Page 223

433

ANNEXES.

Crevaux, sans preuves, les dit disparus. Poupourouis. — Tribu que Leblond indique comme habitant sur l’Ouaqui, en aval des Aramichaux. Crevaux prétend avoir vu, chez les Roucouyennes du Jary, le dernier des Poupourouis. On les appelait aussi Apourouis. Le conego de Souza, en 1873, cite dans le haut du Jary une tribu qu’il appelle des Japuruhi. Roucouyennes. — Ces Indiens se donnent à eux-mêmes le nom de Ouayanes, nom qui donne peut-être la véritable origine du mot Guyane. Le nom de Roucouyennes leur a été donné par les créoles de la Guyane française, et les Brésiliens, à leur suite, ont adopté ce nom pour désigner les Ouayanes. Patris est le premier qui nous donne des détails précis sur les Roucouyennes. Il se rendit dans leur pays en remontant le Maroni après avoir descendu l’Aroua. De chez les Roucouyennes il se rendit au mont Tripoupou qui se trouve à l’extrémité du pays des Roucouyennes et qui doit être un chaînon, un massif des Tumuc Humac. Les Roucouyennes, qui l’avaient accompagné jusqu’au Tripoupou, l’obligèrent, de là, à rebrousser chemin par peur des Oyampis, leurs ennemis, avec lesquels ils étaient alors, et furent depuis, longtemps en guerre. Noyer, en 1824, afffirme que les Roucouyennes ont été exterminés jusqu’au dernier par les Oyampis ! En 1832, Leprieur rencontre quelques Roucouyennes au bas Oyapock parmi les Pirious, les Arouargues et les Maraouanes. En 1854 et 1855, d’après les PP. Dabbadie et Alet, ils descendaient assez souvent jusqu’à Saint-Georges d’Oyapock. On m’a aussi affirmé qu’ils descendaient à cette époque jusqu’à Sainte-Marie de Counani et jusqu’au bourg d’Approuague. Ils ont cessé de descendre à la suite de la condamnation à Cayenne de l’un des leurs pour un assassinat qu’il n’aurait pas commis, dans un placer de l’Approuague, sur la personne de M. Félix Couy. Crevaux, le premier, dans ses deux voyages du Jary et du Parou. put recueillir sur cette tribu des renseignements précis. Trios. — Crevaux est également le premier qui nous ait fourni quelques notions sur les Indiens Trios qui habitent les sources du Parou et du Tapanahoni. Oyacoulets. — Les fameux Oyacoulets, tribu légendaire à peau blanche, aux yeux bleus et à la barbe blonde, ont, depuis une trentaine d’années, beaucoup préoccupé les placeriens et les voyageurs, mais personne ne les a encore vus. Ils habiteraient un affluent de gauche de l’Itany, vers le troisième degré de latitude nord. T.

II.

28

La France équinoxiale. Voyage à travers les Guyanes et l'Amazonie. 2  

Coudreau, Henri A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. C...

La France équinoxiale. Voyage à travers les Guyanes et l'Amazonie. 2  

Coudreau, Henri A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. C...

Profile for scduag
Advertisement