolaire, envahissant et divisé mais aussi anachronique et infantile, aussi bien sur ma psychiatre psychanalyste que sur mon assistante sociale. De plus pendant 40 ans ma femme n’a-t-elle pas été mon « tuteur de résilience » au sens où l’entend Boris Cyrulnik même si je n’ai pas eu le même genre de mère que celui-ci ? Et j’ai bien sûr compris les causes adultes de ma schizophrénie en rapport avec les causes infantiles de celle-ci. Je vous rappelle puisque vous prétendez avoir lu mon livre que j’ai par exemple découvert entre autres sur moi la « forclusion du Sein-de-laMère » (cette expression est de mon invention personnelle) pour paraphraser Lacan, etc. En théorie ma santé psy n’est pas parfaite mais dans la pratique n’est-elle pas resplendissante ? C’est pourquoi je me considère guéri ! N’en déplaise à ma chère infirmière psy bien aimée d’un commentaire précédent prescriptrice et interneuse abusive ! Œdipe LA PLUME 249


EXTRAIT DU BLOG WWW.BLOGSCHIZO.WORDRESS.COM Œdipe LA PLUME DONALD Je ne proclame pas à la face du monde ma guérison et tout le monde ne peut pas faire ce que j’ai fait. D’une part comme le dirait mon ancienne psychologue de mon ancien SAVS : « Votre parcours est unique ! » D’autre part j’ai déjà précisé références à l’appui que 2 schizophrènes sur 10 voire 1 schizophrène sur 2 guérissaient même si ce n’était pas par les mêmes chemins que moi ! « À chacun selon sa voie à chacun selon sa différence ! » comme je le dis souvent. Je ne peux pas vous expliquez en quelques commentaires ce que j’explique dans les dix tomes de mon livre en 5 000 pages. Celui-ci n’est plus pour le moment sur Internet. Y reviendra-t-il je n’en sais rien ! En tous les cas son titre a changé et est devenu MA SCHIZOPHRÉNIE RACONTÉE… En allant sur l’un de mes blogs actuels vous saurez le moment venu où le trouver pour le lire. Sur l’aripiprazole je sais beaucoup de choses par expérience personnelle qui sont elles aussi évoquées dans mon livre. Je vous précise qu'il est souvent prescrit aux étudiants pour les stimuler. Œdipe LA PLUME

250


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM Œdipe LA PLUME DONALD Je vous prie de cesser de me harceler de questions aussi inintelligentes et inhumaines que les vôtres. Je suis suivi que je sois malade ou pas. Je prends ABILILFY pour le cas où je me tromperais éventuellement. Ce n'est pas parce qu'on ne peut pas prouver une guérison que l'hypothèse de celle-ci doit être exclue. Je vous prie aussi de ne pas douter de ma bonne foi dans mon histoire. Œdipe LA PLUME

251


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM Œdipe LA PLUME LANA Je viens de découvrir sur Internet un article intéressant qui corrobore ce que je raconte moi aussi. Il s’agit de l’article suivant : Schizophrénie Ma victoire sur la maladie par Estelle Saget (L'Express), publié le 09/02/2006 : « La plus fréquente des affections psychiatriques n'est plus une malédiction pour les malades ni pour leur entourage. Des traitements permettent aujourd'hui aux patients de mener une vie normale, même si bien des tabous demeurent. C'est pour les briser que Xavier Boissaye a choisi de raconter son combat et sa délivrance […] » J’ai lu deux fois le livre de celui-ci autrefois et je vous le recommande. Il se termine comme le mien : il prend de l’aripiprazole ce qui ne l’empêche pas de se considérer guéri. Je ne peux pas reproduire intégralement l’article d’Estelle Saget car je n’ai pas l’autorisation de copyright à ce sujet. Mais LANA pourrait peut-être éventuellement l’avoir elle qui a l’habitude de reproduire bien des articles sur son blog. Œdipe LA PLUME

252


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM POURQUOI LES PSYS NE PEUVENT PAS GUÉRIR DE LA SCHIZOPHRÉNIE ? Œdipe LA PLUME SYRINE De la même façon qu’après sa naissance le petit bébé a besoin d’amour pour se construire après une crise ou des crises le psychotique a besoin d’amour pour se reconstruire. Les bons sentiments du psy sont alors bien sûr très importants. Mais 30 minutes de ceux-ci une fois par semaine est-ce que c’est la même chose que ceux-ci tous les jours grâce à un conjoint ? C’est la raison pour laquelle les psys ne peuvent pas guérir de la schizophrénie alors que malgré tout il y a des schizophrènes qui guérissent. À chaque fois que j’ai arrêté mon antipsychotique jamais je n’ai rechuté : ni hallucinations ni délires ni troubles de l’humeur, etc. Si je prends encore un peu d’aripiprazole (la moitié du 5) en réalité cela n’a plus rien à voir avec la schizophrénie. Les étudiants ne s’en servent-ils pas à petite dose pour se stimuler intellectuellement ? Je ne vois jamais de symptôme aussi bien lorsque je le prends que lorsque je ne le prends pas ! Ne puis-je pas alors me considérer comme guéri ? Quant au mot « stabilisé » quel sens a-t-il vraiment ? Car ne peut-on pas être aussi bien stabilisé dans le coma que dans la guérison ? Œdipe LA PLUME

253


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM POURQUOI LA PSYCHANALYSE EST-ELLE ACTUELLEMENT DISCRÉDITÉE ? Œdipe LA PLUME SYRINE La psychanalyse qui était très à la mode dans les années 1960 est très discréditée actuellement. C’est vrai que comme la psychothérapie elle est souvent inefficace, très longue et très cher. Et elle peut même faire passer des sujets fragiles à la crise psychotique ! J’ai remarqué qu’il y avait des charlatans et des escrocs psychanalystes même s’ils avaient suivi un vrai cursus psychanalytique et même s’ils étaient supervisés. Le déclin de la psychanalyse est d’abord le fait des psychanalystes eux-mêmes qui se sont bel et bien discrédités eux-mêmes sur le plan humain ! Beaucoup dans les hôpitaux publics ont fait soit des internements abusifs soit ont protégé leurs confrères interneurs abusifs. Dans ces conditions ils n’inspirent pas confiance ! Et d’autant plus qu’ils mentent toujours à ce sujet (voir certains de leurs sites). Et en plus ils viennent presque tous sinon tous de la bourgeoisie ce qui n’arrange rien du tout dans la tête des patients de milieux modestes ou défavorisés ! Toutefois j’ai eu affaire à une psychanalyste à Paris avant de déménager, laquelle était vraiment très bien à tout point de vue : non seulement elle était psychiatre et ne me prenait que le tarif de la Sécurité sociale mais surtout j’étais toujours très content de tous mes entretiens de toujours 40 minutes précises avec elle. Et je ne la voyais soit qu’une fois par mois soit qu’une fois tous les trois mois. Mais c’est une exception à mon avis. Car combien n’ai-je pas vu de psys à Paris mettant sur leur plaque : « Psychiatre psychothérapeute » et qui en réalité ne m’ont toujours reçu qu’en 5 minutes même pas et en me faisant revenir sans cesse les voir ! Même si je n’avais alors peut-être besoin que de médicaments, sur le plan humain est-ce bien normal de mettre son patient à la porte en 5 minutes même pas et en prenant un dépassement substantiel au tarif de la Sécurité sociale ? J’estime que la méthode de Freud m’a beaucoup aidé et autant que le fait d’avoir 254


rencontré la femme de ma vie, même si ce n’est pas la même chose ! Lorsqu’on liquide son transfert on liquide ses troubles. Mais pourquoi on ne psychanalyse pratiquement jamais de schizophrènes ? C’est parce qu’il faut qu’ils travaillent pour pouvoir payer leur analyse ! Et la plupart des psys et donc les psychanalystes ne sont-ils pas que des gros bourgeois avides de fric ? Ce que je retiens de la psychanalyse c’est surtout que ce n’est pas parce qu’on est psychanalyste et qu’on a été psychanalysé voire qu’on est supervisé qu’on est pour autant une garantie de moralité vis-à-vis de ses clients ! Il n’y a pas de morale universelle supérieure ! Il n’y a toujours qu’une morale de classe aussi individuelle soit-elle ! Œdipe LA PLUME

255


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM POUR GUÉRIR D’UNE MALADIE MENTALE QUE FAUT-IL ? J’ai souvent remercié autrefois La Joie de vivre et son SAVS pour ses bons soins et services. Je pense toujours dans la pratique qu’ils étaient meilleurs qu’à l’hôpital public et/ou au CMP. Mais a posteriori je crois malgré tout qu’ils n’étaient pas du tout à la hauteur de ce qu’ils auraient dû être en théorie. Car pour guérir d’une maladie comme par exemple la schizophrénie que faut-il ? Bien sûr de multiples facteurs ! Mais notamment de l’amour de la part du personnel médicosocial comme le petit bébé en a besoin de la part de ses parents ! Cela suppose donc que ce personnel aille vers les malades comme ceux-ci vont vers leur enfant ! Cette idée n’était-elle pas d’ailleurs celle déjà appliquée autrefois par Bruno Bettelheim dans son centre d’orthogénie à Chicago vis-à-vis des petits enfants autistes ? Or que se passait-il à La Joie de vivre et à son SAVS quand j’y ai consulté autrefois pendant de longues années ? Il n’y avait jamais de relations personnelles entre les malades et le personnel ! J’en ai discuté souvent avec ma femme, laquelle m’a répondu à ce sujet toujours ceci : « Les médecins n’ont pas à faire de sentiments ! » À mon tour je lui répondais alors ceci : « C’est vrai dans tous les domaines de la médecine sauf en psychiatrie et par exemple en psychanalyse la solution des problèmes du névrosé n’est-ce pas le contre-transfert du psy en réponse au transfert de l’analysant ! » Autrefois dans les années 1950-1960 on savait tout sur son médecin ou sur son infirmière : s’il (elle) était marié(e), s’il (elle) avait des enfants, les études qu’il (elle) avait faites, etc. Et ces indications étaient alors des repères pour le malade pour s’y retrouver par rapport aussi bien à son médecin ou à son infirmière qu’à la médecine. Maintenant les relations personnelles sont interdites pour tout personnel soignant ! Ainsi j’avais l’impression à La Joie de vivre et à son SAVS de n’avoir affaire à la place d’êtres humains qu’à des robots ! Et les malades qu’étaient-ils sinon que des machines ne servant qu’à faire du fric pour l’hôpital de jour et son SAVS ? Il me vient un extrait d’une phrase d’Élisabeth Roudinesco dans l’Humanité autrefois : « Actuellement, disait-elle, la psychanalyse est désexualisée […] » ce qui me fait venir par associations d’idées ceci : « Actuellement La Joie de vivre et son 256


SAVS sont déshumanisés […] » Il n’y a plus que du personnel médicosocial indifférent à tout problème des malades, et encore une fois, jamais celui-ci ne va vers ceux-ci ! Je donne un exemple : quand Barbara* a eu un petit problème d’argent en at-elle alors parlé à l’assistante sociale (Mathilde*) ou à Pauline (la psychologue*) ? Non elle a préféré se confier à moi-même et à Joël*, et d’ailleurs nous l’avons effectivement secourue (de pas grand-chose : moi un don de 10 € et Joël un prêt de 10 €, mais cela lui a quand même permis de manger à sa faim) ! On ne peut pas faire confiance à des gens qui nous traitent comme des étrangers ! mais qu’à ceux entretenant avec nous de véritables relations personnelles. Et à mon avis ce n’est qu’à cette dernière condition que peut avoir lieu une amélioration, une rémission, voire une guérison ! Je n’ai jamais lu les livres de Boris Cyrulnik qui comme vous le savez ont pratiquement tous pour thème la « résilience » ! Qu’est-ce que cela veut dire du peu que j’en sais ou imagine ? Ceci : « Ce sont des malades qui ont guéri parce qu’ils ont rencontré un jour dans leur vie un “tuteur” qui les a alors aimés réellement et s’est occupé vraiment d’eux comme s’ils étaient un membre de leur famille ! » Et j’ajoute : « Dans la schizophrénie le malade s’oppose alors à son psy, rejette ses médicaments… et trouve enfin le vrai bonheur ! » D’après les statistiques actuelles deux schizophrènes sur dix à un schizophrène sur deux guérissent ainsi complètement et définitivement sans jamais de rechute. Ces chiffres sont variables car les malades ne sont plus alors suivis. Œdipe LA PLUME *pseudonyme

257


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM LES SCHIZOPHRÈNES SONT-ILS GUÉRISSABLES ? […] On a souvent reproché à Freud d’avoir soutenu que chez les schizophrènes le transfert n’existant pas et celui-ci étant le moteur de la cure celle-ci devient alors impossible et la guérison donc aussi. En réalité il est bien évident que lors des délires, hallucinations, troubles de l’humeur, etc. toute cure par l’intelligence et la réflexion même avec les meilleurs sentiments du psy est alors irréaliste : il n’y a pas de transfert car celui-ci se retourne en réalité contre le psychotique. C’est pourquoi Freud disait des schizophrènes qu’ils étaient narcissiques autrement dit qu’au cours de leurs crises ils n’aiment qu’eux-mêmes. En réalité les successeurs de Freud ont tous dit qu’en dehors des crises le transfert existait bien chez les schizophrènes, qu’il était même aussi bien envahissant que divisé, et qu’alors les soins psychologiques étaient donc possibles. Dans la pratique on ne soigne pas les schizophrènes par la psychanalyse tout simplement parce que ceux-ci en général ne travaillant pas n’ont pas souvent les moyens de se payer des séances au tarif de plusieurs fois celui à 100 % de la Sécurité sociale. J’ai appliqué sur moi et avec ou sans mes psys la méthode de Freud de l’âge de 17 ans lorsqu’a commencé ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle jusqu’à l’âge de 67 ans. Entre temps j’avais souffert à l’âge de 21 ans d’une schizophrénie paranoïde traitée par des doses faramineuses de médicaments psychotropes jusqu’à l’âge de 60 ans et après je n’ai que rien pris ou très peu de ceux-ci. Cette méthode psychanalytique consiste à « laisser venir librement ses pensées et faire des associations d’idées ». Le problème est qu’il vient alors un moment où l’on cherche à se souvenir de son passé mais qu’on n’y arrive pas ! Parce que des résistances en rapport avec la sexualité infantile s’y opposent ! C’est alors qu’au lieu de se rappeler on éprouve des sentiments favorables et/ou hostiles à l’égard de son psy ! Cela se traduit souvent par des pensées amoureuses et érotiques à l’égard du psy reflétant un trop plein ou un excès de libido (d’après toujours ce que j’ai compris de Freud et d’ailleurs aussi de ce que j’ai découvert sur 258


moi-même) que le névrosé prend pour des sentiments actuels alors qu’ils ne sont qu’anachroniques et infantiles (le fameux complexe d’Œdipe). Lorsque l’analysant liquide ensuite son amour de transfert il liquide aussi en même temps ses troubles psys associés à celui-ci. J’estime que c’est bel et bien ce qui a eu lieu entre moi et ma psychiatre psychanalyse et mon assistante sociale d’autrefois. Et c’est pourquoi je dis maintenant : « Je me considère enfin complétement et définitivement guéri de ma schizophrénie ! » Je n’en vois pas le moindre indice de rechute venir depuis environ huit ans que je ne prenne pas ou que je ne prenne que peu d’antipsychotique ! Je me déclare enfin parfaitement heureux ! Mais si je n’avais pas travaillé, connu la sexualité et l’amour véritable, milité bénévolement, fait beaucoup de philosophie, etc. je ne crois pas que ma « psychanalyse » aurait pu aboutir effectivement à cet état de santé psy resplendissant actuel d’où résulte mon bonheur parfait ! Et ça perdure ! […] Œdipe LA PLUME

259


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR PEUT-ON DISCUTER DES ABUS EN PSYCHIATRIE AVEC LE COLLECTIF DES 39 CONTRE LA NUIT SÉCURITAIRE ET L’HUMAPSY ? […] J’espère qu’en ouvrant ce blog chez Médiapart je vais pouvoir enfin m’exprimer librement sur Internet en tant qu’usager en santé mentale notamment sur les abus en psychiatrie et ne pas être censuré. Car je le suis aussi bien sur le forum du Collectif des 39 que sur le forum de l’Humapsy ! Je vous communique cidessous, d’une part l’intégralité de trois commentaires (deux anciens et un récent) qui ont été censurés sur son forum par le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire, d’autre part l’intégralité d’un commentaire récent qui a été censuré sur son forum par l’Humapsy. Qu’est-ce ça veut dire ? C’est ça leur « hospitalité » ? Tous les messages censurés ont été reproduits dans mon livre Ma schizophrénie racontée… Sur http://blogs.psychologies.com/ mon-combat-face-a-la-schizophrénie/ vous pourrez lire aussi quelques articles non censurés du genre : « Extraits de mon livre » (il ne s’agit pas de mes commentaires déposés sur le forum du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire), « Brève biographie de Œdipe La Plume », « Soljenitsyne de Gauche : pourquoi ce pseudonyme supplémentaire ? », etc. Dans un avenir lointain après la publication intégrale de Ma schizophrénie racontée… j’espère pouvoir aussi déposer sur ce présent blog, bien d’autres extraits de mon livre, peu importe le thème. Pour l’instant voici ci-dessous trois commentaires censurés par le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire et un commentaire censuré par l’Huma psy sur leur forum respectif ! Mais pourquoi refusent-ils de discuter des abus en psychiatrie ? Pouvez-vous me l’expliquer ? […] Œdipe LA PLUME 260


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR INTERNEZ-MOI ! […] C’est bien de se battre pour changer la loi en psychiatrie et à ce sujet bien sûr je vous soutiens ! Mais vous ne dîtes jamais OÙ PRENDRE L’ARGENT ? Avez-vous un programme à ce sujet ? Depuis toujours on ne fait que prendre aux pauvres et malades pour donner aux riches et en bonne santé ! En régime capitaliste les salaires et la santé des travailleurs ne sont-ils pas toujours trop cher ? Il n’y a pas de solution aux problèmes des travailleurs comme des malades sans sortir avant tout du capitalisme ! Et cela mondialement ! « Vous délirez, vous êtes dangereux », etc. ! me direz-vous. Internez-moi ! […] Œdipe LA PLUME

261


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR QUESTIONS […] La psychiatrie actuelle n’est-elle pas l’opium du peuple ? La bourgeoisie n’a-t-elle pas un intérêt à la chronicisation des zombies ? Quand on est surdosé et une larve peut-on être un révolutionnaire ? […] Œdipe LA PLUME

262


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR Je connais bien la FNAPSY pour en avoir été adhérent au FIL RETROUVÉ et aux NEVEUX DE RAMEAU et même j’ai été écoutant téléphonique bénévole tous les jours de ceux-ci pendant deux ans. C’est vrai qu’elle est sans doute utile aux psychiatrisés qui souffrent de la solitude et qui ont besoin de contacts humains pour se soutenir entre eux moralement. C’est important mais c’est tout. Pour le reste la direction de la FNAPSY n’a jamais été représentative de l’intérêt des psychiatrisés face surtout aux abus en psychiatrie dont ils sont victimes et notamment les internements abusifs. J’ai aussi l’expérience d’un SAVS bien que ce ne soit pas la même idée que pour les GEM. Je garde un meilleur souvenir de celui-ci que de ceux-là car il y avait aussi bien une conseillère en économie sociale et familiale, une assistante sociale, une psychologue, un psychanalyste, etc. qui m’ont été très utiles. C’était très important pour moi de me référencer à des gens « normaux » plutôt que toujours à des gens « malades ». J’ai été moi aussi victime d’abus psy graves dont je me suis plaint à la présidente de la FNAPSY mais celle-ci n’a fait que seulement me répondre « La FNAPSY ne peut pas être partout ! » (C’est-à-dire dans les hôpitaux psy la FNAPSY ne s’occupant que des GEM – NDRL) Je n’ai jamais vu la direction de la FNAPSY s’occuper réellement des victimes d’abus en psychiatrie. Il est vrai que pour M. Grey Béton ceux-ci n’existent pas et ne sont toujours que le produit de l’imagination morbide de malades mal ou peu soignés. La FNAPSY n’a jamais jusqu’ici défendu réellement les psychiatrisés. Elle ne fait sans cesse que rouler pour les ministres et les gouvernements de droite ou de gauche et bien sûr pour les psychiatres… Il est juste que les subventions lui soient au moins pour partie coupées et attribuées à d’autres associations plus représentatives de l’intérêt véritable des psychiatrisés. J’espère que ça fera enfin réfléchir sa présidente ! Œdipe LA PLUME

263


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR POURQUOI LE TOUT CHIMIQUE À L'HÔPITAL PSYCHIATRIQUE ? QUEL AVENIR POUR LES HÔPITAUX ET LEURS USAGERS ? […] La découverte des neuroleptiques a été une aubaine pour les gestionnaires politiques pour faire grâce à ces nouveaux médicaments psy bien des économies pour les hôpitaux, la Sécurité sociale, etc. Et surtout qu’à cette époque ceux-ci ne coûtaient pas bien cher par rapport à ce que coûtent actuellement les antipsychotiques. Avant 1960 les asiles étaient pleins de déments de toutes sortes nécessitant de très nombreux personnels. Les neuroleptiques ont alors permis de renvoyer chez eux ou de mettre à la rue 90 % de ces déments de toute sortes. L’intérêt des neuroleptiques et des antipsychotiques c’est que malgré leurs effets indésirables ils sont pratiquement toujours efficaces à 100 % et cela très rapidement. Les psychothérapies au contraire sont très longues et leur résultat est toujours très aléatoire. Quant à l’avenir des hôpitaux psychiatriques et de leurs usagers il n’est actuellement que très mal engagé car on ne peut espérer aux prochaines élections qu’un gouvernement soit de droite soit de gauche. Ça veut dire que la politique de santé consistera à nouveau à faire des économies aussi bien sur les hôpitaux psychiatriques que sur leurs usagers ! Bien sûr il faut se battre malgré tout et espérer que la lutte sera quand même enfin payante un jour ! […] Œdipe LA PLUME

264


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR Les psys que je considère comme des escrocs – et ils sont très nombreux à Paris – ce sont notamment ceux qui marquent sur leur plaque à l’entrée de leur cabinet « psychiatre psychothérapeute » mais qui vous reçoivent en même pas cinq minutes au grand maximum. Ce qui ne les empêche pas de prendre un dépassement substantiel au tarif de la Sécurité sociale. Toutefois j’avais rencontré à Paris avant de déménager dans un lieu que je secret une « psychanalyste psychiatre » qui n’avait pas de plaque à l’entrée de son cabinet mais qui me gardait toujours 40 minutes précises et qui ne dépassait pas le tarif de la Sécurité sociale. Et j’étais très content de ses entretiens. J’ai connu un ancien professeur qui me prenait six fois le tarif à 100 % de la Sécurité sociale, un ancien chef de clinique qui lui me prenait celui-ci quatre fois, etc. Plus on paie cher plus est-on mieux soigné ? Et les entretiens sont-ils alors plus intelligents et plus humains ? Je n’ai pas confiance dans tous ces médecins qui prennent un dépassement au tarif de la Sécurité sociale même s’ils se plaignent toujours à la télévision d’être les plus à plaindre bien que n’étant eux ni au SMIC ni au RSA ! Me soignent-ils pour mon argent ou pour ma santé ? Et le Parisien n’a-t-il pas révélé – mais en chirurgie – que pour des opérations à l’hôpital certains spécialistes ne prenaient-ils pas jusqu’à quinze fois le tarif de la Sécurité sociale à 100 % ? Mais c’est peut-être différent car même pour une opération de l’appendicite opère-t-on alors en cinq minutes au grand maximum ? Quant à l’Ordre des médecins pour les dépassements d’honoraires contraire à la déontologie comme pour bien d’autres choses a-t-il fait le serment d’Hippocrate ou le serment d’hypocrite ? Enfin je rappelle que dans son livre sur la vie de Lacan Élisabeth Roudinesco signale qu'en 1981 celui-ci prenait 400 F pour des séances de même pas cinq minutes (je me souviens que le tarif de la Sécurité sociale à 100 % était alors de 100 F pour une consultation de psychiatrie). Elle appelait ça des séances « ZÉRO » ! C'est ça la psychanalyse ? Œdipe LA PLUME 265


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR […] Pour construire un monde meilleur pour les psychiatrisés cela suppose à mon avis au moins des qualités humaines et de l’argent. Je ne mets pas en doute a priori celles-ci et vos bonnes intentions sont louables. Le problème c’est de savoir comment faire et est-ce bien réaliste ? Jusqu’ici on n’a toujours eu que des gouvernements de droite ou de gauche avec même des programmes tels que : « Changer la vie ! » (PS 1981), « Changer de cap ! » (PCF 1981), mais vous savez bien par quoi cela s’est traduit : de 1988 à 2002 plus de 50 000 lits en psychiatrie et plus de 20 000 infirmières en psychiatrie ont été supprimés, etc. C’est ça la gauche même avec le PCF ? Et actuellement Mélenchon ne se réclame-t-il pas de Mitterrand, lequel à un congrès du PS avant 1981 n’avait-il pas déclaré : « Je veux faire la révolution ! » ? Et moi à cette époque n’y ai-je pas cru ? Mais si ce nerf de la guerre qu’est l’argent est incontournable comme il me semble pour faire aboutir votre projet de construction d’un monde meilleur pour les psychiatrisés, je me permets de vous demander : que puis-je faire éventuellement pour vous ? mais aussi : pour qui me conseillez-vous de voter la prochaine fois ? […] Œdipe LA PLUME

266


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR ŒDIPE ALAIN Je vous remercie pour vos réponses mais me permets de vous faire remarquer que vous êtes le seul à me répondre comme moi je suis aussi le seul à vous répondre. Les auteurs de l’article qui nous concerne eux s’en gardent bien… comme à leur habitude aussi sur le site du Collectif des 39 où soit ils ne répondent pas aux commentaires des usagers soit ils censurent ceux-ci ! Chacun agit toujours seul selon sa conscience et même s’il est dans l’erreur et/ou si elle est mauvaise ! Par exemple je peux me dire « Dieu m’a dit de tuer ! » si je suis un terroriste ! Mais comme me l’a fait remarquer un jour le docteur en philosophie et docteur en psychopathologie à mon ancien café philosophique de mon ancien SAVS : « Même avec une pensée juste on peut se tromper ! » Et le problème pour moi c’est que les conséquences de ce que je décide en mon âme et conscience concernent aussi les autres éventuellement. Une intime conviction n’est pas la vérité s’il n’y a pas de preuve mais dans le droit français on s’en dispense ! Je peux avoir ma conscience pour moi mais ça n’empêche pas que je peux donc parfaitement me tromper malgré tout ! Et alors les décisions que je prends : par exemple voter pour un tel ou tel autre peuvent avoir des conséquences terribles. C’est pourquoi s’agissant d’un problème aussi grave que construire un monde meilleur et sans abus psychiatrique pour les psychiatrisés je me permets de demander encore une fois aux auteurs eux-mêmes de l’article qui nous concerne : que puis-je faire éventuellement pour vous et pour qui me conseillez-vous de voter la prochaine fois ? En mon âme et conscience je peux très bien me tromper et au contraire eux avoir parfaitement raison ! Je souhaite donc qu’ils me portent la contradiction ! Et notamment sur le problème des abus en psychiatrie. Je rappelle certains faits : 1 600 procès ont été intentés par les 267


psychiatrisés à tort contre les établissements psychiatriques en 2012. 3 200 internements illégaux en 2013 ont été annulés par décision de justice. 3 % des psys ont des rapports sexuels interdits avec leurs client(e)s d’après Élisabeth Roudinesco autrefois dans l’Humanité. Ce chiffre est contesté par d’autres psys et s’élèverait même en réalité actuellement à 10 %. 40 % des internés en psychiatrie n’auraient rien à y faire du tout d’après un rapport daté déjà de l’an 2000, etc. Face à ce genre de faits précis l’un des auteurs de l’article qui nous concerne m’a répondu récemment sur ma messagerie ceci : « Il faut cesser les invectives, l’essentiel c’est de s’opposer au gouvernement. » Il suggère que la loi du 5 juillet 2011 sur le soin ambulatoire sans consentement soit remplacée par une autre loi mais ne souhaite pas alors qu’on discute avec le Collectif des 39 des abus en psychiatrie. Quant à Roland Gori – le fondateur de Collectif des 39 – qu’a-t-il lui écrit dans l’un de ses articles ? Ceci : « Ce qui se dessine, à travers cette décision du Conseil constitutionnel mais aussi avec le projet de réforme de la psychiatrie, c'est véritablement l'empêchement, voire la destruction de tout projet thérapeutique, soit par le préfet pour maintenir l'hospitalisation contre l'avis des soignants, soit par le juge pour empêcher le maintien de cette même hospitalisation, toujours contre l'avis des soignants. » L’avis des soignants c’est une chose mais pourquoi ne demanderait-on pas aussi l’avis des psychiatrisés ? Je rappelle que la plupart des gens internés abusivement ne sont ni malades ni dangereux ! Simplement ils dérangent soit l’administration, l’employeur, la police, les psys, la famille, les héritiers, le conjoint, etc. et il en résulte alors bien souvent un certificat médical illégal calomnieux ou diffamatoire rédigé sans avoir ni jamais vu ni jamais examiné le soi-disant grave malade mental. Le Collectif des 39 (voir ses articles sur son site) prétend alors que tous les psychiatrisés qui contestent leur internement ne sont en réalité que de grands délirants paranoïaques procédu268


riers, que le juge et l’expert n’ont jamais le temps de bien faire leur travail, que tous les jugements des tribunaux annulant les internements abusifs ne sont toujours bien sûr que des erreurs judiciaires, que la justice n’a pas à contester la médecine, que les psys ont toujours raison face aux psychiatrisés à tort, aux juges, aux experts… Mais de quel droit ces psys décident-ils tout seuls de la vie des autres sans jamais avoir de compte à rendre à qui que ce soit ? Ma conscience, mon intime conviction (preuves éventuellement à l’appui car je possède toujours les textes censurés par le Collectif des 39 : ils sont maintenant tous dans mon livre), ma vérité c’est que le Collectif des 39 dans ces histoires d’internements abusifs fait délibérément et en connaissance de cause le choix de ses confrères plutôt que celui de ses psychiatrisés ! Confraternité oblige ! Je veux bien m’allier au projet de construire un monde meilleur pour les psychiatrisés avec le Collectif des 39 mais à condition qu’il déclare publiquement, d’une part accepter la discussion avec les usagers sur le thème des abus en psychiatrie, d’autre part ne plus pratiquer la censure vis-à-vis de ceux-ci ! Quant à mon vote aux prochaines élections ce sera l’extrême gauche certainement pas le PCF ! […] Œdipe LA PLUME P.-S. : pour voir l’intégralité de l’article de Roland Gori dont un extrait a été cité dans le présent commentaire prière de cliquer sur le lien suivant (en espérant qu’il fonctionnera) : Maintien en hospitalisation au-delà de 15 jours... – Mediapart blogs. mediapart.fr/.../maintien-en-hospitalisation-au-dela-de-15jours... […] 269


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR […] L’hospitalité à l’hôpital psy ce serait d’abord de ne pas y recevoir ceux qui n’ont pas besoin de celui-ci. Pour cela ne faudrait-il pas que le psychiatrisé à tort puisse d’abord avoir immédiatement accès à son dossier médical et en particulier à son certificat d’internement pour qu’il puisse le contester ? C’est encore un « détail » sur lequel le Collectif des 39 n’est certainement pas d’accord ! Mais passons à autre chose : les vrais malades psy ! Que sais-je de l’hospitalité des hôpitaux psy ? Autrefois en 1966-1968 on était plusieurs par cellule ou par box (dans une salle commune) et à mon avis c’était mieux que maintenant en chambre seul car on pouvait discuter entre malades. Je n’ai jamais eu à me plaindre des soins à Saint-Saturnin* en 1966-1967 et dans le service fermé où j’étais il y avait trois infirmières pour dix malades de 8 heures du matin à 8 heures du soir : et elles s’occupaient de tout et surtout elles discutaient (parfois en s’asseyant à plusieurs d’entre elles autour du malade sur son lit) de tout ! Et bien sûr du contenu de leurs délires, hallucinations, troubles de l’humeur, idées de suicide etc. Quelle ne fut pas ma surprise déjà en 1973 ensuite à l’Hôpital Sigmund Freud* dans le service du célèbre Pr Driss Watson* pourtant l’apôtre de la psychanalyse en France : je ne voyais ses infirmières que trois fois par jour deux secondes pour juste me tendre un verre d’eau avec de l’halopéridol et un comprimé de trihexyphénidyle que faisaient-elles alors le reste du temps ? Elles buvaient du café ou fumaient la cigarette chacune dans leur coin attendant quoi ? Je n’en sais rien ! Quelle ne fut pas ma surprise après en 1989 à l’Hôpital de la Bienfaisance* : on ne voyait aussi les infirmières que pour les médicaments et le reste du temps elles s’enfermaient dans leur aquarium où elles discutaient de quoi ? par exemple de la diarrhée verte du dernier bébé ! et quand un malade venait leur faire savoir : « Il y a mon voisin qui pleure ! » ne leur répondaient-elles pas : « On lui a donné ses médicaments ! Le mieux c’est de le laisser pleurer ! » ? Dans ces deux derniers hôpitaux à mon avis il y avait trop de personnels psy puisque d’ailleurs ils ne s’occupaient presque pas des malades mais passaient surtout leur temps à bavarder entre eux ! Je comprends 270


que l’on réclame pour les malades plus de moyens c’est-à-dire plus de personnels (et avec de meilleurs salaires et une réduction du temps de travail) ! Mais certains usagers ne m’ont-ils pas fait remarquer à ce sujet : augmenter les personnels n’est-ce pas accroître toujours plus les abus en psychiatrie ? et plus de psys par exemple n’est-ce faire toujours plus d’internements abusifs ? L’hospitalité est-ce une question de moyens ou de qualités humaines ? Défendre par-devant les psychiatrisés mais par-derrière protéger les psys interneurs abusifs c'est ça l’hospitalité ? […] Œdipe LA PLUME *pseudonyme

271


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR QUE PENSEZ-VOUS DES TROIS PHRASES SUIVANTES : […] « L’hôpital n’a pas besoin d’argent ! » (Un ministre de Nicolas Sarkozy) « Combien de psychanalystes viennent de la classe ouvrière ? » (Journal l’Humanité) « Ça ne sert à rien que tu croises le fer avec des psys qui se regardent le nombril : tu ne les feras pas changer d’avis ! » (Louis Vertu† ancien président du Groupe Information Asiles) […] Œdipe LA PLUME

272


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM […] Beaucoup de certificats psychiatriques d’internement même en France sont particulièrement calomnieux ou diffamatoires visà-vis de psychiatrisés à tort qui n’ont que le malheur de déranger leur entourage (l’administration, l’employeur, la police, les psys, la famille, le conjoint, les héritiers, etc.). Ce genre de certificats psychiatriques odieux, menteurs, hypocrites, etc. est toujours rédigé sans avoir ni jamais vu ni jamais examiné l’intéressé. Je vous assure que c’est pratique courante en France et que d’ailleurs moi aussi j’ai failli être interné de cette façon. J’étais accusé de « désordre, dangerosité, délires mais sans persécuteur », etc. J’ai porté plainte auprès du Procureur de la République et maintenant je ne suis plus inquiété. Ce diagnostic ne s’est jamais révélé juste depuis 2008 jusqu’à actuellement ! J’ai milité dans plusieurs associations d’usagers en santé mentale et je sais donc de quoi je parle ! Qui peut soutenir que ce genre de pratiques n’existe pas en France ? Les internés abusifs ne sont ni malades ni dangereux contrairement à ce que soutient le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire. […] Œdipe LA PLUME

273


Œdipe LA PLUME Madame le Docteur Désirée JUPON Psychiatre psychanalyste LA JOIE DE VIVRE CONSEIL DÉPARTEMANTAL DE L’ORDRE DES MÉDECINS Objet : réitération de ma demande de certificat médical au Dr Désirée Jupon et copie du présent courriel à l’Ordre des médecins ; demande d’autosaisine de cette affaire par celui-ci. Pour toute réponse prière d’écrire par LRAR. Paris, le 25 avril 2013 (par Internet et par LRAR) Mesdames, Messieurs, Le Docteur Désirée Jupon m’a donné ses soins de septembre 2002 à mars 2012. Mais elle ne m’a jamais indiqué les raisons de ceux-ci. En particulier elle ne m’a jamais communiqué son diagnostic que soit ce soit à la suite d’un entretien ou que ce soit grâce à un certificat médical circonstancié comme je le lui ai demandé il y a environ un an. Tout cela est contraire à l’avis de l’Ordre des médecins tel qu’il l’indique sur son site. Par le présent courriel je lui réitère donc ma demande de certificat médical circonstancié pour un diagnostic. Je prie l’Ordre des médecins de bien vouloir s’autosaisir de cette plainte. Recevez, Mesdames, Messieurs, mes salutations respectueuses. Œdipe LA PLUME

274


POURQUOI JE ME CONSIDÈRE COMPLÈTEMENT ET DÉFINITIVEMENT GUÉRI DE MA SCHIZOPHRÉNIE ET ME DECLARE PARFAITEMENT HEUREUX ?* […] Tout simplement parce que cette guérison et ce bonheur ce sont enfin mon vécu et mon ressenti depuis maintenant de longues années et que cela perdure. Pendant des dizaines d’années j’ai prix des neuroleptiques, des normothymiques, des antipsychotiques, des antidépresseurs, des tranquillisants, des somnifères, etc. à des doses faramineuses alors que maintenant je ne prends plus qu’un sixième seulement de la dose d’antipsychotique recommandée par les laboratoires pharmaceutiques pour la schizophrénie. Il m’est arrivé pendant de longues périodes de ne plus prendre aucune médication du tout et alors jamais je n’ai constaté le moindre indice de rechute dans la schizophrénie ! J’utilise actuellement mon antipsychotique à faible dose pour d’autres raisons que la schizophrénie qui n’ont rien à voir du tout à voir avec celle-ci ! Ne le prescrit-on pas par exemple aux étudiants pour les stimuler ? […] Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

