Page 1


hommage

Ce 14e Festival international des scénaristes est dédié à Maria Schneider. Elle fut des nôtres en 2003 en tant que Présidente du Grand Jury.


ristes

scéna s e d l a n o ati

tern e festival in le 14 rtenaires remercie

sommaire

ses pa

Scénario au long court Ville de Bourges Région Centre Direction Régionale des Affaires Culturelles Centre National de la Cinématographie SACD SACEM SCAM Fondation d’Entreprise France Télévisions

1 | les jurys 19 26 28 32 37 39 41 42

Gilles Marchand : Président du Grand Jury La leçon de scénario du Président du Grand Jury Les films du Président du Grand Jury Les membres du Grand Jury Alain Berliner : Président du Jury de la Création Les membres du Jury de la création Le Président du Jury jeune : Sagamore Stévenin Les membres du Jury jeune

2 | découverte d’auteurs

REMERCIEMENTS

4

l’Agence Culturelle de Bourges, l’Agence Film Talents, l’ASA (association des scénaristes de l’audiovisuel), l’Atelier Scénaristes du Soir, le Conservatoire de Musique et de Danse de Bourges, le CEEA (Conservatoire Européen d’Ecriture Audiovisuelle), Coulisses, l’Espace Jeunes de Saint-Germain-du-Puy, l’Inspection Académique du Cher, l’INIS de Montréal (Institut National de l’Image et du Son), l’INSAS de Bruxelles (Institut National Supérieur des Arts du Spectacle), la fémis, les Greniers Saint martin, LS Vidéo, les Meubles Poubeau, le Sceren (CDDP du Cher)

3 | le miie

éditos 6 8 9 10 11 12 13 14 15

47 47 50 51 58 64 68 69 72 76 78 79 82 84 89 89 92 94 108 116 121 121 135 135 147 151

Écrire pour le long métrage Les Forums des auteurs Le forum des auteurs de fiction Les auteurs de fiction Les parrains scénaristes de fiction Les parrains producteurs de fiction Le forum des auteurs de documentaire Les auteurs de documentaire Les parrains réalisateurs de documentaire Les parrains producteurs de documentaire Le forum des auteurs d’animation Les auteurs d’animation Les parrains scénaristes d’animation Les parrains producteurs d’animation Écrire pour le court métrage Le Marathon d’écriture du court métrage en 48 heures Les 26 marathoniens Les parrains scénaristes du Marathon Les parrains producteurs du Marathon Les prix Écrire pour une série de télévision Workshop « Écrire une bible de télévision » Écrire pour le WEB Le Magic WEB Labo Réaliser un court métrage Félicitations

155 Le principe du marché 161 Le bureau de liaison 163 Le planning des plates-formes de présentation

4 | les bleus de travail 169 Le Labo 170 Atelier-Réparation

5 | réflexions & débats d’idées 177 Table ronde : La Notion de Genre au cinéma et à la télévision 182 Atelier : Méthodologie de réécriture 184 Atelier : Développer son scénario

avec les plates-formes européennes

189 La leçon de télévision : Les Documents interdits

6 | spécial 14e édition 194 196 201 206 208 211

Bande-annonce du festival Les soirées d’ouverture et de clôture Showcase: One time + One set Showcase Vallée : lecture et mix musical Projection hommage Fantastiques courts métrages

7 | formation 226 Workshop Portraits sonores 228 Les participants

8 | découvrir, rencontrer 234 Les experts 240 Le Blog des étudiants de Paris Ouest

9 | action culturelle 244 246 248 250 254

Les principes Tout est Langage Les films Les ateliers Jeune Public Journal de ZeJT

10 | générique 258 260 262 263 268 269

Animateurs Équipe Annonceurs Remerciements Index des films Index des invités


Isabelle Massot DÉLÉGUÉE GÉNÉRALE

Voici le coup d’envoi de la 14 e édition du Festival international des scénaristes toujours aussi unique et inclassable. Unique parce qu’il n’existe pas d’autres manifestations consacrées à l’écriture de l’image et inclassable parce qu’elle se pose la question des écritures contemporaines et du renouvellement des talents - une question qui commence à hanter durablement les industries créatives dans son nécessaire besoin de sang neuf ! Ah, du sang neuf ! Bien frais ! Voilà qui rejoint ici notre thème de cette année, « la notion de genre », en nous faisant penser à ces vampires et autres zombies assoiffés de sang (voir ici une métaphore souvent usitée).

6

Cependant, le besoin du cinéma et de l’audiovisuel, sans parler des nouveaux médias, de se renouveler est une réalité. Mais qui permet à nos nouveaux talents, souvent à peine sortie de l’université, des grandes écoles ou de nulle part, de se faire connaître et de s‘exprimer ? Où est la place de la Recherche dans le processus de Développement en France  ? La multiplication des passerelles du Festival entre parrains et jeunes auteurs, entre des professionnels venus de différents horizons (dont Gilles Marchand, notre Président du Grand Jury, que je remercie de sa présence), son organisation fondée sur l’interdisciplinarité (écriture pour le cinéma, l’animation, le documentaire, le son, le web, les séries TV), la multiplication des expérimentations (Marathon, One time One set, Portraits sonores, Forum des auteurs, Criées) et le nombre de jeunes entrants (plus de cinquante cette année) en font une sorte de laboratoire qui rejoint, en toute modestie, une pratique généralement appliquée par les américains  : le R&D, soit la Recherche et le Développement. Les industries créatives qui s’occupent du D (Développement)

viennent se nourrir auprès des universités et du « street-level culture » qui mêlent tous les genres. Dans ces lieux de Recherche, la vie artistique (un peu comme sur le Festival) y est souvent originale, voire désinvolte et confuse mais toujours indépendante. Le marché sait, pourtant, parfaitement récupérer ces niches culturelles et communautaires*. Aussi, aujourd’hui, il est temps pour le Festival international des scénaristes d’affirmer cette position de niche, en créant le MIIE - le Marché Interactif de l’Image et de l’Écrit - afin que les membres du D viennent chercher au plus tôt ceux qui sont encore dans le R. Jérôme Bonnell, Nicolas Peufaillit, Alice Vial, Ursula Meier, Julie Lopes Curval, Catherine Fradier, Emma Perret, Maud Alpi, Guillaume Martinez, Jean Denizot, Alice Winocour, Valérie Gaudissard, Siegrid Alnoy, Julien Lilti, Marion Laine, Jérôme Fansten, Virginie Chanu, Laurent Herbiet, Jean-Philippe Stéfani, François Favrat, Juliette Senik, Nathalie Najem, Alain Pateta, Héléna Klotz, Aurélia Barbet, Pablo Agüero,

Anne et Marine Rambach, Jean-Charles Paugam, Emmanuelle Scali, Basile Minatchy, Anaïs Carpita, Frédéric Zeimet, Catherine Paillé, sont tous venus faire leurs armes au Festival. À présent, si vous les retrouvez accompagnés de leurs producteurs sur les Marchés des industries créatives européennes, c’est bien qu’il existe au Festival international des scénaristes un partage des tâches en matière de R&D ! Un partage que nous comptons bien développer et rendre de plus en plus efficace : il est là, le sang neuf de ceux qui écriront les histoires de demain. * Basé sur les analyses de Frédéric Martel « Mainstream »

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre ÉDITOS

7


François Bonneau

Serge Lepeltier

président de la région centre

ANCIEN MINISTRE MAIRE DE BOURGES

Qui écrira les histoires de demain ? Bourges et le théâtre municipal Jacques Cœur sont fiers et heureux d’accueillir les 14e Rencontres du Festival International des Scénaristes. Festival unique et original de l’écriture de l’image, il est le lien privilégié entre les cinéphiles, les professionnels de l’audiovisuel et du cinéma. Je souhaite que ces quatre journées soient un temps de découverte, d’échange et de création. 2011 est « l’année genre » et cette notion colore cette édition par une programmation riche et diversifiée. Gilles Marchand, Président du grand jury, est à l’honneur.

Merci à ce grand scénariste et réalisateur de poser la seule question qui vaille : Qui écrira les histoires de demain ? Le M.I.I.E., Marché Interactif de l’Image et de l’Écrit, nouveauté de l’année, devrait nous apporter la réponse. J’adresse félicitations et encouragements à la communauté cinéphile, aux professionnels de l’audiovisuel et du cinéma ainsi qu’aux organisateurs et plus particulièrement à Scénario au long court. Je remercie enfin les partenaires pour que ce 14 e Festival soit un des événements de la vie culturelle Berruyère. Bon festival à toutes et à tous.

8

La 14 e édition du Festival international des Scénaristes sera cette année encore un moment exceptionnel de projections, de rencontres et d’échange, mettant à l’honneur, dans une proximité chaleureuse avec ses invités, le travail de ceux qui sont, à côté des réalisateurs, les co-auteurs des films. Ces «  écrivains de cinéma », méritent bien que l’on consacre à leur travail l’intérêt d’une manifestation qui leur est entièrement dédiée. À l’âge d’or où scénariste et réalisateur étaient également célébrés, a succédé le culte de l’auteur-réalisateur. Aujourd’hui, et ceci malgré la part encore faible des dépenses d’écriture dans la production des films, les scénaristes retrouvent peu à peu la place éminente qui est la leur. Le Festival international des scénaristes permet aux jeunes talents d’émerger grâce aux conseils de professionnels confirmés. Il ouvre également au grand public une meilleure connaissance de la création cinématographique à travers ses nombreux débats et leçons.

La Région Centre mène une politique très active de soutien à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle. Cette volonté s’accompagne d’une action résolue d’éducation à l’image. En formant ainsi les citoyens de demain, en intégrant les nouveaux usages liés à l’essor du numérique, notre collectivité s’attache à anticiper les évolutions rapides que connaissent les secteurs du cinéma et de l’audiovisuel avec une exigence constante de qualité et d’accès pour tous à la citoyenneté. La dimension artistique et culturelle croise, dans les politiques que nous conduisons dans ce domaine, les problématiques liées à l’emploi, à la formation professionnelle et à l’économie créative. Notre soutien au Festival international des scénaristes de Bourges s’inscrit dans cette vision globale des développements liés à l’image en région Centre. Je vous souhaite un très bon festival !

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre ÉDITOS

9


Jean-Claude Van Dam

Éric GARANDEAU Président du cnc

© AFP - Miguel MEDINA

directeur général des affaires culturelles

Bourges est à nouveau en 2011 le rendez-vous incontournable des scénaristes pour une quatorzième édition qui s’annonce riche et passionnante d’un festival repéré et soutenu par le Centre national du cinéma et de l’image animée. Le Ministère de la culture et de la communication (Direction Régionale des Affaires Culturelles) est heureux de s’associer à cette manifestation cinématographique d’importance en y soutenant pour sa part des actions culturelles cinématographiques ainsi que des ateliers et des formations de qualité autour du scénario et de l’écriture. 2011 verra parallèlement en Région Centre le rapprochement des deux domaines de l’image et de l’écrit en un seul établissement public de coopération culturelle (EPCC) qui favoriseront les croisements entre ces deux disciplines artistiques.

Manifestation d’exception entièrement dédiée à l’écriture scénaristique, le Festival international des scénaristes de Bourges reflète la formidable vitalité de cette discipline exigeante. Les traditionnels rendez-vous du Festival, dont l’incontournable et très attendu Marathon d’écriture, se dérouleront cette année sous la bienveillance et les conseils avisés du scénariste et réalisateur Gilles Marchand, Président du Grand Jury. Cette 14 e édition évolue avec la mise en place du premier Marché Interactif de l’Image et de l’Écrit, initiative généreuse destinée à faciliter les échanges entre les auteurs - tous genres confondus, débutants comme confirmés - et les professionnels du secteur en quête de futurs talents.

Le Festival international des scénaristes de Bourges est un relais précieux pour la valorisation, la promotion et l’émergence des nouveaux auteurs. Cette noble ambition rejoint les missions du CNC qui, grâce à de nombreux dispositifs d’aides à l’écriture, soutient et encourage la création artistique sous toutes ses formes et accompagne les auteurs dans leur processus créatif. Merci et bravo à Frédérique Fragonard, Isabelle Massot et toute l’équipe organisatrice - sans oublier les stagiaires et les bénévoles - qui grâce à leur énergie et leurs efforts conjugués, contribuent à mettre la lumière sur cette profession de l’ombre.

Je tiens à féliciter l’association Scénario au long court et sa déléguée générale, Isabelle Massot, pour tout le travail accompli depuis de longues années en faveur d’une éducation à l’image plus que jamais indispensable et qui participe de la culture pour chacun.

10

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre ÉDITOS

11


Sophie Deschamps & Michel Favart

Claude LEMESLE Président du conseil d’administration de la SACEM

Le Festival de Bourges creuse d’année en année la question de l’écrit pour l’image. Des auteurs émergents et des auteurs confirmés échangent leurs expériences, débattent, travaillent ensemble. Cinéma, télévision, fiction, documentaire, animation, multimédia, toutes les écritures sont abordées. Ces journées permettent de se perfectionner, de réfléchir ensemble, de créer des passerelles. Scénaristes et réalisateurs se penchent sur cet amont essentiel, cette partition fondatrice de toute œuvre. Le scénario est un art et surtout un métier souvent méconnu car rarement cité par les médias. La SACD soutient ce festival et remercie Isabelle Massot de cette mise en lumière de l’écrit.

12

© Marc Chesneau

© Enguerand & E.R.Espalieu

co-Présidents de la Commission Télévision SACD

Rencontres entre auteurs et ateliers de création marqueront, cette année encore, le Festival international des scénaristes de Bourges. Et, cette année encore, la Sacem, par le biais de son action culturelle est heureuse de permettre à des scénaristes, des réalisateurs, des comédiens chanteurs, des musiciens et, bien évidemment, des compositeurs de se côtoyer et de travailler ensemble afin de créer des œuvres et des moments forts contribuant à rythmer l’édition 2011 du festival dont l’équipe donne à la musique une place de rêve, ce dont tous les créateurs se réjouissent !

Genicot, pendant laquelle de jeunes réalisateurs vont concevoir un film avec des images fixes, film conçu à partir et autour de prises de sons réelles que les jeunes réalisateurs participant à l’expérience auront choisies et enregistrées.

Collaboration innovante entre la compositrice Béatrice Thiriet et le réalisateur Jérôme Bonnel afin de nous proposer une nouvelle bandeannonce, à nouveau fort attendue. Mais aussi, soirée musicale « One time, one set », préparée en 48h en atelier à Bourges, sous la houlette de Béatrice Thiriet elle-même, avec la complicité de musiciens et comédiens-chanteurs sur le thème des Chansons de Films, dans l’esprit de « Démons et Merveilles » de Maurice Thiriet et des chansons d’après-guerre. Et encore, les Portraits sonores, formation pratique animée par Daniel Deshays et Thierry

Bon festival à toutes et à tous!

La Sacem est heureuse de s’associer à cette 14e édition d’un festival riche en rencontres artistiques entre auteurs confirmés et talents émergents, en débats professionnels entre créateurs et en ateliers marathons destinés à la création d’œuvres et spectacles.

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre ÉDITOS

13


Rémy Pflimlin

Guy Seligmann

président de la Fondation d’Entreprise France Télévisions

Président de la SCAM

Pourquoi écrivez-vous ? La Scam, à l’occasion de ses trente ans en mai prochain, posera cette question à nombre de ses membres, qu’ils écrivent donc ou bien qu’ils filment, qu’ils enregistrent, qu’ils photographient, qu’ils dessinent, tous auteurs documentaires quelque soit leur « media » ; nous sommes maintenant 30 000 auteurs multimédia. La Scam souhaite vous interroger pour connaître en 2011 la réponse à ce « Pourquoi filmons-nous, enregistrons-nous ? », etc. Ces réponses seront diffusées le 25 mai et mises en ligne sur le site de la Scam (www.scam.fr). Nous aurons ainsi un tableau de l’état actuel de la création documentaire, de ce que vous en pensez et aussi des difficultés du temps. Mais ce par quoi tout commence, c’est l’écriture. On le sait bien à Bourges, qui accueille la 14 e édition du Festival international des scénaristes. C’est par l’écriture que le reportage entre en littérature notamment dans la presse du Second Empire. Le carnet de notes devient, au moment aussi de la naissance de la photographie, indispensable à l’écrivain, l’instantané doit aussitôt

14

y être noté. Hugo avait, avec « Choses vues », initié la pratique du carnet, Maupassant, pour « Le Gaulois », enquêtait en Algérie sur les effets de la politique coloniale (1881), Dumas et Gautier écrivent des « Voyages en Russie » et toute l’école naturaliste – Zola en tête – traite de l’actualité qu’il s’agisse de « L’affaire Dreyfus », de la guerre de Crimée, de celle de 1870 ou encore de tout fait divers, et dans la presse du Second Empire, l’écriture et l’image deviennent indissociables. « L’illustration » et l’écriture ne se quitteront plus en une union préfigurant ce qu’allait être bien plus tard le documentaire à la télévision. Depuis de nombreuses années, cette alchimie est célébrée à Bourges dans le Palais Jacques Cœur dont le tympan d’une porte qui s’ouvre sur la cour d’honneur enchâsse un curieux tableau de pierre. Pour les alchimistes, il s’agit là de « l’engagement secret ». Entre l’écrit et l’image ? Mallarmé pratiquait, a-t-il écrit, « le reportage universel ». Que cette 14 e édition soit un « bel aujourd’hui ».

Pour la troisième année, la Fondation France Télévisions que je préside, va soutenir l’organisation du programme « Tout est langage », rendez- vous phare de l’Action culturelle du Festival international des scénaristes et de l’association Scénario au long court. Pour les plus jeunes (écoliers et collégiens) comme pour les plus grands (lycéens), « Tout est langage » propose un parcours de découverte des trois formes narratives inhérentes à la création cinématographique : l’écriture du scénario, l’interprétation du comédien et la représentation en images.  

Un objectif à ce dispositif : « permettre à chacun de devenir un spectateur éclairé, libre de ses choix dans une société où l’image est prépondérante ». On ne peut être plus proche de l’ambition principale de la Fondation France Télévisions : aider tous et chacun à accéder à la culture sous toutes ses formes, ouvrir les portes, donner les clés. Bref, retrouver dans un engagement concret une des missions importantes du service public de l’audiovisuel. Merci à l’association, à tous ceux qui œuvrent à ce programme, de rendre nos téléspectateurs actuels et futurs, plus curieux et critiques.

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre ÉDITOS

15


01 les Jurys 19 26 28 32

Président du Grand Jury : Gilles Marchand la leçon de scénario du président du Grand Jury les films du président du Grand Jury les membres du Grand Jury

Président du Jury de la Création : Alain Berliner les membres du Jury de la Création Président du Jury Jeune : Sagamore Stévenin les membres du Jury Jeune

16

37 39 41 42

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre

17


Gilles Marchand Président du Grand Jury

Rêvant depuis l’enfance de faire du cinéma, Gilles Marchand commence par apprendre la photographie au département de Chimie de l’Université de Marseille Provence. C’est là qu’il rencontre Laurent Cantet avec lequel il se lie d’amitié. En 1984, il le retrouvera à Paris pour faire l’Idhec, l’ancêtre de l’actuelle Fémis. Au sein de l’école, Gilles rencontre Dominik Moll qui deviendra son principal complice, mais aussi Thomas Bardinet et Vincent Dietschy. Tous forment une bande et c’est ensemble qu’ils apprennent la polyvalence en travaillant à différents postes sur les films des uns et des autres. Gilles réalise plusieurs courts métrages, dont son film de fin d’études L’étendu, en 1987. Cette bande poursuit l’expérience collective au sein de Sérénade Productions que Vincent Dietschy fonde avec Bénédicte Mellac dès la sortie de l’école. Chacun réalise alors avec l’aide des autres des courts métrages, et les premiers longs de Dominik Moll, Thomas Bardinet et Vincent Dietschy. Il y a très peu d’argent mais beaucoup d’amitié. «Nous nous entraidions sur les scénarios, échangions les rôles sur la fabrication : directeur photo, assistant-réalisateur, monteur, tout y passait. Sauf le son qui était traditionnellement tenu par un autre ami de la bande, François Maurel ». Gilles réalise ainsi Joyeux Noël qui obtient le Grand prix du festival de Clermont Ferrand en 1994 puis C’est plus fort que moi quelques années plus tard. « L’écriture faisait naturellement partie du processus. Comme une manière d’avancer vers un but personnel et collectif : faire des films. En recevant les conseils de mes amis et en leur en donnant... Aujourd’hui encore le croisement de nos expériences continue de nous animer. Cette façon de travailler n’a jamais nui à l’expressivité de chacun, au contraire. Je suis profondément convaincu que c’est une très bonne façon de faire. » Après plusieurs années d’équilibre financier précaire, et malgré les nombreux prix obtenus dans les festivals, Sérénade finit par mettre la clef sous la porte. Laurent Cantet part faire ses films avec Haut et court, et Dominik Moll avec Diaphana. Mais l’esprit de bande perdure et Gilles Marchand co-écrit avec Laurent Cantet successivement Les Sanguinaires (1997), un moyen métrage sur un groupe d’amis qui choisit de s’isoler sur une île pour échapper aux festivités du passage à l’an 2000, et Ressources humaines (1999), un mélodrame sur le monde ouvrier tourné avec des non-professionnels. « Pour les deux projets, l’essentiel était déjà dans l’idée que Laurent avait en tête. Nous n’avons eu qu’à les écrire. C’était amusant : on développait, on dépliait, on approfondissait, et on découvrait des choses nouvelles. Mon plaisir a toujours été de renvoyer la balle, d’être un peu le sparring partner du champion. Il me faut essayer de jouer le mieux possible pour que le film soit beau. C’est à la fois humble et orgueilleux. »

© Philippe Praliaud

NOM DU CHAPITRE LES JURYS ContenuLe ouPrésident nom du sous-chapitre du Grand Jury

19


© photos : Philippe Praliaud

La même année que Ressources Humaines, Gilles coécrit avec Dominik Moll Harry, un ami qui vous veut du bien. « Dominik est venu me voir en me racontant la scène des toilettes où Harry reconnaît Michel alors que Michel ne se souvient pas de lui. Je ne sais pas exactement dire pourquoi mais j’étais surexcité. Je trouvais déjà ça drôle et effrayant. Petit à petit, nous avons dessiné le rapport entre les deux personnages - un qui a des petits problèmes, et l’autre des grandes solutions. Et j’ai joué à Monsieur Plus. Je poussais Dominik à aller plus loin dans les écarts, à exagérer les situations. J’ai dû l’aider à assumer l’idée du meurtre des parents, du 4 x 4, de la menace sur les enfants. Nous avons beaucoup ri à conduire le spectateur vers ce qui faisait mal et réjouissait à la fois. Comme pour les films de Laurent, j’étais présent sur le tournage des films de Dominik. Je suis crédité comme conseiller artistique. Je ne suis pas là pour surveiller la fidèle exécution du scénario. Je dirais presque « au contraire ». Je suis un regard ami. Un regard parallèle à celui du réalisateur et qui connait l’intimité du projet. Un interlocuteur privilégié avec qui Dominik ou Laurent peut parler de n’importe quel détail comme du film en général. »

à la constitution du couple : un jeune homme avec une femme plus âgée. En ne partant pas du cliché, j’avais le sentiment de me contraindre à le croiser plus loin et à ne pouvoir l’éviter. Ce scénario n’aboutissait pas. C’est l’inversion des sexes, et plus encore de l’autorité, qui l’a relancé. L’âge et la fonction ont changé, après que j’ai raconté un cauchemar enfantin à Vincent Dietschy, mon coscénariste. Le médecin est devenu le criminel et l’infirmière a rajeuni. En partant de la convention, du cliché, je me sentais plus libre d’entraîner les spectateurs dans mes désirs et mes peurs. » « Dominik Moll a participé au tournage en tant que conseiller à la mise en scène. Je me suis notamment beaucoup appuyé sur lui pour les questions de découpage. C’est quelqu’un d’à la fois extrêmement rigoureux et sensible. Un réalisateur a beau être entouré, il est dans une position solitaire sur ces questions de mise en scène. Les préoccupations du reste de l’équipe sont propres à leur fonction. Le chef op pense à son image, l’ingénieur du son s’inquiète du son... Le conseiller à la réalisation est une sorte d’alter ego du réalisateur. Il a moins de pression que lui et peut parfois, d’un simple regard, lui donner un conseil. Cela ne veut pas dire qu’on suive tous ses conseils. Parfois, au contraire ça aide à affirmer un désir différent. C’est juste un travail de dialogue, lié à l’intimité qu’on peut avoir. »

Les succès auprès du public et de la critique de Ressources humaines (deux Césars, 7 d’or du meilleur scénario, des prix dans le monde entier) et d’Harry... (en sélection officielle à Cannes et 4 Césars) l’identifient comme scénariste. Jean-Paul Rappeneau, qui était en train d’écrire Bon voyage (2003), l’appelle après avoir vu Harry... pour lui demander conseil. « On a commencé à se voir dans le cadre d’une consultation qui devait durer dix jours et nous avons travaillé ensemble pendant des mois. Je me suis immédiatement attaché au projet et à Jean-Paul dont la passion est communicative. Lui, semblait très content du travail. Il me disait que je redonnais du goût au chewing-gum qu’il avait déjà beaucoup mâché, par des traitements successifs avec Patrick Modiano, Jérôme Tonnerre et son fils Julien Rappeneau. Je voyais Jean-Paul en tête à tête et nous discutions pendant quatre heures. Je n’écrivais quasiment pas. Jean-Paul tient à tout écrire lui-même. Il doit éprouver chaque mot, la moindre ponctuation. Il visualise tout, et se montre particulièrement exigeant sur la question du rythme. Que ce soit celui des dialogues, des séquences, et au bout du compte du film lui-même. Je lisais ce qu’il écrivait, j’annotais, suggérais des idées, et nous en discutions très précisément. Puis il écrivait à nouveau. Jean-Paul est plus que perfectionniste, c’est un bonheur de travailler avec lui. Et un honneur d’avoir sa confiance. »

Après sa collaboration sur Feux rouges (2004), une adaptation de Simenon réalisée par Cédric Kahn, il coécrit le troisième long métrage de Dominik Moll, Lemming (2005), « un film lunaire et féminin alors qu’Harry... était un film solaire et masculin ». Le film fait l’ouverture du festival de Cannes en 2005. Il collabore à nouveau avec Cédric Kahn, cette fois sur un projet de film pour enfant L’avion (2005). « Comme souvent quand on s’adresse aux enfants, il s’agissait de parler de choses profondes et graves avec simplicité et vivacité. J’aime beaucoup le film. Sous couvert d’aventure et de fantastique, il raconte la façon dont un petit garçon parvient à survivre à la mort de son père. » Gilles coécrit par la suite L’éclaireur (2006) avec Djibril Glissant, un nouveau complice à qui Gilles demande de superviser la partie animation de son nouveau long métrage L’Autre monde (2010), qu’il a écrit avec Dominik Moll. Il explore à nouveau les fantasmes et les peurs, cette fois dans une histoire qui traverse deux univers que tout oppose, l’un virtuel, l’autre bien réel. Comme Qui a tué Bambi ? en 2003, L’Autre monde est projeté en 2010 au festival de Cannes en Sélection Officielle dans la séance de minuit consacrée au genre.

Gilles Marchand continue ses collaborations mais il est de plus en plus absorbé par son propre projet de réalisation de long métrage, Qui a tué Bambi ? (2003), un thriller dans un hôpital qu’il écrit avec un de ses complices de Sérénade, Vincent Dietschy. « Dans une première version du scénario, un infirmier abusait sexuellement de jeunes patientes, une femme médecin s’intéressait à lui, le prenait sous son aile et sans le savoir couvrait ses crimes. Je sentais une résistance au projet, liée notamment

Cette année, Gilles Marchand a commencé à écrire le deuxième long métrage de Djibril Glissant. Ce devrait être un film d’animation. «Je compte réaliser d’autres films. Mais j’avoue que je préfère prendre le risque de réaliser moins de films moi-même, plutôt que de renoncer à travailler avec d’autres réalisateurs. Que ce soit les proches avec qui j’ai déjà travaillé ou de nouveaux bien sûr. Ces rencontres m’apportent tellement que je n’imagine pas pouvoir m’en passer. »

20

LES JURYS Le Président du Grand Jury

21


Pourquoi j’aime

les films de genre par Gilles MARCHAND

Pourquoi j’aime les films de genre ? Si je me pose la question, j’ai d’abord envie de dire que j’aime le cinéma. Le cinéma en général. Puis, si on insiste, j’essaie de botter en touche : c’est quoi le genre ? Le cinéma fantastique ? Les polars ? Les films noirs ? Le suspens ? Ce sont des classifications qui ont sûrement leur logique, mais personnellement, je ne me suis jamais dit, « je vais écrire un film de genre ». Peut-être parce que la stricte obéissance aux codes ne m’intéresse pas. Le film de vampire qui se contente de respecter toutes les règles du film de vampire : de l’ail qui repousse au pieu enfoncé dans le cœur, en passant par l’absence de reflet dans les miroirs… me laissera froid. Mais Nosferatu de Murnau est un chef-d’œuvre, et plus récemment Morse de Tomas Alfredson aussi. Fritz Lang, Hitchcock, Lynch, Kubrick, Cronenberg sont-ils des cinéastes de genre ? Je serais tenté de répondre que ce sont surtout d’immenses réalisateurs, mais je dois bien avouer que quelque chose les réunit au-delà de leur talent et m’attire chez eux. Et ce quelque chose n’a pas rien à voir avec la notion de genre. Alors qu’est-ce que c’est ? La transgression ? L’inconscient ? Le crime ? Le fantasme ? La peur ? Le désir ? Sûrement tout ça à la fois. Appelons ça un instant « le cadavre ». Celui qu’on cache dans un placard. Celui avec lequel on dort et qui parfois nous réveille. Celui qu’on cherche à oublier et qui pourtant reste là dans un recoin de notre tête. Celui qui nous fait mentir et inventer des histoires. On pourrait écrire une version de Harry, un ami qui vous veut du bien de mon ami Dominik Moll, où il n’y aurait pas de cadavre. Harry ne tuerait pas, il se contenterait de pousser Michel à écrire, lui conseillerait de s’affranchir de ses parents, et peut-être de divorcer. Le film n’en serait pas forcément moins bon, sa dimension psychologique ressortirait. Mais le lien au cinéma de genre serait coupé, il serait sans doute moins jubilatoire et inquiétant, et surtout quelque chose d’ordre mental disparaîtrait.

© Chrysalis

Morse

Faux semblant

M le Maudit

Donnie Darko

En nous mettant dans la peau de victimes en danger ou de tueurs menaçants, les films de genre nous confrontent à l’existence du Mal, dans notre monde, et même en nous. Ils viennent rompre avec le quotidien, le rationnel, et ce qu’ils ont de rassurant. Ils posent la question de la fameuse « inquiétante étrangeté » chère à Freud : « Que se cache-t-il sous l’apparente tranquillité des choses, cette ombre qui flotte entre deux eaux, et qui finit tôt ou tard par remonter à la surface ? » C’est ce que font à peu près tous les films d’Hitchcock, de Jacques Tourneur, ou de David Lynch… Mais aussi Shining, M le maudit, L’invasion des profanateurs de sépulture, Les yeux sans visage, Donnie Darko, Faux semblant, Le voyeur, Répulsion, The Host, L’homme qui rétrécit… et tellement d’autres. Tous ces films viennent déranger l’ordre des choses. Ils viennent troubler nos consciences. Et c’est pour ce trouble qu’ils créent en moi que, depuis toujours, j’aime les films de genre.

22

NOM DU CHAPITRE

Nosferatu

Contenu ou nom du sous-chapitre

Le voyeur


Portrait

Filmographie

de Gilles MARCHAND par Jean-Paul RAPPENEAU © Haut et Court

de Gilles MARCHAND

Je me souviens de ma recherche fébrile du téléphone de Gilles Marchand après avoir vu le Harry… de Dominik Moll. Le scénario m’avait laissé admiratif. C’est Matthieu Poirot-Delpech qui me donna enfin son portable. Je me souviens de ce premier coup de fil : « Accepteriez-vous de lire un scénario sur lequel je suis un peu en panne ? » Gilles me rappela deux jours plus tard : « J’ai lu le script. Cela m’intéresse. Avez-vous vu La griffe du passé ? - Non, pourquoi ? ». Je me souviens que, dans l’heure qui suivit, Gilles sauta sur son vélo et traversa Paris pour venir me raconter le film de Jacques Tourneur. Le héros de Bon voyage, partagé entre un ancien amour et un nouveau, une actrice et une étudiante, lui avait fait penser à Robert Mitchum déchiré entre Jane Green et Rhonda Fleming, la fatale et la gentille, l’ange noir et l’ange blanc. Nos discussions jaillirent de là et, trois semaines plus tard, tous les problèmes du script se trouvèrent résolus. Nous étions amis désormais. Comme Harry dans le film, Gilles est resté pour moi depuis lors « le scénariste qui vous veut du bien ».

RÉALISATION LONG MÉTRAGE

Ressources humaines

L’Autre monde

1999, Laurent Cantet

2010

César de la meilleure première œuvre César du meilleur jeune espoir masculin pour Jalil Lespert

Sélection officielle du festival de Cannes 2010

Nommé au César du meilleur scénario

Qui a tué Bambi ?

7 d’Or du meilleur scénario

2003

Les Sanguinaires

Sélection officielle du festival de Cannes 2003

1997, Laurent Cantet

Nommé aux César de la meilleure première œuvre de fiction et du meilleur jeune espoir féminin pour Sophie Quinton

CO-SCÉNARISTE RÉALISATION COURT MÉTRAGE

L’éclaireur

C’est plus fort que moi

2006, Djibril Glissant

1999, 35 mm, 26’

L’avion

Joyeux Noël

2005, Cédric Kahn

1993, 35 mm, 17’

Feux rouges

L’étendu

2004, Cédric Kahn

1988, 16 mm, 25’ Nuit blanche 1985, 16 mm, 11’

Sélection officielle Festival de Berlin 2004

Bon voyage 2003, Jean-Paul Rappeneau César des Meilleurs décors pour Catherine Leterrier et Jacques Rouxel

CO-SCÉNARISTE ET CONSEILLER ARTISTIQUE

César du meilleur jeune espoir masculin pour Grégori

Lemming

César de la meilleure photo pour Thierry Arbogast

2005, Dominik Moll Sélection officielle du festival de Cannes 2005

Harry, ami qui vous veut du bien 2000, Dominik Moll

Derangère Nommé aux César du meilleur scénario, du meilleur acteur dans un second rôle pour Yvan Attal, des meilleurs costumes pour Catherine Leterrier, du meilleur son pour Dominique Hennequin, Jean Goudier, Pierre Gamet, du meilleur montage pour Marilyne Monthieux, de la meilleure musique pour Gabriel Yared, du meilleur réalisateur, du meilleur film de l’année

Sélection officielle du festival de Cannes 2000 César du meilleur réalisateur pour Dominique Moll

Le lait de la tendresse humaine

César du meilleur acteur pour Sergi Lopez

2001, Dominique Cabrera

César du meilleur montage pour Yannick Kergoat César du meilleur son pour G. Lamps, F. Maurel, G. Hardy

Les âmes calines

Nommé aux César du meilleur scénario, du meilleur jeune espoir

2001, Thomas Bardinet

féminin pour Sophie Guillemin, de la meilleure actrice dans un second rôle pour Mathilde Seigner, du meilleur film de l’année

24

LES JURYS NOM DU CHAPITRE Portrait ContenuduouPrésident nom du sous-chapitre du Grand Jury

25


La leçon

de scénario Harry, un ami qui vous veut du bien

Lors de cet atelier qui reprend le principe des ateliers Écrire l’image de l’ASA, Laurent Denis et Frédéric Castadot nous invitent, en compagnie du scénariste Gilles Marchand, à plonger dans l’univers du film réalisé par Dominik Moll. Au travers de l’analyse du scénario, ils tenteront, comme lors de chaque Écrire l’image, d’appréhender les différences notoires entre le script et le film, de saisir pour quelles raisons telle modification a été ou non apportée lors du tournage. Ils chercheront également à comprendre comment Gilles Marchand a brillamment réussi à mêler les genres. Le film sera projeté avant l’atelier permettant à chacun de se le remettre en mémoire. Une invitation à découvrir quelques secrets de la genèse de Harry, un ami qui vous veut du bien.

26

© Diaphana

en partenariat avec l’ASA

Association des Scénaristes de l’Audiovisuel 87, rue du Prince Royal – 1050 Bruxelles tél. + 32 488 880 982 www.associationscenaristes.be newsletter@associationscenaristes.be L’ASA est l’Association des Scénaristes de l’Audiovisuel de Belgique (partie francophone). Fondée en 1991, elle a pour vocation de défendre le métier de scénariste mais également d’aider à l’émergence des futurs professionnels. Pour ce faire, elle consacre un volet important de son activité à la formation. L’organisation d’ateliers d’écriture et d’analyse de scénario sont régulièrement à son menu. Au niveau politique, l’association se bat pour une meilleure reconnaissance de la profession. Elle pèse entre autre de tout son poids pour faire prendre conscience aux décideurs de l’importance du développement et de la professionnalisation du métier tant en Belgique qu’en Europe.

Frédéric CASTADOT Laurent DENIS Frédéric Castadot est diplômé de l’ULB en histoire de l’art ainsi qu’en analyse et écriture cinéma (ELICIT). Auteur protéiforme (cinéma, télé, BD et musique), il reçoit le Prix du meilleur scénario au Festival Média 10-10 en 2004. Depuis 2006, il est le vice-président de l’Association des Scénaristes de l’Audiovisuel (ASA). Son premier court métrage NoStar, réalisé par Christian Neuman, a représenté l’Angleterre dans le projet U.K. Trailblazing Short à Los Angeles. Son scénario de long métrage Quand on n’a que l’amour fut sélectionné pour le Prix Sopadin Junior du meilleur scénariste à Paris en 2006. Sa BD Du vent sous les pieds, publiée chez Quadrant, sortira en mai 2011. Formé à l’écriture télévisuelle, il est directeur de collection pour la série télévisée Woufti ! qu’il a créée pour la télévision nationale belge. Entre autres, Frédéric développe son long métrage Reviens, et Innovation, un film catastrophe. Son univers se décrit comme la rencontre entre des problématiques adultes assez dures et sombres avec un monde « enfantin » et sensible.

Né en 1972, Laurent Denis termine ses études d’écriture de scénario à l’Université libre de Bruxelles en 1995. Depuis cette époque, il se consacre à l’écriture scénaristique, ainsi qu’à la production au sein de sa structure, Cookies Films. Il est le scénariste de neuf courts métrages portés à l’écran et qui ont récolté de nombreux prix, dont Le bouton rouge, sélectionné à la Mostra de Venise en 1998. Coscénariste du long métrage Les fourmis rouges de Stéphan Carpiaux, il reçoit le trophée du premier scénario remis par le CNC en 2002. Il est également l’auteur d’un scénario de documentaire. En janvier 2008, il se lance comme réalisateur avec le court métrage Les doigts de pied, sélectionné dans plus de cent festivals à travers le monde et récompensé à treize reprises. Actuellement, il continue à mener de front l’écriture, la réalisation et la production au travers de différents projets : Le locataire clandestin (court métrage), Les tueurs  (long métrage) et Casa Nostra (série télévisée). www.denislaurent.net

LES JURYS NOM DU CHAPITRE La leçon de scénario Contenudu ouPrésident nom du sous-chapitre du Grand Jury

27


les films

Harry, un ami qui vous veut du bien

du Président du Grand Jury

© Diaphana

de Dominik Moll

Pour Michel et Claire, les vacances s’annoncent difficiles. Leurs trois fillettes, énervées par la canicule, accaparent une bonne part de leur énergie, leur maison de vacances en chantier depuis cinq ans est une source de problèmes. Le couple est sur les nerfs… Et voilà que Harry tombe du ciel. Un ami prêt à tout pour faire le bonheur de Michel…

2000 - 117’ - 35 mm couleur Dominik Moll réalisation Dominik Moll et Gilles Marchand scénario et dialogues Matthieu Poirot-Delpech image François Maurel son Michel Barthélémy décors Virginie Montel costumes Rafaèle Ravinet-Virbel assistanat-réalisation David Sinclair Whitaker musique Yannick Kergoat montage Gérard Hardy montage son Gérard Lamps mixage Eric Zaouali directeur de production Michel Saint-Jean producteur Diaphana Films production Diaphana distribution

avec Laurent Lucas Michel Sergi Lopez Harry Mathilde Seigner Claire Sophie Guillemin Prune Liliane Rovère La mère Dominique Rozan Le père Michel Fau Eric Victoire de Koster Jeanne Laurie Caminita Sarah Lorena Caminita Iris César 2001 du meilleur réalisateur pour Dominik Moll, du meilleur acteur pour Sergi Lopez, du meilleur son pour François Maurel, Gérard Lamps et Gérard Hardy, du meilleur montage pour Yannick Kergoat Nommé aux César du meilleur scénario, du meilleur jeune espoir féminin pour Sophie Guillemin, du meilleur film de l’année, de la meilleure actrice dans un second rôle pour Mathilde Seigner

© Philippe Praliaud

NOM DU CHAPITRE LES JURYS Les Contenu films duouPrésident nom du sous-chapitre du Grand Jury

29


Bon Voyage

Qui a tué Bambi ?

de jean-paul rappeneau

2003 - 126’ - 35 mm couleur Gilles Marchand réalisation Gilles Marchand, Vincent Dietschy scénario Dominik Moll conseil mise en scène Pierre Milon direction de la photographie Frédéric Ullman son Laurent Deroo décors Virginie Montel et Isabelle Pannetier costumes Rafaèle Ravinet-Virbel assistanat-réalisation Doc Mateo, Alex Beaupain, Lily Margot, Carlos Dalton,

Isabelle, jeune élève-infirmière, fait un stage dans le service de chirurgie où travaille sa cousine Véronique. La nuit, dans les couloirs du grand hôpital, elle croise le docteur Philipp : prise de vertige, elle s’évanouit devant lui. Dans les jours qui suivent, alors que ses malaises se répètent, Isabelle est de plus en plus intriguée par ce chirurgien qui semble hanter l’hôpital, de jour comme de nuit, et qui s’intéresse de près à ses troubles. Elle est persuadée qu’il cache quelque chose.

François Eudes musique

Laurent Lucas Docteur Philipp

« Toutes les scènes du film sont construites sur l’idée que le docteur Philipp est toujours quelque part : il hante les scènes, par exemple à travers la présence de ses futures victimes, les incidents au bloc ou les malaises d’Isabelle, qui sont une sorte de prémonition des actes du docteur. Et inversement, même lorsque le spectateur voit quelque chose qu’Isabelle ne voit pas, il fallait qu’il ressente la hantise du docteur Philipp qui habite Isabelle, qu’il ne sorte pas d’un espace de projection, d’un espace fantasmatique  : c’est pourquoi, bien que la réalité des crimes du docteur Philipp soit indiscutable, il demeure une part d’incertitude, même infime, quant à la nature précise de ces crimes. »

Catherine Jacob Véronique

Vincent Dietschy

Yamine Belmadi Sami

coscénariste

Robin Campillo montage Gérard Hardy montage son François Groult mixage Elise Voitey direction de production Richard Rousseau, Constance Demontoy casting Caroline Benjo et Carole Scotta productrices Haut et Court , M6 films coproduction Avec la participation de M6, Canal+, Centre National de la Cinématographie Avec le soutien de la région Centre et le concours de l’Atelier de Production Centre Val de Loire, accueil de tournages.

avec Sophie Quinton Isabelle/Bambi

Michèle Moretti Madame Vachon Valérie Donzelli Nathalie Sélection officielle Festival de Cannes 2003 Nomination aux César de la Meilleure première œuvre de fiction et du Meilleur jeune espoir féminin

30

© ARP Sélection

© Haut et Court

de Gilles Marchand

En juin 1940, de nombreuses personnalités se réfugient à l'hôtel Splendid de Bordeaux tandis que les Allemands prennent Paris d'assaut. Dans cet hôtel somptueux, les ministres côtoient les comédiens comme les voyous. Frédéric, un jeune écrivain dilettante, doit faire une série de choix déterminants qui lui permettront enfin de devenir adulte : son coeur balance entre Viviane Denvers, une célèbre actrice, et Camille, la jeune assistante d'un physicien juif recherché par les Allemands. Viviane, de son côté, possède de nombreux contacts qui assurent sa sécurité. Elle est ainsi sous la protection de Jean-Etienne Beaufort, un influent ministre qui cède à tous ses caprices...

2003 - 114’ - 35 mm couleur Jean-Paul Rappeneau réalisation Jean-Paul Rappeneau, Patrick Modiano, Jérôme Tonnerre, Julien Rappeneau, Gilles Marchand scénario Thierry Arbogast direction de la photographie Pierre Gamet son Jacques Rouxel décors Catherine Leterrier costumes Stéphane Gluck assistanat-réalisation Gabriel Yared musique Maryline Monthieux montage Jean Goudier montage son Dominique Hennequin mixage Patrick Bordier direction de production Laurent Pétin, Michèle Pétin producteurs ARP Sélection production

avec Isabelle Adjani Viviane Virginie Ledoyen Camille Yvan Attal Raoul Grégori Derangère Frédéric Gérard Depardieu Beaufort Edith Scob Madame Arbesault Peter Coyote Winckler Aurore Clément Jacqueline de Lusse César des Meilleurs décors pour Catherine Leterrier et Jacques Rouxel César du meilleur jeune espoir masculin pour Grégori Derangère César de la meilleure photo pour Thierry Arbogast Nommé aux César du meilleur scénario, du meilleur acteur dans un second rôle pour Yvan Attal, des meilleurs costumes pour Catherine Leterrier, du meilleur film de l’année, du meilleur montage pour Marilyne Monthieux, de la meilleure musique pour Gabriel Yared, du meilleur réalisateur, du meilleur son pour Dominique Hennequin, Jean Goudier, Pierre Gamet

NOM DU CHAPITRE LES JURYS Les Contenu films du ouPrésident nom du sous-chapitre du Grand Jury

31


les membres du

© Laurent Denis

Grand Jury

32

Anne Alvaro

Marc Citti

Thomas Coumans

comédienne

comédien

comédien

Anne Alvaro s’inscrit au Conservatoire de Créteil à l’âge de 10 ans. Très vite repérée, elle prend rapidement goût au théâtre contemporain et travaille avec les plus grands metteurs en scène, d’André Engel à Bob Wilson en passant par Alain Françon ou Georges Lavaudant. En 1982, elle fait sa première apparition au cinéma dans Danton d’Andrej Wajda, puis dans des films très personnels de Raoul Ruiz (La ville des pirates, 1983) ou Romain Goupil (La java des ombres, 1983). Elle se fait connaître du grand public par sa composition sensible dans Le goût des autres d’Agnès Jaoui qui lui vaut le César du Meilleur Second Rôle en 2001. Par la suite, elle se tourne à nouveau vers le théâtre sans jamais laisser le cinéma complètement de côté. On la retrouve ainsi dans La chose publique (2003) de Mathieu Amalric, La part animale de Sébastien Jaudeau (2007) et Les bureaux de Dieu (2008) de Claire Simon. En 2009, elle fait entendre un texte d’une force brûlante : Je meurs comme un pays, du poète grec Dimitris Dimitriadis. La même année, elle reçoit un Molière pour son interprétation dans Gertrude (le Cri), mis en scène par Giorgio Barberio Corsetti qu’elle retrouve au Théâtre de L’Odéon en 2010 dans La Ronde du carré de D. Dimitriadis. En 2011, Anne Alvaro reçoit le César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Le Bruit des glaçons, de Bertrand Blier.

