Page 206

587 7. CG Gpe, SO 1875, p. 527. Nota : bien que le document présenté au Conseil indique des années civiles (1873 …) et non pas des campagnes d'immigration (1873-74 …), les chiffres qu'il donne ne peuvent porter que sur celles commençant au cours du second semestre de l'année indiques, puisque ces chiffres représentent la moyenne des affrètements de Lamouroux à Calcutta au cours de cette année ; or, Lamouroux n'a commencé ses opérations que pendant la campagne 1873-74. 8. Calcutta Emg Report, 1873-74, p. 9-10. 9. Ibid, 1874-75, p. 8. 10. ANOM, Gua. 25/238, dossier Bride, "Tableau comparatif des prix d'affrètement pour les opérations d'émigration à destination des colonies d'Amérique de 1875 à 1879", rapport du directeur de l'Intérieur des Etablissements de l'Inde au gouverneur, 3 juillet 1880. 11. ANOM, Géné. 117/1008, Quillet à M. Col., 18 décembre 1878 ; les prix en livres sterling ont été convertis en Francs sur la base du cours légal de 1 £ = 25 F. 12. Ibid, le même au même, 12 novembre 1879 et 11 février 1880. 13. Arch. Pondy, E3, p. 343-344, 350, 359 et 372, Laugier à M. Col., 27 juillet, 17 août, 28 septembre et 29 novembre 1880. 14. ANOM, Inde 464/588, Portier, gouverneur de l'Inde, à Laugier, celui de la Guadeloupe, 13 décembre 1882. 15. ANOM, Géné. 117/1008, Charriol à M. Col., 16 juillet 1881 ; Gua. 25/238, dossier Copenhagen, p. v. du Conseil Privé du gouverneur des Ets de l'Inde, 4 juillet 1881. 16. Ibid, dossier Epervier, p. v. du Conseil Privé du gouverneur des Ets de l'Inde, 10 janvier 1883. 12. ANOM, Géné. 117/1008, Charriol à M. Col., 30 novembre 1883.

Sur l'ensemble de la période, la tendance à la baisse est très nette, et elle l'est plus encore par rapport à l'époque du monopole, quand la CGM/Transat exigeait 335 F par adulte entre 1855 et 1858, 403 de 1859 à 1862, et 415 entre 1863 et 1865112 ; en chiffres ronds, le prix du transport du coolie entre l'Inde et les Antilles diminue de 25 à 30 % entre le début des décennies 1860 et 1880. Naturellement, cette évolution n'est pas particulière à l'émigration vers les seules colonies françaises, c'est un mouvement général dont bénéficient tous les territoires "importateurs" d'Indiens113 ; comme le note très justement J. Weber114, c'est cela qui explique que les voiliers aient pu résister si longtemps à la concurrence de la vapeur sur ce marché115. Enfin, on observe que les taux du fret pour l'émigration sont légèrement plus bas à Calcutta qu'à Pondichéry116 ; c'est probablement parce qu'il y a davantage de navires disponibles, et donc une concurrence plus grande.

112. Voir supra, p. 579. 113. K. O. LAURENCE, Question of labour, p. 81, pour ce qui concerne les British West Indies. 114. Vie quotidienne, p. 44. 115. En 1883, quand la Banque Maritime propose ses services pour le transport des émigrants par navires à vapeur, le prix demandé est de 400 F par adulte ; ANOM, Inde 464/588, offre de marché au M. Col., 7 juillet 1883. Au même moment, Charriol affrète le Hereford à Calcutta pour 10 £ = 250 F ; Géné. 117/1008, lettre au même, 30 novembre 1883. 116. Sur le total des trois campagnes pour lesquelles la comparaison est possible (1878-79, 1879-80 et 1881-82), le prix moyen est de 271 F par adulte à Calcutta (calculé sur 4 navires) et de 282 à Pondichéry (calculé sur 8 navires).

L'immigration indienne en Guadeloupe (1848-1923). Partie 2  

Auteur . Christian Schnakenbourg. Document de la bibliothèque numérique Manioc.

L'immigration indienne en Guadeloupe (1848-1923). Partie 2  

Auteur . Christian Schnakenbourg. Document de la bibliothèque numérique Manioc.

Profile for scduag
Advertisement