Page 1

SCHENK MAGAZINE année 3 | numéro 5 | juillet 2017

EN ROUTE

Connecting Planning & Execution dans la planification du personnel roulant Hans Van Schaik

Chez Schenk, on est considéré comme des personnes, pas comme des numéros Formation des secouristes


La croissance des activités exige un renforcement supplémentaire de l’organisation LE PREMIER MOT « La croissance récente de notre entreprise tient à ce que la demande connaît un essor certain s’expliquant par une relance de l’économie et par les succès de nos donneurs d’ordre, nouveaux ou existants. Il s’agit là d’un développement positif impliquant nécessairement que nous investissions davantage dans notre organisation en élargissant les capacités de nos effectifs dans différents départements de l’entreprise : TIC, HR, Gestion du parc de véhicules, Atelier, Secteur opérationnel et Planification. La croissance nous contraint à acquérir du matériel, à la fois nouveau et de remplacement, pour ATV, Chemie et Versum.

2 | EN ROUTE 05 2017

Nous nous félicitons de ce que la croissance se soit doublée d’une diminution des incidents et des accidents au cours du premier trimestre, diminution que l’on peut rapporter à la réussite de notre politique, à davantage de mentions de quasi-accidents et, last but not least, à une attention plus soutenue de nos chauffeurs. L’application active de la procédure de sécurité GOAL (Get Out And Look) a grandement contribué à cette amélioration. Compliments à toutes les personnes impliquées : nous sommes fiers de nos chauffeurs. Continuité Flexibilité et durabilité ne sont pas seulement des mots clés importants dans la nouvelle convention collective (CAO)(NL), ils le sont également chez nos donneurs d’ordre. Il nous faut pouvoir jouer rapidement sur des conditions de marché fluctuantes, en tenant compte de ce à quoi les gens aspirent tout naturellement : la sécurité. Il est vrai qu’en jouant à temps sur les changements, en investissant en continu dans l’organisation et dans le personnel, il nous est possible d’offrir une continuité certaine. Et la continuité est cela même qui génère la certitude souhaitée. La nouvelle convention collective offre davantage de perspectives à nos collaborateurs plus âgés et leur permet de moins travailler, pour autant que les conditions d’exploitation le permettent. Il est également désormais possible d’acheter des congés supplémentaires. En fonction de la demande dont cette dernière possibilité fera l’objet dans l’entreprise, nous ne pourrons éviter d’embaucher des chauffeurs, et ceci dans un marché du travail toujours plus limité. Afin de nous entendre sur les meilleures solutions possibles, nous discuterons prochainement de la nouvelle convention collective aussi bien en interne qu’avec nos donneurs d’ordre. Nouveaux développements Praxair et Messer ont décidé d’assurer eux-mêmes la planification de produits à partir du troisième trimestre. Bientôt plus de planification de produits également à Papendrecht (NL), l’accent devant être mis sur la planification du personnel, à l’instar de ce qui se passe chez Motorbrandstoffen. Du fait de l’ampleur des activités de distribution de carburant et de distribution de gaz issus de la séparation d’air, il a été décidé de scinder la planification du personnel entre le manager opérationnel des carburants (NL), Frits van Hintum, et le manager opérationnel responsable de Cryo (NL), Arjo Kreeft. Arjo est entré en service chez Schenk le 1er juin dernier. Nous souhaitons à tous nos employés de passer de bonnes vacances d’été. Qu’elles soient aussi agréables que sûres. » Harry et Arjan Schenk


INDEX 02 La croissance des activités exige un renforcement supplémentaire de l’organisation 03 En route vers une organisation en mesure d’affronter l’avenir 04 Apprenons à connaître l’équipe de gestion

06 Formation des secouristes 08 Pour un collaborateur, la meilleure manière de travailler en toute sécurité consiste à s’impliquer dans son travail. 09 Mise à jour concernant le département TIC

10 ‘Connecting Planning & Execution’ dans la planification du personnel roulant 11 Nous sommes à la fois flexibles et déterminés 12 Chez Schenk, on est considéré comme des personnes, pas comme des numéros.

ORGANISATION

En route vers une organisation

en mesure d’affronter l’avenir À partir du 1er juin 2017, un certain nombre de changements ont été introduits dans l’organisation de Schenk (NL). Les raisons des modifications planifiées sont liées à la nécessité de renforcer plus avant l’organisation afin de pouvoir continuer à satisfaire aux exigences fixées. Année après année, Schenk continue à croître. Afin d’assurer plus avant la croissance, il est essentiel que l’organisation soit suffisamment forte pour pouvoir affronter les changements attendus. Vous trouverez ci-dessous une explication concernant les changements devant nous permettre de faire le premier pas dans la bonne direction. Intermodal : Schenk-Intermodal s’est développé à partir d’une croissance autonome (sans reprises) jusqu’à devenir une entreprise à part entière, capable de desservir ses clients aussi bien sur son sol national qu’à l’étranger. Forte de ses succès opérationnels et commerciaux, l’entreprise est désormais capable d’opérer de manière totalement autonome. La taille de Schenk-Intermodal justifie / exige la présence d’un Directeur général : l’organisation devant être dirigée, développée partout où nécessaire et la relève devant être assurée. Depuis le 1er juillet 2017, Paul van de Reijt est venu renforcer l’organisation en assurant cette fonction. Paul a accumulé une expérience de quelque 15 ans dans le secteur, ayant été, entre autres, directeur de GCA Nederland BV. Anton de Vries, qui, jusqu’alors, dirigeait Intermodal, s’investira principalement, désormais, dans des tâches commerciales au sein d’Intermodal. Le transport de gaz cryogéniques / gaz de l’air : Une partie de la croissance de Schenk-Papendrecht BV est due à la croissance du transport de gaz cryogéniques. La taille des paquets de chargement que les donneurs d’ordre confient à Schenk justifie le fait que ce département soit dirigé comme une unité commerciale distincte. Entretemps, cette activité emploie un effectif de quelque 225 personnes et dispose d’un parc de véhicule de 130 unités. Une unité commerciale de cette taille exige beaucoup d’attention de la part de la direction. La division des tâches au sein de ce département entre Hans Mulder et Frits van Hintum s’est trouvée modifiée à partir du 1er juin dernier par la nomination d’Ario Kreeft à la fonction de manager opérationnel. Ario a travaillé pendant des années comme planificateur dans une entreprise de transport. Au cours des huit dernières années, il assumait la fonction de directeur de la clientèle chez Scania, entreprise