275


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR […] Vous demandez : « Est-ce bien normal d’être normal ? » Je demande : « Le Collectif des 39 et l’Humapsy que vous recommandez dans votre article, sont-ils bien normaux ? » Encore une fois j’ai été censuré sur leur « forum » respectif pour y avoir déposé en réponse à des articles bien normaux de ceux-ci un exemple bien normal d’INTERNEMENT ABUSIF mais malgré tout plus significatif cette fois, la victime des psys étant alors en réalité un étudiant en quatrième année de médecine bien normal ! Ci-dessous l’objet de la censure bien normale dont j’ai été victime en tant que visiteur bien normal de ces deux sites : […] Œdipe LA PLUME

276


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR PÉTITION Je suis ancien malade psy et souvent j’ai été victime d’abus psy. À ce titre j’ai souvent demandé à l’Ordre des médecins de punir des médecins malfrats, véreux, etc. Par exemple il y a cinq ans un professeur en psychiatrie parisien m’a dénoncé comme « désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur », etc. à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris parce que j’avais écrit des lettres en nombre au directeur de son hôpital attirant son attention sur la « dégradation des soins, des services, de la relation médecin-malade », etc. dans celui-ci ! Bien sûr il n’y avait ni grossièretés ni menaces dans mes lettres et le diagnostic de ce professeur en psychiatrie ne s’est pas révélé juste jusqu’à actuellement ! Quand je me suis alors plaint à l’Ordre des médecins (par LRAR, fax et Internet) jamais il n’a daigné répondre à mes plaintes ! Le recours alors ce serait le Conseil d’État… D’une part les médecins quand ils ont affaire à des malades victimes d’abus ne défendent pas ceux-ci, mais bel et bien leurs confrères coupables de délits, de crimes, de fautes, etc. Mais l’Ordre lui aussi ne défend pas davantage les malades victimes d’abus et lui aussi à son tour défend ses confrères véreux, malfrats, etc. Ne précise-t-il pas d’ailleurs sur son site : « Les médecins se doivent solidarité dans l’adversité ! » ? L’adversaire étant en général les malades ! Dans l’affaire des trois médecins du travail poursuivis par leur employeur, il semblerait que ceux-ci aient défendu des travailleurs grâce à des certificats médicaux attestant du rapport qu’il y avait à leur avis entre le travail de ceux-ci et leur santé ! À mon avis ces médecins ont défendu la déontologie que devraient avoir tous les médecins du travail ! Car en général, mon expérience, c’est que ceux-ci ne font en général que toujours défendre leur employeur ! Ne diton pas souvent d’ailleurs : « La médecine du travail c’est la médecine du patron ! » ? Pour ma part je leur tire un coup de chapeau et signe la pétition les soutenant ! Œdipe LA PLUME 277


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LE COLLECTIF DES 39 : UN ABCÈS A CREVER […] Je ne pourrai pas participer au séminaire et meeting organisé par le Collectif alternatif en psychiatrie (CAP), le samedi 25 mai 2013, de 9 h à 18 h 30, à l’AGECA à 75011 PARIS, car, d’une part je n’en fais pas partie, d’autre part j’habite actuellement vraiment très loin de celui-ci. Les psys abuseurs (internements jugés arbitraires en 2012 : plus de 3 200, rapports sexuels interdits avec la clientèle : 10 % d'entre eux, viols réguliers à l'hôpital : voir les médias, malades surdosés : des millions de zombies, etc.) cela bel et bien existe. Le collectif des 39 s'oppose à la loi et veut toujours que les psys décident tout seuls de la vie des autres sans avoir jamais de compte à rendre à la justice. Ne serait-il pas le plus gros interneur abusif en France dans la mesure où il représente les chefs de service des hôpitaux publics lesquels ne sont-ils pas les principaux pourvoyeurs d’abus de toutes sortes ? Pourquoi refuse-t-il dans son collectif la présence d’usagers en santé mentale et pourquoi n’accepte-t-il sur son forum de ne discuter qu’entre psys ? C’est comme ça qu’il conçoit le soin ou l’hospitalité dont il se targue d’être le défenseur ? Censurer sur son forum les usagers en santé mentale alors que la méthode de Freud c'est de laisser venir librement ses pensées et faire des associations d'idées, est-ce aussi bien très intelligent que très humain de la part du Collectif des 39 ? A-t-il peur des fous ? C'est comme ça qu'il les traite ? Lucien Bonnafé s'il le savait ne se retournerait-il pas dans sa tombe ? Qu'il ne compte pas sur moi pour m'allier avec lui tant qu'il ne renoncera pas à cette censure publiquement ! Je souhaite qu’un abcès soit enfin crevé à ce séminaire et meeting du Collectif alternatif en psychiatrie (CAP) du samedi 25 mai 2013, de 9 h à 18 h 30, à l'AGECA à 75011 PARIS : faut-il prendre dans les discussions en vue de proposer une nouvelle loi 278


en matière d’hospitalisations psychiatriques, le Collectif des 39 ? Car la vérité sur celui-ci n’est-elle pas qu’il n’est en réalité qu’un imposteur à l’égard des usagers en santé mentale ? L’émancipation des psychiatrisés doit être l’œuvre des psychiatrisés eux-mêmes ! J’ai choisi le camp des victimes ! Certains dirigeants d’associations d’usagers en santé mentale ont choisi, eux, le camp des bourreaux ! Quelle honte ! […] Œdipe LA PLUME

279


DÉCLARATION À MA NOUVELLE PSYCHIATRE ACTUELLE (MME ÉVA DEVOTE* DONT JE SUIS TRÈS CONTENT) […] Les associations et leurs forums ce n’est pas pour moi ! Que j'ai un problème ou pas les dirigeants ne vont jamais vers moi et si je leur exprime une critique ou un désaccord ceux-ci me censurent ou refusent la discussion ! Je n’ai que ma femme et vous pour discuter actuellement. Je suis d’ailleurs très content de vous-même comme de mon ancienne psychanalyste psychiatre. Il y a beaucoup de misère et de souffrance actuellement en France et dans le monde ! Mais comment solutionner tous ces problèmes de chômage, de travail, de logement, de malnutrition, de santé mentale, etc. ? Je crois à ces deux phrases : la première de Karl Marx : « Prolétaires de tous les pays unissezvous ! », la seconde de Nathalie Arthaud : « Les élections n’ont jamais fait les révolutions ! » Car pour solutionner tous les problèmes actuels ne faut-il pas avant tout sortir du capitalisme ? D’une mesure de trop en France ou ailleurs ne peut-il pas jaillir l’explosion sociale qui embrasera le monde entier ? Mais comme le dirait Léon Trotski : « Si une énorme comète écrase toute la planète verra-t-on un jour le communisme ? » Celui-ci est possible et probable mais pas inéluctable ! Je crois que la vérité est révolutionnaire aussi minoritaire soit-elle et que l’unité des travailleurs à la base qui déborde les dirigeants politiques peut changer le monde ! À toutes les prochaines élections au premier tour je voterai – non pas pour faire la révolution mais pour exprimer mes idées révolutionnaires tout simplement – Lutte Ouvrière et au deuxième tour je m’abstiendrai : même aux municipales je ne voterai pas pour le PCF et le Front de gauche, car, pour ma part, je suis sans illusion sur Mélenchon qui se réclame de Mitterrand ! Je ne peux pas adhérer à Lutte Ouvrière car il ne me semble pas que je remplisse toutes les conditions qu’il exige pour cela ! Et en plus c’est aussi une association et je risque peut-être d’y rencontrer les mêmes problèmes que dans les autres. Je lutte maintenant seul dans mon coin grâce à Internet. Et entre autres grâce à mon livre qui sera publié intégralement au plus tard en 2014 sur celui-ci ! J’espère qu’il aidera tous les malheureux en lutte ! En ce qui concerne ma santé je me considère toujours complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie et 280


me déclare toujours parfaitement heureux ! Je prends malgré tout un sixième de la dose d’antipsychotique recommandée par les laboratoires pharmaceutiques dans les histoires de schizophrénie ! Je suis à mon avis doublement guéri car ne fais-je pas d’une pierre deux coups à ce sujet ? Je suis guéri parce que lorsque je ne prends rien il n’y pas de rechute et je suis guéri parce que l’antipsychotique me protège ! Après la publication de mon livre que ferai-je ? Je verrai à ce moment-là ! […] Œdipe LA PLUME *pseudonyme pour mon livre

281


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR SUITE À LA PUBLICATION SUR CELUI-CI D'UNE « LETTRE OUVERTE DU COLLECTIF DES 39 AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE » L’idée de la gauche comme de la droite c’est de faire des économies sur le dos de tous les malades (hospitalisés ou en ambulatoire) au prétexte que le budget de l’État est en déficit grave et qu’il faut bien trouver l’argent quelque part pour réduire la dette de celui-ci. D’où les pratiques et les directives actuelles du gouvernement en matière de santé psychiatrique aussi ! Peuton prendre l’argent aux riches et en bonne santé plutôt qu’aux pauvres et malades ? Oui, à mon avis ! Mais Hollande comme Sarkozy ne vous répondront-ils pas qu’alors « Les capitaux se sauveront à l’étranger ! » ? Le capitalisme n’a pas d’avenir et ce n’est seulement que lorsque les petites gens le comprendront qu’il pourra y avoir alors un passage à un monde meilleur – le communisme – pour tous les malades (hospitalisés ou en ambulatoire) ! Mais actuellement il n’y que Lutte Ouvrière (dont je suis sympathisant) qui propose de sortir du capitalisme suite à une révolution mondiale ! Expliquez-moi comment faire autrement ! Œdipe LA PLUME Non seulement le personnel psy se fiche des patients mais pire quand les psychiatrisés sont victimes d'abus il défend alors ses confrères véreux, malfrats, etc. Et même le Collectif des 39 ne s'oppose-t-il pas toujours à la judiciarisation des hospitalisations sous contrainte ? Pourquoi à votre avis ? Devient-on psy pour faire du bénévolat dans une association caritative ou pour la carrière, les honneurs, l'argent et rencontrer un(e) collègue en mal d'amour ? Œdipe LA PLUME

282


Œdipe LA PLUME ORDRE DES MÉDECINS Le 23 mai 2013, Mesdames, Messieurs, J’ai bien reçu un certificat médical (dont vous trouverez une copie en P.-J. au présent courriel) avec un diagnostic de la part du Dr Désirée Jupon ce dont je vous remercie pour votre intervention à ce sujet auprès de celle-ci. Je considère que cette affaire est maintenant close. Recevez, Mesdames, Messieurs, mes salutations. Œdipe LA PLUME

283


LA JOIE DE VIVRE CERTIFICAT MÉDICAL Je soussignée, Docteur Désirée Jupon, docteur en médecine, psychiatre, praticien hospitalier, médecin chef de service à La Joie de vivre, certifie avoir suivi Monsieur Œdipe La Plume du 23/08/2002 au 26/07/2012 pour une psychose schizophrénique de type schizophrénie paranoïde ayant évolué vers des troubles schizo-affectifs. Certificat établi à la demande de l’intéressé pour faire valoir ce que de droit. Certificat fait à Paris, le 21 mai 2013, Docteur Désirée JUPON

284


LA SCHIZOPHRÉNIE C'EST QUOI ET QUE FAIRE POUR EN GUÉRIR ? VOICI EN RÉSUMÉ CE QUI RÉSULTE DE MON EXPÉRIENCE À CE SUJET : La schizophrénie est une faille dans la parole acquise soit lors des stades oral et anal (forclusion du Sein-de-la-Mère) soit lors du complexe d’Œdipe et de castration (forclusion du Nomdu-Père). C’est l’inconscient qui fait la parole. Le langage est structuré par des mots pour qu’il soit possible. L’inconscient est lui structuré par des symboles pour qu’il soit lui aussi possible. S’il manque notamment le symbole du Père alors si celui-ci à l’adolescence ou au début de l’âge adulte intervient en position symbolique dans une situation duelle (par exemple un homme amoureux d’une femme ou une femme amoureuse d’un homme) cela va provoquer un choc démolissant complètement la structure psychotique. La solution ? D’abord il faut avoir des relations sexuelles satisfaisantes car elles permettent grâce au sexe opposé de débloquer alors sa parole (que l’on soit fille ou garçon en payant pour cela car comment faire autrement lorsqu’on a ce problème à notre époque ?). Ensuite ce qui compte le plus pour guérir éventuellement c’est l’amour ! Au sens chrétien et communiste de ce mot. Il faut rencontrer une personne qui ira en permanence vers vous dans une relation très personnelle. Or avoir des relations sexuelles et/ou rencontrer l’amour ça ne se fait pas actuellement dans le cabinet d’un psy (sauf s’il ne respecte pas la loi à ce sujet) ! Et des psys qui vont en permanence vers vous au sens chrétien et communiste de ce mot en connaissez-vous beaucoup ? Je n’en ai jamais rencontrés. Je n’ai connu pour cela que ma femme il y a quarante ans ! Il est important aussi de comprendre le rapport qu'il y a entre les causes psychologiques adultes et les causes psychologiques infantiles de sa schizophrénie. D'où alors l'importance, à mon avis, de la méthode de Freud : « laisser venir librement ses pensées et faire des associations d'idées » ! Il en résulte alors un transfert amoureux ! Et en liquidant celui-ci, n'ai-je pas liquidé ma schizophrénie ? Mais je tiens à vous mettre en garde : ne croyez pas que parce qu’un psychanalyste a été psychanalysé et qu’il est supervisé que c’est pour autant une garantie de moralité et/ou de 285


soins psy efficaces ! Car il y a bien des charlatans et des escrocs mĂŞme chez eux aussi ! Ĺ’DIPE

286


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR Je ne souhaite pas la mort de l’Humanité car le PCF a le droit de s’exprimer même s’il est dans l’erreur. J’ai été 39 ans au PCF dont secrétaire de la cellule du CRÉDIT EXPERT DE PARIS (pseudonyme) pendant de longues années. Je considère maintenant que celui-ci n’a toujours rien compris à son déclin historique irrémédiable si bien qu’à toutes les prochaines élections au premier tour je voterai toujours LUTTE OUVRIÈRE et au second tour je voterai toujours BLANC ! Et cela même si la « gauche » a des chances de battre la « droite » ! Je sanctionnerai aussi bien le PS que le PCF ! Ne nous ont-ils pas ensemble promis le changement (PS : Changer la vie et PCF : Changer de cap) qui n’est jamais arrivé et même ce fut tout le contraire si bien qu’ils ont fait le lit du fascisme et jeter la classe ouvrière, les travailleurs dans les bras de l’extrême droite en 2002 tellement ils étaient déçus ! Ce n’est pas l’unité qui est révolutionnaire (même avec le Programme commun ou Mélenchon lequel se réclame de Mitterrand) sauf quand elle vient de la base et qu’elle déborde les dirigeants syndicaux et politiques, mais en réalité, à mon avis, la vérité ! Les élections n’ont jamais fait les révolutions ! Quant à la victoire du communisme dans un seul pays pris à part je n’y crois pas car la bourgeoisie n’abandonne jamais de bon gré le pouvoir : il y aurait alors une intervention soit de la police et de l’armée française soit une intervention de l’armée US comme en Indochine, en Algérie, en Irak, en Afghanistan, au Mali, etc. contre le pouvoir des travailleurs. Il faut, à mon avis, une révolution mondiale ! D’une mesure de trop en France ou ailleurs ne peut-il pas jaillir l’explosion sociale qui embrasera le monde entier ? En tous les cas je ne voterai plus jamais PCF, je suis trop déçu par tous ses mensonges, ceux d’autrefois : Budapest n’était pas un complot fasciste mais bien une révolution ouvrière écrasée par la bourgeoisie communiste, etc., comme ceux d’aujourd’hui : avec Mélenchon le PCF refait le coup de Mitterrand qui nous a mené à l’extrême droite en 2002, etc… 287


Pour ceux qui veulent en savoir plus sur ma façon de considérer le PCF je les prie de visiter mes blogs suivants : […]. Je vous prie à vous-même et aux militants PCF de me porter ici la contradiction. Œdipe LA PLUME

288


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR […] Le discours de Mélenchon est une chose ce qu'il fera s'il est élu en est une autre ! Mitterrand dont il se réclame n'avait-il pas déclaré à un congrès du PS avant 1981 : « Je veux faire la révolution ! » ? Croyez-vous que cela l'a empêché avec le PCF de se coucher devant le mur de l'argent ? Pour moi qui suis ou était porteur d'une schizophrénie qu'ont fait les ministres PCF ? Jack Ralite n'a-t-il pas inventé en 1983 le fameux forfait hospitalier ? N'avait-il pas peur que les pauvres ne s'installent à l'hôpital public comme les riches eux s'installent en clinique privée ? Et de 1988 à 2002 en quoi le PCF s'est-il opposé au fait que plus de 50 000 lits en psychiatrie et plus de 20 000 infirmières en psychiatrie ont été supprimés ? Les psychiatres et les assistantes sociales ne disaient-ils pas alors aux psychiatrisés : « Vous n'êtes pas assez malade pour qu'on vous garde à l'hôpital ! D'ailleurs l'hôpital ce n'est pas l'hôtel ! De toute façon on vous donne le numéro du SAMU social ? » ! Des milliers de malades psy ne se sont-ils pas retrouvés (et se retrouvent toujours actuellement) ainsi à la rue sans aucun soin ni suivi ? C'est ça votre socialisme à visage humain ? Merci le PCF dont j'ai été militant 39 ans (1965-2004) et même secrétaire de cellule et membre du comité de section de longues années ! […] Œdipe LA PLUME

289


Œdipe LA PLUME Madame le Docteur Désirée JUPON Psychiatre psychanalyste LA JOIE DE VIVRE Le 7 juin 2013, Madame, Je ne suis pas dupe de votre personnage pour lequel je me suis fait des illusions pendant dix ans. Je vous ai prêté les meilleurs sentiments à mon égard du fait d’un transfert anachronique ne correspondant pas à la réalité ce dont je ne me suis aperçu que lorsque, d’une part j’ai changé le titre de mon livre, d’autre part vous avez fait le choix de protéger votre confrère abuseur. Vous avez fait passer son intérêt personnel, le vôtre, celui de votre service, de votre établissement, etc. avant le mien, ce qui est contraire à ce que prévoit le code de déontologie médicale à ce sujet. Je n’ai toujours dit que du bien de vos soins et de vos services. Il y avait un changement important par rapport à bien de vos prédécesseurs en cabinet privé qui eux ne me recevaient qu’en cinq minutes et avec un dépassement au tarif de la Sécurité dite sociale. Mais dès que vous êtes passée chef n’avez-vous pas regardé votre écran d’ordinateur pour y lire vos méls, etc. plutôt que de vous intéresser à moi ? et cela pendant toute la durée de toutes mes consultations avec vous ? J’ai des raisons d’ailleurs de penser que vous ne faisiez cela qu’avec moi. Pour ma schizophrénie vous m’avez prescrit des médicaments à des doses qui me rendaient suicidaire et l’idée d’un sevrage ne vous ai jamais venue. Pour le sevrage des somnifères que je prenais à des doses faramineuses depuis 43 ans vous m’avez ressassé sans cesse : « Vous n’y arriverez pas ! » Pour mon problème de mariage non consommé vous ne m’avez dit rien que : « Il faut attendre ! » Quant aux entretiens ils étaient toujours nuls parce que vous me bloquiez quel que soit le sujet : la sexualité, les abus psy, etc. Et cerise sur le gâteau est intervenue l’affaire avec votre confrère abuseur qui m’a signalé comme « désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur », etc. sans ne m'avoir jamais vu ni jamais examiné à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris. Je vous ai demandé un certificat 290


circonstancié : vous savez bien ce que cela veut dire. Or dans celui que vous m’avez fait suite à ma plainte auprès de l’Ordre des médecins, vous ne donnez pas de diagnostic au sujet des courriers que j’adressais au Pr M. L. et dont vous receviez l’original. N’avait-il pas écrit dans son signalement : « sous réserve de l’avis d’un confrère qui verrait personnellement ce malade » ? Or vous étiez non seulement mon spécialiste mais aussi mon médecin traitant. Vous protégez ce confrère abuseur. Croyez, Madame, à mon profond mépris. Œdipe LA PLUME

291


FAUTES LOURDES ET ABUS PAS SEULEMENT QU’EN PSYCHIATRIE ŒDIPE MATHILDE et DÉSIRÉE Notre nouveau médecin traitant (une femme généraliste) est aussi expert dans l’évaluation des dommages physiques de santé. Après examen de ma femme et engueulade avec le Centre du progrès, elle a décidé – en accord avec femme – qu’elle ne serait plus suivie à celui-ci. En effet, pour elle, de nombreuses fautes lourdes ont été commises par le Centre du progrès à l’encontre de ma femme ! Et de plus il apparaît que celui-ci n’en a rien à fiche ! Je me souviens de cette phrase du Pr Prosper Le Juif que m’avait rapportée ma femme lorsqu’elle l’avait consulté il y a déjà quelques années : « Dans ce genre d’usines à cancers comme le Centre du progrès, tout le monde en ressort mort ! » Je ne peux pas vous rapporter toutes les fautes lourdes commisses par celui-ci mais les principales d’après l’expert sont les suivantes : « Les radiologues n’ont pas tenu compte de votre taux très faible de globules blancs et la dose de radiations que vous avez reçue était bien trop forte ! Votre poumon droit est complètement brûlé vous ne pouvez plus vous en servir du tout ! Le cœur est brûlé aussi pour partie ! Tout cela explique votre grande fatigue actuelle ! Vous avez une récidive aux deux seins et pourquoi ne veut-on vous opérer qu’au mois de mars 2013 et pas tout de suite ? C’est scandaleux ! », etc. Finalement décision a été prise que les deux seins de ma femme lui seront prochainement retirés et que pour cela elle serait suivie maintenant par un professeur du 16e que d’ailleurs ma femme connaît déjà aussi. Cet expert dans l’évaluation des dommages physiques de santé en réalité a travaillé autrefois avec ma femme à l’Hôpital pour enfant de Paris. Malgré son prénom ma femme ne l’avait pas du tout reconnue ! Elle lui a dit : « Moi, je me rappelle très bien vous ! Eh oui ! Nous avons vieilli et changé toutes les deux ! » ŒDIPE 292


QU’AI-JE COMPRIS DE LA VIE ?* Rien ! Sinon que mes organes des sens m’indiquent que j’existe et que le monde extérieur existe et que je ne doute pas de ce que je perçois grâce à eux ! Einstein disait que le monde était compréhensible ! Oui quant à son fonctionnement ! Mais non quant à son sens ! D’où vient-il ? Où va-t-il ? Je sais comment je fonctionne au moins pour partie ! Mais quel est le sens de ma vie tel que prévu par l’Univers ? Pourquoi la mort alors qu’il y a la vie ? ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

293


L’ORDRE DES MÉDECINS BLANCHIT LES COUPABLES ET NOIRCIT LES VICTIMES EXPLICATION À LA CADA SUITE À SA DEMANDE DE PRÉCISION D'OBJET POUR PASSAGE EN COMMISSION Œdipe LA PLUME Madame la Secrétaire générale COMMISSION D’ACCÈS AUX DOCUMENTS ADMINISTRATIFS Madame, Vous me demandez de préciser « l’objet » de ma demande auprès de la CADA. Pourriez-vous m’expliquer ce que signifie pour vous ce mot du point juridique car moi je ne le sais pas et ne comprends pas ce que vous voulez et estime avoir été assez clair dans ma LRAR à vous-même que vous avez reçue le […]. Je demandais la communication de la copie de tous les courriers (adressés en général par LRAR, fax, Internet et exceptionnellement par courrier ordinaire) de moi-même et ceux des médecins auxquels j’ai eu affaire échangés avec l’Ordre des médecins dans le cadre du dépôt de mes doléances et de mes plaintes dans un but de sanction professionnelle auprès de celui-ci voire éventuellement de poursuites judiciaires au pénal. Est-ce que cela n’est pas clair comme « objet » que vous faut-il de plus ? J’ai bel et bien un dossier médical voire juridique à l’Ordre des médecins et c’est de celui-ci dont je lui demande la communication de la copie intégrale à moi-même ce qu’il m’a toujours jusqu’ici refusé sans aucune explication écrite quelle qu’elle soit. Je témoigne puisque vous êtes dans la justice que l’Ordre des médecins ne défend jamais ou que peu ou toujours très mal – et pour cause – les malades victimes d’abus de la part de ses confrères véreux, malfrats, malhonnêtes, délinquants, criminels, etc. mais qu’en réalité il ne fait que toujours défendre ceux-ci 294


envers et contre tout. Il innocente les médecins coupables et punit les malheureuses victimes de ses confrères. EXEMPLES : Affaire Abel BADIN (1981-2001 environ) : ce jeune homme avait offert une rose à François Mitterrand lors d’un championnat ou d’une coupe de France de football au Parc des Princes en débordant le service de sécurité et avait alors été interné d’office en section de force – Unité pour malades difficiles – à l’Hôpital psychiatrique du Minaret. Il a gagné son procès 20 ans plus tard grâce à Me Eugénie Bravour la célèbre avocate du Groupe Information Asiles. Il a alors été dédommagé de 22 millions d’anciens francs sur lesquels il a reversé à celle-ci 6 millions d’anciens francs. Son médecin traitant avait alors communiqué tout à fait conformément à loi de l’époque sont dossier médical au médecin militant du Groupe Information Asiles. L’ordre des médecins a alors condamné le médecin traitant à six mois de suspension d’exercice de la médecine pour « non confraternité » car il savait que la communication du dossier médical de son « malade » allait servir à un procès. Affaire Gilles TRÉSOR (gynécologue sexologue président de l’Association Mondiale pour la Sexologie) : il était accusé de viols par des dizaines voire des centaines de ses patientes ! C’est un couple de flics se faisant alors passer pour ayant « un problème sexuel » qui l’a alors confondu et pris en flagrant délit de viol vis-à-vis de sa « patiente ». Il n’a été sanctionné que d’un mois de suspension d’exercice de la médecine et encore ce n’était pas pour viols (ou relations sexuelles interdites par le Code de déontologie médicale avec ses clientes), mais en réalité que parce qu’il n’avait pas gardé le secret professionnel vis-à-vis de sa femme. L’Ordre des médecins a-t-il fait le serment d’Hippocrate ou le serment d’hypocrite ? Il ne fait que discréditer la médecine et les bons médecins ! Dans toutes mes affaires avec celui-ci (dans un but soit de sanction professionnelle soit de poursuites judiciaires au pénal pour des fautes gravissimes telles que : non-respect du secret 295


médical, rédaction d’un certificat médical délibérément mensonger, calomnieux, diffamatoire, etc. me signalant comme « désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur » à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris), jamais il n’a daigné me répondre alors que mes courriers lui étaient toujours adressés soit par LRAR, fax, Internet (il m’envoyait même un accusé de réception avec toujours la mention « lu ») et que rarement par courrier ordinaire. Mon recours contre lui n’est donc plus actuellement que le Conseil d’État comme prévu par la loi à ce sujet ! Sur son site il explique que lorsqu’on lui dépose des doléances et des plaintes il les communique alors au médecin incriminé par le malade et qu’ensuite il communique la réponse de celui-ci au malade. Or jamais je n’ai reçu quoi que soit de la part des médecins que j’accusais de fautes ou de délits graves. D’ailleurs en demandant la consultation sur place de mon dossier à l’Hôpital de la Salpêtrière (vers 2002 ou 2003) j’ai par exemple découvert à ce sujet un échange de correspondances entre l’Ordre et le Pr D. W. que ceux-ci s’étaient bien gardés de me communiquer. Et pour cause les arguments de celui-ci n’étaient pour certains que des mensonges grossiers auxquels je n’ai jamais donc pu porter la contradiction. Ainsi ce professeur a été innocenté et moi par contre puni. J’espère dans le présent courriel avoir été suffisamment explicite pour que la CADA enregistre ma demande de passage en commission pour avis. Mais si ça ne suffit toujours pas je me tiens à votre disposition pour répondre à vos questions. Je vous autorise à communiquer le présent courriel à l’Ordre des médecins et je le dépose aussi sur mon blog : http://abuspsy. blogspot.com. Il est loisible à celui-ci de répondre à mes accusations. Recevez, Madame, mes salutations respectueuses. Œdipe LA PLUME […]

296


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR L’AVIS DES PROSTITUÉES ET D’UN ANCIEN CLIENT PCF SUR LA PROSTITUTION RÉPONSE À L’ARTICLE : « CONFÉRENCE UTOPIA : LA PROSTITUTION EST-ELLE UN MAL NÉCESSAIRE ? » Les putes ne réclament jamais – qu'elles soient libres ou qu'elles aient un patron – l'abolition de la prostitution mises à part quelques vieilles repenties qui n'ont plus l'âge de se prostituer. Disparaîtra-t-elle sous le communisme ? Le bonheur judéochrétien et/ou communiste elles n‘en veulent pas à aucun prix ! Leur bonheur à elles c’est de se prostituer envers et contre tout, aussi choquant cela soit-il ! « Est-ce pire que de vider à la chaîne des poulets 8 heures par jour ? » « J’ai choisi librement de me prostituer à l’âge de 17 ans pour les avantages du métier ! » « En me prostituant je gagne en une nuit ce que je gagnerai en travaillant un mois à l’usine ou au bureau ! » « Cela me sort de ma condition de boniche ! », etc. ne disent-elles pas ? La prostitution n'est-elle pas un soin psy d'avenir ? Les hommes comme les femmes n'ont-ils (elles) pas besoin de ça pour leur équilibre psy ? et surtout lorsqu'ils (elles) sont en manque ? Mais pourquoi à votre conférence n'invitez-vous pas des prostituées et surtout celles qui disent : « J'aime ça ! » « J'aime la relation avec le client ! » ? Quant à mon ancien psy des années 1965-1973 (ancien spécialiste sur les porte-avions et des hôpitaux de la marine), lui, ne me disait-il pas : « La prostitution c'est nécessaire ! » [...] « Il ne faut pas croire à l'absence de jouissance chez les prostituées ! » ? Quant à moi, ne puis-je pas ajouter : « Il ne faut pas croire à l'absence de sentiments chez les jeunes prostituées visà-vis des jeunes clients et surtout lorsqu'ils sont puceaux ! » ? Tous les travailleurs ne vendent-ils pas leurs muscles, leurs nerfs, leur cerveau, etc. à leur patron capitaliste ? Quelle différence avec les prostituées qui, elles, vendent leurs charmes, leur corps, leur sexe, etc. ? Sauf que nombre d'entre elles ne se dispensent-elles pas des patrons capitalistes ? Et ne manifestentelles pas dans la rue pour continuer à rendre toujours plus de 297


services sexuels toujours les meilleurs ? La prostitution n'est-elle pas un bien nécessaire ? Doit-elle disparaître parce qu'elle dérange les féministes ? Celles-ci ne sont-elles pas fragiles voire névrosées et ne mentent-elles pas délibérément parce qu’elles ont un compte à régler avec tous les hommes ? et surtout dans la bourgeoisie lorsqu’elles ont un problème sexuel ou sentimental ? Les hommes ne sont-ils pas devenus des boucs émissaires pour les partis de gauche à une époque où il faut trouver des responsables pour justifier les échecs du « Changer la vie ! » (PS) et du « Changer de cap ! » (PCF) de 1981-2002 et du « changement c’est maintenant » de 2012 ? Le vote des femmes n’est-il pas alors une aubaine pour ceux-ci ? Ne faut-il pas leur monter la tête contre les hommes pour cela ? y compris avec la prostitution voire le viol ? Et la société française étant de plus en plus soviétisée ne psychiatrise-t-on pas les prostituées voire ne les internet-on pas sans leur consentement ? On veut faire croire qu’il n’est pas normal de se prostituer du point de vue psychiatrique et que le bon équilibre mental ça consiste à être marié(e) dans la fidélité réciproque grâce à la monogamie ! Mais une généticienne savante française n’a-t-elle pas expliqué pendant deux heures dans une émission sur France 3 « pourquoi les hommes sont-ils neuroprogrammés pour l’adultère et les femmes sont-elles neurogrammées pour la prostitution ? » ! D’autres savants ne déclarent-ils pas que si la fidélité c’était si normal que cela y aurait-il alors vraiment besoin de passer un contrat pour cela par-devant un maire ? Chacun ne doit-il pas être libre d’organiser sa vie comme bon lui semble, compte tenu de l’idée du bonheur que bon lui semble, du moment qu’il ne fait pas de mal à autrui ? Mais les curés et les bonnes sœurs aussi bien catholiques que communistes n’interviennent-ils pas alors pour dire : « Les prostituées ne savent pas le mal qu’elles se font et pour les protéger le mieux c’est de pénaliser les clients ! » ? Cela ne rappelle-t-il pas les internements abusifs dont la France bat le record d’Europe des condamnations par la Cour européenne des droits de l’homme depuis des dizaines d’années ? Si des femmes préfèrent la fidélité pour faire leur paradis doivent-elles faire alors intervenir la police, la justice, les curés, les psychiatres, etc. contre celles qui préfèrent l’adultère et en font même leur profession qui d’ailleurs fait aussi leur félicité ? Comme le dirait mon ancienne psychologue de mon ancien SAVS : « Le bonheur ce n’est pas la même chose pour tout le monde ! » Quant à moi je me 298


déclare parfaitement heureux dans cet enfer capitaliste tout en luttant pour un monde meilleur pour toutes et tous qu’elle que soit sa philosophie ! Œdipe LA PLUME