Formé à l’Ecole de comédiens de Patrice Chéreau, Marc Citti joue ensuite au théâtre sous la direction notamment de Patrice Chéreau, Luc Bondy, Pierre Romans, Jorge Lavelli, Didier Long, Stuart Seide, Marion Bierry, Magali Léris. Il interprète ainsi Shakespeare, Schnitzler, Tchekhov, Mouawad, Molière, Tourgueniev et bien d’autres auteurs. On l’a vu récemment dans la mise en scène de Zabou Breitman, Des gens, d’après Raymond Depardon. Au cinéma, il commence sa carrière avec Hôtel de France de Patrice Chéreau et L’amoureuse de Jacques Doillon. S’ensuivra une série de films réalisés entre autres par Laurence Ferreira Barbosa (Les gens normaux n’ont rien d’exceptionnel), Christine Citti, Denis Dercourt, Jérôme Bonnell (Le chignon d’Olga, Les yeux clairs), Gilles Lelouch, Ducastel et Martineau (Né en 68). On a pu le voir récemment dans La journée de la jupe de Jean-Paul Lilienfeld et dans La dame de trèfle de Jérôme Bonnell. Il interprète également de nombreux rôles pour la télévision avec, notamment, Claude Chabrol, Laurent Heynneman ou Jean-Pierre Améris.

Thomas Coumans est un jeune acteur belge né en 1984 et diplômé de l’INSAS (Bruxelles) en 2006. Touche-à-tout, il enchaîne les projets depuis plusieurs années, jonglant entre le théâtre, le théâtre de rue, en appartement, les marionnettes pour adultes et enfants, la danse, l’écriture, le son, la vidéo et la construction de décors. Il tient également beaucoup de petits et de seconds rôles au cinéma et à la télévision sous la direction de Joachim Lafosse, Harry Cleven, Thierry Klifa, Vincent Lannoo, Denys GranierDeferre, Xavier Durringer, Bavo Defurne,… En 2010, il est dirigé par Alain Berliner dans le rôle principal de La peau de chagrin d’après Balzac et partage un duo avec Bernard Lecoq dans Comment va la douleur ? de François Marthouret (diffusion en 2011 sur France 2).

LES JURYS Les membres du Grand Jury

33


Olivier GORGE scénariste Scénariste depuis 15 ans, 2011 concentre sur les écrans des années d’écriture. Le 27 avril sort Coup d’éclat, écrit avec José Alcala, où Catherine Frot incarne un officier de police en plein doutes ; en juin, Omar m’a tuer, écrit avec Roschdy Zem, s’attache aux destins contraires d’Omar Raddad (Sami Bouajila) et d’un écrivain en quête d’innocence (Denis Podalydes) ; plus tard dans l’année, De bon matin, troisième long qu’il écrit avec Jean-Marc Moutout, au cours duquel JeanPierre Daroussin, cadre bancaire humilié abat deux collègues ; Voie rapide, enfin, de Christophe Sahr, est le parcours accidenté d’un fou de tuning. Parallèlement, pour la télévision publique, il a récemment écrit Sélection naturelle (Frederic Diefenthal en butte à un chasseur de têtes expéditif) et un projet pour la Comédie-Française avec Dominique Cabrera. Pour varier les plaisirs, il s’essaie, avec Sabrina Compeyron, à un thriller métaphysique : une série de meurtres au XIe siècle et aujourd’hui autour d’une crypte du Mont Saint-Michel. Vice-président cinéma de la Guilde Française des Scénaristes, Olivier Gorce espère contribuer à revaloriser le rôle des auteurs.

34

Christopher Granier-Deferre producteur En 2009, Christopher est nommé aux British Independent Film Awards dans la catégorie meilleur producteur pour le film de Marek Losey, The Hide. Film qui remporte par ailleurs nombre de récompenses à travers le monde et avec lequel Christopher signe ses débuts de producteur à part entière. Siren, son second long métrage, décrit comme « une débauche hallucinée de sexe, d’horreur et de trahison » par Maxim, sort en mars 2011. Il est distribué par la pépinière de films indépendants qu’est LionsGate, au travers de Grindstone, société de Sam Raimi. Parmi ses expériences professionnelles précédentes, on peut citer celle de producteur exécutif sur le triomphe du cinéma d’art et d’essai, I am Love avec Tilda Swinton dans le rôle principal, et coproducteur d’Angel de François Ozon, qui fit la clôture du Festival de Berlin. Christopher assure actuellement la production de Gone too far, tiré de la pièce de Bola Agbaje, qui sera réalisé par Destiny Ekaragha. En outre, il intervient régulièrement à la National Film and Television School de Londres et à La fémis à Paris.

Hugo RUBINI

Édith Scob

Conseiller assureur audiovisuel

comédienne

Né en 1961, Hugo Rubuni débute sa carrière professionnelle en 1988 dans les assurances au Lloyd’s de Londres où il se spécialise dans les assurances Kidnapping. En 1995, il crée sa propre structure de courtage d’assurance spécialisée dans la publicité, la télévision et le cinéma. Ses activités l’ont amené à travailler sur les plus grosses productions françaises de ces dernières années telles que Un Prophète réalisé par Jacques Audiard, Mesrine réalisé par JeanFrançois Richet ou Le petit Nicolas réalisé par Laurent Tirard, ou encore, pour l’année 2010, Des hommes et des dieux réalisé par Xavier Beauvois, L’arnacœur réalisé par Pascal Chaumeil et Potiche réalisé par François Ozon. Cette année, il met en place l’assurance d’Asterix 4 réalisé par Laurent Tirard, dont le tournage débute en avril, ainsi que le prochain film de Xavier Giannoli.

Découverte par Georges Franju avec qui elle fait six films, Edith Scob marque des générations de cinéphiles par sa prestation dans Les yeux sans visage (1960), projeté en soirée d’ouverture du festival. Elle tourne également avec Julien Duvivier et Luis Buñuel, et c’est par la suite à la télévision et sur les planches qu’elle trouve ses plus grands rôles en jouant notamment des textes de Duras, Adamov, Tchékov, Rilke, Ibsen, Strindberg sous la direction d’Antoine Vitez, Claude Régy, Luc Bondy... Pendant plusieurs années, elle est dirigée par Georges Aperghis à l’ATEM (Atelier Théâtre et Musique). Depuis la fin des années 90, elle apparaît au cinéma dans des seconds rôles marquants dont Vénus beauté (Institut) (1999) de Tonie Marshall, Bon voyage (2003) de Jean-Paul Rappeneau, projeté en séance spéciale au festival, L’heure d’été (2008) d’Olivier Assayas, qui lui vaut d’être nommé au César du meilleur second rôle en 2009, Didine (2008) de Vincent Dietschy et dans plusieurs films de Raul Ruiz dont Le temps retrouvé (sélection officielle Cannes 1999). Enfin, elle prête également son talent au court métrage dont Nova Eva (2010) de Guillaume Martinez projeté dans le cadre des « Fantastiques courts métrages ».

LES JURYS Les membres du Grand Jury

35


Alain Berliner Président du Jury de la Création

Après des études de réalisation à l’Insas (Bruxelles), Alain Berliner commence par écrire pour les autres, au cinéma et à la télévision, en Belgique puis en France. Il écrit et réalise également deux courts métrages, Le jour du chat (1991) et Rose (1993). En 1997, il co-écrit, co-produit et réalise le long métrage Ma vie en Rose, avec Michèle Laroque, Georges Du Fresne, Hélène Vincent, Jean-Philippe Ecoffey, Daniel Hanssens, Laurence Bibot… Le film lui apporte une renommée internationale. Sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes 1997, Golden Globe du meilleur film étranger 1998, European film award du meilleur scénario 1997, il est également nommé au César du meilleur premier film, et au BAFTA du meilleur film étranger. Son film suivant, Le mur (1998, France – Belgique, scénario, réalisation et co-production), s’inscrit dans le cadre de la collection d’Arte 2000 vu par… 10 réalisateurs du monde entier. Alain Berliner co-produit également le film de Bourlem Guerdjou Vivre au paradis, avec Daniel Hanssens et Pascale Bal. Grâce au succès de Ma vie en Rose, notamment aux États-Unis, il réalise en anglais Passion of Mind (2000, USA), écrit par Ron Bass, produit par Lakeshore et Paramount, interpreté par Demi Moore, Stellan Skarsgard, Bill Fichtner et Sinead Cusack. Alors qu’il travaille sur plusieurs projets de long métrage, en français et en anglais, il reçoit une commande de France 2 pour tourner La maison du canal, une histoire qu’il avait envie d’adapter depuis longtemps, tirée du roman homonyme de George Simenon, dans le cadre de la soirée spéciale pour célébrer le centenaire de la naissance de l’écrivain (2003, scénario et réalisation). Passionné de comédies musicales, il tourne ensuite le long métrage J’aurais voulu être un danseur (2007, scénario, réalisation, coproduction, Bel-Fra-Lux-Angleterre), avec Vincent Elbaz, Cécile de France et Jean-Pierre Cassel, une comédie musicale dramatique sur la transmission inconsciente des secrets de famille en même temps qu’un hommage à Singin’ in the rain. Il s’attaque ensuite à la réalisation de la saison II de la série TV Clara Sheller (2008, 6 x 50’ pour France 2), la série chic et urbaine écrite par Nicolas Mercier, avec Zoé Félix, Patrick Mille et François Vincentelli dans les rôles principaux. Cette saison remporte le Prix de la meilleure série TV au festival de La Rochelle 2008.

LES JURYS Le Président du Jury de la Création

37


Alain Berliner sur le tournage de La Peau de chagrin © Murmures Production

En 2008 toujours, il conçoit, écrit et réalise également une série courte pour Internet, Les BoboNobos, pour www.citymoviz.tv : des petites comédies de 3’ avec Pauline Delpech, Clémence Thioly, Lannick Gautry et Louis-Do de Locquenghien. En 2009, il réalise Les associés, un film pour TF1 avec Christophe Lambert, François Berléand et Thierry Frémont, qui lui permet de toucher au film noir, genre qu’il aime particulièrement depuis l’adolescence et sa découverte à la cinémathèque de Bruxelles. Il reçoit le Prix du meilleur scénario au festival de La Rochelle 2009. En 2010, il co-écrit et réalise pour France 2 La peau de chagrin, adaptation du roman de Balzac, avec Thomas Coumans, Annabelle Hettman, Mylène Jampanoï, Julien Honoré et Jean-Pierre Marielle entre autres. Ce drame en costumes, avec une touche de fantastique, lui permet d’aborder encore un nouveau genre. Il obtient le Prix du public au festival de la Rochelle 2010. Passionné par l’écriture de scénario et le développement du scénario, il fait des consultations sur scénario et a travaillé avec eQuinoxe, d’abord comme participant puis comme consultant. Depuis 2006, il donne des cours à l’Insas (école de cinéma de Bruxelles) sur la dramaturgie et le rythme du jeu de l’acteur face à la caméra.

les membres du

1

Jury de la Création

2

CEEA

(Paris) Conservatoire Européen d’Écriture Audiovisuelle

1 Hélène BARARUZUNZA 2 Marine LACHENAUD 3

4

INIS

(Québec) Institut National de l’Image et du Son

3 Alexandre MICHAUD 4 Geneviève SIMARD

ENSAB

(Bourges) École Nationale Supérieure d’Arts de Bourges

5 Margot de Balasy 5

6

La fémis

(Paris) Formation et enseignement aux métiers de l’image et du son

Il travaille actuellement sur deux projets pour le cinéma, en français et en anglais.

6 Saïd HAMICH 7 Pierre-Louis GARNON

Paris Ouest

(Nanterre) Université Paris Ouest Nanterre La Défense 7

8

8 Hadrien KRASKER 9 David LE BOZEC

INSAS

(Bruxelles) Institut national supérieur des arts du spectacle et des techniques de diffusion

10 Louise DUBOIS

38

LES JURYS Les membres du Jury de la Création 9

10

39


Sagamore Stévenin Président du Jury Jeune

Après avoir débuté sa carrière d’acteur à l’âge de huit ans en participant à un téléfilm, La couleur de l’abîme (1983), réalisé par Pascal Kané, Sagamore Stévenin joue dans Courtes chasses (1984), un court métrage réalisé par Manuel Flèche. Il se voit ensuite offrir par Claude Zidi le rôle du fils de Thierry Lhermitte et de Miou Miou dans la comédie d’espionnage La totale (1991). Dans La révolte des enfants (1992), réalisé par Gérard Poitou Weber, il se retrouve aux côtés de son frère Robinson, puis dans Les frères Gravet (1996), réalisé par René Féret, il interprète le rôle de son père jeune, Jean-François Stévenin. Parallèlement, il peaufine son art en prenant des cours avec un professeur de l’Actor studio. Il tient par la suite le premier rôle dans la comédie grinçante, La cible (1997), réalisée par Pierre Courrège et s’investit dans la comédie décalée, Comme une bête (1998), réalisée par Patrick Schulmann et injustement passée inaperçue. Son rôle dans Romance (1999), réalisé par Catherine Breillat, pour laquelle il interprète un mannequin refusant toute relation sexuelle avec sa petite amie, le révèle au grand public. Héros d’une histoire d’amour tragique aux côtés de Marion Cottillard dans Lisa (2001), réalisé par Pierre Grimblat, tueur à gages dans Sueurs (2002), réalisé par Louis-Pascal Couvelaire, romano attiré par Laetitia Casta dans Errances (2003), réalisé par Damin Odoul, il incarne Michel Vaillant, le célèbre pilote de course de la bande dessinée, dans le film éponyme pour lequel il retrouve Louis-Pascal Couvelaire en 2003. En 2005, il aborde la comédie pure dans Tu vas rire mais je te quitte réalisé par Philippe Harel. Ajoutant une corde à son arc, il débute sur les planches en 2006, pour une adaptation d’Orange mécanique dans le rôle du héros, Alex. Son parcours télévisé est tout aussi éclectique et il joue notamment dans La Bête du Gévaudan (2003) réalisé par Patrick Volson, et qui est à ce jour l'un des plus gros succès de France 3 très régulièrement rediffusé, Bel Ami (2005) réalisé par Philippe Tribois et dont le succès critique a contribué au lancement de la collection sur Maupassant à France Télévision, 1905 (2005) réalisé par Henri Hellman, l'une des première fiction autour du combat pour la laïcité en France, Coco Chanel (2008) réalisé par Christian Dugay, avec Olivier Sitruk et Shirley Maclaine. Cette année, il a été remarqué dans le téléfilm choral de Vincent Giovanni Demain, je me marie (2011) et pour son rôle de brigand dans Je, François Villon, assassin, voleur, poète (2011), réalisé par Serge Meynard, d’après le roman de Jean Teulé. Enfin, souhaitant diversifier encore ses expériences cinématographiques, il s’intéresse également à l’écriture et à la production.

LES JURYS Le Président du Jury Jeune

41


Les membres du

Jury Jeune 1

2

3

4

5

6

7

8

élèves du lycée

Édouard Vaillant (Vierzon)

1 2 3 4

Sami CLORIS Ivan CVETANOVIC Johan RAFFESTIN Alexis LEVENT

élèves du lycée

Pierre Emile Martin (Bourges)

5 6 7 8

42

Coline BONNET Baptiste BILLET Thibault BERNY Céline LOBRY


02 découverte d’auteurs 47 89

Écrire pour le long métrage Écrire pour le court métrage

Écrire pour une série de télévision Écrire pour le web Réaliser un court métrage Félicitations

44

121 135 147 151

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre

45


écrire pour

le long métrage les Forums des Auteurs

Les Forums s’adressent à tous les auteurs d’un projet de fiction, de documentaire ou d’animation, sans producteur et désireux de progresser dans leur travail de réécriture. Le Festival international des scénaristes les soutient dans cette démarche. Son rôle est autant de mettre en lumière un auteur (son univers, son talent, son regard, son écriture, sa capacité de travail) qu’un scénario.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS écrire pour le long métrage

47


Le festival sélectionne dix scénarios de long métrage (cinq de fiction, trois de documentaire et deux d’animation) parmi plus de 200 candidatures. Les Forums se déroulent pendant le festival sur cinq sessions (d’une heure trente chacune). Lors de chaque session, deux ou trois auteurs présentent successivement leurs projets pendant 45 minutes, devant une centaine d’auditeurs. Pour les épauler au cours de leurs prestations publiques, les auteurs du Forum sont entourés de deux parrains : l’un scénariste et l’autre producteur, qu’ils ont rencontrés par l’intermédiaire du festival. Ainsi, les Forums les mettent en contact avec des professionnels qui leur apportent un point de vue sur leurs projets. Ces échanges suscitent des remises en question, des interrogations et des doutes. L’exposé oral a ici autant d’importance que le passage obligé et intime par l’écriture. Le Forum permet également la création d’une chaîne de bienveillance professionnelle, solidaire et fondamentale pour un jeune auteur.

48

Chaque année, les auteurs ont vécu, disent-ils, « un moment capital pour leur travail de réécriture ». Les Forums ont permis à des auteurs d’émerger et à des films de se tourner. C’est près de 65% des auteurs présentés aux Forums qui émergent en tant que nouveaux talents !

NOUVEAU Cette année, pour la première fois, le Forum des auteurs est doté de trois Prix. (voir p.117)

Julie Lopes Curval a reçu la Caméra d’Or au Festival de Cannes pour Bord de mer, dont elle avait présenté le scénario au Forum de fiction en 1999. Ursula Meier avait présenté le scénario d’Home en 2000 (séance spéciale de la Semaine de la critique Cannes 2008). Pablo Agüero, le scénario de Salamandra en 2006 (Sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs en 2008 et sorti en salle au printemps 2010). Jérôme Bonnell, Nicolas Peufaillit, Alice Winocour, Valérie Gaudissard, Siegrid Alnoy, Julien Lilti, Marion Laine, Jérôme Fansten, Virginie Chanu, Laurent Herbiet, Jean-Philippe Stéfani, François Favrat, Juliette Senik, Nathalie Najem, Alain Patetta, entre autres, sont également passés par les Forums des auteurs. Julia Kowalski, Marie Belhomme, Laurent Deboise, Louis Aubert, Cristina Pinheiro, Frédéric Louf, Héléna Klotz, Aurélia Barbet, qui sont les auteurs des dernières promotions ont tous trouvé des producteurs.

Enfin, Frédéric Zeimet (Forum des auteurs 2010) vient de remporter le prix junior Sopadin 2010 et a été finaliste pour le prix du meilleur scénariste 2010. Côté documentaire, Serge Fretto (Forum des auteurs 2006) a tourné son film Les échos de l’absence, présenté au Forum sous le titre La demeure, produit par la société Bix films, coproduit par Image plus avec l’aide du CNC, de la région Alsace, de la Communauté urbaine de Strasbourg et de la Région PACA. Enfin, Penelope Bortoluzzi (Forum des auteurs 2005) a réalisé son film Fondamenta delle convertite, Mention Spéciale du Jury International du Festival dei Popoli, à Florence 2008 ; elle a reçu l’aide à l’écriture du CNC en mars 2009 pour son nouveau projet de documentaire Erto, actuellement en tournage.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS écrire pour le long métrage

49


le forum des auteurs de fiction

Anaïs CARPITA auteur de fiction 6, rue Mirabeau - 94300 Vincennes tél. 06 13 58 35 97 anais.carpita@gmail.com

Cette sélection du Forum ne comporte que des femmes ! Miroir du monde en marche ? Les femmes prennent la parole, réjouissons-nous ! C’est le signe de l’évolution, si j’en crois une lecture récente, nos statisticiens-sociologues qui « classent » les pays en termes d’évolution considèrent que la place de la femme dans la société est un des premiers marqueurs avec la  démocratie…  Les thèmes abordés ? Le viol, avec pour conséquence la maternité dans le cadre d’un couvent pendant la dernière guerre (histoire véridique), le retour de Simone de Beauvoir chuchotant à l’oreille de jeunes trentenaires, leur droit et leur devoir de prendre leur pouvoir, la place de l’homme/femme musulman(e) « travesti » pour la bonne cause, la relation entre la « mère courage - femme libérée » et sa fille ado, et enfin l’amour « aveugle » lors des premiers émois de l’enfance .

50

Sont-ce là des sujets de « femmes » ? Rien à voir avec les grands sujets  ? Comme la politique, le pouvoir, l’argent, les magouilles, l’héroïsme, la guerre, la police… A la femme, les grands sentiments, les petits bobos et les arrières cuisine… ? A vous de juger ! Bon Forum !

Isabelle Ly Responsable du Forum des auteurs de fiction

En 2006, Anaïs obtient un Master 2 en Cinéma, mention Bien, puis intègre La fémis en section scénario. Elle y tourne un film en 16 mm, participe à l’atelier d’Israël Horovitz à la Columbia (New York), et coécrit le film de fin d’études de Brice Pancot (A cor et à cri) sélectionné dans plusieurs festivals, dont celui de Clermont-Ferrand. Tout juste diplômée, elle est finaliste au Prix Junior du Meilleur Scénario avec L’oiseau sans patte, un biopic sur la rencontre entre Cocteau et Radiguet. Lectrice pour deux Soficas, elle collabore actuellement au premier court métrage de Laure Desmazières, Zaïna (Zadig Productions). Elle travaille également à l’adaptation et aux dialogues du long métrage d’Amal Bedjaoui, Si rien ne bouge (ML Productions). Elle présente aujourd’hui Ma mère s’appelle Ninja, son scénario de fin d’études : une comédie polyphonique sur une famille bordélique !

Ma mère s’appelle Ninja Moi, c’est Sibylle, 15 ans demain. Adelin, mon demi-frère. Son père Saliou, le voisin de palier. L’oncle Jeannot, un peu à l’Ouest. Puis Harry, un étudiant anglais... Ah et ma mère : Janine. Mais comme c’est un prénom de vieille, elle se fait appeler Ninja. Ma mère, on la regarde tout le temps. Enfin, surtout les mecs. Elle veut à tout prix que je parle anglais alors qu’elle n’y comprend rien. So, today, I made a decision : I’ll speak only english. Too bad for you, mum. Fucking bitch.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les auteurs de fiction

51


Juliette Morice

Marie-Sophie Chambon

auteur de fiction 6, place Paul Verlaine - 75013 Paris tél : 06 17 67 48 06 jmorice_h@hotmail.com

auteur de fiction 14 rue Hermel - 75018 Paris tél. 09 52 22 12 86 - 06 27 32 67 93 mso_cha@hotmail.com

Parce que je t’aime Dans la vie d’Alfred, 13 ans, il y a deux choses essentielles. Le bricolage : à part sa mère qu’il n’a pas pu réparer de sa maladie et qui est morte, Alfred peut tout réparer, grille-pain, sèche-cheveux en panne, les mob’ des gars du coin… Et puis il y a Marine, 8 ans, la petite voisine qui vient d’emménager et dont il tombe amoureux, malgré lui. Parce qu’Alfred ne veut pas aimer. Il sait ce que c’est aimer : c’est perdre, savoir qu’on ne pourra pas réparer ce qui se casse… Mais Alfred n’est pas prêt à perdre à nouveau, quitte à ne rien avoir… A moins qu’il ne trouve un moyen de protéger Marine et de l’aimer autrement, en réparant l’irréparable…

52

À seize ans et des petites économies, Marie-Sophie investit dans un caméscope. Elle commence alors à apprendre à raconter des histoires avec des images et du son, des amis dévoués, un chien patient et des effets spéciaux vraiment très spéciaux … Cinq ans plus tard et une trentaine de cassettes DV remplies de petits chefs-d’œuvre à montrer à sa grand-mère, elle entre à La fémis en département scénario pour apprendre plus précisément à écrire des histoires. Actuellement en dernière année à La fémis, elle a déjà écrit quatre scénarios de longs métrages et une dizaine de courts métrages, en particulier pour une camarade réalisatrice tunisienne dont elle coécrit tous les projets. Aimant énormément l’écriture pour les réalisateurs, elle désire aussi pouvoir développer ses propres histoires, autrement que sur du papier ! Parce que je t’aime est son deuxième scénario de long métrage écrit dans le cadre de ses études. Passionnée de séries télé, elle travaille aussi en coécriture sur des projets de bibles.

En 2005, après avoir obtenu l’agrégation d’anglais et un DEA consacré au metteur en scène Deborah Warner, Juliette Morice achève ses études à l’École Normale Supérieure de Lettres et Sciences Humaines. Elle enseigne ensuite trois ans en classes préparatoires dans un grand lycée parisien avant de se consacrer depuis 2008 à l’écriture scénaristique et à la réalisation. En 2001, elle monte son premier projet avec la coproduction et la mise en scène, en version originale sur-titrée, d’Arcadia, de Tom Stoppard, au théâtre Kantor de l’ENS (Coproduction Enscène, Lyon). Elle a écrit le script d’un long métrage, A Little Respect !, présenté cette année au festival et réalisé en 2011 un court métrage du même nom, autoproduit. Parallèlement, elle a signé les interviews de grands réalisateurs (David Lynch, Costa-Gavras, Michel Gondry…) pour le magazine culturel Keith.

A Little Respect ! « On ne naît pas femme, on le devient ». En 2011, trois trentenaires, au seuil de la vie d’adulte, vont avoir l’occasion d’expérimenter sur un mode très personnel, chacune à leur façon, cette célèbre phrase du Deuxième Sexe. Propulsées dans le grand bain, il ne tient qu’à elles à présent de décider quel genre de femmes elles veulent devenir. Avec, en décor sonore, la voix de Simone de Beauvoir, telle une ancêtre bienveillante, A Little Respect ! fait la chronique intimiste et ironique de jeunes femmes énervées qui comprennent que pour trouver leur place dans la société, c’est elles-mêmes qu’elles doivent apprendre à respecter.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les auteurs de fiction

53


Sabrina KARINE

Alice VIAL

auteur de fiction

auteur de fiction

72, rue Falguière - 75015 Paris tél. 06 03 55 91 38 karine_sabrina@yahoo.fr

17, rue Daguerre - 75014 Paris tél. 06 25 48 68 85 alicevialpaoli@hotmail.com

Sabrina Karine développe très jeune un goût prononcé pour les films qui mélangent les langues et les cultures, à l’image de Two days in Paris et de L’auberge espagnole. En 2005, elle s’envole pour Vancouver (Canada) où elle restera trois ans. Après une année passée à apprendre les différents métiers du cinéma, elle coécrit et coréalise son premier court métrage, We’re so screwed, nommé pour le Leo Award du meilleur montage. S’en suivent trois autres courts métrages et un long métrage, Smile of April, tous autoproduits à Vancouver. Le scénario de son long métrage franco anglais Elles Trois est récompensé par le prix Keith provost award décerné lors des Cold reading series à Vancouver. De retour en France, Sabrina travaille sur plusieurs scénarios de longs métrages dont Une histoire de chaussures et de vélo, demi finaliste 2008 du prix Sopadin Junior et sélectionné à la nuit blanche du scénario de Cannes, ainsi qu’Elles dansent seules, prix spécial du jury au prix Sopadin du meilleur scénario junior en 2009 où elle rencontre Alice Vial.

Alice Vial est née en 1986 à Paris. Elle réalise son premier court métrage autoproduit, La Cowgirl de Damgan en 2009 et en réalise un deuxième dans la foulée, Pumpkin Trip. Elle coécrit avec Yasmin Berber le long métrage Les Immortelles qui obtient une bourse de réécriture Beaumarchais en 2008 et qui est finaliste du prix Sopadin du meilleur scénario junior en 2009. Le projet est actuellement en recherche de financements chez Les Films du Cygne. En 2010, Alice écrit L’homme qui en connaissait un rayon, dans le cadre du Marathon du court métrage du Festival international des scénaristes. Le court métrage obtient le Grand Prix du jury et la mention du jury de la création et se trouve en développement chez K’ien productions. Alice coécrit et coréalise le moyen métrage French it up avec sa fidèle acolyte Sabrina Karine, durant l’été 2010. Le film est en post production. En parallèle, elle écrit le court métrage Gueule de loup, en développement chez 17 Productions et travaille avec Sabrina sur un nouveau court métrage, El Babone d’Elisa pour Les Films du Cygne.

54

Au nom de la mère Été 1944, Madeleine Pauliac, brillante médecin de trente-trois ans, sillonne la Pologne dévastée par la guerre, à la recherche des Français du STO. Avec son convoi de la Croix Rouge, elle écume les institutions religieuses qui détiennent les états civils. Elle croise la route du couvent de Kazimierz Dolny et découvre que la plupart des sœurs sont enceintes, victimes des vagues de viols perpétrées par les soldats allemands, puis soviétiques. L’indépendance d’esprit et la modernité de Madeleine se heurtent à l’obscurantisme d’un couvent dans la débâcle. Comment va-t-elle s’y prendre pour aider des nonnes à affronter leur sort sans contrarier leur foi ? Peut-on devenir mère tout en étant religieuse ?

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les auteurs de fiction

55


Emma Perret auteur de fiction 52, bd Chanzy - 93100 Montreuil tél. 06 72 94 84 77 emma@emma-perret.com

Momo Dans une cité de banlieue vit Mohamed, dit Momo, 22 ans, un Dieu pour Habiba, sa mère veuve, et un tyran pour ses sœurs de 12 et 16 ans, Momo se considérant comme le garant des traditions. Hélas, poursuivi par les hommes du Zbeck, un affreux mafieux local, Momo doit sauver sa peau. Pour le garder près d’elle, sa mère, inspirée par Les plus belles roses du Caire, le feuilleton que toutes suivent dans la cité, a une idée : le cacher sous l’identité d’une femme voilée. C’est ainsi que Momo devient Monica, fille supposée d’un imam traditionaliste parti à la Mecque. Et pour accueillir Monica, Habiba choisit une famille pakistanaise nouvellement arrivée. Ils n’oseront pas refuser… Momo, c’est Tootsie dans le ghetto.

56

Après une enfance au Maroc, Emma Perret est convoyeuse de 404 en Afrique, négociante en métaux précieux, danseuse orientale, ou bien assistante de mage, avant de réaliser qu’elle pourrait écrire des histoires au lieu d’être dedans ; ce qui serait tout aussi amusant et non passible de poursuites judiciaires  ! Elle découvre alors l’École des Gobelins, puis l’atelier scénario de La fémis, à la suite de quoi elle écrit des dessins animés pour la télévision, avant de réaliser trois courts métrages : Tout est bon dans le cochon (2007, France 3) écrit au Marathon, qui gagne d’ailleurs le Prix du jury européen au Festival international des scénaristes et beaucoup d’autres prix encore  ; Parade Nuptiale (2008, Canal+) avec le chanteur Arno, Prix Coup de cœur des cheminots cinéphiles à la Semaine de la critique à Cannes, et Le Cygne (2009, Canal+), prix du meilleur acteur au Festival du film romantique de Cabourg. Emma Perret passe au long métrage avec Québec Eldorado (en préproduction), qui a obtenu l’aide au développement, et écrit actuellement Momo, projet éminemment personnel, en résidence d’écriture au Groupe Ouest.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les auteurs de fiction

57


les parrains

scénaristes de fiction Thomas Bidegain parrain scénariste de fiction SCÉNARIO CINÉMA De rouille et d’os (en cours de production) Jacques Audiard Nos enfants (en cours de production) Joachim Lafosse S (en recherche de financement) Gilles Porte coécrit avec Marion Doussot et Bernard Chambaz Allegro (ou Gros.org) (en recherche de financement) Brigitte Roüan L’équarisseur (en recherche de financement) Marion Vernoux coécrit avec Marion Doussot Et maintenant on va où ? (en postproduction) Nadine Labaki Un prophète 2009 Jacques Audiard À boire 2004 Marion Vernoux The château 2003 Jesse Peretz

Emmanuel Courcol parrain scénariste de fiction

Thomas Bidegain a 42 ans, il est scénariste depuis quelque années. Il a travaillé pour Jacques Audiard, Brigitte Roüan, Marion Vernoux, Zabou Breitman, Jesse Peretz, Sam Karmann, Joachim Lafosse, Gilles Porte… Après avoir produit, dans les années 90, plusieurs films indépendants américains, il revient en France et devient directeur de la distribution chez MK2. En 1999, il retourne à la production pour la maison Why Not, mais peu à peu l’écriture prend le pas sur ses autres activités. Il arrête de fumer en 2005, en tire un documentaire, puis un livre, puis il replonge et se met à fumer des cigares en 2007. SCÉNARIO DOCUMENTAIRE TÉLÉVISION Fumer tue 2008 Andrès Jarach SCÉNARIO COURT MÉTRAGE

Acteur de formation, Emmanuel Courcol est sorti de l’École Nationale des Arts et Techniques du Théâtre (ou Rue Blanche) en 1984. C’est donc par le travail d’interprète qu’il s’est tout d’abord familiarisé avec la dramaturgie, le dialogue et la construction du personnage (il a joué une trentaine de pièces et tourné dans une vingtaine de films pour le cinéma et la télévision). Après s’être frotté à l’écriture théâtrale (Au bonheur des invalides), sa rencontre avec Philippe Lioret l’oriente vers le travail de scénariste. Il cosigne avec lui Mademoiselle (2001), L’Équipier (2004), Welcome (2009) et dernièrement Toutes nos envies (2010), librement adapté du roman d’Emmanuel Carrère, D’autres vies que la mienne , avec Vincent Lindon et Marie Gillain (sortie prévue fin 2011). Il travaille actuellement au scénario du premier long métrage de Thierry Machado, La route de Schefferville.

SCÉNARIO LONG MÉTRAGE La route de Shefferville (en écriture) Thierry Machado Toutes nos envies (sortie prévue fin 2011) Philippe Lioret Welcome 2009, Philippe Lioret nommé au César du meilleur scénario et Prix Jacques Prévert 2010 du scénario original

L’Équipier 2004, Philippe Lioret Mademoiselle 2001, Philippe Lioret

Contre les violences conjugales 2007 Zabou Breitman et Brigitte Roüan Films Talents Cannes de l’ADAMI 2006 Sophie Fillières, Sam Karmann et Alain Beigel Jingles Pub France 2 plus de 70 trompes l’œil réalisés par Fred Grivois SCÉNARIO TÉLÉVISION Le piège (en développement) 8 x 52’, coécrit avec Mathias Gavary LIVRE Arrêter de fumer tue 2007 édition La Martinière

58

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains scénaristes de fiction

59


Olivier KOHN

Gaëlle MACÉ marraine scénariste de fiction

© J. Pelaez

parrain scénariste de fiction

SCÉNARIO TÉLÉVISION Reporters (saison 1 et 2) Série créée, 18 épisodes développés dont 5 écrits et signés

60

Olivier Kohn a d’abord été critique de cinéma à Positif entre 1991 et 1998. Dans le même temps, il a débuté à la télévision comme lecteur de scénarios puis conseiller de programmes à M6. Il a collaboré avec plusieurs sociétés de production avant d’entrer à Capa Drama, société dirigée par les journalistes Hervé Chabalier et Claude Chelli. Il y a développé entre 1998 et 2004 de nombreux projets, dont Police District (18x52’ pour M6, série créée par Hugues Pagan) en tant que directeur littéraire et Âge sensible (50x26’ pour France 2, série créée par Séverine Bosschem, Yaël Cojot-Goldberg, Michel Leclerc, Chloé Marçais) en tant que producteur artistique. Il a créé et co-écrit Reporters, dont les 2 saisons ont été diffusées sur Canal+ en 2007 et 2009. La saison 1 a remporté le Fipa d’or 2007 du meilleur scénario dans la catégorie « Séries et feuilletons ». Il développe actuellement plusieurs projets pour le cinéma et la télévision.

Après une formation en sciences politiques, et la préparation d’un doctorat intitulé «La photographie de presse, sociologie d’un marché et d’une profession», Gaëlle Macé ne souhaitant pas enseigner et aimant depuis toujours lire et écrire se forme au cinéma par deux biais. D’une part en tant qu’assistante d’Yvonne Baby, dépositaire du fonds de Georges Sadoul, qu’elle assiste pour l’édition 1994 du Prix Georges et Ruta Sadoul. Et d’autre part, en rassemblant la documentation nécessaire à la préparation d’Un héros très discret réalisé par Jacques Audiard puis pour Rien à Faire de Marion Vernoux pour lequel elle collabore ensuite à l’écriture du scénario. À partir de 1997, elle devient lectrice de scénarios pour différentes productions et chaînes de télévision et commence à collaborer à l’écriture de scénarios pour le cinéma ou pour la télévision. Elle co-écrit ainsi Brodeuses (Eléonore Faucher), Dans les Cordes (Magaly-Richard Serrrano), Partir (Catherine Corsini), Les Mains Libres (Brigitte Sy), Pauline et François (Renaud Fély), Belle Épine (Rebecca Zlotowski)…

SCÉNARIO LONG MÉTRAGE Le bruit des enfants fourmis (en post-production) Christine François Alyah (en production) Elie Wajeman Notre etrangere 2011 Sarah Bouyain Belle épine 2010 Rebecca Zlotowsky Pauline et François de Renaud Fély Les Mains Libres 2010 Brigitte Sy Partir 2009 Catherine Corsini

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains scénaristes de fiction

61


Catherine PAILLÉ MARRAINE scénariste de fiction

SCÉNARIO LONGS MÉTRAGES Une vie meilleure (en tournage) Cédric Kahn Indigène d’Eurasie 2009, Sharunas Bartas L’apprenti 2008, Samuel Collardey Prix Louis Delluc du Meilleur premier film, 2008 Prix de la semaine de la critique, Mostra de Venise, 2008

COLLABORATION LONGS MÉTRAGES Chienne (en post-production) Lou Ye Qu’un seul tienne et les autres suivront 2009 Léa Fehner Prix Louis Delluc du Meilleur premier film, 2009

62

Pendant ses quatre années d’études à La fémis, elle écrit plusieurs courts métrages, notamment avec Samuel Collardey (Du soleil en hiver), Luca Governatori (Vita di Giacomo) et Léa Fehner (Sauf le silence). Diplômée en 2005, elle se lance dans l’écriture du premier long métrage de Samuel Collardey, L’apprenti. Elle travaille ensuite à l’écriture d’un film de Sharunas Bartas, Indigène d’Eurasie – film pour lequel elle est aussi assistante à la réalisation, ce qui la mène à vivre plusieurs mois en Lituanie, puis en Russie. De retour en France, elle collabore à l’écriture du premier long métrage de Léa Fehner, Qu’un seul tienne et les autres suivront, puis avec le cinéaste chinois Lou Ye, pour Chienne, en postproduction. Elle a ensuite écrit avec Cédric Kahn un film actuellement en tournage. Elle travaille désormais au scénario du prochain film de Samuel Collardey.


les parrains

producteurs de fiction Valentine de Blignières Les Films de la Croisade 6, boulevard de Strasbourg - 75010 Paris tél. 01 53 38 88 88 - fax 01 53 38 88 89 valentine.croisade@noos.fr Après la création d’ouvrages jeunesse pour le Seuil, Valentine de Blignières intègre les Films de la Croisade (Mondovino, Jonathan Nossiter, 2004) pour s’occuper du développement. Sa collaboration avec le producteur Emmanuel Giraud se conforte autour de projets variés, petit et grand écran confondus. La forteresse assiégée de Gérard Mordillat (Arte, 2006) ; pour France Télévisions, la collection docu-fiction La résistance (2009) et le récent téléfilm Joseph l’insoumis de Caroline Glorion (2011). Pour le cinéma, Boxes, réalisé par Jane Birkin (Cannes 2007) et aujourd’hui des projets en écriture avec les scénaristes Gérard Carré, Thomas Bidegain, Xavier Dorison, entre autres, et les réalisateurs Fabrice Genestal, Fabrice du Welz, Christophe von Rompaey, Jacques Weber et Jacques Malaterre.

64

Marina Gefter

Isabelle Grellat

Mes Films

Mandarin Cinema

11, rue de la Planche - 75007 Paris tél. 01 42 22 51 50 - fax 01 42 22 51 33 marina@mesfilms.eu

68, rue de la Folie-Méricourt - 75011 Paris tél. 01 58 30 80 30 isabelle@mandarin-bbf.com

Marina Gefter produit son premier film à 26 ans : une parodie des 1001 Nuits de Pasolini signée Anthony Dawson. Elle produit et réalise ensuite davantage des documentaires consacrés à de grands cinéastes américains, puis, en 1985, Good Morning Babylonia, des frères Taviani pour le compte du producteur américain Ed Pressman. Productrice associée sur Le Parrain 3 de Francis Coppola, elle sera ensuite productrice associée de Lady Chatterley (Ken Russell), puis de Trois soeurs (Margarethe Von Trotta) et productrice exécutive de Sud (Gabriele Salvatore). En 1995, Marina quitte l’Italie pour vivre entre la France et l’Angleterre, et coproduit avec sa société anglaise neuf films en cinq ans. En juin 2000, elle trouve le financement pour Femme Fatale (Brian de Palma), puis, en 2003, elle produit son premier film en langue française Lila dit ça. Suivront Nos 18 ans, en 2007. Actuellement, Marina Gefter a trois projets en développement.

Diplômée d’un DEA de droit de la propriété littéraire et artistique, et après trois ans passés dans le groupe audiovisuel Lumière aux côtés de Jean Cazès et Eric Altmayer, Isabelle Grellat intègre Mandarin Cinéma dès sa constitution en 1996. Parallèlement à la gestion et le conseil des Soficas Cofimage pendant dix ans, elle produit plusieurs courts métrages, notamment ceux de Jocelyn Quivrin, Rémi Bezançon, Eliette Abecassis, Laurent Bachet. Elle produit en 2004, aux côtés d’Eric et Nicolas Altmayer, le premier long métrage de Rémi Bezançon Ma vie en l’air, puis en 2005 le film d’Ivan Calbérac On va s’aimer. Elle produit ensuite Le premier jour du reste de ta vie, de Rémi Bezançon (sept nominations aux César, dont celui du meilleur film, César du meilleur espoir féminin et masculin et meilleur montage) et Une semaine sur deux, le troisième film d’Ivan Calbérac. Son actualité en 2011 : la sortie du prochain film de Rémi Bezançon Un heureux événement, adapté du livre d’Eliette Abecassis, et la production des premiers films d’Arié Elmaleh et de Sophie Reine.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains producteurs de fiction

65


Rémi Grellety

Philippe LIEGEOIS

Velvet Film

Rezo Films

36, rue d’Enghien - 75010 Paris tél. 09 51 97 43 30 - fax 09 56 97 43 30 rgrellety@velvet-film.com

29, rue du Faubourg Poissonnière - 75009 Paris tél. 01 42 46 46 30 - fax 01 42 46 40 82 ph.liegeois@rezofilms.com

Précédemment chargé de production pour Ailleurs Productions, société de production de courts métrages, Rémi Grellety a entre autres travaillé sur La Difunta Correa de Nicolas Cambois et Sébastien Gardet (2007), présenté au festival de Clermont-Ferrand. Il a également travaillé pour Nord Ouest Films avant d’intégrer Velvet Film, société de production créée par Raoul Peck qui, depuis plus de vingt ans, a produit ou coproduit l’ensemble des films du cinéaste. Sa dernière production, Moloch Tropical de Raoul Peck (2009), intégralement tournée en Haïti, a été présentée aux festivals de Toronto, Berlin ou encore Tribeca. Velvet Film travaille actuellement sur différents projets documentaires dont un sur la reconstruction d’Haïti après le tremblement de terre. Plusieurs longs métrages sont en développement : un sur le Jeune Karl Marx, et l’adaptation des livres Douce France de Karine Tuil et Continental Drift de Russell Banks.

Après une formation d’architecte, Philippe Liégeois s’est tourné vers son rêve d’enfance : le cinéma. Il a, entre 1987 et 1991, produit une vingtaine de courts métrages au sein de Persona films dont il était le gérant et en a réalisé deux : Pingouins frileux en 1990 et Les oubliés en 1991. En 1992, il rencontre Jean-Michel Rey et Nadia Lassoujade avec qui il s’associe pour créer Rezo films, société de distribution, de production et de ventes internationales. Il y produira une vingtaine de longs métrages de talents aussi divers que Albert Dupontel (Bernie), Pascal Bonitzer (Petites coupures) ou Claire Denis (Trouble Everyday), mais aussi les derniers films d’Eric Rohmer (Les amours d’Astrée et Céladon) ou de Philippe de Broca (Vipère au poing), ainsi que les premiers films de Marion Laine (Un coeur simple) et Léa Fehner (Qu’un seul tienne et les autres suivront). En 2010, parallèlement à son activité au sein de Rezo films, il a créé une nouvelle société, Bus films, avec laquelle il développe entre autres le prochain film de Léa Fehner…

66


le forum des auteurs de documentaire Écrire un documentaire : d’aucuns penseraient que c’est un paradoxe. Au Festival international des scénaristes, sans pour autant l’envisager comme une nécessité, nous croyons aux bienfaits d’une telle opération. Le Forum des auteurs de documentaire de cette 14 e édition vous invite à partager les regards de trois femmes tournés vers d’autres vies, multiples, à la lisière du banal et de l’extraordinaire, de la douleur et du bonheur, des nécessités et du rêve. Ces regards séduisent par les détournements qu’ils mettent en œuvre. L’abondance de Pascale Bodet se saisit du sujet a priori anodin qu’est la pêche à pied dans le Golfe du Morbihan pour mieux le mettre à plat et engager une audacieuse réflexion sur la ressource. Au travers de Climax, Oona Spengler renverse les apparences et creuse nos représentations : la beauté se cherche et se trouve dans la trace d’une blessure. En aucun lieu mène Laurence Garret à voyager aux confins de ses souvenirs et du songe cinématographique, à la recherche de motifs disparus mais non pas moins révélateurs de ses propres fantasmes.

