Page 75

PRÉPARATION DU CAFÉ POUR L'EXPORTATION.

63

ques rotatoires recouverts d'une feuille de cuivre dans laquelle on a repoussé des proéminences et peut, je crois, travailler au moins 1.000 litres de cerises par heure. L'avantage de ces pulpers est qu'ils peuvent être ajustés de façon à travailler des fruits de différentes grosseurs. On estime généralement qu'il faut trois de ces pulpers par 40 hectares plantés en caféiers. • Fermentation. — En sortant du pulper, le café est conduit dans une grande cuve ou citerne en maçonnerie cimentée; on l'y laisse subir une légère fermentation qui a pour but de faciliter la désadhérence de la partie de la matière mucilagineuse que la dépulpation ne peut enlever. Semler donne pour la capacité des citernes les chiffres suivants : pour un colon qui récolte 140 hectolitres de cerises, il faut trois citernes à fermentation et trois citernes à lavage, chacune large de 20 pieds, longue de 10 et profonde de 2 à 3 pieds au plus. Ces citernes doivent être construites en pente légère, de façon à ce qu'un courant d'eau puisse faire passer les grains successivement de l'une dans l'autre. C'est dire qu'elles sont pourvues de petites écluses et du tuyautage nécessaire. Souvent on les construit, les deux premières assez grandes pour recevoir chacune la cueillette d'un jour, et la troisième d'une capacité double, c'est-à-dire égalant celle des deux premiers. Les grains, au sortir du dépulpoir, sont reçus dans un des récepteurs. Le premier récepteur possède, pour l'écoulement du liquide un fond métallique perforé dont les trous sont à peine plus petits que le diamètre des grains. Ceux-ci y sont amenés au sortir du dépulpoir par un courant d'eau; on supprime alors l'arrivée de l'eau, et on laisse fermenter les grains humides pendant douze à vingt heures. (Si le temps était très froid, il faudrait le double.) Pendant ce temps, il faut faire retourner la masse plusieurs fois afin que la fermentation soit égale. Dans les caféeries où l'on n'a pas de citernes à fond ajouré, on laisse le récepteur plein d'eau, mais alors la fermentation est très longue et le grain est légèrement déprécié. Du récepteur les grains sont envoyés automatiquement, au moyen d'un courant d'eau, dans le bassin laveur, où ils sont remués, à l'aide de rà-

Manuel pratique des cultures tropicales et des plantations des pays chauds. T. 2, 1ère partie  

Auteur. Raoul, E. F. A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commu...

Manuel pratique des cultures tropicales et des plantations des pays chauds. T. 2, 1ère partie  

Auteur. Raoul, E. F. A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commu...

Profile for scduag
Advertisement