dans laquelle il était, entre autres, responsable des grands comptes (secteur public). Dans les semaines / mois à venir, les tâches assurées par Hans et Frits seront reprises par Arjo. Hébergement : La croissance de l’entreprise nous amène également à penser à son hébergement. Cette question est largement débattue en arrière-fond. On peut s’attendre à ce qu’une solution soit proposée à moyen terme (d’ici environ 18 mois). L’atelier, le terrain de stationnement et l’espace réservé aux bureaux font, à cet égard, l’objet d’une attention particulière. Le département Intermodal a récemment déménagé (début juin dernier) dans l’immeuble de bureaux de P3 (Nieuwland Parc)(NL), de telle sorte que des locaux de bureaux ont été libérés dans P1 (Burgemeester Keijzerweg)(NL) pour permettre une croissance éventuelle au cours de l’année à venir. En route vers une organisation en mesure d’affronter l’avenir.

Direction

Comité d’entreprise

Assistante direction

ICT

Technique

HR

Finance

QHSSE & CSR

Planification du personnel carburants Planification du personnel gaz cryogéniques

Planification des transports routiers Planification intermodale

QHSSE & CSR = Quality, Health, Safety, Security, Environment & Corporate Social Responsibility; HR = Human Resources; ICT = Information & Communication technology

EN ROUTE 05 2017 | 3


LES ENTREPRENEURS ONT LA PAROLE

Apprenons à connaître l’équipe de gestion :

John van den Akker Quelle est ta fonction ? « Directeur RH (NL). RH, autrement dit Ressources Humaines. Nous parlons donc du potentiel humain. On parlait, autrefois, du département du personnel. C’est une fonction dans laquelle on étudie, avec les cadres, la meilleure manière d’utiliser le potentiel humain. D’où le changement de nom. Les tâches sont diverses : suivre une formation, planifier d’autres horaires dans le cadre d’une mise à disposition durable, mais aussi conduire des entretiens de fonctionnement lorsque les activités ont laissé à désirer, etc. Par ailleurs, j’ai la responsabilité de tout ce qui touche à l’entrée en service du personnel et à la ventilation du personnel dans l’entreprise. Je suis également responsable du bon déroulement du processus suivi par les employés quittant l’entreprise. Le recrutement, la sélection et la nomination font également partie de mes fonctions. Enfin, j’ai la tâche,en collaboration avec la direction et l’équipe de gestion, de développer des plans visant à l’amélioration de l’entreprise ou à la prévention des coûts inutiles. Tout cela est essentiel et paraît, évidemment, intéressant. Mais avec environ 850 employés aux Pays-Bas, il faut que le département RH dispose, c’est clair, d’une capacité suffisante. Le

4 | EN ROUTE 05 2017

fait est que les affaires courantes réclament beaucoup de temps. Nous ne sommes donc pas en mesure de nous occuper de certaines questions. D’où que je sois particulièrement content que de ce que la direction ait donné son accord pour élargir le département RH. J’espère qu’à la fin de l’été tout cela prendra forme avec la venue de nouveaux collègues. À ce propos, je saisis l’occasion pour expliquer en quoi consiste ma fonction et celle du département RH, puisque je remarque que bien des collègues voient ce département autrement qu’il n’est. Ce n’est pas RH qui détermine le planning des chauffeurs, c’est le cadre responsable (le planificateur ou le directeur des opérations). La fonction de RH est, ensuite, de régler les choses sur le plan administratif et contractuel, en tenant également compte des contraintes légales. » Quand êtes-vous entré en service chez Schenk ? « Le 1er janvier 2009. Avant de travailler pour Schenk, j’étais responsable opérationnel dans la Marine Royale, à bord de la frégate Van Galen. À l’époque de ma formation initiale dans la marine, je me suis spécialisé dans les ressources humaines (Personnel de formation supérieure professionnelle et Travail). J’ai assuré différentes

fonctions, en partie sur terre, en partie sur mer, dans une unité navigante. J’ai assuré des missions de navigation de plusieurs mois. Je sais donc ce que représente le fait de faire de longues journées, de se trouver loin de chez soi. Donc je sais ce que vivent nos chauffeurs ainsi que d’autres collaborateurs de Schenk. Avec une jeune famille, ce n’était pas, à l’époque une combinaison idéale. En 2008, je me suis mis à la recherche d’un travail en rapport avec la gestion du personnel en entreprise et c’est de cette manière que je suis entré chez Schenk. Il me faut bien dire que je trouve tout à fait exceptionnel que tous les membres de l’équipe de gestion d’alors soient toujours en poste. Cela dit bien quelque chose de positif sur ce que j’ai vécu dans l’entreprise. » Comment a ensuite évolué votre fonction ? « Lorsque je suis entré en fonction, l’effectif, aux Pays-Bas, était de 530 personnes. Actuellement, notre effectif compte quelque 850 personnes. Si l’on s’en tient à la simple différence (320 nouveaux employés), on passe trop rapidement sur le fait qu’entre temps d’autres employés ont quitté l’entreprise. Je me suis donc occupé de plusieurs centaines de nouveaux employés. Maintenant, si on considère les choses au niveau


