Page 53

CAFÉIER.

— MALADIES.

41

sur cet insecte pourraient consulter les Annales de la Société entomologique, qui ont publié en 1861 un article sur la larve et la nymphe de cet Araeocerus.

Maladie de l'écorce « Bark disease », Canker. — Maladie très grave pour les arbres atteints, qu'elle tue, mais passant pour attaquer seulement les arbres cultivés dans de mauvaises Conditions, ou ceux dont les racines rencontrent le tuf ou des roches. La perte mise au compte de cette maladie est annuellement de 1 % des arbres de la plantation pour la Jamaïque; elle est, je crois, un peu plus forte à Natal. Mais elle respecte les jeunes-caféiers vigoureux, ne commençant à frapper les arbres qu'à six ou sept ans. La maladie débute par la pourriture de l'écorce des branches primaires sous l'influence d'une moisissure bleuâtre; ce symptôme, le premier naturellement, échappe en général au début, et on ne s'aperçoit souvent du mal que par le dessèchement d'une branche tertiaire ou secondaire; la maladie gagne alors toute la tige intacte et la plante meurt toujours. On a essayé l'ablation de toutes les parties malades; mais, le plus souvent, le reste de la tige est atteint quand même, ce qui confirme l'idée que la maladie de l'écorce n'est qu'une manifestation d'un état pathologique plus général. Champignon. — C'est ici la place de dire quelques mots d'une maladie très mal connue qui apparaît, puis disparaît, aux Antilles, causant chaque fois de grands ravages, mais limitée, comme la précédente, à un certain nombre d'expositions, de natures de terrains. Les caféiers atteints ne présentent aucune cause pouvant expliquer la maladie; mais si on les enlève, on trouve les racines couvertes d'un champignon qui pullule dans la terre environnante. On dit, mais sans certitude, que cette maladie frappe surtout les caféiers plantés dans des dépressions où un sous-sol argileux ne laisse pas filtrer l'eau qui s'y accumule. Je ne connais pas de remède à cette maladie, partielle heureusement, qu'on a quelquefois attribuée aussi au « fatrassage » (1). (1) Accumulation aux pieds des caféiers de toutes espèces de débris et de résidus destinés à retenir l'humidité du sol.

Manuel pratique des cultures tropicales et des plantations des pays chauds. T. 2, 1ère partie  

Auteur. Raoul, E. F. A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commu...

Manuel pratique des cultures tropicales et des plantations des pays chauds. T. 2, 1ère partie  

Auteur. Raoul, E. F. A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commu...

Profile for scduag
Advertisement