Page 248

629

3. LES ASPECTS MEDICAUX DU VOYAGE Les développements qui suivent sont articulés essentiellement autour des médecinsaccompagnateurs des convois, en raison à la fois de la relative abondance des sources les concernant et surtout du rôle majeur qu'ils jouent dans le fonctionnement de la filière migratoire. Dans la mesure, en effet, où l'objectif unique de l'immigration aux Antilles est de mettre à la disposition des planteurs des forces de travail immédiatement productives, il est essentiel que ces immigrants arrivent en bonne santé. C'est donc dire que la présence d'un médecin à bord des coolie ships s'impose comme une absolue nécessité ; a contrario d'ailleurs, l'affaire de l'Emile Péreire, en 1858, en constitue la meilleure preuve : parti de Pondichéry sans médecin et frappé en cours de route par une épidémie de dysenterie "particulièrement grave", qui atteint même le capitaine et l'équipage, ce convoi connaît , avec 51 décès représentant près de 7% des passagers embarqués, l'une des pires mortalités de toute l'histoire de l'immigration indienne en Guadeloupe180. Après avoir vu qui sont ces médecins et comment ils sont recrutés, nous étudierons successivement les moyens dont ils disposent, puis leur activité à bord et les résultats qu'ils obtiennent.

3.1. Les médecins-accompagnateurs des convois a) Le recrutement L'obligation d'embarquer des "officiers de santé ("medical officers") à bord des navires d'émigrants est affirmée très tôt, par l'Act XV, 1842, du côté britannique et le décret du 27 mars 1852 du côté français181. Aussi dès que commencent les négociations sur la future convention, l'accord se fait immédiatement sur ce point sans la moindre discussion182, et il est finalement retranscrit dans l'article 14. Encore faut-il savoir ce que l'on entend exactement par "officiers de santé". Dans le contexte indien de l'époque, il s'agit de praticiens indigènes, également appelés "apothecaries", hâtivement formés par un enseignement essentiellement répétitif et imitatif dans les "medical colleges" de l'Empire des Indes dans le but de fournir un minimum d'assistance médicale aux

180. Résumé des conclusions de l'enquête faite en Guadeloupe après son arrivée dans ANOM, Géné. 129/1120, liasse "Correspondance gle", note des services du ministère "sur une demande d'indemnité formulée par la CGM", juin 1859. 181. Textes dans Rapport Geoghegan, p. 11-12, et GO Gpe, 30 avril 1852, respectivement. 182. PRO, FO 425/37, p. j. à n° 48, mémorandum du gouvernement français en réponse aux propositions britanniques, s. d. (décembre 1857).

L'immigration indienne en Guadeloupe (1848-1923). Partie 2  

Auteur . Christian Schnakenbourg. Document de la bibliothèque numérique Manioc.

L'immigration indienne en Guadeloupe (1848-1923). Partie 2  

Auteur . Christian Schnakenbourg. Document de la bibliothèque numérique Manioc.

Profile for scduag
Advertisement