L’équipe RH John van den Akker Directeur RH Maarten Maasland Superviseur Chauffeurs Diana Bakker Employée RH Rolf van Mourik Employé d’administration générale

clients. Il faut bien constater un processus de durcissement de la régulation qui ne fait que s’affirmer au fil du temps. » En quoi consiste votre fonction actuelle ? « Elle consiste essentiellement, en collaboration avec l’équipe RH, à soutenir les départements relativement aux questions touchant le personnel afin de tirer le meilleur parti des ressources humaines dont nous disposons. Nous le faisons en concertation avec les cadres et les personnes concernées. J’aime mon travail et ma profession est passionnante : dans une entreprise, l’homme et le capital le plus intéressant, il est ce qui fait la différence. Mon expérience est faite de moments et de tournants intéressants, mais il y

„Bouées et bind“ a également des aspects moins enthousiasmants. Il y a des situations – débaucher quelqu’un ou intervenir dans une situation dans laquelle l’employé, en incapacité de travail, ne pourra plus trouver sa place sur le marché du travail – qui ne sont pas toujours faciles. »

des candidatures, il faut alors parler de quelques milliers. Ceci dit, nous ne nous endormons pas sur nos lauriers et continuons à travailler à une professionnalisation plus poussée du département RH. Ce qui est remarquable, c’est que j’ai été engagé en début de crise. Pour un temps, recruter des chauffeurs n’a pas été chose facile, mais j’ai bien vite été servi par la crise, puisque l’offre concernant les chauffeurs s’est faite toujours plus grande. Et voilà qu’aujourd’hui nous assistons de nouveau à un resserrement du marché du travail du fait de la relance économique, entraînant pour nous par une certaine pénurie au niveau de l’embauche. Heureusement, la réputation de Schenk joue à notre avantage. Être chauffeur chez Schenk reste toujours très enviable. De plus, beaucoup de choses ont changé au niveau de la législation. La sauvegarde des données personnelles, les conditions de travail et les droits des travailleurs et des employeurs ont été passablement modifiés par la Loi sur le travail et la sécurité (WWZ en néerlandais) et la modernisation de l’assurance maladie, pour ne citer que ces deux lois. D’une manière générale, la société dans laquelle nous vivons a également changé, de même que les exigences contractuelles de nos donneurs d’ordre / de nos

Dans quelle mesure êtes-vous visible pour les chauffeurs ? « Au début, j’ai très souvent assisté aux réunions de chauffeurs, ce qui, hélas, n’est plus le cas ces dernières années. Je trouve cela dommage, parce que j’aimerais être présent pour m’adresser aux collègues. Le fait est que je travaille également avec l’équipe dont je suis le responsable et que je m’occupe également des tâches en cours. Je passe donc beaucoup de temps au bureau. Ici, à Papendrecht, les chauffeurs me connaissent, mais en dehors de Papendrecht, je suis peu connu. C’est pour cela que j’essaie le plus possible d’aller assister aux évènements qui peuvent se présenter. Mais les chauffeurs peuvent me joindre, pour autant que leurs problèmes relèvent de mes compétences. Il est toujours possible de prendre contact, en m’envoyant un e-mail, en me téléphonant ou en demandant un entretien en face à face à Papendrecht, il ne faut pas s’y tromper. Et, à l’avenir, dans le cadre de l’Intranet, il sera encore plus facile de faire circuler l’information, c’est certain. Lorsque les processus RH seront davantage automatisés et que le département RH aura été élargi, j’espère disposer de davantage de temps pour me rendre sur le terrain en compagnie des planificateurs et des responsables opérationnels. »

