Page 15

396

Dans les comptoirs français, la réglementation relative aux dépôts d'émigrants est à la fois plus détaillée et plus contraignante. L'arrêté gubernatorial du 3 juillet 1862 ordonne qu'ils "devront être situés hors des villes et, autant que possible, sous le vent, dans des lieux sains et bien aérés". Ils seront construits selon un plan dressé par le service colonial des Ponts & Chaussées, et soumis à l'approbation du gouverneur après avis d'une commission ad hoc ; "leurs dimensions seront calculées selon l'importance connue ou présumée des opérations de recrutement, ... et les aménagements en seront disposés de la manière la mieux appropriée pour assurer le bien-être et protéger la santé des engagés"36. Nous ne savons pas exactement comment est appliqué ce texte. Pas de façon insatisfaisante, semble-t-il, à en juger par l'absence de plaintes britanniques à ce sujet, alors qu'elles sont fréquentes et nombreuses sur beaucoup d'autres points relatifs au recrutement, comme nous le verrons37. Au moment où l'émigration depuis les comptoirs français est sur le point de prendre fin, le consul britannique dans les Etablissements dresse même des deux dépôts de Pondichéry et Karikal un portrait extrêmement élogieux : "(They) ... were kept in excellent order ; the emigrants were comfortably housed, well fed and carefully looked after ; they enjoyed ... excellent health and left in the best spirits. The depot at Pondicherry was frequently visited by me and ... my clerk ; on no occasion was any complaint of a serious nature" ; quand à celui de Karikal, "its very satisfactory state reflected the greatest credit on all concerned in its management" 38. Exception faite de ce texte, nous n'avons pratiquement aucune information sur les deux agences d'émigration de Pondichéry et Karikal après 1860. Même leur localisation exacte nous échappe. Par contre, nous sommes relativement mieux renseignés sur celles de Calcutta. Pratiquement toutes les agences d'émigration de cette ville sont situées à Garden Reach, dans le quartier du port, directement sur le bord de l'Hoogly, ce bras excentré du Gange qui irrigue tout le Bengale Occidental, à environ 4 km en aval du centre (Voir carte n° 6) ; c'est notamment là que se trouve l'agence française. La seule exception à cette localisation concerne l'agence de Maurice, qui est établie à Bowanipur, à environ 1,5 km du port, sur Tolly's Nullah, un petit ruisseau affluent de l'Hoogly39. Cette situation pratiquement sur le port ou à proximité de celui-ci est certes excellente pour la conduite des opération d'embarquement des émigrants, mais elle a pour contrepartie une extrême insalubrité du site ; Tolly's Nullah n'est qu'un égout à ciel ouvert, tandis que Garden Reach est entouré de "large tracts of abandoned and

tromper la surveillance pour aller boire "l'eau saumâtre et chargée de matières animales en putréfaction" de celui-ci. Les baraquements sont insalubres, humides et pas assez aérés. Seul le dépôt français est sain et bien construit. 36. Art. 20 et 21. 37. Voir chap. X, infra. 38. Madras Emg Report, 1888, p. 15. 39. Sur tout ce qui précède, voir Calcutta Emg Report, 1873-74, p. 2, et 1874-75, p. 1.

L'immigration indienne en Guadeloupe (1848-1923). Partie 2  

Auteur . Christian Schnakenbourg. Document de la bibliothèque numérique Manioc.

L'immigration indienne en Guadeloupe (1848-1923). Partie 2  

Auteur . Christian Schnakenbourg. Document de la bibliothèque numérique Manioc.

Profile for scduag
Advertisement