Issuu on Google+

Le Centre de Danses Urbaines Heman Novembre 2006


Paris, le 14 novembre 2006

Madame, Monsieur,

Nous vous adressons ce dossier afin de vous faire part de notre intérêt particulier à l’égard de votre bâtiment, qui pour nous, association Heman, correspondrait à nos attentes.

A la vue des différentes sollicitations et engouement pour la discipline qu’est le hip hop, nous souhaitons maintenant créer une école de danses urbaines parisienne. Ce bâtiment, situé dans la rue Abel parait répondre à tous nos besoins tant au niveau de la surface, de l’emplacement géographique ou encore de la disposition des salles…. De plus, toute association a besoin de disposer d’un lieu pour développer ses activités, et ce lieu nous est apparut fonctionnel pour accueillir notre futur centre de danses. Ce dernier sera réservé à toute personne susceptible de devenir adepte de nos cours et de notre manière d’aborder la danse. Grâce à un tel lieu nous pourrions disposer de tous les moyens nécessaires à notre développement associatif. Nous pourrions en particulier planifier nos évènements, préparer nos chorégraphies et gérer ainsi tous nos futurs élèves, et accueillir les intervenants professionnelles. De surcroît, pour atteindre nos objectifs et satisfaire la demande, une implantation dans notre ville de prédilection qu’est Paris, permettrait un accès et une organisation plus aptes et professionnels. Nous nous rapprocherions donc de nos lieux de représentations et de nos partenaires externes... La création d’une école de danse urbaine dans des locaux spécifiques permettrait alors d’augmenter notre crédibilité et la représentation de ce style en plein essor. Avec toute la considération que nous avons pour la danse et la ville où notre combat artistique prend sa source, ce bâtiment serait l’idéal. Notre vision de l’avenir est alors de faire du 16 rue Abel l’adresse par excellence de la danse urbaine tant au niveau national qu’international.

Vous remerciant pour votre intérêt porté à la lecture de ce dossier, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.

HEMAN


presentation d’heman DANSER est un art !!! Danser est une discipline !!! Danser est une passion, une émotion qui se partage comme un sentiment de réciprocité…Danser est un langage et demande rigueur, passion, détermination, discipline, investissement et volonté d’être en synergie en se donnant corps et âmes. Heman, centre de danses urbaines répond à cette affirmation !!!… Structure fondée en 2002, elle a pour seul but de promouvoir le développement des diverses danses urbines en pleines ascensions et en permanence plébiscitées. Nous assistons à la montée de différentes danses, allant des disciplines dites « de salon » aux plus contemporaines qui aujourd’hui sortent des sentiers battus et cherchent un plus grand essor dans notre univers populaire. Mais malgré une diversité de danses développées dans le monde, et surtout en France, une nouvelle tendance se retrouve assoiffée de reconnaissance : Les danses urbaines. Au fil des années, de par l’évolution des mœurs, des modes et des tendances, la danse urbaine cherche à se faire entendre. S’inspirant de tableaux de la vie quotidienne, elle tend à vouloir marquer son temps et une génération toute entière. Heman association dévouée à cette cause répond à cet appel. Véritable concentrée artistique de par sa formation et sa constitution, elle tend à vouloir faire reconnaître et faire valoir cette famille de danses trop longtemps ignorée ou pas assez reconnue à sa juste valeur dans le panorama de la danse. L’association est composée de précurseurs dans le milieu de la danse, notamment Hip Hop, que sont les Frères M’PASSI (figures emblématiques des années 80 avec la création en ……de « BLACK BLANC BEUR »). Heman cherche à transmettre à toute une génération, des plus jeunes aux moins jeunes d’aujourd’hui et de demain cet amour de la danse en constante évolution. En 2002 l’association Heman se crée et en 2006, après un parcours échelonné et parsemé de diverses représentations, elle continue sa quête vers un univers qui, rappelons le, n’en est qu’à son avènement et non son aboutissement.