Suivez-vous des formations ? « Je trouve qu’il est important de suivre des formations, c’est quelque chose que je recommande à tout le monde. Les premières années, j’ai bénéficié de nombreuses formations, j’ai participé à de nombreux ateliers concernant le transport, la prévention, les horaires de travail et les systèmes d’évaluation de fonction. Il me fallait explorer le secteur en profondeur. En 2015, j’ai suivi la formation sur la gestion des ressources humaines afin d’être en mesure de mieux chiffrer les propositions RH sur le plan financier. Dans ce type de formation, on apprend à faire un plan d’entreprise destiné à la direction, à chiffrer les coûts et à évaluer ce que peut être le résultat des mesures proposées. Imaginons, par exemple, que l’on puisse réduire d’un demi pour cent les absences pour cause de maladie : investir dans ce sens est une bonne chose, puisque cela permet de faire une économie notable. En 2016, j’ai suivi une formation de quatre mois (1 jour par semaine) sur le Droit du travail. En matière de législation, beaucoup de choses ont été modifiées et il est indispensable de disposer, dans nos murs, d’une expertise actuelle. D’une part, il est important de conseiller correctement les employés et l’employeur, et d’autre part, de minimiser les coûts que représentent les services d’avocats. » Comment voyez-vous l’avenir dans le segment qui est le vôtre ? « Les changements nécessaires vont se faire. Notre collègue Maarteen Maasland partira à la retraite en 2018 et devra être remplacé. Une partie de ses tâches sera reprise par les superviseurs opérationnels. Son successeur se profilera davantage comme un gestionnaire de cas RH en rapport avec l’absentéisme. Par ailleurs, comme nous l’avons déjà dit, nous allons élargir le département RH en l’enrichissant d’un conseiller RH pour le recrutement et la sélection de nouveaux employés, tandis que Diana, en tant que qu’employée RH se verra adjoindre un collègue direct, ce qui permettra, pendant les heures de bureau, de pouvoir disposer d’une occupation RH nous permettant de dialoguer avec le personnel. Dans une organisation en pleine croissance, nous travaillons à une automatisation toujours plus poussée des tâches. Actuellement, nous sommes encore obligés d’extraire les données du système, bientôt le système procèdera lui-même automatiquement à la signalisation. Je pourrai en dire plus sur ces sujets, mais cela dépasserait les limites du présent article. Dans tous les cas, je souhaite au département RH d’être prêt à affronter l’avenir. »

EN ROUTE 05 2017 | 5


« Les formations et leur reconduction sont essentielles pour réajuster et maintenir les compétences nécessaires au travail », nous explique Danilo Smoczinsky (QHSSE manager Allemagne).

Formation des secouristes

Harry Schenk a ouvert l’atelier en évoquant l’histoire de l’entreprise et le développement de Schenk Allemagne.

INTERNATIONAL

« En Allemagne, les cours de conduite doivent être précédés d’un cours de secourisme. Il est vrai, qu’ensuite, et nous ne nous en plaindrons pas, l’occasion de vérifier l’apprentissage des premiers secours dans la pratique ne se présente pas rapidement. Cependant, il peut malgré tout arriver (en étant, par exemple, directement témoin d’un accident de la circulation ou d’un accident survenant dans l’atelier) qu’il soit nécessaire de prodiguer d’urgence les premiers secours. Dans ce cas, il est bon de disposer des techniques spécifiques de base. D’où l’importance des cours de remise à niveau en matière de secourisme. Ce fut, donc, le cas, chez nous, au printemps de cette année. Jürgen Drechsel, un secouriste confirmé du service d’ambulance, a été chargé de prodiguer cette formation aux employés de bureau et aux chauffeurs de Schenk. Outre la transmission des principes théoriques de base, la formation a surtout mis l’accent sur l’exécution pratique. À cette occasion, les participants ont donc appris comment procéder dans la pratique. Ont été données des directives permettant de se repérer en cas d’urgence. C’est le cas, par exemple, de l’examen à pratiquer sur la victime selon un triple principe : Respiration, Conscience et Circulation. Le bouche-à-bouche et le massage cardiaque sur le mannequin ont été pratiqués en dernier, de telle sorte que l’instructeur Jürgen puisse évaluer la mise en pratique de ce que les participants avaient appris.

6 | EN ROUTE 05 2017


Les participantes et les participants ont attentivement écouté l’intéressante contribution de Harry Schenk.

Le formateur X (3ème à partir de la droite) a utilisé le mannequin pour expliquer aux participants en formation comment procéder à un massage cardiaque et à un bouche-à-bouche.

L’atelier des chauffeurs Où est-ce que le bât blesse ? Quelle position peut prendre Schenk, en tant que bon employeur, à l’avenir ? Comment répondre à la pénurie des chauffeurs ? Ces sujets ont occupé une place centrale dans les discussions de l’atelier des chauffeurs tenu au siège de Schenk Allemagne, à Gelsenkirchen (D), le 23 mai dernier. Les chauffeurs de différentes filiales allemandes de Schenk étaient rassemblés au siège de Gelsenkirchen afin de travailler en quatre groupes sur ces questions. Les contributions propres à chacun des quatre groupes ont été finalement présentées à tous les groupes réunis. Pour les partenaires qui accompagnaient leurs maris pendant cette journée de formation fut organisée une visite guidée dans la Zeche Zollverein, à Essen (D). Un évènement typique de la Ruhr, que ces dames ont particulièrement apprécié. Les activités de l’atelier comprennent naturellement des ‘devoirs’ et un certain nombre de points devront être traités plus en détail, de telle sorte que Schenk puisse maintenir son attention sur ces questions afin de contenter ses employés. Il est également important, à cet égard, de noter les nombreux échos positifs portant sur des points déjà bien organisés et fonctionnant parfaitement.