299


XTRAITS DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR PEUT-IL Y AVOIR UNE PROSTITUTION LIBRE ? FAUT-IL L'INTERDIRE ? […] Bien des femmes ne veulent ni de la monogamie ni de la fidélité et apprécient les rapports sexuels avec des partenaires multiples et cela sans arrêt. « C'est ma conception du bonheur ! » m'a déclaré un jour une jeune militante PCF qui s'envoyait en l'air avec nombre de « clients » (mais sans leur prendre d'argent) alors que je l'avais rencontrée dans un village de vacances style Club Med ! Moi j'appelle ça de la prostitution ! Et pourtant elles n'ont pas alors de proxénètes ! J'en ai connu quelques-unes au PCF qui appelaient ça « La libération de la femme » ! Et qui ajoutaient : « Je milite aussi au Planning familial et au MLF ! » Quant à mon ancienne secrétaire de section PCF ne disait-elle pas à tout le monde : « Je suis pour l'ouverture de bordels pour femmes ! Les hommes peuvent tous au moins une fois par jour, c'est prouvé !" Chacun dans ce domaine a ses désirs, ses fantasmes, ses troubles sexuels et psy... et surtout son expérience. Freud comme Tordjman (l'ancien président de l'Association Mondiale pour la Sexologie, voir son livre : La femme et son plaisir), eux, ne pensaient-ils pas : « La prostitution est une perversion féminine ! » ? Que voulaient-ils dire par là ? Ils étaient tous deux bien conscients que bien des exploiteurs font du fric avec la sexualité féminine mais il n'empêche qu'ils voyaient quelque chose d'autre pour expliquer la prostitution ! Mon problème ce sont les arguments du PCF qui prétend que lorsque la femme propose ses charmes, son corps, son sexe, etc., puis les vend, le client est alors un criminel ! Et pourquoi seulement lui serait un criminel et pas elle aussi une criminelle ? Que faitesvous dans la vie ? Ne vendez-vous pas votre force de travail vous aussi à un patron capitaliste ? Que la prostitution comme le viol disparaissent sous le communisme c'est une éventualité ! Mais on n'y est pas encore ! En attendant il faut vivre grâce à son corps qui est une marchandise qui se vend toujours à un patron ou à un proxénète sous le capitalisme. Interdire cette exploitation cela 300


suppose pour que cette interdiction soit efficace d'interdire en réalité le capitalisme ! Est-ce possible ? Il faudrait pour cela une révolution communiste ! On n'y est pas encore ! Et même s'il n'y a pas d'exploitation combien d'adolescentes ne fantasment-elles pas qu'elles sont amoureuses d'un homme tel que : médecin, ingénieur, PDG, etc. qu'elles épouseront ! Moi qui suis un homme, j'appelle ça de la prostitution même s'il en résulte de la monogamie et de la fidélité. Je crois que la prostitution est dans la nature féminine comme les attentats à la pudeur et les viols sont dans la nature masculine ! Cela pourra-t-il disparaître dans un autre type de société ? Comment le prouver ? Comment les gens vivront-ils alors leur sexualité surtout avec Internet ? J'avais proposé sur le site de www.psychologies.com que l'on fasse une pétition nationale pour interdire la prostitution sur la toile et j'avais fait alors un article qui s'intitulait « La prostitution doit-elle entrer jusqu'à la chambre des enfants ? » (vous pouvez retrouver celui-ci dans mon livre), mon idée étant qu'il faudrait protéger les enfants de la pornographie puisque les psychologues le recommandent sans doute à juste titre mais que le contrôle parental est souvent inefficace ou est facilement contournable ! Je n'ai pas eu une seule réponse ! Je ne crois pas que la prostitution ne soit toujours qu'une affaire d'exploitation : il y a de l'humain qui se cache derrière les histoires de sexe même s'il y a du fric en jeu ! Interdire qu'un client paie une prostituée n'est-ce pas comme interdire qu'un patron paie son salarié ? Quelle différence faites-vous entre travailler grâce à un client et travailler grâce à un patron ? N'avez-vous pas besoin de votre travail bien que l'exploitation de l'homme par l'homme n'est-elle pas un crime ? […] Œdipe LA PLUME […] Vous me parlez de la prostitution qui est sordide, résulte d’une exploitation honteuse et qui est le plus grand nombre ! Tout cela est bien vrai ! Mais vous ne demandez en aucun l’avis de ces prostituées qui travaillent dans ces conditions terribles et indignes de notre époque ! Ne vous répondraient-elles pas alors qu’elles tiennent à garder malgré tout le pain qu’elles gagnent 301


même très durement et que vous leur retirez avec votre interdiction de la prostitution de leur bouche ? Que proposez-vous ? Qu’elles retournent dans leur pays où elles crèveront de faim sans plus de liberté ? Moi je vous parle de la prostitution libre que revendiquent les prostituées lorsqu’elles manifestent dans la rue pour ne pas disparaître ! Ne tiennent-elles pas à leur profession ? Ne disent-elles pas qu’elles l’aiment, qu’elles gagnent bien leur vie, qu’elles sont parfaitement heureuses ainsi ? « Quand on vend ses charmes, son corps, son sexe, etc. on ne peut pas être libre ! » me répondrez-vous ! Qu’est-ce que vous en savez ? N’êtes-vous pas heureuse dans votre travail aussi même si vous vendez vos muscles, vos nerfs, votre cerveau, etc. vous aussi à un patron qui vous exploite ? Vous parlez à la place des prostituées sans ne jamais leur demander leur avis ! Et pour cause ! Et pourquoi voulez-vous leur interdire de travailler librement et d’être heureuses ainsi sous prétexte qu’il y en a d’autres qui elles sont exploitées et sont malheureuses ? Ça cache quoi ? L’idée c’est que ce sont la monogamie et la fidélité qui sont le bien et le normal en matière de bonheur et certainement pas le contraire la polygamie-polyandrie et l’adultère ! Mais alors cette thèse n’a plus rien à voir avec la prostitution mais en réalité avec celle que le seul vrai bonheur normal ce ne peut-être que celui judéo-chrétien ou communiste ! Tout cela dit on a bien interdit le travail des femmes et des enfants autrefois dans les mines ! Ne peut-on pas alors interdire la prostitution des femmes et des enfants dans les bordels ou ailleurs ? Je ne suis pas contre mais n’interdisons pas alors la prostitution libre ne serait-ce encore une fois que parce qu’il y a des femmes qui aiment ça et qui sont parfaitement heureuses ainsi ! […] Œdipe LA PLUME J'ai été client de jeunes prostituées sexy (22 à 25 ans) dans différents quartiers parisiens (chez les pauvres comme chez les riches) au rythme d'une fois par semaine au début et d'une fois tous les trois mois à la fin pendant sept ans. Croyez-moi que même martyrisées elles n'étaient pas plus martyrisées que moimême à mon propre travail ! La prostitution est un choix que font bien des femmes pour s'enrichir vite grâce à de l'argent facile302


ment gagné ! Moi par contre je n'ai pas fait le choix de mon métier et je n'ai toujours eu que des fins de mois particulièrement difficiles ! Et que pensez-vous des étudiantes qui se dérangent au domicile du client pour 1 000 € de l'heure voire plus ? Ne sontelles pas des milliers à se prostituer actuellement ainsi en France ? Croyez-vous que ce n'est pas un martyre que d'être à la chaîne chez Renault ou PSA pour 1 200 € par mois ? Qu'est-ce qui est le plus difficile : se déshabiller et écarter ses cuisses cinq ou six fois par jour ou s'exténuer sur la chaîne pendant huit heures ? Et comme le dirait une prostituée à l'émission de Mireille Dumas « Vie privée-vie publique » : « Quand on est prostituée on n'a pas besoin de se lever de bonne heure pour aller travailler ! » Je plains celles qui sont à plaindre et c'est certainement la majorité ! Mais les autres ne pouvez-vous pas les laisser tranquilles et libres ? Il n'y a pas de sots métiers il n'y a que de sottes gens ! Et comme le dirait ma femme à propos des prostituées : « Tous les métiers ont leurs inconvénients ! » J'explique dans mon livre comment cela se passait avec celles-ci pour moi ! Je ne vois pas en quoi j'étais aussi bien un macho, un persécuteur, qu'un exploiteur, etc. ! Elles proposaient leurs charmes et moi je ne faisais que succomber à la tentation ! Qui est le criminel dans cette histoire ? Mais pourquoi à votre avis nombreuses sont celles qui à la télévision font l'apologie de leur profession ? En voit-on qui s'en plaignent ? Mais vous que faites-vous dans la vie ? […] Œdipe LA PLUME

303


XTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LES CLIENTS DE PROSTITUÉES SONT-ILS DES CRIMINELS ? (RÉPONSE AU PCF) […] Il y a actuellement deux façons d’être prostituée : soit qu’on est une victime de l’exploitation des proxénètes soit qu’on choisit librement celle-ci pour des raisons personnelles. Dans les deux cas le PCF prétend que les clients sont des criminels car ils achètent alors un corps contre de l’argent. Comme je l’ai déjà démontré par ailleurs et je ne reviendrai pas plus sur cette démonstration, à notre époque, tout travailleur est toujours un prostitué qui vend toujours son corps contre de l’argent à un capitaliste. Où est le crime que le travail soit sexuel, manuel ou intellectuel ? Le PCF soutient que lorsque la prostitution est choisie alors la femme ne fait jamais ce choix librement ! Qu’est-ce qu’il en sait ? Il ne donne jamais la parole dans son journal ou sur son site à celles-ci et pour cause ! Il ne fait toujours que parler à leur place avec le discours suivant : « Vous n’êtes pas heureuse ainsi. Il n’y a qu’un seul bonheur possible c’est celui communiste caractérisé par la monogamie et la fidélité ! Quant à vos clients ce ne sont que des criminels car acheter un corps contre de l’argent c’est un crime ! » Mais bien des femmes (infirmières, psychologues, assistantes sociales, médecins, etc.) qui vendent elles aussi des services bien qu’ils ne soient pas sexuels ne sont-elles pas elles aussi exploitées (par l’hôpital, l’État, etc.) et nous vient-il alors de dire que leurs clients sont aussi des criminels ? Pourtant n’entretiennent-ils pas comme les clients de prostituées le système qui exploite celles-ci ? Le PCF fait miroiter aux travailleurs que s’ils prennent leur carte chez lui et/ou qu’ils votent pour lui alors adviendra un jour une société de bonheur parfait parce que l’amour y sera alors parfait ! Ce qui suppose pour lui la monogamie et la fidélité et exclue la polygamie-polyandrie et tous les rapports sexuels avec des partenaires multiples ! C’est vrai que moi-même ce qui fait mon bonheur dans mon couple c’est bien la fidélité alors que mon mariage n’est toujours pas consommé depuis presque 40 ans ! Mais le bonheur n’est pas la 304


même chose pour tout le monde et c’est ce que ne comprend pas le PCF ! Et beaucoup d’hommes et de femmes ne veulent pas déjà actuellement de son bonheur communiste ! Ainsi sur Internet n’y a-t-il pas des sites qui proposent des services sexuels entre hommes et femmes sans lendemain simplement pour un plaisir sexuel de passage à la demande ! Et ainsi actuellement ne peut-on pas changer de partenaires sexuels tous les jours et même plusieurs fois par jour et cela sans avoir à payer quoi que ce soit à ceux-ci ! Il n’y a juste qu’une modique cotisation (environ 1 € par jour) à payer à l’hébergeur du site qui propose ce genre de services sexuels gratuits ! Que deviendra ce genre de sites sous le communisme si un jour on advient à celui-ci ? Se faire plaisir sexuellement en changeant régulièrement de partenaires est-ce compatible avec la conception de l’amour véritable communiste ? N’est-ce pas une forme de prostitution que de changer sans cesse de client(e)s pour le PCF ? Je ne sais pas quelles formes prendra la sexualité sous le communisme si on advient à celui-ci ! Mais le PCF pourra-t-il alors interdire Internet et les rapports sexuels avec des partenaires multiples pour imposer alors à tous son bonheur parfait grâce à un amour parfait car toujours monogame et fidèle ? Ne souhaite-t-il pas pénaliser les clients de prostituées ? […] Œdipe LA PLUME

305


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR J’AI CONFIANCE DANS LA JUSTICE PAS DANS LA PSYCHIATRIE C'est la conclusion de l'article ci-dessous que j'ai déposé sur mon blog et sur celui de Mediapart. Je me permets de vous demander : avez-vous eu déjà éventuellement une expérience personnelle comme la mienne ? EUGEN BLEULER ET LA JOIE DE VIVRE : MON AVIS EN TANT QU’USAGER SUR CES DEUX HÔPITAUX PSYCHIATRIQUES PARISIENS Je n’en suis pas content du tout ! Eugen Bleuler m’a signalé comme « désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur », etc. à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris sans ne m’avoir ni convoqué pour me diagnostiquer ni convoqué pour me soigner. Il ne m’a jamais vu ni jamais examiné. C’est parfaitement légal en France mais quand même pas tout à fait normal du point de vue médical. J’ai demandé la communication de mon dossier médical mais je n’ai pu l’obtenir qu’au bout de trois ans suite à plusieurs interventions de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) et à un recours pour excès de pouvoir par-devant le tribunal administratif. C’est ça le dévouement ? La Joie de vivre me suivait alors grâce à une psychiatre psychanalyste. Mais dès que celle-ci est passée chef à toutes les consultations pendant toute leur durée elle ne faisait alors que s’intéresser à son écran d’ordinateur pour y lire ses nombreux messages, rapports, etc. plutôt que de s’intéresser à moi. Je pense qu’elle n’avait en réalité ce trouble du comportement qu’avec moi. Elle n’a jamais voulu me faire un certificat médical se prononçant sur le diagnostic de son confrère qui m’avait signalé à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris aussi bien soit en le contredisant que soit en le confirmant. C’est ça le dévouement ? 306


Pourtant ce diagnostic par lequel j’étais soi-disant « désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur » établi en juillet 2008 ne s’est jamais révélé juste jusqu’à toujours actuellement (juin 2013). Je me permets aux internautes qui lisent le présent message de leur dire ceci : « Fuyez ces deux établissements car je me suis plaint des faits dont j’ai été victime à leur directeur mais alors ceux-ci se sont retournés contre moi protégeant ainsi leurs confrères aussi mauvais médecins soient-ils ! » J’ai signalé les faits, d’une part à Monsieur le procureur de la République au tribunal de grande instance mais le parquet m’a répondu très tardivement : « Les faits ne sont pas punissables ! », d’autre part à l’Ordre des médecins lequel ne répond pas en général à mes courriers quels qu’ils soient ! Il serait peut-être utile que je révèle les nom et prénom véritables de ces mauvais médecins sur Internet mais je ne sais pas si j’en ai le droit : je vais me renseigner à ce sujet ! Si ces deux hôpitaux considèrent que mes propos ci-dessus sont mensongers soit pour partie soit en totalité il leur est loisible de porter plainte contre moi pour diffamation ! Je me tiens à la disposition de la justice à ce sujet ! J’ai confiance en elle mais pas dans la psychiatrie ! On comprend pourquoi le Collectif des 39 s’oppose toujours à la judiciarisation des hospitalisations sous contrainte ! Mais de quel droit les psys décident-ils tout seuls de la vie des autres sans avoir jamais de compte à rendre à qui que ce soit ? Œdipe LA PLUME

307


LES SCHIZOPHRÈNES SONT-ILS DES NARCISSIQUES ?* Il ne faut pas comprendre le mot « narcissique » comme « pervers » mais en réalité comme « amour de soi » dans la schizophrénie ! Dans la mienne par quoi ce narcissisme s'est-il traduit ? D’une part à mon avis mes crises ont résulté pour partie de l’amour de transfert et de l’énergie érotique (la libido) qui se sont retournés contre moi lorsque j’ai voulu sortir de mon blocage sexuel et sentimental et qu’il en est résulté alors un choc affectif ! D’autre part toujours à mon avis dans l’amour de transfert aussi bien avec ma psychiatre psychanalyste qu’avec mon assistante sociale, en réalité j’étais amoureux des qualités morales que je leur prêtais ! Celles-ci n’étaient que les miennes qu’en réalité je projetais sur elles. Tout cela n’est-il pas effectivement narcissique car cela ne consiste-il pas avant tout à s’aimer soi-même ? ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

308


ŒDIPE PAULINE Psychologue clinicienne SERVICE D’ACCOMPAGNEMENT À LA VIE SOCIALE LA JOIE DE VIVRE Chère Pauline, J’espère que vous croyez enfin à la réalité des abus psychiatriques en France que vous avez toujours niés autrefois, et que vous discutez même avec les usagers du SAVS de ceux à La Joie de vivre. Dans l’Allemagne nazie les Juifs dérangeaient parce qu’ils réussissaient mieux que les autres dans les affaires… En France pour d’autres raisons on dérange aussi actuellement… et cela se traduit aussi par des abus ! Même si ce ne sont pas tout à fait les mêmes il y a malgré tout une ressemblance. Je vous prie de transmettre mon bonjour à Pascal et à tous les usagers du SAVS qui se rappellent de moi. Bien cordialement à vous, ŒDIPE

309


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LE FÉMINISME N'EST-IL PAS UN BON FILON POUR SE FAIRE UNE CLIENTÈLE ? D'où vient le viol : d'une domination historique des hommes sur les femmes ou d'une perversion acquise lors de la petite enfance ? Il faut empêcher les violeurs de recommencer mais comment faire si ce sont alors tous des malades psychiatriques ? Car n'est-ce pas justement parce qu'ils sont tous malades psychiatriques qu'ils récidivent même après 20 ans de punition ? Faut-il alors les enfermer à vie dans des prisons-psy ? Partagez-vous l'avis de ce psy (ancien chef de clinique) qui m'a dit un jour : « Les femmes ne se rendent pas toujours compte de l'effet qu'elles font sur les hommes ! Pour les violeurs la prison ne sert à rien ! » ? Et pourquoi pensez-vous que la victime c'est celle qui provoque la tentation (Êve) et pas celui qui succombe à celle-ci (Adam) ? Croyez-vous que c'est bien intelligent de punir des malades mentaux ? (Freud ne distinguait-il pas trois structures psychopathologiques : la névrose, la psychose et la perversion ?) Bien sûr la notion de « maladie » comme celle de « guérison » que faut-il entendre par là ? Ce n'est pas la même chose pour tout le monde ! Je ne pense pas comme les féministes que « c'est la culture des hommes qui fait les viols » ! Je pense au contraire que « la culture des hommes s'oppose à leur nature ! » En tous les cas c'est vrai pour moi ! Le problème c'est bien sûr : « Que faut-il faire des violeurs s'ils sont tous incurables ? » N'avez-vous pas vous-même un problème avec les hommes et un compte à régler avec ceuxci ? Comment expliquez-vous qu'il y ait toujours plus de prostitution (c'est soi-disant un crime de la part du client) et de viols partout dans le monde entier ? La libération de la femme (le MLF ne demande-t-il pas aux femmes de libérer toujours plus leur corps ?) n'y est-elle pas pour quelque chose ? Voyez-vous un jour la solution à ces problèmes ? Pour une psychologue vous n'êtes pas très psychologue ! Mais le féminisme n'est-il pas un bon filon pour se faire une clientèle ? Œdipe LA PLUME 310


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR L’HOSPITALITÉ EN PSYCHIATRIE ? […] La psychanalyse qui était très à la mode dans les années 1960 est très discréditée actuellement. C’est vrai que comme la psychothérapie elle est souvent inefficace, très longue et très cher. Et elle peut même faire passer des sujets fragiles à la crise psychotique ! J’ai remarqué qu’il y avait des charlatans et des escrocs psychanalystes même s’ils avaient suivi un vrai cursus psychanalytique et même s’ils étaient supervisés. Le déclin de la psychanalyse est d’abord le fait des psychanalystes euxmêmes qui se sont bel et bien discrédités eux-mêmes sur le plan humain ! Beaucoup dans les hôpitaux publics ont fait soit des internements abusifs soit ont protégé leurs confrères interneurs abusifs. Dans ces conditions ils n’inspirent pas confiance ! Et d’autant plus qu’ils mentent toujours à ce sujet (voir certains de leurs sites). Et en plus ils viennent presque tous sinon tous de la bourgeoisie ce qui n’arrange rien du tout dans la tête des patients de milieux modestes ou défavorisés ! Toutefois j’ai eu affaire à une psychanalyste à Paris avant de déménager dans un lieu que je garde secret, laquelle était vraiment très bien à tout point de vue : non seulement elle était psychiatre et ne me prenait que le tarif de la Sécurité sociale mais surtout j’étais toujours très content de tous mes entretiens de toujours 40 minutes précises avec elle. Et je ne la voyais soit qu’une fois par mois soit qu’une fois tous les trois mois. Mais c’est une exception à mon avis. Car combien n’ai-je pas vu de psys à Paris mettant sur leur plaque : « Psychiatre psychothérapeute » et qui en réalité ne m’ont toujours reçu qu’en cinq minutes même pas et en me faisant revenir sans cesse les voir ! Même si je n’avais alors peutêtre besoin que de médicaments, sur le plan humain est-ce bien normal de mettre son patient à la porte en cinq minutes même pas et en prenant un dépassement substantiel au tarif de la Sécurité sociale ? J’estime que la méthode de Freud m’a beaucoup aidé et autant que le fait d’avoir rencontré la femme de ma vie, même si ce n’est pas la même chose ! Lorsqu’on liquide son transfert on liquide ses troubles. Mais pourquoi on ne psychana311


lyse pratiquement jamais de schizophrènes ? C’est parce qu’il faut qu’ils travaillent pour pouvoir payer leur analyse ! Et la plupart des psys et donc les psychanalystes ne sont-ils pas que des gros bourgeois avides de fric ? Ce que je retiens de la psychanalyse c’est surtout que ce n’est pas parce qu’on est psychanalyste et qu’on a été psychanalysé voire qu’on est supervisé qu’on est pour autant une garantie de moralité vis-à-vis de ses clients ! Les hôpitaux psy ne sont actuellement que des usines à fous d’où ils ressortent tous toujours psychologiquement morts ! Les traitements ne sont que le tout chimique avec un ou deux entretiens par semaine de même pas 15 minutes ! Je n’appelle pas ça un soin psy ! Le soin suppose quelque chose d’humain dans la relation entre le psychiatrisé et le personnel psy. Même les infirmières on ne les voit pas plus de trois fois par jour une ou deux minutes pour qu’elles ne vous tendent alors qu’un verre d’eau avec des comprimés. En plus on est isolé en chambre seul ce qui signifie qu’on ne peut discuter qu’avec sa télévision (à condition de pouvoir se la payer) et les murs… Si bien que les malades ne pensent plus alors qu’à fuir ce genre de GOULAG à la française ! Ils sont certainement plus heureux alors chez eux même gravement malades ! Quant aux consultations en cabinet privé y eston mieux soigné qu’à l’hôpital public ? On y est souvent aussi maltraité car par exemple reçu en cinq minutes même pas et après avoir déboursé un dépassement d’honoraires malgré tout substantiel ! Dès fois on est reçu plus longtemps quand même en hôpital de jour privé par exemple vingt ou trente minutes ! Il y a là aussi un traitement mais pas de soin ! Et c’est bien pour cela que les psys toujours chronicisent et jamais ne guérissent ! Car la guérison suppose une relation personnelle sur le plan affectif à l’égard des malades dont ils sont toujours tous incapables ! Ils viennent tous (ou presque) de la bourgeoisie ! C’est-à-dire d’un milieu social où le sens de la vie ne consiste qu’à tromper les travailleurs sur le plan humain ! Et ces enfants de bourgeois que sont les psys voire tous les parasites qui gravitent autour d’eux ne font-ils pas alors avec les malades comme leurs parents faisaient avec les travailleurs ? J’en ai parlé à ma femme laquelle ne m’a-t-elle pas répondu : « Les médecins font du fric pas du sentiment ! Pour ta psychiatre psychanalyste comme pour la chef de ton SAVS tu n’étais qu’un numéro de dossier ! » ? Mais si l’amour de transfert est une illusion qui aveugle les malades 312


sont-ils toujours aussi crédules que se l’imaginent toujours les psys ? Je croyais autrefois que la psychiatrie à La Joie de vivre y était différente de celles de l’hôpital public, des CMP, de certains cabinets privés, etc. et n’est-ce pas pour cela que d’ailleurs j’avais réclamé à y être recommandé par mon psy de l’époque ? La presse ne le signalait-il pas déjà comme l’un des meilleurs hôpitaux psy privés de jour de France ? Plus de 45 ans d’expérience (avec des interruptions) ont eu raison de mon amour et de mes illusions de transfert ! En réalité quand on vient de la bourgeoisie et qu’en plus on a la formation de celle-ci comment peuton agir à l’égard des malades autrement que celle-ci agit à l’égard des travailleurs lorsqu’il s’agit de les exploiter ? Les malades ne sont que des machines à faire du fric et les personnels que des robots sans âme qui les traitent comme des étrangers voire des numéros de dossiers… La psychiatrie relationnelle et humaniste n’est qu’une illusion ou qu’un mensonge et de l’hypocrisie de la part de la psychiatrie privée ! Celle-ci n’est que comme celle publique : elle ne pense qu’à se faire du fric sur le dos des malades ! La bourgeoisie ne vit que pour ça et que par rapport à ça ! La nature humaine ce n’est pas seulement le complexe d’Œdipe mais aussi la classe sociale à laquelle on appartient ! Il n’y a pas de morale universelle supérieure – et surtout pas de la part des psys – il n’y a toujours qu’une morale de classe, aussi individuelle soit-elle ! […] Œdipe LA PLUME

313


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LES 39 SONT-ILS DE BONS PSYS ? Je ne peux que confirmer mon avis sur le Collectif des 39 : on ne peut pas être bon psy ayant de bons résultats médicaux quand on triche avec les psychiatrisés dans le cadre de la relation thérapeutique qu’on a avec ceux-ci. Une rémission voire une guérison suppose une relation humaine véritable sans mensonge ni hypocrisie d’un côté comme de l’autre. Mais si par-devant le psy fait croire qu’il a de bons sentiments pour les malades alors que par-derrière il les enfonce quand ceux-ci sont victimes d’abus, alors c’est vite compromis ! Or le Collectif des 39 s’il réclame davantage de meilleurs soins pour lesquels je suis entièrement d’accord à ce sujet encourage les abus dans la mesure où il veut empêcher les victimes de ceux-ci d’avoir recours à un juge. Il est hypocrite et menteur car il connaît aussi bien les arguments du législateur que ceux des associations d’usagers en santé mentale ! Mais il persiste et signe ! Je ne peux pas accepter cela car pour moi tricher avec le malade ne peut être que malsain aussi bien pour celui-ci que pour le psy ! C’est le contre-transfert de celui-ci en réponse au transfert de celui-là qui est la solution au problème thérapeutique. Mais si le psy ment et cache qu’il fait le choix de ses confrères véreux, malfrats, etc. plutôt que celui des victimes d’abus de ceux-ci cela ne peut pas se traduire dans l’avenir par de bons résultats thérapeutiques. Le Collectif des 39 sait bien ce qui se passe dans les internements abusifs à savoir que surtout on interne alors des gens qui dérangent l’administration, la famille, le conjoint, les héritiers, la police, l’employeur, les psys, etc. avec des certificats menteurs, calomnieux, diffamatoires, etc. car n’est-ce pas lui, qui, à ces occasions, couvre alors ses confrères véreux, malfrats, etc. aussi bien par le silence que par la censure sur son site ! Le problème c’est la confraternité. Ma femme qui a été plus de 30 ans secrétaire médicale de professeur à l’Hôpital pour enfants de Paris ne m’a-t-elle pas dit à propos, elle, des abus en pédiatrie : « Toute la culture médicale française ne repose toujours que sur les mensonges et l’hypocrisie vis-à-vis du malade ! Il faudrait une médecine comme

314


aux USA, c’est-à-dire un cabinet d’avocats à l’entrée de chaque hôpital ! » Les 39 peuvent-ils me porter la contradiction ? Œdipe LA PLUME

315


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : QUELLE HOSPITALITÉ POUR LES AUTISTES ? MON AVIS SUR L’AUTISME Je ne connais pas grand-chose à cette maladie qu’on appelle « autisme » sinon, d’une part que mon ancien psychiatre (19791981) le Pr Iouri Petrof† m’avait dit à ce sujet : « Il n’y a pas d’autisme infantile […] Je considère que les cas décrits par Bruno Bettelheim comme des réussites dans son livre La forteresse vide ne sont que des échecs ! », d’autre part que dans les années 1960-1970 quand on parlait d’autisme il ne s’agissait alors que d’une incapacité à communiquer chez les schizophrènes adultes. Ce que je sais aussi c’est que la psychanalyse comme la psychothérapie de soutien et/ou la psychothérapie institutionnelle quel que soit le trouble ou la maladie psychiatrique aboutissent chez les uns à des échecs cuisants et chez d’autres à des réussites remarquables. Et que cela on ne peut jamais le prédire à l’avance pour n’importe quel trouble ou maladie psychiatrique que ce soit. Je ne voudrais pas pour moi des thérapies cognitives comportementales (TCC) à la mode actuellement pour l’autisme ! C’est la méthode du chien de Pavlov ! C’est-à-dire que celui-ci était arrivé à faire saliver son chien soit au son d’une cloche soit à sa vue ! C’est à mon avis ce même genre de résultats que l’on obtient actuellement sur les enfants autistes avec les mêmes méthodes que Pavlov ! On peut considérer alors que son chien était devenu plus intelligent parce qu’il salivait soit au son d’une cloche soit à la vue de son maître ! Mais en quoi a-t-il évolué du point de vue psychologique ? Je suis d’accord avec vous pour dire qu’il faut laisser à chacun le libre choix de son traitement et que d’ailleurs en général dans le domaine psy il y a besoin de plusieurs méthodes ! Le problème est que la psychanalyse est très discréditée et que les braves gens croient à toutes les « conneries » que l’on raconte actuellement sur celle-ci ! Il est facile pour des politicards qui ont besoin de trouver des boucs-émissaires quand ils voient leurs électeurs se retourner 316


contre eux d’abuser de la crédulité de millions de braves gens ! Et pourquoi pas l’autisme ? Œdipe LA PLUME

317


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR ÇA VA PÉTER FORT ! MAIS QUAND ? QUE FAIRE ? […] Je ne crois pas que la politique de Hollande sera plus sociale en fin de mandat présidentiel qu'actuellement. Rappelons-nous la période 1981-2002 : le PS avait promis de CHANGER LA VIE et le PCF de CHANGER DE CAP : cela avait d'abord commencé par une augmentation des allocations familiales... mais ensuite ? le forfait hospitalier de Jacques Ralite (ministre PCF : il avait peur que les pauvres ne s'installent à l'hôpital public comme les riches s'installent eux en clinique privée), la CSG, les destructions d'hôpitaux et d'emplois massives (plus de 50 000 lits en psychiatrie et plus de 20 000 infirmières en psychiatrie ont été supprimés de 1988 à 2002), les privatisations, etc. Malgré tout il est possible de faire reculer Hollande et dans ce domaine on ne peut pas prévoir l'avenir : dans la tête des petites gens, ce qui leur vient c'est qu'il serait temps que ça pète enfin... et en mieux qu'en 1936 ou en 1968 ! Croyez-moi que l'idée de révolution existe bel et bien dans la tête de millions de français... S'ils ne passent pas à l'action c'est qu'ils ne peuvent faire qu'une grève générale qu'un jour tous les six mois car les patrons, les bourgeois, les capitalistes, les tiennent par le ventre pour une grève générale insurrectionnelle dure et longue ! Et chacun quand il fait grève même un seul jour tous les six mois n'a-t-il pas peur pour son avenir ? aussi bien pour sa « carrière » que pour son emploi, son conjoint, ses enfants, etc. ? Tous les travailleurs en ont marre ! Mais tant que ceux-ci ne déborderont pas les dirigeants des syndicats (CGT, CFDT, etc.) et ceux des partis politiques (PS, PCF, etc.) Hollande peut se sentir fort et toujours plus aggraver sa politique contre ceux-ci. Il roule pour la bourgeoisie ! Et quant à Mélenchon il se réclame de Mitterrand qui lui aussi roulait pour celle-ci ! Tant que les travailleurs ne réagiront pas il n'y aura aucun espoir d'amélioration pour eux que ce soit en début ou en fin de mandat présidentiel ! Au contraire tout sera toujours pire ! Hollande est sûr de l'échec du PS aux élections présidentielles de 2017 ! Mais il ne choisira pas de faire du social (sauf encore une fois si les travailleurs s'y opposent suite à une explosion sociale) même en 318


fin de son mandat ! Car quand la droite sera alors de retour ne sera-ce pas alors la bourgeoisie pour laquelle il roule si bien qui sera elle aussi de retour ? Et la gauche (le PS, etc.) aura une nouvelle fois gagné contre les travailleurs ! À moins que ça pète fort... En attendant je ne vous donne pas de conseils sur ce qu'il faut faire dans votre intérêt ! C'est à chacun de prendre ses responsabilités ! Et pour moi les élections même si elles servent à s'exprimer n'ont jamais fait les révolutions ! […] Œdipe LA PLUME

319


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR ROULÉ DANS LA FARINE PAR LE VOTE UTILE J’ai été très content et très heureux d’avoir voté au premier tour de la dernière élection présidentielle comme je le fais toujours à toutes les élections (municipales, législatives, etc.) depuis 2004 (année où j’ai quitté le PCF dont j’étais alors adhérent depuis 1965 et dont j’ai été longtemps son secrétaire de cellule au Crédit Expert de Paris) : Lutte Ouvrière ! Mais maintenant je suis très malheureux d’avoir voté Parti Socialiste au second tour de celle-ci car en quoi m’a-t-il été utile d’avoir fait battre la droite pour avoir fait à son tour gagner la gauche ? Le secrétaire du comité d’entreprise de chez Peugeot, lui, a déclaré à la télévision qu’il avait voté « blanc » au second tour et il a précisé que « Hollande est pire que Sarkozy ! » Comment est-ce possible que la gauche soit pire que la droite ? Je connaissais la phrase : « Il est souvent plus facile à la bourgeoisie de faire passer les mauvais coups contre les travailleurs grâce à la gauche que grâce à la droite ! » Mais il m’apparaissait d’abord utile de faire mordre la poussière à Sarkozy… ne serait-ce que pour qu’il regrette sa façon d’agir à l’égard des travailleurs, quitte ensuite à ce que je règle son compte à son tour utilement aussi à Hollande en 2017 ! Je regrette ce raisonnement et toujours maintenant je me dis : « Entre Bonnet blanc et Blanc bonnet j’aurais mieux fait de voter bulletin blanc au second tour comme le secrétaire du comité d’entreprise de Peugeot car a posteriori je réalise maintenant que c’est lui qui ne s’est pas trompé ! » Même Arlette Laguiller ne s’était-elle pas fait piéger par le vote « utile » car en 1981 n’avait-elle pas déclaré alors : « Aucune voix ne doit manquer à François Mitterrand ! » ? Ce n’est pas l’unité qui est révolutionnaire (sauf lorsqu’elle vient de la base et qu’elle déborde alors les appareils syndicaux et politiques) mais en réalité la vérité ! Œdipe LA PLUME P.-S. : à propos des accusations de « secte » à l’encontre de Lutte Ouvrière : ce qui est raconté sur Internet est certainement vrai mais remarquons que les faits reprochés ne sont vraiment pas nombreux pour une association qui compte actuellement 320


paraît-il environ 10 000 adhérents ! Personne dans aucune association n’est parfait et même au PCF j’ai connu bien des camarades qui se sont ingérés dans ma vie privée à moi aussi croyant me servir des leçons de morale marxiste notamment ! J’avais demandé autrefois mon adhésion à Lutte Ouvrière mais il ne m’a jamais donné à ce sujet la suite qu’il convient car sans doute je ne corresponds pas à son profil de militant syndical à l’entreprise ! ou peut-être il y avait-il encore d’autres raisons ! Quoi qu’il en soit il ne répond jamais à mes courriels ! Cependant j’ai souvent eu la visite à mon domicile parisien d’un responsable de Lutte Ouvrière, cela à ma demande, et là j’ai toujours été très satisfait par toutes ses explications ! Et je n’ai pas vu du tout en quoi il serait soi-disant « sectaire » ! On devait se revoir mais les circonstances on fait que j’ai dû déménager dans un lieu que je garde secret, du fait de problèmes de santé graves de ma femme à solutionner d’urgence ! Si bien que je n’ai pas pu discuter avec lui de ma nouvelle demande d’adhésion faite auprès de Nathalie Arthaud. Je considère que Lutte Ouvrière me connaît suffisamment au travers de tous les courriels que je lui ai écrits ou lui écris toujours et que c’est à lui de venir vers moi si je corresponds éventuellement à ce qui lui convient comme adhérent !

321


MON AVIS SUR MON ANCIENNE PSYCHIATRE PSYCHANALYSTE MADAME LE DOCTEUR DÉSIRÉE JUPON* J'ai consulté cette psychiatre psychanalyste pendant dix ans mais finalement j'ai préféré la fuir et j'ai trouvé beaucoup mieux assez facilement. Je considère, d'une part qu'elle n'était pas du tout dévouée, d'autre part qu'elle a commis des fautes graves. Je ne la recommande absolument pas. Je me tiens à la disposition de Médecin France et de l'Ordre des médecins pour répondre à leurs questions éventuelles. Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

322


PR MICHAEL LE GRAND ET DR DÉSIRÉE JUPON : INTERDICTION À VIE DE L’EXERCICE DE LA MÉDECINE DEMANDÉE À L’ORDRE DES MÉDECINS* Je n’ai confiance ni dans la psychiatrie ni dans l'Ordre des médecins. Malgré tout je demande à celui-ci de faire le travail qu'il est censé devoir faire. Il est loisible au Pr M. L. et au Dr D. J. d'une part de me porter la contradiction sur ce blog (pour cela je les délie du secret professionnel sauf pour mes nom et prénom véritables) d'autre part de porter plainte pour diffamation contre moi. J'atteste sur l'honneur la véracité des faits rapportés de ma part sur ce blog. Œdipe LA PLUME ODRDE DES MÉDECINS CONSEIL DÉPARTEMENTAL Objet : demande d’interdiction de l’exercice de la médecine à vie de deux médecins : le Pr Michael Le Grand et le Dr Désirée Jupon. Paris, le 27 juin 2013, Madame la présidente, Le Pr Michael Le Grand m’a signalé comme « désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur », etc. à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris sans m’avoir convoqué pour me diagnostiquer ou me soigner. Il ne m’a jamais vu ni jamais examiné. C’est parfaitement légal en France mais quand même pas tout à fait normal du point de vue médical. Je lui ai demandé la communication de mon dossier médical mais je n’ai pu l’obtenir qu’au bout de trois ans suite à plusieurs interventions de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) et à un recours pour excès de pouvoir par-devant le tribunal administratif. C’est ça le dévouement ? Pour ces faits je demande qu’il soit radié de l’exercice de sa profession par l’Ordre des médecins ! Je me tiens à la disposition de celui-ci et de la justice pour répondre à leurs questions éventuelles. 323


Le Dr Désirée Jupon m’a suivi comme psychiatre psychanalyste pendant 10 ans. Mais dès que celle-ci est passée chef à toutes ses consultations pendant toute leur durée elle ne faisait alors que s’intéresser à son écran d’ordinateur pour y lire ses nombreux méls, rapports, etc. plutôt que de s’intéresser à moi. Je pense qu’elle n’avait en réalité ce trouble du comportement qu’avec moi ! Elle n’a jamais voulu me faire un certificat médical se prononçant sur le diagnostic de son confrère le Pr Michael Le Grand qui m’avait signalé à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris sans ne m’avoir jamais vu ni jamais examiné comme « désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur », etc., aussi bien soit en le contredisant que soit en le confirmant ! C’est ça le dévouement ? Je demande qu’elle soit radiée de l’exercice de sa profession par l’Ordre des médecins pour ces faits. Je me tiens à la disposition de celui-ci et de la justice pour répondre à leurs questions éventuelles. Recevez, Madame la présidente, mes salutations. Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

324


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR DIFFAMATION PUBLIQUE : RÉPONSE À UN JURISTE Mon but n'est pas de nuire à mes bourreaux ! J'ai signalé les faits dont j'ai été victime (sans porter plainte) au procureur de la République et le parquet m'a alors répondu tardivement : « Les faits ne sont pas punissables ! » Pourtant le signalement à l'IPPP n'était-il pas aussi bien une calomnie, une diffamation, etc. qu'une faute lourde médicale ? Comment une telle réponse a-telle été possible de la part de la justice ? Peut-être ne m'étaisje pas alors suffisamment expliqué (mon but n'était pas de porter plainte) ! Quant à l'Ordre des médecins auquel je me suis plaint enfin jamais il ne répond à mes courriers quels qu'ils soient (LRAR, fax, Internet, etc.) ! Dans ces conditions que puis-je faire sinon que saisir l'opinion publique ? Mon but est de contribuer à ce que d'autres psychiatrisés ne soient pas à leur tour victimes de bourreaux en psychiatrie ! Le Pr M. L. a refusé d'une part ma demande d'expertise amiable pour nous départager sur le diagnostic de « désordre, dangerosité, délire », etc. d'autre part de me recevoir avec les représentants des usagers et la personne de confiance (prévue par la loi du 4 mars 2002) pour me donner des explications... Quant au Dr D. J. elle ne m'a jamais donné les raisons de son refus du certificat médical que je lui demandais contredisant ou confirmant le diagnostic de son confrère professeur... Vous me dites que seuls les journalistes ont le droit de révéler le contenu d'une plainte et que d'ailleurs ils ont une carte pour cela et qu'ainsi ce n'est pas de la diffamation de leur part ! Que la révélation vienne d'un journaliste ou non je ne vois pas qu'elle est alors la différence pour la personne incriminée concernant aussi bien les faits qui lui sont reprochés que sa réputation ! De la même façon que les psys internent les malades pour leur bien je révèle le contenu de ma plainte pour le bien public. Il faut en finir avec les abus en psychiatrie de toutes sortes ! 325


Révéler la vérité sur les abus dont j'ai été victime de la part de ces deux psys entache bien sûr leur réputation. Mais à qui la faute ? Je ne suis quand même pas la cause de leurs mauvais agissements à mon égard ! Ils se font leur propre tort euxmêmes ! Je n'ai aucune animosité, haine ou esprit de vengeance contre eux ! Mais comment faire pour qu'ils cessent et leurs confrères leurs abus non seulement à mon égard mais à l'égard d'autres psychiatrisés ? Si diffamation publique il y a (ce qui se discute) elle est donc à mon avis parfaitement légitime ! Je rappelle qu'il est loisible à ces deux psys que j'incrimine de faire valoir à tout moment leur droit de réponse sur mes blogs ! Si celle-ci me satisfait alors les articles qui les incriminent seront aussitôt supprimés d'Internet. Le 30 juin 2013, Œdipe LA PLUME

326


LES FEMMES QUI VEULENT MINCIR QU’ESPÈRENT-ELLES ?* À mon avis ceci : être regardées par les hommes car quand ils vous regardent c’est qu’elles ont fait un effet sexy sur ceuxci ! Et tous les magazines et de tout le système du fric poussent toujours plus à cela ! Bien sûr quand on veut rencontrer l’amour, l’homme de sa vie ne faut-il pas faire ce qu’il faut ? et notamment être la plus déshabillée possible avec alors un corps de rêve ce qui suppose bien sûr la minceur ! Et le pire c’est que même les féministes en rajoutent une couche, une dose elles-mêmes aussi ! Ne disent-elles pas (le MLF) : « Il faut libérer toujours plus notre corps ! » ? Mais quand justement elles font un effet sur les hommes n’en y a-t-il pas qui dérapent ? Et alors que déclarentelles ? Ceci : « La tenue vestimentaire n’a aucun effet sur les violeurs ! » Je prétends que trop de sexe féminin tous les jours du matin jusqu’au soir partout où il y a des hommes ça finit par leur monter à la tête et qu’il y a alors ceux qui se contrôlent et ceux qui ne se contrôlent pas ! Mais faire craquer les hommes n’estce pas justement le but de la nature féminine ? et pour cela mieux ne vaut-il pas être mince et sexy ? ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

327


Œdipe LA PLUME Madame le Docteur Désirée JUPON Mon but n’est de nuire ni à vous-même ni au Pr Michael Le Grand. Je vous propose et à celui-ci (il faut que vous soyez d’accord entre vous car sinon ce n’est pas possible) ceci : vous me présentez chacun vos explications sur les raisons qui ont fait que vous avez abusé de moi et vos excuses. Je supprime alors tous mes articles diffamatoires publiques (mais légitimes d’après la loi à mon avis). Par contre ceux-ci et vos réponses respectives je les mettrai dans mon livre sous vos pseudonymes. Et je retirerai ma demande de radiation de l’exercice de la médecine que j’avais faite aussi à l’encontre de vous deux. Mon but n’est pas de vous nuire mais de faire avancer la cause des victimes d’abus. Œdipe LA PLUME P.-S. : je vous prie de transmettre le présent courriel au Pr M. L. car je ne possède pas son adresse mail.

