Page 104

314

MOEURS DES OUAPICHIANES

porter comme ornement des pièces d’argent passées en colliers autour du cou ou tombant sur la poitrine est fort répandue chez les Ouapichianes. Mais c’est principalement aux enfants que cet ornement est réservé. Ces pièces sont généralement anglaises, ce sont des schellings et des demischellings. Cependant on en trouve des nationalités les plus inattendues : j’ai vu des Atorradis porter au cou des pièces de 50 centimes à l’effigie de Napoléon III. Après les pièces d’argent ou de nickel, il faut citer les perles, d’un usage bien plus général. Les perles sont le vêtement des femmes. Elles composent la tangue, seul voile nécessaire à la pudeur indienne, et quand la femme sauvage possède à discrétion les précieux grains colorés, elle s’en fabrique des bracelets, des colliers, des ceintures, aspire à s’en couvrir le corps. Quelques-unes en font une véritable débauche. Elles en ont des kilomètres sur le corps, aux poignets, aux chevilles, à la ceinture, au cou ; mais pas comme les Galibis au-dessus et au-dessous du mollet; elles en ont deux fois, trois fois en un même endroit, d’énormes colliers faisant des centaines de fois le tour de la jambe et parfois superposés bien que de couleur différente. De bonnes femmes passent des journées entières, couchées sur le dos dans leur hamac, à enfiler avec une satisfaction visible des kilomètres de perles, pendant qu’un gros bébé qui déjà marche, va dans le hamac téter l’un après l’autre les seins maternels. Rien n’est plus drôle qu’une vieille femme vêtue d’une tangue et couverte de perles, mais ce costume va fort bien à une jeune et jolie fille. Chez les hommes, l’usage de porter en sautoir de grands colliers est assez répandu. Ils en ont même de doubles passant sur chaque épaule, fort gros, formés de cinq ou six cordons de perles parfois multicolores.

La France équinoxiale. Voyage à travers les Guyanes et l'Amazonie. 2  

Coudreau, Henri A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. C...

La France équinoxiale. Voyage à travers les Guyanes et l'Amazonie. 2  

Coudreau, Henri A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. C...

Profile for scduag
Advertisement