Safety-Day-events avec Praxair Les transports de CO2 de notre fidèle client Yara ont été vendus, cette année, à PRAXAIR. Nous avons appris avec plaisir que la distribution de CO2 se poursuivait également avec PRAXAIR. Il était, dès lors, nécessaire de familiariser l’équipe de chauffeurs existante, connue pour sa stabilité, avec les exigences (de sécurité) de notre nouveau client. C’est pour cela que deux Safety-Day-events conjugués ont eu lieu à Gelsenkirchen (D). L’accent n’a pas seulement été mis sur la formation périodique relative aux directives HACCP (hygiène alimentaire) ou sur la manière de manipuler les soupapes de fermeture sécuritaires SAA, mais a surtout porté sur la manière dont Praxair considère la question du “travail sécurisé”. Dans cette perspective, Praxair considère, par exemple, que le chauffeur est tenu de se soumettre à un test d’alcoolémie avant de partir pour sa tournée. Un appareil monté sur le tableau de bord de la cabine du chauffeur est utilisé pour le test. Autre outil technologique servant à garantir la sécurité : le Safety-On-Bord-Computer dont la fonction est d’évaluer le comportement du chauffeur au volant. Pour finir, sont prévues des évaluations périodiques de chauffeur constituant la base du classement de tous les transporteurs roulant pour Praxair. Et, sur ce point, il est clair que nous nous révèlerons combattifs, afin de venir occuper une place sur le podium... »

EN ROUTE 05 2017 | 7


QUALITÉ & SÉCURITÉ

SÉCURITÉ VIENT EN PREMIER. ET J’AI TRAVAILLÉ EN TOUTE SÉCURITÉ PAR LMRA.

Analyse de risque de dernière minute. Savoir ce que vous faites et faites-le en toute sécurité.

Pour un collaborateur, la meilleure manière de travailler en

toute sécurité consiste à s’impliquer dans son travail. Impossible pour Ewout Mol, en tant que QHSSE Manager, d’être jamais satisfait. Il est, évidemment, toujours possible de faire mieux et de se dire que l’objectif ne peut être atteint que lorsque l’on ne compte plus un seul incident. Mais pourquoi Ewout Mol est-il malgré tout content des résultats obtenus ? « Bien sûr, l’idéal serait d’atteindre le niveau zéro en matière d’incident, mais il nous faut également être réalistes. Nous sommes tous des personnes, pas des robots. Pour peu que nous ayons des résultats positifs, que nous ayons encore une fois moins de contaminations et de dommages dus aux manœuvres, nous pouvons bien nous estimer contents. Par ailleurs, l’appel que nous avons lancé concernant la communication des quasi-accidents a été particulièrement bien entendu par les chauffeurs. Miranda Wolf (collaboratrice administrative QHSSE/ planification du personnel) a reçu bon nombre de ces communications et s’occupe activement de la question en concertation avec nos donneurs d’ordre. Ces communications nous viennent, outre des carburants moteur, également d’autres divisions, ce qui m’enchante. Le traitement dure, c’est vrai, plus longtemps que ce que nous aimerions, puisque, dans les grandes sociétés, ces questions passent par un protocole assez long. Pour cette raison, il est bon qu’un chauffeur ne se contente pas de communiquer le quasi-accident, mais interpelle également les collaborateurs ou les opérateurs sur les questions névralgiques, ce qui, souvent, peut entraîner une solution plus rapide du problème. Quoi qu’il en soit, les donneurs d’ordre se félicitent de cette orientation et nous aussi. Et nous continuons, chaque mois, à offrir des parapluies Schenk pour récompenser les meilleurs quasi-accidents communiqués.

8 | EN ROUTE 05 2017

Double autocontrôle Il est bon de voir que les efforts des superviseurs opérationnels portent leurs fruits. Ils ont déjà pu distribuer pas mal de porte-clés « Je travaille sans prendre de risques » aux chauffeurs méritants. Que l’on pense à la régression des contaminations et aux tracas dont sont, par-là, épargnés les donneurs d’ordre, leurs clients, notre entreprise et le chauffeur lui-même. En se concentrant, le moment venu, sur un double autocontrôle actif, il est possible d’éviter la contamination, les chiffres le prouvent. LRDM (en néerlandais, LMRA) Le LRDM intervient dans le prolongement de cet autocontrôle : Analyse des risques de dernière minute, donc. Autrement dit, avant de démarrer une tâche donnée, évaluer encore une fois le degré de sécurité, aussi bien pour soi que pour l’assistance. Même chose pour le GOAL (Get Out And Look). Depuis que davantage de chauffeurs se prêtent à ce protocole, les dommages dus aux manœuvres diminuent. Ces résultats sont le signe de ce que nous sommes sur la bonne voie. Et si l’on considère que les équipements de protection sont toujours davantage utilisés, le responsable de la qualité a toutes les raisons d’être content. Nous recevons des compliments sur nos chauffeurs de camions-citernes, ce qui est flatteur pour notre image de marque. En effet, pas facile de rester calme dans une circulation toujours plus intense. Se sentir impliqué dans l’entreprise et dans celles de nos donneurs d’ordre peut être d’une aide certaine. J’irai jusqu’à dire que pour un collaborateur, la meilleure manière de travailler en toute sécurité consiste à s’impliquer dans son travail. Si l’on considère les résultats de notre entreprise et le fait que les collègues ont si bien relevé le défi, nous pouvons dire que chez Schenk, un grand nombre de collaborateurs s’impliquent dans leur travail. »


AUTOMATISATION

Mise à jour concernant le département TIC Ces derniers temps, bien des choses ont dû changer en matière d’automatisation. Il est donc temps de faire connaissance avec les gens responsables de ces changements (NL). De manière directe ou indirecte, tout le monde se trouve concerné par ces changements. La première responsabilité du département TIC se rapporte au fait que tous les employés, qu’ils se trouvent en route, au bureau ou à la maison, à quel moment que ce soit, soient à même d’utiliser les logiciels corrects, afin de s’acquitter de leurs tâches quotidiennes de la manière la plus efficace possible. Pour améliorer la situation, les serveurs du Groupe Schenk ont, à la mi-2016, été hébergés dans un centre de données à Amsterdam (NL) et ne se trouvent donc plus dans les bureaux de Papendrecht (NL). Afin d’améliorer le soutien apporté aux utilisateurs, le poste de travail et la gestion de réseau ont été, depuis le mois de janvier dernier, en grande partie confiés en sous-traitance à UC Systems (entreprise établie à Hardinxveld (NL)). Les gestionnaires attitrés, Frank Nijmeijer et Maarten van den Bogaard, sont, entre-temps, devenus des visages familiers. Tout cela a donné aux collaborateurs du département TIC une plus grande liberté de mouvement pour développer plus avant et mieux utiliser les applications logicielles au sein de l’entreprise.