328


Œdipe LA PLUME ORDRE DES MÉDECINS CONSEIL DÉPARTEMENTAL Le 3 juillet 2013, Bonjour, J’abandonne ma demande de radiation de l’exercice de la médecine à l’encontre du Pr Michael Le Grand et du Dr Désirée Jupon. Je n’ai pas confiance dans l’Ordre des médecins pour prendre une décision équitable à ce sujet. De plus je ne crois pas à l’efficacité de la punition sur ces deux médecins. Ils resteront tels qu’ils sont sans ne jamais changer ! Ils ne sont pas les seuls ! Les violeurs par exemple aussi ! Je ne crois pas que la justice quelle qu’elle soit puisse être juste ! Quand on est un monstre on n’est pas responsable du personnage que la famille, la société, etc. ont accouché pour vous ! Est-on libre alors de changer ? Certains le peuvent ! Mais certainement pas eux ! Salutations. Œdipe LA PLUME

329


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR […] Les psys soignent mais ne guérissent pas. Pour cela il faut un jour ou l’autre s’opposer à son ou à ses psys et refuser les médicaments biologiques et/ou psychologiques ! Dans ce domaine il n’y alors que l’expérience de certains psychiatrisés en lutte du GIA, du CRPA, d'ADVOCACY qui peut vous aider. Quant à la FNAPSY, à l'UNAFAM, à l'HUMAPSY... leurs dirigeants roulent pour les psys pas pour les psychiatrisés… et certainement pas pour les psychiatrisés victimes d’abus. Ce sont le travail, la sexualité, l'amour, le militantisme, l'environnement, la philosophie... qui guérissent ! Au mieux les médicaments biologiques et/ou psychologiques suppriment le malheur jamais ils ne font le bonheur ! Celui-ci c'est quand même autre chose que d'être un chronique et un drogué des soins psy toute sa vie jusqu'à même sa mort ! Quant aux psys du Collectif des 39 sont-ils mieux que les autres ? Ne pratiquent-ils pas l'omerta et la censure systématique en matière d'abus psy sur leur site ? Mentir et être hypocrite est-ce cela l’hospitalité ou un soin psy pour eux ? Sans des qualités humaines et un respect véritables des psychiatrisés que peut-on obtenir ? La chronicisation ! […] Œdipe LA PLUME

330


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR […] Sarkozy n'a-t-il pas dit autrefois : « Les hôpitaux n'ont pas besoin d'argent ! » ? Mais les moyens font-ils les qualités humaines ? Et quand on vient de la bourgeoisie et qu'on travaille à l'hôpital le sens de la vie n'est-il pas : « La carrière, les honneurs, l'argent, rencontrer un(e) collègue en mal d'amour ! » ? Seul parmi les psys le Collectif des 39 se bat pour que ça change pour les psychiatrisés ! Je suis d'accord avec tout ce qu'il a écrit à ce sujet ! Mais ne jamais évoquer sur son site les abus des psys même s'ils sont souvent aussi le fait de ses propres confrères en tant que psychiatrisé qui a été victime de nombreux abus psy de toutes sortes, je ne le suis pas sur ce terrain malsain et malhonnête ! Que pense-t-il de la proposition de loi du PS qui envisage de ramener l'intervention du juge à cinq jours en matière de soins sans consentement ? Je n'ai toujours pas vu d'avis à ce sujet sur son site ! Pour lui les abus ça n'existe pas et donc il n'y a pas besoin de loi pour cela ! Les psys du Collectif des 39 veulent décider seuls de la vie des autres sans avoir jamais de compte à rendre à qui que ce soit ! J'ai bien lu les arguments de R. G. sur leur site autrefois et je ne peux pas être d'accord avec ceux-ci ! Je n'y reviens pas car ce serait trop long ! Heureusement qu'un peu de justice existe enfin face aux mauvais traitements, aux erreurs, aux fautes, aux délits voire aux crimes de toutes sortes ! Je suis pour les pairs-aidants car ils ont non seulement l'expérience des soins mais aussi des abus ! Et c'est surtout de ceux-ci qu'on ne veut pas qu'ils parlent ! […] Œdipe LA PLUME

331


Œdipe LA PLUME Madame le Docteur Désirée JUPON Monsieur le Professeur Michael LE GRAND Le 7 juillet 2013, Madame, Monsieur, J’ai reproduit la diffamation publique (mais légitime d’après la loi à mon avis) et des articles en rapport avec celle-ci aussi bien dans mon livre MA SCHIZOPHRÉNIE RACONTÉE… que sur mon blog MA SCHIZOPHRÉNIE RACONTÉE… sous vos pseudonymes respectifs. Si vous voyez un inconvénient à cette reproduction je vous prie de me le faire savoir d’urgence. J’en tiendrai compte éventuellement mais à condition que vos arguments moraux et juridiques me paraissent valables. Recevez, Madame, Monsieur, mes salutations. Œdipe LA PLUME P.-S. : je prie Mme D. J. de transmettre ce message à M. M. L. car je ne possède pas son e-mail.

332


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR PSYCHIATRIE : PEUT-ON GUÉRIR ? Les psys soignent mais ne guérissent pas ! Pour cela il faut une relation personnelle avec une personne que vous rencontrerez un jour par hasard ou par chance ! En attendant cette rencontre mieux vaut en général le privé que le public. Le risque du public c’est le tout chimique avec que peu d’entretiens. Mais il y a des abus de toutes sortes aussi en privé ! Le principal que j’ai rencontré ce sont les psys qui affichent sur leur plaque à l’entrée de leur cabinet « psychiatre psychothérapeute » mais qui n’ont reçu aucune formation pour cela et de toute façon vous reçoivent comme en public en cinq minutes même pas avec une lourde ordonnance de produits chimiques de toutes sortes ! Et en plus, la plupart vous prennent alors un dépassement substantiel au tarif de la Sécurité dite sociale ! D’après Que choisir santé 42 % des psys en France refusent les bénéficiaires de la CMU ! Et d’après la télévision en cas de plainte à l’Ordre des médecins celui-ci donne toujours alors raison au psy abuseur ! Ce n’est pas parce qu’un psy vous prendra cher qu’il vous soignera très bien ou mieux que les autres ! En général les psychiatres psychanalystes sont mieux sur le plan humain ! Mais là aussi j’ai rencontré des charlatans et des escrocs de toutes sortes même s’ils étaient diplômés d’État, avaient réellement été psychanalysés et étaient normalement supervisés ! L’éthique dans ce domaine est une question d’individu et il faut avoir le hasard ou la chance de tirer le bon numéro ! Mais on n’obtient jamais de bons résultats sans efforts personnels ! Le plus important dans ce domaine à mon avis est : « Aide-toi ton psy t’aidera ! » Mais jamais ce ne sera lui personnellement qui vous guérira ! Œdipe LA PLUME

333


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR […] Je ne crois pas qu’en psychologie ou en psychanalyse on puisse prouver qu’il y a un lien réciproque entre les problèmes de l’âge adulte et ceux de la petite enfance ! Car on ne peut pas faire d’expérience reproductible ! On croit à Freud ou à Lacan ou on n’y croit pas ! Je me considère guéri de ma schizophrénie mais comment puis-je prouver que je le suis effectivement ? Je suis sans symptôme mais ne suis-je pas toujours porteur de la maladie ? Et même si je déclare : « Je suis parfaitement heureux ! » est-ce une preuve de guérison ? Pas pour tout le monde ! […] Œdipe LA PLUME

334


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LA RÉVOLUTION FÉMINISTE N'EST-CE PAS TOUJOURS PLUS DE PROSTITUTION ET DE VIOLS PARTOUT DANS LE MONDE ENTIER ? ŒDIPE Madame... Le 12 juillet 2013, Madame, Vous me répondez dans l’article « Pas de sexisme à la télé » du site www.mediapart.fr : « S'agissant de la responsabilité des femmes violées parce qu'ayant eu une attitude provocatrice ou tentatrice face à de pauvres hommes faibles et émotifs, le jour où un tribunal trouvera des circonstances atténuantes à un braqueur de bijouterie au motif que le bijoutier a sa part de responsabilité car il a provoqué son voleur en affichant les bijoux en vitrine, on pourra reparler de la responsabilité des victimes dans leurs agressions et de la bonne foi de ceux qui tiennent ce genre de raisonnement fallacieux et profondément IMBÉCILE. » La loi punit effectivement quiconque ne se contrôle pas et cela en toutes circonstances et pas seulement pour le viol ou le cambriolage ! Mais il me semblait que le problème des féministes c’était – entre autres – que pour elles-mêmes et leurs consœurs il y ait toujours moins de viols dans l’avenir ! Alors qu’actuellement il y en a toujours plus et qu’on punit toujours plus leurs auteurs partout dans le monde entier à ce sujet ! Dès lors que faut-il faire ? Vous évoquez les « pauvres hommes faibles et émotifs » lorsqu’ils succombent à la tentation suite à des provocations féminines et qui n’ont pas le droit – d’après vous – aux circonstances atténuantes et vous dîtes : « Tout comme un bijoutier qui a affiché des bijoux en vitrine et qui est ensuite cambriolé les femmes violées ne sont pas coupables non plus ! » Le problème n’est pas là pour moi mais encore une fois est le sui335


vant : « Que faut-il faire pour qu’il y ait moins de viols ? » S’il y a toujours plus de femmes qui provoquent toujours plus les « pauvres hommes faibles et émotifs » croyez-vous que vous allez solutionner le problème du viol avec toujours plus de punitions ? Quant à la honte qui devrait changer de camp croyez-vous que celle-ci soit efficace sur des pervers du point de vue de la structure de leur personnalité ? Je vous demande : « Voyez-vous une solution à ce problème du viol pour l’avenir ? Et si oui laquelle ? » J’ajoute puisque vous êtes féministe et que les clients de prostituées sont eux aussi des criminels pour les féministes au même titre que les violeurs : « Voyez-vous une solution à ce problème de la prostitution dans l’avenir ? Et si oui laquelle ? » Enfin en quoi aurais-je un genre de raisonnement fallacieux et profondément IMBÉCILE parce que je me demande tout simplement si moins de SEXE de la part des femmes dans notre société ne ferait pas alors moins de VIOLS et de PROSTITUTION ? Si je me fais des illusions expliquez-moi ! En tant que féministe n’êtes-vous pas plus intelligente et plus civilisée que moi ? Croyez, Madame, à mes sentiments les meilleurs. Œdipe LA PLUME P.-S. : rappel de deux de mes commentaires déposés sur le site www.mediapart.fr : à la suite de l’article « Pas de sexisme à la télé » : [...] Le vrai sexisme, lui, en réalité est féministe ! En particulier lorsque vous prétendez que les hommes qui succombent à la tentation avec des prostituées seraient des criminels et que ceux qui violent ce n'est pas à cause de la minijupe ou du corsage bâillant ! Il n'y a pas plus menteuses et hypocrites actuellement que les féministes ! À moins qu'elles n'aient besoin de cours d'éducation sexuelle ou de se faire psychanalyser ! Ne sont-elles pas très fragiles psychologiquement ? […] Je ne suis pas indifférent et ne reste pas de marbre face à la minijupe et au corsage bâillant ou face à la ficelle et à la pastil336


le ! J’en suis même très perturbé mais j’ai la chance de me contrôler ! Les féministes (le MLF) ne disent-elles pas : « Les femmes doivent toujours plus libérer leur corps ! » ? Mais dans quel but réclament-elles cela ? Ne savent-elles pas qu’ainsi elles excitent et exacerbent alors toujours plus la sexualité des hommes ? On demande aux hommes de se contrôler face aux femmes ! Et pourquoi ce ne serait pas aux femmes de se contrôler face aux hommes ? La révolution féministe n’est-ce pas toujours plus de prostitution et de viols partout dans le monde entier ? Pourquoi ? Où va-t-on ? Une dirigeante féministe peut-elle me porter la contradiction ?

337


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LA CULTURE PEUT-ELLE S'OPPOSER À LA NATURE ? SUITE DE MON PRÉCÉDENT BILLET INTITULÉ : « FEMMES VIOLÉES ET BIJOUTIERS CAMBRIOLÉS… » […] Vous faites toutes des commentaires qui ne sont que des projections féministes qui ne correspondent pas à la réalité sur moi ! Ce n’est parce que je prétends que les femmes excitent, exacerbent, provoquent, etc. toujours plus le désir sexuel des hommes à leur égard (ce que certaines nient contre tout évidence) que je pense qu’ils doivent alors pour cette raison justement leur mettre toujours plus la main aux fesses ou les violer… Ce n’est encore une fois pas du tout ça mon propos et aucune d’entre vous d’ailleurs n’a répondu à ma question qui était : « Que peut-on faire pour qu’il y ait moins de viols et de prostitution dans l’avenir ? » alors que vous êtes toutes très révoltées que les hommes souvent agissent très mal avec vous ! Quand on a 15 ans ou 20 ans et qu’on est jeté dans une société de pornographie avec un entourage de femmes qui ne cessent de rajouter une couche, une dose d’érotisme, qu’en plus on voit sur Internet comment celles qui sont souvent les plus jeunes et les plus sexy vendent facilement leurs charmes et le « bonheur », etc. on ne comprend pas ou plus comme le disait déjà Freud à Marie Bonaparte à son époque : « Ce que veulent les femmes ! » La société patriarcale n’existe plus cependant le capitalisme, lui, existe toujours. C’est celui-ci qui, d’une part pousse les hommes à consommer toujours plus de pornographie, d’autre part poussent les femmes à consommer toujours plus d’érotisme ! Le résultat c’est que tout ça monte vite et fort à la tête de tous ces « pauvres hommes faibles et émotifs » – et ne sont-ils pas nombreux dans une société en crise ? – qu’ils n’en peuvent plus et qu’ils finissent par déraper par des gestes ou des actes répréhensibles ! Et d’autant plus que même à 15 ou 20 ans il n’y a toujours pas d’éducation sexuelle pour les aider ! Pour les sexologues qui passent à la télévision la sexualité des hommes est à fleur de peau et celle des femmes 338


passe davantage par la tête ! C’est la vue des hanches féminines qui déclencherait le plus chez l’homme le désir sexuel ! Et ça passerait par l’hypothalamus ! C’est en revanche le statut social de l’homme (est-il médecin, ingénieur, cadre, PDG, etc.) qui déclencherait le plus chez la femme le désir sexuel ! Et ça ne passerait pas par l’hypothalamus lequel est deux fois plus petit chez elles que chez eux ! La sexualité des hommes c’est une chose et la sexualité des femmes c’est une autre chose ! La même hormone du désir provoquerait le désir sexuel aussi chez bien chez l’homme que chez la femme, mais elle serait plus fortement dosée chez celui-ci que chez celle-là ! Ce qui pour mon ancienne psychiatre psychanalyste (qui s’était occupée autrefois de suivre des violeurs) expliquerait que les viols sont le fait à 95 % des hommes et qu’à seulement 5 % le fait des femmes ! Cependant au point de vue orgasme l’homme serait plus faible que la femme ! Chez celle-ci les terminaisons nerveuses de sons sexe seraient bien plus nombreuses que chez celui-là ! Et cela se traduirait par le fait que lorsqu’une femme se passe le jet d’une douche sur son clitoris elle peut aboutir à l’orgasme alors qu’un homme qui se le passe, lui, sur son gland, ne le peut pas ! Le vécu des hommes vis-à-vis des femmes n’est pas le même que le vécu des femmes vis-à-vis des hommes ! Et inversement le vécu des femmes vis-à-vis des hommes n’est pas le même que le vécu des hommes vis-à-vis des femmes ! Il est donc normal que tout cela soit source d’incompréhension réciproque ! Si le nombre de femmes qui osent porter plainte pour viol à bien augmenté le nombre de ceux-ci a lui aussi bien augmenté ! Pour la Police nationale, il y a 30 ans il y avait 5 000 plaintes de déposées pour une estimation de 20 000 viols réels par an, actuellement il y a 20 000 plaintes de déposées pour une estimation de 80 000 viols réels par an ! Or que s’est-il passé sur le plan sexuel pour les femmes depuis 30 ans ? la libération toujours plus de leur corps comme le réclament justement les féministes (dont le MLF notamment) ! Or celle-ci n’a-t-elle pas ainsi libéré en retour et en échange toujours plus la sexualité des hommes ? Enfin dans une émission ayant pour thème les comportements sexuels sur France 3, il y a environ deux ans, une généticienne française, elle, n’a-t-elle pas conclu après deux heures d’explications : « Les hommes sont neuroprogrammés pour l’adultère, les femmes sont neuroprogrammées pour la prostitution ! » ? Les attentats à la pudeur et les viols seraient-ils dans la nature mascu339


line comme la prostitution, elle, serait dans la nature féminine ? La société évolue mais où va-t-on ? La culture peut-elle s’opposer à la nature ? Je le crois mais celle-ci ne restera-t-elle pas toujours inégale et injuste ? Il n’y aura jamais d’univers parfait et radieux ! Au mieux il ne peut y avoir qu’un monde toujours meilleur ! […] Œdipe LA PLUME

340


Œdipe LA PLUME Monsieur Fantin PRIEUR Directeur LA JOIE DE VIVRE Le 15 juillet 2013, Monsieur, Ce courrier est le dernier que j’adresse à votre établissement. Il n’y en aura plus jamais d’autres à celui-ci. Recevez, Monsieur, mes salutations. Œdipe LA PLUME

341


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LES EXPERTES FÉMINISTES SONT-ELLES CRÉDIBLES ? […] Je me sens agressé au travers les médias par toutes ces féministes soi-disant expertes qui prétendent tout savoir et toujours plus et mieux que les spécialistes elles-mêmes ou euxmêmes qui ont à s’occuper des violeurs pour les examiner, les suivre ou les traiter. Et cela alors que je ne me sens en rien du tout ni individuellement violeur ni collectivement être du « camp des hommes contre le camp des femmes ». Tout le monde peut lire sur Internet notamment les arguments de toutes ces féministes soi-disant expertes pour expliquer les causes à leur avis du viol. Je ne rappellerai pas celles-ci à leur avis puisque tout le monde les connais parfaitement grâce aux médias. Il me semble utile pour celles ou ceux qui sont bernés par tous ces mensonges de toutes ces féministes soi-disant expertes au moins sur les causes du viol de communiquer ici un avis de femmes véritablement expertes pour expliquer les causes de celui-ci. L’article que je reproduis ci-dessous s’intitule « Perversion et structure perverse » et est extrait du site http://psychiatriinfirmiere.free.fr. Celui-ci autorise la reproduction intégrale de ses articles à condition d’en citer la source. Des féministes super intelligentes et super savantes pourraient-elles m’expliquer pourquoi celui-ci ne reprend pas leurs arguments sur les causes du viol ? […] Œdipe LA PLUME

342


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LA PAROLE AUX VICTIMES D’ABUS PSY SUR LE SITE DES 39 ? CHICHE ? […] On voit bien sur le site des 39 combien celui-ci est malsain, haineux, menteur, hypocrite, etc. à l’égard de tous ceux (juges, experts, avocats, psychiatrisés, etc.) qui défendent la loi judiciarisant les hospitalisations sous contrainte et combien par contre il défend tous les psys abuseurs, malhonnêtes, véreux, malfrats, etc. ! Le psy ne devrait pas avoir affaire à la justice car lui seul serait le seul juge en matière psy. Quand on n’a jamais de bons sentiments pour des victimes d’abus psy mais en réalité que toujours de bons sentiments pour des confrères délinquants, criminels, etc. comment peut-on ensuite prétendre qu’on est les meilleurs en matière de soins psy ? Ceux-ci supposent de l’amour, du dévouement, du respect, etc. pour les malades psy et pour cela la moindre des choses c’est de commencer par leur répondre franchement quand justement ils (se) posent des questions sur la réalité des internements abusifs ! Combien de temps les 39 pourront-ils continuer à mentir grâce à l’omerta et à la censure qu’ils pratiquent systématiquement sur leur site à l’égard des victimes d’abus psy ? Il y a une nouvelle proposition de loi qui prévoit de ramener à cinq jours au lieu de quinze l’intervention du juge en cas d’hospitalisation sous contrainte ! Or que disent justement les 39 à ce sujet sur leur site ? Que ceci : « Mais une systématisation trop poussée dans ce domaine comme dans d’autres, un défaut d’adaptation, par conséquent, à la singularité du cas, une logique trop purement juridique, ne prenant pas suffisamment en compte la dimension clinique de cette question, pourrait parfois produire des résultats contraires à l’intérêt du patient et au but rechercher. Cela suppose une discussion au cas par cas avec le patient et ses proches. » Bref ils regrettent qu’il risque d’y avoir un peu plus de justice pour les victimes d’abus psy et ainsi merci pour l’intérêt qu’ils portent au patient et aux proches ! Sinon pourquoi n’évoquent-ils toujours pas sur leur site les affaires à ce sujet ? Parce que les psys et le GOULAG à la française sont condamnés ? Or les procès ne sont-ils pas toujours plus nombreux d’années en années ? Pourquoi ? Comment est-ce possible ? Les 39 prétendent qu’ils veu343


lent donner la parole aux victimes d’abus psy ? Mais pourquoi ne la donnent-ils sur leur site qu’aux psys qui roulent pour eux et pas aux victimes d’abus psy qui leur signalent de nouvelles affaires ? […] Œdipe LA PLUME

344


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LES 39 : RAPPEL DE CERTAINS DE LEURS ABUS PSY SUR LEUR SITE Je me permets de rappeler ici certains abus psy dont j’ai été victime de la part des 39 mais bien sûr je ne suis pas le seul psychiatrisé en lutte à déposer des commentaires sur leur site et qui sont alors aussitôt censurés. Autrefois les 39 me censuraient aussi jusqu’à même l’image de leur site sur mon écran à mon domicile mais ne le font plus car j’ai changé d’adresse IP. Par contre ils ont trouvé autre chose : ils brisent le lien vers leur site à chaque fois que je veux y déposer un commentaire si bien que celui-ci n’est même pas mis alors « en attente de modération » sur mon écran. L’HUMAPSY – la courroie de transmission automatique des 39 auprès des usagers en psy – me censure lui aussi à chaque fois que je dépose un commentaire sur son site. Moscou-sur-Seine ? Les 39 n’ont à la bouche que les mots « hospitalité » et « donner la parole aux usagers » dans un but bien précis : faire croire qu’ils sont ainsi les meilleurs psys. Mais comment peuvent-ils être de bons psys s’ils trompent sans cesse même leurs propres usagers ? Et s’ils mentent sur le thème des abus en psychiatrie pourquoi ne mentiraient-ils pas aussi sur le thème de « l’hospitalité » et « donner la parole aux usagers » voire sur tout ce qui est soin psy de leur part ? Croient-ils que c’est ainsi que l’on obtient de bons résultats thérapeutiques en psychothérapie ? Des associations d’usagers en psychiatrie soutiennent les 39 voire l’HUMAPSY parce qu’ils proposent des réformes en psychiatrie ! Je suis bien sûr d’accord avec celles-ci ! Il n’empêche que pour ma part je ne partage ni l’éthique des 39 ni de l’HUMAPSY ! Je rappelle à ce sujet que le Code de déontologie prévoit qu’un bon médecin a des devoirs dont notamment ceux de dévouement, de loyauté et de vérité ! Je ne constate pas cela sur le site des 39 ! Je me permets donc de rappeler cidessous trois commentaires parmi tant d’autres déposés sur le site de celui-ci et toujours demeurés censurés. J’espère ainsi contribuer à ce que cesse la pratique courante des abus psy en France laquelle bat toujours depuis des dizaines d'années le record d’Europe à ce sujet. Les 39 qui ont une édition chez Media345


part lisent certainement tout ce qui les concerne. Il leur est loisible de me rĂŠpondre sur le site de celui-ci voire sur le leur. Ĺ’dipe LA PLUME

346


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR MON AVIS SUR LES 39 Ceux-ci soit censurent des commentaires parfaitement licites sur leur site soit défendent leurs confrères ayant mal agi. À chaque fois que j’évoque (depuis 2010) sur leur site les raisons pour lesquelles je ne suis pas d’accord avec eux pour supprimer l’intervention du juge dans les hospitalisations sous contrainte je suis systématiquement censuré sans aucune explication. Est-ce bien normal de la part de psys qui prétendent donner la parole aux psychiatrisés ? En réalité ils ne la leur donnent qu’à condition qu’ils ne roulent toujours que pour eux et qu’ils ne les critiquent jamais. Apparemment ces 39 sont de super savants infiniment bons. Ne veulent-ils pas que la loi sur la contrainte de soin à domicile soit supprimée, que le tout chimique à l’hôpital psychiatrique n’existe plus, qu’il y ait plus de psychothérapie ou de psychanalyse, qu’il y ait plus de moyens en temps et en argent pour le personnel, etc. ? Mais malgré tout ne font-ils pas sur leur site comme si les abus en psychiatrie n’existaient pas et qu‘ils ne seraient toujours que le fruit de l’imagination morbide de certains paranoïaques procéduriers forcément toujours très délirants car justement d’ailleurs ne réclament-ils pas l’arrêt de leur propre processus thérapeutique et leur sortie d’hôpital psychiatrique et cela en faisant même intervenir le juge contre leur propre intérêt personnel ? Mon ancienne psychiatre psychanalyste était l’une des participantes à ce Collectif des 39. Or j’ai été victime de l’un de ses confrères professeur en psychiatrie qui m’a signalé comme « désordonné, dangereux, délirant mais sans persécuteur »”, à l’Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris, sans ne m’a m’avoir jamais vu ni jamais examiné. Mais ce diagnostic ne s’est jamais révélé juste depuis cinq ans et quand j’ai donc demandé récemment à ma psychiatre psychanalyste un certificat médical allant soit à l’encontre de ce professeur en psychiatrie soit au contraire le soutenant elle me l’a toujours de toute façon refusé. Ainsi elle protège son confrère et m’enfonce ! C’est ça le 347


dévouement alors qu’elle participe à ce Collectif des 39 ? Cette histoire a bien sûr aussi été censurée sur le site de celui-ci. La France est toujours le pays d’Europe le plus condamné par la Cour européenne des droits de l’homme pour ses abus en psychiatrie. Ceux-ci ne sont possibles que grâce à la confraternité entre médecins malfrats qui préfèrent défendre leurs collègues coupables plutôt que de défendre leurs malades victimes. Faudrait-il ouvrir en France des cabinets d’avocats à l’entrée de chaque hôpital comme c’est déjà le cas aux USA ? Le Collectif des 39 par-devant fait des propositions intéressantes pour les psychiatrisés mais par derrière il censure les victimes d’abus voire les enfoncent au profit de leurs confrères véreux ! Où est alors l’amour des malades là-dedans ? Ce que je constate de par mon expérience de la psychiatrie c’est que les psys soignent mais ne guérissent pas et que ceux qui obtiennent malgré tout quelques améliorations ce n’est pas forcément grâce à la technique ou à la méthode : médicaments, thérapies cognitives comportementales, psychothérapies de soutien, d’inspiration analytique, psychanalyse elle-même, etc. ! Ce n’est que du fait de leurs qualités humaines véritables en réalité ! N’est-ce pas cela qui compte le plus lorsqu’on a affaire à un psy ? Or les moyens financiers s’ils sont toujours les bienvenus à l’hôpital psychiatrique font-ils pour autant alors les qualités humaines des psys ? Quelle différence y a-t-il entre un psy qui vient de la bourgeoisie et un psy qui vient de la classe ouvrière ? Ce qui fait l’essence de l’homme est-ce seulement le complexe d’Œdipe ? ou n’est-ce pas aussi la classe sociale à laquelle il appartient voire d’où il vient ? En 1913 Freud expliquait qu’il ne fallait pas soigner les pauvres grâce à la psychanalyse. En 1918 il a changé d’avis et suggéré des « psychothérapies populaires gratuites ». Mais en réalité il n’aurait jamais cru à l’efficacité de celles-ci. Même Freud aurait été hypocrite et menteur vis-à-vis des malades et des médias en matière de soins ? Et pourquoi les 39 qui sont également des psys ne le seraient-ils pas eux aussi ? ŒDIPE

348


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE « UN TRAUMASTISME QUI N’EXISTE PAS » Je me considère guéri de ma schizophrénie mais je prends toujours un peu d'antipsychotique et j'ai quelques entretiens. Je ne vis plus du tout celle-ci comme une maladie. Je suis heureux et ne me sens pas du tout traumatisé. Mais je l'ai bel et bien été autrefois. Non seulement par le choc psychotique, le surdosage des médicaments psy, mais aussi par les abus de toutes sortes et bien connus des psychiatres (par exemple faire des certificats médicaux de menaces d'internement sans avoir jamais vu ni jamais examiné le soi-disant malade, etc.). Je crois que tous ces abus psy sur le plan humain c'est pour moi vraiment ça le pire ! Je ne mets pas tous les psys dans le même sac. Ma nouvelle psy actuelle et celle d'avant elle j'en suis vraiment très content. À mon avis, malgré tout, les psys soignent mais ne guérissent pas. Pour guérir ce n'est possible, toujours à mon avis, que grâce à une relation personnelle qui soit en dehors de la psychiatrie et de la médecine. Œdipe LA PLUME Je peux communiquer les coordonnées de mon ancienne psychanalyste psychiatre (et non pas psychiatre psychanalyste) de Paris à ceux qui le désireraient car compte tenu aussi bien de l’éthique que des très bons soins de celle-ci dont j’ai profités je ne peux que la recommander sans me tromper à son sujet. Sa consultation est de 40 minutes une fois par mois (elle ne peut pas recevoir plus souvent car elle a trop de « clients » actuellement comme c’était déjà le cas pour moi aussi autrefois), son tarif est celui de la Sécurité sociale sans dépassement d’honoraires, elle a environ 50 ans. J’ai perdu son numéro de téléphone car j’ai déménagé mais on peut le retrouver sur le site d’AMÉLI de la Sécurité Sociale qui la recommande aussi. Il suffit de m’écrire à mon mél : ex.schizo@gmail.com et je communiquerai alors l’adresse de son cabinet privé à Paris. Ensuite il suffira d’aller sur le site d’AMÉLI de la Sécurité sociale pour trouver son 349


numéro de téléphone. Mais attention elle sélectionne ses « malades » et ne prend pas n’importe qui n’importe comment. Elle discute toujours un peu avant. Elle a pour principe bien sûr de ne prescrire que le moins de médicaments psy possibles et privilégie toujours les entretiens psy. J’ai eu affaire à elle pour ma schizophrénie. Œdipe LA PLUME

350


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : POUR UNE REPRÉSENTATION DES USAGERS EN PSYCHIATRIE DIGNE DE CE NOM - LETTRE OUVERTE Ce gouvernement n’hésite pas à se mettre à dos les travailleurs, les retraités, les malades, et même maintenant aussi les associations de psychiatrisés en lutte… Mais pourquoi ? Parce qu’il roule pour la droite, les gens riches, les patrons, les capitalistes, les bourgeois, etc. et que s’il perd l’élection présidentielle de 2017 il est malgré tout assuré que le retour de la droite (qui peut se faire sous la forme de Manuel Valls par exemple aussi) sera la bonne politique toujours pour les gens riches, les patrons, les capitalistes, les bourgeois, etc. La télévision nous fait croire depuis des lustres que la gauche et la droite s’opposeraient… alors qu’elles ne sont toutes les deux que cul et chemise pour tromper les travailleurs, les retraités, les malades et même les associations de psychiatrisés en lutte… « L’État est le pouvoir organisé d’une classe en vue de l’oppression d’une autre classe. » (Karl Marx) ce qui signifie pour moi (mais je ne suis pas le seul) que ce gouvernement n’est en réalité que le conseil d’administration des gens riches, des patrons, des capitalistes, des bourgeois, etc. Leurs ministres tous les jours à la télévision nous font croire qu’ils roulent pour les malheureux travailleurs, retraités, malades, etc. et que pour cela il est même à contrecœur obligé d’augmenter lourdement leurs impôts… C’est du baratin : de l’argent il y en a beaucoup chez les riches et il suffit de le leur prendre… mais cela ça s’appelle une révolution. De l’argent on peut en trouver facilement pour le GIA, le CRPA, ADVOCACY, etc. et bien sûr pour les travailleurs, les retraités, les malades, etc. La productivité du travail n’est plus du tout actuellement ce qu’elle était en 1945 ni même en 1990 grâce notamment à la révolution informatique ! Celle-ci a généré des centaines de milliards de profits supplémentaires mais aussi des dizaines de milliers de chômeurs supplémentaires… Mais où est allé cet argent ? Pas à la production mais à la spéculation… D’où aussi bien la paupérisation absolue : aggravation des conditions de vie et difficulté croissante des travailleurs à satisfaire leurs nouveaux be351


soins parce que l’augmentation de leurs revenus ne suit pas la possibilité de satisfaire l’augmentation de leurs nouveaux besoins, que la paupérisation relative : les capitalistes s’enrichissent beaucoup plus vite que les travailleurs. Ne suffirait-il pas de reprendre l’argent volé (au sens de l’économie et de la philosophie marxiste) par les capitalistes (et l’État qui les représente) pour qu’alors les revendications du GIA, du CRPA, d’ADVOCACY, des travailleurs, des retraités, des malades, etc. ne soient-elles pas alors facilement satisfaites… ? Si l’argent il y en a tant que ça pour la spéculation ne peut-il donc pas y en avoir un petit peu aussi pour les subventions que réclament les associations de psychiatrisés en lutte ? Je ne suis pas du tout surpris par les termes de votre lettre au Ministère dit de la santé : vous avez bien compris que celui-ci ne cherchait en réalité qu’à abuser des associations de psychiatrisés en lutte comme autrefois il avait déjà bel et bien abusé de la FNAPSY et de l’UNAFAM… Les méthodes de celui-ci : subventions contre soutien politique et omerta, hypocrisie, censure, etc. sur les abus en psychiatrie (ce que j’appelle le GOULAG à la française dans mon livre Ma schizophrénie racontée…) de la part des associations de psychiatrisés en lutte ne sont en réalité que les méthodes de tous les privilégiés (même communistes : c’était le cas en particulier des dirigeants des pays de l’Est autrefois notamment) qui veulent garder leur pouvoir et l’exercer pour que perdure l’exploitation de l’homme par l’homme (au sens de l’économie et de la philosophie marxiste)… Pour la gauche comme pour la droite les salaires et la santé des travailleurs c’est et ce sera toujours trop cher… et les subventions aux associations de psychiatrisés en lutte c’est et ce sera toujours trop cher aussi… à moins que celles-ci ne se laissent acheter… en faisant croire à leurs adhérents que c’est pour leur bien, leur bonheur… Œdipe LA PLUME