68

Oona Spengler auteur de documentaire 163, rue Legendre - 75017 Paris tél. 06 84 21 93 00 oonasmoon@gmail.com

Ces trois regards travaillent la figure du portrait en jouant des perspectives temporelles et géographiques, esthétiques et sociologiques. Loin de l’arrogance des grands sujets, ces trois projets singuliers, encore dispersés mais forts de désirs et de sensibilités nous démontrent que rien ne sert de parcourir le monde, ses misères et ses scandales, si l’on ne sait avant tout s’emparer du juste détail qui suffit à ouvrir le champ des possibles - et dévoiler quelques vérités. Il ne s’agit pas de résoudre mais d’élucider, sans jamais trop circonscrire pour toujours rester à l’affût des sensations.

Clément Postec Responsable du Forum des auteurs de documentaire

Après un master d’audiovisuel, elle réalise Les partenaires invisibles (documentaire, 2007, 48 min.), L’endroit (essai, 2008, 11 min.), Summer (documentaire, 2008, 15 min.), Les pots cassés (fiction, 2009, 10 min.). Sa démarche explore le thème de la transformation, urbaine, identitaire ou corporelle. Son parcours est influencé par ses origines culturelles diverses, et par ses nombreux voyages. Elle a notamment travaillé en résidence au Watermill Center de New York (2008) et au campus du Festival de Berlin (2010). Depuis 2009, elle collabore avec le chorégraphe André Gingras, en construisant un dialogue entre danse et cinéma. Ainsi, Les commerçants (installation, 2009, 21 min.) questionne la valeur artistique et financière du corps, et a été présenté dans de nombreux festivals internationaux. En 2010, elle a développé le projet Climax à l’Atelier documentaire de La fémis.

Climax Cinq villes. Cinq histoires. Cinq hommes. Ils ont en commun une chose : leurs corps portent des cicatrices. Et leurs vies en ont été transformées. Ben a une trace à l’endroit du coeur, là où son frère l’a frappé. Pierre questionne sa circoncision. Van ne reconnaît pas son visage balafré. Pierrot est hanté par un accident de moto. Srdjan a été blessé pendant la guerre de Bosnie. Je voyage à travers l’Europe, à leur rencontre, pour saisir leurs souvenirs de la douleur et leurs cheminements vers une existence nouvelle. Mais ce n’est ni leur passé, ni leur avenir, que je vais découvrir. En cherchant à filmer l’invisible, je m’approche de la sensation d’un présent pur, d’un bonheur d’après l’épreuve.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les auteurs de documentaire

69


Pascale BODET

Laurence Garret

auteur de documentaire

auteur de documentaire

25, boulevard de la Villette - 75010 Paris tél. 06 89 30 30 99 bodetpa@wanadoo.fr

L’abondance Dans le golfe du Morbihan, les « bracos » des années 80 sont devenus des pêcheurs à pied professionnels. Une enquête permet d’élucider quelques paradoxes : la pêche à pied professionnelle ; la ressource naturelle résultant de l’activité de l’homme ; l’économie de cueillette au xxie siècle ; le braconnage licite. Pour retrouver les terres fortunées et l’âge d’or de quelques pêcheurs aux coquillages.

70

204, rue de Belleville - 75020 Paris tél. 06 84 95 01 15 laurencegarret@yahoo.fr

Pascale Bodet a réalisé des longs métrages autoproduits (Horezon – 2003, 98’, Impeccables garde-à-vous – 2004, 71’, en collaboration avec Vincent Julliard, Le carré de la fortune – 2007, 135’). Elle est en train de terminer Sur le tas (30‘), court métrage de fiction produit par le G.R.E.C. Elle a par ailleurs été critique de films (La Lettre du cinéma, Chronic’art, Trafic) et collaboratrice de Serge Bozon pour Beaubourg : la dernière Major ! (Centre Pompidou, 4-14 novembre 2010). Au Festival, elle présentera L’abondance, projet d’essai documentaire pour lequel elle a obtenu la bourse Brouillon d’un rêve.

Après Voyage en amnésie, un premier film dans lequel Laurence Garret se projette enfant en super 8 sur son corps de mère, elle écrit en résidence à Lussas Les cheveux coupés, film expérimental où la coupe de cheveux est envisagée comme un rite de passage, qu’elle réalise en 2008 avec le Groupe de recherches et d’Essais Cinématographiques. Ses autres films sont Le temps retenu (2005, 70mn, CLC production, France 2) et L’ombre et la main (2007, 52mn, CLC production, Musée du Louvre, Histoire). En 2010, elle réalise à la façon du cinéma direct, un film de fiction de long métrage, Hippocampe. Actuellement, elle travaille à l’écriture d’En aucun lieu.

En aucun lieu C’est le soir. Nous quittons Paris. Nous sommes dans le train de nuit à destination de Madrid. Une jeune femme lit un livre. Nous n’en voyons pas le titre. Ce que nous voyons, c’est un visage éclairé par une pensée. Que sais-je du livre qu’elle tient en main ? Du plaisir ou du trouble éventuel qu’elle éprouve à cette lecture ? Parfois, nous nous figurons en l’autre, en qui nous projetons nos objectifs – ou nos intentions. Je regarde cette jeune lectrice comme un modèle : elle pourrait être moi-même. C’est-à-dire ce je que nous sommes dans le présent infini, et indéterminé, de la lecture. Le film raconte un retour vécu en songe, une nuit passée dans le train en direction de l’Espagne. L’itinéraire filmé de ce retour rêvé parcourt les lieux liés aux années de formation – 1900-1924 – du jeune Buñuel, avant que celui-ci ne quitte l’Espagne et ne devienne cinéaste : le bourg aragonais de Calanda, Saragosse, Madrid et Tolède.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les auteurs de documentaire

71


les parrains

réalisateurs

Stéphane Mercurio

de documentaire

Christophe LOIZILLON parrain réalisateur de documentaire

RÉALISATION LONG MÉTRAGE Ma caméra et moi 2003 Le silence de Rak 1996

RÉALISATION COURT MÉTRAGE Homo/végétal 2011 Famille 2010 Homo/animal 2009 Corpus/corpus 2008 Les visages 2003 Les pieds 1999 Felice Varini 1999 Les mains 1996 Eugène Leroy 1995 François Morellet 1990 La jalousie 1990 Détail, Roman Opalka 1986

marraine réalisatrice de documentaire

Après des études d’économie à l’Université de Nanterre, Christophe Loizillon travaille au montage des films de Christine Pascal, Léos Carax, Alain Corneau. Il crée avec Santiago Amigorena Les films du rat en 1995 et devient Président de l’ACID (Agence pour le Cinéma Indépendant et sa Diffusion) de 1999 à 2002. Il intervient à La fémis et dans différentes Écoles des Beaux Arts en France et à l’étranger. Réalisateur de courts et longs métrages depuis les années 80, Christophe Loizillon poursuit un travail exigeant et atypique qui se situe à la frontière du documentaire, de la fiction et de l’essai. Après s’être penché sur le corps humain avec le triptyque Les mains, les pieds, les visages, puis sur les différentes formes des relations entre les êtres vivants avec Corpus/ corpus, Homo/animal et Homo/végétal, le cinéaste continue d’explorer la forme du plan séquence et la notion du temps au cinéma.

Son premier film, Scènes de ménages avec Clémentine (Ateliers Varan) sur les rapports entre une femme de ménage et ses employeurs, est diffusé par Arte et sélectionné dans les festivals. En 1993, elle tourne une lutte pour le logement. En parallèle, elle participe à la création du magazine La rue. Pendant trois ans, elle poursuit cette aventure. En 1996, elle réalise Cherche avenir avec toit (59’) qui marque le début de sa collaboration avec Iskra. Depuis, elle a écrit et réalisé plusieurs documentaires pour la télévision : Le bout du bout du monde (59’), Louise, son père, ses mères, son frère et ses sœurs (56’) ou encore Hôpital au bord de la crise de nerfs (52’). Son dernier long métrage documentaire a été diffusé en mars 2011 sur Canal + : À l’ombre de la République. Pour le cinéma, elle a filmé A côté (92’-2008) : des prisons, les femmes qui attendent les parloirs. Le film a reçu de nombreux prix. Mourir ? Plutôt crever ! (96’) sur le dessinateur Siné est sorti en salles fin 2010.

RÉALISATION CINÉMA Mourir ? Plutôt crever ! 2010 Avance sur recettes du CNC après réalisation

À côté coécrit avec Anna Zisman 2008, Avance sur recettes du CNC. Prix du public et prix du film français festival Entre Vues (Belfort 2007). Prix du public festival du film de femmes. Prix de la justice. Festival Images de justice.

RÉALISATION TÉLÉVISION (entre autres) À l’ombre de la République 2011 Louise, son père, ses mères, son frère et ses sœurs 2005 Hôpital au bord de la crise de nerfs 2003 Sans principe, ni précaution, le distilbène 2002 Le bout du bout du monde 2001 Envies de justice 2000 Cherche avenir avec toit 1997 RÉALISATION COURT MÉTRAGE Marie-Claude et le PDG 2009, film d’animation documentaire, 3mn Hélène aux urgences 2004 Scènes de ménage avec Clémentine 1992, Ateliers Varan

Le panorama 1985 Georges Rousse 1985

72

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains réalisateurs de documentaire

73


Jean-Charles HUE parrain réalisateur de documentaire

RÉALISATION LONG MÉTRAGE La BM du Seigneur 2011, 84’ Carne Viva 2009, 97’ RÉALISATION COURT MÉTRAGE Y’a plus d’os 2006, 5’, Canal + cinéma

74

C’est après un parcours de designer verrier (Murano) puis comme styliste dans la mode que Jean-Charles Hue intègre l’école d’arts de Cergy. S’en suivront une vingtaine de films courts, fictions et documentaires confondus, qui seront présentés principalement dans les lieux d’art contemporain et les festivals. Il est actuellement représenté par la galerie Michel Rein. C’est en 2009 que Jean-Charles Hue réalise un premier long métrage au Mexique intitulé Carne Viva. Son second long métrage La BM du Seigneur bénéficie d’une sortie salle et à ce titre marque le début d’un parcours clairement assumé et tourné vers le cinéma.


les parrains

producteurs

de documentaire

76

Christophe Gougeon

Tancrède Ramonet

atopic production

Temps Noir

16, rue Bleue - 75009 Paris tél. 06 64 86 04 51 atopic@wanadoo.fr

13, quai de l’Oise - 75019 Paris tél. 01 55 28 33 87 tempsnoir@tempsnoir.com

Né à une époque où son prénom est accordé à beaucoup de ses contemporains en dépit de la révocation de toute morale gnostique. Mi-ange, mi-blond, une fois l’enfance bucolique transgressée et le sacerdoce des timides accompli en Union Soviétique, il se réfugia en zone étrangère, à Francfort-sur-le-Main, où il poussa les portes de la vie critique. Y fit la connaissance d’une bande d’irascibles qu’il présenta d’ailleurs à sa cousine en analyse le jour où il fit subir à celle-ci un accident de la route en se rendant à un lointain concours d’architecture que personne ne prit très au sérieux. Par fausse inadvertance, il croisa dans les arcanes de la ville légendaire dont il court toujours les rues aujourd’hui le chemin d’une ambitieuse bien équipée. Pour le cinéma. Depuis, s’autorise à la production de films au sein d’un bureau d’épistémologie générale - atopic - et à l’idiotie.

Tancrède Ramonet est auteur de documentaires et producteur audiovisuel. Diplômé en Philosophie, Management, Création documentaire et Production internationale, il a fondé Temps noir en 2002. Il produit des films autour de problématiques sociales, historiques, artistiques et culturelles. Parmi ses nombreuses productions : la série Afrique(s) une autre histoire du xx  e siècle d’Alain Ferrari, Cuba, une odyssée africaine de Jihan El-Tahri, Les ombres du bagne de Patrick Barbéris, Colonia Dignidad de José Maldavsky. Vice-président de l’association 1000 cultures, membre du Jury Défi jeunes, intervenant à l’INA sup, à l’Université Paris IX Dauphine et à l’École Internationale de Cinéma et Télévision de Cuba, il est membre de l’USPA, du Club Galilée, du C7 et du ROD. Tancrède Ramonet et Temps noir ont obtenu en 2006 le Prix du meilleur jeune producteur français, et en 2010 le Prix du meilleur producteur français.

Nezha Drissi T.A.C.T. Production

Télévision Audiovisuel Cinéma pour Tous c/Dumont , 20, rue Léon Jouhaux - 75010 Paris tél. +212 661 38 63 69 / +212 670 14 33 69 nezha@fidadoc.org www.tact-production.com Nezha Drissi est productrice de films documentaires et directrice générale du Fida Doc. Elle évolue dans la production audiovisuelle depuis 1996. Elle a travaillé notamment pour Les Films Grain de Sable, avec Jean-Michel Carré, et a produit une cinquantaine de films documentaires (séries et unitaires), sélectionnés dans plusieurs festivals internationaux, avec de nombreux prix. En 2000, elle crée sa propre structure, Tact Production. Après vingt ans passés à Paris, elle revient au Maroc et créé Tact Production-Maroc avec pour objectif d’initier des coproductions Sud-Nord. La création, en 2008, du 1er Festival au Maroc, exclusivement dédié au documentaire, répond à son désir d’affirmer une culture documentaire auprès des professionnels et du grand public, et de créer une plateforme d’échanges Sud-Nord. Le 4 e Festival International de documentaires à Agadir aura lieu du 8 au 13 novembre.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains producteurs de documentaire

77


le forum des auteurs d’animation Élargir le champs des possibles, explorer de nouvelles voies, révolutionner la technique pour la mettre au service de l’imagination, de la créativité, de l’écriture, pour toujours plus d’ingéniosité et d’inventivité… Jamais le cinéma d’animation n’avait été aussi prolifique que ces dix dernières années, à l’image du Festival International du film d’animation d’Annecy qui a fêté ses 50 ans l’année dernière. L’occasion pour le CNC de réaliser une étude sur le marché de l’animation, secteur en développement croissant et continu : entre 2000 et 2009, 233 films d’animation inédits sont sortis sur les écrans français. Parmi ces 233 films d’animation figurent 50 films français et parmi ces 50 films d’animation français sortis en salles, près de la moitié sont des films 100% français. En 10 ans, le nombre de films d’animation sorti sur les écrans français a doublé, atteignant le chiffre record de 35 films en 2009 !

Valérie Fageol auteur d’ANIMATION 196, rue des Pyrénées - 75020 Paris tél. 01 46 36 00 04 / 06 88 74 23 49 valeriefageol@yahoo.fr

Quand on connaît les délais de fabrication d’un long métrage d’animation, se pose la question de… Mais où sont donc les auteurs de demain ? En 2011, au forum des auteurs, nous allons plonger dans l’infiniment petit et trembler - trembler oui, mais en musique ! - avec Boo, dans sa quête pour préserver l’équilibre du métabolisme humain. Nous allons ensuite retrouver l’univers faussement lisse et apparemment bien organisé d’une Cité Fleurie où il ne fait pas forcément bon vivre - à l’image de nos banlieues construites dans les années 60 et 70 - en tout cas pas quand on est un mouton d’élevage convaincu de devenir une star Hollywoodienne… L’Animation, terre de liberté, de tous les possibles… à l’image de ce début d’année 2011, marqué par un vent de révolutions de l’autre côté de la Méditerranée, dans cet « Autre Monde » proche du notre et en même temps culturellement situé dans de « fort fort »  lointaines contrées !

Après l’obtention d’une maîtrise de scénario à Paris 1 en 1997, et une expérience d’assistante réalisatrice sur différents tournages entre 1998 et 2001, Valérie Fageol intègre le Conservatoire Européen d’Écriture Audiovisuelle en 2002 et participe aux Master-class de John Truby (2003) et de Robert McKee (2007). Depuis, elle se consacre à l’écriture de projets personnels (BD, cinéma, télévision). En parallèle, elle développe son activité de consultante en écriture et intervient ponctuellement dans des écoles d’animation pour initier les élèves à la dramaturgie et les accompagner sur l’écriture de leurs films de fin d’études. Actuellement, elle termine l’écriture d’une série TV d’animation, DLC, avec son co-auteur Sabine Assouline et reprend, avec son dialoguiste Greg Ruggeri, l’écriture de son long métrage d’animation La Cité Fleurie.

La Cité Fleurie La Cité Fleurie, construite dans l’euphorie des années 60/70 par des architectes qui ont rêvé d’une cité idéale, ne ressemble en rien à ce fantasme d’antan. Ses habitants, aux origines diverses et provenant de tous horizons, en ont pris leur parti et tentent d’y vivre le plus sereinement possible. Alors que la Fête des Voisins se prépare, arrive un mouton d’élevage intimement convaincu qu’il va devenir une star hollywoodienne. Entre la singularité des uns, les malversations des autres et les aspirations contrariées, La Cité Fleurie devient le théâtre d’une sacrée pagaille...

Julie Carrère

© L’Autre Monde

Responsable du Forum des auteurs d’animation

78

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les auteurs d’animation

79


Clara BAUM

Guilhem Pratz

auteur d’ANIMATION

auteur d’ANIMATION

Après des Etudes à l’Art Visual School de New York et une formation ENSAD (Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs) de Paris, Guilhem Pratz débute sa carrière en architecture d’intérieure. Il se dirige ensuite vers le graphisme et la production audiovisuelle, et travaille plus de dix ans comme concepteur/réalisateur indépendant pour la communication publicitaire et institutionnelle, spécialisé dans les effets spéciaux et l’animation 2D et 3D. Lauréat de l’Académie Carat Espace en 1990, il réalise ensuite de nombreux habillages pour différentes chaînes de télévision, en France et à l’étranger. En 1992, il reçoit le 1er Prix de réalisation, le 1er prix « post-production » aux International monitor awards de Los Angeles (USA) et une mention spéciale « création » au Grand prix Stratégie, pour l’habillage des Jeux Olympiques de Barcelone diffusé sur France Télévision.

80

33 rue du Faubourg du Temple - 75010 Paris tél. 06 83 04 53 16 clara@clarabaum.fr www.clarabaum.com

GAIA - 7, rue Debelleyme - 75003 Paris tél. 01 44 78 86 60 / 06 84 83 91 80 fax 01 44 78 86 61 pratz@gaialand.com www.gaialand.com

En 1993, il fonde la société Gaia, société de production indépendante spécialisée en design TV, qu’il anime en qualité de producteur et directeur de création, et réalise plus d’une centaine de campagnes d’image (habillage) pour la télévision et les professionnels du divertissement. Il accompagne le lancement de TPS sur l’ensemble de ses marques (dont Teletoon), et signe en 1997 et 1998 la communication visuelle de la Fête du Cinéma (entièrement en animation), diffusée sur près de 4000 écrans. En 2002, la société Gaia se dirige vers la production de contenu à caractère culturel, et produit Plan(s) Rapproché(s), une collection documentaire sur l’histoire du cinéma diffusée sur TCM (Canalsatellite et câble), en partenariat avec le groupe TBS et Time Warner, avec 130 épisodes produits à ce jour. En 2008, stimulé et encouragé par les rencontres effectuées dans le cadre de cette collection, il fonde la société Gaia et compagnie, dédiée au développement de projets de fiction pour le cinéma et la télévision centrés sur l’identité européenne, et revient à sa passion d’origine : l’animation. Guilhem Pratz est par ailleurs membre actif de la commission des nouvelles technologies à la SCAM (Société Civile des Auteurs Multimédia).

Après une maîtrise de Lettres classiques, un passage par l’école du Cirque, et une formation de violoncelliste, Clara Baum écrit des documentaires pour la télévision (CinéTV développement), collabore aux revues littéraires (Transfuge, Topo), avant d’écrire en 2008 La Casse Karl Marx , roman illustré en 2 volumes (éditions du Chameau). Son travail de dessinatrice l’amène à œuvrer sur des sujets aussi variés que La villa Borghese (éditions du Musée du Louvre), des sites web animés (Pince-Oreille, pour La ligue contre le Cancer) et des projets personnels lors d’expositions (Palmier-Sauvage en 2010, Galerie Hegoa). Le scénario d’animation marque une nouvelle orientation dans sa recherche : comment raconter au mieux une histoire féérique.

Boo Dans le corps en effervescence d’une future maman, Boo, une jeune cellule musicienne destinée à intégrer le grand orchestre organique, sonne faux, et cherche sa place, alors qu’un grave problème génétique menace de surdité le futur bébé. Confronté à celui-ci suite à une visite inopinée dans le fœtus, Boo y trouve une résonance à ses propres interrogations identitaires et fait de la recherche d’une solution pour l’embryon une quête personnelle. Aidé de Mi, une bactérie délurée, de Spin, un virus espiègle, et de Potch, une cellule férue de rythmes, il décide alors de monter un groupe de musique alternatif et de sauver le fœtus.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les auteurs d’animation

81


les parrains

scénaristes d’animation Alexandre Révérend Parrain scénariste d’animation scénario cinéma L’apprenti père noël 2 2010, Luc Vinciguerra Kerity la maison des contes 2009, Henri Heidsiek et Dominique Monfery scénario télévision Alice de l’autre côté du miroir 2003 26’ Titeuf 5x7’ Drôles de petites bêtes 15x7’ Samsam 12x6’ L’apprenti Père Noël 12x3’ Fracasse 2x26’

Stéphane PIERA Parrain scénariste d’animation

Alexandre Révérend embrasse la carrière artistique très jeune en quête de gloriole. Des histoires en forme de chansons. Mais sur scène, les applaudissements le gênent plus qu’autre chose. Chaque fois, il a hâte qu’ils cessent. Alors après quatre albums, il tire sa révérence pour se tourner vers l’œuvre de Lewis Carroll. Il exhume ainsi à Oxford les véritables mélodies que l’écrivain avait en tête pour Alice et en fait un spectacle musical au Théâtre de la ville à Paris, avant d’être appelé à collaborer au volume de la Pléiade consacré à l’auteur. Un premier roman Le Pays du bout du lit (Gallimard), puis Alexandre Révérend se consacre à la conception, la direction d’écriture et les scénarii de nombreux dessins animés pour la télévision. Depuis quelques années, il se consacre au cinéma d’animation avec la co-écriture de Kerity la maison des contes, puis le scénario de L’apprenti Père-Noël, en attendant le second volet de cette saga qui sortira sur les écrans pour Noël 2012.

Nez de fer, le chevalier mystère 1x13’ Les Rois et les Reines 16x5’ Tristan et Iseult 14x26’ Les mille et une nuits 7x26’ La Mouche 5x3’ Les Copains de la forêt 8x13’ Quatre z’yeux 3x13’

Paco, Nouky et Lola 8x7’ Manon 5x5’

82

SCÉNARIOS D’ANIMATION (entre autres) Bravo Gudule 2005-2007, France 5 Ratz 2003, France 3 Les fils de Rome 2000, bible littéraire, M6 La princesse du Nil 1999, France 2 Petit potam 1997, France 3 RÉALISATION Les aventures du Professeur Iris non diffusé à ce jour, 26x13’ Clé à molette & Jo 2010, pilote L’ile de la tortue 2005, 52x13’, France 5 La dernière réserve 2000, 26x26’, TF1

Direction d’écriture (entre autres) Rois et Reine Drôle de petites bêtes L’apprenti père noël Sam Sam La fée coquillette Paco, Nouky et Lola

Adibou 2x4’ Woofy 17x7’

Tout juste sorti des Arts appliqués, il passe quelques années comme animateur, fait un petit détour vers la musique et revient à l’audiovisuel pour s’orienter cette fois, sans complètement lâcher son crayon, vers la réalisation et l’écriture de scénarios. On lui doit l’adaptation graphique de Petit potam, plusieurs bibles littéraires et graphiques et une centaine de scénarios de séries animées. Il dirige l’écriture de la série Bravo Gudule et participe à l’écriture et à la production de Skhizein de Jérémy Clapin, court métrage ayant reçu plus de 80 prix internationaux. Depuis 2005, il travaille aussi sur l’animation temps-réel et la langue des signes animée, sujet au centre de Clé à Molette & Jo qu’il développe actuellement avec Jérémy Clapin et le soutien du Fonds d’Aide à l’Innovation Audiovisuelle du CNC. Outre ses activités d’auteur, il enseigne le scénario et la réalisation et se consacre à la production de courts métrages. Stéphane Piera est cofondateur et coprésident de l’AGRAF, association qui regroupe les auteurs de l’animation française.

Création de série Woofy Flatmania

PRODUCTION Plume 2011, Barry JC Purves Apnée 2011, Flora Molinié La première interview 2011, Dennis Tupicoff - Fiction-documentaire Skhizein 2008, Jérémy Clapin

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains scénaristes d’animation

83


les parrains

producteurs d’animation

84

Claire ESPAGNO

Pascal Le Nôtre

Xilam Animation

Folimage

25, rue Yves Toudic - 75011 Paris tél. 01 40 18 72 00 - fax 01 40 03 02 26 cespagno@xilam.com

6, rue Jean Bertin - 26000 Valence tél. 04 75 78 48 68 p.lenotre@folimage.fr

Diplômée de l’École supérieure de Commerce de Toulouse, Claire Espagno a débuté sa carrière en tant que responsable des ventes internationales et du marketing pour la société PMMP, avant de s’orienter vers la production. Après avoir été assistante puis chargée de production dans différentes sociétés de production d’animation françaises, elle a occupé le poste de directrice de production sur le long métrage Corto Maltese (Pascal Morelli, 2002) pour le studio Ellipse, puis sur diverses séries pour Millimages, Futurikon et TeamTo (3D). Parallèlement, elle écrit des scénarios pour des séries d’animation, comme Flatmania et Le chat, la vache et l’océan (Prakash Topsy, 2004 et 2006) pour Futurikon, Eliot Kid (Gilles Cazaux, 2008) et Mission invisible (Prakash Topsy, 2010) pour Samka Productions ou Martine (Claude Allix, 2011) pour Les Armateurs. Elle prend ses nouvelles fonctions de directrice générale adjointe en charge des productions et du développement chez Xilam au mois de mai 2010. A ce titre, elle initie et supervise avec les réalisateurs le travail d’écriture sur tous les projets en développement et en production.

Pascal Le Nôtre est l’un des fondateurs de Folimage. Après avoir été professeur de cinéma et réalisateur, il a assuré la cogérance de la société Folimage de 2005 à 2010. Comme réalisateur, on lui doit la série Mon âne (Annecy 1995), la série Hôpital Hilltop (prix « Cartoon on the Bay » 1999, Bafta awards 2003), L’hiver de Léon (coréal : Pierre Luc Granjon, Gemini Awards 2008). Comme producteur, il a à son actif une collection de 26’ : Le printemps de Mélie (2009), L’été de Boniface (2010), L’automne de Pougne (2011) (réal. Pierre-Luc Granjon  ; auteur  : Antoine Lanciaux). Des séries animées  : Michel (2009) de Pauline Pinson, Dewi Noiry et Ivan Rabbiosi, Ariol (réal. Emilie Sengelin, Amandine Fredon) ; et parmi les courts métrages récents (2011) La concubine  de Heifang Wei, Ceux d’en haut  d’Izu Troin, Les conquérants de Tibor Banoczki et Sarlota Szabo, Bisclavret  d’Emilie Mercier. En janvier 2011, il crée Foliascope, nouvelle filiale de la galaxie Folimage.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains producteurs d’animation

85


écrire pour

le court métrage Marathon d’écriture du court métrage en 48H

Dans la salle Michel de Bourges, 26 participants écrivent leur court métrage en 48 heures sur un thème proposé par le Président du Grand Jury et révélé le premier jour du festival. Après un travail solitaire de 24 heures, ils se voient attribuer par tirage au sort un couple de parrains, formé d’un auteur et d’un producteur confirmés qui les conseillent durant une journée. À la remise des scénarios, trois jurys lisent les 26 opus et récompensent certains d’entre eux. Les scénarios préférés des jurys seront lus sur scène par des comédiens, lors de la soirée de clôture pour le Grand Prix, le lendemain pour les autres. Le marathon d’écriture n’a pas pour but de permettre la réalisation d’un court métrage écrit en 48 heures mais de révéler des auteurs et de favoriser les rencontres. En attendant de les découvrir, goûtez donc un condensé des sujets de ces dernières éditions. DÉCOUVERTE D’AUTEURS Le Marathon d’écriture du court métrage en 48h

89


le Marathon d’écriture du court métrage en 48H Avant Ça commence par « un train qui entre en gare de La Ciotat. Pierre rejoint Laure qui l’attend sur le quai » (Jean-Claude Izzo, 1998). « Ils partent pique-niquer dans les calanques, se disputent, et Laure disparaît » (Bernard Rapp, 1999). Elle est sans doute partie vers « le chantier naval, où elle apprend soudain que sa mort est prochaine » (Robert Guédiguian, 2000). Ou réfugiée « à l’intérieur, cinq hommes à l’extérieur. En tous cas, la fin de l’histoire, c’est qu’il reste la femme et un homme » (Pierre Chevalier, 2001). Peut-être a-t-elle rejoint « une compagnie de théâtre en tournée arrivée à La Ciotat, soudain confrontée à un incendie criminel » (Gabriel Aghion, 2002). Ou a-t-elle choisi « une petite crique près du port, où une femme s’avance dans l’eau, entièrement vêtue » (Maria Schneider, 2003). A moins qu’elle ne soit « à Tokyo, en train de se tromper de bouton dans un ascenseur qui n’en finit pas de monter »

90

Après (Jeanne Labrune, 2004). Et Pierre ? « Assis dans une Lada, place du conducteur, portière ouverte, pieds chaussés de bottes en caoutchouc, il pleure » (Romain Goupil, 2005). « Devenu ophtalmologue réputé, à New York pour un congrès international, il en rapporte une lettre pour une femme mystérieuse » (Philippe Le Guay, 2006). « Dans une rue inconnue, il apercevra Laurent, son ami qu’il n’a pas vu depuis des mois... » (Pascal Bonitzer, 2007). Il lui racontera alors « 24 heures dans la vie d’un gros » (Brigitte Roüan, 2008) ou l’histoire de Juno « jeune archéologue anglaise, qui fait une thèse sur le Palais Jacques Cœur de Bourges. » (Robin Renucci, 2009). Mais ils se retrouveront, « au milieu du parking d’une zone commerciale, à proximité d’un auvent à caddies. Il tient une pancarte marquée de trois initiales ou de plusieurs mots et est rejoint par d’autres personnes. » (Marion Vernoux, 2010). À suivre !

Depuis sa création, le Marathon d’écriture du court métrage en 48 heures a mis en lumière de nombreux nouveaux talents qui ont poursuivi avec brio leur carrière de cinéaste. Certains ont réalisé des courts métrages récompensés aux Festivals du court métrage de Clermont Ferrand, de Berlin, aux Lutins du court métrage, et même à Cannes. D’autres ont reçu des prix littéraires, des aides à l’écriture du CNC ou encore ont été récompensés au Prix junior Sopadin pour leur premier long métrage. D’autres enfin ont créé des programmes courts pour la télévision, écrit des fictions pour la télévision, ou ont percé dans le théâtre. Citons quelques-uns de ceux qui se sont faits remarquer après leurs premiers pas : Les frères Botti (marathon 2003 et 2005), Bruno Ballouard (marathon 2004 et 2007), Yacine

Badday (marathon 2004 et 2006), Yann Chayia (marathon 2006), Sandrine Chauvin (grand prix du marathon 2008), Lewis Eizykman (marathon 2004 et 2006), Frédéric Castadot (marathon 2005), Catherine Fradier (marathon 2003), Emmanuel Broussouloux (mention jury Européen marathon 2005), Emma Perret (gagnante du jury européen marathon 2005), Gilles Charmant (grand prix du marathon en 2007), Anarita Zambrano (2006), Maud Alpi (marathon 2006 et Forum des auteurs 2006), Guillaume Martinez (marathon 2003), Charlotte Joulia (marathon 2008 et Forum des auteurs 2009)… Et tout dernièrement trois scénaristes finalistes du Prix Sopadin du meilleur scénario junior : Sabrina Karine (marathon 2009), Alice Vial (Grand prix du jury du marathon 2010) et Anaïs Carpita (marathon 2010).

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Le Marathon d’écriture du court métrage en 48h

91


26

Marathoniens

Alexandre LABARUSSIAT Fabien DAPHY

Elodie Baradat

Clarisse POTOCKY

Stéphane BIENTZ

Benoit JOLY Carole PILATO Sixtine AUPETIT

Maud GARNIER

Marc LAHORE

Sophie MULLER

Jordane OUDIN Guillaume MARTIN Thomas VILQUIN Chloé GLACHANT

Erika HAGLUND

Deborah HASSOUN

Bruno ORE

Clémence MARCADIER

Karen ALYX Sarah WAGNER

Julien GUIOL

Julien TEISSEIRE Mahault MOLLARET

Élisabeth RENAULTGESLIN

Ji QIAOWEI

92

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les Marathoniens

93


les parrains

scénaristes du Marathon Violaine BELLET MARRAINE scénariste du marathon SCÉNARIO LONG MÉTRAGE Morceaux de choix coécrit avec Abdelhai Laraki Terrain vague Trophée du premier scénario Bourse Beaumarchais

TÉLÉVISION TO3 habillage de France 3 jeunesse Candice (en tournage) Olivier Deplas 10 x 20’, Orange cinéma series Un village français consultante en psychologie RÉALISATION COURT MÉTRAGE Hyménée (en préparation) Préachat France 3 Bourse Beaumarchais

Le petit Martin France 3

Stéphane CABEL parrain scénariste du marathon

Après des études de scénario à La fémis, Violaine Bellet écrit un premier scénario de long métrage, Terrain vague, qui reçoit le Trophée du premier scénario et la Bourse Beaumarchais. Elle réalise deux court métrages dont le second est sélectionné par plus de 26 festivals et remporte une dizaine de prix, dont le Prix du scénario de la ville de Clermont-Ferrand. Consultante et coauteur sur de nombreux projets, elle se tourne vers la psychologie pour approfondir le rôle de la caractérisation de personnages. Elle suit diverses formations en psychanalyse, PNL, psychodrame et sexologie et synthétise les apports de cette palette d’outils en une méthode qu’elle enseigne aujourd’hui et applique. Elle coécrit pour le cinéma Morceaux de choix avec Abdelhai Laraki, Une histoire d’été pour l’hiver avec Petr Vaclav, et se tourne depuis plus récemment vers la télévision en intervenant comme consultante en psychologie sur Un village français et coauteur sur Candice, un projet du réalisateur Olivier Deplas dont elle coécrit aussi le prochain long métrage.

Né en 1965, Stéphane Cabel travaille d’abord comme comédien et metteur en scène de théâtre avant de devenir scénariste. Après quelques années d’apprentissage, principalement sur des séries télévisées d’animation, il écrit Le pacte des loups, son premier scénario en solo. Depuis, il alterne commandes et projets originaux, travaillant pour des sociétés de production sur des longs métrages importants (Le Concile de Pierre pour UGC, L’homme qui voulait vivre sa vie pour Europacorp), sans pour autant cesser de s’investir dans des projets plus  « légers » (Mensch pour Arp, ou Les apparences pour Nva Productions). Il vient de terminer Krim, scénario original se déroulant dans l’univers des trafiquants de haschich dans les années 80, qui sera le prochain film de Nicolas Boukhrief. Il travaille actuellement avec Nicolas Bary (Les Enfants de Timpelbach) et prépare un autre scénario avec Nicolas Boukhrief.

SCÉNARIO LONG MÉTRAGE Krim (tournage prévu fin 2011) Nicolas Boukhrief Les grands fauves (tournage prévu en 2011) coécrit avec François Cognard L’empire du milieu (tournage prévu en 2011) Lionel Delplanque L’homme qui voulait vivre sa vie 2010, Eric Lartigau (d’après Douglas Kennedy) La Sainte-Victoire 2009, François Favrat Mensch 2009, Steve Suissa Le concile de Pierre 2006, Guillaume Nicloux d’après Jean-Christophe Grangé Le pacte des loups 2001, Christophe Gans Un pur moment de rock & roll 1999, Manuel Boursignac

Prix du scénario de la ville de Clermont-Ferrand Mention spéciale du jury au festival de Sao Paulo Sélection au festival de Lille catégorie Les meilleurs courts métrages primés de l’année 2007

94

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains scénaristes du Marathon

95


Lou JEUNET

Marc Eisenchteter

marraine scénariste du marathon

© Marie Pierre Morel

parrain scénariste du marathon

DIRECTION DE COLLECTION / CO-SCÉNARIO Détective Avenue 2010 PJ 2001-2008 Mission protection rapprochée 1999 SCÉNARIO TÉLÉVISION Trafalgar 2006, Fabrice Hourlier. Crime et désordre 2006, Claire de La Rochefoucauld Le mystère de Vanikoro 2001, Yves Bourgeois Interdit de vieillir 1998, Dominique Tabuteau Mars ou la terre 1997, Bertrand Arthuys L’annexe 1993, Didier Albert, Christophe Andrei, Pierre Boffety, Laurent Brégeat, Philippe Roussel Cérémonie religieuse 1992, Bernard Dumont

96

Franco-britannique, diplômé en 1982 de l’école de cinéma de New York University, il a été monteur aux États-Unis et en France, responsable audiovisuel d’un porte-avions, script editor et staff writer sur des séries franco-américaines, et scénariste de téléfilms. Il s’est ensuite spécialisé dans l’écriture et la direction artistique de sitcoms (chez Télé-Images), puis de séries polar de 52 minutes en prime time (co-créateur de Mission protection rapprochée pour TF1, directeur d’écriture de 90 épisodes de PJ pour France 2, actuellement créateur d’une série pour France Télévisions). Il trempe aussi l’orteil dans le transmédias (pour Orange), le documentaire (pour Thalassa), le docu fiction (pour Arte) et le roman : son dernier, paru chez Calmann-Levy et J’ai lu, est en cours d’adaptation pour Isia Films. Il a enseigné l’écriture de sitcoms à La fémis et à la Tsr, la télé aux universités de Bourgogne, de Manchester et au Centro Sperimentale di Cinematografia à Milan.

Des études de réalisatrice et monteuse à l’Idhec (La fémis), suivies de la rencontre sur un film de Polanski du scénariste Gérard Brach, incitent Lou Jeunet à écrire. Elle réside à Londres, à la Villa Medicis hors les murs, pour se consacrer à un documentaire sur Virginia Woolf et sa sœur Vanessa Bell, avant de réaliser un court métrage avec Jeanne Balibar. Elle tourne quatre unitaires pour la télévision, abordant à chaque fois un genre nouveau, collaborant avec des acteurs et auteurs dont elle aime le travail au cinéma. Après le Prix Talent Télévision (Sacd), elle écrit deux longs métrages pour le cinéma soutenus par le CNC et se lance dans le tournage d’une web série: Monique’s Trip, proposition éroticoburlesque autour d’une ménagère qui, avec humour et drôlerie, « sensualise » les objets de tous les jours pour réenchanter son quotidien. Lou Jeunet fait également partie du Groupe 25images et anime des ateliers scénario au CEEA et à l’université.

RÉALISATION TÉLÉVISION (entre autres) Monique’s trip 2010, web série coécrite avec Isabelle Potel 3x2’30, pilotes diffusés sur Au Feminin.tv et Dailymotion Les petites mains 2001 90’, France 2, Arte, Rtbf Meilleur Téléfilm Festival Fiction à St Tropez

La fille préférée 2000 90’, M6, série Combat de femmes Meilleur scénario et Prix Unda à Monte Carlo, Nomination aux Emmy Awards à New York

SCÉNARIO CINÉMA Curiosa coécrit avec Isabelle Potel Le 31 du mois d’août coécrit avec Julie Peyr adaptation du roman de Laurence Cossé Le souffle coupé coécrit avec Camille Taboulay

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains scénaristes du Marathon

97


Michel LEVIANT

Nathalie LENOIR

parrain scénariste du marathon

marraine scénariste du marathon

SCÉNARIO LONG MÉTRAGE (entre autres) UA (préproduction), Corinne Garfin SCÉNARIO COURT MÉTRAGE (entre autres) Le Syndrome de Saint Barth’ 2002, Lamar Hawkins Sélection officielle au Festival du cinéma au féminin de Bordeaux et au World fest independant film festival de Houston

SCÉNARIO TÉLÉVISION (entre autres) KongZi 2007-2009, Vincent Basso-Bondini série d’animation 52 x 7’, bible & épisodes Projet lauréat du fonds d’aide à l’innovation télévisuelle du CNC

Philippe Nahon, de l’acteur fétiche à l’icône 2004, Arnaud Cafaxe - documentaire 52’

98

Après une formation de comédienne au cours Florent, qui lui donne l’occasion de s’initier à la dramaturgie et à la mise en scène, Nathalie Lenoir choisit de se vouer entièrement à l’écriture. Dès 2001, elle collabore, au cinéma et à la télévision, avec des réalisateurs comme Nico R, Lamar Hawkins, Arnaud Cafaxe, Vincent BassoBondini,… et rédige en parallèle des articles pour webzines et presse papier, notamment les revues Synopsis, Ciné Studies, La gazette des scénaristes et Sur vos écrans. Forte de ces expériences, elle crée, en janvier 2010, Scénario-Buzz.com, site dédié au scénario sous toutes ses formes qui lui vaut une récompense de la part de l’association de scénaristes Séquences 7. Photographe à ses heures perdues, elle caresse des projets de réalisation. Elle vient de cosigner UA, long métrage de Corinne Garfin, actuellement en préproduction, et d’achever l’écriture de son second roman, « La sœur de l’ombre ». Nathalie Lenoir est également membre de la Guilde française des scénaristes.

Après le Cinéma des Armées, Michel Leviant a fait ses études de cinéma à UCLA, où il a réalisé cinq courts métrages. De retour en France, il mène une double carrière de scénariste et de réalisateur. Il a écrit notamment pour Bertrand Tavernier, Edouard Niermans, Yves Boisset, Denis de la Patelière, José Pinheiro. En 1994, il a réalisé un téléfilm, Le mur aux fées, qui n’est jamais sorti. Douze ans plus tard, il a repris cette histoire avec les mêmes acteurs dans les mêmes décors, en y insérant les images de l’ancien film comme autant de flash-backs : En souvenir de nous est sorti en salles en 2007. En 2006, il a écrit dans l’urgence, avec Philippe Aractingi, Sous les bombes, sur l’intervention israélienne au Liban. Tourné sur place pendant les bombardements et juste après le cessez-le-feu, ce film a reçu 23 prix dans les festivals internationaux, dont le Prix des Droits de l’Homme à Venise. Récemment, il vient de tourner un court métrage, Même pas peur ! en guise de maquette pour un long métrage, Songes et Mensonges, qu’il a en projet de réaliser au cinéma.

SCÉNARIO CINÉMA Sous les bombes 2006, Philippe Aractingi La fille de d’Artagnan 1994, Bertrand Tavernier Le silence des fusils 1994, Arthur Lamothe Une sale affaire 1981, Alain Bonnot SCÉNARIO TÉLÉVISION Le dernier seigneur des Balkans 2005, Michel Favart Pardaillan 1996, Edouard Niermans Le prix du silence 1989, Jacques Ertaud Deux sept d’Or

Sans famille 1981, Jacques Ertaud RÉALISATION COURT MÉTRAGE Même pas peur ! 2010 En souvenir de nous 2007 Jeu d’enfant 1991 La gueule du loup 1981 Pour l’amour de la lune 1971 Court métrage présenté aux Oscars

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains scénaristes du Marathon

99


Mathieu DELOZIER

Philippe LASRY

parrain scénariste du marathon

parrain scénariste du marathon

RÉALISATION COURT MÉTRAGE (entre autres) Un petit pois 2008, sur une idée d’Emmanuelle Millet Le vrai père Noël 2007, coécrit avec Yohann Delozier Sept prix en festival

La chambre triste 2005, coréalisée avec Yohann Bernard Camille & Claude 2002

Après un DESS d’écriture audiovisuelle, il gagne la bourse du SIRAR pour le scénario de Camille & Claude, court métrage qu’il réalise en 2002. Par la suite, il écrit et coréalise avec Yohann Bernard plusieurs fictions radiophoniques, dont La chambre triste, diffusée sur la Rtbf en 2005. Actuellement, il développe avec Christophe Fustini, Bonheur, une série comique sur la société de consommation. Pour le cinéma, il coécrit avec Jimmy Bemon une comédie sur le désir féminin, L’île aux plaisirs. En tant que réalisateur, il a récemment mis en scène deux courts métrages, Un petit pois et Le vrai père Noël (sept prix en festival). Enfin, il travaille sur le scénario de son premier long métrage.

Tout commence à cheval, paradis de l’adolescence, transformé en parcours d’obstacles obligé avec label professionnel made in Saumur. Maîtriser une autre animalité que la sienne durant toute sa vie ? Mieux vaut tenter de faire corps avec l’animal qui vit en soi. On rugit et on bifurque. Le cinéma ! Woaw ! En être capable ou pas ? Tenter l’Idhec ? Finalement, ça se dégonfle. Mieux vaut le cocon miroitant du comédien. Le corps justement. Donc ce sera les planches. Les planches  ? Préfiguration d’une petite mort ? Finalement, il y en a bien plus que 4, des planches. Alors ça vit, ça jouit. Et puis un jour ça s’ennuie. On recommence. On s’en était arrêté à… oui le cinéma. Cette fois-ci on y va. Allez go ! L’écriture, moins de planches et plus d’isolement, mais en compagnie. Ilan Duran Cohen, Jean-Jacques Zilbermann, Didier Bivel, Martin Provost… Des mondes à créer, faire corps avec les corps virtuels. Cool ! Un peu de réalisation en plus, courts, docs, bientôt des longs. Et cerise sur le gâteau : pas essayé l’Idhec, alors codirecteur du département scénario de La fémis. En selle !