Willem van Eck dirige, chez Schenk, le département TIC. Willem travaille dans l’entreprise depuis 2005. Il est responsable final du département et s’occupe principalement des projets visant à l’amélioration des processus de travail au sein de l’entreprise Schenk et des échanges de données numériques avec les clients. C’est actuellement le cas du projet ‘Connecting Planning & Execution’ relatif à la planification du personnel (vous trouverez plus de détails sur ce projet particulier dans le présent numéro d’En Route). Robbert de Boer, a débuté chez Schenk en 2002 dans la section d’administration des parcours. Depuis 2006, Robbert est gestionnaire de système dans le département TIC. Il est, non seulement, gestionnaire de système, mais également gestionnaire de AFAS online, système opérant en arrière-plan des (nouveaux) sites web InSite et OutSite. Par le biais de InSite, 850 collaborateurs néerlandais peuvent, depuis peu, se connecter sur un site web interne de Schenk. Par ailleurs, par le biais de OutSite, il est possible de solliciter un emploi chez Schenk. Plus de détails sur ces questions dans le présent numéro d’En Route. Troisième personne impliquée : Richard van Dijk, qui, lui, travaille chez Schenk depuis 2012 et a débuté dans l’entreprise comme collaborateur administratif (administration des salaires). Depuis 2015, il est responsable

de la gestion de quelque 700 ordinateurs de bord et tablettes, du logiciel d’exploitation des ordinateurs de bord et du logiciel de gestion des données du tachygraphe numérique. Richard est l’interlocuteur dédié des établissements de Schenk et des chauffeurs néerlandais pour toutes ces questions. À partir du 1er avril dernier, l’analyste de processus, Steven Petersen est venu renforcer l’effectif du département TIC. Steven nous vient du secteur public dans lequel il s’occupait de l’optimisation du processus et de l’analyse, de la numérisation et de l’optimisation des flux d’information. La tâche première confiée à Steven consiste à analyser les processus de travail et à mettre à contribution les applications automatisées dans le nouveau projet Connecting Planning & Execution. Par ailleurs, il soutient l’atelier dans son effort d’améliorer l’articulation entre le logiciel d’atelier Ultimo et la mise en œuvre du travail dans l’atelier lui-même. Le département travaille en étroite collaboration avec ce que l’on appelle les super-users (collaborateurs passablement familiarisés avec le logiciel et son utilisation quotidienne) travaillant dans les établissements Schenk et utilisant différentes applications logicielles, afin de soutenir l’utilisation de ces applications et initier de nouveaux développements.

Service d’assistance pour toutes les questions TIC Les employés de tous les établissements installés aux Pays-Bas, en Allemagne, au Luxembourg et en Belgique peuvent, pour toutes leurs notifications (pannes, mais également nouvelles idées) concernant le logiciel d’atelier et la gestion de réseau, adresser leurs mails à service@ucsystems.nl ou, en cas d’urgence, appeler le numéro 0031 (0) 88 6666 333 (option 9). Les employés d’UC System et ceux de Schenk TIC s’occupent ensemble des notifications en question. De gauche à droite: Robbert de Boer, Richard van Dijk, Steven Petersen, Maarten van den Boogaard et Willem van Eck.

EN ROUTE 05 2017 | 9


De gauche à droite: Habib Loukili, Mark van Elsacker, Willem van Eck, Richard van Dijk et Steven Petersen.

AUTOMATISATION

‘Connecting Planning & Execution’ dans la planification du personnel roulant Un projet dont s’occupe activement le manager TIC Willem van Eck et qui vise à l’amélioration du traitement des données relatives à la planification du personnel roulant des sections carburant moteur et gaz industriels. Le projet de planification du personnel roulant a un impact sur les activités du planificateur, du chauffeur et de l’administration de parcours de tous les établissements Schenk. Willem van Eck : « Le traitement administratif actuel du département de la planification du personnel roulant exige un travail intense et s’avère sensible aux erreurs. Contrairement à la planification du transport, nous n’envoyons pas de mission Schenk de parcours aux véhicules. La planification Schenk du personnel roulant est responsable de la planification du chauffeur adéquat, du véhicule correct sur le lieu de stationnement correct pour le donneur d’ordre correct au moment correct. Le donneur d’ordre envoie les commandes de parcours à un ordinateur de bord client. De son côté, le chauffeur traite les commandes en question et enregistre ses heures sur l’ordinateur de bord de Schenk. L’administration de parcours est dépendante de l’information, laquelle doit donc être ponctuellement, intégralement et correctement remplie et être, ensuite, compilée par le biais de l’ordinateur de bord de Schenk et des documents de parcours. Lorsque l’information est incorrecte, lorsqu’elle est incomplète ou n’a pas été communiquée à temps, la facturation correcte ou le calcul nécessitent un travail particulièrement intensif. Pour améliorer les choses, nous avons établi une connexion entre le logiciel d’OWS (Ortec Workforce Scheduling = planification chauffeur) et le système de gestion de transport de notre entreprise, de telle sorte que nous puissions envoyer chaque tournée à l’ordinateur de bord avec le numéro de parcours qui est la sienne.