352


MON AVIS SUR LA PROSTITUTION* L’État n’a pas à interdire ou pas les rapports sexuels entre prostituées et clients adultes consentants. Car c’est du domaine de la vie privée de chacun qui est différente selon chacun. Le bonheur n’est pas la même chose pour tout le monde. Et du moment que l’on ne fait pas de mal à autrui en quoi l’État a-t-il alors besoin de s’ingérer dans notre vie intime ? Mais le PCF prétend que les clients de prostituées eux-mêmes ne sont en réalité que des criminels et le PS prétend lui que les clients de prostituées eux-mêmes ne sont en réalité que des complices de proxénètes criminels. Pour le PCF pace qu’acheter un corps pour en jouir c’est un crime et pour le PS parce que c’est faire des prostituées des esclaves. Le plus vieux métier du monde disparaîtrat-il un jour ? Certains prétendent que du fait de la disparition de l’oppression sociale sous le communisme tout ce qui fait le malheur des êtres humains disparaitra alors avec la disparition de celle-ci. Ce sera alors le paradis éternel : ni prostitution, ni viol, ni homosexualité, ni perversion, ni névrose, ni psychose, ni adultère, ni trouble sexuel : impuissance, frigidité, vaginisme, etc., ni chagrin d’amour, voire même certains croyaient autrefois que même la mort et le deuil disparaîtraient eux aussi… Je souhaite, pourquoi pas, que ce genre de rêve, voire d’utopie se réalise effectivement un jour ! Je lutte d’ailleurs moi aussi pour ce genre de communisme parfait mais sans trop vraiment y croire avant d’y avoir réellement abouti. Que cache réellement ce projet de loi qui devrait être déposé à l’Assemblée nationale fin novembre 2013 ? L’esclavagisme sexuel ne résulte-t-il pas tout comme la guerre et bien d’autres violations des libertés et des droits de l’homme de l’existence du capitalisme lui-même ? Alors pourquoi ne pas dire que pour faire disparaître le système prostitutionnel il faut faire disparaître le système capitaliste ? En quoi les clients qui achètent du sexe seraient des criminels et les clients qui achètent du pain ne le seraient pas ? Et la prostituée qui gagne 1 000 € de l’heure est-elle exploitée comme le petit mitron qui lui ne gagne que 1 000 € par mois ? Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs 353


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR SE REFAIRE UNE VIRGINITE GRACE AU MENSONGE SUR LA PROSTITUTION ET SES CLIENTS ET À LA LOI Le PCF prétend que grâce à un vote à l’Assemblée nationale pénalisant les clients de prostituées le monde sera alors meilleur aussi bien pour les prostituées que pour leurs clients. Les premières sont qualifiées de victimes car elles seraient en situation de détresse psychique et sociale et les seconds sont qualifiés de criminels car ils profiteraient alors de la vente de corps humains et feraient perdurer le proxénétisme. Bien sûr l’idéal dans la vie pour chacun ou chacune n’est-il pas de rencontrer un grand amour qui perdure toute la vie ? Ne sera-ce pas cela justement la société communiste de demain ? En attendant celle-ci que faut-il faire actuellement pour les femmes qui souffrent de la misère matérielle et que faut-il faire pour les hommes qui souffrent de la misère sexuelle ? Les prostituées demandent-elles l’abolition de ce qui leur permet de vivre et leurs clients demandent-ils l’abolition de ce qui leur permet de jouir ? Car que propose alors le PCF comme emploi pour celles-ci et que propose le PCF comme plaisir sexuel pour ceux-là à la place de ce dont elles et ils profitaient dans leur passé ? Pour celles-ci : le SMIC à condition qu’elles se trouvent elles-mêmes du travail alors que des millions de femmes n’en ont toujours pas trouvé avec Pôle emploi et la meilleure volonté du monde ! Pour ceux-ci : les soins psychiatriques soit sous forme de médicaments soit sous forme de psychothérapie soit même sous forme d’hospitalisation sous contrainte psychiatrique ! Sera-ce alors mieux pour elles comme pour eux que ce dont elles et ils profitaient dans leur passé ? Sauf à se consoler en se disant que le proxénétisme n’existe plus si toutefois c’est bel et bien vrai alors ! Rien n’est moins sûr malgré les statistiques des pays abolitionnistes que le PCF nous présente effectivement comme prétendue preuve à ce sujet. Ne peut-on pas truquer celles-ci et leur faire dire n’importe quoi : à propos du chômage ne suffit-il pas de radier des chômeurs des listes de ceux-ci même s’ils n’ont pas retrouvé de travail ; à propos de la schizophrénie : les anomalies génétiques prouvent-elles que le parcours familial n’a rien à voir dans cette psychose ; etc. ? D’ailleurs ces statistiques ne disent pas que la prostitution a diminué 354


mais simplement qu’elle n’a pas augmenté ! Et elles sont malgré tout truquées car par exemple elles ne tiennent pas compte de la prostitution qui s’est déplacée jusque dans les eaux internationales de ces pays abolitionnistes sur de grands paquebots transformés en lupanars, bordels, maisons closes, éros-centers flottants ! Là aussi est-ce mieux pour les prostituées comme pour leurs clients ? Peut-on vraiment faire disparaître le désir sexuel des hommes quand ils sont en manque et peut-on alors empêcher les femmes de leur exacerber la tentation sexuelle ? Que deviendront les prostituées auxquelles le PCF leur retire le pain de la bouche ? Que deviendront leurs clients déstabilisés sexuellement et déséquilibrés mentalement ? Il s’en fiche ! Puisque les féministes ont un compte à régler avec la prétendue domination historique des hommes sur les femmes n’est-il pas ainsi opportun pour le PCF lui aussi de se refaire une virginité en exploitant ce bon filon du mensonge féministe à l’occasion de la loi sur la pénalisation des clients de prostituées ? et de gagner alors bien des voix féminines aux prochaines élections même si pour cela il faut bien perdre alors quelques voix masculines ? En tous les cas qu’il ne compte pas sur la mienne ! Œdipe LA PLUME P.-S. : autrefois mon neuropsychiatre-psychothérapeute de l’époque (1965-1973) - ancien spécialiste sur les porte-avions français et des hôpitaux de la marine m’avait dit : « La prostitution c’est nécessaire ! » […] « Il ne faut pas croire au mythe de l’absence de jouissance chez les prostituées ! » ? Partagez-vous son avis ?

355


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE : PROCÈS DE L’OSTÉOPATHE PIERRE PATATI : "MAMAN, C’ÉTAIT SEXUEL !" Comment expliquer le viol ? Je ne crois pas qu'il soit dû comme le raconte les féministes à la « domination historique des hommes sur les femmes » mais en réalité à une « perversion acquise lors de la petite enfance » aussi surprenant que cela puisse paraître (voir à ce sujet le site http://psychiatriinfirmiere.free.fr à l'article « Perversion et structure perverse »). Je suis choqué d'apprendre par la télévision qu'il y a autant de médecins violeurs ! Et même des psys et surtout des gynécologues ! Pour mon ancienne psychiatre psychanalyste si disait-elle 95 % des viols sont le fait des hommes et 5 % le fait des femmes, c'est que cela a à voir avec l'hormone du désir (la testostérone) qui est la même chez l'homme et chez la femme mais qui est beaucoup plus fortement dosée chez celui-ci. Un autre de mes anciens psys (ancien chef de clinique) lors d'un cours de formation de militants d'une association d'usagers en santé mentale il y a environ 13 ans lui nous avait dit : « Les femmes ne se rendent pas toujours compte de l'effet qu'elles font sur les hommes ! Pour les violeurs la prison ne sert à rien ! » Je crois que malheureusement il y aura toujours plus de viols dans notre société de consommation caractérisée par toujours plus de striptease de la part des femmes visà-vis des hommes ! Ceux-ci peuvent-ils alors se contrôler en toutes circonstances ? Ce n'est pas ce qu'a prévu la nature ! La culture peut s'opposer à celle-ci ! Mais n'y aura-il pas toujours des faibles et des pervers ? Œdipe LA PLUME

356


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE : PROCÈS DE L’OSTÉOPATHE PIERRE PATATI : "MAMAN, C’ÉTAIT SEXUEL !" Moi aussi j’hallucine et même en matière de rapports sexuels « librement » consentis entre les psys et leurs client(e)s. D’après Élisabeth Roudinesco autrefois dans l’Humanité 3 % des psys en France « dérapent » un jour ou l’autre. Mais d’après un site comme www.psyvig.com/ c’est en réalité 10 % des psys (dont 1 % de femmes) qui auraient régulièrement des rapports sexuels « librement » consentis avec leurs client(e)s. Comment sont possibles de tels abus sexuels de la part des psys ? Cliquez sur le lien suivant (en espérant qu’il fonctionnera) pour savoir la vérité sur ce sujet toujours très tabou : LES RAPPORTS SEXUELS ENTRE PSYS ET ... - PsyVig.com www.psyvig.com/default_page.php?menu=1046&page=34 Œdipe LA PLUME […]

357


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR MA VÉRITÉ SUR LES 39 Je ne croise plus le fer avec ces psys qui me censurent sur leur site à chaque fois que je leur présente mes arguments soutenant la judiciarisation des hospitalisations psychiatriques sous contrainte à laquelle ils s’opposent toujours au prétexte que les victimes d’abus ne seraient toujours que de grands délirants paranoïaques procéduriers ne comprenant pas l’intérêt de la poursuite de leurs soins tellement ils sont alors malades et incapables de se critiquer eux-mêmes. Mais par le présent message que je dépose aussi sur leur forum (afin de prouver qu’ils me censurent toujours alors que mes arguments à leur encontre sont parfaitement licites) je tiens à rappeler comment ces 39 se comportent réellement avec les victimes d’abus que d’ailleurs ils prétendent défendre arguant qu’eux proposent les meilleurs soins, la meilleure hospitalité et s’opposent même à toutes les lois sécuritaires de droite ou de gauche. Vous trouverez donc ci-dessous pour rappel, d’une part un communiqué de presse du Groupe Information Asiles au sujet de la censure dont j’ai été victime autrefois sur leur site (en 2010) lorsque je me suis opposé à leurs arguments arguant que les soi-disant victimes d’abus ne doivent jamais recourir à la justice au prétexte que c’est contre leur intérêt personnel puisqu’elles arrêtent ainsi le processus thérapeutique, d’autre part l’avis d’un internaute qui connaît bien le problème des abus en psychiatrie (mais ne souhaite pas que son nom véritable soit cité car il craint pour sa sécurité côtoyant ou fréquentant régulièrement les 39). Œdipe LA PLUME [...]

358


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR FAUT-IL OUVRIR DES BORDELS POUR FEMMES ? En effet, mon ancienne secrétaire de section PCF ne me disait-elle pas comme à d’autres adhérents de sa section PCF : « Je suis pour l’ouverture de bordels pour femmes ! C’est prouvé que les hommes peuvent tous au moins une fois par jour ! » ? Ses propos sont rigolos mais pas idiots ! Elle nous disait ceux-ci alors qu’Internet n’existait pas encore ! Je l’ai perdue de vue en 1997 lorsque mon employeur m’a mis alors en préretraite. Elle est décédée en 2013 à l’âge de 73 ans d’après ce que j’ai appris grâce à Internet. Ses propos prouvent que de nombreux adhérents PCF n’étaient pas d’accord déjà autrefois avec la direction du PCF au sujet de la prostitution. Je me permets de demander aux lecteurs PCF de Mediapart : « Quel est votre avis sur ces propos de mon ancienne secrétaire de section PCF ? Vous surprennent-ils ? les partagez-vous éventuellement ? » Œdipe LA PLUME

359


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR ABOLIR LA PROSTITUTION EN FAISANT CREVER DE FAIM LES PROSTITUÉES N’EST-CE PAS STALINIEN VOIRE FASCISTE DE LA PART DU PCF ? On peut être contre la prostitution et faire voter grâce à une majorité de menteurs et d’hypocrites une loi soi-disant abolissant enfin celle-ci même si la majorité des Français et des Françaises pensent au contraire que les services rendus par les travailleurs sexuels sont en réalité un bien nécessaire ! Mais pour soi-disant faire disparaître ceux-ci faut-il alors avoir recours à des méthodes dignes du stalinisme voire du fascisme par leurs conséquences ? Car que vont devenir les putes une fois qu’on leur aura à toutes bel et bien retirer leur pain de la bouche ? Elles déclarent alors qu’elles deviendront clandestines dans des conditions de travail abominables et atroces, en tous les cas pires qu’auparavant ! Ce n’est pas ce que souhaitent ni le PS ni le PCF du moins en théorie. Dans la pratique on sait bien que ceux-ci à chaque fois qu’ils ont été au gouvernement tout comme d’ailleurs aussi bien la droite en réalité n’ont jamais rien fait pour appliquer les lois existantes permettant de lutter efficacement contre le proxénétisme ! Cela suppose de former et de payer du personnel de toutes sortes : policiers, psychologues, assistantes sociales, etc. et bien sûr cela grèverait le budget de l’État. Mais après tout à quoi servent nos impôts ? Seulement à faire payer aux pauvres la dette des riches ? Ne suffirait-il pas tout simplement d’annuler cette dette et de la faire payer aux riches euxmêmes puisqu’elle a été faite justement pour eux ? La productivité du travail n’est plus du tout ce qu’elle était en 1945 ni même en 1990 du fait de la révolution informatique : des centaines de milliards d’Euros de profits supplémentaires ont ainsi été créés alors que des dizaines voire des centaines de milliers de travailleurs se sont retrouvés au chômage ! Mais où est allé tout cet argent ? Essentiellement à la spéculation et pas du tout à la production ! Il en résulte la situation économique et sociale que l’on connaît depuis toujours sous le capitalisme et qui perdure toujours actuellement : on prend l’argent des pauvres et malades et on le donne aux riches et en bonne santé ! Les Français et les Françaises en ont marre d’être trompés et le pire c’est que le 360


PCF a déjà été plusieurs fois dans le coup autrefois avec le PS lorsqu’au gouvernement ensemble ils n’ont jamais rien fait du tout contre les licenciements massifs, les suppressions de lits d’hôpitaux, etc. ! Et maintenant encore plus d’impôts pour les pauvres arrosant de toujours plus d’argent les riches ? Cette loi sur la pénalisation des clients de prostituées sera-t-elle la mesure de trop qui provoquera l’explosion sociale prévue depuis toujours par l’extrême gauche ? Pour ma part je ne voterai plus jamais PCF ! Œdipe LA PLUME

361


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : PROSTITUTION : LA FAUSSE BONNE IDÉE DE JEAN-LUC MELENCHON […] Le bonheur n'est pas la même chose pour tout le monde et pour certain(e)s ce bonheur c'est justement la prostitution ! Les putes ne déclarent-elle pas souvent à la télévision même à visage découvert : « J'ai choisi librement de me prostituer à l'âge de 17 ans pour les avantages du métier ! [....] J'aime ça et la relation avec le client ! [...] », etc. ? On n'a pas le droit de faire du mal à autrui mais on a le droit de se faire du bien à soi-même même si les autres jugent alors que c'est malgré tout un mal odieux ! Exemple : si j'ai un cancer qui me fait horriblement souffrir, est terriblement insupportable, n'ai-je pas alors le droit de mettre fin à mes jours moi-même ? Pour certains c'est un mal interdit par la religion mais pour d'autres c'est un bien nécessaire ! Ce qui fait le bonheur c'est pour partie la façon dont on gère sa vie privée et je n'autorise ni Mélenchon ni le PCF à gérer celle-ci à ma place selon leurs normes personnelles ! De quoi se mêlent-ils ? Qu'ils s'occupent de leurs fesses pas des miennes ! Je rappelle que des lois existent pour lutter contre l'esclavage sexuel des proxénètes et contre le proxénétisme lui-même mais qu'elles n'ont jamais été appliquées même avec le PCF au gouvernement pour des raisons budgétaires. Bien sûr taxer les « criminels » sexuels fera rentrer encore un peu plus d'argent dans les caisses de l'État ce qui rassurera plus les riches au sujet de la dette que leur doit celui-ci ! […] Contrairement à ce que vous écrivez, pour ma part je ne vois pas l'intérêt d'abolir la prostitution, au moins pour le moment ! Si celle-ci résulte de l'oppression sociale capitaliste elle devrait logiquement disparaître sous le communisme ! Et même aussi : l'homosexualité, les troubles sexuels : impuissance, frigidité, vaginisme, etc. les troubles mentaux : paranoïa, schizophrénie, 362


dépression, etc. les viols, les chagrins d'amour, l'adultère, etc. tout cela résultant actuellement de prétendues « perversions de la bourgeoisie » car celle-ci une fois abolie ce serait alors enfin le paradis sur terre pour tous les hommes et toutes les femmes d'après certaines théories aussi bien de gauche que d'extrême gauche. La thèse consiste bien sûr à dire que le bonheur vient de la société, de la matière, du monde extérieur, etc. notamment s'il n'y a plus la guerre, les famines, les crises économiques, l'exploitation de l'homme par l'homme, les maladies de toutes sortes, etc. ! Dans ces conditions sous le communisme y aura-t-il alors besoin de la prostitution pour solutionner les souffrances de tous ces hommes voire de toutes ces femmes ? Logiquement non ! S'agit-il d'une utopie ? Seul l'avenir le dira ! Mais pour l'instant il y a toujours des hommes comme des femmes qui ont besoin de ça justement sous le capitalisme pour trouver ou garder leur équilibre psychologique ! Tout le monde n'a pas actuellement des relations sexuelles satisfaisantes et ne connaît pas forcément un amour épanouissant jusqu'à sa mort ! Et pour certaines gens qui sont alors obsédés, schizos, paranos, dépressifs, solitaires, etc. surtout chez les hommes la solution c'était justement le recours aux putes ! On sait ce qui va se passer pour celles-ci après le vote de la loi pénalisant les « criminels » sexuels qui abuseront toujours des « victimes » prostituées : celles-ci continueront à exercer malgré tout leur profession mais dans des conditions de travail pires de toutes sortes ! Mais se préoccupe-t-on du sort de ceux qui sont « déséquilibrés » mentaux - et ils sont nombreux lorsqu'ils ne sont pas satisfaits sexuellement ? Il n'y aura peutêtre pas plus de viols mais certainement plus de névroses, de psychoses, de dépressions, de troubles psy de toutes sortes, etc. ! Croyez-moi si vous avez lu Freud et ses successeurs et bien d'autres que justement les putes sont effectivement la solution réelle à bien des problèmes psy de la vie quotidienne. Que leur proposent le PS, le PCF, les féministes à la place pour se « soigner » ? Rien ! Où va-t-on ? À mon avis vers l'enfer ! […] C'est vrai que par exemple le « métier » de prostituée ou de proxénète peu de personnes le souhaitent pour leurs enfants ! Mais après 18 ans doivent-ils toujours être sous tutelle ? La 363


plupart des putes viennent de l'étranger où il n'y avait pas la liberté et où elles crevaient de faim et une fois par exemple en France où il y a déjà beaucoup de chômage elles acceptent la prostitution d'une part parce que « qui ne travaille pas ne mange pas » d'autre part parce qu'elles doivent rembourser au « réseau » l'argent que celui-ci leur à avancer pour le « passeur », etc. Supprimer leur « travail » comme le souhaitent le PS, le PCF, les féministes, etc. aussi dur et odieux soit-il dans le but avant tout soi-disant de supprimer le proxénétisme en quoi cela les aiderait-elles vraiment ? Il faudrait au moins leur proposer un autre travail ou des indemnités ! Rien n'est prévu à ce sujet ! Tout ce que savent faire nos gouvernements de droite ou de gauche c'est les renvoyer dans leur pays d'origine où encore une fois il n'y a pas la liberté et où elles crèvent de faim ! C'est ça le socialisme ? […] Œdipe LA PLUME

364


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR QUESTION AU SUJET DE LA HAINE DES PROSTITUÉES ET DE LEURS CLIENTS N'y a-t-il pas une ressemblance entre autrefois la chasse aux juifs et aux communistes et actuellement la chasse aux prostituées et à leurs clients ? Et que pensait Freud de la haine et des persécuteurs ? La paranoïa résulte d'un mécanisme de défense inconscient dans lequel les pulsions homosexuelles se transforment en pulsions sociales ! Le saviez-vous ? Œdipe LA PLUME

365


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR PROSTITUTION : PUNIR LES PAUVRES, LES FAIBLES, LES MALADES… Les putophobes ne réclament plus dans le cadre de leur lutte anti-clients de putes de peine de prison et qu’une amende de seulement 1 500 € la passe pour ceux-ci ! N’est-ce pas un recul ? Quoi qu’il en soit 1 500 € voire même 7 500 € comme auparavant est-ce que ça gène les gros riches qui peuvent se payer tous les jours des putes à 1 000 € voire plus de l’heure ? Et quant aux pauvres malheureux obsédés, schizos, handicapés, malades, solitaires, etc. qui n’ont qu’une pension d’adulte handicapé ou le SMIC pour survivre, pourront-ils eux se payer tous les jours des amendes à 1 500 € la passe ? Les putophobes prétendent que cette loi aurait pour but d’une part de mettre fin à la situation de détresse psychique et sociale des putes d’autre part de rééduquer moralement les clients de celles-ci. Mais rien n’est prévu d’une part pour qu’elles ne crèvent pas alors de faim d’autre part pour qu’eux ne passent pas alors au déséquilibre mental se traduisant par toutes sortes de troubles et de maladies psy ! Quant à la rééducation catholique ou communiste quel sera alors le sermon pour ces soi-disant « criminels » sexuels ? Il existe depuis longtemps des lois permettant de lutter très efficacement contre le proxénétisme mais elles n’ont jamais été appliquées pour des raisons budgétaires même avec le PCF au gouvernement qui n’a jamais critiqué le PS à ce sujet ! Le plaisir sexuel c’est le seul plaisir qui reste dans la vie bien souvent aux pauvres malheureux obsédés, schizos, handicapés, malades, solitaires, etc. avant la tentative de suicide (un schizophrène sur deux fait au moins une tentative de suicide dans sa vie et un sur six en meurt toujours). La masturbation dans la cuvette des WC est-ce la panacée ? C’est ça le plaisir et le bonheur que veut apporter le PCF au « prolétariat en guenil-les » (l’expression est de Marx) ? Et les putes elles-mêmes ne sont-elles pas aussi que des malheureuses prolétaires ? Alors pourquoi les faire crever de faim à tout prix ? N’est-ce pas du nazisme ? Et le mot nazisme n’est-il pas un raccourci de l’expression « national-socialiste » ? C’est-à-dire que les nazis (comme les staliniens d’ailleurs aussi) ne voulaient-ils pas eux aussi soulager l’humanité souffrante de tous ses prétendus maux ? Enfin où commence la prostitution et où se termine366


t-elle ? Par exemple pour l’extrême gauche le mariage n’est-il pas une forme de la prostitution ? Œdipe LA PLUME

367


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LE PLUS GROS ÉCHEC DE MA VIE C’EST LE PCF ! Je crois que le communisme est possible voire probable mais qu'il ne se fera pas grâce au PCF ! Celui-ci ne cesse de mentir à ses adhérents sur tous les sujets cela à cause d'un certain opportunisme électoral : il croit que l'unité entre dirigeants de gauche (autrefois avec Mitterrand actuellement avec Mélenchon) est révolutionnaire ! Alors que pour moi c'est la VÉRITÉ qui est révolutionnaire avant tout. Et qu'il faut toujours dire celle-ci malgré tout surtout si on la connaît. Connaissez-vous cette phrase de Trotski : « Si une énorme comète écrase toute la planète verra-t-on un jour le communisme ? » Pour moi le communisme ne peut-être que mondial sinon il ne peut vaincre le capitalisme. « Prolétaires de tous les pays unissez-vous ! » avait-dit Marx. Mais Staline comme Thorez n'ontils pas dit et le PCF ne dit-il pas toujours actuellement : « Le communisme est possible dans un seul pays pris à part ! » ? Jusqu'ici les militants PCF (dont moi-même de 1965 à 2004) se sont toujours donné beaucoup de mal mais ne sont toujours arrivés à rien du tout pour les travailleurs ! Et même de 1981 à 2002 ils ont fait le lit de l'extrême droite ! Le PCF c'est le plus gros échec de ma vie ! Œdipe LA PLUME

368


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR PAYER UNE PROSTITUÉE EST-CE UN CRIME ? Les putes ne demandent pratiquement jamais la disparition de leur profession même si elles ont affaire à un proxénète. Et celles qui passent à la télévision ne déclarent-elles pas (je le répète souvent) : « J’ai commencé librement à l’âge de 17 ans pour les avantages du métier […] J’aime ça et la relation avec le client ! » ? Ce sont surtout la gauche et pour partie l’extrême gauche qui demandent la disparition de la prostitution pour deux raisons : d’une part c’est un crime que d’acheter le corps d’une femme, d’autre part c’est entretenir un système criminel d’exploitation. À cela que répondent les putes elles-mêmes ? « Nous ne vendons pas notre corps nous vendons une prestation […] Le client n’achète pas un organe qu’il prélève et avec lequel il repartirait comme c’est le cas par exemple pour une greffe […] Quant à l’esclavagisme ce n’est vrai que pour celles qui ont affaire à un proxénète […] Nous sommes pour la disparition du proxénétisme certainement pas de la prostitution […] » La gauche et pour partie l’extrême gauche que savent-elles réellement de la prostitution ? Leurs dirigeantes sont-elles toutes des putes ? Leurs militants sont-ils tous des clients de putes ? Ce qu’elles racontent dans leurs journaux n’est que le résultat de leur imagination et de leurs préjugés plus ou moins morbides. Les putes sont en général des femmes qui viennent de la classe ouvrière et qui en général ne trouvent pas de travail où même considèrent que c’est un très beau métier qui leur convient mieux que les autres (en particulier argent vite et facilement gagné). Les clients eux sont en général des hommes mariés dont la femme a un problème sexuel qui ne lui permet pas d’aboutir avec son mari : frigidité, blocage, etc. mais il y a aussi beaucoup d’hommes solitaires : obsédés, schizophrènes, dépressifs, etc. Ce qui est certain c’est que tout le monde ne peut pas avoir des rapports sexuels comme le souhaite la religion catholique ou communiste dans le cadre d’un grand amour réciproque 369


jusqu’à la mort et que justement les putes sont là pour servir bien des insatisfaits. Mais quand on a un problème psy ou sexuel quelle différence y a-t-il entre les soins d’un psy et les soins d’une pute ? Dit-on qu’acheter les services, les soins d’une psychologue, d’une psychiatre, d’une psychanalyste, etc. c’est acheter son corps parce que le client a un rapport avec le cerveau de celle-ci ? Ces psys ne disent-elles pas : « C’est le contact direct d’inconscient à inconscient qui fait que nos conversations sont bel et bien thérapeutiques. » ? S’en offusque-t-on ? Alors pourquoi s’offusque-ton lorsque ce sont le pénis d’un client et le vagin d’une pute qui entrent en contact direct entre eux ? Et que le résultat thérapeutique c’est que les putes réussissent là où les psys échouent ? D’ailleurs les psys même du PCF ne recommandent-elles pas à leurs malades les assistantes sexuelles (à l’étranger car en France ce n’est pas possible) ou les putes ? Les plus célèbres sexologues qui ont recommandé (autrefois à ma connaissance actuellement je ne sais pas ce qui se passe) les rapports sexuels pour se soigner ce sont Masters et Johnson (un couple étatsunien divorcé sur ses vieux jours) : pour les impuissants par exemple ils les adressaient à des psychologues femmes qui leur faisaient faire des exercices sexuels progressifs avec elles-mêmes jusqu’à ce que leurs clients aboutissent à une excellente érection et des orgasmes parfaits avec elles-mêmes aussi. Et ça réussissait rapidement et toujours ! Mais quand ces messieurs retournaient avec leurs épouses que se passait-il ? Ils avaient alors bien sûr une panne gravissime ! Mais une psy qui a un patron (directeur d’hôpital qui prélève une partie des honoraires de celle-ci, État qui prélève des impôts), etc. ne peut-on pas dire qu’il s’agit là aussi d’une forme d’exploitation de la femme par l’homme donc de proxénétisme ? Il est possible que la prostitution disparaisse un jour quand il n’y aura plus ni misère matérielle des femmes ni misère sexuelle des hommes. Si toutefois cela n’est pas une utopie ! De plus sous le communisme l’argent ne devrait plus exister donc il ne devrait pas y exister non plus de sexualité marchande et par conséquent la prostitution aura ainsi disparue. 370


Freud a dit : « La civilisation s’est bâtie sur la répression des pulsions ! » et pour lui il en résultait alors des névroses, des psychoses, des perversions… et même la religion. Quelle différence y a-t-il entre les curés et bonnes sœurs catholiques et les curés et bonnes sœurs PCF sur les questions sexuelles ? En dehors de la monogamie et de la fidélité toute autre forme de sexualité n’estelle pas pour eux un crime ? Voilà d’où vient à mon avis leur haine des putes et de leurs clients ! Œdipe LA PLUME

371


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE FORUM WWW.FRANCE2.FR/EMISSIONS/TOUTE-UNE-HISTOIRE À LA SUITE DE L’ARTICLE : « QUE FAIRE POUR GUÉRIR DE LA SCHIZOPHRÉNIE ? » Puisque vous êtes vous-même si sérieux que ça pourquoi ne faites-vous pas vous-même des blogs sur la schizophrénie avec des médecins de votre connaissance ? Mais croyez-vous que ceuxci parce qu’ils sont médecins soient une garantie de sérieux, de science, de vérité, de moralité, etc. ? Les psys ne remplacent-ils pas les curés et les voyantes ? Beaucoup ne sont-ils pas que des charlatans et des escrocs diplômés d’État ? Ils « soignent » mais ne « guérissent » pas ! Mais êtes-vous sérieusement schizophrène vous-même ? Œdipe LA PLUME Si vous cherchez bien sur Internet vous apprendrez qu'un schizophrène sur deux ou un schizophrène sur cinq est guéri. Mais grâce à eux-mêmes certainement pas grâce aux psys ! Je peux bien sûr retrouver les liens sur Internet qui permettent de prouver que je ne mens pas à ce sujet ! Je ne cite que deux sites de mémoire (leur titre n'est peut-être pas tout à fait exact mais sans doute que les moteurs de recherche sur Internet s'y retrouveront) : « La question de la guérison des schizophrénies » par le Docteur Alain Bottéro et « Guérir de la schizophrénie n'est pas rare » du site http://blogschizo. wordpress.com ! Si je pense que beaucoup de psys ne sont bel et bien que des escrocs et des charlatans diplômés d'État c'est bien sûr à la suite d’expériences personnelles à ce sujet avec eux et aussi à ma fréquentation des victimes d'abus psy dans les associations de psychiatrisés en lutte telles que : le GIA : www.groupeinfoasiles.org le CRPA : http://crpa.asso.fr ADVOCACY : www.advocacy.fr ! Toutefois je ne mets pas tous les psys dans le même sac et par exemple je suis très content et heureux de ma nouvelle psy que j'ai actuellement. Œdipe LA PLUME 372


Comme le dirait Lacan : « N'est pas fou qui veut ! » Croyezvous que les criminels puissent tromper si facilement que ça les experts psy près les tribunaux ? « Avec médicaments » comme vous le dites si bien : malheureusement il en résulte des millions de malades surdosés en réalité tous que des zombies ! Il y a des psys qui aident mais la grande majorité le sens de leur vie n'estil pas : « la carrière, les honneurs, l'argent... et rencontrer un(e) collègue en mal d'amour », etc. ? Je vous conseille deux livres : « Pour en finir avec la psychiatrie : des patients témoignent » de Nicole Maillard-Déchenans aux Éditions Libertaires. Vous pouvez l'acheter pour 20 € (avec les frais de port) aussi bien chez l'éditeur qu'au GIA www.groupe infoasiles.org et « J'ai survécu à la psychiatrie » de Christelle Rosar dont je ne me rappelle plus l'éditeur mais voir pour cela le site www.advocacy.fr ! Vous pouvez l'acheter pour 14 €. Œdipe LA PLUME

373


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : CE QUE VEULENT VRAIMENT LES PROHIBITIONNISTES Pas tous les hommes ni toutes les femmes peuvent avoir des relations sexuelles conformes aussi bien au catéchisme catholique qu'au catéchisme communiste, c'est-à-dire dans le cadre du mariage monogamique avec fidélité réciproque jusqu'à la mort ! Et même il y a des hommes qui ne peuvent jamais avoir de relations sexuelles et sentimentales pour des raisons aussi bien psychologiques (timidité, blocage, etc.) que sociales (solitude, maladie, etc.) ! C'est à ces malheureux que s'en prennent aujourd'hui aussi bien la gauche que l'extrême gauche ! C'est une honte ! Cette histoire de pénalisation des clients de prostituées c'est aussi un règlement de comptes entre femmes : celles qui sont mariées et qui ne peuvent pas aboutir avec leur mari parce qu'elles sont frigides, bloquées, etc. et dont celui-ci fréquente alors les putes et celles-ci justement qui le satisfont sexuellement voire sentimentalement ! C'est aussi une bonne affaire en tous les cas pour toutes les féministes qui elles aussi ont bien des comptes (imaginaires) à régler avec tous les hommes quels qu'ils soient ! Cela cache des vengeances qui peuvent rapporter gros électoralement à la gauche et à l'extrême gauche grâce alors au vote de toutes ces femmes qui en veulent soit à leur compagnon soit à tous les hommes. Ni la gauche ni l'extrême gauche n'ont jamais demandé l'avis des putes quant à savoir si elles désiraient que leur profession disparaisse car alors la réponse c'est toujours NON que ce soit de la part des putes pour gens riches ou que ce soit de la part des putes pour gens pauvres... et avec ou sans proxénète ! Le plus gros mensonge consiste à dire bien sûr que seules les prostituées de luxe ne sont peut-être pas si malheureuses que ça ! Et que toutes les autres souffriraient de la barbarie aussi bien des proxénètes que de leurs clients ! Tous les métiers ont leurs inconvénients ! Mais s'il y avait autant de maladies mentales et de suicides chez les putes qu'à France Télécom ou à l'Éducation nationale ça ferait longtemps que ça se saurait ! La meilleure solution pour savoir la vérité sur la prostitution c'est de demander l'avis des putes elles-mêmes et pour cela pourquoi 374


ne pas visiter leurs sites dont celui-ci par exemple : http://site. strass-syndicat.org ! Je ne suis ni pour ni contre la prostitution (j'ai ce qu'il faut chez moi et je suis en bonne santé psychologique et je peux donc parfaitement m'en passer actuellement) mais je vous demande malgré tout : QU'EST CE QUI VOUS FAIT PENSER QUE LA PROSTITUTION D'UNE PART CE N'EST PAS BIEN POUR LES PROSTITUÉES D'AUTRE PART QUE CE N'EST PAS BIEN NON PLUS POUR LEURS CLIENTS ? J'aimerais que nous ayons quelques échanges épistolaires à ce sujet entre nous si toutefois vous en avez le courage. Œdipe LA PLUME

375


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.PSYCHOLOGIES.COM LA MINIJUPE, LE CORSAGE BÂILLANT, ETC. NE SONT-ILS PAS UNE AGRESSION, UN VIOL, UN CRIME EROTIQUE VIS-A-VIS DES HOMMES ? (SUITE) La définition du viol d’après la loi c’est une pénétration non désirée subie par le corps humain quelle que soit la forme de celle-ci. Dans le cas de la minijupe, du corsage bâillant, etc. il y a bien alors une vision érotique qui pénètre dans mon cerveau, voire qui s’installe aussi dans mon sexe (et pouvant même aller jusqu’à l’érection éventuellement). Or je ne suis pas forcément demandeur de cette pénétration, de ces sensations de plaisir voire de souffrance que me font subir alors les femmes en minijupe, corsage bâillant, etc. Cela ne correspond-il pas à la définition du viol d’après la loi ? Tous les hommes ne réagissent pas de la même façon à toutes les femmes : sur moi la pornographie n’a en général que peu d’effet alors que l’érotisme féminin lui en a toujours beaucoup ! Pourtant ne peut-on pas considérer que la minijupe, le corsage bâillant, etc. n’est-ce pas le début de la pornographie ? ŒDIPE

376


ŒDIPE MARIE GEORGE Le 2 décembre 2013, Madame, Je vous ai bien regardée et écoutée ce dimanche à la télévision arguer que les clients de prostituées étaient des criminels et des violents à l’égard de celles-ci. À mon avis les conclusions de votre raisonnement moral et philosophique ne sont que des erreurs, des mensonges, de l’immoralité, etc. Même la Ligue des droits de l’homme, le Planning familial, etc. ne sont pas du tout d’accord avec vos arguments malsains, fallacieux, etc. à ce sujet. Je ne pense pas que vous soyez malhonnête avec vous-même mais simplement que votre conception du monde et du problème vous trompe. Il est regrettable qu’alors vous imposiez ainsi de par la loi vos principes moraux et philosophiques personnels mais à mon avis malsains, fallacieux, etc. à tous les autres. J’aurai aimé avoir avec vous un échange épistolaire grâce à Internet pour vous faire part de tous mes arguments à l’encontre de tous les vôtres. Malheureusement je crains que le débat ne soit alors truqué comme il était déjà truqué à Moscou autrefois lors des procès staliniens. Vous m’avez-même censuré dans votre journal l’Humanité non seulement sur le thème de la prostitution mais même aussi sur le thème des abus en psychiatrie en bloquant mon compte chez celui-ci alors que mes propos n’y ont été toujours que parfaitement licites dans tous mes commentaires en réponse à celui-ci (aucune grossièreté, aucune menace, etc.) ! N’est-ce pas bel et bien la preuve que vous n’avez aucun argument valable à l’encontre des miens ? Le déclin du PCF ne tient-il pas au fait que celui-ci n’est que toujours malsain, fallacieux, etc. en permanence ? Par exemple l’Humanité n’avait-il pas écrit que « Budapest est un complot fasciste ! » alors que le simple bon sens faisait déjà comprendre facilement qu’il ne s’agissait en réalité que d’une révolution ouvrière, que « Les bourgeoises sont des vicieuses ? » à propos de la contraception, etc. ? C’est exactement le même genre d’erreur, de mensonge, etc., toujours à mon avis, que vous faites et le PCF au sujet de la prostitution et de ses clients ! Encore une fois je pense malgré tout que dans 377


cette affaire vous êtes honnête avec vous-même mais que votre aveuglement et vos convictions vous poussent alors à imposer de par la loi à tous les autres vos principes moraux et philosophiques personnels aussi malsains, fallacieux, etc. soient-ils ! Je ne voterai plus jamais ni PCF ni Lutte Ouvrière mais maintenant toujours « blanc » aux deux tours systématiquement ! Croyez, Madame, à mes sentiments les meilleurs. Œdipe LA PLUME

378


QUI CONTACTER ACTUELLEMENT EN CAS D’ABUS EN PSYCHIATRIE ?* Certaines associations d'usagers en santé mentale soutiennent des psys abuseurs en psychiatrie (au moins sur leur site : omerta sur les abus de toutes sortes, mensonges, hypocrisie, censure permanente des victimes d'abus, etc.) au prétexte que ceuxci critiquent les abus politiques en matière de soin psy des gouvernements de droite comme de gauche. L'une d'elle m'a même fait des menaces de poursuites judiciaires parce que je m'étais permis de lui poser (en privé) la question suivante (je cite de mémoire) : « Pratiquer la censure de propos parfaitement licites sur votre forum au sujet de psys abuseurs (au moins sur leur site) que vous soutenez n'est-ce pas stalinien voire fasciste ? » La formation psychanalytique et l'orientation marxiste de ces psys feraient d'après elle que ceux-ci vous considéreraient mieux, vous soigneraient mieux que certains autres de leurs confrères. Ce n'est qu'une escroquerie morale ! N'ai-je pas été soigné de 1973 à 1978 au Centre de santé des travailleurs syndiqués par un psychiatre psychanalyste PCF et de 2002 à 2012 à La Joie de vivre par une psychiatre psychanalyste sympathisante PCF ? En quoi m'ont-ils aidé plus ou mieux que leurs précédents confrères ? Ce qui fait les qualités humaines d'un psy ce n'est ni sa formation (psychanalyste, biologiste, TCC, etc.), ni les moyens financiers dont dispose son hôpital psy, ni les émoluments qu'il touche, ni encore moins la couleur politique à laquelle il appartient (gauche ou droite), etc. Après expérience personnelle de plusieurs associations d'usagers en santé mentale je ne peux que vous recommander celle qui me paraît toujours la meilleure à tout point vue : le Groupe Information Asiles (GIA). Je choisis le camp des victimes pas celui des bourreaux. Cliquez sur la photo ci-dessous pour contacter éventuellement le GIA : […] Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs 379


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM À LA SUITE DE L’ARTICLE CONCERNANT LE LIVRE : « DEMAIN J’ÉTAIS FOLLE » Être guéri de la grippe tout le monde comprend ce que cela veut dire ! Mais être guéri de la schizophrénie ça veut dire quoi ? Car comment le constater ou le vérifier ? L'arrêt des médicaments psy sans qu'il n'y ait ensuite de rechute, de troubles, etc. même sur une longue période, signifie-t-il que l'on n'est plus alors du tout porteur de la schizophrénie ? On peut être malade sans symptôme ! Par exemple : l'hypertension artérielle, un début de diabète, de cancer, de Sida, etc. La vie n'est-elle pas elle-même une maladie mortelle et même sexuellement transmissible ? et cela que l'on souffre ou pas ? Pour les médecins la guérison n'existe jamais : même quand on se croit guéri d'une angine en réalité il y a eu alors des changements irréversibles ! Quand on parle de « guérison », le mieux serait sans doute, à mon avis, de bien préciser ce que l'on entend par ce mot qui n'a pas le même sens selon que l'on est malade ou médecin voire psy ! ŒDIPE Je suis d'accord avec vous pour dire que la schizophrénie peut se guérir même si en France bien des psys ne l'admettent pas même sous forme d'hypothèse. Je ne suis pas d'accord avec vous pour dire que la santé se définit par l'absence de symptôme. Avant que la schizophrénie n'évolue en crise souvent l'intéressé lui-même ou ses parents euxmêmes ne prévoyaient pas celle-ci ! Pourtant aussi bien dans l'hypothèse génétique que dans l'hypothèse psychologique celuici n'était-il pas alors porteur soit d'anomalies génétiques soit d'une structure psychotique ? On peut être depuis longtemps – comme c'est le cas dans le Sida – « porteur sain » d'une maladie sans que rien n'indique ensuite pendant très longtemps – voire jamais – qu'il y a pourtant alors une pathologie.

