Page 241

ANNEXES.

451

l'étranglement, que présente sur ce point l’Amazone rétréci jusqu’à 1800 mètres environ, jugea que cette situation était très avantageuse pour un fort et chargea Manoel de Motta e Siqueira d’en construire un pour commander le détroit. Siqueira appela les Pauxis, qui demeuraient aux environs et transporta leur aldée au pied du fort. Ce fort subsista longtemps, toutefois il était complètement abandonné, quand, en 1854, on construisit le fort actuel. En 1758, l’aidée de Pauxis était élevée sous le nom d’Obidos à la catégorie de villa (bourg) par le capitaine-général Francisco Xavier de Mendonça Furtado, qui assista personnellement à l'inauguration. En 1854, Obidos fut élevée à la catégorie de ville (cidade). Une comarca d’Obidos fut créée en 1867, avec Obidos pour chef-lieu. La colonie militaire d’Obidos était située très près de l’embouchure du Trombetas. Elle était limitée au sud par l’Amazone, au nord elle était traversée par le rio Curussamba. Elle mesurait près de deux lieues de façade sur l’Amazone, de l’igarapé Sucurijú à l’est, au lac et à l’igarapé Kirikiri à l’ouest. Obidos possède deux églises, la cathédrale, inaugurée en 1827, et la chapelle de Bon Jésus, au-dessus d’une petite ancienne chapelle construite par souscription ouverte en 1855 entre les habitants d’Obidos pour accomplir une promesse faite vingt ans auparavant pendant la guerre civile du Cabanagem. Cette chapelle est aujourd’hui en ruines (1883). En 1857 se publia à Obidos un journal hebdomadaire : La Senti nelle Obidense. Il vécut un peu plus d’un an. En 1867 en parut un autre : l'Industrie, qui dura moins de temps encore. En 1873 la ville comptait deux écoles primaires dont une pour les garçons avec 46 élèves et une pour les filles avec 37 élèves et une école nocturne fréquentée par 15 élèves. En 1873 la ville comptait de 1,000 à 1,200 habitants et le municipe de 8 à 10,000. On comptait environ dans la ville de 160 à 180 propriétés. Le municipe possédait de 14 à 16,000 têtes de bêtes à cornes. L’industrie pastorale est une des plus importantes du municipe. Le Trombetas passe pour être une des rivières les plus riches de l’Amazone en bois de toutes sortes. Obidos en exporte pour une assez forte somme. En 1884 Obidos comptait 1500 habitants. C’est la ville la plus importante de la rive gauche de l’Amazone entre Manâos et Macapá. L’agriculture est florissante dans le municipe, le cacao en est la branche la plus importante. La production du café suffît à peine à la consommation. Le tabac est cultivé sur une plus petite échelle encore que le café, sa meilleure qualité et la plus grande quantité

La France équinoxiale. Voyage à travers les Guyanes et l'Amazonie. 2  

Coudreau, Henri A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. C...

La France équinoxiale. Voyage à travers les Guyanes et l'Amazonie. 2  

Coudreau, Henri A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. C...

Profile for scduag
Advertisement