10 | EN ROUTE 05 2017

L’impact sur le chauffeur et l’administration Cela a un impact sur l’utilisation de l’ordinateur de bord. Le chauffeur se connecte, démarre sa tournée et, lorsqu’une activité est arrivée à son terme (démarrage de la tournée, chargement, déchargement ou fin de la tournée), s’enquiert, par le biais de l’ordinateur de bord de l’activité qui doit suivre. Une fois cette activité terminée, il demande de nouveau à ce qu’une nouvelle activité lui soit attribuée. C’est ainsi qu’un chauffeur élabore sa propre tournée. Il en résulte que les données et les documents scannés d’une tournée dans la planification du personnel roulant sont désormais disponibles en temps réel dans le logiciel de transport. L’administration de parcours peut, dès lors, le jour suivant, effectuer directement les contrôles (de la tournée). Est ainsi établie une connexion directe entre le planificateur, le chauffeur et l’administration de parcours. Les avantages Les avantages que nous retirons de cette nouvelle approche sont : plus de visibilité, moins d’erreurs, moins de paperasse et une plus grande rapidité de facturation. Par ailleurs, l’introduction manuelle des données en début et fin de tournée n’est plus de cours et les lignes de facturation sont également générées de manière automatique. Le fait de scanner les documents en cours de tournée permet d’en disposer directement, par quoi l’on dispose de 95% de l’ensemble des données opérationnelles de facturation au premier jour du mois suivant. Cela nous donne, du même coup, la possibilité de centraliser les données de la section de planification du transport routier et celles de la planification du personnel roulant.


INTERNATIONAL

Rudy Wille:

“Nous sommes à la fois flexibles et déterminés” Dans En route, paraissent souvent des articles sur les contrats – qu’ils soient nouveaux ou qu’il s’agisse de leur prolongation. C’est même tellement fréquent que cela paraît aller de soi. Mais la réalité est toute autre : il arrive parfois que les contrats ne soient pas prolongés, quels que soient les efforts qu’ait pu faire Schenk Tanktransport. Et alors ?

De gauche à droite: Frank Hutz, Atnan Namaczi et Markus Krone.

Implémentation Le projet a été initié à l’automne 2016 avec la mise en place des rôles dans nos bureaux et la constitution d’équipes de projet aux Pays-Bas et en Allemagne. Les membres de l’équipe sont Frank Hutz, Markus Krone et Atnan Namaczi pour l’Allemagne et Habib Loukili et Mark van Elsacker pour les Pays-Bas. Depuis le département TIC, le projet est soutenu par Richard van Dijk (ordinateur de bord) et Steven Petersen (analyse de processus). En janvier 2017, nous sommes passés au test pratique avec trois véhicules de test néerlandais et quatre véhicules de test allemands. En avril 2017, le projet pilote a été enrichi de 19 nouveaux véhicules tracteurs et remorques de Praxair en Allemagne. Actuellement, nous travaillons à solutionner les maladies infantiles du projet, les problèmes touchant la facturation et le processus d’établissement des rapports. Live En octobre 2017, commencera une mise en œuvre étendue aux Pays-Bas et en Allemagne. Nous nous attendons à ce que le système soit opérationnel au premier trimestre 2018. Suivront ensuite, mi-2018, la Belgique et le Luxembourg. Critique La clé du succès n’est personne d’autre que l’homme qui actionne les boutons : autrement dit, nos chauffeurs dans les camions, nos planificateurs et l’administration des parcours dans les bureaux. Willem : “Nous allons essayer de former tout le monde le mieux possible, de telle sorte que tous soient correctement informés sur les tâches qui leur reviennent. »

Cela est arrivé, par exemple en Belgique où un contrat de longue durée pour Q8 s’est trouvé résilié contre toute attente le 31 mars dernier. Rudy Wille, Area Manager Belgique / Luxembourg : « Ça a été une grosse déception, surtout parce que le groupe soudé des 28 chauffeurs concernés a travaillé jusqu’au dernier jour avec son enthousiasme habituel pour livrer la meilleure prestation possible. C’est dans des moments de ce type que l’on réalise à quel point Schenk s’implique dans ces questions et s’engage pour trouver des solutions de remplacement pour ses employés. C’est tout à l’honneur de la direction, parce que tout a été mis en œuvre pour maintenir nos hommes au travail. Parmi les 28 chauffeurs de Q8, 4 sont allés travailler pour un autre transporteur. Nous avons pu en replacer huit dans la section Carburant moteur, cinq autres, à Gand, chez Air Products et 11 à Anvers chez Messer ou Praxair. Cela signifie que 85% de ces chauffeurs sont restés travailler chez Schenk. Cela montre bien, d’un côté la confiance dont font preuve ces gens vis-à-vis de l’entreprise et, de l’autre, la flexibilité et la détermination qui anime Schenk dans sa recherche de solutions. Compliment Je veux remercier les chauffeurs pour ce qu’ils ont dû faire face à ce chamboulement et abandonner un environnement qui leur était devenu familier. Beaucoup de choses ont changé pour eux sur le plan travail et il leur faut, aujourd’hui, passer par un trajet de formation intensif. Ils méritent notre respect. Cela vaut également pour les employés administratifs. Nous avons heureusement pu leur trouver du travail, mais le contenu de leurs fonctions est bel et bien différent. Au Luxembourg, nous avons connu le même scénario de non-prolongement de contrat. Les solutions de rechange y étant moins nombreuses, quelques employés ont quitté Schenk, mais la plupart ont été replacés. Cela n’est possible que parce que la direction soutient son personnel et fait les efforts nécessaires. Malgré toutes ces déceptions, ne perdons pas courage. Le marché belge et luxembourgeois est difficile et il arrive que nous y perdions quelque chose. Mais nous sommes convaincus qu’au fil du temps, la qualité offerte par Schenk Tanktransport à ses clients saura les amener à passer de nouveaux contrats. Les deux véhicules Lukoil flambants neufs ainsi que le nouveau véhicule roulant à l’éthanol que nous avons mis en service, en sont, selon nous, un signe aussi avant-coureur que favorable. »