380


ŒDIPE Il n'y a qu'une relation humaine très personnelle qui puisse véritablement et durablement guérir de la schizophrénie. Ne diton pas souvent : « Il (elle) s'est reconstruit(e) depuis qu'il (elle) a rencontré l'amour ! » Toutefois si démolir c'est assez facile reconstruire c'est beaucoup plus difficile ! ŒDIPE

381


Œdipe LA PLUME LUTTE OUVRIÈRE Le 26 janvier 2014, Bonjour, Je n’accepte pas les propos homophobes et putophobes suivants de votre part : « L’homosexualité est une perversion bourgeoise qu’il convient de ne pas encourager. » « Les signataires de la déclaration des 343 salauds ne sont tous que des pauvres types ! » « Il faut punir les clients de prostituées. » etc. Pour la première citation qui serait d’Arlette Laguiller elle-même : cliquez sur le lien suivant – si toutefois il fonctionne - pour que vous puissiez la retrouver et découvrir l'auteur et le site sur laquelle elle a été effectivement reproduite à l’origine : « l'homosexualité est une perversion bourgeoise ». Pour les deux suivantes citations (qui ne sont que des résumés) : voir votre hebdomadaire. LO est incapable d’évolution sur ces deux sujets au moins. C’est pourquoi je vous confirme que je vous sanctionne : je ne voterai plus jamais pour celui-ci quelles que soient les circonstances futures. Je voterai blanc à la place. Recevez mes salutations. Œdipe LA PLUME

382


LE COLLECTIF DES 39 DONNE LA PAROLE AUX PSYCHIATRISÉS EN LUTTE MAIS CENSURE LES VICTIMES D’ABUS !* Le Collectif des 39 n’a toujours pas renoncé à son opposition à toute judiciarisation des hospitalisations psychiatriques sous contrainte. Les dirigeants d'ADVOCACY, du CRPA, de l'HUMAPSY et du PCF n'ont toujours pas informé leurs adhérents que leur « partenaire » pratiquait la censure systématique des victimes d'abus sur son forum. Pourquoi cette compromission avec et abuseur et cette tromperie à l’égard des adhérents ? Pour le Collectif des 39 (si toutefois j'ai bien compris ce qu'il a écrit récemment sur son site sinon il lui est loisible de me contredire en me répondant sur ce blog) seuls les psys, du fait de leur science et de leurs qualités humaines ont le droit de juger aussi bien de l'utilité que de la qualité des soins psy et donc des hospitalisations en psychiatrie et des traitements qui en résultent. Et certainement pas ni le juge, ni l'expert, ni même le psychiatrisé lui-même qui ne sont jamais compétents médicalement ! Et surtout il ne faut pas interrompre le processus thérapeutique de celui-ci car les abus en psychiatrie ça n'a jamais existé et ça n'existe toujours pas ! Les révoltés qui contestent leur hospitalisation psychiatrique sous contrainte ne sont-ils pas en réalité (soi-disant) que de grands délirants paranoïaques procéduriers ? Ceux-ci parce qu'ils sont (soi-disant) réellement de très graves malades mentaux peuvent-ils comprendre qu'ils doivent faire toujours confiance aussi bien à leur médecin interneur qu'à leur praticien hospitalier ? que la cellule d'isolement, la contention, la camisole chimique, la mise sous tutelle, etc. ce ne sont certainement pas la prison comme ils se l'imaginent à tort du fait de leur pathologie psychiatrique ? que ce n'est forcément que pour leur santé, leur bonheur, leur bien-être, leur protection d'eux-mêmes, leur avenir, leur intérêt, etc. qu'ils sont ainsi privés de leur liberté jusqu'à ce qu'ils feront enfin leur autocritique ? Y a-t-il besoin (soidisant) dans ces conditions d'une judiciarisation des hospitalisations psychiatriques sous contrainte ? d'autant plus qu'il n'y a jamais (soi-disant) d'abus en psychiatrie mais toujours que les soins les meilleurs ? Qu'en pensez-vous compte tenu du fait que certaines associations d'usagers en psychiatrie (par exemple l'HUMAPSY qui m'a souvent censuré elle aussi sur son forum) soutiennent ce Collectif des 39 au prétexte que celui-ci dénonce réguliè383


rement les abus des gouvernements aussi bien de droite que de gauche en matière de législation sur les soins psy ? Cela le blanchit-il pour autant ? Et doit-on alors fermer les yeux sur les abus de celui-ci au moins sur son site ? S'il n'est pas gêné d'abuser sur celui-ci cela ne signifie-t-il pas qu'il n'est pas gêné non plus d'abuser à l'hôpital ? Le goulag ce sont les psys (mais pas tous) et les juges, eux, la liberté et les droits de l'homme (même si la justice n'est pas parfaite). Les psys ont-ils le droit de décider seuls de la vie des autres sans avoir jamais de compte à rendre à qui que ce soit ? Ce blog rapporte entre autres des articles du Collectif des 39, les miens qu'il m'a censurés, un communiqué du GIA à ce sujet), et mes articles non censurés sur le site de www.mediapart. fr. Le 11 février 2014, Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

384


Œdipe LA PLUME PCF DE…* ÉLECTIONS MUNICIPALES Plutôt que de s'occuper à punir les clients de prostituées et de faire crever de faim celles-ci le PCF ne ferait-il pas mieux de s’occuper des malades mentaux dans les …* et par exemple à …* ? Quel est votre bilan à ce sujet par exemple dans les municipalités PCF des …* ? C’est l’un des rares départements français voire peut-être le seul où il n’y a encore ni SAVS (Service d’accompagnement à la vie sociale) ni GEM (Groupe d’entraide mutuelle), etc. pour les malades mentaux ! Pouvez-vous m’expliquer aussi pourquoi de 1988 à 2002 lorsque le PS a fait supprimer 50 000 lits d’hôpitaux en psychiatrie et 20 000 infirmières en psychiatrie le PCF n’a jamais critiqué celui-ci à ce sujet ? Les psychiatres et les assistantes sociales ne disaient-ils pas alors et ne disent-ils pas toujours aux malades mentaux : « Vous n’êtes pas assez malade pour qu’on vous garde à l’hôpital ! D’ailleurs l’hôpital ce n’est pas l’hôtel ! De toute façon on vous donne le numéro du Samu Social ! » ? Pourrez-vous me tromper une nouvelle fois après une telle escroquerie en matière de promesses non tenues ? Ne recommencez-vous pas actuellement avec Mélenchon ce que vous avez déjà fait autrefois avec Mitterrand ? Celui-ci n’avait-il pas dit avant 1981 : « Je veux faire la révolution ! » ? Le problème c’est que vous m’aviez demandé alors de voter pour lui et que je vous avais fait alors confiance ! Mélenchon n’est-il pas le même genre de menteur que Mitterrand ? D’ailleurs ne s’en réclame-til pas ? Quant au PCF quoi qu’il fasse il n’arrive jamais à rien ! Pourquoi ? Quelles leçons avez-vous tirées de votre déclin historique ? Et finalement que comptez-vous faire malgré tout dans les …* et par exemple à …* pour les malades mentaux ? Une prompte réponse de votre part m’obligerait et d’avance je vous en remercie. Œdipe LA PLUME *lieu tenu secret pour des raisons personnelles 385


EXTRAITS DIVERS DE MES ANCIENS BLOGS [...] « Ce livre est pour adultes ! Il a pour thème ma schizophrénie et sa guérison ! » [...] « Les noms de médecins, d'établissements médicaux, de dirigeants d'associations (sauf exceptions incontournables) ne sont toujours que des pseudonymes. » [...] « Je me considère toujours complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie et me déclare toujours parfaitement heureux ! J'ai enfin une vie pépère à la retraite dans un lieu que je garde secret. Je passe mon temps à discuter avec ma femme, me promener en amoureux avec elle, lire, écrire, jouer au scrabble, aux échecs, écouter de la musique, faire des excursions, etc. Je crois que le bonheur parfait est possible puisque c'est justement toujours mon vécu et mon ressenti ! Mais je me demande : est-il possible pour tout le monde ? car le monde n'estil pas toujours inégal et injuste ? Peut-on espérer un avenir radieux pour toute l'Humanité ? » [....] « Je ne suis adhérent d'aucun parti politique ni d'aucune association d'usagers en santé mentale. Je lutte seul pour un monde meilleur grâce à Internet. C'est la vérité qui fait avancer les choses, certainement pas le partenariat avec des imposteurs (qui me censurent sur leur forum et sur mon écran) comme le Collectif des 39 ! J'ai choisi le camp des victimes. Certains dirigeants d'associations d'usagers en santé mentale, eux, ont choisi le camp des bourreaux. Quelle honte ! » [...]

386


« Au mieux les médicaments suppriment le malheur jamais ils ne font le bonheur ! J'ai réussi à me sevrer de tous les tranquillisants et somnifères que j'ai pris à des doses faramineuses pendant 43 ans. Je ne prends plus aucun antidépresseur depuis deux ans et qu’un sixième de la dose d'antipsychotique conseillée pour la schizophrénie par les laboratoires pharmaceutiques depuis 7 ans. Je me considère guéri mais aucun examen ne permet de prouver que je le suis. Je me déclare heureux ! » [...] « Internements jugés abusifs en 2012 : plus de 3 200, rapports sexuels interdits avec les client(e)s : 10 % des psys, viols à l'hôpital psy par le personnel psy : voir les médias, malades surdosés : des millions de zombies, psychiatrisés qui n'ont rien à faire à l'hôpital psy : 40 % d'après un rapport déjà en 2000, etc. Le Collectif des 39 ne veut pas que les psys aient affaire à la justice. Il veut que les psys décident tout seuls de la vie des autres sans jamais avoir de compte à rendre à qui que ce soit ! » [...] « Le rôle d'une association d'usagers en santé mentale devrait être, à mon avis, de défendre les psychiatrisés victimes d'abus ! Pas de les enfoncer en soutenant envers et contre tout grâce à la censure les psys qui eux-mêmes pratiquent aussi celleci ! Dans quel monde de mensonges et d'hypocrisie ne vit-on pas ? » [...] « Censurer sur son forum les usagers en santé mentale alors que la méthode de Freud c'est de laisser venir librement ses pensées et faire des associations d'idées, est-ce aussi bien très intelligent que très humain de la part de l'Humapsy que du Collectif des 39 ? Ont-ils peur des fous ? C'est comme ça qu'ils les traitent ? Lucien Bonnafé s'il le savait ne se retournerait-il pas dans sa tombe ? Qu'ils ne comptent pas sur moi pour m'allier avec eux tant qu'ils ne renonceront pas à cette censure publiquement ! » [...] 387


« Les putes réclament-elles l'abolition de leur profession ? Ne déclarent-elles pas qu'elles aiment ça et la relation avec le client ? Ne manifestent-elles pas dans la rue pour ne pas disparaître ? Le viol résulte-t-il d'une domination historique des hommes sur les femmes ou d'une perversion acquise lors de la petite enfance ? Se rendent-elles toujours compte de l'effet qu'elles font sur les hommes ? Pourquoi toujours plus de prostitution et de viols partout dans le monde entier ? Où va-t-on ? » [...] « Vendre ses muscles, ses nerfs, son cerveau, etc. à un patron pour qu'il vous exploite et vous soutire du profit capitaliste grâce à votre travail est-ce un crime ? Vendre ses charmes, son sexe, son corps, etc. à un(e) client(e) en manque sexuel et/ou d'amour pour qu'il (elle) profite et jouisse d'ébats sexuels et/ou amoureux grâce à votre travail est-ce un mal ? La prostitution est-elle un crime d'argent ou un soin psy d'avenir ? » [...] « Les crises résultent-elles d'une vulnérabilité génétique, d'un excès de dopamine, d'une structure mentale psychotique en rapport avec la petite enfance, de la libido, d'un problème de société, etc. ? Mes découvertes sur moi-même ne corroborentelles pas celles de Lacan sur ses malades de Sainte-Anne ? Qu'estce que la forclusion du Sein-de-la-Mère et du Nom-du-Père ? Les antipsychotiques ne sont-ils pas que des camisoles qui agissent sur les effets de la maladie et non sur ses causes ? » [...] « Comprendre les causes psychologiques de sa schizophrénie a bien sûr contribué à ma guérison. Mais en écrivant à ma psychiatre psychanalyste, à mon assistante sociale, etc. n'ai-je pas fait un transfert épistolaire anachronique et infantile, envahissant et divisé et en le liquidant n'ai-je pas liquidé ma schizophrénie ? Pour paraphraser Freud qui a dit : “J'ai guéri là où le paranoïaque échoue !” ne puis-je pas dire : “J'ai réussi là où le schizophrène échoue !” ? »" 388


[...] « Les psys font-ils le bonheur ? Ne remplacent-ils pas les curés et les voyantes ? Guérissent-ils de la schizophrénie ? Grâce à la psychothérapie ou à la psychanalyse certains psys peuvent vous aider à vous tirer d'affaire ! Mais pour cela il faut aussi travailler, rencontrer l'amour, militer bénévolement... L'émancipation des psychiatrisés doit être l'œuvre des psychiatrisés euxmêmes ! Mieux vaut qu'ils se passent du partenariat des psys quand ceux-ci ne sont toujours que des imposteurs ! » [...] « “L'être humain ne peut pas vivre sans amour !” disent les psys. Or la première chose qu'on apprend aux infirmières n'estelle pas de “ne pas faire de sentiments” ? Y a-t-il des rapports humains à l'hôpital psy ? Ne sont-ce pas que des rapports de fric ? Les malades peuvent-ils alors se reconstruire voire guérir ? Marx a dit : “Il n'y a d'amour véritable que dans la classe ouvrière !“ Et dans la classe des psys ? Même Freud n'a-t-il pas choisi médecine pour une question d'argent ? » [...] « La guérison comme le bonheur résultent d'un ensemble : le travail, la sexualité, l'amour, le militantisme, l'environnement, la philosophie, etc. Il s'agit d'un vécu, d'un ressenti qui ne trompe pas. Toutefois il ne s'agit pas d'hypomanie, c'est-à-dire d'un léger état d'excitation avec euphorie, qui n'est que l'illusion du bonheur. Les médicaments, eux, suspendent la maladie mais ne la guérissent pas ! » [...] « “Si tu as guéri de ta schizophrénie c'est parce que tu as une femme remarquable !" m'a dit celle-ci. En effet n’a-t-elle pas été selon l'expression de Boris Cyrulnik mon « tuteur de résilience » pendant 40 ans même si je n'ai pas eu le même genre de mère que celui-ci ?” » [...] 389


« Si je suis guéri de ma schizophrénie ce n'est en rien du tout grâce à mes psys ! Ont-ils conçu que ma guérison serait possible un jour ? Ils n'ont fait que me soigner et moi je me suis guéri en écrivant ! Je suis guéri car lorsque je ne prends plus rien du tout (même sur de très longues périodes) il n'y a jamais de rechute ! Malgré tout j'ai un doute qui subsiste à ce sujet dans la mesure où aucun examen médical (prise de sang, radiographie, etc.), aucun test psychologique (taches d'encre, monde imaginaire, etc..) ne permet de constater que je ne suis plus porteur de la schizophrénie ou de prévoir l'avenir même si je suis sans aucun symptôme. Je prends à nouveau un sixième de la dose d'antipsychotique recommandée par les laboratoires pharmaceutiques en matière de schizophrénie. Mais mon vécu et mon ressenti c'est toujours que je suis parfaitement sain d'esprit depuis sept ans. Car jamais je n'ai constaté de troubles dus à la maladie psy ou au médicament psy ! N'est-ce pas l'idéal ? » [...] « Ma mère a joui du phallus que j'étais devenu pour elle. Nous étions fusionnels. Elle est pour partie responsable de ma schizophrénie. C'est une collègue de bureau dont j'étais amoureux qui a déclenché mes deux premières crises graves. Les putes m'ont débloqué sexuellement et sentimentalement me permettant de rencontrer ainsi la femme de ma vie. Sans l'amour de celle-ci je n'aurai pas guéri de ma schizophrénie. Sa mère paranoïaque devint Alzheimer et vécu plus de 30 ans sous notre toit. Je témoigne au travers de mes courriers à mes psys, aussi bien des bienfaits de la prostitution que de l'amour sur ma santé psy. » [...] « Je n'ai confiance ni dans la psychiatrie ni dans l'Ordre des médecins. Malgré tout je demande à celui-ci de faire le travail qu'il est censé devoir faire. Il est loisible au Pr M. L. et au Dr D. J. d'une part de me porter la contradiction sur mes blogs (pour cela je les délie du secret professionnel sauf pour mes nom et prénom véritables) d'autre part de porter plainte pour diffamation contre moi. J'atteste la véracité des faits rapportés de ma part sur mes blogs. » 390


[...] « Je ne crois pas au paradis de LO qui résulterait de la suppression de l'oppression sociale. Car n'y aura-t-il pas toujours des maladies psy, des chagrins d'amour, des adultères, le deuil ? Mais je crois que LO est le plus perspicace en politique et que les malheureux dans le domaine des maladies psy, de la sexualité, des sentiments, de la vie de couple, etc. se tireront mieux d'affaire sous son communisme. Les élections n'ont jamais fait les révolutions ! » [...] « Pour l'inconscient le bonheur c'est être fusionnel avec sa mère ! L'amour c'est souffrir mais ce qui fait le bonheur dans un couple c'est la fidélité ! Je me considère toujours enfin complètement et définitivement guéri de ma schizophrénie. Je continue à appliquer la méthode des freudistes “laisser venir librement ses pensées et faire des associations d'idées” et la méthode des marxistes “analyser la contradiction à l'intérieur de l'essence même des choses” qui ont abouti à la guérison de ma schizophrénie. Ma femme et moi avons une vie pépère dans un lieu nous gardons secret ! Quelle félicité ! Et quelle chance ! » […] « La mère jouit du phallus qu'est devenu son enfant pour elle. Le père n'a pas sa place entre eux. Dans le cas du garçon, il ne peut pas prendre modèle sur son père pour chercher à séduire sa mère, prendre conscience que celle-ci a déjà un autre homme dans sa vie puis renoncer à celle-ci car il ne s'agit en réalité que d'un grand amour impossible entre elle et lui dont il doit faire le deuil. Il est alors obsédé sexuellement et sentimentalement bloqué. Il ne saura pas faire la cour aux filles car pour cela il ne saura pas leur parler. Il restera fusionnel avec sa mère. Bref il a rejeté la castration. Si alors “le père intervient en position symbolique la crise se déclenche” (voir à ce sujet “La forclusion du Nom-du-Père” sur le site http://psychiatriinfirmiere. free.fr). » […] 391


« D'où viennent les abus en psychiatrie ? de la psychiatrisation et de la soviétisation de la vie quotidienne ; des économies que font l’État et les hôpitaux sur le dos des malades ; de l’absence de moralité des psys : ils internent sans scrupule des gens qui dérangent mais qui ne sont pas malades parce que cela arrange le conjoint, la famille, les héritiers, l'administration, l'employeur, etc. de ceux-ci ! Et d’après Que choisir santé 42 % ne refusent-ils pas les bénéficiaires de la Couverture médicale universelle (CMU) ? Un service de soins psy à l'américaine corrompu par l'argent et avec toujours plus d'abus psy de toutes sortes s’est malheureusement installé en France ! C'est ça la psychiatrie à visage humain ? (voir à ce sujet le site http://psychiatri infirmiere.free.fr) » […] « Je ne voterai plus jamais PCF ! Première raison : c'est vrai que pour une part la prostitution résulte de la misère. Mais n'y at-il pas pour une autre part les putes elles-mêmes qui déclarent (même à la télévision) : “Je me prostitue parce que j'aime ça et la relation avec le client !” ? Et pour Freud et Tordjman la prostitution n'était-elle pas en rapport avec une perversion féminine ? Et une généticienne sur France 3 n'a-t-elle pas déclaré après deux heures d'explications : “Les hommes sont neuroprogrammés pour l'adultère les femmes sont neuroprogrammées pour la prostitution !” ? Dire alors que les clients sont des criminels est-ce bien intelligent ? Je considère que votre façon de voir les choses est aussi bien une atteinte à la vie privée de ceux-ci qu'à la vie privée des putes ! D'ailleurs celles-ci demandent-elles l'abolition de la prostitution ? Non pratiquement jamais ! Le PCF a besoin du vote des femmes face à son déclin historique : alors pourquoi ne pas se servir des hommes comme boucs-émissaires pour se refaire une virginité auprès de celles-ci ? Deuxième raison : l'unité n'a jamais été payante pour les travailleurs sauf quand elle a résulté de la colère populaire débordant les dirigeants syndicaux et politiques. Je pense que c'est la vérité qui est révolutionnaire et pas l'unité entre dirigeants. Mélenchon se réclame de Mitterrand et fera la même politique que celui-ci qui nous a menés à Le Pen ! Croyez-moi que je ne voterai plus jamais PCF ! » 392


[…] « La schizophrénie : une faille dans la parole ? une histoire de jeunesse et de petite enfance ? des anomalies génétiques ? un dérèglement chimique dans les neurones ? un problème de société ? un virus ? etc. “Schizophrénie : psychose grave survenant chez l’adulte jeune, habituellement chronique, caractérisée par des signes de dissociation mentale, de dissociation affective et d’activité délirante incohérente, entrainant généralement une rupture de contact avec le monde extérieur et un repli autistique” (Le petit Larousse de la psychologie) » […] « Des indices de paranoïa m’avaient été diagnostiqués par un expert près les tribunaux (suite à des tests et à des entretiens) pour le juge des enfants (j’avais volé des livres sur la méthode Ogino et des températures à l’âge de 16 ans en 1961). “Paranoïa : psychose chronique caractérisée par un délire généralement bien construit et systématisé, dont les thèmes prépondérants sont la persécution et la revendication s’accompagnant de troubles du jugement et de la perception mais sans détérioration intellectuelle.” (Extrait du petit Larousse de la psychologie) “Dans la paranoïa les pulsions homosexuelles se transforment en pulsions sociales.” (Sigmund Freud) Or n’ai-je pas milité pendant 39 ans au PCF (1965-2004) et n’ai-je pas écrit pendant 51 ans tous azimuts pour justement soulager toute l’humanité souffrante (19622013) ? “Tous les homosexuels ne sont pas paranoïaques mais tous les paranoïaques se défendent d’être homosexuels !” (Propos de mon ancienne psychiatre psychanalyste) » […] « Une névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle avait été aussi diagnostiquée par mon neuropsychiatre psychothérapeute pour le médecin des armées dans le but de me réformer du service militaire. “Névrose obsessionnelle : entité clinique isolée par S. Freud grâce à sa conception de l’appareil psychique : l’interprétation qui faisait des idées obsédantes l’expression de désirs refoulés a permis à S. Freud d’identifier comme névrose ce qui jusque-là figurait comme folie du doute, 393


phobie du toucher, obsession, compulsion”, etc. (Le petit Larousse de la psychologie) » […] « “Paranoïde : se dit d’une variété des psychoses délirantes chroniques. Le délire paranoïde, contrairement au délire paranoïaque, n’est pas systématisé. Il est flou, incohérent, peu construit, souvent incompréhensible. Les malades ont perdu pied par rapport à la réalité. Ils se trouvent plongés dans un univers imaginaire, peuplé d’idées délirantes abstraites, symboliques. Ces délires paranoïdes se rattachent à la schizophrénie.” (Le Laousse médical de poche) » […] « Je considérais à ma sortie de prison psychiatrique que je ne devais alors ma liberté que grâce à une camisole chimique la plus forte de l'époque : l'halopéridol... » […] « L'amour de Chantal pendant plus de 40 ans m'a beaucoup aidé pour me reconstruire et guérir de ma schizophrénie... » […] « “Écrire est un signe de déséquilibre votre mari a besoin d’être protégé !” (Propos du médecin chef de l'Infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris – IPPP – à ma femme par téléphone sans ne m’avoir jamais vu ni ne m’avoir jamais examiné suite à un signalement pour “désordre, dangerosité, délire mais sans persécuteur”, etc. fait par un professeur en psychiatrie sans m’avoir jamais vu ni jamais examiné ; ce diagnostic fait en 2008 ne s'est jamais révélé juste jusqu'a toujours actuellement en 2014) - “Écrire est très thérapeutique !” (Propos de ma nouvelle psychiatre en 2013) » […]

394


« Militer et écrire étaient bien à mon avis chez moi autrefois (comme chez beaucoup d'autres toujours actuellement) en rapport avec une pathologie psychiatrique inconsciente ; mais depuis plus de 47 ans je n'ai jamais en réalité été ni désordonné, ni dangereux, ni délirant avec ou sans persécuteur ! “La sublimation est un mécanisme normal de défense du moi !” (Sigmund Freud) Actuellement je suis apolitique (je voterai blanc à toutes les prochaines élections en ne mettant aucun bulletin dans l’enveloppe à déposer dans l’urne, et cela au premier comme au second tour) et n’écris plus du tout à qui que ce soit. » […] « “Vous pouvez vous considérez guéri de votre psychose !” Propos de ma nouvelle psychiatre actuelle. Mais aucun examen médical (radiographie, prise de sang, etc.) ni aucun test psychologique (Rorschach, monde imaginaire, etc.) ne peut jamais prédire l'avenir de qui que ce soit. C'est pourquoi je continue malgré tout à prendre un peu d'antipsychotique et à avoir des entretiens avec elle. C'est moi-même qui fais mon traitement et fixe mes rendez-vous après discussion et accord avec celle-ci. Je me considère enfin complètement et définitivement guéri et me déclare enfin parfaitement heureux. Mais je ne peux pas le prouver ou le démontrer scientifiquement d'où ma prudence actuelle. » […] « Qui contacter en cas d'abus en psychiatrie ? Je ne peux que vous recommander suite à mon expérience personnelle de diverses associations d'usagers en santé mentale, l'association de psychiatrisés en lutte et de victimes d'abus : GROUPE INFORMATION ASILES (GIA). Je me tiens à votre disposition pour répondre à ce sujet à vos questions éventuelles. Pour cela prière de laisser un message dans la fenêtre “commentaires” de cet article. Bien sûr toute association dépend beaucoup de ses dirigeants élus par ses adhérents. Si un jour je n'étais pas satisfait du GIA je ne manquerai pas de le faire savoir sur ce blog et n'en serai plus donateur. » [...] 395


« La diminution à un sixième de la dose d'antipsychotique recommandée ne m'a jamais provoqué de rechute pendant 6 ans. Au cours de cette période celui-ci a été arrêté complètement deux fois pour environ trois mois sans rechute non plus. Depuis 9 ans je ne prends plus aucun somnifère ni aucun tranquillisant et depuis deux ans aucun antidépresseur toujours sans rechute non plus. Mais aucun test ne permet de prédire l'avenir psy d'un schizophrène guéri ni même de qui que ce soit en bonne santé psy. » […] « Formez-vous à la psychiatrie relationnelle et humaniste. Cliquez sur le lien suivant : http://psychiatriinfirmiere.free.fr. » Œdipe LA PLUME

396


MENSONGES FÉMINISTES SUR LA PROSTITUTION* Les prostituées en me débloquant psychologiquement m'ont permis de rencontrer la femme de ma vie. Je témoigne dans mon livre Ma schizophrénie racontée... lisible sur ce blog des bienfaits de la prostitution sur ma névrose obsessionnelle grave et sur ma schizophrénie paranoïde. Le travail sexuel sans patron est un bien nécessaire même bien sûr de l’avis de tous mes psys. Merci à toutes les putes et à tous mes psys car la santé c'est comme la liberté, l'amour... ça n'a pas de prix ! Je suis contre toute forme d'exploitation que ce soit à l'égard des travailleurs qui vendent leurs charmes et leur sexe ou que ce soit à l'égard de tous les autres travailleurs qui vendent leur corps, leurs nerfs, leur cerveau, etc. Une société sans prostitution n'est pas possible car tous les travailleurs sexuels ou pas sont toujours obligés de vendre leur force de travail sexuelle ou pas à autrui pour obtenir en échange de quoi subsister ou vivre mieux. Par contre une société sans exploitation c'est-à-dire sans patron ou proxénète est sans doute elle possible bien que cela n'ait jamais existé jusqu'à toujours actuellement. N'est-ce pas ce que réclament les prostituées au moins pour elles dans leur travail ? Quant à la morale sexuelle sous le communisme ce sera je l'espère « De chacun selon sa voie à chacun selon sa différence ! » Il ne faut pas confondre le bonheur matériel et le bonheur psychologique. Le premier résultera de la disparition de l'oppression sociale (pas de guerres, de maladies, de famines, etc. et abondance des biens de consommation, etc.) si un jour on y arrive. Le second a à voir avec les relations sexuelles et l'amour entre les êtres humains. Or les névroses, les psychoses, les perversions, les handicaps physiques, mentaux, psychiques, la solitude, les insatisfactions, les chagrins d'amour, l'adultère, le deuil, etc. n'existeront-ils plus sous le communisme ? Tout cela qu'a-t-il à voir avec l'oppression sociale ? N'est-ce pas un mensonge ou une méconnaissance du problème de la part de partis de gauche et d'extrême gauche ? Je les prie si toutefois ils en ont le courage de me porter la contradiction sur ce blog à ce sujet ! La prostitution ne devrait pas disparaître sous le communisme car n'y sera-t-elle pas un bien toujours nécessaire aussi ? Si les putes ont un tel succès actuellement c'est bien parce qu'elles réussissent à solutionner bien des problèmes sexuels et psychologiques là où 397


même la psychiatrie échoue toujours ! Faut-il obliger de par la loi comme l'ont demandé récemment des partis politiques de gauche et d'extrême gauche en punissant les clients de prostituées nombre de névrosés, de psychotiques, de pervers, d'handicapés, de solitaires, d'insatisfaits, de malheureux, à ne pratiquer que toujours la masturbation ? Celle-ci devrait-elle être la panacée même sous le communisme ? Tout le monde pourra-t-il y connaître le bonheur parfait sous la forme de la monogamie et de la fidélité comme le souhaitent des partis de gauche et d'extrême gauche ? Alors en attendant de trouver ou de retrouver celui-ci que devra-t-on faire ? se masturber alors qu'il y aura toujours des femmes (des hommes) libres d'accord pour vendre de bons rapports sexuels satisfaisants et solutionnant bien des malheurs psy ? Le problème du communisme c'est qu'il faut y arriver pour tous ceux qui y croient ! C'est possible mais pas certain car pas prouvé ! Je ne pense pas d'une part que l'on puisse prévoir les révolutions d'autre part que les élections fassent celles-ci. Mais compte tenu qu'aussi bien des partis de gauche que d'extrême gauche considèrent les travailleurs sexuels comme des victimes de clients criminels, dans l'avenir je ne voterai plus jamais pour eux mais en réalité blanc à la place (je ne mettrai aucun bulletin dans l'enveloppe à déposer dans l'urne). Je lutte seul à ma façon dans mon coin grâce à Internet pour un monde meilleur même si je pense que celui-ci ne sera toujours qu'inégal et injuste en quelque chose. Il n'y a pas de censure des commentaires licites sur mes blogs. Le 21 février 2014, Œdipe LA PLUME P.-S. : Mme Élisabeth Badinter – éminente philosophe – n'at-elle pas déclaré : « L'État n'a pas à légiférer sur l'activité sexuelle des individus ! » ? ce à quoi Mme Marie George Buffet – politicienne PCF – lui a répondu à la télévision : « Où est le plaisir partagé ? » Les putes ne lui ont-elles pas rétorqué aussitôt : « On aime ça et la relation avec le client ! » ? L'un de mes psys – ancien spécialiste sur les porte-avions et des hôpitaux de la marine – ne m'avait-il pas lui déclaré autrefois : « La prostitution c'est nécessaire ! [...] Et il ne faut pas croire au mythe de l'absence de jouis398


sance chez les prostituées ! » ? Quant à ma psy actuelle ne m'at-elle pas déclaré : « La prostitution c'est utile ! [...] C'est le plus vieux métier du monde et il ne disparaîtra pas du fait d'une loi ! [...] Beaucoup d'hommes commencent de cette façon ! [...] » ? P.-S. : je réponds en paraphrasant Freud qui avait dit : « La grande musique je suis incapable d'en jouir ! » à tous ces politicards de droite ou de gauche qui veulent que j’adhère à leur parti et/ou que je vote pour eux, ceci : « L’activité militante politique je ne suis pas ou plus capable d'en jouir ! Je n'ai pas ou plus de perversion ou de déviation sexuelle à satisfaire de cette façon ! Je préfère jouir des femmes qu'elles soient putes ou pas plutôt que de jouir d’une activité militante politique quelle qu'elle soit ! Et je n'ai pas besoin de prendre ma carte chez vous ou de voter pour vous pour trouver le bonheur ! » P. S : « Pourquoi, selon vous, les hommes sont-ils une “cible“ de cette loi ? - Je ressens cette volonté de punir les clients comme une déclaration de haine à la sexualité masculine. Il y a une tentative d'aligner la sexualité masculine sur la sexualité féminine, même si celle-ci est en train de changer. Ces femmes qui veulent pénaliser le pénis décrivent la sexualité masculine comme dominatrice et violente. Elles ont une vision stéréotypée très négative et moralisante que je récuse. » (Extrait d’une Interview de Mme Élisabeth Badinter au journal Le Monde) P.-S. : ne voir que partout (chez les proxénètes, les clients de prostituées, ses collègues en politique et/ou au bureau, son conjoint, etc.) que toujours la domination et la violence des hommes sur les femmes alors que justement cela ne correspond ni partout ni toujours à la réalité n’est-il pas bel et bien qu’une projection sur celle-ci de la haine d’un inconscient paranoïaque ? Pour la psychiatrie lutter contre des persécutions imaginaires qu’on prend partout et toujours pour de la réalité n’est-il pas bel et bien qu’un mécanisme de défense contre ses pulsions homosexuelles inconscientes ? Cela n’expliquerait-il pas la haine de la sexualité masculine chez les féministes ? Et pour Freud dans la paranoïa les pulsions homosexuelles ne se transforment-elles pas en pulsions sociales (politique, religion, etc.) ? 399


