Page 271

652

énorme sous-enregistrement pour certaines maladies extrêmement répandues dans l'Inde du XIXe siècle, comme la gale ou la syphilis. Pour toutes ces raisons, le tableau de l'état de santé des émigrants que l'on peut dresser à partir de ces documents est nécessairement incomplet ; tous les cas n'ont pas été enregistrés, et parmi les 6.697 qui l'ont été, 4.781 seulement (= 71 %) sont spécifiés. Nous ne pouvons donc en tirer qu'une vue approximative d'ensemble, sans trop entrer dans le détail des pathologies. Sur les 18 convois pour lesquels nous

sommes renseignés, les médecins-

accompagnateurs ont examiné un total enregistré de 6.697 patients pour 8.300 passagers embarqués, soit un taux apparent moyen de consultation de 0,8, en réalité certainement beaucoup plus si l'on tient compte du sous-enregistrement, qui peut éventuellement être relativement important pour certaines affections. On pourrait admettre que, statistiquement, chaque passager a consulté le médecin-accompagnateur de son convoi au moins une fois pendant le voyage, étant évidemment entendu qu'il ne s'agit là que d'une moyenne, qui masque des différences parfois considérables d'un convoi à l'autre ; le taux apparent de consultation peut dépasser largement les 1 par patient sur certains navires frappés par une épidémie294, et inversement descendre au-dessous des 0,5 quand le convoi est en bonne santé au départ et bénéficie ensuite de conditions favorables pendant le voyage295. Ces différents chiffres, exception faite peut-être des derniers cités296, semblent d'autant plus élevés que, dans leur presque totalité, les passagers sont des gens jeunes, moins de 30 ans chez les femmes et moins de 35 chez les hommes, qui, normalement, ne devraient pas avoir besoin de consulter aussi massivement un médecin. Ceci confirme ce que nous savions déjà sur le mauvais état de santé des émigrants au moment de leur recrutement297, et les conditions fortement pathogènes de la vie à bord (entassement, humidité, hygiène approximative, nourriture de mauvaise qualité et pas toujours très bien conservée, etc) aggravent encore cet état de choses. Le tableau n° 33 présente les principales pathologies enregistrées par les médecinsaccompagnateurs pour les 4.781 cas spécifiés.

294. 1,44 sur le Java, 1,19 sur le John Scott. Le record est toutefois détenu par l'Allahabad, avec 1,48. Nous ne savons comment l'expliquer, ce navire ne semblant pas avoir connu de problème sanitaire important pendant sa traversée ; il s'agit probablement d'une apparence statistique, conséquence d'un enregistrement très complet des consultations par le Dr Touchard, médecin-accompagnateur. 295. 0,38 sur le Médusa, 0,41 sur le Chetah, 0,37 sur l'Artist. 296. "Peut-être", parce qu'il est probable que les taux très bas de consultation sur les trois convois cités à la note précédente s'expliquent aussi, au moins en partie, par un certain sous-enregistrement des patients par les médecins-accompagnateurs. 297. Supra, p. 472-473

L'immigration indienne en Guadeloupe (1848-1923). Partie 2  

Auteur . Christian Schnakenbourg. Document de la bibliothèque numérique Manioc.

L'immigration indienne en Guadeloupe (1848-1923). Partie 2  

Auteur . Christian Schnakenbourg. Document de la bibliothèque numérique Manioc.

Profile for scduag
Advertisement