SCÉNARIO CINÉMA Le plaisir de chanter 2007, Ilan Duran Cohen Les fautes d’orthographe 2003, Jean-Jacques Zilbermann Le ventre de Juliette 2001, Martin Provost Fais-moi des vacances 2001, Didier Bivel La confusion des genres 2000, Ilan Duran Cohen SCÉNARIO TÉLÉVISION La guerre des saintes 2008, Giordano Gederlini Candidat libre 2007, Jean-Baptiste Huber La double vie de Jeanne 2000, Henri Helmann Manèges 1998, Charlotte Brandström RÉALISATION COURTS MÉTRAGES Dans le cadre 2010 Rêves de chiens 2009 Faire avec 2009 Le coucou 2006 Un mariage 2003 Mon corps n’en fait qu’à sa tête 2003 Mon prince viendra 2000

100

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains scénaristes du Marathon

101


Gérard MORDILLAT

Axelle ROPERT

parrain scénariste du marathon

marraine scénariste du marathon

SCÉNARIO LONG MÉTRAGE La France 2007, Serge Bozon Mods 2003, Serge Bozon RÉalisation long mÉtrage Tirez la langue Mademoiselle (en préparation) La famille Wolberg 2009 RÉALISATION COURT MÉTRAGE Étoile violette 2006

Critique de cinéma à La lettre du cinéma, et actuellement pour Les Inrockuptibles et Le Cercle/Canal+ cinéma, Axelle Ropert est aussi scénariste, notamment pour Serge Bozon (Mods, La France). Elle est passée à la réalisation en 2008 avec La famille Wolberg, et prépare actuellement son deuxième long métrage, Tirez la langue Mademoiselle. Elle enseigne l’écriture du scénario à l’Université de Paris VII depuis trois ans, et ponctuellement cette année à La fémis.

Né à Paris en 1949 dans le quartier de Belleville, Gérard Mordillat quitte l’école à quinze ans et demi. En 1968, il est conducteur offset dans une imprimerie du quartier Latin, qui édite les thèses des étudiants et les tracts du PSUA. Il publie des poèmes et fréquente avec passion la Cinémathèque où il rencontre Rossellini. Il assume ensuite la responsabilité du service Livres du premier Libération. Après la publication de son roman Vive la sociale !  qu’il adapte au cinéma, il se consacre intégralement à l’écriture et à la réalisation. A ce jour, en plus de son œuvre audiovisuelle prolifique, il a à son actif vingt-huit livres, seul ou en duo, dont son dernier, publié au début de l’année, Rouge dans la brume , troisième volet d’une trilogie commencée avec Des vivants et des morts  (Grand Prix RTL / Lire) et poursuivie avec Notre part des ténèbres (Calmann-Lévy, 2005 et 2008). Parallèlement, il participe de façon régulière à l’émission de France Culture Des papous dans la tête . Enfin, il est également Président de l’association Altermedia, qui a pour vocation de former aux métiers du cinéma des jeunes n’ayant pas obtenu le baccalauréat.

RÉalisation cinÉma Paddy 1999 Jacques Prevel, de colère et de haine 1993, co-réalisé avec Jérôme Prieur En compagnie d’Antonin Artaud 1993 La véritable histoire d’Artaud le Mômo 1993, co-réalisé avec Jérôme Prieur Toujours seuls 1991 Cher Frangin 1989 Fucking Fernand 1987 Billy-ze kick 1985 Vive la sociale ! 1983

Prix Jean Vigo

Patrons/Télévision 1979, co-réalisé avec Nicolas Philibert La voix de son maître 1978, co-réalisé avec Nicolas Philibert RÉalisation tÉlÉvision (entre autres, depuis 1997) Les vivants et les morts 2009/2010, 8x52’ L’Apocalypse 2008, co-réalisé avec Jérôme Prieur - 12x52’ La forteresse assiégée 2007 Prix Télévision de la Critique du meilleur documentaire 2007

L’île Atlantique 2005 L’origine du christianisme 2003, co-réalisé avec Jérôme Prieur - 10x52’ Simon le Juste 2001 L’apprentissage de la ville 2000 Corpus Christi 1997/98, co-réalisé avec Jérôme Prieur - 12x52’

102

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains scénaristes du Marathon

103


Corinne ATLAS

Éric RAYNAUD

marraine scénariste du marathon

SCÉNARIO CINÉMA Père et fils (collaboration) 2003, Michel Boujenah L’homme de ma vie 1999, Stéphane Kurc SCÉNARIO TÉLÉVISION La république des enfants 2011, Jacques Fansten L’odyssée de l’amour 2008, Thierry Binisti Le temps de la désobéissance 2006, Patrick Volson Les inséparables 2006, Babou Rappeneau 3 x 90’ Le triporteur de Belleville 2005, Stéphane Kurc Petit 1996, Patrick Volson

parrain scénariste du marathon

En parallèle avec ses études supérieures de Lettres, elle crée un collectif de théâtre, la Compagnie de la grande cuillère, subventionnée par le Ministère de la Culture, avec Michel Boujenah et Paul Allio. Une expérience riche en apprentissage grâce à la confrontation directe avec le public. Elle continue ce travail théâtral en accompagnant les One man shows de Michel Boujenah dont le dernier, « Enfin libre », poursuit après l’Olympia une vaste tournée nationale et internationale. Depuis la fin des années 1980, elle écrit de nombreux scénarios pour le cinéma et la télé : 60 épisodes de Salut les homards, 6 épisodes de La famille formidable, et des unitaires dont plusieurs ont été primés notamment au festival de Luchon, comme Le triporteur de Belleville et Le temps de la désobéissance (prix du Scénario 2006). La république des enfants est sélectionnée au festival de Luchon 2011.

Après une carrière de journaliste de guerre indépendant, Eric Raynaud alterne les petits boulots. Il se retrouve sur le tournage de L’homme au masque de fer comme chauffeur du réalisateur Randall Wallace, également scénariste de Braveheart, qui lui fait découvrir l’art du scénario. Il devient ensuite responsable du développement d’une agence de communication du groupe Havas, avant de décider de partir à Los Angeles en 2002 pour lancer sa carrière de scénariste. Son premier film de long métrage, réalisé par Christian Carion, et intitulé L’affaire Farewell, est sorti sur les écrans en septembre 2009. Après un court métrage réalisé en 2010, Eric Raynaud prépare maintenant son premier long métrage.

Scénario long métrage L’affaire Farewell 2009 Christian Carion Réalisation court métrage Just a pitch 2010 réalisation long métrage sans titre (en cours d’écriture)

La famille formidable 1993, Joël Santoni 6 x 90’ Papa veut pas que je t’épouse 1992, Patrick Volson

104

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains scénaristes du Marathon

105


Jean Teddy Filippe parrain scénariste du marathon

SCÉNARIO & RÉALISATION L’examen 2010 Hors du temps 2009 Sur une idée originale de Vincent Maillard Adaptation & dialogue V. Maillard, Jean Teddy Filippe Roswell – La preuve 1996 Jeu de massacre ou le Blues des Fadas 1996 Adapté du roman d‘Henri Frédéric Blanc éd. Actes Sud Les Documents interdits 1 & 2 1988-1992 Les rendez-vous manqués 1987 RÉALISATION Paris Enquêtes criminelles 2008 Saison 2 & 3, 4x52’, scénario Dick Wolf Laura 2006 - 4x94’, scénario Jean-Luc Seigle Engrenages 2004 Pilote 52’, scénario Alexandra Clerc, Jacques Santamaria Mortelle conviction 2003 96’, scénario Catherine Monroy, Robin Barataud, Jean Reynard La ligne noire 2002 6x52’, scénario Catherine Monroy, Nicolas Saada Police District 2000 - 2003 Saison 2 & 3, 7x52’, scénario Hugues Pagan Jour de manque 2000 scénario David Bouttin

106

Jean Teddy Filippe a commencé par réaliser des courts métrages et des films publicitaires. C’est d’une recherche sur l’habillage de chaînes, que naîtra la conception des Documents interdits, série qui connaîtra un succès «culte» et une rare longévité. En 1995, il adapte avec Patrick Zeff, le roman de Henri Frédéric Blanc Jeu de massacre, qu’il produit et réalise pour Arte. Son travail sur le «fake» devient politique avec l’affaire de Roswell qui pointe les limites éthiques d’un gros diffuseur. Il garde un point de vue documentaire pour son adaptation du roman de Joseph Conrad Le cœur des ténèbres et revient en télévision pour réaliser plusieurs épisodes de Police District qui remporte le prix de la meilleure série policière (St Tropez - 2002). Pour M6, il signera un unitaire, une série et une saga, avant de réaliser pour TF1, Ils voulaient tuer De Gaulle (2005). Avec Hors du temps (2009), il renoue avec la science-fiction, genre délaissé en télévision. La récente découverte de L’examen (2010), 13e document interdit, pourrait être le prélude à une nouvelle série. Jean Teddy Filippe est membre du bureau du groupe 25 images.


les parrains

producteurs du Marathon

108

Marie-Claude Arbaudie

Pierre Benqué

Alexandre CHARLET

ARAPROD

HYPPOLITE FILMS

LES FILMS DU CYGNE

31, villa d’Alésia - 75014 Paris tél. 09 51 82 04 30 contact@araprod.com

2, rue de Fontarabie - 75020 Paris tél. 09 50 45 99 17 pierre@hippolytefilms.com

5, rue du Commandant Lamy - 75011 Paris tél. 01 47 00 17 03 alexandre@lesfilmsducygne.com

Après des études de lettres, Marie-Claude Arbaudie intègre la rédaction du Film Français en 1981. Elle en assure la rédaction en chef jusqu’en 2002 ; une expérience qui lui permet d’appréhender toutes les problématiques d’un secteur qui la passionne. Parallèlement, elle est journaliste en charge du cinéma à Bouillon de culture, magazine de Bernard Pivot de 1991 à 2001. En 2002, Jean-Jacques Aillagon, Ministre de la Culture, fait appel à elle pour intégrer son cabinet, toujours au service du cinéma. Quand Renaud Donnedieu de Vabres lui succède, il la confirme dans ses fonctions. C’est pour devenir non plus un observateur, mais un acteur à part entière du secteur qu’elle a décidé de créer avec Gorune Aprikian, ex éditeur du Film Français, la société Araprod. Ils ont coproduit en 2010 La Yuma de Florence Jaugey et produit Ici bas de Jean-Pierre Denis qui sera distribué par Pyramide en 2011.

Après avoir débuté sa carrière au Ministère de la Culture, Pierre Benqué participe, en tant que chargé de mission au CNC, à la création du mécanisme de soutien financier aux œuvres audiovisuelles (COSIP). En 1990, il intègre La Sept qui deviendra Arte, en tant qu’administrateur de l’unité jeunesse, puis est nommé directeur administratif et financier de la filiale cinéma d’Arte, nouvellement créée. Durant ses trois dernières années à Arte Cinéma, il est responsable de l’accueil des projets et membre du comité de sélection. En 2000, il devient producteur et s’associe avec Gilles Sandoz pour créer Maïa Films. Dix-neuf longs métrages y seront produits dont plusieurs ont connu un succès commercial ou critique notable. Après son départ de Maïa Films, il coproduit un film d’animation La véritable histoire du chat botté et crée en 2009 Hippolyte Films. Cette société a produit un moyen métrage Nova Eva et développe actuellement des projets de longs métrages.

Depuis son premier stage de mise en scène sur Les Misérables de Claude Lelouch, Alexandre Charlet travaille sur différents long métrages, téléfilms et films publicitaires, aux postes d’assistant réalisateur, régisseur et directeur de production. En 1999, il créé Les Films du Cygne, société de production de films courts et de longs métrage. Parmi la vingtaine de films produits, on peut retenir, entre autres, Pensée assise de Mathieu Robin, Mot compte double et Wu de Cécile Vernant, Regards libres de Romain Delange, Plus tard, je serai Zorro de Joël Olivier, ainsi que le moyen métrage de Julien Darras, Le frère, en 2010 et Z’har, long métrage docu-fiction de Fatma-Zohra Zamoum (sorti en novembre 2010). Parmi les projets, on peut citer Les immortelles d’Alice Vial et Mater-Apis de François Breniaux, deux long métrages en développement. En 2002, Alexandre développe Swan, production de films de commande, films publicitaires, et production exécutive. En 2006, il dirige sa première fiction courte Peter Pan a grandi et John Lennon est mort.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains producteurs du Marathon

109


Manuel COLLAS DE LA ROCHE

Marc-Benoît CRÉANCIER

François d’Artemare

Lissandra Haulica

LOTUS PRODUCTIONS

EASY TIGER

Les Films de L’Après-Midi

IRRÉVÉRENCE FILMS

14, rue de Nice - 75011 Paris tél. 01 42 71 72 98 / fax 01 43 71 40 25 marc@easytigerfilms.fr

54, rue René Boulanger - 75010 Paris tél. 01 45 44 07 81 / fax 01 44 52 15 01 f.artemare@films-am.com

Après une formation à l’école de danse de l’Opéra de Paris, des études d’art dramatique et une maîtrise de cinéma, Marc-Benoît trouve enfin sa voie : il sera producteur. Durant ses années Fémis, il produit, entre autres, les films de Vincent Cardona Sur mon coma bizarre… (Prix d’interprétation, Clermont-Ferrand 2010) et Coucou les Nuages (2e Prix de la Cinéfondation, Cannes 2010). Il travaille avec Simon Bouisson à la fabrication d’un webdocumentaire, Les Communes de Paris (IDFA, 2010). Il réalise également une étude sur les questions d’écriture et de financement de la production Web. En parallèle, il produit pour Dharamsala C’est gratuit pour les filles de Claire Burger et Marie Amachoukeli (César du meilleur court métrage 2010), travaille au développement chez Son et Lumière et développe du court métrage pour Librisfilms. En août 2010, il crée sa société Easy Tiger pour développer projets cinéma et multimédia, tout en proposant des conseils en stratégies cross et transmédias aux producteurs intéressés par ces nouvelles formes.

François d’Artemare crée en 1996 la société de production portugaise Filmes do Tejo, qui compte aujourd’hui plus de 70 films à son actif – aussi bien des longs métrages de fiction que des documentaires ou des courts métrages – parmi lesquels de nombreux premiers films. Son associée, Maria João Mayer, et lui, sont mondialement reconnus pour avoir découvert de nombreux talents au Portugal : Margarida Cardozo, Serge Trefaut, Inës de Medeiros et, plus récemment, João Salaviza, lauréat de la Palme d’Or du court métrage à Cannes en 2009 pour Arena. En 2001, il fonde à Paris la société les Films de l’Après-Midi et coproduit des films venant des quatre coins du monde : Bosnie (Premières neiges, d’Aida Begic, Grand Prix de la Semaine Internationale de la Critique, Cannes 2008), Guinée-Bissau (La République des enfants, de Flora Gomes), Angola (Un héros, de Zeze Gamboa – World Dramatic Prize, Sundance 2008), et Portugal (les trois derniers films de Manoel de Oliveira). Il développe en ce moment plusieurs films francophones de nouveaux et talentueux réalisateurs, comme Balint Kenyeres ou Nora Kaci.

8 rue de Choiseul - 75002 Paris tél. 01 44 50 52 53 / fax 01 44 50 52 37 mdelaroche@lotus-productions.net www.lotus-productions.net Avant de devenir producteur, Manuel Collas de la Roche a été comédien, notamment aux côtés de Lauren Bacall. Sa rencontre avec le Dalaï Lama est déterminante : il prononce ses vœux de moine et vit trois ans parmi la communauté tibétaine de Dharamsala. En 2002, il rencontre Jan Kounen et décide de rendre ses vœux pour se lancer dans la production de longs métrages cinéma, afin de communiquer à un large public sa foi dans les valeurs humaines transmises à travers les traditions spirituelles et culturelles du monde entier. Lorsqu’il rencontre Amma, il initie son premier projet de long métrage pour le cinéma, Darshan, l’étreinte (Jan Kounen, 2005), Sélection officielle hors compétition du festival de Cannes 2005. En 2010, il crée Lotus Productions et produit Search (Eric Valli), écrit par Jean-Claude Carrière, qui retracera l’histoire du Tibet et des Dalaï Lamas ; Ciel et Terre (Christian Schumacher) ; et enfin un film basé sur des écrits de Satprem.

110

24, rue Jules Vallès - 75011 Paris tél. 06 87 36 43 61 lissandra@irreverencefilms.com Après des études de philosophie et de cinéma, Lissandra Haulica apprend le métier de la production au sein de la société Bande à part. Elle travaille à la production de nombreux courts métrages. De 2003 à 2010, elle développe le pôle fiction de la société LDM Productions. Elle produit des courts métrages, des pilotes, des séries format courts (notamment François le célibataire pour Canal + et la RTBF). Elle produit également le long-métrage 8, réalisé par Wim Wenders, Gaspar Noé, Jan Kounen, Abderrahmane Sissako, Jane Campion, Mira Nair, Gus van Sant et Gael Garcia Bernal. Le film sera diffusé en ouverture du Festival International de Rome 2008, ainsi que dans une centaine d’autres festivals. Depuis septembre 2010, Lissandra Haulica a créé la société Irrévérence Films. Elle y développe des longs métrages, documentaires et webséries.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains producteurs du Marathon

111


Juliette Lepoutre

Christophe Mazodier

Géraldine Michelot

Christie MOLIA

MPM FILM

POLARIS FILMS

LES FILMS PELLÉAS

Moteur s’il Vous Plaît

17, rue Julien Lacroix - 75020 Paris tél. 06 85 11 46 63 / fax 01 42 50 80 50 info@mpmfilm.com

54, rue Boulanger - 75010 Paris tél. 01 42 03 98 21 c.mazodier@polarisfilmproduction.com

25, rue Michel Le Comte - 75003 Paris tél. 01 42 74 31 00 / fax 01 42 74 41 00 lesfilmspelleas@pelleas.fr www.pelleas.fr

8, bd de Bonne Nouvelle - 75010 Paris tél. 01 40 26 07 74 / fax 01 40 26 58 03 info@msvp-prod.com www.msvp-prod.com

Après une Maîtrise en Langues Etrangères Appliquées à la Sorbonne, Juliette Lepoutre s’installe en Californie et travaille dans la Silicone Vallée et la haute technologie pendant 15 ans. Responsable de l’Europe, l’Asie et l’Amérique Latine, elle se spécialise dans le développement des marchés internationaux. En 2006, elle décide de quitter le monde informatique et crée, fin 2007, sa société de production, MPM Film, avec Marie-Pierre Macia, ancienne directrice de la Quinzaine des Réalisateurs. Juliette Lepoutre produit les longs métrages Picnic du roumain Adrian Sitaru, en 2008, présenté au Festival de Venise, et Port of Memory du palestinien Kamal Aljafari en 2009, en compétition au Cinéma du Réel. En 2011, Le marchand de fleurs, court métrage d’Ihab Jadallah est en compétition au Festival de Clermont-Ferrand et Le cheval de Turin, dernier film de Béla Tarr, est présenté en compétition au Festival de Berlin 2011. MPM Film est aussi en développement des premiers films du palestinien I. Jadallah, Mer Morte et des géorgiens Teona et Thierry Grenade, Dzema.

Diplômé d’Audencia et d’un Master de communication, Christophe Mazodier a commencé sa carrière en Allemagne, en 1993, au Studio Babelsberg (Berlin), comme assistant du réalisateur-producteur Volker Schlöndorff. En 2000, il devient indépendant et produit entre 2002 et 2004, avec X-Filme Creative Pool, Parfum d’absinthe d’Achim von Borries (Daniel Brühl et August Diehl). En 2005, il crée la société Polaris film Production & Finance et produit, en juin 2006, le premier film de Julie Delpy Two Days in Paris. Actuellement, il travaille sur deux nouveaux projets  : Milligrams of happiness de Olivier Gondry et Sorry angel de Philippe Rouquier.

Après des études de cinéma, Géraldine Michelot commence à travailler en 1995 à Sérénade films auprès de Thomas Bardinet, Laurent Cantet, Vincent Dietschy, Gilles Marchand et Dominik Moll. En 1999, elle rejoint, en même temps que David Thion, Les films pelléas, créés par Philippe Martin en 1990. Près de quarante longs métrages ont été produits, et parmi eux les films de Pierre Salvadori, Jean-Paul Civeyrac, Mia Hansen Love, Jean-Stéphane Bron, Serge Bozon, Axelle Ropert. Aujourd’hui encore, la société reste très attachée à l’émergence de nouveaux talents. Géraldine Michelot a notamment produit trois films de Jean-Marie et Arnaud Larrieu, La brèche de Roland, Un homme, un vrai et Peindre ou faire l’amour, compétition officielle du festival de Cannes en 2005 ; Versailles de Pierre Schoeller, 2008  ; Commissariat de Ilan Klipper et Virgil Vernier, 2010 ; et tout récemment le premier film de Mikael Buch, Let my people go !

Diplômée de La fémis, Christie Molia, productrice, crée en 2002, avec sa sœur Agnès, la société Tournez s’il Vous Plaît qui produit des reportages et des documentaires pour la télévision. En 2004, lauréate de la Fondation Jean-Luc Lagardère, Christie crée la société Moteur s’il Vous Plaît, dédiée à la fiction. Production télé et production ciné, c’est TSVP et MSVP, à la fois distinctes et très proches. Christie a produit, outre des films courts, les longs métrages Les grandes personnes d’Anna Novion, avec Jean-Pierre Darroussin, sélectionné à la Semaine de la critique à Cannes (2008), et 8  fois debout de Xabi Molia avec Julie Gayet et Denis Podalydès (primé à Tokyo en octobre 2009, sortie salles avril 2010). Aujourd’hui, elle développe les premiers longs métrages de réalisatrices dont elle a produit les courts métrages : Emma Perret et Bani Khoshnoudi.

112

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les parrains producteurs du Marathon

113


Bénédicte Couvreur

Damien Couvreur

HOLD UP FILMS

DILIGENCE FILMS

22, rue Rambuteau - 75003 Paris tél. 01 42 74 64 54 bcouvreur@hold-up.com

23, rue du Buisson Saint-Louis - 75010 Paris tél. 06 83 54 26 71 damien@diligencefilms.fr

Bénédicte Couvreur est diplômée de La fémis. En 1998, elle rencontre Olivier Meyrou sur son film Célébration et rejoint simultanément Jérôme Dopffer aux productions Balthazar. Ensemble, ils produisent une quinzaine de courts métrages et reçoivent le Prix Procirep du meilleur producteur de court métrage en 2001 ; suivront cinq long métrages dont Carnages de Delphine Gleize (Cannes 2002) et Naissance des pieuvres de Céline Sciamma (Cannes, Toronto, Rotterdam … prix Louis Delluc du premier long métrage 2007) ; et trois téléfilms pour l’unité fiction d’Arte. Parallèlement, elle produit au sein d’Hold up Films les documentaires d’Olivier Meyrou, dont Au delà de la haine, Teddy Bear à Berlin en 2006. En 2008, elle prend en charge seule l’activité principale de Hold Up Films. Actuellement, elle achève Tomboy de Céline Sciamma (Ouverture Panorama Berlin 2011) et termine Acrobate d’Olivier Meyrou en coproduction avec ITVS (USA). Elle développe avec Jacques-Henri Bronckart (Versus Productions) un premier film belge, Bici. Conjointement à son activité de productrice, elle collabore avec Elisabeth Depardieu à la sélection des projets pour Emergence.

À l’âge où certains rêvent d’être acteur, Damien Couvreur, lui, voulait être producteur. « C’était une intuition ». Après le secondaire : hypokhâgne, Sciences Po, Essec. « Parcours classique », s’excuse-t- il. Alors qu’il est à l’Essec, il rencontre un jeune réalisateur qui souhaite mener à bien un court métrage mais n’a pas vraiment les épaules pour le produire. Damien s’engage à ses côtés. « Ce fut une opportunité incroyable. Après, j’ai su que c’était exactement ce que je voulais faire : réunir les moyens pour que les idées deviennent réalité ». Dans la foulée de cette première expérience, Damien enchaîne les productions de courts métrages. En 2009, il produit Complices, premier long métrage de Frédéric Mermoud qu’il suit depuis de nombreuses années. En 2010, il crée avec Julien Rouch la société Diligence Films, lauréate de la Fondation Lagardère, au sein de laquelle ils produisent désormais courts et longs métrages.

114


nouveaux prix

forum des auteurs

les Prix

Gilles Marchand, Président du Grand Jury recevra un Mathias d'Honneur, trophée récompensant sa carrière. Nouveauté de cette année : les Forums des auteurs seront dotés de 3 Prix d’accompagnement. Les lauréats du marathon désignés par le Grand Jury, le Jury de la Création et le Jury Jeune recevront un Mathias. Les scénarios des lauréats du marathon seront lus par les comédiens invités au festival, le soir de la remise des prix pour le lauréat désigné par le Grand Jury et le samedi matin pour les autres lauréats et les mentions éventuelles. En 2010 sous la présidence de Marion Vernoux le Grand Prix a été attribué à Alice Vial pour L’homme qui en connaissait un rayon avec une mention pour le scénario de Christophe Lemoine Le lâcher de nez.

116

le prix Groupe Ouest

le prix Film Talents

Pour l’édition 2011 du Festival International des Scénaristes, Le Groupe Ouest, Pôle Européen de Création Cinématographique en Bretagne collabore à la mise en place de deux ateliers : l’un lié à la méthodologie de réécriture de scénario, l’autre lié aux plates-formes européennes de développement. De manière à manifester très concrètement son engagement aux côtés du Festival International des Scénaristes, dont il partage les valeurs fondamentales en matière de soutien aux auteurs, Le Groupe Ouest attribuera pour la première fois un Prix destiné à un scénariste lauréat des Forums des Auteurs de fiction et d’animation qui bénéficiera d’un suivi d’écriture et d’une résidence d’auteur en bord de mer dans le cadre de la sélection 2011 du Groupe Ouest.

Pour la première fois, l’agence Film Talents propose d’accompagner pendant un an au sein de l’agence un des auteurs de son choix du forum des auteurs de fiction et d’animation. Les représentants de l’agence rencontreront chaque auteur du forum de fiction et d’animation au cours des quatre jours du Marché Interactif de l’Image et de l’Ecrit après avoir lu au préalable les scénarios présentés. Film Talents est une agence spécialisée dans la représentation des auteurs travaillant pour la télévision et le cinéma : scénaristes, adaptateurs, dialoguistes et réalisateurs de documentaire, de fiction ou d’animation. Seule une structure dédiée aux auteurs peut rassembler les connaissances actualisées sur un marché toujours en mouvement, le savoir-faire légal ainsi que le réseau professionnel nécessaire pour servir au mieux les auteurs. Film Talents vise à mettre en avant les auteurs, à leur donner les outils pour développer leur projet et à défendre au mieux leurs intérêts. Il s’agit donc pour l’agence, à la fois de soutenir des auteurs confirmés, qui ont déjà à leur actif la réalisation de plusieurs films, ou l’écriture de plusieurs scénarios, et de favoriser l’émergence de nouveaux talents.

pour le Forum des auteurs de fiction et d’animation

le prix Dixit/Scam pour le Forum des auteurs de documentaire

(sous réserve)

Cette année Dixit formation et la Scam s’associent pour offrir à chaque auteur du forum de documentaire une place personnelle pour la prochaine session Structure, Pitch et bande démo de Fernanda Rossi.

pour le Forum des auteurs de fiction et d’animation

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les Prix du Forum des auteurs

117


Marathon

les prix du Grand Jury

les prix du Jury Jeune

Grand Prix

Prix

Une prestation de post-production LNF (Eclair Group) Masterclass Story de Robert McKee du 7 au 10 juin 2011 offert par Dixit formation Lecture du scénario à la soirée de clôture par les comédiens. Livres Éditions Dixit et adhésion Séquences 7

Un accompagnement d’un an par l’association Beaumarchais - SACD Livres Éditions Dixit et adhésion Séquences 7

pour un premier pas professionnel

Mention

pour être accompagné

Mention Une accréditation VIP pour la 15e édition du Festival international des scénaristes en 2012 Livres Éditions Dixit et adhésion Séquences 7

Un abonnement d’un an au Film français Livres Éditions Dixit et adhésion Séquences 7

les prix du Jury de la Création pour se former

Prix Un stage de formation au CIFAP, « Scénario & Dialogues en fiction » (ou un autre stage de son choix) Livres Éditions Dixit et adhésion Séquences 7

Mention « Psychologie des personnages », master class organisée par 2A Développement (3 jours de théorie + 1 séance de scriptdoctoring sur un scénario de fiction). Livres Éditions Dixit et adhésion Séquences 7

118

LNF- Eclair Group Fidèle à son engagement aux côtés du cinéma depuis plus de 100 ans, avec ses laboratoires photochimiques, numériques, ses salles d’étalonnage, ses auditoriums pour tous types de travaux de post-production, les équipes d’Eclair Group sont fières d’être associées au talent et à la créativité des court-métragistes. Dans ce contexte, LNF - filiale d’Eclair Group - est heureuse de participer à la concrétisation des projets professionnels du lauréat de la Mention du Grand Jury en lui offrant un prix d’une valeur de 3000 € de prestations techniques, en témoignage de son soutien.

le Film Français L’équipe du Film français offre au lauréat un abonnement d’un an au magazine ainsi qu’un accès à son site Internet. Crée en 1944, le Film français est l’hebdomadaire des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel. Véritable référence dans la profession, le Film français offre une vision économique et des analyses pertinentes sur l’évolution constante de l’industrie audiovisuelle.

CIFAP

L’Association Beaumarchais - SACD

Le CIFAP, premier centre français de formation continue pour les professionnels du cinéma, de l’audiovisuel et du spectacle vivant, est associé au Festival depuis 2004, d’abord pour le prix Européen puis, depuis quatre ans, pour le prix de la Création. Le lauréat de la mention spéciale participera ainsi gratuitement à la formation « Scénario & Dialogues en fiction » ou à un autre stage de son choix. En 2010 sous la présidence de Marion Vernoux le Prix de la Création a été attribué à Alice Vial L’homme

L’association Beaumarchais-SACD, fondée par la SACD pour la promotion des auteurs de ses répertoires, attribue tout au long de l’année des bourses d’écriture. Au soutien financier incontournable qu’elles représentent s’ajoute un accompagnement personnalisé de chacun des lauréats, véritable force de notre association : rendez-vous, conseils, fiches de lectures, lettres de soutien et de recommandation… ponctuent ainsi notre relation avec les auteurs boursiers. C’est de cet accompagnement privilégié dont pourra désormais bénéficier l’un des lauréats du Marathon : ensemble, nous mettrons ainsi tout en œuvre pour que son scénario trouve son indispensable achèvement… sur un écran.

qui en connaissait un rayon.

2A Développement 2A Développement offre au lauréat du prix de la Création une participation au nouveau module de Julie Bulté, consacré à la psychologie des personnages. Le festival International des Scénaristes permet ainsi au lauréat de découvrir l'Atelier Scénaristique et Dramatique de Ghislain Cravatte, par le biais de ce module théorique et pratique. En 2010 sous la présidence de Marion Vernoux le Prix 2A développement a été attribué à Lionel Meta La France aux Français.

les éditions Dixit Spécialisées dans l’élaboration d’outils de transmission du savoir dans l’audiovisuel, les éditions Dixit ont édité plus de 150 livres, principalement sur les thèmes de l’écriture de scénario, de la production et de la réalisation. Dixit propose également 10 modules de formation (entre 3 et 6 jours maximum) sur le secteur de la production, du financement, de la distribution, du marketing, de l’écriture, de la fiction télévisée, du documentaire et des nouveaux médias. Dans ces formations interviennent une centaine de professionnels décideurs de haut niveau. www.dixit.fr

Séquences 7 La pépinière de jeunes talents Séquences 7 est aux scénaristes en herbe ce que la Guilde française des Scénaristes est aux confirmés. L’association parrainée par le syndicat propose différentes actions, des ateliers « doctoring » d’écriture de scénarios sous la tutelle d’auteurs professionnels, la possibilité de participer à des formations internes encadrées par des professionnels reconnus, des lectures croisées proposant une analyse critique et interactive de scénarios, des ateliers vidéos, des invitations aux Jours du Senior, master-class où des professionnels viennent partager leur expérience. Séquences 7 est également un lieu d’échange sur l’actualité du métier, doté d’une hot line junior, d’un forum, ainsi que des tarifs préférentiels à différents festivals partenaires. Enfin, chaque mois, autour d’un verre, se tient « le rendez-vous des scénaristes », un moment convivial de rencontres et d’échanges !

DÉCOUVERTE D’AUTEURS Les Prix du Marathon

119


écrire pour

une série de télévision workshop Bible TV

en partenariat avec la Guilde française des scénaristes

Pour la cinquième année consécutive, en partenariat avec la Guilde Française des Scénaristes, le syndicat des scénaristes, issu de la fusion UGS-Club des Auteurs, le Festival international des scénaristes accueille dix auteurs de bibles de séries télévisées. Ils participent à un workshop conçu et animé par Frédéric Krivine.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS écrire une bible TV

121


Workshop Bible TV

Frédéric Krivine

en partenariat avec la Guilde française des scénaristes

Le but de ce workshop est d’aider l’auteur à maîtriser son projet créatif en comprenant mieux ses partis pris et la raison profonde, intime, pour laquelle selon lui cette série DOIT se faire. Ce workshop permet aussi aux auteurs de se familiariser avec la rédaction d’une « bible » ayant de vraies chances d’être lue. Les auteurs restent en vase clos pendant trois jours, chacun ayant lu les travaux des autres, dans un aller-retour permanent entre parti-pris et dramatisation, expression de soi et langage avec le public. Les projets sont sélectionnés sur dossier par un jury de scénaristes professionnels, membres de la Guilde Française des Scénaristes.

La Criée Télévision Conclusion du workshop, la présentation de chaque projet en 5 min devant un parterre de professionnels a lieu le vendredi. Cette présentation est suivie d’un temps de questions-réponses. Espace d’expression dédié aux auteurs encore en phase d’écriture, c’est un lieu d’échange et de partage où les participants se soumettent au regard bienveillant de leurs condisciples. Il ne s’agit pas d’une compétition. La Criée a simplement pour objectif de faire circuler les idées, les commentaires et de susciter des rencontres. Riche d’enseignement, d’apprentissage et d’évolution pour les projets, sans compter l’exercice difficile du pitch devant public qui reste très motivant, ce workshop rencontre chaque année l’adhésion et la satisfaction totale des participants.

122

Parmi les anciens participants : Anne et Marine Rambach (2007) sont depuis devenues scénaristes professionnelles en travaillant sur Enquêtes réservées. Elles ont reçu une aide à l’écriture du fonds d’aide à l’innovation du CNC pour Double vie et ont pitché, au dernier festival de la fiction TV de La Rochelle, une série comique, Les pieds sur Mars. Nathalie Abdelnour (2008) développe Le grand réveil, une comédie pour M6 chez Scarlett Productions, et une série chez MakingProd, Viens chez moi, j’habite chez mes parents ! Elle a écrit pour Plus belle la vie, Graine de Maire et co-écrit la bible de Seconde chance pour TF1. Jean-Charles Paugam (2009) a trouvé un producteur pendant le workshop. NarKoboy est devenu un projet transmédia qui a obtenu la bourse Beaumarchais. Céline Pardoux et Boris Escoda (2010) ont été contactés deux producteurs de série TV les ont contactés, à la suite de la présentation de leur projet Puchard 3024 au cours du Festival. Le projet a reçu l’autorisation d’une présentation sans limite de durée de la part du fonds d’aide à l’innovation.

Après dix ans de journalisme et deux romans policiers, Frédéric Krivine crée la série pour enfants Les enquêtes de Chlorophylle (52 x 13’, France 3 et Canal J, 1993). Puis, il écrit deux épisodes de Julie Lescaut (1993), sous la direction d’Alexis Lecaye, plusieurs unitaires, crée la série Anne Le Guen (France 3, 1995), avant de réaliser son premier téléfilm, Les enfants du mensonge (1996). En 1996, après une année passée dans des commissariats de police, il crée la série P.J. (140 x 52’, France 2, avec Telfrance, Michelle Podroznik). Il écrit seul les douze premiers épisodes, en réalise quatre, puis monte le premier atelier d’écriture pour une série de prime-time en France. Il quitte la série en 1999 (mais revient écrire les deux derniers épisodes en 2008). Il écrit ensuite plusieurs téléfilms, dont Le train

de 16 heures 19 (2003, Fipa d’Or pour Robin Renucci) et Nom de Code DP (qui fait l’objet de la leçon de télévision à Bourges en 2006). Il est le créateur, auteur principal et coproducteur (avec Emmanuel Daucé et Philippe Triboit) de la série Un village français (60 x 52’, produite par Terego et Tetra Media pour France 3, diffusée depuis juin 2009, et qui fait l’objet de la leçon de télévision à Bourges en 2009), et a créé la série Duo (série policière décalée, 6 x 52’, produite par Télé Images pour France 2 en 2008, toujours pas diffusée). Il travaille par ailleurs, en collaboration avec Nathalie Jacovella, sur la série Brigade financière (Mima-Productions, 90 minutes), ainsi que sur le développement de la série L’Odyssée (6 x 52’, Arte, GMT-Making Prod). Frédéric Krivine a été coprésident de l’UGS de 2003 à 2007.

Emmanuelle Scali et Basile Minatchy (2010) ont trouvé, grâce au Festival, un producteur pour leur projet devenu 22 rue Désirée. Régis Jaulin et David Tardé (2010) : ont reçu le fonds d’aide à l’innovation pour leur projet, Ernesto Banco. Depuis, ils l’ont retravaillé afin de le présenter à deux des producteurs rencontrés lors du Festival : l’un lors des séances de travail, l’autre suite au pitch public.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS écrire une bible TV

123


François BRENIAUX

Thierry BOSCHERON

auteur de bible tv

auteur de bible tv

188, rue Saint Maur - 75010 Paris tél. 06 31 50 18 07 contact@francoisbreniaux.com

132, rue Hoche - 93100 Montreuil tél. 06 73 86 54 01 thierry.boscheron@wanadoo.fr

Après un cycle d’études d’art dramatique au Cours Simon, François Breniaux se dirige vers la mise en scène de théâtre. Parallèlement, il se rapproche des plateaux de cinéma et exerce le métier de régisseur pendant quelques années. En 2002, l’occasion lui est donnée de suivre et filmer Claude Miller lors du tournage de La petite Lili. Depuis, spécialisé dans les making of de longs métrages, il a travaillé notamment pour Gérard Jugnot, Jean-Pierre Mocky, Charlotte de Turckheim, EricEmmanuel Schmitt et Dominique Farrugia. En 2006, il écrit et réalise le court métrage Lune de Miel, adaptation cinématographique du roman d’Henri Vincenot « Le maître des abeilles ». Féru d’histoire et de films de genre, il développe depuis un certain nombre de projets de fiction, dont La dynastie des Sanson, qui a nécessité plus d’une année de recherches historiques.

Thierry Boscheron réalise son premier court métrage juste après La fémis : Babel. Le film sera nommé aux Oscars (Los Angeles), diffusé sur HBO puis présenté dans toute l’Europe. Il crée de nombreux magazines pour M6 et France 3 (E=M6, Cinéma étoile, Grain de philo, Nimbus...). Il crée ensuite sa propre société de production Playtime. Playtime produira notamment les films : Zonzon de Laurent Bouhnick, Ali Zaoua de Nabil Ayouch. Thierry Boscheron réalise son premier long métrage en 2000, Sur un air d’autoroute… Le film remporte le prix du meilleur premier film au festival international d’Ourentze, le prix spécial comédie au festival de l’Alpe d’Huez et Sacha Bourdo reçoit les étoiles d’or de la presse comme meilleur premier rôle masculin. Thierry Boscheron réalise ensuite des séries de fiction TV : Plus belle la vie (France 3) et Cœur océan (Feuilleton de l’été France 2) avant de tourner son deuxième long métrage Les vieux sont nerveux qui sort en janvier 2009. Après une année 2010 consacrée à une collection de films sur l’Afrique du sud, il travaille actuellement à l’écriture de La dynastie des Sanson avec François Breniaux.

124

La dynastie des Sanson Paris, 1813. Lorsqu’il apprend par accident le véritable métier de son père, Clément Sanson, fils du bourreau de Paris, entreprend un long voyage à travers l’Europe pour retrouver un vieux moine qui doit l’aider à faire le choix de son destin. Avant de fuguer, il emporte avec lui les manuscrits de ses ancêtres, exécuteurs depuis cinq générations. Au contact de ces récits, et afin d’exorciser de violentes angoisses, il commence à peindre un tableau qui rappelle les moments forts de ses lectures. Le jour où l’œuvre sera achevée, Clément devra savoir : dois-je continuer la lignée ?

DÉCOUVERTE D’AUTEURS écrire une bible TV

125


Charlotte Sanson

Dorothée LACHAUD

auteur de bible tv

auteur de bible tv

75, rue du faubourg Saint-Antoine - 75011 Paris tél. 06 08 54 11 23 charlotte.sanson@gmail.com

6, rue Cortot - 75018 Paris tél. 06 14 18 11 26 lachauddorothee@yahoo.fr

Les héritiers Notre héritage n’est précédé d’aucun testament… Quand Grégoire découvre les circonstances plus que suspectes de la mort de son père, il décide de mener une enquête qui le conduit à travers l’Histoire à la découverte des grandes figures de sa famille, au gré des déchirures des deux clans dont il est à la fois l’héritier, le fruit et… l’énigme. Car si Grégoire est voué à un destin hors du commun, il a avant tout un don singulier : celui de s’introduire dans la peau de ses ancêtres pour revivre certains moments de leur vie en contexte et lever le voile de mystères qui pèse sur un héritage lourd à porter et encore plus difficile à transmettre.

126

Après avoir obtenu le diplôme de Sciences Po et un DEA d’Histoire contemporaine, Dorothée Lachaud part en Europe Centrale explorer la scène cinématographique pour ses travaux de recherches. En 2005, elle intègre le Master écriture documentaire de l’Université Jussieu et elle entre chez Bonne Pioche comme responsable du développement. Cette expérience lui permet de manipuler différents formats TV, de la série au docufiction de prime, dont certains qu’elle coécrit. En 2008, elle s’associe à la société Les protagonistes pour y produire des documentaires à l’écriture innovante (Taxi Show de Guillaume Estivie, Voyage 2011), où coexistent « story telling » et investigation (Au pied du mur de Guillaume Estivie, Planète 2010), mais aussi des courts (Douce nuit, Dominique Mezerette, Canal+ 2009) et des moyens métrages (Douce de Sébastien Bailly, France 2, 2011). En parallèle, elle poursuit l’écriture de son premier long métrage et d’une série TV. Depuis fin 2010, elle se consacre pleinement à l’écriture de ses projets, comme au développement et à la direction artistique de différents films.

Après des études universitaires axées sur l’anglais, le cinéma et les « gender studies », Charlotte Sanson intègre la filière distribution-exploitation de La fémis. Elle participe à des courts métrages, apprend l’économie du cinéma et rédige un mémoire sur la diffusion des films de genre en France, sous la direction de Nicolas Boukhrief. Elle rejoint ensuite l’équipe de programmation du festival Premiers Plans d’Angers, puis celles de deux sociétés de distribution (Zootrope Films et Carlotta Films), tout en s’investissant parallèlement dans une activité qui la passionne : le développement. Elle est ainsi lectrice pour plusieurs sociétés de production et de distribution : Fidélité Films, Warner, Wild Bunch et Why Not Productions, société qui lui permet de travailler directement pour Jacques Audiard. Enthousiasmée par le secteur en pleine mutation qu’est la télévision, elle devient coordinatrice d’écriture pour une société de production audiovisuelle avant de franchir le pas  et de développer son propre projet de série.

Le couvent Sarah, Abigail et Cassidy, trois étudiantes au look alternatif et aux aspirations subversives, vivent dans un foyer de jeunes filles tenu par des bonnes sœurs cloîtrées. Faute de mieux, elles s’évertuent à en contourner toutes les règles. Sidonie a 22 ans et vient d’obtenir son Capes de lettres. Pour effectuer son stage, elle quitte enfin le domicile parental et s’installe au foyer. Là, devenant amie avec les trois jeunes femmes, Sidonie réalise qu’elle est en train de passer à côté de sa jeunesse. Son arrivée représente un nouveau challenge pour ses comparses qui vont tenter de lui faire rattraper le temps perdu. Le lieu ne s’y prête pas, et pourtant, elle va prendre une bonne leçon de rock & roll.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS écrire une bible TV

127


Sébastien CHAMAILLARD

Jérémy Guetta

auteur de bible tv

auteur de bible tv

32, rue des Margottes - 93100 Montreuil tél. 06 64 17 99 12 sebchamcham@gmail.com

55/57, avenue de Paris - 94300 Vincennes tél. 06 22 13 59 75 jeremyguetta@yahoo.fr

Sébastien Chamaillard a toujours été fasciné par le monde du cinéma. Dès l’age de 11 ans, il découvre les plateaux de tournage et joue en tant que comédien principal dans une dizaine de téléfilms tournés aux quatre coins de la France. Fort de ce succès, il crée en 2005 Mad Light Films avec ses partenaires et amis de L’Assoce Tomate, une association regroupant une dizaine de jeunes cinéastes. Mad Light Films aura pour but de développer des films en tout genre et de permettre à ces jeunes chefs d’entreprise de 22 ans de concrétiser leur rêve : réaliser des films et des séries TV. Cinq ans plus tard, Mad Light Films ne compte pas moins de 600 réalisations en tout genre (institutionnel, pub TV, SFX pour le cinéma…) ainsi qu’une dizaine de courts métrages produits. Mais il ne s’arrête pas là. Profitant de son expérience dans le tournage et la production dans le domaine de la pub et du téléfilm, Sébastien écrit de nombreux projets de fiction et de programmes courts destinés à la télévision. Faits divers sera le projet phare de sa collection.

Passionné par l’image, il obtient un master « Création et Réalisation Cinématographique » à l’Université Paris 8. Il y réalise trois courts métrages : Le sabre puis Sonia qui représentent ses premiers pas avec un genre qui lui tient à cœur, le fantastique, et enfin Illusions, un polar inspiré par le film noir. En 2004, il crée une association de jeunes cinéastes : Magicam Films, puis devient membre de L’Assoce Tomate où il co-organise le premier festival de courts métrages étudiants de l’Université Paris 8 : Certains l’aiment court. En 2006, avec sa formation de monteur, il devient assistant monteur sur la série Nos années pension pour France 2. En 2007, il intègre DuboiColor comme assistant étalonneur où il travaille sur plus d’une trentaine de films dont 99 Francs de Jan Kounen et La Môme d’Olivier Dahan. En 2008, il rejoint Mad Light Films en tant que monteur et réalisateur. En 2010, il y réalise et co-produit Le soulèvement, actuellement en post-production. Avec Sébastien Chamaillard et Santiago Alejos, il écrit Faits divers, un nouveau projet de fiction TV.

128

Santiago Alejos auteur de bible tv 11, Bd Berthier - 75017 Paris tél. 06 74 18 59 77 salejos@gmail.com Le diplôme de journaliste dans la poche, Santiago Alejos quitte en 2003 sa Galice natale pour s’installer à Paris. Il se forme désormais à l’écriture de scénarii, passion qui ne le quittera plus. Amoureux d’histoires et fervent adepte du travail en équipe, il explore des formats différents (web-série, court-métrage, 52’...) et développe actuellement avec plusieurs co-scénaristes des longs métrages : C’est aujourd’hui demain et Collection particulière, ainsi que les séries Le Club et Faits divers.