P.-S. : la sexualité des hommes ce n’est pas la sexualité des femmes et la sexualité des femmes ce n’est pas la sexualité des hommes. Un homme devant une femme en minijupe a toujours un très fort désir sexuel pour elle, mais une femme devant un homme en minipantalon n’a jamais un bien grand désir sexuel pour lui. Par contre l’orgasme de l’homme est lui très faible par rapport à celui de la femme : le gland n’a que peu de terminaisons nerveuses par rapport aux terminaisons nerveuses du clitoris elles beaucoup plus nombreuses. La grande majorité des prostituées ne déclarent-elles pas (même à visage découvert à la télévision) : « J’aime ça et la relation avec le client ! » ? Comme tout métier choisi librement ou pas la prostitution a aussi ses inconvénients. Certaines prostituées le vivent très mal mais d’autres le vivent très bien ! Et même beaucoup ne manifestent-elles pas dans la rue pour que leur charmante profession ne disparaisse pas ? Où est l’esclavage quand il n’y a pas de proxénète ? Tout travailleur n’est-il pas toujours qu’un prostitué à partir du moment où il doit se vendre (corps, nerfs, cerveau, etc.) à un employeur ? Les soins sexuels d’une prostituée c’est comme les soins médicaux d’un médecin, une infirmière, une psychologue, etc. ! Or les clients de ceux-ci sont-ils des criminels ? La prostitution de l’avis de nombreux psys est un bien nécessaire ! Et en Norvège, il est envisagé de revenir sur la loi pénalisant les clients de prostituées car celle-ci n’a eu que pour effet surtout que d’accroître considérablement le proxénétisme ! Mieux vaut savoir reconnaître ses erreurs ! Tous mes psys depuis 52 ans que je les consulte (1962-2014) m’ont toujours déclaré : « La masturbation ce n’est anormal que dans deux cas : que lorsqu’on se masturbe en se regardant dans une glace car alors c’est faire l’amour avec soi-même et que lorsqu’on préfère la masturbation aux rapports sexuels […] Quant à la prostitution c’est un bien nécessaire surtout pour les jeunes gens ! » *extrait de l’un de mes anciens blogs

400


ŒDIPE ADVOCACY ; BLOG SCHIZO ; CGT ; DAMOREPSY ; PCF ; FALRET ; FIL ROUGE ; FNAPSY ; FORMATION SAINTE-ANNE ; GIA ; LO ; MARIE GEORGE BUFFET ; SPP ; MENS SANA ; NERVURE ; OEDIPE ORG ; PEDRO ; PLANNING FAMILIAL ; PSYCHIATRIE INFIRMIERE ; SANTE MENTALE ; SAVS ; SERPSY ; SOLIDARITÉ RÉHABILITATION ; SCHIZO OUI ; UNAFAM Objet : prière de transmettre ce message à votre entourage s'il y a lieu à votre avis Le 9 mars 2014, Bonjour, Les destinataires de mes messages ne devraient plus en recevoir qu’un seul bientôt au sujet aussi bien de mon livre que de mes blogs car ceux-ci seront sont enfin bientôt terminés. Je ne reviendrai plus sur eux (sauf après le décès éventuel de ma femme si toutefois elle décède avant moi). J’espère que ceux-ci auront intéressé au moins certains d‘entre vous. En P.-S. vous trouverez la liste de tous mes blogs remis à jour une dernière fois (texte, photos, etc.). Bien cordialement à vous, ŒDIPE […]

401


PEDRO ŒDIPE Le 9 mars 2014, Merci : mais pourquoi vous arrêtez-vous ? PEDRO

402


ŒDIPE ADVOCACY ; BLOG SCHIZO ; CGT ; DAMOREPSY ; PCF ; FALRET ; FIL ROUGE ; FNAPSY ; FORMATION SAINTE-ANNE ; GIA ; LO ; MARIE GEORGE BUFFET ; SPP ; MENS SANA ; NERVURE ; OEDIPE ORG ; PEDRO ; PLANNING FAMILIAL ; PSYCHIATRIE INFIRMIERE ; SANTE MENTALE ; SAVS ; SERPSY ; SOLIDARITÉ RÉHABILITATION ; SCHIZO OUI ; UNAFAM MÊME GUÉRI DE LA SCHIZOPHRÉNIE JE RESTE TRÈS PRUDENT ! Objet : réponse à une question de Pedro « Merci : mais pourquoi vous arrêtez-vous ? » laquelle concerne à mon avis aussi tous les autres destinataires de mes courriels. Le 9 mars 2014, Bonjour, Merci pour votre court message dont je suis très content car en général je ne reçois jamais de réponse à mes courriels comme non plus je n’ai jamais de commentaires sur mes blogs de la part de qui que ce soit. Je vais essayer d’y répondre mais peut-être un peu longuement ce dont je vous prie de m’excuser. Mon livre est presque terminé parce qu’en réalité sont bel et bien terminés mes problèmes psychologiques en rapport avec mon ancienne schizophrénie. Militer et écrire étaient probablement en rapport avec ma structure mentale psychotique qui remontait à ma petite enfance. Je ne peux pas bien sûr prouver que je suis enfin guéri complètement et définitivement de ma schizophrénie car aucun examen médical ni test psychologique n’est en mesure actuellement de prévoir l’avenir de qui que ce soit même s’il est en parfaite santé psychologique. Et surtout j’ai été tellement choqué par ma maladie psy même si cela remonte pour mes seules deux crises graves à 1966 que même si j’ai bien l’intime conviction, le ressenti, le vécu, etc… d’être complètement et définitivement guéri, en réalité j’ai toujours malgré tout une peur irrationnelle et terrible de la rechute ! Je n’oublie jamais qu’au cours de ma première crise psychotique j’ai bel et 403


bien failli tuer le veilleur de nuit même si c’était pour me défendre face à une hallucination d’apparence criminelle ! Je suis très prudent et ai toujours des entretiens psy d’une demi-heure une fois par mois avec ma nouvelle psychiatre actuelle (que je vois depuis début 2013) et prends toujours un peu d’aripiprazole ce qui d’ailleurs ne me gêne pas du tout dans ma vie de tous les jours car quel que soit son dosage (même moyen ou fort) celui-ci n’a aucun effet indésirable et que de gros avantages pour moi. Mais les gens qui autrefois recevaient mes messages (en général des dirigeants de diverses associations de psychiatrisés en lutte) ne voyaient pas du tout en réalité que mon militantisme et mes écrits étaient probablement en rapport avec ma structure mentale psychiatrique et ne voyaient même pas non plus le rapport qu’il y avait entre ceux-ci et leur association alors que pourtant le thème en était sans cesse la psychiatrie, la psychologie, la sexologie, la psychanalyse, etc. Ils m’ont ainsi souvent accusé de les indisposer par mes nombreux courriels aussi bien inintéressants qu'inutiles pour eux. D’une part je n’ai presque plus rien à écrire puisque tous mes problèmes psychologiques en rapport avec ma schizophrénie sont maintenant bel et bien solutionnés, d’autre part je ne tiens pas à nouveau à écrire à ces gens (des dirigeants d’associations de psychiatrisés en lutte, je vous le rappelle) qui se déclarent indisposés par mes nombreux courriels aussi bien inintéressants qu’inutiles pour eux. Mais qu’est-ce que je vais faire dans l’avenir si je ne m’occupe plus aussi bien ni à militer ni à écrire ? Je vais bien sûr m’occuper plus de ma femme très gravement malade et pour laquelle malheureusement il y a un risque de décès prématuré. Voilà ce que je peux vous répondre pour l’instant à votre question et cela peut-être un peu longuement ce dont encore une fois je vous prie de m’excuser. Bien cordialement à vous, ŒDIPE 404


PEDRO ŒDIPE Le 9 mars 2014, Merci pour votre réponse qui me touche beaucoup et qui témoigne d'une traversée impressionnante. Il est réconfortant que vous ayez pu vous en « sortir » et que vous puissiez en témoigner ainsi. Cordialement, PEDRO

405


COMMENTAIRES DÉPOSÉS SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR […] Je vote pour m'exprimer seulement car je ne crois pas que les élections puissent apporter un changement pour moi ou autrui même en votant par exemple PCF. Que peut nous apporter celuici alors qu'il a été deux fois au gouvernement (1981-2002) et qu'il lui était loisible avec le PS de faire le changement qu'ils avaient promis dans leur programme. Le PCF voulait « changer de cap » et le PS voulait « changer la vie ». Les électeurs n'ont jamais vu venir le changement promis ! Bien au contraire tout fut pire si bien qu'ils se sont en 2002 jetés dans les bras Le Pen, le seul soi-disant qu'on n'avait pas essayé... Cette fois je voterai blanc aux deux tours sans ne mettre aucun bulletin dans l'enveloppe... Pourquoi ? Que ce soit le PCF ou Lutte Ouvrière je n'accepte pas de voter pour un communisme avant tout PUTOPHOBE. Je suis pour l'amour entre les êtres humains par pour faire crever de faim les prostituées en leur supprimant leur travail... ce que d'ailleurs elles ne n'ont jamais demandé bien sûr ! […] La Cour de justice de la République n'est en réalité que comme l'Ordre des médecins : elle blanchit les coupables et noircit les innocents. Pour Marx « L'État est le pouvoir organisé d'une classe en vue de l'oppression d'une autre classe ! » et pour moi le gouvernement n'est que « Le conseil d'administration des gens riches ! » Quant à la justice elle n'est - toujours pour moi - que la courroie de transmission aussi bien de l'État que de son gouvernement ! Et cela quel que soit le régime... L'indépendance de la justice je n'y crois pas et ça n'a jamais existé... Ce n'est qu'une mascarade ! […] Pour moi les trois grandes questions au sujet du viol sont les suivantes : « Pourquoi y va-t-il toujours plus de viols ? » 406


« Comment éradiquer le viol ? » « Le communisme si on y arrive un jour sera-t-il enfin sans violeurs ? » Qui peut répondre à ces trois grandes questions que je me pose souvent ? […] Pour les féministes le viol résulte de la domination historique des hommes sur les femmes dont ils abuseraient de celle-ci. Cependant pour les psychiatres il est en rapport avec une structure mentale perverse acquise lors de la petite enfance. Voir à ce sujet l'article « Perversion et structure perverse » du site Psychiatrie infirmière : http://psychiatri infirmiere.free.fr en cliquant sur le lien suivant : perversion structure perverse psychiatrie adulte pathologie ... […] Je ne vois pas l’intérêt de votre longue dissertation. Tant que les gouvernements de droite comme de gauche diront qu’il n’y a pas d’argent y compris pour la santé et les hôpitaux parce qu’il faut sauver le budget de l’état surendetté que voulez-vous faire ? Il n’y a qu’une révolution mondiale qui pourrait peut-être finalement changer quelque chose pour la santé et les hôpitaux en France. Quant au secteur public en psychiatrie je ne le défends pas ou plus car les hôpitaux et les CMP sont des institutions qui ne se prêtent pas du tout à mon avis au soin psychiatrique ! C’est certainement dans le secteur public qu’il y a le plus d’abus en psychiatrie car ce qui caractérise celui-ci c’est toujours à mon avis « la psychiatrisation et la soviétisation de la vie quotidienne des Français » avec notamment un « fliquâtres » derrière chaque habitant. On ne fait pas de soins dans les hôpitaux et les CMP au mieux on n’y fait que des traitements. Il y a une grande différence ! Pour ma part si j’ai pu aboutir à de bons résultats thérapeutiques pour ma schizophrénie je ne le dois encore à mon avis qu’au secteur privé. […] 407


Il me semble que Les cahiers pour la folie ont à voir quelque chose de commun avec le Collectif des 39. Celui-ci donne la parole aux psychiatrisés en lutte mais censure les victimes d’abus ! Voir ce sujet dans mon livre Ma schizophrénie racontée lisible sur mon blog à l’adresse : http://oedipe-la-chaise.blogspot.com ! Mais que penserait Freud de la censure comme méthode de soin ? […] Œdipe LA PLUME

408


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.HUMANITE.FR JE N’AI CONFIANCE NI DANS MELENCHON NI DANS LE PCF ! Je n'ai pas confiance dans l'unité au somment entre partis politique de gauche. Rappelons-nous de l'échec du Programme commun en 1977 qui avait été signé en 1972 entre le PCF, le PS et le MRG. Ces deux derniers ont finalement renié leur signature prétextant que le PCF voulait aller trop loin à gauche ! Je ne suis pas pour l'unité entre dirigeants de gauche mais pour l'unité entre travailleurs à la base en colère qui alors débordent les dirigeants comme ce fut le cas, à mon avis, en 1936 et 1968. Rappelons deux phrases de François Mitterrand : la première avant 1981 : « Je veux faire la révolution ! » ; la seconde après 1981 : « J'ai signé le Programme commun pour prendre trois millions de voix au PCF ! » Or Mélenchon se réclame de Mitterrand et il ne le cache pas ! Il faut bien qu'il dise quelques critiques de bon sens non sans un certain humour voire de la colère s'il veut prétendre à la présidence de la République ! Pour moi d'ailleurs tous ces politicards de droite comme de gauche qui rêvent de celle-ci ne sont que des malades mentaux de par leurs idées de grandeur personnelle et ils feraient bien de se faire soigner ! N'oublions pas le fiasco de l'unité de par ses résultats malgré deux participations PCF au gouvernement de 1981 à 2002. Ce fut alors la galère, voire l'enfer déjà pour des millions de Français alors qu'ils attendaient le paradis... Et rappelez-vous à combien en étaient alors le RMI, l'AAH, la minimum vieillesse, le SMIC en 2002. Je n'ai plus confiance dans le PCF car il fait trop souvent des erreurs d'analyses, et même quand il est au gouvernement ne tient en rien du tous ses promesses... L'unité entre dirigeants peut permettre de gagner des voix, voire des sièges, etc. mais cela oblige à bien des mensonges par opportunisme électoral vis-à-vis des électeurs. Je rappelle pour mémoire deux gros mensonges d'autrefois même s'ils sont très anciens car ils remontent à 1956 mais ils m'ont vraiment marqué pour toujours : « Budapest est un complot fasciste ! » (Alors que c'était une révolution ouvrière) et « Les bourgeoises sont des vicieuses ! » (Les dirigeants PCF ne voulaient pas alors de la contraception car il valait mieux à leur avis pour faire la révolution que les petits prolétaires soient le plus nombreux possible). Et actuellement il y a encore un 409


nouveau mensonge tout aussi gros et du même genre du point de vue de la morale que ceux de 1956 : « Les clients de prostituées sont des criminels ! » Celui-ci c'est la goutte d'eau qui a fait déborder, pour moi au moins, le vase. Si bien que j'ai voté blanc hier (je n'ai mis aucun bulletin dans l'enveloppe à glisser dans l'urne). Quoiqu'il en soit ce que le PCF n'a toujours pas compris, à mon avis, c'est que son déclin historique est en rapport avec le problème de l'unité. CE N'EST PAS L'UNITÉ ENTRE DIRIGEANTS (QUE CE SOIT AVEC MITTERRAND OU QUE CE SOIT AVEC MÉLENCHON) QUI EST RÉVOLUTIONNAIRE C'EST BIEN SÛR TOUJOURS LA VÉRITÉ ! Comment expliquez-vous autrement que le PCF faisait 30 % aux élections législatives en 1945 ou un peu après et qu'il n'en faisait plus que 3 % à l'élection présidentielle de 2002 ? Mais les élections sont-elles les révolutions ? Le 24 mars 2014, Œdipe LA PLUME

410


RÉPONSE À UN VISITEUR DU FORUM WWW.HUMANITE.FR QUE SAVEZ-VOUS DES PROSTITUÉES ? CE QUE VOUS RACONTE L’HUMANITÉ ? Je ne peux que vous renvoyer à mon livre Ma schizophrénie racontée... lisible sur le blog à l'adresse : http://oedipe-lachaise blogspot.com ! Savez-vous combien de par la loi qu'il a fait voter le PCF accorde d'indemnités pour sa reconversion éventuelle dans un autre métier à une prostituée ? 360 € mensuels ! Même pas le RSA ! Vous pourriez vivre avec ça ? Rappelez-vous aussi à combien en était le RMI, l'AAH, la minimum vieillesse, le SMIC grâce au PCF en 2002 ? Qu'avez-vous gagné aux 21 ans de socialo-communiste ? Que disent toutes les prostituées qui passent à visage découvert à la télévision ? • « J'ai choisi librement ce métier à l'âge de 17 ans pour ses avantages ! » • « Je gagne en une nuit ce que je gagnerai en un mois en travaillant à l'usine ou au bureau ! » • « Ça me sort de ma condition de boniche ! » • « Le plus gros proxénète c'est l'État car il nous prend énormément d'impôts ! » • « J'aime ça et la relation avec le client ! » etc. Même les prostituées qui ont un proxénète (en réalité un patron comme vous en avez un vous aussi) ne réclament pratiquement jamais l'abolition de leur profession ! Ne manifestent-elles pas dans la rue pour que celle-ci ne disparaisse pas ? Pourquoi à votre avis ? 411


La putophobie comme toutes les haines cache la paranoïa ! Mais avez-vous déjà ouvert un manuel de psychiatrie à ce sujet ? Bon vote ! Le 24 mars 2014, Œdipe LA PLUME

412


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.HUMANITE.FR MON PROGRAMME C’EST LE BONHEUR ! Le bonheur n'est pas et ne sera jamais la même chose pour tout le monde ! Y compris au PCF et dans le futur communisme s'y on arrive un jour ! Les putes sont heureuses et fières de leur profession et elles le déclarent sur leurs sites Internet à ce sujet ! Quant à leurs clients eux ils sont contents et heureux de trouver les putes pour toutes sortes de raisons pour lesquelles vous manquez d'imagination. Je défends un communisme dans lequel chacun aura le droit d'être différent des autres y compris sur le plan sexuel ! Pas un communisme de caserne surtout dans le domaine de la vie privée. Pour votre gouverne sachez que je suis marié depuis plus de 40 ans dans la fidélité réciproque ! Mais que je comprends qu'il y aura toujours sous le communisme des obsédés, des solitaires, des schizophrènes, des insatisfaits, des handicapés, etc. et qu'il y aura toujours aussi des femmes différentes des autres et qui souhaiteront avoir des rapports sexuels multiples aussi bien pour leur plaisir que pour de l’argent. Votre morale me paraît psychorigide et pas très intelligente. Je vous conseille à ce sujet de consulter un psy même du PCF ! Le 24 mars 2014, Œdipe LA PLUME

413


SOUVENIRS PHOTOS DE MA SCHIZOPHRÉNIE* La psychothérapeute de ma femme lui a dit un jour non sans un certain humour : « L’histoire de votre mari ressemble à celle de John Nash [le héros du film “Un homme d’exception” - NDLR] – mais votre mari n’a jamais eu le Prix Nobel ! » Dans ce film que j’ai vu plusieurs fois celui-ci à un moment déclare : « On est tous hantés par son passé ! » Et c’est vrai aussi bien sûr pour moi ! Et cela d’autant plus que revisiter mon passé c’est pour moi une façon de le revivre sous forme d’émotions, de sentiments, d’amour, etc. et ce que je revois alors me permet ainsi de me reconstruire et de trouver un équilibre. Je ne peux pas sur ce blog y mettre des photos véritables de mon histoire car des membres de ma famille pourraient alors porter plainte contre moi pour atteinte à leur vie privée. J’ai donc trouvé sur Internet (soit gratuitement grâce au site http://office-microsoft.com/frfr/images/ soit en payant de ma poche grâce au site www.fotolia.com/ des photos libres de droit susceptibles d’évoquer avec une certaine ressemblance malgré tout mon histoire. Je suis sincère, de bonne foi, je veux le bien public au sujet de la schizophrénie dont je considère que je suis enfin complètement et définitivement guéri. La vérité est toujours celle de ma réalité psychique ! Les photos et le texte sont bien sûr tous en rapport avec mon livre Ma schizophrénie racontée… Je me tiens à votre disposition pour répondre à vos questions éventuelles. Il n'y a pas de censure des commentaires licites sur ce blog. Je ne touche pas de royalties sur les ventes de mon livre. Pour comprendre les photos mieux vaut d'une part lire le livre d'autre part suivre celles-ci en cliquant sur le bouton « articles plus anciens » vers le bas à droite de chaque page. ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

414


MON AVIS SUR LA QUESTION DE LA GUÉRISON DE LA SCHIZOPHRÉNIE* Ce ne sont pratiquement jamais les psychiatres qui déclarent qu’un schizophrène est guéri mais pratiquement toujours que les malades eux-mêmes qui se déclarent guéris contre l’avis de ceux-ci. Seuls sur Internet je n’ai trouvé que deux psychiatres qui croient à la guérison de la schizophrénie et cela par expérience personnelle de leurs malades : d’une part le Dr Alain Bottéro (voir son article : La question de la guérison des schizophrénies) et d’autre part le Pr Camille Lampion (voir son site : Solidarité-réhabilitation). Ce n’est pas beaucoup ! Bien sûr si l’on pense que la schizophrénie est en rapport avec des anomalies génétiques alors les chances d’amélioration voire de guérison sont faibles voire nulles pour le malade. Par contre si l’on pense que la schizophrénie est en rapport avec une structure mentale psychotique alors les chances d’amélioration voire de guérison ne sont-elles pas plus grandes ? D’après le Pr C. L. deux malades sur dix qui arrêtent leur traitement médicamenteux ne rechutent jamais. Mais cela veut-il dire pour autant que le malade est guéri de sa schizophrénie ? Comment le savoir ? Le malade peut très bien ne jamais rechuter parce que l’élément déclenchant la rechute n’existe pas ou plus ! Mais ne peut-il pas aussi ne pas rechuter parce qu’il a enfin solutionné ses problèmes psychologiques de l’âge adulte en rapport avec ceux de sa petite enfance ? Une structure psychotique peut-elle guérir ? Pourquoi pas ! Mais comment le savoir s’il en est ainsi ? Ce n’est que mon intime conviction se basant sur mon ressenti et sur mon vécu personnels lorsque soit je ne prends que très peu d’antipsychotique soit lorsque je n’en prends plus du tout sur de très longues périodes qui me fait penser alors que je suis probablement guéri ! Mais je n’en ai en réalité aucune preuve scientifique ! Je ne connais pas assez de choses sur moi-même et sur cette maladie pour affirmer qu’il n’y a plus en moi la moindre trace de pathologie psychiatrique ! J’ai évolué et il n’y a que peu de chances que les éléments déclenchants mes deux crises graves d’autrefois ne reproduisent à nouveau de nouvelles crises ! Mais ne dois-je pas être prudent ? Et de plus l’antipsychotique que je prends peu importe le dosage n’a-t-il pas bien d’autres avantages valables même aussi si je ne suis pas malade ? Et de toute façon toujours peu importe le dosage je ne constate jamais d’effets 415


indésirables avec celui-ci ! Alors pourquoi prendre un risque en le supprimant complètement alors que je vais très bien voire parfaitement comme ça avec lui ? Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

416


ŒDIPE LUTTE OUVRIÈRE FAIRE LE KAMIKAZE FAIT-IL LA RÉVOLUTION ? Bonjour, Je me bats moi aussi pour le droit au travail, l’augmentation du pouvoir d’achat, la réduction du temps de travail des travailleurs, etc. mais ne suis pas d’accord avec vous pour ne parler toujours que de ça dans votre hebdomadaire. Pour moi comme pour des milliards de gens dans le monde entier « ce n’est pas l’argent qui fait le bonheur même s’il y contribue » mais en réalité la sexualité et l’amour que vous n’évoquez jamais dans votre hebdomadaire sauf que pour dire des âneries et des contre-vérités par exemple au sujet aussi bien de l’homosexualité que de la prostitution. Pour vous c’est la vie militante qui fait votre bonheur ! Ce bonheur-là que vous me proposez à moi aussi sous la forme du sacrifice de ma vie privée, de couple, etc. comme je vous l’ai déjà dit un jour, vous pouvez vous le garder pour vous ! Et pour moi de toute façon ce n’est pas en faisant le kamikaze qu’on fait la révolution ! C’est comme en psychanalyse grâce à l’intelligence et à l’amour et en disant toujours la vérité ! En conséquence au même titre que la droite, l’extrême droite, la gauche, la gauche de la gauche, etc. je continuerai à vous sanctionner aux prochaines élections quelles qu’elles soient en votant blanc. Croyez à mes sentiments les meilleurs. ŒDIPE

417


EXTRAIT DU BLOG HTTPS://BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM PEUT-ON COMPRENDRE EN PROFONDEUR L’INCONSCIENT ? Tu m’écris, Syrine : « J’avais lu certains passages de ton ouvrage, mais je n’ai jamais compris en profondeur ce qu’est la forclusion du nom du père et l’aspect symbolique du père dont tu parles. J’avais regardé quelques sites pour mieux me figurer ce point, mais je ne vois toujours pas… C’est un langage à part. Très bonne soirée en tout cas. » C’est effectivement un langage à part, à savoir celui des lapsus, des mots d’esprit, des actes manqués, des rêves, bref il s’agit du langage de l’inconscient. C’est celui-ci qui vient à la conscience dans les psychoses et il est fort possible que tu n’aies jamais été gravement malade mentale et/ou que tu n’aies jamais eu de gros problèmes psychologiques si bien que tu n’as peut-être jamais ainsi été amenée à chercher par exemple à comprendre le sens de certains de tes rêves ! Dans ceux-ci il y a toujours un scénario avec de nombreux symboles mais ce que l’on ne voit par contre jamais (sauf dans les rêves d’enfants ou les rêves pornographiques) c’est justement de quel désir déguisé selon Freud s’agit-il ! Dans les délires, hallucinations, troubles de l’humeur, etc. il ne s’agit à mon avis que du même genre de rêves que l’on fait avec le même genre de symboles mais malheureusement étant éveillés ce qui alors est considéré comme anormal. C’est sur tout cela qu’il faut réfléchir toujours à mon avis si l’on veut comprendre en profondeur l’inconscient ! Ce n’est qu’après 43 ans de traitement que j’ai commencé à y voir un peu clair dans ce domaine ! C’est te dire la difficulté du problème que tu soulèves ! Et je suis loin d’avoir tout compris de ce qu’il y a à comprendre aussi bien chez Freud que chez Lacan car je ne suis pas assez intelligent pour cela ! Ce qui fait la force des adversaires de ceux-ci c’est qu’on n’a jamais pu prouver scientifiquement par des expériences reproductibles comme en chimie ou en physique que leurs explications de l’origine des troubles psy étaient justes. Quant à mes détracteurs au sujet de ma guérison je ne peux que leur dire que ce sont le travail, la sexualité, l’amour, le militantisme, la philosophie, l’environnement et mon livre qui ont fait celle-ci mais que je ne peux pas non plus le leur prouver par des expériences reproductibles comme en chimie ou en physique. Mais sais-tu que certains 418


philosophes (Jean-Paul Sartre par exemple) ne croient pas du tout eux à l’existence de l’inconscient ? Bon courage ! Œdipe LA PLUME

419


ŒDIPE LUTTE OUVRIÈRE Suggestion à Lutte Ouvrière Bonjour, Puisque Nathalie Arthaud dit souvent : « Ce n’est pas aux pauvres de payer la dette des riches ! » ne pourriez-vous pas faire une pétition nationale avec vos très nombreux arguments politiques et qui s’intitulerait justement : « ANNULEZ LA DETTE ! » ? Bien fraternellement à vous, ŒDIPE

420


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR LA PROSTITUTION EST-ELLE UTILE AUX ANORMAUX ? C’est une question qui me vient je ne sais pas trop pourquoi mais sans doute suite à la loi censée abolir le plus vieux métier du monde en France. Les deux principaux arguments pour justifier celle-ci sont, d’une part que pour le client c’est criminel que d’acheter le prêt d’un corps humain dans un but de jouissance sexuelle personnelle, d’autre part que pour le proxénète c’est criminel que d’avoir recours à l’esclavage sexuel dans un but d’enrichissement personnel. Tout travailleur se prostitue toujours pour survivre et il en sera de même ainsi sous le communisme si on arrive un jour à celui-ci ! Et quant au proxénétisme, lui, par contre, il n’est pas obligatoire aux prostituées pour que celles-ci survivent même actuellement. Que cherche-ton dans la vie, que l’on soit prostitué, client, proxénète, etc. sinon que le bonheur ? Mais celui-ci n’est pas la même chose pour tout le monde selon que l’on est riche ou pauvre ou en bonne santé ou malade ou croyant ou athée ou de gauche ou de droite, etc. Et ainsi on n’est pas tous amenés à concevoir son bonheur sexuel ou financier tous de la même façon ! Ainsi certains pensent que l’idéal sexuel c’est que les jeunes pour leur bonheur en amour doivent rester vierges jusqu’à leur mariage puis qu’ensuite les amoureux devront rester fidèles jusqu’à la mort. Or dans ce domaine la pratique n’est pas souvent conforme à la théorie ! Et bien des jeunes se font dépuceler par des prostitués avant leur mariage et après celui-ci bien des adultes ont des rapports sexuels avec des prostitués aussi. Je pense alors à toutes celles et à tous ceux qui ne pourront jamais accéder notamment du fait de leur maladie, handicap, anormalité, etc. au bonheur sexuel idéal que leur proposent aussi bien la religion catholique que la religion communiste en leur faisant faire obligatoirement de par la loi alors une abstinence sexuelle totale. Car vouloir empêcher le recours aux prostitués pour les malades, handicapés, anormaux, etc. ne vient-il pas de toute cette minorité de gens qui se déclarent « normaux » parce qu’ils ont les moyens sociaux, physiques, psychiques, etc., eux, de s’offrir des relations sexuelles dites « normales » tout au long de leur vie dite « normale » ? Et que propose alors comme bonheur sexuel « normal » le PCF aux 421


malades, handicapés, anormaux, etc. ? « Se masturber ! » écrit à ce sujet l’Humanité qui ajoute même : « ainsi ça fera zéro macho » ! (si toutefois je l’ai bien compris sinon il lui est loisible de me démentir sur ce blog). C’est ça son « socialisme à visage humain » ? C’est une honte, un scandale ! Demande-t-on l’avis des prostitués au sujet de la prostitution ? Au prétexte que la prostitution n’a soi-disant rien d’humain et que les prostitués ne seraient alors toujours que des victimes doit-on les traiter comme des malades mentaux sous tutelle, et notamment sous tutelle du parti guide « révolutionnaire » ? Il n’y aura jamais de société même communiste sans prostitution même quelle que soit la loi censée l’abolir tout simplement parce que la prostitution est un bien nécessaire aux moins aux anormaux ! Œdipe LA PLUME

422


Œdipe LA PLUME Madame la secrétaire SCHIZOPHRÈNES ANONYMES Chère Madame, Merci pour votre réponse. Je me suis mal fait comprendre ou vous avez mal lu mon livre ou ne l'avez pas lu du tout. J'ai été soigné aussi bien grâce à la psychothérapie que grâce aux médicaments. Mais je prétends que si je suis enfin guéri (c'est aussi l'avis de ma nouvelle psychiatre actuelle que je vois maintenant depuis plus d'un an) c'est grâce au travail, à la sexualité, à l'amour, au militantisme, à la philosophie, à l'environnement et à mon livre. Et vous avez-vous été touchée par la grâce de Dieu (puisque votre association s'en réclame) et votre psy vous déclare-t-il enfin guérie ? Croyez, chère Madame, à mes sentiments les meilleurs. Œdipe LA PLUME

423


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : MON EXPÉRIENCE DU COLLECTIF DES 39 CONTRE LA NUIT SÉCURITAIRE L’expérience que j’ai de ce Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire c’est qu’autrefois il m’a censuré et actuellement continue toujours de me censurer dès que je dépose sur son site un commentaire faisant allusion aux abus dont sont victimes bien des psychiatrisés. Le pire c’est que des associations d’usagers en psychiatrie telles que l’HUMAPSY, le CRPA, ADVOCACY (et sauf le GROUPE INFORMATION ASILES : www.groupeinfoasiles.org) considèrent ce Collectif des 39 comme un partenaire valable et même le soutiennent jusqu’à fermer les yeux sur les abus de celui-ci (au moins sur son site car dans les hôpitaux je ne peux pas le prouver). Je ne suis bien sûr pas le seul à être systématiquement censuré sur le site du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire et en réalité ce sont tous ceux qui y décrivent des abus en psychiatrie de toutes sortes dans leurs commentaires qui le sont toujours aussi. Je vous invite à lire en P.-S. au présent billet pour vous faire une idée encore un peu plus précise des abus de ce Collectif des 39 sur son site deux témoignages : l'un du GIA à mon sujet, l'autre d'un internaute qui m'a écrit au sujet de la réalité des hôpitaux psy. Vous les trouverez dans les deux prochaines fenêtres de commentaires car je dépasse les 4 500 caractères autorisés par commentaire sur le site de www.mediapart.fr. Œdipe LA PLUME […]

424


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE BLOG WWW.BLOGSCHIZO.WORDPRESS.COM Il existe actuellement cinq grandes associations d’usagers en santé mentale qui sont (dans le désordre) : la FNAPSY, le CRPA, ADVOCACY, l’HJUMAPSY et le GIA auxquelles il faut rajouter l’UNAFAM pour les parents d’usagers en santé mentale. J’ai une expérience de toutes ces associations et à mon avis une seule seulement peut être considérée comme une véritable association de PSYCHIATRISÉS EN LUTTE, c’est le GIA (Groupe Information Asiles : http://www.groupeinfoasiles.org) ! Car c’est la seule actuellement à ne s’être jamais compromise avec les psychiatres abuseurs et notamment avec les (presque) pires de tous le COLLECTIF DES 39 CONTRE LA NUIT SÉCURITAIRE lequel sur son forum censure systématiquement tous les commentaires de toutes les victimes d’abus ! Pour en savoir plus à ce sujet je ne peux que vous inviter à visiter « LE FORUM DES VICTIMES D’ABUS ET PSYCHIATRISÉS EN LUTTE » à l’adresse http://psychiatrie.discutforum. com que je viens de créer et qui est en construction. Je me tiens à la disposition de quiconque pour répondre aux questions éventuelles sur ce sujet. Œdipe LA PLUME

425


GUÉRISON DE LA SCHIZOPHRÉNIE : LES QUATRE MEILLEURS ARTICLES SUR INTERNET À MON AVIS SONT LES SUIVANTS : (je ne vous communique pas les adresses exactes des liens car ceux-ci se brisent souvent lorsqu’on les reproduit ; pour retrouver ses quatre articles sur Internet il vous suffira seulement de recopier tous les mots ci-dessous indiqués dans le moteur de recherche de Google) • association solidarité-réhabilitation • la question de la guérison des schizophrénies • peut-on guérir de la schizophrénie www.psychologies.com rare

• de l’espoir blogschizo guérir de la schizophrénie n’est pas

Si vous avez connaissance d’autres articles en rapport avec la guérison de la schizophrénie sur Internet pouvez-vous me les communiquer en réponse au présent commentaire s’il vous plait ? Œdipe LA PLUME

426


GUÉRIR DE LA SCHIZOPHRÉNIE C’EST QUOI ?* Il faut que le schizophrène se considère lui-même guéri et qu’il se déclare lui-même heureux ! Ce qui suppose qu’il ait résolu ses problèmes psychologiques de toutes sortes en ne prenant plus aucun de ses somnifères, tranquillisants, antidépresseurs, normothymiques, etc. et que pour son antipsychotique il ne le prenne plus soit qu’à toute petite dose soit que même plus du tout et cela sans aucune rechute jusqu’à sa mort. Mais comment faire pour aboutir à ce résultat thérapeutique ? Les médicaments psy suspendent la schizophrénie mais ne la guérissent pas ! Les chemins pour solutionner ses problèmes psychologiques adultes en rapport avec ses problèmes psychologiques infantiles sont alors différents selon chacun mais à mon avis il faut pratiquement toujours pour tous les schizophrènes au moins qu’ils rencontrent dans leur vie ce que le célèbre psychiatre Boris Cyrulnik appelle alors « un tuteur de résilience » ! Une relation personnelle qui réparera les traumatismes affectifs de la petite enfance en matière d’amour ! Pour ma part ce fut à ce sujet que ma mère et moi étions fusionnels, que j’étais devenu son phallus dont elle jouissait en permanence, qu’elle ne parlait de mon père que toujours en mal, que celui-ci n’avait pas sa place du tout rentre elle et moi, etc. J’explique tout cela plus longuement dans mon livre et même en plusieurs fois. Pour le reste, pour moi, le travail, les rapports sexuels, le militantisme (les psys ne disent-ils pas que celui-ci « fait l’unité du moi » ?), la philosophie, l’environnement et écrire mon livre (ma nouvelle psy ne m’a-t-elle pas dit à ce sujet : « Écrire est très thérapeutique ! » ?) tout cela a tout autant aussi participé en réalité à ma guérison que rencontrer la femme de ma vie ! Mais si ma guérison est un ensemble je crois que le plus important pour celle-ci a bien été malgré tout de rencontrer justement l’amour de ma vie. Et celui-ci perdure actuellement depuis maintenant plus de 40 ans ! On ne réussit bien sûr pas toujours forcément du premier coup le sevrage de ses médicaments psy et souvent il faut s’y prendre en plusieurs fois pour réussir celui-ci. À ce sujet bien des psys ne veulent ni supprimer les somnifères, tranquillisants, antidépresseurs, normothymiques, etc. ni même diminuer leur dosage ni encore moins réduire considérablement le dosage de l’antipsychotique voire supprimer celui-ci complètement ! Car même pour une personne même en parfaite santé psy il n’existe aucun examen médical 427