EN ROUTE 05 2017 | 11


Hans Van Schaik:

“Chez Schenk, on est considéré comme des personnes, pas comme des numéros.” C’est là le premier commentaire de Rudy Wille, Area manager Benelux / Luxembourg, dans sa contribution à En route. En raison de la résiliation du contrat avec Q8 en Belgique, plusieurs solutions de remplacement ont été proposées à l’équipe des 28 chauffeurs concernés afin qu’ils puissent malgré tout rester chez Schenk. Hans van Schaik, de Deurne, est l’un de ces chauffeurs. Qu’en est-il advenu pour lui ?

INTERNATIONAL

Hans Van Schaik est entré en service chez Schenk Tanktransport Anvers (B) en 2001. « J’ai presque immédiatement trouvé une place fixe chez Q8. Un bon donneur d’ordre pour qui je travaillais avec plaisir. Le travail était intéressant et nous estimions former la plus chouette de toutes les équipes. La prolongation de contrat est toujours une période de tension, mais après 15 ans et demi, on est en droit de penser que tout va bien se passer. En janvier dernier, on nous a annoncé que, cette fois, les choses étaient différentes. Le contrat prenait fin le 31 mars 2017 et je dois dire que nous avons placé la barre le plus haut possible pour pouvoir finir en beauté. J’ai, comme les autres, eu quelques difficultés à avaler la pilule, mais à un certain moment, on s’y fait, c’est comme ça et pas autrement.

Formation On nous a offert plusieurs possibilités : Bitume, Chimie ou Gaz industriels. Moi, j’ai choisi le CO2 (dioxyde de carbone) et d’effectuer des trajets de jour et de nuit en alternance avec mon collègue Pieter Louwsma pour Praxair. Nous avons reçu une formation préalable de 20 jours chez Praxair. Les cours étaient donnés par plusieurs mentors et j’ai beaucoup appris. Nous transportons le CO2 sous forme de gaz liquide sous une pression de 15 bars et nous le pompons dans les réservoirs du client. Le gaz est utilisé par les maraîchers, les brasseries, les boucheries. On l’utilise également pour le refroidissement. Cette formation est très importante. Je me rappelle qu’au début, en voyant tous les conduits je pensais à des spaghettis. S’habituer Je viens juste de commencer (début mai) et donc il me faut encore m’habituer. On se rend pour la première fois chez de nouveaux clients, à de nouveaux emplacements, avec des semi-remorques dont le maniement n’est pas encore familier. Chez Q8, on arrivait dans de grandes stations-service bien éclairées, alors que là, en service de nuit, nous livrons dans des emplacements sombres, souvent étroits où la visibilité est mauvaise. Pour s’en sortir, il nous faut donc utiliser tout notre art de chauffeur, surtout dans les manœuvres. Et je dois dire que je regrette les caméras de recul auxquelles nous nous étions habitués ! Mes collègues m’ont expliqué qu’au bout de quatre semaines, on a les choses en main, la tension disparaît. Mais tout est différent : nouvel environnement, nouveaux clients, nouveaux visages, il faut s’habituer. Mais, je n’ai jamais pensé une seconde à laisser tomber. Schenk est le meilleur donneur d’ordre dans la branche carburant. Et même si l’entreprise s’est considérablement développée, elle reste une entreprise familiale. Chez Schenk, on est considéré comme des personnes, pas comme des numéros. Et c’est bien pour ça que je suis resté. Je ne le regrette pas. »

Schenk Papendrecht bv Burg. Keijzerweg 6 NL-3352 AR Papendrecht Tel +31 78 644 21 50 Fax +31 78 644 21 55 info_nl@schenk-tanktransport.eu

Schenk Tanktransport GmbH Am Stadthafen 12-18 D-45881 Gelsenkirchen Tel +49 209 88001-100 Fax +49 209 88001-199 info_de@schenk-tanktransport.eu

Schenk Tanktransport nv Schomhoeveweg 13 B-2030 Antwerpen Tel +32 3 206 90 90 Fax +32 3 206 90 99 info_be@schenk-tanktransport.eu

Schenk Luxembourg SA Zone Industielle 23 L-8287 Kehlen Tel +352 30 98 51-1 Fax +352 30 52 82 info_lu@schenk-tanktransport.eu

www.schenk-tanktransport.com

Schenk magazine - En route  

année 3 | numéro 5 | juillet 2017

Schenk magazine - En route  

année 3 | numéro 5 | juillet 2017

Advertisement