Page 31

L’AUTONOMIE CUBAINE ET LE CONFLIT HISPANO-AMÉRICMN

33

gne. Le contre-amiral français Dupont, par exemple, donnant son opinion sur la destruction du Maine, dans le Gaulois du 30 mars 1898, commençait par écarter l’hypothèse d’une torpille mobile ; et, arrivant ensuite à celle d’une torpille fixe émise par la commission américaine, il s’exprimait ainsi : « Les torpilles fixes sont beaucoup plus puissantes que les torpilles mobiles, contiennent des charges considérables et font de très grands dégâts. Mais, pour les placer, pour les relier à la terre, il faut beaucoup de temps et de soins. C’est une opération impossible à faire secrètement. En outre, les torpilles fixes reposant sur le fond, y creusent, en explosant, un trou large et profond. Elles produisent une gerbe très large et occasionnent un soulèvement de la masse liquide se terminant par une longue ondulation. Comme dans les autres cas, il y a accumulation de poissons morts sur une grande étendue. Il n’y a rien eu de tout cela — ni affouillement du fond, ni ondulation, ni gerbe d’eau, et la supposition d’une torpille fixe placée sous le Maine est aussi inadmissible que celle d’une torpille automobile, dérivante ou portée. Le Maine n’a donc pu sauter par une cause extérieure. C’est donc à une cause intérieure qu’il faut attribuer l’événement, probablement au manque de stabilité de ses poudres ou de ses explosifs, ce qui explique l’absence de tous les indices dont nous avons parlé, l’incendie qui a suivi la déflagration et la dislocation totale de la coque et des superstructures. Le Maine a sauté de la même façon qu’une corvette anglaise, il y a douze ou quinze ans, a été détruite dans le détroit de Magellan sans que nos voisins aient songé à s’en prendre aux Patagons ou aux Fuégiens ». Dans le même ordre d’idées, l’ambassadeur d’Espagne à Berlin, M. Mendez de Vigo, dans une interview rapportée par le Budapesti Hirlap du 12 mars 98, s’étonnait, à bon droit, qu’un navire venu pour faire une visite soi-disant amicale fût chargé de matières explosibles ; ce qui permettrait de se demander si les précautions prises contre une attaque possible ne s’étaient pas retournées contre les Américains. Certes, il fallait que les choses eussent été bien dénaturées, pour qu'un homme aussi qualifié que le contre-amiral Dupont crût, dans l’opinion ci-dessus rappelée, pouvoir traiter l’accusation portée par les Etats-Unis de « tellement inepte, dénotant un tel 3

L'autonomie cubaine et le conflit hispano-américain  

Mérignhac, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collec...

L'autonomie cubaine et le conflit hispano-américain  

Mérignhac, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles. Collec...

Profile for scduag
Advertisement