(radiographie, prise de sang, etc.) ni aucun test psychologique (Rorschach, monde imaginaire, etc.) permettant de prévoir l’avenir… Il faut alors prendre un risque et bien sûr la plupart des psys ne le veulent pas ! Et surtout dans le contexte actuel où les médias font passer les schizophrènes pour des criminels potentiels ! Un schizophrène pour se considérer guéri et se déclarer heureux doit donc pour cela s’opposer à son psy et prendre luimême la décision de se sevrer des médicaments. À ce sujet ma psychiatre psychanalyste d’autrefois ne m’avait-elle pas d’ailleurs fait remarquer : « Vous n’y arriverez pas ! » Elle s’est trompée ! La psychiatrie est-elle une science exacte ? Guérir de la schizophrénie c’est avoir beaucoup de chance dans son malheur. Œdipe LA PLUME *extrait de l’un de mes anciens blogs

428


VIOLS : OÙ VA-T-ON ?* (À LA SUITE D’HISTOIRES DE PSYS VIOLEURS) Sur ce sujet je vous conseille de taper dans le moteur de recherche de Google le texte suivant (je ne vous communique pas le lien car en le reproduisant il peut se briser) : LES RAPPORTS SEXUELS ENTRE PSYS ET PATIENT(E)S, HISTOIRE D'UNE OMERTA. (10 % des psys auraient déjà couché avec un patient ! Ou, le plus souvent, une patiente… Qui sont les abuseurs ? Que peuvent faire les victimes ? Enquête sur un tabou persistant de la profession.) Quoi qu’en disent les féministes il y a toujours plus de viols masculins partout dans le monde entier. Celles-ci prétendent qu’il y a toujours plus de plaintes de déposées actuellement mais que le nombre de viols réels, lui, par contre, n’a pas changé par rapport à l’époque du début de la libération de la femme. C’est un mensonge ! Qui pourrait me répondre : pourquoi y a-t-il en réalité toujours plus de viols (actuellement l’estimation est de 20 000 plaintes pour 80 000 viols réels par an alors qu’il y a 30 ans il n’y avait que 5 000 plaintes pour 20 000 viols réels par an d’après la Police nationale) et que faire pour éradiquer ce phénomène maudit qui ne cesse de s’accroître d’une façon exponentielle ? Je ne vois pas de solution à ce problème et crois même que celui-ci ne sera que toujours pire dans l’avenir ! Violer ne m’est jamais venu et je suis contre le viol ! Je ne crois pas que le viol soit dû à une domination historique des hommes sur les femmes comme le prétendent les féministes mais en réalité qu’il est bel et bien dû comme l’affirme le site Psychiatrie infirmière dans son article « Perversion et structure perverse » à un complexe d’Œdipe qui s’est mal passé dans la petite enfance. Ma nouvelle psy actuelle m’a dit un jour à ce sujet : « Tous les hommes ne sont pas des violeurs et toutes les femmes ne sont pas des féministes ! » Mais si être violeur c’est être malade le problème aussi c’est que ça fait beaucoup de malades ! Que faire et d’autant plus que la plupart des violeurs passe pour être aussi bien des récidivistes que des incurables ? La prison psy à vie est-ce la solution ? Où va-t-on ? ŒDIPE *extrait de l’un des mes anciens blogs 429


AU BONHEUR DES PUTES ET DE LEURS CLIENTS !* Je remercie les filles de joie pour leurs bienfaits sur ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle et sur ma schizophrénie paranoïde. En me débloquant sexuellement et sentimentalement elles m'ont permis de rencontrer enfin l'amour et la femme de ma vie. Je témoigne au travers de mes courriers à mes psys, à des responsables politiques, à des dirigeants d’associations de psychiatrisés en lutte, etc. dans mon livre des bienfaits de la prostitution sur ma santé psy. Les schizos ont besoin de ça eux aussi et les filles de joie ne leur apportentelles pas ainsi à eux aussi un très bon équilibre psy ? Le travail sexuel est un bien nécessaire qui devra exister même sous le communisme si on y arrive ! Merci à toutes les putes car la santé c'est comme la liberté, l'amour... ça n'a pas de prix ! Ces travailleuses que disent-elles ? « J’ai commencé librement à l’âge de 17 ans pour les avantages du métier ! » « Lorsqu’on est prostituée il n’y a pas besoin de se lever de bonne heure pour aller travailler ! » « Je n’ai pas de proxénète et le plus gros maquereau c’est l’État car il nous prend énormément d’impôts ! » « Je gagne en une nuit ce que je gagnerai en travaillant au bureau ou à l’usine en un mois ! » « J’aime la relation avec le client ! » « J’aime ça ! » ? Les psys, eux, que disent-ils : « La prostitution c’est nécessaire ! » « Il ne faut pas croire au mythe de l’absence de jouissance chez les prostituées ! » ? Et moi ne puis-je ajouter : « Il ne faut pas croire au mythe de l’absence de sentiments chez les jeunes prostituées vis-à-vis de leurs jeunes clients et surtout lorsque ceux-ci sont puceaux ! » ? Le bonheur n’est pas la même chose pour tout le monde ! Certaines femmes ne sont heureuses que lorsqu’elles ont de nombreux rapports sexuels adultérins satisfaisants ! L’amour du sexe ne les empêche pas d'être capables de toutes les autres formes d’amours ! Quant à la fidélité existe-t-elle actuellement ? Un couple sur deux divorce en France et la durée moyenne de la vie d’un couple n’est que de 13 ans toujours en France ! Rien ne prouve que les relations de couple soient enfin un jour caractérisées par une véritable monogamie dans la fidélité réciproque ! Chacun doit être libre d’organiser sa vie comme bon lui semble du moment qu’il n’organise pas avec autrui une relation qui lui est nuisible ! Bien sûr dans de nombreux couples – dont le mien – la fidélité c’est le bonheur, même si à mon avis l’amour c’est souffrir (mon mariage n’est toujours pas consommé ; il s'agit d’ailleurs d'un record du 430


monde à ce sujet : plus de 40 ans actuellement) ! Mais je n’impose pas comme les chrétiens ou les marxistes ma façon de voir ainsi aux autres ! Je suis contre la pénalisation des clients de prostituées au prétexte que si celles-ci prêtent volontairement leur corps, leur sexe, leurs charmes, etc. contre de l’argent ce serait alors un crime de la part de ceux-ci ! Mais pourquoi ces chrétiens et ces marxistes ne demandent-ils jamais leur avis à ces travailleuses elles-mêmes sur ce sujet qui les concerne elles-mêmes ? Ne décident-ils pas tout seuls de ce qui est bon pour la morale, la santé, le bonheur, etc. de celles-ci ? Mais de quel droit se croient-ils moralement supérieurs à ce point ? Et eux-mêmes quand ils travaillent ne prêtent-ils pas aussi leur corps contre de l’argent et notamment leurs muscles, leur cerveau, leurs nerfs, etc. ? La morale aussi bien chrétienne que marxiste à ce sujet n’est plus qu’une morale rétrograde et dépassée ! Prêter son corps à autrui afin que celui-ci en dispose et en jouisse sexuellement contre de l’argent est-ce d’ailleurs un sot métier et même le pire ? Sot certainement pas ! Car ne permetil pas à bien des femmes voire des hommes de ne pas crever de faim ou d’arrondir leurs fins de mois difficiles voire de s’enrichir ? Pire certainement pas non plus ! Car se mettre à poil, se caresser, s’embrasser en profondeur, faire une fellation, recevoir un cunnilingus, se livrer à toutes sortes d’ébats sexuels et amoureux, faire les mouvements de va-et-vient, les reluquer dans une glace au plafond ou sur le mur, jouir soi-même et faire jouir autrui sexuellement est-ce plus difficile ou plus dur (une femme ne peut-elle pas avoir des orgasmes multiples et successifs plusieurs fois par jour ?) que de faire des ménages chez des gens riches, de vider à la chaîne des poulets, d’être secrétaire même de direction dans un bureau, de travailler à la mine, etc., huit heures par jour ? Mais que cache la loi votée récemment en France sur la prostitution ? Ceci : d’une part grâce à des mensonges et à de l’hypocrisie faire croire qu’on défend une morale supérieure et universelle à une époque où tout est en crise y compris la morale et le monde entier eux-mêmes, d’autre part piper les voix des électeurs et surtout des électrices lorsqu’on en est en déclin historique ! Je ne suis pas dupe ! ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs 431


L’AVIS SUR LA PSYCHANALYSE DE MA NOUVELLE PSYCHIATRE ACTUELLE* Hier au moment de payer en espèces la consultation de ma nouvelle psychiatre actuelle (depuis début 2013), je lui ai demandé ceci : « Croyez-vous que le fait de faire payer les séances en espèces comme l’exigent les psychanalystes de leurs analysants c’est bien sérieux et n’est-ce pas une escroquerie de la part de psys avides de fric ? » Elle m’a répondu alors ceci : « Freud disait : “La psychanalyse c’est pour les gens très intelligents, très riches et en très bonne santé !”. Pour celle-ci il ne doit y avoir que très peu de contact verbal (les psychanalystes ne disent presque aucun mot à leurs analysants au cours de toutes les séances) et aucun contact physique (certains psychanalystes pour ne pas serrer la main à leurs analysants la mettent derrière leur dos lorsqu’ils ouvrent la porte à ceux-ci) et les malades ne doivent pas être remboursés du tout ! Elle est ainsi inadaptée à notre époque et pour moi elle m’apparaît aussi comme une escroquerie de nos jours. Tout cela explique son déclin actuel ! » ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

432


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR EX-SCHIZO J’AI PEUR DE TUER ! J’ai été très choqué par ma schizophrénie au cours de laquelle j’ai failli tuer (le veilleur de nuit à l’hôpital psychiatrique pour me défendre face à une hallucination au cours de laquelle lui-même tentait de me tuer avec un grand couteau argenté qu’il sortait à la hauteur de son cœur et je voyais même se former une tache rouge de sang sur sa blouse blanche croyant qu’il s’était ainsi blessé, etc. : je raconte tout cela en détail dans mon livre Ma schizophrénie racontée…). Je suis maintenant comme un accidenté de la route enfin bien consolidé mais tellement marqué par son accident et les suites de celui-ci qu’il en a sans cesse une peur terrible que ça ne recommence. Bien sûr celle-ci est irrationnelle ! Quel que soit le dosage de mon antipsychotique (soit même que je n’en prenne plus du tout soit même que j’en prenne une dose forte) il n’y a aucune différence quant à la manifestation de cette peur toujours la même. Malgré cela je me considère enfin guéri complètement et définitivement de ma schizophrénie et me déclare enfin parfaitement heureux ! Car c’est aussi mon vécu et mon ressenti en même temps que mon vécu et mon ressenti de ma peur de tuer. Je n’ai pas encore évoqué celle-ci à ma nouvelle psychiatre actuelle (depuis 2013) et à la question que je me posais autrefois « Suis-je dangereux ? » je réponds maintenant à celle-ci : « En dehors des crises, je ne suis pas dangereux ! » Je me demande actuellement : « La schizophrénie est-elle une maladie chronique ? » Et j’y réponds pour l’instant de la manière suivante : « Pour les uns elle est chronique pour les autres elle ne l’est pas ! » Enfin je me pose aussi la question suivante : « Peut-on dire qu’on est guéri d’une maladie (par exemple la schizophrénie) quand on ne peut pas en prédire l’avenir ? » N’est-ce pas une bonne question ? ŒDIPE

433


LA MORALE SEXUELLE PCF EST-ELLE SUPÉRIEURE ?* Les putes m'ont guéri de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle et pour partie de ma schizophrénie paranoïde ! Elles m'ont permis en me débloquant sexuellement et sentimentalement de rencontrer enfin la femme de ma vie ! Les psys ne recommandent-ils pas ces charmantes professionnelles aux handicapés, aux solitaires, aux timides, etc. ? Le PCF ne voit dans les clients de prostituées que des criminels profitant du pouvoir de l'argent pour violenter sexuellement de malheureuses femmes qui n'auraient pas la liberté de choisir une autre profession ! Mais bien des femmes même PCF n’aimentelles pas les rapports sexuels multiples avec de nombreux hommes ? N’aiment-elles pas aussi bien la relation humaine que les relations sexuelles avec ceux-ci ? (J’en ai connues personnellement dans un club de vacances d’obédience communiste dans ma jeunesse qui se comportaient ainsi !) Ça ne les empêche pas de connaître aussi bien l’amour que l’amitié véritables avec bien des hommes si les circonstances le permettent à l’occasion ! Alors pourquoi cela ne serait-pas vrai aussi pour les putes ? Sontelles des malades mentales ayant besoin de la tutelle des dirigeants PCF qui devraient alors les guider moralement vers la félicité du paradis communiste caractérisé par la monogamie et la fidélité éternelle ? Les putes ne sont-elles pas libres d’organiser leur vie comme bon leur semble du moment qu’elles font le bien nécessaire à leurs clients ? Et ceux-ci ne sont-ils pas libres d’organiser leur vie comme bon leur semble du moment qu’ils ont affaire à des adultes se déclarant libres et consentantes et leur faisant même des avances sexuelles ? Ce n’est pas au PCF de dicter de par la loi ce que doit être la morale dans la vie privée de chacun et surtout dans le domaine de l’activité sexuelle d'autrui ! Les putes prétendent qu’elles choisissent librement la prostitution ? Le PCF dit envers et contre tout que ce n’est pas vrai ! Mais qu’en sait-il puisqu’il refuse toujours de discuter aussi bien avec celles-ci qu’avec leurs clients ? Ses arguments à ce sujet ce sont quoi ? La religion communiste qui serait une science infaillible moralement ? Mais de quoi se mêle celui-ci alors que celles-ci et ceux-ci ne lui demandent rien mise à part la disparition du proxénétisme ? Contre celui-ci les lois n’ont-elles pas toujours été inappliquées même quand le PCF était au gouvernement et qu’il ne s’opposait pas à celui-ci même à ce sujet ? Et 434


en matière de morale avant de balayer devant la porte des autres ne ferait-il pas mieux de balayer d’abord devant la sienne ? Car dans les couples PCF n’y a-t-il pas au moins autant d’adultères et de divorces sinon plus que dans tous les autres couples ? Et les femmes PCF ne trompent-elles pas comme les hommes PCF y compris chez les dirigeants ? Faire croire que la morale sexuelle de celui-ci serait supérieure est-ce bien intelligent actuellement ? Où est la liberté des adhérents à ce sujet ? Ne doivent-ils pas obéir à la loi du parti comme celui-ci demande aux Français d’obéir à la loi de l’État ? ŒDIPE *extrait de l’un de mes anciens blogs

435


EXTRAIT DU FORUM WWW.AUFEMININ.COM Œdipe LA PLUME WWW.AUFEMININ.COM PUTOPHOBIE : POUR LE PCF JE SUIS UN CRIMINEL SEXUEL ! Mais où était ma violence grâce à l’argent comme le PCF le prétend dans mes rapports sexuels et sentimentaux autrefois (1965-1972) avec les jeunes putes sexy ? La femme n’est-elle pas le symbole des soins ? et l’argent le symbole de l’amour comme l’a démontré Freud ? payer une pute n’est-ce pas comme payer un médecin, une infirmière, une psychologue, etc. ? En me débloquant sexuellement et sentimentalement ne m’ont-elles pas permis, d’une part de guérir de ma névrose obsessionnelle grave à forme essentiellement sexuelle et pour partie de ma schizophrénie paranoïde, d’autre part de rencontrer la femme de ma vie ? Et les putes elles-mêmes ne déclarent-elles pas à la télévision à visage découvert que la prostitution est un bien nécessaire ? qu’elles aiment la relation avec le client ? qu’elles aiment ça ? Pourquoi le PCF refuse-t-il toute discussion avec celles-ci comme avec leurs clients ? mais n’impose-t-il pas à tous de par la loi ce que doit être notre vie privée ? Je me permets de vous demander : quel est votre avis sur la pénalisation des clients de prostituées qu’a votée le PCF dont je suis un ancien adhérent (1965-2004) repenti ? Je suis nouveau visiteur du site www.auféminin.com et j’espère que je ne serai pas censuré comme je le suis systématiquement sur le forum du journal l’Humanité ! Extrait du tome I de mon livre Ma schizophrénie racontée : […]. ŒDIPE

436


COMMENTAIRE DÉPOSÉ SUR LE FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « LA PSYCHIATRIE DE SECTEUR, CETTE UTOPIE FRANÇAISE, OFFICIELLEMENT MISE EN SCÈNE PAR LE GOUVERNEMENT HOLLANDE » LE PRIVÉ C’EST QUAND MÊME MIEUX ! Je n’ai jamais eu d’écoute sérieuse que ce soit à l’hôpital psy ou au CMP de mon secteur. C’est même là que j’y ai eu les plus mauvais soins et été victime des plus gros abus. Cela dit ceux-ci existent dans le privé aussi et sont d’ailleurs aussi un peu du même genre : par exemple des psychiatres qui affichent sur leur plaque à l’entrée de leur cabinet : « Psychiatre psychothérapeute » mais qui reçoivent tous leurs clients chacun en moins de 5 minutes et en prenant un dépassement d’honoraires substantiel au tarif de la Sécurité dite sociale. Mais c’est aussi en privé que j’ai trouvé bien souvent les soins les meilleurs. L’idée du secteur c’est de surveiller la population en s’ingérant dans la vie privée (« un fliquiâtre derrière chaque habitant ») voire sexuelle ou de couple de chacun, ce qui ne m’étonne pas d'une idée (à mon avis stalinienne) venant à l'origine de psys se réclamant du PCF ! J’approuve le Pr Hans Bambin (décédé et ancien médecin militant du GIA) lorsqu’il disait autrefois (je cite de mémoire) : « Je suis contre le secteur car ce n’est pas la liberté ! Par exemple si suite à une altercation avec votre voisin vous lui donnez une gifle alors c’est tout votre passé psychiatrique qui va ressortir aussitôt ! ». Quand on me dit : « Le secteur va mal ! » je réponds : « Qu’il crève ! » Les hôpitaux publics et les CMP ne conviennent pas du tout à mon avis aux soins psychiatriques ! Je suis pour le privé dans ce domaine et même si les abus y sont nombreux aussi c’est quand même mieux ! Le 1er juillet 2014, Œdipe LA PLUME 437


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR À LA SUITE DE L’ARTICLE : « QUELLE URGENCE POUR LA PSYCHIATRIE EN 2O14 ? » UNE URGENCE POUR LA PSYCHIATRIE : L’ARGENT ! MAIS OÙ LE PRENDRE ? Mes soins en psychiatrie ont commencé en 1962 pour une névrose obsessionnelle et des indices de paranoïa (diagnostic de l’expert près les tribunaux pour le juge des enfants à l’âge de 17 ans) sous forme d’abord d’un psychodrame puis d’une psychothérapie individuelle de soutien à l’hôpital psy public sous la houlette d’un futur professeur à la faculté et futur président de l’Association Psychanalytique Internationale. Ensuite j’ai eu en tout 16 hospitalisations en psychiatrie de 1966 à 2000, les deux premières pour schizophrénie paranoïde (à l’âge de 21 ans). A posteriori je ne peux que conseiller ceci : « Fuyez les hôpitaux publics pour les cliniques privées pour gens riches, car elles sont plus intéressantes à tout point de vue sur le plan humain ! » Car j’ai l’expérience des uns comme des autres. Je ne pense pas que ce soit l’argent qui fasse les qualités humaines des psys ! Toutefois l’hôpital public manque cruellement d’argent même si Sarkozy a eu le culot de déclarer un jour : « L’hôpital n’a pas besoin d’argent ! » Pour l’accueil à l’hôpital psy je pense qu’il faudrait donc augmenter le budget de la santé psychiatrique ! Or celui-ci à nouveau a été diminué encore une fois récemment alors qu’il l’avait déjà été aussi sous Sarkozy ! Dans ces conditions à quoi ça sert de discourir sur « l’accueil » à l’hôpital psy public tant que par exemple on ne pourra pas payer plus de personnels psys ? Or que peut-on espérer à ce sujet pour l’avenir avec la droite comme avec la gauche ? Depuis 1981 au moins (même avec le PCF) on a pris aux pauvres et malades pour donner aux riches et en bonne santé ! Dans l’avenir ne faudrait-il pas prendre aux riches et en bonne santé pour donner aux pauvres et malades ? Mais cela ne s’appelle-t-il pas une révolution ? Mais déçu par tous les partis politiques y compris par l’extrême gauche (pour des raisons humaines que je n’explique pas ici car ce serait trop long) aux dernières élections j’ai voté blanc et dans l’avenir je 438


m’abstiendrai ! J’ai choisi de me battre seul dans mon coin en lisant Mediapart que j’apprécie et grâce à Internet ! J’approuve ce qu’a dit un représentant du Collectif des 39 (même si celui-ci me censure toujours sur son forum malgré mes nombreuses réclamations à ce sujet) à la télévision : « Les hôpitaux psy et les CMP ne sont prévus que pour la crise et il n’y a rien de prévu ni avant ni après celle-ci ! » Il y a donc beaucoup de choses à changer en psychiatrie et pas seulement que l’accueil aux urgences psy ! En P.-S. au présent billet vous trouverez un article que j’avais rédigé en 2001 à la demande de Mme Claire Fontaine (exprésidente de la FNAPSY dont j’étais adhérent à l’époque, actuellement je suis au GIA : www.groupeinfoasiles.org mais sans responsabilité au bureau) intitulé « À quoi servent les infirmières psy ? » pour le journal de celui-ci LA REVUE DE LA FOLIE ORDINAIRE. Le 4 juillet 2014 Œdipe LA PLUME […]

439


EXTRAIT DU FORUM WWW.MEDIAPART.FR PROSTITUTION : CONTRE LA PUTOPHOBIE J'ai monté un petit dossier pour les visiteurs du site de www.mediapart.fr que j’ai intitulé "PROSTITUTION : CONTRE LA PUTOPHOBIE" qui je l’espère retiendra en quelque chose l’attention de ceux-ci. Son thème en est soit : "contre la pénalisation des clients de prostituées" ou soit : "la prostitution est un bien nécessaire". Il comprend des extraits des sites suivants : http:// prostitution-humanite-putophobie.blogspot.com–www.lemonde. fr/– www.laltiplano.fr/fieres-detre-putes.pdf– www.planning-fa milial.org/ – http://site.strass-syndicat.org/. Aucune représentante officielle des prostituées ne s’est exprimée au moins récemment sur ce sujet sur le site de www.mediapart.fr ! Les clients eux ne s’expriment que très rarement ! Je comprends celles-ci et ceux-ci et moi-même ne répondrai plus aux commentaires des putophobes s’il y en a. Les accusations telles que "malade mentale", etc. pour les prostituées ou telles que "schizophrène pas tout à fait", etc. pour moi (ex-client) de la part des putophobes n’ont bien sûr que pour but d’humilier ou de blesser certainement pas de chercher grâce à un débat contradictoire la vérité sur le sujet ! Remarquons que l’avis des Français(e)s d’après les instituts de sondage c’est que majoritairement ils (elles) sont actuellement contre la pénalisation des clients de prostituées et pour le maintien du système prostitutionnel (éventuellement en l’améliorant comme en Allemagne, en Belgique, en Espagne, etc.). EXTRAIT DU BLOG HTTP://PROSTITUTION.HUMANITE-PUTOPHOIE.BLOGSPOT.FR Pour le PCF les putes sont des victimes et les clients des criminels alors que pour le Syndicat du Travail Sexuel la prostitution est un bien nécessaire ! Ces hommes n'ont-ils pas des besoins qu'ils ne peuvent pas satisfaire autrement qu'avec ces femmes (handicap, solitude, timidité, etc.) ? Payer une pute n'est-ce pas comme payer un médecin, une infirmière, une psychologue, etc. ? Où est la violence dans ce rapport humain ? 440


[…] Pourquoi le PCF voit dans l'argent de la violence alors que Freud y voit de l'amour ? Parce qu'il affabule délibérément pour se refaire une virginité face à son déclin historique en espérant ainsi piper les voix des électrices naïves ! Son journal l’Humanité n’écrit-il pas actuellement que : « Les clients de prostituées sont des criminels ! » comme il écrivait autrefois à propos de la contraception : « Les bourgeoises sont des vicieuses ! » ou à propos de la révolution ouvrière hongroise : « Budapest est un complot fasciste ! », etc. ? Autrement dit il persiste et signe dans ses mensonges et son hypocrisie mais aussi entérine son déclin irrémédiable voire fatal pour lequel il est incapable de faire son autocritique véritable ! […] EXTRAIT DU SITE WWW.LEMONDE.FR/ L'État n'a pas à légiférer sur l'activité sexuelle ... - Le Monde Le Monde.fr | 19.11.2013 à 11h12 Mis à jour le 29.11.2013 à 08h20 | Propos recueillis par Gaëlle Dupont Élisabeth Badinter, 69 ans, est philosophe. Elle a souvent pris des positions à contre-courant sur les grands sujets de débats parmi les féministes : opposée à la loi sur la parité en 2000, elle est favorable à la grossesse pour autrui sous certaines conditions. Dans son dernier ouvrage, Le Conflit : la femme et la mère (Flammarion, 2010), elle dénonçait le retour du naturalisme et de la culpabilisation des mères. Qu'avez-vous pensé de l'appel des “343 salauds”, qui s'opposent à la pénalisation des clients de prostituées au nom du respect de la liberté ? 441


C'était une intervention nécessaire, car je suis frappée du silence des hommes dans ce débat. Deux catégories d'individus ne s'expriment pas : les hommes, prochaines cibles de la loi, et les prostituées. La forme était contestable. Mais je n'ai pas de critiques sur le fond. Pourquoi êtes-vous défavorable à la pénalisation des clients de prostituées ? La pénalisation, c'est la prohibition. Je préfère parler de prohibition plutôt que d'abolitionnisme, car c'est l'objectif des auteurs de la proposition de loi. Ils font référence à l'abolition de l'esclavage ! La vente d'un individu n'est pas comparable à la prostitution, qui est une mise à disposition de son corps à des fins sexuelles, que l'on peut accepter ou refuser dès lors que l'on n'est pas prisonnière d'un réseau. Leur argument est qu'il faut tarir la demande pour qu'il n'y ait plus d'offre. Je n'arrive pas à trouver normal qu'on autorise les femmes à se prostituer, mais qu'on interdise aux hommes de faire appel à elles. Ce n'est pas cohérent et c'est injuste. La deuxième raison de mon opposition est que l'on prétend qu'il n'y a que la prostitution esclavagiste, dominée par les réseaux, où les femmes n'ont pas moyen de dire non. Mais il y a aussi des indépendantes et les occasionnelles, qui veulent un complément de ressources. Leur interdire de faire ce qu'elles veulent avec leur corps serait revenir sur un acquis du féminisme qui est la lutte pour la libre disposition de son corps. Même si c'est une minorité de femmes. Ce n'est pas une affaire de quantité mais de principe. Pourquoi, selon vous, les hommes sont-ils une “cible” de cette loi ? Je ressens cette volonté de punir les clients comme une déclaration de haine à la sexualité masculine. Il y a une tentative d'aligner la sexualité masculine sur la sexualité féminine, même si celle-ci est en train de changer. Ces femmes qui veulent pénaliser le pénis décrivent la sexualité masculine comme dominatrice et violente. Elles ont une vision stéréotypée très négative et moralisante que je récuse. 442


Peut-on parler de choix lorsqu'on est dans une stratégie de survie ? Toutes les femmes qui ont besoin d'argent ne se prostituent pas pour survivre ! Pour les victimes des réseaux, on ne peut plus parler de choix car il est quasiment impossible de revenir en arrière. La lutte contre l'esclavage des femmes doit donc être sans merci. Pour lutter contre les réseaux, il faut une condition sine qua non : que les prostituées puissent dénoncer leurs proxénètes à la justice sans craindre pour leur vie. Elles doivent être assurées de leur sécurité, d'avoir des papiers, et d'être aidée. La loi contient des dispositions en ce sens, mais qui me paraissent vagues. Quel est le budget ? Comment le prévoir quand on ne connaît même pas le nombre de prostituées ? Est-ce que la lutte contre les réseaux sera une priorité pour la police ? Je n'ai pas le sentiment que cela soit le cas. Vous acceptez que des femmes se livrent à un travail très pénible, avec parfois des séquelles psychologiques lourdes ? Je n'ai jamais pensé que la dignité d'une femme reposait sur la sexualité. Je suis favorable à la pédagogie sur la prostitution et les séquelles qui peuvent en résulter. Mais toutes les femmes n'ont pas le même rapport à leur corps. Dans certaines conditions, la prostitution est difficile à vivre, mais il y a des femmes pour lesquelles ce n'est pas aussi destructeur qu'on le dit. Je regrette qu'on n'entende pas davantage les prostituées. Elles seules sont habilitées à parler. Mais quand l'une affirme : “Je le fais librement”, on dit qu'elle ment et qu'elle couvre son proxénète. Ce sont les seuls êtres humains qui n'ont pas le droit à la parole. Quelles seront les conséquences de la loi selon vous ? Est-ce qu'elle va mettre fin à la prostitution ? Bien sûr que non. Je ne connais aucune prohibition qui fonctionne. Elle démultiplie le pouvoir des mafieux. Les prostituées disent qu'elles ont besoin de parler avec le client pour savoir qui il est. Elles apprennent à détecter les pervers. Dans la négociation, la prostituée peut dire ce qu'elle fait ou ne fait pas. Je suis inquiète pour celles qui vont passer par Internet : elles n'auront plus la possibilité de faire cet examen. Une loi qui veut venir au 443


secours des plus faibles va en fait multiplier les dangers. D'ailleurs, la Norvège veut revenir sur la prohibition décidée en 2009. L'État ne doit-il pas dire ce qui est acceptable ou non, comme lorsqu'il interdit la vente d'organes ou fixe un salaire minimum ? La vente d'organes est une mutilation définitive, le salaire minimum permet de lutter contre la misère. Ce n'est pas comparable. Sous prétexte de lutter contre les réseaux, c'est la prostitution qu'on veut anéantir. L'État n'a pas à légiférer sur l'activité sexuelle des individus, à dire ce qui est bien ou mal. Où commence et où finit la prostitution ? Combien de femmes ou d'hommes sont en couple pour l'argent ? Personne ne songe à aller y voir. On ne parle jamais de la prostitution masculine. Il y a aussi une misère sexuelle féminine et des femmes qui font appel à des prostitués. Il n'est plus alors question de domination masculine dénoncée par les auteurs de la loi. La prostitution est-elle nécessaire pour l'assouvissement de certains besoins sexuels, faut-il en faire un métier comme un autre ? Oui, et c'est pour cela qu'on ne pourra pas l'éradiquer. Sur la légalisation, il faut être prudent. On voit qu'en Allemagne, les choses dérapent, les mafieux profitent de la reconnaissance de la prostitution. Il faut donc en faire une activité sécurisée, donner aux prostituées les droits qu'elles réclament, comme celui de s'associer ou de louer un studio. Je voudrais tellement qu'on arrête de traiter les prostituées comme des rebuts de l'humanité. Un certain discours bien-pensant ne peut que les enfoncer davantage dans l'humiliation. EXTRAIT DU SITE WWW.LALTIPLANO.FR/FIERES-DETRE-PUTES.PDF Non, nous n’avons pas de proxénètes. Non, nous n’avons pas été violées dans notre enfance, ni par la suite. Non, nous ne sommes pas toxicomanes. Non, nous n’avons jamais été forcées de nous prostituer. Non, nous n’avons pas d’angoisse post-traumatique. Non, nous ne sommes pas malheureuses. Oui, nous 444


avons une vie sentimentale. Oui, nous avons des amies et des amants. Oui, nous sommes engagées dans la lutte contre les discriminations. Oui, nous exerçons un métier stigmatisé. Oui, nous avons choisi ce métier. Oui, nous voulons les mêmes droits que tous les citoyens de ce pays. EXTRAIT DU SITE WWW.PLANNING-FAMILIAL.ORG/ Le Planning et la prostitution Le Planning Familial agit et lutte pour participer à la construction d’une société égalitaire, sans marchandisation et sans violence. Cet objectif ne doit pas nous conduire à agir, ici et maintenant, en aggravant la situation des personnes en situation de prostitution du fait du système prostituteur. Le Planning estime indispensable de prendre en compte la réalité du terrain et de définir une stratégie dans l’intérêt des personnes prostituées. Déclaration Le Planning, mouvement féministe, s’appuyant sur son analyse des rapports sociaux de sexe, replace la prostitution dans un continuum de la domination masculine et refuse de faire des personnes prostituées des personnes « à part ». Si la prostitution a changé dans ses modalités avec l’arrivée d’un nombre important de femmes étrangères dans la prostitution de rue, comme avec l’usage généralisé d’internet, son développement est largement lié aux inégalités économiques croissantes et au renforcement de la marchandisation de nos sociétés. Dans ce contexte international de précarisation, de mondialisation et d’aggravation des inégalités Nord-Sud, nous constatons le développement de réseaux internationaux organisés d’esclavagisme qui exploitent la misère et les situations de vulnérabilité des personnes prostituées. Les effets des politiques successives pour enrayer les systèmes d’exploitation sexuelles ne protègent pas les victimes et il existe très peu de condamnations de proxénète. Les personnes prostituées sont incitées à dénoncer 445


mais ne bénéficient pas des protections et des droits promis en échange : elles deviennent ainsi encore plus exposées. Les politiques publiques actuelles et celles qui nous sont proposées, ont pour conséquence de renforcer la pénalisation des personnes prostituées sans mettre en cause les profits des réseaux de proxénètes. Pour exemple, dans le rapport de l'Assemblée Nationale, les lois de sécurité intérieure (LSI) sont toujours en vigueur. Elles prennent un tour d’autant plus violemment répressif que les femmes étrangères en situation irrégulière sont très représentées dans la prostitution de rue et très malmenées dans le contexte de mobilisation contre les droits des étrangers. Elles rendent moins visible l’activité sans changer la donne : pas de protection pour les personnes prostituées, des moyens en diminution pour les associations qui les accompagnent. Les lois qui condamnent le rapport sexuel tarifé pénalisent les personnes prostituées en priorité. Une loi doit être conçue de façon à ne pas avoir des effets contraires à ses objectifs. C’est pourquoi Le Planning pense que pénaliser le client ne résoudra aucun des problèmes actuels mais risque au contraire de les aggraver en pénalisant d’abord les personnes en situation de prostitution, en renvoyant les femmes dans les zones frontalières, aggravant leur clandestinité. Le Planning Familial se mobilise sur les conditions de la prostitution qui s’inscrit dans son combat contre les violences, et contre l'exploitation dans toutes ses dimensions. Le refus de la criminalisation n’est pas contradictoire avec ce combat contre les violences de genre ou les violences économiques. L’expérience du Planning Familial auprès des femmes et son expertise dans la lutte contre les violences et pour la santé sexuelle lui permet d’intervenir sur ces questions dans une approche globale et avec les personnes en situation de prostitution. C’est pourquoi Le Planning Familial oriente son action sur 3 axes s’appuyant sur les principes fondamentaux qui guident toute action dans le mouvement : éducation populaire, solidarité 446


avec les femmes, souci du respect de la parole de l’autre : renforcer le travail sur les rapports de domination et les inégalités femmes/hommes, développer l’éducation sexualisée, prendre en compte la parole des personnes en situation de prostitution. Le Planning Familial s’engage à : ➢ dénoncer les conditions d’injustice économique croissante, et spécifiquement les écarts entre riches et pauvres, nord et sud, qui ont un impact désastreux sur les conditions de vie des femmes, toujours en première ligne, la prostitution étant un des aspects de cette injustice économique. ➢ exiger une réelle politique de démantèlement des réseaux maffieux là où ils sont identifiés ; ➢ dénoncer les effets pervers de politiques répressives et demander l’abrogation de la loi LSI (art225-10-1) ; ➢ refuser la pénalisation des personnes en situation de prostitution et la criminalisation de l’activité et des clients ; ➢ refuser la discrimination envers les personnes prostituées quant à l’application des lois en matière de violences sexuelles, d’agression, de voies de fait et harcèlement ; ➢ revendiquer pour les personnes en situation de prostitution, l’accès aux droits sociaux qui devraient être communs à toutes et tous ; ➢ lutter pour que l'État mette en place une aide réelle pour celles qui veulent sortir du système prostitutionnel ; ➢ proposer des recherches actions avec des associations de terrain sur les questions des violences et de la santé sexuelle pour améliorer nos connaissances et nos interventions tant sur le terrain qu'au niveau politique.

447


EX-SCHIZO - Tome VI/VIII - Pour adultes  

Témoignage sur la schizophrénie et sa guérison

EX-SCHIZO - Tome VI/VIII - Pour adultes  

Témoignage sur la schizophrénie et sa guérison

Advertisement