Les chorĂŠgraphes


CLAISE MPASSI Discipline : Lockin, hip-hop, poppin

Il est l’un des pionniers de la danse hip-hop en France et pédagogue depuis 1989. Artiste aux multiples facettes, il est à la foi danseur, chorégraphe, auteur-compositeur, jury dans divers battles internationaux mais également comédien. C’est au travers de toutes ces expériences qu’il a su imposer « son identité artistique ». Autodidacte depuis 1982, il s’inspire de différentes gestuelles, dont la danse africaine, le jazzrock, la salsa, les films Japonais et leur donne une respiration particulière. Claise est reconnu dans le monde entier du Hip Hop (Etats-Unis, Japon, Europe) grâce à ses qualités pointues et rigoureuses et son sens aigue de l'artistique. Il est ainsi sollicite afin d’être membre de jurys dans différents « battles » de haut niveau ainsi que pour donner des stages de perfectionnement ou dits "de transmission ". Le smurf, l’un des domaines préférés de Claise et dans lequel il excelle, est une danse inspirée du mime et de l’univers de la robotique. Aujourd’hui mélange d’ondulations faites par le corps et des postures rigides et droites, le smurf est une danse à part entière. Pour le chorégraphe, le hip-hop « free-style », est une discipline mélangeant tous les styles de danses hip hop (hype,lock, smurf, etc…), mais qui s’inspire également d’autres danses (danses africaines, salsa…).


STEPHANE BELLEMARE Discipline : Hip hop, Break Dance, New Style

Mannequin, danseur et chorégraphe au talent reconnu il est doté de cette aptitude rare, de mener de front plusieurs projets, sur la transmission, et les échanges autour de toutes les formes de danse hip-hop. Stephane Bellemare, a notamment su s’imposer en dansant aux côtés d’artistes de renoms ; tels que MC Solaar ou encore Tribal Jam….de plus il a collaboré avec des chorégraphes hip-hop et Jazz Rock tel que Max Laure Bourjolly (Boogie Saï) Alex Benth (Boogie Saï et Jeu de Jambes), Junior (Boogie locker) et surtout les pas moins Richard et Claise MPassi deux grands précurseurs dans ce milieu. Stephane Bellemare utilise plus particulièrement les techniques de jambes tel que le pass, ou le footwork. Arrivé dans les années 80, le break est inspirée de techniques de capoeira et de danses africaines. Les pionniers de cette danse ne sont autres que le ‘Rock Steady Crew’,’Grand Master Flash’, ‘Afriac Bambata’ ou le film ‘Beat Street’.


RICHARD M’PASSI Discipline : Jazz-Rock

Il est surnommé Richard MP Style, par son style et son élégance depuis 1975 et fait de sa passion une profession. C’est un des pilliers de la compagnie Black,Blanc,Beur, l’une des premières compagnies Hip-Hop en France. Aujourd’hui, après avoir passé vingt années au sein des B3, il a déjà foulé tous les continents avec une dizaine de créations à son actif. Il vit cela comme un lointain héritage provenant des années 30 en empruntant le swing de James Brown et les acrobaties des Nicholas Brothers. Membre du collectif « jeu de jambes », Richard et sa compagnie multiplient les prestations, sillonnant chaque années la France et les 4 coins du globe. En parallèle, il donne des cours tout au long de l’année dans divers lieux artistiques dans le but de transmettre des techniques de bases qui lui sont propres. Artiste polyvalent, on a pu croiser Richard dans des spots télévisés, des clips, des émissions TV (il a été dernièrement l’invité d’une émission sur MTV) ou encore une comédie musicale.


LE GROUPE PHARE DE L’ASSOCIATION :

AZARIA


Sous la direction du chorégraphe Claise M’Passi, la compagnie Azaria voit le jour en 2001. La première pièce appelée « L’Ombre d’Achille » fut remarquée dans des lieux tels que Nanterre, la Villette ou Genèves. Composée de 6 danseuses, Azaria est LA compagnie du moment. Après des mois d’entraînement intensifs et quelques représentations, le groupe était déjà reconnu dans le monde du hip hop. 2006 est l’année du déclic, Azaria remporte le concours Dance Delight, en battant sans complexe les meilleurs danseurs et décroche par la même occasion un billet pour Tokyo pour rencontrer les plus grands. Depuis leur incontestable prestation, les dates de représentations n'ont de cesse de s'enchaîner et de nombreux festivals européens nous sollicitent pour pouvoir les compter parmi leurs invités.


Creations D’EVENEMENTS


LES SPECTACLES Grâce à notre professionnalisme et notre savoir faire, il nous a été confié l’organisation de deux spectacles, renouvelés tous les ans, à Chevilly-Larue et à Bois d’Arcy.