Faits Divers Paris 17 octobre, 01h36. Les 5 membres d’une famille du treizième arrondissement sautent par la fenêtre. Bilan : trois morts et deux blessés. La police conclut au suicide. Les survivants prétendent avoir vu le diable. Unis par ce fait divers étrange, une journaliste débutante un peu tête brûlée et un « anthropologue » reconverti en antiquaire combinard traquent le moindre indice de surnaturel derrière les faits divers de notre quotidien.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS écrire une bible TV

129


Magali Pouzol auteur de bible tv 18 rue Rodier - 75009 Paris tél. 06 50 59 66 89 magalipouzol@gmail.com

Après des études d’Histoire de l’Art et de Littérature, Magali Pouzol débute une carrière d’institutrice dans le département du Puy-deDôme. Poussée par son amour du cinéma et de la télévision, elle réussit le concours d’entrée du Conservatoire Européen d’Ecriture Audiovisuelle en 2008. Elle y apprend des techniques scénaristiques qu’elle met au service de son point de vue sur le monde. Diplômée en 2010, elle travaille depuis au développement de ses propres projets : des unitaires tel que Se mettre au vert (présenté à la séance de pitchs SACD du FIPA 2011), des séries d’animation comme Les enfants d’Atlantis, des courts métrages et concepts divers. Via l’écriture, Magali tente d’explorer les comportements sociaux et de mettre à jour la richesse de l’âme humaine. À travers des thématiques qui lui sont chères, elle désire avant tout véhiculer de l’émotion et de la sincérité. Au cours de sa formation, elle rencontre Clément Theobald. Leur complémentarité les pousse à collaborer sur divers projets dont L’appel, série feuilletonnante en 6 x 52 minutes.

130

Clément Theobald auteur de bible tv 23, rue de l’Espérance - 75013 Paris tél. 06 23 80 16 33 clementtheobald@gmail.com

C’est en fouillant les bacs d’un vidéoclub à l’âge de 14 ans que Clément Theobald a construit sa culture cinématographique. Plus cinéphage que cinéphile, il découvre avec un plaisir identique les classiques, les séries B les plus obscures et les cinématographies les plus exotiques. Il décide alors que sa voie sera de raconter des histoires. Après avoir étudié la Philosophie à Montréal et le Cinéma à Montpellier, il intègre le Conservatoire Européen de l’Écriture Audiovisuelle en 2008. Diplômé en 2010, il travaille à travers ses propres projets sur des thématiques qui lui sont chères : la rédemption, l’amitié, ou la difficulté de mûrir. Passionné de culture japonaise, de séries, de littérature et de jeux vidéo, il aime métisser ces références pour faire passer un point de vue personnel sur notre société. Hors piste, série policière qu’il développe actuellement est une synthèse de ces influences. C’est au cours de sa formation qu’il rencontre Magali Pouzol en qui il trouve une coauteure idéale. L’appel est le premier projet qu’ils signent de concert.

L’appel Sur le point de se séparer, Eva et Adrien meurent dans un accident de voiture… et se réveillent dans les tiroirs d’une morgue ! Comment expliquer leur miraculeuse résurrection ? Qui sont ces individus qui les poursuivent et en veulent à leur vie ? Thriller ésotérique, L’appel est une traque rythmée par les trahisons et les révélations. Pris dans une lutte entre deux sectes millénaires, pourchassés par les autorités et trahis par leurs proches, Eva et Adrien ne peuvent plus compter que l’un sur l’autre. Des enjeux qui les dépassent gravitent autour de leur couple apparemment ordinaire. Face au danger, Eva et Adrien se redécouvrent, ignorant que c’est leur amour qui met en péril l’avenir de l’humanité…

DÉCOUVERTE D’AUTEURS écrire une bible TV

131


Karine G. Barzegar auteur de bible tv 8, rue Jean-Baptiste Dumay - 75020 Paris tél. 06 14 19 83 72 kgbarzegar@yahoo.com

Echec et mat / Checkmate C’est l’histoire d’un contrat sur une usine nucléaire drômoise qui tourne mal, d’un désaccord financier entre Paris et Téhéran qui mène à une effroyable série d’assassinats, d’attentats et de prises d’otages dans les années 1980. Échec et mat raconte l’histoire de ce bras de fer impitoyable entre deux camps : la république islamique, ses diplomates et ses agents, face à la France, son quai d’Orsay et ses services de renseignements. Au centre de cet échiquier, leurs pions : les journalistes, les otages et les terroristes.

132

Née à Téhéran, Karine Barzegar quitte l’Iran quatre ans après la Révolution islamique pour s’installer à Paris avec sa famille. Après des études effectuées en France et aux États-Unis, elle démarre sa carrière de journaliste à Paris avec une spécialisation : la géopolitique et l’actualité internationale. Après cinq années passées à l’agence de presse Associated press, elle travaille désormais en tant que journaliste pigiste pour divers médias, dont TV5 Monde et Al jazeera English. En 2004, Karine Barzegar suit l’atelier scénario de La fémis où elle écrit son premier scénario de long métrage de cinéma intitulé Sous le voile. Le projet est par la suite sélectionné dans le cadre de l’atelier d’écriture franco-britannique Regards croisés et présenté lors de séances de pitch au Festival du film britannique de Dinard. Echec et mat / Checkmate est son premier projet de série TV.


écrire pour

le WEB

Magic WEB Labo

en partenariat avec LeMonde.fr et le CNC

Le Festival international des scénaristes s’engage dans le secteur émergent de la création filmique pour le web et inaugure le Magic Web Labo, l’occasion pour des jeunes auteurs émergents et leurs équipes de présenter au public et aux professionnels leurs projets. Au préalable, les équipes des projets rencontrent une scénariste professionnelle, Catherine Cuenca, le temps d’une séance de travail. De plus, le Festival associe à chaque projet un parrain producteur invité à en expertiser la faisabilité et à soutenir l’équipe lors de sa présentation. Pour les participants, il s’agit de préparer la mise en production d’un projet web à travers l’élaboration d’une maquette de présentation. Pour le Festival, l’objectif est d’encadrer au plus tôt la jeune création web en demande d’accompagnement professionnel pour la structuration et la consolidation de projets.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS écrire pour le WEB

135


Magic WEB Labo plate-forme de projets WEB en partenariat avec LeMonde.fr et le CNC

Dans le domaine du web, comme partout ailleurs, la recherche de nouveaux talents reste une préoccupation majeure. Or, ces nouveaux entrants souffrent, comme pour les autres genres, d’un manque de retours et d’encadrements professionnels au plus tôt de leur devenir – d’autant que l’écriture pour le web fait appel à de nombreux talents et inévitablement au travail d’équipe dans une démarche pluridisciplinaire. De plus, les modalités d’exposition de telles démarches posent de véritables questions. Presque chaque nouveau projet est l’occasion d’une présentation différente. « C’est un genre qui reste encore largement à exploiter  », fait remarquer Philippe Couve dans Le Monde. Alexandre Brachet, responsable d’Upian, studio de création et société de production interactive, dresse le même constat : « Le temps n’est pas encore venu de dupliquer les formats, mais plutôt de continuer à en créer de nouveaux ». « Les internautes demandent à être surpris », affirme-t-il. Cette plate-forme a pour objectif de permettre à nos jeunes candidats sélectionnés de présenter une maquette de présentation de leur projet, outil indispensable d’une mise en production prometteuse – et de participer alors à l’émergence d’un secteur en plein développement.

136

Préparation pour les équipes mercredi 30 et jeudi 31 mars

Présentation des projets au public et professionnels vendredi 1er avril


Jeremy Cheong chi mo porteur de projet web 218 rue Garibaldi - 69003 Lyon tél. 06 33 67 86 46 jeremy.cheong.chi.mo@gmail.com

Osons savoir Plus de 4 millions de kilomètres carrés, presque un demi-milliard d'habitants, une trentaine de langues officielles et une grande peur : être au milieu de milliers de migrants qui cherchent une vie plus digne, un espoir, et le plus souvent, le salut même. C’est l'Europe ! Plus encore, c'est la Forteresse Europe tel est le nom de ce nouveau continent qui se dessine chaque jour sous nos yeux. Grâce à la rencontre des acteurs principaux, des migrants et des organisations impliquées, osons savoir qui sont ces hommes, leurs trajectoires, leurs buts et leurs raisons, mais aussi leurs représentations du monde. Car ceux sont des hommes, comme nous.

138

Né en 1987 à Toulouse, Jeremy Cheong chi mo est diplômé en informatique, en science de l'éducation et il est aujourd'hui étudiant en science politique. Passionné par le monde et sa complexité, il cherche aujourd'hui à faire part de sa réflexion. Après avoir initié et piloté une mission de codéveloppement en 2008 au Mali et au Burkina Faso, il en réalise un road movie, Sur la route de l'Afrique. Dès lors, il s'intéresse au cinéma comme moyen de partager sa pensée et ses émotions. Ce jeune réalisateur est né de la rencontre de différentes cultures (chinoise, indienne, mauricienne et française). Une de ses plus lointaines réflexions porte sur l'immigration suite aux multiples mouvements de sa famille. Il viendra donc à Bourges pour travailler et présenter son nouveau projet de web documentaire Osons savoir sur ce sujet complexe qu'est l'immigration.

Laureline Deloingce

Rémi Lesueur

graphiste

vidéo graphiste

tél. 06 50 37 06 52 laureline.deloingce@gmail.com

Tél. 06 74 69 98 01 remi.lesueur@hotmail.fr

Diplômée des Beaux-arts de Toulouse, Laureline Deloingce travaille sur des problématiques liées au territoire. Politique d’urbanisation, création de lien social ou parcours dans la ville sont le prétexte de constructions narratives toujours ancrées dans le réel. La photographie et la prise de son sont ses outils de prédilection pour la construction documentaire. Ainsi, Le cours des choses, questionne au fil des rencontres, la valeur des objets à travers une chaine d’échange à Toulouse et Bruxelles. Istandem en Tanbul, retrace les échanges humains sur un parcours à vélo depuis la France jusqu’en Turquie.  Ayant suivi une formation web graphiste au cours de ses études, les techniques de l’image numérique appliquées  au support web représentent pour elle, un format de diffusion engagé qu’il faut développer et étendre.

Diplômé des Beaux-Arts de Toulouse, Rémi Lesueur travaille sur le réel en tant que matière vidéographique. A la recherche du vivant et de ce qui l’anime, sa caméra est un outil d’écriture et de captation de l’instant qu’il utilise dans la forme documentaire. Sa pratique s’ouvre aujourd’hui au monde du 7ème art et ses multiples aspects artistiques et techniques. Les voyages et les rencontres sont pour lui un moteur permanent de remise en cause des préconçus quotidiens.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS écrire pour le WEB

139


Alyosha SAARI porteur de projet web 3, rue Auguste Bartholdi - 75015 Paris tél. 01 45 77 35 79 mobile. 06 37 55 88 80 alyoshasaari@gmail.com

Gametime !

mini web série de genre Extrême Gameshows

De nouveaux jeux télévisés sans scrupules prolifèrent. Les candidats mettent non seulement leur image en péril mais aussi leur vie. En quelques minutes nous dévoilerons des jeux qui mettent à l’épreuve le talent, le physique et l’intellect des candidats. Sur fond de désespoir face à la crise économique, et de boulimie télévisuelle, la série est une suite sarcastique et sanglante de sketchs sur les dérives de jeux télévisuels dans une société voyeuriste et obsédée par le gain rapide et facile.

140

Malgré un prénom russe et un nom de famille finlandais, Alyosha a grandi en Équateur, en Amérique du Sud. Il est venu à Paris à 17 ans en 2000 pour poursuivre des études de philosophie et de cinéma à la Sorbonne. En 2005, il suit le cursus de l’académie de cinéma de Londres (LFA) et réalise son premier très court métrage, Kasting, primé au Frightfest de Londres et au Marathon de courts métrages d’horreur et fantastiques à Barcelone. Il prépare actuellement un deuxième court produit par ASM, un duel minimaliste et absurde entre deux cowboys au milieu du désert. Entre plusieurs cultures, Alyosha souhaite faire des films entre plusieurs pays et il développe ainsi des scénarios de long métrage, principalement l’adaptation d’un roman noir de l’écrivain équatorien résidant à Paris, Alfredo Noriega, un film choral qui commence à Bilbao et finit à Guayaquil.

Daniel DOS SANTOS Bénédicte FLAMENT créateur web

vidéo graphiste

tél. 06 99 75 69 94 daniel.dos-santos@wanadoo.fr

tél. 01 43 55 79 70 / 06 67 89 30 91 bflament@gmail.com

Né à Versailles, vit et travaille entre Paris, Lisbonne et New York. Mariage avec l’alcool, liaisons tumultueuses avec des strip-teaseuses, amours d’une nuit avec la drogue composent sa jeunesse... mais le cinéma seul synthétise ses désirs. En 2002, après un Bac Littéraire, il rentre alors dans une école internationale de cinéma où il réalise plusieurs courts métrages. Il étudie ensuite les théories du cinéma à l’université de la Sorbonne, Paris I. Fondateur d’une revue mensuelle d’analyse et critique cinématographique. Monteur. Graphiste. Conférencier. Il travaille sur Philip K. Dick, les fantômes, le capitalisme comme religion, les super-héros, la cosmogonie, les vampires, Karl Marx et Jacques Tati. Il écrit un premier long métrage, adapté du « Cheval blême » de Boris Savinkov, où se réunissent les influences de Dostoïevski, Nietzsche, du décadentisme, du symbolisme et du mysticisme autour d’une figure majeure du terroriste révolutionnaire russe.

Bénédicte Flament est née en 1984 à Paris. Diplômée d’un master d’audiovisuel et multimédia, elle a toujours travaillé à la frontière entre le graphisme et le documentaire, deux genres qui la passionnent. Graphiste vidéo, spécialisée en animation, elle travaille pour différentes sociétés de production (View), chaînes de télévision (France 5, Canal Satellite, TF1) et studio de création (Louis Vuitton). Parallèlement, elle développe et réalise différents projets de documentaires : Flottille de l’espoir en 2005 (en coréalisation avec Natalie Tomasini) sur les abus des projets associatifs et humanitaires au Sénégal ; Des écoles au bout du monde en 2007 (en coréalisation avec Sophie Flament), série de films courts sur les écoles à travers le monde; et enfin en 2010, Monique et Jean, un récit biographique sur ses grands-parents, à la fois personnel et historique, à travers les épisodes marquants du siècle dernier.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS écrire pour le WEB

141


Ciné-camion Chaque année, le Ciné-camion part pour une session de trois mois avec pour but de réaliser, de monter, puis de projeter une série de documentaires courts dans les territoires traversés. En ligne, le Ciné-camion est une forme web-documentaire qui retrace l’expérience de cette création itinérante et collective. A la fois mode de diffusion des films et laboratoire, le web-doc crée l’univers particulier du Ciné-camion à travers des fragments sonores, visuels ou textuels; soit autant d’entrées dans son aventure. Alors que la démarche du Ciné-camion est ponctuelle et locale, la série web-doc lui donne une dimension plus globale.

142

Laetitia Jacquart

Camille Aurelle

Fabien Blanchon

réalisatrice

réalisatrice

réalisateur

tél. 06 77 85 97 70 laetitia.jacquart@gmail.com

tél. 06 24 30 90 61 camilleaurelle@free.fr

tél. 06 76 47 12 26 fabienblanchon@gmail.com

Camille Aurelle suit le master de documentaire à Lussas. En 2010, elle participe au premier film collectif de l’Embardée À bras d’corps, dans le cadre du festival Imaginez Maintenant. Son premier moyen métrage documentaire La seconde famille est en cours de production.

Fabien Blanchon est réalisateur, cadreur et monteur dans l’audiovisuel. Diplômé en cinéma (Lyon 2, Lussas) et cinéphile, il est curieux des techniques et est polyvalent dans le domaine multimédia. Il anime par ailleurs des séances de ciné-clubs et est photographe à ses heures perdues.

Laetitia Jacquart réalise un court essai documentaire, 1919, après avoir co-fondé la plate-forme de création cinématographique ETCaetera production. Après un passage à l’école du doc de Lussas, elle réalise son premier long métrage documentaire, L’aire produit par ETCaetera production et Tsabana Films.

L’équipe du Ciné-camion est un collectif de sept jeunes réalisateurs réunis sous le nom de l’Embardée, association de réalisation et de production de cinéma documentaire fondée en 2009. Avec le Ciné-camion, ils souhaitent aller à la rencontre d’un monde multiple, hétérogène, qui les passionne autant qu’il les intrigue. Pour la première saison, ils ont choisi de travailler sur le thème de l’itinérance.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS écrire pour le WEB

143


Magic WEB Labo

les parrains

Nicolas LASJAUNIAS

Magali Gatel

Jessica ROSSELET

productrice

productrice

producteur

CAPA DRAMA

EASY TIGER

TETRA NEW MEDIA

80, rue de la Croix Nivert - 75015 Paris tél. 01 40 45 49 21 mgatel@capatv.com

14, rue de Nice - 75011 Paris tél. 01 42 71 72 98 / fax 01 43 71 40 25 jessica@easytigerfilms.fr

Titulaire d’un master en management et communication publicitaire, son intérêt pour le multimédia l’a poussée à explorer ce qui se fait dans le web et autres médias interactifs. Après un passage en tant que chargée de communication, dans la production de pub TV, puis dans une start-up dédiée aux jeunes créateurs du web, en 2008, elle devient chef de projet web et multimédia pour le département des développements numériques de l’agence Capa TV. Magali Gatel y travaille à la fois sur les contenus multimédias et les déclinaisons web des émissions et fictions produites par Capa, et manage également des projets de webdocumentaires et de webséries. Elle a notamment participé à la production et la réalisation de la websérie documentaire Braquo les coulisses, une websérie en 30 épisodes en immersion sur le tournage de la série Braquo (2009) ; et de webdocumentaires : Capa, 20 ans à hauteur d’hommes (2009), ou encore La vie à sac pour Médecins du Monde (2010). Elle participe à la mise en œuvre de projets télévisés intégrant des contenus issus du web, C’est notre histoire sur France 5, une émission participative dédiée à l’histoire contemporaine.

Après un Master Pro production à Paris I, Jessica Rosselet fait ses armes pendant cinq ans auprès de Véronique Rofé Zerdoun au sein de Libris films. D’abord assistante de production sur des longs métrages - Goodbye Bafana (2007), de Bille August, Les fourmis rouges (2007) de Stéphane Carpiaux, La différence c’est que c’est pas pareil (2008) de Pascal Laëthier, Harragas (2009) de Merzak Allouache. Elle crée en 2008 le pôle court métrage de la société et produit Comédie sentimentale (2008) d’Emily Barnett, Gast (2009) de Benjamin Busnel et Ma vie sans moi (2010) de Charlotte Joulia. En août 2010, Jessica Rosselet et Marc-Benoît Créancier, aguerris de leurs expériences au sein de diverses sociétés de production et motivés par l’envie d’innover, crééent Easy Tiger. Ils développent des projets cinéma et multimédia, tout en proposant des conseils en stratégie cross et transmédias aux producteurs et distributeurs intéressés par ces nouvelles formes.

101, av. Victor Hugo - 92100 Boulogne-Billancourt tél. 01 55 38 01 01 / fax 01 55 60 00 27 lasjaunias@tetramedia.fr

Catherine CUENCA scénariste Déjà toute petite, Catherine Cuenca ne savait pas quoi faire de sa vie. Einstein, Gandhi et Jésus Christ ayant déjà tenté, sans succès, de rendre le monde meilleur, Catherine décida de vendre des chaussures. Mais elle n’obtint pas plus de résultat dans ce domaine que ses illustres prédécesseurs dans le leur. Elle se tourna donc vers l’écriture. Entre les chaussures et l’écriture, il y eut l’informatique, le spectacle vivant, quatre ans de fac (histoire de l’art, cinéma, sciences de l’information). Puis 18 années de formats courts ; des scénarios de dessins animés pour la télévision qui font encore maintenant son régal et ses fins de mois. Aujourd’hui, Catherine écrit des projets transmédia (web série, jeu vidéo, édition et télé) qui, comme elle, mélangent un peu de tout pour recréer des univers aussi foisonnants qu’un cerveau. Pour les curieux, la suite est là : http://catherine.cuenca.over-blog.com/

144

Ancien élève de l’Université Sorbonne Nouvelle (LEA Anglais-Chinois), il découvre la production audiovisuelle par une aventure associative et s’occupe de la direction artistique du film documentaire Versus (2008, Cédric Pinto). Il rejoint ensuite l’équipe partenariat et contenus au sein de Dailymotion où il gère les chaines high-tech et jeux vidéo. En 2009, il devient responsable du développement new media du groupe audiovisuel Tetra Media Studio et prend en charge l’accompagnement et la promotion sur le net de l’ensemble des productions du groupe dont Un village français et La Commanderie. Parallèlement, il crée avec Jean-François Boyer un label de production dédié aux nouveaux médias, Tetra New Media. En 2010, il produit la websérie documentaire New York Minute, de Mathieu Rochet et Nicolas Venancio, avec Arte tv et Arte radio. Le succès de la série le pousse aujourd’hui à développer le projet vers d’autres univers toujours aussi marqués.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS écrire pour le WEB

145


fantastiques courts métrages

Réaliser un

court métrage Nouvelle génération, jeunes cinéastes, auteurs émergents, de l’avenir ou réalisateurs de demain – les expressions se multiplient. Ce renouvellement des talents nécessite un accompagnement. Vertu prospective du Festival international des scénaristes, la recherche des auteurs de demain se poursuit aussi à travers une sélection de courts métrages. À l’occasion d’une 14e édition consacrée au genre, un programme spécifique est dédié à de jeunes réalisateurs afin de présenter leurs récentes mises en scènes prometteuses. Sans cesse redessiné, l’avenir est ici saisi en plein devenir : une manière pour le Festival d’encourager des jeunes talents dans leur travail et d’accompagner des productions dans leur revendication de liberté, d’indépendance et de reconnaissance.

DÉCOUVERTE D’AUTEURS réaliser un court métrage

147


Les réalisateurs Vincent CARDONA

Guillaume Martinez

Vincent Cardona est né en Bretagne en 1980. Après des études de Lettres et de Philosophie à Nantes, il intègre le département Réalisation de La fémis. Diplômé en juin 2010, Coucou-lesNuages est son film de fin d’études. Il a obtenu le 2e Prix à la Cinéfondation, festival de Cannes 2010.

Né à Limoges, il passe son enfance à travers le monde : Egypte, Mexique, Turquie. Il poursuit ses études de cinéma à Paris ; cursus avec, au final, quelques travaux expérimentaux et un mémoire de fin d’études sous l’égide d’un cinéaste prestigieux, le réalisateur Tran Anh Hung. Il est finaliste du Marathon d’écriture du court au Festival des scénaristes de La Ciotat en 2003. Son premier court métrage Gratte-papier est récompensé par l’Ours d’argent au Festival International du Film de Berlin 2006 et décroche une sélection officielle au Festival de Sundance en 2007. Nova Eva est son deuxième film.

SCÉNARIO COURT MÉTRAGE Coucou-les-Nuages 2010 Sur mon coma bizarre glissent des ventres de cygnes 2009

Hugo PIVOIS Hugo Pivois cumule études cinématographiques à l’université et métiers divers dans le cinéma, la publicité, de cantinier à premier assistant réalisateur, en passant par la régie, la production et la caméra. Il réalise ses premiers courts métrages. L’un d’eux, Silo, est diffusé sur les cinq continents. Il tourne des films pour CocaCola, Nissan, L’Oréal, collabore avec Amnesty International, dans le cadre d’une campagne de sensibilisation contre « les massacres d’innocents en Tchétchénie  ». Avec Agat Films & Cie, il réalise Celluloïd Gangster. RÉALISATION COURTS MÉTRAGES Celluloïd Gangster 2009 Silo 2000

SCÉNARIO COURT MÉTRAGE Nova Eva 2010 Gratte-papier (Penpusher) 2006

148

DÉCOUVERTE D’AUTEURS réaliser un court métrage

149


Fier d’avoir découvert ces auteurs, et bien d’autres… le ƒestival les félicite pour leurs Prix et sélections 2010-2011

Sylvia Guillet Sylvia Guillet écrivait des histoires depuis longtemps, mais c’est sa rencontre avec un producteur de cinéma qui l’amena à devenir scénariste. De là à réaliser elle-même ses histoires, il n’y avait qu’un pas, qu’elle a osé franchir en 2008. RÉALISATION COURT MÉTRAGE Le vivier 2010 Ô jeunesse 2009 Reproduction 2008 Le serrurier 2008

Marie-Baptiste Roches Après un parcours universitaire achevé par un DEA Histoire et Critique des Arts, option Cinéma, Marie-Baptiste Roches a fait ses armes dans l’assistanat à la réalisation et le casting pour des réalisateurs tels que Julie Delpy, Emmanuel Mouret, Stéphane Brizé, Franck Guérin ou Jalil Lespert. Lauréate du Concours Estran en 2006, elle réalise son premier court métrage Une sauterelle dans le jardin qui est sélectionné et primé dans de nombreux festivals en France et à l’international. Il est en particulier couronné par le Prix de la première œuvre de fiction au festival de Clermont-Ferrand en 2009. Elle vient de réaliser son deuxième court, Out !, sélectionné au Concours d’écriture de Gindou, et prépare actuellement son troisième, Le souffle court. De belles perspectives pour un passage au long métrage imminent. RÉALISATION COURT MÉTRAGE Le souffle court (en développement) Out ! 2010 Sélection Concours d’écriture de Gindou

Une sauterelle dans le jardin 2008 Prix de la 1ère œuvre de fiction SACD Clermont-Ferrand 2009 Prix de la meilleure œuvre de fiction Festival Persona d’Evreux 2009 Mention spéciale du Jury Arcipelago International Short film festival Roma 2009

14e RENCONTRES

ƒestival international

des scénaristes

quinzaine des realisateurs cannes

Anarita Zambrano pour Tre Ore

Prix Arte des Relations Internationales pour Challatt of Tunis jury cinéma et jeunesse pour Kouhya (Frère)

festival de berlin

festival de locarno

Kaouther Ben Hania

Yanis Koussim Prix du

festival de clermont-ferrand Emmanuel Bellegarde Prix de

la presse pour Une vie, Anaïs Carpita pour À cor et à cri réalisé par Brice Pancot, Jonathan Hazan pour Sortie de route, Yanis Koussim pour Kouhya (Frère)

festival de la fiction tv de la rochelle

Edgar Grima

Prix du meilleur programme court pour La Vie des animaux selon les hommes et Prix de la meilleure web fiction pour La P’tite Couronne

festival premiers plans angers

Guillaume Brac Prix d’interprétation

masculine pour Julien Lucas et mention spéciale pour Vincent Macaigne pour Le naufrage (cm) rencontres du court montpellier itinérances

Bruno Ballouard Grand Prix pour Micheline

festival cinema d’alès

Gilles Charmant Mention spéciale du Jury et Prix de la musique originale à Jean-François

Hoël pour La prévention de l’usure En attendant que la pluie (cm)

festival en ligne unifrance

festival de los angeles

d’olives réalisé par Matthieu Zeitinjioglou talents pour Ich bin eine Terroristin réalisé par Jacques Audiard

Charlotte Joulia Prix des blogueurs pour

Thomas Rio Mention pour Le fils du marchand

mostra de sao paulo

Valérie Gaudissart Finaliste nouveaux

cesar Nicolas Peufaillit Meilleur scénario original pour Un prophète

association beaumarchais

Didier Blasco bourse d’écriture pour Le garçon

d’Automne, Edgar Grima bourse d’écriture pour Sur un air d’autoroute, Jean-Charles Paugam bourse d’écriture pour NarKoboy

prix junior du meilleur scenario Frédéric Zeimet Prix spécial du jury pour Chère

maman, cher papa, Anaïs Carpita Finaliste pour L’oiseau sans patte

grand prix du meilleur scenariste

Frédéric Zeimet Finaliste avec le réalisateur Christophe Wagner pour À bout portant

150

151


03 MIIE

Marché Interactif de l’Image et de l’Écrit 155 161 163

152

Le principe du Marché Le Bureau de Liaison Le planning des plates-formes de présentation

153

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre


Le principe du MIIE

Marché Interactif de l’Image et de l’Écrit

L’accréditation MIIE, Marché Interactif de l’Image et de l’Ecrit, permet de rencontrer : • Tous les nouveaux auteurs sélectionnés par le festival, • Tous les professionnels scénaristes, auteurs réalisateurs et producteurs, invités du festival. Les professionnels accrédités MIIE, qu’ils soient producteurs, réalisateurs, auteurs, diffuseurs ou sélectionneurs de festival, sont concernés et ont accès au Bureau de Liaison qui organise des rendez-vous sur mesure.

À l’issue de chaque présentation, le Bureau de Liaison peut organiser des rencontres entre les auteurs et les membres du MIIE. À l’issue du Marathon d’écriture du court métrage, les 26 scénarios seront disponibles pour les membres du MIIE qui pourront rencontrer les auteurs samedi après-midi. Les 4 auteurs présélectionnés venus pour une expertise de leur scénario à l’atelier réparation sont également disponibles pour des rendezvous.

Les membres du MIIE découvrent et rencontrent les auteurs sélectionnés par le festival. Le festival s’articule autour de la découverte de 49 auteurs de fiction, de documentaire, d’animation, web, de télévision et d’écriture sonore. Les auteurs disposent de laboratoires spécifiques pour présenter leur talent et leur travail. Ils s’exposent aux Forums des Auteurs, à la Criée TV, au Magic Web Labo, et à la présentation des Portraits sonores ou pendant les projections de courts métrages.

Les membres du MIIE rencontrent les producteurs et scénaristes invités du festival. Les invités du festival, membres de jury, parrains et intervenants sont référencés dans un catalogue qui sert de base de données aux membres du MIIE désireux de rencontres et d’ouverture. Les membres du MIIE peuvent ainsi renouveler leur carnet d’adresse. Les invités du festival disposent du Guide des Professionnels qui référence tous les accrédités du MIIE. Ils peuvent ainsi, à leur tour, prendre contact.

MIIE le principe du Marché

155


49 nouveaux

auteurs à découvrir Rencontrez-les à l’issue de leur présentation Ils sont là pour vous présenter oralement leur projet et leur talent. Vous pouvez les rencontrer sur une simple demande de rendez-vous.

participants

M IIE

les Forums des auteurs page

47

Le forum des auteurs de fiction

ractif marché inte de l’image et de l’écrit

Workshop Bibles TV page

121

Anaïs Carpita Ma mère s’appelle Ninja 

À l’issue du workshop (48H de préparation) vous pourrez découvrir au cours de la Criée tv les auteurs et leurs projets.

Marie-Sophie Chambon Parce que je t’aime 

Criée TV

Juliette Morice A little respect Emma Perret Momo Alice Vial et Sabrina Karine Au nom de la mère Le forum des auteurs de documentaire Pascale Bodet L’abondance Laurence Garret En aucun lieu Oona Spengler Climax

Karine G. Barzegar Échec et mat François Breniaux et Thierry Boscheron La dynastie des Sanson  Jérémy Guetta, Sébastien Chamaillard, Santiago Alejos Faits divers  Dorothée Lachaud Les héritiers 

les réalisateurs de courts metrages page 148 et 221 Présentation au cours du programme :

Fantastiques courts métrages #2 Auteurs émergents

Fantastiques courts métrages #3 Étrange Festival

Vincent Cardona Coucou-les-nuages

Chris Shepherd Silence is Golden Bad night for the Blues

Sylvia Guillet Le vivier Guillaume Martinez  Nova Eva

Marc James Roels A Gentle Creature Mompelaar

Hugo Pivois Celluloïd Gangster Marie Baptiste Roches Out !

Magali Pouzol et Clément Theobald L’appel Charlotte Sanson Le couvent

Le forum des auteurs d’animation Valérie Fageol La Cité Fleurie Guilhem Pratz et Clara Baum Boo

156

MIIE le principe du Marché

157


30 participants à rencontrer

Prenez Rendez-Vous ! particip

ants

M IIE

marché

interact if de l’im age et de l ’écrit

Workshop les Portraits sonores page

226

À l’issue de la formation (8 jours) les réalisateurs vous présenteront leur réalisation. Portraits sonores Frédérique Arbouet Marieadèle Campion Laetitia Kozlova Delphine Moreau Elise Picon Sarah Sadki Aya Shimano Boris Svartzman

Magic WEB Labo page

135

Découvrez 3 projets WEB et leurs équipes de création. Osons savoir Jérémy Cheong Chi Mo porteur de projet Laureline Deloingce créatif graphique Rémi Lesueur videographiste Gametime ! Alyosha Saari porteur de projet Daniel Dos Santos créatif graphique Bénédicte Flament vidéographiste Ciné Camion Laetitia Jacquart réalisatrice Camille Aurelle réalisatrice Fabien Blanchon réalisateur

26 marathoniens 4 auteurs d’écriture du court présélectionnés métrage en 48H Atelier Réparation page

page

92

170

Laurence Fauvet Mimi et les deux magots

Karen Alyx

Marc Lahore

Patricia Gendron Kwende Massa Cottam

Sixtine Aupetit Elodie Baradat

Clémence Marcadier

Judith Havas Faites l’amour pas les courses

Stéphane Bientz

Daniel Metge La thérorie des nuages

Maud Garnier

Fabien Daphy Chloé Glachant Julien Guiol Erika Haglund Deborah Hassoun Qiaowei Ji Benoît Joly Alexandre Labarussiat

158

Guillaume Martin Mahault Mollaret Sophie Muller Bruno Oré Jordane Oudin Carole Pilato Clarisse Potocky Elisabeth Renault-Geslin Julien Teisseire Thomas Vilquin Sarah Wagner

MIIE le principe du Marché

159


Le Bureau de Liaison

77 professionnels à rencontrer

Prenez Rendez-Vous !

Prenez Rendez-Vous !

Ils sont parrains du marathon, des forums, membres de jury… À retrouver grâce à l’index du catalogue

participants

M IIE

ractif marché inte de l’image et de l’écrit

28 producteurs

49 auteurs

Marie-Claude Arbaudie

Christophe GOUGEON

Corinne Atlas

ARAPROD

Christopher Granier-Deferre

Marcel Beaulieu

Frédéric Krivine

Violaine Bellet

Philippe Lasry

POISSON ROUGE PICTURES

Alain Berliner

Antoine Le Bos

Isabelle Grellat

Thomas Bidegain

Nathalie Lenoir

MANDARIN CINÉMA

Jerôme Bonnell

Michel Léviant

Rémi Grellety

Julie Bulté

Christophe Loizillon

Stéphane Cabel

Gaëlle Macé

Pierre Benqué HYPPOLYTE FILMS

Alexandre Charlet LES FILMS DU CYGNE

Manuel Collas de la Roche

ATOPIC

LOTUS PRODUCTIONS

VELVET FILM

Bénédicte Couvreur

Lissandra Haulica

Olivier Kohn

HOLD UP FILMS

IRREVERENCE FILMS

Frédéric Castadot

Gilles Marchand

Damien Couvreur

Nicolas Lajaunias

Brigitte Coscas

Antonin Martin-Hilbert

DILIGENCE FILMS

TETRA NEW MEDIA

Marc-Benoît Créancier

Pascal Le Notre

EASY TIGER

Juliette Lepoutre

Catherine Cuenca

MPM FILMS

Quoc Dang Tran

Philippe Liégeois

Mathieu Delozier

François D’Artemare LES FILMS DE L’APRÈS-MIDI

Valentine de Blignières LES FILMS DE LA CROISADE

FOLIMAGE

RÉZO FILMS

Christophe Mazodier POLARIS FILM

Emmanuel Courcol Ghislain Cravatte

Laurent Denis Vincent Dietschy Benjamin Dupas

Nezha Drissi

Géraldine Michelot

TACT PRODUCTION

LES FILMS PÉLLÉAS

Marianne Dumoulin

Christie Molia

Marc Eisenchteter

JBA PRODUCTION

MSVP

Jean Teddy Filippe

Claire Espagno

Tancrède Ramonet

XILAM

TEMPS NOIR

Marine Francou

Magali GATEL

Jessica Rosselet

CAPA DRAMA

EASY TIGER

Marina Gefter MES FILMS

160

Claude Duty

Olivier Gorce Jean Charles Hue Lou Jeunet

Stéphane Mercurio

Fanny Mary www.lagentfaitlebonheur.fr/ Diplômée de hautes études littéraires, Fanny Mary dispose d’une expérience étendue en production cinéma/télévision et en organisation d’événements de rencontres professionnelles sur de nombreux festivals : Festival du Film de Paris, Automne en Normandie, Festival Européen des 4 Ecrans, Clermont-Ferrand, Bourges, Cannes, Festival de la Fiction TV de La Rochelle. Depuis février 2010, elle dirige l’Agent fait le Bonheur et représente des auteurs, réalisateurs, comédiens et compositeurs. Pour la 3e année consécutive, elle est en charge du bureau de liaison au Festival international des scénaristes de Bourges.

Le bureau de liaison des professionnels accrédités se situe au Salon du Festival à l’Hôtel Angleterre. Chaque professionnel, un badge d’accréditation autour du cou, se présentera au Desk pour remplir le formulaire de souhaits de rendez-vous que le bureau de liaison se propose de lui organiser. condition d’accès : accréditations MIIE

Agnès Merlet Dominik Moll Gérard Mordillat Catherine Paillé Stéphane Piera Jean-Paul Rappeneau Éric Raynaud Alexandre Révérend Axelle Ropert Chris Shepherd Juliette Soubrier Béatrice Thiriet

MIIE le bureau de liaison

161


Le Planning

des plates-formes de présentation

Pour organiser vos rendez-vous sur mesure : Le Bureau de liaison est à votre disposition au Salon du Festival, à l’Hôtel Angleterre et se chargera sur demande de vous obtenir des rendez-vous personnalisés à partir des emplois du temps de chacun, et ce pour l’ensemble des Membres du MIIE.

Les lieux de découvertes des nouveaux auteurs :

Forums des auteurs Palais tout au long du festival

Criée TV

Beaux-arts vendredi 1er avril à 18h30

Projection de courts métrages

Beaux-arts jeudi 31 mars à 16h00, rediffusion samedi 2 avril à 14h00

Showcase lecture et mix musical Thomas Boudineau présente son projet de série Vallée Salon du Festival, Hôtel Angleterre jeudi 31 mars à 19h30

Magic Web Labo Beaux-arts vendredi 1er avril à 11h30

Portraits sonores Beaux-arts samedi 2 avril à 11h00

Rencontres avec les Marathoniens Salon du Festival, Hôtel Angleterre samedi 2 avril à 14h00

MIIE le Planning

163


Les Rendez-Vous du Marché Groupe Ouest

Un rendez-vous avec les auteurs du Groupe Ouest présents au festival Lisa Diaz L’hôtel du bord de l’océan  Gaëlle Douël Au creux des femmes  Alain Guellaff Le mousse de la lune Nicolas Hervoches La Terre des Païens Emmanuel Keravec Portrait d’une négresse Julien Lilti (voir p. 186) Le chemin d’Adama  Fabrice Main Eau lourde  Emma Perret (voir p. 56) Momo Denis Rollier Uchuva [Outchouba] Nicolas Verpilleux La Course de l’Occident  Salon du Festival, Hôtel Angleterre jeudi 31 mars à 14h00

164

LE GROUPE OUEST Depuis 2008, en Finistère, la plate-forme d’accompagnement de projets de long métrages et de coaching d’écriture du Groupe Ouest escorte l’écriture de projets de films en prise de vue réelle et en animation. Elle s’est affirmée en trois ans comme un lieu de référence en matière de soutien aux auteurs et de suivi de développement, l’un des seuls en France à fonctionner à la manière des « Films Labs » qu’on trouve ailleurs en Europe. Le dispositif consiste à fournir aux auteurs lauréats les conditions humaines et matérielles favorables à l’écriture d’une première version dialoguée optimisée. Sélectionnés sur synopsis de cinq à dix pages, ils bénéficient d’un suivi d’écriture au long d’une année, encadrés par plusieurs scénaristes consultants. Depuis ses débuts, Le Groupe Ouest inscrit sa démarche dans le cadre de collaborations internationales notamment avec le réseau européen Script&Pitch Workshops, soutenu par le Programme Media, et le TorinoFilmLab (Turin), lesquels sont accueillis chaque année en juin en Finistère au Groupe Ouest, et permettent une émulation entre auteurs venus d’une vingtaine de pays. Ces sessions internationales sont pour les projets francophones suivis par Le Groupe Ouest l’occasion d’ouvrir des perspectives de collaborations à l’échelle européenne (collaborations entre auteurs, liens avec d’autres Films Labs, présentations de projets en vue de co-financements, ouverture sur d’autres logiques de production).

Conscient de l’intérêt des collaborations transfrontalière s en matière de cinéma indépendant, Le Groupe Ouest a créé en juin 2010 avec la Grande-Bretagne le premier Film Lab transmanche dédié au développement de projets de films de long métrage : le Cross Channel Film Lab, conçu en partenariat avec l’Art Center Trust de Redruth et South West Screen. Film Lab : appellation anglo-saxonne pour décrire des plates-formes dédiées au développement de projets de films, au coaching d’auteurs et de réalisateurs, à la mise en contact des auteurs avec des réseaux de producteurs et de co-financeurs.

SACD

Zoom sur mon premier contrat Un rendez-vous d’informations spécifique pour les nouveaux auteurs est prévu en partenariat avec la SACD : comment éviter les erreurs courantes et mieux connaître les conditions financières et juridiques lors de la signature d’un premier contrat. Salon du Festival, Hôtel Angleterre vendredi 1er avril à 14h00

Guilde Française des Scénaristes Rencontre avec la Guilde Française des Scénaristes

Des membres de la Guilde Française des Scénaristes présenteront le Syndicat. Salon du Festival, Hôtel Angleterre vendredi 1er avril de 10h00 à 12h00

LA GUILDE FRANCAISE DES SCENARISTES a pour objectif de défendre la place du scénariste et son point de vue artistique. Elle a vocation à représenter tous les scénaristes, qu’ils écrivent pour le cinéma, la fiction, l’animation, le documentaire ou les nouveaux écrans. Ses ambitions sont de placer les scénaristes au cœur de la création, d’améliorer, de réguler et d’organiser les relations entre eux et avec les différents professionnels de l’audiovisuel, de l’internet et du cinéma. La Guilde est co-présidée par Christine Miller et Jean-André Yerlès pour la télévision, et par Olivier Lorelle pour le cinéma. Salon du Festival, Hôtel Angleterre vendredi 1er avril à 10h00

MIIE Les Rendez-Vous du Marché

165


04 Bleus de Travail

Le LABO Atelier-RĂŠparation

166

169 170

167

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre


le LABO

en partenariat avec 2A Développement

« D’un côté les mains dans le cambouis, et de l’autre la recherche de nouvelles formules. » Benjamin DUPAS

Après l’expérience couronnée de succès de l’année dernière, voilà encore l’équipe du SAS (Scénaristes de l’Atelier du Soir) qui remonte leurs manches pour tenter de « réparer » les scénarios soumis à leur expertise. Ici, vous pourrez donc faire lire votre scénario ou votre projet et avoir en face de vous un binôme de réparateurs scénaristes de métier. Vous pourrez aussi proposer,

Ghislain CRAVATTE Ghislain Cravatte a réalisé une quinzaine de courts métrages. Il partage son temps entre l’écriture et des missions de script-doctoring. En 2007, il fonde l’atelier d’écriture de 2A Développement. Récemment, il a travaillé avec Érick Zonca, Christine Boisson et Charles Berling sur leurs projets de longs métrages.

2A DÉvEloppement 36, rue d’Enghien - 75010 Paris tél. 09 51 91 07 06 g.cravatte@free.fr www.2adeveloppement.com Créé en 2007 au sein de 2A Développement, l’Atelier Scénaristique et Dramatique de Ghislain Cravatte accompagne l’écriture ou la réécriture de scénarios, pièces de théâtre et de tout texte destiné à la scène ou à l’écran. S’adressant à la fois aux novices et à ceux dont la notoriété n’est plus à faire, l’atelier a ainsi permis à Christine Boisson ou Erick Zonca de développer des projets de longs métrages.

De l’idée initiale à la continuité dialoguée, chaque auteur suit son chemin, long et tortueux, plus ou moins isolé, trouvant parfois des raccourcis, mais souvent des détours, voire des impasses… Or, bien des difficultés peuvent être évitées en se posant les bonnes questions avant de se lancer dans l’écriture. Le Labo vous propose de présenter des projets scénaristiques au public, afin de les tester grandeur nature. Ce rendez-vous, orchestré par Ghislain Cravatte, a accueilli l’année dernière 12 auteurs et réalisateurs durant deux jours consécutifs dans la salle du Palais. Dans une dynamique d’échange, vous pourrez vérifier vos choix narratifs, recueillir des idées, bref, consolider vos scénarios. Le Labo attend 8 participants répartis en 2 séances de 2 heures. Les auteurs viennent au labo pour pitcher un projet de fiction dans un temps relativement court (5 minutes environ) et il reste ensuite autour de 20 à 25 minutes pour en discuter et recueillir les impressions du public. Les participants sont sélectionnés sur la base d’un texte envoyé pour s’inscrire. Ce texte, synopsis ou pitch est limité à 3000 caractères.

organiser, expérimenter vos projets et idées au Labo.

168

BLEUS DE TRAVAIL Le LABO

169


Atelier-Réparation En partenariat avec le SAS (Scénaristes de l’Atelier du Soir)

Vous êtes en panne avec votre scénario ? Vous ne savez pas quelle pièce il faut changer ? Vous voulez avoir un avis ? L’Atelier-Réparation, c’est une sorte de contrôle technique à la demande pour les scénarios en cours d’écriture. Un service sur rendez-vous, disponible pendant le festival, permettant aux auteurs ou aspirants-auteurs qui le souhaitent de bénéficier de retours critiques et de conseils en vue du re-travail de leurs projets de fiction ou de documentaire. Une permanence au Salon du festival situé à l’hôtel d’Angleterre permettra à des auteurs accrédités ayant préalablement déposé leurs textes (synopsis ou traitements jusqu’à une vingtaine de pages) à l’accueil, de prendre rendezvous avec un binôme de scénaristes, pour un bilan à la fois amical et critique. En parallèle, quatre auteurs sélectionnés, en amont, par le festival bénéficieront de l’expertise de nos réparateurs fiction.

