Page 115

496

2. Origines régionales des émigrants partis par Calcutta Toutes destinations confondues, nous les connaissons à partir de 1842323 ; elles sont données par provinces. Les chiffres concernant la Guadeloupe, à partir de 1873, ne sont pas individualisés, mais regroupés en une rubrique unique avec les autres colonies françaises ; nous les reproduisons dans le tableau n° 22.

Tableau n° 22 ORIGINES DES EMIGRANTS PARTIS PAR CALCUTTA DE 1873 - 74 A 1888 Régions et provinces (a) North Western Provinces Bihar Oudh Bengale Inde Centrale Pendjab Autres régions

Nombre 8.821 5.584 2.021 285 282 208 731 (b)

% 49,2 31,1 11,3 1,6 1,6 1,1 4,1

TOTAL

17.932

100

Toutes colonies françaises (a) Pour la localisation, voir carte n° 2, p. 187. (b) Dont 484 en 1877-78. Source : Calcutta Emg Report, années citées

Les origines géographiques des émigrants expédiés par l'agence française ne différent guère de celles de tous les autres départs par Calcutta. Quelle que soit leur destination, l'immense majorité d'entre eux proviennent des trois même régions de la moyenne vallée du Gange (NWP, Oudh, Bihar), et dans des proportions sensiblement comparables324 ; les quelques différences observées à cet égard ne sont pas réellement significatives325. D'autre part, on ne distingue pas, sur l'ensemble de la période, une tendance longue d'évolution qui modifierait sensiblement l'ordre d'importance des recrutements entre ces trois provinces. Globalement, d'une année sur l'autre, ce sont presque toujours les North Western Provinces qui fournissent la plus grosse part des engagés, dans des proportions qui varient de 43 à 70 %, 323. Rapport Geoghegan, p. 75, pour la période 1842-70 ; Calcutta Emg Report, pour les années postérieures. 324. Prises ensemble, ces trois provinces réunissent, de 1873-74 à 1888, 91,6 % des origines pour les colonies françaises et 89,8 % pour l'ensemble des destinations. 325. L'agence française recrute un peu plus dans le NWP (49,2 % des origines, contre 48,3 % pour l'ensemble des destinations), beaucoup plus dans le Bihar (31,1 % contre 23,7) et sensiblement moins dans l'Oudh (11,3 % contre 17,8). Nous verrons, infra, que ces différences tiennent essentiellement à l'activité plus ou moins importante des diverses agences et sous-agences d'émigration dans les grands bassins de recrutement.

L'immigration indienne en Guadeloupe (1848-1923). Partie 2  

Auteur . Christian Schnakenbourg. Document de la bibliothèque numérique Manioc.

L'immigration indienne en Guadeloupe (1848-1923). Partie 2  

Auteur . Christian Schnakenbourg. Document de la bibliothèque numérique Manioc.

Profile for scduag
Advertisement