1. Bois d’Arcy C’est avant tout une rencontre de type partenariat / échange entre l’association Heman et la MJC l’Abri Blues. Nous avons pour charge d’organiser un spectacle de danse hip hop, permettant de mettre en avant les activités organisées au sein de la maison de quartier. Nous avons plus précisément les taches suivantes : - choix du thème général de l’évènement - sélection des groupes programmés - organisation des passages sur scène - gestion des répétitions générales - organisation des loges - organisation et choix des repas - préparation de la communication de l’évènement en collaboration avec la MJC

2. Chevilly-Larue Il s’agit cette fois-ci d’une collaboration de type prestation de services. La ville de ChevillyLarue paye l’association pour organiser un spectacle mettant en avant les activités au sein de la maison de quartier. La mairie met à notre disposition un théâtre d’environ 400 places et nous donne l’objectif de le remplir en organisant un spectacle de qualité et de grande envergure mettant en avant les élèves ayant suivis tout au long de l’année les cours de Leïla (Azaria) au sein des ateliers Hip Hop de la ville. En juin 2007 aura lieu, notre quatrième collaboration avec les services municipaux de la jeunesse de la ville de Chevilly Larue. Nous avons de nouveau à charge : -

sélection des groupes programmés organisation des passages sur scène encadrement des répétitions générales répartition des loges entre les artistes organisation et choix des repas fourniture du visuel servant de base à la communication de l’évènement


LES STAGES Nos chorégraphes sont amenés tout au long de l’année à réaliser des stages spécifiques à leurs spécialités. Ces cours de danses ponctuels peuvent être aussi bien organisés par Heman que par des personnes extérieurs souhaitant faire bénéficier à leurs élèves la compétence et de la renommée de nos intervenants


PRESS BOOK


claise


richard


Azaria

Les filles d’Azaria sont souvent sollicitées pour de nombreuses représentations

La victoire au Paris Dance Delight d’Azaria a crée une véritable émulation


Chorégraphies de la culture hip-hop LE MONDE | 02.11.06 | 17h11 • Mis à jour le 02.11.06 | 17h11

MANTES-LA-VILLE ENVOYÉE SPÉCIALE

« Hors les murs » depuis trois ans en raison des travaux affectant la Grande Halle, les Rencontres de La Villette ont dressé cette année leurs tréteaux en grande banlieue. Dans les Yvelines d'abord, à Mantes-laJolie, Mantes-la-Ville, Aubergenville puis Magnanville, du 26 au 29 octobre, puis en Seine-et-Marne, à Sénart et Chelles, du 2 au 5 novembre, cette manifestation phare de la culture hip-hop s'affronte aux vrais enjeux d'une réalité urbaine chahutée. Après Limoges ou Lille, ce parti pris, plus rude, plus "roots" selon l'expression de Philippe Mourrat, directeur artistique de l'opération, entend remettre à flot "ce que serait vraiment un service public de la culture". "Ce choix entraîne une perte d'image et de standing, c'est évident, mais peu importe, insiste-t-il. Le nombre de spectateurs risque aussi d'être moins important. En revanche, le gain humain est énorme. On mène un travail de fond sur le terrain avec différentes associations qui nous amènent un public de jeunes que l'on n'aurait jamais eu à Paris. Même si le contexte est vraiment difficile, les Rencontres sont ici à leur place." UN VRAI DÉSIR DE DANSER Lors du premier week-end, salle Jacques-Brel à Mantes-la-Ville, le plateau hip-hop a imposé des signatures originales, peu conformes avec l'esthétique "cité" valorisée par la mode. En pantalons lacérés et bustiers ad hoc, les quatre danseuses virevoltantes de la compagnie Azaria, dirigée par Claise M'Passi, libèrent un tonus virulent sans jamais perdre le sourire. Ce quatuor hip-hop féminin intitulé Unies vers..., dans lequel les interprètes chantent a cappella des mélodies africaines, se distingue par sa vitesse d'exécution. La gestuelle saccadée s'emballe sur des percussions pour faire éclater le groupe. Sous les coups de semonce des quatre furies, le plateau devient le réceptacle d'un vrai désir de danser. (…) Rosita Boisseau


CO1CIEDANSE en compagnie de Souad MASSI


test