Les réparateurs Ghislain Cravatte (voir p. 169) de 2A développement et 5 scénaristes du SAS : Julie Bulté, Marine Francou, Antonin MartinHilbert, Juliette Soubrier ainsi que Benjamin Dupas (voir p. 179).

Auteurs et projets sélectionnés Laurence Fauvet 06 61 73 17 54 laurencefauvet@yahoo.fr pour Mimi et les deux magots Patricia Gendron Kwende 06 24 55 06 80 gkpatricia@gmail.com pour Massa Cottam

Julie Bulté

Marine Francou

Après une formation en Lettres modernes et en Communication, Julie Bulté travaille plusieurs années dans la publicité. Parallèlement, sa pratique du dessin et de la peinture, l’amène à écrire et à illustrer des albums pour enfants, puis à animer des ateliers, notamment auprès d’enfants souffrant de troubles psychiques. Cette expérience lui fait reprendre des études de psychologie. Aujourd’hui psychologue clinicienne, elle exerce son activité dans les domaines de la maternité et de l’enfance. Julie Bulté se consacre également à l’audiovisuel et propose son expertise en caractérisation des personnages dans le cadre de l’atelier d’écriture scénaristique et dramatique de 2A développement.

Après dix ans d’assistanat sur des longs métrages et des téléfilms, elle commence à écrire des nouvelles à trente ans. Formée au scénario au CEEA pendant deux ans, elle en sort en 2006 et débute avec Frédéric Krivine dans l’atelier d’écriture qu’il constitue pour développer la série Un village français (trois saisons diffusées sur France 3). Parallèlement à cet engagement qui se poursuit depuis quatre ans, elle coécrit avec Omar Lagdam un téléfilm pour France 2, Frères (2009), réalisé par Virginie Sauveur, récompensé par trois prix au Festival de la Rochelle 2010 dont celui de meilleur film. Un pas vers la réalisation est en préparation pour 2011.

Judith Havas 06 63 26 53 33 judith.havas@wanadoo.fr pour Faites l'amour, pas les courses Daniel Metge 06 11 09 34 23 daniel.metge@wanadoo.fr pour La théorie du nuage

170

BLEUS DE TRAVAIL Atelier-Réparation

171


Antonin Martin-Hilbert Après quelques courts métrages associatifs, Antonin Martin-Hilbert coécrit et réalise Léthé en 2006, un court métrage mettant en scène Gilles Lellouche et Linda Hardy dans un univers de science-fiction. En parallèle, il travaille chez Arte France Cinéma depuis 2001 (adjoint au secrétaire général). Il a également eu l’opportunité de travailler à Londres pour Momentum Pictures, Zephyr Films et le UK film Council. Il est scénariste pour la TV (Les bleus, Interdit au public...), les ARG - jeu en réalité alternée - (FaberNovel) et le cinéma (projet pour Rezo Films). En 2009, il reçoit le fonds d’aide à l’innovation du CNC pour son projet de série Interdit au public. Antonin Martin-Hilbert est diplômé de l’ESSEC et ancien élève du CEEA (stage 52’).

172

Juliette Soubrier Diplômée de l’École nationale de la Photographie en 2001, Juliette Soubrier suit ensuite des études de réalisation à La fémis dont elle sort diplômée en 2004. Depuis, elle développe ses courts métrages en tant que réalisatrice et scénariste : L’inconnu, diffusé sur Arte et sélectionné dans de nombreux festivals, et récemment La passerelle, bientôt diffusé sur France 3, Prix BeaumarchaisSACD du scénario, Prix d’interprétation féminine au festival Paris Court devant et en compétition officielle au Festival d’Angers 2011. En parallèle, elle poursuit une carrière de scénariste en coécrivant notamment le long métrage Le bel âge réalisé par Laurent Perreau, sorti en salle en décembre 2009, en compétition officielle à Locarno. Elle travaille pour la télévision en écrivant des épisodes pour TF1 et M6, mais développe surtout ses propres projets dont Les nouveaux clandestins, lauréat du fond d’aide à l’innovation du CNC, ainsi qu’un Web documentaire, Borderline en développement chez Image et compagnie, et Légionnaires en développement chez Expand drama.


05 Réflexions

& débats d’idées 177 182

Table ronde : la Notion de Genre au cinéma et à la télévision Atelier : Méthodologie de réécriture

Atelier : Développer son scénario avec les plates-formes européennes La leçon de télévision : Documents interdits

174

184 189

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre

175


table ronde

La Notion de Genre Quelle est cette difficulté française à assumer la notion de genre ? Centrale dans la production cinématographique et audiovisuelle, la notion de genre  suscite de nombreuses interrogations – à commencer par sa définition. Orchestrée pour le cinéma par Jean-Baptiste Thoret, journaliste, et pour la télévision par Benjamin Dupas, scénariste, cette table ronde en deux versants a pour finalité d’objectiver les problèmes que pose la notion de genre en termes d’écriture, de production et de diffusion. Animée par Jean-Baptiste Thoret, journaliste et Benjamin Dupas, scénariste Intervenants : Gilles Marchand, réalisateur (voir p. 19), Agnès Merlet, réalisatrice, Frédéric Temps, Délégué général de l’Etrange festival, Sullivan le Postec, journaliste et Quoc Dang Tran, scénariste.

Réflexions & débats La notion de genre

177


Table ronde La notion de genre Versant cinéma

Versant TV

Lorsqu'on évoque la notion de genre au cinéma, c'est plutôt vers Hollywood, l'Asie ou l'Italie des années 1960 et 1970 que l'on se tourne naturellement. La France, elle, fait figure de parent pauvre, puisqu'à l'exception de la comédie, le cinéma de genre hexagonal se résume à une poignée de cinéastes ou de tentatives isolées, des films fantastiques de Georges Franju aux polars de Jean-Pierre Melville. Pourtant, chez nous, le genre est populaire et plutôt respecté par une critique qui, rappelons-le, à aider à la reconnaissance de cinéastes (de Hitchcock à Romero en passant par Hawks et Carpenter) qu'outreatlantique, on prenait rarement au sérieux. D'où le paradoxe que nous tenterons d'éclaircir : après avoir fait le point des différentes tendances historiques et actuelles (Qu'est-ce qu'un genre ? Quid de la vague de films d'horreur à la française ? Nos fictions télévisées sont-elles vraiment à la traîne des productions américaines ?) Il s'agira de s'interroger sur la difficulté des scénaristes et des cinéastes d'aujourd'hui à concevoir des fictions de genre spécifiquement françaises. Au fond, d'où vient cette étrange malédiction qui semble peser sur les relations entre la notion de genre et la France ?

La fiction TV française de prime time est pauvre… en genres. 50 % du total pour le policier ; 30% pour le genre fourre-tout de la « comédie familiale »… Et les 20% restants  ? Du patrimonial, de la saga transgenre, et (heureusement) quelques exceptions atypiques. Où sont les sitcoms ? Les dramas  contemporains ? Le fantastique  ? La science-fiction ? S’ils dorment dans les tiroirs, n’est-ce pas le signe d’une difficulté française à investir de manière maîtrisée la palette des genres ? Les scénaristes eux-mêmes semblent souvent oublier de penser « genre », d’utiliser ses lois, et surtout d’en profiter pour raconter des histoires autrement…

Jean-Baptiste Thoret

178

Benjamin Dupas

Jean-Baptiste THORET

Benjamin DUPAS

Critique, enseignant et historien du cinéma, Jean-Baptiste collabore à diverses revues et magazines parmi lesquels Charlie Hebdo, Les cahiers du cinéma et GQ. Chroniqueur sur France Culture (Mauvais Genres), il a cofondé les revues Simulacres et Panic. Il est l’auteur d’une dizaines d’ouvrages sur le cinéma dont Le Cinéma américain des années 1970 (Cahiers du cinéma, 2006), 26 secondes, l’Amérique éclaboussée : l’assassinat de JFK et le cinéma américain (Rouge Profond, 2003), Sergio Leone (Le Monde, 2006), Dario Argento, magicien de la peur (Cahiers du cinéma, 2002), Massacre à la tronçonneuse, une expérience américaine du chaos (Dreamland, 2000). Il a coécrit Mythes et masques, les fantômes de John Carpenter (1998) et dirigé le collectif  : Politique des zombies  : l’Amérique selon George Romero (Ellipses, 2007). Il a réalisé un documentaire consacré au cinéaste italien Dario Argento (Soupirs dans un corridor lointain, production Cinecinémas) et a participé aux bonus de nombreux DVD pour Wild Side, Carlotta ou encore Pathé (Le Guépard et Apocalypse Now). Il tient enfin un blog (Parallax View, l’actualité des images) sur le site du Nouvel Observateur. Il termine actuellement un essai consacré à Michael Cimino.

Il commence à écrire pour la scène après avoir découvert le théâtre au cours de ses études de lettres. Il débute dans le scénario en 2005. Depuis 2006, il est membre de l’atelier d’écriture de la série Un village français pour France 3. En parallèle, il coécrit des épisodes de Section de recherches (TF1), PJ (France 2), Disparitions (France 3), Les Bleus (M6). Avec Fanny Herrero, il développe actuellement 40 ans ½ (production Cipango), sitcom de prime time pour France 2. Depuis 2007, il travaille aussi pour le cinéma, notamment avec les réalisateurs Sébastien Jaudeau et Marion Vernoux. Il est membre fondateur du SAS, groupe de scénaristes professionnels formé fin 2007.

Réflexions & débats La notion de genre

179


Frédéric TEMPS

Agnès MERLET

Sullivan LE POSTEC Quoc DANG Tran

participant cinéma

participante cinéma

participant télévision

participant télévision

Fondateur de L’Etrange festival en 1993, Frédéric Temps est également réalisateur pour la télévision (Canal+, Arte), directeur de programmation des Utopiales, le festival international de sciencefiction de Nantes, conférencier et concepteur d’installation. Il est aussi musicien, compositeur de musique de films et directeur de collection pour le label L’Etrange sonothèque.

Pendant ses études aux Beaux-Arts d’Orléans et à l’Idhec, elle réalise plusieurs courts métrages dont Artemisia (1983), L’arcane sans nom (Perspectives du cinéma, Cannes 1984), La guerre des pâtes (Grand prix du Festival de Grenoble 1985), son film de fin d’études Poussières d’étoiles (Prix Jean Vigo et Prix de la presse au festival international de Clermont-Ferrand 1987). Ensuite elle réalise de nombreux clips (Les innocents, Jean-Louis Murat), publicités (Prix Jean-Christophe Averty) et documentaires télévisés jusqu’à la réalisation de son premier long métrage sur deux enfants du Nord, Le fils du requin nommé au César et Award européen de la meilleure première oeuvre 1994. En 1997, elle adapte son court métrage Artemisia au format long. Cette biographie de la première femme peintre italienne est nommée au Golden Globe du meilleur film étranger 1998. Pendant cinq ans, elle porte un projet de slasher situé dans le milieu étudiant des Beaux-Arts, qui ne trouve pas de financement dans le marché français, puis continue de jouer avec les codes du film de genre en réalisant Dorothy Mills, (2008), un thriller fantastique, et The Last Furlong (2011) un conte surréel, tous deux tournés en anglais.

Sullivan Le Postec, passionné de fiction télévisée, a écrit ses premiers articles sur la fiction française sur le site du Front de Libération Télévisuelle. Il a par ailleurs collaboré à plusieurs publications : L’Année et Le Meilleur des Séries, Episode, Génération Séries. Depuis 2007, il assure la rédaction en chef du webzine Le Village, qu’il a créé, devenu site de référence sur la fiction européenne où sont publiés articles, actualités, entretiens, analyses et critiques.

En 2005, après dix années passées dans le monde merveilleux de l’entreprise, il fait sa crise de milieu de vie et décide de devenir scénariste. Ensuite, par goût (et aussi parce qu’il n’aime pas les étiquettes), il aborde différents genres pour la télévision : polar (RIS), comédie (Les Bleus, Fais pas ci fais pas ça), dramédie (Tout le monde descend, un unitaire réalisé par Renaud Bertrand), fantastique (Greco), cape et d’épée (D’Artagnan, en développement pour FTV), et horreur (Goal of the Dead, en développement pour Canal+). Avec Juliette Soubrier, il est lauréat en 2010 du fonds d’aide à l’innovation du CNC pour une série d’anticipation se déroulant en 2053, Les nouveaux clandestins. Il développe actuellement avec Nicolas Mercier une minisérie sur le milieu du Ballet de l’Opéra de Paris, et coécrit avec Kristof Sagna un long métrage fantastique, Balle rouge, réalisé par Jean-Luc Herbulot. Il est également directeur littéraire pour Death in Paradise, une coproduction BBC/ FTV. Il n’en revient toujours pas de gagner sa vie en écrivant des histoires.

180

Réflexions & débats La notion de genre

181


atelier

Méthodologie de réécriture en partenariat avec le groupe ouest

J’écris - Tu écris - On réécrit Nous réécrivons - Ils réécrivent

Antoine Le Bos

Marcel Beaulieu

On dit souvent pour plaisanter qu’un scénario c’est 10% d’écriture et 90% de réécriture. Le plus souvent, la boutade est très simplement la traduction de la réalité. Ils sont scriptwriters, story editors, script consultants, scénaristes, tuteurs… et ils sont là pour accompagner le scénariste dans le long chemin de la réécriture. Mais en dehors de l’appréciation personnelle, de l’expérience que chacun peut apporter et d’une démarche fondamentalement faite d’élans subjectifs, existe-t-il une méthode ? Existe-t-il des outils pédagogiques spécifiques et communs en matière de scénario ? Ou faut-il travailler sur l’hypothèse que chaque histoire a besoin de sa propre méthode, et que sa forme est déterminée par son contenu ? Nous poserons cette question avec Le Groupe Ouest - dédié au coaching de projets de longs métrages. Avec eux, nous nous appuierons sur l’expérience de scénaristes et consultants disposant à leur actif de centaines d’expériences de réécriture afin d’en tirer des invariants et des fondamentaux dans ce processus de recherche singulier qu’est l’écriture pour le cinéma. Marcel Beaulieu, scénariste, et Antoine Le Bos, scénariste et directeur artistique du Groupe Ouest, nous présenteront leur expérience.

Après un DEA de philosophie et un passage en 1995 par le CEEA, il a collaboré à l’écriture de vingt-cinq scénarios de longs métrages, majoritairement pour le cinéma. Dans le même temps, il réalise les films courts Ex-Voto, Parties, Mr Hubert et Compulsion, diffusés sur Arte pour trois d’entre eux et sélectionnés dans une centaine de festivals internationaux. Il est, en 2005, lauréat de la Fondation Groupama Gan pour La vague noire, coécrit la bible et les premiers épisodes de la série d’animation Ratz, et collabore en 2009 à l’écriture du Syndrome du Titanic. Sa fascination pour la dramaturgie l’amène à travailler comme « script consultant » pour le CECI (2005-2007), European Short Pitch (2007-2010), Script&Pitch Workshops, Torino Film Lab et Interchange (projets du Moyen-Orient). Depuis 2007, il est directeur artistique du Groupe Ouest en Finistère, premier « Film Lab » français, dédié au développement de projets de longs métrages de cinéastes émergeants, et participe à la création, en 2010, du Cross Channel Film Lab en collaboration avec la Grande-Bretagne.

Ce scénariste fort connu du milieu cinématographique travaille tant au Québec qu'en Europe, ou encore en Afrique dans les pays francophones. Parmi les films auxquels il a participé en France et à l'étranger, on trouve Farinelli de Gérard Corbiau, Marquise de Véra Belmont, Le vieux qui lisait des romans d’amour de Rolph de Heer, Le silence de la forêt de Bassek Ba Kobhio, En attendant le vote des bêtes sauvages de Missa Hébié et Cœur animal de Séverine Cornamusaz. Au Québec, il a collaboré au scénario de nombreuses productions, souvent primées aux Jutras ou aux Genies. Il a également travaillé auprès des réalisateurs Francis Leclerc (Mémoires affectives, Jeune fille à la fenêtre), Léa Pool (Anne Trister, À corps perdu), Yves Simoneau (Les fous de Bassan, Dans le ventre du dragon), André Turpin (Un crabe dans la tête), François Girard (Cargo) et plus récemment avec Gabriel Pelletier (La peur de l’eau), pour ne citer que ceux-là.

182

PROGRAMME DE L’ATELIER Animé par Antoine Le Bos et Marcel Beaulieu, scénaristes. 1/ État des lieux de la réécriture : les métiers et les différents modèles nationaux européens 2/ Les outils méthodologiques de la réécriture 3/ Comparatifs méthodologiques 4/ Innovation : le pitch comme outil de développement (démonstration en vidéo)

Réflexions & débats Méthodologie de réécriture

183


Développer son scénario avec les plates-formes européennes en partenariat avec Le Groupe Ouest

Mais finalement, est-ce que nos jeunes auteurs émergents connaissent bien les filières européennes ? Ces derniers dix ans se sont développés en Europe des lieux et des réseaux dédiés au développement de scénario pour le long métrage de cinéma indépendant. Qu’est-ce qu’apportent ces réseaux, ces collaborations entre professionnels du scénario, issus des quatre coins du vieux continent ? Selon nous, il y a là une dynamique profondément régénérante pour les auteurs francophones dans leur travail, et dans la création de futurs liens de collaboration transnationaux. Le Script&Pitch Workshop Le Torino FilmLab Le Binger Film Lab Le Cross Channel Film Lab Qui est éligible aux aides européennes ? Combien ça coûte ? Comment trouver le financement de la formation ? Combien de temps cela prend-il ?...

184

Savina Neirotti

PROGRAMME DE L’ATELIER Animé par Antoine Le Bos (voir p.183), scénariste (Le Groupe Ouest) 1/ Contexte et enjeux : le cinéma indépendant et l’Union européenne 2/ Un panorama des différentes plates-formes par Savina Neirotti, directrice du TorinoFilmLab 2/ Témoignage : Julien Lilti, auteur-réalisateur 3/ Témoignage : Marianne Dumoulin, productrice, JBA Production

Née à Gênes, Savina Neirotti est diplômée en Philosophie et a suivi une première année de Master en esthétique à l’Université de Pennsylvanie. De retour en Italie, elle est devenue directrice des relations presse et de la communication de l’orchestre symphonique national de la RAI, pour qui elle a aussi été en charge de l’action éducative.  A la même époque, elle a cofondé avec Alessandro Baricco, l’école Holden à Turin. Elle est directrice du Master des techniques narratives de l’école Holden et supervise l’ensemble des activités de l’école, mettant l’accent notamment sur les relations internationales. Depuis les dix dernières années, elle a écrit des articles et des interviews sur la narration et la musique classique et publié des critiques de livres et de films pour des journaux italiens et internationaux. Elle développe et réalise les ateliers Script&Pitch depuis 2005 et le Torino Film Lab depuis 2008. 

Réflexions & débats Plates-formes européennes

185


Julien LILTI auteur - réalisateur Julien Lilti est né en 1979. Jusqu’en 2002, il vit entre la France et le Burkina Faso où il achève ses études de sociologie et de développement rural. Après avoir obtenu un master de cinéma documentaire en 2003, il travaille comme journaliste reporter d’images à I>Télé, Canal+. Parallèlement, il prend part à plusieurs films devant ou derrière la caméra. En 2006, il intègre le CEEA (Conservatoire Européen d’Ecriture Audiovisuelle) à Paris. Depuis, il a aussi bien écrit pour la télévision (Le Monde de Pahé), que pour le cinéma (Pax Romana, Hippocrate). Son projet le plus personnel, Le chemin d’Adama, un long métrage d’animation, est entré en production fin 2010.

186

Marianne DUMOULIN JBA PRODUCTIONS 52 rue Charlot - 75003 Paris tél. 01 48 04 84 60 - fax 01 42 76 09 67 mariannedumoulin@jbaproduction.com Marianne Dumoulin entre à JBA Production en 1992 où elle est en charge de l’exécutif de nombreux films, dont ceux de Maria de Medeiros, Raoul Peck, Rithy Panh, Ramadan Suleman, Teresa Villaverde ou encore de Merzak Allouache ainsi que d’une dizaine de documentaires. Elle devient productrice en 1999 et a depuis produit Une part du ciel de Bénédicte Liénard (Cannes 2002), Les mains vides de Marc Recha (Cannes 2003), Des plumes dans la tête de Thomas de Thier (Cannes 2003), Salvador Allende de Patricio Guzman (Cannes 2004), Zulu Love Letter de Ramadan Suleman (Venise 2004), Le sel de la mer de Annemarie Jacir (Cannes 2008), Salamandra de Pablo Agüero (Cannes 2008) et Visage de Tsai Ming-Liang (Cannes 2009). 2011, le documentaire L’énergumène de Jean-Loic Portron est livré, Corpo Celeste d’Alice Rohrwacher est en montage et quatre autres longs métrages sont en développement : Journal intime d’un jeune garçon de Tsai MingLiang, Khorramshahr de Massoud Bakhshi, Le chant des hommes de Bénédicte Liénard et Mary Jimenez et Evita de Pablo Agüero.


La leçon de télévision

Les Documents Interdits

Retour sur une étrange série avec Jean Teddy Filippe Après une présentation d'extraits de la série, Jean Teddy Filippe revient sur cette expérience télévisuelle unique en son genre dans le but d’éclaircir sa méthode et ses objectifs, pour nous faire partager un peu de son audace et nous permettre de mieux comprendre les enjeux du détournement à l’œuvre. Jean Teddy Filippe conversera avec

© Arte

Frédéric Temps (voir p. 180) et Frédéric Krivine (voir p.123).

Réflexions & débats leçon de TV

189


Les Documents Interdits «(…) il faut de nos jours trouver de nouvelles formes esthétiques et narratives pour provoquer la peur, des formes plus chaotiques, plus imprévisibles, des formes proches du documentaire. » Luc Lagier Court-circuit, Arte, juin 2006

En 1989, la télévision française diffuse une série de documentaires intitulée Les Documents Interdits, présentée comme une collection de documents amateurs filmés aux quatre coins du monde et rassemblés par un certain Jean Teddy Filippe. Tous ces documents, à l’image tremblante des films amateurs, semblent avoir capté par hasard un événement paranormal ou un passage vers un monde parallèle. Tout est fait pour que le spectateur croie à l’authenticité de ces documents pourtant entièrement mis en scène par Jean Teddy Filippe. Entièrement ? Précurseurs de la vidéo fake, Les Documents Interdits posent également la question du fantastique et du renouvellement des genres.

« À l’origine, mon intention était de créer des bulles de merveilleux. Des petits moments suspendus pendant lesquels le rationnel était malmené avec le plus de vraisemblance possible, afin de générer quelques minutes de déstabilisation salutaire chez un spectateur pris par surprise… Pour cela, il m’est apparu que raconter des histoires « vraies », se déroulant à la frontière du réel, là où le connu et l’inconnu s’entremêlent constamment dans une confusion permanente et illisible était une façon de tenir cette intention… Il se trouve que l’utilisation d’une caméra rudimentaire (dans sa nature et dans son mode), la relation d’un témoin unique, une grammaire cinématographique minimaliste, et des faits inexplicables par nature, se sont révélés des ingrédients précieux à la fabrication de ce que j’appellerais une première authenticité. La seconde est venue du média lui-même : en télévision, plus une image est pauvre, plus elle est vraie... Il semblerait que le respect de ces quelques règles ait été suffisant pour créer un genre… »

Jean Teddy Filippe Jean Teddy Filippe a commencé par réaliser des courts métrages et des films publicitaires. C’est d’une recherche sur l’habillage de chaînes, que naîtra la conception des Documents interdits, série qui connaîtra un succès «culte» et une rare longévité. En 1995, il adapte avec Patrick Zeff, le roman de Henri Frédéric Blanc Jeu de massacre, qu’il produit et réalise pour Arte. Son travail sur le «fake» devient politique avec l’affaire de Roswell qui pointe les limites éthiques d’un gros diffuseur. Il garde un point de vue documentaire pour son adaptation du roman de Joseph Conrad Le cœur des ténèbres et revient en télévision pour réaliser plusieurs épisodes de Police District qui remporte le prix de la meilleure série policière (St Tropez - 2002). Pour M6, il signera un unitaire, une série et une saga, avant de réaliser pour TF1, Ils voulaient tuer De Gaulle (2005). Avec Hors du temps (2009), il renoue avec la science-fiction, genre délaissé en télévision. La récente découverte de L’examen (2010), 13e document interdit, pourrait être le prélude à une nouvelle série. Jean Teddy Filippe est membre du bureau du groupe 25 images.

Jean Teddy Filippe

190

Réflexions & débats leçon de TV

191


06 Spécial 14e édition & Showcases 194 196 201

Bande-annonce du festival Les soirées d’ouverture et de clôture Showcase: One time + One set

Showcase Vallée - Lecture et mix musical Projection hommage Fantastiques courts métrages

192

206 208 211

193

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre


Bande-Annonce en partenariat avec la sacem

Un garage, un couple : Lola Doillon et Eric Neveux, et nous avions lancé la bande-annonce 2010. Un casting de vampire, un couple : Jérôme Bonnell et Béatrice Thiriet, et nous avons notre bande-annonce 2011. Le principe d’associer un réalisateur à un compositeur commence à faire son chemin. Ce sont de belles rencontres qui les étonnent (le travail avec un compositeur est à chaque fois une première pour nos réalisateurs). Cette initiative nous ravit et nous souhaitons qu’ils poursuivent cette collaboration avec les compositeurs dans leurs futures réalisations. Merci à Béatrice et Jérôme, mais aussi à Marc Citti (voir biographie p.33), Yannick Choirat, Pascal Lagriffoul, Isabelle Brégeaud, Laurent Benaim et Barbara Schneider.

194

Jérôme BONNEL

Béatrice Thiriet

réalisateur

compositrice

Né en 1977, Jérôme Bonnell fait ses premiers pas de réalisateur en 1999 avec Fidèle, court métrage qui marque le début d’une longue collaboration avec la comédienne Nathalie Boutefeu. Après deux autres courts, Liste rouge (2000) et Pour une fois (2000), il n’a que vingt-trois ans quand il s’attelle à son premier long métrage, Le chignon d’Olga (2002), comédie douce-amère sur une famille en deuil, primée au Festival de Chicago et sélectionnée au Prix Junior du Meilleur Scénario. Tout aussi délicat, Les yeux clairs, lauréat du Prix Jean Vigo 2005, marque sa fidélité à une troupe d’acteurs qui ne cesse de grandir. Il réalise ensuite J’attends quelqu’un (2007), où il dirige Jean-Pierre Darroussin, Emmanuelle Devos et Eric Caravaca. Avec La dame de trèfle (2010), il fait une incursion dans le polar où il retrouve Florence Loiret Caille et Jean-Pierre Darroussin, accompagnés de Malik Zidi dans le rôle principal. Entre ses longs métrages, il a également continué de réaliser des courts métrages tels que Nous nous plûmes en 2003, Grand Prix du festival Court 18 et Quatuor en 2009.

Formée au conservatoire de Versailles, Béatrice Thiriet se dirige vers la composition et l’analyse musicale. Sa vocation musicale, une attirance pour l’écriture et son intérêt pour le théâtre et le cinéma la conduisent très vite à s’orienter vers la musique de scène. L’opéra et la musique de film sont ses domaines de prédilection. Elle reçoit en 2001 le prix Nadia et Lili Boulanger à l’Académie des Beaux-Arts pour la création de son opéra de chambre : Nouvelles histoires d’elle. Découverte au cinéma par Pascale Ferran, elle travaille avec de nombreux réalisateurs et réalisatrices, au cinéma et à la télévision : Anne Le Ny, Dominique Cabrera, Marc Esposito, Jacques Deschamps, Radu Miailheanu, Joël Farges, Pierre Javaux, Xavier Durringer, Eyal Sivan… Critique musicale, elle a collaboré à l’émission de Frédéric Lodéon à France Musique, le Pavé dans la mare. Elle réalise, en novembre 2007, une série d’émission Ces dames de la musique pour Radio classique. Elle a réalisé deux courts métrages Portrait de lettres avec choeurs et La lettre de Mourad avec France 2 et Mezzo. Elle est également l’auteur du texte et de la musique d’une œuvre multimédia destinée aux enfants : Bee et Bop pour la Cité de la Musique et Sony.

SPÉCIAL 14 e édition Bande-Annonce

195


Soirées

Soirée d’ouverture Cette soirée est tout naturellement consacrée à notre Président du Grand Jury, Gilles Marchand et propose une projection exceptionnelle du film Les yeux sans visage en hommage au cinéaste Georges Franju. Jean-Baptiste Thoret présente notre invité d’honneur en une vingtaine de minutes, suivant une formule devenue, à présent, traditionnelle. Cette entrevue avec Gilles Marchand est suivie d’une rencontre avec Edith Scob, également membre du Grand Jury. L’actrice débuta sa carrière dans le film de Georges Franju Les yeux sans visage (1959).

196

© Philippe Praliaud

© Production Gaumont

d’ouverture et de clôture

Soirée de clôture Gilles Marchand et Edith Scob nous présenteront en duo ce film d’ouverture. Adapté du livre éponyme de Jean Redon, Les yeux sans visage fut salué à l'époque - et encore aujourd'hui - comme l'une des rares réussites du cinéma d'horreur français. Film fondateur pour de nombreuses générations de cinéastes et de cinéphiles, il pose aussi les bases du thème abordé cette année par le festival : « La notion de genre ».

Nos ambitieux et courageux marathoniens reçoivent les prix de nos trois jurys : le Grand Jury, présidé par Gilles Marchand, le Jury de la Création, présidé par Alain Berliner et le jury Jeune, présidé par Sagamore Stévenin. Au total six prix – mentions comprises – sont remis. Ces prix ont pour vocation d’encourager nos jeunes lauréats dans leur désir de création. Ceux-là même qui se sont sortis de cet exercice si difficile que constitue le Marathon d’écriture du court métrage. Peu importe si le scénario écrit au cours du marathon devient film. Ils partiront pour améliorer leurs connaissances dans dif­férentes résidences ou formations. Ils auront dans leur bagage, qu’ils soient scénariste ou réalisateur, de quoi amorcer un film sur le long terme. Ils voyageront dans de nouvelles contrées là où l’apprentissage de l’image est un engagement... Et ceci avec l’aide d’institutions partenaires du marathon.

Nouveauté de cette année, les participants aux Forums des auteurs seront récompensés ! Le Prix Groupe Ouest (Pôle Européen de Création Cinématographique en Bretagne) attribuera pour la première fois un Prix destiné à un scénariste lauréat des Forums des Auteurs de fiction et d’animation. Le Prix Film Talents : pour la première fois, l’agence Film Talents propose d’accompagner pendant un an au sein de l’agence un des auteurs de son choix du forum des auteurs de fiction et d’animation. Le Prix Dixit/Scam (sous réserve) : cette année les éditions Dixit et la Scam s’associent pour offrir à chaque auteur du forum de documentaire une formation de deux jours organisée par Dixit. Lors de cette soirée animée par Marc Voinchet, Gilles Marchand notre Président du Grand Jury, reçoit le traditionnel Mathias d’honneur. Ce trophée est remis par deux de ses amis de longue date Dominik Moll et Vincent Dietschy ainsi que par Jean-Paul Rappeneau avec qui il entretient désormais une belle amitié professionnelle. Ce dernier présentera son film Bon Voyage le samedi 2 avril après-midi, en présence d’Edith Scob et de Gilles Marchand qui a coécrit le scénario. Enfin pour clôturer cette soirée : la lecture du scénario lauréat du Grand Jury.

SPÉCIAL 14 e édition Soirées d’Ouverture et de Clôture

197


Les maîtres de cérémonies

Jean-Baptiste THORET

Marc VOINCHET

journaliste

journaliste

Critique, enseignant et historien du cinéma, Jean-Baptiste collabore à diverses revues et magazines parmi lesquels Charlie Hebdo, Les cahiers du cinéma et GQ. Chroniqueur sur France Culture (Mauvais Genres), il a cofondé les revues Simulacres et Panic. Il est l’auteur d’une dizaines d’ouvrages sur le cinéma dont Le Cinéma américain des années 1970 (Cahiers du cinéma, 2006), 26 secondes, l’Amérique éclaboussée : l’assassinat de JFK et le cinéma américain (Rouge Profond, 2003), Sergio Leone (Le Monde, 2006), Dario Argento, magicien de la peur (Cahiers du cinéma, 2002), Massacre à la tronçonneuse, une expérience américaine du chaos (Dreamland, 2000). Il a coécrit Mythes et masques, les fantômes de John Carpenter (1998) et dirigé le collectif  : Politique des zombies  : l’Amérique selon George Romero (Ellipses, 2007). Il a réalisé un documentaire consacré au cinéaste italien Dario Argento (Soupirs dans un corridor lointain, production Cinecinémas) et a participé aux bonus de nombreux DVD pour Wild Side, Carlotta ou encore Pathé (Le Guépard et Apocalypse Now). Il tient enfin un blog (Parallax View, l’actualité des images) sur le site du Nouvel Observateur. Il termine actuellement un essai consacré à Michael Cimino.

Cinéphile depuis son plus jeune âge, Marc Voinchet s’est aussi un jour piqué de radio. Depuis vingt ans à France Culture, il présente, depuis deux ans, les Matins de France Culture de 6h45 à 9h00 du lundi au vendredi.

198


création musicale

Showcase

One Time + One Set En partenariat avec le Conservatoire de musique et de danse de Bourges et la SACEM

Pendant que les scénaristes écrivent, les compositeurs composent... À Bourges, tout le monde connaît le Marathon d’écriture du court métrage en 48h… Pour la deuxième année consécutive une création musicale originale voit le jour également en 48h ! Aussi, le temps d’une soirée exceptionnelle : « One time + One set »  réunit sur scène le jeudi 31 mars 2011, sous la direction de Béatrice Thiriet, le DJ Xavier D, l’artiste-interprète Lili et la comédienne Sophie Guillemin pour nous offrir leur voix de cinéma le temps d’une soirée exceptionnelle. « Démons et Merveilles » de Maurice Thiriet et des chansons d’après-guerre de Maurice Chevalier sont réorchestrées in situ, avec la participation de la chorale et des musiciens du Conservatoire de Musique et de danse de Bourges. En surprise guest, le contre-ténor François Pagot.

SPÉCIAL 14 e édition One Time + One Set

201


© Aurélie Guillier

Béatrice Thiriet

Lili

François PAGOT

Sophie GUILLEMIN

compositrice

Auteur compositeur interprète

contre-tÉnor

comédienne

Formée au conservatoire de Versailles, Béatrice Thiriet se dirige vers la composition et l’analyse musicale. Sa vocation musicale, une attirance pour l’écriture et son intérêt pour le théâtre et le cinéma la conduisent très vite à s’orienter vers la musique de scène. L’opéra et la musique de film sont ses domaines de prédilection. Elle reçoit en 2001 le prix Nadia et Lili Boulanger à l’Académie des Beaux-Arts pour la création de son opéra de chambre : Nouvelles histoires d’elle. Découverte au cinéma par Pascale Ferran, elle travaille avec de nombreux réalisateurs et réalisatrices, au cinéma et à la télévision : Anne Le Ny, Dominique Cabrera, Marc Esposito, Jacques Deschamps, Radu Miailheanu, Joël Farges, Pierre Javaux, Xavier Durringer, Eyal Sivan… Critique musicale, elle a collaboré à l’émission de Frédéric Lodéon à France Musique, le Pavé dans la mare. Elle réalise, en novembre 2007, une série d’émission Ces dames de la musique pour Radio classique. Elle a réalisé deux courts métrages Portrait de lettres avec choeurs et La lettre de Mourad avec France 2 et Mezzo. Elle est également l’auteur du texte et de la musique d’une œuvre multimédia destinée aux enfants : Bee et Bop pour la Cité de la Musique et Sony.

Artiste très appréciée sur scène, Lili s’est déjà produite dans de nombreuses salles réputées : Le cabaret sauvage, La Cigale, le Batofar, la scène Bastille, la Guinguette pirate… Elle démarre ses collaborations discographiques en 1999 avec la bande originale d’Empreinte de Jean-Pierre Comon, sur le morceau « Liberty city » de Jaco Pastorius, et en tant que choriste sur les compositions de Marco Prince pour Le Pharmacien de garde de Jean Veber. En 2003, elle est choriste du Live « Mouja » par Sophia Charaï et en 2004 sur l’album « Calme » d’Antoine Léonpaul. À partir de 2004, elle renoue avec les B.O, pour Victoire de Stéphanie Murat. Choriste en 2005 pour la B.O par Antoine Léonpaul de La vie de Michel Muller est plus belle que la votre, elle est la même année interprète et auteur des titres « Requiem » et « Toxic », et interprète de « Cinéma » pour Ze film de Guy Jacques. En octobre 2006, elle sort son premier album « Bulle » remarqué pour ses accents pop mélodiques et fins. Cette sortie est suivie d’une tournée en France. Après sa prestation fort applaudie en 2010, sous la houlette d’Eric Neveux, elle participe cette année pour la seconde fois au showcase One time + One set.

Contre-ténor, il débute ses études de chant au CNR de Poitiers dans la classe de Micaëlla Etcheverry, puis reçoit l‘enseignement de Xavier le Marechal au conservatoire du VIe arrondissement de Paris ; il travaille à la même époque avec Howard Crook l’interprétation baroque. Parallèlement, il est membre du Choeur de Chambre de la Vienne puis du choeur du Palais Royal direction Jean-Philippe Sarcos, et soliste notamment dans le Dixit Dominus de Haendel, le Te Deum de Charpentier, le Magnificat de Bach… En 2007, il intègre la maîtrise du Centre de Musique Baroque de Versailles sous la direction d’Olivier Schneebeli. Il participe notamment à la production d’Amadis de Lully, du Messie de Haendel en soliste avec Hugo Reyne ainsi qu’à une cinquantaine de concerts des Jeudis Musicaux de la Chapelle Royale en choeur et soliste, à de nombreuses productions en France et à l’étranger, et à deux enregistrements, les Grands Motets de Pierre Robert et Andromaque de Gretry avec le Concert Spirituel d’Hervé Niquet. Au cours de la saison 2010/2011, il participe à la reprise de Cadmus et Hermione à l’opéra Comique avec le Poème Harmonique de Vincent Dumestre mis en scène par Benjamin Lazar, et à plusieurs concerts avec son ensemble, Les Neveux de Rameau.

Sophie est repérée en 1998 pour L’ennui, où Cédric Kahn lui offre un premier rôle exigeant de jeune étudiante engagée dans une relation passionnelle avec son professeur. Sa prestation est saluée avec une nomination au César 1999 dans la catégorie meilleur espoir féminin. Deux ans plus tard, la jeune actrice est à l’affiche du succès surprise de 2000, Harry, un ami qui vous veut du bien et est une nouvelle fois nommée aux Césars. Cette même année lui permet d’élargir son registre avec la comédie On fait comme on a dit aux cotés d’un autre débutant, Gad Elmaleh, puis devient la meilleure amie d’Audrey Tautou dans À la folie, pas du tout en 2002. En 2008, Sophie Guillemin revient sur le devant de la scène sous la direction de Sophie Fillières dans Un chat un chat, et aux côtés de Roschdy Zem avec Commis d’office. Elle fait ses premiers pas en tant que réalisatrice avec son court métrage L’essentiel féminin, avant de rejoindre le film de Jean Becker, La tête en friche, aux côtés de Gérard Depardieu et de Gisèle Casadesus.

202

SPÉCIAL 14 e édition One Time + One Set

203


Xavier DEMOULIN

Loris BERNOT

DJ

Ingénieur du son

Xavier Demoulin alias A Little Rooster est un beatmaker (compositeur Hip Hop) aux fortes influences Jazz et Funk. Après avoir remporté un concours de remix pour le groupe de hip hop new yorkais BlackSheep en 2010, dont les morceaux figurent sur le EP officiel From the BlackPool Of Genius : The Prelude Remix EP, A Little Rooster travaille aujourd’hui sur deux projets différents : Infinite Lives, duo hip hop avec le MC StoneR (Scale), comme compositeur, et OffBeat, groupe de hip hop live en tant que scratcheur. Les différents projets musicaux sont à découvrir sur les sites suivant : www.myspace.com/alittlerooster www.myspace.com/offbeatfr

Après un Deug de musicologie et une formation à la SAE (School of Audio Engineering), Loris Bernot enchaîne divers stages (Opus, Delphine...), au cours desquels il fera de riches rencontres tant musicales qu’humaines. C’est au sein des studios Microbe, où il opère en tant qu’assistant manager, qu’il confirme sa collaboration avec Eric Neveux, compositeur de musique de films, (Ceux qui m’aiment prendront le train, Intimité, De l’autre côté du lit, La tête de maman, Carnage…). Cette étroite collaboration lui permet de s’affirmer dans l’enregistrement et le mixage de musique à l’image. Parallèlement, il continue ses activités dans le disque, que ce soit de l’enregistrement, du mixage, ou de la réalisation d’albums. Il participe également à plusieurs projets de spectacles vivants comme Don Juan de Molière, mis en scène par Philipe Torreton, Calamity Jane, lettre à sa fille de la Compagnie de la Mine d’or (présenté au festival d’Avignon 2009) ou encore un ballet écrit par Emmanuel d’Orlando pour l’inauguration des nouveaux magasins Cartier.

204


lecture et mix musical

Showcase Vallée 

Situation de crise : crise du vivre ensemble et du récit, du genre et des codes. Une programmation dédiée au film de genre ne peut se passer de remises en cause. Pour vous accompagner dans ces examens de conscience, après les ateliers et les projections - à l’heure de l’apéritif, le Festival international des scénaristes invite Thomas Boudineau à venir vous présenter son projet de série d’aventure : Vallée. Escorté de son acolyte comédien, Aurélien Dutier, le scénariste vous dévoilera quelques extraits de l’écriture - en cours - de son western moderne et caustique, au rythme d’un mix musical tout aussi décapant ! Vallée raconte la survie d’un groupe d’amis dans une vallée isolée des Pyrénées après qu’un krach financier a fait basculer l’Europe dans le chaos. Sur un scénario crépusculaire - la vie, la survie dans les montagnes alors que le monde s’est effondré - Thomas Boudineau peint une fresque à l’humour décapant, peuplée de personnages déjantés, et s’amuse à faire le point sur des questions de société (décroissance, conflits de générations, …) avec une ironie et une insolence jubilatoires, et un jeu avec les genres plein de second degré… le tout sur une bande originale bien bluesy. Et c’est justement par la musique que l’auteur et Aurélien Dutier (comédien) vous invitent à entrer dans l’univers de la série. Ils concoctent un mix des morceaux envisagés pour la BO, qu’ils ponctueront de lectures de moments clés des scenarios des premiers épisodes, comme ils l’ont déjà fait au Festival International du Film de La Roche sur Yon (Octobre 2010) et au cinéma Les Cinéastes (Le Mans).

206

Vallée est une série en cours d’écriture et de développement par Thierry Bohnké (O.H.N.K. production) et a reçu l’aide au développement de la Région Pays de la Loire, ainsi que l’aide à l’écriture de la Région Midi-Pyrénées. Avec les lectures de Vallée, c’est toutes les étapes de la construction d’un projet ambitieux qu’O.H.N.K ., en partenariat avec l’ACOR (Association des cinémas de l’Ouest pour la recherche), propose de suivre, de l’écriture jusqu’à la diffusion - ou son échec… - en passant par les premiers repérages, et ce auprès du public et des scolaires, et peut-être susciter des vocations de scénaristes… Cette démarche se fait avec le soutien de la DRAC des Pays de la Loire.

Thomas Boudineau

Aurélien Dutier

scénariste

comédien

Thomas Boudineau, 31 ans, est musicien au sein du groupe Angil and the Hiddentracks. Il a enregistré pour de nombreux groupes de la scène rock indépendante, tels que Half Asleep, Broad Way, Lunt, et chante aussi ses propres chansons (en français comme en anglais) sous divers noms, dont le sien. Parallèlement, il a été disquaire pour Harmonia Mundi pendant huit ans dans de nombreuses villes de France, dont cinq années au Mans. Originaire de Toulouse, il vit entre Bègles, Quimper, et Albi. Vallée, première écriture qu’il présente au public, a obtenue l’aide à l’écriture de la Région Midi-Pyrénées, ainsi que l’aide à l’écriture et au développement de la Région Pays de la Loire.

Diplomé de l’Ensatt (Lyon, 2005), Aurélien Dutier, 30 ans, est professeur d’art dramatique au Conservatoire de Sablé sur Sarthe. Il a participé à des fictions sonores de France Culture, et dernièrement joué dans L’arriviste, de Stig Dagerman, mis en scène par Isabelle Ronayette.

Thomas Boudineau et Aurélien Dutier seront accompagnés par Angil and the Hiddentracks Angil est le nom utilisé par Mickaël Mottet pour écrire des chansons en anglais depuis près de 15 ans, The Hiddentracks est le nom du collectif qui l’accompagne depuis 2004. Ils ont sorti 3 albums sur le label indépendant We are unique records : Teaser for : matter (2004), Oulipo Saliva (2007) et The And (2010). En concert, les chansons d’Angil sont rarement jouées avec la même formation, ce qui en fait des moments uniques et surprenants, pour le public autant que pour les musiciens. Ils tournent aussi avec un ciné-concert sur le film L’Aurore de Murnau, qu’ils ont notamment joué au Centre Pompidou de Metz en Août 2010. Angil and the Hiddentracks improviseront une bande originale live sur la lecture de Vallée et livreront quelques chansons de l’album Now qu’ils enregistrent cet été.

SPÉCIAL 14 e édition Vallée & Mix

207


Projection Hommage

Les yeux sans visage © Production Gaumont

de Georges Franju

Le Festival international des scénaristes a souhaité rendre hommage à Georges Franju, créateur précurseur en France du genre fantastique. Edith Scob (voir p. 35), inoubliable interprète, et Gilles Marchand (voir p. 19) grand admirateur de ce chef-d’œuvre, présenteront en soirée d’ouverture Les yeux sans visage. Edith Scob, Les yeux sans visage  a été votre premier grand rôle au cinéma ?

Comment Georges Franju dirigeait ses comédiens ?

J’étudiais le français, et pour surmonter ma timidité, je prenais des cours de théâtre, ce qui me plaisait de plus en plus. Dans mon premier film, La tête contre les murs, Georges Franju avait transformé ce qui était une figuration en un petit rôle à part entière, en me filmant à différentes échelles : plan d’ensemble, plan moyen, gros plan… Dès l’écriture, avec Boileau-Narcejac, Georges Franju a pensé à moi pour le rôle de Christiane Genessier. Il allait d’ailleurs par la suite me proposer plusieurs fois des rôles de victime à protéger face à un environnement féroce. J’ai alors été propulsée dans son univers fantastique, univers que j’appréciais pour l’avoir découvert à travers ses courts métrages à la Cinémathèque. Nous avons eu un accord implicite quant à l’interprétation, qu’il souhaitait hiératique et distanciée, à l’opposée du naturalisme qui prévaut aujourd’hui. Arriver en préparation trois heures avant les autres comédiens et porter un masque, m’ont aidé à interpréter ce personnage qui s’exprime essentiellement par gestes et qui est fermé au reste du monde.

Avec beaucoup de respect. Il était en empathie avec tous ses acteurs et c’est ce qui participait à la magie du film. Ce n’était pas par la raison qu’il nous dirigeait, nous étions emportés par une force affective dans son univers poétique fait de violence, d’onirisme et d’une tendresse infinie. Georges Franju n’était pas un « faiseur » de film. C’était pour lui une nécessité vitale de communiquer ce qu’il éprouvait.

208

Un célèbre chirurgien veut redonner forme humaine au visage de sa fille, défigurée lors d'un accident de voiture. Il lui greffe le masque dermique d'une jeune et jolie femme. L'opération réussit, mais peu après, la peau se ride. Le docteur tente de nouveau l'expérience avec une nouvelle victime.

1960 - 88’ - 35 mm noir et blanc Georges Franju réalisation Pierre Boileau, Pierre Gascar, Thomas Narcejac, Claude Sautet scénario Robert Schneider opérateur Antoine Archimbaud son Auguste Capelier décors Marie Martine costumes Gilbert Natot montage Maurice Jarre musique Pierre Laurent directeur de production Champs-Élysées productions, Lux films production

avec Pierre Brasseur Docteur Génessier Édith Scob Christiane Génessier Alida Valli Louise Juliette Mayniel Edna Grüberg

Quelle a été la carrière du film ?

François Guérin Le docteur Jacques Vernon

Le film a eu du succès dès sa sortie. Néanmoins, c’est petit à petit qu’il est devenu un film de référence pour les cinéphiles. Aujourd’hui, partout dans le monde, du Japon aux Etats-Unis, il est projeté régulièrement et je l’ai revu sept ou huit fois lors de ces présentations. A chaque fois, je ressens sa singularité, c’est le film qui m’a le plus marqué.

Alexandre Rignault l'inspecteur Parot Béatrice Altariba Paulette Mérodon Claude Brasseur un inspecteur Michel Etcheverry le docteur Lherminier, médecin légiste Yvette Etiévant la mère du petit malade René Génin Emile Tessot Charles Lavialle Le concierge

SPÉCIAL 14 e édition Projection Hommage

209


Fantastiques courts métrages Au cœur de la 14e édition du festival, le genre est à l’honneur à travers trois programmes de courts métrages. Au-delà des attentes, ces programmes reposent sur notre volonté de soutenir des auteurs. Les relations au genre des films présentés sont éclectiques, plus ou moins littérales et plus ou moins décalées : le genre est affaire de codes et de détournements. Après un regard rétrospectif sur la jeune création française des années 80 et 90 (Fantastiques courts métrages #1), nous vous invitons à découvrir les films d’auteurs émergents récemment produits (Fantastiques courts métrages #2) avant de laisser la place à l’Étrange Festival pour une carte blanche (Fantastiques courts métrages #3).

© epidemic

SPÉCIAL 14 e édition Fantastiques courts métrages

211


Les premiers courts métrages de genre de réalisateurs français apparus dans les années 80 et 90 : des morts, du sang, de la viande et de l’étrange. « Années 80, 90. Loin des nécessités de rentabilité de l’industrie cinématographique qui commençait à être lourdement financée par la télévision, le court métrage était un espace d’énergie et de liberté. Inspirés par un genre venu de l’Ouest, nous nous sommes affranchis de la comédie dramatique pour mettre en scène des personnages forts à travers des actions extrêmes. La dimension burlesque du gore et sa relative nouveauté pénétraient le court français, la mort était enfin visible d’une façon concrète, charnelle et colorée. »

© G.R.E.C

Retour sur les années 80 et 90

© Les productions Bagheera

fantastiques courts métrages #1

Les Vampes

Over the rainbow

de Brigitte Coscas

d’Alexandre Aja et Gregory Levasseur

Un film glacial et glaçant, où il est question de très longues dents et de grande soif...

Dans un univers sombre et grinçant, un gardien d’immeuble aux tendances anthropophages « nourrit » un amour passionné pour Lisa, une locataire...

1994 - 26’ - 35 mm Brigitte Coscas scénario, réalisation

Brigitte Coscas

Jean-Marc Fabre image

1997 - 9’18 - 35mm noir et blanc

Philippe Fougeas son

Alexandre Aja, Gregory Levasseur scénario, réalisation

Maryline Monthieux montage

Alexandre Bugël image

Jeanne Moutard monteur son

Eric Boisteau, Alexandre Cormeau, Gérard Lamps, Jean

Nicolas Baby musique

Goudier son

Les productions Bagheera production

Gregory Levasseur décors

avec

Marie de La Selle montage

Laura Favali

G.R.E.C production

Cécile Reigher

avec

Gaëlle Le Fur

Jean Benguigui

Prix Recherche au Festival de Clermont-Ferrand 1995

Carine Yvart Jean-Claude de Goros Sélectionné au Festival international du film Cannes 1997 Sélectionné aux Rencontres cinématographiques Avignon 1997 Sélectionné au Festival du film court Villeurbanne 1997 Sélectionné au Festival Pégase Poitiers 1998

© Les productions Bagheera

SPÉCIAL 14 e édition Fantastiques courts métrages

213


© La fémis

© Les cinémas de la zone

© Tawak Pictures

Gisèle Kérozène

Carne

Victor

de Jan Kounen

de Gaspar Noé

de François Ozon

Une bande de sorcières « proto-punks » enfour­ chent leurs balais et se livrent à une course poursuite effrénée pour tenter de récupérer un crâne magique, lâchement dérobé par Gisèle Kérozène...

Un boucher élève seul sa fille après que sa femme a quitté le domicile conjugal peu de temps après son accouchement. La relation incestueuse qu’il lie avec l’adolescente le mènera au bord de l’homi­cide et par là même, en prison, avant de refaire sa vie sans elle.

Un jeune homme de bonne famille veut se suicider. Mais il ne veut pas faire souffrir ses parents de sa propre mort : il commet donc, par altruisme, un acte irréparable.

1989 - 4’18 - 35 mm couleur

1993 - 13’ - 35 mm couleur François Ozon réalisation

Jan Kounen réalisation

1991 - 40’

François Ozon et Nicolas Mercier scénario

Carlo de Boutiny, Jan Kounen scénario

Gaspar Noé scénario, réalisation

Sylvie Calle image

Jeanne Lapoirie image

Dominique Colin image

Jérôme Harlay son

Rémy Attal, Eric Münch son

Olivier Le Vacon son

Juliette Cheneau décors, costumes

Véronique Lange, Thierry Rouden montage

Lucile Hadzihalilovic montage

Thierry Bordes montage

Tawak Pictures production

Les cinémas de la zone production

Benoît Hillebrant mixage

avec

avec

Grégoire Cheneau assistant réalisateur

Abel Aboualiten

Philippe Nahon le boucher

La fémis production

Pascal Banos

Blandine Lenoir la fille du boucher

avec

Bob Flechard

Frankye Pain la maîtresse du boucher

François Genty Victor

Graziella Tymen

Lucile Hadzihalilovic l’infirmière

Isabelle Journeau la bonne

Jean-Baptiste Sastre

Hélène Testud la serveuse

Laurent La Basse l’amant

Jan Kounen

Jean-Jacques Forbin le jardinier Martine Erhel la mère

Grand prix du court métrage au festival du Film fantastique d’Avoriaz 1990

Daniel Martinez le père

Sélectionné au Festival du film de Nevers 1989 Sélectionné au Festival national et international du court métrage de Clermont-Ferrand 1990 Sélectionné à L'étrange festival Paris 1991

214

SPÉCIAL 14 e édition Fantastiques courts métrages

215


fantastiques courts métrages #2

© La fémis

© Hyppolyte Films

les auteurs émergents

Un programme d’exploration, en douceur, de quelques tendances actuelles en matière de genre : un peu d’irrationnel, de caricatures, de fantasmes et d’anticipation.

Coucou-les-nuages Nova Eva de Vincent Cardona

de Guillaume Martinez

Frida est amoureuse de Hans mais Hans n’a qu’un rêve : partir dans l’espace. Il pense avoir trouvé le moyen de le faire.

Eda Baykan est une retraitée solitaire au passé scientifique prestigieux. En ce jour de l’année 2019, son existence beaucoup trop tranquille est subitement bousculée. Un événement inattendu la replonge dans une ancienne recherche, à l’époque soldée par un échec : la quête de l’IAS, Intelligence Artificielle Sensible. De nouveaux éléments en main, elle décide d’y retravailler chez elle, dans l’intimité de son atelier.

2010 - 38’ - HD Red couleur Vincent Cardona réalisation, scénario Brice Pancot image Samuel Aïchoun son Victor Melchy décors Nicolas Turek assistanat-réalisation Olivier Pouëzat musique

2010 - 37’ - 35mm couleur

Hoël Sainléger montage

Guillaume Martinez réalisation

Pierre Barriaud montage son

Guillaume Martinez, Nazim Gizem Forta, Baris Onay

Samuel Aïchoun mixage

scénario

Marc-Benoît Créancier direction de production

Valentin Caron image

avec

Benoît Ouvrard son

Mathilde Bisson Frida

Pauline Bourdon décors

Vincent Cardona Hans

Julie Scobeltzine costumes

Benjamin Georion René

Bruno Véniard assistanat-réalisation

Laëtitia Camboulives Chantal

Alexis Trosset montage Théo Josso montage son

2e Prix Cinéfondation, Festival de Cannes 2010

Sacha Guillaume direction de production

Alix Ewald mixage Sélections en festival : Festival du Court Métrage de Clermont-Ferrand 2011

Pierre Benqué, Guillaume Martinez producteurs délégués

European Competition, International Short Film Festival Leuven 2010

Babelone Drone, Hyppolyte Films productions déléguées

Festival international du film d’Amiens 2010

avec

VGIK International Student Festival 2010, Moscow (Russia) Rio de Janeiro International Short Film Festival - Curta Cinema 2010 Taipei Golden Horse Film Festival 2010

Édith Scob Eda Baykan Pakravan Bahman Ravi Rushdie Michel Violetti Robert Regent Vincent Valladon Tom Aurélia Touati Linda Regent Victor Ede Charli Iven Rungasamy Haroun Sormah Rungasamy La mère

© Paris-Brest productions

SPÉCIAL 14 e édition Fantastiques courts métrages

217


© Paris-Brest productions

© 8 Films

© Ysé Productions

Out !

Celluloïd Gangsters

Le vivier

de Marie-Baptiste Roches

de Hugo Pivois

de Sylvia Guillet

Un petit tennis club à ciel ouvert, écrasé de soleil. Le match à suivre est particulier : c’est celui d’un homme qui joue contre lui-même, face au mur d’entraînement. Seul, avec ses propres pensées, ses souvenirs, ses obsessions. Entre deux balles qui claquent sur le mur, d’ambigus personnages commencent alors à envahir le court, et Anselme se perd, comme dans un rêve éveillé...

Les frères Kouppar, deux criminels cinéphages en fuite, dévalisent une supérette asiatique avant de rejoindre leur mythologie hollywoodienne.

Mathilde s’est barricadée dans la maison. Non, on ne lui prendra pas celui qu’elle aime. Elle veillera sur André jusqu’au bout. Mais au fait de quoi souffre-t-il ? D’une maladie étrange ça c’est sûr…

2010 - 7’ - 35 mm couleur Hugo Pivois réalisation, scénario Xavier Tauveron directeur de la photographie

2010 - 18’30 - 35 mm

Xavier Thibaut son

Sylvia Guillet scénario, réalisation

Grace Rondier costumes

Raoul Fernandez image

Dominique Petrot montage

Henri Puizilloutson son

2010 - 17’53’’ - 35mm couleur

Laure Arto mixage

Emmanuelle Pencalet montage

Marie-Baptiste Roches réalisation, scénario

Hugo Pivois producteur

Lori Schonberg musique

Nathanaël Louvet image

Iska Pivois producteur exécutif

Paris-Brest productions production

Claire-Anne Largeron son

Emmanuelle Conso, Yvon Davis coproducteurs

avec

Martial Piot costumes

8 Films production

Agnès Adam Mathilde

Olivier Mellano musique

avec

Baptiste Roussillon Robert

Damien Maestraggri montage

François Toumarkine Lucas Kouppar

Bernard Mazzinghi André

Xavier Thibault montage son

Christian Abart Quentin Kouppar, Jr.

Laure Arto mixage

Rosine Favey « Rosebud » Kouppar

Marie Agnély, Marie-Baptiste Roches producteurs

Mariam Kalangula La femme Africaine

Ysé Productions production

Salvatore In Goglia Le client

avec

« Coups de coeur CANAL+ » - Short Film Corner Festival de Cannes 2009

Vincent Guedon Anselme

« Go Short Award » - International Short Film Festival

Perkins Lyautey Philippe Laurent Bariteau Le canard cagoulé Liza Manili La jeune fille Zacharie Gaborit Le gamin

Nijmegen 2010 (Pays-Bas) Festival International des Films du Monde de Montréal 2009 Festival International du Film de Comédie de l’Alpes d’Huez 2010 Festival International du Film Policier de Liège 2010 (Belgique) Festival International du Film de Bratislava 2010 (Slovaquie) Rencontres du Cinéma Européen de Vannes 2010 Festival Ciné Première d’Amsterdam 2009 (Pays-Bas) Festival International du Film Arte Mare de Bastia 2009 Festival du film européen de Nancy 2009 Festival International du Court Métrage d’Alet les Bains 2009 Festival du Court Métrage Ose ce court de Bischheim 2009

218

Festival du Film Cinemages de Toulon 2009 Festival du Court Métrage de Dijon 2009

SPÉCIAL 14 e édition Fantastiques courts métrages

219


fantastiques courts métrages #3

Carte Blanche

à l’Étrange festival

Créé en 1993 dans le but de faire (re)découvrir des œuvres et des auteurs très longtemps ignorés de la grande histoire du cinématographe, L’Etrange festival s’est très vite retrouvé chef de file d’un nouveau type de manifestations françaises (5 délocalisations existent déjà : Lyon, Caen, Nantes, Clermont-Ferrand et Strasbourg). Devenu depuis le festival emblématique des déviances cinématographiques, des concerts et performances hors normes, des découvertes singulières ou des hommages inédits, le festival n’a cessé de faire découvrir, au plus grand nombre, des cinéastes et des artistes trop rares dans l’hexagone. Aucun genre n’est proscrit, aucune barrière n’est dressée. On y trouve du western avec des nains, de la science-fiction érotique, des documentaires trans-genres, des cartoons merveilleux, c’est selon.

Barré, curieux, insolent, choquant, innovant semblent être, pris au hasard, quelques mots qui composeraient le code d’honneur des organisateurs de cette manifestation - boîte de pandore multiculturelle, tenant plus de la caverne magique et féerique que de « l’usine à hommages », propre à bien des manifestations… À l’occasion de la 14 e édition du Festival international des scénaristes, dédiée à la notion de genre, L’Etrange festival a carte blanche le temps d’un programme de courts métrages et vous propose de découvrir les derniers films courts, évidemment décalés, de deux auteurs venus de Belgique et du Royaume-Uni : Marc James Roels et Chris Shepherd.

© Chris Shepherd

Chris Shepherd

Marc James Roels

Après son passage par la Liverpool Polytechnic Foundation Art, Chris Shepherd étudie de 1989 à 1992 l’animation à West Surrey College of Art and Design. Il réalise ensuite des publicités et des courts métrages pour la télévision. En 1995, il fonde la société de production Polkadot au sein de laquelle il réalise le court métrage The Broken Jaw, maintes fois récompensé. En 2000, il crée avec la productrice Maria Manton la société de production de films d’animation Slinky Pictures Ltd, au sein de laquelle il est notamment responsable d’une série en dix épisodes pour Channel Four intitulée People’s Britain et surtout du court métrage internationalement reconnu Dad’s Dead, notamment vainqueur du Best British Short Film aux British Independent Film Awards. En 2001, Chris Shepherd produit le film The World of Interiors, nommé pour le BAFTA. En 2005 et 2006, il réalise Who am I and what I want et Silence is Golden, deux courts métrages primés dans de nombreux festivals. Sa dernière comédie Bad Night for the Blues a gagné le Prix international Canal + au Festival de ClermondFerrand. Il est aussi, depuis 1997, conseiller en production pour les projets d’animation en résidence de Channel Four. Il développe actuellement un long métrage.

Marc James Roels a étudié l’animation à l’Académie Royale des Beaux arts à Gand (KASK). Son film de fin d’études, Concern (2000) a remporté plusieurs prix internationaux. Avec Wim Reygaert, il écrit et réalise en 2007 le court métrage Mompelaar (20’, 35 mm couleur), qui a gagné le prestigieux Prix du jury au Festival de Clermond-Ferrand en 2008, le Grand Prix au Festival du court métrage de Bruxelles 2008 et le prix du Meilleur film expérimental au Festival de Melbourne 2008. En 2009, A Gentle Creature (19’, 35 mm couleur) naît de sa collaboration avec Epidemic films à Bruxelles. Le film a obtenu le Prix du meilleur court métrage au Festival international du film de Gand et le Prix du meilleur court métrage au Festival international du court métrage de Louvain 2009. Marc est actuellement en préparation d’un court métrage en stop motion avec Emma de Swaef, produit par Beast animation à Bruxelles et prévu pour une finition à l’été 2011.

SPÉCIAL 14 e édition Fantastiques courts métrages

221


de Chris Shepherd Mon voisin est vraiment un taré. Il arrête pas de cogner sur les murs. Mais je m’y suis fait. Ce sont plutôt les autres maisons qui sont bizarres du coup. Je veux dire, y a jamais personne qui tape…

Bad night for the Blues de Chris Shepherd Quand vient votre tour de sortir Tatie, deux solutions : prendre ses jambes à son cou, ou prendre son mal en patience.

2006 - 14’30 - 16/9

© T42 f ilms

© Epidemic

© Chris Shepherd

© Autour de Minuit Productions

Silence is Golden

A Gentle Creature

Mompelaar

Un couple consacre les dernières heures de la journée à détruire stoïquement les affaires de leur enfant, une petite fille. Plus tôt dans la journée, des contrats ont été signés, des systèmes de taxation ont été discutés dans un bureau de l’administration publique. L’ultime formalité de la procédure va se dérouler au cœur d’une forêt, à l’aube lorsque le couple – ainsi qu’un groupe de représentants officiels du gouvernement – participera à un rituel parfaitement organisé, aussi absurde qu’insoutenable, apparemment conçu pour servir un but plus élevé.

Lubbert est un jeune homme réservé qui vit avec une mère dominatrice dans une petite maison. Une promenade matinale dans l’arrière-pays flamand est troublée par la rencontre irréelle avec d’hallucinants habitants de la région. 2007 - 20’ - 35 mm couleur

Chris Shepherd réalisation, scénario

2010 - 15’ - digital betacam

John Rhodes, Peter Ellmore image

Chris Shepherd scénario, réalisation

Andy Humphreys, Sam Tyler son

Simon Tindall image

Catrin Meredydd décors Sue Thomson costumes

Andy Humphreys, Michael Spencer son

Justine Wright montage Oliver Davis, John Moore musique

Sue Thomson costumes

Marco Ciglia premier assistant réalisateur

Nick Fenton montage

Maria Manton, Liz Chan producteurs

Georg Friedrich Haendel musique pré-existante

2009 - 19’ - 35 mm couleur

Dieter Diependaele montage

Nicolas Schmerkin producteur associé

Cordelia Hardy assistant réalisateur

Marc James Roels scénario, réalisation

Yves de Mey mixage

Slinky Pictures, Arcadi, Autour de Minuit Productions

Maria Manton, Liz Chan producteurs

Nicolas Karakatsanis image

Ludwig Van Beethoven, Richard Wagner, Wolfgang

production

avec

Raf Enckels en Jan Van Hende son

Amadeus Mozart musique pré-existante

avec

Ann Beach Madge

Floris Van Looy décors

Olivier Ogneux étalonnage

Connor Morris Billy Kate McLoughlin La mère de Billy

Jean Boht Glad

An Breugelmans costumes

Kevin Meul assistanat réalisation

Andrew Dunford Dennis

Deddie Davies Veronica

Manu Van Hove montage

Ilse Joye, Wim Reygaert, Marc Roels producteurs

Kieran Lynn Chris

Yves De Mey, François Fripiat montage son

T42 films, Wim Reygaert, Marc Roels production

Tom Hillenbrand Toilet Tory

Yves De Mey mixage

avec Serge Buyse Mumbler/Lubbert

Meilleur court métrage au Rushes Soho Shorts Festival de Londres 2007 (UK) Meilleur son au Festival Pris de Courts de Paris 2007 (France)

Marc Roels & Wim Reygaert scénario, réalisation Nicolas Karakatsanis image Florence Preud’homme assistanat image Marijn Thijs son Pepijn Van Looy décors An Breugelmans costumes

Meilleur court métrage au 3rd Digital Barcelona Film Festival 2007

Lloyd McGuire le maître de cérémonie

Meilleur scenario au Mexico International Film Festival 2007

Marlene Sidaway Grace

Krzystof Penderecki, Wolfgang Amadeus Mozart musique pré-existante

Meilleur court métrage d’action au St-Louis International Film Festival 2006 (USA)

Amanda Walker Elizabeth

Kevin Meul premier assistant réalisateur

Piet De Praitere la mère

Katia Renson directrice de production

Bobinne le chien

Grand Prix au Prague International Short Film Festival 2006 (République tchèque) Meilleur scénario au Northampton International Film Festival 2006 (USA) Mention spéciale au AFI FEST de Los Angeles 2006 Prix au TCM Classic Shorts Award at 50th Times BFI London Film Festival 2006 Prix du public au 25FPS International Film Festival de Zagreb 2006 (Croatie)

Gunter Lamoot le guide

Eurydice Gysel, Koen Mortier producteurs Epidemic production

avec David Bark-Jones le père Eliza Bennet la mère Eowyn Scholiers l’enfant Steven Robertson l’homme du gouvernement

222

SPÉCIAL 14 e édition Fantastiques courts métrages

223


07 Formation

PrÊsentation Workshop Portraits sonores Les participants

224

226 228

225

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre


Portraits sonores

en partenariat avec la SCAM, la SACEM, l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges, Nagra et Tapages

Pour la quatrième année consécutive*, le Festival international des scénaristes met en place un atelier pratique de réalisation qui propose de construire un film en pensant d’abord sa matière sonore : les Portraits sonores. « Le son apparaît peu dans les scénarios. Son existence est cependant induite par un certain nombre de décisions : l’âge et le sexe des personnages déterminent la nature sonore des voix, les acteurs jouent dans l’acoustique de décors choisis au préalable par l’écrit. Et si l’on tentait de procéder autrement ? Au lieu de partir d’un texte, construire en employant directement la matière sonore. Avec cette « part vivante » trop riche pour être écrite. Construire avec des « ensembles sonores constitués du réel » saisis par la prise de son, ou bien, en organisant les éléments sonores pour les mettre en scène devant le micro : choisir l’acoustique des lieux, la nature des voix, des actions, et des points de vue ». Daniel Deshays En abordant les pratiques de prise de son direct, chacun des participants peut mieux appréhender la réalité et les possibilités de l’écriture sonore et reconsidérer la place du son dans la réalisation. Il s’agit de faire apparaître diversité et singularité d’une nature acoustique. Huit participants réalisent chacun un film d’une durée maximale de 5 minutes sans autre contrainte de genre ou de format que le film soit monté à partir de plusieurs enregistrements de sons et d’images fixes ou mouvantes non synchrones. L’ingénieur du son Daniel Deshays, et le réalisateur de documentaire radiophonique à la RTBF, Thierry

226

Génicot, animent cet atelier d’essai, d’observation et d’écoute. Ainsi, les Portraits sonores constituent progressivement une collection originale de films tournés dans Bourges et ses environs. À la suite du Palais Jacques Cœur et de l’Abbaye de Noirlac, nous avons souhaité cette année offrir aux participants la Cathédrale de Bourges comme source d’inspiration. Cet atelier est possible grâce à un partenariat dynamique avec l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges (ENSAB) qui accueille dans ses murs Les Portraits sonores et met à disposition du matériel technique. Stéphane Doré, directeur de l’ENSAB accueille les auteurs en résidence à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges du 4 au 6 mars pour une première phase théorique et de repérages. Du 28 mars au 1 er avril, les participants entament leur propre marathon pour réaliser et terminer à temps leur film qui est présenté le samedi 2 avril en présence du public et des professionnels. Le planning des journées de cet atelier est composé de plusieurs périodes : interventions de Daniel Deshays et de Thierry Génicot, travaux personnels (écriture, enregistrements, prises de vues et montage), écoutes et visionnements collectifs, participation aux autres propositions du Festival international des scénaristes.

* La formation des Portraits sonores est désormais un stage conventionné AFDAS

Daniel DESHAYS

Thierry GÉNICOT

Daniel Deshays a collaboré avec de nombreux cinéastes dont : Chantal Akerman, Robert Bober, François Caillat, Jean-Michel Carré, Robert Doisneau, Philippe Garrel, Agnès Jaoui, Robert Kramer, Ariane Mnouchkine, Rithy Panh, Tarik Teguia, … Il a créé de nombreuses réalisations sonores pour le théâtre, notamment avec Alain Françon (depuis 1982). Il a effectué la prise de son de plus de 250 disques. Il est l’auteur de Pour une écriture du son, éditions Klincksieck, 2006, et dans la même collection, en 2010, Entendre le cinéma, un ouvrage sur l’écriture sonore cinématographique. Il est responsable de l’enseignement du son à l’école Nationale du Théâtre (l’ENSATT). Il aime faire partager son expérience de ce qu’il a nommé « l’écriture du son », s’exprimant en ces termes : « Et si l’on considérait le cinéma comme une gigantesque machine à faire entendre ? Une machine qui s’aiderait de l’image pour désigner et préciser l’écoute, une machine à dire le monde, conçue pour nous permettre de nous entendre ? Le sonore exige lui aussi sa mise en scène. Face à l’épaisseur du son, ne faudrait-il pas se résoudre à son éclaircissement ? ».

Depuis 1979, producteur et réalisateur indépendant dans le domaine radiophonique. Réalisateur de fictions jusqu’à leur quasi disparition sur les ondes de la RTBF début des années quatre-vingt-dix. Auteur-réalisateur de documen­t aires ensuite. Auteur-réalisateur du Monde invisible, hebdomadaire de 50 minutes lié aux Arts Plastiques produit par le Service des Arts Plastiques de la Communauté Française de Belgique, et diffusé sur les ondes de la RTBF Radio, La Première. Il a reçu le Prix d’Avignon et de la CRPLF, consacré à une émission sur le théâtre, en 1982, le Prix Paul Gilson (fiction) en 1986 et le Prix de la SACD pour l’ensemble de son œuvre radiophonique en 1992. Il devient le cofondateur de l’Atelier de Création Sonore et Radiophonique, Bruxelles, en 1995 et membre du Comité belge de la SCAM. En 1993, il crée un laboratoire sur la fiction à Bruxelles et enfin en 2004 il est invité en tant que réalisateur au Centre Dramatique National d’Auvergne pour réaliser les Chambres d’écoute. Depuis plusieurs enseignements de l’écriture radiophonique : à l’école de Recherche Graphique, à l’école de photographie le 75, à l’Académie des Beaux-Arts de Tournai, à l’Académie d’été de Wallonie, à l’école Nationale Supérieure des Arts et Techniques de Théâtre à Lyon et à La Cambre (école Nationale Supérieure des Arts Visuels à Bruxelles).

FORMAtion Portraits sonores

227


Frédérique Arbouet

Mariadèle Campion

31, rue Orfila - 75020 Paris tél. 01 44 62 74 25 - 06 03 46 29 14 f.arbouet@free.fr

49, rue Rodier - 75009 Paris tél. 01 48 78 12 88 - 01 62 41 72 05 mariadelec@gmail.com

Après avoir travaillé dans l’action culturelle, Frédérique Arbouet a collaboré à des émissions théâtrales (France Culture puis Paris Première) où elle effectuait reportages, interviews, portraits, chroniques, critiques… Toujours en lien avec le spectacle vivant, elle a réalisé des documentaires pour la télévision. Après avoir cofondé une société de production audiovisuelle, elle choisit, en 2007, de retrouver le chemin de l’indépendance pour réaliser des projets personnels qui lui tiennent à cœur. Les couleurs de nos départs, film sur un atelier-théâtre avec des personnes handicapées atteintes d’infirmité motrice cérébrale, obtient le 2e prix au festival du Film d’Action sociale de Montrouge. « Elle filme avec simplicité et humilité la profondeur des êtres en mouvement dans l’harmonie de l’instant. » Des films comme des conversations… où l’œil de la caméra va au-delà du regard du spectateur. Être passeur, les yeux ouverts sur l’âme humaine.

Arrivée du Pas-de-Calais à dix-sept ans pour des études de Lettres et Cinéma à Paris III, elle achève, à Lisbonne, une maîtrise sur l’intertextualité proustienne chez Visconti avant de commencer à travailler au gré des opportunités : festivals de cinéma, lecture de scénario pour une chaîne nationale, assistanat de production... Un premier essai documentaire la décide à s’embarquer pour le master en réalisation de Lussas. Arpentage existentiel de la nuit, Traverse de l’oubli son film de fin d’études (2001) fait une grande place au sonore. Travaillant aujourd’hui comme monteuse, animatrice d’ateliers vidéos en banlieue, ou pour des festivals de documentaire, elle poursuit sa propre démarche de réalisation: Some do vidéo -portrait de Jonas Mekas (2002) (diffusé au Festival de Pantin), L’enveloppe (2009) (diffusé à L’Anis Gras). L’atelier cathédrale triptyque (2010), installation sur trois écrans pour la Cité de l’Architecture et du Patrimoine autour d’une maquette élaborée par des détenus en maison d’arrêt lui donne l’envie d’explorer davantage les possibles du sonore.

228

Delphine MOREAU Élise Picon 127 bd de Ménilmontant - 75011 Paris tél. 01 47 00 91 82 / 06 98 44 44 38 moreaudelphine@hotmail.com

95 rue d’Avron - 75020 Paris tél. 06 86 75 46 53 elisepicon@gmail.com / www.belladone.org

Parallèlement à des études d’histoire, de philosophie, d’anthropologie et de cinéma, elle débute comme assistante de réalisation sur la série Design pour Arte à Lapsus, la société de production d’Esther Hoffenberg avec qui elle travaille toujours. Elle travaille également comme cadreuse, monteuse, auteur dans d’autres sociétés de production et devient formatrice documentaire pour l’association Arrimage. Après quelques films non financés par la télévision, elle termine La société des arbres coproduit par Vic prod, les Films grain de sable et France 3 Nord Pas-de-Calais Picardie, qui a obtenu de nombreux prix ; puis elle finalise Marmites Khmères (24’). Enfin viennent les Saisons forestières (coproduction France 3). Elle continue de développer des projets de films qui mettent en valeur les liens des hommes aux territoires qu’ils habitent : Campagnes sucrières et Initiation Andalouse.

Elise Picon, née en 1978, a étudié aux Arts Décoratifs de Strasbourg et aux Beaux Arts de Cergy. Elise filme, réalise et monte ses propres films ou bandes son. Elle aime le travail comme une passion, elle se réalise dedans, ce n’est pas du quotidien parce que chaque jour est différent, il faut voyager, changer d’ambiance, de situations, recréer l’ordre des choses, chercher les fonctionnements. Puis épier, écouter, comprendre, comparer, couper, coller, assembler, c’est beaucoup de travail, du travail qu’on aime. C’est suspect aujourd’hui un travail aimé. Elise réalise des documentaires, des fictions sociales, des reportages ou des interviews. Missions de quartiers, Dagana (Sénégal), les Collèges, la ville, les bruits, les langues, la BNF, les abeilles, la voix, Londres, les ados, etc.

FORMAtion Portraits sonores

229


Sarah Sadki

Aya Shimano

5 rue Braille - 90000 Belfort tél. 06 37 04 27 17 lalichat@hotmail.com

28, bis rue Moyenne - 18000 Bourges tél. 06 26 29 17 52 aya.shimano-bardai@ensa-bourges.fr

Sarah Sadki est une photographe et vidéaste, elle a poursuivi un cursus à l’école d’Art et de Design, le Quai à Mulhouse où elle s’est spécialisée dans la section film. Les thèmes abordés dans le travail filmique de Sarah Sadki questionnent la narration, « l’entre image » et la perception de celle-ci, questionnement visible notamment dans des films tels que Photocopies, S.A.C.M. et Le haori de soie mauve. Sarah Sadki enseigne actuellement la photographie et la vidéo à l’école d’Art Gérard Jacot.

Originaire du Maroc et du Japon, Aya ShimanoBardai a été influencée, dès son enfance, par des styles de musique différents. Sa mère, professeur de piano, lui a transmis sa passion pour le monde musical et sonore. Intéressée par le cursus art dispensé en France, Aya quitte le Maroc en 2007 et intègre l’Ensa de Bourges, où elle est, actuellement, étudiante en 3e année. Son travail, axé sur la vidéo, les installations sonores et/ou inter­ actives, traite de l’impact que la musique et le son peuvent avoir sur l’être humain et l’espace. En 2009, elle réalise Eye Mechanic, une vidéo qui évoque l’influence du son sur l’image, et la place du spectateur par rapport à cette dernière. Cette vidéo fut le point de départ de nouveaux projets en cours, qui questionnent la place du son et sa mise en espace dans des contextes visuels.

230

Boris Svartzman

Laetitia Kozlova

5, rue Hermann Lachapelle - 75018 Paris tél. 06 78 02 28 61 bsvartzman@gmail.com

73 rue Saint Antoine - 75004 Paris tél. 06 12 89 52 31 laetitia.kozlova@radiofrance.com

Boris Svartzman, franco-argentin, est diplômé de sociologie et de chinois. Dès 2002, il a entrepris de photographier l’impact de l’urbani­s ation en Chine. Il en a tiré un premier documentaire photographique sur les expulsions de logement, Table rase, suivi à partir de 2006 d’un travail sur l’urbanisation des campagnes, La Chine chamboulée, tous deux sélectionnés et primés dans de nombreux concours, musées et festivals internationaux au Bangladesh, en Chine, en Suède, en France, notamment à Visa pour l’image. Parallèlement à ces travaux, il a travaillé pour divers organismes de presse (AFP, agence italienne Prospekt...), ONG interna­t ionales (FAO...). Il a aussi collaboré comme cadreur pour les chaînes de la télévision espagnole Noticias cuatro et CNN+. Depuis 2010, il mène une recherche sur l’exode rural en Chine dans le cadre d’un doctorat à l’Ehess, qui devrait aboutir à la réalisation d’un documentaire sur les paysans migrants.

Laetitia Kozlova produit des émissions de radio pour France Culture. Elle s’est essayée à dif­férents formats de traitement du réel : la pastille sonore (3min), le documentaire (1h), la grande traversée (17h30). Elle aime entrer dans la matière par le son : le son de la voix, le son des langues… Laetitia parle russe, espagnol, anglais, égyptien, et a séjourné dans chacun de ces ter­ritoires sonores. Aujourd’hui, elle veut écouter pour mieux voir, à moins que ce ne soit l’inverse. Parmi ses productions radiophoniques les plus récentes : Les monstres : des enfants racontent le dessin qu’ils sont en train de faire, pour « Les passagers de la nuit » de Thomas Baumgartner, réalisation Gilles Davidas (mars 2011); Reportages sur la nuit, puis sur la mort, pour « Tentatives premières » d’Ali Baddou, réalisation Pascale Rayet (nov. 2010, fév. 2011); Ballade radiophonique sur les traces des héros des indépendances en Amérique Latine, pour « La Fabrique de l’Histoire » d’Emmanuel Laurentin, réalisation Charlotte Roux (déc. 2010), Pastilles sonores hebdomadaires pour « La Grande Table » de Caroline Broué et Hervé Gardette, réalisation Doria Zénine (depuis sept. 2010)…

FORMAtion Portraits sonores

231


08 Découvrir & rencontrer

Le Comité d’Experts Le blog des étudiants de Paris Ouest

232

234 240

233

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre


Le Comité d’Experts

Nous avons souhaité renouveler, cette année, le principe des Experts inauguré il y a deux ans. Chaque Expert a pour mission d’assister à certains rendez-vous du Festival, de réagir en soulevant des questions et surtout de nous transmettre ses observations et ses suggestions afin de permettre à la manifestation d’évoluer. Les rendez-vous qui concernent le Groupe d’Experts sont essentiellement les workshops avec un travail de création sur le Festival, soit les Forums des auteurs et l’Ecriture des Bibles de TV ; les formations, soit les Portraits Sonores et le Magic Web Labo ; les rencontres organisées au sein du tout nouveau MIIE (Marché Interactif de l’Image et de l’Écrit) et également, dans un autre domaine, la soirée musicale sous la houlette de Béatrice Thiriet, ainsi que notre travail d’Action Culturelle.

234

Cet apport de compétences et de regards sur le travail créatif de la manifestation permet au festival de développer ses actions en s’appuyant sur les conseils de la « communauté participative ». Enfin, un temps sera prévu en fin de festival afin de réunir le Groupe des Experts ; moment qui permet de rencontrer des acteurs importants de la vie culturelle au service de la création audiovisuelle.

Fabienne AGUADO Emmanuel Feulié CÉCI - au Moulin D’Andé

CONSEIL RÉGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON

Fabienne Aguado est diplômée d’une maîtrise d’études cinématographiques consacrée à Jacques Tati, d’un DESS en sociologie Politiques culturelles – enjeux socio-économiques et formée au métier de Script Éditor. Son expérience professionnelle débute sur les plateaux de cinéma (assistanat de réalisation et scripte) et se poursuit sur de multiples terrains allant de la critique à la production, en passant par l’organisation d’évènements (cofondatrice du Festival 5 jours tout court à Caen). En 1998, elle participe à la création du CÉCI - Centre des écritures cinématographiques dont elle est responsable depuis six ans. Le CÉCI est situé au Moulin d’Andé, association culturelle basée en Normandie et reconnue internationalement pour ses actions de soutien à un cinéma pluriel et exigeant. Par ses fonctions, elle est lectrice de scénarios pour de nombreuses organisations et membre régulier de jurys d’attribution d’aide à l’écriture ou à la production. Elle est également consultante pour European Short Pitch (ateliers européen de réécriture de court métrage).

Après plusieurs expériences au sein de collectivités territoriales, il intègre la région Languedoc-Roussillon en 2005, au moment de la signature de la première Convention de Développement Cinématographique CNC/ Région. Pendant deux ans, il met en place l’ensemble des dispositifs de soutien au cinéma, à l’audiovisuel et au multimédia, dont l’accueil de tournage et le fonds d’aide à la création. Depuis 2005, plus de 200 oeuvres aussi bien destinées au cinéma qu’à la télévision ont été soutenues. Les choix de la région Languedoc-Roussillon marqués par une grande diversité vont du film grand public comme De vrais mensonges de Pierre Salvadori ou Le bruit des glaçons de Bertrand Blier, au film d’auteur comme le court métrage Chienne d’histoire de Serge Avédikian, Palme d’Or du court métrage 2010 ou 36 vues du Pic Saint-Loup de Jacques Rivette. En 2011, il engage parallèlement au soutien à la production une nouvelle stratégie autour de l’écriture axée sur un accompagnement des auteurs en complément des aides financières.

découvrir & rencontrer les experts

235


Jean-Raymond Garcia ECLA Jean-Raymond Garcia dirige le pôle cinéma et audiovisuel d’Écla Aquitaine (Écrit, cinéma, livre et audiovisuel) depuis juin 2009. Il est cofondateur et codirecteur de l’APCVL, actuel Centre images, entre 1991 et 2003, puis de la maison de l’image crée en basse Normandie avant de définir, pour le compte de la mission cinéma de la ville de Paris, le fonds de soutien au 1er court métrage. Son parcours professionnel est largement orienté sur le chemin de la décentralisation cinématographique et audiovisuelle avec le désir constant « d’aider à faire les films ».

236

Michel Reilhac

Jérôme Kanapa

Kees Bakker

ARTE FRANCE CINÉMA Twitter : michelreilhac http://michel-reilhac.blogs.arte.tv

CIFAP

Institut Jean Vigo

Assistant, directeur de production et producteur exécutif, il travaille longtemps avec Claude Berri, Louis et Vincent Malle sur les nombreux films produits ou coproduits par Renn Productions et VM Productions. Il réalise ensuite des films de montage dans la suite du Chagrin et la pitié et de Français si vous saviez : La République est morte a Dien Bien Phu avec Jean Lacouture et Mai 68 avec Gudie Lawaetz. Il réalise un long métrage de fiction : L’autre bord avec Toto Bissainthe, Macha Meril, Françoise Lebrun, Raymond Bussières. Associé de Jean Pierre Rassam et Gérard Brach dans Vicco Films, il est producteur exécutif des deux films réalisés par Gérard Brach. La suite de son activité de réalisateur sera consacrée aux grands reportages pour les émissions de Michel Thoulouze et Jean Marie Cavada, puis ensuite avec Kuiv productions des « brûlures de l'histoire » et des soirées thématiques Arte. Il fonde, il y a quinze ans, le CIFAP, centre de formation pour les intermittents du spectacle, aujourd'hui devenu la référence avec plus de 800 stagiaires accueillis chaque année. Le CIFAP soutient depuis plusieurs années le Festival international des scénaristes.

Il suit ses études en Philosophie et en Cinéma et Arts dramatiques aux Pays-Bas, où il travaille pendant huit ans à la Fondation européenne Joris Ivens et où il enseigne en même temps Théories du cinéma (narratologie, sémiotique…) et Histoire et théories du documentaire aux Universités de Nimègue et d’Utrecht et à l’Académie du Film à Amsterdam. Il devient chargé de recherches concernant les systèmes de financement du cinéma et de l’audiovisuel à l’observatoire européen de l’audiovisuel (Conseil de l’Europe). Actuellement, il est directeur de projet de l’Institut Jean Vigo, Cinémathèque euro-régionale à Perpignan, où il coordonne l’ensemble des activités de l’Institut : le festival Confrontation, la programmation cinéma, les actions éducatives, les archives, les publications… Il a écrit de nombreux articles sur les théories du cinéma et notamment sur le cinéma documentaire, fait la programmation de la section Histoire de doc du festival documentaire de Lussas et vient de créer avec son associé la société de production Doc doc films.

Directeur du cinéma pour Arte France depuis mai 2002, il coproduit, à travers Arte France Cinéma, environ 27 films d’auteurs par an, français et étrangers, dont 3 documentaires. Il est aussi responsable des achats de films (une centaine par an). Il a été danseur, il a réalisé et produit plusieurs films de fictions et documentaires dont le long métrage Polissons et galipettes en 2002. Il s’intéresse tout particulièrement à l’avènement progressif du  transmédia dans la narration de fiction. Il coproduit  à Arte France Rosa de Lucile Chaufour, film de cinéma transmédia, une première pour une chaîne de télévision française. Il est par ailleurs directement associé à plusieurs autres projets transmédia en cours de développement. Il intervient régulièrement comme expert et comme conférencier dans les ateliers et séminaires transmédia en France et à l’étranger.

découvrir & rencontrer les experts

237


Boris Razon LE MONDE.FR razon@lemonde.fr

Georges Goldenstern Cinéfondation

Boris Razon est journaliste, rédacteur en chef du Monde.fr. Après des études d’histoire à l’École normale supérieure de Fontenay Saint-Cloud, il a cofondé à la fin des années 1990 le mensuel Don Quichotte, magazine d’information et d’opinion. Puis il est entré au Monde Interactif fin 2000 et en est le rédacteur en chef depuis 2002. Il a ainsi vu aux avant-postes la révolution de l’information et de ses langages et la naissance d’un nouveau média. Depuis trois ans, il est chargé au Monde.fr de produire et d’accompagner auteurs et producteurs dans la conception et la scénarisation de webdocumentaires et de projets transmédias. Parmi ces productions figurent Le corps incarcéré, prix du webdocumentaire à Visa pour l’image en 2009 ou Muti, un thriller interactif de Caryl Férey.

238

Depuis sa fondation, et durant quinze ans, Georges Goldenstern est le Directeur général d’Arte France Cinéma. Cette période est liée à des projets de toutes nationalités (Breaking the waves) et à des paris sur des premiers films (Les nuits fauves, La haine, La vie des morts…). Depuis 2002, il est à la tête de Cinéfondation. Il se consacre dans ce cadre à la recherche de nouveaux talents. En effet, la Cinéfondation a démarré en 1998 avec une sélection de 15 à 20 courts métrages d’écoles du monde entier. Depuis 2000, pour la Résidence, sont accueillis à Paris, deux fois par an, pendant quatre mois et demi, six réalisateurs qui viennent écrire leur scénario de premier ou deuxième long métrage. En 2005, Georges Goldenstern a créé l’Atelier. Quinze réalisateurs ayant écrit leur scénario, trouvé un producteur et au moins 20% de leur financement, sont sélectionnés et invités à Cannes afin d’obtenir le plus de rendez-vous possibles pour compléter ce financement et leur permettre de tourner leur film, dans les délais les plus rapides. Dans le but de continuer à aider les réalisateurs, il souhaite développer d’autres initiatives, concernant la production, la distribution, le script doctoring...


le Blog du Festival

les étudiants

en partenariat avec Paris Ouest Nanterre La Défense

1

2

3

4

Fabien Boully Ensemble à Bourges, pendant toute la durée du Festival, les étudiants du Master Professionnel « Scénario et écritures audiovisuelles » de Paris Ouest Nanterre La Défense animent, sous la direction de leur professeur Fabien Boully, le blog du Festival international des scénaristes : interviews, coulisses, anecdotes, suivi du festival mais aussi brèves insolites et échos des soirées. Le blog est conjointement publié sur les sites du Festival, de Dixit et de Cineuropa.

240

Après une maîtrise de philosophie, il entame un cursus d’études en cinéma qui le mène jusqu’au doctorat et se spécialise dans l’esthétique des films et dans l’écriture du scénario. En 2004, il soutient sa thèse sur Philippe Garrel. En 2005, il devient Maître de conférences à Paris Ouest (alors Paris X). Prenant plaisir à naviguer entre cinéma d’auteur et cinéma grand public, entre films et séries télé, il a écrit de nombreux articles sur Hitchcock, Desperate Housewives, João Monteiro, 24, Benoît Jacquot, Alien, Luc Moullet, le polar… Il est également l’auteur d’un livre sur Mon Oncle de Jacques Tati (Atlande, 2007) et le co-auteur de James Bond (2)007, Anatomie d’un mythe populaire (Belin, 2007) et James Bond, figure mythique (Autrement, 2008). Depuis 2003, il enseigne le récit et la dramaturgie en images au CEEA. En septembre 2009, il devient, avec Alain Kleinberger, directeur du Master Professionnel « Scénario et écritures audiovisuelles » créé la même année. Ce Master forme de futurs scénaristes pour le cinéma et la télévision.

5

6

7

8

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Valérie BOULESIOS-POËT Youssef CHEBBI Théo COURTIAL Emmanuella GASSAUD Judith GODINOD Isabelle JAQUET Marianne MARTIN Corinne MONCEL Juliette PILARD Antonin SGAMBATO

Master Pro Scénario et écritures audiovisuelles de Paris Ouest Nanterre La Défense Le Master Professionnel Scénario et écritures audiovisuelles forme de futurs scénaristes ou professionnels de l’écriture audiovisuelle (directeurs littéraires, lecteurs, etc.). Son but : faire acquérir les techniques dramaturgiques propres à l’écriture du scénario. La formation est d’abord pratique, sous forme d’ateliers animés par des scénaristes professionnels et des script doctors. Des universitaires spécialistes du récit et des genres assurent les cours théoriques. Des rencontres avec des producteurs, des diffuseurs, des juristes, etc., et des stages dans des maisons de production parachèvent la formation. Ce Master s’intègre sur concours.

FORMAtion Blog étudiants 9

10

241


09 Action Culturelle 244 245 246

Les Principes de l’Action Culturelle Les Films-Annonces de l’Institut des Arts Visuels d’Orléans Tout est Langage : Présentation

Les films Atelier Découverte du Bruitage Atelier Film Pocket Festival Journal de ZeJT

242

248 250 252 254

243

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre


filmsannonces

les Principes

de l’action culturelle

d’étudiants

courts métrages d’animation de l’ESAD Orléans

Faire de chaque élève un spectateur éclairé et libre de ses choix… Dans notre société moderne vouée entièrement aux images, l’éducation reste la condition indispensable pour la construction d’un regard distancié et critique. L’action culturelle du festival a pour vocation de sensibiliser le spectateur à l’écriture et au langage cinématographique. Depuis son origine, le festival a toujours à cœur de défendre des projets aux dimensions artistiques et pédagogiques ; l’action culturelle a pour objectif d’appréhender les démarches narratives, mais également artistiques et techniques liées à l’écriture audiovisuelle et cinématographique. Des actions artistiques et pédagogiques sont menées auprès du public scolaire, dans les classes des écoles, collèges et lycées, en amont du festival, afin de préparer au mieux la venue des enfants sur le festival. L’atelier Tout est Langage, rendez-vous phare et emblématique de l’Action Culturelle, analyse le scénario sous trois angles différents (l’Ecrit, l’Oral et le Visuel). Les deux films étudiés cette année sont Rouge comme le Ciel de Cristiano Bortone pour les écoles et collèges jusqu’en 4 e, et Versailles de Pierre Schoeller pour les 3e et lycéens.

les grands collégiens et lycéens. L’après-midi, des Ateliers - Découverte des métiers du Cinéma sont animés par des professionnels qui leur font découvrir l’envers du décor : cette année, le Bruitage et « comment filmer avec son téléphone portable » pour les plus grands. Le festival développe l’Action Culturelle grâce au soutien de ses partenaires territoriaux, le Conseil régional du Centre, la Ville de Bourges, mais aussi l’Adami et en collaboration avec l‘Inspection Académique du Cher et le Centre Départemental de Documentation Pédagogique de Bourges.

Maurice Huvelin Cinéaste, père de famille de cinq enfants. Auteur de films poétiques et idiots, dans lesquels je me mets parfois en scène. Je développe aussi la création de spectacles interactifs autour de la comédie. Mes personnages racontent l’absur­dité et l’ironie du quotidien. Mes histoires questionnent simplement le statut du rire dans la société grâce aux vertus de la stupidité, de l’imperfection, du non-sens ou de l’indéfendable. Je travaille actuellement sur le projet d’une comédie sauvage et fantastique, ainsi que sur la création d’un site animé loufoque. J’enseigne le cinéma, la vidéo et le film d’animation dans deux écoles d’Arts (Orléans et Cergy).

Dans le cadre de l’option cinéma de l’École Supérieure d’Art et de Design d’Orléans, des élèves ont conçu et réalisé ces films d’animation comme introduction aux séances de projection du 14 e Festival international des scénaristes de Bourges. La principale contrainte était d’annoncer le festival en moins de 45 secondes. De l’écriture au mixage final, la période de production s’est déroulée entre octobre 2010 et février 2011 sur dix séances de trois heures. Les films Forms par Nathan Krieg The Apple Falls par Emma Ison Morph’ par Mohamed Boumbadji Idée par Emma Ison Cinéma de la tête aux pieds par Carlos Bernal

Ces actions sont menées avec le soutien de : L’École Supérieure d’Art et de Design d’Orléans occupe une place particulière, au sein du réseau des 57 écoles d’art sous tutelle pédagogique du Ministère de la Culture, par son orientation design et par une situation dans une ville en plein essor. L’école s’ouvre aux métiers

Équipe pédagogique Anne-Marie Latrémolière Jean-Gabriel Monnier Georges Chesneau Maurice Huvelin

nouveaux de la création et du design contemporain, ceci afin de donner toutes les chances aux étudiants de mener, au cours de leurs trois ou cinq ans dans l’établissement, une recherche personnelle de fond, et d’être préparés à une vie professionnelle.

La venue des scolaires est répartie sur deux journées, avec un parcours spécifique pour les écoliers et petits collégiens, et un autre pour

Au sein du département design visuel, la vidéo et le cinéma d’animation font partie des options fortes et sont proposées aux étudiants dès la deuxième année. Direction : Jacqueline Febvre Responsable Atelier vidéo et film d’animation : Maurice Huvelin

244

ACTION CULTURELLE Les principes

245


Tout est langage Proposer aux enfants cet atelier, c’est éveiller leur curiosité. C’est leur faire comprendre qu’une image, une parole au même titre qu’un écrit sont des constructions intellectuelles. C’est susciter leur intérêt pour tous les modes de communication, leur permettre de mieux décrypter le flot incessant d’images du monde moderne, et pour certains également ressusciter leur enthousiasme envers la lecture et l’écriture. Cet Atelier se déroule en trois étapes qui permettent aux élèves de découvrir les trois formes narratives inhérentes à la création cinématographique que sont l’écriture du scénario, l’interprétation des comédiens et la représentation de l’histoire en images. Les élèves appréhendent ainsi trois niveaux de langage : l’écrit, l’oral et le visuel. DERNIERE MINUTE: Suite au retrait de l’Adami, le Festival n’est plus en mesure de garantir la tenue de la 2e étape de l’atelier.

Étape 1 : En amont du festival, début mars, les élèves découvrent en classe le scénario du film choisi, ils l’étudient avec leur professeur et un scénariste professionnel qui leur présente son métier et les particularités de l’écriture scénaristique. Étape 2 : Pendant le festival, les élèves assistent à une « lecture-mise en scène » du scénario par des comédiens – les Jeunes Talents Cannes de l’Adami. Le scénario est lu et joué, et les enfants découvrent l’influence de l’interprétation sur la définition des caractères.

Témoignages d’enfants et de professeurs venus au Festival : J'ai pu assister à la rencontre avec Jean Claude Petit le samedi matin. C'était très émouvant. J'avais vu de nombreux films dont il avait fait la musique. Il expliquait qu'il fallait apprendre pour ensuite oublier avant de créer. Cela m'a fait beaucoup réfléchir. J'ai donc trouvé que tout était très bien organisé, très clair, c'était une très bonne expérience. Léa Mes élèves ont tous beaucoup apprécié la programmation du matin (mise en scène du scénario et film) et beaucoup ont trouvé celle de l'après midi très intéressante; Je pense personnellement que le matin  était parfait ! Je ne manquerai pas d'inscrire ma classe au prochain festival ! Chantal W Professeur à l’école Auron à Bourges

Étape 3 : Enfin, les élèves assistent à la projection du film. Cette dernière étape met en valeur le talent du réalisateur… il raconte la même histoire, mais avec l’appui d’images et de bandes sonores. S’ajoute ainsi un troisième niveau de lecture, où toute la magie de l’histoire réside dans l’art de la mise en scène.

Nous avons assisté à l'atelier story-board du vendredi, et nous avons été ravis de cette expérience. Les élèves ont apprécié la présentation chaleureuse et détendue, ainsi que le contenu, même si le rythme était soutenu. Ils ont reconnu les questionnements que nous avions découverts dans le cadre de l'atelier cinéma du collège, et se sont enrichis de nouvelles perspectives quant à l'écriture d'un scénario et à la préparation d'un tournage. Ils sont prêts à participer à une nouvelle édition du festival !

J'ai beaucoup aimé voir jouer le scénario en vrai, par les comédiens. Avoir vu le film après, c'était bien, car ce n'était pas tout à fait la même chose, on voyait mieux les différences. Kévin Voir le scénario m'a aidé à savoir comment celui-ci est organisé. On a vu le scénariste et on a mieux compris l'intérêt du scénario, car quand je l'ai lu, je l'ai trouvé intéressant mais un peu long. Le film Entre les Murs m'a plu car il nous concerne nous, en tant qu'adolescents. Notre sortie à Bourges était intéressante car on a vu des comédiens interpréter des extraits du film. C'était original et bien joué, surtout François. La fin du film était décevante car on voit une salle vide, c'est triste. Edwige La rencontre avec les acteurs m'a appris qu'il faut rester très sérieux pour faire ce qu'ils font, ne pas rigoler, et surtout ne pas exprimer ses propres sentiments. Amandine

Sophie D Professeur au Collège Jules Verne

246

ACTION CULTURELLE Tout est langage

247


Rouge comme le ciel

Versailles de Pierre Schoeller

2004 - 90’ - 35 mm couleur Cristiano Bortone réalisation Cristiano Bortone, Paolo Sassanelli, Monica Zapelli scénario et dialogues Vladan Radovic image Stefano Campus son Davide Bassan décors Monica Simeone costumes Ezio Bosso musique Giancarla Simoncelli montage Stefano Grosso montage son Daniele Mazzocca, Cristiano Bortone producteurs Ivan Fiorini producteur délégué Orisa produzioni production

avec Luca Capriotti Mirco Francesca Maturanza Francesca Simone Gulli Felice Paolo Sassanelli Don Giulio

Une histoire d’imagination, de passion et d’espoir… Inspiré de la vie de Mirco Mencacci, un des ingénieurs du son les plus talentueux d’Italie, ce film retrace le combat obstiné d’un jeune garçon aveugle pour atteindre ses rêves et gagner sa liberté… Mirco perd la vue à l’âge de dix ans et doit poursuivre sa scolarité dans un institut spécialisé. Loin de son père, il ne peut plus partager avec lui sa passion du cinéma. Il trouve pourtant le moyen de donner vie aux histoires qu’il s’invente : il enregistre des sons sur un magnétophone puis coupe les bandes, les colle et les réécoute. L’école très stricte n’approuve pas du tout ses expériences et fait tout pour l’en écarter. Mais Mirco, loin de se résigner, poursuit sa passion...

© Les Films Pelléas

© Orisa produzioni

de Cristiano Bortone

Paris, aujourd'hui. Un enfant et sa jeune mère dorment dehors. Nina est sans emploi, ni attaches. Enzo a 5 ans. Leur errance les conduit à Versailles. Dans les bois, tout près du château, un homme vit dans une cabane, retranché de tout. Damien. Nina passe une nuit avec lui. Au petit matin, Nina laisse l'enfant et disparaît. À son réveil, Damien découvre Enzo, seul. Au fil des jours, des saisons, l'homme et l'enfant vont se découvrir, s'apprivoiser, s'attacher. Leur lien sera aussi fort que leur dénuement. Un jour pourtant il faudra quitter la cabane...

2007 - 1h53 - 35 mm couleur Pierre Schoeller réalisation, scénario, musique Julien Hirsch image Patrik Egreteau, Séverin Engler son Brigitte Brassart décors Marie Césari costumes Mathilde Muyard montage François Méreu montage son Philippe Martin, Géraldine Michelot, Olivier Guerbois producteurs Les Films Pelléas production Les films du Losange distribution France

avec Guillaume Depardieu Damien Max Baissette de Malglaive Enzo Judith Chemla Nina Aure Atika Nadine Patrick Descamps Jean-Jacques Matteo Giovanneti Enzo adolescent

Marco Cocci Ettore Simone Colombari Le père Norman Mozzato Le directeur

Etoile d’or du cinéma français 2009 du meilleur premier film remise par l'Académie de la presse du cinéma français Nommé au César 2009 du meilleur acteur pour Guillaume Depardieu et du meilleur premier film

Grand Prix au Festival international du film de Montréal pour la jeunesse (FIFEM) Mention Spéciale du Jury Festival « Cinekid » d’Amsterdam Meilleur Film de Fiction au Festival international du film de Sao Polo Prix du Public au Festival européen pour la jeunesse de Flandres Prix du Meilleur Film pour Enfants au Festival international du film de Hambourg Prix du Jeune Public et Prix du Meilleur acteur pour Luca Capriotti au Festival du film de Schlingel Prix du Meilleur Film au Festival international du film de Tel-Aviv Prix du Meilleur Film et Prix du Meilleur Réalisateur au Festival international du film de San Luis Festival du film de Toronto

248

ACTION CULTURELLE Tout est langage

249


atelier Jeune Public

Découverte du Bruitage

Bertrand Boudaud bruiteur

Le bruiteur, magicien du bruit, artiste du son ! Plus de 200 enfants, âgés de 8 à 13 ans, vont découvrir ce métier étonnant, aux facettes surprenantes et inventives. Le Bruiteur est l’héritier d’une très ancienne profession, née bien avant le cinéma sonore pour animer les spectacles de théâtre, puis le cinéma muet ; il est la personne qui reconstitue les bruits à l’aide de moyens qui font partie d’un savoir-faire souvent tenu secret… Par le biais du jeu des questions-réponses, les enfants vont découvrir que tous les bruits d’un film sont généralement retravaillés ou créés en studio. Ceux-ci accentuent ce que voit le spectateur ou donnent une ambiance : les yeux fermés, les enfants reconnaîtront facilement le bruit des pas sur la neige, mais ce qu’ils verront en ouvrant les yeux sera … une chaussette pleine de farine ! et qui sait ? peut-être auront-ils le droit d'ouvrir la valise pleine de «trucs», de la bouteille au sac plastique, en passant par les fils de fer ou ballon de baudruche…. Qui leur permettra de devenir à leur tour des magiciens du son. Cet Atelier, animé et présenté par Bertrand Boudaud, bruiteur depuis 25 ans et à son actif plus de 500 films dont le très remarqué Panique au village, sera également l’occasion de montrer le travail bien spécifique du bruitage sur les films d’animation.

« Lors de la prise de vues, le micro est dirigé sur la voix des comédiens. Donc, tous les sons parallèles produits par les acteurs - que ce soit leurs pas, les objets qu'ils manipulent, le froissement des étoffes, les ouvertures de portes - ne sont pas captés de manière optimale. Bien sûr, l'ingénieur du son effectue des sons seuls mais tous ne vont pas forcément « coller » à l'image. C'est là que le bruiteur intervient en restituant et en renforçant certains de ces sons en studio dans des conditions acoustiques idéales. Dans l'auditorium d'enregistrement, plus de bruit de circulation ou d'avion qui passe dans le ciel. Le bruiteur peut aussi donner une « couleur » de son particulière. »

Marie-Jeanne Wyckmans bruiteuse

C’est en 1985, en tant que stagiaire à Paris Studio Billancourt, que Bertrand Boudaud fait sa première incursion dans le milieu du cinéma. La même année, il découvre le métier de Bruiteur. Après quelques courts métrages, il s’attelle à son premier long métrage avec C’est arrivé près de chez vous (1992) de Rémy Belvaux, André Bonzel et Benoit Poelvoorde... En février 2011, il a obtenu une récompense en Belgique avec les Magrittes du Cinéma du « meilleur son » pour le film Panique au village. Entre temps, il a travaillé sur plus de 500 films...

600 kilos d'or pur 2010, Éric Besnard Mes chères études 2010, Emmanuelle Bercot Kill me please 2010, Olias Barco La Vie au ranch 2010, Sophie Letourneur Cash 2008, Éric Besnard Beaufort 2008, Joseph Cedar Ours d’argent au Festival de Berlin nommé meilleur film étranger aux Oscars

La belle personne 2008, Christophe Honoré, Ne te retourne pas 2007, Marina de Van Sélection officielle hors compétition Cannes 2008

Bruitage films d'animation Dragons et princesses 2010, Michel Ocelot Papa raconte 2010, Jean-Christophe Roger Panique au village 2009, Vincent Patard & Stéphane Aubier Sélection officielle hors compétition au festival de Cannes 2009

« Dans une main, une fourchette malaxant une peau de chamois humide déposée dans une assiette, dans l’autre une roulette frétillante sur une caisse en bois…mais quelle drôle d’attitude ! et c’est un métier ça ? Je pense qu’il faut aimer le jeu et rester un grand enfant pour faire ce métier… en fait mon travail est de remplacer, compléter, enrichir le son direct et le montage son… Mon plus grand bonheur est de donner un peu de vie à l’image. »

Bruitage cinéma

Agrippine 2008, Franck Vibert Panique au village 2002, Vincent Patard & Stéphane Aubier série de 20 épisodes Pic Pic André 1988-1999, Vincent Patard & Stéphane Aubier série de 4 courts métrages

Les Chansons d’amour 2007, Christophe Honoré Avida 2006, Benoit Délepine & Gustave de Kervern Cadeau du ciel 2005, Dover Kosashvili Mon ange 2004, Serge Frydman Le rôle de sa vie 2003, François Favrat 17 fois Cécile Cassard 2002, Christophe Honoré Clément 2001, Emmanuelle Bercot Train de vie 1998, Radu Mihaileanu Haut les coeurs 1998, Solveig Anspach

Rayman 1999, Laurent Genet série TV ça Cartoon série TV

Philippe Van Leer bruiteur

250

ACTION CULTURELLE Découverte du Bruitage

251


atelier Jeune Public

Film Pocket

Comment tourner un film avec son téléphone portable

Le téléphone portable est dans toutes les poches. Qu’on le veuille ou non, cet objet commercial a changé notre vie : éclatement de la sphère privée, évolution de la perception de l’espace et du temps, nouvelle façon d’écrire, nouveau langage… et en 2005, la vidéo est arrivée dans nos téléphones ! Tous les adolescents ont désormais un ­téléphone-caméra et si les adultes utilisent leur téléphone portable pour téléphoner, ce n’est pas le cas de ces adolescents ! Aujourd’hui, il n’y a presque plus de téléphone sans caméra ; elle est obligatoire, voire indispensable… Les nouveaux enjeux ne sont plus économiques mais culturels. La production d’images est devenue un acte de langage, alors comment en faire maintenant un véritable outil d’éducation, de socialisation et de création ? Comment tourner avec son téléphone portable ? Avec les outils modernes d’aujourd’hui, comment monter une fiction ou une série ? Où la montrer sur le web ? Comment faire de ces petites caméras qui ne « valent rien », les téléphones, les lecteurs mp3, les pocket-cams, les appareils photo, de véritables outils de création ? Et pourquoi ? Enjeux économiques, enjeux esthétiques, enjeux sociaux ? Comment construire une écriture spécifique, qui est sans doute intimement liée au corps ? Comment travailler une pensée du geste particulière à « l’œil dans la main » ? Quels sujets nouveaux s’offrent dans ces pratiques profondément liées à la matérialité d’un outil ? Quelles opportunités se construisent ?

252

Ces questions seront abordées de manière pratique par cet atelier et les 30 élèves de 1ère en option audiovisuelle du Lycée Edouard Vaillant de Vierzon se prêteront au jeu de cet exercice de création moderne et originale pour en mesurer tous les enjeux. L’atelier sera animé par Benoît Labourdette, fondateur du Film Pocket Festival, et réalisateur lui-même de ces films d’un genre nouveau et se déroulera en trois parties : Présentation théorique Exercice pratique de réalisation d’un film court Projection des films lauréats des dernières éditions du Film Pocket Festival

Benoît Labourdette Auteur, réalisateur et producteur (Quidam production - www.quidam.fr), Benoît Labourdette écrit et réalise fictions, documentaires, œuvres expérimentales et participatives. Longs métrages : La tête dans l’eau (1995), Fatigue (2000), Triton (2007), Les acteurs inconscients (2009). Benoît Labourdette est aussi expert dans le domaine des écritures numériques. Il a fondé le Festival Pocket Films en 2005 avec le Forum des images (Paris). Il est délégué artistique du Festival Caméras Mobiles (lux Valence). Il a publié en 2008 aux Éditions Dixit, Tournez un film avec votre téléphone portable. Il met en place des projets d’édition vidéo, de développement web et VOD, et accompagne des structures dans leur développement numérique. La pédagogie est aussi un de ses principaux domaines d’intérêt. Il enseigne à l’université de la Sorbonne nouvelle, à l’ESAV Toulouse, au Fresnoy studio national, à l’école des Beaux Arts de Paris.

ACTION CULTURELLE Film Pocket

253


Journal de ZeJT

www.youtube.com/user/ZeJT

L’Espace Jeunes est un service municipal de la ville de St Germain du Puy dans le Cher. C’est un lieu d’animation et de loisirs, mais aussi une structure d’information généraliste (Point Information Jeunesse) et encore un espace de consultation et de création multimédia. Tous ces services s’adressent aux jeunes de 15 à 25 ans et résidant sur la commune. ZeJT est né de cet espace d’animation. C’est un journal télévisé que des jeunes réalisent et publient sur Internet. Ce regard qu’ils portent sur le monde qui les entoure reflète et revendique leur amateurisme, leur candeur, mais aussi leur dynamisme, leur engagement, leur curiosité et leur point de vue. Pratique passagère pour certains, ou véritable vocation pour d’autres, cette expérience de l’image s’avère un moyen d’expression original !

254

Ce sera la 7e année de présence de l’équipe de ZeJT, elle réalisera un court reportage sur le déroulement de ces 14 e rencontres du Festival international des scénaristes.


10 Générique 258 260 262

Les animateurs L’équipe Les annonceurs

Les remerciements Index des films Index des invités

256

263 268 269

257

NOM DU CHAPITRE

Contenu ou nom du sous-chapitre


Les

animateurs

258

Brigitte Coscas

Claude Duty

Julien Goetz

D’une famille de scientifiques, Brigitte Coscas rencontre à l’adolescence la troupe Extincteur, dirigée par Stéphan Olry. Elle joue des comédies musicales à succès, puis interprète plusieurs rôles au cinéma et à la télévision. Au théâtre, dirigée par Gérard Vergez et Bernard Murat, elle s’appuie sur la régularité et la discipline de la scène pour commencer à écrire, puis autoproduire ses premiers courts métrages. Georges Benayoun, qui produit alors la collection Premières vues, lui propose de réaliser un documentaire fiction sur le thème du passage à l’âge adulte : Les Mères Méditerranées. Pour Mange ta famille, elle obtient la fondation Beaumarchais et finit d’écrire à la Villa Médicis. La collabo­ ration avec François Marquis l’amène à réaliser plusieurs autres films dont Les Vampes. Après son premier long métrage, Mamirolle, préférant pour un temps la réalisation à l’écriture, elle choisit de diriger une dizaine d’épisodes de la série PJ. Elle se remet ensuite à écrire pour le cinéma et prépare actuellement un thriller qu’elle tournera au début de l’année prochaine, La perle.

Après des études d’arts appliqués, Claude Duty entame une carrière de graphiste publi­ citaire à Rouen. Il commence à tourner des films amateurs, passant du super 8 au 16 mm, puis du 16 au 35 mm. Il réalise alors 21 courts métrages à un rythme d’un par an, parmi lesquels Les énervés de Jumièges (1986), Mourir en Macédoine (1988), Ménage à froid (1991), Le goût du couscous (2000) ou encore la séquence finale d’Irma Vep d’Olivier Assayas. Claude Duty travaille également au programme court de Canal + pendant presque six ans. En 2001, il met en scène son premier long métrage : Filles perdues, cheveux gras. Fort de ce succès, Claude Duty retrouve Marina Foïs pour les besoins de Bienvenue au gîte. En 2006, il réalise avec Olivier Brunet le documentaire Mercredi 14h. Ça ne rime à rien, son dernier film, a été projeté au Festival du film d’animation d’Annecy 2008 et nommé aux Lutins du court métrage 2009. Il termine en ce moment un très court métrage d’animation en volume : Civilisation. En parallèle, il participe en tant que « modérateur » à de nombreux festivals : le festival de court métrage de Clermont Ferrand, le festival de cinéma européen des Arcs, Off-Courts à Trouville… sans oublier bien entendu le Festival international des scénaristes de Bourges !

Il a découvert les planches, adolescent, dans les salles des conservatoires à Saint-Germainen-Laye puis à Tours. Alors qu’il se frotte à différents milieux professionnels (journalisme, radio, multimédia...), il continue son apprentissage d’acteur dans un cours parisien au Café de la Gare puis intègre pour deux ans l’école européenne Le Cerisier créée par la compagnie du Styx Théâtre. Il tourne aujourd’hui avec plusieurs compagnies (Styx Théâtre, La tête ailleurs, L’orle d’or). Dernièrement, il a joué dans Le Menteur de Corneille et Chronique(s) de Xavier Durringer. Côté cinéma et télévision, il a joué dans Versailles, rêve d’un roi de Thierry Binisti et il a fait une apparition l’an dernier dans Micmacs à tire-larigot de Jean-Pierre Jeunet. Également auteur, il a écrit une pièce qu’il a mis en scène il y a trois ans (Marée basse) et coécrit actuellement un premier long métrage. Il est aussi musicien : il a co-composé deux bandes originales pour des documentaires et il vient de terminer la musique d’un spectacle pour enfants.

GÉNÉRIQUE Les animateurs

259


Photos © Julien Bigeon

association

Scénario au Long Court 23, rue du Buisson St-Louis 75010 Paris tél. 01 44 84 38 11 et 09 62 23 12 97 info@scenarioaulongcourt.com www.scenarioaulongcourt.com

Frédérique Fragonard Présidente Isabelle Massot Déléguée générale Sylvie Demaizière & Benoît Meignan Directeurs technique et artistique

PÔLE COMMUNICATION ET ACTION cULTURELLE Nora Charifi Chargée de la communication et des relations presse

Alexandra Robin Assistante de la Déléguée Générale et régie copies Nathalie Mercier & Brigitte Coscas Consultantes

PÔLE RÉGIE

COMITÉ DE SÉLECTION

CONCEPTION GRAPHIQUE

Benoît Fontenaille Responsable Lumières

Isabelle Massot & Isabelle Ly Forum de Fiction

Polymago 25, rue Michel Le Comte 75003 Paris www.polymago.fr

Alexis Trompat Régisseur adjoint

Stéphanie Buchon Stagiaire assistante Action Culturelle

Claire Genetiot Stagiaire programmation & formation

Karine Dépont Responsable technique Portraits Sonores

Pierre Chapat & Alfredo Altamirano Photographes

PÔLE COORDINATION

Martin Sauvageot Responsable ambiance

PÔLE ÉDITION Corinne Amson Responsable des textes et de la documentation Nora Charifi Réalisation et fabrication

Emmanuelle Balestrieri Directrice administrative et financière

Mathilde Elu Chargée de mission webmaster

Julie Carrère Directrice des Relations Extérieures et de l’Action Culturelle

PÔLE PROGRAMMATION Clément Postec Responsable Programmation & formation Valérie Ganne Responsable du Marathon d’écriture du court métrage Isabelle Ly Responsable des Forums des auteurs

Alice Lipowczyk Responsable des invités et des accréditations Tyka Raimundo Régie production Estelle Gallier Responsable accueil Fanny Mary Bureau de liaison MIIE Claire Genetiot Stagiaire logistique workshops Baptiste Guichot Stagiaire coordination musiciens Camille Cattiaux & Alice Bubbe Stagiaires coordination

Cécile Authiers, Romain Fabry & Marie Robert Renfort régie bénévoles CHAUFFEURS VOLONTAIRES Philippe Buvril Jean-Paul Clavier André Decourt Chantal Decourt Alain Droiton Jacky Foquet Maurice Legrand José Mateu Bernard Meunier Jean-Pierre Meerchoot Amélie Morel Jean Noémi Patrick Pajon Dominique Paré Jean-Philippe Sartori Le Festival remercie tous les bénevoles.

Clément Postec Forum du Documentaire Julie Carrère Forum d’Animation Valérie Ganne Marathon du court métrage CATALOGUE Graphisme Polymago Conception Isabelle Massot Préfaciers Corinne Amson Jean-Baptiste Thoret Frédéric Temps Julie Carrère Ghislain Cravatte Benjamin Dupas Valérie Ganne Clément Postec Jean Teddy Filippe Frédéric Krivine Isabelle Ly Nora Charifi Martin Sauvageot Benoît Labourdette Brigitte Coscas

Juliette Weisbuch Quentin Weisbuch Quentin Vijoux CONCEPTION INTERNET Mosquito 23, rue du Buisson St-Louis 75010 Paris www.mosquito.fr TTT Frédéric Trétout 23, rue du Buisson St-Louis 75010 Paris frederic@tretout.com Mathilde Elu matmontreal@yahoo.fr Toute l’équipe de l’agence culturelle.

Mise en pages Quentin Vijoux

Julie Carrère Responsable Films d’animation

260

GÉNÉRIQUE L’équipe

261


Annonceurs 75 107 187 199 63 272 couverture

57 133 239 couverture

43 115 couverture

67 couverture couverture couverture

255 couverture

173

262

2A développement ABK6 BIVC Bouvet CIFAP Concordances Eclair group- Télétota- LNF Groupe Ouest Hermesiane JLT Le Film Français Nagra Procirep Région Centre Rubini & Associés SACD SACEM SCAM Tapages Ville de Bourges Xotis

Remerciements Conseil Régional du Centre François Bonneau Président du Conseil régional du Centre Antoine François Directeur de Cabinet Sylvie Fredon Directrice adjointe de Cabinet Carole Canette Vice-Présidente de la Région Centre déléguée à la Culture Marc Brynhole Président de la Commission Culture Emmanuel Porcher Directeur Général délégué à la Culture et aux Sports Olivier Cayatte Directeur de la Culture Christophe Marion Conseiller Culture et Affaires Internationales au Cabinet du Président Frédérique Wagon Directrice de la Communication et des Relations Publiques

Catherine Bernard Directrice de l’Information et de la Presse Marlène Bona Pôle Édition et Publicité – Direction de la Communication Et les services et collaborateurs du Conseil Régional de la Région Centre Ville de Bourges Serge Lepeltier Ancien ministre, Maire de Bourges Philipe Gitton Maire adjoint chargé de la Culture et du Patrimoine Guillaume Boutié, Directeur de cabinet du Maire François Pouply Directeur général des services de la ville Jean François Foucault Directeur de la Culture, du Patrimoine et du Tourisme Nicolas Varin Directeur de la communication

GÉNÉRIQUE Remerciements

263


Frédéric Droguet Directeur général adjoint Et les services de la Ville de Bourges   CNC centre national de la cinématographie et de l’image animée

Eric Garandeau Président Audrey Azoulay Directrice Générale déléguée Anne Cochard Directrice de la création des territoires et des publics Michel Plazanet Chef du service de l’action territoriale Yves Le Pannerer Chargé de mission territorial Galatée Castelin Chargée de mission soutien aux scénarios Guillaume Blanchot Directeur du multimédia et des industries techniques

SACD société des auteurs et compositeurs dramatiques

Laurent Heynemann, Président Pascal Rogard Directeur Général Bertrand Tavernier Président de la commission cinéma Sophie Deschamps & Michel Favart Co-Présidents de la Commission télévision Jérôme Dechesne Directeur de l’Audiovisuel

Catherine Boissière, Directrice du Département Relations Professionnelles et Communication Olivia Brillaud, Responsable des relations professionnelles et publiques et de la communication aux sociétaires Et toute l’équipe de la

Christine Coutaya Chargée d’Action Culturelle pour l’ Audiovisuel

SCAM

Anne Branchereau Chargée de Mission à la Direction de l’Audiovisuel Mireille Jacques Maison des auteurs Et toute l’équipe de la

DRAC Centre direction régionale des affaires culturelles

SACEM

Jean-Claude Van Dam Directeur régional des affaires culturelles

Bernard Miyet Président du Directoire

264

Aline Jelen Chargée de Mission, division culturelle

Valérie-Anne Expert Responsable du service des Actions Culturelles

SACD

Luc Noblet Conseiller Cinéma

Olivier Bernard Directeur de l’action culturelle

société des auteurs compositeurs et éditeurs de musique

Claude Lemesle Président du Conseil d’Administration

SACEM

société civile des auteurs multimédia

Procirep société civile des producteurs de cinéma et de télévision

Alain Sussfeld Président Idzard Van der Puyl Secrétaire Général Sidonie Dumas Présidente de la Commission Cinéma Catherine Fadier Responsable de la Commission Cinéma Et toute l’équipe de la

Jessica Roesch Responsable courts métrages Isabelle Ehrhart Assistante de direction Association Beaumarchais Corinne Bernard Directrice Concordances Gilles Mériguet Elise Gruit

Procirep fondation d’entreprise

france télévisions Rémy Pfimlin Président Marie-Anne Bernard Déléguée générale

Le Groupe Ouest Antoine Le Bos Charlotte Le Vallegant Film Talents Lionel Amant

ASA association des scénaristes de l’audiovisuels (belgique)

Laurent Denis Frédéric Castadot Centre des Monuments Nationaux palais jacques cœur

Jean-Marc Bourré Caroline Boutrelle ENSA

école nationale supérieure d’art de bourges

Stéphane Doré Jean-Michel Ponty Jean-Yves Gauthier Nadia Lecocq Et toute l’équipe de l’ENSA Agence culturelle de Bourges

Guy Seligmann Président

Sophie Delorme Déléguée générale adjointe

CIFAP Jérôme Kanapa

Hervé Rony Directeur général

Rubini & Asssociés

Et toute l’équipe de

Hugo Rubini

Séquences 7 Frédéric Davoust

Eclair group Télétota - LNF

Editions Dixit Jean-Pierre Fougea

Conservatoire de Musique de la Ville de Bourges

2A Développement Ghislain Cravatte

Véronique Souchet Pascale Verheecke Pascal Bessonneau

Université Paris Ouest Fabien Boully

Le Muséum d’Histoire Naturelle

Eve-Marie Cloquet Directrice de l’action culturelle Jean-Pierre Mast Direction de l’action culturelle, bourse et prix Et toute l’équipe de la SCAM

Thierry Forsans Président Directeur Général Olivier Béchat Directeur commercial des productions Frédéric Lovichi Responsable communication & marketing

Michel Pobeau Directeur l’agence

Carole Paulevée-Doppia

GÉNÉRIQUE Remerciements

265


L’Office du Tourisme de Bourges

ABK6 Gilles Abecassis

Nicolas Jean Alain Ferrandon Emmanuelle Gau

Nagra France Francis Guerra

La Cathédrale de Bourges Chanoine Joël Massip Les Architectes des Bâtiments de France Inspection Académique François-Albert Coudray CDDP Cher centre départemental de documentation pédagogique

Daniel Anguera Frédérique Franc TAPAGES Nicolas Launay Le Bureau Interprofessionnel des Vins du Centre Benoît Rourmet Les Vins Bouvet-Ladubay Jean-Maurice Belayche Les Comptoirs San Bao Franck Ponceau

266

CEEA conservatoire européen d’ecriture audiovisuelle

Patrick Vanetti Marie-Laure Lotti IAV

XOTIS Gérard Bouillard Marc Dumont

institut d’arts visuels d’orléans

Maurice Huvelin INIS

JLT Olivier Hagneré

institut national de l’image et du son de montréal

Jean Hamel Directeur Communications et Marketing

Ecrannoir.fr Vincy Thomas France Bleu Berry Roger Brocas Jérôme Guyon LE FILM FRANÇAIS Laurent Cotillon Pauline Liebens BIP TV André Laignel Sophie Cazé La Guilde Française des Scénaristes Christine Miller Honorine Weiss La fémis

INSAS institut national des arts du spectacle de bruxelles

Laurent Gross Sabine Bourgeois L’Espace-Jeunes de Saint Germain du Puy Bernard Grimel Coulisses Patrick Ponchon Lilian Raimundo Les Greniers de Saint Martin Monsieur Robert

Marc Nicolas Pascale Borenstein Carine Burstein Julie Tingaud Et toute l’équipe de La fémis

LS VIDEO

MOSQUITO

Et aussi :

Emmanuel Rouillier Julien Bigeon

Diaphana Léna Force & Alexandra Louisa

AGENCE QUELLE BELLE HISTOIRE Christophe Ledannois Elise Touchard Les 5 comédiens Talents Cannes de l’Adami Hugo Becker Anouk Féral Elodie Huber Virginie Guillou Vincent Marie COPIES DE FILMS Nos plus vifs remerciements vont à Cristiano Bortone pour la mise à disposition du scénario de Rouge comme le ciel, ainsi qu’aux Films du Losange pour le prêt du scénario de Versailles. Également à : Diaphana Films et Haut et court pour les films et les photographies des films écrits ou réalisés par Gilles Marchand

Haut et Court Christelle Oscar Collectivision Axel Javelly Gaumont Olivia Colbeau-Justin Les films du préau Emmanuelle Chevalier Les films du losange Camille Verry Agence du Court Métrage Karim Allag & Elsa Masson Bagheera productions Sophie Goldman G.R.E.C Marie-Anne Campos Canal + : Programmes courts et création Pascale Faure Stéphanie Dormeau Nasradin Lazreg La fémis Géraldine Amgar Ysé productions Marie Agnély Hyppolite films Pierre Benqué Paris-Brest productions Olivier Bourbeillon

Laurent Sébillaud

Autour de Minuit Amandine Boué

Meubles Poubeau

Czar Ben Vandendaele

Monsieur Poubeau

Et Philippe Praliaud pour la mise à disposition des photographies de tournage de Gilles Marchand ainsi que Bertrand Gatignol pour les dessins préparatoires des personnages de l’Autre monde

ISABELLE MASSOT REMERCIE Gilles Marchand Frédéric Krivine Jérôme Bonnell Béatrice Thiriet Guy Seligmann Jean-Pierre Fougea Brigitte Coscas Sophie Deschamps Hugo Rubini Benjamin Dupas Nathalie Mercier Frédérique Fragonard Emmanuelle Balestrieri Sylvie Demaizière Michel, Baptiste, Augustin Guichot Les ateliers St Louis ainsi que toute son équipe.

GÉNÉRIQUE Remerciements

267


Index des films 223

A gentle créature

Index des invités 218

Marc James Roels

222

Bad night for the Blues Chris Shepherd

31

Bon voyage Jean-Paul Rappeneau

214

Carne Gaspard Noé

218

Celluloïd Gangster Hugo Pivois

217

Coucou-les-nuages Vincent Cardona

214

Gisèle Kerozène Jan Kounen

29

Harry, un ami qui vous veut du bien Dominik Moll

223

Mompelaar Marc James Roels et Wim Reygaert

217

Nova Eva Guillaume Martinez

268

Out ! Marie-Baptiste Roches

213

Over the rainbow Alexandre Aja & GRÉGORY LEVASSEUR

30

Qui a tué Bambi ? Gilles Marchand

248

Rouge comme le ciel CRISTIANO BORTONE

222

Silence is Golden Chris Shepherd

213

Les Vampes Brigitte Coscas

249

Versailles PIERRE SCHOELLER

215

Victor François Ozon

219

Le Vivier Sylvia Guillet

209

Les yeux sans visage Georges Franju

A Aguado Fabienne Alejos Santiago Alvaro Anne Alyx Karen Angil Arbaudie Marie-Claude Arbouet Frédérique Atlas Corinne Aupetit Sixtine Aurelle Camille

235 129 32 93 207 108 228 104 92 142

B Bakker Kees Baradat Elodie Bararuzunza Hélène Barzegar Karine G. Baum Clara Beaulieu Marcel Bellet Violaine Benqué Pierre Berliner Alain Bernot Loris Bidegain Thomas Bientz Stéphane Blanchon Fabien Bodet Pascale Bonneau François Bonnell Jérôme

237 93 39 132 81 183 94 109 37 204 58 92 143 70 9 195

Boscheron Thierry Boudaud Bertrand Boudineau Thomas Boully Fabien Breniaux François Bulté Julie

124 251 207 240 124 171

C Cabel Stéphane 95 Campion Marieadèle 228 Cardona Vincent 148,217 Carpita Anaïs 51 Castadot Frédéric 27 Chamaillard Sébastien 128 Chambon Marie-Sophie 52 Charlet Alexandre 109 Cheong Chi Mo Jeremy 138 Citti Marc 33, 194 Collas de la Roche Manuel 110 Coscas Brigitte 258 Coumans Thomas 33 Courcol Emmanuel 59 Couvreur Bénédicte 114 Couvreur Damien 114 Cravatte Ghislain 169 Créancier Marc Benoît 110 Cuenca Catherine 144

GÉNÉRIQUE Index des invités

269


D

G

J

Dang Tran Quoc 181 Daphy Fabien 92 D’Artemare François 111 De Balasy Margot 39 De Blignières Valentine 64 Deloingce Laureline 139 Delozier Mathieu 100 Demoulin Xavier 204 Denis Laurent 27 Deschamps Sophie 12 Deshays Daniel 227 Diaz Lisa 164 Dietschy Vincent 30, 197 Dos Santos Daniel 141 Douël Gaëlle 164 Drissi Nezha 77 Dubois Louise 39 Dumoulin Marianne 186 Dupas Benjamin 170, 179 Dutier Aurélien 207 Duty Claude 259

Garandeau Eric 11 Garcia Jean-Raymond 236 Garnier Maud 92 Garnon Pierre-Louis 39 Garret Laurence 71 Gatel Magali 145 Gefter Marina 65 Gendron Kwende Patricia 170 Génicot Thierry 227 Glachant Chloé 92 Goetz Julien 259 Goldenstern Georges 238 Gorce Olivier 34 Gougeon Christophe 76 Granier-Deferre Christopher 34 Grellat Isabelle 65 Grellety Rémi 66 Guellaf Alain 164 Guetta Jérémy 128 Guillemin Sophie 203 Guillet Sylvia 150, 219 Guiol Julien 93

Jacquart Laetitia Jeunet Lou Joly Benoît

E Eisenchteter Marc Espagno Claire

96 84

F Fageol Valérie Fauvet Laurence Favart Michel Feulié Emmanuel Filippe Jean Teddy Flament Bénédicte Francou Marine

270

79 170 12 235 106, 191 141 171

H Haglund Erika Hamich Saïd Hassoun Deborah Haulica Lissandra Havas Judith Hervoches Nicolas Hue Jean-Charles Huvelin Maurice

93 39 92 111 170 164 74 245

142 97 93

K Kanapa Jérôme Karine Sabrina Keravec Emmanuel Kohn Olivier Kozlova Laetitia Krasker Hadrien Krivine Frédéric

237 54 164 60 231 39 123, 189

L Labarussiat Alexandre 93 Labourdette Benoît 253 Lachaud Dorothée 126 Lachenaud Marine 39 Lahore Marc 93 Lasjaunias Nicolas 144 Lasry Philippe 100 Le Bos Antoine 183, 184 Le Bozec David 39 Lemesle Claude 13 Lenoir Nathalie 98 Le Nôtre Pascal 85 Lepeltier Serge 8 Le Postec Sullivan 181 Lepoutre Juliette 112 Lesueur Rémi 139 Leviant Michel 99 Liégeois Philippe 66 Lili 202 Lilti Julien 164, 186 Loizillon Christophe 72

M

P

Macé Gaëlle 61 Main Fabrice 164 Marcadier Clémence 93 Marchand Gilles 19 Martin Guillaume 92 Martin-Hilbert Antonin 172 Martinez Guillaume 149, 217 Mary Fanny 161 Massot Isabelle 6 Mazodier Christophe 112 Mercurio Stéphane 73 Merlet Agnès 180 Metge Daniel 170 Michaud Alexandre 39 Michelot Géraldine 113 Molia Christie 113 Moll Dominik 29, 30, 197 Mollaret Mahault 93 Mordillat Gérard 103 Moreau Delphine 229 Morice Juliette 53 Muller Sophie 93

Pagot François Paillé Catherine Perret Emma Pflimlin Rémy Picon Elise Piera Stéphane Pilato Carole Pivois Hugo Potoky Clarisse Pouzol Magali Pratz Guilhem

N Neirotti Savina

185

O Oré Bruno Oudin Jordane

93 93

S 203 62 56, 164 15 229 83 92 149, 218 93 130 80

Q Qiaowei Ji

92

R Ramonet Tancrède 77 Rappeneau Jean-Paul 24, 31, 197 Raynaud Eric 105 Razon Boris 238 Reilhac Michel 236 Renault-Geslin Elisabeth 93 Révérend Alexandre 82 Roches Marie Baptiste 150, 218 Roels Marc James 221 Rollier Denis 164 Ropert Axelle 102 Rosselet Jessica 145 Rubini Hugo 35

Saari Alyosha Sadki Sarah Sanson Charlotte Scob Edith Seligmann Guy Shepherd Chris Shimano Aya Simard Geneviève Soubrier Juliette Spengler Oona Stévenin Sagamore Svartzman Boris

140 230 127 35, 208 14 221 230 39 172 69 41 231

T 92 Teisseire Julien 180, 189 Temps Frédéric 130 Theobald Clément 195, 202 Thiriet Béatrice Thoret 179, 196, 198 Jean-Baptiste

V Van Dam Jean-Claude Verpilleux Nicolas Vial Alice Vilquin Thomas Voinchet Marc

10 164 54 92 198

W Wagner Sarah

GÉNÉRIQUE Index des invités

92

271


un festival

d’émotions

imprimeur d’émotions offset et numérique

Parc Comitec • 5-7, rue Jules Ferry • BP 220 • 18005 Bourges cedex

02 48 69 72 60 • contact18@concordances.fr

Catalogue 2011  

Festivale International des Scénaristes de Bourges - Catalogue 2011

Catalogue 2011  

Festivale International des Scénaristes de Bourges - Catalogue 2011

Advertisement